Version classiqueVersion mobile

Nommer et classer dans les Balkans

 | 
Gilles de Rapper
, 
Pierre Sintès

Quatrième partie. L’autochtonie dans les Balkans, expressions et usages de l’Antiquité à nos jours

Les mythes de l’autochtonie dans les pays ex-yougoslaves*

Ivan Čolović

Résumé

L’auteur présente quelques exemples de mythes politiques célébrant l’autochtonie nationale en Serbie et Monténégro, en Croatie, en Bosnie, en Slovénie et en Macédoine. Il distingue trois groupes d’images et de métaphores qui servent à évoquer le rapport d’une nation à un territoire, le premier axé sur le mythe de l’origine « géologique » d’une communauté nationale, le second sur l’image des « tombes matrices d’une nation », le troisième sur la figure d’« espace spirituel national ». Ces mythes se justifient au nom des sentiments patriotiques légitimes et/ou au nom de la science.

Texte intégral

  • * Abréviation bibliographique :
    Garde 2004 = P. Garde, Le discours balkanique. Des mots et des hommes(...)

1L’évocation de l’autochtonie nationale fait partie de l’imaginaire politique dans les pays de l’ex-Yougoslavie, tel qu’il était construit ou reconstruit à partir des années 1980, c’est-à-dire au début de la crise qui conduisit l’ancienne fédération yougoslave à son éclatement. Cet éclatement de l’État commun des Serbes, Croates, Slovènes, Monténégrins, Bosniaques et autres peuples vivant sur son territoire a été précédé et annoncé par l’éclatement de l’imaginaire politique commun imposé par le régime communiste. Cet imaginaire-là – dont le symbole premier était la figure héroïque de Tito – a cédé la place, sans résistance sérieuse, aux représentations politiques proposées ou soutenues par les nouveaux « pouvoirs ethniques », pour reprendre l’expression de Jean-François Gossiaux, représentations centrées sur les images des communautés ethno-nationales indépendantes, et même radicalement différentes les unes par rapport aux autres.

2Dans les années de guerre en ex-Yougoslavie, menée pour le partage du territoire de l’État commun, ces nouvelles représentations et ces nouveaux imaginaires nationalistes avaient un emploi précis et explicite : justifier et légitimer le droit au sol, le droit d’une ethnie-nation de s’approprier le pouvoir et de l’imposer sur un territoire, par la force si nécessaire. Cela vaut notamment pour les rites et les mythes qui évoquent le rapport d’une nation au sol et qui peuvent nous intéresser ici, car dans ces mythes et ces rites se dévoile tout un registre d’images et de figures de l’autochtonie. Dans ce qui suit, je présente quelques exemples de narrations mytho-politiques dans lesquelles apparaît le thème de l’autochtonie.

La course en arrière

3Dans ces narrations, l’autochtonie est souvent présentée comme une qualité privilégiée du rapport d’une communauté ethno-nationale à un territoire, qualité à laquelle seule peut prétendre la communauté qui, la première, avait occupé ce territoire. C’est un critère en même temps relatif et absolu : relatif, car il s’agit toujours de contester le droit d’un concurrent plus tard venu sur le même territoire. Absolu, car pour éviter tout débat sur ce chapitre, on préfère postuler la présence de la communauté ethnonationale sur son territoire dès les ténèbres d’un passé préhistorique et quasi géologique. Voici quelques exemples de cette « course en arrière ».

  • 1 E. Imamović, Korijeni Bosne i Bosanstva (1995), p. 129.

« Du point de vue scientifique, écrit l’historien bosniaque Enver Imamović, il n’y a plus aucun doute que les musulmans de Bosnie et d’Herzégovine sont un peuple balkanique et européen autochtone qui vit dans ces espaces depuis plus de 4 000 ans, continuité qu’attestent les archéologues1. »

  • 2 V. Tupurkovski, Istorija na Makedonija. Od drevnina do smrtta na Aleksandar Makedonski (1993), p. 4 (...)

