Version classiqueVersion mobile

Les conversions à l’islam en Asie mineure, dans les Balkans et dans le monde musulman

 | 
Philippe Gelez
, 
Gilles Grivaud

Aires balkaniques et micrasiatiques (XIe-XIXe S.) : études de cas

Islam et autochtonie. Genèse d’un archétype de l’histoire de la Bosnie-Herzégovine

Islam and Autochtony. Genesis of an Archetype of the History of Bosnia-Herzegovina

Philippe Gelez

Résumé

Entre 1689 (au moins) et 1878, les musulmans de Bosnie, d’indésirables qu’ils étaient, ont été confortés dans leur présence par leurs adversaires autrichiens. Ce lent revirement s’est opéré autour du motif de l’autochtonie, qui a irradié toute la réflexion historienne contemporaine sur l’identité historique de cette communauté religieuse. La genèse de la coalescence autochtonie-islam se fait en trois étapes : d’abord, la sécularisation de la monarchie habsbourgeoise, qui a vu la lente institutionnalisation de la pluralité religieuse ; ensuite, la situation socio-politique de la Croatie, qui a été le théâtre de longues querelles sur l’origine de la propriété foncière sur son territoire et a offert ainsi un schéma de réflexion historicisant pour la Bosnie-Herzégovine à partir des années 1860 ; enfin, le contexte bosno-herzégovinien propre au xixe s., et le traumatisme du muhacirlik.

Texte intégral

  • 1 Rapper Gilles de 2008.

1Le thème de l’autochtonie balkanique a été abordé à maintes reprises depuis une dizaine d’années. En France, un groupement de recherche a publié en 2008 ses réflexions sur la question1, et on pourrait trouver qu’il n’y a rien à y rajouter, hormis des études de cas. On en retient que l’autochtonie est une idée singulière qui n’appartient pas à un invariant anthropologique ni culturel mais relève d’une configuration politique ; par exemple, dans l’Athènes antique, elle est liée à la démocratie et à l’égalité de la répartition du pouvoir.

  • 2 Gelez Philippe 2012.

2Nonobstant le constructivisme marqué du volume et cette tendance à souligner le primat du politique2, on a beau jeu de voir qu’en Bosnie-Herzégovine comme partout ailleurs, l’autochtonie joue un rôle essentiel pour fonder l’identité individuelle comme collective. Pour ne pas m’étendre au-delà de la Bosnie pour l’instant, je dirais que l’autochtonie assoit la prétention à la terre et, surtout, au foncier ; c’est aussi une essentialisation du corps national à travers le temps ; l’autochtonie, c’est le droit du premier occupant, c’est-à-dire que l’autochtone n’a pas besoin d’antécédent pour exister, pas besoin de justification pour s’installer, pas besoin de témoin au procès de l’historiographie pour être garant de la vérité. L’autochtonie, c’est la pierre d’achoppement sur laquelle buttent toutes les questions - et les polémiques - liées à la présence des divers groupes religieux en Bosnie-Herzégovine, et en particulier celle des musulmans.

  • 3 Lopašić Radoslav 1885, p. 395, et Orešković Luc 2004, p. 94.

3Comment ce thème s’est-il mêlé à celui de l’islamisation ? Un moment est révélateur de cet accolement. Le 25 juillet 1689, alors que les troupes autrichiennes prennent définitivement pied en Lika et en Corbavie (Dalmatie ottomane), le général du corps d’armée qui vient de conquérir la petite ville de Perušić fait annoncer aux musulmans qu’ils conserveront leurs terres à la condition expresse qu’ils se convertissent au christianisme, et qu’en cas de refus ils devront s’installer sur le territoire ottoman, perdant de facto leurs biens, qui seront confisqués au bénéfice de l’empereur Léopold Ier (1640-1705). Huit mois plus tard, le 30 mars 1690, celui-ci approuve officiellement cette décision du général3.

  • 4 Imamović Mustafa 2006, p. 111.

4La même déclaration se renouvelle cinquante ans après, à la veille de la bataille de Banja Luka (du 4 au 14 août 1737) : Charles VI (1685-1740), empereur d’Autriche, fait alors annoncer aux musulmans bosniaques qu’en cas de victoire autrichienne, ils devront ou partir, ou se convertir au christianisme4.

5Quelque cent cinquante plus tard, en 1878, les mentalités ont bien changé sur le trône de l’Empire. À la suite du traité de Berlin, François-Joseph (1830-1916) fait proclamer par l’intermédiaire du général austro-hongrois, qui prend le contrôle de la Bosnie-Herzégovine, que la sécurité des biens et des personnes ainsi que la garantie de la liberté de religion sont accordées à tous, et en particulier aux musulmans.

  • 5 Brunswik Benoît 1878, en particulier p. 33-37 sur la liberté de conscience telle que stipulée par l (...)

