Version classiqueVersion mobile

Mataroa 1945 : du mythe à l’histoire

 | 
Servanne Jollivet
, 
Nicolas Manitakis

Deux générations d’émigrés grecs à Paris : la génération « Mataroa » et le « Mai 68 » grec1

Kostis Kornetis

Résumé

L’« équipée » de 1945 inaugure une longue période de présence grecque à Paris qui durera jusqu’au début des années 1980 − une présence aux caractéristiques particulières et quasiment synonymes de l’exil d’après-guerre. Au cours de cette période, Paris se transforme en épicentre de la vie intellectuelle grecque à l’étranger et, plus largement, de la migration étudiante grecque.

Le présent article se propose de comparer la génération du Mataroa avec celle qui se trouvait à Paris pendant la dictature des colonels (1967-1974) et les événements de Mai 68. Bien que l’article n’ait pas l’ambition de couvrir un si vaste sujet, il tentera d’établir une première cartographie de la relation qui lie les deux générations et des spécificités qui les différencient.

Texte intégral

  • 1 Je souhaite remercier Nicolas Manitakis pour ses remarques particulièrement pertinentes sur ce text (...)
  • 2 Nicolas Manitakis, « L’exil des jeunes grecs et le rôle de l’Institut français : un exil doré ? », (...)
  • 3 Nikos Panayotopoulos, « Les “grandes écoles” d’un petit pays. Les études à l’étranger : le cas de l (...)
  • 4 Pour une documentation détaillée, voir Nicolas Manitakis, « Struggling from Abroad: Greek Communist (...)

1Durant l’entre-deux-guerres, la France concentrait déjà la majorité des étudiants grecs de l’étranger. Ceux-ci y étaient alors trois fois plus nombreux qu’en Allemagne. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Paris resta une destination stable pour les étudiants grecs. Dans une interview, Kostas Axelos attribuait, entre autres, cette préférence à des raisons linguistiques : « Ne parlant pas l’anglais et l’Allemagne étant en ruine, il ne nous restait pas d’autre choix que la France »2. À cela s’ajoute le fait que, dès 1945 et l’installation dans la capitale française des 130 fameux « boursiers » du Mataroa ayant abandonné la Grèce dans un climat politique particulièrement lourd, une singulière élite d’intellectuels grecs de gauche se développa à Paris. La ville demeura ainsi une destination fréquemment choisie par les étudiants souhaitant faire des « études supérieures », bien souvent des cursus de maîtrise, à l’étranger. À partir de ce moment-là et jusqu’aux années 1960, indépendamment désormais de toute raison idéologique, la France voit tripler le nombre des étudiants grecs inscrits dans ses universités, en particulier à Paris3. L’« équipée » de 1945 inaugure donc une longue période de présence grecque à Paris qui durera jusqu’au début des années 1980 − une présence aux caractéristiques particulières et quasiment synonymes de l’exil d’après-guerre. Au cours de cette période, Paris se transforme en épicentre de la vie intellectuelle grecque à l’étranger et, plus largement, de la migration étudiante grecque4.

  • 5 Le matériau documentaire de l’article provient des entretiens suivants : Antoniadi-Bibikou Eleni, P (...)

2Le présent article se propose de comparer la génération du Mataroa avec celle qui se trouvait à Paris pendant la dictature des colonels (1967-1974) et les événements de Mai 68. Bien que l’article n’ait pas l’ambition de couvrir un si vaste sujet, il tentera d’établir une première cartographie de la relation qui lie les deux générations et des spécificités qui les différencient5.

La génération des « boursiers »

  • 6 Jeffrey K. Olick, « Collective Memory: The Two Cultures », Sociological Theory 17.3, p. 339, soulig (...)

3Selon le sociologue Jeffrey K. Olick, les générations ne sont pas formellement définies par des périodes temporelles, mais par des groupes d’âge qui se déterminent de manière subjective et existent « si et seulement si certaines cohortes partagent une expérience historique commune, qui crée une communauté de perceptions »6. La définition que Mimica Cranaki − éminente représentante de la « génération des boursiers » − donne elle-même du terme dans un de ses textes en 1947 s’accorde dans une large mesure avec la formulation ci-dessus :

  • 7 Mimica Cranaki, « Εµείς. Η γενιά του ’40 στην Ελλάδα » [Nous autres, la génération de 40 en Grèce], (...)

Je ne sais pas pourquoi je dis « nous » en parlant de la jeunesse grecque, c’est-à-dire de tous ces moi solitaires et dissemblables auxquels on hésiterait à prêter un visage commun. Ce fut, je crois, l’occupation qui brisa une partie de cette solitude et nous jeta tous sur le même rivage, en donnant à notre inquiétude soit une solution, soit un sursis, selon les cas. […] L’Occupation fut une prise de conscience commune et cette adolescence inachevée un destin également commun7.

  • 8 Stelios Kapsomenos, Elia Kyfonidou, « Από τον ενικό στον πληθυντικό αριθµό » [Du singulier au pluri (...)
  • 9 Fotis Terzakis, Το Πνεύµα στην εξορία. Παπαϊωάννου, Καστοριάδης, Αξελός [L’Esprit en exil. Papaïoan (...)

4Cette génération a donc pour origine un moment politique traumatisant, l’Occupation et les Dekemvriana de 1944, qui jouèrent un rôle central dans la formation du soi. Par conséquent, la génération de 1945 se divise entre ceux qui continuent d’être liés aux passions politiques grecques par leur appartenance à un parti, et ceux qui rompent ces liens. Il est intéressant de noter ici la convention de non-action politique que signèrent les boursiers après concertation du directeur de l’Institut français Octave Merlier avec les autorités grecques, mais qui ne fit pourtant pas obstacle à la poursuite de l’activité politique de la plupart d’entre eux une fois en France8. La première catégorie se décompose en différentes sous-catégories : ceux qui rentrèrent pour prendre part à ce qu’on appelle parfois le « second maquis » (la guerre civile), comme Manos Zacharias ; ceux qui se retrouvèrent dans les pays du bloc de l’Est, comme Memos Makris ; d’autres qui effectuèrent un travail politique en France pour le compte d’organisations grecques − c’est notamment le cas d’Eleni Antoniadi-Bibikou, en tant que propagandiste pour le KKE ; ceux qui ne purent pas rentrer en Grèce car ils avaient été privés de leur nationalité grecque et étaient donc de facto exilés, comme ce fut le cas de Nicolas Svoronos. D’autres, enfin, comme Emmanuel Kriaras et Nelly Andrikopoulou, sont rentrés en Grèce sans objectifs politiques, bien que le premier ait été considéré, à tort, comme étant de gauche, ce qui lui valut de rencontrer de grandes difficultés lors de sa nomination à l’université Aristote de Thessalonique. Enfin, dans la seconde catégorie, nous retrouvons ceux qui, de manière très consciente, mirent un terme à leurs relations avec la Grèce, comme c’est par exemple le cas de Cornelius Castoriadis, Kostas Axelos et Iannis Xenakis qui avaient été privés de leurs droits politiques et à l’encontre desquels des condamnations prononcées par des tribunaux militaires spéciaux restaient en suspens9.