4L’homme politique et écrivain macédonien Vasil Tupurkovski a publié en 1993 une Histoire de la Macédoine, en deux volumes, dont le premier est consacré à l’histoire de la Macédoine antique, dont les origines se perdent dans un passé indéterminé, seulement défini par le mot « ancienneté » (drevnina). On trouve ce mot dans le titre du premier volume de l’Histoire de Tupurkovski : « De l’ancienneté à la mort d’Alexandre Macédonien2 ».

  • 3 I. Mužić, « Predgovor knjizi Hrvati i autohtonost ». www.muzic-ivan.info-2k.

5Son collègue croate Ivan Mužić, auteur d’un ouvrage intitulé Les Croates et l’autochtonie, prend pour fait établi la « continuité ethnique de la population autochtone sur l’espace croate à partir de l’Âge du Fer tardif3 ».

  • 4 Sur cette « théorie », Ch.-A. Bernard, « La théorie des Vénètes en Slovénie. Problèmes d’histoire, (...)

6En Slovénie, dans les années 1980, une « théorie » de l’origine autochtone du peuple slovène a été avancée, selon laquelle les Slovènes descendraient des Vénètes, peuple antique qui a donné son nom à Venise4.

  • 5 Voir, par exemple : S. Zeković, Crnogorska hrestomatija. Nauka (a) o samobitnosti Crnogoraca i 65 p (...)

7L’autochtonie des Monténégrins est défendue par des historiens qui s’opposent aux deux autres interprétations de l’origine de ce peuple : l’une qui le considère comme une partie du peuple serbe et l’autre comme un peuple dérivé des Serbes. Les autochtonistes prétendent au contraire que « les Monténégrins avaient une origine ethnique autochtone » et « une individualité nationale » qui n’a cessé d’exister depuis au moins mille ans5.

  • 6 Garde 2004, p. 411.

8Dans l’Albanie d’aujourd’hui domine la « théorie illyrienne », c’est-à-dire la thèse selon laquelle les Albanais, y compris ceux de Macédoine et du Kosovo, seraient les descendants des Illyriens – théorie admise, selon Paul Garde, « comme un dogme qu’il ne fait pas bon discuter6 ».

  • 7 Dans ses livres Nepoznati Crnjanski (1996) et Karpatski i likijski Srbi (1997).

9En Serbie enfin, un groupe d’auteurs, spécialistes autoproclamés de la préhistoire serbe, a été très actif dans les années 1990. Pour donner un statut respectable à leurs écrits, ils se sont nommés l’« École serbe autochtoniste » (Srpska autohtonistička škola). Le produit le plus connu de cette « école » est un gros ouvrage d’Olga Luković-Pjanović, intitulé Les Serbes, le peuple le plus ancien. Comme le titre l’annonce, l’ambition de cet ouvrage ne se réduit pas à démontrer l’ancienneté des Serbes dans les Balkans, mais va jusqu’à la prétention de prouver que les Serbes sont le peuple le plus ancien au monde, le peuple autochtone dans un sens planétaire et, donc, absolu. Dans ce contexte, les auteurs albanais, ou autres, qui réclament pour leurs peuples une origine illyrienne, sont invités – par exemple dans les ouvrages de l’historien serbe Relja Novaković – à accepter « les preuves scientifiques » qui démontrent que le nom « Illyrien » n’était dans l’Antiquité qu’un nom alternatif, qu’un synonyme de « Serbe7 ».

10Toutes ces narrations reprennent et répètent l’image d’un peuple lié de façon primordiale, substantielle et exclusive à un sol qu’il transforme de droit en son territoire, c’est-à-dire en un espace qu’il délimite pour le posséder et le contrôler. Bien que ces narrations soient aujourd’hui souvent proposées par des historiens, elles évoquent un aspect plutôt a-historique, quelquefois biologique ou si l’on veut écologique, de la vie d’une communauté ethno-nationale. On rencontre en effet dans ces narrations tout un système d’images et de métaphores biologiques et écologiques, mais elles aussi figées dans une sorte d’éternité, c’est-à-dire sans aucune évolution.

  • 8 A. S. Aličić, Pokret za autonomiju Bosne od 1931. do 1932. godine (1996), p. 356. Cité d’après S. M (...)
  • 9 Garde 2004, p. 387.

