Version classiqueVersion mobile

Mataroa 1945 : du mythe à l’histoire

 | 
Servanne Jollivet
, 
Nicolas Manitakis

Annexe II

Texte intégral

1Lettre dactylographiée de Panos Tzelepis, architecte, chef du groupe des boursiers et étudiants ayant embarqué sur le Mataroa, adressée à Octaver Merlier, le 8 janvier 1946, depuis Paris, hôtel Lutetia. Écrite quelques jours à peine après leur arrivée en France, elle constitue le récit le plus complet et le plus fiable dont nous disposons sur le voyage réalisé en décembre 1945. Cette lettre est conservée aux Archives diplomatiques de Nantes, Série : Athènes, Archives de l’Institut français d’Athènes, 754PO/1/47.

« Description objective du voyage des boursiers du gouv. français, d’Athènes à Paris en 1945

2ATHÈNES : vendredi 21-12-1945, TRANSPORT DES BAGAGES. Le camion promis par le service des transports militaires n’est pas paru. Tout le monde se rendit au Pirée en taxi.

  • 1 Elli Alexiou (1894-1984), écrivaine, professeur de lycée, boursière du gouvernement français. Membr (...)
  • 2 Agamemnon Makris (1913-1993), sculpteur, boursier du gouvernement français. Membre de l’EAM.

3DOUANE : malgré les lettres censurées, le certificat autorisant d’emporter des livres, des manuscrits et toute sorte de documents, les démarches de faveur auprès des autorités compétentes et leurs promesses relatives, beaucoup de bagages ont été fouillés et mis sens dessus dessous, en cherchant soi-disant de la devise mais sûrement dans d’autres buts. Alexiou1 et Makris2 ont été emmenés à la police du port, à ce sujet, tout particulièrement. On inaugura les démarches, on protesta, on s’expliqua et tout s’arrangea, sans suites.

  • 3 Mot turque signifiant l’impôt, le prélèvement.

4PORTEFAIX : l’accord avec la corporation, que nul droit ne nous serait pris, si le transport des bagages était effectué par nous-mêmes, n’a pas été respecté. Nous avons dû payer (Kharatchi3), sans avoir reçu d’aide, seuls les malins ont profité ou se sont soustraits.

  • 4 Nikos Hatzimichalis, architecte, boursier du gouvernement français.

5EMBARQUEMENT : pendant des heures, l’amas des bagages et des voyageurs attendait sur le quai d’embarquement l’arrivée de la « péniche motorisée » promise. En plus, personne de l’agence sur le quai. On monte sur le bateau où l’état-major de l’agence se trouvait à caser les voyageurs. C’est alors qu’un employé fut expédié à la recherche de la péniche. Les voyageurs impatients prirent des barques pour rejoindre le bateau. Certains y parvinrent. Aussitôt tout mouvement relatif fut interdit. Deux péniches avec des soldats eurent la priorité ainsi que leurs bagages. Plus tard, la place fut cédée aux boursiers, mais à condition que leurs bagages fussent chargés séparément dans la cale avant. D’où une ruée vers les bagages aussitôt posés sur le pont. Irritation du sous-officier anglais. Condamnation des bagages à être chargés en dernier, après le courrier, les provisions et les bagages des militaires. Ce qui s’effectua au début de la nuit. Hadjimichalis4 se sacrifia bravement et resta sur la péniche jusqu’au dernier moment, perdant ainsi son dîner. Distribution judicieuse des cabines et des couchettes. Les dames ont eu les meilleures, les hommes des dortoirs communs. Pas mal de bagages transportés clandestinement dans les cabines. [...]

6BATEAU : une dernière lueur réconfortante, la visite du cher Directeur sur le bateau. Ordre de se réunir tous dans le salon. Un membre de l’équipage du bateau lit les ordres stricts relatifs à la discipline, l’hygiène, le sauvetage. Chacun doit porter dorénavant, et toujours, le petit coussin de sauvetage avec lui. Surtout, les boissons sont défendues en public, mais permises en cachette. On se disperse, on s’accommode. À 7 h, dîner. Les officiers mangent mieux que nous. La nuit attique merveilleusement belle. Elle nous garde très tard sur le pont plaisantant et chantant. Départ samedi matin 22-12-1945 à 7 h 30 du matin au lieu de 6 h.

  • 5 Dimitris Choraface, musicien, pianiste, boursier du gouvernement français.
  • 6 Il s’agit très probablement de Yannis Triandakis, musicien, boursier du gouvernement français.
  • 7 Katerina Kahramani, musicienne, boursière du gouvernement français.

