Version classiqueVersion mobile

Les hippodromes et les concours hippiques dans la grèce antique

 | 
Jean-Charles Moretti
, 
Panos Valavanis

Hippodromes et concours hippiques grecs : Histoire de la recherche et nouvelles données

Le « camp de l’hipparque » à Larisa : chevaux d’armes, chevaux de courses et concours hippiques pour les Thessaliens

Bruno Helly

Résumé

On connaît par les sources littéraires de l’Antiquité la réputation de la cavalerie thessalienne, qui était constituée par le rassemblement de tout ou partie des contingents que les cités membres de l’État thessalien avaient la charge de lui fournir. Pour faire face à cette obligation, les cités devaient organiser les unités de cavaliers sélectionnés parmi les citoyens, choisir leurs commandants, les hipparques, assurer leur préparation et leur entraînement et disposer de lieux appropriés pour les exercices et manœuvres. Une inscription de Larisa nous apprend qu’un tel lieu existait sous le nom de « camp de l’hipparque », qu’il nous est possible de localiser au sud de la ville. On trouvait là, en bordure de la route de Crannon et d’un petit cours d’eau, un espace approprié pour un hippodrome. Mais son utilisation n’était pas seulement consacrée à des fins militaires, cet espace devenait tout naturellement le lieu des concours, au cours desquels on pouvait distinguer les meilleurs cavaliers et les meilleures montures. Dans ces compétitions, on pouvait distinguer les produits des élevages de riches propriétaires, qui en tiraient gloire et réputation.

Texte intégral

  • 1 Axenidis 1947, p. 26-27.
  • 2 Axenidis 1947, p. 26-27, repris dans Pelasgis Larisa II (1949), p. 186. Cette épigramme honore un a (...)
  • 3 Th. Axenidis renvoie sur ce point à B. Ornstein, Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde 17 (1882 (...)
  • 4 Palioungas 2007, p. 715-717 et n. 17.

1Depuis longtemps les historiens de la Thessalie ont porté attention aux textes qui font mention de victoires thessaliennes dans les épreuves hippiques des concours panhelléniques : Pindare et d’autres poètes de l’époque classique en ont été les témoins. Ces savants se sont également intéressés aux inscriptions de Larisa qui mentionnent de telles épreuves dans les concours en Thessalie. Après eux, l’érudit larisséen Th. Axenidis, dans une étude consacrée en 1947 aux concours attestés par ces inscriptions1, s’est appuyé sur le texte d’une épigramme d’époque impériale (IG IX 2, 645 = GVI 2058)2 pour affirmer l’existence d’un hippodrome ; il constatait que l’on n’en a aucune trace et que la localisation de ce monument est inconnue, mais supposait que cet hippodrome se trouvait hors les murs, à proximité d’une route de quelque importance, « πλήσιον µιᾶς σηµαντικῆς ὁδικῆς ἀρτηρίας ». Selon lui cet hippodrome aurait pu se trouver à l’emplacement que les beys Turcs utilisaient à cette fin3, sur la rive gauche du Pénée, à l’ouest de la cité sur la route conduisant à Phalanna, pour lui celle de Tyrnavo. Il s’agit de ce qui est aujourd’hui le parc public appelé Alkazar et des espaces situés plus au nord sur la rive gauche du Pénée. La carte turque de 1880 le désigne sous le nom de Ταληµ Μεινταν, transcription grecque du nom turc, appelé aussi Μέρ(ι)α du turc mera, en grec βοσκότοπος, βοσκή, qui désigne les espaces de libre pâture qu’on nomme livadia4.

Un témoignage épigraphique
sur l’existence d’un « camp
de l’hipparque » hors les murs

  • 5 D. R. Theocharis, AD 16 (1960), Chron., p. 185 et pl. 158.
  • 6 Salviat, Vatin 1971, p. 8-34.
  • 7 Helly 1970.

2Ce constat ne semble pas pouvoir être démenti ni confirmé par les découvertes épigraphiques ou archéologiques faites depuis lors, peut-on croire. Il existe cependant une inscription de Larisa qui pourrait permettre de répondre à la question d’une manière positive. Cette inscription, qui rapporte un inventaire de terrains et de monuments religieux établi vers la fin du iiie s. av. J.-C., signalée par D. R. Théocharis5, a été publiée par Fr. Salviat et Cl. Vatin dans un opuscule consacré à des inscriptions de Grèce centrale6 et par moi-même dans la revue Mnemosyne en 19707.

3Le texte de cette inscription, que j’ai revue en 2008, peut être amélioré sur plusieurs points, et je retiens ici le passage des l. 19-32 (fig. 1 et 2) :

Fig. 1 — Inscription de Larisa : inventaire de sanctuaires.

Fig. 1 — Inscription de Larisa : inventaire de sanctuaires.

Musée de Larisa ; cl. Αrchives thessaliennes de Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux.

Fig. 2 — Inscription de Larisa : inventaire de sanctuaires, l. 19-32

Fig. 2 — Inscription de Larisa : inventaire de sanctuaires, l. 19-32

Musée de Larisa ; cl. Αrchives thessaliennes de Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux.

4Notes critiques

5L. 21 : τοῦ βοίουνι τοῦ καλειµένου Ἱπποκ[ράτεος] BH, βοιουνίτου καλειµένου Ἱππορ[χείου] FS-CV ; Ἱππορ[χείου] confirmé par la révision de 2008. L. 22 : extrémité de la barre gauche d’upsilon visible. L. 24-25 : à la fin καχουµενα BH, ΚΑ- - |καὶ χούροι πέλεθρον FS-CV. L. 25 : Εἵρουι Ἰονίου τοῦ Ἐπάφα τ[οῦ κα] BH avec extrémité gauche de la barre horizontale de tau au bord de la cassure, Εἵρουι Ἰονίου τοῦ Ἐπαφαί[ου κα] FS-CV. L. 27 et 33 : ἔδήεµµεν BH, cf. Hésychius ἔδηεν ∙ εὗρεν ; ἔδη ἔµµεν FS-CV ; la notation avec êta reste une étrangeté à cette date. L. 28 : Μυκατίας BH, Μυκαικᾶς FS-CV, confirmé par BH 2008. L. 29 : τόπου..ΟΝ.. BH, τόπου κίονα[ς...] FS-CV. L. 31 : ΣΠΕΙΒΕΙΣ BH, Σκείβεις FS-CV confirmé par la révision. L. 32 : Ἄπλουνος πεχέτα BH, Ἄπλουνος Τεχέτα FS-CV : le graveur a, semble-t-il, écrit d’abord TEMETA, et a regravé par-dessus un pi et un iota, ce qui permet de reconstruire le génitif Τεµπείτα, épiclèse d’Apollon attestée à Larisa.

  • 8 J. L. Garcia Ramon, Verbum 10 (1987), p. 132-133.
  • 9 Tziafalias, Garcia Ramon, Helly 2008, p. 75, nº 2, l. 24 : adjectif patronymique en -κλει-ειος.

