Version classiqueVersion mobile

Mataroa 1945 : du mythe à l’histoire

 | 
Servanne Jollivet
, 
Nicolas Manitakis

Trois philosophes engagés : Axelos, Castoriadis, Papaïoannou. De la guerre civile à la critique du marxisme

Servanne Jollivet

Résumé

Cette contribution se focalise sur trois passagers, qui s’illustreront ensuite en France dans le domaine philosophique : Cornelius Castoriadis, Kostas Axelos et Kostas Papaïoannou. Partant de l’entre-deux-guerres, et notamment de la période d’occupation allemande, cet article examine tout d’abord le contexte idéologique et politique qui sous-tend la formation de ces trois jeunes Grecs, ainsi que leur engagement politique de jeunesse durant les années qui précèdent leur arrivée à Paris. L’intérêt de cette étude est de voir en quoi l’œuvre qu’ils développeront par la suite s’enracine dans ce contexte politique spécifiquement grec et dans un engagement précoce qui leur offre une sensibilité, voire une lucidité politique sans équivalent dans le milieu parisien de l’après-guerre. Partant de l’expérience, parfois traumatisante, de la résistance au sortir de la guerre, cette contribution entend ainsi offrir un éclairage singulier, et encore peu connu, sur la genèse de la pensée politique et philosophique qu’ils développeront durant les décennies suivantes.

Texte intégral

  • 1 Konstantinos Vyzantios, « À bord du Mataroa », in L. Catteeuw, Fr. Bordes (éd.), Cahier Kostas Papa (...)
  • 2 Ibid.

1Tout juste un an après les événements sanglants de décembre 1944, quelques mois avant que la Grèce ne s’enlise dans la guerre civile, l’Institut français d’Athènes parvint à affréter un bateau, le Mataroa, pour « sortir du chaos grec1 » et envoyer en France plus d’une centaine de jeunes Grecs triés sur le volet. Cet épisode, que certains ont pu qualifier d’« évènement historique majeur de la Grèce contemporaine2 », constitue une entreprise unique dans l’histoire des transferts dans l’Europe de l’après-guerre. En permettant aux jeunes gens les plus prometteurs de cette génération de rejoindre la France, ce voyage symbolisait ainsi la reprise des relations diplomatiques et académiques entre la France et la Grèce, interrompues depuis la guerre, dont la France allait sortir gagnante, faisant de Paris la première destination des étudiants grecs de cette génération, attrait qui sera renforcé pendant toute la période de la dictature et jusqu’aux années 1980.

  • 3 Nelly Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα, 1945. Στον καθρέφτη της µνήµης [Le voyage du Mataroa, 1 (...)
  • 4 Ibid.

2Si le but officiellement affiché était de contrebalancer l’influence anglo-saxonne en permettant la formation de jeunes Grecs en France pour en faire « les futurs représentants de la culture française en Grèce »3, il s’agissait également pour Octave Merlier, alors directeur de l’Institut français, comme le souligne Nelly Andrikopoulou, « de sauver autant de jeunes gauchistes de qualité qu’il le pouvait et de les éloigner de Grèce4 ». Certes les boursiers n’étaient pas tous, loin de là, politisés – environ une trentaine était véritablement politiquement engagée. Il n’est néanmoins pas exagéré de parler ici d’une véritable « opération de sauvetage » visant à permettre à de jeunes Grecs alors poursuivis et parfois physiquement menacés, de quitter le pays. Les arrestations en masse qui s’ensuivirent, dès 1947, les persécutions, exécutions quasi-systématiques des cadres du Front de libération nationale (EAM) par les groupes d’extrême-droite, les emprisonnements et déportations dans les îles puis, à l’issue du conflit, pour certains, l’exil forcé en Europe de l’Est laissent en effet rétrospectivement penser que ce voyage a permis à plus d’une centaine de jeunes Grecs d’échapper aux conditions particulièrement tragiques qui ont marqué l’histoire grecque dans l’après-guerre. Qu’ils aient été ou non engagés politiquement, l’opportunité était ainsi donnée à ces jeunes gens profondément nourris de culture française de poursuivre des études dans un climat d’émulation et d’effervescence sans commune mesure, de se nourrir aux sources intellectuelles et artistiques qui leur servaient alors de modèles et, plus largement, d’étancher une soif de liberté dont ils avaient été jusque-là privés.

  • 5 Fonds Kostas Axelos, École normale supérieure, bibliothèque Ulm-LSH, source, 28.05.1952.

3Activement engagés pendant la résistance, puis dans les groupes estudiantins affiliés à l’EAM, au Front de libération sous l’Occupation, Axelos, Papaïoannou comme Castoriadis font eux-mêmes partie des militants les plus actifs qui s’embarquèrent sur ce bateau. Arrêté en 1944, à dix-neuf ans, par la police de sécurité, Kostas Papaïoannou est emprisonné pendant plusieurs mois et violemment torturé. Axelos, qui réchappe de peu au bombardement du siège de la Jeunesse communiste à Athènes, est arrêté en décembre 1944 et envoyé au camp de Xasani (Hellinikon), condamné à quinze ans d’emprisonnement, mais parvient néanmoins à s’évader, s’échappant de nuit, avec une dizaine de camarades. Il sera par la suite condamné à mort pour activités « criminelles » le 28 mai 19525. Castoriadis, qui a lui-même rejoint un groupuscule trotskiste dissident, a échappé de justesse à deux tentatives d’assassinat et est pourchassé par l’extrême-droite, mais également par la branche armée du Parti. Le départ pour la France s’offre alors dans ce contexte, et pour tous trois, comme une issue, pour ne pas dire une échappatoire inespérée.

4Malgré les rumeurs qui ont circulé après coup – faisant état de règlements de compte sur le bateau, voire justifiant la présence d’Axelos pour « liquider » Castoriadis, force est de constater la proximité des trois jeunes philosophes pendant les premières années en France. Avec Mimika Cranaki, ils constituent un groupe à part, le groupe « des philosophes », liés par une proximité, intellectuelle et humaine, indiscutable, renforcée par les premières années d’exil – qui les amène à passer leurs trois premiers étés ensemble, en Corse, avant que les divergences de fond, politiques et théoriques, ne les séparent progressivement. Si des désaccords de fond sur le plan politique les séparent d’emblée, il semble néanmoins qu’il soit possible de mettre en regard leur expérience respective du militantisme en Grèce, leur formation initiale au marxisme, ainsi que leurs préoccupations idéologiques et politiques initiales. L’idée est ici de voir en quoi cet engagement de jeunesse a pu nourrir en profondeur leur pensée et œuvre respective, notamment à travers la critique du marxisme et du stalinisme soviétique qu’ils développent à leur arrivée à Paris. S’il n’est aucunement question ici de comparer ou de lisser les divergences de fond, force est de constater que l’engagement précoce pendant ces années sous l’Occupation et pendant les premières secousses de la guerre civile ont profondément marqué leur œuvre respective.

Les années de militantisme en Grèce et la formation au marxisme

5Si le conservatisme dominait alors l’université, notamment la faculté de droit où tous trois sont inscrits dès 1943, les trois jeunes philosophes étaient quant à eux profondément nourris par la pensée marxiste, non seulement sur le plan politique, mais également philosophique. Revenant sur son parcours, Castoriadis le souligne lui-même :

  • 6 Cornelius Castoriadis, « An interview », Radical Philosophy 56, automne 1990, p. 35.