7VOYAGE : un premier jour d’une rare sérénité. À 10 h, exercices de sauvetage, avortés à cause de nous. La journée passe agréablement. Les plats des repas sont presque les mêmes. L’entrée du salon nous est interdite. Celui-ci est réservé aux officiers. Une autre salle, aménagée provisoirement depuis longtemps, avec un piano édenté, est mise à notre disposition. Quand même, le soir, un concert de toute pièce, solo violon de Chorafas5, piano tracassant de Tracas6, déclamation de Kahramani7, réunit commandant, officiers et officières qui ont l’air d’apprécier, applaudissant vivement. Le lendemain, dimanche, on est au large de Zakynthos. Une mer houleuse secoue le navire lentement, sournoisement. Des victimes, surtout parmi la gente masculine. Le service médical fonctionne assez bien. La journée fut moins vive. Le soir, prière de la part d’un membre de l’équipage d’organiser une sauterie « sèche » et « maigre ». Ni boisson ni « mézés ». La danse du bateau l’emporta. Lundi matin, 24-12-1945, à 7 h, vue de Tarente. À 9 h, en rade. Un bien gros paquet de lettres, nous avons presque tous écrit, est confié à un membre de l’équipage pour Le Pirée, avec 27 000 drachmes de pourboire, pour les garçons, les valets de chambre, les infirmières. Espérons que ces lettres sont parvenues à destination. Ordre de descendre les derniers. Contrordre de descendre tout de suite. Confusion, surexcitation, bousculade. Un petit bateau reçoit les dames, les messieurs, les bagages des cabines, transbordés par nous-mêmes. Ceux de la cale sont transportés par une péniche séparément.

  • 8 Initiales renvoyant très probablement à une agence de voyage internationale, avec laquelle collabor (...)
  • 9 Institut français d’Athènes.
  • 10 Agence de voyage athénienne, chargée du transport des voyageurs du Mataroa.
  • 11 Sophia Zafiropoulou, musicienne, boursière du gouvernement français.
  • 12 Grandes fêtes.

8TARENTE : le petit bateau accoste les quais intacts. Les bagages de la cale vont ailleurs. Déchargement par des Italiens en punition, régalés avec des cigarettes. Enthousiasme. Des camions transportent des dames à l’« Officers Transit House » au centre de la ville. Nulle trace de la C.I.T.8. Seul l’agent consulaire de la France, le Dr G. Buono, est là. Les hommes sont transportés au même endroit, dans un autre hôtel. Les bagages aussi, pour être expédiés tout de suite à la gare. Ruée vers ceux-ci pour les protéger. Les dames déjeunent sur place. Les Messieurs sont conduits à un cantonnement hors de la ville pour déjeuner. À peine arrivés, on [leur] annonce que le train part à 2 h 30. Il était 1 h 30. Course affolée vers la gare. Le train partait à 6 h 30. Deux wagons sont là, ils nous sont réservés. Ils n’ont ni vitres, ni lumière, ni eau. Ils datent de l’époque de Stephenson. L’agent consulaire n’a pu faire, à lui seul, mieux. On court ensemble pour réparer l’irréparable. On télégraphie à Bari, à Rome. On cherche aussi à trouver de quoi manger. Pas de pain. On dit au Dr de téléphoner à la C.I.T. de Bari pour nous préparer de quoi nous mettre sous la dent. On envoie trois dépêches : Athènes 2 (Institut9, Hermès10), Paris 1. Les cigarettes nous donnent à manger, surtout des oranges. Il y en a qui achètent des marchandises. On obtient d’un officier irlandais 3 pains et quelques conserves qui sont, du coup, partagées et avalées. Zafiropoulou11 trouve des raisons pour vouloir rester à Tarente. Elle se décide à nous suivre quand même. On l’oblige. Au dernier moment, déclaration indirecte de la part des officiers anglais d’ajourner notre départ, de fêter la Noël ensemble, de rester 2, 3 jours. Des « yortés ké panayiria12 » seraient données en notre honneur. Non, partir est mieux. On se tasse dans les wagons comme des bûches coincées. Les 2 latrines comblées de bagages sont condamnées. Les bagages débordent. On obtient un fourgon ; nous nous plaçons 15 pêle-mêle avec le restant des bagages. Nous partons à 7 h 30.

