Version classiqueVersion mobile

Parasites du Dieu

 | 
Véronique Chankowski

Chapitre II

La fortune sacrée : bilan des avoirs

Texte intégral

  • 1 Athénée, IV, 173, b-c : παράσιτοι τοῦ θεοῦ.

1Les récits mythologiques mettaient en évidence l’étonnant contraste entre une île sans ressources naturelles et la richesse dont elle jouissait (Hymne homérique à Apollon, v. 51-61 ; Callimaque, Hymne à Délos, v. 260-263). Cette richesse était toute relative par rapport à d’autres « grandes fortunes » de la période classique et de la période hellénistique, mais les récits mythiques consacraient par là une réaction qui devait être commune à bien des pèlerins et observateurs de la vie délienne : le constat d’un paradoxe pour une toute petite île devenue exceptionnellement riche. Les Déliens vivaient dans l’aisance au regard de leurs faibles ressources naturelles, et cette richesse était imputée au sanctuaire d’Apollon. Dans le registre péjoratif, le qualificatif de « parasites du dieu » donné par Criton le Comique aux Déliens exprime l’autre face d’une même réalité1.

Le développement de la fortune monnayée du sanctuaire

  • 2 Chankowski 2008a, p. 324-337.
  • 3 Les fiches épigraphiques en annexe (Annexe 1) présentent une version analytique de la comptabilité (...)

2C’est à partir des fonds laissés en caisse par les administrateurs athéniens que les Déliens ont poursuivi le développement de la fortune sacrée. J’ai eu déjà l’occasion d’aborder cette question dans mon étude sur Athènes et Délos à l’époque classique à propos du problème de l’aparchè, qui m’a amenée à m’interroger sur la continuité des fonds, à la recherche d’une éventuelle résurgence des capitaux de l’aparchè après le départ des Athéniens2. Je reprends ici la question des encaisses du trésor sacré dans une autre perspective, celle de la gestion par les Déliens des avoirs du sanctuaire et, partant, de la capacité de financement du trésor3.

  • 4 C’est à mon sens l’erreur de méthode des raisonnements de Migeotte 2014, p. 649-653.

3Il convient, pour obtenir une vision aussi complète que possible des avoirs du sanctuaire, de prendre en considération non pas les encaisses de début d’exercice, qui peuvent varier de façon aléatoire selon l’ampleur des prêts consentis momentanément à la cité4, mais de reconstituer les balances de comptes, qui nous permettent de percevoir le volume global des mouvements de fonds dans la caisse sacrée et, le cas échéant, de restituer l’un des termes manquants pour aboutir à une vision plus précise de la composition du compte. En effet, comme on le verra, d’importantes sommes mobilisées en prêts viennent compliquer l’évaluation globale de la fortune d’Apollon d’année en année. En additionnant l’encaisse reçue et les entrées de l’année, ou en déduisant ce chiffre de la seconde partie de la balance qui concerne les sorties, nous pouvons obtenir de l’évolution des fonds une vision plus exacte que par la comparaison des seules encaisses : les balances de compte, qu’elles soient formulées comme telles par les hiéropes ou restituées par nous à partir des chiffres existant, permettent de comparer avec plus d’exactitude la masse monétaire brassée par les administrateurs. C’est au moins le cas pour la documentation du iiie s., avant que les principes d’inventaire de la caisse sacrée et de la caisse publique par les hiéropes à partir du début du iie s. ne compliquent le processus.

4La transcription de la balance de compte est une pratique comptable inégalement suivie par les hiéropes, comme nous avons eu l’occasion de l’étudier dans le chapitre précédent consacré aux pratiques comptables. Les balances sont restituées ici systématiquement selon un principe unique, à partir des indications disponibles dans les comptes : les balances doivent totaliser, d’un côté l’ensemble des entrées (encaisse + recettes de l’année), de l’autre l’ensemble des sorties (dépenses de l’année + solde transmis au collège suivant).

5L’étude qui suit s’appuie sur les fiches épigraphiques données en annexe, qui présentent les comptes tels qu’ils ont été rédigés par les hiéropes, ainsi que sur des tableaux de synthèse qui montrent l’évolution des fonds maniés par les hiéropes en reconstituant les mouvements de fonds, et auxquels on se reportera (Annexe 1 et tableaux 7 à 10 du présent chapitre). En effet, il est nécessaire, pour obtenir un résultat aussi proche que possible de la réalité des avoirs déliens, et en raison des nombreuses lacunes de la documentation, de travailler à la fois sur les chiffres transmis par les fragments des comptes (transcrits en annexe dans les fiches épigraphiques) et sur des reconstitutions (présentées dans les tableaux) à partir des données récurrentes dont nous pouvons disposer pour extrapoler lorsque les chiffres manquent.

L’accroissement régulier des fonds

  • 5 Les hiéropes ont abandonné la comptabilité en talents, héritée de l’administration athénienne, peu (...)

6La fortune d’Apollon s’est accrue de façon régulière au cours de l’Indépendance, à partir des 7 talents trouvés en caisse en 313 (fig. 5 et tableau 7). En 250, elle atteint 12,5 talents, puis 14,8 talents en 218 et 15,5 talents en 1795. Cet accroissement était créé par les bénéfices des recettes, que n’entamait pas complètement l’activité de construction.

  • 6 Voir infra p. 175-177 ; Chankowski 2008b et 2014a ; Bogaert 1968, p. 126-165, sur ces banques.
  • 7 Vial 1984, p. 225-227.

7On constate aisément la continuité des fonds entre 313 et 217. À trois reprises lorsque l’on dispose de comptes consécutifs, entre 279 et 278, entre 269 et 268 et entre 218 et 217, le montant transmis, qui correspond au solde réel de l’exercice après déduction des dépenses, se retrouve dans l’encaisse de l’exercice suivant : les bénéfices réalisés sont transmis régulièrement et directement, en totalité, aux hiéropes qui ont la responsabilité de la caisse sacrée. Certains fonds transitaient par des banques, mais celles-ci ne faisaient qu’assurer des opérations comptables6. Toutefois l’encaisse pouvait être reçue en plusieurs fois car les hiéropes percevaient encore des sommes après la clôture de leur exercice : en effet, les procédures d’encaissement par le collège précédent pouvaient être longues et se prolonger sur une voire plusieurs années7.

Fig. 5 — Évolution des balances de comptes.

Fig. 5 — Évolution des balances de comptes.

8Le tableau 7 reprend les données présentées et expliquées dans les fiches épigraphiques (Annexe 1). Plusieurs chiffres ont été déduits d’une analyse de chacun des comptes : on se reportera donc aux explications fournies en annexe. Les chiffres s’entendent en drachmes. Pour faciliter les estimations, il n’a pas été tenu compte des subdivisions de la drachme dans ces totaux, alors que les données présentées en annexe les incluent. Lorsque le montant de la balance est conservé explicitement dans le compte, il est indiqué en gras. Les équivalents en talents sont donnés entre parenthèses dans la colonne des balances pour faciliter la perception des montants et les comparaisons, mais le talent n’est plus mentionné comme unité de compte monétaire à partir du iiie s. dans les comptes des hiéropes.

Tableau 7 — Estimation de l’évolution des avoirs dans la caisse sacrée.

date référence
(IG XI 2)
encaisse recettes dépenses solde balance
313 135 [42 358] 17 513
(intérêts, fermages,
taxe sur la pourpre,
kopros)
1 678 58 183 59 861
(9,9
 T)
Peu
avant
301
144 55 074 21 685 (+)
(dont fermages et
autres recettes)
[76 759 +]
(12,7 T)
298 148 46 900 [30 100] 21 270
(dont prêts :
17 000)
55 730 [77 000]
(12,8 T)
287 155 57 724 12 361 45 360 57 722
(9,6
T)
282 158 70 291 [12 148] 82 204
(dont prêts :
24 975)
[82 439]
(13,7 T)
281 159 ?
(dont
remboursement
de prêt :
18 879)
81 287,5
(dont prêts)
5 220 [86 507, 5]
(14,4)
279 161 19 348 [34 814]
dont
remboursement
de prêt :
18 278
12 720 41 442
(dont
réserve :
24 630)
54 162
(9
 T)
[+ hors
caisse : prêts]
278 162 41 442
(dont
réserve :
24 630)
37 275 [78 717]
(13,1 T)
276 163 83 835
(dont
réserve :
35 000)
269 203 13 346 44 000 (+)
(dont créances)
[30 152] [27 194] [57 346]
(9,5 T)
268 204 27 194
259 224a 31 310
250 287 48 984 [26 023]
(dont remboursements : 10 545)
22 736
(dont prêts :
6 750)
[52 170,8] 74 907,5b
(12,5
T)
date référence (ID) encaisse recettes dépenses solde balance
246 290 17 631
+[44 590]
16 401 + 16 404 60 993 [77 397]
(12,8 T)
231 316 72 397 [13 783] 6 630
(soit travaux
3 160
+ subvention
pour les aulètes
3 470)
79 550 86 180c
(14,3
T)
date Référence
(
ID)
encaisse recettes dépenses solde balance
230 317 72 600 +
(12,1
T)
218 354 74 679 [12 505]
(dont
remboursement
de prêt :
7 331)
65 445
(dont prêts
à la cité
61 634,5)
23 739 [89 184]
(14,8 T)
217 355 23 739
209 362 + 364 10 313 +d [2 350 +] ?
Dont sitônia :
13 014
27 488 [40 502 +]
(6,7 T +)
208 365 [27 488] [19 512] [36 680] 10 320 47 000
(7,8
T)
206 368 27 500 +
200 372 Dont
 loipon
4 895
44 989,3
(7,4
T)
vers
200
376 48 992
(8,1
T)
192 399 39 005
après retraits
54 277 (dont
remboursements
de prêts par la
cité : 28 975
au minimum)
[93 282 +]e
(15,5 T +)
179 442 60 929 32 186,6
(dont
remboursements
de prêts :
2 350 et χαλκοῦ :
3 733)
18 681,6
(dont prêts :
3 200)
74 434,6 [93 116,2]
(15,5 T)
177 444 6 190 63 962
173 455
+ Γ 766γ
70 000 +
a. Le compte 224 est la stèle de l’année 258 mais contient la mention du solde de l’année précédente (perion).
b. Annexe 1 à propos de ce chiffre et d’une probable erreur de gravure.
c. Ce bilan établi par les hiéropes de 231 ne tient pas compte des recettes et dépenses de l’année : un perion a dû être enregistré ultérieurement.
d. Les comptes de ces années sont très fragmentaires. Le compte ID 364, A, l. 22, mentionne une autre transmission aux hiéropes de 208, dont le chiffre n’est pas conservé.
e. À partir de 192, les comptes qui inventorient la caisse publique et la caisse sacrée sont construits sans tenir compte des recettes périodiques, qui constituent un fonds de roulement dont les hiéropes déduisent les dépenses courantes. Ils ajoutent seulement le solde (perion) de ce compte périodique au total de la balance.

Les sommes mobilisées en prêts

  • 8 Vial 1988, p. 140 ; Bogaert 1968, p. 131-153 et 159. Migeotte 2014, p. 624-626.

9Une partie des fonds appartenant au dieu était régulièrement mobilisée en prêts, tant à la cité de Délos qu’aux particuliers, Déliens ou résidant à Délos. La plupart des prêts à la cité étaient remboursés dans l’année et n’étaient donc que des avances de trésorerie8 : ainsi, plusieurs jarres entrées au cours de l’année 179 et répertoriées dans l’inventaire du compte ID 442 A enregistrent des dépôts effectués par les trésoriers de l’année, parfois aussi par ceux de l’année précédente, conformément à la diataxis votée par l’Assemblée, qui affectait des revenus publics au remboursement des emprunts. Ces prêts à la cité apparaissent donc régulièrement dans la comptabilité des hiéropes.

  • 9 Vial 1988, p. 55 et n. 26.

10D’autres prêts, consentis à des particuliers, sont plus difficiles à évaluer car ils étaient accordés de façon illimitée et pouvaient courir sur plusieurs générations9. Les chiffres des encaisses sont donc en deçà de la réalité dans l’enregistrement des avoirs du dieu, puisqu’une partie des sommes mobilisées en prêts n’apparaît pas dans le compte annuel.

  • 10 Bogaert 1968, p. 158.
  • 11 Les calculs présentés par Larsen 1938, p. 339, reposent sur une mauvaise compréhension de la struct (...)
  • 12 Je me sépare ici des calculs de Bogaert 1968, p. 159, qui considère qu’il faut doubler le montant i (...)

11Il faudrait, à partir des intérêts enregistrés et des arriérés impayés inventoriés par les hiéropes, calculer le montant des capitaux en circulation hors de la caisse sacrée. Pour l’année 279, R. Bogaert calcule d’après les intérêts versés (638 dr.) et les arrérages (326 dr.) qu’au moins 9 647 dr. étaient placées chez des particuliers10. S’y ajoute un prêt de 5 talents à la cité d’Hermionè, dont les intérêts étaient encore payés en 278. En 282, le sanctuaire avait consenti un emprunt de 24 975 dr. à la cité, qui en a remboursé 18 879 en 281 (IG XI 2, 158, B, l. 32-45). Ce sont donc au moins 50 743 dr. (soit 7,6 talents) qui sont hors de la caisse et invisibles dans la balance du compte en 27911. En 218, 1 548 dr. furent payées au titre des intérêts d’emprunt par des particuliers, qui indiquent qu’au moins 2,5 talents étaient mobilisés en prêts tandis que d’autres intérêts encore sont inscrits, en 219, dans la rubrique des impayés12.

  • 13 Migeotte 2013, p. 320, considère d’après le premier compte, IG XI 2, 135, l. 16-22, que 44 080 dr. (...)

12Il est toutefois difficile de calculer ces sommes avec régularité au cours de la période, étant donné les lacunes de la documentation : nous n’avons pas toujours trace du moment des remboursements de prêts et il est également impossible d’évaluer avec exactitude à partir des versements d’intérêts les sommes prêtées aux particuliers puisque les paiements ne sont pas réguliers13.

  • 14 Voir infra chapitre I p. 46 sur les méthodes comptables.

13Ces sommes mobilisées en prêts suffisent en tout cas à expliquer les variations d’ampleur des encaisses, au gré des remboursements ou des nouveaux emprunts. Comme on vient de le voir, alors que la balance de l’année 279 se monte d’après le compte à 9 talents, le montant total des avoirs doit être augmenté au moins des 9 647 dr. empruntées par des particuliers et des 6 096 dr. du prêt encore en cours auprès de la cité de Délos : la caisse sacrée totaliserait donc au moins 11,6 talents. Avec le prêt à la cité d’Hermionè, qui est encore en cours, elle atteint 17,4 talents. De plus, en 281, alors que la cité délienne avait remboursé une partie de la dette contractée en 282, d’autres prêts ont dû lui être consentis car le bilan du compte enregistre un montant total des dépenses incluant les prêts (IG XI 2, 159, A, l. 68-69 : σύµπαγ κεφάλαιον ἀναλώµατος σὺν ὧι ἡ πόλις ὀφείλ[ει]) qui se monte à 81 287 dr. 3 ob. ¾ ob. 1 ch. Or cette formule ne se trouve que lorsque le prêt a eu lieu dans l’année et doit figurer dans le total des sorties14.

