Version classiqueVersion mobile

Les hippodromes et les concours hippiques dans la grèce antique

 | 
Jean-Charles Moretti
, 
Panos Valavanis

Les épreuves hippiques et les chevaux

Spectacle hippique et spectacle gymnique en Grèce ancienne : approche comparée et effet Carpentier

Jean-Manuel Roubineau

Résumé

Cette contribution vise à comparer le comportement des spectateurs des concours hippiques et gymniques, à la fois du point de vue des relations entre les spectateurs et les juges, et du point de vue des ressorts du soutien accordé par les spectateurs aux concurrents. On verra notamment que le processus d’identification des spectateurs aux concurrents est complexe et ne peut être réduit à la seule logique patriotique. Indifféremment d’une telle logique, le choix des spectateurs des concours hippiques comme gymniques peut résulter d’un ressort, propre au drame agonistique, et connu, en sociologie du sport, sous le nom d’effet Carpentier.

Texte intégral

  • 1 Guttmann 1986.
  • 2 Guttmann 1986, p. 14-18.

1Dans un essai publié en 1986 sous le titre Sports Spectators from Antiquity to the Renaissance, A. Guttmann a posé les jalons d’une histoire du spectacle sportif jusqu’à l’époque moderne1. Pour ce qui concerne le spectacle sportif antique, trois implicites traversent la lecture développée par le sociologue américain : en premier lieu, la continuité dans le temps du comportement des spectateurs, du début à la fin de l’Antiquité, en deuxième lieu, l’homogénéité, dans l’espace, des conduites des spectateurs, d’Athènes à Alexandrie, en dernier lieu, la similitude du comportement des spectateurs des agônes hippikoi et gymnikoi2.

  • 3 Papalas 1986, p. 6-7 ; Kyle 1987a ; Vendries 2015.
  • 4 E.g. Lämmer 1987 ; Papakonstantinou 2015.
  • 5 García Romero 2006, p. 140.

2Les deux premiers de ces postulats ont fait l’objet d’un examen et d’une relecture critique par les historiens de l’Antiquité. On pourra notamment citer, en la matière, les travaux de D. Kyle, A. Papalas ou, plus récemment, de Chr. Vendries3. En revanche, la comparabilité du comportement des spectateurs des concours hippiques et gymniques n’a pas été explorée et reste implicite dans la plupart des travaux consacrés au spectacle sportif4. De manière isolée, mais légitime, F. García Romero a souligné, dans son analyse de la violence des spectateurs dans les concours gymniques grecs, l’intérêt qu’il pouvait y avoir à distinguer spectacles hippiques et spectacles athlétiques : en effet, alors que les sources écrites rapportent de nombreux épisodes de violence entre spectateurs des courses hippiques – à la fois dans les mondes grec, romain et byzantin –, rares sont, en revanche, les cas de violence parmi les spectateurs des concours athlétiques5.

3De fait, la similitude des concours hippiques et gymniques ne va pas de soi : en dehors même de la différence technique et formelle des disciplines qui y sont pratiquées, ils se déroulent dans des lieux différents, procèdent de cultures corporelles distinctes – ce dont la nudité, en vigueur dans les seuls concours athlétiques, témoigne –, et impliquent des investissements financiers inégaux de la part des concurrents – la course de chars constituant la discipline de loin la plus coûteuse. S’ajoute à cela qu’ils décernent les prix à des acteurs dissemblables – les vainqueurs sont, dans les concours athlétiques, ceux qui emportent l’épreuve, alors que, dans les concours hippiques, le prix est remis au propriétaire du cheval ou de l’attelage vainqueur.

4C’est donc à évaluer la pertinence d’un rapprochement entre spectacle hippique et spectacle gymnique et à identifier les points communs qui unissent les deux spectacles, que sera consacrée la contribution présente, à travers l’examen de deux questions : le pouvoir des spectateurs des concours hippiques est-il comparable à celui des spectateurs des concours gymniques ? Le lien unissant les spectateurs aux concurrents dans ces deux types de concours est-il de même nature ?

  • 6 Pour un relevé systématique des textes anciens sur le spectacle sportif, consulter la base de donné (...)

5La démarche suivie consistera, à partir de la situation observable dans les agônes gymnikoi, à la confronter aux textes documentant la même question dans le contexte des agônes hippikoi6.

Le pouvoir des spectateurs

6Dans le cadre des concours gymniques, les spectateurs sont susceptibles de faire l’exercice de deux formes de pouvoir principales : d’une part, le soutien aux concurrents, durant l’épreuve, d’autre part, la pression sur les juges, au moment de la détermination du vainqueur, quand cette dernière nécessite l’intervention des magistrats.

  • 7 Sur Cleitomachos, on pourra consulter : Moretti L. 1957, no 584 ; Golden 2004, s.v. « Clitomachus » (...)
  • 8 Polybe, Histoire IX 7-13.

7C’est chez Polybe que l’on trouve la description la plus explicite du soutien que le public pouvait apporter aux concurrents, et de l’effet ou effet supposé qu’un tel soutien pouvait avoir sur l’issue de la compétition concernée. Le contexte est celui de la finale olympique de pugilat, opposant, en 212 av. J.-C., le champion olympique en titre, le Thébain Cleitomachos, à son outsider, l’Alexandrin Aristonicos7. Polybe décrit longuement les ressorts du comportement de la foule assistant au combat, et de ses revirements8. Trois temps successifs sont décrits : le soutien apporté par la foule des spectateurs à l’outsider Aristonicos, la harangue adressée par Cleitomachos au public, qui provoque son retour en grâce, et sa victoire, porté par le soutien renouvelé du public. Dans la description détaillée qu’il fournit du comportement de la foule, Polybe évoque l’excitation générale, les cris d’encouragements, les sarcasmes, les acclamations et applaudissements, et plus généralement les manifestations de sympathie à son favori, mais aussi les sarcasmes adressés à son adversaire.

  • 9 Anthologie grecque XI 316. Sur l’identification du lutteur moqué à Milon de Crotone : Roubineau 201 (...)
  • 10 Sur ce type de victoire, voir notamment : Jüthner 1942 ; Robert L. 1966 ; Appel 1992 ; Wachter 1995 (...)
  • 11 Anthologie grecque XI 316 (trad. modifiée de Robert L. 1968, p. 254).

8Les moqueries adressées aux athlètes semblent chose commune, ainsi que l’atteste l’épigramme de Lucillius évoquant un dialogue, sans doute imaginaire, entre le champion de lutte Milon de Crotone et la foule assistant à l’un de ses combats9. Milon est arrivé en finale d’un concours sacré, et se retrouve sans adversaire et placé en position de remporter une victoire akoniti10. Alors qu’il est sur le point de recevoir sa couronne, une chute accidentelle engendre un dialogue avec les spectateurs11 :

εἰς ἱερόν ποτ’ ἀγῶνα Μίλων µόνος ἦλθ’ ὁ παλαιστής · τὸν δ’ εὐθὺς στεφανοῦν ἀθλοθέτης ἐκάλει. Προσβαίνων δ’ ὤλισθεν ἐπ’ ἰσχίον · οἱ δ’ ἐβόησαν τοῦτον µὴ στεφανοῦν, εἰ µόνος ὢν ἔπεσεν. Ἀνστὰς δ’ ἐν µέσσοις ἀντέκραγεν · « Οὐχὶ τρί’ ἐστίν · ἓν κεῖµαι · λοιπὸν τἄλλα µέ τις βαλέτω ».

