Version classiqueVersion mobile

Mataroa 1945 : du mythe à l’histoire

 | 
Servanne Jollivet
, 
Nicolas Manitakis

Écriture, mémoire et histoire. Le cas de Mimica Cranaki

Vassiliki Lalagianni

Résumé

Mimica Cranaki, écrivaine de la diaspora hellénique, constitue un cas significatif d’une littérature d’immigration fondée sur une situation d’exil et sur la construction identitaire. Incarnation d’une identité déterritorialisée, Cranaki garde de la Grèce un souvenir-image qui l’accompagne et la renforce tout au long de son exil. Tandis que dans son roman Contre-temps (1947) Cranaki focalise sur la vie en exil de l’individu expatrié, à travers les pages du roman autobiographique Philhellènes. Vingt-quatre lettres d’une Odyssée (1992), elle exprime ses pensées politiques sur une période très perturbée de l’histoire de la Grèce, la guerre civile mais aussi sur la société grecque contemporaine.

Texte intégral

  • 1 C’est ainsi que Cranaki désignait, à l’oral comme dans ses œuvres, l’ensemble des étudiants et étud (...)
  • 2 À Paris, Cranaki termine ses études de philosophie et enseigne à l’université de Nanterre. Elle sui (...)
  • 3 La bibliographie portant sur l’histoire du Mataroa et de ses passagers et sur le rôle de l’Institut (...)

1Passagère du Mataroa et membre de « l’équipée boursière1 », l’écrivaine Mimica Cranaki (1920-2008) consigne ses expériences personnelles et celles de ses compagnons dans une série d’œuvres évoquant le voyage vers la France ainsi que leur séjour en terre étrangère2. Dans le cas de Cranaki, bien sûr, l’exil forcé se transforma avec les années en auto-exil volontaire, semblable à celui de Cornelius Castoriadis, Kostas Axelos et bien d’autres de ces étudiants sélectionnés, intellectuels en devenir qui montèrent à bord du Mataroa et firent ensuite le choix de ne pas rentrer en Grèce3.

  • 4 Vassiliki Lalagianni, « Ανάµεσα στο εδώ και στο εκεί. Η αναζήτηση της ταυτότητας στο έργο της Μιµίκ (...)
  • 5 Efstratia Oktapoda-Lu, Vassiliki Lalagianni, « Le véritable exil est toujours intérieur. Imaginaire (...)
  • 6 Mimica Cranaki, Contre-temps, Athènes, Hestia, 1982, 3e édition (1re éd. 1947), p. 14.

2Dans le texte autobiographique Σελίδες ξενητιάς [Journal d’exil] et dans le roman Φιλέλληνες. Είκοσι τέσσερα γράµµατα µιας Οδύσσειας [Philhellènes. Vingt-quatre lettres d’une Odyssée], « où l’expérience de la migration, volontaire ou forcée, d’intellectuels de gauche vers la France est consignée, le thème de l’expatriation constitue l’axe principal du développement de l’action et fournit les bases d’une réflexion plus large4 ». Dans cette œuvre, qui appartient au genre de la prose épistolaire, mais également dans son premier roman Contre-temps, publié en 1947, elle traite de l’expérience du déracinement et de l’exil, directement et indirectement, avec des objectifs narratifs à chaque fois différents et des moyens expressifs variés. La forme épistolaire des Philhellènes contribue au développement de nombreuses voix narratives, donnant au texte un caractère polyphonique qui présente des postures variées, des recherches identitaires diverses et différentes manières de vivre l’expatriation. C’est d’abord en français que Cranaki partagea son expérience de l’exil avec le public, en 1950, dans la revue de Sartre Temps Modernes sous le titre « Journal d’exil ». En 1985, ce texte, traduit en grec par l’auteure elle-même, fut publié dans le volume Chroniques grecques sous le titre « Pages d’exil ». Ce texte figure également dans l’hommage qui lui fut rendu par la revue grecque Nouvelle Sociologie en 2006, tandis que l’édition bilingue «Ματαρόα» σε δύο φωνέs. Σελίδεs ξενητιάs/« Mataroa » à deux voix. Pages d’exil fut publiée en 2007 par le musée Benaki. Bien qu’elle ait écrit son livre Contre-temps en grec, c’est le français que Cranaki choisit pour ses textes philosophiques et critiques. Et ce n’est pas un hasard : c’est à la langue grecque qu’il revient de restituer les sentiments, les retours en arrière de la mémoire, la nostalgie5. « Comment désapprendre la manière dont tu respires ? » écrit-elle dans le prologue à Contre-temps 6.

