Version classiqueVersion mobile

Parasites du Dieu

 | 
Véronique Chankowski

Chapitre I

Les archives de l’intendance sacrée : méthodes comptables et pratiques administratives des hiéropes

Texte intégral

1Les fouilles de Délos ont livré près de cinq cents inscriptions financières qui composent la comptabilité du sanctuaire d’Apollon délien, depuis l’époque classique (55 actes administratifs de l’époque classique, datés entre 434/3 et 333/2) jusqu’à la fin de l’indépendance délienne (364 comptes et inventaires des hiéropes entre 314 et 167) puis au cours de l’époque du port franc (80 actes des administrateurs athéniens entre 167 et les années 140). Les périodes les moins bien représentées dans ce corpus concernent d’une part le dernier tiers du iiie s., pour lequel nous n’avons que des inscriptions très fragmentaires, d’autre part la seconde moitié du iie s. et le début du ier s., au cours de laquelle la gravure et l’exposition publique des comptes s’est manifestement interrompue alors que les pratiques de comptabilité et de gestion des biens sacrés ont dû subsister.

2Outre les décrets et les dédicaces, l’épigraphie délienne est ainsi massivement constituée de comptes et inventaires qui sont, pour leur plus grande partie, l’œuvre de magistrats déliens, les hiéropes, qui ont fait graver d’année en année leur comptabilité au service des biens sacrés. Chaque acte administratif annuel comportait deux parties, le compte financier du collège de magistrats et l’inventaire des biens sacrés, qui forment un tout dans la conception qu’avaient les Déliens de la fortune sacrée.

3Pour comprendre la manière dont la société insulaire de l’époque hellénistique a conçu ses modes de relations économiques et financiers avec le sanctuaire d’Apollon, il faut pénétrer dans cette documentation complexe que constituent les comptes et inventaires des hiéropes en analysant leurs méthodes et en se familiarisant avec leurs pratiques.

  • 1 Vial 1984, p. 216-232.
  • 2 Chankowski 1997b.

4Les Déliens, qui avaient été associés à la gestion des biens sacrés par les Athéniens au cours de l’époque classique, se trouvent en 314 à la tête de responsabilités considérables au nom de la seule cité de Délos. Les magistrats en charge de l’administration des biens sacrés conservent le titre de hiéropes qu’ils avaient porté au cours de la période classique. Le fonctionnement de la magistrature est annuel et collégial1. Mais au cours de l’Indépendance, du iiie au iie s., les tâches des hiéropes se sont considérablement diversifiées et sont devenues plus complexes, parce que la fortune sacrée avait augmenté, parce qu’ils ont eu également à enregistrer les avoirs de la caisse publique de la cité de Délos, mais surtout parce que le monde dans lequel ils évoluaient avait changé. Une des raisons de cette complexité est certainement la multiplication des étalons monétaires et la diversification des monnaies que les hiéropes devaient manier pour les encaisses et les paiements2.

5Leurs pratiques comptables ont donc évolué au fil des années pour s’adapter à cette complexité, mais cette évolution n’est pas linéaire. La présentation varie d’une stèle à l’autre, si bien que ces documents ne sont pas réductibles à un modèle unique. Cette variété s’explique en partie par la rotation annuelle des magistrats, qui ne laissait à aucun d’entre eux le temps d’instaurer des méthodes dans la longue durée. Elle est due également aux hésitations des Déliens devant la complexité de l’administration sacrée qui, du iiie au iie s., est allée croissante et a suscité de la part des administrateurs et des instances civiques bien des tâtonnements.

6Le système mis en œuvre au cours de l’Indépendance et héritier des traditions administratives athéniennes relève tout à la fois du fonctionnement institutionnel de la cité, de la mise en œuvre de compétences techniques en matière de comptabilité, et d’une organisation matérielle prévoyant l’hébergement physique de fonds constitués d’argent monnayé et d’offrandes dont la plupart étaient en métal précieux.

L’installation d’une administration délienne

Les origines

L’organisation athénienne

  • 3 Chankowski 2008a.

7C’est à partir de la domination athénienne du ve s. que le sanctuaire acquiert sa fortune. La mise en location des terres sacrées et des maisons jointe à l’accroissement du patrimoine foncier et immobilier, la création de taxes sur l’exploitation des ressources et sur l’utilisation d’infrastructures du port sacré, ont permis de constituer les avoirs nécessaires à l’entretien du sanctuaire. La splendeur des fêtes instaurées par Athènes dans le sanctuaire d’Apollon, devenu une vitrine prestigieuse de la politique athénienne, mais aussi les constructions entreprises entre les ve et ive s., exigeaient toutefois davantage de revenus. Les Athéniens ont profité de l’aparchè qui fut un temps versée à Apollon, entre la fondation de la Ligue de Délos et le transfert de son trésor à Athènes, pour constituer un capital productif. Celui-ci, par l’intermédiaire des prêts aux cités, rapportait suffisamment, grâce aux intérêts versés, pour donner aux administrateurs les moyens d’une politique somptueuse qui s’est manifestée par la mise en œuvre de chantiers de construction et l’organisation de fêtes religieuses3.

8Au début de l’Indépendance, les Déliens héritent donc d’un capital important, mais aussi de méthodes de gestion instaurées par les Athéniens, qu’ils vont peu à peu reprendre à leur compte.

L’indépendance de Délos

  • 4 Une dédicace de garnisaires athéniens à Démétrios de Phalère (IG II2 2971), d’abord datée peu avant (...)

9Les modalités de départ des Athéniens ne sont pas connues et les derniers documents de l’administration athénienne découverts sur le site remontent aux années 3304. Pourtant, l’évolution des rapports de force entre Athènes et ses adversaires ne manquait pas de concerner aussi le sanctuaire délien. Un passage de Diodore de Sicile (XVIII, 4, 2-5) raconte que Cratère, en 326/5, avait reçu d’Alexandre le Grand des instructions sous la forme d’un mémorandum, que les Macédoniens décidèrent de ne pas appliquer après la mort du conquérant car le projet engageait des frais trop importants. Il envisageait, parmi d’autres constructions, l’édification de six temples, chacun d’une dépense de 1 500 talents, dans les grands sanctuaires de Grèce, à Délos, Delphes et Dodone et dans ceux de Macédoine à Dion, Amphipolis et Kyrnos. L’île d’Apollon, dans ce projet, n’était déjà plus le domaine réservé des Athéniens qu’elle avait constitué depuis 478. Le témoignage de Diodore confirme aussi que Délos fait partie, de longue date, d’un réseau de grands sanctuaires que ne désavoue pas le conquérant.

  • 5 Herbin 2014.
  • 6 Hypothèse développée par Fr. Queyrel dans Marcadé 1996, p. 84, et Queyrel 2016, p. 148-150.
  • 7 Coarelli 2016, p. 177-202, et le compte rendu de Chankowski 2018c.

10La présence d’Alexandre paraît pourtant peu visible dans le sanctuaire. Une dédicace des Déliens à Alexandre fils de Philippe (IG XI 4, 1072) montre toutefois que ces derniers n’avaient pas manqué d’ajouter leur voix aux honneurs accordés par les cités avec des degrés d’enthousiasme variable au conquérant, mais on ignore si cette démarche se fit immédiatement après la proclamation de Suse ou bien plus tard, dans le contexte de l’intervention antigonide et de la Confédération des Nèsiotes. À l’appui de cette dédicace, l’étude architecturale d’une grande base de marbre située sur le côté Ouest de la terrasse du téménos a permis de restituer, devant le Pythion et obstruant le temple d’Apollon construit à l’initiative des Athéniens au ive s., un monument distyle à colonnes ovoïdes d’une hauteur d’une dizaine de mètres. Le parallèle avec les colonnes du propylon du palais de Vergina permet de l’identifier avec un monument macédonien, qui pourrait abriter les statues d’Alexandre et de Philippe5. La tête d’une statue colossale découverte dans le Dôdékathéon pourrait être celle d’Alexandre le Grand6, mais F. Coarelli a récemment argumenté en faveur d’un ensemble monumental antigonide, qui ferait du Dôdékathéon un sanctuaire dynastique d’Antigone Monophthalmos et Démétrios Poliorcète, et veut voir dans cette tête celle de Démétrios7. C’est en réalité la question de l’emprise architecturale et iconographique des Antigonides dans le sanctuaire qui mériterait un réexamen complet.

  • 8 Chankowski 2008a, p. 249-257.
  • 9 Chankowski 2008a p. 256-257.

11Après le partage de Triparadisos et dans le contexte des premières luttes entre les Diadoques, les proclamations des libertés des cités grecques, d’abord par Antigone dans le manifeste de Tyr puis par Ptolémée « désirant que les Grecs sussent qu’il n’avait pas moins de sollicitude qu’Antigonos au sujet de leur autonomie » (Diodore XIX, 62, 1-2) étaient de nature à intéresser les Déliens qui, au moins pour une partie d’entre eux, avaient déjà tenté au cours du ive s. de rejeter la tutelle athénienne8. Athènes, sous la domination de Cassandre, se trouvait en difficulté. Elle avait conclu en 317 un traité (Diodore XVIII, 74, 3) qui lui accordait le maintien de ses possessions territoriales dans l’alliance de Cassandre, avec un régime censitaire pro-macédonien dirigé par Démétrios de Phalère. Le sanctuaire délien était-il concerné par les clauses du traité ? Il est probable qu’il l’était, dans la mesure où il était administré comme une véritable extension du territoire attique et que cette domination avait été maintes fois validée, en dernier lieu par un procès en 3439. Il est donc peu probable que, même en faisant allégeance à Alexandre le Grand, les Déliens aient pu dès les années 324-323 recouvrer quelque indépendance.

  • 10 Sur la Ligue, qui n’est connue que par quelques inscriptions, voir en particulier Merker 1970 et Co (...)
  • 11 Merker 1970, p. 141-142 n. 2 ; Buraselis 1982, p. 41-44, 60-67 ; Billows 1990, p. 220-225.
  • 12 Chankowski 2008a, p. 249-258 et p. 370-376, sur la complexité des liens entretenus par les Déliens (...)

12En s’appuyant sur l’agitation qui se manifestait dans les îles contre la tutelle athénienne, Antigone encourage et patronne dès 315 la constitution du Koinon des Nèsiotes10. Il envoie une expédition, sous le commandement de son neveu Dioskouridès, amiral d’une partie de la flotte, avec pour but de garantir la sécurité des alliés et de gagner l’appui des îles qui n’étaient pas encore entrées dans son alliance (Diodore de Sicile, XIX, 62, 9)11. C’est donc probablement au cours de l’expédition de Dioskouridès que Délos recouvra son indépendance. Tout au long du ive s., les Déliens n’avaient cessé de lutter pour redevenir maîtres de leur sanctuaire, sans manquer pourtant de participer aux opérations financières qu’avaient permis de nombreux liens avec les Athéniens12. À ce moment de leur libération, sans doute, les Déliens votèrent un décret en l’honneur d’Antigone.

13On comprend dans les quelques bribes de ce décret très mutilé qu’ils nommèrent Antigone archégète du peuple car il avait restitué aux Déliens liberté et constitution ancestrale démocratique (IG XI 4, 566, l. 12-15) :

— —c.10— —πας πολιτευ[— — — — — — — π]ολιτείαι δηµοκρατου[µέ]-
[νηι µετὰ] πάσ[η]ς π․․․ειας καὶ — — ἐλευθέρα [τ]ῆι πόλει ὁµ[ο]ν[οο]ῦντε[ς]
[κα]ὶ τὸ συµφέρον τῶι τε βασιλεῖ — — — — — — — — — ποιούµ̣ε[νοι]
[αὐτὸ]ν? ἀρχηγέτην τοῦ δήµου — — — — — — — — — τὸν βασιλέ[α]

  • 13 Milet I, 3, 123, l. 2-4 : ἡ πόλις ἐλευθέρα καὶ αὐτόνοµος ἐγένετο ὑπὸ Ἀντιγόνου καὶ ἡ δηµοκρατία ἀπε (...)
  • 14 Vial 1984, p. 91-92.
  • 15 Chankowski 2008a, p. 151 et 188.
  • 16 Voir infra p. 15 et chapitre III p. 140.

14La formule concernant la restitution de la constitution démocratique ancestrale est intéres-sante. Elle s’inscrit manifestement dans la mouvance d’une série de décrets d’autres cités qui expriment sous cette forme les bienfaits de la libération due aux Antigonides, et correspond bien aussi aux formules employées par Diodore. Ainsi les Milésiens inaugurèrent-ils à partir de 313 une ère nouvelle, précisant que « la cité devint libre et autonome grâce à Antigone et la démocratie lui fut rendue »13. Mais quels étaient les changements constitutionnels que permit à Délos la libération de la tutelle athénienne ? En Asie mineure, le renversement fréquent des factions oligarchiques justifiait l’insistance sur le retour à la démocratie. La liberté des Déliens était celle de l’intégrité territoriale, dès lors qu’Athènes ne contrôlait plus l’administration du sanctuaire. Mais comme l’a souligné Cl. Vial, la nature démocratique du régime délien n’a pas changé entre le milieu et la fin du ive s.14. En revanche, le départ de l’administration athénienne a permis aux Déliens de revenir à certains modes de fonctionnement de leurs institutions qui avaient prévalu avant que ne se durcisse l’autorité athénienne au cours du ve s. : c’est en particulier le cas du calendrier délien. On constate en effet qu’à partir des années 410, les archontats athénien et délien dans les actes administratifs sont devenus synchrones, c’est-à-dire qu’Athènes avait obligé la cité de Délos à décaler d’un semestre son calendrier. Normalement l’année commençait à Délos au solstice d’hiver, alors qu’elle commençait au solstice d’été à Athènes. À la fin du ve s., puis de nouveau à partir de 377, l’archonte délien entra en fonction en même temps que l’archonte athénien15. L’abolition de ce calendrier imposé, qui faisait violence aux traditions déliennes, pouvait bien être considéré, en 314, comme l’expression du retour à la constitution ancestrale démocratique. Comme on le verra, d’autres péripéties, comme un probable refuge à Ténos avec le trésor sacré, avaient dû marquer les Déliens dans cette période troublée16.

  • 17 Habicht 2006, p. 81.

15On sait aussi que les Athéniens n’ont pas manqué, durant ces années, de défendre leurs possessions. D’autres opérations ont eu lieu en mer Égée et dans les Cyclades, opposant les intérêts athéniens et macédoniens au programme de libération antigonide. Au cours de l’année 315/4, une flotte athénienne, sous le commandement de Thymocharès de Sphettos, opère dans les Cyclades et prend Kythnos qui était sous la coupe du pirate Glauketès. Un décret honorifique athénien plus tardif, en l’honneur de son fils Phaidros, rend compte de ses hauts faits (IG II2 682, l. 9-13). Une autre expédition appuyée par Cassandre est organisée contre l’île de Lemnos, devenue possession antigonide en 318, mais elle se solde par un échec devant l’action de Dioskouridès (Diodore, XIX, 68, 3-4)17.

  • 18 Errington 1977, p. 496 ; Tréheux 1948, p. 1031 ; Habicht 2006, p. 81 et n. 75.
  • 19 Tréheux 1948, p. 1029-1031, et Tréheux 1976, p. 88 n. 20.

16La chronologie de ces différentes opérations est difficile à établir. R. M. Errington date l’expédition de Dioskouridès de l’année 31318, mais les sources déliennes, comme l’a montré J. Tréheux19 invitent à en remonter la date à l’automne 314. Aucune source littéraire ne fait toutefois état de la libération de Délos et de l’attitude d’Athènes, mais ce sont les premiers comptes des hiéropes qui permettent de préciser cette datation.

  • 20 Chankowski 2008a, p. 198, 220 et 235-257.

17Lors de la domination athénienne, les actes administratifs ont toujours été datés par un double archontat : l’archonte athénien et l’archonte délien, manifestation de l’existence de la cité de Délos et de la participation des Déliens comme administrateurs subalternes à la gestion des biens du dieu. Durant une partie du ive s., cette double datation a obligé les Déliens à modifier leur calendrier et à désigner leur archonte en même temps que l’archonte athénien, c’est-à-dire au solstice d’été et non plus au solstice d’hiver comme le voulait leur propre tradition20. Dès le départ des Athéniens, ils ont remis à l’honneur l’ancien calendrier et sont revenus à une désignation de l’archonte au solstice d’hiver. L’archonte délien au nom partiellement conservé (-èrès) désigné en été 314, encore sous la tutelle athénienne, n’est donc resté en fonction que 6 mois. À l’hiver 313, le premier archonte délien de l’Indépendance dut prendre ses fonctions.

18Un fragment de compte du tout début de l’Indépendance, dans lequel est mentionné l’archonte délien de 315 (IG XI 2, 138, Bb, l. 3-4 : [ἐ]πὶ Φίλωνος ἄρ̣χ̣ο̣ν̣τος) enregistre la remise en adjudication des taxes pour trois mois (l. 16 : εἰς τὴ[ν] τρίµηνο[ν]). Il est plausible que cette inscription se rapporte précisément à la transition entre le régime athénien et le régime délien au moment de la proclamation de l’indépendance, comme l’a montré J. Tréheux : les contrats d’affermage des taxes, conclus à la fin de l’année 315/4 sous l’archonte précédent, Philôn, encore dans le régime athénien, avaient été rendus caducs par la libération de l’île et ont été réadjugés pour les trois mois constituant la période qui devait aller jusqu’au début de l’année délienne dans le calendrier traditionnel, c’est-à-dire jusqu’au solstice d’hiver 313. On peut ainsi placer en Bouphônion 314 selon le calendrier délien (ou Boédromion selon le calendrier athénien), c’est-à-dire approximativement à la fin du mois de septembre, la libération de Délos par Dioskouridès.

19Nous n’avons pas conservé la stèle athénienne qui dut en principe enregistrer le compte des premiers mois de l’année 314/3, mais le compte IG XI 2, 138 devait constituer une stèle supplémentaire, gravée à l’initiative délienne et couvrant la gestion du dernier trimestre de l’année 314.

20Le premier compte de l’Indépendance (IG XI 2, 135 : fig. 2) correspond donc à l’exercice administratif qui débuta à l’hiver 313 (tableau 1).

Tableau 1 Chronologie des événements de la fin de la domination athénienne et du début de l’Indépendance délienne.

Année Solstice Mois Athènes Mois Délos Régime Archonte délien
315/4 été 1 1 Administration athénienne Philôn
2 2
3 3
4 4
5 5
6 6
314 hiver 7 7
8 8
9 9
10 10
11 11
12 12
314/3 été 1 1 Administration athénienne -èrès
2 2
3 3
4 4 Libération de Délos ;
Réadjudication des fermages
pour 4 ans et des taxes pour 3 mois
(IG XI 2, 138)
5 5
6 6
313 hiver 1 Première année du régime délien
indépendant (IG XI 2, 135)
Archépolis
ou                    
Prostatès ?a
2
3
5
6
7
313/2 été 8
9
10
11
12
312 hiver 1 Deuxième année du régime délien indépendant Diaitos
a. Sur cet archonte et sa date, voir la démonstration de Tréheux 1959, p. 103-110 et 199-205. Archépolis pourrait être l’archonte de 313 et Prostatès celui de 311, ou bien l’inverse (Vial 2008, s.v.). La suite de la chronologie des archontes est fournie par les listes et les inscriptions : voir à ce sujet les explications données dans Nouveau Choix, p. 16-18.
  • 21 Habicht 2006, p. 87 n. 9.
  • 22 Voir supra p. 11 et n. 7 (Coarelli 2016 et Chankowski 2018c).

21La libération due aux Antigonides resta acquise pour les Déliens, même après l’entrée triomphale d’Antigone et Démétrios à Athènes en 307. Diodore rapporte (XX, 46, 4) qu’avec la restitution du régime démocratique à Athènes, Antigone rendit aux Athéniens leurs possessions insulaires d’Imbros. Un compte des trésoriers d’Athéna et des Autres Dieux (IG II2 1492, B, l. 133) montre que ce sont les territoires d’Imbros et de Lemnos que les Athéniens recouvrèrent à ce moment-là21. La décision, qui montrait la capacité d’Athènes à faire valoir ses droits ancestraux, ne put qu’inquiéter les Déliens, qui auraient pu subir le même sort. Ces anciennes clérouquies athéniennes étaient occupées par des garnisons antigonides, ce qui n’était pas le cas de Délos, et étaient liées pour Athènes à la route du blé et à son approvisionnement. Toujours est-il que l’indépendance de Délos ne fut pas remise en cause en 307, et la diplomatie délienne y fut peut-être pour quelque chose en mettant en œuvre la construction du Dôdékathéon, qui empiétait sur le téménos de Létô, signe de compromis nécessaires avec l’autorité antigonide22. Déjà le décret de 314 (IG XI 4, 566, l. 9-10) annonçait l’érection de statues de bronze qui purent y trouver place.

La transmission de la fortune sacrée

La récupération des capitaux

  • 23 Voir en Annexe 1 la fiche du compte IG XI 2, 135.

22C’est avec 7 talents, reçus de leurs prédécesseurs en fonction sous l’archontat du délien -èrès, que les hiéropes ont débuté leur exercice23. Le solde de l’année 313 (IG XI 2, 135, l. 28-30) transmis au collège suivant se monte à 9,6 talents.

  • 24 Voir pour l’argumentation détaillée infra chapitre III p. 139-140.

23Cette somme de 7 talents correspond manifestement à l’encaisse laissée par les Athéniens. Au iie s., les inventaires de jarres permettent, grâce aux libellés qui décrivent les sommes qu’elles contiennent, de comprendre un peu mieux la composition de la fortune sacrée. Elle est constituée d’un fonds ancien dont 7 talents portent l’intitulé énigmatique « rapporté de Ténos », qui témoigne sans doute, comme on le verra, des événements qui ont agité la communauté délienne soucieuse de protéger le trésor d’Apollon dans les bouleversements de la fin de la domination athénienne, de la guerre lamiaque et de la libération des îles par les Antigonides. Délos, île sacrée, ne possédait ni rempart ni armée et ses habitants pouvaient légitimement craindre les risques de pillages lors de la traversée de l’Égée par les armées des conquérants de la fin du ive s., au point d’aller chercher refuge dans les îles voisines. Les Déliens du ve s. s’étaient réfugiés à Ténos devant l’avancée de la flotte perse, comme en témoigne Hérodote (VI, 97). De même, leurs descendants avaient très bien pu demander à s’abriter à Ténos et y sauvegarder en dépôt le trésor d’Apollon, en attendant que les décisions antigonides ne viennent clarifier une situation pour le moins confuse. On comprendrait d’autant mieux, dans ce cas, l’emphase du décret délien en l’honneur d’Antigone archégète du peuple (IG XI 4, 566) s’il y avait eu réinstallation des Déliens dans leur île et dans leur rôle de gestionnaires de la fortune sacrée24.

  • 25 Chankowski 2008a, p. 311-314 et 352-377. Ces 12,5 talents représentent le capital minimal que le sa (...)
  • 26 Chankowski 2008a, p. 319-320.
  • 27 Chankowski 2008a, p. 312.

24Mais ces 7 talents mentionnés dans le compte de l’année 313 ne sont pas, en réalité, la totalité de la fortune sacrée : des capitaux étaient en circulation sous forme de prêts, pour un minimum de 12,5 talents en permanence afin d’assurer le fonctionnement des Délia de l’époque classique25. La fortune sacrée en circulation sous forme de prêts en 410/9 s’élevait à 46,3 talents. Vers le milieu du ive s., les cités insulaires ont des créances qui se montent au minimum à 33,3 talents. Les comptes des administrateurs athéniens du ive s. montrent que le fonds total disponible pour les prêts, probablement constitué par les réserves de l’aparchè, ne devait pas dépasser les 50 talents26. Au ive s., les Athéniens ont sans doute utilisé une partie des réserves accumulées grâce à leur bonne gestion pour la construction d’édifices qui contribuaient à enraciner leur domination en Égée, alors même que le vent commençait à tourner : le Pythion, puis peut-être le Néôrion. Peu avant, en 341/0, l’encaisse se compose de 20 talents environ, tandis qu’au moins 12 autres talents sont mobilisés en prêts aux cités. Des sommes étaient donc restées disponibles, que les Athéniens ont pu choisir d’employer dans les grands travaux de prestige dès la seconde moitié du ive s.27. Dans la seconde moitié du ive s., des prêts ont continué à circuler et une part importante des capitaux d’Apollon a dû rester mobilisée par les créances consenties pour la plupart à la fin du ve s. ou dans la première moitié du ivs. Malheureusement, aucun compte de l’administration athénienne ne nous est parvenu pour les années qui précèdent la libération de Délos.

25L’organisation de ce système de crédit était l’une des innovations majeures des Athéniens à Délos et illustrait brillamment la puissance du capital productif à travers l’organisation de fêtes somptueuses et de constructions. Mais après la fin de la domination athénienne, les Déliens ont probablement eu des difficultés à faire rentrer les fonds qui circulaient encore sous forme de prêts, ne disposant pas de la même autorité que les Athéniens envers les cités débitrices. Bien que les sommes prêtées aient sans doute continué à rapporter des intérêts, comme peuvent le laisser penser les actes administratifs athéniens du ive s., le projet délien se voulut bientôt recentré sur les besoins de la communauté civique et n’entendit pas poursuivre à l’identique la politique athénienne de prêts aux cités insulaires.

26C’est dans ce contexte et au moment de l’installation de la domination lagide en Égée, vers 280, soit vingt-cinq ans après la fin de la domination athénienne, qu’il faut comprendre l’aide apportée aux Déliens par Philoklès, roi de Sidon, dont témoigne un décret honorifique rendu par la cité de Délos (IG XI 4, 559).

27La procédure concernait le remboursement de créances dues aux Déliens (τῆς ἀποδόσεως Δηλίοις, l. 9). Elle a été réalisée sur ordre du roi Ptolémée ([καθάπερ ὁ βασιλεὺς Π]τολεµαῖος συνέταξεν, l. 7-8), à la suite d’une ambassade des Déliens à Philoklès. Elle impliquait également le nèsiarque lagide Bacchôn, dont le nom est mentionné dans un passage lacunaire du décret (l. 8). Le décret délien remercie Philoklès d’une couronne d’or d’une valeur de 1 000 dr., pour les services rendus dans le recouvrement des sommes dues par les insulaires aux Déliens (καὶ νῦν πρεσβε[ίας ἀ]ποσταλείσης πρὸς αὐτὸν περὶ τῶν χρηµάτων ὧν [ὤφει] λον οἱ νησιῶται Δηλίοις πᾶσαν ἐπιµέλειαν ἐποήσατο ὅπως Δήλιοι κοµίσωνται τὰ δάνεια, l. 4-7, « et maintenant qu’une ambassade lui a été envoyée au sujet des sommes que doivent les insulaires aux Déliens, il a mis tout son soin à ce que les Déliens recouvrent les créances »). Dans l’inventaire des temples déliens de l’année 279, trois couronnes d’or consacrées par Philoklès sont mentionnées (IG XI 2, 161, B, l. 56, 60, 86) et laissent entendre qu’il fut encore honoré à d’autres reprises à Délos ou dans les îles. Il est également à l’origine d’une fondation d’un capital de 6 000 dr. dans le sanctuaire d’Apollon.

Dettes récentes ou créances de l’époque athénienne ?

  • 28 Migeotte 1984, p. 161-166, avec la bibliographie indiquée dans les notes et la discussion sur le se (...)
  • 29 Sur les exigences fiscales de Démétrios, Wehrli 1968, p. 100. J. Delamarre (Delamarre 1904) affecte (...)

28La nature de ces dettes et l’identité du propriétaire des capitaux ont suscité de nombreuses discussions28. On considère généralement que les sommes dues par les Nèsiotes auraient été des emprunts contractés auprès du trésor délien pour payer les contributions de la Ligue des Nèsiotes à l’époque antigonide. En effet, des contributions, nommées eisphorai dans le décret des Insulaires relatif aux fêtes des Antigoneia et des Démétrieia (IG XI 4, 1036, l. 44) semblent avoir pesé sur les Insulaires dès 307, soit pour financer ces fêtes en dépit des fondations offertes à cet effet par les deux Antigonides dans le sanctuaire délien, soit pour répondre aux levées financières de Démétrios29. Quelques années plus tard, le décret de Nikouria (IG XII 7, 506, l. 7 = Syll 3 390) vante l’action de Ptolémée Ier qui avait diminué ces contributions en prenant le contrôle des Cyclades et en les libérant des Antigonides.

  • 30 Migeotte 1984, p. 166-194.
  • 31 Voir infra chapitre II.

29Les Cyclades, certes, ont dû continuer à s’endetter auprès de divers créanciers entre la fin du ive s. et le début du iiie s., comme le suggèrent plusieurs contrats de prêts contractés par les cités d’Amorgos30. Mais s’il est sûr que les Insulaires payaient des contributions dans le cadre de la domination antigonide, rien ne permet pourtant d’affirmer que le sanctuaire délien avait poursuivi la politique de prêts aux cités développée sous le contrôle athénien à l’époque classique. À supposer même que des capitaux sacrés aient été prêtés par les Déliens entre le début de l’Indépendance et l’éviction des Antigonides des Cyclades dans les années 280, ces sommes n’auraient pas pu être prises sur l’encaisse athénienne, mais nécessairement sur une réserve qui en aurait été séparée et que les hiéropes n’auraient pas porté en compte, puisqu’aucune sortie d’argent de ce genre ne se lit dans la documentation comptable et que l’on observe une parfaite continuité des fonds au début de l’Indépendance d’après les premiers comptes des hiéropes. C’est donc là une hypothèse qui, comme on le verra à travers l’organisation comptable des fonds sacrés, n’est guère plausible31.