  • 15 Sur le lien possible avec les frappes monétaires de la cité durant ces années, voir infra p. 200.
  • 16 Aussi n’est-il pas nécessaire de faire intervenir, comme je le faisais dans Chankowski 2008a, p. 33 (...)

14Un compte complet, comme celui de l’année 279 (IG XI 2, 161), permet d’établir plus facilement des ordres de grandeur. En se fondant sur le chiffre des dépenses pour les travaux et le fonctionnement de l’année 279, qui n’atteignent pas 13 000 dr., on devine que les retraits pour emprunts ont pu, de nouveau, être très importants, si bien que le solde transmis n’est que de 5 220 dr. en 281 (l. 69-70)15. D’autres emprunts à la caisse sacrée ont été effectués par la suite et produisent des effets semblables. Par exemple, en 218, la cité de Délos a emprunté 10,2 talents à la caisse sacrée, qu’elle rembourse progressivement dans les années qui suivent (on sait par exemple qu’au moins 6,7 talents sont remboursés en 192). Aussi, en 192 et en 179, la balance compte encore plus de 15 talents. Ces gros emprunts expliquent à eux seuls une période de baisse des avoirs, entre 218 et 192, bien visible dans le graphique présenté plus loin. Le retour de ces sommes dans la caisse sacrée, autour de 192, explique la remontée du niveau des avoirs16. On le voit, ce sont, pour la cité de Délos, des avances de trésorerie qui n’impactent pas fondamentalement l’état de la fortune du dieu sur le long terme.

L’apport des recettes régulières

  • 17 Voir infra chapitre III p. 175.

15Les recettes régulières du sanctuaire fournissaient un revenu suffisant pour assumer les dépenses courantes. Les comptes du iie s. montrent qu’une fois déduites les dépenses courantes, elles laissaient encore, à cette époque, un bénéfice annuel d’environ 4 000 dr. qui venait grossir l’encaisse d’année en année. Sur trente ans, entre 200 et 169, le bénéfice total pouvait être de 20 talents, ce qui permettait au sanctuaire d’atteindre un équilibre budgétaire satisfaisant, en dépit des prêts de longue durée et des investissements lourds que représentaient les travaux (tableau 8). Les excédents produits par certains capitaux productifs étaient également versés dans la caisse sacrée et venaient grossir le capital initial17.

Tableau 8 — Reliquats de comptes.

Les montants ci-dessous indiquent les sommes conservées sous le libellé de perion de la stèle dans les inventaires de jarres. Le reliquat de l’année était transmis en plusieurs fois si bien que les chiffres indiqués ici doivent être considérés comme des minima, sauf lorsque le compte indique un total. Ainsi pour l’année 179, le compte ID 442 permet de calculer le perion qui se monte à 8 692 dr. alors qu’une jarre contenant seulement 571 dr. est enregistrée dans un inventaire ultérieur (461, Aa, l. 10-11). Lorsqu’il est explicitement inscrit sur la stèle sous le libellé de perion, le chiffre est indiqué ci-dessous en gras.
250 (287) [3 187]
218 (354)a [3 465,5]
200 (372, A, l. 190-193) 3 895 dr.
194 (399, A, l. 28-29) 726 dr.
181 (442, A, l. 31-32 ; 49-50 ; 461, Aa, l. 39) 1 741 dr. (70 + 1 600 + 71)
182 (442, A, l. 34-37) 5 561 dr. (449 + 763 + 4 349)
180 (442, A, l. 41 ; 461, Aa, l. 18) 1 807 dr. (240 + 1 567)
179 (442, A ; 461, Aa, l. 10-11) [8 692 dr.]
177 (444, A, l. 54) 6 190 dr.
176 ou 175 (455, Ab, l. 14) 6 200 dr.
174 (455, Aa, l. 15 ; Ab, l. 15) 4 850 dr. (1 800 + 3 050)
173 (461, Aa, l. 45-46 ; 68) 2 888 dr. (2 168 + 720)
172 (461, Aa, l. 47 ; 56 ; 75) 4 482 dr. (300 + 582 + 3 600)
169 (461, Ab, l. 55) 5 376 dr.
Moyenne sur tous les montants conservés 3 974,18 dr.
Moyenne sur tous les montants 4 218,60 dr.
a. Il est possible de restituer le montant du perion grâce à la balance de compte, auquel il a manifestement été ajouté, comme c’est le cas pour le compte de 179 : voir infra p. 362.

Les travaux

  • 18 Voir à ce propos les conclusions de V. Mathé, dans une thèse intitulée « Le prix de la construction (...)
  • 19 Voir les tableaux présentés par Fraisse, Moretti 2007, p. 203-206, qui montrent également les lacun (...)
  • 20 Fraisse, Moretti 2007, p. 235 ; Moretti 2010.
  • 21 Burford 1969, p. 83.

16Les travaux de construction constituaient en revanche, par leur ampleur, un poste budgétaire susceptible d’entamer les réserves du dieu. Il est souvent impossible de calculer le coût total d’un monument, en dépit de la richesse de la documentation délienne18. La construction du Théâtre fut financée par la caisse du sanctuaire sur décision de l’Assemblée délienne. Les hiéropes ont donc enregistré des adjudications pour des travaux qui s’étalèrent sur près de soixante-dix ans entre la fin du ive s. et le milieu du iiie s., atteignant un montant total conservé de 13 300 dr., soit 2,2 talents. Ce chiffre est certainement en dessous de la réalité en raison des lacunes de la documentation19. J.-Ch. Moretti et Ph. Fraisse notent à juste titre que le véritable coût du Théâtre paraît impossible à estimer20. A. Burford, quant à elle, a évalué le coût du théâtre d’Épidaure à 10 talents21.

  • 22 Feyel 2006, tableau 34 et graphique 54, p. 481.

17Chr. Feyel a relevé l’évolution des montants consacrés par le sanctuaire aux travaux entre 304 et 24622 : il apparaît qu’à partir des années 280, les hiéropes leur ont consacré régulièrement des sommes de 2 ou 3 talents par an aux travaux. Jusqu’au milieu du iiie s., ils ont au minimum dépensé entre 11 et 12 talents en travaux de construction et d’entretien. Ce chiffre étant fondé sur les sommes conservées, il faut probablement le réévaluer à la hausse. Entre les années 230 et la fin de l’Indépendance, les hiéropes ont pu dépenser jusqu’à 2 talents par an, mais souvent moins (tableau 9).

  • 23 Voir supra chapitre I p. 29.

18Si l’on admet une dépense moyenne de 1,18 talent par an, correspondant à la moyenne des sommes conservées pour les dépenses de travaux sur toute la période de l’Indépendance, le sanctuaire aurait pu dépenser en entretien et constructions, entre les années 280 et les années 170, un total de 130 talents (soit 780 000 dr.). Mais l’activité de construction n’a pas été égale sur toute la période. Les gros chantiers de construction de l’Asklépieion, du Kynthion, du temple d’Apollon et du Théâtre appartiennent à la première moitié du iiie s. Les comptes de la seconde moitié du iiie s. sont beaucoup plus mutilés mais ils ne semblent pas comporter des travaux de même ampleur. C’est à la fin du iiie s. que reprennent, à partir de 208, de gros travaux pour l’édification de la Salle hypostyle, mais aussi à l’Artémision où les travaux de construction du temple D sont attestés en 179, probablement dans une phase d’achèvement23. En cherchant à obtenir une évaluation des dépenses engagées par le sanctuaire, on peut donc avec plus de vraisemblance comptabiliser environ quatre-vingts ans de travaux importants sur la totalité de la période. En conservant la moyenne de 1,18 talent dépensé par an, le sanctuaire aurait engagé sur quatre-vingts ans 94,4 talents dans la construction (soit 566 400 dr.).

19Or, même si les hiéropes ont régulièrement puisé dans les réserves du sanctuaire pour financer les travaux, cette dépense a pu être compensée graduellement par les bénéfices réalisés sur les recettes : nous avons calculé qu’entre 200 et 169, où ces bénéfices sont attestés, ils ont pu rapporter au sanctuaire une vingtaine de talents. Si l’on étend ce calcul sur la totalité de la période, soit cent quarante-cinq ans, on obtient un bénéfice total de 96,6 talents (soit 580 000 dr.) qui couvre l’investissement en travaux.

Tableau 9 — Dépenses pour travaux.

(sont considérés ici les comptes où le chapitre des dépenses pour travaux est relativement complet)
304 (IG XI 2, 144) 5 586 dr.
302 (IG XI 2,145) 2 337 dr.
296 (IG XI 2, 154) 517 dr.
282 (IG XI 2,158) 2 164 dr.
279 (IG XI 2, 161) 11 730 dr.
276 (IG XI 2,163) 4 978 dr.
274 (IG XI 2,199) 17 070 dr.
269 (IG XI 2, 203) 9 505 dr.
250 (IG XI 2, 287) 13 289 dr.
246 (IG XI 2, 290) 12 690 dr.
231 (ID 316) 3 160 dr.
218 (ID 354) 341 dr.
208 (ID 365) 8 830 dr.
207 (ID 366) 12 095 dr.
200 (ID 372) 824 dr.
vers 200 (ID 402) 495 dr.
179 (ID 442) 9 703 dr.
169 (ID 461) 12 688 dr.
TOTAL 128 002 dr.
soit 21,33 talents pour dix-huit années
soit en moyenne 1,18 talent par an

20Ces chiffres sont issus de calculs fondés sur des moyennes et des probabilités : ils n’ont bien entendu d’autre but que de fournir un ordre de grandeur et ne doivent en aucun cas être considérés comme une réalité budgétaire. Ils ne sont toutefois pas absurdes au regard de l’activité architecturale développée au cours de l’Indépendance et en tenant compte des possibilités d’accroissement de la fortune sacrée par le produit des bénéfices.

  • 24 Feyel 2006, p. 481. Cette conclusion est reprise par Migeotte 2014, p. 641-642 : « La lenteur des c (...)
  • 25 Voir infra chapitre V p. 243.

21Nous ne souscrirons toutefois pas à la conclusion de Chr. Feyel, selon laquelle l’activité de construction du sanctuaire aurait été limitée par les emprunts qu’imposait la cité à la caisse sacrée et qui auraient empêché le sanctuaire d’investir davantage dans l’activité de construction24. La réalité qui ressort de l’étude des comptes est différente : le sanctuaire exploitait jusqu’aux limites de leurs capacités de production les artisans disponibles autour de Délos25, si bien que c’est plutôt la part occupée par les dépenses de travaux qui, à un rythme annuel, pouvait éventuellement freiner les possibilités d’emprunts de la cité à la caisse sacrée.

  • 26 Sur ce principe de l’administration athénienne à Délos, Chankowski 2008a, p. 319-322 ; Chankowski 2 (...)
  • 27 Voir infra chapitre III p. 173-178.

22Surtout, la logique de caisses instaurée par les Athéniens semble bien avoir prévalu comme méthode d’administration financière chez les Déliens de l’Indépendance, si bien que les recettes annuelles du sanctuaire servaient de fonds pour les travaux26. Cela explique aussi que, au iie s., des recettes suffisamment importantes aient permis à la caisse sacrée d’assumer des travaux sur des bâtiments publics, certainement pour la seule raison que des fonds étaient disponibles27.

23Au total, les réserves du sanctuaire n’ont pas dû être gravement entamées par l’activité de construction, qui pouvait rester fondée sur le roulement des bénéfices réalisés. On comprend donc que les balances de comptes, tout au long de la période considérée, manifestent une relative stabilité des avoirs du dieu, aux alentours de 13 ou 14 talents.

La question des gonflements d’encaisse à la fin de l’Indépendance

24L’évolution des fonds entre la période classique et la fin du iiie s. peut se comprendre simplement par l’accroissement des bénéfices du sanctuaire et l’évolution des besoins financiers de la cité (tableau 10).

  • 28 Voir également la chronologie des inscriptions présentée en Annexe 7.
  • 29 Étienne 1990, p. 111.

25La situation est plus complexe au iie s., car les comptes des hiéropes, à partir de 192, enregistrent à la fois les fonds de la caisse sacrée et ceux de la caisse publique28. Semblant aller de pair avec cette nouvelle pratique, les encaisses des dernières années de l’Indépendance apparaissent considérablement plus élevées dans la caisse sacrée qu’elles ne l’étaient au iiie s. R. Étienne avait proposé de voir dans les gonflements d’encaisse de la fin de l’Indépendance la réapparition d’une partie du trésor de l’époque classique, qui aurait été conservé dans des banques depuis le départ des Athéniens et auraient même pu être prêté, par cet intermédiaire, à d’autres cités étrangères que les seules Péparéthos et Hermionè qui apparaissent dans la documentation : « en fait une grande partie de la fortune du dieu nous échappe et on ne connaît qu’incidemment le volume réel des capitaux gérés par les Déliens. Ainsi J. Tréheux a pu montrer qu’en 173 av. J.-C., la balance des entrées et des sorties s’enflait brusquement pour atteindre 348 304 dr. 5 ob., alors qu’en 192 l’encaisse s’élevait à 120 961 dr. 5 ob. et en 179 à 107 020 dr. C’est près de 46 talents dont ne tiennent pas compte les bilans gravés annuellement […] Quelle que soit la destination de ces capitaux, il est clair que la majeure partie des fonds à la disposition du sanctuaire ne faisait pas l’objet d’un bilan gravé sur pierre : ce que l’on grave sur pierre est un extrait des archives et la nature de cet extrait peut varier selon le temps »29.

  • 30 Chankowski 2008a, p. 317-341.

26Pourtant, cette hypothèse repose sur une erreur de calcul de J. Tréheux, qui avait lui-même repris des chiffres donnés par A. Giovannini à partir d’une lecture trop hâtive des comptes. En réalité, les comptes des hiéropes nous font connaître l’intégralité de la fortune sacrée, l’accroissement des avoirs du dieu s’inscrit dans une parfaite continuité et il n’y a pas lieu de supposer l’arrivée soudaine de sommes supplémentaires30.

  • 31 Voir infra chapitre I p. 56 à propos du compte ID 442 (a. 179).

27Il nous faut donc envisager l’un après l’autre les comptes relativement complets de cette période pour analyser les avoirs conservés dans le sanctuaire. À partir du moment où les hiéropes font graver à la fois le compte de la caisse sacrée et celui de la caisse publique, leurs balances de compte associent les totaux de chacune des deux caisses : ce procédé est d’une parfaite logique comptable puisqu’ils ont eu à manier des fonds provenant de l’un comme de l’autre trésor. Le phénomène est particulièrement visible dans le compte de l’année 179, le seul qui soit complet pour cette période. La balance du compte est conservée de façon incomplète mais la fin du montant est lisible sur la pierre et les subdivisions de la drachme indiquées par les hiéropes permettent de comprendre quels montants ont été additionnés. Seule une addition du chiffre de la balance de la caisse sacrée et du chiffre de la balance de la caisse publique permettent d’obtenir ces subdivisions31.

