Version classiqueVersion mobile

Nommer et classer dans les Balkans

 | 
Gilles de Rapper
, 
Pierre Sintès

Première partie. Aroumains, Valaques et Sarakatsans : Nommer et classer les pasteurs aroumains dans les Balkans

Les Valaques du Sud de l’Albanie et la Grèce

Pierre Sintès

Résumé

La migration des Albanais vers la Grèce constitue, depuis le début des années 1990, l’un des phénomènes les plus importants qui touchent ces deux pays. La rapidité ainsi que le calibre de ce flux apparaissent en effet hors norme dans le contexte balkanique puisque, en seulement une décennie, ce sont près de 500 000 personnes qui ont été concernées. Pour certains de ces migrants, la Grèce n’est pas un pays quelconque puisque ses autorités leur reconnaissent la possibilité d’être accueillis en son sein comme membres à part entière de la nation. Ce fait est l’un des derniers avatars du contentieux territorial qui opposait les deux pays, depuis la création de leur frontière commune en 1913. Ce statut particulier est octroyé à l’ensemble de la minorité hellénophone du Sud de l’Albanie, mais il concerne aussi les nombreux locuteurs de l’aroumain qui se voient ainsi accorder des conditions préférentielles d’accès au territoire hellénique. En se penchant sur les raisons de cette agrégation des Valaques d’Albanie à la nation grecque, on met en lumière les différents discours qui visent à le justifier, qu’ils émanent de l’État grec ou des acteurs eux-mêmes de cette migration très particulière.

Texte intégral

  • 1 Voir A.-G. Lazarou, « Kαταγωγή και έπίτoμη ιστoρία των βλάχων της Αλβανίας » [Origine et histoire a (...)

1Les relations entre les Valaques d’Albanie et la Grèce ne font pas l’objet d’une littérature abondante. Pourtant, les écrits qui abordent ce sujet révèlent l’aspect sensible de certaines questions le concernant tant peuvent y être virulentes les prises de position en rapport avec les origines et l’appartenance de ce qui pourrait demeurer un groupe dont la définition ne dépendrait que d’un critère linguistique1. Aussi, le titre choisi ici, malgré la sobriété recherchée, pourrait susciter nombre de soupçons sur le texte qui le suit dont le plus immédiat serait qu’il prenne parti par hypothèse et accrédite l’idée fort répandue en Grèce que ces groupes vivant sur le sol albanais seraient en fait constitués de personnes liées à l’hellénisme par des liens charnels, ceux du sang, et par des liens politiques, puisqu’ils auraient été touchés par le sentiment national grec au point d’être l’origine d’individus ayant été parmi les plus actifs dans l’édification de la Grèce moderne aux xixe et xxe siècles. Bref, un tel titre suppose-t-il que l’on souscrive à l’idée que tous les locuteurs aroumains de la zone sont en réalité de véritables Grecs, partageant avec les autres habitants de l’Hellade une même appartenance ethnique et une même conscience nationale ?

  • 2 Doctorat de géographie sous la direction de Robert Escallier à l’université de Nice Sophia-Antipoli (...)
  • 3 Les étrangers y représenteraient 7 % de la population, soit un des chiffres les plus élevés de l’Un (...)

2 Si la question est légitime, ce n’est pas sur le chemin de cette polémique que je voudrais m’engager et je me garderai bien d’une quelconque prise de position dans les débats concernant l’identité et l’origine de ceux que l’on appellera ici les Valaques d’Albanie. En ce qui me concerne, la rencontre de ces groupes s’est faite par un tout autre biais que celui d’un intérêt historique particulier puisque c’est au cours de recherches sur le flux migratoire de l’Albanie vers la Grèce2 que j’ai été amené à m’interroger sur la place des Valaques au sein de ce mouvement de population. Ceux-ci, comme bon nombre de citoyens albanais, ont quitté en masse leur pays depuis 1990 et l’ouverture de ses frontières pour chercher une meilleure fortune dans le pays voisin. Ils ont ainsi contribué au mouvement qui a fait de la Grèce un pays d’immigration massive3, parmi les plus importants d’Europe depuis 1990 et la chute des régimes bureaucratiques d’Europe orientale.

3En étudiant ce phénomène, il est apparu que la migration albanaise reproduisait en son sein les clivages que connaissait la société de départ mais aussi que ces divisions venaient s’articuler avec les représentations, les opinions et les pratiques en vigueur dans le pays d’accueil sans qu’il soit possible de montrer lequel de ces deux discours ou laquelle de ces deux réalités prévalait sur l’autre. Cette articulation est particulièrement évidente pour les Valaques d’Albanie puisque l’image que l’on se fait d’eux en Grèce prend une importance considérable non seulement dans les termes qu’ils emploient pour se nommer et dont ils sont désignés par les autres mais aussi sur le cours objectif de leur migration en raison des modalités de celle-ci et de la structure de leurs parcours.

4Si ce texte vise à présenter cette originalité, l’accent sera porté aussi sur le discours qui prévaut en Grèce sur l’identité et l’origine de cette population, volontiers distinguée du reste des immigrés venus d’Albanie, et sur son impact sur les procédures d’auto-identification des intéressés. Ceux-ci donnent en effet d’eux-mêmes une définition oscillante, résultat d’un compromis variable et souvent personnel entre différents discours et dont la relation avec les contextes d’énonciation ou les trajectoires individuelles est apparue au moins autant que d’éventuels liens avec des faits de structure bien signalés.

5 Pourtant, avant de décrire les Valaques dans leur particularité migratoire et les caractères du discours qui les concerne à cette occasion, il est nécessaire de rappeler ce que recouvre ce terme en Albanie.

Les Valaques en Albanie

  • 4 Le matériel utilisé ici provient d’entretiens répétés dans le Sud et le Sud-Ouest de l’Albanie, dan (...)

6Quand on s’intéresse aux Valaques d’Albanie et à leur statut sous le régime d’Enver Hoxha (1944-1985), on est frappé par le contraste qui semble avoir existé entre la faiblesse de leur reconnaissance officielle et la persistance de leur existence en tant que groupe constitué. En effet, l’ensemble des témoignages qui ont pu être recueillis4 sur le terrain révèlent que, pendant ces quarante-cinq années durant lesquelles la particularité des Valaques ne bénéficiait d’aucune base officielle, ce groupe continuait d’exister et d’être reconnu en tant que tel dans l’ensemble des sociétés villageoises des régions qu’ils habitaient.

Une existence officielle quasi nulle

  • 5 Elle est appelée kombësi en albanais. C’est une mention d’état-civil que l’on pourrait grossièremen (...)
  • 6 En Albanie, les membres de la minorité parlant la langue macédonienne sont habituellement appelés « (...)

7Au temps d’Enver Hoxha, les Valaques n’étaient pas reconnus comme l’une des minorités constituantes de la population du pays. Cela signifie que le terme n’apparaît jamais dans l’état-civil de la république d’Albanie à partir de 1945 en tant que « nationalité5 » contrairement aux Grecs, aux Macédoniens6 et aux juifs. Pourtant, les populations parlant l’aroumain apparaissent à travers certaines sources comme une entité constituée. C’est ce que semble montrer ce passage d’Ismail Kadaré où ils sont désignés clairement comme un groupe à part dans la population albanaise :

  • 7 Autre nom dépréciatif donné aux membres de la minorité macédonienne.
  • 8 I. Kadaré, Printemps albanais (1991), p. 50.

