Version classiqueVersion mobile

Nommer et classer dans les Balkans

 | 
Gilles de Rapper
, 
Pierre Sintès

Quatrième partie. L’autochtonie dans les Balkans, expressions et usages de l’Antiquité à nos jours

Les Ainianes à l’époque impériale : mémoires d’un peuple polyplanètos

Richard Bouchon

Résumé

Dans les temps homériques, le Sud de la Thessalie actuelle et la vallée du Spercheios formaient le royaume d’Achille, la Phthie. Au Nord de ce qui allait prendre le nom de plaine de Larissa habitaient les Ainianes. L’arrivée des Thessaliens à une époque mal définie eut deux conséquences : l’asservissement des peuples alors installés, repoussés sur les bords de la plaine, et la migration forcée des Ainianes qui se retrouvent à l’époque historique (Thucydide) dans la vallée du Spercheios. La présente communication propose quelques réflexions sur la façon dont le peuple des Ainianes, dont chaque élève grec apprenant à lire dans les œuvres homériques pouvait savoir qu’il occupait une terre conquise au terme d’une errance devenue légendaire, a fait face à son entrée dans la confédération thessalienne à l’époque impériale en cherchant à s’intégrer dans le cycle héroïque d’Achille, devenu héros national thessalien. Comment être à la fois un peuple polyplanètos, qui a beaucoup erré, pour reprendre une expression d’Hérodote décrivant les Doriens, et prétendre s’insérer dans la geste du héros sur la terre duquel on s’est installé ?

Texte intégral

  • 1 E. Oudot, « Penser l’autochtonie athénienne à l’époque impériale », in V. Fromentin, S. Gotteland ( (...)

1La préséance du modèle de l’autochtonie telle qu’elle est conçue dans l’Athènes classique n’est pas une réalité partagée par l’ensemble du monde grec antique. Au contraire, Athènes forme en cela presque une exception et trouve une façon d’exprimer ainsi sa singularité. Malheureusement, nulle part la convergence de sources aussi diverses, qu’elles soient iconographiques, littéraires, mythographiques, ne permet de reconstituer un système aussi élaboré que celui d’Athènes, pour une période où l’on connaît assez bien les institutions et la société dans laquelle il se développe : la prétention à l’autochtonie de la part des Athéniens est indissociable de la notion d’isonomia, c’est-à-dire d’égalité de la répartition du pouvoir, concomitante d’une conception très restrictive de la citoyenneté. Une étude récente a confirmé l’idée que, sorti de son contexte classique, le modèle athénien n’avait plus la même valeur et que s’était substitué à lui, à l’époque impériale, un autre modèle, dont on retrouve l’écho chez Aelius Aristide et qui fait d’Athènes le lieu d’origine de toute civilisation1 : les Athéniens sont toujours autochtones, mais la paideia, l’éducation, permet à tous de prendre part à la cité d’Athènes. Le contexte de l’époque impériale a vidé de son sens le vieux mythe athénien, mais lui permet aussi de trouver une autre motivation.

2Par le hasard de la documentation, les Ainianes, un minuscule peuple de la Grèce centrale antique, sont connus essentiellement par deux textes de l’époque impériale et qui présentent des éléments ayant trait à leur relation au territoire, dans des perspectives assez opposées, il faut en convenir. Le premier texte raconte leurs malheurs et leurs errances à travers le Pinde et ses abords, avant de se fixer dans la vallée du Spercheios, le second laisse entendre qu’ils ont toujours occupé l’endroit où ils vivaient. Comment expliquer cette contradiction manifeste ? Quels contextes expliquent que l’on ait eu recours tantôt au mythe d’autochtonie et tantôt à un autre modèle ?

Homère, Strabon et les Ainianes

  • 2 Voir mon mémoire présenté à l’Académie des inscriptions et belles lettres en avril 2004 : Ethnos, k (...)
  • 3 Sur ces peuples, réunis en une « amphictionie », voir F. Lefèvre, L’amphictionie pyléo-delphique : (...)
  • 4 Pour une vue synthétique de la période allant du vie au ive s. av. J.-C., voir Y. Béquignon, La val (...)