11« L’ethnie bochniaque » serait, d’après un historien bosniaque, « la substance historique de ce pays8 ». Il ne s’agit donc pas d’une qualité qui serait le fruit d’une longue présence, ou de la transformation de cette présence en une qualité ; il ne s’agit pas d’une évolution. Non, la qualité est donnée dès le départ, elle existe depuis toujours. Les narrateurs des mythes de l’autochtonie, de ces récits sur l’origine d’une nation, que l’on appelle aussi les « ethnogenèses », considèrent les peuples « comme des réalités immuables » et s’intéressent à l’origine de telles réalités9. Pour ma part, j’ajouterai que ces réalités immuables sont souvent présentées comme des entités qu’on pourrait appeler entités « ethno-géographiques ». Il existe un mot serbo-croate, iskon, qui correspond au mot allemand Urzeit, et qui désigne un espace-temps mythique, un espace-temps qui est à la fois un moment et un lieu d’harmonie paradisiaque, d’avant le début du temps et d’avant la division de l’espace. Les mythes de l’autochtonie nationale cherchent en fait à situer l’origine d’une communauté ethno-nationale dans cet espace-temps.

Un héros national né de la pierre

  • 10 M. Eliade cite un mythe grec (Mithra, protecteur des Parthes), un mythe hourrito-hittite (Ullikummi (...)

12Pourtant, je n’ai trouvé qu’un seul exemple de narration autochtoniste dans lequel on voit un héros national enfanté physiquement par une terre-mère. Il s’agit de Superhrvoje (« Super Croate »), héros d’une bande dessinée publiée en Croatie en 1992 et qui nous raconte comment le sol dalmate caillouteux, dans une localité du nom de Terre-Sainte, a donnée naissance à un héros de pierre qui a détruit toute une division blindée de tchetniks (fig. 1). Il est évident que ce héros est fabriqué sur le modèle du célèbre Superman et que Superhrvoje est un Superman ethnicisé, croatisé. En même temps, il est un descendant de ces anciennes divinités et de ces monstres nés de la pierre (de petra natus) connus dans les mythologies de différents peuples10.

Fig. 1. – Couverture de la bande dessinée Superhrvoje (1992). Archive de l’auteur.

13La terre est ici la matrice d’un héros national, d’un protecteur de la nation. Pourtant, ce héros croate et croatonome (né de la terre croate) n’est pas un fondateur de la nation croate. Son histoire n’est pas un mythe généalogique. Les chefs croates ne sont pas ses descendants. Il est inventé pour évoquer le lien profond qui unit le paysage et l’homme croates, comme deux éléments d’un tout national, d’un tout latent qui se matérialise – et devient énergie invincible – dans un moment de crise, à l’approche d’un danger, en l’occurrence celui représenté par les blindés tchetniks.

14On peut même dire qu’il ne s’agit pas ici d’une seule naissance, celle de l’homme qui naît de la terre croate, mais de deux naissances réciproques et simultanées, car ici la terre – c’est-à-dire la pierre dalmate – s’anime elle aussi et se réveille au contact de l’homme croate. C’est pourquoi cette narration fait partie, elle aussi, de ces mythes autochtonistes que j’ai nommé les mythes d’entités ethno-géographiques.

Les tombes matrices d’une nation et marqueurs de son territoire

15Dans les années 1990, le mythe de l’autochtonie nationale et de l’enracinement d’un peuple dans le sol s’exprime – surtout en Serbie – dans sa version la plus morbide, celle que Barrès a résumée dans sa formule devenue célèbre : la terre et les morts. La terre est la matrice de la Nation et, pour que la reproduction nationale soit assurée, il faut la féconder, mais d’une graine bien étrange, paradoxale, qui sont les morts tombés sur le champ de bataille. La Nation renaît de leur sang dont, comme on le dit, chaque pied de notre terre est imbibé ; elle ressuscite de leurs tombes.

