Version classiqueVersion mobile

La monnaie dans le Péloponnèse

 | 
Charles Doyen
, 
Eva Apostolou

Tony Hackens et l’humanisme scientifique : Argos et la circulation monétaire dans le Péloponnèse

Tony Hackens και επιστημονικός ανθρωπισμός : Άργος και νομισματική κυκλοφορία στην Πελοπόννησο

Tony Hackens and scientific humanism: Argos and monetary circulation in the Peloponnese

François de Callataÿ

Résumé

Entreprenant et polyglotte, Tony Hackens (1939-1997) œuvra en pionnier de la technologie au service des sciences de l’homme, singulièrement de l’archéologie (analyses de laboratoire, études de coins, relevés géo-physiques, calculs de probabilités). S’agissant de l’étude des monnaies, on lui doit deux concepts novateurs : la métro-chronologie et la numismatique dite « des ensembles ». Très attaché aux études de circulation monétaire (la Béotie, le Péloponnèse), il témoigna un intérêt particulier pour les monnayages de Délos et d’Argos, dont il avait entrepris à grands frais l’étude de coins. Écrits jeunes encore, ses articles sur la circulation monétaire, en particulier du Péloponnèse, hésitent entre le commerce et la guerre pour rendre compte de certains groupements remarquables. Il revient sans doute à Tony Hackens, notamment à travers les thèses qu’il a dirigées, d’avoir ensuite pesé sur les esprits en insistant sur le rapport, plus étroit qu’autrefois admis, entre guerres et frappes monétaires.

Texte intégral

1 Les organisateurs, que je remercie, ont souhaité qu’en préambule de cette conférence, j’évoque la figure et l’œuvre de Tony Hackens, mon maître en numismatique. Je tiens à leur témoigner ma reconnaissance, en particulier envers Patrick Marchetti qui a insisté pour que je le fasse alors même que cet honneur et les qualités pour le faire – ici, chez lui, à Argos – lui revenaient plus qu’à quiconque. Disparu prématurément en 1997, Tony Hackens fut non seulement un grand philhellène, profondément amoureux de la Grèce ancienne et moderne, mais il était en quelque sorte Argien, depuis que Georges Daux, alors directeur de l’École française d’Athènes, lui avait confié au début des années 1960 la publication des monnaies des fouilles d’Argos et qu’il avait entrepris de dresser le vaste corpus monétaire de la cité.

  • 1 Fr. de Callataÿ, « Tony Hackens (27 août 1939 – 28 novembre 1997) », CRCIN 44 (1997), p. 58-60, et (...)
  • 2 Voir RBN 145 (1999) ; RAHAL 32 (1999) ; G. Moucharte et al. (éds), Liber Amicorum Tony Hackens, Num (...)

2Plusieurs contributions et de très nombreuses notices ont déjà rappelé l’œuvre de Tony Hackens qui s’étend bien au-delà de la numismatique1, de même que plusieurs recueils d’articles ont été dédiés à sa mémoire2. Je voudrais pour ma part retracer brièvement son parcours, insister ensuite sur les côtés novateurs de son œuvre publiée avant de me concentrer sur Tony Hackens l’Argien et la circulation monétaire dans le Péloponnèse.

Éléments de biographie

  • 3 T. Hackens, Histoire et iconographie du temple capitolin de Rome et de la triade capitoline (1962), (...)

3Né le 27 août 1939 et promu docteur en Philosophie et Lettres en 1961, à l’âge (aujourd’hui devenu illégal) de vingt-trois ans, Tony Hackens arrive en Grèce à l’automne 1962 comme jeune membre belge de l’École française d’Athènes. Il vient de Rome, où il a passé deux ans à l’Academia Belgica dans le prolongement de sa thèse de doctorat, laquelle portait sur l’histoire et l’iconographie du temple capitolin et de la triade capitoline3. Formé notamment par le professeur Paul Naster, il présente alors une qualité peu commune dans le paysage hexagonal de l’époque : il est numismate. Cela n’échappe pas à Georges Daux, qui lui confie différents dossiers monétaires liés aux fouilles de l’École.

  • 4 H. Frère, « Hubert Winand Hackens », RBN 142 (1996), p. 342.

