Version classiqueVersion mobile

Nommer et classer dans les Balkans

 | 
Gilles de Rapper
, 
Pierre Sintès

Troisième partie. Nommer les lieux dans les Balkans

Nation et circonscription : construire et nommer le territoire grec, 1832-1837

Anne Couderc

Résumé

L’auteur étudie dans cette contribution les fondements idéologiques de l’organisation du territoire en Grèce après la fondation de l’État indépendant en 1832. La création des circonscriptions (départements, arrondissements, communes), la définition de leur taille, la sélection des élites locales, le choix des chefs-lieux et leur hiérarchisation, l’hellénisation de leur dénomination illustrent les enjeux de la question nationale posée en Europe et particulièrement dans les Balkans au xixe siècle : celui, notamment, du choix politique, social et identitaire opéré par le législateur à partir d’une société issue de l’Empire ottoman, visant à individualiser le nouvel État en fonction de critères nationaux exclusifs, porteurs à terme du nationalisme de la Grande Idée.

Texte intégral

1Comment fabrique-t-on un territoire national dans les Balkans ? Même si elle ne fut alors pas formulée en ces termes, la question se posa pour la première fois de façon concrète au moment de l’indépendance grecque et de la délimitation de son territoire. Elle a sous-tendu plusieurs années de négociations entre les Grandes Puissances à partir de 1827 et occupé une place centrale dans l’œuvre d’organisation de l’État après sa reconnaissance internationale en 1832.

2Elle sera étudiée ici par le biais des lois qui, entre 1833 et 1837, procédèrent à la création des circonscriptions qui donnèrent au nouveau territoire sa forme et ses limites, et qui devaient contribuer à la définition de son identité, symbolisée par l’attribution généralisée de noms de lieux helléniques. Ces lois, qui avaient pour objet d’organiser et de classer les espaces, visaient en effet, dans ce nouveau cadre territorial, à institutionnaliser les rapports entre le centre et les sociétés locales, et à réguler les relations sociales sur la base desquelles devrait se fonder l’intégration nationale.

  • 1 Cf. pour le cadre général de la fondation et l’organisation de l’État grec, J. Petropulos, Politics (...)

3L’histoire de cette fondation, au-delà de la chronologie nationale grecque, s’inscrit dans le cours plus général de l’histoire de l’Europe, dans l’esprit encore sensible de la Sainte-Alliance et du raidissement des chancelleries provoqué par la révolution de juillet 1830 en France1. Cette organisation du nouvel État territorial fut ainsi menée au nom d’un roi mineur installé sur le trône par la Conférence de Londres : Othon, roi de Grèce « par la grâce de Dieu », dont le pouvoir n’était tempéré par aucune constitution ; un conseil de régence, composé de hauts fonctionnaires bavarois venus avec lui de Munich, préparait les lois et posait les cadres du royaume, alors qu’un conseil des ministres qui avaient rang de secrétaires d’État en assurait l’application et faisait figure de relais de la régence en Grèce : ceux-ci étaient les hommes politiques grecs qui avaient mené la guerre d’indépendance. Les relations entre les différents réseaux exerçant le pouvoir, entre les représentants d’un passé révolutionnaire et un régime monarchique ont leur place dans l’étude d’une législation appelée à définir l’État et son territoire.

4Surtout, cette histoire de la fondation du territoire s’inscrit dans un temps plus long, celui de l’histoire du rapport entre les hommes et les lieux, celui d’une occupation du sol où les formes de l’économie, les coutumes, la vie quotidienne, les rapports sociaux et familiaux, les relations de pouvoir obéissaient encore à des modes de vie et des codes hérités du passé ottoman.

5Dès lors, une question se pose. Sur quel substrat, politique, social – et identitaire – édifier le territoire grec, reconnu par l’Europe occidentale en vertu de valeurs philhellènes, alors que, sa frontière tracée, il n’était encore qu’une simple parcelle prélevée sur le territoire ottoman et que, par bien des aspects de son organisation, il participait encore de l’espace ottoman ? Ainsi, l’ensemble des problèmes soulevés par l’organisation du territoire grec – centralisation mais préservation d’autonomies locales, monarchie de droit divin mais reconnaissance de certaines formes de vie démocratique, sédentarisation versus nomadisme, intervention massive sur les noms de lieux – peuvent-ils être étudiés comme la gestion problématique de l’héritage ottoman dans la construction d’un ordre nouveau, voire comme un conflit entre deux espaces concurrents, l’espace impérial ottoman et l’espace national hellène.

6Les archives du roi Othon conservées à Athènes aux Archives générales de l’État rendent un reflet, dense et complexe, de l’œuvre d’organisation de l’État dans son ensemble, menée dans la décennie 1830 par la régence bavaroise et le personnel grec. Au sein de ces archives, le fonds du ministère de l’Intérieur permet d’appréhender l’esprit dans lequel les lois relatives à l’organisation du territoire furent élaborées, ainsi que les conditions de leur application. Elles nous permettront ici d’en étudier la teneur et les étapes par une analyse en premier lieu du texte des lois relatives au découpage du royaume et des conditions de la définition de nouvelles limites, puis du nouveau classement hiérarchisé des espaces qui en était issu, et enfin du rôle joué par l’archéologie dans la dénomination d’un territoire dont on affirme ainsi l’ancrage dans l’histoire.

Nouveau territoire et anciennes limites

  • 2 Εφημεϱίς της Κυβεϱνήσεως του Βασιλείου της Ελλάδος/Regierungsblatt des Koenigreichs Griechenland [J (...)
  • 3 Cf. G. L. von Maurer, Das Griechische Volk in öffentlicher, kirchlicher und privatrechtlicher Bezie (...)
  • 4 G. L. von Maurer, op. cit. ; pour les travaux de la commission cf. Archives générales de l’État (GA (...)
  • 5 Ibid., pièce 13, Rapport du secrétaire d’État à l’Intérieur au conseil des ministres, Nauplie, 1/13 (...)
  • 6 Νόμος Πεϱὶ συστάσεως τῶν Δήμων/Gemeinde-Gesetz [Loi sur la formation des dèmes], Εφημεϱίς της Κυβεϱ (...)
  • 7 G. L. von Maurer, op. cit, (supra, n. 3), p. 97.
  • 8 Cf. M. Dunan, Napoléon et l’Allemagne. Le système continental et les débuts du royaume de Bavière, (...)
  • 9 « […] das Abelsche Organisationswesen, das alles französisch-bayerisch in Hellas machen will », Lou (...)
  • 10 « Man hat […] den Vorwurf vernommen, dass der ganze Plan der Griechischen Landesverwaltung in der B (...)

7L’ordonnance Sur le découpage du royaume et son administration du 3/15 avril 18332 fixa les fondements de l’organisation territoriale de l’État grec. Trois niveaux de division furent établis, les nomes, sièges des préfectures, les éparchies pour les sous-préfectures et les dèmes, qui constitueraient les nouvelles communes. Ces dernières, seulement mentionnées dans l’ordonnance d’avril, firent l’objet d’une loi séparée, élaborée dans le courant de 1833. Sa conception fut confiée à l’un des régents, Karl von Abel3 ; le texte fut soumis en septembre à l’avis d’une commission de quatre membres grecs nommés par le conseil de régence, trois ministres et un préfet4 ; les adaptations proposées furent en partie reprises par le conseil des ministres5 ; ce texte enfin fut promulgué par le roi et publié au Journal du gouvernement en janvier18346. La Régence, en particulier Abel et Georg Ludwig von Maurer qui, en charge de la Justice, des Affaires religieuses et de l’Éducation, fut lui aussi impliqué dans la définition des circonscriptions7, organisa ce découpage en référence directe à celui de la Bavière ; or celui-ci avait été conçu, on le sait, sur le modèle français, lors de la réorganisation centralisée de l’État après l’érection de la Bavière en royaume par Napoléon en 18058. La dénomination grecque des nomes, éparchies et dèmes n’était en fait que la traduction d’une désignation originale en allemand qui figura elle aussi dans l’édition, bilingue, du Journal du gouvernement : Kreise, Bezirke, Gemeinde, l’exacte réplique des noms des circonscriptions bavaroises. L’importation du modèle, sans adaptation apparente, fut à l’époque relevée par tous. Le roi de Bavière lui-même, lorsqu’il rappela en 1834 Abel et Maurer en raison de discordes surgies au sein du conseil de régence, reprocha depuis Munich « le caractère de l’organisation d’Abel, qui v[oulait] tout rendre franco-bavarois dans l’Hellade9 ». Quant à Maurer, il ne mit pas en doute cette filiation directe ; dans les mémoires qu’il rédigea dès son retour en Bavière, il nota ainsi : « On a […] reçu le reproche selon lequel le plan d’administration territoriale grecque dans son ensemble avait eu avec le découpage départemental bavarois […] un modèle très inadapté, comme si bavarois et mauvais étaient synonymes10 ! »

