Version classiqueVersion mobile

Nommer et classer dans les Balkans

 | 
Gilles de Rapper
, 
Pierre Sintès

Quatrième partie. L’autochtonie dans les Balkans, expressions et usages de l’Antiquité à nos jours

Des usages de l’autochtonie en Roumanie : la Transylvanie*

Bianca Botea

Résumé

L’idée d’autochtonie a été un élément essentiel du dispositif idéologique de construction des États-nations en Europe et les enjeux de sa production se sont illustrés de manière exemplaire en Europe centrale et orientale. « Territoire-frontière », la Transylvanie a souvent fait l’objet de controverses entre ses différentes populations, et parfois aussi entre les deux États voisins, se révélant être un terrain d’affrontement entre des autochtonies concurrentes. Depuis l’effondrement des empires multinationaux et l’émergence des États-nations, les récits sur l’autochtonie opposent élites roumaines et hongroises et entretiennent des visions fragmentées et exclusives du territoire. L’historiographie de la région, les pratiques d’aménagement du centre-ville de Cluj-Napoca, ou bien encore les conflits pour l’usage des langues roumaine ou hongroise dans la toponymie de cette ville sont des lieux exemplaires où s’expriment encore aujourd’hui deux autochtonies en compétition au service du nationalisme. De récentes mobilisations collectives et associatives en Transylvanie reprenant les discours de l’Europe des Régions mettent en lumière des formes de mise en commun émergentes qui transgressent ces enfermements ethniques. Néanmoins, ces actions sont accompagnées par de nouveaux récits d’autochtonie et parfois retombent dans le registre de l’exclusion et de l’enfermement dans des territoires pensés comme figés. À l’époque d’une Europe élargie, du transnational et de la globalisation, l’exemple de la Transylvanie montre non seulement que les anciennes formes d’autochtonie renvoyant aux nationalismes restent actuelles, mais aussi que des rhétoriques inédites de l’autochtonie émergent. Si ces récits et actions persistent, il convient de les soumettre à l’analyse des pratiques sociales quotidiennes des habitants de la région qui, au contraire, laissent davantage entrevoir des ancrages mobiles et pluriels et des autochtonies qui se « déplacent » pour parfois s’enraciner ailleurs.

Texte intégral

  • * Cet article est issu d’une recherche menée dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie et a (...)

1L’idée d’autochtonie a été un élément important du dispositif idéologique de construction des États-nations en Europe. Les enjeux de son utilisation se sont illustrés de manière exemplaire en Europe centrale et orientale. Je m’arrêterai ici à l’exemple de la Transylvanie et à quelques usages de l’autochtonie dans les discours publics et les pratiques sociales actuelles de la ville de Cluj-Napoca, en partant d’une analyse des différentes conceptions du territoire de la Transylvanie. Afin d’atteindre cet objectif, je tenterai d’abord de présenter brièvement le contexte social et politique transylvain, et plus largement européen, dans lequel émerge un certain discours sur l’autochtonie que l’on retrouve encore aujourd’hui.

De l’empire multinational à l’État-nation

2La chute des empires multinationaux et l’émergence des États-nations en Europe centrale et orientale ont supposé l’avènement d’un nouveau type de socialisation en Europe, d’une nouvelle pensée conduisant à la catégorisation des sociétés et des groupes selon un principe d’homogénéité religieuse, linguistique, politique et territoriale. Cela venait à l’encontre d’une tradition de multilinguisme et d’imbrication entre les groupes culturels différents. Si les Empires austro-hongrois et ottoman contenaient dans leurs frontières une diversité de groupes sociaux, ils ont plus ou moins réussi à assurer le respect des diversités linguistiques, culturelles et religieuses.

  • 1 Ce chiffre provient du recensement de 1930.
  • 2 Principauté indépendante entre 1541 et 1699, la Transylvanie fait ensuite partie du royaume hongroi (...)
  • 3 L’information provient de A. Ivan, Stat, majoritate si minoritate nationala in Romania 1918-1930. C (...)

3Après la première guerre mondiale, les nouveaux découpages n’aboutissent pas à des territoires homogènes d’un point de vue linguistique ou ethnique et d’importantes minorités nationales se retrouvent dans des États-nations à fort caractère centralisateur. C’est par exemple le cas de la Roumanie dont la population, avant 1918, était à plus de 90 % roumaine et qui, après les découpages territoriaux consécutifs à la première guerre mondiale, comptait environ 28 % de citoyens roumains appartenant à des groupes ethniques minoritaires1. Selon un communiqué adressé en 1923 par l’État roumain à la Société des Nations, en Transylvanie – territoire rattaché à la Roumanie après 19182 – vivaient 5 114 124 habitants, dont 57 % étaient roumains, 25,5 % hongrois, 10,6 % allemands, 3,5 % juifs et 3,1 % d’autres nationalités3.

4Ces chiffres montrent par conséquent que, parmi les nouveaux territoires rattachés à la Roumanie après la guerre, la Transylvanie était celui qui faisait le plus varier son degré d’homogénéité ethnique. Cette région sera un défi pour la construction d’un État roumain « national-unitaire » et centraliste, dont les principes sont déjà exprimés dans la Constitution de 1923.

  • 4 Si la région était majoritairement roumaine dans son ensemble, il existait et il existe encore des (...)

5Mis à part sa diversité culturelle, la Transylvanie posait un problème supplémentaire à l’État roumain. Elle était une question sensible entre deux États, la Roumanie et la Hongrie, et entre deux populations locales : une population hongroise de Transylvanie devenue « minorité nationale » et une population roumaine majoritaire. La Hongrie et la minorité hongroise de Transylvanie concevaient les modifications territoriales d’après 1918 comme passagères, même si, dans l’ensemble, cette région était majoritairement peuplée de Roumains4. Les idées irrédentistes hongroises seront ainsi très fréquentes dans l’entre-deux-guerres. La situation était particulièrement tendue dans les villes transylvaines, majoritairement hongroises, où l’administration roumaine avait des difficultés à s’imposer.

6Par conséquent, intégrer politiquement cette minorité hongroise n’était pas une tâche facile pour l’État roumain, comme ne l’était pas non plus le fait de légitimer la construction d’une nation et d’un territoire homogènes tels que l’idée d’État national le préconisait.

  • 5 E. Hobsbawm, T. Ranger (éds), The Invention of Tradition (1984).

