Version classiqueVersion mobile

Dikili Tash Village Préhistorique de Macédoine orientale I

 | 
Dimitra Malamidou
, 
Christina Marangou
, 
René Treuil

Conclusion générale

Vers une archéologie réflexive, le cas de Dikili Tash

Dimitra Malamidou et René Treuil

Texte intégral

1Le premier résultat que nous devons souligner est l’achèvement de la publication définitive des fouilles de Jean Deshayes sur le tell de Dikili Tash. Après la disparition de ce dernier (1979), la décision avait été prise d’entreprendre la publication complète de ses travaux et la tâche en avait été confiée à l’un de nous (RT). Une équipe fut constituée et les campagnes d’étude se succédèrent. Trois volumes, qui s’intitulent Dikili Tash, village préhistorique de Macédoine orientale I. Fouilles de Jean Deshayes (1961-1975), furent préparés sous la direction de R. Treuil.

2Le premier volume, paru dans la collection des Suppléments du Bulletin de Correspondance Hellénique (XXIV) en 1992, comprenait les chapitres consacrés au site et aux fouilles (R. Treuil), à la stratigraphie et à la chronologie (J. Blécon, M. Séfériadès et R. Treuil), à la construction et à l’habitation (R. Treuil), à l’outillage (M. Séfériadès, L. Karali-Yannacopoulos, R. Treuil et Chr. Marangou), aux moyens de subsistance (I. Érard-Cerceau, R. Jullien et L. Karali-Yannacopoulos) et à la parure (L. Karali-Yannacopoulos).

3Le deuxième volume, le BCH Suppl. 37, paru en 2004, comprenait les chapitres consacrés aux techniques de la céramique (L. Courtois), à la céramique du Néolithique Moyen (C. Commenge-Pellerin, avec la collaboration de Z. Tsirtsoni), à la céramique du Néolithique Récent/Chalcolithique (J.-P. Demoule), aux récipients zoomorphes et anthropomorphes du Néolithique (Chr. Marangou).

4Le présent volume, le troisième, BCH Suppl. 61, paraît en 2020 et comprend les chapitres consacrés à la céramique du Bronze Ancien et du Bronze Récent (D. Malamidou), aux maquettes et aux figurines du Néolithique Récent et de l’Âge du Bronze (Chr. Marangou), ainsi qu’une conclusion générale (D. Malamidou et R. Treuil).

5À cela s’ajoute la publication, en 1992, des principaux résultats obtenus dans le secteur grec sous la direction de D. Théocharis : H. Koukouli-Chryssanthaki, K. Romiopoulou, « Οι ανασκαφές στον ελληνικό τοµέα του προϊστορικού οικισµού Ντικιλί Τας », dans Διεθνές Συνέδριο για την Αρχαία Θεσσαλία, Μνήµη Δηµήτρη Θεοχάρη, p. 226-248.

6Comme on l’imagine, les difficultés de tous ordres n’ont pas manqué et les lacunes de la documentation – dues à la fois aux techniques de fouille et aux circonstances de l’étude – n’ont pas toujours pu être comblées. Eu égard cependant au très faible pourcentage de fouilles publiées sur la totalité de celles qui sont effectuées, dans la région comme ailleurs, c’est pour nous une satisfaction toute particulière d’avoir pu mener cette œuvre à son terme.

7Par une chance supplémentaire, les fouilles du site analogue de Sitagroi ont été publiées dans le même laps de temps, sous la forme de deux volumes : C. Renfrew, M. Gimbutas, E. Elster (éds), Excavations at Sitagroi: A Prehistoric Village in Northeast Greece 1 (1986) ; E. Elster, C. Renfrew (éds), Prehistoric Sitagroi: Excavations in Northeast Greece, 1968-1970 2. The Final Report (2003). L ’ensemble documentaire ainsi créé, pour une petite région et des périodes parallèles, apporte une masse de connaissances exceptionnelle qui autorise la formulation de conclusions relativement solides. Les programmes de recherche suivants, à Dikili Tash, ont assurément adopté des objectifs différents, utilisé des méthodes nouvelles et apporté des résultats inédits. Mais la permanence au moins partielle des équipes de recherche garantit leur inscription dans un ensemble cohérent et justifie la compatibilité des résultats d’un programme à l’autre.

