Version classiqueVersion mobile

Nommer et classer dans les Balkans

 | 
Gilles de Rapper
, 
Pierre Sintès

Quatrième partie. L’autochtonie dans les Balkans, expressions et usages de l’Antiquité à nos jours

Trois constructions de l’autochtonie dans la Rhodes hellénistique1

Stéphanie Maillot

Résumé

La « Chronique du temple de Lindos » est une longue inscription du ier siècle av. J.-C. où furent enregistrés les ex-voto mythiques et réels dédiés à la grande déesse de la cité de Lindos, Athéna, depuis la fondation de son temple. Or, parmi les donateurs des temps historiques, on trouve trois tribus portant les noms de Haliadai, Autochtones et Telchines.

Si les Haliadai et les Telchines sont des figures communes chez les mythographes de Rhodes à l’époque hellénistique, les Autochtones sont en revanche remarquables à plusieurs titres : portant un nom générique, leur qualité rhodienne n’est pas motivée – ce terme est un hapax dans le corpus épigraphique rhodien ; ils n’appartiennent pas non plus à l’identité dorienne à laquelle se rattache Rhodes. Ils sont vraisemblablement le produit d’une élite intellectuelle de Lindos, destiné à caractériser une identité locale face aux autres anciennes cités de l’île, Ialysos et Camiros, et surtout face à la capitale éponyme, Rhodos. Ils semblent également relever d’un discours d’auto-identification et de différenciation d’Athana Lindia par rapport à l’Athéna d’Athènes.

Parallèlement à cette construction discursive, on note, dans l’île de Rhodes, la prégnance de la structure sociale des tribus (phylai) se rattachant au mythe des origines.

Texte intégral

  • 1 Abréviations bibliographiques :
    FHG = C. et Th. Müller (éds), Fragmenta Historicorum Graecorum (1849 (...)

« Moi aussi, j’ai des proches ; car, comme le dit Homère, je ne suis pas “né d’un chêne ni d’un rocher”, mais d’êtres humains ; et par conséquent j’ai des parents. »
Platon, Apologie de Socrate, 34 d.

  • 1 Voir entre autres ouvrages, Fr. Vian, Les origines de Thèbes. Cadmos et les Spartes (1963) ; N. Lor (...)
  • 2 Sur Rhodes à l’époque hellénistique, cf. R. Berthold, Rhodes in the Hellenistic Age (1984) ; V. Gab (...)
  • 3 Cf. J. M. Hall, Ethnic Identity in the Greek Antiquity (1997), p. 56-64.

1Cette présentation est une étude de cas à plusieurs titres. En premier lieu, son cadre n’est pas Thèbes ou l’Athènes classiques, dont les mythes d’autochtonie ont fait l’objet de nombreux commentaires1, mais l’île de Rhodes à l’époque hellénistique. Cette île a joué un rôle de premier plan dans le monde grec à partir du iiie siècle av. J.-C., dans une période que l’on caractérise habituellement comme celle des grands royaumes établis dans les territoires conquis par Alexandre le Grand2. Son rôle s’explique par sa position géographique, au croisement des grandes voies commerciales venues d’Orient, mais aussi par sa puissance navale, commerciale et militaire, qui lui permet d’exercer une diplomatie autonome et de conserver les institutions et le système de valeurs d’une cité classique, au sens chronologique du terme. Rhodes constitue donc un État original. Son évocation dans le cadre d’une réflexion sur l’autochtonie est également originale, dans la mesure où l’île revendique une « identité dorienne », qui se manifeste par son dialecte, ses structures sociales et ses mythes. Son héros fondateur est Tlépolemos, l’un des fils d’Héraklès dont les cités doriennes comme Argos, Sparte, Syracuse et d’autres se disaient les descendantes. L’idéologie de la conquête et de la colonisation qui se manifeste dans les légendes doriennes sur le « retour des Héraklides » est donc l’une des structurations actives de l’identité rhodienne3.

  • 4 Sur l’emploi du mot « cité » à propos de Lindos après le synoecisme de 408/407, soit après la centr (...)

2Ce fait n’empêche pas que le discours mythologique rhodien comporte des figures de l’autochtonie, qui sont présentées d’une façon particulièrement intéressante dans un passage d’une longue inscription du ier siècle av. J.-C. découverte sur l’acropole de la cité de Lindos4. Lindos, Camiros et Ialysos sont les trois plus anciennes cités de l’île de Rhodes, qui furent politiquement réunifiées par la constitution d’un État centralisé en 407 av. J.-C. et par la fondation d’une capitale portant le nom de Rhodes.

3Le motif auquel répond le choix de cette présentation est simple : le texte évoqué présente l’unique attestation du mot αὐτόχθων dans le corpus épigraphique rhodien. Mon but est de restituer le contexte politique et social de cette apparition, voire de cette « épiphanie », et d’essayer d’en mesurer la portée réelle et symbolique.

Présentation du chapitre XV de la Chronique de Lindos

  • 5 Chr. Blinkenberg, La Chronique du temple lindien (1912) ; Lindos II, n° 2.

