Version classiqueVersion mobile

La monnaie dans le Péloponnèse

 | 
Charles Doyen
, 
Eva Apostolou

Les conditions de la production monétaire dans le Péloponnèse durant l’Antiquité : Ateliers civiques ou ateliers « indépendants » ?

Coin production in the Peloponnese during the Antiquity. Civic or “independent” mints?

Οι συνθήκες της νομισματικής παραγωγής στην Πελοπόννησο. Εργαστήρια δημόσια ή « ανεξάρτητα »

Christophe Flament

Résumé

On considère habituellement que chaque cité grecque disposait de son propre atelier monétaire pour réaliser ses émissions. Les similitudes stylistiques et les identités de marques monétaires relevées entre les monnaies argiennes et les autres productions du Péloponnèse à l’époque classique révèlent, au contraire, que des ateliers ont manifestement travaillé pour plusieurs cités différentes. D’autres indices de même nature laissent penser que ce mode d’organisation des frappes en ateliers « indépendants » était en place dans cette région depuis l’adoption de la monnaie à la fin de l’époque archaïque et jusqu’à l’époque de Septime Sévère au moins. Dans ces conditions, l’étude des monnaies argiennes ne peut pas être envisagée séparément de celle des autres monnayages péloponnésiens, ouvrant ainsi la voie à une numismatique des « grands ensembles ».

Texte intégral

  • 1 La date du début du monnayage argien est en effet débattue : fin du vie s. - début du ve s. pour E. (...)
  • 2 Cf. à présent Chr. Flament, P. Marchetti, Le monnayage argien d’époque romaine (d’Hadrien à Gallien (...)

1Le monnayage argien a connu une étonnante longévité : inauguré selon toute vraisemblance vers la fin de l’époque archaïque1, il a perduré – avec toutefois de notables interruptions – jusqu’au iiie s. apr. J.-C.2. Il se révèle ainsi être une source de premier plan pour écrire l’histoire de cette cité. Mais, plus fondamentalement, le monnayage argien permet de poser de nombreuses questions de fond en matière d’histoire économique et monétaire en offrant un contrepoint particulièrement intéressant – et, à vrai dire, essentiel – au monnayage qui, peu ou prou, fait office de référence et de modèle pour l’ensemble du monde grec classique : le monnayage athénien.

  • 3 Cf. notamment Chr. Flament, « L’atelier athénien. Réflexions sur la “politique monétaire” d’Athènes (...)

2À Athènes, comme nous avons tenté de le démontrer ailleurs3, les frappes monétaires étaient principalement destinées à écouler l’argent produit en abondance par les mines du Laurion. C’était donc les entrepreneurs miniers qui, en définitive, dictaient le rythme et l’ampleur des frappes monétaires opérées dans un bâtiment spécialement affecté à cette tâche, que nos sources dénomment ἀργυροκοπεῖον. Il en allait tout autrement à Argos qui, à l’instar de l’écrasante majorité des cités ayant un jour signé des émissions monétaires, ne contrôlait aucun gisement argentifère. Pour frapper monnaie, Argos devait donc, au préalable, trouver du métal ainsi que – et c’est plus essentiel encore – des personnes capables de prendre en charge les opérations de frappe qui requièrent des savoir-faire tout à fait spécifiques. Dans de telles conditions, on conçoit aisément que frapper monnaie n’allait absolument pas de soi pour les Argiens et que chaque émission devait, en réalité, répondre à des impératifs précis qui n’étaient pas uniquement ceux de leur seule cité : certains phénomènes que l’étude du monnayage argien met en lumière ne peuvent s’expliquer, en effet, qu’en les replaçant dans le contexte beaucoup plus large d’une zone économique et monétaire où les différents monnayages péloponnésiens sont étroitement imbriqués. En somme, la plupart des principes qui fondent habituellement les travaux numismatiques gagneront à être éprouvés par l’étude du monnayage argien, comme l’illustre parfaitement le traitement des monnaies de l’époque classique.

Les « loups » d’époque classique et les monnayages péloponnésiens

  • 4 Cf. à ce propos Chr. Flament, « Classement stylistique et essai de périodisation du monnayage au lo (...)
  • 5 On songe ici naturellement aux termes de la convention conclue entre Phocée et Mytilène pour la réa (...)

