Version classiqueVersion mobile

Mataroa 1945 : du mythe à l’histoire

 | 
Servanne Jollivet
, 
Nicolas Manitakis

Mataroa, 1945 : le cadre historique

Nicolas Manitakis

Résumé

Cet article tente de reconstituer le voyage des étudiants-passagers du Mataroa, tout en traçant, en parallèle, les grandes lignes du cadre historique dans lequel a eu lieu le transfert des étudiants grecs vers la France, dans les premières années de l’après-guerre. Comme le révèle l’étude de sources nouvelles, le voyage qu’effectuèrent 124 étudiants à bord du navire néo-zélandais, en décembre 1945, en direction de l’Italie et à destination de Paris, fit partie d’une plus vaste opération de transfert d’étudiants vers les centres universitaires français. En raison des conditions difficiles qui régnaient en Europe dans les premières années de l’après-guerre, ce transfert collectif se fit dans des circonstances particulièrement éprouvantes. Afin d’offrir une image plus complète de l’expédition du Mataroa, il convient donc de la replacer dans le paysage plus large des migrations étudiantes de l’après-guerre.

Texte intégral

1Dans ce texte, je vais tenter de reconstituer le voyage des étudiants-passagers du Mataroa, tout en traçant, en parallèle, les grandes lignes du cadre historique dans lequel a eu lieu le transfert des étudiants grecs vers la France, dans les premières années de l’après-guerre. Comme le révèle l’étude de sources nouvelles, le voyage qu’effectuèrent 124 étudiants à bord du navire néo-zélandais, en décembre 1945, en direction de l’Italie et à destination de Paris, fit partie d’une plus vaste opération de transfert d’étudiants vers les centres universitaires français. En raison des conditions difficiles qui régnaient en Europe dans les premières années de l’après-guerre, ce transfert collectif se fit dans des circonstances particulièrement éprouvantes. Afin d’offrir une image plus complète de l’expédition du Mataroa, il convient donc de la replacer dans le paysage plus large des migrations étudiantes de l’après-guerre.

2Cette tentative de reconstitution du voyage se fonde sur de nouveaux documents, provenant de sources jusqu’alors inconnues ou non exploitées, telles que les archives de l’Institut français d’Athènes, la correspondance d’Octave Merlier ou les témoignages écrits de certains boursiers. Ce nouveau matériau documentaire nous permet de réexaminer certaines questions de base, notamment celle de la manière dont furent organisés le séjour et le transport des boursiers, celle du rôle que jouèrent institutions étatiques et individus dans toute cette entreprise, celle de la polémique publique que provoqua l’expédition étudiante de 1945, mais également celle de sa signification historique plus large.

3À la lumière de ces nouveaux documents, j’essaierai enfin d’examiner certaines interprétations qui sont communément faites du voyage du Mataroa. Celui-ci est souvent présenté comme le résultat d’un plan organisé pour sauver des gauchistes persécutés – plan que l’on devrait au directeur de l’Institut français d’Athènes. Le voyage du Mataroa est aussi fréquemment assimilé à l’exil d’intellectuels grecs de gauche en France après la guerre. Les interprétations en question méritent, selon moi, de faire l’objet d’un traitement critique et d’être revues à la lumière des données fournies par les sources disponibles.

Août-septembre 1945. Les bourses du gouvernement français : une manne tombée du ciel

  • 1 Archives du ministère français des Affaires étrangères (Paris, ci-après AMFAE), archives de la dire (...)

4Entre fin août et mi-septembre 1945, une commission des bourses s’est réunie à Athènes, dans le bâtiment de l’Institut français, pour choisir les premiers boursiers de gouvernement français de l’après-guerre. La commission était composée de cinq Français : le directeur de l’Institut français (O. Merlier), le secrétaire général de l’École française d’Athènes (P. Amandry), le directeur de l’Institut Pasteur (Dr R. Boisseau), le directeur de la Compagnie française des mines du Laurion (Bremer) et l’architecte de l’École française (H. Ducoux). La commission travaillait sous la supervision d’un attaché de l’ambassade (d’abord F. Puaux, puis De La Sablière), tandis qu’un professeur de l’Institut (R. Levesque) apportait son aide en contrôlant le niveau de connaissance du français des candidats1.

  • 2 Archives diplomatiques Nantis (ci-après ADN), archives de l’Institut français d’Athènes (ci-après A (...)
  • 3 ADN, AIFA, 1090, « Télégramme de Merlier à la DGAC, 10 septembre 1945 ».
  • 4 Octave Merlier, « Οι γαλλικές υποτροφίες » [Les bourses françaises], Elefthera Grammata, nos 28-29, (...)

5L’appel à candidatures lancé par le gouvernement français – pour la première fois depuis 1939 – pour sélectionner de nouveaux boursiers parmi les étudiants grecs provoqua une affluence de dossiers inattendue. La commission se retrouva confrontée à une véritable avalanche de candidatures2. Selon le directeur de l’Institut, le nombre total des candidatures déposées atteignit 8003, tandis que d’autres sources font état de 1 000 personnes intéressées4. Des chiffres parfaitement inédits, sans commune mesure avec ceux des années 1920, époque où la France mit en œuvre une politique d’attribution systématique de bourses.

  • 5 Voir Nicolas Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante internationale à l’âge des États-nations. (...)
  • 6 Voir le témoignage de Konstantinos Andreou dans Eleftheria Fili (dir.), Μαρτυρίες φοιτητικών χρόνων (...)
  • 7 Emmanuel Kriaras, Πραγµατώσεις και όνειρα. Σταθµοί µιας πορείας [Réalisations et rêves. Étapes d’un (...)

6Deux raisons expliquent, selon moi, le grand intérêt que manifestèrent de nombreux Grecs des deux sexes – de tous les âges, jeunes et moins jeunes – à l’égard des bourses françaises : d’une part, une envie depuis longtemps inassouvie de partir étudier à l’étranger, qui refit surface au moment de la Libération ; d’autre part, le très grand attrait que la France exerçait après la guerre en tant que lieu d’études. Ce désir impatient d’effectuer des voyages d’études à l’étranger ne remontait pas seulement aux années de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), lorsque le pays se retrouva inévitablement coupé des centres d’études d’Europe occidentale, mais également à une période plus ancienne, celle des années 1930. En effet, dès avant la guerre, la crise économique puis les restrictions de change imposées par le régime de Metaxas avaient considérablement réduit les possibilités d’études dans des centres universitaires situés hors de Grèce5. Konstantinos Andreou explique, de manière caractéristique, que son voyage en France en 1945 fut la réalisation d’un rêve qu’il nourrissait depuis 1932 et qu’il n’avait jamais pu mettre en œuvre jusqu’alors en raison de difficultés financières6. De son côté, Emmanuel Kriaras souligne les difficultés que rencontrait la migration étudiante à la fin des années 1930, sous le régime du 4 août : « Pendant les années de la dictature de Metaxas, ces voyages à l’étranger pour poursuite d’études étaient devenus très difficiles, si ce n’est impossibles7 ».

  • 8 Nicolas Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες. Πολιτιστική προπαγάνδα στην Ελλάδα του Εµφυλίου » [ (...)
  • 9 ADN, AIFA, 1051, « Le directeur au directeur général des affaires culturelles, Athènes, 21 décembre (...)

7Pourquoi, cependant, cette forte envie d’études universitaires à l’étranger qui se manifesta immédiatement après la fin de la guerre se concentra-t-elle principalement sur les grands centres d’études français ? La nouvelle conjoncture d’après-guerre faisait de la France la destination favorite de la migration étudiante. Stigmatisée comme force d’occupation et associée aux souffrances et aux monstruosités de la guerre, l’Allemagne aux infrastructures anéanties ne constituait pas une option de choix pour ceux qui recherchaient titres universitaires, connaissances scientifiques et modèles artistiques en dehors de la Grèce. Il en allait de même pour l’Italie, dans une large mesure. La France était également favorisée par rapport à la Grande-Bretagne, car l’intervention de cette dernière dans les affaires politiques grecques, dès les premiers mois suivant la Libération, ainsi que son implication dans le conflit civil, avait sensiblement réduit son autorité morale8. De ce point de vue, le fait que le nombre total des candidats à l’obtention d’une bourse britannique en 1945 n’ait pas dépassé les 150 est révélateur9. Cela ne représente qu’un fragment des candidatures reçues pour les bourses françaises la même année.

8Une vague de francophilie déferla sur la Grèce dans les premières années de l’après-guerre. Cette vague, qui avait déjà fait son apparition durant la dictature de Metaxas, lorsqu’une partie de la jeunesse étudiante s’était identifiée à la France démocratique du Front populaire, se poursuivit pendant la guerre, quand des Grecs et des Français se sentirent unis par l’expérience commune de longues années d’occupation et d’une résistance sanglante.

  • 10 Roger Milliex, Ηµερολόγιο και µαρτυρίες του πολέµου και της κατοχής [Journal et témoignages de la g (...)
  • 11 ADN, AIFA, 1051, « Le directeur de l’Institut français au directeur général des Affaires culturelle (...)
  • 12 Ibid.
  • 13 AMFAE, ADGAC, 1945-1947, Grèce, 65, « Exposé de l’activité de l’Union franco-hellénique des jeunes (...)

9Cet engouement pour la France et ce qu’elle représentait se traduisit, entre autres, par un afflux massif de milliers d’élèves grecs à l’Institut français durant les années de la faim et de la privation culturelle, faisant tripler le nombre d’inscrits en quelques années (1 200 en 1939, 3 500 en 1943)10, ainsi que par les célébrations festives du 14 juillet qui furent organisées à Athènes. On estime qu’en 1945, environ 15 000 Athéniens prirent part aux réjouissances qui eurent lieu sur le Champ de Mars à l’occasion de la fête nationale française11. Les habitants d’Athènes célébrèrent alors aussi, d’une certaine manière, la fin de l’Occupation en chantant la « Marseillaise ». Selon le directeur de l’Institut français, qui vivait à Athènes depuis 1925, jamais le 14 juillet n’avait été fêté en Grèce avec autant de splendeur qu’en 194512. La vague de francophilie de l’après-guerre se manifesta, enfin, à travers une forte participation et un fort soutien apporté à l’activité de l’Union franco-hellénique des jeunes13.

  • 14 AMFAE, ADGAC, 1945-1947, Grèce, 65, « Union franco-hellénique des jeunes à Merlier, Athènes, 6 octo (...)

10Créée pendant la dictature de Metaxas, l’Union franco-hellénique des jeunes fut refondée dans les premiers mois suivant la Libération par des étudiants, intellectuels et artistes francophiles, et finit par compter entre 400 et 900 membres. Ceux-ci furent nombreux à déposer leur candidature dans l’espoir d’obtenir l’une des bourses du gouvernement français et bon nombre d’entre eux firent finalement partie des boursiers de 1945 et voyagèrent avec le Mataroa. Ce fut notamment le cas de Nicolas Svoronos, Memos Makris, Georges Candilis, Stamatis Karatzas, Virgile Solomonidis, Eleni Stathopoulou et d’autres encore14.

  • 15 AMFAE, ADGAC, 1945-1947, Grèce, 65, « Télégramme de La Sablière au ministère des Affaires étrangère (...)

11Après avoir examiné les dossiers de tous les candidats, la commission des bourses s’est entretenue avec tous ceux qu’elle avait pré-sélectionnés et choisit finalement 240 personnes qu’elle jugea dignes d’être soutenues dans le cadre de leur voyage d’études en France. Pour 162 des candidats retenus, des bourses de différentes durées furent attribuées. Pour 78 autres, on jugea que, s’il ne leur serait pas attribué de bourse, ils devraient tout de même faire partie de l’expédition collective qui allait être organisée15. C’est-à-dire que leur transfert vers la France et leur recherche d’un logement à Paris devraient être facilités. Bien des candidats qui furent choisis en cet été 1945 se distinguèrent par la suite par leur parcours professionnel, intellectuel, scientifique ou artistique. Certains d’entre eux feraient même partie des intellectuels grecs les plus importants du xxe siècle, au niveau européen et mondial, ou deviendraient des scientifiques et artistes de premier plan dans la Grèce de l’après-guerre. La commission française des bourses de 1945 avait donc procédé à une sélection qui se révéla être exceptionnellement pertinente ; il s’agit sans aucun doute de la sélection de boursiers la plus judicieuse qui ait eu lieu depuis que le gouvernement français a commencé, dans les années 1920, à attribuer, de manière systématique, des bourses à des Grecs souhaitant étudier en France.

  • 16 François Bordes, Kostas Papaïoannou (1925-1981). Les idées contre le néant, Paris, La Bibliothèque, (...)
  • 17 Voir aussi le témoignage de Nicolas Svoronos dans Konstantinos Th. Dimaras, Nicolas Svoronos, Η Μέθ (...)

12Comment expliquer une telle pertinence ? Il me semble que ce choix exceptionnellement réussi est en grande partie dû aux facteurs énoncés ci-après. Grâce à la vague de francophilie et au fort attrait que la France exerçait alors sur les étudiants grecs en tant que lieu d’études, les membres de la commission purent, d’entrée de jeu, faire leur choix parmi des centaines de très bonnes candidatures. En d’autres termes, nombre des meilleurs élèves des institutions supérieures grecques et des intellectuels et artistes les plus prometteurs de l’époque obtinrent en 1945 une des bourses du gouvernement français. Ensuite, certains membres de la commission, tels que Merlier, installé à Athènes depuis 1925, ou Ducoux, qui habitait la capitale grecque depuis 1929, tous deux mariés à des Grecques, connaissaient très bien le monde athénien des lettres et des arts, ainsi que les cercles scientifiques, qu’ils fréquentaient. Bien des candidats avaient par ailleurs suivi des cours à l’Institut français d’Athènes. Les cas les plus connus sont ceux de Kostas Axelos et Kostas Papaïoannou16. La commission disposait donc d’informations de première main au sujet des intéressés et était en mesure d’évaluer leur valeur avec précision17. D’autant plus, et c’est un troisième facteur déterminant, que ses membres avaient décidé, dès le départ et à l’unanimité, de choisir les boursiers sur la base exclusive du mérite, sans tenir compte d’éventuelles affinités idéologiques et politiques. Comme tout tend à le montrer, les membres de la commission résistèrent aux recommandations et aux pressions extérieures. Ils jugèrent par ailleurs opportun de souligner dans leurs rapports, rédigés à l’issue de la procédure de sélection, l’objectivité avec laquelle ils examinèrent les candidatures, mais également leur neutralité politique tout au long de cette procédure :

  • 18 ADN, AIFA, 1090, « Rapport de la commission des bourses, signé par O. Merlier, R. Boisseau, P. Aman (...)

La commission considère avoir procédé à un examen parfaitement objectif des capacités des candidats. Elle n’a pris en compte les opinions politiques ni des uns, ni des autres. Elle a ignoré les recommandations politiques qui lui ont été faites. Le jugement s’est fondé uniquement sur la valeur des candidats, telle qu’elle ressortait du contenu de leurs dossiers de candidature ou de la manière dont ils nous présentèrent leur travail et leur projet d’études en France18.

