Version classiqueVersion mobile

Nommer et classer dans les Balkans

 | 
Gilles de Rapper
, 
Pierre Sintès

Quatrième partie. L’autochtonie dans les Balkans, expressions et usages de l’Antiquité à nos jours

Liste des participants

Texte intégral

1 Nick Balamaci est l’auteur de nombreuses publications sur les Balkans et sur les diasporas grecque et valaque. Il est diplômé en histoire de la City University of New York et de la Rutgers University. Il est actuellement secrétaire de la Society Farsarotul, la plus ancienne et la plus importante association culturelle valaque aux États-Unis.

2Bianca Botea est maître de conférences à la faculté d’Anthropologie et de Sociologie, université Lumière-Lyon 2. Ses recherches portent sur le domaine européen et s’inscrivent dans une anthropologie du territoire et du politique, en lien avec la question de la production des mémoires et des patrimoines, de l’espace public et des dynamiques identitaires. Ses terrains de recherche se situent principalement en Europe centrale et orientale, et en particulier en Transylvanie.

3Richard Bouchon, ancien membre scientifique de l’École française d’Athènes, maitre de conférences en Histoire à l’université Lumière-Lyon 2, s’intéresse à l’histoire institutionnelle et sociale de la Grèce sous administration romaine ainsi qu’à la géographie historique de la Grèce centrale et de la Thessalie. Il a soutenu en 2005 une thèse portant sur les élites politiques de la cité de Delphes et de la Confédération thessalienne, entre le ier siècle av. J.-C. et le iiie siècle apr. J.-C.

4Nadina Christopoulou est titulaire d’un doctorat de l’université de Cambridge (‘There was or there was not’ : Marginal Identities, History and the Politics of Memory in the Storytelling Practice of the Rom in the Peloponnese) et a mené des recherches dans le cadre de plusieurs programmes européens sur les enfants de migrants et de réfugiés (Enfants d’ici, contes d’ailleurs, 2000-2001 ; CHICAM [Children In Communication About Migration], 2002-2004). Elle est l’auteur de publications sur les contes roms et sur les enfants réfugiés.

5Nathalie Clayer, chercheur au CNRS, est spécialiste des questions religieuses et identitaires dans les Balkans. Elle a notamment publié : Le nouvel islam balkanique. Les musulmans, acteurs du post-communisme (1990-2000), en collaboration avec X. Bougarel, Paris, Maisonneuve et Larose, 2001 ; Religion et nation chez les Albanais, xixe-xxe siècles, Istanbul, Isis, 2003 ; et Aux origines du nationalisme albanais. La naissance d’une nation majoritairement musulmane en Europe, Paris, Karthala, 2006.

6Anne Couderc est responsable des études sur la Grèce et les Balkans modernes et contemporains à l’École française d’Athènes et maître de conférences à l’université de Paris I. Ses recherches portent sur la formation de l’État-nation en Grèce aux xixe et xxe siècles, sur les relations gréco-turques et sur l’histoire et l’historiographie de la Question d’Orient. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée État, nations et territoires dans les Balkans. Histoire de la première frontière gréco-ottomane, 1827-1881 (2000).

7 Maria Couroucli est chargée de recherche au CNRS, membre du laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie comparative (université Paris X-Nanterre). Spécialiste de la Grèce contemporaine, où elle mène des recherches d’anthropologie sociale et historique, elle a poursuivi des travaux sur les rôles familiaux et sexuels dans la société grecque contemporaine, à partir d’enquêtes ethnographiques et des matériaux sociologiques et littéraires. Ses publications les plus récentes portent sur le nationalisme et les représentations identitaires ethno-religieuses dans la Grèce d’aujourd’hui.

8Ivan Čolović est ethnologue et anthropologue politique. Il a publié plusieurs articles et une dizaine de livres sur la culture populaire et sur l’imaginaire social et politique, parmi lesquels : The Politics of Symbol in Serbia. Essays on Political Anthropology, Londres 2002 et Le Bordel des guerriers. Folklore, politique et guerre, Munster 2005. Étienne Copeaux est professeur de lycée et chercheur associé au GREMMO (Maison de l’Orient méditerranéen, Lyon). Historien de la Turquie au xxe siècle, il a publié deux ouvrages et de nombreux articles sur l’usage du passé dans le discours nationaliste turc. Son dernier livre, en collaboration avec Claire Mauss-Copeaux, conclut plusieurs années d’enquête au Nord de Chypre (Taksim ! Chypre divisée, Lyon, Aedelsa, 2005).

9Dejan Dimitrijevic est maître de conférences à l’université de Nice depuis 1998. Il mène depuis une quinzaine d’années des recherches sur les processus de changement des identités dans l’espace de l’ancienne Fédération yougoslave. Il a dirigé l’ouvrage collectif Fabrication de traditions, invention de modernité, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2004, et a publié plus de vingt articles et contributions à des ouvrages, dont « Présentation de soi et narration de l’histoire. Les enjeux de la transformation d’un mémorial de la seconde guerre mondiale en Serbie », Balkanologie VIII, 1, Paris, 2004. Il travaille actuellement sur les transformations identitaires et politiques en situation de sortie de guerre dans les espaces serbe, bosniaque et croate.