C’est ainsi que je vins à la politique, et à la philosophie, à travers les publications communistes en Grèce, dans les années 1935, ce qui m’a immédiatement amené, et très vite, à lire l’œuvre de Marx. Ce qui m’attirait alors dans le marxisme, tel que je le comprenais à cette époque, était un sentiment très fort face à l’absurdité et l’injustice6.

  • 7 La revue Αρχεία του Μαρξισµού [Archives du marxisme] paraît en 1923, sous la direction de loannis T (...)
  • 8 La revue Αρχείο Φιλοσοφίας και Θεωρίας των Επιστηµών [Archives de Philosophie et de théorie des sci (...)
  • 9 Sont ainsi notamment traduits en grec La Guerre civile en France et Misère de la philosophie de Mar (...)

6Malgré la censure et les persécutions systématiques sous Metaxas, le Parti communiste grec (KKE) étant interdit dès 1936, le courant marxiste était alors très actif en Grèce. L’une des principales sources était Les Archives du marxisme (Arxeion tou Marxismou)7, revue créée en 1923, qui joua un rôle absolument décisif pour la diffusion des idées et théories marxistes durant l’entre-deux-guerres. Cette revue, qui entrait alors en concurrence directe avec la revue néokantienne les Archives de philosophie et de théorie des sciences8, explicitement créée pour faire pendant à l’offensive marxiste, offrait la traduction des principaux textes théoriques (Marx, Engels, Lénine, Kautsky, Trotsky, mais également Feuerbach)9. La ligne éditoriale restait néanmoins strictement orthodoxe, excluant toute approche critique, telles celles de Korsch, Gramsci ou encore de Lukács. L’accès direct aux textes, favorisé par une bonne connaissance de l’allemand, leur permettait néanmoins une certaine distance critique quant à la version simplifiée du marxisme qui servait alors de base théorique aux militants, comme l’attestent déjà leurs tout premiers textes, publiés en ces années dans diverses revues estudiantines.

  • 10 Christos Memos, « For Marxism and Marx: An Interview with Kostas Axelos », Thesis Eleven 98, 2009, (...)
  • 11 Voir notamment Elli Pappa, Μαρτυρίες µιας διαδροµής [Témoignages d’un parcours], Athènes, Musée Ben (...)

7S’ils ont en commun une certaine expérience dans la résistance, les divergences politiques sont néanmoins d’emblée très nettes. De tous, Kostas Axelos est sans conteste le plus « orthodoxe », pour ainsi dire pur produit du Parti. Jusqu’en 1945, il défend farouchement la ligne rigoureuse et stricte du marxisme officiel, léniniste et staliniste. En 1941, alors âgé de dix-sept ans, il rejoint le mouvement pour la jeunesse communiste, dont il devient, selon ses termes, l’un des principaux « théoriciens et leaders »10. Il s’engage alors activement, pendant quatre ans, dans le KKE, devient lui-même rédacteur en chef d’un journal étudiant intitulé La flamme (Floga) et édite également une revue La voix estudiantine (Fititiki phoni). Il participe activement à la formation théorique des membres du Parti et organise en 1945 avec Elli Pappa un séminaire sur la pensée de Marx11.

  • 12 Voir François Bordes, « Le rire de Kostas Papaïoannou », in Cahier Kostas Papaїoannou, op. cit., p. (...)
  • 13 Voir notamment Kostas Papaïoannou, « Νευραλγικά προβλήµατα του παγκόσµιου ιµπεριαλισµού στην Άπω Αν (...)

8Camarade d’Axelos au Varvakeio, Kostas Papaïoannou est plus modéré, marqué par une approche non dogmatique du marxisme, et très tôt initié à l’idée d’un socialisme « ouvert » qui l’empêche de souscrire à l’idéologie marxiste-léniniste la plus orthodoxe. Son père, Stratos Papaïoannou, professeur à la faculté d’économie du Pirée, puis doyen de l’université, est lui-même très engagé politiquement et dirige pendant l’Occupation un petit parti, l’ELD (Union de démocratie populaire), branche de l’EAM, et une revue d’obédience socialiste à laquelle son fils collabore ponctuellement12. Sous un nom d’emprunt – Alexis Pilios –, il publie également régulièrement dans la Revue socialiste (Socialistiki Epitheorisi), éditée dès 1933 par Richard Someritis. L’influence d’Aggelos Aggelopoulos, membre de l’Union socialiste grecque (Elleniki socialistiki Enosi) qui enseigne alors à la faculté de droit, est également décisive. Le refus de réduire le projet socialiste au marxisme, la référence constante aux idées de Korsch, Luxembourg, Jaurès et Kautsky, l’importance de la question agraire et celle du rôle joué par l’état dans une société socialiste : il est indéniable que toutes ces réflexions ont préparé le terrain à ses propres analyses lorsqu’il entreprendra d’interpréter, une fois en France, la nature totalitaire du régime soviétique. Bien après son arrivée en France, Papaïoannou continue par ailleurs de publier en grec, jusqu’au début des années 1960, notamment dans le journal d’Aggelopoulos, La nouvelle économie (Nea Oikonomia), ainsi que dans la revue de Someritis13.

9Quant à Castoriadis, qui s’engage également, à quinze ans, dans les Jeunesses communistes, il prend très vite ses distances avec la ligne par trop rigide du KKE, et rejoint un groupuscule trotskiste. Dans un entretien, il revient sur ce parcours :

  • 14 C. Castoriadis, « An interview », art. cit., p. 35.

À cette époque, en 1935, à la veille de la dictature de Metaxas, qui dura tout au long de la guerre et durant l’Occupation, j’étais dans la dernière classe du lycée et ai rejoint les Jeunesses communistes. La cellule dont je dépendais s’est dissoute parce que tous mes camarades avaient été arrêtés. J’ai eu la grande chance de ne pas être arrêté. J’ai repris mon activité politique dès le début de l’Occupation. D’abord avec quelques camarades, à travers ce qui me semble maintenant être une tentative absurde pour changer la politique du Parti communiste. Puis j’ai découvert que c’était juste une pure illusion. J’ai alors adhéré à celle des Trotskistes, avec lesquels j’ai travaillé sous l’Occupation14.

  • 15 Voir notamment Cornelius Castoriadis, « Spiros Stinas », Anti 395, 24.02.1989, repris dans Quelle d (...)

10Dès 1943, il rejoint ainsi le groupe trotskiste d’Agi Stinas, figure proéminente du mouvement communiste. « Combattant modèle », « sans tabou politique », dont l’influence s’avérera décisive pour Castoriadis, qui puisera dans ses réflexions l’impulsion première qui nourrira sa propre critique du régime, notamment de la bureaucratie soviétique15. Malgré leur tendance au sectarisme et une position assurément marginale sur l’échiquier politique, Castoriadis s’engage activement, jusqu’à son départ, aux côtés des trotskistes, alors menacés de tout bord : par la police de sécurité, les milices d’extrême-droite à la solde du gouvernement, mais également, en première ligne, par les staliniens eux-mêmes.