3Ces émissions se caractérisent par la présence de différents monétaires sous la forme de lettres et de symboles que l’on a (trop) rapidement identifiés à des signatures de magistrats. Pourtant, l’étude charactéroscopique démontre clairement qu’il ne faut pas chercher à établir une succession strictement linéaire entre ces différents marquages, comme cela aurait dû être le cas s’il s’était agi de la signature de tels magistrats4. À quoi correspondraient dès lors ces indications ? Il faut bien faire ici aveu d’ignorance, mais l’hypothèse la plus probable est qu’il s’agisse de marques laissées par les ateliers, vraisemblablement destinées à permettre, le cas échéant, d’identifier les différents aspects de la production monétaire, a fortiori dans le but d’exercer un contrôle. Elles sont donc susceptibles de renvoyer à des réalités multiples : marques d’émission, signatures de chefs d’atelier ou d’équipes, de responsables de la préparation des flans5 ou de la frappe monétaire, sans exclure bien d’autres aspects encore que notre profonde méconnaissance du fonctionnement concret des ateliers monétaires grecs nous empêche, hélas, de déterminer.

  • 6 Le symbole dauphin joue d’ailleurs, dans l’un comme dans l’autre monnayage, uniquement le rôle de m (...)

4Si l’on ne peut proposer de solution nette et tranchée quant à la signification de ces différents, c’est incontestablement en sortant des études de cas particuliers que l’analyse pourra progresser. On relève, en effet, de nombreuses identités de différents – qu’il s’agisse de lettres ou de symboles – entre les monnayages des cités du Péloponnèse, notamment au ive s. Ainsi, les émissions argiennes et corinthiennes de cette époque ont en commun de nombreux symboles : croissant de lune, étoile à huit branches, arc, feuille de lierre, harpè, astragale, triskèle de croissants et dauphin6. Le tableau 1 dresse quant à lui une liste – qui n’est certainement pas exhaustive – des identités de lettres.

  • 7 Il s’agit d’une adaptation du tableau 1 figurant p. 58-59 de Chr. Flament (n. 4).

Tabl. 1. Identité de lettres au sein des monnayages péloponnésiens7.

Fig. 1. Comparaison entre la chimère des trihémidrachmes corinthiens et celle des statères sicyoniens (d’après J. A. W. Warren [n. 8], pl. 13, nos 10 et 15).

Fig. 2. Comparaison entre le loup d’une monnaie argienne (d’après BCD Peloponnesos, n° 1009) et la biche d’une monnaie de Psophis (d’après CNG, Mail Bid Sale 81, n° 2722).

  • 8 J. A. W. Warren, « The Trihemidrachms of Corinth », dans C. M. Kraay et al. (éds), Essays in Greek (...)
  • 9 Cf. la mise au point chronologique dans Chr. Flament (n. 4), p. 64-73.

5Est-ce là pure coïncidence que des cités proches géographiquement portent des marques identiques ? L’ampleur du phénomène peut en faire douter, d’autant que lorsque l’on peut comparer ce qui est comparable, on a nettement l’impression que les mêmes graveurs ont prêté leur talent aux monnayages concernés. Ainsi, J.A.W. Warren8 souligne à quel point la chimère figurant aux revers des trihémidrachmes corinthiens de sa série Va était proche de celle ornant les statères sicyoniens marqués couronne / N ou I (émis vers 330 ou un peu plus tard9), avant d’en conclure qu’elles devaient être de la même main (fig. 1).

6La monnaie argienne du ve s. reproduite à la fig. 2 constitue peut-être une illustration supplémentaire de ce phénomène que les Anglo-Saxons appellent engraver-sharing. De par son style et son orientation, le loup ne ressemble à aucun de ceux qui ornent les monnaies argiennes de la même époque. Étrangement, ce sont les protomés de biche des monnaies de Psophis qui offrent les parallèles les plus frappants : même orientation, mêmes cou et museau étirés, même manière de représenter l’articulation des pattes au moyen d’un globule prononcé, comme si le graveur de la monnaie argienne avait auparavant été mis à contribution pour les productions de Psophis.

  • 10 Fr. de Callataÿ, « On the Style of the “Aitna Master” from Eastern Sicily », ISA 3 (2004), p. 45.
  • 11 On peut consulter à ce propos, du même Fr. de Callataÿ, Recueil quantitatif des émissions monétaire (...)
  • 12 L. Robert, Monnaies grecques : types, légendes, magistrats monétaires et géographie (1967), p. 104- (...)

7Les identités de marques relevées précédemment ainsi que les exemples d’engraver-sharing que l’on vient de passer en revue sont des particularités qui peuvent aisément s’expliquer si on admet que plusieurs cités du Péloponnèse s’adressaient au même atelier pour la réalisation de leurs émissions. Il n’est pas difficile de concevoir, en effet, que pour la majorité des cités – et pas uniquement celles du Péloponnèse – l’entretien permanent d’un atelier monétaire ne se justifiait absolument pas. Fr. de Callataÿ10 a estimé qu’un graveur employé à temps plein pouvait réaliser environ vingt-six coins par an ; or, les émissions annuelles de bon nombre de cités grecques n’en requéraient pas autant11. D’ailleurs, la production monétaire y était intermittente du fait que, comme on l’a souligné à l’entame de cette étude, les cités péloponnésiennes ne disposaient pas de sources régulières d’approvisionnement métallique. Impossible, dans ces conditions, d’imaginer qu’elles aient consacré en permanence un bâtiment et un personnel spécifiques aux opérations monétaires. Lorsqu’elles souhaitaient frapper monnaie, il était pour elles beaucoup plus commode, comme le suggérait L. Robert12, de s’adresser à l’atelier de plus grandes cités.

