Version classiqueVersion mobile

Nommer et classer dans les Balkans

 | 
Gilles de Rapper
, 
Pierre Sintès

Deuxième partie. Les termes de la différence en Grèce

De la minorisation des Pomaques à la reconnaissance de la pomacité dans le contexte grec

Katérina Markou

Résumé

Le passage du système ottoman au système des États nationaux est le point de départ de la complexité des problèmes liés à la présence des Pomaques en Grèce depuis l’échange de populations de 1923 et l’établissement du statut de minoritaires des populations non échangeables qui étaient, d’une part, les musulmans de Thrace et, de l’autre, les chrétiens grecs d’Istanbul, d’Imbros et de Ténédos. Depuis les années 1950, quand la question minoritaire est devenue un thème des relations gréco-turques, la politique des deux États a contribué au renforcement de la polarisation des éléments chrétien et musulman. Dans cet environnement dichotomique, aucune place n’était confortable pour les Pomaques. Leur « dépomaquisation » graduelle et la « turcisation » d’une partie d’entre eux peuvent être considérées comme une stratégie de normalisation de la question minoritaire. L’intérêt revivifié pour la situation en Thrace au début des années 1990 a enfin mobilisé l’État grec et les acteurs locaux chrétiens et musulmans, mettant au point la question de l’ethnicité des Pomaques. Aujourd’hui, l’affirmation de la pomacité, légitimée tant par la politique européenne que par la politique grecque, se présente plutôt comme un moyen d’ascension sociale que comme une revendication de l’identité pomaque.

Texte intégral

  • 1 Les Pomaques constituent une population musulmane bulgarophone (parlant un dialecte des Rhodopes) q (...)

1Le passage du système ottoman à celui des États nationaux a surtout contribué à la complication des problèmes liés à la présence des Pomaques en Grèce1 puisque, s’il eut pour conséquence l’échange de populations de 1923, il marqua l’instauration du statut minoritaire des populations non échangeables : musulmans de Thrace d’un côté et chrétiens grecs d’Istanbul, d’Imvros et de Ténédos de l’autre. Le traité de Lausanne, texte régulateur du statut des populations non échangeables qui reconnaît la nature religieuse de la minorité (composée par les Turcs, les Pomaques et les Tsiganes), se conformait au modèle national balkanique en devenir selon lequel chaque État est lié à une religion et à une langue, marginalisant ainsi des groupes entiers dont ni la religion ni la langue ne pouvaient s’inscrire dans un ensemble national-religieux reconnu. De cette manière, les traits identitaires des Pomaques ne correspondaient à aucun modèle étatique existant, ce qui rendait leur appartenance nationale douteuse aux yeux des États dominants de la région (Grèce, Bulgarie, Turquie) et, par conséquent, les plaçait en position de vulnérabilité face à leurs ambitions nationales. Seul le groupe des Turcs de Thrace pouvait se référer à un ensemble national-religieux, qui du reste représentait une menace pour l’intégrité territoriale dans l’imaginaire grec.

  • 2 Il faut préciser que le concept de l’identité des Pomaques a été entouré d’une confusion puisque le (...)

2Cela signifie que la perception des Pomaques s’est faite tout d’abord sur une base essentiellement religieuse sans que l’on puisse distinguer leur origine ethnique2. Á partir de là, ils ont été reconnus comme des minoritaires de droit, dépendant des clauses du traité de Lausanne. C’est ainsi qu’a débuté l’histoire des Pomaques en tant que citoyens grecs.

  • 3 Ce travail repose sur une recherche de terrain qui a été réalisée en Thrace (Xanthi et Komotini) pe (...)

3En observant l’évolution de la politique intérieure grecque et surtout ses relations avec les pays voisins, on peut saisir le décalage qui a commencé à se faire jour entre l’identité religieuse de cette minorité déterminée par son statut juridique et la nouvelle distribution des identités imposée par la réalité politique et idéologique (projet d’homogénéisation de la population grecque)3.

4La particularité linguistique des Pomaques a commencé à poser un problème plus important à partir de la période de l’occupation bulgare (1941-1944) qui marqua une première assimilation des Pomaques avec l’occupant. Malheureusement, les connaissances sur cette période se limitent aux éléments concernant la politique de bulgarisation des Pomaques menée par les Bulgares et à des épisodes de destruction dans certains villages thraces.

  • 4 Sur la question des émigrés musulmans, voir S. Akgönül, « L’émigration des musulmans de Thrace occi (...)
  • 5 Les Pomaques déplacés de force se sont installés dans la région de Veliko Târnovo et autour de Kaza (...)
  • 6 Il s’agit de l’établissement de la zone « interdite » dans la région pomaque de Xanthi et de Rhodop (...)

