Version classiqueVersion mobile

Nommer et classer dans les Balkans

 | 
Gilles de Rapper
, 
Pierre Sintès

Troisième partie. Nommer les lieux dans les Balkans

Thrace orientale et Anatolie : territoires à nommer et à saisir, à la fin du XIXe et au XXe siècle*

Hervé Georgelin

Résumé

La multiplicité des toponymies dans une région allant de la Thrace à la région d’Izmir renvoie à l’histoire bousculée des lieux qui virent s’installer diverses vagues d’habitants, pour finir par la population turque. La toponymie turque exprimait la pluralité des communautés religieuses sur place jusqu’en 1922 par divers procédés. Les autres langues, autochtones ou occidentales, n’étaient pas absentes non plus du paysage, notamment dans la microtoponymie. La reconfiguration de la région par l’instauration de frontières nationales bouleversa la situation : turcisation, hellénisation et bulgarisation standardisèrent un espace symbolique qui ne l’avait pas été. Les populations devenues « minoritaires » dans chaque État-nation mais aussi le passé multiple des lieux se trouvent ainsi aliénés dans leurs territoires historiques.

Texte intégral

  • * Les transcriptions du grec et de l’arménien – dans sa variante occidentale – utilisées ici visent à (...)

À Léonidas Embirikos

1La multiplicité des toponymies dans les Balkans est un phénomène non limité au Sud-Est européen. Cet exposé considère le cas d’un arc territorial partant de Izmir/Smyrne jusqu’à Edirne/Andrinople, soit de la région égéenne de la République turque (Ege Bölgesi) à la Thrace orientale (Doğu Trakya). Malgré les divisions étatiques (entre Grèce, Turquie voire Bulgarie) et géographiques (entre Europe et Asie Mineure), la région présentait de fortes caractéristiques communes jusqu’en 1922 : un littoral ponctué de trois grands ports cosmopolites, fortement liés à l’Occident : Salonique, Constantinople et Smyrne, une présence grecque tout du long du littoral avec des hinterlands non grecs.

  • 1 A. Dauzat, La toponymie française (1971). La toponymie de la France est un agrégat hétérogène de co (...)

2 Dans un premier temps, on s’interrogera sur les origines de cette richesse toponymique, quoique cette question soit rhétorique. Où, en effet, y a-t-il des lieux sur terre n’ayant eu jamais qu’un nom unique1 ? Puis, dans un second temps, seront passées en revue les attitudes possibles, et attestées dans l’histoire des xixe et xxe siècles, à l’égard de cette profusion toponymique. Il faudra aussi indiquer ici que la nomination des lieux est primordiale, dans une société où l’écrit est encore peu répandu et les systèmes de connaissances administratives du territoire (cadastre) inexistants, pour saisir et borner le territoire.

3Dans le cadre de cet exposé, outre la bibliographie existante, surtout grecque, il sera fait usage des archives de la tradition orale du Centre d’études d’Asie Mineure (ATO, CEAM), dans l’espoir de saisir les divers usages locaux.

Profusion toponymique

  • 2 La ville de Brousse est conquise en 950 par les Arabes, en 1097 par les Seldjoukides, est reprise p (...)
  • 3 Il faut critiquer une vision par trop naïve du cosmopolitisme Belle Époque des cités plurielles de (...)

4La toponymie multiple de la région sélectionnée est à mettre en relation avec les différentes vagues de peuplement et les différentes langues (grec, arménien, slave, turc, etc.) qui se sont ajoutées, plutôt qu’elles ne se sont complètement remplacées ou évincées les unes les autres, quoique ce dernier cas de figure soit également possible, comme à Bursa par exemple où le turc a mis fin aux usages linguistiques précédents, dans la ville comme aux alentours2. Ces ajouts successifs ne sont, de toute façon, pas de nature pacifique, mais l’expression de changements démographiques et de nouveaux rapports de pouvoir corollaires, voire de rapports de force. La réalité historique que l’on tente d’approcher n’est pas une mosaïque post-moderne irénique, mais un ensemble en perpétuelle hiérarchisation3.

  • 4 Voir, pourunexemple devision bretonnantede cette région, le site : http://www.rv1.de/frfaqb.htm#int (...)

5Par parenthèse, il est bon de rappeler que les États-nations occidentaux soi-disant homogènes connaissent plus de diversité toponymique qu’ils ne se l’avouent eux-mêmes. Les diverses langues nationales ne reprennent pas forcément les toponymes des pays voisins, même quand les lieux désignés sont radicalement étrangers et reconnus comme tels, voir par exemple le doublon : Paris/Parigi. Certaines régions frontalières ont été disputées, jusqu’à récemment, laissant des traces de double toponymie ou de double prononciation, encore connotées politiquement : Strasbourg/Straßburg ; Nizza/Nice ; Gdansk/Danzig, etc. Certaines régions ont une langue propre, en parallèle avec la langue dite nationale, ces langues trouvent une popularité nouvelle, depuis les années 1970 au moins : Rennes/Roazhon ; Nantes/Naoned ; Quimper/Kemper4. Les situations peuvent se cumuler, comme par exemple pour l’Alsace en France, où les dialectes alsaciens récemment transcrits viennent concurrencer le Hochdeutsch, en particulier pour la toponymie. Plutôt que de supposer l’homogénéité toponymique comme la norme, si on la considérait comme l’exception, notre compréhension du phénomène en serait facilitée et l’on peut parier que certaines situations politiques se détendraient, dans les Balkans et ailleurs.

  • 5 R. Bondoux, « Les villes », in B. Geyer, J. Lefort (dir.), La Bithynie au Moyen Âge, Réalités byzan (...)
  • 6 CEAM, ATO, Brousse, Bith 136, interview d’Angéliki Kabanou par B. Nikiphoridis, le 30 mars 1959, à (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 CEAM, ATO, Brousse, Bith 136, interview de Sophia Spanou par B. Nikiphoridis, le 19 décembre 1957, (...)
  • 9 Bafra, dans le Pont occidental en Turquie, abritait à la fin de l’Empire ottoman une population tur (...)
  • 10 Le mot « akropolis » a disparu de l’usage grec moderne, d’avant le néo-classicisme. Le terme de « k (...)
  • 11 V. Adamantiadis, « Σελίδες τινές εϰ του ϰοινωνιϰού βίου των τελευταίων δεϰαετηϱίδων της Πϱούσης » [ (...)