  • 32 Migeotte 1984, p. 147-148 et 156-157.
  • 33 Pour L. Migeotte (Migeotte 1984, p. 157), il s’agit de plusieurs prêts différents et non d’un seul (...)

30La documentation comptable rapporte régulièrement les emprunts de la cité de Délos au sanctuaire mais ne garde trace que de deux emprunts de cités étrangères au début du iiie s. : Péparéthos et Hermionè. La dette de Péparèthos n’est mentionnée qu’une seule fois, en 284, probablement à l’occasion de son remboursement (IG XI 2, 156, A, l. 20)32. Hermionè paye des intérêts au sanctuaire à intervalles réguliers jusqu’en 278 (IG XI 2, 144, A, l. 18 ; IG XI 2, 162, l. 27). Les 3 000 dr. versées par Hermionè en 278 sont qualifiées d’intérêt annuel (τόκον ἐνιαυτοῦ), ce qui permet de supposer le prêt d’un capital de 5 talents, à une date peut-être plus ancienne : rien n’empêche de considérer que ce prêt aurait été consenti au ive s. dans la mouvance des prêts accordés aux cités insulaires lorsque le sanctuaire était sous contrôle athénien. Aucun document n’atteste son remboursement mais dans les inventaires athéniens du milieu du iie s., une tablette de contrat de prêt établi entre Hermionè et Délos figure parmi les collections d’offrandes du temple d’Apollon (ID 1449, Aab col. II, l 29-31 ; ID 1450, l. 104-105), et pourrait tout à fait se rapporter à la même affaire. Sa présence n’est pas nécessairement l’indice que la dette courait toujours, car un tel document aurait plutôt eu sa place dans les archives si le capital n’avait jamais été restitué33. Il doit plutôt s’agir d’une consécration à l’occasion du remboursement, qui dut donc intervenir à une date inconnue, après 278.

Le rôle de la fortune privée des Déliens

  • 34 Larsen 1938, p. 337-343 ; Gabrielsen 2005, p. 154.
  • 35 Bogaert 1968, p. 137-138.
  • 36 Le texte est commenté par Migeotte 1984 no 117, p. 345-347, qui cite la bibliographie antérieure. S (...)

31Une autre interprétation a été avancée pour comprendre l’implication des Δήλιοι dans les dettes des Insulaires d’après le décret en l’honneur de Philoklès. Pour J. A. O. Larsen, la mention des Déliens comme créanciers montrerait que les prêts aux cités insulaires ne s’étaient pas interrompus avec le départ des Athéniens, et qu’ils avaient continué par l’intermédiaire des citoyens riches, qui pouvaient emprunter des capitaux au sanctuaire et les placer auprès des insulaires34. Les prêts consentis sur le trésor sacré à la caisse publique de la cité étaient à court terme et affectés à des destinations précises, comme l’a bien souligné R. Bogaert en réfutant l’argumentation de J. A. O. Larsen35. Pourtant, la question est rendue complexe par l’existence d’un décret d’une cité inconnue, qui est peut-être Karystos d’Eubée, exposé à Délos, et qu’il faut probablement rattacher au dossier des prêts déliens36.

32Ce décret honore le Délien Mnèsalkos qui a aidé les sitônai de cette cité à recouvrer une cargaison de blé qu’ils venaient chercher à Délos et qui avait été saisie par leurs créanciers déliens (IG XI 4, 1049) :

  • 37 Trad. d’A. Bresson (Bresson 2008, p. 186) légèrement modifiée.

Théodoros (?) fils de Théophantos a fait la proposition : attendu que Mnèsalkos fils de Télésarchidès, Délien, qui possède à titre héréditaire la proxénie avec ses frères, a rendu de nombreux et éminents services à notre peuple en toute circonstance ; que, lors de la disette de grain, alors que notre grain avait été par deux fois l’objet de saisie de la part de Déliens auprès desquels notre cité avait une dette, il intercéda auprès de ceux qui avaient pris les gages et put le faire expédier à notre peuple ; que souvent il a avancé de l’argent à notre cité dans des circonstances pressantes et qu’il l’a recouvré au rythme où la cité a été en mesure de le rembourser ; qu’il n’a cessé d’apporter à ceux de nos concitoyens qui se rendaient à Délos une aide en conformité avec ce qui est juste en leur rendant service pour ce que chacun d’entre eux pouvait avoir à lui demander. Plaise au peuple que la proxénie soit accordée à Mnèsalkos, pour lui-même, ses fils et ses descendants, et qu’ils soient exemptés de taxes sur les denrées qu’ils importent et exportent, (…) qu’ils aient le droit d’entrée et de sortie par mer (…) en temps de guerre et en temps de paix37.

  • 38 Bravo 1980, p. 818 ; Vélissaropoulos 1980, p. 152, à propos de l’expression κατάγειν : « mettre l’e (...)
  • 39 Bravo 1980, p. 695.

33La saisie intervenait pour la deuxième fois, si bien que les dettes de la cité devaient être importantes ou répétées. Cette saisie, manifestement effectuée au moment du départ du navire déjà chargé, donc sans doute à l’occasion de la déclaration de sortie de douane, avait pu se faire quelle que soit l’existence de conventions entre Délos et la cité débitrice38. Il s’agissait d’une prise de gages destinée à faire pression sur la cité débitrice : « L’action de enekhurázein, l’enekhurasía, est une saisie de biens qui ne consiste pas en une appropriation définitive, mais par laquelle on vise à obtenir, de celui à qui on saisit ces biens, une prestation qu’on a le droit d’exiger de lui et qu’il ne veut ou ne peut pas fournir. Elle ne réalise pas le droit qu’on a d’obtenir une prestation déterminée, mais sert à le réaliser »39.

  • 40 Gabrielsen 2005, p. 154.
  • 41 IG XII 6, 1, 11, l. 40-49.

34Mnèsalkos lui-même avait prêté à plusieurs reprises de l’argent à cette cité (l. 9-11) et il est possible que, pour lui permettre de disposer du blé saisi par les créanciers à Délos, il ait mis en œuvre une opération financière qui faisait de lui l’intermédiaire des créanciers, en accordant une sorte de prêt-relais à la cité afin de lui permettre de se libérer de sa dette initiale40. Des opérations de ce genre sont connues grâce à d’autres décrets honorifiques : c’est par exemple ce qui permet à Boulagoras de Samos de devenir l’unique intermédiaire financier de sa cité dans une affaire d’achat de grain, évinçant au passage un autre concitoyen bienfaiteur, commissaire au grain, qui avait initialement consenti une avance sur ses fonds propres41.

  • 42 Vial 1984, p. 132-137 et stemma XVI ; Vial 2008, s.v. Mnèsalkos est aussi le proposant d’un décret (...)

35Or ce Mnèsalkos fils de Télésarchidès est précisément le proposant du décret en l’honneur de Philoklès de Sidon. Il appartient d’ailleurs à une grande famille d’hommes politiques déliens et a exercé entre autres la fonction de trésorier de la cité en 278 et de prodaneistès de la cité pour un emprunt à la caisse sacrée en 26942. L’identité du personnage, autant que le parallélisme entre les deux formules (IG XI 4, 559, l. 4-5 : περὶ τῶν χρηµάτων ὧν [ὤφει]λον οἱ νησιῶται Δηλίοις ; IG XI 4, 1049, l. 7 : ὑπὸ Δηλίω[ν] … οἷς ὤφειλεν ἡ πόλις) invitent à rapprocher les deux documents.

  • 43 Gabrielsen 2005, p. 154. Voir infra sur la question des prodaneistai.

36À travers le rôle de Mnèsalkos, le décret IG XI 4, 1049 témoigne assurément de la richesse de quelques citoyens de Délos qui étaient capables de financer des opérations de crédit à l’échelle régionale, dès le début du iiie s. Il n’en reste pas moins que l’identité des Δήλιοι envers qui la cité en question était endettée reste problématique et l’on y a généralement vu un groupe de créanciers moins arrangeants que Mnèsalkos, intervenant soit en leur nom propre, soit comme intermédiaires (prodaneistai) pour des emprunts dont les fonds d’origine viendraient en réalité de la caisse sacrée43.

  • 44 Voir également l’hypothèse de restitution de la dédicace de l’Artémision hellénistique dans Moretti (...)

37Contrairement à ce qui a été avancé par plusieurs commentateurs, la formule employée dans le décret de proxénie qui honore Mnèsalkos met en avant la dimension collective de la cité délienne : s’il avait été question de certains créanciers déliens en particulier, un déterminant et un partitif auraient dû le préciser dans la formulation des considérants. Au contraire, en employant le mot Δήλιοι, c’est bien à la cité des Déliens, agissant collectivement pour les intérêts conjoints du sanctuaire et de la communauté civique, que pensaient les auteurs du décret de proxénie. Certes, on trouve dans les comptes des hiéropes, à propos des particuliers débiteurs du sanctuaire, la formule οἵδε ὀφείλουσιν τῶι θεῶι, « voici ceux qui doivent au dieu » (par exemple IG XI 2, 287, A, l. 196), et non οἵδε ὀφείλουσιν Δήλιοις, « voici ceux qui doivent aux Déliens », mais la logique comptable des textes ne pouvait autoriser d’autre formule dans ce type de document qui présente l’état détaillé de la fortune sacrée. En revanche, la rédaction des contrats de prêts, comme le montre le cas d’Hermionè déjà évoqué, montre bien que la transaction sur les fonds sacrés est conçue entre la cité débitrice et les Déliens, puisqu’à partir de l’Indépendance seule la cité de Délos est habilitée à prendre des décisions au sujet des biens du dieu : la tablette qui figure dans les inventaires du temple d’Apollon au milieu du iie s. mentionne explicitement τὸ δάνεισµα τὸ Δηλίων ὃ ἔφασαν δανεῖσαι Ἑρµιονεῦσιν, « le prêt que les Déliens disent avoir consenti aux Hermioniens » (ID 1449, Ab col. II, l. 29-31). En soulignant les liens qui les unissaient à leur sanctuaire, les Déliens ne manquaient pas de construire cette identification entre leur cité et le sanctuaire dans leurs expressions officielles. Ainsi, ils ne craignaient pas de s’approprier le mérite du financement de leur vie civique : à la fin du iiie s., la dédicace du Théâtre, gravée sur l’architrave du proskénion, fait par exemple des Déliens les dédicants du monument, entièrement construit aux frais de la caisse sacrée (IG XI 4, 1070 : [Δ]ή̣λιοι τὸ θέ̣[ατρον καὶ — — — — — —]ν κατεσκεύ̣[ασαν — —]). La dédicace de la Salle hypostyle, regravée ultérieurement par les Athéniens, utilisait le même procédé (IG XI 4, 1071)44.

  • 45 Sur la signification de la propriété sacrée et la forme juridique de la tutelle exercée par les cit (...)

38Un sanctuaire grec n’est pas une entité séparée de la cité sur le territoire de laquelle il se trouve, et c’est bien cette forme tout à fait habituelle de relation entre la cité et son sanctuaire que l’on retrouve ici45.

  • 46 Malgré Migeotte 1984, p. 347, n. 6 : « Δήλιοι pourrait désigner le sanctuaire […], mais cette inter (...)

39Il est donc bien probable que, dans le décret délien pour Philoklès comme dans le décret de proxénie pour Mnèsalkos, les Δήλιοι représentent la cité de Délos en charge de l’administration des biens sacrés d’Apollon46.

La politique financière de la cité de Délos

40Les sommes dont il est question, à la fois dans le décret en l’honneur de Philoklès et dans le décret de proxénie pour Mnèsalkos, pourraient-elles alors correspondre plutôt à des capitaux prêtés au temps de la domination athénienne de l’époque classique, qui n’auraient pas été remboursés par les cités insulaires ? On voit, avec l’identification du décret de proxénie comme un document de Karystos d’Eubée, que ces prêts seraient restés dans un cercle géographique cycladique et égéen. Les deux prêts des cités d’Hermionè et de Péparéthos qui apparaissent encore au début du iiie s. s’inscriraient alors également dans la continuité des pratiques athéniennes : il faut considérer dans ce cas que le remboursement, ce qui est manifestement le cas de Péparéthos, serait intervenu au début de l’Indépendance. Cette solution paraît la plus probable et rend compte de l’acharnement des Déliens à réorganiser, dans les premières décennies de leur indépendance, l’administration des affaires sacrées.

  • 47 Chankowski 2002 ; infra p. 140-142.

41D’autres affaires semblables ont pu traîner très longtemps car les difficultés rencontrées par les Déliens à faire rentrer l’argent sacré ont probablement été multiples. Les inventaires de jarres du début du iie s. font ainsi état de sommes recouvrées antérieurement et venant de Minoa d’Amorgos, selon l’interprétation que j’ai proposée des libellés de ces jarres47. Cet argent a été rapporté à Délos à une date inconnue et les termes employés suggèrent que ce fut à la suite d’une procédure juridique ou financière.

  • 48 Chankowski 2008a, p. 328-329 et 337. C’est aussi l’interprétation que retient Migeotte 2014, p. 623
  • 49 Voir infra p. 137-144 à propos de l’argent de la Minoé.

42Certes, l’étude de l’évolution des encaisses durant la période de l’Indépendance ne laisse pas apparaître de rentrées importantes et soudaines de capitaux qui pourraient correspondre au retour des fonds prêtés par les Athéniens. J’avais d’abord supposé que l’argent qui aurait pu rentrer dans le sanctuaire grâce à l’action de Philoklès de Sidon n’avait pas été comptabilisé avec l’encaisse sacrée48 : l’opération serait logique du point de vue comptable dans la mesure où ces capitaux prêtés appartenaient, au départ, à un fonds particulier constitué probablement par l’aparchè qui avait été versée à Apollon lorsque son temple abritait le trésor de la Ligue de Délos au début du ve s. Mais elle est peu probable dans les pratiques financières des Déliens, qui ont pris en main la totalité de la gestion des biens du dieu au bénéfice de leur cité. En réalité, ces sommes ne sont pas forcément rentrées en bloc mais ont pu être recouvrées à des dates diverses et intégrées progressivement dans la caisse sacrée, sans faire apparaître de différence notable avec l’encaisse initiale, étant donné les lacunes de la documentation et les ponctions générées par les emprunts réguliers de la cité de Délos49.

43En tout cas, les 7 talents reçus en caisse par les hiéropes en 313 n’étaient pas la totalité de ce qu’avait possédé le dieu dans les décennies précédentes, et des capitaux prêtés étaient encore hors de la caisse sacrée à cette date.

  • 50 Cette inscription (= OGIS 773) est considérée comme la première attestation du contrôle ptolémaïque (...)
  • 51 Sur ce personnage, voir Bagnall 1976, p. 137-138. Débiteur du sanctuaire délien, il est nommé nèsia (...)
  • 52 Bogaert 1968, p. 138, n. 58.

44Avant d’entrer en relation avec Philoklès, les Déliens avaient peut-être déjà cherché l’appui des Lagides pour redevenir intégralement maîtres des biens d’Apollon, en entretenant des contacts avec des dignitaires de l’administration ptolémaïque, comme ils l’avaient fait auparavant avec les Antigonides. D’autres magistrats lagides sont honorés dans les Cyclades durant les années qui précèdent l’intervention de Philoklès : Thrasyklès, oikonomos des îles, dans une inscription de Ios émanant de la Confédération des Insulaires (IG XII Suppl., 169), et dans une inscription de Délos émanant de la même Confédération (IG XI 4, 1043) ; Zénon, subordonné de Bacchôn, dans une autre inscription de Ios (IG XII 5, 1004) datée de 286/550 ; Apollodôros fils d’Apollonios de Cyzique, qui fut sans doute nèsiarque avant 286, dans une inscription de Délos (IG XI 4, 562)51. Philoklès lui-même est intervenu à plusieurs reprises pour des affaires financières dans les Cyclades52 et a peut-être ainsi compensé son intervention en faveur des remboursements de créances déliennes par d’autres aides en faveur des cités insulaires.

45Le Délien Mnèsalkos, peut-être à son image, agissait aussi de deux côtés : tout en sollicitant l’appui des Lagides pour aider la cité de Délos à recouvrer ses créances, il se plaçait en intermédiaire incontournable et bienveillant, au titre de financier privé, en permettant à une cité insulaire d’acheter son blé grâce à son prêt-relais. C’est là une situation d’imbrication d’intérêts que l’on retrouvera à maintes reprises dans la vie économique et financière délienne. Les Déliens semblent avoir, par tous les moyens, usé de pressions pour obtenir le retour des capitaux prêtés au ive s. : l’aide lagide en était une, la saisie en était une autre.

46La mise en œuvre d’une comptabilité gravée chaque année leur permettait d’exposer aux yeux de tous la façon dont ils entendaient désormais gérer les biens du sanctuaire dont ils partageaient le territoire. Comme les dédicaces des monuments, ces stèles de comptes et inventaires constituaient, elles aussi et à leur manière, un discours sur les revendications de la cité délienne.

L’autorité de la cité délienne sur les fonds sacrés

Une question d’aptitude ?

  • 53 Sur les prêts d’Hermionè et Péparèthos, qui remontent plutôt à la période classique, voir supra p.  (...)
  • 54 Sur ce montant de 10 %, Migeotte 1984, p. 153, n. 22, et p. 386-387.

47Tout en inscrivant leurs pratiques comptables dans la continuité des méthodes de gestion mises en œuvre par les Athéniens, les administrateurs déliens de la fortune sacrée d’Apollon ont considérablement réduit la circulation des capitaux. En définitive, durant l’Indépendance, la caisse du sanctuaire d’Apollon est principalement une banque et une grande entreprise de construction locales dont le Conseil et l’Assemblée représentent le conseil d’administration. Cette activité de construction s’était déjà amplement manifestée sous l’administration athénienne. L’activité bancaire y trouve aussi ses origines, mais les Déliens la réduisent au périmètre de leur cité, modifiant ainsi profondément la logique de circulation des ressources : les prêts sont uniquement consentis à la cité de Délos et aux particuliers Déliens, à quelques rares exceptions près53. L’offre de crédit était donc particulièrement favorable à la population et aux activités économiques de l’île dans son ensemble. Ces créances fournissaient en même temps à la caisse sacrée un revenu sous la forme des intérêts versés, qui étaient de 10 % par an sur le capital emprunté54.

48Cette situation extrêmement favorable aux Déliens a en même temps suscité de nombreuses interrogations sur leur usage des biens du dieu : ont-il été des administrateurs rigoureux ou de simples profiteurs d’une fortune accumulée au cours des siècles ? Les Déliens disposaient-ils d’une autorité suffisante pour administrer la fortune d’Apollon, là où les Athéniens bénéficiaient de l’appui de leur force militaire ?

  • 55 Voir en particulier le jugement de Bogaert 1968, p. 141.
  • 56 Chankowski 2008a, p. 283.

49Les listes de particuliers débiteurs enregistrés dans les comptes des hiéropes permettent de constater bon nombre de défaillances, pour des emprunts qui courent parfois sur plusieurs générations. Ces listes, jointes aux emprunts incessants de la cité de Délos dans la caisse sacrée, ont accrédité l’interprétation selon laquelle les administrateurs déliens auraient fait preuve de beaucoup plus de négligence que les administrateurs athéniens55. En effet, à l’époque classique, les actes des amphictyons montrent que l’administration athénienne n’a pas hésité à procéder à des saisies lorsqu’un débiteur était dans l’incapacité de s’acquitter de sa dette56.

  • 57 Bogaert 1968, p. 126-168 ; Vial 1984, p. 357-384, et Nouveau Choix, p. 258-262 ; Migeotte 1984, p.  (...)

50Le dossier du crédit à Délos a été étudié à plusieurs reprises, tout particulièrement par R. Bogaert, par Cl. Vial et par L. Migeotte qui en ont rassemblé les données57. Je ne reprends donc ici que certains points de l’interprétation.

L’emprunt public

  • 58 Vial 1984, p. 100-101, 105-106 et 144-146 ; sur la responsabilité des prytanes, voir les nuances ap (...)

51L’Assemblée délienne étant souveraine sur la politique financière, il lui revenait de décider à la fois des emprunts et remboursements de la cité dans le cadre de la diataxis et des prêts consentis sur les fonds sacrés au bénéfice de cette même cité, en donnant ordre aux hiéropes, par décret, de procéder aux versements. Le Conseil était l’exécuteur des décisions de l’Assemblée. Il était présent, par l’intermédiaire des prytanes, lors des prélèvements dans la caisse sacrée. Les prêts de la caisse sacrée à la caisse publique étaient donc des avances de trésorerie, qui n’étaient pourtant pas exemptes du paiement d’intérêts comme tous les autres prêts dès lors qu’ils étaient d’une durée supérieure à une année. Mais les remboursements se faisaient à un rythme rapide, le plus souvent d’une année sur l’autre. Par conséquent, le système n’apportait pas à la caisse sacrée le bénéfice d’intérêts réguliers58.

  • 59 Migeotte 2013, p. 320.

52Les changements opérés au début de l’Indépendance dans la politique bancaire du sanctuaire délien, par opposition au système instauré par les Athéniens qui, par le produit des intérêts, associait le prêt aux cités insulaires et le financement des fêtes, étaient donc au profit de la seule communauté civique délienne. On souscrira à la conclusion de L. Migeotte : « Plutôt que de faire fructifier une partie de l’argent sacré, l’intention des Déliens fut simplement, selon toute apparence, de mettre à la disposition de la cité une source commode de crédit sans nuire à la fortune du dieu »59.

  • 60 Bogaert 1968, p. 134-136 ; Vial 1984, p. 110 et 120 (sur le rôle du secrétaire de la cité, qui n’es (...)

53Les emprunts faisaient l’objet d’un contrat déposé chez un particulier, citoyen délien, dont on ignore la fonction particulière (par exemple ID 290, l. 131 : συγγραφὴ παρὰ Πιστεῖ Ξένωνος). Dans ce contrat, plusieurs institutions intervenaient, comme en témoignent les libellés des prêts enregistrés dans les comptes des hiéropes : à la cité étaient associés des prodaneistai, dont le nombre augmente manifestement en fonction de l’importance de la somme que la cité emprunte, affectés de garants. Les garants (ἐγγυηταί) sont nommés à partir de 269 ἀνάδοχοι (IG XI 2, 203, A, l. 73-74). À partir de l’année 250 (IG XI 2, 287, A, l. 122-125), les prodaneistai sont des membres du Conseil, avec les trésoriers (à partir de 246 : ID 290, l. 129-131) et le secrétaire de la cité (à partir de 218 : ID 354, l. 10-12). Mais cette situation n’efface pas totalement le rôle des prodaneistai agissant à titre individuel, comme le montrent certaines attestations postérieures à 25060. En revanche, les mentions des anadochoi disparaissent des contrats à partir de 250, sans doute parce que l’introduction des bouleutes et en particulier des prytanes dans le dispositif suffisait à assurer les garanties à l’emprunt.

  • 61 Voir le répertoire des emplois constitué dans Migeotte 1980a.

54Le rôle des prodaneistai a été vivement débattu. Le verbe prodaneizein est employé dans de nombreuses inscriptions et sources littéraires en dehors de Délos, pour signifier le fait de consentir une avance, ce qui revient à assumer la responsabilité en lieu et place du débiteur, le plus souvent parce que ce débiteur est une entité civique ou une divinité61.

  • 62 Bogaert 1968 p. 134-135 : « Les προδανεισταί étaient des citoyens qui signaient le contrat et qui s (...)
  • 63 Voir supra p. 18-20.
  • 64 Gabrielsen 2005, p. 151-156.

55Dans une étude consacrée au rôle des prodaneistai, V. Gabrielsen note que le terme προδανειστής doit pourtant signifier « celui qui prête à l’avance », « celui qui fait l’avance du prêt », et non comme le laissent entendre les commentateurs des inscriptions déliennes « celui qui emprunte au nom de la cité »62. Il en déduit, en reliant cette observation à l’existence de prêts consentis par des Déliens à d’autres cités (en particulier à travers le témoignage du décret IG XI 4, 104963) que les prodaneistai étaient l’un des maillons d’une chaîne de crédit « sanctuary of Apollo – prodaneistai – city of Delos – foreign cities » : les prodaneistai auraient reçu l’argent du sanctuaire pour le prêter à d’autres cités par l’intermédiaire de la cité de Délos, puis ils se seraient chargés d’effectuer sur leurs fonds propres le remboursement au cours de l’année, attendant de recevoir de la part des cités débitrices le remboursement de la somme. Les prodaneistai déliens se seraient donc chargés de convertir des prêts de court terme en prêts à long terme en prenant à leur charge les risques financiers. Des cités étrangères auraient pu ainsi continuer à bénéficier grâce à leur intermédiaire d’une offre de crédit équivalente à celle de l’époque classique64.

56L’interprétation de V. Gabrielsen est juste sur le fait que les prodaneistai déliens assument le risque financier sur leurs fonds propres, au point que la présence de garants ne paraît plus toujours nécessaire dans les prêts consentis à la caisse publique. Il convient effectivement d’interpréter le mot dans le sens du lexique : le προδανειστής pourra être celui qui « prête à la place de » et s’il intervient comme intermédiaire dans l’opération de prêt, c’est pour prendre la place du dieu et non celle de la cité. Il joue le rôle de pivot ou d’interface : le cas échéant, le προδανειστής remboursera le sanctuaire sur ses fonds propres, devenant de la sorte le créancier de la cité à la place du dieu Apollon. S’il s’agit bien d’une chaîne de crédit, c’est parce que l’existence d’une personne morale responsable sur ses fonds propres est requise dans le contrat de prêt : les libellés des prêts disent explicitement que les sommes sont prêtées « à la cité ainsi qu’au Conseil et au trésorier untel agissant en qualité de prodaneistai » (par exemple ID 290, l. 129-131 : ἐδα[νείσαµεν] [δὲ τῆι] πόλε[ι κ]αὶ προδανεισταῖς βο<υ>λῆι καὶ ταµίαι Τιµοκλεῖ), ce qui définit en même temps leur obligation juridique de remboursement. Il revenait à la cité en tant que collectivité d’arranger, dans ses instances, les modalités concrètes de ces remboursements : versement par les trésoriers sur les ressources propres de la cité, ou bien remboursement par une avance faite par les bouleutes-prodaneistai.

  • 65 Voir infra chapitre V sur l’économie et les possibilités de crédit à Délos.
  • 66 Bogaert 1968, p. 136, mais sur le paiement des intérêts, voir les remarques de Cl. Vial dans Nouvea (...)

57Rien pourtant n’invite à y voir autre chose qu’une garantie contre le risque financier : il n’y a pas lieu de faire d’une mesure de protection, destinée à s’appliquer en cas de dysfonctionnement, un système de crédit généralisé et étendu aux cités insulaires65. Les comptes signalent de façon explicite qu’un bon nombre des emprunts contractés par la cité auprès de la caisse sacrée étaient remboursés sur les revenus civiques, ce qui signifie que les prodaneistai ne sont pas intervenus dans ces cas. R. Bogaert a raison de souligner le caractère limité des risques encourus par les prodaneistai : il s’agissait plus d’une question de délai que d’une question de ressources66. Surtout, les libellés sont explicites sur les destinations des emprunts publics et ne laissent apparaître aucun système de crédit aux cités autres que Délos.

Les prêts aux particuliers

  • 67 Seuls deux étrangers apparaissent parmi les particuliers débiteurs d’Apollon au cours du iiie s. : (...)

58Toujours avec un taux d’intérêts à 10 %, la cité a autorisé le prêt de capitaux de la caisse sacrée à des particuliers déliens ou résidents67. Nous connaissons cette activité de prêts à travers quatre types de listes établies dans les registres des hiéropes : les listes d’intérêts versés, au chapitre des recettes de la caisse sacrée ; les listes d’intérêts arriérés, qui enregistrent les débiteurs défaillants ; les listes de prêts consentis, au chapitre des sorties ; les listes de prêts remboursés, au chapitre des entrées. Dans tous les cas, ces listes distinguent toujours l’argent du sanctuaire de l’argent des fondations.

  • 68 Bogaert 1968, p. 145.

59La durée des prêts s’est considérablement allongée par rapport à la situation de l’administration athénienne d’époque classique. Alors que les prêts aux particuliers étaient limités à une durée de cinq ans sous l’administration athénienne, les hiéropes déliens ont laissé courir des emprunts sur plusieurs générations, si bien qu’il ne semble pas que les contrats aient prescrit de durée aux prêts. Lorsque certains capitaux sont remboursés, les retards d’intérêts se sont parfois accumulés : par exemple, un certain Callimos fils d’Aristodèmos rembourse en 250 un prêt de 100 dr. qui remonte probablement à son père avant 262 (IG XI 2, 287, A, l. 16 ; 223, A, l. 62), et ajoute 101 dr. et 4 ob. pour les intérêts dus68.

60Une attention particulière était en revanche portée à la fourniture de garanties et de cautions, comme pour le paiement des fermages et loyers : les emprunteurs devaient fournir une garantie réelle en hypothèque, qu’il s’agisse de leur bien propre ou de celui d’un proche, et s’assurer le soutien de deux garants. La saisie apparaît explicitement dans un compte des hiéropes. En 274, on lit dans un article très mutilé du compte qui fait partie des ultimes informations ajoutées sur la tranche droite de la stèle : ἐν[ηνο]χ̣ό̣των δὲ ἡ[µῶν] τὸν λόγον πρὸς τὴ[ν βουλ]ὴν παρεγένετο [αὐτὸς] πρὸ̣ τῆς ἀγωγ[ῆς τοῦ ἐγγύ]ου µη․․․, « alors que nous avions apporté le compte au Conseil, untel s’est présenté avant la saisie du garant » (IG XI 2, 199, D, l. 52-56). Rien n’assure que l’affaire se rapporte exclusivement à un prêt : il peut tout aussi bien s’agir du versement d’un fermage ou d’un loyer, pour lequel un fermier et son garant défaillants auraient évité de justesse la saisie.

