Version classiqueVersion mobile

Les hippodromes et les concours hippiques dans la grèce antique

 | 
Jean-Charles Moretti
, 
Panos Valavanis

Vainqueurs, dédicaces et politique

Concours hippiques et politique : un sport d’élite, entre promotion personnelle et intérêt public

Athina Dimopoulou

Résumé

Les concours à l’hippodrome sont depuis les temps homériques liés à la culture aristocratique. Ils servent à la confirmation du statut des élites des cités grecques et de leur puissance auprès d’un auditoire panhellénique. Inscrites au sein des stratégies de promotion des grandes familles, les victoires équestres cultivent un profil politique d’excellence des vainqueurs et la légitimité de leur prétention au pouvoir. Un idéal entretenu au cours de plusieurs siècles assimile la victoire équestre à la valeur personnelle, même si ces victoires étaient surtout le produit d’un investissement économique sur les meilleurs chevaux, chars et auriges. La légitimité de la gloire acquise au moyen de sa fortune était représentée, au sein du débat qui entoure la valeur de ces distinctions équestres, comme portant service à l’intérêt public, en renforçant le prestige de sa cité.

Texte intégral

La tradition aristocratique des concours hippiques

  • 1 Apprendre l’art équestre fait déjà partie de la formation du futur guerrier homérique, un idéal per (...)
  • 2 La possession de chevaux est un signe de statut aussi bien dans le classement des citoyens d’Athène (...)
  • 3 Aristote, Politique IV 1289b.
  • 4 Les concours de chariots ont été introduits assez tôt à Olympie, selon Pausanias (VIII 8, 7 et V 9, (...)
  • 5 Ces concours remonteraient aux honneurs funèbres rendus au fils d’Arcas, l’ancêtre éponyme des Arca (...)
  • 6 Homère, Iliade XXIII 257-652, consacre une longue description aux concours funéraires en l’honneur (...)
  • 7 Homère, Iliade XXIII 639 ; Odyssée XXIV 85. Achille sera à son tour honoré de concours funéraires i (...)
  • 8 Papakonstantinou 2014b.

1Depuis l’époque homérique1, posséder, monter et dresser des chevaux, constitue le signe distinctif de l’appartenance à l’élite politique et économique des cités grecques2. Aristote remarque que, comme parmi les notables il y a différents niveaux de richesse, l’ἱπποτροφία est le signe distinctif d’une très grande fortune3. La mythologie relie les concours hippiques à une concurrence de niveau royal, telle la célèbre course qui décida du sort d’Hippodamie et du Péloponnèse, où le roi Œnomaos fut battu à son propre jeu par Pélops. Les origines des concours olympiques4, pythiques, néméens et isthmiques5 sont associées à des compétitions funéraires pour honorer un défunt de haut rang, où les concours hippiques tiennent une place centrale, tels les ἆθλα ἐπὶ Πατρόκλῳ6 décrits par Homère auxquels participent des rois et des fils de rois7.Une fois instituées au sein des grands concours, les épreuves de l’hippodrome resteront liées à la culture aristocratique, servant à l’ostentation des richesses, à la confirmation du statut des élites des cités grecques et, par extension, à l’étalage de la puissance politique auprès d’un auditoire panhellénique. Inscrites au sein des stratégies de promotion des grandes familles, les victoires hippiques seront célébrées par le biais aussi des œuvres d’art, statues, épinicies et odes commissionnées pour commémorer les champions, ainsi que par des monuments funéraires8. Ces monuments perpétuent la mémoire de l’exploit aux courses à l’hippodrome comme une expression de l’excellence personnelle et familiale du vainqueur, une excellence, mise aussi au service du prestige civique, servant ainsi les prétentions de légitimité du pouvoir politique que les membres des familles des vainqueurs détiennent déjà, ou auquel elles aspirent.

  • 9 Sophocle, Électre 773.
  • 10 Une ode consacrée à Hiéron (Pindare, Pythiques II 5), le tyran de Syracuse, laisse entendre que le (...)
  • 11 Ainsi Xénocrate, le frère du tyran d’Acragas Théron, a remporté en 490 la victoire aux concours pyt (...)
  • 12 IvO 160 ; Anthologie Palatine XIII 16.
  • 13 Sur les sports équestres permettant aux membres des élites de participer aux concours et d’avoir ac (...)
  • 14 Plutarque, Agésilas 20, 1.
  • 15 Pausanias, III 8, 1-2.

2Tyrans, rois, membres des familles grecques les plus illustres comptent parmi ceux qui peuvent se permettre de dresser les meilleurs chevaux et de posséder des chars. Les compétitions hippiques entraînant le risque d’être renversé au cours des manœuvres – comme lors de l’accident fatal décrit par Sophocle dans son Électre9, où Oreste est censé être déchiré au point d’être méconnaissable –, les puissants ont eu assez tôt intérêt à embaucher les meilleurs auriges.Le fait de pouvoir concourir aux épreuves hippiques par personne interposée permet aux propriétaires des chevaux de recevoir les palmes de la victoire, sans être exposés aux dangers de la participation. Cette concurrence exceptionnelle par personne interposée pourrait avoir été le résultat d’accidents tragiques qui ont privé une famille distinguée de membres irremplaçables, mais aussi être interprétée comme une expression de la hiérarchie des clans aristocratiques, qui évitent d’exposer aux dangers de la compétition la tête du groupe. Ainsi, aux concours panhelléniques, l’aurige peut être le propriétaire lui-même10, mais très souvent c’est un membre de sa famille ou un tiers embauché à cette fin11. Ceci permet aussi à des femmes, à qui il est interdit de suivre les concours, d’être couronnées pour des victoires hippiques, dont la fameuse Cyniska, fille et sœur des rois de Sparte12. Les concours de l’hippodrome constituent donc une compétition sportive exceptionnelle qui ne présente pas grand nombre des restrictions auxquelles, de iure ou de facto, font face les autres athlètes, telles les restrictions de sexe, d’âge13 ou d’adresse corporelle, mais laquelle nécessite un investissement économique considérable pour l’achat et l’entraînement des meilleurs chevaux, chars et auriges. La fortune et son rapport avec l’ethos agonistique se trouvent donc au centre de la polémique antique qui entoure le prestige des victoires équestres. Les élites aspirent à représenter leur fortune comme mise au service de la communauté lors de leur participation aux compétitions de l’hippodrome et comme source légitime d’une gloire à la fois personnelle et civique. Selon Plutarque, c’est au contraire pour démontrer que le prestige de ces victoires n’était qu’une simple affaire de fortune que le roi Agésilas incita Cyniska à participer aux concours14 – ce qui pourtant n’a point diminué la gloire de sa sœur, dont l’exemple a été suivi par d’autres femmes15. La participation aux compétitions hippiques sert donc à la projection d’une certaine image publique et politique, associant la richesse et le pouvoir à l’idéal agonistique de valeur personnelle traditionnellement lié aux concours sportifs.

