Version classiqueVersion mobile

Dikili Tash Village Préhistorique de Macédoine orientale I

 | 
Dimitra Malamidou
, 
Christina Marangou
, 
René Treuil

Chapitre II

Les figurines et les maquettes du Néolithique Moyen au Bronze Récent1

Christina Marangou

Texte intégral

  • 1 Ce texte, rédigé dans les années 1980, a été révisé en 1993 ; sa publication ayant été différée pou (...)

1Les fouilles de J. Deshayes à Dikili Tash ont permis de mettre au jour un matériel important de figurines anthropomorphes et zoomorphes, de maquettes d’objets et de vases miniatures en terre cuite, comparable à celui des cultures néolithiques et chalcolithiques de l’Europe du Sud-Est qui ont produit des miniatures en terre cuite ; ce matériel présente de plus des particularités propres qui le distinguent parfois même des sites voisins (Sitagroi, Dimitra) de la plaine de Drama, avec lesquels cependant ses affinités sont naturellement plus étroites.

  • 2 Pour un aperçu, voir, entre autres : Ucko 1968 ; Tamvaki 1977 ; Treuil 1983, p. 402-424 ; Hamilton (...)
  • 3 Voir surtout les ouvrages de M. Gimbutas, parmi lesquels Gimbutas 1982 ; voir, entre autres critiqu (...)
  • 4 Les maquettes d’embarcations sont absentes de Dikili Tash mais attestées en Macédoine occidentale e (...)

2Ce sont surtout les figurines anthropomorphes de toutes les régions et de toutes les périodes, en l’occurrence celles du Néolithique, du Chalcolithique et de l’Âge du Bronze, qui ont attiré très tôt et partout l’attention des chercheurs ; la littérature correspondante est extrêmement prolifique2. Ces figurines anthropomorphes, surtout féminines, ont fait l’objet de plusieurs théories ayant trait aux religions plus tardives et à leurs origines dans le Néolithique3. Les études concernant le matériel en miniature non anthropomorphe sont en revanche d’une relative rareté. En effet, les figurines anthropomorphes ne constituent qu’un aspect d’un microcosme composé de tout ce qui peuplait la réalité : animaux, maisons, fours, meubles, vases, embarcations4. Parce que l’étude de la figure humaine a longtemps été privilégiée, les miniatures non anthropomorphes peuvent sembler à première vue être en nombre très restreint ; or il n’en est rien. Les cultures thessaliennes (NA à Chalcolithique), celles de Karanovo (surtout V-VI), Gumelnița, Kodžadermen, (Pré-)Cucuteni, Tripolje, Vinča (toutes périodes) ont fourni de nombreuses miniatures de toute sorte, encore que les proportions des différentes catégories iconographiques varient. Cependant, en contraste avec l’importance attribuée pour des raisons traditionnelles évidentes à la céramique, l’architecture et l’outillage, et pour des raisons esthétiques et facilement « transcendantales » aux figurines anthropomorphes, ces objets ont souvent été ignorés ou négligés à cause de leurs petites dimensions et des difficultés liées à leur identification ; d’ailleurs, plusieurs d’entre eux restent et resteront encore indéchiffrables. À ces problèmes s’ajoutent le manque relativement fréquent de données précises, dans les publications utilisées à titre comparatif, sur la situation stratigraphique et la description du matériel des autres sites, ainsi que la pauvreté de l’illustration, en particulier en ce qui concerne tout ce qui était moins beau, plus petit et plutôt incompréhensible, bref, le non sensationnel.

Les données

3Le nombre total des objets et êtres miniaturisés provenant des fouilles de J. Deshayes à Dikili Tash s’élève à 243, petits fragments compris, dont 67 figurines anthropomorphes (FA), 88 zoomorphes (FZ), 34 (ou 32) maquettes (MQ), 45 (ou 47) vases en miniature (VM) et 9 objets divers/non identifiables (DI). La plus grande partie du matériel provient des niveaux du NR (DT II : 185 objets, dont 53 FA, 50 FZ, 31 MQ, 8 DI et 43 VM), un certain nombre des niveaux du NM (DT I : 16 objets, dont 10 FA, 3 FZ, 2 MQ ou VM et 1 DI), et de rares exemplaires des niveaux du BA II (DT III : 5 objets, 1 FA, 1 FZ de type DT II, 1 MQ, 2 VM), des niveaux NR/BA (3 FZ de type DT II), du BR (DT IV : 2 objets, dont 1 FA et 1 FZ de type DT II) ou du BR ou historiques (2, dont 1 FA, 1 FZ). Une figurine anthropomorphe découverte en surface date de DT I ; 4 figurines zoomorphes fragmentaires provenant de la surface ou d’origine inconnue sont de datation incertaine, mais l’une d’elles pourrait dater de DT II, ainsi que 21 petits fragments zoomorphes, tandis que 3 autres petits fragments sont inidentifiables. Au total, par phase, nous avons (graph. 1) :

  • DT I : 17 objets (11 FA, 3 FZ, 2 MQ ou VM, 1 DI) ;
  • DT II : 212 objets (53 FA, 77 FZ, 31 MQ, 8 DI, 43 VM) ;
  • DT III : 4 objets (1 FA, 1 MQ, 2 VM) ;
  • DT IV : 1 FA ;
  • DT IV ou historiques : 2 (ou 3) objets (1 FA, 1 [ou 2] FZ) ;
  • Datation incertaine : 6 FZ.

Graph. 1 — Nombre de maquettes et de figurines par phase (FA = figurines anthropomorphes ; FZ = figurines zoomorphes ; MQ = maquettes ; DI = divers ; VM = vases miniatures).

Graph. 1 — Nombre de maquettes et de figurines par phase (FA = figurines anthropomorphes ; FZ = figurines zoomorphes ; MQ = maquettes ; DI = divers ; VM = vases miniatures).
  • 5 Thème traité par Chapman 2000.

4Figurines et maquettes néolithiques/chalcolithiques ont en commun le fait qu’elles ont été trouvées sous forme de fragments5, sans que des pièces entières puissent être reconstituées, sauf exception. Il est possible que certains de ces fragments, surtout de pattes d’animaux, aient appartenu à une même figurine, ce qui diminuerait le nombre des exemplaires, surtout de figurines zoomorphes à Dikili Tash ; cependant, même dans cette hypothèse, le pourcentage de figurines animales reste beaucoup plus important que celui des différentes catégories iconographiques, en particulier anthropomorphes, en comparaison avec le matériel d’autres sites néolithiques ou chalcolithiques.

  • 6 Dikili Tash I, 1, p. 19, et I, 2, p. 90.