4Fils unique d’un ingénieur textile qui fut bourgmestre de son village et avait déployé une grande activité à reconstruire des usines en Europe centrale au lendemain de la Seconde Guerre4, Tony Hackens fut perpétuellement animé de l’esprit d’entreprise. Il aimait la nouveauté technologique et acceptait le risque dans une mesure qui détonnait dans le paysage académique. Comblé d’amour par des parents qui l’adoraient et qu’il chérissait en retour (modèle qu’il reproduisit bientôt avec son épouse Marie-Paule), il avança confiant dans son étoile, ne doutant pas de la bonne réussite des entreprises qu’il lançait. Son autre grand atout fut un polyglottisme qui forçait l’admiration : éduqué en allemand et en français, il parlait très bien le grec, l’italien, l’anglais et le néerlandais, et pouvait soutenir des conversations en portugais, espagnol et russe. Entrepreneur et polyglotte, il était pour ainsi dire voué aux organisations internationales et au rôle d’organisateur de la recherche… des autres, à commencer par celle de ses élèves. À titre d’anecdote, je n’oublierai jamais le jour d’octobre 1980 où, alors que nous entamions notre seconde année universitaire, il nous fit à tous la proposition de publier une contribution signée de nos illustres noms en anglais aux États-Unis. Mais il exigea de nous que nous travaillions vite et bien, ce que nous nous empressâmes de faire. De là vient que mon premier article porte sur le procédé de la granulation en orfèvrerie. De là vient aussi une forme d’addiction à la publication dont je lui suis infiniment redevable.

Avancées méthodologiques et concepts novateurs

5Parfaitement conscient de sacrifier sa propre recherche pour celle des autres, Tony Hackens laisse néanmoins une œuvre forte et anticipatrice tournée vers la modernité des techniques et des concepts.

  • 5 T. Hackens, « Dans le sillage d’une grande tradition belge : la numismatique scientifique à Louvain (...)
  • 6 J.-M. Dentzer, P. Gauthier, T. Hackens (éds), Numismatique antique. Problèmes et méthodes (1975).
  • 7 T. Hackens, « L’analyse de laboratoire appliquée aux métaux anciens », RAHAL 1 (1968), p. 9-17 ; id (...)
  • 8 F. Bodart, G. Demortier, T. Hackens, « Analyses de monnaies de bronze au moyen de la méthode PIXE e (...)

6D’une façon générale, il restera comme l’instigateur et la cheville ouvrière du réseau européen PACT, soit un programme d’études pour les techniques physiques, chimiques et mathématiques appliquée à l’archéologie, dont il créa le centre installé à Ravello, dans le cadre enchanteur de la Villa Ruffolo. S’agissant des monnaies, il se réclamait de ce qu’il a pu appeler une « grande tradition belge », à savoir la numismatique scientifique qui lui tint tant à cœur5 et dont l’ouvrage Numismatique antique. Problèmes et méthodes tient lieu pour ainsi dire de manifeste6. Il fut certainement un grand zélateur des analyses métallographiques, à un moment où ce type de recherches demeurait timide7. On lui doit, dès 1972 avec Paul Naster, une Bibliographie commentée des analyses de laboratoire appliquées aux monnaies grecques, romaines et celtiques qui remonte jusqu’au comte de Caylus au xviiie s. Il s’attacha à développer une collaboration aussi intense qu’amicale avec le professeur Guy Demortier des Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur, avec lequel il conduisit plusieurs programmes de recherches à l’aide de la méthode PIXE8.

  • 9 R. Beck, T. Hackens, « Die Anwendung des neuen Leitz-Vergleichsmakrokops in der antiken Numismatik  (...)

7L’étude de coins comme base scientifique de la numismatique moderne trouva sans surprise en lui un avocat ardent. Tony Hackens demeure du reste à ce jour le seul commanditaire auprès de la firme Leitz d’un binoculaire spécialement conçu pour comparer deux à deux les coins monétaires par superposition optique9. Il témoigna d’un intérêt marqué pour toutes les formes de critères techniques susceptibles de venir éclairer une chronologie : à côté de l’étude des poids qui était l’une de ses grandes spécialités, il n’oubliait jamais de tenir en compte l’axe des coins et, pour les périodes hautes, insistait aussi, dans la lignée des travaux de Paul Naster, sur tout ce que l’on peut tirer de la forme des carrés creux au revers.

  • 10 C. Carcassonne, T. Hackens (éds), Statistics and Numismatics. Statistique et numismatique. Table ro (...)
  • 11 G. Depeyrot, T. Hackens, G. Moucharte (éds), Rythmes de la production monétaire de l’Antiquité à no (...)
  • 12 P. Marchetti, Histoire économique et monétaire de la deuxième guerre punique (1978) ; M.-B. Borba F(...)

