Version classiqueVersion mobile

Parasites du Dieu

 | 
Véronique Chankowski

Chapitre V

L’économie délienne : le marché et les prix

Texte intégral

  • 1 Sur l’utilisation de ces prix par la société délienne par l’intermédiaire de la gravure et le rappo (...)

1Les pratiques comptables mises en œuvre par les Déliens trouvaient à s’appliquer sur le marché, tant pour l’approvisionnement en matériaux que pour la conclusion de contrats. En rendant compte de leurs achats mensuels et en détaillant les prix unitaires de leurs transactions, tandis qu’ils précisaient les monnaies qui composaient leur encaisse et les libellés correspondant aux registres des banquiers, les hiéropes ont en même temps apporté un éclairage sur le contexte économique et financier dans lequel ils agissaient1.

  • 2 Pour l’historiographie de cet intérêt pour les prix, voir Chankowski 2020.
  • 3 Descat 2006a, p. 257-258.

2C’est pourquoi les prix qu’il est possible de relever année après année dans les comptes des hiéropes ont, en définitive, davantage intéressé les commentateurs que les structures de la gestion financière de la caisse sacrée : ils y voyaient, à juste titre, une source permettant de mieux cerner les contours de l’économie égéenne, dans le contexte d’un débat sur la nature de l’économie antique2. Mais les interprétations furent largement fonction du modèle sous-jacent choisi pour décrire le marché dont ces prix sont le produit, faute de poser explicitement la question de la définition de ce marché. Dans un article programmatique qui invitait à « historiciser » le marché, R. Descat écrivait : « En fait l’économie antique existe comme lieu académique d’un débat qui lui est indispensable parce qu’il lui permet de vivre avec une difficulté jamais résolue : l’existence ou l’inexistence du marché […] Le marché antique, au fond, n’a pas ou très peu été un objet d’étude ; il est plutôt un signe d’appartenance à un camp, utilisé de manière polémique, qui se substitue à une réflexion sur le concept lui-même »3.

  • 4 Glotz 1913a, p. 29, et Glotz 1913b ; Heichelheim 1930.
  • 5 Larsen 1938, avec le chapitre « Delos in the Economic Life of the Period », p. 334-356.

3La documentation délienne de la période hellénistique se trouve au cœur de ce débat. Dès la publication des premiers volumes des comptes des hiéropes, G. Glotz, puis Fr. Heichelheim, en utilisent les données pour montrer que les prix qui apparaissent dans la documentation délienne sont le reflet des rapports de pouvoirs militaires en mer Égée. Dès lors, ces prix sont compris comme étant fixés dans un marché méditerranéen interconnecté et ouvert à la concurrence : « Dans la période hellénistique, le marché de la Grèce devient universel. Il s’ouvre librement à l’importation, et les seules denrées dont le prix augmente sont celles qui ne mettent pas en concurrence plusieurs pays de production »4. Dans les années 1960, tout en s’affirmant contre les grandes synthèses modélisantes de la fin du xixe s. et du début du xxe s., J. A. O. Larsen, dans le projet d’histoire globale de T. Franck, An Economic Survey of Ancient Rome, reprend lui aussi l’analyse des prix déliens pour les mettre en relation avec une conjoncture méditerranéenne répondant aux lois de l’offre et de la demande5.

  • 6 Reger 1994a.
  • 7 Reger 1994a, p. 55. Également Reger 1997, p. 54-55.
  • 8 Reger 1994a, p. 71.

4Reprenant dans le détail cette perspective d’analyse statistique des évolutions de prix, G. Reger, dans les années 1990, aboutit à une réduction du champ interprétatif : les prix ne doivent plus être expliqués à l’échelle méditerranéenne et ne sont pas le reflet des évolutions politiques en mer Égée. Ils se comprennent à l’échelle locale et témoignent de l’émergence d’un régionalisme cycladique6. À bien des égards, l’interprétation de G. Reger est l’écho de l’idée finleyenne du primitivisme de l’économie antique : « Early studies of the Delian economy were influenced by a “modernizing” model of the Hellenistic world that saw capitalism everywhere and emphasized long-distance trade and strong market interconnections »7. Les choix interprétatifs de G. Reger sont, en eux-mêmes, tout autant influencés par des modèles sous-jacents : c’est lorsque les pouvoirs extérieurs s’éloignent des Cyclades que celles-ci développent un fonctionnement régional qui se manifeste par une stabilité des prix menant à une prospérité économique. Toute dimension ultra-régionale ne s’explique alors que par des raisons religieuses liées à l’attractivité du sanctuaire d’Apollon et non par des relations économiques : « The “international” importance of Delos derived from its religious position »8. Par contraste, la création du port franc par la volonté de Rome en 167 est pour G. Reger une décision de nature politique de Rome contre Rhodes, et non un choix économique, car elle instaure une situation radicalement différente de celle de la période de l’Indépendance.

  • 9 Mavrojannis 2002, p. 166, n. 11, critiquant l’interprétation de Reger 1997 et celle de Chankowski-S (...)

5Parallèlement à une opposition entre « modernistes » et « primitivistes », l’interprétation des documents déliens est devenue la matière d’un clivage opposant « dirigisme » et « libéralisme ». S’élevant contre la vision d’une « libéralisation » du marché du port franc délien qui romprait avec ce régionalisme après 167, Th. Mavrojannis voit dans les rapports de force qui se manifestent à Délos sous l’autorité de Rome la continuité du marché du iiie s. dominé par les rois comme le pensaient Fr. Heichelheim et M. Rostovzeff : l’interprétation politique doit prévaloir sur l’économique et « ni l’accroissement géographique, ni la multiplication des échanges, ni l’augmentation des lieux de provenance des commerçants, ni enfin le changement intervenu dans la clérouquie, n’impliquent la libéralisation totale du marché délien : ils indiquent plus probablement une nouvelle politique dirigiste »9.

6L’un des éléments qui a facilité cette modélisation des interprétations est assurément le fait que le sanctuaire comme acteur de l’économie délienne y était largement occulté : l’économie délienne s’en trouvait, en quelque sorte, décontextualisée. Or, comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, la nature du trésor brassé par les administrateurs, tant dans la caisse sacrée que dans la caisse publique, oriente très largement les choix de la cité délienne en même temps qu’elle éclaire sur le contexte égéen qui les influence. C’est sur cette base qu’il convient maintenant, passant de l’activité du sanctuaire à celle de l’emporion, d’analyser l’échelle d’activité de l’économie délienne.

La création d’un marché

L’enregistrement des prix dans les comptes des hiéropes : l’expression de la demande

La question de la conjoncture

  • 10 Reger 1997, p. 59.

7Depuis les études statistiques menées par G. Reger à partir du prix de plusieurs denrées dans les comptes de Délos, la notion de marché unifié a été récusée au profit d’une interprétation qui met l’accent sur le caractère cloisonné des marchés antiques. Pour chaque produit, les prix sont fixés dans des marchés différents car ils obéissent à des tendances et à des évolutions qui ne sont pas uniformes : « any explanation for a particular individual price history must be sought in the particularities of that good, and not in a general appeal to a common price-setting market for imported goods »10.

  • 11 Glotz 1913a et Glotz 1913b ; Glotz 1932.

8Au contraire, pour G. Glotz, Fr. Heichelheim, J. Larsen ou M. Rostovtzeff, la volonté de parvenir à une vision globale des échanges conduisait à considérer l’offre et la demande à l’échelle du monde hellénistique et, partant, à utiliser les prix déliens comme des indices valables pour l’ensemble des marchés. Dans cette perspective, les évolutions de prix étaient compréhensibles en termes de conjoncture. Sans exclure d’autres variables comme le coût du transport ou le coût de la main d’œuvre pour certaines denrées11, cette interprétation mettait l’accent sur des explications d’ordre géopolitique : tel blocage militaire des voies de communication, tel accroissement de population dû à la démobilisation de vétérans, expliquaient les fluctuations de la demande à une échelle méditerranéenne, et les variations des coûts tels que les mettent en évidence les comptes de Délos. Si les prix déliens subissent les répercussions des grands événements géopolitiques, c’est donc, pour les tenants de cette interprétation, qu’ils appartiennent à un marché universel, construit au début de l’époque hellénistique avec l’élargissement du monde grec qui s’est opéré avec les conquêtes d’Alexandre et la constitution des grands royaumes.

  • 12 Reger 1994a ; Reger 1997, p. 63.

9L’étude menée par G. Reger sur plusieurs séries de prix déliens n’évite pas non plus, pour expliquer les fluctuations de long terme, les explications géopolitiques, mais l’échelle méditerranéenne de l’interprétation est remplacée par l’échelle cycladique : après avoir servi de base militaire, les Cyclades ont développé leurs capacités à fournir l’essentiel de la consommation de base de leurs populations, surtout lorsque le recul des pouvoirs militaires en mer Égée, vers le milieu du iiie s., a pu laisser place à une organisation régionale des échanges12.

  • 13 Migeotte 2008b, p. 81.

10C’est cette dimension régionale des échanges que L. Migeotte retient comme critère d’analyse des niveaux de marché dans l’Antiquité : « même aux époques hellénistique et romaine, l’économie des cités grecques était faite d’une grande diversité dans laquelle on peut, en simplifiant, reconnaître trois niveaux superposés et partiellement reliés entre eux : un émiettement de productions et d’échanges locaux, variés et en partie autarciques, une multitude de marchés régionaux bien développés où s’échangeaient de nombreux produits, et plusieurs réseaux d’échanges à grande échelle pour un certain nombre de denrées, dont des objets de luxe. C’est naturellement aux deux derniers niveaux que se rencontrent surtout les activités orientées vers le marché ». Dans la compréhension de l’organisation des marchés, l’échelle des échanges semble ici jouer un rôle plus déterminant que la nature des produits échangés13.

  • 14 Grenier 1987, p. 497.

11Pourtant, les analyses des prix qui sont proposées dans toutes ces interprétations restent conformes à un présupposé : à quelque échelle qu’ils soient fixés, ces prix sont analysables en termes de conjoncture, c’est-à-dire qu’ils sont in fine le résultat d’une confrontation entre l’offre et la demande. Au contraire, analysant les économies d’Ancien Régime, J.-Y. Grenier a déjà montré qu’il convient d’abord de caractériser les formes prises par la demande, qui doit constituer l’élément premier de l’analyse : « L’approche historique traditionnelle de ce type de problèmes repose sur la méthode empirique qui consiste à lire les données statistiques. Elle est peu satisfaisante car ses résultats sont au mieux insuffisants (seule la crise est décrite mais pas l’intégralité de la conjoncture), au pire contestables (utilisation de concepts économiques inappropriés comme la loi de l’offre et de la demande). De plus, l’idée d’une lecture en elle-même explicative est un faux-semblant car elle recèle tous les présupposés baptisés in fine explications »14.

  • 15 C’est en ce sens que R. Étienne et moi-même soulignions, dans un compte rendu au livre de G. Reger (...)

12Sans nier pour autant l’existence d’une conjoncture des prix, c’est bien à une exploration des mécanismes de fonctionnement de ces marchés qu’il convient de s’attacher. La perspective d’analyse des prix déliens, de Glotz à Reger, est en effet d’abord centrée sur l’offre : grosso modo, les hausses de prix s’expliquent par la pénurie et les baisses des prix rendent compte d’une relative abondance ou d’une facilité d’accès aux ressources, toute la question étant de déterminer la cause des blocages (rythmes saisonniers, occupations militaires, ruptures de relations diplomatiques) et le rayon géographique de l’approvisionnement. C’est au contraire une analyse de la demande qui permettrait de mieux rendre compte du fonctionnement concret du marché délien, en mettant davantage en évidence les stratégies des intervenants15.

Le poids du sanctuaire

13La documentation délienne, dont on a souligné la richesse, est assurément de nature à nourrir une étude de cas qui ne viserait pas tant à situer l’échelle d’organisation des échanges qu’à analyser l’organisation et le développement de ce marché, à la fois dans ses aspects matériels et sa législation mais aussi dans ses manifestations économiques que constituent les prix des denrées enregistrés dans les comptes des hiéropes. Ces magistrats, lorsqu’ils n’étaient pas occupés à inventorier les collections d’offrandes et les jarres du sanctuaire ou à prévoir le bon déroulement des fêtes, passaient leur temps au marché, sur l’agora et sur le port de Délos, traitant diverses opérations marchandes et financières, recrutant des artisans, passant des commandes.

14Il convient donc de ne pas oublier ce que ces comptes donnent précisément à voir : produite par des administrateurs de sanctuaire qui sont chargés de fournir un approvisionnement destiné à l’organisation des fêtes mais aussi et surtout à la mise en œuvre de grands chantiers de construction et de chantiers réguliers de réparations sur les monuments sacrés et publics de l’île, la documentation délienne témoigne avant tout de l’implication d’un grand sanctuaire dans une économie d’échanges centrée majoritairement sur les matériaux de construction et d’entretien. Viennent s’y ajouter d’autres séries de prix : le bois de chauffage, l’huile pour la cuisine des banquets et les onctions, les animaux de sacrifice, les fermages des domaines et des maisons du patrimoine sacré. Nous avons également connaissance d’opérations comptables et financières menées par le biais d’emprunts entre le sanctuaire et la cité de Délos : c’est le cas du fonds d’approvisionnement en grain que nous connaissons grâce aux prêts consentis par la caisse sacrée à la caisse publique. Le poids économique du sanctuaire dans la demande globale, associé au pouvoir financier qu’assurait à la cité et aux Déliens la fortune monnayée d’Apollon, se répercutait nécessairement, sur le marché délien, au niveau de l’approvisionnement courant pour une population qui ne comptait guère plus que 6 000 personnes à l’époque de l’Indépendance.

  • 16 Reger 1997.
  • 17 Voir à ce sujet la thèse de V. Mathé, « Le prix de la construction en Grèce aux ive et iiie siècles (...)

15Cette demande d’un grand sanctuaire pèse donc d’un poids à la fois non négligeable et très particulier sur le marché car elle n’est comparable, ni en nature, ni en quantité, à la demande d’un oikos. L’enjeu principal, pour le sanctuaire délien, n’est guère de s’approvisionner en denrées frumentaires mais bien plutôt de s’assurer la disponibilité régulière de matériaux et de denrées permettant l’accomplissement des sacrifices et des fêtes ainsi que l’entretien des bâtiments : le bétail et les porcins, le bois de construction, l’huile, la poix et les résines, la pierre, les métaux, sont des denrées essentielles, auxquelles s’ajoutent quelques produits de luxe comme les parfums, l’ivoire, l’encens. Ces données ont toutefois reçu moins d’attention de la part des commentateurs préoccupés d’établir des séries de prix, tout d’abord parce qu’elles sont plus difficiles à exploiter car les unités de mesure sont disparates, mais aussi parce qu’elles ne se rattachent pas aux enjeux de l’approvisionnement en produits de première nécessité comme le blé16. Elles permettent pourtant d’observer le fonctionnement du marché délien avec une certaine précision et de mesurer l’impact de la demande du sanctuaire par rapport à la disponibilité de l’offre régionale. De plus, elles offrent certains parallèles avec d’autres prix figurant dans des dossiers comptables, plus ponctuels, relatifs aux constructions d’Éleusis, de Delphes, d’Épidaure et plus rarement de Didymes17.

Difficulté d’une analyse des prix

  • 18 Rostovtzeff [1941] 1989, p. 154.

16Pour la plupart des denrées achetées par le sanctuaire, on constate, au cours de la première moitié du iiie s., une baisse des prix qui les amène, aux environs de 250, à des niveaux beaucoup plus bas qu’au début de l’Indépendance. Cette observation générale, déjà constatée par M. Rostovtzeff18, est vérifiable pour la plupart des produits attestés dans les comptes déliens. Mais chaque produit connaît un rythme différent : les prix de l’huile commencent à chuter dès les années 280 alors qu’il faut attendre les années 270-260 pour le bois de chauffage et la poix, et les années 250 pour les porcelets et les tuiles. Seuls les prix du papyrus, de l’encens, du parfum et du plomb, pour autant que l’on puisse le constater dans les sources qui ne les mentionnent que rarement, n’obéissent pas à cette tendance et semblent stables. Un peu avant 250, on peut donc dire que l’économie délienne a connu, en vingt ou trente ans, une mutation importante, qui semble toucher la plupart des secteurs.

  • 19 Voir infra pour l’analyse de ces évolutions entre le iiie et le iie s.

17Après 250, les prix connaissent d’autres fluctuations : certains cours semblent converger, comme c’est le cas pour la poix, l’huile et les tuiles, qui restent à des niveaux relativement stables, tandis que les prix du bois de chauffage et des porcelets sont globalement en hausse, avec de nombreuses fluctuations. Au début du iie s., d’autres tendances peuvent être observées : tandis que le prix de la poix continue à baisser, le prix du bois monte19.

  • 20 Reger 1997, p. 59.
  • 21 Reger 1997, p. 59-61.

18Contestant les explications exclusivement géopolitiques, G. Reger propose une interprétation des étapes de l’économie délienne en distinguant trois phases : une première période (314-290) de réajustement des circuits commerciaux à une échelle cycladique après le départ des Athéniens, une deuxième période (290-230) qui voit la stabilisation d’un réseau commercial cycladique ayant Délos pour centre, puis une troisième période (230-167) marquée par des changements caractéristiques de nouvelles formes de prospérité. Durant cette dernière période, Délos n’est plus seulement une consommatrice dépendante de son voisinage pour son approvisionnement mais un point de passage obligé sur les routes commerciales cycladiques, qui fonde sa prospérité sur son rôle de port de transit régional. Cette période de prospérité correspond en même temps à une vacance des pouvoirs militaires hégémoniques en Égée, qui laissent aux Cyclades toute leur indépendance. Néanmoins, G. Reger répugne à admettre l’idée d’une convergence des mouvements de prix vers le milieu du iiie s., séparant clairement les produits importés et les produits cycladiques : « It is true that for every good except frankincense, some structural change occurs after about 250 BC (though the precise timing of these change varies widely from good to good). But the character of those changes is in each case different »20. Pour lui, la fixation du prix de ces denrées d’importation répond à des règles propres à l’histoire de chaque denrée : « in seeking explanations for price behavior in these goods too, we should first look at the particularities of each good ». La poix, le papyrus, le parfum « were produced, marketed and priced in different markets ». Seul le poids de la présence militaire dans les Cyclades, durant la première moitié du iiie s., assurerait une demande générale de matériaux stratégiques de nature à unifier partiellement les tendances des prix : « After the battle of Andros, however, the Kyklades were left relatively alone »21.

  • 22 Bresson 2008, p. 220.
  • 23 Voir supra chapitre II p. 94.

19A. Bresson, au contraire, en considérant les produits de nécessité courante que sont l’huile, le bois de chauffage et les porcelets, voit dans les prix déliens « le meilleur observatoire des prix à l’époque hellénistique pour le monde égéen » et dans la baisse des prix déliens de la première moitié du iiie s., confortée par la baisse des prix du grain, l’effet de la diminution progressive de la masse monétaire mise en circulation à l’échelle égéenne par les conquêtes d’Alexandre le Grand22. L’explication vaut bien entendu globalement et n’évite pas le recours à d’autres facteurs pour expliquer certaines fluctuations. L’impact des phénomènes monétaires est en effet indéniable dans « l’observatoire » délien : dans les inventaires d’offrandes, nous avons repéré des traces de la déthésaurisation qui suit les conquêtes d’Alexandre dans l’accroissement des dédicaces d’objets en or au début du iiie s.23. D’ailleurs, l’explication des évolutions de prix par les phénomènes monétaires reste largement à explorer : dans quelle mesure la modification de l’encaisse monétaire, que nous avons constatée pour le sanctuaire, mais qui devait affecter aussi la population qui fréquentait le port de commerce de Délos, a-t-elle eu un impact sur les prix ? L’afflux de monnayages histiéens et rhodiens avait pu provoquer des effets d’inflation et de déflation semblables aux conséquences de l’afflux de monnaie d’Alexandre à la fin du ive s. et au début du iiie s.

20Toutefois, l’explication par la monnaie ne suffit pas à rendre compte en totalité de l’organisation de ce marché. Assurément, la nature particulière de chaque produit, les ingrédients entrant dans sa composition, ses conditions de production et de commercialisation, mais aussi la monnaie dans laquelle les paiements sont acceptés, constituent un ensemble de variables qui entrent dans la détermination du prix. Pour des produits qui étaient nécessairement fabriqués hors des Cyclades, comme le papyrus, les hiéropes déliens étaient dépendants d’éventuels aléas de la production qui n’étaient pas les mêmes que les blocages qui pouvaient les atteindre au niveau régional dans l’organisation de leur approvisionnement pour d’autres produits. Faut-il pour autant en conclure que ces prix étaient fixés dans des marchés différents ?

  • 24 Reger 1994a, p. 153 : « looking first and foremost for local causes ».

21Les prix enregistrés dans les comptes des hiéropes ont été analysés comme si chaque achat était précédé de l’attente d’une cargaison qui arriverait au port, d’une distance tantôt lointaine tantôt cycladique selon les interprétations, Délos se nourrissant alors des excédents de ses voisins. En effet, la petite île d’Apollon reste dépourvue des matières premières (principalement l’argile et le bois) nécessaires aux besoins de sa population et de son sanctuaire. Or le développement de lieux et de pratiques de stockage, trop souvent oubliés dans l’analyse des circuits économiques, constitue l’une des explications possibles aux évolutions de prix. Elle pourrait expliquer, par exemple, que les variations des prix obéissent à une logique propre à la saison des ventes tout en atteignant une relative stabilité, sans pour autant que les prix soient fixés dans une dimension strictement cycladique : si des marchands locaux ont la capacité de constituer des stocks, leurs prix seront globalement stables à l’année tout en obéissant aux rythmes de la césure, tendant à la hausse avant le réapprovisionnement et à la baisse après la période de soudure. Un tel phénomène ne contrevient pas au principe explicatif de G. Reger, mais il rend en même temps caduque une explication qui voudrait réduire les sources d’approvisionnement à un cadre local24.

  • 25 Reger 1994a, p. 203.
  • 26 Sur les enjeux du stockage, voir Chankowski 2018a.

22Ainsi, la corrélation entre les fermages des domaines plantés d’oliviers et les prix de l’huile25 ne signifie pas nécessairement que l’approvisionnement ne serait que local ou cycladique, dès lors que le stockage parvient à gommer les fluctuations de la longue distance. C’est bien ce qui se produit à Délos avec la constitution du fonds d’achat de grain, dont les stocks sont revendus aux citoyens à des prix qui permettent de lisser les fluctuations conjoncturelles, reconstituant en quelque sorte les conditions financières d’un approvisionnement local avec une provenance qui peut être beaucoup plus lointaine26. De plus, dans le contexte des enchères menées pour l’affermage des domaines, il est bien probable que les candidats suivaient les tendances de rentabilité et de profit perceptibles sur le marché délien plus qu’ils ne les créaient.

23Sans exclure la possibilité de déceler à travers les mouvements de prix des changements dans l’évolution des rapports entre l’offre et la demande sur le marché délien, des phénomènes de concurrence accrue ou au contraire de désaffection pour certains domaines économiques, il convient, on le voit, de se déprendre d’une lecture trop exclusive des prix dans les comptes des hiéropes, pour mieux envisager le contexte de fixation de ces prix d’une part, et les infrastructures qui sous-tendent les échanges d’autre part.

24En réalité, les données des comptes des hiéropes témoignent avant tout de la création d’un marché à partir de la demande du sanctuaire. Pour un certain nombre de matériaux de construction et de produits d’entretien, tels la poix, le bois de construction ou les tuiles, le sanctuaire, au fil des années, se constitue un système d’approvisionnement qui lui permet de diminuer le coût du transport, tout en allant souvent aux limites des capacités de production de ses fournisseurs. De même qu’elle était impliquée dans l’organisation du trésor du dieu, la cité délienne l’était dans les politiques d’approvisionnement du sanctuaire, par l’organisation d’infrastructures propres à faciliter les transactions.

L’organisation de l’approvisionnement du sanctuaire

  • 27 Feyel 2006, p. 348-368 et carte 10a p. 352, avec toutefois les critiques formulées à l’égard du con (...)

25L’analyse des transactions dans les comptes des hiéropes déliens rend compte, tout d’abord, des sources d’approvisionnement. Globalement, le cadre est régional car les hiéropes ont recours à des intermédiaires qui assurent la revente après s’être fournis à d’autres sources. L’étude du bassin de recrutement des artisans qui ont travaillé pour le sanctuaire délien a conduit à des observations similaires : les artisans qui sont venus travailler à Délos étaient le plus souvent du voisinage mais les hiéropes ne se sont pas interdit de recruter au delà lorsqu’ils avaient besoin de tel ou tel spécialiste27. Il en va d’ailleurs de même sur les chantiers de construction de Delphes, Épidaure et Éleusis. Il convient cependant de préciser certains aspects des transactions.

Revendeurs et fournisseurs locaux

  • 28 Pour la chronologie de ces inscriptions, voir la nouvelle édition de Clinton 2005.

26Certains produits nécessaires à l’entretien des bâtiments sont disponibles auprès de revendeurs et de fournisseurs locaux. C’est le cas de la poix (voir infra tableau 34), achetée dans les comptes d’Éleusis auprès d’un σκηνίτης (IG II2 1672, col. I, fr. a, l. 13 et l. 170, a. 329/8) ou encore auprès d’un λιτροπώλης (IG II2 1673, l. 20-22, a. 336/5 ou 333/2) ou d’un κεραµοπώλης (IG II2 1672, col. I, fr. a, l. 69, a. 329/8)28. Ces marchands, tantôt généralistes ambulants, tantôt spécialisés — l’un dans la vente de céramique pour laquelle la poix peut être utilisée pour l’étanchéité, l’autre dans la droguerie — avaient leurs stocks à une certaine distance d’Éleusis puisque le transport de ces produits par un manutentionnaire jusqu’à Éleusis (Ἐλευσῖ<νάδε>) est prévu dans une autre rubrique (IG II2 1672, col. I, fr. a, l.16). Aucun ethnique n’est indiqué dans les comptes à leur sujet, ce qui laisse penser qu’ils étaient athéniens ou métèques résidents. Plus tardivement, l’inscription douanière de Caunos, dans un passage où il est question de la vente de poix et de résines, mentionne un παντοπώλης comme l’un des maillons de la chaîne des importations (Marek 2006, 35, F, l. 4-13, 117-138 apr. J.-C.).

  • 29 Reger 1997 ; Chankowski 1997a. Voir en particulier le cas d’Amphithalès, qui porte un nom délien : (...)
  • 30 Feyel 2006, p. 348-355, à propos de la répartition géographique des artisans : les hiéropes mention (...)

27À Délos (tableau 46), les fournisseurs de poix sont parfois des étrangers dont l’ethnique est signalé : un Carystien, un Chiote, un Astypaléen, un Byzantin, un Naxien, un Clazoménien ou tout simplement παρὰ τῶν ξένων. Mais sur seize fournisseurs connus par les comptes, dix sont mentionnés sans ethnique et l’on peut penser qu’il s’agit de Déliens ou d’étrangers domiciliés29. Dans leurs comptes, les hiéropes distinguent clairement, parmi les fournisseurs, des noms avec ethnique et des noms sans ethnique et cela n’est certainement pas le fait du hasard : dans le cas des adjudications de travaux, cette précision fait partie de la rédaction du contrat30. Or parmi les vendeurs de poix, ceux qui figurent avec un ethnique ne sont pas connus par ailleurs tandis que les vendeurs sans ethnique sont soit des artisans, Déliens ou non, actifs à Délos pendant plusieurs années, soit des Déliens d’après l’onomastique. Il est donc possible de considérer que les vendeurs répertoriés avec un ethnique dans les comptes des hiéropes étaient des importateurs de passage tandis que les autres étaient des vendeurs installés sur place, qu’ils aient été Déliens ou étrangers résidents.

  • 31 Chankowski 1997a, p. 78, et Chankowski 2018b.
  • 32 Voir par exemple les clauses du devis de Lébadée (IG VII 3073).
  • 33 Chankowski 2018b ; Chankowski 2019.

28Certains fournisseurs de poix sont connus comme artisans et travaillent par ailleurs pour le sanctuaire. Les travaux de vernissage, de peinture ou encore de menuiserie pour lesquels ils sont engagés expliquent qu’ils aient accès à des fournitures artisanales comme la poix ou diverses résines31. Parfois, le fournisseur de poix est aussi l’artisan qui effectue le vernissage : c’est par exemple le cas d’Amphithalès en 282. Dans d’autres cas, les fournisseurs sont des artisans qui interviennent pour d’autres activités sur les chantiers du sanctuaire. Certains de ces produits d’entretien relevaient en effet, avant leur commercialisation, d’un artisanat de transformation. C’est le cas du pigment rouge, le µίλτος, utilisé en architecture à l’état pur pour marquer les lignes d’assemblage des blocs32 mais dont on se sert également mélangé à un liant résineux pour obtenir un enduit coloré qui est appliqué sur les monuments. Les hiéropes déliens achètent le mélange déjà prêt (µίλτος καὶ κόλλης, µίλτος καὶ κηρός, κηρὸς καὶ χρώµατα) vendu à la mine. Un mélange similaire de poix et de pigment rouge est appelé µιλτοπίττης dans un contrat pour la réfection des Longs Murs du Pirée, où il est appliqué aux plafonds et aux fenêtres des tours (IG II2 463, l. 90, a. 307/6). À Éleusis au contraire, les épistates achètent séparément du µίλτος pur, du noir de cordonnier (µελαντήρια), de la noix de galle (κηκῖς) et de la poix (IG II2 1672, col. I, fr. a, l. 13-16, a. 329/8)33.