5Il est regrettable que les renseignements précis fassent souvent défaut concernant le contexte de découverte, situation qui découle des objectifs stratigraphiques et chronologiques des anciennes fouilles de Dikili Tash, mais aussi de certaines perturbations des couches archéologiques6 ; il est aussi regrettable que certains éléments d’information aient été dispersés ou aient disparu, laissant seulement quelques traces de description sommaire sur des fiches ou des photographies. On a pris le parti de fournir ici tout renseignement disponible, mais il est évident que certaines lacunes ne peuvent être comblées. Il faut donc garder toute réserve concernant les conclusions, en attendant une confirmation des nouvelles fouilles.

  • 7 Dans ces tableaux, la séparation en phases est fondée sur J.-P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p.  (...)

6Les objets proviennent (tabl. 1-5)7 en grande partie du secteur B 2 (carrés W 29, W 30, X 29 et X 30) (NM-NR) de la fouille et dans une moindre mesure des secteurs A 2 (carrés Q/R/S/T/U 24/25/26/27) (NR-BA-BR-historique) et B 1 (carré AA 29 et son extension) (NM). 158 objets proviennent de niveaux précis du secteur B 2, avec une importante concentration de figurines anthropomorphes, en particulier, suivies de figurines zoomorphes, dans le carré W 29 ; ces dernières sont plus nombreuses que les figurines anthropomorphes dans le carré W 30. Les niveaux les plus récents du NR (secteur A 2) ont livré plusieurs figurines anthropomorphes de types tardifs, mais aussi un certain nombre de figurines zoomorphes.

Tabl. 1 — Provenance par niveau d’occupation et par phase des maquettes et figurines du carré W 29.

Carré W 29, NM-NR
Phases DT Niveaux Figurines anthropomorphes Figurines zoomorphes Maquettes -
Divers
Vases miniatures Total
II C couches surface M 418
M 156
2
 
1 M 648 1
sous 1 M 154 M 224 2
au-dessus de 2
 
M 237
M 322
M 271
3
 
 
sur 2
 
 
 
M 263
M 270
M 272
M 284
M 221 M 10
M 44
M 64
 
8
 
 
 
2 M 197 1
sous 2 M 238 1
sur 3
 
 
M 317
M 357
M 367
M 241
 
 
4
 
 
II B sous 3 M 82 1
sous 4
 
 
 
M 415
M 412
 
 
M 413
M 414
M 451
M 416
6
 
 
 
4-6
 
M 417
M 430
2
 
sur 5 M 109 1
sous 5
 
 
M 638
M 454
M 741
3
 
 
sur 6 M 445 M 117 2
sous
 6
M 489
 
M 461/
M 468 (1/2)
2
 
sous 7
 
M 491
M 508
M 525
 
3
 
II A 8 M 1284 1
sous 8
 
M 748
M 1296
2
 
9
 
M 1212
M 1219
M 1223
M 1768
4
 
sous 9 M 1246
II ? berme N M 668 1
berme S M 659 1
?
 
 
M 662
 
 
M 421
 
 
M 48
M 66
M 111
5
 
 
I sur 10 M 128
Total 21 14 9 + 4 = 13 10 57

 

Tabl. 2 — Provenance par niveau d’occupation et par phase des maquettes et figurines du carré W 30.

Carré W 30, NM-NR
Phases DT Niveaux Figurines
anthropomorphes
Figurines
zoomorphes
Maquettes -
Divers
Vases miniatures Total
II C surface M 9 1
sur I M 38 1
de berme S
sur I
M 324
 
 
1
 
 
sur II
 
 
M 226
M 233
M 220
M 40
 
 
4
 
 
II
 
M 262
M 330
2
 
sous II
 
M 234
M 235
2
 
sous III M 222 1/3 1
entre III-IV M 65 1
III-IV M 286 1
II B sous IV
 
 
M 356
 
 
M 325
M 351
M 411
M 305
 
 
5
 
 
V
 
M 665
M 727
M 1298
 
3
 
sous V,
angle S-O
sous V
 
 
M 1300
 
 
 
 


M 716
M 749
M 1301
4
 
 
 
 
VI-V sans no 1 1
VI
VI, quart
N-E
M 782
M 1302
 
M 767
 
 
3
 
 
sous VI M 1272 1
sous VII
 
M 461/M 468 (1/2) 1
 
entre VIII-VI M 1207
 
1
 
VIII a-b M 1276 1
II A sous VIII M 1226 1
II Centre
berme N
M 732
 
1
 
I sous IX déblais M 1262
 
1
 
X, κ-λ M 631 1
Total 12 16 6 4 38

 

Tabl. 3 — Provenance par niveau d’occupation et par phase des maquettes et figurines du carré X 29.

Carré X 29, NM-NR
Phases DT Niveaux Figurines
anthropomorphes
Figurines
zoomorphes
Maquettes Vases miniatures Total
II C couches de
surface
M 643
 
M 150
 
2
 
sur 1 M 195 1
1 M 219 1
entre 1-2 M 209 1
avant 2 M 196 1
2 M 197 1
sous 3 M 222 (1/3) 1
sur/dans 4 M 288 1
II B sur 5
 
M 326
M 222 (1/3)
2
 
sur 6 M 633 1
sur 9 M 444 1
II A sur 10 M 128 1
11 M 636 1
sous 12
 
 
 
M 1237
 
 
 
M 1291
M 1293
M 1290
M 1268
5
 
 
 
II berme M 645 1
remblai M 647 1
? M 654 1
I 14
 
 
 
 
M 1726
M 1478
M 1479
M 1585
M 1577
M 1484
 
 
 
 
M 204
M 1761
 
 
 
(M 204)
(M 1761)
 
 
 
8
 
 
 
 
Total 12 9 9 1 31

 

Tabl. 4 — Provenance par niveau d’occupation et par phase des maquettes et figurines du carré X 30.

Carré X 30, NM-NR
Phases DT Niveaux Figurines
anthropomorphes
Figurines
zoomorphes
Maquettes -
Divers
Vases miniatures Total
II C surface M 223 1
sous 1 M 272 1
sur 2 M 1774 1
sous 2 M 321 M 327 M 331 3
3 M 333 1
II B sur 4 M 388 1
4 M 527 1
4 dans
cendres foyer
M 479
 
1
 
Sous 4,
bande E
sous 4
M 419
 
 


M 526
2
 
 
sur 5
sur 5, berme E
M 482
M 740
2
 
entre 5-6 M 661 1
6 contre
paroi four
M 664
 
1
 
Entre surface
et 6
M 651
 
1
 
entre 6-7 M 1285 1
II A 8
 
 
M 790
 
 
M 751
 
 
M 750
M 1287
M 766
M 172
 
 
6
 
 
sous 8 M 789 1
10 M 1270 M 1264 2
I sommet NM M 1218 1
sous 11 M 1555 1
entre 11-12 M 1737 1
déblais NM
 
M 1274
M 1239
2
 
Total 12 9 8 + 2 = 10 1 32

 

Tabl. 5 — Provenance par niveau d’occupation et par phase des maquettes et figurines des secteurs A 2 et B 1.

