Version classiqueVersion mobile

Parasites du Dieu

 | 
Véronique Chankowski

Chapitre IV

Politique monétaire
et circulation du numéraire
dans la délos hellénistique

Texte intégral

1La documentation délienne présente l’avantage de nous permettre d’associer aux monnaies elles-mêmes le témoignage des inscriptions et plus particulièrement des comptes, qui ont enregistré l’état de la fortune du sanctuaire d’Apollon délien entre le ve s. et le ier s. av. J.-C. Le cas de Délos éclaire la situation monétaire d’une toute petite cité des Cyclades, mais en même temps celle d’un grand sanctuaire cosmopolite devenu, par les travaux de construction qui s’y déroulaient, une grande entreprise de construction, et par l’intensité des mouvements de fonds entre la caisse publique et la caisse sacrée, une banque de crédit non moins considérable, à côté d’un emporion égéen dont l’activité n’a cessé de croître depuis la période classique. Les opérations de prêts sur les fonds de la caisse sacrée bénéficiaient aux Déliens au titre de particuliers et collectivement à la cité de Délos qui profitait d’un crédit quasiment gratuit et permanent.

2Pourtant, comme nous l’avons déjà constaté en examinant la composition de la caisse sacrée, la nature du numéraire présent dans le trésor s’était modifiée au cours des siècles. L’un des problèmes majeurs auxquels devait faire face la communauté des Déliens était la question du recyclage de l’argent. Contrairement à Athènes, Délos n’était pas une puissance militaire capable d’imposer au monde égéen sa politique monétaire. C’était une communauté civique se définissant comme sacrée et politiquement neutre, au service de la gestion de son sanctuaire. Même si la cité de Délos disposait d’une force financière et d’un poids économique très importants en raison des fonds monétaires dont elle disposait, il est caractéristique que son propre monnayage n’ait jamais constitué pour elle un moyen de s’imposer dans le monde égéen. Une telle politique ne pouvait manifestement se passer de la force militaire. Les Déliens ont donc préféré utiliser les numéraires existant, au fil des différentes dominations qui se sont construites en Méditerranée, en s’efforçant de conserver une encaisse diversifiée et utilisable dans les paiements.

3Dans ces circonstances, une grande partie du trésor d’Apollon, comme nous l’avons supposé à partir de l’organisation des jarres de la caisse sacrée, était constituée de monnaies qui étaient devenues obsolètes au début du iie s., probablement des chouettes athéniennes principalement. Cette situation imposait aux Déliens de faire d’autant plus fructifier les avoirs utilisables, et ils n’ont probablement pas manqué d’inventivité pour y parvenir dans l’amélioration de leurs méthodes administratives et comptables : la constitution de fonds spécifiques dans la caisse publique, comme le sitônikon, en témoigne. Les Déliens auraient pu, comme l’ont fait d’autres grandes puissances financières de Méditerranée orientale, fondre les espèces présentes dans l’encaisse d’Apollon pour en tirer un nouveau monnayage au nom de leur cité. S’ils ne l’ont pas fait, c’est que cette solution ne présentait aucun intérêt dans le contexte politique et économique qui était le leur aux iiie et au iie s., car elle aurait compromis l’intensité et la continuité des échanges qui faisaient la prospérité de l’île.

4Il existait donc une sorte d’inadéquation, en termes de rationalité économique, entre le modèle de « cité sacrée » défendu par les Déliens sous la forme d’une communauté protégée par sa neutralité mais dépourvue de puissance politique et militaire, et la réalité de la circulation du numéraire de l’époque hellénistique qui nécessitait de mettre à jour leur encaisse avec des moyens de pression dont les Déliens étaient dépourvus.

5C’est à cette contrainte que les Déliens se sont efforcés de répondre dans la plupart de leurs décisions monétaires. Inversement, la seconde domination athénienne, qui s’accompagne des émissions du monnayage stéphanéphore, revient à des schémas antérieurs dans lesquels Athènes — cette fois avec l’aide d’autres puissances militaires — a la capacité d’imposer son propre monnayage.

  • 1 Burasélis 1982, p. 39-45 ; Étienne 1990, p. 89-124 ; Fraser, Bean 1954.

6Auparavant, d’autres modèles de domination ont été envisagés sans perdurer dans les Cyclades autour de la puissance financière du sanctuaire d’Apollon : dès la fin du ive s., l’organisation de la Confédération des Nèsiotes par les Antigonides, puis l’influence lagide dans les Cyclades, et enfin le regain d’intérêt des Antigonides dans les îles à la fin du iiie s, suivi par l’influence rhodienne au début du iie s., disent assez l’importance des enjeux de pouvoir dans cette région1. Le rôle de Ténos dans le koinon des Nèsiotes au iie s. sous le patronage rhodien se développe comme une sorte de concurrence au statut de l’île d’Apollon : siège du koinon, bénéficiant de l’asylie pour l’île et son sanctuaire, lieu d’implantation de banques, elle a pu espérer jouer un rôle central dans l’organisation insulaire. Mais jusqu’en 167, la neutralité délienne était parvenue, tant bien que mal, à s’imposer : Tite-Live souligne que les flottes ennemies romaine, attalide et macédonienne qui se trouvaient dans les eaux de Délos en 168 respectaient l’inviolabilité de l’île sacrée (XLIV, 29 : sanctitas templi insulaeque inuiolatos praestabat omnes).

7La question se pose donc de savoir comment s’organise l’usage des différents monnayages qui constituent l’encaisse délienne. À partir des textes épigraphiques qui contiennent des inventaires de monnaies ou des mentions de numéraire, à partir aussi des monnaies de fouilles et des trésors découverts sur le site, il est possible de mettre en évidence plusieurs aspects de la circulation monétaire, en particulier la diversité des étalons monétaires en usage aux iiie et iie s., et de proposer une chronologie des émissions monétaires déliennes. Inscriptions et monnaies peuvent être, bien souvent, analysées conjointement et rendent compte du contexte monétaire méditerranéen dans lequel la cité de Délos avait à prendre des décisions concernant ses propres finances et celles du sanctuaire.

Les hiéropes manieurs d’argent : recyclage monétaire dans la caisse sacrée

  • 2 Tréheux 1992.
  • 3 Voir supra chapitre III.

8Tout le bilan financier des hiéropes était rédigé en étalon attique, ce qui devait signifier, en amont, de multiples opérations de conversions et d’équivalences comptables εἰς ἀλεξανδρείου λόγον, selon l’étalon attique ou d’Alexandre2. Tout en conservant cette unité de compte, les hiéropes ont vu se créer un décalage de plus en plus grand entre leur étalon comptable et la réalité des espèces qu’ils maniaient. L’analyse de la composition du trésor d’Apollon et de la caisse publique au début du iie s. nous a permis de constater qu’il existait plusieurs masses en numéraire que les hiéropes avaient fini par distinguer du reste des jarres : le fonds ancien, d’une part, l’argent histiatikon des capitaux de fondation, d’autre part, mais sans doute d’autres fonds monétaires également, comme le chorégikon qu’il a fallu distinguer du reste de l’encaisse à la fin du iiie s. S’y ajoute au iie s. dans la caisse publique le fonds du sitônikon réservé aux achats de blé, pour lequel la composition en numéraire était aussi un enjeu3.

Les modifications du numéraire de l’encaisse

  • 4 Fraisse, Moretti 2007, p. 155-214.
  • 5 ID 372 A, l. 142-144 ; 400, l. 32-36 ; 402, l. 2-6 ; 403, l. 25-27.

9Un objectif important de la gestion de la caisse sacrée par les hiéropes durant la période de l’Indépendance était d’assurer à la cité de Délos une réserve de crédit permanent. Parallèlement à la gestion relative au bon fonctionnement du sanctuaire — entretien des bâtiments et constructions nouvelles, organisation des fêtes religieuses, achat des fournitures —, les administrateurs reçoivent de la cité des ordres de prêt sur les fonds sacrés. La cité procède ainsi à de très nombreux emprunts qu’elle rembourse, le plus souvent sur des échéances brèves. Les fonds empruntés servent à des achats de grain au prix de gros, à des dépenses honorifiques destinées à assurer la neutralité délienne, aux grands travaux portuaires. Mais la cité de Délos fait assumer à la caisse sacrée la construction, l’entretien et les transformations de bâtiments publics, tels le Théâtre au iiie s.4 ou encore l’Ekklésiastérion entre 231 et 1895. Les Déliens au titre de particuliers entendent également bénéficier des possibilités de crédit qu’offre la caisse sacrée. Cette disponibilité des fonds sacrés apportait évidemment aux Déliens, tant à titre privé qu’à titre collectif, des facilités considérables sur les marchés.

  • 6 Bresson 2001 et Bresson 2014, en réponse aux objections de Étienne 2011, p. 14-22 ; Chankowski 2014 (...)

10Dans quelle mesure la caisse sacrée risquait-elle d’être confrontée à un épuisement de ses capitaux propres aux échanges méditerranéens ? Ce problème financier est à la fois d’ordre administratif et d’ordre monétaire. En effet, les administrateurs devaient veiller à ce que des bénéfices viennent combler les dépenses, mais ils devaient également être attentifs aux stocks métalliques de leurs encaisses, dans un contexte d’échanges où plusieurs monnayages avaient cours. Or l’encaisse métallique du sanctuaire, composée à la fin du ive s. de bonne monnaie attique, était amenée à se disperser au fur et à mesure que la cité de Délos empruntait, en particulier pour ses achats de grain, de même qu’au cours des paiements de chantiers de construction. Le problème des espèces monétaires pouvait être crucial dans ce domaine, comme le montre par exemple le cas des sitônai de la Confédération des Nèsiotes, venus négocier sur la place de commerce délienne une cargaison de grain, vers 194-192, et aidés par le banquier Timôn de Syracuse, qui accepta de changer leur monnaie à des conditions favorables (IG XII 5, 817)6. Au fil des dépenses, la monnaie qui constituait l’encaisse du sanctuaire était soumise à un recyclage permanent, dès lors que la cité délienne ne pouvait pas reconstituer par des frappes monétaires les stocks de bonne monnaie, comme Athènes ou Rhodes auraient pu le faire. Les rentrées d’argent, par la fiscalité ou par les fermages et locations, mais aussi lors des remboursements de prêts, modifiaient la composition de la caisse en faisant entrer, à la place des espèces d’étalon attique, d’autres numéraires en circulation.

11La cité de Délos devait jouer sur cette variété d’étalons pour organiser ses paiements selon les circonstances. Lorsqu’elle achetait du grain au prix de gros par la sitônia — avec des capitaux prêtés par le sanctuaire, puis plus tard avec un fonds spécifique —, elle avait besoin de monnaies dont la valeur était acceptée sur les marchés égéens, très probablement des alexandres. Lorsqu’elle revendait ce blé aux Déliens sur l’agora, elle risquait fort de rassembler des paiements en monnaie délienne, alors qu’elle allait avoir besoin de monnaie internationale pour refaire circuler le fonds d’achat. Si elle échangeait auprès des banques ces monnaies déliennes contre de l’argent d’étalon attique au moment de rembourser le sanctuaire, elle perdait son propre stock métallique et se trouvait confrontée à une fuite de métal qu’elle ne pouvait assumer. Elle devait donc conserver les alexandres de la caisse publique et de la caisse sacrée pour des paiements spécifiques, comme le fonds d’achat de blé. On ne peut donc pas exclure que la cité ait remboursé certains de ses emprunts au sanctuaire en monnaies non attiques et en particulier déliennes, par équivalences comptables, d’autant plus que le produit des taxes et des loyers, qui constituait ses ressources régulières pour les remboursements, devait être lui aussi versé en numéraire local. La constitution d’un fonds dans la caisse publique, destiné en propre à la sitônia, avait peut-être aussi pour but de répondre à cette difficulté liée à la nature du numéraire et à la nécessité de préserver non seulement le capital mais aussi sa composition monétaire sans mêler l’ensemble de la caisse sacrée à cette difficulté. Le rôle des banques, dans ces opérations, mérite également d’être précisé.

12La tenue des comptes des hiéropes en étalon attique tout au long de l’Indépendance a occulté cette réalité, que d’autres sources permettent d’éclairer.

Le témoignage des inventaires de la seconde domination athénienne

Les méthodes des administrateurs athéniens

13D’autres indications permettent de préciser la composition de l’encaisse et font apparaître la variété d’étalons monétaires présents dans le trésor d’Apollon.

  • 7 Voir supra chapitre II p. 99-101. Roussel 1916, p. 121, sur la commission des Aréopagites chargée d (...)
  • 8 Ce dossier est analysé par Robert 1951, p. 122-133 et 143-178, pour l’identification des monnaies ; (...)
  • 9 ID 1409, Aa, col II, l. 110-129 et Bb, col. I, l. 1-6 : début de la liste des jarres (vers 160) ; I (...)

14Au moment de leur reprise en main de l’île à partir de 167, les Athéniens ont procédé à une sorte d’audit des biens sacrés7. Outre les offrandes présentes dans les différents édifices, ils ont tout particulièrement inventorié le contenu des caisses du sanctuaire8. L’inventaire de ces monnaies, qui se trouvaient dans le temple d’Apollon à l’arrivée des administrateurs athéniens en 167, est donné de façon incomplète par l’acte daté de l’année de l’archonte Phaidrias (ID 1432, Bb, col. I et Ba, col. II, année 153/2). Ses lacunes peuvent être en partie comblées par d’autres fragments d’inventaires, qui montrent que le trésor reste intangible, du premier inventaire vers 160 jusqu’au dernier vers 140 (Annexe 3)9.

  • 10 Voir supra chapitre I p. 42-45.

15Il s’agit donc du même argent que celui qu’inventoriaient les hiéropes avec les inventaires de jarres. Le même terme de stamnoi est employé pour désigner les contenants. Les administrateurs athéniens leur ont ajouté des numéros sous forme de lettres, ce dont les inventaires des hiéropes ne font jamais état car ils ne mentionnaient que les libellés des banques : cette indication de provenance permettait en effet de rattacher directement les différentes sommes du trésor aux registres des banquiers10. Elle n’a plus d’intérêt dès lors que ces fonds ne circulent plus, sous l’administration athénienne. L’inventaire ID 1432 n’est pas complet puisqu’il manque la partie inférieure du fragment qui contient la liste des jarres, mais celle-ci atteint déjà le numéro ZZZZ (78), ce qui montre qu’il y avait certainement plus de 80 jarres d’argent monnayé (Annexe 3 – Inventaire des jarres par les administrateurs athéniens). Or la stèle quasi complète du compte ID 442 permet de constater qu’en 179, la caisse sacrée comportait 44 jarres et la caisse publique 37 jarres, soit 81 jarres en tout dans le temple d’Apollon. Les données sont donc concordantes.

  • 11 Voir supra chapitre I p. 33-34 sur les implications de ce constat sur l’organisation matérielle du (...)
  • 12 Voir supra chapitre III p. 146 et tableau 30 sur la composition de la caisse sacrée.

16L’organisation de la rédaction de l’inventaire athénien permet même de reconstituer la manière dont ont procédé les administrateurs athéniens, qui est à l’opposé de celle des hiéropes : les Athéniens ont manifestement commencé leur inventaire et leur numérotation par les jarres qui étaient les plus facilement accessibles dans les caisses, et qui constituaient donc les dernières entrées des hiéropes11. En effet, les premières jarres de l’inventaire athénien contiennent des sommes importantes alors que les dernières ne présentent souvent que des reliquats de faible importance. Les dernières jarres inventoriées par les Athéniens sont donc en réalité les plus anciennes dans l’encaisse des hiéropes, puisqu’elles avaient déjà été utilisées. De plus, seules cinq jarres parmi les premières séries contiennent de l’argent nommé phoinikophore, qui correspond à la toute dernière émission monétaire délienne, dans les années 170. Au contraire, les hiéropes tenaient leur inventaire selon un ordre chronologique qui présentait d’abord les premières jarres du fonds ancien, puis les reliquats du iiie s. et enfin l’encaisse récente12.

17Pourtant, aucun des montants conservés dans l’inventaire athénien ne correspond exactement aux montants indiqués dans les inventaires déliens. Des similitudes peuvent apparaître, comme les montants de 40 dr. qui font penser au revenu des horoi ou le montant de la première jarre (A) constitué de drachmes phoinikophores qui présente presque le même résultat en finale que la jarre 115 des hiéropes (… 5 978 et 5 968 : voir Annexes 2 et 3), mais aucune concordance exacte ne se laisse percevoir. Même en tenant compte de l’écart créé par deux années d’utilisation par les hiéropes entre le dernier inventaire et la transmission aux Athéniens, il faut supposer que les administrateurs athéniens avaient procédé à quelques réassemblages, probablement en fonction du numéraire, en fusionnant le contenu de jarres de la même monnaie, tout en laissant parfois subsister dans un même lot quelques espèces différentes.

18Cet ensemble de monnaies constitue ainsi une sorte de gigantesque trésor monétaire virtuel qui nous est connu par l’épigraphie. Il est décrit par les administrateurs athéniens sous l’intitulé καὶ ἀργυρίου τοῦ ὑπάρχοντος ἐν ταῖς κ[ι]βωτοῖς (ID 1429, B, col. II, l. 33), « l’argent qui se trouve dans les caisses », et cette dénomination « d’argent dans les caisses » ne permet pas de savoir s’il s’agit de la seule caisse sacrée ou également de la caisse publique. Mais avec plus de 80 jarres, tandis que la caisse sacrée n’en possédait que 44 en 179, il est bien probable que l’inventaire athénien comporte à la fois les jarres de la caisse sacrée et celles de la caisse publique, appropriation que légitimait la décision romaine de suppression de la cité de Délos.

  • 13 Tréheux 1991a, p. 351.

19En revanche, il est frappant de constater qu’aucune monnaie d’étalon attique ou d’étalon d’Alexandre n’y figure. Or le fonds ancien de l’Indépendance, comme nous l’avons supposé à propos des premières jarres immobilisées, devait être constitué d’argent attique devenu obsolète. D’autres jarres récentes devaient comporter des monnaies d’Alexandre qui étaient nécessaires sur le marché du blé. Toutes ces monnaies d’étalon attique ont donc dû être retirées du trésor par les administrateurs athéniens, en vue d’une autre utilisation, comme l’avait supposé J. Tréheux13.

  • 14 Au contraire, après l’arrêt des émissions de chouettes athéniennes en 295, le monnayage d’Athènes s (...)

20Or nous avons peut-être une trace explicite de cette opération de sélection dans l’intitulé fragmentaire de deux actes des administrateurs athéniens, en 153/2 et en 140/39 : ils précisent qu’ils ont reçu à leur entrée en charge un série de biens d’Apollon, probablement « avec les offrandes qui se trouvaient précédemment dans le temple d’Apollon et de l’argent sélectionné frappé avant le monnayage du stéphanéphore » ([τάδε παρελάβοµεν? σὺν τοῖς? — —]έροις τοῖς ἐν τῶι τοῦ Ἀπόλλωνος ναῶι καὶ ἀργυρίωι λογαίωι τῶι πρότερον κοπέντι [τ]οῦ στεφανηφόρου ὃ παρελάβοµεν ἐν τῶι το[ῦ Ἀπόλλωνος ναῶι? —, ID 1450, A, l. 6 ; également ID 1432, A, col. I, a, l. 10-11). Cet argent λογαῖον, « choisi » ou « sélectionné » (du verbe λέγω), pourrait être l’argent athénien d’époque classique, retiré de l’encaisse du temple, qui elle, est inventoriée plus loin à la suite des offrandes. En effet, dans un autre passage d’un inventaire, les administrateurs athéniens décrivent avec la même formule l’argent qu’ils appellent « glaukophore » (ID 1429, B, col. II, l. 22-23 : τέτραχµα ἀττικὰ γλαυκοφόρα τῶν πρότ[ε]ρον κοπέντων τοῦ στεφανηφόρου, « des tétradrachmes attiques glaukophores frappées avant le monnayage du stéphanéphore »)14.

21Contrairement à ces mentions de fonds de monnaie athénienne ancienne, la liste des jarres établie par les administrateurs athéniens prend place à la suite de l’inventaire des offrandes et s’inscrit toujours dans les deux colonnes des inventaires. On comprend donc que, désormais, ces monnaies font partie d’un fonds thésaurisé, conservé dans le temple au même titre que les offrandes. Au contraire, l’un des actes administratifs athéniens établit une nette différence, dans l’organisation du texte gravé sur la pierre, entre l’inventaire et le compte : l’acte ID 1408, entre 163/2 et 162/1, présente un inventaire de plusieurs édifices, gravé en deux colonnes, puis sur toute la largeur du marbre (A, l. 35-50), le compte des intérêts et remboursements de prêts.

  • 15 Diverses autres estimations erronées du total inventorié par les Athéniens ont été proposées : entr (...)

22En raison des lacunes des textes, il est difficile de connaître la somme totale inventoriée par les Athéniens. Les passages conservés enregistrent une somme totale de 78 438 dr., soit 13 talents. Cette somme est bien en dessous du montant total des avoirs de la fin de l’Indépendance (caisse publique et caisse sacrée), comme le montrent les balances de comptes des hiéropes15, mais elle ne correspond pas non plus à la totalité de l’encaisse inventoriée par les Athéniens puisque plusieurs montants sont incomplets et que l’on ignore quel était le nombre total des jarres faute d’avoir conservé la fin de l’inventaire.

La nature des espèces inventoriées

  • 16 Les calculs ont été établis à partir de l’inventaire ID 1432. Aucun des chiffres des totaux donnés (...)

23Quelles sont ces monnaies inventoriées par les administrateurs athéniens ? Les inventaires permettent d’obtenir la répartition suivante16 (tableau 37) :

Tableau 37 — Répartition des monnaies inventoriées par les administrateurs athéniens.

histiaiikon 58,92 % 46 221 dr. 7,7 talents
taurophores 15,30 % 11 997 dr. 2 talents
phoinikophores 14,25 % 11 190 dr. 1,8 talent
rhodion 9,25 % 7 258 dr. 1,2 talent
autresa 2,25 %  1 777 dr. 0,3 talent
a. Euboïkon, deniers romains, espèces diverses, numéraires non renseignés en raison des lacunes.

24Le trésor était principalement composé de quatre espèces :

  • des monnaies déliennes
  • 17 Robert 1951, p. 143-178 ; Robert 1962, p. 18-24.

25L’argent phoinikophore fait directement référence à l’effigie du palmier qui figure sur les monnaies déliennes de la seconde série des émissions monétaires de la cité17.

  • des monnaies érétriennes
  • 18 Picard 1979, p. 198-202.

26Les monnaies taurophores « nouvelles » sont des émissions érétriennes d’étalon attique, frappées en tétradrachmes, octoboles et tétroboles18.

  • des monnaies rhodiennes
  • 19 Ashton 2001 ; Bresson 1993, p. 119-169 ; Bresson 1996.
  • 20 Voir à ce sujet la critique de Ashton 2001, p. 95, n. 78, qui conteste que rhodion puisse regrouper (...)
  • 21 L’inventaire de 169 (ID 461, Bb, l. 49) mentionne une plinthophore à côté de monnaies rhodiennes qu (...)

27L’argent appelé « rhodien » par les Athéniens avait la même dénomination, comme on le verra, dans les comptes des hiéropes durant la première moitié du iie s. Celle-ci fait référence aux drachmes rhodiennes légères, frappées à 2,80 g environ. Une telle catégorie semble, au premier abord, correspondre davantage à la définition d’un groupe monétaire qu’à une stricte provenance car on sait que de nombreuses imitations ont circulé en Égée avec les paiements aux mercenaires, principalement après la Paix d’Apamée19. Toutefois, ces imitations ayant souvent un poids inférieur aux drachmes rhodiennes légères, il est plausible que les administrateurs n’aient pas confondu les deux catégories, mais faute de possibilités de le vérifier avec des monnaies conservées, il est difficile d’en avoir la certitude20. Quant à l’argent plinthophore qui fait suite à ces drachmes légères, il est connu des hiéropes déliens qui le mentionnent une fois dans un inventaire21 mais on le voit surtout apparaître dans les trésors à Délos au ier s. Il paraît donc raisonnable de considérer qu’à cette date, dans la caisse sacrée, le rhodion ne fait pas référence aux plinthophores mais à des monnaies d’étalon rhodien correspondant aux drachmes légères à 2,80 g environ.

  • des monnaies histiéennes

28La monnaie d’Histiée domine cet ensemble de façon impressionnante, bien que les comptes des hiéropes de l’Indépendance n’en fassent pas explicitement mention. À la fin d’un inventaire d’offrandes, en 169 (ID 461, Bb, l. 49), les hiéropes mentionnent quelques monnaies, qui ne sont pas enregistrées dans l’encaisse mais parmi les objets thésaurisés : νόµους ἑπτά ῥόδιαι δύο παλαιαί· πλινθοφόρος µία ἱστιαιικόν·, « sept sesterces, deux rhodiennes anciennes, une plinthophore, un histiaiikon ».

  • 22 Robert 1951, p. 179-216 ; Robert 1960 (Hellenica XI-XII), p. 63 ; Robert 1967, p. 37 ; Marek 1977 ; (...)
  • 23 Mise au point chronologique dans Hoover 2014, p. 440-441.
  • 24 Wallace 1956, p. 27-36 ; Robert 1951, p. 179-216. W. P. Wallace (p. 35 et n. 72) critique la vision (...)

29Comme pour les monnaies rhodiennes, les frappes d’imitations lors de la troisième guerre de Macédoine ont contribué à la diffusion de ce monnayage22. Au cours du iiie s., la cité d’Histiée reste le plus souvent dans l’orbite du royaume antigonide à l’exception d’une courte période d’indépendance eubéenne entre 271 et 261. Elle constitue une base pour les troupes macédoniennes lors de la première guerre de Macédoine (214-205). À ce titre, la cité fut assiégée à deux reprises par les troupes romaines et attalides. Au iie s., elle soutient la Ligue Étolienne, puis sert de base navale à Rome au cours de la troisième guerre de Macédoine (171-168)23. Abandonnant les émissions d’octoboles et de drachmes qui caractérisent le monnayage d’Histiée jusqu’à la fin du ive s., les ateliers monétaires entreprennent, à partir du début du iiie s. et au cours des iiie-iie s., des émissions monétaires de tétroboles d’environ 2 g dont le volume trahit l’emprise militaire antigonide, puis romaine afin de financer les armées dans les guerres macédoniennes et étoliennes24.

30L’inventaire signale d’autres séries monétaires erratiques dans les jarres :

  • l’une des jarres (HHH) contient des drachmes de diverses origines (παντοδαποῦ δραχµάς) ;
  • l’argent euboïkon (jarre BB) désigne un monnayage frappé au nom de la confédération eubéenne. Au iie s., reconstituée par Flamininus, ses émissions monétaires ne sont connues que par des bronzes. Mais au iiie s., deux des dernières émissions d’argent de la ligue eubéenne pourraient correspondre au monnayage euboïkon de la caisse délienne : les drachmes à la tête de satyre (environ 3,70 g), vers 289 ou 279, peut-être émises par Érétrie, ou les drachmes au dauphin (environ 3,80 g, connues aussi par des subdivisions en hémidrachmes, dioboles, oboles, hémioboles), vers 270-267, émises par les cités eubéennes pour leur défense contre la Macédoine25.
  • les tetranoma (jarre ΠΠ) sont des deniers romains26 ;
  • les monnaies « cratèrophores » (jarre ΥΥ) sont des drachmes ou des didrachmes de Naxos, frappées entre le iiie et le ier s.27 ;
  • les kattitèrina (jarre I) désignent des monnaies fourrées, en bronze recouvertes d’argent28.
  • 29 Robert 1951, p. 162-166.