Un jour lors de certain concours sacré, Milon le lutteur fut seul à s’avancer. Lathlothète l’invitait sur le champ à recevoir la couronne. Mais, en s’avançant Milon trébucha et tomba sur la hanche. Et des gens de crier qu’on ne pouvait le couronner puisque, même sans adversaire, il était allé au sol ! Se redressant au milieu (du stade) il riposta en criant : « Cela ne fait pas trois (chutes) ; je n’ai été à terre qu’une seule fois. Que quelqu’un vienne me renverser les autres fois ! »

  • 12 Je reprends ici, sous une forme abrégée, des éléments développés dans Roubineau à paraître.
  • 13 Les épigrammes satiriques et les histoires drôles jouent fréquemment sur ce ressort du défaut de co (...)
  • 14 Et on pourra opposer aux moqueries subies par Milon consécutivement à sa chute, les applaudissement (...)
  • 15 Philogelos 153 (trad. A. Zucker).

9L ’épigramme joue sur une série de ressorts comiques, qui constituent autant d’instantanés du spectacle sportif et des dynamiques qui le traversent12. Je les énumère brièvement. Le premier ressort comique est celui du défaut de compétence élémentaire : Milon fait rire à ses dépens pour avoir chuté seul, et avoir manqué, ce faisant, de la première compétence motrice attendue de tout lutteur, à savoir la stabilité13. Le deuxième est celui de la volatilité de la popularité et de l’ingratitude des spectateurs : les spectateurs sont prompts à dénigrer un athlète qu’ils portaient jusqu’alors aux nues, dès lors qu’il manifeste une faiblesse14. Le troisième est celui de l’orgueil blessé de l’athlète. On retrouve ce même ressort dans une histoire drôle du Philogelos : durant un combat de lutte, un lutteur chute très rapidement, et « se roule dans tous les sens et se couvre entièrement de boue avant de se relever, tout fier », déterminé à faire croire qu’il a résisté longtemps avant de succomber15. Le quatrième est celui de l’objection procédurale : le fait, pour le public, de contester la victoire de celui qui a trébuché, résulte d’une connaissance des règles de la lutte, en vertu desquelles tout lutteur doit avoir fait chuter trois fois son adversaire pour l’emporter. Le paradoxe de la situation – et l’effet comique qui en résulte – tient ici au fait que, alors que la supériorité même de Milon a engendré l’abandon avant la compétition de ses adversaires potentiels, l’absence de ces derniers devient le point de départ d’une contestation de sa victoire. Le cinquième et dernier ressort comique est celui du courage éphémère de la foule : l’épigramme s’achève par une invective de Milon, invitant chacun à venir tenter sa chance, et renvoyant le public à sa peur d’affronter le champion. C’est donc des travers des spectateurs que Lucillius se moque, tout autant que de ceux du champion, et c’est des errements de la relation liant les athlètes au public qu’il tire le comique de son épigramme.

  • 16 Forichon 2012 ; Forichon 2015.
  • 17 Dion de Pruse, Discours aux Alexandrins 82-84. Désormais, à consulter dans l’édition de Kasprzyk, V (...)
  • 18 Vendries 2015, p. 112.
  • 19 Vendries 2015, p. 125.
  • 20 Violence des spectateurs alexandrins confirmée par Philostrate (Vie d’Apollonios V 26).
  • 21 Xénophon, Anabase IV 8, 28 (trad. P. Masqueray, CUF   ).

10En contexte hippique, la logique de supporting est également bien présente, en dépit du fracas sonore entourant les courses de chevaux et de chars attelés, qui devait considérablement compliquer les efforts des spectateurs et réduire l’efficacité de leurs encouragements. Le dossier documentaire pour le monde romain est abondant et a été analysé par S. Forichon16. Dans le monde grec, le soutien apporté aux concurrents des courses hippiques est décrit en détail par Dion de Pruse dans son Discours aux Alexandrins17. Mais l’exploitabilité de ce document pour l’histoire des concours dans le monde grec fait débat. De fait, Dion, s’il est admiratif de la ville d’Alexandrie et de ses monuments, est, en revanche, consterné par le comportement des Alexandrins18. Et sa description de leur attitude durant les concours hippiques et musicaux vise à révéler la vraie nature du peuple cosmopolite d’Alexandrie, « public incontrôlable pour une cité ingouvernable »19. En cela, le comportement des spectateurs alexandrins, tel que décrit par Dion, ne peut être considéré comme exemplaire des usages en vigueur dans les stades et hippodromes du monde grec. Les manifestations de ferveur des spectateurs alexandrins assistant à des concours hippiques sont, en effet, extrêmes, qu’il s’agisse de mimer le comportement de l’aurige (81), de jeter sa tunique pendant la course (89), ou de se livrer à des rixes sur les gradins (89), violences qui débordent parfois du cadre du spectacle pour se poursuivre dans les rues20. Reste que, au-delà des excès dénoncés avec véhémence par Dion, certains traits comportementaux du public alexandrin relèvent d’usages plus largement partagés, qu’il s’agisse de cris, d’agitation, de rires ou de plaisanteries. Ainsi, Xénophon décrit, dans l’Anabase, le comportement des spectateurs à l’occasion d’une course de chevaux, dans des termes qui ne sont pas sans rappeler ceux de Dion21 :

ἔθεον δὲ καὶ ἵπποι, καὶ ἔδει αὐτοὺς κατὰ τοῦ πρανοῦς ἐλάσαντας ἐν τῇ θαλάττῃ ἀποστρέψαντας πάλιν πρὸς τὸν βωµὸν ἄγειν. Καὶ κάτω µὲν οἱ πολλοὶ ἐκυλινδοῦντο· ἄνω δὲ πρὸς τὸ ἰσχυρῶς ὄρθιον µόγις βάδην ἐπορεύοντο οἱ ἵπποι· ἔνθα πολλὴ κραυγὴ καὶ γέλως καὶ παρακέλευσις ἐγίγνετο.

Il y eut aussi des courses de chevaux : il fallait lancer les bêtes sur la pente, les faire tourner dans la mer et les ramener vers l’autel. À la descente, la plupart roulaient sur eux-mêmes, et pour remonter l’escarpement qui était raide, les chevaux mettaient péniblement un pied devant l’autre. Alors de toutes parts c’étaient des cris, des rires, des encouragements.

  • 22 Musée archéologique national d’Athènes, inv. A 15499 (ABV 39.16). Sur la signature de Sophilos, La  (...)

11Le dossier textuel peut être complété ici d’un dossier iconographique. Plusieurs scènes sur vase montrent des spectateurs de courses hippiques. Sur le fragment d’un dinos à figures noires de Sophilos22, daté des années 580-570 av. J.-C., des spectateurs, massés sur des gradins, encouragent énergiquement les participants d’une course de chars (fig. 1). Les légendes invitent à considérer qu’il s’agit d’une figuration des concours funèbres organisés par Achille en l’honneur de Patrocle. Quatre chevaux sont visibles à gauche de l’image, lancés dans une course effrénée. Trois des personnages ont le bras levé en direction des attelages.

