Version classiqueVersion mobile

Les hippodromes et les concours hippiques dans la grèce antique

 | 
Jean-Charles Moretti
, 
Panos Valavanis

Les hippodromes d’Olympie et de Delphes

Recherches historiques et géomorphologiques sur la localisation de l’hippodrome de Delphes

Amélie Perrier et Antoine Chabrol

Résumé

L’emplacement exact de l’hippodrome de Delphes est depuis peu fortement débattu. Il est vrai que l’imprécision des sources littéraires, associée à des paysages qui ont fortement changé depuis plus de 2000 ans n’ont toujours pas permis sa localisation. Dans cet article, une double approche originale fondée sur l’étude approfondie de ces fragments littéraires et épigraphiques ainsi que sur une étude géomorphologique de terrain nous a permis de mettre en évidence une zone susceptible d’avoir accueilli les courses hippiques dans l’Antiquité. Située au bas du versant sud du sanctuaire et légèrement au-dessus de la plaine, sa surface plane au sol est d’environ 11 hectares. L’argument topographique ne suffisant pas pour proposer une hypothèse sérieuse, différents critères indispensables à l’établissement d’un hippodrome ont été ici discutés et confrontés aux dynamiques environnementales locales : dimensions de la piste, présence ou non d’eau à proximité, accessibilité et distance au sanctuaire et enfin possibilité d’aménager cet espace pour les spectateurs.

Texte intégral

  • 1 P. Valavanis a récemment proposé une hypothèse concernant la localisation de l’hippodrome. Il rappe (...)
  • 2 Sur ce premier stade, voir Pindare, Pythiques VIII 19-20 ; X 15-16 ; XI 11-12 ; XI 49-50. Aupert 19 (...)

1L ’emplacement exact de l’hippodrome de Delphes n’est pas encore assuré, mais nous connaissons son existence par les sources littéraires et épigraphiques1. Après la première guerre sacrée (590-582) s’y déroulaient les épreuves hippiques des Pythia et, dans un premier temps, les épreuves gymniques également, puisque le premier stade fut sans doute associé à l’hippodrome2 avant d’être installé vers 275 av. J.-C. au pied des Phédriades au nord-ouest du sanctuaire d’Apollon.

2L ’interprétation des sources littéraires, imprécises et fragmentaires, est d’autant plus délicate que les paysages évoqués, et souvent même à peine esquissés par une formule poétique, ont profondément changé. L ’analyse topographique et géomorphologique de la plaine et du versant de Delphes, associée à celle des sources historiques, nous a permis de cerner quel est le lieu qui paraît le plus apte à avoir accueilli les courses hippiques dans l’Antiquité.

Sources littéraires et épigraphiques

  • 3 Rousset 2002b, p. 227.
  • 4 Rousset 2002a, p. 187 ; Rousset 2002b, p. 227, n. 25.
  • 5 Rousset 1996, p. 45-49 ; Rousset 2002a, p. 165-177 (cartes fig. 5 et 6) ; Rousset 2002b, p. 216-228
  • 6 Rousset 2002a, p. 117-118 et 172-173.
  • 7 Rousset 2002a, p. 173.

3On sait que l’hippodrome était situé quelque part au pied du Parnasse3, plus précisément dans le domaine d’Apollon qui servait essentiellement au pacage des troupeaux sacrés4. Cette indication reste vague et sa valeur dépend aussi de notre connaissance des limites de ce domaine, qui ont évolué au cours du temps. D’après les travaux de D. Rousset, celui-ci ne peut être confondu avec la plaine formée par le Pleistos et l’Hylaitos5. Il s’étendait en partie seulement sur cette plaine, dans sa moitié est, en tout cas à l’époque romaine, et en partie sur le Kirphis. Si la limite entre le domaine sacré et le territoire d’Amphissa ne peut être déterminée précisément, les sources littéraires et les bornes découvertes indiquent bien que la terre sacrée comprenait une partie montagneuse et une partie de la plaine, mais que la partie ouest de cette plaine appartenait à Myania et à Amphissa6. Les inscriptions précisent que l’hippodrome était situé sur la terre sacrée qui, jusqu’à l’époque impériale, était distincte du territoire de Delphes7. Mais les sources restent floues quant à son emplacement exact.

4Les indications littéraires évoquant l’emplacement de l’hippodrome sont non seulement rares, mais souvent beaucoup trop allusives pour que l’on puisse en tirer de solides indices. L ’essentiel repose sur Pindare, mais l’on trouve également quelques allusions chez Bacchylide, Sophocle et Pausanias.

  • 8 Pindare, Première Pythique 33.
  • 9 Choix d’inscriptions de Delphes, no 27.

5Pindare emploie diverses expressions pour évoquer le lieu où se déroulent les épreuves hippiques ou gymniques. Le poète désigne l’hippodrome qui, à son époque, se confond encore avec le stade, par le terme dromos : Πυθιάδος δ’ ἐν δρόµῳ8, ce qui n’est guère étonnant et que l’on retrouve d’ailleurs dans le règlement amphictionique de 380, dont une partie évoque les travaux de remise en état à effectuer en vue des Pythia, l. 36 : [τὸν] δρόµον καὶ τὰν κράναν τὰν ἐµ πεδίωι9.

