Version classiqueVersion mobile

Les hippodromes et les concours hippiques dans la grèce antique

 | 
Jean-Charles Moretti
, 
Panos Valavanis

Hippodromes et concours hippiques grecs : Histoire de la recherche et nouvelles données

L’hippodrome de Délos et ses usages

Jean-Charles Moretti

Résumé

Délos s’est équipé d’un hippodrome en 426 pour recevoir les épreuves hippiques des Dèlia réorganisés par les Athéniens. L’édifice situé entre le gymnase de l’époque classique et l’Archégèsion occupait un terrain dont la longueur avec la zone de départ ne dépassait pas les 300 m et la largeur les 95 m. Le monument comportait probablement un puits, mais était dépourvu d’installations pérennes pour les spectateurs. Dès 367/6, au moins, l’hippodrome fut mis en location avec sa zone de départ et un jardin qui était attenant à la piste. À la fin du ive s. on y cultivait l’orge. Au milieu du iiie et au début du iie s., on y élevait des moutons. Une ferme était alors associée au domaine. Ses vestiges, qui ont peut-être été retrouvés, l’abandon de la célébration des Dèlia après 314 et l’absence d’attestation de courses hippiques au programme du concours restauré après 167 laissent penser qu’après 314 l’hippodrome ne fut plus qu’un bien-fonds d’Apollon loué pour la culture et l’élevage.

Texte intégral

  • 1 Bruneau 1995. Voir aussi Hellmann 1992a, p. 175-177, et Chankowski 2008, p. 104-105. Pour la mise a (...)

1Délos est la seule île des Cyclades où sont attestés des concours hippiques et c’est aussi l’une des cités du monde grec où un hippodrome a été le plus anciennement reconnu. Le présent article fait le point sur la configuration de cette piste de course, sur son histoire et sur ses usages, en complétant les quelques pages que Ph. Bruneau a consacré au sujet il y a vingt ans1. J’examine d’abord les textes littéraires et épigraphiques qui ont trait aux courses hippiques à Délos ou qui ont été considérés comme tels. J’analyse ensuite les vestiges de l’hippodrome et enfin les nombreuses inscriptions qui, dans les comptes de la caisse sacrée d’Apollon, nous informent sur les usages de la piste en dehors des périodes de concours hippiques.

Les courses hippiques

  • 2 Hornblower 1997, p. 517-531 ; Tuplin 2005, p. 24-26 ; Chankowski 2008, p. 53-77.
  • 3 Et non pas une « course de chars » comme le traduisent Weil 1967, p. 74, ou Chankowski 2008, p. 56, (...)
  • 4 Roussel 1987, p. 208 ; Chankowski 2008, p. 90-106. Il se peut que des rencontres de moindre importa (...)
  • 5 Sur ces couronnes, voir aussi le commentaire de J. Coupry à ID 104, p. 42-43.

2L’ancienneté des concours sportifs organisés à Délos est attestée par Thucydide, III 104, 62. Dans un passage consacré à la seconde purification de l’île par les Athéniens, durant l’hiver 426/5, l’historien rapporte que « dans l’ancien temps déjà » les Ioniens et les insulaires voisins de Délos s’y rassemblaient lors des fêtes d’Apollon et y participaient à un concours musical et gymnique. « Suite à des événements malheureux », ὑπὸ ξυµφορῶν, ces concours tombèrent en désuétude. Ils furent rétablis par les Athéniens qui leur ajoutèrent une course hippique3 : οἱ Ἀθηναῖοι τότε τὸν ἀγῶνα ἐποίησαν καὶ ἱπποδροµίας, ὃ πρότερον οὐκ ἦν. D’autres textes permettent de savoir que ce concours était appelé Dèlia, qu’il avait lieu en Thargélion (mai-juin) et qu’il était pentétérique4. Il comprenait des épreuves musicales, gymniques et hippiques et donnait lieu à la consécration à Apollon d’une couronne d’or ἀριστεῖον, dont la collection fut exposée dans le Temple des Athéniens5. À Athènes, on consacrait aussi de telles couronnes à Athéna lors des Grandes Panathénées.

  • 6 Chankowski 2008, p. 100-101 et 105.
  • 7 Dans l’Hymne à Délos 11-12, Callimaque note que l’île est faite « plutôt pour le vol des mouettes q (...)
  • 8 Voir dans le présent volume l’article de S. Zipprich.

3La décision d’organiser des épreuves hippiques dans l’île atteste la volonté des Athéniens de mettre les Dèlia au niveau des plus grands concours grecs après ceux de la période et, plus précisément, de rapprocher leur programme de celui des Panathénées6, malgré les difficultés qu’il y avait à aménager à Délos un hippodrome7, à y faire venir par bateau des chevaux de course8, à les y entretenir le temps du concours et à trouver des concurrents prêts à venir concourir pour obtenir une gloire et un prix fort modestes.

  • 9 ID 104, l. 30-31 ; ADC 19 (Chankowski 2008, p. 81, T10) : φιάλαι ἀργυραῖ ΔΙ, | ἆθλα, περιγενοµέναι (...)

4Des épreuves hippiques disputées lors de Dèlia sont attestées par trois inscriptions. Une seule concerne assurément les Dèlia de Délos : un inventaire de l’Artémision délien de 364/3, dans lequel sont mentionnées onze phiales en argent d’un poids total de 985 drachmes, qui avaient été acquises pour être remises comme prix aux vainqueurs des courses hippiques9. On associe ces vases aux Dèlia, car ce concours est le seul connu à Délos pour avoir comporté des épreuves hippiques.

  • 10 Luschey 1939, p. 14 ; Kefalidou 1996, p. 66-67, 101-102 ; et dans la présent volume N. Le Meur, p.  (...)
  • 11 Voir ARV   2 II, p. 1112, Peintre d’Oreste, 4.
  • 12 Kefalidou 1996, I32 (catalogue p. 236, pl. 73).

5La φιάλη, qui, dans l’Iliade, constitue le cinquième prix à la course de chars organisée lors des funérailles de Patrocle (Iliade XXIII 270), est assez rarement attestée comme récompense dans les concours grecs10. Il s’en trouve peut-être une représentation sur le cratère attique à figures rouges conservé à Honolulu et daté des années 440-430, soit très peu avant la date de l’institution d’une hippodromie à Délos (Honolulu, Academy of Arts, no 3589)11. Un quadrige y est représenté avec une victoire aptère tenant dans la main gauche une phiale, qui a été interprétée soit comme un prix, soit comme un vase à libation12.

  • 13 Cf. par exemple le palmarès des Rhômaia célébrés par le koinon des Lyciens publié par Robert L. 197 (...)
  • 14 Sur les épreuves hippiques à Olympie : Pausanias, V 8-9 et, dans la littérature récente, Lee 2001, (...)
  • 15 Pausanias, V 8, 10. Les autres épreuves étaient alors la course de quadriges, celle de biges et cel (...)
  • 16 Les trois types d’objets qui sont qualifiés d’hippiques dans les inventaires de Délos n’ont aucun l (...)

6Si des phiales ont été enregistrées comme des « reliquats des courses hippiques » dans le temple d’Artémis, c’est sans doute parce que, faute de concurrents, certaines épreuves n’avaient pas été disputées13 et que les prix prévus avaient alors rejoint la fortune sacrée. Il est difficile d’en tirer quelque conclusion que ce soit sur le nombre d’épreuves hippiques, car il n’est pas vraisemblable que onze types d’épreuves aient été disputés lors de chaque Dèlia, alors qu’à Olympie leur nombre n’a jamais dépassé le chiffre huit14 et qu’il y était de quatre au ive s. en comptant la course de quadriges de poulains ajoutée au programme en 38415. Il convient plutôt d’admettre que les onze phiales non décernées et rassemblées dans l’Artémision avaient été préparées pour plusieurs concours, plusieurs donc des quinze Dèlia pentétériques célébrés entre 426 et 36416.

7La deuxième inscription qui atteste une épreuve hippique disputée lors de Dèlia provient d’Éleusis (IG II-III3 4, 1, 281), où elle a été trouvée en remploi dans le sanctuaire de Déméter et Coré. Il s’agit d’une dédicace aux deux déesses faite par les garnisaires athéniens en poste à Éleusis, Panakton et Phylè, à leur stratège Démétrios fils de Phanostratos de Phalère. Elle est inscrite sur une base de marbre blanc qui portait une statue en bronze du personnage honoré. Sur la face principale, la dédicace est suivie d’une série de huit couronnes accordées à Démétrios : les trois premières par ses soldats, les quatre suivantes par le Conseil et le Peuple et la dernière par les cavaliers. Quatre autres couronnes sont gravées sur les flancs de la base : une couronne honorifique accordée par les Éleusiniens et trois autres remportées dans des courses de chars, aux Grandes Panathénées, aux Dèlia et à des Hermaia.

  • 17 Bruneau 1970, p. 85, note que, durant cette période, Athènes continua à envoyer une théorie à Délos (...)
  • 18 Bruneau 1970, p. 81, n. 4 : l’inscription date des « alentours de 315/4 ».
  • 19 Chankowski 2008, p. 91, hésite entre 319/8 et 315/4.