6Revenons à la région de Bursa/Brousse, ville qui existait déjà dans l’Antiquité et dans l’Empire byzantin5. À la fin de l’Empire ottoman, la présence du turc est massive pour désigner la ville. C’est d’ailleurs une ville au caractère turc marqué, selon les contemporains, pas forcément tous enclins à accepter ce genre de faits. Les quartiers habités par des Grecs orthodoxes ont tous un nom turc. Il faut croire que cet état de choses ne gênait personne dans le quotidien, selon les informateurs du Centre d’études d’Asie Mineure : « À Brousse, les quartiers grecs étaient : Balık Pazar, Çatal Furun, Araba Yatak, Altı Parmak, Kaya Başı, Kuş Başı (“Kouzbazika” comme nous disions), Muradiye, Soğuk Çeşme et Demir Kapı6. » Le cas d’autres chrétiens en ville ne déroge pas à la règle, mais vient confirmer la présence du turc dans le paysage mental : « Set Başı, le lieu le plus élevé de Brousse, où se trouvait la Mosquée Verte, était le quartier arménien – ça et là, il y avait une maison grecque7. » La toponymie n’est pas un enjeu, dans une situation où la présence des uns et des autres ne cherche pas à tout prix à être légitimée. Enfin, la catégorie sociale plus ou moins élevée des habitants n’influence pas la langue employée pour désigner les quartiers : « Les quartiers chrétiens Balık Pazarı et Kaya Başı étaient les plus aristocratiques8. » Même les gens à l’aise économiquement utilisent le turc, dans leur vie courante et, en particulier, pour désigner leur espace, comme c’est le cas dans la majorité des lieux en Asie Mineure, jusqu’au déploiement d’une politique linguistique volontariste9. L’espace de la ville est si turcisé, que l’usage du nom commun « akropolis » n’est pas compris par les Grecs du début du xxe siècle, quand on parle de Brousse10. L’auteur se doit de porter entre parenthèses le mot turc hisar pour préciser ce dont il parle11.

  • 12 A. Dauzat, op. cit. (supra, n. 1), p. 24 : « La phonétique joue un rôle primordial. Chaque nom de l (...)
  • 13 Quels étaient l’usage réel et les utilisateurs concrets du terme « Konstantiniyye » ?
  • 14 W. C. Brice, « The Turkish Colonization of Anatolia », Bulletin of the John Rylands Library 38, 1 ( (...)
  • 15 É. Copeaux, Espaces et temps de la nation turque (1998).
  • 16 P. M. Kondoyiannis, Γεωγϱαφία της Μιϰϱασίας [Géographie de l’Asie Mineure] (1921), p 324.
  • 17 H. Bozarslan, Histoire de la Turquie contemporaine (2004), p. 35 : « Le pouvoir kémaliste n’expulsa (...)

7Les différentes toponymies ne sont pas indépendantes les unes des autres, la langue turque s’approprie certains lieux et certains noms, en les adaptant plus ou moins aux règles phonétiques du turc12. C’est un phénomène ancien, que l’on peut faire remonter aux conquêtes seldjoukides et aux premiers temps ottomans. C’est le cas des lieux importants : comme Istanbul [is tin polin]13, Gelibolu [Kallipoli], Edirne [Adrianoupoli], Selanik [Thessaloniki, Saloniki], Bursa [Proussa], Izmir [Zmyrni], Kayseri [Kaisaria], Sıvas [Sevastia], etc.14. Pour ces lieux, la filiation est évidente. L’adaptation à la phonétique turque n’est pas parfaite, en particulier l’harmonie vocalique n’est pas toujours respectée, comme pour Selanik ou Manisa, qui vient bien sûr de Magnisia. La règle d’harmonie vocalique n’est certes que tendancielle à l’oral, elle n’a été standardisée qu’assez récemment. En quelle mesure cette légère bizarrerie est-elle perceptible par les locuteurs d’aujourd’hui, ou en tous cas certains d’entre eux ? Nous nous trouvons ici devant l’affleurement constant du passé non turc de l’Anatolie, dont parle si bien Étienne Copeaux15. Par ailleurs, la ville de Brousse est connue pour la religiosité de ses habitants – 33 mosquées au début du xxe siècle pour 42000 Turcs et 60000 habitants16 – et, donc, sa turcité aux formes traditionnelles qui met en équation l’umma et la nation turque, selon l’historien Hamit Bozarslan17. En somme, l’étymologie grecque du toponyme actuel ne dit rien quant à la réalité sociale de la ville au xixe ou au xxe siècle. Cette petite conclusion n’est pourtant pas si anodine pour tous les auteurs d’alors, à l’instar de Kondoyannis.

  • 18 Il s’agit d’une localité située à 80 kilomètres à l’Est d’Izmir.
  • 19 S. Vryonis, The Decline of Medieval Hellenism in Asia Minor and the Process of Islamization from th (...)
  • 20 Pour Smyrne cf. D. Goffman, Izmir and the Levantine World 1550-1650 (1990) ; pour Brousse cf. I. Be (...)