  • 16 Hérodote, VI 126, 2.
  • 17 Papakonstantinou 2010.
  • 18 Golden 2008, p. 96.

3Le prestige personnel et familial d’une victoire hippique résonne dans l’histoire rapportée par Hérodote à propos de Clisthène, le tyran de Sicyone, qui perpétue une tradition familiale de victoires hippiques16. Lorsqu’il remporte la victoire olympique au quadrige en 57617, il lance un appel aux meilleurs des Grecs à participer à une autre compétition, cette fois pour obtenir la main de sa fille Agariste et devenir son gendre. Parmi plusieurs prétendants est finalement choisi l’Alcméonide Mégaclès, dont le père et le frère avaient aussi remporté des victoires au quadrige aux concours olympiques et aux Panathénées, lequel deviendra ainsi l’ancêtre de Clisthène, de Périclès et d’Alcibiade. S’adonner aux compétitions de l’hippodrome et y remporter des victoires était donc vu comme un signe distinctif de statut et d’appartenance au cercle très restreint des grandes familles, au sein desquelles les élites recherchaient un époux ou une épouse dignes de leur nom. Remporter des victoires hippiques permettait d’établir ou de renforcer une hiérarchie de statut au sein d’un cercle restreint de personnages de haut rang18.

L’apport politique des victoires équestres

  • 19 Comme par l’inscription sur une colonne dorique dédiée par Ἀλκµεωνίδης Ἀλκµέωνος dans un concours é (...)
  • 20 Valavanis 2004, p. 310.
  • 21 Pindare, Olympiques I 10.
  • 22 Pindare, Olympiques II 10.
  • 23 Pindare, Olympiques I 105.
  • 24 Pindare, Olympiques V 8.

4Les tyrans de Sicile investissent largement dans les compétitions de l’hippodrome et les dédicaces suite aux victoires servant leur ὑστεροφηµία19,dont le fameux aurige de Delphes, dédié vers 470 par le tyran de Géla, Polyzalos, pour célébrer la victoire de son char aux concours pythiques de 478 ou 47420. Hiéron de Syracuse fait de ses nombreuses participations aux courses panhelléniques de l’hippodrome et de ses victoires aux concours de Delphes et d’Olympie, chantées par Pindare et par Bacchylide, une stratégie de promotion de sa renommée dans tout le monde grec. Les épinicies commandées par les tyrans sont parfois ponctuées de subtiles références politiques, où l’exploitation idéologique des victoires impose l’éloge des vertus de gouverneur et de législateur du vainqueur couronné. Dans l’épinicie21 consacrée à la victoire équestre de Hiéron en 476, Pindare se sert de l’adjectif θεµιστεῖον, exaltant la qualité de justicier du tyran. Théron d’Acragas, son gendre, vainqueur à la course de chars à Olympie, est qualifié par Pindare d’ὀρθόπολις, de « soutient de la cité »22. En soulignant qu’« un dieu protecteur, ô Hiéron, veille à l’accomplissement de tes vœux et à ta postérité »23, Pindare illustre ce lieu commun archaïque qui veut les tyrans porteurs du κύδος, comme les élus des dieux, une protection divine dont la victoire équestre est la preuve la plus éclatante. La première ode pythique composée en 470 pour la victoire de Hiéron offre aussi l’occasion de célébrer les victoires des Grecs contre les Barbares, à Salamine et Platées mais aussi celles de Hiéron et de Théron contre Carthage et les Étrusques. L’association de la renommée personnelle du vainqueur à la réputation de sa cité se dégage aussi de la Septième Pythique dédiée à la victoire du quadrige de l’Alcméonide Mégaclès IV en 486, dans laquelle Pindare fait l’éloge de la superbe cité d’Athènes et de la « renommée qui a porté chez tous les peuples la gloire des citoyens à qui Érechthée dicta ses lois ». La victoire renforce aussi le profil du couronné comme bienfaiteur de sa cité : Pindare vante à deux reprises Psaumis de Camarina, qui remporte la double victoire olympique à la course des chevaux et à la course des chars, en soulignant à propos de sa ville dévastée par les Syracusains, que « C’est à ce mortel généreux que Camarina doit son agrandissement et son lustre, et ces douze autels que sa religion a consacrés aux grands dieux de l’Olympe »24.

  • 25 Pindare, Pythiques VII, XI.
  • 26 Dans la Quatrième et la Cinquième Pythique Pindare fait en outre des allusions aux conflits qui déc (...)
  • 27 Papakonstantinou 2013.
  • 28 Papakonstantinou 2013, p. 107.
  • 29 Après avoir remporté aussi trois victoires avec les mêmes chevaux, Évagoras de Sparte érige des sta (...)
  • 30 Papakonstantinou 2013, p. 107 ; Kyle 1987b, p. 158 ; Raschke 1988b, p. 40 ; Kurke 1991, p. 179-180.
  • 31 Hérodote, VI 103.

