Version classiqueVersion mobile

Nommer et classer dans les Balkans

 | 
Gilles de Rapper
, 
Pierre Sintès

Quatrième partie. L’autochtonie dans les Balkans, expressions et usages de l’Antiquité à nos jours

Théories sur les origines des sujets de l’Empire Byzantin

Pâris Gounaridis

Résumé

Les autorités de l’Empire byzantin pendant ses onze siècles de vie ont prétendu qu’elles étaient les héritières de l’Empire romain. Par ailleurs, les sujets de cet empire sont désignés comme Romains, abandonnant leurs noms ethniques. L’auteur expose certaines des théories explicatives adoptées par les Byzantins eux-mêmes pour expliquer cette dénomination, inadéquate surtout à une époque où les seuls sujets de l’Empire étaient des hellénophones.

Texte intégral

  • 1 Pour un exposé des conceptions politiques des Byzantins et l’évolution idéologique voir H. Ahrweile (...)
  • 2 Le fait que l’empereur Basil II revendique durant le premier quart du xie siècle pour l’État l’ense (...)
  • 3 Sur les conceptions eschatologiques des Byzantins voir P. J. Alexander, The Byzantine Apocalyptic T (...)

1Pour commencer, il est nécessaire de faire deux remarques concernant l’Empire byzantin. Au cours des onze siècles de sa vie, il est passé d’un État dominant toute la Méditerranée à une seule ville, Constantinople. Par ailleurs, il faut noter que la notion de l’Empire byzantin est une construction a posteriori. En effet, c’est au xvie siècle que les érudits européens, pour des raisons qui dépassent notre sujet, ont nommé byzantin l’État qui avait comme capitale Constantinople. Ceux que l’on appelle aujourd’hui les Byzantins considéraient leur État comme n’étant rien d’autre que l’Empire romain et Constantinople la nouvelle Rome1. Pour eux il y avait un synchronisme entre la fondation de cet empire2 et l’enseignement de Jésus-Christ. Ainsi, l’existence de l’Empire était combinée au christianisme d’une façon inextricable et eschatologique : le pouvoir romain chrétien était éternel, dans le sens que sa fin signifierait la deuxième apparition de Jésus-Christ sur terre, auquel l’empereur romain livrerait son pouvoir3.

  • 4 Épîtres de Paul. Gal. 3.27-28, cf. aussi Cor. A, 12,13 : Nouveau testament, Alliance biblique franç (...)

2La christianisation de l’Empire signifiait que les chrétiens avaient consenti à l’existence d’un royaume sur terre et, sur le modèle du roi biblique David, ils considéraient le détenteur du pouvoir politique comme l’élu de Dieu. La parole de l’apôtre Paul que « il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni homme libre » est devenue l’adage idéologique de l’État romain christianisé4. Ainsi, théoriquement, et vu aussi le fait que, par l’édit de 212 de l’empereur Caracalla (constitutio Antonina), tout homme libre était citoyen romain, le corps des chrétiens se présentait comme celui des sujets de l’Empire sans différences ethniques ni distinctions de classes.

  • 5 Sozomenus, Kirchengeschichte, éd. G. Ch. Hansen (1960), p. 296, cf. p. 131. L’historien Sozomène pa (...)
  • 6 Le chronographe Jean Malalas rapporte que l’empereur Justinien a interdit aux Hellènes, c’est-à-dir (...)

3Une des conséquences de la christianisation de l’Empire était que, sous l’influence biblique, deux termes du vocabulaire grec ont changé de signification. En effet, en calque de l’hébreu gohim, le terme ethnos (έθνος), qui désignait la communauté ethnique dans la littérature grecque chrétienne, a pris le sens de païen et désignait les gentils. Le terme ethnikos (εθνιϰός) dorénavant qualifiait d’une façon négative tous les peuples face au nouveau peuple élu, les chrétiens. Le second terme qui a changé de sens était le nom ethnique des Hellènes, qui, lui aussi, influencé par la tradition juive, signifiait dorénavant les adorateurs des idoles. Ainsi, dans la tradition chrétienne byzantine, toute personne qui n’avait pas été baptisée était un Hellène5. Cette transformation de signification s’est officialisée et la législation prévoyait des droits limités pour les Hellènes, communauté religieuse, ainsi que pour les juifs6.

  • 7 F. Dölger, « Die Familie der Könige im Mittelalter », Historisches Jahrbuch 60 (1940), p. 397-420 ; (...)
  • 8 J. Ferluga, « Die Adressenliste für auswärtige Herrscher aus dem Zeremonienbuch Konstantin Porhyrog (...)