8L’application des statistiques et du calcul de probabilités attira aussi toute son attention. Non seulement il co-organisa à Paris en 1979 la table ronde Statistique et numismatique, qui vit sceptiques et enthousiastes s’affronter dans une joute qui restera comme un moment clé de l’historiographie sur le sujet10. Mais il prit un intérêt marqué aux débats sur la quantification des volumes monnayés dans l’antiquité, ce qui l’amena à co-organiser un autre congrès marquant, à Paris toujours, en 1986, sur les Rythmes de la production monétaire de l’Antiquité à nos jours11. En particulier, il chercha à vérifier l’hypothèse de la corrélation entre frappes monétaires et grandes conflagrations militaires. Il le fit en suscitant, puis en dirigeant de près, une série de thèses de doctorats : Rome et la deuxième guerre punique par Patrick Marchetti, les guerres de Pyrrhus par Maria-Beatriz Borba-Florenzano et les guerres mithridatiques par moi-même12. Ces travaux réunis, qui tous attestent d’une forte corrélation entre la monnaie et la guerre, y compris pour les émissions de bronze, ont sans doute joué un rôle dans l’infléchissement de notre manière d’envisager la monnaie antique, qui aura beaucoup revu à la baisse la supposition soi-disant naturelle selon laquelle les monnaies auraient été frappées pour faciliter le commerce dont elles attesteraient en retour le degré de développement.

  • 13 T. Hackens, « La métrochronologie et la numismatique des ensembles, aboutissements récents de tenda (...)

9Le mérite en revient d’abord à Tony Hackens et à cet humanisme scientifique qui lui tenait de credo. Il voulait une science au service de l’homme qui toujours s’interroge sur le pourquoi des choses au-delà du comment. « Au-delà de la chronologie relative – écrivait-il – naît l’espoir d’une chronologie plus précise qui ne s’exprime pas en terminus post quem et ante quem, mais en occasions de frappe, en motifs d’émissions. L’historien, après avoir complété sa documentation par des dates nouvelles, pose la question de savoir quelle est la fonction de la monnaie antique, ce qui revient à rechercher la signification économique et sociale d’une pièce de monnaie »13.

  • 14 T. Hackens, « Les équivalences des métaux monétaires argent et bronze en Sicile au ve siècle av. J. (...)
  • 15 T. Hackens, compte rendu de R. T. Williams, The Silver Coinage of the Phokians, Londres, 1972, RBN  (...)
  • 16 P. Marchetti, « Les réductions métrologiques des monnaies romaines en bronze qui présentent une pro (...)
  • 17 T. Hackens, « La métrochronologie… » (n. 13), p. 67.
  • 18 Ibid., p. 69.

10S’agissant des concepts, on lui doit le néologisme de « métro-chronologie »14, par lequel on entend définir des horizons métrologiques communs à une série d’ateliers monétaires qui évoluent ensemble, en général dans le sens d’un abaissement des poids. Il est loisible de penser que l’attention toute particulière manifestée pour les poids des monnaies lui avait été communiquée par Paul Naster, qui s’en était fait une spécialité. Convaincu en outre de la nécessité de procéder largement, il aura souvent plaidé pour une « numismatique des ensembles », qui considère que la compréhension du monnayage d’une cité a beaucoup à souffrir de ne pas être mise en perspective avec ceux de ses voisines et plus encore de ne considérer que les monnaies en métaux précieux à l’exclusion du bronze15. Patrick Marchetti avait ouvert la voie s’agissant du vaste horizon des monnayages frappés à l’occasion de la deuxième guerre punique ; Tony Hackens lui-même trouva un autre champ d’application privilégié avec les monnayages siciliens de la fin du ve s. et du début du ive s.16. « Ces deux études – écrivait-il en 1979 – ont permis de grouper beaucoup de monnayages autour d’événements datés ; la signification des monnayages eux-mêmes et celle des occasions de leur apparition changent et on s’est aperçu que beaucoup d’ateliers ont fonctionné de manière sporadique pour des besoins militaires. Ces monnayages ne fournissent pas de renseignements sur l’économie, ni sur la richesse de ces centres »17. « La méthode métrochronologique – poursuit-il – révèle que la plupart des ateliers d’Italie méridionale n’ont pratiqué que des frappes sporadiques et occasionnelles : les monnayages de beaucoup de villes n’apparaissent qu’à la deuxième guerre punique, et d’autres sont limités à quelques oboles de type tarentin antérieur, oboles dont l’importance commerciale reste bien douteuse »18. Considérer des horizons monétaires larges, les dater précisément et quantifier au plus près pour déterminer les circonstances et la finalité des frappes : le message aura été repris par beaucoup, au-delà de ses étudiants et des étudiants de ses étudiants. Il fait aujourd’hui partie de la méthodologie de base.

Tony Hackens et Argos

  • 19 RBN (1967), p. 253.
  • 20 T. Hackens, « Les monnaies de la Nécropole », dans Ph. Bruneau, Cl. Vatin (éds), Médéon de Phocide (...)
  • 21 Dans l’ordre, T. Hackens, « Trésor hellénistique trouvé à Délos en 1964. Les monnaies », BCH 89 (19 (...)
  • 22 J. Foster, T. Hackens, (n. 7), p. 165-172.

