Version classiqueVersion mobile

Nommer et classer dans les Balkans

 | 
Gilles de Rapper
, 
Pierre Sintès

Première partie. Aroumains, Valaques et Sarakatsans : Nommer et classer les pasteurs aroumains dans les Balkans

Valaques et/ou Aroumains en Bulgarie : ethnonyme et politique

Jean-François Gossiaux

Résumé

Les Aroumains sont en Bulgarie nettement moins nombreux que les Valaques du Danube, avec lesquels ils n’ont pratiquement rien de commun, sauf cette appellation exogène de « Valaques ». Et c’est sur la seule base de cet ethnonyme qu’ils sont associés avec eux dans une même Ligue. Cependant, les militants aroumains sont peu à l’aise au sein d’une organisation essentiellement tournée vers la Roumanie et qui leur est de peu de secours dans ce qu’ils considèrent comme leur combat essentiel, à savoir la défense de leur identité linguistique. Entraînés par leurs homonymes du Danube, les Valaques aroumains de Bulgarie se trouvent de fait dans une position de minorité nationale roumaine, alors que la revendication des Aroumains, bulgares ou autres, n’a rien à voir avec les structures de l’État-nation. Ce qui tend à montrer une fois de plus que l’identité ethnique est fondée sur l’ethnonyme et qu’elle est avant tout une ascription, c’est-à-dire une altérité.

Texte intégral

  • 1 Cf. J.-F. Gossiaux, Pouvoirs ethniques dans les Balkans (2002), notamment les chapitres 7, 8 et 9.

1Il peut paraître paradoxal qu’un ensemble de textes consacrés aux pasteurs des Balkans, et notamment aux Valaques (et/ou aux Aroumains), propose une sorte de promenade à travers la péninsule, Albanie, Grèce, Serbie, Bulgarie…, en contournant la Macédoine – l’ancienne République yougoslave de Macédoine, plus précisément. L’auteur de ces lignes, qui a par ailleurs situé dans ce pays l’essentiel de ses observations du fait valaque1, assume évidemment sa part de responsabilité quant à cette lacune, dont seule la recherche d’une mise en perspective originale peut, pour ce qui le concerne, valoir justification.

  • 2 L’essentiel du peuplement initial de Kruševo aurait été formé d’immigrants de Moschopole/Voskopojë, (...)
  • 3 La république de Kruševo a été constituée après les premiers succès de l’insurrection d’Ilinden, en (...)

2Il existe en effet un lien particulier entre les Valaques – les Valaques aroumains – et la Macédoine, au point qu’une autre appellation des Aroumains est « Macédo-roumains », et même simplement « Macédoniens » en Roumanie. Pour ce qui touche plus spécifiquement l’ancienne République yougoslave de Macédoine (qui, rappelons-le, ne constitue qu’une partie de la Macédoine géographique), ce lien passe par Kruševo, la grande ville valaque après Moschopole/Voskopojë (après au sens à la fois hiérarchique et chronologique du terme2). Kruševo est en même temps la ville emblématique du nouvel État macédonien, celle dont la « vue générale » figurait sur les premiers billets de banque, celle où a été construit le grand musée historique, alors que le préambule de la Constitution de 1992 fait explicitement référence à la république de Kruševo3 et à son héritage « étato-juridique ».

3Le lien entre les identités macédonienne et valaque, cependant, est aussi ambigu qu’indéniable. Dans le même préambule, la Macédoine est définie comme « l’État national du peuple macédonien qui assure une égalité complète des droits civiques [avec les] nationalités qui habitent dans la République de Macédoine », nationalités au rang desquelles figurent les Valaques… Ce qui signifie en bonne logique que les Valaques ne font pas partie du peuple macédonien, dans la conception ethnonationale qui prévaut là comme ailleurs dans les Balkans. Mais, dans le même temps, l’identité valaque est utilisée pour soutenir la légitimité de cet État macédonien face notamment à la Grèce, qui dès l’origine en a contesté l’existence même. Les Valaques seraient les autochtones de Macédoine, ce qu’attesteraient les inscriptions (en une langue apparaissant comme du proto-valaque) figurant sur le tombeau de Philippe II, mis au jour en 1977 à Vergina – en Macédoine grecque. Ils seraient donc les plus anciens des Macédoniens. Et ils sont censés en être aussi les meilleurs. Dans les années 1990, hommes politiques, écrivains, hommes d’affaires se découvrent des origines valaques insoupçonnées ou jusqu’alors occultées. L’identité valaque apparaît donc comme la quintessence de l’identité macédonienne.