La séquence stratigraphique et chronologique

8Il faut se souvenir que jusqu’aux années 1960 la séquence des occupations humaines dans les Balkans méridionaux et l’Anatolie occidentale était restée incertaine : beaucoup pensaient encore que les phases qualifiées de néolithiques ou de chalcolithiques pouvaient être contemporaines ou même postérieures au Bronze Ancien tel qu’il apparaissait à travers les niveaux de Troie I. Il s’agissait, par le biais de la fouille de Dikili Tash, de mettre de l’ordre dans cette situation complètement chaotique : on cherchait à vérifier, en particulier, si Troie I était antérieure ou contemporaine des cultures néolithiques des Balkans (Gumelnița en premier lieu), comme le soutenaient avec force Vl. Milojcic et M. Garasanin, ou si elle leur était postérieure, comme le supposaient G. Georgiev, J. Deshayes et C. Renfrew.

9Les fouilles entreprises par J. Deshayes à Dikili Tash avaient précisément pour objectif premier de trouver des preuves irréfutables pour régler ce problème lancinant. De fait, elles le réglèrent et ce fut en effet le plus important de leurs résultats. Désormais, il était clair que les niveaux néolithiques étaient nettement antérieurs à ceux du Bronze Ancien. Cette séquence stratigraphique avait été esquissée auparavant à Karanovo, il est vrai, mais elle était restée entachée d’incertitudes. À Dikili Tash, elle se trouvait pour la première fois établie de façon sûre et indiscutable. Sa validité fut presque aussitôt confirmée par les fouilles de Sitagroi et ne cessa plus, par la suite, de se vérifier dans l’ensemble de la région.

10En même temps, les fouilles avaient mis en évidence l’existence d’une phase initiale du Bronze Ancien, qui fut appelée Dikili Tash III A et qui était antérieure à celle que définissaient les niveaux de Troie I. Ainsi, non seulement le Néolithique de la région était-il antérieur au Bronze Ancien égéen, mais il en était séparé par une phase nouvelle, qui fut très vite reconnue aussi à Sitagroi.

11Aucun sondage, il est vrai, n’avait atteint le sol vierge et la séquence ne pouvait donc être établie dans sa totalité – elle ne l’a toujours pas été à ce jour. Mais la mise en relation des séquences partielles obtenues en différents points du site a permis de construire une séquence générale, incomplète, mais bien assurée dans ses grandes lignes. Quatre périodes ont ainsi été définies : Dikili Tash I, correspondant au Néolithique « Moyen », Dikili Tash II, correspondant au Néolithique Récent, Dikili Tash III, équivalant au Bronze Ancien, et Dikili Tash IV, inscrit dans le Bronze Récent. Avec le recul, il est possible aujourd’hui de mettre en perspective cette phase de la recherche et de la considérer comme un produit caractéristique de la méthodologie des années 1960-1970.

12La période Dikili Tash I, mise en évidence sur une faible surface, était la plus ancienne période d’occupation identifiée sur le site. Comparée à Sitagroi I et II, elle fut attribuée au Néolithique « Moyen », selon la terminologie alors en usage en Grèce. Mais elle fut par la suite rapprochée des séquences balkaniques et identifiée plutôt à la première phase du Néolithique Récent, le NR I. C’est ainsi qu’elle est définie aujourd’hui, même si la connaissance que l’on en a reste insuffisante.

13La période Dikili Tash II, étudiée sur une superficie plus importante, est la deuxième période d’occupation bien identifiée. Mise en parallèle avec Sitagroi III, elle fut d’abord attribuée au Néolithique Récent, selon la terminologie alors en usage en Grèce. Mais elle fut, elle aussi, rapprochée des séquences balkaniques et identifiée plutôt à la seconde phase du Néolithique Récent, le NR II. C’est ainsi qu’elle est définie aujourd’hui et c’est de loin, la période la mieux documentée et la mieux connue, non seulement à Dikili Tash, mais aussi dans toute la région.