5La victoire hippique sert aussi parfois à confirmer le statut et le pouvoir que préserve un exilé de haut rang et même fournit des armes à des négociations politiques. Pindare fait l’éloge d’un descendant de Mégaclès, ostracisé à l’époque d’Athènes, vainqueur au quadrige, en rappelant les huit victoires que sa famille a remportées lors de diverses compétitions25. Il demande aussi au tyran de Cyrène Arcésilas, donc l’attelage remporte la victoire aux concours pythiques en 462, qu’il rappelle son ami Damophile, aristocrate exilé à Thèbes26.L’incident le plus révélateur de l’exploitation d’une victoire hippique à des fins politiques concerne Cimon, le père de Miltiade. Durant son exil d’Athènes par Pisistrate, Cimon remporte la victoire olympique à la course des quadriges. Lorsqu’il réitère l’exploit à l’Olympiade suivante avec les mêmes chevaux, il permet à Pisistrate d’être désigné vainqueur à sa place, en échange de son retour d’exil27. Ce trafic de victoires, non sans précédent dans les annales olympiques, avait de toute évidence fait l’objet d’un arrangement préalable entre les deux hommes, signe distinctif, selon Z. Papakonstantinou28, de l’exploitation extraordinaire des victoires sportives dans la lutte de pouvoir des élites au vie s., mais aussi de l’importance et du prestige politique unique qu’une victoire équestre entraîne. Lors de sa troisième victoire olympique, toujours avec les mêmes chevaux29, Cimon sera assassiné par les fils de Pisistrate (peut-être jaloux de cette série de victoires)30 puis enterré en face de ses juments à Athènes31.

  • 32 Plus le concours est prestigieux, plus les hippodromes rassemblent la fleur de la richesse et du po (...)
  • 33 Pindare, Olympiques VI.
  • 34 Les Philaïdes remportent en la personne du demi-frère de Cimon, Miltiade l’ancien, une victoire oly (...)
  • 35 Plutarque, Lycurgue 205c. Voir Davies J. K. 1971, p. XXV-XXVI, sur l’hippotrophia comme signe d’app (...)
  • 36 Sur la tendance de la participation des élites d’Athènes aux concours équestres surtout à partir du (...)
  • 37 Thucydide, VI 16, 1-3 ; Papakonstantinou 2003, p. 173-182.
  • 38 Selon le discours qu’attribue Thucydide (VI 16, 2) à Alcibiade, il a obtenu le premier, le deuxième (...)
  • 39 Il s’agissait en fait d’une équipe de quatre chevaux.
  • 40 Isocrate, XVI 32.

6La victoire à l’hippodrome constitue le pinacle de l’élitisme aristocratique. Parmi les grands noms qui remportent des victoires olympiques au tethrippon, on compte Périandre de Corinthe (fin viis.), Miltiade le fils de Cyspélos d’Athènes et le roi de Sparte Démarate. Les victoires hippiques sont souvent une histoire de tradition familiale, où chaque génération32 apporte son propre prestige, confirmant le statut inaltéré de la famille. Pour le Syracusain Agésias, la victoire olympique à la course des chars donne l’occasion à Pindare33 de rappeler la fameuse généalogie de ses ancêtres, les Jamides, fondateurs de Syracuse et prêtres d’Olympie. À Athènes, les grandes familles connues pour leur richesse et leur hippotrophia, les Philaïdes par exemple, remportent plusieurs victoires au quadrige34, toute comme d’autres familles chantées par la cité35. Du côté des Alcméonides, plusieurs générations remportent des victoires au tethrippon à Olympie au cours de deux siècles36. Celles d’Alcibiade37 en 416 sont devenues légendaires, par leur extravagance et leur splendeur. Il y participe avec sept chars, remportant les trois premières places38. Le symbolisme politique de ces victoires est mis en valeur dans le Discours pour le couple de chevaux que compose Isocrate pour le fils d’Alcibiade, pour sa défense dans une δίκη βλάβης intentée par Teisias en 397. Ce dernier réclame au fils d’Alcibiade 5 talents, accusant son père d’avoir volé l’équipe de chevaux39 qu’il avait pour commission d’acheter à Argos, afin de participer à cette course en son nom. La défense d’Alcibiade le jeune est en fait l’éloge de son père et des contributions des Alcméonides à la cité d’Athènes. Les Alcméonides sont présentés comme la personnification de la démocratie athénienne, de sa paideia, du courage de ses citoyens et de leur volonté de surpasser tous les Grecs. Vaincre à Olympie au sport le plus célèbre, soutient-t-il, c’est placer sa cité au centre de l’attention du monde grec40 :

περὶ δὲ τοὺς αὐτοὺς χρόνους ὁρῶν τὴν ἐν Ὀλυµπίᾳ πανήγυριν ὑπὸ πάντων ἀνθρώπων ἀγαπωµένην καὶ θαυµαξοµένην, καὶ τοὺς Ἕλληνας ἐπίδειξιν ἐν αὐτῇ ποιουµένους πλούτου καὶ ῥώµης καὶ παιδεύσεως, καὶ τούς τ᾽ ἀθλητὰς ζηλουµένους καὶ τὰς πόλεις ὀνοµαστὰς γιγνοµένας τὰς τῶν νικώντων, καὶ πρὸς τούτοις ἡγούµενος τὰς µὲν ἐνθάδε λῃτουργίας ὑπὲρ τῶν ἰδίων πρὸς τοὺς πολίτας εἶναι, τὰς δ᾽ εἰς ἐκείνην τὴν πανήγυριν ὑπὲρ τῆς πόλεως εἰς ἅπασαν τὴν Ἑλλάδα γίγνεσθαι...

Vers le même temps, mon père, voyant que la solennité d’Olympie excitait l’enthousiasme du monde entier ; que les Grecs y déployaient avec ostentation leur opulence, leur force et l’élégance de leurs mœurs ; que, d’un autre côté, les athlètes étaient pour les villes un sujet de rivalité, et que celles qui avaient donné le jour aux vainqueurs acquéraient de la célébrité, comprit que les dépenses faites à Athènes au nom des particuliers n’avaient pour témoins que les citoyens de leur ville, tandis que celles qui se faisaient à Olympie au nom d’Athènes fixaient l’attention de toute la Grèce...