11Il est alors intéressant de revenir au Tony Hackens argien, c’est-à-dire à un Tony Hackens découvrant la Grèce à la fin des années 1960. On notera pour l’anecdote que sa toute première communication à la Société royale de numismatique de Belgique portait en 1967 sur les billets de nécessité à Nauplie en 194419. Comme tout directeur d’une grande institution archéologique, Georges Daux était avant tout soucieux de publier sans trop de retard le produit des fouilles menées par l’École. Tony Hackens était une aubaine. Aussi le chargea-t-il de plusieurs dossiers dont les publications étaient imminentes : les monnaies de la nécropole de Médéon de Phocide ou celles de l’Îlot de la maison des Comédiens à Délos20. Son engagement délien alla plus loin : il publia un important trésor trouvé en 1964 qui associait des monnaies du début du ier s. av. J.-C. à de l’orfèvrerie (partie publiée par Edmond Levy), sans doute enfoui dans le contexte dramatique de la première guerre mithridatique. Il rassembla et publia le monnayage archaïque et fut assez logiquement chargé du chapitre numismatique de la nouvelle édition du guide de l’île qui parut en 196521. Champion des technologies nouvelles au service de l’archéologie scientifique – en cela hypothétique réincarnation du comte de Caylus, du moins de sa facette aujourd’hui la plus fortement revendiquée, dont on voudrait qu’il soit le « père de l’archéologie scientifique » –, il introduisit en outre à Délos dès l’été 1968 l’usage d’un détecteur de métaux, ce qui ne doit pas être loin de constituer une première pour l’archéologie classique22.

  • 23 H. Konsolaki, T. Hackens, « Un atelier monétaire dans un temple argien ? », dans Études argiennes ( (...)
  • 24 T. Hackens, « À propos de la couronne fleurie de la déesse Héra », dans O. Mørkholm, N. Waggoner(...)
  • 25 T. Hackens, « Le monnayage en argent de la ville d’Argos », dans 1841-1966. Société royale de Numis (...)

12Mais ce sont les monnaies d’Argos qui allaient susciter le plus lourd investissement de sa part. À côté de quelques dossiers particuliers comme la publication des flans trouvés en fouilles qui lui fit se demander si on n’avait pas retrouvé un atelier monétaire23, ou un développement sur la couronne d’Héra sur les monnaies24, fortement inspirée du monnayage argien, ainsi que de quelques autres courtes notices générales25, il s’attela à la publication tant des monnaies de fouilles qu’à celle du corpus de l’atelier d’Argos. Les monnaies de fouilles d’Argos étaient alors confiées à un autre numismate belge, Jean Bingen, à qui l’on doit quelques rapports préliminaires parus dans la Chronique des fouilles du BCH. Tony Hackens prit le dossier à bras le corps. À la faveur de nombreuses campagnes, lui et Patrick Marchetti, aidés d’autres, nettoyèrent, vernirent, moulèrent et tâchèrent d’identifier les quelque 10 000 monnaies dégagées par les fouilles françaises. Ce sont des années de travail au total qui furent consacrées à la tâche, dans des conditions matérielles parfois sommaires, comme ce mois passé sous la tente dans le froid de l’hiver dont se souvient Harry Dewit. C’est que les monnaies d’Argos présentent une patine particulièrement résistante, dont on attribue plaisamment la cause à des siècles de ruissellement d’urine de chèvre, puisque la cité antique demeura zone de pâturage jusqu’en 1922. Pour en venir à bout, Tony Hackens, toujours à la pointe des avancées technologiques, recourut pour la première fois à la technique du bain à ultra-sons. Un abondant rinçage et l’application systématique d’un vernis ont eu comme action de stabiliser des pièces qui n’ont pas bougé depuis leur traitement.

  • 26 T. Hackens, « À propos de la monographie du monnayage d’Argos », RBN 131 (1985), p. 251.
  • 27 Ibid., p. 251-252.