  • 19 Voir le témoignage de Manos Zacharias dans E. Fini (dir.), Μαρτυρίες [Témoignages…], op. cit., p.  (...)
  • 20 AMFAE, ADGAC, 1945-1947, Grèce 66, « Merlier à Laugier, Athènes, 30 novembre 1945 ».

13Enfin, même si la connaissance du français faisait partie des critères de sélection, la commission décida finalement de ne pas exclure certains candidats qui, s’ils n’étaient pas francophones, furent tout de même jugés dignes de recevoir une bourse du fait de leurs capacités intellectuelles, artistiques ou autres. La souplesse avec laquelle le critère linguistique fut appliqué profita principalement à des artistes19. Ce dernier élément me semble être révélateur de l’esprit d’ouverture qui entoura la sélection des boursiers en 1945. Les candidats se distinguant dans leur science ou leur art mais ne provenant pas de familles bourgeoises suffisamment aisées pour offrir à leurs enfants une éducation française n’en étaient pas moins susceptibles de faire partie du voyage et d’étudier en France. Comme l’écrivait d’ailleurs Merlier à son supérieur en novembre 1945 : « nous avons choisi comme boursiers les étudiants qui présentaient le plus grand intérêt et qui étaient aussi les plus pauvres20 ».

14Plus tard, les membres de la commission des bourses de 1945, et le directeur de l’Institut en particulier, furent accusés à de nombreuses reprises et principalement par des cercles de droite, grecs et français, d’avoir favorisé les candidats connus pour leurs convictions de gauche. Ces accusations de sélection partiale sur la base de critères politiques semblent infondées. Bien au contraire. Jusqu’à la fin de la guerre civile, la commission des bourses de 1945 était vraisemblablement la seule commission d’attribution de bourses d’un gouvernement étranger à ne pas tenir compte de la sensibilité ou de l’activité politique des candidats dans sa procédure de sélection.

15Comme Merlier le soulignerait plus tard, les seules candidatures – une ou deux – qui ne furent pas examinées par la commission avaient été soumises par des individus fortement soupçonnés d’avoir collaboré avec les forces d’occupation. Il ne semble donc pas que Merlier ou d’autres membres de la commission aient cherché à avantager des candidats sympathisants de gauche. Le témoignage de Virgile Solomonidis, boursier en 1945, va d’ailleurs dans le même sens :

  • 21 André Kédros, Ο άνθρωπος µε το γαρίφαλο. Το οδοιπορικό ενός νεαρού Έλληνα διανοούµενου στη Γαλλία τ (...)

Les autorités grecques se sont empressées de considérer que l’Institut français d’Athènes avait favorisé les extrémistes rouges. Elles se sont trompées. La sélection – sévère selon l’avis général – avait récompensé les capacités et le mérite de chacun. Seulement, en Grèce, la majorité des hommes d’esprit dignes de ce nom avaient lutté contre l’occupant dans les rangs de l’EAM-ELAS, deux grandes organisations de la résistance contrôlées par les communistes21.

16L’adhésion d’un nombre important d’intellectuels, artistes et scientifiques à la vision communiste dans l’après-guerre constitue par ailleurs un phénomène paneuropéen, qui se manifesta également dans le reste de l’Europe de l’Est, comme le constate Tony Judt dans le cadre d’une réflexion plus large, dans son livre Histoire de l’Europe après 1945 :

  • 22 Tony Judt, Postwar. A History of Europe since 1945, Londres, Vintage Books, 2010, p. 200.

Bien que seule une minorité des étudiants, poètes, auteurs de théâtre, romanciers, journalistes ou professeurs d’Europe de l’Est soient devenus des communistes actifs, ceux-ci furent souvent les hommes et les femmes les plus talentueux de leur génération22.

  • 23 Voir, par exemple, Kostas Varnalis, « Γαλλία » [France], Elefhtera Grammata 10, 13.07.1945, p. 1.

17Le fait qu’aucun critère politique n’ait présidé à la sélection des boursiers, ainsi que l’impartialité dont fit preuve la commission française assura en fait aux étudiants de gauche leur non-exclusion du processus d’attribution des bourses du gouvernement français. Les bourses françaises étaient en réalité les seules que les plus méritants d’entre eux pouvaient espérer obtenir en 1945. Cela explique, par ailleurs, l’important intérêt que manifestèrent les candidats sympathisants de gauche lors de l’annonce du programme de bourses français, en combinaison, évidemment, avec l’image que les cercles de gauche se faisaient de la France de l’après-guerre, à savoir celle d’un pays démocrate et résistant, resté neutre dans la guerre civile grecque23.

18Toutefois, dans une période d’intensification des passions politiques, le fait que des communistes aient été sélectionnés et inclus dans le groupe des boursiers grecs du gouvernement français suffit à ce que la direction de l’Institut français soit accusée d’avoir manqué d’impartialité et favorisé les candidats de gauche. Ainsi, bien que les boursiers aient été choisis sur la base du mérite et à la suite d’une procédure de sélection manifestement impartiale, l’Institut français ne put éviter, comme nous allons le voir par la suite, son implication involontaire dans le conflit civil grec.

La « prouesse » du directeur de l’Institut français

  • 24 K. Th. Dimaras, N. Svoronos, Η Μέθοδος της Ιστορίας [La méthode de l’histoire…], op. cit., p. 120.

19L’exploit d’organisation que constitua l’expédition collective de plusieurs dizaines d’étudiants grecs partant poursuivre leurs études en France en 1945 fut attribué, dans une large mesure, au directeur de l’Institut français d’Athènes. Octave Merlier est en effet considéré, à juste titre, comme l’inspirateur et le principal acteur de l’expédition étudiante du Mataroa. Le transfert vers Paris de plus de 200 étudiants grecs dans les conditions particulièrement défavorables et éprouvantes des premières années de l’après-guerre constitue, à maints égards, une œuvre personnelle, si ce n’est un exploit, comme le reconnut d’ailleurs expressément Nicolas Svoronos24.

  • 25 ADN, AIFA, 1090, « Merlier à l’attaché de l’ambassade de France, 5 octobre 1945 ».

20Faisant preuve d’une habileté et d’une inventivité impressionnantes, le directeur de l’Institut parvint à faire bondir le nombre des boursiers de 24 en 1939 à 163 en 1945, en obtenant le doublement du nombre de bourses annuelles et l’utilisation des bourses non attribuées en 1940 – pour cause de guerre –, en proposant l’instauration d’une nouvelle catégorie de bourses (« bourses de personnalités ») et en partageant, enfin, des bourses d’un an en plusieurs bourses de plus courte durée (six ou trois mois)25.

  • 26 N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες » [Bourses gouvernementales étrangères...], art. cit., p. (...)

21Merlier estimait, très justement, que le statut de « boursier du gouvernement français » et les avantages qui accompagnaient ce statut (autorisation d’expatriation, autorisation d’exportation de devises par la banque de Grèce, visa pour l’entrée en France, accès aux foyers étudiants et restaurants universitaires, réduction des frais d’inscription, etc.) étaient finalement plus importants que la durée de la bourse ou que le montant alloué. Il parvint, de plus, à faire augmenter le nombre total des bénéficiaires de l’assistance gouvernementale française, assurant aux 78 étudiants voyageant « à leurs propres frais » une assimilation pratiquement complète au statut de boursier en ce qui concernait les bénéfices associés26.

  • 27 AMFAE, DGAC, dossier 65, « O. Merlier au directeur de la DGAC, 17 janvier 1947 ».
  • 28 AMFAE, DGAC, dossier 65, « De Vaux Saint-Cyr au 65, De Vaux Saint-Cyr à l’officier Boudouris, aide (...)

22Dans son effort pour surmonter les difficultés administratives liées à la sortie du territoire par les boursiers – en particulier l’obtention des autorisations d’expatriation par les autorités militaires et policières –, Merlier reçut l’aide précieuse de Stamatis Boudouris. Officier de la Marine et ancien député du Parti des libéraux, Boudouris fut nommé, en décembre 1944, aide de camp du régent de la Grèce, l’archevêque Damaskinos. De formation française, il était marié à une Française qui travaillait à l’Institut français comme secrétaire du directeur. À l’automne 1945, il réussit en quelques semaines seulement à obtenir des services grecs toutes les autorisations nécessaires pour les 130 boursiers27. L’ambassade de France et le ministère français des Affaires étrangères ne manquèrent d’ailleurs pas de le remercier dans des lettres qu’ils lui adressèrent début 1946, pour avoir participé de manière décisive à la gestion réussie des obligations administratives des étudiants28. Merlier exploita donc avec pertinence l’importance du poste que se trouvait occuper à cette époque l’époux d’une proche collaboratrice.

  • 29 ADN, AIFA, 1051, « Le directeur au directeur de la DGAC, Athènes, 29 février 1945 ». Voir le témoig (...)

23Le rôle de Merlier ne se limita pourtant pas à cela. Il s’occupa personnellement du problème épineux du transport des étudiants, à une époque où les voies de communication entre la Grèce et la France souffraient de sérieux dysfonctionnements, veillant à l’organisation de ces expéditions collectives effectuées grâce à différents moyens de transport. Il se chargea également de garantir aux étudiants une place dans les foyers de la Cité internationale universitaire de Paris, principalement à la Fondation hellénique, ainsi que dans des hôtels parisiens réquisitionnés par le gouvernement français, d’abord le fameux Lutetia puis, par la suite, des établissements hôteliers de taille plus modeste29. La Fondation hellénique de Paris, qui servit de caserne pendant l’Occupation et la Libération, venait tout juste de rouvrir ses portes aux étudiants, en novembre 1945. Il semblerait même que sa remise en fonctionnement ait été précipitée par l’arrivée des passagers du Mataroa. Une solution fut ainsi apportée au délicat problème que constituait l’hébergement de tant d’étudiants, à une époque où la capitale française traversait une sérieuse crise du logement. Enfin, Merlier continua de veiller sur les boursiers et de les soutenir même après leur arrivée à Paris, en faisant pression sur le ministère français des Affaires étrangères pour que leur bourse soit renouvelée ou en cherchant d’autres moyens de financement permettant la prolongation de leur séjour en France, notamment en encourageant leur intégration dans des organismes de recherche français, principalement au Centre national de la recherche scientifique.

24De l’étude de la correspondance entre les boursiers et le directeur, il ressort que ce dernier fut à leurs côtés autant qu’il le put, veillant à satisfaire chacun de leurs besoins. Il me semble qu’il ne serait donc pas exagéré d’affirmer que Merlier entoura les boursiers de 1945 d’une affection presque paternelle.

Le rôle crucial et invisible de l’ambassade de France

  • 30 Roger Milliex, « Jean Baelen (1899-1989). Ambassadeur, écrivain, artiste et ami de la Grèce », in Π (...)

25Aussi déterminant qu’ait pu être le rôle du directeur, le voyage du Mataroa ne peut cependant pas être attribué au seul Octave Merlier. Bien que moins visible et moins connu jusqu’à présent, le rôle que joua Jean Baelen fut également crucial. Le diplomate français prit les fonctions de délégué du Gouvernement provisoire de la République française à Athènes immédiatement après la Libération, en octobre 1944. Baelen, alors âgé de quarante-six ans, dut sa nomination à ce poste à son passé résistant. Il était porteur d’un esprit nouveau et désirait l’ouverture de la France à l’ensemble de la société grecque de l’après-guerre. Tout indique que Baelen était partisan de la politique de neutralité que le Gouvernement provisoire de la République française décida d’adopter vis-à-vis du conflit civil grec naissant, gardant ses distances avec l’implication anglo-américaine. Selon un témoignage de Roger Milliex, Baelen conserva une position neutre et plutôt humaniste durant les événements fratricides de décembre 194430.

  • 31 Ibid., p. 183.
  • 32 « Η επέτειος της Γαλλικής Επαναστάσεως. Επίσηµος εορτασµός » [L’anniversaire de la Révolution franç (...)
  • 33 L’EAM (Εθνικό Απελευθερωτικό Μέτωπο - Front de libération nationale) était une organisation de rési (...)
  • 34 « Ο σηµερινός παλλαϊκός εορτασµός της 14ης Ιουλίου » [Aujourd’hui, la fête populaire du 14 juillet] (...)
  • 35 « Πνευµατική ζωή. Η επέτειος της Γαλλικής Επανάστασης » [Vie culturelle. L’anniversaire de la Révol (...)

26De ce point de vue, la manière dont le diplomate français choisit de célébrer la fête nationale de son pays le 14 juillet 1945, à l’ambassade française d’Athènes est révélatrice. En lieu et place de la traditionnelle réception en cercle restreint, avec envoi d’un nombre limité d’invitations personnelles à quelques personnes choisies, il préféra une invitation ouverte, sans distinction, à tous les amis de la France. Ce jour-là, le bâtiment de l’ambassade fut submergé par la foule, en particulier par des jeunes hommes et jeunes femmes de la capitale, du moins selon les dires de Roger Milliex31. Ce geste hautement symbolique de Baelen ne passa pas inaperçu. À la suite des festivités ayant eu lieu à l’ambassade, une grande manifestation fut organisée au Champ de Mars le 15 juillet, sous l’égide de la municipalité d’Athènes, pour célébrer la fête nationale française, avec la participation, selon des sources de l’époque, de milliers d’Athéniens32. L’EAM33 participa massivement à la manifestation34 et Yannis Ritsos déclama en public, sous les applaudissements de la foule, son célèbre poème Lettre à la France35. La dimension politique que prit la célébration de la fête nationale française en 1945 semble avoir coûté son poste au diplomate français. Peu après ces célébrations, en août 1945, Baelen quitta Athènes, muté sur un poste diplomatique à Stockholm.

  • 36 Centre d’études d’Asie mineure (ci-après CEAM), archives Octave Merlier (ci-après AOM), corresponda (...)
  • 37 Voir N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 13.
  • 38 ADN, AIFA, 754PO/1/9, « Le directeur à Joxe, directeur général de la DGAC, 20 juin 1947 ».

27La répercussion politique de la célébration de la fête nationale française à Athènes en 1945 fit une autre victime : Roger Milliex. Le secrétaire de l’Institut français fut considéré comme l’un des responsables de la tension politique créée sur le Champ de Mars à l’occasion de cette célébration. Milliex, qui s’était rendu en France pour y passer des vacances, fut contraint, sur ordre de l’ambassade française, de prolonger de dix mois environ son séjour à Paris (jusqu’en mai 1946), repoussant son retour en Grèce jusqu’à ce que l’agitation provoquée par ses affinités pro-EAM retombe36. Il se trouvait en réalité soumis à un régime informel d’ostracisme administratif et politique. Par conséquent, et malgré tout ce qui a pu être écrit à ce propos37, le professeur philhellène de l’Institut ne participa finalement pas à la procédure de sélection des boursiers de 1945, ni à la préparation de leur voyage à Paris, comme le prouvent les documents à notre disposition. Plus tard, lorsque les accusations liées à la présence de communistes sur le Mataroa touchèrent également Milliex, Merlier s’empressa de préciser que son proche collaborateur marseillais ne s’était pas occupé de l’expédition des boursiers grecs de 1945, puisqu’il se trouvait en France à ce moment-là38.