Année 192

28En 192 (ID 399, A), les avoirs de la caisse sacrée atteignent 82 395 dr. avec le solde et les entrées. Cette somme ne représente pas, dans la balance, la totalité des entrées puisque l’on ignore le montant du capital qui constituait l’encaisse de départ. Si l’on tient compte également, comme dans le tableau d’analyse du compte (Annexe 1), du total approximatif des recettes périodiques, qui sont conservées de façon incomplète sur la stèle, on atteint un total des entrées (encaisse + entrées de l’année) de plus de 93 280 dr.

29Le total des avoirs de la caisse publique, avec le dèmosion et le sitônikon, se monte à 36 880 dr. à la fin de l’année 192. La balance du compte de la caisse publique peut être calculée à partir des entrées (encaisse + entrées de l’année + total du sitônikon) : elle s’élève à 113 275 dr.

  • 32 Cf. Vial 1984, p. 211 et n. 85. Ce passage est compris différemment par Sosin 2003, mais voir mes r (...)

30Aux fonds publics s’ajoute en effet le fonds d’achat de grain, le sitônikon (l. 69), apparu en 209, qui est pour lors séparé de la caisse publique appelée par les hiéropes dèmosion mais y sera inclus en 17932.

  • 33 Sur le fait que les hiéropes ajoutaient directement le perion à la balance du compte, voir infra p. (...)

31À la fin de l’année 192, les hiéropes ont donc transmis à leurs successeurs les 82 395 dr. de la caisse sacrée et les 36 880 dr. de la caisse publique, soit 119 275 dr. Mais cette somme ne représente pas encore le montant total de la balance. D’autres informations sont perdues car le compte n’est pas conservé entièrement, et la partie que nous possédons donne pour la caisse sacrée un bilan intermédiaire, comme les hiéropes ont l’habitude de le faire, en indiquant les retraits d’argent auxquels ils ont procédé immédiatement sur les sommes reçues en caisse, en fonction des dépenses décidées par des lois ou des décrets. La suite du compte devait encore indiquer les dépenses mensuelles, réalisées en partie avec les bénéfices de l’année en cours. Il faudrait donc, tout d’abord, ajouter au total le montant des bénéfices annuels du compte courant, désigné par les hiéropes sous le terme de perion, soit en moyenne 4 000 dr.33. Enfin, il faudrait y inclure, d’une part, le montant de la caisse sacrée à l’entrée en charge, qui a disparu, et non pas, comme nous l’avons fait par défaut, le solde. Celle-ci pouvait être importante : on sait qu’en 179, les hiéropes reçoivent comme encaisse de départ dans la transmission un montant total de 60 930 dr. (A, l. 37).

32La balance de compte de la caisse sacrée pour l’année 192, comptabilisant comme entrées les encaisses et les fonds reçus dans l’année, et comme sorties les sommes dépensées et les fonds transmis, pouvait donc dépasser les 100 000 dr., ce qui signifie que la balance globale des deux caisses dépassait les 200 000 dr.

Année 179

33En 179 (ID 442), la balance totale des deux caisses se monte donc à :

  • caisse sacrée :  79 286 dr. 2 ob. 1 ch.
  • caisse publique :  98 437 dr. 3 ob. ½ ob. 1 ch.
  • soit au total 177 723 dr. 5 ob. ½ ob. et 2 ch.

34Or le chiffre de cette balance est partiellement conservé à la l. 255 du compte : elle se terminait par Image , soit … 6 415 dr. 5 ob. ½ ob. 2 ch. Plusieurs informations peuvent être tirées de ce chiffre lacunaire. Il paraît clair, tout d’abord, que les hiéropes ont additionné dans cette balance la somme de 3 733 dr. et 2 ob. de bronze transmise par les trésoriers dans la caisse sacrée, comme en témoignent les petites dénominations qui correspondent parfaitement, dans le chiffre de la l. 255, au total que l’on obtient en additionnant la balance de la caisse publique avec celle de la caisse sacrée en incluant la somme en bronze.

35Mais pour se terminer par … 6 415 dr. 5 ob. ½ ob. 2 ch., le montant de la balance devait dépasser les 177 723 dr. 5 ob. ½ ob. et 2 ch. totalisées par les balances des deux caisses : on peut donc au minimum restituer comme montant de la balance globale, à la l. 255, le chiffre de 186 415 dr. 5 ob. ½ ob. 2 ch. La différence de 8 692 dr. doit correspondre au perion du compte. Ce chiffre de 8 692 dr. est dans l’ordre de grandeur du montant que l’on obtient en calculant, sur la base des données conservées dans le compte, la différence entre les recettes et les dépenses (8 542 dr.). Étant donné que certains chiffres ont disparu dans des lacunes sur la tranche (C), une marge de 150 dr. paraît plausible.

  • 34 Voir infra chapitre I p. 52.

36En effet les hiéropes, au moins à la fin de l’Indépendance, additionnaient à la balance globale le montant du perion, sans reprendre le détail du compte courant. Ils avaient d’autant plus de facilités à le faire que les recettes périodiques du sanctuaire servaient de fonds de roulement pour le règlement d’un certain nombre de dépenses courantes. Mais cette méthode avait surtout une raison comptable : elle leur évitait de compter deux fois des entrées et des sorties qui, au moins pour les chapitres des prêts, pouvaient apparaître à la fois dans le compte courant et dans l’inventaire des mouvements de fonds de la caisse sacrée34.

37Le total des fonds maniés dans la caisse sacrée était même plus important puisqu’en additionnant les recettes et les dépenses, et non seulement le bénéfice des revenus annuels, on atteint une balance de 93 116 dr. pour la caisse sacrée, soit une balance totale des deux caisses qui peut se monter à 191 553 dr.

  • 35 Fantasia 1989, p. 51-52 ; Sosin 2003, p. 76 et les tableaux présentés p. 72-74.
  • 36 Voir infra chapitre I p. 61-64.

38Le reste de l’écart avec la balance de l’année 192 peut s’expliquer par les mouvements de fonds. Des remboursements d’emprunts, des investissements dans le fonds de la sitônia également, font varier les encaisses. La caisse publique comportait en effet un fonds élastique : le sitônikon. Il était reconstitué régulièrement : comme l’a montré U. Fantasia, le compte de la sitônia en 179 permet de déceler l’existence d’un fonds de 18 560 dr. qui, par trois fois, sort de la caisse publique pour l’achat de grain par les sitônai puis y revient lorsqu’il est reconstitué grâce au produit des ventes du grain35. Toutefois, en comptabilité, le total des entrées et des sorties de ce fonds aboutit nécessairement à un débit et à un crédit de 55 680 dr. En définitive, c’est le montant de 18 560 dr. qui doit apparaître dans le solde. Le fait qu’un même fonds puisse être inscrit successivement en débit puis en crédit a aussi des conséquences importantes pour notre compréhension des méthodes comptables des hiéropes, puisque c’est bien la preuve qu’elles s’approchaient des principes d’une comptabilité en partie double36.

Année 177

39Partant d’une balance de 200 000 dr. environ en 192, les comptes inscrivent pour l’année 168 (ID 465, Ac l. 21-22) une balance de 350 000 dr. Il est plus difficile, pour les dernières années de l’Indépendance, de suivre le développement de la fortune sacrée et de la caisse publique car au-delà de l’année 179, nous n’avons plus conservé que des fragments d’inventaires des jarres du temple.

40L’accumulation des bénéfices trouve nécessairement une traduction dans la balance finale. Sur la base des chiffres conservés, nous avons évalué que le bénéfice annuel de la caisse sacrée était d’en moyenne 4 000 dr. minimum (les chiffres conservés pour la fin de l’Indépendance étant généralement plus élevés), ce qui fournit au trésor du dieu, pour vingt-cinq ans entre 192 et 167, un apport d’au moins 100 000 dr. La balance de compte de la caisse sacrée et de la caisse publique, à la fin de l’Indépendance, pouvait donc facilement avoisiner les 300 000 dr. Mais il nous est plus difficile de connaître, faute de sources détaillées, les bénéfices éventuels de la caisse publique.

41Cette estimation globale est confirmée par un passage de l’inscription ID 444, qui comporte la balance de l’année 177. Cette balance, telle que l’a éditée F. Durrbach, est curieuse. L’éditeur la présente sous cette forme (ID 444, A l. 56) :

[κεφαλὴ πάσης εἰσόδου ΜΜΜΜΜ]ΜΧΧΧImage ΗΗΗΗΔΔΔImage Ι. κεφαλὴ πάσης ἐξόδου ΜΜΜΜΜΜΧΧΧImage ΗΗΗΗΔΔΔImage Ι.

  • 37 Chankowski 2008a, pl. IV. Cf. Tréheux 1985a : ce fragment mettait en lumière l’emploi du signe Δ su (...)

42On ne comprend pas pourquoi les hiéropes auraient écrit 6 fois le signe M pour 60 000 alors qu’ils utilisent ailleurs un signe unique, Image , pour 50 000. En fait, la pierre montre clairement que les deux premiers M sont surmontés d’un Δ : cette combinaison se trouve aussi sur le fragment Γ766γ publié par J. Tréheux, pour exprimer la somme de 100 00037. Ailleurs (ID 465, Ac l. 21-22), la somme est écrite en toutes lettres : µυριάδες. Il faut donc corriger la balance de l’année 177 (ID 444, A l. 56) et écrire :

Δ Δ
[κεφαλὴ πάσης εἰσόδου ΜΜΜΜΜ]ΜΧΧΧImage ΗΗΗΗΔΔΔImage Ι. κεφαλὴ πάσης
Δ Δ
ἐξόδου ΜΜΜΜΜΜΧΧΧImage ΗΗΗΗΔΔΔImage Ι.

43La balance de l’année 177 atteignait donc un montant de 243 933 dr. 1 ob., et non de 63 933,1 dr. comme le laissait entendre l’édition du corpus. Nous avons là la preuve de l’accroissement régulier des fonds depuis 192.

Année 168

44L’augmentation de la balance de compte entre 177 et 173 est plus surprenante puisque les montants s’accroissent de plus de 104 000 dr. en l’espace de quatre ans. En même temps, comme nous l’avons vu, la balance de compte de la caisse sacrée et de la caisse publique, à la fin de l’Indépendance, pouvait facilement avoisiner les 300 000 dr. grâce à l’accumulation des bénéfices.

  • 38 Chankowski 2008a, p. 334.

45Dans Athènes et Délos classique, j’avais expliqué le passage à une balance de 350 000 dr. par l’apport dans la caisse sacrée, avant 169, de plus de 50 000 dr. grâce à une frappe monétaire. J’avais alors interprété cet apport comme une aparchè versée au trésor sacré38.

  • 39 Sur cette commission extraordinaire, cf. Vial 1984, p. 245.

46En effet, parmi les jarres de la caisse sacrée reçues à leur entrée en charge, les hiéropes de 169 mentionnent une jarre contenant une somme en provenance de la banque de Philôn, déposée par des commissaires « élus pour s’occuper de la frappe de la monnaie »39 :

47ID 461, Aa l. 75-76 :

ἄλλον, ἐν ὧι ἐνεῖσαν {Χ̣Χ̣?} ImageImage ΗΗΗΗImage ΔΔImage , ἀπὸ τῆς Φίλωνος —
[— — — — — — δηµό?]σι̣ο̣ν [ἄν]δρες ο[ἱ] αἱρεθέντες ἐπὶ τὴν κοπὴν τοῦ νοµίσµατος.

  • 40 Chankowski 2008a, p. 334 et pl. V.

48La somme a été lue par F. Durrbach {Χ̣Χ̣?} ImageImage ΗΗΗΗImage ΔΔImageImage et l’éditeur propose de supprimer les deux premières lettres qui, ainsi lues, sont effectivement incompatibles avec les autres chiffres. Mais la pierre, marquée d’un éclat à cet endroit, ne présente pas de trace de rasura comme c’est le cas lors d’erreurs de gravure de chiffres. En réalité, on distingue nettement sur la pierre non pas deux Χ mais les restes d’un Π précédant le signe Image , trace probable de la combinaison Image pour 50 000. Logiquement, il faudrait donc lire la somme de ImageImageImage ΗΗΗΗImage ΔΔImageImage , soit 55 978 dr. ou 9,3 talents d’argent46.40

49Toutefois, ce montant n’est pas sans poser un problème technique car, généralement, les jarres ne semblent pas avoir la capacité de recueillir plus d’un talent d’argent monnayé. Le poids d’une telle jarre, par rapport à celles qui sont chargées d’un talent d’argent et pèsent déjà 26 kg, est une autre difficulté.

  • 41 Voir infra chapitre IV p. 201-202.

50Mais la cité de Délos a effectivement frappé monnaie dans les années qui précèdent 169, et déposé cet argent dans la caisse sacrée. Cette émission monétaire est celle des monnaies dites « au palmier », la dernière en date : des drachmes et hémidrachmes présentant au droit la tête d’Apollon et au revers un palmier surmonté d’un cygne, que les administrateurs athéniens, après 166, ont nommé phoinikophores41.

51L’événement a eu lieu entre 179 et 169, puisque la jarre en question était déjà dans l’Artémision à l’arrivée des hiéropes de 169 et que l’inventaire complet de 179 ne la mentionne pas. La jarre est l’avant-dernière de la liste des jarres qui constituent l’encaisse, juste avant l’énumération des jarres entrées au cours de l’exercice de l’année 169 (l. 79-84). Elle est mentionnée juste après celle qui contient le perion de l’année 172, mais l’ordre chronologique n’est pas toujours très strictement respecté par les hiéropes dans leurs enregistrements dans la mesure où certains dépôts, en particulier pour le perion, tardent par rapport à d’autres. Nous avons en tout cas un indice pour situer ce versement plutôt vers 169 que vers 179, et probablement aux alentours de 172. Or dès 173, la balance, connue par le fragment Γ766γ, avoisine déjà les 350 000 dr. Mais le compte fragmentaire ID 455 assure que l’encaisse reçue dans la caisse sacrée ne dépassait pas les 70 000 dr. (Ab, l. 19). La jarre de nouvelle monnaie délienne se serait donc ajoutée à cette encaisse, entre l’année 173 et l’année 170.

  • 42 Ibid. p. 199-201.

52Toute la question est de savoir si ces 55 978 dr. correspondent au remplacement d’anciennes drachmes dans la caisse sacrée ou si elles constituent un apport extérieur. Contrairement à ce que j’ai considéré dans Athènes et Délos classique, il me paraît plus plausible que les Déliens aient cherché à remplacer les drachmes citharéphores par des phoinikophores : l’étude des pratiques monétaires montre qu’ils ont probablement, lors de leur première émission monétaire en 279, profité de l’opportunité de remboursements au dieu pour introduire dans la caisse sacrée le nouveau monnayage local42. C’est peut-être aussi ce qui se passe lors de la frappe des phoinikophores : l’encaisse d’environ 70 000 dr. seulement, en 173 (ID 455, Ab, l. 19), montre que le trésor est vidé d’une partie de ses avoirs. L’apport des 55 978 dr. pourrait, comme en 279, correspondre à la restitution de retraits. Il n’y aurait pas, dans ce cas, d’apports supplémentaires sous la forme d’aparchè.

