Version classiqueVersion mobile

La monnaie dans le Péloponnèse

 | 
Charles Doyen
, 
Eva Apostolou

À propos du système monétaire éginétique : Mise en perspective des systèmes monétaires grecs

About the Aeginetic monetary system. A larger study of Greek monetary systems

Περί του αιγινητικού νομισματικού συστήματος από την άποψη των ελληνικών νομισματικών συστημάτων

Véronique Van Driessche

Résumé

Les particularités du système monétaire éginétique, largement utilisé en Grèce, notamment dans le Péloponnèse, aux époques archaïque et classique, sont examinées dans la perspective plus large des origines et de la naissance des systèmes monétaires. Le lien rétabli entre les grandeurs monétaires grecques et leurs ancêtres homonymes, des étalons de valeur pesés en bronze, fer et argent, permet, d’une part, de reconstituer les mécanismes de formation, autour de la mine de 435 g, de systèmes de grandeurs en argent préfigurant les systèmes monétaires et, d’autre part, de comprendre que ces derniers fonctionnaient et évoluaient essentiellement sur la base d’un jeu de rapports entre l’argent et le bronze.

Les problèmes de concordances et de divergences entre systèmes monétaires, entre l’éginétique et l’attique notamment, sont réétudiés sous cet éclairage, révélant le rôle central et unificateur d’un chalque en bronze partout identique.

Texte intégral

1Le système monétaire désigné comme éginétique par les Anciens était largement utilisé en Grèce aux époques archaïque et classique : adopté par tous les émetteurs du Péloponnèse à l’exception de Corinthe, il s’imposait également en Grèce centrale, en Crète, dans une grande partie des Cyclades et dans quelques cités d’Asie Mineure.

  • 1 Th. Reinach, « Observation sur le système monétaire delphique du ive siècle », BCH 20 (1896), p. 25 (...)
  • 2 Voir ÉMG I, p. 73-74, pour les raisons de ce choix.
  • 3 Ce qui s’accorde parfaitement avec les masses des statères à la tortue relevées par H. Nicolet-Pier (...)
  • 4 M. N. Tod, « Epigraphical Notes on Greek Coinage II. Χαλκοῦς », NC s. 6, 6 (1946), p. 55-60, et, pl (...)

2La publication des comptes de Delphes a dévoilé la division en 35 statères, ou 70 drachmes, de la mine éginétique, qui s’avérait de ce fait être la même mine que dans le système attico-corinthien1. Si on lui donne la valeur pondérale de 435 g, soit un talent de 26,1 kg2, on peut proposer une masse théorique de 12,43 g pour le statère3, de 6,21 g pour la drachme et de 1,03 g pour l’obole du système éginétique. C’est également l’épigraphie qui a révélé que l’obole éginétique se comptait à 12 chalques4.

3Il apparaît donc que, partant d’un talent et d’une mine identiques, les systèmes monétaires grecs se distinguaient ensuite par la division de cette dernière en statères et drachmes, de même que par la division de l’obole en chalques. On peut s’interroger sur ce qui justifiait ces points communs et ces différences entre les systèmes monétaires, et quels étaient leurs effets sur la circulation des monnaies. Cette question est étroitement liée à celle, plus générale, des origines et de la naissance des monnayages grecs.

Aux origines des grandeurs monétaires grecques

  • 5 Par exemple, S. von Reden, « Money, Law and Exchange : Coinage in the Greek Polis », JHS 117 (1997) (...)

4Il ne sera pas ici question de chercher les raisons économiques, politiques ou sociales qui auraient présidé à l’apparition des monnayages grecs5, mais bien de comprendre, dans un développement fondé sur l’observation des systèmes monétaires, sur quelles bases et par quels mécanismes on passa du pré-monétaire au monétaire.

Fondements

  • 6 H. S. Kim, « Archaic Coinage as Evidence for the Use of Money », dans A. Meadows, K. Shipton (éds), (...)
  • 7 Voir, parmi les plus récents exposés, ibid., p. 7-21 ; J. H. Kroll, « Observations on Monetary Inst (...)
  • 8 Plutarque, Vie de Lysandre 17, 5 ; Pollux, Onomasticon 9, 77 ; Héraclide du Pont, frg. 152 (Wehrli) (...)
  • 9 J. H. Kroll (n. 7), p. 87 ; H. Nicolet-Pierre (n. 7), p. 97. P. Courbin, « Dans la Grèce archaïque  (...)
  • 10 Par exemple H. Nicolet-Pierre (n. 7), p. 105-108 ; J. H. Kroll (n. 7), p. 81-84.