« Choisis par le Kominterm ou par Enver Hoxha, Shule7 et Valaques convenaient parfaitement à la direction communiste, pour la simple raison que, ne possédant pas de liens avec la nation albanaise, ils n’éprouvaient pas la moindre compassion envers elle. On pouvait leur dire : frappez sans merci ! Et sans que leur bras vienne à trembler, ils taperaient sur tout : sur les fondements de la nation, sur son histoire, sur les individus. Ils mutileraient la fière race des Albanais avec la plus grande ardeur car, dans ce zèle, leur soif de revanche sur les vieilles offenses, leur désir de vengeance et leur complexe d’infériorité entraient pour une bonne part8. »

8Il n’est pas étonnant qu’avec la persistance d’une telle désignation la présence de Valaques en Albanie laisse, de loin en loin, quelques traces malgré le déni officiel. Ils apparaissent, en effet, à l’occasion des résultats du recensement général de 1989 dans les tableaux classant la population de l’Albanie par nationalité. Il est fort probable que les chiffres y soient largement sous-évalués et donnent la part belle aux nationalités reconnues comme constituantes de la population albanaise. Ainsi, on constate que les Valaques ne sont comptés que pour un peu moins de 1 % des 64 816 citoyens albanais de nationalité « non albanaise » déclarés. La donnée demeure cependant pour le moins énigmatique. Si les Valaques n’étaient pas reconnus en tant que tels, comment des citoyens albanais pouvaient encore se déclarer appartenir à ce groupe ? En fait, les récits de vie recueillis dans certains villages du Sud de l’Albanie ont confirmé que la catégorie était, même du temps d’Enver Hoxha et de sa disparition officielle, encore opératoire dans les rapports sociaux.

Un déclassement ethnicisé

  • 9 Voir P. Sintès, « Les Albanais en Grèce, le rôle des réseaux préexistants », Balkanologie VII, 1 (2 (...)
  • 10 Relevons ici la synonymie classique entre l’occupation et un groupe identifié de façon ethnolinguis (...)

9La plupart des exemples qui suivent ont pour but de montrer les modalités de la persistance de ce groupe dans les sociétés villageoises durant la période hoxhiste. Ils sont tirés d’observations effectuées dans les régions frontalières de l’Épire, côté grec et côté albanais. Les Valaques y vivent aujourd’hui de façon sédentaire. Ils sont cependant les descendants de pasteurs semi-nomades qui suivaient une logique de transhumance inverse entre un hivernage littoral dans la région de Ksamil, face à Corfou, ou en Thesprotie, sur la côte de l’actuel nôme grec d’Épire, et des estives d’altitude dans le massif de Kolonjë entre Përmet et Korçë. Ces groupes avaient, au cours de leurs déplacements, un point fixe : il s’agissait du village de Képhalovrisso (anciennement appelé Medjidié), actuellement situé dans la région du Pogon grec9. Leur particularité dans cette région est l’adoption ancienne de la langue grecque. En effet, si la langue domestique est demeurée l’aroumain, les « Valaques de Képhalovrisso », comme ils se désignent eux-mêmes, savaient et savent bien souvent encore le grec, la plupart de leurs terres de parcours se situant dans des régions peuplées d’hellénophones. Toutefois, c’est leur rôle économique particulier qui a déterminé les termes par lesquels ils sont désignés : par leur occupation même de Tchobanes (çoban) qui signifie berger en turc (et en albanais)10, ou par les termes d’Aroumounes et de Roumounes qui se réfèrent à leur langue domestique.

10La mobilité de ces pasteurs et leurs liens avec la Grèce faisaient d’eux un groupe gênant et hautement suspect au moment de l’avènement de l’économie planifiée, du parti unique et surtout de la collectivisation des moyens de production. C’est ainsi que ces propriétaires de grands troupeaux furent assignés à des coopératives et sédentarisés de force sur leurs terres de parcours, entre Korçë et Sarandë. Dès lors, leur présence ne passe pas inaperçue puisqu’ils peuvent représenter plus des deux tiers de la population des villages concernés comme c’est le cas de certaines localités.

11Les Valaques s’y sentaient tellement de liens avec la Grèce qu’ils avaient même pu se déclarer de nationalité grecque et fréquentaient les écoles de la minorité jusqu’à ce qu’en 1966, sous la pression de l’État albanais, ils aient été contraints de changer cette mention. Malgré cette conversion à l’albanité, ils étaient toujours perçus comme différents, amis des Grecs et suspects de sympathie pour l’impérialiste voisin. De très nombreuses familles de Tchobanes, dans tout le Sud albanais, avaient été divisées par la frontière. Le soupçon de communiquer avec des proches établis en territoire ennemi était prétexte à de nombreuses persécutions. Les déportations étaient systématiques en cas de fuite d’un membre de la famille en Grèce. Elles pouvaient se faire dans les centres de détention surtout situés dans le Nord et le centre du pays, des familles entières pouvaient être placées dans les villages de relégation dans la plaine littorale de la Myzeqe. Les condamnés y étaient soumis aux pénibles travaux d’assainissement et d’irrigation des terres agricoles.

  • 11 Les habitants de cette région de l’Albanie se répartissent selon des groupes qui se désignent eux-m (...)

12C’est ainsi que les Valaques sont demeurés un groupe distinct caractérisé par un statut social inférieur et soumis à une ségrégation se révélant aussi bien dans les domaines de la répartition spatiale, des pratiques sociales que des usages langagiers. La plupart des villages de Lunxhëri portent les marques de la ségrégation spatiale (fig. 1) et les Valaques étaient logés dans des quartiers distincts : de petites maisons dans la majorité des cas, d’habitats collectifs plus rarement comme c’est le cas dans le plus gros des villages, celui de Dhoksat. Dans la même logique, on a constaté l’endogamie des groupes vivant dans cette région. Quand certains de leurs membres la transgressent, on parle d’un mariage fait « par amour » car, pour expliquer un tel comportement, il semble qu’il faille faire appel à une force irrationnelle. Sinon, les mariages conclus à l’intérieur de chacun des groupes sont la règle. Cette ségrégation est aussi présente dans les termes de la désignation. Ainsi, dans ces villages, on distingue les Valaques par un terme relatif au vocabulaire religieux. Ils sont nommés comme une des fe particulières qui divisent la communauté villageoise11.

  • 12 Venant de mal, mot albanais signifiant la montagne auquel est accolé un suffixe péjoratif. Voir G. (...)
  • 13 F. Barth, « Les groupes ethniques et leurs frontières », in P. Poutignat, J. Streiff-Fenart, Théori (...)
  • 14 Quel que soit le statut que les émigrés albanais obtiennent dans les différents pays d’accueil, ils (...)

