Version classiqueVersion mobile

Mataroa 1945 : du mythe à l’histoire

 | 
Servanne Jollivet
, 
Nicolas Manitakis

Les architectes du Mataroa

Panayotis Tournikiotis

Résumé

Une vingtaine d’architectes et futurs architectes grecs sont partis en France à bord d’un bateau pour étudier ou poursuivre leur formation. Ils ne constituaient pas un groupe homogène de par leur âge, leurs objectifs et leur sensibilité politique. Certains se précipitèrent à travailler chez Le Corbusier, d’autres ont étudié l’urbanisme et les plus jeunes l’architecture à l’École des beaux-arts. Bon nombre d’entre eux s’illustrèrent dans le courant de l’après-guerre en France ou en Grèce contribuant à changer le cours des choses dans leur domaine. L’initiative du gouvernement français dans une période cruciale de redémarrage après les années de la guerre a porté des fruits qui profitèrent aux deux pays, délivrant dynamisme et créativité dans le monde entier.

Texte intégral

1En 1945, année difficile pour l’Europe comme pour la Grèce, le gouvernement français attribua des bourses à des Grecs pour qu’ils étudient ou poursuivent leur formation en France. Ceux qui furent choisis voyagèrent vers Paris à bord d’un bateau, ou d’un second bateau, puis en train et peut-être, dans quelques cas isolés, en avion. Personne ne savait encore si la guerre civile aurait lieu, en Grèce, quelle serait son ampleur, quelles seraient l’Europe et la Grèce des années 1960 et 1970. Bien des Grecs ayant fait le voyage en décembre 1945 ne devinrent pas célèbres pour leur œuvre ou leur activité et nous ne savons même pratiquement rien de certains des passagers. Mais bon nombre d’entre eux s’illustrèrent en France, en Grèce et dans le monde entier, leur œuvre contribuant, ne serait-ce que modestement, à changer le cours des choses dans le domaine de la pensée, des lettres, des arts ou des sciences. Des années plus tard, après la fin de la dictature des colonels, lorsque les derniers passagers qui hésitaient encore jusqu’alors furent rentrés, un mythe vit le jour − celui d’une génération ayant voyagé sur un navire tout aussi mythique et quelque peu exotique, le Mataroa, vers un monde de création et de renaissance des idées. Ce mythe continue de planer autour de nous, tel qu’il fut restitué à travers des livres et des expositions dont la forte dimension narrative s’appuie sur des souvenirs et des sentiments. Soixante-dix ans se sont cependant écoulés depuis le voyage du Mataroa et l’heure est venue de donner à ce récit une dimension critique et historique, qui enrichira de documents et d’approches interprétatives les témoignages existants.

 

  • 1 La liste des boursiers a été publiée dans le livre de Nelly Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα, 1 (...)

2Vingt et un architectes participèrent à ce voyage et certains d’entre eux étudièrent l’architecture à Paris1. Le groupe des architectes était parmi les mieux représentés en nombre, puisque ses vingt et un membres représentaient déjà 10 % des passagers. J’y ajoute deux ingénieurs civils et un artiste qui développèrent une collaboration particulière avec des architectes et agences d’architecture, faisant passer notre total à vingt-quatre personnes. Ce large échantillon, sur lequel je vais me concentrer, ne reflète peut-être pas fidèlement les comportements de tous les boursiers, mais il n’en reste pas moins représentatif de l’ensemble, dans la complexité de sa composition et de ses évolutions.

  • 2 Je souhaite remercier chaleureusement Charilaos Antoniadis et Nassos Hatzopoulos, qui m’ont ouvert (...)

3Replaçant le voyage de 1945 dans un contexte plus large, couvrant la période allant de 1945 à 1975, mais aussi, nécessairement, leur passé, puis la suite de leur vie, je vais tenter d’établir une cartographie « origine-destination » de ceux qui se rencontrèrent, par hasard ou de manière conjoncturelle, sur le pont du bateau. Le voyage constituait en effet leur plus petit dénominateur commun − ce que le statut de boursier n’était pas, puisque d’assez nombreux passagers voyagèrent à leurs propres frais. Parmi tous les architectes sélectionnés, il en est un qui n’effectua finalement pas le voyage. Un autre voyagea sans figurer sur la liste, tandis que, pour certains, je n’ai trouvé aucune information2.

  • 3 Une lettre adressée par P. Tzelepis à O. Merlier figure en annexe II de cet ouvrage. Le « chef » de (...)

4Cinq architectes du Mataroa sont nés en 1910 ou avant et étaient âgés de trente-cinq à cinquante et un ans au moment du voyage. Quatre d’entre eux avaient étudié l’architecture à Paris dans les années 1920 et avaient déjà fait leurs preuves en tant qu’architectes dans l’Athènes des années 1930. Emmanuel Lazaridis et Panos Tzelepis, tous les deux nés à Constantinople en 1894, étaient les doyens du groupe. Lazaridis ne fut finalement pas du voyage, mais Tzelepis était le « chef » de l’expédition3. Les trois autres, Kakouris, Lygizos et Tsolakis, sont nés respectivement en 1903, 1904 et 1910. Kakouris étudia d’abord à Athènes puis à Paris. Ce sont les « vétérans » de l’expédition.

5Vient ensuite un groupe de six architectes, nés entre 1911 et 1918, qui finirent leurs études d’architecture à Athènes dans les années 1930. Antonis Kriezis est le plus âgé des six − il obtint son diplôme en 1932. Nous en venons maintenant au groupe que constituent Georges Candilis, Aristomenis Provelengios et Thanos Gatos, qui terminèrent leurs études en 1935-1936, puis à Thomas Stavridis et Spyros Tsaousis, diplômés en 1938 et 1940 respectivement. En 1945, ils étaient donc trentenaires et avaient déjà laissé une trace dans la pratique architecturale, ainsi que sur la scène politique, pour au moins la moitié d’entre eux. Autant dire qu’ils étaient prêts à franchir une nouvelle étape.

