Version classiqueVersion mobile

Parasites du Dieu

 | 
Véronique Chankowski

Chapitre III

La composition des caisses :
analyse des fonds

Texte intégral

1Pour mieux saisir la nature des avoirs du sanctuaire et la façon dont ils ont pu fructifier, il est nécessaire maintenant d’envisager le détail des différents postes budgétaires renseignés par les comptes. Cette question nous conduit aussi à nous interroger sur l’origine des revenus qui entrent dans la caisse sacrée. Si plusieurs d’entre eux proviennent de la mise en valeur de l’espace sacré, d’autres doivent être attribués, en définitive, aux fonds publics, et transitent pour diverses raisons par la caisse sacrée. Il convient donc, dans un premier temps, à partir de l’enregistrement des encaisses par les hiéropes, de faire le tri entre les revenus qui appartiennent en propre au trésor d’Apollon et ceux qui lui sont versés en provenance du trésor public.

2Parmi les informations données par les comptes des hiéropes, certaines indiquent des revenus réguliers, des prosodoi dont la source ( poros) peut être clairement identifiée : les fermages et loyers constituent des revenus propres de la caisse sacrée issus des domaines et des bâtiments dont Apollon est propriétaire, les taxes sont perçues selon le même principe de la propriété sacrée sur le territoire de l’île. D’autres revenus sont nommés d’après le nom du capital qui les produit ou de la destination budgétaire à laquelle ils sont affectés ( phiale, chorégikon, prytanikon). Ce sont en réalité des fonds qui appartiennent à la cité et qui sont versés, tout ou partie, dans la caisse sacrée. Nous connaissons leur dénomination mais nous ignorons leur source, c’est-à-dire le poros qui produit ce prosodos.

3Sont d’abord décrits ici les revenus et fonds présents dans la caisse sacrée et lui appartenant en propre, mais comme on le verra, les points de convergences sont nombreux avec la composition du trésor public, auquel on se reportera également.

Les revenus monnayés du sanctuaire

Ressources propres

  • 1 Chankowski 2008a, p. 279-342.

4Les recettes, qui fournissent un apport stable d’environ 2 talents par an, sont les revenus réguliers du sanctuaire : fermages, loyers, taxes, intérêts des prêts aux particuliers, qui suffisent à son entretien régulier (tableau 22). Ces recettes sont présentes dès le ive s. sous la domination d’Athènes : c’est l’administration athénienne qui a largement contribué à créer ces ressources, jetant les bases de la fortune du sanctuaire1.

  • 2 Reger 1994a, p. 189-248 et 309-350 ; Kent 1948 ; Hennig 1985 ; Molinier 1914.
  • 3 Feyel 2006, p. 482 et tableau 35.

5Pour l’Indépendance, les analyses qui ont été menées sur l’évolution des prix des fermages et des loyers fournissent l’ensemble des données disponibles2. Notons tout d’abord qu’il convient, en analysant ces recettes, de bien considérer les chiffres indiqués dans les comptes. En ce sens, l’enregistrement des encaisses, comme le fait Chr. Feyel3, n’est ici d’aucun secours : il donne au contraire une perception faussée des revenus du sanctuaire en ne distinguant pas, dans la colonne des recettes, ce qui provient des revenus réguliers du sanctuaire des sommes remboursées au titre des emprunts consentis à la cité par le sanctuaire. Le revenu des intérêts fournit quant à lui des chiffres très variables car ils comprennent souvent des arriérés. Si l’on cherche à évaluer les capacités de financement du sanctuaire, il est donc préférable de tenir compte avant tout des recettes périodiques que constituent les fermages, les loyers, les taxes, le produit des troncs et des ventes.

Tableau 22 — Évolution des recettes périodiques (en  drachmes).

282 279 250 246 192 179
Fermages 10 947 11 930 10 416 11 096,5 6 496 6 980
Loyers 483,5 933,2 912,6 1 752,6 1 526 1 721,8
Taxes 272 695 662,5 527 362
Troncs 187 148,6 82,6 9,5 45,6
Ventes 22 656,5 114,5 973,8 10,5 184
Total 11 639,5 13 940,3 12 220,7 14 485,4 8 569 9 293,4
  • 4 La dénomination ἐγ[κύκλια] τέλη exprime probablement le fait que ces taxes étaient affermées aux en (...)

6Les éléments qui composent ce poste budgétaire sont toutefois susceptibles d’évolutions puisqu’il s’agit de recettes affermées aux enchères. Aussi bien pour les taxes que pour les fermages et les loyers, le prix atteint lors de l’adjudication reflète en principe, dans le processus des enchères, les gains qu’il est possible de réaliser mais aussi la concurrence entre les acheteurs potentiels4.

  • 5 Reger 1994a p. 189-247. Également Kent 1948, p. 303-304, avec les corrections proposées par Tréheux (...)
  • 6 Reger 1994a, p. 193.

7Les comptes des hiéropes conservés préservent l’enregistrement régulier des fermages ainsi que des nouvelles adjudications tous les dix ans avec une certaine régularité, à l’exception de la période 240-220. G. Reger a étudié les variations des fermages durant la période de l’Indépendance pour les vingt téménè que possédait Apollon5. Dans l’interprétation de l’évolution du prix des fermages, tout dépend des regroupements opérés dans la comparaison entre les établissements. Ainsi, J. H. Kent, en voulant montrer que le déclin des prix du vin dans la seconde moitié du iiie s. avait affecté les fermages des domaines liés à cette production, classait les terrains en fonction de la présence ou non de vignes, mais comme le montre G. Reger, la distinction des productions n’est pas aisée à partir des inventaires des hiéropes, qui signalent surtout l’équipement immobilier de ces domaines (étables, lieux de stockage, infrastructures artisanales)6. Nous nous intéresserons, dans un autre chapitre consacré à la situation économique délienne, aux explications possibles de l’évolution des prix, en lien avec la conjoncture monétaire. Constatons pour lors quels en sont les mouvements, afin de mieux mesurer le budget du sanctuaire.

  • 7 Voir le tableau de Reger 1994a, p. 195 et le graphique p. 196.
  • 8 Reger 1994a, p. 198-199.
  • 9 Reger 1994a, p. 243.

8On note, d’une manière générale, une baisse régulière du produit des domaines lors de l’affermage, entre le début du iiie s. et les années 1707 et plus particulièrement, pour une partie des domaines (dont G. Reger suppose qu’ils produisaient des céréales car l’évolution des prix est la même que pour l’alphita), avec une chute brutale entre les années 250 et les années 220 (sans que l’on connaisse le détail de l’évolution entre ces deux pôles8). Il faut également noter une forte baisse au début de la période analysée, en 290 exactement. Pour les loyers des maisons sacrées, pour lesquels la documentation est moins complète, la courbe reconstituée par G. Reger présente une tendance générale à la hausse avec des périodes de chute, en particulier dans les années 220, et en 197, et une forte hausse au milieu du iiie s.9.

  • 10 J’ai analysé l’apparition de ces taxes et leurs dénominations dans Chankowski 2008a, p. 295-307.
  • 11 Vial 1984, p. 367.

9L’évolution du produit des taxes est plus difficile à analyser car les hiéropes ne mentionnent pas toujours cette recette de la même manière10. Elle semble présenter d’abord une tendance à la hausse dans la première moitié du iiie s., puis une tendance à la baisse à partir du milieu du iiie s. (tableau 22). Quant au produit des intérêts des prêts versés par les particuliers, il constitue un revenu aléatoire car irrégulier dans ses versements11.

10Il faut donc conclure que les recettes régulières du sanctuaire ont plutôt eu tendance à diminuer au cours de l’Indépendance. Dans le compte complet de l’année 179 (ID 442 A), le total des recettes annuelles atteint 9 294 dr., soit seulement 1,5 talent, alors qu’il atteignait un peu plus de 2 talents au iiie s.

  • 12 Voir supra chapitre II p. 73-74 à propos du montant moyen du perion.
  • 13 Supra chapitre II p. 74-76.

11En dépit de cette tendance à la baisse, les revenus réguliers suffisaient à assumer les dépenses courantes, comme cela était le cas à l’époque de la domination athénienne au ive s. Au iie s., la formulation des hiéropes a évolué et ils mentionnent principalement le reliquat (perion) qui subsiste sur ces recettes de l’année, une fois traitées les dépenses courantes12. Ce reliquat se monte généralement à près de 4 000 dr. ou plus et suffit à démontrer la capacité du sanctuaire à subvenir à ses dépenses régulières. En moyenne, le « perion de la stèle », comme les hiéropes nomment le solde du compte courant, pouvait financer les travaux de l’année suivante pour lesquels les hiéropes procèdent à des retraits dans l’encaisse qu’ils reçoivent de leurs prédécesseurs. La caisse sacrée a même assumé, au iie s., des dépenses sur des bâtiments publics, probablement parce que des fonds étaient disponibles à cet effet13.

Autres recettes

Revente

12Le sanctuaire accroissait ses profits par une exploitation maximale de ses biens, revendant le bois et les pierres des édifices en ruines, faisant commerce de l’engrais tiré de la fiente des tourterelles et de la peau des animaux sacrifiés ainsi que des amphores vides (voir par exemple ID 442, A, l. 155-159). Il en retire annuellement quelques dizaines de drachmes.

13La revente constituait bel et bien une catégorie de recettes que les hiéropes avaient constituée dans leurs usages comptables, si bien que l’on trouve parfois la mention globale de ces recettes sous le libellé καὶ ἀποπ̣[ρ]α̣θ̣[έντων?] (ID 371, A, l. 5).

  • 14 Références dans Bruneau 1970, p. 264.

14La vente des peaux est assez bien éclairée par les comptes. Ainsi, l’encaisse des comptes de 279 (IG XI 2, 161, D, l. 1-12) et de 179 (ID 442, A, l. 158-159) consigne comme recette complémentaire la vente des peaux de victimes sacrifiées à Asklépios, pour 21 et 56 dr. La responsabilité de la vente des peaux revenait aux prêtres, qui en remettaient le produit aux hiéropes. En 269, les hiéropes mentionnent la vente de la peau du « bœuf des Apollonia » (IG XI 2, 203, A, l. 64). De même lors des Posidéia, la vente de la peau du bœuf sacrifié constituait une recette supplémentaire dans le budget de la fête14. Ces recettes supplémentaires augmentaient le montant du budget alloué pour ces fêtes, qui était fixe, comme on le verra.

  • 15 Bruneau 1970, p. 364-365.

15Mais une partie au moins des recettes provenant de la vente des peaux arrivait dans le trésor sous une forme déjà thésaurisée. Ainsi, on trouve dans les inventaires une catégorie de vases σκάφια ἀσκληπιακά, qui devait représenter la consécration d’une partie des recettes du sanctuaire d’Asklépios (ID 320, B, 56 ; 442, B, l. 43-48). Ph. Bruneau suppose qu’il s’agissait du produit de la vente des peaux et de la viande des bêtes sacrifiées15. En effet, les inventaires de la seconde domination athénienne mentionnent, dans l’Asklépieion, quatre phiales offertes ἀπὸ τῶ[ν γ]ερῶν (ID 1416, A, II, l. 7-8) et ἀπὸ τῶν δερµάτων (ID 1417, B, I, l. 113, 115-116, 124). Il faut toutefois se garder, comme le souligne à juste titre Ph. Bruneau, de confondre ces deux catégories de vases : les quatre phiales étaient consacrées à Asklépios, alors que les skaphia avaient été régulièrement offerts à Apollon par les prêtres de l’Asklépieion.

16Ces offrandes en métal précieux témoignent en tout cas de l’existence de recettes extérieures au sanctuaire, provenant des « autres dieux » de Délos qui versaient manifestement au trésor d’Apollon une contribution sur leurs recettes propres. Le fait est intéressant, alors que dans le monde grec, de nombreux règlements de prêtrises témoignent au contraire de l’importance que revêt la vente des peaux au bénéfice du prêtre, parmi les revenus qu’il peut tirer de sa charge. Seul le prêtre d’Asklépios semble verser directement à la caisse sacrée le produit de la vente des peaux au cours de l’Indépendance. D’autres animaux étaient pourtant sacrifiés à d’autres dieux qu’Apollon à Délos mais les menues recettes que pouvait en tirer le personnel cultuel devaient plus probablement être accumulées pour être consacrées peut-être sous forme de phiales à Apollon, comme on le voit dans le cas des revenus de l’Asklépieion. En général, le partage du produit de la vente des peaux faisait l’objet de règles strictes, comme en témoignent ailleurs les règlements de prêtrises qui, lors de la vente de la charge, prévoient avec précision quels seront les bénéfices de l’acheteur.

  • 16 Chankowski 2008a, p. 127-148.

17La caisse sacrée d’Apollon tendait ainsi à centraliser les ressources monétaires des divinités de Délos. En effet, puisque l’ensemble des sanctuaires de l’île était à la charge de la caisse sacrée d’Apollon, il lui revenait aussi de percevoir les recettes qui en provenaient. Les innovations athéniennes de l’époque classique, et en particulier l’organisation initiée en Attique par les décrets de Callias pour les finances des sanctuaires, n’étaient probablement pas étrangères à cette pratique16.

18Les recettes que tire le sanctuaire de la vente des peaux ne doivent pas être confondues avec celles de la commission des boônai, qui relèvent, comme on le verra, de la caisse publique.

  • 17 Comme le souligne Chr. Chandezon à propos d’autres sanctuaires, « il y a une différence entre les d (...)
  • 18 a. 258 (IG XI 2, 224, B, l. 27) ; a. 250 (IG XI 2, 287, B, l. 90) ; a. 240 (ID 298, A, l. 108-112).
  • 19 Vial 2008, s.v. Aristomachos.

19Outre les peaux des animaux sacrifiées, les hiéropes vendaient également au marché des animaux vivants qui avaient été consacrés par les fidèles. Il ne s’agissait pas d’animaux destinés aux sacrifices, mais bien de consécrations au dieu, au titre d’une aparchè, d’une dîme ou d’une contribution sur des revenus personnels17. Les inventaires en apportent la preuve, car il arrive aux hiéropes de mentionner qu’ils ont consacré un vase « à la place de » (ἀντὶ τοῦ) tel animal offert au dieu18. Cl. Vial a considéré qu’il s’agissait d’objets en forme d’animaux que les fidèles avaient consacrés et que les hiéropes faisaient transformer en phiales, pour des raisons de commodité19. En réalité, il s’agit de la vente d’animaux bien réels, qui avaient été consacrés à Apollon et n’étaient pas destinés à être sacrifiés. Le sanctuaire ne pouvait conserver ces animaux puisqu’il n’avait pas vocation à l’élevage, si bien que le produit de leur vente au marché aboutissait à la consécration d’une offrande en métal précieux correspondant au montant de l’argent obtenu dans la transaction. Le phénomène est intéressant à la fois du point de vue des pratiques rituelles à l’égard du sanctuaire et du point de vue des choix économiques : que ce soit par la volonté de préserver une tradition ou par le fait de leur situation économique, certains fidèles préféraient offrir un don en nature en laissant aux hiéropes le soin de le monétariser plutôt que d’avoir eux-mêmes recours au marché.

  • 20 Infra chapitre V p. 264-265.

20Les hiéropes utilisaient également le marché pour revendre des matériaux usagés, mis au rebut ou pouvant être réutilisés : tuiles excédentaires ou anciennes (IG XI 2, 144, A, l. 21; provenant des oikoi : IG XI 2, 287, A, l. 22-23 ; du Pythion : ID 290, A, l. 103), pièces de bois provenant du Poulydamas (IG XI 2, 159, A, l. 49), de l’Inôpos (ID 354, A, l. 18-19), du Kynthion (ID 442, A, l. 157) ou de l’Hérakleion (ID 442, A, l. 158), pierres du péribole du sanctuaire (ID 442, A, l. 159), bois provenant de la taille de figuiers sauvages (ID 353, A, l. 37-38). Ces matériaux avaient été mis de côté à l’occasion de travaux dans le sanctuaire et il importait à la fois de s’en débarrasser pour faire place nette et de tirer profit de ce qui pouvait encore avoir de la valeur. Ce recours au marché est donc d’un grand intérêt pour l’analyse des choix économiques20.

Troncs

  • 21 Sur le décor de ces troncs, voir Bruneau 1970, p. 365.
  • 22 À une exception près, concernant la fête des Posidéia : cf. Bruneau 1970, p. 92-93.
  • 23 Voir les données rassemblées par Bruneau 1970, dans le tableau p. 366-367.

21Le produit des troncs (ἐκ θησαυρῶν) est une autre des recettes centralisées par le trésor d’Apollon. Les comptes en nomment cinq : le tronc du sanctuaire d’Apollon, le tronc de l’Asklépieion, le tronc de l’Aphrodision, le tronc de l’Artémision-en-l’île et, à partir du iie s., le tronc du Sarapieion21. Ces troncs étaient ouverts annuellement par des employés du sanctuaire, généralement au début de l’année, en Lénaion, de façon à assurer une recette complémentaire dans l’encaisse en début d’exercice22. Le produit de ces troncs à offrandes est très variable. Celui d’Apollon, qui atteint parfois une centaine de drachmes, rapporte toujours plus que les autres, dans lesquels on ne trouve généralement que quelques drachmes23.

22Là encore, on constate pour toutes les divinités que cette recette aboutit dans le trésor d’Apollon alors que le dieu n’est pas le seul bénéficiaire de ces offrandes. Il ne semble pas que ces lots de menue monnaie aient fait l’objet d’une transformation en vase métallique : elles devaient entrer directement dans l’encaisse des hiéropes, d’autant plus qu’elles étaient a priori constituées de monnaies en usage.

23Dans le compte de 250 (IG XI 2, 287, A, l. 200), les hiéropes enregistrent, outre le produit des troncs déjà récolté en Lènaion (82 dr. 4 ob. ¼ ob. 1 ch. l. 4-5), une somme totale constituée sous leur exercice dans les thesauroi. L’éditeur du corpus a inscrit 5 040 dr., 4 oboles et une demi-obole, une somme d’un montant inhabituel. C’est une erreur de lecture (Image pour Image ) et le montant de l’année s’élève en réalité à 90 dr., 4 oboles et une demi-obole, un chiffre qui reste dans les mêmes proportions que le produit de l’année précédente.

Amendes

  • 24 Vial 1984, p. 115 et n. 119.

24Plusieurs entrées figurent dans la caisse sacrée au titre des amendes imposées par les logistes aux hiéropes dans le cadre des redditions de comptes. Dans un cas, l’amende a été versée par les bouleutes au profit de la caisse sacrée (ID 399 A, l. 120-121)24.

  • 25 Vial 1984, p. 157-158 ; Fröhlich 2004, p. 386 et 417-418.

25Les hiéropes donnent le détail de ces recettes dans les premières années de l’Indépendance (IG XI 2, 147, B, l. 2-4 ; 162, A, l. 41), puis à partir de 274, enregistrent le total de la somme sous la rubrique ἐξ εὐθυνῶν (IG XI 2, 199, A, l. 18 ; 269 cA, l. 3 et eB, l. 2 ; ID 354, l. 18)25. La recette était de 860 dr. en 274 (IG XI 2, 199, A, l. 18) mais c’est là le total le plus élevé pour ce revenu par nature irrégulier, qui ne constitue qu’une entrée de quelques drachmes ou dizaines de drachmes dans la caisse sacrée de manière épisodique.

Subventions et fonds affectés

26Plusieurs entrées dans la caisse sacrée étaient des sommes fixes destinées à financer une dépense particulière. Elles prennent la forme de subventions versées par le trésor public dans la caisse sacrée. La caisse sacrée contenait également des fonds clairement identifiés, qui étaient versés régulièrement par la cité, probablement sur des recettes qui relevaient du trésor public. La caisse sacrée en venait ainsi à recevoir des reliquats du budget de la caisse publique et à constituer une réserve.

La phiale

27L’énigmatique « produit de la phiale » (ἐκ φιάλης) est une recette régulière, perçue mensuellement, comme le montrent certains comptes qui en fournissent le détail (IG XI 2, 203, A, l. 31-32 ; IG XI 2, 205, Ba, l. 16-18 ; IG XI 2, 224, A, l. 10 ; IG XI 2, 287, A, l. 18-24 ; ID 290, l. 4-7). Le compte de l’année 250 montre bien que ce revenu est enregistré dans le chapitre des recettes du sanctuaire avec un décompte mensuel (IG XI 2, 287, A, l. 18-23). Le revenu n’est pas identique chaque mois et se monte généralement à une drachme et quelques oboles, parfois 2 ou 3 dr. Les comptes du iie s. en donnent généralement le produit pour l’année (ID 316, l. 12 : τὸ ἐκ [φ]ιάλης εἰς τὸν ἐνιαυτὸν ; ID 442, A, l. 156, etc.), qui atteint une trentaine de drachmes au maximum.

  • 26 Homolle 1890, p. 460 ; Migeotte 2014, p. 604.

28Pour Th. Homolle, cette mention désignerait une redevance payée par ceux qui offraient des sacrifices, pour l’utilisation du matériel de cérémonie26. Cette interprétation a été admise depuis.

  • 27 ID 440, A, l. 56-57. Cf. 401, l. 25-26 ; 403, l. 55-56 ; 442, A, l. 24 ; 449, A, l. 4-7 ; 461, Ab, (...)
  • 28 ID 369, A, l. 44 ; 366, A, l. 101-102 ; 346, A, l. 13. Les épistates en question sont, selon Cl. Vi (...)

29En réalité, il faut croiser ces mentions de recettes « de la phiale » avec une procédure attestée à six reprises dans les comptes des hiéropes entre 190 et 169. Les hiéropes signalent avoir perçu les revenus des domaines de Mykonos et les avoir remis aux prytanes « pour les dépenses mensuelles et les dépenses de la phiale », puis avoir remis le reliquat à l’épistate : τὰ δὲ ἐνηρόσια Θαλέου καὶ Δωρίου καὶ Χερσονήσου πράξαντες [ἐδ]ώκαµεν τοῖς πρυτάνεσιν εἰς τὰ κατὰ µῆνα καὶ τῆ̣ς φιάλη̣ς· τὸ δὲ λοιπὸν ἔδοµεν τῶι ἐ[πι]στάτει27. Les revenus des loyers de Mykonos étaient toujours remis au Conseil et aux épistates par les hiéropes, comme en témoignent d’autres mentions dans les comptes de la fin du iiie s.28. On apprend donc par ce passage que le revenu du fermage était affecté aux dépenses mensuelles et aux dépenses « de la phiale », qui doivent être ici des dépenses de la caisse publique de Délos.

30Dans les comptes des hiéropes, la mention du revenu « de la phiale » figure dans la catégorie des dépenses réalisées par décret du peuple. Un autre passage des comptes des hiéropes indique en effet la destination du revenu « de la phiale » dans les dépenses du sanctuaire : il contribuait à financer le nettoyage régulier et la purification du sanctuaire (IG XI 2, 161, A, l. 116-117 : πρὸς τὸ ἐκ φιάλης εἰσελθὸγ κατὰ µῆνα ὥστε τὸ ἱερὸγ καθαίρεσθαι προσαναλώσαµεν δραχµὰς Image , « en ce qui concerne le revenu mensuel de la phiale pour la purification du sanctuaire nous avons dépensé en totalité 14 dr. 1 ob. ½ ob. »).

31« La phiale » est donc une formule métonymique qui désigne plus largement les frais de nettoyage et de purification, aussi bien pour le sanctuaire que pour la cité, dans le vocabulaire des Déliens. Ces frais étaient assumés par un service public dans la cité délienne. Ainsi, les prytanes, qui géraient nécessairement des dépenses à un rythme mensuel, reversaient régulièrement au sanctuaire, sous une forme mensuelle, un revenu que le Conseil recevait des hiéropes en une fois. Les hiéropes percevaient le fermage des domaines de Mykonos en même temps que les autres loyers mais le produit, qui se monte à plus de 600 dr., était réparti par les soins du Conseil et sans doute divisé entre plusieurs destinations. Les dépenses de nettoyage du sanctuaire telles qu’elles sont mentionnées dans les comptes montrent qu’elles consistaient au moins en deux sortes de frais : l’achat d’un porcelet pour purifier chaque mois le sanctuaire et l’enlèvement des ordures pour lequel un ouvrier est rémunéré ([τ]ὸν χοῦν ἐξενέγκαντι ou τὸν χοῦν ἐκκαθάραντι). Ces deux dépenses mensuelles excédaient assurément les quelques oboles qui provenaient chaque mois « de la phiale » et les hiéropes devaient ajouter quelques drachmes à ce poste de dépenses dans leur exercice budgétaire.

32Ce revenu modeste qui venait de la cité était donc le reliquat du produit des fermages de Mykonos, une fois déduites les sommes qui étaient attribuées aux dépenses κατὰ µῆνα de la cité. C’est ce qui permet d’expliquer que le revenu ne soit pas tout à fait identique chaque mois. Un surplus pouvait même parfois parvenir dans la caisse du sanctuaire : un passage mutilé d’un inventaire de jarres de cette période mentionne d’ailleurs un « reliquat de la phiale » (περιόντος ἐκ τῆς φ[ιάλης], ID 455, Ab, l. 6). Ce procédé n’est pas réservé à cette seule recette. Il arrivait fréquemment, en effet, que la caisse publique verse à la caisse sacrée des reliquats non employés et les lui affecte comme à une sorte de réserve.

33La rubrique ἐκ φιάλης est donc une dénomination qui fait partie de l’organisation du budget de la cité : elle correspond à la répartition d’un revenu affecté à la caisse publique pour des opérations de nettoyage et purification relevant des dépenses mensuelles de la cité. Les hiéropes le citent sous cette forme parce que le sanctuaire en perçoit les reliquats mensuels, qui sont utilisés pour le nettoyage du sanctuaire, conformément à la destination générale de ce poste de dépenses. La préposition ἐκ dit d’ailleurs clairement qu’il s’agit d’une ligne budgétaire extérieure dans laquelle on puise. Au contraire, d’autres fonds directement et entièrement affectés par la cité au sanctuaire sont nommés par leur destination dans la caisse sacrée, avec l’emploi de la préposition εἰς.

Subventions pour les fêtes et les concours

  • 29 Migeotte 2014, p. 611 et n. 98, considère à tort que les quatre fêtes des Apollonia, Thesmophoria, (...)

34La caisse de la cité participait à l’organisation des fêtes déliennes en versant au sanctuaire des contributions. Toutefois, la question est plus complexe qu’un simple versement de subventions. Si les chercheurs ont parfois considéré de manière uniforme les versements de la cité, l’examen des comptes révèle une complexité beaucoup plus grande du montage financier entre la caisse du sanctuaire et celle de la cité29.

Les prix des concours gymniques des Apollonia

  • 30 Bruneau 1970, p. 66-67. Cf. IG XI 2, 203, A, l. 64: εἰς ἆθλα καὶ τοὺς λαµπαδιστὰς ἐλάβοµεν παρὰ ταµ (...)

35Pour l’organisation du concours gymnique des Apollonia, la caisse sacrée recevait une subvention de la part de la cité, exprimée par la formule εἰς ἆθλα. Elle était destinée à financer l’achat des prix et l’entraînement des équipes de lampadédromes, ainsi que la préparation du stade par des ouvriers et la fourniture d’huile30.

  • 31 Tréheux 1952, p. 588, n. 5, suggère à juste titre de restituer 50 dr. plutôt que 100 dr. dans le co (...)
  • 32 IG XI 2, 203, A, l. 64 : εἰς ἆθλα καὶ τοὺς λαµπαδιστὰς ἐλάβοµεν παρὰ ταµίου δραχµὰς ⁚Η⁚ καὶ ἡµεῖς ἔ (...)

36D’un montant de 100 dr. au iiie s. et au début du iie s., elle est réduite à 50 dr. à partir des années 180 (ID 440, a. 174)31. La somme allouée par la cité était insuffisante pour l’ensemble des dépenses et le sanctuaire affecte d’autres recettes, comme le produit de la vente de la peau du bœuf sacrifié, pour compléter ce budget, qui s’élève généralement à plus de 160 dr. (IG XI 2, 203, A, l. 36 ; l. 64 ; IG XI 2, 274, l. 2432).

Le salaire des aulètes pour les Apollonia

  • 33 Fraisse, Moretti 2007, p. 218, sur la répartition de cette somme. L’acte de l’archonte de 168, conn (...)

37La cité réservait, en fin d’année, la somme de 3 470 dr. destinée au salaire des aulètes. Au iiie s., la somme était déposée dans la caisse sacrée. Les hiéropes en fonction l’année suivante recevaient ce dépôt dans l’encaisse et le remettaient aux nouveaux trésoriers au moment du paiement. Au iie s., les 3 470 dr. sont versées dans la caisse publique par les trésoriers et cette entrée est enregistrée par les hiéropes. La somme servait à rémunérer les deux musiciens chargés d’accompagner, lors des Apollonia, les deux chœurs de garçons33.

  • 34 ID 362, A, l. 1-2 : [µισθ]ὸς τοῖς αὐ[λ]ηταῖς καὶ ξένια καὶ σιτηρέσιον ; ID 442, A, l. 128 : τοῖς αὐ (...)
  • 35 Le salaire de l’aulète du chœur des Déliades, payé par les hiéropes, est au contraire sujet à des v (...)

38La somme comprenait en réalité, non seulement le salaire (µισθὸς) mais aussi les indemnités de nourriture (σιτηρέσιον) et les frais de réception (ξένια), les frais de chœurs (χορηγήµατα) et le prix aux vainqueurs (νικητήριον)34. La somme était fixe et la dépense pouvait parfois laisser un reliquat (ID 399, A, l. 42-43), ce qui montre que le paiement des salaires des artistes devait s’adapter au montant concédé. Il n’y a donc pas lieu d’en tirer des conclusions sur l’évolution ou l’absence d’évolution des salaires de ces aulètes35.

39Les comptes du début du iie s. montrent clairement, grâce aux inventaires de jarres des deux caisses, que la somme appartient à la caisse publique : elle est déposée auprès des hiéropes dans la caisse publique en fin d’année pour être remise aux trésoriers de l’année suivante (ID 399, A, l. 41-43, 54-57 et 59-61 ; ID 442, A, l. 85-86, 112-113, 127-128). Au iiie s., les trésoriers déposent dans la caisse sacrée la somme de 3 470 dr. qui est reversée l’année suivante par les hiéropes aux trésoriers. Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’une subvention : l’argent est comptabilisé dans les entrées du sanctuaire mais il ne fait que transiter par la caisse sacrée, qui joue le rôle de lieu de dépôt pour une réserve budgétaire. La formulation des hiéropes, lors de la balance du compte, le prouve car ils mettent à part cette somme (a. 217, ID 355, l. 6-7 : λοιπὸν ἐν Ἀρτ] εµισίωι σὺν τῶι τῶν αὐλητῶν [µισθῶι]). Il s’agit donc de la réserver en début d’année, pour une dépense récurrente qui doit être assurée dans le cadre de la fête.

  • 36 Bruneau 1970, p. 37 et 69.

40Cette somme ne doit pas être confondue avec le paiement du salaire de la flûtiste qui intervient dans le chœur des Déliades : celui-ci est à la charge du sanctuaire36. Quant aux chœurs de paides qui se produisaient lors des Apollonia, ils étaient financés par des chorèges. Le financement des Apollonia apparaît ainsi véritablement composite, constitué de fonds sacrés, publics et privés.

Les frais de prestation des technites lors des Dionysia

  • 37 Traduction erronée par « artisans » dans Nouveau Choix, reprise par Migeotte 2005, p. 31.
  • 38 Ces technites ne sont pas pris en compte par Le Guen 2001, car les comptes ne précisent jamais qui (...)

41D’autres sommes, décrites comme destinées aux technites, apparaissent dans les inventaires de jarres de la caisse sacrée37. Ces frais de représentation des technites, qu’il faut peut-être associer à des sommes versées « pour le théâtre », étaient remis aux hiéropes par les trésoriers pour le paiement des artistes lors des Dionysia38.

  • 39 Moretti, Fraisse 2007, p. 225.
  • 40 Voir aussi infra p. 113-116 à propos du chorégikon.

42Les sommes allouées aux technites ne se confondent pas avec les 3 740 dr. réservées pour le salaire des aulètes, puisque les sommes coexistent dans les inventaires de jarres. Dans le cas des technites, il s’agit probablement d’une dépense qui se rattache cette fois à l’organisation des Dionysia, qui comportaient trois épreuves : le chœur de garçons, la comédie et la tragédie39. Les chorèges des Dionysia supportaient la plus grande partie de la dépense mais la cité de Délos y engageait donc aussi des fonds40. Le sanctuaire devait quant à lui contribuer à l’achat de fournitures (par exemple des torches pour le chœur, vers 265, ID 219, A, l. 16 : ὅτε οἱ τεχνῖται ἐπεδείξαντο δαῖδες τῶι χορῶι —). Comme pour les Apollonia, le financement de la fête est composite.

43La somme, mentionnée dans la caisse sacrée sous la forme d’un reliquat (perion ou perigenomenon) est reçue des trésoriers de la cité (ID 442, A, l. 13, 21, 52-53 ; 453, A, l. 12 et 17 ; 455, Aa, l. 9 ; 461, Aa, l. 28-31, 40, 53, 65-66, 72). Il s’agit de fonds affectés précisément aux xenia des technites (ID 442, A, l. 17-18 ; 453, A, l. 15 ; 455, Aa, l. 13 ; 461, Aa, l. 36-37). Une autre jarre précise que les fonds affectés aux technites sont « pour le théâtre » (461, Aa, l. 65-66). Peut-être faut-il associer à ces dépenses pour les technites une jarre dont le contenu était destiné au théâtre (ID 461, Aa, l. 48 : ἀπὸ τοῦ εἰς τὸ θέατρον, « sur le fonds destiné au théâtre »). L’une des jarres associe quant à elle un « perion des technites » avec un fonds provenant du chorégikon (461, Aa, l. 30-31).

44Ce sont en fait les reliquats de ce budget qui sont régulièrement versés dans la caisse sacrée (ainsi en 184, 182, 181, 179, 178, 173 et 170) mais le reliquat a été une fois, en 180, remis dans la caisse publique (jarre no 151). Cette somme pour les technites faisait partie des fonds « affectés » (διάτακτα) : son versement dans la caisse sacrée était décidé au moment de la répartition des revenus publics, ce qui explique sans doute qu’une fois les dépenses réalisées, le reliquat, qui peut compter plusieurs centaines de drachmes (par exemple jarre no 72), reste généralement dans la caisse sacrée conformément à la destination initiale de la somme. Au contraire, la somme déposée dans la caisse sacrée pour les aulètes (dont il a été question ci-dessus) ne fait qu’y transiter : elle constitue une réserve déposée en début d’année, si bien que le reliquat éventuel revenait dans la caisse publique après l’accomplissement de la dépense (jarre no 121).

45Le fonds dont est issu cette somme pour les technites appartient donc lui-même à la caisse publique, et pourrait par exemple provenir d’un revenu dont elle avait la charge, peut-être le revenu d’une fondation. Alors que la somme réservée pour le salaire des aulètes des Apollonia est versée tout au long de l’Indépendance, on ne trouve des mentions de la subvention pour les technites qu’à partir du iie s., ce qui laisse penser que le fonds était récent.

  • 41 Feyel 2006, p. 404. C’est sans doute ce parallèle qui a suscité l’erreur de traduction (« artisans  (...)

46Il convient de ne pas confondre ces sommes, manifestement destinées aux représentations théâtrales, avec des dépenses que les hiéropes ont maintenues pendant quelques années pour l’entretien de trois, puis deux artisans (τεχνίται), employés à temps plein par le sanctuaire entre 282 et 280. Les hiéropes avaient alors consacré une somme à leurs frais de nourriture et à l’achat de blé41.

Thesmophoria, Posidéia et Eileithyaia : des fêtes subventionnées ?

  • 42 Bruneau 1970, p. 290.

47Le procédé de la subvention s’applique également à la fête des Thesmophoria, dont les dépenses étaient couvertes en partie par une somme allouée par la cité et pour le reste par le trésor d’Apollon. La somme allouée par la cité n’était que de 50 dr. alors que les dépenses financées par la caisse sacrée s’élevaient généralement à près de 80 dr.42.

  • 43 Homolle 1890, p. 460-461 ; Durrbach 1905, p. 528.

48La question de l’existence d’une subvention se pose en revanche pour la fête des Posidéia, qui donne lieu à une dépense de 600 dr. détaillée dans un mémoire que rédigent les hiéropes. Th. Homolle et F. Durrbach considéraient qu’il s’agissait d’une subvention de la cité parce que, dans un compte du milieu du iiie s. (IG XI 2, 274, l. 17), les hiéropes distinguent la dépense de 600 dr. pour les Posidéia et une dépense complémentaire effectuée par le sanctuaire pour la même fête43 : [— — — — — — κ]αὶ εἰς τὰ Ποσίδεια ·Image Η· καὶ ἡµεῖς ὑπεραναλ[ώ] σαµεν ΗΔΔΔΔImage Ι — — — — — — — — — — — .

  • 44 Bruneau 1970, p. 264.
  • 45 Voir également la même formule, mais les montants ne sont pas conservés, dans ID 452, l. 13.
  • 46 Migeotte 2005, p. 32, n. 26, et Migeotte 2014, p. 611. Voir également ci-dessous à propos de la dia (...)

49Toutefois, les hiéropes ne déclarent jamais avoir reçu de subvention de la part des trésoriers de la cité pour les Posidéia44 et aucune entrée ne figure à ce titre dans les inventaires de jarres du iie s. alors que c’est le cas pour les autres fêtes subventionnées. Les mémoires détaillés des hiéropes, au iie s., font suivre la liste des dépenses de la liste des recettes pouvant les solder : outre les 600 dr. qualifiées de « somme réservée » (par exemple ID 445, l. 11 : ἔχοµεν δὲ τὸ ἀποτεταγµένον Image ), ils ont recours aux revenus de la taxe des demi-oboles, de la vente de peaux, de la revente des amphores vides. La dépense totale couverte par ces recettes se monte ainsi à 668 dr. en 178 (ID 445, l. 1-12), à 653 dr. en 174 (ID 440, l. 60-68) et à 657,5 dr. en 170 (ID 464, l. 11-12)45. Le terme ἀποτεταγµένον a incité L. Migeotte à considérer que la somme de 600 dr. devait provenir d’une subvention de la cité, puisque c’est ainsi qu’est formulée le plus souvent la répartition des fonds publics46. Mais s’il y a bien eu répartition, rien ne permet de penser qu’il s’agisse d’une somme provenant de la caisse publique.

  • 47 Voir supra p. 106 à propos du sanctuaire d’Asklépios.