  • 43 Ibid. p. 216.

53Or ces 55 978 dr. correspondent précisément à une frappe de 80 000 dr. déliennes, au nouveau poids des monnaies phoinikophores43. La proportion de monnaie délienne dans la caisse sacrée serait donc importante, beaucoup plus en tout cas que ne le laissent supposer les 11 189 dr. phoinikophores inventoriées par les Athéniens en 153/2 (ID 1432, Bb, I et Ba, II).

  • 44 Voir infra chapitre III p. 146.

54Ces 9,3 talents d’argent ne constituent pas la totalité des avoirs du dieu. Il faut y ajouter l’ancienne encaisse, qui est composée de dix jarres d’un total de 8 talents, auxquelles les hiéropes ne touchent pas au iie s.44. Ces dix jarres sont encore inventoriées dans les derniers comptes de l’Indépendance de façon identique (ainsi ID 461, Aa, l. 1-9). Dans l’inventaire des jarres de l’année 169 se trouvent aussi au minimum 34 800 dr. (5,8 talents) qui composent le reste de l’encaisse, en plus des nouvelles frappes monétaires. Le total du trésor du dieu était donc en 169 d’au moins 23,6 talents (141 600 dr.) avant les retraits opérés dans l’année, qui ne sont pas conservés sur la stèle.

  • 45 Voir infra chapitre III p. 173.
  • 46 Voir Annexe 2.

55C’est donc sur la base de ces quelque 141 600 dr. d’encaisse dans la caisse sacrée qu’il faut essayer de reconstituer le montant approximatif de la balance, sans autre possibilité que de rechercher un ordre de grandeur. Sont encore entrées dans la caisse sacrée les dépôts de l’année, qui peuvent consister non seulement en remboursements de prêts, en dépôts des bénéfices des années antérieures mais aussi en versements de divers reliquats en provenance de la caisse publique, qui pouvaient atteindre 5 000 dr.45. En 179, sans compter les sommes remboursées par la cité au titre de ses créances, la caisse sacrée reçoit au minimum 11 200 dr.46. À cette somme venait s’ajouter le perion de la stèle. À côté d’environ 160 000 dr. au moins qui peuvent être constituées par les mouvements de fonds de la caisse sacrée, il reste à justifier la présence de près de 190 000 dr. qui doivent représenter les fonds de la caisse publique, pour atteindre une balance de 350 000 dr.

56La caisse publique, en 192, présente une balance d’un peu moins de 120 000 dr. En l’espace de vingt ans, la caisse de la cité a-t-elle pu accumuler un bénéfice important ? Le compte de l’année 178 (ID 443, l. 38) montre qu’au moins 60 000 dr. ont été déposées en cours d’année dans la caisse publique. Les mouvements de fonds de la caisse publique sont donc un des facteurs d’explication de ce gonflement des encaisses. Ils sont en grande partie dus à la circulation de l’argent de la sitônia dont les 18 560 dr. sortent et rentrent par trois fois dans la caisse publique.

57Si la balance d’environ 250 000 dr. en 177 s’explique bien par l’accroissement régulier des fonds, nous avons pourtant beaucoup moins de possibilités d’expliquer avec précision, sur la base de chiffres conservés dans les comptes, celle de 350 000 dr. qui apparaît dès 173 car nous n’avons pratiquement plus d’informations, à cette date, sur le compte de la caisse publique : seule l’encaisse du trésor sacré est conservée dans le compte de 169, qui s’interrompt avant les entrées de l’année.

Tableau 10 — Les balances de compte de la fin de l’Indépendance (caisse sacrée et caisse publique).

Date

Référence

Caisse sacrée

Caisse

publique

Montant total

192

ID 399, A,

l. 16, 35, 54, 58, 68-73

82 395 dr.
[93 282 dr. +]

113 275 dr.

195 670 dr. +

[206 557 dr. +]

179

ID 442, A, l. 54-55, 74-75, 99,
121-122, 139-140, 255

87 978 dr.a

[93 116 dr.]

98 437 dr.

186 415 dr.

[191 553 dr.]

177

ID 444, A, l. 56 corrigé

243 933,1 dr.

173

Γ766γb

348 304,8 dr.

168

ID 465, Ac, l. 21-22

350 000 dr.

a. Encaisse + entrées avec les 3 733 dr. de monnaie de bronze + perion de l’année = dépenses + solde + perion.
b. Tréheux 1985a, p. 490.
  • 47 Chankowski 2008a, p. 335.

58Cette analyse nous conduit en tout cas à une double conclusion47. D’une part, il est inutile de faire intervenir d’autres explications que l’accroissement régulier des fonds pour comprendre le montant des balances de compte de la fin de l’Indépendance. D’autre part, les comptes des hiéropes enregistrent bel et bien la totalité de la fortune sacrée et détaillent tous les mouvements de fonds.

Bilan des avoirs

59Nous avons, dans les analyses qui précèdent, étudié les mouvements de fonds à partir des balances de compte, seul élément permettant de percevoir de façon complète l’évolution des avoirs du dieu. Il est possible, sur cette base, d’évaluer le montant de la fortune sacrée. Par un équilibre entre ses recettes et ses dépenses – ces dernières étant essentiellement constituées par les travaux qui créent des ponctions définitives dans le trésor –, la caisse sacrée maintient le niveau de ses avoirs entre 13 et 15 talents sur l’ensemble de la période. Cette somme lui permet en particulier d’assurer les prêts nécessaires à la cité. À la fin de l’Indépendance, les avoirs monnayés atteignent au moins 23,6 talents, comme le compte de l’année 169 (ID 461) permet de l’établir. Cet accroissement s’explique probablement par deux raisons : le ralentissement de l’activité de construction, d’une part, après les grands travaux entrepris à la fin du iiie s. pour la construction de la Salle hypostyle et peu avant 179 pour l’Artémision, et les effets positifs de la répartition des avoirs entre la caisse publique et la caisse sacrée, d’autre part, qui permet à la cité de développer dans le compte public, avec la sitônia, un système efficace et autonome de financement des achats de grain public, probablement bénéficiaire.

  • 48 Voir supra p. 82.

60La caisse publique, quant à elle, avait vu rapidement s’accroître ses bénéfices. Son solde paraît stable de 192 à 179, entre 37 000 et 40 000 dr., soit un peu plus de 6 talents qui doivent constituer la réserve de capitaux que la cité possède en propre. Si la balance du compte public peut se monter à 190 000 dr. à la fin de l’Indépendance48, il faut réduire les 54 000 dr. constituées par les mouvements de fonds de la sitônia aux quelque 18 000 dr. du capital investi, soit un total des avoirs d’environ 150 000 dr. (25 talents). Mais dans ce total figurent des fonds appartenant à la caisse sacrée et que le trésor public a reçus en prêts, si bien qu’il est presque impossible d’estimer avec fiabilité les avoirs de la cité. Il est en tout cas raisonnable de retenir la somme de 6 talents qui, constituant un solde récurrent, représente les réserves monétaires de la cité.

61Apollon, grâce à ses gestionnaires, était à la tête d’une fortune bien administrée mais qui reste néanmoins modeste. Il faut aussi y ajouter une fortune en métal précieux thésaurisé qu’il est possible d’évaluer en grande partie.

Les offrandes précieuses

  • 49 Hamilton 2000, p. 8-11.

62L’intérêt des administrateurs pour l’inventaire des offrandes procède clairement d’une volonté d’évaluation des avoirs du sanctuaire. Sous l’Indépendance plus particulièrement, il est clair que les hiéropes s’attachent à inventorier les trésors dont les objets en métal précieux peuvent être évalués en poids d’argent. Ils laissent de côté d’autres trésors qui ne contiennent pas d’offrandes en métal précieux, comme le montre par comparaison l’audit athénien réalisé après la reprise de l’île par Athènes en 167 : on y voit apparaître l’inventaire d’édifices que les hiéropes ne mentionnaient pas49.

63L’évaluation chiffrée des offrandes déliennes n’a, curieusement, jamais été entreprise par les spécialistes des inventaires. J. Tréheux a surtout étudié les mouvements des collections et la logique de rédaction des inventaires. R. Hamilton s’est attaché à suivre la mention de chaque objet en particulier sans aboutir à une vision globale du trésor. Cl. Prêtre s’est quant à elle intéressée à certaines catégories d’objets ou à l’organisation matérielle des collections dans les édifices. Ces inventaires d’offrandes en métal précieux comportent pourtant une quantité d’informations essentielles sur les équivalences métalliques et monétaires, qui mériteraient d’être davantage exploitées (tableaux 11 à 21).

  • 50 Lewis 1968 ; Marchetti 1987.

64Les offrandes en métal précieux sont toutes pesées, mais seules les offrandes en argent peuvent donner lieu à une équivalence monétaire immédiate par rapport à l’étalon monétaire d’argent « entier » (ὁλοσχερές) qui est en vigueur à Délos comme en Attique. Les offrandes en or sont pesées pour leur poids d’argent, ce qui permet aux administrateurs, en cas de nécessité, de calculer leur valeur marchande en fonction du ratio or-argent à une date donnée, puisque ce ratio évolue dans le temps50. Leur façon de procéder est donc parfaitement logique et rationnelle dans une perspective d’évaluation monétaire des avoirs.

65Certains objets composites présentaient une inscription, établie au moment de la fabrication de l’objet, qui indiquait le poids d’argent présent dans l’offrande : ainsi, même lorsqu’une nouvelle pesée était impossible car il aurait fallu démonter l’objet votif, l’indication de valeur subsistait. L’un des inventaires de l’époque de la seconde domination athénienne, vers 150, donne ainsi la description d’une table en bois recouverte entièrement d’argent qui se trouvait dans le temple d’Apollon et « dont le poids selon l’inscription est de 4 440 dr. » (τράπεζα[ν ξυλ]ίνην περιηργυρωµ[ένην ἐντελῆ ἧ]ς ὁλκὴ κατὰ τὴν ἐ[πιγραφ]ὴν ΧΧΧΧImage Η[ΗΗΗΔΔΔΔ?] —, ID 1429, B, I, l. 34-35). C’était donc également l’intention du donateur que de manifester la valeur monétaire de son investissement pour la divinité.

Le trésor classique

66Le trésor d’offrandes de la période classique peut être évalué grâce à l’inventaire de l’année 364/3, établi sous l’autorité des fonctionnaires athéniens (ID 104). Les objets précieux se répartissent entre l’Artémision, le Temple des Athéniens et le Pôrinos Naos (appelé dans l’inventaire « Temple des Déliens »).

  • 51 Cette façon de compter les avoirs correspond à une pratique comptable connue ailleurs : voir la dém (...)

67L’inventaire commence par le catalogue des phiales de l’Artémision, rangées par étagères ou rhymoi comptant respectivement 140, 138, 135 et 136 phiales, soit au total 549 vases (l. 19), et un cinquième rhymos pesant 7 950 dr. L’objectif est bel et bien de voir s’accroître la collection car les administrateurs signalent (l. 10-11) que le quatrième rhymos n’est pas complet : il lui manque 264 dr. pour atteindre les 2 talents51. À ces 9,2 talents (55 686 dr.) correspondant aux quatre rhymoi viennent s’ajouter plusieurs vases en or et en argent, soit un poids total de 13,7 talents d’argent (tableau 11). L’inventaire énumère également des objets composites en bronze plaqué d’argent ou d’or (pour un poids total d’argent de 3 644 dr.).

68Le temple abrite encore une collection de bijoux, ainsi que diverses monnaies (l. 59-106). Il faut également compter parmi les trésors importants la fameuse offrande de la Géranos, en argent, pour un poids de 4 808 dr. (l. 76-77 ; l. 84), ainsi qu’un ensemble en argent fixé aux colonnes et au linteau d’un poids de 11 240 dr. (l. 84-86). D’autres petits objets encore, en argent, atteignent un poids total de 153 dr. (l. 94-97).

Tableau 11 — Catalogue des vases en or et argent pur conservés dans l’Artémision en 364/3 (ID 104, l. 7-106).

Nombre de vases Poids en drachmes
argent 1errhymos (140 phiales) 12 000
2erhymos (138 phiales) 12 000
3erhymos (136 phiales) 12 000
4erhymos (140 phiales) 11 736
5erhymos (divers vases, l. 13-18) 7 950
1 (cratère) 9 600
pros argurion argenta 16 953
1 145
1 80
1 99
1 113
3 240
12 280
1 43
1 33
2 63
argent 1 146
4 1 075,5
1 96
4 234
1 48
11 985
or 1 55,5
6 1 190,4
7 983,6
2 100
1 195
1 697,4
1 685
argent 1 836
or 1 1 193
1 820,4
1 1 232,4
argent 1 703
1 660
6 700
1 89
15 1 122
or 1 111,5
Divers 158
Divers 315
Divers 220,4
argent 1 335
1 136
1 23
Total 82 481 dr. (13,7 T)
a. Les offrandes énumérées aux l. 20-27 sont probablement en argent car les poids donnent des chiffres ronds, contrairement aux offrandes en or. Elles sont classées dans la catégorie pros argurion car leurs poids ne sont pas standardisés, contrairement aux vases qui composent les rhymoi.

69Le poids total en argent des offrandes précieuses de l’Artémision s’élève donc à 17 talents (102 326 dr.).

70Le Temple des Athéniens abrite quant à lui la série des couronnes d’or offertes à Apollon lors des Délia pentétériques, soit un poids d’argent d’environ 2 000 dr., les chiffres n’étant pas tous conservés (l. 107-123). D’autres couronnes d’or, en plus d’une série d’objets en bronze, sont rangées dans le Pôrinos Naos avec un poids total de 339 dr.

Tableau 12 — Répartition des trésors en métal précieux dans les temples déliens au ive s.

Or Argent
Temple des Déliens (Pôrinos) 339 dr.
Artémision 7 957,6 dr. 90 725 dr.
Temple des Athéniens ± 2 000 dr.
Total ± 10 297 dr. (1,7 T) 90 725 dr. (15,1 T)

71Au total, la fortune thésaurisée en offrandes précieuses d’or et d’argent se monte, à l’époque classique, à 16,8 talents en poids d’argent, dont 15,1 talents d’argent pur (90 725 dr.) et 1,7 talent (10 297 dr.) d’or en poids d’argent (tableau 12).

Le trésor de la fin de l’Indépendance

72L’augmentation de la masse des offrandes thésaurisées, en deux siècles, est considérable.

73En 179, l’inventaire est complet et permet d’établir la répartition suivante (tableaux 13 à 16). Dans le temple d’Apollon, un premier lot d’offrandes majoritairement en or, pesé par les hiéropes, s’élève à 1 556 dr. en poids d’argent. S’y ajoutent 15 séries (rhymoi) de 904 phiales au total, pour un poids de plus de 14 talents d’argent (86 371 dr.). La collection comporte également des phiales d’argent sur plinthe, qui sont simplement comptées, au nombre de 85, et d’autres objets d’or et d’argent (l. 30-40).

Tableau 13 — Catalogue des phiales d’argent dans le temple d’Apollon (ID 442, B, l. 20-29).