6Ce passage fait partie d’une section introduite l. 9 par ἔξου πόλιος, formule répétée l. 16-17, 19 et 32. Cette indication topographique est complétée par une autre, l. 20-21, κατὰ Πύθιον εἰόντουν ἐν Κράννουνα ἀριστέρας [χερρὸς], « du côté du Pythion, quand on va à Krannon, à main gauche ». Cela permet de définir la situation du lieu qui nous intéresse ici, dénommé τοῦ βοίουνι τοῦ καλειµένου Ἱππορ[χείου]. La restitution du dernier mot est assurée par la reprise du même terme l. 26, πλάτιον τοῖ Ἱππαρχίοι. On ne s’étonnera pas de la variation de la voyelle dans Ἱππορ[χείου]-Ἱππαρχίοι, ni de la réduction de la diphtongue /ei/ à une monophtongue /i/- dans ce mot. La variabilité de /a/ vers /o/ est attestée en thessalien dans la forme de préposition ὀν (ionien attique ἀνά), dans l’opposition δέκοτος/δέκατος, ἰκοστός/ἴκατι, dans les formes en πετρα- et πετρο-. De même, la réduction de [ey] écrit ει > [e] > ι devant voyelle, phénomène de fermeture antérieur au développement du iotacisme est attesté dans les documents du iiie s. par les graphies θιός8, Ὑψικλιείοι9, etc.

  • 10 Salviat, Vatin 1971, p. 31. Cf. la glose d’Hésychius bêta.1014, βοώνητα · ἐπὶ ῶνῇ βοῶν δοθέντα.
  • 11 Sur ces variations, voir Helly 2013, p. 41.

7Les premiers mots de l’expression τοῦ βοίουνι τοῦ καλειµένου Ἱππορ[χείου] ont été, selon moi, mal interprétés par Fr. Salviat et Cl. Vatin, qui ont proposé d’y reconnaître un adjectif toponymique au datif τοῦ Βοιουνίτου comme une « dénomination secondaire » d’un sanctuaire qu’ils supposaient dédié à un héros Hipparchos, avec renvoi à un lieu-dit mentionné par Pausanias, III 12, 1, dans sa description de Sparte : ἰόντι δὲ ἐκ τῆς ἀγορᾶς κατὰ τὴν ὁδὸν ἣν Ἀφεταΐδα ὀνοµάζουσι, τὰ καλούµενα Βοώνητά ἐστι10. Il est vrai que le nom Βοώνητά s’explique bien comme un composé sur le thème de ητέω, et la forme thessalienne Βοιουνίτου de même si l’on accepte le passage de /ē/ long (thessalien -ει-) à -ι-. Mais il paraît peu vraisemblable de rejeter une formulation très ordinaire consistant à introduire une précision à la suite d’un terme d’acception plus générale : ainsi doit-on lire, à mon avis, la formule ὁ καλούµενος, τὸ καλούµενον, destinée à préciser le mot ὁ βοίουν, dans laquelle l’article est répété et tous les mots sont au datif après l’adverbe πλάτιον. On trouve déjà quelques lignes plus haut dans l’inscription quand est nommé le héros Ionios appelé Epaphas, Εἵρουι Ἰονίου τοῦ Ἐπαφᾶ τ[οῦ κα]|λειµένου. Cette lecture paraît d’autant plus plausible que le mot βοίουν est un terme à signification toponymique, avec le suffixe -ων des noms de lieux, attesté en Thessalie pour les noms Κράννουν, ionien attique Κράννων, Γύρτουν, Γύρτων, etc. La forme thessalienne βοίουν renvoie au substantif βοίων ou βοών de la koinè, pour *bow-y-ōn11 sur un thème *βοϝ- qui caractérise le nom du bœuf βοῦς.

  • 12 Inscription de Mygdonie, ca 357-350 av. J.-C., SEG XL 542, citée dans le texte repris par Hatzopoul (...)

8On trouve ce mot βοών dans une inscription de Macédoine du début du iiie s. av. J.-C., dans la description d’un territoire : après la désignation d’une montagne, on fait mention d’un chêne, d’un βοών et d’une route carrossable conduisant au sanctuaire d’Artémis12 :

- - - - - - - - - - - - - - -ὅ̣ρος Ὀσβαίοις
[καὶ Κισοίταις ἡ] δρῦς καὶ ὁ βοών,
[ἡ ὀδὸς ἡ ἐπὶ ἐπὶ Πρα]σσιλίους καὶ ἡ (ἁ)µαξι[τή]
[ἡ ἄγουσα ἐπὶ τ]ὸ̣ τῆς Ἀρτέµιδος ἱερὸ[ν].

  • 13 Il figurera dans le corpus des inscriptions de Pythion en préparation.

9Il semble bien que βοών désigne là un lieu où stationnent les bovins, tout de même que dans un décret par lequel la cité perrhèbe de Pythion a fait don de terrains à un certain Timogénès13 :

10Ce décret encore inédit date de la seconde moitié du ive s. av. J.-C.

  • 14 CIG 3064 et 1125 ; Y. Béquignon, RA 28 (1928), p. 185 (SEG IV 620) ; S. Hunt, JHS 67 (1947), p. 68- (...)

11Comme dans d’autres situations où l’on trouve la combinaison *o-w-, on enregistre des variations dans les dérivés suffixés en -y- : on a des formes avec vocalisation, βοίων, d’autres avec amuissement, βοών, ainsi dans le premier terme du composé τὰ Βοώνητα déjà cité. On trouve encore un féminin βούα, attesté par Hésychius qui glose ce mot par ἀγέλη παίδων Λάκωνες (bêta.865), mais aussi βοία dans le composé Μελιβοία, nom de la nymphe éponyme de la cité thessalienne de ce nom. On lit dans la grande liste de magistrats de Téos, datée du iiie-iie s. av. J.-C., le nom d’une tour dite « de Boios » pour un Boidès (l. 5-6)14 :

[Ὀ]<ρθ>αγ<ό>ρης, τοῦ Ποίκεω πύργου, Βα[- - -]
<Ε>ὐθυρρήµ<ω>ν, το[ῦ Β]οίου πύργου, Βοΐδη̣[ς].

  • 15 Tziafalias, Helly 2013, p. 164, l. 119.
  • 16 SEG LVII 505 ; LI 711.

12On rapprochera enfin le nom de tribu Βοᾶς, génitif Βοάτος écrit Βοᾶτες, à Larisa15 et celui de Βοιουνίδαι pour une autre unité civique (sungéneia ?) à Krannon16.

  • 17 Ce toponyme est souvent devenu un nom propre : Boion est le nom de plusieurs cités antiques, en Lac (...)

13Le caractère générique du substantif βοίουν/βοών a pour conséquence que l’on doit préciser si cette « stabulation » a une identité particulière, pour la distinguer d’autres semblables17. C’est le cas de la stabulation larisséenne appelée βοίουν Ἱππάρχ(ε)ιος. L’adjectif en -ειος peut renvoyer à deux réalités distinctes, quoi que sans doute liées : il peut signifier que la stabulation est celle d’un personnage dénommé ἵππαρχος ou Ἵππαρχος, nom de héros, comme l’ont compris Fr. Salviat et Cl. Vatin, ou nom du magistrat appelé hipparque, mais on peut aussi l’interpréter comme un substantif neutre désignant l’hipparcheion, le lieu où siège l’hipparque. La relation de l’un à l’autre est peut-être déjà fixée dans le texte de l’inscription elle-même, qui mentionne au même endroit une dédicace à Apollon Tempeitas faite par deux personnages dont l’un s’appelle Hipparchos et l’autre Skeibeis (l. 29-32) :

  • 18 SEG XLVIII 665, de Phères : (φιαλὰ) ἔχονσα ἐστύπουµα πρόσουπον Ἐννοδίας καὶ ἐπιγραφάν.
  • 19 Voir la mention d’inscriptions sur des rochers à Delphes, FD III 4, p. 295, l. 15-18, vers 110 apr. (...)