8Simultanément, la conquête turque amène certains dirigeants à renommer l’espace qu’ils s’approprient, en particulier quand les lieux sont nouvellement fondés ou déplacés : comme c’est le cas par exemple pour Aydın, qui porte le nom d’un chef militaire turc et qui n’est pas situé exactement à l’emplacement de l’ancienne Tralles18. L’installation progressive de paysans turcs dans les campagnes d’Asie Mineure, l’islamisation et la turcisation des anciens habitants, la reconfiguration des lieux d’habitat sédentaire amènent une turcisation en profondeur des petits noms de lieux, dans les régions où le reflux démographique grec ou arménien est presque complet19. Par exemple, la région de Smyrne fourmille de toponymes turcs, que l’on est bien en peine d’éliminer, même à l’heure de la Megali idéa, le projet irrédentiste grec moderne : Mersinli, Sevdiköy, Karataş, Buca, Burnova… Le phénomène est plus ou moins le même à Smyrne qu’à Brousse, mais de façon moindre peut-être, la conquête turque y étant relativement plus récente. En Anatolie occidentale, la continuité de peuplement grec orthodoxe entre Byzance et la fin du xxe siècle est une reconstruction idéologique tardive. L’installation seldjoukide et ottomane a pour corollaire la mort, la conversion ou la fuite des populations grecques orthodoxes20.

Toponymes inattendus

Présence des langues au nombre de locuteurs limité : le cas de l’arménien21

  • 21 On considère ici le nombre restreint de locuteurs et non les qualités intrinsèques de ces langues.
  • 22 Op. cit. (supra, n. 16), p. 204 : « Bakçecik, (c’est-à-dire Kiparion) Habitants 10 000 Arméniens. S (...)

9Les petites langues, celles de groupes évidemment non titulaires des territoires en question, ne sont pas absentes des toponymies locales. Il existait des toponymes arméniens, par exemple, en des lieux inattendus, si l’on pratique une lecture nationaliste de l’espace : « Bardizag » est absolument standard en arménien pour désigner Bahçecik, ville du sancak d’Izmit, où les Arméniens, avant 1915, étaient très nombreux, sinon les habitants exclusifs, comme l’affirme Kondoyiannis22. Qui, cependant, hormis les Arméniens, utilisait ce toponyme ? Or les points de fort établissement des populations ne correspondent pas forcément au territoire que leur discours nationaliste élit comme foyer national immémorial. Cette remarque est valable pour les Arméniens, pour eux aussi.

  • 23 H. Georgelin, La fin de Smyrne : du cosmopolitisme aux nationalismes (2005), p. 44.
  • 24 CEAM, ATO, Burnova, Iôn 10, interview de Nikolaos Hiliopoulos, né en 1906, par Zôi Kyritsopoulou, l (...)
  • 25 J.-C. Bouvier, « Désignations onomastiques et identité culturelle », in Espaces du langage (2003), (...)

10On parle beaucoup aujourd’hui des efforts urbanistiques de l’Empire en tant qu’État en modernisation23, mais l’initiative privée demeure essentielle, en particulier en province. Une ville comme Izmir n’a pas de devoir de représentation, donc l’emprise étatique sur le tissu urbain y est bien moindre qu’à Istanbul. Pour cette raison, on trouve des toponymes arméniens comme le passage Spartalian à Izmir, plaine des Papazian près de Burnova24, ou encore jusqu’aujourd’hui à Istanbul, le passage Aznavour . sur Istiklal Caddesi. Le type de développement des villes implique donc la création de microtoponymes, souvent citant un propriétaire, un évergète ou une personnalité autre. Or l’on sait que les microtoponymes conservent leur forte motivation linguistique, qu’ils sont entendus pour ce qu’ils disent et non seulement comme simple étiquette désignative, donc ici aussi en termes communautaires25. À propos des Arméniens, il convient de mentionner que leur maîtrise du turc, en particulier dans les grandes villes de l’Ouest et du centre de l’Anatolie, rend les toponymes turcs locaux tout à fait naturels en arménien. Dans la revue de Smyrne Arevelian Mamoul [Presse orientale], deux formes sont indifféremment utilisées pour désigner la ville de publication. Dans le corps des textes, cependant, la préférence est donnée à « Izmir » et la forme « Zmurnia » apparaît en couverture. Aujourd’hui, les locuteurs de l’arménien occidental ne comprennent pas le plus souvent « Zmurnia » et utilisent de façon presque exclusive, en situation de désignation simple, « Izmir ». Il n’y a, en effet, pas d’investissement identitaire arménien dans cette ville, éloignée de tout territoire dit arménien et de toute façon extérieurement si européenne.

11Pour ce qui est des toponymes de Thrace, les Arméniens ne durent pas contribuer de façon bien originale à la toponymie locale, quoique leur présence ait été importante dans certains centres, la moitié de la population de Rodosto étant arménienne, au début du xixe siècle. Les populations arméniennes de Thrace, même si elles développèrent des œuvres scolaires importantes, étaient pour l’essentiel turcophones. On peut avancer que les toponymes en langue arménienne y étaient rares, sans sûrement que la présence de cette population y ait été muette cependant, au moins sous la forme minimale de désignation de l’identité religieuse du quartier : « Ermeni Mahalesi ».

Des langues dites « occidentales »

  • 26 V. Adamantiadis, loc. cit. (supra, n. 11), p. 314.
  • 27 Le mot est entré dans le grec démotique, pour toute pointe ou langue de terre, selon Léonidas Embir (...)

12À la fin de l’Empire ottoman, des phénomènes linguistiques de nature sociale influencent également la désignation des lieux. Le français ou l’italien puis l’anglais, langues de distinction, peuvent servir à nommer les lieux par et pour leurs habitants eux-mêmes. (Le phénomène n’est pas propre à la période ottomane tardive, pensons à toutes les plages et beaches de Grèce actuellement, alors que le mot grec « ammoudia » existe, ou les noms à consonance anglo-saxonne en France même, choisis par certains promoteurs immobiliers, recherchant leur clientèle auprès de classes moyennes, avides de distinction.) Des hôtels ou des magasins servent de repères principaux dans le tissu urbain, alors que l’usage des noms officiels de rues ou la numérotation sont peu répandus, dans une société proche de l’oralité : comme par exemple le Péra Palace à Constantinople, l’Hôtel Belle-Vue à Brousse (qui appartient pourtant à des Grecs orthodoxes : Pavilidis et Thômidis26) ou l’Hôtel Kræmer sur les Quais à Smyrne. L’italien est également présent, où on l’attend peu, comme trace aussi de l’ancienne lingua franca méditerranéenne imposée par la puissance commerciale des républiques commerçantes, comme à Izmir, les quartiers de Bella Vista ou de Punta27, le village de Cordélio ou encore Pasaport, lieu sur les Quais de Smyrne. Ces toponymes nouveaux expriment aussi l’importance du capital ouest-européen qui construit la modernité de l’Empire, en le mettant en réseau dans l’économie mondiale, et qui s’affiche dans la toponymie locale. Tout le monde ou presque aspire à cette forme de distinction, ce ralliement symbolique à cette modernité, à la familiarité avec l’Occident.

