Version classiqueVersion mobile

Mataroa 1945 : du mythe à l’histoire

 | 
Servanne Jollivet
, 
Nicolas Manitakis

Les juristes du Mataroa1

Nikos K. Alivizatos

Résumé

Cet article expose le parcours de 11 des 18 juristes qui ont pris place sur le Mataroa et dont l’auteur a retrouvé la trace. Rentrés ensuite en Grèce, mais conservant tous des liens étroits avec leur seconde patrie, ils prirent part à la reconstruction du pays dans les années 1950, tout en participant au rétablissement progressif de la normalité parlementaire et à l’émergence de ce qu’on appelle le Printemps de 1960.

Texte intégral

  • 1 Cet article fut d’abord publié dans la revue Συνήγορος 104, 2014, p. 56-58.

1En décembre 1945, environ 130 étudiants grecs de diverses spécialités quittèrent Le Pirée en direction de Tarente, en Italie, à destination de Paris, dans le but d’y poursuivre leurs études. La plupart d’entre eux étaient boursiers du gouvernement français et avaient été choisis, dans les mois précédents, par une commission française dont faisait notamment partie Octave Merlier, philhellène et directeur de l’Institut français d’Athènes. Certains boursiers compteraient ensuite parmi les figures les plus connues de la vie intellectuelle et scientifique de la France d’après-guerre. C’est notamment le cas du philosophe Kostas Axelos, de l’historien Nicolas Svoronos, de l’architecte Georges Candilis, etc. Pour assurer leur transfert vers la France, Octave Merlier avait affrété le navire à passagers néo-zélandais Mataroa, dont le nom fut ensuite associé au sauvetage puis à l’extraordinaire carrière de ces personnalités.

  • 2 J’ai eu l’occasion de consulter les deux registres répertoriant les boursiers du gouvernement franç (...)

2Au total, sur les 156 étudiants ayant bénéficié d’une bourse du gouvernement français en 1945, quatre s’étaient déclaré juristes (Konstantinos Kalantzopoulos, Konstantinos Panagiotakos, Dimitris Tsiropinas, Panagiotis Zakopoulos)2. Il convient d’en ajouter trois, dont les noms étaient suivis de la mention « Conseil d’État », dans les registres afférents : Georgios Angelidis, Othon Kyriakos et Antonis Tavoularis. Onze autres juristes firent le voyage à leurs propres frais pour étudier en France (N. Dimopoulou, P. Barbalias, N. Vomvas, H. Kalpouzos, V. Leondaridis, C. Maneas, A. Mitsakis, T. Pilidis, N. Valtikos, N. Veïkopoulos, T. Nakopoulos).

3D’autres boursiers ayant voyagé sur le Mataroa avaient également étudié le droit en Grèce, mais se rendaient en France pour se consacrer à d’autres disciplines et avaient donc déclaré d’autres spécialités. Les plus connus d’entre eux étaient évidemment Cornelius Castoriadis et Mimica Cranaki, étudiants en droit sous l’Occupation, qui se déclarèrent tous les deux « sociologues », tandis que Kostas Axelos préféra dès lors se définir comme « philosophe ».

4Je suis parvenu à retrouver des informations sur onze de ces dix-huit juristes du Mataroa, soit plus de la moitié d’entre eux. Cet échantillon suffit, comme me le confirment les spécialistes, à tirer quelques premières conclusions. Je les présenterai après avoir évoqué en détail le parcours de chacun des passagers dont j’ai pu retrouver la trace.

 

5Je vais commencer par les magistrats du Conseil d’État (ci-après CE).

6Othon Kyriakos, qui sera ultérieurement le plus connu de tous et assurera la présidence du CE pendant un an, en 1976-1977, avait trente-sept ans à l’époque. Diplômé de droit de l’École des hautes études économiques et commerciales d’Athènes avant la guerre, il obtint à Paris, en 1934, un doctorat portant sur la justice administrative en Grèce puis réussit le concours d’entrée au CE en 1939. Avec Georgios Angelidis, d’un an son cadet − j’évoquerai son parcours un peu plus loin − et Spyros Plaskovitis, dix ans plus jeune que lui et davantage connu pour son œuvre littéraire, ils constituèrent le noyau dur de la résistance du CE pendant la dictature des colonels. Suite à la remise en question du régime militaire par la Cour suprême en 1969, Kyriakos fut ainsi contraint à la démission avant de réintégrer le CE en tant que vice-président en 1974. Après le voyage du Mataroa, il passa un semestre en France grâce à un congé de formation.