5Il est tout de même surprenant que les divisions politiques qui étaient à leur comble dans le pays après 1945, ne s’intensifièrent ni même ne trouvèrent réellement d’écho au sein de la communauté grecque de Paris, encore peu développée, si ce n’est au travers de la présence des boursiers du Mataroa. La principale structure organisationnelle des étudiants et « chercheurs » (dénomination adoptée délibérément pour pouvoir s’appliquer au plus grand nombre possible de Grecs, même s’ils ne possédaient pas de carte d’étudiant) était une association dont le nom était teinté de langue puriste (katharevousa) car elle avait été fondée à la fin du xixsiècle : Énosis ton en Parisíois Ellínon Spoydastón (EPES), c’est-à-dire l’Union des étudiants grecs de Paris. Emmanuel Kriaras, boursier, passager du Mataroa et président du Comité des résidents de la Fondation hellénique, se souvenait ainsi que « l’association n’avait rien de spécial… », même si la guerre civile faisait rage, et malgré le fait que certains membres de la communauté, comme Nicolas Svoronos, étaient « révolutionnaires ». « Beaucoup étaient de gauche, comme je vous l’ai dit. Mais beaucoup étaient indifférents » (E. Kriaras, interview).

6Comme le montrent les archives de l’ASKI (archives d’histoire sociale contemporaine), l’association connut un regain d’activité après l’arrivée des boursiers, qui lui redonnèrent vie à partir de 1946. Son conseil administratif se réunissait presque chaque mois durant la seconde moitié des années 1940, une dynamique due, en grande partie, aux boursiers de 1945. Après la fin de la guerre civile, dès le début des années 1950, elle tomba dans un état d’inertie contrastant avec la période précédente.

  • 10 Entre 1964 et 1965, l’EPES édita un bulletin intitulé Ελληνική Παρουσία [Présence grecque].
  • 11 Kostis Moskof, Στα όρια του Έρωτα και της Ιστορίας [Aux limites de l’Amour et de l’Histoire], Thess (...)

7C’est seulement dix ans plus tard, entre le milieu et la fin des années 1960, qu’elle reprit de la vigueur, reflétant dans une large mesure les passions et l’agitation régnant sur la scène politique grecque de l’époque10. Kostis Moskof, déjà installé à Paris en 1967, note au sujet de l’arrivée de cette nouvelle « fournée » de Grecs : « La communauté comptait alors une vingtaine ou une trentaine d’étudiants en maîtrise, mais elle se mit à grandir. Les premiers réfugiés arrivèrent… et en un mois nous étions 50011 ».

8Cette nouvelle génération d’émigrés, arrivés massivement, fit de nouveau souffler sur la communauté grecque un vent de conscience politique. Bien que l’événement politique traumatisant de l’imposition de la dictature ait constitué, ici aussi, un facteur central, la communauté se forma de manière très différente de celle de 1945. Alors que dans le premier cas Octave Merlier a joué un rôle important en intervenant pour l’attribution d’un plus grand nombre de bourses à des étudiants grecs, on ne constate pas, en 1967, d’initiative semblable de la part des Français. Il faut toutefois noter le rôle positif que joua le directeur de la « Maison hellénique », Konstantinos Georgoulis, dans l’admission d’étudiants dissidents dans la Cité universitaire parisienne.

La nouvelle génération d’émigrés de 1967-1974

  • 12 Vassiliki Kilekli, « Πτυχές της γαλλικής πολιτικής απέναντι στην εγκατάσταση των Ελλήνων στη Γαλλία (...)

9L’information du coup d’État créa un sentiment instantané d’unité parmi les étudiants grecs de Paris. À partir du 21 avril 1967, l’association, présidée par Nikos Hatzinikolaou, avec Aggelos Elefantis pour secrétaire, fut au premier plan des mobilisations contre la Junte des colonels12. Stravros Stamboglis décrit l’ambiance des réunions :

  • 13 Stavros Stamboglis, « Η λεοντή της άγονης γραµµής » [La peau de lion de la ligne déficitaire], in C (...)

Voici, en bref, ce qu’il se passait à l’EPES. Opposition politique, fermentation idéologique, critique, autocritique, décisions, condamnations, nuits blanches, cigarettes, flirt [...] et surtout, passion. Un parfum de soulèvement. Une fête populaire […]. Même ceux qui étaient en total désaccord venaient de temps à autre pour prendre l’air dans nos Soviet13.

  • 14 Voir aussi Richard Someritis, Οι λέξεις και οι µάχες. Αναµνήσεις ενός πολίτη δηµοσιογράφου [Les mot (...)

10Le jour même du coup d’État, une réunion de cinq cents personnes fut organisée, se transformant en une marche de plusieurs milliers en direction de l’ambassade grecque. Selon Eleni Antoniadi-Bibikou, il y avait ce soir-là une osmose intéressante entre les deux générations, celle de la dictature et celle du Mataroa. En effet, il se trouve que parmi les personnalités ayant participé à la fondation de la commission antidictatoriale de France − qui fut créée sur place et dans une « atmosphère fantastique » − se trouvaient Pangalos Theodoros, Nikos Poulantzas et Richard Someritis, mais également Kostas Axelos, Adonis Kyrou et Stratis Someritis (Bibikou, interview)14. Une telle coopération entre intellectuels des deux générations n’allait pourtant pas se poursuivre.

11Malgré les divergences politiques et les grandes frictions qui eurent lieu au sein de la communauté, l’immense majorité des étudiants-intellectuels grecs qui se trouvaient à Paris durant la dictature était relativement homogène quant à l’usage ou non de la violence dans la lutte antidictatoriale. Elle conservait, en outre, des relations organisationnelles avec la Grèce et développa en conséquence une action politique qui concernait directement la résistance au régime dictatorial ; l’enjeu, donc, en matière de recherche, d’idées et d’action politique était clairement « grec ». En ce qui concerne la position des autorités françaises, on remarque une plus grande tolérance vis-à-vis des résistants grecs dans les années 1960 que cela n’avait été le cas avec ceux de 1945. Anna Frankoudaki se souvient :

La France est très amicale. Une autre chose surprenante, avec les Français, après les faucilles et les marteaux, c’est que je vois pour la première fois de ma vie une petite manifestation, contre la dictature, avec cinquante personnes, quelques Grecs et quelques Français, étudiants gauchistes de différentes orientations, et la police qui interrompt la circulation pour que nous passions (rires). Avec la bénédiction de l’État et de la police, je n’avais jamais vu une manifestation pareille, de toute ma vie.

(A. Frankoudaki, interview)

12La plupart du temps, les autorités françaises n’intervenaient pas, même dans les cas d’organisations illégales, qui conservaient des planques à Paris. La police française ne fournissait jamais aucun élément aux services d’informations de la Junte, pas plus qu’elle n’expulsa les membres de l’organisation Résistance révolutionnaire populaire fondée par Alexandros Giotopoulos et Dimitris Skarpalezos, alors même qu’elle avait réussi, avec l’aide des forces spéciales, les barbouzes, à récolter des informations sur les planques, les armes cachées et les passeports falsifiés de ses membres. De la même manière, Giorgos Karabelias se souvient que le président du Parlement français était intervenu en personne pour qu’il soit laissé en liberté, après l’occupation de l’ambassade grecque de Paris au lendemain des événements de Polytechnique en novembre 1973 :

  • 15 Cf. Alexis Papahelas, Tasos Teloglou, Φάκελος 17 Νοέµβρη [Dossier 17 novembre], Athènes, Hestia, 20 (...)

À moment donné, nous avons occupé l’ambassade grecque, après, bien sûr, ils nous ont attrapés, mais bon, c’est arrivé parce que nous étions repartis pour manifester dehors, nous avions pris un tas de passeports, qui sont ensuite partis au Chili, on va dire ça comme ça. Ça s’est décidé à ce moment-là, quand ça s’est passé à Polytechnique, et la police qui nous a attrapés, ils avaient quelques, ils avaient différents mouchards, on va dire. […] Il y a eu des mobilisations, le président du Parlement français, à l’époque, est intervenu, ils nous ont relâchés au bout de trois jours, ils nous avaient attrapés avec les bidons, et tout, et au bout de trois jours ils nous ont laissés filer, ils nous ont rien fait, même que moi, ils viennent me voir d’un coup, et ils me disent « six ans »15.

