Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books École française d’Athènes Suppléments du BCH Les hippodromes et les concours h... Ἀφιπποδροµά, προσδροµή, ἀφιππολαµ...

Les hippodromes et les concours hippiques dans la grèce antique

 | 
Jean-Charles Moretti
, 
Panos Valavanis

Vainqueurs, dédicaces et politique

Ἀφιπποδροµά, προσδροµή, ἀφιππολαµπάς et σκοπὸς ἱππέων

Fernando García Romero

Résumé

Cette contribution offre une étude et reconstruction des compétitions équestres appelées ἀφιπποδροµά, προσδροµή, ἀφιππολαµπάς et σκοπὸς ἱππέων, documentées par des inscriptions de Thessalie. Je propose notamment une nouvelle hypothèse pour la reconstruction de l’épreuve d’ἀφιπποδροµά, attestée uniquement par des inscriptions de Larisa datables au ier s. av. J.-C. Ce terme pourrait nommer une compétition consistant dans l’imitation agonistique de poursuites à cheval d’un ennemi fuyant, tandis que dans l’épreuve appelée προσδροµή les cavaliers participants devaient montrer leurs compétences en chargeant contre l’ennemi. Ces compétitions étaient individuelles et non par équipes comme l’ἀνθιππασία attique.

Texte intégral

Je remercie Claire Nicolas et Jean-Charles Moretti pour la correction du texte français.

Épreuves équestres mineures :
κΑλπη, ΑποβΑτης

  • 1 Pour l’information fournie par l’iconographie, voir Brauer 1975 ; Maul-Mandelartz 1990, p. 155-168 (...)

1À côté des épreuves équestres faisant partie du programme des concours panhelléniques et d’une bonne partie des innombrables événements sportifs qui avaient lieu partout dans le monde grec (courses de chars et courses de chevaux montés), les sources écrites et iconographiques documentent d’autres disciplines équestres qui n’ont jamais – ou rarement – eu leur place dans le programme des ἀγῶνες στεφανῖται. Parmi les disciplines des concours olympiques – bien que pendant une courte période, entre 496 et 444 av. J.-C. – se trouve l’épreuve sportive appelée κάλπη, dont le déroulement nous est connu par une brève description de Pausanias (V 9, 1-2)1 :

ὅτε δὲ ἐτέθη πρῶτον, Θερσίου µὲν ἀπήνη Θεσσαλοῦ, Παταίκου δὲ Ἀχαιοῦ τῶν ἐκ Δύµης ἐνίκησεν ἡ κάλπη. ἦν δὲ ἡ µὲν θήλεια ἵππος, καὶ ἀπ᾽ αὐτῶν ἀποπηδῶντες ἐπὶ τῷ ἐσχάτῳ δρόµῳ συνέθεον οἱ ἀναβάται ταῖς ἵπποις εἰληµµένοι τῶν χαλινῶν, καθὰ καὶ ἐς ἐµὲ ἔτι οἱ ἀναβάται καλούµενοι· διάφορα δὲ τοῖς ἀναβάταις ἐς τῆς κάλπης τὸν δρόµον τά τε σηµεῖά ἐστι καὶ ἄρσενές σφισιν ὄντες οἱ ἵπποι.

Quand elles ont eu lieu pour la première fois [à Olympie], dans la course de chars de mules Thersias Thessalien avait été vainqueur, et Pataecos de Dymé, en Achaïe, dans la kálpe. La kálpe était une compétition pour les juments ; les cavaliers qui les montaient sautaient à bas vers la fin de la course, et, se passant la bride autour du bras, couraient avec les juments jusqu’au bout de la course, comme le font encore de nos jours ceux qu’on nomme « monteurs » [ἀναβάται], mais la différence entre les « monteurs » et la course de la kálpe tient à ce que dans la première il y a des signes et que les chevaux sont des mâles. 

  • 2 Chantraine 1968, II, s.v. « κάλπη », p. 487. Voir Harris 1972, p. 158 ; Canali De Rossi 2011, p. 13 (...)

2C’était donc une discipline alliant équitation et athlétisme, puisqu’à la fin de la course le cavalier descendait de sa monture (une jument) et terminait l’épreuve à pied, manchant à côté de la jument en la tenant par la bride ; à ce moment-là, la jument marchait au trot, ce qui correspond au sens du mot κάλπη (« trot »)2.

3Pausanias affirme explicitement que la κάλπη ressemblait à la compétition qu’à son époque réalisaient ceux qu’on nommait « monteurs » (ἀναβάται), à la différence que les « monteurs » se servaient de chevaux mâles.

  • 3 [D.], LXI 23-26 ; Denys d’Halicarnasse, VII 73, 3 (ὅταν γὰρ τέλος αἱ τῶν ἱππέων ἅµιλλαι λάβωνται, ἀ (...)
  • 4 Voir Kyle 1987b, p. 188 ; Το Πνεύµα και το Σώµα, p. 296-299 ; Reber 1999, p. 126-141 ; Neils, Schul (...)
  • 5 Reisch 1894, s.v. « ἀποβάτης » ; Reed 1990 ; Reed 1998, p. 42-55 ; Crowther 1991 ; Decker 1996, s.v (...)
  • 6 Outre la bibliographie citée, voir Decker 1996, col. 848 : « …der A(pobates), bei dem ein Bewaffnet (...)
  • 7 I 426, 30 : ἀποβατῶν ἀγών· οὗτος ὁ ἀγὼν ἤγετο τῇ Ἀθηνᾷ, ἐν ᾧ οἱ ἔµπειροι τοῦ ἐλαύνειν ἅρµατα ἅµα θε (...)
  • 8 Harris 1972, p. 181 ; Weiler 1988, p. 204-205 : « der Apobaten- und Anabatenagon, bei dem von zwei (...)