13Tout se passe comme si cette catégorie s’était trouvée réinvestie dans les lieux de sédentarisation pour matérialiser une nouvelle opposition entre groupes nantis et déclassés, et ce malgré sa disparition quasi totale d’une nomenclature officielle qui rejetait les divisions ethniques au profit des solidarités de classe. Soulignons que cette catégorisation découlant de clivages socioprofessionnels est toujours à l’œuvre aujourd’hui. En effet, on considère encore dans ces régions les bergers avec un certain mépris teinté de crainte – ils sont toujours des Tchobanes, même s’ils ne sont plus aujourd’hui des pasteurs au parler aroumain, mais des personnes venues d’autres régions, populations labes du Kurvelesh ou montagnards arrivés depuis quelques années du Nord de l’Albanie aussi appelés de façon péjorative malok12. Cette persistance d’une même catégorie alors que le contenu humain du groupe ainsi désigné a radicalement changé illustre les propos de Fredrik Barth sur l’évolution des groupes ethniques : « Après tout, le matériau humain qui s’organise en un groupe ethnique n’est pas immuable et, bien que les mécanismes sociaux discutés jusqu’ici tendent à maintenir les dichotomies et les frontières, ils n’impliquent pas que le matériau humain qu’ils organisent soit statique : des frontières peuvent persister malgré ce qu’on peut appeler par métaphore “l’osmose” des personnes qui les traversent13. » Une telle évolution est consécutive à la situation actuelle du pays et surtout aux conséquences de sa nouvelle condition migratoire. En effet, à partir de la chute du régime d’Enver Hoxha et de l’ouverture des frontières, une grande partie des Valaques de ces régions se sont rendus en Grèce pour trouver du travail et des conditions de vie meilleures, comme beaucoup d’Albanais, surtout depuis le Sud du pays. De cette manière, bon nombre d’emplois ont été libérés dans les villages de départ et l’on assiste à la mise en place d’une véritable migration de substitution depuis des zones d’Albanie où le surpeuplement et le sous-emploi n’ont pas été résolus par la migration internationale. Pour ce qui est des Valaques qui sont partis, même si leurs espoirs étaient partagés par l’ensemble des « réfugiés14 », les moyens qu’ils mirent en œuvre pour les réaliser furent quelque peu différents.

Fig. 1. – Les différents quartiers dans le village de Karjan (Lunxhëri).

Une migration originale

14Pour s’établir en Grèce, les Valaques connurent certaines facilités dont les autres Albanais furent loin de bénéficier. Ces avantages découlent de deux faits : l’existence de liens familiaux antérieurs à la fermeture de la frontière en 1945 et la bienveillance de l’administration grecque vis-à-vis de ces personnes à partir de 1990.

Des comportements spatiaux propres

15À partir de l’exemple de la région de Gjirokastër, il apparaît que leur migration a été facile en raison des anciens liens familiaux transfrontaliers qui ont pu être réactivés. En effet, d’après l’association des Valaques « Képhalovrisso » ayant son siège à Gjirokastër, le lignage de huit Valaques sur dix dans cette région est originaire du village de Képhalovrisso situé aujourd’hui en Grèce. Les histoires de familles séparées par la frontière sont si nombreuses qu’elles paraissent constituer la règle. Une fois la frontière ouverte, les candidats au départ se sont tout naturellement appuyés sur ces contacts familiaux pour faciliter leur migration. C’est pourquoi l’énorme majorité de ceux qui partaient de la région de Gjirokastër passaient par le chemin qui relie Sopik à Drimades à travers la montagne, pour se rendre à Képhalovrisso afin d’y retrouver des membres de leur famille qu’ils n’avaient pas vus depuis quarante-cinq ans.

16La qualité de l’accueil dans les villages grecs fut variable. On s’y est pourtant souvent établi quelques temps avant de trouver d’autres destinations. Le travail manque toujours dans cette région périphérique de la Grèce et de l’Europe qui connaît les indices de richesse les plus faibles de l’ensemble de l’Union européenne. Mais comme le dit le maire de Képhalovrisso : « pour les Valaques de Gjirokastër, une chose est certaine, ils ont tous gagné leur premier salaire (μερoκάματo) au village ». À partir de là, ces immigrants se sont orientés vers des destinations où ils étaient susceptibles de retrouver des connaissances ou de la famille, ils ont donc suivi à la trace des personnes parties de Képhalovrisso durant les décennies précédentes. Les nouveaux migrants ont reproduit alors le comportement de villageois épirotes des années 1950-1970 en se dirigeant majoritairement vers Athènes et Ioannina et, parfois, vers des destinations marginales qui avaient été choisies, il y a vingt ou trente ans, par un parent inconnu, comme Larissa, Sparte ou Volos. Dans ce cas, l’appartenance à ces réseaux valaques est un facteur original qui intervient d’une façon déterminante dans le choix de la destination.

  • 15 Ces villages auraient une histoire différente puisqu’ils auraient été créés à la suite de l’arrivée (...)

17Signalons que le cas de Képhalovrisso n’est pas unique et que ces comportements existent en d’autres points comme le village de Dendrohori dans la région de Pella et celui de Kristalopigi dans la région de Kastoria15 qui rempliraient un même rôle, celui d’un lieu-étape destiné à renouer avec un ancien réseau familial. On peut donc soutenir ce type de modèle pour le fonctionnement territorial du réseau migratoire des Valaques.

18Forts de ces facilités, les Valaques sont partis en grand nombre. Dans le village de Mingull en Lunxhëri, où ils constituaient la majorité des habitants, plus des deux tiers d’entre eux sont partis alors que les habitants appartenant à une autre fe sont majoritairement restés au village. Ces anciens déclassés ont même été les acteurs d’une migration réussie et ils sont jalousés des autres habitants, car ils ont pu se faire construire de belles demeures et sont parfois même rentrés au village, où ils ont ouvert des petits commerces ou acheté un minibus grâce au capital accumulé en Grèce.

Une administration bienveillante

  • 16 G. de Rapper, op. cit. (supra, n. 12), p. 222.
  • 17 De sang grec, ce qui induit la reconnaissance d’une sorte de « droit au retour » légal en Grèce sou (...)
  • 18 Le « petit passeport » ou pashaportë e vogël en albanais, était un document d’identité de l’époque (...)
  • 19 Cette région qui se trouve entre la frontière et le fleuve Shkumbi en territoire albanais a été réc (...)
  • 20 L’association Omonia (la Concorde en grec) a été créée dès la chute du régime communiste. Elle avai (...)
  • 21 S. N. Sotiriou, Oι Bλαχοvϕωνοι του ευρωπαϊκού και βαλκανικού χώρου [Les Aroumains de l’espace europ (...)