14La mention d’une ἐπιγραφά et non d’une stèle, en thessalien κίουν, attire l’attention. On fait en général mention du support, stèle, statue ou base, avec la formule ἐπιγραφὴν ἔχων, ἔχουσα (στηλή), ἐφ’ οὗ, ἐφ’ ἧς ἐπιγραφή18. On trouve ici ἐπιγραφά comme nominatif à rattacher au verbe µένει qui précède. Cela fait supposer que les hiéromnémons n’ont vu qu’une inscription sur un bloc dont ils n’identifiaient pas la nature et une inscription difficile à lire, ce qui pourrait expliquer la transcription erronée faite par le graveur de l’épiclèse d’Apollon Tempeitas : il s’agissait probablement d’une gravure ancienne en alphabet épichorique19.

  • 20 On en a trois autres mentions à Larisa : deux dans des listes d’affranchis du règne d’Auguste IG IX (...)
  • 21 Trois attestations à Larisa sur dix-huit dans LGPN III B.
  • 22 McCabe, Teos no 79.

15Les deux dédicants sont qualifiés de hiéromnémons, des magistrats civiques et non des hiéromnémons amphictioniques20. Nous ignorons tout de ces deux Larisséens nommés sans patronyme, ce qui peut être là encore une marque d’ancienneté. Le nom Hipparchos est commun en Thessalie, mais peu utilisé à Larisa21. Celui de Skeibeis semble très rare, nous n’en avons qu’une autre attestation par le dérivé Σκηβηΐδης dans une inscription hellénistique à Téos, à partir duquel il est raisonnable de reconstruire un anthroponyme Σκήβης répondant au thessalien Σκείβεις : τοῦ Ἑκαδίου πύργου, Σκηβηΐδης22.

  • 23 Cf. Σµικίνας à Mopsion : Tziafalias, Garcia Ramon, Helly 2008, p. 95, no 4, l. 17.
  • 24 Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Cercopithecus, consulté le 07 octobre 2018. Autres mentions : St (...)
  • 25 Masson E. 1967, p. 87, n. 5.
  • 26 C’est un emprunt ancien, voir Reynolds, Masson O. 1976, p. 92 (OGS 248) ; aussi ZPE 60 (1985), p. 1 (...)
  • 27 Ces noms sont connus dès l’époque classique en pays africain, en Cyrénaïque, mais aussi en Béotie, (...)

16L’interprétation de cet anthroponyme paraît difficile : on ne connaît en grec aucun nom comportant un thème *skēb- avec voyelle longue. Dans Σκείβεις et Σκηβηΐδης, il paraît probable que l’on a un thème avec sigma prothétique (cf. στέγος/τέγος, etc.)23. Dans cette hypothèse, on peut rattacher le thessalien Σκείβεις et l’ionien Σκηβηΐδης au substantif κῆβος, nom d’un singe à longue queue décrit par Aristote, Histoire des animaux 502a 17, qui distingue ce singe de pithecus et de cynocephale ; on l’identifie à cercopithecus, famille des cercopithecidae24. Compte tenu de la variante κῆπος chez Élien, De Natura Animalium 17, 8, il s’agirait d’un emprunt sémitique25. L’utilisation de ce nom comme sobriquet serait parallèle à celle que les Grecs ont faite du nom plus courant du singe, Πίθακος, emprunté lui aussi à une langue étrangère26. Comme pour ce nom qui a de nombreuses formes dérivées27, on peut accepter un dérivé Σκήβης (type λάχος/Λάχης) et un gentilice suffixé en -ίδης.

  • 28 Tziafalias, Helly 2013, p. 211.

17Cet anthroponyme Σκείβεις fait écho, à mon avis, à un autre nom gentilice qu’on lit dans une inscription cadastrale de Larisa28, qui précise que des lots de terre sont attribués à des citoyens inscrits sous le nom de Skibidai dans le quartier appelé [κα]τ Ἀφάµιον :

18L’accusatif Σκιβίδας désigne un secteur du cadastre, comme Ὀρτάδας dans le catalogue des ventes des hippoteia et dans l’inscription cadastrale publiée par Chr. Habicht, Demetrias I (1976), p. 157-159, face A (SEG XXVI 672).

  • 29 Masson O. 1967 (OGS 93-96). Je reprends les remarques que m’a faites mon ami J. L. Garcia Ramon sur (...)
  • 30 Fausse attribution à Scotoussa de Thessalie dans LGPN III B, s.v. « Κιβᾶς », pour ce nom dans une d (...)
  • 31 Blümel 1987, p. 68.
  • 32 Tziafalias, Helly 2013, p. 154 ; dans la même inscription, voir ἱµιτύα et ἱµιτολαχία en regard des (...)

19Le nom gentilice Σκιβίδαι peut-il être rapproché de l’anthroponyme Σκείβεις ? On doit y reconnaître plutôt un dérivé d’un nom formé sur l’adjectif *κίβος, connu par une glose d’Hésychius, κίβον ἐνεόν Πάφιοι, « muet, » au figuré « stupide »29. Mais on ne connaît aucune attestation de ces noms en Thessalie30. Il me semble cependant qu’on peut faire l’hypothèse d’une confusion des deux dérivés Σκειβείδαι de (Σ)Κείβεις et Σκιβίδαι de (Σ)Κίβεις (Κίβης), justifiée par la réduction de /ei/ > ey > /i/ en thessalien aussi devant consonne. Cette variabilité est attestée dès la fin du vie ou le début du ve s. dans ἀπῖσαι IG IX 2, 1202, à Koropè, en face de ὰπεῖσαι à Argoura SEG XLV 549, l. 1131, ou dans une inscription sur vase de Pélinna, SEG LI 729, ΛImage νίδου ἰµί pour εἰµί. Αu iiie s., à Larisa, on a une alternance analogue d’un même nom ou une confusion entre deux dérivés du thème de ἀλκή, Ἀλκείδας/Ἀλκίδας, l’un, τοῦν Ἀλκειδαίουν ἱπποτείουν, dans l’inscription sur la vente des hippoteia, l. 3132, l’autre Ἀλκίδας Σ-, dans la politographie de Larisa IG IX 2, 517, l. 9.

Le cours d’eau Aphamios et la localisation de l’hippodrome de Larisa

  • 33 Ager 1996, nos 163 et 167.

20L’hypothèse d’une relation entre le nom du hiéromnémon Skeibeis et le nom des Skibidai me paraît être renforcée par la désignation des terrains des Skibidai, inscrits dans une section appelée [κα]τ Ἀφάµιον, comme on a dans le catalogue des ventes la localisation [κ]ατὰν ὑδ[ρε]ίαν, l. 56. L’identification de ce toponyme comme nom d’un cours d’eau Ἀφάµιος est assurée par l’inscription FD III 4, 42, l. 15-16 et 29 : il désigne un cours d’eau qui devait séparer les territoires de Thronion et de Skarphée en Locride33. Or il semble que la localisation de l’inscription consacrée par Skeibeis et son collègue Hipparchos et celle des terrains attribués aux Skibidai se situent dans la même partie du territoire de Larisa le plus proche de la ville, dans une région où passait, et passe encore, la route de Larisa à Krannon, comme le dit l’inscription relative à l’inventaire des sanctuaires de Larisa, l. 20-21 : κατὰ Πύθιον εἰόντουν ἐν Κράννουνα ἀριστέρας [χερρὸς]| πλάτιον τοῦ βοίουνι τοῦ καλειµένου Ἱππορ[χείου].

