Version classiqueVersion mobile

Mataroa 1945 : du mythe à l’histoire

 | 
Servanne Jollivet
, 
Nicolas Manitakis

Résumés

Texte intégral

Nicolas Manitakis, Mataroa, 1945 : le cadre historique, p. 7-39.

1Cet article tente de reconstituer le voyage des étudiants-passagers du Mataroa, tout en traçant, en parallèle, les grandes lignes du cadre historique dans lequel a eu lieu le transfert des étudiants grecs vers la France, dans les premières années de l’après-guerre. Comme le révèle l’étude de sources nouvelles, le voyage qu’effectuèrent 124 étudiants à bord du navire néo-zélandais, en décembre 1945, en direction de l’Italie et à destination de Paris, fit partie d’une plus vaste opération de transfert d’étudiants vers les centres universitaires français. En raison des conditions difficiles qui régnaient en Europe dans les premières années de l’après-guerre, ce transfert collectif se fit dans des circonstances particulièrement éprouvantes. Afin d’offrir une image plus complète de l’expédition du Mataroa, il convient donc de la replacer dans le paysage plus large des migrations étudiantes de l’après-guerre.

Servanne Jollivet, Trois philosophes engagés : Axelos, Castoriadis, Papaïoannou. De la guerre civile à la critique du marxisme, p. 41-57.

2Cette contribution se focalise sur trois passagers, qui s’illustreront ensuite en France dans le domaine philosophique : Cornelius Castoriadis, Kostas Axelos et Kostas Papaïoannou. Partant de l’entre-deux-guerres, et notamment de la période d’occupation allemande, cet article examine tout d’abord le contexte idéologique et politique qui sous-tend la formation de ces trois jeunes Grecs, ainsi que leur engagement politique de jeunesse durant les années qui précèdent leur arrivée à Paris. L’intérêt de cette étude est de voir en quoi l’œuvre qu’ils développeront par la suite s’enracine dans ce contexte politique spécifiquement grec et dans un engagement précoce qui leur offre une sensibilité, voire une lucidité politique sans équivalent dans le milieu parisien de l’après-guerre. Partant de l’expérience, parfois traumatisante, de la résistance au sortir de la guerre, cette contribution entend ainsi offrir un éclairage singulier, et encore peu connu, sur la genèse de la pensée politique et philosophique qu’ils développeront durant les décennies suivantes.

Panayotis Tournikiotis, Les architectes du Mataroa, p. 59-72.

3Une vingtaine d’architectes et futurs architectes grecs sont partis en France à bord d’un bateau pour étudier ou poursuivre leur formation. Ils ne constituaient pas un groupe homogène de par leur âge, leurs objectifs et leur sensibilité politique. Certains se précipitèrent à travailler chez Le Corbusier, d’autres ont étudié l’urbanisme et les plus jeunes l’architecture à l’École des beaux-arts. Bon nombre d’entre eux s’illustrèrent dans le courant de l’après-guerre en France ou en Grèce contribuant à changer le cours des choses dans leur domaine. L’initiative du gouvernement français dans une période cruciale de redémarrage après les années de la guerre a porté des fruits qui profitèrent aux deux pays, délivrant dynamisme et créativité dans le monde entier.

Nikos K. Alivizatos, Les juristes du Mataroa, p. 73-77.

4Cet article expose le parcours de 11 des 18 juristes qui ont pris place sur le Mataroa et dont l’auteur a retrouvé la trace. Rentrés ensuite en Grèce, mais conservant tous des liens étroits avec leur seconde patrie, ils prirent part à la reconstruction du pays dans les années 1950, tout en participant au rétablissement progressif de la normalité parlementaire et à l’émergence de ce qu’on appelle le Printemps de 1960.

Evgénios D. Matthiopoulos, Jdanov ou Picasso ?, p. 79-103.

5Depuis la période de l’entre-deux-guerres les tendances modernistes ainsi que les débats théoriques en provenance de Paris furent dominants dans le monde de l’art en Grèce. Pendant cette même période, d’ailleurs, c’est dans la capitale française que la majorité des artistes et critiques d’art grecs importants vécut et se forma. Après la Libération, la reprise de l’activité de l’Institut français d’Athènes, sous la direction d’Octave Merlier et de Roger Milliex, fut déterminante pour le renouvellement des relations culturelles entre la Grèce et la France comme pour les possibilités de réception et diffusion de l’art français à Athènes. Parallèlement, pendant l’occupation allemande et à travers l’expérience de la résistance (1941-1944), l’influence des communistes et de l’URSS fut renforcée. Par conséquent, la théorie du réalisme socialiste, formulée par Jdanov, eut un impact considérable au niveau de l’idéologie et de l’art. Dans ce contexte, les artistes modernistes grecs furent confrontés aux dilemmes et aux contradictions qui découlaient du fait que, d’une part, des artistes reconnus du modernisme, comme Picasso, étaient membres du Parti communiste français et, d’autre part, les théoriciens de l’URSS condamnaient leur œuvre ainsi que toute tendance moderniste. Alors, dans les journaux et les revues de la gauche en Grèce eurent lieu de vifs débats idéologiques et esthétiques avec la publication réciproque des textes des théoriciens soviétiques – Α. Jdanov et Vl. S. Kemenov – et les interventions des intellectuels comme L. Aragon, R. Garaudy, L. Casanova et P. Hervé.

