Version classiqueVersion mobile

Nommer et classer dans les Balkans

 | 
Gilles de Rapper
, 
Pierre Sintès

Troisième partie. Nommer les lieux dans les Balkans

Toponymie stambouliote et mémoires balkaniques : strates, traces et oublis

Jean-François Pérouse

Résumé

L’examen de la toponymie stambouliote actuelle (et officielle), malgré les résistances manifestées dans les pratiques orales déployées en marge des désignations consacrées, révèle des références balkaniques en définitive assez discrètes, sans commune mesure avec la contribution déterminante des populations balkaniques à la genèse et au peuplement contemporain de l’aire urbaine. Les quelques références identifiées renvoient à la fois à l’histoire mouvementée de la ville, dans ses rapports aux territoires qu’elle a contrôlés plus ou moins longtemps, à l’épopée des conquêtes et guerres ottomanes, et surtout aux modalités d’interprétation et de relecture du passé. En ce sens, la toponymie est un révélateur flagrant des mécanismes souvent biaisés de la mémoire nationale et locale et des représentations spatiales dominantes, produits de ces mécanismes. Considéré comme intrinsèquement lié à une forme officielle de l’écriture de l’histoire et donc comme objet d’enjeux politiques, le corpus patronymique d’Istanbul offre une certaine vision d’une histoire pourtant continuellement travaillée par l’horizon balkanique, territoire proche, ressource multiforme et réservoir humain sollicité tout au long des siècles.

Texte intégral

« Assurément, le changement des noms de lieu est la plus grande trahison faite à nos villes et à notre culture nationale »
M. Ayaşli, Dersaadet, Bütün Eserler 1 [2002], p. 228.

  • 1 Liée par sa naissance et son mariage à des familles de hauts serviteurs de l’Empire ottoman, cette (...)
  • 2 L’examen de la bibliographie en langue turque sur ces questions révèle en effet une prédominance de (...)

1Née au début du xxe siècle et morte à l’extrême fin du siècle, Münevver Ayaşlı1, observatrice sans concession des transformations d’Istanbul, dénonce ici les « républicains » – elle écrit dans les années 1970 – qui ont débaptisé la place Beyazıt (du nom de la fameuse mosquée), pour la renommer « Place de la liberté », appellation qui en fait n’a jamais « pris », les usages ayant résisté à ce changement imposé par le haut, et finalement abandonnée... Son point de vue sur la toponymie mêle donc un conservatisme nostalgique d’ottomane perdue dans un ordre républicain qu’elle désavoue largement, à un nationalisme de la longue durée, différent de celui promu par ce même ordre qui lui apparaît imposteur et niveleur. Dans le cas de Mme Ayaşlı, la toponymie est d’abord perçue à travers le prisme nationaliste, qui continue à brouiller voire biaiser a priori toutes les recherches sur cette question en Turquie2.

  • 3 Citons un idéologue de la période unioniste, mort en 1921, Hüseyin Avni (Alparslan) BegBeg : « […] (...)
  • 4 Emirnâme signé Enver Paşa, du 23 Kanûn-i evvel 1331 (5 janvier 1916).
  • 5 Sans parler des rues qui ne portent pas de noms, mais simplement des numéros assortis de la lettre (...)

2Partons d’un constat simple : la toponymie stambouliote, officielle, est aujourd’hui pauvre, tristement pauvre. Elle a été réduite tout au long du xxe siècle (les premières tentatives systématiques datant des années 1913-19163). L’appropriation d’Istanbul par le nationalisme turc s’est traduite par des vagues de nationalisation des toponymes, parallèlement à l’appauvrissement du spectre linguistique et confessionnel de la ville (en tout cas jusqu’aux années 1980). À l’évidence, les donneurs de noms de lieu ont manqué d’imagination dans leurs choix, contraints par un nombre restreint de référents obligés (un décret de janvier 1916 prescrivait déjà de remplacer les noms « étrangers » par des noms exaltant le « zèle au travail et les victoires militaires4 ») et sans doute aussi pressés par le développement de la ville. Il en résulte une désolante impression d’uniformité et d’indifférenciation : des dizaines de rues5, d’avenues, de quartiers ou de lieux-dits portent le même nom. Seules les pratiques quotidiennes, en deçà ou au-delà des désignations officielles, introduisent des variantes qui permettent de créer de la différence en fabriquant la singularité vécue des lieux.

