Version classiqueVersion mobile

Les hippodromes et les concours hippiques dans la grèce antique

 | 
Jean-Charles Moretti
, 
Panos Valavanis

Les épreuves hippiques et les chevaux

Les odes hippiques de Pindare

Nadine Le Meur

Résumé

Les odes de Pindare consacrées à des victoires hippiques représentent plus du tiers des épinicies conservées de ce poète. Si elles contiennent un vocabulaire riche et varié en lien avec chevaux et chars, elles ne procurent que très peu d’informations sur le déroulement des épreuves équestres. Les rares détails qu’elles fournissent doivent être interprétés avec précaution, à la lumière des codes génériques de l’épinicie : la fonction principale de ces chants consiste en effet à célébrer les vainqueurs, qui sont aussi les commanditaires des odes et appartiennent à un milieu social restreint, riche et puissant.
Bien que le vainqueur officiel soit rarement la personne qui a physiquement participé à l’épreuve, il est surprenant de constater que les odes hippiques ne présentent pas de spécificité particulière par rapport aux autres épinicies. Aurige et jockey y sont rarement mentionnés, mais ce silence ne doit pas s’expliquer comme une exclusion délibérée, liée à une crainte des puissants de perdre une part de leur prestige. Les conventions poétiques de l’épinicie, qui ne fait aucun cas des circonstances de la victoire, justifient parfaitement cette singularité.

Texte intégral

  • 1 Voir Irigoin 1952, p. 38 et n. 5 et 6.

1La répartition des œuvres de Pindare en recueils a été réalisée par leurs éditeurs alexandrins en fonction d’une donnée technique, celle de la longueur et de la capacité des rouleaux de papyrus (moins de 2 500 lignes) utilisés à la Bibliothèque d’Alexandrie. Ainsi, tandis que les épinicies de Simonide, probablement très nombreuses, ont été réparties en fonction de l’épreuve remportée1 (soit huit livres au moins) et que celles de Bacchylide, en nombre plus restreint, ont été rassemblées en un seul livre, c’est selon le lieu de la victoire que les épinicies de Pindare ont, elles, été distribuées dans les quatre livres que nous connaissons (Olympiques, Pythiques, Isthmiques et Néméennes). Aussi est-il plus courant de traiter les odes pindariques par recueil que par groupe d’épreuves, même si le critère de l’épreuve a commandé le classement interne des poèmes : chaque livre débutait par les odes commémorant les victoires hippiques, épreuves les plus prestigieuses des jeux. Le volume édité par P. Valavanis et J.‑Ch. Moretti sur les hippodromes et les concours hippiques dans la Grèce antique offre l’occasion originale de s’intéresser aux odes consacrées à ces victoires, en les appréhendant comme corpus. La réflexion que nous proposons dans les pages qui suivent s’articule en trois temps. Nous nous demanderons d’abord ce que les odes hippiques nous apprennent des concours eux-mêmes, sur le déroulement et la nature des épreuves, sur les vainqueurs et leur origine sociale et géographique, sur les auriges, les chevaux… Puis, nous examinerons les caractéristiques génériques de l’épinicie, avant de chercher à déterminer si les odes hippiques se distinguent des autres par des attributs spécifiques – les épreuves qu’elles célèbrent ayant au moins une particularité : les vainqueurs sont rarement les personnes qui ont physiquement pris part à l’épreuve.

Que nous apprennent les épinicies de Pindare sur les concours hippiques ?

  • 2 Les douze tours correspondent à douze allers-retours, comme l’attestent les scholies (schol. Olympi (...)
  • 3 Les textes de Pindare sont cités d’après l’édition de H. Maehler, Teubner, 1987. Les traductions so (...)

2Si elles fournissent peu de renseignements concrets, on y trouve, malgré tout, quelques informations, notamment sur le déroulement des épreuves. La Deuxième Olympique, commémorant la victoire de Théron à la course des quadriges à Olympie et rappelant les victoires de son frère, Xénocrate, à Pythô et à l’Isthme, précise ainsi que l’épreuve comportait douze tours de piste2 de l’hippodrome, dans ces trois concours (Olympiques II 48-51)3 :

Ὀλυµπίᾳ µὲν γὰρ αὐτός
γέρας ἔδεκτο, Πυθῶνι δ᾿ ὁµόκλαρον ἐς ἀδελφεόν
Ἰσθµοῖ τε κοιναὶ Χάριτες ἄνθεα τε-
 θρίππων δυωδεκαδρόµων
ἄγαγον·

  • 4 Il s’agit de victoires remportées par Xénocrate, frère de Théron (ou par les deux frères, voir scho (...)

Car, à Olympie, (Théron) a lui-même
obtenu le prix
; à Pythô et à l’Isthme, associant son frère à sa victoire,
les Charites leur ont apporté en commun les couronnes,
 qui récompensent les quadriges dans la course aux douze tours de piste
4.

  • 5 Nous reviendrons plus loin, infra p. 221/222, sur les vers 75-76 de la Sixième Olympique : τοῖς, οἷ (...)

3Cette information est confirmée pour Olympie par un passage de la Troisième Olympique qui évoque « la borne douze fois contournée / de la piste équestre » (δωδεκάγναµπτον […] τέρµα δρόµου / ἵππων, v. 33-34)5. La Cinquième Pythique apporte encore un témoignage concordant pour Delphes (v. 33) : ποδαρκέων δώδεκ᾿ ἂν δρόµων τέµενος, « dans le sanctuaire des douze tours de piste aux pieds agiles ». Cette particularité des douze tours de piste est soulignée par Pindare, par la création de deux hapax : δωδεκάγναµπτος et δυωδεκάδροµος.

4La durée totale des épreuves à Olympie est par ailleurs mentionnée dans la Cinquième Olympique (v. 6) : ἀέθλων τε πεµπαµέροις ἁµίλλαις, « durant les cinq jours des concours ». Et certains textes indiquent le nombre de chars participant à la course. C’est le cas d’un passage de la Cinquième Pythique (v. 49-51) :

. . . ἐν τεσσαράκοντα γάρ
πετόντεσσιν ἁνιόχοις ὅλον
δίφρον κοµίξαις ἀταρβεῖ φρενί,

car parmi quarante
cochers tombés, intact
tu as préservé ton char, d’un cœur intrépide, (Carrhôtos)

  • 6 Voir Wilamowitz-Möllendorff 1922, p. 382.
  • 7 Il est aussi possible, comme le suggère F. Canali De Rossi (Canali De Rossi 2011, p. 48 n. 153) à p (...)
  • 8 Ebert 1991a.
  • 9 Voir schol. Pythiques V 45 a (Drachmann II, p. 178) ; schol. Pythiques V 64 (Drachmann II, p. 180).
  • 10 Voir Liberman 2004, p. 132 : « Il est impossible que quarante chars concourent dans l’hippodrome et (...)