  • 13 Il s’agit très probablement de l’écrivain Thrassos Kastanakis et de son épouse Elpida Mavroidi. Kas (...)
  • 14 Discussion.
  • 15 Tassia Sini-Voyatzi, boursière du gouvernement français.
  • 16 Eleni Thomopoulou, diplômée en médecine, boursière du gouvernement français.

9À TRAVERS L’ITALIE : de TARENTE à Rome 24 heures. Mauvais temps avec vent glacial et pluie qui entre par la toiture des wagons et la porte du fourgon qui ne ferme pas. Aspect du pays désolant. Pas de grandes dévastations en dehors de la région de Cassino. Pas de misère comme en Grèce. Pas un va-nu-pieds, enfant ou adulte. Les gens plutôt aimables et nonchalants. Assez bien vêtus, avec ça, sans loques. Arrivés à Bari à 10 h du soir. À la gare, les Kastanaki13 avec le consul grec et la C.I.T. avec 140 sandwichs et des excuses et protestations. Ils n’avaient rien reçu cette semaine. Nous devions passer la semaine dernière. On insiste pour téléphoner à Rome pour demander de préparer deux meilleures voitures et un fourgon. Promesse du consul grec d’en faire autant auprès de l’ambassade de Grèce. Nous atteignons Rome à 6 h du soir, mardi 25-12-1945. Reçus par le conseiller de l’ambassade de France M. de Rose et un secrétaire. Accueil cordial, grand intérêt, juste compréhension. On assure 1 repas pour le lendemain à Bologne. 2 fonctionnaires de l’ambassade de Grèce et de la C.I.T. étaient là aussi. Du consul de Bari, on n’a rien eu et le conseiller fut averti par notre dépêche de Tarente à la C.I.T. Le train part à 8 h 30. Les bagages sont transbordés, en rafale, par nous-mêmes, dans 2 wagons de 3e [classe], rafistolés mais parfaits. Il y a de tout. Pas de fourgon. Nous sommes encore tassés comme des sardines. La C.I.T. paye les charriots transporteurs des bagages d’un wagon à l’autre. Nous arrivons à BOLOGNE le mercredi 26-12-45 à midi. La C.I.T. est là. Personne d’autre. Quelques-uns montent la garde à tour de rôle dans le wagon, les autres galopent vers le restaurant. Premier repas, chaud et suffisant depuis le lundi matin 24-12 et surtout savoureux depuis vendredi soir 21-12. Flânerie et commerce de différentes sortes dans les rues de la triste Bologne. Les prix plutôt bon marché par rapport aux nôtres. On discute le prix du repas et petit-déjeuner fixé par le conseiller à 350 lires italiennes en tout pour chacun, on obtient pour 400 lires italiennes 2 repas, midi et soir et le petit-déjeuner du lendemain. Ainsi, on a un 2e repas le soir, chaud, abondant mais moins copieux. Mais le petit-déjeuner promis par la C.I.T. pour le lendemain matin à Milan, à cause du manque de pain à Bologne, nous ne l’avons pas eu. Dans une lettre de remerciements au conseiller, on le met au courant de toutes ces péripéties. Départ de Bologne à 10 h du soir. Nous sommes quand même mieux, nous avons chaud, de la lumière et de l’eau avec WC. À 3 h du matin, on est réveillés par le contrôleur. On nous demande [des] documents relatifs [au] transport des bagages. On entame une discussion. Le contrôleur se reportera aux autorités compétentes de Milan. Au lieu de 20 kg, il exempte 100 kg. La « kouvenda »14 continue, amicale, tendre même. On offre des cigarettes. On se dit bonne nuit, sans que Milan s’interpose. L’Italie ne nous coûta pas même un « centesimo » pour [le] transport des bagages. Entrée à MILAN à 8 h du matin. La C.I.T. est là mais sans petit-déjeuner. Elle n’a rien reçu. L’automotrice pour Como part à 9 h 30. Impossible d’accrocher nos voitures. Il faut partir le soir et transborder les bagages à Como dans des wagons locaux pour les transborder à Chiasso dans les wagons suisses. On demande une solution favorable au chef de gare adjoint. Impassible. On se dirige vers le chef de traction. On discute, on explique, on prie, il saisit. Ordres immédiats par téléphone de remplacer l’automotrice par une machine, d’accrocher nos wagons et de nous conduire jusqu’à Chiasso. Réjouissance assombrie par la désobéissance des Sini-Voyatzi15 et Thomopoulou16 qui ratèrent le train pour voir, elles disent, le Dôme ! À Como, formalité des passeports. Coup de téléphone de Milan, avertir par hautparleur de la gare les égarées de nous rejoindre à Chiasso, par n’importe quel moyen. Heureusement, il fait beau, le soleil est presque printanier. À CHIASSO, on est à midi le jeudi 27-12-45. L’ambiance change. Tout le monde est gentil, d’un air neutre. Un médecin nous interdit de descendre hommes et bagages des wagons. Des nouvelles annoncent que, à Tarente, il y a eu des cas de peste. On explique au docteur qu’on est restés quelques heures, le temps de prendre le train. Plus tard, [il] nous sera permis de sortir, même de se servir du wagon restaurant pendant le trajet. Ici, nous nous sentons complètement étrangers. On téléphone à l’agence Jacky Maeder & Co. Ils accourent. Mêmes protestations. Ils n’ont rien eu, ils nous attendaient samedi dernier. Tout le monde a faim. On demande au pays patenté de bienfaisance un secours gastrimargique. Impossible d’acheter quoi que ce soit. Seule la monnaie suisse est valable, aucune devise n’est acceptée. Heureusement, le « Pronto Soccorso » est là. On téléphone et, en une demi-heure, on a un panier avec 140 morceaux de pain et triangles fromage « Ementhal » contre les tickets d’alimentation qui nous ont été distribués à l’arrivée. On court avec l’agent chercher les fugitives. Elles arrivent par voiture de Como. Ont l’air d’être confuses et navrées. Elles sont au moins désinfectées. Impossible de changer de la devise. Les Américains, seuls aptes à le faire dans leur centre d’accueil pour leurs semblables, refusent de nous aider avec des manières de gangster. On téléphone à Berne, à l’ambassade de Grèce, sollicitant un prêt, à la rigueur. Ils regrettent, impossible. On suggère l’idée [de] prier le consul de Lugano [de] venir à la gare, à notre passage de là dans 2 heures, pour nous prêter quelques francs. On retourne à la station. Tout le monde est installé en « Agha » dans [des] superbes wagons suisses de la 2e classe. C’est une révélation. Les bagages sont dans un fourgon scellé.