  • 13 Chr. Feyel, Les artisans dans les sanctuaires grecs aux époques classique et hellénistique à traver (...)
  • 14 Cf. à ce propos les expérimentations relatées dans Th. Faucher et al., « À la recherche des atelier (...)

8Mais pourquoi ne pas également envisager l’existence d’ateliers que l’on pourrait qualifier d’« indépendants » – car sans lien avec l’une ou l’autre cité –, spécialisés dans la fabrication monétaire et qui, pour vivre de leurs activités, n’avaient d’autre choix que de proposer leurs services à plusieurs cités ? Comme le souligne Chr. Feyel13, les documents épigraphiques relatifs au monde des artisans révèlent une très grande mobilité des ouvriers et des entrepreneurs grecs. Ils mettent également en évidence que le travail des métaux constituait un savoir-faire spécifique pour lequel on n’hésitait pas à faire appel à des personnes étrangères à la communauté civique. Dans ces conditions, on en arriverait à la situation quelque peu paradoxale où, d’un côté, les cités auraient dû fréquemment s’adresser à des étrangers pour réaliser de simples goujons tandis que, de l’autre, elles auraient toujours eu à disposition des artisans locaux pour prendre en charge la fabrication de leurs monnaies. C’est là un scénario d’autant plus improbable que les artisans monétaires étaient des métallurgistes très spécialisés, la frappe de monnaies requérant des savoir-faire spécifiques que ne devait guère maîtriser n’importe quel χρυσοποιός, ἀργυροκόπος ou χαλκεύς14. Dans ce contexte, l’existence d’artisans monétaires se mettant au service des cités au gré des demandes est beaucoup moins incongrue qu’elle n’aurait pu le sembler a priori.

  • 15 Cf. à son propos Chr. Flament (n. 4), p. 39-48, ainsi que les études de P. Marchetti : « Autour de (...)
  • 16 Cf. à ce propos C. Grandjean, Les Messéniens de 370/369 au ier siècle de notre ère. Monnayages et h (...)
  • 17 Chr. Feyel (n. 13), ÉPI 347 et D 147.
  • 18 Ibid., ÉPI 233 et D 99. Il est à noter que Chr. Feyel ne fait pas le rapprochement entre Delphes et (...)

9Elle l’est d’ailleurs d’autant moins qu’un tel atelier est en réalité attesté dans notre documentation épigraphique : la comptabilité relative au sanctuaire de Delphes (CD II, 75, I, 52) fait état, en effet, d’un certain Dexios, désigné comme ἀργυροκόπος, à qui avait été confiée, en 336, la réalisation du nouveau monnayage amphictionique15. Mais d’où venait ce Dexios ? Il suffit de comparer les statères amphictioniques, tant au droit qu’au revers, avec les monnaies des Locriens d’Oponte, d’Élis ou de Phénéos pour gager qu’il avait dû auparavant travailler dans ces régions. En effet, les profils des divinités au droit (fig. 3) présentent de frappantes similitudes : le nez est dans le prolongement du front ; la lèvre supérieure est collée à la narine ; la bouche dessine un rictus inversé ; le menton est assez fort. Le traitement de la chevelure, des roseaux et de la boucle d’oreille est tout à fait identique sur les exemplaires des Locriens et de Phénéos ; ces éléments ont été adaptés sur les monnaies de l’Amphictionie – par l’ajout d’un épi de blé, exactement comme sur certains exemplaires de Phénéos – et d’Élis, probablement, dans ce dernier cas, pour répondre à la représentation traditionnelle d’Héra. Les traits blancs sur la fig. 4 démontrent, quant à eux, que l’on a manifestement suivi le même schéma pour réaliser les visages de l’Héraklès stymphalien et de l’Apollon delphien. Les similitudes tant au niveau stylistique que dans la forme des flans, la mise en page des types ainsi que dans la composition métallique16 sont trop frappantes pour être fortuites et ne pas faire admettre que Dexios avait dû participer à la réalisation de ces différents monnayages. Il aurait ainsi fait partie d’un atelier itinérant travaillant au gré des demandes dans le Péloponnèse et en Phocide, empruntant ainsi le même parcours que d’autres ergônai attestés dans la documentation épigraphique, notamment les Argiens Khrémôn17 et Nikostratos18 qui avaient travaillé de concert à la Tholos d’Épidaure et au sanctuaire de Delphes.