5Cette ode, qui contient l’une des rares mentions, dans le corpus pindarique, du nom d’un aurige (v. 26), entend clairement associer Carrhôtos à l’éloge destiné à Arcésilas, le vainqueur « officiel ». Le grand nombre de concurrents évoqué contribue à justifier la mention du cocher et son éloge appuyé (γάρ explique cet éloge), en mettant en valeur l’extraordinaire habilité, le courage et le sang-froid de Carrhôtos. Mais faut-il faire confiance à Pindare concernant ce genre de détails ? Le chiffre avancé, s’il est authentique, tient certainement de l’hyperbole, hyperbole destinée à mettre en valeur la prouesse du cocher. Car il est invraisemblable que quarante et un chars aient concouru ensemble sur une piste d’hippodrome, comme le notait déjà U. von Wilamowitz6 : un tel chiffre impliquerait la participation de cent soixante-quatre chevaux courant ensemble7 sur la piste de Delphes, et supposerait, pour la piste, une largeur considérable. La course de chars rapportée au chant 23 de l’Iliade mentionne cinq biges (v. 287-351), tandis que celle (imaginaire) relatée par Sophocle et censée se dérouler à Delphes, compte dix quadriges (Électre 698-708), ce qui semble déjà relever de l’exploit. C’est pourquoi le texte de la Pythique a fait l’objet d’une correction de J. Ebert8 (adoptée notamment par G. Liberman dans son édition des Pythiques), qui propose de lire τέτρασ’ ἁλόντα (« ton char pris dans les chars de quatre auriges tombés »), au lieu de τεσσαράκοντα. Cette conjecture très convaincante permet de retrouver un nombre acceptable de cinq chars concurrents. Le témoignage des scholies, qui confirme le chiffre de quarante9, montre que la corruption du texte est sans doute intervenue à date ancienne10.

  • 11 Selon N. J. Nicholson (Nicholson 2005, p. 88 et p. 238 n. 18), il s’agirait en outre de chars attel (...)
  • 12 Voir schol. Olympiques III 59 (Drachmann I, p. 122) : δωδεκάγναµπτον· δώδεκα γὰρ ἐν Ὀλυµπίᾳ τρέχει (...)
  • 13 Voir Hutchinson 2001, p. 408 ; Nicholson 2005, p. 88.

6On pourrait mettre ce texte en parallèle avec un autre, qui, lui aussi, donne une précision chiffrée, si rare et d’autant plus précieuse, semble-t-il : le vers 75 de la Sixième Olympique parle du δωδέκατον δρόµον « douzième tour de piste » qu’auraient accompli les mules d’Hagésias. Or, si nos sources ne nous apprennent pas combien de tours de piste comportait la course des mules, il est probable que la distance à parcourir par des mules ait été inférieure à celle demandée à des chevaux11. On sait ainsi que la course de chars attelés de chevaux adultes comprenait douze tours de piste, alors que celle qui faisait concourir des chars attelés de jeunes chevaux ne comprenait que huit tours de piste12. Loin d’être destinée à fournir des informations précises sur le déroulement de l’épreuve, l’expression assimile ainsi discrètement le char des mules d’Hagésias à un quadrige13, dans le but de rehausser son prestige.

  • 14 Olympiques II, III et peut-être IV (à moins qu’elle ne célèbre une victoire à la course des chars a (...)
  • 15 Olympiques I et Pythiques III (mentionne deux victoires anciennes de Phérénicos à Pythô en 482 et 4 (...)
  • 16 Olympiques V, VI et peut-être IV (voir supra n. 14).

7Concernant la nature des épreuves (course de quadriges, de chevaux montés, de mules), les odes de Pindare fournissent également très peu de précisions. On peut cependant relever deux faits remarquables. Tout d’abord, le grand nombre d’odes hippiques (dix-huit) fait qu’elles constituent plus du tiers du corpus d’épinicies pindariques conservées ; et parmi elles, les odes commémorant des victoires à la course de chars attelés de chevaux sont de loin les plus nombreuses (treize ou quatorze)14, tandis que seules deux odes sont consacrées à des victoires à la course de chevaux montés15 et deux (ou trois16) chars à la course de chars attelés de mules. Les épinicies célébrant les vainqueurs à la course de quadriges, l’épreuve la plus prestigieuse des jeux, sont donc très majoritaires dans le corpus pindarique.

8D’autre part, les odes se caractérisent par un vocabulaire très riche désignant chevaux, chars, jockeys et cochers, vocabulaire constitué d’un certain nombre d’hapax. On trouve ainsi une trentaine d’occurrences du mot ἵππος, ainsi que de très nombreux composés : ἱππευτάς, ἵππιος/ἵππειος, ἱππόδαµος, ἡ ἱπποδροµία, ἱπποδρόµιος, ἱππόκροτος, ἱππόµητις, ἱπποσόας/ἱπποσόος, ὁ ἱππότας, ἡ ἱπποτροφία, ἱπποτρόφος, ἱπποχάρµας, ἵππαιχµος, εὔιππος. Plusieurs noms propres sont en outre formés sur ἵππος : Ἱπποδάµεια, Ἱπποκλέας, Ἱπποκράτης, Ἱππολύτα… D’autres substantifs désignent encore la pouliche (ἡ πῶλος), la mule (ὁ ἡµίονος) ou le « cocher » (ὁ ἀνίοχος)…

9Le terme ἅρµα compte vingt occurrences, dont trois métaphoriques, désignant le char des Muses ou le chant (Olympiques I 110 ; Pythiques X 65 ; Isthmiques VIII 61). La partie du char où se tient le cocher (ὁ δίφρος) se prête elle aussi à la métaphore du char de la poésie (Olympiques IX 81 ; Isthmiques II 2). Ces deux termes donnent lieu à quelques composés : ὁ ἁρµατηλάτας, εὐάρµατος, χαλκάρµατος, ὁ διφρηλάτας, ἡ διφρηλασία. Le quadrige est encore désigné par les noms τέθριππον et τετραορία, ou par un terme signifiant « char », qualifié par l’adjectif τετράορος, ος, ον. Le char à quatre roues, attelé de mules est généralement appelé ἡ ἀπήνη et la course de chevaux montés ἡ µοναµπύκια, le terme κέλης ne se rencontrant pas dans les épinicies conservées. Enfin l’équipement du cheval est lui aussi bien représenté avec les termes τὰ µέτρα, ὁ χαλινός et son composé πεισιχάλινος, αἱ ἀνίαι, τὰ ἀνία, et le composé ποικιλάνιος.