4 L’effort de Justinien Ier (527-565) de reconquérir les pays de la Méditerranée occidentale a constitué la dernière tentative pour restaurer l’Empire romain. Par la suite, l’État byzantin, pour confirmer sa qualité romaine, va établir un artefact idéologique. Ce système présentait le chef de l’État byzantin comme le détenteur exclusif du titre de l’empereur romain, placé à la tête d’une famille de détenteurs du pouvoir, qui constituaient une hiérarchie composée des frères et des fils de l’empereur, mais aussi des amis, pour les non chrétiens7. Le pouvoir byzantin attribuait des dignités, ainsi que les rémunérations correspondantes, aux détenteurs du pouvoir étrangers et, d’une certaine manière, il les traitait comme sujets de l’empereur8.

  • 9 Voir A. Christophilopoulou, To πολίτευμα ϰαι οι θεσμοί της βυζαντινής αυτοϰϱατοϱίας, 324-1204 (2004 (...)

5Pourtant, cette construction idéologique, qui, en même temps, rendait l’empereur protecteur du pape de Rome, se transformait parfois en une intervention effective dans les affaires des Occidentaux. En effet, les Occidentaux, tant ecclésiastiques que laïques, acceptaient mal les prétentions de l’Empire byzantin et ses immixtions. Ainsi, l’initiative du pape Léon III, qui avait couronné empereur romain Charlemagne à Rome le jour de Noël de l’an 800, a marqué l’éloignement des deux parties du monde chrétien. En effet, la papauté motivée par l’iconoclasme qui lui avait coûté la perte de la province d’Illyricum et par la politique de l’Empire byzantin en Italie a inauguré une nouvelle ère dans les rapports avec les États chrétiens d’Occident, niant directement la reconnaissance de l’empereur byzantin comme détenteur du pouvoir romain9.

  • 10 Ibid.

6L’initiative du pape Jean XII de couronner, en 962, comme empereur romain le roi germanique Othon Ier peut être interprétée comme un autre pas dans ce sens. Basée sur l’interprétation d’un faux document, la donation de Constantin (constitutum Constantini), le pontife de Rome s’est attribué le pouvoir impérial romain. Selon cette interprétation, le pape pouvait disposer l’imperium au détenteur du pouvoir qui lui convenait. Cette théorie était la négation pratique de la romanité de l’empereur de Constantinople. Déjà, aux dernières décennies du ixe siècle, les Occidentaux parlaient de l’imperator Constantinopolitanus ou de l’imperator Grecorum, tandis que l’État byzantin était qualifié comme regnum Grecorum10.

  • 11 Voir P. Gounaridis, « H εξέλιξη της ελληνιϰής ταυτότητας στη βυζαντινή αυτοϰϱατοϱία », Études balka (...)
  • 12 Theodori Studitae Epistulae, éd. G. Fatouros, Corpus Fontium Historiae Byzantinae XXXI/1-2 (1991), (...)
  • 13 Ibid., n. 145, p. 261. La Graikia désigne, sans aucun doute, l’empire hellénophone, cf. P. Speck, « (...)
  • 14 J. P. Migne, Patrologiae cursus completus, Series Greaco-latina (1857-1866) (dorénavant P.G.), t. 9 (...)
  • 15 Voir par exemple le titre utilisé par Constantin VII Porphyrogenète, en s’adressant à son fils dans (...)
  • 16 A. Christophilopoulou, op. cit. (supra, n. 9), p. 196, cf. aussi M. Mantoubalou, « Romaios - Romios (...)
  • 17 E. Arrigoni, « Il Delinearsi di una conscienza nazionale Romèica nell’impero d’Oriente e nell’ambit (...)

7 Il est vrai que l’appellation graikos (γϱαιϰός), « grec », a été utilisée à l’époque pour désigner, même par les Byzantins, les habitants hellénophones de l’Empire11. Ainsi le rénovateur du monachisme byzantin Théodore Stoudite (̴759-826), pour localiser l’espace dominé par l’Empire et ses habitants, fera état des Graikoi (Γϱαιϰοί)12 et désignera le pays comme la tapeine Graikia (ταπεινή Γϱαιϰία), c’est-à-dire l’« humble Grèce13 ». Par ailleurs, le même Théodore Stoudite utilise le terme « romain » pour le pape, mais aussi pour qualifier les détenteurs du pouvoir byzantin, qui « ont reçu cette dénomination de la première ville sous le ciel14 ». Ainsi, on peut facilement arriver à la conclusion que, pour ce Byzantin, les sujets de l’Empire ne sont pas Romains et que seuls les empereurs peuvent être qualifiés de la sorte. Pour autant, les sources byzantines du xe siècle parlent non seulement des fidèles empereurs des Romains15, mais aussi du genos (γένος), de la nation, des Romains ainsi que de la Romanie16, c’est-à-dire le pays des Romains. Byzance était entièrement romaine17.