6Dans les Pythiques, Pindare désigne la zone où se déroulaient les concours hippiques par les expressions suivantes :

  • Troisième Pythique 74 : Κίρρᾳ, « Kirrha » ;
  • Cinquième Pythique 37 : Κρισαῖον λόφον, « la colline de Krisa ». Arcésilas de Cyrène, vainqueur à la course de chars, aurait, d’après le poète, traversé la colline de Krisa afin de consacrer son char à Apollon dans un édifice construit, au moins en partie, en bois et situé quelque part sur le Parnasse, « dans la vallée profonde du dieu » ;
  • Sixième Pythique 8-9 : ἐν πολυχρύσῳ Ἀπολλωνίᾳ …νάπᾳ, évocation générale de la plaine où résonnent les hymnes ; v. 18 : Κρισαίαις ἐνὶ πτυχαῖς, Pindare place la course des quadriges « dans les replis de Krisa ». Ἡ πτύξ désigne en effet le repli, l’anfractuosité d’une montagne, comme cela est attesté dans l’épopée homérique ou les œuvres des poètes tragiques10 ;
  • Septième Pythique 16 : ἀπὸ Κίρρας, pour évoquer les victoires rapportées « de Kirrha » ;
  • Dixième Pythique, à propos de l’emplacement de la course, Pindare emploie les termes suivants, v. 8 : ὁ Παρνάσσιος µυχός, « le repli du Parnasse » ; v. 15-6 : βαθυλείµων’ ὑπὸ Κίρρας πέτραν, « sous la roche de Kirrha aux herbages épais » ;
  • Onzième Pythique 12, Pindare évoque les « concours de Kirrha » : χάριν ἀγῶνι Κίρρας ; et le stade pythique, v. 49-50 : Πυθοῖ τε γυµνὸν ἐπὶ στάδιον καταβάντες.

7L ’emploi indifférencié, sinon pour des raisons musicales, des noms Krisa et Kirrha ne saurait constituer un indice topographique : il permet simplement au poète de désigner la terre sacrée d’Apollon, prise sur le territoire de cette ancienne cité détruite lors de ce que les savants ont appelé « la première guerre sacrée », aux alentours de 600 av. J.-C. Ce qui étonne davantage dans ce catalogue, c’est l’évocation plus fréquente d’un relief marqué que d’une plaine, avec ὁ λόφος évoquant la « colline » de Krisa, ἡ πτύξ désignant une anfractuosité ou les replis d’une montagne, mot ici associé à Krisa, ὁ µυχός qui, dans le texte cité, a le même sens, associé au Parnasse, enfin, ἡ πέτρα pour évoquer la roche de Kirrha. Ces termes n’offrent, certes, aucun indice précis de localisation : ils évoquent le paysage de montagne qui constitue l’écrin du sanctuaire d’Apollon, ils composent une image topique du site sacré de Delphes. Cependant, il reste curieux qu’à propos de l’hippodrome, Pindare n’emploie jamais τό πεδίον ou un terme de sens voisin et associe systématiquement à la piste de course l’image des anfractuosités de la montagne. La beauté de l’image n’en est peut-être pas la seule raison.

  • 11 Bacchylide, Épinicie IV 14.

8Il se trouve que dans l’épinicie honorant la victoire remportée aux concours pythiques par le quadrige de Hiéron de Syracuse en 470 av. J.-C., Bacchylide emploie, lui aussi, le terme ὁ µυχός en parlant des « fonds de Kirrha voisins de la mer » : ἀγχιάλοις τ[ε Κί]ρρας µυχοῖς11. Μυχός, qui peut désigner les replis d’une montagne, renvoie plus vraisemblablement – ou également – ici à l’enfoncement du port et de la mer. Associé à l’adjectif, µυχός pourrait évoquer soit la topographie générale de la région de Delphes, soit les plages voisines du port antique situé à l’est de l’actuelle Itéa, où l’on pouvait peut-être entraîner des chevaux montés, de même qu’Hippolyte, chez Euripide, s’entraîne sur les plages voisines de Trézène, mais ces plages ne sauraient servir d’hippodrome. Il faut sans doute conserver au mot µυχός la polysémie suggérée par l’usage qu’en fait le poète.

  • 12 Bacchylide, Épinicie XI 19-20.

9Ailleurs, Bacchylide emploie également l’expression ἐν πεδίωι Κίρρας12, la « plaine de Kirrha », qui désigne, par métonymie, le territoire sacré d’Apollon. Sophocle parle, lui aussi, d’une plaine lorsqu’il décrit la course de chars pythique dans Electre 730 : Κρισαῖον πέδον.

  • 13 Delebecque 1951, p. 204.

10Τό πεδίον ou τό πέδον évoquent communément l’image d’une plaine, mais il s’agit de termes géographiques généraux, τό πεδίον désignant avant tout un terrain plan et τό πέδον pouvant simplement signifier le sol ou la contrée. Dans un sens plus spécifique, le terme πεδίον peut également, d’après l’étude publiée par É. Delebecque en 1951 sur le vocabulaire équestre chez Homère et Hésiode13, désigner « le “terrain” plat et poudreux où peuvent galoper les chevaux attelés, et plus particulièrement le terrain choisi pour une course ». S’il n’est pas impossible que ce sens spécifique de πεδίον soit aussi contenu dans l’emploi de l’expression par Sophocle, il est certain que « la plaine de Kirrha/Krisa » est devenue au cours du ve s. un topos poétique par métonymie.

  • 14 Pausanias, X 37, 4.