10Ce remarquable foisonnement lexical ne va cependant pas de pair avec une abondance de détails concernant les concurrents, leurs chevaux ou les circonstances de la victoire, comme nous le verrons dans la deuxième partie de cette étude. Certaines odes vont même jusqu’à taire la nature précise de l’épreuve pour laquelle la victoire a été remportée ; c’est ainsi qu’on ignore si la Quatrième Olympique célèbre une victoire à la course des quadriges attelés de chevaux ou à la course de chars attelés de mules. La richesse du vocabulaire révèle en revanche le soin poétique et l’importance thématique que Pindare accorde au monde des courses équestres.

  • 17 Olympiques IX 23-4 : καὶ ἀγάνορος ἵππου / θᾶσσον καὶ ναὸς ὑποπτέρου, « plus rapide qu’un cheval fou (...)

11La dernière particularité notable concernant ce vocabulaire est son omniprésence dans les épinicies, y compris dans les odes qui ne célèbrent pas des victoires équestres. Cela peut s’expliquer par le fait que les prestigieuses courses hippiques servent régulièrement de support aux images de Pindare : comparaisons (pour la rapidité17) ou métaphores, notamment celle du char des Muses ou de la poésie, l’une des métaphores favorites de Pindare, peut-être parce qu’elle évoque le prestige. D’autres métaphores sont également dérivées du monde équestre, telle que celle qui désigne l’entraîneur du lutteur comme χειρῶν τε καὶ ἰσχύος ἀνίοχον, « le cocher des bras et de la force » (Néméennes VI 66), sans doute pour la même raison.

  • 18 Hagésias, lieutenant de Hiéron et syracusain, a, sans doute par prudence vis-à-vis de Hiéron, fait (...)
  • 19 Chromios, général de Hiéron et syracusain, a été couronné comme citoyen d’Etna, ce qui permettait à (...)

12Si les odes de Pindare ne fournissent que peu d’informations sur le déroulement des courses hippiques et leur nature précise, elles nous renseignent en revanche sur les vainqueurs de ces courses et leurs cités. Ceux-ci sont en nombre relativement limité : on compte un Athénien (Mégaclès), deux Thébains (Hérodote et Mélissos), un Cyrénéen (Arcésilas) et six Siciliens (pour treize odes) dont trois Syracusains (Hiéron, Hagésias18 et Chromios19), deux Agrigentins (Théron et Xénocrate) et un citoyen de Camarine (Psaumis).

  • 20 Pendant la période d’activité de Pindare, Polypeithes remporta la victoire en 484 et, entre 448 à 4 (...)
  • 21 Pausanias, VI (Élide) passim. Sur ces commémorations, voir Hodkinson 1999, p. 173-176 ; Hodkinson 2 (...)
  • 22 En revanche, il est possible que le fragment S166 d’Ibycus ait fait partie d’une épinicie célébrant (...)

13On peut s’étonner de ne pas trouver d’ode hippique pour des Thessaliens, pourtant réputés pour leur cavalerie et en l’honneur desquels Pindare a composé la Dixième Pythique qui célèbre la victoire d’Hippocléas au diaule. On a en revanche conservé deux odes (XIV et XVI) de Bacchylide commémorant des victoires équestres remportées par des Thessaliens, et le témoignage de Théocrite (Les Charites ou Hiéron 34-47) atteste que Simonide en avait lui aussi composé. Il est également surprenant que le corpus conservé ne contienne aucune épinicie célébrant les victoires hippiques des Spartiates, pourtant nombreuses notamment à Olympie20, alors que Pausanias atteste que ces victoires ont été régulièrement commémorées par des statues, en particulier sur le site d’Olympie21. Mais ce constat est à mettre en relation avec l’absence générale de toute ode victoriale pour des Spartiates dans les corpus conservés de Pindare et de Bacchylide22. On peut enfin constater l’absence d’ode hippique pour des Éginètes, qui peut s’expliquer par la rareté des élevages de chevaux dans les îles grecques, souvent pauvres et peu étendues.

  • 23 Chromios était un haut dignitaire de la cour de Hiéron, ami de Gélon, qui lui avait donné l’une de (...)
  • 24 Hérodote était fils d’Asôpodore (peut-être le commandant de la cavalerie thébaine à Platées, voir H (...)
  • 25 Mélissos appartenait à la famille des Cléonymides.
  • 26 Alcibiade aurait payé cinq ou huit talents pour un quadrige, soit trente mille ou quarante-huit mil (...)

14Outre l’origine géographique des vainqueurs, c’est aussi leur statut économique (et souvent politique) sur lequel nous renseignent les odes de Pindare. On trouve parmi eux un roi de Cyrène (Arcésilas IV), des tyrans de Sicile (Hiéron, Théron), leurs proches ou les hauts dignitaires de leur cour (Xénocrate, Chromios23, Hagésias), et des membres de grandes familles, comme Mégaclès d’Athènes (de la famille des Alcméonides) ou Hérodote24 et Mélissos25 de Thèbes. Cette particularité sociale s’explique par le coût démesuré de l’élevage de chevaux26.

15On remarque d’autre part que treize des dix-huit odes hippiques se trouvent dans les recueils des Olympiques et des Pythiques, qui célèbrent les jeux les plus prestigieux. Or les épreuves hippiques sont des épreuves essentiellement de prestige.

  • 27 Selon M. Bell (Bell M. 1995, p. 17-21), Isthmiques II 23-24, qui présente Nicomaque comme l’hôte de (...)
  • 28 Le texte ne nomme cependant pas Phintis à propos du char victorieux à Olympie, mais dans un context (...)
  • 29 Cf. Gentili et al. 1995, p. 184 ; Bell M. 1995, p. 16-17 et n. 95. Ce point est déjà débattu dans l (...)
  • 30 Schol. Pythiques V 33 (Drachmann II, p. 175).
  • 31 Schol. Pythiques V 34 (Drachmann II, p. 176).
  • 32 Voir Nicholson 2005, p. 43-51.

16Sur les auriges, les épinicies de Pindare ne nous livrent que très peu d’informations et ne mentionnent le nom que de quelques-uns d’entre eux : Carrhôtos (Pythiques V 26), l’aurige d’Arcésilas, dont Pindare donne aussi le patronyme (Ἀλεξιβιάδα, « fils d’Alexibios », Pythiques V 45) ; Nicomaque (Isthmiques II 22)27, le cocher de Xénocrate d’Agrigente, qui avait vraisemblablement conduit le char victorieux des Emménides aux Jeux Panathénaïques et Olympiques (en 476) ; et Phintis, le conducteur des mules d’Hagésias (Olympiques VI 22)28. La Sixième Pythique laisse par ailleurs penser que Thrasybule aurait dirigé le char de son père, Xénocrate, à Pythô en 49029. Il est sans doute rare que le conducteur du char soit un homme appartenant à l’élite sociale, comme c’est le cas de Carrhôtos (qui était, selon les scholies, soit le beau-père30, soit le beau-frère31 d’Arcésilas) – et de Thrasybule, s’il a réellement été l’aurige du char de son père ; ce statut social justifie peut-être la mention de Carrhôtos et la place que lui accorde le poète32. Il est encore plus rare que le vainqueur conduise son propre char. Hérodote de Thèbes constitue en cela une exception, relevée par Pindare (Isthmiques I 14-16) :

Ἀλλ᾿ ἐγὼ Ἡροδότῳ τεύ-
 χων τὸ µὲν ἅρµατι τεθρίππῳ γέρας,
ἁνία τ᾿ ἀλλοτρίαις οὐ χερσὶ νωµάσαντ᾿ ἐθέλω
ἢ Καστορείῳ ἢ Ἰολάοι᾿ ἐναρµόξαι νιν ὕµνῳ.