Fig. 1 — Détail du fragment de dinos à figures noires de Sophilos. Pharsale, ca 580-570 av. J.-C.

Fig. 1 — Détail du fragment de dinos à figures noires de Sophilos. Pharsale, ca 580-570 av. J.-C.

Musée archéologique national d’Athènes, inv. A 15499 ; dessin J.-M. Roubineau.

  • 23 Museo Archeologico Nazionale di Firenze, 3773 (ABV 95.8).

12De même, sur la face B de l’amphore (fragmentaire) du Peintre de Castellani23 (fig. 2), une organisation similaire est observable avec, à droite de l’image, un groupe de spectateurs installé sur des gradins et, face à eux, les concurrents d’une course hippique. De part et d’autre des gradins, le peintre a représenté un chaudron tripode, prix destiné au vainqueur, et une colonne, qui symbolise probablement la ligne d’arrivée, et souligne donc l’intensité du moment figuré. Quatre des sept spectateurs sont représentés en train d’encourager, par des mouvements de bras, les concurrents.

Fig. 2 — Détail de la face B de l’amphore du Peintre de Castellani. Tarquinia, ca 560 av. J.‑C.

Fig. 2 — Détail de la face B de l’amphore du Peintre de Castellani. Tarquinia, ca 560 av. J.‑C.

Museo archeologico nazionale di Firenze, 3773 ; dessin J.-M. Roubineau.

  • 24 Le fragment de Florence 3773 est habituellement rapproché du fragment de Berlin 1711 sur lequel fig (...)
  • 25 Antikensammlung Staatliche Museen zu Berlin, inv. F 1655 (le vase a été perdu durant la seconde gue (...)
  • 26 Sur ces légendes, Wachter 2001, p. 75-77.
  • 27 Pausanias, V 17, 9 (trad. J. Pouilloux, CUF   ).

13Sur la face A du même vase, est peinte une scène de départ d’Amphiaraos24. On retrouve la même association d’une scène de départ d’Amphiaraos et d’un concours hippique sur le registre de décoration inférieur du cratère à colonnes dit d’Amphiaraos (Caere, ca 560 av. J.-C.)25. Mais il s’agit, cette fois-ci, du concours donné en l’honneur de Pélias. À droite de l’image, six chars sont engagés dans la course, conduits par six personnages légendés – de droite à gauche, Hipasos, Amphiareos, Alastor, Admato, Kastor, Euphamos26. À gauche de l’image, faisant face aux attelages, trois personnages masculins légendés – de droite à gauche, Pheres, Argeos, Akstos –, sont assis sur des sièges ouvragés (à dossier, accoudoir et pieds en forme de patte de lion). Ils regardent la course et agitent leurs mains. La confrontation de l’image à la description, par Pausanias, de la même scène, représentée sur le coffre de Kypsélos, invite à y voir des spectateurs, et à interpréter leurs gestes comme des encouragements nourris27 :

Μετὰ δὲ τοῦ Ἀµφιαράου τὴν οἰκίαν ἔστιν ἀγὼν ὁ ἐπὶ Πελίᾳ καὶ οἱ θεώµενοι τοὺς ἀγωνιστάς. Πεποίηται δὲ Ἡρακλῆς ἐν θρόνῳ καθήµενος καὶ ὄπισθεν γυνὴ αὐτοῦ · ταύτης <τῆς> γυναικὸς ἐπίγραµµα µὲν ἄπεστιν ἥτις ἐστί, Φρυγίοις δὲ αὐλεῖ καὶ οὐχ Ἑλληνικοῖς αὐλοῖς. Ἡνιοχοῦντες δὲ συνωρίδα Πῖσός ἐστιν ὁ Περιήρους καὶ Ἀστερίων Κοµήτου, πλεῦσαι καὶ οὗτος λεγόµενος ἐπὶ τῆς Ἀργοῦς, καὶ Πολυδεύκης τε καὶ Ἄδµητος, ἐπὶ δὲ αὐτοῖς Εὔφηµος, Ποσειδῶνός τε ὢν κατὰ τὸν τῶν ποιητῶν λόγον καὶ Ἰάσονι ἐς Κόλχους τοῦ πλοῦ µετεσχηκώς · οὗτος δὲ καὶ τῇ συνωρίδι ὁ νικῶν ἐστιν.

Après la maison d’Amphiaraos, il y a le concours en l’honneur de Pélias, avec le public qui regarde les concurrents. Héraclès est représenté assis sur un trône avec une femme derrière lui. Linscription qui donne le nom de la femme manque, mais celle-ci joue de l’aulos phrygien et non grec. Les conducteurs du char à deux chevaux sont Pisos, le fils de Périérès, et Astériôn, le fils de Cométès ; on dit que celui-ci aussi navigua sur Argô, ainsi que Pollux et Admète, et en outre Euphémos, qui était, au dire des poètes, fils de Poséidon et qui participa avec Jason à la traversée en Colchide. C’est lui le vainqueur à la course des biges.

  • 28 CVA Cabinet des médailles 2, no 243, pl. 88-89.

14C’est, de nouveau, une gestuelle comparable que l’on peut observer sur une amphore pseudo-panathénaïque sur laquelle sont représentés des spectateurs – cette fois-ci à gauche de la scène – assistant à un exercice de voltige28.

  • 29 On retrouve une représentation comparable, en termes de gestuelle, des spectateurs d’un concours su (...)
  • 30 Sur la chronologie des concours sacrés : Gardiner E. N. 1930, p. 31-37 ; Miller 1978 ; Brodersen 19 (...)

15Les quatre scènes sur vase citées ci-dessus datent des années 580-560, alors même qu’aucune autre représentation du même type n’a été retrouvée sur les vases des époques postérieures29. Une telle concentration pourrait être due au hasard de la transmission documentaire ou à une mode iconographique. Mais il est également possible qu’elle manifeste l’émergence, durant le premier tiers du vie s. av. J.-C., du sport-spectacle. C’est, en effet, à la même époque que sont fondés ou refondés les concours pythiques (586), isthmiques (580) et néméens (573), qui viennent s’ajouter aux concours olympiques préexistants30.

  • 31 SEG LV 1473 = Adak, Tüner Önen, Şahin 2005, p. 8, no 5. Z. Papakonstantinou aborde l’inscription pr (...)