  • 6 Nous ne nous sommes pas livré à une étude statistique complète ; la méthode utilisée relève du sond (...)

3L’analyse, encore non exhaustive compte tenu du gigantisme du corpus patronymique en jeu6, des noms de rues, de quartiers, de « lieux-dits » (mevki) et d’arrondissements, croisée à nos observations de terrain sur les pratiques de repérage et de désignation des lieux en périphérie, révèle des références balkaniques qu’on se propose d’examiner.

Le contexte : arbitraire, instabilité et multiplicité passée des toponymes

Une « (re)mise en toponymie » tardive

4L’arbitraire des limites administratives, sans cesse remaniées, explique que la majorité des Stambouliotes entretient un rapport flou avec les cadres de son propre milieu de vie et de travail. À la question « où sommes-nous ? », inlassablement posée lors de nos enquêtes, la réponse est fréquemment des plus imprécises. L’ignorance manifestée et les méprises révélées portent autant sur le niveau de l’arrondissement (ilçe) que sur celui du quartier (mahalle) ou même de la rue (sokak). Les redéfinitions incessantes des limites administratives, aux justifications obscures, ne facilitent pas l’intériorisation et l’assimilation de ces limites. Ces quinze dernières années en effet, des dizaines de nouveaux arrondissements, des centaines de nouveaux quartiers et des milliers de nouvelles rues et avenues ont été créés à Istanbul. Rien d’étonnant à ce que les personnes interrogées se trompent, surtout quand le redécoupage est intervenu après leur installation, d’autant que le nom spontanément attribué par les groupes d’habitants « pionniers » (premiers installés, souvent sur un mode informel) n’est, le plus souvent, pas repris. La modalité de désignation première ou spontanée consiste en effet à référer à l’origine des personnes nouvellement installées ; elle est par la suite rarement promue désignation officielle. Les quartiers « bulgares », « albanais » ou « bosniaques » des années 1950-1960 ont presque tous disparu dans leur désignation première, la dispersion progressive des habitants, produit des mobilités familiales et professionnelles, ayant aussi contribué à l’effacement de ces premières appellations.

5De même, le recours généralisé aux simples numéros et lettres pour la désignation des rues et avenues, dans une première étape en tout cas – étape qui peut durer plus de dix ans – concourt à désingulariser le territoire habité en instaurant un quasi-vide toponymique. Un des indices de stabilisation des tissus urbains périphériques réside dans le passage d’une voirie anonyme à une voirie nommée. On assiste alors progressivement à la naissance d’une toponymie. Par ailleurs, il existe un lien entre la précarité de la situation socio-économique et politique de nombre d’enquêtés et les difficultés d’identification à un territoire défini d’Istanbul. La survalorisation des identités d’origine (plus ou moins mythifiées) pour les migrants, l’hésitation à se faire inscrire en tant que résident dans les mairies de quartier, comme celle à se faire inscrire sur les listes électorales expliquent, à divers titres, cette difficulté d’ancrage.

Fluctuations politiques et flottements toponymiques

  • 7 La préfecture exerçant un droit de regard a posteriori.
  • 8 Alors que l’avenue Atatürk, ou le boulevard Atatürk, constitue invariablement l’artère principale d (...)

6Les difficultés à intégrer la toponymie officielle tiennent aussi à son instabilité chronique, résultat de plusieurs facteurs. En premier lieu, comme le déplore Münevver Ayaşlı, les fluctuations politiques, au niveau national comme au niveau local, ont des répercussions rapides sur la toponymie, reflétant les orientations idéologiques et les imaginaires de référence des uns et des autres. Pour les noms de rue, dont le choix relève le plus souvent de la mairie d’arrondissement7, l’émergence de la dernière forme d’« islam politique » en Turquie, à partir de la fin des années 1980, et la conquête du pouvoir local qui s’en est suivie, ont entraîné l’apparition de noms de rue jusqu’alors peu utilisés, puisant dans les patrimoines onomastiques de la « culture islamique ». Plusieurs mairies se sont distinguées par des initiatives toponymiques audacieuses, qui ont attiré l’attention et ont valu à des maires des rappels à l’ordre des autorités préfectorales, voire d’associations « vigilantes » ou de la presse laïque. Sultanbeyli, jeune mairie d’arrondissement, s’est ainsi illustrée dans les années 1990 pour ses inventions toponymiques jugées provocatrices par une partie de l’opinion8. À l’inverse, des mairies de gauche, à l’instar de celle d’Esenyurt entre 1995 et 2004, n’ont pas hésité à donner à certains boulevards et rues des noms de grandes figures de l’extrême gauche turque des années 1970. Les changements démographiques, avec leurs incidences sur les rapports démographiques locaux, se répercutent aussi, avec plus ou moins de décalage, dans la toponymie : ainsi l’ancien quartier « bulgare » de Gazi a pris une coloration alévie dans les années 1980, pour s’indifférencier, depuis les années 1990, les références à la mer Noire et à l’idéologie turco-islamique s’étant peu à peu banalisées.