  • 7 Efstratia Oktapoda-Lu, « Voix grecques de l’errance : Mimika Kranaki », in E. Oktapoda, V. Lalagian (...)
  • 8 Ibid., p. 166.

3La thématique de l’errance, du voyage et du bateau qui lutte en mer n’est autre que celle du Mataroa − le bateau qui emmena l’écrivaine et d’autres intellectuels vers la France, leur permettant d’échapper aux événements sanglants de la guerre civile grecque. Ce navire est comparé à la barque de Zarathoustra qui naviguait vers l’oubli infini et qui devint pour Cranaki une idée fixe présente dans toutes ses œuvres, qu’il s’agisse de textes philosophiques, de travaux critiques ou de romans7. La figure de l’Ulysse errant revient souvent dans son travail, faisant de lui son autre « moi ». À la différence d’Ulysse, cependant, nulle Pénélope n’attend le retour de Cranaki, pas plus qu’elle n’a d’Ithaque à rechercher. Le livre [Philhellènes. Vingt-quatre lettres d’une Odyssée] n’est autre qu’un cri de désespoir de l’Ulysse des temps modernes8, qui reflète la dialectique de la mémoire et de l’identité, qui sont liées, se confondent et se redéfinissent pour créer un chemin de vie, une histoire, un mythe, un récit.

  • 9 Tzvetan Todorov, L’homme dépaysé, Paris, Seuil, 1996, p. 22.
  • 10 Mimica Cranaki, Φιλέλληνες. Είκοσι τέσσερα γράµµατα µιας Οδύσσειας [Philhellènes. Vingt-quatre lett (...)

4La Grèce est son Ithaque, le lieu qu’elle a dû quitter pour peu, dans l’idée d’y revenir aussi vite que possible. Les années qui passent mènent pourtant à l’installation, à l’assimilation, à l’acculturation, à ce passage d’une culture à l’autre qui est souvent douloureux, à « l’acquisition d’un code nouveau sans abandon préalable du précédent9 ». Cranaki vit pourtant en France, à Paris, où elle travaille et crée. Étrangère en France, mais étrangère aussi en Grèce : « Je suis un moine tibétain qui chante à deux voix, seul10 ». Partir et reconstruire sa vie, c’est comme de tout reprendre à zéro. Kyveli, le personnage principal du roman Contre-temps, et alter ego de l’auteure, vit les différentes étapes de l’acculturation, essayant de s’intégrer mais se cramponnant à sa culture d’origine. Dans ce roman, qu’elle publie à l’âge de vingt-sept ans, règnent la nostalgie et le déracinement.

  • 11 M. Cranaki, Contre-temps, op. cit., p. 210, 212-213.

Paris était de nouveau nu. Les murs des maisons tremblaient de froid et les fenêtres baillaient, orphelines […]. Pour la première fois Kyveli voyait combien les rives du fleuve et les allées qui se perdaient au loin étaient solitaires et ne réclamaient pas de fin. Et combien le ciel ressemblait à un sol de béton dur. […] Athènes commençait à ressembler à un rêve. Elle passait et repassait par la rue Mouffetard simplement parce qu’elle lui rappelait Monastiraki. Et ce coin, là-bas, près de l’Opéra, qui ressemblait à la rue Themistokleous, faisait toujours déferler en elle la même vague de nostalgie. Si elle pouvait… ah, si seulement elle pouvait se retrouver tout d’un coup dans un quartier d’Athènes, respirer tout à coup la poussière de la rue, à la tombée du soir, l’obscurité aurait l’épaisseur de la chair et la lumière serait toujours aussi vivante qu’avant, si elle pouvait retrouver sa première jeunesse et tout ce qu’elle aimait11.