Le rôle et l’engagement de l’Institut français d’Athènes

11Dans le contexte idéologique et politique exacerbé des années d’Occupation et d’après-guerre, il convient de rappeler le rôle joué par l’Institut français d’Athènes, véritable lieu de rencontre et de formation pour beaucoup de jeunes gens issus de la moyenne et haute bourgeoisie, nourris à la culture française et, pour certains, totalement francophones. L’engagement politique et personnel des personnalités alors en charge de l’institut joue assurément un rôle de premier plan dans l’initiative et l’organisation de ce voyage, notamment la ténacité et le talent diplomatique de son directeur, depuis 1935, Octave Merlier. Homme foncièrement engagé, résistant et correspondant du réseau gaulliste à Athènes, sympathisant du Front de libération grec (EAM), il avait été lui-même rappelé en France sous le régime de Vichy, et assigné à résidence dans le Cantal.

  • 16 Voir Lambros Flitouris, « L’institut français d’Athènes pendant la seconde guerre mondiale », in Gu (...)
  • 17 Roger Milliex, À l’école du peuple grec. 1940-44, Moulins-sur-Allier, Les Éditions du Beffroi, 1946 (...)

12Entre 1944 et juin 1945, la direction de l’institut est assumée par son sous-directeur, Roger Milliex, chrétien progressiste proche de la mouvance d’Esprit, qui joue lui-même un rôle nodal pendant l’Occupation, contribuant à faire de l’institut un véritable pôle de résistance intellectuelle pour les jeunes résistants, mais également en hébergeant clandestinement dans ses sous-sols des réfugiés, des activistes politiques et un certain nombre de juifs, qui parviendront ainsi à échapper à la déportation16. En plein quartier allemand et sous haute surveillance du ministère mais également de l’ambassade, l’Institut français connaissait alors un vif essor, à Athènes, ainsi qu’en périphérie, ce qui constituait non seulement « un succès miraculeux mais également un véritable plébiscite pour la culture française17 ». Extrêmement actif dans le mouvement de résistance, Roger Milliex favorise également l’hébergement des volontaires français prêts à s’engager dans l’EAM, soit une trentaine de personnes, ce qui lui vaudra d’être accusé d’espionnage par les autorités grecques et mis à l’index par l’ambassade. Jugé « imprudent », il ne tarde à être écarté et mis en disponibilité dès l’été 1945, quelques mois après le retour d’Octave Merlier à Athènes.

13En 1945, la situation est pourtant encore favorable à un rapprochement avec la France que Merlier va mettre à profit à travers le projet de cette expédition, préparée dès l’été 1945 et qui n’aura lieu, in extremis, qu’en décembre de la même année. Pour contrer l’influence anglaise et américaine, notamment le British Council qui met à disposition près de 150 bourses d’études au sortir de la guerre, l’ambassade française décide, à l’initiative de Merlier, de réactiver son système d’attribution de bourses suspendu depuis 1939 et d’allouer rétroactivement les bourses non attribuées pendant l’Occupation, soit une soixantaine au total, qui sera partagée et octroyées aux jeunes candidats au voyage. Après les accords de Varkiza, en février, la situation s’est quelque peu apaisée et marque une trêve dans les affrontements. Du côté grec, les réactions ne se firent pas attendre. Dès l’année suivante, la presse grecque de droite, nationaliste et royaliste, mit en œuvre une vaste campagne mettant en cause l’Institut français, accusé de prendre parti pour l’EAM et de torpiller les intérêts nationaux.

L’arrivée en France : trois critiques du marxisme

  • 18 Procès-verbal de la commission des bourses, Athènes, 5 novembre 1945, AMAE, Relations culturelles E (...)
  • 19 AGCP/1947/C/4, Attaché militaire de l’ambassade, no 161, 29 août 1947.

14Sur le sol français la conjoncture politique était également nettement favorable en 1945, grâce à la présence de ministres communistes dans le gouvernement, avant que le parti communiste ne rejoigne l’opposition en mai 1947. Par le biais de son bureau politique basé à Paris, le Parti communiste grec (KKE) – qui comptait alors une quarantaine de membres actifs – pensait alors pouvoir encadrer les étudiants communistes à leur arrivée en France. Avant même leur départ, il avait néanmoins été imposé aux boursiers de s’engager, par une déclaration sur l’honneur, à « s’abstenir en France de toute activité politique et [à se] tenir à l’écart de toute manifestation dans laquelle l’intérêt de la Grèce pourrait être mis en cause18 ». Si la plupart respectèrent cet engagement, certains, même en marge du parti, poursuivirent leur engagement militant, se rapprochant d’organisations locales telles que l’Union des étudiants grecs de Paris. Dès 1947, une « liste noire » avait par ailleurs été établie par l’attaché militaire de l’ambassade grecque, où figuraient 37 étudiants, la plupart d’obédience communiste, dont 16 boursiers, parmi lesquels les trois philosophes, mais également, pour les plus connus, Manos Zacharias, Kostas Vasalmis, Nikos Svoronos ou encore Memos Makris19.

  • 20 ΑΣΚΙ, Archives ΚΚΕ, dossier 189, Φ 8/13/51, 11 juin 1948, services secrets de Paris 1947-1950.
  • 21 N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα, 1945... [Le voyage du Mataroa, 1945...], op. cit., p. 143.
  • 22 En 1949, comme beaucoup, Manos Zacharias se réfugie à Tachkent, en Ouzbékistan soviétique, puis rej (...)

15En France, à leur arrivée, les moyens de pression passaient en effet par l’ambassade et les services diplomatiques grecs. Appelés à rejoindre l’armée nationale, dont l’enrôlement forcé est déclaré dès 1947, ceux qui refusaient de rentrer s’exposaient à des poursuites et de nouvelles difficultés, qui pouvaient aller de l’impossibilité de renouveler leur passeport au retrait pur et simple de la nationalité. Condamnés pour désobéissance dès juin 1947 sous prétexte qu’ils étaient « liés à l’EAM/ELAS, au mouvement de décembre contre la Grèce et son régime », un ordre d’arrestation est ainsi émis contre Castoriadis en 1952 et, la même année, Axelos est condamné à mort par contumace. La plupart d’entre eux sont ainsi privés de leur nationalité, ce qui les empêchera de rentrer en Grèce, même après la guerre civile. C’est également le cas de Nikos Svoronos ou encore de Iannis Xenakis. De fait, l’arrivée à Paris marque également, même pour les plus engagés d’entre eux, une rupture avec le Parti dont ils ne tardent à être exclus20. Comme en témoignent les courriers officiels de la cellule parisienne, sur les 25 étudiants affiliés au Parti, seuls trois étudiants, dont Memos Makris et Nikos Svoronos restèrent officiellement liés au bureau parisien21. Rapidement contraint de quitter la France, en 1950, Memos Makris trouvera refuge en Hongrie, où il deviendra l’un des sculpteurs officiels du régime. Le cinéaste et documentariste Manos Zacharias est également le seul à rejoindre, en 1948, après tout un périple par la Bulgarie, l’armée démocratique (Demokratikos Stratos Ellados), alors sur le front de Macédoine et combattra dans le maquis jusqu’à la fin de la guerre22.

  • 23 Marx penseur de la technique (1959) et Héraclite et la philosophie (1959).
  • 24 L’influence de Weber est très nette sur Castoriadis, qui s’appuie sur ses thèses sur la bureaucrati (...)