8Pour le sujet qui nous retient l’inscription pose trois problèmes : celui de sa date, celui de la personnalité du Démétrios de Phalère honoré et celui du lieu dans lequel furent célébrés les Dèlia qu’il remporta. Les trois sont liés. Commençons par la date. Si l’on admet que les Dèlia sont ceux de Délos, sachant que leur célébration a été interrompue entre 314, date à laquelle Délos recouvre son entière indépendance, et 167, date à laquelle l’île devient propriété d’Athènes17, il ne fait pas de doute que la victoire est antérieure à 314. Tel a été l’avis exprimé par Ph. Bruneau18 et, plus récemment, par V. Chankowski19. Le Démétrios de Phalère honoré serait alors l’épimélète de Cassandre.

  • 20 Tracy 1994 ; Tracy 1995, p. 44 et 171-174 ; Tracy 2000, p. 334-335, suivi par Stork, Ophuijsen, Dor (...)
  • 21 Clinton 2008, p. 251-253. K. Clinton retient comme date : « ca. a. 240 a. ? »
  • 22 Habicht 2006, p. 173. Voir aussi les réserves d’Oetjen 2000.

9St. V. Tracy20 a argumenté une datation sensiblement plus basse, vers le milieu du iiie s., pour plusieurs raisons qui ont été reprises et développées par K. Clinton dans son commentaire des inscriptions d’Éleusis21 et par Chr. Habicht22 :

  1. L’inscription d’Éleusis est de la même main que IG II/III3 1, 4, 1028, datant de 235/4. Elle peut être située par le style de son écriture entre 260 et 235.
  2. Démétrios y est honoré par les garnisons de l’ouest de l’Attique, qui furent dissociées de celles de la côte entre 287 et 267/6.
  3. Aucun autre document n’atteste de stratégie du plus célèbre des Démétrios de Phalère et il paraît improbable qu’après avoir été gouverneur d’Athènes pour le compte de Cassandre entre 318/7 et 308/7, il ait poursuivi une carrière militaire de second rang.
  • 23 Hégésandros, frg. 8, FHG IV, p. 415 (= Athénée, IV 167 d-e) ; Clinton 1992, p. 128-129, no 5 ; Habi (...)

10En conséquence, il convient de reconnaître dans le Démétrios de Phalère mentionné dans l’inscription d’Éleusis le petit-fils du gouverneur d’Athènes et la base de sa statue doit être rapprochée du décret des garnisaires athéniens en poste à Éleusis en l’honneur de leur stratège Démétrios (IEleusis, 194). La statue et la stèle se trouvaient sans doute non loin du trône que celui-ci avait fait ériger pour sa maîtresse Aristagora, près du Télestérion23.

  • 24 Sur ce concours, voir Tuplin 2005, p. 26, et, surtout, Brélaz, Andreiomenou, Ducrey 2009, en partic (...)
  • 25 Hypothèse avancée par Homolle 1892, p. 59-60, et reprise par Brélaz, Andreiomenou, Ducrey 2009, p.  (...)
  • 26 Et il y en avait d’autres non dorés si l’on suit l’interprétation de D. Knoepfler, Bull. ép. 2010, (...)
  • 27 Elle est admise par D. Knoepfler, Bull. ép. 2010, 311, p. 750. Cl. Sarrazanas m’a cependant fait re (...)
  • 28 Commentaire à Syll3 319.
  • 29 Brélaz, Andreiomenou, Ducrey 2009, p. 285, n. 138.

11Il paraît, dans ces conditions, difficile de continuer à penser que les Dèlia mentionnés dans IEleusis, 195, IG II-III3 4, 1, 281, sont ceux de Délos. Ils peuvent en revanche être ceux qui furent institués par les Béotiens pour commémorer leur victoire sur les Athéniens en 424, lors d’une bataille qui s’était déroulée près du sanctuaire d’Apollon Délien situé, du moins à l’époque hellénistique, sur le territoire de la cité de Tanagra24. Ces Dèlia béotiens, qui ont peut-être été créés par les Thébains pour concurrencer ceux qui venaient d’être rénovés par les Athéniens à Délos25, sont les seuls autres concours de ce nom actuellement attestés et ce sont les seuls qui, à notre connaissance, ont pu être célébrés dans le monde grec au iiie s. et qui l’étaient assurément dans les dernières décennies du iie s. Aucun document n’assure qu’ils comportaient des épreuves hippiques, mais l’origine militaire du concours et le nombre considérable de couronnes dorées – 38 exactement26 – mentionnées dans les comptes de Damôn, agonothète des Dèlia dans les dernières décennies du iie s., rendent l’hypothèse vraisemblable27. À la suite de W. Dittenberger28 et, plus récemment, de C. Brélaz, A. Andriomenou et P. Ducrey29, j’incline donc à penser que Démétrios le Jeune avait remporté la course de chars lors des Dèlia organisés par les Béotiens, auprès desquels son grand-père avait trouvé refuge en 307.

12La troisième et dernière inscription qui mentionne une victoire hippique aux Dèlia a été retrouvée dans le village d’İlica au nord de Caunos. Il s’agit de IKaunos 61 :

Ἱερώνυµος Ἀπολλωνίου
νικήσας Δήλια
ἵππωι πωλικῶι

Hiéronymos fils d’Apollonios
vainqueur aux Dèlia
dans la course de poulains montés.

  • 30 Bean 1953, p. 31, no 12 ; Moretti L. 1953, p. 137 ; Robert L. 1987, p. 515, n. 168 ; Tréheux, Charn (...)
  • 31 Bruneau 1970, p. 82 ; Bruneau 1995, p. 917.
  • 32 Bull. ép. 2014, 213.
  • 33 Dans un palmarès de Rhodes : Zimmer, Bairami 2008, p. 149-153, no E2609, l. 8 ; SEG 58, 816 ; Bull. (...)
  • 34 Dans un palmarès de Messène : SEG 43, 162 ; 59, 411 ; Themelis 2001b, p. 143-144, col. A, l. 5.
  • 35 Même formulation restituée dans le palmarès athénien de Mènodôros IG II-III3 4, 1, 599. Sur ces deu (...)
  • 36 Scholia vetera in Pindari Olympionicas VII, 154a (Drachmann I, p. 232).
  • 37 Dans un texte beaucoup plus tardif (entre 222 et 235 apr. J.-C.), découvert à Délion de Béotie et r (...)

13Dans son récent corpus des inscriptions de Caunos, Chr. Marek, après d’autres30, considère qu’elle est postérieure à 166 parce qu’il y reconnaît la mention des Dèlia de Délos. Le style de l’écriture convient pour une telle datation, mais le raisonnement ne tient fermement que si l’on admet que les Dèlia remportés par Hiéronymos sont ceux de Délos. Or, il pourrait s’agir d’un autre concours que celui de Délos, ainsi que Ph. Bruneau l’a plusieurs fois souligné31. Je propose de reconnaître là aussi les Dèlia béotiens et je partage à propos des Dèlia non caractérisés l’hypothèse récemment avancée par D. Knoepfler32. Après le rétablissement des Dèlia de Délos, à une date postérieure à 167, on aurait distingué dans les palmarès les Dèlia béotiens, qui apparaissent sous le nom de Δάλια ou Ἐπιδάλια ἐµ Βοιωτοῖς33 et de Δήλια τά ἐν Τανάγρᾳ34 parmi les victoires de deux spécialistes des sports de combat du iie s., des Dèlia déliens, qui sont appelés Δήλια τά ἐν Δήλῳ sur la base délienne du pancratiaste et lutteur Mènodôros gravée aux environs de 120-110 av. J.-C. (ID 1957)35 et Δήλια ἐπὶ Δήλῳ par le grammairien Didyme d’Alexandrie à l’époque d’Auguste36. De telles précisions n’auraient pas été utiles au iiie s. et dans les premières décennies du iie s. quand seuls étaient organisés les Dèlia béotiens37.

  • 38 Tuplin 2005, p. 31-37, et, indépendamment, Étienne 2011, p. 16-18.

14Le bilan de l’analyse des textes mentionnant, ou pouvant mentionner, des courses hippiques à Délos est donc maigre : seule l’hippodromie des Dèlia de Délos entre 426 et 314 est assurée et encore a-t-elle parfois été affectée par des allègements de programmes, voire par des suspensions, faute de concurrents ou en raison d’une interruption de l’administration athénienne du Sanctuaire38. Les épreuves ne sont pas connues, mais les prix le sont : des phiales en argent. Aucun texte n’atteste de concours hippiques durant l’époque de l’Indépendance délienne, entre 314 et 167. Après 167, les Dèlia furent restaurés par les Athéniens, mais rien n’assure qu’ils aient alors comporté des courses hippiques.

L’hippodrome et ses usages en dehors des courses hippiques

Les vestiges

  • 39 Les voyageurs et les membres des premières expéditions scientifiques se sont peu intéressés à l’hip (...)
  • 40 Homolle 1890, p. 427.
  • 41 Bruneau 1995, p. 39, a compris un peu différemment le texte de Th. Homolle. Je m’écarte aussi de l’ (...)
  • 42 Ardaillon, Convert 1902, feuille 1 de la carte. Quatre sections du mur sont relevées. Sur ce plan e (...)
  • 43 Dans la version de son plan de 1919, J. Replat dessine un mur continu de 80 m de long à l’est de la (...)