6Tant et si bien que ceux qu’on ne tolérait pas avant-hier étaient devenus tolérables. Ce revirement de situation est assez bien décrit par les commentateurs : tout d’abord, il est lié au contexte général dans lequel ont été décidées les clauses du traité de Berlin. Celui-ci fait de la liberté de conscience un de ses axiomes et oblige les nouveaux États balkaniques à garantir la jouissance de leurs biens aux musulmans. Sont concernés la Bulgarie (art. 5 et 12), le Monténégro (art. 27 et 30), la Serbie (art. 35 et 39) et la Roumanie (art. 44) ; mais la Bosnie-Herzégovine et la Roumélie orientale, restées de jure ottomanes, ne tombent pas directement sous la coupe de ces principes. Pour la Bosnie-Herzégovine, ces dispositions seront prises un an plus tard, en avril 1879, dans la convention de Novi Pazar5.

  • 6 Gelez Philippe 2015.

7D’autre part, les élites habsbourgeoises veulent se faire les champions de la tolérance religieuse dans le contexte balkanique : la monarchie a très certainement l’ambition de devenir une puissance régionale et européenne, et cherche à montrer que son modèle culturel est le meilleur6. Enfin, dans le cadre d’un État libéral en même temps que conservateur, il n’est pas question de bafouer les droits des propriétaires fonciers ; or, on pense que les beys de Bosnie sont bien des propriétaires, et que la majorité tire son origine de la noblesse de la Bosnie médiévale.

8C’est dans les deux cents ans qui séparent 1689 de 1878 que ces idées se sont lentement cristallisées autour du motif de l’autochtonie. Je propose de retracer ici la genèse de cette structure fondamentale de l’historiographie sur l’islamisation de la Bosnie-Herzégovine.

La monarchie des Habsbourg : la question de la liberté religieuse

9Sans remonter au Moyen Âge et à la querelle des Investitures, l’évolution des relations entre Églises et États en Europe centrale s’est faite bien après la Réforme : il a fallu la guerre de Trente Ans pour qu’elles fassent l’objet d’un compromis au plus haut niveau. De même, fortement marquée par le « péril turc » et la réaction aux idées de la Révolution française, la politique extérieure de l’Empire assimilera doucement la transformation du concept de tolérance en tolérance universelle.

Catholiques et protestants

10En 1689, l’État habsbourgeois sort d’un siècle et demi de conflits religieux qui ont opposé catholiques et protestants. En effet, le cujus regio, illius religio de la paix d’Augsburg (1555) ne s’applique pas stricto sensu dans les pays héréditaires de la couronne habsbourgeoise. Dans le cadre de la Contre-Réforme, les luthériens sont chassés d’Autriche intérieure (y compris la Slovénie actuelle) par la force. À la fin du xvie s., les déboires religieux en Autriche sont si grands qu’on trouve parmi les protestants des crypto-catholiques, une situation bien loin donc de celle des Électorats du Nord, où s’organise le confessionnalisme, ce système de répartition des fonctions politiques entre les diverses confessions (luthériens, calvinistes et catholiques).

  • 7 Bérenger Jean 1990, p. 334-336.

11Les conceptions de Juste Lipse sur la nécessité d’uniformiser la religion des sujets pour asseoir le pouvoir temporel du prince, conceptions qui viennent s’ajouter aux querelles théologiques7, ont abouti à la guerre de Trente Ans puis à une véritable guerre de religion entre 1670 et 1680 : les impériaux catholiques ont forcé les populations protestantes à se convertir, souvent avec violence.

  • 8 Sedlák Peter 2007.

12En 1681, huit ans avant 1689 donc, Léopold Ier s’est résigné à signer une patente de tolérance, qui garantit aux protestants autrichiens et hongrois, en particulier aux calvinistes, une certaine liberté de culte et de circulation. En 1689, le sujet est encore brûlant. Tout le monde n’est pas forcément satisfait par la signature de cet accord ; et qui le serait moins que le général qui a conduit les opérations militaires en Lika (où se situe Perušić), puisque Johann Joseph von Herberstein (v. 1630-1692) est gouverneur du généralat de Karlovac en même temps que grand-prieur de l’ordre de Malte pour la Hongrie ? Sans que cela soit documenté, il est probable que Herberstein fût un proche du cardinal Leopold von Kollonitsch (1631-1707), chevalier de l’ordre de Malte lui aussi, jésuite très influent à la Cour et artisan de la Contre-Réforme baroque en Autriche. Kollonitsch préside en 1688 une commission chargée de redistribuer les terres vastes des Confins (cette partie de la monarchie qui forme la frontière avec l’Empire ottoman) et, s’il veut l’union avec les orthodoxes, il s’oppose nettement à l’islam8.

  • 9 Headley John M. et al. 2004.

13Sans avoir rien trouvé à ce sujet pour l’instant, je suppose que les huit mois de délai pris par Léopold Ier pour confirmer la décision du général sont liés aussi bien aux manœuvres sur le théâtre de guerre qu’à cette situation religieuse encore récente et aux réticences qu’a pu avoir l’empereur face à une décision qui rappelait trop directement les vexations dont avaient eu à pâtir les protestants quelques années plus tôt. Si finalement l’empereur a confirmé la décision de son général, les personnes en cause à Perušić devaient être musulmanes, et non chrétiennes. La patente de tolérance valait pour le chrétien, mais le musulman, c’était le Turc, l’ennemi par excellence. Qui plus est, la grande guerre a une dimension religieuse explicite, tant du côté ottoman, où Mehmed IV (1648-1687) et ses successeurs ont motivé leur campagne contre la Ligue par la volonté d’islamiser l’Europe, que du côté de la « Sainte » Ligue9. Pour Herberstein comme pour l’empereur, donc, le déguerpissement était évident. Quarante ans plus tard, en 1737, Charles VI se place encore exactement dans la même logique d’exclusion.