  • 3 Les archives confirment ce témoignage oral. Le nom de Georgios Angelidis ne figure effectivement pa (...)

7Georgios Angelidis était originaire de Constantinople et avait également intégré le CE suite au concours de 1939. Auteur de nombreuses études historiques, il fut lui aussi contraint à la démission en 1969 et réintégra le Conseil en 1974 en tant que vice-président. Selon le témoignage de sa fille, il n’effectua finalement jamais le voyage en France malgré l’obtention d’une bourse3.

8Antonis Tavoularis, troisième magistrat boursier, pratiquement du même âge que les deux autres, obtint son doctorat à la faculté de droit de l’université de Paris en 1947. Réputé conservateur, il publia deux romans et un recueil de poèmes. Il rédigea plus tard un ouvrage traitant de « la contribution de l’économie à l’exercice du pouvoir politique dans le futur ».

9Deux autres juristes du Mataroa, Dimitris Tsiropinas, boursier, et Venizelos Leontaritis, voyageant à ses propres frais, devinrent également magistrats au CE suite à leur voyage en France, en 1946 et 1951 respectivement. Leur séjour en France, à l’époque, s’est visiblement révélé décisif puisqu’ils obtinrent tous les deux leur doctorat, l’un en 1951 et l’autre en 1950, en soutenant des thèses portant sur le droit public.

10Parmi les autres juristes, Nikolaos Veïkopoulos obtint lui aussi un doctorat à Paris sur le thème « Territoires sous tutelle », sous la direction d’Albert de la Pradelle, éminent spécialiste du droit international. Maîtrisant quatre langues étrangères, il plaida à Athènes jusqu’à une époque récente. Charilaos Kalpouzos, pour sa part, resta à Paris après l’obtention de son doctorat et exerça une importante activité d’avocat jusqu’à sa mort en 2007. Très actif dans la lutte contre la dictature entre 1967 et 1974, il se lia avec de nombreux résistants à Paris, ainsi qu’avec François Mitterrand. Konstantinos Kalantzopoulos, spécialisé en droit du travail, fit le voyage pour Paris en compagnie de son épouse, Antigoni Papakosta, qui avait déclaré les assurances sociales comme sujet d’études. Avant la guerre, il s’était rapproché de Pantelis Pouliopoulos et du mouvement trotskiste. Bien qu’il ne soit resté à Paris qu’un an à peine − il logeait à l’hôtel Lutetia, qui servait alors de centre d’accueil pour les Français rapatriés des camps de concentration allemands − la France et sa culture exercèrent sur le reste de sa vie une influence fondamentale, selon le témoignage de sa fille. En ce qui concerne Ioannis Nikolopoulos, originaire de Messine, qui exerça lui aussi des activités d’avocat à Athènes, je n’ai pas trouvé davantage d’informations, pas plus que je n’en ai trouvé au sujet de Panagiotis Zakopoulos, Grec de Roumanie qui devint directeur général du ministère des Finances.

  • 4 L’hommage rendu à Nicolas Valtikos par Emmanuel Décaux dans la revue Droits fondamentaux est consul (...)