4Le mot αὐτόχθων est attesté dans l’inscription longue de 15 000 lettres dite « Chronique de Lindos5 ». Ce texte, gravé sur une stèle de marbre, présente un caractère hybride, mêlant deux natures :

5La première partie est un décret officiel : un notable lindien, prêtre d’Athéna, déesse de la cité, est le proposant. Le décret, daté de l’année 99 av. J.-C., livre un terminus ante quem pour la rédaction de la chronique. Le texte prévoit la désignation de deux hommes préposés à la gravure, sur une stèle, d’une liste d’anathèmata très anciens, c’est-à-dire des ex-voto offerts dans le temple d’Athéna sur l’acropole de Lindos. Le délai alloué à l’opération est d’un mois.

6La deuxième partie comprend la description des ex-voto en quarante-cinq chapitres, sous une forme littéraire qui regorge de références bibliographiques à des auteurs antérieurs. Cette recension comprend trois catégories d’ex-voto, se suivant par ordre chronologique :

  • les offrandes des temps mythiques, depuis les origines, où défilent des donateurs tels que Kadmos, roi de Thèbes, Héraklès et les héros ayant pris part à la guerre de Troie ;

  • les offrandes des « temps historiques », où se côtoient traditions chronologiquement vagues sur les fondateurs rhodiens de colonies et les personnages célèbres de l’histoire grecque universelle ;

    • 6 Cf. Lindos II, col. 157-158 et 198-199.

    les offrandes « hellénistiques », à partir de 330 av. J.-C. On les distingue des précédentes parce que, à partir du chapitre XXXV, les dédicaces ne sont plus présentées au passé, mais au présent. L’emploi grammatical de ce temps suppose que ces offrandes sont encore visibles à l’époque de la rédaction et que les plus anciennes ne le sont pas : comme le signale la Chronique, un incendie avait en effet ravagé le temple d’Athéna en 342 av. J.-C.6.

7Ce texte représente donc une œuvre de restauration religieuse, la célébration de ce que l’on appellerait aujourd’hui un « lieu de mémoire » : le temple d’Athéna Lindia. La destruction de toutes les donations antérieures à 342 av. J.-C. a permis à l’auteur d’exercer son imagination dans sa restauration littéraire.

  • 7 Pour la bibliographie ancienne, voir Lindos II, col. 150-153. Dans la bibliographie plus récente, v (...)
  • 8 Chr. Blinkenberg, op. cit. (supra n. 5), p. 53-56.

8L’extrait étudié est le chapitre XV de la liste des ex-voto et décrit la première offrande des temps historiques. Ce chapitre n’a, à ce jour, pas fait l’objet d’un commentaire particulier, alors que les analyses modernes de la Chronique ont été nombreuses, en particulier au début du xxe siècle7. Ce silence tient sans doute au fait que le premier éditeur, Chr. Blinkenberg8, considérait le passage comme « le plus confus et le plus maladroit de toute la série ». S’il est confus au regard de sa véracité, il nous semble cependant assez clair dans son objectif. Voici le texte :

Tᾶν φυλᾶν ἑκάστα πίνακα [παναρχ]αϊκòν, ἐν ὦι ἦν

ἐζωγραφημένoς φύλαρχoς καὶ δρoμεῖς ἐννῆ

90

πάντες ἀρχαϊκως ἔχoντες τoῖ(ς) σχήμασι, ὧν ἑκά

στoυ ἐπεγέγραπτo τ[ᾶ]ι εἰκόνι τò ὄνoμα κ[αὶ] ἐ

πὶ τoῦ ἑνoς τῶν π[ιν]ά[κ]ων ἐπεγέγραπτo ᾽

« Ἁλιαδᾶν φυλὰ νικάσ[ασα ἀν]έθηκε τᾶι Λινδίαι

Ἀθάναι », ἐφ᾽ ἑτέρoυ δε· « Nίκας τόδ᾽ ἐστι σᾶμά· των

95

Aὐτοχθόνων φυλὰ κρατήσασ᾽ ἀγλάϊσε τὰ[ν] θεόν»,

ἐπὶ δὲ τoῦ τρίτoυ· « Tελχείνων φυλὰ νικῶσ᾽ ἀνέθ[η-]

κεν Ἀθάναι, Λυκωπάδας δὲ ὁ Λυγκέως παῖς ἐλαμ-

παδάρχει. » Περὶ τoύτων ἱστoρεῖ Γόργων ἐν τᾶι Α

τᾶν περὶ ῾Ρόδoυ, Ξεναγόρας ἐν τᾶι Α τᾶς χρoνικᾶς

100

συντάξιoς.

9Pour chacune des tribus (phylai), une tablette très ancienne, sur laquelle étaient dessinés un chef de tribu (phylarchos) et neuf coureurs, tous très anciens par leurs traits, et dont le nom de chacun était écrit sur l’image.

10Sur l’une des tablettes était inscrit : « la tribu des Haliadai qui a remporté la victoire l’a consacrée à Athana », sur la deuxième : « ceci est un symbole de victoire ; la tribu des Autochtones qui l’a emportée en a honoré la déesse ». Et sur la troisième : « la tribu des Telchines, victorieuse, l’a consacrée à Athana ; Lykopadas, fils de Lynkès était lampadarque. » Sur ces offrandes, on possède le témoignage de Gorgon au livre I de son œuvre « Sur Rhodes » et celui de Xénagoras au livre I de sa « Composition historique ».

  • 9 Cf. N. F. Jones, Public Organization in Ancient Greece : A Documentary Study (1987), p. 242-250 ; V (...)