4L’action de « démonter » caractérise aussi sans doute les ἀποβάται (« démonteurs ») les plus connus, qui concouraient sur un char et sont mentionnés dans les inscriptions (d’Attique, de Béotie, de Thessalie, d’Asie Mineure et de Naples) et dans quelques textes littéraires et érudits3, et sur lesquels les sources iconographiques nous fournissent aussi de précieuses informations4. Puisque cette discipline hippique a fait l’objet de nombreux et excellents ouvrages5, nous ne traiterons pas de cette épreuve avec plus de précision. Nous dirons seulement que les spécialistes ont encore quelques doutes sur son exact déroulement, se demandant en particulier si l’ἀποβάτης descendait du char seulement à la fin de la course et terminait l’épreuve à pied, comme semble le décrire Denys d’Halicarnasse, ou bien s’il descendait du char et remontait plusieurs fois au cours de l’épreuve6, comme on le lit dans les Anecdota Graeca de E. Bekker7. Quelques spécialistes doutent même qu’elle ait été une discipline différente de celle pratiquée par les ἀναβάται. En effet, H. A. Harris, I. Weiler et I. Mouratidis8, semblent considérer que ἀναβάται et ἀποβάται sont des termes qui désignent les participants à la même discipline. À mon avis, cependant, le témoignage de Pausanias mène à la conclusion que les ἀναβάται utilisaient des chevaux mâles, tandis que les ἀποβάται descendaient (et remontaient ?) d’un char conduit par un cocher.

L’ΑφιπποδροµΑ thessalienne

  • 9 La forme ἀφιπποδροµάς de l’entrée de l’article de Reisch 1894, col. 2721, est fausse (même erreur d (...)
  • 10 Toutefois, cette discipline équestre pourrait avoir été disputée depuis bien avant comme compétitio (...)
  • 11 Voir Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 71-73, et 123-124.
  • 12 Ces jeux quadriennaux ont eu lieu pour la première fois en 196 av. J.-C., pour commémorer la libéra (...)
  • 13 Deux bases de statues commémoratives. Les éditeurs du SEG proposent de lire aux l. 1 et 4 un anthro (...)

5Mais nous traiterons surtout d’une autre épreuve peu connue, l’ἀφιπποδροµά9, pour laquelle a été proposé un déroulement semblabe à celui des disciplines mentionnées, et qui n’est attestée que par des inscriptions de Thessalie, toutes de Larisa et datables au ier s. av. J.-C.10 : IG IX 2, 527, 528, 531, 534, catalogues des vainqueurs dans des jeux locaux11 ou aux Éleuthéria panthessaliens12 ; peut-être aussi SEG XIX 42413.

  • 14 Golden 2004, p. 12.
  • 15 Crowther 1994, p. 233.
  • 16 Maul-Mandelartz 1990, p. 155.
  • 17 Gallis 1988, p. 220. K. J. Gallis suit littéralement la description de la κάλπη qui est faite dans (...)

6C’est une opinion bien établie (peut-être unanime ou quasi unanime) que l’épreuve appelée ἀφιπποδροµά consistait à monter et à descendre d’un cheval alors que l’animal continuait à courir : il s’agirait donc d’une compétition semblable à celle de l’ἀναβάτης ou de la κάλπη. Ainsi, M. Golden14 dans son extraordinaire dictionnaire du sport grec et romain, la décrit comme « “dismounting horse race”: the rider dismounted and remounted in the course of the race ». Pour un autre grand spécialiste du sport antique, N. Crowther15, l’ἀφιπποδροµία (sic) était « a variation on the apobates where the rider dismounted and ran on foot, but used a horse rather than a chariot » – mais aucun des témoignages qu’il cite ne prouve du tout cette affirmation. E. Maul-Mandelartz16 parle d’une épreuve nommée ἀφιπποδροµός (sic) « bei dem die Reiter offenbar nach dem Abspringen eine Strecke mit dem Pferd am Zügel laufen und wahrscheinlich noch einmal aufsitzen mußten ». K. J. Gallis, dans son étude sur les jeux de Larisa, affirme qu’il s’agissait de « mounting competitions », et il fait le commentaire suivant17 :

more original and particularly popular in horse-beeding places such as Thessaly, Cyrene, Sicily and Southern Italy was the aphippodroma. In this complex and dangerous race the rider had to dismount at several points in the course, run alongside the horse without letting go of the reins or losing speed, and mount again.

  • 18 Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 69.

7D’un autre côté, dans le livre sur le sport en Thessalie édité par V. Adrymi-Sismani, nous lisons que18 :

ένα από τα πιό συναρπαστικά αγωνίσµατα της ρωµαϊκής περιόδου ήταν ο ἀφιπποδροµάς [sic] […] Ο αναβάτης του αλόγου κατά διαστήµατα πηδούσε από το άλογο και έτρεχε δίπλα συνεχίζοντας να κρατά τους χαλινούς, ενώ στη συνέχεια χωρίς να χάσει ταχύτητα ίππευε πάλι το ζώο.

  • 19 Reisch 1894, s.v. « ἀφιπποδροµάς ». Voir aussi LSJ, s.v. : « contest of riders who dismounted while (...)

8Et déjà à la fin du xixe s., E. Reisch19 affirmait, mais avec plus de doutes, que l’ἀφιπποδροµάς (sic) « offenbar ist an einen Wettkampf von Reitern zu denken, die in einem bestimmten Augenblick vom Pferde springen und die Strecke weit zu Fusse, ihr Tier am Zügel führend, wettlaufen, vielleicht auch noch einmal auf das Pferd aufsitzen müssen.

  • 20 Voir Gallis 1988, p. 220 ; Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 69 ; Stamatopoulou 2007, p. 335-336 : « c (...)
  • 21 Par exemple, SNG Cop. 134, BMC 69, de Larisa, ca 344-321 av. J.-C.
  • 22 Voir Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 69, et, pour l’iconographie, p. 120-121. Si, en effet, l’ἀποβάτ (...)

9Donc, c’est une opinion généralisée que l’ἀφιπποδροµά thessalienne était une épreuve équestre qui consistait à descendre d’un cheval (et peut-être à le remonter) alors que l’animal continuait à courir. Mais je me demande quels sont les témoignages qui permettent de parvenir à une telle conclusion. Y a-t-il quelque argument objectif qui nous permette de soutenir cette hypothèse ? Le terme ἀφιπποδροµά est exclusivement attesté dans les inscriptions thessaliennes, qui n’indiquent que le nom de la discipline et le vainqueur. Aucun texte ne décrit l’épreuve. Et je n’ai trouvé aucune référence écrite permettant de relier le mot ἀφιπποδροµά à une compétition dans laquelle les participants montent et descendent des chevaux. Quant aux témoignages iconographiques, certains20 ont présenté comme preuve en faveur de cette hypothèse le fait que sur quelques monnaies de Larisa et de Phères – surtout du ive s. av. J.-C. – est représentée une scène montrant un cavalier qui conduit un cheval par les rênes. Mais je crois qu’il n’y a pas le moindre indice permettant de relier cette scène représentée sur des monnais avec l’épreuve appelée ἀφιπποδροµά ; et, d’une autre part, sur les monnaies de Thessalie, au moins dès le ive jusqu’au ier s. av. J.-C., nous pouvons voir aussi des représentations de cavaliers au galop21, et si nous proposions de relier cette scène à l’ἀφιπποδροµά, la restitution du déroulement de cette compétition serait très différente. À partir des inscriptions de Larisa, nous pouvons déduire uniquement que l’ἀφιπποδροµά était une compétition différente de celle de l’ἀποβάτης, puisque cette dernière discipline est mentionnée dans deux des inscriptions qui la citent comme une épreuve distincte de l’ἀφιπποδροµά (IG IX 2, 527, l. 11-13 ; et 531, l. 37-39)22.

