Version classiqueVersion mobile

Parasites du Dieu

 | 
Véronique Chankowski

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Athénée, IV, 173 b-c. Voir le texte supra p. 2.
  • 2 IG II2 2323, l. 151 et l. 210.

1« Le koinon des Eléodytes », ou les éternels servants de la cuisine des sacrifices : c’est ainsi qu’aux dires d’Athénée, le Rhénéen Polycrate fils de Krithôn appela les Déliens lors d’un procès, moquant à la fois la part de leur temps qu’ils consacraient à l’organisation des cérémonies religieuses et les avantages qu’ils en retiraient. « Parasites du dieu », disait encore Criton le Comique, exprimant par cette métaphore alimentaire le lien vital qui unissait les Déliens à leur sanctuaire1. Le portrait des Déliens que crée, chez Athénée, le rassemblement de ces différentes citations, est celui d’une population que caractérise une certaine obséquiosité, dans une atmosphère de cuisine de banquet à la fois servile et féminine qui contraste assurément avec l’idéal traditionnel du citoyen-soldat d’autres cités. Observés par les autres, les Déliens étaient différents. Moqués surtout par les Athéniens, comme c’est le cas de Criton le Comique, vainqueur aux Dionysies de 183 ou de 1672, les Déliens et leur marché avaient acquis une importance qui ne pouvait tout de même à leurs yeux rivaliser avec celle du Pirée.

  • 3 Hérodote, VI, 97. Chankowski 2008a, p. 144-145 et 158-159, sur la collaboration des Déliens à l’adm (...)

2En se définissant dès le ve s., contre les revendications athéniennes, comme un « peuple sacré », les Déliens avaient lié leur existence à l’activité de leur sanctuaire3. Ce rôle, dès l’époque de la collaboration avec l’autorité athénienne à l’époque classique — puisqu’il n’existe, contrairement à une appellation erronée, aucune « amphictionie » aux ve et ive s. à Délos — les destinait à veiller sur le sanctuaire d’Apollon et confinait leur cité dans la neutralité politique pour ses relations avec d’autres communautés. Libérés de la tutelle athénienne à la fin du ive s., ils développèrent pleinement leur statut de communauté civique sacrée en charge du sanctuaire.

3Parasites du dieu, les Déliens l’étaient lorsqu’ils utilisaient la caisse sacrée comme réserve de crédit pour les dépenses de leur cité, ou encore lorsqu’ils faisaient assumer au trésor sacré des constructions publiques, mais aussi lorsqu’ils favorisaient par le poids de leur sanctuaire la constitution d’un marché qui leur assurait un approvisionnement plus régulier qu’aucune île des Cyclades n’aurait pu l’escompter. Mais l’expression de « parasites du dieu » désigne en même temps la contrainte que faisait peser le grand sanctuaire d’Apollon sur la vie quotidienne de la population : le caractère attractif des temples et des cérémonies obligeait les Déliens à partager leur territoire et l’approvisionnement de leur marché avec un grand nombre d’étrangers et d’insulaires du voisinage, mais aussi à orienter leurs décisions politiques dans l’intérêt de la caisse sacrée qui assurait leur subsistance. Les citoyens qui étaient désignés pour remplir la charge de hiéropes consacraient leur temps à une administration complexe, qui comportait à la fois la gestion du patrimoine foncier, immobilier et monétaire du dieu, mais aussi le fastidieux récolement de quelque cinquante talents d’offrandes en métal précieux accumulées au fil des siècles. Les Déliens étaient au service du sanctuaire et en assumaient à la fois les contraintes et les bénéfices.

  • 4 Politique, I, 4, 1259a, à propos du monopole des pressoirs à huile pratiqué par Thalès.

4La gestion du patrimoine d’Apollon, qui pouvait rivaliser avec quelques grandes fortunes privées de l’époque classique et du début de l’époque hellénistique, les a conduits à développer des compétences comptables dont la technicité était probablement particulièrement aboutie par rapport à la situation d’autres cités. En suivant le modèle institué par les Athéniens à l’époque classique, les Déliens sont parvenus à construire des outils de gestion performants qui ont permis au sanctuaire de continuer à financer sur ses recettes propres, non seulement les cérémonies de la vie religieuse, mais aussi de nombreuses constructions, tant du domaine public que du domaine sacré, créant ainsi un marché qui exploitait au maximum de ses possibilités les capacités régionales de développement de l’économie. L’imbrication entre les fonds sacrés et les fonds publics était profonde et montre que les règles religieuses de séparation entre le sacré et le profane n’engagent pas les pratiques financières de rentabilité et de profit. Aristote lui-même en convenait à propos des principes de la vie en cité : même certains hommes politiques en arrivent à spécialiser leur activité politique dans les techniques de spéculation financière4. C’est aussi ce que tentaient de faire les Déliens, à la fois pour le sanctuaire et pour leur cité, lorsqu’ils organisaient les contrats de construction et de fourniture de matériaux de façon à faire baisser autant que possible les prix, lorsqu’ils prêtaient les capitaux des fondations pour les faire fructifier, ou encore lorsqu’ils exploitaient la diversité monétaire de l’encaisse sacrée et de l’encaisse publique dans les prêts ou les investissements.