8Pour autant, le découpage proposé était loin d’être une complète nouveauté. Le cadre administratif défini par la régence remployait certaines divisions plus anciennes ainsi que leur dénomination, conforté ainsi par la familiarité qu’elles pouvaient susciter parmi les administrés. L’éparchie notamment, terme emprunté au vocabulaire administratif byzantin mais appliqué à une circonscription plus restreinte, était apparue à l’époque de la révolution grecque comme l’unité territoriale de base, celle-là même qui servit à définir l’État grec dans sa Constitution :

  • 11 Constitution provisoire de la Grèce votée par la troisième Assemblée nationale de Trézène, le 1er m (...)

« L’État grec est un et indivisible.
Il est composé d’éparchies.
Sont éparchies de la Grèce toutes celles qui ont pris et qui prendront les armes contre la domination ottomane11 »

  • 12 Cf. Th. Théodorou, Η Ελληνιϰή τοπιϰή αυτοδιοίϰηση [L’auto-administration locale grecque] (1995), et (...)

9L’unité que représentait l’éparchie était ainsi, sans doute, celle qui sous-tendait les représentations du territoire avant la période othonienne. Indépendamment du nom qu’on lui donnait, elle correspondait, par sa taille comme par des limites relativement stables, aux divisions qu’avaient connues aux époques antérieures les régions qui constituèrent le nouvel État, notamment le Péloponnèse, premier territoire libéré et lieu d’élaboration des constitutions provisoires de la Grèce. Elle succédait en effet, souvent sans le transformer, au kaza de l’époque ottomane et, au-delà, au territorio des époques vénitiennes12.

  • 13 Sur ces différents projets, cf. le recueil de sources de M. Chouliarakis, Γεωγϱαφιϰή, διοιϰητιϰή ϰα (...)

10Le nome en revanche, s’il pouvait être rapproché du sandjak ottoman en Grèce centrale, ne correspondait dans bien des régions à aucune circonscription ancienne, comme dans le Péloponnèse qui avait constitué, à l’exception du Magne, un gouvernement unique sans autre subdivision que celle des kaza. Il reprenait néanmoins les schémas d’organisation élaborés à la fin de la période révolutionnaire et sous le gouvernement de Jean Capodistria, entre 1827 et 1831, qui prévoyaient, dans un but nouveau de centralisation des pouvoirs, de regrouper les éparchies dans des provinces nommées, dans la constitution de Trézène en 1827, thèmes (θέματα), du nom des anciennes divisions byzantines, puis départements (τμήματα) dans le projet mis au point par Capodistria en 182813.

  • 14 Sur l’incorporation implicite des anciennes municipalités dans le nouveau cadre communal cf. E. Ski (...)
  • 15 Rapport de la commission…, op. cit. (supra, n. 4).
  • 16 Ce terme est employé couramment par le secrétaire d’État à l’Intérieur.
  • 17 Loi sur la formation des dèmes, op. cit. (supra, n. 6), art. 4.
  • 18 Ibid., art. 4, 6 et 7.

11C’est au niveau des communes cependant que la monarchie se montra le plus novatrice, tout en ménageant les formes plus anciennes de vie communale. Dans l’Empire ottoman, des municipalités (ϰοινότητες) avaient existé dans certains villages, bourgs et villes. La Loi sur la formation des dèmes n’ordonna pas leur abolition et les engloba de fait dans de nouvelles communes plus vastes14, qui devaient constituer quant à elles une division radicalement nouvelle, car étendue à l’ensemble du territoire et non plus limitée aux seuls centres urbains. Notons ici l’habileté du législateur, qui ménagea ainsi, au moins formellement, l’ancien cadre de l’auto-administration villageoise issue de l’époque ottomane auquel tenaient tant d’intérêts particuliers. La commission qui examina le projet en vint même à conclure que les transformations prévues passeraient de la sorte pour « pure théorie15 ». La loi sur les dèmes prévoyait la création, présentée comme ex nihilo, de circonscriptions dont le calibre serait celui du canton. Ce calibre correspondait en fait plus ou moins à celui du nahije ottoman, la subdivision du kaza. Les sources du ministère ne s’y réfèrent pas, mais l’étude de la pérennité de limites de nahiye dans le nouveau cadre municipal reste à faire. La loi municipale stipulait qu’un dème pourrait être formé à partir d’un groupement d’au moins trois cents habitants ; or, la situation démographique de la Grèce après dix ans de guerre et de guerre civile, la faiblesse et la dispersion de sa population rendaient bien rares les villages de plus de trois cents habitants. Ainsi, à côté de « dèmes naturels16 » formés des bourgs et des villes déjà existants, « les villages plus petits, les maisons isolées, les moulins et les autres habitations devr[aie]nt s’unir ou bien entre eux ou bien à un plus grand village pour former une commune [… ]17 ». Cette constitution des dèmes par agglomération de villages et hameaux devait donner naissance, d’après la loi, à trois classes de communes, en fonction de leur population : la première pour les communes d’au moins dix mille habitants, la deuxième pour celles d’au moins deux mille et la troisième pour celles de moins de deux mille18.

12Ainsi, indépendamment de la conservation de formes d’organisation territoriales anciennes, toute la nouveauté, tout l’enjeu de la loi sur les dèmes résida dans les combinaisons qui pourraient être faites par la délimitation de ces nouvelles communes. À l’État et ses représentants il revint de proposer ces assemblages et ces limites, aux populations locales, consultées au sein de ce nouveau cadre, de réagir par la suite et d’éventuellement réclamer des ajustements. Le ministère de l’Intérieur et ses préfets avaient l’avantage de l’initiative. La loi leur permettait de tenter d’imprimer dans l’espace les choix de la monarchie, au sortir d’une période de troubles, de rééquilibrer en fonction de ses propres critères les rapports de force entre les différents partis, les différents groupes sociaux, entre les populations locales et le centre. La conception de toutes pièces de circonscriptions de classes différentes donnait en effet l’occasion de fonder un territoire nouveau, d’emblée organisé et hiérarchisé : hiérarchie urbaine, mais aussi, en fonction des valeurs qui étaient celles des acteurs gouvernementaux, hiérarchie des activités, des modes de vie, des paysages, en un mot, nouvelle hiérarchie des espaces.

Nouvelle hiérarchie des espaces

13Les archives du secrétariat d’État à l’Intérieur offrent un reflet relativement étendu de la mise en œuvre de la loi communale. La position névralgique du secrétaire d’État Colettis pendant toute la période, chef de file du parti français, qui soutenait Abel et Maurer n’occulte pas dans ces sources ce qui revient aux autres acteurs, Régence en amont, nomarques, éparques et leurs services en aval.

  • 19 GAK, OA, MI, dossier 6, pièce 136, Instructions pour la formation des communes, [titre en français, (...)
  • 20 GAK, OA, MI, dossier 99, pièce 23, Circulaire aux nomarques, 20 mars 1834.