10Il me semble donc que la reconstruction de l’ἀφιπποδροµά comme une discipline dans laquelle les participants descendaient et remontaient est, en réalité, une idée qui a été transmise traditionnellement sans que la force des arguments sur lesquels se fonde cette hypothèse ait été confirmée.

11À mon avis, il y a d’autres possibilités pour la restitutution du déroulement de l’épreuve de l’ἀφιπποδροµά : se demander, par exemple, ce que nous pouvons déduire du terme lui-même, du mot composé ἀφ-ιππο-δροµά et il s’agit, je pense, de la seule donnée objective que nous ayons pour la reconstruction de l’épreuve. Que peut signifier un terme comme ἀφιπποδροµά ?

  • 23 Mavridis et al. 2004, p. 141, décrivent l’ἀφιπποδροµά comme « une course à deux chevaux où le concu (...)
  • 24 διόπερ οὐδὲν παθοῦσα δεινὸν ἡ Σεµίραµις ταχέως ἀφίππευσε (« ainsi, sans ressentir rien de grave, Sé (...)
  • 25 Campagner 2001, p. 87-88, offre pour ἀποτρέχω le sens « correre in pista » ; nous considérons plus (...)

12Comme nous l’avons déjà noté, le mot ἀφιπποδροµά n’est attesté que dans les inscriptions de Larisa. Mais, dans les textes littéraires, nous trouvons d’autres termes composés par le préfixe ἀπο- et un des deux radicaux qui forment le mot ἀφιπποδροµά. En effet, les verbes ἀφ-ιππεύω et ἀφ-ιππάζοµαι23 sont bien attestés au sens de « s’éloigner à cheval » (Xénophon, Anabase I 5, 12 ; Diodore de Sicile, II 19, 724 ; Strabon, VII 2, 1 ; Plutarque, Paul-Émile XIX 2 et Aratos XL 4 ; Héliodore, IV 18, 1, et VII 29, 2 ; Lucien, Toxaris 50), signifiant souvent « fuir à cheval » (Diodore de Sicile, II 19, 7 ; Strabon, VII 2, 1). D’un autre côté, le verbe ἀπο-τρέχω/ἀπο-διδράσκω signifie « s’éloigner en courant »25 (A. Bailly), « run off or away » (LSJ  ) ; et, par conséquent, le nom correspondant ἀπό-δρασις/ἀπο-δροµή signifie « fuite » (« running away, escape », LSJ  ). La forme ἀπο-δροµή est très rare ; je l’ai trouvée uniquement dans deux textes : dans Cyrille d’Alexandrie, De adoratione in spiritu et veritate 5 (68, 381C éd. Migne), où il signifie « fuite » (ἀσύγγνωστον δὲ µετὰ τοῦτο τὴν ἄγαν ἔχει µικροψυχίαν, καὶ τὴν ἀχάλινον ἀποδροµήν, ἣν ἂν ποιοῖτο τυχὸν εἰς ἐκτόπους ἐπιθυµίας ; l’usage de l’adjectif ἀχάλινος, « sans frein », semble suggérer que Cyrille pense à une métaphorique fuite à cheval) ; et dans le Periplus Maris Rubri au sens de « résultat de la fuite ; refuge, abri (d’un bateau) ». Par conséquent, si ἀπό-δρασις/ἀπο-δροµή signifie « action de s’éloigner (en courant), fuite », le composé ἀφ-ιππο-δροµή devrait signifier littéralement « action de s’éloigner à cheval, fuite à cheval » (n’oublions pas que le verbe ἀφ-ιππεύω signifie « s’éloigner à cheval »). Que « fuite à cheval » est le sens naturel du composé ἀφ-ιππο-δροµή peut être mis en évidence à partir d’un passage des Guêpes d’Aristophane (v. 185). Au cours de l’hilarante scène dans laquelle le vieux Philocléon, imitant parodiquement Ulysse dans la grotte du Cyclope, tente de s’échapper de sa maison accroché au ventre d’un âne, quand il est découvert par son fils, Bdelicléon, et celui-ci lui demande qui il est, Philocléon répond : Ἴθακος Ἀποδρασιππίδου (« je suis d’Ithaque, fils de “Fuite-à-cheval” »). Dans l’anthroponyme inventé Ἀπο-δρασ-ιππ-ίδης, nous trouvons exactement le même préfixe et les mêmes deux radicaux que dans le mot ἀφ-ιππο-δροµά, avec l’ajout du suffixe patronymique ‑ίδης ; et le sens comique du nom est « Je-fuis-à-cheval ».

13Je pense donc que le sens naturel du mot ἀφ-ιππο-δροµά serait « fuite à cheval ». En conséquence, à en juger par le sens littéral du terme, nous devrions en principe penser que l’épreuve appelée ἀφιπποδροµά comprend une fuite à cheval. Ce mot pourrait-il, alors, nommer une compétition consistant dans l’imitation agonistique de poursuites à cheval d’un ennemi fuyant ?

14N’oublions pas ce que, dans le domaine de l’équitation, Xénophon (De l’Équitation VIII 10) recommande comme une bonne pratique, ἀγαθὴ ἄσκησις :

deux hommes à cheval, d’un commun accord, réalisent l’un une fuite sur son cheval par toutes sortes de terrains et s’exerce dans la retraite en jetant la lance en arrière, et l’autre le poursuit en portant des javelots boulés et en utilisant la lance de la même manière, et, quand celui-là se trouve à portée du javelot, celui-ci décharge les javelots boulés contre l’autre qui fuit, et, quand celui-là se trouve à portée de son coup de lance, celui-ci essaie d’atteindre avec sa lance celui qui est sur le point d’être pris.

ΑφιπποδροµΑ et προσδροµΗ

  • 26 En dehors de Thessalie, j’ai trouvé le terme uniquement dans une inscription éphébique de Chalcis d (...)
  • 27 Voir A. Tziafalias, dans Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 124-125.