  • 69 Bogaert 1968, p. 144.

61Dès lors, ce sont les versements d’intérêts que l’administration délienne avait privilégiés en laissant courir les prêts sur de nombreuses années. En calculant le montant probable des sommes non remboursées par les particuliers, R. Bogaert estimait que la caisse sacrée perdait en moyenne 20 % des prêts consentis aux particuliers : « Si nous établissons les moyennes annuelles du nombre de prêts et de remboursements, nous obtenons les quotients 6,66 et 6,78, ce qui voudrait dire à première vue qu’à la longue tous les prêts ont été récupérés. Mais à y voir de plus près, on constate qu’il n’en est rien, car la somme moyenne prêtée est de 320 drachmes par contrat, le remboursement n’est que de 255 drachmes par paiement. Donc beaucoup de versements ne constituent que des paiements partiels et les pertes pour le temple s’élèvent à 65 drachmes par prêt ou 20 % »69.

  • 70 Voir infra chapitre V p. 240-241.

62Cette conclusion doit être compensée par le calcul des sommes obtenues par le versement des intérêts sur le très long terme : or ceux-ci sont souvent versés aussi bien par les débiteurs eux-mêmes que par leurs garants ou leurs héritiers, même avec retard, constituant une compensation en capital sur le long terme. Surtout, les retards ne semblent pas avoir constitué un obstacle aux investissements mis en œuvre dans les travaux de construction, ni à l’instauration des emprunts pour la sitônia de la cité : la politique de gestion des fonds dépendait largement des besoins de la cité et ceux-ci ont été comblés par la fortune sacrée70.

63Ainsi, les difficultés rencontrées par les Déliens, dans les bouleversements géo-politiques de la fin du ive s., pour recouvrer à la fois l’autorité sur leur territoire et la possession des biens de leur dieu, reflètent bien le décalage entre la puissance militaire de l’Athènes classique et la faiblesse intrinsèque de la communauté « sacrée » des Déliens. Mais la définition des procédures, pour l’emprunt comme pour les adjudications de travaux, témoigne de la rigueur avec laquelle l’administration délienne a conçu ses responsabilités à l’égard de la gestion des biens du sanctuaire.

La gestion de l’espace dans l’organisation du trésor d’Apollon

  • 71 Ces aménagements sont l’un des sujets majeurs de la thèse de J. Tréheux (Tréheux 1959).
  • 72 IG XI 2, 161, A, l. 89 ; IG XI 2, 224, A, l. 26 ; IG XI 2, 287, A, l. 43 et l. 76.
  • 73 Schärlig 2001 ; Faraguna 2008.

64Les hiéropes déliens en fonction, chaque année, consacraient une grande partie de leur temps de charge, avec l’aide de leur secrétaire, à la mise en œuvre de la comptabilité annuelle, préparée par des bilans intermédiaires mensuels. Le maniement des fonds publics et sacrés engageait aussi des questions d’espace. Les offrandes étaient entreposées dans les différents temples et oikoi dont disposait le sanctuaire, et leur accroissement a parfois nécessité des déménagements et des réorganisations au cours des siècles71. La fortune monnayée, rangée dans des jarres, exigeait également des équipements spécifiques au fur et à mesure qu’elle augmentait. À plusieurs reprises dans la première moitié du iiie s., les hiéropes achètent « des jarres pour l’argent », στάµνοι ὥστε τῶι ἀργυρίωι72. Les opérations comptables complexes que menaient les hiéropes nécessitaient aussi le recours à des instruments comptables comme l’abaque, dont ils devaient disposer73. Enfin, la validation de leurs comptes par les instances de la cité les autorisait à clore leur exercice par la gravure et l’érection d’une stèle de compte dans le sanctuaire.

Les lieux de conservation de l’argent

  • 74 Bogaert 1968, p. 281-288. Voir également les représentations de prêtres et prêtresses avec comme at (...)

65La fonction de dépôt assurée par les sanctuaires du monde grec est bien connue et témoigne largement de la sécurité ressentie et effective que les téménè et leurs temples clos étaient en mesure d’assurer pour tous types de fonds et de réserves précieuses, qu’il s’agisse de biens des particuliers ou de trésors appartenant aux dieux, ou encore des caisses publiques des cités qui les confiaient à la garde de leur divinité tutélaire74.

  • 75 Les sources oratoires attiques témoignent par ailleurs de cas où des particuliers conservent une pa (...)

66Le sanctuaire délien ne semble pas avoir hébergé de dépôts appartenant à des particuliers, mais il est possible que la documentation épigraphique manque à ce sujet75. Il a en revanche conservé la caisse sacrée et la caisse publique. Cette conservation avait nécessité la mise en œuvre d’un dispositif de stockage et d’aménagements imposants, qu’il convient de restituer dans toute sa complexité et son encombrement.

L’Artémision et le temple d’Apollon

  • 76 Vial 1984, p. 225.

67Le lieu de conservation de l’argent de la caisse sacrée indiqué dans les inscriptions du iiie s. est toujours l’Artémision archaïque. C’est dans l’Artémision (ἐν Ἀρτεµισίωι) que, comme le disent les intitulés des comptes, se trouvent les fonds transmis par les collèges de hiéropes à leurs successeurs chaque année en fin d’exercice. Mais entre 206 et 179, un changement s’opère et c’est le temple d’Apollon qui accueille aussi bien la caisse sacrée que la caisse publique. L’intitulé du compte de l’année 179 en témoigne (ID 442, A, l. 2 : τόδε παρελάβοµεν ἀργύριον ἐν τῶι ναῶι τοῦ Ἀπόλλωνος ἐν τεῖ κιβωτῶι τεῖ ἱερᾶι / l. 75 : ἐν τῆι δηµοσίαι κιβωτῶι) tandis que dans le compte de 206, c’est encore l’Artémision qui est nommé (ID 368, l. 22 : τοῦτο παρέδοµεν ἐν Ἀρτεµισίωι)76. C’est donc entre ces deux dates que le déplacement des caisses a été effectué. Mais ce n’est pas le seul changement de lieu qu’ait connu le trésor d’Apollon au cours de son histoire.

68Le choix de l’Artémision pour héberger le trésor sacré n’était pas anodin de la part des Déliens. Il date probablement du début de l’Indépendance, car la première attestation certaine, dans les comptes, de la présence du trésor sacré dans l’Artémision se trouve en 297 (IG XI 2, 150, A, l. 12 : [ἐξεί]λοµεν ἐκ τοῦ Ἀρτεµισίου).

  • 77 Chankowski 2008a, p. 154-162.

69Durant l’époque classique, au contraire, l’Artémision était le temple principal pour le rangement des offrandes (l’inventaire ID 104 montre par exemple que la collection principale se trouve dans le temple d’Artémis). L’Artémision était en même temps utilisé par les Déliens pour entreposer des archives de la cité. Un décret fragmentaire de la cité de Délos, daté du ive s., autorise l’exposition d’une stèle d’Éphèse dans le sanctuaire d’Artémis et demande qu’une copie soit déposée dans le temple d’Artémis (ID 73 : δοῦναι αὐτοῖς στῆσαι τὴν στήλην ἐν τῶι Ἀρτεµισίωι καὶ ἀντίγραφα ἐς τὸν νεὼν τῆς Ἀρτέµιδος). L’implication des Déliens dans certains aspects de la gestion du sanctuaire les conduisait probablement à conserver aussi des sommes dans l’Artémision, mais il est douteux que toute la fortune sacrée y ait été placée. L’acte des amphictyons ID 93 (= ADC 5), daté de 410/9, mentionne dans le protocole de réception que l’argent a été reçu ἐν τ[ῶι ἱερ]ῶι καὶ τῶι Ἀρτεµισίωι et qu’il est transmis à la fois par les amphictyons du collège précédent et par les néocores déliens77. L’argent sacré, sous la responsabilité des administrateurs athéniens, était probablement conservé principalement dans le temple d’Apollon qui, à cette période, pouvait être le Pôrinos Naos (GD 11) — plus commodément que le Temple des Athéniens (GD 12) dont l’aménagement de la cella pour les sept statues s’y prêtait moins — puisque le Grand Temple (GD 13) était encore inachevé et dépourvu de couverture.

  • 78 Chankowski 2008a, p. 162.

70La participation des Déliens à l’administration sacrée durant la période classique, dans une position subalterne par rapport aux amphictyons, concernait principalement la gestion des offrandes, abritées dans l’Artémision pour la plupart d’entre elles, avec la responsabilité de certaines sommes pour des dépenses décidées par l’administration athénienne, tandis que les Athéniens avaient la haute main sur les finances du sanctuaire78. L’Artémision apparaît dans les actes de l’époque classique comme le domaine des Déliens, tant pour l’administration civique que pour leurs responsabilités subalternes dans le domaine de l’administration sacrée.

  • 79 Voir GD 13, p. 185 ; Vallois 1944, p. 26 ; Courby 1931, p. 230.

71Durant l’Indépendance, le nouveau temple d’Apollon servit à héberger de nombreuses offrandes. Les travaux d’achèvement de l’élévation et de la toiture qui, au début de l’Indépendance, avaient complété l’œuvre entreprise dans les premières années de la Ligue de Délos, avaient probablement pris fin au début du iiie s.79. Il put recevoir des offrandes au moins à partir des années 280 (IG XI 2, 161, l. 66-102). Le temple d’Artémis abritait toujours une collection d’offrandes précieuses que les hiéropes continuèrent à inventorier à la suite de celle du temple d’Apollon (voir par exemple en 178, ID 443, B, l. 104).

  • 80 Voir aussi à ce sujet Moretti 2012, p. 437.

72L’Artémision, que les Déliens utilisaient pour leurs propres archives et dans lequel ils inventoriaient aussi les collections du dieu au cours de la période classique, avait eu leur préférence pour entreposer l’argent sacré lorsque fut proclamée leur indépendance, sans doute avant tout en raison de la mise en œuvre des travaux d’achèvement du temple d’Apollon, mais aussi parce que le Pôrinos Naos et le Temple des Athéniens symbolisaient la domination précédente. Le domaine d’Artémis était, plus que celui d’Apollon, un espace familier à la cité délienne80.

  • 81 Le rôle du Prytanée comme lieu d’hébergement de certains fonds monétaires, en particulier des capit (...)
  • 82 Voir chapitre III p. 158.

73Quant à la caisse publique de la cité de Délos, puisqu’elle n’apparaît véritablement dans la documentation épigraphique qu’au moment où les hiéropes, à partir de 192, en prennent en charge l’inventaire, nous ignorons si elle avait été abritée également dans l’Artémision. Les revenus de la cité de Délos existaient déjà à l’époque classique, et seul l’Artémision, étant donné l’inachèvement du temple d’Apollon (GD 13) aux ve et ive s., était probablement en mesure d’assurer aux fonds de la cité la sécurité nécessaire81. Toutefois, l’examen des mouvements de fonds entre la caisse sacrée et la caisse publique montre, comme on le verra, que la cité de Délos a, jusqu’au dernier tiers du iiie s. au moins, versé une grande partie de ses excédents de revenus dans la caisse sacrée : ce n’est que dans les années 230 que l’on voit apparaître dans les comptes des hiéropes les premières mentions de la caisse publique82. Le reste des revenus civiques, s’il n’était pas utilisé dans les dépenses courantes, finissait par revenir aussi à la caisse sacrée au titre des remboursements de prêts. Il est donc possible que le recours aux banques ait longtemps suffi à la cité pour assurer l’essentiel de ses mouvements de fonds sur ses recettes et dépenses annuelles. La question du stockage de l’argent se posait beaucoup moins pour la caisse publique que pour la caisse sacrée.

Le déplacement des fonds

  • 83 Voir le dernier bilan sur ce monument par J.-Ch. Moretti (Moretti 2012).
  • 84 Voir GD 46, p. 207-209 ; Vallois 1966, p. 47-49.

74L’Artémision qui héberge les jarres d’argent monnayé au iiie s. est, à cette date, le temple archaïque dont l’origine pourrait remonter au viie s.83. Le portique coudé qui borde l’Artémision au Nord et à l’Est n’a été construit que dans la deuxième moitié du iie s., lors de la seconde domination athénienne. L’Artémision archaïque ou Artémision E84 disposait d’une cella de grandes dimensions (8,60 × 9,60 m). Le temple ne comportait pas d’opisthodome et c’est donc dans la cella que les jarres devaient être entreposées.

75Au début du iie s., les Déliens entreprennent, aux frais de la caisse sacrée, la construction d’un nouveau temple (Artémision D) qui remplace l’ancien : un prélèvement dans une jarre εἰς τὴν κατασκευὴν τοῦ ναοῦ τῆς Ἀρτέµιδος témoigne, en 179, du financement des travaux (ID 442, A, l. 65-68). Ces travaux expliquent que les jarres contenant le trésor public et le trésor sacré aient été, à une date qu’il faut situer entre 206 et 179, déménagées dans le temple d’Apollon.

  • 85 Moretti 2012, p. 430 et 434.

76L’observation architecturale permet d’éclairer la manière dont les Déliens ont procédé dans l’organisation des travaux de construction du nouveau temple d’Artémis : « durant la première phase de travaux du nouvel édifice, on a détruit le prodomos du temple archaïque, mais conservé intacte sa cella avec ses offrandes (…). Il s’agissait de protéger un objet ou une construction qui ne pouvait être déplacé »85.

  • 86 Moretti 2012, p. 430-435.

77Mais aucun des objets inventoriés par les administrateurs athéniens ou déliens ne s’apparente à une relique qui aurait nécessité la préservation de la cella au cours des travaux, comme l’envisage J.-Ch. Moretti86. En revanche, l’installation des caisses publique et sacrée, en plus des offrandes précieuses et des archives de la cité, avait dû occasionner des travaux d’aménagement importants pour organiser le rangement des jarres dans les caisses et les sécuriser.

  • 87 Voir infra p. 34.
  • 88 Sur les inventaires de jarres athéniens, voir infra p. 99-101 et chapitre IV p. 182-184.

78L’absence de conservation du pavement de tous les temples déliens ne permet malheureusement pas d’avoir d’indices sur de possibles aménagements pour l’hébergement des jarres, dans ce que les comptes nomment la kibôtos : ces caisses, l’une publique et l’autre sacrée, étaient-elles à même le pavement ou bien enterrées ? Faut-il restituer un dispositif semblable à celui qu’a révélé l’Asclépieion de Cos ?87 C’est en tout cas un dispositif massif et encombrant qui se trouvait dans le temple pour héberger ces jarres. Il n’allait donc pas de soi de déplacer le trésor de la cité et le trésor d’Apollon dans un autre édifice qui ne disposait pas au départ des aménagements adéquats. Le compte complet de l’année 179 (ID 442, A) permet en effet de constater que le trésor comporte 44 jarres dans la caisse sacrée et 37 jarres dans la caisse publique, soit 81 jarres en tout. La liste complète des jarres, que les comptes permettent d’établir, contient près de 200 entrées, mais certaines avaient été vidées dans les dix dernières années de l’Indépendance et remplacées par de nouvelles. En raison du caractère fragmentaire des derniers comptes de l’Indépendance, il est difficile d’évaluer la quantité exacte de jarres qui constituaient les deux trésors, mais en dix ans, le stock avait dû augmenter, si bien qu’une bonne centaine de jarres devaient s’y trouver. Dans les inventaires de la seconde domination athénienne, les administrateurs ont numéroté au moins 80 jarres dans le temple d’Apollon : la liste est incomplète car tous ces inventaires sont fragmentaires et les listes de jarres des administrateurs athéniens ne comportent pas le numéraire attique qui a dû être mis de côté. On ne sait pas non plus ce qu’il était advenu des jarres de la caisse publique mais il est probable que l’inventaire des administrateurs athéniens ait inclus les deux caisses88.

79C’était là un stock qui nécessitait certainement des aménagements particuliers dans le temple pour en permettre le stockage tout en conservant leur accessibilité. Outre les enjeux de sécurité lors du déménagement, les opérations de manutention des jarres étaient compliquées : on ignore si toutes les jarres avaient la même taille et si leur fabrication avait été calibrée, mais toutes ne devaient pas avoir le même poids, car certaines contenaient seulement quelques dizaines ou centaines de drachmes et d’autres plus d’un ou plus de deux talents en argent monnayé. Leurs poids étaient donc extrêmement variables mais atteignaient déjà les 30 kg pour une jarre de 6 000 dr. qu’il était difficile de déplacer sans casse et sans risque pour l’intégrité de la fortune.

80Les Déliens ont donc pu décider de maintenir aussi longtemps que possible les structures de la cella afin de ne pas devoir modifier l’organisation des caisses. Après l’achèvement des travaux de l’Artémision, l’espace est réorganisé dans la cella, puisque le déménagement du trésor a libéré beaucoup d’espace. Les inventaires des administrateurs athéniens après 167 montrent qu’avec l’achèvement des travaux, d’autres collections, comme les offrandes du Sarapieion et celles du sanctuaire d’Eileithyeia, avaient rejoint l’Artémision (ID 1403, Ba I et Bb II, l. 40-97 ; ID 1421 Bb II, l. 23).

81De ce fait, il faut sans doute revoir la chronologie du début des travaux, que l’on situe habituellement en 179 en raison de l’apparition du prélèvement dans une jarre pour les travaux de l’Artémision, et placer leur commencement à une date plus haute. La dépense de 179 (ID 442, A, l. 68), seule mention de ces travaux que l’on ne trouve plus cités par la suite dans les comptes, pourrait n’être en réalité que l’une des dernières du chantier, qui put démarrer beaucoup plus tôt, au moins dès le début du iie s.

82En effet, ce déménagement des caisses s’accompagne d’une transformation profonde de l’organisation des comptes des hiéropes : au début du iie s., les comptes commencent à présenter à la fois l’inventaire de la caisse sacrée et celui de la caisse publique, sous la forme d’une énumération de jarres, qui développe le protocole de réception de l’encaisse. Nous en avons un premier témoignage dans le compte de l’année 192 (ID 399, A). Chacune des jarres est numérotée et décrite par son contenu, le plus souvent inventorié et certifié au préalable par des banques par lesquelles les sommes ont transité. On peut donc penser que le transfert des jarres de la caisse sacrée depuis l’Artémision dans le temple d’Apollon fut l’occasion d’un inventaire intégral des jarres, en raison de la complexité de l’opération. Les Déliens ont pu saisir cette occasion pour instaurer de nouveaux principes pour la gravure des comptes, selon lesquels l’inventaire intégral des jarres devait être repris chaque année, comme c’était déjà le cas pour les offrandes.

83Dès lors, s’il paraît logique de relier cette nouvelle pratique à la nécessité de procéder à un inventaire lors du déplacement des fonds, l’installation des deux caisses dans le temple d’Apollon pourrait dater de l’année 192. Le formulaire du compte de cette année ne fournit malheureusement aucun indice de localisation de l’argent de l’une et l’autre caisse. Mais c’est au cours de cet exercice que les hiéropes signalent l’absence des prytanes à un moment de la transmission, si bien qu’ils n’ont pas pu déposer certaines jarres dans la caisse et ont été obligés de les transmettre « en dehors » (ID 399, A, l. 30-32 : ἄλλοι στάµνοι οὐκ ἐτέθησ[αν εἰς] τὴν κιβωτὸν διὰ τὸ µὴ παραγενέσθαι τοὺς πρυτάνεις µήτε ἀνοῖξαι τὴν [κι]βωτὸν ἐπανγειλάντων [ἡµῶν, vac. [οὓς] καὶ παρεδώκαµεν ἔξω). Cet incident inhabituel et unique pourrait s’expliquer par les circonstances particulières du déménagement des jarres et de leur inventaire, qui auraient perturbé le calendrier usuel des pratiques de transmission.

84Dans ce même compte de l’année 192, les hiéropes signalent qu’ils ont procédé à un réajustement comptable : ils ont prélevé dans un fonds de la caisse publique contenant 4 751 dr., pour mettre la somme dans une autre jarre, « l’argent qui manquait au total de tout l’argent à la fois public et sacré » (ID 399 A, l. 40-41 : τὸ δι[α]φώνησαν ἀργύριον ἀπὸ παντὸς τοῦ ἀργυρίου τοῦ τ[ε] ἱεροῦ καὶ τοῦ δηµοσίου). Sur plusieurs décennies, l’inventaire des espèces composant l’encaisse pouvait aboutir à des résultats légèrement divergents en raison des conversions monétaires, révélant un décalage entre le total réel en caisse et le total comptabilisé dans les archives. Une telle opération suppose un bilan complet du contenu des jarres, que le déménagement dans le temple d’Apollon a pu rendre indispensable. C’est là un indice supplémentaire pour situer en 192 ce transfert.

La question des effigies monétaires

85L’importance de l’Artémision dans l’organisation financière et administrative des Déliens, tant pour le trésor sacré que pour les affaires de la cité, exprime largement la situation politique du sanctuaire depuis l’époque archaïque : alors que le dieu Apollon est l’objet de toutes les attentions des puissances environnantes et des thalassocraties, la cité de Délos trouve chez Artémis un conservatoire de ses enjeux civiques. Pourtant, les Déliens entretenaient ainsi une situation inhabituelle dans le monde grec : le temple de la divinité tutélaire, dont l’effigie se trouve sur les monnaies de la cité, est généralement le lieu d’hébergement du trésor.

86Le dépôt du trésor sacré dans l’Artémision n’a pourtant pas empêché les Déliens d’oublier Artémis sur les effigies de leurs monnaies. Les premières émissions monétaires de la cité de Délos ne portent en effet que l’emblème d’Apollon et ce n’est qu’au iie s., alors que le trésor a été déplacé dans le temple d’Apollon, que la déesse apparaît finalement sur certains petits modules de bronze, qui portent au droit la tête d’Apollon et au revers celle d’Artémis, et sur la série du monnayage au palmier.

  • 89 Voir chapitre II p. 106.

87Cette pratique, peu habituelle dans le monde grec, s’explique pourtant bien sur le plan des institutions financières. Le domaine d’Apollon en était arrivé à inclure l’ensemble des sanctuaires de l’île sur le plan financier. Le trésor d’Apollon centralisait les ressources monétaires des « autres dieux » et les redistribuait ensuite lorsque des travaux étaient nécessaires sur les bâtiments, dans une pratique qui doit sans doute son origine à la réflexion menée à Athènes au ve s., à l’époque des décrets de Callias sur la trésorerie des « autres dieux » de l’Attique89. Porter sur les monnaies de Délos l’effigie d’Apollon ne faisait qu’exprimer cette réalité. Artémis, qui hébergeait le trésor du dieu, était une divinité secondaire dans cet ensemble. De plus, si l’achèvement de la construction du temple d’Apollon par les Déliens s’était bel et bien accompagné du projet de réinstallation de la caisse sacrée dans l’édifice consacré au dieu, il apparaît alors que pour les Déliens, le dépôt dans l’Artémision, bien qu’il se soit prolongé pendant un siècle, n’avait été au fond conçu que comme un hébergement provisoire. Dès leurs premières émissions monétaires à l’effigie d’Apollon, les Déliens avaient réaffirmé à la fois leur réappropriation de tout ce qui concernait le dieu et la continuité de la propriété sacrée, même si le trésor d’Apollon ne se trouvait pas encore dans son temple.

Les modes de stockage

  • 90 Prêtre 1999.
  • 91 Voir l’étude de Kaminski 1991 qui étudie principalement les dispositifs de troncs à offrandes, bien (...)

88Nous savons très peu de choses sur la façon matérielle d’entreposer les dépôts monétaires et les offrandes dans le monde grec. Le vocabulaire des inscriptions de Délos, toujours précis, apporte des indices sur la conservation matérielle des objets dans les temples et les trésors : rangement sur des étagères, dans des coffres, suspension de certains objets au mur, entretien ou refonte d’objets détériorés90. La situation des réserves monétaires a été beaucoup moins étudiée91. Là encore, les comptes et inventaires déliens fournissent des précisions sur la situation matérielle de conservation de l’argent sacré et l’on peut considérer avec vraisemblance que la situation des dépôts était identique dans bien des sanctuaires grecs.

  • 92 IG XI 2, 161, A, l. 89 ; IG XI 2, 224, A, l. 26 ; IG XI 2, 287, A, l. 43 et l. 76.

89Les pièces de monnaies étaient toutes rangées dans des jarres (στάµνοι) qui comportaient un libellé inscrit sur le vase, indiquant le montant du contenu ainsi que l’origine des fonds. Régulièrement dans la première moitié du iiie s., les hiéropes achètent « des jarres pour l’argent » (στάµνοι ὥστε τῶι ἀργυρίωι)92. Par la suite, ils ont probablement recyclé d’anciennes jarres vidées de leur contenu monétaire pour y stocker de nouvelles encaisses.

  • 93 Voir infra chapitre IV p. 183.

90Ces jarres, qui sont une bonne centaine à la fin de l’Indépendance, étaient elles-mêmes placées dans des coffres car les inventaires de monnaies réalisés par les administrateurs athéniens après 167 les mentionnent : καὶ ἀργυρίου τοῦ ὑπάρχοντος ἐν ταῖς κ[ι]βωτοῖς· (ID 1429, B, col. II, l. 33 et ID 1449, Ba, col. I, l. 24). Rien ne permet de préciser ce qui distinguait la caisse sacrée de la caisse publique. Mais on peut déduire des inventaires des Déliens puis des Athéniens que ces jarres étaient empilées, les plus anciennes au fond et les plus récentes au-dessus et plus accessibles. En effet, l’ordre dans lequel les administrateurs athéniens ont procédé à leur inventaire le montre, partant des plus récentes qui étaient les plus accessibles, alors que les hiéropes établissaient chaque année un catalogue chronologique des jarres, inscrivant en premier les plus anciennes. Il est d’ailleurs probable que pour les fonds immobiles, ils procédaient en recopiant d’une année sur l’autre des inventaires précédents, comme pour les offrandes précieuses93.

  • 94 Voir Annexe 2 pour le détail de l’inventaire des jarres de la caisse sacrée et de la caisse publiqu (...)
  • 95 Le transport de l’argent dans des sacs était un usage habituel mais le terme κυνοῦχος est rare et n (...)

91Le poids de chacune de ces jarres était variable en fonction du montant qu’elles contenaient94. On ignore si leur taille était calibrée pour les besoins du rangement. À l’intérieur de ces jarres, les monnaies pouvaient être groupées par séries, dans des sacs en cuir : l’un des dépôts mentionne une somme « dans le sac en peau » (ἐν τῶι κυνούχωι)95.

  • 96 Sur le fonds ancien, voir infra chapitre III et tableau 29, p. 137-138.

92Ces modes d’installation suggèrent que les contenants étaient présents dans les coffres mais qu’une partie de l’argent circulait entre les magistrats et les banquiers en charge des opérations comptables dans des sacs, et non directement dans les jarres. Dans les inventaires de jarres des hiéropes figure toujours, pour chaque somme déposée, un intitulé qui l’identifie. Pour le fonds ancien, constitué de jarres dont l’argent ne circule plus, il s’agit d’une inscription sur la jarre elle-même (par exemple ID 442, A, l. 5 : ἄλλον στάµνον ἐπιγραφὴν ἔχοντα· τὸ ἀπελθὸν ἐκ Τήνου Image Χ, « une autre jarre, portant l’inscription : somme rapportée de Ténos, 6 000 dr. »)96. Pour les dépôts en circulation, les hiéropes transcrivent un libellé plus long car ils indiquent toujours sur la jarre le nom de la banque d’où provient le dépôt (par exemple ID 442, A, l. 18-19 : ἄλλον στάµνον ἐπιγραφ[ὴ]ν ἔχοντα· ἀπὸ τῆς Νυµφοδώρου καὶ Ἡρακλείδου, ἐπὶ Ἀπατουρίου Ποσιδεῶνος, ἔθεσαν ἱεροποιοὶ Πραξιµένης κα[ὶ] Τε[λ]εσαρχίδης, ἐν ὧι λοιπὸν ΗΔImage //, « une autre jarre portant l’inscription : en provenance de la banque de Nymphodôros et Hérakleidès, sous l’archontat d’Apatourios au mois de Posidéôn, dépôt des hiéropes Praximénès et Télésarchidès, dans lequel il reste 114 dr. 5 ob. ½ ob. 2 ch. »).

93Ces inscriptions, parfois longues, sont portées par les hiéropes au moment où ils installent une nouvelle jarre dans la caisse. La somme qu’elle contient est ensuite dépensée au fur et à mesure des besoins, comme le signalent les retraits opérés par les hiéropes sur ordre des instances de la cité. Par exemple dans le compte de 179 (ID 442, l. 59-63) :

Μηνὸς Γαλαξιῶνος εἰκάδι προείλοµεν ἀπὸ στάµνου οὗ ἐπιγραφή· ἀπὸ τῆς Νυµφοδώρου καὶ Ἡρακλείδου, ἐπὶ Φωκαιέως Ἀρησιῶνος, ἔθεσαν ἱεροποιοὶ οἱ ἐπ’ ἄρχοντος Ἀπατουρίου Πραξιµένης καὶ Τελεσαρχίδης οὗ ἀναφέρετ<αι> ἐν τῇ στήλῃ τὸ περιὸν Image ἀπὸ τούτ[ο]υ ἀφείλοµεν εἰς τὸν στέφανον τῶι βασιλεῖ Φιλίππωι ΧΗΗΗImage · λοιπὸν ἔνεστιν Image ἀπὸ τούτου µηνὸς Θαργηλιῶνος πέµπτῃ ἱσταµένου προείλοµεν εἰς τὰ ἔργα Image ΧΧ· λοιπὸν ἔνεστιν Image µηνὸς Βουφονιῶνος τρίτῃ ἀπιόντος τοῦτο ἐξείλοµεν τὸ περιὸν ἐν τῶι στάµνωι εἰς τὰ ἔργα τὰς Image

Au mois de Galaxion, le 20, nous avons retiré d’une jarre contenant l’inscription : « de la banque de Nymphodôros et Hérakleidès, sous l’archontat de Phôkaieus, mois Arèsion, dépôt des hiéropes Praximénès et Télésarchidès de l’archontat d’Apatourios, le périon qui est mentionné sur la stèle 4 349 dr. 2 ob. ». De cette somme nous avons retiré pour la couronne offerte au roi Philippe 1 350 dr. Reliquat dans la jarre : 2 999 dr. 2 ob. De cette somme, au mois de Thargèliôn, le 5, nous avons retiré pour les travaux : 2 000 dr. Reliquat dans la jarre : 999 dr. 2 ob. Au mois de Bouphoniôn, le 3, nous avons retiré les 999 dr. 2 ob. de reliquat de la jarre pour les travaux.