14Les principes qui devaient présider à la formation des communes furent explicités dans les textes qui accompagnèrent la loi pour en régler l’application : Instructions pour la formation des communes d’une part, composées en allemand par la Régence à destination du secrétaire d’État à l’Intérieur19 ; Circulaire aux nomarques20 d’autre part rédigée par ce dernier en fonction des Instructions, qui fixait les compétences des nomarques et des éparques pour la délimitation des dèmes.

15Les instructions de la Régence annonçaient d’emblée que le découpage du royaume devrait avoir comme fonction première l’organisation rationnelle de son gouvernement :

  • 21 « Der Zweck dieser Gebiets-Eintheilung ist die organische Ausbildung des Staatskörpers und seiner T (...)

« Le but de ce découpage régional est la formation organique du corps de l’État et de ses parties, et l’établissement d’une simple et facile administration de l’État, qui, depuis un point central commun, a pour mission de faire appliquer les lois […] dans les nomarchies par les autorités départementales, dans les éparchies par les autorités d’arrondissement et dans les communes par les autorités municipales21. »

  • 22 Notons que le terme « nation », régulièrement employé par le ministre – grec – de l’Intérieur, n’es (...)
  • 23 Loi sur la formation des dèmes, op. cit. (supra, n. 6), notamment IIIe partie, art. 15 à 17, « Des (...)
  • 24 « In der Gemeinde enden demnach, als in dem aussersten Gliede, sämtliche Zweige der Staatsverwaltun (...)
  • 25 « Fehlt unter diesen Bewohner das Band gleichartiger Interessen, und werden dieselben nicht durch g (...)

16On voit ici la classique expression des exigences d’un État centralisé, qui nécessairement tend à tisser des liens directs et quotidiens avec chaque partie de son territoire. Cependant, la relation que l’on peut discerner dans ce texte entre le centre et le local, voire entre l’État et les individus offre un certain intérêt ; un compromis est recherché entre l’unité de l’État, dépeint dans son ensemble sous la forme, familière à la tradition monarchique, du corps et de ses différentes parties22, et la particularité de l’échelon communal. Au contraire des départements et des arrondissements, la commune devait en effet être dotée d’une relative autonomie23 ; ainsi fut-elle désignée dans la suite du texte non seulement comme « le membre extrême » auquel « aboutit l’ensemble des ramifications de l’administration de l’État », mais aussi comme « un corps constitué en soi »24. La constitution de ce corps autonome mais articulé à celui de l’État apparaissait essentielle au nouvel édifice. L’existence de liens entre les habitants des communes, leur volonté de vivre ensemble dans ce cadre étaient, en dernière analyse, la condition de leur intégration collective à l’État qui se constituait : « Si, avertissait le législateur, il manque entre [les] habitants [des communes] le lien que suscitent des intérêts similaires, les relations d’habitudes ou les liens naturels, alors l’administration publique est privée de son fondement principal [...]25 ».

  • 26 M.-V. Ozouf-Marignier, « Centralisation et lien social : le débat de la première moitié du xixe siè (...)
  • 27 « Gemeinde-Corporation », terme employé dans la loi sur la formation des dèmes, art. 49. Sur cet as (...)

17C’était donc un projet politique et social global que la loi sur les dèmes portait ; on assiste ici, avec cette tentative de compromis entre centralisation et autonomie locale, à cette « rencontre d’enjeux spatiaux et d’enjeux sociaux » que Marie-Vic Ozouf relève et illustre à propos du débat sur la centralisation en France dans la première moitié du xixe siècle26 ; si l’un des enjeux spécifiques pour la France était la création d’un esprit départemental, suscité par l’identité des pratiques au sein d’un même espace, la tentative de créer, en Grèce, un esprit communal était formulée dans des termes proches et avait pour même but ultime l’adhésion au cadre national par l’appartenance au local ; la différence de gabarit est sans doute significative de la politique de la monarchie en Grèce, cantonnement des élites issues des élections locales à l’échelon le plus modeste et, surtout, substitution de la « corporation communale27 » à l’individu pour l’intégration « des habitants » à l’État.

  • 28 « nicht blos die gegenwartige Bevölkerung eines bestimmtes Flächenraumes, sondern auch dessen Fähic (...)

18Pour mettre en œuvre ce projet, la régence introduisit un principe jusque-là seulement implicite : les agents de la délimitation des communes « n’avaient à considérer que comme provisoire » la répartition qu’avait alors le peuplement, car elle portait « la marque des souffrances que le peuple grec avait endurées » ; cette répartition devrait « peu à peu disparaître », « avec la protection de la providence divine » et « sous la direction paternelle d’un roi empli de l’infatigable souci de son bonheur ». Les instructions recommandaient donc que la délimitation des communes fût décidée « moins en fonction d’un peuplement hérité du passé » qu’en fonction de « la capacité de leur territoire à nourrir un nombre déterminé de population, et des possibilités que sa position naturelle d[evrait] offrir au développement de trafics et de communications fréquentes28 ». Une nouvelle occupation de l’espace pourrait ainsi être opérée par la simple démarcation des limites communales.

19Colettis s’en fit l’interprète en posant un maître mot, la concentration :

  • 29 Circulaire aux nomarques, op. cit. (supra, n. 20).

« Augmenter le bien-être des habitants par la concentration de leurs facultés physiques et intellectuelles et par l’établissement de diverses institutions qui éclairent l’esprit ou qui rendent la vie plus aisée, au lieu que l’insociabilité [sic] mène l’homme à cet état sauvage qui l’abrutit sans l’humaniser29. »

  • 30 Cf. entre autres occurrences Rapport de la commission…, op. cit. (supra, n. 4), GAK, OA, MI, dossie (...)

20Dans la pratique, ces principes se traduisirent par la fixation, le plus systématiquement possible, des chefs-lieux des communes dans les plaines ou les fonds de vallée ; l’affirmation de la supériorité de la plaine, « berceau de la civilisation », sur la montagne, « stérile » voire « malsaine » est une constante des textes émanant du gouvernement30.

  • 31 Sur la politique de fixation des populations semi-nomades à l’occasion de l’établissement des commu (...)

21L’objectif de cette volonté de réorganisation spatiale était triple : remédier à la dispersion des populations en montagne, associée à « l’état sauvage », au nomadisme, au brigandage31 ; promouvoir l’agriculture qui, en permettant de « nourrir les habitants », devait devenir le fondement de l’économie grecque ; enfin encourager un commerce local rendu possible par l’établissement des chefs-lieux dans ces sites où trafics et communications étaient aptes à se développer.

  • 32 Rapport sur la formation des communes d’Arcadie, op. cit. (supra, n. 30).

22Classer les activités et les hommes, classer les espaces qui étaient les leurs : le mémoire sur la formation des dèmes d’Arcadie laisse penser que ces principes furent appliqués à la lettre. Colettis y expose ainsi que « le nomos d’Arcadie, sans compter les pâtres, contient deux classes d’hommes, celle des laboureurs et des ouvriers et celle des négociants et entrepreneurs » ; et l’auteur, sans plus se soucier de pâtres ni d’élevage, de décrire d’actives relations d’échange entre les produits de l’agriculture et du petit artisanat urbain dans toute l’étendue du département, « chaque bourg servant de centre au petit commerce intérieur32 ».

  • 33 Fr. Thiersch, De l’état actuel de la Grèce et des moyens d’arriver à sa restauration (1833), 2 vol. (...)