11Pausanias, qui s’est rendu à Delphes, se contente d’une évocation générale de la plaine située entre Delphes et Kirrha lorsqu’il mentionne l’hippodrome, mais il emploie aussi une expression troublante : Ἐς δὲ Κίρραν τὸ ἐπίνειον Δελφῶν ὁδὸς µὲν σταδίων ἑξήκοντά ἐστιν ἐκ Δελφῶν· καταβάντι δὲ ἐς τὸ πεδίον ἱππόδροµός τέ ἐστι καὶ ἀγῶνα Πύθια ἄγουσιν ἐνταῦθα τὸν ἱππικόν (« Il y a soixante stades de Delphes à Kirrha, qui est le port de cette ville ; en descendant dans la plaine on trouve l’hippodrome, où se déroulent les courses de chevaux lors des concours Pythiques »14). L ’usage du participe présent associé à la préposition εἰς semble indiquer que c’est plutôt sur le chemin conduisant à la plaine qu’une fois arrivé dans la plaine que Pausanias a vu l’emplacement de l’hippodrome, ce qui donne un éclairage nouveau aux termes employés par Pindare. Pausanias est le seul à donner ce type d’indication, et l’on sait qu’il est généralement assez précis dans ses descriptions, comme l’atteste sa visite de Delphes. Pas encore assez, cependant, pour que les modernes aient pu retrouver le fameux hippodrome.

12Les inscriptions ne sont guère plus explicites sur son emplacement. Elles mentionnent surtout les travaux d’aménagement et de remise en état, financés par la caisse sacrée, en préparation des Pythia.

13CID I 10, l. 35-37 = Choix d’inscriptions de Delphes, no 27 : le règlement amphictionique de 380/79 av. J.-C., premier texte connu émanant de l’Amphictionie, prescrit les travaux d’aménagement et de remise en état qui doivent être systématiquement effectués avant les Pythia. Un passage semble concerner directement l’hippodrome :

  • 15 Trad. Choix d’inscriptions de Delphes, p. 55.

Les hiéromnémons amphictioniques feront exécuter, chaque Pythiade avant les Pythia, au temple d’Apollon Pythien, à ses abords, au temple d’Athéna Pronaia, au dromos et à la fontaine qui est dans la plaine, les réfections qui seront nécessaires15.

14Le dromos désigne vraisemblablement la piste de l’hippodrome que l’on a, à partir de cette inscription, associé à la fontaine de la plaine, ce qui est une interprétation abusive puisque l’indication topographique ne concerne que la fontaine, comme l’indiquent la reprise de l’article et la coordination des différents éléments de l’énumération par καί.

15La « ligne de départ » à l’hippodrome, ἡ ἱππάφεσις, construite ad hoc, est mentionnée dans trois comptes.

16CID II 76, col. II, l. 63-64 : dans ce compte daté de l’archontat de Dion en 335 av. J.-C. est mentionné le salaire de l’architecte de la ligne de départ, à savoir 3 mines :
[v - - - - - - - ἀρχιτέκτονι τῆς] ἱππ[α]φέ[ς]εω[ς] µισθ[ὸ]ς [µναῖ τρεῖς.

17CID II 93, l. 52-54 : de même, quelques années plus tard, dans le compte de trésorier de l’archontat de Bathyllos, daté de 329/8 av. J.-C., est mentionné le salaire de l’architecte de la ligne de départ à une drachme par jour, pour un total de sept mois, soit 3 mines :

À Un Tel, architecte de la ligne de départ (de l’hippodrome), salaire de sept mois à une drachme par jour, total M3.

  • 16 CID IV, p. 108.

18CID IV 24, second texte (273/2 av. J.-C. ?) : il s’agit d’un fragment de décret évoquant des travaux à l’hippodrome « peut-être pour que les compétitions soient arbitrées plus sûrement », selon Fr. Lefèvre qui a publié ce texte16 :

19Fr. Lefèvre, en rappelant l’hymne homérique à Apollon et l’épiclèse du dieu delphinios, suggère que le dauphin ici mentionné puisse appartenir à une fontaine.

  • 17 Pausanias, VI 20, 10-13.

20Une autre hypothèse est possible puisque le contexte de l’aphésis rappelle la description que Pausanias fait du système de départ des courses hippiques à Olympie. Il décrit en effet l’aphésis sous la forme d’une proue de navire, dont l’éperon portait un dauphin de bronze17.

21CID II 139, l. 35-40 = CID IV 57, l. 35-40 = Choix d’inscriptions de Delphes, no 116 : compte de Dion qui énumère les adjudications pour les travaux de préparation des Pythia de 246 av. J.-C.

  • 18 Choix d’inscriptions de Delphes, no 116.

22À ce moment-là, le stade est déjà installé au nord-ouest du sanctuaire. Le texte mentionne successivement le gymnase, le stade, l’hippodrome et Castalie18 :

  • 19 Mathé 2010, p. 198.

23Le coût des travaux à l’hippodrome autour de 250 av. J.-C. s’élevait donc au moins à 274 drachmes19.

24L ’hippodrome de Delphes avait un architecte spécifique, peut-être même spécialisé, pour la réfection ou l’aménagement de la zone de départ, l’ἱππάφεσις. Son contrat, d’après les comptes du dernier tiers du ive s., courait sur au moins sept mois. L ’essentiel consistait à aménager la zone de départ et les virages autour des deux bornes, ainsi qu’à aplanir et à assouplir la piste. On ignore ce que désignent exactement les fournitures mentionnées dans le compte de Dion et dont le coût total est très élevé (89 statères), mais il faut sans doute y compter les outils, peut-être l’achat de matériau pour améliorer la piste, pour construire la lice, les bornes de virage elles-mêmes, etc.

  • 20 Pouilloux 1977, p. 121 : « Ces οἶκοι étaient-ils destinés aux athlètes, à la réception des étranger (...)

25J. Pouilloux, dans sa publication du compte de Dion, tend à attribuer à l’hippodrome les οἶκοι de la ligne 39, dont la réfection est assez coûteuse (24 statères)20. On ignore quelle aurait pu être leur destination. J. Pouilloux pense à la réception des athlètes ou des étrangers. Il n’est pas non plus impossible que ces constructions, peut-être provisoires, soient destinées aux chevaux. Quant au Chalkôn, s’il est exact de le rapporter à la partie du compte concernant l’hippodrome, on ne sait pas de quoi il s’agit et ce qu’on y met à l’abri, mais peut-être cela est-il en rapport avec l’équipement de la piste, le matériel des chars ou le harnachement.