Mais, moi, en composant pour Hérodote
 l’honneur dû à son quadrige,
dont les rênes n’ont pas été guidées par d’autres mains que les siennes, je veux
l’associer à un hymne à Castor ou Iolaos.

17Enfin, les odes nous donnent également quelques indications sur les chevaux eux-mêmes. La Première Olympique cite ainsi le nom du cheval de Hiéron qui a remporté la victoire célébrée par l’ode, Phérénicos. Elle précise en outre qu’il n’avait pas besoin d’être éperonné, suggérant en quelque sorte que la bête avait gagné sans l’aide de son cavalier (Olympiques I 20-21) :

ὅτε παρ᾿ Ἀλφεῷ σύτο δέµας
ἀκέντητον ἐν δρόµοισι παρέχων,

quand il bondit au bord de l’Alphée,
lançant son corps dans la course, sans avoir besoin de l’éperon.

18La Troisième Pythique (v. 73-74) nomme aussi le même cheval : « les couronnes que remporta Phérénicos, en étant victorieux jadis à Cirrha » (στεφάνοις, / τοὺς ἀριστεύων Φερένικος ἕλεν Κίρρᾳ ποτέ).

19L ’accord au féminin de certains adjectifs indique par ailleurs que des juments étaient parfois (voire régulièrement) attelées aux chars (ἵππους… θοάς, « juments rapides », Pythiques IV 17 ; κείνας… πώλους, Pythiques II 8).

20Malgré ces quelques données, les odes hippiques de Pindare ne nous livrent donc que très peu d’informations précises sur le déroulement des épreuves, les concurrents et leurs chevaux. Cette constatation, qui peut sembler étonnante, tient en réalité au genre même de l’épinicie.

Les caractéristiques génériques de l’épinicie

  • 33 Bundy 1962.
  • 34 Iliade XXIII 262-652.

21L ’épinicie est un genre poétique chargé de conventions, comme l’a bien montré l’influent travail de E. Bundy33. Sa spécificité peut être illustrée par une comparaison avec le chant XXIII de l’Iliade qui met en scène les concours sportifs organisés par Achille lors des funérailles de Patrocle. Ce chant pourrait ainsi passer pour un texte parallèle aux épinicies. Mais les épreuves sportives donnent lieu à un récit très détaillé, développé sur plus de six cents vers, dont près de quatre cents consacrés à la course des chars34. Elles sont visiblement conçues comme une (autre) forme d’aristie des héros dont elles sont destinées à mettre en valeur les qualités athlétiques.

  • 35 Le père du vainqueur, qui est régulièrement mentionné, ne l’est pas toujours non plus (ex. Olympiqu (...)
  • 36 Voir schol. Pythiques II Inscriptio ; Most 1985, p. 61-65 ; Golden 2008, p. 12-13.

22L ’épinicie, au contraire, célèbre le succès du vainqueur tout en restant extrêmement discrète sur l’ensemble des conditions des épreuves et sur les circonstances de la victoire. Elle mentionne par exemple très rarement les adversaires du vainqueur et ne les nomme jamais. Le poète épinicique ne cherche pas à rendre compte de la victoire en en donnant une description technique. Il se contente de quelques notations ou images. Le récit sportif est tellement réduit qu’on hésite parfois sur la nature de l’épreuve que le vainqueur célébré a remportée (Quatrième Olympique) ou sur le lieu où se sont déroulés les jeux35 (c’est notamment le cas de la Deuxième Pythique, pour laquelle les scholies suggèrent Némée, Olympie, Delphes, Athènes, et les modernes proposent encore Thèbes et Syracuse36 !).

23Il arrive même (ce qui peut paraître encore plus paradoxal) que l’ode évoque le vainqueur et sa victoire de façon très rapide. On pourrait éventuellement comprendre que ce soit le cas pour des personnages peu connus : ainsi, le nom de Mégaclès d’Athènes, vainqueur à la course des chars à Pythô, n’apparaît pas avant le vers 17 de la Septième Pythique, alors que le début de l’ode est consacré à l’éloge de la cité d’Athènes. On le comprend moins quand il s’agit d’Hiéron, le riche et puissant tyran de Syracuse. C’est pourtant le cas dans la Première Pythique où le nom du tyran n’est mentionné qu’au vers 33 (sur 100) et sa victoire, évoquée sur trois vers de façon très allusive (v. 31-33) :

κλεινὸς οἰκιστὴρ ἐκύδανεν πόλιν
γείτονα, Πυθιάδος δ᾿ ἐν δρόµῳ κά-
 ρυξ ἀνέειπέ νιν ἀγγέλ-
 λων Ἱέρωνος ὑπὲρ καλλινίκου
ἅρµασι.

son illustre fondateur a glorifié la cité
voisine (d’Etna), car, sur la piste de la fête pythique, le
 héraut a proclamé son nom, en
 annonçant la belle victoire de Hiéron
à la course des chars
 !

24Le rejet du terme ἅρµασι sur l’épode met en valeur l’épreuve remportée. Le début de l’ode est, lui, occupé par un magnifique éloge de la musique et la grandiose description d’une éruption de l’Etna, qui font du chant un monument sublime.

  • 37 On trouve un écho de cette proclamation même dans les vers de Pindare, par exemple lorsqu’il évoque (...)
  • 38 Voir Le Meur 2015.