50Il s’agit plutôt, comme pour les Eileithyaia dont les dépenses sont traitées par les hiéropes avec celles des Posidéia, d’une somme réservée (τὸ ἀποτεταγµένον) dans le budget du sanctuaire à cet effet. La dépense reposait bien entièrement sur la caisse sacrée, mais il est probable qu’elle était financée à hauteur de 600 dr. par un revenu fixe (le prêt d’un talent à 10 % d’intérêt annuel ?), ce qui expliquerait que le montant ne varie pas. Comme pour Asklépios, on devine ici des ressources propres des « autres dieux de Délos », qui apportaient leur contribution à la caisse sacrée d’Apollon47.

  • 48 ID 401 ; 406 ; 440 ; 442 ; 445 ; 452 ; 461 ; 464. Cf. Bruneau 1970, p. 219.
  • 49 Voir infra p. 203-204.

51La dépense des Eileithyaia était également fixe. Les hiéropes en tenaient, comme pour les Posidéia, un mémoire détaillé48. Dans les comptes plus anciens (IG XI 2, 146 ; 161 ; 287), la dépense s’élève à 46 dr. puis 25 dr. À partir de 200, elle est fixée à 40 dr. avec la formule ἀπὸ τῶν ΔΔΔΔ qui indique que les frais étaient assumés par une ressource fixe. Pourtant, dans les comptes ID 440 et 445, qui sont intégralement conservés, la dépense totale s’élève à plus de 51 dr. 1 ob. (avec quelques lacunes) et à 58 dr. 4 ob. Ph. Bruneau notait à juste titre que les hiéropes ne signalent pas, dans ce cas, alors qu’ils le font pour les Posidéia, avoir eu recours à d’autres revenus pour compléter la dépense. Nous verrons plus loin qu’une explication monétaire peut rendre compte de cette question de comptabilité49 : la subvention est comptabilisée selon l’étalon d’Alexandre tandis que le compte détaillé des dépenses de cette fête est établi en monnaie délienne.

Chorégikon

  • 50 Voir chapitre IV p. 205.

52Le chorégikon est mentionné dès les premières décennies de l’Indépendance dans les comptes des hiéropes. Au iiie s., l’argent du chorégikon relevait du Conseil de la cité, qui remettait aux hiéropes des sommes provenant d’un fonds ainsi dénommé. Au iie s., il est administré par les trésoriers de la cité, qui effectuent régulièrement des dépôts dans la caisse sacrée sur ce fonds, en 180, 179, 175, 172 et 171. Ces dépôts ont d’ailleurs la particularité d’être des multiples de 81, détail sur lequel nous reviendrons à propos des monnaies déliennes car il semble indiquer que le fonds était constitué de monnaie locale (tableau 23)50.

  • 51 Vial 1984, p. 108, 207-208, 211, 245-246. Sifakis 1967, p. 34-35 ; Wilson 2000, p. 293 ; contra Mig (...)

53Cl. Vial considère qu’il s’agit d’un fonds de la caisse sacrée, confié au iie s. à la gestion des trésoriers, ce qui ne paraît pas exact51 : il était manifestement dès l’origine sous la responsabilité de la cité, qui effectuait des versements réguliers dans la caisse sacrée, probablement grâce à une recette produite par ce fonds. Le capital en lui-même ne semble pas avoir été sous la garde des hiéropes.

54Les inventaires de jarres ont gardé la trace d’une opération comptable qui a concerné l’argent du chorégikon à une date inconnue. Une commission composée de deux Déliens, Apollodôros fils de Mantithéos et Philoklès fils de Philoklès, a été chargée de séparer l’argent du chorégikon de l’argent sacré, conformément à un décret du peuple qui les avait élus (ID 442, A, l. 8-10 : ἄλλον στάµνον ἐπιγραφὴν ἔχοντα· µηνὸς Ποσιδεῶνος τόδε ἐχώρισαν ἀργύριον τοῦ χορηγικοῦ ἀπὸ τοῦ ἱεροῦ ἀργυρίου Ἀπολλόδωρος Μαντιθέου, Φιλοκλῆς Φιλοκλέους αἱρεθέντες ὑπὸ τοῦ δήµου κατὰ τὸ ψήφισµα, ἐν ὧι ἐπεγέγραπτο λοιπὸν ἔνει Image ). La formule employée par les hiéropes, qui recopient le libellé de la jarre sur laquelle le fonds était identifié, est très précise : les commissaires ont « séparé de l’argent sacré cet argent-ci provenant du fonds chorégikon » (τόδε ἐχώρισαν ἀργύριον τοῦ χορηγικοῦ ἀπὸ τοῦ ἱεροῦ ἀργυρίου). Elle signifie bien que cet argent déposé dans la caisse sacrée n’est constitué que de versements provenant d’un fonds, le chorégikon, lui-même conservé ailleurs. Ce sont les sommes issues de ces versements qu’il a fallu trier, probablement en ayant recours aux archives antérieures, pour les séparer du reste du numéraire.

  • 52 Vial 2008, s.v.

55Les commissaires élus par le peuple portent des noms fréquents à Délos mais il est possible de préciser un peu la période à laquelle a pu avoir lieu l’opération. Apollodôros fils de Mantithéos est en effet l’un des trésoriers de l’année 206 tandis qu’un Philoklès est trésorier en 21852. La jarre du chorégikon est mentionnée, dans l’inventaire de 179, juste après la série des jarres les plus anciennes qui composent le cœur de la fortune monnayée d’Apollon. À la suite des sommes du chorégikon sont enregistrées des jarres en provenance des banques dont la première est datée par les trésoriers de 184 (l. 11). Il ne peut donc s’agir d’une opération très récente par rapport à la gravure de l’inventaire de 179. La somme conservée dans la jarre a d’ailleurs déjà été dépensée depuis l’opération de séparation des fonds puisqu’il ne reste dedans que 5 dr. 3 ob. et un tétartèmorion (l. 10).

  • 53 Vial 1984, p. 246.

56La jarre suivante est elle aussi composée d’argent provenant du chorégikon. Il s’agit d’un versement effectué par Phôkaieus fils d’Apollodôros et Diadèlos fils de Diadèlos (ID 442, A, l. 10). Phôkaieus est le nom d’un chorège en 186, petit-fils d’un hiérope du même nom en fonction en 241. Aussi Cl. Vial a-t-elle supposé qu’ils avaient formé une seconde commission élue, pour la gestion du chorégikon53. Il est possible que leur travail s’inscrive dans la continuité de la première commission et qu’ils aient continué à apurer les comptes du fonds chorégikon, cette fois dans les archives de la caisse publique, pour verser finalement, à l’issue de cet examen, une somme dans la caisse sacrée. La somme qu’ils ont déposée, 162 dr. 1 ob. ¼ 2 ch., est d’ailleurs pour la première fois un multiple de 81, comme le seront ultérieurement d’autres dépôts effectués par des trésoriers. La même somme contenue dans cette jarre est encore mentionnée dans les inventaires postérieurs (455, Aa, l. 8).

  • 54 Infra chapitre IV p. 204 sur le rapport de conversion avec la drachme attique.

57Les autres versements sont des sommes fixes, provenant d’une recette qui pourrait être issue d’un capital productif, par exemple placé en prêt et rapportant des intérêts. Comme nous le verrons plus loin à propos des usages monétaires, ces sommes récurrentes de 162 dr. 1 ob. ¼ 2 ch. ou de 81 dr. ½ ob. 2 ch., avec la présence de subdivisions, pourraient correspondre à la conversion en argent attique d’une somme monnayée initialement en drachmes déliennes : 81,1 dr. attiques peuvent correspondre à 120 dr. déliennes citharéphores54. Pour un revenu annuel de 120 dr., il faudrait alors supposer un fonds de 1 200 dr.

58Il importait donc aux Déliens, et ce probablement pour des raisons liées aux espèces monétaires présentes dans les caisses, de pouvoir identifier séparément les sommes versées au titre du chorégikon pour pouvoir refaire l’historique de la comptabilité de ce fonds. Cette opération de clarification menée par deux commissions successives dut avoir lieu, d’après les dates d’activité des magistrats qui sont intervenus et les dates d’entrée des différentes jarres inventoriées, entre les années 220 et les années 190. Elle correspond aussi à un moment où la cité de Délos développe ses propres fonds publics et souhaite en avoir une visibilié.

59Le capital appartient manifestement à la cité de Délos qui, comme pour d’autres recettes transmises aux hiéropes (horôn, trapezôn, prytanikon), effectue des versements dans la caisse sacrée. Ainsi, en 279, des sommes sont même versées par deux fois au titre du chorégikon, le premier en même temps que des remboursements de prêts pour lesquels la cité affecte des recettes périodiques et le second parmi diverses subventions (IG XI 2, 161, A, l. 27 et l. 39).

Tableau 23 — Dépôts dans la caisse sacrée au titre du chorégikon.

a. 280 (161, A, l. 39) 1 482 dr. 3 ob.
a. 279 (161, A, l. 27) 2 056 dr. 4 ob.
a. 273 (199, A, l. 16) ?
a. 258 (224, A, l. 9) 50 dr.
a. ? (442, A, l. 10 = 455, Aa, l. 8) Reliquat 5 dr. 3 ob. ¼ ob.
a. ? (442, A, l. 10 = 455, Aa, l. 8) 162 dr. 1 ob. ¼ ob. 2 ch. = 2 × 81
a. 180 (442, A, l. 33 = 455, Aa, l. 20 = 461, Aa, l. 69a ) 486 dr. 4 ob. = 6 × 81
a. 179 (442, A, l. 46 = 453, A, l. 24 = 461, Aa, l. 70) 486 dr. 4 ob. = 6 × 81
a. 175 (461, Aa, l. 44) 81 dr. 2 ob. ½ ob. 2 ch. = 1 × 81
a. 172 (461, Aa, l. 43) 162 dr. 1 ob. ¼ ob. 2 ch. = 2 × 81
a. ? (460, t, l. 14) 75 dr.
a. 171 (461, Aa, l. 46) 81 dr. ½ ob. 2 ch. = 1 × 81
a. Avec la correction suggérée par Vial 1984, n. 299 p. 245 : Η et non , correction que confirme la relecture de la pierre.
  • 55 Vial 1984, p. 41 et 207.
  • 56 Bruneau 1970, p. 319-321.
  • 57 Voir aussi Fraisse, Moretti 2007, p. 225.

60Quelle était la destination des sommes reçues dans la caisse sacrée ? Sa dénomination semble indiquer qu’il servait au financement de fêtes faisant intervenir des chœurs dirigés par des chorèges. Dans une jarre de l’un des inventaires de la fin de l’Indépendance, on trouve ensemble une somme du chorégikon et un reliquat d’une somme affectée aux technites (τὸ περιὸν ἀπὸ τῶ]ν τεχνιτῶν καὶ τὸ χορηγικὸν, ID 461, Aa, l. 31). Les actes des archontes montrent que l’archonte désignait, pour chacune des épreuves musicales et théâtrales des Apollonia et des Dionysia, qui comportaient des chœurs, quatre chorèges parmi les citoyens, soit probablement un par tribu55. De plus, pour les épreuves de comédie et de tragédie, deux chorèges métèques concouraient entre eux56. Dans un passage fragmentaire d’un inventaire de jarres, le fonds est nommé τὸ χορηγικὸν τῶν τραγωιδῶν (ID 453, A, l. 28), ce qui laisse penser qu’il pourrait ne concerner que les seules Dionysia. L’argent du chorégikon pouvait donc servir à assumer des dépenses supplémentaires entraînées par l’organisation des concours artistiques des Apollonia et des Dionysia. Un passage d’un compte des archontes concernant les Dionysia montre par exemple que le paiement des salaires de ceux qui confectionnaient les costumes n’incombait pas aux chorèges (καὶ τῶν ἱµατίων τοὺς µισθοὺς οὐ κατεθέ̣µ̣η̣ν̣ τῶν εἰς τὰ Διονύσια, IG XI 2, 110, l. 17-18 : a. 268)57.

61Mais il n’est pas certain non plus que les versements effectués régulièrement dans la caisse sacrée aient été directement affectés à une dépense : lorsque c’est le cas, comme pour la subvention des Apollonia, les hiéropes précisent qu’ils ont reçu des trésoriers de la cité une somme pour telle destination. Dans le cas du chorégikon, l’argent versé provient plutôt d’un partage de bénéfices avec la cité. Il existe une source de revenu — un poros selon le vocabulaire de Xénophon — qui produit un revenu (prosodos) dont une partie au moins est affectée à la caisse sacrée. Du point de vue financier, ces versements sont davantage à rapprocher des sommes provenant des droits de place (horôn et trapezôn) que des subventions pour les fêtes. La dénomination de ce fonds a incité les chercheurs à l’associer au financement des représentations théâtrales, mais il s’agit plutôt d’une appellation ancienne, qui ne préjuge pas, dans la répartition budgétaire des Déliens, d’une destination spécifique. Le nom de ce fonds pourrait en revanche rendre compte de son origine (un capital fondé par un chorège ? un fonds public généré par des bénéfices liés aux représentations ?) mais le détail nous échappe faute de sources.

Prytanikon

62Le prytanikon constitue un fonds encore plus énigmatique. Les comptes montrent que les hiéropes ont reçu 500 et 200 dr. en deux versements distincts en 250 (IG XI 2, 287, A, l. 13-14). En 258 figurait peut-être un versement similaire, dans un passage mutilé (IG XI 2, 224, l. 9), mais le mot est entièrement restitué à l’exception du π initial. Le terme n’apparaît plus dans les comptes des hiéropes au-delà du milieu du iiie s.

  • 58 Commentaire à ID 320, p. 93.
  • 59 Bogaert 1968, p. 157. Bruneau 1970, p. 442, suit Durrbach sans connaître les objections de Bogaert. (...)

63F. Durrbach considérait que le terme était synonyme de l’appellation histiatikon, employée plus tard par les hiéropes pour désigner l’ensemble des capitaux de fondation58. Pour F. Durrbach, la référence à l’Hestia du Prytanée, dans lequel les capitaux auraient été déposés, expliquerait que le terme histiatikon prenne la suite du prytanikon. R. Bogaert s’est opposé à cette interprétation : le Prytanée n’était certainement pas le lieu permanent de dépôt de ces capitaux, qui devaient être placés pour rapporter59.

  • 60 Vial 1984, p. 210.

64La façon dont ces sommes sont mentionnées dans le compte de 250, avec l’emploi de l’accusatif (καὶ παρ’ Αὐτοσθένους τοῦ Ἐµµενίδου πρυτανικὸν Image · καὶ παρὰ Διοκλέους τοῦ Ἀρισταγόρου πρυτανικὸν ΗΗ.) laisse penser qu’il s’agit d’une somme ainsi dénommée, que reçoit le trésor sacré, et non d’un fonds qui produit un revenu, ce que le grec exprimerait plutôt par l’usage du génitif. L’argent « prytanique » semble plutôt être un reliquat versé dans la caisse sacrée où il a été affecté, peut-être sur la base d’un budget alloué à l’archonte. Le trésor public avait par exemple à prendre en charge les sacrifices du Prytanée, que les hiéropes ne mentionnent jamais60. Les versements ponctuels effectués en 250 pouvaient donc représenter une somme non employée dans les dépenses du Prytanée.

65À la fin de l’Indépendance, en 169 (ID 461, Aa, l. 77), un versement, dont le montant n’est pas conservé, est effectué dans la caisse sacrée en remboursement d’un prêt consenti à la cité pour le financement de couronnes honorifiques. L’argent versé pour ce remboursement est dénommé « argent du Prytanée » (εἰ[ς ἀ]λ[ε]ξανδρείου λόγον, τὸ το[ῦ πρ]υτανείου εἰς τὴν ἀπόδοσιν τῶν στεφάνων) et consiste en monnaie non attique, sans doute délienne, puisque le compte précise que le montant est donné εἰς ἀλεξανδρείου λόγον. Dans le même inventaire, une autre jarre, en provenance d’une banque et avec un montant également converti en argent d’Alexandre, porte le même libellé : εἰς ἀλεξανδρείου λόγον ἀπὸ τοῦ πρυτανείου (ID 461, Aa, l. 49). Dans les deux cas, les hiéropes indiquent simplement la provenance de l’argent et il pourrait s’agir, en 250 comme en 169, de sommes destinées à rembourser le trésor sacré d’un des prêts consentis au trésor public, à partir de fonds affectés initialement aux dépenses du Prytanée.

Horoi et trapezai

  • 61 Vial 1984, p. 211-212, n. 87.
  • 62 À l’exception d’une jarre qui ne contient que 110 dr. pour la redevance trapezôn (versée dans la ca (...)
  • 63 Pour le mot horoi, voir Platon, Lois, 849 e (ὅρους θῶνται τῶν ὠνίων), où il a le sens de délimitati (...)
  • 64 Voir les remarques de Vial 1984, p. 212, n. 87, qui conteste à juste titre l’hypothèse de Bogaert d (...)
  • 65 Chankowski 2008a, p. 279-307 ; Chankowski 2007, p. 303-304.

66Les trésoriers de la cité avaient la charge de percevoir deux redevances (horôn et trapezôn) dont on constate que le produit est versé tantôt dans la caisse publique, tantôt dans la caisse sacrée (tableau 24)61. Les mentions de ces deux redevances apparaissent dès 250. Le montant de la redevance des horoi est invariablement de 40 dr. et celle des trapezai de 200 dr.62 D’après leur dénomination, elles portaient sur l’occupation de l’espace public lors des marchés, tant par les banquiers qui installaient leurs tables sous les portiques que par les marchands qui s’installaient sur les emplacements que leur assignaient les agoranomes63. Il s’agit donc de droits de place. La redevance trapezôn est d’ailleurs explicitement mentionnée comme celle « des banques du portique » (τῶν τραπεζῶν ἀπὸ τῆς στοᾶς) dans les comptes de 179 et de 173 (ID 442, A, l. 28 et l. 78 = ID 455, Aa, l. 18)64. Sans doute faut-il y voir une prolongation des tentatives athéniennes de l’époque classique pour accroître les revenus du sanctuaire à partir des installations se trouvant sur son territoire65. De la même façon, la cité de Délos cherchait à tirer profit du développement des activités marchandes en percevant des droits de place sur les commerçants et les banquiers.

  • 66 Vial 1984, p. 212.
  • 67 Chankowski 2007, p. 316. Une taxe forfaitaire et progressive en fonction du tonnage des navires est (...)

67La particularité de ces sommes est d’être forfaitaires, car leur montant n’évolue pas. Pour Cl. Vial, il ne s’agit donc pas de taxes affermées ni de perception auprès d’individus, mais de redevances dues collectivement par des banquiers et des commerçants66. Toutefois, on ne connaît pas d’exemple de taxes forfaitaires dans le monde grec67. Dans le cas de ces deux taxes, elles auraient d’ailleurs supposé une organisation collective des commerçants et banquiers concernés, dont nous n’avons pas trace. Le mode de perception de ces taxes offre plus certainement la solution : elles devaient être affermées pour une somme fixe qui, seule, entrait dans les caisses. Les bénéfices ou les pertes relevaient de la responsabilité du fermier. Cet affermage devait être le fait de la cité puisque c’est elle qui effectue les versements de ces deux recettes, par l’intermédiaire des trésoriers. Il est donc normal que nous n’ayons pas trace de cet affermage dans les comptes des hiéropes.

Tableau 24 — Versements horôn et trapezôn.

Caisse sacrée Caisse publique
Horôn Trapezôn Horôn Trapezôn
250 (287, A, l. 10-11) × ×
219 (354, l. 6-7) × ×
192 (399, A, l. 69) ×
188 (442, A, l. 76-77 = 448, A, l. 22) × ×
? (448, A, l. 24)                                                                        × ×
187 (442, A, l. 84-85)  ×
184 (442, A, l. 15-16 = 453, A, l. 13-14 = 461, Aa, l. 42) ×
181 (442, A, l. 22-23 = 453, A, l. 19 = 461, Aa, l. 50 ;
442, A, l. 78 = 448, A, l. 23)
× ×
180 (442, A, l. 28 ; 461, Aa, l. 70-71) × ×
179 (442, A, l. 45) × ×
177 (461, Aa, l. 36) × ×
176 (461, Aa, l. 30) ×
175 (461, Aa, l. 42-44) × [×]a
172 (461, Aa, l. 62) × ×
a. Proposition de restitution pour la jarre n85 (voir Annexe 2).
  • 68 Bogaert 1968, p. 184-185, d’où l’erreur de Migeotte 2014, p. 662, qui considère que le montant aura (...)

68R. Bogaert pensait que les deux caisses recevaient chaque année la moitié de la somme perçue68, mais nous ne connaissons pas d’année où les deux caisses à la fois auraient perçu ces redevances. La caisse sacrée semble avoir encaissé chaque année les deux redevances mais nos informations sont plus maigres pour la caisse publique et n’existent qu’à partir des inventaires de jarres du iie s. Dans un cas, en 181, l’une des deux redevances est encaissée par le sanctuaire et l’autre par la cité.

69Il semble donc qu’était instauré un partage de recettes dont les principes, il est vrai, nous échappent. Plutôt qu’un partage par moitié de l’ensemble de la recette, il paraît plus probable que les Déliens aient, à certaines époques, modifié l’attribution de ces revenus. En effet, l’observation des méthodes comptables mises en œuvre dans l’administration du sanctuaire montre à quel point les évolutions ont été nombreuses, et il faut certainement se garder, en matière d’administration financière, de considérer le témoignage des comptes de façon monolithique. Jusqu’en 192, ces recettes semblent aller à la caisse sacrée. Elles ont été affectées à la caisse publique entre 192 et 188. Bien entendu, les dates indiquées étant celles des attestations de versement, elles ne correspondent pas nécessairement aux dates exactes des modifications intervenues dans l’affectation du revenu. À partir de 187, les comptes semblent indiquer qu’un partage a été opéré entre les deux revenus, celui des horoi allant à la caisse sacrée et celui des trapezai à la caisse publique, sur le modèle de la situation que l’on observe en 181. À partir de 180, les deux recettes sont manifestement de nouveau attribuées à la caisse sacrée. Quant à l’attestation de versement dans la caisse publique, qui figure dans l’inventaire de jarres ID 448, nous ignorons à quelle année exactement elle se rapporte.

70Là encore, il s’agit donc d’un revenu appartenant à la caisse publique, dont la cité décide de verser tout ou partie dans la caisse sacrée, sans destination particulière mais à titre de réserve.

Les capitaux des fondations

  • 69 Sur les fondations déliennes, les études principales sont celles de Schulhof 1908, p. 101-132 ; Zie (...)
  • 70 Bruneau 1970, p. 343-344.

71À Délos, contrairement à d’autres cités, on ne dispose d’aucun acte de fondation, mais la comptabilité des hiéropes a conservé l’enregistrement des mouvements de fonds à partir de capitaux qui avaient été consacrés au dieu, tant par des particuliers Déliens que par des personnalités importantes de la vie politique et militaire égéenne (tableau 25). Ces capitaux prêtés à intérêts, rapportaient un revenu annuel destiné à assurer des sacrifices et des banquets ainsi qu’une consécration dans le sanctuaire69. Dans un cas, en 250, un sacrifice exceptionnel est enregistré dans la comptabilité des hiéropes sous la forme d’une dépense de 2 dr. pour un ὁρκωµόσιον ὑπὲρ τῶν περιστερῶν (IG XI 2, 287, A, l. 67) : il correspond probablement à la prestation de serment qui a conclu l’établissement de la fondation d’Echénikè en l’honneur d’Aphrodite et Apollon cette année-là70.

  • 71 C’est pourquoi le débat sur l’éventuelle localisation des fonds dans le Prytanée n’a guère de sens  (...)
  • 72 Une grande partie des phiales est transmise aux hiéropes par les trésoriers de la cité, qui devaien (...)

72Ces capitaux ne figurent pas dans l’inventaire des jarres de la caisse sacrée reçues par les hiéropes de collège en collège, mais les hiéropes les mentionnent à l’occasion de mouvements de fonds. En effet, le principe de leur fonctionnement est de circuler sans cesse sous forme de prêts pour rapporter des intérêts qui permettent de financer les fêtes de fondation et la consécration des phiales dans le trésor sacré71. Les capitaux offerts par les donateurs étaient sous la responsabilité du Conseil, qui les déléguait aux hiéropes pour organiser le prêt à intérêts, du moins pour certains de ces fonds car tous n’apparaissent pas au chapitre des prêts organisés par les hiéropes. Les hiéropes percevaient le produit des intérêts et le remettaient aux épistates pour l’organisation des fêtes de fondation. Ils recevaient enfin dans les collections les phiales consacrées avec les bénéfices, lorsque celles-ci entraient dans les collections d’Apollon72. Certains capitaux restaient probablement sous la responsabilité des trésoriers de la cité, qui faisaient le même travail que les hiéropes puisque des phiales sur le produit des intérêts entrent, elles-aussi, dans les collections du sanctuaire.

73Les capitaux consacrés par des étrangers étaient généralement destinés à Apollon. Mais Antigone Gonatas avait consacré un capital en l’honneur du dieu Pan, honoré également à Pella. Toutes les fondations n’étaient pas initialement destinées au dieu principal de Délos. Des capitaux offerts par des Déliens dont les fondations portent le nom avaient été consacrés à Aphrodite : Stésileia et Echénikeia, offerts par la famille de Stésiléôs en l’honneur de l’Aphrodite pour laquelle elle avait également construit un sanctuaire ; d’autres à l’Hestia du Prytanée (Mikytheia, Philônideia, Gorgieia), peut-être en l’honneur de l’indépendance retrouvée de la cité délienne.

  • 73 Sur les transmissions faites par les derniers archontes de l’Indépendance, Prêtre 2000.
  • 74 Tréheux 1959, chapitre VI : « Les vases de l’Aphrodision de Stésiléôs » et p. 522-525, à propos de (...)

74Le sanctuaire d’Apollon s’était rapidement trouvé en situation de centraliser à la fois les offrandes précieuses et les avoirs en numéraire, comme nous l’avons constaté à d’autres reprises. L’archonte avait la responsabilité d’enregistrer les consécrations faites à Hestia Prytaneia dans le Prytanée. Il s’agissait, outre les offrandes de particuliers, des vases de trois des fondations : les Mikytheia, les Philônideia et les Gorgieia. Lorsque les étagères du Prytanée se sont trouvées trop remplies, la collection a été transférée dans le temple d’Apollon73. De la même façon, les vases des Stèsileia sont passés de l’Aphrodision de Stésiléôs à divers édifices (l’oikos des Andriens, le temple d’Apollon, le Prytanée), comme l’a montré J. Tréheux à partir de l’étude des inventaires74.

Les donateurs

  • 75 Je n’ai pas eu la possibilité de consulter la thèse de J. Sosin, Perpetual Endowments in the Hellen (...)

75On compte en tout 29 fondations. Toutes n’avaient pas été répertoriées dans l’étude pionnière de E. Ziebarth sur cette question, mais les commentateurs ont continué à considérer que le chiffre donné par Ziebarth de 24 fondations était valable. Il est donc nécessaire de reprendre certains aspects de l’étude de cette institution75.

  • 76 Vial 1984, p. 28.

76L’une des fondations considérée par E. Ziebarth, celle des trittyes déliennes, n’en est pas véritablement une. La trittye des Mapsichidai d’une part, les trittyes des Thyestadai et des Okyneidai d’autre part, avaient décidé de consacrer annuellement à Apollon les bénéfices qu’elles tiraient des sacrifices et des offrandes, sous la forme d’une phiale. Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’une fondation avec constitution d’un capital productif76, bien que les phiales soient cataloguées avec celles des fondations (cf. ID 366, l. 55-57) et pèsent probablement le même poids standardisé de 100 dr.

  • 77 Rien ne permet toutefois d’affirmer, comme le fait Ziebarth 1917, p. 426, qu’il s’agisse du terrain (...)
  • 78 Roussel 1916, p. 175 ; Bruneau 1970, p. 525.
  • 79 Voir les exemples analysés par Prêtre 2004.

77La fondation de Nicias n’est attestée que par Plutarque (Vie de Nicias, 3, 7) et ne trouve pas de manifestation dans les comptes des hiéropes. L’Athénien Nicias aurait acheté un terrain de 10 000 dr., qu’il consacra à Apollon délien et dont le revenu devait servir à accomplir des sacrifices et des banquets77. Toutefois, une inscription datant de la seconde domination athénienne, postérieure à 156/5 (ID 1421, Bcd, l. 4-10), mentionne des phiales dédiées sur les revenus consacrés par Nicias, Ptolémée et Philétairos de Pergame. P. Roussel, suivi par Ph. Bruneau, considère qu’il s’agit bien de phiales issues de la fondation de Nicias de même que des vases offerts grâce aux revenus des fondations lagide et attalide78. Pourtant, ces phiales ne sont pas très nombreuses : trois dans un inventaire un peu plus tardif (ID 1439Abc, l. 58-60), bien qu’un autre chiffre figure également dans la lacune de ID 1421, Bcd, l. 3. Il n’est pas certain que, dans l’inventaire ID 1421, les phiales en question soient les nouvelles entrées de l’année. La réactivation du souvenir de Nicias et de sa célèbre théorie pouvait en tout cas participer de l’œuvre idéologique d’Athènes lors de sa reprise en main de l’île d’Apollon au milieu du iie s. : les Athéniens ont peut-être, comme les Déliens en leur temps, donné à certains objets un arrière-plan historique en les identifiant dans l’inventaire avec des figures bien connues79.

  • 80 Bruneau 1970, p. 518-525.
  • 81 Bruneau 1970, p. 562-563.

78Parmi ces 29 fondations, plusieurs sont des fondations royales ou auliques. Certaines dynasties ont fait don au sanctuaire de plusieurs fondations : c’est par exemple le cas des Ptolémées, pour lesquels on dénombre sous le même nom de Ptolémaieia trois fêtes de fondation, comme en témoigne le nombre de phiales consacré annuellement sous ce nom. Certains inventaires (par exemple ID 313, a, l. 57-61) distinguent en effet clairement trois groupes de phiales, qui doivent correspondre à trois fondations différentes, puisque l’inventaire de l’année 207 enregistre plusieurs phiales des Ptolémaieia la même année (ID 366, A, l. 72-73)80. Un phénomène semblable se retrouve chez les Antigonides : l’inventaire de l’année 207 (ID 366, A, l. 53-86) comptabilise pour les seules Antigoneia 26 phiales alors que l’enregistrement ne remonte pas au-delà de l’année 224. On attendrait donc au maximum 18 phiales dans cet intervalle. Les trois Ptolémaieia dans cet inventaire totalisent 32 phiales pour cet intervalle de dix-huit ans : même à considérer que certaines phiales des Antigoneia auraient été consacrées avec un retard qui aurait conduit à les faire entrer dans cet inventaire, le nombre de phiales va contre la tendance générale qui montre plutôt que les inventaires comptabilisent un peu moins de phiales que d’années de célébrations. Ph. Bruneau, pour résoudre ce problème, a supposé que le terme d’Antigoneia avait pu s’appliquer parfois aux Sôtéria, aux Paneia et aux Stratonikeia fondées par le même souverain, ce qui permet alors d’obtenir un compte global satisfaisant pour l’ensemble des phiales de ces fondations81.

  • 82 Sur l’origine de ce montant de 10  %, Migeotte 1984, p. 153, n. 22.

79D’autres fondations sont des donations de particuliers, citoyens déliens : ainsi Stésiléôs, ancien archonte, et sa fille Echénikè, Xénokleidès, Mikythos, Nèsiadès, Gorgias, Philonis, Donax. Certaines de ces fondations sont mieux connues par le détail des prêts du capital et de la perception des intérêts, que les hiéropes ont enregistré de manière développée. Le montant du capital peut être reconstitué, lorsqu’il n’est pas indiqué dans les comptes, grâce au montant des intérêts versés annuellement, qui doivent correspondre aux 10 % que rapportait le placement des capitaux82.

80La plupart de ces fondations ont été constituées dans les débuts de l’Indépendance et plus largement dans la première moitié du iiie s., ce qui témoigne de la diffusion de cette institution au début de l’époque hellénistique, probablement grâce à l’afflux de monnaie créé par la déthésaurisation des trésors perses, dont on observe une fois de plus les effets à Délos. Ces fondations montrent aussi la confiance accordée à la cité de Délos par de nombreuses autorités politiques pour la gestion des fonds.

81À l’exception des Eudemeia, dont la fondation n’était pas encore créée, des Mikytheia, des Xénokleideia et de la fondation de Nicias, toutes les fêtes de fondation connues durant l’Indépendance sont mentionnées dans le compte de l’année 207 (ID 366, A, l. 53-86 et 131-134 ; B, l. 1-7), soit à l’occasion de l’inventaire des phiales de la collection, soit à l’occasion du catalogue des entrées de l’année, soit à l’occasion de transmissions faites par les hiéropes aux épistates des fêtes.

  • 83 L’ordre adopté est chronologique. L’année indiquée comme date de fondation est antérieure d’un an à (...)

Tableau 25 — Les fondations déliennes83.




Fondateur Nom de
la fête de
fondation
Date de fondation Capital             Fonctionnement annuel
1 Nicias Dernier quart
du ve s.
(Plutarque,
Vie de Nicias, 3)
Terrain
d’une valeur
de 10 000 dr.
Revenu du fermage
destiné à des sacrifices
propitiatoires avec banquet
publica
2 Mikythos Mikytheia Avant 308b.
246 (IG XI 2, 128,
l. 25-29, 32, 39 et
60-62)
? Fête en l’honneur de Délos
(ID 442, B, 172-173)c.
Consécration de vases
à Hestia Prytaneia
3 Stésiléôs Stésileia 302
(IG XI 2, 287, B,
l. 129)
1 500 dr. (ID 366,
A, l. 131-134)d
Sacrifice et consécration
d’un vase dédié
à Apollon et Aphrodite
4 Philoklès de
Sidon
Philokleia Vers 280 ?
(IG XI 2, 287, A,
l. 57)
6 000 dr.
(ID 399, A, l. 124)
Pas de consécration
de vases
5 Ptolémée II
en l’honneur
de Ptolémée Ier
Sôter
Ptolémaieiae 1) 279 ? Consécration de phiales
jusqu’en 207 et continuité
après 166f
6 Ptolémée II 2) 249
7 Ptolémée III
Évergète
3) 246
8 Le nèsiarque
Hermias
en l’honneur
d’Arsinoé
Philadelphe
Philadelpheia 268 (IG 287, B,
l. 112-119)g
3 300 dr.
(ID 366, A, l. 131)
Fête en l’honneur 
d’Apollon, Artémis, Létô,
Arsinoé Philadelphe.
Consécration de phiales
de 100 dr. (directement
par les hiéropes)
9 Philétairos
ou Eumène Ier
Philétaireia Avant 263 (IG XI 2,
224, B, l. 20-21)
Capital de 4 000 dr.
(ID 366, A, 131-132)
Fête en l’honneur
de la triade apollinienne.
Phiales enregistrées
jusqu’en 202 mais
continuité après 166h
10 Nèsiadès Nèsiadeia Avant 257
(IG XI 2, 226,
A, l. 8)
3 863 dr.
(IG XI 2, 287, A,
l. 193-195)
puis 3 500 dr.
(ID 366, A,
l. 134)
Pas de consécration
de phiales
11 Antigone
Gonatas
Antigoneiai 253 (IG XI 2, 287,
B, l. 124-126)
? Consécration de phiales
de 100 dr. à Apollon,
Artémis et Létô
12 Antigone
Gonatas
Stratonikeia 253 (IG XI 2, 287,
B, l. 124-125)
Fête en l’honneur
de Stratonikè, fille
de Démétrios Poliorcète,
sœur de Gonatasj
13 Echénikè Echénikeia 250 (IG XI 2, 287,
A, l. 122-123)
Capital
de 3 000 dr. prêté
avec hypothèque
sur les revenus
publics.
(IG XI 2, 287, A,
l. 123 ; ID 366, A,
l. 134)
Sacrifice à Apollon
et à Aphrodite.
Pas de consécration
de vases
14 Xénokleidès Xenokleideia Peu après 250
(IG XI 2, 288, l. 8)
? Pas de consécration
de vases
15 Cité de
Chersonèsos
Chersonèsia Entre 250 et 220
(ID 353, B, l. 44-45 ;
ID 328, l. 10)
4 000 dr.
(ID 366, A, l. 134)
Pas de consécration de
vases. Continuité des
prêts après 166
(ID 1408, A, col. II, l. 36)
16 Antigone
Gonatas
Sôtèria 245 (ID 298,
A, l. 85)
?
17 Antigone Gonatas Paneia 245 (ID 298,
A, l. 87)
Fête en l’honneur de Pan,
dieu de Pella
18 Philonis Philonideia Vers 240 (IG XI 2,
l. 128)
8 700 dr.
(ID 366, A, 134)
Consécration de vases
à Hestia Prytaneia
19 Démétrios II Démétrieia 238 (ID 313,
i, l. 23)
? Plus aucune mention
après 207
20 Gorgias Gorgieia 230 (ID 320,
B, l. 79, 85)
6 730 dr.
(ID 320, A, 79 et 95)
Consécration de vases
à Hestia Prytaneia
21 Eutychos de
Chios
Eutycheia Vers 230
(IG XI 4, 691 ;
ID 320, B, l. 58)
3 500 dr.
(ID 366, A, 134)
Consécration de phiales
de 100 dr. (directement
par les hiéropes)
22 Sopatros Vers 230 (ID 320,
B, l. 63)
? Consécration de phiales
de 100 dr.
23 Nikolaos
d’Etolie
Nikolaieia Avant 224
(ID 366, A, l. 85)
Consécration de phiales
24 Ptolémée IV
Philopatôr
en l’honneur
de Ptolémée III
Évergète ? ou
un ministre en
l’honneur de
Ptolémée III ?
Theuergésiak Entre 224 et 209 ? Consécration de phiales
25 Attale Ier Attaleia Avant 216 (ID 366,
A, l. 63)
? Plus aucune mention
après 207
26 Philippe V Philippeia Avant 216 (ID 366,
A, l. 62)l
? Plus aucune mention
après 207
27 Donax Donakeia Avant 214
(ID 363, l. 10 ;
366, l. 59)
? Consécration de phiales
28 Pataikos Pataikeia Avant 214
(ID 366, A, l. 60)
Consécration de phiales
de 100 dr.
29 Eudémos Eudemeia Avant 200
(ID 371, B, l. 51)
?
a. Une inscription de la seconde domination athénienne mentionne des phiales consacrées, peu après 156/5, sur les revenus de plusieurs fondations dont celle de Nicias (ID 1421, Bcd, 4-10).
b. Dans l’inscription chorégique de l’année de Sôsistratos (200), la collection des vases des Mikythia compte 45 éléments, ce qui ferait remonter la fondation à l’année 246. Cf. Schulhof 1908, p. 125, suivi par Ziebarth 1917, p. 427. Mais Tréheux 1944-45, p. 271-283, a montré qu’il fallait en remonter considérablement la création, en reconstituant la série des vases consacrés par cette fondation.
c. Bruneau 1970, p. 448-449.
d. Dans ID 366, A, 131-134, les hiéropes remettent à l’épistate des Stésileia une somme de 150 dr. pour la fête. Il est probable que ce versement englobait à la fois les frais du sacrifice et de la confection du vase. Bruneau 1970, p. 342, pense à tort que le montant du fonds n’est pas connu.
e. La fondation n’est connue que par la consécration de trois séries de phiales. D’après Bruneau 1970, p. 518-525, il s’agirait de trois fondations distinctes.
f. Selon Bruneau 1970, p. 525, l’interruption de l’enregistrement de dépenses pour la fête et d’entrées des phiales ne signifie pas que la fondation a cessé de fonctionner car une inscription de la seconde domination athénienne mentionne des phiales consacrées, peu après 156/5, sur les revenus des fondations du roi Ptolémée (ID 1421, Bcd, 4-10).
g. La collection montre que 18 phiales ont été dédiées entre 267 et 250.
h. Une inscription de la seconde domination athénienne mentionne des phiales consacrées, peu après 156/5, sur les revenus de plusieurs fondations dont celle de Philétairos (ID 1421, Bcd, 4-10).
i. Fête qu’il convient de distinguer de la fête fédérale des Insulaires en l’honneur d’Antigone le Borgne (Bruneau 1970, p. 564-567 et 559).
j. Bruneau 1970, p. 561-562, sur l’éventuelle attribution de cette fête aux Séleucides par E. Bikerman.
k. Bruneau 1970, p. 528. Cette fondation avait été assimilée à tort avec les Ptolémaieia (Ziebarth 1917, p. 429).
l. Bruneau 1970, p. 564, sur les incertitudes de la date de fondation.
  • 84 Si supérieur à 1.