16Ces tombes de soldats morts à la guerre sont toujours au pluriel, on ne les individualise pas, on les présente seulement en masse, en insistant sur leur quantité, qui doit être suffisante – c’est-à-dire impressionnante, bouleversante – pour assurer à ces tombes la qualité de matrice de la communauté ethno-nationale. Pourtant, ce qui renaît de ces tombes anonymes et sans identité personnelle, c’est le nom national, l’identité nationale, c’est-à-dire ce que nous sommes en tant que communauté. Car si ces tombes sont anonymes, c’est pour être sans réserve « ethnonymes », pour être, par exemple, les tombes serbes. Ici les narrations autochtonistes reprennent la structure des mythes et des rites sacrificiels et disent : pour que le nom et l’identité nationale survivent, il faut se battre sur le champ d’honneur et mourir sur l’autel de la patrie. Un poète serbe l’avait dit : « Nous aurions pu éviter la bataille. Nous en serions sortis plus nombreux, mais qui serions-nous ? Et nous aurions vécu plus aisément, mais qui serions-nous ? » À ce genre de narrations, on peut donner le nom de mythe de gambit identitaire.

17Les tombes matrices de la nation tiennent aussi le rôle de marqueurs symboliques du territoire ethno-national. Comme l’avait dit un poète populaire serbe : « Là où reposent les os de leurs ancêtres, là sont les frontières des Serbes ».

18Cependant, dans ces narrations thanato-patriotiques, on peut distinguer deux genres de tombes. À côté des tombes de soldats dont on parle au pluriel, on trouve les tombes des grands hommes de la nation. Les fonctions symboliques de ces deux genres de tombes ne sont pas les mêmes. Celles des grands hommes sont les lieux du retour des créateurs, ou plutôt des médiateurs de l’esprit national, dans la terre de la patrie. Et c’est précisément par ce retour que s’affirme rétrospectivement l’esprit qui anime leurs actions et leurs œuvres, comme un esprit national, un esprit national autochtone. Les enterrements, et surtout les ré-enterrements et les « transhumassions » solennelles des grands hommes dans le sol de la patrie, s’expliquent par le respect de la « logique » de leurs carrières qui se seraient déroulées sous le signe de la fidélité à ce même sol. Mais, en réalité, un rite funéraire dédié à un grand homme est une façon efficace d’en faire la consécration nationale, c’est-à-dire de lui fabriquer une identité nationale autochtone. Sa liaison déterminante à la terre depuis la naissance s’affirme seulement après la mort, par le rite funéraire et commémoratif. Ces rites transforment les dépouilles mortelles des grands hommes en reliques nationales et leurs tombes en lieux de mémoire nationale. Par cette opération, leurs œuvres sont elles aussi enterrées, c’est-à-dire rendues à la terre, « autochtonisées ».

  • 11 L’intérêt de ces marqueurs est d’autant plus grand lorsqu’il s’agit de marquer de cette façon un te (...)

19Les tombes, monuments funéraires, mausolées, chapelles et autres lieux de mémoire consacrés aux grands hommes qui s’inscrivent dans le paysage sont des installations qui servent à ethniciser ce paysage et à lui implanter un esprit ethno-national. Ils sont aussi – comme les tombes des soldats anonymes – des marqueurs symboliques ; ce qu’ils marquent est toutefois moins le territoire national et beaucoup plus ce qu’on appelle aujourd’hui l’espace spirituel d’une nation11.

20Cette expression ne traduit pas une volonté de déterritorialiser la raison d’être d’une communauté ethno-nationale, ni de la libérer de sa liaison déterminante avec un sol ou d’élever sa vie et son sort dans la zone supérieure de l’esprit. Non, l’espace spirituel national d’aujourd’hui, comme son ancêtre le Volksgeist, reste cloué au sol ; c’est un esprit autochtone. À la différence des narrations autochtonistes qui évoquent la fusion primordiale de la communauté ethno-nationale et du sol dans un registre de moyens rhétoriques d’origine naturaliste, les narrations de l’espace spirituel national parlent de la même chose, mais en puisant dans un autre fonds d’images et de figures, qui sont cette fois d’origine religieuse. Dans les deux cas il s’agit d’un refus de l’histoire. Là où domine l’espace spirituel national, nous avons affaire à de purs créationnistes, c’est-à-dire à des narrateurs qui acceptent l’existence des nations comme des créations de la volonté divine, évidemment immuables.

Justification des mythes

  • 12 Préface au livre d’I. Rugova, La Question du Kosovo (1994), p. 18. Cité par Garde 2004, p. 411.