7Dans un tel contexte, commun à d’autres pays d’Europe centrale et orientale, les sciences humaines et sociales, et principalement l’histoire, l’ethnographie, la philologie et la géographie, ont été les premières appelées à construire et à légitimer scientifiquement cette nouvelle nation roumaine. À la charnière des xixe et xxe siècles, la Transylvanie faisait partie de deux projets différents de construction nationale, roumain et hongrois, ce qui rendaient les compétitions entre les élites roumaines et hongroises d’autant plus ardues. Dans une région où les interférences culturelles étaient multiples, le travail de quête de ce qui était spécifique et propre à chaque nation n’allait pas sans difficulté. Censées apporter des éléments qui permettaient de penser de manière cohérente l’unité de cette nation et de son territoire, ces sciences se sont souvent appuyées sur un imaginaire national naissant (parfois mythologique) et ont « inventé » des traditions5 qui faisaient défaut. L’autochtonie et la continuité (version de cette dernière) sont des éléments importants de ce dispositif idéologique national.

  • 6 M. Détienne, Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné (2003), p. 20.

8Marcel Détienne analyse les caractéristiques de l’autochtonie athénienne6, lesquelles se retrouvent, selon lui, dans les historiographies nationales européennes. Les « autochtones » seraient des individus nés de la terre, terre qui leur a été transmise par les ancêtres. Les habitants de cette terre seraient restés toujours sur place, en opposition aux autres, des étrangers et des immigrés dont les descendants seraient des métèques. L’idée de pureté de ces territoires et de leurs habitants est présente dans toute autochtonie. De plus, il existerait un lien organique de l’homme à la terre, qui fait que les « autochtones » seraient nourris de cette terre, à laquelle ils retournent après la mort.

  • 7 I. Banac, cité in H. Guillorel, P. Michels, « Continuité territoriale, continuité nationale : l’exe (...)

9Comme le souligne l’historien Ivo Banac, si « l’histoire des Balkans est l’histoire des migrations – pas seulement des peuples, mais aussi des territoires7 », nous pouvons observer que ce n’est pas pour autant que l’idée d’autochtonie est moins présente dans les discours de ses habitants. Elle est même définitoire dans la construction symbolique de cet espace transylvain et de l’Europe centrale et orientale plus largement.

  • 8 Cette image péjorative du Grec est liée à l’image des princes phanariotes du royaume roumain réputé (...)

10Pour revenir à la caractéristique de territoire culturellement et ethniquement très hétérogène du pays roumain d’après 1918, elle donne une dimension singulière au processus de construction nationale. Ainsi, la construction du peuple-nation et de l’identité nationale roumaine va de pair avec l’invention de l’autre qui est constamment perçu comme étranger. Si dans l’ancien royaume roumain cet étranger est représenté par la figure du Grec8, en Transylvanie l’étranger était avant tout le Hongrois. L’image de cet étranger est celui d’un « accapareur », d’un « voleur ». Cette image de l’« autre » est donc associée à quelqu’un qui vient d’ailleurs, en opposition avec « nous », les autochtones, qui sommes d’ici. Comme le souligne Vintilă Mihailescu :

  • 9 Ibid.

« Dans ce découpage entre identité et altérité, le critère est spatial […]. L’histoire (le temps) ne fait que justifier ou témoigner pour l’espace : nous, nous sommes ici depuis longtemps (voire depuis toujours), eux, ils sont arrivés bien après.9 »

  • 10 Afin de combattre la thèse roumaine, l’historiographie hongroise a développé elle aussi une théorie (...)

11La Transylvanie illustre parfaitement cette construction en opposition entre « nous », les autochtones, et « eux », les étrangers. La théorie de la continuité qui met en avant l’idée de continuité de vie du peuple roumain sur ce territoire, depuis les origines jusqu’à nos jours, est devenue une obsession encore actuelle de l’historiographie roumaine. Elle est censée contrecarrer les prétentions hongroises d’antériorité en Transylvanie10. Les musées d’histoire de Transylvanie mettent en avant encore de nos jours cette idée, même si souvent les objets font défaut (ceux-ci sont habituellement remplacés par quelques photos).

  • 11 Pour voir d’autres utilisations de l’autochtonie dans différentes disciplines et plus largement dan (...)
  • 12 M. Détienne, op. cit. (supra, n. 6), p. 6.

12La place importante accordée à la thèse de la continuité et à l’idée d’autochtonie s’explique d’autant plus qu’il fallait justifier le rattachement de la Transylvanie à la Roumanie dans le contexte d’un manque de vie politique commune et d’une unité de ces territoires avant 1918. Si l’unité politique manquait, cela était expliqué par les vicissitudes de l’histoire (et par les étrangers qui auraient rendu impossible une unité naturelle). Cependant, la continuité de vie serait la seule preuve de l’unité de ce peuple depuis des temps anciens. À défaut d’un territoire homogène et unitaire, l’idée de continuité, et plus largement d’autochtonie, est censée le produire11. Nous pouvons rejoindre ici l’idée de Marcel Détienne12 qui voit dans l’autochtonie une façon de « faire du territoire ».

  • 13 Pour la distinction entre le territoire « patriotique » et le territoire politique étatique, voir l (...)

13Une autre forme intéressante d’autochtonie est dérivée de la conception singulière du territoire qui se met en place en Hongrie après 1920. Cette fois, il n’est pas question de « faire du territoire », comme dans le cas roumain, mais de récupérer symboliquement des territoires perdus et d’affirmer une unité des territoires de la patrie, laquelle se prolonge dans ces terres perdues. Le territoire patriotique s’étend au-delà du territoire politique étatique13. Ses frontières ne sont pas fixes, mais elles prennent contour en fonction de la présence des marques de la nation culturelle. Cependant, ce territoire patriotique ne dépasse pas l’aire de l’ancien territoire du royaume.

  • 14 A.-M. Losonczy, « Le refus de l’exil. Migrations, autochtonie et patriotisme entre la Hongrie et la (...)

14Face à une « autochtonie déracinée » par la perte physique des territoires, un nouveau discours sur l’autochtonie est mis en place. Ce dernier « cherche alors son ancrage dans l’emblématisation de la langue hongroise comme patrie immatérielle et dans le marquage de l’espace public du pays par des emblèmes provenant des territoires “amputés”, comme le “portail sicul” issu des demeures paysannes de Transylvanie ou les poteaux funéraires sculptés “kopjafa”, prétendus d’origine transylvaine14 ».

15Aujourd’hui encore, des pratiques diverses de tourisme vers la Transylvanie, inscrites, comme le montre Anne-Marie Losonczy, dans une logique de « pèlerinage patriotique », ainsi que de nombreux événements organisés sur place autour des traditions plus ou moins réinventées, refont ces liens des Magyars de Hongrie avec le territoire de la « patrie ».