25Cette relative discrétion du laudandus dans les épinicies est en partie liée au fait que le poète ne chante jamais la gloire du seul vainqueur : celui-ci est toujours associé, dans le chant, à la communauté à laquelle il appartient, famille et cité. Le poète reproduit en cela la pratique agonistique, puisque la proclamation des vainqueurs aux concours athlétiques est dévolue à un héraut qui ne se contente pas de prononcer le nom des athlètes victorieux, mais mentionne également celui de leur père et celui de leur patrie37. Car le succès n’est pas uniquement personnel. En effet, la victoire de l’individu rejaillit pleinement sur sa communauté, famille et patrie, que l’athlète illustre, par son succès : en remportant la victoire, τὰν σὰν πόλιν αὔξων, Καµάρινα, Psaumis [a] grandi [s]a cité, Camarine (Olympiques V 4). D’autre part, la victoire est intimement liée à cette communauté, dans la mesure où c’est en partie grâce à elle qu’elle advient. Car le succès ne s’acquiert pas uniquement par l’éducation ; il dépend tout d’abord des dons naturels, innés, de la φυά (φυή)38, privilège des bonnes races. L ’idée sous-jacente est celle de la transmission héréditaire des ἀρεταί, une certaine idéologie sous-tend cette poésie. Cependant, le talent inné ne suffit pas à connaître le succès. Le poète insiste également sur la nécessité de l’effort (πόνος) et sur celle de l’assistance divine. Il convient donc au poète de louer cet ensemble, c’est-à-dire non seulement l’athlète, mais sa famille, sa cité, les dieux et également les jeux. Il veut ainsi ennoblir la victoire par le prestige de la fête solennelle où elle a été remportée et l’illustration de la cité de l’athlète. C’est dans l’un de ces éléments que prend sa source le mythe qui occupe généralement le centre du poème.

Les odes hippiques ont-elles des caractéristiques spécifiques ?

26Après avoir rappelé brièvement les codes et conventions génériques de l’épinicie, il convient de revenir aux odes hippiques pour tenter de déterminer leur éventuelle spécificité par rapport au reste du corpus. En ce qui concerne les circonstances de la victoire, ces poèmes, nous l’avons vu, ne livrent pas plus de détails que les autres. Les considérations morales et les valeurs célébrées n’y sont pas non plus différentes : on y retrouve la même piété, la même importance de la communauté, le même genre de gnomai. Les mythes qui y sont développés suivent par ailleurs la typologie habituelle. Ils peuvent être choisis en relation avec la famille de l’athlète, comme dans la Sixième Olympique dont le mythe chante la gloire des Iamides. Ils sont parfois liés à la cité de l’athlète : c’est le cas de la Première Pythique, où le mythe de Typhon est associé à l’Etna (la cité d’Etna a été fondée par Hiéron), ou de la Quatrième Pythique qui traite de la colonisation de Cyrène. Le mythe peut également illustrer le sanctuaire ou les jeux spécifiques où s’est déroulé le concours : c’est ce que fait le poète dans la Première Olympique qui évoque la légende de Pélops et la fondation des Jeux Olympiques. Le mythe peut encore entretenir un lien avec l’épreuve remportée, ou exceptionnellement, certaines de ses circonstances : ainsi la Première Isthmique, composée pour Hérodote de Thèbes qui a conduit son quadrige lui-même, rapporte les exploits athlétiques de Castor et Iolaos, célèbres conducteurs de chars. Il arrive enfin qu’il renvoie à une particularité de l’athlète lui-même, plus ou moins précisément : les exploits militaires de Chromios sont ainsi mis en parallèle, dans la Première Néméenne, avec les exploits héroïques d’Héraclès. Les odes hippiques ne se distinguent donc pas des autres dans leurs composantes. Elles ne semblent pas avoir de spécificité par rapport aux autres épinicies.

27Cette constatation est pourtant étonnante, car ces odes célèbrent des épreuves qui ont, elles, une spécificité, dans la mesure où le vainqueur célébré est rarement le jockey ou le cocher qui a participé à la course ! Cette particularité est due au statut social des concurrents et aux caractéristiques des épreuves, qui sont très dangereuses. Certaines formulations semblent pourtant ambiguës, comme celle qu’on trouve au début de la troisième antistrophe de la Deuxième Olympique (v. 48-51) :

Ὀλυµπίᾳ µὲν γὰρ αὐτός
γέρας ἔδεκτο, Πυθῶνι δ᾿ ὁµόκλαρον ἐς ἀδελφεόν
Ἰσθµοῖ τε κοιναὶ Χάριτες ἄνθεα τε-
 θρίππων δυωδεκαδρόµων
ἄγαγον·

Car, à Olympie, (Théron) a lui-même
obtenu le prix
 ; à Pythô et à l’Isthme, associant son frère à sa victoire,
les Charites leur ont apporté en commun les couronnes
 qui récompensent les quadriges dans la course aux douze tours de piste.

28En réalité, l’interprétation du vers 48 est éclairée par la suite de la phrase, αὐτός signifie ici « seul », par opposition à « avec son frère » : le poète ne cherche pas à prétendre que Théron conduisait son propre char.

  • 39 C’est ainsi qu’interprète le vers Golden 2008, p. 12-13.
  • 40 Voir Gentili et al. 1995, p. 368.

29D’autres textes semblent entretenir une réelle ambiguïté. Ainsi la Deuxième Pythique (v. 8) affirme que Hiéron « a, de ses douces mains, dompté ces pouliches aux rênes brodées » (κείνας ἀγαναῖσιν ἐν χερσὶ ποικιλανίους ἐδάµασσε πώλους). Ce vers fait-il référence à la course elle-même39 ou à l’entraînement des pouliches ? Il est plus vraisemblable qu’il marque l’intérêt personnel du tyran pour ses chevaux et les courses auxquels ils prennent part40.

  • 41 Sur ces victoires militaires, voir schol. Olympiques VI 30c (Drachmann I, p. 161).

30De la même façon, la Sixième Olympique faisant l’éloge d’Hagésias, évoque la victoire de son char à Olympie et met en valeur les succès remportés dans des circonstances dangereuses (v. 9-11) : ἀκίνδυνοι δ᾿ ἀρεταί / οὔτε παρ᾿ ἀνδράσιν οὔτ᾿ ἐν ναυσὶ κοίλαις / τίµιαι, « les succès remportés sans risques / ni parmi les hommes, ni sur les navires creux / n’ont de prix ». La formulation, dans son contexte, tend à faire penser qu’Hagésias a effectivement participé à la course, sur le char. Mais la précision οὔτε παρ᾿ ἀνδράσιν οὔτ᾿ ἐν ναυσὶ κοίλαις oriente plutôt l’interprétation vers les exploits militaires d’Hagésias41.

  • 42 Voir Duplouy 2007, p. 496.

31On peut certes se demander ce qui motive de telles ambiguïtés. Il semble peu plausible qu’elles soient le reflet d’une réalité. Sont-elles destinées à faire croire que le vainqueur a conduit son char lui-même ? Cela paraît encore moins vraisemblable, car l’exécution de l’ode est publique et tous les auditeurs sauraient qu’il y a mensonge, ce qui ne concourrait pas au prestige du laudandus. Il semble plutôt qu’il s’agisse de l’expression d’une pure convention destinée à exprimer l’intérêt que prend le propriétaire à ses chevaux. Cette pratique peut être mise en parallèle avec celle qui consiste, dans les épigrammes votives par exemple, à employer le verbe ποιεῖν au sens de « faire faire » et non simplement « faire »42.