5Ce faisant, les Déliens ont manifestement fait preuve d’une grande inventivité en matière de techniques financières et de politique administrative. En tentant de maintenir, dans un monde hellénistique en évolution permanente, les intérêts du sanctuaire qu’ils partageaient largement, ils ont parfois fait des erreurs d’appréciation ou bien n’ont pas disposé de l’autorité suffisante pour imposer des choix plus favorables : c’est par exemple ce qui s’est produit avec la diminution de la part des monnaies d’Alexandre dans l’encaisse du sanctuaire. D’une certaine manière, l’observation des évolutions monétaires et économiques égéennes montre que le modèle défendu par les Déliens était voué à l’échec : ils étaient parvenus à développer un centre économique et financier égéen, mais sans disposer d’une autorité militaire et politique capable d’en pérenniser l’indépendance.

6On comprend mieux aussi, à la lumière de la situation économique et financière de l’île, ce qu’est l’indépendance de Délos : avant tout une neutralité qui se traduit à la fois par une politique diplomatique et par une politique d’exemption fiscale, sans constituer pour autant un pouvoir d’arbitrage ni de régulation. Sur le plan monétaire et financier, les Déliens étaient aux aguets des grandes transformations de l’Égée hellénistique et se sont alignés sur les politiques rhodiennes et sur celles des grandes puissances dominantes. C’est ce qui fait de la documentation délienne un extraordinaire révélateur de la situation économique égéenne, bien plus que d’un contexte régional dont la cohérence économique paraît pour le moins contestable.

  • 5 Nicolet 1980, p. 99. La loi de 58 abolit les vectigalia imposés à Délos probablement par Sylla et r (...)

7Pourtant, la récupération, par Rome sous l’autorité athénienne, de la situation économique et financière de Délos à partir de 167, ne met fin ni à la neutralité de la place de commerce qu’avaient revendiquée les Déliens, qui trouve dans le cosmopolitisme des iie et ier s. sa forme aboutie, ni à son rôle de centre d’affaires qu’ils avaient contribué à développer et qui atteint dans le contexte du port franc son plein épanouissement. Le rôle d’entrepôt qui est celui de Délos depuis le ve s. ne se dément pas au fil des siècles, si bien que la loi Gabinia Calpurnia proposée par les deux consuls romains de l’année 58 témoigne encore du rôle de Délos comme plaque tournante et entrepôt dans la distribution du blé5. Ce rôle d’entrepôt, de centre de redistribution, de « réservoir » comme le nomment les inscriptions du iie s., reposait sur l’attractivité de la place de commerce par des formes de défiscalisation, à travers l’ateleia qui, dès avant 167, exemptait au moins une partie des acteurs du commerce de redistribution des droits de douane. Ce choix fiscal, assumé d’abord par les Déliens, était rendu possible par la prospérité de l’ensemble constitué par la cité et le sanctuaire en forte interaction. La présence suffisante d’autres revenus permettait à la communauté civique de donner à l’île cette orientation. Le pouvoir romain, en 167, la systématise en s’inscrivant dans la continuité de cette construction égéenne.

  • 6 Traduction de Nicolet 1980, p. 76.

8Globalement, les continuités apparaissent donc plus fortes que les ruptures dans le fonctionnement économique de la place de Délos, avec des changements d’échelle du ve au ier s. Plus tard encore, après les crises mithridatiques, la loi Gabinia Calpurnia réaffirme en un curieux raccourci cette continuité de l’histoire délienne : … Delum insulam, in qua insula Apollinem et Dianam n[atos esse arbitrantur], vecteigalibus leiberari, quae insula post hominum me[moriam omnium] regum ceivitatium nationumque imperieis sacra leib[era immunis fuit], « ... que cette île, dans laquelle on pense que naquirent Apollon et Diane, soit exempte d’impôts, île qui, de tout temps, a toujours été indépendante de l’autorité de tous les rois, cités et peuples, propriété divine et exempte d’impôts » (ID 1511, l. 10-13)6.