3Des sources antiques, historiques ou épigraphiques, attestent la présence d’un groupe appelé Ainianes dans la vallée du Spercheios, sur le versant Nord de l’Oita notamment : au ve siècle av. J.-C., Thucydide les décrit guerroyant contre la fondation spartiate d’Hérakleia qui garde les Thermopyles ; plus tard, au iie siècle av. J.-C., ils s’organisent en une confédération2. Depuis le ive siècle av. J.-C., au moins, ils sont reconnus comme un peuple-ethnos prenant part officiellement à l’administration des sanctuaires d’Apollon à Delphes et de Déméter aux Pyles, au même titre que les autres peuples présents en Grèce centrale3. Jusqu’à l’époque impériale, ils sont mal connus par la documentation : les rares mentions qui les concernent chez les historiens de l’époque classique ou hellénistique confirment qu’ils prennent bien part aux rivalités guerrières divisant le monde grec dans la lutte pour l’hégémonie4 ; les inscriptions les plus récentes ont été gravées au iie siècle av. J.-C. et sont seulement des décisions politiques peu éloquentes.

  • 5 Iliade II 754. Voir B. Helly, Gonnoi, I. La cité et son histoire (1973), p. 54-72.
  • 6 Géographie IX 5, 22.

4De fait, ils représentent sans doute un des plus mauvais exemples pour une réflexion sur l’autochtonie. En effet, chaque petit Grec apprenait à lire en déchiffrant Homère, lequel, au détour d’un vers de l’Iliade, plus précisément du Catalogue des Vaisseaux, qui recense les contingents achéens prêts à en découdre avec l’ennemi troyen, dit que les Ainianes, Éniènes dans le dialecte ionien d’Homère, ont partagé vingt-deux bateaux avec les Perrhèbes, sous le commandement de Gouneus, que ces deux peuples sont voisins et qu’ils habitent un territoire situé au Nord des deux plaines thessaliennes5. Le géographe Strabon, dans la deuxième moitié du ier siècle av. J.-C., s’est donné pour projet d’expliquer cette géographie épique en opérant une description de la Grèce qui prenne en compte le texte homérique. D’après ses sources, les Ainianes habitaient le Nord de la plaine de Larissa, près du lac Boibè, et – cela explique leur présence dans la vallée du Spercheios au ve siècle av. J.-C. – ont été chassés par le peuple mythique des Lapithes, en sorte qu’ils se retrouvent aux temps historiques là où on sait qu’ils sont6.

  • 7 I 56. Opposant les Ioniens, et principalement les Athéniens, aux Doriens, il précise : και ; τo ; μ (...)

5D’emblée, et quel que soit le sens que l’on donne au mot autochtonie, né du sol lui-même ou ayant toujours occupé le même territoire, les Ainianes ne sont pas les plus à même de revendiquer cette notion pour justifier leur présence dans la vallée bordée au Sud par le massif de l’Oita et au Nord par celui de l’Othrys... Ils participent même du modèle inverse, que je désignerais volontiers par une expression d’Hérodote caractérisant le peuple des Doriens, lesquels furent soumis à de nombreux déplacements, avant leur installation dans le Péloponnèse : celui d’un peuple polyplanètos, « qui a beaucoup erré7 ». Encore faut-il souligner que le texte de Strabon ne fait référence à aucune errance dans le cas des Ainianes, mais à un simple déplacement de population, pourrait-on dire. Ce sont des déplacés, comme d’autres sont dits ou se disent autochtones ou conquérants à la mode dorienne.

Plutarque : εἰς τὴν παλαιὰν πατρίδα μὴ ἐπανελθεῖν

Texte

  • 8 Voir B. Puech, « Prosopographie des amis de Plutarque », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt(...)

6Le récit des migrations du peuple des Ainianes n’est consigné que chez un auteur de l’époque romaine, Plutarque, dans un ouvrage que ses biographes datent à peu de choses près de l’année 100 apr. J.-C. Il s’agit des doubles Questions romaines et Questions grecques, titre couramment adopté depuis la traduction de l’ouvrage en latin. Plutarque lui-même y faisait référence comme son recueil d’Aitia, c’est-à-dire de causes. L’œuvre consiste en une série de fiches répondant à une question, qui donne lieu à un court texte étiologique, examinant ici les causes de telle pratique cultuelle, là l’origine de tel nom rare ou d’usage local. Les questions romaines ne laissent pas de place au doute : l’ensemble s’adresse essentiellement au public grec cultivé représenté dans ce qu’on a pu appeler le cercle des amis de Plutarque. Ces propriétaires terriens forment les notables des petites cités sur lesquels Rome s’appuie dans la gestion des provinces hellénophones, qui ont seuls accès aux magistratures et aux prêtrises de leurs cités ou des organisations provinciales et qui, dans le courant du iie siècle apr. J.-C., parviennent même dans le meilleur des cas à des responsabilités dans l’administration impériale. Aussi ce cercle des amis de Plutarque comporte-t-il de nombreux représentants du peuple des Ainianes, désormais intégré à la confédération thessalienne depuis les tout premiers temps de l’Empire : on le sait grâce aux noms des participants aux banquets mis en scène dans la série des Propos de table par le même Plutarque, où lui et ses amis discutent de tout et de rien. Pétraios, Alexandros ou encore Kyllos font partie de ce groupe : ils sont originaires d’Hypata, la capitale des Ainianes, et connaissent l’écrivain parce qu’eux aussi ont des responsabilités au sanctuaire d’Apollon à Delphes8. Les légendes ou les explications concernant le passé des Ainianes ont donc sans doute été recueillies de leur bouche et peuvent passer pour un discours officiel.