26D’après les sources épigraphiques, rien de particulier ne semble être prévu pour l’accueil des spectateurs.

27Ces aménagements, pour la plupart provisoires, sont peu susceptibles d’avoir laissé des traces, mais ils ne sont pas non plus anodins et il faudrait approfondir la question des oikoi et du Chalkôn. J. Bousquet, en s’appuyant sur un passage du Presbeutikos logos évoquant l’origine du culte héroïque de Chrysos, considère que le seul vestige qui pourrait permettre d’identifier l’hippodrome est l’Hérôon de Chrysos qui, selon le récit, fut enterré dans l’hippodrome lors de la première guerre sacrée, au moment de la fondation des concours hippiques, sur l’ordre des Amphictions.

  • 21 Euripide, Hippolyte 228-231.
  • 22 Choix d’inscriptions de Delphes, no 157, l. 23-24, p. 283-285 : ἁ ὁδός […] ἁ ἐξ ἱπποδρόµου.

28Quels sont les critères, simples et de bon sens, indispensables à l’établissement d’un hippodrome ? La tenue de courses hippiques suppose d’abord, ainsi que l’attestent les inscriptions comme les sources littéraires, l’existence d’une « piste aplanie »21 suffisamment souple, sans être profonde, pour permettre aux chevaux d’y courir. Il faut donc trouver un espace aux dimensions suffisantes pour contenir cette piste ainsi que, tout autour, les équipements et le public. Il est ensuite nécessaire d’avoir à disposition de l’eau en quantité suffisante, pas tellement à l’usage des spectateurs, mais pour la piste et surtout pour les chevaux, afin de les abreuver et de les doucher après la course. Dernier élément essentiel, il faut évidemment une route carrossable permettant aux attelages transportant le matériel, la nourriture et les chars d’accéder à l’hippodrome. La route de l’hippodrome de Delphes est d’ailleurs explicitement désignée par ἡ ὁδός dans un décret amphictionique de 178 av. J.-C. relatif aux troupeaux sacrés d’Apollon, composés de vaches et de juments22.

29Depuis la route moderne qui descend de Delphes vers la plaine d’Itéa, on aperçoit, sur la droite, peu après l’embranchement qui mène aux carrières de Saint-Élie, et vraisemblablement à l’extrémité nord de ce qui fut le domaine sacré, un espace susceptible, selon ces critères, d’avoir accueilli un hippodrome (fig. 1a et 1b), ce que tend à confirmer l’analyse topographique et géomorphologique.

Fig. 1 — a. Vue aérienne de l’emplacement supposé de l’hippodrome et de Ψιλή ράχη, depuis les carrières de Saint-Élie (cl. EFA, L. Fadin/A. Perrier) ; b. Vue de l’emplacement supposé de l’hippodrome depuis l’est (cl. A. Perrier).

Fig. 1 — a. Vue aérienne de l’emplacement supposé de l’hippodrome et de Ψιλή ράχη, depuis les carrières de Saint-Élie (cl. EFA, L. Fadin/A. Perrier) ; b. Vue de l’emplacement supposé de l’hippodrome depuis l’est (cl. A. Perrier).

Analyse topographique et géomorphologique

Topographie générale et dimensions de l’emplacement supposé de l’hippodrome

30Le paysage de la région de Delphes est marqué par le triptyque « versant-vallée-plaine », le sanctuaire étant sis sur le versant. Situé à un peu plus d’un kilomètre au nord-ouest du village actuel de Chrysso, l’espace susceptible d’avoir accueilli un hippodrome se trouve également sur le versant de Delphes, à une altitude d’environ 200 m. Il s’agit d’une longue zone plane d’orientation générale nord-ouest/sud-est dominée à l’ouest par un massif calcaire culminant à près de 240 m et à l’est par le bas du versant colluvionné de Delphes. L ’ensemble de la zone forme donc un replat dont il est difficile de dire s’il est d’origine structurale ou pas. Il est comme encastré dans ce petit massif calcaire et attire immédiatement l’œil tant sa régularité apparente tranche avec les paysages alentours. La faible densité des quelques cyprès et arbustes qui y poussent fait davantage encore ressortir cette singularité topographique.

31Les dimensions générales de la zone sont d’environ 900 par 150 m pour une surface au sol de près de 11 ha (fig. 2). Les différences topographiques alentour sont très marquées, surtout au niveau des pentes. Le contact de ce replat avec le bas du versant de Delphes à l’est se fait de manière douce et régulière, la pente n’y excédant pas 5°. Le contact avec le massif calcaire à l’ouest est en revanche plus brutal et les pentes de ce dernier dépassent facilement les 30°. Grimper au sommet de ce petit massif permet d’ailleurs d’embrasser du regard l’ensemble de la plaine, du littoral, mais aussi des vallées du Pléistos et de l’Hylaitos. On comprend dès lors l’origine de son toponyme local, Ψιλή ράχη, qui signifie « crête élevée ».

Fig. 2 — Topographie et dimensions générales de la zone d’étude.

Fig. 2 — Topographie et dimensions générales de la zone d’étude.