6Le groupe suivant est constitué d’architectes nés entre 1919 et 1922 et ayant achevé leurs études d’architecture à Athènes durant la guerre. Fokion Loïzos, né en 1919, obtint son diplôme en 1943. Charilaos Antoniadis et Nassos Hatzopoulos furent diplômés en janvier 1945. Ils partirent tous les trois immédiatement après la fin de leurs études pour poursuivre leur formation à Paris.

7La dernière catégorie regroupe quatre jeunes hommes, nés entre 1919 et 1926, qui firent leurs études d’architecture dans le Paris de l’après-guerre. Kostas Manouilidis avait commencé ses études à l’École polytechnique, à Athènes, mais les termina à l’École des beaux-arts. Les trois autres, Margaritis Apostolidis, Nikos Hatzimichalis et Takis Zenetos, débutèrent l’architecture après leur voyage à bord du Mataroa. Lygizos, bien que plus âgé, pourrait appartenir à cette catégorie puisqu’il étudia, lui aussi, l’architecture à Paris après la guerre.

8Elli Iliadou, Manolis Kindynis et Theodoros Fokas sont exclus de cette répartition, car je ne dispose pas de suffisamment d’éléments à leur sujet.

9En posant un regard différent sur cette « cartographie », nous observons que les plus âgés et les plus jeunes ont étudié à Paris, tandis que la génération intermédiaire a étudié à Athènes. La répartition entre ces deux groupes est assez équilibrée. Par ailleurs, trois des architectes voyagèrent à leurs propres frais : Loïzos, Lygizos et Zenetos, auxquels nous pouvons ajouter Thomas Stavridis, qui n’apparaît sur aucune liste mais dont la présence à bord du bateau est mentionnée dans différents témoignages. En tentant d’identifier les critères ayant servi à la sélection des boursiers, je vais dégager trois catégories. La première comporte les « anciens », qui avaient étudié à Paris et conservaient de bonnes relations avec la communauté française d’Athènes et l’Institut français. Cela n’explique évidemment pas pourquoi ils souhaitaient y retourner, sachant que leur activité était déjà bien établie à Athènes. La deuxième catégorie regroupe les jeunes architectes qui venaient de terminer leurs études et ceux qui souhaitaient les commencer : la crème de la jeune génération. Selon des informations croisées, la sélection d’Apostolidis, Zenetos et Hatzimichalis doit beaucoup aux bonnes relations qu’entretenaient Lazaridis et Kakouris avec l’Institut français et son directeur Octave Merlier : les deux professeurs-fondateurs de l’école privée dans laquelle les trois étudiants suivaient des cours préparatoires aux études architecturales n’hésitèrent pas à recommander leurs meilleurs étudiants. De la même manière, Panos Tsolakis, qui était alors assistant à l’École d’architecture de Polytechnique semble avoir soutenu Antoniadis et Hatzopoulos, les meilleurs diplômés dont il ait dirigé les travaux en 1945. Le plus important des critères ayant présidé à cette sélection ne semble donc pas être celui d’une quelconque appartenance politique, mais celui des opportunités d’évolution des candidats dans le futur. Il est en revanche possible de soutenir que Candilis, Provelengios et Gatos, qui avaient activement participé aux affrontements d’Athènes en décembre 1944, furent choisis pour être « sauvés » des conséquences à venir. Je ne dispose pas des éléments nécessaires pour parler de Candilis et Provelengios, mais il ne fait aucun doute que les quatre lettres de recommandation que rédigèrent Pikionis, Karantinos, Despotopoulos et Tzelepis pour Gatos au début du mois d’août 1945 afin d’appuyer sa candidature montrent que ce dernier, indépendamment de ces activités politiques, comptait aussi parmi les éléments les plus brillants de sa génération, comme Provelengios me le confirmera des années plus tard. Tzelepis indiquait en français dans sa lettre de recommandation que Gatos avait travaillé deux ans dans son bureau et qu’il avait pu juger personnellement de ses capacités. L’avis du chef de l’expédition avait probablement un poids tout particulier. Nous pouvons donc estimer qu’au-delà des dossiers, des qualifications et des examens, un rôle important fut joué par les recommandations et propositions faites à l’équipe française par les « vieux » architectes de formation française qui faisaient partie de l’opération Mataroa.

10Pour résumer ce que nous avons mis en lumière jusqu’à présent, nous pouvons observer que les architectes qui se sont joints au voyage vers Paris ne constituent pas un groupe homogène mais diffèrent entre eux, de par leur âge, leurs objectifs et leur sensibilité politique, à tel point que certains d’entre eux ont pu se rencontrer pour la première fois à bord du Mataroa, tandis que d’autres se connaissaient bien et depuis longtemps. Les quelques jours que dura le voyage jusqu’à Paris constituèrent le ciment qui assura la cohésion de ce groupe, car, au-delà des différences existant entre leurs points de départ, il est particulièrement intéressant d’observer les différences et les divergences apparues entre les trajectoires que suivirent les uns et les autres entre l’époque du voyage et aujourd’hui, puisqu’au moins trois d’entre eux sont encore en vie à l’heure où j’écris ces mots.

 

  • 4 Il existe pour certains une bibliographie spécifique que je citerai au cas par cas. Mais j’ai utili (...)

11Avant de passer à l’examen de ce qu’il s’est passé à Paris et plus tard dans la vie de ces architectes, je vais tenter de présenter la plupart des voyageurs, en mettant l’accent sur ceux qui nous sont moins familiers. Leurs données biographiques sont bien souvent révélatrices. La recherche la plus récente a mis en lumière des éléments de la vie quotidienne de l’époque qui éclairent mieux encore le passage du mythe à l’histoire de l’opération Mataroa. Je vais suivre l’ordre chronologique de leurs dates de naissance4.

 

  • 5 Cf. Eleni Fessa-Emmanouil, Emmanouil V. Marmaras, 12 Έλληνες αρχιτέκτονες του Μεσοπολέµου [12 archi (...)
  • 6 N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 64-65.