Tableau 26 — Les fondations d’après ID 366, A (année 207).84

Inventaire des phiales
du
temple d’Apollon
Phiales entrées
durant
 l’année 207
Avance des hiéropes
aux
épistates pour les fêtes
Antigoneia Antigoneia
Attaleia Attaleia
Chersonèsia (400 dr.)
Démétrieia Démétrieia
Donakeia
Echénikeia (300 dr.)
Eutycheia Eutycheia Eutycheia (350 dr.)
Gorgieia (673 dr.)
Nèsiadeia (350 dr.)
Nikolaieia
Paneia
Pataikeia
Philadelpheia (Hermiou) Philadelpheia Philadelpheia (330 dr.)
Philetaireia Philetaireia (400 dr.)
Philippeia Philippeia
Philokleia (600 dr.)
Philonideia (870 dr.)
Ptolémaieia 1 2 3 Ptolémaieia
Sôpatreia Sôpatreia
Sôtèria
Stèsileia (150 dr.)
Stratonikeia
Theuergésia Theuergésia

Tableau 27 — Phiales inventoriées dans les collections en 207
(ID 366, A, l. 53-86) (les offrandes des Mapsychidai, Thyestadai
et Okyneidai ne sont pas comptabilisées dans le tableau).

Année Nom de la fondation (nombre de phiales entrées98)
224 Démétrieia
Nikolaieia
221 Antigoneia
Démétrieia
Eutycheia
Paneia
218 Démétrieia
217 Paneia
Ptolémaieia
216 Antigoneia          
Attaleia
Démétrieia
Donakeia
Hermiou
Nikolaieia
Paneia
Pataikeia
Philetaireia
Philippeia
Ptolémaieia          
Sôpatreia
Stratonikeia
Theuergésia
(3)









(4)


215 Antigoneia          
Démétrieia
Nikolaieia
Pataikeia
Philetaireia
Ptolémaieia          
Sôpatreia
Stratonikeia
(2)




(2)

214-211 (4 archontes) Antigoneia          
Attaleia          
Démétrieia          
Donakeia          
Eutycheia          
Hermiou          
Nikolaieia          
Paneia         )
Pataikeia          
Philadelpheia
Philetaireia          
Philippeia          
Ptolémaieia          
Sôpatreia          
Stratonikeia          
Theuergésia          
(8)
(2)
(3)
(2)
(2)
(2)
(2)
(3)
(3)

(2)
(4)
(11)
(3)
(2)
(2)
210 Antigoneia          
Attaleia
Démétrieia
Hermiou
Philetaireia
Ptolémaia          
Stratonikeia
(3)




(2)
209 Antigoneia          
Attaleia
Demetrieia
Nikolaieia
Paneia          
Philippeia
Ptolémaieia          
Sôpatreia
Sôtèria          
(2)



(2)

(4)

(2)
208 Antigoneia          
Attaleia          
Démétrieia
Donakeia
Nikolaieia
Pataikeia
Philetaireia
Philippeia
Ptolémaieia          
Stratonikeia
(4)
(2)






(4)
207 Antigoneia          
Attaleia
Démétrieia
Paneia
Philippeia
Ptolemaieia          
Sôpatreia
Theuergésia
3




4

82Rendement des dix-neuf fondations :

  • 85 Ces entrées correspondent à trois fondations du même nom.

83Ptolémaieia (32)85
Antigoneia (26)
Démétrieia (12)
Paneia (9)
Attaleia (8)
Nikolaieia (7)
Philippeia (8)
Pataikeia (6)
Philetaireia (6)
Stratonikeia (6)
Donakeia (4)
Hermiou (4)
Sôpatreia (4)
Theuergésia (4)
Eutycheia (3)
Sôtèria (2)
Philadelpheia (1)

La gestion des capitaux

84Ces capitaux de fondation semblent avoir été soigneusement gérés. L’inventaire complet de l’année 179 permet d’établir la liste des transmissions faites par les trésoriers aux hiéropes (ID 442, B) : on constate qu’à partir de l’année 203, 20 vases ont été transmis chaque année dans le trésor.

  • 86 Vial 1984, p. 105 ; Bruneau 1970, p. 563.

85Les vases confectionnés sur le produit des prêts des capitaux de fondation étaient remis aux hiéropes par les trésoriers de la cité, qui les recevaient eux-mêmes de l’épistate responsable de chacune des fêtes de fondation (tableaux 26 et 27). La date d’entrée des vases est assurée non seulement par la mention des trésoriers, mais aussi par celle du Conseil de l’année de la confection du vase, puisque le Conseil était fidéi-commissaire de la fondation et officiellement responsable du bon fonctionnement des mouvements de capitaux86.

86Deux autres fondations, les Eutycheia et les Philadelpheia, consacrent des vases directement par l’intermédiaire des hiéropes.

  • 87 Voir infra p. 131.

87Dès le début du iie s., les hiéropes ont cessé de mentionner dans le détail l’entrée des phiales. Ils se sont contentés de signaler les entrées en deux groupes de phiales, l’un comprenant 16 phiales et l’autre en comprenant 4. Parallèlement, les phiales ont vu leur poids se standardiser, probablement dans ces mêmes années, à la fin du iiie s. Cette normalisation s’était probablement faite à des fins comptables87.

88En raison des changements de formulation, les fondations concernées par la transmission annuelle des 20 phiales ne sont pas nommées explicitement, mais il est possible de le deviner. Il ne s’agissait pas des Eutycheia ni des Philadelphia, dont les phiales étaient transmises séparément, ni des fondations du Prytanée (Gorgieia, Philonideai, Mikytheia) dont les phiales entraient annuellement entre les mains de l’archonte, puis étaient transférées par lots dans le trésor d’Apollon. Il ne s’agit pas non plus des Stèsileia, dont les vases sont enregistrés à part. Quant aux Echénikeia et aux Nèsiadeia, elles ne produisaient pas de vases annuels. Enfin, nous ignorons ce qu’il était advenu sous l’Indépendance de la fondation de Nicias. Hormis cette dernière, si l’on exclut les huit fondations dont nous connaissons par ailleurs le produit (Eutycheia, Philadelpheia, Gorgieia, Philonideia, Mikytheia, Stèsileia) ou dont la continuité est attestée par ailleurs (Echénikeia, Nèsiadeia), on obtient aisément la liste des vingt fondations restantes.

89Puisqu’il est possible de constater, au moins à partir de 203 en raison de la qualité de l’enregistrement auquel ont procédé les hiéropes en 179, que des vases entrent chaque année dans le trésor, il est certain que les fondations ont été correctement entretenues par le placement des capitaux et que toutes ont rapporté de l’argent comme il se devait. Les inscriptions de débiteurs défaillants pour le paiement d’intérêts dus sur les capitaux de fondation sont rares. On en trouve en tout cinq attestations dans l’ensemble du corpus :

90a. 250 - IG XI 2, 287, A, l. 195 :

καὶ οἵδε ὀφείλουσι καὶ οἱ ἔγγυοι αὐτῶν (225 dr.)

91après 250 - IG 288, l. 8-9 :

[οἵδε τόκους ὀφείλουσιν] τοῦ ἀργυρίου οὗ ἀνέ[θηκεν Νησιάδης] — (150 dr.)
[οἵδε τόκον ὀφείλουσι]ν τοῦ ἀργυρίου οὗ ἀνέθηκεν Ξενοκλείδης· —

92peu après 248 - ID 291d, l. 29-30 :

— [καὶ οἵδε ὀφείλουσι αὐτοὶ καὶ ἔγγυοι· — ]

93ID 444, A, l. 53-54 et ID 449, B, l. 12-13 :

εἰς τὸ περιὸν τοῦ νη]σιαδείου ἀργυρίου ἐγγράφοµεν ὀφείλοντ[ας …]

  • 88 Voir par exemple ID 440, A, l. 58-59 ; 449, A, l. 7-9 ; 461, Ab, l. 29 : « à titre d’avance, nous a (...)

94Les capitaux prêtés étaient garantis sur les revenus publics mais, concrètement, c’est le sanctuaire qui assumait les risques, en faisant même l’avance de l’argent nécessaire aux sacrifices pour que ceux-ci puissent être accomplis dans les temps88. Ces avances ne sont pas dues, comme on l’a parfois cru, à des versements d’intérêts irréguliers mais à la nécessité d’avances de trésorerie en raison du calendrier, qui ne devait pas toujours faire coïncider les échéances des intérêts des prêts avec la date de célébration des fêtes : ainsi les Stèsileia et les Echénikeia étaient célébrées en Hékatombaion et donnent toutes les deux lieux au versement d’avances aux épistates par les hiéropes (ID 366, A, l. 131-134).

  • 89 Bogaert 1968, p. 152, n. 120.
  • 90 5 000 dr. déliennes à 3,30 g font 3 893 dr. attiques à 4,36 g mais 5 000 dr. déliennes à 3 g n’en f (...)

95Est-il possible qu’à Délos, le capital des fondations ait couru des risques à cause de débiteurs insolvables ? La question se pose pour le fonds nèsiadeion, dont le capital initial semble être de 3 890 dr., d’après les sommes empruntées et les intérêts perçus, en 250 (IG XI, 2, 287, A, l. 193-195), alors que la fondation ne rapporte que 350 dr. en 207 (ID 366, A, l. 134). Le fonds aurait-il pu être réduit à 3 500 dr. entre 250 et 207 ? Pour R. Bogaert89, la différence vient du fait qu’un prêt de 390 dr., accordé à Acridion fils d’Elpinikos, n’a jamais été récupéré par les hiéropes. Pour E. Ziebarth, les hiéropes auraient constitué une réserve désignée sous le terme de περιὸν τοῦ νησιαδείου, interprétation qui, comme on le verra plus loin, n’est pas recevable. Peut-il y avoir eu une diminution des fonds ? La différence pourrait aussi être due à une question monétaire : si le capital était constitué de monnaie délienne, les 3 890 dr. initiales correspondraient exactement à 5 000 dr. déliennes à 3,30 g mais la valeur du capital par rapport à la drachme attique a pu diminuer en un siècle, au fur et à mesure des remboursements, en raison des diminutions de poids de la drachme délienne90.

  • 91 Pace Migeotte 2014, p. 626-633, qui considère que les hiéropes ont parfois fait preuve de négligenc (...)

96En dépit de quelques arriérés d’intérêts, on constate que la collection des vases de fondation est bien entretenue, si bien que les capitaux ont été protégés contre les éventuelles défaillances des débiteurs91. Il y avait là, pour les particuliers, une offre de crédit considérable que les hiéropes avaient intérêt, comme on le voit ailleurs, à protéger : les dix fondations dont leurs comptes donnent le détail offrent à elles seules 44 230 dr. de crédit, soit 7,37 talents, c’est-à-dire une somme qui augmentait considérablement la capacité de prêt du trésor d’Apollon. En même temps, l’existence des fondations pour les prêts aux particuliers permettait de laisser libres pour les besoins de la cité les fonds propres du sanctuaire. Si les hiéropes ont aussi prêté de l’argent du dieu aux particuliers, c’est plus probablement parce que ces sommes s’étaient trouvées disponibles : on peut donc penser que l’offre de crédit, à Délos, comblait totalement la demande. Une seule fois, en 250, les hiéropes ont utilisé le capital consacré par Echénikè pour le prêter entièrement à la cité (IG XI 2, 287, A, l. 122-123).

  • 92 Voir les exemples rassemblés dans Chankowski 2005.

97En dehors de Délos, plusieurs documents attestent de mesures de protection en faveur des capitaux de fondation. Ainsi, en 86/5, la loi d’Éphèse sur l’abolition des dettes (IEphesos, Ia, 8 = Syll 3 742) exclut des mesures adoptées les emprunts contractés avec hypothèque sur les capitaux de fondation des associations religieuses (l. 36-41). À Ios, dans les dernières années du ive s., ce sont, d’une manière générale, les débiteurs du sanctuaire qui ne pourront bénéficier de l’abolition des dettes (IG XII Suppl., 168, l. 12-13 : πλὴν τῶν τὰ ἱερὰ̣ [ὀ]φ̣[ε]ιλόν[των). À Amorgos, à la fin du iie s., le règlement de la fondation de Critolaos (IG XII 7, 515, l. 17-19) se réfère aux clauses qui régissent les prêts des fonds sacrés et mentionne les peines de recouvrement qui seraient opérées par les logistes si les intérêts n’étaient pas versés dans les délais impartis92.

L’histiatikon argurion

La composition du fonds

  • 93 Fonds grisé dans le tableau 26.
  • 94 Mais également plus tôt : IG XI 2, 287, A, l. 195-196, en 250, distingue les débiteurs des fondatio (...)

98À partir de 230, les hiéropes ont regroupé neuf fondations sous une catégorie commune appelée histiatikon argurion : l’eutycheion, l’échénikeion, le chersonèsion, le philonideion, le philokleion, le philetaireion, le nèsiadeion, le gorgieion, le xénokleideion93. Les comptes font clairement apparaître la distinction entre les prêts consentis sur ces capitaux et les prêts consentis sur les fonds propres du sanctuaire, bien que tous soient considérés comme « sacrés » puisque sous la garde d’Apollon. L’un des comptes (ID 396, A) établit nettement la distinction entre τοῦ ἱεροῦ ἀργυρίου (l. 40) et τοῦ ἱεροῦ τοῦ ἱ̣στιατικοῦ (l. 29)94.

  • 95 Bogaert 1968, p. 160 et n. 151, suivant Ziebarth 1917, p. 437-439, pense que le stèsileion apparten (...)

99L’histiatikon regroupe des capitaux anciens comme des capitaux issus de fondations plus récentes (tableau 28). Cet argent était régulièrement prêté et l’enregistrement des intérêts est consigné par les hiéropes dans un mémoire séparé. Pourtant, des fonds qui ne semblent pas faire partie de l’histiatikon sont toujours entretenus et continuent à produire des bénéfices puisque la fondation donne lieu à la consécration de nouveaux vases qui apparaissent dans les inventaires. C’est le cas du stèsileion, qui fait aussi partie des fonds prêtés par les hiéropes : en 203, des intérêts sont enregistrés au titre de cette fondation (ID 370, l. 43). Mais il n’apparaît pas dans les listes conservées pour l’histiatikon95.

Tableau 28 — Les fonds de l’histiatikon.

Année Référence Capitaux nommés
231 ID 316, l. 33
229 ID 320, A, l. 77-79 ; 83-95 Xénokleideiou, Philetaireiou, Nèsiadeiou (?), Gorgieion
219 ID 353, A, l. 45 Chersonèsia
209 ID 362, B, l. 20 Xenokleideion
208 ID 365, l. 5 εἰς τὰς θυσίας ἀπὸ τῶν τόκων τῶν ἑστιατικῶν
Vers 200 ID 382, l. 9
Après 250 ID 328, l. 10 Chersonèsia
200 ID 372, A, l. 71-72 ; 132-138 Echénikeion
194 ID 396, A, l. 26 et 29-40 Eutycheion
192 ID 399, A, l. 122-129 Nèsiadeion, Philokleion, Philonideion, Eutycheion
175 ID 449, A, l. 27-47 Philonideion, Philokleion, Xenokleideion, Eutycheion,
Chersonèsion, Philetaireion, Nèsiadeion
  • 96 Vial 1984, p. 214, note que l’intervention des trésoriers dans cette procédure est étrange et qu’el (...)

100Nous ignorons le destin des autres capitaux de fondation. Le compte de 219 (ID 366, A, l. 131-134) donne, par la transmission des fonds aux épistates, les intérêts annuels des neuf fondations de l’histiatikon et du stèsileion, qui constituaient toutes les dix un capital de 44 230 dr., soit 7,37 talents. Force est donc de constater que le Conseil avait délégué les hiéropes pour la gestion des neuf fondations de l’histiatikon et du stèsileion, pour lesquels ils consignent les prêts de capitaux par tranches et le détail des intérêts entrés, tandis que la responsabilité de placer les fonds des autres fondations était partagée. Les trésoriers de la cité devaient jouer un rôle important dans l’organisation des prêts. C’est sans doute la raison pour laquelle ils interviennent aussi dans la transmission de 20 des 22 vases de fondation qui entraient chaque année dans le trésor. Les 2 vases qui entrent dans les collections directement par l’intermédiaire des hiéropes appartiennent à des fondations de l’histiatikon, les Eutycheia et les Philadelphia. La responsabilité des hiéropes s’est probablement élargie dans ce domaine aussi, comme ce fut le cas pour d’autres tâches96.

101Les hiéropes enregistraient dans la caisse sacrée les remboursements de prêts, parfois partiels, que faisaient les débiteurs avant de prêter à nouveau ces sommes (par exemple ID 396, A, l. 29-36). Mais ces fonds de l’histiatikon ne séjournaient pas longtemps dans la caisse sacrée puisqu’ils devaient circuler en permanence afin de produire un bénéfice par les intérêts des prêts. Les capitaux étaient prêtés par tranches, mais il arrivait que les hiéropes associent plusieurs sommes provenant de fonds différents pour les prêter à un même individu, ce qui montre probablement que les fonds étaient conservés dans des jarres différentes, mais aussi que les hiéropes cherchaient véritablement à répondre à la demande en crédit tout en assurant le maximum de rentrées possibles aux capitaux.

  • 97 ID 317, l. 30 ; 444, A, l. 52 ; 449, B, l. 12.
  • 98 Bogaert 1968, p. 152.
  • 99 Voir infra p. 49.

102Les comptes de la fin de l’Indépendance font parfois état de reliquats appartenant à ces fonds et désignés par le terme τὸ περιὸν τοῦ (nom du capital de fondation)97. R. Bogaert a considéré qu’il devait s’agir de portions du capital qui n’avaient pas pu être prêtées et étaient entreposées dans les jarres de la caisse sacrée en attendant de trouver preneur98. Cette interprétation ne s’accorde pas avec le texte des inscriptions : les mentions de perion d’un capital de fondation ne se trouvent pas dans les inventaires de jarres (ce qui aurait dû être le cas d’un reliquat non employé) mais dans le compte courant et accompagnées de mentions de débiteurs défaillants. Plus probablement, il s’agissait de sommes constituées à partir des revenus des fondations et qui n’avaient pas été employées pour les dépenses de la fête : c’est précisément la signification du mot perion, que les hiéropes emploient aussi pour désigner le solde bénéficiaire du compte courant, une fois réglées les dépenses régulières99.

103En effet, on constate, à la lumière des inventaires de la fin de l’Indépendance, une normalisation du poids des phiales issues des capitaux de fondation, probablement à des fins comptables. Les Mikytheia avaient par exemple produit, dans la seconde moitié du iiie s., des vases de poids inégal, comme en témoigne l’inscription chorégique de Sôsistratos, archonte en 200 (IG XI 2, 128, l. 25-29, 32, 39 et 60-62) : un vase pèse 97 dr., deux autres 100 dr., d’autres entre 115 et 118 dr. L’inventaire distingue même deux tailles de phiales (ἄλλα µικκύθεια µικρὰ, l. 38-39).

104La régularisation a pu se produire dans les dernières années du iiie s. car les deux dernières entrées des Mikytheia pèsent 100 dr. On observe la même chose pour les Gorgia (l. 31-32) : elles pèsent 93 dr., puis 99 dr. dans la collection puis la dernière entrée pèse 100 dr. Les vases des Philonideia pèsent également tantôt 93 dr., tantôt 123 dr. (l. 29-31), puis 100 dr. à partir de l’année 200 (l. 57-58). Dans l’inventaire de l’année 179 (ID 442, B, l. 54-155), qui catalogue des séries de vases de fondation entrés à partir de 203, l’unité est toujours de 100 dr. Cette normalisation du poids des phiales rompait avec une logique qui consistait à thésauriser tout le bénéfice du revenu, une fois payées les dépenses de la fête. Dès lors, une somme pouvait subsister, après la confection d’une phiale de 100 dr. Ce sont probablement ces sommes que les hiéropes enregistrent sous le terme de perion de fondation. Les capitaux, quant à eux, semblent avoir facilement trouvé preneur. Ces reliquats des bénéfices pouvaient être de nouveau prêtés, si bien que l’on assiste là à une recapitalisation du produit des intérêts : en 177, le perion du nèsiadeion est prêté et 70 dr. d’intérêts sont dus (ID 444, A, l. 52-53 ; 449, B, l. 12).

  • 100 Les hiéropes mentionnent deux fois les fondations dans leurs évaluations des avoirs, le revenu (dan (...)

105Les intérêts des prêts consentis sur ces capitaux faisaient entrer dans la caisse sacrée quelque 4 400 dr., que les hiéropes répartissaient entre les épistates chargés d’exécuter les dispositions de la fondation, c’est-à-dire d’accomplir les sacrifices, les banquets et la consécration d’un vase votif. La seule véritable entrée pour le trésor sacré était donc constituée par les 22 vases en argent consacrés chaque année sur les revenus du capital, soit une thésaurisation annuelle d’en moyenne 2 160 dr. pour les seuls vases des fondations100. Ceux-ci n’entraient pas tous au même moment de l’année dans le trésor : les trésoriers transmettaient d’abord aux hiéropes une série de 16 vases, puis une deuxième série de 4 vases (voir par exemple ID 442, B, l. 54-59). S’y ajoutaient les 2 phiales des Eutycheia et des Philadelpheia consacrées directement par les hiéropes, ainsi que les consécrations des trittyes qui, sans être véritablement issues de capitaux de fondation, n’en faisaient pas moins entrer chaque année 2 phiales de 100 dr. chacune dans le trésor, sur le produit des sacrifices et des offrandes.

Un fonds de monnaies spécifiques

  • 101 LSJ, s.v. ἑστιατικόν, suivi par tous les autres commentateurs. Voir également les objections de R.  (...)
  • 102 Syll 3 1047 (IG XII 7, 237, l. 25 rattaché à IG XII 7, 245).
  • 103 Voir infra p. 299.

106Il reste à expliquer à la fois le nom d’hestiatikon ou histiatikon donné à cet ensemble de capitaux de fondation et les raisons pour lesquels ils ont été séparés des autres. L’explication habituellement donnée à la dénomination est que les revenus des capitaux étaient destinés à financer des banquets publics101. L’adjectif, qui serait forgé sur ἑστιατώρ, trouve un écho dans le règlement de fondation d’Hégésarètè pour les Mètroia de Minoa d’Amorgos, du iie s., qui prévoit que l’on dépense en organisation de banquet (καθιστιάτωσαν) le reliquat d’un intérêt102. L’organisation de banquets publics apparaît en effet comme la caractéristique majeure de la caricature des Déliens dans la littérature, à en croire le témoignage d’Athénée qui les présente affairés autour des tables après les sacrifices103.

107Pourtant, l’appellation de « capitaux à banquets » ne fait pas particulièrement sens dans l’organisation des fonds retenue par les administrateurs. Parmi les capitaux rassemblés dans ce fonds, on retrouve seulement deux des trois fondations destinées originellement à l’Hestia du Prytanée, les Mikytheia n’en faisant pas partie. Le lien avec Hestia n’est pas pertinent pour une bonne partie des fondations de ce groupe, dont les capitaux avaient été consacrés à Apollon. Quant au lien avec les banquets publics, il s’appliquait aussi à des fondations qui n’entraient pas dans ce fonds et auraient pu tout autant prétendre à cette dénomination. On ne comprend pas non plus pourquoi un capital de fondation au moins, le stèsileion, dont la fête comportait aussi un sacrifice et un banquet, aurait été exclu de cette catégorie tout en étant administré par les hiéropes.

  • 104 Roussel 1916, p. 174.
  • 105 Chankowski 1997b.

108Surtout, l’organisation de sacrifices et de banquets publics sur le produit des fonds consacrés faisait certes partie des rituels prévus dans les règlements de ces fondations, mais leur destination première était le prêt à intérêts. De manière caractéristique, P. Roussel notait que « les fondations qui correspondent à des fêtes instituées par les souverains n’apparaissent jamais parmi celles dont le capital constituait une partie de l’ἱστιατικόν »104 : cette situation s’expliquerait bien si la composition en numéraire distinguait ce fonds des autres, par exemple si les capitaux offerts par les rois étaient constitués d’alexandres et les fondations de l’histiatikon d’autres monnaies. Les hiéropes avaient organisé les capitaux en fonction des espèces monétaires qui les composaient, en bonne logique comptable105. Une partie de l’encaisse n’étant plus en monnaie d’étalon attique à la fin du iiie s., comme on le verra, il est possible qu’ils aient voulu isoler certains numéraires dans les opérations de prêts, en les dénommant ainsi. Le terme n’apparaît pas avant 230, date de création de l’ensemble ainsi dénommé.

  • 106 Voir chapitre IV p. 185-186 sur les politiques monétaires.
  • 107 Hansen 2004, p. 656.
  • 108 Voir chapitre IV p. 191.

109L’appellation d’histiatikon ou d’hestiatikon n’est évidemment pas sans rappeler la catégorie de l’argent histiaïkon ou hestiaïkon qui figure dans les inventaires athéniens. Ce monnayage d’Histiée, dont les inventaires de la seconde domination athénienne révèlent l’ampleur de la présence dans la caisse du sanctuaire d’Apollon, avait fini par faire partie intégrante de la circulation monétaire délienne à la fin de l’Indépendance, comme on le verra au chapitre suivant106. Phonétiquement, l’alternance ε/ι est courante pour désigner la cité d’Histiée. Dans les sources antiques, la dénomination d’Histiée varie entre Ἱστιαία (Hérodote, VIII, 66, 1; IG XII 5, 594, l. 2) et Ἑστιαία (Thucydide, VII, 57, 2 ; pseudo-Skylax 58 ; IG I3 41, l. 89)107. Dans les usages des hiéropes, cette variation se trouve à la fois pour la désignation du groupe des capitaux de fondation et pour désigner ce qui est explicitement une monnaie d’Histiée : ainsi, un inventaire de monnaies vers 190 mentionne une somme d’argent en étalon d’Histiée (ID 407, l. 21) sous la forme ἑ[σ]τιαϊκοῦ ΔΔΙΙΙΙ alors que la même somme est écrite ἱστιαϊκοῦ dans l’inventaire de 179 (ID 442, B, l. 215). Si l’alternance initiale ε/ι s’explique bien, il paraît pourtant difficile de voir dans l’adjectif histiatikon un ktétique dans la mesure où il n’existe pas d’attestation d’ethnique *histiateus sous forme adjectivée. Mais les capitaux « histiatiques » avaient eux-mêmes de fortes chances d’être « histiaiiques » étant donné la composition du numéraire dans la caisse de la fin de l’Indépendance. Le total de l’argent d’Histiée comptabilisé par les Athéniens dans l’encaisse du sanctuaire se monte précisément à 44 924 dr. et 5 ob., soit presque 7,5 talents108. C’est tout juste un peu plus que les 44 230 dr., soit 7,37 talents, qui constituent le total des capitaux de fondation regroupés par les hiéropes sous le terme ἱστιατικόν.

  • 109 Voir infra p. 141.
  • 110 Par ailleurs, dans l’onomastique eubéenne, le patronyme Histiatôr est connu dans un catalogue milit (...)

110Le terme histiatikon/hestiatikon n’apparaît qu’en 230 avec la dénomination du fonds en question dans les comptes des hiéropes. À cette date, aucun compte ni inventaire ne mentionne encore le monnayage d’Histiée. Ce n’est que dans des inventaires du début du iie s. qu’apparaissent pour la première fois, pour désigner des pièces de monnaie en numéraire d’Histiée, le terme ἱστιαιικά (ID 380, l. 100) et ἑστιαικοῦ (ID 407, l. 21). Ce sont ensuite les inventaires athéniens postérieurs à 167 qui emploient le terme ἱστιαιικόν pour désigner le numéraire histiéen. Comme pour l’argent « de Minoè »109, peut-être ne faut-il pas exclure que les Déliens aient formé, pour dénommer le fonds de capitaux de fondation, un adjectif à leur manière, sans se préoccuper de la confusion générée par la proximité phonétique des deux termes110. La logique qui a présidé à ce rassemblement de fonds semble bien, en tout cas, être davantage fondée sur un classement du numéraire que sur une utilisation fonctionnelle.

Les jarres

111Les administrateurs du trésor sacré, tout en accumulant des collections d’objets en métal précieux par thésaurisation, ont toujours distingué une encaisse en numéraire. Mais une partie de celle-ci était aussi immobile que les phiales thésaurisées, car elle était composée de fonds anciens que les hiéropes ont progressivement cessé d’utiliser au cours de l’Indépendance.

112Les inventaires de jarres que les hiéropes font graver à partir du iie s. permettent aisément de s’en rendre compte. Ils enregistrent l’ensemble des dépôts de l’Artémision, pour la caisse sacrée d’une part, pour la caisse publique d’autre part. Pour le détail de ces inventaires, on se reportera aux tableaux présentés en annexe (Annexe 2 - Composition de la caisse sacrée et de la caisse publique d’après les inventaires de jarres).

Composition de la caisse sacrée d’après les inventaires de jarres

113L’argent qui était manié par les hiéropes passait de manière transitoire par les banques qui en assuraient le compte des dénominations en différents numéraires, mais il était in fine rassemblé dans des jarres, nommées dans les comptes stamnoi, qui portent chacune une étiquette décrivant leur contenu. Les comptes du iie s. nous font connaître, à partir de l’année 192, la composition de l’encaisse sacrée en stamnoi.

  • 111 Sur les lieux et modes de stockage de l’argent, voir infra p. 32-35.

114L’usage des stamnoi ne débute pas au iie s. : les comptes montrent que même sans en avoir gravé l’inventaire, les hiéropes conservaient de cette façon l’argent du dieu, comme probablement avant eux les amphictyons athéniens de l’époque classique111. Dès le iiie s., les comptes enregistrent l’achat de « stamnoi pour l’argent » (IG XI 2, 163 A, l. 58 [a. 276] ; 224, A, 26 [a. 258] et 287 A, 43 et 76 [a. 250]). Dans une inscription postérieure à 248 (ID 291, d, l. 17-20), les hiéropes précisent dans leur bilan d’encaisse ([κεφάλαιον οὗ παρελάβ]οµεν ἀργυρίου ἐν τ[ῶ]ι ἱερῶ[ι]) qu’une partie de la somme se trouve dans des jarres ([ἐ]ν στάµνοις [δραχµ]αὶ), dont ils établissaient la liste dans la partie mutilée du fragment.

115Aussi l’ordre des jarres tel qu’il est donné par les hiéropes dans leurs inventaires suit-il globalement l’ordre chronologique de l’entrée des sommes dans la caisse du sanctuaire. Bien que les hiéropes aient manifestement procédé à certaines périodes à des reclassements, regroupant des fonds en fonction de leur composition en numéraire, ils n’ont pas modifié l’historique général de l’inventaire : le fonds ancien reste nommé en premier et distinct des jarres en circulation, dont l’ordre d’apparition est respecté dans la rédaction (tableau 30).

116L’ensemble, pour la caisse publique et la caisse sacrée, totalise 187 lots : 119 jarres pour la caisse sacrée et 68 pour la caisse publique, auxquelles doivent s’ajouter les nombreuses jarres qui étaient mentionnées dans des passages lacunaires et dont nous n’avons pu tenir compte. Comme pour les inventaires d’offrandes, il est possible de retrouver, d’une stèle à l’autre, la mention des mêmes jarres et de se faire une idée du rythme d’utilisation de l’argent qu’elles contenaient. Mais ces jarres n’ont pas toutes coexisté. Certaines ont été entièrement utilisées, vidées de leur contenu et remplies par d’autres fonds nouveaux ; d’autres ont été partiellement vidées et leurs reliquats ont parfois été regroupés avec d’autres pour former une nouvelle jarre ; de nouvelles encaisses sont venues augmenter le trésor. Le compte complet de l’année 179 (ID 442, A) comporte ainsi 44 jarres dans la caisse sacrée et 37 jarres dans la caisse publique, soit 81 jarres en tout.

117Cet ensemble de jarres est donc mouvant et en perpétuelle évolution, tant par le mouvement des entrées et des sorties de caisse que par les logiques de classement des fonds adoptées par les hiéropes, qui évoluent elles-mêmes au fur et à mesure des nécessités de gestion et des changements de contexte monétaire dans le monde égéen.

Le fonds ancien

  • 112 Voir supra p. 114. Les noms indiqués sur les inscriptions des jarres ne sont d’aucun secours car il (...)
  • 113 Migeotte 2014, p. 654, a tort de considérer que ces jarres n’apparaissent qu’entre 192 et 179 : l’i (...)

118L’encaisse comporte une première série de 10 jarres qui constituent le fonds ancien du sanctuaire. À la suite de cet inventaire des premières jarres vient, dans l’inscription ID 442 qui est la plus complète de la série, la mention de l’argent du chorégikon : le fonds est connu à partir de 280, mais cette première jarre du chorégikon est probablement plus récente car elle a été constituée lors d’une opération de séparation de ce fonds d’avec l’argent sacré, que l’on peut dater, comme on l’a vu, entre les années 220 et les années 190112. On a donc là un possible terminus ante quem pour la constitution des 10 premières jarres113.

119Parmi toutes les jarres de la caisse sacrée, ces 10 premières jarres ne connaissent aucune modification, ni dans leur ordre d’énumération ni dans leur contenu, durant l’administration des hiéropes de la fin de l’Indépendance. Contrairement au reste de la fortune sacrée, pour laquelle les inscriptions (ou « étiquettes ») des jarres indiquent qu’il s’agit de reliquats provenant des comptes courants de l’Indépendance (bénéfices annuels, sommes destinées à des emprunts et n’ayant pas trouvé preneurs, remboursements de prêts) dans lesquels les hiéropes puisent pour financer des dépenses, les 10 premières jarres ont des libellés différents et leur contenu n’est pas utilisé.

120Ces 10 jarres constituent donc une fortune thésaurisée, probablement parce que ces fonds étaient constitués de monnaies anciennes qui n’avaient plus cours et dont l’administration délienne ne pouvait plus faire usage : il était plus pratique de mettre de côté cet argent. Nous disposons donc, avec ces 10 premières jarres, d’une information sur les capitaux du sanctuaire qui doivent correspondre à des ressources monétaires en usage aux ive s. et iiie s. (tableau 29).

  • 114 Chankowski 2002.

121Sur 7 stèles de la fin de l’Indépendance est conservée la mention — parfois incomplète — de cette série de 10 jarres : ID 408 (vers 190), l. 1-8 ; ID 405 (a. 188), l. 2-6 ; ID 442 (a. 179), A, l. 3-9 ; ID 455 (a. 173), Aa, l. 3-7 ; ID 453 (a. 174), A, l. 4-9 ; ID 461 (a. 169), Aa, l. 2-8 ; ID 470 (fragment non daté)114.

  • 115 La numérotation que j’adopte ici suit l’ordre des inventaires, mais les jarres ne portent pas de nu (...)

122Les 10 jarres sont réparties comme suit115 :

 

123Jarres nos 1 à 6

1246 jarres contenant chacune un talent et portant chacune sur l’étiquette de provenance la mention :

τὸ ἀπαχθὲν ἐκ Τήνου (ID 408, l. 3-5 ; 405, l. 3-4 ; 455, l. 3-4 ; 453, l. 4-6 ; 461, l. 2-5) ;
ou τὸ ἀπελθὸν ἐκ Τήνου (ID 442, l. 3-5 ; 470, l. 3).

 

125Jarre no 7

126Une jarre contenant 5 805 dr., 5 ob., une ½ ob. et 1 t. (ID 455, l. 5) et portant sur l’étiquette de provenance la mention :

τὸ ἀνε[νε]χθὲν ἐκ Τήνου (ID 405, l. 5) ;
ou τὸ ἀπελθὸν ἐκ Τήνου (ID 442, l. 4-5) ;
ou τὸ ἀπαχθὲν ἐκ [Τήνου (ID 453, l. 6 ; 461, l. 4-5).

 

127Jarre no 8

128Une jarre d’un talent dont il ne reste que 3 402 dr. (ou 3 403 dr. selon ID 453, l. 6-7) et 3 ob., ½ ob., 1 t. et 1 ch., portant sur l’étiquette de provenance la mention :

  • 116 Je propose de restituer [τὸ λοιπὸν], « le reliquat », avant [τ]οῦ ἐν τεῖ Μινόει φαν[έντος] pour exp (...)

τὸ ἐν τεῖ Μινώει φανὲν (ID 442, l. 5 ; 455, l. 5 ; 453, l. 6-7 ; 461, l. 5) ;
ou [τὸ λοιπὸν τ]οῦ ἐν τεῖ Μινόει φαν[έντος] (ID 408, l. 6)116.