A. Chabrol.

32Les dimensions de la zone plane ne sont cependant pas représentatives de son étendue réelle dans l’Antiquité. Elle est en effet située au pied d’un des versants les plus actifs de Phocide, soumis à la fois à des processus d’érosion et d’accumulation intenses souvent accentués par une sismicité active. Il convient donc de prendre en compte les dynamiques géomorphologiques locales qui, depuis plusieurs millénaires, ont pu fossiliser une partie de la zone d’étude et rendre ainsi son identification et la mesure de ses dimensions dans l’Antiquité plus difficiles. L ’analyse est fondée sur une méthodologie classique d’étude des documents cartographiques (fig. 3) – plan et relevés topographiques à différentes échelles, cartes géologiques, photos aériennes et images satellite –, associée à des observations géomorphologiques de terrain. Pour une spatialisation des résultats, toutes les données ont été compilées dans un Système d’Information Géographique commun.

Fig. 3 — Inventaire des données cartographiques, photographiques et satellites utilisées pour l’étude.

Type Échelle Source Année
Cartes topographiques 1/50  000 GYS 1984
Plans topographiques 1/5000 GYS 1986
Photographies aériennes régionale GYS 1964
Images satellite régionale Quickbird 2014
Carte géologique 1/50  000 IGME 1984

A. Chabrol.

Dynamiques géomorphologiques de la zone d’étude

Un contexte géodynamique particulier : le versant de Delphes

  • 23 Birot 1959.
  • 24 Valkaniotis 2009.
  • 25 Sebrier 1977 ; De Boer, Hale 2000.
  • 26 Piccardi 2000.
  • 27 Valkaniotis, Papathanassiou, Pavlides 2011 ; Kranis et al. 2012.

33Le versant de Delphes a fait l’objet de nombreuses études géologiques et géomorphologiques, dont les premières remontent aux années 195023. D’une dynamique très complexe, il est traversé par une faille normale24 généralement orientée est-ouest – appelée « grande faille de Delphes/Arachova » ou « grand décrochement de Delphes/Arachova –, dont le bloc affaissé est au sud – vallée du Pleistos – et le bloc soulevé au nord – massif des « Phédriades »25. Les contraintes sur cette faille correspondraient à un déplacement vertical moyen de 0,1 à 0,2 mm/an26. Cet accident tectonique est associé à une succession de failles secondaires transformantes parallèles27. La lithologie y est principalement constituée de calcaires Jurassique/Crétacé appartenant à l’unité régionale du Parnasse, des flyschs ainsi qu’une couverture de brèches quaternaires plus ou moins indurées.

  • 28 Birot 1959.

34P. Birot, dans sa première étude géomorphologique de Delphes, qualifie le versant de « particulièrement vivant »28. De fait, il se décompose en deux grandes parties séparées par la faille normale :

  • 29 Péchoux 1977 ; Piccardi et al. 2008 ; Valkaniotis, Papathanassiou, Pavlides 2011.
  • 30 Chabrol, Desruelles 2013.

35– la partie haute, au-dessus de 700 m environ, est constituée de calcaires jurassiques. Il s’agit d’une paroi subverticale correspondant à un fragment du plan de la faille normale29. Ce massif calcaire est découpé par des diaclases qui tendent à guider et à concentrer les écoulements qui y transitent. Ces fissures sont par exemple à l’origine du ravin de la fontaine Castalie30.

  • 31 Mariolakos, Fountoulis, Kranis 1997.
  • 32 Valkaniotis, Papathanassiou, Pavlides 2011.

36– En dessous, entre 500 et 700 m environ, la pente est généralement plus modérée. Cette partie du versant est constituée de dépôts issus de l’érosion du massif calcaire lors de son soulèvement par le mouvement de la faille normale. Ces dépôts recouvrent du flysch paléocène – constitué de grès, de marbres et des schistes « chocolat » signalés par P. Birot en 1959. Trois générations de dépôts s’y succèdent31 : la première est principalement constituée de brèche compacte et de conglomérats cimentés, la deuxième correspond à des blocs rocheux et des fragments de calcaire non consolidés et la troisième résulte de chutes de gros blocs – 0,5 à 10 m3 – de calcaire relativement récents. Ces dépôts se sont mis en place au Quaternaire32, particulièrement durant les périodes froides et leur dynamique est encore active aujourd’hui. La stratigraphie de ces dépôts peut parfois être observée le long de la route Delphes/Chrysso (fig. 4).

Fig. 4 — Stratigraphie de versant locale : des dépôts de pente pléistocènes au-dessus des flyschs paléocènes.

Fig. 4 — Stratigraphie de versant locale : des dépôts de pente pléistocènes au-dessus des flyschs paléocènes.

A. Chabrol.

37Nous choisissons d’ajouter une troisième grande partie : celle en dessous de 500 m, en bas de versant. Les dépôts de brêche cimentée y constituent la principale couverture sédimentaire, associée aux blocs issus de processus d’érosion gravitaires. Au niveau de la zone d’étude, en bas de versant, le colluvionnement récent y est très marqué et se remarque dans le paysage. Différents lobes de colluvions recouvrent en effet une partie de la zone plane (fig. 5-6). Ces colluvions sont principalement issues de l’érosion de la brêche cimentée et leur dépôt a été ici accéléré par les travaux de construction de la route moderne, dont les déblais se sont accumulés en contrebas.

Fig. 5 — Illustration des dynamiques colluviales actives sur la zone d’étude.

Fig. 5 — Illustration des dynamiques colluviales actives sur la zone d’étude.

A. Chabrol.

Fig. 6 — Carte géomorphologique de la zone d’étude.

Fig. 6 — Carte géomorphologique de la zone d’étude.

A. Chabrol.

  • 33 Valkaniotis, Papathanassiou, Pavlides 2011.