  • 97 Voir infra p. 61-65.

94Ainsi, la jarre reste identifiée par le libellé de son dépôt initial, et en particulier par le nom de la banque d’où provient la somme, puisque cette indication permettait de la rattacher au registre des banquiers97. Les jarres vidées de leur contenu devaient être réutilisées par les hiéropes, et leurs libellés effacés, pour l’entrée de nouvelles encaisses.

  • 98 Voir infra chapitre IV p. 182 sur la composition du trésor en numéraire et sur les inventaires de j (...)
  • 99 Sur cette tansition, voir infra chapitre II p. 99-101.

95Dans les inventaires de la seconde domination athénienne, les mêmes jarres ont été inventoriées, mais les Athéniens n’ont pas repris les libellés des hiéropes. Ils se sont contentés de numéroter de A à ZZZZ, soit de 1 à 78, toutes ces jarres, désormais remplies de monnaies exclues de la circulation et qui figurent dans l’inventaire de l’acte au même titre que les offrandes, et non plus dans sa partie comptable98. Toutefois, les inventaires des Athéniens mentionnent dans le temple d’Apollon, vers 140, un vase égaré qui n’a pas été rangé avec les stamnoi mais se rapporte néanmoins à la gestion délienne ou à la transition entre l’administration délienne et l’administration athénienne en 167 : il s’agit d’un plus petit vase, un prochôidion, contenant le versement d’intérêts et portant une inscription décrivant les différents lots qui composent son contenu (ID 1428, col. II, l. 22-26, à compléter par ID 1450, A, l. 191-192)99. La caisse sacrée pouvait peut-être avoir comporté, au temps des hiéropes, des vases de tailles diverses.

  • 100 IG I3 387, l. 16.
  • 101 IG II2 1388, l. 73-75.
  • 102 IG II2 1445, l. 22.

96Sur l’Acropole d’Athènes, on sait de même par les inscriptions comptables qu’il y avait des cassettes de bronze avec plusieurs compartiments (θέκες)100, des coffres (ἐν κιβωτίωι)101, des sacs en cuir scellés (ἐν τῶι φασκωλίωι)102. Une inscription athénienne du ve s., l’un des deux décrets de Callias, mentionne les serrures des portes de l’Opisthodome et leurs clés scellées, confiées à la garde des trésoriers des temples (IG I3 52, l. 15-18). Le bas-relief d’un décret relatif au tribut athénien (IG I3 68 inv. EM 6595) représente des sacs et des hydries remplis d’argent monnayé.

  • 103 Rapin 1983, p. 351-359.
  • 104 Herzog 1932, p. 36.

97Ces modes de stockage étaient courants et des pratiques identiques ont pu être analysées en Afghanistan pour la trésorerie d’Aï-Khanoum à l’époque hellénistique103. D’autres sanctuaires avaient des coffres encastrés dans le sol même de la cella, comme le thésauros de l’Asclépieion de Cos, identifié avec une fosse dallée dans l’angle sud-ouest de la cella, profonde de presque 1 m, longue de 2,15 m et large de 1,53 m (fig. 1). Elle était recouverte d’une lourde plaque de marbre qu’on ne pouvait soulever qu’à l’aide de poulies ou d’une grue104. Peut-être est-ce ce dispositif qu’il faut imaginer dans la cella de l’Artémision délien.

Fig. 1 — Le dispositif du thésauros de l’Asklépieion de Cos.

Fig. 1 — Le dispositif du thésauros de l’Asklépieion de Cos.

Reproduction de Herzog 1932, p. 36, fig. 25 et 26.

  • 105 Vial 1984, p. 145, 210-211, 225, et Vial 1997 sur le rôle des prytanes.
  • 106 Sur les banques, voir infra chapitre IV p. 228-234.

98Ces modes de fermeture et de protection des trésors expliquent qu’à Délos comme ailleurs, la caisse sacrée ne pouvait être ouverte à tout moment par les hiéropes. Il en allait de même pour les trésoriers qui avaient la charge de la caisse publique. Les clés étaient sous la responsabilité des prytanes et les caisses n’étaient ouvertes qu’en présence des représentants de la cité105. Les hiéropes utilisaient les services de banques en cours d’année, et c’est par leurs officines que transitaient les fonds maniés dans l’année, avant de rejoindre la caisse du sanctuaire106.

  • 107 Voir infra chapitre III p. 107.
  • 108 Sur le rôle centralisateur de la caisse d’Apollon, voir infra chapitre II p. 106.

99Les comptes des hiéropes mentionnent également des troncs (θησαυροί), dans lesquels les fidèles déposaient leurs offrandes107, et des coffres (ταµιεῖα) qui permettaient aux prêtres et aux prêtresses des « autres dieux » de Délos d’entreposer les offrandes et les objets précieux qui, au moins de façon temporaire, étaient déposés dans les temples108. Les comptes nous font ainsi connaître le tamieion du Thesmophorion (IG XI 2, 144, A, 43) et le tamieion de la prêtresse d’Artémis (IG XI 2, 147, A, 7).

La part de la comptabilité

100Si le trésor monnayé du dieu ainsi que ses offrandes occupaient l’espace des trésors et des temples, le travail de comptabilité réalisé par les collèges de hiéropes année après année occupait quant à lui une part non négligeable de l’espace du sanctuaire, puisque chaque stèle de compte annuelle était gravée et exposée, une fois validées les opérations de l’exercice comptable.

101Les stèles de comptes et inventaires qui ont été conservées intactes ou presque intactes ont des dimensions très importantes :

  • IG XI 2, 161 : 1,61 m × 0,77 m × 0,10 m
  • IG XI 2, 287 : 2,18 m × 1,12 m × 0,13 m
  • ID 442 : 1,94 m × 1,025 m × 0,105 m
  • 109 Courby 1931 mentionne brièvement ce passage entre les temples, p. 1 : « Le Grand Temple, situé un p (...)

102Mais les reconstitutions architecturales n’ont guère accordé d’attention à ces monuments certainement très encombrants dans l’espace sacré, bordant probablement, au minimum, les faces latérales des temples et des trésors. Un passage, entre le Temple des Athéniens et le Temple d’Apollon, indique l’emplacement de certaines de ces stèles109 (fig. 2). Il est bordé de bases en marbre et en granit (fig. 3), permettant d’encastrer deux formats différents de stèles côte à côte, une disposition qui pourrait bien correspondre à l’association de la stèle principale et de la stèle complémentaire que l’on constate à partir du iie s. dans les actes des hiéropes, et qui assure la destination de cet espace comme lieu d’exposition des comptes et inventaires.

Fig. 2 — Vue du passage entre le Grand Temple et le Temple des Athéniens.

Fig. 2 — Vue du passage entre le Grand Temple et le Temple des Athéniens.

Cl. EFA/Ch. Gaston

Fig. 3 — Bases pour l’encastrement des stèles de comptes.

Fig. 3 — Bases pour l’encastrement des stèles de comptes.

C. de l’auteur

  • 110 La pierre a été trouvée en remploi dans un monastère myconiate. Cf. les lemmes de F. Durrbach et de (...)

103Toutefois, ce passage n’a pas pu suffire à accueillir les quelque 150 stèles qui ont dû être produites au cours de l’Indépendance délienne. Plusieurs stèles de comptes ont été retrouvées en remploi dans le sanctuaire, et une enquête sur la localisation des trouvailles permet de faire apparaître une majorité de pierres à l’arrière des monuments administratifs, à l’est, vers le mur de péribole et le mur de Triarius, dont la construction a évidemment attiré les pierres disponibles. Faut-il imaginer un recyclage des stèles au cours de l’Indépendance, avec l’élimination des plus anciennes ? Lorsque des stèles de comptes ont été remployées pour y graver un autre texte, il est possible de calculer approximativement leur durée de validité. Ainsi, la loi Gabinia-Calpurnia (ID 1511) qui date de l’année 58 a été gravée à l’arrière d’une stèle de compte des hiéropes qui date du début du iie s. (ID 380), et était donc devenue obsolète dans le deuxième quart du ier s., soit un siècle après la première gravure110. Dans un autre cas, une inscription commémorative datée entre 112/3 et 120/1 apr. J.-C. (ID 2535) a été gravée au revers du compte des hiéropes de 313 (IG XI 2, 155), soit trois siècles plus tard. Est-ce à dire que le compte de 313 était resté visible jusqu’à son remploi ? Force est de constater que la gestion matérielle des pierres inscrites mériterait de faire l’objet de recherches plus approfondies.

  • 111 Chankowski 2013, p. 923-925. L’activité de gravure est répertoriée dans le catalogue des artisans é (...)
  • 112 Chankowski 2008a, p. 119-120.
  • 113 À partir des comptes de construction d’Épidaure, A. Burford estime par exemple à 10 talents éginéti (...)

104Afin d’exposer chaque année la stèle de compte et d’inventaire des biens d’Apollon, les administrateurs du sanctuaire ont chargé le trésor sacré d’une dépense importante : les comptes eux-mêmes en donnent le détail (tableau 2)111. Les comptes s’allongent au cours de la période de l’Indépendance, au point d’occuper aussi une stèle complémentaire au iie s., mais on peut considérer que la dépense moyenne pour gravure de la stèle atteignait environ 200 dr. par an, auxquelles il faut ajouter une centaine de drachmes pour la fourniture de la pierre, son transport, son scellement au plomb. Si l’on retient une dépense moyenne de 300 dr. par an, il faut considérer que le sanctuaire, pour les 147 années de l’Indépendance, a dépensé au moins 44 100 dr., soit plus de 7 talents pour faire graver les comptes des hiéropes. C’est peu en comparaison de ce que coûtait, à l’époque athénienne, la fête des Délia pour laquelle le trésor déboursait cinq ou six talents tous les quatre ans112, mais c’est pourtant un chiffre imposant par comparaison avec le prix de la construction architecturale113, d’autant plus qu’il ne s’agit là que de la période de l’indépendance, alors que les deux périodes athéniennes ont également produit en grand nombre de tels monuments comptables.

Tableau 2 Les dépenses de gravure d’après les comptes des hiéropes.

a. 279 (161, A, l. 118-119)

Deinoménès grave la stèle de comptes au tarif de 300 lettres pour 1 dr. et reçoit 100 dr.a

a. 274 (199, C, l. 71-77)

Le graveur de la stèle de comptes reçoit 1 dr. pour 300 lettres gravées.
Il a gravé au total 38 000 lettres et reçoit 126 dr. et 4 ob.

a. 250 (287, A, l. 197)

Neugénès/Néogénès grave la stèle pour 120 dr.

a. 200 (372, A, l. 114-115)

Celui qui a gravé le compte, les transmissions d’offrandes sacrées et les loyers des domaines sacrés reçoit 250 dr.

a. 179 (442, A, l. 203)

Celui qui a gravé les stèles reçoit 200 dr.

a. 174 (440 + 456, B, l. 60-61)

Celui qui a gravé 2 stèles reçoit 260 dr.

a. 172 ou 170 (459, l. 60)

370 dr. (?)

Évolution des dépenses :

a. 250 :

IG XI 2, 287, A,
l. 122 et 197-198 :

-fabrication de la stèle et de son socle : 23 dr.

-gravure de la stèle : 120 dr.

-deltos : 3 dr.

-écriture du deltos : 4 dr.

-transport : 5 dr.

-plomb et bois : 7 dr. 4 ob. ½ ¼

-scellement : 1

Vers 250 :

ID 290, l. 118
et l. 136-137 :

-fabrication de la stèle : 35 dr.

- fabrication de la base : 6 dr.

-transport : 3 dr.

-gravure : 180 dr.

-transport au sanctuaire
et scellement : 5 dr.

-plomb : 6 dr.

-bois : 1,5 dr.

-deltos : 10 dr.

-écriture du deltos : ? [4]

a. 200 :

ID 372, A, l. 114-116 :

-fabrication
de deux stèles : 70 dr.

-fabrication des bases : ? [25] dr.

-transport et travail : 25 dr.

-gravure : 250 dr.

-plomb : 12 dr.

-deltos : 10 dr.

-écriture : 15 dr.

-peteuron : 1,8 dr.

-écriture : 10 + dr.

a. 174 :

ID 440, A + 456, Bb,
l. 59-61 :

-fabrication
de deux stèles : 80 dr.

-bases : 25 dr.

-transport et travail : 30 dr.

-gravure : 260 dr.

-plomb : 9 dr.

-deltos : 15 dr.

-écriture : 25 dr.

TOTAL : 163 dr.

TOTAL : 250 dr.

TOTAL : 419 dr.

TOTAL : 444 dr.

a. Abréviations utilisées : dr. (drachme) ; ob. (obole) ; ch. (chalque).
b. Voir pour ce raccord Chankowski 1998.
  • 114 Feyel 2006, p. 378-379.

105La dépense était donc importante, d’autant plus que la longueur du texte à graver augmentait d’année en année. Les hiéropes en étaient probablement conscients, eux qui avaient essayé de limiter la dépense en plafonnant les paiements accordés aux artisans graveurs, si bien que ces derniers ont resserré le texte en diminuant les interlignes114.

106Le coût de cette comptabilité et la visibilité qui lui était donnée dans l’espace public invitent à penser qu’au-delà du caractère monumental et votif de l’objet se trouve une dimension comptable dont les administrateurs avaient pleinement conscience.

Les méthodes comptables des Hiéropes

  • 115 Vial 1984, p. 216-231, sur les tâches des hiéropes.

107Les tâches des hiéropes étaient multiples au cours de l’année car, outre la tenue de la comptabilité, ils s’occupaient de l’organisation des fêtes en achetant le matériel nécessaire, ils suivaient les chantiers de construction et d’entretien des bâtiments depuis l’adjudication en passant par l’approvisionnement du chantier et la mise en paiement, ils procédaient aux locations des terres et des maisons appartenant au sanctuaire ainsi qu’aux prêts à intérêts, et ils devaient également faire l’inventaire des offrandes précieuses en veillant à leur entretien115. Globalement, ils devaient rendre compte d’un état annuel de la fortune sacrée, qui était en partie foncière et immobilière, en partie métallique thésaurisée et en partie monétarisée.

  • 116 Cette étude reprend et complète Chankowski 2008b et Chankowski 2013.

108En envisageant la manière dont les hiéropes ont organisé la rédaction de leurs comptes, en considérant le vocabulaire qu’ils emploient et la pertinence technique des termes qu’ils adoptent pour décrire les mouvements de fonds, en essayant de dégager la logique de leur organisation comptable, il est possible de percevoir plus clairement l’évolution de leurs tâches et de leurs compétences116. Nous nous arrêterons essentiellement à l’analyse des documents les plus complets en essayant de percevoir l’évolution des méthodes comptables des hiéropes sur l’ensemble de la période de l’indépendance.

La hiérarchie des archives

  • 117 Nous savons peu de choses sur les modalités de contrôle et de reddition des comptes à Délos. Voir V (...)

109La stèle de compte correspond au bilan annuel du collège des hiéropes, tel qu’il a été validé par les instances de contrôle financier de la cité117. Mais sa rédaction s’appuie sur une série de documents et de registres, dont nous n’avons connaissance que par la mention des supports d’écriture achetés par les hiéropes et signalés à ce titre au chapitre des dépenses annuelles.

  • 118 Migeotte 2008a, p. 62 : « Les hiéropes affichaient tous les mois à l’agora l’état des fonds sacrés (...)

110Ces supports mentionnés dans les comptes ont généralement été considérés comme la simple trace d’étapes préalables à la rédaction finale du compte : dans les débats sur les pratiques d’archivage et leur développement dans les sociétés grecques, les chercheurs invitent souvent à distinguer l’écriture provisoire, du texte définitif, lui-même compris comme un abrégé de plusieurs documents118. L’étude des termes utilisés par les hiéropes révèle toutefois une hiérarchie complexe entre ces différents supports, qui conduit aussi à reprendre la question de l’organisation de leur archivage.

Le deltos, copie de la stèle

  • 119 δέλτου κυπαρισσίνης : ID 372, A, l. 116 ; ID 440, A, l. 47.

111Parmi les dépenses liées à la fabrication de la stèle de comptes, on constate que les hiéropes font non seulement graver la stèle de compte et d’inventaire, qui est ensuite érigée dans le sanctuaire, mais qu’ils la font recopier sur un tableau (δέλτος) fabriqué spécialement à cette intention. Certains comptes précisent qu’il est en bois de cyprès119. La formule employée par les hiéropes ne laisse pas de doutes sur l’ordre des opérations, car cet achat figure toujours quelques lignes après les dépenses pour la stèle de compte : le δέλτος n’est pas un brouillon préparatoire, mais une copie faite à partir du texte tel qu’il est gravé sur la stèle. Les hiéropes disent explicitement qu’ils font graver sur le δέλτος les informations qui proviennent de la stèle (IG XI 2, 287, A, l. 197 : τῶι εἰς τὴν δέλτον γράψαντι τὰ ἐκ τῆς στήλης Image ) avant de faire ériger celle-ci dans le sanctuaire. Cette opération de copie jointe à l’achat du support en bois a un coût élevé, entre 10 et 15 dr.

  • 120 L. 48 : [γ]ράφουσιν ἔχοντας εἰς τὴν στ[ήλην] : Chankowski 2001 (SEG LI, 1001). Ce texte aurait dû ê (...)
  • 121 Andreau 1996.
  • 122 Sur cette pratique, courante dans l’administration athénienne d’époque classique, voir Kahrstedt 19 (...)

112Lors de la copie à laquelle les hiéropes de Délos font procéder, il est intéressant de constater que c’est la stèle de compte, c’est-à-dire le texte du compte annuel déjà gravé sur la pierre, qui fait autorité pour établir la copie sur le tableau de bois (δέλτος). À Délos lors de la période de domination athénienne au ive s., un fragment de compte du secrétaire des naopes montre que la stèle de compte est un document légal qui sert de référence dans un contexte judiciaire : l’argument développé devant les juges par le secrétaire des naopes s’appuie sur ce qui est écrit sur la stèle120. Comme le codex accepti et expensi du paterfamilias et le codex rationum des banquiers romains121, c’est le compte qui pouvait donc être produit devant la justice. D’autres procédures de l’Indépendance attribuent à la stèle gravée cette valeur de référence : les dettes versées sont citées en référence à la stèle sur laquelle le payeur avait été inscrit auparavant comme débiteur (ID 290, l. 11-12 ; 316, l. 19 ; 356 bis, A, l. 34 ; 371 A, l. 37) ; le solde du compte annuel, transmis ultérieurement par les hiéropes de l’année précédente, est désigné avec la référence à la stèle sur laquelle il est mentionné (ἔθεσαν ἱεροποιοὶ οἱ ἐπ’ ἄρχοντος Ἀπατουρίου Πραξιµένης καὶ Τελεσαρχίδης οὗ ἀναφέρεται ἐν τῇ στήλῃ τὸ περιὸν, ID 442, A, l. 60). Dans le vocabulaire des hiéropes, « la stèle » désigne parfois tout simplement le compte lui-même, en tant qu’il a été validé et exposé à la lecture de tous (τὸ λοιπὸν τοῦ περιόντος ἐκ τῆς στήλης, ID 442, A, l. 35)122.

  • 123 Vial 1984, p. 111. Il reste toutefois difficile de déterminer quel était le lieu de dépôt : cf. Via (...)

113La copie du texte du compte sur le deltos était faite à des fins d’archivage, sur un support de bonne qualité, et l’on peut supposer qu’elle était déposée en un lieu officiel où elle pouvait être aisément consultée : il s’agissait peut-être des archives publiques dont le Conseil était responsable123.

Les leukômata pour les comptes mensuels

  • 124 IG XI 2, 269, ab, l. 14 ; 290, l. 105 ; ID 442, A, l. 180 ; 456, B, l. 4 ; 459, l. 43 ; SEG XXXV, 8 (...)

114En plus du δέλτος copié à partir de la stèle de compte, les actes des hiéropes mentionnent d’autres supports. Il est bien connu qu’ils établissaient sur des tablettes blanchies des comptes mensuels affichés sur l’agora : en 279, ils achètent « une tablette blanchie (leukôma) pour l’affichage des comptes mensuels sur l’agora » (IG XI 2, 161 A, 89 : τοῖς κατὰ µῆνα λόγοις ἐκτιθεµένοις εἰς τὴν ἀγορὰν λεύκωµα). Cette mention dans les comptes a souvent été invoquée dans les discussions sur les archives des cités grecques à l’appui de l’idée selon laquelle la stèle gravée serait le produit d’une sélection. Pourtant, si ces tablettes blanchies ont servi aux hiéropes dans l’élaboration de la stèle de compte annuelle, leur comptabilité ne se réduisaient pas à la simple addition des dix ou onze mois d’exercice. Le terme κατὰ µῆνα employé pour désigner les comptes mensuels fait référence à un chapitre bien précis de leur comptabilité, qui est celui des dépenses courantes. Dans la rédaction de leurs actes administratifs, les hiéropes ont régulièrement distingué les dépenses mensuelles (τάδε ἀνήλωται εἰς τὰ κατὰ µῆνα), qui consistent en achats réguliers de fournitures auprès de fournisseurs du marché, d’autres dépenses pour lesquelles le paiement était soumis à la décision de l’Assemblée (τάδε ἀνήλωται κατὰ νόµους καὶ ψηφίσµατα)124. Dans le compte de l’année 246, qui comporte régulièrement des totaux intermédiaires, ils ont indiqué le total de ces dépenses mensuelles (l. 105 : κεφαλὴ τοῦ κατὰ µῆνα Image καὶ τάδε ἄ[λ]λα ἀνάλωτα[ι·), témoignant ainsi qu’il s’agissait bien d’un chapitre autonome.

  • 125 Vial 1984, p. 144-145. Voir infra p. 47 à propos du fonds de roulement.

115Contrairement aux dépenses pour travaux, effectuées à la suite d’adjudications et de contrats, qui devaient recevoir l’approbation de l’Assemblée, les dépenses mensuelles étaient réalisées sur un fonds de roulement qui était sous la responsabilité des hiéropes125. On peut donc émettre l’hypothèse que c’était l’utilisation de ce fonds de roulement, et elle seule, qui était contrôlée en cours d’année, probablement par les logistes, et donnait lieu à l’affichage des comptes mensuels.

116Les autres dépenses donnaient lieu à des contrats d’adjudication pour lesquels les hiéropes étaient obligés de faire intervenir l’Assemblée : pour ces dépenses, le contrôle était donc déjà effectif. Cette hypothèse est confortée par l’existence d’autres supports d’écriture, distincts des λευκώµατα, pour les dépenses par adjudications et contrats : les πέτευρα.

Les peteura pour les opérations contractuelles

  • 126 Lorsqu’il désigne un support d’écriture, le mot est essentiellement employé dans les inscriptions d (...)
  • 127 Par exemple IG XI 2, 287, A, l. 42 et l. 71 ; ID 316, l. 70 ; ID 338, A, l. 19 et l. 54 ; ID 372, A (...)

117Le terme πέτευρον désigne une planche126, probablement de bois moins noble que celle de cyprès qui est désignée par le terme δέλτος. Elle était blanchie, comme en témoigne un paiement à un artisan (IG XI 2, 205, bc, l. 22). Πέτευρα et δέλτος figurent tous deux dans les achats des hiéropes au iie s. : l’un ne remplace donc pas l’autre. En revanche, πέτευρον est employé plus fréquemment que λεύκωµα au iie s., alors que les deux supports semblent de nature proche. Dans leur précision, les hiéropes ont souvent consigné la destination des πέτευρα ou des λευκώµατα : pour le compte (τῶι λόγωι), pour les cautions (ταῖς διεγγυήσεσιν ou εἰς διεγγυήσεις), pour les contrats (ταῖς συγγραφαῖς), pour les transmissions d’offrandes (τεῖ παραδόσει)127. Ils établissaient donc des listes correspondant aux partenaires des affaires financières du dieu : les garants dans les opérations de prêt et d’affermage, les preneurs d’adjudications pour les travaux et les fournitures de matériaux.

  • 128 Le lieu de conservation de ces registres ou de leurs copies est désigné comme étant « le sanctuaire (...)

118Nous avons ainsi l’assurance que les πέτευρα représentent autre chose que des brouillons de compte. Il s’agit bel et bien de registres sur lesquels étaient conservées des listes et qui, de plus, comportaient des informations qui étaient exploitées dans la rédaction du compte annuel128.

  • 129 Vial 1988.
  • 130 ID 1449, Aab, II, l. 29-31 (= ID 1450, A, l. 104-105) : γραµµατείδιον δίπτυχον λελευκωµένον ἐν ὧι ἔ (...)

119Les comptes des hiéropes eux-mêmes signalent que des contrats individuels étaient conservés chez des tiers, tous citoyens déliens et dépositaires de contrats en tant que magistrats, témoins, garants ou simples particuliers129. Un inventaire dû aux administrateurs athéniens du sanctuaire, au milieu du iie s., enregistre dans le temple d’Apollon « une petite tablette double, blanchie, sur laquelle il y a le prêt des Déliens qu’ils ont, disent-ils, accordé aux gens d’Hermionè et leur contrat envers les gens d’Hermionè » pour une opération qui remonte peut-être à un prêt du ive s.130. En plus de ces documents particuliers, dont la conservation était manifestement traitée au cas par cas, les administrateurs du sanctuaire tenaient des registres de noms par catégories (cautions, contrats) sur les peteura. C’est donc à tort que ces différents supports (leukômata, peteura) ont été considérés comme des éléments intermédiaires à l’élaboration du compte ou des brouillons : ils constituent autant de registres autonomes, dont la tenue se faisait séparément.

Les feuilles de papyrus : le brouillon du compte

  • 131 L’étude de Glotz 1929 rassemble les références tirées des comptes des hiéropes.
  • 132 Voir à ce sujet Schärlig 2001 et Chankowski, Minaud 2014.

120Les comptes montrent que les hiéropes achetaient également et de manière régulière des feuilles de papyrus (χάρτη) : c’est peut-être ce support qui leur servait à l’élaboration intermédiaire d’informations consignées ensuite sur la stèle ou de brouillon de compte, car elles sont toujours achetées en fin d’exercice131. Les comptes des hiéropes témoignent à maintes reprises que les collèges successifs pratiquaient couramment les quatre opérations, mais l’usage du système acrophonique dans les comptabilités rendait nécessaire le recours à des supports intermédiaires (abaque et jetons de calcul) puisqu’il n’était pas possible, dans le système acrophonique, de poser directement sur le papyrus un calcul écrit comme nous le réalisons avec nos chiffres indo-arabes132. Il leur fallait donc aussi reporter sur une feuille de calcul les différents résultats obtenus avant de procéder au bilan. C’est probablement ce qui explique l’usage du papyrus, support périssable qui ne pouvait se prévaloir, à Délos, des mêmes capacités de conservation que les tablettes de bois archivées.

La stèle de compte : une synthèse à partir de plusieurs registres d’archives

121Les hiéropes, lorsqu’ils élaboraient le texte final de la stèle dans le cadre de leur reddition de comptes, faisaient donc la synthèse de ces différents registres (fig. 4) : comptes mensuels sur les leukômata, registres des prêts, des contrats, des transmissions d’offrandes sur les peteura. Contrairement à ce qui a souvent été dit, les registres n’avaient pas pour seul but de servir de documents préparatoires au compte : ils enregistraient des catégories d’informations qui entraient dans le processus de gestion des biens du dieu et constituaient des archives. Mais comme tels, ils permettaient également d’élaborer et de recouper l’information comptable aboutissant au compte annuel gravé. Le registre des comptes mensuels (τοῖς κατὰ µῆνα λόγοις ἐκτιθεµένοις εἰς τὴν ἀγορὰν λεύκωµα) permettait de rendre compte de l’emploi du fonds de roulement pour toutes les dépenses que les administrateurs étaient habilités à réaliser sans intervention du Conseil et de l’Assemblée. Le registre des cautions (πέτευρα ταῖς διεγγυήσεσιν) permettait d’inventorier les sommes dues en prêts, fermages et adjudications. Le registre des contrats (πέτευρα ταῖς συγγραφαῖς) rendait compte des dépenses décidées par décret et par intervention de l’Assemblée. Le registre des transmissions d’offrandes (πέτευρα τεῖ παραδόσει) entrait aussi dans l’évaluation comptable de la fortune du dieu : s’il est vrai qu’une partie des offrandes était constituée d’objets hétéroclites, la majeure partie des collections d’objets métalliques était évaluée en poids d’argent et constituaient une thésaurisation en métal précieux, or et argent. Les hiéropes y ajoutaient des comptes de stocks de matériaux de construction (tuiles, bois) en période de travaux sur des bâtiments de l’île.

Fig. 4 — Organisation des différents registres et documents contribuant à l’élaboration de la stèle de compte annuelle.