5Cranaki écrira plus tard, dans [Philhellènes] :

  • 12 E. Oktapoda-Lu, « Voix grecques de l’errance… », art. cit., p. 166.
  • 13 M. Cranaki, Φιλέλληνες [Philhellènes…], op. cit., p. 344.

Villes contradictoires qui reflètent l’opposition entre exil et paradis perdu, le tandem Athènes/Paris est de nature ambiguë : dehors/dedans, inclusion/séparation, liberté/aliénation. Dans cet espace de tension, les êtres se cherchent et s’éparpillent à mi-chemin entre « ici » et « là-bas ». À Paris, dans son nouvel environnement, Kyveli, après être passée par une phase d’interculturalité, vit dans un espace unique, à la fois dedans et dehors, dominée par un sentiment de nostalgie12. Il dura un certain temps, la division entre le oui et le non, le « ici » et le « « là-bas ». Je me suis longtemps trouvée sur le tranchant du verre brisé13

  • 14 Dans cet article, nous tirons les extraits de l’édition bilingue du musée Benaki, Mimica Cranaki, «(...)

6Se fondant sur le récit de son voyage à bord du Mataroa, Cranaki évoque sa vie en Grèce à une époque particulièrement agitée qui déboucha sur la guerre civile. Elle consigne dans [Journal d’exil]14 les expériences traumatisantes qu’elle vécut au moment du départ ainsi que les premiers temps des boursiers en terre étrangère :

  • 15 M. Cranaki, « Mataroa » à deux voix…, op. cit., p. 13-18.

Il n’y eut personne non plus pour nous crier « Attention à l’irréparable » lorsque le bateau prit le large et que les côtes du Péloponnèse disparurent derrière la poupe. Comment se douter que c’était le dernier regard vers la Grèce. [...] Comment se douter que derrière nous le pont-levis remontait, silencieusement ? [...] Mais nous aurions vu d’emblée à quoi nous nous engagions, sans le découvrir par couches successives de désespoir [...]. Après quoi, nous passons du pluriel abstrait au singulier le plus solitaire. Mais pas tout de suite. Pendant la période de transition, le mode du « nous » se poursuit. Par provincialisme, par timidité, par panique. Nous nous promenons par bandes serrées, nous avons peur d’affronter seuls cette ville immense. [...] J’ai froid et je ne connais personne. [...] Pour le moment je flotte, j’ai appris par cœur quelques mouvements mécaniques, le strict nécessaire, je les répète tous les jours, mais cela ne prouve pas que je vis. Comment l’amitié est-elle possible dans une si grande ville ? [...] Non, je n’aimerai jamais ma vie ici. [...] On nous appelle des boursiers, au pluriel abstrait. La nuit nous engloutit, cette arrivée à Paris a tout à fait l’air d’une capitulation15.

  • 16 Voir Ross Chambers, Untimely Interventions: Aids Writing, Testimonial, and the Rhetoric of Haunting(...)
  • 17 M. Cranaki, Φιλέλληνες [Philhellènes…], op. cit., p. 180.

7Ce premier stade de l’exil est marqué par un premier événement traumatisant, celui de l’éloignement et de l’expatriation, ainsi que par un sentiment de perte et de profonde blessure, caractéristique du deuil. Le deuil des exilés ne se vit pas comme une expérience isolée, ni comme une perte individuelle, mais comme un deuil social : il les oblige à admettre la fin d’un monde social et politique qui était le leur, à en accepter un nouveau, un monde individuel, cette fois-ci. La création d’une représentation littéraire du traumatisme est un acte particulier, car il transparaît dans chaque mot, dans chaque phrase ou ligne. Le texte qui émerge de ce processus constitue une expérience traumatisante et désarmante pour le lecteur. De par l’abysse de la perte et de la transformation qui suivent l’événement tragique, l’auteure produit une œuvre littéraire qui surprend le lecteur par sa capacité à transmettre la violence de l’expérience16. Tels sont les romans et les textes autobiographiques de Cranaki, dans lesquels la question du travail de mémoire et du retour au pays reflètent le désarroi dans lequel l’écrivaine vit son exil et son déracinement : « Exil, cesse un instant de frapper avec ton épée17 ».