Fig. 3. Monnaies de l’Amphictionie de Delphes, des Locriens d’Oponte, d’Élis et de Phénéos (d’après Chr. Flament [n. 4], pl. III, nos 2-5).

Fig. 4. Comparaison du profil de l’Héraklès stymphalien (d’après BCD Peloponnesos, n° 1704) avec celui de l’Apollon delphien (d’après M. Galani-Krikou et al., Coins and Numismatics [1996], p. 160).

Fabrication en ateliers « indépendants » : une constante dans le Péloponnèse

  • 19 N. K. Rutter, Campanian Coinage 475-380 B.C. (1979), plus particulièrement le tableau de die-transf (...)
  • 20 P. Marchetti, « En guise d’épigraphie monétaire », dans La monetazione di Neapolis nella Campania a (...)
  • 21 Il suffit, pour s’en convaincre, de regarder et de comparer les trois exemplaires (nos 232 à 234, p (...)

10L’organisation des frappes en ateliers indépendants n’est néanmoins pas propre au Péloponnèse : c’est un phénomène que l’on rencontre également, à la même époque, en Campanie19, à Naples notamment20, mais aussi en Crète21. Dans le Péloponnèse néanmoins, ce mode d’organisation semble aussi ancien que l’adoption de la monnaie elle-même. On ne peut qu’être frappé, en effet, par les nombreuses similitudes, tant techniques que stylistiques, que présentent les premières monnaies argiennes avec celles des cités voisines d’Héraia, de Mantinée et de Cléones. Sur le plan technique, on relève ainsi la présence de deux petits carrés creux au revers qui correspondent, de toute évidence, à une technique de frappe particulière qui pourrait bien constituer la « marque de fabrique » d’un atelier. Sur le plan stylistique ensuite, certaines monnaies sont si proches que l’on croit y reconnaître le travail des mêmes artisans. Ainsi, le parallèle entre les drachmes argiennes et les premiers trioboles de Mantinée est frappant : même disposition et même mouvement de l’animal ; même ligne de globules entourée de deux traits pour figurer la ligne de terre (fig. 5).

11Les droits de certaines oboles de ces deux cités sont par ailleurs si proches que l’on ne peut que les attribuer au même graveur : sur le parallèle illustré à la fig. 6, on retrouve la même façon de disposer l’œil ou de dessiner les babines au moyen d’un trait courbe ; il s’agit là de détails qui ne trompent pas.

Fig. 5. Comparaison entre le droit des drachmes argiennes (au centre, d’après ΝΜΑ, ∏ 359 [moulage conservé dans les dossiers de T. Hackens]) et ceux des trioboles mantinéens (d’après BCD Peloponnesos, n° 1447 [gauche] ; ibid. n° 1448 [droite]).

Fig. 6. Comparaison entre le droit d’une obole d’Argos (d’après E. Babelon [n. 1] II/1, pl. 37, n° 18) et celui d’une obole de Mantinée (d’après ibid., pl. 38, n° 31).

  • 22 M. J. Price, The Coinage in the Name of Alexander the Great and Philip Arrhidaeus (1991), p. 156, 1 (...)
  • 23 Ibid., p. 159.

12De nombreux éléments indiquent que les frappes postérieures à l’époque classique furent également réalisées au sein d’ateliers indépendants. Les identités de lettres relevées dans le tableau 1 dépassent, en effet, le cadre des seuls monnayages civiques péloponnésiens, puisque certains parallèles impliquent des monnaies aux types d’Alexandre le Grand. Par exemple, le différent NO des poulains de Corinthe de la période V figure également sur des alexandres attribués à Corinthe ou à Sicyone de la toute fin du ive s. Cette identité n’avait pas échappé à M.J. Price22 qui estimait que l’atelier corinthien avait pu prendre part aux émissions d’alexandres sicyoniens. En réalité, les deux cités s’étaient probablement adressées aux mêmes artisans monétaires pour produire leurs émissions d’alexandres, tout comme elles le faisaient auparavant, pensons-nous, pour leur monnayage civique. M. J. Price23 estimait d’ailleurs que les alexandres de ces deux cités étaient si proches stylistiquement qu’il ne fallait guère hésiter à y reconnaître, dans certains cas, l’œuvre des mêmes graveurs.

  • 24 Chr. Flament (n. 4), p. 91.
  • 25 Sur ces questions de métrologie, on se reportera désormais à Ch. Doyen, Études de métrologie grecqu (...)

13Aux iiie-iie s., la production des monnaies argiennes demeure étroitement liée à celle des autres cités péloponnésiennes : les premières séries au loup du iiie s. portent les différents AP ou API24 que l’on retrouve également sur les plus anciennes séries de poids réduit25 émises aux noms d’Élis et de Sicyone (fig. 7).