16Cette conception du territoire est visible également dans les évènements organisés en Hongrie aussi bien avant qu’après 1989, lors des exhumations des reliques des héros nationaux hongrois exilés à l’étranger et de leur ré-enterrement dans les territoires de la patrie. Si les Hongrois « rapatrient » ces héros d’Autriche, de Russie, des États-Unis, etc., il est intéressant de constater que ces pratiques ne concernent pas les anciens territoires hongrois perdus en 1918, entre autres la Transylvanie, car ses territoires font partie intégrante de la patrie hongroise. Rien alors de plus éloquent pour illustrer l’idée d’autochtonie que ces retours de corps à la terre, au territoire patriotique, corps qui seraient redevables à une terre qui leur a donné naissance et qui les a nourris.

17Un troisième discours sur l’autochtonie émerge à la même période de l’entre-deux-guerres au sein des Hongrois de Transylvanie. Après 1920, la population hongroise de Transylvanie se retrouve non seulement en état de minorité nationale mais, de plus, « arrachée » à la mère-patrie, la Hongrie. Cette période apparaît comme très douloureuse dans la mémoire collective hongroise mais aussi comme un moment de redéfinition de la communauté hongroise de Transylvanie. Dans ce nouveau contexte social et politique, les Magyars de Transylvanie se réorganisent comme un groupe distinct, en affirmant leur singularité aussi bien par rapport aux Roumains (à l’assimilation desquels ils s’opposent), que par rapport à leurs confrères de Hongrie. Si la différenciation sociale et culturelle vis-à-vis des premiers s’exprime principalement dans la langue, la singularité face aux derniers s’appuie sur le territoire. La Transylvanie, considérée comme territoire d’existence historique du groupe, est perçue comme le seul élément stable dans un monde où les anciens repères sont en crise. Le discours d’autochtonie comme stratégie de résistance contre l’assimilation culturelle roumaine et de reconnaissance de la communauté hongroise comme « nation » constituante de l’État roumain est encore présent aujourd’hui.

  • 15 Ibid., p. 119-121.

18Nous pouvons remarquer un autre phénomène intéressant concernant les différents types d’attachement au territoire de la population hongroise de Transylvanie. Il est question d’une oscillation permanente entre un discours sur l’autochtonie locale, qui met en avant un ancrage sur le sol transylvain, et des formes plus déterritorialisées de l’autochtonie par les pratiques de va-et-vient (surtout sous la forme de migrations temporaires) au sein du territoire de la « patrie ». Comme l’observait A.-M. Losonczy15, la migration temporaire des Hongrois de Transylvanie vers la Hongrie (généralement pour le travail) apparaît comme un élément valorisant au sein de la communauté du village restée sur place et elle renforce en retour un discours sur l’autochtonie locale.

19Des formes d’autochtonie fortement « enracinées » à des formes plus déterritorialisées, ces différents discours montrent que l’autochtonie est une production sociale et symbolique incessante : elle s’enracine dans des territoires plus ou moins mobiles et par rapport auxquels les individus font vivre des liens de sociabilité patriotique ou légitiment des droits d’existence et de contrôle sur un espace disputé avec d’autres.

Le patrimoine à Cluj comme « richesse inaliénable » : le principe de la disjonction

20J’ai tracé jusqu’à présent le tableau des principaux types de discours sur l’autochtonie en lien avec le territoire de la Transylvanie. Ces discours marquant le début de la modernité nationale se retrouvent également dans certaines pratiques sociales actuelles. À partir d’une analyse de quelques pratiques d’aménagement du centre-ville de Cluj-Napoca et des pratiques associatives, je me propose de situer le discours sur l’autochtonie dans le cadre plus large d’une conception singulière du territoire de la Transylvanie, telle qu’elle s’exprime à travers ces pratiques.

  • 16 À Cluj-Napoca, 252 433 personnes (soit 79 % de la population) se sont déclarées « Roumains » au der (...)

21La ville de Cluj-Napoca est considérée comme la capitale historique de la Transylvanie et la capitale culturelle de la minorité hongroise de Roumanie. Avec ses 320 000 habitants, la ville est fortement marquée par la diversité culturelle et ethnique. Des Roumains, des Hongrois, des Roms, etc.16 ainsi qu’une importante population issue de l’immigration en provenance d’autres régions de Roumanie vivent ici. Depuis le xvie siècle, la ville est connue pour son caractère multiconfessionnel. Aujourd’hui, elle abrite des orthodoxes, des catholiques, des gréco-catholiques, des évangélistes, des néo-protestants, etc.

22La ville de Cluj est le reflet à une petite échelle des controverses liées au territoire de la Transylvanie, des controverses qu’animent surtout les Roumains et les Hongrois, qui se disputent depuis longtemps ce territoire.

23Si chacun de ces deux groupes revendique l’antériorité sur le territoire de la Transylvanie et négocie son patrimoine, le rôle de la communauté allemande dans l’histoire de la région est aujourd’hui plutôt oublié. Ville majoritairement allemande vers le xvie siècle, Cluj se développe beaucoup sous l’influence de cette communauté qui apporte en Transylvanie la Réforme et joue un rôle important dans l’essor culturel, économique et politique de la ville. Autrefois communauté importante, elle a perdu au fur et à mesure ses membres et on parle ainsi aujourd’hui d’une quasi-disparition de la communauté allemande en Transylvanie.

  • 17 Selon le recensement de 1956, la ville de Cluj comptait 48,2 % de Roumains et 50,3 % de Hongrois. L (...)

24La communauté hongroise a connu elle aussi une diminution importante dans le temps. Si aujourd’hui elle représente à Cluj environ 19 % de la population, selon le dernier recensement de 2002, il est important de rappeler que jusqu’aux années 1950, elle fut majoritaire17. Aujourd’hui, de nombreux Hongrois de Cluj ou émigrés et de retour dans leur ville natale sont nostalgiques des temps où la langue hongroise était parlée partout, dans les rues et les boutiques de la ville.

  • 18 Si je fais référence ici à des « groupes » ethniques, je ne les considère cependant pas dans un sen (...)
  • 19 M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire (1994).