Toponymie et nationalisme

  • 28 H.-U. Wehler, Nationalismus, Geschichte, Formen, Folgen (2001), p. 40 : « Die Nation wird auf einem (...)
  • 29 A. Dauzat, op. cit. (supra, n. 1), p. 9-11.

13Ces phénomènes d’appropriation toponymique ne sont pas problématiques outre mesure à la période où ils s’effectuent, avant l’âge des nationalismes formalisés, soit au plus tôt à la fin du xviiie siècle, mais plus certainement dans la seconde moitié du xixe. Ils peuvent cependant le devenir ensuite, quand l’affleurement du passé indésirable et rejeté doit être gommé par l’État-nation, un phénomène qui n’est propre ni à la Grèce moderne, ni à la République turque, mais qui est bien attesté dans ces deux États28. Le problème est cependant fatal, car le présent est toujours hétérogène : le passé n’est ni unique, ni rectiligne, contrairement aux constructions a posteriori d’histoires nationales, qui ressemblent souvent à des discours épiques. La toponymie d’avant les normalisations centralistes, celle qui apparaîtrait après enquêtes de terrain, en respectant la légitimité de l’usage local, et son étude historique font fatalement apparaître cette épaisseur du passé, avec ce qu’il a de moins flatteur pour l’État-nation en voie de constitution : « [La toponymie] c’est d’abord l’histoire des transformations du nom de lieu, évolution phonétique, altérations de divers ordres, de sa disparition enfin, quand il rencontre un remplaçant qui l’évince. Mais ce n’est pas tout : la toponymie est en relations avec les migrations des peuples, les conquêtes, les colonisations, les changements de langue, comme aussi avec la mise en valeur du sol et les étapes successives de la civilisation. Enfin, par les vestiges qu’elle exhume des langues parlées autrefois sur un territoire donné, elle nous permet de plonger dans le passé, plus loin qu’à l’aide de matériaux fournis par la langue générale29. »

  • 30 I. Petropoulou, « Ο εξελληνισμός-εξαϱχαϊσμός των ονομάτων στην Καππαδοϰία τον δέϰατο ένατο αιώνα » (...)
  • 31 Entretien avec Alp Yüçel Kaya, doctorant à l’École des hautes études en sciences sociales, originai (...)

14Le nationalisme, à la base de la constitution des nations modernes, a comme caractéristique d’élire un lieu géographique et de le consacrer territoire national, faisant de cet espace une possession immobilière, certes collective, mais surtout exclusive et indivisible. Les territoires d’empire sont la cible de prédilection des nationalismes, c’est ce qui s’est passé dans les Balkans, et s’est traduit par le recul puis la disparition de l’Autriche-Hongrie et de l’Empire ottoman. Relayé par un État national, le nationalisme conçoit, institutionnalise et normalise le territoire pour en faire disparaître au mieux les traces d’un passé impur, non conforme à l’identité qu’il projette de soi dans l’espace, mais aussi rétroactivement à travers les siècles. Ce phénomène peut même avoir lieu hors des frontières reconnues internationalement. Ce fut le cas pour l’Asie Mineure, même très à l’Est jusqu’en Cappadoce, région peu susceptible d’être jamais rattachée à la Grèce30. Il est toutefois possible que dans les communautés rurales, longtemps rétives à l’englobement dans un ensemble national plus vaste, dépassant les cadres de solidarités villageoises, l’emprise linguistique de l’État central dans la vie courante soit limitée, que cela soit au niveau de la langue effectivement parlée entre les gens ou sur la toponymie, qui n’a d’usage vivant que pour la population locale. Ainsi le village de « Makri » sur la côte égéenne Sud en Anatolie devient exclusivement Fethiye, pour les cartes turques, même si l’usage local est moins obsédé de pureté nationale que l’État central31.

  • 32 H. Bozarslan, op. cit. (supra, n. 17), p. 32 : « le laïcisme […] déclarait les individus libres de (...)
  • 33 Voir le site officiel : http://www.kultur.gov.tr/portal/tarih_en.asp?belgeno=5314.
  • 34 S. Triantaphyllidis, « Εις Πϱούσαν » [Vers Brousse], Ελληνιϰός Βοϱϱάς, 10 août 1960.

15À Istanbul même, le pouvoir kémaliste a été soucieux d’éliminer les traces du grec ou du français : Ta Tatavla, est devenu uniquement Kurtuluş, la Grand’rue de Péra . Istiklal Caddesi. Le geste se veut démiurgique et inscrit la rupture historique dans la toponymie. La rupture est nationale : on passe de noms à consonance chrétienne à des noms turcs, on passe aussi d’une toponymie impériale à l’évocation de la République kémaliste et de sa geste. À l’extérieur d’Istanbul, les villages de Makri et d’Haghios Stéphanos deviennent Bakır Köy et Yeşil Köy, dans un même processus. Le pouvoir kémaliste prit un soin particulier d’Istanbul, symbole de la vieille Turquie, où les non-Turcs et les non-musulmans étaient majoritaires et avaient un rôle important, et où les Puissances européennes étaient influentes. Constantinople a été la cible privilégiée des corrections toponymiques. L’exclusivité des toponymes turcs peut juste reprendre des noms de lieux en usage antérieurement. C’est, par exemple, le cas de Beyoğlu qui supplante désormais entièrement Péra, ou Karaköy qui supplante Galata. Les lettres adressées à Constantinople n’ont plus été distribuées par la poste turque, à partir des années 1930. Avoir le pouvoir de nommer les lieux, c’est donc exercer un pouvoir bien concret pour les habitants et toute personne en relation avec un territoire donné. Dans le même ordre d’idée, la Thrace dite orientale avait une population fortement grecque orthodoxe et la toponymie thrace ottomane laissait affleurer la présence du christianisme. Prenons l’exemple de la ville de Kırk Kilise, ou Saranda Ekklisies en grec, localité dont le nom ne convient pas à la nouvelle Turquie. Cet État est laïc, mais ne semble pouvoir l’être qu’à condition que tout le monde, ou presque, y soit musulman sunnite32. Elle est renommée Kırklareli, le 20 décembre 1924, par la Grande Assemblée nationale turque. Le départ des chrétiens est signifié par le changement de nom, expression de la prise de possession33. Les changements peuvent même affecter des monts, comme le mont Olympe de Mysie, à proximité de Brousse, dont le nom turc à la fin de l’Empire ottoman, Keşiş Dağı, soit Montagne des moines, fait explicitement référence à la vie monacale sur ses pentes, à la période byzantine, qui s’appelle désormais Ulu Dağ, soit Grande Montagne34.