Secteurs B1 et A2, NM-BR/historiques
Phases DT Carré/niveau Figurine
anthropomorphes
Figurines
zoomorphes
Maquettes -
Divers
Vases miniatures Total
IV/ Hist. R 25/
berme surf.
M 1900
 
1
 
R 25/niv. 1 M 1855 1
IV R 25/niv. 2 ? M 1883 1
III Q 24/12-9 M 642 1
R 27/niv. 5 M 13 1
R 24/niv. 12 M 113 1
R 24/niv. 16 M 124 1
II C R 25 B 30 1
R 25/26 C 38 1
R 26/27 D 40 1
T 24/
7,28-6,70
M 1858
 
M 258
 
2
 
II B-C T 25/5,95 M 265 1
TU 25/
6,50 (398)
M 1937
 
1
 
TU 25/(391) M 1938 1
U 24/
6,60 (336)
M 1913
 
1
 
U 24/
6,44 (350)
M 1935
 
1
 
U 25/
4,92 (321)
M 1890
 
1
 
U 25/surf. M 1904 1
P 25/
surf. (305)
M 1920
 
1
 
R 25/surf. M 1809 1
R 25/surf. M 1793 1
R 24/(306) M 1903 1
R 25/
26 berme
M 1902
 
1
 
R 26/
surf. 74/200
M 1818
 
1
 
II A AA 29/
surface
M 658
 
1
 
I AA 29/
surface
M 1560
 
M 649
 
2
 
? R 26/
surface
M 1788
 
1
 
Total 9 12 3 5 29

Méthodologie

  • 8 Marangou 1992a, p. 5, et 1996a, p. 150.
  • 9 Il n’a pas été jugé utile de traiter séparément les objets de l’une ou l’autre rubrique datant d’un (...)

7Si le tout (maquettes et figurines) forme un ensemble, tout ne doit pas forcément être interprété de la même façon : une variété des fonctions paraît plus proche de la réalité que la solution unique8. Or, pour faciliter l’étude, les figurines et les maquettes en terre cuite, qui forment néanmoins un ensemble cohérent, seront réparties selon des critères iconographiques en quatre rubriques : 1) les figurines anthropomorphes, 2) les figurines zoomorphes, 3) les maquettes – 3.1) les maquettes de mobilier, 3.2) les maquettes de dispositifs domestiques fixes, 3.3) les maquettes de maison, 3.4) les objets divers (inclassables) – et 4) les vases miniatures. À l’intérieur de chaque rubrique, sauf exception9, les objets seront examinés séparément par période chronologique : NM, NR, BA, BR (DT I à IV). Les objets hors stratigraphie, dont le classement chronologique sur critères typologiques est possible, seront inclus dans les périodes majeures, ceux dont la datation reste incertaine étant classés à part. L’étude par rubriques est suivie des conclusions principales.

  • 10 À l’exception de Hourmouziadis 1994 ; voir aussi Ucko 1968 et Marangou 1992.

8Les différentes rubriques comprennent l’étude de cinq aspects principaux. Les méthodes de fabrication (technique) ont rarement reçu dans le passé l’importance qui leur est due10 ; nous avons donc voulu présenter ici un maximum d’informations, malgré l’absence regrettable d’analyses physico-chimiques.

  • 11 Todorova 1980, Bartel 1981 et Talalay 1993.

9Dans la typologie (forme), les différents types ont été définis en prenant en compte en même temps et dans l’ordre : les méthodes de fabrication, l’iconographie et la fonction inhérente (suspension, stabilité ou absence de stabilité). La classification selon les parties des figurines et leurs combinaisons possibles, utile pour des études déjà effectuées sur les figurines anthropomorphes11 et avec des objectifs différents de ceux d’une publication, n’a pas été considérée pertinente pour la présentation compréhensible d’un matériel aussi complexe. D’ailleurs, en voulant traiter de l’ensemble des miniatures, et non seulement des figurines anthropomorphes, un système analogue aurait créé beaucoup plus de problèmes qu’il n’en aurait résolus. Comme on voulait également insister sur les miniatures qui ont généralement été négligées dans le passé, on a suivi le même schéma de présentation que pour les figurines. Dans le cas des figurines anthropomorphes, la distinction traditionnelle arbitraire entre figurines naturalistes et figurines schématiques a été suivie. Or tous les degrés et toutes les combinaisons de schématisme et de naturalisme sont possibles, ne serait-ce que par la possibilité de combiner des parties du corps plus ou moins abstraites, et le risque existe de classer un fragment sans connaître la partie perdue. Cependant, cette distinction a un sens surtout pratique à l’intérieur d’un matériel donné, si l’on fixe les limites de façon ponctuelle, sans vouloir généraliser – dans ce cas les innombrables possibilités de variation finiraient par brouiller la vue d’ensemble, et ce qui serait schématique sur un site pendant une phase donnée pourrait être naturaliste sur un autre site et/ou pendant une autre phase.

  • 12 Voir supra, p. 58.

10L’évolution trace la continuité durant les phases des périodes majeures12 et procède à des rapprochements avec les sites culturellement et géographiquement proches. Il est cependant évident que les changements sont moins rapides d’une phase à l’autre par rapport à la céramique, les maquettes et figurines pouvant être conservées pendant des périodes plus longues. Leur périodisation est donc forcément moins détaillée ; leur fabrication et leur typologie plus conservatrices. Le contexte décrit la provenance, lorsqu’elle est connue ; et, finalement, l’utilisation présente les indices concernant les possibilités d’utilisation ou de fonction (caractères morphologiques, traces d’utilisation).

1. Les figurines anthropomorphes

1.1. Néolithique Moyen (Dikili Tash I)

M 631 (pl. 59 ; pl. 77)

  • 13 Les dimensions sont exprimées en centimètres (cm).

11Dimensions13 : h. max. 5,8 ; l. max. 5,7 ; ép. max. 4,3.

  • 14 La provenance des objets fait référence au secteur, puis au niveau où ils ont été trouvés. Concerna (...)

12Provenance14 : W 30, dans les tessons entre k et l (niveau X).

13Description : la partie inférieure du corps est conservée, modelée d’une seule pièce à partir des hanches jusqu’au bas du torse. La pâte est de couleur brun gris et de texture plutôt poreuse ; la surface est rouge, noire par endroits. Le ventre est marqué, les fesses sont très proéminentes, la taille cambrée ; les hanches sont larges et la taille plus fine. Le travail est soigné. Les jambes se dirigeaient vers l’avant.