(G. Karabelias, interview)

  • 16 Cité dans V. Kilekli, « Πτυχές της γαλλικής πολιτικής… » [Aspects de la politique française…], art. (...)

13La France, se révéla donc être la « terre d’asile » par excellence, également selon Evi Demiri, la fameuse présentatrice de la station de radio grecque de Paris. Le cas des Grecs dont on considéra qu’ils avaient participé aux événements de mai 68, comme Aggelos Elefantis, qui se vit retirer son passeport, et Nikos Hatzinikolaou, qui fut envoyé à Clermont-Ferrand, constitue une exception notable16.

Un état d’esprit différent

  • 17 Sur la notion de génération intellectuelle, voir Randall Collins, « The Passing of Intellectual Gen (...)
  • 18 Il est intéressant de noter que Tsatsos fut le professeur de Castoriadis et Papaïoannou à la facult (...)

14Ces deux générations politiques étaient également des générations intellectuelles17 qui subissaient l’influence des lettres françaises et de la politique française, mais qui eurent également un impact sur celles-ci, de par leur activité politique et leur production intellectuelle, domaines qui se rejoignaient parfois. Cet impact les différencie des précédentes « fournées » d’intellectuels formés à l’étranger, comme les philosophes de la génération précédant le Mataroa, ayant étudié en Allemagne, et plus particulièrement à Heidelberg. L’œuvre des principaux représentants de cette génération − Ioannis Theodorakopoulos, Panagiotis Kanellopoulos, Konstantinos Tsatsos18 −, ne connut pas un tel rayonnement international et leur activité politique n’avait rien de comparable.

  • 19 Meletis M. Meletopoulos, « Από το Ματαρόα µέχρι τη Μεταπολίτευση » [Du Mataroa à la chute de la dic (...)
  • 20 Ces revues n’étaient pas très connues en Grèce à l’époque. Kostas Vergopoulos est un des rares à af (...)
  • 21 Sur l’influence des revues Arguments et Socialisme ou Barbarie sur le mouvement de 68, voir Ingrid (...)

15Les différentes migrations vers Paris présentent des caractéristiques distinctes. Selon le chercheur Meletis Meletopoulos, la génération du Mataroa n’aboutit pas à la formation d’un « mouvement intellectuel coordonné » ayant une influence sur les développements philosophiques et idéologiques internes à la Grèce. « Au contraire, des cas individuels exceptionnels ont émergé et obtenu influence, renommée et supporters à l’intérieur et surtout à l’extérieur de la Grèce… »19. L’influence limitée de ces intellectuels sur les affaires grecques était, jusqu’à un certain point, inversement proportionnelle à celle qu’ils exerçaient en France, et pas seulement : au niveau scientifique − par le biais des ouvrages qu’ils publièrent − et en matière de formation d’idées politiques − de par leur participation aux fameuses revues des années 1950 et 1960 −, ils contribuèrent largement à la création de la nouvelle gauche française, mais aussi à des processus les plus divers dans le domaine de la théorie critique20. Axelos, avec le genre alternatif de post-marxisme que promouvait sa revue Arguments, revue qui se tenait à distance tant des régimes bureaucratiques du bloc soviétique que de l’impérialisme américain, et surtout Castoriadis, avec Socialisme ou Barbarie, agitèrent fortement les eaux idéologiques de l’époque, produisant un effet particulier sur le mouvement de 68. Daniel Cohn-Bendit, le « Rouge », leader du Mouvement du 22 mars, avait été particulièrement séduit par Castoriadis − avec lequel il coécrira l’essai De l’écologie à l’autonomie (1980). Ce n’est pas un hasard si l’ouvrage L’institution imaginaire de la société fut considéré par les critiques français comme un « mai 68 spirituel »21.

  • 22 Stuart Elden, « Kostas Axelos and the World of the Arguments Circle », in J. Bourg (dir.), After th (...)
  • 23 François Bordes, « Le rire de Kostas Papaïoannou », Commentaire 106, 2004.
  • 24 François Bordes, « Exil et création. Des penseurs grecs dans la vie intellectuelle française », in (...)

16Même Papaïoannou, qui n’était pas particulièrement concerné par les courants politiques de l’époque, entretenait une forte amitié avec le situationniste René Vienet. Les situationnistes, qui, pour des raisons qui leur sont propres, éprouvaient une violente antipathie pour Axelos, adoraient Papaïoannou, et en particulier son essai L’idéologie froide (1967) relatif au déclin du marxisme, de Karl Marx à Nikita Khrouchtchev22. Le dixième numéro de la revue Internationale situationniste chantait même ses louanges. Par ailleurs, bien qu’étant le seul des « philosophes » du Mataroa à avoir insisté pour écrire en grec − avec une première publication en français en 195923 −, Papaïoannou participa, par d’importantes contributions, au Contrat social de Boris Souvarine24.

17Nous pouvons donc affirmer que ce noyau dur de théoriciens émigrés grecs a nourri les processus intellectuels ayant mené à l’explosion révolutionnaire de 68 en France. Malgré tout cela, dans le récit qu’elle fait de Mai 68, Anna Frankoudaki évoque Kostas Axelos comme étant une figure « vaincue » des événements, contrairement à Jean-Paul Sartre :

À la Sorbonne, nombreux sont ceux qui défilèrent et partirent vaincus, comme Kostas Axelos par exemple, qui n’a pas pu parler parce que la foule criait « descends, tu n’es pas meilleur que nous, pourquoi est-ce que tu parlerais dans le micro pendant que nous restons en bas », « descend de là, descend de là » (en chantant), c’est-à-dire, c’était le chaos, et c’était très joyeux, et il est parti. Jean-Paul Sartre n’est pas parti et a réussi, une fois de plus, alors que la foule criait et lui hurlait, à lui aussi, « descend de là », « T’es qui, toi ? » et « Vous vous croyez meilleurs que nous » et « À bas les vieux » et je ne sais quoi encore, d’autres choses encore, et à un moment, il attend que la vague retombe, et tout à coup il lâche un « Vos gueules ! », et la foule se tait. Il prit la parole et put parler (rires).

(A. Frankoudaki, interview)

18Kostas Vergopoulos tient des propos similaires au sujet de Castoriadis :

Castoriadis avait été écarté de l’actualité, il ne jouait absolument aucun rôle, ni lui, ni son équipe, même si à la fin quelques-uns de ses supporters l’appelèrent et il fit une conférence à Censier, dans une annexe de la Sorbonne. Castoriadis pensait que toute la pensée française, depuis 1950, c’était des âneries, de Sartre à Foucault, Barthes et Althusser. Il avait écrit tout ça dans un livre, [où il disait] qu’ils étaient tous déplorables. Il n’avait pas de rapport avec le mouvement étudiant, qui les défendait. Un rapport marginal.

(K. Vergopoulos, interview)

Le tiers-mondisme, 68 et la dictature

  • 25 Voir Kostis Kornetis, « Cuban Europe? Greek and Iberian tiersmondisme in the “Long 1960s” », Journa (...)
  • 26 Kostis Kornetis, Children of the Dictatorship: Student Resistance, Cultural Politics, and the “Long (...)