  • 17 Battement de cœur.

10LA SUISSE : nous partons à 2 h 30. Nous traversons des montagnes où il y a de la neige et du soleil. La nuit vient vite. Maintenant, il pleut. On n’y voit rien, que des stations désertes. À 10 h, nous sommes à Bâle, jeudi soir 27-12-45. Nos wagons sont fermés à clef et amenés ailleurs dans la gare. Des hommes en civil et en uniforme nous indiquent de descendre de là, de prendre les bagages à main seulement, de laisser les autres sur le quai et de suivre, les femmes, séparément, en file, par 4, un soldat qui nous devance. Il n’y manquait que le « pas de l’oie » ! On ne part pas le même soir. Nous sommes conduits à la « quarantaine » à cause de cette peste à Tarente. Sous la pluie, un édifice morose mais admirablement organisé nous reçoit avec son contingent de Fraulein-matrones. On mange chaud et suffisamment. Puis nous devons dormir dans des grands dortoirs, les dames dans une aile de l’édifice séparée. Permission de sortir est accordée au docteur et au chef du groupe. Ici, apparaît le correspondant de Duchemin, M. R. Odier des « Voyages Natural le Coultre » de Genève, qui s’intéressa à nous. Dépêches expédiées à l’Institut, à Hermès et à Paris. On téléphone au consul de France. Réponse aimable qu’ils n’ont aucune idée. Toutefois, le lendemain un fonctionnaire du consulat nous aide au dédouanement. On a oublié de dire qu’à Chiasso Jacky Maeder assuma les frais de transport de bagages en Suisse. La somme peut être retenue sur le restant du prix des billets à Athènes. À Lugano, le consul de Grèce nous attendait à la gare pour nous prêter 300 fr suisses. Avec quoi on a picoré dans le W-Restaurant. Vendredi 28-12-45, à 8 h 30 du matin, dernière étape, nous partons pour Paris. Avant-dernier « kardiokthipi17 », la douane française n’avait aucune notion de l’affranchissement des cigarettes. Il faudra les sceller toutes ensemble et les retirer à Paris après permission. Catastrophe. On insiste, on persuade, grâce à la lettre de l’ambassadeur et la traduction visée du document du ministère de l’Économie nationale grec. Ces documents sont retenus à titre de justification. Enfin, on part.

  • 18 Henri Ducoux, architecte, marié à une Grecque, a résidé et a travaillé à Athènes dans les années 19 (...)
  • 19 Roger Milliex (1913-2006), secrétaire de l’Institut français d’Athènes, et son épouse, l’écrivaine (...)