Le despotisme éclairé

14Il en va tout autrement quelques décennies plus tard, en 1781, quand Joseph II promulgue avec impatience l’édit de Tolérance, qui accorde aux protestants, aux juifs et aux orthodoxes la liberté de conscience et de culte, et leur restitue la totalité de leurs droits civiques (sérieusement amputés en 1732). Son but est de mettre au pas l’Église catholique et de la soumettre à la raison d’État.

  • 10 Bérenger Jean 2007. Voir aussi Mondot Jean 2007. Sur le despotisme éclairé, ses limites conceptuell (...)
  • 11 Bernier Marc André 2001.

15Joseph II agit en despote éclairé, directement inspiré qu’il est par les philosophes rationalistes français10. J’insisterai ici sur cette notion de despotisme. En effet, la rhétorique anti-absolutiste usait et abusait de l’image du despotisme oriental à l’ottomane (celui de Boullanger, et non celui de Wittfogel) pour darder ses coups contre les gouvernants occidentaux11. Le sultan représentait un souverain au pouvoir politique absolu qui régnait sans se soumettre à la loi. À l’opposé, le despote éclairé, quoique tirant son pouvoir du droit divin, orientait son action selon la raison et se voulait un exécutant au service du bien commun.

16Ce distinguo s’est si bien ancré dans les mentalités que, même s’il n’est pas exprimé de cette manière, il résume toute la politique de la monarchie à partir de 1867 et du compromis austro-hongrois. En 1878 François-Joseph veut donc se montrer en despote éclairé lorsqu’il proclame l’égalité de traitement dont doivent bénéficier les musulmans bosno-herzégoviniens. Et en 1882, lorsque les Austro-Hongrois prirent définitivement les rênes de l’administration bosno-herzégovinienne, ils mirent en place un système absolutiste, avec un gouverneur de facto souverain en la personne de Béni von Kállay (1839-1903), qui gouverna jusqu’à sa mort en 1903. Kállay était aussi profondément catholique que rationaliste convaincu.

17Ainsi, avec la raison des Lumières, qui considère que l’État doit s’occuper du bonheur des sujets, et non de leur salut éternel, le musulman a désormais autant droit de cité que n’importe qui.

Les confins militaires et la Croatie

18Cette évolution générale des idées dans l’espace habsbourgeois a largement contribué à changer les mentalités de l’élite gouvernante face aux questions religieuses. Elle n’explique pas pour autant comment s’est créé et renforcé le lien conceptuel entre islamisation et autochtonie des habitants de la Bosnie-Herzégovine, ni comment le musulman bosniaque n’a plus été a priori exclu non seulement du droit de séjour, mais aussi du droit de propriété, en raison de son autochtonie. Pour ce faire, il est nécessaire de préciser l’éclairage sur la situation plus concrète des régions habsbourgeoises directement en contact avec la Bosnie, qui sont aussi bien les régions ayant servi de modèle pour penser la Bosnie que celles où l’on a le plus réfléchi à la Bosnie.

Le modèle des Confins

  • 12 Jurišić Ivan 2005, p. 102. Voir aussi Dabić Vojin S. 2000. Pour une introduction en français, lire (...)

19Les deux premières déclarations que j’ai présentées ci-dessus dans leur contexte historique sont énoncées dans un espace bien particulier : celui des Confins militaires. La population des Confins jouit d’un statut particulier de paysan-soldat indépendant de la noblesse, statut qui lui a été conféré par une loi, les Statuta Vallachorum datant de 1630. Les Valaques, qu’il ne faut pas entendre ici au sens d’un groupe ethnique strictement déterminé, se sont vu octroyer par la Cour le droit d’usufruit sur les terres où ils s’étaient installés ; la noblesse croate, qui n’avait pas forcément de preuves écrites de ses droits de propriété, n’a pu empêcher l’empereur Ferdinand d’annexer ces territoires à la couronne12.

  • 13 Orešković Luc 2004, p. 93.

20À la fin du xviie s., en 1689, les territoires pris aux Ottomans offrent la même configuration que les Confins au début du siècle. En effet, la Lika et la Corbavie sont des terres « gâtées », désertées, après les quatre années de conflits entre Autrichiens et Turcs (1685-1689). Les terres sont vacantes. Si la noblesse croate s’en empare, comme elle en exprime le désir, elles vont réintégrer le système féodal hongrois13. Si c’est le Généralat de Karlovac qui affirme ses droits, elles échoiront à la couronne. C’est cette seconde solution qui prévaudra quand, en 1701, tous les Confins seront déclarés fief impérial.