31Ce trésor monétaire inventorié par les administrateurs athéniens peut être comparé avec le produit des troncs enregistré par ces mêmes administrateurs entre les années 155 et 140. En 146-145, le produit des troncs décrit par les Athéniens (ID 1442, B, l. 50-53) donne des tétradrachmes stéphanéphores, des drachmes et hémidrachmes rhodiennes, des monnaies macédoniennes, des bronzes lagides « à l’aigle », des monnaies romaines. D’autres inventaires permettent d’ajouter à la liste des monnaies de Ténos nommées botryophores et des plinthophores rhodiennes29. Sans être radicalement différent du trésor des caisses déliennes, le contenu des troncs au milieu du iie s. témoigne déjà de la circulation de nouvelles espèces auprès des populations, tout particulièrement les plinthophores et les stéphanéphores, qui ne semblaient pas faire partie du quotidien des hiéropes manieurs d’argent dans la première moitié du iie s. On a donc bien affaire, avec les inventaires des administrateurs athéniens, à un état arrêté de l’encaisse présente dans le temple d’Apollon à la fin de l’Indépendance.

  • 30 Bresson 1993, p. 141.

32Le classement opéré par les Athéniens est manifestement fonction d’une logique qui tient compte des différents étalons, mais également des rapports de poids entre les monnaies, qui étaient en même temps des rapports comptables. Les administrateurs ont associé, dans une même jarre, certaines espèces. Dans des jarres d’argent d’Histiée, parfois aussi dans des jarres d’argent rhodien, figurent des petites dénominations monétaires déliennes, majoritairement des chalques mais parfois des oboles (jarres Δ et I). Lorsqu’il s’agit d’oboles déliennes, donc d’argent, ces subdivisions sont inclues dans l’addition, et le libellé précise que le total est établi σὺν δηλί[ο]ις δυσὶν ὀβολοῖς (jarre ∆) et non καί qui désigne toujours un ajout supplémentaire dans la jarre. Comme on le verra plus loin, ces associations sont significatives pour la compréhension du monnayage délien. Une jarre contient, avec une majorité d’argent rhodien, 5 ch. déliens et un histiaiikon (jarre Θ). Les monnaies histiéennes et rhodiennes voisinent d’ailleurs de la même façon dans les trésors monétaires, avec des monnaies macédoniennes, dans des proportions variables30. Une autre jarre additionne de l’histiaiikon avec des cratérophores (jarre YY).

  • 31 Ashton 2001, p. 93 : « The reduced drachms seem to have passed as tetrobols on the Attic standard, (...)

33Les drachmes déliennes phoinikophores ne pesaient pas le poids d’une monnaie attique, comme on le verra, et les administrateurs athéniens en étaient bien conscients puisqu’ils les ont associées à des rhodiennes et à des histiéennes. Toutefois, pour les déliennes, les administrateurs athéniens n’ont pas précisé de conversion en étalon attique, tout comme pour les monnaies érétriennes qui elles, suivaient l’étalon attique. Au contraire, pour l’argent rhodien ainsi que pour l’argent histiaiikon et euboïkon, les administrateurs précisent systématiquement qu’ils établissent le compte εἰς ἀττικοῦ λόγον parce qu’ils ont procédé à une conversion du total en étalon attique. Cette différence ne s’explique pas par l’existence d’un cours forcé de la monnaie délienne, comme on le verra plus loin : une telle inexactitude de comptabilité n’aurait d’ailleurs pas eu de sens du point de vue des administrateurs athéniens, qui avaient tout intérêt à établir un compte exact en étalon attique. Elle ne s’explique pas non plus par une différence de poids : les monnaies euboïques sont moins loin du poids théorique de la drachme attique que les phoinikophores, et les drachmes rhodiennes pesant environ 2,80 g pouvaient s’aligner sur le poids des tétroboles attiques31. De plus, comme on vient de le voir, des oboles déliennes ont servi à compléter l’addition dans des jarres de monnaies histiéennes (∆, I), et des monnaies cratérophores (d’environ 3,90 g) pour l’addition d’une jarre d’histiaiikon (ΥΥ) : des équivalences pondérales simples (par exemple trois oboles naxiennes pour un tétrobole histiéen) le permettaient. En définitive, seuls les intitulés des jarres de phoinikophores ne comportent pas la précision εἰς ἀττικοῦ λόγον. Les administrateurs ont-ils omis de préciser qu’il y avait eu conversion en étalon attique ? Ou bien faut-il penser que les Athéniens les auraient simplement comptées sans procéder à une conversion du total en étalon attique ?

34Il n’est pas impossible que, dans cette réserve thésaurisée, les monnaies déliennes aient bénéficié d’un statut particulier lié au sort de la cité de Délos, alors que les Athéniens établissaient pour les autres une indication de valeur en étalon attique.

Les monnaies maniées par les hiéropes

Le témoignage des balances de comptes

35Ces espèces monétaires écartées par les Athéniens à partir de la seconde domination sont celles que les hiéropes, au iie s., avaient à manier quotidiennement. Si la comptabilité est unifiée, dans la pratique les paiements sont diversifiés. L’encaisse des hiéropes n’a donc rien, dans sa composition, de l’apparente unité de numéraire à laquelle l’usage d’un étalon unique, dans la comptabilité, pourrait faire croire. Ce sont les balances de comptes qui en font état, montrant que les hiéropes sont aussi préoccupés par le classement de leurs monnaies selon différents étalons.

  • 32 Relecture de Chr. Feyel, commentée dans Chankowski 1997b, p. 360 ; Chankowski 2008a, p. 334.

36La balance de l’année 169 (ID 461, Ab, l. 55-56), bien que partiellement conservée, est reconnaissable au fait qu’elle est gravée en caractères plus gros que le reste du compte. Elle est exprimée comme suit, corrigée par une relecture32 :

37Les hiéropes ont reçu à leur entrée en charge une certaine somme (non conservée sur la pierre). Ils rendent compte de son usage (dépenses, recettes, bénéfice) et traduisent sous les termes d’« entrée » et de « sortie » ce bilan qui rend compte des emplois de la totalité de la somme reçue. Mais cette somme, même si elle est calculée en étalon attique, n’est pas pour autant composée d’une encaisse unitaire : les hiéropes ont tenu à préciser qu’elle contenait de l’argent d’Alexandre d’une part et du bronze d’autre part.

38La formule καὶ ἀλεξανδρείου est difficile à comprendre exactement. La somme exprimée en ἀλεξανδρείου ne peut pas être la conversion monétaire d’une somme comptabilisée dans d’autres espèces : dans ce cas, les hiéropes écrivent toujours εἰς ἀλεξανδρείου λόγον et non ἀλεξανδρείου. De plus, la somme, qui n’est d’ailleurs pas identique à l’entrée et à la sortie, serait ridiculement faible par rapport aux avoirs conservés dans le sanctuaire à la fin de l’Indépendance. Le génitif désigne ici la nature des espèces comptabilisées. Mais s’agit-il d’une transmission hors de la balance de compte, comme le καὶ pourrait le laisser entendre, ou bien s’agit-il d’une somme qui fait partie de la balance de compte et dont les hiéropes donnent le détail dans leur total ?

  • 33 Doyen 2012, p. 80-83 : « Pour notre part, nous suggérons de retrouver en cet étalon lacunaire le [ῥ (...)
  • 34 Voir supra chapitre I p. 45-47.

39Dans son étude de métrologie, Ch. Doyen propose de restituer dans la lacune ῥοδίου et de voir dans la composition de cette balance de compte la formulation d’une encaisse tripartite, constituée d’argent rhodien, d’argent d’Alexandre et d’argent frappé dans l’étalon du bronze, selon l’interprétation défendue dans son ouvrage. Il suppose de ce fait que le compte aurait été établi dans sa majeure partie selon l’étalon rhodien, tout en respectant une tripartition entre le rhodiou, l’alexandreiou et le chalkou33. Cette solution n’est pas en adéquation avec les méthodes comptables des hiéropes, qui font de la balance de compte un véritable bilan des entrées et des sorties à l’équilibre. Malgré les lacunes de l’inscription, l’emploi de caractères plus grands dans la gravure de ces lignes ne laisse aucun doute sur le fait qu’il s’agit bien là de la balance du compte34. Si ce bilan n’était que le total des espèces maniées classées en différentes catégories monétaires (attique, rhodien, bronze), il serait impossible de construire l’équilibre de la balance. Ce que les hiéropes formulent est donc autre chose : la première partie comporte la balance du compte en étalon attique, selon l’usage habituel, avec un chiffre qui se termine par 14 dr. ¼ ob. et 2 ch. et qui ne varie pas entre les entrées (κεφαλὴ πάσης εἰσόδου) et les sorties (κεφαλὴ πάσης ἐξόδου), « total des entrées, total des sorties ». Puis dans la deuxième partie de la formule, les hiéropes ont apporté une précision qu’ils jugeaient importante sur la composition de l’encaisse en numéraire : καὶ ἀλεξανδρείου, qu’il faut donc comprendre comme « et en particulier en alexandres ». Ils donnent là un chiffre qui est le total des monnaies présentes dans la caisse, selon un étalon qui n’est ici pas différent de leur unité de compte.

40Or, au cours de l’exercice, en raison des recettes et des dépenses de l’année, la composition de l’encaisse a varié. Des alexandres sont sortis de la caisse (30 175 dr. à l’entrée, 12 178 dr. à la sortie) et ont été remplacés par d’autres monnaies, toujours pour l’équivalent en étalon attique afin de maintenir l’équilibre global des comptes dans la balance. Les mouvements de la sitônia sont certainement en cause dans cette modification de la composition de l’encaisse puisque les achats de blé faisaient sortir de la monnaie reconnue sur le marché, probablement celle d’étalon attique. Les remboursements de prêts faisaient rentrer d’autres numéraires.

  • 35 Voir supra chapitre III p. 116 sur la nature de ce fonds.
  • 36 Voir l’exemple des autres prêts dans les tableaux réunis par Bogaert 1968, p. 132-133.

41En effet, la même année, les hiéropes signalent un remboursement de prêt à la suite d’une dépense diplomatique de la cité de Délos. Le versement est réalisé dans un numéraire qui n’est certainement pas attique car ils ont mentionné que le montant est établi εἰς ἀλεξανδρείου λόγον, c’est-à-dire à la suite d’un calcul d’équivalences comptables avec l’étalon d’Alexandre (ID 461, Aa, l. 78 : [ἀργύρι?]ο̣ν εἰ[ς ἀ]λ[ε]ξανδρείου λόγον, τὸ το[ῦ πρ]υτανείου εἰς τὴν ἀπόδοσιν τῶν στεφάνων, « de l’argent compté selon l’étalon d’Alexandre, du prytanée, pour le remboursement des couronnes »). La recette utilisée par la cité de Délos pour rembourser le prêt vient du fonds prytanikon et les hiéropes signalent à d’autres reprises que l’argent prytanikon est compté dans l’encaisse εἰς ἀλεξανδρείου λόγον (ID 461 Aa, l. 49 : εἰς ἀλεξανδρείου λόγον ἀπὸ τοῦ πρυτανείου dans une jarre en provenance d’une banque)35. La pierre porte à la ligne précédente le signe Image ΔΔ (70 dr.) mais ni les chiffres précédents ni les suivants ne sont conservés si bien qu’on ne peut connaître le montant du prêt. Toutefois la dépense se monte généralement à plus de 1 000 dr. pour des couronnes honorifiques36.

  • 37 En revanche, la formule εἰς ἀττικοῦ λόγον est exclusivement le fait de l’administration athénienne (...)

42Au contraire, au iiie s., les mentions εἰς ἀλεξανδρείου λόγον dans les comptes des hiéropes étaient réservées aux encaisses en monnaies diverses pour de petites sommes de quelques drachmes (IG XI 2, 161, A, l. 4 : καὶ παντοδαποῦ ἀργυρίου εἰς ἀλεξανδρείου λόγ[ον] δραχµὰς Image ; IG XI 2, 163, Bd, l. 5 : καὶ ἀργυρίου παντοδαποῦ εἰς ἀλεξα]νδρείου λόγον Image  ; IG XI 2, 199, A, l. 3 : καὶ ἀργυρίου παντοδαποῦ εἰς ἀλεξανδρείου λόγον Image )37.

43Il y a donc bien, au fil du temps, une modification profonde de l’encaisse des hiéropes.

  • 38 Cf. Chankowski, Feyel 1997 sur le raccord entre ID 463, ID 446 et deux autres fragments ; Chankowsk (...)

44L’année précédente, en 170, la balance du compte exprimait de la même manière la diversité des espèces (ID 463, A, l. 10-12)38:

[κεφα]λὴ πάσης εἰσ[όδου] —
— καὶ ῥοδίου ImageImage ΙΙΙ· κεφ[αλὴ πάσης ἐξόδου] —
— ου ΧΧΧΧImage ΗΗΗImage

  • 39 Doyen 2012, p. 82, n. 178, propose d’y voir plutôt du chalkou eu égard au chiffre indiqué, qui est (...)

45Ici, les hiéropes ont tenu à indiquer que l’encaisse contenait 51 dr. et 3 ob. d’argent rhodien. Le bilan des sorties devait donc comporter la même distinction et c’est peut-être le terme ῥοδίου qu’il faut restituer à la l. 12, cette fois pour 4 851 dr.39. L’inscription est très mutilée et il n’est pas impossible que d’autres catégories monétaires, en particulier l’alexandreiou, aient été mentionnées également.

  • 40 Chankowski 1997b, p. 360-361. Les pratiques déliennes trouvent un parallèle dans les documents comp (...)

46Le bronze est également utilisé par les hiéropes dans les mêmes conditions : il est manifeste que dans les balances comptables, la catégorie du χαλκοῦ reçoit le même traitement que les étalons monétaires40. L’encaisse en chalkou, comme le ῥοδίου ou l’ἀλεξανδρείου, fait l’objet d’une précision dans les balances de comptes. Celle de l’année 169 précise παρέδοµεν δὲ καὶ χαλκοῦ — — —]ΔΔImageImage . Comme la formule équivalente dans les entrées est restituée à la ligne précédente ([παρελάβοµεν δὲ καὶ χαλκοῦ — — — ΔΔImage  ?]Image .), il est en réalité impossible d’affirmer que le chiffre des entrées du bronze était bien le même que celui des sorties : comme pour l’alexandreiou, cette catégorie de monnaies a pu être utilisée au cours de l’année.

47Quelques décennies auparavant, vers 200, le compte ID 376 contient la même formule et montre que le bronze a été utilisé au cours de l’exercice (l. 19-20) :

[κεφαλὴ πάσης εἰσόδου] ΜΜΜΜImage ΧΧΧImage ΗΗΗΗImage ΔΔΔ[ΔImage /]
[— — — — παρελάβοµ]εν [δὲ] καὶ χαλκοῦ Image [ΗΗ]Η—
[κεφαλὴ πάσης ἐξόδου Μ]ΜΜΜImage ΧΧΧImage ΗΗΗΗImage ΔΔΔΔImage
[— — — παρέδοµεν δὲ κ]αὶ χαλκοῦ ImageImage ΔImage /. vac.

  • 41 Voir infra chapitre II p. 78.

48Recevant à l’entrée en charge 800 dr. de bronze et plus, les hiéropes en transmettent seulement 561 dr. et 1 ch. L’équilibre de la balance est néanmoins maintenu : il s’agit donc d’un monnayage très probablement épichorique, pour lequel il est possible de calculer, du point de vue comptable, un rapport à la drachme attique, si bien que le total des entrées est toujours en équilibre avec le total des sorties. Comme en 169 pour la monnaie d’Alexandre, le montant indiqué en alexandreiou, en rhodiou ou en chalkou ne modifie pas le chiffre de la balance : la précision sur le numéraire constituant l’encaisse est indépendante du bilan des entrées et des sorties. Dans le compte de 179, les hiéropes signalent pareillement dans leur protocole de transmission une somme en bronze de 3 733 dr. et 2 ob., reçue puis transmise sans avoir été utilisée (ID 442, A, l. 75 : παρεδώκαµεν δὲ καὶ τὸν χαλκὸν ὃν παρελάβοµεν). Dans la balance fragmentaire de ce compte (ID 442, A, l. 255), les petites dénominations conservées permettent de comprendre que les hiéropes ont inclus cette somme de chalkou dans l’addition41. C’est donc probablement ce qui se produit aussi dans ces trois balances : l’indication de numéraires en alexandreiou, rhodiou et chalkou est une précision supplémentaire sur l’encaisse, parallèlement au calcul de la balance complète.

Les modifications de l’encaisse

  • 42 Voir supra p. 185-186 avec les références en note.

49Ces indications sur les stèles de comptes des hiéropes sont le signe que la composition de l’encaisse du sanctuaire intéressait la communauté délienne et que celle-ci était consciente des difficultés causées par les modifications du numéraire. Comme le montre l’inventaire athénien, une grande partie de leur encaisse était composée de monnaies d’Histiée qui avaient manifestement envahi les marchés égéens à la faveur des émissions militaires de la fin du iiie s. et du début du iie s : à titre d’ordre de grandeur, cette somme de plus de 7 talents est équivalente au montant des capitaux de fondation gérés par les hiéropes. Les frappes de tétroboles d’Histiée avaient encore trouvé à la fin du iiie s. et au début du iie s. une nouvelle ampleur à la faveur des émissions militaires sous domination macédonienne puis romaine42. Ces monnaies, qui étaient en usage sur les marchés, circulaient donc aussi entre la caisse sacrée, la caisse publique, les particuliers et les fournisseurs, par l’intermédiaire des prêts à intérêts et des paiements.

  • 43 C’est le monnayage que les Athéniens appellent « glaukophore » et dont on trouve encore trace dans (...)

50Il est manifeste que les stocks de bonne monnaie d’étalon attico-alexandrin s’étaient raréfiés dans l’encaisse délienne au début du iie s. : sur un total des entrées constitué de 350 000 dr. en 168 pour les deux caisses, les quelque 30 000 dr. d’Alexandre signalées dans la balance de 169 au chapitre des entrées (ID 461, Ab, l. 55-56) ne constituent qu’un peu plus de 8 % du total. La part d’alexandres en circulation que les administrateurs athéniens ont pu retirer des caisses déliennes était donc faible. Ce qu’ils ont mis de côté devait surtout être composé de chouettes athéniennes obsolètes, qui composaient l’encaisse du ive s. et que les hiéropes avaient, comme on l’a vu, déjà séparées des autres jarres pour constituer une encaisse d’environ 8 talents de fonds ancien thésaurisé43. En effet, si l’on tient compte du total estimé dans la caisse sacrée à la fin de l’Indépendance, soit un peu plus de 23 talents, on conclura grosso modo du total de presque 13 talents inventorié par les Athéniens après 167, qu’il doit correspondre d’une part au fonds histiatikon de la caisse sacrée de l’Indépendance, d’un peu plus de 7 talents, d’autre part au fonds en circulation d’environ 6 talents, tous deux constitués de divers numéraires parmi lesquels le rhodien, l’histiéen et le délien devaient être majoritaires. Il y avait encore dans la caisse sacrée à la fin de l’Indépendance 8 talents de fonds ancien thésaurisé qui devait être constitué en grande partie de chouettes attiques : la différence de 10 talents entre les 23 talents de la fin de l’Indépendance et les 13 talents de l’inventaire athénien montre que les administrateurs athéniens n’ont guère pu retirer de la circulation plus de 2 ou 3 talents en alexandres.

  • 44 De ce point de vue, il paraît excessif de se fonder sur la faiblesse de la représentation du monnay (...)

51Le rhodion est faiblement représenté dans les balances de comptes des hiéropes, ce qui correspond aussi aux proportions que donne l’inventaire athénien où la catégorie du rhodion est la moins importante. Mais il faut probablement se garder d’en tirer trop de conclusions sur la situation de la circulation monétaire rhodienne au cours de ces années, car si les hiéropes signalent ces numéraires dans le bilan de leur compte, c’est parce que des quantités importantes ont été utilisées au cours de l’exercice, comme on le voit pour l’alexandreiou en 16944.

  • 45 Infra p. 218-221.

52L’encaisse en chalkou est plus intrigante, car elle contient des sommes très importantes, jusqu’à 3 733 dr. et 2 ob. dans la transmission du compte de 179 (ID 442, A, l. 53-55). Nous en traiterons plus loin à propos du monnayage délien45.

Le rôle de la monnaie d’Alexandre

  • 46 En dépit des conclusions négatives de Bresson 1993, p. 146-147, sur la faible circulation des monna (...)

53L’encaisse des hiéropes reflète bien le paysage monétaire des Cyclades au début du iie s. : l’argent d’Histiée, les monnayages eubéens et la monnaie rhodienne circulent massivement46. Est-ce à dire, pour autant, que la monnaie d’Alexandre tendait à disparaître des échanges dans cette partie de l’Égée ? Sans doute pas, mais l’administration délienne était manifestement impuissante à maintenir dans l’encaisse du sanctuaire des stocks de cette monnaie. Les banquiers privés, en revanche, continuaient à en disposer.

  • 47 Bresson 2001 et Bresson 2014, avec la bibliographie concernant ce décret.
  • 48 Voir infra p. 229, à propos du rôle des banquiers ; la question de l’agio et du kollybos est traité (...)

54Le décret bien connu de la Confédération des Nèsiotes pour le banquier Timôn de Syracuse (IG XII 5, 817) apporte un autre éclairage sur cette question : au début du iie s., se trouvant à Délos pour un achat de blé en gros au nom de la Confédération, des sitônai traitent avec Timôn, banquier installé à Délos et dont on connaît par ailleurs les affaires avec la caisse du sanctuaire d’Apollon, pour obtenir de la bonne monnaie qui leur permettra de réaliser avantageusement leur transaction. Cette opération de change implique de la monnaie rhodienne et les insulaires, d’après la partie conservée du décret, étaient en négociation au sujet d’un taux de 100 à 105 ([τῶµ] πωλού[ντων τὸν σῖτον ἀντὶ ἑκατ]ὸν δραχµῶν τοῦ Ῥοδίου ἀργυρίου οὐκ [ἔλαττον ἀπαιτούντων] ἑκατὸν καὶ πέντε δραχµῶν, l. 4-6). Les commentateurs de ce décret ont longuement débattu sur la nature des drachmes échangées : argent téniote contre argent rhodien ? drachmes rhodiennes contre drachmes attiques ? A. Bresson a apporté, dans deux articles successifs, deux arguments décisifs pour la compréhension de ce document. D’une part, seule apparaît pertinente une opération de change entre de l’argent rhodien en drachmes légères équivalent à des tétroboles attiques et de l’argent d’étalon attique, pour obtenir un rapport de 100 à 105 comme le dit l’inscription. D’autre part, la négociation des sitônai a été menée non pas directement avec les marchands de blé, mais avec les banquiers de la place délienne, ce qui permet alors de restituer à la place de [τῶµ] πωλού[ντων τὸν σῖτον] la formule [τῶµ] πωλού[ντων ἀργύριον ἀντὶ ἑκατ] ὸν δραχµῶν τοῦ Ῥοδίου ἀργυρίου οὐκ [ἔλαττον ἀπαιτούντων] ἑκατὸν καὶ πέντε δραχµῶν, τῶν τ[ε σιτωνῶν οὐχ ὁµολογούντ]ων, « les vendeurs d’argent, en échange de 100 dr. d’argent rhodien, ne réclamant pas moins de 105 dr., et les commissaires au grain n’étant pas d’accord », l. 4-7)47. Quant à la faveur obtenue par les insulaires auprès du banquier Timôn, elle engage un autre débat qui est celui de la nature du kollybos et de l’existence d’agio de change48.

55L’argent d’étalon d’Alexandre restait donc, dans les achats de blé, la monnaie internationale reconnue sur le marché de l’emporion délien et était aussi, à ce titre, recherchée par les emprunteurs. Les sitônai de la Confédération des Nèsiotes se rendent à Délos avec des monnaies d’étalon rhodien qui constituent leur encaisse pour négocier, dans un premier temps, auprès des banquiers, un change en argent attique, puis, dans un deuxième temps, pour négocier leur achat de blé au prix de gros.

  • 49 Delamarre 1904 ; Migeotte 1984, p. 168-194.

56C’était sans doute également le cas des sitônai déliens dont l’encaisse tirée du sanctuaire ne devait plus, au début du iie s., comporter suffisamment de monnaies d’Alexandre pour se passer de l’intervention des banquiers. Il est bien probable que, de manière progressive au cours du iiie s., l’encaisse du sanctuaire avait perdu ses stocks de monnaie attique par le fait de l’obsolescence d’une partie du stock et par des mouvements de fonds et des transactions. Au début du iiie s., des contrats de prêts d’Arkèsinè d’Amorgos, qui engagent la cité envers des créanciers privés, prévoient explicitement que le remboursement du capital et des intérêts devra se faire « en monnaie attique ou d’Alexandre qui a cours dans la cité à côté de la monnaie attique, intacte, de bon aloi, à l’abri des saisies, franches d’hypothèque, nette de toute déduction » (IG XII 7, 67, B, l. 19-21 : Ἀττικὸν ἢ Ἀλεξάνδρειον νόµισµα ὧι [ἡ] πόλις χρῆται … ὁλοσχερές, δόκιµον, ἄσ[υ]λον, ἀνέπαφον, ἀτελὲς πάντων ; également IG XII 7, 69, l. 20-24)49. Manifestement, les Déliens n’avaient pas prévu de telles clauses sur la nature du numéraire dans le remboursement des prêts. La revente du blé de la sitônia, de même que le paiement des taxes et des loyers servant au remboursement des prêts à la caisse sacrée, devaient encore contribuer à modifier l’encaisse initiale. La cité délienne ne pouvait pas non plus résoudre les problèmes d’obsolescence du stock monétaire, n’ayant ni l’autorité nécessaire ni l’intérêt de fondre les monnaies anciennes pour les frapper en son nom propre.

  • 50 Voir également le bilan dressé par Picard 2010a, p. 165-167, sur les émissions d’alexandres par les (...)

57Sans la remise de l’île aux Athéniens par la volonté de Rome, les Déliens, ayant à traiter cette encaisse diversifiée dans une comptabilité établie selon l’étalon attique, auraient pu être tentés de réformer leur système comptable pour lui préférer comme unité de base une drachme légère à 3,20 g ou à 2,80 g et s’insérer davantage dans la logique de la circulation monétaire rhodienne et histiéenne. S’ils ne l’ont pas fait, c’est d’abord parce que l’étalon d’Alexandre constituait une référence comptable dans le monde grec quelle que fut la réalité des espèces maniées50. De plus, le paysage monétaire était en perpétuel changement dans la première moitié du iie s. Les hiéropes avaient déjà vu apparaître les drachmes rhodiennes plinthophores à 3 g. Les tétradrachmes athéniennes stéphanéphores à 17,20 g les suivaient, renouvelant les rapports pondéraux. On comprend donc qu’en dépit des profondes modifications de leur environnement monétaire, les Déliens aient conservé l’étalon attique comme unité de compte, car il restait une unité de référence dans les évaluations financières et marchandes.