  • 34 Palioungas 2002, p. 98, 113 n. 39, 285, 335 n. 186 ; Palioungas 2007, p. 586-590 : το ποτάµακι Κουρ (...)
  • 35 Giannopoulos 1930, p. 257.

21De fait, ce cours d’eau Aphamios ne peut être qu’un affluent du Pénée, qui dans cette partie de son cours en reçoit seulement deux, tous deux sur sa rive droite, au sud, venant des collines appelées Révénia. On peut alors identifier cet Aphamios avec un affluent mineur du Pénée qui naît dans ces collines et arrive jusqu’à Larisa par la vallée que l’on remonte en direction du sud pour aller de Larisa à Krannon et à Karditsa (fig. 3 et 4). Ce petit reuma qui a formé cette vallée portait à l’époque ottomane le nom turc de Kourouldou, en grec Xérias. Th. Palioungas, dans son ouvrage Η Λάρισα κατά την Τουρκοκρατία34, a localisé le cours de ce reuma grâce à des indications topographiques de l’époque ottomane et du début du xxe s. Le reuma Kourouldou, qui longe à l’est la colline appelée Mézourlo, où l’on a construit le Διαχρονικό Μουσείο de Larisa, bordait dans ce secteur sud de la ville le cimetière juif installé là à partir du début du xviie s., au voisinage d’une propriété appelée Aksaray et à l’extrémité est d’un sunoikismos Livadaki. Le terrain de ce cimetière hébraïque, abandonné à partir de 1900 pour un nouveau installé à côté du cimetière chrétien odos Pharsalôn, a servi à la construction du 25eDimotiko Scholeio, aujourd’hui École de musique, et du 6e Gymnasio-Lykeio. Les inscriptions hébraïques de cet ancien cimetière ont été copiées par N. Giannopoulos en 191235. Quand la ville moderne s’est développée, on a construit sur l’emplacement de cette section du cours d’eau la rue Mikhail Karaoli-Andréa Dimitriou.

  • 36 Stählin 1924, p. 96, et Palioungas 2002, pl. A et B.
  • 37 Pococke 1745, p. 153.
  • 38 Palioungas 2002, p. 113, n. 39.
  • 39 Où se trouvent un grand gymnase et d’autres équipements publics.

22Un peu au nord du périphérique sud de Larisa, le Kourouldou se dirigeait vers le nord-ouest puis vers le nord en direction du Pénée, à l’est de l’hôpital militaire situé en bordure du boulevard périphérique intérieur qui porte le nom d’Athanasiou Lagou, prolongement du boulevard Ήρώων Πολυτεχνείου. Les cartes ottomanes de 1828 et 1880 (fig. 3) signalent plusieurs ponts à l’intérieur de la ville36, qui servaient à passer ce cours d’eau ; du côté du pont le plus proche de l’enceinte ottomane, on a repéré une ligne de blocs antiques. Th. Palioungas précise que sur la carte de 1827-1828 le ruisseau était représenté, mais qu’on ne lit que la seconde partie du nom, ... ere (dere, petit cours d’eau). Il indique que le ruisseau Kourouldou a été reconnu sans ambiguïté par le voyageur anglais R. Pococke (1741), selon lequel, dans la partie occidentale de la ville, il existe un petit ruisseau qui se jette dans le Pénée et qui est à sec l’été37. En 1937, le ruisseau Kourouldou a été transformé en canal couvert pour les eaux de pluie38 : sur son parcours, depuis le boulevard des Ήρώων Πολυτεχνείου aménagé sur le tracé de l’enceinte ottomane détruite au début du xxe s. jusqu’au pont du Pénée, on a construit la rue Dimitriou Karathanou. Dans les nouveaux quartiers au sud de la ville39 et plus en amont, les cartes modernes figurent le tracé du Kourouldou dans la vallée qui descend des Révénia depuis les villages de Krannon et Eleutherai, suivant un peu à l’est la route Larisa-Krannon (fig. 4).

Fig. 3 — Plan de Larisa à l’époque ottomane (1880).

Fig. 3 — Plan de Larisa à l’époque ottomane (1880).

D’après Stählin 1924, p. 96.

Fig. 4 — La route de Krannon (1) et le Kourouldou (2).

Fig. 4 — La route de Krannon (1) et le Kourouldou (2).

Carte soviétique de 1960-1970.
http://maps.vlasenko.net/​soviet-military-topographic-map/​map50k.html, consulté le 17 octobre 2018.

  • 40 Tziafalias 1994, p. 155.
  • 41 Les exposés présentés au colloque sur les hippodromes ont insisté sur ces trois éléments caractéris (...)

23Il en résulte que, si l’on suit les indications données par l’inventaire des sanctuaires de Larisa, « hors de la ville, quand on va vers Krannon, à main gauche », on trouve à proximité de cette route, et par conséquent de ce cours d’eau Aphamios-Kourouldou, un Pythion πλάτιον τοῦ βοίουνι τοῦ καλειµένου Ἱππορ[χείου], formule que je propose de traduire par « le camp de l’hipparque ». Il semble que l’on peut situer ce lieu à l’est du Livadaki proche de l’ancien cimetière hébraïque et dans la direction de la gare, au sud du boulevard Ήρώων Πολυτεχνείου et au sud du rempart antique, dont le tracé, restitué par A. Tziafalias40, était quelques centaines de mètres plus au nord (fig. 5). Le nom de Livadaki montre que « ce camp de l’hipparque » n’était qu’un espace de stabulation hors de la ville, à proximité des remparts, un espace qui pouvait servir de pâturage temporaire à la bonne saison et était destiné à accueillir les grands rassemblements d’animaux d’élevage, les bovins, ce qui explique sa qualification de βοίουν, mais aussi les chevaux. Il possédait les trois éléments requis pour un hippodrome : un assez vaste espace, une ressource en eau et une route d’accès41.

Fig. 5 — L’enceinte ottomane (d’après Palioungas 2007, p. 556, fig. 82) et le tracé supposé de l’enceinte antique (Tziafalias 1994, n. 41, p. 155): entre les tours VII et VIII, la route vers Krannon et Karditsa.

Fig. 5 — L’enceinte ottomane (d’après Palioungas 2007, p. 556, fig. 82) et le tracé supposé de l’enceinte antique (Tziafalias 1994, n. 41, p. 155): entre les tours VII et VIII, la route vers Krannon et Karditsa.
  • 42 Sur la contribution de chaque cité du koinon thessalien à la cavalerie fédérale, sur les staseis et (...)
  • 43 Même description dans Helléniques III 4, 17.

24On comprend pourquoi ce pré était appelé aussi ἱππάρχειον, le camp de l’hipparque ou hipparcheion, siège du commandant de la cavalerie. Car c’est là que les hipparques pouvaient réunir les cavaliers constituant le régiment de cavalerie que la cité de Larisa devait fournir à l’armée fédérale thessalienne et sans doute aussi l’autre régiment de la stasis dont Larisa était le centre42. C’est là que ces cavaliers amenaient leurs chevaux d’armes, là que se faisait le contrôle de l’état des montures, en particulier dans les périodes de mobilisation. Deux textes parallèles de Xénophon permettent d’imaginer ces moments de grande activité et d’agitation. Lors de son intervention en Asie, Agésilas a tenté de mettre sur pied une cavalerie à Éphèse, ce pour quoi il a organisé une « foire » aux chevaux (Xénophon, Agésilas 26) : ἥ τε γὰρ ἀγορὰ µεστὴ ἦν παντοδαπῶν καὶ ὅπλων καὶ ἵππων ὠνίων, οἵ τε χαλκοτύποι καὶ οἱ τέκτονες καὶ οἱ σιδηρεῖς καὶ σκυτεῖς καὶ γραφεῖς πάντες πολεµικὰ ὅπλα κατεσκεύαζον : ὥστε τὴν πόλιν ὄντως ἂν ἡγήσω πολέµου ἐργαστήριον εἶναι43.