23Ce choix économique, le choix de société, la définition nationale qu’il impliquait venaient en outre d’être clairement formulés par celui qui était tenu comme l’une des sources d’information les plus sûres sur la Grèce, Friedrich Thiersch. Conseiller aulique, professeur à l’université de Munich, il avait été dépêché en Grèce en 1830 par Louis Ier de Bavière lorsque son fils Othon avait été pressenti par la Conférence de Londres pour devenir le premier souverain de Grèce. Il publia en 1833 un livre adressé à tous ceux que les destinées du nouvel État pourraient intéresser, en particulier ses gouvernants : De l’état actuel de la Grèce et des moyens d’arriver à sa restauration33. Or à propos de la population du Péloponnèse, il note l’existence d’une « classe de petits marchands et artisans disséminée dans les campagnes et concentrée dans les villes » qui « débitent des petites marchandises dont les dépôts sont dans les villes maritimes, entr’autres à Nauplie, à Patras, à Calamata et dont les ramifications s’étendent dans tout l’intérieur » ; et c’est exactement sur ce type d’activité fondée comme on le voit sur de petits trafics propres à créer des ramifications sur tout le territoire, liée à l’agriculture, qu’il propose sans ambiguïté de miser :

  • 34 Ibid., vol. 1, p. 224.

« Tenant au plus près à la classe des paysans, ces hommes en partagent les bonnes qualités et forment avec les cultivateurs ce qu’on peut appeler le peuple grec, dans le sens restreint du mot peuple, considéré à juste titre comme bon, probe, actif, intelligent, sobre, et l’un des meilleurs qui existe34. »

24L’important ici comme dans le rapport sur l’Arcadie est la mention de la petitesse des marchandises, de la modestie des échanges, et en même temps leur extension à l’ensemble d’un territoire qu’ils sont aptes à structurer de proche en proche.

25L’exemple de la création du dème de Sparte et de son marché d’éparchie est emblématique des conceptions sur lesquelles cette œuvre municipale repose :

  • 35 GAK, OA, MI, dossier 122, pièce 72, Sur la formation et la délimitation des éparchies et des commun (...)

« La première commune [de Laconie] est celle de Sparte. On lui a donné une population de 3 493 habitants tant pour faciliter la fondation de la ville de Sparte que pour donner quelque importance à une commune qui sera le chef-lieu du nomos35. »

  • 36 Ibid. Cf. aussi E. Skiadas, op. cit. (supra, n. 14), p. 373.
  • 37 GAK, OA, MI, dossier 48, pièces 1 à 20 (mai-août 1837).

26Or, Sparte n’existait pas avant la publication au Journal du Gouvernement de la fondation du nouveau dème. La population annoncée résultait de la réunion dans les limites communales de quarante et un hameaux et villages autour du chef-lieu36. Et celui-ci, le site de l’ancienne Sparte au lieu-dit Magoula dans la vallée de l’Eurotas, était strictement inhabité. Certains villages en revanche comptaient plusieurs centaines d’habitants, derrière le bourg de Mistra qui regroupait, lui, huit cents âmes. Mistra faisait jusqu’alors figure de centre régional, siège d’un marché hebdomadaire, mais situé en altitude sur les flancs du Taygète. L’établissement du marché de Sparte, fixé par ordonnance royale, devait permettre non seulement d’assurer le développement du chef-lieu, mais aussi de rassembler dans la plaine au détriment de Mistra ces populations d’agriculteurs dont les textes officiels font mention, qui ne pouvaient pas plus d’une fois par semaine se détourner de leur activité et n’étaient donc pas en mesure de fréquenter les deux villes37.

  • 38 Cf. I. Burckhardt, Das Verhältnis von Wirtschaft und Verwaltung in Bayern während der Anfänge der I (...)
  • 39 M.-N. Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne (1989) (...)
  • 40 I. Burckhardt, op. cit. (supra, n. 38), p. 73.

27Le choix d’un développement fondé sur l’agriculture de la part des régents bavarois, issus d’un État essentiellement agraire qui fondait son développement industriel sur la transformation des produits agricoles38, n’a rien de surprenant. Il rejoint en outre des conceptions communément répandues chez les philhellènes, qui s’appuyaient généralement sur des sources françaises comme Pouqueville. Marie-Noëlle Bourguet a montré la proximité des conceptions de l’administration territoriale française avec celle des États allemands39 ; or, les rapports de consuls comme Pouqueville, envoyés dans la péninsule Balkanique par Napoléon, se conformaient en fait à des instructions proches de celles des préfets français et montraient des conceptions convergentes avec celles de la tradition caméraliste allemande, qui marquait encore fortement la monarchie bavaroise à la veille de son adhésion au Zollverein en 183440. Et, de fait, cette tradition laissait tout autant sa marque dans la législation d’une monarchie othonienne qui tentait d’organiser, dans leur globalité, vie et bien-être des habitants.

  • 41 Sur la pensée de Lip et Rau et leur rayonnement en Allemagne du Sud, ibid., p. 43-50.

28Les conceptions de l’économie politique qui avaient cours en Bavière au début des années 1830, exprimées par les économistes Alexander Lip et son disciple Karl Heinrich Rau, correspondent en outre de façon directe avec la représentation d’un territoire national structuré par les échanges commerciaux à faible rayon. Le commerce selon eux devait conserver sa « vraie nature, l’échange » ; il pouvait être garant, s’il était exercé à une échelle modérée et accessible à tous, de la paix sociale, par l’apport d’un bien-être matériel partagé. Il s’agissait donc avant tout de créer un marché intérieur unissant l’ensemble des individus de la nation, sans particulièrement favoriser sa bourgeoisie41. La volonté de susciter le commerce intérieur mais dans un cadre spatial bien délimité et contrôlé, le dème et l’éparchie, participe à l’évidence de telles conceptions.

  • 42 Cf. pour le problème général des relations économiques entre État grec et diaspora, G. Dertilis, Ba (...)

29Ces choix, résolument continentaux, étaient on le voit essentiellement tournés vers l’appropriation du territoire national restreint qui était issu de la délimitation de 1832 ; ils comptaient peu sur un développement maritime, international, capable d’intégrer la force commerciale et économique de la diaspora grecque dans son ensemble, dont la grande bourgeoisie agissait depuis Constantinople et les échelles de la Méditerranée42. Les fondements politiques et idéologiques de cette législation encore fortement marquée par la tradition monarchique sont aussi confirmés, en creux, par les réserves du journaliste philhellène anglais George Finlay, à propos de Ludwig von Maurer :

  • 43 « Mr de Maurer seemed a man of talent in his department […], he had been Professor of Law in the Un (...)

« M. de Maurer semblait être un homme de talent dans son département […], il a été professeur de droit à l’Université de Munich. Et pourtant je me pris à penser qu’il ne paraissait pas aussi profond dans la science de l’économie politique, et qu’il était plus certainement disposé à poursuivre ce système de législation qui jette des barrières sur le chemin du progrès social dans les monarchies européennes que celui qui a rendu l’Amérique et la Nouvelle Hollande capables de progresser comme elles l’ont fait43. »

  • 44 Cf. J. Petropulos, op. cit. (supra, n. 1), p. 494-514.

30La régence en outre trouva, dans la collaboration de Colettis et le soutien du parti français, une volonté d’ouverture exclusive sur l’Europe occidentale, menée à l’encontre de la mouvance constantinopolitaine autour d’Alexandre Mavrocordatos et des proches du parti anglais44. Les intérêts propres à la vie politique grecque rejoignaient ainsi les fondements de l’action de la régence bavaroise.

  • 45 Cf. M.-N. Bourguet, op. cit. (supra, n. 39), p. 309-313.