14La période Dikili Tash III, qui correspond au Bronze Ancien, se décompose en une brève phase initiale, Dikili Tash III A, et une longue phase de développement, Dikili Tash III B. La première, identifiée pour la première fois et appelée Bronze Ancien I, se retrouve dans le niveau IV de Sitagroi : elle précède en fait le Bronze Ancien égéen proprement dit. La seconde, dorénavant nommée Bronze Ancien II, est parallèle aux phases V a et V b de Sitagroi : c’est elle qui est parallèle aussi aux niveaux de Troie I et qui s’inscrit donc dans le cadre du Bronze Ancien égéen.

15La période Dikili Tash IV, reconnue sur une faible superficie, se rattache au Bronze Récent. Mais sa définition reste quelque peu incertaine et l’existence d’une phase du Bronze Moyen continue de poser un problème : a-t-on affaire à une interruption dans l’occupation du site ou, au contraire, à une évolution qui n’a pas été clairement reconnue ?

16La chronologie de ces périodes a été esquissée par une première série de datations par le C14, obtenues à une époque où la chose était rare, mais elle a surtout été précisée par de nouvelles datations liées aux fouilles plus récentes et beaucoup plus nombreuses. On peut ainsi proposer aujourd’hui la séquence suivante, qui est l’une des mieux fondées de la région :

  • Dikili Tash I (NR I) : ca 5400-4800 cal BC
  • Dikili Tash II (NR II) : ca 4800-4200/4000 cal BC
  • Dikili Tash III (BA) : ca 3300/3000-2100 cal BC
  • Dikili Tash IV (BR) : ca 1450-1200/1150 cal BC.

17Des niveaux historiques ont été enfin identifiés. Le faubourg oriental de la ville romaine de Philippes s’est développé près de la source, avec en particulier des tombeaux, deux héroa, des inscriptions latines et le célèbre monument de Caïus Vibius (la pierre levée, Dikili Taș en turc). Au sommet du tell, une construction datable peut-être du xe s. de notre ère semble faire partie d’un système de défense relié à la forteresse de l’acropole de Philippes.

La richesse du site

18Aucun plan complet d’habitation n’a pu être reconstitué par les fouilles de J. Deshayes mis à part le bâtiment absidal du Bronze Récent (phase Dikili Tash IV). Les secteurs de fouille étaient, en effet, de dimensions réduites et la fragmentation de l’espace s’est avérée peu propice à l’observation des vestiges architecturaux et à la compréhension de leur organisation. Des sols ont parfois été soupçonnés, sans que pour autant on ait pu en tracer les limites ni faire la distinction entre espaces intérieurs et espaces extérieurs.

19Les fours et les foyers étaient les structures les plus visibles dans ces secteurs aux dimensions réduites. Retrouvés en grand nombre, ils ont permis de faire une description détaillée et d’établir une typologie. Des zones de concentration de graines carbonisées suggèrent quant à elles l’existence de silos à grains.

20L ’emplacement de toutes ces structures dans la zone habitée reste incertain en l’absence de précisions sur le plan des habitations. Ainsi, on ne sait s’il s’agit d’aménagements intérieurs ou extérieurs.

21Les observations sur les techniques de construction ont été très limitées. Des mottes de terre brûlée ayant parfois conservé des empreintes de bois démontrent l’utilisation de la technique de construction en torchis sur armature de poteaux et clayonnage pendant le Néolithique et le Bronze Ancien. Des alignements de trous de poteau apparaissent, sans que l’on puisse pourtant identifier un mur. L ’emploi de briques crues sur un soubassement de pierre est la méthode de construction qui prédomine au Bronze Récent.

22L ’imprécision des contextes de découverte des objets, due avant tout à l’exiguïté des zones fouillées, limite clairement l’exploitation des données, qui reste souvent incomplète. Le volume et la richesse du matériel, en revanche, garantissent une pertinence indéniable aux résultats obtenus.

