Version classiqueVersion mobile

La monnaie dans le Péloponnèse

 | 
Charles Doyen
, 
Eva Apostolou

La monnaie dans le Péloponnèse de 336 à 146 av. J.-C.

Coin production in Peloponnese from 336 to 146 BC

Το νόμισμα στην Πελοπόννησο από 336 μέχρι 146 π.Χ

Patrick Marchetti

Résumé

Ce panorama de la monnaie péloponnésienne de 336 à 146 av. J.-C. ne peut être exhaustif tant l’abondance des monnayages et les soubresauts de la recherche ont alourdi l’apparat scientifique. Le propos est donc centré sur les évolutions induites en matière de métrologie par la réforme connue à Delphes sous le nom d’ἐπικαταλλαγή, qui entraîne notamment la disparition de l’éginétique. C’est dans ce nouvel horizon que purent sans peine circuler dans le Péloponnèse les monnaies royales (le plus souvent refondues), dont celles provenant d’Égypte. Le monnayage le plus répandu n’en reste pas moins celui des drachmes légères comme celles d’Argos thésaurisées à Mycènes (IGCH 171) ou des Ligues. Un bilan final s’emploie à faire le point sur la portée réelle de la « révolution » qui consisterait à briser le terminus longtemps consensuel de 146.

Texte intégral

  • 1 O. Mørkholm, Early Hellenistic Coinage. From the Accession of Alexander to the Peace of Apamea (199 (...)

1Il est difficile de dresser en quelques pages un panorama de la numismatique péloponnésienne pour les deux siècles qui s’étendent de 336 à 146 av. J.-C., limites contraignantes qui ne répondent pas nécessairement aux aléas de l’histoire monétaire. Nous éviterons de paraphraser la présentation qu’en a proposée O. Mørkholm, jadis1, et développerons en priorité le paradigme argien puisque c’est la ville d’Argos qui a accueilli les participants à ce colloque.

  • 2 J. Bousquet, dans CID II, p. 123, 210-211 notamment ; A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont, Choix (...)

2S’il est évident que le monnayage impérial d’Alexandre le Grand modifie le paysage de manière durable et constitue un fait majeur de l’histoire monétaire de la Grèce, on néglige toutefois d’en prendre toute la mesure quand on ne relie pas sa création à une modification définitive des normes métrologiques. Aucun numismate ne peut s’autoriser à ignorer ce contexte particulier dans la mesure où les Comptes de Delphes2 nous en informent avec précision. C’est donc par là que, tout naturellement, nous commencerons notre rapide tour d’horizon.

Les nouvelles échelles métrologiques et la fin de l’étalon éginétique

  • 3 Pour une histoire de ces étalons, nous ne pouvons mieux faire aujourd’hui que de renvoyer à V. Van (...)

3Au début du ive s., la métrologie monétaire grecque s’articule sur trois étalons fondamentaux : l’éginétique, l’attique et le corinthien3, comme nous le résumons dans le tableau ci-dessous :

Éginétique

Attique

Corinthien

Tétradrachme : 17,40 g

Statère : 12,40 g

Didrachme : 8,70 g

Tridrachme : 8,70 g (statère ou nomos)

Drachme : 6,21 g

Didrachme : 5,80 g

Drachme : 4,35 g

Hémidrachme : 3,1 g

Drachme : 2,90 g

  • 4 Cf. CID II, p. 123 (avec références). Ce rapport ne vaut que pour l’argent. Au niveau du bronze, la (...)

4L’équivalence entre l’éginétique ancien et l’attique s’établit dans une proportion de 10 à 7, qui correspond très précisément au rapport entre la drachme éginétique (6,21 g) et la drachme attique (4,35 g), rapport attesté à plusieurs reprises à Delphes4. Puis, dans le courant du ive s., et bien avant que les comptables de Delphes en tirent les conséquences, la masse de la drachme éginétique a été réduite à un poids de 5,80 g, pratiquement partout où régnait l’éginétique, essentiellement dans toute la Grèce centrale et le Péloponnèse. La nouvelle norme (5,80 g) correspond en réalité à un didrachme corinthien. D’où un nouveau rapport entre cet éginétique « réduit » et l’attique de 10 à 7,5 (5,80 g : 4,35 g), lui aussi bien attesté à Delphes.

  • 5 Philippe II de Macédoine n’hésitera pas à doubler son monnayage « macédonien » d’une dénomination q (...)
  • 6 On ne peut en tout cas voir dans la mention d’argolikon une référence au statère au type d’Héra, co (...)
  • 7 À partir de l’archontat de Dion, cf. CID II, n° 76, I, et, à la suite, dans tous les autres comptes (...)

5L’affaiblissement pondéral du statère éginétique et l’alignement de la masse de l’hémidrachme éginétique se vérifient très concrètement à Argos dans les poids des célèbres « loups ». Au ve s. ils pesaient un peu plus de 3 g, comme cela était la norme pour des hémidrachmes éginétiques. Mais la concurrence de la « drachme corinthienne », étalonnée à 2,90 g à cette époque, très appréciée notamment des soldats et des mercenaires5, sera fatale à cette hémidrachme éginétique dont la masse s’alignera sur celle de la drachme corinthienne. À partir de ce moment, un dénominateur commun relie les trois étalons éginétique, attique et corinthien, puisqu’une hémidrachme éginétique réduite à 2,90 g = une drachme corinthienne = un tétrobole attique. L’intérêt d’y attirer l’attention dans un colloque péloponnésien qui se tient à Argos est que le passage d’un étalon à l’autre est clairement documenté dans le célèbre dossier de la comptabilité du temple d’Athéna où l’on trouve mention des deux étalons, l’ancien sous la forme palaion, le nouveau sous l’appellation d’argolikon, car il est bien ardu de ne pas interpréter ces deux lexèmes particuliers comme renvoyant à des étalons6, à Argos comme partout ailleurs où l’on retrouve une opposition entre un nomisma palaion et un autre. L’exemple le plus clair de cet usage est précisément, une fois de plus, celui attesté à Delphes dans les comptes des trésoriers7.

  • 8 Dont Ch. Doyen (n. 3), p. 21-35 (plus particulièrement p. 29-35), a fait une présentation définitiv (...)
  • 9 Voir notre étude « La fin des émissions de Larissa et le monnayage amphictionique », dans Coins in (...)
  • 10 C’est la date la plus incontestable de toute l’histoire monétaire grecque, mais, paradoxalement, la (...)
  • 11 Son progressif établissement est une longue histoire. Voir dernièrement le texte repris dans A. Jac (...)
  • 12 Ce qui ne signifie pas que les statères en circulation ont tous été retirés de la circulation. Ils (...)

6Ce passage de l’étalon éginétique à une norme plus légère a été enregistré depuis longtemps par les numismates qui ont popularisé, pour désigner l’étalon léger, le terme d’éginétique réduit qu’il serait contreproductif de maintenir en usage pour deux raisons : d’un côté, il n’est nulle part attesté comme tel et, d’autre part, il entretient l’illusion que l’étalon éginétique aurait survécu jusqu’à la fin de l’époque hellénistique. En réalité, l’étalon éginétique s’efface progressivement, après que, à la suite de l’épikatallagè8 – qui n’est attestée que dans les années qui suivent l’accession d’Alexandre le Grand au trône de Macédoine – les anciennes monnaies éginétiques avaient été réévaluées avant de disparaître progressivement. On vérifie immédiatement ce phénomène dans le Péloponnèse, avec l’arrêt, à Argos, à Sicyone ou à Élis notamment, de toute frappe de statères, arrêt que l’on situe, d’une cité à l’autre, à des moments variables ; toutefois, aucun de ceux qui se sont penchés sur la question n’a tenu compte, pour fixer ces dates, du seul fait incontestable – qui est, lui, remarquablement daté – constitué par l’arrêt brutal à Delphes de la frappe du statère amphictionique en 3359. Nous devons y insister et le faisons régulièrement en rappelant que le statère amphictionique avait été fabriqué, en 336-335 exclusivement10, avec du métal provenant des statères de poids éginétique de Béotie, de Thessalie ou du Péloponnèse : dans le compte à apousia de Delphes11 on dressait l’inventaire des espèces envoyées à la refonte ; parmi celles-ci figuraient notamment des monnaies de Sicyone. L’année 336, au cours de laquelle fut mise en chantier la monnaie amphictionique, doit dès lors correspondre à la date ultime pour la frappe des statères de Sicyone, mais aussi des statères argiens au type d’Héra notamment, ainsi que de tous les autres statères d’étalon éginétique12. C’est alors que s’ouvre une nouvelle période dans l’histoire monétaire grecque et péloponnésienne en particulier. Car l’arrêt de l’amphictionique correspond aussi à la mise en circulation à grande échelle du tétradrachme d’Alexandre et des émissions apparentées, parmi lesquelles celles aux types et aux noms des Ptolémées et d’autres diadoques occupent une place importante dans l’horizon péloponnésien.