8Les exilés,

  • 18 Rajaa Stitou, « Universalité et singularité de l’exil », in Les Sites de l’exil, Psychologie cliniq (...)

… éloignés du lieu de leur ancrage narcissique et de leurs repères symboliques, coupés des parfums et saveurs du pays natal, se retrouvent dans un contexte étranger, qui n’est plus soutenu par du familier. Ce déplacement vient réactiver les blessures infantiles et rendre plus lancinante la séparation d’avec « l’objet du désir », souligne Raaja Stitou. C’est alors que plusieurs positions subjectives peuvent être adoptées face à un monde nouveau dont les codes sont inconnus18.

  • 19 Edward Saïd, Reflections on Exile, Londres, Granta Books, 2001.

9De nombreux exilés, écrit Edward Saïd, créent leur propre monde, un troisième monde, pour dépasser le traumatisme de l’expatriation et de l’éloignement des êtres chers19. Cranaki se réfugie dans ses souvenirs, attitude qui prouve son désir intense de redonner vie à son passé.

  • 20 M. Cranaki, « Mataroa » à deux voix…, op. cit., p. 22-23.

Il pleut. Je cherche en vain le goût de l’été, on est pourtant en plein juin. Rien qu’une odeur d’humidité, de pluie, non pas dans ce que la pluie a de neuf, plutôt une odeur de temps pourri et de lassitude. [...] Là-bas, chez moi, les jours maintenant écument de force, les soirs flambent, tels que je les ai aimés jadis, ce jadis qui s’évanouit peu à peu. Elle frémit maintenant, l’exaltation des routes dans la poussière, ce que je croyais être la poussière et qui n’était que la rosée du temps. Les rues, les rues que j’aime ont le visage que je leur connais. L’avenue Syngros descend toujours assoiffée vers la mer et la rue Homère s’essouffle pour grimper là-haut, dans la morsure de midi20.

  • 21 Vassiliki Lalagianni, « Exil, autobiographie et mémoire chez l’écrivaine grecque Mimica Cranaki », (...)

10La Grèce se transforme alors en un pays imaginaire d’euphorie personnelle et de complétude intérieure. Cette construction imaginaire réduit la distance entre « ici » et « là-bas », entre « nous » et « les autres »21. Dans [Journal d’exil], Cranaki évoque la solitude qu’elle ressentait à Paris et l’importance qu’avaient pour elles les lettres reçues de Grèce dans les premières années de l’exil.

  • 22 M. Cranaki, « Mataroa » à deux voix…, op. cit., p. 28.

Si bien qu’ici, à l’étranger, loin de tout ce qui est fraternel, j’ai le sentiment d’une mutilation, quelque chose comme une dent arrachée. Le seul moyen de la retrouver, c’est les lettres. J’idéalise, peut-être, les amitiés qui, en fait étaient beaucoup plus difficiles, plus compliquées. Il n’en est pas moins vrai que j’ai organisé ma journée, de manière à l’accorder entièrement à la première distribution du courrier, neuf heures du matin22.

  • 23 M. Cranaki Φιλέλληνες [Philhellènes…], op. cit., p. 89.
  • 24 Ibid., p. 79.
  • 25 Lettre à Theofilos (Boulis) Fragkopoulos, 29.12.1946. Je souhaite remercier chaleureusement Miltos (...)

11Cette thématique de la lettre revient très souvent dans les [Philhellènes] : « Chaque lettre est une fenêtre ouverte sur un autre monde23 ». « Les lettres sont sans aucun doute l’opium de l’exilé […] aujourd’hui l’Odyssée s’écrit avec des lettres, et non avec des chants et des rhapsodies24 », écrit Alekos à son enseignant-tuteur qui se trouve en Grèce. Et Cranaki demande à son ami le poète Fragkopoulos de lui envoyer une « longue, longue lettre ». « Ne tarde pas », lui écrit-elle, entre des lignes débordant de sentiments de solitude et de nostalgie pour la Grèce et les êtres aimés restés là-bas25.