14Décor : il est composé d’incisions et de points. Partie avant : trois lignes incisées au centre descendent verticalement de la cassure vers le ventre. À droite et à gauche de la taille, deux cercles concentriques sont incisés. Des zigzags verticaux parallèles sont disposés entre les deux cercles, couvrant également le ventre. Au-dessous, une ligne horizontale sépare le haut du bas du corps, s’infléchissant légèrement en avant. Parallèle à la précédente, une autre ligne est visible en arrière et entourait probablement à l’origine les hanches. Entre les deux lignes parallèles, un décor est composé de motifs géométriques, de chevrons et de lignes parallèles. Au centre, on retrouvait probablement le même motif d’incisions que sur le dos.

15Au dos, on observe sur les hanches des lignes horizontales incisées en deux groupes (5 à gauche et 4 à droite) et entre ces deux groupes un motif de chevrons opposés par la pointe ; ce dernier motif est séparé des deux groupes de lignes par des incisions verticales. Enfin, sur les fesses, deux cercles concentriques pointés sont incisés ; au-dessous, on voit le départ de lignes incisées verticales qui couvraient les cuisses. Sous les fesses et au milieu, on remarque de nouveau des traces d’un motif de chevrons. Sur le dos, au-dessus de la taille, des chevrons sont opposés symétriquement. Plus haut, des lignes verticales parallèles descendaient aussi du centre de la cassure vers la taille.

M 1237 (pl. 59 ; pl. 77)

16Dimensions : h. max. 5,4 ; l. max. 6,8 ; ép. max. 2,25 ; l. cou 2,2 et ép. 1,4.

17Provenance : X 29, sous le sol 12 (déblais).

18Description : le torse et le cou de la figurine sont conservés. Celle-ci est façonnée dans une pâte relativement poreuse de couleur brun rouge clair, dont la surface n’est pas travaillée, à dégraissant minéral moyen à gros. Son profil est plat. Deux excroissances sur le dos figurent probablement les omoplates ; la gauche est plus grande. Entre elles un sillon vertical représente la colonne vertébrale. Seul le sein gauche est conservé, appliqué sur le torse (traces de l’ébauchoir). Le contour des bras est figuré sommairement, les épaules sont perforées de trous horizontaux d’un diamètre de 3 mm environ. Sans décor.

M 1270 (pl. 77 ; pl. F)

19Dimensions : h. max. 2,6 ; l. max. 2 ; ép. max. 1,9 ; fente des yeux L. 1,7, l. 0,2, prof. 0,2.

20Provenance : X 30, niveau 10, 2e zone de pierres, déblais.

21Description : tête et cou. Pâte grise, poreuse à la cassure, contenant du gravier, à surface brun foncé non travaillée, avec des traces rouges sur le nez et le front. Le sommet du crâne est triangulaire, presque plat, modelé entre trois doigts. La tête est aplatie, légèrement concave à l’arrière. Le nez est pointu, les yeux renflés en amande, incisés profondément à l’horizontale, sur toute la largeur des joues. Angles marqués. Le cou semble avoir été assez long. On observe enfin une petite incision transversale légèrement oblique sur l’extrémité du nez.

M 1478 (pl. 59 ; pl. 77)

22Dimensions : h. max. 3,1 ; l. max. 4,1 ; ép. max. 1,5.

23Provenance : X 29, niveau 14.

24Description : le torse, le cou et les bras pliés sur la poitrine sont conservés. La pâte est rouge brun à l’intérieur, à dégraissant minéral moyen, et contient de petits cailloux ; la surface est rouge noirâtre. La taille est cambrée. Les mains sont posées à plat, les doigts vers le bas. Les bras ont été modelés en relief, avec des bouts d’argile ajoutés qui auraient pu se décoller ; les doigts par contre sont indiqués par trois incisions pour chaque main.

25Décor : deux incisions entourent chaque avant-bras. Trois chevrons sont incisés sur le cou, pointes en bas.

26Publication : Deshayes 1973, p. 465, fig . 2 et p. 466.

M 1479 (pl. 59)

27Dimensions : h. max. 3 ; L./l. 2 ; ép./l. 0,8.

28Provenance : X 29, niveau 14.

29Description : fragment de figurine humaine schématique (?). Pâte fine de couleur jaune gris, contenant un peu de gravier. Le fragment ressemble à certaines figurines humaines qui représentent des personnages avec leur siège quadripode. Un pied est conservé, trois sont cassés à leur naissance. Brisé au niveau de la taille – ou du cou.

M 1555 (pl. 59 ; pl. 77)

30Dimensions : h. max. 5,3 ; l. max. 3,7 ; ép. max. 2,8.

31Provenance : X 30, à 16-15 cm sous le niveau 11 (?).

32Description : la partie inférieure du corps est conservée à partir de la taille. Elle est façonnée dans une pâte gris noir, à dégraissant minéral fin à moyen. Le modelé est prononcé, les fesses sont très proéminentes, la taille cambrée. Le haut des fesses est plat. Les jambes s’amincissent progressivement vers le bas et se terminent presque en pointe ; les pieds ne sont pas indiqués ; la jambe droite avance légèrement par rapport à la gauche. Les jambes ont été modelées séparément et collées ensemble ensuite : on distingue bien leur séparation. Des traces d’outil et des empreintes digitales sont visibles. La figurine peut tenir assise. La taille cassée était fine.

33Décor : sans décor ; seules deux petites incisions (accidentelles ?) sont visibles au-dessus de l’aine.

M 1560 (pl. 59 ; pl. 77)

34Dimensions : h. max. 5,1 ; l. max. 2,5 ; ép. max. 2,2.

35Provenance : AA 29, couche de surface.

36Description : la partie inférieure du corps, à partir du bas du torse, est conservée. La pâte est rouge, à dégraissant minéral fin à moyen ; en surface la couleur est changeante, gris noir au dos et sur les côtés, rouge devant avec des traces de noir. Le torse est plat, la taille et les hanches ont la même largeur, le profil avant est presque rectiligne, les cuisses sont étroites, tandis que les fesses sont très saillantes. Les fesses et les jambes sont séparées à l’avant et au dos par une incision. Les extrémités des pieds sont cassées. On remarque des trous (accidentels ?) entre les jambes, devant et derrière, et un autre encore, devant, sur la hanche droite. Le triangle pubien est incisé maladroitement, avec une fente (?) au milieu. La figurine pourrait tenir assise, les jambes en avant, légèrement pliées aux genoux, le dos penché vers l’arrière, mais elle semble plutôt avoir été représentée debout.

37Décor : des incisions légères et irrégulières ; sur la partie supérieure du corps, à l’avant et au dos, des chevrons superposés, pointe en bas.

M 1577 (pl. 59)

38Dimensions : h. max. 3,2 ; l. max. 3,6 ; ép. max. 2,2.

39Provenance : X 29, niveau 14.

40Description : la moitié droite du bassin est conservée. Pâte rouge, à dégraissant minéral moyen à gros ; surface noire, abîmée du côté droit. La fesse est arrondie et très proéminente. Les deux moitiés du bassin ont été modelées séparément puis collées. Une incision séparait les fesses et les cuisses à l’arrière. Il reste des traces d’empreintes digitales. La figurine peut tenir assise.