58La documentation délienne éclaire ainsi, sur plus d’un siècle et demi, ce qui n’est pratiquement jamais mis en lumière par les sources antiques : le recyclage des espèces monétaires par leur circulation.

Le monnayage délien

59L’étude des émissions monétaires de la cité de Délos au cours de l’Indépendance permet également d’éclairer la politique monétaire des Déliens et la manière dont la cité a choisi de réagir aux changements du paysage monétaire égéen, de la fin du ive s. au milieu du iie s. Si le monnayage délien est très peu représenté archéologiquement, les textes épigraphiques mettent en revanche en lumière des phénomènes de métrologie qui peuvent constituer une manière plus efficace de comprendre la situation monétaire délienne. Cette documentation ouvre en même temps une précieuse fenêtre d’observation sur la situation monétaire égéenne.

Le témoignage des monnaies

  • 51 Svoronos 1923-1926 (terminé après la mort de l’auteur par B. Pick), pl. 105.

60Le monnayage de la cité de Délos est connu par environ 220 petites dénominations de bronze, dont la plupart proviennent des fouilles dans l’île et quelques-unes de collections, mais seulement une vingtaine d’exemplaires en argent dans les cabinets numismatiques, si l’on se fonde sur la planche de monnaies déliennes constituée par J. Svoronos en 192351, complétée par des publications ultérieures. Toutefois, certains des exemplaires signalés par Svoronos dans des cabinets et collections n’ont pu être retrouvés et leurs poids n’ont pu être vérifiés. Aucune de ces monnaies d’argent ne dispose de contexte stratigraphique. En se fondant sur les trouvailles les mieux assurées, l’étude de cet ensemble disparate permet toutefois de définir quelques caractéristiques de ce monnayage d’argent, même si une étude de coins paraît ici peu pertinente.

61Il est ordonné en deux séries : la première figure au droit la tête d’Apollon et au revers une cithare ; la seconde présente au droit la tête d’Apollon et au revers un palmier. L’appellation de « phoinikophores » présente dans les inventaires athéniens correspond donc à cette série au palmier. Elle représente certainement la dernière série frappée sous l’Indépendance car les monnaies au palmier apparaissent en très faible quantité par rapport aux citharéphores : seuls deux exemplaires au palmier figurent dans les cabinets numismatiques pour l’argent et la conservation des bronzes de ce type présente des proportions d’une faiblesse similaire, ce qui laisse penser qu’elles n’ont guère eu le temps de circuler.

  • 52 Babelon 1914 (II, 3), p. 835 ; en dernier lieu Sheedy 2006, p. 76-85.
  • 53 Chankowski 2008a, p. 168-181 et 215-233.

62Les citharéphores sont donc la première émission monétaire de Délos indépendante : il est erroné de rattacher ces monnaies au ive s., comme on le voit dans plusieurs publications qui les associent parfois à une hypothétique phase de retrait de l’autorité athénienne après la défaite de 40552. La remise du sanctuaire aux Déliens par l’autorité lacédémonienne fut de très courte durée et n’induisit d’ailleurs aucune rupture avec les milieux athéniens dans les fêtes et dans l’économie53. Ce n’est donc pas à ce moment-là qu’il faut placer le premier monnayage de Délos après celui de l’époque archaïque, mais bien plutôt dans les premières décennies de l’Indépendance, au début du iiie s.

  • 54 Cette identité des types ne va toutefois pas jusqu’à une identité des coins, comme c’est le cas à M (...)
  • 55 Bruneau et alii 1970, p. 388.

63Le monnayage de bronze utilise les mêmes types et les mêmes symboles que le monnayage d’argent, et il existe une continuité entre les deux : c’est un seul et même système monétaire, dont certaines dénominations sont frappées en argent et d’autres en bronze54. Toutefois, la rareté des exemplaires en argent est frappante au regard de la relativement bonne représentation des monnaies de bronze : la publication de la fouille de l’Îlot des Comédiens témoigne bien de cette rareté55.

64Le monnayage de bronze présente lui aussi une organisation en deux types, l’un citharéphore et l’autre phoinikophore. La majorité des exemplaires trouvés dans l’île correspondent à des modules d’une dizaine de millimètres de diamètre et d’un poids d’environ 1 g. Ils présentent une grande diversité dans la configuration des types, en particulier pour la cithare qui est représentée avec de multiples variantes, ainsi que dans l’usage des symboles ajoutés à la cithare au revers : cygne, corne d’abondance et légende ∆-H placée tantôt au pied de la cithare tantôt à mi-hauteur, de part et d’autre du symbole. Cette diversité témoigne de l’importance de ce monnayage dans les usages monétaires locaux, que la cité a dû alimenter à plusieurs reprises. Dans le monnayage phoinikophore, c’est l’effigie d’Artémis qui a été choisie, avec le palmier au revers, pour les subdivisions frappées en bronze. Une série présente une autre variante avec la tête d’Apollon au droit et celle d’Artémis au revers.

  • 56 Pour les monnaies de bronze, voir dans l’immédiat les reproductions présentées dans le Guide de Dél (...)

65Le tableau ci-dessous (tableau 38) présente les exemplaires d’argent connus par les catalogues de collections56.

Tableau 38 — Les monnaies d’argent de la cité de Délos indépendante.

Citharéphores
Module A
Tête
 d’Apollon vers la gauche / cithare tétracorde
             Drachmea
(1) Babelon 1914, p. 835, no 1318
et pl. CCXL, 14.
= Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 11.
= BnF, départ. des monnaies, Fonds général 188.
Droit : tête d’Apollon laurée, tournée vers la gauche.
Revers : cithare tétracorde inscrite dans un carré.
∆-H de part et d’autre au pied de la cithare.
3,31 g
15 mm
Image
Module B1
Tête
 d’Apollon vers la gauche / cithare pentacorde
Triobole
(2) Babelon 1914, p. 835, no 1319
et pl. CCXL, 15.
= Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 12.
= BnF, départ. des monnaies, Fonds général 189.
Droit : tête d’Apollon laurée, tournée vers la gauche.
Revers : cithare pentacorde encadrée par les lettres ∆-H placées à mi-hauteur.
1,60 g
12 mm
Image
(3) Winterthur 2301 : Bloesch 1987, p. 216 et
pl. 102.
Droit : tête d’Apollon laurée, tournée vers la gauche.
Revers : cithare pentacorde encadrée par les lettres ∆-H placées au pied.
1,37  g
11,1 mm
Image
(4) Pozzi 4523 : Boutin 1979.
Droit : tête d’Apollon laurée tournée vers la gauche.
Revers : Cithare pentacorde inscrite dans un carré.
1,27 g
10 mm
Image
(5) Musée numismatique d’Athènes 50/4762.
Droit : tête d’Apollon laurée tournée vers la gauche.
Revers : Cithare pentacorde inscrite dans un carré.
1,13 g
10 mm
Image
Module B2
Tête
d’Apollon vers la gauche / cithare tétracorde
Triobole
(6) A. Meadows, R. Williams, SNG XIII.
The
Collection of the Society of Antiquaries
Newcastle upon Tyne (2005), no 395.
Droit : tête d’Apollon laurée, tournée vers la gauche.
Revers : cithare tétracorde inscrite dans un carré.
1,60 g
10 mm
Image
(7) Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 18 (Londres)b. = Head 1911, p. 485.
= British Museum 1890,0702.43.
Droit : tête d’Apollon tournée vers la gauche.
Revers : cithare tétracorde.
1,42 g
10 mm
Image
(8) S. W. Grose, Catalogue of the Mc Clean
Collection
of Greek Coins, Fitzwilliam Museum.
II : The Greek Mainland, the Aegean Islands,
Crete (1926), p. 518-519, no 7254
et pl. 245.29.
Droit : tête d’Apollon laurée, tournée vers la gauche.
Revers : cithare tétracorde (?) encadrée par les lettres ∆-H placées au pied.
1,36 g
10,5 mm
Image
(9) Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 14
(collection Roussopoulos).
= L. Forber, The Weber Collection II (1924),
p. 561 no 4657, pl. 169.
Droit : tête d’Apollon tournée vers la gauche.
Revers : cithare tétracorde.
1,37 g
11 mm
Image
(10) Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 13 (Berlin).
Droit : tête d’Apollon tournée vers la gauche.
Revers : cithare tétracorde inscrite dans un carré.
1,35 g
11 mm
Image
(11) Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 17 (Berlin).
Droit : tête d’Apollon tournée vers la gauche.
Revers : cithare tétracorde.
1,32 g
11 mm
Image
(12) Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 15 (Berlin).
Droit : tête d’Apollon tournée vers la gauche.
Revers : cithare tétracorde.
1,19 g
10 mm
Image
(13) Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 16
(collection J. Six).
Droit : tête d’Apollon tournée vers la gauche.
Revers : cithare tétracorde.
1,19 g 10 mm Image
Module B3
Tête
d’Apollon vers la droite / cithare tétracorde
Triobole
(14) Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 23 (Vienne).
Droit : tête d’Apollon tournée vers la droite.
Revers : cithare tétracorde.
1,15 g
11 mm
Image
Module C1
Tête
d’Apollon vers la gauche / cithare pentacorde,
légende
ΔΗΛΙΩΝ
Trihèmiobole
(15) Babelon 1914, p. 835, no 1320
et pl. CCXL, 16.
= Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 21.
= BnF, départ. des monnaies, Fonds général 190.
Droit : tête d’Apollon laurée, tournée vers la gauche.
Revers : cithare pentacorde, entourée par les lettres ΔΗΛ-ΙΩΝ.
0,85 g
11 mm
Image
Module C2 Tête d’Apollon vers la gauche / cithare pentacorde Trihèmiobole
(16) E. Tsourti, M. D. Trifiró, SNG Greece 5. The
A. G. Soutzos Collection (2007), no 1224.
Droit : tête d’Apollon tournée vers la gauche.
Revers : cithare pentacorde.
0,71 g
11 mm
Image
Module C3
Tête
d’Apollon vers la gauche / cithare tétracorde
Trihèmiobole
(17) Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 22 (Berlin).
Droit : tête d’Apollon tournée vers la gauche.
Revers : cithare tétracorde.
0,84 g
9,5 mm
Image
Module C4
Tête
d’Apollon vers la droite / cithare tétracorde
Trihèmiobole
(18) Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 25
(Imhoof-Blumer).
Droit : tête d’Apollon tournée vers la droite.
Revers : cithare tétracorde.
0,82 g
9 mm
Image
Module D
Tête
d’Apollon à gauche / cithare tétracorde
Hémiobole
(19) Pozzi 4524 : Boutin 1979.
= Svoronos 1923-1926, pl. 105 no 20
(collection Roussopoulos).
Droit : tête d’Apollon laurée tournée vers la gauche.
Revers : Cithare tétracorde inscrite dans un carré.
0,26 g
6 mm
Image
Phoinikophores
Module A
Tête
d’Apollon vers la gauche / palmier et cygne
vers la gauche
Drachme
(20) British Museum 1900,0606.19.
cf. W. Wroth, NC 1900, p. 287 no 18 et pl. XIV, 2 ;
Head 1911, p. 48560.
Droit : tête d’Apollon tournée vers la gauche.
Revers : palmier surmonté d’un cygne s’envolant
vers la gauche.
3,04 g
15 mm
Image
Module B
Tête
d’Apollon vers la droite / palmier et cygne vers la droite
Tétrobole
(21) J. Hirsch, Auctions-Catalog XIII (1905), no 3148,
pl. XXXV.
Droit : tête d’Apollon tournée vers la droite.
Revers : palmier surmonté d’un cygne s’envolant
vers la droite ; ∆ en bas à droite.
1,58 g
12,5 mm
a. Le choix des subdivisions sera expliqué au fur et à mesure du chapitre.
b. Avec une erreur de poids, indiqué 1,42 g dans le catalogue informatisé du British Museum (1,32 g chez Svonoros mais 21,9 g soit 1,40 g dans Head 1911, p. 485). Dans la planche 105 de Svoronos, le no 19 (Londres – 1,32 g) semble plutôt être un bronze d’après la forme schématique de la cithare que l’on ne trouve pas sous cette forme dans le monnayage d’argent. Le no 24 n’est pas une monnaie de Délos (signalé par B. Pick dans les Errata, p. XIX).

66La rareté des exemplaires rend évidemment conjecturale toute reconstruction du système monétaire des Déliens, mais les inscriptions apportent de précieux compléments sur cette question, en particulier sur les subdivisions de ce monnayage et la chronologie des émissions monétaires.

67Les exemplaires conservés témoignent de relations pondérales qui permettent de formuler une première hypothèse sur l’organisation du monnayage citharéphore, qui pourrait se diviser logiquement en drachmes, trioboles, trihèmioboles et hèmioboles. Les trioboles sont les plus nombreux avec 13 exemplaires sur les 19 conservés, et des poids s’étalant entre 1,60 g et 1,13 g.

68La première image qui se dégage (tableau 39) est que le monnayage citharéphore a pu connaître plusieurs séries successives avec une baisse progressive du poids de la drachme, que l’on peut restituer aux alentours de 3,40 g au début de la série et aux alentours de 2,30 g à la fin d’après les exemplaires conservés.

69Toutefois, aucune de ces monnaies n’est fleur de coin et l’on ne connaît pas non plus la durée de leur circulation, si bien qu’il est pratiquement impossible d’estimer leur degré d’usure et de parvenir, par la seule observation des monnaies, à la définition des poids d’origine. C’est donc par le recours aux comptes des hiéropes que l’on pourra préciser ce tableau.

Tableau 39 — Poids conservés et hypothèses de subdivisions monétaires.

Valeur la plus
haute conservée
Valeur la plus basse conservée Hypothèse de restitution
à
la drachme
drachme 3,31 g (1)
triobole 1,60 g (2) (6) 1,37 g (3) (9) – 1,32 g (11)
1,19 g (12) (13) – 1,13 g (5)
[3,20 g] – [2,74 g – 2,64 g]
[2,38 g – 2,26 g]
trihèmiobole 0,85 g (15) 0,71 g (16) [3,40 g] – [2,84 g]
hèmiobole 0,26 g (19) [3,12 g]

La chronologie des émissions monétaires d’après les comptes des hiéropes

La date de l’émission des citharéphores

70Les inscriptions témoignent de ces émissions monétaires, dans la mesure où elles avaient une incidence sur la gestion de la caisse sacrée.

  • 57 Sur ces monnaies archaïques, voir GD et Sheedy 2006, p. 76-85, 190-193.
  • 58 Vial 2008, s.v., mais le commentaire à ce passage (IG XI 2, 161, A, l. 42) indique par erreur qu’il (...)

71En 279, parmi les divers versements de leur encaisse, les hiéropes indiquent avoir reçu également 100 dr. « en remplacement de l’argent ancien » (IG XI 2, 161, A, l. 42 : καὶ παρ’ Ἀντικράτους τοῦ Τιµησιδήµου ἀντὶ τοῦ παλαιοῦ ἀργυρίου δραχµὰς·Η). La cité de Délos avait donc frappé monnaie en 279 ou peu avant et introduit ce nouveau monnayage dans la caisse du sanctuaire. Les 100 dr. versées « en remplacement de l’argent ancien » indiquent que les Déliens ont retiré de la caisse sacrée des monnaies déliennes qu’elle était en droit de refrapper à de nouveaux types, donc des monnaies d’argent datant d’avant la première domination athénienne57. L’auteur de ce versement, Antikratès fils de Timèsidèmos, est connu comme chorège en 279, logiste en 269, fermier en 269 et 268. Peut-être était-il l’un des commissaires chargé de superviser l’émission monétaire mais la documentation ne fournit rien de plus à son sujet58.

  • 59 Picard 2010b, p. 35-39.

72La cité de Délos avait dû, bien entendu, se procurer d’autres sources de métal, en dehors du numéraire de la caisse sacrée. Des analyses de métal ont permis de montrer que les monnaies de Chalcis avaient été frappées grâce à la fonte de vases en argent59. Il ne faut pas exclure une possibilité identique pour celles de Délos, mais nous n’avons aucun indice pour préciser la provenance du métal qui servit à cette première émission monétaire de l’Indépendance.

73Dans le même compte de l’année 279, on peut en revanche percevoir la manière dont la cité de Délos a peut-être facilité la circulation de sa nouvelle monnaie par l’intermédiaire de la caisse du sanctuaire.

74Le bilan comptable de l’inscription mentionne la transmission d’une somme supplémentaire votée au sanctuaire par l’Assemblée (IG XI 2, 161 A, l. 124-127) :

σὺν ταῖς ·ΜΜΧΧΧΧImage ΗΔΔΔ· αἷς ὁ δῆµος ἐψηφίσατο [ἐν παραδ]όσει παραλαµβάνειν ἀεὶ τοὺς ἱεροποιοὺς τοὺς ἐν τέλει ὄντας,

avec les 24 630 dr. au sujet desquelles le peuple a voté par décret que les hiéropes en fonction devraient les recevoir chaque fois dans la transmission de l’encaisse.

75Le même fonds est mentionné encore l’année suivante (IG XI 2, 162, l. 4-6) ainsi qu’en 276 (IG XI 2, 163, l. 9-10) où il a augmenté car il se monte à 35 000 dr. au moins. Il a sans doute été, par la suite, intégré à l’ensemble de la caisse sacrée car il n’est plus mentionné séparément dans les encaisses ultérieures.

  • 60 Vial 1984, p. 142 et n. 95.
  • 61 Voir Annexe 1.

76Cette somme a une spécificité et son maintien dans la caisse est décidé par la cité. Plusieurs raisons ont été invoquées pour ce versement : la nécessité de geler certains fonds, le besoin de maintenir une certaine somme dans l’encaisse que les emprunts de la cité ont tendance à vider60. En effet, en 281, les hiéropes n’ont transmis à leurs successeurs qu’un peu plus de 5 220 dr. dans l’encaisse (IG XI 2, 159, l. 69-70) car une très grande partie des fonds circule sous forme de prêts à la cité. Le compte de l’année 281 indique un total des sorties qui se monte à 81 287 dr. 3 ob. ½ ob. 1 t. 1 ch. (σύµπαγ κεφάλαιον ἀναλώµατος σὺν ὧι ἡ πόλις ὀφείλ[ει ․․․․․․][— —c.13— —] δραχµαὶ ·Image ΜΜΜΧΗΗImage Δ[ΔΔ]ImageImage ΙΙΙImageImage /., l. 68-69). Or il est aisé de calculer le montant des dépenses courantes de l’année. L’inscription de 281 est fragmentaire mais celles des années suivantes permettent de calculer que le montant total des dépenses (travaux, dépenses mensuelles et frais de fonctionnement incluant les salaires du personnel) se situe entre 13 000 et 14 000 dr. au maximum61. Le montant retiré par la cité pouvait donc atteindre les 10 talents, soit la majeure partie du trésor. En 279, les hiéropes ont reçu en caisse un peu moins de 20 000 dr. au début de leur exercice et ont perçu en cours d’année différents versements, pour un montant d’un peu plus de 34 000 dr., dont presque 20 000 dr. proviennent de la cité (16 221,6 dr. de remboursements de prêts et 3 539 dr. du chorégikon, l. 24-26). Le reste des recettes est constitué par les revenus réguliers des fermages, loyers, taxes et intérêts versés par les particuliers.

77Il est tentant de mettre en relation l’ordre — unique dans le corpus des comptes — donné aux hiéropes par l’Assemblée de conserver en caisse 24 630 dr. et la nouvelle émission monétaire délienne. Ces 24 630 dr. doivent être non pas des drachmes attiques mais des drachmes déliennes, dont le montant, cette fois, n’est pas converti en étalon attique : cela n’était plus nécessaire puisque les hiéropes donnent à la ligne précédente le montant du solde qu’ils transmettent à leurs successeurs, qui se monte à 41 442 dr. ½ ob. 1 t. et 1 ch. Or ces 24 630 dr. déliennes, avec un poids de la drachme délienne à 3,30 g si l’on retient le poids attesté par le seul exemplaire d’argent connu pour ce module et ce type, trouvent un équivalent dans les versements effectués par la cité de Délos dans la caisse sacrée et signalés dans le compte. Au cours de cette année, les sommes remboursées par la cité et les sommes versées au titre du chorégikon font un total de 19 760,6 dr. attiques qui, pour une drachme attique à 4,33 g, correspond à 24 630 dr. déliennes avec une drachme délienne à 3,473 g. Ce poids est un peu trop élevé par rapport à l’exemplaire de drachme conservé, mais il n’est pas impossible dans la fourchette de poids théoriques que les subdivisions attestées permettraient de restituer. Si les versements effectués par la cité en 279 ont consisté en monnaie délienne nouvellement frappée, la cité aurait ainsi profité de ses remboursements d’emprunts pour verser dans la caisse sacrée de la nouvelle monnaie.

78Les retraits si importants opérés par la cité en 281 ne consistaient peut-être pas tous en prêts. Il est possible que les Déliens aient, avec ces retraits, opéré un comptage monétaire global et sélectionné les monnaies déliennes anciennes destinées à être fondues.

79On peut alors comprendre ainsi le bilan du compte inscrit par les hiéropes de 279 (IG XI 2, 161. A, l. 122- 127) :

κεφάλαιον οὗ τε παρελάβοµεν ἀργυρίου καὶ τοῦ ἐπὶ τῆς ἡµετέρας ἀρχῆς εἰσελθόντος δραχµαὶ · Image ΧΧΧΧΗImage ΔImage · ἀργυρίου παντοδα-
ποῦ εἰς ἀλεξανδρείου λόγον δραχµὰς ·ΔImage καὶ χρυσοῦς ·ΔΙΙ· καὶ τεττίγια χρυσᾶ δύο καὶ φωκαΐδα. κεφάλαιον ἀναλώµατος δραχµ[αὶ]
ΜΧΧImage ΗΗΔΔ. τὸ δὲ λοιπὸν παρεδώκαµεν ἱεροποιοῖς τοῖς ἐπ’ ἄρχοντος Μενεκράτους Δηµόνωι τῶι Νίκωνος, Πίστηι τῶι Ξένωνος, πα-
ρόντων βουλευτῶν καὶ γραµµατέων, τοῦ τῆς πόλεως Ἀντιπάτρου τοῦ Δηµητρίου καὶ τοῦ τῶν ἱεροποιῶν Κλεινοδί[κου τ]οῦ Κλεινο-
δίκου, ἀργυρίου νοµίσµατος δραχµὰς · ΜΜΜΜΧΗΗΗΗΔΔΔΔImageImageImage /· σὺν ταῖς ·ΜΜΧΧΧΧImage ΗΔΔΔ· αἷς ὁ δῆµος ἐψηφίσατο [ἐν παραδ]όσει παρα-
λαµβάνειν ἀεὶ τοὺς ἱεροποιοὺς τοὺς ἐν τέλει ὄντας vac. καὶ τεττίγια ·ΙΙ· καὶ φωκαΐδα· καὶ ἀργυρίου παντοδ[αποῦ ·ΔImage · καὶ χρυσ]οῦς ΔΙ[Ι].

  • 62 Et non « avec en plus » comme l’indique la traduction du Nouveau Choix, p. 70.

Total de l’argent que nous avons reçu et de l’argent qui est entré au cours de notre exercice : 54 162 dr. Argent de diverses provenances converti en drachmes d’Alexandre : 11 dr. et 12 statères d’or, deux monnaies d’or à la cigale et une monnaie de Phocée. Total des sorties : 12 720 dr. Nous avons transmis comme solde aux hiéropes de l’archontat de Ménékratès, Dèmonous fils de Nikôn et Pistès fils de Xénôn, en présence des conseillers et des secrétaires, celui de la cité Antipatros fils de Dèmètrios et celui des hiéropes Kleinodikos fils de Kleinodikos, en monnayage d’argent : 41 442 dr. ½ ob. 1 t. 1 ch. [en étalon attique], en incluant62 les 24 630 dr. [déliennes] dont le peuple a voté que les hiéropes en fonction devraient toujours les recevoir dans l’encaisse qui leur est transmise.

80Cette disposition votée par l’Assemblée permettait à la fois de maintenir un stock de métal frappé par la cité délienne dans les caisses du sanctuaire sous la forme d’une réserve d’encaisse, tandis que la nouvelle monnaie délienne circulait en même temps grâce à la caisse sacrée, qui en percevait à titre de paiements et l’utilisait le cas échéant pour ses propres mouvements de fonds et transactions. Étant donné que ces drachmes déliennes ne correspondaient pas au poids attique plein, il n’était pas étonnant que les hiéropes les mentionnent dans le compte comme un lot distinct, tout en assurant par des conversions comptables la tenue de l’ensemble du compte en étalon attique.

La date de l’émission des phoinikophores

  • 63 Voir supra sur cette identification (Robert 1951, p. 143-178, et Robert 1962, p. 18-24).

81Environ un siècle plus tard, les Déliens ont procédé à une seconde émission monétaire, en changeant les symboles de leur monnaie : au droit figure toujours la tête d’Apollon mais au revers, un palmier surmonté d’un cygne remplace la cithare. Dans certaines émissions de bronze, c’est l’effigie d’Artémis qui est choisie, avec le palmier au revers. Les inventaires de la seconde domination athénienne les nomment δραχµὰς φοινικοφόρους63. Là encore, une date peut être fournie grâce aux inscriptions.

  • 64 Voir supra chapitre II p. 80-82.

82En 169 (ID 461 Aa 76), l’inventaire de jarres mentionne un dépôt fait dans la caisse sacrée, en provenance de la banque de Philôn, donc libellé cette fois selon l’étalon attique. Il émane des commissaires « élus pour s’occuper de la frappe de la monnaie » ([ἄν]δρες ο[ἱ] αἱρεθέντες ἐπὶ τὴν κοπὴν τοῦ νοµίσµατος). La cité de Délos aurait donc frappé monnaie dans les années qui précèdent 169, et déposé cet argent dans la caisse sacrée. L’événement a eu lieu entre 179 et 169, puisque la jarre en question était déjà dans l’Artémision à l’arrivée des hiéropes de 169 et que l’inventaire complet de 179 ne la mentionne pas, probablement entre 173 et 17064. La cité avait donc pris la décision de remplacer les anciennes citharéphores du trésor d’Apollon par les nouvelles drachmes déliennes.

  • 65 Voir Annexe 3 pour l’inventaire de l’encaisse de la seconde domination athénienne.

83Les inventaires athéniens des jarres du sanctuaire mentionnent, pour les phoinikophores, des tétroboles (ID 1450, B, l. 4 : [σὺν] δηλίοις τετρωβόλοις) et des oboles (jarres ∆, I, ∆∆)65. Ce sont donc ces subdivisions qu’il faut rechercher dans les exemplaires existants. Mais l’extrême rareté de ce monnayage montre bien qu’il n’a pas eu le temps de circuler entre les premières émissions et la fin de l’Indépendance délienne.

La consécration des coins

84Les inventaires témoignent de la consécration de coins monétaires, qui constituent également un indice intéressant sur les émissions. Il s’agit probablement du matériel restant à l’issue de la frappe, que l’on met à l’abri de toute utilisation frauduleuse par la consécration au dieu.

