Version classiqueVersion mobile

Parasites du Dieu

 | 
Véronique Chankowski

Épigraphe

Texte intégral

1Οὐκ ἀγνοῶ δὲ καὶ περὶ Δηλίων ἃ Ἀπολλόδωρος ὁ Ἀθηναῖος εἴρηκεν ὅτι µαγείρων καὶ τραπεζοποιῶν παρείχοντο χρείας τοῖς παραγινοµένοις πρὸς τὰς ἱερουργίας, καὶ ὅτι ἦν αὐτοῖς ἀπὸ τῶν πράξεων ὀνόµατα Μαγίδες καὶ Γογγύλοι, ἐπειδὴ τὰς µάζας, φησὶν Ἀριστοφάνης, ἐν ταῖς θοίναις δι´ ἡµέρας τρίβοντες παρεῖχον ὥσπερ γυναιξὶ γογγύλας µεµαγµένας. Καλοῦνται δὲ καὶ µέχρι νῦν τινες αὐτῶν Χοίρακοι καὶ Ἀµνοὶ καὶ Ἀρτυσίλεωι καὶ Σήσαµοι καὶ Ἀρτυσίτραγοι καὶ Νεωκόροι καὶ Ἰχθυβόλοι, τῶν δὲ γυναικῶν Κυµινάνθαι, κοινῇ δὲ πάντες Ἐλεοδύται διὰ τὸ τοῖς ἐλεοῖς ὑποδύεσθαι διακονοῦντες ἐν ταῖς θοίναις. Ἐλεὸς δ´ ἐστὶν ἡ µαγειρικὴ τράπεζα. Ὅµηρος·

« Αὐτὰρ ἐπεί ῥ´ ὤπτησε καὶ εἰν ἐλεοῖσιν ἔθηκε ».

2Ὅθεν καὶ Πολυκράτων ὁ Κρίθωνος Ῥηναιεὺς δίκην γραφόµενος οὐ Δηλίους αὐτοὺς ὀνοµάζει, ἀλλὰ τὸ κοινὸν τῶν Ἐλεοδυτῶν ἐπῃτιάσατο. Καὶ ὁ τῶν Ἀµφικτυόνων δὲ νόµος κελεύει ὕδωρ παρέχειν ἐλεοδύτας, τοὺς τραπεζοποιοὺς καὶ τοὺς τοιούτους διακόνους σηµαίνων. Κρίτων δ´ ὁ κωµῳδιοποιὸς ἐν Φιλοπράγµονι παρασίτους τοῦ θεοῦ καλεῖ τοὺς Δηλίους διὰ τούτων·

« Φοίνικα µεγάλου κύριον βαλλαντίου
ναύκληρον ἐν τῷ λιµένι ποιήσας ἄπλουν
καὶ † φορµιῶσαι ναῦς ἀναγκάσας δύο,
εἰς Δῆλον ἐλθεῖν ἠθέλης´ ἐκ Πειραιῶς,
πάντων ἀκούων διότι παρασίτῳ τόπος
οὗτος τρία µόνος ἀγαθὰ κεκτῆσθαι δοκεῖ,
εὔοψον ἀγοράν, † παντοδαπὸν ὁρµοῦντ´ ὄχλον †,
αὐτοὺς παρασίτους τοῦ θεοῦ τοὺς Δηλίους »

3Je n’ignore pas ce qu’Apollodoros d’Athènes a dit des Déliens : qu’ils offraient leurs services comme cuisiniers et serveurs à ceux qui assistaient aux cérémonies religieuses et qu’à cause de leurs activités on leur donnait le nom de « Brioches » et de « Roulés », puisque ce sont des galettes, nous dit Aristophane, qu’en trimant toute la journée ils fournissaient dans les banquets comme les boulettes pétries par les femmes. Quelques Déliens portent même encore aujourd’hui les noms de « Cochonnet », « Agneau », « Marinade », « Sésame », « Épices à chèvre », « Sacristain », « Pêcheur » et plusieurs femmes s’appellent « Fleur de cumin ». En général, on les appelle collectivement « les Eléodytes » parce qu’ils se glissent sous les tables quand ils servent dans les banquets. Une table de cuisine est un eleos, comme dans ce vers d’Homère :

« mais après l’avoir fait rôtir, et mis sur les tables ».

4C’est de là que Polycrate, fils de Crithôn, de Rhénée, dans son action en justice, ne les nomme pas Déliens mais il les accuse d’être la communauté des Eléodytes. La loi des Amphictyons ordonne que les éléodytes fournissent l’eau, désignant par ce mot les serveurs et autres serviteurs du même type. Et Criton le Comique, dans son Curieux, appelle les Déliens « parasites du dieu », en ces termes :

« Après avoir forcé dans le port un nauclère phénicien maître d’une grande fortune à abandonner son voyage et lui avoir fait affréter deux navires, il voulut passer du Pirée à Délos, parce qu’il avait entendu partout que c’est le seul endroit qui possède trois avantages pour un parasite : un marché bien fourni, une foule d’étrangers et les parasites du dieu que sont les Déliens eux-mêmes ».

Athénée, Deipnosophistes IV, 173, a-c

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search