  • 26 Vassiliki Lalagianni, « Exil et mémoire traumatique dans les écrits de Mimika Kranaki et d’Aline Ap (...)

12La solitude des personnages de Contre-temps évolue vers un exil total dans [Philhellènes], revêt un rôle didactique, constitue un processus formateur, intériorisé. La problématique identitaire et la réflexion philosophique sur la nature du migrant et de l’exilé et sur le retour au pays constituent les axes centraux du roman26, qui se présente sous forme épistolaire : les anciens compagnons du Mataroa livrent leurs pensées, leurs déceptions et leurs projets à des amis restés en Grèce, et vice-versa.

13Alors que le roman Contre-temps se distingue par une absence totale de références à la situation dans laquelle se trouve la Grèce avant la guerre civile, dans [Philhellènes], en revanche, les références, faites à travers le prisme de la fiction, à des idéologies, des engagements, des expulsions et des événements politiques parsèment tous les chapitres. L’attention passe de l’individuel au collectif, de l’exil comme expérience personnelle à sa description comme représentation symbolique. La recherche et surtout la démonstration de la relation entre l’individu, l’ensemble social et le contexte historique concentrent l’attention de la narration et constitue un des lieux d’expression des thèses idéologiques du texte.

14Dans [Philhellènes], où l’histoire de la gauche, et en particulier l’histoire de la crise de la gauche, occupe une place centrale, le discours romanesque s’implique dans les conflits qui agitent le monde des intellectuels de gauche, mais présente également de manière très vivante les rapports de ce monde à d’autres mouvements de l’époque, comme l’existentialisme de Sartre ou le surréalisme subversif.

  • 27 La rupture avec le KKE puis la radiation de nombreux étudiants-passagers du Mataroa membres du KKE, (...)
  • 28 M. Cranaki, Φιλέλληνες [Philhellènes…], op. cit., p. 224.

15La radiation d’un boursier ayant montré de la sympathie à l’égard des surréalistes, provoquant ainsi son exclusion par le Parti27, est évoquée dans une lettre à son enseignant-tuteur en Grèce, à travers des propos pleins d’ironie mais chargés d’une nette déception : « si la guerre froide a lieu entre droite et gauche, la guerre “chaude”, elle, est interne à la gauche28 ».

16Chez les personnages de cette nouvelle Odyssée,

  • 29 Stathis Gourgouris, « Μιµίκα Κρανάκη: Φιλέλληνες. Είκοσι τέσσερα γράµµατα µιας Οδύσσειας (Μυθιστόρη (...)

Les souvenirs de la patrie alternent avec les réflexions apatrides, les langues et les symboles s’affirment et se multiplient, les rêves et les visions suivent des chemins différents. Sans tout à fait cesser d’être Grecs, ils deviennent Philhellènes […], ils sont ordonnés Philhellènes par leurs anciens camarades venus leur rendre visite en terre étrangère, transportant avec eux une Grèce ruinée mais stable29.

  • 30 M. Cranaki, Φιλέλληνες [Philhellènes…], op. cit., p. 89.

17Cette œuvre au titre caractéristique, roman de souffrance individuelle et roman d’histoire, unit souvenirs personnels et faits historiques et politiques sous le couvert de la fiction. L’histoire s’articule autour de souvenirs, de remords et d’obsessions du passé. Il s’agit des pérégrinations géographiques et mentales des camarades de 1945, en Grèce, où la situation politique n’est pas celle dont ils avaient rêvé quelques années auparavant, le socialisme n’ayant pas réussi à s’imposer. Mais eux non plus ne sont plus les mêmes : interrogations et remises en cause idéologiques, rejet des idées révolutionnaires, radiations par le KKE, tant de changements advenus en terre étrangère. Pavlos, le camarade communiste aux illusions déçues, écrit dans une lettre30 :

Ah, tant de choses ont changé en nous et autour de nous ces cinq dernières années. Le soleil de l’espoir qui donnait alors à toute chose la lumière chaude et joyeuse d’une prompte réalisation est devenu froid, caché par les nuages, hivernal. Et l’été est loin.