5Force est de constater que, dès les premières émissions, les systèmes monétaires grecs incluaient toutes les grandeurs, plus un bon nombre de fractions, parfois très petites6, ce qui permet d’affirmer qu’ils s’inscrivaient dans la continuité d’un système pré-monétaire déjà très élaboré et d’usage étendu aux petits échanges. Réunissant informations écrites et archéologiques, les spécialistes7 admettent aujourd’hui que certains ustensiles métalliques (haches, trépieds, chaudrons et broches, les fameux obeloi) servaient de valeurs de référence pré-monétaires et placent, peu avant l’apparition des monnaies, une phase d’« argent pesé », dans laquelle ils reconnaissent un emprunt aux pratiques proche-orientales. La filiation obelos-obole et drachmè-drachme expliquée dans les textes8 se justifierait dans ce schéma par la traduction en quantités pesées d’argent, et plus tard en monnaies, de la valeur d’une broche en fer ou d’une « poignée » de six broches9. Ils pressentent par ailleurs l’importance des systèmes pondéraux locaux dans le processus de formation des différents systèmes monétaires10. Ajoutons à ces observations que la structure très irrégulière des systèmes monétaires grecs – un talent de 60 mines, une mine de 35 statères, un statère de 2 drachmes, une drachme de 6 oboles et une obole de 12 chalques, pour prendre l’exemple du système éginétique – indique qu’ils sont le fruit d’un assemblage progressif, sur une longue durée, d’éléments pris de-ci de-là et conciliés au fur et à mesure.

6En réalité, il est possible d’aller beaucoup plus loin dans ce raisonnement, pour démontrer que les systèmes monétaires grecs tiraient leurs origines de systèmes pré-monétaires, ou systèmes de valeurs, parfaitement bien organisés.

Mesures pondérales

7En premier lieu, on relèvera qu’au-delà de l’obole et de la drachme, chaque grandeur monétaire grecque avait, hors du système monétaire, le plus souvent dans le système pondéral, un homonyme attesté dès l’époque pré-monétaire.

  • 11 P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque (1968-1980), s.v. « ταλάσσαι », p. 10 (...)
  • 12 Voir, tout récemment, A. Michailidou, « Measuring by Weight in the Late Bronze Aegean. The People b (...)
  • 13 P. Chantraine (n. 11), s.v. « στατήρ », p. 1044 ; M. Caccamo Caltabiano, P. Radici Colace, Dalla pr (...)
  • 14 M. Lang, M. Crosby, The Athenian Agora X. Weights, Measures and Tokens (1964), p. 3-4 et 6-7.
  • 15 Voir ÉMG I, p. 19-26.

8Ainsi, les désignations « talent » et « statère » appartenaient incontestablement à la sphère pondérale. Τάλαντον, « la charge »11, désignait la mesure pondérale supérieure, qui traduisait la masse maximale transportable et manipulable par l’homme ; il avait son équivalent, entre 25 et 30 kg12, dans les différents systèmes pondéraux du Proche-Orient, et on le trouve déjà dans les systèmes pondéraux grecs de l’âge du bronze, représenté par la mesure L (une balance à plateaux) des textes en linéaire A et en linéaire B. Στατήρ, « le peseur »13, était la mesure centrale du système pondéral athénien – le seul, hélas, où il apparaisse encore en l’état de notre documentation d’époque monétaire –, en ce sens que c’est à lui que se rapportaient les différentes fractions14. Il y correspondait à ⅓0 du talent, ce qui en fait l’héritier direct de la mesure M du système pondéral mycénien, qui valait ⅓0 de la mesure L, soit un peu moins de 1 kg15.

  • 16 M. A. Powell, « Maße und Gewichte », Reallexikon der Assyriologie und vorderasiatische Archäologie, (...)
  • 17 La plus ancienne apparition du terme μνᾶ provient de l’Artémision d’Éphèse (IK Ephesos IA 1) et est (...)
  • 18 La présentation de la mesure M comme « double mine » ou « mine lourde » dans certaines reconstituti (...)
  • 19 Voir M. Lang, M. Crosby (n. 14), p. 6 ; ÉMG I, p. 70.

9De même, la mine, μνᾶ, était en première définition une mesure pondérale, mais originaire du Proche-Orient, où elle valait toujours 1/60 du talent local16. Il est important de noter qu’il n’y a pas de trace de cette mesure en contexte grec avant le vie s. av. J.-C.17, qu’elle n’avait pas d’équivalent dans le système pondéral mycénien18 et qu’elle semble avoir été « greffée » au système pondéral athénien, pour le reste construit autour du statère, dont elle valait la moitié19.