  • 44 Blaineau 2015, p. 289, n. 1 : « Il faut imaginer l’agora d’Athènes parcourue par les chevaux et leu (...)
  • 45 Chandezon 2000, met en évidence la difficulté d’interpréter le terme agora qui a le sens de marché (...)
  • 46 La situation n’était sans doute pas différente pour l’infanterie : pour entraîner hoplites et fanta (...)

25Dans son livre consacré au cheval de guerre en Grèce44, A. Blaineau cite ces textes et conclut qu’à Athènes les ventes de chevaux et de bétail se faisaient sur l’agora. Il n’oublie cependant pas l’existence des foires et panégyries qui offraient toutes occasions de se procurer ou d’échanger du bétail45. Pour moi, l’intérêt de ce texte est ailleurs : outre le fait que l’utilisation de ce que Xénophon appelle l’agora d’Éphèse a pu être de circonstance, l’expression πολέµου ἐργαστήριον marque, au contraire, une opposition entre ce qui se passait sur l’agora et ce que représentait la mise sur pied d’une cavalerie en période de guerre. Pour rassembler les cavaliers, les chevaux, l’armement et tous ceux qui accompagnent l’opération, palefreniers, écuyers et tous les corps de métiers requis, il faut un espace bien plus vaste qu’une agora urbaine46. Un vaste camp de l’hipparque est nécessaire.

26Il est probable que le ou les hipparques qui commandaient le régiment de cavalerie de Larisa aient disposé d’un local situé en ville : l’organisation et la gestion d’une telle unité exigeaient d’avoir des rôles écrits et des archives tenues par un secrétariat et celles-ci n’étaient pas conservées « hors la ville. » Mais il n’était sans doute pas acceptable de faire entrer et stationner intra muros de manière régulière et répétée plusieurs centaines de chevaux, sinon à l’occasion des grandes fêtes religieuses ou de manifestations patriotiques à l’occasion desquelles les cavaliers pouvaient se déployer dans l’ensemble de la ville et en particulier sur l’agora pour des processions ou des démonstrations.

Le camp de l’hipparque, l’hippodrome et les concours hippiques à Larisa

  • 47 Tel est le nom donné, à la fin du xixe s., à l’hippodrome de Lyon aménagé dans la plaine du moyen R (...)
  • 48 Une tente pouvait accueillir le bureau de l’hipparque, l’hipparcheion.

27C’est dans l’espace de ce « grand camp47 » que les unités de cavalerie effectuaient les exercices et les manœuvres décrites par les spécialistes de l’art équestre, les entraînements individuels au dressage du cheval et l’apprentissage du maniement de leur monture par les cavaliers, les mouvements collectifs des escadrons et des régiments, qui exigeaient un vaste espace ouvert, libre de constructions. Ce camp de l’hipparque ne nécessitait pas d’installations construites en dur48 : comme aujourd’hui sur les champs de foire, il suffisait de barrières mobiles pour fixer les limites du stationnement des animaux. Par tempérament, les chevaux n’ont pas tendance à franchir les barrières : une simple corde suffit le plus souvent pour les maintenir dans le pré. Quant aux bovins, plus enclins à pérégriner en toutes directions, ils peuvent eux aussi être tenus en station par des barrières et, dans les foires, ce sont à des barrières qu’ils sont à l’attache.

  • 49 Blaineau 2015, p. 69 : « Les besoins des chevaux en eau peuvent varier de 25 à 75 litres par jour e (...)

28En revanche il est indispensable d’avoir une ressource en eau à proximité pour tous ces animaux. Mais il n’est pas nécessaire d’avoir des cours d’eau abondants ni des débits considérables. Comme dans tous les pays méditerranéens, un filet d’eau permet de remplir des bassins et des abreuvoirs49. L’Aphamios de l’Antiquité, le Kourouldou-Xérias, en dépit de son nom, devait répondre à ces besoins, d’autant que les grands rassemblements d’animaux pour la mobilisation comme pour les marchés n’avaient pas lieu en plein été, mais de préférence au printemps et à l’automne.

  • 50 Helly 1995, p. 202 et 210.

29Il n’en faut pas davantage pour faire de ce camp de l’hipparque un hippodrome. Car tout exercice collectif suscite l’émulation entre les participants et c’est ainsi que le champ de manœuvre devient champ de courses, le camp de l’hipparque devient hippodrome au sens plein du terme, le lieu des concours hippiques. Il faut constater, en effet, que les épreuves hippiques que l’on trouve dans les inscriptions dites agonistiques reposent sur les exercices d’entraînement et de perfectionnement au service armé des cavaliers, les défilés et parades, les charges appelées prosdromai, etc. La compétition entre les individus et les groupes est aussi l’occasion d’évaluer leur valeur militaire et permet de réaliser ce que l’on appelle l’amalgame dans les unités, des plus petites jusqu’aux plus grandes50. D’autres épreuves sont fondées sur les pratiques concrètes et quotidiennes que requiert l’utilisation des chevaux : ainsi l’amphippodromè, l’exercice qui consiste à sauter d’un cheval sur un autre en pleine course, se rapporte à l’opération qui permet de rassembler les chevaux, notamment les jeunes, laissés en libre pâture pendant la saison d’hiver. Pour toutes ces épreuves, le pré suffit, comme on voit pratiquement partout et encore dans beaucoup d’hippodromes actuels. Sur ce pré, il n’est pas besoin d’autres équipements que de barrières, de poteaux de bois portant des cordes ou des lisses de bois pour délimiter un ou plusieurs parcours, des lignes de départ et des obstacles.

  • 51 Blaineau 2015, p. 269.
  • 52 Tziafalias, Helly 2013, p. 164, l. 119.
  • 53 Chandezon 2014, citation p. 36.
  • 54 Tziafalias, Helly 2013, p. 174.

30C’est à ce camp de l’hipparque que les cavaliers devaient amener leur cheval d’arme, qu’ils gardaient à la maison51 : on devait pouvoir en disposer sans délai en cas de mobilisation. À Larisa, la loi faisait obligation aux cavaliers de nourrir et entretenir leurs chevaux et leur accordait un lot supplémentaire réservé à cette fin52. Mais, comme l’a écrit Chr. Chandezon dans une étude sur l’hippotrophia et la boutrophia, « l’hippotrophia suppose l’entretien d’un cheval et cela oriente vers ce que l’on appelle, dans le langage des cavaliers, la remonte. Ce terme désigne l’ensemble des processus et services qui permettent d’équiper des cavaliers en montures53 ». L’hippotrophia impose des contraintes qui vont au-delà du simple entretien individuel de sa monture et éventuellement des bêtes de somme qui peuvent accompagner le cavalier mobilisé. Le contrôle et l’intervention de l’État s’imposent. L’inscription de Larisa déjà citée montre comment et sur quoi ce contrôle s’exerçait : sur le lot cavalier, hippoteion, détenu par le citoyen la loi fixait une limitation de la vigne et des cultures vivrières pour l’alimentation humaine, assortie d’un contrôle probablement annuel sur l’application de ces dispositions et de pénalités financières dont les montants apparaissent suffisamment élevés pour avoir valeur dissuasive, de 3 à 5 mines d’argent54.