  • 9 Par exemple la rue Şeyhbender sok. (arrondissement de Beyoğlu), actuellement orthographiée ainsi, n (...)

7Enfin, comme si les autorités n’attachaient pas une grande importance à l’exactitude des orthographes, les appellations peuvent varier d’une administration à une autre ou, dans le temps, d’une équipe municipale à l’autre. On voit ainsi des orthographes fausses finalement s’imposer, au risque de perdre à jamais l’histoire de certains toponymes9.

La multiplicité foisonnante passée des toponymes : une richesse enfouie

  • 10 Mot à mot le « village albanais ». Ce nom viendrait de l’implantation autoritaire en ces lieux, apr (...)

8Le dernier élément de contexte a trait au régime de pluralité toponymique (utilisation concomitante et non conflictuelle de plusieurs formes de désignation) qui a prévalu jusque dans les années 1930, voire 1960 parfois, et dont la mémoire locale garde la trace. Avec le passage d’un système politique multinational à un système mononational, le « spectre » des options toponymiques s’est donc réduit. Pour le quartier d’Arnavutköy10 par exemple, entre le xvie et le début du xxe siècle, cinq noms ont coexisté. Chaque « communauté » composant la mosaïque ottomane, chaque langue, avait en fait son appellation, non pas concurrente des autres, mais co-présente. De même, pour Istanbul, de très nombreux noms, persans ou arabes en majorité, à la multiplication desquels les poètes de cour ont largement participé, ont longtemps coexisté. À l’instar des quatre-vingt-dix-neuf noms de Dieu en arabe, Istanbul a été désigné de cinquante manières. Cette multiplicité fondatrice des modes de désignation fonde sans doute une relative indifférence par rapport aux désignations « fixes » et « uniques ».

L’appauvrissement du patrimoine toponymique et ses limites

Épuration toponymique ou filtrage ? Des tentatives répétées d’effacement

  • 11 D’après T. C. Dahiliye Vekâleti, Köylerimizin Adları [Les noms de nos villages] (1927).

9Sous l’impulsion des pouvoirs politiques et suivant une chronologie en trois temps – années 1913-1930, puis période 1950-1960, puis années 1980 –, la toponymie stambouliote a été bouleversée tout au long du xxe siècle. En comparant les noms des quartiers et lieux-dits en 192711 avec ceux de 2000, on peut se faire une idée très précise de cet appauvrissement et des modalités qu’il a revêtues. Il s’est agi à la fois :

    • 12 Par exemple, le village de Taşoluk, à la périphérie de l’arrondissement de Gaziosmanpaşa, était dén (...)
    • 13 Tel qu’il existe encore dans le guide d’Istanbul de 1934.
    • 14 Cf. Fatih, Tavsiyeli Testli (1998), p. 16.

    d’un effacement pur et simple de tous les noms à consonance grecque trop nette (Litros, Nifos, Vidos, Kalitarian, Ayapa, Pentnahor, Ekşinoz, Korfalli, certains Ayazma12 ou Aghiasma…) ; cet effacement a été le fruit d’une politique sciemment conduite et même à diverses reprises proclamée par les autorités nationales ou locales ; ainsi, le nom de Samatya (du grec Psamathion, signifiant « sablière ») n’existe plus aujourd’hui en tant que « canton » administratif (ou nahiye13), répertorié. C’est en 1964, au moment du décret d’expulsion des Hellènes d’Istanbul (qui disposaient aussi d’un passeport grec) qu’une directive a été adoptée, visant à supprimer tous les noms de quartiers « sonnant trop grec ». C’est alors que le nom de Samatya a disparu des nomenclatures administratives officielles, pour être remplacé par celui de Kocamustafapaşa. De la même façon, il n’existe pas, parmi les multiples quartiers administratifs de l’arrondissement de Fatih (on en compte 67 pour une superficie de 10 km2), de quartiers intitulés Fener ou Balat. L’appellation Fener ne subsiste qu’en tant qu’échelon intermédiaire entre le quartier et l’arrondissement, pour désigner un ensemble de sept quartiers14 ;