  • 39 R. Milliex, « Jean Baelen...», art. cit., p. 183.

28Avant d’être éloigné de la direction de l’ambassade française à Athènes, Baelen eut le temps de se pencher sur la question de l’attribution de bourses françaises à des étudiants grecs. Selon le témoignage de Roger Milliex, l’initiative d’un tel programme d’attribution immédiatement après la guerre n’émana pas seulement de Merlier, comme nous le pensions jusqu’à maintenant, mais également de Baelen. Quelques mois seulement après son arrivée à Athènes, au printemps 1945, le directeur de l’ambassade française demanda l’établissement d’une liste d’auteurs, artistes et chercheurs grecs susceptibles de se voir attribuer une bourse du gouvernement français39.

  • 40 O. Merlier, « Οι γαλλικές υποτροφίες » [Les bourses françaises], art. cit.
  • 41 Fr. Bordes, Kostas Papaïoannou, op. cit., p. 55-56.

29En avril de la même année, se trouvant à Paris à la recherche d’un moyen de transport lui permettant de regagner la Grèce, Merlier demanda au directeur de la direction générale des Affaires culturelles, Henri Laugier, l’augmentation du nombre de bourses françaises attribuables à des étudiants grecs40. Un certain intérêt pour la mise en place d’un programme de bourses du gouvernement français se manifesta également du côté grec. En mai 1945, lors d’une réunion en face-à-face, le régent de la Grèce, l’archevêque Damaskinos, demanda aussi à l’ambassadeur de France à Athènes l’octroi de bourses françaises à des étudiants grecs41. Cet intérêt grec conduira, comme nous le verrons par la suite, les autorités grecques à coopérer au projet d’envoi de boursiers en France.

  • 42 ADN, AIFA, 1090, « Note sur l’envoi en France des boursiers grecs en 1945-1946 ».

30Les démarches de l’ambassadeur et du directeur de l’Institut auprès de la direction générale du ministère furent fructueuses, puisqu’elles donnèrent lieu au doublement du nombre de bourses annuelles, passant de 20 avant la guerre à 40 en 194542. Immédiatement après son arrivée en Grèce, le directeur de l’Institut, fort de son expérience, exploita de la meilleure manière qui soit l’intérêt initial de l’ambassade et parvint, comme nous l’avons vu, à donner, grâce à d’habiles manœuvres, au programme de bourses une envergure plus grande encore, faisant plus que tripler le nombre de ses bénéficiaires. Ainsi, durant les mois critiques de l’été 1945, lorsque Merlier mit à exécution son plan ambitieux de distribuer des dizaines de bourses et d’organiser l’expédition de plus de 200 étudiants grecs vers France, avec ou sans bourse, il put compter sur le soutien du nouveau délégué à l’ambassade de France. En bref, sans l’appui politique de Baelen, il n’est pas certain que Merlier aurait réussi à mener à bien cet ambitieux projet. De ce point de vue, il est d’ailleurs remarquable qu’en août 1945, la nomination d’un nouvel ambassadeur français à Athènes, De Vaux Saint-Cyr, ait marqué un changement de cap radical dans la politique d’attribution des bourses.

La coopération des autorités grecques à l’entreprise française

31Au-delà de l’appui politique apporté par l’ambassade française aux efforts de l’Institut français, le projet d’envoyer des étudiants grecs en France en 1945 doit aussi, dans une assez large mesure, son aboutissement à la bonne volonté des autorités grecques. Merlier parvint à conférer à l’allocation de bourses et à l’expédition d’étudiants grecs en France le caractère d’une coopération intergouvernementale franco-hellénique officielle.

  • 43 ADN, AIFA, 1090, « Note sur les frais de voyage de 70 boursiers assumés par le gouvernement helléni (...)
  • 44 ADN, AIFA, 1090, « Description objective du voyage des boursiers du gouvernement français, d’Athène (...)

32Tout d’abord, le départ des boursiers et des autres étudiants vers la France se fit avec la permission des autorités gouvernementales grecques qui, nous l’avons vu, contrôlèrent la liste des boursiers. Les autorisations de sortie du territoire furent ainsi obtenues, sans difficultés particulières, de la part des autorités policières, militaires et bancaires grecques – bancaires, en raison des mesures de restriction de change –, pour tous les boursiers ainsi que pour tous les étudiants voyageant à leurs propres frais. La participation grecque à la politique d’attribution de bourses prit aussi des formes plus pratiques, puisque les autorités grecques acceptèrent de cofinancer le transport des boursiers du gouvernement français vers la France43. Le ministère grec des Affaires étrangères activa également le réseau des ambassades et consulats grecs à l’étranger. Ainsi, au cours de leur voyage vers la France, les étudiants-voyageurs furent accueillis et parfois aidés par les consulats grecs de Bari, Lugano et Bale, et par des agents diplomatiques de l’ambassade de Grèce à Rome44.

33En outre, le ministère grec de l’éducation fut chargé de choisir les professeurs de français qui se rendraient à Paris pour bénéficier d’une formation supérieure, aux frais du gouvernement français. Une commission fut constituée à cet effet, réunissant trois hauts fonctionnaires du ministère parmi lesquels se trouvait Evangelos Papanoutsos. Les membres examinèrent, en décembre 1945, les candidatures de 32 professeurs de langue française ayant manifesté leur intérêt à l’égard des bourses du gouvernement français. Vingt d’entre eux furent retenus pour partir à Paris avec les autres boursiers des différentes disciplines.

34La participation officielle du gouvernement grec au programme français de bourses facilita évidemment la mise en œuvre des plans de Merlier. Puisque la participation de la Grèce était officielle, les autorités grecques pouvaient difficilement créer des difficultés ou dresser de sérieux obstacles à l’envoi des étudiants en France. Les Français conservaient, en parallèle, un contrôle total sur la question cruciale de la sélection des candidats, pour l’immense majorité des bourses. Nous pouvons ici constater, une fois encore, avec quelle habileté Merlier géra cette affaire d’allocation de bourses par le gouvernement français après la guerre.

  • 45 N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες… » [Bourses gouvernementales étrangères...], art.. cit., (...)
  • 46 Lorenz Plassman, Comme dans une nuit de Pâques ? Les relations franco-grecques, 1944-1981, Bruxelle (...)

35En tout état de cause, tout semble indiquer que les autorités gouvernementales grecques étaient disposées à coopérer dans le cadre de ce projet. Et ce malgré le fait qu’elles avaient parfaitement connaissance, dès novembre 1945, c’est-à-dire avant le départ du Mataroa, de la présence de communistes parmi les boursiers45. Il semblerait que les autorités grecques aient vu dans leur participation à ce programme une occasion de développer des relations bilatérales et de renforcer leurs liens avec la France et ses nouveaux dirigeants politiques. Une manœuvre par laquelle elles tentèrent, peut-être, de réduire leur dépendance politique et diplomatique vis-à-vis des Anglais. Le gouvernement de Giorgos Papandréou fut, par ailleurs, un des premiers à reconnaître le Gouvernement provisoire de la République française du général de Gaulle46. Pour mieux comprendre la posture grecque, il faut prendre en compte l’instabilité politique que connut le pays à l’automne 1945 : en à peine quatre mois, entre le début du mois d’octobre et le départ du Mataroa, fin décembre, pas moins de quatre premiers ministres se succédèrent à la tête du gouvernement.

Décembre 1945 : le départ du Mataroa. Le premier acte d’une entreprise complexe de transport collectif dans des conditions défavorables

  • 47 François Bordes, « Exil et création des penseurs grecs dans la vie intellectuelle française », in S (...)

36Le Mataroa, navire à passagers d’une capacité totale de 550 places, fut réquisitionné pendant la Seconde Guerre mondiale et servit au transport de troupes de la Marine anglaise. Après la guerre, il poursuivit sa carrière militaire, effectuant des trajets en Méditerranée, transportant vers la Palestine – alors sous domination anglaise – non seulement des soldats britanniques, mais aussi des Juifs survivants des camps d’extermination. C’est apparemment au retour d’un tel voyage que le Mataroa entra dans le port du Pirée, en décembre 1945, en vue d’emmener vers la France des étudiants grecs qui, depuis le mois de septembre de la même année, cherchaient désespérément un moyen de transport maritime47.

  • 48 ADN, AIFA, 1090, « C. G. Athanasoulas à O. Merlier, directeur de l’Institut français, 8 octobre 194 (...)

37La traversée des étudiants vers l’Italie puis leur voyage en train jusqu’à la France furent organisés par l’agence de voyages Hermès48. Cette agence athénienne collaborait avec l’Institut français d’Athènes, en charge de mener à bien le transport collectif de 240 étudiants, boursiers ou non, jusqu’à Paris. Ainsi, ce qu’il est convenu d’appeler le « voyage du Mataroa » s’inscrit en réalité dans une entreprise complexe de transport collectif d’étudiants par la mer et par la terre, impliquant les autorités grecques et françaises, et à laquelle contribua également une agence de voyages privée.

  • 49 ADN, AIFA, 1090, « Manifeste d’embarquement, Athènes, 22 décembre 1945, signé par G. Athanasoulas » (...)

38Le Mataroa quitta le port du Pirée à l’aube du 22 décembre, en direction de Tarente, dans le sud de l’Italie, avec, à son bord, 124 des 240 étudiants grecs souhaitant se rendre en France. Les noms et prénoms de tous ceux qui embarquèrent ce jour-là figurent, accompagnés du domaine d’étude du « boursier » ou de « l’étudiant », sur la liste des passagers que l’agence Hermès transmit à la direction de l’Institut français (Annexe I)49. Avec ces 124 étudiants voyageaient également 6 conjoints, ayant pris à leur charge les frais de leur voyage vers la France.

  • 50 Ibid.
  • 51 N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες… » [Bourses gouvernementales étrangères...], art. cit., p (...)

39Sur les 124 étudiants-passagers du Mataroa, 97 étaient boursiers du gouvernement français (pour l’année académique 1945-1946) et 27 autres étudiants voyageaient « à leurs propres frais »50. Cette dernière catégorie de passagers constituait en réalité une invention du directeur de l’Institut français d’Athènes, visant à faire bénéficier de ce transport collectif des étudiants grecs n’ayant pas obtenu de bourse51. Le Mataroa transporta donc deux tiers des boursiers de 1945 et un tiers des étudiants voyageant à leurs propres frais. Il fallut, comme nous allons le voir par la suite, organiser d’autres expéditions collectives, dans les mois suivants, avec différents moyens de transport, pour assurer le transfert de la quasi-totalité de 238 étudiants qui avaient été jugés dignes d’être assistés dans leur voyage d’études en France. Ainsi, en réalité, le départ du Mataroa en décembre 1945 n’était que le premier acte d’une opération complexe de transport collectif d’étudiants vers la France, opération qui dura encore six mois, pour s’achever à l’été 1946.

  • 52 A. Kédros, Ο άνθρωπος µε το γαρίφαλο [L’homme à l’œillet…], op. cit., p. 34.

40En dehors d’étudiants grecs, le navire transportait également des soldats et marins anglais. Comme il ressort de tous les témoignages disponibles, les rapports entre les étudiants et les soldats furent excellents durant la brève traversée vers l’Italie. Il ne faut toutefois pas oublier que, dans ce contexte post-Dekemvriana, l’image du soldat britannique symbolisait, pour une partie au moins des passagers grecs du Mataroa, la nouvelle menace planant sur l’indépendance nationale du pays. En particulier pour ceux qui avaient pris part, dans les rangs de l’Armée populaire de libération nationale grecque (ELAS), aux affrontements qui eurent lieu à Athènes en décembre 1944, les soldats britanniques représentaient l’ancien adversaire militaire, si ce n’est le nouvel occupant. La présence militaire britannique à bord ne manqua d’ailleurs pas de faire l’objet d’un commentaire de la part d’un ancien combattant de l’ELAS participant au voyage : « À peine un an auparavant, à Athènes, les Anglais étaient nos ennemis. Mais le temps passait et les passions se calmaient52 ». Il peut effectivement sembler étrange que des étudiants grecs ayant participé au conflit armé aient été transportés vers la France par un navire assigné au service des forces militaires britanniques, alors même que le souvenir des affrontements de décembre 1944, les Dekemvriana, était encore si frais dans les mémoires.

  • 53 ADN, AIFA, 1090, « Description objective du voyage des boursiers du gouvernement français, d’Athène (...)

41Les étudiants grecs débarquèrent à Tarente le 24 décembre et prirent place à bord de trains italiens pour poursuivre leur voyage collectif et traverser l’Italie puis la Suisse, via Rome, Bologne, et Bâle. Ils arrivèrent à Paris le soir du 28 décembre53. Un voyage qui, avant la guerre, ne prenait pas plus de deux à trois jours avait duré presque une semaine à la fin de 1945 – ce qui est révélateur des sérieuses difficultés auxquelles se trouvait confrontée toute tentative de déplacement en groupe entre les deux pays, plus d’un an après la fin de leur occupation par les Allemands.

  • 54 Voir N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., et les témoignages (...)

42Bien des choses ont été écrites sur les conditions aventureuses dans lesquelles s’est déroulé le voyage, sur mer et sur terre, des boursiers de 1945 vers la France, s’appuyant principalement sur les récits de passagers survivants, dont les témoignages furent recueillis plus de six décennies après le départ du Mataroa : la longue période d’attente qui fut nécessaire avant qu’un bateau disponible ne soit trouvé (septembre-décembre 1945) ; la traversée de l’Adriatique, avec la hantise des mines marines et les exercices d’évacuation ; les sentiments d’euphorie, d’enthousiasme et de délivrance des passagers ; la lenteur – le supplice, presque – du voyage en train du sud au nord de la péninsule italienne, dans des wagons en bois sans fenêtres, sans lumière, sans accès à des installations sanitaires ; les tentatives désespérées de se procurer de la nourriture, qui s’échangeait contre des paquets de cigarettes ; la vaporisation humiliante des passagers au DDT par les autorités frontalières suisses54. Un récit détaillé du voyage des passagers du Mataroa par le chef de l’expédition, Panos Tzelepis, figure en annexe du présent ouvrage (Annexe II).

  • 55 Chr. Daniil (dir.), Μάτση Χατζηλαζάρου. Γράµµατα από το Παρίσι στον Ανδρέα Εµπειρίκο (1946-1947) [M (...)

43Le voyage lui-même ayant déjà fait l’objet de récits fouillés et riches en détail, il ne me semble pas nécessaire d’ajouter ici de documentation supplémentaire. Il convient toutefois de souligner que de nombreux témoignages insistent sur la grande différence qui existe entre la manière dont furent vécues la partie maritime et la partie terrestre du voyage : d’une part, le sentiment de soulagement et la joie liés à la traversée du Mataroa, de l’autre, l’inconfort et les souffrances provoqués par une trop lente progression ferroviaire à travers l’Italie. De ce point de vue, le témoignage de Matsi Hatzilazarou est caractéristique : « le calvaire des trains italiens est indescriptible ! […] Moi, en tout cas, à partir de Tarente, j’ai voyagé comme dans un cauchemar, j’avais perdu tout espoir de voir Paris un jour55 ».