  • 35 Site du quotidien www.normarmara.com.
  • 36 La femme de lettres Zabel Yessayian se proposant de rentrer de son exil parisien, après la révoluti (...)
  • 37 M. Bilal, The Lost Lullaby and other Stories about Being an Armenian in Turkey, mémoire de Master o (...)

16Le toponyme par excellence de la région, la Ville, résiste quelque peu à la normalisation nationale complète. « Bolis » est toujours appelée ainsi en arménien actuellement, malgré l’interdiction faite dans les années 1930 d’utiliser ce toponyme, de si évidente origine grecque. Sur les livres en arménien imprimés aujourd’hui à Istanbul, on trouve le sage « Istamboul », mais aussi le plus rusé « Stamboul », qui se démarque légèrement de l’usage imposé et rappelle une toponymie ancienne, Stamboul étant réservée à la fin du xixe siècle à la vieille ville de Constantinople. Le site internet du quotidien stambouliote, en arménien, Nor Marmara35, indique cependant la température à Bolis, et non à Istanbul, ce qui montre bien la persistance de cette désignation dans l’usage courant. Il faut dire que Bolis et non une quelconque bourgade d’Arménie, occidentale ou orientale, était la capitale culturelle, religieuse et politique incontestée des Arméniens ottomans. Il s’agissait donc d’une presque capitale hors-sol, sans que cette situation soit vécue sur le mode de la constante anomalie36. Depuis la fondation de la république de Turquie, la modernité arménienne de la Ville s’est rétrécie comme peau de chagrin37.

  • 38 De nombreuses éditions actuelles de musique populaire tendent à prouver la centralité de l’Orient g (...)

17La comparaison avec l’usage grec de désignation de la Ville semble éclairant. On n’est plus certain d’être compris, en Grèce, en parlant d’Istanbul, en ne disant que i Poli comme si le rôle culturel de la Ville n’était plus qu’anecdotique dans la vie grecque contemporaine, alors qu’elle était la ville de référence tant dans la culture populaire que dans la culture lettrée en grec, avant la création du royaume de Grèce, et peut-être même jusque dans les années 192038. En grec aujourd’hui, hormis dans la minuscule population rum d’Istanbul, il faut que le contexte ait été posé une première fois, par l’emploi du toponyme entier, Kônstantinoupoli. Remarquons aussi que dans les milieux intellectuels grecs, non nationalistes, l’usage d’Istanbul tend à gagner du terrain. Cet usage est toutefois anecdotique et, aux aéroports d’Athènes et de Thessalonique, c’est Kônstantinoupoli que l’on emploie, ainsi que sur les plaques indicatrices le long des routes de Thrace grecque. La déprise est plus lente du côté arménien. Mais il est vrai que la signification première de Bolis, celle de nom commun, la ville en grec, n’existe pas en arménien et qu’elle ne concurrence pas le nom propre. L’usage grec du toponyme montre combien la centralité de cette Ville appartient au passé et qu’il faut camper le décor pour rétablir l’intercompréhension.

Mutations idéologiques dans l’Empire ottoman tardif

  • 39 V. Adamantiadis, loc. cit. (supra, n. 11).

18Les écoles communautaires fonctionnaient de plus en plus comme des écoles nationales. Dans le cas de Brousse, les écoles grecques orthodoxes locales ont contribué à changer la donne linguistique parmi la population, à instituer le grec comme norme sociale acceptable. Le lieu même où le complexe scolaire se tenait était identifié comme tel : Eϰπαιδευτήϱια Eυγενίδια39. Le terrain n’était pas vide auparavant mais occupé par une soierie. Il est intéressant que les informateurs du Centre d’études d’Asie Mineure n’en aient pas conservé le souvenir et que le lieu était à leur époque intimement lié aux écoles de leur communauté. La toponymie, la désignation des lieux, fonctionne aussi comme évincement de l’histoire.

  • 40 H. Georgelin, op. cit. (supra, n. 23).
  • 41 Ibid.
  • 42 K. Politis, Στου Χατζηφϱάγγου [Dans le quartier de Chatzifrangos] sous forme de feuilleton dans Tac (...)

19Nommer les lieux et l’espace, et les nationaliser, c’est s’en poser le propriétaire légitime et au-delà exclusif40. Or l’école grecque orthodoxe à Smyrne, comme ailleurs dans l’Empire, est une machine à helléniser l’espace et le temps. A posteriori, on peut la considérer comme une machine de guerre idéologique. C’est la forte impression que confère l’étude des programmes analytiques de tous les types d’établissements scolaires à Smyrne41. C’est aussi la forte impression que confère le roman de Kosmas Politis, Stou Chatziphrangou, dans une scène d’excursion scolaire, où les enseignants emmènent les enfants faire l’ascension du mont Pagos, ou Kadifekale, lieu chargé d’histoire et pas uniquement d’histoire grecque42. Mirant le panorama, alors que les élèves connaissent la région selon la toponymie turque, les enseignants tentent de faire jaillir les dénominations grecques anciennes de leurs lèvres. Les plus rusés finissent par contenter leurs pédagogues, mais le tout n’est en rien spontané.