12Emmanuel Lazaridis étudia l’architecture à l’École des beaux-arts de Paris et obtint son diplôme en 19235. Il développa une intense activité architecturale dans l’Athènes de l’entre-deux-guerres dans un style empreint de nouveauté, mais pas encore moderne, que le monument au Soldat inconnu, datant de 1928, exprime de la meilleure des manières. Il fonda, avec Nikolaos Kakouris, Leonidas Bonis et Giorgos Virgiotis, l’école d’études architecturales précédemment évoquée, qui préparait à leurs études d’architecture les futurs étudiants de l’École polytechnique et de l’École des beaux-arts. Hatzimichalis, Apostolidis et Zenetos bénéficièrent notamment de cette préparation, comme ce fut probablement le cas d’autres architectes au sujet desquels ne nous est cependant parvenue aucune information. Nelly Andrikopoulou écrit à propos de Lazaridis qu’il ne voyagea pas à bord du Mataroa et qu’il ne se rendit probablement pas à Paris en 19456. Son activité architecturale à Athènes, limitée mais ininterrompue, confirme indirectement cette hypothèse.

  • 7 Voir Nikos Th. Holevas, « Το έργο του Π.Ν. Τζελέπη » [L’œuvre de P. N. Tzelepis], Άνθρωπος + Χώρος (...)
  • 8 Panos Djelepy, « Les maisons de l’archipel grec observées du point de vue de l’architecture moderne (...)
  • 9 Villages d’enfants, Paris, Albert Morancé, ca 1948, et L’architecture populaire en Grèce, Paris, Al (...)

13Panos-Nikolis Tzelepis, né à Constantinople en 1894, étudia à Paris et fut diplômé de l’École spéciale d’architecture en 19227. Il rentra à Athènes et exerça l’architecture, construisant de nombreux bâtiments durant l’entre-deux-guerres, notamment, à la fin, en collaboration avec la fondation patriotique PIKPA. Le plus important de ces projets fut le village d’enfants de Penteli. Tout au long de cette période, il conserva néanmoins des contacts avec la France, il était marié à une Française et publia dans les Cahiers d’art de Zervos un texte fondamental sur le rapport entre architectures moderne et populaire8. Son retour à Paris en 1945, marqua le début d’un nouveau séjour de dix ans, exerçant l’architecture et publiant deux livres sur des thèmes grecs, aux éditions Albert Morancé9.

  • 10 Voir Société grecque d’architecture, Αρχιτέκτονες του 20ού αιώνα [Architectes du xxsiècle…], op. (...)

14Nikolaos Kakouris, né à Athènes en 1903, obtint deux diplômes d’architecture : le premier à l’École polytechnique en 1926, et le second à l’École des beaux-arts de Paris en 192910. Il vécut vraisemblablement à Paris de 1926 à 1930. Entre 1930 et 1940, il exerça l’architecture à Athènes, dessinant des bâtiments d’habitation et onze écoles, dont certaines se démarquent par les lignes austères et modernes de l’entre-deux-guerres rationaliste. Les collèges des villes d’Aigio et Livadia en constituent l’exemple le plus caractéristique. En 1940, sous Metaxas, il devint directeur du service des Études d’urbanisme du ministère de la Capitale. Son nom apparaît dans la liste du Mataroa, mais je ne dispose d’aucune information relative à son transfert et à son séjour à Paris. En dehors de l’intense activité qui fut la sienne dans l’entre-deux-guerres, sa biographie est extrêmement peu documentée pour la période allant de la fin de la guerre à son décès à Athènes en 1991, à croire que tout avait eu lieu avant le Mataroa. Il semblerait simplement qu’il ait participé à quatre concours d’architecture grecs en 1948, 1949 et 1952, mais nous ne savons pas s’il travaillait à Athènes ou s’il y participa depuis l’étranger.

  • 11 Voir Maro Kardamitsi-Adami, « Είναι µοντέρνος ο Γιάννης Λυγίζος; » [Iannis Lygizos est-il moderne ? (...)

15Iannis Lygizos, né en 1904, obtint son diplôme de contremaître à Polytechnique en 192311. Jusqu’en 1944, il travailla à Athènes, y compris en tant qu’architecte. Il publia même des livres, tels que L’architecture insulaire grecque en 1943 et Le nœud, un nouvel élément architectural en 1944. Dans ce dernier ouvrage, il présentait un chapiteau en béton armé, très proche de ceux d’Auguste Perret. En arrivant à Paris, il commença des études d’architecture à l’École des beaux-arts, études qu’il termina en 1949. Très tôt, il s’intéressa à l’œuvre de Perret et travaillera dans son bureau de 1948 à 1950, puis de 1952 à la mort de Perret, en 1954. En rentrant en Grèce, immédiatement après la fin de cette période, Lygizos dessina des bâtiments et rédigea des livres, cultivant systématiquement l’esprit de son maître, ainsi qu’un regard architectural conservateur qu’il tourna très tôt vers un classicisme moderne et une certaine notion de grécité. Il décéda à Athènes en 2001. Ses archives ont été confiées au musée Benaki.

16Panos Tsolakis (1910-1984), que j’ai déjà évoqué, entretenait des relations étroites avec la communauté française d’Athènes et contribua à la sélection de certains boursiers. Il avait étudié l’architecture à Paris et avait déjà été distingué en Grèce, en 1938, remportant le concours pour le bâtiment du ministère de la Santé, qui fut construit après la guerre dans la rue Aristotelous. Son nom figure sur la liste des boursiers, mais son fils, Alkis, assure que son père ne voyagea pas à bord du Mataroa. Son activité en Grèce après la guerre fut particulièrement riche. Il fut notamment l’architecte de la Scène lyrique, rue Acadimias. Par ailleurs, un des bâtiments de l’École française d’Athènes, rue Didotou, porte aujourd’hui son nom.

  • 12 Antonios Kriezis, Greek Town Building, Athènes, National Technical University of Athens, 1965.