19Déjà les facilités de contact entre les Valaques d’Albanie et l’administration grecque sont attestées par Gilles de Rapper entre 1994 et 1997 dans le Sud-Est du pays. Ce sont les solidarités induites par la communauté de langue qui ont été mises en avant comme en témoignent les propos de l’un de ses interlocuteurs : « ils sont du genre à s’aider les uns les autres. Certains garde-frontières grecs sont Tchobanes, et ils font passer les Tchobanes albanais sans problème, du moment qu’ils ont un passeport, même faux. À l’ambassade de Grèce à Tirana, c’est une Tchobane qui délivre les visas. Si quelqu’un dit qu’il est Tchobane, elle l’interroge dans leur langue, et s’il sait répondre, elle lui donne un visa de 5 ans16 ». La présence de groupes aroumains dans les régions d’Épire, de Macédoine et en Grèce centrale donnerait donc aux Valaques d’Albanie une ressource supplémentaire pour faciliter leur installation en Grèce et cette réalité leur a permis d’obtenir aisément des visas dès les premières années de la migration, grâce aux facilités de contact induites par la communauté de langue. Mais à partir de 1995, la situation administrative s’est encore améliorée puisque les Valaques d’Albanie se sont vus considérés comme de véritables omogeneis17, ce qui leur a permis d’accéder aux mêmes facilités que les membres de la minorité grecque d’Albanie ou que les Pontiques venant d’ex-Union soviétique. Pourtant, cette reconnaissance n’a pas été facile et elle semble avoir été arrachée de haute lutte. En effet, l’accession des Valaques aux mêmes avantages que ceux octroyés aux Grecs d’Albanie ne semble pas être allée de soi à tout moment. Leur « petit passeport18 » portait parfois la mention « Albanais » et non pas « Grec », ce qui pouvait rendre plus difficile leur reconnaissance. Surtout, certains groupes de pression de la minorité grecque n’auraient pas vu d’un bon œil leur association aux Valaques qui les obligerait à partager les aides que leur destinent le gouvernement grec et certains bienfaiteurs de la cause de l’Épire du Nord19. C’est la situation que dénonce S.N. Sotiriou, auteur d’un certain nombre de brûlots sur la question géopolitique de la région, dont un ouvrage destiné à décrire la condition des « Valacophones » dans les Balkans : « D’après la loi albanaise ne sont reconnus comme omogeneis que ceux qui vivent dans les régions de la minorité (c’est-à-dire les régions de Gjirokastër et de Sarandë). Elle exclut donc ceux qui ont conservé leur sentiment de grécité, c’est-à-dire ceux de Përmet, d’Elbasan, de Durrës, de Himarë et ceux de Kuçovë, dont nous verrons dans les pages de ce livre qu’ils sont Grecs et avec une population double de celle de Gjirokastër, mais ils ne peuvent pas se procurer de la municipalité un certificat et, ainsi, il leur manque des pièces pour avoir des visas ou de l’aide et, de la même manière, ils ont manqué toute l’aide qui a été envoyée jusqu’à présent par la Grèce… comme les tracteurs de Lazis qui ont été partagés entre les différents amis d’Omonia20 autour de Gjirokastër21. »

  • 22 Parallèlement, les étudiants des pays balkaniques limitrophes sont les principaux bénéficiaires des (...)

20Pour les migrants, l’enjeu n’était pas mince, puisqu’il s’agissait pour la plupart de bénéficier de droits permettant de pérenniser leur séjour en Grèce par l’obtention d’une carte d’identité d’omogeneis renouvelable tous les trois ans, voire d’un passeport grec. En comparaison, à la même période, les étrangers extra-communautaires étaient soumis en Grèce au régime des cartes vertes, plus difficiles à obtenir et à la durée de validité plus courte et aléatoire. Pour leurs enfants, cette reconnaissance permit d’obtenir, en tant qu’omogeneis, une quarantaine de bourses d’étude dans les universités grecques chaque année. Ces programmes existent pour tous les Épirotes du Nord et prévoient un cursus particulier de remise à niveau en langue avant de pouvoir intégrer le cours normal d’un cursus universitaire. Une telle politique vise à développer l’aura de la Grèce dans la zone par la multiplication des locuteurs22. Mais elle semble être déjà un demi-échec. Peu nombreux sont les étudiants d’Albanie, Valaques ou « minoritaires » issus de la communauté hellénophone, à rentrer au pays pour engager des collaborations avec la Grèce.

21Cette situation administrative a pour conséquence le renforcement des particularités spatiales de la migration des Valaques d’Albanie. Le lieu-étape devient un lieu-référence dont on se réclame pour attester son origine grecque et que l’on fréquente pour y faire établir des certificats en bonne et due forme nécessaires pour obtenir les documents utiles aux omogeneis. Le président de l’Union des Valaques d’Albanie n’est-il pas lui-même inscrit sur les registres communaux et les listes électorales comme citoyen de Képhalovrisso ?

22On peut se demander pourtant quels sont les arguments qui permettent de justifier cet ensemble de particularités ; en deux mots, quel discours sous-tend la proposition « les Valaques d’Albanie sont des Grecs » que suggère leur position administrative ?

La Grèce, planche de salut ou mère-patrie ?

23La thèse de l’hellénité des Valaques d’Albanie est véhiculée dans les milieux politiques et scientifiques (ou parascientifiques) et relayée auprès des intéressés par un réseau associatif actif. Pourtant, il est apparu qu’elle est reprise de manière variable et originale par les acteurs mêmes de la migration.

Des enfants de l’hellénisme

24Le discours sur les Valaques du Sud albanais semble s’articuler autour de plusieurs éléments convergents comme la vision globale des Valaques des Balkans en Grèce et la question de l’Épire du Nord, mais il peut aussi être mis en relation avec la posture prise par les autorités grecques vis-à-vis des communautés à langues rares.

  • 23 C. Stéphanopoulos, in A. I. Koukoudis, op. cit. (supra, n. 15), p. 8.
  • 24 A. I. Koukoudis, extrait de Tηρουμένων των αναλογιών [Toutes choses égales] (1998), disponible sur (...)

25Valaques = Grecs : cette correspondance a connu dernièrement une consécration officielle puisque, lors de la sortie d’une collection consacrée aux Valaques, présentée par Astérios I. Koukoudis, le président de la République grecque en personne, Constantin Stéphanopoulos, s’est exprimé dans une préface dithyrambique pour s’associer pleinement aux thèses retenues par l’auteur : « Tout ceci, comme ce que Monsieur Koukoudis exprime, rend évident le fait que les Valaques ne doivent pas être pris pour une survivance pittoresque d’une vie pastorale aujourd’hui révolue, une sorte de pièce de musée ou comme une minorité aisément manipulable par d’habiles tuteurs. Les Valaques ne sont pas une minorité et ils ne sont pas que des Valacophones (à savoir un groupe linguistique distinct, ndn) ou des porteurs de fustanelle, ce sont originellement des citadins présents dans presque l’ensemble de la Grèce continentale ayant apporté une importante contribution à l’édification de leur mère-patrie la Grèce23. » L’ensemble de la collection, ainsi que d’autres écrits de l’auteur militent en faveur d’une indiscutable hellénité des Valaques qui ne seraient rien d’autre que de véritables Grecs autochtones. C’est bien le point de vue que suggère le titre du deuxième volume de sa somme, Métropole et diaspora des Valaques, et que l’auteur exprime explicitement dans un autre texte intitulé Toutes choses égales, diffusé sur son site internet où il affirme : « Il devrait donc être clair à l’esprit de tous que la Grèce elle-même constitue la véritable métropole des Valaques et que les Valaques des pays balkaniques environnants se trouvent en diaspora24. » En cela, il reprend les thèses plus anciennes d’Achiléas Lazarou. Celui-ci soutient à partir d’analyses linguistiques que les Valaques sont des Grecs romanisés comparables à ceux des colonies grecques de Marseille ou d’Alexandrie. Leur langue proviendrait de la création d’un idiome roman sur un substrat grec. Ils seraient bilingues depuis toujours. L’aroumain ne permettrait pas d’exprimer toutes les nuances nécessaires à la communication savante pour laquelle ils utilisent le grec.

  • 25 A. G. Lazarou, « Valaques de Grèce », Cahiers balkaniques 25 (1998), p. 73-74.