31La publication officielle des nouvelles circonscriptions est elle aussi représentative de cette volonté de forte territorialisation d’une société en cours de reclassement et de son intégration à travers le cadre local. Le compte rendu de leur création, présenté par département, était adressé au roi par le ministre de l’Intérieur, qui faisait la synthèse des rapports des éparques et des nomarques, expliquait leurs choix et présentait, sous forme d’un récit, la statistique collectée au cours des opérations de délimitation : description des populations, de leurs activités, de leur caractère, recensement des ressources de chaque nome, éparchie par éparchie. La dernière partie du mémoire, une liste des éparchies et des communes accompagnée du nombre des habitants de chaque village et de chaque circonscription, était par la suite publiée au Journal du Gouvernement. La population, très mal connue jusque-là, était ainsi révélée à travers le cadre administratif nouveau et la classification qui en était issue. Pour la forme, on se trouve à mi-chemin entre les enquêtes statistiques départementales menées en France à l’époque napoléonienne, dont la méthode sous-tendait encore l’investigation de la Grèce lors de l’expédition de Morée, et une forme chiffrée, organisée en tableaux identiques et assemblables à la fin de l’enquête, qui se généralisa à la même époque45. En fait cette œuvre, menée par l’autorité monarchique, bien que visant à inscrire les populations dans un cadre local et régional, se prêtait peu au risque du morcellement de l’image du territoire national. L’affirmation de son unité, celle de son inscription dans l’histoire aussi occupaient un aspect majeur de l’organisation du nouveau territoire : son « hellénisation » officielle, menée conjointement par les représentants de l’État et les archéologues.

Archéologie et « dénomination hellénique »

  • 46 C’est le terme employé par la loi sur les dèmes et un chapitre ainsi intitulé figure dans chaque ra (...)
  • 47 Circulaire aux nomarques, op. cit. (supra, n. 20).

32La « dénomination hellénique46 » tint en effet une place essentielle dans l’organisation du territoire grec. À cet effet des archéologues furent associés aux équipes des éparques, au même titre que les géomètres chargés de tracer la délimitation des circonscriptions47, et les comptes rendus de leurs travaux occupent une large proportion des rapports du ministère relatifs à la formation des dèmes.

  • 48 Cf. N. Oulebsir, « La définition du paysage architectural dans les expéditions scientifiques de Mor (...)

33L’archéologie au service de la construction du territoire avait pour première fonction de permettre l’identification des sites des villes antiques et de leur rendre vie en plaçant sur ces sites les centres des nouveaux dèmes. De ce point de vue, il faut rapprocher cette utilisation de l’archéologie par l’État du rôle que se donnèrent les archéologues français de l’expédition d’Algérie en 1840 qui repéraient, dans un contexte de conquête et dans la perspective de l’administration ultérieure du territoire, « les établissements » et « les moyens de colonisation employés avec tant de succès par les Romains48 ».

  • 49 Cf. E. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945 (1998), p. 108-137.
  • 50 F.-L. Lucarelli, « Les modes de prospection des architectes et des archéologues de l’expédition de (...)
  • 51 Cf. le rôle prépondérant de l’éparque de Calidromi (Karpénissi), in GAK, OA, MI, dossier 122, pièce (...)

34L’archéologie comme science en était alors à ses balbutiements, mais elle avait permis pendant l’expédition de Morée de mettre au jour et d’identifier des monuments antiques49 ; la comparaison des méthodes des archéologues grecs avec ceux de l’expédition française est difficile à mener, car les sources consultées permettent peu d’affiner le profil des « archéologues » affectés au service des éparques. En fait, l’essentiel de leur travail semble avoir résidé dans la compilation des sources anciennes écrites et la recension de toutes les villes qui y étaient mentionnées ; puis leur localisation revenait généralement à les identifier à des villages existants. On utilisait pour cela les indications géographiques fournies éventuellement par les textes anciens, parfois la comparaison avec les toponymes modernes et, sur le terrain, le repérage de ruines. Les fouilles parfois mentionnées ne comportaient apparemment aucune analyse du matériau découvert. Elles semblent donc se situer en deçà des entreprises de l’expédition de Morée, qui avaient tenté une interprétation des monuments et leur reconstitution sur le papier50 : l’objet unique des fouilles menées sous l’égide du gouvernement était d’apporter la preuve que le lieu sélectionné avait bien été le site d’un établissement antique, quel qu’il fût. La dernière étape de ce travail mené dans l’urgence, l’attribution des noms anciens aux communes nouvellement créées, semble avoir été menée de conserve avec l’éparque, qui décidait en dernier lieu de l’utilisation de tel ou tel nom antique pour la dénomination des nouveaux dèmes51.

  • 52 Sur la formation des communes du Nomos de la Laconie, op. cit. (supra, n. 35).

35Ainsi, le résultat le plus immédiatement visible de ces « recherches archéologiques » fut, dans l’espace d’une année, entre 1834 et 1835, une hellénisation généralisée des noms de lieu. Celle-ci résulta du remplacement des noms des villes par celui des villes antiques les plus proches : Karvassara devint Amphilochie, Salonne devint Amphissa, Zeitoun fut rebaptisée Lamia, Navarin, Pylos, Tripolitza, Tripoli, etc. Mais surtout, indépendamment de la modification de noms existants, la création, avec les dèmes, de circonscriptions nouvelles permit par l’attribution de noms à chacune d’elle de couvrir le territoire de noms d’origine grecque ancienne sans pour autant transformer les toponymes des hameaux et villages, auxquels les populations locales étaient attachées et que le ministère se réserva de modifier en d’autres temps52. Colettis rendit compte de cette hellénisation générale comme une forme d’achèvement de la construction du territoire :

  • 53 Ibid.

« Sire ! Le chaos existant dans l’intérieur du pays fera bientôt place à un système riche en résultats heureux. La statistique du pays a été recueillie ; les recherches archéologiques ont purgé presque tout le royaume des noms turco-vénitiens et albanais53. »

36La statistique, image de l’État dans sa nouvelle configuration, tout à la fois classait selon ses critères propres et renommait : la fabrication du territoire semblait ainsi devoir nécessairement reposer sur l’invention d’un espace hellène, enfoui sous le « chaos » associé à une occupation réputée étrangère et assimilée à l’autre par excellence, le Turc. La restauration de l’espace hellène, son individualisation par rapport à l’espace ottoman qui l’incluait reposaient donc sur la sélection et l’exclusion. La démarche découlait avant tout de la représentation philhellène de l’espace ottoman par l’Occident ; une remarque de Thiersch permet d’en préciser le fondement idéologique :

  • 54 Fr. Thiersch, op. cit. (supra, n. 33), vol. 1, p. 217 sq.

« Depuis les temps héroïques jusqu’à la Révolution française, chaque nation y a laissé ses impressions, et chaque siècle ses mœurs ; le moyen-âge et les âges modernes y existent ensemble avec les mœurs de l’antiquité hellénique et avec les institutions byzantines, parce que les conquérants s’y sont succédés sans altérer le fond de la société, et aucune catastrophe, à la fois morale et politique, n’y a agi assez puissamment pour refondre les œuvres caduques des âges antérieurs et les faire cadrer avec de nouveaux besoins et de nouvelles lois54. »

  • 55 Cf. l’analyse de textes en tous points semblables à celui-ci par D. Nicolaïdis, in D’une Grèce à l’ (...)

37La représentation de l’espace ottoman exprimée ici est classique : participant de l’immuable Orient, conservatoire de tous les âges parce qu’exclu du cours de l’histoire55 ; l’édification du territoire grec apparut de fait comme un choix opéré parmi ces reliquats des siècles, la sélection de ce qui était l’espace hellène parmi les œuvres caduques des âges antérieurs qui l’avaient recouvert sans le détruire.

38Dès lors, une fois la sélection opérée par le repérage des sites, la seconde fonction de l’archéologie était d’attester la coïncidence entre le nouveau territoire et l’espace hellène. Elle avait pour rôle majeur de conforter l’État dans ses choix, de confirmer leur validité.

39Deux exemples nous sont fournis par le rapport sur la formation des dèmes de Laconie. Colettis invoque la confirmation que Pausanias et la fouille archéologique purent apporter à la nouvelle délimitation des départements de Laconie et d’Arcadie :

  • 56 Sur la formation des communes du Nomos de la Laconie, op. cit. (supra, n. 35).