5Selon quelques renseignements fragmentaires, une première vague de musulmans thraces (Turcs et Pomaques) a pourtant émigré en Turquie dès le début de l’occupation bulgare. Toutefois, l’émigration la plus massive eut lieu entre 1945 et 19514. Il faut souligner le fait que la Bulgarie, entre 1948 et 1954, en appliquant une politique de déplacement des populations pomaques de la région frontalière vers l’intérieur du pays5, a transformé cette région en une sorte de no man’s land. L’évacuation des villages pomaques de la zone frontalière bulgare a exclu toute possibilité de communication avec les Pomaques de Thrace grecque, qui se sont trouvés isolés non seulement par rapport à la frontière extérieure, mais aussi en raison de l’établissement à cette époque6 de la frontière intérieure. La transformation de la région pomaque en véritable ghetto et son contrôle par les autorités grecques ont été considérés comme des mesures nécessaires pour lutter contre la menace bulgare. Pour cette raison, la pomacité a été vécue durant cette période par les Pomaques de Thrace grecque comme une souffrance. Les traumatismes des guerres (seconde guerre mondiale et guerre civile grecque) et la politique de ghettoïsation ont conduit beaucoup de Pomaques à émigrer vers la Turquie, seul pays qui considérait leur existence en tant que coreligionnaires. Quant à la politique extérieure grecque, depuis la proclamation de la doctrine Truman (11 mars 1947), elle s’est orientée vers l’Ouest et s’est éloignée plus encore de la Bulgarie communiste, tout en se rapprochant, autant que faire se peut, de la Turquie.

  • 7 Sur le plan éducatif, un accord culturel a été signé en 1951 entre la Grèce et la Turquie. Un an pl (...)
  • 8 Les événements anti-grecs du 6 septembre 1955 à Istanbul constituent le point de départ de la monté (...)
  • 9 Plus en détail, voir K. Markou, « La terminologie adoptée à propos des musulmans de Thrace grecque  (...)

6Au début des années 1950, un esprit de coopération entre la Grèce et la Turquie s’est manifesté au sujet de leurs minorités respectives (musulmans de Grèce et Grecs orthodoxes de Turquie), qui initia la période connue sous le nom de « période d’amitié gréco-turque » (1952-1955)7. Cependant, les premiers incidents de 19558 ont créé un climat de tension entre les populations, en impliquant dans ce jeu de pouvoir entre les deux États à propos de Chypre les minorités des deux pays. L’identité des différentes composantes de la minorité musulmane, et plus spécialement des Pomaques, commença alors à prendre une certaine importance pour le gouvernement grec, comme en témoignent les inflexions de sa politique de dénomination de la minorité9. Le côté grec officiel, c’est-à-dire les membres du gouvernement ainsi que certains intellectuels attachés au pouvoir politique, craignant alors le danger de turcisation des Pomaques, s’est mis à marquer avec insistance la différence entre ces derniers et les Turcs, alors que jusque-là il n’avait eu de cesse de les distinguer des Bulgares.

7Depuis l’apparition du problème minoritaire dans les relations gréco-turques dans les années 1950, la politique des deux États a contribué au renforcement de la polarisation des éléments chrétien et musulman, laquelle a pris une dimension nationale du fait de l’identification des chrétiens aux Grecs et des musulmans aux Turcs. Dans cet environnement dichotomique aucune place ne semblait convenir aux Pomaques. Leur « dépomaquisation » graduelle, qui s’est exprimée par l’abandon volontaire de leur langue et la turcisation d’une partie d’entre eux, peut être considérée comme une stratégie de normalisation de la question minoritaire. L’identité pomaque, perçue comme « anormale » puisque impossible à inscrire dans le schéma exclusif de l’antagonisme grec/turc, pouvait enfin trouver une place « normale » en devenant turque.

  • 10 On peut citer comme exemple la censure de la presse, le contrôle des citoyens suspects d’activités (...)