  • 55 Scarborough 2015.

31Chr. Chandezon a précisé également que certains états hellénistiques « ont pu recourir à des dispositifs de remonte différents où les chevaux étaient fournis par des services dépendant du pouvoir, ce qui suppose l’entretien de haras d’État ». Mais pour de nombreuses cités on peut supposer une situation intermédiaire, associant l’entretien individuel de la monture avec des contraintes imposées par l’État : le service public pouvait être consacré spécifiquement à cette partie de l’hippotrophia qui relève des soins vétérinaires des animaux en général, incluant le suivi de la reproduction, le contrôle des juments et des poulains, etc. L’ensemble de ces opérations exigeaient des compétences que les simples citoyens ne pouvaient pas tous développer et devaient être confiées à un spécialiste, l’hippiatros. Il apparaît par ailleurs que celui-ci pouvait être un médecin appointé par la cité, un professionnel que l’on pouvait faire venir d’ailleurs, comme on en trouve un exemple thessalien par le décret de Lamia pour Mètrodôros fils d’Androménès de Pélinna, IG IX 2, 6955.

  • 56 L. Robert, RPh 1936, p. 164, qui cite Héraclide du Pont, FHG II 218, frg. 22, et la représentation (...)
  • 57 Pour cette caractéristique du territoire de Colophon, Rousset 2014, p. 60.

32Une autre partie de l’hippotrophia relevait aussi de pratiques collectives. Ce n’est pas un hasard si les cités et les peuples qui avaient la réputation d’être hippotrophoi ou hippobotoi, au nombre desquels on doit compter les Magnètes du Méandre56, les Colophoniens57, les Béotiens et les Thessaliens, disposaient de grands espaces de parcours dans les plaines ou les vallées alluviales où ils avaient leurs territoires. Il ne s’agissait pas de grands domaines aristocratiques, comme on l’a prétendu longtemps et quelques fois encore aujourd’hui en ce qui concerne la Thessalie. L’existence de supposés grands domaines est totalement contredite à la fois du point de vue de la chorographie, puisque les inscriptions assurent qu’une très grande partie du territoire était cadastrée en lots numérotés et groupés sous des appellations toponymiques spécifiques, et du point de vue des institutions, les terres étant et restant la propriété de la cité, leur distribution aux citoyens-exploitants étant faite dans le cadre des tribus et des génè et déterminée par la position de chacun de ceux-ci dans l’organisation militaire, qui fixait leur statut de cavaliers ou de fantassins.

  • 58 On trouve ce terme dans l’épigramme faisant mémoire des Amyréens, Helly 2013, p. 126.
  • 59 Rougemont 1983.
  • 60 Traduction appropriée, à mon avis, que donne R. Bouchon. Ce concours à forte signification religieu (...)

33En revanche, hors de ces parties cadastrées du territoire, on utilisait de grands espaces portant le nom de hippobotoi ou hippobota58. Ces pâturages qu’on appelle aujourd’hui livadia, qui sont et étaient des espaces communautaires, étaient souvent des prairies humides, εἰµαρµέναι59, plus ou moins marécageuses selon les saisons, situées dans les parties les plus déprimées de la plaine thessalienne. On pouvait y pratiquer la libre pâture des troupeaux de chevaux et de bovins. Les uns et les autres devaient être rassemblés à intervalles réguliers pour être contrôlés, soignés, sélectionnés pour aller à l’abattoir, etc. D’où la place donnée dans les concours thessaliens à l’épreuve de l’ἀµφιπποδρόµα et au concours spécialement dénommé ταυροθηρία, « attrape-taureau60 » ou à la ταυροκαθαψία, les unes et les autres si bien illustrées par les monnaies thessaliennes (fig. 6).

Fig. 6 — Monnaie de Larisa.

Fig. 6 — Monnaie de Larisa.

D’après le catalogue de vente Triton XV [2012], https://www.cngcoins.com/​Coin.aspx?CoinID=198807, consulté le 10 novembre 2018.

34Mais il apparaît aussi que certaines épreuves des concours hippiques ressemblaient, autrefois comme aujourd’hui, plus spécifiquement à de la compétition pure et amenaient les propriétaires qui en avaient les moyens à s’adonner à une activité qui est à la fois un besoin et une passion, l’élevage des chevaux pour les courses. Chr. Chandezon a rappelé qu’il y a toujours eu deux aspects conjoints dans le fait de nourrir des chevaux, l’aspect militaire, car il est essentiel d’assurer la monte et la remonte pour la cavalerie, et l’aspect agonistique, car les concours hippiques apportent notoriété et honneur aux vainqueurs. En s’appuyant sur l’exemple de Sparte, il a montré que partout l’aspect agonistique a tendu à l’emporter chez les riches aristocrates. Ces deux aspects ne s’opposent pas dans leur principe : les concours permettent de sélectionner les meilleures bêtes pour la monte et pour la reproduction, et illustrent celui qui les mène ou celui qui les possède. Sur les victoires aux concours prestigieux, Pythia, Olympia, s’est établie la notoriété des grandes familles aristocratiques thessaliennes dès l’époque classique, dans les épreuves les plus réputées, la course montée et la course de chars, comme en témoignent les poèmes de Pindare et de Bacchylide.

  • 61 Helly 1995, p. 274, n. 176.
  • 62 Cf. Bouchon 2017.

35À l’époque hellénistique le sens que peuvent prendre les concours hippiques a pu changer, à la mesure des changements politiques et sociaux que cette période a connus. La présence de l’autorité romaine a eu pour conséquence la diminution, voire la disparition de la fonction militaire dans les cités : les cavaliers, comme les fantassins, ont en charge la surveillance du territoire et les hipparques mentionnés dans des inscriptions thessaliennes d’époque impériale semblent n’avoir que des fonctions de police61. D’autre part, on peut mettre au compte des transformations de la société elle-même l’altération de plus en plus forte de l’organisation sociale ancienne qui associait la propriété de la terre à la position militaire des citoyens. Les inscriptions cadastrales de Larisa, les décrets sur la vente des lots cavaliers non exploités et la politographie imposée aux Larisséens par Philippe V de Macédoine montrent l’usure de ce système. Par les décrets sur les hippoteia, liberté est donnée aux acheteurs de lots cavaliers d’en acquérir autant qu’ils veulent, dans la tribu qu’ils veulent et pour les exploiter comme ils le veulent. Cette décision est certes marquée par l’urgence du moment, mais elle ouvre des droits sur lesquels les cités ne pourront pas revenir. Il apparaît aussi que certains acheteurs ont mis en œuvre des stratégies d’acquisition en prenant des séries de lots voisins ou proches les uns des autres. On peut y voir l’amorce d’une concentration des terres dans les mains de quelques riches citoyens et du développement de grandes propriétés, sur l’exploitation desquelles se construiront les grandes familles de l’époque impériale et qui permettront aux membres de ces familles de monopoliser les fonctions de stratèges du koinon thessalien ou celles d’agonothètes des concours locaux comme les Éleuthéria ou panhelléniques comme les Pythia, pendant des décennies62.

  • 63 Tziafalias, Helly 2006, p. 407-417.
  • 64 Inscription publiée par A. S. Arvanitopoulos, RPh 1911, p. 125, no 27, l. 7, voir LGPN III B, s.v. (...)
  • 65 Ep. Oropou 529, l. 20 : la restitution du premier éditeur, B. Léonardos, [Ἰσ]οκρ(ά)τηϛ, acceptée pa (...)
  • 66 Bouchon 2007 a montré que Larisa et la Thessalie continentale ont été pendant les guerres mithridat (...)
  • 67 Puech 2002, p. 308-312 et 508.
  • 68 Bouchon 2016, p. 295-296.