15Les vestiges de l’hippodrome et les textes qui le mentionnent permettent de compléter le tableau. Commençons par les vestiges de l’édifice (fig. 1) que Th. Homolle, en 1890, semble avoir été le premier à tenter de situer39. Il plaçait l’hippodrome « dans la grande plaine de l’île, immédiatement derrière le mur qui continue celui du péribole et longe le gymnase »40, mur qui a depuis été identifié comme une section de la muraille édifiée par Triarius41. Il paraît a posteriori étrange que Th. Homolle n’ait pas signalé la présence dans ce secteur des vestiges d’un grand mur de soutènement nord-sud en granit qui était alors partiellement visible et qui fut relevé aussi bien par É. Ardaillon et H. Convert entre 1893 et 189442, que par J. Replat entre 1914 et 191843. Ce dernier, qui a réalisé le plan le plus complet, a dessiné une construction à l’est du mur de soutènement, à l’emplacement donc, nous le verrons, où la piste a été par la suite restituée.

Fig. 1 — Plan de la zone de l’hippodrome au 1/500

Fig. 1 — Plan de la zone de l’hippodrome au 1/500

M. Fincker d’après EAD XLIII.

  • 44 BCH Chron. 1921, p. 531-533, et, aux archives de l’EFA, le dossier DELOS 1-1921.
  • 45 Lemerle 1935, p. 297-299. Dès 1921, cependant, on avait reconnu des dédicaces à l’Archégète inscrit (...)
  • 46 Lemerle 1937, p. 472 ; Robert F. 1953, p. 23.
  • 47 Elle n’est pas admise par R. Vallois. Vallois 1944, p. 70, considère le mur de soutènement de la pi (...)

16En mars-avril 1921, il a aussi entreprit des sondages à l’est des Palestres44 et avancé avec prudence la date de 426 pour la construction de l’hippodrome. Il en dégagea alors le mur de soutènement et découvrit entre ce mur et la Palestre du lac des « maisons (?) qui paraissent construites à l’intérieur de la zone présumée de l’hippodrome » et, vers l’est, une « tribune présumée » associée à d’autres constructions qui la flanquent à l’ouest : « la question de l’identification de l’hippodrome a donc été, de ce fait, plus compliquée qu’éclaircie » en concluait la rédaction du BCH. Les trouvailles ont surtout été alors assez mal comprises. Les « maisons » retrouvées à l’ouest du mur de soutènement en sont effectivement et leur présence prouve que cette zone a été urbanisée, mais la tribune et les constructions qui lui sont associées se sont révélées appartenir aux Oikoi du sanctuaire du héros fondateur Anios, au sanctuaire lui-même et aux maisons qui le flanquaient au sud. La juste identification de l’Archégésion en 1935 par F. Robert45 conduisit à mieux cerner l’hippodrome et à comprendre qu’il s’étendait entre le mur de soutènement de granit et le sanctuaire du héros fondateur46. Son identification n’a pas été depuis remise en cause, même si elle a parfois été présentée comme hypothétique47 et le plus souvent ignorée.

  • 48 DELOS 1-1921. Je remercie A. Rohfritsch de m’avoir diligemment fourni une version numérisée de ce d (...)
  • 49 Les nouveaux relevés ont été réalisés, pour la topographie, par L. Fadin (EFA) assisté d’A. Barbast (...)

17La consultation de la documentation conservée aux archives de l’EFA48 et deux campagnes de nettoyage, d’étude, de relevé et de carottage conduites en 2015 et 2016 dans le cadre des travaux de l’EFA49 permettent de faire la présentation suivante des vestiges.

18À 25 m à l’est de la Palestre de granit est actuellement plus ou moins visible un mur de soutènement nord-sud (fig. 2) qui s’étend entre les premières pentes de la colline dominant la baie de Skardana et un édifice anonyme à deux cours qui a été dégagé au nord du musée et de la cafétéria. Dans la zone qui le sépare des Palestres apparaissent très partiellement les vestiges de maisons hellénistiques et de deux sections de rue. L’une constitue le prolongement de la rue qui passe entre les deux palestres et l’autre prolonge la première vers le sud, au pied du mur de soutènement. Le parement aval de ce mur est actuellement visible sur deux sections situées de part et d’autre de la Palestre de granit. Elles sont appelées ici section sud et section nord. Partout ailleurs, sauf aux abords de l’édifice anonyme, l’emplacement du mur est marqué par des zones d’effondrement ou par une dénivellation plus ou moins nette correspondant à la courbe des 6 m. Le parement est fait en blocs de granit, sans doute extrait de la colline de Plakès, ce qui expliquerait que les plus gros blocs aient été mis en œuvre au sud et les plus petits au nord.

Fig. 2 — Vue générale de la terrasse de l’hippodrome, du nord-ouest, avec le mur de soutènement de la terrasse.

Fig. 2 — Vue générale de la terrasse de l’hippodrome, du nord-ouest, avec le mur de soutènement de la terrasse.

Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.

  • 50 Vallois 1966, p. 72-73, hésite à le qualifier de « sub-polygonal » ou de « cyclopéen ».

19La section sud (fig. 3) est construite avec des pièces de dimensions très variables disposées dans un appareil polygonal fruste50. Certaines ont des longueurs qui dépassent les 2 m et des hauteurs qui atteignent 1,50 m. À la crête supérieure de l’ouvrage, on relève la présence de quelques boutisses dont la profondeur peut atteindre 1,30 m. Le parement est doublé en amont par un blocage de moellons de granit et de gneiss qui donne à la paroi une épaisseur de 1,50 à 1,60 m. La crête du mur culmine à 6,20 m. Sa base visible est un peu au-dessus des 4,10 m alors que le seuil de la porte orientale de la Palestre du lac est à 2,82 m.

Fig. 3 — La section sud du mur de soutènement de l’hippodrome. a. Vue du nord-ouest (cl. EFA, J.‑Ch. Moretti) ; b. Relevé du parement ouest au 1/200 (M. Fincker).

Fig. 3 — La section sud du mur de soutènement de l’hippodrome. a. Vue du nord-ouest (cl. EFA, J.‑Ch. Moretti) ; b. Relevé du parement ouest au 1/200 (M. Fincker).

20La section nord (fig. 4) a aussi un parement en blocs de granit en appareil polygonal fruste, mais les blocs ont des dimensions plus faibles et l’appareil est moins régulier. J. Replat a noté que cette section reposait sur une couche de pôros. De ce côté, des murs de maisons hellénistiques en gneiss sont venus se plaquer contre le parement et c’est sans doute ce qui explique la présence de bouchons de gneiss et de vestiges de mortier dans le mur. Il est possible d’observer quelques boutisses et de noter la présence d’un blocage à l’arrière du parement de granit, mais pas de mesurer l’épaisseur de la maçonnerie, car elle est surmontée par un mur de berger moderne. Le sommet du mur culmine à 7 m et sa base dégagée à 4,50 m, alors que la base visible de l’un des murs de maison plaqués contre le parement est à 3,10 m.

Fig. 4 — La section nord du mur de soutènement de l’hippodrome. a. Vue du nord-ouest (cl. EFA, J.‑Ch. Moretti) ; b. Relevé du parement ouest au 1/200 (M. Fincker).

Fig. 4 — La section nord du mur de soutènement de l’hippodrome. a. Vue du nord-ouest (cl. EFA, J.‑Ch. Moretti) ; b. Relevé du parement ouest au 1/200 (M. Fincker).
  • 51 Voir en particulier les clichés publiés par Brunet 1990b, p. 8, photo 2, et Brunet 1999, p. 19, fig (...)
  • 52 Brunet 1990b, p. 5 (datation vraisemblablement au vie-ve s.) ; Brunet 1999, p. 43-44. Kent 1948, p. (...)
  • 53 Brunet 1999, p. 19.

21Les meilleurs parallèles à Délos pour l’appareil de ce mur de soutènement se trouvent dans le corpus très fourni des murs de terrasses agricoles51, qui ont été datés par M. Brunet entre le milieu du vie s. et le milieu du ve s.52. Les exemplaires les mieux conservés sont couverts de dalles53, et il se peut qu’il en ait été de même pour le mur qui nous intéresse. Les carottages réalisés dans la terrasse ont montré que le volume du remblai qui avait été nécessaire à son aménagement était considérable et que le sol de la piste elle-même était très probablement composé d’un apport de sédiment blanc beige pulvérulent et stérile.

  • 54 Description du bloc : Plassart 1912, p. 388, n. 1.
  • 55 Habicht 1991, p. 200.

22Il paraît donc possible que le mur de soutènement date de l’époque de la restauration des Dèlia et plus que probable qu’il constituait la limite occidentale de la piste, plutôt que sa limite orientale comme le pensait Th. Homolle. Vers l’est, l’Archégésion, qui est éloigné de 120 m du mur de soutènement, constitue par excès la limite de la piste. Pour l’époque athénienne, une base de marbre inscrite découverte en place sur sa fondation54 donne peut-être une limite plus précise encore. Dressée sur toutes ses faces à l’exception du côté nord, elle porte côté sud l’inscription ID 2507 (fig. 1). Les neuf premières lignes du texte ont été martelées et seules sont lisibles les cinq dernières qui indiquent la datation par le nom de l’épimélète de l’île, Alexandros fils de Léonidas de Phalère, et des deux gestionnaires de la caisse sacrée. Le texte date des environs de 92/155. On mesure environ 95 m entre l’inscription et le mur de soutènement. Pour autant que l’on puisse la mesurer, l’orientation des flancs est et ouest de la base diffère de celle du mur de soutènement oriental de l’hippodrome.