29Les hiéropes de Délos, lorsqu’ils achetaient chaque année, au moment de l’été, plusieurs métrètes de poix afin d’en faire vernir les boiseries des différents bâtiments du sanctuaire, comme pour d’autres produits destinés à l’entretien des bâtiments, pouvaient donc avoir recours à plusieurs sources d’approvisionnement : des marchands importateurs qui se présentaient au port, des détaillants installés à Délos dans des boutiques ou encore des artisans qui disposaient de stocks en relation avec d’autres fournisseurs (tableau 46). Cette diversité des fournisseurs pourrait suffire à elle seule à justifier les variations des coûts d’année en année, mais les sources ne nous permettent pas d’identifier clairement le statut de tous les vendeurs : nous ne pouvons donc pas savoir si le recours à des artisans était plus rentable pour le sanctuaire que l’achat auprès d’importateurs. On peut le supposer à Éleusis, où, la même année, l’achat de deux keramia de poix auprès d’un revendeur coûte aux épistates 12,5 dr. l’unité contre 10 dr. l’unité lorsqu’ils en achètent 3 keramia à un marchand de céramique qui pouvait disposer, par sa spécialité, d’un accès privilégié à la poix et d’une bonne connaissance des circuits d’approvisionnement.

Provenances et coûts de transport : l’organisation de stocks

  • 34 Vélissaropoulos 1980, p. 184-188 ; Chankowski 2018b.
  • 35 Meiggs 1982, p. 470 : « wherever there were pines there could be pitch ». Sur le bois et la poix du (...)
  • 36 Glotz 1916.
  • 37 Fraser 1972, vol. I, p. 224 et 231-232.
  • 38 Glotz 1916, p. 295-299.

30Il est difficile de connaître la provenance de ces produits. On sait qu’Athènes s’était arrogé le monopole du miltos de Kéos qui constituait, à n’en pas douter, un matériau recherché et avantageux34. La poix, quant à elle, est mentionnée à côté du bois de construction parmi les denrées dont l’exportation est autorisée par le roi macédonien Amyntas III, dans un traité d’alliance conclu avec la Ligue chalcidienne au début du ive s. (Syll 3 135, B, l. 9-12), mais la Macédoine n’en était pas l’unique fournisseur35. Il paraît donc vain de rechercher, comme le faisait G. Glotz36, l’explication de la variation des prix dans les événements de la politique antigonide. Certes, on ne peut exclure que certains événements aient, de manière exceptionnelle, accaparé des stocks et généré des prix plus élevés à Délos. C’est peut-être ce qui s’est produit en 279, puisque le prix de la poix atteint un record, 40 dr., par rapport aux prix des années suivantes et précédentes : l’année 279 est celle des Ptolemaia d’Alexandrie, où la consommation de poix fut particulièrement importante pour la pompè et put accaparer les stocks disponibles37. Cette explication paraît en tout cas plus vraisemblable que celle de Glotz qui voyait dans ce prix très élevé de 279 la conséquence des invasions celtes en Macédoine38. Mais la diversité des provenances et des qualités de ce produit ruine en même temps tout espoir de construire une analyse pertinente des évolutions de prix. En admettant que le coût du transport ainsi que diverses contraintes (blocages ponctuels de l’approvisionnement, ruptures de la chaîne opératoire) puissent expliquer la plupart des variations du prix, il faut alors porter attention au degré de variation de ces prix les uns par rapport aux autres.

La poix et l’huile

  • 39 Le mélange κηρός, µίλτο[ς] destiné à enduire les boiseries se trouve dans un compte des naopes de D (...)

31Dans le cas de la poix, les prix déliens de la fin du ive s. peuvent d’abord être comparés avec les prix éleusiniens : en 329/8, le keramion de poix est vendu entre 10 et 12,5 dr. à Athènes où, avec Le Pirée, les revendeurs disposent probablement d’un accès facilité à la matière première, alors qu’il coûte entre 17 et 22 dr. à Délos moins d’une trentaine d’années plus tard, dans les dernières années du ive s. Les Athéniens, administrateurs du sanctuaire délien jusqu’en 314, étaient eux aussi confrontés à la nécessité d’approvisionner le sanctuaire en poix pour l’entretien des bâtiments mais leurs comptes ne nous font pas connaître de détails à ce sujet : la dépense devait entrer dans la catégorie plus large des travaux pour laquelle est indiquée une somme globale, si bien que nous ne connaissons pas leurs sources d’approvisionnement ni le détail des prix39. Ont-elles changé avec le départ des Athéniens ? La question se pose de la même façon pour l’huile qui, durant la période classique, devait être fournie au sanctuaire — qui en est toujours un grand consommateur pour les sacrifices et les banquets — probablement par des sources athéniennes, mais dont nous ne connaissons pas non plus de prix dans les comptes déliens de cette époque.

  • 40 Reger 1994a, p. 160-163. Sur la question du développement de l’oléiculture dans les Cyclades, voir (...)
  • 41 Chankowski 2008a, p. 371-376.
  • 42 Cf. Brun 1996, p. 170-182, avec en particulier le témoignage de l’Éginétique d’Isocrate.

32Pour G. Reger, la baisse du prix de l’huile entre la fin du ive s. et les années 280 serait due au développement d’une production cycladique permettant de mettre fin à la dépendance à l’égard d’un approvisionnement plus largement égéen, athénien ou rhodien40. Les Déliens de l’époque classique faisaient assurément des affaires avec des Athéniens, comme en témoignent les sources relatives aux locataires de maisons sacrées et à leurs garants durant la domination athénienne41. Ces réseaux n’ont certainement pas disparu brutalement avec le retrait politique et administratif d’Athènes en 314. Un acte d’archonte délien de l’année 263 fait connaître parmi les vainqueurs au concours de tragédies un métèque athénien, Apollodôros de Koilè, dénommé d’après sa profession de commerçant (IG XI 2, 113, l. 14 : ἐγ µετοίκων Ἀπολλόδωρος παντοπώλης, Κο̣λλῆς). Les îles, par ailleurs, n’avaient pas attendu les Antigonides et la Confédération des Nèsiotes pour entretenir entre elles des liens économiques42. Aussi est-il difficile de savoir si le prix apparemment élevé de l’huile et de la poix à Délos à la fin du ive s., au regard de la suite de l’évolution des cours, différait vraiment de la situation antérieure lorsque le sanctuaire était sous l’autorité d’Athènes, et si les Déliens du tout début de l’Indépendance avaient immédiatement restructuré leurs sources d’approvisionnement à un niveau régional par rapport à l’époque athénienne.

  • 43 Reger 1994a, p. 295.

33L’épigraphie athénienne livre un prix pour l’huile dans le règlement d’un dème relatif aux indemnités versées aux prêtresses pour certains achats, datant du début du ive s. (IG II2 1356, l. 3, 7-8, 14, 17-18, 21 : LSCG 28) : 1,5 ob. pour 3 kotyles, soit 0,5 ob. le kotyle et 1 dr. le conge à Athènes. Les prix connus à Délos au tout début de l’Indépendance peuvent être trois à quatre fois plus élevés (3,5 dr. le conge en 307, 4,5 dr. en 304, 4,6 dr. en 300) en raison du coût du transport, mais dépendent en partie de la saison de navigation : on trouve aussi en 304 un prix de 1,5 dr. le conge et le prix moyen de l’huile se stabilise ensuite à ce niveau dans les premières décennies du iiie s.43. L’acquisition de cette stabilité suppose que des circuits d’approvisionnement réguliers s’étaient organisés.

34On observe pour la poix ce même phénomène d’organisation des circuits et de stabilisation des prix. La césure dans l’évolution des prix se manifeste à Délos à partir de 250 : le métrète de poix passe d’un coût moyen de 25 dr. à environ 15 dr. et même à 9 ou 10 dr. dans les années 180, phénomène qu’il faut sans doute attribuer à la constitution d’un approvisionnement avec des stocks disponibles sur place : seule une baisse significative des coûts de transport pourrait justifier un tel écart de prix.

  • 44 Voir infra tableau 46, p. 251.

35En effet, l’approvisionnement en poix semble avoir constitué une réelle difficulté pour les hiéropes, au moins dans la première moitié du iiie s. Entre 305 et 296, ils obtiennent des fournisseurs déliens le même tarif que celui des importateurs, mais l’expérience menée avec Amphithalès, un délien qui fournit au sanctuaire de la poix pendant au moins deux années de suite (282 et 279), ne semble pas avoir été concluante puisque le prix de la poix atteint un record, 40 dr. en 279, puis un Byzantin en fournit pour 28 dr. en 27644. Par la suite, on constate que les hiéropes ont réussi à obtenir un prix contenu entre 28 et 25 dr. auprès des importateurs et un prix plus bas de 20 dr. auprès de fournisseurs locaux comme Ménon, qui leur vend aussi du bois. Les prix baissent considérablement à partir du milieu du iiie s. et les hiéropes n’indiquent plus, à deux exceptions près, les noms de leurs fournisseurs. Il semble bien, alors, que la question des sources d’approvisionnement ait été résolue et que des prix relativement stables se soient imposés grâce à des stocks disponibles dans l’île.

  • 45 La question ne se pose pas pour les courbes de prix de l’huile car l’unité est déjà le chous dans l (...)
  • 46 Cette constatation remet en question, pour les années 314-282, le tableau présenté par Reger 1997, (...)

36Mais il faut aussi intégrer aux courbes de prix les conséquences de la réforme métrologique que nous avons décelée dans les comptes des hiéropes aux alentours de 280. Faute d’autres indications continues dans les sources, la poix, vendue au métrète, est le seul produit pour lequel cette modification puisse être observée. Dès lors que, en 282, le métrète de poix passe de 8 à 12 conges, il convient d’évaluer les évolutions de prix selon la même unité pour les analyser convenablement45. La conséquence en est que l’écart entre les prix de la poix de la fin du ive s. et ceux des années 280 est bien moindre que ce que l’on pouvait penser (tableau 45)46.

Année Prix d’un conge Prix d’un métrète de 12 conges
305-303 2,75 33
302 2,12 25,4
296 2,25 27
282 3 puis 2 36 puis 24
279 3,33 40
276 2,33 28
274 1,66 20
272 ou 271 2,25 27
269 2,12 25,5
268 2 24
250 1,16 14

Tableau 45 — Prix de la poix restitué au conge entre 305 et 250.

Tableau 45 — Prix de la poix restitué au conge entre 305 et 250.

Tableau 46 — Prix de la poix à Athènes et à Délos.

Année Référence Texte Prix Quantité Fournisseur Nature
de
la
dépense
ÉLEUSIS
336/5 ou
333/2
IG II1673, l. 20-22 Image 1,5 ob.
le statère
10 statères Kariôn Compte de
constructiona
329/8 IG II2 1672, col. I,
fr. a, l. 13-16
Image 12,5 dr.
le keramion
keramia Pamphilos Compte de
constructionb
IG II1672, col. I,
fr. a, l. 69
Image 10 dr.
le keramion
keramia Tibeios
IG II2 1672, col. II,
fr. a, l. 170-172
Image 12 dr.
le keramion
5 keramia Pamphilos
DÉLOS
314 IG XI 2, 138, Be,
l. e 3-5
+ rest. G. Glotz,
REG 1913, p. 26
Image Entre 15
et 19 dr.
= total 70 dr. +
4 à 6 keramia ∆A-? ?
305-303
avant Panémos
144, A, l. 94
+ G. Glotz, REG
1913, p. 27
Image 22 dr. - - - δώρου
(Glotz restitue
[Ἡρο]δώρου)
Mensuelle
305-303
Avant Panémos
144, A, l. 111-112 Image 22 dr. 18 keramia un autre
fournisseur
+ le Carystien
Mensuelle
302 145, l. 3 Image [17 dr.] = 
total 51 dr.
3 keramia Hestiaios Par décret ?
145, l. 8 Image 17 dr. = 
total 85 dr.
5 keramia Nannakos
145, l. 10 Image [17 dr. ] = 
total 119 dr.
7 keramia Les étrangers
296 154, A, l. 2
+ rest. G. Glotz,
REG 1916, p. 284, n. 3
πίσσης [κεράµιαc παρὰ] Διακρίτου [— — — — ] [...] µισθωτοῖς· Η· [18?]d rest. Glotz:
5 keramia
et ½ amphore
Diakritos Par décret ?
154, A, l. 37 Image 1 dr. 2 ob. Sans
indication
de quantitée
Hérodôros
de Chios
Par décret ?
Image 18 dr. keramia Par décret ?
avant 282 156, A, l. 74 — µετρητὴς χόες τρεῖς παρὰ τοῦ Ἀσ[τυ]παλαιέ[ως ....] ? 1 métrète
et 3 conges
Astypaléen Par décret
282 158, A, l. 75-76
(la lecture du chiffre
total est assurée
dans Addenda
p. 147)
Image 24 dr. le métrète = 
total 78 dr.
Passage
au
métrète
à
12 congesf
3 métrètes
et 2 conges
pour le Kératôn
Amphithalès
Le fournisseur
reçoit aussi un
salaire pour le
vernissage
(11 dr.)
Par décret
Par décret
158, A, l. 77-78
+ correction de
G. Glotz, REG
1916, p. 284, n. 1
sur le prix total :
Image ΔΔImage et non
Image ΔΔImageImage ,
confirmé par
Addenda p. 147
Image 24 dr.
le métrète
= total 74 dr.
3 métrètes
et 1 conge
Le vernissage
est effectué par
un autre artisan,
sans doute aussi
la fourniture
279 161, A, l. 100-101 πίττης µετρηταὶ τρεῖς τὸγ Κερατῶνα ἀλεῖψαι, τιµὴ τοῦ µετρητοῦ δραχµαὶ ·ΔΔΔΔ· τὸ πᾶν ·ΗΔΔ· ἀλείψαντι τὸγ Κερατῶνα Ἕρµωνι ·ΔΙΙΙ· 40 dr. 3 métrètes Par décret
161, A, l. 121 πίττης ἡµιαµφόριον παρ’ Ἀµφιθάλους ·ΔΔ. vac. ½ amphore Amphithalès Par décret
276 163, l. 5 Βυζαντίου µετρηταὶ τέτταρες χοῦς ἡµίχουν, ὁ µ[ετρητὴς — 4 métrètes
et 1,5 conge
Byzantin ?
163, A, l. 9-11 Image total 16 dr. 3 ob.g soit
un métrète
à 28 dr.
7 conges
274 199, A, l. 32 µισθωτοῖς τοῖς ἀπενέγκασι τὴγ κράνεαν τὴµ παρὰ Κράτωνος καὶ τὴµ πίσσαν ΙΙΙ· Kratôn ? Dépenses
courantes
199, A, l. 35-39 Image 20 dr.
le métrète
2 métrètes
et ½ amphore
Ménon
272 ou 271h 219, Ab, l. 40-41 Image 27 dr.
le métrète
Au moins
3 métrètes
Epigénès de
Naxos
Par décret ?
269
Hécatombaion
203, A, l. 47-48 Image 25,5 dr.
le métrète
= total 238 dr.
9 métrètes
½ amphore
Antigénès
de Clazomènes
Mensuelles
268
Hécatombaion
204, A, l. 35 Image 23 dr. et 4 ob. le métrète Mensuelles
Métageitnion 204, A, 57-58 Image 24 dr.
le métrète
250
Hécatombaion
287, A, l. 66 Image 14 dr.
le métrète
11 métrètes Mensuelles
247
Métageitnion
291, b, l. 33-34 Image [15 dr.
le métrète ?]
3 métrètes Mensuelles
Image 5 métrètes
246
Panémos
290, l. 78-79 Image [15 dr.]
le métrète
 = total 82,5
5 métrètes
½ amphore
Mensuelles
Panémos 2 290, l. 80 Image 15 dr.
le métrète
= total 75 dr.
5 métrètes
231
Panémos
316, l. 97 Image 18 dr.
le métrète
15 métrètes Mensuelles
224
Hécatombaion
338, Aa, l. 40 Image 14 dr.
le métrète
= total 112 dr.
8 métrètes Mensuelles
218
Hécatombaion
354, l. 78-79 Image 15 dr.
le métrète
= total 90 dr.
6 métrètes
+ autres
?
Auxibios
Mensuelles
200
Panémos
372, A, l. 84-85 Image 15 dr.
le métrète
= total 135 dr.
9 métrètes Mensuelles
179
Panémos
442, A, l. 188 Image 9 dr.
le métrète
= total 99 dr.
11 métrètes
2 métrètes

Rhodippos
Mensuelles
442, A, l. 202 Image 9 dr.
le métrète
= total 18 dr.
174
Panémos
456, B, l. 23 + 440,
A, l. 2 = 
Chankowski 1998,
p. 220 (face B, l. 23)
Image 9 ou 10 dr.
le métrète
= total 110 + dr.
12 métrètes Mensuelles
169
Panémos
461, Ab, l. 9 Image 16 dr.
le métrète
= total 128 dr.
8 métrètes Mensuelles
a. Voir la réédition de Clinton, n° 159.
b. Voir la réédition de Clinton, n° 177.
c. La restitution du corpus [µετρηταὶ] ne convient pas ici car le terme n’est pas encore employé à cette date pour la poix.
d. Glotz 1916, restitue 18 dr. le keramion pour 5,5 keramia et 1 dr. pour le transport, d’où un total de 100 dr. Coût du transport : 3 ob. pour le transport de 2,5 métrètes (199 A, 37-38).
e. Forcément moins d’un conge au même tarif.
f. Voir infra chapitre IV p. 206-210.
g. 5Glotz 1916, p. 284, n. 3, note que 16 dr. 2 ob. conviendrait mieux pour 7 conges (on obtient alors un tarif unitaire de 2,33 dr. le conge). Ici il est plausible que le prix du transport ait été compris dans le prix total et que cette indication ait été portée à la fin de la ligne précédente.
h. Pour la date, Tréheux 1986a. Cette inscription constitue avec les fragments IG XI, 2, 220, 221 et 229 une partie d’une stèle de compte.

Les tuiles

  • 47 Vial 2008, s.v., considère qu’Aristoboulos pourrait être Délien.

37L’évolution du prix des tuiles permet de faire des constatations similaires sur l’organisation de l’approvisionnement (tableau 47). Les fournisseurs ne sont jamais les mêmes personnes que les couvreurs, si bien que le sanctuaire procède généralement à deux adjudications différentes pour la fourniture des pièces et pour la couverture. Durant la première moitié du iiie s., les hiéropes se fournissent en dehors de Délos et payent, tantôt à Syros, tantôt à Mykonos, le naulon, c’est-à-dire les frais de transport, ainsi qu’une taxe dans ces îles, qui touche probablement la production plutôt que l’exportation car elle ne semble pas constituer un cinquantième du coût total comme on pourrait l’attendre d’une pentekostè. Ils obtiennent un tarif unitaire qui doit être proche du coût de production sur place (4 à 5 ob. le couple de tuiles) auquel s’ajoutent les frais de transport et de taxation, si bien qu’ils parviennent à un prix moyen d’une drachme : c’est malgré tout un prix inférieur à celui d’1 dr. 2 ob. que le sanctuaire, en 304, avait obtenu auprès de deux fournisseurs sans doute déliens, Aristokratès et Aristoboulos (tableau 42)47. On peut donc penser que le coût proposé par ces deux fournisseurs — qui devaient eux aussi importer leurs tuiles car le sol de Délos était pauvre en argile et en bois — était augmenté du bénéfice de la revente. Les hiéropes ont cherché à rompre avec cette logique en organisant eux-mêmes leur approvisionnement auprès des producteurs de Syros et de Mykonos, quitte à faire supporter par la caisse sacrée le coût du transport.

38Mais au milieu du iiie s., les prix ont considérablement baissé : les hiéropes obtiennent des prix unitaires de 4 ou 5 ob., soit le même tarif qu’à Syros, mais sans avoir cette fois à supporter le coût du transport, au sujet duquel rien n’est plus indiqué dans les comptes. À l’exception de l’un des fournisseurs, désigné comme « le Chiote » et qui doit être un vendeur de passage, les artisans qui vendent des tuiles au sanctuaire semblent être Déliens ou résidents. L’un d’eux, Zèloménès, porte un nom typiquement délien. Il paraît donc probable que la demande régulière et importante du sanctuaire dans ce matériau, jointe à celle des constructions privées, ait été en mesure de conditionner peu à peu l’approvisionnement pour obtenir des stocks abondants sur place, de nature à diminuer les coûts et à les stabiliser.

  • 48 L’étude de Larsen 1941 répondait aux interprétations de G. Glotz, puis Fr. Heichelheim, qui disting (...)
  • 49 Feyel 2006, p. 390, tableau 11. L’unité de la centaine de briques est celle qu’emploient les hiérop (...)

39Pour J. A. O. Larsen, qui a analysé le premier cette série de prix, c’est à la persistance de la demande immobilière ainsi qu’à la croissance de la population que serait due cette stabilité48. D’après les attestations disponibles au moins pour la première moitié du iiie s., le coût de la brique se maintient également à un prix moyen de 5 dr. la centaine49.

  • 50 L’examen du répertoire d’artisans déliens commodément présenté par Chr. Feyel ne nous semble pas pe (...)
  • 51 Moretti, Fincker 2016.

40Il ne nous est pas possible de mesurer la part de la concurrence dans la demande délienne, à côté du sanctuaire, mais il apparaît que les hiéropes devaient souvent avoir recours à plusieurs artisans lorsqu’ils entreprenaient une construction importante : c’est le cas pour la construction du vestibule sud de l’Archégésion, en 282, qui les conduit à faire appel à quatre fournisseurs pour la fabrication de 520 briques (IG XI 2, 158, A, l. 57-60), l’un des fournisseurs, Dèmophilos, se chargeant de la construction. Pour la fourniture de bois de construction, les hiéropes ont également eu recours à un grand nombre d’artisans, tantôt pour de petites réparations, tantôt pour de grands chantiers exigeant l’apport de centaines de pièces destinées aux charpentes. Plusieurs de ces vendeurs de bois sont des artisans partiellement spécialisés, fournissant du bois, mais aussi des torches et des claies de roseau ou de la poix, réparant des portes, aiguisant des outils ou posant des tuiles50. Leur capacité à fournir des bois de charpente semble également restreinte : pour les travaux de la Salle hypostyle, en 207 (ID 366, A, l. 8-41), les hiéropes utilisent des stocks de bois déjà constitués dans le sanctuaire, en achètent d’autres à une dizaine de fournisseurs différents et passent cinq contrats avec des artisans (dont deux sont aussi des fournisseurs) pour façonner et poser poutres et architraves51.

  • 52 Feyel 2006, p. 492.

41Pour Chr. Feyel, cette division du travail, observable dans d’autres cas, traduit la prudence des commanditaires, qui divisent ainsi les risques financiers52. On peut toutefois se demander si ce n’est pas aussi la limite des capacités de production de ces artisans-entrepreneurs qui est en cause. Il semble que la demande du sanctuaire atteigne souvent la limite des capacités de production mobilisables dans l’île et dans les environs, ce qui laisse penser qu’elle n’était guère concurrencée, ou en tout cas qu’elle ne l’était pas dans une mesure égale. Ce n’est donc pas l’équilibre de l’offre et de la demande qui pourrait expliquer le caractère relativement stable de ces prix, mais plutôt la pression régulière de la demande du sanctuaire dans le domaine de la construction.

42Selon toute attente, c’est d’abord le poids de la demande du sanctuaire qui est lisible dans les comptes des hiéropes, mais cette constatation oblige en même temps à réexaminer les mécanismes de marché dont témoignent les prix enregistrés par les administrateurs. Alors qu’ils ont essentiellement été lus comme le reflet d’une offre, qu’elle soit internationale ou régionale, il convient plutôt d’y voir la traduction de mécanismes de la demande.

Tableau 47 — Prix des tuiles à Délos.

Année Référence Prix à la paire (ζεῦγος) Quantité Fournisseur Nature de la dépense
304 IG XI 2, 144, A, l. 62, 68-69,
73-74, 79-80, 100, 115-116
1 dr. 2 ob. 24
46
53
53
56
(soit 232)
20
Aristokratès
Aristoboulos
Réparation de la toiture de différents édifices : Dioskourion, Asklépieion, temple de Déméter, Hérakleion, peut-être le tamieion dans le secteur du Prytanée, Eileithyaion.
Les fournisseurs ne sont pas les poseurs.
Avant 282 IG XI 2, 156, A, l. 76 Importation Transport de tuiles effectué par Charistios pour 1 ob. 2 ch. le couple de tuiles.
282 IG XI 2, 158, A, l. 84-85 4 ob. ½ ob.
 + naulon 13 dr. 3 ob. ½ ob. 2 ch. pour un achat de 52,5 dr. (soit
un coût unitaire de moins de 1 dr.)
70 À Syros Achat fait à Syros pour la couverture de divers édifices : oikos délien, Inôpos, Héraion (lacunes)
279 IG XI 2, 161, A, l. 73-74 5 ob. + naulon et taxea : 37 dr. (soit un coût unitaire de 1 dr. ¼ ob.) 175 Achat à Syros pour le Pôrinos Naos
Vers 280 IG XI 2, 165, l. 54-57 292 importation Transport de tuiles depuis Mykonos (naulon et taxe)
Pour la palestre ?
274 IG XI 2, 199, A, l. 109-110 500 Anapsyktidès Pour la palestre
(adjudication)
269 IG XI 2, 203, B, l. 3 1 dr. 200 Décision de l’architecte (adjudication)
250 IG XI 2, 287, A, l. 85 et
l. 113-114                                      
(4 ob. la κεραµίς)
4 ob.
5 ob.
1
190
65

Le Chiote
Periandros
1 couple de tuiles pour l’Aphrodision
Tuiles pour la palestre
246 ID 290, l. 161, l. 165 et
l. 174-175
4 ob. 4
11
76
(soit 91)
Zèloménès
208 ID 365, l. 46-47 et
l. 51-52
(3 ob. pour des κεραµίδες) 249
90
(soit 339)
Hèroïdès Temple de la Nèsos et néokorion de l’Artémision (adjudications).
Le fournisseur n’est pas le poseur
207 ID 366, A, l. 21-25 5,5 ob.
5 ob.
1500
1060
Praxiklès
Héroïdès
Salle hypostyle
(adjudication à deux fournisseurs)
174 ID 456 + 440, B, l. 92-104 (= ID 440, A, l. 78-90) (3 ob. 1 ch. le couvre-joint)


(2,5 ob. par tuile)
(2,5 ob. par tuile)
600 κεραµίδες
+ des couvre-joints
60 κεραµίδες
160 κεραµίδες
Kréôn


Héroïdès
Glaukôn
Pour la Salle hypostyle, le temple d’Apollon, la Graphè, les oikoi du Kynthion, de la Nèsos, du Sarapieion et pour l’Inôpos
169 ID 461, Ab, l. 53 Pyrrhos
a. ἐπὶ τὸν νεὼ τὸµ πώρινον κεράµου ζεύγη ·Η ΔΔ · ἐξύρου, τιµὴ τοῦ ζεύγους ·ΙΙΙΙΙ· ἡ πᾶσα τιµὴ δραχµαὶ ·ΗΔΔΔΔ τέλος ἐν Σύρωι τοῦ κεράµου · ΙΙΙΙ· ναῦλλον τοῦ ζεύγους ·Ι[ /] Νικοκλεῖ vac. τὸ πᾶν δραχµαὶ ·ΔΔΔ · ἀνακοµίσασι τὸγ κέραµον εἰς τὸ ἱερὸν µισθὸς · ΙΙΙ. C’est le nom de la taxe qui est donnée ici et non une taxe par couple de tuiles. Mais le total ne correspond pas. Pour que les chiffres soient justes, il faut restituer comme tarif du naulon 1 ob. et 2 ch. (Ι[//]), soit 0,185 dr. par paire de tuiles auxquelles s’ajoutent la taxe de 4,6 dr. d’où un total payé à Nikoklès de 37 dr.

Les produits d’importation lointaine

43Même pour des denrées dont on peut considérer qu’elles provenaient de monopoles ou de quasi-monopoles, un examen attentif des données montre d’abord que l’organisation d’un réseau de revendeurs créait en quelque sorte un filtre entre les conditions initiales de production et la commercialisation finale à Délos, si bien qu’on lit surtout, à travers l’évolution des prix, le rythme de la saison des ventes.

  • 53 Reger 1997, p. 56 et tableau p. 65.