Fig. 4 — Organisation des différents registres et documents contribuant à l’élaboration de la stèle de compte annuelle.
  • 133 Parker, Obbink 2000, no 1, l. 16-24.
  • 134 Bogaert 1968, p. 170-175.
  • 135 Chankowski 2014a et infra p. 228, sur les pratiques monétaires.
  • 136 Chankowski 2011a, p. 382-384.

122Les administrateurs avaient également recours à des registres extérieurs : les comptes du iie s., qui comprennent l’inventaire des jarres de monnaies contenues dans la caisse sacrée, constituant l’ensemble de la fortune monnayée du dieu, nous apprennent que la plupart des sommes en circulation transitaient par des banques. C’était également le cas de la caisse publique dont les hiéropes, au iie s., établissent l’inventaire des jarres. L’argent de la cité et l’argent d’Apollon ne faisaient que transiter par ces banques et restaient hébergés à demeure dans le temple de la divinité. Néanmoins, comme à Cos où une inscription témoigne de l’existence d’un compte en banque ouvert au nom de la déesse Aphrodite133, le dieu Apollon et la cité de Délos possédaient des comptes ouverts dans les différentes banques qui travaillaient avec le sanctuaire134. Celles-ci jouaient un rôle d’intermédiaire pour un certain nombre de paiements et de transferts de fonds, ainsi que pour les opérations de conversion comptable permettant d’arriver à un total en étalon attique, seul étalon de compte des hiéropes, à partir des numéraires de provenances variées qui composaient l’encaisse sacrée et que les hiéropes utilisaient pour leurs paiements135. Chacune de ces jarres portait un libellé, systématiquement repris par les hiéropes dans leurs inventaires des jarres, comme moyen d’identification et de « traçabilité » de chaque lot de monnaie. Ce libellé contenait des informations qui devaient également figurer sur un registre bancaire : le nom de la banque par laquelle avait transité le lot de monnaies, la date de l’encaissement (année et mois), le nom du collège qui avait déposé la somme dans la caisse sacrée, la nature de la somme encaissée, et le montant en étalon attique. Dans ces jarres, les hiéropes faisaient des retraits, en choisissant probablement en fonction du numéraire varié qu’elles contenaient et qui devait être en adéquation avec le paiement qu’ils allaient effectuer136. Le texte des hiéropes, sur la stèle, apporte des informations qui complètent le suivi de chacune des jarres en indiquant le montant de leurs retraits et le reliquat éventuel dans la jarre, après son passage par la banque.

123Ainsi par exemple dans le compte ID 442 (A, l. 68-71) :

Μηνὸς Ποσιδεῶνος ἐξείλοµεν ἀπὸ στάµνου οὗ ἐπιγραφή· ἀπὸ τῆς Νυµφοδώρου καὶ Ἡρακλείδου, ἐπὶ Δηµάρου Ποσιδεῶνος, ἔθεσαν ἱεροποιοὶ οἱ ἐπ’ ἄρχοντος Τελεσαρχίδου Εὐβοεὺς καὶ Παρµενίων τὸ πραχθὲν ἐνηροσίων, ἐνοικίων, τελῶν, τόκων Image ἀπὸ τούτου ἀφείλοµεν µηνὸς Ποσιδεῶνος ἱεροποιοὶ Πολύξενος, Ἀµφοτερός, Φίλιππος, Σίληνος εἰς τὰ ἔργα Image ΧΗΔΔ[ΙΙΙΙ]· λοιπὸν ἔνεστιν Image

Au mois de Posidéon, nous avons retiré de la jarre portant l’inscription « de la banque de Nymphodôros et Hérakleidès sous Démarès, mois de Posidéon, les hiéropes de l’archontat de Télésarchidès Euboeus et Parménion ont déposé le produit des fermages, loyers, taxes et intérêts 6 998 dr. 4 ob. ½ ob. ¼ ob. 2 ch. ». De cela nous, les hiéropes Polyxénos, Amphotéros, Philippos, Silènos, avons retiré, au mois de Posidéon, pour les travaux, 1 120 dr. 4 ob. Reliquat : 5 878 dr. ½ ob. ¼ ob. 2 ch.

124En ce sens, les comptes des hiéropes peuvent être considérés comme un « grand livre » de comptables, qui s’appuie sur un ensemble d’archives à partir desquelles il constitue une information globale et complète. La comptabilité des hiéropes procédait de catégories de documents différentes et bien déterminées, dont l’utilisation pour la fabrication du compte final était hiérarchisée : nous le percevons seulement à travers les supports de qualités différentes qui figurent dans leurs achats.

  • 137 De Sainte-Croix 1956.
  • 138 Tréheux 1959, p. 126-127, 239, 274-275 ; Vial 1988, p. 60 ; Migeotte 2008a, p. 59-76.

125Le compte n’est donc pas le produit d’une simple logique narrative137 comme l’étaient les « livres de raison » des ménages. Certains savants l’ont caractérisé comme « un extrait sélectif de procès-verbaux de récolement », soulignant par là qu’il ne mentionnait pas l’intégralité de tous les documents archivés auquel les rédacteurs avaient eu recours138. Mais cette interprétation, on le voit, ne rend pas exactement justice à la réalité des pratiques comptables des hiéropes. Plus exactement, la stèle de compte est une synthèse exhaustive des mouvements de fonds et des sommes maniées par les administrateurs, sous la forme d’un grand livre qui rassemble les informations contenues dans diverses séries d’archives. Cette constatation est importante car elle permet de déceler, derrière la masse des lettres minuscules et des chiffres resserrés, la construction d’une logique comptable.

  • 139 Bogaert, 1968, p. 378-380.
  • 140 Andreau 1996 présente une utile synthèse des connaissances et mentionne les divergences d’interprét (...)
  • 141 Rathbone 1991.

126Cette observation sur les supports qui mènent aux archives comptables de Délos permet également de faire progresser une question qui se pose dans d’autres contextes pour les comptabilités antiques. Dans son étude sur les banquiers grecs, R. Bogaert constatait qu’aucune source ne permet d’affirmer l’existence de registres disposés compte par compte, en plus du registre des activités journalières que les banquiers tenaient, mais supposait tout de même l’existence d’un tel « grand livre » de comptabilité139. D’autres études, celles de J. Andreau sur les financiers romains et plus récemment l’étude de G. Minaud sur les pratiques comptables du monde romain, ont montré l’existence de niveaux hiérarchisés de documents au sein des archives comptables privées dans le monde romain140. Dans le Fayoum égyptien à l’époque romaine, les archives du domaine d’Appianus, étudiées par D. Rathbone, révèlent l’existence de documents comptables hiérarchisés : des comptes mensuels tenus par fractions de domaines, des comptes pour chaque ouvrier agricole dans chaque fraction du domaine, des comptes secondaires que les administrateurs tenaient pour leurs propres besoins et gardaient par devers eux, et des comptes transmis à l’administration centrale141. Les Déliens, on le voit, s’inscrivent dans une longue tradition de pratiques comptables qui, pour une part, remonte à l’influence athénienne de la période classique.

127Pourtant, la situation comptable dont témoignent les documents produits par les hiéropes au début du iie s. n’est pas celle du début de l’Indépendance. Ce n’est que progressivement que le vocabulaire des hiéropes se spécialise, acquiert une cohérence technique et rend compte de la maîtrise des notions comptables. Aussi convient-il de ne pas considérer ce corpus comme un bloc immuable, mais au contraire d’analyser les évolutions méthodologiques qui ont conduit les Déliens à élaborer un système de comptabilité performant, par le bénéfice des expériences accumulées.

De pratiques de caissiers aux logiques de comptables

128Partant de techniques d’encaissement simples et cumulatives, les hiéropes sont peu à peu passés à des méthodes de comptables, en fonction d’une logique qui cherche à totaliser les avoirs pour mieux planifier la gestion des ressources. Les premiers comptes témoignent d’une logique narrative dans la description des opérations réalisées par la caisse sacrée et ce n’est que progressivement que le vocabulaire et les pratiques acquièrent une plus grande technicité et une plus grande rigueur.

La formulation des balances de compte

129Un des éléments importants de la technicité comptable est constitué par les balances de compte. En principe, la balance de compte comptabilise le total des entrées (fonds reçus en caisse dans la transmission et recettes de l’année), puis le total des sorties (dépenses de l’année et reliquat transmis au collège suivant) qui doit lui être égal pour assurer une transmission correcte des fonds aux successeurs. Elle est indissociable de la mention des bénéfices de l’année, dont le montant est constitué par l’excédent entre les recettes et les dépenses. Comme telle, la balance de compte vise d’abord à montrer qu’aucune somme n’est sortie du circuit de transmission des fonds sacrés en passant d’un collège à un autre. Elle permet aussi de mettre en évidence d’éventuels bénéfices ou à tout le moins de montrer qu’il n’y a pas de déficit.

130Dans les premières décennies de l’Indépendance délienne, la plupart des comptes reprennent le modèle de rédaction des amphictyons athéniens et organisent ainsi les rubriques :

  • total des sommes reçues et des sommes perçues au cours de l’exercice (IG XI 2, 135, l. 28-30 : κεφάλαιον οὗ παρελάβοµεν σὺν ὧι αὐτοὶ εἰσεπράξαµεν) ;
  • total des dépenses de l’exercice (IG XI 2, 148, l. 72 : σύµπαν κεφάλαιον ἀναλώµατος ou IG XI 2, 155, b, l. 6 : κεφάλαιον ἐξόδου) ;
  • montant du reliquat transmis (IG XI 2, 148, l. 76 : τὸ λοιπὸν ἀργύριον παρέδοµεν).

131Les premiers comptes ne comportent donc pas de balance qui vérifierait l’équilibre entre les entrées et les sorties mais se contentent de rapporter les opérations les unes à la suite des autres et de calculer la différence entre les sommes perçues et les sommes dépensées. La transmission au collège suivant consiste donc essentiellement dans l’indication du reliquat dans l’Artémision, le loipon ou solde, entendu comme la quantité de fonds disponibles dans le temple. Ainsi rédigé, le bilan ne permet pas d’analyser les bénéfices annuels des exercices.

132Le terme technique exodos qui désignera plus tard les sorties dans la formulation de la balance, est employé sans précision. Il apparaît en 287 (IG XI 2, 155, b, l. 6) et encore en 246 (ID 290, l. 141) mais signifie alors simplement les dépenses ou l’ensemble des dépenses. Le κεφάλαιον ἐξόδου est l’exact équivalent du σύµπαν κεφάλαιον ἀναλώµατος ou « total complet des dépenses » employé plus fréquemment (par exemple dans le compte de 279 : IG XI 2, 161, A, l. 122-127), et non le total des sommes sorties de l’exercice (dépenses de l’année et transmission du reliquat) comme cela devrait être le cas dans une véritable balance de compte.

133Mais les hiéropes étaient manifestement conscients de l’ambiguïté générée dans leur bilan comptable par les fluctuations d’encaisse, lorsque des prêts consentis à la cité venaient subitement diminuer les avoirs inscrits pour réapparaître un ou deux ans plus tard. Aussi ont-ils parfois précisé, comme en 281 (IG XI 2, 159, A, l. 68-69) que le total de la dépense s’entend avec les sommes prêtées à la cité : σύµπαγ κεφάλαιον ἀναλώµατος σὺν ὧι ἡ πόλις ὀφείλει. La formulation est maladroite puisque le terme analôma ne convient pas à l’ensemble des sorties qui comportent non seulement des dépenses mais aussi des transferts de fonds sous forme de prêts. Mais elle désigne ici, de fait, le total des sommes qui sont sorties de la caisse sacrée au cours de l’année d’exercice, en lieu et place du terme exodos qui n’aura que plus tard cette acception.

134Le premier compte qui comporte une véritable balance des entrées et des sorties est celui de l’année 250 (IG XI 2, 287, A, l. 199-200), dans lequel la balance est exprimée par la formule κεφαλὴ εἰσόδου σὺν ὧι παρελάβοµεν (…) κεφαλὴ ἐξόδου σὺν ὧι παρέδοµεν, « total des entrées, avec ce que nous avons reçu (i.e. l’encaisse plus les bénéfices de l’année) ; total des sorties avec ce que nous avons transmis (i.e. les dépenses avec le solde bénéficiaire transmis aux successeurs) ». Il y a là une véritable rupture méthodologique car dans ce cas, la balance de compte ne vise pas à enregistrer uniquement la transmission des sommes au collège suivant, mais bien les mouvements de fonds opérés au cours de l’exercice. Elle exprime l’équilibre de la gestion annuelle puisque le total des entrées égale le total des sorties. Le bénéfice de l’année est ensuite indiqué séparément.

135Mais le plus souvent, au cours du iiie s., seul le protocole d’encaisse note les entrées avec une formule du type [κεφάλα]ιον [σύµ]παν οὗ ἐ[λάβ]οµεν παρὰ τῶν ἱεροποιῶν καὶ τοῦ ἐφ’ ἡµῶν εἰσελθόντος, « total de ce que nous avons reçu des hiéropes (précédents) et de ce que nous avons encaissé » (ainsi dans IG XI 2, 155, b, l. 4-5 ; de même IG XI 2, 161 A, l. 123-127 ; IG XI 2, 199, l. 19), alors que la balance des sorties n’est pas calculée : seul importe le chiffre de la transmission aux successeurs. En raison des rentrées tardives de certaines sommes dans la caisse, l’encaisse finit par se confondre avec l’inventaire des entrées ou recettes de l’année, si bien qu’un bilan général des entrées s’avère nécessaire. Ainsi, en 250 (IG XI 2, 287, A, l. 1-17), l’encaisse est reçue sur 10 mois entre Lènaion et Apatourion, tandis que les recettes de l’année comportent aussi des entrées constituées par des sommes provenant d’exercices précédents.

  • 142 Vial 1984, p. 225-226.

136Les hiéropes ont parfois jugé nécessaire d’exprimer une différence entre les sommes « reçues dans l’Artémision » (IG XI 2, 203, A, l. 5 ; ID 316, l. 2 : τάδε παρελάβοµεν ἐν Ἀρτεµισίωι) — c’est-à-dire transmises par leurs successeurs dans l’encaisse thésaurisée qui se trouvait dans les jarres entreposées dans le temple — et les sommes en circulation, qui leur sont remises par les trésoriers de la cité lorsqu’il s’agit de remboursements de prêts, ou par les hiéropes des collèges précédents, souvent en provenance des banques. En effet, comme l’a montré Cl. Vial, la passation des fonds d’un collège à l’autre était rendue complexe par les délais de transmission et il faut distinguer deux formes de transmission142 :

  • la transmission des jarres enfermées dans le temple, qui contiennent des sommes thésaurisées. Cette opération respecte un protocole qui prévoit la présence du Conseil et des prytanes, de l’archonte, du secrétaire de la cité et du secrétaire des hiéropes ;
  • des transmissions devant l’Assemblée du peuple pour des sommes encaissées par les hiéropes ou reçues des banques après la fin de leur exercice annuel. En raison de délais de paiement, il arrivait que ces transmissions se fissent plus de deux ans après leur sortie de charge.

137Ainsi, dans le compte de l’année 250, les hiéropes ont distingué les fonds qui leur ont été transmis par leurs prédécesseurs immédiats et les encaisses perçues au cours de l’année au titre de transmissions (IG XI 2, 287, A, l. 1-7). Au moment de la transmission (l. 134-135), ils ont de même distingué des transmissions faites directement à leurs successeurs et des transmissions réalisées par l’intermédiaire des banques (διὰ τραπέζης).

138Si le compte de l’année 250 présente une certaine capacité à tirer un bilan, comportant en finale une véritable balance de compte, son protocole d’entrée mêle l’encaisse et les recettes annuelles, car la logique d’enregistrement n’est pas thématique mais chronologique.

139Dans les comptes postérieurs, une forme plus synthétique apparaît mais au détriment d’une véritable balance de compte. La mention du λοιπὸν ἐν Ἀρτεµισίωι se trouve encore dans le compte de 231 (ID 316, l. 9). Elle désigne les sommes qui ont été déposées dans le temple. Cette formulation est plus synthétique car elle apparaît dans les premières lignes du compte et constitue, après les mentions du total de l’encaisse et du total des retraits pour les dépenses, une sorte de bilan intermédiaire :

  • l. 1-4 : τάδε π[αρελάβοµεν ἐν Ἀρτεµισίωι], « voici ce que nous avons reçu dans l’Artémision » ;
  • l. 4-6 : καὶ ἐπὶ τῆ̣ς̣ [ἡµετέρας ἀρχῆς? κατέθεσαν], « et voici les sommes qui ont été déposées sous notre exercice » ;
  • l. 6-8 : ἐκ δὲ τούτου ἐξείλοµεν, « de cela nous avons retranché » ;
  • l. 8 : λοιπὸν ἐν Ἀρτεµισίωι … [τ]οῦτ[ο π]αρέδοµεν [ἐν] Ἀρτεµισίωι, « reliquat dans l’Artémision » … « nous avons transmis cela dans l’Artémision ».

140Les hiéropes de l’année 231, ici, ont procédé dès les premières lignes du compte à la synthèse en indiquant d’emblée le montant du solde. Mais ce solde est partiel car les dépenses courantes n’ont pas été inclues dans ce bilan intermédiaire. Il a donc été établi au moment où, peu après le début de leur exercice, les hiéropes avaient connaissance des sommes qui allaient, par décision de l’Assemblée, être retirées en prévision des travaux. La formule employée ne permet pas, comme telle, la clôture du compte annuel : cette notion n’apparaît véritablement qu’avec la formulation d’une égalité entre le total des entrées et le total des sorties. Ce n’est finalement qu’à partir des dernières années du iiie s. (ID 365, qui date de 208) que des balances viennent régulièrement clore le compte annuel.

141Dès les premiers comptes, on voit donc les administrateurs hésiter entre une logique comptable purement narrative et linéaire, et une perspective plus ordonnée, plus synthétique. Le vocabulaire lui-même met du temps à se spécialiser. Les hiéropes travaillent dans une logique de caissiers, enregistrant les mouvements de fonds de la caisse sacrée comme autant d’opérations qui s’enchaînent chronologiquement, puis établissant des totaux.

142Cette logique narrative est manifestement un obstacle à la tenue d’une comptabilité complexe. Il semble que les difficultés de gestion aient peu à peu fait comprendre aux hiéropes l’intérêt de définir des postes budgétaires à l’intérieur de la caisse sacrée, ou tout du moins de partager les avoirs du dieu en différentes masses. La difficulté principale venait des emprunts opérés par la caisse publique sur les fonds sacrés, alors que les travaux dans le sanctuaire obligeaient en même temps à puiser abondamment dans la caisse sacrée. Les prêts à la cité de Délos étaient de très courte durée, souvent remboursés dans l’année même, car dans ce cas il n’y avait pas d’intérêts à payer. Nous voyons donc les hiéropes commencer à distinguer, dans leur rédaction, les fonds reçus et déposés dans l’Artémision, qui constituent le trésor monétaire du dieu et servent pour les prêts et les grosses dépenses, et les fonds courants qu’ils utilisent au cours de l’exercice. Cette évolution de leur réflexion transparaît dans la manière dont ils ont traité le problème du solde de l’exercice.

La gestion du solde d’exercice

143Dès 279 (IG XI 2, 161, A), le compte met en évidence les distinctions établies par les hiéropes entre différentes catégories de dépenses :

  • les dépenses pour les travaux, qui consistent en contrats d’adjudication pour lesquels les fonds sont engagés sur décision de l’Assemblée du peuple (l. 44-45) : τάδε ἔργα ἐξεδώκαµεγ κ̣ατὰ ψηφίσµατα τοῦ δήµου µετὰ τοῦ ἀρχιτέκτονος καὶ τῶν ἐπιµελητῶν οὓς εἵλετο ὁ δῆµος καὶ κατὰ συγγραφάς, « voici les travaux que nous avons commandités selon des décrets du peuple avec l’architecte et les responsables désignés par le peuple et selon les contrats » ;
  • les dépenses pour travaux que les hiéropes peuvent engager en leur nom propre (l. 77-78) : καὶ τάδε τῶµ πρὸ ἡµῶν ἔργων ἐγδεδοµένων ἐδώκαµεν ἀρχιτέκτονος καὶ ἐπιµελητῶγ κελευόντων·, « et voici les travaux que nous avons commandités en notre nom sur recommandation de l’architecte et des épimélètes » ;
  • les dépenses courantes, consistant en salaires des employés du sanctuaire et fournitures diverses, qu’ils ont le pouvoir de payer (l. 82) : καὶ τάδε ἄλλα ἐδώκαµεν·, « et voici ce que nous avons versé ».

144Le principe organisateur est ici celui de la responsabilité des hiéropes dans l’engagement des fonds : en suivant les décisions de l’Assemblée, en leur nom propre sur recommandation des spécialistes mais sans avoir besoin de recourir à la validation du peuple, en paiement direct. Mais dans les comptes suivants, le classement des dépenses dépend plutôt des fonds utilisés.

145En effet, en 250 (IG XI 2, 287, A), les hiéropes ont distingué, selon une répartition des chapitres de dépenses qui subsistera par la suite de façon définitive :

  • les dépenses mensuelles, qui comprennent aussi les dépenses de fournitures qui étaient mentionnées dans les dépenses courantes en 279 (l. 41),
  • les salaires des employés du sanctuaire (l. 85),
  • les dépenses pour travaux, sans distinguer cette fois les dépenses réalisées sur ordre de l’Assemblée des dépenses engagées par eux-mêmes (l. 89).

146À partir des années 230, ces trois catégories de dépenses sont toujours distinguées mais le compte les présente différemment. Le compte de l’année 231 fait suivre immédiatement le bilan d’encaisse du total des retraits pour le salaire des aulètes et pour les travaux (ID 316, l. 6-8). En 218, le compte est construit selon les mêmes principes : après avoir énuméré l’encaisse reçue dans l’Artémision (ID 354, l. 1-6), les hiéropes indiquent le total des retraits auxquels ils ont procédé en présence des instances de la cité, pour le salaire des aulètes, pour les prêts à la cité et pour les travaux. Dès lors, ils sont en mesure de calculer le solde restant dans l’Artémision (l. 16 : λοιπὸν ἐν Ἀρτεµισίωι). Ils prennent ainsi l’habitude de construire leur bilan d’exercice en distinguant un premier bilan intermédiaire.

  • 143 Vial 1984, p. 145 ; Bogaert 1968, p. 172-174.
  • 144 Vial 1984, p. 144.

147Ces distinctions correspondaient à la façon dont les différentes sommes engagées étaient maniées. En effet, la caisse n’était pas accessible en permanence aux hiéropes : les prytanes en avaient la clé et elle ne pouvait être ouverte qu’en présence des instances de la cité. Les paiements et les dépôts devaient donc se faire à certains moments de l’année seulement, tandis que les hiéropes utilisaient les services des banques au cours de l’année pour déposer les recettes qu’ils percevaient et pour procéder aux paiements utiles143. Puisque les contrats de travaux étaient adjugés devant l’Assemblée du peuple144, les hiéropes en fonction connaissaient le montant des sommes qui allait leur être consacré et pouvaient établir assez tôt dans l’année le total des retraits. Il en allait de même des prêts au trésor public, dont la décision appartenait à la cité : dans l’ensemble, ceux-ci étaient connus assez tôt dans l’année, lors des décisions de répartition des revenus, à l’exception de certains d’entre eux qui, gravés sur la tranche, ont dû être décidés plus tardivement.

  • 145 Tréheux 1944-1945, p. 284-289.
  • 146 Tréheux 1991, p. 350.

148Les autres dépenses, qui concernent les frais de fonctionnement du sanctuaire, relèvent d’une autre ressource : ce sont les entrées de l’année qui permettent de les régler. Les taxes du sanctuaire, adjugées à la fin de l’année précédente, devaient probablement être payées par le fermier au début de l’exercice des hiéropes : le processus de l’affermage ne facilitait pas seulement l’organisation de la perception de la taxe mais il assurait aussi une rentrée d’argent immédiate. Les fermages pouvaient quant à eux être versés à différents moments de l’année selon que les terres étaient céréalières, viticoles ou qu’elles servaient au bétail145. Comme l’avait noté J. Tréheux, ces recettes encaissées en cours d’année constituaient un fonds de roulement grossi des bénéfices des exercices précédents146.

  • 147 Annexe 2 : tableau des jarres de la caisse sacrée.

149C’est précisément ce fonds de roulement, ou plus exactement ce qu’il en reste une fois réglées les dépenses annuelles, que les hiéropes nomment le perion de l’exercice, dit aussi « perion de la stèle » (par exemple ID 444, A, l. 54 : τὸ̣ δ̣ὲ περιὸν ἀργύριον […] τοῦ ἐκ τῆς στήλης) et dont les inventaires de jarres fournissent maints exemples147. Le perion est donc exactement le solde du fonds de roulement annuel. Il fournit, de fait, une indication comptable sur les bénéfices annuels une fois déduites les dépenses courantes. Comme tel, il peut alors entrer dans la composition de la balance de compte, dont il constitue le troisième terme, pour désigner le produit de l’exercice annuel.

  • 148 On suggèrera de ce fait de restaurer plutôt περιὸν que λοιπὸν dans ID 461, Ab, l. 55.

150Il est intéressant de constater qu’avec une grande cohérence d’un exercice à l’autre, les hiéropes n’ont jamais confondu perion et loipon148. Le loipon est manifestement un terme arithmétique qui désigne un reliquat. Le perion est un terme comptable et institutionnel qui désigne le produit du compte annuel. Il peut donc y avoir un loipon du perion dans les jarres, c’est-à-dire un reliquat du produit de l’exercice annuel après utilisation. La formule est d’ailleurs employée telle quelle dans un passage fragmentaire d’un compte du iie s. (ID 458, l. 5 : περιόν, ἐν ὧι λοιπ[ὸν]) et on la retrouve sous une forme détaillée dans le compte de l’année 200 (ID 372, A, l. 191-192), lorsque les hiéropes indiquent dans le bilan du compte : [καὶ τόδ]ε λοιπὸν παρέδοµεν ἱεροποιοῖς […] ἐνηροσίων, ἐνοικίων, [ἐγκυκλίω]ν ὃ ἐπράξαµεν, « et voici le reliquat que nous avons transmis aux hiéropes sur les fermages, les loyers et les taxes, perçus par nous ». Il s’agit du reliquat des recettes périodiques du sanctuaire (fermages, loyers et taxes) et le fait que les hiéropes n’enregistrent qu’un reliquat de ces recettes montre bien qu’elles ont été utilisées en cours d’année.

151Lorsque les hiéropes, à partir du iie s., gravent les inventaires de jarres, leur méthode n’a pas changé de ce point de vue depuis les années 230 : ils indiquent à la fin de l’inventaire le reliquat (loipon) de la caisse après les retraits qu’ils ont effectués en présence des instances de la cité pour les dépenses prévues dans l’année, puis ils énumèrent les nouvelles jarres qui sont entrées au cours de leur exercice, provenant de remboursements de la cité, de subventions ou de transmissions parvenues tardivement. C’est seulement après l’inventaire de la caisse sacrée et de la caisse publique qu’ils font graver le compte courant des recettes régulières et des dépenses mensuelles de l’exercice, terminant par le bénéfice produit dans l’année (perion).

  • 149 Voir par exemple le cas du contrat d’Ophélion : ID 290, A, l. 240-244 ; Chankowski 2018b.

152Certaines dépenses obligeaient parfois les hiéropes à compléter les retraits qu’ils avaient effectués dans la caisse sacrée par des recettes perçues en cours d’année : lorsque des travaux nécessitaient une rallonge budgétaire, un nouveau prélèvement pouvait certes avoir lieu dans la caisse sacrée mais les hiéropes devaient parfois avoir la latitude de compléter avec les bénéfices de l’année le règlement d’une prestation149. Dans le compte de l’année 208 (ID 365, l. 54-55), les hiéropes indiquent qu’ils ont payé les dépenses des travaux à partir de deux sources : d’une part d’un dépôt qui se trouvait dans l’Artémision et leur avait été transmis par leurs prédécesseurs (ἐξ Ἀρτεµισίου ἐξείλοµεν παρούσης βουλῆς καὶ γραµµατέων ὃ παρέ-δοσαν Πόλυβος καὶ Ἑβδοµίσκος), d’autre part du λοιπὸν ἀπὸ τῆς προσόδου, c’est-à-dire du reliquat de l’exercice.

153Il est clair, là encore, que l’encaisse et le compte courant formaient pour les hiéropes deux ensembles bien distincts.

La césure des années 230-220

154C’est donc dans les années 230-220 qu’apparaît un véritable changement de méthode comptable. La différence de rédaction qui est visible au iie s. avec l’apparition des inventaires de jarres n’est, de ce point de vue, pas une rupture en termes de méthodes de comptabilité puisqu’à cette date, même avec l’adjonction des inventaires de jarres, le compte suit les mêmes principes que ceux mis en œuvre à partir des années 230-220.

  • 150 Migeotte 2008a, p. 69-70, et Migeotte 2014, p. 593-594. Mais sa conclusion est inexacte en ce qui c (...)
  • 151 Tréheux 1944-1945, p. 284-295.

155Comme l’a bien vu L. Migeotte, ce changement des années 230-220 est une véritable césure dans les méthodes comptables des hiéropes et manifeste une étape importante dans leur organisation financière150. On peut aller plus loin et se demander pourquoi cette distinction apparaît seulement dans le dernier quart du iiie s. La pratique qui consistait à séparer l’encaisse et les recettes régulières s’imposait dans l’exercice régulier de gestion, mais n’était-elle pas en contradiction avec certains principes que les Déliens avaient édictés au début de l’Indépendance ? L’un de ces textes a été partiellement préservé (ID 503) et constitue une loi-cadre sur les procédures de location des domaines du dieu Apollon. Désignée sous le nom de hiéra syngraphè, elle fut adoptée en 301 ou 300151.