25À Cluj, les tensions entre les populations roumaines et hongroises, et surtout entre les élites de chaque groupe18, se sont souvent exprimées sous la forme d’une compétition pour l’occupation symbolique de l’espace. La culture matérielle et l’usage de la langue dans l’espace public sont des objets premiers de compétition et de négociation dans ces espaces de cohabitation multiethniques. Pour les différentes populations qui vivent ici, cette culture matérielle qui porte souvent les traces de la langue joue un rôle important : elle est une preuve vivante, visible et sensible de leur présence sur un territoire et de leur ancrage dans un sol. À Cluj, des objets comme les statues, les bâtiments, les plaques commémoratives, les objets de musée ou le territoire peuvent acquérir dans ce sens une valeur de patrimoine. D’une part, ils remplissent ainsi la fonction de « supports de mémoire » pour reprendre l’expression de Maurice Halbwachs19 et permettent aux individus de se penser dans le temps, dans une historicité, ou de se penser ensemble, comme appartenant à une collectivité abstraite. D’autre part, ces objets sont investis symboliquement comme des témoins de la présence du groupe dans la durée sur un territoire, surtout dans les conditions où cette présence est contestée par d’autres groupes. Garder de tels objets et les rendre visibles dans l’espace public sont alors pour les groupes des enjeux importants permettant de témoigner d’une autochtonie et des droits de présence et de contrôle sur un territoire.

26Je vais m’arrêter ici à quelques exemples concernant l’usage de la langue dans les inscriptions publiques et l’aménagement du centre-ville de Cluj-Napoca.

27L’histoire mouvementée de la ville peut être lue à travers son patrimoine bâti et à travers les noms de rues. Les changements de ces derniers tout au long de l’histoire offrent une bonne illustration des différentes lectures qui ont été faites du territoire de la Transylvanie. Selon l’alternance au pouvoir des régimes politiques roumains ou hongrois, et selon les successions des différentes périodes du communisme et même après 1989, de nouvelles appellations de rues ont été imposées et, par cela, une certaine vision du territoire.

28Pendant la période médiévale, les noms des rues étaient dérivés des caractéristiques de chaque quartier et de ses habitants, de leur occupation, de certains métiers artisanaux ou corporations d’artisans. Un premier changement de noms de rues s’opère dans la deuxième partie du xixe siècle. C’était l’époque de l’éveil de la conscience nationale hongroise. Les changements survenus en centre-ville et dans l’aménagement de la place centrale sont alors le reflet d’une concentration de symboles politiques dans le centre-ville. Ce dernier devient un espace qui représente le pouvoir politique et affirme son discours : la Grande Hongrie millénaire, l’éveil du sentiment de l’unité nationale hongroise.

29Nous pouvons alors observer que les anciens noms plutôt neutres, sont remplacés pour la première fois par des noms de personnalités politiques rencontrant un écho important dans le courant national hongrois de l’époque.

  • 20 L’identité du roi, né d’une mère hongroise et d’un père roumain (eux-mêmes nés de couples mixtes), (...)

30Parfait exemple de nouvelle toponymie, la place centrale (aujourd’hui Unirii – la place de l’Union) se nommait avant la deuxième moitié du xixe siècle Nagypiac (en hongrois la place du Grand Marché), pour devenir ultérieurement la place Mathyas Kiraly (le roi Mathias). Cette figure historique occupe un lieu central dans l’imaginaire national hongrois et est considérée comme le plus important roi de l’histoire de la Hongrie. La statue située encore aujourd’hui sur la place centrale fut à certaines périodes un sujet de controverse entre Roumains et Hongrois20. De la même manière, une des plus importantes rues du centre-ville, aujourd’hui Eroilor (la rue des Héros) qui s’appelait Közép (la rue Moyenne) durant la période médiévale, fut renommée Deák Ferenc, en référence à un important homme politique hongrois de la fin du xixe siècle. La rue médiévale Szén (la rue du Foin), appelée de nos jours Napoca (rue Napoca), est devenue elle aussi la rue Jókai, en référence au grand écrivain romantique hongrois du xixe siècle.

31Le moment du rattachement de la Transylvanie à la Roumanie en 1920 est un moment de rupture et de changement radical dans l’aménagement du centre-ville. Cette période correspond à la construction de l’État national roumain moderne et à l’affirmation du sentiment national. Dans une ambiance générale de « roumanisation » de la ville de Cluj, les rues sont rebaptisées dans un nouvel esprit : cette fois le centre-ville doit célébrer une unité nationale roumaine, même si la ville est majoritairement hongroise. Mais tout d’abord il est question du changement du nom même de la ville, Kolozsvár est remplacé par Cluj. Ensuite, l’ancienne place centrale, la place du Roi Mathias (Mathyas Kiraly), devient la place de l’Union (Piata Unirii). Cette appellation fait référence à l’union avec la Transylvanie, un des plus importants évènements de l’histoire de la Roumanie, célébré aujourd’hui par les Roumains comme leur fête nationale. Cette date est à la fois un évènement central dans l’histoire de la Hongrie et un moment qui s’apparenta pendant longtemps à un deuil national.

32De nombreuses rues connaissent à cette époque un changement de nom : l’ancienne rue Fadrusz János (du nom du créateur de la statue du roi Mathias) devient la rue Eminescu (personnage considéré comme le poète national roumain) ; la rue Arpad (en référence au premier roi magyar qui avait conquis la Transylvanie en 896) devient la rue Decebal (un des premiers rois des ancêtres des Roumains dont le nom rappelle, dans l’imaginaire national, la genèse du peuple roumain). Les exemples similaires sont multiples.

33Nous remarquons ici un mécanisme de construction des toponymes qui repose sur un principe d’opposition et de rivalité : les noms roumains sont presque une réplique des noms de rues hongrois et relèvent d’une tentative d’imposer une autre conception de la ville et du territoire, en écartant l’autre. Le même principe s’appliquera en 1940 avec le retour du régime hongrois à Cluj et par la suite avec le régime roumain d’après 1945.

34Après 1945, les régimes communistes qui s’installent imposent de nouvelles appellations en référence à leur idéologie. Comme la conception de l’individu, de la société, et de la diversité culturelle varie d’une période du communisme à une autre, les noms de rues expriment aussi les nouvelles orientations du régime.

35Suite à tous ces changements, on compte aujourd’hui de nombreuses rues qui ont eu à travers l’histoire cinq ou six appellations, voire sept ou huit. Nous pouvons alors nous interroger sur ce qui reste aujourd’hui de ces appellations multiples et sur la manière dont les habitants de la ville s’arrangent avec cette diversité des toponymies et finalement avec cette mémoire composite de la ville.

36Aujourd’hui à Cluj, les habitants de la ville utilisent des noms de rues très divers. Pour une même rue, certains emploient les noms actuels, d’autres les appellations d’une période particulière du régime Ceausescu, tandis qu’une grande partie des élites hongroises font appel aux noms des rues d’avant 1918, l’« époque d’or » hongroise. Dans les pages des journaux locaux en langue hongroise, les diverses annonces font appel à une toponymie (surtout du centre-ville) d’avant 1918. De nombreuses personnes des associations hongroises (culturelles, scientifiques, de tourisme) que j’ai rencontrées utilisent également cette toponymie.