8Pendant la dictature des Colonels (1967-1974), l’idéal gréco-chrétien et le culte du passé antique marquaient d’une forte empreinte la doctrine politique. Dans le cadre d’une « Grèce des Grecs chrétiens », les musulmans avaient du mal à trouver une place. Une série de mesures générales déjà appliquées pendant la dictature de Metaxas10, ainsi que d’autres qui visaient exclusivement les musulmans ont été mises en œuvre à cette époque. D’une part, cette politique a contribué au renforcement chez les musulmans du sentiment de l’existence d’un traitement injustement discriminatoire de la part des chrétiens et, d’autre part, elle renforça l’émigration des paysans musulmans vers la Turquie qui était peut-être le but inavoué des Colonels. L’application de ces décisions a touché autant les Turcs que les Pomaques. Dans ces conditions, la présence grecque était synonyme de restrictions, débouchant sur une tentative d’hellénisation pourtant incompatible avec leur foi islamique. Pour ces Pomaques attachés à la religion, les Turcs semblaient tout naturellement plus proches d’eux.

  • 11 Vakf, vakif ou waqf : littéralement « biens de main morte » ; legs, offerts par des individus, qui (...)
  • 12 Mufti : dignitaire religieux, interprète officiel de la loi musulmane. La question de la gestion de (...)

9Jusqu’aux années 1980, de nouvelles conditions apparaissent au sein de la minorité, qui découlent d’un processus initié avant les événements de Chypre en 1974. L’expropriation des terres appartenant aux musulmans, l’évolution de l’administration et la gestion des vakfs11 et de ses biens, ainsi que l’accroissement et la politisation du rôle des muftis12 n’ont fait qu’accélérer les évolutions déjà amorcées et surtout l’implication de la Turquie dans la question minoritaire de Thrace. Cette influence s’est exercée par le biais des politiciens fort vulnérables de la minorité, soit en raison d’ambitions personnelles des députés indépendants dans la décennie 1980. D’autre part, il ne faut pas oublier que cette situation confuse permettait à la Grèce d’imputer à la Turquie un rôle néfaste dans la région et de l’utiliser comme contre-argument face aux revendications de la minorité.

  • 13 Sur les recompositions identitaires chez les musulmans des Balkans pendant la décennie 1990-2000, v (...)

10Dès 1985, donc bien avant les événements de 1989-1990 (chute du mur de Berlin et changements de régimes dans les pays ex-communistes), qui marquèrent le début d’une nouvelle époque pour les populations de la région, notamment les musulmans des Balkans13, on assiste à l’apparition de députés indépendants turcs en Thrace qui revendiquent l’identité turque pour l’ensemble de la minorité. Cette nouveauté a alerté le gouvernement grec d’un danger d’assimilation de tous les groupes de musulmans (Pomaques et Tsiganes) au groupe plus large des Turcs officiellement appelés « Grecs musulmans », ou « musulmans turcophones ». Le refus d’utiliser la désignation de « Turcs » était lié à la peur d’une éventuelle identification nationale des Turcs de Thrace avec l’État turc considéré depuis longtemps comme l’ennemi héréditaire de l’État grec. Mais, à la fin des années 1980, malgré les signes de plus en plus clairs de turcisation des Pomaques et des Tsiganes de Thrace, le gouvernement grec persista à nier l’existence de problèmes au sein de la minorité musulmane de Thrace. Selon la position officielle de la Grèce, la minorité musulmane était bien protégée par le traité de Lausanne. Plus les pressions de la part de la minorité augmentaient, plus le gouvernement grec se campait sur ses positions et inversement.

11La déception de la grande majorité des musulmans de Thrace (Turcs, Pomaques, Tsiganes) face aux politiques grecques ont poussé ses membres à se chercher le ou les représentants capables de lutter contre les discriminations qu’ils subissaient. Les personnes qui ont voulu jouer ce rôle, tout en se présentant comme de véritables « messies » capables de sauver les intérêts de la minorité, ont exploité cette demande en s’appuyant bien souvent sur le grand prestige dont jouissait la Turquie, encore considérée par les membres de la minorité comme un « pays-frère » susceptible d’apporter une protection efficace. Notons à ce propos que les raisons qui ont poussé Ankara à témoigner ses faveurs à certains membres de la minorité tenaient sans doute plus au maintien de cette image prestigieuse qu’à une volonté manifeste d’être directement mêlée aux affaires minoritaires en Thrace grecque.