41Décor : sur le dos, une incision horizontale et au-dessus quatre autres formant un M (?). Entre le ventre et le haut de la cuisse, trois incisions obliques parallèles se dirigent de la hanche vers l’aine.

M 1585 (pl. 60 ; pl. 77)

42Dimensions : h. max. 7,4 ; l. max. 7,8 ; ép. max. 2,75.

43Provenance : X 29, niveau 14.

44Description : le torse est conservé, la tête manque. La pâte a une couleur rouge brun partiellement brûlée, l’intérieur est brun ; le dégraissant est minéral, moyen à gros. La figurine est grossièrement réalisée, d’un profil très plat. Les dorsaux sont très marqués, un sillon plat sépare les omoplates, les seins ne sont pas figurés. La taille, creusée des deux côtés, est très cambrée, ce qui suggère peut-être que la figurine faisait partie d’un support. La section est courbe devant, rectiligne au dos, l’épaisseur augmente vers la cassure. Les bras sont rendus sommairement, le moignon droit étant cassé au bout ; ils sont dirigés vers l’avant. Deux doubles perforations, dont l’une est cassée, traversaient horizontalement les bras ; leur diamètre est de 2 à 2,5 mm. Une perforation axiale d’environ 2 cm traverse le cou dans le sens de la longueur. Du côté droit, il y a une cassure. La surface du dos était égalisée, pas celle de l’avant. Sans décor.

M 1726 (pl. 60)

45Dimensions : h. max. 4,6 ; l. max. 2,2 ; ép. max. 3,5.

46Provenance : X 29, niveau 14, 5e passe.

47Description : la fesse saillante et arrondie et la cuisse gauches sont conservées. Pâte jaunâtre gris, à dégraissant minéral moyen, jaunâtre en surface, grise entre les jambes et sur les fesses. La cuisse est perforée dans le sens de la longueur jusqu’à une profondeur d’au moins 2,5 cm, ce qui pourrait indiquer l’emplacement d’un noyau en bois. Les deux moitiés de la partie inférieure du corps ont été modelées séparément. Une empreinte digitale est visible à l’intérieur de la cuisse, à l’endroit où l’autre cuisse aurait dû être collée. La figurine peut tenir assise.

48Décor : il est constitué d’une incision à l’avant, entre la hanche et l’aine, indiquant la séparation de la cuisse et du bassin et formant le triangle pubien, ce dernier marqué par une incision verticale.

D 17 (pl. 60)

49Dimensions : h. 3,7 ; L. 4,8 ; l. 2,7.

50Provenance : inconnue.

51Description : fragment de fesse et cuisse droites (?) de figurine assise. Pâte brune, à dégraissant minéral moyen, à surface grise. La partie gauche manquante avait probablement été modelée séparément et collée ensuite.

Technique

52Les figurines de cette période ont été modelées dans une pâte de couleur rouge, brun ou gris, à dégraissant minéral fin à gros. La surface présente parfois des parties noires ou grises, résultant probablement d’une mauvaise cuisson. La partie supérieure du corps a été façonnée dans un seul noyau de pâte ; la partie inférieure est composée de deux moitiés qui ont été modelées séparément et par la suite collées (pl. 59 et 77, M 1555 ; pl. 59, M 1577 ; pl. 60, M 1726 et D 17). Dans un cas (M 1726), nous distinguons sur le côté intérieur de la cuisse une empreinte digitale à l’endroit même de l’attache, la cuisse étant elle-même perforée sur une longueur de 2,8 cm : une cheville en bois avait apparemment été utilisée lors du modelage. Les détails anatomiques, seins (pl. 59, M 1237) et bras repliés (pl. 59 et 77, M 1478), étaient appliqués dans un second temps. Les doigts étaient ensuite incisés au point d’attache sur la poitrine.

  • 15 Rodden 1964, Nandris 1970a.
  • 16 Georgiev 1961, fig. 4, 1a-c.
  • 17 Marangou 1997b, pl. 62 et 68a-c.

53Malheureusement, aucune figurine entière du NM ne nous est parvenue ; par conséquent les rapports entre têtes, parties supérieures et parties inférieures du corps conservées ne sont qu’hypothétiques. Étant donné que les têtes sont brisées, nous ne savons pas de quelle façon elles ont été collées sur les épaules dont elles se sont détachées. Selon toute probabilité elles avaient été modelées séparément avec le cou, comme l’unique tête conservée M 1270, et par la suite introduites ou, plus probablement, fixées à l’aide de chevilles en bois qui s’inséraient dans une perforation axiale du torse, comme semble l’attester l’exemplaire M 1585, pourtant schématique, qui est perforé sur une profondeur de 1,5 cm. Ce système de fabrication rapproche les figurines de DT I des figurines plus anciennes de Néa Nikomédia15 (NA) ou de Jasa Tepe16 (Karanovo III) à jambes, bras et tête articulés, mais aussi de celles, plus ou moins contemporaines, de Dimitra I-II17.

  • 18 Voir infra, p. 70-71.

54M 631 (pl. 59 et 77) diffère par son riche décor incisé18 et par sa forme des autres figurines du NM de Dikili Tash. Ses jambes ne sont pas conservées, cependant leur fabrication aussi a dû être différente : rien ne prouve un modelage séparé ; il s’agirait plutôt, d’après la partie des fesses conservée, d’un modelage en bloc, à partir d’une boule d’argile.

55M 1560 (pl. 59 et 77) a été modelée sur un seul noyau de pâte, le haut et le bas ensemble. Seuls quelques trous fins entre les jambes et une incision verticale à l’avant et à l’arrière les séparent. Le profil est très plat à l’avant, le dos est beaucoup plus soigné, les fesses très proéminentes.

  • 19 Voir supra, p. 68.

56Les figurines schématiques ont été fabriquées de façon différente : le modelage plus simple de la partie conservée a été effectué sur une motte d’argile aplatie. Par contre, la tête a pu être fixée à l’aide d’une cheville19.

Forme

57Les dix exemplaires provenant de niveaux du NM, ainsi qu’un objet de type similaire, trouvé en surface, sont divisés en trois types, figurines naturalistes, figurines schématiques et tête.

Type A

58Il englobe quatre catégories de figurines naturalistes.

  • 20 Entre 5,8 et 3,1 cm pour la hauteur, 5,7 et 2,2 cm pour la largeur et 4,3 et 1,5 cm pour l’épaisseu (...)

