Version classiqueVersion mobile

Les hippodromes et les concours hippiques dans la grèce antique

 | 
Jean-Charles Moretti
, 
Panos Valavanis

Les épreuves hippiques et les chevaux

Le cheval de course : invention zootechnique ou création culturelle ?

Christophe Chandezon

Résumé

L ’histoire des hippodromes et des épreuves hippiques implique aussi celle des chevaux dont on mesure mieux l’importance depuis que se sont développées l’histoire des animaux et l’approche anthropozoologique. Cette subjectivité animale est évidente pour les Grecs qui font des chevaux des acteurs essentiels de la victoire hippique qu’il convient de célébrer pour cela. Il y a là en même temps un moyen d’analyser les cultures équestres des Grecs, pour reprendre un vocabulaire emprunté à Daniel Roche. Se pose la question de l’articulation entre une culture équestre tournée vers la guerre et une autre plutôt agnostique. Faut-il les opposer ? Les chevaux sont-ils fondamentalement différents selon les usages qu’on en fait durant l’Antiquité grecque ? Il apparaît à l’analyse que de multiples échanges se produisent entre ces deux formes de culture équestre. Les armées organisent des concours (Iliade, Anabase, expédition d’Alexandre) et envoient aussi parfois des détachements de cavalerie participer aux épreuves hippiques de concours qui ne sont pas militaires au départ. En même temps, il y a aussi parfois des signes d’une perception négative de la culture équestre agnostique vue comme se développant au détriment de l’intérêt collectif. Cela n’a pas empêché que progressivement, on mette en place des types équins spécialisés pour les courses : le cheval de course (hippos athlètês) finit par nettement se distinguer du cheval d’armes (hippos polemistêrios).

Texte intégral

  • 1 On parle ainsi d’animal studies. Voir Franco 2014, p. 161-184, pour un bilan récent en ce qui conce (...)
  • 2 Voir Baratay 2012. Quand est employée cette expression, pour ne pas lui donner un sens qui pourrait (...)
  • 3 Les courses hippiques sont longtemps demeurées les parentes pauvres des études sur la vie agonistiq (...)
  • 4 Voir les remarques de Cl. Vial sur l’échec de bien des tentatives dans ce domaine (Vial 2014, p. 24 (...)
  • 5 C’est aussi le sens de l’anecdote sur Alcibiade achetant un attelage prêt à l’emploi qui appartenai (...)
  • 6 Hiéroklès, Corpus Hippiatricorum Graecorum I, p. 249, l. 10-12 : Ὀλυµπιάσι τε καὶ Πυθοῖ καὶ πανταχο (...)
  • 7 Nicholson 2005, p. 25-41 et 95-116.
  • 8 Golden 1997, p. 329 ; Golden 2008, p. 43-44.
  • 9 Pausanias, VI 1, 1 : Ἕπεται δέ µοι τῷ λόγῳ τῷ ἐς τὰ ἀναθήµατα τὸ µετὰ τοῦτο ἤδη ποιήσασθαι καὶ ἵππω (...)
  • 10 Chamoux 1955, p. 40-43, pour les débris des chevaux (mais il y a aussi des restes des harnachements (...)
  • 11 Voir aussi la base de l’Athénien Kallias fils d’Hipponikos (1er quart du ive s. : quel patronyme da (...)
  • 12 Voir Hérodote, VI 103, qui situe la tombe de Cimon dans la nécropole de Koilè et insiste sur le rap (...)

1L ’histoire des animaux s’est développée dans l’approche de l’Antiquité depuis une dizaine d’années au point d’apparaître comme une tendance lourde de l’historiographie actuelle1. Elle a permis de poser que l’animal avait aussi été un sujet dans les sociétés du passé où du reste il jouait des rôles bien plus nombreux que ceux qu’on lui concède aujourd’hui. Le « point de vue animal », pour reprendre une expression qui a été récemment utilisée2, peut ainsi permettre de revenir d’une autre manière sur un aspect majeur des cultures gréco-romaines, à savoir les pratiques agonistiques maintenant qu’arrive l’heure d’ouvrir le dossier des épreuves hippiques3, qui étaient à la fois les plus difficiles à mettre en place, en raison de la difficulté à attirer des écuries de course4, et les plus prestigieuses. Il faut, à cette occasion, garder à l’esprit qu’elles se développaient dans un contexte socio-économique différent de celui qui présidait aux épreuves musicales ou gymniques, puisqu’elles opposaient généralement des propriétaires d’écuries de course, non des professionnels comme pour les autres compétitions5. En outre, ces propriétaires y venaient pour la gloire qu’ils en tiraient, et non parce leurs victoires les auraient fait vivre. Participer aux épreuves hippiques était une source de dépenses, non de revenus. Les chevaux jouaient un rôle essentiel dans les dispositifs de commémoration : comme le rappelait l’hippiatre tardif Hiéroklès à ses lecteurs, « à Olympie, à Pythô et partout dans les concours, des récompenses étaient attribuées aux chevaux comme aux hommes lors de la course de vitesse »6. Les noms des cracks de l’époque sont assez systématiquement rappelés dans les textes qui commémorent les victoires7, pas ceux des jockeys et des cochers, qui étaient souvent des esclaves8. On leur érigeait des statues et la lecture de la description d’Olympie par Pausanias donne un signe éclatant de la présence visuelle de ces animaux statufiés dans les grands sanctuaires ; ils y étaient représentés seuls ou attelés à un char, accompagnés ou non de leur propriétaire et de leur cocher. Le Périégète mentionne du reste les statues de chevaux avant celles d’athlètes dans la phrase du début du livre VI où il dit qu’il va maintenant parler des offrandes que le visiteur de l’Altis peut voir9. Le célèbre aurige montre que, à Delphes, le paysage sacré présentait un spectacle proche. n’oublions pas que le cocher a été retrouvé en même temps que plusieurs fragments des chevaux qui tiraient le char et qu’il faudrait parler de ce groupe comme du quadrige plus que comme de l’aurige de Delphes10 : maigres débris de ce qui a dû être l’une des grandes œuvres de la statuaire animalière dans le sanctuaire d’Apollon11. Enfin, honneur suprême pour ces animaux d’exception : leur propriétaire décidait parfois qu’ils seraient enterrés à côté de lui, au milieu des tombes des hommes. Tel avait été la décision prise par Cimon pour ses juments qui lui avaient par trois fois apporté la couronne olympique et il ne fut pas le seul à agir de la sorte12.

  • 13 Voir tout dernièrement le livre de Blaineau 2015. Bibliographie sur le cheval romain : Hyland 1990 (...)
  • 14 Il n’occupe par exemple qu’une place très réduite dans le livre qui a longtemps été le classique su (...)
  • 15 Roche 2008.
  • 16 Pour l’époque impériale, les problèmes ont dû se poser d’une façon sensiblement différente, en rais (...)

2Voilà donc les raisons pour lesquelles on ne doit pas oublier que les chevaux de course méritent leur place dans l’histoire des épreuves hippiques de l’Antiquité. Les chercheurs pourtant seraient tentés de perdre cela de vue, imprégnés qu’ils sont par un système de représentation tendant à nier que l’animal est un sujet historique, pas seulement un objet, qu’il puisse posséder une agency. Ces dernières années, du reste, les recherches sur le cheval dans l’Antiquité ont connu un fort développement, mais c’est d’abord le cheval d’armes qui a attiré l’attention13. Le deuxième grand usage du cheval, pour le spectacle, est resté largement dans l’ombre14, sans parler d’une troisième fonction, celle que D. Roche a résumé par l’expression « le cheval moteur », et qu’une longue tradition historiographique tend à nier pour l’Antiquité15. C’est cette perspective que nous souhaitons aborder ici, à la fois en restreignant les questions à des problèmes d’articulation entre le milieu des éleveurs et celui des compétiteurs, et en nous concentrant sur les époques classique et hellénistique16. Nous utiliserons à l’occasion des sources qui éclairent ce qui s’est passé avant et ce qui s’est passé après.

Un cheval, des chevaux : spécialisation des emplois
et du vocabulaire

  • 17 Voir d’abord dans Xénophon, De l’art équestre, le long développement qui commence en I 1, 2-17. Mai (...)
  • 18 Il évoque cependant dans le récit l’anecdote souvent reprise du cheval que l’on a forcé à commettre (...)
  • 19 Varron, II 7, 15. Trad. Ch. Guiraud, CUF, adaptée : il y a un problème sur la lecture du premier mo (...)

3Le développement que Varron consacre, au ier s. av. J.-C. aux chevaux, dans son Économie rurale, commence, selon une tradition bien établie dans l’hippologie antique17, par définir ce que doit être un bon cheval, quels sont les types de chevaux célèbres, comment les éleveurs doivent gérer la reproduction et élever les poulains (II 7, 1-14). Dans tout ce passage, il n’évoque jamais la fonction qu’aura l’animal18. C’est seulement quand il est question de l’éducation du cheval que Varron juge bon de différencier les types de chevaux selon l’emploi auquel on les destine19 :

Equi quod alii sunt ad rem militarem idonei, alii ad vecturam, alii ad admissuram, alii ad cursuram, non item sunt spectandi atque habendi. Itaque peritus belli alios eligit atque alit ac docet ; aliter quadrigarius ac desultor ; neque idem qui vectorios facere vult ad ephippium aut ad raedam, quod ut ad rem militarem, quod ut ibi ad castra, habere volunt acres, si contra in viis habere malunt placidos.

Parmi les chevaux, puisque les uns sont aptes à la guerre, d’autres au transport, d’autres à la reproduction, d’autres à la course, il ne faut pas les considérer ni les traiter de la même manière. C’est pourquoi l’expert militaire en choisit certains, les nourrit et les instruit ; autrement choisissent le conducteur de char et l’écuyer de voltige ; et d’une autre manière encore celui qui veut former des chevaux de peine, qu’il s’agisse de les monter ou de les atteler ; car, autant pour l’armée – car il s’agit de la guerre – on veut en avoir de fougueux, autant au contraire sur les routes on préfère en avoir de tranquilles.

  • 20 La même idée est exprimée par Virgile, Géorgiques III 75-81.
  • 21 Voir Blaineau 2015, p. 156-166, sur l’idée de l’eugeneia des chevaux.

4Plus tard, Columelle lui aussi reconnaît l’existence de plusieurs types de chevaux, les plus exigeants pour l’éleveur étant les chevaux destinés au cirque et aux concours (circo sacrisque certaminibus V 27, 1). Il explique qu’on sait à quoi on pourra employer plus tard un cheval en observant son comportement en tant que poulain20. Avant ce passage, il avait déjà écrit que les amateurs de courses sacrées connaissent la généalogie des chevaux qu’on leur présente et en tirent des pronostics sur leurs chances de gagner (III 9, 5). Les deux remarques, si elles ne se contredisent pas, traduisent une association du principe de l’hérédité des qualités, familier à la pensée gréco-romaine21, et de l’observation des dispositions de chaque poulain. Dans le développement sur l’élevage des chevaux, Columelle ajoute encore que les bêtes destinées au travail commencent à être formées vers deux ans, alors qu’on attend un an de plus avant de prendre en main le dressage des chevaux de course et qu’on ne les fait participer à leurs premières compétitions que lorsqu’ils ont atteint l’âge de quatre ans. Cette information se retrouve presque identique chez Pline l’Ancien (VIII 160, mais en précisant que les chevaux de course ne sont admis à concourir que vers l’âge de cinq ans). Ce choix qui a consisté à retarder le moment où un animal domestique commence à être employé lui permet d’atteindre un développement physique optimal et fut un des moteurs de la croissance de la taille des espèces domestiques dans l’Antiquité.

  • 22 Philostrate, De la gymnastique 26. Sur le sens de l’adjectif ἁµιλλητήριος, voir page suivante. La t (...)