Rhymos Nombre
de
phiales
Talents Mines Drachmes Total
en
drachmes
1 38 37 50 3 750
2 63 1 170 6 170
3 17 16 1 600
4 64 1 40 6 040
5 62 1 40 6 040
6 62 1 20 6 020
7 62 1 20 6 020
8 63 1 6 000
9 63 1 30 6 030
10 63 1 30 6 030
11 63 1 30 6 030
12 63 1 60 6 060
13 63 1 20 6 020
14 62 1 20 6 020
15 67 1 5 50 6 550
Suppl. 29 13 691 1 991
Total 904 13 71 1 271 86 371 dr. = 14,4 T

Tableau 14 — Catalogue de divers vases en argent dans le temple d’Apollon (ID 442, B, l. 40-155) (les italiques correspondent aux objets en or).

Nombre de vases Drachmes
27 1 870
3 217
4 400
2 200
2 200
16 1 600
4 400
1 100
1 100
2 200
16 1 600
4 400
16 1 600
4 400
2 200
16 1 600
4 400
2 200
2 200
2 100
1 60
1 60
1 60
1 60
1 60
1 60
2 200
16 1 600
4 400
1 400
1 100
16 1 600
4 400
1 100
1 100
1 100
1 100
16 1 600
4 400
2 200
2 200
1 100
16 1 600
4 400
2 200
16 1 600
4 400
1 139
1 143
1 139
1 140
1 136
1 135
1 136
1 198,5
1 196,5
1 192
1 196
1 190,5
1 685
1 679
1 100
16 1 600
4 400
16 1 600
4 400
2 200
16 1 600
1 100
20 2 000
1 100
2 200
1 100
2 200
4 400
1 100
20 2 000
2 200
1 55
1 50
1 40
1 50
2 200
20 2 000
1 100
2 200
1 100
16 1 600
1 100
1 89
1 100
2 200
4 400
1 87
1 720
20 2 000
16 1 600
4 400
2 200
2 3 200
20 2 000
16 1 600
16 1 600
4 400
2 200
4 400
16 1 600
Total pour 558 vases
- argent
- or
79 090 dr. = 13,18 T
75 684,5 dr. (12,6 T)
3 405,5 dr.

74D’autres phiales sont encore dénombrées à gauche de l’entrée : elles proviennent en majorité de transmissions faites par des trésoriers de la cité ou par le Conseil (l. 52-78 et 84-86). D’autres sont des offrandes de particuliers (l. 78-84), d’où leurs poids plus hétérogènes. Dans cette série, ce sont presque 13,2 talents d’argent qui sont encore comptabilisés.

75À cet ensemble s’ajoutent 12 couronnes d’or honorifiques, la plupart d’une valeur de 100 dr. chacune (l. 85-86 ; 90 ; 99-105 ; 107 ; 130), donnant un poids total de 1 055 dr. d’argent.

  • 52 Sur la procédure de désignation de ces commissions, Vial 1984, p. 186 et n. 137.
  • 53 31 chrysoi dans IG XI 2, 287, B, l. 67-68, ou 63 dr. dans ID 442, B, l. 5-6.

76Durant les années précédentes, des hommes désignés pour la fonte des offrandes endommagées ont reçu des fragments de métal précieux (essentiellement l’or des couronnes mais également de l’argent) destinés à la refonte (l. 25-26 ; 119-120 ; 123-125)52. Les hiéropes inventorient des séries de lingots (chymata) dont le poids est donné en chrysoi avec des subdivisions en drachmes. Ils correspondent à ce qui a été obtenu par la refonte des objets endommagés. L’inventaire totalise des entrées d’un poids de 775 chrysoi et de 399,4 dr. d’argent (l. 118-125). Les chrysoi correspondent à des statères didrachmes, comme le montre par exemple le poids de couronnes d’or offertes par la reine Stratonikè, exprimé en statères d’or53. On peut donc évaluer à un poids de 1 949,4 dr. d’argent attique cette série d’offrandes. Les hiéropes signalent également divers fragments d’or pesant au total 320 dr. d’argent (l. 134 ; 136 ; 138 ; 150 ; 154).

77L’ensemble des trésors en métal précieux entreposés dans le temple d’Apollon représente donc un poids total de 28,39 talents d’argent (170 340 dr.).

78Bien entendu, nous ne tenons compte ici que des objets en or et en argent qui, pour les hiéropes, entrent dans une comptabilité monétaire. D’autres objets précieux sont entreposés dans l’oikos des Andriens (l. 155-177), dans le Temple des Athéniens (l. 177-178), dans le Pôrinos Naos (l. 178-179) et dans l’Artémision (l. 179-216). Tous ne sont pas pesés car ils sont parfois faits de matériaux composites. D’autres objets sont pesés au talent et à la mine, comme un stock d’ivoire conservé dans l’oikos des Andriens (l. 165-166). Ce bâtiment contient également du bronze et du fer sous diverses formes.

79Dans l’Artémision, une série de vases et d’objets en or est comptabilisée par les hiéropes en poids d’argent pour un total de 7 186 dr. (l. 181-200). Ils inventorient également par rhymoi des séries de vases en argent pour plus de 13 talents (l. 204-211). S’y ajoutent 56 phiales sur des plinthes, qui ne sont pas pesées, et 21 autres phiales pesant 1 433 dr. L’ensemble des offrandes en or et en argent de l’Artémision pesées par les hiéropes représente un poids total de 14,6 talents d’argent (88 169 dr.).

Tableau 15 — Catalogue des vases en argent de l’Artémision
(ID 442, B, l. 179-216).

Rhymos Nombre
de
vases
Talents Mines Drachmes Total
en
drachmes
1 60 1 6 000
2 65 1 6 000
3 81 1 6 000
4 73 1 6 000
5 69 1 6 000
6 72 1 6 000
7 62 1 6 000
8 68 1 6 000
9 69 1 6 000
10 62 1 6 000
11 ? 1 6 000
12 56 1 6 000
13 ? ? 75 50 7 550
Suppl. 21 14 33 1 433
Total 758 + 80 983 dr. = 13,5 T

80L’inventaire de l’année 179 permet d’obtenir un total d’offrandes en or et en argent comptabilisées par les hiéropes en poids d’argent. Il se monte à 43 talents (258 509 dr.). Si l’on ne prend en compte que les offrandes en argent, essentiellement des phiales, qui représentent la transformation directe de drachmes d’argent en objets en argent, on obtient une masse thésaurisée de 40,5 talents d’argent. Le trésor a donc plus que doublé en deux siècles grâce aux offrandes et à la thésaurisation.

81Quant au poids de l’or, il atteint à la fin de l’Indépendance dans cet inventaire 2,5 talents (15 472 dr.). Sa valeur marchande en drachmes d’argent pouvait aisément être calculée par les hiéropes sur la base de son poids et en fonction du ratio or-argent. Les collections dans ce métal ont augmenté dans de moindres proportions par rapport au trésor de l’époque classique, où le sanctuaire totalisait le poids d’1,7 talent d’argent en offrandes en or. Mais il faut noter que plusieurs couronnes d’or n’ont pas été pesées, en raison de leur fragilité. Les poids enregistrés pour les objets d’or le sont bien souvent lorsque l’objet comporte déjà une étiquette donnant l’information (ID 442, B, l. 78-83 : ἐπιγραφὴ ἡ αὐτή, ὁλ.).

Tableau 16 — Répartition des trésors en métal précieux dans les temples en 179.

Or Argent
Temple d’Apollon 8 286 dr. 162 055 dr. (27 T)
Artémision 7 186 dr. (1,19 T.) 80 983 dr. (13,5 T)
Total 15 472 dr. (2,57 T) 243 038 dr. (40,5 T)

82Il nous faut encore nous demander, comme nous l’avons fait pour la fortune monnayée du dieu, si cet accroissement des avoirs thésaurisés s’est effectué de manière linéaire au cours de l’Indépendance. L’inventaire des offrandes précieuses a été accompagné, entre la fin du ive s. et le milieu du iie s., de plusieurs déplacements de collections, à la faveur du changement de statut de certains bâtiments et de constructions nouvelles, comme l’achèvement du Grand Temple. Ces différents épisodes ont rendu plus complexe l’inventaire des offrandes et explique bien souvent les écarts que l’on peut observer d’un inventaire à un autre.

Les variations de la collection

83Alors que la collection des offrandes précieuses conservées dans l’Artémision, dans le Temple des Athéniens et dans le Pôrinos Naos comptait 15,1 talents d’argent pur (90 725 dr.) et 1,7 talent (10 297 dr.) d’or en poids d’argent peu avant le milieu du ive s., les premiers inventaires de l’Indépendance rendent compte d’une situation différente. Les méthodes de catalogage des Déliens ne sont pas non plus tout à fait identiques à celles des Athéniens.

Le trésor du début de l’Indépendance

  • 54 Tréheux 1959, chapitre I : Inventaire inédit du temple d’Apollon, p. 11-32. En 302, les hiéropes on (...)

84Dans un chapitre de sa thèse inédite, J. Tréheux a publié un fragment d’inventaire stoichédon du début de l’Indépendance (Γ765) et a montré qu’il composait, avec deux autres stèles distinctes (IG XI 2, 149 et 150), l’inventaire de l’année 297 qui était probablement le premier inventaire gravé après 314, renouant avec la tradition initiée par les amphictyons athéniens54. Quatre collections sont inventoriées : celles du Pôrinos Naos, du Temple des Athéniens, du Néokorion et de l’Hiéropoion. L’inventaire de l’Artémision ne figure pas sur la pierre. Le récolement des collections était donc une activité suffisamment longue et prenante pour que les hiéropes n’aient pas été en mesure, au moins dans les premières années de l’Indépendance, de faire graver chaque année l’intégralité des inventaires. Non seulement ils se sont limités aux offrandes en métal précieux, dont la valeur monétaire pouvait être quantifiée, contrairement à leurs successeurs athéniens qui cherchèrent à être exhaustifs après 167, mais ils ont également morcelé la tâche. À partir de 279 (IG XI 2, 161 B), l’organisation des inventaires trouve un schéma qui perdurera, avec en tête le catalogue des objets de l’Artémision.

85L’inventaire complet de l’année 279 permet donc de comparer l’état des collections avec celui qui est connu pour l’époque classique (tableaux 17-18).

86Dans l’Artémision, les hiéropes enregistrent des séries de phiales d’argent (rhymoi) pesant chacune 3,5 talents. Ils complètent l’inventaire, en comptant toujours des rhymoi, par des vases divers et des éléments en argent de diverses offrandes, dont la Géranos (l. 7-8). S’y ajoute une collection de vases, bijoux et couronnes en or pour un poids total d’argent de 10 601 dr. Ce sont au total 16,5 talents d’argent qui sont pesés dans l’Artémision, dont 14,7 talents d’argent pur (88 610 dr.).

Tableau 17 — Les collections de l’Artémision en 279 (IG XI 2, 161, B, l. 3-65).

Nombre
de
vases
Talents Mines Drachmes Total en
drachmes
Rhymos 1 104 1,5 9 000
Rhymos 2 103 1,5 9 000
Rhymos 3 104 1,5 9 000
Rhymos 4 102 1,5 9 000
Rhymos 5 104 1,5 9 000
Rhymos 6 121 1,5 9 000
Rhymos 7 110 1 6 000
Rhymos 8 89 1 10 7 000
Rhymos 9 67 1 6 000
Rhymos 10 Divers
éléments
22 2 200
Rhymos 11 88 1 2 6 200
Rhymos 12 30 3 000
Rhymos 13 12 24 2 400
Cratère en argent 9 572 9 572
Divers vases en argent 2 839 2 839
Monnayages or, argent, bronze 513 10 601
Diverses offrandes en or 685
14 phiales en or (l. 27-31) 2 393
Autres vases en or 3 047
Autres objets en or
(bijoux, couronnes)
3 963
Total 99 211 (16,5 T)

87Les hiéropes inventorient ensuite les offrandes conservées dans le temple d’Apollon. On y trouve 25 phiales qui ne sont pas pesées car elles semblent le plus souvent être bimétalliques. Les hiéropes pèsent en revanche la trière d’argent offerte par Séleucos (l. 78-79) pour 1 554 dr. D’autres offrandes en argent ainsi que diverses monnaies pèsent 660 dr. Les offrandes en or, essentiellement des couronnes, atteignent quant à elles un poids d’argent de 4 619 dr. (l. 81-97).

88Dans le Temple des Athéniens se trouve la collection des couronnes d’or offertes à Apollon lors des Délia. Elles totalisent un poids d’argent de 2031 dr. Le temple abrite également une collection de vases votifs en argent datant de la période classique, pesant 2 677 dr. (l. 107).

89L’inventaire se poursuit avec le catalogage des objets de l’Eileithyiaion (dont 163 dr. en argent pur) et de la Chalkothèque qui contient essentiellement des bronzes.

90Au total, en 279, la collection des offrandes sacrées compte 15,6 talents d’argent pur (93 664 dr.) et 2,8 talents (17 251 dr.) d’or en poids d’argent. Il est donc intéressant de constater que, par rapport à l’inventaire établi un siècle plus tard en 179, la masse des offrandes en or a davantage progressé au début de l’Indépendance que la masse des offrandes en argent. Mais on remarque également que la fortune en or a même légèrement diminué en un siècle, passant de 2,8 talents en 279 à 2,6 talents en 179. Les objets en or étaient plus fragiles, car la collection était assez largement constituée de couronnes. L’usure des couronnes d’or explique probablement cette perte, et justifie la décision d’en transformer une partie en lingots, mais il est possible aussi qu’une partie du lot ait été utilisé ou ait servi à la rémunération de l’artisan qui a travaillé à la fonte. Une autre partie de la collection consistait en monnaies, dont on ignore quelle fut la destination.

Tableau 18 — Répartition des trésors en métal précieux dans les temples en 279.

Or Argent
Temple d’Apollon 4 619 dr. 2  214 dr.
Artémision 10 601 dr. 88 610 dr.
Temple des Athéniens 2 031 dr. 2  677 dr.
Autres édifices 163 dr.
Total 17 251 dr. (2,8 T) 93 664 dr. (15,6 T)

Le trésor du milieu du iiie s.

91L’inventaire de l’année 250 (IG XI 2, 287, B) fournit un autre point de comparaison (tableau 19). Il commence par les collections de l’Artémision (l. 2-32) : on y trouve des couronnes, des vases en or, des bijoux, des monnaies d’or pour un poids d’argent de 3 101 dr. Sont également comptabilisées 5 154 dr. de monnaies d’argent de diverses provenances, qui ont été pesées, ainsi qu’une phiale en argent de 120 dr. Il y avait au total dans l’Artémision, en poids d’argent, 8 375 dr.

  • 55 Mais un peu plus loin dans l’inventaire des phiales les hiéropes signalent 61 phiales dans le templ (...)
  • 56 Cf. l. 83 à propos des couronnes du Temple des Athéniens, reçues et transmises sans pesée.

92Dans le temple d’Apollon, 59 phiales sont enregistrées (l. 45)55, sans indication de poids. S’ajoutent à cette collection divers éléments de vaisselle en or et en argent, pour lesquels le poids est rarement indiqué. Il semble que les hiéropes, cette année-là, ont privilégié les indications de pesée pour les objets en or, sans doute parce que le poids figurait déjà avec l’objet et qu’il n’y avait qu’à le recopier56.