  • 41 Isocrate, XVI 34.
  • 42 Démosthène, XXI [145].

7Par un tour de manipulation idéologique, Alcibiade émerge donc de sa victoire hippique comme un symbole de l’identité civique et de la suprématie athénienne, une suprématie soutenue par sa fortune personnelle qui surpassa la fortune publique des autres cités. Par ses sept chars, une participation inégalée de la part même des plus grandes cités, par les fonds privés dépensés à l’occasion des concours qui surpassent tous les fonds publics, Alcibiade mit la barre de la gloire si haut, qu’aucun futur compétiteur ne pourrait le surpasser41. L’ode composée pour sa victoire par Euripide maintient que cet exploit est le sommet de la noblesse, que µηδεὶς ἄλλος Ἑλλάνων n’a jamais égalé. Démosthène, vers 350, pense aussi que la victoire olympique d’Alcibiade fut un exemple de son patriotisme et de son soutien à la démocratie42.

La critique démocratique envers un sport d’élite

  • 43 Moorton 1998.
  • 44 Spence 1993, p. 191-193, 202-211 ; Kyle 1987b, p. 160-161, 167-168. Selon Rhodes 1986, la compétiti (...)
  • 45 Thucydide, VI 15.
  • 46 Thucydide, VI 16.
  • 47 Papakonstantinou 2003, p. 174 : « This representation of Olympic victory echoes a cliché argument f (...)
  • 48 La cité d’Éphèse offrit à Alcibiade une tente deux fois plus grande que celle de la délégation offi (...)
  • 49 Il est peut-être significatif que ces dons proviennent de trois cités marquées par la forte emprein (...)

8Tous, à Athènes, ne partagent pourtant pas la même admiration pour les courses hippiques. Dans Les Nuées, présentées en 423, quelques années avant la victoire d’Alcibiade, Aristophane met en scène le jeune Pheidippidès, qui rêve d’hippodromes et ruine son père Strepsiadès par sa folie des chevaux, une folie cultivée par sa mère prétentieuse, descendante de la famille de Mégaclès. Ce personnage qui fait allusion à la manie équestre, sinon d’Alcibiade, certainement de la jeunesse dorée d’Athènes qu’il incarne43, et son effet comique garanti auprès du public posent la question de la perception de ces compétitions auprès du dèmos athénien, dans le contexte des valeurs démocratiques44. Thucydide, une année après la fameuse victoire olympique d’Alcibiade, en 415, relie la « passion pour les chevaux d’Alcibiade et ses autres prodigalités qui absorbaient – et au-delà – ses revenus »45 à son désir de conquérir la Sicile pour compenser ses extravagances. Selon Alcibiade, d’autre part, ce que Nikias lui reproche, et à ces ancêtres, « est justement ce qui fait la réputation de [ses] ancêtres et la [sienne] et l’avantage de [sa] patrie ». En mettant sept chars sur la ligne de départ, plus qu’aucun particulier avant lui, et en remportant trois victoires, dit-il, il exagéra la puissance d’Athènes auprès des Grecs, qui « s’attendaient à voir cette puissance abattue par la guerre »46. Il est de coutume, souligne-t-il, d’honorer de telles victoires, desquelles se dégage une impression de puissance47. L’idée principale derrière l’argument d’Alcibiade est qu’une cité dont le citoyen peut se permettre une telle extravagance ne peut qu’être un État prospère et puissant. Mais on voit aussi s’esquisser l’idée qu’Alcibiade se faisait de lui-même en tant que protagoniste de la vie politique athénienne. Alcibiade, qui fut accusé de s’être approprié la vaisselle processionnelle d’Athènes durant les célébrations qui ont suivi ses victoires hippiques à Olympie et d’avoir reçu de somptueux cadeaux48, dignes d’un despote, de la part des cités alliées49, se comporte en fait comme un chef d’État, plutôt que comme le simple citoyen athénien qu’il est.

  • 50 Des points de vue contre l’hippotrophia : Xénophon, De l’équitation, I 12 ; Démosthène, XLII 24 ; P (...)
  • 51 Siewert 1991, p. 10 ; Golden 1998, p. 268. Mégaclès fut ostracisé avant de remporter, en 486, la vi (...)
  • 52 Sur les droits des vainqueurs aux épreuves hippiques des Panathénées soulignés dans le décret IG I2(...)
  • 53 Isocrate, XVI 33.

9La question de la perception des victoires hippiques auprès du dèmos et de la méfiance, ou pas, des Athéniens envers ce sport d’élite, comme incompatible avec les valeurs démocratiques a fait l’objet d’un débat dès l’Antiquité50. Un ostrakon isolé reproche à Mégaclès son hippotrophia, attestant les sentiments d’envie vis-à-vis de cette activité d’élite51. Auprès du grand public, pourtant, le seul nombre des vingt-sept compétitions à l’hippodrome lors des Panathénées suffit à confirmer la popularité des concours hippiques auprès des Athéniens52. Le public était certainement conscient de l’investissement économique que représentaient ces compétitions et de l’esprit d’élite qui y était cultivé. Ce qui est plus surprenant est que le fils d’Alcibiade, défendant son père devant un tribunal athénien, donc composé surtout de gens de petite fortune, n’hésite pas à expliquer le choix de son père à Olympie comme un acte d’élitisme tout à fait légitime53 :

… ταῦτα διανοηθείς, οὐδενὸς ἀφυέστερος οὐδ᾽ ἀρρωστότερος τῷ σώµατι γενόµενος τοὺς µὲν γυµνικοὺς ἀγῶνας ὑπερεῖδεν, εἰδὼς ἐνίους τῶν ἀθλητῶν καὶ κακῶς γεγονότας καὶ µικρὰς πόλεις οἰκοῦντας καὶ ταπεινῶς πεπαιδευµένους, ἱπποτροφεῖν δ᾽ ἐπιχειρήσας, ὃ τῶν εὐδαιµονεστάτων ἔργον ἐστί, φαῦλος δ᾽ οὐδεὶς ἂν ποιήσειεν, οὐ µόνον τοὺς ἀνταγωνιστὰς ἀλλὰ καὶ τοὺς πώποτε νικήσαντας ὑπερεβάλετο.