« Ainsi on arrive à se demander si même certains Hellènes n’avaient pas adopté le latin. En ce qui concerne les Hellènes de la diaspora il n’y a pas de doute. En Occident les premiers à avoir parlé et même enseigné le latin sont les Hellènes de Marseille […]. En Orient également aussi bien au nord qu’au sud du Danube, les Hellènes se servent du latin. […] Par conséquent la question qui demeure concerne les Hellènes de la péninsule hellénique. À ce propos le professeur Poghirc nous assure qu’ils avaient déjà commencé à parler le latin au début du troisième siècle, plus exactement en 229 av. J.-C., c’est-à-dire avant la conquête romaine. Poghirc ajoute qu’en Grèce du Nord, où les Romains avaient constitué la provincia Macedonica, étaient appliqués tous les moyens de romanisation ou plutôt de diffusion de la langue latine : armée, commerce et activités économiques, administration romaine, viae publicae, christianisation25. »

26Pour soutenir une telle opinion sur l’origine des Valaques, le riche passé de la cité de Voskopojë est souvent évoqué. Cette ville, située à l’Ouest du bassin de Korçë dans le Sud-Est albanais, a été un pôle culturel de première importance aux xviie et xviiie siècles jusqu’à sa destruction en 1769 et était peuplée de Valaques. La langue que ceux-ci utilisaient pour l’impression des livres – la ville a connu en effet une des premières imprimeries de la péninsule Balkanique – était le grec. L’évocation de la splendeur révolue de cette cité est un argument fréquent pour appuyer l’hypothèse de la grécité des Valaques. De la même manière, la réussite dans le commerce de certains de ses habitants, qui n’ont pas hésité à s’exiler dans toutes les grandes métropoles européennes, est aussi évoquée comme une preuve éthologique de leur appartenance à la communauté des Grecs. Ces arguments permettraient de contrecarrer les prétentions roumaines d’une quelconque parenté avec l’ensemble des Valaques des Balkans :

  • 26 Ibid., p. 98.

« Ce mode de vie mené par les Hellènes Valaques déplaisait aux Roumains, qui n’avaient aucune tendance à s’expatrier, tandis qu’il était depuis toujours pareil à celui des Grecs unilingues, avec lesquels, selon Capitan, on les confond26. »

27Dans cette perspective, quoi de plus logique que, dans ses écrits, ceux que A. Koukoudis appelle Arvanito-valaques, dont l’origine est supposée être la région de Frashër en Albanie, soient associés aux autres Valaques de Grèce et apparaissent comme un des éléments de la présence grecque ancestrale dans la zone ? Le lien est alors fait avec l’affirmation de la présence de l’hellénisme en Épire du Nord, dont les Valaques constitueraient un témoignage supplémentaire au même titre que la communauté hellénophone du Sud de l’Albanie.

  • 27 Cité par Élefteros Typos, 9 juin 1998.
  • 28 Cité par Éleftérotypia, 10 mars 2001.

28La compatibilité de ces discours est totale avec ceux qui s’élèvent en Grèce, récusant l’éventuelle reconnaissance d’une minorité valaque. Dans ce domaine, les autorités grecques font montre d’une grande méfiance vis-à-vis de toute atteinte à l’homogénéité de la population du pays. Le discours du préfet de Larissa à l’occasion d’un colloque sur les langues minoritaires en 1998, organisé pourtant dans le cadre d’un programme européen de sauvegarde des langues rares, résume bien cette position : « La Grèce a beaucoup souffert et les Valaques encore plus. Croyez-vous que l’État s’y prend de manière autoritaire et qu’il porte atteinte à la liberté des Valaques ? Occupez-vous de l’étude de la langue mais ne parlez pas de minorité ni d’école valaque. Cette affaire n’existe pas (τέτoιo θέμα δεν υπάρχει)27. » Les sensibilités semblent en effet exacerbées quand on touche à ces sujets. L’épisode du jugement rendu contre l’architecte Sotiris Bletsas est à cet égard instructif. Son seul tort était d’avoir distribué en 1995, lors de la rencontre panhellénique des Valaques, une brochure du Bureau européen des langues les moins répandues où figurait la représentation des zones où sont parlés l’aroumain, le bulgare, le slavo-macédonnien, l’arvanite et le turc sur une carte de Grèce. Le scandale et les plaintes qui ont suivi virent l’intéressé condamné à une forte amende et quinze mois de prison, et s’entendre déclarer par la présidente de la cour de justice « D’accord, toutes ces choses sont parlées. Mais doit-on en parler28 ? » Cette opinion fort répandue s’articule avec les publications du professeur Lazarou qui, lui aussi, s’insurge contre le fait que l’on puisse considérer en Grèce les Valaques comme une minorité :

  • 29 A. G. Lazarou, loc. cit. (supra, n. 25), p. 95-96.

« Sans aucun doute, les récentes décisions prises tant par le Parlement Européen que par le Conseil Européen, selon lesquelles les Valaques de Grèce deviennent une minorité au sein de leur propre pays depuis toujours – sous un faux prétexte – se solderont également par un échec. Car du fait de l’absence de représentants officiels de la Grèce, les deux décisions mentionnées n’emportent pas l’assentiment de la masse valaque de Grèce. Il s’agit au contraire de prétentions d’agents de la propagande roumaine d’avant-guerre qui en vérité sont nées hors de Grèce, plus précisément en Bulgarie (Dobroudja) et en Roumanie et par conséquent ne peuvent représenter qu’eux-mêmes ainsi que quelques-uns, parmi les écoliers de certaines écoles roumaines de la même période ou leurs descendants demeurant en Grèce. En fait, il s’agit tout au plus d’une vingtaine de personnes agissant en toute conscience par rapport à deux cent mille Valaques dont la conscience est pleinement hellénique29. »

  • 30 C. Goçi, préface in S. N. Sotiriou, op. cit. (supra, n. 21), p. 9.

29Ces thèses sont reprises par certaines associations valaques d’Albanie. Ainsi, le président de l’association « Képhalovrisso » des Valaques de Gjirokastër n’hésite-t-il pas à déclarer que « les Valaques du Sud de l’Albanie ont trouvé en Grèce leur mère-patrie, la patrie de leurs ancêtres ». Le président de l’Union des Valaques d’Albanie siégeant à Korçë, Christos Goçi, va encore plus loin en écrivant : « Il n’existe pas de différence, depuis ces derniers temps, quand on dit Épire du Nord, on entend hellénisme en Albanie, Valacophones d’Albanie, Grecs d’Albanie, Himariotes, Nartotes, Svernotsimotes, Grecs philhellènes (έλληνες ϕιλoγκρεκoί). Notre cadre national est bien plus grand que l’étroite Épire du Nord de Gjirokastër et de Sarandë comme certains l’ont imaginé depuis des années, car l’Épire du Nord est aussi Përmet, Korçë, etc.30. » Et ce même Goçi d’affirmer le poids de la communauté valaque d’Albanie par des estimations larges puisqu’il la prétend forte de 250 000 personnes. Ces chiffres contrastent pour le moins avec les résultats du recensement de 1989. On ne peut s’empêcher de penser à l’influence de la politique migratoire de la Grèce dans ce que l’on pourrait qualifier d’ethnogenèse administrative. La concurrence roumaine sur la question de l’origine est aussi vivement combattue à ce niveau et lui permet de confirmer une fois de plus l’hellénité des Valaques :

  • 31 Ibid., p. 11.