  • 13 Voir R. Bogaert, Banques et banquiers dans les cités grecques (1968), p. 48, où l’on peut lire qu’é (...)
  • 14 L’exposé de référence sur ce qu’est la drachme symmachique est désormais celui de Ch. Doyen (n. 3), (...)

7Après ce rappel, qu’on nous permette une digression d’ordre épistémologique. On ne peut que constater, et déplorer, que l’actuelle génération de numismates grecs, héritière d’un enseignement dépendant, in fine, de R. Bogaert13 qui voyait, à tort, dans l’épikatallagè un « bénéfice de change », en confondant katallagè et épikatallagè, n’intègre pas les leçons, pourtant incontestables et lumineuses, du dossier épigraphique delphien. Cette obsession dans l’erreur est bien connue dans la recherche scientifique et n’est pas propre à nos disciplines. Gageons donc que l’on s’obstinera longtemps encore à ne pas assimiler les leçons de l’épikatallagè et à privilégier un éparpillement de travaux et d’analyses microscopiques, où peuvent se diluer aisément les points de vue particuliers, plutôt que d’œuvrer à la fixation d’un cadre général solide et contraignant. Face à cela, qui est au fond très banal, il suffit d’être philosophe en relisant l’épitaphe de Galilée (Eppur si muove !), tout en prenant l’exacte mesure de la portée de nos « découvertes » : à l’heure où des moyens gigantesques sont déployés pour étudier l’univers (que des satellites et des télescopes géants scrutent pour inventorier des milliards d’étoiles) ou pénétrer au plus profond de la matière (que de moyens investis au CERN pour prouver l’existence du boson de Higgs !), nos réflexions sur les étalons monétaires antiques apparaîtront bien marginales et risquent tout simplement, à brève échéance, de ne plus intéresser grand nombre, alors même que les subtilités de la métrologie monétaire grecque pourraient très utilement amener les théoriciens de l’euro à repenser une politique monétaire plus souple et beaucoup moins brutale : la coexistence, à l’époque hellénistique, de deux systèmes métrologiques, référencés à l’argent et au bronze respectivement, autorisait la circulation parallèle et parfaitement coordonnée de monnaies en argent « fortes » (alexandres et monnayages royaux notamment, mais aussi drachme corinthienne de poids plein) et « faibles » (monnaies rattachées à un étalon du bronze, au nombre desquelles il faut ranger les tétradrachmes ptolémaïques et ce qui deviendra, à la fin du iiie s., la drachme symmachique14). Ce faisant, les Grecs de l’époque hellénistique ont manifesté une maîtrise exceptionnelle de l’instrument monétaire qu’ils venaient à peine de créer et se sont révélés en cette matière bien supérieurs, une fois de plus, à leurs épigones modernes.

Les monnaies royales dans le Péloponnèse

  • 15 Voir dernièrement, avec la bibliographie récente, Chr. Flament, Contribution à l’étude des ateliers (...)
  • 16 T. Hackens, « À propos de la circulation monétaire dans le Péloponnèse au iiie s. av. J.-C. », dans (...)
  • 17 Infra, p. 187-203.
  • 18 Voir ce qu’en disent G. Le Rider et Fr. de Callataÿ, Les Séleucides et les Ptolémées. L’héritage mo (...)
  • 19 Voir K. Chryssanthaki-Nagle, « Les monnaies lagides en Égée », dans Fr. Duyrat, O. Picard (éds), L’ (...)

8Le Péloponnèse a beaucoup intéressé les premiers Ptolémées. De cet intérêt témoignent éloquemment le trésor de Chiliomodi d’un côté15, la circulation des tétradrachmes réduits de Ptolémée II et Ptolémée III, de l’autre, dont la présence sporadique dans les rares trésors conservés du iiie s. avait donné lieu à un premier bilan dressé par T. Hackens16, qui ne cesse depuis de s’enrichir, comme en témoigne la trouvaille publiée ici-même par E. Apostolou17. Cette présence ptolémaïque révèle en tout cas que la monnaie des rois d’Égypte, dont on a cherché à faire la production protégée d’une zone fermée centrée sur l’Égypte18, est en tout cas acceptée sans peine en-dehors de l’Égypte, l’étalon réduit auquel elle se réfère ne freinant en rien sa circulation à l’extérieur du pays. Il suffit pour en prendre la mesure de s’initier aux arcanes de la métrologie monétaire grecque et comprendre que des émissions qui se réfèrent à un « étalon du bronze », comme c’est le cas pour le monnayage ptolémaïque, s’articulent sans peine, quand cela est nécessaire, au monnayage d’étalon attique plein et circulent aisément dans toute l’Égée19.

  • 20 L’intérêt des Ptolémées pour le Péloponnèse n’en demeurera pas moins réel en période de paix, comme (...)

9Cette présence ptolémaïque est à relier surtout aux guerres des Diadoques ou à la guerre de Chrémonidès et se comprend, de manière plus générale, comme un soutien aux États grecs engagés dans leurs guerres contre la puissance macédonienne20.

  • 21 M. J. Price, The Coinage in the Name of Alexander the Great and Philip Arrhidaeus, t. I (1991), p.  (...)
  • 22 H. A. Troxell, « The Peloponnesian Alexanders », ANSMN 17 (1971), p. 41-94.
  • 23 Infra, p. 311-324.
  • 24 Infra, p. 119-131.

10Depuis la publication du volumineux catalogue préparé par M. Price21, nous disposons d’un instrument de travail de grande qualité pour repérer, dans la masse des alexandres produits au iiie s., ceux que l’on a proposé d’attribuer, à tort ou à raison, à des ateliers péloponnésiens. Si l’on y ajoute le remarquable travail réalisé par U. Troxell22 sur les alexandres péloponnésiens, nous disposons en cette matière d’un cadre solide. Ces monnayages pérennisent l’étalon attique qui restera, tout au long de l’époque hellénistique, le monnayage de « l’étalon d’argent » par excellence, de circulation universelle, qui sert de référence et de pivot à tous les autres. Pourtant le nombre des exemplaires conservés ou retrouvés reste relativement faible, même si régulièrement de nouvelles trouvailles viennent enrichir le stock, comme celles publiées ici-même par P. Tsélékas d’une part23 et par S. Makrypodi et M. Yannakouli de l’autre24.

11Si les monnaies de poids attique sont relativement rares dans le Péloponnèse au iiie s., tout comme celles des Ptolémées, cela tient avant tout au petit nombre de trésors conservés pour cette époque et cela ne signifie pas qu’elles n’y ont pas circulé en bien plus grand nombre que ce qui en apparaît. La fabrication monétaire antique se nourrit en permanence du métal en circulation : les émissions nouvelles sont produites à partir des anciennes, dont le métal est envoyé au creuset, et les émissions civiques des cités péloponnésiennes (Argos, Messène, Mégalopolis, Sicyone…) ont d’abord été produites en refondant massivement les tortues dites d’Égine, les tétradrachmes d’Athènes, les vieux statères d’étalon éginétique, les tétradrachmes d’Alexandre ou d’autres rois hellénistiques. C’est là une règle trop souvent négligée dans nos études, mais que l’évolution même des normes métrologiques rendait inévitable : de la fin du ive s. au ier s., le poids des monnaies autres que celles d’étalon attique est sans cesse ajusté. La tendance générale, mais pas absolue, est à la réduction métrologique, ce qui obligeait les États à refrapper en permanence les espèces courantes qui sont donc régulièrement retirées de la circulation pour être fondues et fournir le métal d’espèces plus légères, dont la production est largement alimentée par la refonte des lourds tétradrachmes attiques qui circulent autant comme lingots que comme monnaies. Seuls les trésors nous conservent le souvenir des espèces disparues, quand nous avons la chance d’en découvrir. Il faut pour cela que les circonstances s’y prêtent : les trésors que nous retrouvons sont ceux que leurs propriétaires antiques n’ont pu récupérer à la suite de guerres ou de dangers qui les ont menacés dans leur existence même. Le iiie s. a été moins fructueux que d’autres en matière de thésaurisation, si l’on excepte des événements sporadiques comme la bataille de Sellasie.