  • 56 A. Kédros, Ο άνθρωπος µε το γαρίφαλο [L’homme à l’œillet…], op. cit., p. 35.

44Pour la plupart des passagers grecs, le voyage du Mataroa signifiait la sortie d’une guerre sans fin, l’éloignement des dangers et des restrictions qui l’accompagnaient, le retour à l’ancienne pratique du « pèlerinage » à La Mecque intellectuelle, scientifique et artistique que constituait Paris. Il nous suffit de citer un bref extrait du témoignage d’un autre passager de Mataroa, Virgile Solomonidis, qui me semble parfaitement résumer les sentiments de bon nombre de ses compagnons de voyage, tandis qu’ils quittaient la Grèce : « Nous laissions derrière nous la guerre et un pays transformé tout entier en un gigantesque piège. Et surtout, nous nous dirigions vers l’Occident, vers la ville Lumière, vers l’aventure56… ».

  • 57 AMFAE, DGAC, 1945-1947, Grèce 66, « Octave Merlier à Laugier, Athènes, 20 décembre 1945 » ; CEAM, A (...)
  • 58 ADN, AIFA, 1090, « Description objective du voyage des boursiers du gouv. français, d’Athènes à Par (...)
  • 59 AMFAE, DGAC, Grèce 66, « Télégramme de H. Ducoux à Merlier, Paris, 30 décembre 1945 ».

45Lors de leur arrivée à Paris, à la gare de l’Est, le 28 décembre 1945, les voyageurs furent accueillis par de proches collaborateurs de Merlier. Henri Ducoux, architecte de l’École française d’archéologie, membre de la commission française des bourses, collaborateur et ami de Merlier, se trouvait à la gare. Il était accompagné de Roger et Tatiana Milliex, qui séjournaient à Paris depuis la mi-août de la même année57. En tant que correspondant et homme de confiance de Merlier, Ducoux joua un rôle important dans l’accueil des étudiants grecs dans la capitale française, se chargeant de régler systématiquement les dizaines de questions pratiques liées à leur transport et leur installation parisienne, du dédouanement des bagages au versement des bourses58. Un jeune agent diplomatique de l’ambassade de Grèce à Paris était également présent lors de l’arrivée des voyageurs puisque l’expédition des boursiers de 1945 avait aussi lieu, nous l’avons vu, sous l’égide du gouvernement grec. Trois universitaires vinrent également « souhaiter la bienvenue » aux étudiants-voyageurs grecs du Mataroa : Hubert Pernot, professeur retraité de grec moderne et de linguistique à la Sorbonne, André Mirambel, successeur de Psicharis à la chaire de grec moderne à l’École nationale des langues orientales, et Sophia Antoniadis, maître de conférences à l’Institut néo-hellénique de Paris. Mobilisés par Merlier, les trois néo-hellénistes rendirent visite aux voyageurs à la Fondation hellénique de la Cité universitaire, le lendemain de leur arrivée à Paris59.

46Il ne fait aucun doute que l’accueil qui fut réservé aux passagers du Mataroa constituait un phénomène sans précédent. La prise en charge de l’expédition de boursiers et d’étudiants grecs vers la France par les autorités gouvernementales représentait, en soi, un événement inédit dans l’histoire des migrations étudiantes grecques – d’autant plus que cette expédition était de grande envergure. C’était la première fois que des Grecs désireux d’étudier à l’étranger bénéficiaient de tant d’aide pour leur voyage d’études ; ils profitèrent d’une assistance gouvernementale systématique et complète, à chaque étape de leur projet, depuis les procédures administratives jusqu’au transport et à l’hébergement en France.

47Jusqu’alors, la prise en charge du gouvernement se limitait, en gros, au financement du séjour et, parfois, du voyage vers le pays d’accueil, tandis qu’il incombait aux boursiers de régler toutes les questions pratiques (organisation du voyage, recherche d’un logement, obtention des autorisations administratives, etc.). De l’organisation méthodique du voyage par les services gouvernementaux découla d’ailleurs le caractère collectif du transport, mais également de l’installation des étudiants grecs en France. Ce caractère collectif constitue une autre particularité des premières expéditions d’après-guerre et s’observe tant dans l’expédition du Mataroa, fin 1945, que dans celles qui suivraient, comme celle du Gripshlom, dans les premiers mois de 1946.

Mataroa et Gripsholm : et pourtant, il y avait deux bateaux !

48Jusqu’à présent, le voyage des boursiers de 1945 était associé au seul Mataroa. On ignore souvent que le transport de ces étudiants grecs, boursiers ou non, nécessita en réalité plusieurs expéditions collectives. Le Mataroa, qui prit la mer en décembre 1945 en direction de Tarente avec 124 étudiants à bord, ne constituait donc qu’une première expédition. Un peu plus d’un mois après, au début de février 1946, une deuxième expédition eut lieu. Le navire suédois Gripsholm quitta le port du Pirée en direction de Marseille, emportant avec lui 70 des 240 étudiants sélectionnés.

  • 60 Archives historiques du ministère des Affaires étrangères (Athènes), du ministère des Affaires étra (...)
  • 61 « Des étudiants grecs à Paris », Le Monde, 06.02.1946.
  • 62 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 351-352.

49Parmi eux se trouvaient 34 des boursiers de 194560. Après leur arrivée dans le port marseillais, les étudiants grecs gagnèrent Paris en train. Si les moyens de transport utilisés furent les mêmes, la deuxième équipée suivit un itinéraire différent, les menant directement en France, sans traverser de pays intermédiaires. Tout semble indiquer que le voyage du Grispholm fut plus bref, moins pénible et moins hasardeux que celui du Mataroa – c’est peut-être pour cette raison qu’il ne laissa pas de souvenirs aussi vifs à ses passagers grecs. L’arrivée du deuxième groupe d’étudiants grecs à Paris ne passa pourtant pas inaperçue de la presse française. Dans un bref article, le journal Le Monde faisait référence à l’arrivée de 70 étudiants grecs, début février 194661. L’arrivée de dizaines d’étudiants étrangers dans une gare parisienne, dans les premières années de l’après-guerre, dans le cadre qui plus est d’une expédition collective – un fait tout à fait inhabituel – constituait, à n’en pas douter, un véritable événement. Plus d’un an et demi après la fin de la guerre, la présence des étudiants étrangers dans les universités françaises demeurait faible, contrairement à ce qui avait été le cas durant l’entre-deux-guerres, quand l’émigration étudiante massive vers la France en avait fait la destination d’études la plus importante au monde62. L’arrivée des étudiants-voyageurs dans la capitale française faisait donc évidemment naître l’espoir que la France allait retrouver son statut de destination favorite des mobilités étudiantes dans l’après-guerre.

  • 63 ADN, AIFA, 1051, « Le directeur (de l’Institut) au directeur général de la DGAC, Athènes, 1er févri (...)

50La deuxième expédition collective vers la France, celle du Gripsholm, comptait 12 professeurs de français, 13 boursiers originaires de villes de province qui n’avaient pas eu le temps de rejoindre Athènes avant le départ du Mataroa, ainsi que tous les étudiants, boursiers ou non, qui n’avaient pas pu, pour des raisons administratives ou autres, partir en décembre 194563. Sur la liste des passagers du Gripsholm ne figure aucun étudiant qui connaîtrait, par la suite, une quelconque notoriété, de par ses activités ou réalisations intellectuelles, scientifiques ou artistique. Cela explique peut-être pourquoi le Mataroa a totalement éclipsé le Gripsholm : tandis que le premier est entré dans l’histoire, le second est finalement tombé dans l’oubli.

  • 64 Il s’agit de Kakouris Nikos (architecte), Lazaridis Emmanuel (architecte), Tsolakis Panos (architec (...)

51Au moins deux navires furent donc nécessaires pour que la grande majorité des boursiers et des étudiants voyageant avec eux à leurs propres frais rejoignent Paris, pratiquement au milieu de l’année universitaire. Après le départ du Gripsholm, un certain nombre d’étudiants, boursiers ou non, se trouvaient encore en Grèce, soit parce qu’ils n’avaient pas trouvé de moyen de transport, soit parce qu’ils avaient pris du retard dans l’obtention des autorisations administratives nécessaires, soit encore pour des raisons personnelles (par exemple, pour cause de maladie). En mars 1946, le nombre d’étudiants présents encore sur le territoire grec s’élevait à 2364.

  • 65 ADN, AIFA, 1044, « O. Merlier à l’ambassadeur français, 4 mars 1946 ».

52Pour ceux qui n’avaient pas encore quitté la Grèce, l’ingénieux Merlier « machina » une solution alternative : leur transfert vers la France à bord de l’avion militaire français qui, deux fois par mois, reliait Paris à Athènes via Rome, transportant exclusivement la valise diplomatique et des hauts fonctionnaires du gouvernement. Il semblerait qu’au moins deux boursiers (Karouzos et Kalpouzos), mais peut-être davantage, aient gagné Paris par avion65. Il fallut donc neuf mois, au total, pour transférer vers Paris l’immense majorité (mais pas l’intégralité) des 238 étudiants grecs que la commission des bourses avait jugés dignes, en septembre 1945, de recevoir de l’aide pour leur voyage d’études en France.

  • 66 ADN, AIFA, 1090, « Bourses 1947-1948 ou antérieures renouvelables pour 1948-1949 ».
  • 67 Voir dans le présent ouvrage Panayotis Tournikiotis, « Les architectes du Mataroa ». Effectivement, (...)

53Le fait que certains boursiers de 1945 ne parvinrent pas à utiliser leur bourse durant l’année universitaire 1945-1946, mais durent attendre des années universitaires ultérieures est particulièrement révélateur des difficultés souvent insurmontables qui se présentaient dans l’après-guerre. Initialement boursier pour 1945, Dimitris Tsiropinas, diplômé de droit, n’arriva finalement à Paris qu’en janvier 1948, profitant d’une bourse de 194766. D’autres boursiers de 1945 ne parvinrent finalement pas à bénéficier de l’aide de l’Institut français et restèrent en Grèce, ne pouvant mettre à profit l’occasion qui leur avait été donnée d’étudier en France. C’est vraisemblablement le cas de l’architecte Panos Tsolakis. Bien qu’apparaissant sur la liste des boursiers, il ne voyagea finalement pas à bord du Mataroa, comme le révèlent tant l’examen de la liste des passagers que le témoignage de son fils67. Cette assistance gouvernementale inédite ne suffit donc pas toujours à surmonter les nombreux obstacles qui rendaient un départ pour des études en France exceptionnellement incertain dans les premières années suivant la fin de la guerre.

Un voyage « salvateur » ?

  • 68 Voir N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 16 et 28, et Fo (...)
  • 69 N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες… » [Bourses gouvernementales étrangères...], art. cit., p (...)
  • 70 ADN, IFA, 1090, « Note sur l’envoi en France des boursiers grecs en 1945-1946 » ; 1044, « Le direct (...)
  • 71 ADN, IFA, 1090, « Description objective du voyage des boursiers du gouv. français, d’Athènes à Pari (...)

54Le voyage du Mataroa a souvent été présenté comme une opération de sauvetage d’intellectuels de gauche victimes de persécutions organisée personnellement par Octave Merlier68. Comme cela a également été soutenu ailleurs, cette interprétation ne semble pas fondée69. Il serait tout d’abord étrange de penser que les mécanismes de sécurité de l’État grec de l’après-guerre laissent des communistes connus pour leur activité politique « s’évader », en connaissance de cause, après un examen minutieux. Comme l’indique un document de l’Institut français, la commission des bourses française soumit au ministre grec de l’Éducation publique, Giorgos Ikonomou, une liste comprenant les noms et prénoms de tous les étudiants grecs qui partiraient pour la France. Cette liste fut ensuite transmise au service de sécurité du ministère de la Sécurité publique, ainsi qu’à celui du Quartier général de l’armée. Il est donc certain que les autorités grecques eurent très tôt connaissance de l’identité des passagers du Mataroa. Un examen approfondi de la liste ne les empêcha pourtant pas d’accorder les autorisations de sortie du territoire requises. Seuls deux ou trois boursiers n’obtinrent pas leur autorisation de quitter la Grèce, sans que les motifs du refus ne soient spécifiés sur les documents relatifs70. Avant qu’ils n’embarquent sur le Mataroa, le 21 décembre 1945, les voyageurs-étudiants furent soumis à un contrôle policier par les autorités portuaires. Les services de sécurité, vraisemblablement à la recherche de documents, se limitèrent cependant à un contrôle des bagages et firent passer un bref interrogatoire à Elli Alexiou et Memos Makris, dont ils connaissaient très probablement les liens avec le PC grec, sans pour autant empêcher leur départ71. Visiblement, les services de sécurité cherchaient avant tout à faire obstacle à un éventuel transport de matériel politique imprimé et non à interdire une sortie du territoire. Il est clair, je crois, que les services de sécurité grecs auraient été en mesure de déjouer n’importe quel « plan d’évasion » – si un tel plan avait existé.

  • 72 Ibid., p. 98.

55En outre, le choix des boursiers se fit, nous l’avons vu, à travers une procédure collective exigeant une prise de décision à l’unanimité par les cinq membres de la commission française, sur la base de critères bien définis, dans un esprit de mérite et sans prise en compte des opinions politiques des candidats. Le cadre de fonctionnement de la commission rendait extrêmement difficile, si ce n’est impossible, toute manipulation arbitraire et partiale de la part de Merlier – à plus forte raison à une grande échelle. Nous savons également que certains membres de la commission ne se distinguaient pas par leurs sensibilités communistes72. Il ne semble donc pas que Merlier ait eu le loisir d’effectuer des choix fondés non pas sur le mérite mais sur des préférences politiques personnelles.

  • 73 K. Th. Dimaras, N. Svoronos, Η Μέθοδος της Ιστορίας [La méthode de l’histoire…], op. cit., p. 121.
  • 74 Nicolas Manitakis, « Struggling from Abroad: Greek Communist Activities in France during the Greek (...)

56En ce qui concerne les membres du PC grec, qui obéissaient au principe de collégialité du parti, leur départ pour la France ne pouvait advenir sans l’autorisation de la direction du parti et le consentement de leurs camarades. Nicolas Svoronos le confirme d’ailleurs dans son interview : « Tous les boursiers communistes étaient partis avec l’accord du Parti73 ». Il n’existe, cependant, aucun élément laissant penser que le parti communiste ait cherché, malgré le danger imminent, à protéger certains de ses membres persécutés grâce à un « plan d’évasion » élaboré en collaboration avec Merlier. Au contraire, il ressort des témoignages existants que les soumissions de candidature à l’obtention d’une bourse française aient été encouragées par le parti dans le but supérieur d’établir à l’étranger un mécanisme de propagande de parti. Comme cela advint effectivement74. Virgile Solomonidis écrit à ce sujet :

  • 75 A. Kédros, Ο άνθρωπος µε το γαρίφαλο [L’homme à l’œillet…], op. cit., p. 31.