5L ’idée d’une spécialisation des chevaux selon leurs fonctions apparaît aussi à l’occasion dans les sources grecques d’époque impériale. Le traité De la gymnastique de Philostrate, qui date de la fin de l’époque sévérienne, comporte une remarque intéressante dans un passage où il explique comment on doit sélectionner dans une population ceux qui sont aptes à devenir des athlètes en procédant à un examen physique (δοκιµασία τῆς φύσεως) : il faut faire, écrit Philostrate, comme les chasseurs qui repèrent les chiens aptes à la poursuite de tel type de gibier, et aussi comme les éleveurs de chevaux (les hippikoi) qui raisonnent de la même manière car on emploie « les chevaux, les uns pour la chasse, les autres pour les combats, les autres pour les courses, et les autres pour tirer des chars ; et encore, pour ces derniers, les choses ne sont-elles pas aussi simples, car tel cheval est apte à se trouver au flanc (du timon) ou à la chaîne » (τῶν τε ἵππων τοὺς µὲν ξυνθηρατὰς ποιεῖσθαι, τοὺς δὲ µαχίµους, τοὺς δὲ ἁµιλλητηρίους, τοὺς δὲ ἁρµατηλάτας, καὶ µηδὲ ἁπλῶς τούτους, ἀλλ’ ὡς ἕκαστος ἐπιτήδειος πλευρᾷ τινι ἢ σειρᾷ τοῦ ἅρµατος)22. Le texte distingue donc au moins une catégorie de chevaux employés dans les concours, les hamillêtêrioi, mais il est probable que les chevaux de trait dont il est ensuite question sont essentiellement, dans l’esprit de Philostrate, ceux des courses attelées.

  • 23 Sur le ποµπικὸς ἵππος, voir Xénophon, Art équestre XI 1.
  • 24 Pollux fournit cependant la seule occurrence claire de cette expression. Dans Arrien, Tactique 43, (...)
  • 25 Hésychius, s.v. « καβάλλης », καβάλλης · ἐργάτης ἵππος. Voir Robert L. 1963, p. 204 ; Robert L. 193 (...)
  • 26 Strabon, V 1, 4 = C 212.
  • 27 Diodore, XIV 11, 5 (dans ce passage, cette expression est d’autant plus frappante qu’il s’agit d’ex (...)
  • 28 Philon d’Alexandrie, Lagriculture 91 (c’est le cheval que l’on élève pour les hieroi agônes et de (...)
  • 29 Plutarque, Thémistocle 25, 1 (sur les chevaux envoyés par Hiéron à Olympie) ; Pompée 37, 2 (à propo (...)
  • 30 Philostrate, Vie d’Apollônios 2, 11, et De la gymnastique, 26. Dans Aelius Aristide, 1 (Panathénaïq (...)

6À la même époque, Pollux témoigne aussi de la richesse du vocabulaire grec du cheval, en fonction de ses emplois. L ’Onomastikon enregistre ainsi les ἵπποι φορβάδες, ἵπποι ἀγελαῖοι, ἵπποι ἀθληταὶ καὶ ἀγωνισταὶ καὶ ἀδηφάγοι, ἁµιλλητήριοι, νικηφόροι, ἀθλοφόροι, κυνηγετικοί, ὁδοιπορικοί, ποµπικοί, πολεµιστήριοι, στρατιωτικοί. La liste commence par des noms qui renvoient à des chevaux de haras, ceux que l’on garde au pâturage (φορβάδες). Puis on reconnaît à la fois le cheval de course – avec plusieurs dénominations possibles –, le cheval de chasse, celui de transport ou de parade23 et, enfin, le cheval d’armes. Le cheval de transport (ἵππος ὀδοιπορικός24) a une place réduite mais n’est pas absent. Pollux ignore en revanche le cheval de travail (ἵππος ἐργάτης) alors que dès le ive s. av. J.-C., la langue grecque a vu apparaître le mot καβάλλης pour le désigner25. Pour les chevaux de course, Pollux cite d’abord l’expression ἵππος ἀθλητής. Celle-ci se retrouve dans d’autres textes de l’époque impériale. Strabon l’emploie pour les chevaux que le tyran de Syracuse Denys fait venir du pays des Hénètes26 et Diodore de Sicile y a aussi recours27, comme plus tard Philon d’Alexandrie ou Dion Cassius28. Sauf erreur, cette expression est inconnue pour les époques précédentes. L ’autre expression employée par Pollux pour parler de chevaux de course est ἵππος ἀγωνιστὴς que l’on rencontre là encore chez des auteurs d’époque impériale, comme Plutarque, Pausanias ou Dion Cassius29. Ἵππος ἁµιλλητήριος doit aussi désigner le cheval de course et se retrouve dans des textes de la même époque, comme dans Aelius Aristide ou les Gymnasiaka de Philostrate30.

  • 31 Iliade IV 265-266 ; IX 122-124 ; XI 699 ; XXII 22 et 162. Il n’y en a pas d’occurrence en revanche (...)
  • 32 Voir par exemple Poseidippos, 86, 6.
  • 33 C’est comme cela qu’il faut comprendre la mention d’un ἵππος ἀεθλοφόρος dans l’Iliade XXII 22 (voir (...)
  • 34 On la retrouve dans la poésie archaïque par exemple dans Alcman, frg. 1, 47-48 : ῑππον / παγὸν ἀεθλ (...)
  • 35 Voir dans l’épigramme pour Trôilos d’Élis à Olympie (ive s. av. J.-C.) : Ebert 1972, no 38. 
  • 36 Bell D. J. 1989.
  • 37 Voir les remarques faites par Canali De Rossi 2016a, p. IX.

7Avant l’émergence de ce vocabulaire, qui est manifestement celui de l’époque impériale, la poésie homérique avait préféré une autre expression que cite Pollux, celle d’ἵππος ἀθλοφόρος (vel ἀεθλοφόρος)31, l’adjectif ἀθλοφόρος n’étant d’ailleurs pas particulier aux épreuves hippiques, mais s’appliquant à tout ce qui a trait aux compétitions32. Surtout, et contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’expression ἵππος ἀθλοφόρος ne désigne pas un cheval qui a remporté le prix, mais un cheval qui pourrait le remporter, donc un cheval de course, de compétition33. Par la suite, ce vocabulaire homérique revient fréquemment dans la langue poétique, par exemple dans les Hippika de Poseidippos ou dans l’épopée tardive34, mais il n’a pas d’échos dans le vocabulaire agonistique qu’emploient les inscriptions, à moins qu’elles ne prennent la forme d’épigrammes35. Il se satisfait de distinguer les épreuves en ayant recours aux mots ἅρµα, τέθριππος et συνωρὶς pour les épreuves attelées et κέλης pour l’épreuve montée36. Ajoutons que si les emplois de toutes ces expressions – y compris ἵππος ἀθλοφόρος – semblent plutôt s’appliquer à des chevaux destinés aux épreuves attelées qu’aux épreuves montées, c’est que ces dernières ont moins de prestige que les premières et qu’il en est donc moins souvent question37.

  • 38 C’est l’expression utilisée par Xénophon dans ses traités, voir par exemple Art équestre I 2 ; III (...)

8Varron et Columelle, ainsi que les autres documents que nous venons de citer montrent que dans la perception gréco-romaine, aux premiers siècles de notre ère, est présente l’idée d’une spécialisation des chevaux selon les emplois. Il est donc clair qu’il n’y a alors pas un cheval mais des chevaux, les deux types principaux étant le cheval d’armes (ἵππος πολεµιστήριος38) et le cheval de course (’ἵππος ἀθλητής, ἀγωνιστὴς et ἁµιλλητήριος). Que l’on ait demandé à ces deux grandes catégories de chevaux des qualités différentes est indéniable et cela a dû peser dans les processus de sélection.

  • 39 Voir Géoponiques XVI 1, 10 (ἐν τε τῷ συναγελασµῷ τῶν πώλων φιλόπρωτος, dans une description général (...)
  • 40 La position du cheval notamment peut être restituée de différentes manières : le galop a été retenu (...)
  • 41 Par exemple dans Poseidippos de Pella, 72 et 74. Sur l’épigramme 74 et la situation de course qui s (...)
  • 42 Voir Vigneron 1968, p. 44, et Georgoudi 1990, p. 141-142, à partir d’un passage de Xénophon, Art éq (...)

9Les traités d’agriculture romains expliquent que les éleveurs partaient d’un cheptel dans lequel ils choisissaient les poulains aptes à telle ou telle forme d’activité et les dressaient ensuite à cela, en prenant plus ou moins de temps. On choisissait les poulains qui cherchaient toujours à être en tête (ceux qui se montraient philoprôtoi), qui ne tenaient pas en place39. Cela passait certainement aussi par des critères physiques qui nous échappent totalement. L ’aspect longiligne des chevaux de course a certainement été important, de même que leur légèreté. C’est vers une silhouette de ce genre que nous oriente le plus célèbre cheval de course connu, le cheval de l’Artémision, même si l’état dans lequel la statue a été retrouvée et la restauration empêchent d’être assuré de l’apparence originelle de la statue40. Par ailleurs, cette allure longiligne rencontre le topos du cheval qui remporte la course d’une tête et que l’on retrouve dans plusieurs épigrammes à thème hippique41. Une telle allure longiligne, et sans doute aussi la recherche de la légèreté, ont probablement été bien plus cruciales pour un bon cheval de course que pour un bon cheval d’armes. Il semblerait enfin que l’on ne castrait en général pas les chevaux destinés aux hippodromes42.

  • 43 Lart équestre III 7 : « Comme nous avons admis que nous achetions un cheval d’armes, il faut épro (...)

10À l’époque impériale, il y avait donc une claire opposition entre deux types de chevaux, les uns pour la guerre, les autres pour la course. Impossible de dire si cette opposition cheval d’armes / cheval de course était déjà nettement perçue à l’époque classique, mais je le crois probable. Les traités équestres de Xénophon, LArt équestre et Le commandant de cavalerie, n’apportent aucune réponse à cette question, car leur auteur s’intéresse uniquement au cheval d’armes43. Il y a pourtant un enjeu derrière ce problème, celui de la divergence entre deux formes de culture équestre.

Une culture équestre à deux visages ?

  • 44 Voir les deux premiers volumes publiés de la trilogie La culture équestre de l’Occident, xvi  e-xix(...)
  • 45 Ainsi les usages au travail ou à la chasse.
  • 46 L ’âne est d’une certaine manière le double du cheval, à la fois complémentaire et opposé, selon un (...)

11Depuis quelque temps, la place du cheval dans les sociétés est analysée au moyen du concept de culture équestre que l’on doit en grande partie à l’historien moderniste D. Roche. Il étudie le cheval comme une pièce essentielle – à la fois matérielle et symbolique – de la constitution de certains groupes sociaux et de la mise en place de phénomènes de distinction44. En tant que tel le concept est opérant en histoire grecque. Il y a bien eu une culture équestre dans les élites archaïques, puis à nouveau dans les monarchies hellénistiques. L ’étude de la culture équestre grecque, ou plutôt des cultures équestres grecques, est un processus historiographique qui prendra du temps et qui doit passer par celle des différents usages du cheval, par celle de son insertion dans des systèmes de représentation, jusque dans les mécanismes politiques, sociaux, économiques. Sa dimension agonistique devra être intégrée, à côté de l’analyse déjà bien entamée de la place du cheval dans les pratiques militaires. Il faudra voir aussi comment ces deux volets s’articulent l’un avec l’autre, et éventuellement comment interviennent d’autres emplois encore du cheval45. Il faudra enfin penser la culture équestre grecque en voyant comment elle situe le cheval par rapport aux autres équidés46. Je vais essayer d’esquisser ici quelques aspects de cette question de l’articulation entre cheval de course et cheval d’armes.

  • 47 Voir Canali De Rossi 2016a, p. 3-7. Pausanias, V 8, 4, parle d’une épreuve de kélês remportée par I (...)
  • 48 Le cheval est un signe indéniable de distinction, quelle que soit la lecture que l’on fasse des éli (...)
  • 49 Thucydide, VI 16, 2 ; [Andocide], IV (Contre Alcibiade) 25-28 ; Isocrate, XVI (Sur l’attelage) ; Di (...)