1919-1922 ou l’âge de l’expansionnisme hellénique triomphant

  • 43 P. M. Kondoyiannis, op. cit. (supra, n. 16), p. 1.
  • 44 Selon l’auteur nationaliste, K. Vakalopoulos, Σύγχϱονα εθνολογιϰά όϱια του Ελληνισμού στα Βαλϰάνια (...)
  • 45 Cette population existe toujours, mais semble insaisissable. Voir le site de l’Organisation pour le (...)
  • 46 K. Vakalopoulos, Ιστοϱία του Βοϱείου Ελληνισμού. Θϱάϰη [Histoire de l’Hellénisme septentrional. La (...)
  • 47 Voir le site de l’association compatriotique : « Foyer thrace de Serrès » : http://www.thrakiki.gr.
  • 48 Selon Léonidas Embirikos, historien.

20Deux ouvrages sont standards pour jauger la saisie verbale du territoire à annexer. Il s’agit dans le cas de la Thrace de St. V. Psaltis, La Thrace et la force de l’élément grec là-bas. Informations statistiques à propos de la population hellénique, Athènes (1919) et pour l’Asie Mineure de Pant. M. Kondoyiannis, Géographie de l’Asie Mineure, Association pour la Diffusion des livres utiles, Athènes (1921). Remarquons que l’activité scientifique ou érudite est synchrone et même fonction des développements politiques, ce qui laisse rêveur quant aux fonctions sociales de cette activité. Kondoyiannis a certes bien conscience de l’historicité de l’hellénisation de l’Asie Mineure, mais c’est pour lui une étape dans la marche du progrès43. Le ton est le même chez Psaltis qui admet le processus d’hellénisation de tribus thraces antiques, mais il prend soin de le présenter de façon positive. En revanche, dès la page 4, Psaltis conteste l’existence du moindre toponyme bulgare ou slave en Thrace, hormis celui de la Maritza (l’Hévros) : « Il est impossible de trouver aucun toponyme slave ou bulgare parmi les noms des villages, des rivières, des montagnes, des villes de la Thrace actuelle. » Une telle affirmation péremptoire est forcément erronée d’un point de vue anthropologique44. La présence slave est plus problématique pour l’État grec que la présence turque, altérité acceptable en un premier temps, avant d’être normalisée. (La Turquie actuelle n’a pas cherché plus que la Grèce à protéger sa population slave45.) Psaltis reconnaît, en revanche, la présence toponymique turque, mais pour la réduire à des créations récentes, donc sans grande légitimité. En pratique, la présence de la Grèce en Thrace orientale (juin 1920 – octobre 1922), confirmée par le traité de Sèvres (10 août 1920), qui prévoit l’annexion directe du territoire se traduit par une officialisation de la toponymie grecque, donnant parfois lieu à des exhumations ou des créations déconcertantes : Demirköy devenant Sidirochori, par exemple, alors qu’il semble que le nom bulgare Samakov ait été aussi utilisé par les habitants eux-mêmes46. Une toponymie double est accessible en ligne sur des sites d’associations de personnes originaires d’un même lieu, dites associations compatriotiques, peut-être plus respectueuse de l’usage des Grecs orthodoxes sur place que de la standardisation temporaire entre 1920 et 192247. (Après 1922, entre 1927 et 1928, la toponymie grecque est standardisée pour l’ensemble du territoire par une Epitropi Metanomasion particulièrement vigilante envers les noms slaves. Linguistes et folkloristes mettent la main à la pâte48.)

  • 49 P. M. Kondoyiannis, op. cit. (supra, n. 16), p. 3 : « Pendant les temps anciens, l’Asie Mineure com (...)
  • 50 Ibid., p. 217.

21Chez Kondoyiannis, la présentation de la péninsule d’Asie Mineure suit les découpages administratifs ottomans, mais en guise d’éclaircissement les vilayets sont situés par rapport aux provinces anciennes49, elles-mêmes venant de périodes historiques différentes, mais qui ont toutes la particularité d’être grecques et de convoyer ainsi l’impression que l’on se trouve en territoire grec : « Le vilayet [de Brousse ou Hüdavendikâr] contient la Mysie, la plus grande partie de la Bithynie et une part de la Phrygie. C’est un des vilayets les plus féconds et les plus riches d’Asie Mineure50. » Cette présentation présuppose que le lecteur est plus familier de la géographie ancienne que de la géographie moderne, ou devrait l’être comme si c’était elle qui était la vraie géographie, la situation actuelle n’étant que l’expression du sommeil de la nation grecque asservie, dont les parties irrédentes se réveilleront bientôt.

Conclusion

22En premier lieu, force est de constater que la région fourmille de toponymes, en conséquence de son riche passé. En second lieu, il convient d’établir une distinction entre l’usage ancien de toponymes turcs (et de la langue turque) par toutes les populations de l’Empire ottoman et l’usage obligatoire de toponymes turcs aujourd’hui en Turquie républicaine. Le turc lingua franca de l’Empire était une langue que l’on pouvait investir, dans la mesure où il était accueillant à l’histoire non turque du lieu : nous l’avons montré avec l’existence jadis de toponymes comme Kırk Kilise ou Keşiş Dağ. C’est une différence de taille avec la situation actuelle, où le turc est vecteur d’imposition de la turcité d’État.

23Que serait une situation toponymique apaisée dans la zone géographique considérée dans cet exposé ? Il faudrait que la pluralité des passés et des usages soit acceptée et que l’affichage multilingue, même s’il n’est pas systématique pour des raisons économiques, ne soit plus strictement prohibé et soit généralisé aux panneaux les plus importants. Il faudrait que l’État se dessaisisse un peu de son territoire, pour le bien-être de tous ses citoyens. On peut avoir peur d’en être encore loin en Grèce, en Bulgarie ou en Turquie. Pourtant, il est incorrect de penser que cette multiplicité est ingérable, le Val d’Aoste ou le haut Adige sont des exemples de plurilinguisme de mieux en mieux administrés et donc vécus par beaucoup de leurs habitants avec simplicité.