11La première offrande des temps historiques est constituée de trois tablettes de bois (pinakes) offertes à Athéna par trois tribus, les Haliadai, les Autochtones et les Telchines, pour commémorer un concours qui les avait opposées, une lampadeia ou lampadè-dromeia, c’est-à-dire une course aux flambeaux (la nature des concours est déduite de la mention du magistrat qui les a présidés, le lampadarque, à la ligne 98). Disons dès maintenant que les noms des tribus ne sont pas ceux habituellement attestés dans les inscriptions rhodiennes, où elles portent les noms de Lindia, Ialysia et Camiris9. Les noms de la Chronique sont donc de pure fiction. D’autre part, à un degré moindre d’analyse, on soulignera la difficulté posée par le fait que trois tribus opposées dans une compétition ont toutes remporté la victoire.

  • 10 Cf. N. F. Jones, « The Order of the Dorian Phylai », CPh 75 (1980), p. 205-207 ; id., op. cit., p.  (...)
  • 11 FHG IV, p. 526-528.
  • 12 FHG IV, p. 410, 1-3.

12Cela étant dit, plusieurs détails contribuent à donner à ces ex-voto un « effet de réel ». Tout d’abord, les tribus dédicantes, les ϕύλαι – structures sociales constituant l’un des cadres religieux et politique de la cité grecque –, sont au nombre de trois. Cette division tripartite est caractéristique des cités doriennes comme Rhodes, alors que les cités ioniennes comptent généralement quatre tribus10. Relève de cette tripartition le nombre de neuf coureurs peint sur les tablettes. Est également à mettre au compte d’un souci du détail réaliste de la part de l’auteur du texte la mention de deux magistrats : un phylarchos, à la tête de chaque tribu, et un lampadarque. On note l’insistance avec laquelle est souligné le caractère « très ancien » de ces offrandes (panar-chaïkon l. 1), le style archaïque de coureurs (l. 90) et le réalisme de la matière de l’offrande, le bois, matière des statues de culte les plus anciennes et les plus vénérables, les xoana. Enfin, sont cités comme sources deux mythographes rhodiens, Xénagoras, auteur de « Mémoires historiques » du ive siècle av. J.-C.11, et Gorgon, spécialiste des cultes locaux de l’île de Rhodes, dont l’œuvre, Περὶτῶν ἐν ῾Ρόδῳ θυσιῶν (« Sur les sacrifices à Rhodes12 »), est datée du iie siècle av. J.-C.

Le nom des tribus autochtones : le discours mythologique

  • 13 V 55-57.

13J’aborde maintenant l’analyse littérale des noms des trois tribus en question. Ce développement s’appuie essentiellement sur la synthèse mythologique proposée par Diodore de Sicile, historien du ier siècle av. J.-C.13, s’inspirant lui-même de l’œuvre de Zénon de Rhodes (220-150 av. J.-C. environ). Ces sources sont, comme on peut le constater, tout juste antérieures à la rédaction de la Chronique de Lindos.

  • 14 Diodore, V 55, 1.
  • 15 Selon Diodore, il s’exila en Lycie où il fonda le temple d’Apollon lycien, cf. V 56.

14Les Telchines, également appelés « démons de l’Est », sont les fils de Thalassa, la mer, et furent les premiers habitants de Rhodes14. Remarquons déjà que ce sont des autochtones d’un type plutôt marin. Ils sont des êtres hybrides, sorciers, artistes surhumains, artisans de tout ce qui est utile au genre humain, premiers façonneurs de statues divines, ouvriers en métaux. Ils apparaissaient déjà au chapitre II de la Chronique, comme donateurs, dans les temps mythiques, d’un vase en bronze. L’un de ces Telchines portait le nom de Lykus15. Le lampadarque de la tribu des Telchines se nomme Lykopadas, fils de Lynkeus. Les sonorités du nom de ce magistrat ne sont sans doute pas gratuites.

  • 16 Diodore, V 6.
  • 17 V 56, 4 : « και ; ἄλλoυς λαoὺς αὐτόχθoνας ».

15Les Héliades – Haliadai en dialecte dorien – qui forment une deuxième tribu sont, comme leur nom l’indique, fils d’Hélios, le dieu soleil. Certaines généalogies en font les enfants d’Hélios et de Rhodos, nymphe qui donna son nom à l’île de Rhodes. Rhodos est elle-même la fille de Poséidon et d’Halia, sœur des Telchines16. Les Haliadai seraient donc, en bonne généalogie, les petits-neveux des Telchines. Mais aucun texte ne souligne cette parenté. On constate même chez Diodore une rupture dans la lignée, qui fait des Haliadai des prétendants autonomes à l’autochtonie. En effet, l’auteur évoque la relation de la nymphe Rhodos et d’Hélios sans leur donner de descendance et livre ce qu’il présente comme la « véritable » explication du mythe des Haliadai (ὁ ἀληθὴς λόγoς) : au commencement du monde, l’île de Rhodes – dont le nom n’est pas motivé par un discours mythologique – était douce et humide. Hélios l’assècha, la peupla d’êtres vivants au nombre de sept, qui prirent le nom d’Héliades, et il l’emplit aussi « d’autres peuples comme eux autochtones17 ». Les Haliadai représentent une génération spontanée dans le cadre d’une mythologie des origines naturaliste, voire évolutionniste. Parmi ces Haliadai, il y avait un certain Kerkaphos, qui eut trois fils, Lindos, Camiros et Ialysos. Ceux-ci devinrent les rois éponymes des trois cités de Rhodes. Ainsi, le récit de Diodore permet de reconstituer la « généalogie » suivante :

  • 18 Cf. N. Loraux, op. cit. (supra, n. 1 [1996]), p. 27 sqq.