21Deux sortes d’arguments sont utilisées pour justifier ces mythes de l’autochtonie dans les pays ex-yougoslaves. Souvent on y voit des récits patriotiques qui ont pour fonction – surtout dans la situation d’un conflit international ou d’une guerre – d’assurer la cohésion nationale et de réveiller la volonté de combattre. La thèse « illyrienne » de l’origine des Albanais est ainsi soutenue par l’écrivain albanais Ismail Kadaré, qui la justifie comme une arme de légitime défense : « Demander aujourd’hui aux Albanais de ne pas se mêler de l’Histoire (en un temps où les autres l’évoquent à qui mieux-mieux), demander aux Albanais de ne point évoquer leurs racines, leur appartenance, leur origine illyrienne, leur implantation bimillénaire dans ces contrées où ils se trouvent aujourd’hui, ce serait comme demander à l’un des protagonistes d’un combat singulier de jeter son écu au moment où l’autre brandit sa lame12. »

  • 13 M. Imamović, « Intervju dana », Dani (Sarajevo) 195/2-3 (2001). Cité par J. Kvaerne, « Da li je Bos (...)

22Mustafa Imamović justifie de la même façon son effort de présenter les musulmans bosniaques comme un peuple autochtone en Bosnie. Il reconnaît qu’il s’agit d’un mythe, mais d’un mythe créé pour contrer les mythes serbes et croates équivalents. « Lorsque vous lisez les histoires serbes et croates de la Bosnie », explique Imamović, « vous ne pouvez pas débattre avec leurs auteurs par des arguments... On peut croire à ce qu’ils disent ou laisser tout cela de côté. En conséquence, j’ai ressenti que les Bosniaques, et la Bosnie aussi, avaient besoin d’une interprétation du même genre, d’une semblable approche de l’histoire [...]. Si mon livre a vraiment créé un mythe sur les Bosniaques, alors c’est pour moi un grand compliment13. »

  • 14 Cité par Garde 2004, p. 397.
  • 15 On en lira plus sur ce sujet dans mes articles : « L’espace spirituel et la communication intercult (...)

23Dans d’autres cas, pour donner une justification à leurs narrations, les narrateurs des mythes autochtonistes prétendent parler au nom de la science. C’est un stratagème ancien, déjà utilisé par les auteurs du xixe siècle. L’homme politique croate Ante Starčević, par exemple, commence son exposé sur l’origine des noms des Serbes et des Slaves, qui seraient d’après lui dérivés du mot « esclave », par la formule : « le monde savant sait14 ». Dans de nombreuses situations, on voit des représentants du monde savant, c’est-à-dire de la science reconnue comme telle et légitime, donner leur appui aux narrations mythiques. Ils ne le donnent cependant pas à toutes les narrations, ni à toutes les versions des mythes politiques, même pour ceux qui évoquent l’autochtonie d’un peuple. Aujourd’hui par exemple, les récits qui parlent des tombes comme marqueurs symboliques des « frontières naturelles » d’une nation, aussi bien que les récits sur les origines préhistoriques, sont rejetés par les scientifiques et par les hommes politiques sérieux. Pourtant, d’autres formes de ces narrations sont acceptées, narrations dans lesquelles le lien du peuple à un territoire n’est plus exprimé par des images de morts et de sang, mais plutôt dans des registres de formules moins dramatiques où l’attachement d’un peuple à « sa terre » se traduit dans les termes d’une aspiration à l’identité culturelle, voire spirituelle, en tout cas comme relevant des droits de l’homme15.

Notes

1 E. Imamović, Korijeni Bosne i Bosanstva (1995), p. 129.

2 V. Tupurkovski, Istorija na Makedonija. Od drevnina do smrtta na Aleksandar Makedonski (1993), p. 436-437. Cité par U. Brunnbauer, « Drevna nacionalnost i vjekovna borba za državnost. Historiografski mitovi u Republici Makedoniji (BJRM) », in Historijski mitovi na Balkanu. Zbornik radova (2003), p. 301.