44L’encens est ainsi acheté régulièrement par les hiéropes pour les besoins des rituels mais les indications portées dans leurs comptes ne sont que très rarement associées à des quantités. Le prix se situe manifestement entre 5 et 7 dr. la mine. C’est une denrée qui procède nécessairement d’un commerce de longue distance, mais les hiéropes ne font pas d’achats prévisionnels ni de stocks : en 250, ils en achètent à trois reprises, si bien que l’on observe dans le prix la répercussion des effets de la saison de navigation. Les autres achats d’encens durant la période montrent que les hiéropes étaient en mesure de s’approvisionner au début de l’année, puis au cours de l’été53. Il existe donc un circuit d’approvisionnement régulier, qui procède certainement par revendeurs disponibles à proximité du sanctuaire. Le peu de prix conservés rend difficile la détermination d’une tendance : en cherchant à le faire, G. Reger se demande s’il ne faudrait pas considérer que les hiéropes avaient négocié un prix fixe de 5 dr. la mine correspondant à un tarif dégressif, les autres prix plus élevés correspondant alors à des achats de quart de mine ou de demi-mine. La régularité de l’approvisionnement rend peu probable cette pratique, pour une denrée qu’il était possible de stocker. Il semble beaucoup plus probable que les quelques fluctuations de prix observables entre 250 et 169 correspondent, non à des variations sur la quantité mais à des variations de disponibilité du produit auprès de revendeurs locaux disposant de stocks, en raison de la saison de navigation.

  • 54 Reger 1997, p. 65. Reger 2005, p. 277-280.
  • 55 Reger 1997, p. 62 et n. 40. Voir la synthèse de D’Ercole 2013 sur la catégorie sociale des revendeu (...)

45La reconstitution des cours du parfum paraît en revanche beaucoup plus hasardeuse car, pour une dépense de 5 à 7 dr. que les hiéropes effectuent régulièrement au cours du troisième mois de l’année, la quantité n’est indiquée qu’à deux reprises54. Mais comme le note justement G. Reger, l’un des fournisseurs du sanctuaire est une femme, ce qui laisse penser que les hiéropes avaient affaire, là encore, à un commerce de revendeurs55.

  • 56 Reger 1997, p. 64.
  • 57 Glotz 1926.

46Le papyrus, produit de monopole, est également acheté à différents moments de l’année par les hiéropes56. Comme l’avait relevé G. Glotz, le prix de la feuille de papyrus oscille entre 1,5 et 2 dr., avec quelques exceptions57. Ce prix moyen est identique à celui dont témoignent à la fois les comptes de l’Érechthéion en 407 (IG I3 476, fr. XVII, col. II, l. 289-291 : 1 dr. 2 ob.) et les comptes d’Épidaure dans le troisième quart du ive s. (IG IV2 1, 103, B, l. 159 : 4,5 ob. éginétiques, soit 1 dr. 1/2 ob. attiques). C’est l’interprétation des exceptions qui est douteuse : le prix exceptionnel de 10 dr. la feuille, en 267 (ID 205, Bb, l. 2) figure dans un texte tellement fragmentaire (χάρτης Δ —) que le ∆ pourrait tout autant être le début d’un nom de fournisseur, de même qu’en 296 où le prix d’une obole la feuille, dans un passage lacunaire (IG XI 2, 154, A, l. 24 : χάρτης̣ Ι[․․․․]ΟΛΛΙ) n’est guère assuré tandis que l’achat de [β]ιβλία pour 1 dr. (l. 34) ne permet pas nécessairement une comparaison pertinente.

  • 58 Cité par Glotz 1926, p. 9-10.

47Sur la base d’un prix de monopole dont l’étude de G. Glotz rend par ailleurs compte de façon intéressante, les faibles oscillations du prix payé par les hiéropes pour la feuille de papyrus répondent plus probablement au coût du transport et au bénéfice tiré par les revendeurs, même s’il n’est pas non plus très éloigné du prix de 1 dr. 1 ob. payé par Zénon, au milieu du iiie s.58.

  • 59 ἐλέφαντος ὀδόντες δύο παρὰ Ἡρακλείδου Βασιλεύκου Τυρίου, τάλαντον µναῖ τριάκοντα δύο ἡµιµναῖον ὀγδο (...)
  • 60 Tarn 1928 ; Rostovtzeff 1989 [1941], p. 389 ; Baslez 1987.

48En revanche, dans le cas de produits de luxe dont on mesure alors la rareté, les hiéropes saisissaient l’occasion du passage d’un importateur à Délos : dans le cas de l’ivoire, il s’agit d’achats manifestement occasionnels pour lesquels les hiéropes profitent de la présence d’un marchand. Ils réalisent, en quelque sorte, un placement, en constituant une petite réserve d’un matériau précieux qui pourra être utilisé ultérieurement. En 276 (IG XI 2, 163, Aa, l. 7), ils achètent 15 mines d’ivoire à 8 dr. la mine. En 269 (IG XI 2, 203, A, 71), ils achètent deux défenses d’éléphant à un marchand tyrien pour 8 dr. 2 ob. la mine59. En 250 (IG XI 2, 287, A, l. 118), ils font un troisième achat pour 3,5 dr. la mine. Là encore, cet écart a été interprété, par W. W. Tarn et M. Rostovtzeff, comme le reflet d’une rivalité entre Ptolémée Philadelphe et Antiochos II auprès des Déliens, alors qu’il faut probablement y voir surtout le reflet de l’organisation d’un commerce occasionnel de longue distance dans lequel on trouve des qualités différentes sous une même appellation : l’ivoire acheté à 3,5 dr. la mine pourrait ainsi être de l’ivoire d’hippopotame et non de l’ivoire d’éléphant60.

  • 61 Les comptes des hiéropes enregistrent d’innombrables paiements à des artisans pour la fourniture de (...)
  • 62 Contrairement à ce qu’écrit Reger 1997, p. 56, n. 17, ce n’est pas du plomb, mais du bois, qui est (...)

49Quant aux métaux, de façon attendue, les prix indiqués dans les comptes se caractérisent par leur stabilité, bien que les données exploitables ne soient pas nombreuses61. Il est probable que la raison en soit différente et que le prix ait été fortement lié à la valeur de l’argent. Le coût du talent de plomb, pour les années auxquelles correspond un prix attaché à une unité, est de 5 dr. vers 290 (IG XI 2, 153, l. 13)62. Le coût est identique à celui qui est enregistré dans les comptes de l’Érechthéion où un artisan fournit, en 408/7, deux talents de plomb pour 10 dr. (IG I3 476, fr. XVII, col. II, l. 296-299). Un peu plus tard, en 269, les hiéropes ont acheté du plomb à trois reprises, à des moments différents de l’année, à trois fournisseurs différents, mais le prix de revient correspond toujours à une unité de 7 dr. le talent (IG XI 2, 203, A, l. 34-35, 52 et 71-72).

Le marché des produits de consommation courante

50Les comptes des hiéropes illustrent d’abord les efforts de la cité de Délos et de ses magistrats pour assurer à son sanctuaire un approvisionnement régulier correspondant aux besoins des chantiers de construction et d’entretien des bâtiments, tout en agissant sur les coûts. Mais la demande du sanctuaire touchait aussi d’autres produits qui appartenaient par ailleurs à la consommation courante de la population. Si les hiéropes n’ont que rarement acheté des céréales, ils consommaient, en revanche, pour les besoins du culte, d’importantes quantités de bois de chauffage, de charbon et d’huile, mais aussi d’animaux pour les sacrifices.

Les animaux de sacrifice

51Parmi les animaux de sacrifice, les achats de porcelets destinés aux purifications mensuelles (χοῖρος τὸ ἱερὸγ καθήρασθαι) reviennent régulièrement, avec toutefois cette difficulté d’interprétation qu’aucune indication de poids n’est portée en regard du prix de ces animaux. L’analyse des fluctuations des cours en devient, dès lors, plus hasardeuse. L’examen d’autres séries de prix d’animaux de sacrifice dans les comptes des hiéropes (tableau 48), en particulier dans les séries de dépenses récurrentes des Posidéia, met en évidence, pour une même année, des variations de prix qui ne peuvent guère être dues qu’à des questions de poids de l’animal : ainsi le δελφάκιον acheté pour Zeus Eubouleus et le δελφάκιον acheté pour Korè ont un écart de prix de 5 dr. en 246 (ID 290, A, 88) alors que le prix de 24 dr. payé en 178 pour 3 δελφάκια (ID 445, 3) correspond au prix d’une seule bête en 177 (ID 444, A, 31). En 174, au cours de trois achats différents (ID 440, A, 36-37 et 61), le δελφάκιον est payé successivement 23,5 dr., 33 dr. et 28 dr.

  • 63 Reger 1994a, p. 260.
  • 64 Voir infra p. 269 sur la pêche et p. 268 sur les loyers.
  • 65 Pucci 1989.

52Par rapport à ces variations peu significatives des tendances d’un marché, G. Reger décèle dans les variations d’un autre achat récurrent, le porcelet (χοῖρος) destiné aux purifications mensuelles, et en dépit des inévitables altérations dues au poids de l’animal, une tendance générale à la hausse à partir du milieu du iiie s., qu’il explique par une augmentation de la demande : celle-ci ne serait pas due à une augmentation de population mais plutôt à une augmentation de la richesse, la « new prosperity » qui commence dès les années 23063. L’explication est plausible et pourrait justifier que la demande des Déliens en vienne à concurrencer celle du sanctuaire pour les sacrifices mensuels, mais comme on le verra, la question de l’augmentation de la population ne doit pas non plus être évacuée trop rapidement. En effet, il existe, à travers la hausse de la taxe sur les loyers et le volume de la pêche, des indices d’une présence précoce d’étrangers dans l’île en plus des citoyens64. Cette hausse du prix des porcelets dans la seconde moitié du iiie s. et plus particulièrement à partir des années 230, si elle correspond bien à une demande de consommation de viande, peut signifier aussi le développement de nouvelles habitudes alimentaires, liées à l’arrivée d’autres populations dans l’île : on pense tout particulièrement aux Italiens dont les habitudes alimentaires incluent la consommation de viande de porc65. Il faut également s’interroger sur la nature du numéraire utilisé par les hiéropes pour les paiements de ces transactions à des fermiers locaux, qui peut avoir une incidence sur la variation des prix.

Tableau 48 — Prix des animaux de sacrifice.

Évolution du prix du κάπρος (sanglier)
Année Référence Prix (en drachmes)
274 IG XI 2, 199, A, l. 71 16
246 ID 290, A, l. 116 16
178 ID 445, l. 3 18
177 ID 452, l. 8 16
174 ID 440, A, l. 61 15
169 ID 461, Bb, l. 50 10
Évolution du prix du δελφάκιον (cochon de lait)
Année Référence Prix (en drachmes)
250 IG XI 2, 287, A, l. 69 24
16
Post. 248 ID 291, l. b 24 18
16,5
246 ID 290, A, l. 88 14
9
231 ID 316, l. 122 4,6 ?
224 ID 338, l. 59 20
200 ID 372, A, l. 104 22
22
Vers 195 ID 398, A, l. 9 16
179 ID 442, A, l. 220 30
178 ID 445, l. 3 3 pour 24
177 ID 444, A, l. 31 25
174 ID 440, A, l. 36-37 ID 440, A, l. 61 23,5 ; 33 ; 28
Évolution du prix de l’ ὗς ἐγκύµων (truie pleine)
Année Référence Prix (en drachmes)
302 IG XI 2, 145, l. 4 41
250 IG XI 2, 287, A, l. 69 15
246 ID 290, A, l. 88 26
224 ID 338, l. 59 22,4
200 ID 372, A, l. 104 37
179 ID 442, A, l. 200 32
177 ID 444, A, l. 31 36
174 ID 440, A, l. 36 28
171 ID 460, t, l. 66 40
Évolution du prix du κριὸς (bélier)
Année Référence Prix (en drachmes)
ID 104-3 17
274 IG XI 2, 199, A, l. 71 16
190 ID 401, l. 17 12
Vers 190 ID 406, B, l. 69 13
(2 pour 26)
170 ID 464, l. 2 13 ?
(2 pour 26 ?)

Le bois

53L’approvisionnement en bois de construction montre bien, en revanche, les évolutions liées à l’organisation de l’approvisionnement, même si le caractère disparate des données ne nous permet pas réellement de comparer des prix. Une variation intéressante est en revanche perceptible au cours de l’Indépendance dans la nature des essences achetées par les hiéropes (tableau 49).

54Dans les premières années de l’Indépendance, une grande variété de bois apparaît dans les passages des comptes consacrés aux constructions, achetée sous divers formants (planches, poutres, troncs et rondins) : en 302, les hiéropes achètent du noyer (δοκὸς καρυΐνη : IG XI 2, 145, l. 20), en 282 ils utilisent du sapin (ἐλάτινον : IG XI 2, 158, l. 68-69), en 281 du cèdre (κέδρος : IG XI 2, 159, A, l. 24), en 279 du chêne-liège d’Arcadie (ἀρία : IG XI 2, 161, A, l. 70), du tilleul (σανίδες φιλύριναι : IG XI 2, 161, A, 96), du cornouiller (κράνεια : IG XI 2, 161, A, l. 104) et de l’orme (σανίς πτελεΐνη : IG XI 2, 161, A, l. 112-113 et 120-121). En 276 ou 275, ils achètent encore du tilleul (σανίδες φιλύριναι : IG XI 2, 165, l. 4-5, 32-33, 45) et du chêne (ξύλον δρυΐνον : IG XI 2, 165, l. 59), en 250 du cornouiller (κράνεια : IG XI 2, 287, A, l. 77) et du chêne (ξύλον δρυΐνον : IG XI 2, 287, A, l. 118). En 246, ils achètent majoritairement du chêne (ξύλα δρυΐνα : ID 290, l. 221-226) ainsi que du sapin (δοκὸς ἐλατίνη : ID 290, l. 173). En 209, ils achètent du chêne (δρυΐνα : ID 364, A, l. 19). En 207, ils achètent encore du chêne (δρυΐνα : ID 366, A, l. 38) et du hêtre (ξύλα ὀξύινα : ID 366, A, l. 37-38), en 189 du sapin (σφηκίσκους ἐλατίνους : ID 403, l. 19), du chêne (δρυΐνα : ID 403, l. 24-25) et de l’orme (πτελεΐνα : ID 403, l. 29-30). En 174 et en 169, ils achètent encore du sapin (ξύλον ἐλατίνον : ID 440 A, l. 77-78 = 456 + 440, B, l. 91-92 ; ID 461, Ab, l. 50).

Tableau 49 — Les essences dans les achats de bois de construction.

noyer cèdre chêne-liège tilleul cornouiller orme chêne sapin hêtre
302 ×
282 ×
281 ×
279 × × × ×
276 × ×
250 × ×
246 × ×
209 ×
207 × ×
189 × × ×
174 ×
169 ×

55Comme le montre le tableau ci-dessus, l’approvisionnement des hiéropes tend à se réduire, à partir du milieu du iiie s., à certaines espèces : le chêne majoritairement, avec le sapin suivi de l’orme et du hêtre, au détriment des essences variées qui avaient constitué leurs achats dans la première moitié du iiie s.

56Sans doute ne faut-il pas négliger ici l’impact possible de phénomènes de déforestation et de surexploitation de variétés qui étaient encore disponibles à l’époque classique, contraignant les commerçants à recourir ensuite à des filières plus spécialisées, et sans doute aussi plus lointaines, offrant surtout du chêne et du sapin. Mais cette transformation montre aussi que les hiéropes, d’abord dépendants de divers circuits de distribution et contraints de se fournir au gré des occasions qui se présentaient, semblent être parvenus, vers le milieu du iiie s., à établir des sources d’approvisionnement stables, en faisant le choix d’essences plus régulièrement accessibles comme le chêne et le sapin. Cette réduction des variétés pourrait donc être l’indice d’une plus grande ouverture de Délos au marché égéen, par la constitution de réseaux d’approvisionnement qui se stabilisent au cours du iiie s. et induisent une certaine uniformisation des produits, avec la prépondérance du chêne et du sapin.

La fixation des prix : enchères et marchandage

  • 66 Dareste 1887 ; Davies 1937 ; Burford 1969, p. 159-206 ; Feyel 2006, p. 485, n. 46.
  • 67 Feyel 2006, p. 485-486.

57Cette situation, dans laquelle le sanctuaire — par l’intermédiaire de l’Assemblée et du Conseil — maîtrisait la constitution de la demande, était facilitée par la forme que prenaient les transactions. Pour la plupart d’entre elles, il s’agissait de contrats conclus par le procédé de l’adjudication au moins-disant grâce aux enchères66. Chr. Feyel a montré comment ce long processus de l’adjudication aboutissant au contrat avait pour effet d’aiguiser la concurrence entre les artisans, qu’ils soient installés sur place ou qu’ils viennent d’ailleurs, les contraignant ainsi à calculer au plus juste le coût du travail pour emporter le marché67. Il envisage la question du point de vue de la concurrence créée, effectivement, entre les entrepreneurs. Il convient encore de s’arrêter plus en détails sur la forme particulière de ces ventes et sur son incidence dans l’élaboration des prix, en se plaçant cette fois du point de vue du sanctuaire.

  • 68 Bresson 2008, p. 220 : « Le meilleur observatoire des prix à l’époque hellénistique pour le monde é (...)

58En effet, les comptes des hiéropes apparaissent bien comme une fenêtre sur le niveau des prix en Égée à l’époque hellénistique68, mais une fenêtre dont il importe de bien préciser le contexte : une grande partie des prix enregistrés par les hiéropes ne sont pas les prix du marché entendus comme des cours dépendant d’un équilibre entre l’offre et la demande au sein d’une large clientèle à un instant t, mais des prix négociés dans le cadre de relations contractuelles. Bien entendu, ces prix n’étaient pas imperméables à la conjoncture, aux conditions d’approvisionnement, aux coûts de transport. Ce sont des prix absolument « libres » dans la mesure où la cité elle-même n’impose aucun prix fixé au préalable à la négociation, qui fait intervenir la concurrence entre les fournisseurs. Mais étant donné l’importance de cette dimension contractuelle dans les modalités de détermination de ces prix, ceux-ci dépendent pour une part de la capacité de négociation des administrateurs du sanctuaire.

Les enjeux du recours aux enchères

59Dans le procédé des enchères, le sanctuaire était en position de force pour peser sur les prix, qu’il s’agisse de contrats de construction ou de fourniture de matériaux, puisque c’est lui qui donnait le prix de départ de la négociation.

  • 69 Pour les fournitures de terre et de briques, voir les tableaux composés dans Feyel 2006, p. 389-390 (...)
  • 70 Sur le rôle du Conseil dans les finances du sanctuaire, Vial 1984, p. 104 et 116-119. Le Conseil pr (...)
  • 71 Sur la diataxis, voir supra chapitre III p. 168-173.

60Bon nombre de produits destinés aux travaux dans le sanctuaire étaient fournis par contrat. C’est par exemple le cas pour la brique, la pierre, la terre et le bois de construction69. Ainsi, lorsque Ménon, artisan installé à Délos, vend au sanctuaire des ξύλα µακεδονικὰ en 274 (IG XI 2, 199, A, l. 57), l’achat est conclu µετὰ βουλῆς. La formule est unique dans les comptes des hiéropes : elle n’est en réalité employée que dans les actes des Amphictyons athéniens du ive s. pour désigner la transmission des offrandes « en présence de la Boulè des Déliens » (ID 104, l. 3 et ID 104-12, l. 2). Ici, elle témoigne du fait que le Conseil, dont la commission des Onze servait de témoin lors de contrats d’entreprise (ID 502, A, l. 25), était présent lors de la conclusion de l’achat de bois entre les hiéropes et Ménon, et que cet achat avait pris la forme d’un contrat70. On aurait sans doute tort d’y voir une exception : la rédaction du compte fait probablement apparaître là, au contraire, la procédure habituelle d’achat, mais les hiéropes ne recopiaient pas toujours l’intégralité de la formule du contrat. En effet, alors que les hiéropes disposaient d’un fonds de roulement constitué par une partie de leurs encaisses pour de menus paiements, ils faisaient surtout des achats κατὰ ψηφίσµατα τοῦ δήµου, décidés dans l’Assemblée du peuple, qui fixait sous la forme d’une diataxis ou de son équivalent les sommes que les hiéropes pouvaient dépenser dans telle ou telle catégorie de frais71. La décision budgétaire qui consistait à débloquer des fonds devait aller le plus souvent de pair avec la négociation de la vente, comme dans le cas de Ménon.

  • 72 Voir aussi, dans le cas des clous, les lignes 67-68 du compte de 279 (IG XI 2, 161, A) : le total p (...)
  • 73 Voir par exemple la liste établie par Feyel 2006, p. 487-489, qui considère que ces mentions témoig (...)
  • 74 Chankowski 2008b, p. 91.

61La marge de manœuvre des hiéropes était donc limitée dès le départ par les décisions budgétaires de la cité et cette contrainte s’ajoutait à celle que la forme de l’adjudication faisait peser sur les fournisseurs. De plus, en dépit de la rotation des collèges, même pour les achats qu’ils faisaient au marché en dehors des contrats votés par l’Assemblée, les hiéropes disposaient toujours d’une information archivée sur les prix payés par leurs prédécesseurs. Cette information était également connue du Conseil et de l’Assemblée. De façon caractéristique, les hiéropes ont parfois omis, dans les comptes, d’indiquer le montant total payé pour tel achat (c’est par exemple fréquemment le cas pour les achats de poix) mais ils ont généralement inscrit le prix unitaire72. Ils le font aussi pour les contrats de fourniture de différents matériaux, alors qu’il aurait suffi, d’un point de vue comptable, d’indiquer le coût total imputé à la caisse sacrée73. Au début du iie s., la forme de rédaction des comptes est réorganisée et fait apparaître plus clairement les prix mensuels d’achats récurrents, tels l’huile, le bois de chauffage, la poix, les porcelets destinés aux sacrifices74. Les instances civiques, par l’intermédiaire des comptes des hiéropes, avaient donc une connaissance des prix moyens, des cours et des fournisseurs, qui leur permettait de faire autorité dans les transactions. Sans fonctionner à proprement parler comme des mercuriales, les comptes des hiéropes produisaient un effet qui n’en était pas très éloigné. Du côté des vendeurs, la demande régulière du sanctuaire était assez largement prédictible. Quant aux grands travaux, la proclamation des adjudications par la voix du héraut public leur donnait une publicité suffisante pour faire venir des entrepreneurs d’en dehors de l’île.

62Avant même la conclusion d’un prix par la mise en rapport de l’offre et de la demande, l’essentiel des éléments était connu de part et d’autre. Bien que ces prix soient établis dans le cadre d’un marché, ils n’étaient pas, on le voit, déterminés par une pure confrontation de l’offre et de la demande en un instant t, comme le voudrait l’analyse économique néo-classique.

Les hiéropes vendeurs

  • 75 Également IG XI 2, 146, l. 44 ; 162, A, l. 43 ; 199, D, l. 41-47.

63Le recours aux enchères était bien connu des hiéropes. Les opérations d’adjudication de contrats de travaux étaient réalisées sur l’agora par la voix du héraut et les comptes des hiéropes en font état à plusieurs reprises. Ainsi pour la construction d’un mur, en 302 : τοῦ Διοσκουρίου τὸν τοῖχον ἐξέδοµεν τὸµ πρὸς βορέαν ὑπὸ κήρυκος ἐν τῆι ἀγορᾶι κατὰ συγγραφὴν οἰκοδοµῆσαι Νίκωνι, « nous avons donné en adjudication, par l’intermédiaire du héraut sur l’agora, selon le contrat, la construction du mur Nord du Dioskourion à Nikôn » (IG XI 2, 145, l. 11 ; l. 18)75.

64Il lui arrive également d’être vendeur sur le marché pour des biens acquis autrefois et devenus inutiles. En 246, un esclave est revendu à la suite d’une décision de l’Assemblée et remplacé par un autre acheté sur le marché (ID 290, l. 114-115 : ψ̣[ηφισαµένου τοῦ δ]ήµου τὸµ παῖδα ἀποδόσθαι καὶ ἕτερον ἀγοράσαι, [ἐ]πράθη ὑπὸ κήρυκος ἐ̣[ν ἀγορᾶι? δραχµῶν] ΗImage Δ· ἄλλος ἠγορά[σθη], « le peuple ayant voté de revendre l’esclave et d’en acheter un autre, il a été vendu par l’intermédiaire du héraut sur l’agora pour 160 dr. et un autre a été acheté »).

  • 76 Voir supra chapitre III p. 105-107 pour la revente de matériaux.
  • 77 Sur l’analyse de la procédure, essentiellement à partir de la documentation papyrologique de l’Égyp (...)

65Outre la revente de matériaux usagés ou excédentaires, les hiéropes ont parfois l’occasion de vendre sur le marché des animaux qui avaient été consacrés à Apollon par des fidèles. La catégorie des recettes issues de la revente figurait même comme telle parmi l’énumération des différentes entrées composant l’encaisse des hiéropes (par exemple ID 371, A, l. 5)76. Le vocabulaire employé pour l’esclave revendu par l’intermédiaire du héraut, donc aux enchères, et pour la revente de matériaux, est identique : il s’agit d’une ἀπόπρασις (ID 353, A, l. 38), du produit des ἀποπραθέντων (ID 371, A, l. 5 ; ID 442, A, l. 157-159) ou des πραθέντων (IG XI 2, 144, A, 21 ; ID 395, l. 7) et cette πράσις, dont il est également question à propos des récoltes saisies pour défaut de paiement des fermages afin de rembourser le sanctuaire, dans la hiéra syggraphè (ID 503), est selon toute vraisemblance une vente aux enchères77.

  • 78 Gauthier 1977, p. 205-206 ; Moretti, Fincker, Chankowski 2012 ; Chankowski 2012.
  • 79 P.Strasb. 59, 3 (ier s. av. J.-C.) et P.Gnom. 241 (iie s. apr. J.-C.). Répertoire des sources dans (...)

66Ces ventes rejoignent le registre des ἐπικηρυσσόµενα mentionnés dans la loi délienne sur la vente du bois et du charbon (ID 509, l. 6) et connus par les définitions des lexicographes : il s’agit de biens publics (ou sacrés) vendus aux enchères par la voix du héraut sur l’agora78. Un passage de Pollux (X, 18-19) consacré aux formes de vente définit plus particulièrement la façon dont, dans le vocabulaire attique et ionien, le nom de la chose vendue sert à désigner à la fois l’acte de la vente et son lieu. Il est en particulier question de la vente des epipla (les biens meubles), un type de skeuè (équipement), qui s’appelait autrefois pamprasia et se fait par l’intermédiaire du héraut : τὴν πρᾶσιν τῶν ἐπίπλων τὴν ὑπὸ κήρυκι γιγνοµένην, ἥν νῦν ἀπαρτίαν καλοῦσιν, ἀγορὰν καὶ παµπρασίαν, « la vente des meubles qui s’opère par le héraut, vente que l’on appelle maintenant apartia, agora et pamprasia ». Or le terme ἀπαρτία ou ἀπαρτεία désigne dans les papyrus le processus des enchères publiques79. Accompagné de la dénomination de παµπρασία, le terme semble désigner une forme générale de vente dans le monde grec.

  • 80 Moretti, Fincker, Chankowski 2012.

67Un équipement de marché mentionné par les lexicographes, les kukloi, était approprié pour ce type de ventes. L’un d’eux, du ier s. av. J.-C., a été mis en évidence sur l’Agora de Théophrastos, au ier s. av. J.-C.80. Cet équipement, dont la monumentalisation en pierre qui n’a dû intervenir que tardivement, est plutôt à chercher, à l’époque de l’Indépendance, sur l’Agora des Déliens, comme en témoignent les mentions de ventes sur l’agora, citées plus haut, auxquelles procèdent les hiéropes. Pour qui ne disposait pas d’une boutique ou d’un emplacement sur le marché, la vente par le moyen des enchères publiques constituait le seul mode de transaction possible sur le marché. Les hiéropes déliens se trouvaient précisément dans cette situation.

  • 81 Chankowski 2011b, p. 159-162.

68D’après le témoignage de l’enregistrement des transactions dans les comptes des hiéropes, le sanctuaire était en effet, le plus souvent, en position de vendeur, et non d’acheteur, grâce au mode de l’enchère et de l’adjudication, même lorsqu’il était en définitive le payeur dans le cas des contrats de fourniture et de travaux81 : il vendait au moins-disant lorsqu’il mettait en adjudication des travaux, mais aussi au mieux-offrant lorsqu’il affermait par ce même procédé les taxes, les fermages et les loyers du patrimoine d’Apollon, de même qu’il vendait des animaux offerts au dieu ou qu’il revendait des matériaux excédentaires ou usagés. Le plus souvent, dans le cas de adjudications de travaux et de l’affermage, la vente donnait lieu à un contrat. Dans tous les cas, le mode de l’enchère plaçait le sanctuaire dans une position favorable dans la vente, non seulement parce qu’il exacerbait la concurrence entre les acheteurs potentiels, mais aussi parce que le sanctuaire, par l’intermédiaire des hiéropes ou du héraut, était, en tant que vendeur, le premier à dire son prix.

