Version classiqueVersion mobile

Parasites du Dieu

 | 
Véronique Chankowski

Introduction

Texte intégral

1La richesse du sanctuaire d’Apollon délien et des Déliens avait, dès l’Antiquité, suscité bien des jalousies, mais finalement peu d’intérêt des chercheurs. Depuis Les archives de l’Intendance sacrée de Théophile Homolle à la fin du xixe s., bien des épigraphistes ont exploité la documentation délienne comme source secondaire pour analyser la société et les institutions déliennes, l’économie insulaire, l’activité agricole et pastorale des Cyclades, l’artisanat de la construction, tandis que les richesses monétaires d’Apollon restaient elles-mêmes peu explorées. La documentation, certes, apparaît au premier abord austère, même si la lecture des comptes illumine d’une foule de petits détails de vie quotidienne l’alignement des inscriptions.

2L’enjeu de cette recherche était donc de comprendre l’élaboration et le développement de la prospérité délienne, d’en mesurer les effets sur la croissance visible de l’île d’Apollon au fil des siècles. Pour ce faire, il fallait envisager les sources dans leur continuité, sans s’arrêter aux ruptures politiques et institutionnelles, depuis les actes des fonctionnaires athéniens du ive s. jusqu’à ceux du iie s., en passant par les comptes des hiéropes qui, entre deux dominations athéniennes, constituent l’intermède le plus riche d’informations.

  • 1 Chankowski 2008. Étant donné qu’il n’existe, aux ve et ive s. à Délos, aucune « amphictionie » en c (...)

3Cet ouvrage s’inscrit dans le prolongement de l’étude que j’ai consacrée à l’administration du sanctuaire délien à l’époque classique1. L’analyse de la construction administrative élaborée par les Athéniens à partir du ve s. m’avait alors permis de comprendre qu’il fallait chercher dans cette première période de domination athénienne les fondements de la prospérité du sanctuaire délien, qui est en même temps à l’origine de la prospérité de l’ensemble de l’économie délienne. Les administrateurs athéniens ont en effet institué un système de gestion rationnelle des avoirs du sanctuaire, qu’il est possible d’examiner en détail grâce à la richesse des informations fournies par les inscriptions comptables. Tout en établissant une organisation administrative, ils se sont aussi forgé un outil financier performant, au service de la puissance athénienne en mer Égée.

4Il était dès lors intéressant de chercher à comprendre le devenir de ce système administratif après le départ des Athéniens, à partir de l’indépendance de Délos qui, en 314, voit le sanctuaire passer sous l’entière responsabilité de la cité délienne. Comme on pouvait s’y attendre, les Déliens héritent de l’organisation instaurée par les Athéniens et la font en grande partie perdurer, mais ils introduisent aussi un certain nombre de modifications, tant dans la gestion des biens sacrés en elle-même que dans la rédaction des documents administratifs. Entre la fin du ive s. et le milieu du iie s., ils ont cherché à mettre en adéquation l’administration du sanctuaire avec leur nouvelle situation politique, mais tout autant à l’adapter à un monde qui, autour d’eux, changeait. Les actes administratifs de la seconde domination athénienne, à partir de 166, rendent compte à leur tour des évolutions accomplies et je me suis efforcée, autant que la documentation épigraphique et, dans une moindre mesure, archéologique, le permettait, de ne pas limiter cette étude à la seule période de l’Indépendance mais de l’étendre sur le iie s.

  • 2 Ainsi que le montre l’ouvrage de Cl. Vial sur la cité délienne de l’Indépendance (Vial 1984).

5Les comptes déliens sont en définitive le meilleur livre d’histoire de Délos. Ils peuvent être lus à la fois comme des archives financières qui nous fournissent un état de la fortune sacrée et de son évolution sur trois siècles, entre le ive et le iie s., mais également comme le témoignage de la lente et complexe adaptation d’une société aux évolutions monétaires, financières et économiques que connaissait le monde égéen de l’époque hellénistique. Le sanctuaire apparaît bel et bien comme une ressource exceptionnelle pour la cité de Délos qui en avait la charge. Celle-ci a pris régulièrement des décisions qui reflètent des enjeux qui la dépassent : elle ne fait que réagir à un contexte politique, social, économique tout en s’efforçant de préserver ses intérêts. De même que, derrière les institutions, peut apparaître la personnalité collective d’une communauté civique2, derrière les chiffres peuvent surgir des choix et des comportements collectifs ou individuels, qui témoignent des hommes et contribuent à restituer l’attitude de la communauté des Déliens face aux évolutions économiques et politiques du monde qui les entoure.