12Dans la poésie homérique, les courses de chevaux organisées pour les funérailles de Patrocle (Iliade XXIII 262-652) ne mobilisent pas des chevaux considérés comme différents de ceux qui participent aux combats. Les juments d’Eumèle, par exemple, qui sont décrites au chant II (761-767) comme formidables aux combats, se retrouvent dans la course de quadrige du chant XXIII (375-376). L ’accent mis sur l’usage du char, à la guerre comme dans les courses, ne témoigne pas non plus d’une opposition entre deux types d’usage du cheval. L ’absence d’épreuves montées lors des funérailles de Patrocle fait que le concours est le reflet exact des pratiques militaires et du reste, les courses montées n’apparaissent que dans un deuxième temps dans nos sources47. Cela n’empêche pas l’Iliade de mentionner à l’occasion des chevaux qui semblent essentiellement consacrés aux courses, comme ceux que Nélée de Pylos avait envoyés concourir en Élide et qu’Augias avait gardés pour lui (XI 698-702 : le texte parle de τέσσαρες ἀθλοφόροι ἵπποι, v. 699). Il se peut donc bien que la recherche de l’effet épique et le contexte militaire des concours célébrés pour Patrocle aient conduit à gommer une singularisation déjà naissante de certains chevaux pour les courses. Dans les aristocraties archaïques, la participation aux épreuves hippiques demeure un signe de distinction majeur, aboutissement de l’élevage et de la possession du cheval ainsi que manifestation de la culture de l’agôn48. On l’observe pour les élites athéniennes et Hérodote présente le génos des Philaïdes comme une famille où, de génération en génération, les membres ont acquis une solide réputation de « nourriciers de quadriges », une οἰκία τεθριππότροφος (VI 35). La participation éclatante d’Alcibiade aux Olympia de 416, avec sa triple victoire, se situe encore dans cette ligne et elle émane d’un homme dont on sait qu’il a privilégié la cavalerie dans sa carrière militaire49.

  • 50 Brenne 2002, p. 112-114 (on notera l’ostrakon T 1/103 qui vise aussi bien les chevaux de Mégaklès q (...)
  • 51 PCG VII, Mnesimachus 4 (p. 19-23) = Athénée, Deipnosophistes IX 402e-403d.
  • 52 Voir notamment Aristophane, Nuées 14-16 (ὁ δὲ κόµην ἔχων / ἱππαζέται τε καὶ ξυνωρικεύεται / ὀνειροπ (...)
  • 53 Nuées 74, pour l’emploi de cette expression imagée.
  • 54 Xénophon, Commandant de cavalerie I 12 (trad. citée É. Delebecque).
  • 55 Platon, Lois VII 834b-d.
  • 56 [Démosthène], 42 (Contre Phainippos), 24 (trad. L. Gernet, CUF  ).
  • 57 Lycurgue, Contre Léocrate 139-140 (trad. F. Durrbach, CUF  ).

13Être un hippotrophos, un éleveur de chevaux, dans l’Athènes du début du ve s. av. J.‑C. n’est pas nécessairement un avantage social et cette qualité peut être objectée à certains membres des élites. Pour l’Alcméonide Mégaclès, l’oncle maternel de Périclès, nous possédons un certain nombre de tessons d’ostracisme le dénonçant comme hippotrophos ou comme hippotês et l’un d’eux le représente en cavalier militaire50. La moquerie contre les hippotrophoi a continué au ive s. av. J.-C. et une comédie de Mnésimachos, un poète de la moyenne comédie, s’intitule justement l’Hippotrophos ; un long fragment transmis par Athénée montre que l’auteur pensait toutefois aux cavaliers de l’armée athénienne51. Pourtant, à partir de la fin du ve et pendant tout le ive s., quelques textes développent un discours hostile à une forme spécifique de l’hippotrophia, celle qui met l’accent sur les chevaux de course et à laquelle les jeunes gens issus des couches les plus fortunées du corps civique cèdent trop souvent. Le passage le plus célèbre dans ce genre est le début des Nuées d’Aristophane, qui datent de 423, lorsque Strepsiade se lamente que son fils Pheidippidès dilapide les revenus de la famille en investissant dans de coûteux chevaux de course et ne fait que rêver équitation et courses hippiques52. Les auteurs Athéniens du ive s. reviennent sur la question, dans un contexte où la cavalerie athénienne est sortie politiquement affaiblie des bouleversements de la fin de la guerre du Péloponnèse. Ils jouent du contraste entre un bon usage des chevaux, au bénéfice de la cité, et donc au profit de la défense militaire, et un mauvais usage, pour les courses. Xénophon, le dit clairement dans le Commandant de cavalerie : pousser les jeunes gens à s’engager dans la cavalerie est un bon moyen d’éviter cette maladie équestre, cette νόσος ἱππική dont Aristophane déplorait déjà les effets53 : « tu détourneras leurs enfants des achats de chevaux ruineux et extravagants, mais tu veilleras à en faire rapidement des hommes de cheval » (ὡς ἀποτρέψεις µὲν τοὺς παῖδας αὐτῶν τῶν πολυτελῶν τε καὶ µανικῶν ἱππωνιῶν, ἐπιµελήσῃ δὲ ὡς ἂν ταχὺ ἱππικοὶ γίγνοιντο)54. Au même moment, Platon, dans les Lois, prévoyait d’interdire les épreuves hippiques dans sa cité, arguant que la Crète n’était pas favorable aux chevaux. De l’ensemble du programme hippique, il souhaitait surtout supprimer les épreuves attelées, et ne garder que les épreuves montées où les coureurs en armes seront jugés par les magistrats de la cavalerie55. Chez les orateurs athéniens aussi, c’est un reproche fait à un adversaire que de lui dire qu’il a négligé le cheval d’armes au profit du cheval de course. C’est ce que le pseudo-Démosthène, par exemple, reproche au richissime Phainippos, amateur de chevaux et qui pourtant préfère être mobilisé dans l’infanterie, comme c’était du reste son droit : « c’est un bon éleveur de chevaux, et il s’en pique ; car il est jeune, riche et robuste. Quelle belle preuve en donner ? Il a vendu son cheval de guerre, et il s’est fait mettre à pied » (ἱπποτρόφος ἀγαθός ἐστιν καὶ φιλότιµος, ἅτε νέος καὶ πλούσιος καὶ ἰσχυρὸς ὤν. τί τούτου µέγα σηµεῖον ; ἀ????ποδόµενος τὸν πολεµιστήριον ἵππον καταβέβηκεν ἀπὸ τῶν ἵππων)56. On comprend que Phainippos a continué à élever des chevaux après avoir vendu son cheval d’armes, mais cette fois-ci uniquement pour les courses. Dans les mêmes années, Lycurgue, dans le Contre Léocrate, qui date de 339, fait de l’hippotrophie une dépense inutile pour la cité, qu’il égale à la chorégie sur ce point57 :

οὐ γὰρ εἴ τις ἱπποτρόφηκεν, ἢ κεχορήγηκε λαµπρῶς, ἢ τῶν ἄλλων τῶν τοιούτων τι δεδαπάνηκεν, ἄξιός ἐστιν παρ’ ὑµῶν τοιαύτης χάριτος (ἐπὶ τούτοις γὰρ αὐτὸς µόνος στεφανοῦται, τοὺς ἄλλους οὐδὲν ὠφελῶν), ἀλλ’ εἴ τις τετριηράρχηκε λαµπρῶς, ἢ τείχη τῇ πατρίδι περιέβαλεν, ἢ πρὸς τὴν κοινὴν σωτηρίαν ἐκ τῶν ἰδίων συνευπόρησε· ταῦτα γάρ ἐστι κοινῶς ὑπὲρ ὑµῶν ἁπάντων κτλ.

Ce n’est pas pour avoir nourri des chevaux, ou défrayé de somptueuses chorégies, ou fait d’autres largesses de cet ordre, que l’on a droit à votre gratitude : dans ces occasions-là, c’est pour soi seul qu’on obtient une couronne, sans le moindre bénéfice pour les autres. Mais s’acquitter avec éclat d’une triérarchie, avoir entouré la ville de murs pour la protéger, avoir dispensé ses libéralités pour le salut de l’État : voilà qui est agir pour le bien public et dans l’intérêt de vous tous.

  • 58 Blaineau 2015, p. 224-228 ; Étienne 2005.
  • 59 Hypéride, Pour Lycophron 16 (trad. G. Colin, CUF   ). Spence 1993, p. 227, qui, en commentant ce pa (...)

14Il y a donc deux visages de l’hippotrophie dans l’Athènes classique. L ’hippotrophie est un gaspillage lorsqu’elle est tournée vers les courses : c’est là celle à laquelle pensent Aristophane ou Lycurgue. Sous une autre forme, elle peut tourner au bénéfice de tous, à condition d’être orientée vers le cheval d’armes. Les coûts qu’elle engendre peuvent alors en faire une sorte de liturgie58. C’est celle à laquelle pense cette fois un autre orateur, Hypéride dans le Pour Lycophron, lorsqu’il défend son client en insistant sur le service qu’il a rendu à la cité – il a notamment été l’hipparque en poste dans la clérouquie de Lemnos –  : « M’absorber dans l’élevage des chevaux, voilà où j’ai mis mon amour propre de tout temps ; j’ai même été de la sorte au-dessus de mes moyens, au-delà de ma fortune ; et le zèle que j’y apportais m’a valu des couronnes décernées par l’ensemble des cavaliers et par les officiers mes collègues » (ἱπποτροφῶν δὲ διατετέλεκα φιλοτίµως τὸν ἅπαντα χρόνον παρὰ δύναµιν καὶ ὑπὲρ τὴν οὐσίαν τὴν ἐµαυτοῦ· ἐστεφάνωµαι δ’ ὑπό τε τῶν ἱππέων πάντων ἀνδραγαθίας ἕνεκα καὶ ὑπὸ τῶν συναρχόντων). Tout le reste du discours montre que l’on est dans le contexte d’un intérêt pour le cheval d’armes, pas pour le cheval de course59.

  • 60 Platon, Apologie de Socrate 36d (trad. M. Croiset, CUF   ).

15Ce type de réaction se fonde sur plusieurs raisons. I. G. Spence y a vu la conséquence d’une hostilité à l’ostentation de la richesse dans le cadre de la démocratie athénienne et cela a certainement beaucoup joué. Les honneurs que l’on accordait aux vainqueurs à ces épreuves avaient même un goût de frelaté selon certains, car la victoire n’était même pas acquise par l’excellence des compétiteurs. Quand on demanda à quoi il voulait être condamné, Socrate répondit à ces juges qu’il méritait le prytanée. Tout le monde connaît cette réaction. Mais Platon lui fait ajouter : « Oui, cela [me] siérait bien mieux qu’à tel d’entre vous qui a été vainqueur à Olympie avec un cheval de course ou un attelage à deux ou un quadrige. Un tel vainqueur vous procure une satisfaction d’apparence ; moi, je vous en propose une qui est bien réelle » (Οὐκ ἔσθ’ ὅ τι µᾶλλον, ὦ ἄνδρες ἀθηναῖοι, πρέπει οὕτως ὡς τὸν τοιοῦτον ἄνδρα ἐν Πρυτανείῳ σιτεῖσθαι, πολὺ γε µᾶλλον ἢ εἴ τις ὑµῶν ἴππῷ ἢ συνωρίδι ἢ ζεύγει νενίκηκεν Ὁλυµπίασιν. Ὁ µέν γὰρ ὑµᾶς ποιεῖ εὐδαίµονας δοκεῖν εἶναι, ἐγὼ δὲ εἶναι)60.

  • 61 C’est là le fondement de son raisonnement : Spence 1993, p. 202-206. Voir aussi Golden 1997, p. 337 (...)
  • 62 Spence 1993, p. 9-17 ; Blaineau 2015, p. 205-212. Ajouter Bugh 1988, p. 3-78. Il vaut encore la pei (...)
  • 63 On pensera aux élevages équins d’Élide, mentionnés dès la poésie homérique, à ceux de Corinthe, de (...)
  • 64 Thucydide, IV 55, 2 ; voir Spence 1993, p. 2-4.
  • 65 Voir la remarque de Pausanias, VI 2, 1, avant l’énumération d’une série de monuments hippiques dédi (...)
  • 66 Xénophon, Helléniques VI 4, 10-11 (trad. J. Hatzfeld, CUF   ).