  • d’un effacement de tous les noms à références trop « ethniques » : disparition de tous les Ermeniköy (« village arménien ») par exemple (comme dans l’arrondissement de Çatalca) ;

  • d’une traduction pure et simple des termes stigmatisés comme « étrangers » ;

  • d’une transformation d’un certain nombre de noms grecs en équivalents turquifiés : tous les burgos devenant burgaz, Makrohori devenant Bakırköy, Ayastefanos devenant Yeşilköy… Les années 1930, marquées par la loi sur les patronymes de 1934, les lois sur la langue et la refonte du maillage administratif, enregistrent les plus importantes transformations de ce type ;

    • 15 Pour lequel ont cohabité, jusque dans les années 1960, le nom grec et le nom turc, par exemple Halk (...)

    enfin et surtout d’une généralisation des noms « turcs »…, inventés ou promus à l’exclusion des autres noms (comme dans le cas du nom des Îles-des-Princes15). Ainsi, les grandes percées dans le tissu ancien de la péninsule historique, réalisées dans les années 1950, ont reçu des noms éloquents (« Nation » et « Patrie » pour les deux principales) opérant une sorte de conquête onomastique d’Istanbul, bien après la conquête physique parachevée par l’urbanisme à prétentions modernisatrices.

  • 16 Qui permettent de fixer et de territorialiser la norme.

10L’objectif des remaniements toponymiques a donc été d’aligner les toponymes sur un standard « national » unique, à la fois linguistique et idéologique. Les noms de lieu ont fait et font partie des outils et supports possibles de la pédagogie nationale, contribuant à créer un environnement référentiel « cohérent » et surtout univoque. Les guides publiés par la mairie à partir de 1934, le guide d’Osman Nuri Ergin ouvrant la série, sont à cet égard des jalons importants dans l’œuvre d’appropriation ou de normalisation toponymique, où la « modernité » des techniques cartographiques16 est mise au service du projet nationaliste. Les effets du nationalisme turc sur la toponymie stambouliote ont été de réduire le spectre des appellations pour substituer à la multiplicité des possibles l’unicité de la norme turque. En ce sens, la citation de Münevver Ayaşlı en exergue de ce chapitre ne peut manquer de surprendre.

  • 17 Qui apparaît en fait au xviiie s., mais discrètement. Il est pourtant établi que le nom vient de la (...)
  • 18 Depuis quelque temps, ironiquement, certains Stambouliotes lui ont substitué l’étymologie suivante  (...)

11Parallèlement, les transformations procèdent d’une logique plus religieuse, indissociable de la logique nationaliste, en tout cas depuis 1950 – mais les lois et décrets des années 1910 insistaient déjà sur cette dimension religieuse –, dans le cadre d’un islam turc où le nationalisme s’alimente abondamment au religieux, l’idéologie turco-islamique présentant les Turcs comme des champions de l’islam. Le nom même d’Istanbul a été, au mépris de l’évidence de ses origines, l’objet d’une turquification cautionnée par certains « scientifiques » et même relayée par l’enseignement et les pouvoirs locaux. L’étymologie turque totalement fantaisiste17, « İslam-bol », soit « plein d’Islam » a en effet été proposée et continue à être revendiquée18. Par cette réécriture de l’histoire du nom s’opère une double captation : islamisation et turquification.

La correction par les pratiques et les réappropriations récentes

12L’espace vécu ne se construit donc pas (ou très peu) par rapport aux désignations officielles, souvent perçues comme plaquées et artificielles ; il se réfère en fait de plus en plus à des toponymes plus anciens, qu’utilisent par exemple les systèmes de transport collectif dans la description de leurs itinéraires (de préférence aux repères administratifs). Comme si l’ancien système de repères et d’identification était plus fiable (parce que plus stable et ancré ?).

  • 19 Comme à Arnavutköy.
    .