Les drachmes légères, indûment appelées « trioboles éginétiques réduits » : le trésor de Mycènes (IGCH 171)25

  • 25 Le contenu en a été présenté par A. Lambropoulos, « Ἀρχαῖα ἑλληνικὰ νομίσματα εὑρεθέντα ἐν Μυκήναις(...)
  • 26 Deux tétradrachmes usés de Ptolémée II fournissent le seul terminus post quem pour la date d’enfoui (...)
  • 27 Tel est le nom donné à l’étalon « éginétique réduit » à Argos, dans les tablettes du ive s., cf. Ch (...)
  • 28 On trouve des monnaies identiques dans une tombe macédonienne de l’époque de Philippe II, trouvaill (...)
  • 29 C’est une drachme de l’étalon « du bronze » (chalkou ou pros chalkon).
  • 30 Le catalogue de ces monnaies est dressé par S. Grunauer-von Hoerschelmann, Die Münzprägung der Lake (...)
  • 31 On doit faire le lien avec l’arrêt de l’amphictionique.

12Du trésor de Mycènes, enfoui vers 250-240 ou plus tard26, la composition est particulièrement intéressante puisqu’il ne contient pratiquement que des exemplaires, par milliers, de la nouvelle dénomination à la mode, la drachme « corinthienne » ou « argolique »27 et ses divisionnaires, aux types d’Argos, de Phlionte ou de Corinthe. Qu’on n’y trouve aucun tétradrachme d’étalon attique est un fait remarquable mais pas fortuit : la drachme légère est la monnaie épichorique « normale » dans le Péloponnèse, même sous la forme résiduelle des émissions du ive s., auxquelles appartient la majorité des exemplaires de Mycènes28. Au iiie s. elle est relativement peu frappée, parce que les nombreux exemplaires du ive s. alimentent encore largement la circulation ; la situation n’évoluera pas aussi longtemps qu’une nouvelle réduction métrologique n’obligera pas les cités à refondre le stock. Cette drachme « argolique » ne se mélange pas avec les tétradrachmes de poids attique – totalement absents du trésor – parce qu’elle appartient à un autre système métrologique29, non pas parce que les tétradrachmes de poids attique seraient inconnus à ce moment. Le tétradrachme attique n’est normalement pas la dénomination des ligues ou des cités, mais celle des rois comme le révèle le choix de l’étalon retenu par ceux de Sparte, Aréos, Cléomène III et Nabis30 : l’étalon attique est par excellence l’étalon royal, celui imposé en 335 par Alexandre le Grand31.

13Le trésor de Mycènes, témoignage essentiel pour le monnayage argien, permet de déterminer qu’il y eut une période relativement longue d’interruption entre les émissions du ive s. et de la première moitié du iiie s., d’une part, et celles produites dans la première moitié du iie s., d’autre part. Les flans de ces dernières sont un peu plus larges et les lettres au revers sont généralement de plus grandes dimensions, mais la principale différence se situe sur le plan métrologique : les variétés représentées dans le trésor de Mycènes sont manifestement frappées selon un étalon plus lourd que celui auquel se réfèrent les émissions du iie s., qui est à rapprocher, lui, de l’étalon « réduit » en vigueur dans la Ligue achéenne, d’où le fait que le terminus post quem de ces émissions est habituellement fixé en 229, date d’adhésion d’Argos à cette ligue.

  • 32 Voir M. Oeconomides, M. Lakakis-Marchetti, P. Marchetti, « Le trésor de Zougra (IGCH 261) et la cir (...)
  • 33 Chr. Flament, « Classement stylistique et essai de périodisation du monnayage au loup d’Argos », RN(...)
  • 34 Voir infra les conséquences pour la datation du monnayage achéen en argent.

14Les séries postérieures à l’enfouissement d’IGCH 171 s’arrêtent en 146 au plus tard, date qu’il faut retenir pour l’enfouissement du trésor de Zougra (IGCH 261)32 qui contenait pratiquement toutes les émissions connues. On notera sur les séries les plus récentes l’apparition au revers d’un nom en toutes lettres accompagné d’un symbole fixe. Les exemplaires signés φ-α d’abord et ΦΑΗΝΟΣ ensuite, dont certains ont été gravés par le même artisan, illustrent idéalement la transition : les deux lettres φ-α ne sont autres que les initiales du personnage dont le nom est ensuite inscrit en toutes lettres33, sans toutefois être déjà associé systématiquement à un symbole unique, contrairement à ce qui deviendra ensuite l’usage, notamment à partir de la série ΛΕΥΚΙΟΣ / pilier. L’étude stylistique des droits révèle qu’il n’y eut pas d’interruption prolongée des frappes entre les productions relevant de l’ancien et du nouveau système de marquage, puisque les mêmes artisans ont été mis à contribution34, comme le révèle la comparaison des coins des deux séries.

  • 35 Comme l’a étudié et souligné Chr. Flament, « Le monnayage en argent d’Athènes au iiie siècle avant (...)

15L’évolution dans l’utilisation et l’organisation des différents monétaires – on passe notamment d’un système utilisant des combinaisons variables de lettres et de symboles à un système composé d’un nom inscrit en toutes lettres accompagné d’un symbole fixe – constitue un pivot majeur de la numismatique du iie s. qui marque durablement l’histoire monétaire du Péloponnèse et qui dépasse les limites de la péninsule. Le même phénomène se vérifie à Athènes où il correspond à la transition entre les séries « à symboles » et les stéphanéphores dans la première moitié du iie s.35, c’est-à-dire à peu près au moment où le système de contrôle des monnaies sicyoniennes, thessaliennes et épirotes subit également d’importantes adaptations. Nous avons manifestement affaire à un mouvement coordonné. La prise en compte de ce large mouvement s’impose.

Les ligues et les cités

  • 36 Au ratio 112,5 : 1, induit au moment de l’épikatallagè, l’ancien triobole éginétique a été réduit a (...)
  • 37 Pour faire bref, nous renvoyons là-dessus au travail essentiel de Ch. Doyen (n. 3), dont la nouveau (...)
  • 38 Infra, p. 345-377. Cette étude est complémentaire de celle, sous presse, dans les Actes du colloque (...)
  • 39 Voir l’étude citée n. 32.

16Après les guerres des Diadoques, la guerre de Chrémonidès dans les années 260 et la résistance efficace opposée aux tentatives macédoniennes de mise sous contrôle, la Grèce et le Péloponnèse en particulier vont conserver leur indépendance jusqu’en 146. Mais les cités trop peu puissantes pour résister seules vont devoir se liguer. La fin du iiie s. et, surtout, le début du iie s. constituent l’époque la plus propice à l’apparition des monnayages de ligues (eubéenne, béotienne, étolienne, épirote et, la plus puissante, la Ligue achéenne), produits exclusivement pour financer des opérations militaires fédérales. Fait remarquable : tous ces monnayages s’alignent sur l’étalon de la drachme légère de l’étalon du bronze, qui vient d’être réajusté à 2,35-2,40 g – selon un ratio bronze-argent de ca 137,5 : 136 – et que les textes épigraphiques invitent à appeler désormais drachme « symmachique »37. Parmi ces monnayages « d’étalon symmachique » celui de la Ligue achéenne a fait l’objet d’un travail exhaustif par M. Lakaki, qui ne tardera plus à être publié et dont on peut se faire une bonne idée des classements par l’étude proposée ici-même d’une trouvaille majeure réalisée en 1987 à Dymè38 et par la publication du trésor de Zougra39.

  • 40 M. Thompson, The Agrinion Hoard (1968).
  • 41 Nous renvoyons ici, sans prétendre être exhaustif, à Chr. Boehringer, « Zur Geschichte der Achaisch (...)
  • 42 On verra dans ce volume que plusieurs contributeurs n’ont pas hésité à s’aligner sur cette chronolo (...)