21Ces péripéties ne sont pas anodines dans la mesure où elles reviennent à dire que ces terres sont res nullius, le bien de personne, et que l’empereur peut donc librement en disposer en dépit des revendications des nobles croates. Le trône avait estimé qu’il n’y avait aucun intérêt à se concilier la noblesse croate, d’autant que celle-ci avait terni son image à travers la conjuration des Magnats (appelée en Croatie « conjuration des Zrinski-Frankopan/Zrinyi-Frangipani », en Hongrie « conjuration Wesselényi »), qui avait fini par une exécution pour crime de lèse-majesté en 1671 ; au contraire, l’empereur trouvait un avantage certain à ménager les populations des Confins face au danger ottoman. Les Confinaires continuèrent ainsi à jouir de privilèges fiscaux et sociaux considérables en regard de la paysannerie environnante, en contrepartie d’une astreinte viagère au service militaire.

  • 14 Sur les questions migratoires, voir Soldo Josip 1989 et surtout Kaser Karl 2002.
  • 15 Jurišić Ivan 2005, p. 108.

22La terre demandait à être mise en valeur. S’y déversèrent pour l’essentiel les bouches surnuméraires de la région du Primorje, surpeuplée depuis le milieu du xviie s. Le gros du repeuplement se termine en 171214. Dès 1701, l’ensemble de la surface arable est à nouveau cultivé ; quelques rares paysans ont acheté les terres, d’autres les ont reçues en tenure (baština) de la part de la chambre des Comptes (Hofkammer) de Vienne, avec un titre de confirmation, et la plupart ont pris la terre par usurpation, illégale mais tolérée dans la mesure où tous ceux qui ont une tenure se soumettent au service militaire viager15.

  • 16 Pour le sort de ces territoires durant cette période, voir Dabić Vojin S. 2011.

23Pour beaucoup, la Bosnie représente la prochaine étape de l’inéluctable expansion des Habsbourg. En effet, le nord de l’eyalet bosniaque fait partie de la monarchie des Habsbourg entre 1717 et 1739 et a été inclus dans l’administration des Confins16. C’est ce qui explique les déclarations de Charles VI en 1737 à la veille de la bataille de Banja Luka, qui se trouve à ce moment-là tout proche de la frontière avec la monarchie : toutes les terres qui se trouveront derrière le front autrichien auront le statut de Confins.

La Bosnie dans l’identité croate

24Complémentaire et concurrente à la fois, une autre vision de la Bosnie apparaît à la même époque : c’est celle que développent justement une partie des nobles croates et un nombre non négligeable de leurs compatriotes intellectuels. Pour eux, la Bosnie, n’est pas à penser comme un confinium, mais plutôt comme le cœur de l’identité historique croate.

25En 1690, après la conquête de la Lika, et alors que les conflits entre Vénitiens et Ottomans se poursuivent sur la côte dalmate, le chanoine splitois Pierre Borelli écrit une brève histoire de la Bosnie, où il prétend que les familles beylicales les plus fameuses de son époque descendraient de la noblesse médiévale bosniaque. D’après mes recherches, c’est la première fois qu’une telle continuité est affirmée. Borelli est une des figures proéminentes de l’illyrisme, un mouvement intellectuel qui prône l’unité politique de tous les Slaves du Sud. Présenter les Slaves comme les possesseurs de la terre en Bosnie et en Herzégovine, c’est appuyer la nécessité de l’expulsion des Ottomans hors de ces régions, en même temps que dénoncer toute tentative de récupération par les Hongrois ou les Habsbourg.

  • 17 Pour plus de détails, voir Gelez Philippe 2005.

26À partir de Borelli, cette idée fait lentement florès. On prête aux beys musulmans de tenir au secret des chartes médiévales. Des spéculations sur l’ordre nobiliaire apparaissent en Croatie, Dalmatie et Slavonie : certaines familles de chrétiens originaires de Bosnie ou d’Herzégovine et émigrés dans l’Empire autrichien cherchèrent, en produisant des « lettres de noblesse » datées de l’époque pré-ottomane, à se faire anoblir17 et à asseoir leurs prétentions en cas d’annexion de la Bosnie-Herzégovine à la monarchie. La Bosnie cesse progressivement d’être pensée sur le modèle des Confins ; un certain nationalisme croate va même la considérer comme le berceau de son histoire.

27On peut schématiser l’évolution ultérieure sous l’effet de la montée du nationalisme croate - aussi bien le pancroatisme que le yougoslavisme, d’ailleurs. La première étape consiste à dire que les nobles bosniaques se sont islamisés pour garder leurs terres ; comme les beys sont leurs descendants, il leur suffira de revenir au christianisme pour continuer à en jouir. C’est l’opinion de la masse et d’une certaine partie des élites jusqu’au début du xxe s. Dans quelques cercles, sous la poussée du nationalisme intégral croate de Starčević, on considère que les beys sont les derniers représentants de la noblesse croate médiévale et qu’ils sont restés exempts de toute compromission avec les Hongrois et avec le christianisme décadent. Non seulement on les conservera dans leurs biens, mais aussi dans leur religion.

Fin de la Chrétienté

  • 18 Nouzille Jean 1991, p. 57-61.