23Le mobilier et l’outillage sont représentés par une abondante série d’objets. Les matériaux sont divers, plus encore qu’on aurait pu l’imaginer : la pierre, la céramique, l’os et le bois de cervidé, la coquille, mais aussi le métal – ce qui est nouveau –, sont utilisés en raison de leurs propriétés physiques intrinsèques, ainsi que de la nature finale de l’objet à façonner. Le grand nombre des meules et des broyeurs, probablement lié à celui des cuillères, souvent décorées, souligne l’importance des activités de meunerie domestique. L ’outillage taillé fournit la base d’une classification typologique, mais aussi d’une étude technique, centrée sur le débitage laminaire du silex et même de l’obsidienne : il s’agissait en 1992 d’une des premières études de ce type. C’est ainsi que l’identification, même sommaire, des matériaux et les études techniques ont permis d’apporter des données nouvelles dans un domaine peu exploré jusque-là, tout en soulignant l’évolution enregistrée d’une période à l’autre. Les nombreux pesons de fuseau, comme les poids de métier, illustrent la pratique du filage et du tissage, ainsi que la confection des textiles. Une série telle que celle qui est désignée sous le nom conventionnel de « balles de fronde » se prête en revanche difficilement à une identification fonctionnelle et appelle clairement de nouvelles études.

24Les fouilleurs ont été, en principe, attentifs aux éléments permettant l’identification des moyens de subsistance. Quatre prélèvements de végétaux ont été effectués et la faune a été régulièrement recueillie. Néanmoins, faute de méthodes et de personnel, ces prélèvements n’ont pu être systématiques. Les programmes postérieurs ont clairement cherché à combler ce vide documentaire.

25La céramique, à l’époque des fouilles de J. Deshayes, jouait le rôle de marqueur chronologique par excellence, puisque l’objectif principal de ces fouilles était d’établir la stratigraphie du site. Elle constituait par conséquent l’un des domaines privilégiés de prélèvement et de premier examen au sortir de la fouille. Les recherches qui ont suivi ont confirmé dans ses grandes lignes la séquence telle qu’elle a été établie par les premières observations. Pourtant, la céramique recueillie a fait l’objet d’un tri – n’ont été conservées que les parties qui donnaient des informations sur la forme et/ou le décor – et les recollages ont été peu nombreux. Dans la phase finale de l’étude de la production potière, il fut ainsi difficile de reconstituer des formes de vases complètes, et l’analyse statistique fut impossible. Malgré tout, l’ensemble des données publiées constitue une base de référence essentielle pour une aire géographique vaste et une séquence chronologique considérable.

26L ’analyse des formes et des décors de ces céramiques par phase chronologique dans la présente série de volumes démontre la richesse du matériel recueilli et met en évidence l’évolution de ses caractères typologiques et technologiques. Les séries richement décorées (surtout les céramiques peintes) de la période néolithique forment un corpus impressionnant, suivi dans le temps par des poteries monochromes sans décor ou à décor sommaire (cannelures, incisions, impressions) de l’âge du Bronze. L ’étude technologique du matériel a montré que le changement entre ces périodes ne se limite pas au décor, mais qu’il touche toute la chaîne opératoire de la production potière (choix de la matière première, mode de finition et de cuisson).

27Les maquettes et les figurines forment l’un des plus importants corpus réunis dans la région. Elles montrent à la fois la diversité des objets figurés et la force des préoccupations esthétiques manifestées par leurs fabricants et/ou leurs utilisateurs. Elles se présentent sous une grande variété de types et de formes, mais continuent à poser des problèmes d’interprétation (utilisation, statut), surtout en raison du peu d’indications sur leur contexte de découverte ; la présentation détaillée qui en est faite ici devrait pouvoir servir de base à une analyse fonctionnelle affranchie des idées reçues.

28Les objets de parure, réalisés en coquille, en os, en dent ou en pierre sont peu variés. On a trouvé des perles de collier, des pendeloques et des bracelets, ainsi que des plaquettes destinées à être cousues sur des vêtements. Les bracelets en spondyle sont les mieux représentés, surtout dans les couches néolithiques.