15Notre hypothèse peut être renforcée par la dénomination d’une autre compétition équestre, également à fort caractère militaire, presque exclusivement connue par les inscriptions thessaliennes de Larisa26 : la προσ-δροµή. En effet, dans quelques inscriptions agonistiques de Larisa, dans les catalogues des épreuves et des vainqueurs, est mentionnée une compétition nommée προσδροµή, qui présente en plus trois modalités, deux d’entre elles de caractère équestre (προσδροµὴ ἱππέων et προσδροµὴ συνωρίδων) et la troisième de caractère pédestre (προσδροµὴ πεζῶν). Outre leur présence dans IG IX 2, 531, l. 13-17, déjà citée, les προσδροµαί sont mentionnées aussi dans autres trois inscriptions de Larisa : IG IX 2, 532, l. 13-16, fin du ier s. av. J.-C. ; SEG LIII 550, l. 10-13, vers 46-31 av. J.-C. ; SEG LIV 559, l. 8, iie s. av. J.-C. (catalogue des vainqueurs aux Éleuthéria27).

  • 28 « charge, as a military evolution » (LSJ   ).
  • 29 Le pluriel τῶν ἵππων peut signifier « charge de chevaux » et « charge de chars ». Nous trouvons plu (...)
  • 30 Gallis 1988, p. 227, décrit la προσδροµή comme « an imitation of a military assault involving three (...)
  • 31 Προσβάλλω se trouve aussi dans Aristophane, Les Thesmophories 615 ; Hérodote, III 155 ; Thucydide, (...)
  • 32 Probablement mieux qu’interpréter que les participants simulaient une fuite à cheval.

16Dans ce cas, je pense qu’il ne peut y avoir beaucoup de doutes quant à la signification du terme προσδροµή et le type d’exercice agonistique-militaire désigné. Le nom προσ-δροµή et son verbe correspondant προσ-τρέχω sont bien attestés en contexte militaire pour désigner une « charge » offensive contre l’ennemi28, de sorte qu’en contexte agonistique, les participants aux προσδροµαί devaient réaliser une charge, soit à cheval (προσδροµὴ ἱππέων)29, soit à pied (προσδροµὴ πεζῶν), soit sur un char tiré par deux chevaux (προσδροµὴ συνωρίδων)30. Le terme apparaît dans des contextes militaires, ainsi chez Plutarque, De la Fortune d’Alexandre 344a : κεναὶ δ᾽ ἔξωθεν προσδροµαὶ καὶ ἀλαλαγµοὶ Μακεδόνων (« Au dehors, les Macédoniens chargeaient et hurlaient : en vain ») ; ou Xénophon, Cyropédie V 4, 47 : καὶ τοῖς µὲν ἐπὶ µακρὸν πορευοµένοις µακραὶ καὶ αἱ ἐπιβοήθειαι, τοῖς δ᾽ ἐκ τοῦ τείχους βραχὺ πρὸς τὸ ἐγγὺς καὶ προσδραµεῖν καὶ πάλιν ἀπελθεῖν. On rencontre aussi le verbe προσιππεύω, « charger à cheval », dans Thucydide, II 79, 6 (οἵ τε ἱππῆς τῶν Χαλκιδέων προσιππεύοντες ᾖ δοκοίη προσέβαλλον [« Les cavaliers chalcidiens donnaient l’assault également, chargeant où bon leur semblait »]31) et dans Diodore de Sicile, II 19, 3. Ce dernier passage, déjà mentionné, peut être intéressant pour le sujet que nous traitons ici, étant donné que, dans le récit d’un même combat, Diodore utilise le verbe προσ-ιππεύω pour indiquer une προσ-δροµή, une charge de la cavalerie en situation d’attaque (voir le texte dans la n. 24), et le verbe ἀφ-ιππεύω pour faire référence à l’ἀφ-ιππο-δροµή, la fuite à cheval de la reine Semiramis (διόπερ οὐδὲν παθοῦσα δεινὸν ἡ Σεµίραµις ταχέως ἀφίππευσε). Nous croyons donc possible que dans les compétitions équestres de la Thessalie la προσ-δροµὴ τῶν ἱππέων et l’ἀφ-ιππο-δροµά aient été conçues comme des disciplines complémentaires, dans lesquelles les cavaliers participants devaient montrer leurs compétences respectivement en chargeant contre l’ennemi (προσ-δροµή) et en poursuivant l’ennemi fuyant32 (ἀπο-δροµή).

  • 33 Martin 1887, p. 196-199 ; Reisch 1894, col. 2378-2379 ; Moretti L. 1953, p. 67 ; Patrucco 1972, p.  (...)
  • 34 IG II2 379, 1612, 3079, 3130 ; SEG XLV 85, 145 ; E. B. Harrison, Agora I 5326 (voir W. K. Pritchett(...)
  • 35 Les inscriptions et le témoignage des lexicographes montrent sans équivoque que, au moins au ive s. (...)
  • 36 Voir Vanderpool 1974 ; Το Πνεύµα και το Σώµα, p. 320-321, avec le commentaire sur la base de Bryaxi (...)
  • 37 Hésychius, α 5143 : ἀνθιππασίων· τῶν ἱππέων ἄσκησις, καὶ ἀγῶνες αὐτῶν ; Souda α 2524 : ὁ ἱππικὸς ἀγ (...)
  • 38 Vanderpool 1974, je crois à juste titre, est contre la possibilité d’identifier avec l’anthippasia (...)