59a) La première comprend quatre fragments qui représentent la partie inférieure d’un corps féminin (assis ?). Les parties inférieures de figurines naturalistes (pl. 59 et 77, M 1555 ; pl. 59, M 1577 ; pl. 60, M 1726 ; auxquelles il faut sans doute ajouter D 17 [pl. 60], trouvé en surface) ont des fesses très saillantes, leurs jambes sont collées entre elles et s’amincissent vers leurs extrémités, aboutissant à des pointes ; si l’on en juge par la cambrure de la taille fortement indiquée, dans un cas même excessive, le haut des fesses étant très plat, et par l’avancement des jambes, les figurines pourraient être représentées semi-assises. Leur section à la hauteur de la taille est en demi-lune. Le triangle pubien est incisé sur un exemplaire (M 1726). Les dimensions maximales conservées des exemplaires de ce type20 montrent qu’il s’agissait de figurines qui ne dépassaient pas, ou à peine, la dizaine de centimètres.

  • 21 Voir infra, p. 71.

60b) M 1478 (partie supérieure) (pl. 59 et 77) a été trouvé sur le même sol que M 1577 (pl. 59) et M 1726 (pl. 60), ainsi que l’exemplaire schématique M 1585 (pl. 60 et 77) ; il pourrait provenir d’une figurine de type similaire naturaliste dont il manque la partie inférieure, mais il est peu probable qu’il ait appartenu au même objet que l’un des autres fragments naturalistes, même si ses dimensions d’origine ne devaient pas s’en éloigner tellement. Il faut noter par contre que les autres torses conservés du NM (de type schématique)21, très différents du point de vue technique des types naturalistes, sont en outre de dimensions plus importantes par rapport à la moyenne des parties inférieures naturalistes.

  • 22 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.103 (no 3, décorée, phase I) et 9.110 (no 61, « phase II ou II (...)
  • 23 Marangou 1997b, pl. 64c.
  • 24 Georgiev 1961, fig. 3, 1a-c (Karanovo I). Voir Stalio 1977, fig. 86 (Vinča, NM, musée de Belgrade).

61c) La figurine fragmentaire M 1560, représentée debout, qui provient d’une couche de surface, est classée ici (pl. 59 et 77), mais ce qui en reste la rapproche plutôt du point de vue typologique de quelques fragments de figurines de Sitagroi I ou II, à jambes plus étroites vers les pieds et légèrement aplaties ; une ligne incisée de haut en bas délimite la cuisse et la jambe mince22 ; un autre exemplaire provient de Dimitra Ib23 ; elle se rapproche même de celles de Karanovo I, debout, fesses très saillantes, jambes séparées par une incision à l’avant comme à l’arrière et torse plat et fin24. La taille de l’exemplaire de Dikili Tash n’est pourtant pas marquée, les pieds sont plus petits ; son décor incisé en chevrons parallèles la rapproche en outre de l’exemplaire de Sitagroi I, orné d’un zigzag incisé. La figurine M 1560, qui présente un torse combiné à une partie inférieure du corps bien plus volumineuse, pourrait fournir un indice supplémentaire pour associer le torse plat M 1478 à une partie inférieure de figurine à fesses saillantes. Ses dimensions d’origine seraient comparables à celles des deux premières catégories.

62d) M 631 (pl. 59 et 77) présente des caractères exceptionnels dans le matériel du NM de Dikili Tash ; en fait, elle a été découverte dans un niveau ancien du NM. Cette partie inférieure de corps modelée en une pièce des hanches au début du torse a le ventre marqué, les fesses très proéminentes, les hanches larges et la taille plus fine et cambrée. Probablement était-elle représentée assise. Elle aurait été plus grande que les autres exemplaires naturalistes, dépassant sans doute les 15 cm.

Type B

63Il comprend deux catégories de figurines schématiques.

  • 25 H. 5,4 et 7,4 cm ; l. 6,8 cm ; ép. 2,25 cm.

64a) Deux fragments de torses aplatis à bras moignons perforés horizontalement. Dans l’un des deux, il s’agit de perforations doubles. Les omoplates sont rendues en relief, la colonne vertébrale est indiquée par un creusement ; les bras avancent légèrement ; dans un cas, le sein gauche est représenté en relief. Dans l’autre, conservé jusqu’au début des hanches, la taille est rentrée (pl. 59 et 77, M 1237 ; pl. 60 et 77, M 1585). Il n’est pas exclu que ces fragments aient appartenu à l’origine à des récipients : cela expliquerait qu’un seul côté ait été égalisé (sur M 1585, le côté rentré) et que la section de la taille forme un ovale allongé qui s’élargit vers le bas (M 1585). Les perforations des bras, très courantes dans l’aire Vinča, pourraient indiquer une suspension ou la fixation d’appendices périssables. Les dimensions maximales conservées25 suggèrent que, à l’origine, les exemplaires étaient relativement grands, de l’ordre d’une quinzaine de centimètres dans le cas de figurines debout.

  • 26 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, nos 97 et 16, fig. 9.81-82.

65b) Un exemplaire tétrapode (pl. 59, M 1479) devrait sans doute être classé dans les figurines schématiques, encore qu’il faille démontrer qu’il s’agit effectivement d’une représentation anthropomorphe. Cela pourrait être une figurine schématique unie à son siège. Le site voisin de Sitagroi a fourni des exemplaires similaires à quatre (phase II) ou à trois pieds (phase III)26. Les dimensions d’origine étaient très petites, sans doute d’environ 5 cm.

Type C

  • 27 Voir supra, p. 69.

66Une unique tête naturaliste (pl. 77 et F, M 1270) constitue cette catégorie, puisqu’elle ne peut être combinée à aucun des torses ou parties inférieures des catégories naturalistes précédentes, même si ses dimensions d’origine ne devaient probablement pas en être très éloignées. De toute manière, elle a été trouvée dans un niveau plus récent que les autres et son appartenance au NR est également envisageable. Le cou est assez long, mais rien n’indique qu’il ait été fixé dans une perforation prévue entre les épaules, selon le système utilisé pour la fabrication des figurines du NM27. La tête est modelée entre les doigts, le nez est pointu et les yeux rendus par des incisions profondes et longues à bords épais, parallèles au front triangulaire. Une petite incision a été pratiquée sur l’extrémité du nez.

Décor

  • 28 Voir Höckmann 1968, no 1295, ainsi que Mylonas 1929, no 8.
  • 29 Nikolov 1970, fig. 3,8 (niveau C) et 13 ; Nikolov 1974, fig. 56 (niveau B, Karanovo V).
  • 30 Georgiev 1967, fig. 22.
  • 31 Voir, par exemple, M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, nos 57 et 59, fig. 9.15 et 9.18 ; également, fig.  (...)