4La réciproque est également vraie. Comme nous l’avons déjà indiqué, les Aroumains sont des « Macédo-roumains », voire des « Macédoniens ». Et c’est en Macédoine, notamment à Bitola, que sont localisées les associations valaques balkaniques et qu’ont lieu les grandes manifestations valaques internationales. L’ombre de la Macédoine planera donc sur ce que nous allons voir des Valaques de Bulgarie et un éclairage indirect sera porté sur la Macédoine à travers la Bulgarie – nonobstant la contradiction des deux métaphores.

Quelques milliers d’Aroumains

  • 4 Les estimations sont approximatives, les Valaques ne se déclarant habituellement pas comme tels aux (...)
  • 5 Récit recueilli à Velingrad, Bulgarie, en 1997.

5Les Valaques aroumains sont peu nombreux sur le territoire bulgare, quelques milliers seulement, alors qu’ils sont plus de cent mille dans l’ancienne République yougoslave de Macédoine4. Ils sont présents surtout dans le Rhodope occidental, où ils seraient les descendants de pasteurs venus du Grammos, un massif montagneux situé aux frontières de la Grèce et de l’Albanie. Un récit encore raconté dans les villages atteste cette origine5 :

« Les Valaques vivaient au Grammos, du temps d’Alexandre de Macédoine. À l’époque d’Ali Pacha, il y avait un homme qui s’appelait Hadji Sterio. (Il avait été à Jérusalem.) Cet homme avait une fille très belle – sa fille unique. Un jour, un Turc la vit, et il voulut l’épouser. Mais Hadji Sterio répondit qu’il ne donnerait jamais sa fille aux Turcs. Le Turc dit alors : “Si tu ne me donnes pas ta fille, c’est la guerre.” Et ils commencèrent la guerre. La fille alors sortit sur le balcon et dit : “Ce n’est pas une femme que vous prendrez, mais un cadavre.” Et elle but du poison. À la suite de cela, Ali Pacha se mit dans une colère terrible, et il commença à massacrer tous les Valaques. Ceux-ci se réfugièrent dans la forêt. Et c’est la raison pour laquelle, depuis, ils sont avec des animaux. Car dans la forêt on ne peut avoir que des animaux. »

  • 6 Même informateur.

6Une collision des temporalités fait se rencontrer dans la même histoire les deux grandes figures, l’une négative, l’autre positive, d’Ali Pacha et d’Alexandre de Macédoine. Une chanson raconte que celui-ci était le roi des Valaques6 (la tradition orale attestée en Bulgarie rejoignant en l’occurrence les « découvertes » savantes mises en avant dans l’ancienne République yougoslave de Macédoine, cf. supra). Il s’est beaucoup battu, mais il est mort très jeune. « Si notre Alexandre avait gagné, nous ne serions pas dispersés. »

  • 7 Expression utilisée par des informateurs de Velingrad en 1997.