17Antonis Kriezis, né à Athènes en 1911, obtint son diplôme d’architecture à l’École polytechnique en 1932. Il partit immédiatement pour Berlin afin de poursuivre ses études, il y obtint un doctorat en 1934 sous la direction de Hanz Poelzig (1869-1936), avant de travailler comme architecte, de 1934 à 1937. Dès son retour en Grèce, il fut nommé au ministère de l’Aviation, dans le service technique. Il travailla ensuite pour le ministère des Transports, entre 1941 et 1945. En 1945, année du voyage d’études, la spécialité figurant auprès de son nom sur la liste des boursiers était « théâtre/mise en scène ». En 1946-1947, il « œuvra à Paris », comme il l’écrit lui-même dans sa notice biographique, sans donner davantage de précisions, puis à Stockholm. Il rentra en Grèce en 1950, où il fut nommé professeur à la chaire d’urbanisme de l’École d’architecture. Il fut le maître des urbanistes de la génération suivante, fondant le premier laboratoire d’études en urbanisme, laboratoire qui prit en charge d’importantes études d’urbanisme et d’aménagement du territoire dans le Péloponnèse, l’Épire et la Thessalie. En 1965, il publia en anglais le livre Greek Town Building12. Ouvertement attaché aux idéaux démocratiques, il fut limogé par la dictature en 1968. Il mourut le 15 janvier 1986.

  • 13 Ibid., p. 10.
  • 14 Ibid., p. 12.
  • 15 Ibid., p. VII-VIII.

18Kriezis s’était visiblement spécialisé en urbanisme. En 1951, il publia en Suède un article rédigé en français intitulé « La question cruciale », faisant largement référence à Pierre Lavedan, qui avait pris, dès 1942, la direction de l’Institut d’urbanisme de Paris. Cet article, sur lequel s’ouvre son livre Greek Town Building, écrit dans l’esprit de la reconstruction, est dominé par la question « quelle sera la nouvelle structure de la société ? », puisque « celle-ci sera la structure qui modèlera et imposera sa nouvelle forme schématique, le nouveau principe de la ville de demain »13. Il répond que « dans une époque de transition comme celle que nous sommes en train de vivre actuellement, on ne peut – et on ne doit – donner en urbanisme que des solutions provisoires. […] Et demain, la grande crise sociale passée, viendra la nouvelle grande époque de création urbaine avec ses villes neuves et conformes aux exigences et aux aspirations d’une vie sociale stable, consolidée et surtout acceptée de tous14 ». Kriezis prend ses distances avec l’urbanisme moderne et ne s’intéresse ni à Le Corbusier, ni au changement révolutionnaire de la société. Au contraire, il affirme en 1965 que « les devises et slogans efficaces dans les années 1920 − nouveau, moderne, contemporain, fonctionnel − ont besoin d’être réexaminés », avant de rejoindre Christopher Alexander sur le fait que « la révolution s’est terminée il y a vingt ans » pour se tourner vers la continuité historique de la tradition et des valeurs sûres15.

  • 16 Voir Georges Candilis, Bâtir la vie, Paris, Stock, 1977.

19Georges Candilis, né à Bakou en Russie en 1913, sortit diplômé de l’École d’architecture de Polytechnique en 193616. De 1936 à 1945, il fut assistant puis chargé de cours à la chaire de sciences du bâtiment, sous la direction de son professeur Despotopoulos. Parallèlement à ces activités universitaires, il travailla sur des travaux publics du ministère de l’Aviation et s’engagea activement dans la Résistance. À Paris, il travailla dans le bureau de Le Corbusier et participa à la supervision de la construction de la célèbre unité d’habitation à Marseille. De 1952 à 1955, il dirigea la société française d’études ATBAT-Afrique (l’antenne africaine de l’Atelier des bâtisseurs, fondé par Le Corbusier), qui avait son siège au Maroc et qui dessina et réalisa de grandes œuvres en Afrique du Nord et en Afrique centrale.

20En 1955, il créa avec Josic et Woods une agence qui acquit rapidement une renommée internationale en prenant en charge des projets de grande ampleur, à l’avant-garde de leur époque, principalement des complexes résidentiels et des universités. Leurs réalisations les plus fameuses sont l’université libre de Berlin (1962) et la ville nouvelle de Toulouse-Le Mirail (1961-1971). La contribution théorique de Georges Candilis à l’évolution de l’architecture contemporaine fut également très importante, notamment à travers sa participation aux congrès internationaux d’architecture moderne et sa remise en cause du rationalisme austère des premières années du modernisme. À partir de 1960, il enseigna dans son propre atelier aux Beaux-Arts de Paris. Après 1980, il travailla aussi en Grèce. Il vécut ses derniers jours à Paris en 1995. Ses archives sont conservées à l’Institut français d’architecture.

  • 17 Voir Aristomenis Provelengios, Ο οδοιπόρος προς την πηγή [Le cheminement vers la source], Athènes, (...)

21Aristomenis Provelengios, né en 1914, obtint son diplôme d’architecture à l’École polytechnique d’Athènes en 193617. Jusqu’à son départ pour Paris en 1945, il travailla à Athènes. De 1937 à 1940, il participa à la conception de villages de vacances, jardins d’enfants et autres installations de ce type pour la fondation patriotique PIKPA, auprès de Tzelepis, puis s’engagea dans la Résistance, à partir de 1941. À Paris, il travailla pour l’agence de Le Corbusier pendant six ans. En parallèle, il étudia l’urbanisme à l’Institut d’urbanisme dont il sortit diplômé en 1950. De 1951 à 1957, il continua de travailler à Paris comme architecte indépendant et dessina d’assez nombreux bâtiments, dont quelques-uns furent très remarqués à l’époque, comme les bureaux du Comité d’accueil des étudiants étrangers, boulevard Raspail. Il rentra en Grèce en 1957 et fut assez actif jusqu’en 1967, lorsqu’il retourna à Paris, pour des raisons politiques principalement, où il resta jusqu’en 1980. Durant cette seconde période importante, il assura des cours sur la ville et l’environnement à l’université de Paris de 1968 à 1979, année où il prit sa retraite. En décembre 1998, il fut nommé professeur émérite de l’École d’architecture de Polytechnique et mourut en 1999.