13Il est peu probable que Georges Daux lui ait imposé de dresser le corpus des monnaies d’Argos, tâche très ample et surtout rendue très difficile par la monotonie des types du loup et de la lettre alpha, qui n’offrent que peu de prise parfois pour différencier les coins de façon sûre. Tony Hackens s’y attela pourtant. Le fait que l’étude annoncée sous le titre « Monographie du monnayage d’Argos (et de quelques ateliers mineurs d’Argolide) » (toujours la numismatique des ensembles) n’ait pas été publiée à ce jour dit mal les efforts qu’il consentit en ce sens. Non seulement, il fit fabriquer le comparateur de coins déjà évoqué, mais il rassembla une documentation considérable, de l’ordre de 5 000 à 6 000 monnaies. Dans une communication donnée en 1984, il justifiait le retard pris dans l’élaboration de cette monographie par la reprise en force de fouilles qui font chaque année connaître de nombreux exemplaires nouveaux et laissent espérer « trouver des contextes de fouilles intéressants »26. Il ajoutait : « Les difficultés d’étude des monnaies d’Argos sont de plusieurs ordres : 1. Il s’agit d’un monnayage sans doute secondaire dans son rôle, par l’absence de continuité des frappes, et à cause du rôle historique moins brillant de la cité qui ne disposait pas d’ailleurs de ressources en métal propres. 2. L’uniformité des types, spécialement de la protomé de loup, ainsi que l’absence de détails graphiques fait que des aides optiques sont nécessaires pour contrôler une comparaison de coins… 3. Les monnaies d’Argos n’apparaissent pas, avant le iiie siècle, dans les trouvailles ou trésors significatifs pour une insertion chronologique, de sorte qu’un repérage des séquences est laborieux. 4. Il n’est pas davantage aisé de se fier à des événements historiques jugés suffisamment dramatiques pour avoir provoqué des changements monétaires, comme on le faisait jadis faute d’autres arguments »27.

  • 28 R. Étienne, « Rapport sur les travaux de l’École française d’Athènes en 1998. Les activités de l’EF (...)
  • 29 Chr. Flament, P. Marchetti, Le monnayage argien d’époque romaine (d’Hadrien à Gallien) (2011).
  • 30 Chr. Flament, Contribution à l’étude des ateliers monétaires grecs. Étude comparée des conditions d (...)

14Les moulages qu’il fabriqua à partir des exemplaires de la plupart des grands cabinets des médailles se trouvent aujourd’hui chez Patrick Marchetti, qui a été chargé de l’héritage scientifique par Mme Marie-Paule Hackens suite à la disparition de son mari. Ainsi que le rapporte Roland Étienne dans le BCH de 1999, « Le Directeur tient à remercier publiquement Mme Hackens et P. Marchetti d’avoir fait diligence pour que le travail de toute une vie soit préservé et sa publication assurée. P. Marchetti publiera lui-même l’atelier d’Argos et les monnaies romaines des fouilles ; les monnaies hellénistiques seront étudiées par C. Grandjean, maître de conférence à l’Université de Lille III, et les monnaies byzantines par J.-M. Saulnier »28. Le catalogue des monnaies romaines vient de sortir à l’occasion de cette conférence, tandis que Patrick Marchetti et Christophe Flament travaillent de façon énergique à produire le corpus des monnaies d’Argos29. Christophe Flament a d’ores et déjà montré que l’organisation interne des frappes était plus compliquée que couramment envisagé, et que des revers présentant différents systèmes de marquage étaient liés par les droits, ce qui accrédite l’idée de grandes frappes simultanées sans doute concentrées dans le temps30.

Tony Hackens et la circulation monétaire dans le Péloponnèse

  • 31 T. Hackens, « La circulation monétaire, question de méthode », dans J.-M. Dentzer, P. Gauthier, T. (...)
  • 32 T. Hackens, « À propos de la circulation monétaire dans le Péloponnèse au iiie siècle av. J.-C. », (...)

15Tony Hackens était passionné par l’étude de la circulation monétaire, comme l’indiquent plusieurs de ses publications, dont celle, éponyme, qu’il rédigea pour le colloque Nancy-Louvain de 1971 et celle qu’il consacra à la Béotie hellénistique31. D’une importance particulière est l’article qu’il fit paraître en 1968 dans les mélanges en l’honneur de Willy Peremans sur la circulation dans le Péloponnèse au iiie s. et, singulièrement, la présence massive de monnaies ptolémaïques32. Comment expliquer cet apport exogène, sachant que les trésors ont livré de nombreux tétradrachmes appartenant à diverses émissions des deux premiers Ptolémées, alors que les sites fouillés ont révélé la présence forte d’un type particulier de bronzes de Ptolémée III qui ne se rencontre du reste pas ailleurs ? Sachant aussi que nous sommes instruits du versement d’un subside régulier de six talents à Aratos par Ptolémée III, alors qu’aucun texte ne précise de telles modalités pour la guerre chrémonidienne (267-261 av. J.-C.), qui a vu Ptolémée II envoyer des troupes dans l’Attique et dans le Péloponnèse, où leurs fortins ont été retrouvés. Plusieurs explications avaient été avancées pour ces épisodes : le paiement de mercenaires, le versement d’un subside monnayé et le commerce, avec une préférence pour le paiement des mercenaires lors de la guerre chrémonidienne et le versement de subsides sous Ptolémée III.

  • 33 T. Hackens, « À propos de la circulation monétaire… » (n. 32), p. 89 : « Parmi toutes les hypothèse (...)
  • 34 K. Chryssanthaki, « Les monnaies lagides en Égée », dans O. Picard, F. Duyrat (éds), L’exception ég (...)
  • 35 Polybe, II 51.
  • 36 A. Davesne, G. Le Rider, Le trésor de Meydancıkkale, Cilicie Trachée, 1980 (1989).