... mon père, dis-je, ayant apprécié ces considérations, bien qu’il ne le cédât à personne pour l’adresse et la force corporelles, dédaigna les luttes de la gymnastique, parce qu’il savait qu’une partie des athlètes étaient des hommes d’une origine obscure, sortis de villes sans importance, et privés d’éducation ; il entreprit d’élever des chevaux, privilège réservé à l’opulence, et auquel ne saurait prétendre un homme d’une situation inférieure ; et non seulement il surpassa ses rivaux, mais tous ceux qui, à une époque quelconque, avaient triomphé dans ces luttes.

  • 54 Selon Kyle 1987b, p. 101, à Athènes, les évènements hippiques ont un air aristocratique qui prive l (...)

10Même si cet argument vise à distinguer Alcibiade du groupe des φαύλοι et autres personnes de basse extraction, et donc de le présenter comme incapable d’avoir commis un crime aussi banal qu’un vol, si élever des chevaux et participer aux courses hippiques était un art mal vu auprès du dèmos athénien, une telle stratégie de défense risquait de soulever des sentiments de jalousie et de haine envers le plaideur et sa famille. L’argument donc suppose un public qui admette que les compétitions hippiques sont réservées à un cercle de personnes très fortunées, mais d’une fortune mise au service à la fois de la gloire personnelle et de celle de la cité. En mettant ses richesses au service du public, celui qui finançait un char54 prétendait servir l’idéal agonistique ; en remportant une victoire au nom de sa cité, il renforçait son caractère public.

  • 55 [Andocide], IV 26.
  • 56 [Andocide], IV 27.

11La même idée se dégage de l’autre texte qui s’attaque à la victoire légendaire d’Alcibiade, le Contre Alcibiade du pseudo-Andocide du début du ive s. Selon l’auteur inconnu, Diomède, possédant une fortune moyenne, a voulu par sa participation aux concours hippiques à Olympie couronner aussi bien la cité que sa maison, mais fut privé de ses chevaux à cause de l’influence d’Alcibiade auprès des agonothètes55. Il dénonce cet acte contre un concitoyen comme une attaque à la démocratie même, digne d’un tyran et d’un démagogue56. C’est surtout l’hybris du comportement d’Alcibiade avant et après ses victoires, y compris les célébrations et cadeaux reçus, qui est dénoncée. L’auteur déplore que, en dépit de sa corruption, l’honneur d’être nourri au prytanée ait été attribué à Alcibiade. Il rappelle que Cimon et Miltiade, bien que champions olympiques, avaient été portés en justice par leurs concitoyens. Ce n’est donc pas le fait même de participer qui est considéré comme antidémocratique, mais les moyens illicites employés par Alcibiade pour obtenir la victoire, tout en privant un autre citoyen de ses droits. Au centre de la critique se trouve le fait qu’un simple citoyen se montre plus puissant que sa cité, et donc aussi le mélange des rôles privés/publics auquel s’était apparemment adonné Alcibiade avec délectation à Olympie, en se comportant en chef d’État qu’il n’était pas.

  • 57 Selon Golden 1997, p. 340, la performance d’Alcibiade à Olympie en 416 aurait été difficile à égale (...)
  • 58 Il y inclut parmi les services de son père envers la cité l’honneur de la proclamation de la cité l (...)
  • 59 Lycophron pense que le fait d’avoir élevé des chevaux avec un enthousiasme qui dépasse son énergie (...)
  • 60 Lycurgue, I 139.
  • 61 Papakonstantinou 2003, p. 176 : « Depending on the occasion and audience athletes, politicians, ora (...)
  • 62 D’autre part, l’argument que les victoires sportives en général ne servent en rien le bien public a (...)
  • 63 Sans que Démosthène n’ait rien à reprocher à Timocrate sur ce point, comme il n’aurait pas manqué d (...)

12Mais au-delà du cas d’Alcibiade57, qui reste exceptionnel sur plusieurs points, l’hippotrophia et la participation aux courses hippiques donnent aussi lieu à des arguments qui apparaissent sous deux formes antithétiques dans des discours et débats judiciaires athéniens concernant d’autres hommes politiques. Les courses hippiques sont d’une part présentées comme un service rendu à la cité par Lysias, dans le discours sur les biens d’Aristophane58, et par Lycophron dans son discours pour Hypéride59.Elles sont d’autre part dénoncées dans le Contre Léocrate de Lycurgue comme un moyen d’avancement personnel, lorsque ceux qui prétendent rendre service à la cité font étalage de leurs richesses60. Mais il faut pourtant noter que, dans le cadre d’un procès ou d’un débat politique, on s’attend à ce que toutes sortes d’arguments contre le caractère de l’adversaire soient invoqués ou inventés61. Même ces critiques laissent transparaître que la participation aux concours hippiques était généralement perçue comme une manière de mettre sa fortune au service de la cité, en en tirant une gloire légitime, sans que cette participation ne soit un désavantage au sein d’un régime démocratique62. Chabrias, Timocrate et Démade, trois hommes politiques athéniens du ive s., ont gagné des courses de chars aux concours olympiques et pythiques tout en poursuivant une carrière politique63, sans que ces victoires leurs soient reprochées par leurs adversaires.

Pouvoir et prestige de la victoire équestre

  • 64 Xénophon, Hiéron XI.
  • 65 Plutarque, Alexandre IV 9.