13Depuis le début des années 1990, d’ailleurs, on assiste à un étonnant retour du refoulé toponymique. Une partie des noms grecs ou à consonance grecque qui avaient été éradiqués fait ainsi l’objet d’une réhabilitation dans les usages. Ce processus est porté à la fois par tout un travail d’écriture de l’histoire locale, parfois dans le cadre d’associations de quartier19, et par l’économie médiatique (séries télévisées) et touristique, cette dernière étant encline à réhabiliter des termes supposés « parler » davantage aux touristes étrangers courtisés que les seuls termes turcs. Le terme de Pera par exemple, considéré avec suspicion encore par certains dans les années 1980, connaît depuis une dizaine d’années un tel succès qu’il en vient à désigner un ensemble qui dépasse largement le Pera « originel ». On constate même une mode des termes « anciens » ou « minoritaires », qui a pour effet indirect de disqualifier les politiques d’éviction toponymique menées pendant des années. Un processus de folklorisation du toponyme « originel » est donc à l’œuvre, à rebours des tentations uniformisatrices.

  • 20 Les noms Imbroz et Tenedos, par exemple, ont été abondamment utilisés pour nommer des restaurants o (...)

14Il y a aussi dans cet intérêt pour les strates toponymiques passées comme l’expression d’une mauvaise conscience (qui va même jusqu’à des formes de discrimination positive), doublée d’un pragmatisme à visées touristiques à peine dissimulées. La décrispation identitaire que vit la Turquie depuis le début des années 1990, malgré bien des résistances cependant, a par ailleurs créé un climat de détente favorable au retour des vieilles appellations. La différence identitaire, honteuse et cachée pendant des décennies, se proclame désormais sans complexe, dans les limites du consensus politique. Les formes de « gentrification » (installation de populations à capital social et scolaire élevé dans des quartiers jusque-là dégradés et habités par des classes défavorisées) que connaît Istanbul depuis une dizaine d’années vont aussi dans le sens de ces redécouvertes toponymiques. Les acteurs du marché immobilier qui accompagnent ce mouvement de reconquête ne s’y sont pas trompés, en tant qu’ils utilisent abondamment les anciennes dénominations dans leur argumentaire publicitaire20.

Les échos balkaniques dans la toponymie

15Si l’on met à part l’hydrographie (Tuna) et les géonymes généraux (Bosna, Balkan), ces échos ténus renvoient inégalement à l’histoire mouvementée du peuplement de la ville, des lendemains de la Conquête aux années 1980, à l’histoire des acquisitions et guerres ottomanes et aux mécanismes de reconstruction de la mémoire nationale et locale (tableau 1).

Tableau 1. Les toponymes « balkaniques » à Istanbul aujourd’hui

Tableau 1. Les toponymes « balkaniques » à Istanbul aujourd’hui

Source : Sokak Sokak İstanbul Kent Atlası, 1/7500 (2003) et relevés personnels.

16On sait qu’après la prise de Constantinople, le Conquérant, après quelques années, s’est lancé dans une véritable entreprise systématique de repeuplement de sa capitale par déplacement forcé ou très incitatif de populations d’origines et de qualités (du point de vue des compétences professionnelles notamment) variées. Là réside l’origine du toponyme d’Arnavutköy/Megarevna.

  • 21 Sorte de Premier ministre.
  • 22 Il en va de même du Grand Vizir Sokullu Mehmet Paşa (1565-1579), d’origine serbe.

17De plus, compte tenu des modes de construction d’une caste bureaucratique propres au système ottoman (par le biais du devşirme), nombre de grands personnages de l’État, issus des Balkans, ont gardé dans leur nom une trace de cette origine qui a pu se répercuter dans certains toponymes (à l’instar de Bosnalı Gazi İbrahim Paşa, Sadrazam21, mort en 1601, dont le mausolée fait encore repère dans la ville22).

Les vagues contemporaines oubliées ?

  • 23 Voir A. Toumarkine, Entre Empire ottoman et État-nation turc : les immigrés du Caucase et des Balka (...)
  • 24 Des installations numériquement peu importantes remontent en fait à la fin du xviie s. (après 1689)

18À partir des années 1820, avec le recul territorial accéléré de l’Empire ottoman, l’afflux organisé ou non de Balkaniques, musulmans, turcophones ou non23, s’intensifie24. Si les muhacir (réfugiés) sont prioritairement orientés vers la Thrace ou l’Anatolie à partir des années 1870, quelques-uns s’implantent aussi à Istanbul. L’afflux vers Istanbul est particulièrement dense entre 1912 et 1919. Mais cette vague de réfugiés dans un contexte de guerre n’a pas à notre connaissance marqué la toponymie à l’exception du « lieu-dit » – ce n’est ni un quartier ni un arrondissement – dénommé « Nouvelle Bosnie » (Yenibosna), situé dans l’arrondissement de Bahçelievler.