3 I. Mužić, « Predgovor knjizi Hrvati i autohtonost ». www.muzic-ivan.info-2k.

4 Sur cette « théorie », Ch.-A. Bernard, « La théorie des Vénètes en Slovénie. Problèmes d’histoire, d’historiographie ou d’idéologie ? », Revue des études slaves LXX/1 (1988), p. 112-123. Cité par Garde 2004, p. 400.

5 Voir, par exemple : S. Zeković, Crnogorska hrestomatija. Nauka (a) o samobitnosti Crnogoraca i 65 po (d) uka, za svakoga od čobanina do akademika, t. I (1999).

6 Garde 2004, p. 411.

7 Dans ses livres Nepoznati Crnjanski (1996) et Karpatski i likijski Srbi (1997).

8 A. S. Aličić, Pokret za autonomiju Bosne od 1931. do 1932. godine (1996), p. 356. Cité d’après S. M. Džaja « Bosanska povijesna stvarnost i njezini mitoloski odrazi », in Historijski mitovi na Balkanu (2003), p. 59.

9 Garde 2004, p. 387.

10 M. Eliade cite un mythe grec (Mithra, protecteur des Parthes), un mythe hourrito-hittite (Ullikummi, fils de Kumarbi, père de tous les dieux, qui a de sa semence engrossé la roche) et un mythe phrygien (Agditis, né des amours de la roche Agdas et du dieu suprême Papas). M. Eliade, Histoire des croyances et des idées religieuses, t. I (1976), p. 160 et t. II (1978), p. 308.

11 L’intérêt de ces marqueurs est d’autant plus grand lorsqu’il s’agit de marquer de cette façon un territoire qui fait l’objet d’un conflit ou qui est revendiqué par deux ou plusieurs États, comme c’est le cas de l’Herzégovine, considérée comme faisant partie de l’espace national serbe, mais qui se trouve hors des frontières de l’État-mère. C’est le cas également du mausolée du poète serbe Jovan Dučić. Ce dernier, mort et inhumé en 1943 aux États-Unis, a été « transhumé » le 22 octobre 2000 dans sa ville natale de Trebinje, aujourd’hui en Republika Srpska, et placé dans une église mausolée spécialement bâtie pour cette occasion. Sur ce sujet, voir mon article « Les prêtres de la langue », Terrain 41 (sept. 2003), p. 35- 46.

12 Préface au livre d’I. Rugova, La Question du Kosovo (1994), p. 18. Cité par Garde 2004, p. 411.

13 M. Imamović, « Intervju dana », Dani (Sarajevo) 195/2-3 (2001). Cité par J. Kvaerne, « Da li je Bosni i Hercegovini potrebno stvaranje novih historijskih mitova ? », in Historijski mitovi na Balkanu (2003), p. 105.

14 Cité par Garde 2004, p. 397.

15 On en lira plus sur ce sujet dans mes articles : « L’espace spirituel et la communication interculturelle », in A. Gohard-Radenković, D. Mujawamariya, S. Perez (éds), Intégration des « minorités » et nouveaux espaces interculturels (2003), p. 17-28, et « Der spirituelle Raum in Internet », in Ästhetik des Politischen, Österreichische Zeitschrift fur Geschichtswissenschaften, 15. Jg., Heft 3 (2004), p. 160-166.

Notes de fin

* Abréviation bibliographique :
Garde 2004 = P. Garde, Le discours balkanique. Des mots et des hommes.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Couverture de la bande dessinée Superhrvoje (1992). Archive de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

Auteur

Est ethnologue et anthropologue politique. Il a publié plusieurs articles et une dizaine de livres sur la culture populaire et sur l’imaginaire social et politique, parmi lesquels : The Politics of Symbol in Serbia. Essays on Political Anthropology, Londres 2002 et Le Bordel des guerriers. Folklore, politique et guerre, Munster 2005. Étienne Copeaux est professeur de lycée et chercheur associé au GREMMO (Maison de l’Orient méditerranéen, Lyon). Historien de la Turquie au xxe siècle, il a publié deux ouvrages et de nombreux articles sur l’usage du passé dans le discours nationaliste turc. Son dernier livre, en collaboration avec Claire Mauss-Copeaux, conclut plusieurs années d’enquête au Nord de Chypre (Taksim ! Chypre divisée, Lyon, Aedelsa, 2005).

© École française d’Athènes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search