37La langue joue donc un rôle central dans l’occupation symbolique de l’espace. L’usage de la langue dans la dénomination des rues transforme ces dernières en espaces-enjeux et en marques de la présence du groupe sur le territoire. À Cluj, la toponymie est liée à la production des repères spatiaux différents et finalement des territoires symboliques souvent juxtaposés, voire exclusifs.

38La compétition pour l’autochtonie ne se manifeste pas seulement dans les efforts d’inscrire dans l’espace des noms et des signes culturels qui sont des marqueurs du territoire. À Cluj, cette compétition va parfois jusqu’à la destruction de la mémoire des autres groupes afin de diminuer leur importance dans l’histoire de la ville. Les actions menées principalement sur la place centrale de la ville par l’ancien maire, un ultra-nationaliste roumain, durant la période 1992-2004, en sont une bonne illustration. La place, haut-lieu de mémoire hongroise, fut à travers l’histoire un lieu partagé par les habitants de la ville, un lieu non ethnicisé. La mise en place de drapeaux roumains et de toilettes publiques à proximité de la statue du roi hongrois, la peinture des bancs et des poubelles aux couleurs nationales roumaines sont seulement quelques actions menées afin de détruire un lieu de mémoire hongrois et un endroit civique, espace de rencontre, de repos passager ou de rassemblement.

  • 21 La question de ces fouilles archéologiques n’est pas complètement résolue après l’élection du nouve (...)

39Une autre action du maire fut le lancement de fouilles archéologiques devenues célèbres pour les controverses qu’elles ont suscitées depuis le début de cette action en 1994 et jusqu’aujourd’hui. Le but déclaré de cette entreprise a été la découverte d’importants vestiges des ancêtres roumains, les Daces et les Romains. L’exposition de ces vestiges censés précéder l’arrivée des tribus hongroises en Transylvanie devait alors contrecarrer une mémoire hongroise du lieu et affirmer une fois de plus l’antériorité des Roumains sur ce territoire. Autrement dit, encore une façon de produire de l’« autochtonie21 ». Si l’enjeu de l’autochtonie est au centre de toutes les actions entreprises sur la place, il est illustré de manière exemplaire par ces fouilles archéologiques.

  • 22 Aux actions nationalistes du maire, soutenues à certaines périodes par la politique d’autres instit (...)
  • 23 Sur la question de la construction de l’ethnicité et des « groupes ethniques » dans la ville de Clu (...)

40Bien que ces actions aient provoqué des manifestations nationalistes extrémistes des deux côtés22, elles n’ont pas réussi à produire une polarisation ethnique des habitants de la ville sur cette question. Il n’a pas été alors question de la confrontation des deux groupes qui se sont opposés, d’un côté les Roumains et de l’autre côté les Hongrois23. Si les moments de tension n’ont pas manqué, la question fut souvent tournée en dérision. Les fouilles dénommées les « fouilles interethniques » par certains habitants de la ville suscitèrent même des blagues au sein de la communauté hongroise, comme par exemple :

« Pourquoi le maire fouille sur la place ? Eh bien, pour faire enlever les pierres hongroises des terres roumaines ancestrales. »

41Au-delà de son sens ludique, la blague ne cache pas un certain positionnement sur la question : les « pierres » (les vestiges) sont « hongroises », donc finalement les « autochtones » seraient « Hongrois ». Question éternelle du premier arrivé...

  • 24 A.-B. Weiner, « La richesse inaliénable », Revue du MAUSS 2 (1988), p. 126-160.
  • 25 Ibid., p. 155.

42À travers les exemples présentés ici, nous pouvons observer que l’usage de la langue dans la sphère publique et la culture matérielle deviennent une ressource de négociation de la position des groupes et de leur affirmation dans l’espace public. Cette compétition est d’autant plus forte que la Transylvanie est perçue comme un espace sacralisé, originaire, aussi bien par les Roumains que par les Hongrois. Ces derniers pensent les divers objets de culture matérielle et plus largement le territoire comme leur patrimoine, qui devient ainsi objet de dispute et de conflit. Dans ces pratiques de partage du même patrimoine, ce dernier acquiert plus de valeur, il devient une « richesse inaliénable », pour reprendre l’expression d’A. Weiner24 qui l’utilise en lien avec une conception de Marcel Mauss concernant les pratiques d’échange des Maori de Nouvelle-Zélande. Cette « richesse inaliénable » n’est pas un objet d’échange, car la perte de cet objet est équivalente à la perte d’un droit au passé dans le contexte d’une situation présente de légitimation face à d’autres groupes. « Garder un objet défini comme inaliénable ajoute de la valeur au passé de quelqu’un en en faisant une source de pouvoir pour le présent et pour le futur. […] La valeur créée par la conservation doit être perçue dans sa relation aux menaces constantes25. » Ces objets sont censés symboliser l’immortalité du groupe dans les moments où sa légitimité est mise en danger par d’autres groupes. Perdre ces objets « inaliénables » signifierait la mort symbolique du groupe.

43Le territoire en tant qu’objet patrimonial représente pour les groupes une « richesse inaliénable » qui ne peut pas être partagée en dehors du groupe. Autour de ce territoire, ainsi qu’autour d’un objet muséal ou autre patrimoine (statue, bâtiment, etc.), se racontent à Cluj des récits différents, parfois parallèles ou exclusifs. Cette construction patrimoniale, qui repose sur un principe d’équivalence entre une langue, une nation et un territoire, a des racines plus anciennes qui doivent être cherchées dans une conception de l’État-nation d’inspiration herderienne, particulièrement développée en Europe centrale et orientale. Dans le processus de construction d’une nation culturellement homogène et politiquement unitaire, les États-nations introduisent un principe de disjonction – « ou bien, ou bien » – pour penser la diversité culturelle et gérer cette question en rapport avec le politique. Ce principe disjonctif inaugure une nouvelle pensée de la question de la langue, de la nation et du territoire et de leurs relations. L’application de ce principe se traduit par une difficulté à concevoir des appartenances identitaires et territoriales multiples. Se définir comme Roumain implique l’idée que nous ne sommes pas Hongrois, et inversement. Avoir des attaches fortes pour la langue roumaine implique l’impossibilité d’avoir un attachement similaire pour la langue hongroise. Enfin, concevoir la Transylvanie comme un territoire « roumain » exclut l’idée qu’il pourrait être également « hongrois ». La question de l’autochtonie est un élément important de ce dispositif idéologique nationaliste.