17Une date butoir pour les monnayages péloponnésiens était, naguère, l’année 146, celle de la prise et de la destruction de Corinthe par les Romains, qui marquait notamment la fin des émissions achéennes et qui servait encore de référence à M. Thompson dans son étude du trésor d’Agrinion40. Mais sur base de la composition d’un trésor particulièrement suspect (Poggio Picenze), Chr. Boehringer, J.A.W. Warren et d’autres à leur suite41 ont proposé de descendre les émissions achéennes jusqu’à Sylla, voire au-delà. Depuis les numismates sont secoués et partagés42. Nous ne croyons pas inutile de fournir ici quelques repères à ceux que la controverse a pu perturber.

  • 43 Th. Schwertfegger, Der achaiische Bund von 146 bis 27 v. Chr. (1974).
  • 44 L. Moretti, Iscrizioni storiche ellenistiche I (1967), n° 60. Th. Schwertfegger confondait deux per (...)
  • 45 Un autre exemple est la lettre du proconsul Q. Fabius Maximus aux habitants de Dymè, pour laquelle (...)

18On pourrait dire que tout commence par une étude de Th. Schwertfegger43 qui, sans raison sérieuse mais de manière audacieuse, voire provocatrice, cherchait à dater des années 120 une levée de troupes achéennes, qui doit prendre place en réalité dans le contexte des années 190, comme l’avait clairement établi L. Moretti44, dont il est bien vain de contester les conclusions. Imaginer que Rome ait pu, à la fin du iie s. av. J.-C, enrôler des Péloponnésiens pour les faire combattre en Gaule – on se demande vraiment à quel titre ? – implique que l’on ignore tout des modalités de l’enrôlement militaire romain dans le cadre des campagnes occidentales, pourtant bien décrit par Polybe en son livre VI 20-26. Mal dater un document épigraphique est toujours une erreur funeste de nature à égarer les commentaires45 et à lancer la recherche sur de fausses pistes.

  • 46 M. Lakakis-Marchetti, « À propos du monnayage achéen et des trésors qui le font connaître », dans Χ (...)
  • 47 Cette paralysie de la discussion ne rend pas l’hommage qu’elle mérite à la grande numismate que fut (...)
  • 48 Un autre bel exemple des « surprises » que réserve la découverte de trésors de fouilles par rapport (...)
  • 49 Et M. Thompson n’hésita pas, pour asseoir cette datation, à appeler en renfort M. Crawford et R. Th (...)

19À cette première dérive s’en est ajoutée une autre, plus insidieuse : la recomposition à des fins démonstratives, au moment où la querelle du monnayage athénien de Nouveau Style battait son plein, de deux trésors qui mélangeaient des monnaies de la Ligue achéenne, notamment, et des deniers romains : les trésors d’Agrinion et de Poggio Picenze. On n’a pas de peine à démontrer la manipulation dont ils ont fait l’objet, particulièrement évidente dans le cas du second46. Ces trésors constitués de lots d’abord indépendants, puis artificiellement rapprochés, ont d’autant moins leur place dans une discussion scientifique que rien de ce qui a été trouvé auparavant ne leur correspond et que rien, depuis, ne vient confirmer une thésaurisation qui demeure aberrante. C’est le renom de M. Thompson, et lui seul apparemment, qui a empêché maint numismate d’oser contester47 une recomposition en porte-à-faux avec le reste de la documentation archéologique : aucun trésor trouvé en fouilles, en effet, ne correspond aux contenus supposés d’Agrinion et de Poggio Picenze qui mêlent artificiellement, sans aucune garantie d’authenticité, des trouvailles d’origines et d’époques différentes. La présence de deniers à Agrinion est aussi absurde que la juxtaposition d’un trésor « achéen » et d’un autre, « syllanien », dans le pseudo-trésor de Poggio Picenze. Il est temps d’apprendre à se méfier des lots issus du commerce et de ne jamais en accepter un qui serait en contradiction, fût-elle minime, avec des trouvailles provenant de fouilles48. Le paradoxe de cette bien malheureuse histoire tient en ce que M. Thompson s’appuyait sur ces deux faux trésors pour forger un argument à l’appui de sa chronologie du monnayage stéphanéphore d’Athènes, à savoir la « possibilité » de trouver dans un même trésor des pièces anciennes (les monnaies achéennes en l’occurrence, car pour M. Thompson elles ne pouvaient en aucune manière être postérieures à 146) associées à des monnaies plus récentes, en l’occurrence des deniers dont la datation basse (par rapport à 146) ne pouvait pas être contestée49. La numismate américaine pensait ainsi pouvoir tirer parti de cet écart chronologique entre plusieurs lots au sein d’un même trésor pour justifier, envers et contre tout, une datation haute du monnayage de Nouveau Style. On sait ce qu’il est advenu de ces tentatives désespérées qui ont été emportées par d’autres évidences impossibles à nier, notamment celles constituées par les émissions de l’époque mithridatique.

20Alors que l’on aurait dû renvoyer au néant les pseudo-trésors d’Agrinion et, pardessus tout, de Poggio Picenze, Chr. Boehringer relança la controverse, en la déplaçant : il ne s’agissait plus de tirer parti du « trésor de Poggio Picenze » pour appuyer une datation haute du monnayage athénien, mais… pour abaisser considérablement le terminus ante quem des émissions de la Ligue achéenne et faire sauter le verrou que constituait, depuis toujours, la date de 146, alors que tout s’oppose à cette funeste « révolution », notamment :

    • 50 A. Löbbecke, « Ein Fund achäischer Bundesmünzen », ZfN 26 (1908), p. 275-303 (sur 499 monnaies, 322 (...)
    • 51 Dans leur inventaire des trésors achéens, I. Touratsoglou, E. Tsourti, « Contribution to the Circul (...)

    Le trésor de Poggio Picenze n’est pas le premier trésor trouvé en Italie à contenir des monnaies de la Ligue achéenne. Il en est un autre, connu depuis très longtemps50, celui de Caserta. De quoi est-il constitué51 ? De monnaies grecques d’étalon symmachique, dont de nombreuses monnaies achéennes, sans deniers ni autres monnaies romaines : tel est bien l’authentique reflet d’un butin ramené de Grèce au terme d’une guerre en Achaïe, autrement dit par un soldat démobilisé juste après 146 ! Et il contient des spécimens de ce qui paraît être l’ultime émission (celle d’Aigion avec le nom d’Aris-todamos), du moins pour autant que je puisse en juger en attendant la publication du travail exhaustif de M. Lakaki.

    • 52 J. A. W. Warren, The Bronze Coinage of the Achaian Koinon. The Currency of a Federal Ideal (2007), (...)
    • 53 Cf. déjà Chr. Flament, « Argos et le Péloponnèse à la basse époque hellénistique et au début de l’é (...)
    • 54 Voir là-dessus l’étude de M. Oeconomides, M. Lakakis, P. Marchetti (n. 32), p. 421-423.
    • 55 J. A. W. Warren (n. 52).
    • 56 L’appellation de trioboles réduits qu’on leur donne souvent est malencontreuse. La dénomination de (...)
    • 57 Et la production des monnaies argiennes demeure liée à celles des autres cités du Péloponnèse. À Ar (...)

    Comme les bronzes argiens aux types de la Ligue achéenne portent, tous, les initiales ou le nom complet de ΦΑΗΝΟΣ52 que l’on retrouve sur des émissions civiques en argent, que d’autre part d’autres rapprochements de même nature relient aussi les monnaies de la Ligue achéenne et les frappes civiques argiennes en argent et en bronze, il en résulte qu’il s’agit de deux monnayages strictement parallèles, comme nous le mettrons en évidence dans le corpus d’Argos en préparation53. Il en découle une certitude : les émissions fédérales, en bronze ou en argent, et les monnaies civiques sont manifestement contemporaines54. Dès lors, si l’on fixe à 146 le terminus ultime pour le monnayage achéen en bronze d’Argos et des autres cités – comme le propose J. A. W. Warren elle-même55 –, la même date s’impose a fortiori pour les monnaies civiques et les frappes achéennes en argent attribuées à Argos, et par conséquent pour tout le monnayage achéen en argent ! On ne peut pas, en effet, d’un côté, dater les bronzes de la Ligue achéenne d’avant 146 et, de l’autre, situer à l’époque de Sylla un ensemble de drachmes56 en argent de la même ligue, quand ce sont les mêmes graveurs qui ont travaillé à produire les coins des uns et des autres57.