12La politique grecque de son côté, marquée par la crainte d’une turcisation de la minorité, a aggravé le sentiment anti-turc des Grecs tout en augmentant le sentiment d’insécurité des membres de la minorité qui ont cherché, plus que par le passé, le soutien de la Turquie. La vision nationaliste qui dominait en Grèce et plus particulièrement en Thrace a conduit à l’amalgame de tous les musulmans aux Turcs. Dans cette logique, les Pomaques de Thrace ont été considérés par les Grecs comme déjà placés au côté des Turcs. Par conséquent, pour les Pomaques, il n’y avait pas de véritable choix. Leur appartenance a été prescrite dans le cadre d’un modèle alternatif : il fallait être soit avec les Grecs /chrétiens, soit avec les Turcs/musulmans. Leur adhésion au groupe turc, en dehors de l’affinité religieuse qui les unissait, leur laissait l’espoir d’une ascension sociale presque impossible à acquérir en étant considérés comme des Grecs/chrétiens. Les Pomaques considérés par les Grecs plutôt comme des villageois arriérés ont essayé de cette manière d’intégrer le groupe turc qui constitue une communauté cohérente et culturellement forte dans l’espace thrace.

  • 14 Sur les rapports difficiles entre l’État grec et la minorité musulmane en Thrace pendant la décenni (...)

13Le changement de politique grecque à l’égard de la question minoritaire à partir de 1991 était, de son côté, inévitable14, ne serait-ce que pour sortir du climat de tension qui régnait entre la Grèce et ses partenaires européens et internationaux en relation avec les accusations formulées par des membres de la minorité contre l’oppression dont se rendait coupable le gouvernement grec à l’encontre des musulmans. Les députés indépendants turcs diffusaient notamment des messages de protestation dans les forums internationaux.

14 Les décisions de l’État grec concernant l’économie et le statut minoritaire (mesures censées assurer l’abolition des discriminations entre les chrétiens et les musulmans) en Thrace et, d’autre part, l’évolution dans les pays voisins et les recompositions identitaires chez les musulmans de la région, laissaient de nombreuses possibilités quant au devenir des identités et des politiques fondées, en réalité, sur une réforme de la relation entre nation et citoyen. Dans ce contexte de bouleversements politico-économiques généralisés (guerres de Yougoslavie, grande déstabilisation économique des pays ex-communistes, rôle politique du mouvement islamique en Turquie, crise gréco-turque de janvier 1996 à propos de l’îlot d’Imia, détérioration des rapports gréco-albanais…), on comprend bien que le sentiment d’insécurité et la méfiance vis-à-vis de tout changement pouvait fort naturellement s’installer chez les Pomaques.

15Mais, en général, on assiste en Thrace à une « pomaquisation » de la question minoritaire. La solution à la question pomaque est apparue depuis peu comme la panacée du problème minoritaire avec une sous-estimation de la question turque. En effet, l’intention du gouvernement grec était de distinguer les Pomaques des Turcs pour éviter l’émergence de la question d’une minorité nationale (turque) en Thrace. Il est apparu au cours de ces dernières années que la question identitaire pomaque reste pourtant en suspend ; elle demeure le point faible de la question minoritaire thrace dans la mesure où les Grecs et les Turcs continuent à traiter cette dernière en termes de rivalité et de conquête nationale. Concernant l’attitude des Pomaques eux-mêmes (en tout cas, jusqu’à la fin de la décennie) qui ont été soumis à une double minorisation au sein de la société nationale comme de la minorité, la plupart d’entre eux ont choisi de s’identifier aux Turcs pour obtenir une place sociale plus valorisée dans la société thrace. Mais c’est aussi ce désir de reconnaissance sociale qui a conduit certains à affirmer plus fermement leur pomacité en participant à des activités culturelles (édition des dictionnaires, organisation des fêtes). En d’autres termes, l’affirmation de la pomacité aujourd’hui, légitimée aussi bien par la politique européenne que par la politique grecque, se présente plutôt comme un moyen d’ascension sociale que comme une revendication de l’identité pomaque.

Notes

1 Les Pomaques constituent une population musulmane bulgarophone (parlant un dialecte des Rhodopes) qui, après l’annexion de la Thrace occidentale par la Grèce (traité de Sèvres du 10 août 1920), se trouve de part et d’autre de la frontière gréco-bulgare, dans la région montagneuse des Rhodopes. En Bulgarie, ils sont connus et désignés comme des Bulgares mahométans ou Bulgares musulmans.

2 Il faut préciser que le concept de l’identité des Pomaques a été entouré d’une confusion puisque leur nom ethnique ne figurait nulle part, pas même dans le texte du traité de Lausanne, et qu’ils ont été considérés comme musulmans, tout court, faisant partie intégrale du « grand groupe musulman », en majorité des Turcs.

3 Ce travail repose sur une recherche de terrain qui a été réalisée en Thrace (Xanthi et Komotini) pendant les années 1993-1997 parmi les populations pomaques et turques. Pour plus de détails, voir K. Markou, La question identitaire et l’éducation chez les Pomaques de Thrace grecque, thèse de doctorat, Paris, École des hautes études en sciences sociales (2001).