69Les règles de comportement sur le marché étaient fondées sur la négociation et voulaient que le vendeur annonce d’abord son prix avant que les acheteurs potentiels ne commencent à discuter avec lui. C’est précisément l’attitude contraire que Théophraste (Caractères, 15, 4-5) décrit comme de la muflerie : le mufle, « lorsqu’il vend quelque chose, ne dit pas aux acheteurs combien il en demande, mais combien ça vaut » (καὶ πωλῶν τι µὴ λέγειν τοῖς ὠνουµένοις, πόσου ἂν ἀποδοῖτο, ἀλλ’ ἐρωτᾶν· Τί εὑρίσκει;). Aussi la majeure partie des prix enregistrés dans les dépenses des hiéropes sont-ils en réalité des prix de vente, ou plus exactement, dans le cadre de la définition d’un contrat, des prix demandés par le vendeur (le sanctuaire) et acceptés par le contractant (l’artisan), après une négociation dans laquelle le sanctuaire avait le plus souvent l’avantage.

Les hiéropes acheteurs

  • 82 Gauthier 1977, p. 208 et n. 17. L’hypothèse d’une confiscation était déjà retenue par E. Schulhof ( (...)

70Dans d’autres cas, le sanctuaire était en position d’acheteur sur le marché, avec une marge de négociation qui pesait du poids de la richesse monétarisée d’Apollon et de l’autorité institutionnelle des hiéropes. Le procédé des enchères, qui servait pour l’adjudication par laquelle était désigné le fournisseur avec lequel le sanctuaire allait établir un contrat, était également pratiqué pour d’autres transactions que menaient les hiéropes. Parallèlement à des achats de pièces de bois par contrat, comme on vient de le voir, les hiéropes ont acquis du bois dans le cadre de ventes aux enchères. C’est certainement le cas des bois, déjà mentionnés (ID 366, A, l. 38-39), achetés aux pentekostologoi, qui devaient être des marchandises saisies à la douane à la suite d’une fraude du vendeur et relevaient des enchères publiques82. Selon une hypothèse de Ph. Gauthier, les pentekostologoi auraient pu confisquer une cargaison qui avait été commandée par les hiéropes, ce qui serait la raison pour laquelle ils accepteraient aussitôt de la leur transmettre contre paiement. Cette interprétation ne semble pas convenir à la transaction en question. En effet, dans les mêmes lignes du compte de l’année 207 figure un second achat, pour les mêmes quantités et au même prix (29 pièces de bois pour 406 dr.), réalisé auprès des « tuteurs d’Aristagorè ». Cl. Vial a supposé (Index, s.v.) que les tuteurs en question avaient repris l’affaire de négoce en bois que détenait le père d’Aristagorè, inconnu. Mais il pourrait tout aussi bien s’agir, là encore, d’une vente aux enchères de stocks de bois, réalisée cette fois au décès du commerçant par les exécuteurs testamentaires. Il est alors frappant de constater que les hiéropes ont obtenu, lors de cette série d’achats réalisés la même année pour les travaux de la Salle hypostyle, sur injonction de l’architecte et selon un décret du peuple (l. 36), pour des pièces de même dénomination (σφηκίσκοι), des tarifs différents en fonction des vendeurs : ils ont pu obtenir un prix identique de 14 dr. l’unité lors de la vente aux enchères publiques de deux lots et ont négocié des ventes allant de 10 à 14,5 dr. l’unité auprès de trois marchands (tableau 50).

Tableau 50 — Montant des achats de bois pour la Salle hypostyle en 207 (ID 366) selon les fournisseurs.

Vendeur Nombre de pièces
(
σφηκίσκοι)
Prix unitaire
(dr.)
Prix total (dr.)
Déméas 10 13,5 135
Pentekostologoi 29 14 406
Tuteurs d’Aristagorè 29 14 406
Sôtérikos 7 14,6 102,2
Kallistratos 9 10 90
  • 83 Voir supra p. 243-244, à propos des limites des capacités de production des entreprises.

71Ce compte de l’année 207 distingue clairement les fournitures achetées par contrat ([τ]άδε ἔργα ἐξέδοµεν, l. 1), parmi lesquelles figurent les tuiles commandées à plusieurs artisans83, et les achats de bois réalisés sur injonction de l’architecte et en vertu d’un décret du peuple (τάδε ξύλα ἠγοράσαµεν, l. 36), donc sur le marché et probablement aux enchères. Les résultats des hiéropes sont globalement meilleurs lorsqu’ils sont vendeurs de contrats d’adjudication qu’acheteurs dans les enchères publiques, parce que les conditions de concurrence ne sont pas les mêmes.

La négociation des prix

72Un certain nombre de denrées étaient achetées de façon régulière, chaque mois, par les hiéropes sur le fonds de roulement de la caisse sacrée. Au début du iie s., c’est le cas de l’huile, de la poix, du bois de chauffage, des porcelets destinés aux sacrifices. Pour ces achats réguliers, les hiéropes n’avaient sans doute pas besoin de recourir à la procédure du contrat. Comme on l’a vu, la demande du sanctuaire avait eu pour effet de multiplier les boutiquiers et revendeurs capables de l’approvisionner non seulement en poix et en huile mais aussi en papyrus, encens et parfum, et d’assurer par le stockage une certaine régularité dans l’approvisionnement.

73Lorsque les hiéropes se fournissaient au marché ou en boutique auprès des commerçants dont ils indiquent le nom dans les comptes, la négociation prévalait. C’est dire aussi que les prix payés par les hiéropes ne leur étaient pas — ou en tout cas pas entièrement — imposés par une conjoncture, que celle-ci fût locale, régionale ou égéenne.

  • 84 De très nombreux textes se rapportent aux marchands de poisson. Voir la dissertation de Bohlen 1937 (...)

74Plusieurs passages d’Athénée rendent compte du marchandage qui caractérise la confrontation entre le vendeur et l’acheteur sur le marché, essentiellement à propos des transactions menées avec des marchands de poisson qui disposent de techniques infaillibles pour imposer leur prix84. La maîtrise du rapport de force entre le vendeur et l’acheteur nécessitait une certaine pratique : Lyncée de Samos, selon Athénée (VI, 228c et 313f-314a), avait écrit un traité intitulé Technè opsonètikè ou « l’art de faire ses provisions au marché », dans lequel il enseignait à un ami comment marchander efficacement (δυσωνεῖσθαι). Dans les boutiques également, le prix proposé par le marchand pouvait être marchandé par les clients. Un mime d’Hérondas (VII) place la scène dans une boutique de chaussures et met en évidence, dans la bouche du marchand, les différents paramètres qui entrent dans la constitution du prix demandé : coût des matériaux et de leur transformation, coût du travail, coût de l’entretien de la boutique. Le marchand laisse néanmoins l’acheteuse ajuster son prix au sien, tout en avançant ses arguments.

75Dans les transactions menées à Délos, les administrateurs du sanctuaire d’Apollon risquaient fort de ressembler aux marchands de poisson d’Athénée, même si ces Déliens de bonne société devaient être plus aimables que les marchands dictant les prix et dont les comiques ne cessaient de moquer le comportement perçu comme grossier et déplaisant. Outre l’autorité institutionnelle que leur conférait le prestige de leur fonction, ils disposaient d’une connaissance exacte des cours antérieurs grâce aux archives de la caisse sacrée et du poids d’une demande à la fois régulière dans ses rythmes et importante dans ses quantités, au point qu’elle atteignait parfois les limites des capacités de production des artisans. Aussi pouvaient-ils dicter leurs exigences à leurs interlocuteurs, et ils y sont manifestement parvenus, dans certains cas au moins, en maintenant un prix fixe en cours d’année tout en réalisant des achats à des moments différents et auprès de plusieurs fournisseurs. C’est le cas pour la poix : que les vendeurs soient des importateurs de passage dans l’île ou bien des revendeurs locaux qui disposent certainement de stocks, les hiéropes obtiennent le même prix : ainsi en 302 (IG XI 2, 145, l. 3, 8 et 10) lorsqu’ils payent 17 dr. le keramion à Hestiaios, à Nannakos, qui sont tous deux sur place, et « aux étrangers », ainsi qu’en 296 pour un prix de 18 dr. le kéramion auprès de Diakritos, qui porte un nom délien, et auprès d’Hérodôros de Chios (IG XI 2, 154, l. 2 et l. 48).

76Une autre question est celle de savoir dans quelle mesure le sanctuaire, en tant qu’acheteur, était concurrencé. Nous savons que pour la plupart des matériaux de construction, il devait avoir recours à plusieurs fournisseurs pour satisfaire sa demande en briques, tuiles et bois de construction. Pourtant, le développement de la place de commerce délienne sous la forme d’un centre de redistribution régional pour les Cyclades, bien avant la création du port-franc, ne pouvait pas être sans incidence sur la position économique du sanctuaire.

Les caractéristiques du marché délien

77La constitution de réseaux d’approvisionnement sur place pour répondre à la demande du sanctuaire était l’effet d’une politique collective de la cité des Déliens, qui devaient y trouver eux-mêmes des sources de profits dans leurs activités professionnelles. La césure que l’on observe dans les années 250 et qui entraîne une stabilisation des prix s’explique effectivement, comme le souligne G. Reger, par des raisons locales : le rythme des prix des produits de consommation courante comme l’huile obéit en effet au rythme de la saison des ventes, augmentant dans les périodes de soudure et baissant après les récoltes. Mais l’explication ne suffit pas en elle-même à rendre compte de l’organisation du marché délien, qui s’avère plus complexe : la part dévolue au stockage, en particulier, en reconstituant des conditions de vente locales, peut masquer la réalité de connexions extra-cycladiques. Il importe pour cela de déceler ce qui est en quelque sorte le non-dit économique des comptes des hiéropes, c’est-à-dire la part d’activités commerciales qui n’est pas entièrement dans la dépendance du sanctuaire.

La continuité des structures et des activités

L’emporion classique

  • 85 Hypéride, frg. 70 : οὔτε γὰρ λιµένας εἶναι παρ’ αὑτοῖς οὔτε ἐµπόριον οὔτε ἄλλην διατριβὴν οὐδενίαν. (...)
  • 86 Chankowski 2008a, p. 295-307.
  • 87 Chankowski 2008a, p. 372.

78Bien avant d’être qualifiée de κοινὸν ῾Ελλήνων ἐµπόριον (Pausanias, VIII, 33), Délos était un port fréquenté : au milieu du ive s., un discours fragmentaire d’Hypéride lié au différend qui opposa Athènes et Délos pour l’administration du sanctuaire décrit Délos comme un emporion, contrairement à Rhénée qui n’en a pas85. Les espaces de déchargement étaient l’un des éléments importants de l’infrastructure portuaire délienne dès l’époque classique et les inscriptions athéniennes de Délos montrent à cette époque que les Athéniens s’étaient efforcés d’établir un système fiscal pour exploiter les revenus du port sacré, sur la base de ces infrastructures, dès la fin du ve s.86. Là encore, la présence du sanctuaire entrepreneur de grandes constructions et employeur de nombreuses entreprises artisanales n’est sans doute pas étrangère à cette situation, qui s’était en même temps trouvée confortée par l’attractivité de Délos comme centre religieux cycladique et égéen, sans qu’il soit possible, à cette date, d’en mesurer précisément le rayonnement et l’échelle d’attractivité. En tant qu’emporion, c’est néanmoins d’ores et déjà une activité de commerce de redistribution qui faisait de Délos un centre à l’époque classique, auquel venait s’ajouter l’activité bancaire du sanctuaire en direction des cités insulaires. Dès l’époque classique, Délos était un lieu de ravitaillement, de commerce et d’affaires, où l’on venait chercher des capitaux. Cette situation favorisait les familles déliennes impliquées dans des affaires commerciales et artisanales, dont on voit par les comptes du ive s. qu’elles se sont parfois alliées à des Athéniens pour la location de locaux87.

  • 88 Voir en particulier les relations avec Chios : Chankowski 2008a, p. 175-179.

79Cette condition initiale fait douter de la nature des phases décrites par G. Reger : pourquoi faudrait-il attendre la vacance des pouvoirs en mer Égée dans la seconde moitié du iiie s. pour voir se mettre en place ce qui avait déjà fonctionné au ive s. et peut-être déjà au ve s., à une échelle souvent plus large que celle des seules Cyclades en ce qui concerne les prêts du sanctuaire88 ? C’est plutôt dans la continuité des activités de l’emporion du ive s. qu’il faut comprendre les développements du iiie s.

L’augmentation de la population au iiie s.

  • 89 Voir les chiffres rassemblés supra chapitre III p. 152-155.

80Or deux indices permettent de penser que Délos a connu dès la première moitié du iiie s., et non à partir des années 230 seulement comme le pensait G. Reger, une augmentation de population89. Les chiffres d’une taxe concernant l’ensemble des loyers de l’île, la dékatè sur les loyers, qui était affermée au profit de la caisse publique et dont nous possédons deux mentions, à la faveur de remboursements de prêts par la cité au trésor sacré, montrent qu’elle avait plus que doublé entre 279 et 250 : cette taxe, qui avait rapporté 600 dr. en 279 (IG XI 2, 161, A, l. 26), est adjugée pour 1 690 dr. en 250 (IG XI 2, 287, A, l. 9). Or elle devait toucher majoritairement des étrangers domiciliés dans l’île qui ne disposaient pas de l’enktèsis. Elle devait concerner aussi toute location de bâtiment à des fins commerciales ou artisanales.

  • 90 Lytle 2013, p. 301, revenant sur l’analyse de Reger 1994a, p. 256. En revanche, c’est une erreur d’ (...)

81Une autre taxe, la dékatè sur les poissons (ἰχθύων δεκάτη), correspond au prélèvement d’1/10e sur le prix de vente des poissons. Sur la base d’un revenu du fermage qui se monte à 1 850 dr. dans un remboursement de prêt de l’année 250 (IG XI 2, 287, A, l. 8-10), croisé avec les informations données pour les prix des poissons dans le tarif d’Akraiphia, E. Lytle a pu calculer que le montant de la taxe délienne correspondait à la vente de la pêche de 240 000 mines de poisson par an, soit 144 000 kg, une quantité qui bat en brèche l’idée d’un petit marché local restreint : « The Delian market could only have been supplied fish in such volumes by scores of professional fishermen engaged in what can be described as an artisanal industry »90.

  • 91 Vial 1984, p. 17-20.
  • 92 Reger 1994a, p. 260 et 300-305, sur le prix des porcelets. Voir supra p. 259-260 sur le prix des an (...)

82Si elles prouvent que la consommation de poisson n’était pas marginale dans les régimes alimentaires, ces estimations fournissent aussi une indication intéressante sur l’augmentation de la population à Délos et la présence plausible d’étrangers qui ne sont pas tous visibles dans la documentation épigraphique des comptes. Les chiffres donnés par E. Lytle valent pour une population qui peut atteindre 8 000 personnes pour une consommation annuelle de poisson d’une vingtaine de kilos. Seule la part des citoyens déliens peut être précisément évaluée dans les sources, plus particulièrement grâce aux comptes des Posideia au début du iie s. qui fournissent une estimation d’environ 1 200 citoyens mâles91. Outre le chiffre des familles, c’est la part des étrangers qui nous échappe, mais si l’on corrèle cette information avec l’augmentation du prix des porcelets à partir du milieu du iiie s., on voit que la question de l’augmentation de la population délienne ne saurait se limiter, comme le voulait G. Reger, à la période postérieure aux années 23092. Ces quelques indices laissent penser que Délos, entre le ive s. et le iiie s., n’avait cessé d’être un emporion attractif.

Les locaux professionnels et les intérêts des Déliens

83Le développement de l’emporion délien et de son rôle de redistribution ne pouvait se faire sans l’émergence de structures et de pratiques de stockage.

84La question du stockage est difficile à appréhender dans les sources mais les données que nous venons de rassembler dans les comptes des hiéropes, qui mettent en évidence la constitution d’un approvisionnement de proximité pour le sanctuaire, laissent penser que celle-ci s’accompagnait du développement de moyens de stockage, qui permettaient de retarder les effets des fluctuations liées aux importations et d’assurer, au moins à court terme, une stabilisation des coûts dont rendent compte les courbes de prix à partir du milieu du iiie s. Entreposer des denrées permettait assurément de diminuer les effets des césures liées aux conditions de production ou aux ruptures dans les circuits de distribution plus lointains : le stockage produit à l’année un effet de lissage sur les prix et sur les coûts de transport.

85La méthode était connue et Lysias, dans le Contre les marchands de blé, ne dit pas autre chose, bien que la période considérée soit plus courte : « S’ils agissaient dans votre intérêt [en achetant le blé massivement], on aurait dû voir le prix se maintenir pendant de nombreux jours, jusqu’à épuisement de leurs stocks » (§12). La présence de stocks chez les vendeurs de l’île permettait aux hiéropes de ne pas stocker eux-mêmes et de réserver leurs achats aux moments nécessaires dans l’année. Ils optimisaient ainsi les fonds dont ils disposaient.

Les pratiques des hiéropes

  • 93 Le paiement n’était effectué qu’après comptage des tuiles en bon état (IG XI 2, 199, A, l. 109-110)
  • 94 Références complètes dans Feyel 2006, p. 495, n. 93.

86Comme on l’a vu, les produits conservés par le sanctuaire sont rares : les hiéropes ont acheté de l’ivoire, lorsqu’une opportunité se présentait. Ils inventorient des reliquats de tuiles, stockées pour des raisons qui semblent surtout liées à la difficulté d’évaluer le nombre exact de pièces à commander, peut-être aussi parce qu’il fallait pallier la casse éventuelle lors de la manutention et la pose93. Peu avant 280, ils utilisent ainsi pour la palestre et pour l’Asklépieion 217 couples de tuiles laissés par les collèges antérieurs (IG XI 2, 156, B, l. 21-27). En 269, ils achètent 200 couples de tuiles pour divers édifices et en utilisent les trois quarts, le reste étant transmis à leurs successeurs. Sur les achats de tuiles réalisés en 250 pour la réparation de plusieurs toitures, il reste 114 couvre-joints (IG XI 2, 287, B, l. 154). En 200, les hiéropes font compter les tuiles stockées dans divers édifices et en dressent l’inventaire (ID 372, A, l. 107 et l. 163-165). En 189, ils utilisent une partie des tuiles stockées et inventorient le reste (ID 403, l. 38-43). Ils stockent aussi des pièces de bois qui serviront à construire des échafaudages ou constitueront les charpentes des constructions. L’oikos des Naxiens abritait des stocks de bois que les hiéropes inventorient à deux reprises, en 240 et en 229 (ID 298, A, l. 184 et 320, B, l. 68-69). La construction de la Salle hypostyle a donné lieu à de très nombreux achats de bois qui expliquent probablement les inventaires de stocks réalisés au début du iie s. (ID 372, A, l. 159-169 et ID 400, l. 32-35 et l. 44-49)94.

  • 95 Feyel 2006, p. 495.

87Aussi bien n’hésitent-ils pas, dans le même temps, à revendre sur l’agora des tuiles excédentaires ou anciennes (IG XI 2, 144, A, l. 21; des oikoi : IG XI 2, 287, A, l. 22-23 ; du Pythion : ID 290, A, l. 103), ou encore des pièces de bois provenant du Poulydamas (IG XI 2, 159, A, l. 49), de l’Inôpos (ID 354, A, l. 18-19), du Kynthion (ID 442, A, l. 157) ou de l’Hérakleion (ID 442, A, l. 158), des pierres du péribole du sanctuaire (ID 442, A, l. 159), du bois provenant de la taille de figuiers sauvages (ID 353, A, l. 37-38). Certes, ces ventes, en particulier pour les tuiles qui étaient brisées ou usées par l’air marin, aboutissaient plutôt à un recyclage comme matériaux de construction qu’à un second usage sur des toitures. Néanmoins, les hiéropes, dans leur recours au marché, n’éprouvent pas le besoin de constituer de véritables stocks de sécurité, alors même que la réfection des toitures des différents bâtiments du sanctuaire semble avoir été une opération récurrente. Les achats qui sont conclus mentionnent toujours que les tuiles sont destinées à un bâtiment précis, si bien que leurs stocks sont plutôt des reliquats qu’en bons gestionnaires, ils exploitent méthodiquement. Leurs achats de bois sont également réalisés dans le cadre ponctuel de programmes de construction, si bien que les stocks qu’ils inventorient ensuite s’apparentent davantage à des reliquats qu’à un véritable stockage95. Quant aux produits de nécessité comme l’huile, les hiéropes se fournissent chaque mois sans constituer non plus de réserves. Si l’on corrèle cette observation à la stabilisation des prix et des circuits d’approvisionnement, il faut en déduire que le stockage était assumé à Délos en dehors du sanctuaire.

Le stockage hors du sanctuaire

  • 96 Molinier 1914, p. 19-34 et 80-85. Vial 1984, p. 349.
  • 97 Hennig 1985, p. 439.
  • 98 Vial 1984, p. 348, inventorie sept cas.
  • 99 M. Brunet dans Nouveau Choix, p. 236 ; Roussel 1916, p. 157-159.

88Or, au cours de l’Indépendance, le sanctuaire louait des maisons appartenant au dieu, parmi lesquelles figuraient un certain nombre de locaux professionnels96 : la « maison d’Ephésos » était un local commercial (kapeleia), la « maison d’Orthoklès » était une forge, d’autres ateliers étaient situés « près de la forge », les bâtiments Sôsileiai étaient situés dans le quartier du port et comportaient un atelier pour travailleurs masculins (andrôn), de même que les bâtiments Chareteiai, dans le même quartier, qui comportaient des ateliers d’hommes et un atelier de femmes, et deux xylônes qui devaient servir d’entrepôts à bois97. D’autres ateliers étaient la propriété privée de Déliens qui ont utilisé ce patrimoine en l’hypothéquant pour obtenir un prêt du sanctuaire98. Les documents administratifs de la seconde domination athénienne présentent également de précieux indices sur la composition du patrimoine des Déliens de l’Indépendance. Les domaines et les maisons qui sont loués alors au profit du sanctuaire ne sont plus exactement ceux qui étaient affermés durant l’Indépendance. Certaines propriétés ont été confisquées aux Déliens expulsés et une clause relative à l’entretien des domaines et des locaux pris à bail indique différentes catégories de biens (ID 1416, B, I, l. 11-15)99 : οἰκήµατα, ἐργαστήρια, ναυπήγια, ἐγδοχεῖα. Pour P. Roussel, les arsenaux (ναυπήγια) et les entrepôts (ἐγδοχεῖα) pourraient être les anciens οἰκήµατα πρὸς τῆι θαλάσσηι loués par le sanctuaire au cours de l’Indépendance (IG XI 2, 161, A, l. 21 ; 277, l. 11 ; 226, A, l. 16 ; ID 317, a, l. 20). Rien ne l’assure mais cette liste témoigne surtout de l’existence de bâtiments de stockage et d’artisanat dans les patrimoines des Déliens, à une époque antérieure à 167.

  • 100 Vial 1984, p. 353-354.
  • 101 Vial 1984, p. 355, identifie les chorèges et les hiéropes avec les fournisseurs de bois. La présent (...)
  • 102 Vial 1984, p. 355 et 133, avec la correction indiquée dans Vial 2008, s.v. : Σωσιµένης Ἀντιγόνου, f (...)

89Pour les locations du sanctuaire, Cl. Vial a montré qu’un vingtaine d’artisans ou entrepreneurs, locataires de bâtiments artisanaux, pour la plupart Déliens, payaient au sanctuaire un loyer compris entre 100 et 190 dr. par an, ce qui suppose un chiffre d’affaires non négligeable100. La catégorie des locataires de maisons sacrées, toutefois, qui compte un grand nombre de magistrats, n’indique pas nécessairement l’activité professionnelle des intéressés, qui pouvaient être des hommes d’affaires prenant à bail un local pour en tirer profit par la sous-location à des étrangers. Mais trois chorèges et deux hiéropes au moins, entre 282 et 252, portent le même nom que des entrepreneurs en bois101. Durant la première moitié du iiie s., deux commerçants au moins appartenaient à des familles actives dans la politique : Ménès fils d’Evelthôn, marbrier et locataire d’un atelier de la Charéteia, proposant d’un décret accordant le droit de cité à un Chiote (ID 599) et Sôsiménès fils d’Antigonos, fournisseur de pierres et artisan-peintre, frère d’un proposant de décrets102.

  • 103 Lacroix 1916. Voir également Deonna 1948, p. 50-126, à propos des activités économiques des Déliens (...)
  • 104 Vial 1984, p. 348-356.
  • 105 Sur l’identification de Philtès, qui pourrait être le hiérope de 275, voir Vial 1984, p. 355.
  • 106 Vial 1984, p. 235, n. 231. Voir supra p. 265-266, à propos des procédures de vente.

90Dans l’approvisionnement du sanctuaire en bois, plusieurs Déliens apparaissent parmi les intermédiaires. M. Lacroix avait reconnu dans un certain nombre de noms de marchands mentionnés dans les comptes des hiéropes les ramifications d’une famille délienne de commerçants en bois103. Mais il est en réalité délicat d’identifier avec certitude des familles déliennes de commerçants et de savoir quelle était la proportion des Déliens impliqués dans des activités de commerce, car les comptes des hiéropes mentionnent rarement les patronymes104. Toutefois, les mentions d’achats de pièces de bois par le sanctuaire donnent lieu à des opérations de manutention qui peuvent constituer un indice sur les circuits d’approvisionnement. En 274, les hiéropes payent des manutentionnaires pour transporter depuis l’agora des bois achetés à Démétrios (ἀπενέγκασιν ἐ[κ τ]ῆ̣ς̣ ἀγορᾶς ξ̣ύλ[α παρὰ] [Δη]µητρίου ἀγορασθέντα, IG XI 2, 199, A, l. 47-48) ou encore pour transporter jusqu’à la palestre des bois achetés chez Philtès (l. 52-53)105 : la transaction semble bien avoir eu lieu dans l’île. À l’exception d’un marchand d’Assos qui fournit des planches de tilleul pour le Pythion en 276 ou 275 (IG XI 2, 165, l. 32-33), les fournisseurs des hiéropes dans ce domaine sont le plus souvent mentionnés par leur simple éponyme, sans patronyme ni ethnique, ce qui laisse penser que les hiéropes trouvaient sur place des marchands capables de leur fournir les pièces de bois de construction dont ils avaient besoin. Quelques-uns de ces fournisseurs de pièces de bois sont assurément Déliens : un achat réalisé en 207 pour la Salle hypostyle auprès des « tuteurs d’Aristagorè » (ID 366, A, l. 39) situe a priori l’opération à Délos. Mais ce bois était évidemment importé et stocké : la même année, les hiéropes achètent également 29 pièces de bois aux pentekostologoi (l. 38-39), signe que la marchandise a transité par le port. Il s’agit là de marchandises saisies en douane et remises en vente sous la responsabilité des percepteurs de la taxe, au bénéfice de la caisse publique106.

  • 107 On notera à cette occasion le rôle que semblent jouer les relations avec des ressortissants de Chio (...)

91Il est donc probable que la population délienne ait été largement impliquée dans les activités économiques du sanctuaire par l’intermédiaire de son rôle dans les activités de l’emporion délien. La nature exacte de ces affaires nous échappe : on y trouve probablement des entreprises familiales liées à des réseaux extérieurs à Délos, impliquées dans les circuits commerciaux d’importation et de redistribution et pratiquant le stockage sur place107.

92L’implication de quelques magistrats et hommes politiques dans le commerce n’était sans doute pas étrangère à la mise en œuvre d’une politique active de constitution de circuits d’approvisionnement de proximité dans la première moitié du iiie s. Les décisions concernant les finances sacrées relevaient du Conseil et de l’Assemblée mais pouvaient en même temps refléter des débats et les orientations d’un groupement d’intérêts. Ainsi, le développement d’un approvisionnement de proximité issu de l’importation, se traduisant par un appui aux pratiques de revente et de stockage, était un choix politique établi dans l’intérêt des finances du sanctuaire, ce qui servait en même temps l’intérêt de la communauté des Déliens en préservant le trésor du dieu grâce à une bonne gestion, mais servait tout autant certains citoyens lorsque ceux-ci trouvaient des intérêts financiers à se lancer dans des activités commerciales qui répondaient à la demande du sanctuaire.

Une concurrence entre Déliens

  • 108 Vial 2008, s.v.

93Ces choix avaient pu aussi bien susciter des débats et des désaccords au sein de la communauté civique : alors que la location des domaines et des maisons sacrées était monopolisée par quelques familles déliennes, il pouvait être tentant d’utiliser les enchères pour installer un locataire intéressé par le développement de certaines activités plutôt que tel autre. La nature comptable de la documentation délienne n’éclaire guère ces questions mais on devine que le soutien à une politique favorable à l’installation d’entrepositaires, parfois au détriment d’autres activités, ne devait pas manquer de susciter des réactions au sein des familles déliennes qui étaient parties prenantes dans les adjudications. Ainsi, Etéokleidès, fermier de Kérameion avec son fils pendant trois décennies de 282 à 258 en est chassé par Ergotélès, qui est également locataire d’andrônes en 246 (ID 290, 26). Etéokleidès avait aussi essayé de se maintenir à la location de la boutique d’Ephésos, qu’il perd en 268108.