16La seconde forme de pouvoir dont disposent les spectateurs, dans les concours athlétiques, est l’influence sur les décisions des juges, quand ces derniers sont conduits à trancher un affrontement dans lequel la désignation du vainqueur ne va pas d’évidence. Une inscription lacunaire de Phasélis offre ainsi un éclairage original sur les conditions possibles d’interaction entre les juges et les spectateurs31. L ’inscription a été retrouvée sur une des bases statuaires célébrant les vainqueurs d’un concours (thémis) créé par un dénommé Eucratidas. Datable, sur critères paléographiques, du iiie s. apr. J.-C., elle honore un lutteur anonyme qui semble avoir partagé la victoire avec son adversaire, au terme d’un combat de lutte sans doute très disputé. Je reproduis le texte de l’inscription et les propositions de restitutions faites par N. Tüner Önen et S. Şahin, ses éditeurs :

17On peut traduire l’inscription restituée comme suit :

Ayant été couronné(s) ensemble, ayant vaincu, sous l’effet des acclamations de la foule, l’épreuve de lutte des hommes dans la thémis, qu’Eukratidas fils et petit-fils d’Akritos, Phasélite, a laissé.

  • 32 Pausanias, VI 3, 7.
  • 33 Crowther 1997, p. 156.
  • 34 Crowther 1997, p. 150-151. Sur les conditions d’établissement du vainqueur d’une épreuve de course (...)
  • 35 Plutarque évoque, dans son Nigrinos, un épisode survenu lors des Panathénées, épisode qui, s’il ne (...)
  • 36 IG IV 203. Sur cette inscription : Broneer 1939. L ’hypothèse d’un rôle protecteur de ces oikoi a é (...)

18Tout se passe comme si, alors qu’aucun des deux lutteurs n’était parvenu à prendre l’ascendant sur son adversaire, les juges avaient conclu à une victoire partagée, plutôt qu’à une victoire offerte aux dieux, à la suite des manifestations enthousiastes de la foule. De fait, la décision des juges est parfois difficile à rendre, et leurs avis divergents : Pausanias évoque ainsi le cas de la course olympique de stade de 396 av. J.-C. lors de laquelle, parmi les trois juges placés sur la ligne d’arrivée, deux donnent la victoire à Eupolémos d’Élis, et un à Léon d’Ambracie32. De telles situations étaient sans doute banales, eu égard aux conditions matérielles des courses gymniques et hippiques, qui conjuguaient à la vitesse de déplacement des concurrents la mauvaise visibilité engendrée par la poussière soulevée par ces derniers. La configuration matérielle des courses constituait un contexte favorable à des interventions de la foule. Le public, depuis les gradins, était susceptible de disposer d’une vision globale meilleure que celle des juges33. Cependant, aucun document n’évoque des manifestations d’opposition à une décision impopulaire des hellanodices à Olympie, par exemple34. En revanche, l’influence des spectateurs sur les magistrats encadrant un concours est attestée35. La pression exercée sur les juges est, d’ailleurs, susceptible de surgir avant même le début de la compétition, au moment de la procédure de sélection (krisis) des athlètes. Une inscription d’Isthmia, datée, sur critères paléographiques, du iie s. apr. J.-C., fournit le détail de la reconstruction du gymnase du sanctuaire, détruit par un tremblement de terre. Parmi les pièces du nouveau bâtiment, certaines sont réservées à ce processus de sélection, et dont l’un des objectifs probables était de tenir les juges à l’écart des entourages des concurrents potentiels36.

  • 37 Bastianini, Gallazzi 2001 ; Austin, Bastianini 2002, no 78.

19C’est un même processus d’intervention de la foule qui est observable dans un concours hippique évoqué par Poséidippos dans l’une de ses épigrammes37. Celle-ci porte sur la difficile victoire de Callicratès de Samos, navarque de Ptolémée II, dans une course de quadrige tenue lors des Pythia de 274 ou 270 av. J.-C. Je reproduis le texte et la traduction qu’en propose J. Bingen :

  • 38 On a pu proposer de corriger βραχέες en βραβέες : Janko 2005 ; Gärtner 2006 ; de même, dans ce volu (...)

ἐν Δελφοῖς ἡ πῶλος ὅτ’ ἀντιθέουσα τεθρίπποις
ἄξον<ι> Θεσσαλικῶι κοῦφα συνεξέπεσε
νεύµατι νικήσασα, πολὺς τότε θροῦς ἐλατήρων
ἦν ἀµφικτύοσιν, Φοῖβ{ε}, ἐν ἀγωνοθέταις·
ῥάβδους δὲ βραχέες38 χαµάδις βάλον, ὡς διὰ κλήρου
νίκης ἡνιόχων οἰσοµένων στέφανον·
ἥδε δὲ δεξιόσειρα χαµαὶ νεύσα[σ’ ἀ]κεραίων
ἐ[κ σ]τηθέων αὐτὴ ῥάβδον ἐφειλκύσα[το,
ἡ δεινὴ θήλεια µετ’ ἄρσεσιν· αἱ δ’ ἐβόησ[αν
φθέγµατ[ι] πανδήµωι σύµµιγα µυριάδ[ες
κε[ιν]ηι κηρῦξαι στέφανον µέγαν· ἐν θορ[ύβωι δέ]
Καλ[λικ]ράτης δάφνη<ν> ἤρατ’ ἀνὴρ Σάµιο[ς,
Θεοῖσι δ’ Ἀδ[ε]λφε{ι}οῖς εἰκὼ ἐναργέα τῶν τότ’ [ἀγώνω]ν
ἅρ[µα καὶ ἡνί]οχον χάλκεον ὧδ’ ἔθετο.

  • 39 Traduction de Bingen 2002.

À Delphes, alors qu’elle concourait aux quadriges et était arrivée, à un rien près, ex-aequo avec un char thessalien, sa pouliche avait emporté la victoire d’un mouvement de la tête. Longue palabre, ô Phoibos, des auriges auprès des amphictyons agonothètes. Trop peu de ceux-ci jetèrent à terre leur bâton pour que ce fût par tirage au sort que les cochers emportent la couronne de la victoire. Mais, elle, qui tirait à l’extérieur droit, avec son tempérament tout d’une pièce, baissa la tête au sol, puis attira à elle un bâton, elle, la terrible femelle au milieu de mâles. Ensemble et d’une voix unanime, des milliers de gens crièrent de proclamer la grande couronne en sa faveur. Dans le tumulte, Callicratès, l’homme de Samos, se vit accorder le laurier et a dédié ici aux Dieux Adelphes l’image si évocatrice des joutes d’alors, un char et l’aurige de bronze39.

  • 40 Pour un aperçu de cette effusion historiographique, voir Guichard Romero 2004, p. 77, n. 2.

20L ’épigramme a donné lieu à de nombreux commentaires durant les années ayant suivi sa publication40. La bonne compréhension du troisième distique a été débattue. On suivra ici la lecture dudit distique formulée par J. Bingen qui, réexaminant le rôle de βραχέες dans la phrase, s’éloigne de l’interprétation proposée par les éditeurs du papyrus.

  • 41 Bingen 2002, p. 188-189.

Ainsi les arbitres qui ont conclu au dead-heat sont trop peu nombreux pour qu’on puisse passer au tirage au sort. Poussés par la clameur populaire, les autres Amphictyons n’ont plus hésité lorsque l’astucieuse pouliche, brandissant un des bâtons, a suggéré le geste par lequel la majorité a validé la victoire que, sur le terrain, elle avait forcée du bout du museau. Quelle que soit la construction qu’on préfère, le résultat est le même : il existait aux concours pythiques, une procédure qui départageait le dead-heat par tirage au sort, au moins pour les épreuves de l’hippodrome. Ceci nous oblige à nuancer l’opinion commune que, dans les concours sacrés, le match nul avait pour conséquence que la victoire était déclarée ἱερά ou la couronne ἱερός41.