Le récit

  • 9 Plutarque, Questions grecques 13 [293d à 294c] et 26 [297b et c].
  • 10 Sur l’emplacement du Dôtion pédion, voir B. Helly, « Le Dotion pedion, Lakéreia et les origines de (...)

7Sur la soixantaine de questions grecques, Plutarque en consacre deux à une particularité des Ainianes, envisageant, l’une et l’autre, l’installation du peuple à l’endroit où il se trouve alors, la vallée du Spercheios9. La première donne l’explication d’une pratique cultuelle propre aux Ainianes : qu’est-ce qu’on appelle chez eux la « viande de mendiant » ? La réponse prend la forme d’une narration assez développée. Elle présente tout d’abord les errances du peuple, forcé à quitter sa terre d’origine, la plaine du Dotiôn10, dans une tradition qui est la même que celle de Strabon, et les différentes étapes (Aithicie, Molossie, Kirrha près de Delphes, puis les bords du fleuve Inachos, qui n’est pas le Spercheios, mais dont on peut penser qu’il signifie pour Plutarque l’endroit où les Ainianes ont fini par s’installer). En cet endroit, évidemment, d’autres peuples habitent. Un double oracle d’Apollon, qui annonce la fin de l’errance des Ainianes, leur ordonne tout d’abord de lapider leur roi Oinoklos, avant de se remettre une dernière fois en route ; pour peu qu’un peuple donne aux Ainianes volontairement une parcelle de son territoire, a dit le dieu de Delphes, ces derniers possèderont le territoire dans son entier. Le récit s’achève canoniquement par la prise de possession du territoire, occupé alors par les Inakhiens et les Achéens, grâce à la ruse de deux hommes, Témôn et le roi Phémios. Le premier, Témôn, larvatus prodit, se couvre de hâillons et vient « réclamer » (πρoσαίτής) auprès du roi des Inachiens, Hyperochos. Dans le but de railler celui qu’il pense être un mendiant, celui-ci lui donne une motte de terre. Témôn, satisfait, s’enfuit, malgré les appels à la prudence des anciens du royaume (presbyteroi) ; il se place sous la protection d’Apollon, à qui il a promis, s’il en réchappe, une hécatombe. Cela n’est cependant pas suffisant pour que les Ainianes s’installent sur la terre des Achéens et des Inachiens. Les deux rois Hyperochos et Phémios, nouveau roi des Ainianes, s’affrontent en combat singulier. Une fois encore, la ruse est du côté des nouveaux arrivants : Phémios voyant arriver son adversaire accompagné d’un chien crie à la tricherie et, le temps que le roi des Inachiens se retourne pour enjoindre à la bête de disparaître, lui lance une pierre et le tue. Les Inachiens et les Achéens sont donc forcés de partir. Le récit de Plutarque s’achève sur une double explication cultuelle : les Ainianes vénèrent la pierre de Phémios, lui offrent des sacrifices et l’enveloppent dans la graisse des victimes ; lors de l’hécatombe en l’honneur d’Apollon, ils sacrifient aussi un bœuf à Zeus et donnent la meilleure part aux descendants de Témôn qui avait réussi à tromper le roi : c’est cela la viande de mendiant.

8La seconde question qui concerne les Ainianes à laquelle Plutarque répond est la suivante : pourquoi ceux qui conduisent leur bœuf depuis l’Ainide, le territoire des Ainianes, jusqu’au territoire de Kassopée, en Épire, sont-ils escortés par des jeunes vierges qui leur chantent « puissiez-vous ne jamais revenir sur la terre de vos pères/ancêtres » ? Plutarque reprend, sous une forme abrégée, le récit des errances ainianes du Dôtion en Aithicie, Molosside, régions d’où ils ne tirèrent rien de bon, puis dans la plaine de Kirrha où, en raison d’une terrible sécheresse, l’oracle leur a ordonné de lapider leur chef, jusqu’à la fertile région qu’ils occupent depuis lors. C’est à cause de ces douloureux souvenirs qu’ils ont demandé aux dieux de ne jamais revenir dans leur ancienne patrie.