7Les pasteurs aroumains de Bulgarie ont transhumé jusqu’au xxe siècle. À la différence des transhumants de Yougoslavie, ils ont même pu continuer à se déplacer annuellement vers la Grèce en dépit des frontières érigées après les guerres balkaniques. Les cabanes (kolibi) occupées l’été dans les montagnes du Rhodope constituaient l’habitat fixe. Pour l’hiver, on descendait « avec d’immenses troupeaux7 » vers les plaines de Grèce et de Turquie. Les déplacements réunissaient un total de dix à vingt familles, organisées par groupes de trois ou quatre unités domestiques (généralement, mais pas nécessairement, apparentées), chacun ayant à sa tête un kikaja, garant de l’ordre interne et chargé des relations avec l’extérieur. Les femmes portaient une croix tatouée sur le front et exhibaient la richesse de leurs familles sous la forme de pièces d’or leur tenant lieu de parure. Les parents et les enfants (y compris les fils mariés, la résidence étant patri-viri-locale) vivaient ensemble jusqu’au mariage du dernier-né (garçon ou fille). Alors on faisait le partage. Chacun recevait une tente, de l’or, des vêtements. Le bétail était partagé entre les hommes, le père ayant une part égale à celle de chacun des fils. Mais on continuait à se déplacer ensemble.

  • 8 Les souvenirs sont toujours présents dans les mémoires des montagnards du Rhodope et il existe enco (...)

8Les hommes étaient polyglottes, parlant le valaque et le grec, parfois le turc. Les déplacements à travers les frontières, et les embarras administratifs afférents, développaient une sorte de compétence spécifique, le sens du contact et de l’entregent. Ceci n’étant pas sans rapport avec cela, être pasteur nomade signifiait aussi être marchand, du moins pour les grandes familles. On achetait des bêtes que l’on revendait en Grèce ou en Turquie. La laine tirée des troupeaux était vendue directement à la population ou livrée à des usines de Bulgarie. En plus des moutons, chaque famille possédait un nombre variable de chevaux. Ceux-ci étaient essentiellement destinés au portage lors des transhumances, mais certains étaient réservés aux jeunes hommes qui se spécialisaient dans le métier de caravanier, notamment pour le transport du bois coupé dans les forêts du Rhodope8. Les années 1910 marquèrent le début de la sédentarisation. Cependant, de nombreux départs eurent lieu dans les années 1930 vers la Roumanie. Une cause en était la politique de boisement des pâturages suivie par l’État bulgare, alors qu’à l’inverse l’État roumain prenait des mesures en faveur des immigrants valaques.

  • 9 Nous avons même recueilli des témoignages selon lesquels certains, déjà installés à Sofia, seraient (...)

9En dehors de cette population de tradition pastorale, la Bulgarie compte aussi, principalement à Sofia, un certain nombre d’Aroumains urbains, descendants d’immigrés arrivés au tournant des xixe et xxe siècles. Ceux-ci étaient généralement déjà citadins, venant notamment de Kruševo, voire, de façon plus lointaine, de Moschopole/Voskopojë – selon les mythes familiaux qui ont cours aujourd’hui. Artisans ou commerçants, ils avaient parfois été mêlés à l’insurrection d’Ilinden, certains même ayant joué un rôle important dans la république de Kruševo9 (cf. supra). Leurs descendants sont aujourd’hui ingénieurs, banquiers, intellectuels…

Armeni et Rumeni

  • 10 Nous avons fait personnellement l’expérience de cette impossibilité statistique avec un responsable (...)
  • 11 Il s’agit là d’un phénomène qui n’est pas propre à la Bulgarie. Dans l’ancienne République yougosla (...)
  • 12 Le peuplement valaque se prolonge sans solution de continuité de l’autre côté de la frontière, dans (...)

10L’effectif de la population aroumaine en Bulgarie peut être estimé à environ 3 000 personnes. Mais une évaluation précise est impossible. Ainsi, faut-il ou non compter les enfants issus des mariages mixtes (i. e. entre Aroumains et Bulgares non aroumains), qui sont statistiquement dominants10 ? Les recensements, en l’occurrence, ne sont d’aucun secours, dans la mesure où la plupart des Valaques ne se déclarent pas comme tels11. En tout état de cause, les Aroumains sont très minoritaires par rapport à d’autres Valaques de Bulgarie, les « Valaques du Danube ». Comme leur nom l’indique, ceux-ci sont localisés au Nord du pays, le long du fleuve, plus particulièrement à l’Ouest vers la Serbie12. Leur nombre est estimé à 50 000 ou 60 000 individus. Ils ne se désignent pas comme Armeni (Aroumains) mais comme Rumeni (terme traduisible par Roumains, mais à distinguer de Rumanci – sing. Rumanac – qui signifie la nationalité roumaine au sens politique).