19La présence des intellectuels grecs qui vécurent et furent actifs à Paris dans les années 1960 ne coïncida pas uniquement avec la dictature en Grèce, mais également avec les différents mouvements contestataires de l’époque, développant une relation plus durable avec le marxisme alternatif et les avant-gardes révolutionnaires. En matière d’activité antidictatoriale, une pléiade d’organisations illégales, engagées dans la lutte armée contre la Junte des colonels, étaient basées à Paris, qui leur servait de tremplin. Ces organisations, comme le Mouvement du 29 mai − qui deviendra la Résistance révolutionnaire populaire  et le Mouvement du 20 octobre, flirtaient ouvertement avec le tiers-mondisme25. Elles n’avaient cependant pas de lien avec les événements de 68 et ce qui se passait en France. Le mot « fête » revient souvent dans les récits des étudiants lorsqu’ils évoquent cette période − c’est particulièrement vrai en ce qui concerne les membres des deux partis communistes, qui avaient également tendance à être les plus dédaigneux26. Selon le président de l’EPES, Nikos Hatzinikolaou :

  • 27 Ino Afentouli, Mάης ’68. 20 χρόνια µετά [Mai 68. Vingt ans plus tard], Athènes, Odysseas, 1988, p.  (...)

À partir du 20 mai, la cour de la Sorbonne ressemblait fortement à un bazar. Il y avait des photographies de Staline, Trotsky et Mao sur les murs, et des représentants des organisations correspondantes vendaient des exemplaires de leurs ouvrages à côté de poètes inconnus qui vendaient leurs recueils, de marchands de tee-shirts décorés du visage de Che Guevara, etc. Nous, nous avions alors l’édition française de la revue de l’association, une sélection des principaux articles des huit premières éditions. Il faut avouer que nous nous sentions bizarres au milieu de cette fête27.

  • 28 Stelios Ramfos, Μαρτυρία και Γράµµα. Απόλογος για τον Μαρξ και λόγος για τον Καστοριάδη [Témoignage (...)

20Anna Frankoudaki résume cette position délicate des Grecs antidictatoriaux de Paris, qui se sentaient coincés entre ces deux situations incompatibles. Elle souligne que le fait d’avoir « la dictature en tête » impliquait une posture plus réservée et réaliste devant les événements tempétueux de l’époque. Posture dont il lui semble a posteriori qu’elle était justifiée, de même qu’à Stelios Ramfos, membre du CA de l’EPES avant 1967, qui fait état de « l’impasse tangible de mai 68 »28. « Le poids de la dictature qui pesait sur nos épaules nous faisait voir avec davantage de lucidité que Mai 68 n’allait nulle part » (A. Frankoudaki, interview).

  • 29 Mimica Cranaki, Φιλέλληνες. Εικοσι τέσσερα γράµµατα µιας Οδύσσειας [Philhellènes. Vingt-quatre lett (...)
  • 30 Kostis Kornetis, « Les premiers mètres carrés de territoire grec libéré : la Fondation hellénique p (...)

21Mimica Cranaki décrit avec ironie le paradoxe de la position hésitante de la nouvelle fournée de Grecs à Paris vis-à-vis du soulèvement français de mai 1968. « Soit par peur de se faire prendre dans une manifestation, soit par désaccord idéologique, la nouvelle vague de philhellènes resta une fois encore à la marge, une fois encore à l’écart du bal du printemps de l’histoire29. Et cela malgré le fait qu’il existait d’importantes exceptions, au premier plan desquelles figure l’occupation de la Fondation hellénique de la Cité universitaire, en signe de contestation contre la Junte d’Athènes et de solidarité avec les événements parisiens, ce qui, d’une certaine manière « grécifie » Mai 6830.

22En réalité, il s’agissait d’une génération d’émigrés, une intelligentsia de gauche bien plus massive que celle du Mataroa − peut-être plus radicalisée, aussi − qui avait toutefois, en raison des circonstances, le regard tourné vers la Grèce. Il est intéressant de noter ce que dit Eleni Varika au sujet de la non-relation des Grecs de gauche présents à Paris à l’époque avec les organisations françaises correspondantes :

  • 31 Kostis Moskof et bien d’autres parlent pourtant de l’aide importante et du soutien qui leur furent (...)

Les Grecs en général, une grande partie des Grecs, n’avaient aucun lien avec le mouvement français… Et ils disaient « Ah, les Français ». Mais qui leur donnait des passeports ? Qui leur donnait de l’argent ? Les Français. Qui prenait des raclées lors des manifestations ? Qui était dans la rue ? Ça, personne n’en parle31.

(E. Varika, interview)

23Ainsi, cette génération ne se francisa pas, ne s’internationalisa pas dans la même mesure que la précédente. C’est probablement la raison pour laquelle elle exerça une si forte influence sur les affaires grecques d’après la dictature.

24Elle n’a peut-être pas vu émerger de personnalités de la même envergure que celle que produisit la génération du Mataroa, elle n’a peut-être pas eu d’impact particulier sur les lettres françaises − à quelques exceptions près, telles que Poulantzas −, mais elle influença de manière beaucoup plus déterminante la formation du paysage idéologique grec après la chute de la dictature en 1974. Cela s’explique par le fait que d’éminents représentants de cette génération ne tardèrent pas, après leur retour en Grèce, à rejoindre le corps enseignant des universités grecques et à jouer un rôle central dans sa production culturelle, au sens le plus large.

25Mark Mazower se souvient, par exemple, qu’au début des années 1980, une vie culturelle et intellectuelle exceptionnellement riche émergea, provenant principalement de ces intellectuels émigrés rentrés au pays :

  • 32 Mark Mazower, Τριάντα χρόνια ελληνικής ιστορίας. Μια αναδροµή [Trente ans d’histoire grecque. Une r (...)

Lorsque ceux qui avaient été conduits à l’auto-exil pendant la dictature rentrèrent en Grèce, en tant que professeurs et journalistes, ils consacrèrent leur activité professionnelle à l’étude de la société grecque, à son histoire et à ses modèles, et amenèrent sur le devant de la scène de nombreuses questions qui étaient jusqu’alors considérées comme tabou32.

  • 33 M. Meletopoulos, « Από το Ματαρόα µέχρι τη Μεταπολίτευση » [Du Mataroa à la chute de la dictature],(...)

26Et cela ne concerne pas que les jeunes professeurs formés en France, en poste dans les universités, ou Aggelos Elefantis avec la revue Politis, qui bénéficièrent d’une sorte d’hégémonie culturelle dans les premières années qui suivirent la dictature ; c’est également le cas de Stelios Rampfos, Christos Yannaras et Kostis Moskof, qui exercèrent une influence particulière à travers la mouvance néoorthodoxe qu’ils introduisirent, sans que leur démarche philosophique ne soit jamais validée par le monde intellectuel parisien33.

Vincennes : la cour des miracles

  • 34 Dans Anna Hatzigiannaki, « Παρίσι Μάης 68. Κλίκες και ελληνικός χαβαλές » [Paris Mai 68], Έψιλον, 0 (...)

27Le cas de Nikos Poulantzas présente un intérêt particulier également parce qu’il a réuni un noyau grec autour de « l’enfant spirituel » de Mai 68, l’université de Vincennes. La présence de toute une équipe de professeurs grecs autour de Poulantzas (Tsoukalas, Dimadis, Theofilopoulos, Ramfos, Zouraris, Theodoridis, Vergopoulos), associée au charme qu’exerçait l’expérience alternative qui avait lieu dans cette « cour des miracles », attira un grand nombre d’étudiants grecs désireux d’y suivre des cursus de licence et de master. Kostas Vergopoulos raconte notamment que « Vincennes agissait comme un aimant sur d’innombrables étudiants grecs » (Vergopoulos, interview). Le réalisateur Yannis Smaragdis se souvient ainsi que « tellement de Grecs suivaient le cours de Tsoukalas, qu’il répétait son cours en grec après l’avoir dispensé en français34 ». Tsoukalas lui-même se souvient aujourd’hui :

  • 35 Konstantinos Tsoukalas, Μορφές συνέχειας, και ασυνέχειας. Από την ιστορική εθνεγερσία στην οικουµεν (...)