10Hervé Georgelin, ancien membre scientifique de l’École française d’Athènes est docteur en « Histoire et Civilisations », EHESS, 2002, dir. Mme Lucette Valensi. Auteur de La fin de Smyrne : du cosmopolitisme aux nationalismes, Paris, CNRS Éditions, 2005.

11Pâris Gounaridis a fait des études de Sociologie et d’Histoire à Paris et travaillé comme chercheur au Centre des études byzantines de la Fondation nationale de la recherche scientifique (Athènes). Il enseigne l’histoire byzantine (professeur associé) au département d’histoire, d’archéologie et d’anthropologie sociales de l’université de Thessalie, Volos, Grèce.

12Jean-François Gossiaux est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, et membre du laboratoire d’Anthropologie des institutions et des organisations sociales (LAIOS-CNRS). Il mène depuis plus de vingt ans des recherches dans les Balkans, avec des travaux qui ont d’abord porté sur l’organisation familiale, puis sur les phénomènes d’ethnicité et de nationalisme (Pouvoirs ethniques dans les Balkans, Paris, PUF, 2002). Il a aussi, en France, conduit une enquête sur les jeunes d’une vallée ouvrière dévastée par la crise économique (Avoir seize ans dans les Ardennes, Paris, CTHS, 1992). Il a été rédacteur en chef de la revue Ethnologie française de 1996 à 2001.

13Gazmend Kapllani est journaliste et docteur du département des Sciences politiques et d’Histoire de l’université Panteion d’Athènes. Sa thèse traite de la modernité et de l’altérité, de l’image des Albanais dans la presse grecque et de l’image des Grecs dans la presse albanaise. Comme journaliste, il a travaillé pour le quotidien grec Ta Nea, la radio d’État grecque, NET 105,8, le quotidien albanais Koha Jone et le Balkan Crisis Report. Il est le fondateur de l’ONG « Home of Albanian Culture ».

14Stéphanie Maillot est ancien membre de l’École française d’Athènes et maître de conférences en Histoire à l’université de Clermont-Ferrand. Ses recherches portent sur les institutions civiques et les réseaux culturels et sociaux en mer Égée orientale, à l’époque hellénistique et au début de l’Empire romain. Elle a soutenu en 2005 une thèse de doctorat sur les associations cultuelles d’étrangers dans la région de Rhodes à l’époque hellénistique et prépare une étude sur l’île de Délos à l’époque impériale.

15Katérina Markou est maître de conférences au département de Sociologie à la faculté des Sciences sociales de l’université de Crète. Dans le cadre de sa thèse en anthropologie sociale et historique, elle a travaillé sur la question identitaire chez les Pomaques en Thrace grecque (La question identitaire et l’éducation chez les Pomaques de Thrace grecque, Paris, EHESS, 2001). Ses recherches portent sur les populations notamment musulmanes dans l’espace balkanique. Elle est l’auteur de nombreux articles.

16Alexandra Nestoropoulou est sociologue, doctorante à l’unité de recherche en Migrations et Relations interethniques (URMIS) de l’université Paris 7-Denis Diderot. Elle est titulaire d’un DESS de sciences de l’éducation de l’université de Rennes 2, d’un DEA de sociologie de Paris 7 et d’une maîtrise de philosophie de l’université Aristote de Thessalonique. Elle travaille sur les migrations pontique et albanaise en Grèce. Elle s’intéresse particulièrement au discours institutionnel et aux préjugés, stéréotypes et représentations ethnico-raciaux, véhiculés tant par les institutions que par la presse.

17Jean-François Pérouse est maître de conférences en Géographie à l’université de Toulouse II. Agrégé de géographie et diplômé de l’INALCO, il est depuis la fin 1999 responsable de l’Observatoire urbain d’Istanbul au sein de l’Institut français d’études anatoliennes, et, depuis sa fondation, rédacteur en chef de la revue en ligne European Journal of Turkish Studies (EJTS : www.ejts.org). Après une thèse soutenue en 1994 sur la construction d’Ankara comme capitale politique de la nouvelle Turquie, il travaille plus spécifiquement sur les récentes mutations socio-spatiales d’Istanbul.

18 Gilles de Rapper est chargé de recherche au CNRS, membre de l’Institut d’ethnologie méditerranéenne et comparative (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence). Ses recherches portent sur l’Albanie et sur les Albanais dans l’aire balkanique : il mène depuis 1994 des enquêtes sur les dynamiques frontalières entre la Grèce et l’Albanie, sur la coexistence des communautés religieuses et sur la transformation des systèmes de parenté. Il est l’auteur de L’Albanie entre la légende et l’histoire, Arles, Actes Sud, 2004, avec Ismaïl Kadaré) et de Les Albanais à Istanbul, Istanbul, IFEA, 2000.