    • 58 Voir Ch. Doyen (n. 3), p. 138-139.
    • 59 La drachme attique lourde (4,35 g) correspond à un ratio 100 : 1. Comme elle est restée fixée à ce (...)
    • 60 L’ouvrage cité n. 3 et auquel nous avons fait plusieurs fois référence.

    La métrologie des monnaies en argent exclut le maintien au ier s. d’une drachme de l’étalon « du bronze » étalonnée à 2,35-2,40 g, surtout après le passage du ratio bronze-argent à 150 : 1, attesté au plus tard à la fin du iie s.58. À cette époque, à côté des monnaies d’étalon attique, les autres drachmes, comme celles de la Ligue thessalienne, sont émises avec une masse de 2,90 g et ce poids est bien plus significatif qu’on le pense encore habituellement. Il est en tout cas le résultat d’une évolution qui ne renvoie pas à l’ancien étalon éginétique, mais qui s’inscrit dans une modification par étapes du ratio bronze-argent au sein de l’étalon attique59, qu’a étudiée avec beaucoup de soin Ch. Doyen60, auquel on se contentera ici de renvoyer, sans dissimuler que ce dossier métrologique est complexe, en réalité aussi difficile à pénétrer et à assimiler que riche dans ce qu’il apporte en repères sûrs et nouveaux.

    • 61 Chr. Boehringer, « Zu Chronologie… » (n. 41), p. 103-108 ; J. A. W. Warren, « After the Boehringer (...)
    • 62 BCD Peloponnesos, p. 217.
    • 63 Cela reste vrai du petit trésor publié ici-même par A. Nikolakopoulou (infra, p. 379-389).

    Pour maintenir des frappes achéennes après 146, comme celles amalgamées au pseudo-trésor de Poggio Picenze, il faudrait admettre que Sparte eût encore été membre de la ligue au ier s., ce qui est une hérésie historique sur laquelle il est vain de s’étendre même si l’on s’efforce parfois de la défendre à tout prix61, ce qui amène à ce commentaire livré en marge du catalogue de vente de la collection BCD62 : alors que Sparte, au tournant du iie et du ier s. « produced an extensive series of triobolos bearing a head of Herakles », on devrait accepter que « in between […] comes, rather surprisingly, a series of hemidrachms in the name of Achaean League, which Warren explains as being a “voluntary” contribution to the Romans when Sulla was fighting Mithradates VI. » Nonobstant ce constat lucide pour ce qui concerne Sparte, on lit néanmoins dans le même volume qu’on disposerait aujourd’hui de : « an ample hoard evidence against the traditional chronology ». En fait d’« evidence » il n’est rien de plus que les deux faux trésors d’Agrinion et de Poggio Picenze, dont nous avons dit plus haut ce qu’il faut penser ! Car aucun des autres trésors trouvés en Achaïe – dont le contenu est vérifiable et ils sont bien plus nombreux qu’on le pense – ne correspond à ces deux-là63. La seule conclusion qui s’impose, pace BCD, pourrait donc être formulée de la sorte : « actually the ample hoard evidence unequivocally sustains the “traditional” chronology ».

    • 64 Voir notamment Fr. de Callataÿ, « Athenian New Style Tetradrachms in Macedonian Hoards », AJN 3-4 ( (...)
    • 65 Fr. de Callataÿ, « Les monnaies au nom d’Aesillas », dans Italiam fato profugi Hesperinaque venerun (...)
    • 66 Appien, XII 30, 116 (trad. P. Goukowsky, CUF, 2001).

    Les besoins de financement des armées romaines après 146 ne sont pas contestables, mais sur des théâtres d’opération qui se situent dans le nord de la péninsule balkanique, non dans le Péloponnèse. Pour financer leurs opérations en ce secteur les chefs d’armée ne sont pas dépourvus de monnayages d’appoint ou de substitution : outre l’abondant stéphanéphore athénien64, les émissions thessaliennes, les monnayages d’Apollonia et de Dyrrachium, les émissions aux types thasiens, des émissions quaestoriales comme celles d’Aesillas65, celles aux types de Maronée… suffisent amplement à couvrir leurs besoins là où c’est nécessaire, sur les lieux de leurs batailles et de leurs réquisitions. Il n’est vraiment pas besoin d’y ajouter des drachmes achéennes obsolètes. C’est du reste en monnaies thessaliennes notamment – non en monnaies achéennes ! – que Sylla opère ses réquisitions : dès son arrivée en Grèce, en effet, « Sylla rassembla de l’argent, des contingents alliés et des vivres tirés d’Étolie et de Thessalie (…) » nous dit Appien66. Pas de monnaies achéennes, ni d’Achéens, dans les levées de Sylla, et pour cause.

  1. Ne perdons pas de vue, en effet, qu’après 146 de nombreuses cités d’Achaïe sont partiellement vidées de leur population : la fondation de colonies romaines à l’époque césarienne, triumvirale ou augustéenne à Corinthe, Dymè, Patras… ne fut possible que sur des terres en déshérence, faute d’habitants. Comment les rares survivants de Dymè ou de Patras auraient-ils pu, au ier s., réunir le métal nécessaire à la frappe de drachmes symmachiques en argent ? L’envisager comme un fait possible revient à minimiser l’ampleur de la défaite subie en 146 par une ligue déjà fortement affaiblie, dès 167, par une oliganthropie irréversible.

    • 67 J. A. W. Warren (« The Achaian League, Sparta, Lucullus… » [n. 41], p. 297-308) n’a pas hésité pour (...)
    • 68 Si Sylla, qui est alors « en rupture de ban » avec Rome du fait de la guerre civile, après la désig (...)
    • 69 Les écarts de statut et de masse entre le denier et la drachme attique n’étaient pas encore favorab (...)
    • 70 G. Le Rider, « Un groupe de monnaies crétoises à types athéniens », dans Humanisme actif. Mélanges (...)
    • 71 Fr. de Callataÿ, « Le monnayage d’argent au type d’Athéna Parthénos émis au nom des Ainianes », dan (...)
    • 72 P. Assenmaker, infra, p. 411-424.

    Entre 146 et l’arrivée de Sylla en Grèce, les armées romaines ont déserté le Péloponnèse. Quand elles y reviennent à l’époque de Sylla, on y fabriquera des séries particulières, les Leukolleia platea (platè), manifestement des frappes sur flans larges si caractéristiques du ier s. L’expression ne peut en aucune manière désigner les petites dénominations achéennes67. Et il est d’autant plus vain d’attribuer à Sylla l’introduction du denier en Grèce68 que les Leukolleia platea, que les textes relient à son lieutenant Lucullus, montrent bien que les armées de Sylla ne recourent pas aux deniers pour survivre en Grèce69 : comment dès lors imaginer que ses soldats en auraient rapporté de Grèce en Italie ? La frappe, à ce moment, de monnayages aux types grecs que l’on peut rattacher aux campagnes du futur dictateur, comme les imitations de tétradrachmes stéphanéphores émises en Crète70, le monnayage au nom des Ainianes71 ou les émissions stéphanéphores massives (et non des deniers !) au monogramme du questeur Marcus, le confirme. L’étude ici même de P. Assenmaker72 fournit à cet égard toute l’information objective dont nous disposons et elle est amplement suffisante pour que nous puissions constater que le monnayage achéen n’a plus sa place à ce moment.

    • 73 Comme y attire l’attention E. Ralli, infra, p. 391-398.

    Des monnaies achéennes résiduelles ont toutefois continué d’alimenter sporadiquement et localement la circulation monétaire après 146, à tel point qu’elles se retrouvent encore, fortement usées, dans des contextes d’époque impériale73, à côté de très nombreux petits bronzes hellénistiques. C’est un fait bien connu qui n’oblige en rien à abaisser la frappe des monnaies achéennes après 146.

  • 74 S. M. Benner, Achaian League Coinage of the 3rd through 1st Centuries B.C.E. (2008).
  • 75 Voir ici même les hésitations de A. Nikolakopoulou (infra, p. 379-389). La lampe qui sert de réserv (...)