16À cette deuxième autochtonie, l’auteur de la Chronique en ajoute une troisième, celle des Autochtones. Leur qualité de « nés de la terre » ou « d’occupants depuis toujours la même terre » – puisque la traduction même du terme pose problème dans les analyses modernes18 –, leur qualité d’autochtones donc n’est pas autrement justifiée que par leur nom. De même, Diodore évoquait « d’autres autochtones », sans plus de détails.

17La coexistence de ces trois types d’autochtones est problématique. Les autochtonies se succèdent, ce qui est une contradiction dans les termes, ou se superposent, et les généalogies changent : il n’y a pas lieu d’y voir les traces passives, soumises aux aléas de la transmission, de mouvements de population très anciens, mais les variantes réordonnées et coexistantes à une époque donnée et dans une société donnée, d’un discours stratégique et identitaire, que nous nous proposons maintenant d’analyser.

Retour sur l’auteur de la Chronique : « le lieu où l’on parle »

18Avant d’interpréter cette « surenchère » d’autochtonie à Lindos, au ier siècle av. J.-C., il est nécessaire d’évoquer la personnalité de l’auteur de la Chronique. Le décret qui précède le texte lui-même prévoit, comme nous l’avons évoqué, le choix de deux hommes pour faire graver la liste des ex-voto. Or, le proposant du décret, Hagèsitimos fils de Timachidas est le père de l’un de ces deux hommes, nommé, selon le principe onomastique de papponymie en vigueur à Rhodes, Timachidas fils d’Hagèsitimos. De plus, le délai pour la gravure est d’un mois. Si l’on considère que l’inscription comporte plus de 15000 lettres, que les références littéraires abondent et que l’auteur a dû, selon les dispositions du décret, consulter les archives (χρήματισμoί) rédigées par deux prêtres d’Athéna Lindia au moment de l’incendie du temple, on comprendra que le texte était déjà prêt avant le vote du décret : il s’agit donc d’une affaire de famille.

  • 19 Cf. U. von Willamotwiz-Moellendorff, Euripides’ Herakles I (1889), p. 147 ; Fr. Susemihl, Geschicht (...)
  • 20 Cf. Lindos II, col. 156.
  • 21 Cf. V. Gabrielsen, op. cit. (supra, n. 2), p. 112-136.

19Or le nom de Timachidas est par ailleurs attesté à Rhodes comme celui d’un philologue et poète19. Le jeune poète, au début de sa carrière, plein d’intérêt pour les curiosités linguistiques et historiques tellement au goût de l’époque, a consulté les mythographes rhodiens dans une grande bibliothèque de la ville de Rhodes où l’on sait qu’il fut élève d’Apollonios d’Alabanda, fondateur d’une école de rhétorique à Rhodes vers 120 av. J.-C.20. Par ce décret, celui que l’on peut considérer avec une très grande probabilité comme son père donne une belle publicité à ses débuts littéraires. Cette « entreprise familiale » livre un exemple du rayonnement intellectuel de l’île de Rhodes à l’époque hellénistique, où se rendent tous les Romains d’importance, mais aussi du rôle politique de la « capitale provinciale » de Lindos. Nous ne pouvons ici qu’évoquer la place prépondérante qu’ont occupée les citoyens de Lindos dans la diplomatie rhodienne, place qui leur est assurée par l’attachement des grandes familles de Lindos à la carrière dans la marine militaire de l’île21. Nous soulignerons également que l’aristocratie lindienne a eu à cœur, tout au long de l’époque hellénistique, d’exercer la prêtrise, éponyme à Lindos, du culte officiel d’Athana Lindia : Hagésitimos, père de l’auteur de la Chronique fut l’un de ses prêtres.

20Dans ce milieu social et politique, quelle peut être la valeur respective de ces trois types d’autochtonie ?

Essai d’interprétation de la valeur identitaire de trois mythes d’autochtonie

  • 22 V, 55,2.
  • 23 Olympique 7, vers 51-52, trad. A. Bresson, Mythe et contradiction, Analyse de la VIIe Olympique de (...)

21Les Telchines semblent avoir une valeur essentiellement culturelle et artistique. Il faut en effet souligner qu’ils n’apparaissent dans la littérature rhodienne qu’à l’époque hellénistique et que nous ne connaissons aucune preuve archéologique qu’aucun culte particulier leur ait été rendu à Lindos ou ailleurs dans l’île. Ils ont peut-être apppartenu aux contes populaires de l’île avant que les mythographes ne s’en emparent. Ils sont, entre autres, artistes bronziers : Diodore les présente comme les inventeurs de certains arts (technai), les « premiers à avoir sculpté des statues divines22 ». Cependant, au ve siècle av. J.-C., c’est aux Héliades que le poète Pindare attribuait ces dons artististiques : Athéna en personne leur accorda « d’exceller dans toutes les techniques, de leurs mains d’une habileté sans égale parmi les mortels ; leurs chemins accueillaient des œuvres qui ressemblaient à des êtres vivants23 ».

