Version classiqueVersion mobile

Mataroa 1945 : du mythe à l’histoire

 | 
Servanne Jollivet
, 
Nicolas Manitakis

Notices biographiques des auteurs

Texte intégral

1Nicolas Manitakis enseigne l’histoire en tant que professeur assistant à l’université d’Athènes. Il s’intéresse à l’histoire des relations franco-grecques, de l’éducation et des migrations. Il a publié des articles et des contributions dans des ouvrages collectifs et des revues d’histoire à l’étranger et en Grèce.

2Servanne Jollivet est chercheur au CNRS (UMR 8547, Transferts culturels). Elle a été membre scientifique de l’École française d’Athènes. Ses travaux portent sur les philosophies allemande et grecque moderne. Parmi ses publications figurent Destins d’exilés. Trois philosophes grecs en France (Axelos, Castoriadis, Papaïoannou) (Manuscrit, 2011) et L’exil est la patrie de la pensée. Kostas Axelos (Rue d’Ulm, 2015).

3Panayotis Tournikiotis enseigne la théorie de l’architecture à l’École polytechnique nationale d’Athènes. Il a publié des essais critiques et des livres sur l’architecture et la ville, traitant en particulier de l’époque moderne et contemporaine. Le Corbusier et Athènes capitale constituent deux grands chapitres, toujours ouverts, de son activité récente.

4Nikos Alivizatos est professeur de droit constitutionnel à l’université d’Athènes. Son intérêt scientifique se porte, entre autres choses, sur l’histoire constitutionnelle et l’histoire des institutions politiques. Parmi ses publications figurent Les institutions politiques en crise. Aspects de l’expérience grecque (Themelio, 1983, paru en grec), La Constitution et ses ennemis dans l’histoire grecque moderne 1800-2010 (Polis, 2011, paru en grec) et Pragmatiques, démagogues et rêveurs. Politiques, intellectuels et le défi du pouvoir (Polis, 2015, paru en grec).

5Evgénios D. Matthiopoulos est professeur d’histoire de l’art dans le Département d’histoire et d’archéologie de l’université de Crète. Il est également chercheur associé à l’Institut d’études méditerranéennes de Réthymnon. Il a publié de nombreux articles et ouvrages sur l’art moderne en Grèce, dont : L’art prend ses ailes dans la douleur. La réception du néo-romantisme dans les champs de l’idéologie, de la théorie de l’art et de la critique en Grèce (Potamos, 2005, paru en grec), La vie et l’œuvre de Yannis Mitarakis, 1897-1963 (Musée Benaki, 2006, paru en grec), et La vie et l’œuvre de C. Parthénis (Adam, 2008, paru en grec).

6Polina Kosmadaki est historienne de l’art et conservatrice en chef du Département des peintures, gravures et dessins du musée Benaki. Depuis 2005, elle enseigne l’histoire de l’art européen à l’université ouverte de Grèce. Elle a publié, dans des revues et ouvrages collectifs grecs et internationaux, des travaux portant sur l’art grec dans l’entre-deux-guerres, sur la participation de la Grèce aux expositions universelles de Paris (1925 et 1937), ainsi que sur l’éditeur et critique Christian Zervos.

7Lucile Arnoux-Farnoux est maître de conférences en littérature comparée à l’université de Tours. Ses travaux portent en particulier sur les questions de réception et de transferts culturels entre la France et la Grèce au xxe siècle. Elle a récemment codirigé l’ouvrage collectif Le double voyage : Paris-Athènes (1919-1939) (EFA, 2018). Elle a par ailleurs traduit en français des œuvres de Constantin Théotokis, Rhéa Galanaki, Thanasis Valtinos et Melpo Axioti.

8Vassiliki Lalagianni est professeur de littérature et civilisation européennes. Ses travaux, publiés dans des revues internationales, s’intéressent aux littératures de la diaspora et de la migration, à la littérature du voyage, à la littérature engagée, à l’écriture féminine et aux cultures méditerranéennes et balkaniques.

9Kostis Kornetis est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université autonome de Madrid. Il a enseigné, en tant que professeur invité, à l’université de Brown et au Centre d’études européennes et méditerranéennes de l’université de New York. Son ouvrage, Children of the Dictatorship. Student Resistance, Cultural Politics and the “Long 1960s” in Greece (Berghahn Books, 2013), a reçu le prix Edmund Keeley.

10Maria Oikonomou est professeur associé en littérature comparée au Département de langue et littérature allemandes à l’université Aristote de Thessalonique. Elle a également enseigné de nombreuses années à l’université Louis-et-Maximilien de Munich. Les éditions Nefeli ont publié son ouvrage Rames et Ailes. Le mythe de l’Odyssée dans la littérature et le cinéma modernes en 2016 (ouvrage paru en grec).

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search