94Bien que le sanctuaire délien n’ait certainement pas été le seul bailleur à proposer des locaux à la location, l’augmentation générale des loyers sacrés au cours de la première moitié du iiie s. est sans doute à mettre, en partie au moins, sur le compte de cette nouvelle situation : il est probable que ces locaux qui devaient servir à des activités commerciales et artisanales étaient devenus plus recherchés au fur et à mesure que les hiéropes tendaient à s’adresser de plus en plus à des entrepositaires installés sur place.

  • 109 Vial 1984, p. 351-353.

95Ces locaux étaient polyvalents : ainsi les andrônes ont-ils été loués successivement par Philtès et par Ergotélès, connus aussi pour leurs activités de marchands de bois, par Ménès, qui travaille aussi comme marbrier pour le sanctuaire, par Mnèsiléôs qui effectue des travaux de peinture109.

  • 110 Reger 1994a, p. 338-349.

96La hausse des loyers dans la première moitié du iiie s. ne concernait pas que le sanctuaire. L’augmentation des revenus issus des loyers sacrés trouve un parallèle dans les chiffres de la taxe concernant l’ensemble des loyers de l’île, la dékatè sur les loyers, qui était affermée au profit de la caisse publique et dont nous possédons deux mentions, à la faveur de remboursements de prêts par la cité au trésor sacré. Cette taxe, qui avait rapporté 600 dr. en 279 (IG XI 2, 161, A, l. 26), est adjugée pour 1 690 dr. en 250 (IG XI 2, 287, A, l. 9). Aussi la baisse des loyers du sanctuaire ensuite, au cours de la seconde moitié du iiie s.110, pourrait laisser entendre que d’autres constructions avaient été entreprises, à l’initiative de particuliers, pour répondre à une demande qui, au début du iiie s., reposait principalement sur les locaux appartenant au sanctuaire.

  • 111 Voir supra chapitre II p. 94.

97Depuis l’époque classique, l’emporion délien semble bien avoir connu une phase de croissance qui aboutit, au cours de la première moitié du iiie s., à l’adaptation des circuits de redistribution et au développement de pratiques de stockage, impliquant plusieurs familles déliennes dans des activités commerciales. Cette évolution fut certainement facilitée par la monétarisation croissante permise par la déthésaurisation des trésors perses : dans les inventaires d’offrandes, nous en avons déjà repéré l’impact dans l’accroissement des dédicaces d’objets en or au début du iiie s.111.

  • 112 Voir supra chapitre II p. 107.
  • 113 IG XI 2, 224, B, l. 27 = 287, B, l. 90 = ID 298, A, l. 108-112.
  • 114 Matériel inédit issu des fouilles de M. Brunet, que je remercie de m’avoir permis de consulter les (...)

98Dans quelle mesure ces évolutions induisaient-elles une transformation profonde de la société délienne ? Le caractère essentiellement comptable de la documentation dont nous disposons permet difficilement de le mesurer, mais peut-être faut-il voir une forme de résistance à ces changements, ou une forme de clivage social, dans certaines pratiques votives qui contrastent avec l’affairisme ambiant. Alors que plusieurs familles déliennes ont été dédicantes de capitaux de fondation au sanctuaire, d’autres Déliens honorent Apollon, sans doute sous la forme de dîme sur leurs revenus en remerciement de leur prospérité, d’une tout autre manière, en consacrant au dieu une bête de leur troupeau. Pour autant, le sanctuaire n’avait ni les moyens ni l’intention de développer la gestion d’un troupeau. En offrant un don en nature, ces fidèles obligeaient les hiéropes à monétariser l’offrande, c’est-à-dire à vendre l’animal au marché puis à en transformer le produit en un vase de métal précieux du même poids que le montant obtenu par la vente112. Nous en avons une trace à travers l’offrande d’un bélier par un certain Démétrios en 258, transformé en une petite kylix (κυλύχνιον)113. La pratique est marginale, mais montre tout de même que tous les Déliens ne partageaient pas les mêmes accès aux liquidités et que certains restaient attachés aux activités de l’agriculture et de l’élevage, parallèlement à une société qui se tournait de plus en plus vers les activités du commerce et de la finance. Pour autant, les fermiers déliens n’étaient pas non plus coupés des pratiques de marché : la fouille de la Ferme aux jambages de granit a livré une cinquantaine de monnaies de bronze qui témoigne peut-être de pratiques de vente à la ferme ou, à tout le moins, de l’insertion de ces familles sur le marché local114. C’est bien l’affairisme qui semble l’emporter dans la Délos du iiie s., comme auparavant dans celle du ive s.

La politique de la cité

L’évolution des prix et le commerce de redistribution

  • 115 Reger 1994a, p. 259, en lien avec l’évolution du fermage des domaines viticoles du sanctuaire, p. 2 (...)

99Il semble qu’à partir de la seconde moitié du iiie s., l’administration du sanctuaire soit parvenue à stabiliser l’organisation de son approvisionnement au point de faire baisser les prix. L’évolution à la baisse des prix de la poix en témoigne nettement. Le début du iiie s. avait marqué la même tendance pour le bois de chauffage mais celle-ci ne se confirme pas : les prix sont en forte hausse à partir du milieu du iiie s. La hausse est plus difficile à percevoir dans le cas du charbon car les hiéropes n’indiquent généralement pas d’unité de mesure, mais il est possible de comparer le montant des dépenses annuelles ainsi que l’évolution des sommes consacrées aux dépenses de charbon dans le budget des Posidéia, dont les hiéropes prennent l’habitude de donner le détail au iie s. Il apparaît que ces dépenses ont plus que doublé entre l’année 250 et l’année 200 : est-ce le fait de l’attractivité du sanctuaire qui aurait généré davantage de sacrifices ? Est-ce l’effet d’une demande extérieure au sanctuaire, celle d’une population résidente en augmentation, qui le concurrencerait sur le marché et contribuerait à la hausse des prix ? Les deux explications se complètent probablement (tableau 51). Parallèlement, la demande en vin local semble chuter au profit de vins étrangers115. L’augmentation de la population dès le début du iiie s., est perceptible par des besoins qui s’expriment en particulier à travers la hausse des loyers, le volume de la pêche et la consommation de viande.

100Or cette tendance n’est pas celle de la poix qui, pourtant, devait être produite à partir des mêmes résineux qui servaient au chauffage, et dont on a vu que les hiéropes avaient probablement réussi à constituer un approvisionnement par stocks de proximité de nature à faire baisser les coûts de production et de distribution. Pour ce produit propre à l’entretien des nombreuses boiseries des temples et bâtiments cultuels, le sanctuaire reste probablement en position de monopsone et n’est pas autant concurencé par le reste de la demande locale. La même stabilité avec une tendance à la baisse s’observe pour les prix de l’huile, dans lesquels il faut probablement voir la régularité de l’approvisionnement permise par le développement des pratiques de stockage. Cette stabilisation du coût de ces denrées apparaît finalement comme le meilleur indice du développement de l’activité commerciale de Délos comme emporion : la régularité des arrivages est assurée par des bateaux plus gros et plus fréquents, et le développement d’infrastructures de stockage permet de lisser sur l’année les coûts du transport.

Tableau 51 — Dépenses du sanctuaire en charbon de bois.

Mois a. 258
(
IG XI 2,
224)
a. 250
(
IG XI 2,
287)
a. 246
(
ID 290)
a. 231
(
ID 316)
a. 224
(
ID 338)
a. 218 (ID 354) a. 200
(
ID 372)
a. 194
(
ID 396)
a. 179
(
ID 442)
a. 174
(
ID 440+456)
a. 173
(
Tréheux 1985a
Γ766γ)
a. 171
(
ID 460)
Lénaion 6 7 14 12 7 [10] 13 14
Hiéros 4 12 7 10 11 12 14
Galaxion 3 6 10 1 [10] 10 15
Artémision 6 6,6 10 10,1
Thargelion 4,5 6 0,4 9 6 14
Panemos 0 4,5 3 8 9 15 7
Hekatombaion 3 10 9
Metageitnion 3 9 14
Bouphonion 3,6 5 12 8 9 14 15
Apatourion 4 6 10 14 14
Aresion 4,5 7 6 10 18 15
Posideion 6 7 4 10 12 12,5 10,1
TOTAL 48,6 116 (107) (105,5)
Prix mensuel moyen 4,04 9,66 (13,37) (13,18)
Dépenses de charbon pour les Posidéia :
Année Prix du charbon
190 (ID 401, l. 20) 15
179 (ID 442, A, l. 221) 18
178 (ID 445, l. 6) 7
177 (ID 452, l. 10) 12
170 (ID 464, l. 6) 8
169 (ID 461 Bb, l. 52) 13
  • 116 Outre le schéma interprétatif proposé par Reger 1994a (p. 259 : « both phenomena suggest a rising d (...)

101Prise en elle-même, l’interprétation de ces différentes tendances paraît vaine, mais quelle que soit l’échelle de l’explication accordée, les commentaires s’accordent sur l’idée d’une attractivité accrue du port de Délos et de son activité commerciale, visible à la fin du iiie s.116. Mais il semble en même temps que certains produits, et tout particulièrement le bois de chauffage, soient davantage sujets à la spéculation que d’autres.

La lutte contre la spéculation

  • 117 Chankowski 2012. Je résume ici les principales conclusions de cet article. La réédition du texte et (...)

102C’est précisément de cette spéculation dont témoigne la loi délienne sur la vente du bois et du charbon, unique témoignage sur la régulation du marché délien et rare document sur le fonctionnement des marchés antiques d’une manière plus générale. Si l’on admet la réédition et l’interprétation proposée117, le texte rend compte d’une politique de la cité délienne qui apparaît, une fois de plus, particulièrement sensible au contexte de son environnement commercial et cohérente avec le développement de l’emporion délien.

103À une date difficile à préciser, mais antérieure aux remaniements de la zone portuaire liée à la construction des portiques du front de mer, donc dans le courant du iiie s., la cité légifère sur l’organisation du marché au bois et au charbon. S’il a souvent paru tentant de mettre cette loi en rapport avec une conjoncture particulière qu’il serait possible de lire dans les évolutions de prix enregistrés par les comptes des hiéropes, tout particulièrement dans les années 230-220, l’étude des particularités grammaticales et phonétiques du texte invite plutôt à le situer dans une fourchette chronologique plus large, avec de possibles copies successives liées aux réaménagements de cette zone portuaire.

  • 118 Chankowski 2012, p. 41-48.

104Une fois réexpliquée la clause qui posait problème et faisait croire à l’existence d’une décla-ration de prix fixé dès la déclaration douanière, la finalité de la loi apparaît clairement118. Elle définit précisément, pour des matériaux stratégiques — le bois et le charbon — qui pouvaient constituer l’une des spécialités de l’approvisionnement de la place de commerce délienne, le fonctionnement de l’emporion et son interaction avec la population installée dans l’île.

  • 119 Sur les papiers du navire, Bresson 2000, p. 131-150.
  • 120 Sur les équipements de la vente aux enchères à Délos, voir Moretti, Fincker, Chankowski 2012. Plus (...)
  • 121 Dans le registre fiscal du papyrus d’Éléphantine, datant de 475, Descat 2001, p. 128, note égalemen (...)

105La situation des importateurs qui, arrivés à Délos, débarquent leur cargaison et ne doivent vendre ni πλείονος, ni ἐλάσονος, ni « pour plus » ni « pour moins » que ce qu’ils ont déclaré, est comparable à un certain nombre de cas évoqués dans les affaires maritimes des plaidoyers civils du corpus démosthénien. L’évaluation de la cargaison, ou τίµηµα, qui était nécessaire au calcul de la taxe douanière ad valorem reposait, en effet, sur une déclaration que devait établir le marchand devant les pentekostologoi. Cette déclaration, qui s’appuyait sur une documentation écrite concernant à la fois le navire et sa cargaison, n’était pas une déclaration du prix de vente : il est beaucoup plus logique que la déclaration devant les pentekostologoi ait porté sur le coût d’achat de la cargaison, majoré des coûts de transport, car le prix auquel l’importateur avait acheté sa marchandise pouvait être prouvé par des documents119. C’est très probablement ce prix initial qui servait à déterminer la valeur de la marchandise, de même qu’aujourd’hui, les taxes douanières ad valorem sont calculées sur la valeur CIF (« Cost, Insurance, Freight ») comprenant le coût d’achat, l’assurance et les frais d’acheminement, distincte de la valeur FOB (« Free on Board »). La déclaration faite pour le paiement de la pentekostè ne pouvait donc contraindre le prix de vente, sauf en constituant un prix qui devait nécessairement être dépassé faute de voir l’entreprise perdre toute rentabilité. Les processus de vente eux-mêmes, qui faisaient une large place aux enchères, aux ventes à la criée et, pour la vente au détail, à la négociation entre le vendeur et l’acheteur, de même que la forme d’achat par contrat dans les transactions menées par le sanctuaire d’Apollon, vont d’ailleurs à l’encontre d’une hypothèse selon laquelle les prix auraient été fixés en amont du marché120. De plus, la déclaration douanière devait concerner la quantité globale de marchandises qui constituaient la cargaison, et non le prix unitaire : on voit mal comment, dans le cas contraire, les magistrats ou les fermiers d’impôts auraient pu procéder aux évaluations121. La déclaration ne dit donc pas le prix de vente, mais indique la quantité. Au contraire, le prix de vente, si jamais il devait être déclaré auprès des magistrats du port et de l’agora, devait être un prix unitaire.

106Ainsi, lorsque la loi stipule que les marchands ne devront vendre µήτε πλείονος µήτε ἐλάσονος ἢ ὅσου ἀπεγράψαντο, elle prend en considération une valeur globale déclarée devant les percepteurs de la taxe du cinquantième ou devant les agoranomes, qui correspondait nécessairement à une certaine quantité de marchandises. Les génitifs de prix πλείονος et ἐλάσονος correspondent littéralement à la formule « pour plus cher » ou « pour moins cher » c’est-à-dire « pour un plus grand montant » ou « pour un moins grand montant ». Lorsqu’un importateur débarquait une cargaison de 50 talents de bois pour une valeur totale déclarée de 80 dr., il devait vendre exactement cette quantité au marché. Il n’avait pas le droit de vendre « pour plus d’argent », c’est-à-dire pour une valeur globale plus élevée, par exemple en acquérant sur place d’autres stocks de marchandises : en effet, si jamais il parvenait à acheter à Délos un second stock de 50 talents de bois, il pouvait vendre alors une quantité double, soit « pour 160 dr. » et c’est ce que la loi cherchait à interdire. Il n’avait pas non plus le droit de vendre « pour moins d’argent » en confiant une partie de sa cargaison à un intermédiaire, si bien que lui-même n’aurait vendu que la moitié de sa cargaison, c’est-à-dire « pour 40 dr. ».

  • 122 Chankowski 2012, p. 40.

107Ce sont précisément ces comportements que la loi cherche à interdire dans les clauses qui précèdent, empêchant la revente en envisageant tous les cas possibles d’accaparement des marchandises à des fins spéculatives : revendre après avoir acheté sur place, revendre après avoir rembarqué ses marchandises, revendre après avoir rassemblé plusieurs lots (acquis par soi-même ou par d’autres) se trouvant sur le port, vendre à des intermédiaires122.

  • 123 Voir infra p. 287-290. Sur la possible répartition de l’espace entre l’agora et l’emporion, visible (...)
  • 124 Voir Descat 2002 sur l’information économique.

108À Délos, les espaces de vente étaient reliés les uns aux autres. La contiguïté de l’agora des Déliens avec les espaces de déchargement ne permettait pas de séparer aussi nettement qu’entre Le Pirée et Athènes l’activité de l’emporion de celle de l’agora de la cité123. Néanmoins, il importait aux Déliens de contrôler que les cargaisons vendues sur le marché étaient bien identiques en quantité aux cargaisons déclarées à la douane : un importateur aurait pu déclarer sa propre cargaison, puis lui adjoindre des achats faits à Délos, auprès d’autres vendeurs ou aux enchères publiques, et concentrer ainsi de grandes quantités entre ses mains afin de spéculer et de les revendre à un prix plus élevé. Il aurait pu aussi, après avoir déclaré sa cargaison, n’en porter qu’une petite partie sur le marché et s’entendre avec d’autres marchands qui concentraient entre leurs mains de plus grandes quantités. Cette entente entre marchands, fondée sur la circulation de l’information économique, était de nature à favoriser la spéculation, comme le montre l’exemple bien connu de Cléomène de Naucratis124. Interdire de rassembler des lots de différentes origines pour les revendre, exiger que les vendeurs soient les importateurs en personne, contrôler qu’une partie des marchandises ne soit pas détournée entre le débarquement et la vente étaient des moyens efficaces de lutte contre des pratiques de spéculation et de monopole, mis en œuvre par la loi délienne.

109Restait tout de même pour l’importateur la possibilité de stocker sa marchandise : la loi ne concerne que les marchandises qui étaient déclarées pour la vente (seul le πωλεῖν importe) et dans un lieu précis, le marché au bois, en utilisant les emplacements dévolus à ces ventes. Elle ne s’exprime pas sur les activités de ceux qui faisaient entrer à Délos, en payant les taxes douanières appropriées, du bois et du charbon pour le stocker et le vendre ultérieurement, en boutique ou sur contrat avec le sanctuaire. La loi ne portait pas atteinte à ces pratiques de stockage mais elle obligeait à une forme de traçabilité des cargaisons de bois et de charbon, sur la base des archives constituées par les pentekostologoi et les agoranomes qui enregistraient les déclarations des vendeurs. La marchandise stockée, si elle était vendue ultérieurement sur le marché au bois, devait être soumise à la même obligation de ne vendre que la quantité qui avait été initialement déclarée pour l’importation. Or des activités de commerce et de stockage du bois et d’autres denrées étaient aussi pratiquées par les Déliens eux-mêmes qui devaient y trouver d’importantes formes d’enrichissement, tout en étant, probablement dès le iiie s., concurrencés par des marchands étrangers.

110À une époque où les pratiques de stockage commençaient à prendre de l’ampleur à Délos, c’est bien les quantités qu’il importait avant tout de contrôler, car elles avaient une incidence directe sur les prix. La loi restait à l’avantage des marchands installés sur place, Déliens ou étrangers, qui pouvaient concilier les possibilités de stockage avec l’obligation faite aux importateurs de vendre eux-mêmes leurs cargaisons. Mais elle s’opposait à une activité de spéculateurs et de revendeurs organisés en réseau, qui auraient pu chercher à profiter des infrastructures déliennes pour s’enrichir. Aussi faut-il se demander si la loi, qui protégeait certes les consommateurs de hausses des prix excessives et anarchiques, n’était pas aussi motivée par la volonté de protéger les activités d’une partie de ces citoyens impliqués dans le commerce du bois pour l’approvisionnement du sanctuaire et du marché délien, contre le développement d’une classe de revendeurs-spéculateurs, qui pouvaient d’ailleurs être tout aussi bien Déliens qu’étrangers.

  • 125 La pratique du regroupement de lots transparaît d’ailleurs à travers le terme συναγορασµένον employ (...)

111La loi s’inscrit manifestement dans le contexte du développement du commerce de transit à Délos, qui avait dû susciter des activités de spéculation dans le commerce de ces deux produits, pour lesquels il fallait assurer à la fois l’approvisionnement du sanctuaire et celui de la population tout en maintenant des conditions favorables au commerce de transit. Elle vise à créer les conditions d’un marché durable, en évitant de faire de l’île un lieu de spéculation. On pouvait venir chercher à Délos pour une autre destination une cargaison de bois et de charbon que l’on constituait par le regroupement de lots de diverses provenances (importation, ventes locales par le biais des enchères, ventes issues du stockage)125. Mais l’accaparement de cargaisons pour la revente sur place était prohibé. La cité délienne tentait ainsi de concilier, par son autorité, des intérêts divers : ceux de l’approvisionnement du sanctuaire et de la population, ceux d’une partie des Déliens engagés dans des affaires commerciales et financières, ceux du développement du port de commerce qui lui assurait des rentrées fiscales.

112Or l’activité qui transparaît dans le domaine du commerce du bois et du charbon à travers cette loi est également visible pour le commerce du blé et, dans une moindre mesure, des esclaves, dès le iiie s., à travers d’autres sources.

Le développement de l’emporion délien

113Dans les diverses interprétations des données déliennes, le rôle de Délos fluctue entre celui de grand centre de commerce égéen, ou bien de point secondaire de réseau dans un système d’échanges sous l’autorité rhodienne, ou encore de centre de redistribution cycladique.

  • 126 Cherry, Davis, Mantzourani 1991 ; Brun 1996 ; Dalongeville, Rougemont 1993 ; Brunet 1999. Voir égal (...)
  • 127 Reger 1994a, p. 109.
  • 128 Horden, Purcell 2000.

114Les modèles interprétatifs sous-jacents priment largement sur la contextualisation des sources utilisées, les comptes des hiéropes. Dans ces modèles, deux images jouent aussi un rôle déterminant et parfois contradictoire : celle du port franc qui succède à la Délos indépendante, et dont les uns s’inspirent pour reconstituer le fonctionnement économique du iiie s. tandis que d’autres y voient une profonde césure de nature politique ; la spécificité cycladique, mise au jour dans plusieurs travaux récents qui ont révélé des économies agricoles productives contrastant avec l’apparente aridité de ces sols insulaires et leur image miséreuse dans la littérature antique126. En mettant en avant un régionalisme cycladique dans lequel les Cyclades sont autosuffisantes pour leur approvisionnement et Délos nourrie par les excédents des îles voisines127, G. Reger est largement l’héritier de cette tradition historiographique qui, dès les années 1970, voit émerger une série d’études d’histoire et d’archéologie qui ont contribué à montrer l’unité et la cohérence de cet espace insulaire, à démontrer la vitalité des productions agricoles et artisanales cycladiques et leur relative capacité d’autosuffisance, en même temps que les transformations anthropiques du paysage sous l’effet d’une intense activité agricole dès l’Antiquité. Aussi l’idée du régionalisme cycladique, dont la conclusion est une réduction de l’échelle des activités économiques menées à Délos en réaction à une interprétation plus méditerranéenne qualifiée de modernisante, apparaît-elle comme la traduction épigraphique, lue dans les comptes des hiéropes, de ce renouvellement de la vision des économies cycladiques. Pourtant, si la vitalité des sociétés insulaires est aujourd’hui bien démontrée, l’articulation de leurs activités économiques, dans une Méditerranée de la « connectivité »128, reste à préciser.

  • 129 En ce sens, les Cyclades sont incontestablement des « stepping stones » pour les pouvoirs militaire (...)

115Plutôt qu’une cohérence cycladique, l’analyse de l’administration délienne dans les comptes des hiéropes fait apparaître la grande porosité de cet espace insulaire aux influences extérieures, qu’il s’agisse des phénomènes monétaires et métrologiques ou des faits militaires129. Elle montre aussi le caractère structurant de Délos, à la fois en raison de sa neutralité et de sa richesse, dans un espace qui ne saurait se réduire aux seules Cyclades. Plus qu’une exception anormale dans un ensemble géographique cycladique qui serait cohérent, Délos est un centre. Aussi convient-il de tenter d’en réévaluer l’importance, à la lumière de ce que nous apprend le contexte administratif, financier et monétaire des comptes des hiéropes d’une part, et du témoignage des vestiges archéologiques d’autre part.

Le volume des échanges

La pentekostè délienne

  • 130 Voir supra chapitre III p. 154-155.

116Une seule source, essentiellement, apporte une information ténue sur le volume des échanges, mais son interprétation dépend de nombreux paramètres incertains : il s’agit des mentions de la taxe douanière de la pentekostè dans les comptes des hiéropes. Celle-ci ne figure qu’à quelques reprises dans les comptes de la première moitié du iiie s., parce qu’elle sert, avec d’autres revenus civiques, à rembourser les sommes empruntées à la caisse sacrée. Par la suite, comme on l’a vu, d’autres sources de revenus, à commencer par les loyers des nouveaux portiques de l’agora, seront affectées à ce poste budgétaire130.

  • 131 Vial 1984, p. 339-340 et n. 105. Sur l’interprétation de la pentekostè astia, voir également Larsen(...)

117L’idée d’une croissance des activités de redistribution à partir du milieu du iiie s. à Délos a d’abord été mise en évidence à travers une analyse de la pentekostè astia mentionnée dans le compte de l’année 250 (IG XI 2, 287, A, l. 9) à la faveur d’un remboursement de la caisse publique à la caisse sacrée. Puisque son montant, de 5 250 dr., est de deux tiers inférieur au montant de la pentekostè mentionnée dans des comptes antérieurs (14 200 dr. en 279 : IG XI 2, 161, A, l. 26 ; 17 900 en 278 : IG XI 2, 162, A, l. 29-30), les commentateurs en ont conclu qu’il devait s’agir de la partie de la taxe du cinquantième qui concernait les marchandises destinées à la ville (astu), donc à la vente sur l’agora de Délos, ou les marchandises produites par la cité et qui en sortaient pour être vendues à l’extérieur. On pourrait donc en déduire que les deux tiers du commerce délien consistaient en commerce de transit131.

  • 132 Voir supra chapitre III p. 150-152.

118Cette conclusion dépend d’abord de l’interprétation que l’on donne à la formule πεντηκοστῆς τῆς ἀστίας. Or, comme le suggère un passage des Économiques du Pseudo-Aristote (1345 a = I, 6, 7) la pentekostè astia à Délos pourrait plutôt désigner la taxe douanière payée par les citoyens sur les importations, par opposition à celle que payaient les xenoi. La dénomination ne porterait pas tant sur la destination des marchandises que sur le statut des payeurs, et le chiffre enregistré dans les remboursements au sanctuaire témoignerait en tout cas de l’implication forte des Déliens, au milieu du iiie s., dans les activités commerciales aux côtés d’importateurs étrangers132.

  • 133 Vial 1984, p. 234-235.
  • 134 Lytle 2013, p. 298.

119Une autre question est celle de savoir si les montants du produit de la pentekostè, indiqués dans les comptes des hiéropes au titre des remboursements de prêts, constituent la totalité de la taxe perçue par la cité, ou seulement une partie qu’elle consacrerait au remboursement. Or, lorsque ces taxes sont versées dans la caisse sacrée, elles sont parfois accompagnées d’un revenu complémentaire, les épônia, que versaient les fermiers des taxes133. À quatre reprises, entre 279 et 250, les hiéropes indiquent qu’ils ont aussi reçu le montant des épônia (IG XI 2, 161, A, l. 26-27 ; 162, A, l. 30 ; 199, A, l. 16 ; 287, A, l. 10) pour un ensemble de taxes. Seul le chiffre de l’année 250 (IG XI 2, 287, A, l. 10) est donné séparément du montant de la taxe elle-même et fournit précisément un rapport de 5 % (445 dr. d’épônia pour 8 900 dr. de contrats affermés). Dans ce cas unique, on peut avoir la certitude que la totalité du revenu de la cité a été versé en remboursement à la caisse sacrée134. Mais cette mention de la pentekostè astia, puisqu’elle est unique, est comparée au revenu total de la pentekostè enregistré dans les années 280 : rien n’assure de la permanence du chiffre de la recette, sauf si l’on veut prouver, précisément, qu’il n’existe pas d’activité de commerce de transit importante avant 250.

120Encore faut-il prendre en compte le fait que le montant versé par les fermiers n’était pas le montant exact des taxes perçues, mais la somme encaissée par la cité au titre du contrat d’affermage, le fermier assumant risques et profits. L’évaluation du produit réel peut donc être supérieure au chiffre enregistré dans les comptes.

121On le voit, les possibilités d’asseoir des preuves sur cette base paraissent désespérées.

L’ellimenion rhodien

  • 135 Casson 1984 ; Vial 1984, p. 339-340 ; Reger 1994a, p. 256 : « Delos practically vanishes compared t (...)
  • 136 Voir supra chapitre III p. 150-152 pour les références épigraphiques.
  • 137 Badoud 2014, p. 182-183.
  • 138 Chankowski 2007, p. 313-319. Carrara 2014 pour une discussion sur le terme ellimenion.
  • 139 Chankowski 2008a, p. 295-308 ; Migeotte 2014, p. 659-662.