38Le versant de Delphes est aussi soumis à de nombreux aléas d’origine géologique (séismes), géomorphologiques (mouvements de terrain) et hydrologiques (crues torrentielles). Les mouvements de la faille Delphes/Arachova ont déjà causé plusieurs séismes historiques33, dont un, survenu en 1870, ayant atteint une magnitude de 6,8. Les hautes parois calcaires fissurées sont sensibles aux chutes de blocs isolés et aux éboulements. Le versant entier est couvert de ces éboulements encore actifs. Enfin, certains secteurs du versant subissent des déplacements lents par reptation et par solifluxion, comme l’atteste par exemple la forme de certains troncs d’arbres, courbés à leur base. Ces glissements lents sont dus aux infiltrations d’eau dans les formations superficielles qui s’imbibent lors de forts épisodes orageux par exemple. Les dynamiques d’écoulement sont donc un facteur morphogène important qu’il faut prendre en compte.

Les écoulements de surface et les processus karstiques

39Comme souvent en Grèce, les cours d’eau de la plaine ne sont pas pérennes. Cependant, de nombreux talwegs parcourent les versants et confirment l’existence d’importants processus hydrologiques qui ne sont généralement actifs qu’à l’occasion d’épisodes orageux. Dans le cas du versant de Delphes, ces derniers sont morphogènes, comme en témoignent les profondes ravines visibles en contrebas du sanctuaire d’Apollon ou au nord de notre zone d’étude. Les écoulements sur le versant sont de deux types : de surface lors des épisodes orageux et par infiltration dans les formations superficielles. Ces derniers sont les moins visibles, mais ce sont eux qui permettent de maintenir les milieux en eau après les pluies. Immédiatement à l’ouest du replat, un important réseau de talwegs bien dessinés draine les eaux de pluie d’une partie du versant. La pente naturelle, associée à des débits parfois très importants explique l’enfoncement de ces talwegs et l’importance de leur cône alluvial une fois dans la plaine (fig. 6). En revanche, aucun écoulement actif ne se termine dans notre zone d’étude et nous n’avons pas trouvé de marques d’incisions ou de ravines au-dessus du replat topographique. On peut donc émettre l’hypothèse que l’écoulement s’y fait principalement par infiltration, au contact entre les couches imperméables de flysch et celles perméables des tabliers d’éboulis pléistocènes.

  • 34 Salomon 2000.

40L ’eau est en revanche omniprésente dans les paysages, et les formations issues des processus karstiques sont là pour en témoigner localement. Le karst est une composante essentielle des paysages régionaux de Phocide : la source de Castalie elle-même est issue de processus karstiques débutés plus haut dans le massif du Parnasse. Dans la zone qui nous intéresse, ces processus karstiques sont visibles dans le remplissage sédimentaire du replat et dans le modelé du massif calcaire. Le remplissage sédimentaire du replat diffère de celui du versant. Il n’est pas constitué de brèches de pente mais de terra rossa, sédiment argileux rouge orangé typique issu de la dissolution du calcaire par l’eau. On rencontre généralement ces sédiments dans les cuvettes de dissolution calcaire, comme les dolines ou les poljés34. Ce replat pourrait donc s’apparenter à une cuvette de dissolution du massif calcaire l’entourant. À ces dépôts s’ajoutent les marques visibles de dissolution du calcaire sur le massif Ψιλή ράχη comme des lapiés ou des réseaux de cannelures (fig. 7). Il est d’ailleurs intéressant de noter que ce massif a été exploité pour son minerai de bauxite de karst : les anciennes galeries de mines sont encore accessibles (fig. 6). Les processus karstiques de dissolution par l’eau sont donc encore très actifs dans notre zone d’étude.

Fig. 7 — Des processus karstiques encore à l’œuvre comme en témoignent les dépôts de terra rossa et les cannelures de dissolution sur le massif calcaire.

Fig. 7 — Des processus karstiques encore à l’œuvre comme en témoignent les dépôts de terra rossa et les cannelures de dissolution sur le massif calcaire.

Cl. A. Chabrol, A. Perrier.

Potentiel de la zone d’étude

41La zone plane d’environ 900 par 150 m que nous avons identifiée en 2012 à l’est des carrières de Saint-Élie et au nord-ouest de Chrysso, dans les limites de l’antique domaine sacré d’Apollon, est une excellente candidate pour la localisation de l’hippodrome antique de Delphes. Ses caractéristiques topographiques dessinent un espace particulièrement propice, d’autant plus facile d’accès qu’il est encadré par un versant en pente douce, à proximité du sanctuaire d’Apollon. Par ailleurs, la cartographie géomorphologique a montré l’importance d’un colluvionnement récent sur la zone qui a pu masquer les dimensions réelles du replat, plus vaste alors qu’aujourd’hui. Enfin, l’emplacement étudié remplit les critères, énoncés plus haut, indispensables à l’établissement d’un hippodrome.

Y avait-il de l’eau à disposition ?

  • 35 La consommation en eau d’un cheval de 500 kg en moyenne varie de 15 à 60 l par jour. Elle est de 25 (...)

42Les courses hippiques nécessitent de disposer d’eau en quantité considérable pour arroser régulièrement la piste comme pour abreuver et doucher les chevaux, d’autant plus durant la période estivale35. Il faut donc évaluer les contraintes et les potentialités en eau de la zone d’étude.

  • 36 Kranis et al. 2012 ; P. Lemerle, BCH 60 (1936), Chronique des fouilles, p. 461 ; Birot 1959.

43La région de Delphes se situe dans le domaine bioclimatique méditerranéen semi-aride avec des sécheresses d’été bien marquées de mai à septembre. Même si les pluies sont principalement concentrées en hiver, la région est marquée par de très fortes variabilités interannuelles. Les orages peuvent y être très violents et s’associer à des événements hydro-géomorphologiques parfois catastrophiques, comme les laves torrentielles36 qui ont ravagé le sanctuaire d’Apollon en décembre 1935. Au printemps, les cours d’eau sont aussi gonflés par la fonte des neiges du Parnasse dont l’eau, par infiltration, circule dans les conduits karstiques souterrains et peut ressortir sous la forme de résurgences le long du versant de Delphes. Les résurgences se font à la faveur de contacts lithologiques particuliers, au niveau des failles, entre une roche sous-jacente imperméable et une roche sus-jacente plus poreuse (fig. 8).

