Version classiqueVersion mobile

Mataroa 1945 : du mythe à l’histoire

 | 
Servanne Jollivet
, 
Nicolas Manitakis

Introduction

Servanne Jollivet et Nicolas Manitakis

Texte intégral

1Soixante-dix ans plus tard, le voyage du Mataroa semble plus actuel que jamais. Dans une Grèce frappée par la crise économique que nous connaissons en ce début de xxie siècle, l’émigration massive de milliers de diplômés et de scientifiques vers l’étranger pose de nouveau, inévitablement, la question de l’exil forcé de nombreux jeunes gens, privés d’avenir dans leur propre pays. L’expédition collective de 124 étudiants, artistes et ingénieurs vers la France en décembre 1945 s’inscrit en ce sens dans la longue histoire des migrations grecques et des relations particulièrement étroites que le pays entretient avec la France et participe, déjà à l’époque, de ce que l’on appelle aujourd’hui la « fuite des cerveaux ». À cette différence près que les passagers du Mataroa quittaient la Grèce, dans les années d’après-guerre, convaincus qu’ils allaient revenir assez vite. L’attente fut le plus souvent déçue, le voyage marquant dans certains cas le début d’un exil qui allait durer de longues années.

2Si les jeunes diplômés grecs sont portés à quitter la Grèce, aujourd’hui comme autrefois, les destinations et l’ampleur de ces mouvements d’émigration étudiante ainsi que les contextes historiques dans lesquels ils s’inscrivent ont pourtant assez peu de points communs. Les étudiants qui embarquèrent sur le Mataroa abandonnèrent une Grèce dévastée après trois ans d’occupation, alors que s’annonçait déjà une guerre civile d’une rare violence. Parmi les passagers du légendaire navire se trouvait la « crème » de toute une génération, des personnalités qui marqueront plus tard la scène artistique, intellectuelle et scientifique de la seconde moitié du xxe siècle. À son bord : les philosophes Cornelius Castoriadis, Kostas Axelos, Kostas Papaïoannou, Mimica Cranaki, les architectes Georges Candilis et Aristomenis Provelengios, les sculpteurs Memos Makris, Kostas Coulentianos et Nelly Andrikopoulou, l’historien Nicolas Svoronos, les philologues Emmanuel Kriaras et Stamatis Karatzas, le compositeur Dimitris Choraface, la poétesse Matsi Hatzilazarou, etc. Aux côtés de ces figures emblématiques voyagèrent également des dizaines d’autres jeunes gens, architectes, juristes, peintres, sculpteurs, acteurs, musiciens, mais également ingénieurs, ainsi qu’une vingtaine de médecins. C’est notamment le cas d’Eleni Thomopoulou qui, une fois rentrée en Grèce, fonda le premier département d’endocrinologie du pays puis, en 1964, la Société grecque d’endocrinologie.

  • 1 Cornelius Castoriadis au sujet de Konstantinos Vyzantios, « À bord du Mataroa », in Cahiers Kostas (...)

3Pour tous ces jeunes – et moins jeunes – voyageurs, dont certains étaient issus de la classe moyenne ou de la grande bourgeoisie, ce voyage en France représenta une occasion inespérée d’« échapper au chaos grec1 », de poursuivre des études que la guerre avait interrompues et de commencer une nouvelle vie. Paris, ville lumière, cristallisait alors tous les espoirs, incarnant pour cette génération le cœur même d’une vie culturelle et intellectuelle dont ils étaient profondément nourris, mais également l’insouciance et une liberté dont ils avaient été jusque-là privés.

  • 2 Entretien d’Eleni Thomopoulou accordé à T. Vouzas, S. Jollivet, K. Korneti, A. Siadimas, Athènes, d (...)