22Thanos Gatos, né en 1915, termina ses études d’architecture à l’École polytechnique en 1935. Il fit donc partie de la même promotion que Doxiadis. Il exerça à Athènes en tant qu’architecte et reçut le deuxième prix au concours international d’architecture organisé pour la nouvelle gare ferroviaire d’Athènes. Il travailla deux ans dans l’agence de Panos Tzelepis, puis, à partir de 1937, à la direction du Génie civil d’Athènes. Il fut, lui aussi, actif sur le plan politique et participa à la résistance, constituant, avec Provelengios et Candilis un groupe qui resta uni du temps de leurs études jusqu’à décembre 1944. Mais, contrairement aux deux autres, qui rejoignirent Le Corbusier, Gatos travailla pour l’agence d’André Lurçat et Paul Nelson, participant au dessin de l’Hôpital modèle de Saint-Lô en 1946. Plus clairement engagé dans le programme social, il s’installa à Budapest en 1949, puis à Berlin-Est en 1956. À Budapest, il travailla au Service gouvernemental de dessin d’habitations, travaillant sur une norme nationale de logements rationnels pour la Hongrie. À Berlin, il servit le département de construction d’habitation de l’Institut de la reconstruction, où il développa une importante activité de normalisation et de préfabrication de logements sociaux. Les travaux en question furent publiés dans des ouvrages dédiés à l’architecture en Allemagne de l’Est. Fin 1966, il rentra en Grèce et travailla, dès janvier 1967, dans l’agence de Konstantinos Doxiadis. Le but avoué de ce dernier était alors d’intégrer l’expérience du préfabriqué des pays de l’Est aux activités de son agence. Mais le 22 avril 1967, Gatos partit précipitamment pour Paris. Durant cette seconde période française, il collabora avec Oscar Niemeyer à la réalisation du siège du parti communiste et à l’Atelier d’urbanisme et d’architecture de Paul Chemetov et Jean Deroche, qui constituait une expérience d’autogestion dans un esprit novateur s’appuyant sur la même ligne politique. Par la suite, il s’installa en Algérie et fut chargé de projets de grande ampleur pour le compte de la Coopérative de l’Armée populaire, notamment des travaux de normalisation et de préfabrication d’habitations, mais aussi le plan d’urbanisme de la région de Sidi Moussa, une ville nouvelle de 5 000 habitants et un grand centre culturel et sportif. Il rentra définitivement à Athènes en 1976 et mourut en 1993.

23Thomas Stavridis obtint son diplôme à Polytechnique en 1938, deux ans avant Spyros Tsaousis. Ce dernier fut le premier mari de Matsi Hatzilazarou, à la fin des années 1930. Ils se trouvaient tous les deux sur le Mataroa et conservèrent de bonnes relations une fois à Paris. Il était architecte-paysagiste et il semblerait qu’il soit parti pour l’Amérique après son séjour à Paris. Dans les années 1960, il cosigne des études à Athènes. Les dernières années de sa vie furent solitaires et ne sont pas documentées. Je ne connais pas la date précise de son décès.

24Fokion Loïzos, né à Athènes en 1919, fit des études de génie civil puis d’architecture à l’École polytechnique, pour obtenir son diplôme en 1943. Sous l’Occupation, il servit au ministère des Travaux publics et fut chargé de cours de sciences générales du bâtiment et de composition architecturale à Polytechnique. En arrivant à Paris, il commença des études d’architecture à l’École des beaux-arts, études dont il écrit lui-même qu’il les acheva avec brio. À partir de 1952, il enseigna dans différentes écoles militaires d’Athènes et exerça son métier d’architecte, dessinant des bâtiments pour l’armée. En 1958, il termina sa thèse à Polytechnique avant d’être nommé professeur, ses cours traitant des installations des bâtiments − en 1973-1974, il fut mon professeur de « chasse d’eau », le sobriquet que nous avions donné à son cours. En 1975, sa collaboration avec la dictature fut punie par une exclusion temporaire de dix-huit mois par le conseil de discipline spécial que constitua le gouvernement après la chute des colonels. Cela marqua également son départ définitif de l’établissement, puisqu’il ne retourna pas à Polytechnique par la suite.

25Nassos Hatzopoulos, né en 1919, commença des études d’architecture pendant la guerre. À partir de 1943, il travailla dans le bureau d’études en urbanisme et aménagement du territoire du ministère des Travaux publics que dirigeait Konstantinos Doxiadis. En arrivant en France, il manifesta immédiatement de l’intérêt pour la reconstruction, faisant de longs stages au ministère afférent, et entama des études d’architectures qu’il ne finira finalement pas, reconnaissant l’incompatibilité de sa propre formation architecturale avec celle des Beaux-Arts. Il se tourna rapidement vers l’urbanisme et suivit un programme de formation en deux ans à l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris. En parallèle, il suivit des cours d’histoire de l’art moderne à l’université et travailla deux ans pour l’agence de Le Corbusier, réalisant des études urbanistiques, principalement pour le projet de La Rochelle-Pallice. Il collabora également avec d’autres agences jusqu’à 1955, année où il rentra à Athènes après avoir été invité par Prokopis Vassiliadis à y travailler dans le domaine de l’urbanisme. Cependant, de retour en Grèce, il accepta la proposition que lui fit Doxiadis de collaborer sur le projet Bagdad, qu’il venait d’accepter, et ce fut le point de départ d’une longue collaboration de pointe marquée par des missions véritablement difficiles. Il resta deux ans à Bagdad, deux à Islamabad, quatre à Rio de Janeiro et huit au Nigéria. D’une manière singulière, il associa ses études d’architecture à Athènes et sa formation urbanistique française, Le Corbusier et Doxiadis, se tournant résolument vers le second. Nassos Hatzopoulos est décédé le 31 décembre 2018.

26Margaritis Apostolidis, né à Athènes en 1921, reçut une éducation française au lycée Léonin, suivit les cours préparatoires aux études d’architecture de l’école privée de Lazaridis et Kakouris, et partit pour Paris en 1945 en tant que boursier. Il étudia l’architecture à l’École des beaux-arts, dans l’atelier d’Othello Zavaroni. Après son retour en Grèce en 1955, il collabora avec son ami et camarade de classe Zenetos. Une décennie durant, ils dessinèrent ensemble toute une série de bâtiments importants. Par la suite, il exerça l’architecture tout seul. Il fut l’architecte de la tombe d’Octave Merlier, au premier cimetière d’Athènes, sépulture qu’il entretint jusqu’à la fin de sa vie, en 2005.