  • 152 Vial 1984, p. 102-103.

156Or une clause de cette hiéra syngraphè, expliquée par Cl. Vial qui a fait justice à une mauvaise interprétation qu’en avait donnée A. Wilhelm152, prévoit une situation inverse à celle que l’on observe dans les comptes des hiéropes à partir des années 230. Cette clause (ID 503, l. 29-30) stipulait que la totalité du produit des fermages devait être versé dans la caisse sacrée :

εἰσφέρειν δὲ τοὺς ἱεροποιοὺς [τὰς λοι]π[ὰς] πάντων τὰς τοῦ µηνὸς ἐν τοῖς ἱεροῖς τεµένεσιν εἰς [τὴ]ν κ[ιβω]τὸν [τὸ µίσ]θωµα ἅπαν τὸ γινόµενον τῶι θεῶι κατὰ τὴν συγγραφήν.

que les hiéropes versent dans la caisse les produits mensuels des domaines sacrés, à savoir la totalité du loyer échu au dieu conformément au contrat.

  • 153 Pernin 2014, no 64 p. 179-182, donne une relecture plus fragmentaire du texte : εἰσφέρειν δὲ τοὺς ἱ (...)
  • 154 Tréheux 1991b.

157La construction de la phrase est obscure car le déchiffrement initial (dont F. Durrbach signale, dans l’édition du corpus de 1929, qu’il n’a pu être amélioré sur cette stèle fragmentaire et très abîmée) ne donne pas de sens satisfaisant pour [τὰς λοι]π[ὰς] πάντων τὰς τοῦ µηνὸς et la restitution paraît douteuse153. La clause, qui vient après la description des différentes catégories d’exploitation agricole auxquelles sont liés des calendriers de versement des fermages154, concerne manifestement les modalités de versement des fermages par les hiéropes dans la caisse sacrée : il leur est enjoint de déposer la totalité du revenu, probablement afin de préserver une réserve alimentée par une ressource régulière, comme c’est le cas de maintes clauses financières des décrets grecs. Mais l’injonction est bien de verser l’argent εἰς [τὴ]ν κ[ιβω]τὸν, dans la caisse, et non pas simplement de l’affecter à un certain fonds. Dans une stricte interprétation comptable, ce n’est donc pas ce que font les hiéropes à partir des années 230-220 puisqu’ils utilisent les recettes périodiques pour les dépenses courantes et ne versent en fin d’exercice que le reliquat, et non la totalité.

  • 155 Tréheux 1944-1945, p. 293-295.

158Peut-être faut-il voir dans cette divergence de règles administratives l’illustration de la lente et progressive adaptation des Déliens aux lourdes exigences que leur imposait la gestion de la caisse sacrée. Ils ont probablement dû adapter, au fil des années, certaines réglementations qui, adoptées au début de l’Indépendance, s’étaient trouvées peu à peu inadéquates à la réalité des pratiques comptables. La Hiéra Syngraphè, dont J. Tréheux a montré qu’elle remontait à un modèle antérieur de l’époque athénienne classique155, précédait largement ces évolutions et peut-être avait-il fallu modifier cette clause de la loi, bien que nous n’en ayons pas conservé la trace, pour permettre aux hiéropes de gérer la fortune sacrée selon les nouveaux principes que nous voyons en vigueur dans le dernier quart du iiie s.

  • 156 Voir infra p. 228 à propos du rôle des banques.

159On voit aussi que la notion de « caisse sacrée », entendue d’abord, au début de l’Indépendance et dans la continuité des pratiques athéniennes de l’époque classique, comme le lieu de conservation de la totalité de la fortune monnayée du dieu, tend progressivement à se limiter aux avoirs thésaurisés, tandis qu’une autre notion comptable lui est adjointe, celle d’« exercice » construit sur un fonds de roulement ou compte courant, que les hiéropes expriment à travers la notion de « perion de la stèle » et manient avec l’aide des banques. Hormis les inscriptions de Cos qui le suggèrent aussi, peu de documents démontrent avec autant de clarté l’impact du développement des officines bancaires face à la tradition de thésaurisation dans les temples156. Les comptes des hiéropes permettent de constater que c’est dans les années 230-220 que ce développement commence à avoir un impact sur les modes de gestion.

160La séparation de l’encaisse et du fonds courant n’empêchait pas les hiéropes de conserver une vision synthétique de l’ensemble. On mesure ainsi les progrès accomplis dans leurs conceptions de la comptabilité.

161Le compte de 231 (ID 316) était encore construit dans une logique narrative : le λοιπὸν ἐν Ἀρτεµισίωι était considéré comme un bilan intermédiaire consistant en une transmission partielle, après les retraits correspondant aux dépenses prévues pour l’année mais sans tenir compte encore des dépenses mensuelles et des recettes périodiques qui viendraient en cours d’année. Il n’en va plus de même pour le compte de 218 et pour les suivants. En effet, si l’on refait leurs calculs en suivant la logique que les hiéropes ont appliquée, on constate qu’à la différence du compte de 231, le compte de 218 (ID 354) n’est plus du tout conçu dans une logique narrative. Lorsque les hiéropes indiquent (l. 16) le montant du λοιπὸν ἐν Ἀρτεµισίωι, une fois effectués les retraits pour les prêts, les travaux et le salaire des aulètes, ils ont déjà inclus dans l’encaisse qu’ils disent transmettre à leurs successeurs le montant du περιόν, c’est-à-dire le solde du compte courant une fois réalisées les dépenses mensuelles et les recettes périodiques. L’opération peut être posée ainsi dans le compte ID 354 :

  • total des encaisses (l. 1-8) : 85 719 dr.
  • total des retraits (l. 9-16) : 65 445 dr.
  • solde que l’on peut calculer (non indiqué par les hiéropes) : 20 274 dr.
  • solde transmis (l. 16 : λοιπὸν ἐν Ἀρτεµισίωι ·Μ̣Μ̣ΧΧΧImage ΗΗΔΔΔImage //. τοῦτο παρέδοµεν ἐν Ἀρτεµισίωι) : 23 739 dr.

162De ce total de 23 739 dr., il ressort, logiquement, que les hiéropes ont inclus le perion de leur exercice, qui se montait à 3 465 dr., soit la différence entre le solde que nous avons calculé entre les encaisses et les retraits et le solde que les hiéropes disent avoir transmis. Le chiffre est plausible : en 200 (ID 372, A, l. 190), le περιόν indiqué par les hiéropes se montait à 3 895 dr.

163Dès lors, la suite logique de cette conception de la transmission était la formulation d’une balance de compte. Il n’est donc pas étonnant que le compte de l’année 209 (ID 362), qui inclut de la même façon le perion dans le λοιπὸν ἐν Ἀρτεµισίωι, c’est-à-dire le bénéfice du compte courant dans l’ensemble de la transmission, contienne en finale la formulation d’une véritable balance de compte.

164En 179 (ID 442), on constate que perdure le même procédé, à une époque où les hiéropes maîtrisent parfaitement la notion de balance comptable. La balance totale que l’on peut calculer à partir des chiffres indiqués, pour les deux caisses, se monte à 177 723 dr. 5 ob. ½ ob. et 2 ch.

165Or le chiffre de cette balance est partiellement conservé à la l. 255 du compte :

[κεφαλὴ πάσης εἰσόδου — — — — Image κεφαλὴ πάσης ἐξόδου — — —]Imagevac.

166Il se termine par Image , soit 6 415 dr. 5 ob. ½ ob. 2 ch. Le montant de la balance devait dépasser les 177 723 dr. 5 ob. ½ ob. et 2 ch. totalisées par les entrées et sorties de chacune des deux caisses : on peut donc au minimum restituer comme montant de la balance globale, à la l. 255, le chiffre de 186 415 dr. 5 ob. ½ ob. 2 ch. Or, pour passer de 177 723 dr. (montant calculé) à 186 415 dr. (montant restitué), il faut constater que les hiéropes ont dû ajouter le montant du perion, pour 8 692 dr.

167Ainsi, les hiéropes additionnaient à la balance globale le montant du perion, sans reprendre le détail du compte courant dans leur total des entrées et des sorties. Cette méthode avait une raison : elle leur évitait de compter deux fois des entrées et des sorties qui, au moins pour le chapitre des prêts et des travaux, pouvaient apparaître à la fois dans le compte courant et dans l’inventaire des mouvements de fonds de la caisse sacrée. Ainsi, le chapitre des versements pour les travaux (ID 442, B, l. 217-253) répond aux retraits mentionnés dans l’inventaire de jarres (A, l. 55-73). Au chapitre des prêts aux particuliers, un stamnos déposé en Arésion (l. 39-40) est retiré pour un nouveau prêt (l. 74) qui est lui-même mentionné dans le compte courant (l. 213). Dès lors que seul le solde du compte courant figurait dans la colonne des entrées pour l’établissement de la balance comptable, le total restait juste.

  • 157 Chankowski 1998, p. 234-236.

168Grâce à cette technique de bonne gestion, les administrateurs ont été en mesure de faire face à l’augmentation des dépenses de la caisse sacrée au cours du iie s. : augmentation des emprunts de la cité à la caisse sacrée, continuité des travaux, hausses des dépenses de service dues à l’embauche de personnel et à l’alourdissement de la bureaucratie157.

  • 158 Bogaert 1968, p. 175. Sur l’unité de compte dans la comptabilité des hiéropes, Tréheux 1992b. Voir (...)

169Ces pratiques de comptables trouvent leur aboutissement dans les derniers comptes de l’Indépendance, qui contiennent des inventaires de jarres (à partir de l’année 192, ID 399). À partir de ce moment, les hiéropes sont responsables également de la caisse publique, qui est traitée dans leurs comptes, bien qu’elle reste sous la responsabilité des trésoriers de la cité pour la gestion courante. Les comptes des hiéropes se présentent alors comme les inventaires des jarres de la caisse sacrée et de la caisse publique, suivis d’un compte des opérations de l’année. Ces jarres renfermaient du numéraire dont le contenu avait été certifié par des banques : celles-ci avaient probablement procédé aux opérations de conversion en étalon attique qui s’imposaient lorsque les paiements se faisaient au moyen de monnaies diverses158.

  • 159 Sur ce point, Chankowski 2002 et infra chapitre III p. 133-147.

170Les hiéropes distinguent alors les fonds immobilisés dans l’Artémision, c’est-à-dire les jarres auxquelles ils ne touchent pas159, les jarres dans lesquelles ils prélèvent des sommes votées pour des dépenses précises, et le fonds de roulement qui leur permet d’assurer les dépenses courantes.

Caisse sacrée et caisse publique :
de la séparation à la synthèse comptable

Une véritable synthèse entre les deux caisses

171La logique comptable qui préside à la rédaction de ces comptes et se caractérise par un effort de synthèse des opérations est à l’œuvre depuis les années 230-220. Une nouvelle transformation apparaît dans la rédaction des comptes en 192, avec deux modifications majeures de la forme du texte : d’une part, l’introduction d’un inventaire des jarres de la caisse sacrée, d’autre part l’apparition de la caisse publique dont les hiéropes gravent également l’inventaire des jarres dans leur compte, à la suite de celui de la caisse sacrée.

  • 160 Voir supra p. 32 sur la conservation de l’argent.

172Le premier compte conservé qui comporte un inventaire de jarres est celui de l’année 192 (ID 399), mais les hiéropes pratiquaient bien avant ce mode de conservation dans les jarres. Ils pratiquaient aussi ce mode d’enregistrement des encaisses : les sommes entraient par « paquets » dans la caisse sacrée au fur et à mesure des transmissions. La logique de classement de l’argent d’Apollon sous forme de jarres ne date donc certainement pas de la rédaction des inventaires au iie s. Comme on l’a vu, l’introduction des inventaires de jarres dans la gravure des stèles de comptes pourrait correspondre à un premier inventaire qui dût être réalisé au moment du déplacement des fonds de l’Artémision dans le temple d’Apollon au début du iie s. Mais ces jarres existaient bien avant comme équipement de l’organisation du trésor et avaient permis progressivement aux hiéropes, avec l’aide des banquiers, d’isoler différentes catégories de monnaies pour faciliter leurs paiements160.

173Du point de vue des pratiques comptables, le véritable changement qui apparaît en 192 ne concerne donc pas tant l’apparition des inventaires de jarres que l’apparition du compte de la caisse publique avec les dépenses opérées par la cité, témoignage unique dans le monde grec. Il convient donc de réexaminer la nature de cette rupture rédactionnelle.

  • 161 Moretti 2012 et supra p. 26-35 sur la conservation de l’argent.

174Le fait que les Déliens choisissent de graver l’inventaire intégral de l’encaisse publique et sacrée chaque année à partir du iie s. correspond en partie à la situation matérielle des trésors : entre 206 et 179, le trésor sacré et le trésor public, tous deux conservés dans des séries de jarres, sont passés de l’Artémision au temple d’Apollon, car l’Artémision entre à cette période dans une phase de travaux161. Ce n’est toutefois pas la seule explication. Mais la comptabilité du dernier tiers du iiie s. est difficile à analyser car nous n’avons que des stèles très fragmentaires, alors que nous avons conservé de grandes stèles intactes pour la première moitié du iiie s. et la première moitié du iie s.

175Néanmoins, certains indices permettent de montrer que la rupture de 192 n’en est pas véritablement une et que la coexistence des deux caisses apparaît dès les années 230.

176En effet, une mention de la caisse publique se trouve dès 231 dans l’encaisse du compte ID 316, l. 4-5 :

καὶ ἐπὶ τῆ̣ς̣ [ἡµετέρας ἀρχῆς? κατέθεσαν — nom du trésorier — ἐπ’ ἄρ]χοντος Φιλοξένου καὶ οἱ κλ[η]ρονόµοι τοῦ ταµίου Λυσοῦ εἰς τὴν [δη]µοσίαν [κιβω]τ[ὸν ·ΜΧΧΧ?]ΗΗΗΔ̣ΔImage ΙΙΙ[/· -]

Et sous notre exercice, untel (trésorier) ainsi que les héritiers du trésorier Lysès ont déposé dans la caisse publique 13 325 dr. 3 ob. 1 ch.

  • 162 Vial 1984, p. 171.

177Considérant que la caisse publique ne pouvait pas apparaître dans le texte de l’encaisse avant les inventaires de jarres de l’année 192, Cl. Vial a proposé de restituer εἰς τὴν [ἀπόδοσιν τῶι θεῶι], formule qui trouve effectivement de nombreux parallèles dans les comptes162. La lecture par F. Durrbach des lettres ΜΟΣΙΑΝ est pourtant assurée et conforte sa restitution, εἰς τὴν [δη]-µοσίαν [κιβω]τ[ὸν].

178Or les hiéropes, dans ce passage, additionnent le total de l’encaisse reçue dans l’Artémision (l. 4 : 72 397 dr. 4 ob. 1 t.) et la somme déposée pour la caisse publique (l. 5 : 13 325 dr. 3 ob. 1 ch.) ainsi qu’une autre somme (l. 6 : 460 dr. 1 ob. 1 ch.). Le total qu’ils indiquent (l. 6 : κεφαλή) est de 86 183 dr., 2 ob., 1 t. et 2 ch. Non seulement le chiffre est juste, mais les subdivisions finales (2 ob., 1 t., 2 ch.) sont également exactes, ce qui est bien la preuve que l’encaisse sacrée et le dépôt de la caisse publique ont été additionnés. De cet ensemble, les hiéropes retirent ensuite (ἐκ δὲ τούτου ἐξείλοµεν, l. 6-8) le salaire des aulètes et les sommes affectées aux travaux (tableau 3).

Tableau 3 Bilan comptable de l’année 231 (ID 316).

Encaisse reçue dans l’Artémision (l. 4) 72 397 dr., 4 ob., 1 t.
Somme déposée dans la caisse publique (l. 5) 13 325 dr., 3 ob., 1 ch.
Autre somme (l. 6) 460 dr., 1 ob., 1 ch.
Total (l. 6) 86 183 dr., 2 ob., 1 t., 2 ch.
Retraits (l. 6-8) Salaire des aulètes 3 470 dr.
Travaux 3 160+ dr.
Total des retraits de l’exercice (l. 8) [6 630+ dr.]
Solde dans l’Artémision (l. 9) 79 500+ dr. … 3 ob. ½ ob.
  • 163 Chankowski 2008a, p. 334, à propos de ID 444, A l. 56.

179Dans le compte de l’année suivante, en 230 (ID 317), un chiffre intrigue à la l. 35. Il s’agit d’un M surmonté d’un ∆, comme en présentent les balances des derniers comptes de l’Indépendance qui totalisent le montant de la caisse publique et le montant de la caisse sacrée163. Cette combinaison de signes acrophoniques permet d’écrire le chiffre 100 000 (fig. 17 et 20).

180F. Durrbach a lu sur la pierre (ID 317, l. 35) :

181Δ

182-ΜΜΜ | -

  • 164 Infra chapitre II p. 71.

183Le montant est considérable : 120 000 dr., soit 20 talents. Il ne peut s’agir du total de la caisse sacrée, dont il est possible de reconstituer l’évolution grâce aux comptes, année après année, et qui ne pouvait pas comptabiliser plus de 73 000 dr. d’encaisse à cette date164. Il s’agit alors très probablement de l’addition des fonds sacrés et des fonds publics pour constituer une balance de compte semblable à celle qu’écrivent les hiéropes au iie s.

184Ainsi, dès les années 230, les hiéropes ont très probablement associé les deux caisses du point de vue comptable dans les bilans et les balances de compte. Cette même association des deux caisses réapparaît au iie s. à travers les balances de comptes. Là encore, ce sont les années 230-220 qui constituent une période de césure dans les méthodes comptables.

185Les comptes de la période qui s’étend entre 230 et 200 nous sont parvenus sous une forme très fragmentaire qui nous empêche de comparer la comptabilité de cette période avec celle des grandes stèles des années 279, 250 ou 179. Mais on voit que dès les années 230, certes les sommes déposées au titre de la caisse publique sont clairement identifiées par les hiéropes comme étant différentes des fonds sacrés, mais les hiéropes les associent du point de vue comptable dans les bilans et les balances de compte. Il n’y avait donc qu’un pas à faire pour parvenir à l’inventaire de jarres des deux caisses, qu’ils font graver à partir de 192.

186En principe, la balance comptabilise le total des entrées, puis le total des sorties qui doit lui être égal pour assurer une transmission correcte des fonds aux successeurs. Elle est indissociable de la mention des bénéfices de l’année, dont le montant est constitué par l’excédent entre les recettes et les dépenses. Or, un examen attentif de ces balances des comptes du iie s., stèle après stèle, lorsqu’elles sont conservées, permet de constater que les hiéropes font l’addition de la caisse sacrée et de la caisse publique dans la balance de chaque compte. Tout en restant, comme le veut la règle dans le monde grec, des biens distincts et matériellement séparés, les deux caisses, publique et sacrée, sont bel et bien gérées ensemble et forment, d’un point de vue mathématique comme d’un point de vue comptable, un tout. L’opération est juste, au chalque prêt, et permet de vérifier qu’il y a bien eu addition des deux caisses : le compte de 179 (ID 442), qui est presque complet, se prête à la démonstration (tableau 4).

187La balance totale des deux caisses, si l’on additionne les montants conservés pour la caisse sacrée (A, l. 37-74) et pour la caisse publique (A, l. 99-140), se monte en principe à 177 723 dr. 5 ob. ½ ob. et 2 ch. Or le chiffre de cette balance est partiellement conservé à la l. 255 du compte : elle se terminait par Image , soit 6 415 dr. 5 ob. ½ ob. 2 ch.

  • 165 Voir supra p. 49.

188Le fait que les petites dénominations concordent parfaitement dans l’addition est déjà significatif de l’association des deux caisses. Pour se terminer par 6 415 dr. 5 ob. ½ ob. 2 ch., le montant de la balance devait dépasser les 177 723 dr. 5 ob. ½ ob. et 2 ch. totalisées par les balances des deux caisses : on peut donc au minimum restituer comme montant de la balance globale, à la l. 255, le chiffre de 186 415 dr. 5 ob. ½ ob. 2 ch. La différence de 8 692 dr. doit correspondre au perion du compte courant, que les hiéropes intègrent dans la balance165. Ce chiffre de 8 692 dr. est dans l’ordre de grandeur du montant que l’on obtient en calculant, sur la base des données conservées dans le compte, la différence entre les recettes et les dépenses (8 542 dr.). Étant donné que certains chiffres ont disparu dans des lacunes du texte complémentaire qui était gravé sur la tranche (face C de la stèle), une marge de 150 dr. paraît plausible dans notre calcul.

Tableau 4 — Bilan comptable de l’année 179 (ID 442).

Calcul des avoirs de la caisse sacrée à partir des totaux indiqués dans le compte
Encaisse (l. 37) 60 929 dr. 4 ob. ½ ¼ 1 ch.
Entrées de l’année (l. 53) 14 623 dr. 1 ob. ¼
Total des recettes (l. 54-55) 75 553 dr. 1 ch.
+ 3 733 dr. 2 ob.
Retraits de l’année (l. 74) 11 553 dr. 1 ob. [+1]
63 999 dr. 4 ob. 1 ch.
Solde transmis (l. 74) + 3 733 dr. 2 ob.
Calcul des avoirs de la caisse publique à partir des totaux indiqués dans le compte
Encaisse (l. 99) 28 371 dr. 3 ob. ¼
Total des entrées de l’année (l. 121) 70 066 dr. ¼ 1 ch.
Total de la caisse publique (l. 122) 98 437 dr. 3 ob. ½ 1 ch.
Retraits de l’année (l. 139) 59 150 dr. ½ ob.
Solde transmis (l. 140) 39 287 dr. 3 ob. 1 ch.
Balance des deux caisses
 177 723 drachmes, 5 oboles, ½ obole, 2 chalques
+ perion 8 692 drachmes (que l’on peut calculer à partir du compte courant)
=  [18]6 415 drachmes, 5 oboles, ½ obole, 2 chalques (partiellement conservée, l. 255).

189Un passage du compte de 192 apporte une preuve supplémentaire de l’association des deux caisses : les hiéropes signalent qu’ils ont prélevé dans un fonds de la caisse publique affecté au grammateion, pour le mettre dans une autre jarre, l’argent qui manquait au total des deux caisses, publique et sacrée, et créait des inexactitudes dans le compte :

190ID 399 A, l. 40-41 :

ἀπὸ τούτου ἀφείλοµεν εἰς ἄλλο σταµνίον τὸ δι[α]φώνησαν ἀργύριον ἀπὸ παντὸς τοῦ ἀργυρίου τοῦ τ[ε] ἱεροῦ καὶ τοῦ δηµοσίου

de ce fonds, nous avons retiré, pour le mettre dans une autre petite jarre, l’argent qui manquait au total de tout l’argent à la fois public et sacré.

  • 166 Chankowski 2008b, p. 85-87 ; Chankowski 2014a, p. 543.
  • 167 Migeotte 2014, p. 656, continue à refuser l’idée d’une addition des deux caisses, que le texte des (...)

191Cette « diaphonie » financière n’est autre que ce que les praticiens des comptabilités publiques nomment un réajustement comptable. C’est donc un terme technique de comptabilité qui désigne les sommes qui manquaient dans la réalité par rapport au total que les hiéropes obtenaient en faisant les calculs des mouvements de fonds concernant les deux caisses166. Ce genre de différence entre le comptage du numéraire et les opérations de calcul de comptabilité n’est pas surprenant : les hiéropes faisaient leurs calculs en étalon attique à partir des chiffres que les banquiers inscrivaient sur les jarres après avoir procédé aux conversions, mais dans la réalité ils maniaient des étalons variés. Un bilan intégral des deux caisses pouvait donc révéler de légères divergences entre l’encaisse réelle et les calculs des registres. Puisqu’ils disent avoir établi une compensation pour l’ensemble de l’argent manié, tant pour la caisse sacrée que pour la caisse publique (ἀπὸ παντὸς τοῦ ἀργυρίου τοῦ τ[ε] ἱεροῦ καὶ τοῦ δηµοσίου), leur comptabilité était bel et bien conçue globalement pour les deux caisses167.

Un nécessaire progrès dans les méthodes comptables

  • 168 Voir infra chapitre III p. 174.

192Les hiéropes étaient manifestement conscients des difficultés générées par la complexité croissante du maniement des fonds ainsi que des erreurs de calcul qui auraient pu en résulter dans l’évaluation des sommes. Les problèmes d’imbrication des fonds étaient récurrents et les mouvements de fonds entre la caisse publique et la caisse sacrée étaient nombreux. Les prêts de la caisse sacrée à la caisse publique en étaient la première cause. Certains fonds de la caisse publique étaient simplement affectés à la caisse sacrée au titre du remboursement des emprunts et de subventions. D’autres fonds publics ne faisaient que transiter par la caisse sacrée, comme le salaire des aulètes, déposé en fin d’année et transmis par les hiéropes au cours de l’année suivante. D’autres sommes encore étaient des reliquats qui aboutissaient dans la caisse sacrée parce que la cité considérait le trésor d’Apollon comme une réserve et un lieu de thésaurisation168.

193La façon dont les hiéropes ont considéré la somme réservée au salaire des aulètes est caractéristique. Elle venait du trésor public et ne faisait que transiter par la caisse sacrée. En 217 (ID 355, l. 6), les hiéropes indiquent le solde des fonds de l’Artémision après retraits en identifiant bien cette somme, qui n’appartient pas statutairement à la caisse sacrée : [λοιπὸν ἐν Ἀρτ]εµισίωι σὺν τῶι τῶν αὐλητῶν [µισθῶι], « reliquat dans l’Artémision incluant le salaire des aulètes ». Ils font de même en 208 avec un autre dépôt de la caisse publique destiné à la sitônia, en le qualifiant de dépôt, thesis (ἀπὸ τῆς θ̣έσεως, ID 365, l. 13) : tout en étant bien conscients qu’il s’agissait d’un dépôt, les hiéropes ont traité ce fonds, comme celui du salaire des aulètes, dans le total de l’Artémision et dans la balance du compte de la caisse sacrée.

194Cette imbrication des fonds sacrés et des fonds publics était donc clairement perçue par les Déliens, qui avaient dû aboutir à la conclusion qu’il serait plus efficace de les unir en une seule comptabilité.

195Mais le fait d’établir l’inventaire intégral des jarres de la caisse sacrée et de la caisse publique posait un autre problème comptable que les hiéropes avaient manifestement résolu dans l’élaboration de leur comptabilité. Puisque de nombreux mouvements de fonds avaient lieu en cours d’année entre la caisse sacrée et la caisse publique, il était aisé aux hiéropes de procéder à l’enregistrement des opérations à la fois dans la caisse sacrée et dans la caisse publique. Mais ils risquaient, dans les balances de compte, d’additionner deux fois des entrées et des sorties identiques qui pouvaient apparaître à la fois dans le compte courant et dans l’inventaire des mouvements de fonds tirés des jarres. C’est tout particulièrement le cas pour les prêts et les travaux. Ainsi, dans le compte de l’année 179, le chapitre des versements pour les travaux (ID 442, B, l. 217-253) répond aux retraits mentionnés dans l’inventaire de jarres (A, l. 55-73). Au chapitre des prêts aux particuliers, un stamnos déposé en Arésion (A, l. 39-40) est retiré pour un nouveau prêt (l. 74) qui est lui-même mentionné dans le compte courant (l. 213).

  • 169 Voir supra p. 49.

196Comme on l’a vu, pour éviter de fausser les balances de comptes, les hiéropes ont, dès les années 230, non seulement séparé le compte courant de l’inventaire des jarres, mais aussi intégré dans la balance de compte uniquement le solde du compte courant, avec la dénomination récurrente de περιόν169. Dès lors que seul le solde du compte courant figurait dans la colonne des entrées pour l’établissement de la balance comptable, le total restait juste.

197Ils ont eu la même attention à l’égard des capitaux de fondation, qui ne font pas partie des fonds qu’ils inventorient, mais dont le produit des intérêts recevait aussi un traitement particulier : puisque le produit des intérêts aboutissait à la fabrication d’une phiale, ou à une recapitalisation le cas échéant, il convenait de ne pas l’inclure dans la balance de compte pour ne pas compter deux fois ce revenu, une première fois sous forme de monnaie et une deuxième fois sous forme d’offrande. C’est déjà ce que montre le compte de 250 (IG XI 2, 287) dans lequel les intérêts des capitaux de fondation ne sont pas comptabilisés dans la balance.

  • 170 Fantasia 1989, en particulier p. 50-52. Infra chapitre III à propos du détail des dépenses de la ca (...)

198La stèle de compte faisait ainsi la synthèse de la situation de plusieurs comptes : le compte courant de la caisse sacrée mais aussi, communiquant avec celui-ci, l’état des avoirs de la caisse sacrée. Les hiéropes y ajoutaient des comptes de stocks : offrandes métalliques, mais aussi matériaux de construction (tuiles, bois) en période de travaux sur des bâtiments de l’île. Ils faisaient aussi l’état des avoirs de la caisse publique en isolant de celle-ci le compte de la sitônia qui, au iie s., constituait un fonds d’achat public à triple rotation annuelle170.

L’invention d’un système comptable

  • 171 Bogaert 1968, p. 131-153 ; Migeotte 1984, p. 156.
  • 172 Voir infra chapitre III p. 173-178 pour le détail de l’organisation de ces différents fonds.