Polina Kosmadaki, Les sculpteurs du Mataroa : orientations parisiennes, p. 105-120.

6Le voyage du Mataroa marqua une étape décisive pour l’œuvre de huit sculpteurs grecs, qui fut définie par l’expérience de cette brusque séparation d’avec leur patrie, les rencontres qu’ils firent sur le bateau, mais également leur vie d’étrangers à Paris. Constantin Andréou, Costas Valsamis, Memos Makris, Konstantinos Papachristopoulos, Nelly Andrikopoulou, Froso Efthimiadi, Costa Coulentianos et Bella Raftopoulou s’installèrent à la Cité internationale universitaire en 1945 et y réalisèrent leur première exposition parisienne, avec les autres artistes du bateau, en 1947. Ce texte analyse l’importance de ce voyage et de l’apprentissage parisien près de Marcel Gimond, Henri Laurens ou Ossip Zadkine, pour les huit sculpteurs. Il expose la manière dont ils abandonnèrent ou adaptèrent la formation classique qu’ils avaient reçue à l’École des beaux-arts d’Athènes et se tournèrent vers de nouvelles directions faisant valoir les enseignements de la sculpture de l’entre-deux-guerres : les qualités abstractives de la sculpture préclassique, l’intérêt renouvelé pour la matière, l’expérimentation de nouvelles techniques.

Vassiliki Lalagianni, Écriture, mémoire et histoire. Le cas de Mimica Cranaki, p. 121-129.

7Mimica Cranaki, écrivaine de la diaspora hellénique, constitue un cas significatif d’une littérature d’immigration fondée sur une situation d’exil et sur la construction identitaire. Incarnation d’une identité déterritorialisée, Cranaki garde de la Grèce un souvenir-image qui l’accompagne et la renforce tout au long de son exil. Tandis que dans son roman Contre-temps (1947) Cranaki focalise sur la vie en exil de l’individu expatrié, à travers les pages du roman autobiographique Philhellènes. Vingt-quatre lettres d’une Odyssée (1992), elle exprime ses pensées politiques sur une période très perturbée de l’histoire de la Grèce, la guerre civile mais aussi sur la société grecque contemporaine.

Lucile Arnoux-Farnoux, Elli Alexiou, Matsi Hatzilazarou et l’aventure du Mataroa : itinéraires d’écrivains, p. 131-148.

8Elli Alexiou (1894-1988) et Matsi Hatzilazarou (1914-1987) sont toutes deux arrivées à Paris en décembre 1945, après avoir voyagé sur le Mataroa. Le séjour dans la capitale française n’a cependant pas eu la même importance pour les deux femmes de lettres. Pour la première, romancière déjà confirmée, il a représenté une étape transitoire dans un parcours dominé par l’engagement au sein du Parti communiste grec, avant de longues années d’exil dans les démocraties populaires. Pour la seconde, jeune poétesse initiée au surréalisme par Andreas Embirikos, Paris a été le lieu d’un épanouissement personnel et artistique exceptionnel qui a irradié l’ensemble de sa vie, même après son retour définitif en Grèce, en 1973. Bien qu’à des degrés différents, Elli Alexiou et Matsi Hatzilazarou ont trouvé à Paris un espace propice à l’écriture et à la création.

Kostis Kornetis, Deux générations d’émigrés grecs à Paris : la génération « Mataroa » et le « Mai 68 » grec, p. 149-166.

9L’« équipée » de 1945 inaugure une longue période de présence grecque à Paris qui durera jusqu’au début des années 1980 − une présence aux caractéristiques particulières et quasiment synonymes de l’exil d’après-guerre. Au cours de cette période, Paris se transforme en épicentre de la vie intellectuelle grecque à l’étranger et, plus largement, de la migration étudiante grecque.

10Le présent article se propose de comparer la génération du Mataroa avec celle qui se trouvait à Paris pendant la dictature des colonels (1967-1974) et les événements de Mai 68. Bien que l’article n’ait pas l’ambition de couvrir un si vaste sujet, il tentera d’établir une première cartographie de la relation qui lie les deux générations et des spécificités qui les différencient.

Maria Oikonomou, Le Mataroa et la critique de la « méthode » : trois voyages, p. 167-180.

11L’histoire du Mataroa, bateau légendaire qui, en décembre 1945, grâce à l’intervention d’Octave Merlier, a transporté en France de jeunes Grecs, talentueux, mais sans avenir dans leur pays, n’est pas seulement l’opération d’un sauvetage, un plan original et audacieux, conforme à des convictions humanitaires. Cette histoire porte aussi en elle une antinomie. Le navire transporte des naufragés d’Europe, les dernières victimes des Lumières (qui ont supprimé par la force ce qu’elles étaient censées promouvoir), et il navigue en même temps à leur rescousse. Le bateau en lui-même atteste la faillite de la tradition rationnelle, tout en naviguant vers sa régénération.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search