9Pourtant, des évolutions significatives transparaissent aussi dans le comportement des Déliens eux-mêmes, du iiie au iie s. La société délienne pouvait s’en trouver profondément divisée, comme le laissent entendre quelques indices qui font apparaître le développement d’un affairisme insulaire plus intense et plus concurrentiel au fil des décennies.

10C’est peut-être cet apprentissage des techniques de profit qui, finalement, tendait à inciter les Déliens à s’émanciper de leur état de « parasites du dieu ». En dépit de ses pesanteurs, la dépendance à l’égard du sanctuaire avait longtemps constitué, pour les Déliens comme pour l’économie régionale, une garantie de stabilité. Lorsqu’ils sont parvenus à constituer, au sein de la caisse publique, comme le faisaient déjà bien d’autres cités du monde grec, un fonds d’achat de grain public, ils ont cessé d’emprunter des capitaux au sanctuaire pour acheter le grain qui était revendu aux citoyens sur le marché, et se sont attachés à gérer efficacement ce fonds. Lorsque le bois et le charbon se sont avérés constituer une opportunité de profits à l’échelle régionale sur le marché délien, certains habitants de l’île ont probablement été tentés par les possibilités de gains que leur offrait la spéculation, peut-être au détriment de l’approvisionnement du sanctuaire à des prix avantageux. Le sanctuaire, dès lors, avait cessé de constituer un écran protecteur entre les Déliens et le marché égéen. Il avait cessé aussi d’être l’instrument par lequel la cité de Délos régulait les activités du marché.

  • 7 Sur les communautés présentes à Délos, voir Roussel 1916 (1987) ; Rossi 2012 et en dernier lieu Mül (...)

11La situation de « parasites du dieu » caractérise donc aussi un système économique qui, à partir de la création du port franc en 167, disparaît : une organisation financière et économique fondée sur les capitaux publics, qu’ils proviennent du sanctuaire ou de la cité, plus que sur la richesse des particuliers. Les grands financiers de l’époque du port franc pouvaient sans commune mesure concurrencer ce qu’avait offert aux Déliens le trésor d’Apollon. Sans doute étaient-ils d’ailleurs à l’œuvre dès avant 167. La disparition de la communauté civique délienne, qui laissait place à des responsables administratifs athéniens pour assurer les besoins du quotidien des populations, transformait la population de l’île en une foule bigarrée, en partie déjà installée avant 167, créatrice de davantage de profits et de concurrence : Athéniens de bonne famille soucieux de maintenir les traditions ancestrales, commerçants et hommes d’affaires grecs, italiens et orientaux, esclaves et affranchis installés sur place7. Cette population avait certes besoin d’intendance, mais ne partageait plus les intérêts communs qui avaient uni depuis des siècles la communauté des Déliens aux affaires du sanctuaire.

12Point d’observation des mutations économiques égéennes dans l’Antiquité, Délos donne aussi à voir cette autre « grande transformation », pour paraphraser la formule de Karl Polanyi, que constitue le passage d’une régulation de l’économie et de la finance à l’échelle de la cité à une forme beaucoup plus individualisée d’affrontement des intérêts économiques et financiers. Non que cette dernière soit sans régulation : le pouvoir de Rome, à une autre échelle, en construisait déjà progressivement le cadre, dans une logique d’empire.

Notes

1 Athénée, IV, 173 b-c. Voir le texte supra p. 2.

2 IG II2 2323, l. 151 et l. 210.

3 Hérodote, VI, 97. Chankowski 2008a, p. 144-145 et 158-159, sur la collaboration des Déliens à l’administration athénienne. Dans la citation de Criton (Athénée IV, 173c), il est bien probable que la « loi des Amphictyons », avec la graphie en -υ- pour Ἀµφικτυόνων, désigne les magistrats athéniens de l’époque classique et non l’organisation delphique (Chankowski 2008a, p. 45-52 sur le nom des magistrats athéniens à Délos classique). L’autorité athénienne s’était en effet assurée de la collaboration des Déliens dans un certain nombre de tâches subalternes de l’administration du sanctuaire.

4 Politique, I, 4, 1259a, à propos du monopole des pressoirs à huile pratiqué par Thalès.

5 Nicolet 1980, p. 99. La loi de 58 abolit les vectigalia imposés à Délos probablement par Sylla et rétablit ainsi une situation antérieure aux crises mithridatiques.

6 Traduction de Nicolet 1980, p. 76.

7 Sur les communautés présentes à Délos, voir Roussel 1916 (1987) ; Rossi 2012 et en dernier lieu Müller 2017, qui dresse un bilan mais n’apporte pas d’éléments nouveaux.

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search