« Nous sommes dans une grande lutte, mais celle-ci n’apparaît pas. Elle reste souterraine et elle est le fait de la propagande des Roumains vis-à-vis des Valaques depuis cent ans. Les Roumains n’ont aucun droit sur les Valaques. Aucun fait ne nous enseigne que les Valaques sont des Roumains, ils font pourtant de la propagande politique. Ils donnent cinquante bourses chaque année et ils affichent sur la porte de leur ambassade à Tirana qu’ils donnent des bourses pour les Albanais de nationalité roumaine ( !). Nous savons très bien pour notre part que les Valaques ont des mœurs, des us, des noms tout à fait grecs et non pas valaques (sic). Noms grecs, us et coutumes grecs31. »

  • 32 Christos Goçi est député du parti des droits de l’homme au Parlement albanais.

30On constate donc que le discours associant les Valaques du Sud albanais à l’hellénisme dispose de nombreux relais à des niveaux différents, mais toujours influents : des professeurs et des chercheurs, des présidents d’association32 et, surtout, l’administration grecque en la personne de son premier représentant, administration dont la sérénité de l’immigré dépend grandement. Il s’agit donc d’un discours qui, en Grèce, se situe en position de force vis-à-vis des immigrés valaques venus d’Albanie et rien d’étonnant à ce qu’il domine bien souvent dans les discours d’auto-identification des intéressés.

Quel discours pour l’auto-identification ?

  • 33 Le désespoir aurait pu s’emparer de moi à la suite de ces enquêtes si je n’avais pas lu le texte de (...)

31À l’issue des entretiens effectués pour mettre à l’épreuve les questions qui avaient émergé des lectures concernant les Valaques du Sud albanais, j’ai eu le sentiment d’avoir recueilli un grand nombre d’éléments parfaitement contradictoires… Le premier enseignement que j’en tirai était que le discours associé à cette réalité pouvait varier considérablement selon l’interlocuteur et dans les propos d’un même interlocuteur33. Cependant, certains thèmes sont apparus récurrents et leur mise en forme a permis de faire émerger des correspondances.

32Le discours sur les origines est conforme à ce qui a été énoncé ci-dessus dans la mesure où les Valaques d’Albanie rencontrés aussi bien dans un café d’Athènes connu pour être un lieu fréquenté par les Valaques de Képhalovrisso venus d’Albanie que dans les villages d’Épire offrent la même version : ils sont « de là », de Grèce, des topioi (ντόπιoι), c’est-à-dire des autochtones. Pour ce qui est de l’hellénisme de l’Épire du Nord, il occupe une place variable dans les discours et dépend grandement de la personne interrogée. Pourtant, quel que soit le degré d’adhésion à la cause vorio-épirote, tous relèvent les origines « grecques » dans leur famille et citent les personnes nées en Grèce dans la fratrie de leurs parents ou de leurs grands-parents. Ils peuvent aller même jusqu’à utiliser la catégorie d’« hellino-valaque » pour se désigner. Il y a de leur part un traitement différencié de l’espace du lignage pour des raisons évidentes qui tiennent à l’orientation imposée par l’enquête et au fait que le grec est la langue utilisée pour la mener à bien. D’autre part, ce discours est celui qui leur est renvoyé par les institutions dont dépend leur statut d’omogeneis et la régularité de leur séjour en Grèce où presque tous travaillent et résident.

  • 34 Le processus est relevé aussi par Stephanie Schwandner-Sievers : « On the other hand, many authors (...)
  • 35 Ce stéréotype est déjà relevé par Michel Sivignon : « Les Valaques sont reconnus comme ayant des qu (...)

33L’argumentaire apparaît toutefois moins clair et moins structuré que pour les Valaques nés en Grèce : les nuances autour de la nationalité, de la conscience, de la race (ϕυλή) sont inconnues quand on parle avec les Valaques d’Albanie. En revanche, le point commun est celui de l’authenticité : grec, on l’est plus que les Grecs eux-mêmes34 : « les Valaques ont conservé les valeurs des Grecs anciens dans leurs montagnes en ne se mélangeant pas aux autres peuples ». S’ils parlent une langue différente, c’est qu’ils ont été romanisés au moment de la conquête romaine. Ils sont des « Grecs valacophones » et pas une minorité. Cette conscience grecque est confirmée par l’existence, au cours de l’histoire de la Grèce moderne, de très nombreux évergètes valaques dont l’évocation permet de souligner leur grande fidélité à la nation grecque et les qualités qui les caractérisent : ils sont économes et ont le sens des affaires35, mais savent être généreux et reconnaissants envers la patrie. « Ici, les Grecs n’ont construit que l’Acropole, le reste, ce sont les Valaques qui l’ont fait. » Ce discours procède bien souvent d’une forme d’hyper-hellénité… le Grec serait un Valaque dégradé… perverti par la modernité dont l’ultime stade de dégradation serait l’Athénien : « l’État des Athéniens n’est pas si bon » dit le maire de Képhalovrisso. À travers cette hellénité exacerbée, on voit que le groupe se désigne de manière différenciée, s’individualise par rapport à l’ensemble des Grecs.

34En effet, être valaque n’est pas sans signification. Sur la place du quartier de Péristéri, il n’a pas été difficile de trouver le bar fréquenté par les Valaques. Il apparaît donc que cette catégorie est bien opératoire autant de l’intérieur que de l’extérieur. De plus, si les premiers Valaques rencontrés dans ce lieu étaient tous des régions de Lunxhëri ou des alentours de Gjirokastër, d’autres clients venaient de la région de Korçë, ce qui atteste l’usage de la catégorie et sa capacité à structurer une pratique, dans ce cas, de café. C’est à la pertinence de ce groupe que répond l’existence d’un discours particulier sur la « valaquité ».

35Mais, aussi étonnant que cela puisse paraître, d’autres discours d’appartenance peuvent émerger des entretiens : celui de l’albanité est apparu particulièrement paradoxal dans ce contexte d’enquête. Il a été exceptionnel de l’entendre formalisé de manière claire. Seule une personne a pu déclarer que l’Albanie était la « mère-patrie » et que Ksamil était « en Albanie » et pas « en Épire du Nord », provoquant les sourires des autres personnes de la tablée avant qu’il n’ait été obligé de couvrir de jurons un « Vive l’Épire du Nord ! » crié par un client installé au bar. La valorisation de l’albanité émerge plutôt de manière ténue par l’évocation de l’ancien temps d’Enver Hoxha, le temps de la propreté et des écoles : « nos enfants sont allés dans de bonnes écoles et nous aussi. Nous savions qui était Victor Hugo et Napoléon. Ici les Grecs n’ont même pas lu ça ». C’est plutôt par opposition à la Grèce que ce discours apparaît – et il reprend trait pour trait les propos que l’on a entendus auprès d’autres immigrés albanais. Des Valaques en Albanie ont même pu dire : « nous, les Albanais, nous savons ce que veut dire la famille, mais on commence à le perdre en Grèce », et s’attribuer Skanderbeg au même titre que Voskopojë pour montrer que l’on vient d’un pays de grande culture. Ce discours met en scène des stéréotypes qui font des Albanais les garants des bonnes traditions face à un monde perverti par l’argent et la paresse… celui des Grecs, des Athéniens. Il apparaît dans la plupart des cas consécutivement à des propos sur le racisme dont ils ont été les victimes en Grèce, comme déclenché par l’évocation des conditions de vie des Albanais dans ce pays. En tant qu’immigrés, les Valaques se désignent comme des Albanais.