  • 18 Pour la politique de Manuel Ier, P. Magdalino, The Empire of Manuel Komnenos, 1143-1180 (1993).
  • 19 K. E. Zachariae von Lingenthal, Jus Graecoromanum I-V (1856-1869), Bibliotheca Scriptorum Graecorum (...)

8Cette conception du pouvoir byzantin n’a pas été modifiée malgré les changements historiques. Au xiie siècle, pendant la deuxième croisade, l’empereur Manuel Ier Comnène rappelle à l’empereur germanique que les Romains, dont il prétend être à la tête, avaient dominé toute la terre et tous les peuples, parmi lesquels les Allemands18. D’ailleurs, dans sa signature, Manuel Ier restitue la mode utilisée par les premiers empereurs romains, en étalant les noms des peuples dont il a été vainqueur et les régions qu’il avait occupées, tout en soulignant sa filiation au pouvoir institué par Constantin Ier19.

  • 20 Nicetae Choniatae Historia, J. van Dieten (éd.), Corpus Fontium Historiae Byzantinae XI.1-2 (1975), (...)

9Le « passage des Francs » comme l’archevêque d’Achride Théophylacte nomme les croisades, a eu des conséquences importantes sur le développement des conceptions des Byzantins. Le terme Latinos (Λατίνος), ou son équivalent Italos (Iταλός), désignait l’homme d’origine occidentale mais en même temps signifiait l’adversaire religieux, un homme dont les conceptions étaient totalement différentes. Comme dit l’historien de la période de la quatrième croisade Nikètas Choniatès, depuis l’époque de la troisième croisade, entre les Byzantins et les Occidentaux, il y avait un « abîme » immense. L’historien ajoute que leurs conceptions respectives étaient tout à fait divergentes20.

  • 21 Ibid., p. 301.
  • 22 Georgii Acropolitae Opera, A. Heisenberg (éd.), avec corrections et ajouts de P. Wirth (1978), t. I (...)
  • 23 Pour la dénomination et ses variables, et surtout celle de Griffons : Chr. Maltezou, « Έλληνες ϰαι (...)

10Ainsi, l’Occidental devient un adversaire politique des Romains et un ennemi des Hellènes. En effet, en définissant les sentiment nourris envers les Byzantins, Nikètas Choniatès dit que les Occidentaux sont malveillants envers les Romains (μισοϱωμαίους) et qu’ils ont accumulé la haine envers les Hellènes (ϰαθ’Έλληνος… απέχθειαν)21. Ainsi, les Hellènes ont droit d’être cités, puisque les Romains peuvent aussi bien être ceux qui viennent de l’ancienne Rome22. Les Occidentaux, par leur présence massive, tant comme commerçants originaires des villes italiennes, que comme croisés, obligent à une interrogation sur l’identité ethnique de la population. Pour le pouvoir byzantin, le genos Romaion (γένος Pωμαίων), la « nation romaine », n’est plus une catégorie idéologique fonctionnelle. L’identité romaine, utilisée pendant des siècles pour exhiber le pouvoir politique, était devenue une dénomination difficilement explicable. Après 1204, c’est-à-dire après l’occupation de Constantinople par l’armée de la quatrième croisade, les Occidentaux imposaient une autre dénomination, celle des Graikoi23.

  • 24 Par exemple la lettre du patriarche Germain II au pape Grégoire IX : K. Sathas, Mεσαιωνιϰή Bιβλιοθή (...)
  • 25 A. Heisenberg, « Neue Quellen zur Geschichte des lateinischen Kaisertums und der Kirchenunion, II. (...)