16Ces formes de distinction telles que les pratiquaient les élites archaïques n’étaient plus de mise à Athènes et la tension entre les deux cultures équestres est donc en partie née des évolutions des institutions de la cité et des nouveaux rapports socio-politiques qui se mettaient en place61. C’est dans ce contexte historique qu’a eu lieu à Athènes la réapparition d’une cavalerie militaire, quelles que soient ses origines archaïques62. Les deux formes de culture équestre concernaient certes le même groupe social, mais une culture tournée vers le cheval d’armes offrait manifestement plus de prise au régime démocratique. Il ne faut cependant pas faire de cette situation un phénomène qui serait universel. Bien des régions grecques y ont échappé parce qu’elles avaient développé une forte culture équestre agonistique, bien avant de recréer une cavalerie militaire. C’est particulièrement vrai dans le Péloponnèse, dont bien des régions étaient dotées non seulement d’une belle réputation en matière d’élevage des chevaux63, mais abritaient aussi plusieurs des grands concours grecs. C’est seulement en 425/4 que Sparte fonde sa cavalerie64, à une époque où les Lacédémoniens ont déjà acquis une solide réputation dans le domaine des courses hippiques. À Sparte, clairement, la culture agonistique a précédé la culture équestre militaire65, laquelle ne s’est jamais bien enracinée si l’on en croit Xénophon qui dénonce son manque de combattivité. Il explique ainsi sa médiocrité lors de la bataille de Leuctres66 :

τοῖς δὲ Λακεδαιµονίοις κατ’ ἐκεῖνον τὸν χρόνον πονηρότατον ἦν τὸ ἱππικόν. ἔτρεφον µὲν γὰρ τοὺς ἵππους οἱ πλουσιώτατοι· ἐπεὶ δὲ φρουρὰ φανθείη, τότε ἧκεν ὁ συντεταγµένος· λαβὼν δ’ ἂν τὸν ἵππον καὶ ὅπλα ὁποῖα δοθείη αὐτῷ ἐκ τοῦ παραχρῆµα ἂν ἐστρατεύετο· τῶν δ’ αὖ στρατιωτῶν οἱ τοῖς σώµασιν ἀδυνατώτατοι καὶ ἥκιστα φιλότιµοι ἐπὶ τῶν ἵππων ἦσαν.

Les Lacédémoniens avaient alors une cavalerie détestable. C’est que l’entretien des chevaux était bien l’affaire des plus riches ; mais, une fois que la mobilisation était déclarée, alors arrivait l’homme désigné pour monter le cheval ; il en prenait possession, ainsi que des armes, telles quelles, qu’on lui donnait, et il partait sur le champ en campagne ; d’autre part c’étaient, parmi les soldats, les plus débiles, et ceux qui avaient le moins de cœur, qui étaient montés.

  • 67 IG V 1, 213. Sur les concours hippiques dans la société spartiate, voir tout le chapitre « Equestri (...)
  • 68 Spence 1993, p. 4-8.

17C’est pourtant la même cité qui a livré l’inscription de Damonon qui montre que, au ve s., un Lacédémonien pouvait se vanter de son écurie de courses et des nombreuses épreuves qu’il avait remportées avec elle, parfois en conduisant lui-même ses chevaux, le tout manifestement dans des concours locaux ; c’est elle aussi dont tant de membres se sont illustrés dans les épreuves hippiques d’Olympie67. D’autres grandes cités péloponnésiennes connues depuis longtemps pour l’élevage des chevaux, comme Corinthe, Argos ou Élis, ne se sont dotées d’une cavalerie au mieux que dans les toutes dernières décennies du vs. av. J.‑C.68. L ’impression est donc que dans tout le Péloponnèse, la balance a penché pendant longtemps plus en faveur du cheval de course qu’en faveur du cheval d’armes, ce qui a posé des problèmes lorsque l’on a cherché à développer une cavalerie répondant aux besoins nouveaux de la guerre. Plus généralement, c’est lorsque cet essor de la cavalerie militaire s’est produit que l’ancien prestige des courses hippiques a pu faire l’occasion d’un regard réprobateur de la part de la cité qui cherchait à réorienter la culture équestre de ses élites. Le problème s’était du reste aussi posé à Athènes mais, soit effet de source, soit circonstances locales (une plus précoce et plus vigoureuse renaissance de la cavalerie militaire, un régime démocratique), il avait trouvé une meilleure solution. Dans d’autres régions, la tradition d’une forte cavalerie a tendu à lier étroitement les compétitions hippiques au contexte militaire. Dans ce cas de figure, la culture équestre agonistique n’est qu’une des expressions de la culture équestre militaire. Telle est la situation notamment en Thessalie où, comme le montre Br. Helly dans ce volume, l’hippodrome servait en même temps à la cavalerie thessalienne.

  • 69 Sur ce discours, voir Pritchard 2013, notamment p. 156-163.
  • 70 Xénophane, frg. 2, cité par Athénée, Deipnosophistes X 413 F.
  • 71 Frg. 12, 1-9 West. Voir Pritchard 2013, p. 110-111.
  • 72 Sur cette question des rapports entre pratiques sportives et pratiques militaires, voir les pages d (...)
  • 73 Euripide, Fragments part. 1. Autolycos, no 1, v. 1-2 et 16-23 (trad. Fr. Jouan et H. Van Looy, CUF(...)

18L ’hostilité à l’égard des compétitions hippiques peut aussi relever d’un discours de contestation des pratiques agonistiques comme inutiles à la guerre69. Ce discours n’est pas complètement nouveau. Un fragment de Xénophane de Colophon développe déjà cette idée, à la fin du vie s. av. J.-C.70. Auparavant, Tyrtée avait déjà exprimé nettement sa certitude de la supériorité des activités militaires sur les activités sportives71. Il circule à l’époque classique et même au-delà, en parallèle d’un courant majoritaire qui considère que pratiques sportives et militaires tendent vers le même but72. Il est exprimé dans un fragment de l’Autolykos d’Euripide73 :

Des innombrables fléaux qui frappent la Grèce, il n’en est pas de plus funeste que l’engeance des athlètes. […] Qui donc pour avoir lutté avec succès, qui pour avoir couru vite, ou lancé le disque ou frappé avec force une mâchoire, a rendu service, en obtenant une couronne, à la ville de ses ancêtres ? vont-ils combattre le disque en main ? Ou chasseront-ils l’ennemi du sol de la patrie en frappant les boucliers de leurs poings ? Personne ne commet pareille sottise quand l’ennemi menace.

  • 74 Lois VII 79a, pour la dénonciation des méthodes inventées par les grands lutteurs et boxeurs ; VIII (...)

19Platon, dans les lois, suspecte une partie des pratiques sportives de détourner les hommes de la guerre plutôt que de les y préparer et, comme on l’a vu à propos des épreuves hippiques, n’en garde que ce qui est bon pour la guerre74.

20En parallèle à cette contestation, il faut pourtant maintenant constater que : 1) les cavaleries grecques ont eu recours à des pratiques hippiques comme outil de formation des hommes et de leurs montures ; 2) certains concours ont conservé dans leur programme des épreuves hippiques à caractère nettement militaire.

  • 75 Anabase IV 28. Sur ces concours, voir Golden 1997, p. 327-331.
  • 76 Xénophon, Helléniques III 4, 16 (Agésilas, I 25).
  • 77 Xénophon, Helléniques IV 2, 5.
  • 78 Voir Le Guen 2014. Le tableau p. 251-255 est particulièrement utile pour repérer les occasions de c (...)
  • 79 Arrien, Anabase IV 4, 1 ; V 3, 6 ; V 8, 3.
  • 80 FD III 2, 34 ; 35 ; 36 ; 37 ; 38 ; 39 ; 40 ; 41 ; 42 ; 43 ; 44 ; 45.

21Le premier point est bien attesté dans le cas des armées en campagne, par exemple dans le cas des Dix-Mille, lorsqu’ils se trouvèrent à Trapézonte, en 400 av. J.-C., et qu’ils y organisèrent des agônes au cours desquels les cavaliers donnèrent un amusant spectacle de poursuite sur le terrain en pente entre la muraille de la ville et la côte75. Quelques années plus tard, en 395 av. J.-C., l’armée d’Agésilas en Asie, qui lui aussi a dû monter une cavalerie de toute pièce, fut entraînée par des concours qui se tinrent à Éphèse, ce qui mit la ville en effervescence, à l’agora, au gymnase et à l’hippodrome76. Peu après, Agésilas renouvela l’opération77. Les prix récompensèrent à la fois les qualités des cavaliers et l’allure des chevaux présentés. Durant son expédition en Asie, Alexandre organisa lui aussi régulièrement des concours78. Ils comportaient parfois des épreuves hippiques, mais moins systématiquement que des épreuves musicales ou gymniques. Ce fut le cas en 329, sur le fleuve Tanaïs, puis à nouveau en 326, par deux fois, à Taxila d’abord, puis au bord de l’Hydaspe. À chaque fois, selon Arrien qui est notre source, les épreuves hippiques ont été associées à des épreuves gymniques, mais nous ignorons tout du détail du programme79. Ce genre de pratique faisait naturellement écho au modèle des concours célébrés au moment des funérailles de Patrocle. Il se retrouve peut-être encore dans les pratiques de la délégation de la cavalerie athénienne lors de la Pythaïde, à la fin du iie s. av. J.-C. Les inscriptions du Trésor des Athéniens à Delphes mentionnent en effet que des épreuves de diaulos pour cheval de guerre (ἵππωι πολεµιστῆι δίαυλον), pour le lancer de javelot monté (ἀκοντίζων), pour le galop sur une seule longueur d’hippodrome (ἀκάµπιον) et pour le saut depuis un char (ἅρµατι ἐγβιβάζων) ont été organisées lors de la Pythaïde de 128/7 av. J.-C., qui fut célébrée avec particulièrement d’éclat. Les concurrents étaient les officiers et les cavaliers présents et c’est pour cela que ce sont toujours les mêmes noms qui reviennent80.

  • 81 Xénophon, Le commandant de la cavalerie I 26 (trad. É. Delebecque, CUF   ).
  • 82 Xénophon, Le commandant de la cavalerie III 11-12 ; V, 4. Voir Bugh 1988, p. 59-60, et Kyle 1992, p (...)
  • 83 Shear T. L. 1971, p. 271-272, pl. 57c (Spence 1993, p. 266, no 36). La base signée de Bryaxis (mili (...)

22Des concours hippiques étaient organisés non seulement à titre exceptionnel, au cours d’une expédition, mais avaient aussi lieu de manière régulière pour l’entraînement des troupes de cavaliers. Xénophon avait appelé cela de ses vœux de manière très soutenue dans ses projets pour rendre tout son dynamisme à la cavalerie athénienne : « Si l’on pouvait offrir aux escadrons des prix pour tous les exercices dont les Athéniens jugent que la pratique par la cavalerie donne de la beauté aux spectacles, voilà qui pourrait plus que tout les porter tous à l’émulation » (Εἰ δὲ καὶ ἆθλά τις δύναιτο προτιθέναι ταῖς φυλαῖς πάντων ὁπόσα ἀγαθὰ νοµίζουσιν ἀσκεῖσθαι ἐν ταῖς θέαις ὑπὸ τοῦ ἱππικοῦ, τοῦτο πάντας οἶµαι Ἀθηναίους γε µάλιστ’ ἂν προτρέπειν εἰς φιλονικίαν)81. On connaît par ailleurs l’importance de certaines épreuves internes à la cavalerie athénienne, comme l’anthippasia, qui se déroulait à l’occasion des Panathénées82. Deux monuments du ive s. attestent que l’anthippasia était une compétition entre les tribus. Celui qui est actuellement exposé au musée de l’Agora est accompagné d’une inscription : Λεοντὶς ἐνίκα, « La tribu Léontis a remporté la victoire »83.

  • 84 Voir par exemple IG II2 3079. Cf. Hemingway 2004, p. 135-136.
  • 85 Et c’est vraisemblablement à ces épreuves que fait allusion le vers d’Aristophane, Nuées 28, où Phé (...)
  • 86 Voir Kyle 2014, p. 163-164. Sur les épreuves hippiques aux Panathénées, voir Tracy 1991, p. 138-142 (...)
  • 87 Ep. Oropou 520, l. 38-42.
  • 88 Xénophon, Art équestre XI 1. L ’épreuve d’hippos lampros apparaît aussi dans un concours organisé e (...)
  • 89 La mention récurrente de ces épreuves doit expliquer la notice de Photios, Lexicon, s.v. « Πολεµιστ (...)