  • 43 On peut également relever que Bacchylide, dans l’Ode 5 qui célèbre la même victoire que la Première (...)
  • 44 Voir supra n. 28.

32Nous avons d’autre part constaté que l’aurige du char est très rarement mentionné. Quant au jockey, il n’apparaît jamais dans les odes, alors que le nom du cheval de Hiéron, Phérénicos, revient à deux reprises dans le corpus pindarique43. Les chevaux semblent même parfois agir seuls. La Neuvième Néméenne parle ainsi des phiales d’argent « que jadis ses chevaux ont gagnées pour Chromios » (ἅς ποθ’ ἵπποι κτησάµεναι Χροµίῳ, Néméennes IX 52) et la Troisième Pythique (v. 73-74) évoque « les couronnes que remporta Phérénicos, en étant victorieux jadis à Cirrha » (στεφάνοις, / τοὺς ἀριστεύων Φερένικος ἕλεν Κίρρᾳ ποτέ). La précision ἀκέντητον « sans avoir besoin de l’éperon » (Olympiques I 21) accentue encore le sentiment que le cheval agit de sa propre initiative et n’a pas besoin de jockey. De même, après avoir mentionné le nom du conducteur des mules d’Hagésias dans un contexte métaphorique44, la Sixième Olympique évoque la victoire du char, comme si les mules l’avaient remportée seules (Olympiques VI 25-27) : στεφάνους ἐν Ὀλυµπίᾳ / ἐπεὶ δέξαντο, « puisqu’elles ont à Olympie remporté des couronnes ».

  • 45 Voir Nicholson 2003, p. 101-128 ; Nicholson 2005 ; Golden 2008, p. 12-16.

33Ces expressions peuvent certes surprendre. Elles ont parfois été interprétées comme un effacement délibéré45, qui s’expliquerait par une crainte de l’aristocratie de perdre son pouvoir et de voir ses valeurs bouleversées, ou encore comme une forme de gêne que ressentiraient les propriétaires victorieux à ne pas avoir réellement participé à la course. N. J. Nicholson parle ainsi à propos des épinicies d’une poétique de l’exclusion. Il ne nous semble pas que ces interprétations rendent justice à l’ode triomphale. L ’absence des jockeys et auriges s’explique bien plus vraisemblablement comme relevant de pures conventions. Chacun sait que le propriétaire des chevaux n’est pas celui qui conduit le char dans la course et personne ne s’attend à ce qu’il en aille autrement. Car il s’agit d’un fait de société parfaitement admis, d’une convention sociale, qui n’enlève rien au prestige du « vainqueur ». Il n’est pas tant question ici de sport que de prestige issu du sport. Les auriges ne sont, comme les palefreniers, que les instruments de la gloire de leur patron. Enfin, les conventions poétiques propres à l’épinicie (particulièrement à l’épinicie pindarique), qui excluent du poème toute description des circonstances de la victoire, expliquent très bien que ne soient pas mentionnés les cochers. Étant donné que la Première Pythique évoque le succès de Hiéron de façon aussi brève et allusive (trois vers sur cent), on ne peut pas s’étonner qu’elle ne mentionne pas son cocher ! Prendre ces textes comme la preuve d’une angoisse de l’aristocratie, qui craindrait, si le cocher était mentionné dans le poème, la perte de ses valeurs et de ses prérogatives, relève du contre-sens. On peut, pour s’en convaincre, évoquer le cas de la course mythique et paradigmatique que Pélops remporta contre Œnomaos ; cette course est rapportée sans aucun détail dans la Première Olympique, en une courte phrase (v. 88) : Ἕλεν δ᾿ Οἰνοµάου βίαν παρθένον τε σύνευνον·, « Il l’emporta sur le fort Œnomaos et remporta la vierge pour femme ». Pindare ne se donne même pas la peine de mentionner le fait que Pélops conduisait alors vraisemblablement son char lui-même, tandis que celui de son concurrent était aux mains du cocher Myrsilos. Car cela ne relève simplement pas de l’intérêt du poète ni de celui de son public. En revanche, Pindare développe et met en scène la prière de Pélops à Poséidon et le don de chevaux magiques que fait celui-ci au jeune homme. Il entend ainsi souligner le fait que le héros a pour lui la bienveillance du dieu (v. 86b-88) :

… τὸν µὲν ἀγάλλων θεός
ἔδωκεν δίφρον τε χρύσεον πτεροῖ-
 σίν τ᾿ ἀκάµαντας ἵππους.

Le dieu pour l’honorer
lui fit don d’un char d’or et de chevaux
 ailés infatigables.

  • 46 Un grand nombre de vases représentant des courses de quadriges font également figurer les cochers. (...)
  • 47 Voir Pausanias, VI 10, 6-8.
  • 48 Voir Pausanias, VI 12, 1-4.
  • 49 Voir Pausanias, VI 1, 6.
  • 50 Voir Rolley 1990, p. 294 ; Bell M. 1995, p. 13.
  • 51 Voir Thomas 1995, p. 116-117.

34Il peut être intéressant de faire une rapide comparaison avec la statuaire, autre art illustrant et perpétuant la gloire des vainqueurs46. Les groupes sculptés semblent plus fréquemment représenter les auriges que la poésie : outre les monuments érigés à Olympie pour Cléosthénès d’Épidamne (vainqueur en 516)47, pour Hiéron (vainqueur en 468)48 et, plus tard, pour Cynisca (victorieuse en 396 ou 392)49, on peut citer le célèbre aurige de Delphes en bronze et celui de Motya en marbre (tous deux datés des années 47050). Dans un contexte de concurrence entre les arts51, il est possible que l’épinicie ait eu à cœur d’affirmer sa supériorité en mettant davantage encore le vainqueur officiel en valeur. Pindare proclame ainsi, en tête de la Cinquième Néméenne, la suprématie absolue du chant sur les autres arts, en particulier la statuaire, pour commémorer dignement un exploit (v. 1-5) :

Οὐκ ἀνδριαντοποιός εἰµ᾿, ὥστ᾿ ἐλινύσοντα ἐργά-
 ζεσθαι ἀγάλµατ᾿ ἐπ᾿ αὐτᾶς βαθµίδος
ἑσταότ᾿· ἀλλ᾿ ἐπὶ πάσας
 ὁλκάδος ἔν τ᾿ ἀκάτῳ, γλυκεῖ᾿ ἀοιδά,
στεῖχ᾿ ἀπ᾿ Αἰγίνας διαγγέλλοισ᾿, ὅτι
Λάµπωνος υἱὸς Πυθέας εὐρυσθενής
νίκη Νεµείοις παγκρατίου στέφανον