Un modèle : les récits de fondation

  • 11 W. R. Halliday, The Greek Questions of Plutarch with a New Translation and a Commentary (1928). Il (...)
  • 12 M. Detienne, J.-P. Vernant, Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs (1989).

9Les signes d’une fabrication tardive de ces deux récits sont nombreux : les noms des rois et des braves y sont programmatiques (Témon est celui qui coupe, celui par qui la part du sacrifice est déterminée ; Phémios, celui qui parle, est le nom de l’aède dans l’Odyssée ; Hyperochos est l’homme supérieur, à la puissance exacerbée, ce qui prend ici une coloration ironique et sert à mettre en valeur l’exploit de Phémios, etc.), les motifs déjà vus ailleurs, sinon inspirés dans leur mise en forme des grands textes épiques11. Le premier récit s’organise comme un récit de fondation ou de colonisation inséré dans un texte aitiologique, où s’enchaînent « périple », oracle annonçant la terre promise (« vaguement promise » dirait M. Detienne), double prise de possession de ce territoire, symbolique puis réelle, où les deux Ainianes font preuve de mètis, cette faculté de ruse et d’intelligence12, et présence tutélaire d’Apollon, dieu des fondations par excellence. Les deux récits sont complémentaires : le premier exprime la possession-fondation, le second les fondations ratées, les terres qui refusent d’accueillir le peuple des Ainianes, mais sur lesquelles, cependant, l’installation, quoique temporaire, a bien eu lieu, puisque ceux-ci ont des prosoikoi, des voisins. De ces terres non promises, rien de bon ne provenait, oὐδὲν χρηστòν ἀπò τῆς χώρας : la nature refuse de produire, la terre est brûlée de grandes sécheresses, μέγαλαι αὐχμαί. À cela s’oppose la terre riche et fertile (πάμϕoρoς, qui porte tout) où les Ainianes s’installent, ce locus amœnus, cette autre vallée de Tempé. Mais les deux récits se réunissent dans le motif de l’acquisition du territoire, entre la décision radicale de sacrifier le roi/bouc émissaire et les deux éléments de stabilité retrouvée : la motte de terre (βῶλoς - terre à cultiver) et la pierre, plus tard vénérée (λίθoς).

Contexte

  • 13 De ces deux récits, il a été proposé par l’historiographie moderne plusieurs approches : l’une d’el (...)
  • 14 M. Detienne, Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français enraciné (2003).
  • 15 P. Vidal-Naquet, op. cit. (supra, n. 11).

10En somme, selon Plutarque, c’est l’errance et le refus de la terre des pères, du sol où l’on était, qui fonde la caractéristique du peuple des Ainianes, ainsi que la conquête d’un nouveau territoire. Mais, à la différence d’une colonisation, c’est une terre grecque qu’il s’agit de conquérir. On restera très prudent sur la valeur historique à accorder à ces pérégrinations13. Si l’on s’en tient à l’analyse du discours, le modèle revendiqué et valorisé est celui de la non-autochtonie : « entre l’autochtonie et la fondation, il y a comme une antipathie14 ». Le vœu sans cesse renouvelé de pas revenir en arrière se traduit en un rite qui remotive le passé dans l’errance : un bœuf (τòν βoῦν au singulier) conduit depuis l’Ainide en Épire à travers le Pinde. Mais le texte n’est pas explicite : ce rite a-t-il lieu tous les ans ? L’animal est-il conduit par des Ainianes, est-il un « bœuf émissaire » jouant le rôle de la communauté, forcé de partir afin que la communauté reste ? Le rite exposé sert aussi à circonscrire l’espace conquis, puisque ces bœufs sont escortés jusqu’aux confins du territoire, les eschatiai, dont Pierre Vidal-Naquet a montré comment ils prenaient part au processus de définition de la communauté, lieu où s’accomplissent, à Athènes notamment, le service militaire, l’éphébie, et en partie les rites de passage à l’âge adulte15.

Héliodore

Texte

  • 16 J. Pouilloux, « Delphes dans les Éthiopiques d’Héliodore : la réalité et la fiction », JS 1983, p.  (...)