85Un ἄκµων (coin de droit) figure dans les inventaires du temple d’Apollon à partir de 200 (ID 372, B, 36 ; 442, B, l. 168). Il s’agit donc du matériel de l’émission de citharéphores, qui dut être alimentée en plusieurs séries.

  • 66 Robert 1962, p. 18-24.

86Plus tard, les inventaires de la seconde domination athénienne enregistrent la présence de 18  coins de revers et de 5 coins de droit, dans l’inventaire du temple d’Apollon (ID 1430f, l. 13 et 1450, A, l. 198)66 :

— [χα]ρακτ[ῆρας σιδηροῦς] δέκα ὀκ[τώ· ἄ]κµονα[ς π]έντε —

87Le matériel de l’émission des phoinikophores y figure probablement, à cette date.

88On a souvent souligné le faible volume de ce monnayage délien : un ordre de grandeur est livré par les inventaires de jarres des administrateurs athéniens arrivés en 167, qui ont compté quelques 11 000 dr. phoinikophores dans la caisse du sanctuaire. Il est toujours délicat de procéder à des estimations quantitatives, surtout dans le cas d’un monnayage peu important et avec une information réduite. Mais si l’on admet qu’un coin de droit permettait de frapper entre 15 000 et 30 000 monnaies, on obtiendrait avec les cinq coins de droit mentionnés dans l’inventaire athénien une émission comptant entre 75 000 et 150 000 monnaies, sans qu’il soit possible de préciser de quels modules il s’agissait, et pour une frappe qui dut de toute façon utiliser davantage de coins puisque les Déliens n’ont consacré que ceux qui n’étaient pas brisés. Avec les 18 coins de revers conservés dans le temple d’Apollon, on obtient au moins un volume de 500 000 monnaies, à répartir entre différentes subdivisions.

Métrologie du monnayage local

Enjeux comptables : la question du « cours forcé » de la drachme délienne

89Le fait qu’une partie de l’encaisse sacrée ait été composée de monnaie délienne obligeait les administrateurs à tenir compte de conversions monétaires. La majeure partie des calculs était sans doute réalisée par les banques par lesquelles transitaient les fonds, mais certains rapports de valeur simples étaient certainement connus des hiéropes, comme plus tard des administrateurs athéniens de la seconde domination athénienne.

90Or il arrivait aux hiéropes de mentionner des sommes en drachmes déliennes, après l’établissement d’un total en étalon attique.

  • 67 Tréheux 1992b.

91Un examen attentif de la comptabilité des hiéropes permet d’observer les critères et les procédés de leurs conversions monétaires. Mais la question a été longtemps occultée par le rôle de l’étalon attique dans cette comptabilité. Pour J. Tréheux, le fait que les hiéropes établissaient leurs comptes en étalon attique avait pour conséquence que la drachme délienne bénéficiait d’un cours forcé dans l’île et que, bien que pesant moins qu’une drachme attique, elle était comptabilisée comme exactement équivalente : opération qu’il qualifiait lui-même d’« administration financière simple, ou plutôt simpliste »67. Cette interprétation fait bien peu justice à l’acribie et aux compétences comptables des hiéropes qui, au fil des années, auraient ainsi créé un décalage considérable entre la réalité des fonds maniés et l’enregistrement comptable des biens sacrés.

  • 68 Chankowski 2014a, p. 540-541.

92Certains passages des comptes montrent au contraire que les hiéropes, lorsqu’ils maniaient des monnaies déliennes, procédaient à des opérations de conversion de manière à comptabiliser leur exact équivalent selon l’étalon attique, et non en comptant à égalité une drachme délienne comme une drachme attique68.

  • 69 Sur cette fête, Bruneau 1970, p. 215.

93Lors de la fête des Eileithyaia, les hiéropes recevaient une subvention de la part de la cité de Délos, qui était nécessairement en monnaie locale, pour une fête elle-même exclusivement civique et avec un approvisionnement local également69. Le montant de la subvention est toujours de 40 dr. Dans leurs comptes, les hiéropes présentent un mémoire des dépenses réalisées pour la fête avec un total de chapitre. Le compte ID 445, daté de l’année 178, donne un texte complet pour ce chapitre (l. 12-16). Le détail des dépenses se monte à 58,6 dr. (58 dr. et 4 ob.) alors que le total de ces dépenses, correspondant à la subvention reçue, est inscrit pour 40 dr. Ph. Bruneau notait à juste titre que les hiéropes ne signalent pas, dans ce cas, alors qu’ils le font pour les Posidéia, avoir eu recours à d’autres revenus pour compléter la dépense. Ce phénomène a donc incité plusieurs commentateurs à y voir une erreur de calcul. ID 445 (a. 178), l. 12-16 :

λόγος τῶν
εἰς Εἰλειθύαια· ἀπὸ τῶν ΔΔΔΔ· πρόβατον ΔImage · πυροὶ Image Δ·
τυρὸς Image · ἐρέβινθοι, κύαµοι Image · σήσαµα Image · µέλι Image · στεφανώ-
µατα ΙΙΙΙ· ἀρτοκόπωι Image · λάχανα Image · τάριχος Image · ὄψον ImageImage ·
κάρυα Image · οἶνος ImageImage .

  • 70 Le signe 𐅂 qui apparaît devant le Δ n’est pas à comptabiliser comme une unité supplémentaire dans l (...)

Compte des Eileithyaia. Sur les 40 dr. : brebis 14 dr. ; blé 10 dr.70 ; fromage 2 dr. ; pois chiches, fèves 4 dr. ; sésame 2 dr. ; miel 2 dr. ; couronnes 4 oboles ; (salaire du) boulanger 2 dr. ; légumes 3 dr. ; conserves 3 dr. ; assaisonnement 6 dr. ; noix 2 dr. ; vin 8 dr.

94Pourtant on peut calculer qu’à cette date, avec une drachme délienne citharéphore d’un peu moins de 3 g, ces 58,6 dr. déliennes font 40 dr. attiques comptées à 4,33 g. Lorsqu’ils trouvaient dans leur encaisse des drachmes épichoriques, il est bien probable que les hiéropes avaient pour habitude, en bons comptables, d’en calculer l’exacte correspondance monétaire en drachmes attiques. En aucun cas ils ne comptaient une drachme délienne comme équivalente à une drachme attique.

  • 71 Voir supra chapitre III p. 129.

95D’autres fonds déliens peuvent faire l’objet d’une démonstration semblable. Ainsi, le fonds du nèsiadeion, parmi les capitaux de fondation, voit une diminution de son capital qui passe de 3 863 dr. à ses origines en 250 (IG XI 2, 287, A, l. 193-195, d’après le montant des intérêts versés et dus par différents débiteurs) à 3 500 dr. en 207 (ID 366, A, l. 134). C’est un fait étrange car force est de constater que la perte de capital dans les prêts n’est pas conforme aux pratiques d’hypothèques et au soin avec lequel étaient encadrées les opérations de prêts sur les capitaux de fondation71. Or la diminution du capital pourrait être liée à l’évolution de la valeur de la drachme délienne. Cette consécration de Nèsiadès, qui porte un nom cycladique, renvoie peut-être à un capital initial en monnaie épichorique. Le montant du capital initial est étonnant, car les capitaux de fondation correspondent généralement à un chiffre rond. Le chiffre exprime donc probablement la conversion d’une somme en étalon attique. Si le capital initial était composé de drachmes déliennes, quoique libellé selon l’étalon attique (sous la forme de 3 863 dr.), sa valeur en équivalent attique a pu être réévaluée à un moment donné lors des remboursements, une drachme délienne conservant quant à elle sa valeur d’une drachme sur le territoire de la cité même si son poids de référence diminue au cours des frappes successives. Partant de l’hypothèse d’une donation de 5 000 dr. déliennes, la conversion en 3 863 dr. attiques avec une drachme attique comptée à 4,33 g est obtenue avec une drachme délienne pesant exactement 3,34 g pour l’année 250. Ce poids se situe dans une fourchette acceptable par rapport aux exemplaires conservés. Pour l’année 207, si la drachme délienne voit son poids baisser progressivement au cours des décennies suivantes, le capital de départ, calculé en étalon attique, s’approche alors de 3 500 dr. avec une drachme délienne à 3 g environ.

96Ces indices sont de valeur inégale, en raison des lacunes sur les stèles et en raison de l’extrême rareté du monnayage délien qui ne permet pas d’établir avec certitude, autrement que par des approximations à partir des données épigraphiques fournies par les comptes, l’évolution des poids de référence des frappes monétaires locales. Mais la manière dont les hiéropes font leurs comptes et expriment leurs encaisses apparaît assez explicite. Les sommes en drachmes déliennes, probablement comme les autres monnaies d’étalon non attique, font l’objet, non d’opérations de change mais de conversions comptables en étalon attique pour des raisons d’unité de compte.

  • 72 Marchetti 2007. Voir aussi supra p. 84 et n. 59, pour le parallèle avec la comptabilité delphique.

97Bien entendu, ces opérations prennent pour norme de référence un étalon monétaire : il ne s’agissait en aucun cas, dans les calculs des hiéropes, de peser les monnaies en prenant en considération leur usure. C’est le poids officiel de la monnaie qui était considéré dans leurs calculs. Mais les pratiques des hiéropes laissent entendre que les baisses de poids des monnayages d’argent — phénomène bien connu dans les trésors monétaires où peuvent voisiner des monnaies de même dénomination mais de poids variables — étaient prises en compte dans la comptabilité et pouvaient donner lieu, à un moment donné, à une réévaluation des parités entre des espèces monétaires : un parallèle existe à Delphes, avec l’épikatallagè des comptes du sanctuaire72.

98La conclusion en est qu’il n’existe pas de cours forcé à Délos, mais au contraire des opérations établissant des rapports de valeur sur une base pondérale officielle, seul moyen d’obtenir une comptabilité exacte quant à la valeur monétaire des avoirs en caisse.

Hypothèse sur l’évolution du poids des citharéphores

99Les observations rassemblées plus haut permettent de suggérer un schéma d’évolution du poids des citharéphores au cours du iiie s. et du début du iie s., jusqu’à ce qu’elles soient remplacées vers 170, au bout d’un siècle d’existence, par la nouvelle monnaie phoinikophore. Le témoignage des comptes des hiéropes apparaît convergent avec celui des monnaies et permet d’en affiner les informations, même si le bilan présenté ci-dessous conserve la part hypothétique de tout raisonnement fondé sur des approximations chiffrées.

100Si l’on rassemble les différents témoignages épigraphiques qui permettent d’évaluer le poids de la drachme délienne citharéphore à différentes étapes de sa mise en circulation, par rapport à la drachme attique, en se fondant sur les hypothèses de calcul retenues précédemment, on obtient le schéma suivant (tableau 40) :

Tableau 40 — Hypothèse d’évolution du poids de la drachme délienne citharéphore.

Année Inscription Montant
en drachmes

déliennes
Montant
en
 drachmes
attiques
Restitutiona
du poids de la
drachme délienne
279 IG XI 2, 161, A, l. 124-127
(transmission dans l’encaisse)
24 630 dr. 19 760,6 dr. 3,47 g
250 IG XI 2, 287, A, l. 193-195
(nèsiadeion)
[5 000 dr.] 3 863 dr. 3,34 g
207 ID 366, A, l. 134
(nèsiadeion)
[5 000 dr.] 3 500 dr. 3,03 g
218-184b (chorégikon) [120 dr.] 81 dr. 2,92 g
178 ID 445, l. 12-16
(mémoire de dépense des Eileithyaia)
58,6 dr. 40 dr. 2,95 g
a. Sur une base de 4,33 g pour la drachme attique.
b. Voir infra chapitre III p. 113, pour les dates qui correspondent au moment où le fonds chorégikon a été séparé du reste de l’encaisse par une commission.
  • 73 Price 1991 ; Karayotov 1994, p. 60-61 ; Duyrat 2014, p. 118-120.
  • 74 Bresson 2000, p. 234, a tenté d’expliquer les variations de poids de certaines couronnes, dans l’in (...)
  • 75 Sur l’étalon monétaire dit « entier », voir Picard 1996.

101Ces estimations partent du principe que les hiéropes, ayant conservé tout au long de leur comptabilité l’étalon attique, ont en même temps conservé comme valeur de référence dans leurs calculs de conversions comptables — avec l’aide des banquiers — une drachme d’étalon attique à 4,33 g. Certes, le poids des alexandres a varié au cours de la période hellénistique73 : il est de 4,20 g chez les Séleucides et les Attalides vers 170, mais de 4,20 g dès les années 275 pour les alexandres du Pont. Il est impossible de savoir quelle était la provenance des alexandres que les hiéropes maniaient, mais il est clair que, dans leurs méthodes comptables, ils ne prennent jamais comme référence des monnaies réelles — ce qui aurait occasionné d’année en année d’innombrables incohérences étant donné les variations de poids — mais le poids théorique officiel de leur référence, l’étalon attique74. Un passage du compte de 250 l’atteste d’ailleurs pour la pesée des offrandes : les hiéropes indiquent que les vases en argent ont été « pesés sur la petite balance de l’agoranomion, selon l’étalon de l’argent attique entier » (ταῦτα ἐστήσαµεν ἐν τῶι ζυγῶι τῶι ἐλάττονι τῶι ἐν ἀγορανοµίωι πρὸς ἀργύριον ἀτ<τ>ικὸν ὁλοσχερές, IG XI 2, 287, B, l. 143-144)75.

102Les citharéphores, dont le volume fut probablement alimenté par plusieurs émissions successives au cours d’un siècle, auraient ainsi vu leur poids graduellement diminuer. La cause est peut-être l’impossibilité pour les Déliens de se procurer suffisamment de métal pour alimenter leur circulation monétaire locale. Mais cette diminution de poids pourrait aussi s’expliquer par la volonté de mettre leur monnayage en conformité avec les évolutions métrologiques égéennes dont ils étaient les premiers observateurs dans l’emporion.

Évolutions métrologiques en méditerranée, vues depuis délos

103La documentation épigraphique délienne éclaire à plusieurs reprises des questions de métrologie qui témoignent de changements importants. Ceux-ci n’étaient pas l’initiative des Déliens, qui ne pouvaient que suivre les évolutions égéennes qui se faisaient jour dans les opérations commerciales et financières négociées dans l’île. Aussi les Déliens n’ont-ils fait qu’adapter leur propre système monétaire et pondéral aux changements qui s’imposaient à eux de l’extérieur. Le corpus des comptes des hiéropes peut ainsi être lu comme une intéressante fenêtre sur les évolutions égéennes dans ce domaine.

L’obole à 12 chalques

  • 76 Tod 1946 sur les témoignages épigraphiques ; Picard 1989 ; Kroll 1996 ; Psoma 1998 et Psoma 2001, p (...)
  • 77 Tod 1946, p. 60, avait déjà remarqué que les Déliens comptaient l’obole à 12 chalques, mais il clas (...)

104On tient pour admis que l’obole attique comptait 8 chalques, tandis que le système éginétique avait une obole à 12 chalques76. Pourtant, dans les comptes des hiéropes de Délos, qui utilisent l’étalon attique dans leur système comptable, l’obole ne compte pas 8 chalques mais 12. On le constate dans les comptes du iiie s. car les hiéropes n’indiquent jamais plus de 2 chalques après un tétartèmorion, ce qui ne devrait pas être possible dans un système où un tétartèmorion (ou quart d’obole) vaut 2 chalques si une obole en vaut 8 et une demi-obole 477. À partir de l’année 246, les hiéropes ont généralisé l’habitude d’inscrire sur leurs stèles des sous-totaux, ce qui nous permet de vérifier, lorsque les passages sont complets sur la pierre, le mode de calcul qu’ils ont utilisé. Si l’on compte, à chaque fois que cela est possible, le nombre de chalques mentionnés dans l’énumération des dépenses ou des recettes et que l’on compare ce résultat avec la finale du total de l’addition indiqué par les hiéropes, on parvient toujours à la conclusion que l’obole compte 12 chalques, dans un système comptable qui utilise la drachme attique comme unité de compte.

  • 78 Dans un cas (ID 290, l. 17), on a tenu compte de chiffres restitués et connus avec certitude par ai (...)

105Les relevés présentés ci-dessous (tableau 41), qui retiennent uniquement la fin du chiffrage, avec les subdivisions de l’obole dans les passages complets78, le montrent : le tétartèmorion ou quart d’obole représente l’équivalent de 3 chalques dans les comptes des hiéropes. La demi-obole est notée C, le quart d’obole ou tétartèmorion est noté T ou Image , le chalque est noté / ou X.

Tableau 41 — Relevé des notations des subdivisions de l’obole dans les additions des hiéropes.

ID 290 (a. 246), l. 15-21 : compte des fermages
l. 15                           C//
l. 17                           C/
                                  C/
soit 1 ob. ½ ob. 4 ch., transcrit dans le total du compte :
Total (l. 21) …ICT/
ID 353 (a. 219), l. 3-15 : compte des fermages
l. 4                             C
l. 5                             T/
l. 7                             CT
l. 10                          CT
l. 13                          CT
soit 4 × ½ ob. 4 × ¼ (= 3 ob.) 1 ch. transcrit dans le total du compte :
l. 15                           …/
ID 354 (a. 218), l. 1-16 : encaisse
l. 3                             C//
l. 4                             CT
l. 5                             C
l. 6                             C//
l. 8                             T/
soit 2 ob. ½ ob. et 5 ch. transcrit dans le total du compte :
l. 16 … CT//
ID 399 (a. 192), A, l. 17-35 : dépôts de l’année dans la caisse sacrée
l. 17                         C
l. 30                         CX
l. 32                         CT
soit 1 ob. ½ ob. ¼ ob. 1 ch. (l. 35)
À ce total, les hiéropes ajoutent le total de l’encaisse après retraits, qu’ils ont établi plus  haut :
l. 16                           CTXX
soit un total de 4 × ½ ob. (= 2 ob.), 2 × ¼ ob. (= ½ ob.) et 3 ch. transcrit dans le total du compte
(ἡ πᾶσα κεφαλ̣ή) :
l. 35: …CT
ID 442 (a. 179), A, l. 1-37 : encaisse de la caisse sacrée
l. 6                           CT
                                CT/
l. 8                           C
                                CT
l. 10                         T
                                T//
l. 15                         CT/
l. 19                         T//
l. 31                         C//
l. 32                         C//
l. 34                          /
l. 37                          /
                                 C/
soit un total de ([8 × ½ ob. = 4 ob.] + [7 × ¼ ob. = 1,5 ob. et ¼ ob.] = 5 ob. ½ ob. ¼ ob.) et 13 ch. (= 1 ob. et 1 ch.), transcrit dans le total du compte :
l. 37                           …CT/
ID 442 (a. 179), A, l. 38-53 : dépôts de l’année dans la caisse sacrée
l. 40                         C
l. 41                         T
l. 44                         C/
l. 48                         CT//
soit un total de 3 × ½ ob. et 2 × ¼ ob. (=2 ob.) et 3 ch. transcrit dans le total du compte :
l. 53                           …T
ID 442 (a. 179), A, l. 75-99 : encaisse de la caisse publique
l. 82                         T//
l. 95                         T/
l. 96                         C
soit un total de ½ ob. et 2 × ¼ (= ½ ob.) et 3 ch. transcrit dans le total du compte :
l. 99                         …T
ID 442 (a. 179), A, l. 99-122 : dépôts de l’année dans la caisse publique
l. 102                       C
l. 106                       CT
l. 112                       C//
l. 115                       T/
l. 121                       /
soit un total de 3 × ½ ob. 2 × ¼ ob. (= 2 ob.) et 4 ch. transcrit dans le total du compte :
l. 122                       …T/
ID 442 (a. 179), A, l. 122 : total général de la caisse publique
l. 99                        …T
l. 122                      …T/
soit un total de ½ ob. et 1 ch. transcrit dans le total du compte :
l. 122                      …C/
ID 442 (a. 179), A, l. 122-139 : retraits de l’année dans la caisse publique
l. 133                       C//
l. 136                       C
l. 137                       T/
soit un total de 1 ob. ¼ ob. et 3 ch. transcrit dans le total du compte :
l. 139                       …C
ID 442 (a. 179), A, l. 140-152 : compte des fermages
l. 150                       C//
l. 151                       CT/
                                CT/
                                C//
soit un total de 4 × ½ (= 2 ob.), 2 × ¼ (= ½ ob.) et 6 ch. transcrit dans le total du compte :
l. 152                       …I soit une obole

106Il arrive une seule fois, dans le compte de l’année 192, que l’obole ne semble pas être comptée à 12 chalques, dans un passage concernant l’encaisse de la caisse publique. Mais certaines lettres sont pointées et ont probablement été mal lues car le total inscrit ne correspond pas, de toute façon, au total que l’on peut calculer.

ID 399 (a. 192), A, l. 36-54 : encaisse de la caisse publique
l. 38                         CX
l. 41                         TX
soit un total de ½ ob. ¼ ob. et 2 ch. transcrit dans le total du compte :
l. 54                         C

107D’ailleurs la même année, les additions aux lignes 16 et 35 montrent que 3 chalques valent ¼ d’obole et que l’obole est donc bien comptée à 12 chalques.

108Il serait toutefois surprenant qu’à Délos, dès la fin du ive s. et le début du iiie s., alors que les Déliens établissent leurs comptes selon le système attique à la suite de la domination athénienne et tandis que les monnaies d’étalon attique doivent constituer encore la majeure partie de la circulation monétaire dans l’île, on puisse trouver 12 chalques à l’obole. Certes, dès IG XI 2, 146 (B, l. 31), au début de l’Indépendance, on trouve l’itération du signe du chalque après le signe du quart d’obole (Image ΔΔΔImage ΙΙΙΙ Image //). Mais nous n’avons pas, pour la première moitié du iiie s., la possibilité de vérifier la façon de compter des hiéropes puisqu’ils n’établissent pas encore de sous-totaux à cette date. Aussi faut-il se demander si les signes Image , T ou Image et X ou / n’ont pas, au moins au iiie s., une valeur d’usage, de même nature que celle des autres signes acrophoniques. On attribue en effet aux signes qui notent les subdivisions de la drachme une valeur symbolique désignant une fraction (1/2, 1/4, 1/8e, 1/12e). On pourrait tout aussi bien leur donner une valeur numérique, c’est-à-dire admettre que Image  = 4 chalques, T ou Image  = 3 chalques, X ou / = 1 chalque. Le système de notation, ainsi compris, serait parfaitement dans la continuité du système acrophonique qui attribue à chacune des lettres une valeur numérique (H = 100, ∆ = 10, etc.). Aussi ne faut-il pas exclure que, dans la première moitié du iiie s., lorsque les hiéropes notent T// ou TXX, ils aient voulu signifier 5 chalques et que le signe du tétartèmorion conserve une valeur d’usage de 3 chalques, sans que l’on puisse, pour lors, déterminer sur la base de ces seules notations quel était à cette date le nombre de chalques à l’obole. Seule la présence de sous-totaux permet de faire une démonstration.

109Toutefois, il est peut-être possible de préciser la date à laquelle les Déliens ont fait le choix de compter l’obole à 12 chalques.

  • 79 Chankowski, Hasenohr 2014.

110Il est intéressant de constater que les Déliens ont connu des hésitations, dans la première moitié du iiie s., concernant les subdivisions des systèmes pondéraux en usage dans cette partie de l’Égée. Aussi les questions relatives à la métrologie délienne ne sont-elles pas limitées aux questions monétaires79.

De l’amphore au métrète à 12 conges

  • 80 Voir infra tableau 46.

111Les achats de poix dans les comptes des hiéropes80 montrent que plusieurs unités de mesure sont en usage au début de l’Indépendance : le keramion, l’hèmiamphorion et le metrètès. Comme dans les comptes d’Éleusis, les comptes déliens de la fin du ive s. et jusqu’à l’année 296 mentionnent le keramion comme unité de mesure (IG XI 2, 138, Be, l. 3-5 ; 144, A, l. 94 et l. 111-112 ; 145, l. 3, 8 et 10 ; 154, A, l. 2, 37 et 48).

  • 81 C’est par erreur que F. Durrbach a restitué le métrète dans IG XI 2, 154, l. 2, alors que c’est le (...)

112En 296 (IG XI 2, 154, A, l. 15) apparaît la dénomination du métrète pour le vin. Peu avant 282 il apparaît aussi pour les achats de poix (IG XI 2, 156, A, l. 74)81. C’est aussi aux alentours de 280 qu’apparaît l’usage du métrète comme unité de mesure pour l’huile (IG XI 2, 161, A, l. 108 ; 168, A, l. 5-6). Il sera ensuite utilisé systématiquement pendant toute la période. Au iie s., le keramion n’est plus utilisé que comme mesure du vin (ID 401, l. 18 ; ID 452, l. 9 ; ID 461, B, l. 53 ; ID 440, A, l. 62, 66, 68 ; ID 442, A, l. 222 ; ID 464, l. 10, 12), en concurrence d’ailleurs avec le métrète pour le vin sucré (ID 406, B, l. 70 ; 461, Bb, l. 51).

113Cet usage n’est pas lié à une denrée particulière : il s’agit de l’introduction progressive d’un système de mesure dans les usages de l’emporion. Les marchands divers qui sont les fournisseurs du sanctuaire, en fonction de leur origine géographique et en fonction de l’origine de leurs produits, intègrent plus ou moins vite ces changements. Les hiéropes, dans l’enregistrement de leurs comptes, sont très attentifs aux unités de compte et de mesure et s’efforcent de les harmoniser, non sans peine de leur côté également. Ce n’est pas seulement une question de vocabulaire et d’usage terminologique : le terme de métrète était utilisé en Attique déjà au ive s., comme en témoigne par exemple le corpus démosthénien (Contre Phénippos [XLII], 20).

114Les comptes des hiéropes de Délos montrent au contraire que le passage du keramion au métrète reflète en réalité une réforme métrologique qui a lieu entre les années 280 et le milieu du iiie s. (tableau 42).

115L’adoption du métrète, pourtant, n’est pas allée sans quelques difficultés métrologiques pour les Déliens. Celles-ci sont particulièrement visibles à propos de leurs achats de poix et concernent les subdivisions du métrète. Un achat d’huile réalisé en 279 (IG XI 2, 287, A, l. 131) prouve que le métrète est divisé en deux hèmiamphoria. L’addition transcrite par les hiéropes ne laisse pas de doute à ce sujet puisqu’avec un coût unitaire de 18 dr. le métrète, ils inscrivent un paiement de 81 dr. pour 4 métrètes et un hèmiamphorion. Pourtant, il n’en va pas toujours de même pour la poix.

  • 82 Le premier total, de 78 dr., est assuré par une note de F. Durrbach dans l’édition des IG XI 2, Add (...)

116En 282, les hiéropes ont procédé à deux achats successifs de poix au cours de l’année (IG XI 2, 158, A, l. 75-76 et l. 77-78). Pour chacun de ces achats, ils indiquent un prix unitaire identique de 24 dr. le métrète. Le premier achat est de 3 métrètes et 2 conges. Il est payé 78 dr. On en déduit donc que le métrète comporte 8 conges qui font, au tarif de 3 dr. le conge, 78 dr. pour 26 conges. Mais le second achat est de 3 métrètes et 1 conge, payé 74 dr.82. Dans ce dernier cas, le métrète se divise forcément en 12 conges, qui font, au tarif de 2 dr. le conge, 74 dr. pour 37 conges (il faudrait autrement lire 75 dr. et l’on ne peut pas soupçonner une erreur de lecture pour ce chiffre).