21L ’épigramme manifeste surtout que, en vertu d’un processus très proche de celui révélé par l’inscription d’Eucratidas, la foule assistant à la course a pesé sur la décision des juges, par les cris de soutiens adressés à la pouliche.

Le lien spectateurs-compétiteurs

  • 42 Lämmer 1987, p. 19.
  • 43 Quelques exemples dans Robert L. 1966, notamment p. 109 et n. 3.

22De nombreux éléments peuvent intervenir dans le choix, par un spectateur, de soutenir tel ou tel des concurrents. M. Lämmer a pu souligner que chaque spectateur s’identifie à l’un ou l’autre des concurrents, en vertu de ressorts variables, « because of family connections, out of tribal or civic patriotism, or simply because of personal liking »42. De fait, une série de facteurs interviennent dans ce processus d’identification et de projection du spectateur sur l’athlète. L ’appartenance à une même famille en est un. L ’appartenance à une même communauté en est un autre. Les éloges figurant dans l’épigraphie agonistique fournissent en la matière des informations utiles, quoiqu’indirectes, sur les liens qui peuvent se tisser entre l’athlète et le public. Ainsi, un athlète peut se prévaloir d’être le premier de sa cité à avoir remporté telle ou telle compétition, ou encore le premier de sa région – e.g. l’Ionie – ou d’une certaine zone géographique – e.g. l’Asie43. À cette logique d’appartenances et d’identités emboîtées, du côté de l’athlète, correspond très probablement une logique de fidélités emboîtées, du côté des spectateurs : on peut ainsi supposer qu’un Milésien soutiendra prioritairement un athlète ou un attelage milésien s’il est opposé à un non-Milésien, prioritairement un athlète issu d’une cité ionienne, s’il est opposé à un non-Ionien, et prioritairement un athlète issu d’une cité d’Asie, s’il est confronté à un ressortissant des îles ou de la Grèce balkanique ou péloponnésienne.

  • 44 Pour une analyse de ces dignités secondaires, Roubineau 2016b, notamment p. 21-23.
  • 45 Philogelos 144 (coureur paresseux), 153 (athlète inexpérimenté), 210, 217, 218 (boxeurs peureux).
  • 46 Athènes, musée du Céramique, inv. no P 1054. Une autre stèle funéraire athénienne, de la fin du ve  (...)
  • 47 Athènes, Musée archéologique national, inv. no X 6439.
  • 48 Rome, Musée national romain, inv. no 1055.

23À cette logique d’affiliation, s’ajoute l’attachement que certains spectateurs peuvent nouer à l’égard d’un athlète auquel ils reconnaissent un palmarès ou des qualités exceptionnelles. Les athlètes réunissant un important nombre de victoires doivent réunir les suffrages du public. Mais la victoire ne fait pas tout. Peuvent aussi être appréciés ceux qui, indifféremment de leur palmarès, sont connus pour leur abnégation, leur intrépidité, leur résistance à la douleur. Si la dignité de l’athlète – et la popularité qui en résulte – a pour siège premier ses victoires, des formes de dignités secondaires existent, auxquelles le public n’était pas insensible44. Les sources comiques documentent, de nouveau de manière indirecte, ce phénomène. Les histoires drôles relatives aux athlètes se moquent successivement de l’athlète inexpérimenté (ἀπάλαιστος), du boxeur peureux (δειλός) ou encore du coureur paresseux (ἀργός), manière de dire que l’expérience, le courage ou le sens de l’effort constituent des qualités attendues des athlètes, et donc susceptibles d’être valorisées par ceux qui assistent aux compétitions45. De même, l’iconographie funéraire et la statuaire manifestent combien les blessures endurées par les athlètes lourds ont dû, dans ce cadre, constituer un mode d’expression de la valeur sportive. Un fragment de stèle funéraire athénienne du milieu du vie s. av. J.-C. figure le visage de l’athlète défunt de profil, son poignet muni de lanières de boxe, l’oreille large et épaisse, sous l’effet des coups et frottements subis durant les affrontements, le nez cassé46. Le même constat peut être fait dans la statuaire. Une tête de bronze retrouvée à Olympie, reste probable de la statue du boxeur Satyros d’Élis, et datée des années 330-320 av. J.-C., présente un nez cassé47. De même, la statue de bronze du pugiliste des Thermes offre un visage au nez cassé, et dont le front, les pommettes, l’arête nasale ou les oreilles sont traversées de plaies profondes48.

  • 49 Pociello 2005, p. 114-115 et plus généralement p. 114-118. Voir également Pociello 1998, p. 149-164 (...)

24Mais, les identités – qu’elles soient civiques ou extra-civiques – et les mérites propres des athlètes ne constituent pas les seuls ressorts du soutien accordé par les spectateurs à l’un ou l’autre des protagonistes de la compétition à laquelle ils assistent. En effet, le spectacle sportif obéit à une dramaturgie propre, qui s’inscrit dans un système sémiotique autonome. Chr. Pociello, dans son essai sur Les cultures sportives, propose de nommer effet Carpentier – du nom du boxeur français Georges Carpentier – « cet effet de théâtralisation sportive qui s’impose à tous, dès lors que sont mis en lice deux adversaires dont les traits physiques et stylistiques sont en tout point dissemblables (morphologie et esthétiques, postures et mobilités, styles de jeu et conceptions tactiques...) »49.

  • 50 Polybe, Histoire XXVII 9, 3-6 (trad. D. Roussel, Gallimard).

25En vertu de cet effet, le public d’un spectacle sportif va particulièrement apprécier un affrontement dans lequel le déséquilibre de notoriété, de taille, ou de force, en un mot l’écart perceptible entre les concurrents, qu’il soit réel ou supposé, est maximal. Un tel processus psychologique peut conduire à soutenir, envers et contre toute logique patriotique, un athlète étranger à sa cité au détriment de l’un de ses compatriotes. Un tel renversement avait déjà été observé et théorisé par Polybe, à l’occasion de sa description du combat entre Cleitomachos et Aristonicos50 :

Καὶ γὰρ <ἐν> ἐκείνοις ὅταν πρὸς ἐπιφανὴ καὶ ἀήττητον ἀθλητὴν εἶναι δοκοῦντα συγκαταστῇ ταπεινὸς καὶ πολὺ καταδεέστερος ἀνταγωνιστής, εὐθέως ἀποµερίζει τὰ πλήθη τὴν εὔνοιαν τῷ καταδεεστέρῳ καὶ θαρρεῖν παρακαλεῖ καὶ συνεξανίσταται τούτῳ ταῖς ὁρµαῖς· ἐὰν δὲ καὶ ψαύσῃ τοῦ προσώπου καὶ ποιήσῃ τι σηµεῖον τῆς πληγῆς, παραυτίκα πάλιν ἁπάντων ἀγὼν µικρὸς γίνεται· ποτὲ δὲ καὶ χλευάζειν ἐγχειροῦσι τὸν ἕτερον, οὐ µισοῦντες οὐδὲ καταγινώσκοντες, ἀλλὰ παραδόξως τε συµπαθεῖς γινόµενοι καὶ τῷ καταδεεστέρῳ φύσει προσµερίζοντες τὴν ἑαυτῶν εὔνοιαν· οὓς ἐὰν ἐπιστήσῃ τις ἐν καιρῷ, ταχέως µετατίθενται καὶ παρὰ πόδας ἐπιλαµβάνονται τῆς ἑαυτῶν ἀγνοίας.