36Dans ces concours, les épreuves hippiques permettaient à ces riches propriétaires de mettre en scène les produits de leurs élevages. Il semble que telle était la situation du Larisséen Philokratès fils d’Antigonos qui a demandé à sa cité d’accorder la proxénie à deux Chalcidiens, Zôbios fils de Zôbios et son frère Dionysios dans les années 70 av. J.-C.63. Philokratès est connu par deux inscriptions agonistiques : à Larisa, il a été vainqueur συνωρίδι πωλικῇ aux Éleuthéria64, à Orôpos il a remporté l’épreuve κέλητι τελείωι des Amphiaraia65. Philokratès apparaît, d’après ces mentions de victoires hippiques, comme un éleveur et un patron d’écurie, pourrions-nous dire, et la relation qui associe les deux Chalcidiens et le Larisséen paraît passer par une commune participation à tel ou tel de ces concours. On peut supposer aussi la participation de ces Chalcidiens et de ce Larisséen, peu après les guerres mithridatiques66, aux Éleuthéria de Larisa. À l’époque impériale, un autre Larisséen de grande réputation, le sophiste Hippodromos, désigné pour diriger la chaire de rhétorique à Athènes67, fut par ailleurs, comme le rappelle R. Bouchon, agonothète des Pythia pour la deuxième fois en 195 et enseignait encore en 213, avant de prendre une retraite anticipée sur ses terres : Philostrate, dans sa Vie des Sophistes, rappelle qu’il était le fils du plus riche propriétaire de haras en Thessalie, M. Aurelius Olympiodôros fils d’Olympiodôros. Cet Olympiodôros est nommé comme agonothète dans une inscription monumentale du théâtre de Larisa et il a exercé des fonctions de prestige dans les années 160-180 apr. J.-C.68.

37Voici donc fixé, je crois, le lieu de ces concours hippiques, mais aussi le lieu des revues militaires de la cavalerie, le lieu de rassemblement des cavaliers et de leurs montures au moment des grandes mobilisations par régiments et par tétrades, comme aussi des remontes annuelles et des inspections sanitaires. Tous ces moments essentiels pour la vie de la cité se concentraient au camp de l’hipparque, hors la ville, en bordure de la route de Krannon, à gauche et à proximité du cours de l’Aphamios.

Notes

1 Axenidis 1947, p. 26-27.

2 Axenidis 1947, p. 26-27, repris dans Pelasgis Larisa II (1949), p. 186. Cette épigramme honore un aurige qui a son tombeau « près des hippodromes », καὶ νῦν ἱπποδρόµοις |[ἄγ]χι θανὼν ἐτάφην.

3 Th. Axenidis renvoie sur ce point à B. Ornstein, Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde 17 (1882), p. 186.

4 Palioungas 2007, p. 715-717 et n. 17.

5 D. R. Theocharis, AD 16 (1960), Chron., p. 185 et pl. 158.

6 Salviat, Vatin 1971, p. 8-34.

7 Helly 1970.

8 J. L. Garcia Ramon, Verbum 10 (1987), p. 132-133.

9 Tziafalias, Garcia Ramon, Helly 2008, p. 75, nº 2, l. 24 : adjectif patronymique en -κλει-ειος.

10 Salviat, Vatin 1971, p. 31. Cf. la glose d’Hésychius bêta.1014, βοώνητα · ἐπὶ ῶνῇ βοῶν δοθέντα.

11 Sur ces variations, voir Helly 2013, p. 41.

12 Inscription de Mygdonie, ca 357-350 av. J.-C., SEG XL 542, citée dans le texte repris par Hatzopoulos 1996, App. épig., no 4.

13 Il figurera dans le corpus des inscriptions de Pythion en préparation.

14 CIG 3064 et 1125 ; Y. Béquignon, RA 28 (1928), p. 185 (SEG IV 620) ; S. Hunt, JHS 67 (1947), p. 68-75 ; McCab, Teos no 79 (PHI, base de données en ligne. URL : http://epigraphy.packhum.org/book/529 ?location=14, consulté le 6 octobre 2018).

15 Tziafalias, Helly 2013, p. 164, l. 119.

16 SEG LVII 505 ; LI 711.

17 Ce toponyme est souvent devenu un nom propre : Boion est le nom de plusieurs cités antiques, en Laconie, en Doride, etc.

18 SEG XLVIII 665, de Phères : (φιαλὰ) ἔχονσα ἐστύπουµα πρόσουπον Ἐννοδίας καὶ ἐπιγραφάν.

19 Voir la mention d’inscriptions sur des rochers à Delphes, FD III 4, p. 295, l. 15-18, vers 110 apr. J.-C. (Choix d’inscriptions de Delphes, no 247) : ἐν τῇ τῶν ἱεροµνηµόνων κρίσε]ι κεκλῆσθαι Ἄκρα Κολώφια καὶ ἐκ τούτο[υ φανερὸν ἐστι]ν ὅτι ἐνε[στήκασιν| ἐν ἀµφοτέροις τοῖς λόφοις φυσικοὶ λίθοι ὧν ἐν µὲν τῷ ἑτέρῳ] ἔτι καὶ νῦν ἐπιγραφὴ µένε[ι (la suite en rétro-version du texte latin : διὰ τὴν ἀρχαιότητα πιστωτέα,| ἣ σηµαίνει τοῦτον τὸν λίθον Δελφῶν ὅρον εἶναι, ἐν δὲ τῷ ἑτέρῳ α]ὐ̣τὸ τοῦτο ἐπεγέγραπτ[ο, καίτοι νῦν ἐκκεκολαµµένον ἦν).

20 On en a trois autres mentions à Larisa : deux dans des listes d’affranchis du règne d’Auguste IG IX 2, 541, et AEph 1930, p. 176-178, et dans une dédicace à Apollon Kerdôios IG IX 2, 1234, par Sousipatros Polemarchidaios, hiéromnémon et archidaphnéphore (fausse attribution à Phalanna).

21 Trois attestations à Larisa sur dix-huit dans LGPN III B.

22 McCabe, Teos no 79.

23 Cf. Σµικίνας à Mopsion : Tziafalias, Garcia Ramon, Helly 2008, p. 95, no 4, l. 17.

24 Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Cercopithecus, consulté le 07 octobre 2018. Autres mentions : Strabon, XVI 4, 16, avec variation sur l’orthographe κῆπος ; Galien, De usu partium 11, 2.

25 Masson E. 1967, p. 87, n. 5.

26 C’est un emprunt ancien, voir Reynolds, Masson O. 1976, p. 92 (OGS 248) ; aussi ZPE 60 (1985), p. 138.

27 Ces noms sont connus dès l’époque classique en pays africain, en Cyrénaïque, mais aussi en Béotie, à Delphes et en Thessalie.

28 Tziafalias, Helly 2013, p. 211.

29 Masson O. 1967 (OGS 93-96). Je reprends les remarques que m’a faites mon ami J. L. Garcia Ramon sur la formation de ces noms, ce dont je le remercie très sincèrement.

30 Fausse attribution à Scotoussa de Thessalie dans LGPN III B, s.v. « Κιβᾶς », pour ce nom dans une dédicace de Macédoine du ive-iiie s. av. J.-C. à Hérakleia Sintikè ou Scotoussa de Macédoine (?), voir LGPN IV, s.v.