Tableau 42 — Les transformations du métrète d’après les achats de poix des hiéropes en 282.

IG XI 2, 158 A, l. 75-76
(la lecture du chiffre total
est assurée dans Addenda p. 147)
πίττης µετρητ[αὶ τρεῖς] χοεῖς δύο ὥστε τὸγ
Κερατῶνα ἀλεῖψαι παρ’ Ἀµφιθάλο[υς], ὁ
µετρητὴς
ΔΔImage · ἡ πᾶσα τιµὴ Image ΔΔImageImage ·
ἀλείψαντι τὸν Κερατῶ[να Ἀµ]φιθάλει µισθὸς ΔImage ·
3 métrètes
et 2 conges
24 dr. le métrète
= total 78 dr.
(métrète
de 8 conges)
IG XI 2, 158 A, l. 77-78
+ correction de
Glotz 1916 p. 284,
n. 1 sur le prix total :
Image ΔΔImage et non                
Image ΔΔImageImage , confirmé par
Addenda p. 147
ἄλλοι πίττης µετρη[rasura]ταὶ τρεῖ[ς] καὶ
χ[ο]ῦς, ὁ µετρητὴς ΔΔImage · ἡ πᾶσα τιµὴ Image ΔΔImage ·
3 métrètes
et 1 conge
24 dr. le métrète
= total 74 dr.
(métrète
de 12 conges)

117Ces incohérences dans les prix ont conduit à maintes reprises les éditeurs du corpus à considérer que les hiéropes s’étaient trompés dans leurs calculs. Il n’en est rien, d’autant plus que les comptes étaient dûment vérifiés au moment de la procédure de reddition de comptes.

118En réalité, au cours de leurs deux achats, la même année mais probablement à des fournisseurs différents, les hiéropes ont utilisé deux systèmes métrologiques différents, l’un avec un métrète à 8 conges et l’autre avec un métrète à 12 conges.

  • 83 Chankowski 2008a, p. 359-376.

119Cette situation est probablement liée à l’adoption progressive du métrète et à l’abandon concomitant du keramion qui était l’unité de mesure en usage précédemment dans les comptes, à la fin du ive s. Ce keramion apparaît aussi dans les sources attiques et cette continuité n’est pas étonnante car plusieurs indices laissent penser qu’à l’époque classique, la majeure partie de l’approvisionnement de Délos était liée aux circuits commerciaux de l’Attique83.

  • 84 Hultsch 1864, p. 81, et Hultsch 1882, p. 101, n. 4 et p. 115-116, n. 1, d’après Héron d’Éphèse (xe  (...)

120D’après les lexicographes dont Fr. Hultsch a rassemblé les témoignages, le keramion est l’équivalent de l’amphore romaine de 8 conges84. Mais les travaux de métrologie de Fr. Hultsch à la fin du xixe s., pour précieux qu’ils soient, sont essentiellement fondés sur les lexicographes et très peu, à cette date, sur les textes épigraphiques et papyrologiques qui ont apporté ultérieurement d’autres informations sur l’évolution des contextes.

121L’amphore comportait-elle 8 ou 12 conges ?

122L’achat d’huile de 279 invite à considérer que l’amphore était l’équivalent du métrète puisqu’une demi-amphore est l’équivalent d’un demi-métrète. Avant que soit mentionné le métrète pour les achats d’huile dans les comptes des hiéropes, des achats d’huile au conge apparaissent dès la fin du ive s., pour 8 et 9 conges (IG XI 2, 138 et 159), ce qui laisse penser que l’huile était déjà comptée dans un métrète de 12 conges et non de 8. Le prix payé pour une demi-amphore de poix, en 279, est également la moitié du prix payé la même année pour un métrète de poix (IG XI 2, 161, A, l. 121 et l. 100-101), si bien que l’on pourrait juger l’équivalence bien établie, alors que rien dans la formulation de cet achat ne permet de la vérifier. Pourtant, d’autres achats de poix, dans les années qui suivent, invitent à en douter lorsque des subdivisions sont mentionnées avec les totaux.

123En 269, les hiéropes font un achat de poix qui comporte de nouveau la mention d’un hèmiamphorion (IG XI 2, 203, A, l. 47-48). Ils achètent 9 métrètes et une demi-amphore de poix au prix unitaire de 25,5 dr. l’unité et payent le tout 238 dr. Les 9 métrètes à 25,5 dr. l’unité font 229,5 dr. et il reste donc dans le total 8,5 dr. (soit 1/3 de 25,5) pour le prix de l’hèmiamphorion : la demi-amphore est donc le tiers du métrète et l’amphore les deux tiers du métrète. Le keramion, s’il est l’équivalent de l’amphore, comportait donc lui aussi 8 conges.

  • 85 Le Papyrus Revenue Laws distingue un métrète de vin à 8 conges (32 l. 19) et un métrète d’huile à 1 (...)
  • 86 Hultsch 1864, 313,2 (Hésychius) et p. 77 n. 8 (Dioscoridès).

124Il est d’ailleurs significatif que les hiéropes continuent, au iie s., à distinguer le keramion et le métrète dans leurs achats de vin, soit probablement la même distinction entre une mesure de 8 conges et une mesure de 12 conges85. Certaines informations des lexicographes vont dans ce sens : Hésychius indique κεράµια χόες η’ (soit un keramion de 8 conges) et Dioscoridès : ἔστι δὲ ὁ µετρητὴς ιβ’ (soit un métrète de 12 conges)86.

125Il semble que ces hésitations aient été résolues vers le milieu du iiie s., comme le montre l’achat d’huile de 250 avec un métrète divisé en deux demi-amphores (IG XI 2, 287, A, l. 131). L’addition transcrite par les hiéropes ne laisse pas de doute à ce sujet puisqu’avec un coût unitaire de 18 dr. le métrète, ils inscrivent un paiement de 81 dr. pour 4 métrètes et un hèmiamphorion.

126La dernière mention de l’hèmiamphorion, bien que restituée par F. Durrbach, se trouve dans le compte de 246 et montre que la demi-amphore est définitivement devenue la mesure de la moitié du métrète puisque les hiéropes payent alors pour 5 métrètes et une demi-amphore de poix 82,5 dr. au prix unitaire de 15 dr. le métrète (5 × 15 = 75 + 7,5 = 82,5) et 5 autres amphores de poix pour 75 dr., toujours au prix unitaire de 15 dr. le métrète (ID 290, l. 78-80).

  • 87 Notons au passage que la mise en évidence de cette réalité métrologique oblige à revoir un certain (...)
  • 88 Voir infra p. 263, sur cette question liée à la connaissance des prix.

127C’est donc une dévaluation de l’amphore de 8 conges à 12 conges que l’on voit à l’œuvre sur le marché délien, au cours de la première moitié du iiie s., en même temps que le métrète divisé en 12 unités s’imposait comme unité de mesure87. Les problèmes de métrologie rencontrés par les Déliens touchaient les échanges quotidiens de toute la population dans l’emporion, mais nous les percevons clairement comme problèmes comptables auxquels étaient confrontés les hiéropes quand ils restituaient, à partir d’un prix d’achat total, l’indication d’un prix unitaire88. Ces innovations ne proviennent pas d’une initiative locale : elles sont le reflet de changements qui s’opèrent dans les circuits égéens pour lesquels le marché de Délos fonctionne comme centre d’échanges et dans lesquelles de nouvelles autorités sont en train de s’imposer.

De l’epidekaton à l’ephekton

128Or le passage de 8 à 12 pour les subdivisions du métrète converge avec une mutation identique, dans les années 280, pour les subdivisions de l’obole, comme on vient de le voir.

  • 89 Lacroix 1914 ; Feyel 2006, p. 499-509.
  • 90 Voir les tableaux constitués par Feyel 2006, p. 502-507, qui ne se limitent pas aux mentions épigra (...)

129Une autre transformation du même ordre est perceptible également dans les contrats de construction dont les hiéropes avaient la responsabilité. Ces contrats étaient attribués par adjudication et donnaient lieu à différents modes de rétribution des entrepreneurs et artisans adjudicataires : dans une grande partie des cas, les versements étaient effectués à la fin des travaux. Mais pour des chantiers plus importants, il fallait étaler les paiements, tout en conservant un reliquat final qui n’était versé qu’après la réception des travaux, une fois constaté le service fait dans le respect du contrat, et qui servait de garantie89. Or cette somme finale est passée, au cours de la première moitié du iiie s., du 1/10e (ἐπιδέκατον) au 1/6e (ἔφεκτον). Il est vrai qu’un certain nombre de contrats prévoient tout simplement une réserve de garantie supérieure au 1/6e ou au 1/10e. Mais la chronologie de cette évolution est cohérente : l’epidekaton est présent dès les premiers contrats de l’Indépendance (IG XI 2, 161, A, l. 54 en 279) et perdure jusqu’en 246, tandis que l’ephekton apparaît en 274 (la première attestation épigraphique se trouve dans ID 291, e, l. 4 peu après 248) et jusqu’en 20090.

  • 91 Schulhof 1908, p. 90. Cette interprétation est reprise par Feyel 2006, p. 508-509.

130L’interprétation généralement retenue pour ce changement est que les hiéropes auraient cherché à faciliter leurs opérations comptables, comme l’écrivait E. Schulhof en 1908 : « La drachme se divisant en six oboles et l’obole en douzièmes, la retenue du sixième offre cet avantage qu’un compte exact est partout possible »91. L’idée est exacte, mais ce passage du 1/10e au 1/6e, avec des hésitations dans les années 280-270, témoigne aussi du passage d’une base 10 à une base 12 comme référence métrologique, qui est manifestement en train de s’imposer dans la première moitié du iiie s. dans le contexte égéen qui est celui de Délos.

131Les problèmes de 8 et 12 dans les mesures de capacités ne semblent donc pas être une simple question de contenants. Plusieurs indices convergents font apparaître autour de ces années 280-250 des changements métrologiques importants, dont la documentation comptable des hiéropes a enregistré la trace.

132Précisément durant cette période, en 279 ou peu avant, les Déliens ont choisi de frapper leur propre monnayage en alignant leur système monétaire sur un modèle qui n’était pas attique et qui était en train de s’imposer dans le monde égéen.

Modèles métrologiques égéens du iiie au iie s.

Les citharéphores dans le paysage monétaire égéen

  • 92 Voir infra tableau 35.

133En choisissant d’émettre leur premier monnayage de l’Indépendance dans un schéma qui ne suivait pas l’étalon attique, tout en prenant acte des changements métrologiques qui s’imposaient dans l’emporion, les Déliens faisaient des choix qui répondaient certainement à la manière dont ils percevaient leur insertion dans les circuits d’échanges égéens. Cette monnaie émise sur la base d’une drachme à 3,47 g environ, comme nous l’avons supposé à partir des données épigraphiques92, pourrait passer simplement pour le monnayage de poids réduit d’une petite communauté civique modeste, s’il n’était pas, d’une part, celui d’une cité disposant de l’immense richesse du sanctuaire, et d’autre part s’il ne concordait pas avec d’autres transformations métrologiques apparues à la même date, comme nous venons de le voir.

  • 93 Voir supra chapitre II p. 74-75.
  • 94 Baslez, Vial 1987.

134Le monnayage délien n’avait ni l’ambition, ni l’intérêt de sortir de l’île : l’alignement sur les grands courants monétaires existants permettait de limiter les inconvénients du change, tant pour les particuliers que pour la cité ou le sanctuaire. Délos n’avait pas non plus besoin d’émettre des monnaies pour financer de grands programmes de construction, comme on le voit pour d’autres cités : elle utilisait largement les réserves du sanctuaire pour ses programmes architecturaux93. Bénéficiant de l’asylie sur l’ensemble du territoire insulaire, elle n’avait d’autre budget militaire que celui de ses dépenses de couronnes honorifiques dans le cadre d’une diplomatie qui favorisait sa neutralité94. Il est donc probable que le choix métrologique des Déliens se soit aligné sur les monnaies qu’ils voyaient s’imposer en Égée au début du iiie s. Leur but était surtout de fournir des petites dénominations permettant le paiement des taxes, des fermages et des loyers, tout en trouvant des compléments dans d’autres monnayages étrangers, propres aux échanges extra-civiques. Le monnayage de la cité de Délos est en quelque sorte sans impact économique, il ne fait que révéler le contexte monétaire qui était celui des Déliens dans l’emporion et plus largement dans un cadre égéen.

  • 95 Le Rider 1986, p. 30-42.
  • 96 Voir par exemple le témoignage du P.Ryl. 554, vers 258, qui montre un réseau d’affaires impliquant (...)

135Le choix du poids de la drachme citharéphore devait probablement répondre à cette exigence d’insertion dans le paysage monétaire égéen du iiie s. Les trésors répertoriés dans l’IGCH pour la première moitié du iiie s. montrent sans surprise que la circulation monétaire égéenne s’organise autour de trois numéraires principaux : l’argent d’étalon attique issu des ateliers monétaires d’Alexandre et de ses successeurs, la monnaie ptolémaïque et les didrachmes de Rhodes. G. Le Rider a souligné que dans les trésors provenant de Grèce et d’Égée, la monnaie ptolémaïque voisine avec la monnaie de poids attique95. Ces changements métrologiques correspondent aussi au recul des réseaux commerciaux attiques devant le développement des activités rhodiennes (dont témoigne par exemple Polybe, IV, 47, 1, avec l’appel des cités à l’aide rhodienne contre Byzance lors de l’instauration d’une taxe sur les Détroits). L’entente entre la puissance rhodienne et la puissance lagide en mer Égée, bien connue dès l’époque du siège de Rhodes par Démétrios Poliorcète en 306, met aussi en jeu des réseaux commerciaux à des niveaux de capillarité probablement très aboutis96.

  • 97 Ashton 1989, p. 6.

136En 280, les Déliens pouvaient légitimement penser que ces monnayages rhodien et lagide étaient en train de devenir la nouvelle norme en vigueur dans le monde égéen. Ils ont pu alors faire le choix de compléter par leur propre monnayage, sous la forme de subdivisions, un autre monnayage existant. Le poids des premières drachmes citharéphores rapproche en effet le monnayage délien du grand courant monétaire rhodien, dont les didrachmes pèsent entre 6,50 et 6,79 g et les tétradrachmes 13,25 g dans les années 250-230 (soit une drachme de 3,40-3,25 g)97. Ce choix aurait été cohérent au regard de l’implication de Rhodes dans les courants commerciaux et des liens qu’elle devait avoir avec l’emporion délien : on peut supposer que la monnaie rhodienne circulait déjà à Délos à cette date et que les Déliens avaient tout intérêt à l’utiliser.

  • 98 Voir supra chapitre I p. 21.
  • 99 Chryssanthaki-Nagle 2005 ; Le Rider 1986, p. 30-42 ; A. Cavagna, Monete tolemaiche oltre l’Egitto ( (...)
  • 100 Cadell, Le Rider 1997 p. 87.

137Toutefois, la date de l’émission monétaire délienne des citharéphores invite à explorer aussi une autre piste car la période correspond à l’établissement de la domination lagide dans les Cyclades. Plusieurs contacts avec des fonctionnaires lagides sont attestés à Délos et dans les Cyclades dès 28698. La circulation de la monnaie d’argent des deux premiers Ptolémées, en particulier par l’intermédiaire du versement de subsides aux cités en lutte contre les Antigonides, est attestée dans le Péloponnèse et en Eubée, ainsi que dans les trésors de Grèce et d’Égée, mais seules Corinthe (en 308-306) et Ainos (sous Ptolémée III) ont servi d’ateliers pour les émissions royales99. Or les tétradrachmes d’argent ptolémaïques voient leur poids se réduire graduellement jusqu’à 14,50 g sous Ptolémée ier (soit un poids théorique de la drachme à 3,60 g)100 si bien que Déliens pourraient tout autant avoir cherché à se rattacher au système lagide en développant localement des subdivisions complémentaires. Dans le contexte des années 280, les Déliens avaient toutes raisons de penser que cette autorité qui s’imposait en mer Égée allait déterminer le cadre de la métrologie, et l’on ne peut exclure non plus que la puissance lagide ait elle-même exercé une pression sur les choix monétaires des cités.

138Avec l’effacement de la domination lagide des îles égéennes dans la seconde moitié du iiie s., la monnaie délienne semble avoir de nouveau connu des évolutions. Là encore, on peut penser que les Déliens ont agi en fonction de leur environnement monétaire.

  • 101 Ashton 2001, nos 282-302.

139Si la drachme délienne citharéphore voit son poids diminuer au cours du iiie s., jusqu’à 2,90 g environ comme nous l’avons supposé à partir du témoignage des comptes, elle se rapproche alors graduellement des drachmes rhodiennes de poids réduit dont la diffusion commence massivement à partir des guerres crétoises à la fin du iiie s.101 mais aussi des monnaies d’Histiée à 2 g qui pouvaient permettre à la monnaie délienne et à ses subdivisions des équivalences commodes. Les modifications qui semblent affecter le fonds du nèsiadeion entre 250 et 207, de même que le reclassement du chorégikon, laissent supposer que c’est un peu avant 207 que la drachme citharéphore a connu ces évolutions. Le monnayage d’Histiée a pu quasiment suppléer, dans l’île, la monnaie épichorique d’argent. Cela expliquerait à la fois les grandes quantités d’argent histiaiikon qui se trouvaient dans la caisse sacrée et la faible représentation des monnaies d’argent déliennes au regard des monnaies de bronze : il serait plausible que la cité ait privilégié les frappes de petites dénominations de bronze pour les échanges locaux quotidiens, tandis qu’une monnaie étrangère présente en grandes quantités sur son territoire la dispensait d’alimenter davantage la circulation de l’argent. Du point de vue des usagers, l’une comme l’autre remplissaient leurs fonctions dans les échanges.

Les phoinikophores dans le paysage monétaire égéen

140La logique pondérale du monnayage phoinikophore qui apparaît dans les années 170, un siècle après l’émission des citharéphores, est évidemment beaucoup plus difficile à déterminer étant donné la rareté des informations dont nous disposons à son sujet.

141Le monnayage phoinikophore, avec une drachme aux alentours de 3 g, permettait à la fois de se mettre en accord avec l’émergence des plinthophores rhodiennes à 3 g et de conserver l’équivalence avec les monnaies d’Histiée : puisque l’existence de tétroboles phoinikophores est attestée épigraphiquement, il faut supposer que cette subdivision, que l’on peut alors restituer à 2 g, répondait à un alignement sur la monnaie histiéenne dont on a vu qu’elle constituait une quantité importante de la circulation monétaire à Délos.

142C’est ce qui explique aussi que les administrateurs athéniens, dans leurs inventaires, aient pu parfois ajouter des oboles déliennes aux monnaies d’Histiée ou de Rhodes pour obtenir des chiffres ronds. Le choix de nouvelles subdivisions dans le monnayage délien, avec le remplacement du triobole citharéphore par le tétrobole phoinikophore, devait répondre à cette nécessité d’équivalences comptables aisées, mais ce sont surtout des subdivisions de bronze que, comme pour l’émission de citharéphores, la cité délienne a introduites dans les échanges.

143Le numéraire d’argent citharéphore dut être refondu pour les émissions de phoinikophores, ce qui expliquerait en même temps sa rareté sur le site. La même opération fut-elle mise en œuvre pour les subdivisions de bronze citharéphore ? La quantité de ces petits exemplaires que l’on continue de trouver sur le site en font douter.

  • 102 Raven 1950 ; Kinns 1983 ; Lefèvre 1998, p. 261-263 ; Marchetti 1999 ; Sánchez 2001, p. 144-147 ; Fl (...)

144Manifestement, la cité de Délos n’a pas cherché à augmenter sa masse monétaire au moment des frappes phoinikophores : des sommes considérables de monnaies restent thésaurisées dans le sanctuaire, comme en témoignent les inventaires de jarres de la fin de l’Indépendance. Contrairement, par exemple, à l’initiative de l’amphictionie delphique de frapper monnaie en 336 pour refondre les trioboles de l’amende phocidienne102, utiliser ce numéraire obsolète dans la caisse du sanctuaire pour des frappes de monnaies locales n’aurait eu aucun intérêt pour la cité délienne, qui, adossée à l’emporion, aurait été dans l’obligation de procéder à des opérations de change monétaire pour entrer sur les marchés égéens et aurait vu ainsi disparaître son propre stock métallique. Elle avait au contraire intérêt à limiter son monnayage à l’usage local et, de ce fait, à privilégier les petites dénominations en profitant des équivalences possibles avec d’autres monnayages plus répandus pour compléter la circulation monétaire locale.

  • 103 Comme le rappelle à juste titre O. Picard en citant le décret de Sestos pour Ménas (OGI 339, l. 43- (...)
  • 104 ISE 33 (= SEG XXI, 525) ; Pausanias, I, 36.
  • 105 Habicht 2006, p. 224-225 et 219, n. 13.

145Mais avec les émissions phoinikophores, le changement que font les Déliens dans leur monnayage marque aussi une rupture, avec une révision des types monétaires qui voit l’abandon de la cithare au profit du palmier et, dans le monnayage de bronze, l’introduction de l’effigie d’Artémis103. Ces nouveaux choix de représentation mettaient manifestement l’accent sur l’histoire sainte délienne en rappelant, à côté de la figure d’Apollon, les symboles liés à Léto et à la naissance des jumeaux divins. Dans le contexte préoccupant des années 170, avec les guerres de Macédoine et la construction de la domination romaine en Méditerranée orientale, les Déliens réaffirmaient visiblement leurs droits sur l’île d’Apollon en rappelant l’originalité de l’île sacrée. Athènes, qui s’était engagée dès le début du conflit entre Rome et la Macédoine et attendait de Rome une rétribution de cette alliance, menaçait sans doute déjà l’indépendance de Délos : dans une ambassade envoyée à Rome dès l’hiver 198/7, l’Athénien Képhisodôtos, honoré ensuite par sa cité104, fit valoir des revendications athéniennes, parmi lesquelles figurait peut-être déjà la restitution de Délos, comme le suggère Polybe (XXX, 20, 3) en racontant l’épisode de 167 quand il signale l’ancienneté des réclamations d’Athènes105.

146Ce choix d’un nouveau monnayage ne saurait s’expliquer sans l’existence d’une rupture politique et économique, de même que l’émission des citharéphores avait entériné la rupture avec les réseaux attiques. L’apparition du monnayage rhodien plinthophore pourrait en être la cause : l’alliance de Rhodes à la puissance romaine contre les Antigonides, dans les décennies précédentes, ne pouvait qu’inciter les Déliens à s’attacher au modèle rhodien, même si, quelques années plus tard, ils allaient, comme Rhodes, faire les frais des décisions romaines.

  • 106 Robert 1951, p. 166-178 ; Errington 1989, p. 286-288 ; Jenkins 1989 ; Ashton 1994 ; Ashton 2001.
  • 107 Ashton 2001, p. 89 et 93.
  • 108 Ashton 2001, p. 94 : « If this is right, it is legitimate to ask whether it is more than coincidenc (...)

147Ce monnayage plinthophore, comme on l’a maintes fois souligné, marque quant à lui une nette rupture dans les émissions rhodiennes par rapport aux drachmes rhodiennes de poids réduit106. En circulation dès 190-185, il représente une diminution significative de l’étalon rhodien, par rapport aux tétradrachmes à 13,6 g et aux didrachmes à 6,8 g qui n’avaient cessé d’être la référence y compris parallèlement aux drachmes de poids réduits et à leurs imitations107. Récusant l’interprétation d’A. Bresson selon lequel l’émission des plinthophores serait une réaction rhodienne à la multiplication des imitations — avant leur intensification qui date d’après la Paix d’Apamée, ces pseudo-rhodiennes sont massivement issues de Crète entre 205 et 200 et sous l’autorité de militaires rhodiens —, R. Ashton a suggéré de voir dans ce nouveau monnayage un alignement sur le système des cistophores de Pergame, l’autre alliée de Rome, les premières drachmes cistophores pesant légèrement plus de 3 g, comme les plinthophores, et apparaissant dans le même contexte, vers la fin des années 190108.

148Si les choix des Déliens marquent un certain attentisme par rapport aux changements déjà opérés dans les systèmes monétaires environnants dès les années 190-185, alors qu’ils en voient certainement les répercussions plus rapidement dans l’emporion, c’est que la décision d’une nouvelle émission monétaire répondait principalement à des usages locaux, dans lesquels les transformations égéennes se faisaient sentir avec plus de distance.

149La cité de Délos, qui se trouvait, à la fois en raison des activités économiques de son sanctuaire et par la présence de l’emporion, impliquée dans des réseaux d’échanges égéens, n’a eu de cesse de chercher à aligner son monnayage sur celui des grandes puissances qui se sont succédé en Égée, pour chercher à s’inscrire au mieux de ses avantages dans les grands courants monétaires. Ce faisant, les Déliens voulaient faciliter à la fois les opérations comptables et les opérations marchandes réalisées par la cité, le sanctuaire et les particuliers dans l’île d’Apollon, en diminuant autant que possible les pertes générées par le change des monnaies puisque la drachme délienne, destinée nécessairement à un usage local, ne permettait pas d’entrer dans des transactions régionales.

Les Cyclades : « The Island Standard »

  • 109 Nicolet-Pierre 1999 ; Nicolet-Pierre 2010 ; Tully 2013. La référence à une norme insulaire s’appuie (...)
  • 110 « As such, the use of this standard cannot be considered an imposition from outside, or an attempt (...)

150L’étude des monnayages hellénistiques de Naxos et Paros avait conduit H. Nicolet-Pierre, puis J. Tully, à mettre en évidence l’existence d’un étalon monétaire de 3,90 g à la drachme qui, entre la fin du ive s. et le début du iie s., aurait constitué une norme dans les îles égéennes109. Contrairement à Délos, Naxos émet surtout des statères didrachmes et peu de drachmes, parallèlement à un monnayage de bronze. Paros émet des tétradrachmes, des didrachmes et des drachmes ainsi que leurs subdivisions et un monnayage de bronze. Ce choix d’un étalon monétaire atypique serait, selon J. Tully, l’expression de la volonté des deux plus grandes îles des Cyclades de créer un espace de circulation monétaire distinct et d’en tirer des profits par le change monétaire110.

  • 111 Meadows 2010.
  • 112 Nicolet-Pierre 1999, p. 117-118 : « il faut renoncer, probablement, à lui trouver quelque significa (...)
  • 113 Étienne 1990, p. 235-236, no 203 ; Paschalis 1898 ; Hoover 2010, p. 112-116 (Andros) et 177-183 (Té (...)

151Le choix d’une drachme à 3,90 g est interprété par J. Tully comme un rattachement à l’étalon chiote, dont le développement en Égée pourrait remonter aux activités de Lysandre en Ionie111. Mais cet étalon est abandonné depuis plus d’un siècle et il paraît douteux que le choix de Paros et de Naxos soit lié à l’Asie mineure112. Si des monnaies de Carystos paraissent alignées sur une norme similaire, en revanche au Nord de Délos, les îles d’Andros et Ténos font des choix métrologiques différents, en maintenant d’abord l’étalon attique puis en frappant des monnaies qui sont taillées entre 3,60 g et 2,90 g à la drachme113.