4Le voyage du Mataroa peut sans aucun doute être considéré comme un « événement majeur de la Grèce contemporaine », comme Castoriadis le qualifiait lui-même. S’il touche juste, le jugement n’en est pas moins rétrospectif et c’est seulement les toutes dernières années que le voyage est revenu pour ainsi dire « en mémoire » après presque soixante-dix ans d’oubli. Intimement lié à l’un des épisodes les plus douloureux de l’histoire grecque, aux expériences traumatisantes de l’Occupation et de la guerre civile, ce voyage semble en effet avoir constitué comme une sorte de « trou noir » dans la mémoire collective. Comme le disait Eleni Thomopoulou : « Ce qui importait à l’époque, c’était de quitter la Grèce. Et la vie parisienne nous fit rapidement oublier le voyage2 ».Un oubli probablement dû au caractère traumatisant de ce voyage et les conditions extrêmement pénibles jusqu’à Paris, empêchant la construction du mythe et sa transformation en épopée idyllique. Selon de nombreux témoignages, les boursiers voyagèrent des jours durant entassés dans des wagons à bétails privés de fenêtres, sans chauffage, sans possibilité de se restaurer. Pour ceux qui restèrent finalement en France, le voyage fut lié à une expérience traumatisante supplémentaire : l’impossibilité de rentrer en Grèce, qui dura, dans certains cas, jusqu’à la chute de la dictature des colonels (1974). Un oubli essentiellement fonctionnel, qui leur permit de commencer une nouvelle vie, sans le poids et la douleur de la nostalgie.

  • 3 Les émissions radiophoniques de Guillaume Malaurie sont disponibles sur la page https://www.youtube (...)
  • 4 Mimica Cranaki, Φιλέλληνες. Είκοσι τέσσερα γράµµατα µιας Οδύσσειας [Philhellènes. Vingt-quatre lett (...)
  • 5 Nelly Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα, 1945. Στον καθρέφτη της µνήµης [Le voyage du Mataroa, 1 (...)
  • 6 Mimika Cranaki, « Mαταρόα » σε δυο φωνές. Σελίδες ξενητιάς/« Mataroa » à deux voix. Journal d’e (...)
  • 7 Voir notamment : Nassos Kambitsis, « Στον καθρέπτη της µνήµης » [Au miroir de la mémoire], Anti, 04 (...)

5Plus de trois décennies après l’arrivée des passagers grecs du Mataroa, le voyage commença à éveiller l’intérêt. En 1980, Guillaume Malaurie, journaliste chez France Culture, interrogea les passagers qui résidaient encore en France (Cornelius Castoriadis, Nicolas Svoronos, Memos Makris, Mimica Cranaki, Georges Candilis, Kostas Andreou, Kostas Coulentianos, Konstantinos Vyzantios, etc.)3.Dans son roman autobiographique Les Philhellènes, publié en grec en 1992, Mimica Cranaki relata ce voyage4. En 2007, parut également, aux éditions Hestia, un texte de Nelly Andrikopoulou intitulé Le voyage du Mataroa, 1945. Au miroir de la mémoire5. Boursière et passagère du bateau, Nelly Andrikopoulou y racontait pour la première fois ses souvenirs personnels, les émaillant d’éléments tirés de documents historiques et d’entretiens avec d’autres passagers. La réédition simultanée en 2007 d’un témoignage autobiographique de Mimica Cranaki sous le titre « Mataroa » à deux voix6suscita également un réel intérêt7. Plus tard, en octobre 2013, une journée scientifique intitulée « Le Voyage du Mataroa. Portrait d’une génération en exil » fut organisée par Servanne Jollivet et Nicolas Manitakis, éditeurs du présent volume, à l’Institut français, avec le soutien de l’École française d’Athènes. Le présent ouvrage entend donner une idée de ces premières contributions, rassemblant les travaux d’historiens, historiens de l’art, philologues, philosophes, architectes et juristes, offrant chacun différents angles d’interprétation. Mais cette tentative collective d’interprétation ne se limite pas à l’étude du voyage, transfert au caractère quasi épique, d’Athènes à Paris, en bateau et en train, dans les conditions difficiles qui étaient celles de l’après-guerre. Par-delà la référence aux personnalités emblématiques, nous avons choisi de rassembler les boursiers et passagers en une série de « portraits de groupe » (architectes, sculpteurs, juristes, philosophes, etc.). Il s’agit de remédier à l’une des faiblesses dont souffraient jusque-là les récits qui ont été faits de ce voyage, le plus souvent focalisés sur les passagers les plus célèbres. Il est évident que le voyage d’Athènes à Paris, en décembre 1945, sur le navire néo-zélandais, remplissait des fonctions sociales et éducatives différentes selon les cas. Plus nous en apprenons sur les autres passagers grecs, plus nous percevons une grande diversité de trajectoires individuelles, difficiles à regrouper ou à classifier, ce qui vient compliquer la perception que nous avons de l’événement.