27Charilaos Antoniadis, né en 1922, commença ses études d’architecture à Polytechnique en 1939 et obtint son diplôme en janvier 1945. En janvier 1943, il travaillait déjà pour le bureau d’études en urbanisme du ministère que dirigeait Konstantinos Doxiadis. En 1945, lors de son arrivée à Paris, il commença immédiatement des études. Il effectua un an de stage à l’École des beaux-arts, obtint un diplôme de l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris en 1949 et un doctorat à la Sorbonne, la même année. Parallèlement à cela, il travailla dans l’agence de Le Corbusier en 1946-1947 à la préparation d’études d’urbanisme, principalement pour La Rochelle-Pallice. En mars 1951, s’étant marié à Paris à une gréco-américaine, il s’installa à New York où il poursuivit ses études et il obtint un doctorat à la Columbia University en 1955. En parallèle, il commença sa carrière d’enseignant et, en l’espace de quelques années, devint professeur et président du département d’urbanisme de l’École d’architecture de Columbia. Comme il l’écrit avec fierté dans une longue lettre qu’il a eu la gentillesse de m’envoyer de Californie, il devint ainsi le premier professeur grec de l’histoire de la Columbia. C’est également en grande partie grâce à lui que Le Corbusier fut invité par la Columbia en 1961 et se vit remettre les insignes de Docteur honoris causa. Durant tout ce temps, Antoniadis collabora avec de grandes agences telles que Skidmore, Owings and Merill, de grands organismes publics et des collectivités. En 1971-1972, il devint vice-président de l’agence de Doxiadis à Washington et, la même année, changea de côte, quittant New York pour la Californie. Il fut ensuite professeur et président de l’École d’urbanisme et de l’École d’architecture à la California State Polytechnic University, à Pomona, qui comptait alors parmi les plus importantes d’Amérique. Il affirme également avoir réalisé 80 études d’urbanisme aux États-Unis, au Canada et en Jordanie. Il reçut de nombreuses distinctions universitaires, donna des conférences à travers le monde entier, y compris à Moscou. Sur la scène internationale, il se fait connaître sous le nom de Harry Anthony. C’est de ce nom qu’il signa les livres et articles qu’il rédigea sur les conceptions urbanistiques de Le Corbusier, sur le défi que représente la construction des bidonvilles par leurs habitants eux-mêmes, en Amérique latine − un sujet qui a également beaucoup préoccupé Candilis ; sur les nouvelles cités administratives, comme La Défense, à Paris, et d’autres. Il s’installa de manière permanente à La Jolla, San Diego, et ses archives ont été remises à la University of California San Diego où il termina sa carrière d’enseignant. Antoniadis est décédé le 26 février 2018.

28Kostas Manouilidis est né en 1922. Il fut l’un des seuls à avoir reçu une éducation anglophone durant l’entre-deux-guerres, puisqu’il termina le lycée américain. Il entama des études d’architecture à Athènes, mais lorsqu’il eut l’occasion de recevoir une bourse pour étudier à Paris, il les abandonna et recommença son apprentissage depuis le début, dans l’atelier de Leconte et Pontremoli. Il termina ses études avec un projet impressionnant autour d’un café bar à la plage de Glyfada. De retour à Athènes, il collabora avec son oncle, Panaïs Manouilidis, également architecte de formation française, et devint l’architecte de la Banque de Crédit, poste qu’il conservera jusqu’à la fin de sa carrière, contribuant largement à l’image moderne de la banque dans les années 1960, 1970 et 1980, lorsqu’elle devint Alpha Bank. C’est l’époque où les agences de la banque étaient décorées d’œuvres d’art originales, réalisées, entre autres, par des artistes grecs de Paris, comme Kostas Coulentianos (qui était sur le Mataroa) et Iason Molfessis.

29Nikos Hatzimichalis (1923-1986), fils d’Angeliki Hatzimichali, était d’éducation française et allemande, mais se tourna finalement vers la France, probablement en raison de l’activité de son père sous l’Occupation. Préparé aux études d’architecture par les cours de Lazaridis, Kakouris et des autres architectes des Beaux-Arts, c’est presque naturellement qu’il intégra l’école parisienne dans l’atelier d’Othello Zavaroni, en même temps qu’Apostolidis et Zenetos, dont il était très proche. Ses études furent visiblement brillantes, puisqu’il fut récompensé par le prix du meilleur projet de fin d’études de sa promotion et ses camarades français l’appelaient « le dernier des Grecs ». Rentré en Grèce, il développa une riche activité architecturale, réalisant une constante connexion entre vocabulaire moderne et éléments de la grécité et du lieu, gardant ses distances avec les expressions avant-gardistes. Parmi ses œuvres, on connaît bien la maison de Patrick Leigh Fermor, à Kardamili, qui a été largement médiatisée ces dernières années.

  • 18 Voir Orestis Doumanis (dir.), Τάκης Ζενέτος 1926-1977 [Takis Zenetos 1926-1977], Athènes, Architect (...)
  • 19 O. Doumanis, Τάκης Ζενέτος [Takis Zenetos…], op. cit., p. 5.

30Né à Athènes en 1926, Takis Zenetos passa lui aussi par la classe préparatoire aux études d’architecture de Lazaridis et Kakouris et il partit pour Paris en 1945 en tant que boursier18. Il étudia l’architecture à l’École des beaux-arts, dans l’atelier d’Othello Zavaroni et présenta un mémoire en 1953 sur le thème « Micropolis − Unité d’habitation autonome ». De retour en Grèce en 1955, il collabora avec son ami et camarade de classe Margaritis Apostolidis, avec lequel il dessina de nombreux bâtiments d’importance durant une décennie. Il poursuivit ensuite sa carrière seul, consacrant une grande partie de son temps à des approches visionnaires de l’urbanisme électronique, approches reflétant des influences de l’avant-garde française de l’époque. Zenetos, qui se donna la mort en 1977, est considéré comme l’un des architectes grecs les plus importants du xxe siècle et continue aujourd’hui encore d’influencer une nouvelle génération d’architectes. Dans l’ouvrage publié en son hommage en 1978, le texte introductif fut rédigé par deux passagers du Mataroa, Aristomenis Provelengios et Nikos Hatzimichalis : « Nous qui le connaissons, nous à qui il a toujours confié, avec tant de joie et de bonté, ses espoirs et ses déceptions, mais aussi sa persévérance, il faut que nous vous disions combien il s’est battu, pendant des années, jusqu’à la fin, avec désintéressement et conscience19 ».