Étalons de valeur

10Trois des cinq grandeurs monétaires avaient donc « hérité » de noms de mesures pondérales, ce qui traduisait nécessairement une parenté allant au-delà du seul rapport à la balance, qu’il convient de déterminer. Les grandeurs monétaires peuvent se définir comme des quantités pesées – de métal – représentant des valeurs déterminées : ces qualités s’appliquaient-elles aussi à leurs homonymes pondéraux ?

  • 20 Le talent d’or des textes homériques, qui équivalait à un bœuf, n’était pas entendu comme la mesure (...)
  • 21 Ibid., p. 69-72.
  • 22 Ainsi, les obeloi se pesaient, comme le rapportait Orion (Etymologicon, s.v. « ὀβολός »), citant Hé (...)

11Réexaminées sous cet éclairage, la comptabilité et la métrologie mycéniennes et grecques révèlent que les mesures pondérales étaient, de tout temps, étroitement liées aux systèmes de valeurs, par le biais des métaux, auxquels elles s’associaient pour former des étalons de valeur. Dès l’époque mycénienne, on se référait au talent de bronze, qui équivalait à un bœuf20, et au statère du même métal. Vers la fin du viie s. – début du vie s. av. J.-C., les Grecs n’empruntèrent pas seulement une mesure pondérale au Proche-Orient, mais bien un nouvel étalon de valeur, la mine d’argent21. Quant à l’obelos et à sa drachmè en fer, au départ de simples ustensiles culinaires et sacrificiels, leur rattachement, dans la première moitié du Ier millénaire av. J.-C., à des systèmes de valeurs qui incluaient déjà le talent et le statère de bronze imposait d’établir avec ces derniers non seulement un rapport de valeur (combien d’obeloi et de drachmai en fer vaut un statère de bronze ?), mais aussi un rapport de masse (combien de statères pèse un obelos ?) : il devait donc nécessairement y avoir eu des ajustements pondéraux22.

12La nature de la parenté est ainsi rétablie : au titre d’étalons de valeur (métalliques), les homonymes pré-monétaires des grandeurs monétaires étaient, comme elles et avant elles, des quantités pesées – de métal – représentant des valeurs déterminées (tabl. 1).

13On connaît désormais les « acteurs » pré-monétaires et leur relation aux grandeurs monétaires. Il reste à définir les modalités de la transition pré-monétaire / monétaire, assurément liées à l’adoption de la mine d’argent. Et l’on retient dès à présent que les systèmes pondéraux grecs, hérités des temps mycéniens, étaient associés au bronze tant à l’époque pré-monétaire qu’à l’époque monétaire.

Tabl. 1. Du pré-monétaire au monétaire.

Grandeurs monétaires

  • 23 Voir ÉMG I, p. 85-90 et 93-97, pour un plus large développement.

14À l’instar de l’obelos en fer, la mine d’argent fut introduite dans les systèmes de valeurs grecs par l’établissement d’un double rapport, de valeur et de masse, avec les étalons déjà en place, et l’on peut d’emblée préciser que sa valeur pondérale s’imposa, ce qui explique qu’elle était identique, 435 g, dans tous les systèmes grecs. Le système athénien, le mieux documenté, permet de reconstituer les étapes de ce processus23.

  • 24 Les textes relatifs aux réformes métrologiques de Solon (Pseudo-Aristote, Constitution d’Athènes(...)
  • 25 L’équivalent en argent du talent de bronze aurait valu 3/5 de mine, soit 60 drachmes : on trouve ic (...)

15D’une part, on fixait officiellement la valeur de la mine (d’argent) à 50 statères (de bronze) et à 100 drachmai ou à 600 obeloi (de fer) attiques24. Cela impliquait que, transposés en argent, le statère devait peser 1/50 de mine, soit 8,70 g, la drachme, 1/100 de mine, soit 4,35 g, et l’obole, 1/600 de mine, soit 0,725 g. Seul le talent restait la mesure pondérale maximale et ne se traduisait pas en équivalent d’argent25. Les bases du système monétaire étaient posées.

16D’autre part, on faisait entrer la mine dans le système pondéral attique en ajustant les mesures pondérales locales à sa masse de 435 g : le talent était amené à 26,1 kg (60 mines), et le statère, qui valait, on l’a vu, ⅓0 de talent dans ce système, à 870 g (2 mines). Sachant que le système pondéral était associé au bronze, il est aisé de calculer que, d’un statère de bronze pesant 870 g à un statère d’argent pesant 8,70 g, le rapport bronze-argent était, à Athènes, de 100 : 1 (tabl. 2).

Tabl. 2. Adoption de la mine d’argent en système attique.