  • 114 Reger 1994a. Voir supra chapitre V p. 279.

152Sous réserve d’un examen plus complet du dossier des monnayages cycladiques, on pourrait en conclure que l’histoire monétaire de Délos, probablement parce qu’elle est intimement liée au commerce de son emporion et à l’influence des grands monnayages qui s’imposent parallèlement aux alexandres dans les réseaux commerciaux égéens, ne s’écrit pas de la même manière que celle des deux grandes îles rivales de Paros et Naxos, tandis que Ténos et Andros, dont la dépendance à l’égard de l’emporion et du sanctuaire déliens est peut-être plus grande, paraissent suivre les tendances de l’île d’Apollon. Cette constatation invite à réexaminer, du point de vue économique, l’idée d’un régionalisme cycladique qui se serait développé à la faveur d’une vacance de pouvoirs dans les Cyclades dans la seconde moitié du iiie s.114. Cet ensemble n’est manifestement pas unitaire.

Le chalkou délien et ses enjeux métrologiques

  • 115 IGCH 298 : voir tableau 43 et p. 224.

153L’émission des citharéphores en argent s’était accompagnée de séries en bronze, probablement en quantité importante pour les besoins des échanges quotidiens dans l’île. Comme l’archéologie en fournit maints parallèles, les monnaies de fouilles sont majoritairement des bronzes et aucune monnaie délienne d’argent n’a été trouvée dans un trésor, en dehors de l’époque archaïque. De l’Indépendance, seul un petit trésor de 13 bronzes citharéphores a été trouvé à Délos115. Les comptes et inventaires des hiéropes témoignent en revanche de l’existence de grosses sommes en bronze épichorique. Dès 269 (IG XI 2, 203, A, l. 3-4), soit dix ans après l’émission des citharéphores, le produit d’un tronc du sanctuaire avait fourni à la caisse sacrée une somme de 108 dr. ½ ob. d’argent (ἀργυρίου δ̣ρ̣α̣χµὰς), de 52 dr. de bronze (χαλκοῦ), de 6 dr. et 5 ob. rhodiennes (ῥοδίας δραχµὰς), ainsi qu’une drachme de Cos et un bracelet. Dans un inventaire de l’Artémision vers 190 (ID 407, l. 22), 500 dr. de χαλκοῦ δηλίου sont enregistrées, avec en plus les subdivisions de la demi-obole et du tétartèmorion (ImageImageImage ). Les balances de compte témoignent, elles aussi, de sommes importantes libellées en chalkou. Vers 200, le compte ID 376 (l. 17-20) mentionne une transmission de chalkou pour 561 dr. 1 ch. En 179 (ID 442, A, l. 53-55), ils reçoivent dans leur encaisse de la part des trésoriers 3 755 dr. 2 ob. de chalkou.

  • 116 Tekin 2011.

154Ces sommes pourraient être un indice de l’importance du monnayage de bronze délien, mais elles ne laissent pas d’étonner par leur ampleur. Hormis un trésor monétaire trouvé à Magnésie du Méandre et comportant plus de 4 000 monnaies de bronze de la cité116, le fait reste étonnant, surtout dans le contexte du monnayage de Délos.

  • 117 Orlandos 1966, p. 102 et n. 6 et 7. Bruneau 2006, p. 343-373, rassemble les attestations relatives (...)
  • 118 Sur ce texte, voir Chankowski 2008a, p. 258-260 et 499-507.

155Les sources littéraires ont, il est vrai, conservé le témoignage de l’aes deliacum qui était une célébrité dans l’Antiquité. Pline l’Ancien (Histoire naturelle, XXXIV, 9-10) rapporte que Myron employait pour ses statues du bronze délien, tandis que Polyclète préférait le métal d’Égine. Mais c’est l’alliage fait à la manière délienne qui était alors célèbre et la géologie délienne ne nous fait pas connaître de filons de cuivre à Délos117. Pourtant, un devis daté de 297, donc antérieur à la première émission monétaire délienne de l’Indépendance, concernant des aménagements dans le temple d’Apollon, présente un détail intéressant : il précise que l’artisan n’aura pas à fournir le bronze, qui lui sera remis par la cité (χαλκὸν δὲ τῶι ἐργώνηι ἡ πόλις παρέξει, ID 502, A, l. 23). Une clause semblable est connue à l’époque de la première domination athénienne, dans un devis concernant la construction du Pythion (ID 104-4, aA, l. 8-10), mais cette fois c’est le plomb que l’artisan n’aura pas à fournir car il lui sera remis par Athènes, qui pouvait s’en procurer aisément dans ses propres mines118. Sans doute Délos avait-elle plus de facilités à se procurer du bronze que de l’argent, ce qui expliquerait qu’elle ait largement utilisé ce métal pour ses frappes monétaires.

  • 119 IG XI 2, 162, B, l. 16 ; 164, A, l. 62 ; 199, B, l. 43-44 ; 203, B, l. 70 ; 223, B, l. 29 ; 287, B, (...)

156Il est en tout cas significatif qu’à partir de 279, après la première émission de citharéphores déliennes, on trouve dans les inventaires la première mention d’un lot de bronze local (χαλκοῦ ἐπιχωρίου) associé à de l’argent dokimon de l’étalon attique et d’Alexandre (IG XI 2, 161, B, l. 20 : ἀργυρίου ἀττικοῦ καὶ ἀλεξανδρείου δοκίµου καὶ χαλκοῦ ἐπιχωρίου — — δραχµὰς ·Image ΔΔImageImage ΙΙΙ· ). Il s’agit d’un lot de monnaies qui fait partie des offrandes de l’Artémision et dont les mentions perdurent dans les inventaires des années suivantes119. Il ressort de cette description que, pour les Déliens, le chalkou local peut être comptabilisé dans la continuité de ce monnayage d’étalon attique de bon aloi puisqu’il est possible d’en donner un total en drachmes attiques.

157Cette manière de traiter le chalkou correspond exactement aux pratiques que l’on constate à la fin de l’Indépendance dans les balances de comptes, où le chalkou qui constitue une partie de l’encaisse reçoit le même traitement que d’autres étalons monétaires.

158Inversement, elle diffère des habitudes des hiéropes face aux monnaies de bronze étrangères qu’ils rassemblent dans les troncs ou comme offrandes. Cette même année 279, l’inventaire des offrandes dans le temple d’Apollon mentionne un lot de monnaies de bronze de diverses provenances, dans une hydrie et une jarre de bronze : le tout, monnaies et vases, est pesé pour un total de deux mines (IG XI 2, 161, B, l. 100 : χαλκοῦ ἐπισήµου παντοδαποῦ ἐν ὑδρίαι καὶ στάµνωι χαλκ[οῖ]ς, ὁλκὴν σὺν τοῖς ἀγγείο[ις] µναῖ ·ΙΙ·, « du bronze frappé de toutes provenances dans une hydrie et dans une jarre de bronze, poids avec les anses, 2 mines »).

  • 120 Dans le fragment ID 1450, B, l. 4, la mention — [σὺν] δηλίοις τετρωβόλοις χαλκοῖς — dans une ligne (...)

159La manière dont cette encaisse en chalkou est traitée par les hiéropes diffère également de la manière dont les Athéniens de l’époque du port franc ont enregistré quelques rares bronzes déliens dans leur inventaire des jarres : ils les ont comptés à l’unité sans les intégrer au total de chaque jarre120.

160Il y a donc des cas où les monnaies de bronze, comme l’ont fait les hiéropes avec les monnaies de bronze de toutes provenances, sont pesées ou bien écartées du total en argent attique, et d’autres cas où il est possible de comptabiliser le bronze dans une continuité avec l’argent attique.

  • 121 Picard 1996.
  • 122 Voir supra p. 202.

161De cette constatation, O. Picard a tiré la conclusion que le monnayage de la cité de Délos était d’étalon attique et que cette pratique comptable s’expliquait par le cours forcé de la monnaie délienne121. Or, comme on l’a vu, la monnaie délienne ne correspond pas au poids de la drachme attique et ne bénéficie pas non plus d’un cours forcé dans l’île122.

  • 123 Voir aussi le parallèle avec les comptes béotiens : Grandjean 1995 ; Brélaz, Andriomenou, Ducrey 20 (...)

162Il convient, tout d’abord, de ne pas surestimer l’importance de ce passage souvent cité : il s’agit à cet endroit (IG XI 2, 161B, l. 20) de la partie du compte qui concerne l’inventaire des objets métalliques. Son objectif est de fournir une estimation monétaire de la valeur des avoirs thésaurisés, en particulier pour ceux qui le sont sous forme de phiales. Les hiéropes inventorient des lots dont l’unité provient uniquement de la volonté du dédicant. Lorsqu’ils ne savent pas comment compter les monnaies disparates qui composent un lot, ils pèsent et donnent la valeur en poids d’argent selon l’étalon attique. Lorsqu’ils peuvent faire un calcul, ils donnent le total converti en étalon attique. Une rasura trahit d’ailleurs leurs hésitations à cet endroit au sujet du compte du chalkou. Il ressort des pratiques comptables des hiéropes à propos des drachmes déliennes qu’ils ont probablement, dans le cas du chalkou délien, procédé à la même opération de conversion comptable qu’avec les dépenses des Eileithyaia, pour obtenir un total en étalon attique123.

  • 124 Doyen 2012, p. 79-84.
  • 125 Kroll 2013.
  • 126 La tâche a été entreprise par Ch. Doyen dans le cadre du projet Pondera on line.
  • 127 Doyen 2012, p. 160.

163Allant plus loin, Ch. Doyen, dans son étude sur la métrologie de l’argent et du bronze, a vu dans la confrontation entre l’étalon attique de bon poids et un étalon attique réduit utilisé pour les émissions monétaires civiques de Délos un indice de l’existence d’un étalon d’argent réduit, nommé chalkou. Les monnaies appelées dans les comptes χαλκοῦ ἐπιχωρίου seraient en réalité des drachmes d’argent taillées selon cet étalon réduit, dont l’existence parallèle à celle de l’étalon attique plein entre dans un système d’équivalences pondérales dont on peut suivre les évolutions tout au long de la période hellénistique, de même que les Lagides avaient fait fonctionner conjointement deux étalons, le πρὸς ἀργύριον et le πρὸς χαλκόν124. Cette thèse, vivement contestée par J. Kroll125, ne peut être véritablement discutée dans le détail pour le moment, en l’absence de corpus des poids, à la fois pour Délos et pour le reste du monde grec126. Sans apporter de convergence complète avec la démonstration de Ch. Doyen et son tableau synthétique des évolutions métrologiques du monde grec127, les hypothèses, auxquelles nous parvenons indépendamment, sur le poids théorique des monnaies citharéphores déliennes à partir des équivalences que l’on peut évaluer dans les comptes présentent deux similitudes frappantes avec ce schéma : une drachme citharéphore dont le poids théorique serait de 3,47 g lors de la première émission monétaire vers 280 (étalon attico-alexandrin « du bronze » dans un ratio de 125 :1 pour Ch. Doyen), et dont le poids à la fin du iiie s. chuterait à 2,92 g (étalon attico-alexandrin « du bronze » dans un ratio de 150 :1 correspondant aussi à l’étalon symmachique « de l’argent », pour Ch. Doyen). Jeu de chiffres, dira-t-on sans doute, dès lors qu’il s’agit de proportions ? Mais l’importance des sommes en chalkou dans les encaisses déliennes, le traitement du chalkou comme un étalon monétaire dans les balances comptables, interrogent néanmoins sur la définition de ce numéraire qu’il est décidément difficile de considérer comme du métal de bronze.

164Les observations faites à partir des comptes des hiéropes tendent donc à montrer que la question ne mérite pas d’être oubliée dans les futures études de numismatique, car le dossier délien contribue à relancer ce débat.

La circulation monétaire à délos hellénistique

Le témoignage des trésors

165Au regard de la richesse de la documentation épigraphique comptable, les trouvailles monétaires sont finalement peu nombreuses : pour l’ensemble de l’île, on connaît actuellement environ 6 000 monnaies. La collection conservée au Musée de Délos compte près de 3 500 monnaies, la plupart des bronzes, trouvées lors de la seconde grande série de fouilles déliennes à partir des années 1960 : îlots des Bronzes, des Bijoux, de la Maison des Comédiens, Maison des Sceaux, Rhénée, puis lors des fouilles plus récentes de l’Agora des Compétaliastes, du Sarapieion, de l’Héraion, de l’Aphrodision et de la Ferme aux jambages de granit. Il faut y ajouter des collections qui se trouvent au Musée numismatique d’Athènes, où des trésors ont été transportés pour restauration et sont restés, avec les monnaies découvertes lors des premières fouilles, soit environ 2 500 monnaies. On compte au total 32 trésors provenant de Délos, identifiés par J. Svoronos puis par T. Hackens, entre la fin du xixe s., lorsque débutèrent les premières fouilles, et la fin des années 1960 (tableau 43).

  • 128 Plassart 1973.

166Ils ont été mis au jour en divers endroits, dès les premières années du xxe s. au cours des fouilles que finança la dotation du duc de Loubat à partir de 1903128. Les campagnes antérieures, celles d’A. Lebègue sur le versant occidental du Mont Cynthe entre 1873 et 1876 et celles de Th. Homolle dans la plaine du sanctuaire entre 1877 et 1880, ne semblent guère avoir livré de trésors monétaires, à deux exceptions près. Conformément aux attentes, ce sont essentiellement les fouilles de l’habitat qui, à partir de 1903, fournissent la quasi-totalité du matériel. À partir de 1905, J. Chamonard, avec M. Bulard et F. Mayence, commence le déblaiement de plusieurs îlots du Quartier du théâtre, tandis que le Hiéron est également progressivement dégagé par F. Courby, G. Leroux, J. Hatzfeld et Ch. Dugas. De 1909 à 1911, P. Roussel entreprend le dégagement de la Terrasse des Dieux étrangers, tandis qu’en 1911, Ch. Picard explore les abords du Lac sacré et poursuit ensuite avec Ch. Avezou le dégagement de plusieurs monuments de ce secteur, et qu’A. Plassart travaille au Quartier du stade à partir de 1912. Aussi la grande majorité des trésors inventoriés dans l’IGCH correspond-elle à des trouvailles réalisées entre 1905 et 1912. À l’exception d’un trésor découvert lors de la construction d’une nouvelle aile du musée en 1931, le reste des trouvailles provient de l’exploration des quartiers d’habitation situés au Nord du sanctuaire, dès 1961 par Ph. Bruneau, Chr. Le Roy, Ed. Lévy, G. Siebert. J. Svoronos, pour les trouvailles des premières fouilles, puis T. Hackens à partir des fouilles des années 1960, ont identifié les monnaies de ces trésors, dont la composition est reprise dans l’IGCH. Il faut y ajouter deux trouvailles postérieures, dans l’Îlot des Bijoux et dans la Maison des Sceaux.

  • 129 L’enfouissement de ces trésors pose la question de la chronologie des destructions dans le Quartier (...)

167Ces trésors contiennent généralement peu de monnaies — une trentaine en moyenne — mais certains sont plus importants et atteignent 200 à 300 monnaies. Cette multiplication d’enfouissements est essentiellement le fait des crises mithridatiques qui frappèrent Délos en 88 et en 69 et l’on ne sera pas étonné de constater que la quasi-totalité de ces trésors est composée de tétradrachmes et de drachmes stéphanéphores d’Athènes auxquels viennent s’ajouter des bronzes athéniens correspondant à la seconde période de domination athénienne129.

  • 130 Chankowski 2008a, p. 379.

168Parmi ces quelque 6 000 monnaies provenant de Délos, peu d’exemplaires permettent de documenter la période du iiie s. qui correspond à l’essentiel de la comptabilité des hiéropes. Il faut ici tenir compte du fait que, contrairement à ce que peuvent laisser croire les apparences, on a finalement peu fouillé à Délos dans des couches correspondant à la période de l’Indépendance délienne, encore moins dans des couches de la période classique130.

Tableau 43 — Trésors monétaires trouvés à Délos.

IGCH 110
Fin ive s. (Svoronos)
Délos 1910
Athènes, MNA
Athènes
50 tétradrachmes AR.
M. Holleaux (rapport de Ch. Picard), CRAI 1911, p. 872 : dans un vase de terre au sud-est du Lac sacré.
IGCH 126
Fin ive-début iiie s. (Svoronos)
Délos 1910
Athènes, MNA
Athènes
29 tétradrachmes AR et nombreux Æ
M. Holleaux (rapport de Ch. Picard), CRAI 1911, p. 872 : dans les magasins au nord du Lac sacré.
IGCH 256
ca. 150/ca. 120
Délos 1931
Musée de Mykonos ?
Athènes
18 tétradrachmes et 2 drachmes AR stéphanéphores.
M. Kambanis, BCH 58 (1934), p. 122 : dans les fondations de la nouvelle aile du Musée de Délos.
IGCH 272
ca. 140/ca. 110
Délos 1959
Musée de Mykonos
Athènes
32 tétradrachmes et 2 drachmes AR du Nouveau Syle
T. Hackens, BCH 84 (1960), p. 814 et BCH 89 (1965), p. 515-516 : dans un égout de la ruelle S de l’Insula III du Quartier du théâtre.
IGCH 284
137/104
Délos 1905
Athènes, MNA
Athènes
249 tétradrachmes AR stéphanéphores
M. Holleaux, CRAI 1905, p. 781 : dans une construction située au sud de la voie des portiques, enveloppées dans une feuille de plomb à laquelle semble avoir adhéré une étoffe.
IGCH 285
129/88
Délos 1911
Athènes, MNA
Athènes
250 tétradrachmes AR stéphanéphores
Roussel 1916, p. 48, n. 4, 6o : non loin de la baie de Skardhana ; monnaies presque toutes fleur de coin.
IGCH 286
128/88
Délos 1905
Athènes, MNA
Athènes
173 monnaies AR stéphanéphores : 52 tétradrachmes, 98 drachmes, 23 trioboles
M. Holleaux, CRAI 1905, p. 781 : dans la maison qui forme l’angle sud-ouest de la rue du Théâtre, dans une petite amphore d’argile grossière haute d’environ 20 cm qui garde quelques traces d’une inscription peinte.
IGCH 290
125-120/88
Délos 1906
Athènes, MNA
40 monnaies AR
Athènes
39 monnaies AR stéphanéphores : 19 tétradrachmes, 13 drachmes, 7 trioboles
Pergame
1 cistophore (ca. 125)
M. Holleaux, CRAI 1907, p. 368 : sous un piédestal de marbre au nord du Portique de Philippe.
IGCH 292
120/87
Délos 1881
Athènes, MNA
Athènes
43 tétradrachmes AR stéphanéphores
A. Hauvette-Besnault, BCH 6 (1882), p. 311 : dans le sanctuaire égyptien, sous le niveau de l’assise IJ.
IGCH 293
ca. 120/87
Délos 1894
Athènes, MNA
Athènes
30 tétradrachmes AR stéphanéphores
L. Couve, BCH 19 (1895), p. 461-463 : trois dépôts provenant de la fouille de cinq maisons (deux sur les bords du Lac sacré, une au haut de la colline à l’Ouest du lac, une dans la rue qui conduit du Portique de Philippe au Théâtre et une au-dessus de l’Inôpos, sur les flancs du Cynthe).
IGCH 294
ca. 120/88
Délos 1907
Athènes, MNA
Athènes 13 tétradrachmes AR stéphanéphores
J. Svoronos, JIAN 13 (1911), p. 76 : Agora de Théophrastos.
IGCH 295
ca. 120/88
Délos 1910
Athènes, MNA
Athènes
92 tétradrachmes AR stéphanéphores
1 Æ (Svoronos)
M. Holleaux (rapport de Ch. Picard), CRAI 1911, p. 872 : dans un magasin incendié, au Nord du Lac sacré.
IGCH 297
ca. 110/69
Délos 1912
Athènes, MNA
Athènes
50 tétradrachmes AR stéphanéphores
M. Prou (travaux d’A. Plassart), CRAI 1913, p. 699 : dans le Quartier du stade.
IGCH 298
iie s.
Délos 1906
Athènes, MNA
16 Æ
Délos
13 Æ citharéphores Ténos     Abydos     Athènes 1 Æ          1 Æ             1 Æ
J. Svoronos, JIAN 13 (1911), p. 75 : dans la Maison du Dionysos, dans un vase.
IGCH 319
Fin iie s.-début ier s.
Délos 1906
Athènes, MNA
Athènes
2 drachmes AR
117 Æ dont 50 aux types athéniens / 67 illisibles
1 bague AR
J. Svoronos, JIAN 10 (1907), p. 193 : Maison du Dionysos.
IGCH 320
Fin iie s.-début ier s.
Délos 1906
Athènes, MNA
Athènes
66 Æ dont 52 aux types athéniens / 14 illisibles
J. Svoronos, JIAN 10 (1907), p. 194 : Maison du Dionysos.
IGCH 321
Fin iie s.-début ier s.
Délos 1906
Athènes, MNA
20 Æ dont 1 illisible
Athènes
17 Æ
Délos
1 Æ citharéphore
Rhodes
1 Æ
J. Svoronos, JIAN 13 (1911), p. 76 : dans la Maison du Dionysos.
IGCH 322
Fin iie s.-début ier s.
Délos 1910
Athènes, MNA
Athènes
1 tétradrachme AR stéphanéphore et 17 Æ
(information de M. Oikonomidès pour IGCH).
IGCH 323
Fin iie s.-début ier s.
Délos 1910
Athènes, MNA
Athènes
26 Æ dont 5 illisibles
(information de M. Oikonomidès pour IGCH).
IGCH 324
Fin iie s.-début ier s.
Délos 1968
Musée de Délos
Athènes
13 Æ
(information de T. Hackens pour IGCH).
IGCH 325
Fin iie s.-début ier s.
Délos 1968
Musée de Mykonos
Athènes
7 drachmes AR stéphanéphores
(information de T. Hackens pour IGCH).
IGCH 328
Début ier s.
Délos 1910
Athènes, MNA
Athènes
3 trioboles AR stéphanéphores
311 Æ dont 179 illisibles
M. Holleaux (rapport de Ch. Picard), CRAI 1911, p. 872 : au Nord-Est du lac.
IGCH 329
Début ier s.
Délos 1961
Musée de Délos
Athènes
8 Æ
(information de T. Hackens pour IGCH).
IGCH 333
88 ou post.
Délos 1909
Athènes, MNA
Athènes
95 Æ
Rhodes
5 drachmes et 6 trioboles plinthophores AR
J. Svoronos, JIAN 15 (1913), p. 40-41 : Sud de l’Agora tétragone, dans un petit vase.
Il n’est pas certain qu’il s’agisse d’un trésor unique.
IGCH 334
88 ou 69
Délos 1967
Musée de Délos
Athènes
13 tétradrachmes AR stéphanéphores
Ph. Bruneau, BCH 92 (1968), p. 678 et p. 684 : Îlot des Bijoux, habitation II (bourse tombée de l’étage ; trouvaille à même le sol).
IGCH 335
88
Délos 1908
Athènes, MNA
13 AR
Mithridate VI (93/2)
7 tétradrachmes AR
Athènes
6 tétradrachmes AR stéphanéphores
J. Svoronos, JIAN 13 (1911), p. 57-58 : dans la fontaine Minoé.
IGCH 336
ca. 88
Délos 1964
Musée de Mykonos
Athènes
59 tétradrachmes AR stéphanéphores
Rhodes
5 AV : 3 statères et 2 hémistatères + bijoux
T. Hackens, Ed. Lévy, BCH 89 (1965), p. 535-566.
IGCH 347
ca. 85-80/78 ou post.
Délos 1905
Athènes, MNA
Athènes
35 AR stéphanéphores : 13 tétradrachmes et 22 drachmes
(dont 2 de l’époque Sylla)
M. Holleaux, CRAI 1905, p. 781 : dans une rue au nord-ouest de la Maison du Lac,
dans une feuille de plomb.
IGCH 348
ca. 85-80
Délos 1907
Athènes, MNA
12 AR
Athènes
10 AR du Nouveau Style : 5 tétradrachmes et 5 drachmes
Éphèse (89)
1 cistophore
Tralles
1 cistophore
J. Svoronos, JIAN 13 (1911), p. 77 : dans les déblais de fouille du téménos.
IGCH 349
85-80
Délos 1909
Athènes, MNA
Athènes
11 AR stéphanéphores : 4 tétradrachmes, 5 drachmes
(dont 1 de l’époque de Sylla), 2 trioboles
J. Svoronos, JIAN 15 (1913), p. 40-41 : dans une cachette sous un mur, maisons en face de la Salle hypostyle.
Îlot des Bijoux, habitation IV
88 ou 69 ?
Délos 1967
Musée de Mykonos ?
Athènes
1 tétradrachme AR stéphanéphore
+ bijoux
Ed. Lévy, BCH 92 (1968), p. 523 : trouvé sur le dallage, traces d’incendie.
Maison des Sceaux
69 ?
Délos 1975
Athènes, MNA
Athènes
49 Æ (type à la plemmeochoé)
Siebert 2001 (rapport d’O. Picard), p. 134-135 :
monnaies agglutinées sur le seuil entre les pièces ξ et µ.
  • 131 Sur le rôle du monnayage stéphanéphore comme « monnaie hellénique », voir le bilan dressé par Picar (...)

169De ce tableau ressort l’impression que la thésaurisation de l’argent qui apparaît avec les tétradrachmes attiques à la fin du ive s. (IGCH 110 et 126) ne reprend qu’avec l’arrivée du monnayage attique stéphanéphore131. Cette constatation est en partie le fait de la concentration des fouilles sur les couches archéologiques du ier s., mais n’est pas non plus sans convergences avec la nature du numéraire, assez peu attique, qui devait circuler à Délos au iiie s. et au début du iie s. d’après les comptes des hiéropes. La nature du numéraire en circulation pouvait donc avoir une influence sur les pratiques de thésaurisation et l’on n’a pas, à ce jour, retrouvé à Délos de trésor de monnaies rhodiennes ou histiéennes.

  • 132 Kroll 1993, p. 76-80, no 101-110. La découverte de ces monnaies sur l’Agora athénienne montre qu’il (...)

170Un autre aspect intéressant est la thésaurisation des petites monnaies de bronze : la majorité de ces trouvailles sont des monnaies athéniennes qui correspondent aux types découverts dans les fouilles de l’Agora d’Athènes132. De la période de l’Indépendance, seul un petit trésor de 13 monnaies de bronze déliennes témoigne (IGCH 298). Une autre monnaie citharéphore est thésaurisée avec un lot de bronzes aux types athéniens, signe supplémentaire que le monnayage délien phoinikophore n’a pas eu le temps de circuler dans l’île.

  • 133 Sur la Maison du Dionysos : Chamonard 1906 ; Chamonard 1922-1924, p. 127-134 ; Trümper 1998, no 80 (...)

171Cette thésaurisation du bronze interroge sur les motifs de conservation de ces sommes dans des contextes qui sont le plus souvent d’habitat. La Maison du Dionysos a livré à elle seule quatre de ces trésors (IGCH 298, 319, 320 et 321). Les localisations sont malheureusement trop peu précises pour assurer l’interprétation, mais il faut se demander, dans ce secteur du Quartier du théâtre qui a vu de nombreux remaniements de façades à la faveur de l’installation de boutiques, si certains de ces trésors en monnaies de bronze ne sont pas plutôt des caisses de boutiquiers, abandonnées lors des catastrophes mithridatiques133.