« Pausanias rapporte que les Arcadiens se querellaient anciennement avec les Lacédémoniens sur la possession de Vélémina, et que c’était une ville de frontière appartenant aux Lacédémoniens ; ensuite il parle avec beaucoup d’admiration de ses temples et de ses ornements.
Ce qui est curieux c’est que le Ministère a donné la même limite à la Laconie du côté de l’Arcadie ; il a découvert même les ruines de Vélémina qui se trouve[nt] dans un endroit nommé Sainte Hérène. Un grand nombre de colonnes s’y trouvaient enfouies56. »

40Le travail des archéologues intervient dans ce cas a posteriori, comme pour inventer, à son tour, le nouveau territoire ; le constat de la coïncidence entre les limites décidées par le ministère et celles de l’Antiquité place les choix de celui-ci dans la continuité et dans la même logique que celle des Anciens ; l’ensemble de son œuvre en est donc implicitement validée. Mais, au-delà de cette continuité trouvée aux œuvres humaines, c’est par le sol lui-même qu’est révélée, non plus seulement la ville antique, mais aussi la fondation moderne : à propos de la création du dème de Sparte, Colettis conclut son exposé par la constatation suivante :

  • 57 Ibid.

« Le meilleur vin de Lacédémone était recueilli anciennement dans son enceinte, et à sept stades de Sparte ; au dire du poète Alimon, il exhalait une odeur aussi douce que celle des fleurs. À sept stades de Sparte aujourd’hui le même endroit produit encore le meilleur vin de ce Nomos57. »

41On comprend bien ici qu’un espace hellène a survécu à la disparition de l’enceinte de l’ancienne Lacédémone, immanent, contenu dans les activités humaines, dans les produits du sol, le goût, les odeurs. Ici, sous les yeux du lecteur, se produit enfin à nouveau la fusion entre l’espace et le territoire, attendue depuis des siècles, quand le meilleur vin de Sparte, celui que chantait un poète ancien, devient le meilleur vin du département.

42Enfin, l’archéologie, révélateur de l’espace hellène, témoin de la réalité du territoire grec, n’était pas, comme le rappela Colettis aux nomarques, « sans un but politique et moral » : « resusciter l’Antiquité […] lier le présent de la Grèce avec son glorieux passé, faire naître l’émulation chez nous par des réminiscences anciennes ». L’œuvre d’hellénisation du territoire devait avoir vertu pédagogique, façonner l’imaginaire collectif, obtenir l’adhésion et la participation de tous à la vie du pays, dans le cadre institutionnel et territorial désormais défini. Or ce cadre, qui prévoyait l’intégration collective des individus au niveau le plus local, trouva son unité dans la référence à l’Antiquité : la Grèce ancienne du discours officiel apparaît en effet comme une entité sans profondeur, strictement uniforme. Tous les témoignages anciens sont indifféremment invoqués, Strabon et Pausanias, Homère, Virgile, Pline, Ptolémée, sans distinction chronologique ni de culture ; ils semblent participer d’une source unique, et être le reflet d’une seule et même géographie.

  • 58 Chr. Koulouri, Dimensions idéologiques de l’historicité en Grèce (1834-1914). Les manuels scolaires (...)

43Certes, les rapports de Colettis dont on analyse ici les présupposés n’étaient pas destinés à la publication et ils restèrent serrés dans les archives du gouvernement othonien. Mais ce discours émanait de celui qui sut, mieux que tout autre dans la Grèce d’Othon, galvaniser les ardeurs nationales ; il fut largement relayé et diffusé en Grèce par l’enseignement de l’histoire et de la géographie. Christina Koulouri dans son étude des programmes et manuels scolaires grecs rappelle en effet que tous ces ouvrages s’appuyaient « sur l’activité normative du pouvoir central » et note qu’à partir de 1834 ils traitèrent pour la plupart en parallèle la Grèce ancienne et la Grèce moderne, insistant notamment sur la correspondance des noms de lieux anciens et modernes58.

  • 59 Rapport sur la formation des dèmes d’Arcadie, op. cit. (supra, n. 30).
  • 60 Rapport sur la formation des dèmes de Laconie, op. cit. (supra, n. 35).

44Enfin, la pédagogie qui ressortissait à l’organisation territoriale grecque trouva une manière d’achèvement dans les exceptions mêmes qui furent faites à l’hellénisation des noms de lieux. Il arriva que le ministère rétablît un nom que l’éparque avait remplacé, comme Valtetsi ou Doliana, lieux de bataille où quelques centaines de Grecs avaient écrasé des milliers de Turcs59. La réhabilitation de ces noms « devenus historiques dans la guerre d’indépendance » contribuait ainsi à la réintégration de l’espace grec dans l’Histoire et par là même donnait la preuve de la renaissance politique du territoire. Un exemple extrême en fut fourni par le maintien du nom du lieu-dit Polyaravon, littéralement ville peuplée « de beaucoup d’Arabes », en raison du fait qu’il avait été le théâtre du massacre de beaucoup d’Arabes – les Égyptiens d’Ibrahim Pacha60. Le conflit entre deux espaces confondus était alors définitivement résolu par l’exclusion de celui qui portait les valeurs de l’Orient et de l’Empire ottoman, exclusion officiellement inscrite dans le territoire par la réinterprétation d’un toponyme.

45Et sans doute est-ce sur cette pédagogie à l’usage de la nation qu’il faut conclure. La circulaire aux nomarques de Colettis s’achève en effet sur l’exhortation suivante :

  • 61 Circulaire aux nomarques, op. cit. (supra, n. 20).

« Messieurs ! Un nouvel ordre des choses doit succéder à l’ancien. La régénération de la Grèce était de tout temps la grande affaire qui nous occupait ; pour elle tant de malheurs ; pour elle tant de sacrifices. La loi communale est appelée à la réalisation de cette grande idée ; il faut que la nation s’empresse à concourir à ce grand œuvre : la Loi Communale l’y invite. Il faut qu’un esprit social naisse chez nous ; la Loi Communale formera les premiers liens de notre sociabilité. Il faut qu’il se développe un patriotisme local, fécond en améliorations de toute espèce ; la Loi communale donnera cette impulsion salutaire, et fera prendre à la Grèce une attitude plus convenable, et plus digne de son roi et de ses sacrifices récents, et de sa gloire ancienne61. »

  • 62 K. Kostis, « The Formation of the State in Greece, 1830-1914 », in M. Dogo, G. Franzinetti (éds), D (...)

46Ainsi, le cadre municipal devait-il permettre l’apprentissage de la vie commune sur de nouvelles bases, compatibles avec les exigences monarchiques : l’ordre social était assuré, tout en permettant, reléguées au niveau le plus local, certaines formes de vie citoyenne qui devaient aboutir à l’adhésion à la nation, conçue comme la fidélité au roi. On ne peut sur ce point que rejoindre les analyses de Kostas Kostis, qui révoque la pertinence de l’affirmation, couramment faite, d’un échec de l’organisation d’un État moderne en Grèce sous Othon, et ce en raison d’une absence de volonté de la monarchie dans ce sens ; il conclut en revanche à une parfaite réussite des objectifs qu’elle s’était fixés, notamment « la création d’un appareil d’État qui, avec des moyens très limités, réussit à intégrer les élites politiques locales et les populations paysannes […] et à s’imposer comme la seule source de légitimité de la vie politique62 ».

  • 63 Cf., sur la formulation de la Grande Idée, E. Skopetea, Το « Πϱότυπο Βασίλειο » ϰαι η Μεγάλη Ιδέα. (...)
  • 64 F. Hartog, « Faire le voyage d’Athènes : J. J.Winckelman et sa réception française », cité par N.Ou (...)