67Le décor incisé sur les figurines naturalistes (les figurines schématiques n’étant pas décorées) est relativement rare. Un motif de chevrons superposés, pointe en bas, orne le cou de M 1478, dont les poignets portent en outre de petits traits incisés, ainsi que le torse et le dos de M 1560 (pl. 59 et 77). Par ailleurs, M 1577 (pl. 59) présente un motif de trois lignes parallèles obliques sur la région pubienne et un autre, composé d’une ligne horizontale surmontée de quatre traits obliques, sur le dos28. M 631 (pl. 59 et 77) a un décor exceptionnellement riche, composé de lignes incisées verticales, de lignes parallèles, de chevrons et de cercles concentriques sur le dos, de lignes verticales, de cercles concentriques, de zigzags et de chevrons opposés sur le devant. La richesse de son décor et la forme de la partie conservée le rapprochent des figurines de Gradešnica (Karanovo V)29 et de celles de Kalojanovec (Stara Zagora, Karanovo IV), avec des spirales sur les fesses et des chevrons sur le dos30. Quelques figurines de Sitagroi (phase II) portent également des spirales sur les fesses, des lignes et des zigzags31.

Évolution

  • 32 Deshayes 1970b, p. 808.
  • 33 Étapes 2 et 3 du NM selon C. Commenge-Pellerin, dans Dikili Tash I, 2, p. 45.
  • 34 L’étape 4, selon le même, ibid., p. 46.
  • 35 Voir infra, p. 132-134.
  • 36 Niveaux 11 et 12 de X 30 et 13 et 14 de X 29 : ibid.
  • 37 Voir Dikili Tash I, 1, p. 24 et 25.
  • 38 Les carrés X 29 et X 30 sont localisés sur le flanc du tell et, à cause de sédiments de ruisselleme (...)

68J. Deshayes s’étonnait, en 1970, de l’absence de figurines dans les niveaux du NM, en particulier dans le carré AA 29, ce qui contrastait avec le riche matériel de Vinča32. Cette absence s’est avérée, avec la poursuite des fouilles, être plutôt une rareté relative dans les autres carrés du NM. Les figurines de DT I proviennent en effet (tabl. 1-5) surtout du carré X 29, dont cinq du niveau 14 (M 1478, M 1479, M 1577, M 1585, M 1726) et une sous le niveau 12 (M 1237) ; deux figurines du carré X 30 (sous le niveau 11, M 1555, et niveau 10, déblais, M 1270 ; la dernière pouvant dater du NR) ; une figurine (M 631) a été trouvée dans des strates plus anciennes, entre les niveaux k et l (X) du carré W 3033. Types schématiques et naturalistes coexistent : ils ont été découverts dans le même niveau 14 du carré X 29, qui correspond, avec le niveau 13 du même carré et les niveaux 11 et 12 de X 30, aux dernières phases du NM34. Si deux figurines sont plus anciennes que les autres, dont l’une trouvée en stratigraphie (M 631) et l’autre en surface (M 1560), la plupart des figurines anthropomorphes mais aussi les zoomorphes et les meubles/vases miniatures35 du NM proviennent des phases récentes de la période36. Deux figurines (la schématique M 1237 et la tête M 1270) ont été découvertes dans des niveaux plus récents (respectivement sous le niveau 12 de X 29 et dans les déblais du niveau 10 de X 30, ces deux niveaux étant les premiers du NR37), et l’une d’entre elles au moins (M 1270) pourrait appartenir au NR38.

  • 39 Lichardus-Itten et al. 2002, p. 125 et 158, pl. 22, nos 12 et 15.
  • 40 Ridley, Wardle 1979, pl. 26 (d) ; Phelps 2000, p. 198, fig. 4.29 (SF 219 et 216), pl. 4.14.
  • 41 Ibid. et Ridley, Rhomiopoulou 1972, fig. 11-12. Le même procédé a été utilisé à Vassilika (Grammeno (...)
  • 42 Deux moitiés collées et chevillées, recouvertes d’une couche d’argile : Todorova, Zlatarski 1978, p (...)
  • 43 Perforations du corps et à l’endroit de fixation des membres : Kančeva 1989, p. 43.
  • 44 Georgiev, Angelov 1952, fig. 150.
  • 45 Marangou 1997b, pl. 62, 65, a, c, f (Dimitra Ib et II) et pl. 68, a-b (Dimitra Ia et II).

69La méthode de fabrication avec des parties chevillées, recouvertes ensuite d’argile, a déjà été rapprochée plus haut des figurines de Néa Nikomédia et de Jasa Tepe, auxquelles il faudrait ajouter celle de Kovačevo déjà au NA39. La fabrication, en particulier, de la partie inférieure du corps (fesses et cuisses-jambes), proportionnellement plus volumineuse que le torse, en deux moitiés séparées après le modelage et avant la cuisson est également attestée à Servia au NM40, où l’on remarque en plus les trous qui témoignent de l’utilisation de chevilles dans la partie intérieure des fesses/cuisses ; ces dernières seront par la suite séparées de nouveau41. La même technique est utilisée à Usoe I (NM)42 et sur le site près de Nova Zagora datant de Karanovo IV43. Le site de Ruse a également fourni des jambes de figurines en terre cuite perforées par des chevilles44, tout comme celui de Dimitra, où l’on distingue même une évolution dans ce système de fabrication d’une phase à l’autre45.

  • 46 Letica 1964, fig. 2 à gauche ; Gimbutas 1982, fig. 2 ; Gimbutas 1976, pl. 12, catalogue no 1 (pério (...)
  • 47 Voir Phelps 2000, pl. 4.15, SF 145 (NM).
  • 48 Todorova 1976, p. 122, fig. 1 et 3.
  • 49 Georgiev 1961, fig. 3, 2a-c, et Georgiev 1967, fig. 20.
  • 50 Phelps 2000, pl. 4.14, SF 219, fig. 4.29, SF 219 et SF 145 (NM).

70Les torses plats et les parties inférieures à fesses saillantes de DT I ne sont pas sans rappeler les figurines de Vinča46 qui ont un torse relativement mince et dont les fesses sont arrondies et extrêmement volumineuses47 ; la combinaison d’un torse plat et d’un bas stéatopyge se situe dans les « normes ». D’autres figurines encore, à Goljamo Delčevo48, à Karanovo (déjà au niveau III)49 et à Servia50, présentent ces mêmes caractères.

  • 51 Plusieurs dans Hourmouziadis 1994.
  • 52 Rodden 1964, fig. 1.
  • 53 Ridley, Wardle 1979, pl. 26d ; Phelps 2000, fig. 4.28, pl. 4.13, SF 716 (NA), fig. 4.29, SF 219 (NM (...)
  • 54 Vasić 1936, p. 94, fig., pl. XCI (nos 423, 427), CVI (no 500), CVII (no 502), CXVIII (no 550). Voir (...)
  • 55 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.11, no 159 : chevrons à l’avant et à l’arrière.

71La disposition des mains sur la poitrine est ancienne et très répandue ; on en connaît plusieurs exemples au NA et au NM : en Thessalie51, à Néa Nikomédia52 et à Servia53. Par ailleurs, les figurines de Vinča adoptent elles aussi la position assise et leur triangle pubien est marqué ; tout au long de ces périodes, le triangle incisé qui entoure le cou est récurrent54 : sur l’exemplaire de Dikili Tash, il s’agit de trois chevrons superposés pointe en bas. Un autre parallèle provient de Sitagroi55.