16Pour les jeunes Grecs qui choisirent de rester en France, toutes les conditions étaient néanmoins réunies pour faciliter à la fois leur installation et leur offrir des possibilités de carrière, alors inexistantes en Grèce. Ayant lui-même rompu avec le Parti, Axelos s’engage dans un travail de thèse, qu’il soutiendra en 1959. Après un séjour à l’université de Bâle en 1948-1949, il est ensuite directement recruté au CNRS de 1950 à 1957, puis à l’École pratique des hautes études de 1957-1959, période pendant laquelle il se consacrera à ses deux thèses de doctorat, sur Héraclite et Marx23. Il enseigne ensuite à la Sorbonne et à Censier de 1962 à 1973, avant de se consacrer exclusivement à l’écriture et au travail éditorial. Kostas Papaïoannou suivra un destin parallèle, même s’il parvient dans un premier temps à maintenir ses activités en Grèce. Entré au CNRS en 1963, il sera ensuite chargé d’enseignement à l’École des hautes études en sciences sociales, que Castoriadis rejoindra également en 1980. Ne se destinant initialement pas à une carrière universitaire, ce dernier abandonne très rapidement la thèse consacrée à Max Weber24 qu’il envisageait de faire à la Sorbonne et est recruté à l’OCDE comme économiste en 1948, poste qu’il occupera jusqu’à sa démission en 1970.

17À travers l’expérience directe qu’ils avaient du Parti communiste grec et de ses difficultés à s’autonomiser face à la mainmise soviétique, les trois Grecs étaient assurément déjà lestés, dès leur arrivée France, d’une conscience et compréhension aiguë des pressions exercées par l’URSS. Si elle en était nourrie, cette génération avait ainsi très tôt démystifié l’idéologie officielle, mais n’entendait pas pour autant renoncer à l’héritage marxiste et à son potentiel libérateur, voire révolutionnaire. La lutte entamée sur le terrain devait à leurs yeux se poursuivre, mais désormais sur le plan théorique. Après avoir fait l’expérience de l’autoritarisme du KKE sur le terrain, c’était l’idéologie officielle qu’il leur fallait déconstruire, à travers une critique non seulement de la rigidité théorique du modèle marxiste, mais des limites mêmes de la pensée de Marx. Il s’agissait alors, en d’autres termes, non seulement de réviser de manière critique le marxisme traditionnel, mais d’en déconstruire les présupposés.

Cornelius Castoriadis (1922-1997) et le groupe de Socialisme ou Barbarie

18À son arrivée à Paris, Castoriadis rejoint tout naturellement le Parti communiste international trotskiste qu’il quitte deux ans plus tard, en 1948, pour fonder, avec Claude Lefort, le groupe et la revue éponyme Socialisme ou Barbarie, dont sera tirée la revue éponyme trois ans plus tard, qu’ils éditent entre 1949 et 1965.

  • 25 Toutes ces contributions, publiées sous pseudonyme, seront ensuite rassemblées dans les trois volum (...)

19Le but affiché de Socialisme ou Barbarie est de s’atteler à une critique radicale de la Russie soviétique, notamment à travers l’analyse du phénomène bureaucratique, pour nourrir un projet d’émancipation et de révolution radicale. Pendant quinze ans, Castoriadis y publie un grand nombre d’articles, qui seront ensuite rassemblés dans les trois volumes de La société bureaucratique25. Dans un premier temps, et au moins jusqu’en 1952, c’est explicitement « au nom des principes du marxisme » qu’il s’attelle à une analyse « sociologique » de la société russe et du phénomène bureaucratique. Selon Castoriadis, la bureaucratie ne peut se réduire à une simple « caste parasitaire née de la dégénérescence du mouvement bolchevique, susceptible d’être ensuite balayée par une révolution politique » : elle constitue bien la nouvelle classe dominante qui détient désormais les moyens de production. Dès lors, la conclusion s’impose d’elle-même : en son essence, rien ne distingue le socialisme du capitalisme, si ce n’est qu’il est « centralisé », de telle sorte qu’il est possible de le considérer comme un « capitalisme bureaucratique » écrit ainsi Castoriadis.

  • 26 Cornelius Castoriadis, « Sur la question de l’URSS et du stalinisme mondial », Bulletin intérieur d (...)
  • 27 Voir Nicolas Poirier, « Quel projet politique contre la domination bureaucratique ? Castoriadis et (...)

20Comme il s’en explique dans un texte daté de 1947, Sur la question de l’URSS et du stalinisme mondial 26, le projet communiste réalisé en Russie ne pouvait qu’être voué à l’échec. Malgré l’apparente radicalité des mesures prises, il n’avait fait que substituer à une domination bourgeoise un nouveau type d’exploitation, centralisé et bureaucratique. Nourri par la critique déjà avancée de Stinas, c’est donc l’idée léniniste d’un parti d’avant-garde qui serait pour ainsi dire détenteur de la vérité du mouvement collectif que Castoriadis, au nom même de l’action révolutionnaire, rejette en bloc. C’est notamment ce qui constituera la source du désaccord ultérieur avec Claude Lefort, et débouchera sur la scission en 1958 au sein du groupe de Socialisme ou Barbarie 27.

  • 28 Entretien avec Guillaume Malaurie, dans La nef des Grecs, INA, 1980.
  • 29 Voir Kostas Axelos, « La guerre civile en Grèce : décembre 1944 », in Arguments d’une Recherche, Pa (...)

21L’interprétation qu’il donne, après coup, de la guerre civile est en droite ligne de cette lecture. Sciemment initié par le Parti, le conflit de décembre opposant l’ELAS et l’armée britannique n’aurait été selon lui qu’une tentative pour s’emparer du pouvoir et instaurer, par un coup d’État, une dictature de type staliniste. C’est ce qui aurait impliqué à terme, après les avoir instrumentalisés, l’élimination systématique des groupuscules trotskistes et d’extrême gauche qui refusaient de se soumettre à la ligne officielle du Parti. Aux yeux de Castoriadis, l’échec de décembre incombait bien au KKE et au caractère totalitaire d’une politique qui n’était finalement pas, en son fond, différente de ce qu’ils combattaient. « L’expérience du PC en Grèce était la vérification expérimentale de ce que Cilliga disait, de ce que Barmine disait, de ce que Souvarine disait. L’appareil totalitaire, vous le voyiez en activité28 ». Dans le seul texte qu’il ait consacré à la guerre civile, texte daté de 1949 et repris dans Argument d’une recherche29, Axelos pose également sans ambiguïté, même s’il le fait de manière rétrospective, la question de la responsabilité du Parti dans le massacre de décembre 1944, mais également du double jeu alors joué par Staline, qui aurait sciemment sacrifié les partisans grecs, alors même que le « partage » des zones d’influence avait déjà été établi. Si cette lecture se veut encore une « analyse marxiste d’un événement marxiste », Axelos entend néanmoins souligner non seulement que l’issue du conflit était pour ainsi dire déjà jouée mais, plus profondément, que l’échec du soulèvement était déjà inscrit en puissance dans les limites mêmes de la pensée marxiste.