13Xénophon, grand amateur de chevaux, dans son dialogue imaginaire entre Hiéron de Syracuse et le poète Simonide de Céos, sur les inconvénients de la tyrannie et les avantages d’un bon gouvernement, tout en soulignant que « L’occupation la plus belle et la plus magnifique de toutes, selon l’opinion générale, c’est l’élevage des chevaux pour les courses de chars », fait le point sur les victoires du tyran et leur message politique. Le tyran ferait mieux, dit-il, au lieu de s’approprier la gloire par le nombre d’attelages qu’il envoie aux concours, de souhaiter la gloire d’avoir le plus grand nombre des éleveurs et le plus grand nombre des concurrents venir de son État, de donner priorité au bonheur de la cité plutôt qu’à la satisfaction d’une victoire par l’excellence de son attelage. De plus, il prétend qu’il ne sied même pas à un tyran d’entrer en concurrence avec des particuliers. « Vainqueur, tu ne seras pas admiré, mais envié, parce que tu auras dépouillé un grand nombre de maisons pour fournir à tes dépenses ; vaincu, tu seras le plus ridicule des hommes »64. La critique est donc centrée sur le détournement de fortunes individuelles pour la gloire personnelle du tyran, la participation duquel se trouve à contre-courant de celle des simples particuliers qui mettent leur fortune au service de l’intérêt public. D’autre part, pour les citoyens de grande fortune qui réussissaient à prévaloir contre un tyran ou un roi, la victoire comportait aussi un symbolisme moral et politique évident. Seul Alexandre, selon Plutarque, contrairement à son père Philippe qui affichait ses victoires de char sur ses monnaies, répondit à ses amis qui lui demandèrent s’il n’irait pas disputer aux concours le prix de la course : « Je m’y présenterais, leur dit-il, si je devais avoir des rois pour rivaux »65.

  • 66 Xydopoulos 2006, p. 100.
  • 67 Une inscription attique de 165 mentionne, parmi d’autres évènements athlétiques, un concours de cha (...)
  • 68 Shear J. L. 2007.
  • 69 Mayor 1986, p. 92.
  • 70 Suétone, Néron XXIV.

14La plupart des tyrans et des rois n’étaient point dissuadés de concourir aux courses hippiques par peur du ridicule d’être battus par de simples citoyens. Les rois de Macédoine, Archélaos et Philippe II – lequel remporta trois victoires olympiques au quadrige –, attachaient à leur participation aux concours une importance précise, celle bien connue de l’identité ethnique grecque66. À Athènes, à l’époque hellénistique, les familles royales des Attalides, des Ptolémées67, et un peu moins des Séleucides, dominent les listes des vainqueurs à l’hippodrome aux Panathénées, en y remportant une quinzaine de victoires, y compris dans les courses ouvertes seulement aux Athéniens. Comme il a été démontré68, cette participation est la reconnaissance pour les membres des familles royales de leur statut de citoyens d’Athènes, un droit accordé en rétribution pour une aide politique ou militaire. Elle souligne l’importance des concours des Panathénées sur un plan international et le rôle de ces nouveaux citoyens de rang royal, non comme des forces de domination, mais comme partie intrinsèque de la cité. Mithridate VI, passionné de chevaux – qui a d’ailleurs introduit le char à dix chevaux aux courses –, se distingue en conduisant lui-même son char dans des concours hippiques où il remporta plusieurs victoires69, un fait exceptionnel pour un roi. Plus tard, Néron, après l’avoir critiqué, essaiera de copier son exploit, en conduisant lui-même son char à Olympie, où il fut renversé et abandonna la course, ce qui ne l’empêcha pas de remporter la victoire70, avant de procéder à la fameuse restauration de la liberté des Grecs.

  • 71 Au sujet de l’attitude des spectateurs des concours athlétiques et plus spécialement des sports de (...)
  • 72 Dion Chrysostome, LXXXII ; Xénophon, Anabase IV 8, 28.
  • 73 Tel pour le frère de Hiéron à l’Isthme et à Delphes, où son char victorieux parcourut douze fois la (...)

15L’investissement des hommes de pouvoir dans les courses équestres à travers les siècles et leur aspiration à la gloire qu’ils en tiraient étaient proportionnels à l’attrait que ces concours exerçaient auprès des spectateurs71. Les courses de l’hippodrome, comme l’atteste leur popularité croissante dans le monde antique pendant plus d’un millénaire, étaient considérées comme le concours le plus brillant des fêtes athlétiques. Pour les élites politiques, les concours hippiques étaient un moyen d’exposer leur statut auprès d’un public large et diversifié et de confirmer leur prestige, dans un tour de force idéologique cultivé au cours des siècles, associant la victoire équestre à la valeur personnelle, même si cette valeur était, depuis l’époque classique, principalement économique.Les moins fortunés des citoyens, loin de dédaigner les sports hippiques, suivaient passionnément les compétitions72. Pour le vainqueur d’une course, le tour de triomphe73 de l’hippodrome était un moment de célébration grisant, un instant de gloire unique, nourrie par les applaudissements des spectateurs. C’est cette dynamique de la foule rassemblée qui fera plus tard des cirques et hippodromes, durant les périodes romaine et byzantine, une annexe du palais impérial, l’endroit par excellence de l’expression des sentiments populaires et un lieu de communication, pour le meilleur ou pour le pire, entre les empereurs et leurs sujets. Déjà dans la Grèce classique, ce rapport entre spectateurs et vainqueurs des concours hippiques se tissait autour des ambitions politiques et du désir de confirmation du prestige de ces derniers. Participer aux concours hippiques coûtait donc une fortune, mais, en offrant un spectacle parmi les plus forts et les plus puissants du monde antique, cet investissement rapportait un capital de gloire investi dans la promotion d’une carrière politique ou servant la légitimation d’un pouvoir déjà détenu.

Notes

1 Apprendre l’art équestre fait déjà partie de la formation du futur guerrier homérique, un idéal personnifié par le bon Centaure-éducateur du jeune Achille (Homère, Iliade XXII 159-161). Hector est appelé par Homère ἱπποδάµοιος, le dompteur des chevaux (Simon P., Verdan 2014).

2 La possession de chevaux est un signe de statut aussi bien dans le classement des citoyens d’Athènes par Solon, que dans les régimes oligarchiques comme celui de Chalcis, où la classe dirigeante s’appelle Ἱπποβόται et celle d’Érétrie, ἱππεὶς, étant constituées de grands propriétaires fonciers, éleveurs de chevaux (Strabon, X 1).