11Cette désignation était mal acceptée par les membres de la hiérarchie ecclésiastique byzantine. Les prélats voulaient donner au terme « grec » une interprétation qui pouvait couvrir l’œcuménisme de leur église24 et, dans leur opposition à l’église romaine, leur supériorité culturelle et leur orthodoxie. Ainsi, Nicolas Messaritès, alors membre du clergé patriarcal de Constantinople, dans un débat avec le patriarche latin Thomas Morosini, en jouant sur les mots, déclara : « Ceux que vous (les Occidentaux), vous appelez Grecs (Graikoi - Γϱαιϰοί), ou pour mieux dire, ceux qui sont hommes de connaissance (grammatikoi - γϱαμματιϰοί), car la vraie connaissance est détenue par les hellénophones...25 ».

  • 26 V. Laurent, J. Darrouzès, Dossier grec de l’union de Lyon (1273-1277), Archives de l’Orient chrétie (...)

12D’ailleurs, dans ses contacts avec l’église de Rome, l’église byzantine refusait de diviser les chrétiens selon des groupes ethniques et rejetait de telles dénominations au nom de la vérité du dogme. Ainsi en 1274, à l’occasion d’une réponse faite au pape et bien qu’il eût accepté leur appartenance ethnique grecque, les ecclésiastiques byzantins soulignèrent que les dénominations n’avaient aucune importance pour le fait chrétien, en se référant à l’exemple de l’apôtre Paul qui était juif en même temps que citoyen romain. Ces prélats ont ajouté qu’ils portaient, eux aussi, la qualification de Romains, comme les Italiens, c’est-à-dire les Occidentaux, et qu’ils se chargeaient des offices, dont la désignation vient de la langue latine26.

  • 27 I. Sakellion, « Aνέϰδοτη επιστολή του αυτοϰϱάτοϱος Iωάννου Δούϰα Bατάτση », Aθήναιον 1 (1872), p. 3 (...)

13De manière opposée, les autorités politiques byzantines reconnaissaient l’origine ethnique hellénique de leurs sujets. En 1237, le pape Grégoire IX, en s’adressant au « nobili viro Vatacio » (au noble homme Vatatzès) écrivit à l’empereur Jean III, qui était à la tête de l’État byzantin de Nicée et se présentait comme le continuateur de l’Empire en Asie Mineure après la prise de Constantinople par les croisés en 1204. Jean III, en répondant au pape qui faisait état de « la sagesse qui règne parmi les Grecs », souligne ainsi que la « nation hellénique » (το γένος των Eλλήνων) ne possède pas seulement le don de la sagesse mais aussi le gouvernement de l’Empire romain. En effet, l’empereur byzantin, qui traduit le terme Grecus par Hellen (Έλλην), dit que le pape doit, pour exiger le respect de ses privilèges, respecter les rapports entre le détenteur du pouvoir romain et l’évêque de Rome tels qu’ils ont été « institués » par le fondateur du pouvoir romain chrétien, Constantin Ier. C’est Constantin, selon l’interprétation byzantine de la donation de cet empereur, qui a légué la fonction du détenteur du pouvoir romain à la « nation hellénique », pouvoir qui, à travers les générations, est parvenu jusqu’à Jean III. Cette interprétation implique que le pape doit s’adresser au détenteur du pouvoir byzantin comme dans le passé, c’est-à-dire à l’empereur des Romains, pour que ce dernier le respecte et le vénère en tant que fils spirituel. Autrement, d’après le détenteur du pouvoir byzantin, le pape n’est qu’un simple évêque parmi les autres. Selon lui, l’occupation de Constantinople par les Occidentaux n’a pas créé de droits sur l’Empire romain : « nous-mêmes, écrit-il, ayant été obligés par la violence de nous déplacer, nous avons gardé, grâce à l’aide de Dieu, sans bouger et sans faillir les justes droits sur le pouvoir et sur l’empire27 ».

  • 28 Op. cit. (supra, n. 22), t. II, p. 30.

14Il est évident que la conscience d’appartenance ethnique hellénique relevée par la présence latine n’a pas donné lieu à des aspirations politiques. Dans le meilleur des cas, c’est l’acceptation de l’appartenance à un groupe ethnique qui, bien que prestigieux par son passé, se perd dans l’héritage politique romain. Ainsi, le grand logothète Georges Akropolitès, historien de l’État de Nicée, développe dans une réponse imaginaire aux Occidentaux une théorie de l’unité du monde romain chrétien qui inclut Byzantins et Occidentaux au-delà des origines ethniques. Parlant de l’unité du monde romain d’autrefois, il essaie d’expliquer l’usage du terme Romain comme une dénomination commune des deux peuples des Grecs et des Italiens. Selon lui, la plus grande concorde régnait entre les deux peuples. Les Grecs avaient offert aux Italiens la logique, c’est-à-dire la philosophie et les disciplines scientifiques. Devenant chrétiens, pour ne pas être désignés par leurs noms païens, ils ont adopté le nom des Romains. Rome et Constantinople – Nouvelle Rome – ont donné le nom commun aux deux peuples. « Comme ils avaient la même religion, écrit Akropolitès, ils avaient aussi le même nom. Comme ils ont pris par Jésus le très saint nom des chrétiens, de la même façon, pour se désigner comme peuple, ils ont utilisé la même appellation, celle des Romains. » Georges Akropolitès souligne que les Romains, anciens ou nouveaux, partageaient les mêmes institutions politiques et la même culture. La qualité politique qui est, en premier lieu, le fait d’être « Romain » devient, par expansion, une qualité ethnique qui se trouve à la frontière du politique et du religieux28.