La situation politique était devenue explosive. Si je restais, je risquais de me retrouver en prison, comme tant d’autres. […] C’est pourquoi mes parents et ma fiancée insistèrent pour que je m’en aille au plus vite. Mes camarades de résistance, même si la plupart d’entre eux étaient encore libres, nous encouragèrent à profiter de ces bourses pour devenir les hérauts de notre lutte à l’Occident. Ils attendaient de nous que nous éclairions l’opinion publique internationale quant aux événements de l’actualité grecque, qui avaient pris des dimensions dramatiques75.

  • 76 Au sujet de la posture conciliatrice et de l’orientation du PC grec vers une action politique légal (...)
  • 77 Voir N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 149.

57Il me semble qu’il serait également exagéré de considérer que le directeur de l’Institut, ou n’importe lequel de ses contemporains, aussi visionnaire soit-il, ait pu prévoir avec certitude comment le conflit civil allait évoluer durant l’incertaine année 1945. Ce fut effectivement une année durant laquelle tout semblait encore possible, le chemin du pays pouvant bifurquer soit vers la réconciliation et l’apaisement, soit vers la fracture définitive et la reprise des violents affrontements politiques76. C’est là que réside tout le danger de l’anachronisme et de l’adoption d’interprétations déterministes, qui n’ont visiblement pas laissé indemne la mémoire des témoins de l’époque77.

58Enfin, on ne peut pas faire abstraction du fait qu’il n’existe pas d’éléments concrets plaidant en faveur d’une telle interprétation. À ce jour, et à ma connaissance, rien dans l’abondante correspondance de Merlier, aussi bien dans ses échanges officiels avec les organismes administratifs que dans sa communication personnelle avec des personnes de confiance (collaborateurs, amis, boursiers), ne permet d’affirmer avec certitude qu’il a délibérément attribué des bourses à des étudiants de gauche pour sauver des vies. Au contraire, les sources disponibles montrent que le directeur comptait sur le fait que les boursiers rentreraient en Grèce après la fin de leurs études, dans l’espoir que, riches de leurs précieuses connaissances et de l’expérience nouvellement acquise, ils participeraient à la reconstruction du pays. Dans une interview accordée au journal Elefthera Grammata en novembre 1945, il affirmait :

  • 78 O. Merlier, « Οι γαλλικές υποτροφίες » [Les bourses françaises], art. cit., p. 9.

Je recherchais surtout de jeunes scientifiques qui se rendraient à Paris et dans d’autres centres urbains comme Lyon, Montpellier, Nancy ou Strasbourg, y observeraient le gigantesque travail de reconstruction et, une fois rentrés en Grèce, offriraient leur expérience créative78.

59Il faudrait donc que le rôle de sauveur-protecteur des intellectuels de gauche attribué à Merlier, qui fut en partie exagéré et auquel on donna un caractère mythique, soit ramené à ses dimensions réelles.

  • 79 É. Haviland, Κώστας Αξελός… [Kostas Axelos…], op. cit., p. 28-30.

60L’absence d’un « plan d’évasion » ne signifie évidemment pas que, dans l’après-Varkiza, durant une période aussi connue comme celle du « terrorisme blanc », toutes sortes de dangers ne menaçaient pas les étudiants de gauche qui s’apprêtaient à partir pour la France, tout particulièrement ceux qui avaient pris part aux affrontements de décembre 1944. Il semblerait toutefois, là aussi, que le degré réel de danger et le sentiment subjectif de menace différaient d’un cas à l’autre. Il faudrait examiner chaque cas séparément, sur la base d’éléments biographiques aussi riches que possible, et éviter les généralisations. Les risques de privation de la liberté semblent néanmoins avoir été réels pour certains d’entre eux. C’est le cas de Kostas Axelos. Ayant été arrêté, molesté et emprisonné lors des affrontements athéniens de décembre 1944, en tant que membre de l’ELAS, il fut de nouveau arrêté, après l’accord de Varkiza, puis libéré assez rapidement79. Même s’ils ne faisaient pas encore l’objet de condamnations définitives, la sortie du pays représentait, pour les étudiants en question, un acte élémentaire de survie.

  • 80 Polimeris Voglis, Η αδύνατη Επανάσταση. Η κοινωνική δυναµική του Εµφυλίου [La révolution impossible (...)
  • 81 N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες… » [Bourses gouvernementales étrangères...], art. cit., p (...)
  • 82 N. Manitakis, « Struggling from Abroad…», art. cit., p. 111.

61Il semblerait, en revanche, selon les éléments dont nous disposons jusqu’à présent, que d’autres étudiants aux convictions de gauche ayant participé à la Résistance et s’apprêtant à embarquer sur le Mataroa ne se trouvaient pas en danger immédiat d’arrestation, d’emprisonnement, de condamnation ou d’enrôlement forcé dans l’armée nationale, à la veille de leur départ pour la France. La situation floue et incertaine caractérisant les derniers mois de 1945 ne doit pas être confondue avec les conditions exceptionnellement dangereuses qui allaient régner plus tard, surtout après 1947, lorsque les persécutions à l’encontre des cadres et sympathisants de gauche atteignirent des sommets, à Athènes et dans le reste des centres urbains, avec des arrestations massives et de très nombreuses instructions de procès, des milliers de condamnations, d’emprisonnements, de déportations et d’exécutions, comme le montrent les études sur la guerre civile80. De nombreux conscrits furent alors appelés à servir dans l’armée nationale. Tous les reports du service militaire qui avaient été accordés à des étudiants furent suspendus et des condamnations pour insubordination furent massivement prononcées. À ma connaissance, et selon les informations actuellement disponibles, les condamnations et persécutions en tout genre dont furent victimes les passagers du Mataroa, telles que renvoi de la fonction publique, confiscation du passeport ou retrait de la nationalité, remontent à cette période – période ultérieure, donc, au voyage du Mataroa et à leur départ de Grèce –, en particulier aux années 1948-195381. C’est à cette époque-là que Nicolas Svoronos, Elli Alexiou et Stamatis Karatzas, accusés d’activité communiste, et Cornelius Castoriadis, accusé d’insoumission, devinrent la cible de persécutions82. En d’autres termes, au moins dans la majorité des cas, les poursuites et condamnations à l’emprisonnement ou à l’exécution advinrent en l’absence des boursiers, après leur arrivée en France.

  • 83 N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες… » [Bourses gouvernementales étrangères...], art. cit., p (...)
  • 84 N. Manitakis, « Struggling from Abroad… », art. cit., p. 107-108.

62Le départ à bord du Mataroa – ou, plus tard, du Gripsholm – s’avéra finalement salvateur pour les étudiants-passagers qui appartenaient à des organisations de gauche pendant l’Occupation puis qui prirent part aux affrontements de décembre 1944. S’ils n’avaient pas embarqué sur le bateau aux frais du ministère français des Affaires étrangères en 1945, il est très probable, si ce n’est certain, qu’ils auraient fini soit comme détenus politiques dans des prisons ou sur des îles désertes – à condition qu’ils ne soient pas tombés, entre-temps, sous le feu des pelotons d’exécution – soit, en ce qui concerne les hommes, enrôlés dans l’armée nationale, ou déserteurs83. Et s’ils avaient tout de même survécu, échappant à la prison, à l’exil ou à l’exécution, il n’est pas certain qu’ils auraient pu éviter de suivre le chemin de l’exil politique dans les « républiques socialistes » de l’Europe de l’Est84.

  • 85 CEAM, AOM, « Correspondance, Elli Alexiou à Octave Merlier, Paris 30 mai 1947 ».

63À peine un an et demi après le départ des boursiers vers Paris, au printemps 1947, lorsque les persécutions se firent plus fréquentes et les arrestations plus nombreuses, il était devenu évident et apparaissait clairement à la conscience collective que le voyage du Mataroa avait été salvateur pour ses passagers de gauche. De ce point de vue, la phrase par laquelle Elli Alexiou, elle-même passagère du Mataroa, conclut une de ses lettres adressées de Paris à Octave Merlier, en mai 1947, est révélatrice. Lui demandant d’intervenir en faveur d’un étudiant en médecine, candidat à l’obtention d’une bourse du gouvernement français, elle écrit : « votre médiation va sauver une vie de plus85 ». En effet, après le départ du Mataroa et, peu après, du Gripsholm, en décembre 1945 et février 1946 respectivement, et jusqu’à la fin de la guerre civile, il n’existait aucun autre moyen légal pour sortir du territoire en groupe – pour ceux, du moins, qui pouvaient invoquer la raison d’une poursuite d’études à l’étranger.

Mataroa : le navire des auto-exilés de gauche ?

  • 86 N. Manitakis, « Struggling from Abroad… », art. cit., p. 107-108.

64Il a beaucoup été question des passagers de gauche jusqu’à présent. Mais combien étaient-ils, au juste ? L’étude des archives du PC grec laisse apparaître un groupe de 32 membres du parti communiste qui, immédiatement après leur arrivée à Paris, constituèrent, comme nous l’avons vu, un noyau dur d’étudiants politiquement actifs86.

  • 87 Sur la formation de la branche étudiante du parti communiste grec à Paris et son activité de propag (...)
  • 88 Fr. Bordes, Kostas Papaïoannou..., op. cit., p. 48-50.
  • 89 E. Kriaras, Πραγµατώσεις και όνειρα [Réalisations et rêves…], op. cit., p. 19, et lettre de I. Mil (...)
  • 90 Cornelius Castoriadis, Ο θρυµµατισµένος κόσµος [Le monde morcelé], Athènes, Ypsilon, 1990, p. 142 e (...)
  • 91 N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα[Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 98, 140-141. Voir au (...)
  • 92 AMFAE, DGAC, dossier 65, « Raisons pour lesquelles M. Merlier a démissionné », non daté.

65Les chiffres émanant des archives du Parti concordent dans une large mesure avec les estimations effectuées par l’attaché militaire de l’ambassade de Grèce à Paris, sur la base des informations à sa disposition. L’officier grec chargé de la surveillance des éléments « antinationaux » estimait lui aussi qu’une quarantaine de « communistes », au total, étaient arrivés en France à l’occasion des expéditions organisées par l’Institut français en 1945 et 1946. Il émerge donc un groupe communiste de trois ou quatre dizaines de membres actifs87. Nous savons que certains autres boursiers penchaient vers la gauche socialiste de l’EAM (K. Papaïoannou88, E. Kriaras89), tandis que d’autres encore adhéraient plutôt aux idées trotskistes (C. Castoriadis90). Pour beaucoup des étudiants restant, on peut imaginer qu’ils étaient peut-être sympathisants de gauche sans pour autant être actifs sur le plan politique. Contrairement à ce qui constitue l’impression dominante, tous les passagers du Mataroa n’étaient donc pas de gauche. Certains éléments indiquent même que plusieurs d’entre eux se situaient plutôt à l’antipode politique et idéologique91. Dans un courrier adressé à la direction des Affaires culturelles et vraisemblablement rédigé début 1946, tentant de réfuter l’accusation selon laquelle seuls « des membres de l’EAM et des communistes » avaient obtenu des bourses du gouvernement français, Merlier soutenait qu’il y avait probablement autant d’étudiants de droite que de gauche parmi les boursiers92. Ce témoignage va dans le même sens que les autres documents et ne doit donc pas être ignoré.

66Pour beaucoup de boursiers et d’étudiants de gauche, le voyage du Mataroa se transforma, comme on le sait, en départ sans retour. Le début d’une période d’exil hors de Grèce devant durer de nombreuses décennies. Pour certains, à Paris, pour d’autres, après un court séjour dans la capitale française, dans des villes d’Europe de l’Est. Les exilés purent rentrer en Grèce pour la première fois soit au milieu des années 1960, soit après la chute de la dictature (1974), lorsque les conséquences de la guerre civile commencèrent à se faire moins sensibles. Parmi les exilés figurent notamment les plus connus des boursiers du Mataroa : Cornelius Castoriadis, Kostas Axelos, Kostas Papaïoannou, Nicolas Svoronos, Mimica Cranaki, Georges Candilis, Virgile Solomonidis – plus connu, du moins en France, sous son nom d’auteur, André Kédros –, Kostas Coulentianos, Memos Makris, etc. C’est d’ailleurs pour cela que le voyage du Mataroa finit par devenir synonyme de l’exil dans la France de l’après-guerre. Ses passagers furent identifiés aux intellectuels grecs exilés à Paris.

  • 93 Voir F. Terzakis, Το πνεύµα στην εξορία [L’esprit de l’exil…], op. cit., p. 10.
  • 94 Au sujet de l’implication d’Adonis Kyrou dans l’exécution de Kitsos Maltezos, le traumatisme qui s’ (...)
  • 95 M. Cranaki, Οι Φιλέλληνες... [Les philhellènes...], op. cit., p. 52.
  • 96 Balint Andras Varga, Conversations with Iannis Xenakis, Londres, Faber and Faber, 1996, p. 18-19.

67L’identification du Mataroa aux personnalités grecques de gauche qui trouvèrent refuge et vécurent en France après la guerre civile prit une telle ampleur qu’on présente très souvent comme des passagers du navire des personnalités qui ne montèrent jamais à son bord et ne figurent pas sur la liste des boursiers de 1945. Les cas les plus connus sont ceux du réalisateur et auteur Adonis Kyrou et du compositeur et architecte Iannis Xenakis.93 Le premier se réfugia en France par ses propres moyens avant même le départ du Mataroa94. Il faisait même partie de ceux qui accueillirent les étudiants-voyageurs à la gare en décembre 194595. Xenakis, de son côté, dut quitter la Grèce en 1947, au moment même où s’intensifiaient les persécutions et les dangers immédiats qui menaçaient les cercles de gauche. Lorsqu’il fut appelé à rejoindre l’armée nationale, craignant de ne pas être exempté de ses obligations militaires malgré une flagrante blessure, il préféra quitter clandestinement la Grèce avec un passeport falsifié à destination de l’Italie, d’où il partit assez rapidement pour Paris96.

  • 97 Voir S. Jollivet, Chr. Premat, M. Rosengren (dir.), Destins d’exilés..., op. cit.

68Le voyage du Mataroa a ainsi tendance à devenir synonyme de l’auto-exil des intellectuels de gauche après la guerre. Il tend également à être identifié aux intellectuels grecs (ou d’origine grecque) les plus brillants et reconnus du xxe siècle, ayant connu un rayonnement international : Cornelius Castoriadis, Kostas Axelos, Kostas Papaïoannou97. Cette connotation explique l’importance historique et le prestige qui sont aujourd’hui encore associés au nom du bateau qui transporta la plupart des boursiers grecs du gouvernement français pour l’année 1945. L’importance du voyage du Mataroa ne peut pourtant pas être associée au seul phénomène de l’exil d’après-guerre, ni s’y limiter.

  • 98 N. Manitakis, « L’exil des jeunes Grecs...», art. cit., p. 56-61.

69Il faut également reconnaître que la tendance à l’installation permanente en France, et surtout à Paris, après la fin des études était assurément forte. Comme cela a été affirmé ailleurs, cela ne s’explique pas uniquement par les conditions défavorables qui régnaient en Grèce au niveau politique, économique et social, mais aussi à l’environnement particulièrement accueillant que rencontrèrent les étudiants grecs lors de leur arrivée à Paris en 1945 et 1946. La France hospitalière de la Libération n’avait rien en commun avec la France xénophobe des années 193098. Les milieux radicalisés des intellectuels, artistes et scientifiques français, sur lesquels l’influence du parti communiste se renforça notablement après la guerre, se montrèrent particulièrement solidaires à l’égard des étudiants grecs.