6Après la fin de l’Indépendance et avec la remise de l’île par Rome à l’autorité athénienne conjointement à la proclamation de son statut de port franc, la nature de la documentation épigraphique change profondément. La gravure des comptes s’interrompt vers 140, signe sans doute d’une perte d’intérêt pour la dimension patrimoniale que représentait l’exposition de ces monuments au public. Les pratiques de gestion du sanctuaire se poursuivent sans doute, mais nous perdons définitivement cet éclairage sur la société insulaire. Pour autant, l’abondance des dédicaces et quelques décrets permettent de continuer à suivre les évolutions qui s’opèrent en mer Égée.

7Ainsi l’île de Délos, avec son abondante documentation épigraphique, apparaît non comme une exception à écarter des séries, mais au contraire comme un point d’observation privilégié pour étudier les transformations de l’espace égéen au cours de la période hellénistique, de la reconfiguration des royaumes hellénistiques à l’émergence de nouvelles puissances maritimes jusqu’au développement de l’influence romaine. Ce livre est donc une étude d’histoire économique qui entend, à partir de la riche documentation délienne, apporter un nouvel éclairage pour la compréhension des finances et des marchés antiques, mais aussi des comportements économiques.

8Dans cette perspective, l’objectif de cet ouvrage est triple :

91. Décrire l’état complet de la fortune sacrée et comprendre son évolution.

  • 3 Chankowski 2013, p. 952-953. On trouvera dans l’annexe1 plusieurs photographies à l’appui de corre (...)

10Depuis l’achèvement de la publication des comptes et inventaires déliens, aucune étude n’a cherché à évaluer l’ensemble de la fortune sacrée, sans doute avant tout en raison de la masse complexe de chiffres à traiter. Certains travaux qui ont abordé rapidement la question de l’évolution de la fortune sacrée sont fondés sur de mauvaises lectures des chiffres ou des interprétations erronées des mouvements de fonds. Cette évaluation s’appuie sur plusieurs révisions de lectures de chiffres, parfois mal lus sur la pierre et mal transcrits dans le corpus. Des photographies des inscriptions, mais aussi des estampages représentant un état plus ancien des pierres, ont permis de palier la dégradation de plusieurs stèles, moins lisibles aujourd’hui qu’elles ne l’étaient lors de la constitution des corpus. C’est en particulier le fonds d’estampages de Théophile Homolle, à l’Académie des inscriptions et belles lettres et provisoirement en dépôt au laboratoire HiSoMA de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon, qui a permis de vérifier plusieurs lectures de chiffres. Aussi ce travail se veut-il préparatoire à une étape ultérieure, qui devrait être la réédition, sous forme numérique, des inscriptions administratives déliennes (actes des magistrats athéniens de l’époque classique, comptes des hiéropes de l’Indépendance, actes des fonctionnaires athéniens de la période du port franc), en intégrant l’apport de la documentation photographique mais aussi des fonds d’estampages3.

11Plusieurs fonds circulaient entre la caisse sacrée et la caisse publique et il convient d’éclairer ces différents mouvements de fonds pour s’appuyer sur une interprétation exacte des données. Une partie de cette étude concerne aussi la caisse publique de la cité de Délos, non seulement parce qu’elle était abritée elle aussi dans le sanctuaire d’Apollon, mais surtout parce que les Déliens avaient instauré, durant l’Indépendance, un véritable système de caisses communicantes dont témoignent les mouvements de fonds entre la caisse sacrée et la caisse publique ainsi que les bilans comptables des deux caisses établis par les hiéropes au iie s.

12De cette évaluation chiffrée de la fortune d’Apollon ressort, en même temps, un éclairage sur la conception du sacré du point de vue des finances, qui est de nature à nuancer l’interprétation traditionnelle de la séparation entre le sacré et le public. À Délos comme en d’autres lieux, la complexité des situations financières est frappante et dépasse certaines catégories préconstruites de l’historiographie.

132. Comprendre les méthodes de gestion comptable et les stratégies financières qui ont pu pré­sider au développement de la fortune du sanctuaire.