172La faiblesse de cette thésaurisation concorde avec l’importance du rôle des banquiers dans l’île.

Le rôle des banquiers à Délos

  • 134 IG XI 2, 287, A, l. 134-135 ; D, l. 10-20. Cf. Bogaert 1968, p. 170.
  • 135 Bogaert 1968, p. 170 ; F. Durrbach dans IG XI 2, p. 112. Vial 2008, s.v., ne retient pas cette inte (...)

173Les hiéropes avaient recours, dès le iiie s., aux services de banquiers : ainsi en 250, des transmissions sont faites par l’intermédiaire de banques (διὰ τραπέζης) et par un ordre de paiement (διεγράψαµεν)134. Dans un fragment de compte antérieur (IG XI 2, 225, l. 6-7), on trouve peut-être, à travers la transmission de sommes διὰ τῆς Δηµά[ρους?]— ἄλλας διὰ τῆς Στη[σίλεω?] —), la mention de deux banques appartenant à des Déliens, Démarès et Stèsiléos135. Dès le milieu du iiie s. au moins, l’implication des banquiers dans les opérations financières du sanctuaire est donc attestée.

  • 136 F. Durrbach ad ID 399, p. 64 ; Bogaert 1968, p. 172-173 ; Vial 1984, p. 225. Voir supra chapitre I (...)

174L’introduction de la comptabilité publique dans les comptes des hiéropes, à partir de 192 (ID 399), va certainement de pair avec un recours plus systématique aux comptes bancaires. Le recours aux banques s’expliquait d’abord par le fait que la caisse ne pouvait être ouverte régulièrement : les recettes perçues en cours d’année étaient donc déposées dans une banque avant d’être versées à la caisse sacrée136. Probablement fallait-il également déposer dans une banque les sommes qui, en début d’année, étaient retirées de la caisse sacrée en prévision des travaux, de façon à les rendre disponibles au moment du paiement aux entrepreneurs.

  • 137 Bogaert 1968, p. 175, n. 235 avec la bibliographie afférente.

175Les banquiers ne se contentaient pas de recevoir ces sommes en dépôt : ils procédaient aussi aux opérations de conversion nécessaires lorsque des sommes qui leur sont transmises sont composées de numéraires variés. Comme l’avait remarqué R. Bogaert, les inscriptions associées aux jarres évoquent les « sacs scellés et munis d’une étiquette mentionnant la somme, le poids, la firme, le nom de l’employé de banque qui avait essayé, compté et pesé l’argent ainsi que la date, sacs qui circulaient comme moyen de paiement dans les banques de Frankfort vers 1860 »137. Aussi les évolutions de l’encaisse délienne permettent-elles de préciser davantage le rôle dévolu aux banquiers. Les hiéropes, dont les collèges étaient soumis à une rotation annuelle qui ne leur permettait pas de « capitaliser » leur expérience administrative, avaient certainement besoin de l’expertise des banquiers, seuls véritables connaisseurs des numéraires en circulation dans un paysage monétaire qui vit de fréquentes évolutions entre la fin du iiie s. et le début du iie s.

  • 138 Chankowski 2008b.
  • 139 À la suite de Lacroix 1932, p. 518, Bogaert 1968, p. 182, avait noté ce rapprochement. Vial 2008, s (...)

176C’est probablement au contact de ces spécialistes de la finance qu’étaient les banquiers que les hiéropes ont peu à peu élaboré des pratiques de comptabilité plus performantes. Nous en avons peut-être un indice en la personne du hiérope Silènos, qui exerçait ses fonctions en 179138. Le caractère exemplaire du compte de 179 (ID 442) apparaît dès la première lecture. C’est un modèle d’organisation comptable qui se caractérise par sa capacité à distinguer clairement les opérations pour passer d’une comptabilité narrative à une comptabilité ordonnée et normative, en dépit de la complexité chronologique des transmissions de fonds. Or le hiérope Silènos, qui porte un nom typiquement délien, était peut-être aussi banquier : ce nom est aussi celui de l’associé de la banque de Philon, l’une des six banques qui travaillent au même moment avec le sanctuaire. Nous la voyons apparaître à plusieurs reprises dans les inventaires de jarres, pour des opérations qui s’étendent entre 180 et 172. Le nom de Silènos correspond à un personnage en activité entre 200 et 170, qui apparaît comme hiérope, banquier, fermier et caution139. On comprendrait alors pourquoi le compte de 179 diffère des autres par sa clarté, si l’un au moins de ses auteurs avait pu utiliser directement ses compétences financières dans la gestion qui lui avait été confiée cette année-là.

177Mais étant donné la complexité de l’encaisse délienne, on peut supposer que les banquiers ne se contentaient pas seulement de procéder aux opérations de conversion comptable, et qu’ils pouvaient aussi contribuer à organiser les lots conservés dans les jarres en espèces monétaires adéquates aux échanges prévus, en procédant le cas échéant à des échanges de numéraire entre les différentes jarres. L’association de la caisse publique à la caisse sacrée ne pouvait, de ce point de vue, qu’élargir les possibilités. Il est caractéristique que, contrairement à ce qu’ont fait les administrateurs athéniens, les hiéropes déliens ne se sont jamais contentés de numéroter les jarres mais ont toujours scrupuleusement indiqué, dans les comptes, le texte du libellé fourni pour chaque lot par les banquiers. C’est probablement que cette indication permettait de rattacher ces sommes aux registres des banques, qui devaient fournir davantage d’indications sur le numéraire en question.

  • 140 Les inscriptions déliennes ne mentionnent en revanche aucun κολλυβιστής pour la période de l’Indépe (...)
  • 141 Chankowski 2014a.

178Les banquiers ont pu aussi procéder, pour les deux caisses déliennes, à des opérations de change, en particulier lorsque les Déliens avaient besoin d’alexandres pour les achats de blé et qu’ils n’en disposaient plus en quantité suffisante dans leur encaisse, mais ces opérations échappent totalement à notre connaissance car les comptes des hiéropes ne donnent aucune trace de paiement de frais de change140. Il est possible que la transaction de Timôn de Syracuse avec la Confédération des Nèsiotes, au début du iie s., apporte indirectement un éclairage sur cette question141. Timôn, qui est aussi l’un des banquiers de la caisse délienne, avait accepté de changer gratuitement des drachmes rhodiennes contre des monnaies d’étalon attique pour la Confédération (IG XII 5, 817). Il pourrait avoir ainsi élargi à la Confédération des Nèsiotes une faveur qui était celle que les banquiers faisaient au sanctuaire de Délos.

  • 142 Delphes : Syll 3 672, l. 21 ; Bresson 2014.

179En effet, les banquiers installés à Délos ne manquaient pas de profiter des avantages que leur apportait le sanctuaire. Même s’ils avaient à verser une redevance à la cité délienne sous la forme de droits de place, ils bénéficiaient largement de la neutralité politique et monétaire délienne. Contrairement à de grands États capables d’imposer un monopole des frais de change, comme l’Égypte lagide, ou comme Delphes au iie s., qui avait affermé les frais de change142, la cité de Délos laissait aux banquiers les bénéfices du change. Cette situation favorable — liée à l’emporion délien où, comme le montre l’affaire de la Confédération des Nèsiotes, on venait aussi chercher du crédit — explique la présence de plusieurs banques à Délos dès le iiie s. En laissant ce profit aux banquiers sans l’exploiter parmi ses revenus publics alors qu’elle aurait pu créer une taxe sur le change, la cité délienne pouvait sans doute obtenir de leur part quelque contrepartie, d’autant plus qu’en utilisant les services de plusieurs banques, elle divisait les risques mais répartissait en même temps la charge entre les banquiers.

180Les banques contribuaient ainsi largement au recyclage des espèces dans la caisse monétaire, sans doute en étroite association avec le Conseil et les hiéropes, puisque les Déliens avaient en même temps intérêt à ne pas laisser partir le numéraire délien (fig. 6). Inversement, la caisse sacrée fonctionnait elle-même comme une banque fournisseuse de capitaux par les prêts à intérêts. Comme nous l’avons constaté pour les registres de la comptabilité, les banques sont, à côté de l’administration civique de la caisse délienne, l’un des rouages d’une machinerie financière complexe qui dépasse le cadre strict de la gestion du sanctuaire.

  • 143 Bogaert 1968, p. 170-187.

181Ces banques intervenant dans les opérations de gestion des caisses déliennes ont été étudiées par R. Bogaert, qui a rassemblé et analysé les informations disponibles dans les comptes et dans les décrets honorifiques à leur sujet143. Il a noté le nombre croissant de banques intervenant dans les paiements de la cité et du sanctuaire. Le tableau ci-dessous rassemble les principales informations les concernant (tableau 44).

Tableau 44 — Les banques intervenant dans le maniement des fonds publics et sacrés.

Nom du banquier/de la banque Origine géographique Première mention dans les comptes
Dèmarès et Stèsiléôs Délos IG XI 2, 225, l. 6-7 (entre 259 et 250)
Théôn Byzance ?a ID 399, A, l. 38-40 (a. 195)
Philistos et Héphaistion ? ID 399, A, l. 43 (a. 194)
Timôn fils de Nymphodôros Syracuse ID 399, A, l. 10 (a. 193)
Mantineus fils de Satyros
et Hellen puis Hellen seul
Ténos ID 399, A, l. 10 (a. 192)
ID 461, Aa, l. 19-22 (a. 178)
Hérakleidès fils d’Aristion
et Nymphodôros fils de Timônb
Tarente Syracuse ID 404, l. 3 (a. 188)
Philôn et Silènos
puis Philôn seul
Syracuse ?c ;  Délos ID 442, A, l. 26 (a. 180)
ID 455, Aa, l. 17-19 (a. 173)
Philophôn et Paktyas ? ID 448, A, l. 4 (a. 175)
a. Identification de Lacroix 1932, p. 517.
b. Identification de Roussel 1908, p. 408, qui montre que Nymphodôros est le fils et successeur de Timôn.
c. Identification de Durrbach 1921-1922, p. 87, par un rapprochement avec le personnage honoré dans le décret IG XI 4, 758.

182Le témoignage des décrets laisse deviner la présence d’autres officines bancaires, ou à tout le moins d’autres financiers, qui n’étaient pas directement impliqués dans la gestion des caisses du sanctuaire. Le décret d’une cité inconnue pour le Délien Mnèsalkos (IG XI 4, 1049), au début du iiie s., montre que les organismes civiques venaient chercher des offres de crédit à Délos : Mnèsalkos avait prêté de l’argent à plusieurs reprises à cette cité (l. 9-11). Certains de ces financiers ne sont pas Déliens : vers 240, ce sont des sitônai d’Histiée qui font affaire à Délos avec un Rhodien, Athènodôros fils de Peisagoras, qui leur prête de l’argent sans intérêts (IG XI 4, 1055). Comme le montre l’affaire de Timôn avec la Confédération des Insulaires, les banquiers étaient des intermédiaires incontournables pour prêter et faire circuler des monnaies d’Alexandre, dès lors que la caisse du sanctuaire délien ne prêtait plus aux cités et qu’elle disposait d’ailleurs de moins en moins de ce numéraire au cours de l’époque hellénistique.

  • 144 Bogaert 1968, p. 187-190, pour les références.

183D’autres banquiers viennent s’établir à Délos à partir de la promulgation du port franc. La banque de Démon et Cléandros, qui est mentionnée dans les actes des administrateurs athéniens pour la garde des contrats de prêts de l’argent du sanctuaire, mais aussi des Italiens et des Orientaux dont témoignent les dédicaces de cette période : Marcos Minatios, Maraios Gerillanos, Loukios Auphidios, Philostrate d’Ascalon ont été honorés par différents bénéficiaires de leurs bienfaits144.

Fig. 6 — Le recyclage monétaire dans les finances déliennes.

Fig. 6 — Le recyclage monétaire dans les finances déliennes.
  • 145 Manganaro 1989, p. 513-541.
  • 146 Ces liens familiaux chez les Syracusains et les Tarentins sont bien visibles dans les monuments fun (...)
  • 147 Compatangelo-Soussignon 2006 souligne ce rôle des Grecs d’Italie méridionale et de Sicile.
  • 148 Contrairement à ce que veut démontrer Étienne 2011, p. 18-20, sur Timôn. Voir les objections de Bre (...)

184L’importance des banquiers venus d’Italie est mieux visible à Délos après 167, mais il est caractéristique que l’on trouve, dès la fin du iiie s., une famille syracusaine avec un associé tarentin pour la banque de Timôn et celle d’Hérakleidès. L’installation des Siciliens en Égypte, en Grèce, en Asie mineure, est connue dès la seconde moitié du iiie s145. Avec les destructions de Syracuse et Tarente en 212 et 209 lors de la deuxième guerre punique, ce sont des entreprises familiales qui se transfèrent en Grèce et dans les Cyclades146. Des banquiers d’Italie du Sud comme Timôn et Hérakleidès, Grecs assimilés à la culture romaine, ont certainement joué un rôle important dans la construction des liens économiques entre les insulaires et les negotiatores romains147. Les opérations militaires romaines en Asie et le besoin de ravitailler les légions ont pu faire d’eux des intermédiaires précieux pour le pouvoir romain : l’emporion de Délos pouvait se prêter, sans être le seul, à l’organisation de l’approvisionnement des troupes, mais ce n’est certainement pas l’unique raison de la présence de Timôn dans l’île148. En réalité, les banquiers commencent très tôt à travailler avec les administrateurs du sanctuaire délien, au cours du iiie s., et les banquiers étrangers sont présents au moins dès 195 : ils se sont donc installés à Délos dès la fin du iiie s. ou le tout début du iie s., à un moment d’intensification des affaires dans l’emporion.

  • 149 Thompson 1961 pour la chronologie haute ; Lewis 1962 pour la chronologie basse (164/3) ; MØrkholm   (...)
  • 150 Sur le stéphanéphore comme nouvelle « monnaie hellénique » et le problème des intentions de Rome, v (...)
  • 151 Picard 2010, p. 186-188.
  • 152 Sur le problème des frappes libres, voir cependant Callataÿ 2005, qui en récuse l’existence dans l’ (...)

185Le développement du rôle des banquiers à Délos à partir du port franc est indissociable du développement du monnayage athénien stéphanéphore. Selon une chronologie révisée de ce monnayage, les premières émissions remonteraient à l’année 164/3 et correspondraient donc directement à la reprise en main par les Athéniens de l’île de Délos, mais d’autres hypothèses ont été avancées et font démarrer les émissions plus tôt, sinon dès 196, du moins dans les années 180-175149. Le contrôle qu’exerce alors Athènes sur Délos est certainement l’un des éléments déterminants qui permet à la cité de développer un monnayage capable de prendre la place des alexandres comme « monnaie hellénique » en mer Égée : le port franc ne rapporte certes pas de recettes fiscales, mais grâce au change des monnaies, il fonctionne probablement, là encore, comme le creuset d’un gigantesque recyclage monétaire, favorisé par les activités de grande ampleur des negotiatores italiens et des marchands orientaux150. Le rôle des banquiers, dans la continuité de leur activité dans la Délos hellénistique d’avant 167, est directement lié au change des monnaies et à la transformation des monnayages non attiques en numéraire stéphanéphore tel qu’il a cours légal. Leur caractère incontournable dans les opérations financières du port franc explique leur présence en nombre jusqu’aux catastrophes mithridatiques de 88 et 69. O. Picard, tout en soulignant combien nous avons peu d’informations dans les sources grecques pour comprendre « comment l’argent est arrivé à l’atelier monétaire », a émis l’hypothèse très plausible que les hommes d’affaires installés à Délos et impliqués dans de nombreuses opérations de change auraient pu obtenir d’Athènes le droit de faire refrapper, à partir de leurs stocks de numéraires divers, des monnaies stéphanéphores151. La situation de port franc aurait en quelque sorte introduit la pratique des frappes libres152.

  • 153 Bogaert 1968, p. 190-192.

186Peut-être en avons-nous une trace à travers quelques passages fragmentaires des actes des administrateurs athéniens, qui concernent la banque publique (δηµοσία τράπεζα) de Délos instituée par les Athéniens sur un modèle développé à Athènes dès la fin du ive s.153. Pour le sanctuaire, elle avait pour fonction, comme les banques privées de l’Indépendance, de gérer l’entrée de certaines recettes (ID 1416, B, col. I, l. 40-41) mais il faut aussi se demander si elle n’a pas eu un rôle à jouer dans le recyclage des monnaies étrangères en émissions de stéphanéphores. Nous n’en voyons dans les actes administratifs que la part qui concerne la comptabilité du sanctuaire, mais celle-ci peut laisser entrevoir les mêmes pratiques de la part des hommes d’affaires.

187Un passage d’un acte administratif signale en effet, à la suite de l’inventaire des anciennes jarres de la caisse délienne, l’entrée d’une nouvelle jarre dont le libellé est rédigé de la même manière qu’à l’époque de l’Indépendance (ID 1421, Ab, col. I, l. 8-15) :

ἄλλον στάµνον ἐφ’ οὗ ἐπιγρα[φή· ἀπὸ τῆς τραπέζης τῆς ἐν Δήλωι, κεχειροτονηµένου ἐπ’ αὐτὴν Θ[εοδώρου τοῦ] Στράτωνος Μαραθωνίου ἐπὶ Ἀνδρέου ἄρχον[τος, µηνὸς] Ἀνθεστηριῶνος τετράδι Παραµόνωι καὶ Εὐµήλωι τ[οῖς κεχειροτο]νηµένοις ἐπὶ τὴν φυλακὴν τῶν ἱερῶν χρη[µάτων — — — — —]— — —καὶ τὰς ἄλλας προσόδους ὥστε εἰς [τὸ ἱερόν· κα]τέβαλεν Διόφαντος παρ’ Ἀλεξίωνος στεφα[νηφόρου] ΧΧΧΧImage · ἐλλείπει τέτραχµα ΙΙ. vac.

Une autre jarre, portant l’inscription : de la banque de Délos, dont a été élu responsable Théodôros fils de Straton du dème de Marathon, sous l’archontat d’Andreas, le 4 du mois Anthestérion, aux administrateurs Paramonos et Eumélos élus pour la garde des biens sacrés, [une somme], ainsi que les autres revenus, pour les besoins du sanctuaire. Versement de Diophantos, venant d’Alexiôn, 3 500 dr. stéphanéphores. Il manque 2 tétradrachmes.

188Datée par l’archonte de l’année 154/3 ou 152/1, elle provient « de la banque publique dont a été élu responsable Théodôros fils de Straton du dème de Marathon » et contient un versement de 3 500 dr. stéphanéphores qui est transmis aux administrateurs pour les besoins du sanctuaire. Le versement est effectué par un autre personnage, Diophantos, παρ’ Ἀλεξίωνος (« venant d’Alexiôn »). Un Diophantos fils d’Hékataios est connu comme administrateur des biens sacrés dans les années qui précèdent (ID 1416, a. 156/5) et la formule a été comprise par P. Roussel dans le corpus comme une simple transmission en provenance d’une banque privée. Mais la formule peut tout aussi bien faire penser à un versement en provenance d’un atelier monétaire, dont le maître d’atelier aurait été cet Alexiôn. Il est inconnu par ailleurs mais la même année, un versement similaire est mentionné dans une jarre δι’ Ἀλεξίωνος, « par l’entremise d’Alexiôn » (l. 7) dans un passage très fragmentaire. Diophantos, ici nommé sans patronyme ni démotique, ce qui est inhabituel pour la désignation des administrateurs sur les libellés de jarres, n’est peut-être pas l’administrateur de l’année 156/5, mais pourrait être nommé ici comme magistrat monétaire. La banque publique servirait ainsi d’intermédiaire permettant de recycler les monnayages qui n’étaient pas d’étalon attique, reçus par les banquiers via les negotiatores, pour les transformer en stéphanéphores.

  • 154 Thompson 1961, p. 562.
  • 155 Roussel 1916, p 359 (154/3, sous réserves) ; Dinsmoor 1931, p. 268.
  • 156 Habicht 1991, p. 3.

189Cette hypothèse peut être partiellement vérifiée par les listes de monétaires, mais se heurte à d’autres difficultés. Selon la chronologie haute, un ΔΙΟΦ, en effet, est second monétaire en 164/3 (collège ΔΩΡΟΘΕ-ΔΙΟΦ) et troisième monétaire en 153/2 (collège ΚΑΡΑΙΧ-ΕΡΓΟΚΛΕ), tandis qu’un ΔΙΟΦΑ est premier monétaire en 175/4 (collège ΔΙΟΦΑ-ΔΙΟΔΟ, 144/3 selon la chronologie basse)154. Dans cette chronologie haute, c’est donc le monétaire de 153/2 qui conviendrait, ce qui conduirait en même temps à dater l’archonte Andreas mentionné dans l’inscription de 152/1 en suivant W. Dinsmoor plutôt que P. Roussel, ce qui paraît plausible155. Les chronologies basse ou intermédiaire, toutefois, ne permettent pas la même résolution. Mais même en admettant avec Chr. Habicht que les dates antérieures à 145/4 restent approximatives car la régularité des premières séries n’est pas assurée156, on voit que l’hypothèse se heurte à de trop nombreuses incertitudes pour avancer davantage sur cette question.

  • 157 Giovannini 1978, p. 92-102.
  • 158 Habicht 1991.
  • 159 Sur ce caractère atypique du monnayage stéphanéphore par rapport aux autres monnayages souvent liés (...)

190Sans suivre A. Giovannini qui envisageait une refonte systématique des monnaies macédoniennes qui aurait été orchestrée par les Athéniens conformément à une décision romaine157, il faut admettre que les liens entre les émissions de stéphanéphores et les milieux d’affaires du port franc délien sont flagrants, d’abord par le fait que la plupart des monétaires stéphanéphores appartiennent à des familles actives à Délos158. Cette convergence d’intérêts économiques et politiques entre les Athéniens, les negotiatores et les banquiers avec la bénédiction de Rome trouvait dans le port franc de Délos un lieu privilégié de développement et avait fait du monnayage stéphanéphore un de ses instruments159.

191En imposant sa monnaie dans les échanges de l’emporion — et plus largement dans les échanges égéens —, la puissance athénienne sous l’autorité de Rome avait réussi ce que la neutralité délienne ne pouvait imposer.

Conclusion : un paysage monétaire en permanente évolution

192Entre la puissance économique lagide qui avait développé un système monétaire spécifique pour bénéficier des opérations de change, la puissance séleucide qui favorisait l’étalon attique et la puissance antigonide dont les opérations militaires contribuaient à développer des monnayages de poids réduit, l’Égée cycladique apparaît comme un espace intermédiaire, traversé d’influences multiples et ouvert à la circulation d’espèces monétaires très diversifiées. Point de rupture de charge sur les routes maritimes, Délos et la cité délienne, à cause du sanctuaire et de l’emporion, représentaient tout particulièrement cette forme de neutralité qui, sur le plan monétaire, conduisait à la circulation d’une grande variété d’espèces. La caisse du sanctuaire d’Apollon apparaît en définitive comme le creuset d’un recyclage monétaire permanent.

193Les comptes des hiéropes et les actes des administrateurs athéniens constituent ainsi une fenêtre d’observation ouverte sur la situation économique et financière égéenne, tant sur le plan de la conjoncture économique que sur le plan des pratiques financières. La recherche des influences métrologiques à laquelle Délos est soumise révèle le caractère particulièrement mouvant du contexte monétaire égéen à partir de la fin du ive s., une fois qu’est actée définitivement la fin de la domination athénienne. C’est dans un paysage monétaire certainement difficile à déchiffrer et impropre aux anticipations que les Déliens tentent alors de se situer.

  • 160 Voir à ce sujet les études rassemblées dans Duyrat, Picard 2005, p. 17-212, pour l’époque hellénist (...)
  • 161 Voir supra chapitre I p. 21.
  • 162 Voir en dernier lieu Picard et alii 2012 ; Faucher 2013.

194La domination lagide dans les Cyclades a été étudiée dans le détail pour ses aspects politiques et militaires égéens160. La présence de garnisons et de magistrats lagides dans les îles au iiie s. est documentée par quelques inscriptions (Kéos, Ios, Cos, Théra, Crète), où s’exprime l’intervention profonde des Lagides dans les affaires judiciaires et financières des insulaires, en particulier à travers l’organisation de l’envoi de juges étrangers, mais aussi à Délos en faveur des finances déliennes avec les interventions du nèsiarque Bacchôn et du roi de Sidon Philoklès auprès d’Insulaires débiteurs (IG XI 4, 559)161. Aussi Ptolémée III pouvait-il affirmer, sur la stèle d’Adoulis (OGIS 54), avoir reçu les Cyclades de son père. Mais le rôle joué par les Lagides dans la métrologie égéenne, avec l’appui de Rhodes, dans la première moitié du iiie s., mérite certainement d’être réenvisagé à la lumière de la documentation délienne. En Égypte, les réformes de Ptolémée II montrent d’ailleurs l’aboutissement d’une réflexion métrologique, alors que se développe à Alexandrie un véritable pôle de compétences en la matière162. Il serait étonnant que le reste du monde égéen, en particulier par l’intermédiaire des Rhodiens, n’ait pas profité de cette réflexion. Sans doute en trouve-t-on une trace dans les comptes déliens, à travers le passage à une base 12 qui se manifeste dans la métrologie de l’emporion (métrète de 12 conges, obole de 12 chalques, ephekton) dans les années 280. Ce changement correspond au fond à une dévaluation de la valeur de référence initiale du ive s., fondée sur la drachme attique. Si, pour l’équivalent d’un talent en poids d’argent, il fallait désormais plus de drachmes rhodiennes ou lagides, il était logique que ces évolutions apparaissent. L’ensemble du système métrologique, dans l’emporion délien comme ailleurs sans doute aussi, s’était progressivement adapté à ce changement.

  • 163 Situation qui est exprimée selon Reger 1994a sous la forme d’un régionalisme insulaire propre à fav (...)
  • 164 V. Psilakakou a entrepris le corpus des monnaies d’Histiée sous la direction de S. Psoma.

195L’effondrement de cette domination lagide après le milieu du iiie s. créa manifestement un vide du point de vue métrologique et monétaire163, bientôt occupé dès la fin du iiie s. par des monnayages qui sont liés à la multiplication des opérations militaires : les guerres crétoises, puis les conflits des Antigonides contre Rome et la guerre antiochique. Rhodes reste un élément de stabilité dans ce jeu des puissances et c’est probablement à la politique monétaire rhodienne que s’attachent les Déliens, tout en jouant des équivalences imposées par les modifications du numéraire en circulation. Cette situation, qui voit en particulier l’arrivée massive des tétroboles d’Histiée dans les échanges, s’accompagne d’une raréfaction des alexandres disponibles pour le sanctuaire. La diffusion de ces monnaies histiéennes, directement liée aux opérations militaires, n’est pas propre à Délos mais concerne beaucoup plus largement les courants d’échanges entre la Grèce continentale et les Cyclades164. Une telle situation ne pouvait manquer d’avoir des conséquences sur les échanges quotidiens, mettant une partie des acteurs de l’économie égéenne en retrait des courants d’affaires qui impliquaient du numéraire d’étalon attique.