93On compte ainsi un poids de l’or qui s’élève à 3 461 dr. d’argent. S’y ajoutent quelques vases en argent pesés pour 600 dr. (l. 72-74).

94Dans le Temple des Athéniens, les couronnes d’or pèsent au total 2 099 dr. d’argent.

95Dans le Pôrinos Naos, 13 phiales d’argent sont comptabilisées sans indication de poids.

96Dans l’oikos des Andriens, des objets en or sont pesés pour 45 dr. d’argent. D’autres vases en argent ne sont pas pesés.

  • 57 Dont 61 dans le temple d’Apollon (voir n. 64 supra).
  • 58 Traduction et chiffres erronés dans Nouveau Choix, p. 138.

97Les hiéropes ont ensuite établi un catalogue des phiales d’argent (l. 91-129), qui sont au nombre de 14357. Seules sont pesées les entrées de l’année (l. 127-129) : chaque phiale pèse 100 dr. d’argent. Les administrateurs font ensuite l’inventaire des vases offerts par Stésiléôs en précisant qu’« ils ont été pesés dans la plus petite des deux balances de l’agoranomion, en argent attique de bon poids » (l. 143), c’est-à-dire en référence à l’étalon attique de la monnaie oloschérès, pour un poids total de 5 329 dr.58. S’y ajoutent deux vases entrés dans l’année pour 91 dr. (l. 144).

98Étant donné l’absence d’indication de poids pour la plupart des offrandes en argent, il est difficile d’exploiter cet inventaire de la même manière que les précédents. Toutefois, si l’on restitue une moyenne de 100 dr. pour les phiales d’argent comptabilisées par les hiéropes, on obtient la répartition suivante :

Tableau 19 — Répartition des trésors en métal précieux dans les temples en 250.

Or Argent
Temple d’Apollon 3 461 dr. [6 100] + 600 = 6 700 dr.
Artémision 3 101 dr. 5 274 dr.
Temple des Athéniens 2 099 dr.
Pôrinos Naos [1 300] dr.
Autres édifices 45 dr. [8 200] + 5 420 = 13 620 dr.
Total 8 706 dr. (1,4 T) 26 894 dr. (4,4 T)

99Pour l’année 250, le total des offrandes évaluées par les hiéropes se monte donc à un poids en argent de 35 600 dr., soit à peine 6 talents attiques. La valeur de l’ensemble est bien inférieure à celle qui est inventoriée auparavant et c’est manifestement la façon de procéder des administrateurs qui est en cause.

100Parmi les inventaires postérieurs, aucun n’est complet au point de permettre la comparaison, mais on constate, à la lecture de l’inventaire de l’année 240 (ID 298), que perdure la même habitude consistant à indiquer le poids des offrandes en or plutôt que celui des offrandes en argent. Les phiales sont simplement comptées. Elles sont au nombre de 229 dans le temple d’Apollon avec les entrées de l’année (l. 56-96). Les vases de Stésiléôs sont pesés pour un total de 6 291 dr. (l. 107). S’y ajoutent 67 autres vases dans l’oikos des Andriens (l. 114) et 13 phiales dans le Pôrinos Naos (l. 122). On retrouve également dans cet inventaire la collection des phiales de l’Artémision rangées en rhymoi (l. 161-178). Le poids total des offrandes en or, à partir des chiffres conservés dans cet inventaire qui compte tout de même plusieurs lacunes, se monte à plus d’un talent (6 083 dr.).

  • 59 Voir infra p. 127-129 sur les capitaux de fondation.

101Pour les offrandes en argent, on ne peut donc que constater l’accroissement des collections, essentiellement par la thésaurisation issue du produit des capitaux de fondation59.

  • 60 Chankowski 2014b, p. 43.

102Les offrandes en or, malgré l’accroissement régulier de la collection assuré par l’entrée de couronnes d’or honorifiques, n’augmentent pas dans les mêmes proportions, loin s’en faut. Les couronnes d’or sont aussi des objets plus fragiles, soumis à la dégradation, comme en témoigne la confection de lingots d’or à partir des fragments rassemblés par les hiéropes, dans le premier quart du iie s. Cette transformation explique en partie que le montant total de l’or conservé dans le sanctuaire soit même légèrement en baisse en 179 par rapport au chiffre enregistré un siècle auparavant. Mais il est étonnant que la collection reste dans des proportions identiques entre le iiie s. et le iie s. Nous n’avons pas trace d’utilisation d’or votif qui serait retiré au trésor pour répondre à des dépenses : pour les frais relatifs aux statues, par exemple, le sanctuaire achète de l’or60. Il est même peu probable que les hiéropes aient fait passer dans le circuit monétaire des pièces d’or versées au trésor à titre d’offrande, car les deux parties du trésor (la part monétaire en circulation et la part thésaurisée) étaient clairement distinguées par les administrateurs.

  • 61 Voir les estimations quantitatives données par Callataÿ 1989.

103Force est donc de constater que l’or est devenu, entre le milieu du iiie s. et le début du iie s., une denrée rare et peu employée dans les offrandes votives à Délos, alors que l’essentiel de la collection d’offrandes en or a été constitué entre la seconde moitié de l’époque classique et le début du iiie s. (tableau 20). Il faut probablement voir dans cette situation le reflet de la déthésaurisation des trésors perses, dont nous voyons, pour l’usage de l’or, une traduction directe dans les pratiques votives à Délos61.

Tableau 20 — Évolution de la répartition des offrandes en or et en argent dans le trésor d’Apollon (en talents).

Tableau 20 — Évolution de la répartition des offrandes en or et en argent dans le trésor d’Apollon (en talents).

La fortune d’Apollon, un pouvoir financier ?

104Associés à la gestion au ive s., les Déliens avaient appris des Athéniens un certain nombre de principes comptables et financiers, qu’ils ont appliqués tout en pratiquant une administration proprement délienne. En ce sens, les comptes sont aussi le reflet de la situation extérieure. Le sanctuaire, directement impliqué dans l’activité économique égéenne par les constructions, les commandes, les achats qu’il entreprenait, subissait les conséquences des dominations politiques, des expéditions militaires qui sillonnaient la mer Égée en occasionnant des blocages d’approvisionnement et des fluctuations de prix, était soumis à la conjoncture. Derrière ces façades monumentales que constituent les comptes, qui semblent témoigner de pratiques administratives immuables, on perçoit donc le petit vent de l’Histoire et la façon dont les Déliens ont tenté, au fil des siècles, de s’adapter à un monde en perpétuel changement.

105Or la fortune d’Apollon a été maintenue dans des proportions stables au fil des siècles, dans la mesure où l’accroissement des bénéfices venait globalement compenser les ponctions réalisées pour les travaux. La gestion de la fortune sacrée a pourtant posé aux Déliens plusieurs problèmes : des problèmes techniques car il leur a fallu acquérir et perfectionner un certain nombre de méthodes et de pratiques d’administration et de gestion, en fonction de l’évolution des enjeux ; mais aussi des problèmes d’autorité pour assurer le retour des capitaux prêtés aux particuliers et, dans une moindre mesure, aux cités.

La répartition des avoirs

106Au total, la fortune monnayée gérée par les hiéropes à la fin de l’Indépendance n’a pas dépassé une cinquantaine de talents, caisse sacrée et caisse publique réunies. Les inventaires de jarres de la caisse sacrée montrent que la fortune du dieu a atteint 23,6 talents en 169 tandis que les fonds maniés dans la caisse publique peuvent se monter à 25 talents, bien qu’il soit difficile de faire la part des fonds qui auraient pu être prêtés sur le trésor sacré.

107La part représentée par les offrandes thésaurisées est beaucoup plus importante. Pour la seule caisse sacrée, la répartition des avoirs à la fin de l’Indépendance est à peu près d’un tiers d’argent monnayé (15 à 20 talents) pour deux tiers d’offrandes thésaurisées (40 talents). L’inventaire des phiales en argent montre d’ailleurs que ce type de récolement entre dans une logique de comptabilité : à la fin de l’Indépendance 40,5 talents d’argent pur s’ajoutaient aux 23,6 talents d’argent monnayé dans la caisse sacrée. La totalité des avoirs du dieu, en argent, en comptant les monnaies de la caisse sacrée et les offrandes, dépassait donc les 60 talents à la fin de l’Indépendance (tableau 21).

Tableau 21 — Répartition de la fortune sacrée en argent monnayé, offrandes en argent, offrandes en or.

Argent Or
monnaies offrandes
ive s. ± 10 T 15,1 T 1,7 T
279 14 T 15,6 T 2,8 T
179 15,5 T 40,5 T 2,6 T
169 23,6 T ? ?
  • 62 Bogaert 1968, p. 388-389.

108On peut ainsi mesurer, d’une certaine manière, le champ d’action économique du sanctuaire et le comparer, autant que les inégalités de la documentation peuvent le permettre, au rayonnement économique de particuliers fortunés. La fortune dont dispose Apollon au cours de l’Indépendance le place au niveau de quelques financiers et entrepreneurs connus par les sources. Ainsi, le père de Démosthène avait laissé à sa mort une fortune de 14 talents (XXVII Contre Aphobos I, 4) mais des banquiers du milieu athénien connus au ive s. disposaient de beaucoup plus d’argent. La fortune de Pasion a été évaluée plusieurs fois avec des résultats divers (entre 40 et 74 talents)62. Un passage de Démosthène (XXXVI Pour Phormion, 5-6) nous apprend qu’il possédait vers la fin de sa vie 39 talents de créances, auxquels s’ajoutaient d’autres biens.

  • 63 Shear 1978 (l. 50-55) ; Bull. 1981, 230.

109Le patrimoine financier d’Apollon délien pouvait donc rivaliser avec celui de quelques hommes d’affaires fortunés du ive s. : cette comparaison permettra également de mieux saisir les spécificités et l’intérêt de la politique financière développée à Délos. La fortune sacrée se place néanmoins bien loin des possibilités financières des rois hellénistiques : Callias de Sphettos, en 270/269, reçoit pour la cité d’Athènes en une fois, de la part de Ptolémée II, 50 talents d’argent et 20 000 médimnes de blé63.

Apollon délien et les autres dieux

  • 64 Debord 1982, p. 419, n. 22 ; Marcellesi 2004, p. 5.
  • 65 Sur l’existence de ces pratiques de catalogage à Delphes, Picard 2005, p. 56-58.

110Dans quelle mesure peut-on évaluer la composition d’autres fortunes sacrées ? Il convient tout d’abord de souligner que nous sommes, en la matière, dépendants de choix de gravure qui sont eux-mêmes parfois le résultat de bouleversements du rythme administratif. Ainsi, nous devons au pillage du sanctuaire de Delphes et à l’amende phocidienne de disposer de la comptabilité gravée des versements et de leur usage, et l’on pourrait multiplier les exemples. Dans plusieurs cas, c’est à l’occasion d’une construction que des stèles de comptes ont été érigées : ainsi à Épidaure pour le programme d’embellissement du sanctuaire entre 370 et 250 environ, comprenant, entre autres, le temple d’Asclépios et la Tholos. Les sanctuaires ont des pratiques diverses de gravure. Le sanctuaire d’Apollon à Didymes a conservé des listes d’offrandes qui enregistrent les objets précieux consacrés année après année, sans reprise régulière de l’état des collections. Il s’agit donc de listes de ce que le vocabulaire athénien des inventaires appelle les épéteia, mais même si elles étaient tenues régulièrement par les administrateurs sur d’autres supports, elles n’étaient pas gravées annuellement : l’observation des mains et des repentirs de gravure a permis de constater que plusieurs listes annuelles avaient été gravées ensemble, au même moment64. Ce choix de gravure nous empêche donc d’évaluer la fortune globale en offrandes thésaurisées. Inversement, les administrateurs des sanctuaires attiques et du sanctuaire d’Apollon à Délos ont conservé pendant plusieurs siècles l’habitude de faire graver chaque année, en se fondant sur des documents tenus à jour chaque mois sur des supports périssables, une ou plusieurs stèles enregistrant le compte des recettes et dépenses de la caisse sacrée ainsi que l’inventaire complet des offrandes disposées dans les temples et les trésors, accru régulièrement des nouvelles entrées65.

111La pratique épigraphique de gravure des comptes pouvant être indépendante de la tenue régulière d’archives sur des supports périssables, cette disparité de la documentation nous empêche parfois d’aller très loin dans une évaluation quantitative des fortunes sacrées.

  • 66 Burford 1969, p. 81-85.

112On est parfois en mesure d’évaluer le coût de la construction des monuments et de s’interroger alors sur la capacité de financement des caisses sacrées. À Épidaure, le programme de constructions étalé sur un siècle s’est élevé à un total estimé à 240 à 290 talents66. Mais on ignore comment a été organisé le financement de ces constructions : quel fut le rôle de la cité, quelle fut la part de la caisse sacrée, dans quelle mesure a-t-il fallu recourir à des souscriptions, comme le firent par exemple les naopes de Delphes pour la reconstruction du temple d’Apollon au ive s.

  • 67 Stanier 1953.

113Ces chiffres restent faibles en comparaison d’autres coûts de constructions : entre 460 et 500 talents pour le Parthénon67, environ 300 talents pour l’ancien temple d’Apollon à Delphes (celui du vie s.) selon Hérodote (II, 180). C’est encore peu en comparaison des 400 talents de revenus annuels que Thucydide (II, 13, 3) annonce pour la Ligue de Délos.

  • 68 Callataÿ 2006a, p. 49.
  • 69 Bousquet 1988, p. 160.

114Quelques indications chiffrées nous permettent d’évaluer au moins une partie des fortunes sacrées68. Diodore de Sicile (XVI, 56, 6), à propos du sanctuaire d’Apollon à Delphes, chiffre à 10 000 talents le montant de la fortune volée par les Phocidiens pour payer leurs mercenaires. Cette évaluation peut comporter des ressources monétaires de la caisse sacrée (produit de loyers, des taxes, d’amendes encaissées, etc.) mais pour sa plus grande partie, il doit s’agir d’offrandes précieuses, qui durent être fondues au fur et à mesure des besoins69.

115Par comparaison, le sanctuaire d’Apollon délien apparaît beaucoup moins riche. On n’atteint pas les 100 talents à Délos à la fin de la période documentée, ce qui n’a pas empêché le sanctuaire d’avoir une activité de construction particulièrement développée. En tout état de cause, les sources, en dehors de Délos, ne permettent pas de percevoir un patrimoine dans la durée : elles renseignent sur des capacités de financement ou une accumulation d’avoirs à un instant particulier, rendant quasiment impossible la comparaison.

Thésaurisation et circulation

  • 70 Callataÿ 2006a, p. 49-50 ; Chankowski 2011b.