23La limite nord de l’hippodrome doit correspondre au pied de la pente de la colline de Gamila qui dessine une courbe attendue à l’extrémité de la piste opposée à la zone de départ. Cette courbe est plus proche de l’anse de panier que du demi-cercle. La pente moyenne de la colline aux abords de la piste est de 8 à 10 %.

  • 56 Mesure qui est donnée par les fouilleurs, mais qui ne peut être actuellement vérifiée. Sur cette ru (...)

24La limite sud correspond par défaut à la rue nord-est – sud-ouest qui relie le Sanctuaire d’Apollon au Stade. Dans la prolongation de l’hippodrome vers le sud, elle est dallée de gneiss, bordée de magasins et atteindrait 8 m de large par endroits56, ce qui en fait la plus large rue dallée connue de Délos. Les vestiges actuellement visibles semblent dater d’époque hellénistique, mais la configuration générale de cette zone laisse peu de doute sur l’existence d’une voie, à cet emplacement, dès l’époque classique pour atteindre les Temples Replat, l’Archégèsion et la côte orientale de l’île.

25Avec ces limites la piste s’intègre dans une surface de 300 sur 95 m, ce qui conduit à restituer une longueur d’un peu moins de 200 m entre les bornes de virage (fig. 5). La forme du terrain laisse penser que l’aphésis se trouvait du côté sud, qui était celui par lequel on arrivait en venant du port. Il est cependant notable que la limite sud a une orientation inverse à celle qui est attendue pour un hippodrome grec, dans lequel les chevaux tournaient en laissant les bornes de virage à gauche et où donc l’aphésis, si elle était dissymétrique, constituait une excroissance du côté droit de la piste.

Fig. 5 — Proposition de restitution du plan de l’hippodrome au 1/500 avec, en noir, les vestiges des monuments qui se trouvaient à sa périphérie à la fin de l’époque classique.

Fig. 5 — Proposition de restitution du plan de l’hippodrome au 1/500 avec, en noir, les vestiges des monuments qui se trouvaient à sa périphérie à la fin de l’époque classique.

M. Fincker d’après EAD XLIII.

  • 57 Ardaillon, Convert 1902, feuille 1 de la carte ; Vallois 1953, pl. I (plan de J. Replat 1919, compl (...)
  • 58 Le plus grand bloc a une longueur de 0,72 m et une hauteur de 0,50 m.

26Près du bord de l’emplacement où nous restituons l’emprise maximale de l’hippodrome, une construction est actuellement visible et une autre a été relevé par J. Replat. La première, toute proche (près de 4 m) de la section sud du mur de soutènement, est un puits circulaire de près de 4 m de diamètre (fig. 1 et 6). Une seule partie de sa paroi est actuellement visible, mais les plus anciens relevés l’on dessinée complète57. Elle est faite de blocs de granit58 avec très peu de gneiss et des pilettes. Elle n’est pas enduite.

Fig. 6 — Les vestiges du puits de l’hippodrome, du nord-ouest.

Fig. 6 — Les vestiges du puits de l’hippodrome, du nord-ouest.

Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.

  • 59 Dans cette zone, nous n’avons repéré que deux blocs de granit alignés nord-sud avec un parement côt (...)
  • 60 Cette construction apparaît sur le plan levé par J. Replat entre 1914 et 1918, avant donc la fouill (...)

27J. Replat a dessiné, à l’est de ce puits, une construction, qui était semble-t-il arasée au niveau des fondations et qui n’est plus actuellement visible59 (fig. 1). Elle comprend un espace carré, bordé au sud de deux compartiments plus étroits et d’autres maçonneries partiellement fouillées à leur périphérie60.

  • 61 Miller 2004b, p. 133-135, et Miller 2015, p. 335-344, à propos du réservoir lié à l’hippodrome de N (...)
  • 62 Humphrey 1986, p. 6 ; Valavanis 2017, p. 629-630.

28Ainsi, les dimensions du terrain qui conviennent pour un champ de courses hippiques, ce qui est exceptionnel à Délos, sa situation dans un secteur de l’île qui fut en grande partie dédiée à l’époque classique aux activités sportives avec la construction d’un gymnase, l’absence de toute construction repérée sur la terrasse autre qu’un puits, qui avait toute son utilité pour les chevaux61, et d’une construction sur laquelle nous aurons à revenir, le caractère monumental du mur de soutènement et le style de son appareil enfin, tout cela laisse peu de doute sur l’indentification de l’hippodrome, même si on ne trouve en bordure de la piste aucun aménagement pour les spectateurs62. Nous sommes donc autorisés non seulement à restituer sur ce terrain aménagé les concours hippiques des Dèlia, mais aussi à lui rapporter ce que les comptes des gestionnaires de la caisse sacrée nous apprennent sur le bien-fonds d’Apollon appelé Hippodromos.

  • 63 IG XI 2, 287, A, l. 78 : τοῖς ἄρασιν ἐκ τοῦ ἱπποδρόµου τὴν νεωκόρον τοῦ Καρυστίων οἴκου 𐅃· (« à ceu (...)
  • 64 En général : Tréheux 1946, p. 570-571 ; Bruneau 1970, p. 50-51. Sur le décès dans l’hippodrome : Br (...)

29Ce domaine apparaît surtout dans des contrats de location. La seule autre mention de l’hippodrome dans les comptes se trouve dans la liste des dépenses de 250, date à laquelle 5 drachmes ont été payées aux personnes qui en ont enlevé le corps de la néocore de l’oikos des Karystiens qui y avait été retrouvée morte63. Il ne nous est pas donné de connaître les raisons du décès ni les causes de la présence en ce lieu de la néocore. Les dépenses pour évacuation de cadavres retrouvés en différents lieux de l’île, où il était interdit de mourir, ne sont pas rares dans les comptes des gestionnaires de la caisse sacrée64, mais celui-là est le seul qui concerne un bien-fonds appartenant à Apollon.

L’hippodrome dans les comptes

  • 65 Kent 1948 et, en particulier, p. 255-256 et 306 ; Vial 1984, p. 331 ; Reger 1994, p. 312-313 ; Brun (...)
  • 66 Sur les jardins attestés dans les comptes de Délos : Bruneau 1979. Sur le sens de κῆπος : Brunet 20 (...)
  • 67 Mathé 2010, p. 189-190.
  • 68 Jeffery 1990, p. 161-162, 166 et 169, no 2.
  • 69 Kritzas 2006, p. 410-415 ; Kritzas 2013, p. 282-285 ; Kritzas 2018. Je remercie Ch. Kritzas pour le (...)
  • 70 Nouveau choix d’inscriptions grecques, no 22, A, l. 21 et 31 ; C, l. 66-67. Pour la datation, Fröhl (...)
  • 71 Knoepfler 1988, p. 266 (l. 6-7 de l’inscription) et 289, pour le commentaire.

30Dans les comptes des gestionnaires de la caisse sacrée, Hippodromos apparaît à plus d’une trentaine de reprises entre 367/6 et 156/5 parmi les propriétés d’Apollon mises en location65 (tableau 1). Il est parfois précisé qu’il est associé à sa zone de départ, l’ἄφεσις, parfois aussi à un jardin irrigué, un κῆπος66. Dans un compte du milieu du ive s., l’hippodrome et le jardin sont loués indépendamment de la zone de départ (ID 104 [11], A, l. 16-18, entre 358/7 et 355/4). Dans un autre, le plus tardif que nous ayons conservé, on met en location le « jardin antérieurement rattaché à l’hippodrome » (ID 1417, B, II, l. 114-118, en 156/5). On a en déduit que le plus souvent le contrat devait comprendre l’hippodromos, l’aphésis et le kèpos, mais que les gestionnaires se contentaient de noter pour l’ensemble hippodromos ou hippodromos et aphésis. Cette pratique locative de l’hippodrome est aussi attestée à Argos, à Lébadée et, probablement, à l’Itônion près de Chéronée67. À Argos, quatre iaromnamones ont consacré vers 480-475 à l’Héraion « de l’argent provenant de l’hippodrome » ([εκ] το ⊦ιπ̣ο̣|δροµο)68 et les comptes du trésor sacré enregistrent au ive s. des recettes provenant de la location de l’hippodrome69. À Lébadée, vers 80-50 av. J.-C., on met en location l’hippodrome en distinguant, comme à Délos, la piste (ἱππόδροµος) de sa zone de départ (ἱππάφεσις)70. À l’Itônion, au début de l’époque impériale, on louait probablement la zone de départ (le terme a été restitué) de l’hippodrome où se déroulaient les Pamboiôtia71.





Tableau 1 — Les contrats de location de l’hippodrome (ἱππόδροµος), du jardin (κῆπος) qui lui est attenant et de la zone de départ (ἄφεσις) dans les comptes des gestionnaires de la caisse sacrée  *.