  • 29 N. Festa, Theodori Ducae Lascaris Epistulae CCXVII (1898), p. 266.

15L’empereur Théodore II Laskaris, dont les conceptions présentent certaines particularités en ce qui concerne son origine hellénique, n’échappe pas à l’héritage politique romain. En 1257, avant sa montée sur le trône, Théodore parle dans une lettre avec enthousiasme du recours du sultan turc seljucide auprès des autorités de l’État de Nicée, car il l’assimile à une subordination à la nation grecque (υποχείϱιον της ελληνιϰής φυλής). « Cette œuvre de la divinité », comme le dauphin du trône appelle la demande d’aide du sultan, ne se réfère pourtant pas à cette nation hellénique (ελληνιϰή φυλή), mais à la Romaïs (Pωμαΐς), c’est-à-dire à la patrie des Romains, présage de la très haute place que l’Empire romain occupera29.

  • 30 P.G. t. 142, col. 392, col. 1600a : επισημότατον Eλλήνων ϰαι Pωμαίων.
  • 31 P.G. t. 156, col. 24 et suiv. La théorie 40. Όπως επί ταύτης ϰαθήμενοι έχωσι ευφυώς ϰυβεϱνάν πάσαν (...)
  • 32 Cf. D. Zakythinos, La Grèce et les Balkans (1947), p. 48 sqq.
  • 33 G. Sphrantzes, Memorii 1401-1477, V. Grecu (éd.), Scriptores Byzantini 5 (1966), p. 418.

16Par la suite, la légitimation de l’identité politique romaine de l’État byzantin est basée sur des artefacts verbaux, auxquels sont aussi impliqués les Hellènes. Au xiiie siècle, Georges de Chypre, rhéteur de la cour impériale, devenu patriarche sous le nom de Grégoire, pour faire l’éloge de l’empereur Andronic II Paléologue, dira de la famille impériale qu’elle est la plus noble « parmi les Hellènes et les Romains30 ». Un autre rhéteur du xve siècle, Manuel Chrysoloras, présentera Constantinople comme la création des deux nations les plus sages et les plus fortes : les Grecs et les Romains. Constantinople était ainsi la nouvelle capitale pour gouverner efficacement (ευφυώς) l’univers31. C’est peut-être l’attente d’une aide de l’Occident contre les Turcs qui fait que les Byzantins, à cette époque, insistent encore sur leur origine de l’ancienne Rome32. Ainsi, Constantin XI Paléologue, dernier empereur byzantin, en s’adressant aux habitants de Constantinople, leur dit que les Turcs qui les attaquaient avaient face à eux des hommes libres (ϰυϱίους ϰαι αυθέντας), « descendants des Hellènes et des Romains33 ».

  • 34 Pseudo-Kodinos, Traité des offices, introd., texte et trad. par J. Verpeaux, Le monde byzantin I (1 (...)
  • 35 Cf P. J. Alexander, op.cit. (supra, n. 3), p. 74.

17Contrairement à l’explication d’Akropolitès, qui voulait l’adoption du terme Romain comme découlant du nom de la capitale, de Rome et de Constantinople – nouvelle Rome –, un texte du xive siècle portant sur l’ordre des dignités et les offices attribue le nom « Romain » à la filiation des détenteurs du pouvoir34. L’auteur du traité des offices, connu sous le nom de Pseudo-Kodinos, fait une brève chronique des empereurs de l’Orient antique, jusqu’au roi perse Darius qui fut vaincu par Alexandre, roi des Macédoniens. Ainsi, Alexandre a eu le pouvoir de Darius, son imperium. De l’autre côté, Constantin Ier, toujours d’après Pseudo-Kodinos, « a été et se nommait empereur des Romains, titre que ses successeurs ont adopté jusqu’à maintenant ». La légitimité de la domination romaine en Orient est due au fait que les Romains ont occupé la Macédoine, car « Alexandre était empereur des Macédoniens, et la Macédoine sous la main de l’empereur romain ». Ceci était suffisant pour la constitution de l’univers romain, puisque les peuples (ethnè, έθνη) de l’Orient honoraient grandement l’empereur comme descendant de la maison d’Alexandre et les Occidentaux comme successeur de Constantin. Cette théorie reflète la tradition de la chronographie byzantine qui se prolonge par les textes apocryphes sur l’éternité de l’Empire romain, dernier empire avant l’apocalypse35.