… Je suis retourné à Paris, où le sillage de Mai 68 continuait d’influencer le cours des choses. Une fois de plus la chance et le hasard me souriaient. L’université de Paris 8, connue sous le nom de Vincennes, venait d’être créée. Ayant été choisi pour faire partie de la commission de constitution du département de sociologie, Nikos Poulantzas, qui venait de provoquer un scandale avec la publication de « Pouvoir politique et classes sociales », fit en sorte que je sois immédiatement nommé assistant. À cette époque, d’ailleurs, dans toutes les démocraties occidentales, les portes étaient grandes ouvertes à tous les Grecs qui se présentaient comme persécutés par la dictature. Ironiquement, l’avènement de la Junte se révéla être un facteur déterminant dans le processus d’éclosion d’une nouvelle génération de scientifiques et professeurs d’université grecs35.

28Anna Frankoudaki se souvient aussi que les Grecs avaient un lien très fort avec Vincennes également pour des raisons clairement politiques :

L’université de Vincennes était la réponse que le gouvernement apporta en septembre 1968, ils la créèrent en un éclair, dans un bois […]. Dans l’École, tu pouvais t’inscrire sans diplômes, sur dossier. Vincennes sans le baccalauréat […]. Il y avait quelques départements réputés, proposant des études de grande qualité, de la linguistique notamment. Bon, les Grecs, Vincennes les attirait aussi de par son profil révolutionnaire. C’était l’université qui n’était pas comme les autres.

29Dionysis Stamboglis, alors étudiant à Vincennes, se souvient de manière caractéristique que « l’Université de Mai » était un monde à part, où coexistaient l’élément grec avec l’international, puisqu’elle était devenue un creuset pour toute une population d’étudiants arrivés de divers pays aux prises avec une forte agitation politique :

  • 36 Dionysis Stamboglis, « Τα καλύτερα µου χρόνια » [Mes plus belles années], in Chercher… la France…, (...)

J’ai d’abord obtenu une inscription pour une maîtrise en une année à la Sorbonne, avec pour sujet la CEE et, peu après, dans le célèbre Vincennes-8. Les étudiants grecs installés là-bas « vivaient dans leur monde ». […] À l’université de Vincennes, nous avons vécu « le rêve ». Nous avions pris « en option » les cours que dispensaient des professeurs grecs, tels que Konstantinos Tsoukalas, Kostas Vergopoulos, Nikos Dimadis, Makis Kavouriaris et d’autres. Vergopoulos me guidait dans mon travail et pour le cours de Dimadis (il enseigne notamment « Le Capital » de Marx), la salle était « pleine à craquer ». Beaucoup des étudiants étaient d’Amérique latine et certains venaient de divers pays d’Afrique36.

30Ainsi donc, en dehors des bandes grecques refermées sur elles-mêmes, un des héritages de Mai 68 fut la rupture d’une certaine étanchéité dans les rapports qui existaient entre les étudiants français et leurs camarades étrangers, ainsi que le renfort d’une solidarité qui existait déjà entre les exilés politiques d’Espagne, du Portugal, de Turquie, d’Iran et de pays d’Amérique latine, tous sous régime dictatorial. Le CNRS (Centre national de recherches scientifiques), créé en 1939, offrit des postes scientifiques à certains des représentants les plus connus de la génération du Mataroa, mais ne peut pas être comparé à Vincennes après 1968. Les universitaires grecs de 68 bénéficièrent donc d’un accès plus rapide et plus facile aux niches universitaires que leurs prédécesseurs.

Accompagnement par les anciens

31En ce qui concerne les relations liant les deux générations, l’interactivité entre l’ancienne et la nouvelle génération ne fut pas toujours évidente. Un certain nombre de jeunes étudiants installés à Paris pendant les sept années que dura la dictature éprouvèrent le besoin de rentrer en contact avec la génération du Mataroa et de bénéficier d’une sorte d’accompagnement de la part de ses représentants. Il est particulièrement intéressant de noter ce que rapporte le compositeur Giorgos Kouroupos au sujet de l’identification singulière que ressentaient de leur côté certains vétérans du Mataroa vis-à-vis de cette nouvelle vague d’exilés politiques :

  • 37 Giorgos Kouroupos, « Έ?????? ???????? ??? λληνες µουσικοί και Γαλλία, 1945-1980 » [Musiciens grecs (...)

Il me faut insister ici sur l’importance du rôle que jouèrent les Grecs installés de plus longue date à Paris la génération du Mataroa, surtout dans l’accueil, la protection, le support financier mais aussi l’orientation des réfugiés grecs de la nouvelle vague. Ces personnes, qui, du point de vue de l’âge, auraient pu être nos parents, reconnaissaient en nous ce qu’elles étaient vingt ans auparavant, elles nous étreignaient avec une tendresse touchante et leur aide, à tous les niveaux, était d’une importance capitale37.

32D’autres, au contraire, trouvaient les plus connus des boursiers extraordinairement distants. D’ailleurs, bien des boursiers les plus éminents de 1945 ne prirent pas part aux actions antidictatoriales. Castoriadis, surtout, mais aussi Axelos, refusèrent à de nombreuses reprises de signer des manifestes de contestation pendant la dictature.

  • 38 K. Vergopoulos, Οι αµετανόητοι [Les impénitents…], op. cit., p. 79-80.

33Comme Axelos l’avait dit lui-même, « mon principe était de ne rien signer s’il n’existait pas de danger immédiat » (Axelos, interview). Dans ses mémoires autobiographiques Kostas Vergopoulos insiste, au contraire, sur le fait qu’il avait adopté « une position claire et courageuse » et que « Mimica Cranaki aussi bien que Kostas Axelos et Iannis Xenakis restèrent toujours ouverts et disponibles à l’égard de tout ce qui pouvait se mettre en mouvement, même s’ils ne cachaient pas leur pessimisme quant aux perspectives d’avenir »38. À propos de l’occupation de la Fondation hellénique, Vergopoulos se souvient que, de tous les représentants de l’ancienne génération, Cranaki avait la présence la plus forte et la plus stable, ainsi que, dans une moindre mesure, l’architecte Georges Candilis :

  • 39 Roviros Manthoulis rapporte aussi que Candilis organisait des réunions dans son bureau d’architecte (...)

Avec Papaïoannou, presque rien, aucun contact. […] Mimica [Cranaki] est venue dès le premier jour. Elle est venue tout de suite. Dès qu’elle entendait de l’agitation, elle arrivait, toujours. Axelos est passé une fois ou deux, mais il n’avait pas d’autre contact, il n’avait aucun contact avec le lieu, il n’était pas dans son élément. Candilis a joué un certain rôle, parce qu’il avait mis son bureau à disposition pour que les équipes travaillent, fabriquent des affiches, etc.39.

  • 40 La revue Agonas, éditée − à peu de choses près − par la même équipe, était publiée en parallèle.

34Un des rares « anciens » à avoir participé régulièrement aux initiatives de l’EPES fut Nicolas Svoronos. Comme Nikos Poulantzas, il écrivait dans la revue Poria qui était rattachée au nouveau « KKE de l’intérieur » et avait pour principaux rédacteurs Aggelos Elefantis et Vassilis Panagiotopoulos. Dix-neuf numéros furent publiés entre 1967 et 1971, ainsi qu’un certain nombre de numéros réunissant un florilège des articles les plus importants parus en français sur la dictature40.