47Cet apprentissage par le local avait donc pour but ultime « la régénération de la Grèce » dans son ensemble, le « grand œuvre » de « la nation », qui assimilait habilement la personne royale à la gloire ancienne de la Grèce : c’est ce que Colettis nomma, de façon hautement significative, « la réalisation de cette grande idée ». On sait la fortune que cette expression connut à partir de la décennie suivante, lorsque Colettis lui-même la lança en 1844 pour revendiquer la réunion à la Grèce de toutes les provinces ottomanes peuplées de Grecs, Constantinople comprise63. Sans doute cette occurrence, inattendue ici, n’est-elle pas fortuite ; elle résume vigoureusement les étapes et les modalités de la constitution de la conscience nationale dans une Grèce monarchique, organisée par le haut et sans débat. La référence à l’Antiquité grecque avait pu représenter, sous la révolution française mais aussi pendant la révolution grecque, la possibilité de « miner l’autorité monarchique en exhumant un autre espace64 » ; elle était désormais mise au service, dans le cadre d’une monarchie et dans les limites d’un État territorial, de critères de définition nationale exclusifs et portait en elle les germes du nationalisme de la Grande Idée.

Notes

1 Cf. pour le cadre général de la fondation et l’organisation de l’État grec, J. Petropulos, Politics and Statecraft in the Kingdom of Greece, 1833-1843 (1968) ; la version utilisée ici est sa traduction en grec (1985).

2 Εφημεϱίς της Κυβεϱνήσεως του Βασιλείου της Ελλάδος/Regierungsblatt des Koenigreichs Griechenland [Journal du Gouvernement du Royaume de Grèce] 1833 n° 12, 6/18 avril, p. 75-80.

3 Cf. G. L. von Maurer, Das Griechische Volk in öffentlicher, kirchlicher und privatrechtlicher Beziehung vor und nach dem Freiheitskampfe bis zum 31 Juli 1834 (1835), vol. 2, p. 113 ; sur Abel, sa formation et ses fonctions en Bavière, cf. H. Gollwitzer, Ein Staatsmann des Vormärz : Karl von Abel, 1788- 1859 (1993) ; cf. aussi D. Götschmann, Das Bayerische Innenministerium, 1825-1864. Organisation und Funktion, Beamtenschaft und politischer Einfluß einer Zentralbehörde in der Konstitutionellen Monarchie (1993), p. 227-235.

4 G. L. von Maurer, op. cit. ; pour les travaux de la commission cf. Archives générales de l’État (GAK), Athènes, fonds d’Othon (OA), ministère de l’Intérieur (MI), dossier 99, pièces 14 et 15, Rapport de la commission chargée de l’examen de la loi sur l’organisation des communes au secrétaire d’État à l’Intérieur, Nauplie, 6/18 oct. 1833, et procès-verbaux des séances, 15-22 sept. 1833.

5 Ibid., pièce 13, Rapport du secrétaire d’État à l’Intérieur au conseil des ministres, Nauplie, 1/13 décembre 1833.

6 Νόμος Πεϱὶ συστάσεως τῶν Δήμων/Gemeinde-Gesetz [Loi sur la formation des dèmes], Εφημεϱίς της Κυβεϱνήσεως του Βασιλείου της Ελλάδος /Regierungsblatt des Koenigreichs Griechenland [Journal du Gouvernement du Royaume de Grèce] 1834, n° 3, 10/22 janvier, p. 13-32.

7 G. L. von Maurer, op. cit, (supra, n. 3), p. 97.

8 Cf. M. Dunan, Napoléon et l’Allemagne. Le système continental et les débuts du royaume de Bavière, 1806-1810 (1943), p. 81-86 ; W. Demel, Der bayerische Staatsabsolutismus, 1806/08-1817. Staats-und Gesellschaftspolitische Motivationen und Hintergründe des Reformära in der ersten Phase des Königsreichs Bayern (1983), p. 116-123.

9 « […] das Abelsche Organisationswesen, das alles französisch-bayerisch in Hellas machen will », Louis de Bavière à Armansperg, Schloßberg, 27 juin 1834, in J. M. von Söltl, Ludwig I König von Bayern und Graf von Armansperg (1886), p. 52.

10 « Man hat […] den Vorwurf vernommen, dass der ganze Plan der Griechischen Landesverwaltung in der Bayrischen Kreiseintheilung […] ein sehr unpassendes Vorbild gehabt habe, gerade als wenn Bayrisch seyn und schlecht seyn synonym sey ! », G. L. von Maurer, op. cit. (supra, n. 3), p. 109.

11 Constitution provisoire de la Grèce votée par la troisième Assemblée nationale de Trézène, le 1er mai 1827, in Τα Ελληνιϰά Συντάγματα [Les constitutions grecques] (1998), p. 135.

12 Cf. Th. Théodorou, Η Ελληνιϰή τοπιϰή αυτοδιοίϰηση [L’auto-administration locale grecque] (1995), et B. Panayotopoulos, Πληθυσμός ϰαι οιϰισμοί της Πελοποννήσου, 13ος-18ος αιώνας [Peuplement et agglomérations du Péloponnèse, xiiie-xviiie siècle] (1985) ; pour l’exemple de l’éparchie de Gortyne depuis 1700 jusqu’à la fin du xixe s., cf. p. 207-215.

13 Sur ces différents projets, cf. le recueil de sources de M. Chouliarakis, Γεωγϱαφιϰή, διοιϰητιϰή ϰαι πληθυσμιαϰή εξέλιξις της Ελλάδος, 1821-1971 [Évolution géographique, administrative et démographique de la Grèce, 1821-1971], EKKE (1973), tome I, vol. 1, p. 82-85.

14 Sur l’incorporation implicite des anciennes municipalités dans le nouveau cadre communal cf. E. Skiadas, Ιστοϱιϰό διάγϱαμμα των δήμων της Ελλάδος, 1833-1912 [Tableau historique des dèmes de la Grèce, 1833-1912] (1993), p. 87-94.

15 Rapport de la commission…, op. cit. (supra, n. 4).

16 Ce terme est employé couramment par le secrétaire d’État à l’Intérieur.

17 Loi sur la formation des dèmes, op. cit. (supra, n. 6), art. 4.

18 Ibid., art. 4, 6 et 7.

19 GAK, OA, MI, dossier 6, pièce 136, Instructions pour la formation des communes, [titre en français, texte en allemand, grec en regard], Nauplie, 15/27 mars 1834, 17 p. in fo.

20 GAK, OA, MI, dossier 99, pièce 23, Circulaire aux nomarques, 20 mars 1834.

21 « Der Zweck dieser Gebiets-Eintheilung ist die organische Ausbildung des Staatskörpers und seiner Theile und die Herstellung einer leichten und einfachen Staatsverwaltung, die von einem gemeinsamen Mittelpunkte ausgehend, in der Nomarchie durch die Kreisbehörden, in der Eparchie durch die Bezirkbehörden, in der Gemeinde durch die Gemeindebehörden den Vollzug der Gesetze […] zu erreichen strebt », Instructions…, op. cit. (supra, n. 19), p. 2.

22 Notons que le terme « nation », régulièrement employé par le ministre – grec – de l’Intérieur, n’est jamais utilisé par le législateur bavarois.

23 Loi sur la formation des dèmes, op. cit. (supra, n. 6), notamment IIIe partie, art. 15 à 17, « Des droits et des devoirs des dèmes » et IVe partie, art. 19 à 27, « Des biens et revenus des dèmes » ; les trois niveaux de circonscriptions étaient dotés de conseils élus au suffrage censitaire ; seuls cependant les conseils municipaux sembleraient avoir disposé d’un relatif pouvoir ; cf. les analyses de J. Petropulos, op. cit. (supra, n. 1), p. 205-208.

24 « In der Gemeinde enden demnach, als in dem aussersten Gliede, sämtliche Zweige der Staatsverwaltung ; jede derselben soll einen für sich bestehenden Körper bilden », ibid., p. 4.