11Les Rumeni contrôlent la Ligue valaque de Bulgarie. Celle-ci, qui a été fondée en 1993, a son siège à Vidin, au bord du Danube. L’association aroumaine, basée à Sofia, n’en est qu’une branche secondaire. L’existence même de cette Ligue constitue une démonstration de ce que l’on pourrait appeler la dimension performative de l’ethnonyme. Elle réunit en effet deux groupes qui n’ont pratiquement rien de commun, sauf leur appellation de « Valaques ». Leur langue, leur histoire, leur mode de vie traditionnel, leurs coutumes, leurs pratiques culturelles sont différents. Les Valaques du Rhodope arborent hautement leur autonyme Armen, qu’ils constituent en emblème de leur identité face à « ceux du Danube ». Ils peuvent ainsi revendiquer leur spécificité : les Aroumains seraient « plus intelligents », les Valaques du Danube « plus romanisés ». Les premiers n’entretiennent aucun contact avec les seconds et ils leur dénient parfois même la qualité de Valaques authentiques, pour en faire des « Bulgares romanisés ». À l’inverse, les Valaques du Danube ne cherchent pas à se différencier de ceux du Rhodope, pour la simple raison qu’ils ne les connaissent pas, ou alors de façon vague, sous le nom grec de Kutsovlasi.

12S’ils partagent le même ethnonyme, les deux groupes entretiennent avec celui-ci un rapport différent. Pour la population danubienne, il s’agit d’une appellation reconnue, adoptée et même revendiquée. Les Aroumains, en revanche, le présentent comme un exonyme, une appellation attribuée de l’extérieur et utilisée spécifiquement dans leurs relations avec l’extérieur. « Valaque » est leur nom dans la langue de l’environnement, en l’occurrence le bulgare. Cependant, au-delà de ces différences, la dénomination partagée bon gré mal gré est la seule base de l’organisation commune. Cela est reconnu explicitement par les militants eux-mêmes. La faiblesse numérique des Aroumains est la raison avancée pour justifier l’existence d’une Ligue unique les mêlant aux Valaques du Nord. À l’origine de celle-ci se trouverait le collège roumain de Sofia – bien que ledit collège ait fermé ses portes en 1948. C’est en effet au cours d’une réunion d’anciens élèves, à laquelle participaient des Valaques danubiens et aroumains, qu’en serait née l’idée.

Une Ligue et des Valaques

  • 13 Cf. J.-F. Gossiaux, « La fin des Yougoslaves, ou l’ethnicité toujours recommencée », Anthropologie (...)

13La Ligue a été fondée et s’est développée dans un contexte politique éminemment favorable. Candidate à l’entrée dans l’Union européenne, la Bulgarie ne peut aller à l’encontre de la ligne suivie par les institutions de celle-ci, comme par les organisations internationales en général, qui, sous couvert du droit des minorités, tendent en fait à promouvoir un droit de l’ethnicité13. Mais les militants aroumains se sentent mal à l’aise au sein de l’organisation de Vidin. Cette dernière, en effet, leur est de peu de secours pour ce qu’ils considèrent comme leur combat essentiel (aux deux sens du terme), à savoir le combat linguistique, en vertu du mot d’ordre : « sauver les Aroumains en sauvant leur langue ». Leur principal dirigeant, par ailleurs fils de banquier, est linguiste de profession. Selon lui (et selon son association, en harmonie avec les associations sœurs au niveau des Balkans et du monde), l’aroumain est une langue à part entière, plus ancienne même que le roumain. L’action militante consiste principalement à confectionner des manuels, des dictionnaires, à éditer des œuvres anciennes. Mais, en Bulgarie, cette lutte se mène dans la solitude. Pour les spécialistes officiels (c’est-à-dire les linguistes ou assimilés de l’Académie des sciences), l’aroumain est non pas une langue spécifique, mais un dialecte roumain. Quant à la Ligue valaque elle-même, elle n’accorde pas de place à l’aroumain dans son journal Timpul, édité pour moitié en bulgare et pour moitié en roumain.