 

129Jarre no 9

130Une jarre rassemblant 6 sommes de provenances diverses, contenant au total 1 026 dr., 1 ob. et ½ ob. (ou 1 ch. selon ID 453, l. 7). Malgré les lacunes, l’existence de toutes ces sommes dans la jarre dès 188 est attestée par le total donné dans l’un des inventaires (ID 405, l. 6). Les sommes conservées dans cette jarre portent les libellés suivants :

1) τὸ ἀνενεχθὲν ἐκ τῆς Μινόης : 272 dr.
(ID 442, l. 6 ; 453, l. 7 ; 461, l. 7, sans chiffre de détail).

  • 117 Le texte du corpus donne [τὸ ἀπαχθὲν], restitution qui n’est pas justifiée puisque l’on trouve part (...)
  • 118 Correction de Tréheux 1985b, à laquelle on peut ajouter la restitution τὸ ἀπ[ε]λθὸν. Le corpus donn (...)

2) τὸ ἀπ[ε]λθὸν πρῶτον ἐκ Τήνου ἐν τῶι κυνούχωι : 330 dr.
(ID 442, l. 6 ; 453, l. 7117 ; 461, l. 7, sans πρῶτον et sans chiffre de détail) ;
ou [τὸ ἀπελθ]ὸν πρώτιστον ἐκ Τή[νου] — (ID 408, l. 7)118 ;
ou ἐν τῶι] κ̣υν̣[ούχωι? κα?]ὶ πρώτιστον ἐκ Τήν[ου]
(ID 455, l. 6).

  • 119 Avec oubli d’une obole dans la restitution donnée dans le corpus.

3) τὸ [ἐ]ν τῇ Μινόῃ ὕστερον φανὲν : 230 dr., 4 ob.
(ID 442, l. 8 ; 455, l. 6119 ; 461, l. 7 sans chiffre de détail)
ou 230 dr., 3 ob. et ½ ob. (ID 453, l. 8).

4) τὸ ἀνήνεγκεν Πάχης : 56 dr.
(ID 442, l. 8 ; 453, l. 8 ; 455, l. 6 ; 461, l. 7-8 sans chiffre de détail).

5) καὶ τὸ παρὰ Πολυξένου, Πάχητος, Πολυβούλου : 135 dr., 3 ob., ½ ob.
(ID 442, l. 9 ; 453, l. 8 ; 455, l. 6-7 ; 461, l. 8 ; 470, l. 5)
ou 138 dr. et 2 ch. (ID 405, l. 6).

6) Λευκίου : 2 dr.
(ID 405, l. 6 ; 442, l. 9 ; 455, l. 7 ; 461, l. 8 sans chiffre de détail)
ou 1 dr., ½ ob. et 1 ch. (ID 453, l. 9).
ou [παρ]ὰ Λευκίνου (ID 408, l. 8).

 

131Jarre no 10

132Jarre recomposée à partir du contenu de 10 jarres, portant l’inscription ἐξ στάµνων δέκα et contenant 2 375 dr., 5 ob., ½ ob. et 1 t.

(ID 405, l. 2 ; 442, l. 9 ; 453, l. 9 ; 455, l. 7 ; 461, l. 8).

Tableau 29 — Les jarres du fonds ancien.

1
2
3
4
5
6
7
8
9



10
Ténos
Ténos
Ténos
Ténos
Ténos
Ténos
Ténos
Minoé
Minoé
Ténos
émissaires

Reliquat de 10 stamnoi
1 talent
1 talent
1 talent
1 talent
1 talent
1 talent
5 805,9 dr.
1 talent (reste 3 402 dr.)
502,6 dr.
330 dr.
193,5
= 1 026,1 dr.
2 375,9 dr.
  • 120 La variante Leukinos pour Leukios peut par exemple s’inspirer du nom de l’archonte de 201, Leukinos (...)

133L’encaisse initiale avait donc contenu, non pas 10 jarres mais, d’une part 8 jarres d’environ un talent chacune (jarres 1 à 8), d’autre part 10 jarres dont les reliquats sont rassemblés au iie s. en une seule jarre (jarre no 10). C’est probablement aussi le cas de la jarre no 9 qui regroupe des sommes de provenances diverses. La logique qui avait présidé à l’organisation de cette répartition semble être d’abord chronologique : les 18 jarres (ou plus) ont été utilisées autrefois jusqu’à se réduire à 10 au début du iie s. mais elles ne sont plus ouvertes désormais. Les variantes de libellé dans la rédaction des hiéropes semblent indiquer que le texte des inscriptions qui les accompagnaient était devenu fragmentaire, si bien que les hiéropes ont dû développer les indications qu’ils pouvaient lire. En témoignent par exemple les variations dans la copie des noms de la neuvième jarre120. Ces libellés ne comportent toutefois pas de formes particulièrement anciennes : la graphie τεῖ pour τῆι se trouve tout au long de l’Indépendance dans les comptes des hiéropes (par exemple encore à la fin de l’Indépendance, ID 465, c, l. 18: τεῖ βουλεῖ).

134Le montant total rassemblé dans ces dix jarres s’élève au iie s. à plus de 8 talents (48 610 dr.) : il s’agit bien d’une part considérable de l’encaisse sacrée. Dans l’encaisse de 169 (ID 461, Aa), ce fonds ancien constitue un tiers de la fortune monnayée du dieu.

L’argent de Ténos et de la Minoé121

Des termes techniques

  • 122 Voir par exemple ID 461, Bb, l. 47-48 : καὶ τὸ ἀπενεχθὲν τοῦ ἀπολοµένου χρυσίου.
  • 123 Tréheux 1985b.

135Les termes employés dans les libellés sont récurrents : τὸ ἀνενεχθέν, τὸ ἀπελθόν, τὸ ἀπαχθέν, qui sont synonymes, et τὸ φανέν, qu’il reste à expliquer. Les trois premiers termes appartiennent au vocabulaire financier des hiéropes122. L’emploi indifférencié, dans ces listes, des verbes ἀπέρχοµαι, ἀπάγω et ἀναφέρω suggère que tous trois désignent l’opération de ramener des fonds vers leur caisse d’origine, comme l’a montré J. Tréheux de façon convaincante en contestant les interprétations antérieures sur ces termes123. Le verbe ἀπάγειν est celui qu’emploient les hiéropes pour désigner les intérêts dus par des débiteurs étrangers, dont l’argent est apporté à Délos par un émissaire, convoyeur des fonds : ainsi l’intérêt annuel de la cité d’Hermionè, l’une des rares à bénéficier encore de prêts du sanctuaire au iiie s., apporté par un dénommé Mnèsikleidès (ἐξ Ἑρµιόνος τόκον ἐνιαυτοῦ δραχµὰς ·ΧΧΧ· ἃς ἀπήγαγεν Μνησικλε[ίδης, IG XI 2, 162 [a. 278], A, l. 27). Ces sommes appartenaient donc originellement à Apollon et ont été ramenées dans la caisse sacrée, qu’elles avaient quittée pour des raisons qui ne sont pas précisées.

  • 124 Voir supra n. 96.

136L’une de ces sommes a été rapportée de Ténos « dans le sac en peau » (ἐν τῶι κυνούχωι) qui avait donc été conservé jusqu’à l’époque des inventaires puisqu’il est nommé avec l’article défini. Le transport d’argent dans des sacs était d’un usage habituel et montre que l’on a bien affaire ici à de l’argent convoyé124.

  • 125 Vallois 1944, p. 193, n. 4. Il est suivi avec réserves par Tréheux 1985b, p. 26-27. F. Durrbach éca (...)
  • 126 Compris comme un terme du vocabulaire financier, cet usage du participe aoriste neutre est sans par (...)

137Le terme τὸ φανέν est resté jusqu’à présent en dehors de ces analyses de vocabulaire, et l’on s’en tient d’ordinaire à l’interprétation selon laquelle cet argent serait simplement « apparu », probablement lors d’un curage de la fontaine Minoé, ou dans les substructions de l’édifice lors de travaux qui auraient révélé un trésor caché, puisque les fonds en question portent le libellé ἐκ τῆς Μινόης. En réalité, trois mentions dans les jarres concernent les fonds « de la Minoé » : il s’agit d’argent φανὲν [ἐ]ν τῇ Μινόῃ (jarre no 8 : 6 000 dr. dont il reste 3 402,5 dr.), d’argent ἀνενεχθὲν ἐκ τῆς Μινόης (jarre no 9-1 : 272 dr.) et d’argent [ἐ]ν τῇ Μινόῃ ὕστερον φανὲν (jarre no 9-3 : 230,5 dr.). L’hypothèse du curage de la fontaine a obligé les commentateurs à comprendre que ces sommes furent retirées « partie en période de basses eaux (τὸ φανὲν), partie au cours d’un curage consécutif à la première découverte (τὸ ἀνενεχθὲν) »125. L’explication n’est guère convaincante, tout d’abord au regard de l’ampleur des sommes ainsi réunies, alors que l’ensemble des troncs de l’île ne rapporte qu’une centaine de drachmes par an. Il est, de plus, inconséquent, dès lors que l’on comprend ailleurs τὸ ἀνενεχθέν et ses synonymes comme des termes financiers, de ne pas faire de même à propos de l’argent de « la Minoé », qui est qualifié tantôt de φανέν et tantôt de ἀνενεχθέν. Dès lors, τὸ φανέν a toutes chances de relever lui aussi du vocabulaire des finances et des mouvements de fonds126.

  • 127 IG IX I2 4c = Syll 3 554 ; IG IX I2 192 = Syll 3 563. Giovannini 1978, p. 54, met en évidence cette (...)
  • 128 Cf. Gernet 1956 ; Bogaert 1968, p. 349 ; Gabrielsen 1986 ; Cohen 1992, p. 191-207.
  • 129 Cf. les exemples cités par Cohen 1992, p. 201-202.

138Des adjectifs dérivés de φαίνω sont en effet employés dans les inscriptions et les textes littéraires pour désigner le statut ou la situation particulière de certains biens. Ainsi, l’adjectif ἐµφανής désigne, dans des décrets d’asylie étoliens, des biens qui ont été dérobés, mais peuvent être saisis par confiscation afin de les restituer à leur propriétaire : ils sont donc encore « visibles », par opposition aux ἀφανέα, qui sont des biens « invisibles », que le voleur a pu revendre et faire disparaître127. Dans la juridiction athénienne, la fortune « visible » (φανερὰ οὐσία), que des documents officiels permettent de rattacher à son propriétaire, est opposée à la fortune « invisible » (ἀφανής), dont l’existence est dissimulée par son propriétaire128. Dans le vocabulaire des orateurs attiques, c’est en particulier l’argent prêté par l’intermédiaire d’un banquier ou mis en dépôt dans une banque qui permet à son propriétaire de le rendre « invisible », c’est-à-dire ignoré dans les évaluations de fortune129.

139L’argent d’Apollon délien a donc été rendu visible (φανέν), dans des circonstances qui nous échappent. Le procédé s’est produit à deux reprises puisqu’une autre somme est signalée comme τὸ [ἐ]ν τῇ Μινόῃ ὕστερον φανὲν (jarre no 9). La distinction établie dans la comptabilité des hiéropes entre l’argent « rapporté » et l’argent « apparu » pourrait donc souligner que, contrairement aux sommes acheminées à Délos par des émissaires ou convoyeurs (τὸ ἀνενεχθὲν, τὸ ἀπελθὸν, τὸ ἀνήνεγκεν), le retour de certains fonds dans la caisse sacrée avait nécessité des opérations plus complexes : sans doute a-t-il fallu en retrouver la trace, et prouver qu’Apollon en était le propriétaire, probablement par le biais d’une procédure judiciaire.

L’argent de Ténos

140Les sommes des premières jarres proviennent assurément de la récupération de capitaux.

  • 130 Tréheux 1985b, p. 23.
  • 131 Chankowski 1997b, p. 368, et les références bibliographiques citées en note.
  • 132 Bogaert 1968, p. 192-196 ; Étienne 1990, p. 145-146 et 173.

141J. Tréheux considérait que cet « argent de Ténos » devait provenir d’une banque de cette cité, puisque les hiéropes ont l’habitude, au moins à la fin de l’Indépendance, d’utiliser les services de banquiers téniotes pour leurs transferts de fonds, comme en témoigne la suite des inventaires de jarres130. Ce n’est pas exactement ce qu’indiquent les libellés de ces jarres, qui mentionnent la cité de Ténos d’une manière générale alors que, dans le cas de sommes ayant transité par des banques, les libellés portent systématiquement le nom du banquier qui en a certifié le contenu en procédant aux éventuelles conversions monétaires. De plus, les dépôts bancaires des hiéropes étaient de courte durée et relevaient de facilités comptables plus que de dépôts véritables131. Enfin, pourquoi avoir convoyé l’argent à Ténos alors que les officines des banquiers, qu’ils fussent d’origine délienne, ou téniote, ou étrangère, étaient installées à Délos ? Ce n’est qu’au début du ier s. qu’apparaît à Ténos une activité bancaire privée, dont témoigne le décret honorifique pour L. Auphidius Bassus et sa famille (IG XII 5, 860) ainsi que les listes de magistrats qui témoignent de la fonction de trapézite public pour la banque de la cité (IG XII 5, 880-885)132.

  • 133 C’est l’hypothèse que j’avais retenue dans Chankowski 2002.

142Une première hypothèse est de considérer que l’argent en question provient de la cité de Ténos, c’est-à-dire qu’il aurait été remis en différentes phases au sanctuaire délien à la suite d’une procédure de restitution133. Au début du ive s., la cité de Ténos était débitrice de 21 000 dr., soit 3,5 talents (ID 98, B). Elle a pu avoir par la suite d’autres occasions d’emprunter de l’argent à Apollon Délien, durant la période de contrôle athénien sur le sanctuaire. Les comptes du ive s. montrent qu’elle est encore débitrice en 353/2 (ID 104-8), pour un montant non conservé. Mais le total de l’argent inventorié dans les jarres en provenance de Ténos se monte tout de même à 7 talents.

  • 134 Voir supra chapitre I p. 22-26, sur les difficultés des Déliens à faire rentrer les capitaux prêtés (...)

143De l’argent des prêts, venant de diverses cités insulaires, fut certes réintroduit, sans doute par phases successives, dans la caisse du sanctuaire d’Apollon au cours du iiie s., peut-être avec l’aide des Lagides comme pourraient le laisser supposer les honneurs accordés par les Déliens à Philoklès de Sidon134. Ces capitaux durent être remboursés alors en monnaie d’étalon d’Alexandre, qui avait toujours cours au début du iie s. : il n’y aurait donc pas eu de raison, pour les hiéropes, d’isoler de tels fonds. Mais s’agissant de capitaux plus anciens, le sanctuaire d’Apollon devait certainement disposer, dans son encaisse, de chouettes attiques de l’époque classique qui n’étaient plus en circulation à l’époque hellénistique, en dépit de leur poids fixe. Les capitaux rentrés au cours du ive s. dans la caisse d’Apollon ne pouvaient guère être constitués d’un autre numéraire, si bien que l’encaisse du sanctuaire comptait forcément des monnaies anciennes, qui ne pouvaient qu’être thésaurisées. C’est d’ailleurs de ce monnayage que l’on trouve probablement une trace ténue dans les actes des administrateurs de la seconde domination athénienne, qui mentionnent à plusieurs reprises dans le temple d’Apollon un lot de « tétradrachmes attiques glaukophores frappées avant le monnayage du stéphanéphore » (ID 1429, B, col. II, l. 22-23 : τέτραχµα ἀττικὰ γλαυκοφόρα τῶν πρότ[ε]ρον κοπέντων τοῦ στεφανηφόρου Image Ι·).

144Si l’on se souvient que l’encaisse du trésor d’Apollon comportait, au moment de la reprise de l’administration par les Déliens, 7 talents, et que par ailleurs on constate que l’inventaire des jarres suit un ordre chronologique — la jarre qui suit cette série étant celle du chorégikon que l’on peut dater vers 280 — il faut alors faire remonter cette série des 7 talents « de Ténos » aux origines de l’administration délienne en 314. Nous ignorons malheureusement tout, faute d’actes administratifs couvrant ces années, sur la période qui suivit la prise d’Athènes par le pouvoir macédonien et le développement du pouvoir antigonide dans les Cyclades. Est-ce dans ces périodes troublées que Déliens ou Athéniens, ne sachant ce qui pourrait advenir du trésor d’Apollon, auraient cherché à mettre à l’abri les biens sacrés ? Les représailles exercées contre Athènes par le pouvoir macédonien après la guerre lamiaque pouvaient laisser craindre des confiscations, dont le territoire délien aurait légitimement fait partie. À l’époque des guerres médiques, la communauté des Déliens s’était réfugiée à Ténos devant l’avancée de la flotte perse de Datis (Hérodote, VI, 97). Le même phénomène a pu se produire à la fin du ive s., accompagné de la mise en dépôt du trésor dans la cité voisine téniote. Le trésor aurait alors été restitué sous forme d’un dépôt inventorié, et enregistré en provenance de Ténos dans les premières jarres de l’encaisse. Cette situation expliquerait le libellé ἐκ Τήνου dans les inventaires de ces jarres : on aurait là la trace, dans l’encaisse des hiéropes et grâce à ce libellé, de la première encaisse du trésor sacré de l’Indépendance.

L’argent de la Minoé

145Provenant de « la Minoé », de l’argent avait été lui aussi « rapporté » (ἀνενεχθὲν). Si le terme a bien la même signification financière que pour l’argent de Ténos, cette somme appartenait dès l’origine à la caisse sacrée : il ne peut s’agir de sommes jetées par les fidèles dans une fontaine et ramassées lors du curage du bassin, ou bien découvertes dans les substructions de la fontaine. Le montant le plus élevé en provenance de « la Minoé » est celui de la jarre no 8, qui contenait 1 talent avant qu’une partie n’en soit utilisée, et est désigné comme τὸ ἐν τεῖ Μινώει φανὲν. Une autre somme, conservée avec d’autres dans la jarre no 9, est moins importante (τὸ ἀνενεχθὲν ἐκ τῆς Μινόης, 272 dr.). Une autre somme encore (230,5 dr.), dans la même jarre, est appelée τὸ [ἐ]ν τῆι Μινόηι ὕστερον φανὲν. Dans cette neuvième jarre sont manifestement rassemblées de petites sommes recouvrées par la caisse sacrée à la suite de diverses opérations. L’une d’elles a été rapportée (ἀναφέρειν) par Pachès, de même que Mnèsikleidès avait rapporté (ἀπάγειν) d’Hermionè les intérêts annuels du prêt. D’autres ont été versées par des individus (παρά avec le génitif), dont le même Pachès, soit à titre privé soit dans le cadre d’une magistrature. Cette jarre concerne donc bien, comme les précédentes, des recouvrements de fonds, assez importants du point de vue administratif pour qu’une somme de 2 dr. reçue de Leukios (ou Leukinos) ait été comptabilisée à part. La formulation rappelle les descriptifs d’encaisse que les hiéropes avaient l’habitude de rédiger dans les comptes du iiie s. L’encaisse du compte de 250, par exemple (IG XI 2, 287), enregistre plusieurs provenances pour les sommes qui la composent parce qu’elles ne sont pas transmises aux hiéropes en une seule fois. Ces fonds semblent, là encore, anciens, et les hiéropes recopient des libellés trouvés sur ou avec les jarres dans lesquelles l’argent est entreposé.

146S’il paraît clair que le champ lexical de ces inventaires de jarres exclut qu’il s’agisse d’argent collecté dans la fontaine Minoé, il reste encore à identifier « la Minoé » dont il est question dans ces versements.

  • 135 Giovannini 1978, p. 54.
  • 136 Tréheux 1985b, p. 26. Voir toutefois, à propos de l’argent des héritiers de Sôsimachos, infra p. 17 (...)
  • 137 J. Tréheux en fournit lui-même des exemples avec le cas d’Ameinondas devenu Épaminondas et celui de (...)

147A. Giovannini avait proposé d’interpréter l’argent de la Minoé comme « l’argent de Minoa d’Amorgos » : le trésor du sanctuaire d’Apollon de Minoa d’Amorgos, emporté par des raids de pirates mais repris de façon providentielle, aurait été mis en dépôt dans le temple d’Apollon Délien135. Le scénario ne manque pas de suspens, mais reste bien hypothétique. Il est, de plus, fondé sur une interprétation abusive du terme φανέν. Enfin, J. Tréheux a montré depuis de façon convaincante qu’il faut rejeter l’idée d’un dépôt car aucun dépôt étranger n’a jamais été enregistré dans la caisse sacrée de Délos136. Il ajoute toutefois une objection supplémentaire : « la fontaine Minoé est trop proche de la caisse sacrée et trop souvent mentionnée dans les archives déliennes pour qu’il ne soit pas ici question d’elle », argument qui n’est pas recevable quand on tient compte des pratiques d’archivages, des relectures et des réécritures dont témoigne la comptabilité des hiéropes en maints endroits. En recopiant les inventaires, les administrateurs déliens ont parfois transformé un nom inconnu pour lui donner une forme qui leur était plus familière137.

  • 138 Contre mon hypothèse, Ph. Gauthier (Bull. 2003, 397) a invoqué l’inscription de Magnésie du Méandre (...)
  • 139 Par exemple ID 144 A, l. 92 ; 444 B, l. 95 (Μινόη) ; ID 219 A, l. 22 ; 324 A, l. 29 (Μινώια) ; ID 2 (...)

148Il n’est pas impossible que la forme donnée à ce libellé de jarre provienne d’une confusion des hiéropes, recopiant des indications plus d’un siècle après les événements, entre deux réalités exprimées par le même mot : Minoa d’Amorgos et la fontaine Minoé, d’autant plus que, dans les décrets amorgiens, les citoyens de Minoa sont systématiquement désignés par la formule ὁ δῆµος τῶν Μινοητῶν (voir par exemple IG XII 7, 68, 221, 22, etc.)138. Cette confusion était d’autant plus possible que les hiéropes, lorsqu’ils désignent la fontaine elle-même, écrivent tantôt Μινόη, tantôt Μινώια ou Μινοία139.

  • 140 Chankowski 2008a, p. 365-369.
  • 141 Le procédé semble fréquent dans les milieux de la finance privée à Athènes : cf. les exemples cités (...)

149Ainsi, l’argent des jarres 8 et 9 pourrait bien provenir de la cité de Minoa d’Amorgos, mais il appartenait dès l’origine à Apollon. Il pourrait s’agir de prêts contractés auprès du sanctuaire d’Apollon durant l’époque classique. Le compte ID 98, qui est le plus complet de la série, ne comporte pas de mention des cités d’Amorgos, mais il est loin de regrouper la totalité des cités débitrices, comme en témoignent d’autres documents déliens ou athéniens moins connus140. La cité de Minoa d’Amorgos possédait un sanctuaire d’Apollon délien qui servait de lieu d’exposition aux décrets honorifiques et témoigne des liens entretenus avec Délos, au moins dès l’époque classique. L’argent sacré aurait été rendu visible (φανέν) à Minoa d’Amorgos, sans doute après avoir été prêté à la cité. Il n’y a guère de raisons de penser qu’il ait pu s’agir d’un prêt non enregistré par les administrateurs du sanctuaire qui auraient voulu le tenir secret : cette hypothèse va à l’encontre de toute la logique comptable élaborée par les hiéropes. L’argent prêté officiellement à la cité de Minoa avait pu être investi ou déposé chez un banquier : c’est probablement cette utilisation qui le rendait pour un temps « invisible ». Une opération financière (restitution, remboursement, etc.) l’a de nouveau rendu « visible » dans la comptabilité de la cité, permettant alors la restitution du capital à Apollon141. Le procédé s’est reproduit une seconde fois, puisqu’une autre somme est signalée comme τὸ [ἐ]ν τῆι Μινόηι ὕστερον φανὲν (jarre no 9). La procédure de restitution des capitaux s’est donc étendue sur une certaine durée.

  • 142 Voir les références rassemblées par Nigdélis 1990, p. 12.

150Au cours de la période classique, les trois cités d’Amorgos apparaissent sous la forme d’un koinon dans la Ligue de Délos et dans la seconde Confédération athénienne. Le monnayage du ive s. porte le nom des Amorgiens et une dédicante, dans les inventaires déliens, est connue sous l’ethnique d’amorgienne plutôt que sous celui de sa cité propre (ID 104, l. 72)142. Toutefois, le libellé des jarres indique ici non un ethnique mais le lieu où fut résolue une question financière : on ne peut donc en tirer aucun argument de chronologie ni non plus l’avancer contre l’identification de la cité amorgienne avec la Minoa du texte.

151Ainsi, les premières jarres de la caisse sacrée regrouperaient des fonds anciens, provenant de remboursements de capitaux prêtés à l’époque classique ou d’une encaisse ancienne. Ces fonds avaient été recouvrés par deux procédés financiers : des sommes ont été rapportées de Ténos et de Minoa par des émissaires (τὸ ἀνενεχθέν, τὸ ἀπελθόν, τὸ ἀπαχθέν ἐκ), d’autres (τὸ ἐν τῆι Μινόηι φανέν) avaient été restituées à la suite d’une procédure. D’autres enfin, dans la dixième jarre, étaient le groupement de reliquats de 10 autres jarres de l’encaisse.

L’utilisation de cet argent

  • 143 Roussel 1916, p. 171-172 ; Larsen 1938, p. 342-343.

152Les commentateurs se sont étonnés de ce que ces jarres, contrairement aux suivantes, apparaissent toujours intactes dans les inventaires de la fin de l’Indépendance. P. Roussel y voyait un fonds de réserve constitué par la cité de Délos, J. A. O. Larsen un capital laissé inactif par les hiéropes faute d’avoir trouvé un emprunteur143. Les hiéropes de la fin de l’Indépendance, en effet, n’ont fait aucun prélèvement dans ces jarres. En revanche, des sommes avaient été retranchées avant le iie s., à une époque précédant l’apparition des inventaires de jarres dans la documentation. La jarre no 8 en provenance de Minoa a été utilisée pour moitié entre le retour de l’argent dans la caisse sacrée et le début du iie s.

  • 144 Voir supra chapitre I p. 50 sur cette date ; voir également sur ces questions le chapitre III sur l (...)
  • 145 Voir le commentaire de cette encaisse supra p. 46-47.

153En réalité, les fonds qui apparaissent dans les inventaires de jarres témoignent avant tout des réorganisations opérées par les hiéropes dans l’encaisse du sanctuaire, probablement avec l’aide des banquiers et à une date que plusieurs indices invitent à situer dans les années 230144. Le compte de 250 fournit un descriptif détaillé de l’encaisse, qui s’apparente à un inventaire de jarres (IG XI 2, 287, A, l. 1-18)145. Des sommes sont reçues par les hiéropes entre Lénaion et Apatourion, soit sur la quasi-totalité de leur année d’exercice.

  • recettes provenant des troncs : 83 dr.
  • encaisse en Lènaion :    6 000 dr. + 8 011 dr. + 3 000 dr.
  • encaisse en Galaxion : 13 791 dr.
  • encaisse en Artémision : 3 000 dr.
  • encaisse en Hécatombaion : 1 000 dr.
  • encaisse en Apatourion : 9 100 dr.

154Soit un total d’encaisse de 43 985 dr.

155Après cette encaisse est arrivé séparément un complément de 5 000 dr. ainsi que des versements sur les recettes publiques, correspondant sans doute à des remboursements de prêts (10 545 dr.). Viennent ensuite les diverses subventions habituelles. Les 8,5 talents de ces jarres « de Ténos » et « de la Minoè » connus dans les inventaires du iie s. peuvent figurer en partie dans cette encaisse qui en compte 7,3 mais ne sont pas répartis de la même façon dans la comptabilité des hiéropes. La raison en est probablement qu’à cette date, les monnayages qui composent l’encaisse sont en usage, tout du moins pour la majeure partie d’entre eux, si bien que les hiéropes n’ont pas encore besoin d’en écarter une partie des fonds en circulation.

156Au iie s., les administrateurs se sont nécessairement trouvés confrontés à l’obsolescence d’une partie de l’encaisse. Les jarres de la première encaisse devaient être en grande partie constituées de chouettes attiques, auxquelles étaient venues se mêler, en une dizaine d’années avant le début de l’Indépendance, les nouvelles monnaies d’Alexandre. Les 7 talents « de Ténos » immobilisés au début du iie s. pouvaient donc être cette encaisse en partie composée de monnaies anciennes, dont les hiéropes ne pouvaient plus avoir usage dans les transactions du sanctuaire au iie s., qu’il s’agisse des dépenses pour les travaux ou des prêts. Cet argent constitue une réserve thésaurisée et potentiellement transformable en cas de besoin, au même titre que les phiales des collections du sanctuaire.

157D’autres sommes ont sans doute été restituées par les cités débitrices au cours du iiie s. : c’est probablement dans cette série d’évènements des premières décennies du iiie s. qu’il faut placer le retour des fonds « de la Minoè ». La jarre no 8 qui contenait au départ un talent en provenance de Minoa a elle aussi été utilisée puisqu’il ne reste plus que 3 402 dr. : c’est bien l’indice que ce capital avait dû être remboursé un peu plus tard, sans doute plutôt vers 280 que dès 314, pour être constitué de monnaies — d’Alexandre ou de Ptolémée ? — que les hiéropes ont pu utiliser dans des dépenses. D’autres jarres se sont trouvées constituées par les bénéfices accumulés au cours du iiie s., et leur contenu a progressivement été utilisé dans les travaux et les constructions. La dixième jarre rassemble ainsi le reliquat d’une fortune accumulée dans dix jarres au cours du iiie s., utilisée sans doute en grande partie pour les travaux de construction. Si le reliquat « des dix stamnoi » qui constitue la dernière des jarres de cette série se trouve désormais comptabilisé dans une encaisse immobilisée, c’est sans doute que ces dix jarres étaient composées de monnaies dont une grande partie a été utilisée au cours du iiie s. mais qu’il serait impossible pour les hiéropes d’écouler dans des transactions au début du iie s.

158Les encaisses du iiie s. permettent de deviner une partie des mouvements de fonds qu’ont connus ces sommes d’argent. Ces 8 talents des dix premières jarres ne sont pas présents en totalité dans l’encaisse reçue par les hiéropes de leurs prédécesseurs athéniens au tout début de l’Indépendance, puisque celle-ci ne dépasse pas les 7 talents. Une partie des sommes (au moins 1,5 talent) contenues dans ces jarres a donc dû entrer dans la caisse sacrée plus tard. Les 7 talents de Ténos (jarres 1 à 7), à supposer qu’ils aient été présents dès l’origine dans l’encaisse, ont eux aussi circulé au cours du iiie s. : en 281, ils ne sont plus dans l’encaisse transmise, qui affiche un solde de 5 220 dr. (IG XI 2, 159). Il semble qu’il en aille de même entre 259 et 250 (IG XI 2, 224 et 287) et entre 218 et 208 (ID 354, 355, 362, 365) puisque le solde affiché ne totalise pas les 7 talents. C’est donc au cours de ces périodes qu’il faut dater des interventions de l’administration délienne sur les capitaux anciens du sanctuaire : y aurait-il eu un retrait des monnaies anciennes pour expertise et pesée par les banques, par exemple ? La gravure des inventaires de jarres, au début du iie s., mais aussi les bouleversements monétaires que connaît Délos dès les années 230, s’accompagnent manifestement d’une réorganisation du stockage de l’argent dans l’Artémision, puis dans le temple d’Apollon, et d’un tri des monnaies.

  • 146 Voir supra p. 114-115 à propos du chorégikon.
  • 147 Voir infra p. 184-185 à propos de l’inventaire athénien.

159Dans l’inventaire des jarres, les dix stamnoi anciens sont immédiatement suivis par une jarre contenant de l’argent du chorégikon, dont nous avons supposé à partir des subdivisions monétaires indiquées sur la pierre qu’il pouvait s’agir de monnaies déliennes. Or l’argent du chorégikon a, lui aussi, fait l’objet d’un tri, probablement dans les années 220-190 : une commission avait été nommée à cet effet146. Il est donc probable qu’entre la fin du iiie s. et le début du iie s., les hiéropes ont commencé, en inventoriant l’encaisse, à classer les monnaies par numéraire, en fonction des étalons auxquels ces monnaies se rattachaient et en fonction de leur utilité pour les paiements. Ils ont conservé pour les mouvements entre les deux caisses les monnaies perçues dans les transactions récentes, qui répondaient bien à leurs besoins en numéraire. Les administrateurs athéniens, après 166, systématisent ce classement en indiquant dans leurs inventaires des listes de jarres contenant des monnaies d’étalon non attique qu’ils écartent de la circulation : histiéennes, rhodiennes, déliennes, euboïques. Ils totalisent ainsi 12,8 talents d’argent147.

Les autres jarres

160Les deux jarres du chorégikon (jarres nos 11 et 12) ont, de même, été en usage autrefois (la première ne contient plus qu’un reliquat) mais ne sont plus ouvertes au moment des inventaires de jarres du iie s. : la seconde est reprise sans modification jusqu’en 169. Mais d’autres entrées figurent par la suite au titre du chorégikon, dans l’encaisse en mouvement.

161Les autres jarres qui composent l’encaisse constituent des avoirs beaucoup plus récents. On passe en effet, aussitôt après les deux jarres du chorégikon, à des fonds déposés dans les premières années du iie s. Les bénéfices acquis au cours du iiie s. ont donc été investis. L’encaisse récente constitue une sorte de fonds de roulement dans laquelle les hiéropes puisent régulièrement.

162Pour l’année 179, l’encaisse totale est ainsi composée de 8 talents d’argent thésaurisé (jarres nos 1 à 12 : 48 775 dr.), auquel les hiéropes ne touchent pas, et de 4,4 talents (26 778 dr.) d’encaisse utile, elle-même mouvante. Ainsi, les jarres nos 13 à 25 qui figurent dans l’inventaire de 192 (ID 399, A) ne sont plus signalées dans l’inventaire de 179 (ID 442, A). L’argent a donc été utilisé dans l’intervalle, que ce soit pour les prêts à la cité ou pour d’autres dépenses. Les reliquats ont pu aussi passer par d’autres banques et se trouver placés dans d’autres jarres. D’autres entrées ont augmenté les avoirs.

  • 148 Voir supra chapitre II p. 73-74 à propos du montant moyen du perion annuel.

163Les inventaires de jarres fournissent en même temps un éclairage précieux sur l’affectation des fonds dans l’organisation budgétaire délienne. Certaines de ces sommes concernent des revenus propres du sanctuaire. Au iie s., l’essentiel des dépôts effectués dans la caisse sacrée est exprimé sous la dénomination de perion, qui correspond au solde du compte annuel, une fois prélevées les dépenses courantes (jarres nos 22, 41, 44, 45, 48, 55, 58, 60, 63, 64, 65, 66, 68, 79, 80, 86, 88, 96, 104, 110, 114). Il arrive que la dénomination de ces jarres varie par rapport au terme courant de perion. Ainsi le libellé τοῦ πεσόντος ἀργυρίου (jarres nos 79 et 104) doit correspondre également au solde du compte. Dans d’autres jarres (nos 55 et 58) la même notion est exprimée comme « le produit des fermages, loyers, taxes et intérêts ». Les dépôts des hiéropes de 182 (jarres nos 31 et 43) et des hiéropes de 177 (jarre no 106) ont toute chance d’être également le perion de la stèle ou du moins un des reliquats provenant d’une partie des revenus de l’année. Ce perion peut parfois entrer en plusieurs fois dans la caisse sacrée148.

  • 149 Cf. Vial 1984, p. 319, n. 14.

164D’autres sommes concernent les prêts qui étaient consentis sur les fonds sacrés (jarres nos 28, 32, 35, 40, 47, 56, 69, 75, 76, 81, 112, 113). Lorsqu’elles sont remboursées, ces sommes reviennent dans la caisse sacrée, parfois avec le libellé du capital constitué pour le prêt (jarre no 28 : « prêt aux agriculteurs »). Certaines sommes avaient été affectées à des prêts et n’avaient pas trouvé preneur (jarre no 35 : « sommes non empruntées par les propriétaires à Rhénée »). Ces deux derniers libellés semblent indiquer que, dans la politique financière du sanctuaire, des sommes avaient été spécialement réservées pour assurer des prêts à une catégorie de population : celle des agriculteurs, mais on ignore s’il s’agissait exclusivement des fermiers des domaines sacrés149.

  • 150 Voir supra p. 115-116 et infra p. 160 à propos du financement des technites.
  • 151 Traduit à tort par « artisans » dans Nouveau Choix.
  • 152 Voir supra p. 111-112.

165Les autres dépôts sont des fonds qui proviennent en réalité de la caisse publique et sont affectés à la caisse sacrée pour différentes raisons. Dans le cas des versements intitulés horôn (jarres nos 25, 29, 34, 39, 51, 73, 78, 82, 94, 103, 108), trapezôn (jarres no 38, 53, 71, 85, 100), chorégikon (jarres nos 11, 12, 42, 52, 74, 83, 84, 87, 111), il s’agit d’un partage de revenus avec la caisse sacrée150. Plusieurs versements correspondent au reliquat de sommes affectées aux dépenses pour les technites151 (jarres no 27, 30, 33, 57, 72, 74, 107). L’une de ces jarres associe un « reliquat des technites » et le chorégikon (jarre no 74). Un autre libellé (jarre no 107) précise qu’il s’agit des technites « pour le théâtre ». Aussi le fonds « pour le théâtre » (jarre no 89) doit-il peut-être également être rattaché au fonds pour les technites : il pourrait s’agir de dénominations différentes pour une même affectation budgétaire152.

  • 153 Voir aussi le rapprochement avec le prytanikon connu en 250.

166Le reste des fonds versés dans la caisse sacrée l’a été par les trésoriers de la cité et n’est que l’affectation à la caisse sacrée de revenus publics : ces jarres témoignent de transferts de fonds réguliers entre la caisse sacrée et la caisse publique, pour le remboursement des prêts consentis régulièrement à la cité sur les fonds sacrés. Parfois les libellés des jarres ne précisent pas si le versement est la conséquence d’un prêt, que la cité rembourserait en affectant à la caisse sacrée le produit d’une recette publique. Ainsi les jarres no 13 et 24 qui contiennent des « fonds non affectés » remis par les trésoriers ont toute chance d’être des versements effectués en remboursement d’un emprunt. Les jarres nos 14 à 17 contiennent des recettes de la boônia mais seul le libellé de la jarre n14 précise qu’il s’agit du « remboursement de l’avance pour la boônia ». Le produit des loyers de l’agora (jarres nos 50, 62, 91, 105, 118) sont l’une des recettes publiques affectées au remboursement des prêts, de même que des fonds du Prytanée153 (jarres nos 90 et 116), mais beaucoup d’autres mentions de remboursements ne précisent pas quels fonds ont été utilisés.