3 Aristote, Politique IV 1289b.

4 Les concours de chariots ont été introduits assez tôt à Olympie, selon Pausanias (VIII 8, 7 et V 9, 2). Les premiers vainqueurs proviennent de régions connues pour l’élevage de chevaux, le Thébain Pagondas pour la course de chars en 680 et le Thessalien Crauxidas de Crannon en 648 pour la course de chevaux montés (Glubok, Tamarin 1976, p. 41).

5 Ces concours remonteraient aux honneurs funèbres rendus au fils d’Arcas, l’ancêtre éponyme des Arcadiens, Azan (Pausanias, VIII 4, 5).

6 Homère, Iliade XXIII 257-652, consacre une longue description aux concours funéraires en l’honneur de Patrocle et aux cinq guerriers, Eumélos, Diomède, Ménélas, Antilochos le fils de Nestor (qui reçoit les conseils experts de son père sur la course des charriots) et le Crétois Mérionès, qui courent eux-mêmes sur des chars à deux chevaux, Achille étant le juge du concours.

7 Homère, Iliade XXIII 639 ; Odyssée XXIV 85. Achille sera à son tour honoré de concours funéraires institués par Thétis. Agamemnon ajoute que c’était l’usage d’honorer ainsi les rois à leur mort. Nestor mentionne la course de charriots aux concours célébrés en l’honneur du roi défunt des Épéens, où il fut battu par des auriges jumeaux avides de prix somptueux.

8 Papakonstantinou 2014b.

9 Sophocle, Électre 773.

10 Une ode consacrée à Hiéron (Pindare, Pythiques II 5), le tyran de Syracuse, laisse entendre que le char était conduit par ses propres mains légères.

11 Ainsi Xénocrate, le frère du tyran d’Acragas Théron, a remporté en 490 la victoire aux concours pythiques, sa quadriga était conduite par son fils Thrasybulus, qui emporte encore une victoire en 470 aux concours isthmiques, Pindare, Isthmiques II. Voir Harris 1972, p. 176.

12 IvO 160 ; Anthologie Palatine XIII 16.

13 Sur les sports équestres permettant aux membres des élites de participer aux concours et d’avoir accès aux honneurs de la victoire à un âge bien plus avancé que celui des autres athlètes, voir Golden 1997. Sur leur statut, comparé aussi à celui des jockeys, généralement des esclaves ou des employés, voir Golden 2008, p. 10-19.

14 Plutarque, Agésilas 20, 1.

15 Pausanias, III 8, 1-2.

16 Hérodote, VI 126, 2.

17 Papakonstantinou 2010.

18 Golden 2008, p. 96.

19 Comme par l’inscription sur une colonne dorique dédiée par Ἀλκµεωνίδης Ἀλκµέωνος dans un concours équestre aux Panathénées (peut-être de 546), Moretti L. 1953, no 5.

20 Valavanis 2004, p. 310.

21 Pindare, Olympiques I 10.

22 Pindare, Olympiques II 10.

23 Pindare, Olympiques I 105.

24 Pindare, Olympiques V 8.

25 Pindare, Pythiques VII, XI.

26 Dans la Quatrième et la Cinquième Pythique Pindare fait en outre des allusions aux conflits qui déchiraient Cyrène.

27 Papakonstantinou 2013.

28 Papakonstantinou 2013, p. 107.

29 Après avoir remporté aussi trois victoires avec les mêmes chevaux, Évagoras de Sparte érige des statues de ses chevaux à Olympie et leur offre de magnifiques funérailles, Élien, De la nature des animaux XII 40 ; Pausanias, VI 10, 8. Moretti L. 1953, nos 110,112, 117.

30 Papakonstantinou 2013, p. 107 ; Kyle 1987b, p. 158 ; Raschke 1988b, p. 40 ; Kurke 1991, p. 179-180.

31 Hérodote, VI 103.

32 Plus le concours est prestigieux, plus les hippodromes rassemblent la fleur de la richesse et du pouvoir, ce qui relève le niveau de la compétition. Une inscription de Sparte énumère les victoires de Damonon et de son fils Enymachratidas (milieu du ve s.), qui est fier d’avoir élevé ses propres chevaux et conduit ses propres chariots, énumérant ses quarante-trois victoires de char et dix-huit de course équestre comme une performance inégalée par sa génération. Pourtant, comme l’a noté Harris 1972, p. 161, n. 109, il ne s’agit pas de concours panhelléniques mais d’obscurs concours locaux du sud du Péloponnèse, ce qui montre que Damonon avait préféré briller en évitant de participer à des compétitions de haut niveau.

33 Pindare, Olympiques VI.

34 Les Philaïdes remportent en la personne du demi-frère de Cimon, Miltiade l’ancien, une victoire olympique au quadrige.

35 Plutarque, Lycurgue 205c. Voir Davies J. K. 1971, p. XXV-XXVI, sur l’hippotrophia comme signe d’appartenance à la classe redevable de liturgies.

36 Sur la tendance de la participation des élites d’Athènes aux concours équestres surtout à partir du vie s., voir Papakonstantinou 2014b, p. 89-90.

37 Thucydide, VI 16, 1-3 ; Papakonstantinou 2003, p. 173-182.

38 Selon le discours qu’attribue Thucydide (VI 16, 2) à Alcibiade, il a obtenu le premier, le deuxième et le quatrième prix ; d’après un éloge composé par Euripide (Plutarque, Alcibiabe XI), il remporta la première, la deuxième et la troisième place.

39 Il s’agissait en fait d’une équipe de quatre chevaux.

40 Isocrate, XVI 32.

41 Isocrate, XVI 34.

42 Démosthène, XXI [145].

43 Moorton 1998.

44 Spence 1993, p. 191-193, 202-211 ; Kyle 1987b, p. 160-161, 167-168. Selon Rhodes 1986, la compétition de chariots ne s’offrait pas à l’exploitation politique. Davies J. K. 1981, p. 100-103, pense qu’au ive s. ce genre de dépense n’avait plus une grande importance politique et note que la moitié des noms de vainqueurs aux courses de chars à quatre et à deux chevaux proviennent de trois familles.