Date Bien-fonds loué Prix
de la location
Référence dans les IG 
ou les 
ID
Autres
références
Période amphictionique (478-314)
Vers 367/6 Hippodrome ? ID 102, l. 10-11 ADC 17 ;
BRGA 46
Entre 358/7 et 355/4 Hippodrome et jardin ? ID 104 (11), A, l. 16-17 ADC 24 ;
RGA 48
Entre 358/7 et 355/4 Ἄφεσις ? ID 104 (11), A, l. 17-18 ADC 24 ;
BRGA 48
Vers 350 Hippodrome et ? ? ID 104 (19), A, l. 11 ADC 40 ;
BRGA 53
351/0 Hippodrome et [zone
de départ]
 ? ID 104 (26), A, l. 9-10 ADC 29 ;
BRGA 56
Indépendance (314-167)
313 Hippodrome et zone
de départ
720 dr. IG XI 2, 135, l. 6-7 BRGA 58
Entre 308 et 306 Hippodrome 920 dr. IG XI 2, 142, l. 9-12 BRGA 60
304 Hippodrome 1 012 dr. IG XI 2, 144, l. 10-11 BRGA 61
301 Hippodrome Au moins 1 000 dr. IG XI 2, 146, A, l. 9 BRGA 62
297 Hippodrome 1 001 dr. IG XI 2, 149, l. 2 BRGA 65
Première moitié du iiie s. Hippodrome ? IG XI 2, 152, B, l. 7
282 Hippodrome et zone
de départ
550 dr. IG XI 2, 158, A, l. 11 BRGA 69
279 Hippodrome et zone
de départ
605 dr. IG XI 2, 161, A, l. 11 BRGA 71
278 Hippodrome et zone
de départ
605 dr. IG XI 2, 162, A, l. 9-10 BRGA 73
274 Hippodrome et [zone
de départ]
? IG XI 2, 199, A, l. 5-6 BRGA 74
Entre 278 et 270 Hippodrome et zone
de départ
? IG XI 2, 201, A, l. 6 BRGA 76
269 Hippodrome et zone
de départ
732 dr., 1 t., 1 ch. IG XI 2, 203, A, l. 24-25 BRGA 77
268 Hippodrome 732 dr., 1 t., 1 ch. IG XI 2, 204, l. 8 BRGA 78
258 Hippodrome 510 dr. IG XI 2, 224, A, l. 17 BRGA 80
250 Hippodrome Du locataire : 367 dr., 4,5
ob., 1 t., 1 ch. Des garants :
55 dr., 5 ob. et 86 dr., 2
ob., 2 ch. Total : 509 dr.,
5,5 ob., 2 t.
IG XI 2, 287, A, l. 32-33 BRGA 84
249-240 (durée du bail) Hippodrome 661 dr. IG XI 2, 287, A, l. 143-145 BRGA 86
246 Hippodrome 661 dr. ID 290, l. 16-17 BRGA 88
219 Hippodrome 289 dr. 2 ob. ID 353, A, l. 12 BRGA 93
218 Hippodrome 579 dr. ID 354, l. 38 BRGA 94
210 Hippodrome 579 dr. ID 356 bis, A, l. 11 BRGA 96
209 Hippodrome 622 dr. ID 362, A, l. 15 BRGA 98
206 Hippodrome 622 dr. ID368, l. 26 BRGA 101
200 Hippodrome ? ID 372, A, l. 16 BRGA 104
192 Hippodrome 572 dr. ID 399, A, l. 75-76 BRGA 107
189 [Hippodrome] 629 dr., 1,5 ob. ID 403, l. 51-53 BRGA 109
179 Hippodrome 655 dr., 3 ob. ID 442, A, l. 146-147 BRGA 115
174 Hippodrome 655 dr., 3 ob. ID 456, A, l. 10 BRGA 118
Période athénienne (après 167)
156/5 Jardin antérieurement
rattaché à l’hippodrome
6 dr. au moins ID 1417, B, II, l. 114-118 BRGA 126

Abréviations : ch. = chalque ; dr. = drachme ; ob. = obole ; t. = tétartémorion.

* Pour IG XI 2, 199 et 201 : je n’ai pas repris les restitutions des montants des loyers proposés par Kent 1948, p. 269, n. 76 (voir aussi Pernin 2014, p. 187). Pour IG XI 2, 224, F. Durrbach restituait pour le loyer Image Δ[Δ] ; Kent 1939, p. 238 a lu Image Δ, lecture reprise par Pernin 2014, 80.

31Pour l’hippodrome de Délos, trois contrats de mise à bail sont particulièrement développés. Le plus ancien, qui date entre 308 et 307, rend compte d’un défaut de paiement de la part du locataire de l’hippodrome (IG XI 2, 142, l. 9-12 [BRGA 60]) :

  • 72 Trad. Pernin 2014, p. 177, modifiée et complétée.

nous avons donné à nouveau à bail l’Hippodrome, Archandros n’ayant pas versé le fermage ; Nikomachos fils d’Archandros a pris à bail pour 920 drachmes ; garants : Amphias fils de Choirylos ; [Prôtoléôs] fils de Lysos ; et pour le prix du fermage nous avons recouvré sur son orge 300 (drachmes) ; nous avons vendu [deux] bœufs : 150 (drachmes) ; pour le reste, Prôtoléôs étant garant a payé la moitié : 235 drachmes ; pour le reste Archandros doit une fois et demie 235 (drachmes) ainsi que son garant Amphias72

  • 73 Chandezon 2003, p. 127.
  • 74 Kent 1948, p. 323, no 49.
  • 75 J. Replat note que, lors de ses fouilles en avril 1921, « presque tous les terrains de l’hippodrome (...)

32Archandros n’ayant pas versé le fermage, l’hippodrome a été l’objet d’une nouvelle mise aux enchères, qui a été remportée par Nikomachos, le fils du précédent locataire. Pour recouvrer leur dû, les hiéropes se sont tournés vers les garants d’Archandros, Prôtoléôs et Amphias. Ils ont aussi saisi une partie de ses biens pour les vendre aux enchères et ont ainsi obtenu 300 dr. en mettant en vente son orge et 150 dr. pour ses deux bœufs73. Comme Archandros n’apparaît comme locataire d’aucun autre domaine74, il est plus que probable que l’orge saisi par les hiéropes avait été produit sur l’hippodrome lui-même75 et que les deux bœufs mis en vente constituaient un attelage. On sait en effet que les labours sont particulièrement importants pour la culture de l’orge.

33Les deux autres contrats détaillent les constructions associées au bien-fonds. L’un, daté de 250, contient la mise à bail des domaines du dieu pour dix ans, conformément à la Hiéra Syngraphè, avec la liste des personnes qui ont pris à bail. Pour l’hippodrome, il indique (IG XI 2, 287, A, l. 143-145 [BRGA 86]) :

  • 76 Trad. Pernin 2014, p. 196, très peu modifiée.

l’Hippodrome, Antigonos fils de Tèlemnestos, pour 661 drachmes ; garants : Télemnestos fils de Philios, Aristoboulos fils d’Arkéôn ; et il a trouvé à son arrivée une grande salle avec porte, un thalamos sans porte, une étable sans porte, une bergerie sans porte, un fournil sans porte, une porte pour la cour76.

34L’autre texte, daté de 189, contient une nouvelle mise à bail de l’hippodrome suite à un défaut de paiement (ID 403, l. 51-53 [BRGA 109]) :

  • 77 Trad. Pernin 2014, p. 213, très peu modifiée.

nous avons donné à nouveau à bail [l’Hippodrome], Amnos n’ayant pas présenté ses garants, et Ménéthalès [fils de...] l’a pris à bail pour le même loyer, 629 drachmes, 1 obole et demie, et il a présenté comme garant [Pach]ès fils d’Anax[ithémis] ; et il a trouvé à son arrivée une porte pour la cour, une grande salle et un thalamos, le tout sans porte, [une bergerie], un fournil le tout sans porte77.

35Ces deux textes évoquent les éléments suivants :

  • une cour qui pouvait être close puisqu’elle avait une porte. C’est un aménagement qui est présent dans tous les domaines d’Apollon à Délos comme à Rhénée78 ;
  • un kleision, dans lequel a été reconnue une salle commune aux fonctions multiples. Elle aussi est présente dans tous les domaines d’Apollon79 ;
  • un thalamos, qui devait être une salle de moindre surface et d’un accès plus limité80 ;
  • une bergerie (προβατών)81 et une étable (βούστασις)82, comme on en trouve dans plusieurs autres fermes déliennes83 ;
  • et enfin un fournil (ἰπνών)84.
  • 85 Vial 1984, p. 319 ; Chandezon 2003, p. 129-130 ; Pernin 2014, p. 230.
  • 86 Sur la cohabitation de la culture et du pacage sur les mêmes terres selon les époques de l’année : (...)
  • 87 Tel est l’avis de Kent 1948, p. 301, et de Chandezon 2003, p. 130.

36En plus des salles destinées au logement du fermier et du fournil pour la cuisson des aliments, Hippodromos et ses dépendances possédaient donc, à partir de 250 au moins, une étable pour les animaux de trait et une bergerie pour les moutons. Pas d’arbre fruitier ni de vigne dans ce domaine, ce qui est le cas le plus fréquent à Délos même85. Il convient donc d’admettre soit que la culture de l’orge dans les premiers mois de l’année était suivie d’une longue période durant laquelle les moutons occupaient le terrain86, soit qu’au milieu du iiie s. et par la suite on avait abandonné la culture de l’orge attestée à la fin du ive s. pour spécialiser l’hippodrome dans l’élevage de moutons87. Il est difficile de trancher, mais on peut au moins noter qu’à la fin du ive s. l’élevage de moutons n’y était sans doute pas encore pratiqué sans quoi les hiéropes auraient alors mis en vente les montons du locataire défaillant.