14En fait, l’organisation basée sur les bords du Danube a les yeux tournés vers l’autre côté du fleuve. Ses grandes préoccupations sont les relations avec la Roumanie et la promotion de la langue roumaine. Elle revendique ainsi avec énergie le développement d’émissions en roumain à la télévision. Elle a financé l’érection d’un monument à la gloire des libérateurs roumains. Mais sa grande affaire est la gestion des échanges entre étudiants roumains (d’origine bulgare) et étudiants valaques. Elle veille en particulier à l’attribution des bourses d’études en Roumanie. Les candidats à ces bourses doivent démontrer qu’ils sont valaques, c’est-à-dire qu’ils parlent la langue – ce qu’une attestation du maire suffit à établir. Les dossiers sont examinés par une commission qui se réunit à Vidin. Elle comprend des représentants des autorités culturelles de Roumanie et de Bulgarie, et également un professeur de roumain membre de la Ligue. Un comité ad hoc de la Ligue prépare les dossiers. Les places dans les universités roumaines sont très recherchées. Elles permettent en effet de pallier la sélectivité des universités bulgares, notamment en médecine. L’organisation valaque se trouve ainsi en véritable situation de pouvoir, une situation qui contribue sans doute à son attrait, même si elle n’explique pas certaines vocations militantes.

15La Ligue est officiellement apolitique, mais elle est intéressée au plus haut point par le jeu politique bulgare, prenant pour s’y insérer appui sur la Convention européenne sur les minorités, signée par la Bulgarie. La minorité turque, par l’influence qu’elle exerce à travers ses organisations, notamment son parti, se trouve explicitement érigée en modèle à suivre. Les « lettres à Strasbourg » (i. e. les réclamations auprès des instances européennes) constituent l’arme privilégiée de la « minorité valaque » face au pouvoir bulgare. La participation à un projet soutenu par la fondation Soros (alias Open Society) est présentée comme un gage de respectabilité et atteste aux yeux des militants (et dans leur discours) la normalité européenne et internationale de l’organisation.

16Celle-ci se réclame par ailleurs de l’Union fédéraliste des communautés ethniques européennes. Elle n’a pas, en revanche, de liens avec les organisations valaques internationales et balkaniques basées notamment en Macédoine (cf. supra) – et dont l’aroumain est la langue officielle. En cela elle se différencie radicalement de sa branche de Sofia, l’association des Aroumains, qui pour sa part entretient avec elles des relations suivies. Le rapport à la Roumanie de cette association, et des Aroumains de Bulgarie en général, est quant à lui assez complexe, sinon ambigu. Dans les années 1930, comme nous l’avons vu, la Roumanie a constitué une terre d’accueil pour les pasteurs chassés de Bulgarie par le reboisement. Beaucoup d’intellectuels d’origine aroumaine ont fait carrière en Roumanie. Il y existe des associations aroumaines, en particulier à Constantza. Et l’argent donné par l’État roumain, notamment sous forme de bourses d’étude, n’est sans doute pas à dédaigner.