  • 36 L. Chalcocandylae Historiarum demonstrationes, éd. E. Darko (1922, 1923, 1927), t. I, p. 4-5 : ϰαι (...)

18C’est seulement après la prise de Constantinople par les Turcs en 1453 que l’historien Laonikos Chalkokondilès, sans aucune intention idéologique et avec la conscience de l’appartenance ethnique hellénique des sujets de l’empereur byzantin, écrira que ce sont les Romains qui ont construit Constantinople comme capitale de leur État. Entre temps, bien que les Romains et les Hellènes aient connu dans la ville de nombreux mariages mixtes, ces derniers étaient majoritaires, les usages des Hellènes et la langue hellénique ont dominé. Pourtant, les détenteurs du pouvoir ont tenu à conserver le nom de Romain comme le rapporte la chronique de Laonikos Chalkokondilès, « les empereurs qui régnaient à Byzance s’enorgueillissaient d’être appelés empereurs des Romains et ils considéraient qu’il était sans mérite de les appeler empereurs des Hellènes36 ».

  • 37 Pour les considérations sur le nationalisme byzantin : P. Magdalino, « Hellenism and Nationalism in (...)
  • 38 Pour les conceptions de Pléthon : Y. Hersant, « Un Hellène chez les Latins : Georges Gémiste Plétho (...)

19Pendant les onze siècles de la vie de l’Empire byzantin, seul Georges Gémiste, dit Plèthon, à la veille de la chute de Constantinople, constitua une théorie d’inspiration politique basée sur l’hellénisme. Ce penseur platonicien prévoyait en effet la constitution d’un État idéal dont le détenteur du pouvoir et les citoyens seraient les Hellènes37. Cet État devait abolir la religion chrétienne et retourner à la religion hellénique, celle des ancêtres38. C’était une possibilité qui n’a jamais été réalisée.

Notes

1 Pour un exposé des conceptions politiques des Byzantins et l’évolution idéologique voir H. Ahrweiler, L’idéologie politique de l’Empire byzantin (1975) et ead., « L’Empire byzantin », in M. Duverger (éd.), Le concept de l’Empire (1980), p. 131-149. Voir aussi le volume : E. Chrysos (éd.), Byzantium as Oecumene (2005), en particulier les contributions de H. Ahrweiler, sur les aspects idéologiques, p. 13- 23, J. Koder, sur les aspects géographiques, p. 25-45 et G. Dagron, sur les aspects anthropologiques, p. 47-57.

2 Le fait que l’empereur Basil II revendique durant le premier quart du xie siècle pour l’État l’ensemble des terres publiques usurpées par des personnes privées depuis l’époque d’Auguste est caractéristique (voir N. Svoronos, Les novelles des empereurs Macédoniens concernant la terre et les stratiotes [1994], nov. 14, p. 212 et 213).

3 Sur les conceptions eschatologiques des Byzantins voir P. J. Alexander, The Byzantine Apocalyptic Tradition (1985).

4 Épîtres de Paul. Gal. 3.27-28, cf. aussi Cor. A, 12,13 : Nouveau testament, Alliance biblique française (révision 1910 de la traduction de L. Segond), Les sociétés bibliques (1974).

5 Sozomenus, Kirchengeschichte, éd. G. Ch. Hansen (1960), p. 296, cf. p. 131. L’historien Sozomène parle des barbares qui adorent dieu de façon hellénique. Par ailleurs, Procope de Césarée fait état de l’ancienne religion païenne, qu’on nomme hellénique à son époque (Procopii Caesariensis Opera Omnia, éd. J. Haury, avec corrections et ajouts de G. Wirth, Bibliotheca Scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana [1962], I 20, p. 107).