Fig. 7. Monnaies éléenne (d’après Ch. Th. Seltman, The Temple Coins of Olympia [1975], pl. 8, DJ-ζφ), argienne (d’après BCD Peloponnesos, n° 1140.2) et sicyonienne (d’après J. A. W. Warren, « The Autonomous Bronze Coinage of Sicyon, Part I », NC 143 [1983], pl. 58, n° 1903) portant le différent « API ».

Fig. 8. Comparaison entre le droit représentant Septime Sévère sur une monnaie argienne (d’après BCD Peloponnesos, n° 1211.2) et sur une autre de Phlionte (d’après ibid., n° 149).

Fig. 9. Liaison de coins entre une monnaie de Telphusa (d’après BCD Peloponnesos, n° 1767) et une autre de Psophis (d’après ibid., n° 1689).

  • 26 J. A. W. Warren, « Updating (and Downdating) the Autonomous Bronze Coinage of Sikyon », dans R. Ash (...)
  • 27 Cf. à ce propos Chr. Flament, « Die et Engraver-Sharing dans le Péloponnèse entre le règne d’Hadrie (...)
  • 28 K. Kraft, Das System der kaiserzeitlichen Münzprägung in Kleinasien. Materialen und Entwürfe (1972)
  • 29 Notamment H.-D. Schultz, « Die-Sharing in Thrakien », AN 36 (déc. 1999), p. 829-836, et V. Grigorov (...)

14Autres éléments qui dénotent que le phénomène est de toute évidence étendu : J. A. W. Warren26 relevait des cas d’engraver-sharing entre des monnaies en bronze de Sicyone, de Mégare et de Phocide à la même époque. Enfin, ce mode d’organisation des frappes était toujours en place à l’époque romaine, comme le révèlent notamment des similitudes stylistiques entre des monnaies de l’époque de Septime Sévère portant des ethniques différents (fig. 8) et, de manière plus incontestable encore, les cas d’« échanges » de coins entre cités27 (fig. 9), comparables à ceux qu’avait relevés K. Kraft28 en Asie Mineure et d’autres, après lui, en Thrace29.

Quelques conséquences de l’organisation en ateliers indépendants sur l’étude du monnayage grec

15Une telle reconstitution des frappes est évidemment susceptible d’avoir d’importantes répercussions sur l’étude des monnayages grecs, notamment en termes de chronologie. En effet, si les monnaies issues du même atelier ne sont pas strictement contemporaines, on peut néanmoins considérer que l’écart chronologique qui les sépare ne doit pas être trop important. Ainsi, l’étude en parallèle des différents monétaires permet de dater résolument les fameux statères argiens à l’effigie d’Héra (fig. 10) du deuxième tiers du ive s.

Fig. 10. Statère argien à l’effigie d’Héra (C. M. Kraay [n. 1], pl. 17, n° 309).

  • 30 C. M. Kraay (n. 1), p. 101.
  • 31 Voir à ce propos R. Neudecker, NP, s.v. « Polykleitos 2 », t. X (2001), col. 66, et, tout récemment (...)

16Alors qu’on les mettait autrefois en rapport avec l’alliance conclue entre Élis et Argos en 421, C. M. Kraay30, tirant notamment parti du témoignage des découvertes monétaires, avait proposé d’en abaisser la date d’émission après la bataille de Leuctres en 371. Le fait que certains statères argiens portent le différent ΔΙ que l’on rencontre également au sein des émissions corinthiennes des périodes IV et V d’O.E. Ravel plaide résolument en faveur d’une chronologie basse. D’ailleurs, si ces statères représentent effectivement au droit la statue de l’Héraion, ils ne peuvent être antérieurs à ca 370, puisque le sculpteur qui est l’auteur de cette statue n’est pas le « grand » Polyclète de la fin du ve s., mais Polyclète « le Jeune » dont l’activité se situe précisément dans le courant du deuxième tiers du ive s.31. L’identité de marques entre ces statères et les trioboles au loup suggère par ailleurs que, contrairement à l’idée reçue, l’émission de statères n’avait pas interrompu celle des trioboles.

  • 32 K. Kraft (n. 28), p. 94-96.
  • 33 Cf. à ce propos Chr. Flament, P. Marchetti (n. 2), deuxième partie.

17Mais ce mode d’organisation des frappes a également d’importantes répercussions sur l’étude iconographique et l’exploitation des représentations monétaires. Dans le cadre d’ateliers indépendants, les graveurs pouvaient ne pas être originaires de la cité émettrice ou n’avaient pas forcément l’objet ou le bâtiment à illustrer devant les yeux. Dans ces conditions, comme l’avait suggéré K. Kraft32 pour les émissions d’Asie Mineure, le choix des types dépendait peut-être autant – voire plus – de l’éventail iconographique à disposition d’un atelier que du contexte cultuel des cités émettrices. Il paraît donc vain, dans ces conditions, de chercher à étudier les détails des bâtiments ou autres chefs-d’œuvre perdus à partir des seules représentations monétaires33.