23Par ailleurs, les programmes de concours incorporent des épreuves hippiques à caractère militaire. C’est vrai d’abord à Athènes. Nous avons déjà évoqué les épreuves de lancer de javelot à cheval – un très bon exercice pour l’entraînement des cavaliers – et l’épreuve sur cheval d’armes de la Pythaïde de 128/7. L ’anthippasia était intégrée aux programmes des Grandes Panathénées et des Olympieia84. Aux Panathénées, la liste des prix du début du ive s. comporte une rubrique d’épreuves hippiques intitulée πολεµιστηρίοις avec là encore le lancer de javelot (IG II2 2311, l. 58, l. 68)85. Le catalogue agonistique de 166/5 av. J.-C. comporte une épreuve ἵππωι πολεµιστεῖ δίαυλ[ο]ν ἐν ὅπλοι[ς] (IG II2 2316, l. 29) et d’autres encore du même genre qui étaient réservées aux Athéniens ; elles opposaient les cavaliers athéniens entre eux et avaient lieu non à l’hippodrome, mais le long de l’Éleusinion, entre l’Agora et l’Acropole86. Il y avait aussi eu des épreuves de ce type à Orôpos, lors des Amphiareia en 329/8 av. J.-C.87. On les retrouve aux Théseia, au iie s. av. J.‑C., donc lors d’un concours à forte coloration militaire : là encore, les cavaliers et ceux qui les commandaient avaient des épreuves de ce type, par exemple une épreuve ἵππω[ι πολε]/µιστῆι δίαυλο[ν] ἐκ τῶν ἱππέων et encore un lancer de javelot à cheval (IG II2 956, l. 82-83 et 91, texte de 161/0 av. J.-C.). Une autre, ἵππωι λαµπρῶι (l. 87), évoque les considérations sur le cheval de parade, le pompikos hippos de Xénophon qui se devait lui aussi d’être brillant (λαµπρός)88. C’était l’occasion de juger aussi bien de l’apparence du cheval que de celle du cavalier et il n’était pas besoin pour cela d’indiquer la distance sur laquelle se jouait le concours, car ce n’était pas ce qui comptait. Les décrets pour les organisateurs des Théseia des années suivantes permettent de compléter la liste de ces épreuves à la fois hippiques et militaires, par exemple avec la mention d’un galop sur cheval d’armes en simple aller-retour et réservé aux phylarques (ἵππωι πολεµιστῆι δίαυλον ἐκ τῶν φυλάρχων, IG II2 957, l. 71, texte de 157/6 av. J.-C.). L ’effort que l’on demandait à ces chevaux paraît avoir été bien moindre que celui qui était exigé de leurs congénères qui devaient participer aux interminables courses de l’hippodrome : ce sont visiblement des galops sur de courtes distances, une ou deux fois la longueur de la piste. Il peut y avoir eu là la volonté de ne pas casser les bêtes par un effort trop violent et soudain auquel elles n’étaient pas habituées89.

24L ’organisation de concours hippiques dans le cadre d’armées en campagne et l’intégration d’épreuves à caractère militaire dans les programmes de concours permettaient de contourner un problème qui était celui de la difficulté à faire venir des écuries de course. Les cavaliers assuraient le spectacle tout en s’entraînant. Leur image publique n’avait qu’à y gagner. La conséquence était que, à ces épreuves militaires, les vainqueurs étaient non seulement les propriétaires des chevaux, mais aussi ceux qui les montaient et les conduisaient. En fin de compte, dans ce genre de cadre, les deux faces de la culture équestre grecque se confondaient. Cela donnait à l’hippodrome une allure de manège de cavalerie, comme le fait remarquer Xénophon à propos des épreuves organisées par Agésilas à Éphèse.

Savoir zootechnique et concours hippiques

  • 90 Laronde 1987, p. 70-71 et 131 ; voir J. et L. Robert, Bullép. 1974, 500, sur la conséquence de ce (...)
  • 91 Voir Boulay 2014, p. 98-103.

25S’il a pu y avoir des cas, comme celui de Sparte classique et peut-être même de l’ensemble du Péloponnèse pendant une bonne partie de l’époque classique, où la culture équestre locale a été purement tournée vers la course et pratiquement pas vers le cheval d’armes, si on a pu dénoncer le goût des épreuves hippiques comme un gaspillage d’énergie, dans l’ensemble, les deux faces de la culture équestre se complétaient. À Cyrène, le maintien pendant l’époque hellénistique d’une charrerie militaire explique le goût des élites pour les compétitions de char et l’on rencontre des vainqueurs cyrénéens à ce type d’épreuves jusqu’à Éphèse90. Magnésie du Méandre, lorsqu’elle fit célébrer pour la première fois les concours des Leukophryéna en 207 av. J.-C., put intégrer des épreuves hippiques au programme (ce que nulle autre cité de la région n’avait tenté) aussi parce qu’elle était dans une région qui avait conservé sa tradition équestre, notamment des cavaleries puissantes dans ses armées civiques91.

  • 92 Il faudrait sans doute poser la même question à propos de l’hippiatrie gréco-romaine et vérifier si (...)
  • 93 Pour les animaux de rente, elle apparaît tout aussi difficilement que pour les chevaux, même si l’a (...)
  • 94 Gardeisen 2005b, p. 8 ; voir aussi Gardeisen 2005a, p. 319-321. Sur la cohabitation de ces grands m (...)
  • 95 Simon, Verdan 2014 ; Blaineau 2015, p. 159-160.
  • 96 Athénée XII 540c-e.
  • 97 Duplouy 2006, p. 151.
  • 98 Strabon, V 1, 4, C 212 (trad. Fr. Lasserre, CUF   ). Des chevaux hénètes sont aussi mentionnés pour (...)

26Ce que je voudrais explorer enfin, c’est dans quelle mesure les épreuves hippiques ont pu bénéficier d’une éventuelle accumulation du savoir zootechnique dans l’Antiquité et peut-être l’entraîner92. L ’accumulation d’un savoir zootechnique en Grèce ne fait aucun doute, même s’il est difficile à mettre en évidence93. La recherche n’est guère aidée par une certaine rareté des publications archéozoologiques sur les restes d’équidés trouvés dans le monde grec aux époques historiques. Elles montrent surtout la coexistence d’un assez vaste spectre de types entre deux pôles, les chevaux brévilignes et les chevaux longilignes, mais qui cohabitaient déjà en Égypte au IIe millénaire av. J.-C. Le phénomène semble indiquer que des deux populations, l’une, la bréviligne, était dominante en Europe occidentale, l’autre, la longiligne, en Asie steppique. La Grèce est à la rencontre de ces deux groupes, et c’est sur cette double base qu’elle a pu procéder à une diversification croissante des morphotypes94. Récemment, la publication d’un cratère du viiie s. av. J.-C. à Érétrie, le cratère aux chevaux noirs, donne une précoce image d’une reproduction contrôlée par les éleveurs eubéens95. Par ailleurs, l’époque archaïque a laissé d’autres traces d’efforts pour améliorer les morphotypes domestiques. Un passage des Deipnosophistes d’Athénée atteste de l’action du tyran Polycrate de Samos dans ce sens. Les fragments cités par Athénée, et qui remontent au ive et au iiie s., concernent des chiens, des chèvres, des moutons et des porcs, tous issus des régions où ils étaient réputés les meilleurs, que le tyran s’est efforcé de faire venir dans sa cité. Rien donc sur les chevaux96. Mais la mentalité que tout cela traduit, celle qui consiste à « collectionner le monde »97, combinée à l’importance du cheval pour les élites archaïques et à la valeur accordée à l’idée d’hérédité des qualités, ne doit guère laisser de doutes sur l’existence d’une tendance continue à améliorer les morphotypes de cette manière. La précoce mention de types équins locaux va aussi dans ce sens. La circulation de reproducteurs, en provenance de régions réputées a été pratiquée par le tyran de Syracuse Denys l’Ancien qui a importé des étalons hénètes pour son haras de course, ce qui a rapidement assis la renommée de cette origine : « Denys, tyran de Sicile, avait fait venir de chez eux les chevaux de concours de son haras, de telle sorte que les Grecs apprirent le nome des élevages de poulains hénètes, et que, de plus, cette race devint chez eux célèbre pour longtemps » (καὶ Διονύσιος, ὁ τῆς Σικελίας τύραννος ἐντεῦθεν τὸ ἱπποτρόφιον συνεστήσατο τῶν ἀθλητῶν ἵππων, ὥστε καὶ ὄνοµα ἐν τοῖς Ἕλλησι γενέσθαι τῆς Ἑνετικῆς πωλείας καὶ πολὺν χρόνον εὐδοκιµῆσαι τὸ γένος)98.

  • 99 Voir Nicholson 2005, p. 82-94. N. J. Nicholson (p. 84 notamment) montre de façon convaincante que l (...)
  • 100 Pausanias, V 9, 1-2 (trad. A. Jacquemin, CUF   ). Voir aussi Plutarque, Propos de table V 2, 675 C, (...)

27C’est aussi dans l’évolution du programme des épreuves hippiques que l’on peut trouver un écho des connaissances des éleveurs et peut-être de leurs attentes. Commençons par un bref épisode et qui a fait long feu. De 500 à 444 av. J.-C., les Olympia ont comporté une épreuve d’attelage de mules, l’épreuve de l’apéné, qui semble avoir été sans parallèle ailleurs, si ce n’est peut-être aux Panathénées. Parmi les compétiteurs qui y ont pris part, deux au moins ont obtenu que Pindare célèbre leur victoire. L ’un était un aristocrate sicilien, Psaumis de Camarina (Olympique V) et l’autre un Arcadien d’origine mais vivant en fait à Syracuse, Agésias de Stymphale (Olympique VI99). Pour les Olympia de 440, l’épreuve fut supprimée et Pausanias explique que c’est en raison du manque de prestige de la mule : « Quant à la course au char attelé de mules rien d’ancien n’était attaché à cette innovation et aucun éclat ; aux yeux des Éléens, cet animal était de tout temps et absolument frappé de malédiction dans le pays » (ἀπήνῃ δὲ οὔτε τῷ ἀνευρήµατι οὐδὲν ἀρχαῖον οὔτε εὐπρέπεια αὐτῇ προσῆν, ἐπάρατόν τε Ἠλείοις ἐκ παλαιοῦ καὶ ἀρχὴν γενέσθαι σφίσιν ἐν τῇ χώρᾳ τὸ ζῷον· ἦν γὰρ δὴ ἀπήνη κατὰ τὴν συνωρίδα ἡµιόνους ἀντὶ ἵππων ἔχουσα)100. Les raisons de cette tentative sont, en l’état de la documentation, incompréhensibles, mais une coïncidence doit être relevée avec la géographie des régions mulassières en Grèce, où l’Élide et l’Arcadie étaient étroitement associées.

  • 101 Sur cette catégorie, voir Blaineau 2015, p. 279, n. 92.
  • 102 Sur cette expression, voir IG II2 2326, et Blaineau 2015, p. 247 : c’est un cheval qui n’a pas enco (...)
  • 103 C’est le cas par exemple aux Érôtideia de Thespies où ces épreuves sont présentes dans un catalogue (...)

28Un autre phénomène frappant dans le programme des concours est l’apparition, au début du ive s., de la distinction dans les programmes d’épreuves réservées aux chevaux adultes (τέλειοι ou plus rarement ἀδηφάγοι101) et d’autres aux poulains (πῶλοι, ἵπποι ἄβολοι102). C’était reproduire avec les chevaux le système des épreuves selon les classes d’âges que l’on connaissait déjà avec les athlètes. Grâce à Pausanias, il est aisé de dresser la chronologie de ce mouvement pour les Olympia et les Pythia. Pour les autres concours, la mention de ce type d’épreuves ne peut être introduite qu’approximativement, grâce aux catalogues agonistiques conservés. Nous en présentons le tableau pour la période antérieure au milieu du iiie s. av. J.-C. (tableau 1). En effet, dans la grande vague de concours qui commence dans les années 220, lorsque les organisateurs décident de mettre des épreuves hippiques au programme, la distinction entre épreuves pour poulains et épreuves pour chevaux adultes est devenue systématique103.

Tableau 1 — Les épreuves réservées aux poulains dans le programme des concours avant le milieu du iiie s. av. J.-C.

Date Épreuve Source
384 création du quadrige de poulains à Olympie Pausanias, V 8, 10
début du ive s. existence de l’attelage de poulain aux Panathénées ἵππων πωλικῶι ζεύγει, IG II2 2311,
frg. B l. 64
378 création du quadrige de poulains à Delphes Pausanias, X 7, 7
338 création du bige de poulains à Delphes Pausanias, X 7, 8
329/8 existence de l’attelage de poulains à Orôpos ζεῦγος πωλικόν, Ep. Oropou 520
vers 320 existence du quadrige de poulains au Mont Lycée πωλικῶι τεθρίππωι, IG V 2, 550,
l. 9 et 28
314 création du poulain monté à Delphes Pausanias, X 7, 8
vers 300-290 existence du bige de poulains aux Isthmia
et du quadrige de poulains aux Pythia de Sicyone
ἅρµατι πωλικῶι, συνωρίδι πωλικᾶι,
Blinkenberg 1941, 68
268 création du bige de poulains à Olympie Pausanias, V 8, 11
267 épreuve de poulain monté dans les Basileia
organisées en Moyenne-Égypte
 pour des clérouques
άβόλωι στάδιον, Koenen 1977
256 création du poulain monté à Olympie Pausanias, V 8, 11
  • 104 Cela dit, comme pour les classes d’âge des athlètes, il était possible de surclasser des chevaux et (...)
  • 105 Les remarques désabusées face à cette difficulté sont innombrables et suivent une description préci (...)
  • 106 Voir Blaineau 2015, p. 223-224.
  • 107 Voir, dans ce même volume, l’article de Cl. Sarrazanas p. 243-257 sur les organisateurs des épreuve (...)