11Il faut laisser passer plus d’un siècle pour situer le texte suivant se préoccupant du devenir des Ainianes. Encore celui-ci appartient-il à un genre tout à fait différent de celui des « questions » de Plutarque : le roman, très en vogue depuis l’époque hellénistique avancée. Les Éthiopiques d’Héliodore rapporte les amours contrariées et rocambolesques de la fille du roi d’Égypte, Charikleia, et d’un Ainiane, Théagénès. La personnalité de l’auteur et la date de son œuvre sont encore objets de controverse. Disons que le iiie siècle apr. J.-C. et l’époque des Sévères sont maintenant souvent retenues, mais que la seconde moitié du ive siècle, ou même l’époque de Justinien, ont été proposées. La scène où les deux jeunes gens se rencontrent, alors que la jeune fille est réfugiée à Delphes auprès de son père adoptif Chariklès, prêtre d’Apollon, donne l’occasion à Héliodore de parler de ce vieux peuple des Ainianes qui s’apprête à commencer la grande procession pentétérique, donc organisée tous les quatre ans, à l’occasion des concours en l’honneur d’Apollon Pythien, le propriétaire des lieux. Les Ainianes viennent rendre hommage, non au grand dieu de Delphes lui-même, mais à Néoptolème, le fils d’Achille. Celui-ci a été égorgé à l’intérieur de l’enceinte consacrée à Apollon. Si un enclos réservé au culte de Néoptolème est bien attesté dans la littérature delphique, le texte d’Héliodore est la seule attestation d’une procession régulière, et surtout d’une responsabilité des Ainianes dans le culte16.

  • 17 Héliodore, Éthiopiques II 34.

12À Charikleia demandant qui sont les Ainianes et quelle est cette procession17, Chariklès répond qu’ils sont un peuple thessalien (Θέτταλικῆς ἐστι μoίρας τò έὐγένέστατoν), tout ce qu’il y a de plus grec, puisque descendant d’Hellen et de Deucalion, qu’ils habitent les bords du golfe Maliaque, que leur capitale est Hypata, pour le nom de laquelle il propose deux étymologies farfelues, et que celui qui mène la procession prétend être de la race d’Achille, ce qui est probable, parce que ledit Ainiane est beau.

13Charikleia est surprise qu’un Ainiane puisse se prétendre descendant d’Achille, puisqu’on sait bien que le héros était de Phthiotide. Ce à quoi Chariklès répond que les Ainianes habitent le territoire d’Achille, la Phthie, et que leur chef est issu de Ménesthios, lui-même fils du fleuve Spercheios et de Polydôra, fille de Pélée, et demi-sœur d’Achille. Et que, de toute façon, puisqu’ils accomplissent le rite en l’honneur de Néoptolème, c’est donc bien qu’ils en sont issus, ce que les autres Thessaliens leur accordent volontiers.

Un flagrant délit de fabrication de mythidéologie

14L’extrait des Éthiopiques comporte de nombreux éléments le désignant comme relevant du genre parodique. Le récit est exposé avec distanciation, il est même mis en scène. Les différents arguments de Théagénès sont rapportés en son absence. La présence d’un interlocuteur qui joue les naïfs donne un aspect dialectique à la démonstration, celle-ci ne faisant par ailleurs qu’achopper, puisque les arguments ne se révèlent pas convaincants, y compris in fine. L’étymologie faussement savante du nom de la capitale des Ainianes, Hypata, relève de la même idée : issu d’un des mots les plus banals de la langue grecque, l’adjectif hypatos, le sens du nom de la ville ne pose pas de problème, c’est Hauteville de l’Oita. Le texte comprend sa propre grille de lecture : tout cela est une construction, Théagénès est pris en flagrant délit de construction d’une mythidéologie, pour reprendre le mot de M. Detienne. Quelle est-elle donc ?

15Pour faire des Ainianes les descendants d’Achille, il faut justifier leur présence sur ce territoire. On a vu que Plutarque se faisait l’écho d’un mythe de fondation. Ce n’est pas le cas dans le texte d’Héliodore qui ne fait aucunement référence à un quelconque « ailleurs » des Ainianes. Au contraire, il use d’un syllogisme complexe, laissant entendre qu’ils ont toujours été là. Partant de l’équation Ainide = bords du golfe Maliaque = antique Phthie = royaume d’Achille, Héliodore, ou plutôt Chariklès ou plutôt Théagénès, en déduit une équivalence Achille-Ainide. C’est le droit du sol qui prime ici, celui des gens nés sur le sol et non nés du sol, des indigènes et non des gègènes. Cette seule démonstration prend comme un fait acquis qu’ils sont là, peu importe quand et comment ils sont arrivés. Bien évidemment, c’est aussi peu convaincant que l’argument sur la beauté de l’Achilléide... et la jeune fille s’étonne que ce ne soient pas les Phthiotes, autre « rameau thessalien », qui revendiquent Achille.