29L ’histoire du tell et de son environnement est évoquée au travers des restes fauniques, malacologiques et végétaux, mais ils sont restés en quelque sorte sous-entendus, car ces restes ont été considérés uniquement en relation avec l’habitat et le mode de vie. Les échantillons qui ont été recueillis ne l’ont pas été de façon systématique et l’idée même de milieu environnant, qui pourtant préoccupait les fouilleurs, est restée en dehors des objectifs de l’entreprise.

L ’évolution des programmes

  • 1 Dikili Tash I.1, p. 11-17 ; Treuil 2014.

30L ’histoire de la recherche à Dikili Tash avec sa durée considérable, fournit l’un des meilleurs observatoires pour suivre et évaluer l’évolution des objectifs et des méthodes de fouille1. C’est elle, en tout cas, qui permet de mettre en perspective les fouilles de J. Deshayes et leurs résultats.

31La première mention du site par L. Heuzey, en 1861, reste sans écho, probablement parce que son identification demeure incertaine, sûrement aussi parce qu’elle figure au milieu d’une moisson de données concernant exclusivement les périodes historiques. Soucieux toutefois d’épigraphie, de topographie et d’exactitude, il cartographie le secteur de la source, du canal, du moulin et de la butte : c’est le premier document graphique concernant Dikili Tash.

32Pendant la Première Guerre mondiale (1917-1918), C. Blegen et F. B. Welch ramassent à Dikili Tash des tessons et divers objets. Les premiers, ils attribuent le site à la période préhistorique et le matériel recueilli est publié par Welch. Aucun objectif, cependant, n’est assigné à ces travaux qui s’inscrivent simplement dans le cadre des activités de l’armée d’Orient.

33Les choses changent avec L. Renaudin (1920-1922). En même temps qu’il poursuit des recherches sur les sanctuaires de Philippes, il entreprend de fouiller la butte de Dikili Tash. Il commence en juin 1920, mais ne publie aucun détail sur cette campagne. Il reprend en 1921, réalisant aussi un sondage de 6 m de profondeur, où il distingue cinq niveaux d’habitation, tous détruits par le feu et datant de la même période, et signale la découverte d’une série, alors presque unique, de figurines anthropomorphes et zoomorphes, probablement du Néolithique Récent. Il fouille de nouveau en avril et mai 1922 et récolte de nouvelles figurines et un abondant matériel céramique. Rien de tout cela n’est publié et le matériel archéologique va au Musée national à Athènes ; les figurines rejoindront plus tard le musée de Philippes. Finalement il s’engage sur une toute autre voie, celle de la haute finance, et abandonne de facto Philippes et donc Dikili Tash. Il cesse de publier.

34Les carnets de fouille de L. Renaudin, conservés à l’École française d’Athènes, prouvent pourtant qu’il a parfaitement enregistré la succession stratigraphique Néolithique Récent-Bronze Ancien, mais parce qu’il n’en voyait pas l’intérêt spécifique n’a rien publié sur ce point., C’est pourquoi, suite à la tranchée faite par V. Mikov à Karanovo en 1936, le Bronze Ancien a pu être vu comme antérieur ou contemporain du Néolithique : cette succession a longtemps marqué les esprits. Il est vrai que lorsque G. Georgiev et V. Mikov lui-même ont repris des fouilles au même endroit entre 1947 et 1957, ils ont retrouvé la succession que l’on connaît aujourd’hui. Mais ils n’ont pas été lus eux non plus : faute de publication dans un cas, faute d’intérêt dans l’autre, on n’a pas réussi à éviter près d’un demi-siècle de tâtonnements et de confusion.