28Les Confins marquaient la limite de la Chrétienté ; l’occupation de la Bosnie, en 1878, les a rendus désuets, et ils disparaissent dès 1881. Le changement se joue au plan administratif, mais également symbolique, car la Bosnie-Herzégovine n’en est pas pour autant réorganisée en Confins - pour des raisons liées au statut international de la province occupée, mais également parce que les vieilles identités de l’Europe se dissolvent. C’est la fin de la conception de la Croatie comme antemuralis de la chrétienté18. L’esprit européen se dissipe pour ne plus laisser voir que la réalité d’un territoire composé d’un corps fait de toutes les nations.

29Ainsi, c’est au confluent du nationalisme croate et d’une idéologie humanitaire héritée du despotisme éclairé qu’il faut comprendre la proclamation de François-Joseph en 1878 : au contraire de ce qui s’était passé jusque-là dans toutes les provinces balkaniques de l’Empire ottoman, les musulmans ne seront pas inquiétés par les nouvelles autorités en vertu d’un droit reconnu à l’autochtonie.

La Bosnie : « transfert de problématique »

30La dernière question qui se pose, la plus importante, est celle de savoir comment ces problématiques ont gagné la population bosno-musulmane et comment celle-ci se les est finalement appropriées. En effet, l’idée de l’accolement entre islamisation et autochtonie, même si elle a été introduite de l’extérieur, a été développée surtout par les musulmans.

Le cadre ottoman : autres circonstances, autres mentalités

31Il importe d’abord de dire que le sentiment subjectif de l’autochtonie dans la Bosnie ottomane ne relevait pas de celui qu’induisait le système féodal habsbourgeois. Dans ce système féodal, il pouvait exister une concurrence de revendications sur la terre entre la noblesse et l’empereur (qui était roi de Croatie et Slavonie), si bien que l’autochtonie se déterminait dans un sens historique, celui du premier occupant. Au contraire, dans la situation mise en place par le système timarial ottoman, l’autochtonie s’oriente selon un sens « autoritaire-religieux », celui du loyal serviteur au sultan - ce qui in fine l’oppose à l’autochtonie telle qu’elle a été conçue dans la Croatie habsbourgeoise.

  • 19 Voir l’exemple albanais chez Rapper Gilles de 2008. Voir aussi la discussion Jukić - Starčević au c (...)

32En effet, dans la symbolique habsbourgeoise et, plus largement, européenne, devenir musulman, c’était perdre le statut d’autochtone : l’islam, c’était la religion des Turcs (population orientale et asiatique), et on participait à cette turcité dès qu’on devenait musulman, même si l’on était local19. On devenait turc plutôt qu’on se convertissait, d’ailleurs. Cependant, dans la symbolique ottomane, devenir musulman, c’était gagner en pouvoir ; en termes anthropologiques, il y avait un prestige à devenir autre et à s’affirmer de l’extérieur quand on s’islamisait. L’ethnographie confirme largement ce point : les musulmans bosno-herzégoviniens, dans les dernières années ottomanes de leur province, s’inventaient des origines anatoliennes et s’en croyaient plus respectables. Le contrôle de la terre se justifiait ainsi par des racines religieuses jugées plus pures que ne pouvait le faire admettre une ascendance locale. L’autochtonie était bien là, mais liée à la pureté de la religion et non à la généalogie.

33Cette conception reflète le statut de la terre chez les Ottomans. Lors de la conquête d’un pays par les troupes ottomanes, toute la terre devient propriété du sultan. Il en concède la majeure partie en usufruit aux paysans, et en cède quelques parts sous forme de propriété mülk à des grands seigneurs. La terre est musulmane et seul le musulman est autochtone, c’est-à-dire qu’il n’a pas à justifier sa présence à l’endroit où il habite.

Le traumatisme du muhacirlik

34Ce cadre mental fut bousculé par le reflux ottoman à partir de la perte des provinces de la Lika et de la Corbavie, entre 1685 et 1689, puis de la Hongrie. En Bosnie ottomane affluent de très nombreux réfugiés : les musulmans de Croatie et de Hongrie s’installent là où se trouvent déjà des musulmans, ou bien là d’où les paysans chrétiens ont fui en masse (en particulier les territoires sis de l’autre côté de la frontière par rapport à la Lika et la Corbavie). La vacance des terres dans ces contrées leur permet de se les approprier sans contestation de la part de chrétiens absents ou soumis, mais en concurrence avec les musulmans locaux, qui ont probablement argué de leur droit d’ancienneté - ce qui n’est à l’heure actuelle qu’une simple supposition.

  • 20 Gelez Philippe 2010a.

35Quoi qu’il en soit de cette présumée concurrence, le fait est que ces réfugiés ont le sentiment d’avoir vécu une catastrophe. Ce n’est donc que très lentement qu’ils perdent leur réflexe d’autochtonie « autoritaire-religieuse », d’autant plus lentement qu’à partir des années 1770 et l’exil des Tatars, l’Empire ottoman résonne des pas de centaines de milliers de muhacir-s chassés pour des raisons uniquement religieuses, selon des principes bien éloignés du despotisme éclairé de Joseph II. En Bosnie, les grandes vagues de muhacir-s proviennent presque exclusivement de Serbie, dans les années 186020.