29Il ressort de cela qu’au ive s., l’usage d’introduire des épreuves pour les poulains s’est généralisé dans les concours hippiques. Cette mutation suppose qu’alors les élevages sélectionnaient très tôt des animaux uniquement destinés aux courses et dont la durée d’utilisation était sans doute assez brève, tant une surexploitation de leur capacité lorsque leur croissance n’était pas achevée devait abréger leur carrière. Elle reposait aussi sur la mobilisation d’un savoir zootechnique utile pour l’organisation des concours. Lors de l’inscription, il fallait en effet évaluer l’âge de ces poulains et les organisateurs des concours eux-mêmes ou leurs assistants devaient avoir des compétences techniques pour cela104, notamment la connaissance précise de l’âge par la dentition. Cette question, et la difficulté à évaluer l’âge des chevaux lorsqu’ils avaient dépassé sept ans, donc lorsque les chevaux ont toute leur dentition adulte, a été souvent évoquée dans les textes anciens sur le cheval, dès Xénophon, et jusqu’aux Géoponiques105. Ce savoir faisait partie du bagage que tout acheteur expert en chevaux devait posséder avant de se risquer sur un marché106. Il ne devait certainement pas être étranger aux organisateurs dès lors que ceux-ci s’étaient spécialisés dans les épreuves hippiques107.

  • 108 Hodkinson 2000, p. 303-305.
  • 109 Pausanias, VI 1, 4. Voir Kyle 2014, p. 188.

30Un dernier indice du recouvrement entre connaissances zootechniques et pratiques agonistiques apparaît dans le soin que certains éleveurs mettent à faire eux-mêmes participer leurs propres animaux, et pas seulement à les vendre à des clients désireux, comme Alcibiade, d’entrer dans la compétition avec des chevaux achetés pour cela parfois peu de temps avant. Le cas le plus célèbre de ce genre est celui de Damonon de Sparte, qui, dans le courant du ve s., a remporté un grand nombre de courses locales avec ses propres chevaux, parfois en servant lui-même comme cocher alors même que la compétition à laquelle il participait incluait d’autres chevaux lui appartenant108. L ’Éléen Kléogénès fils de Silènos a ainsi remporté l’épreuve du kélès à Olympie avec un cheval de son propre élevage, peut-être au début du ivs. av. J.-C.109. Dans les deux cas, ces comportements émanent de compétiteurs provenant de régions réputées pour leurs élevages et qui font la démonstration des qualités de leurs animaux dans des concours qui se déroulent près de chez eux. C’est un peu comme si les concours avaient été utilisés par les éleveurs locaux pour faire la démonstration des qualités de leurs animaux. Tout cela traduit tout du moins un lien fort entre le savoir zootechnique et le monde des concours et va aussi dans le sens de la dimension parfois marchande de la fête religieuse dans le monde grec, occasion d’échanges.

Conclusion

  • 110 Voir naturellement Le Guen 2010, notamment l’introduction de l’éditrice : « Comment parler de l’arg (...)
  • 111 Voir sur ce point Mathé 2010.
  • 112 On doit remarquer la métonymie fréquente dans le vocabulaire agonistique qui consiste à nommer une (...)
  • 113 Voir aussi l’Hymne homérique à Apollon 257-274, où les courses hippiques sont perçues comme une nui (...)

31Ce qui précède est une tentative d’explorer les formes de rapports entre hommes et animaux à l’occasion des épreuves hippiques. Elle a été menée en réfléchissant à la relation entre la pratique des courses hippiques et les élevages équins. L ’histoire des concours doit en effet être reliée à son environnement. On l’a déjà largement fait, mais dans des perspectives d’histoire politique et sociale de préférence. Il faut aussi réfléchir à cela en ayant à l’esprit des questions d’ordre économique110 : dans le cas des épreuves hippiques, on peut assez vite constater que le coût de leur organisation était essentiellement à la charge des compétiteurs, car les équipements que les organisateurs mettaient à leur service étaient, jusqu’à la fin de l’époque hellénistique, bien moins onéreux que les théâtres et les gymnases111. Il est nécessaire également de penser l’organisation même des concours hippiques en explorant la façon dont elle intègre le cheval112. D’autres ont posé des questions pratiques de cet ordre, par exemple à propos de l’accueil des chevaux autour de l’hippodrome. Il faudrait aller jusqu’à se demander ce que l’on faisait du crottin qui devait s’accumuler en grande quantité113. Les organisateurs prévoyaient-ils l’intervention de coprologues, comme ceux qui existaient dans beaucoup de cités ?

  • 114 Anthologie IX 20, 21, 30.
  • 115 Hérodote mentionne déjà le fait et cite des parallèles. L ’information est reprise par Plutarque, d (...)

32Mais puisque l’objectif était aussi d’adopter le point de vue animal, il ne convient pas de terminer avec des effluves d’écurie, mais plutôt de poser la question du devenir des chevaux de concours, une fois leur akmè passée. Je suis persuadé que certains chevaux victorieux étaient gardés comme reproducteurs, et c’est ce qui explique que les amateurs d’alors pouvaient, comme le fait encore aujourd’hui un bon turfiste, évoquer les ascendants des champions du moment. D’autres avaient sans doute un plus triste sort, celui de survivre misérablement par exemple en actionnant un moulin et c’était un topos bien connu de la fable et de l’épigramme grecque que le cheval qui ruminait le souvenir de ses victoires pythiques et olympiques tout en actionnant une lourde meule114. Les plus chanceux avaient l’honneur d’une tombe, comme les juments avec lesquelles Cimon avait remporté trois fois la couronne à Olympie et qui furent ensevelies proches de leur propriétaire, dans la nécropole du faubourg de Koilè115. Ce ne fut pas un cas unique d’hippomanie. Enfin, beaucoup des cracks qui ont fait briller les courses hippiques alors ont eu droit à une deuxième vie, sous la forme de statues, souvent près des hippodromes eux-mêmes, comme en témoigne Pausanias dans la description d’Olympie. Le cheval de l’Artémision est le plus beau témoin de cette pratique. C’est là une vraie manifestation d’une culture équestre. Ourasi, lui aussi, le « cheval du siècle », le « roi fainéant » a eu droit à sa statue dans l’hippodrome de Vincennes.

Notes

1 On parle ainsi d’animal studies. Voir Franco 2014, p. 161-184, pour un bilan récent en ce qui concerne l’Antiquité.

2 Voir Baratay 2012. Quand est employée cette expression, pour ne pas lui donner un sens qui pourrait paraître exagéré, il faut comprendre que l’animal sert à l’historien d’angle d’observation du phénomène qui l’intéresse.

3 Les courses hippiques sont longtemps demeurées les parentes pauvres des études sur la vie agonistique du monde grec (alors que la bibliographie est abondante à propos des pratiques hippiques romaines). Les synthèses les plus claires sont à mon sens celles de Hemingway 2004, p. 115-139, et de Bell S., Willekes 2014. Une présentation plus détaillée de ces épreuves est désormais fournie par Canali De Rossi 2011 et 2016a.

4 Voir les remarques de Cl. Vial sur l’échec de bien des tentatives dans ce domaine (Vial 2014, p. 245-248).

5 C’est aussi le sens de l’anecdote sur Alcibiade achetant un attelage prêt à l’emploi qui appartenait aux Argiens pour le faire concourir à Olympie (Plutarque, Alcibiade 11, 3) : il n’a pas besoin de consacrer son temps à se préparer aux concours, car il lui suffit d’employer son argent.

6 Hiéroklès, Corpus Hippiatricorum Graecorum I, p. 249, l. 10-12 : Ὀλυµπιάσι τε καὶ Πυθοῖ καὶ πανταχοῦ τῶν ἀγώνων ἵπποις, ὥσπερ ἀνδράσι, τάχους ἁµίλλης προκεῖσθαι γέρα. Sur cet auteur, sans doute du ve s. apr. J.-C., voir Georgoudi 1990, p. 62-63.

7 Nicholson 2005, p. 25-41 et 95-116.

8 Golden 1997, p. 329 ; Golden 2008, p. 43-44.

9 Pausanias, VI 1, 1 : Ἕπεται δέ µοι τῷ λόγῳ τῷ ἐς τὰ ἀναθήµατα τὸ µετὰ τοῦτο ἤδη ποιήσασθαι καὶ ἵππων ἀγωνιστῶν µνήµην καὶ ἀνδρῶν ἀθλητῶν τε καὶ ἰδιωτῶν ὁµοίως.

10 Chamoux 1955, p. 40-43, pour les débris des chevaux (mais il y a aussi des restes des harnachements et du char) avec la remarque de l’auteur : « La qualité plastique de ces restes mutilés nous frappe encore ».

11 Voir aussi la base de l’Athénien Kallias fils d’Hipponikos (1er quart du ive s. : quel patronyme dans ces circonstances !), qui supportait l’image des quatre chevaux du quadrige vainqueur deux fois à Némée, une fois à Delphes et une fois à Némée, mais pas à Olympie : Bousquet 1992, p. 585-596 (Εἰκόνες αἵδ’ ἵππων] κτλ.). Sur ce type d’offrandes à Delphes, voir Jacquemin 1999, p. 203. Il faut se demander si une partie des statues à thème hippique de Delphes ne se trouvait pas près de l’hippodrome.

12 Voir Hérodote, VI 103, qui situe la tombe de Cimon dans la nécropole de Koilè et insiste sur le rapport spatial qu’elle entretient avec celle de ses juments qui lui avaient apporté trois fois la victoire à Olympie (καταντίον δ’ αὐτοῦ αἱ ἵπποι τετάφαται αὗται αἱ τρεῖς Ὀλυµπιάδας ἀνελόµεναι). L ’information est reprise dans Plutarque, Caton 5, 5. Évagoras de Laconie a lui aussi fait enterrer les juments avec lesquelles il avait remporté la victoire à Olympie : Élien, Histoire des animaux XII 40. Diodore de Sicile, XIII 82, 6, signale des tombes de chevaux de course à Agrigente : δηλοῖ δὲ τὴν τρυφὴν αὐτῶν καὶ ἡ πολυτέλεια τῶν µνηµείων, ἃ τινὰ µὲν τοῖς ἀθληταῖς ἵπποις κατεσκεύασαν (voir aussi Pline, Histoire naturelle VIII 155 : les monuments funéraires de ces chevaux affectent la forme de pyramides). Sur ce phénomène, voir Hemingway 2004, p. 129, et Mackinnon 2014, p. 274-275. La présence de tombes de chevaux dans des nécropoles destinées aux hommes est bien attestée archéologiquement, même s’il demeure difficile de comprendre ce à quoi ces animaux étaient employés : Malama, Gardeisen 2005 et Antikas 2005. Les fouilles du métro d’Athènes ont elles aussi révélé la présence d’une tombe de cheval (associé à un chien) dans la nécropole de Syntagma : Parlama, Stampolidis 2000, p. 157.

13 Voir tout dernièrement le livre de Blaineau 2015. Bibliographie sur le cheval romain : Hyland 1990 (sur les chevaux de course, voir le chap. 15 : « The Roman Circus », p. 201-230). Sur le cheval de course à Rome, voir aussi Toynbee 1973, p. 177-183, et Junkelmann 1990, p. 89-156 (mais là encore, dans ce chapitre qui s’intitule « Das Rennpferd », le cheval est le grand absent).

14 Il n’occupe par exemple qu’une place très réduite dans le livre qui a longtemps été le classique sur le cheval en Grèce, le livre d’Anderson 1961. Il est un peu plus présent dans Vigneron 1968, p. 190-220, mais l’attention est d’abord centrée sur les épreuves plutôt que sur les chevaux. Sur l’élevage des chevaux de course, voir les lignes rapides mais éclairantes d’Étienne 2005, en particulier p. 245-246.

15 Roche 2008.

16 Pour l’époque impériale, les problèmes ont dû se poser d’une façon sensiblement différente, en raison de l’importance du cirque dans la culture romaine et de l’essor d’un marché du cheval de course qui a vu émerger de nouvelles régions de productions comme l’Afrique du Nord et a accru la circulation des coursiers afin d’alimenter les écuries des grandes villes.