Notes

1 A. Dauzat, La toponymie française (1971). La toponymie de la France est un agrégat hétérogène de couches linguistiques, déposées à différents moments historiques, Introduction, La toponymie, son but, ses méthodes, ses résultats, p. 13 : « On a appelé les noms de lieux les fossiles de la géographie humaine : métaphore d’autant plus justifiée que les toponymes se présentent en couches historiques superposées, assez analogues aux sédiments préhistoriques successifs de la géologie. »

2 La ville de Brousse est conquise en 950 par les Arabes, en 1097 par les Seldjoukides, est reprise par les Byzantins, assiégée en vain par les Croisés, en 1204, et conquise par Osman, après un siège de dix ans, en 1326. Elle est la capitale du nouvel État ottoman, jusqu’en 1365, quand Edirne lui succède. Brousse est occupée deux ans par les troupes helléniques, de 1920 à août 1922. Bursa se trouve aujourd’hui en Turquie.

3 Il faut critiquer une vision par trop naïve du cosmopolitisme Belle Époque des cités plurielles de la Méditerranée orientale. Cf. H. Georgelin, « Smyrne à la fin de l’Empire ottoman : un cosmopolitisme si voyant », Cahiers de la Méditerranée 67 : http://revel.unice.fr/cmedi/document.html?id=127.

4 Voir, pourunexemple devision bretonnantede cette région, le site : http://www.rv1.de/frfaqb.htm#intro.

5 R. Bondoux, « Les villes », in B. Geyer, J. Lefort (dir.), La Bithynie au Moyen Âge, Réalités byzantines 9 (2003), p. 377-409. En particulier « Introduction », p. 377-380, « Brousse / Bursa », p. 384-386.

6 CEAM, ATO, Brousse, Bith 136, interview d’Angéliki Kabanou par B. Nikiphoridis, le 30 mars 1959, à Athènes, Ch. « Quartiers », p. 17.

7 Ibid.

8 CEAM, ATO, Brousse, Bith 136, interview de Sophia Spanou par B. Nikiphoridis, le 19 décembre 1957, à Athènes, Ch. « Quartiers », p. 15-16.

9 Bafra, dans le Pont occidental en Turquie, abritait à la fin de l’Empire ottoman une population turcophone, alors que le Pont oriental parlait pontique. De plus une vingtaine de villages autour de Kayseri parlaient des formes de langue grecque autochtones, vraisemblablement venues tout droit de l’Antiquité, cf. R. M. Dawkins, Modern Greek in Asia Minor (1916).

10 Le mot « akropolis » a disparu de l’usage grec moderne, d’avant le néo-classicisme. Le terme de « kastro » était celui qui était spontané, mot d’origine latine, qui réintroduit d’autres ruptures dans la continuité historique du grec et que l’État grec a évincé également, selon l’historien Léonidas Embirikos.

11 V. Adamantiadis, « Σελίδες τινές εϰ του ϰοινωνιϰού βίου των τελευταίων δεϰαετηϱίδων της Πϱούσης » [Pages de la vie sociale des dernières décennies de Brousse], p. 292-318 dans Μιϰϱασιατιϰά χϱονιϰά [Chroniques micrasiatiques] (1939), ici p. 297.

12 A. Dauzat, op. cit. (supra, n. 1), p. 24 : « La phonétique joue un rôle primordial. Chaque nom de lieu a obéi aux lois phonétiques de la langue parlée dans la région. »

13 Quels étaient l’usage réel et les utilisateurs concrets du terme « Konstantiniyye » ?

14 W. C. Brice, « The Turkish Colonization of Anatolia », Bulletin of the John Rylands Library 38, 1 (1955), p. 18-44.

15 É. Copeaux, Espaces et temps de la nation turque (1998).

16 P. M. Kondoyiannis, Γεωγϱαφία της Μιϰϱασίας [Géographie de l’Asie Mineure] (1921), p 324.

17 H. Bozarslan, Histoire de la Turquie contemporaine (2004), p. 35 : « Le pouvoir kémaliste n’expulsait l’islam de l’espace de visibilité publique qu’après l’avoir érigé en religion par défaut de la nation, voire en sa composante consubstantielle. » (C’est moi qui souligne.)

18 Il s’agit d’une localité située à 80 kilomètres à l’Est d’Izmir.

19 S. Vryonis, The Decline of Medieval Hellenism in Asia Minor and the Process of Islamization from the Eleventh through the Fifteenth Century (1971).

20 Pour Smyrne cf. D. Goffman, Izmir and the Levantine World 1550-1650 (1990) ; pour Brousse cf. I. Beldiceanu-Steinherr, « L’installation des Ottomans », in B. Geyer, J. Lefort (dir.), op. cit. (supra, n. 5), p. 351-374.

21 On considère ici le nombre restreint de locuteurs et non les qualités intrinsèques de ces langues.

22 Op. cit. (supra, n. 16), p. 204 : « Bakçecik, (c’est-à-dire Kiparion) Habitants 10 000 Arméniens. Siège d’un nahiye et proche du mont Menekse Dağı. »

23 H. Georgelin, La fin de Smyrne : du cosmopolitisme aux nationalismes (2005), p. 44.

24 CEAM, ATO, Burnova, Iôn 10, interview de Nikolaos Hiliopoulos, né en 1906, par Zôi Kyritsopoulou, le 22 juillet 1968, à Athènes, Ch. « Éléments de géographie », « Plaines », p. 19 : « À l’extérieur de Burnova, en montant vers le Tsamaki par la route de Magnésie, il y avait une plaine qu’on appelait du nom de Papazian. Là on faisait pousser des milliers d’arbres, des oliviers. Il semble qu’il y a très longtemps, elle appartenait à un habitant arménien de Burnova qui s’appelait Papazian. »

25 J.-C. Bouvier, « Désignations onomastiques et identité culturelle », in Espaces du langage (2003), p. 164-171, ici p. 165.