70D’assez nombreux témoignages font état des conditions favorables et des facilités qu’ils rencontrèrent dès les premiers jours de leur séjour parisien. Moins d’un mois après leur arrivée, le 18 janvier 1946, la boursière et passagère du Mataroa Georgia Tarsouli écrivait à l’un de ses collègues :

  • 99 ADN, AIFA 1083, « Courrier de Mme Georgia Tarsouli à un collègue des archives du centre de recherch (...)

Ici, ils se battent tous pour prendre soin de nous et mettre à notre entière disposition tout ce qu’ils possèdent […]. C’est touchant, leur volonté de nous rendre service, leur intérêt, leur envie de nous faciliter la vie […]. Nos collègues se sont plongés dans leurs études la tête la première99.

  • 100 É. Haviland, Κώστας Αξελός… [Kostas Axelos…], op. cit., p. 33-35.

71Le fait qu’un certain nombre de boursiers aient réussi à faire renouveler leur bourse grâce à l’appui de centres d’études et de recherche est révélateur de la conjoncture favorable de l’après-guerre. Les étudiants qui obtinrent le soutien du CNRS, nouvellement fondé, ne sont pas rares. C’est notamment le cas de Kostas Axelos, Stamatis Karatzas, Mimica Cranaki, Nicolas Svoronos, et des médecins Evangelos Brikas et Miltiadis Papamiltiadis, etc.100. Nous savons également que bien des architectes-boursiers ont su tirer parti des importants travaux de reconstruction réalisés en France après la guerre.

  • 101 E. Kriaras, Πραγµατώσεις και όνειρα [Réalisations et rêves…], op. cit., p. 16.
  • 102 ADN, AIFA, 1090, « Renseignements sur d’autres boursiers recommandés par l’Institut français d’Athè (...)
  • 103 Voir E. Fili (dir.), Μαρτυρίες [Témoignages…], op. cit., p. 24-38.
  • 104 Voir dans le présent volume P. Tournikiotis, « Les architectes du Mataroa ».
  • 105 Voir dans le présent volume N. Alivizatos, « Les juristes du Mataroa ».

72Pourtant, malgré la période conjoncturellement favorable que traversait la France, bon nombre de passagers-étudiants du Mataroa rentrèrent en Grèce, certains dès la fin des années 1940, d’autres, plus nombreux, vers le milieu des années 1950. Les cas les plus connus sont ceux de Nelly Andrikopoulou et Emmanuel et Katerina Kriaras101. Sur une liste réunissant des informations que Merlier avait pu rassembler au sujet de 65 étudiants, le directeur de l’Institut indiqua 13 boursiers dont le retour en Grèce avait eu lieu dès 1947 et 1948, soit un an ou deux seulement après leur arrivée à Paris102. Nous savons toutefois que c’est surtout dans les années suivantes, lorsque les étudiants eurent terminé leur cursus universitaire, que les retours vers la Grèce se firent les plus nombreux. L’analyse de l’échantillon aléatoire que représente un groupe de huit étudiants du Mataroa encore en vie en 2007 révèle que cinq d’entre eux rentrèrent en Grèce avant la fin de 1949, qu’un s’installa dans les pays de l’Est et que deux seulement restèrent en France de manière permanente103. La tendance au retour est même dominante, dans le cas de cet échantillon. D’autres études aboutissent à la même conclusion. L’étude systématique des éléments biographiques des architectes du Mataroa montre la même chose, avec un grand nombre de retours observés durant les années 1950104. Il en va de même pour les étudiants en droit passagers du navire : sur les onze juristes du Mataroa, neuf regagnèrent la Grèce avant la fin des années 1950105. Plus nos connaissances sur les passagers du Mataroa s’enrichissent, plus nous en apprenons sur leurs vies, et plus cette image dominante d’un voyage dont l’exil serait l’aboutissement principal s’étiole. Par conséquent, ce mouvement du retour au pays que l’on observe chez les boursiers de 1945 non seulement ne doit-il pas être considéré comme négligeable, mais semble même avoir été aussi important que la tendance à une installation permanente à Paris.

Le Mataroa comme objet de polémique publique

  • 106 N. Manitakis, « Struggling from Abroad… », art. cit., p. 101-113.
  • 107 AMFAE, DGAC, Grèce 66, « Quelques appréciations des services culturels français sur les boursiers g (...)

73Peu de temps après le départ du Mataroa, l’expédition des boursiers et étudiants par le gouvernement français devint l’objet d’une polémique publique. À l’épicentre de cette polémique se trouvait l’Institut français, et surtout son directeur, Octave Merlier. Dans une période d’intensification des affrontements politiques, Merlier fut accusé par la presse grecque de droite d’avoir accordé des bourses à des communistes, se fondant avant tout sur des critères politiques. Le fait que les passagers communistes du Mataroa aient constitué une section étudiante du parti peu de temps après leur arrivée à Paris aviva la critique publique à l’encontre de l’Institut et renforça les soupçons de sélection partiale. L’organisation étudiante renforça l’appareil du PC grec dans la capitale française, participant activement à sa campagne de propagande, visant à informer l’opinion publique française et mondiale des idées et de l’activité du parti communiste106. Les activités des boursiers communistes vinrent nourrir les accusations écrites de certains journalistes. Ainsi, le directeur de l’Institut français fut l’objet de vives critiques émanant de la presse grecque, dès mai et juin 1946, mais aussi en 1947 et 1948, de la part d’une série de journaux tels que Embros, Akropoli, Ethnikos Kiryx, Kathimerini et Ethnos107.

74Le style des attaques ainsi que le caractère non-dissimulé des accusations formulées à l’encontre de l’institution française se reflètent dans cet extrait d’un article publié par un journal athénien neuf mois après le départ du Mataroa :

  • 108 Giorgos Skouras, « Πως εργάζονται κατά των εθνικών µας δικαίων µερικοί ‘Έλληνες’. Ο κοµµουνισµός εν (...)

Cet afflux de communistes grecs à Paris est aussi de la responsabilité de l’Institut français d’études supérieures d’Athènes. L’Institut a fait tout ce qu’il pouvait pour encourager les indescriptibles agissements des communistes contre la Grèce. Il y a envoyé comme boursiers une bande de cocos, encourageant de toute son âme tout ce qui serait en mesure de ternir l’image de notre pays. L’hôtel Lutetia a été transformé en l’un de ces centres communistes anti-helléniques108.

75La polémique publique autour du Mataroa conduisit le gouvernement grec à changer d’attitude. Les autorités grecques considéraient que les communistes grecs exploitaient le programme de bourses du gouvernement français pour renforcer leur influence à l’étranger et mettre en place un mécanisme de propagande, avec la collaboration de la direction de l’Institut, accusée d’avoir de la sympathie pour l’EAM.

  • 109 N. Manitakis, « Struggling from Abroad… », op. cit., p. 103.

76Les fonctionnaires grecs firent pression sur les diplomates français, obtenant la participation de membres grecs, désignés par le gouvernement, à la commission des bourses. Il devint très rapidement évident que la principale préoccupation des membres grecs était de veiller à l’exclusion des candidats dont ils considéraient qu’ils avaient des liens ou de la sympathie pour la gauche et ses organisations109.

  • 110 Voir par exemple Gaston Servant, « L’ambassade soviétique a une succursale en Grèce, c’est l’Instit (...)
  • 111 ADN, AIFA, 1044, « Le directeur à l’ambassadeur, Athènes 30 juin 1947 ».
  • 112 Voir Lambros Flitouris, À la recherche d’une véritable politique culturelle internationale. La prés (...)

77Au-delà des accusations incessantes de la presse grecque et de l’attitude réservée, voire hostile, des autorités grecques à son égard (surtout à mesure que la guerre civile s’intensifiait), Merlier fut également l’objet, à la même époque, de critiques de la part de la presse française de droite, mais aussi des diplomates français, en raison de la dimension politique prise par l’affaire des bourses du gouvernement français en Grèce. L’un de ces articles critiques présentait Merlier et Milliex comme des partisans fanatiques de l’EAM, mariés à des communistes, ayant rempli la bibliothèque de l’Institut avec des livres de gauchistes et transformé l’Institut français en « succursale de l’ambassade soviétique »110. Sous la pression d’une polémique publique s’étant étendue à la France, le remplaçant de Baelen, le jeune ambassadeur Saint Cyr, n’hésita pas à écarter le directeur de l’Institut français, prenant lui-même en charge la supervision directe de la question des bourses. Il mit également en place une commission mixte franco-hellénique, comptant des membres grecs désignés par le gouvernement. De plus, pour éviter tout point de friction avec les autorités grecques, il restreignit le programme des bourses, réduisant leur nombre de 163 à 30, tandis que les boursiers des années 1945-1946 furent privés de la possibilité de faire renouveler leur bourse. Et, surtout, Saint Cyr toléra les choix ouvertement partiaux des membres grecs de la commission, malgré les plaintes répétées et accusations des membres français condamnant l’iniquité qui caractérisait souvent leurs jugements111. Les relations du directeur de l’Institut avec le nouvel ambassadeur, le temps que dura le mandat de celui-ci (août 1945-décembre 1951), ne furent pas toujours au beau fixe et les périodes de tensions ne manquèrent pas112. Il est évident que les conditions d’attribution des bourses françaises changèrent radicalement après 1945.

  • 113 ADN, AIFA, 1052, « Merlier à Baillou, Athènes, 17 janvier 1948 ».

78Le climat négatif qui régnait pendant la guerre civile faillit même s’avérer fatal pour le directeur de l’Institut. En septembre 1947, le directeur du service des relations culturelles du ministère français des Affaires étrangères examina l’éventualité de démettre Merlier de ses fonctions de directeur et de le rappeler en France. Un an plus tard, la même menace émana du côté grec. En février 1948, le service des Étrangers de la police grecque refusa de renouveler les permis de séjour de Merlier et Milliex113. Selon les informations dont disposait le directeur, cette décision avait été prise par Pipinelis, ministre des Affaires étrangères et bras droit du Premier ministre Tsaldaris. La polémique autour des boursiers de 1945 pesa donc sur le sort du néo-helléniste et faillit lui coûter son poste de directeur de l’Institut français, ainsi que son droit de séjour en Grèce. Merlier survécut finalement à cette nouvelle menace. Il tomba cependant en disgrâce et subit, jusqu’à la fin de la guerre civile, une sorte d’ostracisme, tant de la part des autorités grecques que des services diplomatiques français.

  • 114 CEAM, AOM, correspondance, « Lettre de O. Merlier à Marcel Abraham, Athènes, 11 février 1950 ».

79Assez rapidement, justice lui fut cependant rendue. En janvier 1950, on fêta à Athènes les vingt-cinq ans de l’arrivée du couple Merlier en Grèce. Les célébrations eurent lieu non seulement à l’Institut français, mais également à l’ambassade de France, où se rendirent un certain nombre de ministres, de hauts fonctionnaires des ministères de l’Éducation et des Affaires étrangères, mais aussi des chefs de partis politiques et de nombreuses personnalités du monde des lettres, des arts et des sciences, ainsi, enfin, que des amis et collaborateurs du couple Merlier ; environ 300 invités au total114.

80Les boursiers de 1945 étaient représentés, dans le cadre de ces célébrations, par Othon Kyriakos, auditeur du Conseil d’État et ancien passager du Mataroa. Dans le discours qu’il prononça au nom des boursiers, il insista, entre autres choses, sur tout le bénéfice qu’ils tirèrent de leur séjour en France. Désireux de montrer à quel point leurs études avaient été brillantes, il affirmait :

  • 115 ADN, Athènes/B/95, « Allocution de Othon Kyriakos. Le vingt-cinquième anniversaire de l’arrivée en (...)

Beaucoup d’entre eux [les boursiers] sont déjà rentrés en Grèce après avoir réussi leurs examens et obtenu leurs diplômes de maîtrise dans des domaines scientifiques tels que la littérature, l’histoire, le droit, les sciences physiques et la médecine. Ils ont obtenu une vingtaine de diplômes universitaires et plus de trente-cinq doctorats avec d’excellentes notes. Les architectes, les peintres, les sculpteurs et les graveurs ont pris part à des concours et des expositions et leurs travaux ont été distingués et récompensés115.

81Deux jours plus tard, Pipinelis, alors ministre des Affaires étrangères, impressionné, demanda des informations détaillées sur les résultats universitaires des anciens boursiers. Avec une satisfaction manifeste, Merlier fit état du grand succès de la promotion de 1945, qui avait produit entre 25 et 30 thèses de doctorat et obtenu 50 à 60 diplômes d’études supérieures. Apprenant cette réussite dans le domaine des études, les ministres grecs voulurent même décorer Merlier, souhaitant, en outre, lui rendre hommage pour l’important travail de recherche, de bibliographie et d’édition réalisé par l’Institut à partir de 1945 dans le domaine des études néo-helléniques.

  • 116 Ibid.

82Le directeur français veilla cependant à renoncer poliment à l’honneur proposé. Dans la lettre qu’il envoya à son ami, le haut fonctionnaire du ministère français de l’Éducation, Marcel Abraham, il écrivait notamment, faisant le récit des célébrations organisées en son honneur : « J’ai eu la grande joie de lire dans des journaux qui s’étaient parfois montrés terribles à mon égard, des articles qui me rendaient des honneurs116 ». Il confiait ensuite un fait qui l’avait ému encore davantage : le jour où se déroulaient à Athènes les festivités officielles, un petit groupe d’exilés politiques reclus sur l’île de Makronissos célébrait les vingt-cinq ans de l’arrivée de Merlier, à l’initiative de Konstantinos Despotopoulos, maître de conférences en philosophie, alors exilé.

  • 117 Konstantinos Despotopoulos, Αναπολήσεις. 1940-1960 2 [Souvenirs. 1940-1960], Athènes, Papazisis, 20 (...)

83Quel rapport existe-t-il cependant entre Despotopoulos, Merlier et les bourses de 1945 ? Avant le départ du Mataroa, le directeur de l’Institut avait encouragé Despotopoulos, alors âgé de trente-deux ans, à déposer sa candidature. Mais le jeune maître de conférences, qui avait été chargé de cours à l’université d’Athènes au printemps de la même année, jugea, comme il l’écrit dans ses mémoires, qu’il ne pouvait pas abandonner la mission pédagogique qui l’engageait devant la jeunesse étudiante, au moment même où le pays entrait dans une période de « remodelage ». Il ne suivit donc pas le conseil du directeur117. Despotopoulos ne pouvait évidemment pas prévoir la tempête de persécutions qui s’abattrait sur le pays après 1947, frappant même des intellectuels comme lui, n’ayant pourtant intégré aucun appareil de parti. Cela prouve, une fois de plus, que 1945 fut une année extraordinairement incertaine et que le fait de chercher à quitter la Grèce pour se mettre à l’abri du danger n’avait rien d’une évidence en ce temps-là. Despotopoulos comprit, très certainement a posteriori, combien le refus qu’il avait opposé à la proposition du directeur de l’Institut français avait été décisif dans son parcours de vie et sa carrière professionnelle. Dans ses mémoires, il écrit de manière caractéristique :

  • 118 Ibid.