31 Blümel 1987, p. 68.

32 Tziafalias, Helly 2013, p. 154 ; dans la même inscription, voir ἱµιτύα et ἱµιτολαχία en regard des formes à /e/ long hImage µισον et hImage µίεκταιίδιον IG IX 2, 1222, l. 3-4, Magnésie, ve s. av. J.-C., voir Blümel 1987, p. 88 et 127-128.

33 Ager 1996, nos 163 et 167.

34 Palioungas 2002, p. 98, 113 n. 39, 285, 335 n. 186 ; Palioungas 2007, p. 586-590 : το ποτάµακι Κουρούλντου (Kuru Dere) ἐλληνικά Ξηρόλακκος η Ξερίας καὶ κόντα ἐνα Ανοικτος Αγρός. Informations complétées oralement par A. Tziafalias.

35 Giannopoulos 1930, p. 257.

36 Stählin 1924, p. 96, et Palioungas 2002, pl. A et B.

37 Pococke 1745, p. 153.

38 Palioungas 2002, p. 113, n. 39.

39 Où se trouvent un grand gymnase et d’autres équipements publics.

40 Tziafalias 1994, p. 155.

41 Les exposés présentés au colloque sur les hippodromes ont insisté sur ces trois éléments caractéristiques.

42 Sur la contribution de chaque cité du koinon thessalien à la cavalerie fédérale, sur les staseis et la mobilisation des deux régiments de la stasis larisséenne en 431, voir Helly 1995, p. 202-210, 233-238 et Helly 2000.

43 Même description dans Helléniques III 4, 17.

44 Blaineau 2015, p. 289, n. 1 : « Il faut imaginer l’agora d’Athènes parcourue par les chevaux et leurs cavaliers : dans son angle sud-ouest à proximité de l’Hipparcheion, où les Hippeis s’exerçaient à différentes figures équestres. Il convient d’ajouter à cela les processions et les exhibitions décrites par Xénophon dans l’Hipparque III, passim, et qui se déroulaient à l’Académie, au Lycée, à Phalère ou à l’hippodrome ».

45 Chandezon 2000, met en évidence la difficulté d’interpréter le terme agora qui a le sens de marché autant que de place publique. En thessalien, le mot λίµην a ce même double sens et les cités thessaliennes comme Larisa disposaient de deux limenes ou agorai, l’une dite libre et l’autre dite commerciale.

46 La situation n’était sans doute pas différente pour l’infanterie : pour entraîner hoplites et fantassins, il faut utiliser la palestre et le gymnase, mais on les rassemble dans la même situation que les cavaliers, hors de la ville. Le même inventaire de sanctuaires assure que l’une de ces palestres se trouvait hors de la cité, l. 41-42 : καὶ το γουνίον τὸ ἀρχαῖον τὰς Παντα[πονεί|ας πα]λαίστρας.

47 Tel est le nom donné, à la fin du xixe s., à l’hippodrome de Lyon aménagé dans la plaine du moyen Rhône à l’est de Lyon, sur la commune de Villeurbanne.

48 Une tente pouvait accueillir le bureau de l’hipparque, l’hipparcheion.

49 Blaineau 2015, p. 69 : « Les besoins des chevaux en eau peuvent varier de 25 à 75 litres par jour en fonction de la taille et des conditions d’élevage ». Pour les bêtes à l’hippodrome, il ne s’agit pas d’une station de longue durée et l’alimentation en eau pouvait être assurée par des bassins en nombre suffisant.

50 Helly 1995, p. 202 et 210.

51 Blaineau 2015, p. 269.

52 Tziafalias, Helly 2013, p. 164, l. 119.

53 Chandezon 2014, citation p. 36.

54 Tziafalias, Helly 2013, p. 174.

55 Scarborough 2015.

56 L. Robert, RPh 1936, p. 164, qui cite Héraclide du Pont, FHG II 218, frg. 22, et la représentation d’un cavalier sur les monnaies de la cité.

57 Pour cette caractéristique du territoire de Colophon, Rousset 2014, p. 60.

58 On trouve ce terme dans l’épigramme faisant mémoire des Amyréens, Helly 2013, p. 126.

59 Rougemont 1983.

60 Traduction appropriée, à mon avis, que donne R. Bouchon. Ce concours à forte signification religieuse, puisque placé sous l’éponymie d’un prêtre, a fait l’objet de listes de vainqueurs publiées séparément des autres concours civiques, voir IG IX 2, 535, 536 et le texte publié par A. S. Arvanitopoulos, AEph 1910, col. 349, no 4.

61 Helly 1995, p. 274, n. 176.

62 Cf. Bouchon 2017.

63 Tziafalias, Helly 2006, p. 407-417.

64 Inscription publiée par A. S. Arvanitopoulos, RPh 1911, p. 125, no 27, l. 7, voir LGPN III B, s.v. « Φιλοκράτηϛ », sous le no 53 avec date « 80-70 av. ».

65 Ep. Oropou 529, l. 20 : la restitution du premier éditeur, B. Léonardos, [Ἰσ]οκρ(ά)τηϛ, acceptée par B. Pétrakos, doit être rejetée et corrigée en [Φιλ]οκρ(ά)τηϛ, suite au rapprochement prosopograhique fait avec Philokratès de Larisa par N. Sekunda, enregistré dans LGPN III B, s.v.

66 Bouchon 2007 a montré que Larisa et la Thessalie continentale ont été pendant les guerres mithridatiques le refuge des Romains installés à Chalcis et que certains de ceux-ci s’y sont fixés de manière apparemment définitive. On peut penser que des citoyens de Chalcis ont pu eux aussi trouver asile à Larisa : le décret pour Zôbios et Dionysios de Chalcis fait état des services rendus par ceux-ci aux Larisséens, ce qui, au-delà de la phraséologie ordinaire de ces décrets, devait correspondre à une réalité.

67 Puech 2002, p. 308-312 et 508.

68 Bouchon 2016, p. 295-296.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6462/img-1.png
Fichier image/png, 457k
Titre Fig. 1 — Inscription de Larisa : inventaire de sanctuaires.
Crédits Musée de Larisa ; cl. Αrchives thessaliennes de Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6462/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 2 — Inscription de Larisa : inventaire de sanctuaires, l. 19-32
Crédits Musée de Larisa ; cl. Αrchives thessaliennes de Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6462/img-3.png
Fichier image/png, 662k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6462/img-4.png
Fichier image/png, 116k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6462/img-5.png
Fichier image/png, 123k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6462/img-6.png
Fichier image/png, 176k
Titre Fig. 3 — Plan de Larisa à l’époque ottomane (1880).
Crédits D’après Stählin 1924, p. 96.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6462/img-8.png
Fichier image/png, 454k
Titre Fig. 4 — La route de Krannon (1) et le Kourouldou (2).
Crédits Carte soviétique de 1960-1970.http://maps.vlasenko.net/​soviet-military-topographic-map/​map50k.html, consulté le 17 octobre 2018.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6462/img-9.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 5 — L’enceinte ottomane (d’après Palioungas 2007, p. 556, fig. 82) et le tracé supposé de l’enceinte antique (Tziafalias 1994, n. 41, p. 155): entre les tours VII et VIII, la route vers Krannon et Karditsa.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6462/img-10.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 6 — Monnaie de Larisa.
Crédits D’après le catalogue de vente Triton XV [2012], https://www.cngcoins.com/​Coin.aspx?CoinID=198807, consulté le 10 novembre 2018.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6462/img-11.png
Fichier image/png, 318k

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search