14À travers l’étude des comptes et des inventaires, il est possible de percevoir l’élaboration d’une véritable organisation comptable qui, au fil des années, se dote de méthodes performantes et adapte ses moyens pour atteindre l’efficacité requise dans la gestion des finances déliennes. L’étude de l’organisation financière délienne révèle aussi des blocages inhérents au système, dont la mise en évidence permet d’ailleurs de situer plus précisément le cas grec dans l’évolution générale des comptabilités et face à la question du développement de la « comptabilité en partie double ». L’analyse des évolutions de ces méthodes comptables, à partir du vocabulaire technique des comptes, conduit en même temps à préciser plusieurs points relatifs aux institutions financières, et dans certains cas à modifier certaines explications avancées précédemment.

15À l’étude de la comptabilité délienne s’ajoute l’examen des données monétaires dont on dispose à travers les sources épigraphiques déliennes. Leur mise en relation avec la réalité numismatique telle que l’on peut l’observer grâce aux monnaies de fouille, plus particulièrement pour le monnayage de la cité de Délos, permet de rendre compte de façon plus complète de la situation financière et monétaire du trésor d’Apollon. La chronologie et la métrologie du monnayage civique, que l’on peut établir en croisant le témoignage des monnaies avec celui des inscriptions, permettent de comprendre un certain nombre de formules restées obscures dans les comptes déliens.

16On voit alors se dessiner avec davantage de précision ce que l’on peut bien appeler la politique monétaire des Déliens, définie à partir de choix qui prenaient en considération la situation monétaire de l’Égée du iiie et du iie s. Les observations que l’on peut formuler à partir des comptes déliens ont également des répercussions sur notre compréhension de certains phénomènes monétaires et trouvent des parallèles et des confirmations dans d’autres documents financiers, à Delphes comme en Béotie. De ce point de vue, Délos n’est pas une exception mais permet, grâce à une documentation particulièrement riche, de mieux saisir les orientations monétaires des cités grecques hellénistiques.

173. Établir un bilan de la situation économique de Délos.

18Une fois posé le cadre financier, comptable et monétaire, il reste à relier la situation financière du sanctuaire à la situation économique de l’île. Nécessairement centré sur le sanctuaire en raison de l’éclairage des sources, ce bilan devrait bien entendu être complété par des spécialistes d’autres disciplines archéologiques (céramologie et amphorologie tout particulièrement) pour être complet. Mais il importe avant tout de parvenir à une perception plus précise de la situation économique que révèle la documentation du sanctuaire. En effet, si les comptes des hiéropes ont fourni la matière de nombreuses analyses économiques en raison des listes de prix qu’ils contiennent, la nature du marché qui transparaît à travers ces comptes reste un sujet de controverse. Peut-on lire ces prix comme le reflet d’une conjoncture économique et quelle doit être l’échelle de l’interprétation : régionale, égéenne, méditerranéenne ? Que révèle le passage à une situation de port franc sous la double autorité d’Athènes et de Rome ?

19Les acquis des deux points précédents permettent d’offrir des bases plus assurées à une synthèse sur l’économie délienne. L’évaluation du trésor délien et des finances civiques qui lui sont liées, l’analyse de la situation monétaire de l’île et des choix financiers opérés par l’administration du sanctuaire, rendent compte d’un potentiel économique qu’il est désormais possible de mettre en relation avec l’organisation du marché délien. Le degré de technicité atteint par les méthodes comptables, le degré d’efficacité des politiques monétaires et financières, peuvent entrer, d’une certaine manière et de façon toujours qualitative plus que quantitative, dans une mesure de la performance de l’économie délienne, de ses capacités à répondre aux difficultés conjoncturelles mais aussi dans une analyse de ses blocages et de ses limites.

20Cette étude fut d’abord présentée sous la forme d’un mémoire de recherche inédit dans le cadre d’une Habilitation à diriger des recherches de l’École pratique des hautes études soutenue en juin 2011, puis certains points ont été approfondis à travers plusieurs articles. Le présent ouvrage reprend donc, corrige parfois et développe largement la matière de plusieurs de mes précédentes études, dont une partie du contenu est souvent réintégrée dans le présent ouvrage. Sur plusieurs points, des analyses que j’avais publiées antérieurement m’ont paru inabouties et l’écriture de ce livre m’a permis d’aller plus loin dans l’interprétation grâce au travail de synthèse des sources qu’il a nécessité.