  • 154 Voir supra chapitre II p. 81.

167Enfin, la caisse sacrée a reçu des fonds importants provenant d’une émission monétaire de la cité de Délos, peu avant 169 (jarre no 115)154.

  • 155 Vial 1997, p. 343.

168C’est donc à juste titre que Cl. Vial écrivait que ces inventaires nous apprennent bien plus sur la caisse publique que sur les revenus du sanctuaire, détaillés par ailleurs dans les comptes des hiéropes155. Nous traiterons de façon plus détaillée de ces versements dans le chapitre suivant, consacré au trésor public.

Tableau 30 — Schéma d’organisation de la caisse sacrée délienne.

Tableau 30 — Schéma d’organisation de la caisse sacrée délienne.

Les entrées thésaurisées

  • 156 Baslez, Vial, 1987.

169La thésaurisation permettait aux Déliens de récupérer dans le trésor d’Apollon, sous forme de métal précieux, une partie de leurs dépenses. C’est tout particulièrement le cas des couronnes d’or qui, au cours de l’Indépendance, sont votées par la cité dans le cadre de la diplomatie délienne156, sont confectionnées grâce à un emprunt au trésor sacré, remboursé sur les revenus de la cité, puis sont parfois consacrées par leurs bénéficiaires dans le temple d’Apollon. Sur le produit des 22 fondations en activité, qui se montait à plus de 4 400 dr. lorsque les hiéropes le transmettaient aux différents épistates, le trésor récupérait au moins la moitié en vases d’argent, le reste ayant été dépensé en sacrifices, banquets et confection de l’offrande. On constate aussi, à partir de l’étude des vases de fondation, que l’accroissement des collections s’était fait également à la faveur des nécessités du stockage, à partir d’offrandes qui, au départ, n’étaient pas toujours destinées à Apollon mais avaient fini par être entreposées dans ses temples et inventoriées avec l’ensemble du trésor par les hiéropes. Comme pour l’argent monnayé, le trésor d’Apollon finissait par avoir vocation à centraliser la majorité des richesses sacrées.

  • 157 Chankowski 2008a, p. 311-342.

170Les phiales pour l’argent et les couronnes pour l’or représentent ainsi les deux modes principaux de thésaurisation des deux métaux. La thésaurisation apparaît donc autant comme une forme de récupération de certaines dépenses que comme l’immobilisation de capitaux qui auraient pu, en circulant, devenir productifs. Le degré d’extension des pratiques bancaires et financières, du point de vue des sanctuaires, est d’ailleurs fonction des besoins de financement de la caisse sacrée. C’est parce qu’ils avaient besoin de financer des fêtes coûteuses que les Athéniens ont consenti des prêts à intérêts aux cités insulaires qui étaient en quelque sorte à leur disposition financièrement pendant la domination athénienne des ve et ive s.157. Inversement, c’est sans doute parce qu’il n’y avait pas de dépenses impliquant de faire fructifier immédiatement les revenus sacrés que l’on choisit de thésauriser le produit de certains revenus sous forme de phiales d’argent, dont la valeur reste comptabilisable, comme une épargne.

  • 158 Sur les dédicaces de phiales, voir en particulier la description de la procédure chez Lewis 1954, p (...)
  • 159 Chankowski 2011b.

171Les inventaires du temple de Didymes, comme ceux des temples de Délos, témoignent largement de cette pratique de thésaurisation qui consistait à recueillir une recette en argent et à la transformer en une phiale du même métal, qui venait s’accumuler avec d’autres dans les trésors sacrés158. Cette construction financière montre aussi que la cité n’a jamais cherché à aller au-delà des besoins existants159.

Le trésor public

172Peut-on évaluer les ressources de la cité de Délos et suivre l’évolution de ses finances comme pour le sanctuaire ? La caisse publique de la cité délienne est beaucoup moins bien connue que celle du dieu, mais beaucoup mieux que celle de la plupart des cités grecques, grâce à la documentation comptable du sanctuaire, puisque les mouvements de fonds entre les deux caisses ont laissé des traces dans les archives de l’intendance sacrée.

  • 160 Voir supra p. 119 sur les subventions et fonds affectés.
  • 161 Voir infra chapitre I p. 53-56.

173Les fonds de la cité apparaissent dans notre documentation sous trois formes. Tout d’abord, lors de remboursements de prêts consentis par le sanctuaire, les trésoriers de la cité affectaient au sanctuaire certains revenus de la cité (taxes, revenus locatifs), qui figurent alors dans le chapitre des recettes du sanctuaire. Par ailleurs, la cité affectait des fonds à la caisse du sanctuaire, sous la forme de subventions pour l’organisation de certaines fêtes accompagnées de banquets publics, mais aussi sous la forme de versements divers : ainsi, l’étude de ces subventions dans le cadre de la composition de la caisse sacrée fournit des informations sur ces fonds qui appartiennent en propre à la caisse publique160. Enfin, à partir du iie s., les hiéropes ont réalisé, à partir des jarres publiques d’argent monnayé qui étaient conservées dans le temple tout comme celles du trésor d’Apollon, un inventaire annuel du trésor de la cité en même temps qu’ils faisaient l’inventaire annuel du trésor sacré, au point d’opérer une synthèse comptable entre les deux caisses, comme nous l’avons vu précédemment161.

174En étudiant ces trois séries d’informations, c’est d’abord la quantité de fonds publics transitant par la caisse sacrée qui impressionne, et l’on comprend que le passage à une comptabilité unifiée avait dû s’imposer finalement aux administrateurs (tableau 31). La caisse sacrée reçoit en effet dès le iiie s. un certain nombre de fonds affectés et de subventions de la part du trésor public : c’est le cas de la « phiale », du chorégikon, du prytanikon, des versements horôn et trapezôn, des subventions pour certaines fêtes. Viennent s’y ajouter les versements qui sont explicitement désignés comme des remboursements d’emprunts, effectués par affectation des recettes publiques à la caisse sacrée. Ces versements constituent la majorité des mouvements de fonds connus dans l’ensemble de la caisse sacrée par les inventaires de jarres. On les repère également au iiie s. dans le compte courant établi par les hiéropes.

Tableau 31 — Nombre de mouvements de fonds dans la caisse sacrée au iie s. (192-167) d’après les inventaires de jarres.

Remboursements de la cité
Versements de la cité
Versements des hiéropes ( perion du compte)
Remboursements d’intérêts par des particuliers
23
42
25
12

Les revenus de la caisse publique

175Nous connaissons peu les recettes de la cité de Délos, sauf lorsqu’elles ont servi à rembourser des prêts consentis par la caisse sacrée et qu’elles apparaissent à ce titre dans les comptes des hiéropes. Plusieurs inscriptions du iiie s. en font état. Il s’agit majoritairement de taxes et de revenus locatifs. La cité avait également la responsabilité de la gestion d’un certain nombre de fondations, qui n’étaient pas toutes sous le contrôle des hiéropes : seuls les neuf fonds de l’histiatikon relevaient de leur gestion directe. Les sommes versées à divers titres dans la caisse sacrée permettent de supposer qu’il existait aussi d’autres capitaux productifs, dont le placement devait relever de la responsabilité des trésoriers, et dont le revenu permettait d’affecter des subventions à la caisse sacrée. S’ils étaient constamment mobilisés en prêts, comme le sont les capitaux de fondation, il est normal que l’inventaire des hiéropes n’en donne pas trace.

  • 162 Voir infra p. 154 à propos des loyers de l’agora.

176Au iie s., les inventaires de jarres ne nous font plus que très rarement connaître les revenus publics qui servaient à rembourser les prêts consentis par la caisse sacrée, mais il est probable que les recettes locatives et les taxes avaient continué à être affectées à cette destination162. Les inventaires de jarres du trésor public n’enregistrent pas non plus comme telles les recettes de la cité.

  • 163 Voir infra à propos de la diataxis.

177Les libellés des jarres, en effet, ne nous renseignent généralement que sur la destination qui a été décidée par la cité pour ces sommes d’argent163. Il arrive toutefois que l’on trouve dans la caisse publique des jarres qui portent un libellé descriptif, sans destination : il s’agit des reliquats de fonds qui avaient été affectés à une première destination (jarre no 138 : « ce que le médecin a reçu en moins » ; jarre no 120 : reliquat d’une somme affectée au grammateion ; jarre no 151 : reliquat des sommes affectées aux technites), ou encore de sommes entrées dans la caisse publique à un moment de l’année où il n’était plus possible de prévoir une affectation (jarre no 136 : remboursement d’une dette d’un particulier ; jarres nos 152, 153, 154, 155 : produit de la vente d’un don de blé). Les sommes perçues par la cité au titre des droits de place (horôn et trapezôn), lorsqu’elles ne sont pas versées dans la caisse sacrée, font également l’objet d’un dépôt dans la caisse publique (jarres nos 131, 133, 134, 139).

  • 164 On se reportera donc également au chapitre précédent sur la composition de la caisse sacrée.

178Il convient donc, là encore, d’essayer d’identifier les poroi que peuvent révéler les prosodoi enregistrés dans les comptes des hiéropes. Certains revenus relèvent des ressources propres de la cité de Délos : les taxes commerciales, les droits de place et les revenus locatifs. Qu’elle choisisse régulièrement d’affecter ces revenus à la caisse sacrée ne doit pas pour autant empêcher de les identifier comme des revenus publics. D’autres fonds, connus également par des versements dans la caisse sacrée, relèvent manifestement de capitaux productifs ou de ressources affectées à une destination particulière ( phiale, chorégikon, prytanikon) mais sont aussi des recettes qui, au départ, appartiennent à la caisse publique de la cité de Délos. Enfin, d’autres mouvements de fonds sont connus seulement par la destination des dépenses (« pour les concours », « pour les aulètes »). Ces sommes sont versées sous forme de subventions dans la caisse sacrée mais relèvent, là encore, des finances de la cité164.

Les taxes

  • 165 Chankowski 2007, p. 312-313.
  • 166 C’est par erreur que les pentekostologoi sont considérés comme des magistrats dans Nouveau Choix, p (...)
  • 167 Voir infra p. 150-151.

179Les taxes qui étaient prélevées à Délos au profit du trésor public nous sont connues par les comptes des hiéropes dans la mesure où ce revenu était affecté au remboursement de prêts consentis par le sanctuaire à la cité. Elles ne sont donc pas nommées sous la forme d’un revenu régulier, comme le font au contraire les hiéropes pour la caisse sacrée, mais elles apparaissent de manière ponctuelle. Les comptes n’indiquent pas leur mode de perception mais l’affermage devait être le procédé employé car un revenu supplémentaire s’ajoute parfois à la liste des taxes publiques affectées à la caisse sacré : les épônia, un droit supplémentaire perçu par la cité sur le processus de l’affermage des taxes165. À deux reprises, la mention de la pentekostè est jointe au versement de ses épônia (IG XI 2, 161, A, l. 26 ; 162, A, l. 30) et nous assure que la taxe était affermée 166. Peut-être faut-il voir dans Kratôn, mentionné en 269, l’un des fermiers de cette taxe167. Les mentions d’autres taxes qui servent au recouvrement de la créance sont également assorties du nom du fermier d’impôt sur lequel l’argent est recouvré (ὑπέρ untel, IG XI 2, 161, A, l. 26-27).

  • 168 Chankowski 2008a, p. 305.
  • 169 Chankowski 2007, p. 303-304.
  • 170 Sur l’opposition, à ce sujet, entre l’argumentation des Athéniens et ceux des Déliens, Chankowski 2 (...)
  • 171 Chankowski 2008a, p. 294 et 306 ; Chankowski 2007, p. 303-304.
  • 172 Chankowski 2007, p. 312-313.

180Ces taxes remontent, comme pour celles qui alimentent la caisse sacrée, à la première période de domination athénienne168. Cette antériorité permet de faire deux remarques au sujet des taxes publiques. D’une part, leur organisation porte la marque de l’influence athénienne : les pentekostologoi, comme à Athènes, étaient des fermiers ; des dékatè, comme à Athènes, étaient prélevées sur la vente d’un certain nombre de produits169. D’autre part, elles sont caractéristiques des difficultés de développement financier qu’a connues la cité par rapport au sanctuaire qui tendait déjà à exploiter de façon intensive le territoire de l’île, avec légitimité puisque celui-ci était tout entier sacré et consacré à Apollon170. Les taxes instituées par les Athéniens au profit du sanctuaire, dès le ve et le ive s., résultaient en effet d’une exploitation intensive et maximale du territoire. Elles ne créaient pas de nouvelles activités mais organisaient des revenus à partir de biens et d’installations que le dieu avait en sa possession : le port sacré, les côtes des îles sacrées, les sanctuaires. Les Athéniens ont également accru les revenus en démultipliant les activités. Le procédé est bien visible dans le cas de la taxe sacrée nommée λιµήν, qui frappe l’usage du port sacré. Elle aurait pu s’entendre pour l’utilisation de l’ensemble des installations du port, mais le sanctuaire percevait encore des taxes de chargement et de déchargement (les αἱρεσία) et une taxe sur le cabestan (στροφεῖα)171. Cette multiplication des taxes, jointe à l’affermage aux enchères, ne pouvait qu’augmenter les gains pour le sanctuaire. Il ne restait donc à la fiscalité publique, pour se développer et créer des ressources pour le trésor de la cité, que le domaine des ventes172. Sur les espaces commerciaux et plus particulièrement le port sacré, le sanctuaire percevait des taxes d’usage dont la justification était territoriale, en raison du caractère sacré de l’île tout entière. Sur ces mêmes espaces, la cité percevait des taxes sur les transactions, qu’elle dut peut-être elle-même multiplier, avec l’ajout des épônia, pour accroître ses revenus.

La pentekostè

  • 173 Voir infra chapitre V p. 280-281.

181La plus importante d’entre elles était la πεντηκοστή, dont les comptes fournissent plusieurs attestations qui ont été au centre d’un débat sur le rôle du commerce de transit à Délos173. Il n’existe que quatre mentions de cette taxe dans les comptes des hiéropes mais la loi sur la vente du bois et du charbon (ID 509), postérieure à 250, montre qu’elle est en vigueur durant toute l’Indépendance (tableau 32). Elle existe au moins dès le ive s. (ID 98, A, l. 38) comme en témoigne un compte de l’administration athénienne où est enregistré un paiement de la pentekostè pour les bœufs importés de Ténos, qui arrivent à Délos pour les Délia de 375/4.

  • 174 Voir infra p. 280-281 à propos de la déclaration aux pentekostologoi.
  • 175 Infra p. 276.
  • 176 C’est par erreur que Migeotte 2014, p. 609, n. 88, et Vial 1984, p. 235 et n. 231, considèrent la f (...)

182Une autre recette est énigmatique car elle figure dans la rubrique des taxes sacrées et est intitulée : παρὰ Κράτ[ω]νος τοῦ πεντηκοστολογίου pour un montant de 610 dr. (IG XI 2, 203, A, l. 30-31). Cette année-là, en 269, la caisse sacrée finance des réparations à la porte et à la toiture du pentekostologion (l. 54-55), qui doit être le local dans lequel les fermiers de la taxe la percevaient et procédaient aux écritures appropriées174. En 296, les hiéropes avaient également inscrit un paiement à un ouvrier pour des travaux au pentekostologion (IG XI 2, 154, A, l. 38) : τοῦ οἰκήµατος τοῦ ἐν τῶι πεντηκοστολογίωι τὸ τέγος Παρµένοντι κατασκευάσαντι. La formulation semble indiquer que le pentekostologion était un espace, à tout le moins une cour dans lequel se trouvaient plusieurs bâtiments, ce qui est plausible si l’on tient compte de l’espace que devaient occuper les matériaux saisis à la douane en cas de fraude, qu’il fallait entreposer avant leur vente aux enchères175. Le versement par Kratôn, en 269, de 610 dr. au bénéfice de la caisse sacrée pourrait donc être une contribution de la cité aux travaux effectués : la somme vient « du pentekostologion », elle n’est pas la pentekostè mais seulement une partie de celle-ci. Il n’était pas illogique de la part des hiéropes de classer ce revenu avec les taxes176.

Tableau 32 — Attestations de la pentekostè.

Année Référence Texte Recette avec
les épônia
Recette sans
les
 épôniaa
279 IG XI 2, 161, A, l. 25-27 ἐκ τῆς πεντηκοστῆς
σὺν τοῖς ἐπωνίοις
14 910 14 200
278 IG XI 2, 162, A, l. 29-30 [ἐκ τῆς πεντηκοστῆς
μετὰ τοῦ] ἐπωνίου
18 900b 18 000
250 IG XI 2, 287, A, l. 9-10 πεντηκοστῆς τῆς ἀστίας 5 250
a. Selon le principe du 1/20e, qui s’ajoute à la taxe (il s’agit donc de 21 20e et non de 20 19e, contrairement à ce que laisse entendre Reger 1994a, p. 254).
b. Voir la correction de Chankowski, Feyel 1997, p. 120.

183On mesure avec ce relevé combien nos informations chiffrées au sujet de cette taxe sont minces, d’autant plus que les hiéropes ont perçu une somme provenant de la pentekostè (ἐκ τῆς πεντηκοστῆς) qui n’est pas nécessairement la totalité du revenu : la cité n’en a, peut-être, affecté qu’une partie au remboursement du prêt consenti par la caisse sacrée. Au contraire pour le produit des autres taxes publiques, les comptes n’emploient pas la préposition ἐκ.

  • 177 Larsen 1938, p. 354-355 ; Vélissaropoulos 1980, p. 210 ; Vial 1984, p. 235 et 339-340 ; Reger 1994a (...)

184Quant à la seconde mention, en 278, elle est entièrement restituée à partir de la mention de l’epônion. Il paraît donc totalement abusif de chercher, sur ces bases, à évaluer l’ampleur du commerce de transit à Délos, comme de nombreux chercheurs ont tenté de le faire, en comparant en particulier les revenus douaniers déliens aux chiffres connus par Polybe (XXX, 31, 12) pour le revenu du commerce rhodien177.

  • 178 Voir Reger 1994a, p. 254-257, sur les différentes interprétations.
  • 179 Vial 1984, p. 339-340.
  • 180 Voir chapitre V p. 275-279.

185La mention de la πεντηκοστὴ ἀστία, en 250, a été diversement comprise178. Pour Cl. Vial, suivie par R. Descat, il doit s’agir de la partie de la taxe du cinquantième qui concernait les marchandises destinées à la ville (astu), donc à la vente sur l’agora de Délos, ou bien les marchandises produites par la cité et qui en sortaient pour être vendues à l’extérieur179. La distinction, en réalité, paraît difficile à mettre en œuvre dans l’application de la fiscalité, qui se fonde davantage sur le statut des personnes que sur celui des biens. De plus, l’espace portuaire délien était un ensemble continu qui associait l’agora et le port, sans qu’une distinction puisse être nécessairement faite, au niveau du paiement douanier, c’est-à-dire à l’entrée du port, entre les marchandises destinées à l’intérieur et les marchandises destinées au transit : l’alimentation quotidienne des commerces urbains était bien plutôt le fait de revendeurs qui s’approvisionnaient dans l’emporion180.

186Un passage des Économiques du pseudo-Aristote (1345 a = I, 6, 7) fournit peut-être l’explication logique de cette distinction entre pentekostè et pentekostè astia et permet de proposer un autre raisonnement. Établissant une distinction entre différents types de biens et de personnes, l’auteur oppose les hommes et les femmes, les esclaves et les libres, les xenoi et les astoi. Cette distinction entre xenoi et astoi se retrouve à plusieurs reprises chez d’autres auteurs (Pausanias, I, 28, 6-7 : θύουσι δὲ καὶ ἄλλως ξένοι τε ὁµοίως καὶ ἀστοί ; Philon, IV, 142 : οἱ µὲν ἐκδηµοῦντες καὶ ἐνδηµοῦντες, ἀστοὶ καὶ ξένοι). Chez Hésychius, ἀστοί est assimilé à πολῖται.

  • 181 Sur l’exception des biens déclarés pour usage personnel, voir Chankowski 2012.

187Cette manière de désigner les citoyens par opposition aux non-citoyens s’applique parfaitement dans le contexte délien dont la place de commerce voit circuler de très nombreux étrangers, parfois résidents. Comme les xenoi, les astoi devaient être astreints au paiement de taxes s’ils faisaient profession d’importateurs comme les étrangers, sauf lorsque les uns et les autres sont ateleis comme en témoigne la loi sur la vente du bois et du charbon (ID 509, l. 32-45). Si le montant à verser était identique (1/50 e, soit 2 % de la valeur des marchandises), les citoyens devaient, plus souvent que les xenoi, déclarer des biens importés « pour usage personnel », ce qui demandait un examen de la cargaison à part181. La pentekostè astia à Délos pourrait donc désigner la taxe douanière payée par les citoyens sur les importations lorsque ces biens n’étaient pas en franchise, c’est-à-dire lorsqu’ils n’étaient pas déclarés pour usage personnel. La dénomination ne porterait pas tant sur la destination des marchandises que sur le statut des payeurs, que l’administration délienne pouvait avoir des raisons de séparer des étrangers dans les procédures d’enregistrement. Le chiffre enregistré dans les remboursements au sanctuaire témoigne, à tout le moins, de l’implication des Déliens dans les échanges aux côtés des importateurs étrangers.

Les dékatai

188Les comptes des hiéropes font également état de plusieurs dékatai (tableau 33) que prélevait la cité et dont elle a parfois affecté le produit au remboursement de ses emprunts à la caisse sacrée : δεκάτη ἰχθύων, δεκάτη ἐνοικίων, δεκάτη σίτου.

  • 182 Chankowski 2007. À propos des poissons, voir aussi Lytle 2007, p. 255 ; Lytle 2013.
  • 183 ID 509, l. 30-31 : ἀναγράψαντες εἰς τὴν σανίδα οὗ καὶ τὰ λοιπὰ γράµµατα. Sur les fonctions des agor (...)

189Il s’agit manifestement de prélèvements sur les ventes et les transactions182, touchant les loyers, les poissons, le blé mais peut-être aussi d’autres produits puisque nous n’avons pas, par l’intermédiaire des comptes des hiéropes, connaissance de toute la fiscalité civique. Ces taxes devaient être perçues par les agoranomes, qui disposaient de registres et d’un secrétaire183. Toutes étaient majorées du droit sur les ventes, l’épônion dont il a déjà été question.

  • 184 IG XI 2, 161, A, l. 36 : τῶν ἰχθύων τῶν ἐν τῆι λίµνηι παρὰ Καλοδίκου ·𐅄Δ· ; IG XI 2, 162, A, l. 41.

190La dékatè sur les poissons, certainement perçue sur les ventes effectuées sur l’agora, ne doit pas être confondue avec une recette que la caisse sacrée tirait de la vente des poissons du lac, qui était affermée184. Il est vrai néanmoins que la taxe du sanctuaire indique, comme la taxe publique, le gain qu’il était possible d’obtenir à partir de la vente des poissons car la taxe du sanctuaire représente la vente du droit d’exploitation, par la pêche, du lac sacré. Le montant obtenu aux enchères lors de l’affermage correspond donc au profit que le fermier escomptait de la vente des poissons.

L’ hypotropion

  • 185 C’est pourtant le sens que lui donne LSJ, s.v. : « fishery-rights » ; Nouveau Choix, p. 76.
  • 186 Voir chapitre IV sur l’économie.

191Il ne faut pas assimiler la δεκάτη ἰχθύων à une autre taxe, l’hypotropion (τοῦ ὑποτροπίου), également mentionnée dans la liste des revenus civiques servant à rembourser le dieu, à deux reprises en 279 et en 278185. Les montants ne sont pas identiques et la taxe sur la vente des poissons rapporte, en 250, trois fois plus que l’hypotropion. Le sens du mot est obscur et se rapporte, d’après les lexicographes, au vocabulaire de la construction navale. Le mot τρόπις désigne la carène (LSJ, s.v.), qui était fabriquée séparément du reste du bateau (Plutarque, Vie de Démétrios, 43) car elle réclamait un traitement spécifique du bois. Peut-être faut-il considérer ce prélèvement comme une taxe portant sur des activités artisanales liées à la construction navale, dont d’autres inscriptions attestent l’existence à Délos186.

Tableau 33 — Revenu des taxes publiques.

279 278 273 250
Blé 160 dr.a 410,5 dr. 20 dr. 110 dr.
Poissons 1 850 dr.
Loyers 600 dr. 1 690 dr.
Hypotropion 530 dr. 535 dr.
Épônia 61,5 dr.b 445 dr.
a. Chankowski, Feyel 1997, p. 119.
b. F. Durrbach a lu 61,5 dr. ad IG XI 2, 161, A, l. 27, alors qu’on attendrait 64,5 dr. avec des épônia à 5 % (1/20e) mais la somme, réinscrite dans une rasura, est difficile à lire.

Les droits de place

  • 187 Voir infra à propos des loyers de l’agora.
  • 188 Voir supra p. 117-118.
  • 189 Voir infra p. 170.

192Bien que la caisse sacrée finance des travaux au pentekostologion et à l’agora187, c’est la cité qui percevait les taxes et les droits afférents aux espaces commerciaux. Nous avons déjà analysé le cas des revenus des droits de place et des emplacements dévolus aux banquiers (appelés ὅρων et τραπεζῶν) qui sont allés tantôt dans la caisse publique, tantôt dans la caisse sacrée, ou encore ont parfois été partagés entre les deux caisses188. Ce revenu appartenait à la cité qui décidait de son affectation. Si la cité a effectué des versements à la caisse sacrée, c’est donc davantage dans la perspective de la constitution d’une réserve, comme on voit les Déliens le faire dans d’autres cas189, qu’en vertu d’un partage bien établi. Lorsque ces revenus n’étaient pas nécessaires aux besoins de la cité, ils pouvaient manifestement être versés dans la caisse sacrée mais les principes de cette répartition nous échappent très largement.

  • 190 Sur les revenus des portiques, voir par exemple le cas du portique offert aux Milésiens par Antioch (...)

193D’autres revenus, provenant des loyers de bâtiments de l’agora, montrent que c’est bien la cité qui avait, comme ailleurs dans le monde grec, la jouissance de ces espaces190.

Les loyers de l’agora

194Les trésoriers ont versé dans la caisse sacrée, au iie s., des sommes qui portent, dans les inventaires de jarres, le libellé εἰς τὰ ἐνοίκια τῆς ἀγορᾶς (tableau 34). La première attestation se trouve dans un fragment de compte daté de l’année 188 (ID 404, l. 6) et porte la mention :

— [τὰ ἐνοίκια? τ]ῆς ἀγορᾶς κατὰ τ—

  • 191 Sur la diataxis, voir infra p. 168-173.

195Sur le modèle d’autres libellés de jarres, on est tenté de restituer τὰ ἐνοίκια τῆς ἀγορᾶς κατὰ τ[ὴν διάταξιν] : le versement par les trésoriers dans la caisse sacrée pouvait, comme d’autres opérations du même genre, relever de la diataxis191. Deux autres mentions conservées intégralement comportent la même formule εἰς τὰ ἐνοίκια τῆς ἀγορᾶς mais d’autres versements étaient simplement nommés « loyers de l’agora » ou « de l’agora ». Les revenus attestés vont de 500 à 3 545 dr.

196L’un de ces versements est explicitement décrit comme un remboursement de la cité au dieu : celle-ci affecte alors une de ses recettes à la caisse sacrée. Au iiie s., les revenus des taxes perçues par la cité servent au remboursement des créances. Au iie s., ce sont les revenus de l’agora : le changement est assurément significatif.

  • 192 Vallois 1944, p. 65, n. 5 et p. 424 ; Vial 1984, p. 214, n. 99. Au contraire, Migeotte 2014, p. 599 (...)
  • 193 Bogaert 1968, p. 184

197Aussi, l’ensemble de ces attestations peut être considéré comme appartenant à la même catégorie des recettes de la caisse publique, affectée au remboursement des emprunts192. Pourtant, le libellé de ces sommes n’est pas identique puisque dans au moins deux cas, les jarres portent l’inscription εἰς τὰ ἐνοίκια τῆς ἀγορᾶς, « pour les loyers de l’agora ». C’est probablement pour cette raison que R. Bogaert a considéré à tort que le sanctuaire avait l’usufruit de locaux de l’agora193. En effet, contrairement à cette formule, lorsque des revenus publics sont affectés à la caisse sacrée au titre d’un remboursement, les hiéropes mentionnent systématiquement la provenance de l’argent au génitif, précédé ou non de la préposition ἐκ (ἐξ ἐκ<κ>λησιῶν, IG XI 2, 287, A, l. 10). La préposition εἰς indique au contraire la destination du versement (εἰς ἆθλα, IG XI 2, 203, A, l. 64) ou précise la fonction du virement (εἰς ἀπόδοσιν τῶι θεῶι, ID 354, l. 6). On ne voit pas, pourtant, quel sens aurait un versement de la cité « pour les loyers de l’agora » ou « en guise de paiement des loyers de l’agora » alors que le sanctuaire perçoit de façon indépendante le produit de la location de ses oikoi. Il s’agit, plus probablement, d’un raccourci d’expression dans la rédaction du libellé qui se trouve ailleurs sous sa forme complète, « pour le remboursement au dieu, les loyers des bâtiments qui se trouvent sur l’agora » ([εἰς] ἀπόδοσιν τῶι θεῶι τὰ ἐνοίκια τῶν οἰκηµάτων τῶν ἐν τῆι ἀγορᾶι, ID 461, Aa, l. 14-15). Ailleurs (ID 442, A, l. 44), la formule est encore plus condensée (ἔθεσαν ταµίαι Μένυλλος καὶ Φωκαιεὺς τῆς ἀγορᾶς).

198Il s’agit donc bien d’un revenu propre de la cité de Délos, au même titre que les droits de place horoi et trapezai et que les taxes publiques.

Tableau 34 — Les loyers de l’agora.

Année Référence Texte Montant
188 ID 404, l. 6 — [τὰ ἐνοίκια? τ]ῆς ἀγορᾶς κατὰ τ— -
179 ID 442, A, l. 44 ἔθεσαν ταμίαι Μένυλλος καὶ Φωκαιεὺς τῆς
ἀγορᾶς
1 303 dr. 3 ob.
½ ob. 2 ch.
173 ID 455, Ac, l. 10
ID 461, Aa, l. 64 ?
[ἔθεσαν ταμία]ι Θεοκυδίδης Ξένων εἰς τὰ ἐνοίκι[α
τῆς ἀγορᾶς]
-
500 dr.
171 ID 460, b, l. 50 [τὰ ἐνοίκια?] τῆς ἀγορᾶς 1 000 dr.
171 ID 460, d1, l. 8 — [εἰς ἀπόδοσι]ν τῶι θεῶι ἐνοίκ[ια] τὰ ἐκ τῆς
ἀ[γορᾶς] —
-
171 ID 461, Aa,
l. 14-15
[εἰς] ἀπόδοσιν τῶι θεῶι τὰ ἐνοίκια τῶν οἰκημάτων
τῶν ἐν τῆι ἀγορᾶι
3 545 dr.
Avant 169 ID 461, Aa, l. 50 [εἰς τὰ ἐν]οίκια τῆς ἀγορᾶς 3 018 dr. 1 ob.
Avant 169 ID 461, Aa, l. 80 [εἰς] τ̣ὰ ἐνοίκ̣ια τῆς ἀγορᾶς· -
168 ID 465, a, l. 29 [ἐνοίκια τῆ]ς̣ ἀγορᾶς 2 708 dr. 4 ob.
  • 194 Le rapprochement entre ce texte et le Portique Sud de l’agora est dû à Vallois 1944, p. 66-67. Il n (...)

199Du point de vue financier, la caisse sacrée, la cité et l’agora étaient intimement liées, car la caisse sacrée a financé à plusieurs reprises des travaux sur l’agora. Dès le début de l’Indépendance, du bois est acheté pour les ἐπιβλῆτας de l’agora (IG XI 2, 145, l. 21, année 302), qu’il faut sans doute comprendre comme l’équipement de devantures pour les vendeurs. En 269, probablement lors de la construction du Portique Sud qui fut édifié à cette époque194, le sanctuaire avait prêté à la cité plus de 2 000 dr. « aux épimélètes du portique » (τοῖς ἐ[πι] µεληταῖς τῆς στοᾶς, IG XI 2, 203, l. 11). D’autres travaux sont entrepris au iie s. pour la construction de portiques, dans lesquels il faut probablement reconnaître le Portique coudé des vestiges de l’Agora tétragone (GD 84). Tandis que les constructions sur l’agora sont assumées par la caisse sacrée, la générosité antigonide dote les Déliens de deux autres portiques entre le port et l’agora.

  • 195 Sur cet emploi de διάφορον, voir par exemple IG XII 7, 388, l. 7 (Amorgos). La lacune ne permet pas (...)

200Le libellé d’une des jarres entrées dans la caisse sacrée en cours d’année, en 173 (ID 455, Ab, l. 33-36), montre qu’une réserve avait été constituée à cet effet, probablement à partir d’une somme consacrée au dieu195 :

ἀπὸ τοῦ ἀνατεθέντος διαφόρου ὑπὸ Δηµητ̣[ρίου — — — — — — — — — — — — — — — — — —]ιο[— — — — — — — — — — — — εἰς τὴν κατασκευὴν τῶν στο]ῶν τῶν ἐν τεῖ ἀγορᾶ[ι κ]ατὰ τὸ ψήφισµα τοῦ [δήµου — — — —

Sur le capital consacré par Démètrios, pour la construction des portiques sur l’agora conformément au décret du peuple.

201Une jarre ayant la même destination est encore mentionnée en 171 (ID 460, d, l. 8-10 : τῶν στοῶν τῶν [ἐν τῆι ἀγορᾶι). Il s’agit bien d’une jarre du trésor sacré, dans laquelle les hiéropes ont fait des prélèvements cette année-là : la mention figure juste après l’inventaire des jarres entrées en cours d’année dans le trésor sacré. Les travaux se poursuivent encore en 168 car les hiéropes mentionnent, cette fois dans un compte de travaux qui confirme que l’opération est financée par la caisse sacrée, τὰς στοὰς τ[ὰ]ς ἐ[ν τῆι ἀγορᾶι?] (ID 462, B, l. 26). Un décret proposé par Télémnestos honore d’ailleurs, à la même époque, deux épimélètes de la construction (IG XI 4, 768).

Revenus de prêts ?

  • 196 Jarre no 136, ID 442, A, l. 80-81 : ἀπὸ τῆς Ἕλληνος καὶ Μαντινέως, ἐπὶ Ἀπατουρίου Ποσιδεῶνος, ἔθεσα (...)
  • 197 Vial 1984, p. 109-110.

202Il paraît peu probable que la cité ait elle-même consenti sur ses fonds propres des prêts : la circulation des fonds publics qui apparaît à travers les inventaires de jarres se fait plutôt en flux tendus et rendait difficile l’immobilisation de capitaux. La mention du remboursement de la dette de Kléopatra doit donc être interprétée avec prudence196. D’après Cl. Vial, Polyboulos était un bouleute qui a encaissé les 300 dr. dues par Kléopatra et les a remises aux trésoriers par l’intermédiaire d’une banque197. Le Conseil, à Délos, servait en effet d’intermédiaire entre les débiteurs défaillants et les magistrats chargés de gérer le trésor sacré, comme le prouvent des exemples concernant des débiteurs de la caisse sacrée dont la dette est payée par leurs garants. Cl. Vial déduit de cette situation que ce devait être également le cas dans les relations de dettes envers le trésor public. Il est effectivement peu probable qu’il s’agisse, dans le cas de Kléopatra, d’une dette envers le sanctuaire, car l’argent aurait été versé dans la caisse sacrée. Mais la dette de Kléopatra pouvait concerner, envers le trésor public, le paiement d’un contrat d’affermage d’un revenu public ou de location, qui n’avait pas été honoré, plutôt qu’un prêt à proprement parler.

Revenus judiciaires

  • 198 Voir la réédition et la traduction de cette inscription dans Chankowski 2012.
  • 199 Voir supra p. 108.

203Indépendamment des comptes des hiéropes, la loi sur la vente du bois et du charbon (ID 509) précise le montant d’une amende infligée aux importateurs coupables de délits (l. 14-24). La loi prévoit qu’un tiers de l’amende — fixée ici à 50 dr. — devait revenir au trésor public (dèmosion) et le reste au dénonciateur198. Sur le modèle que nous avons observé pour la caisse sacrée, les euthynai devaient également produire, lors des redditions de comptes des magistrats en charge des finances de la cité, un revenu issu des amendes199.

Revenus des fonds et dotations

204Enfin, une partie des dépenses effectuées par la cité de Délos étaient réalisées sur les revenus de fonds dont nous ne connaissons souvent que la dénomination à la faveur d’un dépôt dans la caisse sacrée.

  • 200 Voir supra p. 113-116.

205Certains semblent relever directement de la responsabilité du Conseil. Le fonds nommé chorégikon, dont plusieurs versements sont déposés dans la caisse sacrée, pouvait ainsi provenir d’un capital productif200.

  • 201 Voir supra p. 108-110.

206D’autres viennent de la caisse sacrée et sont reversés dans la caisse publique pour les besoins des dépenses de la cité : ainsi, le produit « de la phiale » qui apparaît dans la caisse sacrée était en réalité le résultat d’un versement de la caisse sacrée au trésor public, sur le revenu de la location des domaines de Mykonos, destiné aux dépenses mensuelles et aux dépenses de nettoyage et purification201.

  • 202 Voir supra p. 120.

207Les capitaux de fondation, dont une partie était sous la responsabilité du Conseil qui devait probablement déléguer pour leur gestion les trésoriers de la cité tandis que les hiéropes étaient en charge de l’autre partie de ces capitaux, produisaient également des bénéfices sous la forme de phiales thésaurisée. Comme on l’a vu, une partie des collections qui se trouvait sous la garde de l’archonte dans le Prytanée a fini par être versée, faute de place, dans la collection d’Apollon202.

  • 203 Bruneau 1970, p. 515-584.

208La cité de Délos était parfois aussi bénéficiaire de dotations évergétiques. Les donations pour la construction de bâtiments ont été nombreuses au cours de l’Indépendance, de la part des grandes puissances méditerranéennes203. Si la diplomatie délienne coûtait des sommes importantes à la cité, elle lui rapportait aussi des revenus non négligeables.

  • 204 ἀπὸ τῆς Φίλωνος καὶ Σιλήνου, ἐπὶ Φωκαιέως Ποσιδεῶνος, ἔθεσαν ταµίαι Καίβων καὶ Μνησικλείδης εἰς τὸ (...)
  • 205 Baslez, Vial 1987, p. 282-283, comprennent que les Étoliens sont les destinataires : « L’argent des (...)