22À partir de 1953, qui marque un infléchissement de la ligne éditoriale de Socialisme ou Barbarie, Castoriadis radicalise lui-même cette critique, ou plutôt tente de la fonder en déconstruisant un à un les postulats du marxisme, à commencer par la théorie économique qui le sous-tend. Il s’agit alors, en quelques mots, de « libérer » l’élément dynamique, moteur dans l’histoire, le « potentiel créateur », réduit par Marx à la lutte des classes, qui aurait été objectivé et réduit à « une simple variable » quantifiable. Marx se serait ainsi empêché de penser une action autonome du prolétariat échappant aux lois mécaniques gouvernant l’économie capitaliste. Au final, ce serait la « conception déterministe de l’action révolutionnaire » de Marx – contradiction dans les termes – qui confirmerait l’incapacité du marxisme à penser une véritable libération et émancipation sociale.

  • 30 Cornelius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, 1975.

23D’où la nécessité de faire retour au sens premier du socialisme, non pas comme « appropriation collective » mais, en abolissant la division entre dirigeants et exécutants, comme capacité d’autonomie radicale, autogestion consciente par laquelle les hommes sont susceptibles de « diriger eux-mêmes leur vie ». C’est cette conception de la révolution comme projet de création continu – auto-institution – et de la démocratie comme autogestion et autonomie radicale, qui viendra ensuite nourrir chez Castoriadis une réflexion plus vaste sur l’imaginaire social, qui débouchera en 1975 sur la publication de L’institution imaginaire de la société 30.

24Comme il l’écrit alors en 1964, dans Marxisme et théorie révolutionnaire :

  • 31 Cornelius Castoriadis, Marxisme et théorie révolutionnaire (1964), repris dans L’institution imagin (...)

Le réexamen du marxisme que nous avons entrepris n’a pas lieu dans le vide, nous ne parlons pas en nous situant n’importe où et nulle part. Partis du marxisme révolutionnaire, nous sommes arrivés au point où il fallait choisir entre rester marxistes et révolutionnaires ; entre la fidélité à une doctrine qui n’anime plus depuis longtemps ni une réflexion, ni une action, et la fidélité au projet d’une transformation radicale de la société31.

  • 32 Cornelius Castoriadis, « Pourquoi je ne suis plus marxiste » (1975), in Une société à la dérive, Pa (...)
  • 33 Cornelius Castoriadis, « La dégradation idéologique du Marxisme » (1971), in Éléments d’une critiqu (...)

25Comme il s’en explique dans plusieurs textes, dont Pourquoi je ne suis plus marxiste 32 ou encore La dégradation idéologique du Marxisme 33, c’est progressivement vers le projet socialiste au sens large qu’il va ainsi se tourner, ce qui l’amène progressivement, au-delà de sa critique du marxisme, à orienter ses travaux sur la signification imaginaire du capitalisme.

Kostas Papaïoannou (1925-1981) : le cercle autour de Raymond Aron et la critique du totalitarisme

  • 34 Ces textes ont été rassemblés dans Kostas Papaïoannou, O µαρξισµός σαν ιδεολογία, Κρίση του µαρξισµ (...)
  • 35 Raymond Aron rejoint ainsi dès 1950 l’Entente internationale anticommuniste, dont il devient rapide (...)
  • 36 Voir notamment le cours de Raymond Aron professé à la Sorbonne en 1957-1958, repris dans Démocratie (...)
  • 37 Voir François Bordes, « Exil et création. Des penseurs grecs dans la vie intellectuelle française » (...)
  • 38 De Marx et du marxisme, avec une préface de Raymond Aron, Paris, Gallimard, 1983.

26Des trois philosophes, Kostas Papaïoannou est le seul qui réussit à maintenir des liens étroits avec la Grèce. Pendant les premières années, il continue en effet de collaborer avec la presse grecque et écrit un grand nombre d’articles, dont La crise du marxisme (1954), Le marxisme comme idéologie, Le révisionnisme contre le despotisme (l’autocritique du marxisme) (1960), Fondation du marxisme et naissance du totalitarisme, Le mythe de la dialectique34. Dans les années qui suivent son arrivée à Paris, il est très proche collaborateur de Raymond Aron35, qui mène alors lui-même une réflexion sur les sociétés industrielles, et principalement sur l’URSS, travail qui débouche sur une analyse sociohistorique originale du totalitarisme, que partage alors Papaïoannou36. Son analyse du marxisme s’inscrit également en droite ligne de la lecture critique faite par Aron de la philosophie de l’histoire, et notamment du matérialisme historique, qu’il entend déconstruire en s’inspirant notamment de la conception wéberienne de la science et du concept d’« explication compréhensive », qui coupe court à toute appréhension purement déterministe, causale, et téléologique du devenir historique. C’est seulement plus tardivement, à partir des années 1960 qu’il publie en français, principalement dans les revues Diogène, la Revue française de Science politique, les revues anticommunistes, telles Preuves et Le Contrat social, puis les revues plus libérales Contrepoint et Commentaire 37, contributions qui seront rassemblées par Aron après sa mort, en 1981, dans un volume intitulé Marx et du marxisme 38.

  • 39 Friedrich Engels, Karl Marx, La première critique de l’économie politique. Écrits de 1843-1844, tra (...)
  • 40 Marx et les marxistes, textes choisis et présentés par Kostas Papaïoannou, Paris, Gallimard, 1965.

27La critique du dogme marxiste-léniniste ne contredisait donc pas, dans l’esprit de Papaïoannou, une certaine fidélité au projet initial qui était celui de Marx, présenté dans ses tout premiers textes, L’idéologie allemande, les écrits de 1843-1844 sur l’économie politique ou encore La critique de l’état hégélien39. Désireux de faire retour aux textes eux-mêmes, contre les mésusages et l’instrumentalisation qui en ont ensuite été fait, Papaïoannou publie lui-même en 1965 une anthologie des principaux textes marxistes : Marx et les marxistes40. Venant s’ajouter aux anthologies préexistantes éditées par Henri Lefebvre et Norbert Guterman aux éditions sociales en 1934 et celle de Maximilien Rubel en 1948, le recueil de textes rassemblés par Papaïoannou entendait mettre à l’honneur des textes marxistes et révolutionnaires moins orthodoxes, comme ceux de Rosa Luxembourg, de Fritz Sternberg ou encore de Georg Lukács. Le but y est clairement affiché :

  • 41 Ibid., p. 8.

C’est avant tout l’âme critique et révolutionnaire du marxisme que nous nous sommes attaché à mettre en évidence. C’est pourquoi nous avons accordé la plus grande place à Marx et Engels, sans passer sous silence la littérature qui se rattache au marxisme réformiste après 1918, en insistant sur les perversions du « modèle stalinien » et sur la crise consécutive du communisme41.

  • 42 Kostas Papaïoannou, Hegel et Marx : L’Interminable débat, Paris, éditions Allia, 1999.
  • 43 Kostas Papaïoannou, De la critique du ciel à la critique de la terre, Paris, éditions Allia, 1998.
  • 44 Kostas Papaïoannou, L’Idéologie froide : essai sur le dépérissement du marxisme, 1967, nouvelle éd. (...)

28Dans le même temps, il s’attelle à la traduction des textes de jeunesse de Marx, notamment La critique de l’État hégélien à laquelle il consacre une longue introduction, qui sera rééditée dans Hegel et Marx : L’Interminable débat 42. Il publie également un certain nombre de textes, dont une introduction sous-titrée « l’itinéraire philosophique du jeune Marx », De la critique du ciel à la critique de la terre43, ainsi qu’un pamphlet, paru en 1967 chez Pauvert, intitulé L’Idéologie froide : essai sur le dépérissement du marxisme44. Dans cet essai qu’il qualifie de « brève évocation du dépérissement du marxisme dans ses différentes phases successives », Papaïoannou entend interroger le passage du projet révolutionnaire (marxiste) au durcissement idéologique, tel qu’il aurait ensuite permis de légitimer, sous Staline, un pouvoir de type totalitaire.