  • 24 Cf. Pline, 34, 18.
  • 25 Cf. Lindos II, col. 15.
  • 26 Le Laocoon est attribué à Hagèsandros, Polydôros et Athènodôros de Rhodes, qui seraient également l (...)

22Or, le rayonnement culturel de l’île de Rhodes tient aussi à son école de sculpture, spécialisée dans les bronzes de grande taille. Dans cette activité, les artistes de Lindos occupent une place de choix : le célèbre colosse de Rhodes est l’œuvre de Charès de Lindos24. La statue fut élevée dans la cité de Rhodes au début du iiie siècle av. J.-C. pour commémorer la résistance de l’île au siège de Démétrios Poliorcète. Elle célèbre ainsi l’acte de naissance de l’indépendance politique de Rhodes à l’époque hellénistique. Est également à verser à ce dossier le fait que quatre-vingt-dix pour cent des bases de statues découvertes sur l’acropole de Lindos supportaient des statues de bronze dont ne restent que les mortaises pour le scellement des pieds25. Enfin, pour ne citer qu’elle, une œuvre aussi célèbre que le Laocoon, datée du début de notre ère, est le produit de trois artistes citoyens de Lindos26.

23Il semble significatif que la qualité d’artisans, que Pindare attribuait aux Héliades, ait été, à l’époque hellénistique, transférée aux Telchines et que l’auteur de la Chronique fasse de ces démons une tribu originelle de Rhodes : celui-ci se fait l’écho d’un infléchissement du mythe en leur attribuant une place ancestrale et en faisant d’eux les créateurs d’un vase en bronze dont ils honorent Athéna.

  • 27 Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné (2003).

24Quant aux Haliadai et aux Autochtones, ils relèvent plutôt de ce que l’on pourrait appeler une « mythidéologie » selon l’expression de M. Detienne27 et nous sommes tentés de les interpréter comme l’affirmation symbolique et politique de l’identité lindienne face à trois entités possibles : les deux autres anciennes cités de l’île, Ialysos et Camiros, la capitale Rhodos et Athènes, politiquement « déchue » à cette époque, mais toujours aussi importante culturellement.

  • 28 Chr. Blinkenberg, op. cit. (supra, n. 5), p. 53-56.

25En quoi le choix de ces deux autochtonies pourrait-il traduire une rivalité politique avec Ialysos et Camiros ? Peut-être par l’accumulation même de ces autochtonies, et si l’on prend en considération l’ensemble de la Chronique, par l’absence totale de héros ialysiens et camiréens. Cependant, cette analyse, discrètement avancée par Chr. Blinkenberg28, ne paraît qu’à moitié convaincante pour deux raisons : tout d’abord parce que Ialysos et Camiros n’ont pas une importance politique et sociale comparable à celle de Lindos et par là ne sont pas des rivales de choix ; deuxièmement parce que sont également absents tous types de héros lindiens qui seraient d’un caractère purement local et folklorique.

  • 29 Sur l’importance « nationale » du sanctuaire d’Athana Lindia dans l’île de Rhodes, cf. A. Momiglian (...)

26Cette dernière remarque invite à penser que si l’identité de Lindos doit s’affirmer, comme tout type d’identité, par opposition et comparaison, la capitale de Rhodes fait un adversaire plus sérieux. Les Haliadai appartiennent au fond mythologique commun de tous les Rhodiens et leur père, Hélios, est la divinité tutélaire de toute l’île : son portrait apparaît sur le monnayage rhodien et c’est le prêtre d’Hélios qui est le magistrat éponyme de la cité de Rhodes. Sous la plume de Timagoras, la tribu des Héliades rend hommage à la grandeur d’Athana Lindia : le fait que la déesse reçoive les ex-voto des plus grands personnages mythiques et historiques de l’histoire universelle grecque lui donne un statut international et fait d’elle une autre divinité emblématique de l’île29. La concurrence qu’a pu faire Athéna au dieu Hélios a par ailleurs été exprimée, chez les mythographes de l’époque, par la tradition selon laquelle les Héliades seraient les fondateurs du culte d’Athéna à Lindos.

  • 30 Ce discours aitiologique rend compte d’une caractéristique du culte lindien, dans lequel les sacrif (...)
  • 31 Cf. vers 91-94.
  • 32 Chr. Blinkenberg, op. cit. (supra, n. 5), p. 113 ; Pindare, ibid., scholie 81 ή.
  • 33 A. Bresson, op. cit. (supra, n. 23), p. 44-59.
  • 34 Athènes, par le biais de la ligue maritime de Délos, primitivement destinée à lutter contre les Per (...)