25 « Fehlt unter diesen Bewohner das Band gleichartiger Interessen, und werden dieselben nicht durch gewöhnte oder natürliche Verhältnisse und Verbindungen zusammengehalten, so ist der gemeinsammen Verwaltung die wesentliche Unterlage benommen […] », ibid.

26 M.-V. Ozouf-Marignier, « Centralisation et lien social : le débat de la première moitié du xixe siècle en France », in Per un atlante storico del mezzogiorno e della Sicilia in età moderna (1998), p. 75-91.

27 « Gemeinde-Corporation », terme employé dans la loi sur la formation des dèmes, art. 49. Sur cet aspect politique et social de la formation des communes, voir aussi A. Couderc, « Structuration du territoire et formation des élites municipales en Grèce (1833-1843) », in P. Aubert, G. Chastagnaret et O. Raveux (éds), Construire des mondes. Élites et espaces en Méditerranée, xvie-xxe siècle (2005), p. 163-184.

28 « nicht blos die gegenwartige Bevölkerung eines bestimmtes Flächenraumes, sondern auch dessen Fähichkeit zur ernährung eines bestimmten Volkszahl, und dessen natürliche Anlagen zu gemeinsamen und frequenten Verkehre beachten », Instructions…, op. cit. (supra, n. 19), p. 10.

29 Circulaire aux nomarques, op. cit. (supra, n. 20).

30 Cf. entre autres occurrences Rapport de la commission…, op. cit. (supra, n. 4), GAK, OA, MI, dossier 155, pièce 3, Rapport sur la formation des communes d’Arcadie, Colettis au roi, Nauplie, 20 oct./1er nov. 1834, 3e partie.

31 Sur la politique de fixation des populations semi-nomades à l’occasion de l’établissement des communes cf. W. McGrew, Land and Revolution in Modern Greece, 1800-1881 (1985), p. 190-194.

32 Rapport sur la formation des communes d’Arcadie, op. cit. (supra, n. 30).

33 Fr. Thiersch, De l’état actuel de la Grèce et des moyens d’arriver à sa restauration (1833), 2 vol. L’ouvrage est cité en permanence par Maurer dans ses mémoires.

34 Ibid., vol. 1, p. 224.

35 GAK, OA, MI, dossier 122, pièce 72, Sur la formation et la délimitation des éparchies et des communes du Nomos de la Laconie, Colettis au roi, Athènes, 6/18 février 1835.

36 Ibid. Cf. aussi E. Skiadas, op. cit. (supra, n. 14), p. 373.

37 GAK, OA, MI, dossier 48, pièces 1 à 20 (mai-août 1837).

38 Cf. I. Burckhardt, Das Verhältnis von Wirtschaft und Verwaltung in Bayern während der Anfänge der Industrialisierung (1834-1868) (2001), p. 73.

39 M.-N. Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne (1989), p. 91 et 117, et, pour le postulat selon lequel l’économie rurale fonde l’économie publique, p. 87 sq.

40 I. Burckhardt, op. cit. (supra, n. 38), p. 73.

41 Sur la pensée de Lip et Rau et leur rayonnement en Allemagne du Sud, ibid., p. 43-50.

42 Cf. pour le problème général des relations économiques entre État grec et diaspora, G. Dertilis, Banquiers, usuriers et paysans. Réseaux de crédit et stratégies du capital en Grèce (1780-1930) (1988), p. 11-32.

43 « Mr de Maurer seemed a man of talent in his department […], he had been Professor of Law in the University of Munich. Yet I fancied that he did not seem equally profound in the science of political Economy & more likely to pursue that system of legislation which throws barriers in the way of the advancement of society in European Monarchies than that wich had enabled America & New Holland to advance as they have done. » G. Finlay, Journal 3 (janv. 1833-juin 1848), 23 mai 1833, p. 19, in The Journals and Letters of George Finlay (publication des papiers Finlay de la British School of Archeology d’Athènes, 1995), vol. 1, p. 68.

44 Cf. J. Petropulos, op. cit. (supra, n. 1), p. 494-514.

45 Cf. M.-N. Bourguet, op. cit. (supra, n. 39), p. 309-313.

46 C’est le terme employé par la loi sur les dèmes et un chapitre ainsi intitulé figure dans chaque rapport sur la formation des dèmes par département.

47 Circulaire aux nomarques, op. cit. (supra, n. 20).

48 Cf. N. Oulebsir, « La définition du paysage architectural dans les expéditions scientifiques de Morée et d’Algérie », in M. N. Bourguet, D. Nordman, V. Panayotopoulos et M. Sinarellis (éds), Enquêtes en Méditerranée (1999), p. 293-314, p. 310.

49 Cf. E. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945 (1998), p. 108-137.

50 F.-L. Lucarelli, « Les modes de prospection des architectes et des archéologues de l’expédition de Morée », in Mani, témoignages sur l’espace et la société. Voyageurs et expéditions scientifiques (1996), p. 503-524.

51 Cf. le rôle prépondérant de l’éparque de Calidromi (Karpénissi), in GAK, OA, MI, dossier 122, pièce 62, Rapport sur la formation des communes de l’éparchie de Calidromi, le secrétaire d’État à l’Intérieur Drossos Mansolas au roi, 6 mai 1836.

52 Sur la formation des communes du Nomos de la Laconie, op. cit. (supra, n. 35).

53 Ibid.

54 Fr. Thiersch, op. cit. (supra, n. 33), vol. 1, p. 217 sq.

55 Cf. l’analyse de textes en tous points semblables à celui-ci par D. Nicolaïdis, in D’une Grèce à l’autre, représentation des Grecs modernes par la France révolutionnaire (1992), p. 18 sqq.

56 Sur la formation des communes du Nomos de la Laconie, op. cit. (supra, n. 35).

57 Ibid.

58 Chr. Koulouri, Dimensions idéologiques de l’historicité en Grèce (1834-1914). Les manuels scolaires d’histoire et de géographie (1991), p. 402. Le projet de loi sur l’éducation fut préparé entre 1833 et 1834 par une commission gréco-bavaroise dont faisait partie Konstantin Schinas, secrétaire d’État à l’Instruction publique, proche de Colettis, qui fut aussi l’un des membres de la commission chargée de l’examen de la loi sur l’organisation des communes en septembre 1833.

59 Rapport sur la formation des dèmes d’Arcadie, op. cit. (supra, n. 30).

60 Rapport sur la formation des dèmes de Laconie, op. cit. (supra, n. 35).

61 Circulaire aux nomarques, op. cit. (supra, n. 20).

62 K. Kostis, « The Formation of the State in Greece, 1830-1914 », in M. Dogo, G. Franzinetti (éds), Disrupting and Reshaping. Early Stages of Nation-building in the Balkans (2002), p. 47-64, ici p. 47-57.

63 Cf., sur la formulation de la Grande Idée, E. Skopetea, Το « Πϱότυπο Βασίλειο » ϰαι η Μεγάλη Ιδέα. Όψεις του εθνιϰού πϱοβλήματος στην Ελλάδα (1830-1880) [Le « royaume modèle » et la Grande Idée. Réflexions sur le problème national en Grèce (1830-1880)] (1988) ; l’auteur, qui reprend les analyses de C. Dimaras, date la première formulation de cette expression du 14 janvier 1844, au cours d’une séance à l’Assemblée nationale grecque.

64 F. Hartog, « Faire le voyage d’Athènes : J. J.Winckelman et sa réception française », cité par N.Oulebsir, loc. cit. (supra, n. 48), p. 295 sq.

Auteur

Est responsable des études sur la Grèce et les Balkans modernes et contemporains à l’École française d’Athènes et maître de conférences à l’université de Paris I. Ses recherches portent sur la formation de l’État-nation en Grèce aux xixe et xxe siècles, sur les relations gréco-turques et sur l’histoire et l’historiographie de la Question d’Orient. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée État, nations et territoires dans les Balkans. Histoire de la première frontière gréco-ottomane, 1827-1881 (2000).

© École française d’Athènes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search