199Les deux caisses, l’argent public et l’argent sacré, étaient conçues comme un tout mathématique dans la comptabilité des hiéropes. Cette situation, aboutissement de la fusion des intérêts entre la cité et son sanctuaire, n’était finalement que la conséquence logique des nombreux mouvements de fonds qui existaient entre les deux caisses dès le début de l’Indépendance. La cité contractait régulièrement des prêts envers la caisse sacrée, qu’elle remboursait dans l’année même, utilisant la caisse du sanctuaire pour des avances de fonds171. En retour, certains fonds de la caisse publique étaient régulièrement affectés à la caisse sacrée au titre du remboursement des emprunts contractés par la cité : c’est le cas des taxes portuaires et commerciales sur toute la période considérée, du fonds appelé prytanikon et des recettes des assemblées et des euthynai dans la première moitié du iiie s., des loyers de l’agora au iie s. La cité accordait également à la caisse sacrée plusieurs subventions pour les fêtes : pour les Apollonia, les Dionysia et les Thesmophories, c’est près de 4 000 dr. qui étaient, chaque année, affectées à la caisse sacrée. Les Déliens accumulaient aussi dans la caisse du dieu, en votant cette affectation dans l’Assemblée, des reliquats et des fonds de nature diverse : c’est le cas du chorégikon et des fonds dénommés ὅρων et τραπεζῶν qui ont souvent été versés dans la caisse sacrée. D’autres fonds publics ne faisaient que transiter par la caisse sacrée, comme le salaire des aulètes, déposé en fin d’année et transmis par les hiéropes au cours de l’année suivante. D’autres sommes encore étaient des reliquats qui aboutissaient dans la caisse sacrée parce que la cité considérait le trésor d’Apollon comme une réserve et un lieu de thésaurisation : c’est le cas du « reliquat des technites » (τὸ περιγενόµενον ἀπὸ τῶν τεχνιτῶν), régulièrement déposé dans la caisse sacrée par les trésoriers de la cité. En revanche, la caisse sacrée finançait des travaux sur des bâtiments qui ne concernaient pas le téménos : le Théâtre, le pentekostologion, le portique coudé de l’agora, l’Ekklésiastérion. L’état souvent fragmentaire des comptes ne permet pas de se rendre compte précisément du rapport de proportion entre les versements réguliers de la caisse publique pour les fêtes et l’apport de la caisse sacrée pour les constructions publiques, mais l’imbrication des financements dans tous les aspects de la vie délienne était bien réel172.

200Cet enchevêtrement complexe était le résultat de décisions des instances de la cité, qui s’étaient accumulées par strates depuis le début de l’Indépendance et avaient produit cet édifice financier. Que les deux caisses soient conçues comme un tout mathématique, dans la nouvelle comptabilité des hiéropes à partir des années 230-220, n’est que la conséquence logique de l’habitude prise par la cité d’emprunter régulièrement à la caisse sacrée des avances de trésoreries, remboursées le plus souvent dans l’année même sur les recettes publiques. Pour faire passer les fonds d’une caisse à l’autre, on avait besoin des prytanes qui ouvraient les coffres, des banquiers qui vérifiaient et convertissaient les sommes en étalon attique le cas échéant, mais il fallait surtout une instance capable d’avoir une vision d’ensemble des avoirs de l’une et de l’autre caisse et d’opérer une synthèse.

201La synthèse entre les avoirs de la caisse sacrée et les avoirs de la caisse publique apportait une cohérence à l’ensemble du système et rationnalisait leur comptabilité. Les sommes pour les salaires des aulètes ou les fonds de la sitônia n’ont plus besoin d’être inscrits en dépôt dans le compte du dieu mais peuvent l’être directement dans le compte de la cité.

  • 173 Vial 1984, p. 210 et 278. Le développement des politiques d’achat de grain public n’est sans doute (...)

202Est-ce la totalité des fonds de la caisse publique que les hiéropes inventoriaient ? Étant donné que les recettes périodiques transitaient par les banques et servaient à payer les dépenses de l’année en cours, on voit mal quelles auraient été, en plus de celles-ci, les ressources publiques qui n’auraient pas été mentionnées par les hiéropes. Contrairement à ce qu’ils font pour la caisse sacrée pour laquelle ils jouent véritablement le rôle de trésoriers, ils n’établissent pas l’intégralité du compte public : la gestion du compte courant appartient toujours aux trésoriers de la cité, qui enregistraient la perception des recettes périodiques (taxes de la cité, loyers de l’agora) et leur affectation, à la suite des décisions de l’Assemblée, pour les différentes dépenses de l’année (fonds de roulement des assemblées, fonds affectés aux différents magistrats de la cité). Ces derniers ne manquaient d’ailleurs pas de travail puisque les années 230-220 voient l’instauration du second trésorier pour venir en aide à celui qui officiait d’abord seul173. Mais même sans en donner le détail, les hiéropes inventorient certainement la totalité des fonds de la caisse publique : l’encaisse d’une part, le bénéfice du compte courant d’autre part au moment où celui-ci revient dans l’encaisse.

  • 174 L. Migeotte s’est opposé à plusieurs reprises à cette idée d’une unité de la caisse sacrée et de la (...)

203À partir du moment où ils font l’inventaire du dépôt de la caisse publique à côté de celui de la caisse sacrée, les hiéropes sont les seuls magistrats déliens à disposer d’une vision d’ensemble des avoirs publics et sacrés. Ils mettaient cette synthèse à la disposition de l’Assemblée et du Conseil pour les décisions budgétaires qui revenaient à ces instances. Sans que cette modification n’ait entraîné, du point de vue institutionnel, une nouvelle répartition des rôles entre les hiéropes et les trésoriers, les hiéropes deviennent, à cette date, du point de vue comptable, les véritables trésoriers de Délos174.

204C’est probablement non pas au début du iie s., mais dès les années 230-220 qu’il faut placer cette évolution, comme en témoignent les nombreux indices que nous avons rassemblés.

L’évolution des compétences

205Les fonctions des hiéropes ont donc considérablement évolué au cours de l’Indépendance, comme le reflète aussi l’évolution matérielle de la présentation de leur comptabilité sur un siècle et demi. Conjointement à leurs tâches d’organisateurs de la gestion des biens sacrés, ils sont progressivement passés de registres de caissiers enregistrant l’accumulation des avoirs à des actes de gestion relevant de pratiques comptables et requérant des capacités archivistiques.

  • 175 Le cas de Silènos, banquier et hiérope à Délos, en est un exemple : Chankowski 2008b, p. 88-89. De (...)
  • 176 Minaud 2005, p. 119-150.
  • 177 Au cours de l’époque républicaine selon Petrucci 1991, p. 21-14 et 87 ; dans le courant du iie s. s (...)

206Les méthodes des banquiers, bien présents à Délos et dans les affaires du sanctuaire au moins dès le milieu du iiie s., ont certainement contribué à professionnaliser la gestion des hiéropes : ces transferts de compétences entre la sphère des financiers privés et celle des affaires publiques peuvent d’ailleurs être observés dans d’autres contextes175. La présence de banquiers et de negotiatores italiens à Délos avait dû contribuer à intensifier les échanges de pratiques et de méthodes comptables avec la sphère des financiers professionnels. De ce point de vue, la césure comptable des années 230-220 s’explique d’autant mieux avec, à cette date, le début de la présence des financiers italiens à Délos. Le travail de synthèse comptable accompli par les hiéropes du iie s. se rapproche de la forme du codex accepti et expensi tenu par tout paterfamilias et dont G. Minaud a montré qu’il n’était ni un livre de caisse ni un livre de raison, mais un document de synthèse comptable ayant valeur juridique176. Il n’est pas non plus sans affinités avec le codex rationum tenu par les banquiers dans le monde romain, bien que la date d’apparition de ce type de registre chez les banquiers professionnels soumis à l’editio rationum devant la justice reste controversée177.

  • 178 Vial 1984, p. 105-110, souligne l’importance des fonctions financières du Conseil et son rôle actif (...)

207Mais les hiéropes déliens qui se succédaient chaque année en collèges chargés de l’administration des biens sacrés bénéficiaient aussi de l’expérience acquise lors des travaux du Conseil de la cité : la rotation des charges dans la petite communauté des Déliens y amenait des citoyens dont certains étaient de futurs hiéropes, d’autres d’anciens magistrats plus expérimentés en maniement comptable. En tant que bouleutes, ils exerçaient des fonctions financières : pendant toute la période de l’Indépendance, le Conseil a assisté à la transmission de l’encaisse sacrée d’un collège de hiéropes à un autre. La présence des prytanes était indispensable pour les inventaires, les dépôts et les prélèvements dans la caisse sacrée comme dans la caisse publique. Le Conseil recevait également l’encaissement des recettes, pour la caisse publique et, dans une moindre mesure, pour la caisse sacrée178. Une certaine forme de mémoire administrative, mais certainement aussi de réflexion sur les méthodes comptables, devait y trouver place.

Une « comptabilité en partie double » ?

  • 179 Sur le peu de scrupules des Déliens à utiliser la fortune du sanctuaire à l’avantage de leur cité, (...)

208L’introduction de la caisse publique dans la comptabilité des hiéropes témoigne d’une profonde innovation dans la conception de la gestion des finances publiques et sacrées. En effet, les prêts consentis à la cité sur les fonds sacrés sont bien différents des autres prêts que les hiéropes proposent aux particuliers, par exemple sur les capitaux des fondations : dans ce dernier cas, l’apport des intérêts est essentiel à la rentabilité du système. Au contraire, les prêts à la caisse publique font de la caisse sacrée un poste budgétaire créditeur pour la cité179. La synthèse entre les deux caisses qui s’opère alors dans la comptabilité des hiéropes permet d’intégrer véritablement des notions de crédit et de débit dans la comptabilité. Formellement, la cité s’endette auprès du sanctuaire en hypothéquant les revenus de l’année, mais du point de vue comptable, ces mouvements de fonds forment un tout. L’association des deux caisses montre non seulement que les Déliens ont voulu faciliter la gestion des hiéropes, mais aussi et surtout que ces administrateurs étaient tout à fait en mesure de tenir des raisonnements comptables complexes, que le caractère foisonnant de leurs archives ne laisse pas soupçonner de prime abord.

La conscience des enjeux de la « double entrée »

209Dans la mesure où les hiéropes peuvent juxtaposer l’inventaire de la caisse sacrée et l’inventaire de la caisse publique, ils sont en mesure d’inscrire les mouvements de fonds entre les deux caisses au débit de l’une et au crédit de l’autre. Toutefois, les comptes ne donnent pas une vision tout à fait claire de ce procédé car les recettes de l’année transitaient par les banques : ainsi, un remboursement de la cité à la caisse sacrée, versé par les trésoriers de l’année, peut provenir de recettes conservées dans une banque et n’apparaîtra pas en débit dans l’inventaire des jarres du trésor public. Les hiéropes devaient pourtant harmoniser les deux inventaires puisque la balance de comptes totalisait les mouvements de fonds de l’un et de l’autre. C’est probablement ce qu’indique le dédoublement du total des fonds de la caisse publique dans le compte de 192 (ID 399, l. 68-69).

  • 180 Le total exact est de 82 395 dr. 2 ob. ½ ob. et 3 ch. = ¼ ob.

210Le compte s’ordonne ainsi180 (tableau 5) :

Tableau 5 — Bilan comptable de l’année 192 (ID 399).

Caisse sacrée Caisse publique
Total de
l’encaisse
inconnu l. 54 40 368 dr. 3 ob ½ ob.
Retraits l. 9-15 8 567 dr. + l. 55-57 1 790 dr.
Total après
retraits
l. 16 39 005 dr. 3 ob. ½ ob. ¼ ob. 2 ch. l. 58 38 578 dr. 3 ob. ½ ob.
Entrées de
l’année
l. 35 43 389 dr. 4 ob. ½ ob. ¼ ob. 1 ch.
(dont remboursements : au moins 28 975)
l. 68 17 670 dr.
Total dans
la caisse
l. 35 82 383 dr. 2 ob. ½ ob. ¼ ob.180 l. 68 56 248 dr. 3 ob. ½ ob.
l. 69 28 643 dr. 3 ob. ¼ ob. 1 ch.
l. 73
(sitônikon)
8 236 dr. 4 ob. ¼ ob. 2 ch.

211Les hiéropes ont indiqué un premier total de la caisse publique (κεφαλὴ τοῦ δηµοσίου, l. 68) de 56 248 dr. 3 ob. ½ ob. qui correspond effectivement à l’addition du total de l’encaisse après retraits et du total des entrées de l’année. Puis, après deux lignes rasurées, ils ont indiqué un deuxième total (κεφαλὴ τοῦ ἀργ[υρ]ίου τοῦ δ[ηµοσίου], l. 69), de 28 643 dr. 3 ob. ¼ ob. 1 ch. La restitution de F. Durrbach, τοῦ δ[ηµοσίου], était motivée par la conviction que cette ligne se rapportait tout entière au sitônikon. Mais comme nous l’avons vu, le compte du sitônikon est séparé de celui de la caisse publique, bien que le fonds fasse partie de la caisse de la cité. Pourtant, la formule κεφαλὴ τοῦ ἀργ[υρ]ίου τοῦ δ- invite en effet à restituer δ[ηµοσίου] car on ne la trouve dans les comptes que pour un total de caisse. Pourquoi les hiéropes ont-ils inscrit un second total pour la caisse publique, inférieur de 27 605 dr. au premier ? Ils ont certainement vu que des opérations qu’ils avaient enregistrées dans la caisse sacrée, puis dans la caisse publique, allaient créer des doublons qui étaient de nature à fausser l’évaluation du total et le calcul de la balance du compte.

212En effet, les entrées de la caisse sacrée contiennent cette année-là de nombreux remboursements d’emprunts de la part de la cité. Or le seul retrait mentionné par les hiéropes dans la caisse publique concerne le salaire des aulètes (l. 54-57). Parmi les 38 578 dr. 3 ob. ½ ob. reçues dans l’encaisse du trésor public ou parmi les 17 670 dr. reçues dans l’année, il doit y avoir des sommes qui ont été consacrées au remboursement d’emprunts au trésor sacré. Les chiffres concordent à peu près car les entrées de la caisse sacrée comptent au moins 28 975 dr. de remboursements de prêts alors que la différence entre le premier et le second total de la caisse publique est de 27 605 dr. Ces 27 605 dr. doivent donc être le total soustrait à la caisse publique, dont les hiéropes viennent d’écrire l’inventaire, après les remboursements au trésor sacré. Or si certains remboursements ont été remis aux hiéropes par les trésoriers sur des fonds provenant directement de banques, ils n’ont pas pu être enregistrés par les hiéropes dans l’inventaire de la caisse publique. Ils n’apparaissent donc que dans la rubrique des remboursements de prêts au trésor sacré. Cela explique la différence entre le total des remboursements et le total effectivement soustrait à la caisse publique.

  • 181 Pour la numérotation des jarres, voir le tableau présenté dans Annexe 2.

213Les provenances des jarres corroborent également cette hypothèse. Dans l’inventaire des remboursements à la caisse sacrée, les étiquettes des jarres mentionnent deux banques : celle de Timôn et celle de Hellen et Mantineus. Dans l’inventaire des jarres de la caisse publique, ce sont ces deux banques qui apparaissent aussi sur les étiquettes des jarres. Mais les libellés des jarres, décrivant leur affectation, devaient changer entre le dépôt dans la caisse publique et le remboursement au trésor public. C’était précisément le travail des trésoriers et des banquiers. Ces modifications nous empêchent, la plupart du temps, de reconstituer avec précision le trajet des jarres d’une caisse à l’autre. Toutefois les hiéropes étaient conscients des risques de doublons d’une caisse à l’autre et leurs comptes sont justes. Ainsi, les jarres nos 128 et 129 de la caisse publique, provenant de la banque de Timôn, qui contiennent respectivement 6 000 dr. d’un fonds affecté au grammateion et 6 000 dr. d’un fonds affecté pour les héritiers de Sôsimachos, portent un libellé qui correspond à leur première affectation. Si les trésoriers les ont, sur ordre de l’Assemblée, versées au trésor sacré en les remettant aux hiéropes, elles pourraient constituer la jarre no 21 de la caisse sacrée, elle aussi en provenance de la banque de Timôn, dont le libellé sur l’étiquette indique comme nouvelle affectation le remboursement des prêts que le dieu avait consentis à la cité181. La banque n’avait probablement pas besoin d’intervenir de nouveau dans cette transmission, mais le fait d’indiquer que les sommes provenaient de la banque de Timôn signalait que le montant initial, avec d’éventuelles opérations de conversion, avait été validé par cette banque.

  • 182 Fantasia 1989.

214Le compte de l’année 179 (ID 442) montre également que la balance comptable prenait en considération les mouvements d’un fonds comme le sitônikon qui, d’un montant de 18 560 dr., revenait trois fois dans l’année à l’intérieur de la caisse publique. Dans le compte de la caisse publique, les hiéropes ont inscrit autant de débits et de crédits que de fois où le fonds a circulé. Mais la balance du compte ainsi que le solde transmis, qui inclut en finale le fonds de la sitônia reconstitué à la fin de l’année par les ventes, sont justes et, comme il se doit, n’additionnent pas les rotations du fonds182.

Des acteurs multiples

215Les hiéropes n’étaient pas les seuls acteurs de ce système comptable, même s’ils étaient ceux qui, en définitive, rédigeaient la synthèse.

216Ce système comptable comportait des ramifications qui allaient au-delà de ce que donne à lire la stèle de compte. Il était composé de plusieurs éléments distincts mais communicants :

  • les comptes bancaires dont disposaient le sanctuaire et la cité dans différents établissements extérieurs (les « comptes en banque ») ;
  • les comptes de dépôt de la caisse publique et de la caisse sacrée dans le temple (les « comptes en temple ») ;
  • les comptes des clients (les entrepreneurs pour les travaux, les marchands de blé, les fournisseurs de matériaux), auprès desquels la cité et le sanctuaire avaient des « comptes de marchandises », et qui disposaient peut-être aussi, pour eux-mêmes, de comptes chez des banquiers locaux, au moins afin de profiter des opportunités de change.

217Lorsque la caisse publique remboursait un emprunt à la caisse sacrée, une banque débitait le compte en banque de la cité de recettes perçues et créditait son « compte en temple » de la somme nécessaire (ce que les hiéropes enregistrent dans la rubrique des entrées de la caisse publique reçues des trésoriers en provenance des banques), puis les trésoriers débitaient le « compte en temple » de la cité de la somme nécessaire (ce que les hiéropes notent en soustrayant ce montant au total des avoirs de la caisse publique) et les hiéropes la portaient au crédit du « compte en temple » du dieu (ce que les hiéropes enregistrent dans la rubrique des entrées de l’année pour la caisse sacrée). Lorsque le sanctuaire prêtait de l’argent à la cité pour la sitônia au iiie s., les hiéropes débitaient le « compte en temple » du dieu et les trésoriers créditaient le « compte en temple » de la caisse publique. Ils débitaient ensuite le « compte de marchandise » de la cité au profit du marchand et créditaient ensuite le compte en banque de la cité lorsqu’ils déposaient le montant de l’argent correspondant au grain vendu. Le compte en banque de la cité était ensuite débité pour créditer le « compte en banque » puis le « compte en temple » du dieu au titre du remboursement (tableau 6).

  • 183 Sur la « comptabilité à double entrée » ou « comptabilité en partie double », de Roover 1956, p. 11 (...)
  • 184 L. Pacioli, Summa de Arithmetica, Geometria, Proportioni e Proportionalita, Venise, 1494, IX, 11, 3 (...)

218Ce système ordonné et cohérent, qui procède d’une comptabilité rationnelle, présente de nombreuses affinités avec les principes de la comptabilité en partie double théorisée par le mathématicien franciscain Luca Pacioli au xve s., en ce sens qu’il opère une synthèse entre les différents mouvements de fonds183. L’appellation désigne à la fois la nécessité d’utiliser deux registres (un livre des entrées et des sorties qui constitue un journal de caisse et un livre des créditeurs et débiteurs qui enregistre les correspondants de l’entreprise) et le fait que tout mouvement provoque toujours deux écritures, l’une en crédit, l’autre en débit correspondant184. Les conséquences d’une opération sont alors perceptibles à tous les niveaux et enregistrées, si bien qu’il était possible de procéder à des contrôles d’écriture, mais aussi de mesurer l’évolution des avoirs et les conséquences des choix financiers.

Tableau 6 — Organisation des mouvements de fonds entre les caisses.

Cité Sanctuaire
Compte
en banque
Compte
en temple
Compte de
marchandises
Compte
en banque
Compte
en temple
Compte de
marchandises
Remboursement +
+
Sitônia +
+
+ +

219Cette méthode prenait tout son sens dans le cas de firmes qui associaient des activités différentes tout en ayant besoin de comptabiliser le total des mouvements de fonds des différents acteurs de cet ensemble. Il s’agit de parvenir ainsi à une perception globale du système financier avec lequel fonctionne l’entreprise, en montrant comment et dans quelles proportions l’argent sort des caisses pour entrer sur le marché des transactions.

220Les différences entre la situation délienne et le système des marchands florentins et génois résident finalement dans le rôle des banques : à Délos, les avoirs ne font que transiter par elles alors que le véritable lieu de dépôt de l’argent, pour le sanctuaire comme pour la cité, est le temple. En effet, à aucun moment, dans les archives des hiéropes, la monnaie n’est scripturaire. Il s’agit toujours d’espèces sonnantes et trébuchantes, dûment évaluées et comptées par l’abaque.

  • 185 Minaud 2005 ; Rathbone 1991 à propos des archives du domaine d’Appianus, et le commentaire de Andre (...)

221Ces conclusions rejoignent celles de G. Minaud qui, dans une étude sur la comptabilité romaine, montre qu’il n’y a pas lieu de considérer que la rationalité comptable apparaisse seulement à la Renaissance avec les travaux de Luca Pacioli et les pratiques des marchands florentins et génois185. Les outils mis en œuvre par les Déliens, comme ceux qu’avaient établis certains Romains, permettaient d’établir précisément l’état d’un patrimoine. La richesse créée se trouvait ainsi convertie en unités de compte et sa traduction comptable permettait en même temps une analyse de la gestion. Même si les Déliens n’ont pas gravé, en plus de leurs comptes annuels, de véritables comptes de résultat (c’est-à-dire une analyse comptable des différentes étapes de production de la richesse dans l’exploitation), l’éclairage donné à leurs comptes le permettait : ils pouvaient évaluer la production de l’exercice et la comparer à l’utilisation des stocks, ils pouvaient déterminer la part d’autofinancement et celle des subventions et les mettre en rapport avec les charges, ou encore évaluer une dépense par une analyse des coûts moyens et une connaissance des coûts de revient. Aussi l’organisation de la matière comptable par les hiéropes répondait-elle à une forme de rationalité économique, avec une exigence définie dans un temps et un espace donnés.

Conclusion : les usages de la comptabilité des Hiéropes

  • 186 C’est l’une des thèses défendues par de Sainte-Croix 1956 et souvent reprise depuis. Voir en dernie (...)

222La mise en évidence de la complexité des procédures comptables, peu à peu élaborées et maîtrisées par les Déliens, invite à remettre en cause les interprétations des stèles de compte qui mettent trop exclusivement l’accent sur la nature symbolique de la gravure. En effet, l’apparence matérielle des comptes et inventaires a suscité, chez plusieurs commentateurs, une interprétation qui insiste davantage sur le caractère symbolique de la gravure que sur la valeur des informations qui y sont présentées : la stèle gravée est la manifestation, dans un espace public, de la probité des administrateurs de biens sacrés186.

223L’aspect matériel des comptes ne doit pas, assurément, être dissocié de l’analyse de son contenu. Toutes les faces de la stèle sont exploitées pour la gravure du texte, y compris la tranche, qui, bien souvent, a été gravée elle aussi, faute de place suffisante sur les deux faces principales. Au cours du iie s., l’allongement du texte des comptes conduit même à la fabrication de stèles additionnelles. L’écriture, en petites lettres serrées qui exploitent toute la surface de la pierre, rend la lecture très difficile. Dans la partie relevant du compte comme dans celle relevant de l’inventaire, la répétition d’un texte à l’autre est patente, puisque la liste de l’ensemble des biens monnayés et des collections d’offrandes est reprise chaque année, augmentée des nouvelles offrandes et des nouveaux bénéfices. Il arrive parfois que des informations n’aient pas été reportées sur la pierre, qu’il s’agisse d’un chiffre ou d’un nom pour lesquels le graveur a laissé un espace vide, suscitant chez plusieurs épigraphistes déliens la conviction que ces stèles n’avaient été relues par personne avant l’arrivée des éditeurs du corpus. Bien plus, ces stèles occupaient un espace considérable, véritables monuments épigraphiques qui suscitent des interrogations sur la rationalité d’une telle exposition de blocs de lettres et de chiffres, dont la faible valeur esthétique semble contredire la recherche de splendeur dont témoigne l’alignement des temples et des trésors.

224Cette dimension symbolique, qui n’est certes pas absente de l’action qui consiste à ériger entre les temples et les trésors de tels monuments gravés, n’est toutefois pas au centre du processus, comme le montre un examen attentif de la procédure qui aboutit à la fabrication puis à l’érection de la stèle de compte annuelle.

  • 187 F. Durrbach, ad ID 442, p. 129.

225Ces stèles gravées avaient-elles une utilité immédiate pour la communauté des Déliens ? Force est de constater que les hiéropes ont imposé à leurs graveurs une mise en forme particulière pour les passages qu’ils souhaitaient mettre en évidence. Sur le fragment de compte Γ766γ, la balance de compte est gravée dans une taille de lettres supérieure au reste du texte qui rendait visible à tout public l’information sur le montant de la fortune du dieu et sur son accroissement (fig. 20). Il n’est pas exclu que des chiffres aient été rehaussés de vermillon, comme le révèle, en Attique, l’inscription financière du dème de Rhamnonte (IG I3 248) : F. Durrbach signale des rehauts rouges pour les signes numériques dans le compte de 179, encore visibles sur la face B187. Les nombreuses rasurae que l’on repère sur les stèles gravées portent souvent sur des chiffres et sur des noms, que les hiéropes ont pris soin de faire corriger après la première gravure.

226Parallèlement à la stèle, le deltos qui reprenait les mêmes informations pouvait être utilisé à des fins d’information. En dépit de la rotation des collèges, les hiéropes disposaient d’une information archivée sur les prix payés par leurs prédécesseurs. De façon caractéristique, ils ont parfois omis, dans les comptes, d’indiquer le montant total payé pour tel achat (c’est par exemple fréquemment le cas pour les achats de poix) mais ils ont généralement inscrit le prix unitaire. Les lignes 67-68 du compte de 279 (IG XI 2, 161, A) sont emblématiques de cette pratique, ici dans le cas d’un achat de clous. Le total payé n’est pas mentionné mais la mention du prix unitaire de la mine de clous figure dans une rasura, comme si cette indication avait été jugée assez importante pour remplacer sur la stèle l’indication du total payé : ἥλων πα[ρὰ] Δεξίου εἰς τὰς πυλίδας µναῖ πέντε· ἡ µνᾶ Image .

  • 188 Voir par exemple la liste établie par Feyel 2006, p. 487-489. Il considère que ces mentions témoign (...)
  • 189 Chankowski 2008b, p. 91. Voir également infra p. 263.
  • 190 Grenier 1987 au sujet des mercuriales et de leur usage dans l’organisation de la demande.

227Les hiéropes font de même pour les contrats de fourniture de différents matériaux, en indiquant des prix au détail, alors qu’il aurait suffi, d’un point de vue comptable, d’indiquer le coût total imputé à la caisse sacrée188. Au début du iie s., la forme de rédaction des comptes mensuels est réorganisée et fait apparaître plus clairement les prix mensuels d’achats récurrents, tels l’huile, le bois de chauffage, la poix, les porcelets destinés aux sacrifices189. Les instances civiques, par l’intermédiaire des comptes des hiéropes avaient donc une connaissance des prix moyens et des cours, en même temps que des fournisseurs, qui leur permettait de faire autorité dans les transactions. Sans fonctionner à proprement parler comme des mercuriales, les comptes des hiéropes produisaient un effet qui n’en était pas très éloigné190. L’information qui y était rassemblée pouvait être employée à des fins de « gouvernance », pour employer un vocabulaire très contemporain, à tout le moins être utilisée par les hiéropes et les membres du Conseil lorsqu’ils avaient à prendre une décision financière. Elle permettait d’une part aux administrateurs de gérer les deux caisses comme un budget élaboré à partir de l’évolution de comptes distincts et non simplement comme des flux de trésorerie ; elle donnait d’autre part, de collège en collège, des indications à court et moyen terme sur l’évolution des coûts et des fournisseurs de matériaux dont le besoin était récurrent dans l’île.

228La construction comptable à laquelle étaient parvenus les Déliens reflète également une situation juridique et institutionnelle qui paraît, au premier abord, inhabituelle dans le monde grec. L’association de la caisse publique et de la caisse sacrée va à l’encontre de la tripartition reconnue usuellement dans les sociétés anciennes entre le public, le privé et le sacré. L’analyse de la composition de la caisse sacrée et de la caisse publique, au chapitre suivant, l’illustrera encore davantage.

Notes

1 Vial 1984, p. 216-232.

2 Chankowski 1997b.

3 Chankowski 2008a.

4 Une dédicace de garnisaires athéniens à Démétrios de Phalère (IG II2 2971), d’abord datée peu avant 315 et mentionnant sa victoire à la course de chars des Délia, a été repoussée aux années 250 d’après des critères paléographiques : Tracy 1995a et Tracy 1995b, p. 41-46 ; Habicht 2006, p. 171-173 (c’est la version française de 2006 qui sera utilisée dans ce livre, plutôt que la version allemande de 1995, car l’édition de 2006 contient les mises à jour les plus récentes). La chronologie du personnage est discutée dans Oetjen 2000. Les Délia mentionnés dans la dédicace doivent alors être ceux de Béotie : Brélaz, Andreiomenou, Ducrey 2007, n. 138. Il faut donc corriger sur ce point Chankowski 2008a, p. 220-221, et Bruneau 1970, p. 81.