  • 20 N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 53.

31En dehors de ces architectes, je souhaite également évoquer Konstantinos Andreou, Nikos Hatzidakis et Iannis Xenakis, qui s’installèrent à Paris avec une bourse, les deux premiers après avoir voyagé à bord du Mataroa, et qui développèrent une importante activité liée à l’architecture, soutenant l’œuvre architecturale de Le Corbusier. Konstantinos Andreou, était peintre et sculpteur. Dans le cadre de sa collaboration avec Le Corbusier, il travailla sur des maquettes architecturales et sculpta les fameuses figures du Modulor, réalisant en particulier la silhouette humaine qui fut apposée sur le béton encore frais de l’unité d’habitation à Marseille. Nikos Hatzidakis (1920-2004) fit des études de génie civil à l’École polytechnique entre 1937 et 1942. À partir de 1946, il collabora avec Le Corbusier, en tant qu’ingénieur civil, sur le projet de l’unité d’habitation, mais également comme ingénieur principal de l’ATBAT (Atelier des bâtisseurs) et au sein d’autres collectifs d’ingénieurs. Iannis Xenakis (1922-2001) fit également des études de génie civil à Polytechnique et fut amené à travailler en étroite collaboration avec Le Corbusier, collaboration qui dura jusqu’à 1959 et contribua de manière décisive à la mise en forme mathématique de son architecture d’après-guerre. Nous le connaissons naturellement mieux pour son œuvre musicale. Nelly Andrikopoulou évoque Xenakis, précisant toutefois qu’il ne voyagea pas à bord du Mataroa, en raison d’une blessure à l’œil, et qu’il arriva à Paris ultérieurement20. Même s’ils n’étaient pas architectes, ils se distinguèrent tous les trois en collaborant à des œuvres architecturales majeures de leur temps, en particulier au sein de l’agence de Le Corbusier.

32M’appuyant sur ce que nous avons vu jusqu’à présent de l’activité de la plupart des architectes après leur voyage à Paris, je vais essayer de formuler une série d’observations interprétatives. Dans une large mesure, les architectes rentrèrent en Grèce au milieu des années 1950, y compris Provelengios. Quant à Candilis et Xenakis, pour qui le retour n’eut réellement lieu qu’à la fin de la dictature, il n’est pas certain qu’ils n’auraient pas pu rentrer au même moment que les autres s’ils n’avaient pas été retenus en France par une activité si intense, d’une ampleur et d’une envergure sans commune mesure avec les réalités grecques. Charilaos Antoniadis partit pour les États-Unis et s’y installa définitivement, et Thanos Gatos vécut dans les pays de l’Est, mais rentra à Athènes en 1966. En avril 1967, il regagna cependant Paris, avec Provelengios, pour des raisons politiques évidentes. Ils rentrèrent tous les deux en Grèce définitivement après la dictature.

33L’activité politique engagée à gauche était limitée dans le cercle des architectes du Mataroa, malgré les liens que beaucoup d’entre eux avaient entretenu avec la Résistance durant l’Occupation et leur adhésion, active ou non, au communisme. Le seul qui associa immédiatement son activité aux idéaux communistes fut Gatos, qui passa de Paris à Budapest et à Berlin-Est, participa à la construction du siège du parti communiste à Paris et à la reconstruction d’Alger.

34Pour revenir aux caractéristiques architecturales, je distinguerai trois tendances les réunissant et les répartissant en groupes.

35Il y a ceux qui, en arrivant à Paris, se précipitèrent pour trouver du travail dans l’agence de Le Corbusier, ne serait-ce qu’un stage sans rétribution. L’aura de Le Corbusier était bien établie en Grèce et il la renforça par sa présence au IVe CIAM (congrès international d’architecture moderne), dans la cour de l’École d’architecture d’Athènes en 1933. Candilis, Provelengios, Antoniadis, Hatzopoulos, Andreou, Hatzidakis et Xenakis se retrouvèrent à l’agence, y travaillant durant deux ans, pour certains, ou beaucoup plus longtemps, pour d’autres.

36Le deuxième trait caractéristique est la manifestation d’un certain intérêt pour l’urbanisme. Ils furent un certain nombre à étudier à l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris : Antoniadis, Hatzopoulos, Provelengios et, selon toute vraisemblance, Kriezis. Ils poursuivirent tous les quatre dans cette voie, constituant une équipe d’urbanistes bien formés. Deux d’entre eux devinrent d’importants professeurs, tandis que Hatzopoulos pratiqua réellement l’urbanisme à grande échelle. Il convient ici de noter l’importance de l’influence que Konstantinos Doxiadis exerça sur Antoniadis, Hatzopoulos et Gatos, qui collaborèrent avec lui, plus ou moins longtemps, et sur de plus ou moins nombreux projets.

37Un troisième groupe réunit ceux qui, ayant étudié l’architecture à l’École des beaux-arts de Paris, se distinguaient de ceux qui avaient effectué leurs études à Athènes. La distance qui les séparait devint rapidement flagrante aux yeux de tous. La formation technique et le dessin austère, inexpressif et rationnel enseigné par Despotopoulos à Athènes étaient incompatibles avec les aquarelles vibrantes et les lavis ou les dessins incroyablement artistiques des étudiants des Beaux-Arts. Comme me l’a dit Nassos Hatzopoulos, en se rendant aux Beaux-Arts avec Candilis pour une formation d’un an, ils se retrouvèrent à l’écart à cause de leur dessin et de leur méthode de composition. Candilis fut le premier à abandonner, puisqu’il était déjà assistant de Despotopoulos à Athènes et que la situation lui était insupportable. C’est également la raison qui poussa les architectes grecs à intégrer l’agence de Le Corbusier, une agence aux origines suisses, qui divergeait consciemment des styles et du parti des études françaises. Cette grande distance séparant les deux approches s’incarne parfaitement dans l’évolution que connurent, dans les années qui suivirent, Georges Candilis, d’une part, dans une approche stratégique et structurelle, et Takis Zenetos, d’autre part, avec son expression architecturale explosive mais à la sensibilité artistique.