36Enfin, un autre discours peut émerger, celui de l’appartenance régionale. Il est à rapprocher de celui sur l’albanité dans la mesure où il unit dans une même attitude Albanais et Valaques, voire, dans certains de ses aspects, membres de la communauté hellénophone d’Albanie vivant aujourd’hui en Grèce. En effet, aussi bien pour les uns que pour les autres, l’appartenance régionale est convoquée pour se mettre à distance d’un groupe désigné dans son entier comme violent ou déviant : celui des immigrés-albanais : « Nous, à Korçë, on n’est pas comme ça. C’est une région où les gens sont tranquilles. » Mais il agit sur un registre bien plus étroit que les autres types d’allégeances.

37Les différentes tensions de ce discours peuvent être résumées par un tableau (tableau 1) qui témoigne d’une forme de va-et-vient entre les catégories. Si la valaquité apparaît comme dotée de caractéristiques propres, on emprunte tour à tour des éléments attribués aux Grecs ou aux Albanais, voire on s’y agrège selon le cours de l’énonciation et des thèmes abordés. Ne pourrait-on penser que ce procédé est propre aux groupes minoritaires ? N’est-il pas rendu possible par la présence de discours extérieurs justifiant ces rapprochements dans un cas comme dans l’autre, ou est-il universellement partagé quand on demande à un individu de se définir en termes d’appartenance ?

Tableau 1. Le jeu des stéréotypes ou la mise à distance inégale

Tableau 1. Le jeu des stéréotypes ou la mise à distance inégale
  • 36 Christian Karembeu a joué dans l’équipe de football de l’Olympiakos du Pirée de 2001 à 2004. Il est (...)

38Enfin, il faut noter que ces différentes associations n’ont ni la même fréquence ni la même force. Celles qui se révèlent avoir un caractère performatif, qui apportent la sérénité et sur lesquelles on peut se reposer sont valorisées et présentées comme allant de soi dans les conditions en vigueur au moment de l’enquête. Ce sont les associations rapprochant de l’hellénité – qu’elle soit sincère ou feinte, ouvertement instrumentalisée ou décrite dans les termes de l’adhésion : « que dirai-je à mes enfants, qu’ils sont Albanais ? Mais nous n’y retournerons jamais. J’ai pris le passeport grec parce qu’il faudra encore trente ans pour que l’Albanie se remette et, moi, j’aurai alors 63 ans. » Cette vision de l’appartenance nationale est rarement formulée de la sorte. Elle a été exprimée par une personne au parcours très particulier, puisqu’elle était partie faire des études en Roumanie avant de se rendre en Grèce et avait donc connu un autre discours sur les Valaques, leur identité et leur origine. Pour les autres, l’opportunisme de leur appartenance à une communauté nationale peut se manifester sur un ton plus léger, au détour de la conversation, avec lucidité et bon sens : « ton pays, c’est celui où tu trouves ta chance, comme pour Karambeu36. »

Conclusion

39Que de particularités pour ces Valaques d’Albanie venus en Grèce ! Non seulement ils sont les acteurs d’une migration originale, mais de plus leur situation de groupe minoritaire en Albanie comme en Grèce leur permettrait de jouer sur plusieurs registres d’appartenance en fonction du contexte en vigueur.

40Même si l’on s’est convaincu au cours de ces recherches de la grande part contextuelle présidant aux énoncés identitaires, on a constaté que les acteurs nommaient et classaient la réalité selon un discours structuré. La révélation de cette norme a constitué un des objectifs de la recherche dans la mesure où elle permet de comprendre autant les cadres du discours que les fondements de l’originalité des pratiques spatiales d’un tel groupe.

41Ainsi, dans le cas des Valaques d’Albanie, la particularité de leur migration d’une part (lieux-étapes, identité cultivée, discours sur l’hellénité) et leur position minoritaire en Grèce comme en Albanie forment les cadres d’un discours procédant tantôt par association tantôt par dissociation dans une réalité normée par trois pôles : albanité, valaquité et grécité. L’aspect contextuel du discours sur l’appartenance s’est confirmé à chaque entretien comme les pièces d’un puzzle, liées à chacun de leurs coins par les conditions d’énonciation, les circonstances, les attentes de l’interlocuteur et les objectifs du locuteur.

42Pourtant, s’agit-il bien d’un particularisme que de voir convoqués des discours différents selon le jeu des circonstances ? Cette tension et ces oscillations ne pourraient-elles pas être comprises comme autant de témoins d’un mode de fonctionnement commun à bien des groupes dans la procédure d’expression de leur identité ?

Notes

1 Voir A.-G. Lazarou, « Kαταγωγή και έπίτoμη ιστoρία των βλάχων της Αλβανίας » [Origine et histoire abrégée des Valaques d’Albanie], Hπειρώτικο ημερολόγιο [Journal épirote] 1993-1994, p. 1-74.

2 Doctorat de géographie sous la direction de Robert Escallier à l’université de Nice Sophia-Antipolis soutenu en 2005 et portant sur « Les Albanais en Grèce, mobilités, réseaux et territoires ».

3 Les étrangers y représenteraient 7 % de la population, soit un des chiffres les plus élevés de l’Union européenne après l’Allemagne et le Luxembourg. Les Albanais constituent plus de la moitié de ce contingent avec un groupe dépassant les 500 000 personnes. Notons que, si l’on rapporte ce dernier chiffre à la population de l’Albanie (environs 3,5 millions au début des années 1990), on en conclut à une proportion très élevée (plus de 14 %) qui vient corréler l’importance de ce mouvement à l’échelle régionale.

4 Le matériel utilisé ici provient d’entretiens répétés dans le Sud et le Sud-Ouest de l’Albanie, dans la zone frontalière de l’Épire (Gjirokastër, Pogon, Lunxhëri) et de recherches plus larges menées aussi bien en Grèce (zone frontalière, Athènes) qu’en Albanie (région de Korçë, Voskopojë et Tiranë) auprès d’associations ou de personnes privées. Ces missions ont eu lieu entre 2000 et 2003 et ont été menées conjointement avec Gilles de Rapper.

5 Elle est appelée kombësi en albanais. C’est une mention d’état-civil que l’on pourrait grossièrement rapprocher de la notion d’appartenance ethnique. Avant 1990, on distinguait la nationalité de la citoyenneté comme dans la Yougoslavie de Tito. Cette mention a aujourd’hui disparu en Albanie mais on la retrouve dans les formulaires servant à la régularisation des étrangers en situation irrégulière en Grèce.

6 En Albanie, les membres de la minorité parlant la langue macédonienne sont habituellement appelés « Bulgares » par les populations auprès desquelles ils vivent.

7 Autre nom dépréciatif donné aux membres de la minorité macédonienne.

8 I. Kadaré, Printemps albanais (1991), p. 50.

9 Voir P. Sintès, « Les Albanais en Grèce, le rôle des réseaux préexistants », Balkanologie VII, 1 (2003), p. 121.

10 Relevons ici la synonymie classique entre l’occupation et un groupe identifié de façon ethnolinguistique. Les langages balkaniques ont caricaturé la relation entre métier et nationalité. En 1836, l’Allemand Miller en donne un juste reflet en répartissant les orthodoxes de Macédoine entre « Grecs et paysans, ce qui veut dire entre marchands et Slaves » (O. Deslondes, Les fourreurs de Kastoria [1997], p. 29).