16La généalogie alors proposée sert à parachever la démonstration de Chariklès : au droit du sol est substitué le droit du sang. On remarquera que Théagénès descend de la famille d’Achille par des éléments naturels aquatiques : il a pour aïeux Thétis, sortie du golfe Maliaque, et Spercheios, le fleuve qui arrose l’Ainide. Ces deux éléments marquent l’ancrage dans le territoire et font le lien avec le début de la démonstration. Droit du sang et droit du sol sont mêlés. Par Théagénès, les Ainianes sont issus des éléments caractéristiques et définitoires de leur territoire, le fleuve et la mer. On remarque ici que l’Oita, la montagne, n’est pas concernée, car elle est trop marquée comme terre d’Héraklès. Ne compliquons pas les choses.

17En somme, c’est ici un mythe des origines, mais lié à un territoire, qui est présenté. Cependant, cette généalogie mythique n’est pas là pour justifer l’existence d’un peuple en entier, ce n’est pas la généalogie d’un héros éponyme (un éventuel Ainos) qui est déroulée. Bien sûr, en démontrant l’autochtonie d’un seul, c’est l’autochtonie de tout l’ethnos qui est sous-entendue et le texte passe allègrement de l’un à l’autre.

18Si Théagénès cherche à convaincre de son ascendance, le texte en conclut bien qu’il « veut à tout prix qu’Achille soit un Ainiane » et ne lâche pas le héros, τῷ δ᾽ Ἀχιλλεῖ πανταχόθεν περιϕυόμενoς. Mais la traduction ainsi conçue est un peu faible, puisque la métaphore végétale induite par le verbe περιϕύoμαι signifie que Théagène s’agrippe à Achille, comme le ferait du lierre. Le but du chef de la « théôrie », ou procession, des Ainianes est de faire pousser son peuple sur Achille, de faire une greffe, de créer un ϕῦλoν ou une ϕυλή, une race ou une tribu.

Contexte

19La fonction de ce mythe est multiple. Gardons tout d’abord à l’esprit qu’il est risqué d’utiliser ce texte comme écho d’une situation donnée précise, parce qu’il ressortit au registre parodique. Cependant, nous ne nous empêcherons pas d’analyser ce en quoi il est une construction efficace, de quelle manière on peut dégager les « bénéfices » de ce récit. Il rend tout d’abord compte de l’organisation politique et sociale que connaît la Grèce sous l’Empire : le pouvoir est alors tenu par un nombre restreint de familles de notables. Théagénès est l’un d’entre eux et, à l’instar de certaines familles du Péloponnèse qui rendent explicite leur ascendance héroïque et justifient leur pouvoir par la tradition, en incluant Héraklès ou les Dioscures dans les listes généalogique présentant leurs glorieux aïeux, l’Ainiane est, en tant que descendant direct d’Achille, celui qui doit mener la procession en l’honneur du fils du héros.

20Historiquement, les Ainianes deviennent politiquement des Thessaliens un peu avant l’instauration du Principat, à une date inconnue, comprise entre la bataille de Pharsale et celle d’Actium, c’est-à-dire le troisième quart du ier siècle av. J.-C. Le petit ethnos des Ainianes a alors dissous l’état fédéral qui l’administrait pour se fondre dans la plus grande confédération thessalienne. On a vu combien le texte d’Héliodore acceptait ce fait politique en enregistrant cette « renégociation » de l’identité thessalienne dans le continuum mythologique, en faisant du précédent état mythologique table rase. Être thessalien signifie alors descendre du plus prestigieux de ses héros, Achille.

  • 18 Voir P. Veyne, L’Empire gréco-romain (2005), p. 204-207. Pour lui, la seconde sophistique n’est pas (...)
  • 19 L’inscription a été présentée lors de la leçon inaugurale de D. Knoepfler au Collège de France, p.  (...)
  • 20 Il est d’ailleurs temps de rappeler que les Thessaliens n’ont pas participé à la guerre de Troie, q (...)