35Au cours d’une prospection en Thrace, en novembre 1959, et afin de trouver des liens possibles entre l’Anatolie occidentale, la Thrace et la Thessalie au Chalcolithique Récent, D. French ramasse des tessons – principalement du Néolithique Récent – qu’il publie en 1961. Ce matériel est depuis à la British School à Athènes. La problématique reste extrêmement vague : on ne sait à peu près rien, à ce moment-là, des civilisations préhistoriques de l’Anatolie et de la Thrace, mais on les « compare » déjà entre elles…

36C’est avec la forte personnalité de J. Deshayes (1924-1979) que les choses changent vraiment à Dikili Tash. Membre de l’École française d’Athènes (1949-1952, fouilles à Malia et Argos), attaché de recherche au CNRS (1952-1958), pensionnaire de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth (1958-1961), professeur d’archéologie orientale (le premier en France) à l’université de Lyon (1961-1968), puis à la Sorbonne et à l’université de Paris I dès sa création (1968-1979), il a toujours dispensé un enseignement portant sur l’ensemble du Proche-Orient, du monde égéen à l’Iran, et donc cherché à fédérer les équipes travaillant dans ce vaste domaine. Sa thèse sur les Outils de Bronze, de l’Indus au Danube (1960) montre une capacité de synthèse remarquable, en même temps qu’un souci de logique et de rigueur qui a largement inspiré ses disciples et successeurs. Deux chantiers ouverts aux jeunes, Tureng Tepe en Iran, à partir de 1960, Dikili Tash, bien sûr, à partir de 1961, fonctionnent comme des écoles de fouille et des champs d’expérience pour les méthodes et la stratégie. Le champ iranien a clairement ses préférences, en particulier parce qu’il y voit la possibilité d’éclairer l’origine des Indo-Européens, et la Macédoine orientale fait figure d’annexe, où l’on peut cependant chercher à confirmer les enseignements iraniens. Ce professeur s’intéresse également de près à l’évolution de l’archéologie en France et il participe, avec H. Seyrig et J.-Cl. Gardin, à la création du Centre de Recherches archéologiques du CNRS, implanté à Valbonne (1972).

  • 2 Darcque 1996.

37C’est qu’il est, l’un des premiers en France, fondamentalement préoccupé par les questions de méthode. Comme B. Groslier à Angkor et P. Courbin à Argos, il s’inspire des pratiques de M. Wheeler et adopte la fouille stratigraphique en carrés, séparés par des bermes, ainsi que l’organisation du chantier selon une logique fonctionnelle, avec une maison de fouilles (qu’il fait construire à Dikili Tash en 1961), des ouvriers qualifiés (dont le célèbre N. Trikaliotis, qui a montré ses qualités sur la fouille d’Argos), un « recolleur » comme on disait à l’époque (G. Faure au début)2. La méthode stratigraphique pénètre difficilement l’archéologie française, les réticences sont violentes et révèlent un conservatisme dont nous n’avons plus idée aujourd’hui. Mais elle se reflète fort bien, malgré quelques hésitations, dans les trois volumes de notre publication.

  • 3 Gardin, Garelli 1961.
  • 4 Gardin 1997.

38Les préoccupations méthodologiques de J. Deshayes vont cependant plus loin. Il éprouve, comme H. Seyrig et J.-Cl. Gardin, le besoin d’imaginer un classement et un traitement rigoureux des objets archéologiques. Sa thèse sur les outils de bronze illustre parfaitement cette démarche, comme dans un domaine différent le travail de J.-Cl. Gardin et de P. Garelli sur les Assyriens en Cappadoce (1961)3. Avant même l’informatique, il adopte un système de description uniforme et universel, mis en œuvre sur des cartes perforées, analogue aux « codes » que Gardin développera pour d’autres catégories de matériel (cylindres orientaux, formes de poteries, ornements…). À la différence de Gardin, il ne se lance pas lui-même dans l’utilisation des ordinateurs et c’est seulement dans les programmes ultérieurs que ceux-ci feront leur apparition à Dikili Tash. Mais il se situe déjà dans la même ligne de pensée, soucieuse de transparence, de logique et de critique. Il n’a pas l’occasion de pratiquer, comme Gardin4, une sorte d’autocritique réflexive de ses propres travaux. Mais il est clair qu’il est séduit par la démarche, qui préfigure l’archéologie réflexive d’aujourd’hui.

  • 5 Deshayes 1969.
  • 6 Deshayes 1974.

39Les vastes synthèses historiques d’un côté5, mais aussi l’étude de la vie quotidienne de l’autre (avec le travail sur les fours, en 19746) font également partie des préoccupations de J. Deshayes.