38Il ne faut pas non plus oublier la tendance à un certain académisme conservateur que cultivèrent Perret, Lavedan et Gromort chez leurs élèves grecs, tendance que l’on observe chez Lygizos et Kriezis, dans une opposition formelle à la tradition architecturale de Le Corbusier.

39En tout état de cause, l’initiative que prit le gouvernement français d’offrir des bourses à des étudiants Grecs triés sur le volet, dans une période cruciale de redémarrage après les dures années de la guerre, porta, dans le domaine de l’architecture, des fruits qui profitèrent aux deux pays. J’oserai même affirmer que cette expédition constitua une injection de forces vives en France − c’est particulièrement vrai de ceux qui hésitèrent à rentrer en Grèce, durant la guerre civile ou plus tard, et choisirent de prolonger leur séjour −, délivrant dynamisme et créativité en France et dans le monde entier.

Notes

1 La liste des boursiers a été publiée dans le livre de Nelly Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα, 1945. Στον καθρέφτη της µνήµης [Le voyage du Mataroa, 1945. Au miroir de la mémoire], Athènes, Hestia, 2007, p. 42-53.

2 Je souhaite remercier chaleureusement Charilaos Antoniadis et Nassos Hatzopoulos, qui m’ont ouvert leurs archives et leur mémoire, et Nikitas Hatzimichalis et Eleni Manouilidi qui m’ont confié des informations et documents relatifs à la vie de leurs parents. Je dois mes informations sur Gatos à notre étroit lien de parenté, qui m’a aussi conduit, de manière inattendue et hors de tout contexte de recherche, à avoir des conversations avec Provelengios et Candilis.

3 Une lettre adressée par P. Tzelepis à O. Merlier figure en annexe II de cet ouvrage. Le « chef » de l’expédition y raconte le voyage qui mena les étudiants d’Athènes à Paris.

4 Il existe pour certains une bibliographie spécifique que je citerai au cas par cas. Mais j’ai utilisé, pour tous, les données biographiques contenues dans l’ouvrage Τεχνική Επετηρίς της Ελλάδος [Annuaire technique de Grèce], Athènes, TEE, 1934, et dans le « Βιογραφικόν λεξικόν Ελλήνων Τεχνικών συνδροµητών της ‘Αρχιτεκτονικής’ » [Dictionnaire biographique des techniciens abonnés à « Architektoniki »], publié en 1960 dans les numéros 20-24 de la revue Αρχιτεκτονική [Architektoniki].

5 Cf. Eleni Fessa-Emmanouil, Emmanouil V. Marmaras, 12 Έλληνες αρχιτέκτονες του Μεσοπολέµου [12 architectes grecs de l’entre-deux-guerres], Heraklion, Panepistimiakes Ekdoseis Kritis, 2005, p. 110-139 ; Société grecque d’architecture, Eleni Fessa-Emmanouil (dir.), Αρχιτέκτονες του 20ού αιώνα, µέλη της εταιρείας [Architectes du xxe siècle membres de la Société], Athènes, Potamos, 2009, p. 92-105.

6 N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 64-65.

7 Voir Nikos Th. Holevas, « Το έργο του Π.Ν. Τζελέπη » [L’œuvre de P. N. Tzelepis], Άνθρωπος + Χώρος 1, 1997.

8 Panos Djelepy, « Les maisons de l’archipel grec observées du point de vue de l’architecture moderne », Cahiers d’art 1-4, 1934, p. 93-98.

9 Villages d’enfants, Paris, Albert Morancé, ca 1948, et L’architecture populaire en Grèce, Paris, Albert Morancé, 1952.

10 Voir Société grecque d’architecture, Αρχιτέκτονες του 20ού αιώνα [Architectes du xxsiècle…], op. cit., p. 262-267.

11 Voir Maro Kardamitsi-Adami, « Είναι µοντέρνος ο Γιάννης Λυγίζος; » [Iannis Lygizos est-il moderne ?], in A. P. Rodi, P. Tournikiotis (dir.), Εκδοχές του µοντέρνου στην Αθήνα του Μεσοπολέµου [Aspects du moderne dans l’Athènes de l’entre-deux-guerres], Athènes, Futura, 2010, p. 109-120.

12 Antonios Kriezis, Greek Town Building, Athènes, National Technical University of Athens, 1965.

13 Ibid., p. 10.

14 Ibid., p. 12.

15 Ibid., p. VII-VIII.

16 Voir Georges Candilis, Bâtir la vie, Paris, Stock, 1977.

17 Voir Aristomenis Provelengios, Ο οδοιπόρος προς την πηγή [Le cheminement vers la source], Athènes, Gavriilidis, 1990.

18 Voir Orestis Doumanis (dir.), Τάκης Ζενέτος 1926-1977 [Takis Zenetos 1926-1977], Athènes, Architectonika Themata, 1978, et Eleni Kalafati, Dimitris Papalexopoulos, Τάκης Ζενέτος: Ψηφιακά οράµατα και αρχιτεκτονική [Takis Zenetos : visions numériques et architecture], Athènes, Libro, 2006.

19 O. Doumanis, Τάκης Ζενέτος [Takis Zenetos…], op. cit., p. 5.

20 N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 53.

Auteur

Enseigne la théorie de l’architecture à l’École polytechnique nationale d’Athènes. Il a publié des essais critiques et des livres sur l’architecture et la ville, traitant en particulier de l’époque moderne et contemporaine. Le Corbusier et Athènes capitale constituent deux grands chapitres, toujours ouverts, de son activité récente.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search