  • 88 En se fondant principalement sur le texte du Codex Seragliensis Gr1, Fol. 28r, J. Ebert a restitué (...)
  • 89 Romano, Voyatzis 2015, p. 245 et D. G. Romano, p. 41 du présent volume.
  • 90 Moretti J.-Ch. 2001. La plus ancienne mention du stade date de 274 : IG XI 2, 199, A, l. 39.
  • 91 La piste du stade de Délos mesure 185,585 m (Moretti J.-Ch. 2001, p. 357).
  • 92 Sur le débat qui existe à ce propos : Petermandl 2011 ; Valavanis 2017, p. 625-626.
  • 93 La zone située entre le port et l’hippodrome, au nord du Sanctuaire d’Apollon, pourrait être qualif (...)
  • 94 ID 68. Voir Butz 1994 (SEG 46, 971) qui date l’inscription du premier quart du ive s. et y voit l’e (...)

37Au terme de cette enquête, il paraît très probable que Délos s’est équipé d’un hippodrome en 426 pour recevoir les épreuves hippiques des Dèlia réorganisés par les Athéniens et que ses vestiges peuvent être reconnus entre les Palestres et l’Archégèsion. L’édifice occupait un terrain dont la longueur avec la zone de départ ne dépassait pas les 300 m et la largeur les 95 m. L’hippodrome de Délos était donc un édifice de taille modeste, beaucoup plus petit que celui d’Olympie88, mais comparable à celui du Lykaion, qui mesurait 250 m de long et 50 de large89. Comme ce dernier, il a peut-être aussi accueilli dans un premier temps les épreuves gymniques, puisque le stade de Délos n’est pas attesté avant l’époque de l’Indépendance90. La distance entre les deux bornes ne pouvait être de 3 stades, comme à Olympie, et n’atteignait probablement même pas la moitié de cette distance91. Cela accrédite l’idée que la longueur des pistes dans les hippodromes était plus variable qu’elle ne l’était dans les stades92 et l’on peut se demander si les petits hippodromes, comme celui de Délos, ne recevaient pas seulement des épreuves de chevaux montés. La zone de départ se trouvait du côté sud, qui était facilement accessible du port par des chevaux et même par des attelages93. L’extrémité nord était curviligne. Le monument comportait probablement un puits, mais était dépourvu d’installations pour les spectateurs. Il jouxtait d’autres édifices destinés au sport et le sanctuaire du héros fondateur de Délos, Anios, dont l’accès était interdit aux étrangers. Le caractère monumental des inscriptions qui faisaient connaître cette interdiction94 n’est peut-être pas sans rapport avec sa proximité de l’hippodrome qui, lors des concours, devait attirer un public non délien.

  • 95 Sur la datation de l’édifice à la fin du ve s. : Étienne 2011, p. 17-18.
  • 96 Fincker, Moretti J.-Ch. 2007.
  • 97 Sur cette interprétation que J. H. Kent donne du texte de Plutarque, Nicias 3, 7, voir Kent 1948, p (...)

38La construction de l’hippodrome doit être attribuée aux Athéniens, qui mirent en chantier vers la même époque un temple d’Apollon, autre édifice lié aux Dèlia par sa destination, un prytanée95 et un barrage retenant les eaux de l’Inôpos96. Il se pourrait que pour l’aménagement de la piste il ait fallu déplacer des tombes du type de celles qui ont été trouvées à l’est du sanctuaire d’Anios et que les travaux aient donc bénéficié de la purification de l’île orchestrée par les Athéniens. Il n’y a aucune raison en revanche de penser avec J. H. Kent que le terrain ait été privé avant d’être acheté pour 10 000 drachmes par Nicias et consacré à Apollon97. Il était probablement dès l’origine public et fut tout au long de son histoire géré par les gestionnaires de la caisse sacrée d’Apollon.

  • 98 Amouretti 1986, p. 36-39. Pour Délos : Brunet 1990a, p. 679-680 ; Brunet 1999, p. 45-46.
  • 99 Si l’hypothèse se justifiait la fouille de cette ferme serait du plus grand intérêt, car son identi (...)
  • 100 Mon hypothèse est donc assez différente de celle défendue par P. Roussel, auquel il semblait « que (...)

39Dès 367/6, au moins, l’hippodrome fut mis en location avec sa zone de départ et un jardin qui était attenant à la piste et la jouxtait à l’est ou, plus vraisemblablement, à l’ouest. À la fin du ive s., on y cultivait l’orge, dont la moisson se faisait en avril ou en mai98, avant la date de la célébration des Dèlia, en Thargélion (mai-juin). Au milieu du iiie et au début du iie s., on y élevait des moutons comme dans la plupart des terrains du sud de l’île. Une ferme était alors associée au domaine. Ses vestiges, qui ont peut-être été dessinés par J. Replat sur la piste99, l’abandon de la célébration des Dèlia après 314 et l’absence d’attestation de courses hippiques au programme du concours restauré après 167 laissent penser que l’hippodrome ne fut plus après 314 qu’un bien-fonds d’Apollon qui ne différait des autres que parce qu’il ne comportait qu’une seule vaste terrasse et qu’il était associé à un jardin et à une zone que l’on continuait à appeler l’aphésis100. L’abandon de son premier usage par les Déliens indépendants s’expliquerait d’autant mieux qu’ils n’avaient pas de cavalerie à entraîner. Ce bilan pourrait sans doute être enrichi s’il était possible de retrouver et de fouiller ce que je suppose être la ferme de l’hippodrome.

Notes

1 Bruneau 1995. Voir aussi Hellmann 1992a, p. 175-177, et Chankowski 2008, p. 104-105. Pour la mise au point de cet article, j’ai profité des avis de V. Chankowski, Chr. Chandezon et Cl. Sarrazanas, que j’ai plaisir à remercier.

2 Hornblower 1997, p. 517-531 ; Tuplin 2005, p. 24-26 ; Chankowski 2008, p. 53-77.

3 Et non pas une « course de chars » comme le traduisent Weil 1967, p. 74, ou Chankowski 2008, p. 56, 91 et 104. À propos de la traduction de Weil 1967, voir déjà les critiques de Tréheux, Charneux 1998, p. 263, n. 171.

4 Roussel 1987, p. 208 ; Chankowski 2008, p. 90-106. Il se peut que des rencontres de moindre importance aient été organisées annuellement entre les grands Dèlia pentétériques.

5 Sur ces couronnes, voir aussi le commentaire de J. Coupry à ID 104, p. 42-43.

6 Chankowski 2008, p. 100-101 et 105.

7 Dans l’Hymne à Délos 11-12, Callimaque note que l’île est faite « plutôt pour le vol des mouettes que pour l’ébat des chevaux » (trad. É. Cahen, CUF). La notation n’est pas sans rappeler l’évocation d’Ithaque par Télémaque dans Odyssée IV 606 : elle fait partie de ces îles sans prairies ni pistes à chevaux.

8 Voir dans le présent volume l’article de S. Zipprich.

9 ID 104, l. 30-31 ; ADC 19 (Chankowski 2008, p. 81, T10) : φιάλαι ἀργυραῖ ΔΙ, | ἆθλα, περιγενοµέναι ἐκ τῆς ἱπποδροµίας, σταθµὸν ΗΗΗΗImage ΔΔΔImage (« phiales en argent : 11 ; prix, reliquats des courses hippiques, poids : 985 dr. »).

10 Luschey 1939, p. 14 ; Kefalidou 1996, p. 66-67, 101-102 ; et dans la présent volume N. Le Meur, p. 230.

11 Voir ARV   2 II, p. 1112, Peintre d’Oreste, 4.

12 Kefalidou 1996, I32 (catalogue p. 236, pl. 73).

13 Cf. par exemple le palmarès des Rhômaia célébrés par le koinon des Lyciens publié par Robert L. 1978 dans lequel l’épreuve de quadriges tirés par des chevaux adultes n’a pas attiré de concurrents (p. 278, l. 46-49). En conséquence, la couronne a été « reportée sur l’autel de Rome ».

14 Sur les épreuves hippiques à Olympie : Pausanias, V 8-9 et, dans la littérature récente, Lee 2001, p. 35-40, et Miller 2004a, p. 75-82.

15 Pausanias, V 8, 10. Les autres épreuves étaient alors la course de quadriges, celle de biges et celle de chevaux montés.

16 Les trois types d’objets qui sont qualifiés d’hippiques dans les inventaires de Délos n’ont aucun lien avec les concours hippiques. Il s’agit de boucliers (θυρεὸν ἱππικὸν : ID 1403, Bb I, l. 41 [SEG 37, 692, l. 40] ; 1417, A I, l. 20, 21, 24, 34), d’un couteau (µάχαιρα ἱππική : IG XI 2, 161, B, l. 99 ; IG XI 2, 199, B, l. 10) et d’un étui de couteau (κολεὸν µαχαίρας ἱππικῆς : IG XI 2, 161, B, l. 99), offrande d’une personne différente de celle qui a offert le couteau. Sur ces deux derniers objets : Prêtre 2014, p. 546-547.

17 Bruneau 1970, p. 85, note que, durant cette période, Athènes continua à envoyer une théorie à Délos à l’occasion de la fête. Le silence des sources sur le sacrifice et le concours laisse cependant peu de doute sur leur suspension, car l’épigraphie délienne de l’Indépendance est d’une très grande richesse. Sur la date du rétablissement des concours après 167 : Roussel 1987, p. 208-211 ; Moretti L. 1953, p. 137 ; Bruneau 1970, p. 81-86 ; Robert L. 1987, p. 515, n. 168.