19Paradoxalement, les grandes vagues de peuplement des années 1950-1960 et de la fin des années 1980 n’ont pour l’instant pas eu d’écho notable dans la toponymie. Si l’on identifie toujours bien des « quartiers bulgares », complexes de logements collectifs où ont été accueillis les frères fuyant la Bulgarie de Jivkov en 1989 - de la périphérie européenne, à İkitelli, à la périphérie asiatique (Pendik), en passant par Kağıthane –, cette présence n’a pas eu d’incidence sur la toponymie, si ce n’est extrêmement discrète. Et de la même façon qu’il ne subsiste rien physiquement des « baraques » bulgares des années 1950 de Taşlıtarla (Est de l’arrondissement de Gaziosmanpaşa), la toponymie locale ne garde aucun souvenir de cette installation pourtant spectaculaire à l’époque. L’étude des cimetières que nous avions conduite à Gaziosmanpaşa avait pourtant mis au jour le rôle primordial des Balkaniques (des années 1920 aux années 1960) dans la formation des quartiers de cette ancienne périphérie d’Istanbul. Il apparaît que cette contribution est restée sans effet sur les modes de désignation des lieux. Il est par exemple surprenant de ne trouver aucune rue baptisée Filibe ou Şumnu, compte tenu du nombre très élevé de personnes issues de ces deux villes de Bulgarie dans cet arrondissement. En revanche, partout où cette strate fondatrice de population est attestée, les références secondaires – à l’hydrographie ou à des noms de province balkaniques – sont relativement plus nombreuses qu’ailleurs, comme si la référence à des éléments naturels était plus neutre et plus acceptable politiquement.

Des échos de la politique ottomane dans les Balkans

20Ce sont surtout les grandes conquêtes ottomanes du xvie siècle qui trouvent une résonance dans la toponymie, à la façon de toutes les références faites à la prise de Belgrade par Soliman en 1521 : de la Porte de Belgrade dans les murailles terrestres, à la « Forêt de Belgrade » au Nord-Est de l’agglomération (où Soliman avait installé des paysans serbes faits prisonniers). Le village byzantin de Petra, au cœur de la forêt, prit aussitôt après l’installation de ces paysans le nom de « Belgrat » ; nom qui s’est perpétué jusqu’à la disparition récente du dit village.

  • 25 En juillet 2004, en effet, les limites de la Municipalité du Grand Istanbul ont été agrandies et co (...)

21La seule référence à des hauts-faits militaires ottomans tardifs dans les Balkans a trait à la figure de Gazi Osman Paşa, qui a donné son nom à un arrondissement de la périphérie occidentale d’Istanbul créé en 1958. Ce haut responsable militaire s’est en effet illustré face aux armées serbes et russes dans la défense de Plevne (Pleven) en 1878. On ne compte pas dans cet arrondissement, comme dans nombre d’autres arrondissements d’ailleurs, les rues, squares ou avenues « Plevne » en souvenir de ce rare haut-fait de l’histoire militaire ottomane de l’époque dans les Balkans. Dans l’Istanbul des limites de la grande Municipalité de 200425, on dénombrait cinq avenues « Plevne » (à Bayrampaşa, Kartal/Samandıra, Avcılar et Pendik), deux écoles primaires dédiées au même héros de Plevne (à Arnuvutköy et à Gaziosmanpaşa), un lycée dédié aux même héros (à Eyüp) et treize rues « Plevne » ; tous et toutes situés dans des quartiers où les originaires des Balkans des années 1950-1960 pèsent d’un poids non négligeable dans les équilibres démographiques et politiques locaux.

Conclusion

22L’examen, esquissé ici, des références balkaniques de la toponymie stambouliote donne à réfléchir sur les mécanismes sélectifs de la mémoire collective ou plutôt ceux de la lecture de l’histoire opérée par les instances en charge de la production toponymique, dans un contexte contraignant de forte croissance urbaine. Enclins à exalter les grands moments de la conquête des Balkans à l’époque ottomane, les baptiseurs de lieux sont plus discrets sur les événements du xixe siècle et sur les vagues de peuplement ou de réfugiés originaires des Balkans (plus du tiers si l’on remonte à la troisième génération ?), à l’exception de celles des premiers siècles de l’Empire. On est ainsi surpris, eu égard à la part importante de la population d’Istanbul ayant des origines dans les Balkans, par la relative rareté des toponymes faisant référence à cet avant-pays migratoire d’Istanbul.