Lorsqu’on oppose à un pugiliste célèbre et jamais vaincu un adversaire obscur et bien inférieur à lui, la foule se déclare immédiatement pour le plus faible ; elle lui crie des encouragements et le soutient de tout son cœur. Quand il lui arrive de toucher son adversaire au visage et qu’il le force à accuser le coup, l’excitation est générale. On va même jusqu’à lancer des sarcasmes à l’autre, non par hostilité à son égard ou parce qu’on lui reproche quelque chose, mais par l’effet de cette sympathie étrange qui pousse les gens à prendre instinctivement le parti du plus faible. Pourtant, lorsque, dans un tel instant, on adresse des remontrances aux spectateurs, ceux-ci changent bien vite d’attitude et reviennent à la raison.

  • 51 E.g. Jordan 2002. Sur les défixions agonistiques : Tremel 2004.
  • 52 Platon, Apologie de Socrate 36d-e (trad. M. Croiset, CUF   ). On le sait, une certaine hostilité po (...)

26C’est ce qui a lieu durant le combat entre Cleitomachos, Grec de Grèce, et champion à la réputation immense, et Aristonicos, Grec d’Alexandrie, inconnu du public et sans palmarès. On pourrait s’attendre à ce qu’il en aille différemment dans les concours hippiques, en vertu du système propre de circulation de la valeur qui y règne. On le sait, alors que, à la lutte ou à la course de stade, l’athlète vainqueur d’une compétition est pensé comme le principal acteur de la victoire, dans les courses hippiques, trois acteurs viennent combiner leurs efforts : le propriétaire du cheval ou de l’attelage, le cavalier ou l’aurige, et le ou les chevaux. Ce caractère combiné se manifeste particulièrement dans les tablettes de défixion agonistiques relatives aux courses hippiques, dans lesquelles les chevaux peuvent être visés au même titre que les conducteurs de char51. Dans les agônes hippikoi, le propriétaire de l’attelage vainqueur, s’il gagne du prestige, ne fait pas véritablement la preuve de sa valeur. Un passage de l’Apologie de Socrate de Platon le rappelle sans ambiguïté. Le contexte est celui du procès de Socrate. Ce dernier, face à ses juges, réclame en guise de peine la sitésis au Prytanée, arguant qu’il la mérite bien plus qu’un vainqueur aux épreuves hippiques olympiques : πολύ γε µᾶλλον ἢ εἴ τις ὑµῶν ἵππῳ ἢ συνωρίδι ἢ ζεύγει νενίκηκεν Ὁλυµπίασιν (« Oui, cela lui siérait bien mieux qu’à tel d’entre vous qui a été vainqueur à Olympie avec un cheval de course ou un attelage à deux ou un quadrige »)52.

  • 53 Crowther 1994.
  • 54 Xénophon, Le commandant de la cavalerie VIII 5-6 (trad. modifiée de E. Delebecque, CUF   ).

27De fait, il est rare que les propriétaires d’un attelage pilotent eux-mêmes leur propre char, ce qu’on a pu être tenté d’expliquer par les risques élevés encourus par les cavaliers et auriges53. Mais les cavaliers et auriges eux-mêmes, bien qu’ils soient plus directement impliqués dans la performance que leurs commanditaires, sont pensés comme moins méritants que les athlètes, dans la mesure où leur entraînement est moins exigeant que celui de ces derniers. Dans son traité sur Le commandant de cavalerie, Xénophon en fait le constat explicite54 :

Εἰ δέ τις νοµίζοι πολλὰ ἔχειν ἂν πράγµατα, εἰ οὕτω δεήσει ἀσκεῖν τὴν ἱππικήν, ἐνθυµηθήτω ὅτι οἱ εἰς τοὺς γυµνικοὺς ἀγῶνας ἀσκοῦντες πολὺ πλείω πράγµατα καὶ χαλεπώτερα ἔχουσιν ἢ οἱ τὴν ἱππικὴν τὰ µάλιστα µελετῶντες. Καὶ γὰρ τῶν µὲν γυµνικῶν ἀσκηµάτων τὰ πολλά σὺν ἱδρῶτι ἐκπονοῦνται, τῆς δὲ ἱππικῆς τὰ πλεῖστα µεθ’ ἡδονῆς.

Si quelqu’un estime qu’il risque d’avoir des tourments sans nombre s’il lui faut s’exercer de la sorte à la pratique du cheval, qu’il se dise que ceux qui s’exercent en vue des concours gymniques ont des tourments bien plus nombreux et plus graves que ceux qui s’entraînent le plus à l’équitation. En effet, avec la plupart des exercices gymniques, il faut de la sueur pour y être rompu, pour ceux de l’équitation le plaisir généralement suffit.

  • 55 Pausanias, VI 13, 9.

28L ’acteur principal des courses hippiques semble donc être le cheval ou les chevaux, au point que la possibilité d’une victoire d’un cheval ayant désarçonné son cavalier existe, ainsi que l’atteste Pausanias, dans le récit qu’il donne de la victoire du Corinthien Pheidolas, désarçonné au début de la course par sa jument Aura55. Tout se passe comme si la valeur était distribuée en cascade, du cheval au propriétaire en passant par le cavalier/aurige.

  • 56 Guichard Romero 2004, p. 79 et n. 12 et 13.
  • 57 Guichard Romero 2004, p. 79.
  • 58 Dierauer 1977, p. 47, 145-146, 163, 266 et 271 ; Guichard Romero 2004, p. 79 et n. 15.
  • 59 Austin, Bastianini 2002, no 75 et p. 87.

29L ’effet Carpentier, observé dans le cadre du combat entre Cleitomachos et Aristonicos, est également observable dans les concours hippiques. L ’épigramme de Poséidippos en fournit une des rares illustrations explicites. En effet, le ressort du choix de la foule, tel qu’explicité par Poséidippos, est le suivant : c’est parce qu’une jument de l’attelage de Callicratès – remarquée pour son tempérament durant la course –, attire à elle, après la course, le bâton jeté par l’un des juges, qu’elle fait gagner son attelage. L ’animal s’est singularisé par son attitude en course ainsi que par son geste d’après-course. Mais cette singularité d’attitude est redoublée par une singularité de genre : il s’agit, en effet, d’un cheval femelle, ἡ δεινὴ θήλεια µετ’ ἄρσεσιν, « la terrible femelle au milieu des mâles », selon l’expression imagée de Poséidippos. C’est donc bien au titre de ses différences, de genre, d’énergie, et sous l’effet de son geste anthropomorphique, que la jument de Callicratès reçoit le soutien de la foule. Dans une analyse convaincante de l’expression δεινὴ θήλεια, L. A. Guichard Romero propose de la rapprocher de celle de δεινὸς ἀνήρ56. La couleur épique initiale de cette dernière expression viendrait renforcer le contraste voulu par le poète : « Posidippus does not only reverse the gender to emphasize the courage and force of Callicrates’ mare and force, but –through µετ’ ἄρσεσιν– he also compares it with the lack of both virtues in her male rivals »57. De fait, les juments se voyaient reconnaître de nombreuses qualités en contexte de compétition, au point de pouvoir être considérées comme supérieures aux mâles58. Et, dans ses épigrammes, Poséidippos lui-même leur prête, à plusieurs reprises, un rôle de premier plan59.