44Cette conception des identités et des territoires est encore très présente de nos jours et elle se traduit à Cluj, comme nous l’avons observé, dans des phénomènes d’ethnicisation des groupes et du territoire. Cette conception s’exprime aussi dans un manque généralisé d’action commune entre les élites roumaines et hongroises et dans une difficulté de penser une Transylvanie comme territoire en commun, au-delà des séparations ethniques.

45Face au constat d’une ethnicisation du territoire par les pratiques des élites, je me suis demandée si cet espace fortement symbolique de la Transylvanie ne pouvait pas produire aussi du lien et de l’en commun au-delà des enfermements ethniques, et une sortie des formes exclusives du discours sur l’autochtonie.

Nouveaux territoires, nouvelles autochtonies

  • 26 Ce réseau institutionnel magyarophone est constitué d’associations culturelles, civiques, syndicale (...)
  • 27 La Transylvanie est une province historique de la Roumanie, mais elle ne forme pas un territoire ad (...)

46Jusqu’à très récemment, les acteurs de la scène publique qui portaient un discours sur la Transylvanie et en particulier sur la question de l’autochtonie étaient l’État et ses institutions, ainsi que le réseau des organismes hongrois (affilié à l’Union démocrate des Magyars de Transylvanie – à la fois organisme civique et parti politique)26. Comme je l’ai déjà souligné, ce discours mettait en avant un lien indivisible entre la langue, la nation (culturelle) et le territoire, ce qui conduisait souvent à des constructions symboliques juxtaposées et parfois exclusives du territoire. À la fin des années 1990, un nouveau discours sur la Transylvanie apparaît sur la scène publique, ainsi que de nouvelles initiatives qui relèvent d’une volonté de dépasser les clivages ethniques et de construire un espace de mise en commun et de complémentarité en Transylvanie. Dans ces initiatives est implicitement en jeu un projet de dépasser aussi le discours sur l’autochtonie centré sur la question des droits exclusifs du « premier venu » sur le territoire. Ces mobilisations dans la sphère civique sont menées par Provincia, un groupe de réflexion composé d’historiens, de journalistes, de politologues et d’écrivains, d’origine transylvaine, regroupésautour d’une publication mensuelle bilingue. Provincia oriente également ses débats vers un projet de construction d’un territoire administratif ou politique de la Transylvanie27 et, ultérieurement, vers la régionalisation plus générale de la Roumanie.

47Le discours de ce groupe s’inscrit dans une volonté performative d’une réalité sociale, en particulier d’une Transylvanie conçue comme territoire discret, homogène et distinct historiquement et culturellement de la Roumanie. Même si le caractère plutôt unitaire de ce territoire n’est pas directement affirmé, il ressort des arguments évoqués par la majorité des membres du groupe. Malgré les changements survenus dans l’histoire et malgré les processus d’homogénéisation culturelle et politique imposés par les différents régimes politiques, la Transylvanie aurait gardé un noyau dur qui la différencierait essentiellement de la Roumanie. Cette différenciation culturelle et politique implique donc l’idée d’homogénéité du territoire, qui se construit par une séparation nette de ce qui est en dehors de lui. Les différences s’opèrent ainsi selon un critère spatial, autrement dit elles sont fondées sur la conception d’un lien entre terre (territoire) et culture. Ce qui ne provient pas de cette terre, et ce qui n’est pas circonscrit à elle, ne ferait pas partie de la même culture.

  • 28 Les Saxons sont des populations germaniques établies en Transylvanie entre le xiie et le xiiie s.

48Cette dimension d’exclusion de l’autre, qui vient de dehors, est présente dans une autre idée du groupe. Il est question d’une construction idéalisée de la Transylvanie d’aujourd’hui selon le modèle de la principauté médiévale. Durant cette période, la région aurait été un exemple de tolérance religieuse en Europe. Conforme à ce modèle, la Transylvanie apparaît comme un espace mythique, un berceau illo tempore de la diversité culturelle, dans lequel cohabiteraient en paix Roumains, Hongrois et Saxons28. Si le modèle actuel de territoire sur lequel s’appuie Provincia est centré sur cette triple cohabitation, le tableau de la diversité culturelle évoque moins les Tsiganes – plus nombreux d’ailleurs de nos jours que les Saxons (cf. n. 16) –, ou les populations immigrées en provenance des autres provinces historiques de la Roumanie. Cette omission pourrait être rapprochée des stéréotypes qui existent de manière diffuse dans l’imaginaire d’une certaine partie des habitants de la région qui désignent ces deux populations comme étrangères, avec des coutumes essentiellement différentes et dont la présence aurait altéré les traditions en Transylvanie. Cette vision des choses comprend une certaine idée de pureté culturelle et d’autochtonie. Si dans les conceptions nationalistes les autochtones sont soit les Roumains, soit les Hongrois, dans ce nouveau discours qui se veut d’emblée une alternative à ces deux positions dominantes exclusives, une nouvelle catégorie d’autochtones se crée : les Transylvains. Par rapport à ces derniers, les autres habitants de la Roumanie vivant en dehors de la Transylvanie, ou arrivés ici plus tard, seraient étrangers à cet héritage historique de la Mitteleuropa.

  • 29 E. Said, L’orientalisme : l’Orient créé par l’Occident (1980).
  • 30 Plusieurs auteurs ont donné des interprétations de la construction de l’espace de l’Europe centrale (...)

49La singularité sociale et culturelle de cet espace est donc attribuée avant tout à son appartenance historique à la Mitteleuropa, espace mythique considéré comme plus proche de l’Occident et indirectement plus valorisé que l’espace balkanique auquel se rattacheraient le reste de la Roumanie et ses habitants. Il est question ici d’une stratégie de distanciation des Balkans selon le principe de l’« orientalisme » tel qu’il est critiqué par Edward Saïd29, phénomène rencontré non seulement en Roumanie, mais plus largement dans la compétition entre d’autres groupes ou pays d’Europe centrale et orientale30. Dans notre cas, cette stratégie est appelée à produire des différenciations régionales et à légitimer la production d’un territoire nouveau.

  • 31 Mis à part ses publications, l’association organise chaque année plusieurs événements : des univers (...)

50Il convient de noter que, mis à part la publication de la revue et les forums de débat organisés par Provincia, de telles idées se sont diffusées également à travers les actions d’une autre association, la Ligue ProEuropa. Certains de ses membres participaient activement et soutenaient les actions de Provincia. Par de nombreuses actions31, la Ligue ProEuropa est un acteur important dans la production et la diffusion d’un discours nouveau sur la Transylvanie.