17Or, précisément, tant la poursuite de l’ennemi fuyant que la charge offensive de cavalerie faisaient partie, comme la longue description de Xénophon l’indique clairement, d’un autre exercice sportif et militaire, beaucoup mieux connu et étudié33, et bien attesté par l’épigraphie, en particulier en Attique34, depuis le milieu du ive s. av. J.‑C. : l’épreuve appelée ἀνθιππασία, une compétition par équipes consistant dans des manœuvres de cavalerie mettant aux prises deux escadrons d’éphébes35. Sur cette discipline, outre les informations fournies par des inscriptions – qui confirment, par exemple, que l’ἀνθιππασία était incluse dans les Panathénées et les Olympieia d’Athènes –, nous avons également des témoignages iconographiques36, des références chez les lexicographes37, et surtout la description qu’offre Xénophon dans le Maître de cavalerie III 11-12 (voir aussi I 20 et peut-être III 238). Au cours de sa description, comme nous l’avons déjà dit, Xénophon parle tant de manœuvres d’attaque que de poursuite de l’ennemi fuyant :

καλὸν δ᾽, ἐπεὶ αἱ φυλαὶ ἐν τῇ ἀνθιππασίᾳ φεύγουσί τε ἀλλήλας καὶ διώκουσι ταχέως, ὅταν οἱ ἵππαρχοι ἡγῶνται ταῖς πέντε φυλαῖς, ἑκατέρας διελαύνειν τὰς φυλὰς δι᾽ ἀλλήλων. Ταύτης γὰρ τῆς θέας τό τε ἀντιµετώπους προσελαύνειν ἀλλήλοις γοργόν, τό τε διελάσαντας τὸν ἱππόδροµον ἀντίους πάλιν στῆναι ἀλλήλοις σεµνόν, καὶ τὸ ὑπὸ σάλπιγγος αὖ τὸ δεύτερον θᾶττον ἐπελαύνειν καλόν. Στάντας δὲ ἤδη τὸ τρίτον αὖ ὑπὸ τῆς σάλπιγγος χρὴ τάχιστα ἀλλήλοις ἐπελαύνειν, καὶ διελάσαντας εἰς κατάλυσιν ἤδη ἐπὶ φάλαγγος ἅπαντας καταστάντας, ὥσπερ εἰώθατε, πρὸς τὴν βουλὴν προσελαύνειν.

C’est beau quand au cours de l’anthippasia les tribus s’échappent et se poursuivent les unes les autres rapidement, quand les hipparques commandent leurs cinq tribus, afin que chaque escadron formé par cinq tribus passe à travers l’autre. Car dans ce spectacle la manière dont ils avancent de front les uns contre les autres est formidable, magnifique celle dont, après avoir traversé l’hippodrome, ils s’arrêtent de nouveau les uns face aux autres, et belle encore celle dont, au son de la trompette, d’un autre côté, ils font une deuxième charge plus rapide. Alors ils s’arrêtent déjà pour la troisième fois au son de la trompette et doivent charger très rapidement les uns contre les autres, et après s’être tous élancés à travers et placés déjà en ligne de combat pour terminer, s’avancent vers le Conseil.

18Peut être que dans les jeux équestres thessaliens étaient disputées aussi des compétitions de charge et de poursuite, mais pas comme des épreuves par équipes, puisque la προσδροµή et l’ἀφιπποδροµά thessaliennes étaient des compétitions individuelles, où un vainqueur unique était proclamé.

Αφιππολαµπας et σκοπος ιππΕων

  • 39 Reisch 1894, col. 2721 ; Patrucco 1972, p. 382 ; Yalouris 1982, p. 251 ; Gallis 1988, p. 220 ; Gold (...)
  • 40 Voir aussi IG II2 960, un catalogue des vainqueurs aux Théseia d’Athènes de l’année 142-141 av. J.‑ (...)

19Dans les inscriptions agonistiques de Thessalie sont aussi mentionnées d’autres épreuves hippiques, qui ne présentent pas de problèmes d’identification. L’ἀφιππολαµπάς39 était une course pendant laquelle les cavaliers portaient des torches probablement passées de l’un à l’autre, constituant ainsi une version équestre des λαµπαδηδροµίαι pédestres. Le terme ἀφιππολαµπάς apparaît seulement dans des inscriptions de Thessalie en rapport avec les Éleuthéria et autres concours locaux (IG IX 2, 528, l. 18-19 ; 531, l. 18 ; 532, l. 17-18 ; 534, l. 11-13 ; SEG LIII 550, l. 14 ; SEG LIV 559, l. 6-7), mais le plus probable est qu’il s’agit d’une compétition similaire à celle qui, pour les Théseia d’Athènes (et peut-être aussi dans les Panathénées), était appelée dans les inscriptions attiques ἡ λαµπὰς τῶν ἱππέων (IG II2 958, l. 67, milieu du iie s. av. J.-C.)40. Au témoignage des inscriptions s’ajoute celui de la numismatique – une compétition qui pourrait répondre aux caractéristiques auxquelles on s’attendrait dans une épeuve ainsi nommée est représentée sur les monnaies de Tarente du iiie s. av. J.-C, selon E. Reisch –, et surtout l’allusion que Platon, au début de la République (I 328a), fait aux cultes nouvellement inaugurés qui sont célébrés au Pirée en l’honneur de la déesse Thrace Bendis. Ces cultes comprenaient une nouveauté notable : une course équestre aux torches (λαµπὰς ἀφ᾿ ἵππων), dont les participants se passaient le témoin, les torches, en courant montés sur leurs chevaux.

  • 41 Yalouris 1982, fig. 105 ; Maul-Mandelartz 1990, p. 175-185 et 273-275 ; Το Πνεύµα και το Σώµα, p. 2 (...)
  • 42 IG II2 2311, 68. Voir Reisch 1894, col. 1185 ; Patrucco 1972, p. 187 ; Parke 1986, p. 36 ; Kyle 198 (...)

20Dans les inscriptions de Thessalie (IG IX 2, 527 et 531) est mentionnée aussi une épreuve appelée σκοπός, qui présente une modalité hippique (σκοπὸς ἱππέων, l. 16-17 et l. 43-44 respectivement) et une modalité pédestre (σκοπὸς πεζῶν, l. 18-19 et l. 40-41 respectivement). Il s’agit, évidemment, de disciplines à caractère militaire, au cours desquelles les participants devaient frapper une cible en lançant une arme. Quelle était cette arme ? Étant donné que dans ces mêmes inscriptions est mentionnée une autre épreuve appelée τόξον, « arc » (respectivement l. 14-15 et l. 42), il semble logique de supposer que les participants à la discipline nommée σκοπὸς ἱππέων étaient des cavaliers équipés d’une lance qu’ils jetaient sur une cible, comme bon nombre de témoignages iconographiques de l’époque classique le montrent (Londres, British Museum GR 1903.2-17.1 ; Athènes, Musée archéologique national 1631)41. L’existence de compétitions similaires au cours des Panathénées est confirmée par les inscriptions42.

  • 43 Gallis 1988, p. 227, parle de « archery competitions, with separate events for men on foot and on h (...)
  • 44 Reisch 1894, col. 2721-2722.