6L’envoi à Paris, après-guerre, de plus de 200 étudiants grecs, par les soins du gouvernement français constitue sans conteste un événement clé dans l’histoire de la migration étudiante. C’est l’importance historique de l’événement en question que cherche à montrer Nicolas Manitakis en reconstituant avec précision, à la lumière des sources, son contexte historique plus large. En posant, pour sa part, son regard sur les conditions politiques et idéologiques que rencontrèrent les boursiers à leur arrivée en France, Servanne Jollivet s’attache plus particulièrement à trois passagers, parmi les plus connus : Cornelius Castoriadis, Kostas Axelos et Kostas Papaïoannou. Elle pose la question cruciale, mais jusqu’ici inexplorée, des relations entre les actions et engagements politiques qui précédèrent leur départ de Grèce, d’une part, et, de l’autre, la pensée politique et philosophique qu’ils développèrent à leur arrivée à Paris. Elle offre ainsi une précieuse reconstitution du contexte politique de l’époque, qui nous permet d’expliquer, dans une large mesure, la grande influence qu’exerceront ensuite les trois philosophes, en France comme à l’étranger.

7Une série d’approches plus spécifiques, centrées sur certains groupes d’étudiants-passagers, contribuent également à la reconstitution du cadre historique. Ainsi, la contribution de Panayotis Tournikiotis se donne pour tâche d’étudier plus particulièrement les architectes du Mataroa, mettant en avant les points communs et les différences, sur le plan des études dans les deux pays et de leurs relations avec la France, mais également quant à l’influence qu’exercèrent les professeurs français sur leurs élèves grecs, et leur carrière professionnelle. Un groupe un peu moins connu, celui des juristes, a retenu l’attention de Nikos Alivizatos – groupe qui présente un intérêt tout particulier, du fait que certains d’entre eux rentrèrent en Grèce immédiatement après la fin de leurs études, rejoignant la fonction publique. Un groupe à part entière est également constitué par les artistes qui, comme le montrent les deux contributions suivantes, représentent une grande part des passagers de l’expédition. Attentif aux questions touchant à l’esthétique et à la critique d’art, et plus généralement au discours sur l’art dans la presse quotidienne et périodique grecque des années d’après-guerre, Evgenios Matthiopoulos examine les conditions qui régnaient en Grèce après la Libération, en particulier sur le plan idéologique. Il explique l’attrait irrésistible que Paris continuait d’exercer sur les amateurs d’art après 1945, en tant que centre international d’effervescence artistique. Polina Kosmadaki cherche pour sa part à comprendre à quel point l’expérience parisienne modela les sculpteurs du Mataroa, leurs moyens expressifs et leur production artistique, tant dans leur pays d’accueil que sur leur terre natale, après leur retour. Parmi tous les passagers, Mimica Cranaki occupe une place particulière et ce sont ses textes relatifs au Mataroa que Vassiliki Lalagianni étudie ici en profondeur, se concentrant sur la manière dont l’expérience de l’exil et le cadre historique deviennent des objets de métaphore. Les portraits de deux célèbres intellectuelles de l’époque, Elli Alexiou et Matsi Hatzilazarou, qui embarquèrent elles aussi à bord du fameux bateau – bien que leur présence soit rarement mentionnée – trouvent leur place dans le texte de Lucile Arnoux, qui fait se confronter deux parcours personnels différents et examine la manière dont l’expérience parisienne a fertilisé leur œuvre littéraire.

8La contribution de Kostis Kornetis se concentre sur la rencontre, sur le sol français, entre les exilés de la guerre civile et ceux de la Junte, et nous permet de nous interroger sur l’influence intellectuelle et idéologique qu’a pu exercer cette seconde génération, notamment sur le mouvement étudiant radical de 1968. Enfin, Maria Oikonomou nous invite à élargir encore davantage notre regard, portant son attention sur les dimensions « mythiques » du légendaire navire et sur le fort potentiel imaginaire qu’il représente. Entre Paris et Athènes, entre oubli et mémoire, d’une génération à l’autre, de l’expérience vécue à la mythification, telle une Odyssée, le Mataroa est part intégrante de l’histoire grecque la plus ancienne, telle une Odyssée sans retour.

9Enfin, pour faciliter l’identification des 124 étudiants grecs qui voyagèrent à bord du Mataroa en décembre 1945, la liste complète, et jusqu’ici inédite, des passagers figure en annexe de ce volume. Un récit détaillé du voyage, datant de l’époque, tiré d’une lettre adressée à Octave Merlier par Panos Tzelepis y est également reproduit. Le lecteur y trouvera enfin une carte sur laquelle sont indiqués le trajet des passagers et les étapes intermédiaires de ce long voyage, entre Athènes et Paris.