35Les articles de Svoronos étaient anonymes ou signés d’un pseudonyme afin de protéger leur auteur d’éventuelles représailles de la Junte, même si, de toute façon, il ne pouvait pas rentrer en Grèce (Elefantis, interview). Giorgos Kouropos affirme également que Svoronos fut un « ange gardien » pour de nombreux Grecs pendant la dictature. Frankoudaki se souvient que, si elle avait une image négative de Castoriadis, elle se sentait en revanche très proche de Svoronos, qu’elle considérait comme le représentant le plus accessible de l’ancienne génération :

Il veillait sur nous comme étudiants mais également de manière paternelle, il nous donnait aussi des conseils politiques, nous encourageait à « apprendre nos leçons », à « finir nos devoirs ». Il m’influença aussi beaucoup personnellement, sa manière de voir l’histoire influença ma formation scientifique. […] Sur Castoriadis, j’avais un préjugé, je pensais que c’était un pseudo-gauchiste, qu’il travaillait pour l’OCDE et publiait, en même temps, Socialisme ou Barbarie […] [Le fait que] ce soit un grand penseur, nous l’avons découvert plus tard ! (rires)

(A. Frankoudaki, interview)

Influence et répercussion

36Svoronos fut également le seul de la génération du Mataroa à inaugurer une « école de pensée » en Grèce après la dictature. Évidemment, le fameux ouvrage sur l’histoire grecque contemporaine qu’il publia dans la série Que sais-je ? − et qui lui coûta, dans une large mesure, sa nationalité grecque −, était déjà connu des cercles de gauche. Mais Svoronos deviendra un point de référence et influencera fortement le monde des historiens surtout après 1977.

37Il convient ici de noter que les « élèves » de Svoronos appartenant à la génération de 68, notamment Christos Hadziiossif et Konstantinos Tsoukalas, jouèrent également un rôle important dans la vie universitaire du pays, et qu’il fut lui-même membre du conseil d’administration de l’université de Crète (1981-1987), renforçant ainsi son influence sur le cours de choses en Grèce. Cela s’illustre, « en volume », par la présence de la « tête » en bronze de Svoronos sur le monument commémoratif de Polytechnique qui fut créée par un autre boursier, Memos Makris − nous observons là, d’une certaine manière, une intéressante jonction entre les deux générations, celle du Mataroa et celle du mouvement étudiant antidictatorial, au moins sur un plan symbolique.

  • 41 Voir notamment, Η ψυχρή ιδεολογία [L’idéologie froide], Athènes, Ypsilon, 1986 ; Ο µαρξισµός σαν ιδ (...)
  • 42 Des fragments de ses textes furent publiés par Pezodromio, la maison d’édition des anarchistes Niko (...)

38Les œuvres des trois philosophes, en revanche, ne connurent pas de large reconnaissance en Grèce avant le début et le milieu des années 1980. Les essais de Kostas Papaïoannou, en particulier, étaient relativement inconnus jusqu’à leur découverte par le monde alternatif et antiautoritaire, à partir des années 80, puis grâce aux éditions Ellanaktikes − sous la direction de Giorgos Karabelias, qui était l’un des représentants les plus dynamiques de la génération de 68 à Paris, comme nous l’avons vu41. Cornelius Castoriadis fut également traduit en grec pour la première fois au début des années 1970 aux éditions Rappa, une autre maison d’édition tout aussi marginale et exerçant son influence principalement sur les cercles anarchistes42.

  • 43 Ουγγρική επανάσταση 1956 [Révolution Hongroise, 1956], Athènes, Ypsilon, 1980 ; Η πείρα του εργατικ (...)
  • 44 Il est évidemment remarquable de se souvenir ici du conflit qui opposa presque ouvertement Castoria (...)

39Ensuite, durant les années 1980 et plus tard, toutes ses œuvres seront publiées exclusivement par les éditions Ypsilon43. Castoriadis sera beaucoup lu et rencontrera un public fanatique, malgré un grand décalage temporel avec la France et d’autres pays44. Enfin, Kostas Axelos ne se fera connaître qu’assez tard, dans les années 1980, surtout après le fameux discours qu’il fut invité à prononcer à l’Institut français en 1982.

40Les deux générations dont il a été question dans cet article sont deux générations d’émigrés ayant réagi à des événements politiques différents, ayant vécu l’expérience de manières distinctes et dont les récits ultérieurs donnèrent lieu à des représentations personnelles singulières. Selon la célèbre formule de Karl Mannheim, la génération est un phénomène social plus que biologique et implique une place commune dans le temps et l’espace historique, et qui crée une prédisposition à un mode particulier de pensée, d’action et de mise en commun de l’expérience.

  • 45 Giorgos D. Kontogiorgis, « Οι Έλληνες διανοούµενοι στο Παρίσι και ο Νίκος Σβορώνος » [Les intellect (...)
  • 46 Ibid.
  • 47 Sur la période ultérieure à 1945 et les différentes aides accordées aux étudiants non français dont (...)

41Il convient ici d’insister sur le fait que les deux cas connurent des contextes radicalement différents : d’un côté, une « émigration » d’à peine trois ans et, de l’autre, sept années d’un exil singulier. Selon Giorgos Kontogiorgis, la génération du Mataroa « était pétrie de la problématique qui vit le jour en Europe immédiatement après la guerre et qui avait pour épicentre les questions soulevées par le recul totalitaire du vieux continent, le conflit du capitalisme et du communisme et l’émergence de la guerre froide » mais également l’existentialisme français, dans une Europe à la recherche de son identité45. La génération de la dictature, au contraire, se trouve à l’épicentre d’une époque où les cercles de gauche ont davantage confiance en eux et où le devant de la scène est occupé par l’Eurocommunisme, le tiers-mondisme, la deuxième vague féministe, le structuralisme et le poststructuralisme46. Les deux générations se trouvèrent donc toutes les deux à Paris à des moments de renversement, dans les domaines du politique et de la pensée, non seulement en Grèce mais à l’échelle mondiale. Et elles vécurent toutes les deux des schismes du parti communiste après des instants cruciaux : en décembre 1944, lors de son évaluation (qui poussa certains membres, tels qu’Axelos, hors du Parti) et, naturellement, la scission du KKE en février 1968. En outre, elles bénéficièrent toutes les deux du soutien, de l’aide et parfois de la tolérance de la France47. En revanche, tandis que les représentants de la première génération ont parfois produit des idées au « déplacement planétaire », pour emprunter l’expression de Servanne Jollivet, ce ne fut pas le cas de la seconde génération, malgré des conditions plus propices.

 

42En conclusion, nous pourrions dire qu’un grand nombre des passagers du Mataroa s’imposa dans les lettres françaises et « rentra », d’une certaine manière, en Grèce, non pas physiquement, mais en tant que pensée, à partir de 1980. La génération de la lutte contre la Junte, en revanche, en partie en raison de sa présence sur place, eut un impact direct sur l’espace grec d’après la dictature sans pour autant marquer aussi durablement le monde des idées au niveau international.

Notes

1 Je souhaite remercier Nicolas Manitakis pour ses remarques particulièrement pertinentes sur ce texte.

2 Nicolas Manitakis, « L’exil des jeunes grecs et le rôle de l’Institut français : un exil doré ? », in S. Jollivet, Chr. Premat, M. Rosengren (dir.), Destins d’exilés. Trois philosophes grecs à Paris. Kostas Axelos, Cornelius Castoriadis, Kostas Papaïoannou, Paris, Le Manuscrit, 2009, p. 45.