11ET LA FRANCE : à Mulhouse, nous changeons de wagons. De 3e pour la 2e [classe], réservés pour nous. Malheureusement, le fourgon ne doit pas nous suivre. Il sera envoyé plus tard. Démarches inutiles auprès du chef [de] mouvement. On échoue pour la première fois. Le chef a l’air d’être têtu comme un Alsacien ou d’une autre nationalité. Une vague déception par ce premier contact, dissipée du coup par la bonhomie, la gentillesse, la bonne volonté du contrôleur […] et des voyageurs mêmes. Le « réservé » des wagons est aboli. Nous sommes presque copains avec tout ce monde qui envahit nos voitures. Nous sommes assis pêle-mêle, nous causons, nous partageons nos vivres, nous critiquons. On a dû se connaître quelque part. Dans le fond de l’histoire peut-être. Nous traversons une partie de la France. Il ne pleut pas. Il fait doux. Quand même le train va « charrette ». PARIS est long à paraître. On scrute la nuit. On ne saisit rien. Bientôt il sera minuit. On est à la gare de l’Est. Vendredi 28-12-45. Les Ducoux18, les Milliex19, Balança, inspecteur de l’Éducation nationale, sont là. D’autres amis aussi, Français et Grecs. On est accueillis simplement, mais chaleureusement. En amis qui tardaient à venir. On informe et on est informés par l’admirable Ducoux. On se donne rendez-vous pour le lendemain. Des autocars attendent pour mener tout ce monde à la Cité universitaire ou au Lutetia. Il faut se dépêcher. On nous attend. On est emportés. Je crois avoir entendu dire que des gens de Duchemin étaient là. Dès le lendemain, on court avec Ducoux auprès des bagages. Ils sont là, lundi soir seulement 31-12-45. Dernier « kardiokhtipi ». Les cigarettes sont en danger. Pas encore d’information à ce sujet de la part du responsable. On lui explique. Heureusement, Ducoux est là. Comme partout d’ailleurs. Le fonctionnaire, par acquis de conscience, contrôle une valise par charriot chargé. Valises, sacs, caisses « innocentes » lui sont présentés. Il découvre tout juste quelques paquets. Justification précise de notre déclaration que nous n’importons pas plus de 30 kg en tout. On signe avec Ducoux le papier relatif. Nous amenons tous les bagages. Le soir, nous redevenons des hommes lavés, baignés, avec des vêtements propres, après 11 jours de fumée et de boue incrustées, partout. Les frais de transport des bagages en fourgon en France ainsi que leur transport à la Cité ou au Lutetia ont d’abord été payés par nos soins mais après des démarches auprès du service compétent des Relations culturelles, ordre a été donné à Duchemin de les verser et de les porter au compte des frais pour les boursiers grecs à la charge du Gouv[ernement] français.

12Le lendemain, on a rencontré Ducoux à la Cité. Il fit en sorte que le jour même, samedi 29-12-45, les boursiers et stagiaires eurent leur première bourse, malheureusement 4 000 francs seulement, celle de décembre 1945. Il espère pouvoir obtenir en compensation une rallonge, à temps, d’au moins un mois pour chaque boursier.

  • 20 Il s’agit très probablement de Philippe Rebeyrol (1917-2013), normalien, agrégé, résistant, ayant e (...)
  • 21 Marcel Abraham (1898-1955), normalien agrégé, haut fonctionnaire du ministère de l’Éducation nation (...)

13Les boursiers sont logés : la plupart au pavillon hellénique, d’autres, un petit nombre, dans des pavillons étrangers, et une quarantaine au Lutetia. Surtout, les couples mariés et les demoiselles, à deux par chambre. […] Au sujet du logement, on a failli ne pas vouloir reconnaître l’obligation d’accorder les mêmes privilèges aux boursiers et aux étudiants venus à leur propre frais. Heureusement, il a été accepté de les loger dans différents pavillons de la Cité. […] Toutes les personnes auxquelles on a affaire pour nos questions sont d’une compréhension et d’une bonne volonté touchante. Surtout, Rebeyrol20, avec qui on est en contact perpétuel. Naturellement, l’excellent Ducoux reste l’âme de tout ce qui se rapporte à notre cause. Un comité va être constitué par des savants qui guideront et protègeront les boursiers. Le Dr Richet est indiqué pour les médecins, qui ont déjà été reçus par ses soins. Le doyen Montel pour les scientifiques, qui vont être reçus vendredi prochain. Ceux du droit par le doyen Jolliot de La Morandière. Les artistes et lettrés par M. Abraham21, reçus avec intimité presque. Les techniciens sont sous l’égide de Ducoux. Il a été convenu que chacun d’eux, excepté les jeunes, choisira un secteur dans la reconstruction, en dehors d’autres études particulières, pour former ainsi un ensemble complet nécessaire à notre pays. Les jeunes sont déjà chez Campanakis et aux Beaux-Arts. D’autres inscrits à différentes écoles. L’inscription aux écoles publiques se fera gratuitement sur la présentation d’un certificat que Melle Boucoiran délivrera dans 2-3 jours. Quelques pianistes ont déjà eu leur piano et il y en aura pour toutes. Surtout, il fait assez chaud pour que le bon Choraface puisse étudier. Certains travaillent déjà dans des laboratoires.