209Deux jarres qui font partie de la caisse publique (nos 141 et 143) comportent des libellés dans lesquels il est question d’une dôréa des Étoliens : « En provenance de la banque de Philôn et Silènos, sous l’archontat de Phôkaieus au mois de Posidéôn, les trésoriers Kaibôn et Mnèsikleidès ont déposé dans le sanctuaire la somme prévue pour les statues / la somme prévue pour le chôma, que la cité a empruntée sur la dôréa donnée par les Étoliens selon le décret du peuple »204. Ces dépôts ont été réalisés dans la caisse publique par les trésoriers de l’année 180. La raison de ces mouvements de fonds est un emprunt de la cité, dont le libellé mentionne la provenance, qui est inhabituelle : une dôréa reçue des Étoliens (οὗ προεχρήσατο ἡ πόλις τῆς δοθείσης δωρεᾶς τοῖς Αἰτωλοῖς). Il faut ici comprendre le datif τοῖς Αἰτωλοῖς comme un complément d’agent qu’appelle le participe passif δοθείσης205.

  • 206 Sur les négociations avec les Étoliens dès 250, voir le décret IG XI 4, 1050. Baslez, Vial 1987, p. (...)

210Si la diplomatie délienne a parfois eu recours aux dôréai attribuées à des cités avec lesquelles Délos entretenait des relations (une fois avec Mégare et une seconde fois avec une cité inconnue : ID 449 A, l. 23-26 et ID 455, Ab, l. 9), la relation des Déliens avec les Étoliens, à cette date, n’est plus défensive206. Ce sont plutôt les Étoliens qui rendent hommage au sanctuaire et à la cité de Délos, en attribuant une dôréa — une formule un peu différente dans son mode de fonctionnement des capitaux de fondation reçus des puissances méditerranéennes puisqu’elle ne prévoit pas de célébration annuelle sur le capital — qui était manifestement entrée dans les fonds publics de la cité de Délos. Les Déliens avaient décidé d’emprunter une partie de cette somme pour une autre destination que celle qui était prévue initialement, afin d’avancer les travaux sur le front de mer et de financer des statues. Un décret du peuple avait donc donné l’ordre aux trésoriers de déposer ces deux sommes, d’un montant respectivement de 400 dr. et de 104 dr., dans la caisse publique où elles sont réservées pour les destinations votées. Elles ont d’ailleurs dû être dépensées peu après puisque l’on n’en trouve plus trace dans la caisse publique après 178. Elles devaient donc être destinées à des dépenses précises et déjà évaluées.

  • 207 La cité de Délos attribua une couronne d’or à Massinissa (ID 442, A, l. 42-44 et l. 65-67). Sur Her (...)
  • 208 Baslez, Vial 1987, p. 291, notent à juste titre qu’en ayant déboursé moins de 1 500 dr. pour la cou (...)

211Les comptes des hiéropes fournissent un autre exemple de don offert à la cité de Délos. Celui du roi de Numidie Massinissa était un don de blé en nature, que les Déliens ont revendu pour créer un revenu. Ce sont plus de mille quintaux de blé qui ont ainsi été écoulés à partir de 180 et dont le revenu est enregistré par les hiéropes dans plusieurs jarres de la caisse publique (jarres nos 152, 153, 154, 155 : ID 442, A, l. 100-106). Les Déliens avaient répondu au don par des honneurs, sans doute en lien avec d’autres opérations diplomatiques, comme en témoignent les statues érigées et les couronnes offertes à cette occasion. Dans la dédicace de l’une des statues (IG XI 4, 1115), érigée par un Délien, Hermôn fils de Solôn, qui est connu dans les comptes de Délos pour avoir organisé avec d’autres commissaires la vente du blé offert par Massinissa, le dédicant se nomme ami du roi207. Il utilise là manifestement un titre de cour qui témoigne du fonctionnement de la diplomatie délienne : s’appuyant sur des concitoyens influents, les Déliens parvenaient à obtenir de nombreux avantages pour leur cité208.

Les dépenses de la caisse publique

  • 209 Chankowski 2008b et infra p. 228.

212La caisse publique inventoriée par les hiéropes est en réalité un fonds de roulement qui circule d’une année sur l’autre : contrairement à la caisse sacrée, on n’y voit pas subsister de fonds anciens. C’est probablement parce qu’il n’en existait pas pour la caisse publique : si des jarres avaient contenu des réserves anciennes appartenant au trésor de la cité, elles auraient été conservées dans l’Artémision comme les autres jarres. La possibilité, pour le trésor public, d’accumuler des fonds dans le sanctuaire est donc récente : les jarres inventoriées par les hiéropes sont constituées d’entrées qui ne sont pas antérieures au iie s. Comme pour le trésor d’Apollon, les banques, par lesquelles transitent les revenus publics et sacrés, n’ont servi que d’intermédiaires et n’ont pas conservé de fonds dans la longue durée209. Mais nous avons déjà vu qu’à de nombreuses reprises, surtout au cours du iiie s., les Déliens n’ont pas hésité à affecter au trésor sacré des sommes excédentaires sur leurs revenus, utilisant en quelque sorte la caisse du dieu comme une réserve, à la fois pour le crédit et pour le débit puisque parallèlement à ces versements, ils ne cessaient d’emprunter au trésor sacré, dans des proportions d’ailleurs infiniment supérieures à ce qu’ils versaient sous forme de subventions, tout en remboursant régulièrement leurs emprunts.

213L’organisation des fonds de la caisse publique telle qu’elle transparaît à travers les comptes des hiéropes laisse apparaître six grandes destinations : les dépenses de fonctionnement, les dépenses diplomatiques, les fêtes, les services publics, les travaux publics et l’approvisionnement en blé. La cité de Délos, à travers ces dépenses, apparaît bel et bien comme l’organisatrice d’un double budget, celui de la caisse publique et celui de la caisse sacrée, qu’elle orchestre par l’intermédiaire de ses magistrats et auquel elle donne forme dans une répartition des crédits appelée diataxis.

Les dépenses de fonctionnement

  • 210 Voir supra p. 108 et p. 116.
  • 211 Voir infra sur la diataxis, p. 168-173. Pour l’époque de la seconde domination athénienne, Migeotte(...)

214Les sommes versées par le trésor public dans la caisse sacrée laissent entrevoir l’existence de sommes affectées annuellement au budget de fonctionnement de différentes magistratures et institutions de la cité délienne : le fonds « de la phiale » répondait, sur le revenu des fermages de Mykonos, aux dépenses mensuelles et de purification ou nettoyage ; le fonds appelé prytanikon semble relever d’affectations régulières aux dépenses du Prytanée210. D’autres nous restent inconnues mais relevant d’autres magistratures, elles devaient figurer dans la diataxis de la cité211.

  • 212 Vial 1984, p. 142-143, considère qu’il s’agit du remboursement d’une avance faite par le sanctuaire (...)
  • 213 Migeotte 2014, p. 389-391, fait le point sur les indemnités de participation aux assemblées mais n’ (...)

215Une autre mention de somme versée dans la caisse sacrée, en 250, doit également relever d’un budget affecté au fonctionnement : il s’agit d’un revenu nommé ἐξ ἐκκλησιῶν et déposé dans l’encaisse des hiéropes au titre du remboursement d’un emprunt en même temps qu’une série de revenus fiscaux de la cité (IG XI 2, 287, A, l. 10). Comme l’a justement noté Cl. Vial, le chiffre rond de 1 200 dr. provenant « des assemblées », contrairement aux revenus des taxes, montre qu’il ne s’agit pas d’un revenu perçu mais d’une somme qui avait été affectée aux dépenses relatives aux assemblées dans la répartition des revenus civiques212. Ces dépenses devaient manifestement concerner, en premier lieu, les frais de gravure des décrets honorifiques et les dépenses pour les couronnes. L’existence possible d’un ekklèsiastikon, dont pourrait témoigner l’importance de la somme versée dans la caisse sacrée en 250, qui pourrait encore n’être qu’un reliquat, n’a pas été envisagée par les chercheurs. Cette simple mention invite à se demander si la cité de Délos n’aurait pas choisi, comme d’autres cités prospères du monde grec (Athènes, Iasos, Rhodes), de rétribuer ses citoyens pour leur participation aux assemblées213.

Les dépenses diplomatiques

  • 214 Baslez, Vial 1987.
  • 215 Voir à ce sujet Bresson 2007b. Selon Gabrielsen 1997, p. 43, la somme aurait servi à payer les serv (...)

216La cité de Délos consacrait une partie de ses ressources à l’octroi de couronnes honorifiques, aidée en cela par la caisse sacrée qui lui fournissait une réserve permanente de fonds, qu’elle remboursait au fur et à mesure de l’entrée des recettes publiques214. Dès le début de l’Indépendance, elle a utilisé les possibilités de crédit que lui offrait le sanctuaire pour sa protection : ainsi, en 298, les Déliens avaient fait un emprunt au trésor d’Apollon pour une dépense de sécurité de 5 000 dr. « pour la protection contre les Tyrrhéniens » (IG XI 2, 148, l. 73-74)215.

217Ces dépenses nous sont connues par les décrets honorifiques, par les mentions dans les inventaires de couronnes consacrées par les bénéficiaires à Apollon, par les remboursements des emprunts destinés à cet effet dans le trésor du dieu et enfin par les inventaires de jarres de la caisse publique. Dans ces derniers apparaissent des sommes réservées pour la réalisation de statues ou de couronnes honorifiques. Ces sommes pouvaient séjourner quelques années dans la caisse avant d’être employées : ainsi les 3 000 dr. réunies en 195 « pour la statue du roi Attale et du médecin Philippos » sont toujours dans la caisse publique en 192 (jarre no 119), de même que les 4 000 dr. réunies en 194 « pour les statues d’Attale, Antiochos et Laodice » (jarre no 124).

218Les sommes réservées pouvaient parfois changer de destination, laissant disponibles quelques centaines de drachmes qui pouvaient être réaffectées ultérieurement à d’autres destinations. Des jarres (nos 163, 173, 175, 176), entrées au cours des années 179 et 178 dans la caisse publique, portent la même mention εἰς τὰς εἰκόνας qui doit constituer un raccourci d’expression pour désigner les sommes qui avaient été initialement prévues pour des honneurs particuliers et n’ont pas encore été dépensées. L’une d’elles (no 175) est même définie comme un reliquat de la somme réservée pour les statues. Les Déliens avaient conservé ces jarres dans la caisse avec leur affectation d’origine, et pouvaient les réutiliser à tout moment sur décision de l’Assemblée.

Les fêtes

  • 216 Voir infra p. 173 à propos des subventions versées dans la caisse sacrée.

219Comme nous l’avons vu à propos de l’organisation de la caisse sacrée, la cité délienne gratifiait le sanctuaire de subventions destinées à l’organisation de certaines fêtes. Les deux principales fêtes de la cité, les Apollonia et les Dionysia, étaient ainsi largement financées par d’autres fonds que ceux de la caisse sacrée. Les Thesmophoria recevaient aussi une subvention de la cité216.

220Outre la subvention pour le salaire des aulètes des Apollonia et pour le financement des prix lors du concours des Apollonia, ainsi que le financement des technites lors des Dionysia, déjà étudiés précédemment à propos de la composition de la caisse sacrée, il vaut la peine de s’arrêter sur le fonctionnement des achats de bœufs pour les sacrifices, dont la dépense relevait manifestement de la caisse publique.

Les bœufs et la boônia

  • 217 Bruneau 1970, p. 65.

221L’animal sacrifié lors des Apollonia était un bœuf, dont les hiéropes vendent la peau (IG XI 2, 203, A, l. 64 ; ID 354, l. 63) mais l’achat de l’animal n’était manifestement pas à la charge de la caisse sacrée qui ne fait pas mention de dépenses à cet effet. À une seule occasion, les hiéropes ont dépensé 7 dr. pour l’achat d’une victime sacrifiée aux Apollonia (ID 354, l. 63 : Ἀπολλωνίοις θῦµα τῶι Ἀπόλλωνι Image ) mais pour ce prix il ne peut s’agir du bœuf. Ph. Bruneau avait déjà noté que le bœuf des Apollonia devait être « offert par des particuliers ou acheté aux frais d’une autre caisse »217. En réalité, il faut relier cette absence dans les comptes des hiéropes et la mention des boônai publics qui apparaît dans l’inventaire de jarres de 192 (ID 399, A, l. 11-19).

222En effet, une commission de boônai était chargée d’acheter en groupe les bœufs de sacrifices (au nombre de huit en 192) et ils l’ont fait cette année-là grâce à un prêt de la caisse sacrée. Mais l’achat se faisait aux frais de la caisse publique et le bœuf des Apollonia doit en faire partie.

  • 218 Vial 1984, p. 243-244.
  • 219 Contrairement à l’affirmation de Migeotte 2014, p. 604, il n’y a pas de raison de considérer que le (...)

223L’inventaire des jarres de la caisse sacrée de 192 (ID 399, A, l. 7, 12-15, 17-20) fait état de trois commissions de boônai, les deux premières composées de deux membres en 195 et une autre année avant 192, la troisième composée de quatre membres en 192. Ils ont déposé dans la caisse sacrée le montant perçu par la vente des peaux, à l’exception de celle qui était réservée au prêtre d’Asklépios (l. 18 ; l. 19-20). La commission des boônai est manifestement intervenue annuellement mais les commentateurs se sont interrogés sur la quasi absence de mention de cette fonction dans les comptes des hiéropes218. En réalité, la mention des boônai dans les jarres de 192 s’accompagne d’une mention d’un remboursement de prêt que le sanctuaire avait consenti à la cité en lui avançant de l’argent [εἰς τ]ὴν βοωνίαν (l. 13). Il est donc bien probable que les jarres suivantes, qui contiennent des sommes recueillies par les commissions de boônai sur la vente des peaux, soient aussi des recettes publiques versées à la caisse sacrée en remboursement du prêt219. Ces bœufs avaient été achetés sur des fonds publics, à la manière du grain acheté au prix de gros : les Déliens cherchaient ainsi à diminuer le coût de l’achat des bêtes en réunissant ces commissions.

224Un autre argument peut être invoqué en faveur de l’intervention des fonds publics dans cette affaire. À deux reprises, en 279 et en 179, parmi les recettes du sanctuaire d’Apollon, figurent des sommes provenant de la vente des peaux d’animaux sacrifiés à Asklépios. Les sommes sont versées dans la caisse sacrée par le prêtre d’Asklépios (IG XI 2, 161, D, l. 1-112 et ID 442, A, l. 158-159). Justement, les boônai du iie s. laissent le bénéfice de la peau du bœuf sacrifiée à Asklépios au prêtre de ce sanctuaire (τοῦ δὲ τυθέντος τῶι Ἀσκληπιῶι ἔλαβε[ν τὴν βύρσαν ὁ ἱερεὺς] Ποσείδικος, ID 399, A, l. 19). Ce partage devait certainement figurer dans les clauses contractuelles de la prêtrise, telles que nous en possédons ailleurs qu’à Délos. Le fait que le prêtre d’Asklépios conserve le bénéfice de la peau du bœuf acheté par les boônai sur les recettes publiques, alors qu’il verse le produit de la peau lorsqu’un animal est acheté sur des fonds sacrés, confirme que les commissions des boônai agissaient pour le compte de la cité avec un financement public : si l’achat des bœufs avait été à la charge de la caisse sacrée, le produit de la vente du bœuf sacrifié à Asklépios aurait été destiné à la caisse sacrée, comme c’est le cas lorsque d’autres animaux sont sacrifiés à Asklépios après avoir été achetés sur des fonds qui n’appartiennent pas aux recettes publiques.

  • 220 Bruneau 1970, p. 261.

225Là encore, l’implication de la caisse publique dans le financement des fêtes est manifeste, non seulement celle des Apollonia mais aussi d’autres fêtes et sacrifices, sans doute en l’honneur d’Asklèpios et de Poséidon qui sont les deux autres divinités déliennes auxquelles on sacrifie des bœufs. Si le financement du bœuf des Posidéia revient manifestement à la caisse sacrée220, il faut supposer que son achat pouvait relever de la commission des boônai qui en offrait un prix intéressant.

Les services publics

226Ces dépenses nous sont essentiellement connues par la mention d’une jarre contenant le reliquat du salaire d’un médecin public ainsi que le loyer qu’il a versé (jarre no 138). Nous n’en avons donc connaissance que parce que le médecin, en 184, est resté moins longtemps que prévu, si bien que le reliquat de la somme a été reversé dans la caisse, mais cette dépense devait être régulière. Il en résulte que, puisqu’elle ne semble pas avoir donné lieu à une provision qui aurait été visible dans les libellés des jarres de la caisse publique, la dépense devait être assurée directement sur les revenus publics perçus dans l’année et transitant par les banques.

  • 221 Sur Philippos et Xénophon de Cos, voir Massar 2005, p. 128-129 et 143-144.

227Nous avons dans les décrets la preuve que cette dépense n’a pas été exceptionnelle et qu’elle devait relever des charges régulières de la cité. Deux médecins au moins ont été honorés par des honneurs coûteux à Délos : le médecin Philippos, connu par la dépense consignée dans un inventaire de jarre (jarre no 119) et le médecin Xénophon fils de Pythônax de Cos, que nous fait connaître une base de statue (IG XI 4, 1200)221.

Les travaux publics

228Les inventaires de jarres nous font connaître l’affectation de sommes à deux chantiers : le chôma et le grammateion.

  • 222 Inversement, la cité construit grâce à des emprunts au trésor sacré un portique au iiie s., probabl (...)
  • 223 Le terme de chôma a été diversement analysé par les commentateurs : Ph. Bruneau considère qu’il s’a (...)
  • 224 Voir infra p. 288-290.

229Les travaux du chôma relevaient des infrastructures portuaires et les Déliens, qui avaient fait assumer la construction du Théâtre par la caisse sacrée, probablement en arguant du fait que le monument était lié aux fêtes des Dionysia, n’avaient pas fait de même pour la façade portuaire222. À partir de 217 apparaissent dans les comptes des hiéropes les premières attestations de travaux réalisés pour l’aménagement du littoral223. En 192, deux jarres (no 123 et no 130) composent un fonds de 8 206 dr. que l’on ne retrouve plus en 179 : des dépenses de construction ont donc bien été réalisées en l’espace d’une douzaine d’années. En 179, l’ensemble des jarres destinées au chôma ne totalisent plus que 1 411 dr. Ces sommes ont été versées dans la caisse publique pour le chôma, soit au titre de la diataxis (jarre no 167), soit à la suite de décisions ponctuelles de réaffectation des fonds. À l’exception des reliquats de fonds (jarres nos 135, 137 et 164), la plupart des autres versements est constituée de sommes rondes. Une somme de 500 dr. a été par deux fois déposée, en 180 (jarre no 142) et en 179 (jarre no 167). Elles alimentent une réserve dans laquelle sont versés des fonds qu’un changement financier a rendus disponibles (jarre no 143), ce qui laisse penser que la cité avait prévu de consacrer une partie de ses recettes à cette construction, peut-être sans en avoir précisément évalué le coût. Le chôma semble en tout cas avoir constitué pour un temps une des priorités budgétaires des Déliens, mais c’est la générosité de l’épimélète Théophrastos, au début la période de seconde domination athénienne, qui est finalement venue apporter une solution définitive au problème de la façade portuaire. On ignore d’où provenaient les versements affectés au chôma et il ne faut pas exclure qu’un apport ait été fourni par l’évergétisme, comme le fera plus tard Théophrastos224.

  • 225 Vial 1984, p. 141, n. 89. Elle allègue à l’appui de cette interprétation l’unique attestation du te (...)

230Le fonds pour le grammateion semble avoir donné lieu à la constitution de réserves très importantes : en 192, presque 3 talents figurent à ce titre dans la caisse publique (jarre no 120 déposée en 195, jarre no 122 déposée en 194, jarre no 128 déposée en 192). L’un de ces talents a été entamé si bien que le reliquat, d’un montant 4751 dr., 4 ob., ½ et 1 chalque, peut être employé à une autre destination en 192 (jarre no 120). Après 192, les inventaires de jarres, et plus particulièrement celui de 179 qui est complet, ne mentionnent plus de fonds affectés au grammateion : les jarres ont donc été vidées et n’ont pas été remplacées. Le fait qu’un reliquat important puisse être utilisé en 192 laisse penser qu’il n’y avait plus de travaux à faire à cette date au grammateion. Le dépôt réalisé en 192 (jarre no 128) dut donc être le dernier. La nature de l’édifice pose également problème. Cl. Vial a considéré, en raison des sommes importantes allouées entre 195 et 192, qu’il devait s’agir d’un bâtiment administratif en construction225, mais les travaux paraissent particulièrement importants et coûteux pour un simple local administratif.

L’approvisionnement en blé

  • 226 Reger 1993 ; Sosin 2002 ; Fantasia 1989.

231Le mécanisme de la sitônia dans le monde grec a fait l’objet de plusieurs travaux de L. Migeotte, tandis que celui de Délos était un peu plus tard analysé par G. Reger et complété par les critiques de J. Sosin226. Certains aspects restent toutefois à préciser à partir des inventaires de jarres.

232Les achats de blé ont préoccupé les Déliens bien avant le iie s. : ils ont très tôt utilisé l’opportunité financière que leur offrait la caisse sacrée pour procéder à des achats en gros. Ainsi, en 301, la cité emprunte 1 000 dr. à Apollon (IG XI 2, 146, A, l. 20-21). L’emprunt est garanti sur le blé que la cité vient d’acheter (ἐπ’ ἀ̣ξ̣ίαν τοῦ σίτου οὗ ἡ πόλις ἐπρίατο) et dont la vente ou une partie de la vente assurera le remboursement de l’emprunt.

  • 227 Reger 1993, p. 318, avec une traduction fautive corrigée par Sosin 2002, p. 65-66. Le chiffre exact (...)

233En 250, un emprunt de 10 050 dr. est explicitement destiné à la sitônia (εἰς τὴν σι[τω]νίαν, IG XI 2, 287, A, l. 123-125) avec une garantie sur les revenus publics227.

  • 228 Reger 1993, p. 318-319, avec une erreur d’interprétation des chiffres et les corrections de Sosin 2 (...)
  • 229 Reger 1993, p. 318-319, et malgré les doutes exprimés par Sosin 2002, p. 67-68.

234En 209, la formulation est différente. Les hiéropes mentionnent qu’ils ont transmis aux sitônai la somme de 13 014 dr. qui est déduite du total de l’encaisse conservée dans l’Artémision (ID 362, A, l. 11-12)228. La formule est différente (ἔδο[µε]ν τοῖς σιτώναις) et les hiéropes n’indiquent pas explicitement qu’il s’agit d’un emprunt à la caisse sacrée : il semble plutôt qu’il s’agisse d’une somme déposée dans l’Artémision, qui n’aurait fait que transiter par la caisse sacrée, comme c’est le cas pour le salaire des aulètes. Il est raisonnable de considérer qu’à cette date, les Déliens ont déjà institué un fonds servant à des achats de grain229.

235Ce n’est qu’à partir de l’année 192 que la comptabilité des hiéropes fait apparaître l’inventaire distinct des jarres de la caisse sacrée et des jarres de la caisse publique. À cette date, le fonds de la sitônia est lui-même distingué des autres fonds de la caisse publique (τὸ δηµόσιον) mais l’inventaire que donnent les hiéropes de l’ensemble des fonds conservés dans l’Artémision montre que le sitônikon fait partie de la catégorie des fonds publics. Le fonds de la sitônia est un fonds du trésor public qui reçoit un traitement particulier dans la comptabilité des hiéropes.

  • 230 Reger 1993, p. 322, et Sosin 2002, p. 68-72. Chankowski dans Bull. 2004, 373.

236Le passage du compte ID 399 qui en fait état a donné lieu à des interprétations divergentes de G. Reger et de J. Sosin, mais aucune des deux ne rend compte de la réalité230. Ce passage prend place à la fin de l’inventaire des jarres de la caisse publique et avant le début du compte annuel des recettes et des dépenses du sanctuaire (ID 399, A, l. 68-73) :

  • 231 Reger 1993, p. 322.
  • 232 Ce qui est aussi la traduction du Nouveau Choix, p. 151. Également Larsen 1938, p. 345 ; Fantasia 1 (...)

237Le passage a été mal interprété par G. Reger, qui considère que, en plus d’une encaisse de 34 890 dr. et 2 ch. (l. 70), les hiéropes auraient reçu une somme de 20 346 dr. 4,5 ob. (l. 71) qui devait provenir de la vente du grain acheté précédemment, alors qu’ils ont versé 47 000 dr. aux sitônai (l. 72), soit beaucoup plus que les recettes de l’année : il en conclut alors que le fonds aurait été déficitaire231. J. Sosin a montré très justement que l’idée d’un fonds déficitaire ne correspondait en aucun cas à l’organisation des comptabilités grecques, mais la reconstruction qu’il propose ne rend pas compte non plus de l’organisation des fonds car il comprend que les 28 643 dr. 3,5 ob. et 1 ch. enregistrées à la l. 69 font partie du calcul de la sitônia232.

238En réalité, le compte de la caisse publique s’établit ainsi pour l’ensemble des fonds publics de l’année :

  • l. 36-54 : recettes de l’année dans la caisse publique. Parmi ces recettes, une jarre contient le reliquat (τὸ περιγενόµενον) de la sitônia, transmis par les hiéropes de l’année 195 aux hiéropes de l’année 192 (l. 52-54) ;
  • l. 54-57 : retraits ;
  • l. 57-58 : transmission aux trésoriers du reliquat (λοιπόν) d’un montant de 38 578 dr. 3,5 ob. ;
  • l. 58-68 : autres dépôts dans la caisse publique, pour un total de 17 670 dr. ;
  • l. 68 : total de la caisse publique : 56 248 dr. 3,5 ob.
  • 233 Voir supra p. 52.

239Après les deux lignes raturées vient à la l. 69 la mention d’un autre total (28 643 dr. 3 ob. ½ ob. 1 ch.), qui n’a rien à voir avec la sitônia : aucun chiffre ne concorde si l’on additionne ou soustrait ce montant aux autres totaux. Il s’agit vraisemblablement d’une correction apportée par les hiéropes au montant total de la caisse publique, en raison des doublons créés par l’enregistrement conjoint des jarres du trésor du dieu et de celles du trésor de la cité233. Il faut en tout cas dissocier ce second total, dèmosion, de l’argent du sitônikon et des opérations décrites dans les l. 69 à 73.

240Les opérations décrites ensuite par les hiéropes à propos de ce fonds du sitônikon ont elles-mêmes suscité une légitime perplexité car les hiéropes n’ont pas pu à la fois transmettre au collège suivant 34 890 dr. et remettre aux sitônai 47 000 dr. en associant ce qui était déjà transmis avec un nouveau versement des trésoriers :

  • transmission au collège suivant (l. 70) : 34 890 dr. 2 ch. ;
  • recette des trésoriers (l. 71) : 20 346 dr. 4 ob. ¼ ;
  • total du sitônikon (l. 72) : 55 236 dr. 4 ob. ¼ 2 ch. ;
  • transmission aux sitônai (l. 72) : 47 000 dr. ;
  • reliquat du sitônikon transmis au collège suivant (l. 73) : 8 236 dr. 4 ob. ¼ 2 ch.
  • 234 Sosin 2002, p. 70.

241Le texte proposé dans l’édition des ID est probablement fautif, comme l’a bien vu J. Sosin234, qui propose de restituer à la l. 70 : καὶ τόδε ἄλλο ἀ[̣ργύρι]οͅ[ν] εͅἰͅ[σήκει‧ τοῦ] σͅίτου εἰς τὴν σιτωνίαν au lieu de καὶ τόδε ἄλλο Μ̣[ενύλλ]ω[ι?] ΙΙ[․․․․․ τοῦ] σ̣ίτου? εἰς τὴν σιτωνίαν donné dans les ID. L’interprétation d’ensemble est la bonne, si ce n’est qu’il faut placer autrement les césures dans la phrase, en comprenant que le compte commence avec les mots ἀπὸ τοῦ σιτωνι[κοῦ] (l. 69) et écrire par exemple :

Ἀπὸ τοῦ σιτωνι[κοῦ]· παρέ[δο]µεν Μενύ[λλωι] καὶ Φωκαεῖ καὶ τόδε ἄλλο, µͅ[ῆνος - - - τοῦ] σ̣ίτου εἰς τὴν σιτωνίαν ΜΜΜΧΧΧΧImage ΗΗΗImage ΔΔΔΔΧΧ.

Compte du sitônikon. Nous avons transmis à Ménullos et Phôkaieus également cette autre somme, au mois de…, provenant de la vente du blé, à destination de la sitônia : 34 890 dr. 2 ch.

242Reste la difficulté d’une somme transmise par les hiéropes aux sitônai cette même année, qui est l’addition de la recette annuelle de la sitônia telle qu’elle a été versée par les trésoriers et de la somme que les hiéropes disent avoir transmise à leurs successeurs. Il faut probablement comprendre le καὶ τόδε ἄλλο comme l’expression d’une transmission qui s’est faite en deux temps : les hiéropes avaient d’abord calculé qu’ils allaient remettre à leurs successeurs 34 890 dr., qui devaient être le montant restant dans la caisse de la sitônia. Puis ils ont reçu en cours d’année une nouvelle recette et ont reçu l’ordre de transmettre aux sitônai un fonds plus important, ce qui les a obligés à revenir sur leur première transmission. La transmission définitive au collège des hiéropes Ménullos et Phôkaieus, qui clôt le compte annuel, est celle de 8 236 dr. qui est indiquée à la l. 73. Ces décisions n’appartenaient pas aux hiéropes, qui ne faisaient qu’appliquer les directives de l’Assemblée en matière d’organisation budgétaire. Il suffisait donc que l’Assemblée décide de transférer aux sitônai les 34 890 dr. déjà prévues pour la transmission au collège suivant pour que les hiéropes signalent cette complication.

243On pourra donc traduire ainsi l’ensemble du passage reconstruit (ID 399, A, l. 68-73) :

Total [des dépôts de la caisse publique] : 17 670 dr. Total de la caisse publique : 56 248 dr. 3 ob. ½ ob.
(vacat)
Total
de l’argent public : 28 643dr. 3 ob. ½ ob. 1 ch.
Compte
du sitônikon : nous avons transmis à Ménullos et Phôkaieus [hiéropes du collèges suivant] également cette autre somme, au mois de …, provenant de la vente du blé, à destination de la sitônia : 34 890 dr. 2 ch. Puis sous notre exercice les trésoriers Périandros et Euxénidès ont déposé pour la sitônia : 20 346 dr. 4 ob. ¼. Total du sitônikon : 55 236 dr. 4 ob. ¼ 2 ch.
De
cette somme, nous avons transmis aux commissaires au blé Hégéas, Euphranôr, Ménullos : 47 000 dr.
Reliquat du sitônikon : 8 236 dr. 4 ob. ¼ 2 ch.

244Le fonds de la sitônia n’apparaît donc nullement déficitaire. Au contraire, il est régulièrement alimenté par les recettes provenant de la vente du grain acheté par ce moyen.

245Le même compte de l’année 192 enregistre aussi parmi les jarres entrées dans la caisse publique, et non directement au titre de la sitônia, un reliquat du sitônikon datant de l’année 195 (l. 52-54). L’objectif du fonds sitônikon n’était donc pas d’accumuler des capitaux ayant la même provenance pour faire une réserve, mais de constituer chaque année une somme suffisante pour permettre de nouveaux achats de grain. L’essentiel était de reconstituer le capital avec l’argent de la vente, mais les reliquats supplémentaires pouvaient être versés dans la caisse publique. C’est bien la preuve que l’apport des ventes de grain permettait de transmettre aux sitônai des sommes suffisantes pour s’approvisionner sur le marché.

  • 235 Migeotte 1993.
  • 236 Tréheux 1986b.

246De façon éclairante, le règlement d’un fonds d’achat de grain de Coronée prévoit qu’au-delà des 7 000 drachmes nécessaires à la reconstitution périodique du capital, les profits iront à la caisse publique de la cité (SEG XLIII, 205, l. 24-29) : κὴ εἰ µέν κά τι πλέον γινούειτη τᾶν ἑπτακατιάων ἀργου[ρ]ίω, καταβαλλόνθω τῦ ταµίη παρχρεῖµα κὴ ἔστω οὗτο τᾶς πόλιος κὴ οὑπαρχέτω ἐν τὰν ϝυκονοµίαν· « et si jamais un profit supérieur aux 7 000 dr. d’argent est réalisé, qu’il soit versé immédiatement au trésorier et que cet argent appartienne à la cité et soit disponible dans l’administration »235. Le même règlement prévoit aussi que tout déficit du fonds (ἔνδια, l. 29) devra être comblé par le trésorier. C’est aussi le déficit (ἔκγδεια) qui est évoqué dans le règlement du fonds d’achat de blé de Samothrace (SEG XXXVI, 788), en prévoyant de verser au fonds tout ce qui restera disponible des revenus encaissés dans l’année (ἐξ ἁπάσης τῆς π[ροσόδου ἥτις ἂν συν]αχθῆι, l. 17)236. L’essentiel, comme pour les capitaux de fondation, est de préserver le capital productif.

  • 237 Fantasia 1989, p. 51-52. L’erreur consistant à considérer que le montant du fonds délien était de 5 (...)
  • 238 Sosin 2002, p. 76 et les tableaux présentés p. 72-74.

247Dans le cas de Délos, c’est bien un capital fixe qui est utilisé : comme l’avait déjà observé U. Fantasia en étudiant les mouvements de fonds énumérés dans les inventaires de jarres de l’année 179 (ID 442), ce sont 18 560 dr. qui sont utilisées trois fois dans l’année237. « The sitônia-fund was a rolling fund capitalized at 18,560 drachmas with a thrice-annual turnover », résume justement J. Sosin238.

  • 239 Voir supra chapitre I p. 61-65.

248Le fait qu’un même fonds puisse être inscrit successivement en débit puis en crédit a évidemment des conséquences importantes pour notre compréhension des méthodes comptables des hiéropes, puisqu’ainsi leurs méthodes se rapprochaient d’une comptabilité en partie double239.

  • 240 Reger 1993, p. 322.
  • 241 Sosin 2002, p. 77-78.

249Pour G. Reger, le fait que certains dépôts effectués dans la caisse publique soient assortis de la mention κατὰ τὴν διάταξιν ou ἐκ τῶν ἀδιατάκτων signifie que des fonds avaient alors été affectés pour combler un déficit240 : en additionnant les fonds qui portent un tel libellé, il obtient un total qui témoigne d’un déficit de 30 % chaque année. J. Sosin, à juste titre, souligne l’invraisemblance du propos241. Les versements ἐκ τῶν ἀδιατάκτων sont effectués à la fin de l’année, comme en témoigne l’inventaire détaillé de l’année 179. Ils sont destinés à la caisse publique et rien n’atteste qu’ils aient pu concerner la sitônia, sauf dans un cas où il est possible de reconstituer la totalité des mouvements de fonds.

  • 242 Contra Sosin 2002, p. 72, qui les inclut dans les calculs qu’il présente.

250À la fin de l’année 180, les trésoriers ont versé aux hiéropes dans la caisse publique quatre sommes pour la sitônia, d’un montant total de 18 560 dr. (ID 442, A, l. 92-94). Ces jarres ont été remises aux sitônai au début de l’année 179 (au mois Lènaion, le premier de l’année) par les hiéropes (l. 123-126). En Artémision (4e mois), les trésoriers ont reversé la même somme de 18 560 dr. dans la caisse publique (l. 107-109) mais la composition des jarres n’est plus la même. En Thargélion (5e mois), les hiéropes ont de nouveau remis l’argent aux trésoriers (l. 130-132). L’argent revient dans la caisse publique en Métageitnion (8e mois) mais seulement en partie puisque les versements ne sont que de 14 674 dr., 2 ob. ½ ob. et 2 ch (l. 109-112). On devine d’ailleurs ici qu’une partie a probablement été versée à la caisse publique en monnaie locale, ce qui doit expliquer, par la conversion en étalon attique à des fins comptables, la présence de subdivisions de la drachme. En Bouphonion (9e mois), cette somme est remise aux trésoriers (l. 132-135) mais comme il manque 3 886 dr. pour atteindre le montant nécessaire à la reconstitution du capital, des fonds non affectés (ἀδιατάκτων) sont ajoutés au versement que les hiéropes font aux trésoriers. Ils avaient été déposés dans la caisse publique à la fin de l’année précédente (l. 95-97 et l. 136-138). Le total de ces trois jarres fait exactement 3 885 dr. 3 ob. ½ ob. et 2 ch. et les hiéropes indiquent explicitement qu’ils remettent ces jarres aux sitônai, ce qui ne laisse pas de doute sur leur affectation définitive. En Posidéon (12e mois), l’argent rentre dans la caisse publique pour un montant de 18 560 dr. (l. 116-117 et 119). Des fonds non affectés (ἀκατατάκτων) sont également déposés dans la caisse publique, pour un total de 3 874 dr. 3 ob. 1 ch. (l. 120) mais rien n’indique qu’ils soient cette fois destinés à la sitônia242 : ils sont précisément sans affectation et pourront éventuellement servir à rétablir un équilibre financier dans les années qui suivent.

  • 243 Bresson 2001 et Bresson 2014 ; Chankowski 2014a.

251Avec ces 3 885 dr. 3 ob. ½ ob. et 2 ch. venant presque exactement compléter les 14  674 dr., 2 ob. ½ ob. et 2 ch. versées en Métageitnion, nous avons certainement pour l’année 179 l’illustration du principe énoncé par d’autres textes réglementant le fonctionnement des fonds d’achat de blé, à Samothrace, à Coronée ou ailleurs : des recettes civiques viendront renflouer le fonds d’achat en cas de déficit ponctuel. Ce déficit était créé par les difficultés d’approvisionnement et les hausses des prix, qui pouvaient parfois obliger les sitônai à acheter moins de blé alors que la cité devait continuer à le vendre au même tarif, mais les frais de change pouvaient également venir entamer les possibilités d’achat. L’aventure des sitônai qui furent aidés à Délos par le banquier Timôn de Syracuse en témoigne243. L’apport du trésor public de Délos à ce fonds était probablement épisodique car en 178, bien que le compte, plus fragmentaire, ne nous permette pas de suivre la continuité du mécanisme, nous voyons les hiéropes enregistrer des sommes provenant de la vente du blé, qui forment un total de 7 502 dr. 5 ob. (ID 443, Ab, l. 14-20). Ces sommes, qui composent deux jarres, ne sont pas affectées à la sitônia comme le précisaient les jarres de 179 et l’une d’entre elles est nommée perion. La vente de blé de l’année précédente avait donc dû rapporter un bénéfice suffisant, au total, pour qu’un excédent soit versé dans la caisse publique. Le versement effectué sur les fonds non affectés afin de combler un déficit ponctuel avait donc été largement compensé. Au contraire, d’autres fonds sont enregistrés explicitement « pour la sitônia » dans l’encaisse de 178, pour un montant d’au moins 15 060 dr. et certainement davantage car plusieurs chiffres manquent (ID 443, Ab, l. 29-37).