3 Nikos Panayotopoulos, « Les “grandes écoles” d’un petit pays. Les études à l’étranger : le cas de la Grèce », Actes de la recherche en sciences sociales 121-122, mars 1998, p. 86.

4 Pour une documentation détaillée, voir Nicolas Manitakis, « Struggling from Abroad: Greek Communist Activities in France During the Civil War », in Ph. Carabott, Th. D. Sfikas (dir.), The Greek Civil War. Essays on a Conflict of Exceptionalism and Silences, Londres, Ashgate, 2004, p. 101-113.

5 Le matériau documentaire de l’article provient des entretiens suivants : Antoniadi-Bibikou Eleni, Paris, décembre 2003 ; Axelos Kostas, Paris, novembre 2003 ; Varika Eleni, Boston, mai 2008 ; Vergopoulos Kostas, Athènes, mars 2007 ; Elefantis Aggelos, Athènes, février 2007 ; Kriaras Emmanuel, Thessalonique, août 2013 ; Frankoudaki Anna, Athènes, février 2007.

6 Jeffrey K. Olick, « Collective Memory: The Two Cultures », Sociological Theory 17.3, p. 339, souligné par mes soins ; Karl Mannheim, Essays on the Sociology of Knowledge, Londres, Routledge & K. Paul, 1952, p. 291. Voir également Claudine Attias-Donfut, Sociologie des générations. L’empreinte du temps, Paris, PUF, 1988, et l’étude de Howard Schuman et Jacqueline Scott sur les marques distinctes que laissent les mêmes événements historiques sur des générations différentes, Howard Schuman, Jacqueline Scott, « Generations and Collective Memories », American Sociological Review 54.3, juin 1989, p. 359-381.

7 Mimica Cranaki, « Εµείς. Η γενιά του ’40 στην Ελλάδα » [Nous autres, la génération de 40 en Grèce], Temps Modernes 32, mai 1948. Le texte fut publié en grec, traduit par Cranaki elle-même, dans Ετερογραφία. Ελληνο-γαλλικά κείµενα 1947-2000 [Eterographia. Textes franco-grecs 1947-2000], Athènes, Ikaros, 2005, p. 25-30.

8 Stelios Kapsomenos, Elia Kyfonidou, « Από τον ενικό στον πληθυντικό αριθµό » [Du singulier au pluriel], Archiotaxio 10, juin 2008, p. 62.

9 Fotis Terzakis, Το Πνεύµα στην εξορία. Παπαϊωάννου, Καστοριάδης, Αξελός [L’Esprit en exil. Papaïoanou, Castoriadis, Axelos], Athènes, Erasmos, 2003.

10 Entre 1964 et 1965, l’EPES édita un bulletin intitulé Ελληνική Παρουσία [Présence grecque].

11 Kostis Moskof, Στα όρια του Έρωτα και της Ιστορίας [Aux limites de l’Amour et de l’Histoire], Thessalonique, lanos, 1998, p. 43.

12 Vassiliki Kilekli, « Πτυχές της γαλλικής πολιτικής απέναντι στην εγκατάσταση των Ελλήνων στη Γαλλία και τον αντιδικτατορικό αγώνα » [Aspects de la politique française face à l’installation des Grecs en France et à la lutte antidictatoriale], Archiotaxio 10, juin 2008, p. 66-83.

13 Stavros Stamboglis, « Η λεοντή της άγονης γραµµής » [La peau de lion de la ligne déficitaire], in Chercher la France. 23 ιστορίες από τη Γαλλία [Chercher la France. 23 histoires venues de France], Athènes, Antiktipos, 2007, p. 207.

14 Voir aussi Richard Someritis, Οι λέξεις και οι µάχες. Αναµνήσεις ενός πολίτη δηµοσιογράφου [Les mots et les luttes. Souvenirs d’un citoyen journaliste], Athènes, Patakis, 2013, p. 160. Someritis évoque la fondation de la commission et la présence de Poulantzas, mais également de Mihalis Raptis ou Pablo, qui était favorable à la résistance armée. Voir à ce sujet, Mihalis Raptis (Pablo), Η πολιτική µου αυτοβιογραφία [Mon autobiographie politique], Athènes, Ikaros, 1996.

15 Cf. Alexis Papahelas, Tasos Teloglou, Φάκελος 17 Νοέµβρη [Dossier 17 novembre], Athènes, Hestia, 2002.

16 Cité dans V. Kilekli, « Πτυχές της γαλλικής πολιτικής… » [Aspects de la politique française…], art. cit., p. 72.

17 Sur la notion de génération intellectuelle, voir Randall Collins, « The Passing of Intellectual Generations: Reflections on the Death of Erving Goffman », Sociological Theory 4.1, printemps 1986, p. 106-113. Voir également Pierre Bourdieu, Homo Academicus, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984.

18 Il est intéressant de noter que Tsatsos fut le professeur de Castoriadis et Papaïoannou à la faculté de droit d’Athènes, exerçant sur eux une certaine influence. Voir Christos Memos, « A Generation of Greeks from Paris: Early Years and Political Context », in S. Jollivet, Chr. Premat, M. Rosengren (dir.), Destins d’exilés…, op. cit. M. Cranaki compare également cette génération intellectuelle à un groupe d’universitaires néo-kantiens, voir Ετερογραφία [Eterografia…], op. cit., p. 22.

19 Meletis M. Meletopoulos, « Από το Ματαρόα µέχρι τη Μεταπολίτευση » [Du Mataroa à la chute de la dictature], Nea Kinoniologia 43, hiver 2006-2007, p. 108-110.

20 Ces revues n’étaient pas très connues en Grèce à l’époque. Kostas Vergopoulos est un des rares à affirmer qu’elles l’ont influencé dès le début des années 1960. Voir Οι αµετανόητοι. Από τη δεκαετία του ’60 στον 21ο αιώνα [Les impénitents. Des années 1960 au xxie siècle], Athènes, A. A. Livani, 2010, p. 76.

21 Sur l’influence des revues Arguments et Socialisme ou Barbarie sur le mouvement de 68, voir Ingrid Gilcher-Holtey, « Die Phantasie and die Macht », Mai 68 in Frankreich, Francfort-sur-le-Main, 1995.

22 Stuart Elden, « Kostas Axelos and the World of the Arguments Circle », in J. Bourg (dir.), After the Deluge: New Perspectives on Post-war French Intellectual and Cultural History, Langham, Lexington Books, 2004, p. 130.

23 François Bordes, « Le rire de Kostas Papaïoannou », Commentaire 106, 2004.

24 François Bordes, « Exil et création. Des penseurs grecs dans la vie intellectuelle française », in S. Jollivet, Chr. Premat, M. Rosengren (dir.), Destins d’exilés…, op. cit., p. 63-70.

25 Voir Kostis Kornetis, « Cuban Europe? Greek and Iberian tiersmondisme in the “Long 1960s” », Journal of Contemporary History 50, mars 2015, p. 486-515.

26 Kostis Kornetis, Children of the Dictatorship: Student Resistance, Cultural Politics, and the “Long 1960s” in Greece, New York, Berghahn Books, 2013, p. 62.

27 Ino Afentouli, Mάης ’68. 20 χρόνια µετά [Mai 68. Vingt ans plus tard], Athènes, Odysseas, 1988, p. 197.

28 Stelios Ramfos, Μαρτυρία και Γράµµα. Απόλογος για τον Μαρξ και λόγος για τον Καστοριάδη [Témoignage et lettre. Apologue sur Marx et discours sur Castoriadis], Athènes, Armos 1984. De la même manière, Nikos Hatzinikolaou déclare que ceux qui croient que Mai 68 était une situation révolutionnaire « vivaient une illusion tragique » (I. Afentouli, Mάης ’68 [Mai 68…], op.cit., p. 192).