Roumanie/Macédoine

17Cependant, un doute s’exprime quant au caractère désintéressé de cette générosité. Les étudiants ne risquent-ils pas de s’installer définitivement en Roumanie ? Des témoignages font par ailleurs état de pressions exercées dans les villages par des agents roumains, lors du dernier recensement de Bulgarie, pour que les Aroumains se déclarent comme Roumains. L’ambivalence des relations entre les Aroumains et la Roumanie n’est pas récente, ni spécifique au contexte bulgare. Au début du xxe siècle, la Roumanie était partie prenante du grand jeu ayant pour terrain une Macédoine encore officiellement ottomane, mais déchirée entre diverses rivalités nationales et internationales. Comme celle des puissances concurrentes, sa présence s’y manifestait notamment à travers la création d’écoles roumaines, qui dispensaient un enseignement en langue vernaculaire (aroumaine) dans les petites classes, en roumain ensuite. Cette politique avait-elle pour finalité de soutenir un hypothétique mouvement culturel aroumain, ou relevait-elle d’un pur et simple irrédentisme roumain ? En tout état de cause, aucun véritable mouvement national aroumain n’est né alors en Macédoine et la Roumanie a fini par se désintéresser de la région, pour des raisons à la fois diplomatiques et de politique intérieure.

  • 14 À l’époque, Kiro Gligorov.

18Pour les Aroumains de Bulgarie, l’idée de se déclarer Roumains au recensement apparaît d’autant plus incongrue que, lorsqu’ils se déplacent dans les Balkans, ils sont partout, y compris à Bucarest, identifiés comme Valaques, comme Armeni. Ils sont reconnus et ils se reconnaissent entre eux, à la langue qu’ils parlent. Leur identité, dans tous les sens du terme, est linguistique. Chacun aime à raconter des anecdotes sur des rencontres impromptues, sur des actes de solidarité – de la part notamment de Valaques grecs. Un grand moment a été le voyage en Macédoine organisé par l’association, sorte de parcours initiatique menant jusqu’à l’autre côté de la frontière albanaise, jusque Moschopole/Voskopojë, en passant par Ohrid et Kruševo. L’ancienne République yougoslave de Macédoine constitue l’État de référence, le territoire valaque par excellence. Elle est, nous l’avons vu, le lieu des grandes manifestations et elle abrite le siège des associations internationales. Vus de Bulgarie, les Valaques y sont chez eux, ils y sont pratiquement au pouvoir. La république compterait beaucoup de ministres valaques, plus que de macédoniens. Le président14 serait à moitié valaque et aurait promis son aide aux Valaques de Bulgarie. Un mélange d’informations vraies et fausses fonde le portrait imaginaire d’une Macédoine aroumaine. Il y a des émissions valaques à la télévision et à la radio (ce qui est vrai) ; il y a des écoles valaques (ce qui est faux) ; les Valaques y sont 500 000 (les estimations des Aroumains macédoniens eux-mêmes vont de 120 000 à 150 000) ; il y existe de nombreux écrivains et poètes d’expression aroumaine ; à Kruševo, certains enfants ne parlent pas le macédonien, mais seulement l’aroumain (ce qui est faux).

19Ainsi battue en brèche par la Macédoine en tant qu’État de référence, la Roumanie souffre aussi de la comparaison avec la Grèce, protectrice efficace de ces autres nomades – et éternels rivaux des Aroumains – que sont les Sarakatsans (ou Karakačani). L’État grec ajoute en l’occurrence à l’avantage de ses moyens économiques celui d’une conception de la communauté nationale qui intègre en son sein, au-delà des frontières, ces orthodoxes hellénophones. Enfin, et ce n’est pas son moindre élément de séduction, la Grèce apparaît comme la porte de l’Europe, ce qui n’est pas précisément le cas de la Roumanie.

20Entraînés par leurs homonymes du Danube, les Valaques aroumains de Bulgarie se trouvent néanmoins coincés, par leur ethnonyme et par l’organisation qui en procède, dans une posture de minorité nationale roumaine. Or, indépendamment même de l’attractivité – ou de l’absence d’attractivité – de la supposée mère-patrie, la revendication des Aroumains, bulgares ou autres, n’a rien à voir avec l’État-nation. Le mouvement aroumain peut être qualifié d’ethniciste, dans la mesure où il est fondé sur la valorisation politique de l’identité ethnique, mais il n’est en aucun cas ethno-nationaliste, en ce sens qu’aucune structure étatique nationale, spécifique ou non, n’est censée devoir être associée à cette identité. Au contraire il est, sinon internationaliste, du moins trans-national, par vocation et par intérêt.