Conclusions

  • 34 Pollux, Onomastikon IX 74.
  • 35 Hésychius, s.v. « χελώνη ».

18De telles prémisses invitent évidemment à un réexamen beaucoup plus large de l’organisation des monnayages grecs, car c’est le lien que l’on estimait indéfectible entre monnayage et cité qui se voit ici fondamentalement remis en question. C’est en effet uniquement en sortant du cadre étroit de la cité que l’on appréhendera correctement le phénomène monétaire grec. La numismatique ne peut plus se résumer à une superposition de corpora monétaires ; les différents monnayages civiques ne constituent, en réalité, que les éléments de plus vastes ensembles au sein desquels ils interagissent et se hiérarchisent en deux grandes catégories. D’une part les monnayages que l’on qualifiera de « principaux », comme celui d’Athènes à l’époque classique, les monnayages royaux à l’époque hellénistique et celui de Rome ensuite. Ils requièrent incontestablement un traitement spécifique, car chacun d’eux ne répond pas uniquement aux besoins de la seule cité émettrice, mais aussi de toutes celles qui, d’une manière ou d’une autre, y ont greffé leurs propres émissions monétaires – que l’on qualifiera de « secondaires » –, soit qu’elles en ont repris l’étalon ou des éléments iconographiques, soit qu’elles l’ont adopté en partie (en limitant, par exemple, leurs productions aux petites dénominations) ou intégralement, entraînant alors la cessation pure et simple de leurs propres émissions. Ainsi, le fait qu’Argos produisait uniquement des monnaies divisionnaires (inférieures à la drachme) indique, de toute évidence, que la cité était intégrée dans un système monétaire beaucoup plus large. La limitation aux petites dénominations ne signifie évidemment pas, comme on conclut encore trop souvent, en ce sens, que l’horizon de l’économie argienne n’impliquerait que des transactions de faible ampleur. En réalité, les Argiens utilisaient pour les transactions plus importantes un autre monnayage qui évidemment ne peut être, étant donné l’étalon auquel se réfèrent les monnaies argiennes, que les statères dits « éginétiques ». Que la cité d’Argos, mais aussi beaucoup d’autres dans le Péloponnèse qui frappaient uniquement de petites dénominations – voire pas de monnaies du tout du tout – faisaient usage du monnayage à la tortue donnerait raison aux lexicographes Pollux34 et Hésychius35 qui faisaient de ces pièces le νόμισμα Πελοποννησιακόν, la « monnaie du Péloponnèse ».

  • 36 Chr. Flament, « Faut-il suivre les chouettes ? Réflexions sur la monnaie comme indicateur d’échange (...)
  • 37 Notamment dans T. Hackens, « La métrochronologie et la numismatique des ensembles, aboutissements r (...)

19C’est donc incontestablement en replaçant la monnaie dans une perspective systémique qu’il convient désormais de reconsidérer une série de situations que l’on a fait un peu trop vite découler de décisions politiques, notamment l’arrêt de nombreux monnayages égéens dans le courant de la seconde moitié du ve s., où l’on voyait traditionnellement un effet du décret monétaire IG I3 145336. Les différents monnayages sont en fait étroitement imbriqués les uns dans les autres, d’où le fait que les vicissitudes rencontrées par l’un auront fatalement des répercussions sur les autres. C’est incontestablement dans cette perspective, c’est-à-dire en réfléchissant en termes de « numismatique des [grands] ensembles », comme le prônait T. Hackens37 à la mémoire de qui ce colloque est dédié, qu’il faut aborder le monnayage argien, un monnayage intermittent qui fonctionne manifestement en symbiose avec les autres productions monétaires du Péloponnèse.

Notes

1 La date du début du monnayage argien est en effet débattue : fin du vie s. - début du ve s. pour E. Babelon, Traité des monnaies grecques et romaines, t. II, 1 (1907), col. 828, et BCD Peloponnesos, p. 250 ; 468 pour B. V. Head, Historia Numorum : A Manual of Greek Numismatics2 (1967), p. 437 ; entre ces deux termini pour C. M. Kraay, Archaic and Classical Greek Coins (1976), p. 96.

2 Cf. à présent Chr. Flament, P. Marchetti, Le monnayage argien d’époque romaine (d’Hadrien à Gallien) (2011).

3 Cf. notamment Chr. Flament, « L’atelier athénien. Réflexions sur la “politique monétaire” d’Athènes à l’époque classique », dans G. Moucharte et al. (éds), Liber Amicorum Tony Hackens (2007), p. 1-10.