17 Voir d’abord dans Xénophon, De l’art équestre, le long développement qui commence en I 1, 2-17. Mais c’est encore l’approche que met en œuvre le livre XVI des Géoponiques (1 et 2).

18 Il évoque cependant dans le récit l’anecdote souvent reprise du cheval que l’on a forcé à commettre l’inceste et qui se retourne contre l’éleveur et le tue (II 7, 9 ; là l’histoire se passe dans la cavalerie scythe). Cette histoire se retrouve avec des variantes dans Pline, Histoire naturelle VIII 156 (c’est la jument qui tue l’éleveur). Aristote, Histoire des animaux, IX 47, 630b 31631a1, attribue l’anecdote à un chameau (et c’est comme cela qu’elle est reprise dans Élien, Caractères des animaux III 47).

19 Varron, II 7, 15. Trad. Ch. Guiraud, CUF, adaptée : il y a un problème sur la lecture du premier mot, qui peut être equi (leçon retenue ici) ou que l’on peut lire comme e quis comme Ch. Guiraud, en pensant qu’il est toujours question des jeunes chevaux.

20 La même idée est exprimée par Virgile, Géorgiques III 75-81.

21 Voir Blaineau 2015, p. 156-166, sur l’idée de l’eugeneia des chevaux.

22 Philostrate, De la gymnastique 26. Sur le sens de l’adjectif ἁµιλλητήριος, voir page suivante. La traduction de Ch. Daremberg, rééditée récemment est fautive sur les termes techniques qu’emploie ici Philostrate. Elle méconnaît la distinction propre aux quadriges entre chevaux jugales, qui sont directement attelés au timon (ici, πλευρᾷ mais on dit plutôt que ce sont les chevaux ζύγιοι), et chevaux funales (σειρᾷ) en supplément aux chevaux timoniers (en grec, les funales sont dits παράσειροι, σειραφόροι ou σειραῖοι d’où σειρᾷ dans le texte de Philostrate). Jüthner 1909, p. 240-241, explique bien le sens de ce passage. Sur cette distinction, voir Vigneron 1968, p. 117-118, et Bell S., Willekes 2014, p486.

23 Sur le ποµπικὸς ἵππος, voir Xénophon, Art équestre XI 1.

24 Pollux fournit cependant la seule occurrence claire de cette expression. Dans Arrien, Tactique 43, 3, l’adjectif ὁδοιπορικὸς s’applique à un saut qu’on fait sur un cheval courant (καὶ τελευταίαν δὴ τὴν ἐνόπλιον πήδησιν ἐπιδεικνύουσι θέοντος τοῦ ἵππου, ἥν τινες ὁδοιπορικὴν ὀνοµάζουσιν).

25 Hésychius, s.v. « καβάλλης », καβάλλης · ἐργάτης ἵππος. Voir Robert L. 1963, p. 204 ; Robert L. 1939, p. 175-179 (= OMS II, p. 1328-1332). On trouve un emploi du terme dans Plutarque, Il ne faut pas s’endetter 828 E, où le καβάλλης est mis sur le même plan que l’âne. L ’importance du cheval de travail devra sans doute un jour être réévaluée à la hausse dans l’Antiquité classique. Xénophon, Économique 18, 4, évoque l’utilisation des chevaux pour le dépiquage des céréales.

26 Strabon, V 1, 4 = C 212.

27 Diodore, XIV 11, 5 (dans ce passage, cette expression est d’autant plus frappante qu’il s’agit d’expliquer comment un olympionice, Lasthénès de Thèbes, s’est mesuré à la course avec un cheval de compétition : λέγεται πρὸς ἵππον ἀθλητὴν δραµόντα νικῆσαι) ; voir aussi dans le passage que nous avons cité n. 12. En revanche, l’expression ne se rencontre pas dans Polybe.

28 Philon d’Alexandrie, Lagriculture 91 (c’est le cheval que l’on élève pour les hieroi agônes et des panégyries) ; Contre Flaccus 26 ; Dion Cassius, Histoire romaine LIX 17, 5 ; LXXV 4, 6.

29 Plutarque, Thémistocle 25, 1 (sur les chevaux envoyés par Hiéron à Olympie) ; Pompée 37, 2 (à propos des chevaux de course appartenant à Mithridate VI ou à d’autres membres de sa cour) ; Pausanias, VI 1, 1 ; Dion Cassius, Histoire romaine, LXI 6, 1 ; LXV 5, 1 ; Dion Chrysostome, XII (Olympique) 19 (comparaison avec la tension des chevaux de course aux barrières de départ).

30 Philostrate, Vie d’Apollônios 2, 11, et De la gymnastique, 26. Dans Aelius Aristide, 1 (Panathénaïque), 43, l’expression est utilisée par opposition à ἵππος πολεµιστήριος.

31 Iliade IV 265-266 ; IX 122-124 ; XI 699 ; XXII 22 et 162. Il n’y en a pas d’occurrence en revanche dans l’Odyssée. Voir Delebecque 1951, p. 202-204.

32 Voir par exemple Poseidippos, 86, 6.

33 C’est comme cela qu’il faut comprendre la mention d’un ἵππος ἀεθλοφόρος dans l’Iliade XXII 22 (voir aussi en XXII 162, où la course est en train de se dérouler). En XI 199, aussi, l’adjectif est utilisé pour des chevaux qui vont participer à la course. Voir Delebecque 1951, p. 202-203 : « Le cheval de course [le cheval ἀεθλοφόρος] n’est pas forcément vainqueur, mais seulement capable de remporter la victoire ».

34 On la retrouve dans la poésie archaïque par exemple dans Alcman, frg. 1, 47-48 : ῑππον / παγὸν ἀεθλοφόρον καναχάποδα). Poseidippos l’applique aussi bien aux propriétaires vainqueurs qu’aux chevaux eux-mêmes comme c’est le cas en 76, 2 (à propos d’un cheval arabe) et en 85, 1. Reprise du mot dans un contexte épique : Quintus de Smyrne, Suite d’Homère IX 512-513 (mais il n’apparaît pas dans Nonnos de Panopolis).

35 Voir dans l’épigramme pour Trôilos d’Élis à Olympie (ive s. av. J.-C.) : Ebert 1972, no 38. 

36 Bell D. J. 1989.

37 Voir les remarques faites par Canali De Rossi 2016a, p. IX.

38 C’est l’expression utilisée par Xénophon dans ses traités, voir par exemple Art équestre I 2 ; III 7 ; Agésilas 9, 6. Dans l’Art équestre X 1, il développe en ὁ χρήσιµος εἰς πόλεµον ἴππος. Il faut ajouter qu’ ἵππος πολεµιστήριος apparaît dans l’épigraphie agonistique pour désigner des épreuves à caractère très militaire : voir ci-dessous.

39 Voir Géoponiques XVI 1, 10 (ἐν τε τῷ συναγελασµῷ τῶν πώλων φιλόπρωτος, dans une description générale des bons poulains ; voir le commentaire de Georgoudi 1990, p. 138-139).

40 La position du cheval notamment peut être restituée de différentes manières : le galop a été retenu pour la présentation actuelle au Musée national d’Athènes, mais on a pu aussi proposer une restauration montrant la bête en train de sauter : Hemingway 2004, p. 99-101. Sur l’apparence générale du cheval, plus ou moins longiligne, voir ibid., p. 107. Voir aussi Blaineau 2015, p. 36-37, 49.

41 Par exemple dans Poseidippos de Pella, 72 et 74. Sur l’épigramme 74 et la situation de course qui s’est posée, voir Bingen 2002.

42 Voir Vigneron 1968, p. 44, et Georgoudi 1990, p. 141-142, à partir d’un passage de Xénophon, Art équestre I 15. Il apparaît qu’il était plus utile de castrer les chevaux d’armes et ceux de travail.

43 Lart équestre III 7 : « Comme nous avons admis que nous achetions un cheval d’armes, il faut éprouver toutes les aptitudes sans exception que la guerre met à l’épreuve… » (ἐπεὶ δὲ πολεµιστήριον ὑπεθέµεθα ὠνεῖσθαι, ληπτέον πεῖραν ἁπάντων ὅσωνπερ καὶ ὁ πόλεµος πεῖραν λαµβάνει) ; référence interne à I 2.

44 Voir les deux premiers volumes publiés de la trilogie La culture équestre de l’Occident, xvi  e-xix  e s. Lombre du cheval, Roche 2008 et Roche 2011. Ils rappellent « la centralité des équidés dans la culture occidentale » et leur capacité à créer de la différenciation sociale (Roche 2011, p. 10), la culture équestre étant alors une façon de désigner « les systèmes techniques et sociaux où se jouent la relation des hommes et des chevaux », ce qui se manifeste de manière hétérogène (Roche 2008, p. 22).

45 Ainsi les usages au travail ou à la chasse.

46 L ’âne est d’une certaine manière le double du cheval, à la fois complémentaire et opposé, selon une façon polarisée de penser l’animal dans la culture gréco-romaine où les espèces forment assez souvent des couples dans le système de représentation (loup/chien, lion/panthère, sanglier/porc, etc.). C’est ce que montre Franco 2014, p. 148-153.

47 Voir Canali De Rossi 2016a, p. 3-7. Pausanias, V 8, 4, parle d’une épreuve de kélês remportée par Iasios, un Arcadien, lors de l’Olympiade organisée par Héraclès, victoire que commémorait une stèle que le Périégète avait vue à Tégée (VIII 48, 1).

48 Le cheval est un signe indéniable de distinction, quelle que soit la lecture que l’on fasse des élites archaïques. Howe 2008, p. 31-32, a rappelé le caractère élitiste de l’élevage du gros bétail dans la Grèce archaïque et classique. Sur la culture de l’âgon des élites archaïques, voir Duplouy 2006, p. 271-282.

49 Thucydide, VI 16, 2 ; [Andocide], IV (Contre Alcibiade) 25-28 ; Isocrate, XVI (Sur l’attelage) ; Diodore, XIII 74, 3 ; Plutarque, Alcibiade 11-12. Pour son service dans la cavalerie, voir le célèbre épisode de sa participation à la bataille de Délion (Platon, Banquet 220e-221b ; Plutarque, Alcibiade 7, 6), où, lors de la retraite de l’armée athénienne défaite, Alcibiade profite de sa supériorité de cavalier pour protéger Socrate qui était là en tant que simple fantassin. Les odes de Pindare, tournées comme elles le sont vers l’idéal agonistique, ne cherchent évidemment pas à défendre un cheval de course qui serait contesté par rapport à d’autres emplois du cheval.

50 Brenne 2002, p. 112-114 (on notera l’ostrakon T 1/103 qui vise aussi bien les chevaux de Mégaklès que leur propriétaire : Μεγ[α]κλεῖ ℎιπποκράτως καὶ τε ℎίποι) ; Verdan 2015, p. 42-43 et fig. 2.

51 PCG VII, Mnesimachus 4 (p. 19-23) = Athénée, Deipnosophistes IX 402e-403d.

52 Voir notamment Aristophane, Nuées 14-16 (ὁ δὲ κόµην ἔχων / ἱππαζέται τε καὶ ξυνωρικεύεται / ὀνειροπολεῖ θ’ ἴππους : « Lui, portant longue chevelure, monte à cheval, conduit un attelage, rêve chevaux ») ; cf. 27-28.

53 Nuées 74, pour l’emploi de cette expression imagée.

54 Xénophon, Commandant de cavalerie I 12 (trad. citée É. Delebecque).

55 Platon, Lois VII 834b-d.

56 [Démosthène], 42 (Contre Phainippos), 24 (trad. L. Gernet, CUF  ).

57 Lycurgue, Contre Léocrate 139-140 (trad. F. Durrbach, CUF  ).

58 Blaineau 2015, p. 224-228 ; Étienne 2005.

59 Hypéride, Pour Lycophron 16 (trad. G. Colin, CUF   ). Spence 1993, p. 227, qui, en commentant ce passage, écrit qu’il ferait référence aux courses de char, ce que conteste vivement D. Whitehead dans son commentaire (2000, p. 136-137).