27Ce sont précisément les circonstances de cette fondation qui nous permettent de proposer un rival, ou concurrent, encore plus prestigieux pour la société lindienne du ier siècle av. J.-C. : la cité d’Athènes elle-même. Diodore rapporte en effet que les Héliades ont été les premiers, avant le roi mythique d’Athènes Cécrops, à avoir rendu un culte à Athéna. Mais dans leur précipitation, ils auraient oublié d’allumer le feu du sacrifice30. Cécrops, lui, aurait fait les choses dans les règles de l’art, ce pourquoi la tradition commune lui attribue l’antériorité. Diodore cite comme source l’historien de Rhodes Zénon, mais il connaît sans doute aussi la septième Olympique de Pindare31. Dans cette ode de commande, le poète fait l’éloge de Diagoras, plusieurs fois vainqueur aux concours d’Olympie et membre d’une éminente famille d’aristocrates ialysiens dont la réputation a traversé les âges puisque l’aéroport actuel de Rhodes porte son nom. À cette occasion, le poète rapporte ceci : les Héliades ont dressé le premier autel d’Athéna dans un lieu bien en vue (βωμòν ἐναργέα), sur une acropole (ἑν ἀκρoπόλι) où se trouvait un bois (ἄλσoς). Chr. Blinkengerg a suggéré que l’insistance de Pindare sur le caractère inhabité de l’acropole de Lindos constituait une opposition implicite de cette acropole avec celle d’Athènes, à propos de laquelle une scholie précise qu’elle portait déjà le palais du roi Érechtée (᾽Eρεχθῆoς πυκινòν δόμoν)32. On pourrait aller jusqu’à affirmer que, dans une comparaison des « droits » respectifs de Lindos et d’Athènes sur la déesse Athéna, la fondation ex nihilo d’un lieu de culte à Lindos est de plus grande valeur, car Athéna est ici la seule « propriétaire » de l’endroit. Mais il est permis d’aller plus loin et d’affirmer, en suivant l’analyse d’A. Bresson33, que la septième Olympique dans son ensemble doit être lue comme un instrument de propagande politique mené par la famille de Diagoras et d’affirmation de Rhodes contre la puissance impérialiste d’Athènes34. À cet égard, le fait que les Héliades aient effectué un sacrifice « sans feu » donne à cet acte religieux une plus grande valeur : les fils d’Hélios ont sacrifié sans le fruit du vol de Prométhée ; le sacrifice est exempt de cette faute originelle, ce pour quoi Athéna, maîtresse des technai, récompense les sacrificateurs en leur donnant le don des arts.

  • 35 Strabon, 9 = FHG III, p. 116. Sur Polémon d’Athènes, voit Fr. Susemihl, op. cit. (supra, n. 19), I (...)

28Dans ce registre comparatif, il faut ajouter que la Chronique de Lindos mentionne, au chapitre XXXVI, l’offrande d’une statue d’Athéna Nikè (« victorieuse ») dans le sanctuaire d’Athéna Lindia, qui ne peut qu’évoquer l’Athéna Parthénos chryséléphantine, créée par Phidias pour le Parthénon. Enfin, outre le fait que le poète rhodien Timachidas n’a pu ignorer le contenu du très célèbre poème de Pindare en l’honneur d’un non moins célèbre Rhodien, il faut souligner que le genre littéraire de la Chronique, soit la description d’ex-voto d’un grand sanctuaire, choisi par Timachidas, avait été brillamment illustré par un certain Polémon d’Athènes. Ce dernier est l’auteur d’un ouvrage intitulé Sur les offrandes de l’acropole d’Athènes35.

  • 36 Le discours athénien sur son autochtonie, fréquemment employé dans le genre éminemment politique de (...)

29Ainsi, le grand sanctuaire élevé pour la déesse Athéna à Lindos a été utilisé par l’aristocratie rhodienne, en diverses époques, comme un instrument d’affirmation identitaire face à Athènes : au ve siècle, le discours de Pindare, commandé par la famille de Diagoras, s’inscrit dans un contexte politique de résistance à la suprématie d’Athènes et répond à une volonté d’unification des trois cités de Rhodes ; au ier siècle, l’œuvre de Timagoras de Lindos semble traduire une rivalité culturelle entre deux grands centres de l’hellénisme. La triple affirmation d’autochtonie que sous-tend l’évocation des tribus de Lindos relève d’un discours idéologique visant à affirmer la gloire de la déesse de Lindos. Ce discours n’a pas à proprement parler d’enjeu politique, compris au sens de suprématie militaire, comme a pu en avoir le discours de l’autochtonie dans l’Athènes classique36. Il s’en tient à une construction littéraire qui décalque de façon artificielle le discours athénien.

30C’est de cet exemple athénien que nous semble découler la création dans la Chronique de Lindos de la tribu des Autochtones.

Les tribus à Rhodes, structure d’une reconstruction littéraire

31Il nous semble également nécessaire de souligner un point : le mot autochtone n’apparaît qu’une seule fois dans le corpus épigraphique rhodien, et ce dans une inscription à caractère littéraire. Mais les mentions d’autochtones sont également très maigres dans l’ensemble des inscriptions du monde grec et apparaissent presque toutes dans des textes à caractère littéraire, les épigrammes par exemple. Nous nous risquons donc à nous interroger sur la réelle prégnance sociale et la faveur populaire de la notion d’autochtonie hors de l’Athènes classique. Dans cette perspective, nous évoquerons pour finir le rôle de structuration sociale que peut revêtir ce discours lindien sur l’autochtonie. Ce rôle, disons-le d’emblée, nous semble plutôt superficiel. Dans cette évocation de tribus autochtones, le terme tribu et le chiffre trois ainsi que ses multiples paraissent largement aussi signifiant que celui d’autochtones. De même, le contexte agonistique de cette évocation appartient à une part importante de la société rhodienne de l’époque.