18 Bruneau 1970, p. 81, n. 4 : l’inscription date des « alentours de 315/4 ».

19 Chankowski 2008, p. 91, hésite entre 319/8 et 315/4.

20 Tracy 1994 ; Tracy 1995, p. 44 et 171-174 ; Tracy 2000, p. 334-335, suivi par Stork, Ophuijsen, Dorandi 2000, p. 270-271. Voir l’ensemble de la bibliographie rassemblée par J. Curbera dans les IG II-III3 4, 1, 281. Elle retient comme date : « post a. 256/5 ».

21 Clinton 2008, p. 251-253. K. Clinton retient comme date : « ca. a. 240 a. ? »

22 Habicht 2006, p. 173. Voir aussi les réserves d’Oetjen 2000.

23 Hégésandros, frg. 8, FHG IV, p. 415 (= Athénée, IV 167 d-e) ; Clinton 1992, p. 128-129, no 5 ; Habicht 2006, p. 172.

24 Sur ce concours, voir Tuplin 2005, p. 26, et, surtout, Brélaz, Andreiomenou, Ducrey 2009, en particulier, p. 280-300. Dans le compte rendu qu’il a donné de ce dernier article, D. Knoepfler mentionne une inscription inédite du iiie s. apr. J.-C., provenant du gymnase de Tanagra, dans laquelle sont aussi mentionnés les Dèlia (Bull. ép. 2010, 311, p. 750).

25 Hypothèse avancée par Homolle 1892, p. 59-60, et reprise par Brélaz, Andreiomenou, Ducrey 2009, p. 285.

26 Et il y en avait d’autres non dorés si l’on suit l’interprétation de D. Knoepfler, Bull. ép. 2010, 311, p. 747-748.

27 Elle est admise par D. Knoepfler, Bull. ép. 2010, 311, p. 750. Cl. Sarrazanas m’a cependant fait remarquer que l’agonothète s’est occupé du « sacrifice à l’occasion de la prestation de serment des artistes, des athlètes et des théôres » (Brélaz, Andreiomenou, Ducrey 2009, p. 246, A, l. 8-9 ; SEG 57, 2007, 452). Les conducteurs de chevaux ne sont pas expressément nommés dans l’inscription. S’ils étaient présents, il faudrait supposer qu’ils étaient compris sous le terme ἀθληταί, comme c’est probablement le cas dans le passage où Pausanias, V 24, 9-10, évoque le serment des « athlètes » à Olympie, englobant sous ce terme tous les participants aux épreuves gymniques et hippiques. Je dois aussi cette référence à Cl. Sarrazanas.

28 Commentaire à Syll3 319.

29 Brélaz, Andreiomenou, Ducrey 2009, p. 285, n. 138.

30 Bean 1953, p. 31, no 12 ; Moretti L. 1953, p. 137 ; Robert L. 1987, p. 515, n. 168 ; Tréheux, Charneux 1998, p. 263, n. 171.

31 Bruneau 1970, p. 82 ; Bruneau 1995, p. 917.

32 Bull. ép. 2014, 213.

33 Dans un palmarès de Rhodes : Zimmer, Bairami 2008, p. 149-153, no E2609, l. 8 ; SEG 58, 816 ; Bull. ép. 2014, 213 ; Strasser 2015, p. 57-66. Pour une datation de l’inscription entre 167 et 146 : Badoud, Fincker, Moretti J.-Ch. 2015-2016, p. 414-416.

34 Dans un palmarès de Messène : SEG 43, 162 ; 59, 411 ; Themelis 2001b, p. 143-144, col. A, l. 5.

35 Même formulation restituée dans le palmarès athénien de Mènodôros IG II-III3 4, 1, 599. Sur ces deux textes, voir en dernier lieu Badoud, Fincker, Moretti J.-Ch. 2015-2016.

36 Scholia vetera in Pindari Olympionicas VII, 154a (Drachmann I, p. 232).

37 Dans un texte beaucoup plus tardif (entre 222 et 235 apr. J.-C.), découvert à Délion de Béotie et récemment publié, les Dèlia de Béotie sont simplement appelés Δήλια : Charami 2011, texte p. 866, l. 15.

38 Tuplin 2005, p. 31-37, et, indépendamment, Étienne 2011, p. 16-18.

39 Les voyageurs et les membres des premières expéditions scientifiques se sont peu intéressés à l’hippodrome. Ni J. Spon ni G. Wheler ne l’évoque. J. Pitton de Tournefort, parce qu’il avait identifié une sculpture de tête de cheval, sur une console semble-t-il, le mentionne et cite le passage de Thucydide, III 104, 6, qui conduit à en supposer l’existence (Tournefort 1717, p. 362). J.-J. Barthélémy, vers la fin du chap. 76 du Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, décrit une course de chars organisée à Délos lors des fêtes d’Apollon (Barthélémy 1788, IV, p. 237). Il ne donne pas d’indication sur l’emplacement de la piste, à moins de comprendre – le texte n’est pas clair – qu’il place la course dans le stade « tracé vers l’extrémité méridionale de l’île ». A. Blouet mentionne l’hippodrome sans le situer (Blouet 1838, p. 4). En 1864, avant donc le début des fouilles systématiques, L. Terrier emploie le terme hippodrome à propos de l’espace qui s’est révélé être la cour de l’Agora des Italiens, non qu’il pense qu’elle ait pu servir à des compétitions, mais parce qu’il se réfère à la dénomination transmise par Pausanias, VI 24, 2 pour l’agora d’Élis (Terrier 1864, p. 51).

40 Homolle 1890, p. 427.

41 Bruneau 1995, p. 39, a compris un peu différemment le texte de Th. Homolle. Je m’écarte aussi de l’identification qu’il avance p. 39, n. 17, de certaines des découvertes de J. Replat en 1921. La « construction curieuse » qui « paraît divisée en stalles » se trouve au sud de l’Archégésion et n’est pas à identifier avec la construction à mosaïque située à l’est du Lac qui n’a été dégagée qu’en 1937 : Lemerle 1937, p. 472 ; Robert F. 1953, p. 23-26. J. Replat évoque la construction qu’il a fouillée dans une lettre qu’il adresse à Ch. Picard le 2 avril 1921. La lettre est conservée aux archives de l’EFA, dans le dossier DELOS 1-1921, où se trouve aussi un plan de situation qui porte en légende à côté de cet édifice : « écuries présumées ? ».

42 Ardaillon, Convert 1902, feuille 1 de la carte. Quatre sections du mur sont relevées. Sur ce plan et les suivants, voir Moretti J.-Ch. et al. 2015, p. 12-16.

43 Dans la version de son plan de 1919, J. Replat dessine un mur continu de 80 m de long à l’est de la Palestre de granit et deux sections en traits discontinus dans son prolongement vers le nord. On n’en trouve plus qu’une seule dans la version de 1938 publié par Vallois 1953, pl. I.

44 BCH Chron. 1921, p. 531-533, et, aux archives de l’EFA, le dossier DELOS 1-1921.

45 Lemerle 1935, p. 297-299. Dès 1921, cependant, on avait reconnu des dédicaces à l’Archégète inscrites sur des tessons.

46 Lemerle 1937, p. 472 ; Robert F. 1953, p. 23.

47 Elle n’est pas admise par R. Vallois. Vallois 1944, p. 70, considère le mur de soutènement de la piste comme la limite occidentale de l’Archégèsion ; Vallois 1966, p. 72, évoque le « mur de soutènement dit “de l’Hippodrome” ». Le doute a toujours subsisté dans le Guide de Délos de Ph. Bruneau et J. Ducat, de Bruneau, Ducat 1965, p. 127, à Bruneau, Ducat 2005, p. 248. Il n’est pas partagé par Papageorgiou-Venetas 1981 qui restitue (par ex. p. 45, fig. 33) un hippodrome débordant largement vers le sud la rue menant au Gymnase ce qui, pour des raisons orographiques, est inacceptable.

48 DELOS 1-1921. Je remercie A. Rohfritsch de m’avoir diligemment fourni une version numérisée de ce dossier.

49 Les nouveaux relevés ont été réalisés, pour la topographie, par L. Fadin (EFA) assisté d’A. Barbaste et, pour le levé architectural, par M. Fincker (IRAA, CNRS, Paris, AMU, Lyon 2, UPPA). Les carottages, qui seront publiés dans un autre article, ont été réalisés par A. Chabrol. Je les remercie tous pour leur collaboration. Les plans généraux du monument et de ses abords (fig. 1 et 5) sont fondés sur les relevés de l’Atlas de Délos, EAD XLIII, dont nous avons adopté le système de référence altimétrique.

50 Vallois 1966, p. 72-73, hésite à le qualifier de « sub-polygonal » ou de « cyclopéen ».

51 Voir en particulier les clichés publiés par Brunet 1990b, p. 8, photo 2, et Brunet 1999, p. 19, fig. 10 et p. 20, fig. 11.

52 Brunet 1990b, p. 5 (datation vraisemblablement au vie-ve s.) ; Brunet 1999, p. 43-44. Kent 1948, p. 255, datait les terrasses de la zone sud-est de Délos du vie s. Cf. aussi le mur de soutènement de bord de mer habituellement appelé le Grand môle : EAD XXXIX, p. 67-68 et 177.