21Contrairement à l’épreuve de σκοπός, il n’est pas spécifié si l’épreuve du tir à l’arc (τόξον) est une discipline pédestre ou équestre43. Cependant, sa présence dans les deux inscriptions de Larisa parmi des disciplines équestres (IG IX 2, 527 est particulièrement clair sur ce point) permet raisonnablement de supposer qu’elle pourrait être une épreuve hippique. Outre les archers à pied, faisaient partie des armées grecques des archers à cheval, appelés ἀφιπποτοξόται par Diodore de Sicile, XIX 29, et Plutarque, Apophtegmes de rois et de généraux 197d (voir également Thucydide, II 13, 8 ; Lysias, XV 6 ; et aussi Hérodote, IV 46 et IX 94 ; Aristophane, Les Oiseaux 1179)44. Platon ne veut pas non plus priver de ces soldats son état idéal, de sorte qu’il inclue le tir à l’arc à cheval dans la formation des jeunes des deux sexes, sous la supervision d’un « archer crétois », qui doit les instruire dans la manipulation de l’arme avec les deux bras (Lois VIII 834d). Platon parle de « rivalité et compétition » (ἔρις καὶ ἀγωνία) entre les jeunes gens qui pratiquent cet exercice, de sorte que sa présence au concours agonistiques éphébiques n’est pas étrange.

Notes

1 Pour l’information fournie par l’iconographie, voir Brauer 1975 ; Maul-Mandelartz 1990, p. 155-168 et 267-270.

2 Chantraine 1968, II, s.v. « κάλπη », p. 487. Voir Harris 1972, p. 158 ; Canali De Rossi 2011, p. 135 ; Petermandl 2013, p. 156 ; García Romero 1992b.

3 [D.], LXI 23-26 ; Denys d’Halicarnasse, VII 73, 3 (ὅταν γὰρ τέλος αἱ τῶν ἱππέων ἅµιλλαι λάβωνται, ἀποπηδῶντες ἀπὸ τῶν ἁρµάτων οἱ παροχούµενοι τοῖς ἡνιόχοις, οὓς οἱ ποιηταὶ µὲν παραβάτας, Ἀθηναῖοι δὲ καλοῦσιν ἀποβάτας, τὸν σταδιαῖον ἁµιλλῶνται δρόµον αὐτοὶ πρὸς ἀλλήλους) ; Plutarque, Phocion XX 1 ; Harpocration, s.v. « ἀποβάτης » ; Souda α 3250.

4 Voir Kyle 1987b, p. 188 ; Το Πνεύµα και το Σώµα, p. 296-299 ; Reber 1999, p. 126-141 ; Neils, Schultz 2012.

5 Reisch 1894, s.v. « ἀποβάτης » ; Reed 1990 ; Reed 1998, p. 42-55 ; Crowther 1991 ; Decker 1996, s.v. « Apobates » ; Müller S. 1996 ; Campagner 2001 ; Golden 2004, p. 12-13 ; Schultz 2007 ; Weisenhorn 2007, p. 4-6 ; Pastor 2015, etc. Je n’ai pas pu consulter Szemethy 1991. Pour les essedarii de l’amphithéâtre romain, qui descendaient armés d’un char conduit par un cocher et combattaient, voir Junkelmann 2000, p. 116-119, et Mañas 2013, p. 81-83 (je remercie Dr. B. Dimde-Rieger de m’avoir fourni l’information sur les essedarii).

6 Outre la bibliographie citée, voir Decker 1996, col. 848 : « …der A(pobates), bei dem ein Bewaffneter vom fahrenden Wagen absprang, eine Strecke zu laufen hatte und wieder aufsprang ( ?)… ». Sont enclins à accepter la description des Anecdota Graeca : Parke 1986, p. 43 ; Kyle 1987b, p. 188-189 ; Weiler 1988, p. 204-205 ; Crowther 1994, p. 231-233, avec plus de doutes : « Although the version of Dionysius is earlier, and therefore in some ways may be consedered more reliable, he may have confused the desultor with the apobates » ; Miller 2004a, p. 143 ; et aussi, en s’appuyant notamment sur les témoignages iconographiques, Reber 1999, p. 135-137 ; Neils, Schultz 2012, p. 203 ; et Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 69 (j’ai eu accès à ce livre grâce à l’aide du prof. E. Albanidis que je remercie de sa gentillesse).

7 I 426, 30 : ἀποβατῶν ἀγών· οὗτος ὁ ἀγὼν ἤγετο τῇ Ἀθηνᾷ, ἐν ᾧ οἱ ἔµπειροι τοῦ ἐλαύνειν ἅρµατα ἅµα θεόντων τῶν ἵππων ἀνέβαινον διὰ τοῦ τροχοῦ ἐπὶ τὸν δίφρον καὶ πάλιν κατέβαινον. καὶ ἦν τὸ ἀγώνισµα ἱππέως ἅµα καὶ πεζοῦ. καλεῖται δέ τις καὶ ἀποβατικὸς ἡνίοχος, ὁ εἰς τοῦτο δηλονότι ἐπιτήδειος τὸ ἀγώνισµα.

8 Harris 1972, p. 181 ; Weiler 1988, p. 204-205 : « der Apobaten- und Anabatenagon, bei dem von zwei im Wagen befindlichen Personen eine während des Rennens abspringen bzw. aufspringen und weiterlaufen mußte » ; Mouratidis 2008, p. 461. E. Bekker proposait de remplacer dans le texte de Pausanias (V 9, 2), ἀναβάται, leçon unanime des manuscrits, par ἀποβάται.

9 La forme ἀφιπποδροµάς de l’entrée de l’article de Reisch 1894, col. 2721, est fausse (même erreur dans Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 69, et dans Stamatopoulou 2007, p. 335-336). Et on peut dire la même chose à propos des formes ἀφιπποδροµός (Maul-Mandelartz 1990) et ἀφιπποδροµία (Crowther 1991).

10 Toutefois, cette discipline équestre pourrait avoir été disputée depuis bien avant comme compétition traditionnelle de Thessalie ; voir Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 69.

11 Voir Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 71-73, et 123-124.

12 Ces jeux quadriennaux ont eu lieu pour la première fois en 196 av. J.-C., pour commémorer la libération de la Thessalie des Macédoniens. Seuls y participaient les Thessaliens.

13 Deux bases de statues commémoratives. Les éditeurs du SEG proposent de lire aux l. 1 et 4 un anthroponyme : Ἱ]ππόδ[δαµον (?) et ἀφ᾿ Ἰπποδ[άµου (?). À mon avis, il vaut mieux retenir les restitutions ἀφιπποδ[ροµῆι de J. et L. Robert (dans REG 74 [1961], p. 178, n. 365), sauf que je préfère ἀφιπποδ[ροµᾶι au lieu de ἀφιπποδ[ροµῆι, à en juger par le témoignagne des autres inscriptions.