Je ne suis pas sculpteur, pour faire des statues
 qui restent dressées sur leur base même,
immobiles
; au contraire, sur tout
 navire, dans chaque bateau, mon doux chant,
pars d’Égine et publie la nouvelle que
le fils de Lampon, le puissant Pythéas
a remporté à Némée la couronne au pancrace

Conclusion

35Pour conclure, nous pouvons affirmer que les odes hippiques de Pindare se situent au croisement de deux séries de conventions. Elles sont d’une part le reflet d’une pratique et d’une réalité sociale qui veut que le vainqueur célébré par le héraut soit le propriétaire des chevaux et non leur conducteur. Elles obéissent d’autre part à des conventions propres, relevant du genre poétique. Car l’épinicie est une forme d’enkômion. C’est une poésie de célébration, qui répond à un certain nombre d’exigences dont la principale est de chanter le vainqueur, qui est aussi le commanditaire du poème – car il s’agit de poèmes de commande. Si l’on tient compte de ces doubles conventions, il n’est plus surprenant que les odes mentionnent les cochers uniquement quand ils font partie de la famille ou de l’entourage proche du vainqueur. L ’épinicie entre dans une quête d’un prestige toujours plus grand, prestige qu’elle contribue à procurer et à publier. Il convient donc de faire preuve d’une grande prudence dans l’usage que l’on fait de ces textes, tant dans les détails qu’ils nous donnent que dans ceux qu’ils taisent.

Notes

1 Voir Irigoin 1952, p. 38 et n. 5 et 6.

2 Les douze tours correspondent à douze allers-retours, comme l’attestent les scholies (schol. Olympiques II 92a : δυωδεκαδρόµων: ὅτι δώδεκα δρόµους ἔτρεχον τὰ τέλεια ἅρµατα, τουτέστιν ιʹ καὶ βʹ καµπτῆρας, « aux douze parcours : parce que les chars attelés de chevaux adultes parcouraient douze tours de piste, c’est-à-dire tournaient 12 fois autour de la borne »; et 92b : τὸ γὰρ παλαιὸν οὐκ ἔκαµπτον οἱ ἵπποι ζʹ καµπτοὺς, ἀλλὰ δώδεκα, « autrefois, les chars ne tournaient pas 7 fois autour de la borne, mais douze » ; voir schol. Olympiques VI 124a qui glose δωδέκατον δρόµον par δωδεκάκυκλον δρόµον). Sur ce point, voir notamment Lee 1986, p. 170-173.

3 Les textes de Pindare sont cités d’après l’édition de H. Maehler, Teubner, 1987. Les traductions sont personnelles.

4 Il s’agit de victoires remportées par Xénocrate, frère de Théron (ou par les deux frères, voir schol. 87e), à Pythô en 490 (voir Pythiques VI) et à l’Isthme peut-être en 476 (voir Isthmiques II), et également chantées par Pindare.

5 Nous reviendrons plus loin, infra p. 221/222, sur les vers 75-76 de la Sixième Olympique : τοῖς, οἷς ποτε πρώτοις περὶ δωδέκατον δρόµον / ἐλαυνόντεσσιν, « ceux qui un jour conduisent les premiers leur char au douzième tour de piste ».

6 Voir Wilamowitz-Möllendorff 1922, p. 382.

7 Il est aussi possible, comme le suggère F. Canali De Rossi (Canali De Rossi 2011, p. 48 n. 153) à partir d’une indication de Pausanias concernant la course à pied (VI 13, 4), que les participants aient été répartis en sous-groupes et aient concouru par poules, avant que les vainqueurs de chaque poule ne s’affrontent pour déterminer l’unique vainqueur de l’épreuve. Mais nous n’avons pas de témoignage attestant une telle pratique pour la course des chars.

8 Ebert 1991a.

9 Voir schol. Pythiques V 45 a (Drachmann II, p. 178) ; schol. Pythiques V 64 (Drachmann II, p. 180).

10 Voir Liberman 2004, p. 132 : « Il est impossible que quarante chars concourent dans l’hippodrome et y tombent ensemble, et douteux que Pindare ait dit une telle chose. Le texte transmis est le seul qu’attestent les scholies ; faute pré-alexandrine donc ».

11 Selon N. J. Nicholson (Nicholson 2005, p. 88 et p. 238 n. 18), il s’agirait en outre de chars attelés non de quatre mais de deux mules.

12 Voir schol. Olympiques III 59 (Drachmann I, p. 122) : δωδεκάγναµπτον· δώδεκα γὰρ ἐν Ὀλυµπίᾳ τρέχει τὸ τέλειον ἅρµα, τὸ δὲ πωλικὸν ὀκτώ, « douze fois contournée : car, à Olympie, le char attelé de chevaux adultes parcourt douze tours de piste, le char attelé de jeunes chevaux, huit ».

13 Voir Hutchinson 2001, p. 408 ; Nicholson 2005, p. 88.

14 Olympiques II, III et peut-être IV (à moins qu’elle ne célèbre une victoire à la course des chars attelés de mules) ; Pythiques I, II, IV, V, VI, VII ; Néméennes I et IX ; Isthmiques I, II (rappelant d’anciennes victoires à la course des chars) et III. 

15 Olympiques I et Pythiques III (mentionne deux victoires anciennes de Phérénicos à Pythô en 482 et 478).

16 Olympiques V, VI et peut-être IV (voir supra n. 14).

17 Olympiques IX 23-4 : καὶ ἀγάνορος ἵππου / θᾶσσον καὶ ναὸς ὑποπτέρου, « plus rapide qu’un cheval fougueux ou qu’un vaisseau ailé » ; voir Pythiques IV 17 : ἵππους… θοάς…

18 Hagésias, lieutenant de Hiéron et syracusain, a, sans doute par prudence vis-à-vis de Hiéron, fait exécuter l’ode qui célébrait sa victoire olympique à Stymphale, d’où était originaire sa famille maternelle. À la fin de l’ode (v. 98-99), Pindare exprime le souhait que le cortège triomphal d’Hagésias soit accueilli avec bienveillance à Syracuse. Voir Morgan C. 2007, p. 223.

19 Chromios, général de Hiéron et syracusain, a été couronné comme citoyen d’Etna, ce qui permettait à la fois de faire allusion à son rôle de gouverneur de la cité et de rendre hommage à Hiéron en tant que fondateur d’Etna. Voir Morgan C. 2007, p. 223.

20 Pendant la période d’activité de Pindare, Polypeithes remporta la victoire en 484 et, entre 448 à 420, sept des huit courses de chars d’Olympie furent remportées par des Spartiates. Voir Hodkinson 2000, p. 303-333, notamment p. 308, table 12.

21 Pausanias, VI (Élide) passim. Sur ces commémorations, voir Hodkinson 1999, p. 173-176 ; Hodkinson 2000, p. 319-323, en particulier p. 320, table 13.