60 Platon, Apologie de Socrate 36d (trad. M. Croiset, CUF   ).

61 C’est là le fondement de son raisonnement : Spence 1993, p. 202-206. Voir aussi Golden 1997, p. 337-338.

62 Spence 1993, p. 9-17 ; Blaineau 2015, p. 205-212. Ajouter Bugh 1988, p. 3-78. Il vaut encore la peine de consulter sur ces questions le vieux livre de Martin 1887. La question la plus épineuse sur les origines de la cavalerie athénienne est son existence au vie s. av. J.-C., à une époque où les sources sont à peu près muettes sur son emploi, mais où cependant la céramique attique montre quantité de cavaliers : voir la position de Schäfer 2005.

63 On pensera aux élevages équins d’Élide, mentionnés dès la poésie homérique, à ceux de Corinthe, de Sicyone, d’Argos. Sur cette géographie, voir Blaineau 2015, p. 92-101. Voir aussi Étienne 2010, p. 198 et 200.

64 Thucydide, IV 55, 2 ; voir Spence 1993, p. 2-4.

65 Voir la remarque de Pausanias, VI 2, 1, avant l’énumération d’une série de monuments hippiques dédiés par des Spartiates dans le sanctuaire d’Olympie : Λακεδαιµόνιοι δὲ ἄρα µετὰ τὴν ἐπιστρατείαν τοῦ Μήδου διετέθησαν πάντων φιλοτιµότατα Ἑλλήνων πρὸς ἵππων τροφάς.

66 Xénophon, Helléniques VI 4, 10-11 (trad. J. Hatzfeld, CUF   ).

67 IG V 1, 213. Sur les concours hippiques dans la société spartiate, voir tout le chapitre « Equestrian Competition: Participation and Expenditure » de Hodkinson 2000, p. 303-333.

68 Spence 1993, p. 4-8.

69 Sur ce discours, voir Pritchard 2013, notamment p. 156-163.

70 Xénophane, frg. 2, cité par Athénée, Deipnosophistes X 413 F.

71 Frg. 12, 1-9 West. Voir Pritchard 2013, p. 110-111.

72 Sur cette question des rapports entre pratiques sportives et pratiques militaires, voir les pages de synthèse de Golden 1998, p. 23-28.

73 Euripide, Fragments part. 1. Autolycos, no 1, v. 1-2 et 16-23 (trad. Fr. Jouan et H. Van Looy, CUF  ). Sur ce passage, voir Pritchard 2013, p. 152-156.

74 Lois VII 79a, pour la dénonciation des méthodes inventées par les grands lutteurs et boxeurs ; VIII 830c-e. Voir aussi, la réaction de Philopoimen, qui avait reçu une formation philosophique tournée vers l’Académie. Repéré comme potentiellement apte à une carrière d’athlète, Philopoimen demande à des proches si cela ne peut pas le détourner de sa préparation militaire : « Ils lui répondirent, ce qui est vrai, que le corps et le régime de l’athlète diffèrent entièrement de ceux du soldat, qu’en particulier leur manière de vivre et leurs exercices sont tout autres ». Plus tard, il fait de son refus initial un élément de sa doctrine militaire : « … plus tard, lorsqu’il exerça le commandement, il repoussa autant qu’il put, en les accablant de son mépris et de ses sarcasmes, tous les genres d’athlétisme, comme rendant les hommes les plus utiles inutilisables pour les luttes nécessaires » (Plutarque, Philopoimen 3, 3-5, trad. R. Flacelière, CUF  ).

75 Anabase IV 28. Sur ces concours, voir Golden 1997, p. 327-331.

76 Xénophon, Helléniques III 4, 16 (Agésilas, I 25).

77 Xénophon, Helléniques IV 2, 5.

78 Voir Le Guen 2014. Le tableau p. 251-255 est particulièrement utile pour repérer les occasions de concours hippiques.

79 Arrien, Anabase IV 4, 1 ; V 3, 6 ; V 8, 3.

80 FD III 2, 34 ; 35 ; 36 ; 37 ; 38 ; 39 ; 40 ; 41 ; 42 ; 43 ; 44 ; 45.

81 Xénophon, Le commandant de la cavalerie I 26 (trad. É. Delebecque, CUF   ).

82 Xénophon, Le commandant de la cavalerie III 11-12 ; V, 4. Voir Bugh 1988, p. 59-60, et Kyle 1992, p. 93-94. Voir aussi Camp 1998, p. 28-30, à propos de l’anthippasia. La question de la place des cavaliers lors des Panathénées a fait couler beaucoup d’encre : voir en dernier lieu Verdan 2015.

83 Shear T. L. 1971, p. 271-272, pl. 57c (Spence 1993, p. 266, no 36). La base signée de Bryaxis (milieu du ive s. av. J.-C.) porte le texte suivant : φυλαρχοῦντες ἐνίκων ἀνθιππασίαι / Δηµαίνετος Δηµέο Παιανιεύς / Δηµέας Δηµαινέτο Παιανιεύς / Δηµέας Δηµαινέτο Παιανιεύς. / Βρύαξις ἐπόησεν. (IG II2 3130).

84 Voir par exemple IG II2 3079. Cf. Hemingway 2004, p. 135-136.

85 Et c’est vraisemblablement à ces épreuves que fait allusion le vers d’Aristophane, Nuées 28, où Phéidippidès se demande en rêve : πόσους δρόµους ἐλᾷ τὰ πολεµιστήρια; Sur ces épreuves dites « tribales » des Panathénées, voir Kyle 1992.

86 Voir Kyle 2014, p. 163-164. Sur les épreuves hippiques aux Panathénées, voir Tracy 1991, p. 138-142, et Kyle 1992, p. 89-94 ; Camp 1998, p. 25-30.

87 Ep. Oropou 520, l. 38-42.

88 Xénophon, Art équestre XI 1. L ’épreuve d’hippos lampros apparaît aussi dans un concours organisé en Moyenne-Égypte sous Ptolémée II : Koenen 1977, p. 5, 20b, avec commentaire p. 13.

89 La mention récurrente de ces épreuves doit expliquer la notice de Photios, Lexicon, s.v. « Πολεµιστὴς ἵππος » : οὐχ ὡς ἄν τις οἰηθῆι, ὁ εἰς τοὺς πολέµους ἐπιτήδειος, ἀλλ’ ὁ ἐν τοῖς ἀγῶσι σχῆµα φέρων, ὡς εἰς πόλεµον εὐτρεπισµένος· ἦν γὰρ τοιοῦτον ἀγώνισµα.

90 Laronde 1987, p. 70-71 et 131 ; voir J. et L. Robert, Bullép. 1974, 500, sur la conséquence de ce fait dans les victoires des Cyrénéens à des épreuves de char.

91 Voir Boulay 2014, p. 98-103.

92 Il faudrait sans doute poser la même question à propos de l’hippiatrie gréco-romaine et vérifier si elle a entretenu des liens avec le monde des concours.

93 Pour les animaux de rente, elle apparaît tout aussi difficilement que pour les chevaux, même si l’archéozoologie montre la lente progression en taille des bœufs.

94 Gardeisen 2005b, p. 8 ; voir aussi Gardeisen 2005a, p. 319-321. Sur la cohabitation de ces grands morphotypes dans l’iconographie, voir aussi les remarques faites par Hemingway 2004, p. 107.

95 Simon, Verdan 2014 ; Blaineau 2015, p. 159-160.

96 Athénée XII 540c-e.

97 Duplouy 2006, p. 151.

98 Strabon, V 1, 4, C 212 (trad. Fr. Lasserre, CUF   ). Des chevaux hénètes sont aussi mentionnés pour la victoire olympique au quadrige de Léôn de Sparte au ve s. av. J.-C. (en 424 ?) : Ebert 1972, no 28.

99 Voir Nicholson 2005, p. 82-94. N. J. Nicholson (p. 84 notamment) montre de façon convaincante que l’épreuve était choisie par des membres des élites siciliennes qui voulaient laisser les épreuves pour les chevaux aux monarques dirigeants des cités.

100 Pausanias, V 9, 1-2 (trad. A. Jacquemin, CUF   ). Voir aussi Plutarque, Propos de table V 2, 675 C, qui mentionne l’apênê parmi les épreuves qui ont été supprimées du programme des Olympia.

101 Sur cette catégorie, voir Blaineau 2015, p. 279, n. 92.

102 Sur cette expression, voir IG II2 2326, et Blaineau 2015, p. 247 : c’est un cheval qui n’a pas encore perdu ses dents de lait, et qui peut avoir jusqu’à deux ans et demi. Platon, Lois VIII 834c, connaît trois catégories de chevaux : les pôloi aboloi, les téleioi et les intermédiaires (πώλοις τε ἀβόλοις καὶ τελείων τε καὶ ἀβόλων τοῖς µέσοις καὶ αὐτοῖς δὴ τοῖς τέλος ἔχουσι). Aristote, Histoire des animaux VI 576b 12-13 : la perte des dents de lait (boloi) marque la maturité des chevaux et des mulets (Ἀκµάζει δὲ καὶ ἵππος καὶ ἡµίονος µετὰ τοὺς βόλους). Il paraît cependant possible qu’un hippos abolos ne soit pas exactement l’équivalent d’un pôlos et que l’on désigne ainsi un sub-adulte.

103 C’est le cas par exemple aux Érôtideia de Thespies où ces épreuves sont présentes dans un catalogue agonistique de la basse époque hellénistique : Roesch, IThespies 186, rubrique ἐν τῶι ἱππικῶι, l. 21-22 (épreuves κέλητι πωλῶι, συνωρίδι πωλικῆι, ἅρµατι πωλικῶι ; on retrouve ces épreuves au programme des Érôtideia à l’époque impériale : Roesch, IThespies 191, 192). Sur ce concours, voir Knoepfler 1997.

104 Cela dit, comme pour les classes d’âge des athlètes, il était possible de surclasser des chevaux et de faire courir des poulains dans une épreuve réservée aux chevaux adultes comme cela s’est produit avec Lykinos de Sparte. Manifestement, il est arrivé avec un quadrige ou un bige de poulains et l’une des bêtes a été estimée comme faisant partie des adultes. Il a alors fait requalifier l’ensemble comme adulte et a remporté la victoire (Pausanias, VI 2, 2). Cette histoire me pose un problème chronologique puisque les épreuves pour les poulains n’apparaissent qu’au ive et que l’on fait parfois remonter les victoires de Lykinos au milieu du ve s. Voir aussi les hippokathesia de Rhodes interprétées comme une sorte de foire aux chevaux précédant les épreuves : Arnold 1936, mais cela me semble douteux.

105 Les remarques désabusées face à cette difficulté sont innombrables et suivent une description précise de l’évolution de la dentition des jeunes chevaux : Xénophon, De l’art équestre III 1 (mais sans description précise) ; Aristote, Histoire des animaux VI 576b 13-14 (ὅταν δὲ πάντας ὦσι βεβληκότες [les boloi], οὐ ῥᾴδιον γνῶναι τὴν ἡλικίαν) ; Varron, Économie rurale II 7, 2-3 (Hoc majores qui sunt, intellegi negant posse) ; Columelle, VI 29, 5 (Nec postea quot annorum sit, manifesto comprehendi potest) ; Pline, Histoire naturelle XI 168 ; Géoponiques XVI 1, 12-17 (Τούτου δὲ συµβάντος, οὐκέτι ῥάδιον ἐπιγινώσκειν τὰ ἔτη ; voir Georgoudi 1990, p. 144).

106 Voir Blaineau 2015, p. 223-224.

107 Voir, dans ce même volume, l’article de Cl. Sarrazanas p. 243-257 sur les organisateurs des épreuves hippiques.

108 Hodkinson 2000, p. 303-305.

109 Pausanias, VI 1, 4. Voir Kyle 2014, p. 188.

110 Voir naturellement Le Guen 2010, notamment l’introduction de l’éditrice : « Comment parler de l’argent des concours grecs ou “à la grecque” », p. 21-34.

111 Voir sur ce point Mathé 2010.

112 On doit remarquer la métonymie fréquente dans le vocabulaire agonistique qui consiste à nommer une épreuve comme étant « pour le cheval », ἵππωι. Les jockeys s’effacent complètement par rapport à leur monture. C’est comme nous qui disons « attention un vélo » quand nous voyons un cycliste arriver.

113 Voir aussi l’Hymne homérique à Apollon 257-274, où les courses hippiques sont perçues comme une nuisance sonore qu’il convient d’éloigner du sanctuaire de Delphes.

114 Anthologie IX 20, 21, 30.

115 Hérodote mentionne déjà le fait et cite des parallèles. L ’information est reprise par Plutarque, dans la Vie de Caton, sans doute sur la base de ce qu’il avait lu dans Hérodote.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6602/img-1.png
Fichier image/png, 218k

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search