21D’autres éléments, faits matériels ou analyses argumentées, viendront confirmer que la date de 146 reste le terminus ante quem solide pour tout le monnayage achéen. Mais il ne paraît pas vain, en attendant et pour en terminer, de mettre en garde contre une exploitation inconsidérée de la chronologie basse qui s’est insidieusement infiltrée dans beaucoup de travaux récents. Il nous faut, à cet égard, déplorer que la vente de la collection BCD – prolongée et doublée, en quelque sorte, par l’inventaire de S.M. Benner74 – ait mis sur le marché un catalogue abondamment diffusé que les Éphories ont reçu et qui leur sert de référence pour les identifications. Utilisé de la sorte on se félicitera qu’il puisse rendre quelques services, mais si l’on y réfère aussi pour asseoir des datations, nous entrons là dans le domaine d’une catastrophe à grande échelle, car les datations proposées par les co-auteurs du catalogue BCD ne reposent absolument sur rien d’autre qu’un vague consensus d’une poignée de chercheurs. Les risques de contamination à toute la chronologie des iie et ier s. sont réels. Vient-on à trouver quelques monnaies achéennes que S. M. Benner et les auteurs du BCD proposent de dater de l’époque de Sylla, ou de plus tard encore, que l’on pourrait être entraîné à abaisser inconsidérément la date du matériel associé75 et à priver de la sorte le iie s. de ce qui lui revient. La plus grande prudence est d’autant plus de mise que le véritable enjeu réside dans le maintien de la numismatique antique comme discipline scientifique fondée sur des documents historiques, plutôt que de la voir réduite à un passe-temps de collectionneurs dont l’intérêt pour la science est moins désintéressé que celui des chercheurs du terrain.

Notes

1 O. Mørkholm, Early Hellenistic Coinage. From the Accession of Alexander to the Peace of Apamea (1991), p. 79, 87-88, 107-108, 137-138 notamment, que l’on complètera par H. Nicolet-Pierre, Numismatique grecque (2002) et les bilans bibliographiques des Surveys of Numismatic Research, voir I. Touratsoglou, « Greece and the Balkans in the Hellenistic Period », dans C. Morrisson, B. Kluge (éds), A Survey of Numismatic Research 1990 – 1995 (1997), p. 55-78, spéc. p. 60 et p. 65-66 ; K. Liampi, « Greece and the Balkans in the Hellenistic Period », dans C. Alfaro, A. Burnett (éds), A Survey of Numismatic Research 1996 – 2001 (2003), p. 73-112, spéc. p. 83-84 et p. 91 ; S. Psôma, « Greece from the Archaic through to the Hellenistic Period », dans M. Amandry, D. Bateson (éds), A Survey of Numismatic Research 2002 – 2007 (2009), p. 46-64, spéc. p. 56-58.

2 J. Bousquet, dans CID II, p. 123, 210-211 notamment ; A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes, traduites et commentées (2012), p. 106-108 (avec bibliographie).

3 Pour une histoire de ces étalons, nous ne pouvons mieux faire aujourd’hui que de renvoyer à V. Van Driessche, Études de métrologie grecque I. Des étalons pré-monétaires au monnayage en bronze (2009) ; Ch. Doyen, Études de métrologie grecque II. Étalons de l’argent et du bronze en Grèce hellénistique (2012).

4 Cf. CID II, p. 123 (avec références). Ce rapport ne vaut que pour l’argent. Au niveau du bronze, la division de l’obole éginétique en 12 chalques et de l’obole attique en 8, entraîne un rapport 3 : 2, lui aussi attesté à Delphes et qui compliquait les opérations au niveau du petit change, comme l’a fort bien expliqué V. Van Driessche (n. 3), p. 106-107.

5 Philippe II de Macédoine n’hésitera pas à doubler son monnayage « macédonien » d’une dénomination qui a beaucoup embarrassé G. Le Rider, Le monnayage d’argent et d’or de Philippe II (1977), p. 359-363, qui y a vu un tétrobole attique, ce qu’est effectivement aussi la drachme corinthienne, puisque le « statère » corinthien (qui correspond à un tridrachme dans le système corinthien) est l’exact équivalent du didrachme attique : cela donne exactement à la drachme corinthienne la valeur de 4 oboles attiques.

6 On ne peut en tout cas voir dans la mention d’argolikon une référence au statère au type d’Héra, comme l’envisage notre ami Ch. B. Kritsas, « Οβολοί Αργολικοί », dans Κερμάτια Φιλίας. Τιμητικός τόμος για τον Ιωάννη Τουράτσογλου, t. 1 (2009), p. 9-23, spéc. p. 20.

7 À partir de l’archontat de Dion, cf. CID II, n° 76, I, et, à la suite, dans tous les autres comptes de trésoriers.

8 Dont Ch. Doyen (n. 3), p. 21-35 (plus particulièrement p. 29-35), a fait une présentation définitive et très claire.

9 Voir notre étude « La fin des émissions de Larissa et le monnayage amphictionique », dans Coins in the Thessalian Region. Mints, Circulation, Iconography, History. Ancient, Byzantine, Modern. Proceedings of the Third Scientific Meeting (2004), p. 98-100.

10 C’est la date la plus incontestable de toute l’histoire monétaire grecque, mais, paradoxalement, la seule dont les numismates ne tiennent pas compte !

11 Son progressif établissement est une longue histoire. Voir dernièrement le texte repris dans A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont (n. 2), p. 104-108, n° 43.

12 Ce qui ne signifie pas que les statères en circulation ont tous été retirés de la circulation. Ils ont continué de l’alimenter. À Delphes même, après l’arrêt brutal de la frappe de l’amphictionique, pour gérer ce qui restait de vieux statères dans la caisse, on a créé une encaisse particulière, celle en palaion (exactement comme à Argos, comme le révèle la tablette publiée par Ch. B. Kritsas [n. 6], p. 15), et pour ne pas surévaluer ces vieux statères de poids affaibli par rapport à l’étalon attique, on a réajusté la valeur de l’éginétique ancien par une mesure d’application universelle, l’épikatallagè (elle est en effet attestée en-dehors de Delphes, cf. P. Marchetti, « L’épikatallagè à Delphes, à Épidaure et chez Théophraste », dans G. Moucharte et al. [éds], Liber amicorum Tony Hackens [2007], p. 78-86), dont les numismates – peu familiers de l’épigraphie – ont tant de peine à prendre l’exacte mesure.

13 Voir R. Bogaert, Banques et banquiers dans les cités grecques (1968), p. 48, où l’on peut lire qu’épikatallagè serait synonyme de katallagè. La langue grecque exclut qu’il puisse en être ainsi !

14 L’exposé de référence sur ce qu’est la drachme symmachique est désormais celui de Ch. Doyen (n. 3), p. 101-157, où la bibliographie antérieure est passée en revue.

15 Voir dernièrement, avec la bibliographie récente, Chr. Flament, Contribution à l’étude des ateliers monétaires grecs. Étude comparée des conditions de fabrication de la monnaie à Athènes, dans le Péloponnèse et dans le royaume de Macédoine à l’époque classique (2010), p. 66, et précédemment O. Mørkholm (n. 1), p. 65 et p. 87, n. 35.

16 T. Hackens, « À propos de la circulation monétaire dans le Péloponnèse au iiie s. av. J.-C. », dans Antidorum W. Peremans (1968), p. 69-95.

17 Infra, p. 187-203.

18 Voir ce qu’en disent G. Le Rider et Fr. de Callataÿ, Les Séleucides et les Ptolémées. L’héritage monétaire et financier d’Alexandre le Grand (2006), p. 103 (interdiction de la circulation des monnaies étrangères à l’intérieur des possessions ptolémaïques), 112-114 et passim.

19 Voir K. Chryssanthaki-Nagle, « Les monnaies lagides en Égée », dans Fr. Duyrat, O. Picard (éds), L’exception égyptienne ? Production et échanges monétaires en Égypte hellénistique et romaine. Actes du colloque d’Alexandrie, 13-15 avril 2002 (2005), p. 159-175.

20 L’intérêt des Ptolémées pour le Péloponnèse n’en demeurera pas moins réel en période de paix, comme en atteste e.a. la donation lagide aux Argiens, sur laquelle on lira notamment A. R. Meadows, « Ptolemy VI, VIII, Cleopatra II, Cyprus and Argos : An Enigmatic Monetary Transaction of the 2nd Century BC », NC 165 (2005), p. 91-97.