4 Cf. à ce propos Chr. Flament, « Classement stylistique et essai de périodisation du monnayage au loup d’Argos », RN 165 (2009), p. 81-105 ; id., Contribution à l’étude des ateliers monétaires grecs. Étude comparée des conditions de fabrication de la monnaie à Athènes, dans le Péloponnèse et dans le royaume de Macédoine à l’époque classique (2010), p. 60-63 ; id., « Classement stylistique et essai de périodisation des monnaies au loup d’Argos. II : Les émissions du ve s. », RN 169 (2012), p. 159-178.

5 On songe ici naturellement aux termes de la convention conclue entre Phocée et Mytilène pour la réalisation de leurs monnaies d’électrum (cf. notamment M. N. Tod, A Selection of Greek Historical Inscriptions, t. 2 [1948], n° 112), où toute manipulation dans le titre du métal était sévèrement punie. Mais cf. également à ce propos les extraits suivants du corpus démosthénien : C. Leptine (XX), 167, et C. Timocrate (XXIV), 212.

6 Le symbole dauphin joue d’ailleurs, dans l’un comme dans l’autre monnayage, uniquement le rôle de marque secondaire.

7 Il s’agit d’une adaptation du tableau 1 figurant p. 58-59 de Chr. Flament (n. 4).

8 J. A. W. Warren, « The Trihemidrachms of Corinth », dans C. M. Kraay et al. (éds), Essays in Greek Coinage Presented to Stanley Robinson (1968), p. 142.

9 Cf. la mise au point chronologique dans Chr. Flament (n. 4), p. 64-73.

10 Fr. de Callataÿ, « On the Style of the “Aitna Master” from Eastern Sicily », ISA 3 (2004), p. 45.

11 On peut consulter à ce propos, du même Fr. de Callataÿ, Recueil quantitatif des émissions monétaires archaïques et classiques (2003).

12 L. Robert, Monnaies grecques : types, légendes, magistrats monétaires et géographie (1967), p. 104-105.

13 Chr. Feyel, Les artisans dans les sanctuaires grecs aux époques classique et hellénistique à travers la documentation financière en Grèce (2006).

14 Cf. à ce propos les expérimentations relatées dans Th. Faucher et al., « À la recherche des ateliers monétaires grecs », RN 165 (2009), p. 43-80.

15 Cf. à son propos Chr. Flament (n. 4), p. 39-48, ainsi que les études de P. Marchetti : « Autour de la frappe du nouvel amphictionique », RBN 145 (1999), p. 99-113 ; id., « Révision des comptes à apousiai (CD II, 75-78) », BCH 123 (1999), p. 405-422 ; Ch. Doyen, « Le salaire de Dexios. Retour sur la frappe du nouvel amphictionique », BCH 135 (2011), p. 237-259.

16 Cf. à ce propos C. Grandjean, Les Messéniens de 370/369 au ier siècle de notre ère. Monnayages et histoire (2003), p. 31, avec annexe 3, tableau 1.

17 Chr. Feyel (n. 13), ÉPI 347 et D 147.

18 Ibid., ÉPI 233 et D 99. Il est à noter que Chr. Feyel ne fait pas le rapprochement entre Delphes et Épidaure ; ce rapprochement est le fait de P. Marchetti, « L’épikatallagè à Delphes, à Épidaure et chez Théophraste », dans G. Moucharte et al. (n. 3), p. 81.

19 N. K. Rutter, Campanian Coinage 475-380 B.C. (1979), plus particulièrement le tableau de die-transferences p. 102.

20 P. Marchetti, « En guise d’épigraphie monétaire », dans La monetazione di Neapolis nella Campania antica. Atti del VII Convegno del Centro internazionale di Studi numismatici – Napoli 20-24 aprile 1980 (1986), p. 443-463.

21 Il suffit, pour s’en convaincre, de regarder et de comparer les trois exemplaires (nos 232 à 234, pl. 14) illustrés dans O. Mørkholm, Early Hellenistic Coinage. From the Accession of Alexander to the Peace of Apamea (336-188 B.C.) (1991).

22 M. J. Price, The Coinage in the Name of Alexander the Great and Philip Arrhidaeus (1991), p. 156, 159.

23 Ibid., p. 159.

24 Chr. Flament (n. 4), p. 91.

25 Sur ces questions de métrologie, on se reportera désormais à Ch. Doyen, Études de métrologie grecque II. Étalons de l’argent et du bronze en Grèce hellénistique (2012), plus particulièrement p. 123-139.

26 J. A. W. Warren, « Updating (and Downdating) the Autonomous Bronze Coinage of Sikyon », dans R. Ashton (éd.), Studies in Greek Numismatics in Memory of Martin Jessop Price (1997), p. 358.