  • 21 Gelez Philippe 2005.
  • 22 Bašagić-Redžepašić Safvet-beg 1900, p. 127.
  • 23 Gelez Philippe 2010b, p. 280-283.
  • 24 Ibid., p. 397-428.

36On assiste ainsi, dans le beylicat bosno-herzégovinien, à une progressive montée des revendications historiques sur les terres. Comme je l’ai montré ailleurs21, les traditions nobiliaires beylicales invoquant des origines pré-ottomanes dans la logique du premier occupant datent au plus tôt de la première moitié du xixe s. et sont le produit de préoccupations venues de la Monarchie habsbourgeoise. Ces pseudo-traditions ont connu leur véritable développement durant la période austro-hongroise. Après 1878, toute une littérature fleurit sur le fait que les beys détiendraient des chartes médiévales appuyant leurs droits de propriété. Ces patentes étaient une invention pure et simple, comme l’affirma clairement l’historien Safvet-beg Bašagić (1870-1934), bien qu’il appartînt lui-même au beylicat herzégovinien22. Le cas de Bašagić mérite d’ailleurs qu’on s’y arrête : il est le premier historien bosno-musulman formé aux méthodes occidentales et il a commencé sa production scientifique par un article sur une charte en possession des beys Čengić, très fameux dans le pays, où est prouvée leur origine anatolienne23. Son imprégnation du droit historique est progressive et ne sera complète qu’au bout d’une quinzaine d’années de familiarité avec les thèses croates : sous sa plume, l’accolement entre islamisation et autochtonie ne s’accomplira totalement qu’au moment des débats politiques sur la question agraire dans la province, un peu avant 1910, et cela uniquement dans le cercle restreint d’une intelligentsia encore peu influente auprès de ses coreligionnaires24.

37Il faut souligner que la problématique du premier occupant n’a jamais eu dans l’Empire ottoman la force qu’elle a connue dans la culture féodale et post-féodale en Europe centrale et occidentale, même durant les Tanzimat. Ainsi, la réforme du système du tapu, mise en place par le Code des terres de 1858, n’a guère contribué à mettre en avant le droit du plus ancien, puisque le Code prévoyait une remise à plat des droits existants pour redistribuer les titres de possession. Hormis dans les cas de défrichement, où les beys ont été tentés de faire valoir que les terres essartées leur appartenaient avant leur mise en valeur, aucune compétition sur l’ancienneté de la présence sur la terre n’a été structurée.

Conclusion

  • 25 Gelez Philippe 2011.
  • 26 Irna 2011.

38Je ne développerai pas davantage sur les diverses formes que l’archétype de l’autochtonie a pu prendre dans l’historiographie sur l’islamisation de la Bosnie-Herzégovine. La plus connue et la mieux analysée est la thèse bogomile25 ; le dernier avatar en est la fantaisie pyramidale de Visoko26. Le concept d’autochtonie a chassé celui de terra nullius.

  • 27 Schippers Thomas K. 2008, p. 286-287.
  • 28 Ibid., p. 294.

39Je relèverai plutôt le fossé qui sépare, sans entrer dans le détail, les mentalités des élites austro-hongroises et bosno-musulmanes, voire balkaniques. Il faudrait mener une analyse croisée de cette rupture culturelle avec celle du fossé qui sépare ces élites des masses de la population. On serait peut-être étonné ; ainsi, d’après ce que je connais de la littérature ethnographique issue de l’école de Jovan Cvijić, la population de Bosnie-Herzégovine, au tournant du xixe s., ignore la notion d’autochtonie, quelle que soit la religion qu’elle professe. Elle a la mémoire des différents moments où sont arrivés les gens dans un endroit donné ; mais les catégories utilisées sont starosjedioci et pridošlice, et n’ont pas de valeur absolue. On se rappellera donc avec profit que c’est au xviiie s. qu’on observe la naissance du concept d’autochtonie dans les sciences humaines, et il va de pair avec le développement de l’ethnologie27. Ce sont les ethnologues qui sont responsables de l’introduction du concept et donc, indirectement, de l’utilisation qui en a été faite par la politique28.

Bibliographie

Bibliographie

Bašagić-Redžepašić Safvet-beg 1900
Bašagić-Redžepašić Safvet-beg (Mirza Safvet), Kratka uputa u prošlost Bosne i Hercegovine. (Od g. 1463- 1850), Sarajevo, Vlastita naklada, 1900.

Bérenger Jean 1990
Bérenger Jean, Histoire de l’empire des Habsbourg 1273-1918, Paris, Fayard, 1990.

Bérenger Jean 2007
Bérenger Jean, Joseph II, serviteur de l’État, Paris, Fayard, 2007.

Bernier Marc André 2001
Bernier Marc André, « La question du despotisme oriental en France sous le règne du sultan Zeokinizul », Tangence 65 (2001), p. 52-59.

Bluche François 1969
Bluche François, Le despotisme éclairé, Paris, Fayard, 1969.