51Provincia a eu le grand mérite d’ouvrir un nouveau débat public sur la question du territoire de la Transylvanie, un débat qui cherche à construire un espace du dialogue et du « vivre ensemble » au-delà des différenciations ethniques. Elle appuie et construit son discours sur des idées européennes, plus précisément sur les notions de « région » et « régionalisation ». Si, d’une part, les actions de Provincia et de la Ligue ProEuropa ont le mérite de transgresser le discours des anciens nationalismes en Transylvanie, d’autre part, certaines d’entre elles introduisent de nouvelles formes d’essentialisation des identités et des territoires. Cette fois, il n’est plus question des communautés du sang, mais des communautés du sol. La terre et le sol, le territoire ou la région, apparaissent comme la source d’une identité culturelle et historique de laquelle ne peuvent pas se revendiquer ceux qui viennent d’ailleurs. Faire des découpages territoriaux sur le principe de l’homogénéité identitaire et culturelle n’est qu’une action performative destinée à produire cette homogénéité, et par conséquent aussi de l’exclusion.

  • 32 Larry Woolf montre que cette distinction Est-Ouest divisant l’Europe en deux parties tantôt associé (...)

52Comme nous l’avons vu, cette conception comporte une idée d’autochtonie, mais les autochtones sont cette fois les membres d’une communauté régionale, les Transylvains. Cette autochtonie n’est plus contestée par d’autres groupes, comme dans le cas classique des nationalismes, mais elle est appelée à « faire » un nouveau territoire (symbolique ou administratif), dont la création est refusée et qualifiée d’initiative sécessionniste par le pouvoir et par la majorité de l’opinion générale. Il est important de noter que dans cette nouvelle forme d’autochtonie le critère linguistique et les mécanismes de l’ethnicité n’ont plus un rôle déterminant comme dans les constructions des deux nationalismes roumain et hongrois : ces nouveaux autochtones parlent soit le roumain soit le hongrois, ou sont bilingues. L’élément de distinction de ces Transylvains de souche par rapport à ceux venus d’ailleurs serait la continuité de leur présence sur un territoire appartenant historiquement à un espace considéré comme culturellement et économiquement supérieur : la Mitteleuropa. Cette distinction selon l’axe Est-Ouest, inventée bien avant l’époque de l’émergence des États-nations et associée à une différence de degré de « civilisation » au sein de l’Europe32, prend le dessus sur les mécanismes de l’ethnicité dans la construction des nouvelles formes d’autochtonie.

  • 33 Voir pour cela la Résolution 1334/2003 du Conseil de l’Europe.

53Il est alors intéressant de remarquer que, si l’Europe préconise la régionalisation dans les espaces multiethniques et multiconfessionnels d’Europe centrale et orientale comme une solution pour résoudre les crises dans les Balkans33, l’usage de cette idée dans ces pays mêmes peut engendrer de nouvelles formes de crispation identitaire, une certaine essentialisation des identités et des territoires, de nouvelles formes d’autochtonie et d’exclusion. Si les réglementations européennes ne donnent pas une définition précise des régions, l’idée de construction des régions s’appuyant sur des territoires homogènes culturellement est parfois formulée indirectement comme solution pour les tensions dans les Balkans.

54Dans ce contexte, une observation mérite attention ici. Il est question d’un certain décalage entre de telles pratiques des élites qui, dans une optique nationaliste ou régionaliste, conçoivent les territoires comme des entités figées et homogènes, et des pratiques de vie quotidiennes qui s’inscrivent davantage dans des territoires fluides et transgressent incessamment tout type de frontières. Les stratégies de mobilité des Hongrois de Transylvanie, qui, pour une partie d’entre eux, se déplacent continuellement entre leur région et la Hongrie et pratiquent des formes de double appartenance, témoignent de ce phénomène. Mais l’exemple n’est pas singulier. Si une certaine juxtaposition spatiale des espaces symboliques et de sociabilité selon le critère ethnique est présente à Cluj, les interactions de la vie quotidienne produisent aussi des espaces de rencontre interculturels. Ces derniers dépassent en partie les ancrages dans des territoires physiquement ou symboliquement figés ou exclusifs et produisent de la mise en commun.

Notes

1 Ce chiffre provient du recensement de 1930.

2 Principauté indépendante entre 1541 et 1699, la Transylvanie fait ensuite partie du royaume hongrois. Après 1918 elle est intégrée à la Roumanie, mais pendant la seconde guerre mondiale une grande partie de cette région sera de nouveau rattachée à la Hongrie.

3 L’information provient de A. Ivan, Stat, majoritate si minoritate nationala in Romania 1918-1930. Cazul minoritatilor maghiara si germana, thèse de doctorat, université de Babes-Bolyai (2003).

4 Si la région était majoritairement roumaine dans son ensemble, il existait et il existe encore des sous-régions qui enregistrent une population majoritairement hongroise à plus de 70 %. Il est question des judete (départements) Harghita et Covasna. D’autre part, selon les données du recensement de 2002, en Transylvanie vivent aujourd’hui 1 415 718 Hongrois, ce qui représente 19,6 % de la population.

5 E. Hobsbawm, T. Ranger (éds), The Invention of Tradition (1984).

6 M. Détienne, Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné (2003), p. 20.

7 I. Banac, cité in H. Guillorel, P. Michels, « Continuité territoriale, continuité nationale : l’exemple Yougoslave », Balkanologie 1 (1997).

8 Cette image péjorative du Grec est liée à l’image des princes phanariotes du royaume roumain réputés comme des accapareurs grecs, même si parmi ces princes certains étaient des Albanais ou même des Roumains (cf. V. Mihailescu, « Nous, les autres ; histoire d’une identité non moderne », in V. Mihailescu, Civilisations. En quête d’identité XLII, 2 [1993] p. 114).

9 Ibid.

10 Afin de combattre la thèse roumaine, l’historiographie hongroise a développé elle aussi une théorie tout aussi discutable. Ainsi, la théorie de la migration mentionne l’arrivée très tardive des Roumains en Transylvanie, justement après l’établissement des tribus hongroises. En fonction de la théorie que l’on adopte, le premier venu sur le territoire ne serait pas le même.

11 Pour voir d’autres utilisations de l’autochtonie dans différentes disciplines et plus largement dans la culture roumaine de l’entre-deux-guerres, voir V. Mihailescu, Romanian Nation-Bulding « Diffuse Ethnology ». Prolegomena to a Critical Approach (2003).