14L’impression de Paris sur les novices est très variée. Il y a des emballés, des sceptiques, des faux-blasés. C’est vrai que Paris, en dehors du mouvement intellectuel et artistique qui est apparent et qui coûte malheureusement très cher, n’a pas l’attrait enivrant qu’on lui connaissait. C’est pourquoi il faut remplacer tout ça, pour les novices, avec la connaissance des Français et des Françaises. La vie est relative aux dispositions économiques. Elle peut être très chère ou modérée. Bon marché, elle ne l’est pas. Il y a de tout, mais il faut payer le prix qui varie suivant le quartier, les conditions, les magasins. La question de la nourriture pour les étudiants est résolue par les repas étudiants. Elle serait parfaite si les matières grasses étaient plus abondantes. C’est heureux qu’on a apporté avec soi de l’huile ou du beurre ».

Notes

1 Elli Alexiou (1894-1984), écrivaine, professeur de lycée, boursière du gouvernement français. Membre de l’EAM (organisation de résistance de gauche).

2 Agamemnon Makris (1913-1993), sculpteur, boursier du gouvernement français. Membre de l’EAM.

3 Mot turque signifiant l’impôt, le prélèvement.

4 Nikos Hatzimichalis, architecte, boursier du gouvernement français.

5 Dimitris Choraface, musicien, pianiste, boursier du gouvernement français.

6 Il s’agit très probablement de Yannis Triandakis, musicien, boursier du gouvernement français.

7 Katerina Kahramani, musicienne, boursière du gouvernement français.

8 Initiales renvoyant très probablement à une agence de voyage internationale, avec laquelle collaborait l’agence de voyage athénienne Hermès.

9 Institut français d’Athènes.

10 Agence de voyage athénienne, chargée du transport des voyageurs du Mataroa.

11 Sophia Zafiropoulou, musicienne, boursière du gouvernement français.

12 Grandes fêtes.

13 Il s’agit très probablement de l’écrivain Thrassos Kastanakis et de son épouse Elpida Mavroidi. Kastanakis enseignait à l’Institut national de langues orientales à Paris. Durant l’Occupation, il s’est trouvé à Athènes et, après la Libération, il est retourné à Paris. Il est fort probable qu’il ait rencontré les boursiers lors de son voyage de retour.

14 Discussion.

15 Tassia Sini-Voyatzi, boursière du gouvernement français.

16 Eleni Thomopoulou, diplômée en médecine, boursière du gouvernement français.

17 Battement de cœur.

18 Henri Ducoux, architecte, marié à une Grecque, a résidé et a travaillé à Athènes dans les années 1920. Après 1929, il a été embauché par l’École française d’Athènes. Membre de la commission des bourses pour l’année 1945, il a pris part à la sélection des candidats. Il a étroitement collaboré avec Merlier, avec lequel il entretenait des rapports amicaux.

19 Roger Milliex (1913-2006), secrétaire de l’Institut français d’Athènes, et son épouse, l’écrivaine Tatiana Gritsi-Milliex (1920-2005), se trouvaient à Paris depuis l’été 1945.

20 Il s’agit très probablement de Philippe Rebeyrol (1917-2013), normalien, agrégé, résistant, ayant enseigné durant la guerre à l’Institut français de Barcelone. De 1946 à 1949, il a dirigé l’Institut français des hautes études de Roumanie.

21 Marcel Abraham (1898-1955), normalien agrégé, haut fonctionnaire du ministère de l’Éducation nationale, directeur, après la guerre, des Affaires culturelles. Il entretenait des relations amicales avec Octave Merlier.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search