252Aussi, si les hiéropes ont choisi de prendre l’argent dans les jarres des fonds non affectés de 180, ce n’est probablement pas le seul fait du hasard, contrairement à ce que supposait J. Sosin. Ils l’ont fait parce que ces jarres contenaient précisément la somme dont ils avaient besoin, et dans le numéraire qui allait être utile aux sitônai. Au total, les recettes de la vente du blé pour l’année 179 avaient dû permettre de maintenir le capital et de faire un bénéfice, mais les sommes issues de ce bénéfice n’étaient simplement pas encore disponibles, car elles passaient d’abord par les banques, au moment où les hiéropes en auraient eu besoin. La sitônia délienne n’était assurément pas un fonds déficitaire.

Les principes d’organisation du trésor public de Délos et la diataxis de la cité

  • 244 Voir supra chapitre II p. 82. On se rapportera pour ce qui suit au tableau des jarres donné en Anne (...)

253Que savons-nous en définitive, grâce aux comptes des hiéropes, sur les finances de cité de Délos ? Si les sources sont minimes pour le iiie s., les inventaires de jarres du iie s. nous donnent une vision plus complète du trésor public. En 179, la caisse sacrée comptait 44 jarres et la caisse publique 37 jarres, si bien que l’espace occupé par les deux caisses dans le temple devait être équivalent. Les balances de compte montrent aussi que le total de chacune des deux caisses était proche, avoisinant les 100 000 dr. Toutefois, les dernières années de l’Indépendance laissent dans l’obscurité l’évolution des avoirs de la caisse publique dont nous ne connaissons pas, au-delà de l’année 179, d’inventaire. Les balances de comptes conservées pour les années 173 et 169 se montent à 350 000 dr. et laissent supposer un accroissement des bénéfices, tant pour la caisse sacrée que pour la caisse publique244.

La répartition des revenus

  • 245 En dernier lieu sur la diataxis délienne, Migeotte 2005 et Migeotte 2014, p. 672-673 ; également Vi (...)

254L’organisation des revenus de la cité était régie par une diataxis ou règlement de répartition, connu également dans d’autres cités hellénistiques245. Le terme n’apparaît qu’à la faveur des inventaires de jarres qui font connaître le libellé de certaines sommes réservées « conformément au règlement de répartition », κατὰ τὴν διάταξιν (ID 415, l. 9 ; jarres nos 49, 145, 156, 160, 167, 168). D’autres fonds sont décrits, dans les libellés des jarres, comme des fonds « affectés », διατάχθεντα, à telle ou telle opération (jarres nos 30, 72, 120) : il s’agit dans les deux cas de reliquats et la formule τὸ περιὸν ou τὸ περιγενόµενον ἀπὸ τοῦ διαταχθέντος est bien le signe d’une répartition κατὰ τὴν διάταξιν.

255D’autres encore sont appelés « réservés » (τὸ ἀποτεταγµένον, τὸ ἀποταγέν) pour telle ou telle destination (jarres nos 128, 129, 141, 143) en vue d’un paiement qui interviendra ultérieurement.

256Inversement, des sommes sont qualifiées dans les inventaires de jarres de « fonds non affectés », ἀδιάτακτα ou ἀκατάτακτα (jarres nos 13, 24, 148, 149, 150, 169, 170). Il s’agit de soldes créditeurs de fonds qui sont, pour le moment, en réserve dans les caisses du sanctuaire en attendant une affectation. Les inventaires de jarres montrent, pour les années qui sont conservées, que certains de ces fonds entrés « non affectés » dans la caisse publique sont rapidement employés dès l’année suivante (jarres nos 148, 149, 150). D’autres ont probablement servi à rembourser des emprunts de la cité lorsqu’ils ont été versés avec ce libellé dans la caisse sacrée (jarre no 24).

  • 246 Migeotte 2005, p. 37, et Migeotte 2014, p. 672-674 (citation p. 673).

257L. Migeotte s’est étonné du caractère peu systématique des mentions de la diataxis à Délos, arguant du fait que, pour une même destination, les jarres ne précisent pas toujours si l’affectation provient ou non d’un règlement de répartition. C’est le cas des sommes affectées à la construction du chôma. Ainsi, en 192, une jarre de la caisse publique (jarre no 123) rassemble différentes sommes affectées dès l’origine à ce fonds et déposées par les trésoriers dans la caisse publique en 195, 194 et 193. L’une de ces sommes est clairement décrite comme un reliquat sur des fonds déjà employés à cette destination (τὸ περιγενόµενον ἀπὸ τοῦ εἰς τὸ χῶµα ἐξαιρεθέντος). D’autres sommes « pour le chôma » ont été déposées puis utilisées durant les années suivantes : le libellé précise parfois que telle jarre εἰς τὸ χῶµα ne contient plus qu’un loipon (jarre no 130 n’apparaissant plus par la suite ; no 135, no 137, no 142, no 143, no 164, no 167). Parmi celles-ci, seule la jarre no 167 porte la mention de la diataxis. Pour L. Migeotte, il convient de distinguer, dans ces versements, ceux qui procèdent d’un règlement de répartition et obéissent à des règles fixes et ceux qui relèvent de décisions ponctuelles de l’Assemblée. La diataxis elle-même ne serait, selon L. Migeotte, qu’une création des Déliens au début du iie s., accompagnant une volonté générale de systématiser l’organisation des finances publiques et sacrées. Mais cette diataxis n’aurait pas touché l’ensemble des recettes publiques : elle viserait seulement à affecter certains revenus à des fonds dont l’alimentation était nécessaire au bon fonctionnement de la vie publique, comme le sitônikon, les fonds pour les travaux publics ou les subventions pour les fêtes. « Autrement dit, tous les dépôts des trésoriers n’avaient pas la même portée et n’étaient pas soumis aux mêmes procédures »246.

  • 247 Vial 1984, p. 140 et n. 88, cités par Migeotte 2014, p. 672, n. 305, qui doute de l’argument. Mais (...)
  • 248 Il paraît donc tout à fait abusif de conclure (Migeotte 2014, p. 674) que la diataxis délienne « n’ (...)
  • 249 Sur les pouvoirs financiers de l’Assemblée, Vial 1984, p. 138-146.

258Cette interprétation étonne, car l’existence de la diataxis se déduit en réalité de la comptabilité des deux caisses, et elle est manifestement plus ancienne que le iie s., Cl. Vial a montré que, dans le compte de l’année 258 (IG XI 2, 224, A, l. 7), la formule ὃ κατετάξατο ἡ πόλις εἰς ἀπόδοσιν τῶ[ι θεῶι?] correspond à la diataxis, le verbe κατατάσσω étant l’équivalent de διατάσσω247. En effet, l’existence de la diataxis dès les premières décennies de l’Indépendance se déduit de l’ensemble des mouvements de fonds entre la caisse publique et la caisse sacrée, que signalent les comptes des hiéropes. L’institution de la diataxis relève du pouvoir de l’Assemblée qui détermine la politique financière de la cité. Pour permettre en début d’exercice le versement dans la caisse sacrée des remboursements de prêts consentis sur les fonds sacrée l’année précédente, il fallait nécessairement organiser la destination des dépenses. L’existence d’autres fonds publics que nous venons de passer en revue avaient eux aussi des destinations déterminées (dépenses mensuelles, dépenses de purification, prytanikon, assemblées) qui devaient relever de la même institution de la diataxis248. Dès le début de l’Indépendance, c’est donc bien un règlement de répartition qui devait préciser à Délos, dès la fin d’année précédente pour le début de l’année en cours, la répartition annuelle des recettes publiques. Des décrets de l’Assemblée, de plus, donnaient les décisions prises par les Déliens au sujet de l’argent d’Apollon, et plus particulièrement en ce qui concernait les emprunts consentis et les dépenses pour les travaux249. En effet, l’Assemblée est souveraine pour la politique financière des deux caisses, mais les mentions de diataxis ne concernent que les revenus publics. Les décisions concernant l’argent d’Apollon relevaient de décrets spécifiques de cette même Assemblée. Néanmoins, étant donné la quantité de transferts de fonds menés entre la caisse sacrée et la caisse publique et l’ampleur des interactions entre les deux caisses, il est évident que la diataxis de la cité avait une incidence sur les ressources de la caisse sacrée et en déterminait par contrecoup une grande partie du budget annuel.

259Les descriptions qui figuraient sur les libellés des jarres, que les hiéropes recopient, sont un autre témoignage de la répartition des fonds publics. Lorsque les hiéropes reçoivent dans la caisse sacrée ou dans la caisse publique des sommes transmises par les trésoriers, elles sont rarement anonymes mais portent presque toutes un libellé qui décrit leur affectation. Cette affectation initiale ne préjuge d’ailleurs pas toujours de l’emploi futur de ces sommes. Le libellé de la jarre no 37, dans la caisse sacrée, en témoigne : la somme qui a été versée remplace les remboursements votés précédemment, probablement parce qu’il s’est avéré possible de rembourser le dieu sur une autre recette que celle qui avait été initialement destinée à cet effet ou bien encore parce que les recettes initialement prévues n’étaient finalement plus disponibles (ID 442, A, l. 26-27 : εἰς ἀπόδοσιν τῶι θεῶι εἰς τὰ ὀφειλόµενα δάνεια παρὰ τεῖ πόλει ἀντὶ τῶν ἀποδόσεων ὧν πρότερον ἐψ[η]φίσατο ὁ δῆµος Χ·, « pour le remboursement au dieu des sommes dues par la cité, à la place des remboursements qu’a votés précédemment le peuple »).

260L’argent public déposé dans le temple peut donc être de deux types :

  • des dépôts de réserve, provenant de soldes créditeurs : reliquats de recettes, affectés pour diverses raisons au trésor sacré (remboursements de prêts, partage des revenus, subventions) ou déposés dans la caisse publique au titre de réserve. Dans ce cas, les libellés correspondent à la provenance du fonds, c’est-à-dire à son affectation initiale lorsqu’il s’agit d’un reliquat ;
  • des dépôts transitoires, pour lesquels la destination est déjà indiquée dans le libellé. C’est par exemple le cas de la sitônia qui constitue un fonds toujours distinct, des sommes réservées pour la construction du chôma, ou encore des 3 470 dr. « pour les aulètes », remises par les trésoriers aux hiéropes en fin d’année, qui sont destinées à être reversées aux trésoriers de l’année suivante par les nouveaux hiéropes en exercice.

261Quant aux fonds « non affectés », leur existence ne traduit pas une négligence de l’Assemblée délienne qui aurait laissé de côté une partie de ses recettes. Elle reflète plutôt la richesse des revenus de la cité, qui parvient, grâce aux emprunts qu’elle s’octroie sur les fonds sacrés, à épargner une partie non négligeable de ses recettes : celles-ci finissent par créer un capital de réserve. Le bon fonctionnement du fonds d’approvisionnement en blé n’était sans doute pas étranger non plus à ces bénéfices. Les inventaires de jarres sont loin d’être complets pour la fin de l’Indépendance, mais les jarres contenant des fonds qualifiés de « non affectés » qui n’ont pas connu de réaffectation immédiate, telles qu’elles apparaissent dans les inscriptions, totalisent déjà dans la caisse publique plus d’un talent avant 171 (6 421 dr. : jarres no 169, 170, 190).

  • 250 Sur cette distinction, voir chapitre I p. 49.

262En d’autres termes, les inventaires de jarres nous éclairent, pour la caisse publique, sur l’ensemble des revenus de la cité à l’exception du compte courant tenus par les trésoriers. Au contraire, les comptes tenus par les hiéropes pour la caisse sacrée donnent non seulement l’inventaire des avoirs dans les jarres, mais aussi le détail du compte courant qu’ils tenaient eux-mêmes250.

Le dépôt du temple

263Les mouvements de fonds de la caisse publique sont en eux-mêmes instructifs. Certaines jarres étaient employées rapidement mais d’autres sont restées de longues années dans le temple d’Apollon : ainsi des versements effectués en 188 sont toujours dans la caisse publique en 175 (jarre no 133) et d’autres versements de 179 dans la caisse sacrée sont toujours présents en 169 (jarre no 29). Le trésor public accumule donc des réserves affectées à un poste budgétaire par la diataxis, que viennent grossir des fonds qualifiés de « non affectés », qui n’ont pas encore été répartis lors de la diataxis annuelle mais pourront être utilisés dans les années suivantes. L’existence d’une réserve de revenus publics était nécessaire en particulier au fonctionnement de la sitônia pour combler d’éventuels déficits, alors que les revenus publics de l’année étaient régulièrement affectés au remboursement d’emprunts à la caisse sacrée.

264Un fonds est particulier : il a été « affecté pour les héritiers de Sôsimachos » (jarre no 129) et est transmis « hors de la caisse ». Il n’appartient donc pas au trésor public. Il pouvait s’agir d’un dépôt privé confié pour un temps au temple.

265Certains fonds publics, comme le chorégikon, étaient directement affectés à la caisse sacrée, au iiie s. comme au iie s. D’autres, comme le reliquat des technites, étaient le plus souvent affectés à la caisse sacrée mais sont restés une fois au moins dans la caisse publique : les jarres de la caisse sacrée renferment les reliquats des années 183, 182, 181, 179, 178, 173 et de deux années de peu antérieures à 169 (jarres nos 30, 27, 33, 57, 92, 107, 72 et 74) alors que celui de l’année 180 (jarre no 151) se trouve dans la caisse publique. Mais le salaire des aulètes qui, au iiie s., transitait par la caisse sacrée sous la forme d’un dépôt entre deux exercices, n’apparaît plus que dans la caisse publique à partir des inventaires de jarres (nos 121, 127, 140, 162, 174).

266Il semble donc que le développement de la caisse publique et de son inventaire annuel sous la responsabilité des hiéropes ait permis de modifier certaines pratiques de dépôt qui étaient en vigueur chez les trésoriers au iiie s. Au début de l’Indépendance, les surplus des revenus publics sont généralement versés dans le trésor d’Apollon, signe également de la symbiose entre la cité et son sanctuaire. Dès lors que la caisse publique dispose de réserves, les verser dans la caisse sacrée s’imposait moins. Le fonds de la sitônia, qui apparaît dans le compte de 209 (ID 362, A, l. 11-12) dans la caisse sacrée tout en étant clairement identifié comme relevant de la sitônia, en est l’illustration, de même que le fonds réservé au salaire des aulètes : à partir du moment où les hiéropes font également l’inventaire de la caisse publique à côté des jarres de la caisse sacrée, il n’est plus nécessaire de déposer dans la caisse sacrée les fonds qui ne font qu’y transiter.

267Cela signifie-t-il que la cité de Délos n’avait pas, avant le iie s., son dépôt propre dans l’Artémision ? Il est possible que les recettes aient uniquement transité par les banques en cours d’année et qu’aucune réserve, autre que les sommes versées par la cité dans la caisse sacrée, n’ait existé. Nous n’avons guère d’éléments pour trancher mais on aurait tort de considérer les finances de la cité comme monolithiques : elles ont évolué entre le iiie et le iie s., dans leur nature comme dans leur organisation.

268Au iiie s., les ressources annuelles de la cité étaient essentiellement le produit des taxes portuaires et commerciales. La cité de Délos ne devait pas posséder de terres publiques, puisque l’ensemble de l’île était sacré et que le sanctuaire en avait développé, autant qu’il était possible, les modes d’exploitation. Les seules possibilités de développement des revenus publics étaient donc du côté du commerce et des bénéfices que la cité pouvait tirer de son système monétaire. Le développement des portiques de l’agora et du port, au iie s. surtout, lui assura des revenus locatifs et il est significatif que les revenus qui servent au remboursement des emprunts, au iie s., ne soient plus le produit des taxes, mais celui des loyers. La cité est manifestement parvenue à dégager des marges bénéficiaires, que la sitônia n’a fait sans doute qu’amplifier.

  • 251 Τρίτον δὲ τὴν πολιτικήν. Ταύτης δὲ κρατίστη µὲν πρόσοδος ἡ ἀπὸ τῶν ἰδίων ἐν τῇ χώρᾳ γινοµένη. Εἶτα (...)
  • 252 Voir supra p. 13-17.
  • 253 Vial 1984, p. 382-383 : « Délos, certes, n’ignorait pas l’évergétisme mais il était le fait des étr (...)

269L’énumération des revenus civiques que donne l’Économique du pseudo-Aristote (II, 1, 5 = 1345 b) permet de se rendre compte que la cité de Délos ne pouvait guère compter sur d’autres ressources que celles que nous venons de mentionner251. Sans doute comptait-elle parmi ses propres citoyens des évergètes, à côté de ses bienfaiteurs étrangers. Le décret IG XI 4, 1049 montre que des cités insulaires venaient emprunter des fonds aux particuliers déliens252. On ignore si leur générosité s’appliquait aussi à leur cité mais Cl. Vial avait noté qu’elle ne se manifestait guère dans l’île253.

270Nous ne voyons pas figurer, dans les jarres, les taxes publiques dont témoignent les remboursements de prêts du iiie s., alors qu’elles sont bel et bien toujours en vigueur. C’est donc que ces revenus passaient au cours de l’année par des banques, qui suffisaient à leur assurer un dépôt entre leur perception et leur affectation à de nouvelles dépenses publiques. Le dépôt en banque des recettes périodiques permettait de les affecter aux dépenses de l’année (fonds des assemblées, fonds affectés à divers magistrats publics) ou de rembourser le sanctuaire lorsque les dépenses avaient été effectuées par un emprunt à la caisse sacrée.

271Un libellé de jarre de la caisse publique (no 136) décrit précisément le trajet de certaines sommes d’argent : ἐπὶ Ἀπατουρίου Ποσιδεῶνος, ἔθεσαν ταµίαι εἰς τὸ ἱερὸν Ὀρθοκλῆς καὶ Πολύξενος τὸ διαγραφὲν παρὰ βουλῆς τῆς ἐπὶ Ἀπατουρίου, ὃ κατέβαλον ἐπὶ τὸ ἀρχεῖον Πολυβούλωι οἱ ἐγγυηταὶ οἱ Κλεοπάτρας Ἀπατούριος, Χοιρύλος, Ἀριστόβουλος ΗΗΗ· , « Sous l’archontat d’Apatourios [a. 182], somme déposée dans le sanctuaire par les trésoriers Orthoklès et Polyxénos [a. 187] selon l’ordre de paiement du Conseil de l’archontat d’Apatourios [a. 182], correspondant au montant versé à Polyboulos dans le bureau administratif par les garants de Kléopatra Apatourios, Choirylos et Aristoboulos, 300 dr. » (ID 442, A, l. 80-81).

  • 254 Bogaert 1968, p. 50-52 et 138.
  • 255 Sur le rôle du Conseil dans l’exécution des débiteurs, voir Vial 1984, p. 109-110.

272R. Bogaert a expliqué le sens de διαγράφειν, qui signifie dans ce contexte « donner l’ordre écrit à la banque de payer »254. En 187, Polyboulos, qui est probablement un bouleute255, a remis la somme à une banque. En 182, le Conseil a donné l’ordre écrit à la banque de verser cette somme dans le trésor public, sous la responsabilité des trésoriers de 187. Elle a été alors transmise aux hiéropes.

  • 256 Sur le passage de l’Artémision au temple d’Apollon, voir supra chapitre I p. 27-31.

273Étant donné les emprunts réguliers faits à la caisse sacrée et remboursés sur les revenus publics, le trésor de la cité n’avait guère eu l’occasion d’accumuler des réserves monétaires au iiie s. Parallèlement aux versements dans la caisse sacrée (tableau 35), la thésaurisation avait dû accaparer une partie des bénéfices restés disponibles, comme en témoignent les consécrations de phiales mentionnées dans les actes des archontes. Aucun des fonds de la caisse publique inventoriés par les hiéropes à partir de 192 n’est ancien, contrairement aux jarres de la caisse sacrée. C’est donc à la fin du iiie s., peut-être dès les années 230 puisque c’est à cette date que la caisse publique commence à être mentionnée dans les comptes des hiéropes, que les revenus ont commencé à s’accumuler en quantité suffisante pour justifier un changement dans les pratiques administratives, qui se traduit au début du iie s. par le dépôt de la caisse publique dans le temple d’Apollon et l’inventaire des deux caisses confié aux hiéropes256.

Tableau 35 — Fonds publics versés régulièrement dans la caisse sacrée.

Entretien du sanctuaire Reliquat de la phiale ± 30 dr.
Fêtes Bœuf des Apollonia 350 dr. ?20
Subvention pour les concours 100 dr. puis 50 dr.
à partir des années 180
Salaire des aulètes des Apollonia 3 470 dr.
Subvention pour les Thesmophoria 50 dr.
Total des versements pour les fêtes ± 4 000 dr.
Accumulation régulière
de fonds publics
dans la caisse sacrée
Chorégikon
Reliquat des technites
Horôn
Trapezôn
Revenus publics affectés
au remboursement
de prêts et/ou
au versement d’intérêts
Taxes portuaires et commerciales
Loyers de l’agora
Prytanikon
Recettes des assemblées et des euthynai

Conclusion : propriété publique et propriété sacrée à délos

274Comme le montrait déjà l’analyse des méthodes comptables des hiéropes, l’étude de la composition de la caisse sacrée et de la caisse publique met clairement en évidence une profonde imbrication entre la fortune de la cité et la fortune du dieu (tableau 36).

Tableau 36 — Organisation des ressources et mouvements de fonds entre les deux caisses.

Tableau 36 — Organisation des ressources et mouvements de fonds entre les deux caisses.

275Les deux grandes fêtes religieuses de l’île, les Apollonia et les Dionysia, bénéficiaient toutes les deux d’un triple financement, provenant de la caisse sacrée, des revenus publics et des revenus privés des chorèges. Les Thesmophoria étaient financées par les deux caisses, publique et sacrée. Sans compter les ressources publiques qui étaient affectées au remboursement des emprunts, un grand nombre de revenus en provenance du trésor de la cité aboutissait dans la caisse sacrée, qu’il s’agisse de reliquats ou de subventions, parce que l’Assemblée votait cette destination par des lois ou des décrets. L’apport des revenus publics était important car chaque année, c’était plus de 4 000 dr. qui passaient de la caisse de la cité dans celle du sanctuaire. Cet apport permettait essentiellement d’assurer la régularité des cérémonies. D’autres versements s’y ajoutaient qui venaient grossir le trésor sacré. En retour, la caisse sacrée finançait des travaux sur des bâtiments qui ne concernaient pas le téménos : le Théâtre, le pentekostologion, le Portique coudé de l’agora, l’Ekklèsiastèrion. L’imbrication des fonds dans tous les aspects de la vie délienne était bien réelle. Cet enchevêtrement était probablement le résultat de décisions des instances de la cité, qui s’étaient accumulées par strates depuis le début de l’Indépendance, rendant l’édifice complexe. Les Déliens, en tout cas, n’avaient pas démérité par rapport à l’organisation des administrateurs athéniens des ve et ive s., permettant par l’appui de leur seule cité la tenue des fêtes religieuses.

  • 257 Voir par exemple les réactions de Vial 1984, p. 171 ; Migeotte 2014, p. 656. En ce sens, la présent (...)

276Cette organisation pose la question de la définition de la propriété publique et de la propriété sacrée dans la cité délienne, qui semble contrevenir à l’ordre structurel propre à la cité grecque. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle plusieurs commentateurs des comptes déliens ont hésité à admettre ce que les chiffres disent pourtant sans ambiguïté mais qui va à l’encontre de théories anciennes et admises de longue date257.

277C’est dans les Wiener Studien de 1888 et de 1889 qu’H. Swoboda a, le premier et à la suite des travaux d’A. Boeckh sur l’administration financière d’Athènes (Die Staatshaushaltung der Athener, 1817), mis clairement en évidence la distinction que faisaient les Grecs entre les hiera chrèmata et les dèmosia chrèmata, dans deux longues études intitulées Über griechische Schatzverwaltung et fondées sur l’analyse de nombreuses inscriptions. Il montrait clairement que le fait que les cités, par l’intermédiaire des assemblées et des conseils, soient chargées du contrôle de l’administration des fonds sacrés ne signifiait pas du tout que ces fonds soient devenus la propriété de la cité. Quand bien même les sanctuaires sont sur le territoire civique, les biens des dieux continuent à appartenir aux dieux.

  • 258 Finley 1951, p. 95.

278D’autres savants, comme M. I. Finley, ont vu dans cette gestion publique des fonds sacrés une appropriation informelle : « The so-called temple funds were deme funds, of course, and the administrative technique, common in Athens and elsewhere, of handling such moneys through the temple had no special significance, legally or otherwise »258.

  • 259 Voir par exemple l’analyse de T. Linders à propos des trésors des « autres dieux » dans l’Athènes c (...)
  • 260 Migeotte 2006, p. 234. Également Migeotte 2014, p. 21 et n. 6, p. 23 et n. 12.

279On peut finalement résumer l’essentiel des débats à cette opposition entre une vision plus institutionnelle des biens qui met en évidence la notion de propriété sacrée distincte de la propriété publique259, et une vision davantage centrée sur les pratiques qui insiste sur l’absence de formalisme des Grecs, pouvant conduire à une confusion entre le public et le sacré. Plus récemment, L. Migeotte a étudié à travers plusieurs articles la gestion des biens sacrés dans les cités grecques en cherchant à éclairer la question de la propriété des biens sacrés. Il note « un flou qui entourait, chez les Grecs, la notion même de propriété. Dans la pratique, celle-ci existait évidemment à différents niveaux, sacré, public et privé. Mais, comme dans beaucoup d’autres domaines, les Grecs agissaient et s’exprimaient à ce propos sans aucun formalisme et sans se référer à de claires notions de droit »260.

280En réalité, le fonctionnement institutionnel des affaires financières, mis en lumière par les comptes des hiéropes, montre avant tout la suprématie de la cité à travers le pouvoir qu’exerce l’Assemblée du peuple sur toutes les affaires financières : le démos est souverain pour toute décision concernant les finances publiques comme la caisse sacrée. Le sacré est à proprement parler encastré dans l’armature institutionnelle de la cité, qui a la charge de la gestion des biens du dieu.

281À l’intérieur de ce domaine civique existent des propriétaires, qu’il s’agisse de particuliers ou de divinités. Apollon est en quelque sorte personne morale au sens où il est propriétaire des biens de son sanctuaire. Il y a bien là un formalisme juridique, qui fait du dieu un propriétaire, mais absent. Cette propriété sacrée définit ainsi une réserve de richesses protégées, qui peuvent être utilisées par la cité gestionnaire mais qui restent partie intégrante du patrimoine de la divinité. C’est pourquoi le trésor sacré constitue, sous la protection du dieu, une réserve dans laquelle peuvent être versés les excédents : une véritable banque en ce sens, avec des opérations de dépôt (en numéraire comme en offrandes de métal précieux), des opérations de crédit, mais aussi des opérations de placement (fonds d’achat de grain, constructions). Parce qu’elle reste distincte de la propriété publique possédée en commun par tous les citoyens, la propriété sacrée peut devenir une réserve de valeur avec laquelle le domaine public interagit. Mais du point de vue financier, la césure entre le public et le sacré ne consiste pas en une séparation entre deux sphères distinctes : le sacré est une partie de la sphère publique de la cité qui assure la gestion de l’ensemble.

  • 261 Chankowski 2008a, p. 144-145.

282Loin d’être un empirisme commode, l’association du public et du sacré à Délos dans la gestion des biens relève au contraire d’une relation qui fut formalisée par les Anciens eux-mêmes, bien que nous n’en percevions que quelques bribes. Face aux Athéniens de l’époque classique qui revendiquaient le caractère sacré du territoire délien, justifiant ainsi l’expulsion de la cité et de ses habitants au nom de la purification de l’espace, les Déliens ont toujours opposé l’argument du caractère sacré du peuple qu’ils constituaient, légitimant ainsi leur prétention à être les seuls administrateurs de l’île sacrée d’Apollon. Peu avant les guerres médiques, ils avaient d’ailleurs été reconnus par l’amiral perse Datis comme ἄνδρες ἱροί (Hérodote, VI, 97)261.

283Le choix des Déliens de construire une comptabilité qui intégrait les deux caisses en un tout ne relevait donc ni de l’abus de biens sociaux, ni du sacrilège. Il éclaire au contraire une conception du sacré qui n’est probablement pas une exception dans le monde grec, même si la situation délienne en est un aboutissement particulièrement manifeste.

  • 262 Voir à ce sujet Dignas 2002 ; Chankowski 2011b.
  • 263 Dans le même sens qu’à Délos, par exemple, une inscription de Thespies donne comme intitulé d’un in (...)
  • 264 Voir les remarques de Rousset 2015. Dignas 2002 envisage les répercussions de cette question sur la (...)

284D’une certaine manière, la situation délienne définit un paradigme commun à toute cité grecque : la cité a la charge de l’administration des sanctuaires qui se trouvent sur son territoire. Elle cherche, à cet effet, à développer des revenus à partir des biens sacrés, qui permettront de contribuer au financement des dépenses nécessaires à l’entretien des bâtiments et au déroulement des fêtes262. Aussi exerce-t-elle une responsabilité financière et politique sur les biens sacrés qui justifie leur appartenance à l’ensemble des affaires civiques263. En ce sens, la notion de « sacred economy » ou d’« économie du sacré » souvent invoquée dans la bibliographie récente est fausse pour le monde grec, car le sacré ne constitue jamais, du point de vue financier et institutionnel, un domaine dont la gestion serait autonome du fonctionnement de la cité : les biens sacrés sont sous la responsabilité de magistrats civiques et de citoyens264.

  • 265 Papazarkadas 2011.
  • 266 Rousset 2013, p. 113-133 (« a common and indivisible ownership », p. 129) ; Rousset 2015. Tout en s (...)

285La question a été plus souvent abordée sous l’angle de la propriété foncière. Dans une récente monographie, N. Papazarkadas a proposé trois critères de définition de la propriété pour la terre sacrée : la définition de droits ou d’interdits de mise en culture, l’utilisation des revenus pour le culte, l’inaliénabilité de la terre sacrée265. Sortant du contexte athénien et contestant une définition trop rigide du domaine sacré, D. Rousset met au contraire en lumière, à partir de maints exemples, une relation entre la cité et ses sanctuaires qui s’exprime par la propriété conjointe des biens : les biens des dieux constituent dans de nombreux cas une réserve placée sous la responsabilité de la cité, mais il arrive aussi que la propriété elle-même, comme le montre plusieurs exemples de règlements de fondations, soit commune à la cité et au dieu266.

286Le dossier délien s’insère parfaitement dans ce débat et permet d’en préciser certains termes. Comme on l’a vu, la caisse sacrée constitue assurément pour les Déliens une réserve, et ce à plusieurs titres. Ils y puisent abondamment par le crédit, tout en préservant par les remboursements les avoirs du dieu, mais ils y versent également leurs surplus. Les biens d’Apollon sont sous l’entière responsabilité des Déliens et plusieurs documents témoignent de l’assimilation créée dans le langage entre « l’argent des Déliens » et les biens sacrés : vu de l’extérieur, le sanctuaire n’est pas dissociable de la cité, il y est encastré, et ce d’autant plus que les Déliens ont connu de nombreux obstacles au cours de la période classique avant de parvenir à ce résultat. Les destinations financières des sommes qui circulent à un rythme rapide et régulier entre la caisse publique et la caisse sacrée ne sont pas définies en fonction d’un périmètre qui serait celui du sanctuaire ou celui des affaires publiques : les dépenses de construction dans la ville sont souvent assumées sur les fonds de la caisse sacrée, tandis que des recettes de la caisse publique contribuent au financement des grandes fêtes déliennes. Les capitaux de fondation étaient gérés tantôt dans la caisse sacrée, tantôt dans le cadre des finances publiques, et le critère de répartition des responsabilités semble avoir été surtout monétaire avec la définition d’un fonds histiatikon.

287Mais au-delà de ces interactions profondes, on constate également l’émergence sans doute progressive, au cours de la période, d’une catégorie structurée des dèmosia, les biens publics. L’organisation de la propriété publique est très semblable à celle de la propriété sacrée au point qu’elle semble la copier : des ressources propres constituées par des recettes fiscales et locatives, des capitaux productifs dont les revenus peuvent être affectés à des destinations régulières. La catégorie des dèmosia existe de manière parfaitement visible dès lors qu’une réserve propre se constitue : c’est ce qui se produit au cours du iie s. au plus tard, lorsque des bénéfices abondants commencent à s’accumuler et ne sont plus versés exclusivement dans la caisse sacrée. La commission qui est chargée, à la fin du iiie s., de séparer l’argent chorégikon de l’argent sacré constitue peut-être la première manifestation de cette émergence, qui se traduit aussi dans les pratiques comptables.

288En donnant aux hiéropes la charge d’inventorier les deux caisses en les additionnant dans la balance de comptes et de gérer les mouvements de fonds incessants entre les deux avoirs, la cité de Délos affirmait bel et bien sa propriété sur l’ensemble : les biens hiéra et les biens dèmosia. En même temps, elle ne s’interdisait pas de développer des fonds propres à la caisse publique, en particulier avec l’élaboration du sitônikon qui dut jouer un rôle déterminant dans l’accumulation de bénéfices.

  • 267 Ce que confirment d’autres théories modernes du management : voir par exemple A. P. Sloan, My Years(...)

289L’explication de cette évolution n’est certainement pas que la cité délienne avait commencé à comprendre les principes de la sécularisation : les Déliens ne cessent, au iie s. comme auparavant, de manifester leur responsabilité à l’égard des deux catégories de biens, hiéra comme dèmosia. Le système des caisses que révèle la documentation délienne est avant tout une grande entreprise financière de profits. La division des avoirs en plusieurs caisses composées elles-mêmes de plusieurs fonds permettait de fractionner les risques et de mesurer la rentabilité des opérations entreprises : ce qui compte, en effet, dans l’organisation que révèlent les comptes des hiéropes, n’est pas tant le chiffre global des bénéfices que sa relation avec les capitaux investis au départ267. Or les Déliens devaient aussi faire face à l’obsolescence d’une partie des monnaies qui composait l’encaisse, et donc développer d’autant plus de formes de rendement à partir des capitaux disponibles : cette question monétaire fera l’objet du chapitre suivant.

290Il faut donc se garder d’inscrire les finances déliennes dans des catégories préconstruites : l’économique et le financier s’invitent avec force dans la documentation délienne et nous rappellent que les affaires sacrées, pour les Grecs, étaient très largement des questions d’argent, parce qu’elles engageaient, pour les cités, des questions patrimoniales.

Notes

1 Chankowski 2008a, p. 279-342.

2 Reger 1994a, p. 189-248 et 309-350 ; Kent 1948 ; Hennig 1985 ; Molinier 1914.

3 Feyel 2006, p. 482 et tableau 35.

4 La dénomination ἐγ[κύκλια] τέλη exprime probablement le fait que ces taxes étaient affermées aux enchères dans les kukloi : Chankowski 2007, p. 311-313, et Moretti, Fincker, Chankowski 2012, p. 239. Contra Migeotte 2001, p. 31-32, pour qui la dénomination désigne le caractère périodique du revenu.

5 Reger 1994a p. 189-247. Également Kent 1948, p. 303-304, avec les corrections proposées par Tréheux et Brunet (cf. les références bibliographiques citées par Reger 1994a, p. 190, n. 3).

6 Reger 1994a, p. 193.

7 Voir le tableau de Reger 1994a, p. 195 et le graphique p. 196.

8 Reger 1994a, p. 198-199.

9 Reger 1994a, p. 243.

10 J’ai analysé l’apparition de ces taxes et leurs dénominations dans Chankowski 2008a, p. 295-307.

11 Vial 1984, p. 367.

12 Voir supra chapitre II p. 73-74 à propos du montant moyen du perion.

13 Supra chapitre II p. 74-76.

14 Références dans Bruneau 1970, p. 264.

15 Bruneau 1970, p. 364-365.

16 Chankowski 2008a, p. 127-148.

17 Comme le souligne Chr. Chandezon à propos d’autres sanctuaires, « il y a une différence entre les dons de bêtes destinés à former ou accroître les troupeaux sacrés et les dons de victimes » (Chandezon 2003, p. 292).

18 a. 258 (IG XI 2, 224, B, l. 27) ; a. 250 (IG XI 2, 287, B, l. 90) ; a. 240 (ID 298, A, l. 108-112).

19 Vial 2008, s.v. Aristomachos.

20 Infra chapitre V p. 264-265.

21 Sur le décor de ces troncs, voir Bruneau 1970, p. 365.

22 À une exception près, concernant la fête des Posidéia : cf. Bruneau 1970, p. 92-93.

23 Voir les données rassemblées par Bruneau 1970, dans le tableau p. 366-367.

24 Vial 1984, p. 115 et n. 119.

25 Vial 1984, p. 157-158 ; Fröhlich 2004, p. 386 et 417-418.

26 Homolle 1890, p. 460 ; Migeotte 2014, p. 604.

27 ID 440, A, l. 56-57. Cf. 401, l. 25-26 ; 403, l. 55-56 ; 442, A, l. 24 ; 449, A, l. 4-7 ; 461, Ab, l. 30.

28 ID 369, A, l. 44 ; 366, A, l. 101-102 ; 346, A, l. 13. Les épistates en question sont, selon Cl. Vial, les épistates des fêtes, car aucun épistate des prytanes n’est nommé dans les inscriptions déliennes (Vial 1984, p. 125-126).

29 Migeotte 2014, p. 611 et n. 98, considère à tort que les quatre fêtes des Apollonia, Thesmophoria, Eileithyaia et Posidéa seraient subventionnées par la cité, sur un modèle identique, suivant Bruneau 1970, p. 66-67, 216-219, 260-264.

30 Bruneau 1970, p. 66-67. Cf. IG XI 2, 203, A, l. 64: εἰς ἆθλα καὶ τοὺς λαµπαδιστὰς ἐλάβοµεν παρὰ ταµίου δραχµὰς ⁝Η⁝.

31 Tréheux 1952, p. 588, n. 5, suggère à juste titre de restituer 50 dr. plutôt que 100 dr. dans le compte ID 449. Il en va de même pour ID 442. Cf. Bruneau 1970, p. 66.