17De ce fait, à chaque grandeur monétaire en argent correspondait un équivalent en bronze, qui se rattachait lui aussi à la mine de 435 g : l’équivalent en bronze de la drachme attique pesait 435 g, soit une mine exactement, et l’équivalent en bronze de l’obole, 72,5 g, soit 1/6 de mine. C’est ce rapport bronze-argent, et la façon dont il s’exprimait, par des équivalents en bronze, qui sous-tendait le fonctionnement et l’évolution des systèmes monétaires grecs, et qui nous fournit la clé de leur compréhension (tabl. 3).

Tabl. 3. Équivalences en système attique (100 : 1).

Retour au système éginétique

  • 26 Ibid., p. 97-99.

18On peut conjecturer que l’intégration de la mine d’argent dans le système éginétique suivit le même processus, masses et valeurs locales rapportées à la mine d’argent, et l’on ajoutera, en toute logique, que le rapport bronze-argent devait être identique, ou en tout cas très similaire, d’un système à un autre afin d’éviter fraudes et autres changes préférentiels26.

19Nous savons que le statère monétaire éginétique valait – et pesait – ⅓5 de mine, soit 12,42 g d’argent. Il n’y a pas de trace d’un statère pondéral éginétique, mais si on se réfère au rapport bronze-argent de 100 : 1 constaté à Athènes, on obtient un ordre de grandeur de 1 242 g. Au plus près, trois mines de 435 g pesaient 1 305 g, ce qui permet de penser que le statère de bronze éginétique avait été ajusté à la masse de trois mines, et représentait donc ½0 du talent de 60 mines. D’un statère de bronze pesant 1 305 g à un statère d’argent pesant 12,42 g, le rapport bronze-argent était de 105 : 1 en système éginétique, légèrement différent, donc, de celui qui s’appliquait en système attique (tabl. 4).

Tabl. 4. Adoption de la mine d’argent en système éginétique.

20La curieuse division de la mine en 35 statères trouve une explication lorsque l’on replace ces éléments dans leur ordre chronologique : le statère pondéral, ou statère de bronze, ayant été ajusté, au plus proche, à une masse de trois mines, pour reproduire le rapport 100 : 1 du système attique, il aurait fallu fixer sa valeur à ⅓3,333 de mine, ce qui n’était pas des plus pratique pour la comptabilité. L’ajustement à ⅓5 de mine, pour un rapport 105 : 1 entre l’argent et le bronze, se présentait donc comme la solution la plus appropriée, compte tenu des contraintes du rapport de masse et de valeur à la mine. Peut-on en déduire que le calcul éginétique fut conditionné par le calcul attique, plus simple et dès lors plus ancien ? Si les Éginètes avaient, les premiers, adopté la mine d’argent, avec un statère en bronze pesant trois mines, n’auraient-ils pas plutôt choisi un rapport bronze-argent de 120 : 1 (mine de 40 statères) ou de 90 : 1 (mine de 30 statères) ?

21Quoi qu’il en soit, on peut restituer, selon le rapport 105 : 1, les valeurs pondérales, toujours rapportées à la mine de 435 g, des équivalents en bronze des autres grandeurs monétaires éginétiques : l’équivalent en bronze de la drachme pesait 652,5 g, soit 1,5 mine, et celui de l’obole, 108,75 g, soit ¼ de mine (tabl. 5).

Tabl. 5. Équivalences en système éginétique.

Circulation des monnaies et évolution des systèmes

Problèmes de compatibilité

  • 27 Concernant le lien entre les différents systèmes métrologiques (masses, capacités, volumes), voir i (...)

22Si l’usage de l’« argent pesé » en Grèce à l’époque archaïque n’était en fin de compte pas aussi fondamentalement innovant qu’on le présente habituellement, l’adoption de la mine d’argent fut néanmoins à l’origine non seulement du phénomène monétaire, mais aussi d’une importante unification des systèmes métrologiques grecs27.

  • 28 CID II 4, col. I, l. 57-66 (4 drachmes attiques font 2 drachmes 4 oboles éginétiques) ; 6, B, l. 20 (...)