30Plus généralement, la tension de genre constitue, dans l’épigramme relative à la victoire de Callicratès, un ressort efficace de dramatisation des enjeux. C’est un même ressort, décliné sous une autre forme, que l’on peut observer dans l’Iliade, quand Antilochos exhorte ses chevaux à ne pas se laisser distancer par l’attelage guidé par Ménélas :

  • 60 Homère, Iliade XXIII 403-409 (trad. P. Mazon et al., CUF   ). Passage que L. A. Guichard Romero rap (...)

En avant ! vous aussi, allongez au plus vite. Je ne vous demande pas de lutter contre ceux de là-bas, contre les étalons du preux fils de Tydée, à qui Athéné vient d’octroyer la vitesse, en même temps qu’elle donnait la gloire à leur conducteur. Mais rejoignez les chevaux de l’Atride, ne restez pas en arrière. Vite ! que la honte ne soit pas déversée sur vous par Éthé – une femelle (µὴ σφῶιν ἐλεγχείην καταχεύῃ Αἴθη θῆλυς ἐοῦσα) ! Pourquoi vous laisser distancer mes braves ?    60

  • 61 Scholia vetera in Pindari Carmina II, Pyth. XII, inscr. (Teubner). Merci à Sylvain Perrot pour m’av (...)

31L ’effet Carpentier constitue ainsi un ressort de l’adhésion de la foule commun aux concours gymniques et hippiques. Il peut également être observé dans les concours musicaux. Les circonstances de la victoire de Midas d’Akragas lors des concours pythiques de 490 av. J.-C. en constituent un cas exemplaire. Une scholie à Pindare évoque ainsi comment, alors que son anche s’était brisée en plein concours pythique, et qu’il avait poursuivi, malgré tout, sa performance et produit un son atypique, sans être disqualifié, Midas y a gagné la faveur de la foule et la victoire61 :

ἱστοροῦσι δέ τι ἴδιον σύµπτωµα συµβεβηκέναι περὶ τὸν αὐλητὴν τοῦτον· ἀγωνιζοµένου γὰρ αὐτοῦ ἀνακλασθείσης τῆς γλωσσίδος ἀκουσίως καὶ προσκολληθείσης τῷ οὐρανίσκῳ, µόνοις τοῖς καλάµοις τρόπῳ σύριγγος αὐλῆσαι, τοὺς δὲ θεατὰς ξενισθέντας τῷ ἤχῳ τερφθῆναι, καὶ οὕτω νικῆσαι αὐτόν.

On raconte qu’il est arrivé un accident particulier au sujet de cet aulète. En effet, tandis qu’il concourait, comme son anche s’était brisée bien malgré lui et qu’elle s’était collée à son palais, il joua de son aulos seulement avec les tuyaux, à la manière d’une syrinx, et les spectateurs, dépaysés par le son, y trouvèrent leur plaisir et c’est ainsi qu’il l’emporta.

32En leur qualité de spectacles, les concours athlétiques et hippiques fournissent au public qui y assiste des plaisirs très différents, parmi lesquels le goût de la vitesse, le frisson engendré par les dangers encourus, ou encore le plaisir esthétique de la contemplation des corps, qu’ils soient humains ou animaux, se marient dans des proportions variables. Mais, en dépit de l’hétérogénéité des disciplines qui y sont célébrées, agônes gymnikoi et hippikoi sont reliés par de nombreux points communs. Interactions des spectateurs et des concurrents, pression sur les juges, processus d’identification aux compétiteurs, à leurs montures ou à leurs attelages, constituent autant de point de convergence qui doivent conduire à rapprocher l’étude des différents types de compétition. À leur manière, les exploits de l’athlète Cleitomachos, à Olympie, et ceux de la jument Aura, à Delphes, témoignent combien concours gymniques et hippiques – mais aussi musicaux – procèdent d’une conception et d’une pratique unifiées du spectacle, et contribuent à la construction d’une véritable culture agonistique commune.

Notes

1 Guttmann 1986.

2 Guttmann 1986, p. 14-18.

3 Papalas 1986, p. 6-7 ; Kyle 1987a ; Vendries 2015.

4 E.g. Lämmer 1987 ; Papakonstantinou 2015.

5 García Romero 2006, p. 140.

6 Pour un relevé systématique des textes anciens sur le spectacle sportif, consulter la base de données Spectatores. Quellen zum zuschauer im altertum. URL : http://www-gewi.uni-graz.at/spectatores/, consulté le 16 octobre 2018.

7 Sur Cleitomachos, on pourra consulter : Moretti L. 1957, no 584 ; Golden 2004, s.v. « Clitomachus », p. 42 ; Decker 2014, s.v. « Kleitomachos von Theben », p. 105-106.

8 Polybe, Histoire IX 7-13.

9 Anthologie grecque XI 316. Sur l’identification du lutteur moqué à Milon de Crotone : Roubineau 2016a, p. 216-218 et n. 2 (p. 311).

10 Sur ce type de victoire, voir notamment : Jüthner 1942 ; Robert L. 1966 ; Appel 1992 ; Wachter 1995 ; Crowther 2001.

11 Anthologie grecque XI 316 (trad. modifiée de Robert L. 1968, p. 254).

12 Je reprends ici, sous une forme abrégée, des éléments développés dans Roubineau à paraître.

13 Les épigrammes satiriques et les histoires drôles jouent fréquemment sur ce ressort du défaut de compétence élémentaire, et peuvent se moquer successivement d’un professeur ignorant (Anthologie grecque XI 152), d’un orateur silencieux (Anthologie grecque XI 149 et 151), d’un coureur immobile (Philogelos 144 [éd. Zucker]) ou encore d’un boxeur peureux (Philogelos 172, 208, 210, 217, 219 [éd. Zucker]).

14 Et on pourra opposer aux moqueries subies par Milon consécutivement à sa chute, les applaudissements récoltés à l’occasion de l’exploit supposé du transport du taureau à travers le stade d’Olympie (Lucien, Charon 8).

15 Philogelos 153 (trad. A. Zucker).

16 Forichon 2012 ; Forichon 2015.

17 Dion de Pruse, Discours aux Alexandrins 82-84. Désormais, à consulter dans l’édition de Kasprzyk, Vendries 2012. Le chapitre 1 est consacré à l’analyse de la description, par Dion, du public alexandrin (p. 81-114).