26 V. Adamantiadis, loc. cit. (supra, n. 11), p. 314.

27 Le mot est entré dans le grec démotique, pour toute pointe ou langue de terre, selon Léonidas Embirikos, historien.

28 H.-U. Wehler, Nationalismus, Geschichte, Formen, Folgen (2001), p. 40 : « Die Nation wird auf einem historischen Territorium konstituiert, das aber als angestammtes ‘heiliges’ Land überhöht wird. »

29 A. Dauzat, op. cit. (supra, n. 1), p. 9-11.

30 I. Petropoulou, « Ο εξελληνισμός-εξαϱχαϊσμός των ονομάτων στην Καππαδοϰία τον δέϰατο ένατο αιώνα » [L’hellénisation-archaïsation des noms en Cappadoce au dix-neuvième siècle], Δελτίο Kέντϱου Mιϰϱασιατιϰών Σπουδών [Bulletin du centre d’Études d’Asie Mineure] VIII (1988-1989), p. 141-200.

31 Entretien avec Alp Yüçel Kaya, doctorant à l’École des hautes études en sciences sociales, originaire de ce village.

32 H. Bozarslan, op. cit. (supra, n. 17), p. 32 : « le laïcisme […] déclarait les individus libres de leurs convictions – à condition toutefois que les musulmans ne se convertissent pas à une autre religion. »

33 Voir le site officiel : http://www.kultur.gov.tr/portal/tarih_en.asp?belgeno=5314.

34 S. Triantaphyllidis, « Εις Πϱούσαν » [Vers Brousse], Ελληνιϰός Βοϱϱάς, 10 août 1960.

35 Site du quotidien www.normarmara.com.

36 La femme de lettres Zabel Yessayian se proposant de rentrer de son exil parisien, après la révolution jeune-turque, désire retourner à la maison, entendant par là, bien évidemment, Constantinople et aucun autre endroit. Tout étonnement sur son attachement à la Ville est simplement inepte. Des décennies plus tard, la romancière paye cher d’avoir succombé aux sirènes de la « mère-patrie » soviétisée. Elle périt en mer Caspienne, sur le trajet de la déportation.

37 M. Bilal, The Lost Lullaby and other Stories about Being an Armenian in Turkey, mémoire de Master of Arts en sociologie, université du Bosphore, Istanbul (2004), p. 66 : « … the means to reproduce Armenian culture are getting lost today. »

38 De nombreuses éditions actuelles de musique populaire tendent à prouver la centralité de l’Orient grec, et de Constantinople en particulier, dans la vie culturelle grecque moderne, ex. : Εϱγαστήϱι παλιάς Μουσιϰής [Atelier de musique ancienne], Εάλω η Πόλις. Θϱήνοι για την άλωση της Κωνσταντινούπολης [La Ville est prise. Lamentations sur la prise de Constantinople], Athènes, FM Records, vol. 1 (1998).

39 V. Adamantiadis, loc. cit. (supra, n. 11).

40 H. Georgelin, op. cit. (supra, n. 23).

41 Ibid.

42 K. Politis, Στου Χατζηφϱάγγου [Dans le quartier de Chatzifrangos] sous forme de feuilleton dans Tachydromos (1962-1963).

43 P. M. Kondoyiannis, op. cit. (supra, n. 16), p. 1.

44 Selon l’auteur nationaliste, K. Vakalopoulos, Σύγχϱονα εθνολογιϰά όϱια του Ελληνισμού στα Βαλϰάνια [Limites ethnologiques contemporaines de l’Hellénisme dans les Balkans] (1994), il y avait au début du xxe siècle dans le vilayet d’Andrinople 1000000 d’habitants, dont 510000 Turcs, 365000 Grecs, 110 000 Bulgares… Comment ces 110000 Bulgares auraient-ils pu rester muets devant les espaces qu’ils habitaient ?

45 Cette population existe toujours, mais semble insaisissable. Voir le site de l’Organisation pour les minorités européennes : http://www.eurominority.org/version/fra/minority-state2.asp?id_pays=50.

46 K. Vakalopoulos, Ιστοϱία του Βοϱείου Ελληνισμού. Θϱάϰη [Histoire de l’Hellénisme septentrional. La Thrace] (1993), p. 309 : « On donna une importance particulière à l’attribution de noms grecs aux lieux de Thrace orientale et on réunit une commission spéciale, avec à sa tête le savant thrace, G. Lampoussiadis pour mener à bien ce travail. »

47 Voir le site de l’association compatriotique : « Foyer thrace de Serrès » : http://www.thrakiki.gr.

48 Selon Léonidas Embirikos, historien.

49 P. M. Kondoyiannis, op. cit. (supra, n. 16), p. 3 : « Pendant les temps anciens, l’Asie Mineure comprenait trois pays au Nord : le Pont, la Paphlagonie, la Bithynie, trois à l’Ouest : la Mysie, la Lydie et la Carie, quatre au Sud : la Lycie, la Pisidie, la Pamphylie et la Cilicie et cinq au centre : la Phrygie, la Caballide (pendant les temps romains), l’Isaurie, la Lycaonie, la Galatie, la Cappadoce. »

50 Ibid., p. 217.

Notes de fin

* Les transcriptions du grec et de l’arménien – dans sa variante occidentale – utilisées ici visent à la simplicité. Pour le grec, nous avons tenté de rester au plus près des graphies reconnaissables pour les Occidentaux. Toutes les traductions du grec ou de l’arménien sont les nôtres.

Auteur

Ancien membre scientifique de l’École française d’Athènes est docteur en « Histoire et Civilisations », EHESS, 2002, dir. Mme Lucette Valensi. Auteur de La fin de Smyrne : du cosmopolitisme aux nationalismes, Paris, CNRS Éditions, 2005.

© École française d’Athènes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search