16Écrit alors qu’il n’a pas trente ans, cet article atteste un moment précoce dans la pensée de Tony Hackens. On sent bien qu’il hésite, ne rejette pas complètement l’hypothèse du commerce33, ce qu’il aurait probablement fait quinze ans plus tard, une fois lancées ses grandes enquêtes sur le rapport entre guerres et monnayages. Tout de même, il va plus loin que ses prédécesseurs : il rejette l’idée de subsides s’agissant des tétradrachmes des deux premiers Ptolémées, parce qu’elle n’est pas attestée par les sources et que ces tétradrachmes paraissent avoir été abondamment contremarqués encore en Égypte, et s’étonne de l’uniformité du type des bronzes de Ptolémée III dans la perspective de tels subsides réputés annuels et échelonnés. À vrai dire, nous n’y voyons pas beaucoup plus clair aujourd’hui et le bel article qu’a consacré Katerina Chryssanthaki à ces questions hésite toujours entre mercenariat et commerce34. Sans dénier la possibilité à tel ou tel exemplaire retrouvé d’avoir gagné le Péloponnèse par les voies du commerce (dans ce cas plutôt un marchand péloponnésien revenu chez lui en n’ayant pas dépensé en Égypte tout l’argent monnayé qu’il avait été forcé de changer sur place à mauvais compte), il me paraît pour ma part que cette explication ne doit qu’être résiduelle. J’écarterais aussi l’hypothèse des subsides, que ceux-ci concernent l’argent versé pendant longtemps à Aratos de Sicyone ou pendant quatre ans seulement (227-223 av. J.-C.) à Cléomène de Sparte35, encore que l’argument des contremarques soit peu décisif. Il est troublant d’observer en effet comme ces contremarques, nombreuses et non-officielles, se concentrent précisément dans un horizon de garnisons lagides hors d’Égypte, ainsi qu’est venu l’illustrer le trésor de Gülnar36. Je me concentrerai en revanche sur la présence de mercenaires. Une des avancées importantes de la numismatique royale hellénistique est d’avoir fait le lien récurrent entre monnaies de bronze et présence de garnisons. En témoignent notamment les garnisons macédoniennes installées en Attique et en Eubée, la garnison séleucide de Kabyle ou les garnisons pontiques de Mithridate Eupator. Dans ces conditions, il paraît tentant de lier les bronzes de Ptolémée III avec l’existence d’une garnison ptolémaïque dans le Péloponnèse (à Corinthe, où plus de cent exemplaires de ce type ont été retrouvés ?), même si aucun texte ne nous en informe (mais peut-on vraiment tenir cette absence de preuve pour une preuve de l’absence ?). On est d’autant plus amené à le penser que la représentation – inhabituelle pour des bronzes de module respectable – du buste du roi lauré au droit convient particulièrement au paiement de troupes.

  • 37 T. Hackens, « À propos de la circulation monétaire… » (n. 32), p. 84.

17Qu’en aurait pensé Tony Hackens ? Prudent, il mettait déjà en garde contre les simplifications : « Toutefois – écrivait-il – le témoignage est aussi devenu moins homogène : des monnaies d’un autre type de Ptolémée III semblent avoir été trouvées récemment et d’autre part, le trésor de Sophikon n’est plus le seul à contenir des monnaies en argent du temps de Ptolémée III »37. Avec son esprit vif, avec son insistance à pratiquer la numismatique des ensembles et à inscrire tout épisode dans son horizon propre, avec les acquis des travaux qu’il aura pilotés plus tard sur la monnaie et la guerre, il est loisible d’imaginer qu’il aurait lui-même proposé une telle explication.

Notes

1 Fr. de Callataÿ, « Tony Hackens (27 août 1939 – 28 novembre 1997) », CRCIN 44 (1997), p. 58-60, et « L’œuvre scientifique de Tony Hackens », RBN 146 (2000), p. 273-275 ; G. Moucharte, « Bibliographie numismatique du Professeur Tony Hackens », RBN 143 (1997), p. ix-xxi ; P. Marchetti, « In memoriam : Tony Hackens (27 août 1939 – 28 novembre 1997) », ibid., p. iii-viii ; P. Marchetti, G. Moucharte, « Quelques points forts de la biographie de Tony Hackens (Eupen 27 août 1939 – Ottignies 28 novembre 1997) », RAHAL 32 (1999), p. xvii-xxii (voir la longue liste des notices, p. xvii, n. 1).

2 Voir RBN 145 (1999) ; RAHAL 32 (1999) ; G. Moucharte et al. (éds), Liber Amicorum Tony Hackens, Numismatica Lovaniensia 20 (2007).