14 Golden 2004, p. 12.

15 Crowther 1994, p. 233.

16 Maul-Mandelartz 1990, p. 155.

17 Gallis 1988, p. 220. K. J. Gallis suit littéralement la description de la κάλπη qui est faite dans Yalouris 1982, p. 246, et l’applique directement à l’ἀφιπποδροµά, incluant le catalogue des lieux où N. Yalouris affirme que la κάλπη était disputée (mais l’ἀφιπποδροµά n’apparaît que dans les inscriptions de Larisa).

18 Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 69.

19 Reisch 1894, s.v. « ἀφιπποδροµάς ». Voir aussi LSJ, s.v. : « contest of riders who dismounted while racing » ; F. Rodríguez Adrados (éd.), Diccionario Griego-Español, s.v. : « competición de jinetes que desmontan durante la carrera ». Albanidis 2004, p. 120, décrit l’ἀφιπποδροµά comme une « επίδειξη ιππευτικής ικανότητας ».

20 Voir Gallis 1988, p. 220 ; Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 69 ; Stamatopoulou 2007, p. 335-336 : « coinage of the fifth and fourth centuries from a number of Thessalian cities, especially Larisa, depicts bull-wrestling games and/or the aphippodromas (sic) […] Aphippodromas is depicted on 4th-cent. coins of Larisa and Pherai ».

21 Par exemple, SNG Cop. 134, BMC 69, de Larisa, ca 344-321 av. J.-C.

22 Voir Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 69, et, pour l’iconographie, p. 120-121. Si, en effet, l’ἀποβάτης est aussi attesté en Thessalie, l’affirmation de Kyle 1987b, p. 188 – selon qui l’ἀποβάτης est « a ceremonial race found only in Attica and Boeotia » – devrait être corrigée.

23 Mavridis et al. 2004, p. 141, décrivent l’ἀφιπποδροµά comme « une course à deux chevaux où le concurrent doit sauter de l’un à l’autre ». Il s’agit, en effet, d’une autre possibilité qui a été proposée, peut-être à partir de l’Iliade XV 679-684. Mais je pense que pour désigner une telle compétition le terme le plus correct ne serait peut-être pas ἀφιπποδροµά, mais ἀµφιπποδροµά, à en juger par quelques textes (Arrien, De la Tactique 2, 3 ; Élien, Tactica Theoria 2, 4 ; peut-être Diodore de Sicile, XIX 29, 2, correction de P. Wesseling) qui documentent le terme ἄµφιπποι ou « cavaliers qui mènent en bride un cheval de rechange » pour changer la monture lorsqu’il est nécessaire. Son usage comme terme agonistique n’est cependant pas attesté. Pour les témoignages iconographiques des acrobaties à cheval, voir Maul-Mandelartz 1990, p. 168-172. Pour les desultores romaines, voir Thuillier 1996, p. 96.

24 διόπερ οὐδὲν παθοῦσα δεινὸν ἡ Σεµίραµις ταχέως ἀφίππευσε (« ainsi, sans ressentir rien de grave, Sémiramis s’ éloigna-t-elle vite à cheval   »). Dans le § 3, au cours de la description de la même bataille, Diodore utilise le verbe προσ-ιππεύω pour décrire une charge à cheval : τὰ γὰρ εἴδωλα πόρρωθεν µὲν ὁµοίαν εἶχε τὴν πρόσοψιν τοῖς ἀληθινοῖς θηρίοις, οἷς συνήθεις ὄντες οἱ τῶν Ἰνδῶν ἵπποι τεθαρρηκότως προσίππευον (« car les reproductions avaient de loin le même aspect que les bêtes véritables, auxquelles étant accoutumés les chevaux des Indiens, ils chargeaient résolument »).

25 Campagner 2001, p. 87-88, offre pour ἀποτρέχω le sens « correre in pista » ; nous considérons plus précise l’interprétation de K. J. Dover (Aristophanes. Clouds [1968], p. 221) : « run off ».

26 En dehors de Thessalie, j’ai trouvé le terme uniquement dans une inscription éphébique de Chalcis d’Eubée, datée de 212 av. J.-C. (IG XII Suppl. 646, l. 22 ; voir RPh 13 [1939], p. 132) ; l’inscription n’offre aucune information supplémentaire.

27 Voir A. Tziafalias, dans Adrymi-Sismani et al. 2004, p. 124-125.

28 « charge, as a military evolution » (LSJ   ).

29 Le pluriel τῶν ἵππων peut signifier « charge de chevaux » et « charge de chars ». Nous trouvons plus probable la première interprétation.

30 Gallis 1988, p. 227, décrit la προσδροµή comme « an imitation of a military assault involving three successive waves of horsemen, infantry, and chariots drawn by two horses, perhaps representing the three main forms of warfare ». Toutefois, l’expression « three successive waves » ne nous semble pas appropriée, parce que, d’une part, à partir des rares témoignages épigraphiques nous ne pouvons pas déduire que les charges étaient immédiatement successives, et, d’autre part, les inscriptions indiquent clairement que c’était une épreuve individuelle et pas collective, contrairement à l’ἀνθιππασία (voir Miller 2004a, p. 145). K. J. Gallis renvoie à Axenidis 1947, p. 41, que nous n’avons pas pu consulter.

31 Προσβάλλω se trouve aussi dans Aristophane, Les Thesmophories 615 ; Hérodote, III 155 ; Thucydide, I 49 et II 19 ; cf. προσέρχοµαι dans Xénophon, Cyropédie VI 2, 16 : πρὸς τοὺς ἱππέας προσέρχονται.

32 Probablement mieux qu’interpréter que les participants simulaient une fuite à cheval.

33 Martin 1887, p. 196-199 ; Reisch 1894, col. 2378-2379 ; Moretti L. 1953, p. 67 ; Patrucco 1972, p. 381 ; Vanderpool 1974 ; Parke 1986, p. 144-145 ; Kyle 1987b, p. 189-190 ; Bugh 1988, p. 59-60 ; Maul-Mandelartz 1990, p. 192-200 et 278-280 ; Reed 1990, p. 56-59 ; Golden 2004, p. 10-11 : « “riding opposite”, a competitive equestrian display (perhaps a mock cavalry battle) which at Athens involved two squads, each made up of contingents from five of the city’s civic tribes. It was part of the Panathenaea and Olympieia from at least the fourth century. Outside Athens, it may be attested (as hippasia) at Lebadeia in Boeotia » ; Weisenhorn 2007, p. 6 ; Goette 2007, p. 117-118 et 120-121 ; Kyle 2014. À propos de la relation avec le Lusus Troiae romain (Éneide V 545-602), voir Diem 1942, p. 22, et Fuchs 1990 ; aussi Thuillier 1996, p. 93-94, et Golden 2004, p. 98.