29 Mimica Cranaki, Φιλέλληνες. Εικοσι τέσσερα γράµµατα µιας Οδύσσειας [Philhellènes. Vingt-quatre lettres d’une Odyssée], Athènes, Fondation culturelle de la Banque nationale, 1998, p. 318.

30 Kostis Kornetis, « Les premiers mètres carrés de territoire grec libéré : la Fondation hellénique pendant la dictature des colonels (1967-74) », in M. Gravari-Barbas (dir.), La Fondation hellénique de la Cité internationale de Paris, Paris, Kallimages, 2015, p. 121-161. Pour un bref récit de l’occupation par une de ses protagonistes, voir Vassia Karkagianni-Karabelia, « Ο Μάης του ’68 σήµερα… » [Mai 68 aujourd’hui…], Utopia 76, mars-avril 2008, p. 37-46.

31 Kostis Moskof et bien d’autres parlent pourtant de l’aide importante et du soutien qui leur furent apportés par la gauche française, qui se montra, dès le début, accueillante à l’égard de ces premiers « auto-réfugiés » : « Ce qui était beau, qu’est-ce que c’était ? La sympathie dont fit preuve la gauche française. Les partis socialiste et communiste ouvrirent les portes de leurs organisations et nourrirent les Grecs gratuitement. Cinq cents réfugiés grecs, ce n’était pas rien. » (Κ. Moskof, Στα όρια [Aux limites…], op.cit., p. 43).

32 Mark Mazower, Τριάντα χρόνια ελληνικής ιστορίας. Μια αναδροµή [Trente ans d’histoire grecque. Une rétrospective], Athènes, Patakis, 2015, p. 57-58.

33 M. Meletopoulos, « Από το Ματαρόα µέχρι τη Μεταπολίτευση » [Du Mataroa à la chute de la dictature], art. cit., p. 108. Voir aussi Kostas Karavidas, « Αναζητήσεις της λαϊκότητας: ιδεολογικές διασταυρώσεις και αποµακρύνσεις στο Αντί και τον Πολίη » [Recherches de la laïcité : croisements et éloignements idéologiques dans Anti et Politis], in M. Avgeridis, E. Gazi, K. Kornetis (dir.), Μεταπολίτευση. Η Ελλάδα στο µεταίχµιο δυο αιώνων [Retour à la démocratie (Metapolitevsi). La Grèce au tournant de deux siècles], Athènes, Themelio, 2015, p. 302-316.

34 Dans Anna Hatzigiannaki, « Παρίσι Μάης 68. Κλίκες και ελληνικός χαβαλές » [Paris Mai 68], Έψιλον, 03.05.1992. Aujourd’hui, Tsoukalas lui-même nie avoir jamais donné son cours en grec.

35 Konstantinos Tsoukalas, Μορφές συνέχειας, και ασυνέχειας. Από την ιστορική εθνεγερσία στην οικουµενική δυσφορία [Formes de continuité et de discontinuité. De la révolution nationale historique au malaise universel], Athènes, Themelio, 2013, p. 32.

36 Dionysis Stamboglis, « Τα καλύτερα µου χρόνια » [Mes plus belles années], in Chercher… la France…, op. cit., Athènes, Antiktypos, 2007, p. 182-184.

37 Giorgos Kouroupos, « Έ?????? ???????? ??? λληνες µουσικοί και Γαλλία, 1945-1980 » [Musiciens grecs et France, 1945-1980], Archiotaxio 10, juin 2008, p. 142.

38 K. Vergopoulos, Οι αµετανόητοι [Les impénitents…], op. cit., p. 79-80.

39 Roviros Manthoulis rapporte aussi que Candilis organisait des réunions dans son bureau d’architecte. Ce qu’il dit à propos de la présence de Xenakis est également intéressant : « Nous faisions d’autres réunions, à un niveau différent cependant, pour voir ce que nous pouvions faire pour la Grèce. Je me souviens d’une réunion dans le cabinet d’architecte de Candilis. Il y avait Candilis, Xenakis et d’autres universitaires. » Voir Ioanna Papathanassiou, « Έλληνες κινηµατογραφιστές στη Γαλλία. Μια συζήτηση µε τον Ροβήρο Μανθούλη και τον Νίκο Θεοδοσίου » [Cinéastes grecs en France. Une conversation avec Roviros Manthoulis et Nikos Theodosiou], Archiotaxio 10, juin 2008, p. 120-131.

40 La revue Agonas, éditée − à peu de choses près − par la même équipe, était publiée en parallèle.

41 Voir notamment, Η ψυχρή ιδεολογία [L’idéologie froide], Athènes, Ypsilon, 1986 ; Ο µαρξισµός σαν ιδεολογία [Le marxisme comme idéologie], Athènes, Enallaktikes Ekdoseis, 1988 ; Κράτος και φιλοσοφία [État et philosophie], Athènes, Enallaktikes Ekdoseis, 1990 ; Η γένεση του ολοκληρωτισµού [La naissance du totalitarisme], Athènes, Enallaktikes Ekdoseis, 1991 ; Χέγκελ [Hegel], Athènes, Enallaktikes Ekdoseis, 1992.

42 Des fragments de ses textes furent publiés par Pezodromio, la maison d’édition des anarchistes Nikos Balis et Christos Konstantinidis.

43 Ουγγρική επανάσταση 1956 [Révolution Hongroise, 1956], Athènes, Ypsilon, 1980 ; Η πείρα του εργατικού κινήµατος [L’expérience du mouvement ouvrier], Athènes, Ypsilon, 1984 ; Η γραφειοκρατική κοινωνία [La société bureaucratique], Athènes, Ypsilon, 1985 ; Μπροστά στον πόλεµο [Devant la guerre], Athènes, Ypsilon, 1986.

44 Il est évidemment remarquable de se souvenir ici du conflit qui opposa presque ouvertement Castoriadis et Andréas Papandréou au sujet de leur action trotskiste commune dans les années 1930 et de l’accusation selon laquelle Papandréou aurait dénoncé le philosophe au célèbre commandant de la sécurité Konstantinos Maniadakis. Castoriadis finit par se faire vilipender par des journaux proches du PASOK, alors tout puissant. Cela ne fut bien sûr pas sa seule confrontation ouverte de l’époque avec l’espace grec. Il se retrouva également en conflit, par articles interposés, avec un autre passager du Mataroa, Emmanuel Kriaras, au sujet de l’abandon du système polytonique, abandon que ce dernier avait introduit et qu’avait adopté le gouvernement du PASOK en 1982.

45 Giorgos D. Kontogiorgis, « Οι Έλληνες διανοούµενοι στο Παρίσι και ο Νίκος Σβορώνος » [Les intellectuels grecs à Paris et Nicolas Svoronos], Nea Koinonologia 43, hiver 2006-2007, p. 120-124.

46 Ibid.

47 Sur la période ultérieure à 1945 et les différentes aides accordées aux étudiants non français dont bénéficièrent les boursiers grecs, voir N. Manitakis, « L’exil des jeunes grecs… », art. cit., p. 57. Sur la génération de la dictature, voir V. Kilekli, « Πτυχές της γαλλικής πολιτικής… » [Aspects de la politique française…], art. cit.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université autonome de Madrid. Il a enseigné, en tant que professeur invité, à l’université de Brown et au Centre d’études européennes et méditerranéennes de l’université de New York. Son ouvrage, Children of the Dictatorship. Student Resistance, Cultural Politics and the “Long 1960s” in Greece (Berghahn Books, 2013), a reçu le prix Edmund Keeley.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search