  • 31 Ibid., p. 36.
  • 32 Interview de Mimika Cranaki accordée à Kostas Ntantinakis, Diavazo 380, 1987, p. 115.
  • 33 M. Cranaki, Φιλέλληνες [Philhellènes…], op. cit., p. 373.
  • 34 Ibid., p. 405-406.

18Dans [Philhellènes], il y a de nombreux départs, qui réactivent les souvenirs et établissent des analogies avec le premier départ, celui du Mataroa, vécu de manière douloureuse. Bien qu’au début, le retour en Grèce ait été une certitude − « au bout du compte, tout ça n’est peut-être que temporaire, une étape transitoire31 » −, après une décennie à l’étranger, le retour au pays semble bien difficile. Le retour d’un exilé n’est pas semblable à la visite d’un étranger : « après quelques années, il est déjà tard pour rentrer […]. Rentrer au pays, c’est un nouvel exil32 ». Cette obsession du retour est commune à presque tous les personnages de [Philhellènes]. Certains d’entre eux n’ont pas retrouvé le pays perdu et idéalisé qu’ils attendaient, quand ils sont rentrés. D’autres décident de ne pas rentrer et de commencer une nouvelle vie ailleurs. Alexis Mitropoulos, resté traumatisé par les Dekemvriana, trouve en Amérique le lieu idéal au démarrage d’une vie nouvelle : « L’Amérique n’est pas un état, c’est un continent, tout un continent de philhellènes, où j’ai trouvé un placard aux mesures de l’histoire, pour mettre un peu d’ordre dans ma vie…33 ». Christina Papa, qui prit part aux événements de mai 68 en France, écrit dans une lettre à son amie Aliki : « ... C’est décidé, nous allons rester ici, définitivement34 ».

19Cependant, la plupart des personnages vivent la séparation à chacun de leurs pas : la séparation d’avec la patrie, l’idéologie, le Parti, la famille, les amis, le partenaire amoureux, soi-même. Selon Stathis Gourgouris :

  • 35 St. Gourgouris, « Μιµίκα Κρανάκη » [Mimika Cranaki…], art. cit., p. 592.

[Ce roman] établit le fait que l’histoire grecque de l’après-guerre s’écrit dans un enchevêtrement chaotique de mythes : les mythes de la guerre civile, de la libération, de la modernisation, de la bourgeoisie, de l’Europe, de la migration, de la diaspora, etc. Par-dessus tous ces mythes, ou plutôt autour d’eux, [...] s’enroule le plus grand et le plus déterminant de tous, le mythe de la gauche. Dans l’ombre de ce mythe se déroule et s’emmêle le fil du récit et c’est, pour ainsi dire, sous cette constellation que vivent et agissent les héros du conte, héros réels, affligés35

20Le roman fait figure de parodie d’une page tragique de l’histoire grecque moderne, mais fonctionne également comme une œuvre reflétant le passage à l’âge adulte et la maturation d’une génération d’individus ayant porté, pour leur patrie, des rêves qui ont été déçus.

Notes

1 C’est ainsi que Cranaki désignait, à l’oral comme dans ses œuvres, l’ensemble des étudiants et étudiantes qui obtinrent une bourse de l’Institut français et partirent pour la France à la veille de la guerre civile en Grèce.

2 À Paris, Cranaki termine ses études de philosophie et enseigne à l’université de Nanterre. Elle suit tous les mouvements et manifestations de l’époque, assiste à des conférences philosophiques à la Sorbonne, fait la connaissance d’André Breton et, plus tard, de Sartre, et participe activement aux événements de 1968. Dans le cadre de cette activité effrénée, elle écrit des articles, surtout en français, mais aussi son premier roman, Contre-temps.