3 T. Hackens, Histoire et iconographie du temple capitolin de Rome et de la triade capitoline (1962), thèse demeurée inédite.

4 H. Frère, « Hubert Winand Hackens », RBN 142 (1996), p. 342.

5 T. Hackens, « Dans le sillage d’une grande tradition belge : la numismatique scientifique à Louvain et l’inauguration du Séminaire Marcel Hoc », RAHAL 18 (1985), p. 220-264.

6 J.-M. Dentzer, P. Gauthier, T. Hackens (éds), Numismatique antique. Problèmes et méthodes (1975).

7 T. Hackens, « L’analyse de laboratoire appliquée aux métaux anciens », RAHAL 1 (1968), p. 9-17 ; id., « Analyses de monnaies par des méthodes chimiques ou physiques », RBN 117 (1971), p. 302-305. Voir aussi J. Foster, T. Hackens, « Decco Metal Detector Survey in Delos », Archaeometry 11 (1969), p. 165-172 (pour l’utilisation contrôlée des détecteurs de métaux à Délos et sur les chantiers de fouilles).

8 F. Bodart, G. Demortier, T. Hackens, « Analyses de monnaies de bronze au moyen de la méthode PIXE et par activation de neutrons rapides. Problèmes de méthodes », Revue d’Archéométrie 3 (1981), p. 63-72.

9 R. Beck, T. Hackens, « Die Anwendung des neuen Leitz-Vergleichsmakrokops in der antiken Numismatik », Leitz-Mitteilungen für Wissenschaft und Technik 4 (1969), p. 208-212.

10 C. Carcassonne, T. Hackens (éds), Statistics and Numismatics. Statistique et numismatique. Table ronde organisée par le Centre de Mathématique sociale de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris et le Séminaire de numismatique Marcel Hoc de l’Université catholique de Louvain. Paris 17-19 sept. 1979 (1981).

11 G. Depeyrot, T. Hackens, G. Moucharte (éds), Rythmes de la production monétaire de l’Antiquité à nos jours. Actes du colloque organisé à la Monnaie de Paris, 10-12 janvier 1986 (1987). Voir aussi T. Hackens, « Numismatique quantitative, numismatique théorique et… big bang ? », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois 107 (1995), p. 359-370.

12 P. Marchetti, Histoire économique et monétaire de la deuxième guerre punique (1978) ; M.-B. Borba Florenzano, « The Coinage of Pyrrhus in Sicily : Evidence of a Political Project », dans T. Hackens et al. (éds), The Age of Pyrrhus. Archaeology, History and Culture in Early Hellenistic Greece and Italy : Papers delivered at the International Conference, Brown University, 8-10 April, 1988 (1992), p. 207-223 (pour un résumé) ; Fr. de Callataÿ, L’histoire des guerres mithridatiques vue par les monnaies (1997).

13 T. Hackens, « La métrochronologie et la numismatique des ensembles, aboutissements récents de tendances méthodologiques dans les études numismatiques », dans C. Carcassonne, T. Hackens (n. 10), p. 60. Voir aussi id., « L’apport de la numismatique à l’histoire économique », dans T. Hackens, P. Marchetti (éds), Histoire économique de l’Antiquité (1987), p. 151-169.

14 T. Hackens, « Les équivalences des métaux monétaires argent et bronze en Sicile au ve siècle av. J.-C. Plaidoyer pour une métrochronologie », dans Le origini della monetazione in bronzo in Sicilia e in Magna Grecia (1979), p. 309-339.

15 T. Hackens, compte rendu de R. T. Williams, The Silver Coinage of the Phokians, Londres, 1972, RBN 119 (1973), p. 201 : « L’auteur se limite aux séries d’argent, on peut le regretter une fois de plus surtout que le bronze fait partie des efforts de guerre des stratèges phocidiens et que l’atelier fut fermé après 346 ».

16 P. Marchetti, « Les réductions métrologiques des monnaies romaines en bronze qui présentent une proue au revers, depuis l’étalon libral jusqu’à l’étalon sextantaire », dans J.-M. Dentzer, Ph. Gauthier, T. Hackens (n. 6), p. 75-88 ; P. Marchetti (n. 12) ; T. Hackens (n. 14), p. 309-339.

17 T. Hackens, « La métrochronologie… » (n. 13), p. 67.

18 Ibid., p. 69.

19 RBN (1967), p. 253.

20 T. Hackens, « Les monnaies de la Nécropole », dans Ph. Bruneau, Cl. Vatin (éds), Médéon de Phocide V. Tombes hellénistiques, objets de métal (1976), p. 123-129 ; id., « Les monnaies », dans Ph. Bruneau et al., L’îlot de la Maison des Comédiens (1970), p. 387-419.