6 Le chronographe Jean Malalas rapporte que l’empereur Justinien a interdit aux Hellènes, c’est-à-dire aux adorateurs des idoles, de porter des charges et des dignités politiques (I. Malalae Chronographia, éd. L. Dindorf, Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae [1831], p. 449). Pour la politique de Justinien Ier, voir P. Lemerle, Le premier humanisme byzantin. Notes et remarques sur l’enseignement et la culture à Byzance des origines au xe s. (1971), p. 68 et suiv. La législation byzantine prévoyait la peine capitale pour les païens baptisés qui revenaient à leur ancienne religion, p. ex. Épitomé, XLV 46, dans I. et P. Zepos, Jus Graecoromanum (1931, réimpr. 1962), IV, p. 577.

7 F. Dölger, « Die Familie der Könige im Mittelalter », Historisches Jahrbuch 60 (1940), p. 397-420 ; Byzanz und die Europäische Staatenwelt (1953 réimpr. 1964), p. 34-69.

8 J. Ferluga, « Die Adressenliste für auswärtige Herrscher aus dem Zeremonienbuch Konstantin Porhyrogenetos », Zbornik Radova Vizantoloskog Instituta 12 (1971), p. 157-178.

9 Voir A. Christophilopoulou, To πολίτευμα ϰαι οι θεσμοί της βυζαντινής αυτοϰϱατοϱίας, 324-1204 (2004), p. 191 sq.

10 Ibid.

11 Voir P. Gounaridis, « H εξέλιξη της ελληνιϰής ταυτότητας στη βυζαντινή αυτοϰϱατοϱία », Études balkaniques 6 (1999), p. 51-68.

12 Theodori Studitae Epistulae, éd. G. Fatouros, Corpus Fontium Historiae Byzantinae XXXI/1-2 (1991), n. 419, p. 587.

13 Ibid., n. 145, p. 261. La Graikia désigne, sans aucun doute, l’empire hellénophone, cf. P. Speck, « Γϱαϰία und Armenia. Das Tätigkeitsfeld eines nicht identifizierten Strategen im frühen 8. Jahrhundert », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinischen Gesellschaft 16 (1967), p. 71-90, part. 81 et suiv.

14 J. P. Migne, Patrologiae cursus completus, Series Greaco-latina (1857-1866) (dorénavant P.G.), t. 99, col. 852.

15 Voir par exemple le titre utilisé par Constantin VII Porphyrogenète, en s’adressant à son fils dans Constantine Porphyrogenitus, De administrando imperio, G. Moravcsik (éd.), Corpus Fontium Historiae Byzantinae 1 (1967), p. 44 : Kωνσταντίνου του εν Xϱιστώ βασιλεί αιωνίω βασιλέως Pωμαίων πϱος τον ίδιον υιόν Pωμανόν τον θεοστεφή ϰαι ποϱφυϱογέννητον βασιλέα.

16 A. Christophilopoulou, op. cit. (supra, n. 9), p. 196, cf. aussi M. Mantoubalou, « Romaios - Romios -Romiossyni. La notion de “Romain” avant et après la chute de Constantinople », Eπιστημονιϰή Eπετηϱίς της Φιλοσοφιϰής Σχολής του Πανεπιστημίου Aθηνών 28 (1979-1985), p. 169-198.

17 E. Arrigoni, « Il Delinearsi di una conscienza nazionale Romèica nell’impero d’Oriente e nell’ambito ellenofono medievale », Nuova Rivista Storica 55 (1971), p. 122-150 et A. Carile, « Impero romano e Romania », in La nozione di « Romano » tra cittadinnanza e univeralità (1984), p. 247-261.

18 Pour la politique de Manuel Ier, P. Magdalino, The Empire of Manuel Komnenos, 1143-1180 (1993).

19 K. E. Zachariae von Lingenthal, Jus Graecoromanum I-V (1856-1869), Bibliotheca Scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana IV, nov. LXX, p. 485.

20 Nicetae Choniatae Historia, J. van Dieten (éd.), Corpus Fontium Historiae Byzantinae XI.1-2 (1975), I, p. 301, χάσμα διαφοϱάς εστήϱιϰται μέγιστον ϰαι ταις γνώμαις ασυναφείς.

21 Ibid., p. 301.

22 Georgii Acropolitae Opera, A. Heisenberg (éd.), avec corrections et ajouts de P. Wirth (1978), t. II, p. 30, οι της πϱεσβυτέϱας Pώμης οϱμώμενοι.