23Dans la pratique monétaire courante, cependant, le ralliement à la mine de 435 g ne suffisait pas. En effet, au-dessous de cette mine, c’est-à-dire au niveau des échanges quotidiens, un rapport de 7 : 10 rendait les grandeurs monétaires attiques – et apparentées – et les grandeurs monétaires éginétiques très peu compatibles. En réalité, aucune pièce d’argent attique n’était échangeable au pair contre une monnaie de système éginétique. Par contre, les équivalents en bronze offraient un change bien plus confortable de 2 : 3 entre l’attique et l’éginétique, d’autant plus qu’il s’accordait parfaitement avec la division de la drachme en 6 oboles. On comptait ainsi, côté bronze, la drachme attique à 4 oboles éginétiques (435 g = 4 × 108,75 g) et la drachme éginétique à 9 oboles attiques (652,5 g = 9 × 72,5 g). Le ratio utilisé dans les comptes de Delphes pour les petits changes28 se justifiait donc non par une approximation côté argent, mais, vraisemblablement, par un recours aux équivalents en bronze.

  • 29 Voir ÉMG I, p. 103-107. Soulignons que, dans cette reconstitution, le chalque fut vraisemblablement (...)

24Au niveau de l’obole également, le rapport de 7 : 10 entre grandeurs en argent laissait place au rapport plus pratique de 2 : 3, et cette fois, ce rapport s’accordait – et l’on peut même supposer qu’il la justifiait – avec la division de l’obole attique en 8 chalques et de l’obole éginétique en 12 chalques, puisqu’on arrivait de cette manière à un même chalque en bronze (72,5 g ÷ 8 = 9,0625 g = 108,75 g ÷ 12). Ce chalque de 9,0625 g était le plus petit dénominateur commun entre les deux systèmes, une sorte de pendant, côté bronze et à un niveau de valeur beaucoup plus faible, de la mine d’argent de 435 g29.

25Pourtant, du côté des grandeurs monétaires en argent, le chalque attique et le chalque éginétique, divisions des oboles attique et éginétique en argent, n’avaient pas la même valeur pondérale (0,725 g ÷ 8 = 0,0906 g et 1,03 g ÷ 12 = 0,0863 g), en raison de la différence de rapports bronze-argent d’un système à l’autre : pour une même quantité de bronze, on n’obtenait pas la même quantité d’argent et, inversement, pour une même quantité d’argent, on n’obtenait pas la même quantité de bronze (tabl. 6).

Tabl. 6. Change entre l’attique et l’éginétique, en argent et en bronze.

26Si la différence paraît insignifiante au niveau du chalque, elle devenait plus importante quand les valeurs augmentaient, et pour une même mine d’argent de 435 g, l’écart entre les équivalents en bronze dépassait 2 kg. Il y avait dès lors un risque de fraudes ou, du moins, de controverses et de malentendus, peu propices à une bonne circulation des monnaies.

Un premier ajustement

  • 30 Ou, comme formulé dans la Constitution d’Athènes (n. 24), la masse du talent pondéral passant de 60 (...)

27On comprend pourquoi, vers la fin du ve s. av. J.-C., le système pondéral attique fut alourdi de 5 %, la masse de la mine passant de 100 à 105 drachmes monétaires, de 435 g à 456,75 g30 : par cette réforme, Athènes amenait son rapport bronze-argent à 105 : 1, l’alignant ainsi sur celui du système éginétique – qui se trouve confirmé par cette même occasion. C’est à notre connaissance la première réforme « monétaire » qui s’appliqua après l’introduction de la mine d’argent.

  • 31 Concernant la réforme qui mit fin à cette incompatibilité et marqua le début des systèmes monétaire (...)
  • 32 Athènes ne frappait pas encore de monnaies en bronze à cette époque (J. H. Kroll, « A Chronology of (...)
  • 33 Cette désignation est attestée dans IG II2 1013, l. 29-38.
  • 34 Le compte des naopes de Delphes daté de l’archontat de Peithagoras, en 342/1 av. J.-C. (CID II 12, (...)

28En réalité, cela ne rendait pas davantage compatibles les monnaies d’argent attiques et éginétiques31, mais surtout, puisque le nouveau système pondéral attique ne se rapportait plus à la mine de 435 g, les équivalents en bronze attiques et éginétiques ne s’accordaient plus. Athènes n’avait pas voulu modifier son célèbre monnayage en argent, mais elle ne pouvait pas non plus se détacher du chalque de 9,0625 g qui faisait le lien avec le système éginétique et autour duquel se construisaient les monnayages en bronze que l’on commençait à voir circuler32. En conséquence, on devait désormais faire la distinction, en système attique, entre le système pondéral, ou « commercial »33, qui continuait de représenter le rapport bronze-argent, et ce que l’on pourrait appeler le « système monétaire en bronze », qui conservait les anciennes équivalences et le rapport à la mine de 435 g. Au sein de chaque système monétaire, en argent ou en bronze, il n’y avait pas de changement et l’obole attique se comptait toujours à 8 chalques, mais en cas de change bronze-argent, pour réellement appliquer le rapport 105 : 1, il fallait procéder à des ajustements et compter 8,4 chalques (en bronze) à l’obole (en argent)34 – ou, d’une manière plus générale, multiplier chaque grandeur monétaire en bronze par 1,05 (105/100) pour obtenir sa contre-valeur en argent (tabl. 7).