22 En revanche, il est possible que le fragment S166 d’Ibycus ait fait partie d’une épinicie célébrant la victoire d’un athlète spartiate à la course ou à la lutte (voir Wilkinson 2013, p. 96-97). Sur cette absence d’épinicie spartiate, voir notamment Golden 1998, p. 81 ; Hodkinson 1999, p. 170-173 ; Hodkinson 2000, p. 317-319 ; Hornblower 2004, p. 235-243 ; Morgan C. 2007, p. 215-216.

23 Chromios était un haut dignitaire de la cour de Hiéron, ami de Gélon, qui lui avait donné l’une de ses filles en mariage, et donc beau-frère de Hiéron (voir schol. Néméennes IX 95a, Drachmann III, p. 160).

24 Hérodote était fils d’Asôpodore (peut-être le commandant de la cavalerie thébaine à Platées, voir Hérodote, IX 69), qui possédait une grande fortune.

25 Mélissos appartenait à la famille des Cléonymides.

26 Alcibiade aurait payé cinq ou huit talents pour un quadrige, soit trente mille ou quarante-huit mille drachmes (sans compter le fourrage pour les chevaux, les écuries, le salaire du cocher, ni le matériel), alors que le grain nécessaire pour la nourriture d’une famille de six personnes pour un ou deux ans revenait à la même époque à cinq cents drachmes et que le salaire d’un ouvrier variait entre une drachme et une drachme et demie par jour. Voir Hodkinson 2000, p. 313-316 ; Golden 2004, p. 35. Voir également Golden 1997, p. 337-338.

27 Selon M. Bell (Bell M. 1995, p. 17-21), Isthmiques II 23-24, qui présente Nicomaque comme l’hôte des Spondophores, signifierait que le cocher devait appartenir au cercle aristocratique et il considère Nicomaque comme l’un des deux sujets possibles de l’aurige de Motya (avec Thrasybule). Nicholson 2005, p. 65-66, pense au contraire que Nicomaque était de statut social inférieur, parce que son patronyme n’est pas donné par Pindare, que les scholies ne disent rien de relations égalitaires entre Nicomaque et Xénocrate ou Théron, et enfin parce qu’il n’est pas mentionné dans Olympiques II et Olympiques III qui célèbrent la victoire de Théron à Olympie en 476, lors de laquelle Nicomaque avait vraisemblablement conduit le char (voir Isthmiques II 23-28). N. J. Nicholson (p. 65) fait par ailleurs remarquer que Isthmiques II indique que Nicomaque était l’aurige des victoires panathénaïque et olympique, mais ne mentionne pas le cocher ayant remporté la victoire isthmique. Les scholies précisent simplement que « Nicomaque, qui était Athénien, était conducteur de char à la fois pour Théron et pour Xénocrate » (ὁ γὰρ Νικόµαχος Ἀθηναῖος ὢν ἀµφοτέροις ἡνιόχει, Θήρωνι καὶ Ξενοκράτει, schol. Isthmiques II 28b [Drachmann III, p. 218]).

28 Le texte ne nomme cependant pas Phintis à propos du char victorieux à Olympie, mais dans un contexte métaphorique : ὦ Φίντις, ἀλλὰ ζεῦξον ἤ-/ δη µοι σθένος ἡµιόνων…, « Allons, Phintis, attelle pour moi maintenant tes fortes mules… » (Olympiques VI 22).

29 Cf. Gentili et al. 1995, p. 184 ; Bell M. 1995, p. 16-17 et n. 95. Ce point est déjà débattu dans les scholies anciennes (voir schol. Pythiques VI 15, Drachmann II, p. 196).

30 Schol. Pythiques V 33 (Drachmann II, p. 175).

31 Schol. Pythiques V 34 (Drachmann II, p. 176).

32 Voir Nicholson 2005, p. 43-51.

33 Bundy 1962.

34 Iliade XXIII 262-652.

35 Le père du vainqueur, qui est régulièrement mentionné, ne l’est pas toujours non plus (ex. Olympiques I, IV, IX ; Pythiques III, VII, XII ; Isthmiques II) ; il en va de même pour la discipline (ex. Olympiques XIV dont les scholies nous apprennent qu’elle célébrait une victoire à la course du stade). Les seuls éléments qui soient présents dans toutes les odes sont le nom du vainqueur et celui de sa cité, ce qui constitue une variation poétique sur l’annonce du héraut (qui indique le nom du vainqueur, sa cité et la discipline remportée).

36 Voir schol. Pythiques II Inscriptio ; Most 1985, p. 61-65 ; Golden 2008, p. 12-13.

37 On trouve un écho de cette proclamation même dans les vers de Pindare, par exemple lorsqu’il évoque la victoire remportée par Psaumis de Camarine à la course des chars attelés de mules (Olympiques V 8) : νικάσας […] ὃν πατέρ᾿ Ἄ-/κρων᾿ ἐκάρυξε καὶ τὰν νέοικον ἕδραν, « en remportant la victoire, […] il a fait proclamer par la voix du héraut le nom de son père, Acron, et celui de sa patrie récemment reconstruite ». Le verbe καρύσσω (ἐκάρυξε) est précisément le terme technique employé pour évoquer cette proclamation dans les épigrammes et les inscriptions. Voir Saïd, Trédé 1984, p. 161-170.

38 Voir Le Meur 2015.

39 C’est ainsi qu’interprète le vers Golden 2008, p. 12-13.

40 Voir Gentili et al. 1995, p. 368.

41 Sur ces victoires militaires, voir schol. Olympiques VI 30c (Drachmann I, p. 161).

42 Voir Duplouy 2007, p. 496.

43 On peut également relever que Bacchylide, dans l’Ode 5 qui célèbre la même victoire que la Première Olympique, nomme lui aussi Phérénicos (à deux reprises même : v. 37 et 184) ; il évoque le jockey (κυβερνήταν, v. 47), mais ce dernier reste anonyme. Sur ce point, voir notamment Nicholson 2005, p. 98-101 ; Golden 2008, p. 12.

44 Voir supra n. 28.

45 Voir Nicholson 2003, p. 101-128 ; Nicholson 2005 ; Golden 2008, p. 12-16.

46 Un grand nombre de vases représentant des courses de quadriges font également figurer les cochers. Voir notamment Nicholson 2005, p. 224, n. 16.

47 Voir Pausanias, VI 10, 6-8.

48 Voir Pausanias, VI 12, 1-4.

49 Voir Pausanias, VI 1, 6.

50 Voir Rolley 1990, p. 294 ; Bell M. 1995, p. 13.

51 Voir Thomas 1995, p. 116-117.

Auteur

Université Paris-Nanterre, UMR 7041 ArScAn

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search