32 IG XI 2, 203, A, l. 64 : εἰς ἆθλα καὶ τοὺς λαµπαδιστὰς ἐλάβοµεν παρὰ ταµίου δραχµὰς ⁚Η⁚ καὶ ἡµεῖς ἔδοµεν ἐκ τῆς βύρσης τοῦ βοὸς τοῦ εἰς τὰ Ἀπολλώνια, τιµὴ ⁚ΔΔΙΙ· καὶ ἀπὸ τούτου ἐλαίου παρὰ Π․․

33 Fraisse, Moretti 2007, p. 218, sur la répartition de cette somme. L’acte de l’archonte de 168, connu par un fragment découvert lors des fouilles du Prytanée en 1987 (Prêtre 2000) indique le nom des aulètes recrutés : [κ]αὶ ἐµισθώθησαν αὐληταί, l. 3-4. Mais contrairement à ce que pense l’éditrice de cette inscription, la formule ne révèle aucun changement de procédure puisque les frais relèvent du trésor public.

34 ID 362, A, l. 1-2 : [µισθ]ὸς τοῖς αὐ[λ]ηταῖς καὶ ξένια καὶ σιτηρέσιον ; ID 442, A, l. 128 : τοῖς αὐληταῖς ΧΧΧ καὶ τὸ σιτηρέσιον καὶ τὰ χορηγήµατα καὶ τὸ νικητήριον ΗΗΗΗ𐅄ΔΔ.

35 Le salaire de l’aulète du chœur des Déliades, payé par les hiéropes, est au contraire sujet à des variations. Voir Bruneau 1970, p. 37 ; Sifakis 1967, p. 38 ; Fraisse, Moretti 2007, p. 218.

36 Bruneau 1970, p. 37 et 69.

37 Traduction erronée par « artisans » dans Nouveau Choix, reprise par Migeotte 2005, p. 31.

38 Ces technites ne sont pas pris en compte par Le Guen 2001, car les comptes ne précisent jamais qui ils étaient, mais le corpus des décrets honorifiques témoigne de la présence de technites dionysiaques à Délos, en dehors du fait que le sanctuaire était un lieu d’exposition de stèles honorifiques qui ne concernaient pas que la cité de Délos : voir par exemple IG XI 4, 1060 (décret des technites de l’Isthme et de Némée pour le fils de Télésôn, Délien = Le Guen 2001, TE 19).

39 Moretti, Fraisse 2007, p. 225.

40 Voir aussi infra p. 113-116 à propos du chorégikon.

41 Feyel 2006, p. 404. C’est sans doute ce parallèle qui a suscité l’erreur de traduction (« artisans » au lieu de « technites ») du Nouveau Choix reprise aussi par Migeotte 2005, p. 31 : voir supra n. 37.

42 Bruneau 1970, p. 290.

43 Homolle 1890, p. 460-461 ; Durrbach 1905, p. 528.

44 Bruneau 1970, p. 264.

45 Voir également la même formule, mais les montants ne sont pas conservés, dans ID 452, l. 13.

46 Migeotte 2005, p. 32, n. 26, et Migeotte 2014, p. 611. Voir également ci-dessous à propos de la diataxis dans le chapitre sur le trésor public.

47 Voir supra p. 106 à propos du sanctuaire d’Asklépios.

48 ID 401 ; 406 ; 440 ; 442 ; 445 ; 452 ; 461 ; 464. Cf. Bruneau 1970, p. 219.

49 Voir infra p. 203-204.

50 Voir chapitre IV p. 205.

51 Vial 1984, p. 108, 207-208, 211, 245-246. Sifakis 1967, p. 34-35 ; Wilson 2000, p. 293 ; contra Migeotte 2014, p. 612-613, y voit un fonds public ; Reger 1994a, p. 256, classe le chorégikon parmi les taxes publiques.

52 Vial 2008, s.v.

53 Vial 1984, p. 246.

54 Infra chapitre IV p. 204 sur le rapport de conversion avec la drachme attique.

55 Vial 1984, p. 41 et 207.

56 Bruneau 1970, p. 319-321.

57 Voir aussi Fraisse, Moretti 2007, p. 225.

58 Commentaire à ID 320, p. 93.

59 Bogaert 1968, p. 157. Bruneau 1970, p. 442, suit Durrbach sans connaître les objections de Bogaert. Voir infra sur les capitaux de fondation et la signification de l’histiatikon.

60 Vial 1984, p. 210.

61 Vial 1984, p. 211-212, n. 87.

62 À l’exception d’une jarre qui ne contient que 110 dr. pour la redevance trapezôn (versée dans la caisse sacrée en 177) : ID 461 Aa, l. 27-28.

63 Pour le mot horoi, voir Platon, Lois, 849 e (ὅρους θῶνται τῶν ὠνίων), où il a le sens de délimitation pour les emplacements de marché.

64 Voir les remarques de Vial 1984, p. 212, n. 87, qui conteste à juste titre l’hypothèse de Bogaert d’une redevance liée à la gestion des avoirs du sanctuaire.

65 Chankowski 2008a, p. 279-307 ; Chankowski 2007, p. 303-304.

66 Vial 1984, p. 212.

67 Chankowski 2007, p. 316. Une taxe forfaitaire et progressive en fonction du tonnage des navires est peut-être attestée pour l’ellimenion du Sounion (SEG X, Add. 1, p. 156) mais le forfait est individuel et non collectif comme dans le cas délien.

68 Bogaert 1968, p. 184-185, d’où l’erreur de Migeotte 2014, p. 662, qui considère que le montant aurait doublé à partir de 192. Étant donné que nous disposons à plusieurs reprises de totaux exacts pour le détail des encaisses, cette hypothèse n’est pas possible.

69 Sur les fondations déliennes, les études principales sont celles de Schulhof 1908, p. 101-132 ; Ziebarth 1917 ; Tréheux 1944-45, p. 271-278, et Tréheux 1959, chapitre VI « Les vases de l’Aphrodision de Stésiléôs » ; Bogaert 1968, p. 153-161 ; Bruneau 1970, p. 342-343 et 515-583 ; Vial 1984, p. 104-105, 205-207, 213-214, 380-381 ; Migeotte 2014, p. 629-631.

70 Bruneau 1970, p. 343-344.

71 C’est pourquoi le débat sur l’éventuelle localisation des fonds dans le Prytanée n’a guère de sens : voir supra p. 116.

72 Une grande partie des phiales est transmise aux hiéropes par les trésoriers de la cité, qui devaient exercer à ce titre un contrôle financier : Vial 1984, p. 214. Voir infra sur le rôle des trésoriers.

73 Sur les transmissions faites par les derniers archontes de l’Indépendance, Prêtre 2000.

74 Tréheux 1959, chapitre VI : « Les vases de l’Aphrodision de Stésiléôs » et p. 522-525, à propos de la collection du Prytanée.

75 Je n’ai pas eu la possibilité de consulter la thèse de J. Sosin, Perpetual Endowments in the Hellenistic World: A Case-Study in Economic Rationalism, PhD diss., Duke University (2000).

76 Vial 1984, p. 28.

77 Rien ne permet toutefois d’affirmer, comme le fait Ziebarth 1917, p. 426, qu’il s’agisse du terrain appelé dans les comptes Nikou chôrou.

78 Roussel 1916, p. 175 ; Bruneau 1970, p. 525.

79 Voir les exemples analysés par Prêtre 2004.

80 Bruneau 1970, p. 518-525.

81 Bruneau 1970, p. 562-563.

82 Sur l’origine de ce montant de 10  %, Migeotte 1984, p. 153, n. 22.

83 L’ordre adopté est chronologique. L’année indiquée comme date de fondation est antérieure d’un an à la première consécration, comme il se doit dans le placement des capitaux. Les fondations indiquées en grisé sont celles de l’histiatikon (voir plus loin).

84 Si supérieur à 1.

85 Ces entrées correspondent à trois fondations du même nom.

86 Vial 1984, p. 105 ; Bruneau 1970, p. 563.

87 Voir infra p. 131.

88 Voir par exemple ID 440, A, l. 58-59 ; 449, A, l. 7-9 ; 461, Ab, l. 29 : « à titre d’avance, nous avons remis aux épistates élus, pour les sacrifices, l’argent aux moments convenables afin que soient accomplis les sacrifices aux dieux » (trad. Bruneau 1970, p. 343).

89 Bogaert 1968, p. 152, n. 120.

90 5 000 dr. déliennes à 3,30 g font 3 893 dr. attiques à 4,36 g mais 5 000 dr. déliennes à 3 g n’en font plus que 3 488. Voir infra p. 204.

91 Pace Migeotte 2014, p. 626-633, qui considère que les hiéropes ont parfois fait preuve de négligence tandis que les Athéniens « n’ont pas imité la complaisance des hiéropes ».

92 Voir les exemples rassemblés dans Chankowski 2005.

93 Fonds grisé dans le tableau 26.

94 Mais également plus tôt : IG XI 2, 287, A, l. 195-196, en 250, distingue les débiteurs des fondations et les débiteurs du dieu.

95 Bogaert 1968, p. 160 et n. 151, suivant Ziebarth 1917, p. 437-439, pense que le stèsileion appartenait à l’histiatikon et que son absence est l’effet des lacunes de la documentation, ce qui n’est pas exact. C’est probablement cette confusion qui explique l’erreur de Migeotte 2014, p. 630, sur le nombre des fondations déliennes (il en compte 30).

96 Vial 1984, p. 214, note que l’intervention des trésoriers dans cette procédure est étrange et qu’elle servait probablement à dédouaner les hiéropes. Mais le partage des tâches entre trésoriers et hiéropes est plus complexe qu’une simple question de dédouanement.

97 ID 317, l. 30 ; 444, A, l. 52 ; 449, B, l. 12.

98 Bogaert 1968, p. 152.

99 Voir infra p. 49.

100 Les hiéropes mentionnent deux fois les fondations dans leurs évaluations des avoirs, le revenu (dans le compte) et la phiale produite (dans l’inventaire), mais le compte de l’année 250 montre bien que le produit des intérêts du nèsiadeion ne faisait pas partie de la balance du compte : voir supra chapitre I p. 38.

101 LSJ, s.v. ἑστιατικόν, suivi par tous les autres commentateurs. Voir également les objections de R. Bogaert à la suggestion de F. Durrbach qui proposait d’y voir des capitaux déposés dans le Prytanée, sanctuaire d’Hestia, dans Bogaert 1968, p. 157.

102 Syll 3 1047 (IG XII 7, 237, l. 25 rattaché à IG XII 7, 245).

103 Voir infra p. 299.

104 Roussel 1916, p. 174.

105 Chankowski 1997b.

106 Voir chapitre IV p. 185-186 sur les politiques monétaires.

107 Hansen 2004, p. 656.

108 Voir chapitre IV p. 191.

109 Voir infra p. 141.

110 Par ailleurs, dans l’onomastique eubéenne, le patronyme Histiatôr est connu dans un catalogue militaire érétrien de la fin du ive s. (Διονύσιος Ἱστιάτορος : IG XII 9, 249, l. 442).

111 Sur les lieux et modes de stockage de l’argent, voir infra p. 32-35.

112 Voir supra p. 114. Les noms indiqués sur les inscriptions des jarres ne sont d’aucun secours car il s’agit de noms très fréquents à Délos : cf. Vial 2008.

113 Migeotte 2014, p. 654, a tort de considérer que ces jarres n’apparaissent qu’entre 192 et 179 : l’inventaire des jarres de l’année 192 (ID 399) n’est pas complet et il manque justement le début de l’encaisse.

114 Chankowski 2002.

115 La numérotation que j’adopte ici suit l’ordre des inventaires, mais les jarres ne portent pas de numéro dans les inscriptions ; seule l’inscription ID 405 place en première position la jarre no 10.

116 Je propose de restituer [τὸ λοιπὸν], « le reliquat », avant [τ]οῦ ἐν τεῖ Μινόει φαν[έντος] pour expliquer l’emploi du génitif.

117 Le texte du corpus donne [τὸ ἀπαχθὲν], restitution qui n’est pas justifiée puisque l’on trouve partout ailleurs pour le libellé de cette somme τὸ ἀπελθὸν.

118 Correction de Tréheux 1985b, à laquelle on peut ajouter la restitution τὸ ἀπ[ε]λθὸν. Le corpus donne ον Πρῶτις τὸν ἐκ Τή[νου].

119 Avec oubli d’une obole dans la restitution donnée dans le corpus.

120 La variante Leukinos pour Leukios peut par exemple s’inspirer du nom de l’archonte de 201, Leukinos, que les hiéropes avaient peut-être encore en mémoire.

121 Ce qui suit reprend, avec des compléments, l’argumentation développée dans Chankowski 2002.

122 Voir par exemple ID 461, Bb, l. 47-48 : καὶ τὸ ἀπενεχθὲν τοῦ ἀπολοµένου χρυσίου.

123 Tréheux 1985b.

124 Voir supra n. 96.

125 Vallois 1944, p. 193, n. 4. Il est suivi avec réserves par Tréheux 1985b, p. 26-27. F. Durrbach écartait l’hypothèse de pièces jetées dans la fontaine par les fidèles et supposait qu’un trésor avait été découvert dans les substructions de la fontaine lors des réparations mentionnées dans le compte de 179 (commentaire à ID 442). Mais cette somme appartient déjà à la caisse sacrée en 188 (ID 405, et ID 408 vers 190).

126 Compris comme un terme du vocabulaire financier, cet usage du participe aoriste neutre est sans parallèle dans les comptes des hiéropes. La seule « apparition » qui, dans ces documents, fasse usage de l’intransitif ἐφάνην est celle de sarments de vigne « apparus dans la fontaine » proche d’une bergerie (IG XI 2, 153, l. 8-9 : κλήµατα σταφύλης ξ[․․․․] ὅτ’ ἐ[ν τ]ῆι κρηνῖδι ἐφάνη). Bien qu’il soit aussi question d’une fontaine, il est fort improbable que cet épisode doive être rapproché de l’argent φανέν « de la Minoé ». Il s’agit bien plutôt ici de la résurgence d’une plantation dans une fontaine mal entretenue.

127 IG IX I2 4c = Syll 3 554 ; IG IX I2 192 = Syll 3 563. Giovannini 1978, p. 54, met en évidence cette opposition, mais c’est de façon tout à fait abusive qu’il écrit que le verbe φαίνειν signifie « recouvrer ».

128 Cf. Gernet 1956 ; Bogaert 1968, p. 349 ; Gabrielsen 1986 ; Cohen 1992, p. 191-207.

129 Cf. les exemples cités par Cohen 1992, p. 201-202.

130 Tréheux 1985b, p. 23.

131 Chankowski 1997b, p. 368, et les références bibliographiques citées en note.

132 Bogaert 1968, p. 192-196 ; Étienne 1990, p. 145-146 et 173.

133 C’est l’hypothèse que j’avais retenue dans Chankowski 2002.

134 Voir supra chapitre I p. 22-26, sur les difficultés des Déliens à faire rentrer les capitaux prêtés à l’époque classique par les Athéniens.

135 Giovannini 1978, p. 54.

136 Tréheux 1985b, p. 26. Voir toutefois, à propos de l’argent des héritiers de Sôsimachos, infra p. 171 et p. 399. Un dépôt d’un trésorier de la cité de Délos est mentionné sous le terme de θέσις en 208 (ID 365, l. 12-14).

137 J. Tréheux en fournit lui-même des exemples avec le cas d’Ameinondas devenu Épaminondas et celui de Batèsis devenu Datis : Tréheux 1985b, p. 27.

138 Contre mon hypothèse, Ph. Gauthier (Bull. 2003, 397) a invoqué l’inscription de Magnésie du Méandre (I. Magnesia 50, l. 80), gravée en 208/7 et donc contemporaine des inventaires de jarres des hiéropes, dans laquelle la cité de Minoa désigne en réalité les Samiens établis à Minoa et non les Minoètes eux-mêmes. Mais les libellés des jarres ne datent pas du iie s. et les hiéropes ne procèdent manifestement ici qu’à une copie, comme ils le font couramment pour d’autres inventaires.

139 Par exemple ID 144 A, l. 92 ; 444 B, l. 95 (Μινόη) ; ID 219 A, l. 22 ; 324 A, l. 29 (Μινώια) ; ID 287 A, l. 60-61 (Μινοία).

140 Chankowski 2008a, p. 365-369.

141 Le procédé semble fréquent dans les milieux de la finance privée à Athènes : cf. les exemples cités par Cohen 1992, p. 202-207.

142 Voir les références rassemblées par Nigdélis 1990, p. 12.

143 Roussel 1916, p. 171-172 ; Larsen 1938, p. 342-343.

144 Voir supra chapitre I p. 50 sur cette date ; voir également sur ces questions le chapitre III sur les politiques monétaires.

145 Voir le commentaire de cette encaisse supra p. 46-47.

146 Voir supra p. 114-115 à propos du chorégikon.

147 Voir infra p. 184-185 à propos de l’inventaire athénien.

148 Voir supra chapitre II p. 73-74 à propos du montant moyen du perion annuel.

149 Cf. Vial 1984, p. 319, n. 14.

150 Voir supra p. 115-116 et infra p. 160 à propos du financement des technites.

151 Traduit à tort par « artisans » dans Nouveau Choix.

152 Voir supra p. 111-112.

153 Voir aussi le rapprochement avec le prytanikon connu en 250.

154 Voir supra chapitre II p. 81.

155 Vial 1997, p. 343.

156 Baslez, Vial, 1987.

157 Chankowski 2008a, p. 311-342.

158 Sur les dédicaces de phiales, voir en particulier la description de la procédure chez Lewis 1954, p. 48.

159 Chankowski 2011b.

160 Voir supra p. 119 sur les subventions et fonds affectés.

161 Voir infra chapitre I p. 53-56.

162 Voir infra p. 154 à propos des loyers de l’agora.

163 Voir infra à propos de la diataxis.

164 On se reportera donc également au chapitre précédent sur la composition de la caisse sacrée.

165 Chankowski 2007, p. 312-313.

166 C’est par erreur que les pentekostologoi sont considérés comme des magistrats dans Nouveau Choix, p. 76. La question de la nature de la charge de pentekostologoi a fait l’objet d’un débat. Roussel 1916, p. 179, pensait qu’ils étaient des magistrats, sans doute parce qu’il les considérait dans la continuité avec la fonction des futurs épimélètes de l’emporion qui existent à partir de 166. En dehors de Délos, suivant le mode de perception de la taxe, les pentekostologoi pouvaient être des fermiers aussi bien que des magistrats : cf. Habicht 1957, p. 106, à propos du décret de la Confédération acarnanienne au sujet du sanctuaire d’Actiôn et du partage des taxes entre la Confédération et la cité d’Anactorion ; Vial 1984, p. 234. Vélissaropoulos 1980, p. 207-211, ne discute pas directement cette question mais semble considérer que les pentekostologoi étaient toujours des fermiers. La notice d’Harpocration, s.v. πεντηκοστή, ne tranche pas entre les deux types de fonction : πεντηκοστὴ µὲν τέλος τι καὶ πεντεκοστολόγοι οἱ τοῦτο τὸ τέλος ἐγλέγοντες, πεντεκοστεύεσθαι δὲ τὸ πράττεσθαι τὴν πεντηκοστὴν, « la pentekostè est une taxe, les pentekostologoi sont ceux qui la perçoivent et pentekosteuesthai désigne le fait de percevoir cette taxe ».

167 Voir infra p. 150-151.

168 Chankowski 2008a, p. 305.

169 Chankowski 2007, p. 303-304.

170 Sur l’opposition, à ce sujet, entre l’argumentation des Athéniens et ceux des Déliens, Chankowski 2008a, p. 306-307.

171 Chankowski 2008a, p. 294 et 306 ; Chankowski 2007, p. 303-304.

172 Chankowski 2007, p. 312-313.

173 Voir infra chapitre V p. 280-281.

174 Voir infra p. 280-281 à propos de la déclaration aux pentekostologoi.

175 Infra p. 276.

176 C’est par erreur que Migeotte 2014, p. 609, n. 88, et Vial 1984, p. 235 et n. 231, considèrent la formule comme l’expression d’une taxe.

177 Larsen 1938, p. 354-355 ; Vélissaropoulos 1980, p. 210 ; Vial 1984, p. 235 et 339-340 ; Reger 1994a, p. 254-257 ; Descat 2001.

178 Voir Reger 1994a, p. 254-257, sur les différentes interprétations.

179 Vial 1984, p. 339-340.

180 Voir chapitre V p. 275-279.

181 Sur l’exception des biens déclarés pour usage personnel, voir Chankowski 2012.

182 Chankowski 2007. À propos des poissons, voir aussi Lytle 2007, p. 255 ; Lytle 2013.

183 ID 509, l. 30-31 : ἀναγράψαντες εἰς τὴν σανίδα οὗ καὶ τὰ λοιπὰ γράµµατα. Sur les fonctions des agoranomes, Vial p. 232-233, qui n’évoque pas la perception des taxes. Pour une hypothèse sur la localisation de l’agoranomion près de la Salle hypostyle, voir Moretti, Fincker, Chankowski 2012. Sur le produit de ces taxes, voir infra p. 153.

184 IG XI 2, 161, A, l. 36 : τῶν ἰχθύων τῶν ἐν τῆι λίµνηι παρὰ Καλοδίκου ·𐅄Δ· ; IG XI 2, 162, A, l. 41.

185 C’est pourtant le sens que lui donne LSJ, s.v. : « fishery-rights » ; Nouveau Choix, p. 76.

186 Voir chapitre IV sur l’économie.

187 Voir infra à propos des loyers de l’agora.

188 Voir supra p. 117-118.

189 Voir infra p. 170.

190 Sur les revenus des portiques, voir par exemple le cas du portique offert aux Milésiens par Antiochos, fils de Séleucos Ier (OGIS 213). Plus largement sur l’hypothèque des revenus issus de ces installations, voir les exemples rassemblés par Migeotte 1980b.

191 Sur la diataxis, voir infra p. 168-173.

192 Vallois 1944, p. 65, n. 5 et p. 424 ; Vial 1984, p. 214, n. 99. Au contraire, Migeotte 2014, p. 599, considère sur la base de ces attestations que d’autres loyers de l’agora revenaient de plein droit au dieu. Cette interprétation ne paraît pas justifiée par les sources et il ne semble pas que le sanctuaire ait possédé en propre des bâtiments sur l’agora, en plus de son patrimoine de maisons en location.

193 Bogaert 1968, p. 184

194 Le rapprochement entre ce texte et le Portique Sud de l’agora est dû à Vallois 1944, p. 66-67. Il n’est pas possible d’envisager qu’il s’agisse du Portique coudé (cf. Vial 1984, p. 247, n. 309), édifié au iie s. Pour la description des vestiges de ces portiques, voir GD 84.

195 Sur cet emploi de διάφορον, voir par exemple IG XII 7, 388, l. 7 (Amorgos). La lacune ne permet pas de dire s’il s’agissait ici d’un reliquat de capital consacré par un roi antigonide.

196 Jarre no 136, ID 442, A, l. 80-81 : ἀπὸ τῆς Ἕλληνος καὶ Μαντινέως, ἐπὶ Ἀπατουρίου Ποσιδεῶνος, ἔθεσαν ταµίαι εἰς τὸ ἱερὸν Ὀρθοκλῆς καὶ Πολύξενος τὸ διαγραφὲν παρὰ βουλῆς τῆς ἐπὶ Ἀπατουρίου, ὃ κατέβαλον ἐπὶ τὸ ἀρχεῖον Πολυβούλωι οἱ ἐγγυηταὶ οἱ Κλεοπάτρας Ἀπατούριος, Χοιρύλος, Ἀριστόβουλος ΗΗΗ·(« en provenance de la banque d’Hellen et Mantineus, sous l’archontat d’Apatourios, au mois de Posidéôn, les trésoriers Orthoklès et Polyxénos ont déposé une somme qui leur a été remise sur un ordre écrit donné à la banque par le Conseil en fonction sous Apatourios, somme qui avait été versée à Polyboulos dans son bureau administratif par les garants de Kléopatra, Apatourios, Choirylos et Aristoboulos : 300 dr. »).

197 Vial 1984, p. 109-110.

198 Voir la réédition et la traduction de cette inscription dans Chankowski 2012.

199 Voir supra p. 108.

200 Voir supra p. 113-116.

201 Voir supra p. 108-110.

202 Voir supra p. 120.

203 Bruneau 1970, p. 515-584.

204 ἀπὸ τῆς Φίλωνος καὶ Σιλήνου, ἐπὶ Φωκαιέως Ποσιδεῶνος, ἔθεσαν ταµίαι Καίβων καὶ Μνησικλείδης εἰς τὸ ἱερὸν τὸ ἀποταγὲν εἰς τὰς εἰκόνας, οὗ προεχρήσατο ἡ πόλις τῆς δοθείσης δωρεᾶς τοῖς Αἰτωλοῖς κατὰ τὸ ψήφισµα τοῦ δήµου (ID 442, A, l. 87-88) ; ἀπὸ τῆς Φίλωνος καὶ Σιλήνου, ἐπὶ Φωκαιέως Ποσιδεῶνος, ἔθεσαν εἰς τὸ ἱερὸν ταµίαι Μνησικλείδης καὶ Καίβων εἰς τὸ {α} ἀποταγὲν εἰς τὸ χῶµα, οὗ προεχρήσατο ἡ πόλις τῆς δοθείσης δωρεᾶς τοῖς Αἰτωλοῖς κατὰ τὸ ψήφισµα τοῦ δήµου (ID 442, A, l. 89-90).

205 Baslez, Vial 1987, p. 282-283, comprennent que les Étoliens sont les destinataires : « L’argent destiné à “la dôréa qui a été donnée aux Étoliens” a été affecté en 180 à un autre chapitre budgétaire, le fonds réservé pour les travaux d’agrandissement de l’emporion, mais la dôréa avait été réalisée (δοθείσης) ». Cette explication ne rend pas compte de l’emprunt qui est mentionné pour cette opération : voir Migeotte 1984, p. 201 et n. 210, sur l’emploi fréquent de προχράοµαι en ce sens dans les comptes des hiéropes.

206 Sur les négociations avec les Étoliens dès 250, voir le décret IG XI 4, 1050. Baslez, Vial 1987, p. 290 : « leurs entreprises de piraterie n’étaient plus à redouter à cette époque, non seulement à cause des garanties statutaires accordées à Délos dès 250, mais aussi de l’écroulement de leur puissance navale ; c’était tout simplement, comme Mégare, un État avec lequel Délos avait de bonnes relations ».

207 La cité de Délos attribua une couronne d’or à Massinissa (ID 442, A, l. 42-44 et l. 65-67). Sur Hermôn fils de Solôn, Vial 1984, p. 238-239. Sur l’affaire du pseudo-ambassadeur rhodien, qui est en fait un ambassadeur délien nommé Rhodôn, voir Gauthier 1988.

208 Baslez, Vial 1987, p. 291, notent à juste titre qu’en ayant déboursé moins de 1 500 dr. pour la couronne honorifique à Massinissa, les Déliens obtiennent plus 9 900 dr. de revenu dans la caisse du sitônikon grâce à la vente du blé offert par le roi numide.

209 Chankowski 2008b et infra p. 228.

210 Voir supra p. 108 et p. 116.

211 Voir infra sur la diataxis, p. 168-173. Pour l’époque de la seconde domination athénienne, Migeotte 2014, p. 674, cite l’allocation reçue par le gymnasiarque Pausanias, mais le mécanisme est différent : voir infra n. 266.

212 Vial 1984, p. 142-143, considère qu’il s’agit du remboursement d’une avance faite par le sanctuaire pour ce même poste budgétaire des assemblées : cette interprétation ne s’impose pas car les Déliens ont pu verser un revenu non employé pour un remboursement de prêt d’une autre nature.

213 Migeotte 2014, p. 389-391, fait le point sur les indemnités de participation aux assemblées mais n’envisage pas le cas délien. Vial 1984, p. 142-143, n’envisage que les dépenses honorifiques.

214 Baslez, Vial 1987.

215 Voir à ce sujet Bresson 2007b. Selon Gabrielsen 1997, p. 43, la somme aurait servi à payer les services de la flotte rhodienne. Cette vision est confortée par le texte de Diodore (XX, 81, 3) qui souligne le rôle de Rhodes dans la lutte contre la piraterie au bénéfice des Grecs dès avant 306. Références dans Migeotte 2014, p. 669, n. 295.

216 Voir infra p. 173 à propos des subventions versées dans la caisse sacrée.

217 Bruneau 1970, p. 65.

218 Vial 1984, p. 243-244.

219 Contrairement à l’affirmation de Migeotte 2014, p. 604, il n’y a pas de raison de considérer que les boônai auraient eu l’obligation de remettre systématiquement le produit de la vente des peaux dans la caisse sacrée. Il s’agit d’une recette publique, qui peut être affectée de différentes manières.

220 Bruneau 1970, p. 261.

221 Sur Philippos et Xénophon de Cos, voir Massar 2005, p. 128-129 et 143-144.

222 Inversement, la cité construit grâce à des emprunts au trésor sacré un portique au iiie s., probablement le Portique Sud de l’Agora tétragone, mais laisse la caisse sacrée financer des travaux pour d’autres portiques au iie s., probablement le Portique coudé. Voir supra p. 155.

223 Le terme de chôma a été diversement analysé par les commentateurs : Ph. Bruneau considère qu’il s’agit, au sens large, d’un remblai amassé au sud du sanctuaire pour étendre le Quartier du théâtre (Bruneau 2006, p. 555-561) ; pour Reger 1988, il s’agit exclusivement d’un môle ou d’un quai alors que c’est le pluriel qui signifie « remblais ». Hellmann 1992, p. 437-439, aboutit quant à elle à la conclusion que le terme désigne un remblai, un terrassement. La découverte d’un monument archaïque sur le front de mer a permis à J.- Ch. Moretti de démontrer que les travaux avaient plus largement concerné, dès le ive s., l’aménagement du port (Moretti 1998).

224 Voir infra p. 288-290.

225 Vial 1984, p. 141, n. 89. Elle allègue à l’appui de cette interprétation l’unique attestation du terme grammateion dans le sens de « bâtiment public », chez Poseidonios (Athénée, V, 210 f = XII, 527 e-f), mais il s’agit d’une description ironique des habitudes des Syriens et le terme de grammateion y est pris dans le sens de « salle de banquet » : les Syriens appellent leurs salles de banquet grammateia, ce qu’il faut plutôt comprendre comme le fait qu’ils utilisent leurs grammateia comme salles de banquet.

226 Reger 1993 ; Sosin 2002 ; Fantasia 1989.

227 Reger 1993, p. 318, avec une traduction fautive corrigée par Sosin 2002, p. 65-66. Le chiffre exact qui se lit sur la pierre est 10 050 dr. et non 15 000 dr. : Chankowski, Feyel 1997, p. 123.

228 Reger 1993, p. 318-319, avec une erreur d’interprétation des chiffres et les corrections de Sosin 2002, p. 66-68 ; Fantasia 1989, p. 49.

229 Reger 1993, p. 318-319, et malgré les doutes exprimés par Sosin 2002, p. 67-68.

230 Reger 1993, p. 322, et Sosin 2002, p. 68-72. Chankowski dans Bull. 2004, 373.

231 Reger 1993, p. 322.

232 Ce qui est aussi la traduction du Nouveau Choix, p. 151. Également Larsen 1938, p. 345 ; Fantasia 1989, p. 52-53.

233 Voir supra p. 52.

234 Sosin 2002, p. 70.

235 Migeotte 1993.

236 Tréheux 1986b.

237 Fantasia 1989, p. 51-52. L’erreur consistant à considérer que le montant du fonds délien était de 55 680 dr., soit le total des sommes en circulation, est reprise par Migeotte 1991, p. 31-32 ; Reger 1993, p. 319.

238 Sosin 2002, p. 76 et les tableaux présentés p. 72-74.

239 Voir supra chapitre I p. 61-65.

240 Reger 1993, p. 322.

241 Sosin 2002, p. 77-78.

242 Contra Sosin 2002, p. 72, qui les inclut dans les calculs qu’il présente.

243 Bresson 2001 et Bresson 2014 ; Chankowski 2014a.

244 Voir supra chapitre II p. 82. On se rapportera pour ce qui suit au tableau des jarres donné en Annexe 2.

245 En dernier lieu sur la diataxis délienne, Migeotte 2005 et Migeotte 2014, p. 672-673 ; également Vial 1984, p. 140-142 ; Francotte 1909, p. 133-156 et 213-230. Sur la répartition des fonds publics dans d’autres cités, Robert 1949 (Hellenica VII), p. 177-178 ; Robert 1950 (Hellenica IX), p. 7-18 ; Robert 1964, p. 16-17. Voir également à propos du merismos athénien Faraguna 1992, p. 177-194, et Migeotte 2014, p. 444-449.

246 Migeotte 2005, p. 37, et Migeotte 2014, p. 672-674 (citation p. 673).

247 Vial 1984, p. 140 et n. 88, cités par Migeotte 2014, p. 672, n. 305, qui doute de l’argument. Mais voir Robert 1950 (Hellenica IX), p. 15-16, sur ce vocabulaire. Le fait que les fonds non affectés soient nommés, au iie s., tantôt adiatakta et tantôt akatatakta montre bien que l’alternance entre les deux termes est en vigueur tout au long de l’Indépendance.

248 Il paraît donc tout à fait abusif de conclure (Migeotte 2014, p. 674) que la diataxis délienne « n’exigeait aucune répartition des sommes à différents magistrats, puisque les trésoriers étaient les seuls à manier les fonds publics ». Quant au cas du gymnasiarque Pausanias lors de la seconde domination athénienne (Migeotte, idem), il relève d’une situation proprement athénienne qui n’est nullement comparable (voir infra p. 99 au sujet de l’administration financière athénienne du iie s.).

249 Sur les pouvoirs financiers de l’Assemblée, Vial 1984, p. 138-146.

250 Sur cette distinction, voir chapitre I p. 49.

251 Τρίτον δὲ τὴν πολιτικήν. Ταύτης δὲ κρατίστη µὲν πρόσοδος ἡ ἀπὸ τῶν ἰδίων ἐν τῇ χώρᾳ γινοµένη. Εἶτα ἡ ἀπὸ τῶν ἐµπορίων καὶ διαγωγῶν. Εἶτα ἡ ἀπὸ τῶν ἐγκυκλίων. « Dans la troisième espèce d’administration, celle de la cité, les revenus les plus importants sont ceux que l’on tire des produits propres au territoire, ensuite les impôts sur les ports de commerce et les voies de transit, enfin les revenus des taxes affermées ». Voir à ce propos Chankowski 2007.

252 Voir supra p. 13-17.

253 Vial 1984, p. 382-383 : « Délos, certes, n’ignorait pas l’évergétisme mais il était le fait des étrangers et des rois, non des citoyens ».

254 Bogaert 1968, p. 50-52 et 138.

255 Sur le rôle du Conseil dans l’exécution des débiteurs, voir Vial 1984, p. 109-110.

256 Sur le passage de l’Artémision au temple d’Apollon, voir supra chapitre I p. 27-31.

257 Voir par exemple les réactions de Vial 1984, p. 171 ; Migeotte 2014, p. 656. En ce sens, la présentation que je propose des finances déliennes dans cet ouvrage diffère profondément de celle, toute récente, de L. Migeotte dans Migeotte 2014 : sa vision des finances déliennes est beaucoup trop statique, parce qu’il a cherché à inscrire les différentes données issues des comptes dans des catégories pré-construites, sans tenir compte de la réalité des interactions entre la caisse publique et la caisse sacrée, voire en les refusant comme c’est le cas à propos des balances de comptes communes.

258 Finley 1951, p. 95.

259 Voir par exemple l’analyse de T. Linders à propos des trésors des « autres dieux » dans l’Athènes classique (Linders 1975) ou celle plus récente de N. Papazarkadas sur la terre sacrée en Attique (Papazarkadas 2011) : cf. p. 243, à propos de la propriété des terres sacrées : « it simply lay beyond the public sphere ». Voir sur ce point les critiques de Rousset 2013.

260 Migeotte 2006, p. 234. Également Migeotte 2014, p. 21 et n. 6, p. 23 et n. 12.

261 Chankowski 2008a, p. 144-145.

262 Voir à ce sujet Dignas 2002 ; Chankowski 2011b.

263 Dans le même sens qu’à Délos, par exemple, une inscription de Thespies donne comme intitulé d’un inventaire ιερὰ χρέµατα Θεσσπιέων, « les biens sacrés des Thespiens » (Platon, Feyel 1938, p. 149-166 ; P. Roesch, Inscriptions de Thespies 38, l. 2-3 : http://www.hisoma.mom.fr/production-scientifique/les-inscriptions-de-thespies, consulté le 08/03/2019).

264 Voir les remarques de Rousset 2015. Dignas 2002 envisage les répercussions de cette question sur la situation des sanctuaires d’Asie mineure, dont certains sont issus de traditions orientales différentes et connaissent des évolutions institutionnelles au cours de la période hellénistique, comme c’est le cas pour Labraunda sous la responsabilité de la cité de Mylasa.

265 Papazarkadas 2011.

266 Rousset 2013, p. 113-133 (« a common and indivisible ownership », p. 129) ; Rousset 2015. Tout en souscrivant à l’essentiel des conclusions de l’auteur, il me semble toutefois que la notion juridique de personne morale que représente le dieu et qui justifie l’existence de la propriété est sous-estimée dans cette interprétation (ainsi, les divinités ne sont pas simplement du point de vue juridique des prête-nom pour des lignes de comptes, comme il est suggéré dans Rousset 2015, p. 385). Il en va de même pour la définition juridique du sanctuaire, domaine de la divinité lui-même borné, qui est bel et bien défini dans le cadre de la cité (par ex. Rousset 2015, p. 386 : « “Le sanctuaire” n’a pas d’existence financière ou juridique propre dans le monde des cités grecques »).

267 Ce que confirment d’autres théories modernes du management : voir par exemple A. P. Sloan, My Years with General Motors (1963) (trad. fr. Mes années à la Général Motors [1966]), cité dans Ch. Thuderoz, Histoire et sociologie du management. Doctrines, textes, études de cas (2006), p. 105-106.

Table des illustrations

Titre Tableau 30 — Schéma d’organisation de la caisse sacrée délienne.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5614/img-9.png
Fichier image/png, 49k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5614/img-11.png
Fichier image/png, 314k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5614/img-12.png
Fichier image/png, 304k
Titre Tableau 36 — Organisation des ressources et mouvements de fonds entre les deux caisses.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5614/img-13.png
Fichier image/png, 391k

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search