5 Herbin 2014.

6 Hypothèse développée par Fr. Queyrel dans Marcadé 1996, p. 84, et Queyrel 2016, p. 148-150.

7 Coarelli 2016, p. 177-202, et le compte rendu de Chankowski 2018c.

8 Chankowski 2008a, p. 249-257.

9 Chankowski 2008a p. 256-257.

10 Sur la Ligue, qui n’est connue que par quelques inscriptions, voir en particulier Merker 1970 et Constantakopoulou 2017, p. 31-56. L’inscription qui atteste le contrôle antigonide sur la Ligue des Nèsiotes est le décret des Insulaires établissant des Demetrieia en alternance avec des Antigoneia déjà existants (IG XI 4, 1036), daté de peu après 306.

11 Merker 1970, p. 141-142 n. 2 ; Buraselis 1982, p. 41-44, 60-67 ; Billows 1990, p. 220-225.

12 Chankowski 2008a, p. 249-258 et p. 370-376, sur la complexité des liens entretenus par les Déliens avec les Athéniens.

13 Milet I, 3, 123, l. 2-4 : ἡ πόλις ἐλευθέρα καὶ αὐτόνοµος ἐγένετο ὑπὸ Ἀντιγόνου καὶ ἡ δηµοκρατία ἀπεδόθη. Également Didyma 358, l. 5-6.

14 Vial 1984, p. 91-92.

15 Chankowski 2008a, p. 151 et 188.

16 Voir infra p. 15 et chapitre III p. 140.

17 Habicht 2006, p. 81.

18 Errington 1977, p. 496 ; Tréheux 1948, p. 1031 ; Habicht 2006, p. 81 et n. 75.

19 Tréheux 1948, p. 1029-1031, et Tréheux 1976, p. 88 n. 20.

20 Chankowski 2008a, p. 198, 220 et 235-257.

21 Habicht 2006, p. 87 n. 9.

22 Voir supra p. 11 et n. 7 (Coarelli 2016 et Chankowski 2018c).

23 Voir en Annexe 1 la fiche du compte IG XI 2, 135.

24 Voir pour l’argumentation détaillée infra chapitre III p. 139-140.

25 Chankowski 2008a, p. 311-314 et 352-377. Ces 12,5 talents représentent le capital minimal que le sanctuaire devait mettre en circulation sous forme de prêts pour assurer, grâce au revenu procuré par les intérêts, le financement des Délia pentétériques.

26 Chankowski 2008a, p. 319-320.

27 Chankowski 2008a, p. 312.

28 Migeotte 1984, p. 161-166, avec la bibliographie indiquée dans les notes et la discussion sur le sens du terme Dèlioi (en particulier p. 164) ; Reger 1994a, p. 37-39 ; Gabrielsen 2005, p. 152-156 ; Migeotte 2014, p. 622-623.

29 Sur les exigences fiscales de Démétrios, Wehrli 1968, p. 100. J. Delamarre (Delamarre 1904) affecte au tribut de Démétrios la raison de toutes les dettes des Insulaires à cette période, mais L. Migeotte (Migeotte 1984, p. 165) exprime une opinion plus nuancée.

30 Migeotte 1984, p. 166-194.

31 Voir infra chapitre II.

32 Migeotte 1984, p. 147-148 et 156-157.

33 Pour L. Migeotte (Migeotte 1984, p. 157), il s’agit de plusieurs prêts différents et non d’un seul car l’établissement de contrats de prêts ne serait pas attesté pour le ive s. Pourtant, la documentation ne permet pas une telle affirmation : voir les objections de Vial 1988, p. 58.

34 Larsen 1938, p. 337-343 ; Gabrielsen 2005, p. 154.

35 Bogaert 1968, p. 137-138.

36 Le texte est commenté par Migeotte 1984 no 117, p. 345-347, qui cite la bibliographie antérieure. Sur l’identification avec Karystos d’Eubée, voir Bresson 2008, p. 186-188.

37 Trad. d’A. Bresson (Bresson 2008, p. 186) légèrement modifiée.

38 Bravo 1980, p. 818 ; Vélissaropoulos 1980, p. 152, à propos de l’expression κατάγειν : « mettre l’embargo sur un bâtiment, soit pour l’obliger à aborder, soit pour l’empêcher de partir ».

39 Bravo 1980, p. 695.

40 Gabrielsen 2005, p. 154.

41 IG XII 6, 1, 11, l. 40-49.

42 Vial 1984, p. 132-137 et stemma XVI ; Vial 2008, s.v. Mnèsalkos est aussi le proposant d’un décret honorifique pour un Athénien (IG XI 4, 558) et d’un autre décret honorifique fragmentaire (IG XI 4, 560).

43 Gabrielsen 2005, p. 154. Voir infra sur la question des prodaneistai.

44 Voir également l’hypothèse de restitution de la dédicace de l’Artémision hellénistique dans Moretti 2012, p. 435-436.

45 Sur la signification de la propriété sacrée et la forme juridique de la tutelle exercée par les cités, voir également Rousset 2013, en particulier p. 125-130. Dans le même sens qu’à Délos, par exemple, une inscription de Thespies donne comme intitulé d’un inventaire hιερὰ χρέµατα Θεσσπιέων, « les biens sacrés des Thespiens » (P. Roesch, Inscriptions de Thespies 38, l. 2-3, en ligne. URL : http://www.hisoma.mom.fr/production-scientifique/les-inscriptions-de-thespies).

46 Malgré Migeotte 1984, p. 347, n. 6 : « Δήλιοι pourrait désigner le sanctuaire […], mais cette interprétation est peu probable, d’abord parce qu’il serait inhabituel de voir les autorités déliennes procéder à des saisies, ensuite parce que le sanctuaire a mis fin, à partir de 314, à ses prêts extérieurs ».

47 Chankowski 2002 ; infra p. 140-142.

48 Chankowski 2008a, p. 328-329 et 337. C’est aussi l’interprétation que retient Migeotte 2014, p. 623.

49 Voir infra p. 137-144 à propos de l’argent de la Minoé.

50 Cette inscription (= OGIS 773) est considérée comme la première attestation du contrôle ptolémaïque dans les Cyclades et sur la Ligue des Insulaires avec l’éviction de Démétrios Poliorcète.

51 Sur ce personnage, voir Bagnall 1976, p. 137-138. Débiteur du sanctuaire délien, il est nommé nèsiarque dans une inscription de Cyzique qui rappelle que les Pariens lui avaient offert une statue honorifique (Froehner 1865, no 97 ; Michel 1900, no 534). Durrbach 1921-1922, p. 29-30 (suivi par Merker 1970, p. 152-153) le considère comme un officier antigonide mais sans tenir compte des attestations alléguées ensuite par Bagnall.

52 Bogaert 1968, p. 138, n. 58.

53 Sur les prêts d’Hermionè et Péparèthos, qui remontent plutôt à la période classique, voir supra p. 17. Seuls deux étrangers apparaissent parmi les particuliers débiteurs d’Apollon au cours du iiie s. Ils sont probablement domiciliés à Délos car leurs garants sont Déliens : Apollodôros de Cyzique (Bogaert 1968, p. 145) et Xénon d’Hermionè (Lacroix 1932, p. 521-522).

54 Sur ce montant de 10 %, Migeotte 1984, p. 153, n. 22, et p. 386-387.

55 Voir en particulier le jugement de Bogaert 1968, p. 141.

56 Chankowski 2008a, p. 283.

57 Bogaert 1968, p. 126-168 ; Vial 1984, p. 357-384, et Nouveau Choix, p. 258-262 ; Migeotte 1984, p. 141-165, 345-346 ; Migeotte 2013 ; Migeotte 2014, p. 615-633. Voir également les très utiles tableaux de concordances des dettes établis par Schulhof 1908, p. 460.

58 Vial 1984, p. 100-101, 105-106 et 144-146 ; sur la responsabilité des prytanes, voir les nuances apportées dans Vial 1997, p. 337-343.

59 Migeotte 2013, p. 320.

60 Bogaert 1968, p. 134-136 ; Vial 1984, p. 110 et 120 (sur le rôle du secrétaire de la cité, qui n’est pas un employé contrairement au secrétaire des hiéropes, et joue un rôle financier important).

61 Voir le répertoire des emplois constitué dans Migeotte 1980a.

62 Bogaert 1968 p. 134-135 : « Les προδανεισταί étaient des citoyens qui signaient le contrat et qui s’engageaient comme s’ils empruntaient eux-mêmes. Ils répondaient donc de la cité envers le temple » ; Vial 1984, p. 110-113.

63 Voir supra p. 18-20.

64 Gabrielsen 2005, p. 151-156.

65 Voir infra chapitre V sur l’économie et les possibilités de crédit à Délos.

66 Bogaert 1968, p. 136, mais sur le paiement des intérêts, voir les remarques de Cl. Vial dans Nouveau Choix, p. 258-262.

67 Seuls deux étrangers apparaissent parmi les particuliers débiteurs d’Apollon au cours du iiie s. : Apollodôros de Cyzique (Bogaert 1968, p. 145) et Xénon d’Hermionè (Lacroix 1932, p. 521-522).

68 Bogaert 1968, p. 145.

69 Bogaert 1968, p. 144.

70 Voir infra chapitre V p. 240-241.

71 Ces aménagements sont l’un des sujets majeurs de la thèse de J. Tréheux (Tréheux 1959).

72 IG XI 2, 161, A, l. 89 ; IG XI 2, 224, A, l. 26 ; IG XI 2, 287, A, l. 43 et l. 76.

73 Schärlig 2001 ; Faraguna 2008.

74 Bogaert 1968, p. 281-288. Voir également les représentations de prêtres et prêtresses avec comme attribut la clé du trésor du temple : von den Hoff 2008 ; Conelly 2007.

75 Les sources oratoires attiques témoignent par ailleurs de cas où des particuliers conservent une partie de leur fortune chez eux : Lysias, Contre Diogiton, 5, et Contre Éatosthène, 11.

76 Vial 1984, p. 225.

77 Chankowski 2008a, p. 154-162.

78 Chankowski 2008a, p. 162.

79 Voir GD 13, p. 185 ; Vallois 1944, p. 26 ; Courby 1931, p. 230.

80 Voir aussi à ce sujet Moretti 2012, p. 437.

81 Le rôle du Prytanée comme lieu d’hébergement de certains fonds monétaires, en particulier des capitaux de fondation, a été envisagé à cause de la dénomination d’un fonds regroupant plusieurs capitaux de fondation sous la dénomination d’histiatikon ou hestiatikon : F. Durrbach, commentaire à ID 320 p. 93, pense que cette dénomination est synonyme du fonds prytanikon ; contra Bogaert 1968, p. 157, qui considère que les capitaux de fondation circulaient : « il était peu indiqué de les appeler d’après un édifice où ils n’ont pas ou pour très peu de temps seulement été conservés ». Sur le Prytanée, voir Étienne 1997 : la salle E, qui est peut-être l’archeion, se prêtait au logement des archives, mais aucun dispositif ne se laisse percevoir pour l’argent. Il est vrai que l’édifice a connu de nombreux remaniements. Voir infra chapitre III p. 116-117 à propos du fonds prytanikon, et p. 132-133 à propos des capitaux de fondation et de l’appellation d’histiatikon ou hestiatikon qui est sans rapport avec le Prytanée.

82 Voir chapitre III p. 158.

83 Voir le dernier bilan sur ce monument par J.-Ch. Moretti (Moretti 2012).

84 Voir GD 46, p. 207-209 ; Vallois 1966, p. 47-49.

85 Moretti 2012, p. 430 et 434.

86 Moretti 2012, p. 430-435.

87 Voir infra p. 34.

88 Sur les inventaires de jarres athéniens, voir infra p. 99-101 et chapitre IV p. 182-184.

89 Voir chapitre II p. 106.

90 Prêtre 1999.

91 Voir l’étude de Kaminski 1991 qui étudie principalement les dispositifs de troncs à offrandes, bien différents des caisses.

92 IG XI 2, 161, A, l. 89 ; IG XI 2, 224, A, l. 26 ; IG XI 2, 287, A, l. 43 et l. 76.

93 Voir infra chapitre IV p. 183.

94 Voir Annexe 2 pour le détail de l’inventaire des jarres de la caisse sacrée et de la caisse publique.

95 Le transport de l’argent dans des sacs était un usage habituel mais le terme κυνοῦχος est rare et ne se trouve employé que dans un papyrus de Zénon, au revers d’un compte monétaire dans lequel il est question de change entre or et argent (ἔµβληµα ἐκ τοῦ κινούχου, P.Cair.Zen I, 59022). Sur les modes de transport de l’argent, Callataÿ 2006b, qui omet toutefois de citer ce terme. Voir infra chapitre III p. 138.

96 Sur le fonds ancien, voir infra chapitre III et tableau 29, p. 137-138.

97 Voir infra p. 61-65.

98 Voir infra chapitre IV p. 182 sur la composition du trésor en numéraire et sur les inventaires de jarres des Athéniens.

99 Sur cette tansition, voir infra chapitre II p. 99-101.

100 IG I3 387, l. 16.

101 IG II2 1388, l. 73-75.

102 IG II2 1445, l. 22.

103 Rapin 1983, p. 351-359.

104 Herzog 1932, p. 36.

105 Vial 1984, p. 145, 210-211, 225, et Vial 1997 sur le rôle des prytanes.

106 Sur les banques, voir infra chapitre IV p. 228-234.

107 Voir infra chapitre III p. 107.

108 Sur le rôle centralisateur de la caisse d’Apollon, voir infra chapitre II p. 106.

109 Courby 1931 mentionne brièvement ce passage entre les temples, p. 1 : « Le Grand Temple, situé un peu à l’écart des deux autres, était séparé du temple voisin par un passage, qui mesurait 5 mètres avant qu’il fût rogné, sur les deux bords, par deux rangées de stèles, dont on voit encore quelques supports ». Également p. 107 et pl. II.

110 La pierre a été trouvée en remploi dans un monastère myconiate. Cf. les lemmes de F. Durrbach et de P. Roussel at ID 380 et ID 1511.

111 Chankowski 2013, p. 923-925. L’activité de gravure est répertoriée dans le catalogue des artisans établi par Feyel 2006, p. 377-379 avec les tableaux 9 et 10. Les montants retenus ici sont uniquement ceux pour lesquels les hiéropes ont précisé qu’il s’agissait de la stèle de comptes.

112 Chankowski 2008a, p. 119-120.

113 À partir des comptes de construction d’Épidaure, A. Burford estime par exemple à 10 talents éginétiques le coût des Propylées du sanctuaire d’Asclépios (The Greek Temple Builders at Epidauros, Liverpool [1969], p. 81-83).

114 Feyel 2006, p. 378-379.

115 Vial 1984, p. 216-231, sur les tâches des hiéropes.

116 Cette étude reprend et complète Chankowski 2008b et Chankowski 2013.

117 Nous savons peu de choses sur les modalités de contrôle et de reddition des comptes à Délos. Voir Vial 1984, p. 102 et 158-161, sur les tâches des logistes ; Fröhlich 2004, p. 80 et 270-271, sur l’affichage des comptes mensuels qui témoigne de l’existence d’un contrôle périodique et sur la question de savoir si le Conseil contrôlait, plutôt que les logistes, les comptes des magistrats en cours d’année. L’un et l’autre considèrent que l’affichage mensuel portait sur l’ensemble de la comptabilité. De même Migeotte 2008a, p. 62-63.

118 Migeotte 2008a, p. 62 : « Les hiéropes affichaient tous les mois à l’agora l’état des fonds sacrés sur des tablettes ou des placards nommés péteura, deltoi ou leukômata » ; p. 73 : « cette étape pouvait être l’occasion de mettre les informations en ordre en vue de la synthèse finale » ; Davies 2003 ; Faraguna 2013b, p. 167 ; Epstein 2013, p. 132. Pour un résumé des débats sur l’archivage antique, voir Boffo 1995 et Sickinger 1999, p. 64-72. Une première analyse des supports d’écriture se trouve chez Wilhelm 1909, p. 239-257, reprenant pour Délos la description donnée par Homolle 1887, p. 13. Posner 1972 reprend également l’analyse des supports d’écriture.

119 δέλτου κυπαρισσίνης : ID 372, A, l. 116 ; ID 440, A, l. 47.

120 L. 48 : [γ]ράφουσιν ἔχοντας εἰς τὴν στ[ήλην] : Chankowski 2001 (SEG LI, 1001). Ce texte aurait dû être mentionné par Harris 2013 à propos de l’archivage des documents judiciaires.

121 Andreau 1996.

122 Sur cette pratique, courante dans l’administration athénienne d’époque classique, voir Kahrstedt 1938.

123 Vial 1984, p. 111. Il reste toutefois difficile de déterminer quel était le lieu de dépôt : cf. Vial 1984, p. 102-103 et n. 38, à propos de l’erreur d’interprétation de J. H. Kent et de E. Ziebarth qui ont considéré que le lieu de dépôt était la caisse sacrée, suivant une interprétation d’A. Wilhelm (Wilhelm 1935). Dans le texte de la Hiéra Syngraphè de Délos, un passage restitué par A. Wilhelm (d’après un passage d’un décret attique du dème d’Halai, du ive s. [IG II2 1174, l. 4-7], publié et restitué par Wilhelm lui-même) aurait mentionné, selon ce savant, l’obligation faite aux hiéropes de déposer leurs comptes mensuels dans un coffre réservé aux documents et conservé par le Conseil (ID 503, l. 29-30). Mais Cl. Vial a montré qu’il s’agit dans ce passage d’argent et non d’archives : voir infra p. 50. Sur d’autres mentions de dépôt des comptes mensuels dans un coffre, voir Fröhlich 2004, p. 269-270. À Délos, plusieurs sources épigraphiques signalent des copies déposées dans un temple (ID 73 : un texte d’Éphèse est exposé dans le sanctuaire d’Apollon avec une copie déposée dans le temple d’Artémis ; IG IX 4, 1029 : fin d’un décret prévoyant l’exposition d’une loi dans le sanctuaire d’Apollon et la conservation de sa copie dans le temple d’Aphrodite ; ID 365, l. 23-24 : conservation des copies des contrats et cautions dans le sanctuaire).

124 IG XI 2, 269, ab, l. 14 ; 290, l. 105 ; ID 442, A, l. 180 ; 456, B, l. 4 ; 459, l. 43 ; SEG XXXV, 882, A, l. 2.

125 Vial 1984, p. 144-145. Voir infra p. 47 à propos du fonds de roulement.

126 Lorsqu’il désigne un support d’écriture, le mot est essentiellement employé dans les inscriptions de Délos. On en trouve seulement deux autres attestations en ce sens, à Érythrée et à Oropos : IErythrai 10, l. 11 ; IG VII 235, l. 42 (V. Petrakos, Oropos, 277).

127 Par exemple IG XI 2, 287, A, l. 42 et l. 71 ; ID 316, l. 70 ; ID 338, A, l. 19 et l. 54 ; ID 372, A, l. 75, 103 et 116 ; ID 442, A, l. 200 et l. 204.

128 Le lieu de conservation de ces registres ou de leurs copies est désigné comme étant « le sanctuaire » dans un compte de dépenses de construction de la Salle hypostyle en 208 (ID 365, l. 23-24 : τάδε ἀνήλωται, τοῦ δήµου ψηφισαµένου καὶ τοῦ ἀρχιτέκτονος Γόργου [ἀ]πο[δ]εξα[µέν]ου τὰ ἔργα καὶ κελεύοντος, κατὰ [τὰ]ς συγγραφὰς καὶ τὰς διεγγυήσεις, ὧν τὰ ἀντίγραφά ἐστιν ἐν ἱερῶι).

129 Vial 1988.

130 ID 1449, Aab, II, l. 29-31 (= ID 1450, A, l. 104-105) : γραµµατείδιον δίπτυχον λελευκωµένον ἐν ὧι ἔστιν τὸ [δάνεισµα] τὸ Δηλίων ὃ ἔφασαν δανεῖσαι Ἑρµιονεῦσιν καὶ ἡ συγγραφὴ ἡ κατὰ Ἑρµιονέων [γεγραµ]µένη· Sur ce prêt, voir Migeotte 1984, p. 157, qui considère que les prêts du ive s. n’ont pas fait l’objet d’un contrat écrit, et les objections de Vial 1988, p. 58.

131 L’étude de Glotz 1929 rassemble les références tirées des comptes des hiéropes.

132 Voir à ce sujet Schärlig 2001 et Chankowski, Minaud 2014.

133 Parker, Obbink 2000, no 1, l. 16-24.

134 Bogaert 1968, p. 170-175.

135 Chankowski 2014a et infra p. 228, sur les pratiques monétaires.

136 Chankowski 2011a, p. 382-384.

137 De Sainte-Croix 1956.

138 Tréheux 1959, p. 126-127, 239, 274-275 ; Vial 1988, p. 60 ; Migeotte 2008a, p. 59-76.

139 Bogaert, 1968, p. 378-380.

140 Andreau 1996 présente une utile synthèse des connaissances et mentionne les divergences d’interprétation ; également Andreau 1994 ; Minaud 2005.

141 Rathbone 1991.

142 Vial 1984, p. 225-226.

143 Vial 1984, p. 145 ; Bogaert 1968, p. 172-174.

144 Vial 1984, p. 144.

145 Tréheux 1944-1945, p. 284-289.

146 Tréheux 1991, p. 350.

147 Annexe 2 : tableau des jarres de la caisse sacrée.

148 On suggèrera de ce fait de restaurer plutôt περιὸν que λοιπὸν dans ID 461, Ab, l. 55.

149 Voir par exemple le cas du contrat d’Ophélion : ID 290, A, l. 240-244 ; Chankowski 2018b.

150 Migeotte 2008a, p. 69-70, et Migeotte 2014, p. 593-594. Mais sa conclusion est inexacte en ce qui concerne le bilan fourni par les hiéropes car celui-ci intègre a posteriori le solde du fonds courant. La séparation entre les deux parties n’est donc pas totale : voir infra p. 52.

151 Tréheux 1944-1945, p. 284-295.

152 Vial 1984, p. 102-103.

153 Pernin 2014, no 64 p. 179-182, donne une relecture plus fragmentaire du texte : εἰσφέρειν δὲ τοὺς ἱεροποιοὺς […….]Π[..] πάντων τὰς τοῦ µηνὸς ἐν τοῖς ἱεροῖς τεµένεσιν εἰς [..]ΝΚ[…]ΤOΝ [τὸ µίσ]θωµα ἅπαν τὸ γινόµενον τῶι θεῶι κατὰ τὴν συγγραφήν·, « que les hiéropes reversent … de toutes les ( ?) du mois, dans les domaines » et rattache le second membre de la phrase à ce qui suit (« quant au loyer qui revient tout entier au dieu conformément à la syngraphè, si les preneurs ne le versent pas dans les délais fixés »), ce qui est douteux étant donné la place de la particule δὲ à la l. 30.

154 Tréheux 1991b.

155 Tréheux 1944-1945, p. 293-295.

156 Voir infra p. 228 à propos du rôle des banques.

157 Chankowski 1998, p. 234-236.

158 Bogaert 1968, p. 175. Sur l’unité de compte dans la comptabilité des hiéropes, Tréheux 1992b. Voir infra chapitre IV à propos des usages monétaires et Chankowski 2014a.

159 Sur ce point, Chankowski 2002 et infra chapitre III p. 133-147.

160 Voir supra p. 32 sur la conservation de l’argent.

161 Moretti 2012 et supra p. 26-35 sur la conservation de l’argent.

162 Vial 1984, p. 171.

163 Chankowski 2008a, p. 334, à propos de ID 444, A l. 56.

164 Infra chapitre II p. 71.

165 Voir supra p. 49.

166 Chankowski 2008b, p. 85-87 ; Chankowski 2014a, p. 543.

167 Migeotte 2014, p. 656, continue à refuser l’idée d’une addition des deux caisses, que le texte des comptes prouve pourtant de manière explicite et avérée.

168 Voir infra chapitre III p. 174.

169 Voir supra p. 49.

170 Fantasia 1989, en particulier p. 50-52. Infra chapitre III à propos du détail des dépenses de la caisse publique.

171 Bogaert 1968, p. 131-153 ; Migeotte 1984, p. 156.

172 Voir infra chapitre III p. 173-178 pour le détail de l’organisation de ces différents fonds.

173 Vial 1984, p. 210 et 278. Le développement des politiques d’achat de grain public n’est sans doute pas étrangère à cette modification : voir infra chapitre III p. 163-168.

174 L. Migeotte s’est opposé à plusieurs reprises à cette idée d’une unité de la caisse sacrée et de la caisse publique (voir en dernier lieu Migeotte 2014, p. 595 et n. 23), mais force est de constater que les documents comptables déliens confirment cette interprétation, que je maintiens ici. Cf. Chankowski 2008b, p. 86.

175 Le cas de Silènos, banquier et hiérope à Délos, en est un exemple : Chankowski 2008b, p. 88-89. De telles interférences semblent beaucoup moindres dans le monde romain entre le domaine des finances publiques et l’activité des financiers, en dépit des rapports d’affaires existant entre les financiers des diverses catégories : Andreau 2001, p. 112-124.

176 Minaud 2005, p. 119-150.

177 Au cours de l’époque républicaine selon Petrucci 1991, p. 21-14 et 87 ; dans le courant du iie s. selon Andreau 1987, p. 615-631 ; Andreau 1994, p. 5 et n. 12.

178 Vial 1984, p. 105-110, souligne l’importance des fonctions financières du Conseil et son rôle actif dans la gestion des affaires de la cité et du dieu : « Délos n’avait, certes, ni forces armées à entretenir, ni expéditions à organiser, ni magistrats innombrables à tenir en main, mais elle avait des caisses à gérer, du blé, du marbre et du bois à acheter, des capitaux à placer, des terres et des maisons à exploiter, des bâtiments à construire et à réparer, de la vaisselle précieuse à conserver. Elle menait à bien cette tâche lourde et complexe grâce à un petit nombre de magistrats et grâce à un Conseil qui les contrôlait, tout en accomplissant lui-même une partie du travail » (p. 127).

179 Sur le peu de scrupules des Déliens à utiliser la fortune du sanctuaire à l’avantage de leur cité, voir déjà Bogaert 1968, p. 292-293 ; Vial 1984, p. 373-383.

180 Le total exact est de 82 395 dr. 2 ob. ½ ob. et 3 ch. = ¼ ob.

181 Pour la numérotation des jarres, voir le tableau présenté dans Annexe 2.

182 Fantasia 1989.

183 Sur la « comptabilité à double entrée » ou « comptabilité en partie double », de Roover 1956, p. 118-123 ; Minaud 2005, p. 32-44.

184 L. Pacioli, Summa de Arithmetica, Geometria, Proportioni e Proportionalita, Venise, 1494, IX, 11, 36 : « Tutte le partite che se mettono al libro hano a essere doppie, cioè se tu fai uno criditore al si fare uno debitore ».

185 Minaud 2005 ; Rathbone 1991 à propos des archives du domaine d’Appianus, et le commentaire de Andreau, Maucourant 1999, ainsi que le dossier consacré à la rationalité économique dans Topoi 12-13 (2005) avec les articles de A. Tchernia, D. Rathbone, G. Minaud, J.-M. Carrié, J. Andreau, J. Lautman.

186 C’est l’une des thèses défendues par de Sainte-Croix 1956 et souvent reprise depuis. Voir en dernier lieu, à propos des comptes financiers du Parthénon et d’Éleusis, cette même interprétation chez Epstein 2013 (« The Parthenon inscriptions as we have them are hardly a convenient tool for democratic accountability », p. 132) et Faraguna 2013b (« it was conceived as an anathèma, a dedication to Athena », p. 166-167). L’idée d’une dimension symbolique de la gravure à Délos apparaît surtout à propos des inventaires d’offrandes : Linders 1988 ; Vial 1984, p. 222, citant Tréheux 1959, p. 268-275, à propos de la gravure des inventaires d’offrandes : « Selon lui, l’érection de la stèle et la publication de l’inventaire avaient une valeur principalement symbolique et étaient une manifestation de la piété des hiéropes et de la cité au nom de laquelle ils agissaient ». Également Tréheux 1988.

187 F. Durrbach, ad ID 442, p. 129.

188 Voir par exemple la liste établie par Feyel 2006, p. 487-489. Il considère que ces mentions témoigneraient de rabais consentis par les artisans, ce qui paraît peu probable, car en contradiction avec l’objectif poursuivi par les hiéropes en mentionnant les prix à l’unité. En revanche, c’est le procédé de vente qui explique probablement le raisonnement des hiéropes : la plupart des produits étaient achetés par des ventes aux enchères et les hiéropes devaient se donner ainsi les moyens de mener la négociation entre le prix de détail et le prix de gros, en indiquant l’équivalent du prix unitaire obtenu dans une vente (Chankowski 2012, p. 31-52).

189 Chankowski 2008b, p. 91. Voir également infra p. 263.

190 Grenier 1987 au sujet des mercuriales et de leur usage dans l’organisation de la demande.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5604/img-1.png
Fichier image/png, 269k
Titre Fig. 1 — Le dispositif du thésauros de l’Asklépieion de Cos.
Crédits Reproduction de Herzog 1932, p. 36, fig. 25 et 26.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5604/img-9.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 2 — Vue du passage entre le Grand Temple et le Temple des Athéniens.
Crédits Cl. EFA/Ch. Gaston
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5604/img-10.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 3 — Bases pour l’encastrement des stèles de comptes.
Crédits C. de l’auteur
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5604/img-11.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 4 — Organisation des différents registres et documents contribuant à l’élaboration de la stèle de compte annuelle.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5604/img-14.png
Fichier image/png, 255k

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search