  • 4 Voir le bilan historiographique présenté dans Chankowski 2013, p. 917-918. Également les ouvrages d (...)

21La bibliographie délienne qui a nourri cette étude est abondante, tant pour la période de l’Indépendance que pour la période du port franc4.

22L’origine de ce projet fondé sur l’étude des comptes déliens remonte à l’ouvrage pionnier et fondateur de Théophile Homolle, Les archives de l’Intendance sacrée à Délos, 315-166 av. J.-C. (1887) qui, en exploitant les inscriptions que venaient tout juste de dégager les grandes fouilles de l’île, avait perçu qu’il se trouvait dans les comptes des hiéropes et les actes administratifs la clé de la compréhension de toute une société.

23Mon travail est largement tributaire des études antérieures sur les institutions de Délos indépendante et tout particulièrement de l’ouvrage de Claude Vial, Délos indépendante (1984), qui a efficacement éclairé la spécificité des institutions déliennes dans leur contexte insulaire pour atteindre par-là les caractéristiques et les comportements d’une communauté civique. Mais il adopte un autre point de vue : alors que Claude Vial mettait en évidence une répartition des tâches et des compétences entre les magistrats, je suis partie de l’analyse des fonds monétaires, de leur nature ou de leur destination, pour tenter de comprendre la manière dont les Déliens ont construit leurs relations économiques et financières avec leur environnement.

24L’ouvrage de Gary Reger, Regionalism and Change in the Economy of Independent Delos (1994), a ré-ouvert la voie aux études sur l’économie délienne tout en contribuant à faire connaître à un lectorat anglophone une bibliographie très largement française. Ce décloisonnement a été fructueux et même si mes conclusions divergent à bien des égards des siennes, mon travail doit beaucoup à son effort de remettre Délos au cœur du débat sur l’économie antique.

25Léopold Migeotte s’est toujours intéressé au dossier délien, qu’il s’agisse de la question des prêts ou de l’analyse des institutions financières. Dans sa récente synthèse, Les finances des cités grecques (2014), il consacre un chapitre d’une centaine de pages au cas particulier que représente la documentation délienne, en étudiant l’organisation des finances publiques et sacrées de l’île d’Apollon. Son propos est surtout descriptif et présente un état de l’organisation des comptes déliens sur lequel je reviens à plusieurs reprises. En dépit de quelques désaccords que nous avons déjà exprimés, il va de soi que mon travail a largement bénéficié de sa connaissance méticuleuse des institutions financières du monde grec.

26Les pages qui suivent doivent aussi beaucoup aux échanges construits à la fois par la fré­quentation d’un certain nombre d’ouvrages et par les discussions avec leurs auteurs. Que Jean Andreau, Alain Bresson, François de Callataÿ, Raymond Descat, Christophe Feyel, Denis Knoepfler, Patrick Marchetti, Jean-Charles Moretti, Olivier Picard, Denis Rousset mais aussi in memoriam Philippe Gauthier à qui je dois le goût de l’épigraphie grecque, Philippe Bruneau qui veillait sur la « famille délienne », Raymond Bogaert que j’ai eu la chance de connaître et Jacques Tréheux que je n’ai pas connu mais que j’ai beaucoup lu, sans oublier tous ceux qui savent ce que je dois à l’amitié de leurs conversations régulières, trouvent dans cet essai délien l’expression de ma profonde reconnaissance.

Notes

1 Chankowski 2008. Étant donné qu’il n’existe, aux ve et ive s. à Délos, aucune « amphictionie » en charge du sanctuaire, contrairement à Delphes, mais une autorité athénienne qui s’adjoint la collaboration des Déliens, il est souhaitable d’abandonner l’appellation erronée de « période de l’amphictyonie », héritée du corpus de J. Coupry, qui persiste parfois encore pour désigner l’époque classique.

2 Ainsi que le montre l’ouvrage de Cl. Vial sur la cité délienne de l’Indépendance (Vial 1984).

3 Chankowski 2013, p. 952-953. On trouvera dans l’annexe1 plusieurs photographies à l’appui de corrections de lecture.

4 Voir le bilan historiographique présenté dans Chankowski 2013, p. 917-918. Également les ouvrages de Constantakopoulou 2017 et Étienne et alii 2018.

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search