Si j’avais accepté de partir pour la France à l’époque, avec les autres boursiers, je n’aurais pas subi la terrible épreuve des persécutions entre 1947 et 1950 et peut-être, avec mes travaux en langue française, aurais-je eu tôt fait de promouvoir et d’honorer la Grèce auprès de la communauté internationale des gens de l’esprit. Ma gratitude envers Octave Merlier demeure intacte118.

84Ainsi, presque cinq ans après le départ du fameux bateau, après que Merlier fut victime, durant toutes ces années, de critiques constantes et virulentes quant au rôle qu’il avait joué dans l’organisation de l’expédition des étudiants grecs vers la France, de la part des cercles politiques français aussi bien que grecs, l’architecte du voyage du Mataroa (et du Gripsholm) se trouva, de manière inattendue, faire l’objet d’honneurs publics. Après avoir été au cœur d’une violente polémique, l’expédition étudiante du Mataroa et son importance pour la reprise de la mobilité étudiante après la guerre connaissaient désormais, en 1950, une très grande reconnaissance : de la part de Français et de Grecs, de gauche et de droite, de ministres et d’exilés politiques, dans les salons de l’ambassade française et sur les rochers de Makronissos.

85Pour résumer, l’image de l’expédition du Mataroa qui se forme sur la base du nouveau matériau documentaire à notre disposition diffère sur certains points de celle que nous en avions jusqu’à présent. Tout d’abord, la première expédition de boursiers et d’étudiants vers la France de l’après-guerre, qui eut lieu en décembre 1945, ne fut en réalité que le premier acte d’une opération complexe de transport collectif qui dura jusqu’en mai 1946, empruntant divers moyens de transport et suivant divers itinéraires. Et malgré toute la persévérance d’Octave Merlier, et tous les efforts qu’il put fournir des mois durant, tous les boursiers et étudiants ayant obtenu l’aide du gouvernement français pour l’année 1945 ne purent finalement pas gagner Paris. En d’autres termes, la liste des boursiers ne correspond pas à celle des voyageurs. Par ailleurs, l’identification du voyage du Mataroa au phénomène de l’auto-exil de Grecs dans la capitale française après la guerre doit également être relativisée. Le départ du Pirée, en décembre 1945 et février 1946, ne marqua pas pour tous les passagers-étudiants le début d’un long exil en France ou, pour certains, à l’étranger – exil plus ou moins auréolé de gloire, selon les cas. Le retour en Grèce fut finalement aussi fort que celui de l’installation permanente à Paris. Les nouvelles découvertes nous permettent, enfin, de passer d’un récit partiel, en partie mythifié et inévitablement incomplet de l’expédition du Mataroa, à un récit plus historique, plus documenté et plus complet, qui tente de comprendre le fait historique du voyage et son importance dans ses multiples dimensions.

86L’évaluation d’une importance historique plus large de l’expédition du Mataroa reste bien sûr une question ouverte de la recherche historique. Il faut néanmoins immédiatement noter le caractère unique de l’événement. Selon la documentation disponible et connue jusqu’à présent, il semblerait que jamais, ni avant la Seconde Guerre mondiale ni par la suite, dans la seconde moitié du xxe siècle, autant de bourses du gouvernement français n’aient été accordées à des étudiants grecs qu’en 1945. Jamais les Grecs souhaitant étudier dans des institutions d’enseignement supérieur français ne bénéficièrent d’autant d’aide de la part des autorités françaises (organisation d’un transport collectif, garantie d’un logement dans les foyers étudiants parisiens, obtention des autorisations administratives, etc.) que dans les premières années de l’après-guerre. La sélection objective et pertinente des candidats par la commission des bourses fut plus déterminante encore quant à l’importance historique de l’événement. Il est important de souligner le fait que les bourses françaises de 1945 furent les seules, parmi des centaines d’autres bourses distribuées à des Grecs par des gouvernements étrangers dans la seconde moitié des années 1940, dont l’attribution ne se fonda sur aucun critère politique. C’est précisément l’association du choix pertinent des candidats et du grand nombre d’aides accordées qui conféra au programme d’allocation de bourses de l’année 1945 un caractère inédit, avec pour but le renforcement des échanges et des influences entre la Grèce et la France dans les années qui suivraient. À bien des égards, donc, 1945 fut une année décisive, tant dans l’histoire de la politique d’attribution de bourses par l’État français que dans celle, plus générale, de l’évolution des relations franco-grecques au xxe siècle.

Notes

1 Archives du ministère français des Affaires étrangères (Paris, ci-après AMFAE), archives de la direction générale des Affaires culturelles (ci-après ADGAC) 1945-1961, dossier 253, Octave Merlier à la direction générale des Affaires politiques (ci-après DGAC), 10 avril 1948.

2 Archives diplomatiques Nantis (ci-après ADN), archives de l’Institut français d’Athènes (ci-après AIFA), 1090, « Procès-verbal de la commission des bourses, P. Amandry, R. Boisseau, O. Merlier ».

3 ADN, AIFA, 1090, « Télégramme de Merlier à la DGAC, 10 septembre 1945 ».

4 Octave Merlier, « Οι γαλλικές υποτροφίες » [Les bourses françaises], Elefthera Grammata, nos 28-29, 23.11.1945, p. 9.

5 Voir Nicolas Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante internationale à l’âge des États-nations. Une étude de cas : les étudiants grecs en France (1880-1940), Thèse de doctorat, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2004, p. 46-49, 409-411.

6 Voir le témoignage de Konstantinos Andreou dans Eleftheria Fili (dir.), Μαρτυρίες φοιτητικών χρόνων [Témoignages d’années étudiantes], Paris, Fondation hellénique, 2007, p. 28.

7 Emmanuel Kriaras, Πραγµατώσεις και όνειρα. Σταθµοί µιας πορείας [Réalisations et rêves. Étapes d’un parcours], Athènes, Ianos, 2001, p. 110.

8 Nicolas Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες. Πολιτιστική προπαγάνδα στην Ελλάδα του Εµφυλίου » [Bourses gouvernementales étrangères. Propagande culturelle dans la Grèce de la guerre civile], in Chr. Hadziiossif (dir.), Ιστορίας της Ελλάδας του 20ού αιώνα. Ανασυγκρότηση-Εµφύλιος-Παλινόρθωση 1945-1952 D2 [Histoire de la Grèce du xxe siècle. Reconstruction-guerre civile-Restauration 1945-1952], Athènes, Vivliorama, 2009, p. 139.

9 ADN, AIFA, 1051, « Le directeur au directeur général des affaires culturelles, Athènes, 21 décembre 1945 » ; 1090, « Reproduction du télégramme de Merlier à la DGAC, 10 septembre 1945 ».

10 Roger Milliex, Ηµερολόγιο και µαρτυρίες του πολέµου και της κατοχής [Journal et témoignages de la guerre et de l’occupation], Athènes, Themelio, 1982, p. 97.

11 ADN, AIFA, 1051, « Le directeur de l’Institut français au directeur général des Affaires culturelles, Laugier, Athènes, 20 septembre 1945 ».

12 Ibid.

13 AMFAE, ADGAC, 1945-1947, Grèce, 65, « Exposé de l’activité de l’Union franco-hellénique des jeunes du 28 mars au 15 juin 1945 ».

14 AMFAE, ADGAC, 1945-1947, Grèce, 65, « Union franco-hellénique des jeunes à Merlier, Athènes, 6 octobre 1945 ». Sur l’activité culturelle de l’Union franco-hellénique des jeunes, voir également Evgenios Matthiopoulos, « Οι εικαστικές τέχνες στην Ελλάδα 1945-1953 » [Les arts plastiques en Grèce 1945-1953], in Chr. Hadziiossif (dir.), Ιστορία της Ελλάδας του 20ού αιώνα… D2 [Histoire de la Grèce au xxe siècle…], op. cit., p. 217.

15 AMFAE, ADGAC, 1945-1947, Grèce, 65, « Télégramme de La Sablière au ministère des Affaires étrangères, Athènes, 3 novembre 1945 ».

16 François Bordes, Kostas Papaïoannou (1925-1981). Les idées contre le néant, Paris, La Bibliothèque, 2015, p. 47 ; Éric Haviland, Κώστας Αξελός. Βίος στοχαστικόςΒιωµένη σκέψη [Kostas Axelos. Une vie pensée – une pensée vécue], trad. Stella Mané, Athènes, Hestia, 1998, p. 22 (Paris, l’Harmattan, 1995) ; Nelly Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα, 1945. Στον καθρέφτη της µνήµης [Le voyage du Mataroa, 1945. Au miroir de la mémoire], Athènes, Hestia, 2007, p. 98.

17 Voir aussi le témoignage de Nicolas Svoronos dans Konstantinos Th. Dimaras, Nicolas Svoronos, Η Μέθοδος της Ιστορίας. Ιστοριογραφικά και αυτοβιογραφικά σχόλια. Συνεντεύξεις µε τους Στέφανο Πεσµαζόγλου και Νίκο Αλιβιζάτο [La méthode de l’histoire. Commentaires historiographiques et autobiographiques. Entretiens avec Stefanos Pesmazoglou et Nikos Alivizatos], Athènes, Agra, 1995, p. 120.

18 ADN, AIFA, 1090, « Rapport de la commission des bourses, signé par O. Merlier, R. Boisseau, P. Amandry, 19 septembre 1945 ». Voir aussi Fr. Bordes, Kostas Papaïoannou, op. cit., p. 56, et Stelios Kapsomenos, Elena Kyfonidou, « Από τον ενικό στον πληθυντικό αριθµό. Με αφορµή το Ματαρόα » [Du singulier au pluriel. À propos du Mataroa], Archiotaxeio 10, juin 2008, p. 20-61.

19 Voir le témoignage de Manos Zacharias dans E. Fini (dir.), Μαρτυρίες [Témoignages…], op. cit., p. 30.

20 AMFAE, ADGAC, 1945-1947, Grèce 66, « Merlier à Laugier, Athènes, 30 novembre 1945 ».

21 André Kédros, Ο άνθρωπος µε το γαρίφαλο. Το οδοιπορικό ενός νεαρού Έλληνα διανοούµενου στη Γαλλία της δεκαετίας του 50 [L’homme à l’œillet. L’itinéraire d’un jeune intellectuel grec dans la France des années cinquante], Athènes, Nea Synora – A. A. Livanis, 1991, p. 31.

22 Tony Judt, Postwar. A History of Europe since 1945, Londres, Vintage Books, 2010, p. 200.

23 Voir, par exemple, Kostas Varnalis, « Γαλλία » [France], Elefhtera Grammata 10, 13.07.1945, p. 1.

24 K. Th. Dimaras, N. Svoronos, Η Μέθοδος της Ιστορίας [La méthode de l’histoire…], op. cit., p. 120.

25 ADN, AIFA, 1090, « Merlier à l’attaché de l’ambassade de France, 5 octobre 1945 ».

26 N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες » [Bourses gouvernementales étrangères...], art. cit., p. 138-141 ; Nicolas Manitakis, « L’exil des jeunes Grecs et le rôle de l’Institut français : un exil doré ? », in S. Jollivet, Chr. Premat, M. Rosengren (dir.), Destins d’exilés. Trois philosophes grecs à Paris, Paris, Le Manuscrit, 2011, p. 53-55.

27 AMFAE, DGAC, dossier 65, « O. Merlier au directeur de la DGAC, 17 janvier 1947 ».

28 AMFAE, DGAC, dossier 65, « De Vaux Saint-Cyr au 65, De Vaux Saint-Cyr à l’officier Boudouris, aide de camp du roi, 23 janvier et 5 février 1946 ».

29 ADN, AIFA, 1051, « Le directeur au directeur de la DGAC, Athènes, 29 février 1945 ». Voir le témoignage de E. Kriaras dans E. Fili (dir.), Μαρτυρίες [Témoignages…], op. cit.

30 Roger Milliex, « Jean Baelen (1899-1989). Ambassadeur, écrivain, artiste et ami de la Grèce », in Πρακτικά της Ακαδηµίας Αθηνών 64 [Actes de l’Académie d’Athènes], 1989, p. 178-193.

31 Ibid., p. 183.

32 « Η επέτειος της Γαλλικής Επαναστάσεως. Επίσηµος εορτασµός » [L’anniversaire de la Révolution française. Célébration officielle], Eleftheria, 15.07.1945.

33 L’EAM (Εθνικό Απελευθερωτικό Μέτωπο - Front de libération nationale) était une organisation de résistance proche du PC grec.

34 « Ο σηµερινός παλλαϊκός εορτασµός της 14ης Ιουλίου » [Aujourd’hui, la fête populaire du 14 juillet], Rizospastis, 15.07.1945.

35 « Πνευµατική ζωή. Η επέτειος της Γαλλικής Επανάστασης » [Vie culturelle. L’anniversaire de la Révolution française], Elefthera Grammata 11, 29.07.1945, p. 15.

36 Centre d’études d’Asie mineure (ci-après CEAM), archives Octave Merlier (ci-après AOM), correspondance, DGAC, « Jean Marx à Merlier, 14 janvier 1946 ». Voir aussi Lambros Flitouris, « Ο γαλλικός εµφύλιος των Αθηνών » [La guerre civile française d’Athènes], intervention lors du congrès Κατοχή, Αντίσταση, Εµφύλιος πόλεµος στην Αθήνα και στις µεγάλες πόλεις [Occupation, Résistance, Guerre civile à Athènes et dans les grandes villes], Athènes, 23 juin 2007, p. 13.

37 Voir N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 13.

38 ADN, AIFA, 754PO/1/9, « Le directeur à Joxe, directeur général de la DGAC, 20 juin 1947 ».

39 R. Milliex, « Jean Baelen...», art. cit., p. 183.

40 O. Merlier, « Οι γαλλικές υποτροφίες » [Les bourses françaises], art. cit.

41 Fr. Bordes, Kostas Papaïoannou, op. cit., p. 55-56.

42 ADN, AIFA, 1090, « Note sur l’envoi en France des boursiers grecs en 1945-1946 ».

43 ADN, AIFA, 1090, « Note sur les frais de voyage de 70 boursiers assumés par le gouvernement hellénique du directeur de l’I.F. à l’ambassadeur, 19 novembre 1945 » ; N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες… » [Bourses gouvernementales étrangères...], art. cit., p. 141.

44 ADN, AIFA, 1090, « Description objective du voyage des boursiers du gouvernement français, d’Athènes à Paris en 1945 ».

45 N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες… » [Bourses gouvernementales étrangères...], art.. cit., p. 143. Voir aussi la note de la sécurité générale à l’ambassade française, août 1945, ADN, archives de l’ambassade de France à Athènes, B 107, citée dans Fr. Bordes, Kostas Papaïoannou, op. cit., p. 57.