27 Cf. à ce propos Chr. Flament, « Die et Engraver-Sharing dans le Péloponnèse entre le règne d’Hadrien et celui de Septime Sévère », BCH 131 (2007), p. 559-614.

28 K. Kraft, Das System der kaiserzeitlichen Münzprägung in Kleinasien. Materialen und Entwürfe (1972).

29 Notamment H.-D. Schultz, « Die-Sharing in Thrakien », AN 36 (déc. 1999), p. 829-836, et V. Grigorova, « Neue Beiträge zur Erforschung der Münzprägung von Pautalia », AN Suppl. XII (1998), p. 17.

30 C. M. Kraay (n. 1), p. 101.

31 Voir à ce propos R. Neudecker, NP, s.v. « Polykleitos 2 », t. X (2001), col. 66, et, tout récemment, Ch. B. Kritzas, « Οβολοί Αργολικοί », dans Κερμάτια φιλίας. Τιμητικός τόμος για τον Ιωάννη Τουράτσογλου, t. I (2009), p. 19-21.

32 K. Kraft (n. 28), p. 94-96.

33 Cf. à ce propos Chr. Flament, P. Marchetti (n. 2), deuxième partie.

34 Pollux, Onomastikon IX 74.

35 Hésychius, s.v. « χελώνη ».

36 Chr. Flament, « Faut-il suivre les chouettes ? Réflexions sur la monnaie comme indicateur d’échanges à partir du cas athénien d’époque classique », dans Th. Faucher, M.-Chr. Marcellesi, O. Picard (éds), Nomisma. La circulation monétaire dans le monde grec. Actes du Colloque international, Athènes, 14- 17 avril 2010 (2011), p. 50-51.

37 Notamment dans T. Hackens, « La métrochronologie et la numismatique des ensembles, aboutissements récents de tendances méthodologiques dans les études numismatiques », dans C. Carcassonne, T. Hackens (éds), Statistique et numismatique (1981), p. 57-70.

Table des illustrations

Légende Tabl. 1. Identité de lettres au sein des monnayages péloponnésiens7.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 1. Comparaison entre la chimère des trihémidrachmes corinthiens et celle des statères sicyoniens (d’après J. A. W. Warren [n. 8], pl. 13, nos 10 et 15).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7682/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Légende Fig. 2. Comparaison entre le loup d’une monnaie argienne (d’après BCD Peloponnesos, n° 1009) et la biche d’une monnaie de Psophis (d’après CNG, Mail Bid Sale 81, n° 2722).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7682/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8k
Légende Fig. 3. Monnaies de l’Amphictionie de Delphes, des Locriens d’Oponte, d’Élis et de Phénéos (d’après Chr. Flament [n. 4], pl. III, nos 2-5).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7682/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 4. Comparaison du profil de l’Héraklès stymphalien (d’après BCD Peloponnesos, n° 1704) avec celui de l’Apollon delphien (d’après M. Galani-Krikou et al., Coins and Numismatics [1996], p. 160).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7682/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3k
Légende Fig. 5. Comparaison entre le droit des drachmes argiennes (au centre, d’après ΝΜΑ, ∏ 359 [moulage conservé dans les dossiers de T. Hackens]) et ceux des trioboles mantinéens (d’après BCD Peloponnesos, n° 1447 [gauche] ; ibid. n° 1448 [droite]).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7682/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2k
Légende Fig. 6. Comparaison entre le droit d’une obole d’Argos (d’après E. Babelon [n. 1] II/1, pl. 37, n° 18) et celui d’une obole de Mantinée (d’après ibid., pl. 38, n° 31).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7682/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6k
Légende Fig. 7. Monnaies éléenne (d’après Ch. Th. Seltman, The Temple Coins of Olympia [1975], pl. 8, DJ-ζφ), argienne (d’après BCD Peloponnesos, n° 1140.2) et sicyonienne (d’après J. A. W. Warren, « The Autonomous Bronze Coinage of Sicyon, Part I », NC 143 [1983], pl. 58, n° 1903) portant le différent « API ».
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7682/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 8. Comparaison entre le droit représentant Septime Sévère sur une monnaie argienne (d’après BCD Peloponnesos, n° 1211.2) et sur une autre de Phlionte (d’après ibid., n° 149).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7682/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 9. Liaison de coins entre une monnaie de Telphusa (d’après BCD Peloponnesos, n° 1767) et une autre de Psophis (d’après ibid., n° 1689).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7682/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Fig. 10. Statère argien à l’effigie d’Héra (C. M. Kraay [n. 1], pl. 17, n° 309).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7682/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 8,5k

Auteur

Professeur à l’Université de Namur ; professeur invité à l’Université catholique de Louvain.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search