Tabl. 7. Nouveau change bronze-argent en système attique (105 : 1).

  • 35 Les importantes quantités de monnaies de bronze étrangères retrouvées dans les fouilles d’Athènes, (...)

29Ces manipulations mettent en lumière le rôle central et unificateur joué par un chalque « universel » de 9,0625 g, qui se devait de rester immuable, et par le monnayage en bronze, qui, contre toute attente, apparaît comme l’élément stable et le point de ralliement des systèmes monétaires grecs. Les monnaies en bronze, loin d’être les jetons fiduciaires à circulation limitée que l’on présente habituellement, avaient une valeur partout reconnue et s’échangeaient indifféremment d’un système à un autre35.

*

30Deux constatations d’ordre général s’imposent au terme de ce développement. Premièrement, il est nécessaire, pour comprendre les mécanismes monétaires, de tenir compte de la constante interaction qui s’opérait entre les deux principaux métaux de référence dans les systèmes monétaires grecs, l’argent, représenté par le système monétaire, et le bronze, représenté d’abord par le système pondéral, puis également par un monnayage fondé sur le chalque. Deuxièmement, on doit constater que l’apparition et les évolutions des systèmes monétaires allaient dans le sens d’une harmonisation toujours plus grande, destinée à favoriser les échanges. Il faut en tout cas cesser de croire que le morcellement politique qui caractérisait le monde grec se reflétait dans le monnayage. En réalité, les émetteurs étaient avant tout guidés par un objectif de parfaite interchangeabilité et de circulation large : c’était là le véritable « profit » à tirer de la frappe monétaire.

Bibliographie

abréviation bibliographique

ÉMG I = V. Van Driessche, Études de métrologie grecque I. Des étalons pré-monétaires au monnayage en bronze (2009).

Notes

1 Th. Reinach, « Observation sur le système monétaire delphique du ive siècle », BCH 20 (1896), p. 252-255.

2 Voir ÉMG I, p. 73-74, pour les raisons de ce choix.

3 Ce qui s’accorde parfaitement avec les masses des statères à la tortue relevées par H. Nicolet-Pierre, « Métrologie des monnaies grecques. La Grèce Centrale et l’Égée aux époques archaïque et classique (vie-ive s.) », AIIN 47 (2000), p. 16-17 et 25. Pour le ive s., on se fiera aussi aux monnaies de bon poids frappées par l’Amphictionie en 336/5 av. J.-C., qui se concentrent juste au-dessous de 12,30 g (Ph. Kinns, « The Amphictionic Coinage Reconsidered », NC 143 [1983], p. 2-4).

4 M. N. Tod, « Epigraphical Notes on Greek Coinage II. Χαλκοῦς », NC s. 6, 6 (1946), p. 55-60, et, plus récemment, S. Psôma, « Le nombre de chalques dans l’obole dans le monde grec », RN 153 (1998), p. 21.

5 Par exemple, S. von Reden, « Money, Law and Exchange : Coinage in the Greek Polis », JHS 117 (1997), p. 154-176.

6 H. S. Kim, « Archaic Coinage as Evidence for the Use of Money », dans A. Meadows, K. Shipton (éds), Money and its Uses in the Ancient World (2004), p. 12-13.

7 Voir, parmi les plus récents exposés, ibid., p. 7-21 ; J. H. Kroll, « Observations on Monetary Instruments in Pre-Coinage Greece », dans M. S. Balmuth (éd.), Hacksilber to Coinage. New Insights into the Monetary History of the Near East and Greece. A Collection of Eight Papers Presented at the 99th Annual Meeting of the Archaeological Institute of America (2001), p. 77-91 ; id., « The Monetary Use of Weighed Bullion in Archaic Greece », dans W. V. Harris (éd.), The Monetary Systems of the Greeks and Romans (2008), p. 13-37 ; D. M. Schaps, « The Conceptual Prehistory of Money and its Impact on the Greek Economy », dans M. S. Balmuth (supra), p. 93-103 ; H. Nicolet-Pierre, Numismatique grecque (2002), p. 90-108.

8 Plutarque, Vie de Lysandre 17, 5 ; Pollux, Onomasticon 9, 77 ; Héraclide du Pont, frg. 152 (Wehrli) = Orion, Etymologicon (ve s. apr. J.-C.), s.v. « ὀβολός ».