46 Lorenz Plassman, Comme dans une nuit de Pâques ? Les relations franco-grecques, 1944-1981, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2012, p. 35.

47 François Bordes, « Exil et création des penseurs grecs dans la vie intellectuelle française », in S. Jollivet, Chr. Premat, M. Rosengren (dir.), Destins d’exilés..., op. cit., p. 64-65. Le Mataroa a été construit en 1922 en Irlande. Il ne faut donc pas le confondre avec les Liberty, ces navires de transport de charge, construits aux États-Unis durant la Seconde Guerre mondiale pour faire face aux besoins croissants en transport de matériel militaire. Cf. un malentendu à ce propos dans un témoigne dans E. Fili (dir.), Μαρτυρίες [Témoignages…], op. cit., p. 24.

48 ADN, AIFA, 1090, « C. G. Athanasoulas à O. Merlier, directeur de l’Institut français, 8 octobre 1945 ».

49 ADN, AIFA, 1090, « Manifeste d’embarquement, Athènes, 22 décembre 1945, signé par G. Athanasoulas » ; 1051, « Le directeur de l’Institut au directeur de la DGAC, Athènes, 21 décembre 1945 ».

50 Ibid.

51 N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες… » [Bourses gouvernementales étrangères...], art. cit., p. 141.

52 A. Kédros, Ο άνθρωπος µε το γαρίφαλο [L’homme à l’œillet…], op. cit., p. 34.

53 ADN, AIFA, 1090, « Description objective du voyage des boursiers du gouvernement français, d’Athènes à Paris en 1945 ».

54 Voir N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., et les témoignages de M. Zacharias et E. Stathopoulou dans E. Fili (dir.), Μαρτυρίες [Témoignages…], op. cit., p. 30 et 37.

55 Chr. Daniil (dir.), Μάτση Χατζηλαζάρου. Γράµµατα από το Παρίσι στον Ανδρέα Εµπειρίκο (1946-1947) [Matsi Hatzilazarou. Lettres de Paris à Andreas Embirikos (1946-1947)], Athènes, Agra, 2013, p. 69.

56 A. Kédros, Ο άνθρωπος µε το γαρίφαλο [L’homme à l’œillet…], op. cit., p. 35.

57 AMFAE, DGAC, 1945-1947, Grèce 66, « Octave Merlier à Laugier, Athènes, 20 décembre 1945 » ; CEAM, AOM, dossier D23, « Télégramme de H. Ducoux à Merlier, Paris, 30 décembre 1945 », et ADN, AIFA, « Notes émissions françaises à la radio », 10 octobre 1945.

58 ADN, AIFA, 1090, « Description objective du voyage des boursiers du gouv. français, d’Athènes à Paris en 1945 ».

59 AMFAE, DGAC, Grèce 66, « Télégramme de H. Ducoux à Merlier, Paris, 30 décembre 1945 ».

60 Archives historiques du ministère des Affaires étrangères (Athènes), du ministère des Affaires étrangères à l’ambassade de Paris, 1er janvier 1946 ; ADN, AIFA, 1090, « Liste des boursiers du gouvernement français devant partir par le S/S “Gripsholm” pour Marseille le 2 février 1946 ».

61 « Des étudiants grecs à Paris », Le Monde, 06.02.1946.

62 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 351-352.

63 ADN, AIFA, 1051, « Le directeur (de l’Institut) au directeur général de la DGAC, Athènes, 1er février 1946 ».

64 Il s’agit de Kakouris Nikos (architecte), Lazaridis Emmanuel (architecte), Tsolakis Panos (architecte), Maggie Karatza (musicienne), Triantarakis Ioannis (musicien), Tsiropinas Dimitris (juriste), Aggelidis Giorgos (jursite), Tavoularis Antonis (juriste), Colombos Giorgos (sciences de l’économie), Polizos Nikos (sciences de l’économie), Minopoulos Efstathios (médecin), Georgoulis Efthimios (agronome), Pergantis Vasilios (ingénieur civil), Pagonis Xenofontas (ingénieur civil), Christopoulos Giorgos (ingénieur civil), Papachristofilos F. (vétérinaire), Ekkekaki Evangelia (professeur de français), Komis Antonios (professeur de français), Valsamakis Gerasimos (professeur de français), Georgatou Kaiti (professeur de français), Kalonaros Petros (professeur de français), Kirkilitsis Andreas (sciences économiques et sociales), Papaevanggelou (sciences économiques et sociales). Voir ADN, AIFA, 1044, « Liste des boursiers qui ne sont pas encore partis, directeur à l’ambassadeur, 27 mars 1946 ».

65 ADN, AIFA, 1044, « O. Merlier à l’ambassadeur français, 4 mars 1946 ».

66 ADN, AIFA, 1090, « Bourses 1947-1948 ou antérieures renouvelables pour 1948-1949 ».

67 Voir dans le présent ouvrage Panayotis Tournikiotis, « Les architectes du Mataroa ». Effectivement, Tsolakis ne figure pas sur la liste des passagers du Mataroa, alors que son nom est présent sur la liste des boursiers.

68 Voir N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 16 et 28, et Fotis Terzakis, Το πνεύµα στην εξορία. Παπαιωάννου-Καστοριάδης-Αξελός [L’esprit de l’exil. Papaïo-annou - Castoriadis – Axelos], Athènes, Erasmos, 2003, p. 23 et 35.

69 N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες… » [Bourses gouvernementales étrangères...], art. cit., p. 142-144.

70 ADN, IFA, 1090, « Note sur l’envoi en France des boursiers grecs en 1945-1946 » ; 1044, « Le directeur à l’ambassadeur, Athènes, 27 mai 1947 ».

71 ADN, IFA, 1090, « Description objective du voyage des boursiers du gouv. français, d’Athènes à Paris en 1945 ». Voir aussi N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 71-72.

72 Ibid., p. 98.

73 K. Th. Dimaras, N. Svoronos, Η Μέθοδος της Ιστορίας [La méthode de l’histoire…], op. cit., p. 121.

74 Nicolas Manitakis, « Struggling from Abroad: Greek Communist Activities in France during the Greek Civil War », in Ph. Carabott, Th. Sfikas (éd.), The Greek Civil War. Essays on a Conflict of Exceptionalism and Silences, Londres, Ashgate, 2004, p. 106-107.

75 A. Kédros, Ο άνθρωπος µε το γαρίφαλο [L’homme à l’œillet…], op. cit., p. 31.

76 Au sujet de la posture conciliatrice et de l’orientation du PC grec vers une action politique légale jusqu’à la fin de 1945, voir Thanasis Sfikas, Οι Άγγλοι Εργατικοί και ο εµφύλιος πόλεµος στην Ελλάδα. Ο ιµπεριαλισµός της «Μη-επέµβασης» [Les travaillistes anglais et la guerre civile en Grèce. L’impérialisme de la « non-intervention »], Athènes, Filistor, 1997, p. 131-143 ; id., Πόλεµος και Ειρήνη στη στρατηγική του ΚΚΕ 1945-1949 [Guerre et Paix dans la stratégie du KKE 1945-1949], Athènes, Filistor, 2001, p. 61- 66 ; Ole Smith, « Το ελληνικό κοµµουνιστικό κόµµα, 1945-1949 » [Le parti communiste grec, 1945-1949], in D. Close (dir.), Ο ελληνικός εµφύλιος πόλεµος 1943-1950. Μελέτες για την πόλωση [La guerre civile grecque 1943-1950. Études sur la polarisation], Athènes, Filistor, 1997, p. 173-174.

77 Voir N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα [Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 149.

78 O. Merlier, « Οι γαλλικές υποτροφίες » [Les bourses françaises], art. cit., p. 9.

79 É. Haviland, Κώστας Αξελός… [Kostas Axelos…], op. cit., p. 28-30.

80 Polimeris Voglis, Η αδύνατη Επανάσταση. Η κοινωνική δυναµική του Εµφυλίου [La révolution impossible. La dynamique sociale de la guerre civile], Athènes, Alexandria, 2014, p. 194-195, 201-209.

81 N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες… » [Bourses gouvernementales étrangères...], art. cit., p. 146-148.

82 N. Manitakis, « Struggling from Abroad…», art. cit., p. 111.

83 N. Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες… » [Bourses gouvernementales étrangères...], art. cit., p. 139.

84 N. Manitakis, « Struggling from Abroad… », art. cit., p. 107-108.

85 CEAM, AOM, « Correspondance, Elli Alexiou à Octave Merlier, Paris 30 mai 1947 ».

86 N. Manitakis, « Struggling from Abroad… », art. cit., p. 107-108.

87 Sur la formation de la branche étudiante du parti communiste grec à Paris et son activité de propagande pendant la guerre civile, voir ibid., p. 105-107.

88 Fr. Bordes, Kostas Papaïoannou..., op. cit., p. 48-50.

89 E. Kriaras, Πραγµατώσεις και όνειρα [Réalisations et rêves…], op. cit., p. 19, et lettre de I. Miliadis à E. Kriaras, Athènes, 16 août 1946, dans E. Kriaras, Αλληλογραφία: επιστολές λογίων του 20ου αιώνα [Correspondance : lettres d’érudits du xxe siècle], Thessalonique, Idrima Triandaphillidi, 2007, p. 420.

90 Cornelius Castoriadis, Ο θρυµµατισµένος κόσµος [Le monde morcelé], Athènes, Ypsilon, 1990, p. 142 et 146.

91 N. Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα[Le voyage du Mataroa…], op. cit., p. 98, 140-141. Voir aussi Mimica Cranaki, Οι Φιλέλληνες. Είκοσι τέσσερα γράµµατα µιας Οδύσσειας [Les philhellènes. Vingt-quatre lettres d’une Odyssée], Athènes, Fondation culturelle de la Banque nationale, 1998, p. 35.

92 AMFAE, DGAC, dossier 65, « Raisons pour lesquelles M. Merlier a démissionné », non daté.

93 Voir F. Terzakis, Το πνεύµα στην εξορία [L’esprit de l’exil…], op. cit., p. 10.

94 Au sujet de l’implication d’Adonis Kyrou dans l’exécution de Kitsos Maltezos, le traumatisme qui s’en suivit et les raisons qui le poussèrent à quitter la Grèce, voir Petros Makris-Staïkos, Κίτσος Μαλτέζος. Ο αγαπηµένος των Θεών [Kitsos Maltezos, le favori des dieux], Athènes, Okeanida, 1999, p. 256-259.

95 M. Cranaki, Οι Φιλέλληνες... [Les philhellènes...], op. cit., p. 52.

96 Balint Andras Varga, Conversations with Iannis Xenakis, Londres, Faber and Faber, 1996, p. 18-19.

97 Voir S. Jollivet, Chr. Premat, M. Rosengren (dir.), Destins d’exilés..., op. cit.

98 N. Manitakis, « L’exil des jeunes Grecs...», art. cit., p. 56-61.

99 ADN, AIFA 1083, « Courrier de Mme Georgia Tarsouli à un collègue des archives du centre de recherches folkloriques, 18 janvier 1946 ».

100 É. Haviland, Κώστας Αξελός… [Kostas Axelos…], op. cit., p. 33-35.

101 E. Kriaras, Πραγµατώσεις και όνειρα [Réalisations et rêves…], op. cit., p. 16.

102 ADN, AIFA, 1090, « Renseignements sur d’autres boursiers recommandés par l’Institut français d’Athènes (et partis en France en 1946, 1947, 1948) ».

103 Voir E. Fili (dir.), Μαρτυρίες [Témoignages…], op. cit., p. 24-38.

104 Voir dans le présent volume P. Tournikiotis, « Les architectes du Mataroa ».

105 Voir dans le présent volume N. Alivizatos, « Les juristes du Mataroa ».

106 N. Manitakis, « Struggling from Abroad… », art. cit., p. 101-113.

107 AMFAE, DGAC, Grèce 66, « Quelques appréciations des services culturels français sur les boursiers grecs » ; Lambros Flitouris, « Octave Merlier και ο ρόλος του στην προώθηση των ελληνογαλλικών πολιτισµικών σχέσεων (1925-1926) » [Octave Merlier et son rôle dans la promotion des relations culturelles franco-helléniques (1925-1926)], in ΚΑ΄ Πανελλήνιο Ιστορικό Συνέδριο [XXIe congrès national d’histoire], Thessalonique, Société historique grecque, 2001, p. 391 ; Hagen Fleischer, « Στρατηγικές πολιτισµικής διείσδυσης των µεγάλων δυνάµεων και ελληνικές αντιδράσεις, 1930-1960 » [Pénétrations culturelles stratégiques des grandes puissances et réactions grecques, 1930-1960], in H. Fleischer (dir.), Η Ελλάδα ’36-’49. Από τη Δικτατορία στον Εµφύλιο. Τοµές και συνέχειες [La Grèce 1936-1949. De la dictature à la guerre civile. Ruptures et continuités], Athènes, Kastaniotis, 2003, p. 108. Voir aussi Loukia Efthymiou, La formation des francisants en Grèce : 1836-1982, Paris, Publibook, 2015, p. 355.

108 Giorgos Skouras, « Πως εργάζονται κατά των εθνικών µας δικαίων µερικοί ‘Έλληνες’. Ο κοµµουνισµός εν δράσει » [Comment certains « Grecs » œuvrent contre les intérêts nationaux], Ethnos, 29.08.1946.

109 N. Manitakis, « Struggling from Abroad… », op. cit., p. 103.

110 Voir par exemple Gaston Servant, « L’ambassade soviétique a une succursale en Grèce, c’est l’Institut français d’Athènes », L’Étoile du Soir, 16.10.1946, AMFAE, DGAC, Grèce 69. Voir aussi L. Flitouris, « Octave Merlier… », art. cit., p. 392.

111 ADN, AIFA, 1044, « Le directeur à l’ambassadeur, Athènes 30 juin 1947 ».

112 Voir Lambros Flitouris, À la recherche d’une véritable politique culturelle internationale. La présence culturelle et spirituelle de la France en Grèce de la fin de la Grande Guerre aux années 1960 II, Thèse de doctorat, université de Saint-Quentin-en-Yvelines, 2004, p. 300-301.

113 ADN, AIFA, 1052, « Merlier à Baillou, Athènes, 17 janvier 1948 ».

114 CEAM, AOM, correspondance, « Lettre de O. Merlier à Marcel Abraham, Athènes, 11 février 1950 ».

115 ADN, Athènes/B/95, « Allocution de Othon Kyriakos. Le vingt-cinquième anniversaire de l’arrivée en Grèce de Monsieur et Madame Octave Merlier (5 janvier 1925-5 janvier 1950) », texte ronéotypé, p. 43.

116 Ibid.

117 Konstantinos Despotopoulos, Αναπολήσεις. 1940-1960 2 [Souvenirs. 1940-1960], Athènes, Papazisis, 2006, p. 111.

118 Ibid.

Auteur

Enseigne l’histoire en tant que professeur assistant à l’université d’Athènes. Il s’intéresse à l’histoire des relations franco-grecques, de l’éducation et des migrations. Il a publié des articles et des contributions dans des ouvrages collectifs et des revues d’histoire à l’étranger et en Grèce.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search