116D’un tel bilan ressort aussi l’impression que les offrandes thésaurisées composent une grande partie de la fortune sacrée. Mais il faut se garder d’en tirer des conclusions hâtives : la documentation épigraphique et littéraire a tendance à privilégier ces listes immuables et à attirer l’attention sur ces objets prestigieux. D’après les passages de Diodore de Sicile qui se réfèrent au pillage de Delphes (XVI, 28, 2 ; 30, 1 ; 37, 2 ; 56, 5), on sait que les offrandes précieuses en or représentaient au moins 4 000 talents en équivalent argent. Les 6 000 talents restants devaient composer la fortune en argent du sanctuaire, mais une grande partie n’était sans doute pas monnayée. D’ailleurs, les témoignages littéraires qui pourraient venir combler les manques de l’information épigraphique s’intéressent surtout aux offrandes précieuses à l’occasion de récits de pillages. Le même Diodore (XXXVIII/XXXIX, 7, 1), ainsi que Dion Cassius (CCC) et Plutarque (Vie de Sylla, 12, 6-9) parlent du pillage par Sylla des trésors de Delphes, Épidaure et Olympie en 86/5, sans apporter de précisions chiffrées mais en insistant sur le fait que ces sanctuaires étaient remplis d’or et d’argent qui fournirent à Sylla une grande quantité de richesses70.

  • 71 Pour Cos, voir les remarques à ce sujet de Parker, Obbink 2000 et 2001. Pour Délos, cf. Chankowski (...)

117L’encaisse métallique et son évolution faisaient certainement l’objet d’enregistrements systématiques mais ne donnaient généralement pas lieu à une gravure systématique des comptes, en dehors des opérations de construction, sauf à Délos où nous avons la chance de pouvoir suivre dans le détail et de façon assez complète l’évolution de l’encaisse monnayée. À Délos comme dans d’autres sanctuaires sans doute, une partie de la comptabilité, à l’époque hellénistique, était d’ailleurs réalisée avec l’aide de banques : c’est là que se trouvait le détail des écritures71.

  • 72 Infra chapitre III p. 146 : 8,5 talents au total ; Chankowski 2002.
  • 73 Tréheux 1991.
  • 74 Bogaert 1968, p. 281-288.
  • 75 Mais Fr. de Callataÿ (Callataÿ 2006a) souligne à juste titre, p. 38 et 49, qu’il ne faut pas systém (...)
  • 76 Comme l’exprime par exemple la traditionnelle formule des inventaires athéniens et déliens (cf. ID  (...)
  • 77 Marcellesi 2004, p. 5-25 et plus particulièrement p. 12-13 ; Bresson 2000, p. 213-219. Voir égaleme (...)

118Surtout, la distinction entre offrandes métalliques et encaisse monnayée n’est pas toujours pertinente lorsque l’on parle de circulation des richesses : il y a des trésors monétaires thésaurisés qui sont plus immobiles que des offrandes en métal précieux, parfois refondues et monnayées. Ainsi, les inventaires de jarres de Délos dans le premier tiers du iie s. montrent qu’il existe des quantités de monnaies qui sont immobilisées dans la caisse sacrée72. De même, en reprenant l’administration du sanctuaire en 166, les administrateurs athéniens ont écarté de l’encaisse les monnaies qui n’étaient pas d’étalon attique et en ont dressé l’inventaire73. Ailleurs, des sanctuaires hébergeaient des sommes improductives constituées des dépôts des particuliers dans le temple74. Le vocabulaire employé dans les textes littéraires montre en revanche que les offrandes sont évaluées dans une perspective monétaire : c’est le rôle que joue la pesée dans l’estimation des résultats que l’on pourrait obtenir à la frappe75. Ainsi, Plutarque raconte comment Sylla envoya à Delphes le Phocidien Kaphis en lui ordonnant de peser ce qu’il emporterait (Vie de Sylla, 12, 4 : σταθµῶι παραλαβεῖν, « avec une transmission par inventaire des poids »). De la même façon, les administrateurs réguliers s’attachaient à peser les offrandes précieuses valorisables dans le but de parvenir à une estimation de la valeur de la fortune sacrée, tant pour l’encaisse que pour les objets76. C’est le cas à Didymes où, quelle que soit l’issue du débat sur les modes de pesée (avec des monnaies ou avec des poids), il ressort des listes d’offrandes que les administrateurs ont voulu parvenir à une estimation de la valeur des objets conservés dans le sanctuaire, en poids d’argent : la pesée est faite au moment de la consécration de l’offrande ou peu après et le poids des offrandes est exprimé dans un étalon monétaire en usage à Milet77.

  • 78 Par exemple Vial 1984, p. 213-214.
  • 79 Par exemple Didyma 433 (a. 270/269), l. 16-17.

119La thésaurisation concerne deux circuits différents. D’une part, les trésors des dieux accaparent un capital chez les particuliers qui leur consacrent des objets en métal précieux. D’autre part, ils mobilisent une partie des bénéfices en liquidités issus des capitaux sacrés, lorsqu’une phiale d’argent ou une couronne d’or est consacrée sur le produit d’un revenu du dieu. Cette pratique est courante dans le cas de capitaux de fondation prêtés à intérêt et dont une partie du produit aboutit à la confection de phiales de métal précieux, parallèlement à des dépenses de sacrifices et de banquets78. Elle est également répandue dans d’autres contextes. À l’époque hellénistique, les inventaires de Didymes montrent que la cité de Milet a parfois choisi de transformer le surplus de certaines recettes en coupes d’argent, signalées comme telles dans les listes d’offrandes79.

  • 80 Callataÿ 2006a, p. 65 : « Si la part monnayée paraît congrue, c’est que l’or et l’argent sont surto (...)

120Il existe donc dans les sanctuaires une encaisse en circulation, souvent difficile à percevoir, et un trésor pour lequel on tend, dans des pratiques de thésaurisation, à une évaluation monétaire, qu’il se compose d’argent monnayé ou de métal précieux. On perçoit dans la composition de la fortune sacrée une conception du capital que l’on aurait sans doute tort de classer trop exclusivement du côté improductif, car cette fortune est évaluée globalement, aussi bien les liquidités que les offrandes : en principe, elle peut à tout moment être récupérée dans les circuits de redistribution des biens. La thésaurisation apparaît bel et bien comme une épargne monétarisable. Mais la part en circulation effective est moindre que la part thésaurisée et cette part en circulation peut elle-même aboutir à une nouvelle thésaurisation des bénéfices. Les pratiques d’inventaires destinées à permettre une estimation monétaire des fortunes sacrées rendent donc compte en même temps de la proportion assez faible de métaux précieux (or et argent) monnayés à l’époque hellénistique80.

121L’évaluation de la fortune délienne et de son possible impact économique est donc à penser avant tout en termes de rythmes d’investissement : en mobilisant jusqu’aux limites des capacités de production de son environnement, en permettant à la cité de Délos de profiter d’emprunts réguliers sous la forme d’ouvertures de crédit pour répondre à des besoins eux-mêmes limités à une faible population et sans dépenses militaires massives à assumer, les Déliens s’étaient fixés des objectifs somme toute limités, là où les Athéniens de l’époque classique avaient davantage exploité l’argent du sanctuaire à l’appui de leur politique impérialiste. Si la thésaurisation est importante dans le sanctuaire délien, ce n’est pas par défaut de gestion : les méthodes comptables mises en œuvre par les hiéropes témoignent de progrès notables dans la construction d’une comptabilité complexe. Mais l’absence de projets d’envergure autres que les constructions, la diplomatie et les besoins de la cité laissait place à une thésaurisation qui prend la forme d’une épargne.

Conclusion : le devenir du trésor délien sous la seconde domination athénienne

122À la fois composé d’offrandes précieuses et d’argent monnayé, le trésor du sanctuaire d’Apollon est un capital qui fructifie au fil des siècles en dépit des ruptures administratives et politiques. Le trésor de la Ligue de Délos qui, parallèlement à celui d’Apollon, fut abrité un temps dans le Pôrinos Naos à partir de 478, avant que les Athéniens ne décident de le transférer à Athènes probablement en 454, n’est qu’un élément transitoire au regard de la permanence des collections sacrées. Alors que Délos aurait pu perdre de son attractivité en cessant d’être le lieu de rassemblement de la Ligue, la domination athénienne qui s’était maintenue sur le sanctuaire permit la mise en œuvre d’une administration financière capable de rendre le patrimoine d’Apollon productif. C’est ce dont héritent les Déliens en 314 et qu’ils perpétuent pendant plus d’un siècle et demi.

  • 81 Polybe, XXX, 20. Voir infra chapitre V p. 293-297.
  • 82 Voir infra chapitre IV p. 217 ; Perrin-Saminadayar 1994 ; Habicht 2006, p. 273-274 et 217, sur le p (...)

123En 167/6, par la volonté de Rome et dans le contexte des remaniements territoriaux qui suivent la victoire définitive des armées romaines sur la monarchie antigonide, les Déliens sont bannis de leur territoire et l’île est remise aux Athéniens tout en devenant un port franc81. La menace s’était fait sentir pour les Déliens dès le début du iie s., car les Athéniens n’avaient cessé d’exprimer auprès des Romains leur convoitise sur leurs anciennes possessions82. La diplomatie délienne, qui avait pourtant décerné des couronnes honorifiques au Peuple Romain et au Sénat dans les années précédentes (ID 465 c, l. 20), comme elle l’avait fait de longue date pour les Antigonides pour affirmer la neutralité de l’île sacrée, avait donc été impuissante à maintenir la communauté civique qu’elle défendait.

  • 83 Polybe, XXXII, 7 ; Habicht 2006, p. 273-274.
  • 84 Couilloud 1974, p. 66-67 et 128 n182 ; Baslez 1976.
  • 85 Baslez 1976, p. 345-346. Mais Echénikè n’obtient pas un nouveau prêt : elle rembourse le capital et (...)
  • 86 Baslez 1976, p. 359-360, et Vial 2008, s.v.

124La décision du Sénat romain obligeait les Déliens à quitter l’île en leur laissant le droit d’emporter leurs biens meubles. La plupart des Déliens émigrèrent en Achaïe où ils reçurent l’accueil de la Confédération achéenne qui leur octroya la citoyenneté dans plusieurs de ses villes, d’où ils n’eurent de cesse de revendiquer leurs droits auprès de l’autorité romaine83. D’autres familles s’installèrent à Rhénée où les monuments funéraires montrent leur présence et peut-être aussi le retour de certains Déliens vers la fin du iie s.84. Quelques familles déliennes n’ont manifestement pas quitté l’île : ainsi, Echénikè, bien connue dans les inscriptions de l’Indépendance, est nommée dans une liste de prêts du sanctuaire en 161/0 (ID 1408, A, col. I, l. 38-40) avec le statut privilégié d’étrangère domiciliée (οἰκοῦσα ἐν Δήλωι)85. Un Délien au moins, Timothéos, devint citoyen athénien du dème de Paiania et exerça la fonction d’épimélète de l’emporion en 146/5 (ID 1507, l. 17) : il est connu comme débiteur et garant durant l’Indépendance, en 175 (ID 449, B, l. 22-25). Sous la domination athénienne, il continua ses activités personnelles car on le voit également garant d’emprunt et emprunteur auprès de la caisse sacrée86.

  • 87 Roussel 1916, p. 149-156 et 160.

125Pendant une vingtaine d’année, les inscriptions de Délos mentionnent les clérouques athéniens installés à Délos en remplacement de la population délienne, ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆµος ὁ Ἀθηναίων τῶν ἐν Δήλωι κατοικούντων. La proportion d’étrangers résidents à Délos est aussi très forte, comme le montrent les locations des propriétés d’Apollon87.

  • 88 Chankowski 2008a, p. 341.
  • 89 Voir infra chapitre IV p. 182-183.
  • 90 Pour l’Asklépieion par exemple, voir l’étude de S. Aleshire (Aleshire 1989).

126Le retour des Athéniens comme maîtres à la fois du sanctuaire et de l’ensemble de l’île se manifeste, dans l’administration du sanctuaire, par l’affirmation d’un retour à l’ordre ancien : les dénominations des propriétés sacrées, par exemple, en témoignent88. Ils ont également entrepris de numéroter méthodiquement les jarres du trésor monnayé ainsi que les séries de phiales89. Après plus d’un siècle d’absence, les administrateurs athéniens, reprenant possession de leurs responsabilités, entendent manifestement réaffirmer une continuité avec leurs méthodes du ive s., développées par ailleurs dans d’autres sanctuaires de l’Attique90.

127Leurs inventaires prennent la forme d’un audit des biens d’Apollon, réalisé sur ordre de l’Aréopage, comme en témoigne un passage de l’acte ID 1403 (Bb, col. I, l. 23-29) qui est l’un des premiers textes consécutifs à la remise de l’île aux Athéniens. Le texte se rapporte à des offrandes rangées dans un opisthodome, peut-être celui de la Chalkothèque ou bien du Temple d’Apollon :

ταῦτα οὐ παρεστήσα[µ]εν οὕτως, ἀλλ’ ὡς ὑπογεγραµµέναι εἰσὶν αἱ στάσεις διὰ τὸ τοὺς ἐξ Ἀρέου π[άγο]υ ἄνδρας ἀποσταλέντας κατὰ τὸ ψήφισµα ὃ Θεαίνετος Αἰγι[λ]ιεὺς ἔγραψεν ἐλθό[ντας] εἰς Δῆλον ἐξετάσαι τὰ ἐν τοῖς ἱεροῖς κατὰ τὴµ Μικίωνος [π]αράδοσιν καὶ στησάν[των] α[ὐ]τῶν ὡς αὐτοῖς προσετέτακτο τὸ πρότερον µηκέτι δυνηθῆ[ναι] ἡµᾶς εὑρεῖν [τ]ὴν [παρ]ά̣σ{․}τασιν? τῶν ἐν τῶι ὀπισθοδόµωι χαλκωµάτων.

Nous n’avons pas replacé ces objets ainsi, mais dans l’ordre ils sont inscrits parce que les hommes de l’Aréopage, envoyés à Délos conformément au décret écrit par Théainétos d’Aigilia pour inventorier les biens des sanctuaires selon la transmission de Mikion, ayant rangé les offrandes comme il le leur avait été prescrit la première fois, nous n’avons plus pu retrouver l’ordre des offrandes en bronze de l’opisthodome.

  • 91 Habicht 2006, p. 273. L’administration athénienne commence au cours de l’année 167/6, comme le mont (...)
  • 92 Meritt 1944, p. 254-257, no 11.

128Cette commission d’Aréopagites conduite par l’Athénien Mikion fut chargée de procéder à la transmission des offrandes des mains de l’administration délienne en 16791. Cette première opération d’inventaire, qui dut s’accompagner de la pesée des offrandes, avait manifestement occasionné des déplacements dans les collections, dont les administrateurs de l’inventaire ID 1403 entendent se dédouaner. C’est peut-être ce premier inventaire qui fut érigé sur l’Agora d’Athènes, car quatre fragments y ont été retrouvés et montrent une correspondance non seulement avec les inventaires de collections de la seconde domination athénienne mais aussi avec l’inventaire délien de l’année 179 (ID 442, B, l. 5-12)92.

  • 93 Voir infra chapitre IV p. 183.
  • 94 Il n’y a pas de raison, comme le suppose Roussel 1916, p. 128-129, que la fonction de hiérope ait p (...)
  • 95 ID 442, A, l. 102-105, et 443, Ab, l. 10 ; ID 1115, 3.
  • 96 Habicht 2006, p. 274, et Walbank 1979, p. 525-526.