40Ces perspectives ne peuvent guère s’accorder avec celles de D. Théocharis (1919-1978). Archéologue de terrain longtemps sans chaire universitaire et de cinq ans son aîné, celui-ci inscrit sa recherche dans un cadre essentiellement égéen et, probablement mû par une certaine forme d’hellénocentrisme que partage C. Renfrew, il estime que les changements qui conduisent au Néolithique ont vu le jour dans ce cadre et qu’il n’est donc pas nécessaire de supposer des influences venues de l’extérieur, en particulier du Proche-Orient. Il est prêt à moderniser les méthodes de travail et il adopte la fouille stratigraphique. Mais la convergence s’arrête là et la collaboration entre les deux hommes reste lointaine et symbolique : les secteurs fouillés ne se juxtaposent même pas.

41Comme beaucoup d’archéologues français, J. Deshayes montre peu de goût pour les débats théoriques et ne s’engage apparemment guère dans les vastes discussions qui animent le milieu archéologique international. Il ne publie pas d’articles analogues à ceux de C. Renfrew ou de M. Gimbutas. Mais ses positions se manifestent à travers des publications qui ont un objet propre, étude de matériel ou synthèse historique, et elles sont tout aussi claires, même si elles ont moins d’écho.

42La publication finale que nous achevons de présenter reflète naturellement les objectifs et les méthodes d’une époque bien définie. Elle peut paraître aujourd’hui conventionnelle et datée. Elle l’est assurément. Mais, en même temps, elle met en valeur l’infinie richesse du site et du matériel, en assure une présentation relativement précise et détaillée et apporte ainsi une masse de matériaux exploitables de différents points de vue, car le système de pensée qui les organise reste ouvert.

43Les objectifs ont en effet changé par la suite. Les programmes ultérieurs s’appuient sur des équipes pluridisciplinaires. En même temps, ils s’efforcent de dépasser la logique de site et la description des trouvailles pour s’intéresser à des thèmes et à des problématiques historiques. La continuité du travail à Dikili Tash même, assurée par plusieurs programmes successifs, peut sembler en contradiction avec cet objectif plus large. Mais elle n’a représenté qu’un moyen commode de rendre les résultats comparables d’une étape à l’autre, elle a contribué à rassembler une documentation cohérente, telle qu’on n’en avait jamais connue dans la région, et en nouant des liens plus réguliers avec d’autres équipes, elle a pu contrebalancer les effets de la focalisation sur un même site.

44Le programme dirigé par H. Koukouli-Chryssanthaki et R. Treuil, de 1986 à 2001, s’est appuyé sur la séquence stratigraphique fermement établie précédemment et a mis l’accent sur la période la moins bien connue, celle qui n’avait été atteinte que sur une très petite surface et que l’on avait appelée d’abord Néolithique Moyen, aujourd’hui Néolithique Récent I. On a cherché aussi à explorer les phases d’occupation les plus anciennes : le sol vierge n’a pas été atteint, mais les 11 m de stratification néolithique et les nouvelles datations C14 ont apporté une masse de précisions nouvelles.

45Le projet s’est construit en fonction d’objectifs nouveaux, jusqu’ici négligés, désormais affichés : organisation de l’habitat, techniques de construction, moyens de subsistance. On est passé ainsi, progressivement, d’une logique de site à une logique de thèmes. Pour cela, la méthode Wheeler a été abandonnée au profit d’un système d’aires ouvertes, non seulement dans les niveaux du Néolithique Récent I, mais aussi dans ceux du Néolithique Récent II, où il a donné les meilleurs résultats.

46L ’évolution géomorphologique du tell était restée à peu près inconnue. La présence de géomorphologues et la pratique des carottages, même si elle en était encore à ses débuts, a permis de commencer à remédier à cette insuffisance. L ’inscription du site dans la plaine de Drama était désormais mieux comprise.

47La précision de l’enregistrement était un autre but affiché, par opposition aux pratiques précédentes : précision topographique, permise désormais par des appareils de plus en plus sophistiqués et par la présence de topographes ; précision documentaire, favorisée par l’introduction de l’informatique ; précision scientifique enfin, grâce à une réflexion systématique sur la fonction et l’utilisation des objets : ce fut l’une des seules fouilles qui s’aventura dans cette direction, à une époque où tout ce qu’on ne comprenait pas était automatiquement attribué au domaine religieux.