11 Les habitants de cette région de l’Albanie se répartissent selon des groupes qui se désignent eux-mêmes comme des fe différentes. La fe désigne en albanais la foi religieuse, mais aussi par extension le groupe des personnes membres des communautés religieuses afférentes. Ainsi les Albanais de ces régions se répartissent en trois groupes religieux ou fe : les chrétiens orthodoxes (albanophones), les musulmans et les Valaques en dépit du fait que ce dernier groupe se distingue par un critère linguistique et non religieux, les Valaques étant de confession chrétienne orthodoxe.

12 Venant de mal, mot albanais signifiant la montagne auquel est accolé un suffixe péjoratif. Voir G. de Rapper, La frontière albanaise. Famille, société et identité collective en Albanie du Sud, thèse de doctorat, université de Paris X-Nanterre (1998), p. 308-310.

13 F. Barth, « Les groupes ethniques et leurs frontières », in P. Poutignat, J. Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité (1995), p. 223.

14 Quel que soit le statut que les émigrés albanais obtiennent dans les différents pays d’accueil, ils sont toujours désignés de la même manière en Albanie par le terme de refugjat, « réfugié ».

15 Ces villages auraient une histoire différente puisqu’ils auraient été créés à la suite de l’arrivée de Valaques fuyant la collectivisation après la guerre (A. I. Koukoudis, « Oι Mητρoπόλεις και η Διασπoρά των Bλάχων » [Métropoles et diasporas des Valaques], Études sur les Valaques 2 [2000], p. 303).

16 G. de Rapper, op. cit. (supra, n. 12), p. 222.

17 De sang grec, ce qui induit la reconnaissance d’une sorte de « droit au retour » légal en Grèce sous la forme d’avantages administratifs et d’un accès préférentiel à la citoyenneté grecque. Voir la contribution de K. Tsitsélikis dans ce volume.

18 Le « petit passeport » ou pashaportë e vogël en albanais, était un document d’identité de l’époque d’Enver Hoxha qui ne donnait pas le droit de voyager à l’étranger, mais qui était destiné à contrôler les mobilités internes. Celui-ci, outre les éléments liés à l’identité et au domicile de la personne, portait aussi les informations relatives à son appartenance nationale (en terme de kombësi).

19 Cette région qui se trouve entre la frontière et le fleuve Shkumbi en territoire albanais a été réclamée par l’État grec. Aujourd’hui, elle n’est plus revendiquée que par des nationalistes fervents qui y voient des terres irrédentes injustement administrées par les Albanais.

20 L’association Omonia (la Concorde en grec) a été créée dès la chute du régime communiste. Elle avait pour vocation de rassembler les hellénophones d’Albanie et de constituer un groupe de pression afin d’en défendre les intérêts. Quatre de ses principaux dirigeants ont été condamnés à la peine capitale en 1994 en raison de leurs liens supposés avec les services secrets grecs et les éléments les plus nationalistes de la droite grecque. Aujourd’hui, ses membres se sont regroupés dans le Parti des droits de l’homme qui n’affiche pas statutairement son caractère de parti des Grecs d’Albanie, mais plutôt son souci pour la défense des droits culturels des minorités.

21 S. N. Sotiriou, Oι Bλαχοvϕωνοι του ευρωπαϊκού και βαλκανικού χώρου [Les Aroumains de l’espace européen et balkanique] (1998), p. 15.

22 Parallèlement, les étudiants des pays balkaniques limitrophes sont les principaux bénéficiaires des bourses pour recevoir des cours d’été de langue dans les universités grecques.

23 C. Stéphanopoulos, in A. I. Koukoudis, op. cit. (supra, n. 15), p. 8.

24 A. I. Koukoudis, extrait de Tηρουμένων των αναλογιών [Toutes choses égales] (1998), disponible sur le site de l’auteur, http://www.vlachs.gr/el/various.htm (consulté en janvier 2006).

25 A. G. Lazarou, « Valaques de Grèce », Cahiers balkaniques 25 (1998), p. 73-74.

26 Ibid., p. 98.

27 Cité par Élefteros Typos, 9 juin 1998.

28 Cité par Éleftérotypia, 10 mars 2001.

29 A. G. Lazarou, loc. cit. (supra, n. 25), p. 95-96.

30 C. Goçi, préface in S. N. Sotiriou, op. cit. (supra, n. 21), p. 9.

31 Ibid., p. 11.

32 Christos Goçi est député du parti des droits de l’homme au Parlement albanais.

33 Le désespoir aurait pu s’emparer de moi à la suite de ces enquêtes si je n’avais pas lu le texte de Sergio Della Bernardina (S. Della Bernardina, « Pourquoi les interlocuteurs se contredisent-ils, les Corses, les Alpins et le déclin du substantialisme dans les sciences de l’homme », dans J.-F. Staszak (dir.), Le discours du géographe [1996], p. 63-74), dans lequel il présente une expérience d’enquête éloquente à ce sujet, d’où il tire la conclusion que « présenter les identités, non pas comme des substances données une fois pour toutes, mais comme l’enjeu d’une négociation perpétuelle, nous oblige à revoir notre modèle et à prendre en compte, dans un certain sens, la responsabilité des acteurs, les motivations et les intérêts de l’observateur et de l’observé, à savoir, de ceux qu’il fait considérer comme les coauteurs (comme les géniteurs) du constat identitaire ». (p. 41). « Dans un cas pareil, on le voit bien, le stéréotype ethnique, tel un cerf-volant qui a largué son maître, plane très haut, en toute liberté, sans plus aucun contact avec son référent » (p. 47).

34 Le processus est relevé aussi par Stephanie Schwandner-Sievers : « On the other hand, many authors have pointed out how, “by melting into their host nation”, the Vlachs or Aromanians became “the best Greeks”, “the best Macedonians”, and also the “best Albanians” ». Voir S. Schwandner-Sievers, The Albanian Aromanians’ Awakening : Identity Politics and Conflicts in Post-Communist Albania, Working Papers, European Centre for Minority Issues (1999), p. 5.

35 Ce stéréotype est déjà relevé par Michel Sivignon : « Les Valaques sont reconnus comme ayant des qualités propres : l’esprit d’entreprise, la solidarité, le goût du travail, qui facilitent leur réussite ». Voir M. Sivignon, La Thessalie, analyse géographique d’une province grecque (1975), p. 326-327.

36 Christian Karembeu a joué dans l’équipe de football de l’Olympiakos du Pirée de 2001 à 2004. Il est l’un des Français les plus souvent cités au cours des entretiens que j’ai pu effectuer ces dernières années. Peut-être les migrants économiques venus en Grèce y ont-ils reconnu un compagnon d’exil.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Les différents quartiers dans le village de Karjan (Lunxhëri).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau 1. Le jeu des stéréotypes ou la mise à distance inégale
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

Auteur

Ancien membre de l’École française d’Athènes et maitre de conférences en Géographie à l’université de Provence, se consacre à des recherches de géographie concernant les Albanais en Grèce. À cette occasion, il a pu approcher les problématiques ayant trait à la migration dans ce pays et à la mobilité en général : inscription spatiale du mouvement des hommes, modalité et renouvellement de la territorialisation spécifique des migrants aussi bien dans leurs espaces d’accueil, de circulation que dans les lieux de départ ou de retour. C’est ce travail qui le pousse à étudier les espaces de l’Albanie méridionale, lieu de départ de très nombreux immigrants rencontrés en Grèce.

© École française d’Athènes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search