45 Thucydide, VI 15.

46 Thucydide, VI 16.

47 Papakonstantinou 2003, p. 174 : « This representation of Olympic victory echoes a cliché argument found in late archaic and early classical (sixth to mid fifth centuries) epinician (i.e., victory) poetry that depicts victories won by individuals of aristocratic origin as honorable and beneficial to both the victor and his home city ».

48 La cité d’Éphèse offrit à Alcibiade une tente deux fois plus grande que celle de la délégation officielle d’Athènes, celle de Chios du fourrage et des animaux sacrificiels, celle de Lesbos du vin pour les festivités (Andocide, IV 30 ; Plutarque, Alcibiade XII 2).

49 Il est peut-être significatif que ces dons proviennent de trois cités marquées par la forte empreinte de riches aristocrates, en symbiose à la fin du ve s. avec des régimes démocratiques. Sur la présence de ces aristocrates au pouvoir à Chios, voir O’Neil 1978-1979.

50 Des points de vue contre l’hippotrophia : Xénophon, De l’équitation, I 12 ; Démosthène, XLII 24 ; Platon, Lois VII. Sur les sources critiques de la compétition hippique, voir Golden 1997, p. 337-338 ; sur les sources en faveur de celle-ci, Golden 1997, p. 338-340. Papakonstantinou 2014b, p. 90-99, soutient que les succès athlétiques et hippiques des grandes familles athéniennes étaient considérés par la plupart des Athéniens comme des contributions légitimes au prestige de la cité et de son image à l’étranger et que, en conséquence, des récits de tels succès étaient intégrés à l’histoire romancée de la famille et au récit, souvent fictif, de ses services publics.

51 Siewert 1991, p. 10 ; Golden 1998, p. 268. Mégaclès fut ostracisé avant de remporter, en 486, la victoire hippique aux concours pythiques.

52 Sur les droits des vainqueurs aux épreuves hippiques des Panathénées soulignés dans le décret IG I2 77, comme émanant peut-être d’une contestation de leur éligibilité pour la sitesis au prytanée, voir Morrissey 1978. Sur l’hypothèse que leurs chevaux aient été aussi nourris, voir Thompson W. E. 1979.

53 Isocrate, XVI 33.

54 Selon Kyle 1987b, p. 101, à Athènes, les évènements hippiques ont un air aristocratique qui prive les hippodromes de fonds de la part de bienfaiteurs ayant des aspirations politiques.

55 [Andocide], IV 26.

56 [Andocide], IV 27.

57 Selon Golden 1997, p. 340, la performance d’Alcibiade à Olympie en 416 aurait été difficile à égaler et sa carrière politique après ça aurait dissuadé le public d’en faire un exemple à suivre, tandis que l’association des hippeis à Athènes avec les trente tyrans aurait réduit l’attrait d’une renommée politique fondée sur la compétition hippique.

58 Il y inclut parmi les services de son père envers la cité l’honneur de la proclamation de la cité lors de ses victoires aux courses des chevaux aux Néméa et aux Isthmia, un honneur assuré grâce à son investissement sur de magnifiques chevaux (Lysias, XIX 63).

59 Lycophron pense que le fait d’avoir élevé des chevaux avec un enthousiasme qui dépasse son énergie et ses ressources est signe de bonne citoyenneté (Hypéride, II 16). Sur les implications de l’hippotrophia, voir Bugh 1988, p. 23-38.

60 Lycurgue, I 139.

61 Papakonstantinou 2003, p. 176 : « Depending on the occasion and audience athletes, politicians, orators and playwrights strove to present some of the numerous and often conflicting connotations of sport victories as the dominant way of thinking about sport ».

62 D’autre part, l’argument que les victoires sportives en général ne servent en rien le bien public avait déjà été formulé au ive s., mais il ne faut pas oublier qu’il était adressé bien au-delà du cercle de ceux qui participaient aux concours hippiques. Isocrate, dans l’introduction du Panégyrique (1-2), s’étonne que lors des concours on remette les prix en fonction de la force physique des athlètes plutôt qu’en fonction de l’esprit de ceux qui servent l’intérêt général. Sur la critique du sport dans l’Antiquité, voir Papakonstantinou 2014a.

63 Sans que Démosthène n’ait rien à reprocher à Timocrate sur ce point, comme il n’aurait pas manqué de le faire si la participation à ces concours était mal vue et ne leur rapportait aucun avantage. Contra, Kyle 1987b, p. 11-17. Pour la critique de ce point de vue, voir Golden 1997, p. 341. L’auteur conclut que le dèmos d’Athènes exploitait les ressources équestres de ses riches citoyens à ses propres fins plutôt que d’essayer de les supplanter dans leurs poursuites athlétiques, équestres ou politiques. Sur l’estime populaire générale des sports à Athènes à l’époque classique, malgré un certain scepticisme autour des succès équestres des élites, voir Pritchard 2010.

64 Xénophon, Hiéron XI.

65 Plutarque, Alexandre IV 9.

66 Xydopoulos 2006, p. 100.

67 Une inscription attique de 165 mentionne, parmi d’autres évènements athlétiques, un concours de chars gagné par le fils aîné de Ptolémée V d’Égypte, le futur Ptolémée VI Philométor. Sur l’intérêt des Ptolémées pour le sport dans le but de créer une image de puissance et afin de souligner leur identité grecque, voir Remijsen 2009b.

68 Shear J. L. 2007.

69 Mayor 1986, p. 92.

70 Suétone, Néron XXIV.

71 Au sujet de l’attitude des spectateurs des concours athlétiques et plus spécialement des sports de combat, voir Crowther 1994 et Papakonstantinou 2015.

72 Dion Chrysostome, LXXXII ; Xénophon, Anabase IV 8, 28.

73 Tel pour le frère de Hiéron à l’Isthme et à Delphes, où son char victorieux parcourut douze fois la carrière (Pindare, Olympiques II 87).

Auteur

National and Kapodistrian University of Athens, Faculty of Law

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search