48Conservation et restauration furent systématiquement pratiquées dès la fouille, aboutissement d’une réflexion relativement simple sur l’archéologie des tessons et les pratiques des potiers néolithiques. Quelques centaines de vases complets remplacèrent ainsi une bonne partie des milliers de tessons isolés du programme précédent.

49L ’instauration de campagnes d’étude, alternant avec des saisons de fouille, a permis de limiter le retard habituel dans ce domaine, mais pas de le rattraper car il est très régulièrement sous-estimé.

50La pluridisciplinarité fut évidemment de mise, comme sur les autres fouilles à la même époque. On dépassa peu à peu les listes de déterminations (charbons, graines, fruits, pollens, ossements, coquilles, arêtes...) et les analyses ponctuelles, pratiquées au hasard sur des objets isolés, pour parvenir à des résultats plus larges et nettement plus cohérents.

51Le programme dirigé depuis 2008 par P. Darcque, H. Koukouli-Chryssanthaki, D. Malamidou et Z. Tsirtsoni est encore – et très logiquement – différent. Il s’agit de comprendre l’évolution d’ensemble du site, qui n’a été que rapidement abordée jusqu’ici ; de caractériser les premières phases d’occupation, que l’on ne connaît alors toujours pas ; de définir les limites de l’habitat, qu’un sondage avait effleurées sans les fixer vraiment ; de mieux cerner les problèmes du IVe millénaire et de la transition Néolithique Récent/Bronze Ancien, où les questions chronologiques restent en partie confuses ; enfin de reprendre l’étude des niveaux du Bronze Récent, qui n’avaient été que peu touchés par les fouilles de J. Deshayes, mais paraissaient contenir des bâtiments intéressants.

52La stratégie qui en découle comprend donc surtout des fouilles en plan, y compris à l’aide de moyens mécaniques, beaucoup de carottages, un grand nombre de datations par le C14. L ’évolution du tell et du paysage environnant peut être ainsi retracée. Les premières phases d’occupation, détectées par les carottages, s’avèrent remonter au Néolithique Ancien, ce qui est ici une information totalement nouvelle. Les limites de l’habitat restent difficiles à définir. Les problèmes de la transition Néolithique Récent/Bronze Ancien sont éclairés par une abondante série de datations C14. Les niveaux du Bronze Récent se révèlent prometteurs, de même que les niveaux historiques. Mais surtout l’habitat du Néolithique Récent II, déjà bien étudié, se révèle d’une richesse insoupçonnée et livre de nombreuses données nouvelles sur l’organisation des maisons et l’économie domestique.

53Recherche de précision et travail d’équipe se poursuivent, de même que l’alternance de campagnes d’étude et de campagnes de fouille. L ’effort de publication est intense. Mais la fouille continue, heureusement, à réserver des surprises et à déjouer une partie des tentatives de programmation…

Notes

1 Dikili Tash I.1, p. 11-17 ; Treuil 2014.

2 Darcque 1996.

3 Gardin, Garelli 1961.

4 Gardin 1997.

5 Deshayes 1969.

6 Deshayes 1974.

Auteurs

Responsable de l’éphorie des Antiquités de Serrès. Spécialisée dans le Néolithique et l’âge du Bronze en Grèce du Nord, elle a mené des fouilles sur plusieurs habitats préhistoriques, dont celui de Dikili Tash, et publié de nombreuses études. Elle s’intéresse surtout aux modalités de production et de circulation des vases, aux débuts de la métallurgie, aux contacts et aux échanges

A été membre de l’École française d’Athènes. Il a été professeur de protohistoire égéenne à l’université de Paris I de 1971 à 2002. Il a dirigé des fouilles sur le site de Dikili Tash (Néolithique et âge du Bronze) et sur le site minoen de Malia (Bronze Moyen). Aujourd’hui émérite, il termine la publication de ces fouilles.

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search