122Pourtant, la faiblesse des montants conservés a été soulignée à plusieurs reprises, en comparaison avec le témoignage de Polybe sur le commerce rhodien135 : les revenus portuaires de Rhodes après 166 (Polybe, XXX, 31, 10-12) représenteraient encore presque dix fois le produit de la pentekostè de Délos d’après les comptes des hiéropes dans les années 280136. Mais d’une part, le décalage chronologique d’un siècle rend la comparaison peu pertinente, étant donné les changements qu’ont connus les Déliens au cours du iiie s. et dont les comptes des hiéropes offrent quelques reflets. D’autre part, il convient d’établir soigneusement les termes de la comparaison. Selon la récente interprétation du passage de Polybe par N. Badoud à la lumière des inscriptions rhodiennes, il faut comprendre que la plainte des Rhodiens au Sénat romain concerne la totalité des revenus portuaires (ἡ τοῦ λιµένος πρόσοδος), car c’est l’ensemble de l’administration des affaires rhodiennes qui était passée sous le contrôle de Rome137. Le revenu dont parle ensuite le Rhodien Astymédès devant le Sénat romain, est un exemple qui prouve la vérité de son propos (ὅτι δὲ τοῦτ’ἔστιν ἀληθὲς οὐ δυσχερὲς καταµαθεῖν). Il illustre son affirmation par le cas de l’ellimenion, qui rapportait, avant la création du port franc de Délos et la prise de contrôle des revenus portuaires de Rhodes par Rome, un million de drachmes par affermage. La définition de cette taxe, qui a souvent été assimilée par les commentateurs à l’expression générale d’un revenu portuaire, est plus précise : le terme désigne ailleurs la taxe d’usage du port et non une taxe douanière à proprement parler. Le critère de l’ellimenion comme taxe d’usage, qui permettait donc d’évaluer le commerce de transit, était d’ailleurs pertinent dans l’analyse des Rhodiens pour démontrer la fréquentation accrue du port franc délien à leur détriment138. Le discours du Rhodien, en revanche, ne dit rien sur le volume de la pentekostè. Les taxes portuaires déliennes, que nous ne connaissons que par les remboursements de prêts de la cité au sanctuaire et par les inscriptions d’époque classique139, ne comprennent pas la dénomination d’ellimenion, ce qui ruine tout espoir de comparaison terme à terme.

123Il faut à tout le moins souligner que les éléments pour affirmer ou infirmer la faiblesse du commerce délien par une mesure précise de son volume, comparé à celui de Rhodes avant 166, échappent à l’argumentation. C’est plutôt la complémentarité entre les deux ports, celui de Rhodes et celui de Délos, qu’il faut explorer, en précisant par d’autres moyens la nature des activités commerciales menées à Délos.

L’activité de commerce de transit

  • 140 Reger 1994a, p. 163-164, à propos de la possible diminution des amphores rhodiennes à Délos au cour (...)
  • 141 Reger 1994a, p. 118-121.

124Force est de constater que l’on connaît beaucoup mieux la réalité administrative délienne que la réalité économique. À cela s’ajoute la nature particulière d’un commerce de transit, par définition peu décelable archéologiquement, si ce n’est à travers l’étude d’épaves, pour l’instant presque inexistante dans l’archéologie délienne : puisque les marchandises en transit repartent vers une autre destination, elles laissent peu de traces sur le site, et de ce point de vue, l’évolution du nombre d’amphores rhodiennes, par exemple, n’est significatif que de la consommation locale140. En raison du caractère ténu des indices, l’analyse de l’activité commerciale de Délos, lorsqu’elle est menée en termes d’échelle, se prête à des interprétations contradictoires en fonction du modèle interprétatif choisi. Pour mettre en évidence le cadre cycladique des échanges, G. Reger a ainsi favorisé des explications évènementielles plus que structurelles de la présence de sitônai étrangers à Délos ou d’interventions de pouvoirs militaires dans des questions d’approvisionnement dans le port de l’île : c’est tantôt une disette qui mène des sitônai étrangers à Délos, tantôt le besoin ponctuel d’un lieu de dépôt pour les armées qui explique la mention de Délos sur des routes maritimes égéennes141.

125La question du rôle de Délos comme centre d’approvisionnement est, de ce point de vue, emblématique des divergences de modèles hérités dans les points de vue des commentateurs, tant les données sont fragmentaires et difficiles à relier entre elles.

Les indices du commerce du grain

  • 142 Le dossier du commerce du grain est repris en détail par Reger 1994a, p. 83-126, et Reger 1993, ave (...)

126Les attestations relatives au commerce du grain constituent le premier indice pour analyser le rôle de l’emporion délien dans les échanges : existe-t-il des témoignages permettant de conclure que des cargaisons sont débarquées puis redirigées à partir de Délos, qui servirait alors de point de rupture de charge sur des routes maritimes, vers d’autres destinations142 ?

  • 143 Erdkamp 2005 ; Virlouvet 2018 ; Chankowski 2018a ; Chankowski 2020.
  • 144 Voir supra chapitre III p. 163-168.
  • 145 Stroud 1998.

127Il convient dans un premier temps d’éclairer cette question en partant de nouvelles données que fournissent des travaux récents sur le stockage et le commerce du grain. D’abord développées pour le monde romain et plus récemment pour le monde grec, ils apportent un premier enseignement sur la durée du stockage du grain, qui n’est jamais supérieure à un an143. Ce constat va de pair avec les informations dont on dispose sur les fonds d’achat de grain public dans les cités grecques : celui de Délos institué à la fin du iiie s. parvenait à faire tourner le capital trois fois dans l’année, ce qui témoigne à la fois de courtes durées de stockage grâce à un écoulement rapide des stocks — la revente au détail permettant de reconstituer le capital investi dans l’achat en gros — et d’un approvisionnement facile d’accès144. Ces conditions de stockage de courte durée expliquent, non seulement à Délos mais dans bien des cités du monde grec, le peu d’attestations de lieux de stockage spécifiques, ce qui signifie probablement que très peu d’infrastructures supplémentaires étaient nécessaires à ces dispositifs. La loi athénienne sur le blé des îles a ainsi révélé que c’est le sanctuaire d’Éaque qui servait de lieu de stockage, et l’une des clauses de la loi prévoit la construction d’un dispositif de fermeture145.

  • 146 Reger 1994a, p. 116 (citation de E. Badian, ZPE 79 [1989], p. 59).

128Les comptes des hiéropes révèlent une situation identique à Délos quand, en 281 (IG XI 2, 159, A, l. 53-54), ils enregistrent un paiement à deux artisans chargés de fournir et d’installer des clés (κλεῖδας ποιήσασι καὶ ἐπιθεῖσι) pour le bâtiment où est stocké le blé. La date, qui correspond à d’autres attestations de présence ptolémaïque à Délos, avait conduit les éditeurs du corpus à restituer dans ce passage, pour le nom du lieu, [οὗ ὁ πτολεµαϊ?]κὸς σῖτος ἔκειτο, « là où est entreposé le blé ptolémaïque ». G. Reger est parfaitement justifié à considérer qu’il s’agit avec cette restitution d’une « history from square brackets »146, alors que de nombreuses autres solutions sont possibles pour combler la lacune (δηµοτικός, πολιτικός, ἀγοραστικός, ξενικός). La même année, la cité a fait un emprunt important dans la caisse sacrée, que les hiéropes signalent dans la transmission, et il s’agit probablement là des premières attestations du fonctionnement d’un fonds d’achat de grain qui, pour lors, s’appuie encore sur les emprunts publics à la caisse sacrée.

  • 147 Ce sont principalement les fouilles des quartiers du ier s. qui ont livré des vestiges de boulanger (...)

129Le fait même que Délos ait besoin, au fil des années, de constituer ce fonds d’achat de grain public en améliorant progressivement son dispositif peut être interprété de deux manières : soit l’île ne dispose d’aucun approvisionnement particulier qui puisse dispenser les Déliens d’agir comme le font d’autres communautés civiques, soit au contraire elle dispose d’un emporion dont l’activité commerciale, la juridiction, l’organisation en fait un monde distinct de l’agora, comme on le sait pour Le Pirée et Athènes à l’époque classique. Dans ce dernier cas, il n’est pas question pour le particulier d’aller s’approvisionner dans l’emporion, qui est le lieu de transactions des importateurs, des financiers et des grossistes. La cité de Délos, comme de nombreuses autres cités hellénistiques, assume ce service public qui consiste à offrir à ses citoyens des prix de marché équilibrés, par la revente sur l’agora du grain acheté par la sitônia. Pour le reste de l’année, c’est auprès de revendeurs boutiquiers que les Déliens se fournissaient, probablement d’ailleurs sous la forme de produits déjà transformés, pour le pain147.

  • 148 Shear 1978, l. 53-55 et commentaire p. 30-32 ; IG II3 1, 911, l. 53-55. Pour la date, Habicht 2006, (...)
  • 149 Reger 1994a, p. 117-118.

130Or un autre témoignage conforte l’existence d’un emporion de redistribution du grain dès la première moitié du iiie s. : dans un passage du décret athénien pour Callias de Sphettos, Délos est mentionnée comme point central entre Alexandrie et Athènes pour la fourniture de blé aux Athéniens148. Au service des Ptolémées dès les années 290, Kallias est honoré par les Athéniens en 269 dans le contexte du conflit qui oppose les Ptolémées aux Antigonides voulant maintenir leur contrôle sur Athènes et qui aboutit l’année suivante à la guerre de Chrèmonidès. Le passage des considérants du décret pour Kallias précise qu’ayant rencontré le roi Ptolémée II à Chypre où il s’était rendu en ambassade pour défendre la cause athénienne, il obtint pour le peuple athénien un don de 50 talents d’argent « et de 20 000 médimnes de blé, qui furent mesurés à Délos à ceux que le peuple avait envoyés » (πυρῶν δὲ δισµυρίους µεδίµνους δωρεάν, οἳ παρεµετρήθησαν ἐγ Δήλου τοῖς ἀποσταλεῖσιν ὑπὸ τοῦ δήµου·). Délos apparaît donc bien là comme un entrepôt de redistribution pour le commerce du blé lagide : l’ordre de Ptolémée II libère gratuitement pour les Athéniens des stocks qui, en temps ordinaire, sont vendus aux sitônai ou aux marchands redistributeurs de grain dans des achats de gros. Mais pour conforter la thèse d’une échelle régionale des échanges, selon laquelle Délos ne jouerait pas ce rôle de centre de commerce égéen, qui plus est si tôt dans le iiie s., G. Reger a défendu une interprétation purement militaire de cet épisode : Délos ne serait pas un lieu de stockage régulier du blé égyptien à des fins commerciales, mais simplement le lieu du transfert de blé venu de Chypre aux envoyés athéniens, à partir d’un dépôt militaire ponctuel : « Grain was probably stockpiled for use of the troops that liberated Athens in 287 B.C. »149. Cette explication se heurte pourtant au texte grec, qui dit explicitement que ce blé fut « mesuré à Délos » (παρεµετρήθησαν ἐγ Δήλου) pour les envoyés athéniens, un vocabulaire qui est précisément celui des infrastructures de stockage.

  • 150 Étienne 2011, p. 19-20 ; contra Bresson 2014 p. 517-518 ; voir supra chapitre IV p. 192. Pour Reger(...)
  • 151 L’argument de Reger 1994a, p. 123, selon lequel le rôle local de Délos comme fournisseur pour les C (...)

131Il n’en demeure pas moins vrai que, géographiquement, les Cyclades constituent, pour les pouvoirs militaires, des étapes d’approvisionnement et des lieux de garnisons dans des expéditions militaires plus lointaines. Au début du iie s., ce sont les troupes romaines et antigonides qui utilisent les Cyclades comme étape et lieu de garnison, si bien que certains ont voulu voir dans la transaction réalisée par le banquier Timôn auprès des Nèsiotes (IG XII 5, 816) le reflet du passage des quatre légions romaines vers l’Asie mineure, Timôn étant alors l’un des financiers accompagnant les armées romaines dans la guerre antiochique150. Mais ce qui est vrai pour les armées peut, justement, l’être aussi pour les infrastructures commerciales, d’autant plus que les pouvoirs militaires avaient tout intérêt à profiter de circuits déjà existants et que la neutralité délienne devait leur permettre de bénéficier de l’approvisionnement de l’emporion délien. Ainsi, à l’inverse de la thèse régionaliste, il faudrait plutôt penser que la demande militaire avait contribué à faire croître l’activité de Délos comme centre de redistribution égéen151.

132L’utilisation de Délos comme l’un des centres de redistribution pour le blé d’Égypte en mer Égée concorde avec le rôle des premiers Ptolémées dans l’économie égéenne, telle que nous l’avons décelé à travers la métrologie. Le témoignage du décret de Callias invite aussi, une fois encore, à considérer que Délos joue ce rôle de centre égéen dès le début du iiie s., dans la continuité de ce qui devait être son statut d’emporion sous la tutelle athénienne au ive s.

  • 152 Voir supra chapitre I p. 18 sur ce texte. Pour Reger 1994a, p. 118, le blé saisi « was being moved (...)
  • 153 Reger 1994a p. 119-123 : « Despite the closeness in date of this text (IG XI 4, 666) to the Histiai (...)

133Un autre décret vient conforter le caractère précoce de l’activité économique et financière à Délos : à la même date, vers 280, le décret d’une cité inconnue pour le Délien Mnèsalkos (IG XI 4, 1049) qui avait aidé des sitônai à recouvrer une cargaison de blé qu’ils venaient chercher à Délos et qui avait été saisie par leurs créanciers déliens. Ce document montre, d’une part, que des sitônai se rendaient à Délos dès cette date, d’autre part que des cités fréquentaient la place de commerce délienne pour y trouver des capitaux à emprunter, tout comme le feront, un siècle plus tard, les sitônai de la Confédération des Insulaires en venant trouver le banquier Timôn de Syracuse à Délos152. Un autre décret exposé à Délos mentionne, vers 230-220, des sitônai d’Histiée qui parviennent, à Délos même, à obtenir d’un financier rhodien, Athénodôros, un prêt d’argent sans intérêts et lui confèrent des honneurs (IG XI 4, 1055). Dans les mêmes années, un certain Aristoboulos de Thessalonique, envoyé de Démétrios II, est également sitônès du roi à Délos, où il est honoré par les Déliens (IG XI 4, 666). Ces sitônai savaient donc qu’à Délos, ils pouvaient trouver à négocier une cargaison de grain, éventuellement aussi un financement pour le payer. G. Reger entend disjoindre ces témoignages et les associer à des disettes ponctuelles, pour admettre finalement le rôle de redistribution de Délos mais seulement à partir des années 230 et dans un cadre étroitement cycladique, donc marginal à l’échelle égéenne153. Au contraire, la conjonction entre l’approvisionnement en blé et la recherche de capitaux est bien visible dans ces documents qui, à des dates différentes, témoignent du rôle continu de Délos comme centre de ressources. Et ce qui est vrai pour les cités l’est aussi pour les armées.

Les esclaves

  • 154 Sur cette famille, Vial 1984, p. 32-34.
  • 155 Strabon, XIV, 5, 2, au sujet du marché aux esclaves de Délos au ier s. : « Holà marchand, aborde, d (...)
  • 156 Voir infra p. 288 pour la localisation de ce commerce.

134Un autre décret évoque cette fois le rôle précoce de Délos dans le commerce des esclaves (IG XI 2, 1054 complété par SEG III, 666). Il s’agit d’un décret de la cité de Théangéla, exposé à Délos et daté vers 230-220. Il honore un Délien, Sèmos fils de Kosmiadès, qui est peut-être l’un des deux seuls auteurs déliens connus, auteur d’une Dèliade et qui avait aussi exercé plusieurs charges civiques dans sa cité154. Celui-ci avait acheté à Délos des femmes de Théangéla de Carie qui avaient été capturées lors d’une razzia de pirates sur la côte carienne. Les ayant bien traitées et leur ayant permis de retourner dans leur patrie, il en obtint le droit de cité. Ce témoignage isolé sur le marché aux esclaves de Délos ne permet pas d’avoir la certitude que la vente d’esclaves vers 230-220 soit à placer dans la continuité de l’activité du marché délien décrite par Strabon à l’époque du port franc155. Mais il assure que c’est vers Délos que se tournaient les marchands pour écouler leurs prises156.

  • 157 Reger 1994a, p. 41 et 261-263.
  • 158 Sur les relations entre Rhodes et la piraterie, voir l’analyse de Gabrielsen 2001.

135G. Reger remarque que cette activité de piraterie correspond à la période de vacances des pouvoirs et voit en même temps dans les décrets pour Nabis de Sparte (IG XI 4, 716) et l’Étolien Boukris (IG XI 4, 692) le signe d’une collaboration entre les insulaires et les entreprises de piraterie durant cette période157. Il donne là une explication de nature économique qu’il récuse pourtant pour d’autres textes, mais l’interprétation paraît peu probable : il faut plutôt voir dans ces deux décrets pour le Spartiate et l’Étolien l’expression récurrente de la neutralité délienne. C’est plutôt le rôle de Rhodes, dans ces activités de commerce largement fondées sur l’exploitation de la piraterie qu’elle combat en même temps, qui est à interroger dans ce contexte158.

L’ateleia

  • 159 Reger 1994a, p. 68 et 119.
  • 160 Vial 1984, p. 341. Voir également l’étude récente de Constantakopoulou 2017, p. 152-154.

136Pour G. Reger, un seul décret de proxénie de nature commerciale figure dans le corpus délien, en faveur de Dionysios de Byzance qui fut honoré dans la première moitié du iiie s. par les Déliens pour avoir fourni du blé au prix demandé par le peuple (IG XI 4, 627)159. S’il est exact que la cité d’origine du personnage honoré ne garantit pas l’origine de sa cargaison, rien n’assure non plus que d’autres décrets déliens en faveur de bienfaiteurs n’aient pas été votés pour des raisons commerciales. Cl. Vial avait d’ailleurs déjà remarqué le nombre important de décrets déliens en l’honneur de ressortissants de la mer Noire et des Détroits, ce qui ne saurait s’expliquer uniquement par des raisons religieuses160. Contrairement aux autres cités, les considérants des décrets de Délos sont étonnamment succincts, se contentant de mentionner de manière répétitive la bienfaisance envers le sanctuaire et la cité sans plus de précisions, peut-être parce que la neutralité délienne obligeait la cité à ne pas exposer trop ouvertement les motifs des honneurs qu’elle conférait.

  • 161 Voir également la base de données de W. Mack, Proxeny Networks of the Ancient World. A Database of (...)
  • 162 Chankowski 2012 et Annexe 4.

137Mais il est intéressant de constater que les Déliens ont, durant l’Indépendance, utilisé d’une manière particulière la gamme des honneurs dont ils disposaient envers les étrangers : dans les quelque cinq cents décrets émanant de la cité délienne entre 314 et 167, parfois fragmentaires, un sur cinq comporte une clause d’ateleia conservée161. C’est donc un honneur que les Déliens ont fréquemment octroyé à ceux qu’ils intégraient parmi les bienfaiteurs de la cité et du sanctuaire : probablement ces bienfaiteurs étaient-ils aussi, par leur activité, particulièrement concernés par ce privilège. La loi sur la vente du bois et du charbon (ID 509) présente d’ailleurs un passage qui traite uniquement des ateleis, ce qui montre l’importance de cette catégorie dans l’activité du port délien162. Ces décrets sont très mal datés et ne pourraient l’être plus précisément que par une étude des mains de graveur qui permettrait de les situer dans une chronologie plus fine à l’intérieur de la période de l’Indépendance. Il est donc difficile pour l’instant de savoir si l’octroi de l’ateleia fut régulier au cours de la période considérée ou bien s’il apparut à un moment particulier. Quelques indices permettent toutefois d’émettre une hypothèse sur la chronologie.

  • 163 Bresson 2008, p. 82-83.
  • 164 Voir supra chapitre III p. 000.
  • 165 Commentaire ad IG XI 4, 627.

138A. Bresson a considéré que les Déliens se seraient eux-mêmes exemptés des taxes douanières, en plus de l’ateleia qu’ils conféraient fréquemment aux étrangers. Il en veut pour preuve le fait que le décret pour Dionysios de Byzance (IG XI 4, 627) lui confère, non l’ateleia mais l’isoteleia, le mettant ainsi fiscalement sur pied d’égalité avec les Déliens163. Cette ateleia des Déliens serait en contradiction avec la mention d’une pentekostè astia qui, si notre interprétation est justifiée, concernait au contraire les paiements douaniers des citoyens164. Mais la pentekostè astia n’est plus mentionnée après 250 et l’on ignore si cette recette a perduré, puisque la cité ne l’utilise plus dans ses remboursements au sanctuaire. Elle dispose en effet, à cette date, de nouvelles rentrées d’argent avec les loyers de l’agora et peut alors se permettre d’être plus généreuse dans l’attribution des privilèges en renonçant à des rentrées fiscales. Le décret pour Dionysios de Byzance est daté par la paléographie de la première moitié du iiie s. et semble même faire partie, selon ces critères, des décrets du début de l’Indépendance165. Sous réserve d’une datation plus précise de l’ensemble de décrets déliens, il est possible d’envisager que la politique fiscale de Délos ait été modifiée vers le milieu du iiie s., en lien avec la croissance de l’économie portuaire et l’implication sans doute grandissante des Déliens dans l’activité commerciale qui en découlait. L’isoteleia octroyée à Dionysios de Byzance correspondrait à une première phase au début du iiie s., parallèlement à l’existence d’une pentekostè astia due par les citoyens importateurs ou exportateurs. Les Déliens auraient ultérieurement élargi l’accès à l’ateleia, en en faisant probablement bénéficier aussi leurs propres citoyens.

  • 166 Chankowski 2018a, p. 33-34.
  • 167 Chankowski 2014a et supra chapitre IV p. 229.

139Quelques soient les apories sur la chronologie, ce large déploiement de la concession de l’ateleia dans les décrets honorifiques signifie que Délos, au iiie s. et dans la première moitié du iie s., par ses choix de politique honorifique, fonctionnait d’une certaine manière et par anticipation comme un port franc pour une bonne partie des étrangers qui fréquentaient la place de commerce166. Allant dans le même sens, l’absence de charges bancaires, comme nous l’avons supposé, préfigurait aussi la situation d’ateleia de 167167.

Les infrastructures du commerce

  • 168 Plusieurs programmes sont actuellement en cours à l’École française d’Athènes.

140Cette activité de l’emporion s’appuie sur des infrastructures et des constructions qui viennent conforter le témoignage des sources épigraphiques. Au cours du iiie s., la façade portuaire de Délos est en permanence en chantier et connaît des transformations profondes. En attendant la reprise d’une étude globale sur le port de Délos168, il est possible d’en tracer quelques caractéristiques (fig. 7).

Fig. 7 — Plan des principales zones de commerce de Délos.

Fig. 7 — Plan des principales zones de commerce de Délos.

Moretti, Fincker 2016, fig. 1

L’Agora des Déliens

  • 169 Marc 2000.

141À l’époque classique, l’espace central des activités commerciales est une vaste place qui s’étend alors au Sud du sanctuaire d’Apollon jusqu’au front de mer169. Cette place (GD 84) est appelée par les archéologues Agora des Déliens car elle comporte plusieurs monuments portant des dédicaces de l’Indépendance. Elle est la seule agora de Délos durant l’Indépendance et c’est sur cette place qu’ont lieu les transactions, en particulier les ventes aux enchères et les adjudications, que les hiéropes mentionnent parfois ὑπὸ κήρυκος ἐν τῆι ἀγορᾶι (IG XI 2, 145, l. 11 et 18 ; 146, A, l. 44 ; 162, A, l. 43 ; 199, D, l. 40-46 ; ID 290, l. 114) jusque vers le milieu du iiie s.

  • 170 Voir le commentaire de P. Roussel à ID 1709, qui évoque les autres hypothèses (fabricants d’Hermès, (...)
  • 171 Pennacchietti 1966-1967 et Bull. 1971, 648 et 652.
  • 172 Robert 1929, p. 32-38.
  • 173 Voir Coarelli 2016 qui maintient son interprétation, et le compte rendu critique de Chankowski 2018 (...)

142Cette Agora des Déliens est nommée Tétragone dans deux dédicaces de la seconde domination athénienne (ID 1709 pour l’épimélète de l’île et ID 1725 pour le banquier Marius Gerillanus). L’expression οἱ τὴν τετράγωνον ἐργαζόµενοι qui désigne les auteurs de ces dédicaces, longuement débattue, est comprise comme la désignation de commerçants installés sur cette agora170. Cette formule qui fait usage du verbe ἐργάζεσθαι pour désigner les métiers du commerce de détail n’est pourtant pas courante. Le terme d’ergasia apparaît à plusieurs reprises dans les inscriptions funéraires d’Hiérapolis pour désigner une corporation groupant les acteurs d’un même métier171. Les ergastai, mentionnés dans quelques inscriptions d’Asie mineure, sont des commerçants détaillants172. À Thyatire, ils sont les auteurs d’une dédicace qui les identifie plus précisément comme marchands d’esclaves du statarion : οἱ τοῦ σταταρίου ἐργασταὶ καὶ προξενηταὶ σωµάτων (OGIS 484, l. 8 ; IGRR IV, 352), équivalent probable de la formule latine qui in statario negotiantur des dédicaces impériales d’Éphèse (IEphesos 3025 et 646). Ce rapprochement incite à s’interroger sur l’une des fonctions possibles de cette Agora Tétragone de l’époque du port franc : n’aurait-elle pas joué, entre autres, le rôle de statarion de Délos dans le commerce des esclaves ? C’est en tout cas un lieu beaucoup plus probant pour ce commerce que ne l’est l’Agora des Italiens dans l’interprétation de F. Coarelli173. Or il y avait probablement aussi un « épimélète de la Tétragone » (ID 1831, restituée : Ἄριστος Μ̣[εναίχ]µου Φιλαΐδης χειροτονηθεὶς ἐπιµελητὴς τῆς τετ[ραγώνου? — — —]), approprié dans ces circonstances de ventes d’esclaves. La dédicace au banquier campanien Gerillanus, connu ainsi que sa famille par plusieurs autres dédicaces dans le même secteur de l’île, est également cohérente dans ce contexte d’un commerce qui brasse des capitaux importants. Les attestations de commerce d’esclaves à Délos au iiie s. doivent se situer sur l’Agora des Déliens, seule place appropriée à cette époque. Il est bien possible que les pratiques n’aient pas changé un siècle plus tard, même si le développement des infrastructures sur toute la zone portuaire avait élargi considérablement les espaces de vente.

Le chôma

  • 174 Moretti 1998.
  • 175 Hasenohr 2002 ; Hasenohr 2012a, p. 96.
  • 176 Vial 1984, p. 340-341 ; Reger 1988, p. 29-30 ; Duchêne, Fraisse 2001, p. 147-153.

143Une voie dallée longeait, à l’Ouest du sanctuaire, la Stoa des Naxiens (GD 36). Vers le Sud, on a repéré une rue du front de mer, bordée de maisons et de magasins, parmi lesquels ont été reconnus les vestiges d’un petit monument archaïque174. Les restaurations réalisées sur le site ont d’ailleurs cherché à matérialiser cette voie. Quant aux terrains des futures Agora des Hermaïstes et Compétaliastes (GD 2) et Agora de Théophrastos (GD 49), ils restèrent longtemps occupés par un marais littoral, qui fut asséché dans la seconde moitié du iie s.175. Mais dès le dernier quart du iiie s., comme l’attestent les comptes du sanctuaire (ID 355, l. 12), la cité délienne a fait des emprunts au sanctuaire pour la construction d’un terre-plein (χῶµα), dont l’emplacement ne peut être précisément déterminé176. Plusieurs versements sont ensuite réalisés pour constituer un fonds de réserve « pour le chôma » en prévision de grands travaux.

  • 177 Chankowski 2008a, p. 295-307.
  • 178 Ph. Bruneau, « Deliaca IV » repris dans Bruneau 2006, p. 555-565.
  • 179 Moretti, Fincker, Chankowski 2012.

144Dès le ive s., d’ailleurs, les comptes mentionnent l’existence d’un χῶµα (ID 104-4, A, l. 58). Au iiie s., on transporte des poutres achetées par le sanctuaire, qui avaient été déposées sur cette jetée (Θράσωνι καὶ Κτήσωνι τοῖς ἀπενέγκασιν ἀπὸ τοῦ χώµατος τὰς δοκοὺς τὰς παρὰ Μικύθου εἰς τ-, IG XI 2, 199, A, l. 33), ou encore des pierres (IG XI 2, 159, A, l. 28). Les espaces de déchargement étaient un des éléments importants de l’infrastructure portuaire délienne et les inscriptions athéniennes de Délos classique montrent que les Athéniens s’étaient efforcés d’établir un système fiscal pour exploiter les revenus du port sacré, sur la base de ces infrastructures, dès la fin du ve s.177. Entre 217 et 171, les Déliens ont dépensé près de 10 000 dr. pour des travaux qui furent probablement de grande ampleur. Ph. Bruneau supposait que le chôma était le remblai qui permit de gagner sur la mer, par des travaux de terrassement, le terrain à l’Ouest de la rue 5, au Sud du sanctuaire d’Apollon, où se trouve un premier groupe de bâtiments (Magasins α, β, γ)178. Mais ces dépenses pourraient aussi correspondre à la partie Nord-Ouest de l’espace portuaire. Il est possible qu’avec ces travaux, de nouveaux espaces aient été dévolus aux ventes aux enchères, que les hiéropes ne mentionnent plus « sur l’agora » après 246 : or c’est précisément dans cette partie Nord-Ouest de l’espace portuaire qu’ont été découvert les kukloi offerts par Sôkratès à l’époque du port franc, un édifice qui servait à la vente aux enchères et qui a pu monumentaliser une structure antérieure plus modeste179.