Bracewell Catherine Wendy 1997
B
racewell Catherine Wendy, Senjski uskoci. Piratstvo, razbojništvo i sveti rat na Jadranu u šesnaestom stoljeću, Zagreb, Barbat, 1997.

Brunswik Benoît 1878
Brunswik Benoît, Le Traité de Berlin annoté et commenté, Paris, Plon, 1878.

Clayer Nathalie 2013
Clayer Nathalie, « Des musulmans entre souveraineté nationale non musulmane et Empire ottoman », in Clayer Nathalie, Bougarel Xavier, Les musulmans de l’Europe du Sud-Est. Des empires aux États balkaniques, Paris, Karthala, 2013, p. 76-85.

Dabić Vojin S. 1984
Dabić Vojin S., Banska krajina (1688-1751). Prilog istoriji srpskog i hrvatskog naroda i krajiškog uređenja u Baniji, Beograd-Zagreb, Prosvjeta Istorijski Institut, 1984.

Dabić Vojin S. 2000
Dabić Vojin S., Vojna krajina : Karlovački generalat (1530-1746), Beograd, Sveti arhijerejski sinod Srpske pravoslavne crkve, 2000.

Dabić Vojin S. 2011
Dabić Vojin S., « The Austro-Ottoman war of 1716-1718 and demographic changes in war-afflicted territories », in Ingrao Charles, Samardžić Nikola, Pešalj Jovan (éds), The Peace of Passarowitz 1718, West Lafayette (Ind.), Purdue University Press, 2011, p. 191-208.

Filipović Nedim 2005
Filipović Nedim, Islamizacija u Bosni, Tešanj, Planjax, 2005.

Gelez Philippe 2005
Gelez Philippe, « Les musulmans de Bosnie et d’Herzégovine face à la question de la propriété de la terre : tradition orale et islamisation, de la fin du xviie s. jusqu’en 1900 », Wiener Zeitschrift zur Geschichte der Neuzeit 5/2 (2005), p. 86-106.

Gelez Philippe 2010a
Gelez Philippe, « Débats sur les mouvements de population en Bosnie-Herzégovine au 19e s. », Review of Croatian History 6/1 (2010), p. 189-223.

Gelez Philippe 2010b
Gelez Philippe, Safvet-beg Bašagić (1870-1934). Aux racines intellectuelles de la pensée nationale chez les musulmans de Bosnie-Herzégovine, Athènes, École française d’Athènes, 2010.

Gelez Philippe 2011
Gelez Philippe, « Introduction à l’historiographie sur la Bosnie-Herzégovine », in Grivaud Gilles, Popovic Alexandre (dir.), Les conversions à l’islam en Asie Mineure et dans les Balkans aux époques seldjoukide et ottomane. Bibliographie raisonnée (1800-2000), Athènes, École française d’Athènes, 2011, p. 509-512.

Gelez Philippe 2012
Gelez Philippe, compte rendu de « Rapper Gilles de, Sintès Pierre (dir.), avec la collaboration de Kira Kaurinkauski, Nommer et classer dans les Balkans, Athènes, École française d’Athènes, 2008, 397 p. », Balkanologie 14/1-2 (2012), [en ligne], mis en ligne le 26 janvier 2013 URL : http://balkanologie.revues. org/index2360.html. Consulté le 27 novembre 2015.

Gelez Philippe 2015
Gelez Philippe, « La Bosnie-Herzégovine entre l’Autriche et la Hongrie (1878-1914). Le rôle du ministère Commun des finances », in Meltz Renaud, Hudemann Rainer (éds), De part et d’autre du Danube : l’Allemagne, l’Autriche et les Balkans de 1815 à nos jours. Mélanges en l’honneur du professeur Jean-Paul Bled, Paris, Presses de la Sorbonne, 2015, p. 35-46.

Headley John M. et al. 2004
H
eadley John M., Hillerbrand Hans J., Papalas Anthony J. (éds), Confessionalization in Europe, 1555-1700. Essays in Honor and Memory of Bodo Nishan, Aldershot, Ashgate, 2004.

Imamović Mustafa 2006
I
mamović Mustafa, Osnove upravno-političkog razvitka i državnopravnog položaja Bosne i Hercegovine, Sarajevo, Pravni fakultet, 2006.

Irna 2011
Irna, « Les “pyramides” de Bosnie-Herzégovine : une affaire de pseudo-archéologie dans le contexte bosnien », Balkanologie 13/1-2 (déc. 2011), [en ligne], mis en ligne le 15 décembre 2011. URL : http:// balkanologie.revues.org/index2298.html. Consulté le 27 novembre 2015.

Jurišić Ivan 2005
Jurišić Ivan, « Lika i Krbava od Velikog rata za oslobođenje do inkorporacije u Karlovački generalat (1683-1712) », Radovi Zavoda za hrvatsku povijest 37 (2005), p. 101-110.

Kaser Karl 1997
K
aser Karl, Slobodan seljak i vojnik. Povojačenje agrarnog društva u Hrvatsko-slavonskoj Vojnoj krajini (1535-1881), Zagreb, Naprijed, 1997.

Kaser Karl 2002
K
aser Karl, Popis Like i Krbave, Zagreb, Prosvjeta, 2002.