  • 37 Cf. Lindos II, n° 199 et col. 1012-1014 : cette inscription, datée de 165 av. J.-C., révèle le nom (...)
  • 38 Cf. L. Morricone, « I sacerdoti di Halio : Frammento di catalogo rinvenuto a Rodi », ASAA 27-29 (19 (...)
  • 39 La liste de ces attestations est fournie par N. F. Jones, op. cit. (supra, n. 9), p. 243, n. 3.
  • 40 A. Maiuri, Nuova Silloge Epigrafica di Rodi e Cos (1925), n° 19, col. I l. 8. L’inscription est dat (...)
  • 41 Lindos II, n° 696.

32Comme nous l’avons vu, les tribus de Rhodes, qui sont épigraphiquement attestées, portent les noms de Ialysia, Lindia et Camiris. À cette division nationale tripartite s’ajoute une subdivision en tribus locales, comme permet de le supposer une inscription de Lindos qui révèle le nom d’une tribu « Argeia37 ». Si les règles triennales de Rhodes et le support qu’elles fournissent à la désignation des prêtres les plus importants de l’île restent une question discutée38, on peut néanmoins affirmer que les tribus constituent le cadre de manifestations nationales importantes que sont les concours gymniques et musicaux : la plupart des témoignages épigraphiques rhodiens attestant les phylai se rapportent précisément à des concours39. Ainsi une inscription mentionne la victoire de la tribu Ialysia à la course aux flambeaux qui ne peut qu’évoquer la lampadèdromie du chapitre XV de la Chronique40 et un autre document, provenant de la cité de Rhodes41, signale que la tribu Lindia de la classe d’âge des paides (les enfants) a emporté la victoire. L’évocation de trois tribus s’affrontant lors de concours était donc un moyen efficace pour l’auteur de la Chronique de donner un effet de réel à sa reconstitution littéraire.

  • 42 Cf. IG XII, 1, 127.

33Les phylai sont une structure sociale importante à laquelle appartiennent les Rhodiens de tous âges. On en veut également pour preuve le fait qu’une association d’étrangers établis à Rhodes à la fin du iie siècle av. J.-C. fait sienne cette structure : le fondateur de l’association, Nikasion de Cyzique, a instauré des concours internes qui opposent trois groupes de membres de l’association rassemblés en phylai portant les noms de Nikasion lui-même, ceux de sa femme et de sa petite-fille42. D’autre part, il n’est pas anodin que les tribus soient les premières donatrices de la Chronique dans la partie consacrée aux temps historiques : elles ouvrent solennellement l’histoire de l’acropole de Lindos. Dans quel but le mythographe leur a-t-il donné ces noms de fiction ? Sans doute pour leur apporter une légitimité d’envergure nationale, sinon internationale, qui permet à Lindos et à ses notables d’affirmer son identité par rapport à la cité centralisatrice de Rhodes et à la grande Athènes. Mais cette affirmation est, si l’on peut dire, redondante : ces structures, qui sont étymologiquement « originelles » – le mot ϕυλή est à rapprocher du verbe ϕύω signifiant naître, croître, grandir –, sont en effet pratiquement et symboliquement assez vigoureuses pour se passer d’un mythe de l’autochtonie qui relève plus du goût de son auteur pour la compilation mythologique que d’une véritable revendication politique et religieuse d’autochtonie.

Notes

1 Voir entre autres ouvrages, Fr. Vian, Les origines de Thèbes. Cadmos et les Spartes (1963) ; N. Loraux, Les enfants d’Athéna. Idées athéniennes sur la citoyenneté et la division des sexes (1981) et Né de la terre (1996).

2 Sur Rhodes à l’époque hellénistique, cf. R. Berthold, Rhodes in the Hellenistic Age (1984) ; V. Gabrielsen, The Naval Aristocracy of Rhodes (1997) ; V. Gabrielsen, P. Bilde, T. Engberg-Pedersen et al, (éds.), Hellenistic Rhodes : Politics, Culture and Society (1999).

3 Cf. J. M. Hall, Ethnic Identity in the Greek Antiquity (1997), p. 56-64.

4 Sur l’emploi du mot « cité » à propos de Lindos après le synoecisme de 408/407, soit après la centralisation de l’État rhodien dans la nouvelle capitale, cf. V. Gabrielsen, « The Synoikised Polis of Rhodos », dans P. Flented-Jensen, T. H. Nielsen, L. Rubinstein (éds), Polis and Politics (2000), p. 192-195.

5 Chr. Blinkenberg, La Chronique du temple lindien (1912) ; Lindos II, n° 2.

6 Cf. Lindos II, col. 157-158 et 198-199.

7 Pour la bibliographie ancienne, voir Lindos II, col. 150-153. Dans la bibliographie plus récente, voir en particulier C. Higbie, The Lindian Chronicle and the Greek Creation of their Past (2003), où l’on trouve une analyse détaillée du passage qui ne présente cependant pas d’interprétation du mot αὐτόχθoνές.

8 Chr. Blinkenberg, op. cit. (supra n. 5), p. 53-56.

9 Cf. N. F. Jones, Public Organization in Ancient Greece : A Documentary Study (1987), p. 242-250 ; V. Gabrielsen, loc. cit. (supra, n. 4), p. 177.