21 M. J. Price, The Coinage in the Name of Alexander the Great and Philip Arrhidaeus, t. I (1991), p. 155-164.

22 H. A. Troxell, « The Peloponnesian Alexanders », ANSMN 17 (1971), p. 41-94.

23 Infra, p. 311-324.

24 Infra, p. 119-131.

25 Le contenu en a été présenté par A. Lambropoulos, « Ἀρχαῖα ἑλληνικὰ νομίσματα εὑρεθέντα ἐν Μυκήναις », ΑΕ (1896), col. 137-200. Voir aussi T. Hackens (n. 16). Le trésor est en cours d’étude par nos soins (Chr. Flament et moi-même). L’identification très difficile des coins utilisés à la fabrication des « loups » d’Argos et le grand nombre de monnaies divisionnaires compliquent considérablement l’étude des milliers de pièces que contient le trésor.

26 Deux tétradrachmes usés de Ptolémée II fournissent le seul terminus post quem pour la date d’enfouissement.

27 Tel est le nom donné à l’étalon « éginétique réduit » à Argos, dans les tablettes du ive s., cf. Ch. B. Kritsas (n. 6), p. 15.

28 On trouve des monnaies identiques dans une tombe macédonienne de l’époque de Philippe II, trouvaille mise en perspective ici-même par C. Gatzolis (infra, p. 109-118).

29 C’est une drachme de l’étalon « du bronze » (chalkou ou pros chalkon).

30 Le catalogue de ces monnaies est dressé par S. Grunauer-von Hoerschelmann, Die Münzprägung der Lakedaimonier (1978), avec des poids mal ajustés, surtout chez Nabis. Quand les cités frappent du tétradrachme attique, c’est normalement en reprenant les types royaux et pour le Péloponnèse ceux d’Alexandre (voir les références données n. 21-22), rarement avec des types civiques, comme à Messène, voir C. Grandjean, Les Messéniens de 370/69 au 1er siècle de notre ère. Monnayages et histoire (2003), p. 110-112, 126-130.

31 On doit faire le lien avec l’arrêt de l’amphictionique.

32 Voir M. Oeconomides, M. Lakakis-Marchetti, P. Marchetti, « Le trésor de Zougra (IGCH 261) et la circulation monétaire dans le Péloponnèse au iie siècle », dans G. Moucharte et al. (n. 12), p. 379-434.

33 Chr. Flament, « Classement stylistique et essai de périodisation du monnayage au loup d’Argos », RN 165 (2009), p. 92.

34 Voir infra les conséquences pour la datation du monnayage achéen en argent.

35 Comme l’a étudié et souligné Chr. Flament, « Le monnayage en argent d’Athènes au iiie siècle avant notre ère », RBN 156 (2010), p. 35-71.

36 Au ratio 112,5 : 1, induit au moment de l’épikatallagè, l’ancien triobole éginétique a été réduit au poids de la drachme corinthienne (2,90 g). Au ratio 137,5 : 1, le poids est abaissé à (2,90 g : 137,5) × 112,5 = 2,37 g.

37 Pour faire bref, nous renvoyons là-dessus au travail essentiel de Ch. Doyen (n. 3), dont la nouveauté du propos explique qu’il fasse l’objet de réticences « coordonnées » de la part des mêmes chercheurs qui contestent aussi la réalité et la nature de l’épikatallagè.

38 Infra, p. 345-377. Cette étude est complémentaire de celle, sous presse, dans les Actes du colloque « Étalons monétaires et mesures pondérales entre la Grèce et l’Italie, au tournant des époques hellénistique et impériale » (05-06/09/2013), qui seront publiés par le Séminaire de numismatique Professeur Marcel Hoc de Louvain-la-Neuve.

39 Voir l’étude citée n. 32.

40 M. Thompson, The Agrinion Hoard (1968).

41 Nous renvoyons ici, sans prétendre être exhaustif, à Chr. Boehringer, « Zur Geschichte der Achaischen Liga im 2. und 1. Jhr. v. Chr. im Lichte des Münzfundes von Poggio Picenze (Abruzzen) », dans A. D. Rizakis (éd.), Αρχαία Αχαΐα και Ηλεία. Ανακοινώσεις κατά το Πρώτο Διεθνές Συμπόσιο, Αθήνα, 19 – 21 Μαΐου 1989 (1991), p. 163-170 ; id., « Zu Chronologie und Interpretation der Münzprägung der Achaischen Liga nach 146 v. Chr. », Topoi 7 (1997), p. 103-108 ; id., « Quelques remarques sur la circulation monétaire dans le Péloponnèse au iie et au ier siècle a.C. », dans C. Grandjean (éd.), Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien (2008), p. 83-89 ; J. A. W. Warren, « Towards a Resolution of the Achaian League Silver Coinage Controversy : Some Observations on Methodology », dans M. Price, A. Burnett, R. Bland (éds), Essays in Honour of Robert Carson and Kenneth Jenkins (1993), p. 87-99 ; ead., « The Achaian League, Sparta, Lucullus : Some Late Hellenistic Coinages », dans Χαρακτήρ. Αφιέρωμα στη Μάντω Οικονομίδου (1996), p. 297-308 ; ead., « After the Boehringer Revolution : The “New Landscape” in the Coinage of the Peloponnese », Topoi 7 (1997), p. 109-114 ; ead., « The Achaian League Silver Coinage Controversy Resolved : A Summary », NC 159 (1999), p. 99-109 ; ead., « More on the “New Landscape” in the Late Hellenistic Coinage of the Peloponnese », dans M. Amandry, S. Hurter (éds), Travaux de numismatique grecque offerts à Georges Le Rider (1999), p. 375-393. C. Grandjean (n. 30), p. 138-148, dresse un état de la question personnel et très bien documenté. Voir depuis : C. Grandjean, « Les dernières monnaies d’argent du Péloponnèse », dans M. Amandry, S. Hurter (supra), p. 139-146 ; C. Grandjean, M. F. Guerra, « Les monnaies du Péloponnèse de la fin de l’époque hellénistique : l’apport de l’analyse élémentaire », dans B. Kluge, B. Weisser (éds), Internationaler Numismatischer Kongress, Berlin 1997. Akten – Proceedings – Actes (2000), p. 300-305.

42 On verra dans ce volume que plusieurs contributeurs n’ont pas hésité à s’aligner sur cette chronologie désormais de mode.

43 Th. Schwertfegger, Der achaiische Bund von 146 bis 27 v. Chr. (1974).

44 L. Moretti, Iscrizioni storiche ellenistiche I (1967), n° 60. Th. Schwertfegger confondait deux personnages, le consul de 192 (NP 3, col. 751 [I.1]) et celui de 122 (ibid. [I.3]).

45 Un autre exemple est la lettre du proconsul Q. Fabius Maximus aux habitants de Dymè, pour laquelle R. K. Sherk (RDGE, n° 43) proposait, à la manière de Th. Schwertfegger, une datation dans les années 115, mais nous savons, depuis la découverte de l’inscription « des technites dionysiaques » trouvée à Argos en 1973 (ΑΔ 28, p. 176), toujours inédite, qu’il est proconsul juste après la guerre d’Achaïe (cf. M. Piérart, G. Touchais, Argos : une ville grecque de 6000 ans [1996], p. 72-73), ce qui donne au message si singulier qu’il adresse aux Grecs une portée toute particulière (voir la longue analyse, dont nous ne partageons pas tous les détails, de J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme [1988], p. 186-199) : l’incendie des archives dont il est question dans ce texte (l. 6-7) devait effacer les preuves des compromissions liées à la guerre d’Achaïe (plutôt que concerner le problème des dettes, comme le propose J.-L. Ferrary) et empêcher la recherche des traîtres à la cause romaine, d’où le courroux du proconsul. Et la date du document explique que l’examen ait eu lieu à Patras !

46 M. Lakakis-Marchetti, « À propos du monnayage achéen et des trésors qui le font connaître », dans Χαρακτήρ (n. 41), p. 147-156, s’y est employée avec conviction. On ne comprend pas que l’on puisse s’obstiner à ne pas se rendre à ses analyses, aussi claires que convaincantes. Le fait est, en tout cas, que ceux qui continuent à exploiter Poggio Picenze dans le sillage de Chr. Boehringer et de J. A. W. Warren, ne prennent pas la peine de la lire, préférant adopter des positions doctrinales plutôt que de procéder à un examen objectif.