  • 26 Ainsi, les références à la « Thrace occidentale » (d’un point de vue turc) sont nombreuses dans la (...)

23En ce sens, les silences de la toponymie renseignent sur les difficultés de la construction d’une mémoire locale collective qui intègre toutes les composantes d’une histoire encore largement à écrire. L’inauguration en 2004 d’une külliye (vaste complexe religieux et culturel) İzzetbegoviç dans la périphérie asiatique d’Istanbul préfigure peut-être une nouvelle ère dans la production toponymique stambouliote, qui verra la prise en compte d’un passé plus récent26 et témoignera de la perpétuation de liens forts avec un « monde balkanique » si proche, dont Istanbul n’a jamais été vraiment coupé.

Bibliographie

Bibliographie

H. Y. Ağanoğlu, Osmanlı’dan Cumhuriyet’e Balkanların Makûs Talihi [Le sort contrarié des Balkans de l’époque ottomane à la république] (2001).

N. Akbayar, Osmanlı yer adları sözlüğü [Dictionnaire des noms de lieux ottomans] (2003).

S. Akin (dir.), Noms et re-noms : la dénomination des personnes, des populations, des langues et des territoires (1999).

R. Bijeljac, R. Breton, Du langage aux langues (1997).

A. Borie, P. Pinon, S. Yerasimos, L’occidentalisation d’Istanbul au xixe siècle (1989).

L.-J. Calvet, Les voix de la ville. Introduction à la sociolinguistique urbaine (1994).

J.-C. Chamboredon, « Carte, désignations territoriales, sens commun géographique : les noms de pays selon Lucien Gallois », Études rurales 109 (1988), p. 5-54.

N. O. Ergin, İstanbul şehir Rehberi (1934).

U. Hannerz, Explorer la ville. Éléments d’anthropologie urbaine (1980).

J. Levy, « Urbanité : à inventer. Villes : à décrire », Les Annales de la recherche urbaine 64 (1994), p. 11-16.

G. Montigny, De la ville à l’urbanisation (1992).

C. Mostras, Dictionnaire géographique de l’Empire ottoman (1995).

W. Müller-Wiener, Bildlexicon sur Topographie Istanbuls (1977).

J.-F. Pérouse, « Istanbul, métropole indicible ? À travers les quartiers Nord de Gaziosmanpaşa, entre varoş et batıkent », Cahiers d’études de la Méditerranée orientale et du monde turco-iranien 24 (1997), p. 122- 162.

J.-F. Pérouse, « Les cimetières d’Istanbul : sources vivantes de l’étude des dynamiques démographiques actuelles », Anatolia moderna IX (2001), p. 217-235.

G. de Rapper, Les Albanais à Istanbul, Les dossiers de l’IFEA, La Turquie aujourd’hui 3 (2000).

T. Savkay, Dil Devrimi [La révolution de la langue] (2002).

Sokak Sokak Istanbul Kent Atlası, 1/7500 (2003).

Y.-F. Tuan, « The City and Human Speech », The Geographical Review 84, 2 (1994), p. 144-151.

Notes

1 Liée par sa naissance et son mariage à des familles de hauts serviteurs de l’Empire ottoman, cette femme a été un témoin direct de la fin de l’Empire et de l’installation du nouveau régime républicain.

2 L’examen de la bibliographie en langue turque sur ces questions révèle en effet une prédominance des publications à forte charge nationaliste (publications souvent réalisées sous l’égide des institutions officielles de la langue ou de l’histoire turque) ou régionaliste.

3 Citons un idéologue de la période unioniste, mort en 1921, Hüseyin Avni (Alparslan) BegBeg : « […] il faut turquifier jusqu’au nom de nos plus petits villages. Refusons l’arménien, le grec et l’arabe. De la sorte, badigeonnons notre pays de notre propre identité. » Cité par A. Yüksel, Giresun Işık (www.giresun-gazete.net).