29C’est en remontant en arrière, à savoir à la création même du parti bolchevique et à son fondateur Lénine, qu’il se proposait de revenir pour identifier les fondements de l’État totalitaire, faisant ainsi reposer toute la responsabilité sur l’échec de l’utopie léniniste, qui avait finalement débouché sur un régime de terreur et la domination totale du Parti. En faisant retour aux textes et à travers une meilleure connaissance de l’œuvre de Marx, mais également de la révolution et de l’histoire russe, l’histoire des idées devenait ainsi une arme à l’appui de la critique. Le travail théorique, éditorial et philologique sur les textes, devait ainsi permettre de souligner l’écart entre le projet initial de Marx et sa réalisation dramatique en Union soviétique. Tout comme Castoriadis, qui s’attache à souligner les contradictions inhérentes à la bureaucratie soviétique – ce qui amènera Papaïaonnou à saluer le travail de premier plan du groupe Socialisme ou Barbarie – Papaïoannou entend critiquer l’idéologisation du marxisme, et la mystification qui a pu en être faite, scellant l’échec de toute lecture utopiste. Tout l’enjeu était alors de comprendre les mécanismes par lesquels la pensée révolutionnaire avait été érigée au rang de dogme pour servir un état totalitaire.

  • 45 Voir Raymond Aron, Marxismes imaginaires, Paris, Gallimard, 1970.
  • 46 K. Papaïoannou, De Marx et du marxisme, op. cit.
  • 47 Ibid., p. 21.

30S’il s’agissait bien, comme pour Castoriadis de déconstruire le « mythe soviétique », cela ne pouvait donc se faire qu’en prenant appui sur le marxisme « originel », sur sa portée critique et révolutionnaire, et en retournant ses propres armes, notamment sa critique de l’idéologie, contre les détournements et mésusages qui en avaient été faits ultérieurement. Aron ne s’y était lui-même pas trompé, refusant de voir dans l’œuvre de Papaïoannou celle d’un « antimarxiste », mais plutôt un autre discours, « un des discours marxistes possibles […], qui s’oppose au marxisme-léninisme [mais qui] demeure fidèle à une inspiration marxiste »45. Comme il le souligne dans sa préface au recueil Marx et du marxisme46, volume qu’il édite après sa mort, en 1981 rassemblant ses contributions en français, Papaïoannou avait ainsi toujours cherché à « disculper Marx de toute responsabilité » face au matérialisme dialectique et à l’échec ultérieur du projet communiste. À ses yeux, la faute incombait principalement aux staliniens, la pensée de Marx ayant servi de simple « parure idéologique ». Mutilée, déformée, détournée, l’œuvre de Marx était devenue méconnaissable, instrumentalisée au profit d’un « régime économique et d’un système de pouvoir » qui ne faisait que nier « tous les principes de liberté et de justice qui l’avaient fait naître »47.

Kostas Axelos (1924-2010) : une relecture de Marx dans un horizon post-métaphysique

  • 48 Kostas Axelos, Marx, penseur de la technique, Paris, Minuit, 1961, rééd. Paris, Encre marine, 2015.

31À son arrivée à Paris, Axelos s’inscrit, tout comme Papaïoannou et Castoriadis, en philosophie à la Sorbonne et s’attelle à la rédaction de l’une de ses deux thèses, sous la direction de Maurice de Gandillac, « Aliénation, praxis et techne dans la pensée de Karl Marx », qui paraît ensuite en 1961 sous le titre Marx, penseur de la technique48.

32C’est explicitement dans le sillage de Heidegger – notamment de la Lettre sur l’Humanisme – qu’il s’attache à relire l’œuvre de Marx pour, écrit-il, en interroger « le lieu d’où elle prend son élan » et en dégager l’impensé. Cela présuppose de retraverser toute son œuvre, des tout premiers textes du jeune Marx jusqu’aux dernières études politiques et économiques, et de prendre à revers toute la doxographie établie pour se focaliser sur la portée, non plus historique de l’œuvre de Marx, mais pour la repenser dans la perspective d’une histoire plus vaste, celle d’une métaphysique parvenue à son achèvement à travers la technique et le nihilisme contemporain. C’est ce qui permet à Axelos de remettre en perspective, de manière inédite, Marx dans l’horizon d’une pensée de la technique et de libérer ses principaux concepts, notamment celui d’aliénation, de leur carcan idéologique. C’est l’originalité même d’une telle approche qui lui vaudra l’incompréhension de Raymond Aron, présent dans son jury de thèse. Comme Axelos l’écrit :

  • 49 Kostas Axelos, « Y a-t-il une pensée marxiste », in Vers la pensée planétaire, Paris, Minuit, 1964, (...)

En s’efforçant d’ouvrir le marxisme – y compris le marxisme ouvert –, parviendrons-nous à conduire la pensée marxiste jusqu’à […] son éclatement ? Cette lecture d’un type nouveau devrait en même temps nous permettre de saisir le travail, mais également l’aliénation, la puissance (dont la volonté de domination ne se laisse pas réduire uniquement au pouvoir étatique), mais également la praxis ou encore l’action politique49.

  • 50 Herbert Marcuse, L’ontologie de Hegel et la théorie de l’historicité, avec une préface de Mimika Cr (...)

33Parallèlement, dès 1958, il fonde avec Edgar Morin la revue Arguments dont il devient le rédacteur en chef deux ans plus tard, jusqu’en 1962. Si Socialisme ou Barbarie se réclame ouvertement du trotskisme, la ligne éditoriale d’Arguments se veut résolument opposée à toute directive ou mainmise idéologique. « Seul journal marxiste à la fin des années 1950 et au début des années 1960 à éviter tout sectarisme », l’enjeu était alors d’« ouvrir » le marxisme : entrer dans un dialogue productif avec la pensée de Marx, plus qu’avec les théories marxistes, ouverture qui devait permettre, comme Axelos le souligne, de « pulvériser les sectes marxistes, léninistes, stalinistes, trotskistes et anarchistes ». Autrement dit, « ne pas aller contre mais au-delà de Marx », ce qui devient également le mot d’ordre de la collection éponyme qu’il fonde, aux éditions de Minuit, en 1960. Cette collection accueille alors des ouvrages de Herbert Marcuse, Trotsky, Korsch ou encore Lukács50. Revenant sur l’aventure de la revue Arguments, Axelos pourra ainsi écrire :

  • 51 « Y a-t-il une pensée marxiste », op. cit., p. 191-192, également pour les citations précédentes.

Nous étions dans l’interrogation, la mise en question, la problématique. Nous étions résolus à poser les jalons pour un postmarxisme. Nous avons essayé. À contre-courant […] L’aventure a duré six ans […] Nous n’étions plus marxistes, plus Staliniens. La nostalgie révolutionnaire n’était plus de mise, ni la fuite en avant vers des utopies vides51.