Fig. 8 — Schéma de localisation des sources et des écoulements sur le versant de Delphes. Les flèches bleues représentent ces écoulements.

Fig. 8 — Schéma de localisation des sources et des écoulements sur le versant de Delphes. Les flèches bleues représentent ces écoulements.

A. Chabrol, St. Desruelles.

44Dans notre zone d’étude, les écoulements sur le versant se font principalement par infiltration. Il n’est pas rare que le replat de terra rossa soit d’ailleurs inondé en hiver, comme en témoigne peut-être l’absence presque totale de végétation en son centre. Localement pourtant, la question n’est pas de savoir s’il y a de l’eau, car les indices de dissolution du calcaire ainsi que la présence de terra rossa le confirment, mais si cette eau peut être rendue accessible par quelque aménagement que ce soit. D’un point de vue géomorphologique, les cuvettes de dissolution calcaire constituent d’excellents réservoirs s’ils ne sont pas drainés : les sols composés d’argile, associés à une topographie souvent endoréique permettent une mise en eau prononcée de la zone. Un drainage organisé, par exemple sur ses marges par le biais de canalisations et pourquoi pas de citernes creusées, permettrait d’obtenir facilement une grande quantité d’eau plus ou moins pérenne.

45Il faut noter que des structures construites ont été repérées au contact exact entre la zone plane et le massif calcaire. Ces structures, non datées et non relevées, sont pour partie enterrées et laissent apparaître ce qui pourrait être d’anciennes canalisations avec enduit hydraulique (fig. 9b).

Fig. 9 — Extension et dimensions estimées de la zone plane sans la couverture colluviale récente. a. Photographie des vestiges au contact de la zone plane et du versant (cl. A. Chabrol) ; b. Vestiges au contact entre les deux ensembles (cl. A. Perrier).

Fig. 9 — Extension et dimensions estimées de la zone plane sans la couverture colluviale récente. a. Photographie des vestiges au contact de la zone plane et du versant (cl. A. Chabrol) ; b. Vestiges au contact entre les deux ensembles (cl. A. Perrier).

Les dimensions estimées du replat sans le colluvionnement

46Sans le colluvionnement marqué en bas de versant, la zone du replat est beaucoup plus étendue que celle mesurée sur le terrain. En faisant un relevé systématique des coupes disponibles et en analysant les types de colluvions, il est possible d’assurer que la partie distale de ces dépôts est récente et principalement due aux travaux de terrassement de la route moderne entre Delphes et Chrysso. Sans ces dépôts historiques, la zone d’intérêt pourrait mesurer près de 900 m sur 250 (fig. 9a).

L ’accessibilité de la zone

  • 37 On aperçoit d’ailleurs l’emplacement supposé de l’hippodrome sur la figure 9 publiée dans Hansen, A (...)

47Entre 2010 et 2015, E. Hansen et Gr. Algreen-Ussing ont découvert plusieurs sections de la route antique qui menait des carrières de Saint-Élie, principalement exploitées au ive s. av. J.-C. pour la reconstruction du temple, jusqu’au sanctuaire d’Apollon, sur une distance totale d’environ 6 km. Cette route était carrossable et passait juste au nord de l’emplacement supposé de l’hippodrome qui aurait donc été facilement accessible et directement relié à Delphes37 (fig. 10). La section B de la route antique est la mieux documentée par les auteurs qui ont découvert des sections creusées dans la roche, d’autres offrant des vestiges de fondations. Certaines sections présentent des blocs alignés en élévation. Des cuvettes hydrauliques ont été identifiées dans plusieurs sections, notamment dans la B2. L ’étude d’E. Hansen et de G. Algreen-Ussing achève de confirmer l’opportunité de l’hypothèse présentée ici.

Fig. 10 — Situation de l’emplacement supposé de l’hippodrome par rapport à la route antique.

Fig. 10 — Situation de l’emplacement supposé de l’hippodrome par rapport à la route antique.

D’après Hansen, Algreen-Ussing, Frederiksen 2017.

Conclusion

48Les conditions topographiques et géomorphologiques sont donc réunies pour accueillir un hippodrome dans la zone repérée entre Chrysso et Saint-Élie, en contrebas de Ψιλή ράχη, une zone proche du sanctuaire et de la cité. Cette hypothèse de localisation n’est pas contredite par les sources littéraires et épigraphiques, dont elle satisfait plutôt l’analyse, notamment sur deux points : la localisation de l’hippodrome dans le domaine sacré et l’évocation d’un paysage rappelant plutôt le versant que la plaine, avec une identification possible de Ψιλή ράχη à la roche de Kirrha – qui peut également désigner tout le versant. La zone d’étude, par ses caractéristiques et sa situation, présente un intérêt archéologique évident. Nous ne saurions cependant acquérir de certitude sans une exploration systématique du terrain, que nous envisageons dans un proche avenir.

Notes

1 P. Valavanis a récemment proposé une hypothèse concernant la localisation de l’hippodrome. Il rappelle à cette occasion certaines de celles formulées par des voyageurs depuis Cyriaque d’Ancône jusqu’au xixe s. Valavanis 2017, p. 628-629.

2 Sur ce premier stade, voir Pindare, Pythiques VIII 19-20 ; X 15-16 ; XI 11-12 ; XI 49-50. Aupert 1979, p. 164-165, not. p. 164, n. 3.