4 Emirnâme signé Enver Paşa, du 23 Kanûn-i evvel 1331 (5 janvier 1916).

5 Sans parler des rues qui ne portent pas de noms, mais simplement des numéros assortis de la lettre G., pour « provisoire ».

6 Nous ne nous sommes pas livré à une étude statistique complète ; la méthode utilisée relève du sondage . à partir des index, des guides et des cartes les plus fiables (en premier lieu : Sokak Sokak Istanbul Kent Atlası [2003]).

7 La préfecture exerçant un droit de regard a posteriori.

8 Alors que l’avenue Atatürk, ou le boulevard Atatürk, constitue invariablement l’artère principale dans les autres arrondissements, ici, l’avenue Atatürk est une avenue secondaire et peu reluisante, alors que les avenues Mücahit (« combattant de la foi ») ou Fatih (« le Conquérant ») sont plus centrales et remarquables.

9 Par exemple la rue Şeyhbender sok. (arrondissement de Beyoğlu), actuellement orthographiée ainsi, n’a rien à voir avec un quelconque Ş eyh (autorité religieuse) comme certains le prétendent. Cette origine religieuse est une invention (involontaire ?) récente qui résulte d’une mauvaise transcription d’un mot étranger.

10 Mot à mot le « village albanais ». Ce nom viendrait de l’implantation autoritaire en ces lieux, après la conquête de 1453, de janissaires d’origine albanaise. Les Grecs d’Istanbul parlaient et parlent à nouveau de Megarevma.

11 D’après T. C. Dahiliye Vekâleti, Köylerimizin Adları [Les noms de nos villages] (1927).

12 Par exemple, le village de Taşoluk, à la périphérie de l’arrondissement de Gaziosmanpaşa, était dénommé jusqu’en 1920 « Ayazma », un mot directement emprunté au grec, qui resurgit dans les agences immobilières.

13 Tel qu’il existe encore dans le guide d’Istanbul de 1934.

14 Cf. Fatih, Tavsiyeli Testli (1998), p. 16.

15 Pour lequel ont cohabité, jusque dans les années 1960, le nom grec et le nom turc, par exemple Halki/Heybeli.

16 Qui permettent de fixer et de territorialiser la norme.

17 Qui apparaît en fait au xviiie s., mais discrètement. Il est pourtant établi que le nom vient de la déformation de l’expression grecque eis tin polin, « je vais à la ville ».

18 Depuis quelque temps, ironiquement, certains Stambouliotes lui ont substitué l’étymologie suivante : isyan-bol (soit « plein de révolte »).

19 Comme à Arnavutköy.
.

20 Les noms Imbroz et Tenedos, par exemple, ont été abondamment utilisés pour nommer des restaurants ou des hôtels.

21 Sorte de Premier ministre.

22 Il en va de même du Grand Vizir Sokullu Mehmet Paşa (1565-1579), d’origine serbe.

23 Voir A. Toumarkine, Entre Empire ottoman et État-nation turc : les immigrés du Caucase et des Balkans du milieu du xixe siècle à nos jours, thèse, université de Paris IV-Sorbonne (2000).

24 Des installations numériquement peu importantes remontent en fait à la fin du xviie s. (après 1689).

25 En juillet 2004, en effet, les limites de la Municipalité du Grand Istanbul ont été agrandies et confondues avec celles du département (il) du même nom.

26 Ainsi, les références à la « Thrace occidentale » (d’un point de vue turc) sont nombreuses dans la toponymie des territoires récemment urbanisés. Qu’il s’agisse de noms de villes ou de grandes figures du mouvement communautaire (à l’image de Sadık Ahmet pour la Thrace occidentale).

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les toponymes « balkaniques » à Istanbul aujourd’hui
Crédits Source : Sokak Sokak İstanbul Kent Atlası, 1/7500 (2003) et relevés personnels.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

Auteur

Est maître de conférences en Géographie à l’université de Toulouse II. Agrégé de géographie et diplômé de l’INALCO, il est depuis la fin 1999 responsable de l’Observatoire urbain d’Istanbul au sein de l’Institut français d’études anatoliennes, et, depuis sa fondation, rédacteur en chef de la revue en ligne European Journal of Turkish Studies (EJTS : www.ejts.org). Après une thèse soutenue en 1994 sur la construction d’Ankara comme capitale politique de la nouvelle Turquie, il travaille plus spécifiquement sur les récentes mutations socio-spatiales d’Istanbul.

© École française d’Athènes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search