21L’ethnonyme qui contraint ainsi le mouvement aroumain en Bulgarie est, nous l’avons vu, un exonyme, un nom attribué de l’extérieur et utilisé spécifiquement dans les relations avec l’extérieur. Armen est une appellation inconnue en Bulgarie, et les quelques milliers d’Aroumains ont été dans l’impossibilité d’imposer socialement et politiquement leur autonyme. De cette histoire se dégage une triple leçon – qui n’est au demeurant qu’une confirmation :

  1. C’est l’ethnonyme qui fonde l’identité ethnique.

  2. L’ethnonyme – efficient – vient de l’extérieur.

  3. L’identité ethnique est avant tout une « ascription », une affectation par les autres, c’est-à-dire une altérité. Un mouvement identitaire ne fait jamais rien que renchérir sur le regard des autres.

Notes

1 Cf. J.-F. Gossiaux, Pouvoirs ethniques dans les Balkans (2002), notamment les chapitres 7, 8 et 9.

2 L’essentiel du peuplement initial de Kruševo aurait été formé d’immigrants de Moschopole/Voskopojë, après le sac de celle-ci.

3 La république de Kruševo a été constituée après les premiers succès de l’insurrection d’Ilinden, en 1903. Elle a vécu une dizaine de jours, avant son écrasement par les troupes turques.

4 Les estimations sont approximatives, les Valaques ne se déclarant habituellement pas comme tels aux recensements.

5 Récit recueilli à Velingrad, Bulgarie, en 1997.

6 Même informateur.

7 Expression utilisée par des informateurs de Velingrad en 1997.

8 Les souvenirs sont toujours présents dans les mémoires des montagnards du Rhodope et il existe encore des témoins directs (enquête à Velingrad en 1997).

9 Nous avons même recueilli des témoignages selon lesquels certains, déjà installés à Sofia, seraient retournés à Kruševo à cette occasion.

10 Nous avons fait personnellement l’expérience de cette impossibilité statistique avec un responsable de l’association des Aroumains à Velingrad, qui s’avéra incapable de dénombrer la population aroumaine de son quartier, se perdant entre les « demi-Aroumains », les « quarts d’Aroumains », etc.

11 Il s’agit là d’un phénomène qui n’est pas propre à la Bulgarie. Dans l’ancienne République yougoslave de Macédoine les recensements donnent une population d’environ 8 000 Valaques, alors que les estimations les plus plausibles sont d’environ 150 000 personnes.

12 Le peuplement valaque se prolonge sans solution de continuité de l’autre côté de la frontière, dans la région de Negotin et du fleuve Timok.

13 Cf. J.-F. Gossiaux, « La fin des Yougoslaves, ou l’ethnicité toujours recommencée », Anthropologie et sociétés 26, 1 (2002), p. 53-68.

14 À l’époque, Kiro Gligorov.

Auteur

Est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, et membre du laboratoire d’Anthropologie des institutions et des organisations sociales (LAIOS-CNRS). Il mène depuis plus de vingt ans des recherches dans les Balkans, avec des travaux qui ont d’abord porté sur l’organisation familiale, puis sur les phénomènes d’ethnicité et de nationalisme (Pouvoirs ethniques dans les Balkans, Paris, PUF, 2002). Il a aussi, en France, conduit une enquête sur les jeunes d’une vallée ouvrière dévastée par la crise économique (Avoir seize ans dans les Ardennes, Paris, CTHS, 1992). Il a été rédacteur en chef de la revue Ethnologie française de 1996 à 2001.

© École française d’Athènes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search