11J’ai gardé pour la fin le juriste le plus réputé à l’époque, le Grec d’Égypte Nicolas Valtikos, célèbre spécialiste du droit international, qui devint sous-directeur général du Bureau international du travail à Genève, agence au sein de laquelle il fit carrière. Il siégea également comme juge grec de la Cour européenne des droits de l’Homme à Strasbourg, de 1986 à 1998, année où lui succéda Christos Rozakis. Ayant étudié à Paris avant la guerre, il rentra cependant en Grèce en 1938 et servit sur le front albanais. Il passa l’Occupation reclus à Athènes, travaillant comme avocat stagiaire puis collaborateur d’Asimakis Panselinos pendant une courte période. Il semblerait que le voyage du Mataroa ait définitivement détourné sa vie loin de la Grèce. Il obtint son doctorat à Paris en 1949, avec une thèse qui ne préfigurait en rien sa future spécialisation en droit international : L’autorité de la chose jugée au criminel sur le civil. Parmi ses travaux les plus importants, notons son ouvrage le plus connu, Droit international du travail (1970), qui a été traduit dans de nombreuses langues, ainsi que les deux cours qu’il donna à l’Académie de droit international de La Haye, en 1968 et 1975, toujours sur des thèmes relatifs au droit international du travail. Reçu à l’Académie d’Athènes en 1989, il fut chargé de nombreuses missions internationales pour le compte de l’ONU, notamment la démarcation de la frontière en l’Iran et le Koweït après la guerre de 1990, l’apport d’un soutien scientifique au mouvement Solidarnosc (Solidarité) en Pologne au début des années 1980, etc. Comme l’écrivait un de ses amis et collègues, le professeur Εmmanuel Décaux, « il est devenu académicien sans jamais être académique4 ». On ne peut imaginer plus belle louange pour un juriste qui refusait de s’enfermer dans la tour d’ivoire de la salle de lecture de quelque faculté de droit.

 

12Après cet exposé sommaire et inévitablement « sec » de la vie des onze juristes du Mataroa dont j’ai pu retrouver la trace, il nous est maintenant possible de tirer quelques conclusions qui me semblent intéressantes.

13Les juristes, boursiers ou non, étaient bien plus semblables aux autres passagers − qu’ils furent appelés à devenir célèbres ou non − qu’à ce que j’appellerais, sans que cela n’ait rien de dépréciatif, des « gens ordinaires ». Exception faite de deux d’entre eux, Charilaos Kalpouzos et Nicolas Valtikos, ils rentrèrent tous en Grèce et furent partie prenante de l’épopée de la reconstruction des années 1950. Ils réalisèrent bien de choses, à force de travail, pour eux-mêmes et pour leur famille, tout en participant au rétablissement progressif de la normalité parlementaire et à l’émergence de ce qu’on appelle le Printemps de 1960. De ce point de vue, je suis certain que la dictature des colonels a constitué pour eux une profonde blessure car elle déçut les espérances de toute une vie. Il serait intéressant de chercher à savoir si, après 1974, ils parvinrent à se remettre de cette épreuve et à repartir de l’avant.

14Par ailleurs, alors que l’influence culturelle et technologique du Royaume-Uni et des États-Unis ne cessait de se développer dans la Grèce de l’après-guerre, ces juristes jouèrent un rôle de premier plan dans le maintien du rayonnement de la France et de sa culture en Grèce, rayonnement qu’avaient précédemment imposé dans le domaine juridique les deux éminents juristes Nikolaos N. Sapirolos et Nikolaos Politis. Il suffit de relever que sept d’entre eux obtinrent un doctorat en France et que, d’une manière ou d’une autre, notamment à travers leurs fréquentes publications et leur appartenance à des sociétés scientifiques, ils conservèrent tous des liens étroits avec leur seconde patrie.

15Cette influence joua un rôle particulièrement essentiel pour le Conseil d’État. Je ne parle pas tant de sa dimension politique, c’est-à-dire de l’esprit libéral qu’au moins deux d’entre les cinq magistrats (Othon Kyriakos et Georgios Angelidis) réussirent à insuffler à l’institution même dans les périodes les plus difficiles, y compris celle de la dictature des colonels, que de l’indépendance et de la liberté de pensée qui constituaient et constituent toujours une caractéristique particulière de cette cour de la Grèce contemporaine. Cet esprit, associé au haut niveau de décence civile qui continue de régir le fonctionnement du CE jusqu’à aujourd’hui, en a fait le dépositaire de l’État de droit, dans une époque d’effondrement des valeurs et de remise en cause des modèles en tous genres.