10Pourquoi le Mataroa continue-t-il de nous inspirer aujourd’hui ? Que ce voyage incarne-t-il à notre époque ? Le Mataroa semble réunir tous les éléments favorisant sa mythification dans la mémoire collective : l’idée séduisante d’une épopée salvatrice, sorte d’arche de Noé, l’évasion salvatrice d’une génération échappant au chaos et au désastre. Le moyen de la fuite lui-même, un navire, ajoute à la construction du mythe, renforçant la puissante dimension symbolique dont est porteur le bateau dans la culture grecque. Il n’est donc pas étonnant que, soixante-dix ans plus tard, la nouvelle génération ait su trouver dans le Mataroa une source d’inspiration, mais aussi un symbole, une allégorie dans laquelle elle se reconnaît : celle de l’exil, de la fuite forcée, tout un imaginaire exacerbé dans la conjoncture de la crise actuelle. Parallèlement, ce voyage légendaire incarne de manière lumineuse l’histoire de la migration d’une génération qui a su transformer l’exil en une source de liberté personnelle, d’inspiration et de création.

Notes

1 Cornelius Castoriadis au sujet de Konstantinos Vyzantios, « À bord du Mataroa », in Cahiers Kostas Papaïoannou : L’amitié. Les travaux et les jours, Paris, Didier Sedon/Acedia, 2004, p. 13.

2 Entretien d’Eleni Thomopoulou accordé à T. Vouzas, S. Jollivet, K. Korneti, A. Siadimas, Athènes, décembre 2013.

3 Les émissions radiophoniques de Guillaume Malaurie sont disponibles sur la page https://www.youtube.com/watch?v=nbRbaAtzCew

4 Mimica Cranaki, Φιλέλληνες. Είκοσι τέσσερα γράµµατα µιας Οδύσσειας [Philhellènes. Vingt-quatre lettres d’une Odyssée], Athènes, Ikaros, 1992.

5 Nelly Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα, 1945. Στον καθρέφτη της µνήµης [Le voyage du Mataroa, 1945. Au miroir de la mémoire], Athènes, Hestia, 2007.

6 Mimika Cranaki, « Mαταρόα » σε δυο φωνές. Σελίδες ξενητιάς/« Mataroa » à deux voix. Journal d’exil, Athènes, Musée Benaki, 2007.

7 Voir notamment : Nassos Kambitsis, « Στον καθρέπτη της µνήµης » [Au miroir de la mémoire], Anti, 04.01.2008 ; Dimitris Papanikolaou, « Η κιβωτός των Ελλήνων » [L’arche des Grecs], Ta Nea, 04.01.2008 ; Yannis Baskozos, « Το ταξίδι του Ματαρόα » [Le voyage du Mataroa], Express, 13.01.2008 ; Katerina Dafermou, « Η γυναίκα µε τα µεγάλα µάτια » [La femme aux grands yeux], To Vima, 06.01.2008 ; Olga Sella, « Ματαρόα. Το πλοίο της µεγάλης φυγής » [Mataroa, le bateau de la grande fuite], Kathimerini, 13.01.2008 ; Kostis Papagiorgis, « Το ταξίδι του Ματαρόα » [Le voyage du Mataroa], Athinorama, 14.02.2008 ; Nikos Vratsanos, « Και το πλοίο φεύγει… » [Et le bateau s’en va…], Anti, 15.02.2008 ; Kostas Katsoularis, « Η κιβωτός του Μερλιέ » [L’arche de Merlier], Anti, 17.02.2008 ; Vaggelis Karamanolakis, « Διαφορετικές απεικονίσεις του παρελθόντος » [Différentes représentations du passé], Eleftherotypia 150, 04.07.2008.

Auteurs

Chercheur au CNRS (UMR 8547, Transferts culturels). Elle a été membre scientifique de l’École française d’Athènes. Ses travaux portent sur les philosophies allemande et grecque moderne. Parmi ses publications figurent Destins d’exilés. Trois philosophes grecs en France (Axelos, Castoriadis, Papaïoannou) (Manuscrit, 2011) et L’exil est la patrie de la pensée. Kostas Axelos (Rue d’Ulm, 2015).

Enseigne l’histoire en tant que professeur assistant à l’université d’Athènes. Il s’intéresse à l’histoire des relations franco-grecques, de l’éducation et des migrations. Il a publié des articles et des contributions dans des ouvrages collectifs et des revues d’histoire à l’étranger et en Grèce.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search