9 J. H. Kroll (n. 7), p. 87 ; H. Nicolet-Pierre (n. 7), p. 97. P. Courbin, « Dans la Grèce archaïque : valeur comparée du fer et de l’argent lors de l’introduction du monnayage », AÉSC 14 (1959), p. 209-233, avait essayé selon ce principe, en recherchant le poids d’origine des obeloi en fer, de rétablir le rapport argent-fer.

10 Par exemple H. Nicolet-Pierre (n. 7), p. 105-108 ; J. H. Kroll (n. 7), p. 81-84.

11 P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque (1968-1980), s.v. « ταλάσσαι », p. 1088-1090.

12 Voir, tout récemment, A. Michailidou, « Measuring by Weight in the Late Bronze Aegean. The People behind the Measuring Tools », dans I. Morley, C. Renfrew (éds), The Archaelogy of Measurement. Comprehending Heaven, Earth and Time in Ancient Societies (2010), p. 71.

13 P. Chantraine (n. 11), s.v. « στατήρ », p. 1044 ; M. Caccamo Caltabiano, P. Radici Colace, Dalla premoneta alla moneta. Lessico monetale greco tra semantica e ideologia (1992), p. 20-21.

14 M. Lang, M. Crosby, The Athenian Agora X. Weights, Measures and Tokens (1964), p. 3-4 et 6-7.

15 Voir ÉMG I, p. 19-26.

16 M. A. Powell, « Maße und Gewichte », Reallexikon der Assyriologie und vorderasiatische Archäologie, Bd. 6 (1987-1990), p. 508 et 510.

17 La plus ancienne apparition du terme μνᾶ provient de l’Artémision d’Éphèse (IK Ephesos IA 1) et est habituellement datée du milieu du vie s.

18 La présentation de la mesure M comme « double mine » ou « mine lourde » dans certaines reconstitutions du système pondéral mycénien (par exemple N. F. Parise, « Appunti per lo studio del sistema ponderale “miceneo” », PP 19 [1964], p. 12 ; K. M. Petruso, « Quantal Analysis of Some Mycenaean Balance Weights », dans K. Polinger Foster, R. Laffineur [éds], Metron. Measuring the Aegean Bronze Age. Proceedings of the 9th International Aegean Conference. New Haven, Yale University, 18-21 April 2002 [2003], p. 289) est sans fondement.

19 Voir M. Lang, M. Crosby (n. 14), p. 6 ; ÉMG I, p. 70.

20 Le talent d’or des textes homériques, qui équivalait à un bœuf, n’était pas entendu comme la mesure pondérale – 25-30 kg d’or pour un bœuf ! –, mais désignait l’équivalent en or d’un talent en bronze – étalon de valeur, soit une masse quelque mille fois plus légère (voir ÉMG I, p. 30-32 et 52, pour un plus large développement).

21 Ibid., p. 69-72.

22 Ainsi, les obeloi se pesaient, comme le rapportait Orion (Etymologicon, s.v. « ὀβολός »), citant Héraclide du Pont : Ὅθεν ἔτι καὶ νῦν ὀβολοστάτην καλοῦμεν τὸν τοκιστήν, ἐπειδὴ σταθμοῖς τοὺς ὀβελίσκους παρεδίδουν οἱ ἀρχαῖοι, « Alors et encore maintenant, nous appelons l’usurier obolostatês, car les Anciens échangeaient les broches (obeliskoi) au poids (stathmoi) ». Voir ÉMG I, p. 64-68 et 91-92, pour un plus large développement.

23 Voir ÉMG I, p. 85-90 et 93-97, pour un plus large développement.

24 Les textes relatifs aux réformes métrologiques de Solon (Pseudo-Aristote, Constitution d’Athènes X 1-2 ; Androtion ap. Plutarque, Vie de Solon XV 3-5 [= FGrH III, 324, frg. 34]) sont à comprendre en ce sens : la valeur de la mine d’argent avait été officiellement fixée à 100 drachmes (en fer) attiques. Voir ÉMG I, p. 115-122, pour l’interprétation de ces textes.

25 L’équivalent en argent du talent de bronze aurait valu 3/5 de mine, soit 60 drachmes : on trouve ici le principe explicatif du talent « léger » sicilien.

26 Ibid., p. 97-99.

27 Concernant le lien entre les différents systèmes métrologiques (masses, capacités, volumes), voir ibid., p. 39-50.

28 CID II 4, col. I, l. 57-66 (4 drachmes attiques font 2 drachmes 4 oboles éginétiques) ; 6, B, l. 20-22 (2 drachmes attiques font 1 drachme 2 oboles éginétiques) et l. 23-25 (1 drachme attique fait 4 oboles éginétiques).