3 La bibliographie portant sur l’histoire du Mataroa et de ses passagers et sur le rôle de l’Institut français est relativement limitée. Citons l’étude de Nicolas Manitakis, « L’exil des jeunes Grecs et le rôle de l’Institut français : un exil doré ? », in S. Jollivet, Chr. Premat, M. Rosengren (dir.), Destins d’exilés. Trois philosophes grecs à Paris : Kostas Axelos, Cornelius Castoriadis, Kostas Papaïoannou, Paris, Le Manuscrit, 2011, p. 19-45, ainsi que le livre de Nelly Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα 1945. Στον καθρέφτη της µνήµης [Le voyage du Mataroa, 1945. Au miroir de la mémoire], Athènes, Hestia, 2007, qui fait référence à ses expériences personnelles de l’époque.

4 Vassiliki Lalagianni, « Ανάµεσα στο εδώ και στο εκεί. Η αναζήτηση της ταυτότητας στο έργο της Μιµίκας Κρανάκη » [Entre ici et là-bas. La recherche de l’identité dans l’œuvre de Mimica Cranaki], Δια-κείµενα 8, 2006, p. 74.

5 Efstratia Oktapoda-Lu, Vassiliki Lalagianni, « Le véritable exil est toujours intérieur. Imaginaire et métissage chez les écrivains francophones grecs », French Forum 30.3, 2005, p. 129.

6 Mimica Cranaki, Contre-temps, Athènes, Hestia, 1982, 3e édition (1re éd. 1947), p. 14.

7 Efstratia Oktapoda-Lu, « Voix grecques de l’errance : Mimika Kranaki », in E. Oktapoda, V. Lalagianni (dir.), La Francophonie dans les Balkans. Les voix des femmes, Paris, Publisud, 2005, p. 165.

8 Ibid., p. 166.

9 Tzvetan Todorov, L’homme dépaysé, Paris, Seuil, 1996, p. 22.

10 Mimica Cranaki, Φιλέλληνες. Είκοσι τέσσερα γράµµατα µιας Οδύσσειας [Philhellènes. Vingt-quatre lettres d’une Odyssée], Athènes, Ikaros, 1992.

11 M. Cranaki, Contre-temps, op. cit., p. 210, 212-213.

12 E. Oktapoda-Lu, « Voix grecques de l’errance… », art. cit., p. 166.

13 M. Cranaki, Φιλέλληνες [Philhellènes…], op. cit., p. 344.

14 Dans cet article, nous tirons les extraits de l’édition bilingue du musée Benaki, Mimica Cranaki, «Mαταρόα» σε δύο φωνές. Σελίδες ξενητιάς/« Mataroa » à deux voix. Pages d’exil, dir. D. Arvanitakis, Athènes, Musée Benaki, 2007.

15 M. Cranaki, « Mataroa » à deux voix…, op. cit., p. 13-18.

16 Voir Ross Chambers, Untimely Interventions: Aids Writing, Testimonial, and the Rhetoric of Haunting, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2004, et Cathy Caruth (éd.), Trauma: Explorations in Memory, Baltimore-Londres, Johns Hopkins University Press, 1995.

17 M. Cranaki, Φιλέλληνες [Philhellènes…], op. cit., p. 180.

18 Rajaa Stitou, « Universalité et singularité de l’exil », in Les Sites de l’exil, Psychologie clinique 3, 1997, p. 16-17.

19 Edward Saïd, Reflections on Exile, Londres, Granta Books, 2001.

20 M. Cranaki, « Mataroa » à deux voix…, op. cit., p. 22-23.

21 Vassiliki Lalagianni, « Exil, autobiographie et mémoire chez l’écrivaine grecque Mimica Cranaki », in Exilées, expatriées, nomades, Francofonia 58, 2010, p. 114.