23 Pour la dénomination et ses variables, et surtout celle de Griffons : Chr. Maltezou, « Έλληνες ϰαι Λατίνοι : H ειϰόνα του άλλου στον πϱώτο αιώνα φϱαγϰιϰής ϰυϱιαϱϰίας στην Kύπϱο », BOYKOΛEIA, Mélanges offerts à Bertrand Bouvier (1995), p. 181-190, part. 183.

24 Par exemple la lettre du patriarche Germain II au pape Grégoire IX : K. Sathas, Mεσαιωνιϰή Bιβλιοθήϰη, t. II (1872), p. 41, 43, 44, 45 ; Acta Gregorii IX (1227-1241), éd. A.-L. Tautu (1950), p. 244, 245 ; cf. V. Laurent, Les regestes des actes du patriarcat de Constantinople, I. Les actes des patriarches, fasc. IV. Les regestes de 1208 à 1309 (1971), n. 1256.

25 A. Heisenberg, « Neue Quellen zur Geschichte des lateinischen Kaisertums und der Kirchenunion, II. Die Unionsverhandlungen vom 30. August 1206. Patriarchenwahl und Kaiserkrönung in Nikaia 1208 », Sitzungsberichte der Bayerischen Akademie der Wissenschaften 1923/2, p. 21 = Quellen und Studien zur spätbyzantinischen Geschichte, Variorum Collected Studies Series (1973), II.

26 V. Laurent, J. Darrouzès, Dossier grec de l’union de Lyon (1273-1277), Archives de l’Orient chrétien 16 (1976), p. 215 : « ομωνύμως πολλάϰις τους Iταλούς ϰυϱιωνυμούμεθα, ϰαι οφφίϰια εν τη ημετέϱα πϱοβαλλόμεθα πολιτεία τοις σφων εϰείνων σημαινόμενα λέξεσι ».

27 I. Sakellion, « Aνέϰδοτη επιστολή του αυτοϰϱάτοϱος Iωάννου Δούϰα Bατάτση », Aθήναιον 1 (1872), p. 372-378, part. 373-375. Pour les références concernant l’État de Nicée : P. Gounaridis, « Grecs, Hellènes et Romains dans l’État de Nicée », in Mélanges N. Svoronos (1986), t. I, p. 248-257.

28 Op. cit. (supra, n. 22), t. II, p. 30.

29 N. Festa, Theodori Ducae Lascaris Epistulae CCXVII (1898), p. 266.

30 P.G. t. 142, col. 392, col. 1600a : επισημότατον Eλλήνων ϰαι Pωμαίων.

31 P.G. t. 156, col. 24 et suiv. La théorie 40. Όπως επί ταύτης ϰαθήμενοι έχωσι ευφυώς ϰυβεϱνάν πάσαν την οιϰουμένην.

32 Cf. D. Zakythinos, La Grèce et les Balkans (1947), p. 48 sqq.

33 G. Sphrantzes, Memorii 1401-1477, V. Grecu (éd.), Scriptores Byzantini 5 (1966), p. 418.

34 Pseudo-Kodinos, Traité des offices, introd., texte et trad. par J. Verpeaux, Le monde byzantin I (1966), p. 206.

35 Cf P. J. Alexander, op.cit. (supra, n. 3), p. 74.

36 L. Chalcocandylae Historiarum demonstrationes, éd. E. Darko (1922, 1923, 1927), t. I, p. 4-5 : ϰαι τους βασιλείς Bυζαντίου επί τω σφας αυτούς Pωμαίων βασιλείς τε ϰαι αυτοϰϱάτοϱας σεμνύνεσθαι αποϰαλείν, Eλλήνων δε βασιλείς ουϰέτι ουδαμή ηξίουν.

37 Pour les considérations sur le nationalisme byzantin : P. Magdalino, « Hellenism and Nationalism in Byzantium », in J. Burke, S. Gauntlett (éds), Neohellenism (1992), p. 1-29 = Tradition and Transformation in Medieval Byzantium, Variorum Collected Studies Series XIV (1991).

38 Pour les conceptions de Pléthon : Y. Hersant, « Un Hellène chez les Latins : Georges Gémiste Pléthon », Études balkaniques 6 (1999), p. 121-130.

Auteur

A fait des études de Sociologie et d’Histoire à Paris et travaillé comme chercheur au Centre des études byzantines de la Fondation nationale de la recherche scientifique (Athènes). Il enseigne l’histoire byzantine (professeur associé) au département d’histoire, d’archéologie et d’anthropologie sociales de l’université de Thessalie, Volos, Grèce.

© École française d’Athènes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search