  • 52 Kostas Axelos, « Thèses sur Marx », Arguments 7, 1958, repris dans Vers la pensée planétaire, op. c (...)

34Dans les années qui suivent, il consacre encore quelques textes à Marx, Thèses sur Marx et Existe-t-il une philosophie marxiste ? et, en allemand, Introduction à une pensée à venir : sur Marx et Heidegger (1966)52.

Épilogue

35Par-delà de profonds désaccords sur la radicalité et la forme que devait prendre à leurs yeux le projet politique, il est intéressant de souligner à quel point cette expérience du « stalinisme réel » lesta d’emblée ces trois penseurs d’un regard profondément critique, et ce, dès le début des années cinquante, les plaçant à l’avant-garde dans le paysage intellectuel français de ces années, alors dominé par lesdits « compagnons de route » du Parti, Jean-Paul Sartre, mais également Maurice Merleau-Ponty ou encore Roger Garaudy, qui incarne pleinement, jusqu’en 1970, la ligne officielle du Parti. Cela permet également de réévaluer leur contribution et le rôle joué par Socialisme ou Barbarie et la revue Arguments pendant ces années, ainsi que leur contribution décisive dans le mouvement progressif de démystification du marxisme léniniste initialement porté aux nues par certaines figures de proue de l’intelligentsia française.

36En 1960, le courant marxiste bat encore son plein dans les milieux parisiens, notamment autour d’Althusser, avec la création par le Parti d’un centre d’étude de recherche marxiste et de revues comme La nouvelle Critique, créée en 1948, et La pensée, éditée à partir de 1938 par des compagnons de route. Il faut en effet attendre le début des années soixante-dix pour que s’amorce en France une véritable critique du marxisme, mouvement qui s’amorce par ailleurs plus tôt en Allemagne avec l’École de Francfort, qui a déjà entamé une vaste relecture critique, en mettant l’accent sur les phénomènes d’aliénation sociale. C’est ce qui explique que ces trois penseurs – auquel on peut ajouter Nikos Poulantzas, arrivé en France en 1960 – même en restant en retrait de l’effervescence entourant les événements autour de mai 1968 aient pu compter parmi les sources intellectuelles qui furent mises en avant par les contestataires français, mais également en Grèce pendant ladite révolte de Polytechnique en 1973.

37Pour autant cette critique ne s’offre pas comme une simple dénonciation du stalinisme ou du marxisme soviétique, ni même comme une révision du marxisme visant à en retrouver le véritable esprit, par-delà ces mésusages et détournements, comme s’y attellera notamment Sartre dans sa Critique de la raison dialectique. Ce qui est ici visé est bien une déconstruction en profondeur des présupposés sur lesquels le marxisme est lui-même sis : en première ligne le matérialisme historique, à savoir une conception en son fond déterministe de l’histoire, pensée sur un modèle encore hégélien, sous-tendue par une ontologie réifiante et substantialiste. Contre le marxisme institué, l’ontologie marxiste élaborée en système – à travers ledit « marxisme dialectique » – il s’agissait alors, pour les trois penseurs, de déployer une pensée aux antipodes, envers constructif de cette critique, une pensée susceptible de réintroduire l’indétermination et la liberté au cœur du projet politique : pensée de l’émancipation radicale, liée au pouvoir foncièrement créateur, auto-instituant de nos sociétés, pour Castoriadis ; une critique farouche de tout déterminisme historique chez Papaïoannou et, chez Axelos, une pensée qu’il nomme « planétaire », parce qu’elle est fondamentalement liée à l’errance et à cette liberté qui nous sont constitutives.

38Sans tomber forcément dans une relecture « symbolique », et tout ce qu’elle charrie pour l’imaginaire grec, nourri au voyage, il me semble néanmoins que le Mataroa incarne précisément, et c’est également ce qui lui donne toute sa portée mythique, ce par quoi l’histoire « officielle » est pour ainsi dire mise en déroute, contrée par la force de quelques individus, ici en l’occurrence Octave Merlier et Roger Milliex. Le fait même que, malgré l’adversité et les difficultés sans nombre qui durent être surmontées, un tel voyage, pour le moins improbable, ait pu avoir lieu, est peut-être la plus belle preuve de cette mise en échec de tout déterminisme, contre lequel ces trois penseurs n’ont cessé de lutter, en s’engageant très tôt dans le combat politique puis, à Paris, à travers leurs propres réflexions théoriques.

Notes

1 Konstantinos Vyzantios, « À bord du Mataroa », in L. Catteeuw, Fr. Bordes (éd.), Cahier Kostas Papaïoannou. L’amitié, les travaux et les jours, Paris, Acedia/Sedon, 2004, p. 13.

2 Ibid.

3 Nelly Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα, 1945. Στον καθρέφτη της µνήµης [Le voyage du Mataroa, 1945. Au miroir de la mémoire], Athènes, Hestia, 2007, p. 28.

4 Ibid.

5 Fonds Kostas Axelos, École normale supérieure, bibliothèque Ulm-LSH, source, 28.05.1952.

6 Cornelius Castoriadis, « An interview », Radical Philosophy 56, automne 1990, p. 35.

7 La revue Αρχεία του Μαρξισµού [Archives du marxisme] paraît en 1923, sous la direction de loannis Tzoulati, et jusqu’en 1925. Interdites de parution pendant la dictature de Pangalos, elles sont rééditées de 1927 à 1928, sous la direction d’Ioannis Girtopoulos. Malgré ces interruptions, la revue bénéficie d’un grand écho, avec un tirage de 7 000 exemplaires.

8 La revue Αρχείο Φιλοσοφίας και Θεωρίας των Επιστηµών [Archives de Philosophie et de théorie des sciences] est une revue d’obédience néokantienne, fondée par Tsatsos, Kanellopoulos et Theodorakopoulos, tous trois formés par Heinrich Rickert à Heidelberg.

9 Sont ainsi notamment traduits en grec La Guerre civile en France et Misère de la philosophie de Marx ; Sur la question juive (1933) ; L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État d’Engels (1920) ; Socialisme utopique et socialisme scientifique (1920) ; Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande (1927).

10 Christos Memos, « For Marxism and Marx: An Interview with Kostas Axelos », Thesis Eleven 98, 2009, p. 132.

11 Voir notamment Elli Pappa, Μαρτυρίες µιας διαδροµής [Témoignages d’un parcours], Athènes, Musée Benaki, 2010, p. 50. Les articles publiés pendant ces années par Axelos sont repris dans Φιλοσοφικές Δοκιµές [Essais philosophiques], Athènes, Papazisis, 1952.

12 Voir François Bordes, « Le rire de Kostas Papaïoannou », in Cahier Kostas Papaїoannou, op. cit., p. 138.

13 Voir notamment Kostas Papaïoannou, « Νευραλγικά προβλήµατα του παγκόσµιου ιµπεριαλισµού στην Άπω Ανατολή » [Problèmes névralgiques de l’impérialisme mondial au Proche-Orient], Σοσιαλιστική Επιθεώρηση, oct.-nov. 1945, p. 180-186 ; « Το Σχέδιο Σουµάν » [Le plan Schumann], Νέα Οικονοµία 6, 1950, p. 278-280.

14 C. Castoriadis, « An interview », art. cit., p. 35.

15 Voir notamment Cornelius Castoriadis, « Spiros Stinas », Anti 395, 24.02.1989, repris dans Quelle démocratie. Écrits politiques 1945-97 2, Paris, Sandre, 2013, p. 345.