21 Dans l’ordre, T. Hackens, « Trésor hellénistique trouvé à Délos en 1964. Les monnaies », BCH 89 (1965), p. 503-534 ; id., « Le monnayage de Délos à l’époque archaïque », dans Études déliennes (1973), p. 209-226 ; id., « Le monnayage », dans Guide de Délos (1965), p. 69-70.

22 J. Foster, T. Hackens, (n. 7), p. 165-172.

23 H. Konsolaki, T. Hackens, « Un atelier monétaire dans un temple argien ? », dans Études argiennes (1980), p. 279-294.

24 T. Hackens, « À propos de la couronne fleurie de la déesse Héra », dans O. Mørkholm, N. Waggoner (éds), Greek Numismatics and Archaeology. Essays in Honor of Margaret Thompson (1979), p. 63-69, pl. 40-41.

25 T. Hackens, « Le monnayage en argent de la ville d’Argos », dans 1841-1966. Société royale de Numismatique de Belgique. Exposition numismatique (1966), p. 19-21 ; id., « À propos du monnayage d’Argos (vie - iiie s. av. J.C.) », dans H. A. Cahn, G. Le Rider (éds), Proceedings of the 8th International Congress of Numismatics, New York, 1973 (1976), p. 83-84.

26 T. Hackens, « À propos de la monographie du monnayage d’Argos », RBN 131 (1985), p. 251.

27 Ibid., p. 251-252.

28 R. Étienne, « Rapport sur les travaux de l’École française d’Athènes en 1998. Les activités de l’EFA », BCH 123 (1999), p. 460.

29 Chr. Flament, P. Marchetti, Le monnayage argien d’époque romaine (d’Hadrien à Gallien) (2011).

30 Chr. Flament, Contribution à l’étude des ateliers monétaires grecs. Étude comparée des conditions de fabrication de la monnaie à Athènes, dans le Péloponnèse et dans le royaume de Macédoine à l’époque classique (2010). Voir sa contribution dans ce volume et « Les marques de contrôle sur les monnaies argiennes au loup, de l’époque archaïque à l’époque hellénistique. Essai d’interprétation », RBN 158 (2012), p. 3-20.

31 T. Hackens, « La circulation monétaire, question de méthode », dans J.-M. Dentzer, P. Gauthier, T. Hackens (n. 6), p. 213-222 ; T. Hackens, « La circulation monétaire dans la Béotie hellénistique : trésors de Thèbes, 1935 et 1965 », BCH 93 (1969), p. 701-729, pl. 17-18 (aussi en allemand : T. Hackens, « Der Münzumlauf im hellenistischen Böotien : die Schatzfunde von Theben 1935 und 1965 », dans M. Radnoti-Alföldi [éd.], Methoden der antiken Numismatik [1989], p. 233-273).

32 T. Hackens, « À propos de la circulation monétaire dans le Péloponnèse au iiie siècle av. J.-C. », dans Antidorum W. Peremans sexagenario ab alumnis oblatum (1968), p. 69-95. Sur la circulation monétaire dans le Péloponnèse de pièces venues d’Italie et de Sicile, voir id., « Monnaies d’Italie et de Sicile circulant en Grèce », RBN 114 (1968), p. 124-126.

33 T. Hackens, « À propos de la circulation monétaire… » (n. 32), p. 89 : « Parmi toutes les hypothèses tendant à rendre compte de la présence de tétradrachmes de Ptolémée I et II en Grèce, celle du commerce reste très vraisemblable ». Au point de passer aux yeux de G. Le Rider (« Rapports sur les conférences 1978-1979 », AÉPHÉ [1980], p. 73) pour le champion de cette hypothèse, s’agissant de l’argent séleucide dans le Péloponnèse. Sa conclusion est plus ferme : « Le caractère international de la circulation monétaire vers 220 av. J.-C. dans le Péloponnèse s’explique sans doute par des mouvements de mercenaires nécessaires aux guerres dans cette région, peut-être aussi par des relations commerciales antérieures à ces guerres ; il semble que l’on ne doive pas reconnaître dans les monnaies ptolémaïques de ces trésors des parties de subsides en argent monnayé envoyés par Ptolémée III » (p. 95).

34 K. Chryssanthaki, « Les monnaies lagides en Égée », dans O. Picard, F. Duyrat (éds), L’exception égyptienne. Production et échanges monétaires en Égypte hellénistique et romaine (2005), p. 159-175.

35 Polybe, II 51.

36 A. Davesne, G. Le Rider, Le trésor de Meydancıkkale, Cilicie Trachée, 1980 (1989).

37 T. Hackens, « À propos de la circulation monétaire… » (n. 32), p. 84.

Auteur

Bibliothèque royale de Belgique / ULB / EPHE.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search