 

16En consultant, sur internet, le registre maritime de la Nouvelle-Zélande, j’ai pu reconstituer toute l’histoire du Mataroa, depuis sa construction (et celle de son frère le Tamaroa) à Belfast en Irlande, en 1922, jusqu’à sa mise au rebut, en 1957. Avant qu’ils ne reçoivent ces noms définitifs tirés de la langue maorie, ils s’appelaient Diogenis et Sofoklis, car ils appartenaient initialement à une société grecque. Ils commencèrent immédiatement à assurer des trajets réguliers entre l’Angleterre, d’une part, et l’Australie et la Nouvelle-Zélande, de l’autre, en direction soit de l’est, via l’Afrique du Sud, soit de l’ouest, via le canal de Panama. C’est évidemment vers l’ouest que se dirigeait le Mataroa lors du voyage qui nous intéresse. À cette époque, voguant vers l’Est, le navire emmenait des Juifs, survivants de l’Holocauste, allant s’installer définitivement en Palestine. Profitant de l’absence d’itinéraires réguliers, Octave Merlier parvint à affréter le navire lors de l’un de ses retours vers l’Europe. Le voyage du Mataroa transportant les boursiers grecs n’apparaît même pas dans le registre. Peut-être serait-il bon de le rappeler à ceux qui considèrent ce voyage comme un exemple de solidarité désintéressée dans le terrain miné que représentait, à l’époque, la Méditerranée des grandes civilisations et des grands défis.

Notes

1 Cet article fut d’abord publié dans la revue Συνήγορος 104, 2014, p. 56-58.

2 J’ai eu l’occasion de consulter les deux registres répertoriant les boursiers du gouvernement français pour l’année 1945, registres appartenant aux archives Merlier, au Centre d’études d’Asie mineure. Par ailleurs, grâce à l’aimable intercession de madame Mairi Mantouvalou, collègue et amie de longue date, j’ai pu consulter les dossiers d’un certain nombre des juristes du Mataroa au barreau d’Athènes. Enfin, le témoignage de Nelly Andrikopoulou (Το ταξίδι του Ματαρόα, 1945. Στον καθρέφτη της µνήµης [Le voyage du Mataroa, 1945. Au miroir de la mémoire], Athènes, Hestia, 2007) me fut d’une aide précieuse − comme à tout autre chercheur étudiant les échanges intellectuels franco-helléniques au xxe siècle. En ce qui concerne les membres du Conseil d’État, j’ai puisé de nombreux éléments dans l’ouvrage Συµβούλιο της Επικρατείας. Ο θεσµός και τα πρόσωπα [Le Conseil d’État. L’institution et les hommes], qui fut édité en 2005 par la Cour suprême administrative à l’occasion de son soixante-quinzième anniversaire et qui comporte les notices biographiques de ses membres, anciens et récents. J’ai enfin eu la possibilité de m’entretenir personnellement avec des enfants, proches, collègues et amis de bien des passagers du Mataroa, tous enclins à me fournir informations et éléments précieux. Je leur adresse, à tous, mes remerciements chaleureux.

3 Les archives confirment ce témoignage oral. Le nom de Georgios Angelidis ne figure effectivement pas sur la liste des passagers du Mataroa (voir Annexe I en fin de volume).

4 L’hommage rendu à Nicolas Valtikos par Emmanuel Décaux dans la revue Droits fondamentaux est consultable en ligne à l’adresse : https://droits-fondamentaux.u-paris2.fr/sites/default/files/droits_fondamentaux/fichiers/hommage_a_nicolas_valticos.pdf

Auteur

Professeur de droit constitutionnel à l’université d’Athènes. Son intérêt scientifique se porte, entre autres choses, sur l’histoire constitutionnelle et l’histoire des institutions politiques. Parmi ses publications figurent Les institutions politiques en crise. Aspects de l’expérience grecque (Themelio, 1983, paru en grec), La Constitution et ses ennemis dans l’histoire grecque moderne 1800-2010 (Polis, 2011, paru en grec) et Pragmatiques, démagogues et rêveurs. Politiques, intellectuels et le défi du pouvoir (Polis, 2015, paru en grec).

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search