21Le verbe utilisé par Héliodore pour signifier que les Ainianes se démènent pour faire reconnaître aux autres qu’ils sont les descendants légitimes d’Achille et de Néoptolème est diagônizesthai. Là encore la traduction doit tenir compte d’un aspect fondamental du verbe : il s’agit d’agôn, de concours, de l’esprit de compétition. Que s’est-il passé entre Plutarque et Héliodore qui puisse justifier qu’on se batte pour la dépouille d’Achille ? À présent, dans l’Empire romain, ou plus exactement dans la partie hellénophone de l’Empire, par l’entremise de la diffusion de la paideia et la proclamation par les intellectuels grecs de la supériorité de la culture grecque intégrée au système impérial romain, est apparu ce qu’on a appelé la seconde sophistique : les intellectuels issus des couches supérieures se sont piqués de rhétorique et de construction du passé. Non qu’ils aient d’ailleurs jamais cessé de le faire18. Les cités s’affrontent pour clamer haut et fort leur hellénisme : ici, la descendance d’Hellen est reconnue aux Ainianes. C’est dans l’épopée que chaque groupe va choisir son ancêtre commun : aussi Hadrien répondra-t-il à une bourgade de Locride qu’elle mérite bien le nom de cité puisqu’elle peut, en plus de connaître des institutions autonomes, se revendiquer d’un héros du cycle troyen, Ajax19. C’est ce même Hadrien qui met en place, à Athènes, le Panhellenion, organisation transnationale dans laquelle chaque cité ou groupe (ethnos) capable de prouver son hellénisme pouvait prétendre à une représentation. Les Ainianes, si l’on se reporte à la tradition homérique, ont tout à perdre : certes, ils sont présents dans les armées attaquant Troie, mais il sont sous le commandement d’un chef qui n’est pas ainiane – et qui par ailleurs ne semble pas s’être illustré... Qu’importe, ils sont thessaliens et à ce titre ils peuvent se réclamer de la figure d’Achille20. Je verrais donc volontiers dans cet extrait du roman d’Héliodore la parodie d’une « fiche de demande d’inscription au Panhellenion », dont les Ainianes ont fait partie en tant que Thessaliens.

22Un certain hasard fait que la littérature grecque d’époque impériale présente le peuple des Ainianes comme participant des deux modèles antagonistes, l’autochtonie et la conquête. Cette dernière tradition semble la plus répandue, en ce qu’elle prend sa source dans les textes homériques, qu’elle confronte avec la réalité d’époque historique. La première est plus tardive, dans un texte dont la teneur parodique est très poussée, mais qui a pu s’appuyer sur des revendications réelles, et non seulement fictionnelles. S’il est vrai que le modèle de l’autochtonie athénienne est fortement lié à la justification de son statut de puissance hégémonique et qu’il a donc perdu son sens primordial dès l’abaissement d’Athènes, et a fortiori sous l’Empire, c’est l’auctoritas venustatis, la prime à l’ancienneté, qui devient un modèle valorisé dans le monde passéiste du panhellenion voulu par Hadrien : en sont exclues les cités fondées par les monarchies hellénistiques, toutes celles qui ne pouvaient justifier de l’ancienneté de leur hellénisme. Dans ce cadre-là, la construction identitaire du « nouveau peuple thessalien » prend tout son sens : les errances des Ainianes peuvent prendre fin, ils n’auront pas à retourner sur la terre de leurs ancêtres.

Notes

1 E. Oudot, « Penser l’autochtonie athénienne à l’époque impériale », in V. Fromentin, S. Gotteland (éds), Origines Gentium (2001), p. 95-107.

2 Voir mon mémoire présenté à l’Académie des inscriptions et belles lettres en avril 2004 : Ethnos, koinon et territoire : Recherches sur le peuple des Ainianes. Étude de géographie historique et corpus épigraphique.

3 Sur ces peuples, réunis en une « amphictionie », voir F. Lefèvre, L’amphictionie pyléo-delphique : histoire et institutions, BEFAR 298 (1998), et plus particulièrement p. 91, à propos des Ainianes.

4 Pour une vue synthétique de la période allant du vie au ive s. av. J.-C., voir Y. Béquignon, La vallée du Spercheios des origines au ive siècle, BEFAR 144 (1937), p. 349-360.

5 Iliade II 754. Voir B. Helly, Gonnoi, I. La cité et son histoire (1973), p. 54-72.

6 Géographie IX 5, 22.

7 I 56. Opposant les Ioniens, et principalement les Athéniens, aux Doriens, il précise : και ; τo ; μὲν oὐδαμῇ κω ἐξεχώρησε, τò δὲ πoλυπλάνητoν κάρτα, et si les premiers n’ont jamais bougé, les seconds sont une race aux multiples errances.

8 Voir B. Puech, « Prosopographie des amis de Plutarque », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt 33.6 (1992), p. 4831-4893.

9 Plutarque, Questions grecques 13 [293d à 294c] et 26 [297b et c].

10 Sur l’emplacement du Dôtion pédion, voir B. Helly, « Le Dotion pedion, Lakéreia et les origines de Larisa », JS juil./déc. 1987, p. 127-158.