196Cela ne signifie pas que d’autres puissances financières, et tout particulièrement les réseaux des banquiers dont les officines sont alors bien visibles dans la documentation délienne, n’aient pas disposé d’alexandres. Mais cette situation qui rendait plus difficile l’accès au numéraire d’étalon attique nécessaire aux grands courants d’échanges constitue peut-être les prodromes de ce que sera la Délos du port franc : une société de financiers et d’hommes d’affaires qui a progressivement évincé, dans un processus qui commence dès la fin du iiie s., les Déliens « parasites du dieu ». Ceux-ci ont finalement tenté autant qu’ils l’ont pu de faire prospérer la fortune du sanctuaire dont dépendait la leur. Mais ils ont été, en définitive, pris au piège de leur revendication de neutralité : tout en étant protégés des risques militaires, ils n’ont disposé d’aucune autorité politique suffisante pour maintenir la qualité de l’encaisse du sanctuaire.

Notes

1 Burasélis 1982, p. 39-45 ; Étienne 1990, p. 89-124 ; Fraser, Bean 1954.

2 Tréheux 1992.

3 Voir supra chapitre III.

4 Fraisse, Moretti 2007, p. 155-214.

5 ID 372 A, l. 142-144 ; 400, l. 32-36 ; 402, l. 2-6 ; 403, l. 25-27.

6 Bresson 2001 et Bresson 2014, en réponse aux objections de Étienne 2011, p. 14-22 ; Chankowski 2014a.

7 Voir supra chapitre II p. 99-101. Roussel 1916, p. 121, sur la commission des Aréopagites chargée d’inventorier les offrandes déliennes.

8 Ce dossier est analysé par Robert 1951, p. 122-133 et 143-178, pour l’identification des monnaies ; Roussel 1916, p. 168-173 ; Tréheux 1991a ; Chankowski 2011a et Chankowski 2014a.

9 ID 1409, Aa, col II, l. 110-129 et Bb, col. I, l. 1-6 : début de la liste des jarres (vers 160) ; ID 1421, Aa, col. I : fin de la liste des jarres (vers 156/5) ; ID 1429, B, col. II : début de la liste des jarres (vers 150) ; ID 1430, g et ID 1439, Bbc, col. II : quelques bribes d’une liste de jarres ; ID 1432, Bb, col. I et Ba col. II : liste la plus complète des jarres de A à ZZZZ (année 153/2) ; ID 1443, B, col. I, l. 1-40 : liste fragmentaire de jarres ; ID 1449, Ba, col. I, l. 24-115 : partie de liste de jarres ; ID 1450, B : début d’une liste de jarres (années 140-139).

10 Voir supra chapitre I p. 42-45.

11 Voir supra chapitre I p. 33-34 sur les implications de ce constat sur l’organisation matérielle du trésor.

12 Voir supra chapitre III p. 146 et tableau 30 sur la composition de la caisse sacrée.

13 Tréheux 1991a, p. 351.

14 Au contraire, après l’arrêt des émissions de chouettes athéniennes en 295, le monnayage d’Athènes semble avoir été très modeste : Kroll 1993, p. 10-13 ; Nicolet-Pierre, Kroll 1990.

15 Diverses autres estimations erronées du total inventorié par les Athéniens ont été proposées : entre 100 000 et 130 000 dr. attiques selon Roussel 1916, p. 171 ; 80 000 dr. selon Bogaert 1968, p. 167-169. Je corrige ici à la marge, à partir du tableau qui figure en Annexe 3, les chiffres donnés dans Chankowski 2014a, p. 537 et Chankowski 2011a, p. 382.

16 Les calculs ont été établis à partir de l’inventaire ID 1432. Aucun des chiffres des totaux donnés par les différents commentateurs n’est absolument exact (Roussel 1916, p. 169 repris par Robert 1951, p. 147-156, et par Bresson 1993, p. 143 ; Bogaert 1968, p. 167-169 ; Giovannini 1978, p. 61-62).

17 Robert 1951, p. 143-178 ; Robert 1962, p. 18-24.

18 Picard 1979, p. 198-202.

19 Ashton 2001 ; Bresson 1993, p. 119-169 ; Bresson 1996.

20 Voir à ce sujet la critique de Ashton 2001, p. 95, n. 78, qui conteste que rhodion puisse regrouper à la fois les monnaies rhodiennes et les imitations comme le proposent Bresson 1993, p. 146, et Chankowski 1997b.

21 L’inventaire de 169 (ID 461, Bb, l. 49) mentionne une plinthophore à côté de monnaies rhodiennes qualifiées d’« anciennes » et d’une monnaie d’Histiée : ῥόδιαι δύο παλαιαί· πλινθοφόρος µία.

22 Robert 1951, p. 179-216 ; Robert 1960 (Hellenica XI-XII), p. 63 ; Robert 1967, p. 37 ; Marek 1977 ; Giovannini 1978, p. 34-35 ; Picard 1979, p. 315-325, 327-331 et 343 ; Crawford 1985, p. 345 app. M ; Bresson 1993, p. 145.

23 Mise au point chronologique dans Hoover 2014, p. 440-441.

24 Wallace 1956, p. 27-36 ; Robert 1951, p. 179-216. W. P. Wallace (p. 35 et n. 72) critique la vision de L. Robert qui inscrit dans une continuité les manifestations de la puissance histiéenne, en partant de la liste de proxènes d’Histiée à Delphes de 266/5 (IG XII 9, 207) qui montre un réseau de relations diplomatiques impressionnant : « in short, it is better not to assume any close connection between the conditions (whatever they were) which produced the thirty-one proxenoi of 266/5 and those which produced the numerous tetrobols of the first half of the second century ». Les émissions histiéennes du iie s. se rattachent nettement à une utilisation des ateliers monétaires à des fins militaires, principalement sous domination macédonienne puis romaine.

25 Wallace 1956, p. 27-36 et 103-106 (émissions à la tête de satyre), 107-113 (émissions au dauphin).

26 Robert 1951, p. 159, et Robert 1950a (Hellenica VIII), p. 88, sur les monnaies romaines dans les inventaires de Délos.

27 Robert 1951, p. 160-161 et pl. VII, avec les références citées dans les notes ; Nicolet-Pierre 1999.

28 Robert 1951, p. 164-165.

29 Robert 1951, p. 162-166.

30 Bresson 1993, p. 141.

31 Ashton 2001, p. 93 : « The reduced drachms seem to have passed as tetrobols on the Attic standard, whether or not they were intentionally struck as such, although it is clear from later inscriptions that they continued to be called drachms ».

32 Relecture de Chr. Feyel, commentée dans Chankowski 1997b, p. 360 ; Chankowski 2008a, p. 334.

33 Doyen 2012, p. 80-83 : « Pour notre part, nous suggérons de retrouver en cet étalon lacunaire le [ῥόδιον] en usage l’année précédente, ce qui paraît la restitution la plus logique et la plus économique ; il nous semble par ailleurs exclu que l’expression « καὶ ἀλεξανδρείου tot » puisse servir à préciser le nombre d’alexandres véritables compris dans un lot de monnaies attiques mêlant les poids pleins et les poids réduits — hypothèse naturellement inspirée par l’idée commode, mais fausse, de l’équivalence forcée de la drachme délienne avec la drachme attique » (p. 82, n. 179). Mais voir infra p. 202 sur l’absence de fondement de cette objection.

34 Voir supra chapitre I p. 45-47.

35 Voir supra chapitre III p. 116 sur la nature de ce fonds.

36 Voir l’exemple des autres prêts dans les tableaux réunis par Bogaert 1968, p. 132-133.

37 En revanche, la formule εἰς ἀττικοῦ λόγον est exclusivement le fait de l’administration athénienne d’après 167.

38 Cf. Chankowski, Feyel 1997 sur le raccord entre ID 463, ID 446 et deux autres fragments ; Chankowski 1997b, p. 367.

39 Doyen 2012, p. 82, n. 178, propose d’y voir plutôt du chalkou eu égard au chiffre indiqué, qui est dans le même ordre de grandeur que d’autres sommes de bronze mentionnées dans les comptes des dernières années de l’Indépendance.

40 Chankowski 1997b, p. 360-361. Les pratiques déliennes trouvent un parallèle dans les documents comptables béotiens : voir infra p. 220.

41 Voir infra chapitre II p. 78.

42 Voir supra p. 185-186 avec les références en note.

43 C’est le monnayage que les Athéniens appellent « glaukophore » et dont on trouve encore trace dans leurs inventaires du temple d’Apollon au milieu du iie s. lorsqu’ils signalent des « tétradrachmes attiques glaukophores frappées avant le monnayage du stéphanéphore » (ID 1429, B, col. II, l. 22-23 : τέτραχµα ἀττικὰ γλαυκοφόρα τῶν πρότ[ε]ρον κοπέντων τοῦ στεφανηφόρου Image Ι·). Voir supra chapitre III p. 140, et plus haut dans ce chapitre p. 184.

44 De ce point de vue, il paraît excessif de se fonder sur la faiblesse de la représentation du monnayage rhodien à Délos pour justifier du change de monnaies par Timôn, comme le fait Bresson 2014, p. 521-522, bien que l’argument d’un change de monnaie rhodienne contre de l’argent attique soit juste. Sur la représentativité des témoignages concernant les monnaies rhodiennes de poids réduit, voir aussi les nuances de Ashton 2001, p. 95.

45 Infra p. 218-221.

46 En dépit des conclusions négatives de Bresson 1993, p. 146-147, sur la faible circulation des monnaies rhodiennes en raison de la proportion écrasante de monnaies d’Histiée.

47 Bresson 2001 et Bresson 2014, avec la bibliographie concernant ce décret.

48 Voir infra p. 229, à propos du rôle des banquiers ; la question de l’agio et du kollybos est traitée avec des conclusions parfois divergentes dans le dossier d’articles rassemblé par F. Burkhalter dans le BCH 138 (2014) : voir en particulier les remarques de Bresson 2014, p. 529-532, et de Chankowski 2014, p. 544-547.

49 Delamarre 1904 ; Migeotte 1984, p. 168-194.

50 Voir également le bilan dressé par Picard 2010a, p. 165-167, sur les émissions d’alexandres par les cités, en particulier en Asie mineure, et le renouveau des tétradrachmes d’étalon attique après la disparition des alexandres vers 170.

51 Svoronos 1923-1926 (terminé après la mort de l’auteur par B. Pick), pl. 105.

52 Babelon 1914 (II, 3), p. 835 ; en dernier lieu Sheedy 2006, p. 76-85.

53 Chankowski 2008a, p. 168-181 et 215-233.

54 Cette identité des types ne va toutefois pas jusqu’à une identité des coins, comme c’est le cas à Maronée : voir Picard 1989, p. 678.

55 Bruneau et alii 1970, p. 388.

56 Pour les monnaies de bronze, voir dans l’immédiat les reproductions présentées dans le Guide de Délos4, p. 152, fig. 38, nos 3 à 7 (Apollon/cithare) et no 8 (Artémis/palmier) ; Destrooper 2001 (fig. 2, no 16-22) ; Liampi 1998, p. 208-293, avec un aperçu sur le monnayage délien p. 224-227; Hoover 2010, p. 117-122. Le corpus des monnaies de Délos doit être publié dans la série EAD ultérieurement.

57 Sur ces monnaies archaïques, voir GD et Sheedy 2006, p. 76-85, 190-193.

58 Vial 2008, s.v., mais le commentaire à ce passage (IG XI 2, 161, A, l. 42) indique par erreur qu’il « achète au sanctuaire des débris d’argent ».

59 Picard 2010b, p. 35-39.

60 Vial 1984, p. 142 et n. 95.

61 Voir Annexe 1.

62 Et non « avec en plus » comme l’indique la traduction du Nouveau Choix, p. 70.

63 Voir supra sur cette identification (Robert 1951, p. 143-178, et Robert 1962, p. 18-24).

64 Voir supra chapitre II p. 80-82.

65 Voir Annexe 3 pour l’inventaire de l’encaisse de la seconde domination athénienne.

66 Robert 1962, p. 18-24.

67 Tréheux 1992b.

68 Chankowski 2014a, p. 540-541.

69 Sur cette fête, Bruneau 1970, p. 215.

70 Le signe 𐅂 qui apparaît devant le Δ n’est pas à comptabiliser comme une unité supplémentaire dans le montant. Il s’agit du signe de la drachme que les hiéropes inscrivent fréquemment devant la somme pour indiquer un paiement en numéraire et le distinguer des chiffres qui indiquent, dans les stèles de comptes, des quantités.

71 Voir supra chapitre III p. 129.

72 Marchetti 2007. Voir aussi supra p. 84 et n. 59, pour le parallèle avec la comptabilité delphique.

73 Price 1991 ; Karayotov 1994, p. 60-61 ; Duyrat 2014, p. 118-120.

74 Bresson 2000, p. 234, a tenté d’expliquer les variations de poids de certaines couronnes, dans l’inventaire de 279, par un passage à une drachme de référence qui serait l’alexandre à 4,20 g. Mais la date de cet inventaire est trop précoce par rapport aux dates fournies par Price. Sur ces couronnes, voir Chankowski 2008a, p. 222-232.

75 Sur l’étalon monétaire dit « entier », voir Picard 1996.

76 Tod 1946 sur les témoignages épigraphiques ; Picard 1989 ; Kroll 1996 ; Psoma 1998 et Psoma 2001, p. 120-146.

77 Tod 1946, p. 60, avait déjà remarqué que les Déliens comptaient l’obole à 12 chalques, mais il classait le cas de Délos parmi les survivances de l’éginétique sans prendre en considération la question des unités comptables utilisées par les hiéropes. Voir aussi Psoma 2001, p. 134, qui suit Tod : « le trichalkon correspond au tétartèmorion qui est indiqué par la lettre T ».

78 Dans un cas (ID 290, l. 17), on a tenu compte de chiffres restitués et connus avec certitude par ailleurs, dans le cas des fermages dont le montant annuel est fixé pour dix ans. Tous ces chiffres, dont l’exactitude est capitale pour le raisonnement qui suit, ont été vérifiés sur photographies.

79 Chankowski, Hasenohr 2014.

80 Voir infra tableau 46.

81 C’est par erreur que F. Durrbach a restitué le métrète dans IG XI 2, 154, l. 2, alors que c’est le keramion qui est employé pour la poix dans ce compte à la date de 296 a.C.

82 Le premier total, de 78 dr., est assuré par une note de F. Durrbach dans l’édition des IG XI 2, Addenda, p. 147. Le second total, de 74 dr., a été corrigé par Glotz 1916, p. 284, n. 1, et cette correction est confirmée par F. Durrbach dans l’édition des IG XI 2, Addenda p. 147.

83 Chankowski 2008a, p. 359-376.

84 Hultsch 1864, p. 81, et Hultsch 1882, p. 101, n. 4 et p. 115-116, n. 1, d’après Héron d’Éphèse (xe s. apr. J.-C.). Également Böckh 1838.

85 Le Papyrus Revenue Laws distingue un métrète de vin à 8 conges (32 l. 19) et un métrète d’huile à 12 conges (40 l. 11). Il y a bien sûr des mesures spécifiques à la masse de chaque produit mais il faut surtout noter cette coexistence d’une base 12 et d’une base 8.

86 Hultsch 1864, 313,2 (Hésychius) et p. 77 n. 8 (Dioscoridès).

87 Notons au passage que la mise en évidence de cette réalité métrologique oblige à revoir un certain nombre de considérations sur les évolutions des prix d’après les comptes des hiéropes : voir infra chapitre V p. 246-248.

88 Voir infra p. 263, sur cette question liée à la connaissance des prix.

89 Lacroix 1914 ; Feyel 2006, p. 499-509.

90 Voir les tableaux constitués par Feyel 2006, p. 502-507, qui ne se limitent pas aux mentions épigraphiques des deux termes mais classent les contrats en fonction des sommes obtenues dans les comptes.

91 Schulhof 1908, p. 90. Cette interprétation est reprise par Feyel 2006, p. 508-509.

92 Voir infra tableau 35.

93 Voir supra chapitre II p. 74-75.

94 Baslez, Vial 1987.

95 Le Rider 1986, p. 30-42.

96 Voir par exemple le témoignage du P.Ryl. 554, vers 258, qui montre un réseau d’affaires impliquant autour de Zénon des Sidoniens et des Rhodiens avec un entrepôt à Rhodes (Chankowski 2018a, p. 39-40). Mais Wiemer 2002, p. 100-102, souligne que ces relations ne sont pas continues et met en évidence l’interruption du milieu du iiie s. dans les relations entre Ptolémée II et Rhodes qui lui préfère Antigone Gonatas et Antiochos II. C’est à cette période, entre 250 et 240, que le triérarque Agathostratos de Rhodes est honoré à Délos par la Confédération des Insulaires (IG XI 4, 1128), peut-être après sa victoire navale à Éphèse contre la flotte de Ptolémée II commandée par l’Athénien Chrémonidès, comme le rapporte Polyen (Stratagèmes, V, 18).

97 Ashton 1989, p. 6.

98 Voir supra chapitre I p. 21.

99 Chryssanthaki-Nagle 2005 ; Le Rider 1986, p. 30-42 ; A. Cavagna, Monete tolemaiche oltre l’Egitto (2015) ; Th. Faucher, A. Meadows, C. Lorber, Egyptian Hoards I (2017).

100 Cadell, Le Rider 1997 p. 87.

101 Ashton 2001, nos 282-302.

102 Raven 1950 ; Kinns 1983 ; Lefèvre 1998, p. 261-263 ; Marchetti 1999 ; Sánchez 2001, p. 144-147 ; Flament 2010, p. 39-48 ; Doyen 2011.

103 Comme le rappelle à juste titre O. Picard en citant le décret de Sestos pour Ménas (OGI 339, l. 43-49), « frapper monnaie relevait incontestablement de la décision des États, cités ou rois : le choix des types, de l’étalon monétaire, des espèces, le volume de métal à frapper, toutes ces questions faisaient l’objet de débats parmi les dirigeants, de propositions des conseils, de votes des assemblées » (Picard 2010a, p. 163).

104 ISE 33 (= SEG XXI, 525) ; Pausanias, I, 36.

105 Habicht 2006, p. 224-225 et 219, n. 13.

106 Robert 1951, p. 166-178 ; Errington 1989, p. 286-288 ; Jenkins 1989 ; Ashton 1994 ; Ashton 2001.

107 Ashton 2001, p. 89 et 93.

108 Ashton 2001, p. 94 : « If this is right, it is legitimate to ask whether it is more than coincidence that two states, which were allies in the wars against Philip V and Antiochos III, both decided to introduce at about the same time coinages which were completely different in design from any previous products of their mints and which apparently adopted the same, otherwise unknown, weight standard » ; Bresson 1993 ; Bresson 1996.

109 Nicolet-Pierre 1999 ; Nicolet-Pierre 2010 ; Tully 2013. La référence à une norme insulaire s’appuie sur un passage de l’Anonyme d’Alexandrie, De talentis et denario (Hultsch 1864-1866, p. 300-302 ; Melville-Jones 1993, p. 402, no 587).

110 « As such, the use of this standard cannot be considered an imposition from outside, or an attempt to conform with some existing external practice. Instead, the islanders were deliberately minting on a discrete, unique standard » (Tully 2013, p. 52).

111 Meadows 2010.

112 Nicolet-Pierre 1999, p. 117-118 : « il faut renoncer, probablement, à lui trouver quelque signification politique […] La pratique de Naxos traduit simplement peut-être l’appartenance à un ensemble géographique limité à certaines des Cyclades et au Sud de l’Eubée ».

113 Étienne 1990, p. 235-236, no 203 ; Paschalis 1898 ; Hoover 2010, p. 112-116 (Andros) et 177-183 (Ténos).

114 Reger 1994a. Voir supra chapitre V p. 279.

115 IGCH 298 : voir tableau 43 et p. 224.

116 Tekin 2011.

117 Orlandos 1966, p. 102 et n. 6 et 7. Bruneau 2006, p. 343-373, rassemble les attestations relatives à l’aes deliacum. L’article, consacré au problème des appellations, met en doute l’identification entre les objets en bronze trouvés dans l’île et la caractéristique de « bronze délien » appliquée à certains produits : si l’alliage avait pu être mis au point à Délos à l’époque archaïque, si bien que deliacus avait eu primitivement une valeur géographique, à l’époque de Pline c’est probablement la valeur typologique qui comptait.

118 Sur ce texte, voir Chankowski 2008a, p. 258-260 et 499-507.

119 IG XI 2, 162, B, l. 16 ; 164, A, l. 62 ; 199, B, l. 43-44 ; 203, B, l. 70 ; 223, B, l. 29 ; 287, B, l. 29.

120 Dans le fragment ID 1450, B, l. 4, la mention — [σὺν] δηλίοις τετρωβόλοις χαλκοῖς — dans une ligne très mutilée ne doit pas tromper : comme le montrent d’autres formules de l’inventaire ID 1432 (Annexe 3), il faut certainement modifier la ponctuation et écrire — [σὺν] δηλίοις τετρωβόλοις . Χαλκοῦς —. Quant aux δραχ[µὰς] χαλκίνας mentionnées dans le fragment ID 1422, l. 7, elles ne sont pas nécessairement déliennes.

121 Picard 1996.

122 Voir supra p. 202.

123 Voir aussi le parallèle avec les comptes béotiens : Grandjean 1995 ; Brélaz, Andriomenou, Ducrey 2007 (avec le commentaire de D. Knoepfler dans Bull. 2010, 311) ; IG VII 3078, comptes de Lébadée et Étienne, Knoepfler 1976, p. 105-106, pour la date.

124 Doyen 2012, p. 79-84.

125 Kroll 2013.

126 La tâche a été entreprise par Ch. Doyen dans le cadre du projet Pondera on line.

127 Doyen 2012, p. 160.

128 Plassart 1973.

129 L’enfouissement de ces trésors pose la question de la chronologie des destructions dans le Quartier de Skardhana. En fonction de la chronologie adoptée pour les monnaies du Nouveau Style, la date de 88 ou de 69 a été proposée : voir l’état de la question dans Hackens, Lévy 1965, p. 515-516, et les arguments en faveur de la date de 69 dans Siebert 2001, p. 134-135. Toutefois, l’examen du matériel de la Maison des Sceaux (entrepris dans le cadre de la publication collective du matériel de la fouille), et en particulier l’étude de la céramique menée par A. Peignard-Giros, invite à réexaminer la question.

130 Chankowski 2008a, p. 379.

131 Sur le rôle du monnayage stéphanéphore comme « monnaie hellénique », voir le bilan dressé par Picard 2009, avec les références bibliographiques citées.

132 Kroll 1993, p. 76-80, no 101-110. La découverte de ces monnaies sur l’Agora athénienne montre qu’il ne s’agit pas d’un monnayage frappé exclusivement pour la clérouquie comme le pensait J. Svonoros (Svoronos 1900), à l’exception de certaines séries, dont celle qui porte au droit la tête d’Artémis et au revers la plemmochoè (Kroll 1993, no 104 et p. 68-69).

133 Sur la Maison du Dionysos : Chamonard 1906 ; Chamonard 1922-1924, p. 127-134 ; Trümper 1998, no 80 p. 301-303. Sur les boutiques du Quartier du théâtre, Karvonis 2008 et Karvonis, Malmary 2009.

134 IG XI 2, 287, A, l. 134-135 ; D, l. 10-20. Cf. Bogaert 1968, p. 170.

135 Bogaert 1968, p. 170 ; F. Durrbach dans IG XI 2, p. 112. Vial 2008, s.v., ne retient pas cette interprétation.

136 F. Durrbach ad ID 399, p. 64 ; Bogaert 1968, p. 172-173 ; Vial 1984, p. 225. Voir supra chapitre I p. 42-45, à propos du rôle des banquiers dans les opérations monétaires du sanctuaire.

137 Bogaert 1968, p. 175, n. 235 avec la bibliographie afférente.

138 Chankowski 2008b.

139 À la suite de Lacroix 1932, p. 518, Bogaert 1968, p. 182, avait noté ce rapprochement. Vial 2008, s.v., ne le reprend pas.

140 Les inscriptions déliennes ne mentionnent en revanche aucun κολλυβιστής pour la période de l’Indépendance. Cette profession apparaît une seule fois dans l’épigraphie délienne, dans une souscription au Sarapieion C (ID 2622, b, col. II, l. 3) datée vers 100-75. Le personnage semble d’origine modeste : Bresson 2014, p. 526.

141 Chankowski 2014a.

142 Delphes : Syll 3 672, l. 21 ; Bresson 2014.

143 Bogaert 1968, p. 170-187.

144 Bogaert 1968, p. 187-190, pour les références.

145 Manganaro 1989, p. 513-541.

146 Ces liens familiaux chez les Syracusains et les Tarentins sont bien visibles dans les monuments funéraires de Rhénée : Couilloud 1974, p. 328.

147 Compatangelo-Soussignon 2006 souligne ce rôle des Grecs d’Italie méridionale et de Sicile.

148 Contrairement à ce que veut démontrer Étienne 2011, p. 18-20, sur Timôn. Voir les objections de Bresson 2014, p. 518-519.

149 Thompson 1961 pour la chronologie haute ; Lewis 1962 pour la chronologie basse (164/3) ; MØrkholm  1984 pour la datation intermédiaire. Bilan bibliographique et discussion dans Picard 2010, p. 169-175. Également Bresson 2006b sur les courbes de production des émissions successives, qui défend la concordance avec la reprise athénienne de Délos ; Flament 2007, p. 146-152.

150 Sur le stéphanéphore comme nouvelle « monnaie hellénique » et le problème des intentions de Rome, voir les remarques de Picard 2010, p. 166-167 et Picard 1983, p. 245-250, contre la thèse de Giovannini 1978, p. 81-95, selon laquelle Rome se serait servie d’Athènes pour retirer les alexandres de la circulation.

151 Picard 2010, p. 186-188.

152 Sur le problème des frappes libres, voir cependant Callataÿ 2005, qui en récuse l’existence dans l’Antiquité.

153 Bogaert 1968, p. 190-192.

154 Thompson 1961, p. 562.

155 Roussel 1916, p 359 (154/3, sous réserves) ; Dinsmoor 1931, p. 268.

156 Habicht 1991, p. 3.

157 Giovannini 1978, p. 92-102.

158 Habicht 1991.

159 Sur ce caractère atypique du monnayage stéphanéphore par rapport aux autres monnayages souvent liés au financement de la guerre, voir Bresson 2006b.

160 Voir à ce sujet les études rassemblées dans Duyrat, Picard 2005, p. 17-212, pour l’époque hellénistique.

161 Voir supra chapitre I p. 21.

162 Voir en dernier lieu Picard et alii 2012 ; Faucher 2013.

163 Situation qui est exprimée selon Reger 1994a sous la forme d’un régionalisme insulaire propre à favoriser la prospérité des Cyclades : voir infra chapitre V pour la discussion sur ce sujet.

164 V. Psilakakou a entrepris le corpus des monnaies d’Histiée sous la direction de S. Psoma.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5619/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Titre Fig. 6 — Le recyclage monétaire dans les finances déliennes.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5619/img-38.png
Fichier image/png, 482k

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search