12 M. Détienne, op. cit. (supra, n. 6), p. 6.

13 Pour la distinction entre le territoire « patriotique » et le territoire politique étatique, voir les travaux de A.-M. Losonczy, A. Zempleni, « Anthropologie de la “patrie” : le patriotisme hongrois », Terrain 17 (1991), p. 29-38 et A. Zempleni, « Les manques de la nation. Sur quelques propriétés de la “patrie” et de la “nation” en Hongrie contemporaine », in D. Fabre (éd.), L’Europe entre cultures et nations (1996), p. 121-155.

14 A.-M. Losonczy, « Le refus de l’exil. Migrations, autochtonie et patriotisme entre la Hongrie et la Transylvanie », in C. Giordano, J. Rolshoven (éds), Ethnologie européenne. Ethnologie de l’Europe (1999), p. 111-112.

15 Ibid., p. 119-121.

16 À Cluj-Napoca, 252 433 personnes (soit 79 % de la population) se sont déclarées « Roumains » au dernier recensement. Les « Hongrois » étaient au nombre de 60 287 (19 %), les « Roms » au nombre de 3 029 (1 %), les « Allemands » et les « juifs » au nombre de 734 et 217 respectivement.

17 Selon le recensement de 1956, la ville de Cluj comptait 48,2 % de Roumains et 50,3 % de Hongrois. Le recensement de 1966 enregistre quant à lui 56,6 % de Roumains et 42,2 % de Hongrois (cf. A. Varga [éd.], Erdély etnikai és felekeseti statisztikája. IV. Fehér, Beszterce-Naszód és Kolozs megye [2001]).

18 Si je fais référence ici à des « groupes » ethniques, je ne les considère cependant pas dans un sens essentialiste, comme des entités discrètes et figées qui existent telles quelles dans une durée linéaire. Ces « groupes » ethniques se construisent en tant que tels dans la pratique et dans la négociation, et ils se font et se défont incessamment ; ainsi l’ethnicisation de la société se manifeste à certains moments et dans certains espaces. La pratique du partage du territoire peut être un lieu de production d’une ethnicisation des élites.

19 M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire (1994).

20 L’identité du roi, né d’une mère hongroise et d’un père roumain (eux-mêmes nés de couples mixtes), fut sujette à des interprétations et des appropriations différentes de la part des Roumains et des Hongrois. Ainsi, le roi est souvent considéré comme « Roumain » par les Roumains et « Hongrois » par les Hongrois.

21 La question de ces fouilles archéologiques n’est pas complètement résolue après l’élection du nouveau maire en novembre 2004. Ce dernier a d’ailleurs utilisé cette question dans sa campagne électorale, proposant la fermeture des fouilles. Cependant, la fouille est encore en place et sa fermeture suscite toujours des controverses au sein des élites et de la population de la ville.

22 Aux actions nationalistes du maire, soutenues à certaines périodes par la politique d’autres institutions de culture locales ou nationales, ont répondu d’autres actions extrémistes du côté hongrois. Si certains crachaient même dans les poubelles « tricolores », les discours irrédentistes ne manquaient pas. Des autocollants avec la Grande Hongrie historique qui intégrait la Transylvanie pouvaient être vus à un moment donné sur ces poubelles.

23 Sur la question de la construction de l’ethnicité et des « groupes ethniques » dans la ville de Cluj, voir R. Brubaker, « Ethnicity without Groups », Archives européennes de sociologie XLIII, 2 (2002), p. 163- 189.

24 A.-B. Weiner, « La richesse inaliénable », Revue du MAUSS 2 (1988), p. 126-160.

25 Ibid., p. 155.

26 Ce réseau institutionnel magyarophone est constitué d’associations culturelles, civiques, syndicales. Ces associations sont plus ou moins circonscrites aux objectifs et aux programmes de l’UDMR et dépendent des financements destinés à la communauté hongroise, gérés en grande partie par l’UDMR.

27 La Transylvanie est une province historique de la Roumanie, mais elle ne forme pas un territoire administratif.

28 Les Saxons sont des populations germaniques établies en Transylvanie entre le xiie et le xiiie s.

29 E. Said, L’orientalisme : l’Orient créé par l’Occident (1980).

30 Plusieurs auteurs ont donné des interprétations de la construction de l’espace de l’Europe centrale et orientale selon le principe de l’« orientalisme » : M. Bakic-Hayden, R. Hayden, « Orientalist Variations on the Theme “Balkans” : Symbolic Geographies in Yougoslav Cultural Politics », Slavic Review 51 (1992), p. 1-15 ; S. Antohi, Exercitiul distantei. Discursuri, societati, metode (1997) ; M. Turda, « Transylvania Revisited : Public Discourse and Historical Representation in Contemporary Romania », in B. Trencsenyi et al. (éds), Nation-Buiding and Contested Identities. Romanian and Hungarian Case Studies (2001), p. 231-242.

31 Mis à part ses publications, l’association organise chaque année plusieurs événements : des universités d’été pour les étudiants et pour les jeunes leaders d’opinion, proposant des journées d’étude, des actions culturelles, des loisirs, etc. ; diverses actions culturelles et sportives organisées dans la ville de Targu Mures dans le cadre de la « Semaine de la tolérance », etc.

32 Larry Woolf montre que cette distinction Est-Ouest divisant l’Europe en deux parties tantôt associée à la « civilisation », tantôt à la « barbarie », fut l’invention des voyageurs occidentaux du xviiie s. (cf. L. Woolf, Inventing Eastern Europe : The Map of Civilisation of the Mind of the Enlightenment [1994]).

33 Voir pour cela la Résolution 1334/2003 du Conseil de l’Europe.

Notes de fin

* Cet article est issu d’une recherche menée dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie et anthropologie à l’université Lumière-Lyon 2, soutenue en décembre 2005. Certains exemples que je reprends ici ont déjà fait l’objet d’analyses différentes que j’ai présentées dans plusieurs publications : « De l’usage de la Transylvanie : l’exemple de Cluj-Napoca », La Lettre de l’ARA 50 (2003) ; B. Botea, D. Belkis, « La relation communauté/espace public dans le contexte post-totalitaire. Le cas de la Transylvanie », Parcours anthropologiques 4 (2004).

Auteur

Est maître de conférences à la faculté d’Anthropologie et de Sociologie, université Lumière-Lyon 2. Ses recherches portent sur le domaine européen et s’inscrivent dans une anthropologie du territoire et du politique, en lien avec la question de la production des mémoires et des patrimoines, de l’espace public et des dynamiques identitaires. Ses terrains de recherche se situent principalement en Europe centrale et orientale, et en particulier en Transylvanie.

© École française d’Athènes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search