Lopašić Radoslav 1885
L
opašić Radoslav (éd.), Spomenici hrvatske krajine, Zagreb, JAZU, 1885.

Meyer Jean 1991
Meyer Jean, Le despotisme éclairé, Paris, PUF, 1991.

Mondot Jean 2007
Mondot Jean (dir.), Lumières 9, Échecs et réussites du joséphisme, 2007.

Nouzille Jean 1991
Nouzille Jean, Histoire de frontières. L’Autriche et l’Empire ottoman, Paris, Berg international, 1991.

Orešković Luc 2004
Orešković Luc, « La notion de conversion aux frontières de l’Europe. Un aspect du catholicisme dans le diocèse de Senj-Modruš aux xviie et xviiie s. », Croatica Christiana Periodica 28/53 (juin 2004), p. 89-95.

Pavličević Dragutin 1984
Pavličević Dragutin (dir.), Vojna krajina. Povijesni pregled - historiografija – rasprave, Zagreb, Sveučiliste Znaosti Odjel za Hrvatsku Povijest, 1984.

Rapper Gilles de, Sintès Pierre 2008
Rapper Gilles de, Sintès Pierre (dir.), avec la collaboration de Kira Kaurinkauski, Nommer et classer dans les Balkans, Athènes, École française d’Athènes, 2008.

Rapper Gilles de 2008
Rapper Gilles de, « Musulmans convertis et chrétiens autochtones en Albanie du Sud », in Rapper Gilles de, Sintès Pierre (dir.), avec la collaboration de Kira Kaurinkauski, Nommer et classer dans les Balkans, Athènes, École française d’Athènes, 2008, p. 351-367.

Roksandić Drago 2003
Roksandić Drago, Triplex Confinium, ili o granicama i regijama hrvatske povijesti 1500-1800, Zagreb, Barbat, 2003.

Rothenberg Gunther Erich 1960
R
othenberg Gunther Erich, The Austrian Military Border in Croatia, 1522-1881, Champaign, The University of Illinois Press, 1960.

Schippers Thomas K. 2008
Schippers Thomas K., « Bien avant les autres. L’ethnologie prise entre vérités savantes et populaires », in Rapper Gilles de, Sintès Pierre (dir.), avec la collaboration de Kira Kaurinkauski, Nommer et classer dans les Balkans, Athènes, École française d’Athènes, 2008, p. 285-296.

Sedlák Peter 2007
Sedlák Peter, « Leopold Kollonić (1631.-1707.) - kardinal hrvatskoga podrijetla i njegova crkvena i politička djelatnost (300. obljetnica smrti primasa Leopolda Kollonića) », Croatica Christiana Periodica 60 (2007), p. 85-99.

Soldo Josip 1989
Soldo Josip, « Etničke promjene i migracije stanovništva u Sinjskoj krajini krajem 17. i početkom 18. stoljeća », Zbornik Cetinske krajine 4 (1989) (Sinj i Cetinska krajina za vrijeme osmanlijske vlasti), p. 91-102.

Starčević Ante 1899
Starčević Ante, Iztočno pitanje, Zagreb, Hrvatsko Pravo, 1899.

Notes

1 Rapper Gilles de 2008.

2 Gelez Philippe 2012.

3 Lopašić Radoslav 1885, p. 395, et Orešković Luc 2004, p. 94.

4 Imamović Mustafa 2006, p. 111.

5 Brunswik Benoît 1878, en particulier p. 33-37 sur la liberté de conscience telle que stipulée par le traité de Berlin. Voir aussi Clayer Nathalie 2013.

6 Gelez Philippe 2015.

7 Bérenger Jean 1990, p. 334-336.

8 Sedlák Peter 2007.

9 Headley John M. et al. 2004.

10 Bérenger Jean 2007. Voir aussi Mondot Jean 2007. Sur le despotisme éclairé, ses limites conceptuelles et historiques, voir essentiellement Bluche François 1969 et Meyer Jean 1991.

11 Bernier Marc André 2001.

12 Jurišić Ivan 2005, p. 102. Voir aussi Dabić Vojin S. 2000. Pour une introduction en français, lire Nouzille Jean 1991.

13 Orešković Luc 2004, p. 93.

14 Sur les questions migratoires, voir Soldo Josip 1989 et surtout Kaser Karl 2002.

15 Jurišić Ivan 2005, p. 108.

16 Pour le sort de ces territoires durant cette période, voir Dabić Vojin S. 2011.

17 Pour plus de détails, voir Gelez Philippe 2005.

18 Nouzille Jean 1991, p. 57-61.

19 Voir l’exemple albanais chez Rapper Gilles de 2008. Voir aussi la discussion Jukić - Starčević au chap. III de Starčević Ante 1899.

20 Gelez Philippe 2010a.

21 Gelez Philippe 2005.

22 Bašagić-Redžepašić Safvet-beg 1900, p. 127.

23 Gelez Philippe 2010b, p. 280-283.

24 Ibid., p. 397-428.

25 Gelez Philippe 2011.

26 Irna 2011.

27 Schippers Thomas K. 2008, p. 286-287.

28 Ibid., p. 294.

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search