29 Voir ÉMG I, p. 103-107. Soulignons que, dans cette reconstitution, le chalque fut vraisemblablement utilisé comme unité de compte – qui renvoyait à une masse réelle de bronze – avant d’être frappé comme grandeur monétaire. La masse théorique de 9,0625 g proposée pour cette grandeur impose par ailleurs de revoir l’identification des valeurs représentées par les monnaies en bronze, qui auraient donc été plutôt des chalques et des fractions de chalque que des chalques et des multiples du chalque.

30 Ou, comme formulé dans la Constitution d’Athènes (n. 24), la masse du talent pondéral passant de 60 à 63 mines monétaires (la réforme est attribuée, à tort, au législateur Solon : V. Van Driessche, « Les anachronismes des textes relatifs aux réformes pondérales et monétaires de Solon », RAHAL 32 [1999], p. 87-90 ; ÉMG I, p. 101-102). On dispose également du témoignage des poids inscrits « 26 ¼ » et « 13 ⅛ », qui renvoient à une mine de 105 drachmes (J. H. Kroll, « Three Inscribed Greek Bronze Weights », dans D. G. Mitten, J. G. Pedley, J. A. Scott [éds], Studies Presented to George M.A. Hanfmann [1971], p. 87-90). Voir ÉMG I, p. 89, 101-103 et 120-121.

31 Concernant la réforme qui mit fin à cette incompatibilité et marqua le début des systèmes monétaires hellénistiques, voir Ch. Doyen, Études de métrologie grecque II. Étalons de l’argent et du bronze en Grèce hellénistique (2012), p. 29-35.

32 Athènes ne frappait pas encore de monnaies en bronze à cette époque (J. H. Kroll, « A Chronology of Early Athenian Bronze Coinage, ca. 350 – 250 B.C. », dans O. Mørkholm, N. M. Waggoner [éds], Greek Numismatics and Archaeology. Essays in Honor of Margaret Thompson [1979], p. 139-154), mais cela ne signifie pas qu’elle n’en utilisait pas qui provenaient d’autres émetteurs (pour les plus anciennes émissions de bronze, vers la fin du ve s. av. J.-C., voir M.-Chr. Marcellesi, « Adoption et diffusion de la monnaie de bronze dans le monde égéen : une évolution économique et institutionnelle », Studi hellenistici 24 [2010], p. 257-258 ; S. Psôma, Olynthe et les Chalcidiens de Thrace. Études de numismatique et d’histoire [2001], p. 122-123).

33 Cette désignation est attestée dans IG II2 1013, l. 29-38.

34 Le compte des naopes de Delphes daté de l’archontat de Peithagoras, en 342/1 av. J.-C. (CID II 12, col. II, l. 29-35), enregistrait le change, réellement effectué, de 2 drachmes attiques en 1 drachme 2,5 oboles éginétiques, soit 102 chalques, c’est-à-dire 8,5 chalques – ajustement logique de 8,4 – à l’obole attique. Il ne s’agissait pas à proprement parler d’un change bronze-argent, mais on devait néanmoins compter 8,4 chalques à l’obole attique pour appliquer, tant à l’attique qu’à l’éginétique, le rapport 105 : 1 entre l’argent et le bronze, et obtenir ainsi un vrai rapport de 10 : 7 entre l’attique et l’éginétique, en argent comme en bronze. Voir aussi ÉMG I, p. 108-112.

35 Les importantes quantités de monnaies de bronze étrangères retrouvées dans les fouilles d’Athènes, Corinthe, Olynthe, etc. ne se justifient que si ces pièces étaient également utilisables dans ces cités (voir par exemple J. H. Kroll, The Athenian Agora XXVI. The Greek Coins [1993], p. 168-169 ; J. A. W. Warren, « The Autonomous Bronze Coinage of Sicyon. Part 3 », NC 145 [1985], p. 49-54).

Table des illustrations

Légende Tabl. 1. Du pré-monétaire au monétaire.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Tabl. 2. Adoption de la mine d’argent en système attique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Tabl. 3. Équivalences en système attique (100 : 1).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7662/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Tabl. 4. Adoption de la mine d’argent en système éginétique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7662/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Tabl. 5. Équivalences en système éginétique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7662/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Tabl. 6. Change entre l’attique et l’éginétique, en argent et en bronze.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7662/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Tabl. 7. Nouveau change bronze-argent en système attique (105 : 1).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7662/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

Auteur

Docteur en histoire de l’art et archéologie (Université catholique de Louvain).

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search