16 Voir Lambros Flitouris, « L’institut français d’Athènes pendant la seconde guerre mondiale », in Guerres mondiales et conflits contemporains 218, avril 2005, p. 43.

17 Roger Milliex, À l’école du peuple grec. 1940-44, Moulins-sur-Allier, Les Éditions du Beffroi, 1946, p. 184.

18 Procès-verbal de la commission des bourses, Athènes, 5 novembre 1945, AMAE, Relations culturelles Enseignement/Grèce boîte 66 Bourses 1945-47.

19 AGCP/1947/C/4, Attaché militaire de l’ambassade, no 161, 29 août 1947.

20 ΑΣΚΙ, Archives ΚΚΕ, dossier 189, Φ 8/13/51, 11 juin 1948, services secrets de Paris 1947-1950.

21 N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα, 1945... [Le voyage du Mataroa, 1945...], op. cit., p. 143.

22 En 1949, comme beaucoup, Manos Zacharias se réfugie à Tachkent, en Ouzbékistan soviétique, puis rejoint Moscou où, de 1950 à 1977, il travaille comme réalisateur pour les studios de la Mosfilm.

23 Marx penseur de la technique (1959) et Héraclite et la philosophie (1959).

24 L’influence de Weber est très nette sur Castoriadis, qui s’appuie sur ses thèses sur la bureaucratie pour analyser le phénomène soviétique.

25 Toutes ces contributions, publiées sous pseudonyme, seront ensuite rassemblées dans les trois volumes de La société bureaucratique, Paris, Christian Bourgeois, 1990.

26 Cornelius Castoriadis, « Sur la question de l’URSS et du stalinisme mondial », Bulletin intérieur du PCI 41, août 1947, repris in La société bureaucratique, Paris, Christian Bourgeois, 1990, p. 80.

27 Voir Nicolas Poirier, « Quel projet politique contre la domination bureaucratique ? Castoriadis et Lefort à Socialisme ou Barbarie (1949-1958) », Revue du MAUSS 38, 2011/2, p. 185-196 ; Cornelius Castoriadis, Claude Lefort, L’expérience démocratique, Lormont, Le Bord de l’eau, 2015. Voir également son excellente mise au point : « Castoriadis et la critique du marxisme », Cahiers Castoriadis 2, Imaginaire et création historique, Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 2006, p. 179-196 ; Philippe Caumières, Arnaud Tomes, Cornelius Castoriadis, Réinventer la politique après Marx, Paris, PUF, 2011.

28 Entretien avec Guillaume Malaurie, dans La nef des Grecs, INA, 1980.

29 Voir Kostas Axelos, « La guerre civile en Grèce : décembre 1944 », in Arguments d’une Recherche, Paris, Minuit, 1969, p. 125-139.

30 Cornelius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, 1975.

31 Cornelius Castoriadis, Marxisme et théorie révolutionnaire (1964), repris dans L’institution imaginaire…, op. cit., rééd. Points Essais, 1999, p. 21.

32 Cornelius Castoriadis, « Pourquoi je ne suis plus marxiste » (1975), in Une société à la dérive, Paris, Le Seuil, 2005.

33 Cornelius Castoriadis, « La dégradation idéologique du Marxisme » (1971), in Éléments d’une critique de la bureaucratie, Paris, Gallimard, 1979.

34 Ces textes ont été rassemblés dans Kostas Papaïoannou, O µαρξισµός σαν ιδεολογία, Κρίση του µαρξισµού, γενεαλογία των τάξεων και ιστορικές τους προοπτικές [Le marxisme comme idéologie, crise du marxisme, généalogie des classes et historique des perspectives], Athènes, éditions alternatives, 1988.

35 Raymond Aron rejoint ainsi dès 1950 l’Entente internationale anticommuniste, dont il devient rapidement une figure centrale. Il publie en 1955 l’essai fracassant L’opium des intellectuels destiné à dessiller les yeux des intellectuels français.

36 Voir notamment le cours de Raymond Aron professé à la Sorbonne en 1957-1958, repris dans Démocratie et totalitarisme, Paris, Folio Essais, 1987.

37 Voir François Bordes, « Exil et création. Des penseurs grecs dans la vie intellectuelle française », in S. Jollivet, C. Prémat, M. Rosengren (éd.), Destins d’exilés : trois philosophes grecs à Paris : Kostas Axelos, Cornelius Castoriadis, Kostas Papaïoannou, Paris, Le manuscrit, 2011, p. 63-73.

38 De Marx et du marxisme, avec une préface de Raymond Aron, Paris, Gallimard, 1983.

39 Friedrich Engels, Karl Marx, La première critique de l’économie politique. Écrits de 1843-1844, trad. et préface par Kostas Papaïoannou, Paris, UGE, « 10/18 », 1972 ; Karl Marx, Critique de l’État hégélien, manuscrit de 1843, trad. et préface par Kostas Papaïoannou, Paris, UGE, « 10/18 », 1976.

40 Marx et les marxistes, textes choisis et présentés par Kostas Papaïoannou, Paris, Gallimard, 1965.

41 Ibid., p. 8.

42 Kostas Papaïoannou, Hegel et Marx : L’Interminable débat, Paris, éditions Allia, 1999.

43 Kostas Papaïoannou, De la critique du ciel à la critique de la terre, Paris, éditions Allia, 1998.

44 Kostas Papaïoannou, L’Idéologie froide : essai sur le dépérissement du marxisme, 1967, nouvelle éd., Paris, éditions de l’Encyclopédie des Nuisances, 2009.

45 Voir Raymond Aron, Marxismes imaginaires, Paris, Gallimard, 1970.

46 K. Papaïoannou, De Marx et du marxisme, op. cit.

47 Ibid., p. 21.

48 Kostas Axelos, Marx, penseur de la technique, Paris, Minuit, 1961, rééd. Paris, Encre marine, 2015.

49 Kostas Axelos, « Y a-t-il une pensée marxiste », in Vers la pensée planétaire, Paris, Minuit, 1964, p. 189.

50 Herbert Marcuse, L’ontologie de Hegel et la théorie de l’historicité, avec une préface de Mimika Cranaki, Paris, Gallimard, 1991 ; Georg Lukács, Histoire et conscience de classe, trad. Kostas Axelos, Paris, Minuit, 1960.

51 « Y a-t-il une pensée marxiste », op. cit., p. 191-192, également pour les citations précédentes.

52 Kostas Axelos, « Thèses sur Marx », Arguments 7, 1958, repris dans Vers la pensée planétaire, op. cit., p. 172-177 ; « Existe-t-il une philosophie marxiste ? » (1959), ibid., p. 178-216 ; Einführung in ein künftiges Denken: über Marx und Heidegger, Tübingen, Niemeyer, 1966.

Auteur

Chercheur au CNRS (UMR 8547, Transferts culturels). Elle a été membre scientifique de l’École française d’Athènes. Ses travaux portent sur les philosophies allemande et grecque moderne. Parmi ses publications figurent Destins d’exilés. Trois philosophes grecs en France (Axelos, Castoriadis, Papaïoannou) (Manuscrit, 2011) et L’exil est la patrie de la pensée. Kostas Axelos (Rue d’Ulm, 2015).

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search