3 Rousset 2002b, p. 227.

4 Rousset 2002a, p. 187 ; Rousset 2002b, p. 227, n. 25.

5 Rousset 1996, p. 45-49 ; Rousset 2002a, p. 165-177 (cartes fig. 5 et 6) ; Rousset 2002b, p. 216-228.

6 Rousset 2002a, p. 117-118 et 172-173.

7 Rousset 2002a, p. 173.

8 Pindare, Première Pythique 33.

9 Choix d’inscriptions de Delphes, no 27.

10 Iliade XX 22 ; XI 77 ; Odyssée XIX 432 ; Sophocle, Œdipe roi 1026 ; Euripide, Les Suppliantes 757.

11 Bacchylide, Épinicie IV 14.

12 Bacchylide, Épinicie XI 19-20.

13 Delebecque 1951, p. 204.

14 Pausanias, X 37, 4.

15 Trad. Choix d’inscriptions de Delphes, p. 55.

16 CID IV, p. 108.

17 Pausanias, VI 20, 10-13.

18 Choix d’inscriptions de Delphes, no 116.

19 Mathé 2010, p. 198.

20 Pouilloux 1977, p. 121 : « Ces οἶκοι étaient-ils destinés aux athlètes, à la réception des étrangers comme on voit l’Étolien Mentor profiter de la première σκανά (GDI, 2513, l. 11/12) ? ».

21 Euripide, Hippolyte 228-231.

22 Choix d’inscriptions de Delphes, no 157, l. 23-24, p. 283-285 : ἁ ὁδός […] ἁ ἐξ ἱπποδρόµου.

23 Birot 1959.

24 Valkaniotis 2009.

25 Sebrier 1977 ; De Boer, Hale 2000.

26 Piccardi 2000.

27 Valkaniotis, Papathanassiou, Pavlides 2011 ; Kranis et al. 2012.

28 Birot 1959.

29 Péchoux 1977 ; Piccardi et al. 2008 ; Valkaniotis, Papathanassiou, Pavlides 2011.

30 Chabrol, Desruelles 2013.

31 Mariolakos, Fountoulis, Kranis 1997.

32 Valkaniotis, Papathanassiou, Pavlides 2011.

33 Valkaniotis, Papathanassiou, Pavlides 2011.

34 Salomon 2000.

35 La consommation en eau d’un cheval de 500 kg en moyenne varie de 15 à 60 l par jour. Elle est de 25 l en moyenne, hors travail, et peut tripler par temps chaud. Les pertes en eau d’un cheval de course ou d’endurance peuvent atteindre 10 à 15 l par heure. Les températures élevées constituent un facteur aggravant les pertes d’eau. Voir Dieuleveux, Malas, Marnay 2015. À l’issue d’une course, les chevaux pouvaient également être douchés à grandes eaux afin de faire baisser le plus rapidement possible leur température et d’éviter le coup de chaleur ou hyperthermie. Voir Ferry 2015.

36 Kranis et al. 2012 ; P. Lemerle, BCH 60 (1936), Chronique des fouilles, p. 461 ; Birot 1959.

37 On aperçoit d’ailleurs l’emplacement supposé de l’hippodrome sur la figure 9 publiée dans Hansen, Algreen-Ussing, Frederiksen 2017, en arrière-plan d’un tronçon de Saint-Élie. La section B identifiée par les chercheurs danois, voir p. 210-211, passe au nord du terrain susceptible d’avoir accueilli l’hippodrome. Voir Hansen, Algreen-Ussing, Frederiksen 2017, p. 209-210.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-1.png
Fichier image/png, 134k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-2.png
Fichier image/png, 78k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-3.png
Fichier image/png, 127k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-4.png
Fichier image/png, 205k
Titre Fig. 1 — a. Vue aérienne de l’emplacement supposé de l’hippodrome et de Ψιλή ράχη, depuis les carrières de Saint-Élie (cl. EFA, L. Fadin/A. Perrier) ; b. Vue de l’emplacement supposé de l’hippodrome depuis l’est (cl. A. Perrier).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-5.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 2 — Topographie et dimensions générales de la zone d’étude.
Crédits A. Chabrol.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-6.png
Fichier image/png, 524k
Titre Fig. 4 — Stratigraphie de versant locale : des dépôts de pente pléistocènes au-dessus des flyschs paléocènes.
Crédits A. Chabrol.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-7.png
Fichier image/png, 235k
Titre Fig. 5 — Illustration des dynamiques colluviales actives sur la zone d’étude.
Crédits A. Chabrol.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-8.png
Fichier image/png, 638k
Titre Fig. 6 — Carte géomorphologique de la zone d’étude.
Crédits A. Chabrol.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-9.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Fig. 7 — Des processus karstiques encore à l’œuvre comme en témoignent les dépôts de terra rossa et les cannelures de dissolution sur le massif calcaire.
Crédits Cl. A. Chabrol, A. Perrier.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-10.png
Fichier image/png, 18M
Titre Fig. 8 — Schéma de localisation des sources et des écoulements sur le versant de Delphes. Les flèches bleues représentent ces écoulements.
Crédits A. Chabrol, St. Desruelles.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-11.png
Fichier image/png, 114k
Titre Fig. 9 — Extension et dimensions estimées de la zone plane sans la couverture colluviale récente. a. Photographie des vestiges au contact de la zone plane et du versant (cl. A. Chabrol) ; b. Vestiges au contact entre les deux ensembles (cl. A. Perrier).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-12.png
Fichier image/png, 779k
Titre Fig. 10 — Situation de l’emplacement supposé de l’hippodrome par rapport à la route antique.
Crédits D’après Hansen, Algreen-Ussing, Frederiksen 2017.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6522/img-13.png
Fichier image/png, 3,4M

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search