10 Cf. N. F. Jones, « The Order of the Dorian Phylai », CPh 75 (1980), p. 205-207 ; id., op. cit., p. 28- 30 et 58-60.

11 FHG IV, p. 526-528.

12 FHG IV, p. 410, 1-3.

13 V 55-57.

14 Diodore, V 55, 1.

15 Selon Diodore, il s’exila en Lycie où il fonda le temple d’Apollon lycien, cf. V 56.

16 Diodore, V 6.

17 V 56, 4 : « και ; ἄλλoυς λαoὺς αὐτόχθoνας ».

18 Cf. N. Loraux, op. cit. (supra, n. 1 [1996]), p. 27 sqq.

19 Cf. U. von Willamotwiz-Moellendorff, Euripides’ Herakles I (1889), p. 147 ; Fr. Susemihl, Geschichte der Griechische Literatur in der Alexandrinerzeit II (1892), p. 188 ; H. Van Gelder, Geschichte der alten Rhodier (1900), p. 413 sqq.

20 Cf. Lindos II, col. 156.

21 Cf. V. Gabrielsen, op. cit. (supra, n. 2), p. 112-136.

22 V, 55,2.

23 Olympique 7, vers 51-52, trad. A. Bresson, Mythe et contradiction, Analyse de la VIIe Olympique de Pindare (1979), p. 14, et commentaire p. 64-67.

24 Cf. Pline, 34, 18.

25 Cf. Lindos II, col. 15.

26 Le Laocoon est attribué à Hagèsandros, Polydôros et Athènodôros de Rhodes, qui seraient également les créateurs de quatre groupes découverts dans une grotte de Sperlonga, au Sud de Rome : l’aveuglement de Polyphème par Ulysse et ses compagnons, l’attaque de Scylla contre le vaisseau d’Ulysse, le vol du Palladium et une version du groupe dit « Pasquino », représentant Ménélas portant le corps de Patrocle. Parmi la très abondante bibliographie sur l’école rhodienne de sculpture, voir en particulier G. Merker, The Hellenistic Sculpture of Rhodes, Studies in Mediterranean Archaeology 40 (1973) ; N. T. De Grummond, B. S. Ridgway (éds), From Pergamon to Sperlonga (2000).

27 Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné (2003).

28 Chr. Blinkenberg, op. cit. (supra, n. 5), p. 53-56.

29 Sur l’importance « nationale » du sanctuaire d’Athana Lindia dans l’île de Rhodes, cf. A. Momigliano, « Note sulla Storia di Rodi », RFIC 64 (1936), p. 49-51.

30 Ce discours aitiologique rend compte d’une caractéristique du culte lindien, dans lequel les sacrifices sont ἄπυρα, c’est-à-dire ne requièrent pas l’usage du feu.

31 Cf. vers 91-94.

32 Chr. Blinkenberg, op. cit. (supra, n. 5), p. 113 ; Pindare, ibid., scholie 81 ή.

33 A. Bresson, op. cit. (supra, n. 23), p. 44-59.

34 Athènes, par le biais de la ligue maritime de Délos, primitivement destinée à lutter contre les Perses après les guerres médiques, tenait ses alliés en état de sujétion. Cf. ibid., p. 153-161.

35 Strabon, 9 = FHG III, p. 116. Sur Polémon d’Athènes, voit Fr. Susemihl, op. cit. (supra, n. 19), I (1891), p. 672, n. 172.

36 Le discours athénien sur son autochtonie, fréquemment employé dans le genre éminemment politique de l’oraison funèbre pour les soldats morts à la guerre, souligne la supériorité morale et politique d’Athènes sur les cités ennemies, Thèbes et Sparte, « peuplées d’un ramassis de toute provenance » (Lycurgue, Contre Léocrate, 100). Cf. N. Loraux, L’Invention d’Athènes. Histoire de l’oraison funèbre dans la cité « classique » (1981).

37 Cf. Lindos II, n° 199 et col. 1012-1014 : cette inscription, datée de 165 av. J.-C., révèle le nom d’une tribu Argeia ; N. F. Jones, op. cit. (supra, n. 9), p. 249-250.

38 Cf. L. Morricone, « I sacerdoti di Halio : Frammento di catalogo rinvenuto a Rodi », ASAA 27-29 (1949-1951), p. 361-380 ; P. M. Fraser, « The Tribal-Cycles of Eponymous Priests at Lindos and Kamiros », Eranos 51 (1953), p. 23-47.

39 La liste de ces attestations est fournie par N. F. Jones, op. cit. (supra, n. 9), p. 243, n. 3.

40 A. Maiuri, Nuova Silloge Epigrafica di Rodi e Cos (1925), n° 19, col. I l. 8. L’inscription est datée par l’éditeur des environs de 225 av. J.-C.

41 Lindos II, n° 696.

42 Cf. IG XII, 1, 127.

Notes de fin

1 Abréviations bibliographiques :
FHG = C. et Th. Müller (éds), Fragmenta Historicorum Graecorum (1849-1885).
Lindos II = Chr. Blinkenberg, Lindos. Fouilles de l’Acropole, 1902-1914, II. Inscriptions (1941).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

Auteur

Est ancien membre de l’École française d’Athènes et maître de conférences en Histoire à l’université de Clermont-Ferrand. Ses recherches portent sur les institutions civiques et les réseaux culturels et sociaux en mer Égée orientale, à l’époque hellénistique et au début de l’Empire romain. Elle a soutenu en 2005 une thèse de doctorat sur les associations cultuelles d’étrangers dans la région de Rhodes à l’époque hellénistique et prépare une étude sur l’île de Délos à l’époque impériale.

© École française d’Athènes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search