53 Brunet 1999, p. 19.

54 Description du bloc : Plassart 1912, p. 388, n. 1.

55 Habicht 1991, p. 200.

56 Mesure qui est donnée par les fouilleurs, mais qui ne peut être actuellement vérifiée. Sur cette rue dégagée par D. Pippas en 1918, puis par J. Replat en 1921, voir BCH Chron. 1921, p. 352, et le dossier conservé aux archives de l’EFA, DELOS 1-1921, où elle est appelée « rue du Gymnase ». Ses magasins sont à ajouter à ceux qui ont été étudiés par Karvonis 2010.

57 Ardaillon, Convert 1902, feuille 1 de la carte ; Vallois 1953, pl. I (plan de J. Replat 1919, complété en 1938).

58 Le plus grand bloc a une longueur de 0,72 m et une hauteur de 0,50 m.

59 Dans cette zone, nous n’avons repéré que deux blocs de granit alignés nord-sud avec un parement côté ouest qui pourraient avoir appartenu à cette construction.

60 Cette construction apparaît sur le plan levé par J. Replat entre 1914 et 1918, avant donc la fouille de 1921.

61 Miller 2004b, p. 133-135, et Miller 2015, p. 335-344, à propos du réservoir lié à l’hippodrome de Némée. S. G. Miller rappelle à ce propos p. 344, n. 130, qu’un cheval adulte a besoin de boire 30 à 40 l d’eau par jour en été.

62 Humphrey 1986, p. 6 ; Valavanis 2017, p. 629-630.

63 IG XI 2, 287, A, l. 78 : τοῖς ἄρασιν ἐκ τοῦ ἱπποδρόµου τὴν νεωκόρον τοῦ Καρυστίων οἴκου 𐅃· (« à ceux qui ont enlevé de l’hippodrome la néocore de l’oikos des Karystiens : 5 dr. »).

64 En général : Tréheux 1946, p. 570-571 ; Bruneau 1970, p. 50-51. Sur le décès dans l’hippodrome : Bruneau 1995, p. 917.

65 Kent 1948 et, en particulier, p. 255-256 et 306 ; Vial 1984, p. 331 ; Reger 1994, p. 312-313 ; Bruneau 1995, p. 37-38 ; Pernin 2014, p. 159-261, et, en particulier, p. 237-238, tableau 25.

66 Sur les jardins attestés dans les comptes de Délos : Bruneau 1979. Sur le sens de κῆπος : Brunet 2001.

67 Mathé 2010, p. 189-190.

68 Jeffery 1990, p. 161-162, 166 et 169, no 2.

69 Kritzas 2006, p. 410-415 ; Kritzas 2013, p. 282-285 ; Kritzas 2018. Je remercie Ch. Kritzas pour les indications qu’il m’a fournies à ce sujet.

70 Nouveau choix d’inscriptions grecques, no 22, A, l. 21 et 31 ; C, l. 66-67. Pour la datation, Fröhlich 2004, p. 546-548.

71 Knoepfler 1988, p. 266 (l. 6-7 de l’inscription) et 289, pour le commentaire.

72 Trad. Pernin 2014, p. 177, modifiée et complétée.

73 Chandezon 2003, p. 127.

74 Kent 1948, p. 323, no 49.

75 J. Replat note que, lors de ses fouilles en avril 1921, « presque tous les terrains de l’hippodrome sont cultivés » (lettre à Ch. Picard le 2 avril 1921), mais qu’en été « les champs seront libres » (lettre à Ch. Picard le 18 avril 1921, archives de l’EFA, dossier DELOS 1-1921).

76 Trad. Pernin 2014, p. 196, très peu modifiée.

77 Trad. Pernin 2014, p. 213, très peu modifiée.

78 Kent 1948, p. 294 ; Hellmann 1992a, p. 58-60 ; Pernin 2014, p. 229

79 Kent 1948, p. 297-298 ; Hellmann 1992a, p. 223-234 ; Pernin 2014, p. 229.

80 Kent 1948, p. 297 ; Hellmann 1992a, p. 150-151 ; Pernin 2014, p. 229.

81 Hellmann 1992a, p. 345 ; Chandezon 2003, p. 126-127 ; Pernin 2014, p. 228.

82 Hellmann 1992a, p. 70-71 ; Chandezon 2003, p. 126-127 ; Pernin 2014, p. 228.

83 Sur les sept domaines déliens dont on a conservé l’inventaire des bâtiments, quatre sont dotés d’une bergerie et d’une étable : Brunet 1990a, p. 677 ; Pernin 2014, p. 251, tableau 48.

84 Hellmann 1992a, p. 174-175 ; Pernin 2014, p. 227.

85 Vial 1984, p. 319 ; Chandezon 2003, p. 129-130 ; Pernin 2014, p. 230.

86 Sur la cohabitation de la culture et du pacage sur les mêmes terres selon les époques de l’année : Brunet 1990a, p. 677 ; Doukellis 1998, p. 317 ; Brunet 1999, p. 49.

87 Tel est l’avis de Kent 1948, p. 301, et de Chandezon 2003, p. 130.

88 En se fondant principalement sur le texte du Codex Seragliensis Gr1, Fol. 28r, J. Ebert a restitué pour l’hippodrome d’Olympie une longueur totale de 1 052 m, dispositif de départ compris (Ebert 1989). Voir aussi, pour une interprétation un peu différente du manuscrit, Petermandl 2011 ; Petermandl 2012, p. 138-139 ; et un troisième article du même auteur dans le présent volume p. 133-144. La largeur de la piste était de 200 pieds soit près de 64 m (Ebert 1989, p. 95-96 et 102).

89 Romano, Voyatzis 2015, p. 245 et D. G. Romano, p. 41 du présent volume.

90 Moretti J.-Ch. 2001. La plus ancienne mention du stade date de 274 : IG XI 2, 199, A, l. 39.

91 La piste du stade de Délos mesure 185,585 m (Moretti J.-Ch. 2001, p. 357).

92 Sur le débat qui existe à ce propos : Petermandl 2011 ; Valavanis 2017, p. 625-626.

93 La zone située entre le port et l’hippodrome, au nord du Sanctuaire d’Apollon, pourrait être qualifiée d’ἱππήλατος, si l’on se réfère aux adjectifs rassemblés par Pollux, IX 19, pour qualifier une ville.

94 ID 68. Voir Butz 1994 (SEG 46, 971) qui date l’inscription du premier quart du ive s. et y voit l’expression d’une opposition aux Athéniens, ce dont doute Tuplin 2005, p. 33.

95 Sur la datation de l’édifice à la fin du ve s. : Étienne 2011, p. 17-18.

96 Fincker, Moretti J.-Ch. 2007.

97 Sur cette interprétation que J. H. Kent donne du texte de Plutarque, Nicias 3, 7, voir Kent 1948, p. 256.

98 Amouretti 1986, p. 36-39. Pour Délos : Brunet 1990a, p. 679-680 ; Brunet 1999, p. 45-46.

99 Si l’hypothèse se justifiait la fouille de cette ferme serait du plus grand intérêt, car son identification avec celle de l’hippodromos des comptes serait assurée et l’on bénéficierait donc d’une situation documentaire unique à Délos.

100 Mon hypothèse est donc assez différente de celle défendue par P. Roussel, auquel il semblait « que l’Hippodrome n’ait plus existé à l’époque athénienne » (Roussel 1987, p. 157, n. 5). Il s’appuyait pour défendre cet avis sur un argument à mon avis erroné. Selon lui, le κῆπος ὁ πρότερον προσὼν τῶι Ἱπποδρόµωι mis en location en 156/5 (ID 1417, B, II, l. 114-118) n’était autre que l’  Ἱππόδροµος de l’époque de l’Indépendance.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Plan de la zone de l’hippodrome au 1/500
Crédits M. Fincker d’après EAD XLIII.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6452/img-1.png
Fichier image/png, 553k
Titre Fig. 2 — Vue générale de la terrasse de l’hippodrome, du nord-ouest, avec le mur de soutènement de la terrasse.
Crédits Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6452/img-2.png
Fichier image/png, 418k
Titre Fig. 3 — La section sud du mur de soutènement de l’hippodrome. a. Vue du nord-ouest (cl. EFA, J.‑Ch. Moretti) ; b. Relevé du parement ouest au 1/200 (M. Fincker).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6452/img-3.png
Fichier image/png, 565k
Titre Fig. 4 — La section nord du mur de soutènement de l’hippodrome. a. Vue du nord-ouest (cl. EFA, J.‑Ch. Moretti) ; b. Relevé du parement ouest au 1/200 (M. Fincker).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6452/img-4.png
Fichier image/png, 448k
Titre Fig. 5 — Proposition de restitution du plan de l’hippodrome au 1/500 avec, en noir, les vestiges des monuments qui se trouvaient à sa périphérie à la fin de l’époque classique.
Crédits M. Fincker d’après EAD XLIII.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6452/img-5.png
Fichier image/png, 507k
Titre Fig. 6 — Les vestiges du puits de l’hippodrome, du nord-ouest.
Crédits Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6452/img-6.png
Fichier image/png, 476k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6452/img-9.png
Fichier image/png, 106k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6452/img-10.png
Fichier image/png, 59k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/6452/img-11.png
Fichier image/png, 68k

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search