47 Cette paralysie de la discussion ne rend pas l’hommage qu’elle mérite à la grande numismate que fut M. Thompson : le classement des émissions stéphanéphores qu’elle a mis au point reste l’un des monuments de la numismatique grecque. En corriger le système de datation n’est possible qu’en raison même de la qualité de l’ouvrage et parce que les séries ont été correctement articulées.

48 Un autre bel exemple des « surprises » que réserve la découverte de trésors de fouilles par rapport à des trouvailles recomposées est fourni par le trésor de San Martino in Pensilis (Italie) qui est venu ruiner les reconstructions de la monnaie romaine du iiie s. av. J.-C. proposées par A. Burnett à partir de trouvailles « commerciales ». Son embarras est patent dans l’essai d’auto-justification qu’il a tenté, « Reflections on the San Martino in Pensilis Hoard », RN 162 (2006), p. 37-50.

49 Et M. Thompson n’hésita pas, pour asseoir cette datation, à appeler en renfort M. Crawford et R. Thomsen (voir leur contribution dans The Agrinion Hoard), qui n’ont pas fait preuve en cette affaire d’une grande perspicacité.

50 A. Löbbecke, « Ein Fund achäischer Bundesmünzen », ZfN 26 (1908), p. 275-303 (sur 499 monnaies, 322 sont des drachmes symmachiques de la Ligue achéenne).

51 Dans leur inventaire des trésors achéens, I. Touratsoglou, E. Tsourti, « Contribution to the Circulation of the Achaean League Triobols in Mainland Greece and the Peloponnese : The Evidence of the Hoards », dans A. D. Rizakis (n. 41), p. 171-188, en tiraient judicieusement parti et n’envisageaient pas, un seul instant, de dater un seul trésor de monnaies achéennes, en ce compris celui de Caserta, d’après 146.

52 J. A. W. Warren, The Bronze Coinage of the Achaian Koinon. The Currency of a Federal Ideal (2007), p. 7-9.

53 Cf. déjà Chr. Flament, « Argos et le Péloponnèse à la basse époque hellénistique et au début de l’époque impériale », à paraître dans les Actes du colloque cité n. 38.

54 Voir là-dessus l’étude de M. Oeconomides, M. Lakakis, P. Marchetti (n. 32), p. 421-423.

55 J. A. W. Warren (n. 52).

56 L’appellation de trioboles réduits qu’on leur donne souvent est malencontreuse. La dénomination de base du système achéen est bien une drachme légère (tout simplement la drachme symmachique), avatar de la drachme corinthienne, cf. supra, n. 14.

57 Et la production des monnaies argiennes demeure liée à celles des autres cités du Péloponnèse. À Argos, nous avons pu déterminer que les premières séries du iiie s. portaient les différents AP ou API que l’on retrouve également sur les plus anciennes séries de poids réduit émises aux noms d’Élis et de Sicyone. Au niveau des monnaies de bronze également, les parallèles sont frappants entre les monnaies argiennes et les monnaies sicyoniennes. J. A. W. Warren a aussi relevé de son côté des cas d’engraver-sharing entre des monnaies de Sicyone, de Mégare et de Phocide. L’enquête doit donc incontestablement être étendue aux monnayages de cette période cruciale pour l’histoire monétaire grecque avant de tirer quelque conclusion « révolutionnaire » d’ordre chronologique. Le monnayage d’Argos est un pivot qui ne peut être étudié seul.

58 Voir Ch. Doyen (n. 3), p. 138-139.

59 La drachme attique lourde (4,35 g) correspond à un ratio 100 : 1. Comme elle est restée fixée à ce poids, dans l’étalon de l’argent, sa contrepartie en bronze a été systématiquement réévaluée : au ratio 100 : 1, la drachme attique vaut en bronze une mine de 435 g ; au ratio 150 : 1, bien attesté dans l’épigraphie d’Athènes (voir IG II-III2, 1013, cf. Ch. Doyen [n. 3], p. 148-150), la même drachme d’argent de 4,35 g vaut 652 g de bronze (l’équivalent de deux livres romaines). Mais si l’on passe dans l’étalon du bronze, la drachme de 4,35 g est réduite à 2,90 g au moment du ratio 150 : 1 : (4,35 g : 150) × 100 = 2,90 g, poids atteint à la fin du iie s. et qu’il faut éviter de confondre avec celui de l’ancienne drachme corinthienne qui pesait aussi 2,90 g, mais au ive s.!

60 L’ouvrage cité n. 3 et auquel nous avons fait plusieurs fois référence.

61 Chr. Boehringer, « Zu Chronologie… » (n. 41), p. 103-108 ; J. A. W. Warren, « After the Boehringer Revolution » (n. 41), p. 109-114 ; ead., « More on the “New Landscape”… » (n. 41), p. 375-393, spéc. p. 378-379.

62 BCD Peloponnesos, p. 217.

63 Cela reste vrai du petit trésor publié ici-même par A. Nikolakopoulou (infra, p. 379-389).

64 Voir notamment Fr. de Callataÿ, « Athenian New Style Tetradrachms in Macedonian Hoards », AJN 3-4 (1991-1992), p. 11-20, et, plus généralement sur la circulation monétaire dans le Nord de la Grèce, id., « Les tétradrachmes hellénistiques au nom des Thasiens et la circulation monétaire en Thrace aux iie et ier s. av. J.-C. », RBN 154 (2008), p. 31-54.

65 Fr. de Callataÿ, « Les monnaies au nom d’Aesillas », dans Italiam fato profugi Hesperinaque venerunt litora. Numismatic Studies Dedicated to Vladimir and Elvira Eliza Clain-Stefanelli (1996), p. 113-151 ; R. A. Bauslaugh, Silver Coinage with the Types of Aesillas the Quaestor (2000).

66 Appien, XII 30, 116 (trad. P. Goukowsky, CUF, 2001).

67 J. A. W. Warren (« The Achaian League, Sparta, Lucullus… » [n. 41], p. 297-308) n’a pas hésité pourtant, pour conforter la date tardive du monnayage achéen, à rapprocher Leukolleia platea des drachmes de la Ligue achéenne. Cette tentative désespérée révèle bien à quel point vouloir attribuer des frappes achéennes à Sylla mène à une impasse. C’est pour en sortir à tout prix, probablement, que Chr. Boehringer (« Quelques remarques… » [n. 41], p. 88, n. 17) a envisagé, de son côté, la possibilité que leukolleia pourrait avoir fait référence, sans que Plutarque en ait pris conscience, à l’aspect « blanchâtre » (leukos) de l’argent plutôt qu’à Lucullus !

68 Si Sylla, qui est alors « en rupture de ban » avec Rome du fait de la guerre civile, après la désignation d’un nouveau commandant pour l’armée d’Orient en la personne de L. Valerius Flaccus – auquel succèdera Fimbria –, n’a pu être alimenté depuis Rome en monnaies romaines, on ne peut en dire autant de ses concurrents du parti populaire dont les troupes ont pu, elles, introduire des deniers. Voir P. Assenmaker, « Nouvelles perspectives sur le titre d’imperator et l’appellatio imperatoria sous la République », RBPH 90 (2012), p. 133.

69 Les écarts de statut et de masse entre le denier et la drachme attique n’étaient pas encore favorables à la circulation du monnayage romain.

70 G. Le Rider, « Un groupe de monnaies crétoises à types athéniens », dans Humanisme actif. Mélanges d’art et de littérature à Julien Cain (1968), p. 313-335.

71 Fr. de Callataÿ, « Le monnayage d’argent au type d’Athéna Parthénos émis au nom des Ainianes », dans Coins in the Thessalian Region (n. 9), p. 125-156.

72 P. Assenmaker, infra, p. 411-424.

73 Comme y attire l’attention E. Ralli, infra, p. 391-398.

74 S. M. Benner, Achaian League Coinage of the 3rd through 1st Centuries B.C.E. (2008).

75 Voir ici même les hésitations de A. Nikolakopoulou (infra, p. 379-389). La lampe qui sert de réservoir aux monnaies de ce petit trésor est exactement de même type que celle trouvée par M. Lakaki avec le trésor de Dymè I (infra, p. 345-377).

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search