145En effet, à partir du milieu du iiie s., c’est la totalité de l’espace commercial en bordure du sanctuaire qui est transformé (fig. 8). L’Agora des Déliens est progressivement bordée de portiques qui modifient la circulation et la relation avec le front de mer. Au cours de la première moitié du iiie s., le Portique Sud (GD 4) vient d’abord fermer l’agora à l’Ouest en ouvrant vers la mer et les espaces de déchargement du port un espace de boutiques et de bureaux. Puis cet espace est encore scindé, à la fin du iiie s., avec la construction du Portique de Philippe qui fait face au Portique Sud et celle du Portique Ouest qui recrée à nouveau une ouverture vers la mer (GD 3).

Fig. 8 — L’Agora des Déliens et les portiques du front de mer.

Fig. 8 — L’Agora des Déliens et les portiques du front de mer.

Cl. EFA/Ch. Gaston

Les équipements

  • 180 Schulhof, Huvelin 1907, p. 57 ; Nouveau Choix, p. 196 ; Bresson 2006a, p. 318.

146Sur le front de mer se trouvent des espaces de déchargement, dont témoigne la loi délienne sur la vente du bois et du charbon (ID 509) qui mentionne des σταθµοὶ ξυληρoί dans sa première clause. Ceux-ci ont été compris à tort comme une désignation des poids et mesures180, alors que le terme doit en réalité être expliqué comme un équipement de marché.

  • 181 Moretti, Fincker, Chankowski 2012.
  • 182 Chankowski 2012 : ἄνθρακας µηδὲ ῥυµοὺς µηδ[ὲ ξύλα ὅσα πωλεῖ]ται τοῖς σταθµοῖς τοῖς ξυληροῖς [µὴ ἐξέ (...)

147De même que les κύκλοι, sur l’Agora de Théophrastos, permettaient de réaliser des ventes aux enchères181, les σταθµoί étaient des emplacements spécifiques de vente mis à la disposition des marchands et des acheteurs. Il pouvait s’agir, sur la terrasse qui avait précédé la construction des portiques, de palettes ou de supports de stockage permettant de déposer la marchandise débarquée sur des emplacements délimités et de procéder à la vente182. Cet espace sur lequel fut exposé la loi sur la vente du bois et du charbon (ID 509) est ensuite détruit par la construction du Portique Ouest, dans les fondations duquel la stèle qui porte l’inscription fut découverte. Il dut être reporté plus loin au fur et à mesure des aménagements de l’espace portuaire.

  • 183 En particulier ID 365 (a. 208) et ID 366 (a. 207).
  • 184 Fraisse, Llinas 1995, p. 256.
  • 185 Voir en dernier lieu la reprise de l’étude du monument par Moretti, Fincker 2016.

148Dans la partie Nord-Ouest, la fin du iiie s. voit aussi la mise en chantier de la « Stoa proche du Posidéion », nommée par les fouilleurs « Salle hypostyle ». Sa construction, décidée par l’Assemblée du peuple et assumée par la caisse sacrée, est connue par les comptes des hiéropes qui fournissent le détail des dépenses et les étapes des travaux183. Elle porte une dédicace des Déliens, plus tard transformée en dédicace des Athéniens après 167 (ID 1610). Installée derrière le sanctuaire de Poséidon, elle vient border au Nord une place qui sera plus tard aménagée par Théophrastos, épimélète athénien de l’île en 126/5. Cette stoa prend la forme d’une vaste salle de plus de 1 800 m2 dont la toiture est soutenue par cinq rangées de neuf colonnes. Pour faciliter la circulation entre l’extérieur et l’intérieur du bâtiment, la colonnade de la façade repose directement sur le stylobate, contrairement aux autres portiques de Délos qui présentent en général deux degrés184. Les comptes de construction mentionnent des διαφράγµατα (ID 365, l. 34 et 37), sans doute des cloisons installées entre les colonnes. L’édifice était doté d’une ornementation intérieure : les murs avaient un parement intérieur en marbre surmonté pour l’élévation de parois stuquées, et le plafond était peint. Dans la partie supérieure, comme l’attestent les comptes, un lanterneau assurait l’éclairage de l’ensemble, et a suscité des restitutions différentes185.

  • 186 Leroux 1913, p. 255 ; Lauter 1986, p. 163. R. Martin envisageait une fonction d’entrepôt pour la Sa (...)
  • 187 Moretti, Fincker 2016, p. 107-108.

149La destination commerciale de l’édifice est aujourd’hui admise, sans que l’étude du monument ait pu, pour le moment, permettre de préciser sa fonction : G. Leroux parlait à son sujet de bourse de commerce, H. Lauter de deigma, tous édifices qui ne sont pas connus par des parallèles architecturaux mais seulement par les textes. J.-Ch. Moretti et M. Fincker proposent d’y voir le lieu de conclusion des contrats, ce qui est plausible mais sans doute pas exclusif d’autres destinations : bureaux de banquiers, lieu d’affaires et de négociation186. Il n’en demeure pas moins que l’ampleur de l’édifice, dès lors que l’on exclut une destination religieuse peu justifiée dans ce secteur187, impressionne et témoigne de la volonté délienne d’investir dans ses infrastructures commerciales, qu’elle n’a cessé d’améliorer au cours du iiie s. Une telle activité de construction paraît bien peu adaptée au seul régionalisme cycladique, tandis qu’elle concorde avec le rôle de grand emporion en développement qui est celui de Délos depuis l’époque classique, bien avant la création du port franc.

Les infrastructures du stockage

  • 188 Chankowski 2018a.

150En définitive, l’île de Délos apparaît bien comme un grand port de commerce dont les sources disent le nom à plusieurs reprises. Qualifié d’emporion au ive s., Délos est caractérisé par le terme ekdocheion au iie s.188.

  • 189 Dans d’autres attestations plus tardives (époque impériale) dans des inscriptions d’Asie mineure, l (...)
  • 190 Ἀπάµεια δ᾽ ἐστὶν ἐµπόριον µέγα τῆς ἰδίως λεγοµένης Ἀσίας, δευτερεῦον µετὰ τὴν Ἔφεσον·αὕτη γὰρ καὶ τ (...)

151En effet, le terme, employé à propos des entrepositaires, les ἐγδοχεῖς, ne se trouve à cette date que dans les inscriptions de Délos et dans quelques sources papyrologiques plus tardives. L’ἐγδοχεῖον se réfère à une fonction spécifique du stockage dans les circuits d’approvisionnement en utilisant la notion de « réservoir », avec étymologiquement l’idée de « recevoir de quelqu’un » (ekdechomai)189. L’usage de ce terme ne se limite toutefois pas au contexte de l’île. Strabon, dans un passage qui concerne Éphèse et Apamée de Phrygie (XII, 8, 15), utilise un terme similaire en reprenant cette notion de réservoir quand il décrit la cité comme « un grand marché de l’Asie proprement dite, le deuxième en importance après Éphèse : elle sert, en effet, d’entrepôt (hypodocheion) commun pour les marchandises venues d’Italie et de Grèce190 ».

  • 191 Certains ne retiennent pour ἐγδοχεῖον que le sens technique de « citerne » et lui nient toute signi (...)
  • 192 Virlouvet 2018 avec la bibliographie afférente.

152Ce mot met donc l’accent sur les connexions au sein d’un réseau de distribution, entre un réservoir et ses conduits d’approvisionnement et de redistribution, introduisant de ce fait la notion de commerce de transit en lien avec la fonction des entrepôts. Il est significatif que ces composés de docheion traduisent en définitive, pour Délos comme pour Apamée de Phrygie et Éphèse, dans un langage commercial qui reprend l’image du réservoir, la notion d’emporion comme point de rupture de charge servant à alimenter un marché de redistribution, à l’instar des flux liquides qui sont rassemblés et redistribués à partir d’un point central191. En mettant l’accent sur les infrastructures de stockage, ce vocabulaire apporte un autre éclairage sur le fonctionnement d’un centre de redistribution commerciale, dans lequel entreposer peut devenir une activité lucrative et un métier, celui d’entrepositaire, dans la chaîne opératoire du commerce. Pour le monde grec, contrairement au monde romain192, on ignore à peu près tout de la propriété des entrepôts et de l’éventualité d’une location par la cité à des particuliers dans le cadre des politiques frumentaires. Mais quelques sources épigraphiques, à Délos, montrent le développement des métiers du stockage dans un contexte qui semble être celui d’entrepreneurs particuliers, indépendamment des politiques civiques. Elles permettent aussi de préciser la chronologie du développement de ces pratiques du commerce de redistribution, qui précèdent la création du port-franc.

  • 193 Le corpus délien offre une douzaine de dédicaces de cette série (ID 1520, 1772, 1773, 1774, 1777, 1 (...)

153Dans la dédicace bien connue de l’association des Poséidoniastes de Bérytos, plusieurs corps de métiers apparaissent, parce qu’ils ont contribué financièrement à la construction du bâtiment vers 150 dans le quartier nord de l’île (GD 57) : les entrepositaires (ἐγδοχεῖς) figurent aux côtés des négociants (ἐµπόροι) et des armateurs (ναυκλήροι) qui constituent les trois catégories représentées dans le koinon (ID 1774) 193. Au contraire, le décret relatif aux Hérakléistes de Tyr (ID 1519), à la même période, ne mentionnent que les négociants et armateurs, signe de la spécificité du groupe des ἐγδοχεῖς.

  • 194 Roussel 1916, p. 93.

154Cette catégorie des ἐγδοχεῖς est également mentionnée à Délos dans deux autres dédicaces, trouvées dans les ruines du portique d’Antigone sous lequel elles avaient dû être exposées (GD 29). Elles émanent d’une association d’Alexandrie, ἡ σύνοδος τῶν ἐν Ἀλεξανδρείαι πρεσβυτέρων ἐγδοχέων (ID 1528 et 1529), dans la seconde moitié du iie s. L’organisation pouvait avoir son centre administratif à Alexandrie, mais les entrepositaires alexandrins mentionnés dans le texte sont bien présents à Délos, à côté d’ailleurs d’autres Alexandrins, comme en témoignent en particulier les catalogues et dédicaces éphébiques trouvés dans l’île194. Un peu plus tôt, une dédicace de la première moitié du iie s., qui était exposée au sud-est du temple d’Apollon (GD 13), montre également la présence à Délos d’entrepositaires (ἐγδοχεῖς) de Laodicée de Phénicie (Bérytos, nommée ainsi à l’époque de Séleucos IV [187-175]), présents dans le métier (IG XI 4, 1114 : οἱ ἐν Λα[οδικείαι] τῆι ἐν Φοινίκηι ἐγδοχεῖς καὶ να[ύκληροι]). La dédicace, qui porte la statue d’Héliodore, ministre de Séleucos IV, doit dater de 178, quand ce ministre passa à Délos au moment du mariage de Laodice et Persée, comme le signalent les comptes des hiéropes (ID 468, l. 7-9). La formule des dédicaces distingue clairement le lieu qui est le siège de ces associations : Laodicée de Phénicie pour l’association du début du iie s., puis Délos pour l’association des Poséidoniastes, Alexandrie pour le synodos des entrepositaires presbuteroi. On voit donc ces trois places de commerce reliées entre elles par les activités de stockage.

  • 195 Voir supra p. 259-260 et p. 268-269.

155Ces textes attestent ainsi la présence d’entrepositaires orientaux fréquentant l’emporion délien, et ce dès le début du iie s. D’autres sources, comme nous venons de le voir, témoignent de l’existence de ces entrepôts dont certains étaient la propriété de Déliens (ἐγδοχεῖα, ID 1416, B, I, l. 11-15 ; ID 1417, C, l. 15). La stabilisation de plusieurs séries de prix dans la première moitié du iiie s. laisse entrevoir l’existence de flux commerciaux réguliers caractéristiques d’un commerce de transit ainsi que le développement de capacités de stockage permettant de lisser les coûts de transport. L’augmentation des revenus de la taxe sur les loyers au cours du iiie s. montre en même temps que toutes sortes de locaux professionnels devaient être recherchés, au fur et à mesure que croissait la population de l’île avec l’arrivée d’Orientaux et d’Italiens, ce dont témoignent sans doute l’augmentation du volume de la pêche et la hausse des prix des porcelets195. Ainsi, la notion d’ἐγδοχεῖον pour désigner l’activité de commerce de transit à Délos n’est pas concommittente de la création du port franc, mais elle la précède.

Conclusion : de l’emporion au port franc

  • 196 La situation de Délos à l’époque athénienne, après la synthèse de Roussel 1916, a été étudiée en dé (...)

156Après la victoire romaine sur Persée en 168, le monde grec connaît de nouveaux remaniements sous l’autorité du Sénat, parmi lesquels l’octroi de nouveaux privilèges à Athènes, qui s’était montrée une alliée fidèle de Rome contre les Antigonides. C’est dans ce rapport de force inégal, et malgré de nombreuses tentatives diplomatiques, que les Déliens perdent non seulement leur indépendance mais tout leur cadre de vie, puisqu’ils sont expulsés de l’île sacrée, tandis qu’Athènes retrouve la possession pleine et entière de Délos et y installe une clérouquie ainsi que sa propre administration196. Comme à l’époque classique, les magistrats athéniens en charge à Délos appartiennent à de grandes familles athéniennes et la prosopographie témoigne, tout au long des iie et ier s., des liens qui unissent les notables athéniens à l’île d’Apollon.

  • 197 Habicht 2006, p. 282-283, à propos des dédicaces. Plusieurs documents athéniens témoignent de la pe (...)

157En prenant la décision de remettre l’île à l’administration athénienne, Rome répondait sans nul doute à des critères géopolitiques et militaires : à la neutralité délienne qui s’appuyait sur une diplomatie tous azimuts en direction de puissances concurrentes allait succéder une autorité athénienne sous injonction romaine dans cet espace central de la mer Égée197.

  • 198 Chankowski 2018a, p. 33-38.

158Mais en y ajoutant l’instauration du port franc, Rome pouvait s’appuyer sur une situation établie. Jouait d’abord le fait que les enjeux d’approvisionnement de la population de Délos n’avaient pas la même ampleur que dans un centre urbain peuplé comme Athènes et Le Pirée et ne pèseraient pas sur l’organisation du trafic. Mais surtout, des structures et des réseaux préexistaient pour ce port franc qui, en définitive, n’apparaît pas comme une création ex nihilo198. L’institution du port franc de Délos est une ateleia, et c’est très probablement au contexte délien que pense Pollux dans l’Onomasticon quand, au iie s. apr. J.-C., il précise (IX, 32) :

Tὸ δ᾽ ἀνυπεύθυνον ἀτελές καὶ τὸ πρᾶγµα ἀτέλεια, καὶ οὐ µόνον ἄνθρωπος ἀτελὴς ἀλλὰ καὶ λιµήν, ὅπου µηδὲν εἰσπράττεται.

Ce qui n’est pas soumis à une taxe, [se dit] exempté, et l’action [se nomme] exemption. Ce n’est pas seulement une personne qui est exemptée mais aussi un port, rien n’est prélevé.

  • 199 Fraser, Bean 1954, p. 154-172 ; pour Étienne 1990, p. 107-110, cette influence était plutôt une tut (...)

159Cette situation, on le voit, élargissait et radicalisait ce que la cité de Délos avait tenté de développer au cours de son indépendance par une législation attentive et par une diplomatie active qui incluait l’octroi fréquent du privilège d’ateleia. Elle évitait en même temps à Rome de créer un bénéfice fiscal unilatéral au profit d’une cité, et donc empêchait par ce biais toute récupération politique des circuits commerciaux : la décision romaine ne permettait même pas à Athènes de prendre la place de Rhodes dans l’influence que cette dernière semblait avoir exercée sur les Cyclades à partir du début du iie s.199.

  • 200 Habicht 2006, p. 271-283.

160Au ier s., Strabon (X, 5, 4 = C486) souligne que les Athéniens en charge de Délos avaient pourvu à la fois aux intérêts du culte et à ceux du commerce. La nature de l’autorité athénienne sur l’île reste incertaine dans la durée et la question est liée au devenir de la clérouquie instaurée à partir de 167 pour remplacer les Déliens : après la disparition des actes gravés vers 140, seules des dédicaces témoignent d’une situation qui semble être, à partir des années 130, une association de communautés dans laquelle les Athéniens ne constituent qu’une partie200. Mais il ne faut probablement pas minimiser le rôle organisateur et régulateur d’Athènes dans le développement des infrastructures du port franc. Le réexamen de la façade portuaire permet de mettre en évidence la logique de l’organisation de l’espace, qui témoigne d’une administration vigilante.

  • 201 Hasenohr 2012a, p. 95-110 ; Hasenohr 2012b.
  • 202 Sur la critique de l’interprétation de H. Duchêne et Ph. Fraisse, voir Chankowski 2018a.
  • 203 Karvonis, Malmary, Zarmakoupi 2018. L’étude comparée des emprises au sol est fournie pour plusieurs (...)

161C’est d’abord l’espace portuaire qui apparaît réorganisé au cours des iie et ier s. : comme le montre l’étude de l’Agora des Compétaliastes menée par Cl. Hasenohr, l’Agora de Théophrastos devient l’espace de commerce traditionnel de l’agora, tandis que l’Agora des Déliens, désormais dénommée Tétragone, accueille des activités bancaires et financières201. La Salle hypostyle voit sa dédicace réinscrite par les Athéniens. À partir des Magasins α, β, γ commence l’espace de l’emporion proprement dit, avec plus d’un kilomètre d’édifices commerciaux — appelés traditionnellement dans la bibliographie « magasins » — qui s’étendent le long de la façade maritime vers le Sud (fig. 9). Réexplorés dans le cadre du programme ANR Entrepôts et lieux de stockage du monde gréco-romain antique, ces bâtiments peuvent bel et bien être définis comme des entrepôts, qui s’organisent sur la base d’un module d’environ 900 m2 de surface qui est reporté tout au long du rivage (fig. 10)202. Ils représentent, pour la surface actuellement fouillée qui ne constitue en elle-même qu’une partie de cet ensemble, plus de 4 000 m2 de stockage équipé de mezzanines, soit l’équivalent des entrepôts impériaux de Myra, ou de Patara, ou encore d’Hergla203.

Fig. 9 — Le front de mer de Délos, depuis l’Agora des Compétaliastes et Hermaïstes

Fig. 9 — Le front de mer de Délos, depuis l’Agora des Compétaliastes et Hermaïstes

Cl. EFA/Ch. Gaston

Fig. 10 — Les Magasins du front de mer.

Fig. 10 — Les Magasins du front de mer.

Dessin de J.-J. Malmary, publié dans Chankowski 2018a, p. 186, fig. 11

  • 204 Un Satyros fils d’Amphyklès est locataire d’un bâtiment pour 150 dr. vers 192 (ID 400, l. 21-22).

162Même si l’identité des propriétaires et des utilisateurs de ces entrepôts nous échappe, les nombreuses dédicaces qui constituent l’épigraphie délienne des iie et ier s. témoignent largement du cosmopolitisme de l’île avec la présence de negotiatores italiens et de commerçants et financiers orientaux. À leurs côtés, prenant la place des Déliens de l’Indépendance, les Athéniens n’étaient pas non plus en reste pour tirer parti des profits du commerce de transit. L’acte athénien de 155/4 (ID 1417, C, l. 15-28) mentionne la remise en location d’un entrepôt (τὸ ἐγδοχ[εῖον]), dont la localisation exacte était indiquée dans une lacune, à la suite de la défection du premier locataire, Satyros — probablement un Délien d’après l’onomastique et l’absence d’ethnique — ayant quitté l’île après l’expulsion de 167, comme d’autres locataires cités dans la même liste 204. Son remplaçant est un Athénien, Apellès fils de Kalos, du dème de Kothôkidai. Le montant annuel de la location de cet entrepôt est de 160 dr., ce qui place le bâtiment dans la moyenne haute des loyers perçus par le dieu sur ses locaux de rapport et participe de l’augmentation générale des loyers aux débuts du port franc, probablement en raison de la pression plus forte de la demande.

  • 205 Sur l’ambassade achéenne de 159/8 qui fit valoir contre Athènes des droits des Déliens, à laquelle (...)

163La césure de 167 est celle d’une communauté civique, celle des Déliens, qui voit disparaître en moins d’un an les conditions de vie qui avaient été les siennes depuis des siècles. La permanence des revendications déliennes après 167 témoigne d’ailleurs de la volonté continue des réfugiés de manifester leur attachement à leur patrie et à leurs droits205. Mais on le voit, sur le plan économique, les continuités priment sur les ruptures dans la croissance continue de l’emporion délien, encore favorisée par la décision romaine de 167, puis par la destruction de Corinthe en 146 et par la création de la province romaine d’Asie en 129.

  • 206 Reger 1994a, p. 256.
  • 207 Duchêne, Fraisse 2001, p. 178 ; Rickman p. 155 : « It is certain that the excavations on Delos have (...)
  • 208 Bilan dans Chankowski 2018a.

164Cette activité commerciale, dont l’importance avait été singulièrement minimisée, à la fois pour la période de l’Indépendance206 et pour la période du port franc207, peut donc aujourd’hui être réévaluée à sa juste mesure, à la fois grâce au témoignage des comptes des hiéropes et grâce à de nouvelles études archéologiques208.

  • 209 Pausanias, VIII, 33, 2, à propos de Délos : κοινὸν Ἑλλήνων ἐµπόριον.
  • 210 Rossi 2012, p. 647-654.

165Les activités des entrepositaires qu’il est possible de déceler à Délos répondent bien au statut particulier de ce « réservoir » que devait constituer en mer Égée la place de transit commercial délienne, « emporion commun de tous les Grecs 209 ». Les denrées concernées ne sauraient d’ailleurs se limiter au grain : denrées périssables, matériaux de construction, produits artisanaux étaient concernés par ces circuits qui menaient à Délos une population marchande cosmopolite et socialement bigarrée, à tous les niveaux de la redistribution. L’échelle de cette redistribution inclut des points de contacts dans d’autres ports de la Méditerranée orientale, et en particulier Bérytos et Alexandrie. En 127, des armateurs romains installés à Alexandrie s’identifient comme ναύκληροι καὶ ἔµποροι dans une dédicace de Délos en faveur du stratège de la Thébaïde, Lochos (ID 1526) : ce sont donc des citoyens romains exerçant la mercatura maritime210. Dans le même temps, un synode alexandrin d’entrepositaires avec un détachement à Délos (ἡ σύνοδος τῶν ἐν Ἀλεξανδρείαι πρεσβυτέρων ἐγδοχέων) honore Krokos, navarque de Chypre, pour sa générosité envers eux et envers d’autres étrangers (ID 1528 et 1529).

  • 211 Voir par exemple, sur les marchés contemporains, le rôle des ports francs dans le marché de l’art, (...)
  • 212 Sur les coûts de transaction, voir en particulier l’étude de Lo Cascio 2005.

166Le statut de port franc qui garantissait l’ateleia aux importateurs et exportateurs ne pouvait évidemment que favoriser les profits, puisqu’il était plus avantageux qu’ailleurs de centraliser à Délos des marchandises en quantité, qui étaient ensuite redistribuées en fonction de la demande : d’autres parallèles, à d’autres époques, font aisément comprendre ces mécanismes de rentabilité 211. Centre économique et financier, Délos réduisait en même temps les coûts de transaction économique en facilitant la rencontre des acteurs de l’échange, tant pour la conclusion des contrats que le financement des affaires et le chargement de cargaisons, et en améliorant la circulation de l’information économique212.

  • 213 Étienne Robert 1993.

167On peut ainsi préciser un peu le modèle économique qui, à Délos, correspond aux appellations d’emporion et d’ekdocheion que l’on trouve dans les sources. Comme l’a montré R. Étienne, l’emploi du terme emporion par Strabon, même lorsqu’il utilise des écrits antérieurs, correspond toujours à une définition stricte de la réalité en question et se distingue de la polyvalence admise dans l’usage grec : il s’agit toujours d’un port de stockage, où étaient regroupées des marchandises de diverses provenances en vue d’une réexpédition vers d’autres destinations213.

  • 214 Bonsangue 2014 ; Tchernia 2008 ; Andreau 2010.
  • 215 Voir dans l’immédiat la Chronique des fouilles en ligne de l’École française d’Athènes, notice 6199 (...)
  • 216 Par exemple Tite-Live XXXVI, 43. Sur le tonnage des navires, voir l’ouvrage de Nantet 2016.

168Cette rupture de charge peut s’allier à des questions de tonnage : dans le cas du port de Narbonne, par exemple, des bateaux hauturiers apportent des marchandises qui sont ensuite redistribuées sur des navires de plus petit tonnage et cette redistribution se combinait au commerce de diffusion des matières premières de l’arrière-pays214. Dans le cas de Délos, il reste toutefois de trop nombreuses inconnues sur le fonctionnement du port aux iie et ier s., que des recherches actuelles et ultérieures devraient permettre de clarifier : c’est en fait la totalité des infrastructures portuaires qui mérite d’être réexaminée pour en mesurer l’ampleur et le potentiel215. Le tonnage des navires qui pouvaient être accueillis dans les eaux de Délos est, en particulier, un élément déterminant de l’analyse, même si les nombreux témoignages de flottes militaires qui les avaient fréquentées aux iiie et iie s. attestent d’ores et déjà de capacités non négligeables216.

Notes

1 Sur l’utilisation de ces prix par la société délienne par l’intermédiaire de la gravure et le rapport avec des mercuriales, voir supra chapitre I p. 65-66 et ici infra p. 241 et 263.

2 Pour l’historiographie de cet intérêt pour les prix, voir Chankowski 2020.

3 Descat 2006a, p. 257-258.

4 Glotz 1913a, p. 29, et Glotz 1913b ; Heichelheim 1930.

5 Larsen 1938, avec le chapitre « Delos in the Economic Life of the Period », p. 334-356.

6 Reger 1994a.

7 Reger 1994a, p. 55. Également Reger 1997, p. 54-55.

8 Reger 1994a, p. 71.

9 Mavrojannis 2002, p. 166, n. 11, critiquant l’interprétation de Reger 1997 et celle de Chankowski-Sablé 1997 qu’il qualifie de libérales.

10 Reger 1997, p. 59.

11 Glotz 1913a et Glotz 1913b ; Glotz 1932.

12 Reger 1994a ; Reger 1997, p. 63.

13 Migeotte 2008b, p. 81.

14 Grenier 1987, p. 497.

15 C’est en ce sens que R. Étienne et moi-même soulignions, dans un compte rendu au livre de G. Reger (Étienne, Sablé 1995), l’importance de la demande dans la formation des prix déliens en suggérant que la part des transactions régionales régies par l’offre devait finalement être assez marginale dans les stratégies d’approvisionnement mises en œuvre par les Déliens. G. Reger a répondu à cette objection (Reger 1997) en mettant l’accent sur la demande : c’est la présence d’une forte demande liée aux forces militaires en Égée au début de la période qui explique la construction du marché régional délien qui, à la fin de cette présence militaire, stabilise lui-même son organisation dans un cadre régional. Pour intéressante que soit cette explication, elle n’analyse pas la demande locale délienne en elle-même.

16 Reger 1997.

17 Voir à ce sujet la thèse de V. Mathé, « Le prix de la construction en Grèce aux ive et iiie siècles avant J.-C. Étude sur les chantiers financés par les sanctuaires de Delphes, d’Épidaure et de Délos », soutenue à Lyon le 27 novembre 2010 sous la direction de J.-Ch. Moretti.

18 Rostovtzeff [1941] 1989, p. 154.

19 Voir infra pour l’analyse de ces évolutions entre le iiie et le iie s.

20 Reger 1997, p. 59.

21 Reger 1997, p. 59-61.

22 Bresson 2008, p. 220.

23 Voir supra chapitre II p. 94.

24 Reger 1994a, p. 153 : « looking first and foremost for local causes ».

25 Reger 1994a, p. 203.

26 Sur les enjeux du stockage, voir Chankowski 2018a.

27 Feyel 2006, p. 348-368 et carte 10a p. 352, avec toutefois les critiques formulées à l’égard du concept de régionalisme.

28 Pour la chronologie de ces inscriptions, voir la nouvelle édition de Clinton 2005.

29 Reger 1997 ; Chankowski 1997a. Voir en particulier le cas d’Amphithalès, qui porte un nom délien : O. Masson 1988, p. 73. La plupart ne figure pas dans Vial 2008 car c’est la seule mention de ces personnages. Certains de ces vendeurs ont donc été considérés comme étrangers par Tréheux 1992a (Rhodippos, Auxibios) mais la raison de ce classement est qu’ils sont vendeurs de poix, ce qui est un raisonnement circulaire. Ainsi Ménon, vendeur de bois de Macédoine (IG XI2 199, A, 57), fournisseur de poix et de divers bois, est considéré par G. Glotz comme Macédonien ou ayant des liens avec la Macédoine. Pour Glotz 1916, Nannakos et Hestiaios seraient Phrygien et Ionien, donc fournisseurs de poix. Or ce sont des noms typiquement cycladiques.

30 Feyel 2006, p. 348-355, à propos de la répartition géographique des artisans : les hiéropes mentionnent régulièrement les ethniques. M. Lacroix avait cru pouvoir démontrer que les étrangers sont généralement mentionnés avec leur ethnique (Lacroix 1932, p. 501-502) mais comme l’a montré Cl. Vial (Vial 1984, p. 349-350), cette théorie ne se vérifie guère. La distinction entre des résidents et des non résidents paraît plus plausible car elle implique aussi les conditions de rédaction des contrats.