34 IG II2 379, 1612, 3079, 3130 ; SEG XLV 85, 145 ; E. B. Harrison, Agora I 5326 (voir W. K. Pritchett, « Greek inscriptions », Hesperia 9 [1940], p. 111-112, no 21 ; A. G. Woodhead, Inscriptions: The Decrees, The Athenian Agora XVI [1997], no 203). Voir aussi ἱππασία dans IG VII 3087 (Lébadée).

35 Les inscriptions et le témoignage des lexicographes montrent sans équivoque que, au moins au ive s. av. J.-C., l’exercice était devenu une compétition dans laquelle s’affrontaient les escadrons de cavalerie des différentes φυλαί, occasion pour les jeunes gens de montrer aux citoyens les acquis obtenus pendant leur éphébie.

36 Voir Vanderpool 1974 ; Το Πνεύµα και το Σώµα, p. 320-321, avec le commentaire sur la base de Bryaxis, Musée archéologique national d’Athènes, 11733 ; et p. 335-336, avec le commentaire sur le relief de la φυλή Léontis, musée de l’Agora, I 7167 ; sur d’autres représentations possibles de l’épreuve, voir Το Πνεύµα και το Σώµα, p. 200, 204, 300. Maggi 2011 a proposé d’identifier la représentation équestre de la frise sud de la cella du Parthénon avec l’anthippasia.

37 Hésychius, α 5143 : ἀνθιππασίων· τῶν ἱππέων ἄσκησις, καὶ ἀγῶνες αὐτῶν ; Souda α 2524 : ὁ ἱππικὸς ἀγών (= Anecdota Graeca, L. Bachmann 97, 27) ; Anecdota Graeca I 404, 2, E. Bekker : ἵππων ἅµιλλα, ἱππικὸς ἀγών. Comme curiosité, dans la version grecque du programme de l’inthronisation du roi Othon Ier de Grèce (23 mai 1835), conservée au musée d’Histoire nationale d’Athènes (ancien parlement), est mentionée (point 17) une épreuve appelée ἀνθιππασία, qui correspond à l’allemand « Wettrennen zu Pferde » et au français « course de chevaux » (je remercie le prof. W. Decker de m’avoir fourni cette information).

38 Vanderpool 1974, je crois à juste titre, est contre la possibilité d’identifier avec l’anthippasia l’exhibition de cavalerie décrite par Xénophon dans le Maître de cavalerie III 2 ; voir aussi Ajootian 1998, p. 12, n. 40.

39 Reisch 1894, col. 2721 ; Patrucco 1972, p. 382 ; Yalouris 1982, p. 251 ; Gallis 1988, p. 220 ; Golden 2004, p. 12. Pour les représentations iconographiques, voir Maul-Mandelartz 1990, p. 185-192.

40 Voir aussi IG II2 960, un catalogue des vainqueurs aux Théseia d’Athènes de l’année 142-141 av. J.‑C. ; après les références à la λαµπάς des παῖδες, des ἔφηβοι et des νεανίσκοι, il est ajouté peut-être dans les lignes 33-34: [τῆι λαµπάδι τῶν Ταρ]αντίνων· / [- - - - - - Πα]νδιονίδος φυλῆς. Voir aussi, dans un contexte similaire, IG II2 961, l. 33-34 (140 av. J.-C., également en rapport avec les Théseia d’Athènes) ; IG II2 2317, l. 17-18 (162-161 av. J.-C., en rapport avec les Panathénées : [ἐκ τῶν ἱππέ]ων λαµπάδι ; cf. SEG XXXXI 118, 17, douteux). Ταραντῖνοι était la dénomination d’un type de cavaliers qualifiés (Hésychius, τ 3176) ; voir Patrucco 1972, p. 382. E. Reisch pensait aussi à la possibilité de corriger dans Athénée, XII 536e, ὑπολαµπάδων en ἱππολαµπάδων, ce qui serait le témoignage de l’existence de compétitions similaires à Alexandrie, au temps de Ptolémée II.

41 Yalouris 1982, fig. 105 ; Maul-Mandelartz 1990, p. 175-185 et 273-275 ; Το Πνεύµα και το Σώµα, p. 202-205. Dans ce dernier livre, R. Proskinitopoulou fait le commentaire suivant (p. 202) : « Ο “έφιππος στοχαστικός ακοντισµός” […] καθιερώθηκε ως αγώνισµα στα Παναθήναια στα τελη του 5ου αι. π.Χ. Ως άθληµα, όµως, το είδος αυτό του ακοντισµού είχε µεγάλη σπουδαιότητα και σ᾿ άλλες γιορτές, όπως στα Ηραία του Άργους, όπου στο νικητή δινόταν ως βραβείο, µαζί µ᾿ ένα στεφάνι µυρτιάς, και η ασπίδα που είχε αποτελέσει το στόχο ». Cependant, nous n’avons trouvé aucun témoignage confirmant l’affirmation (qui vient de Wagner ; cf. Maul-Mandelartz 1990, p. 175-176) que le lancé de javelot faisait partie du programme des Héraia d’Argos.

42 IG II2 2311, 68. Voir Reisch 1894, col. 1185 ; Patrucco 1972, p. 187 ; Parke 1986, p. 36 ; Kyle 1987b, p. 186-187 ; Golden 2004, p. 125. Voir Gardiner E. N. 1910, p. 237-238. Platon (Ménon 93d) note que Thémistocle « fit de Cléophante, son fils, un excellent cavalier. Il est certain que ce Cléophante savait se tenir debout sur son cheval, lancer le javelot dans cette position, exécuter enfin une foule d’autres tours de force qu’il avait appris de son père ». Voir aussi Xénophon, De l’Équitation 8, 10 ; 12, 13.

43 Gallis 1988, p. 227, parle de « archery competitions, with separate events for men on foot and on horseback », sans fournir de preuves en faveur de cette hypothèse.

44 Reisch 1894, col. 2721-2722.

Auteur

Universidad Complutense de Madrid

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search