19Thomas K. Schippers a fait des études d’ethnologie à l’université de Provence (Aix-en-Provence) et à l’École des hautes études en sciences sociales (thèse, Paris, 1983). Il a mené des recherches de terrain dans le Midi de la France, les Alpes italiennes, en Guyane française et plus récemment près de la frontière hispano-portugaise. Ses centres d’intérêt vont des ethno-sciences (pastoralisme, perception du temps, gestes techniques, anthropologie de l’espace) à l’études des formes d’appartenance et d’identités locales en passant par des analyses historiques et méthodologiques dans le domaine de l’ethnologie européaniste (histoire des concepts et des écoles nationales, usages d’ethno-vocabulaires, …). Après avoir enseigné l’ethnologie comme maître de conférences à Aix-en-Provence, à Nice et à l’étranger, il est à présent encore associé à l’institut d’ethnologie méditerranéenne et comparative (IDEMEC/CNRS, Aix-en-Provence). À côté d’articles et de livres basés sur ses travaux de recherche, il a dirigé récemment (avec Dorle Drackle et Ian Edgar) l’ouvrage Educational Histories of European Social Antrhopology sur la situation de l’enseignement de l’ethnologie en Europe aujourd’hui. Ses travaux plus théoriques portent actuellement sur ce qu’il a choisi de nommer la nature fractale des faits humains comme les catégories d’appartenances collectives, les limites et les frontières.

20Pierre Sintès, ancien membre de l’École française d’Athènes et maitre de conférences en Géographie à l’université de Provence, se consacre à des recherches de géographie concernant les Albanais en Grèce. À cette occasion, il a pu approcher les problématiques ayant trait à la migration dans ce pays et à la mobilité en général : inscription spatiale du mouvement des hommes, modalité et renouvellement de la territorialisation spécifique des migrants aussi bien dans leurs espaces d’accueil, de circulation que dans les lieux de départ ou de retour. C’est ce travail qui le pousse à étudier les espaces de l’Albanie méridionale, lieu de départ de très nombreux immigrants rencontrés en Grèce.

21Athéna Skoulariki est docteur en sciences de l’information de l’université Panthéon-Assas (Paris II). Son sujet de thèse était : Au nom de la nation. Le discours public en Grèce sur la question macédonienne et le rôle des médias (1991-1995). Elle est membre de l’Association française d’études sur les Balkans (AFE-Balk) et du Centre de recherches sur les groupes minoritaires (KEMO, Grèce).

22 Konstantinos Tsitsélikis est maître de conférences à l’université de Macédoine à Thessalonique où il enseigne les droits de l’homme et le droit international public. Ses intérêts scientifiques portent sur les droits de l’homme, les minorités et les immigrés ainsi que sur l’intervention militaire. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment : Το διεθνές ϰαι ευϱωπαϊϰό ϰαθεστώς πϱοστασίας των γλωσσιϰών διϰαιωμάτων των μειονοτήτων ϰαι η ελληνιϰή έννομη τάξη [Le statut international et européen des droits linguistiques des minorités et l’ordre juridique grec], Athènes/Komotini, A. Sakkoulas, 1996 ; avec D. Christopoulos (éds), Το μειονοτιϰό φαινόμενο στην Ελλάδα [Le phénomène minoritaire en Grèce], Athènes, Kritiki/KEMO, 1997 ; avec L. Baltsiotis (éds), Η μειονοτιϰή εϰπαίδευση της Θϱάϰης [L’éducation de la minorité de Thrace], Athènes/Komotini, A. Sakkoulas, 2001 ; Η νομιμότητα των στϱατιωτιϰών επεμβάσεων ϰαι τα όϱια του ανθϱωπισμού [Le droit à l’intervention et les limites de l’humanisme], Athènes/Komotini, A. Sakkoulas, 2001 ; avec D. Christopoulos (éds), ΗΕλληνιϰή Μειονότητα στην Αλβανία [La minorité grecque en Albanie], Athènes, Kritiki/KEMO, 2003. Depuis 1996, il est secrétaire administratif du Centre des recherches sur des groupes minoritiares (KEMO).

23Konstantinos Yannakopoulos est enseignant au département d’Anthropologie sociale et d’Histoire à l’université de la mer Égée (professeur assistant), plus particulièrement dans les domaines de l’anthropologie des sexes, sexualité, corps, sports, santé, anthropologie du politique, anthropologie urbaine et de l’espace. Il a dirigé en 2006 l’ouvrage Σεξουαλιϰότητα. Θεωϱίες ϰαι πολιτιϰές της ανθϱωπολογίας [Sexualité : théories et politiques de l’anthropologie].

© École française d’Athènes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search