4 Sur la question des émigrés musulmans, voir S. Akgönül, « L’émigration des musulmans de Thrace occidentale », Mésogeios / Méditerranée 3 (1999), p. 31-49.

5 Les Pomaques déplacés de force se sont installés dans la région de Veliko Târnovo et autour de Kazanlâk. De plus, pendant l’été 1948, 1 000 habitants de la région frontalière ont été incarcérés dans les mines de Pernik comme opposants au régime communiste. Voir Y. Konstantinov, « An Account of Pomak Conversions in Bulgaria (1912-1990) » et G. Seewann (éd.), Minderheitenfragen in Südosteuropa (1992), p. 343-357.

6 Il s’agit de l’établissement de la zone « interdite » dans la région pomaque de Xanthi et de Rhodopi et de l’interdiction de la région à la circulation libre des personnes, pour des raisons de sécurité nationale.

7 Sur le plan éducatif, un accord culturel a été signé en 1951 entre la Grèce et la Turquie. Un an plus tard, le gouvernement grec a inauguré le lycée Celal-Bayar, école d’enseignement secondaire destinée aux enfants musulmans, dans la ville de Komotini en Thrace.

8 Les événements anti-grecs du 6 septembre 1955 à Istanbul constituent le point de départ de la montée des nationalismes des deux côtés. Pour une analyse historique des événements dans le contexte de nationalisation et d’homogénéisation de la vie économique turque, voir D. Güven, 6-7 Eylül olayları [Les événements du 6 et 7 septembre] (2005).

9 Plus en détail, voir K. Markou, « La terminologie adoptée à propos des musulmans de Thrace grecque », dans Mésogeios / Méditerranée 20-21 (2003), p. 43-55.

10 On peut citer comme exemple la censure de la presse, le contrôle des citoyens suspects d’activités « antinationales » et les certificats de convictions politiques et sociales, qui touchaient également les chrétiens et les musulmans. La région pomaque, en tant que région limitrophe, a été soumise au contrôle militaire. La perte de la nationalité, à cause de l’article 19 du Code de la nationalité grecque, était très fréquente pendant cette période. Selon cet article « une personne d’origine non grecque quittant le territoire grec sans intention d’y revenir est déclarée comme ayant perdu la nationalité grecque ». L’article 19 a été aboli en 1998 seulement.

11 Vakf, vakif ou waqf : littéralement « biens de main morte » ; legs, offerts par des individus, qui acquièrent un caractère religieux et dont les bénéficiaires sont les membres de la communauté musulmane.

12 Mufti : dignitaire religieux, interprète officiel de la loi musulmane. La question de la gestion des biens musulmans qui concerne directement le statut des muftis n’a pas été claire, du point de vue juridique, pendant une longue période, ce qui a permis tant aux autorités grecques qu’aux représentants de la minorité de présenter la situation et de la justifier diversement. La plus grande réaction de la part de la minorité est apparue au début des années 1990, après la promulgation de la loi 1920 /1991 selon laquelle le mufti est nommé comme fonctionnaire de l’État grec pour une durée de dix ans, sur proposition du ministère de l’Éducation nationale et des Cultes. Pour une analyse détaillée et sérieuse sur la question, voir V. Aarbakke, The Muslim Minority of Greek Thrace, Phd, University of Bergen (2000).

13 Sur les recompositions identitaires chez les musulmans des Balkans pendant la décennie 1990-2000, voir X. Bougarel, N. Clayer, Le nouvel islam balkanique (2001).

14 Sur les rapports difficiles entre l’État grec et la minorité musulmane en Thrace pendant la décennie 1990-2000, voir J. Dalègre, « Grèce : comment peut-on être musulman ? », in X. Bougarel, N. Clayer, op. cit., p. 289-314 ; R. Meinardus, « Muslims : Turks, Pomaks and Gypsies », in R. Clogg (éd.), Minorities in Greece. Aspects of a Plural Society (2002) p. 43-55.

Auteur

Est maître de conférences au département de Sociologie à la faculté des Sciences sociales de l’université de Crète. Dans le cadre de sa thèse en anthropologie sociale et historique, elle a travaillé sur la question identitaire chez les Pomaques en Thrace grecque (La question identitaire et l’éducation chez les Pomaques de Thrace grecque, Paris, EHESS, 2001). Ses recherches portent sur les populations notamment musulmanes dans l’espace balkanique. Elle est l’auteur de nombreux articles.

© École française d’Athènes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search