129Avec l’argent des caisses du sanctuaire, les Athéniens ont mené une opération de reclassement, en mettant de côté les monnaies athéniennes93. Puisqu’ils n’ont pas utilisé cette encaisse, c’est avec les revenus générés sous leur exercice qu’ils ont assumé les dépenses de fonctionnement. Ils ont été attentifs au retour de prêts consentis par les hiéropes déliens, puisqu’ils reçoivent, en 161/0, le capital et les intérêts de prêts qui avaient été consentis par les hiéropes de 168 et de 167 (ID 461, Ab, l. 51 ; ID 1408, A, col. II, l. 38-39)94. L’un de ces remboursements provient d’Hermôn fils de Solon, personnalité importante de la Délos indépendante puisqu’il était ami du roi Massinissa dont il avait obtenu un don de grain en faveur de la cité de Délos et qu’il avait remercié par une statue dans le sanctuaire95. C’est donc certainement avec l’appui politique et institutionnel des instances de leur cité que les administrateurs athéniens étaient parvenus à faire rentrer ces fonds, et l’on peut penser que le litige auquel fait allusion Polybe (XXXII, 7), qui opposa pour un arbitrage à Rome des Déliens d’Achaïe à la cité d’Athènes, en 159/8, n’est pas étranger à ces affaires. Les Déliens obtinrent d’ailleurs gain de cause96.

  • 97 Voir infra chapitre IV p. 182-183 à propos de l’inventaire de l’encaisse ancienne.
  • 98 Sur les modalités de la gestion athénienne des fermages, des loyers et des prêts, voir Roussel 1916 (...)

130De manière caractéristique, dans les actes athéniens, l’inventaire occupe la plus grande place et ordonne la logique de l’acte97. La part dévolue à la gestion occupe moins de place, même si les locations de domaines et maisons ainsi que les prêts à intérêts se poursuivent98. Les dépenses n’y occupent pas la place que leur accordaient les comptes des hiéropes : les actes athéniens ne sont plus la gravure d’une comptabilité comme le faisaient les Déliens, mais l’enregistrement de la conservation des biens des sanctuaires de l’île. Leur interruption, vers 140, alors que l’activité religieuse se poursuit, est manifestement le signe d’un désintérêt progressif pour la gravure de ces documents et pour la perspective patrimoniale qu’ils représentent.

  • 99 Sur les banques, voir infra chapitre IV p. 230-233.

131En effet, la perspective adoptée par les administrateurs athéniens exprime aussi la position de la caisse du sanctuaire d’Apollon à partir de 167/6 : elle n’est plus le cœur de l’activité économique et financière de l’île, car celle-ci est désormais menée par les financiers, importateurs, entrepositaires et banquiers qui font des affaires dans le port franc. La banque publique de Délos instituée avec le retour des Athéniens prend probablement de son côté des activités qui avaient été dévolues aux gestionnaires déliens des fonds du sanctuaire99. Les pratiques comptables s’y poursuivent et s’y perfectionnent sans nul doute, mais faute de gravure des documents, nous n’avons plus accès à ces archives.

Notes

1 Athénée, IV, 173, b-c : παράσιτοι τοῦ θεοῦ.

2 Chankowski 2008a, p. 324-337.

3 Les fiches épigraphiques en annexe (Annexe 1) présentent une version analytique de la comptabilité délienne, traduisant sous la forme de tableaux comptables les données qui figurent sur les stèles. Je corrige à cette occasion, dans les tableaux qui suivent, quelques erreurs de chiffres qui avaient subsisté dans Chankowski 2008a. Elles sont toutefois sans conséquences sur le raisonnement qui y était présenté, qui démontrait l’accroissement régulier de la fortune d’Apollon.

4 C’est à mon sens l’erreur de méthode des raisonnements de Migeotte 2014, p. 649-653.

5 Les hiéropes ont abandonné la comptabilité en talents, héritée de l’administration athénienne, peu après le début de l’Indépendance, dans les premières années du iiie s. Cf. Chankowski 2002, p. 42-43, et Nouveau Choix, p. 18-20. Je continue néanmoins à utiliser ici des sommes converties en talents pour faciliter la perception des ordres de grandeur.

6 Voir infra p. 175-177 ; Chankowski 2008b et 2014a ; Bogaert 1968, p. 126-165, sur ces banques.

7 Vial 1984, p. 225-227.

8 Vial 1988, p. 140 ; Bogaert 1968, p. 131-153 et 159. Migeotte 2014, p. 624-626.

9 Vial 1988, p. 55 et n. 26.

10 Bogaert 1968, p. 158.

11 Les calculs présentés par Larsen 1938, p. 339, reposent sur une mauvaise compréhension de la structure du compte.

12 Je me sépare ici des calculs de Bogaert 1968, p. 159, qui considère qu’il faut doubler le montant indiqué dans le compte de 219 parce qu’il n’a qu’un seul hiérope pour auteur : il s’agit certes d’un exercice incomplet mais rien ne nous permet de connaître la répartition des tâches cette année-là. Il est même peu probable que chacun des hiéropes du collège ait perçu une partie des intérêts.

13 Migeotte 2013, p. 320, considère d’après le premier compte, IG XI 2, 135, l. 16-22, que 44 080 dr. sont en circulation (soit 7,3 talents) auprès de particuliers au début de l’Indépendance. Mais l’importance des versements d’intérêts invite plutôt à penser qu’il s’agit d’arriérés recouvrés par les hiéropes au début de l’administration délienne. Voir supra chapitre I sur la ténacité des Déliens à faire rentrer les fonds dus à Apollon par les cités.

14 Voir infra chapitre I p. 46 sur les méthodes comptables.

15 Sur le lien possible avec les frappes monétaires de la cité durant ces années, voir infra p. 200.

16 Aussi n’est-il pas nécessaire de faire intervenir, comme je le faisais dans Chankowski 2008a, p. 336-337, l’apparition de fonds anciens qui n’auraient été comptabilisés qu’à partir des inventaires de jarres.

17 Voir infra chapitre III p. 175.

18 Voir à ce propos les conclusions de V. Mathé, dans une thèse intitulée « Le prix de la construction en Grèce aux ive et iiie siècles avant J.-C. Étude sur les chantiers financés par les sanctuaires de Delphes, d’Épidaure et de Délos », soutenue à Lyon le 27 novembre 2010 sous la direction de J.-Ch. Moretti.

19 Voir les tableaux présentés par Fraisse, Moretti 2007, p. 203-206, qui montrent également les lacunes de l’information arithmétique.

20 Fraisse, Moretti 2007, p. 235 ; Moretti 2010.

21 Burford 1969, p. 83.

22 Feyel 2006, tableau 34 et graphique 54, p. 481.

23 Voir supra chapitre I p. 29.

24 Feyel 2006, p. 481. Cette conclusion est reprise par Migeotte 2014, p. 641-642 : « La lenteur des constructions s’explique avant tout par la nécessité d’en étaler le financement ».

25 Voir infra chapitre V p. 243.

26 Sur ce principe de l’administration athénienne à Délos, Chankowski 2008a, p. 319-322 ; Chankowski 2005, p. 76.

27 Voir infra chapitre III p. 173-178.

28 Voir également la chronologie des inscriptions présentée en Annexe 7.

29 Étienne 1990, p. 111.

30 Chankowski 2008a, p. 317-341.

31 Voir infra chapitre I p. 56 à propos du compte ID 442 (a. 179).

32 Cf. Vial 1984, p. 211 et n. 85. Ce passage est compris différemment par Sosin 2003, mais voir mes remarques dans Bull. 2004, 373 et infra p. 164.

33 Sur le fait que les hiéropes ajoutaient directement le perion à la balance du compte, voir infra p. 52. Sur les montants conservés des bénéfices annuels, voir ci-dessus tableau 8.

34 Voir infra chapitre I p. 52.

35 Fantasia 1989, p. 51-52 ; Sosin 2003, p. 76 et les tableaux présentés p. 72-74.

36 Voir infra chapitre I p. 61-64.

37 Chankowski 2008a, pl. IV. Cf. Tréheux 1985a : ce fragment mettait en lumière l’emploi du signe Δ surmontant le M pour écrire 100 000, ce qui peut expliquer qu’il n’ait pas été aperçu par F. Durrbach dans le compte ID 444. Pourtant, l’éditeur du corpus avait lu, dans le compte de l’année 230 (ID 317, l. 35), la même combinaison de chiffres : voir infra chapitre I p. 55.

38 Chankowski 2008a, p. 334.

39 Sur cette commission extraordinaire, cf. Vial 1984, p. 245.

40 Chankowski 2008a, p. 334 et pl. V.

41 Voir infra chapitre IV p. 201-202.

42 Ibid. p. 199-201.

43 Ibid. p. 216.

44 Voir infra chapitre III p. 146.

45 Voir infra chapitre III p. 173.

46 Voir Annexe 2.

47 Chankowski 2008a, p. 335.

48 Voir supra p. 82.

49 Hamilton 2000, p. 8-11.

50 Lewis 1968 ; Marchetti 1987.

51 Cette façon de compter les avoirs correspond à une pratique comptable connue ailleurs : voir la démonstration de P. Marchetti pour Delphes (Marchetti 1987). Ici, on comprend aisément que la formulation est liée au processus de la pesée des offrandes par rapport à un poids de référence de 2 talents par série.

52 Sur la procédure de désignation de ces commissions, Vial 1984, p. 186 et n. 137.

53 31 chrysoi dans IG XI 2, 287, B, l. 67-68, ou 63 dr. dans ID 442, B, l. 5-6.

54 Tréheux 1959, chapitre I : Inventaire inédit du temple d’Apollon, p. 11-32. En 302, les hiéropes ont simplement établi une liste des offrandes nouvelles qu’ils ont transmises à leurs successeurs (IG XI 2, 145, l. 46-82).

55 Mais un peu plus loin dans l’inventaire des phiales les hiéropes signalent 61 phiales dans le temple d’Apollon (l. 92).

56 Cf. l. 83 à propos des couronnes du Temple des Athéniens, reçues et transmises sans pesée.

57 Dont 61 dans le temple d’Apollon (voir n. 64 supra).

58 Traduction et chiffres erronés dans Nouveau Choix, p. 138.

59 Voir infra p. 127-129 sur les capitaux de fondation.

60 Chankowski 2014b, p. 43.

61 Voir les estimations quantitatives données par Callataÿ 1989.

62 Bogaert 1968, p. 388-389.

63 Shear 1978 (l. 50-55) ; Bull. 1981, 230.

64 Debord 1982, p. 419, n. 22 ; Marcellesi 2004, p. 5.

65 Sur l’existence de ces pratiques de catalogage à Delphes, Picard 2005, p. 56-58.

66 Burford 1969, p. 81-85.

67 Stanier 1953.

68 Callataÿ 2006a, p. 49.

69 Bousquet 1988, p. 160.

70 Callataÿ 2006a, p. 49-50 ; Chankowski 2011b.

71 Pour Cos, voir les remarques à ce sujet de Parker, Obbink 2000 et 2001. Pour Délos, cf. Chankowski 2008b.

72 Infra chapitre III p. 146 : 8,5 talents au total ; Chankowski 2002.

73 Tréheux 1991.

74 Bogaert 1968, p. 281-288.

75 Mais Fr. de Callataÿ (Callataÿ 2006a) souligne à juste titre, p. 38 et 49, qu’il ne faut pas systématiquement interpréter le verbe κατακόπτω dans le sens d’une frappe monétaire à partir d’offrandes qui auraient été fondues.

76 Comme l’exprime par exemple la traditionnelle formule des inventaires athéniens et déliens (cf. ID 104, l. 2-3) : τάδε παρέδοσαν σταθµῶι καὶ ἀριθµῶι, « voici ce qui a été transmis pesé [ie. pour les offrandes métalliques permettant une équivalence en argent] et compté [ie. pour les ex-voto divers] ».

77 Marcellesi 2004, p. 5-25 et plus particulièrement p. 12-13 ; Bresson 2000, p. 213-219. Voir également Debord 1982, p. 218, sur le rôle financier des inventaires d’offrandes précieuses de Didymes pour l’évaluation des richesses de l’État.

78 Par exemple Vial 1984, p. 213-214.

79 Par exemple Didyma 433 (a. 270/269), l. 16-17.

80 Callataÿ 2006a, p. 65 : « Si la part monnayée paraît congrue, c’est que l’or et l’argent sont surtout conservés sous forme de lingots ou de vaisselle et de bijoux » ; Chankowski 2011b.

81 Polybe, XXX, 20. Voir infra chapitre V p. 293-297.

82 Voir infra chapitre IV p. 217 ; Perrin-Saminadayar 1994 ; Habicht 2006, p. 273-274 et 217, sur le problème des interpolations de Valérius Antias dans le texte de Polybe. Également Roussel 1916, p. 2-7, sur cette question.

83 Polybe, XXXII, 7 ; Habicht 2006, p. 273-274.

84 Couilloud 1974, p. 66-67 et 128 n182 ; Baslez 1976.

85 Baslez 1976, p. 345-346. Mais Echénikè n’obtient pas un nouveau prêt : elle rembourse le capital et les intérêts d’un emprunt qui datait de la période de l’Indépendance. Cette délienne ne doit pas être confondue avec Echénikè fille de Stèsiléôs, donatrice du sanctuaire (Vial 2008, s.v.).

86 Baslez 1976, p. 359-360, et Vial 2008, s.v.

87 Roussel 1916, p. 149-156 et 160.

88 Chankowski 2008a, p. 341.

89 Voir infra chapitre IV p. 182-183.

90 Pour l’Asklépieion par exemple, voir l’étude de S. Aleshire (Aleshire 1989).

91 Habicht 2006, p. 273. L’administration athénienne commence au cours de l’année 167/6, comme le montre la liste des gymnasiarques nommés dans l’île : Charneux, Tréheux 1997, p. 153-172.

92 Meritt 1944, p. 254-257, no 11.

93 Voir infra chapitre IV p. 183.

94 Il n’y a pas de raison, comme le suppose Roussel 1916, p. 128-129, que la fonction de hiérope ait perduré sous la domination athénienne : l’acte athénien recopie simplement les éléments principaux du contrat de prêt en mentionnant les noms des hiéropes déliens qui en avaient eu la responsabilité.

95 ID 442, A, l. 102-105, et 443, Ab, l. 10 ; ID 1115, 3.

96 Habicht 2006, p. 274, et Walbank 1979, p. 525-526.

97 Voir infra chapitre IV p. 182-183 à propos de l’inventaire de l’encaisse ancienne.

98 Sur les modalités de la gestion athénienne des fermages, des loyers et des prêts, voir Roussel 1916, p. 126-179.

99 Sur les banques, voir infra chapitre IV p. 230-233.

Table des illustrations

Titre Fig. 5 — Évolution des balances de comptes.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5609/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Titre Tableau 20 — Évolution de la répartition des offrandes en or et en argent dans le trésor d’Apollon (en talents).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5609/img-13.png
Fichier image/png, 28k

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search