11 W. R. Halliday, The Greek Questions of Plutarch with a New Translation and a Commentary (1928). Il rapproche ce texte du combat pour les confins attico-béotiens entre Xanthos, roi béotien, et Mélanth (i) os, représentant du théséide Thymoïdès et vainqueur par une ruse semblable à celle de Phémios : mais ce récit a trait à la célébration des Apatouries athéniennes : voir P. Vidal-Naquet, Le chasseur noir (1981), p. 156. Le chant des jeunes filles (« μήπoτε νoστήσαιτε ϕίλήν ἐς πατρίδα γαῖαν ») est directement inspiré d’un vers de l’Odyssée XVIII 148, exprimant la colère d’Ulysse incitant les prétendants à craindre le retour du roi (« ὁππότε νoστήσειε ϕίλην ἐς πατρίδα γαῖαν »).

12 M. Detienne, J.-P. Vernant, Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs (1989).

13 De ces deux récits, il a été proposé par l’historiographie moderne plusieurs approches : l’une d’elle a cherché, non sans prudence, à faire coïncider les vestiges archéologiques avec les stations des Ainianes (M. Sakellariou, Peuples préhelléniques d’origine indo-européenne [1977] ; id., Les proto-Grecs [1980] ; id., « La migration des Ainianes », in Aux origines de l’hellénisme : la Crète et la Grèce, Hommage à H.Van Effenterre [1984], p. 173-180 ; id., The polis-State : Definition and Origin, Mélètémata 4 [1989] ; id., Between Memory and Oblivion : the Transmission of Early Greek Historical Traditions, Mélètémata 12 [1990], p. 180-200 : The Migrations of the Ainianans ; F. Dakoronia, « H πoρεία των ελληνικών ϕύλων από Mακεδoνία και Hπειρo πρoς την κoιλάδα τoυ Σπερχειoυ », in Aϕιέρωμα στον N. G. L. Hammond, Παράρτημα Mακεδονικών 7 [1997], p. 125-135) ; une autre, hypercritique, crie à l’imposture et à la fabrication a posteriori à des fins politiques (Y. Béquignon, « L’itinéraire d’Apollon dans la Suite Pythique », Annales des hautes études de Gand 2 [1932], p. 7-8 ; id., op. cit. (supra, n. 4 p. 312).

14 M. Detienne, Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français enraciné (2003).

15 P. Vidal-Naquet, op. cit. (supra, n. 11).

16 J. Pouilloux, « Delphes dans les Éthiopiques d’Héliodore : la réalité et la fiction », JS 1983, p. 259- 286 ; G. Rougemont, « Delphes chez Héliodore », in Études de littérature ancienne, 4. Le monde du roman grec. Actes du colloque international tenu à l’École normale supérieure, déc. 1987 (1992), p. 93- 99. Sur Néoptolème à Delphes, voir J. Pouilloux, G. Roux, Énigmes à Delphes (1963), p. 102-122.

17 Héliodore, Éthiopiques II 34.

18 Voir P. Veyne, L’Empire gréco-romain (2005), p. 204-207. Pour lui, la seconde sophistique n’est pas une réaction de défense « nationale » des Grecs soumis à Rome, mais au contraire un signe d’épanouissement et de prospérité au sein de l’Empire.

19 L’inscription a été présentée lors de la leçon inaugurale de D. Knoepfler au Collège de France, p. 66-69 et fig. II. Voir maintenant D. Knoepfler, REG 119 (2006), p. 1-34.

20 Il est d’ailleurs temps de rappeler que les Thessaliens n’ont pas participé à la guerre de Troie, qu’ils ne sont pas connus d’Homère et que leur prétention à la figure d’Achille est aussi une construction tardive. Le héros, comme le rappelle Charikléia, était le roi de la Phthie et ce sont les Phthiotes qui les premiers ont, à l’époque hellénistique, fait apparaître Achille sur le monnayage d’une de leurs cités, Larissa Crémasté. Les Thessaliens ne « s’en sont servi » qu’à l’époque d’Hadrien sur le monnayage fédéral.

Auteur

Ancien membre scientifique de l’École française d’Athènes, maitre de conférences en Histoire à l’université Lumière-Lyon 2, s’intéresse à l’histoire institutionnelle et sociale de la Grèce sous administration romaine ainsi qu’à la géographie historique de la Grèce centrale et de la Thessalie. Il a soutenu en 2005 une thèse portant sur les élites politiques de la cité de Delphes et de la Confédération thessalienne, entre le ier siècle av. J.-C. et le iiie siècle apr. J.-C.

© École française d’Athènes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search