18 Vendries 2015, p. 112.

19 Vendries 2015, p. 125.

20 Violence des spectateurs alexandrins confirmée par Philostrate (Vie d’Apollonios V 26).

21 Xénophon, Anabase IV 8, 28 (trad. P. Masqueray, CUF   ).

22 Musée archéologique national d’Athènes, inv. A 15499 (ABV 39.16). Sur la signature de Sophilos, La Genière 1995.

23 Museo Archeologico Nazionale di Firenze, 3773 (ABV 95.8).

24 Le fragment de Florence 3773 est habituellement rapproché du fragment de Berlin 1711 sur lequel figure le départ d’Amphiaraos. Voir ABV 95.8 ; Kluiver 2003, p. 163, no 180.

25 Antikensammlung Staatliche Museen zu Berlin, inv. F 1655 (le vase a été perdu durant la seconde guerre mondiale. Ne sont conservés par le musée que quatre négatifs photographiques).

26 Sur ces légendes, Wachter 2001, p. 75-77.

27 Pausanias, V 17, 9 (trad. J. Pouilloux, CUF   ).

28 CVA Cabinet des médailles 2, no 243, pl. 88-89.

29 On retrouve une représentation comparable, en termes de gestuelle, des spectateurs d’un concours sur l’une des fresques de la tombe des Biges, tombe étrusque du ve s. av. J.-C., de la nécropole de Monterozzi. Sur le registre supérieur, des groupes de spectateurs, placés dans deux cartouches rectangulaires, à droite et à gauche de l’image, assistent à divers concours athlétiques. Certains d’entre eux sont figurés les bras levés, en signe d’encouragement des athlètes. Sur cette fresque, on pourra notamment consulter : Heurgon 1961 ; Benassai 2001a ; Benassai 2001b ; Thuillier 2001.

30 Sur la chronologie des concours sacrés : Gardiner E. N. 1930, p. 31-37 ; Miller 1978 ; Brodersen 1990 ; Gebhard 2002 ; Romano 2014.

31 SEG LV 1473 = Adak, Tüner Önen, Şahin 2005, p. 8, no 5. Z. Papakonstantinou aborde l’inscription principalement sous l’angle de la relation spectateurs-athlètes mais, pour autant qu’on suive la proposition de restitution des éditeurs, l’inscription est surtout utile à la connaissance de la relation spectateurs-juges (Papakonstantinou 2015).

32 Pausanias, VI 3, 7.

33 Crowther 1997, p. 156.

34 Crowther 1997, p. 150-151. Sur les conditions d’établissement du vainqueur d’une épreuve de course à pied voir Crowther 1999, notamment p. 140-141.

35 Plutarque évoque, dans son Nigrinos, un épisode survenu lors des Panathénées, épisode qui, s’il ne porte pas sur un résultat sportif, manifeste l’existence d’interactions entre spectateurs et magistrats : à la suite de l’arrestation d’un spectateur, coupable d’avoir porté un manteau de couleur, l’agonothète renonce à le sanctionner, consécutivement à l’intervention des témoins de la scène, qui plaident en faveur du démuni, contraint de s’habiller ainsi faute de disposer d’autre vêtement dans son vestiaire (Nigrinos 14).

36 IG IV 203. Sur cette inscription : Broneer 1939. L ’hypothèse d’un rôle protecteur de ces oikoi a été formulée par Jordan, Spawforth 1982, p. 67-68.

37 Bastianini, Gallazzi 2001 ; Austin, Bastianini 2002, no 78.

38 On a pu proposer de corriger βραχέες en βραβέες : Janko 2005 ; Gärtner 2006 ; de même, dans ce volume, Chr. Mann. Mais le papyrus fait figurer, sans ambiguïté, le terme βραχέες, et la phrase est intelligible avec ledit terme, ainsi que l’a bien montré J. Bingen (Bingen 2002). Corriger Poséidippos semble, dès lors, aventureux, indifféremment des éventuels bénéfices – grammaticaux, poétiques ou techniques – d’une telle correction.

39 Traduction de Bingen 2002.

40 Pour un aperçu de cette effusion historiographique, voir Guichard Romero 2004, p. 77, n. 2.

41 Bingen 2002, p. 188-189.

42 Lämmer 1987, p. 19.

43 Quelques exemples dans Robert L. 1966, notamment p. 109 et n. 3.

44 Pour une analyse de ces dignités secondaires, Roubineau 2016b, notamment p. 21-23.

45 Philogelos 144 (coureur paresseux), 153 (athlète inexpérimenté), 210, 217, 218 (boxeurs peureux).

46 Athènes, musée du Céramique, inv. no P 1054. Une autre stèle funéraire athénienne, de la fin du ve s. av. J.-C., montre un sportif lourd en position de garde, de profil, muni d’un nez cassé (Athènes, Musée archéologique national, inv. no 2004).

47 Athènes, Musée archéologique national, inv. no X 6439.

48 Rome, Musée national romain, inv. no 1055.

49 Pociello 2005, p. 114-115 et plus généralement p. 114-118. Voir également Pociello 1998, p. 149-164.

50 Polybe, Histoire XXVII 9, 3-6 (trad. D. Roussel, Gallimard).

51 E.g. Jordan 2002. Sur les défixions agonistiques : Tremel 2004.

52 Platon, Apologie de Socrate 36d-e (trad. M. Croiset, CUF   ). On le sait, une certaine hostilité pouvait exister à l’égard des propriétaires de chevaux. L ’ostrakon relatif à Mégaclès, le traitant d’« éleveur de chevaux » (hippotrophos), en constitue une des manifestations les plus connues. Sur les ostraka accompagnés d’insultes ou de remarques vindicatives, voir Brenne 1994.

53 Crowther 1994.

54 Xénophon, Le commandant de la cavalerie VIII 5-6 (trad. modifiée de E. Delebecque, CUF   ).

55 Pausanias, VI 13, 9.

56 Guichard Romero 2004, p. 79 et n. 12 et 13.

57 Guichard Romero 2004, p. 79.

58 Dierauer 1977, p. 47, 145-146, 163, 266 et 271 ; Guichard Romero 2004, p. 79 et n. 15.

59 Austin, Bastianini 2002, no 75 et p. 87.

60 Homère, Iliade XXIII 403-409 (trad. P. Mazon et al., CUF   ). Passage que L. A. Guichard Romero rapproche de : Iliade XXIII 524-525 et XXIII 375-378.

61 Scholia vetera in Pindari Carmina II, Pyth. XII, inscr. (Teubner). Merci à Sylvain Perrot pour m’avoir signalé cette scholie et transmis la traduction qu’il en propose, dans sa thèse (Perrot à paraître).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Détail du fragment de dinos à figures noires de Sophilos. Pharsale, ca 580-570 av. J.-C.
Crédits Musée archéologique national d’Athènes, inv. A 15499 ; dessin J.-M. Roubineau.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6592/img-1.png
Fichier image/png, 108k
Titre Fig. 2 — Détail de la face B de l’amphore du Peintre de Castellani. Tarquinia, ca 560 av. J.‑C.
Crédits Museo archeologico nazionale di Firenze, 3773 ; dessin J.-M. Roubineau.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6592/img-2.png
Fichier image/png, 147k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6592/img-3.png
Fichier image/png, 96k

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search