31 Chankowski 1997a, p. 78, et Chankowski 2018b.

32 Voir par exemple les clauses du devis de Lébadée (IG VII 3073).

33 Chankowski 2018b ; Chankowski 2019.

34 Vélissaropoulos 1980, p. 184-188 ; Chankowski 2018b.

35 Meiggs 1982, p. 470 : « wherever there were pines there could be pitch ». Sur le bois et la poix du Bruttium importés en Attique dès la fin du ve s., Compatangelo-Soussignan 2006, p. 192 et n. 110 (Aristophane, frg. 638 Kassel-Austin).

36 Glotz 1916.

37 Fraser 1972, vol. I, p. 224 et 231-232.

38 Glotz 1916, p. 295-299.

39 Le mélange κηρός, µίλτο[ς] destiné à enduire les boiseries se trouve dans un compte des naopes de Délos en 359/8 (ID 104-5, l. 4).

40 Reger 1994a, p. 160-163. Sur la question du développement de l’oléiculture dans les Cyclades, voir Brunet, Brun 1997, p. 605-609 ; Brunet 1990, p. 676, et Brunet 1999, p. 45-50.

41 Chankowski 2008a, p. 371-376.

42 Cf. Brun 1996, p. 170-182, avec en particulier le témoignage de l’Éginétique d’Isocrate.

43 Reger 1994a, p. 295.

44 Voir infra tableau 46, p. 251.

45 La question ne se pose pas pour les courbes de prix de l’huile car l’unité est déjà le chous dans les comptes des hiéropes.

46 Cette constatation remet en question, pour les années 314-282, le tableau présenté par Reger 1997, p. 66 et les courbes p. 58-60. Voir déjà les mises en garde de Doyen 2017, p. 197-198.

47 Vial 2008, s.v., considère qu’Aristoboulos pourrait être Délien.

48 L’étude de Larsen 1941 répondait aux interprétations de G. Glotz, puis Fr. Heichelheim, qui distinguaient plusieurs périodes d’évolution du prix de la tuile au cours de l’Indépendance délienne : Glotz 1932, p. 247, et Heichelheim 1938, p. 128-135.

49 Feyel 2006, p. 390, tableau 11. L’unité de la centaine de briques est celle qu’emploient les hiéropes (IG XI 2, 287, A, l. 98-100).

50 L’examen du répertoire d’artisans déliens commodément présenté par Chr. Feyel ne nous semble pas permettre de conclure, contrairement aux affirmations de l’auteur (Feyel 2006, p. 384-388), à une catégorie d’artisans qui représenterait véritablement les métiers du bois, car ils y ajoutent généralement diverses tâches pour lesquelles ils sont employés sur les chantiers du sanctuaire (fabrication de serrures, pose de tuiles).

51 Moretti, Fincker 2016.

52 Feyel 2006, p. 492.

53 Reger 1997, p. 56 et tableau p. 65.

54 Reger 1997, p. 65. Reger 2005, p. 277-280.

55 Reger 1997, p. 62 et n. 40. Voir la synthèse de D’Ercole 2013 sur la catégorie sociale des revendeurs et revendeuses.

56 Reger 1997, p. 64.

57 Glotz 1926.

58 Cité par Glotz 1926, p. 9-10.

59 ἐλέφαντος ὀδόντες δύο παρὰ Ἡρακλείδου Βασιλεύκου Τυρίου, τάλαντον µναῖ τριάκοντα δύο ἡµιµναῖον ὀγδοήµορον, τὸ τάλαντον δραχµῶν : Image  : ἡ πᾶσα τιµὴ  : Image ΗΗ ΔΔImage ΙΙΙΙΙ :, « deux défenses d’éléphant venant d’Hérakleidès fils de Basileukos de Tyr, un talent 32 mines ½ mine et 1⁄8 e, le talent 500 dr., prix total 771 dr. 4 ob. ».

60 Tarn 1928 ; Rostovtzeff 1989 [1941], p. 389 ; Baslez 1987.

61 Les comptes des hiéropes enregistrent d’innombrables paiements à des artisans pour la fourniture de clous, qui entraient dans les réparations de portes, de vantaux ou de coffres, ainsi que pour la fourniture de clés ou la réparation de serrures, mais ces données ne sont guère exploitables faute d’indications sur les unités. Le sanctuaire avait également régulièrement besoin de plomb pour sceller les stèles qui étaient exposées dans l’espace sacré.

62 Contrairement à ce qu’écrit Reger 1997, p. 56, n. 17, ce n’est pas du plomb, mais du bois, qui est mentionné en 274 (IG XI 2, 199, A, l. 63-64).

63 Reger 1994a, p. 260.

64 Voir infra p. 269 sur la pêche et p. 268 sur les loyers.

65 Pucci 1989.

66 Dareste 1887 ; Davies 1937 ; Burford 1969, p. 159-206 ; Feyel 2006, p. 485, n. 46.

67 Feyel 2006, p. 485-486.

68 Bresson 2008, p. 220 : « Le meilleur observatoire des prix à l’époque hellénistique pour le monde égéen ».

69 Pour les fournitures de terre et de briques, voir les tableaux composés dans Feyel 2006, p. 389-390 (brique) et p. 393 (terre). Voir aussi le cas de la peinture : Chankowski 2018b.

70 Sur le rôle du Conseil dans les finances du sanctuaire, Vial 1984, p. 104 et 116-119. Le Conseil procédait aussi à l’examen des garants en vérifiant les sécurités qu’ils présentaient.

71 Sur la diataxis, voir supra chapitre III p. 168-173.

72 Voir aussi, dans le cas des clous, les lignes 67-68 du compte de 279 (IG XI 2, 161, A) : le total payé n’est pas mentionné mais la mention du prix unitaire de la mine de clous figure dans une rasura, comme si cette indication avait été jugée assez importante pour remplacer sur la stèle l’indication du total payé : ἥλων πα[ρὰ] Δεξίου εἰς τὰς πυλίδας µναῖ πέντε· ἡ µνᾶ Image ΙImage · , « des clous achetés à Dexios pour les portes, 5 mines, la mine 1 dr. 1 ob. ½ ob. »

73 Voir par exemple la liste établie par Feyel 2006, p. 487-489, qui considère que ces mentions témoignent de rabais consentis par les artisans.

74 Chankowski 2008b, p. 91.

75 Également IG XI 2, 146, l. 44 ; 162, A, l. 43 ; 199, D, l. 41-47.

76 Voir supra chapitre III p. 105-107 pour la revente de matériaux.

77 Sur l’analyse de la procédure, essentiellement à partir de la documentation papyrologique de l’Égypte lagide, voir Pringsheim 1950, p. 102-126 et en particulier p. 123, sur la dénomination des ventes aux enchères par le terme πρᾶσις, et Pringsheim 1961 ; Talamanca 1955.

78 Gauthier 1977, p. 205-206 ; Moretti, Fincker, Chankowski 2012 ; Chankowski 2012.

79 P.Strasb. 59, 3 (ier s. av. J.-C.) et P.Gnom. 241 (iie s. apr. J.-C.). Répertoire des sources dans Moretti, Fincker, Chankowski 2012, p. 237-241.

80 Moretti, Fincker, Chankowski 2012.

81 Chankowski 2011b, p. 159-162.

82 Gauthier 1977, p. 208 et n. 17. L’hypothèse d’une confiscation était déjà retenue par E. Schulhof (voir la note de F. Durrbach à ID 366). Sur la vente de biens confisqués en Attique, voir Hallof 1990.

83 Voir supra p. 243-244, à propos des limites des capacités de production des entreprises.

84 De très nombreux textes se rapportent aux marchands de poisson. Voir la dissertation de Bohlen 1937 ; Feyel 1936, p. 27-36 ; Vatin 1971, p. 95-109, et Vatin 1966 ; Louyest 2009. Sur le marchandage et les enchères, voir les attestations rassemblées par Grassl 2004 ; Chankowski 2020.

85 Hypéride, frg. 70 : οὔτε γὰρ λιµένας εἶναι παρ’ αὑτοῖς οὔτε ἐµπόριον οὔτε ἄλλην διατριβὴν οὐδενίαν. πάντας δὲ ἀνθρώπους ἀφικνεῖσθαι πρὸς τὴν Δῆλον ἔλεγον, καὶ αὐτοὶ τὰ πολλὰ ἐν Δήλῳ διατρίβειν, « Il n’y a pas chez eux [= les Rhénéens] de ports ni d’emporion ni aucun autre lieu d’activité, et ils disaient que tout le monde se rendait à Délos, eux-mêmes d’ailleurs menaient la plupart de leurs activités à Délos ». Sur ce passage, Chankowski 2008a, p. 374-375.

86 Chankowski 2008a, p. 295-307.

87 Chankowski 2008a, p. 372.

88 Voir en particulier les relations avec Chios : Chankowski 2008a, p. 175-179.

89 Voir les chiffres rassemblés supra chapitre III p. 152-155.

90 Lytle 2013, p. 301, revenant sur l’analyse de Reger 1994a, p. 256. En revanche, c’est une erreur d’identifier l’hypotropion et la dékatè ichtyon : il s’agit de revenus affectés au remboursement de prêts, et nous ne connaissons pas l’intégralité des taxes prélevées par la cité. L’hypotropion et la dékatè ichtyon ont donc toutes chances d’être deux taxes différentes et concommittantes, même si elles apparaissent de manière successive en tant que remboursements de prêts. Voir supra chapitre III p. 153.

91 Vial 1984, p. 17-20.

92 Reger 1994a, p. 260 et 300-305, sur le prix des porcelets. Voir supra p. 259-260 sur le prix des animaux de sacrifice.

93 Le paiement n’était effectué qu’après comptage des tuiles en bon état (IG XI 2, 199, A, l. 109-110).

94 Références complètes dans Feyel 2006, p. 495, n. 93.

95 Feyel 2006, p. 495.

96 Molinier 1914, p. 19-34 et 80-85. Vial 1984, p. 349.

97 Hennig 1985, p. 439.

98 Vial 1984, p. 348, inventorie sept cas.

99 M. Brunet dans Nouveau Choix, p. 236 ; Roussel 1916, p. 157-159.

100 Vial 1984, p. 353-354.

101 Vial 1984, p. 355, identifie les chorèges et les hiéropes avec les fournisseurs de bois. La présentation de ces personnages dans Index II, s.v. est plus prudente.

102 Vial 1984, p. 355 et 133, avec la correction indiquée dans Vial 2008, s.v. : Σωσιµένης Ἀντιγόνου, frère de Σωσίδηµος rogator. L’Index II corrige également, s.v., le statut d’Aristolochos fils de Nikodromos, héraut du sanctuaire et proposant de quatre décrets, dont deux accordent le droit de cité à un Chiote et à un Mégarien (ID 547 et ID 545), et non commerçant comme indiqué dans Vial 1984, p. 355.

103 Lacroix 1916. Voir également Deonna 1948, p. 50-126, à propos des activités économiques des Déliens attestées dans les sources.

104 Vial 1984, p. 348-356.

105 Sur l’identification de Philtès, qui pourrait être le hiérope de 275, voir Vial 1984, p. 355.

106 Vial 1984, p. 235, n. 231. Voir supra p. 265-266, à propos des procédures de vente.

107 On notera à cette occasion le rôle que semblent jouer les relations avec des ressortissants de Chios, à la fois dans les comptes et dans les décrets honorifiques, ce qui n’est pas étonnant quand on pense au rôle de cette cité dans les circuits d’échange. Cf. Sarikakis 1986. Dès la fin du ve s., Chios est liée au sanctuaire de Délos par des opérations de prêts à intérêts : Chankowski 2008a, p. 175-179.

108 Vial 2008, s.v.

109 Vial 1984, p. 351-353.

110 Reger 1994a, p. 338-349.

111 Voir supra chapitre II p. 94.

112 Voir supra chapitre II p. 107.

113 IG XI 2, 224, B, l. 27 = 287, B, l. 90 = ID 298, A, l. 108-112.

114 Matériel inédit issu des fouilles de M. Brunet, que je remercie de m’avoir permis de consulter les monnaies.

115 Reger 1994a, p. 259, en lien avec l’évolution du fermage des domaines viticoles du sanctuaire, p. 209-211.

116 Outre le schéma interprétatif proposé par Reger 1994a (p. 259 : « both phenomena suggest a rising demand for wood, which would tie in nicely with new building »), voir pour le bois les interprétations différentes proposées par Descat 2001 et Bresson 2006a.

117 Chankowski 2012. Je résume ici les principales conclusions de cet article. La réédition du texte et sa traduction sont données en Annexe 4.

118 Chankowski 2012, p. 41-48.

119 Sur les papiers du navire, Bresson 2000, p. 131-150.

120 Sur les équipements de la vente aux enchères à Délos, voir Moretti, Fincker, Chankowski 2012. Plus généralement sur la négociation des prix au marché, voir les exemples rassemblés par Grassl 2004 et Chankowski 2012.

121 Dans le registre fiscal du papyrus d’Éléphantine, datant de 475, Descat 2001, p. 128, note également le caractère global de la taxation des navires.

122 Chankowski 2012, p. 40.

123 Voir infra p. 287-290. Sur la possible répartition de l’espace entre l’agora et l’emporion, visible à partir du ier s., Hasenohr 2012b.

124 Voir Descat 2002 sur l’information économique.

125 La pratique du regroupement de lots transparaît d’ailleurs à travers le terme συναγορασµένον employé pour qualifier une cargaison d’huile qu’un marchand avait accepté de débarquer au Pirée alors qu’il la destinait au Pont, dans un décret athénien de 176/5 : IG II 2 903 (Syll 3 640), l. 12 : [σπ]εύσας εἰσήγαγεν τὸ συνηγορασµένον ἔλ[αιον...] ; également l. 6 : συνηγορακώς. Voir le commentaire de Gauthier 1982 ; Bresson 2008, p. 179-180.

126 Cherry, Davis, Mantzourani 1991 ; Brun 1996 ; Dalongeville, Rougemont 1993 ; Brunet 1999. Voir également le bilan dressé par Bonnin, Le Quéré 2014, p. 11-18.

127 Reger 1994a, p. 109.

128 Horden, Purcell 2000.

129 En ce sens, les Cyclades sont incontestablement des « stepping stones » pour les pouvoirs militaires : Reger 1994a, p. 20-26.

130 Voir supra chapitre III p. 154-155.

131 Vial 1984, p. 339-340 et n. 105. Sur l’interprétation de la pentekostè astia, voir également Larsen 1938, p. 355 ; Vélissaropoulos 1980, p. 210 ; Migeotte 2014, p. 660 et n. 257.

132 Voir supra chapitre III p. 150-152.

133 Vial 1984, p. 234-235.

134 Lytle 2013, p. 298.

135 Casson 1984 ; Vial 1984, p. 339-340 ; Reger 1994a, p. 256 : « Delos practically vanishes compared to truly great economic centers ».

136 Voir supra chapitre III p. 150-152 pour les références épigraphiques.

137 Badoud 2014, p. 182-183.

138 Chankowski 2007, p. 313-319. Carrara 2014 pour une discussion sur le terme ellimenion.

139 Chankowski 2008a, p. 295-308 ; Migeotte 2014, p. 659-662.

140 Reger 1994a, p. 163-164, à propos de la possible diminution des amphores rhodiennes à Délos au cours du iiie s.

141 Reger 1994a, p. 118-121.

142 Le dossier du commerce du grain est repris en détail par Reger 1994a, p. 83-126, et Reger 1993, avec les critiques et compléments de Sosin 2003.

143 Erdkamp 2005 ; Virlouvet 2018 ; Chankowski 2018a ; Chankowski 2020.

144 Voir supra chapitre III p. 163-168.

145 Stroud 1998.

146 Reger 1994a, p. 116 (citation de E. Badian, ZPE 79 [1989], p. 59).

147 Ce sont principalement les fouilles des quartiers du ier s. qui ont livré des vestiges de boulangeries : Chamonard 1922-1924, p. 229, mais voir aussi Brunet 1998, p. 687, qui y voit plutôt des installations domestiques.

148 Shear 1978, l. 53-55 et commentaire p. 30-32 ; IG II3 1, 911, l. 53-55. Pour la date, Habicht 2006, p. 146.

149 Reger 1994a, p. 117-118.

150 Étienne 2011, p. 19-20 ; contra Bresson 2014 p. 517-518 ; voir supra chapitre IV p. 192. Pour Reger 1994a, p. 122, les sitônai de la Confédération des Insulaires auraient agi sous commandement rhodien pour l’approvisionnement des troupes.

151 L’argument de Reger 1994a, p. 123, selon lequel le rôle local de Délos comme fournisseur pour les Cyclades aurait même découragé les importateurs de fréquenter l’île (« Delos’s rôle as a local distribution center radically reduced the locals’need to encourage or compel imports, at least until the changes of the late third century »), apparaît dès lors fallacieux puisque cette dimension étroitement cycladique n’est pas démontrée.

152 Voir supra chapitre I p. 18 sur ce texte. Pour Reger 1994a, p. 118, le blé saisi « was being moved from one Kykladic Island to another and happened to pass through Delos ; it is less likely, in my view, that the grain was bought on Delos », mais Bresson 2008, p. 186-188, a démontré l’impossibilité d’une saisie en mer.

153 Reger 1994a p. 119-123 : « Despite the closeness in date of this text (IG XI 4, 666) to the Histiaian decree just discussed, it is important to avoid the temptation to treat them together as complementary or corroborating testimony on the importance (wether new or continuing) of Delos as an international market for grain transit » (p. 119).

154 Sur cette famille, Vial 1984, p. 32-34.

155 Strabon, XIV, 5, 2, au sujet du marché aux esclaves de Délos au ier s. : « Holà marchand, aborde, décharge, tout est vendu » (ἔµπορε, κατάπλευσον, ἐξελοῦ, πάντα πέπραται).

156 Voir infra p. 288 pour la localisation de ce commerce.

157 Reger 1994a, p. 41 et 261-263.

158 Sur les relations entre Rhodes et la piraterie, voir l’analyse de Gabrielsen 2001.

159 Reger 1994a, p. 68 et 119.

160 Vial 1984, p. 341. Voir également l’étude récente de Constantakopoulou 2017, p. 152-154.

161 Voir également la base de données de W. Mack, Proxeny Networks of the Ancient World. A Database of proxeny networks of the Greek city-states : http://proxenies.csad.ox.ac.uk (consulté le 08/03/2019) ainsi que Mack 2015 et l’ouvrage de Constantakopoulou 2017.

162 Chankowski 2012 et Annexe 4.

163 Bresson 2008, p. 82-83.

164 Voir supra chapitre III p. 000.

165 Commentaire ad IG XI 4, 627.

166 Chankowski 2018a, p. 33-34.

167 Chankowski 2014a et supra chapitre IV p. 229.

168 Plusieurs programmes sont actuellement en cours à l’École française d’Athènes.

169 Marc 2000.

170 Voir le commentaire de P. Roussel à ID 1709, qui évoque les autres hypothèses (fabricants d’Hermès, constructeurs du bâtiment, etc.).

171 Pennacchietti 1966-1967 et Bull. 1971, 648 et 652.

172 Robert 1929, p. 32-38.

173 Voir Coarelli 2016 qui maintient son interprétation, et le compte rendu critique de Chankowski 2018c, en particulier p. 241.

174 Moretti 1998.

175 Hasenohr 2002 ; Hasenohr 2012a, p. 96.

176 Vial 1984, p. 340-341 ; Reger 1988, p. 29-30 ; Duchêne, Fraisse 2001, p. 147-153.

177 Chankowski 2008a, p. 295-307.

178 Ph. Bruneau, « Deliaca IV » repris dans Bruneau 2006, p. 555-565.

179 Moretti, Fincker, Chankowski 2012.

180 Schulhof, Huvelin 1907, p. 57 ; Nouveau Choix, p. 196 ; Bresson 2006a, p. 318.

181 Moretti, Fincker, Chankowski 2012.

182 Chankowski 2012 : ἄνθρακας µηδὲ ῥυµοὺς µηδ[ὲ ξύλα ὅσα πωλεῖ]ται τοῖς σταθµοῖς τοῖς ξυληροῖς [µὴ ἐξέστω] πριάµενον ἐν Δήλωι πωλεῖν·, « les charbons, les rondins, le bois de construction qui sont vendus en utilisant les emplacements destinés au bois, qu’il ne soit pas permis de les revendre alors qu’on les a achetés à Délos ». Voir le texte en Annexe 4 et fig. 22.

183 En particulier ID 365 (a. 208) et ID 366 (a. 207).

184 Fraisse, Llinas 1995, p. 256.

185 Voir en dernier lieu la reprise de l’étude du monument par Moretti, Fincker 2016.

186 Leroux 1913, p. 255 ; Lauter 1986, p. 163. R. Martin envisageait une fonction d’entrepôt pour la Salle hypostyle : Martin 1951, p. 445, destination récusée par Moretti, Fincker 2016, p. 109, en raison de l’ornementation intérieure de l’édifice.

187 Moretti, Fincker 2016, p. 107-108.

188 Chankowski 2018a.

189 Dans d’autres attestations plus tardives (époque impériale) dans des inscriptions d’Asie mineure, le terme, parfois composé en ὑδρεγδοχεῖα, est employé pour désigner un réservoir d’eau : Priene 208, l. 7 ; Didyma 264, l. 6 ; IEphesos 695, l. 9 ; MAMA VIII, 449, l. 4 (Aphrodisias) ; TAM III, 590, l. 12 (Pisidie) ; SEG XVIII, 740, b, l. 6 (Cyrénaïque).

190 Ἀπάµεια δ᾽ ἐστὶν ἐµπόριον µέγα τῆς ἰδίως λεγοµένης Ἀσίας, δευτερεῦον µετὰ τὴν Ἔφεσον·αὕτη γὰρ καὶ τῶν ἀπὸ τῆς Ἰταλίας καὶ τῆς Ἑλλάδος ὑποδοχεῖον κοινόν ἐστιν (trad. Fr. Lasserre, CUF).

191 Certains ne retiennent pour ἐγδοχεῖον que le sens technique de « citerne » et lui nient toute signification dans le registre des entrepôts, d’autres traduisent le terme ἐγδοχεῖς par « courtiers » ou « intermédiaires », retenant en particulier dans les occurrences papyrologiques leur implication dans les opérations de financement du commerce maritime. Ce n’est qu’à Délos, non sans controverses, que le terme est compris par la plupart des épigraphistes avec la signification d’« entrepositaires », en lien avec le rôle de l’île dans le commerce de transit : voir le détail dans Chankowski 2018a.

192 Virlouvet 2018 avec la bibliographie afférente.

193 Le corpus délien offre une douzaine de dédicaces de cette série (ID 1520, 1772, 1773, 1774, 1777, 1778, 1779, 1780, 1781, 1782, 1791, 1795) émanant de τὸ κοινὸν Βηρυτίων Ποσειδωνιαστῶν τῶν ἐν Δήλωι ἐµπόρων καὶ ναυκλήρων καὶ ἐγδοχέων, dédicaces des négociants, armateurs et entrepositaires du koinon des Poséidoniastes de Bérytos installé à Délos.

194 Roussel 1916, p. 93.

195 Voir supra p. 259-260 et p. 268-269.

196 La situation de Délos à l’époque athénienne, après la synthèse de Roussel 1916, a été étudiée en détail par Habicht 1985 puis Habicht 2006, p. 271-289, où l’ensemble des sources littéraires et épigraphiques est analysé. Sur les circonstances de la remise de Délos aux Athéniens, Polyb,e XXX, 20, 1-8, avec le commentaire de Walbank 1979, p. 443-444 ; Strabon, X, 5, 4 C486. Voir également Perrin-Saminadayar 1999. Sur les conséquences des décisions romaines pour Rhodes, Wiemer 2002, p. 328-339. À Délos, les Athéniens réactivent une grande partie des cultes instaurés lors de leur domination de l’époque classique : contrairement à ce qu’écrit Habicht 2006, p. 276, les cultes d’Apollon pythien, de Thésée, ainsi que les Délia, ne sont pas des nouveautés (voir Chankowski 2008a, p. 79-121).

197 Habicht 2006, p. 282-283, à propos des dédicaces. Plusieurs documents athéniens témoignent de la permanence de l’autorité romaine sur les décisions concernant Délos, en particulier deux décrets athéniens (Charneux, Tréheux 1997, p. 239-256).

198 Chankowski 2018a, p. 33-38.

199 Fraser, Bean 1954, p. 154-172 ; pour Étienne 1990, p. 107-110, cette influence était plutôt une tutelle : contra Badoud 2014, p. 121.

200 Habicht 2006, p. 271-283.

201 Hasenohr 2012a, p. 95-110 ; Hasenohr 2012b.

202 Sur la critique de l’interprétation de H. Duchêne et Ph. Fraisse, voir Chankowski 2018a.

203 Karvonis, Malmary, Zarmakoupi 2018. L’étude comparée des emprises au sol est fournie pour plusieurs entrepôts d’époque impériale par Ubaldo, Virlouvet 2016.

204 Un Satyros fils d’Amphyklès est locataire d’un bâtiment pour 150 dr. vers 192 (ID 400, l. 21-22).

205 Sur l’ambassade achéenne de 159/8 qui fit valoir contre Athènes des droits des Déliens, à laquelle fait peut-être allusion Polybe (XXX, 20, 9) en mentionnant les problèmes que valut à Athènes la cession de Délos, Habicht 2006, p. 273-274, et Walbank 1979, p. 525-526. Des menaces sont encore mentionnées dans le décret pour l’épimélète athénien (Tréheux, Charneux 1998). Deux dédicaces des Déliens (Δήλιοι) à leurs patrons (τὸν ἑαυτῶν πάτρωνα), l’orateur Marcus Antonius, consul en 99 et censeur en 97 (ID 1700) et C. Iulius Caesar, père du dictateur et proconsul en Asie entre 99 et 89 (ID 1701) montrent qu’ils avaient su s’assurer du soutien de protecteurs puissants.

206 Reger 1994a, p. 256.

207 Duchêne, Fraisse 2001, p. 178 ; Rickman p. 155 : « It is certain that the excavations on Delos have not such warehouses » ; Hellmann 2010, p. 283.

208 Bilan dans Chankowski 2018a.

209 Pausanias, VIII, 33, 2, à propos de Délos : κοινὸν Ἑλλήνων ἐµπόριον.

210 Rossi 2012, p. 647-654.

211 Voir par exemple, sur les marchés contemporains, le rôle des ports francs dans le marché de l’art, étudié par plusieurs journalistes à l’occasion de la foire d’art contemporain de Singapour en 2013 (Le Monde, 29/01/2013) : « Les ports francs présentent de nombreux avantages aux yeux des collectionneurs d’art. Installés sur de grandes superficies (30 000 m2 de terrain à Singapour, 50 000 m2 à Genève et 70 000 m2 prévus pour le futur port franc de Pékin), ils sont ouverts quasiment en continu, jour et nuit, toute l’année. Ils sont souvent équipés de systèmes de sécurité ultra sophistiqués et permettent de stocker des œuvres de grand format. Ces ports francs sont également prisés pour leurs tarifs de stockage attractifs (entre 200 et 700 euros le mètre carré pour une durée d’un an) et leur confidentialité. Ils bénéficient de conditions fiscales avantageuses : les œuvres d’art ne sont taxées qu’à la sortie de la zone franche, généralement selon le taux en vigueur dans le pays de destination ». D’autres parallèles, comme le port franc de Livourne entre le xvie et le xviiie s., présentent des similitudes intéressantes avec Délos : voir par exemple l’étude de Calafat 2012.

212 Sur les coûts de transaction, voir en particulier l’étude de Lo Cascio 2005.

213 Étienne Robert 1993.

214 Bonsangue 2014 ; Tchernia 2008 ; Andreau 2010.

215 Voir dans l’immédiat la Chronique des fouilles en ligne de l’École française d’Athènes, notice 6199 (http://www.chronique.efa.gr).

216 Par exemple Tite-Live XXXVI, 43. Sur le tonnage des navires, voir l’ouvrage de Nantet 2016.

Table des illustrations

Titre Tableau 45 — Prix de la poix restitué au conge entre 305 et 250.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 7 — Plan des principales zones de commerce de Délos.
Crédits Moretti, Fincker 2016, fig. 1
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5624/img-39.png
Fichier image/png, 544k
Titre Fig. 8 — L’Agora des Déliens et les portiques du front de mer.
Crédits Cl. EFA/Ch. Gaston
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5624/img-40.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 9 — Le front de mer de Délos, depuis l’Agora des Compétaliastes et Hermaïstes
Crédits Cl. EFA/Ch. Gaston
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5624/img-41.png
Fichier image/png, 12M
Titre Fig. 10 — Les Magasins du front de mer.
Crédits Dessin de J.-J. Malmary, publié dans Chankowski 2018a, p. 186, fig. 11
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5624/img-42.png
Fichier image/png, 2,2M

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search