22 M. Cranaki, « Mataroa » à deux voix…, op. cit., p. 28.

23 M. Cranaki Φιλέλληνες [Philhellènes…], op. cit., p. 89.

24 Ibid., p. 79.

25 Lettre à Theofilos (Boulis) Fragkopoulos, 29.12.1946. Je souhaite remercier chaleureusement Miltos Fragkopoulos qui m’a confié la correspondance entre son père Theofilos Fragkopoulos et Mimica Cranaki. Dans ces lettres, écrites entre 1945 et 1951, Cranaki fait référence à l’écriture d’un roman qui devrait être publié sous peu en Grèce : de toute évidence, il s’agit de Contre-temps. Le poète lui annonce qu’il va lui dédier un poème, intitulé Ismini Terr : « Je travaille en ce moment sur un grand poème que tu es, toi. Il s’intitule “Ismini Terr”… » (brouillon de lettre à Cranaki, sans date, probablement écrite en 1945). Le poème en question fut publié dans le recueil Τα Αλλα ποιήµατα [Autres poèmes] de Th. Fragkopoulos, en 1958.

26 Vassiliki Lalagianni, « Exil et mémoire traumatique dans les écrits de Mimika Kranaki et d’Aline Apostolska », in V. Lalagianni, J.-M. Moura (dir.), Écriture de l’exil et de la migrance en espace méditerranéen postcolonial, Amsterdam-New York, Rodopi publishers, 2014, p. 101.

27 La rupture avec le KKE puis la radiation de nombreux étudiants-passagers du Mataroa membres du KKE, parmi lesquels Cranaki, sont évoquées à de nombreuses reprises par Giorgos Kalpadakis dans sa participation au livre de N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 145 : « le rapport en question, et d’autres comme celui de Theodoris Pieridis qui fut rédigé deux ans plus tard suite à une dénonciation par Makris, regorgent de qualifications négatives contre les étudiants de gauche désengagés des organisations du parti. Au sujet d’Axelos, Kyrou et Cranaki, Pieridis écrit qu’ils constituent “des produits typiques de l’intelligentsia de la décadence bourgeoise. Trotskisme, existentialisme et psychanalyse de bas étage” ».

28 M. Cranaki, Φιλέλληνες [Philhellènes…], op. cit., p. 224.

29 Stathis Gourgouris, « Μιµίκα Κρανάκη: Φιλέλληνες. Είκοσι τέσσερα γράµµατα µιας Οδύσσειας (Μυθιστόρηµα, Ικαρος, Αθήνα, 1993) » [Mimica Cranaki : Philhellènes, Vingt-quatre lettres d’une Odyssée (roman, Ikaros, Athènes, 1993)], Planodion 21, décembre 1994, p. 592-593. Panayiota Nazou parle du voyage « différent » de l’Ulysse de Cranaki : « ... “l’Odyssée” d’aujourd’hui aboutit à une parodie multiple du mythe original. Dans ce mythe, la guerre de Troie ne s’achève pas sur la victoire des Grecs mais sur des entretueries et des fratricides […]. Ulysse ne commence pas un triomphal voyage de retour, mais un voyage volontaire d’expatriation, résultat du désespoir idéologique et des conditions de vie inhumaines en Grèce après la guerre ». Panayiota Nazou, « Μέλπω Αξιώτη, Μιµίκα Κρανάκη: Η γραφή της εξορίας δύο Ελληνίδων συγγραφέων » [Melpo Axioti, Mimica Cranaki : l’écriture de l’exil de deux auteures grecques], in E. Close, M. Tsianikas, G. Frazis (dir.), Greek Research in Australia: Proceedings of the Fourth Biennal Conference of Greek Studies 2001, Adelaïde, Flinders University, 2003, p. 371-372.

30 M. Cranaki, Φιλέλληνες [Philhellènes…], op. cit., p. 89.

31 Ibid., p. 36.

32 Interview de Mimika Cranaki accordée à Kostas Ntantinakis, Diavazo 380, 1987, p. 115.

33 M. Cranaki, Φιλέλληνες [Philhellènes…], op. cit., p. 373.

34 Ibid., p. 405-406.

35 St. Gourgouris, « Μιµίκα Κρανάκη » [Mimika Cranaki…], art. cit., p. 592.

Auteur

Professeur de littérature et civilisation européennes. Ses travaux, publiés dans des revues internationales, s’intéressent aux littératures de la diaspora et de la migration, à la littérature du voyage, à la littérature engagée, à l’écriture féminine et aux cultures méditerranéennes et balkaniques.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search