  • 56 Detev 1950, fig. 25, deuxième à partir de la droite (« couche supérieure »).
  • 57 Detev 1960, fig. 49, troisième rang, à gauche : spirales sur les fesses.
  • 58 Todorova et al. 1983, pl. 89, 4-7.
  • 59 Kančeva 1989, pl. 3, nos 20, 23, 24.

72La ressemblance de M 631, unique en son genre à Dikili Tash, avec des exemplaires de Gradešnica, Sitagroi II et Kalojanovec (Karanovo IV-V) a déjà été soulignée plus haut. D’autres similitudes apparaissent à Banjata56, Jasa Tepe57 ou même Ovčarovo58 dans les motifs peints de certaines figurines de la « scène de culte », ainsi qu’à Nova Zagora (Karanovo IV)59.

  • 60 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.2, 4, 12, 13, 87, pl. XLV:2 et XLVIII:1.
  • 61 Vasić 1931, pl. XXX.
  • 62 Vasić 1936, nos 450, 451, 468, 471, 480, fig. à la p. 95 et 96, pl. XCV, XCVII.
  • 63 Todorova et al. 1975, pl. 71 (5), 78 (9) et 79 (9).
  • 64 Bakalakis, Sakellariou 1981, p. 69, pl. 72,5 et XLV, 7.
  • 65 Marangou 1997b, pl. 64a-b.
  • 66 Hourmouziadis 1973, pl. 73 à droite.
  • 67 Kitanoski, Simoska, Todorović 1978, no 74 et fig. à la p. 27.

73Les figurines schématiques à épaules perforées trouvent des parallèles à Sitagroi (phase II surtout) – la moitié des figurines schématiques de ce site (qui sont cependant décorées) ont des perforations à travers les épaules ou en diagonale60 ; dans les figurines naturalistes61, mais aussi dans celles qui sont schématiques, en forme de planche, de Vinča62 ; dans celles aux bras indiqués et perforations doubles sur le torse d’Ovčarovo (horizons XI et XII)63. Du site de Paradimi provient aussi une figurine plate, à perforations à travers les épaules64. Certaines figurines de Dimitra Ib ont une partie supérieure plate et décorée ; d’autres, également plates, de la phase II, ont des perforations à travers les épaules65. Un autre parallèle du NR a été découvert à Hasan Magoula66. Une figurine schématique à profil plat, taille cambrée et bras moignons, sans perforations, est aussi répertoriée à Čuka (phase III, continuation du groupe de Porodin, NR de Pélagonie)67.

  • 68 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.56 et 9.81 (nos 13 et 16) ; fig. 9.82, no 97 (phase III) ; voi (...)

74La figurine (?) tétrapode unie à son siège rappelle des exemplaires, également non décorés, de Sitagroi II68.

  • 69 Rodden 1962, pl. XLI, 1-2 ; Nandris 1970a ; Phelps 2000.
  • 70 Nandris 1970a.
  • 71 Qui sont cependant différents : Rodden 1962 et Nandris 1970a.
  • 72 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, no 83, fig. 9.127.
  • 73 Gimbutas 1976, pl. 19 (« ornithomorphe ») et catalogue nos 12-14.
  • 74 Nikolov 1974, fig. 8.
  • 75 Σταρόσχηµα au lieu de coffee-bean eyes : Hourmouziadis 1994, p. 217, n. 72, fig. 26, surtout en bas (...)

75Des têtes de types proches de M 1270 (pl. 77 et F) ont été trouvées à Servia et paraissent montrer une évolution depuis des phases plus anciennes du Néolithique69, tels les rod heads70, comme par exemple à Néa Nikomédia71. Certaines figurines de Sitagroi (phase II)72 de type schématique, d’Anza II73 ou de Gradešnica (niveau B)74, à front triangulaire, avec des yeux profondément incisés, ou même des yeux « en grain de blé » typiquement thessaliens75, pourraient offrir des parallèles plus convaincants.

Contexte et utilisation

  • 76 Voir infra, p. 103-105.

76Nous avons des renseignements sur le contexte de découverte de cinq des figurines anthropomorphes des dernières étapes du NM : dans un cas (M 1555 ; sous le niveau 11 de X 30), ma figurine a été mise au jour avec des ossements ; dans un autre (M 1726), la figurine était accompagnée de tessons et d’ossements dans une zone de pierres ; cette dernière figurine, ainsi que M 1479 et M 1726, la zoomorphe M 1484 (pl. 65) et la maquette de meuble ou de vase M 204 (pl. 70) proviennent des mêmes carré et niveau (carré X 29, niveau 14) que trois autres figurines anthropomorphes (M 1478, M 1577, M 1585) qui ont été trouvées plus ou moins ensemble, accompagnées d’un tabouret ou vase miniature (pl. 70, M 1761), d’un pied de vase et d’outillage lithique. Cette association pourrait être significative76 et, en tout cas, montre une concentration dans le temps et l’espace de maquettes et de figurines diverses au NM.

  • 77 Gimbutas 1974 parle longuement des perforations des bras et de la tête ; voir Marangou 1992a, p. 20 (...)

77Les perforations des bras des torses schématiques ont pu servir à accrocher une sorte de parure77 ou bien à suspendre la figurine. Par contre, les figurines dont la partie inférieure est conservée et dont les pieds se terminent pratiquement en pointe pourraient avoir été posées sur un support ou par terre, assises. La figurine « debout » M 1560 a les extrémités des pieds brisées, mais il paraît peu probable qu’elle ait pu à l’origine reposer sur eux : les chevilles sont trop fines et les fesses trop saillantes pour qu’elle ait pu garder l’équilibre ; elle serait plutôt semi-assise.

78Les cassures des figurines naturalistes du NM se situent au cou, à la taille ou encore à la jonction entre les fesses (et les cuisses). Or, les figurines schématiques sont aussi cassées au niveau de la taille. La cassure peut être intentionnelle, mais ces endroits précis représentent techniquement les points faibles de la figurine fabriquée en noyaux séparés.

  • 78 Phelps 1987 et Talalay 1987.
  • 79 Phelps 1987, no 10, p. 243, pl. 34.

79La fréquente découverte de cuisses/jambes isolées a en effet fait penser à une séparation intentionnelle des cuisses/fesses des figurines, modelées séparément et réunies après cuisson. Cela a été constaté surtout dans le sud de la Grèce, pour le NM dans le nord du Péloponnèse (Franchthi, Corinthe, Lerne, Akratas, Aséa : split-leg figurines)78. Parmi ces figurines, l’un des fragments de Corinthe79 porte devant le même type d’incisions que M 1577. On ne peut étayer l’hypothèse proposée qu’il s’agisse ici d’objets utilisés lors d’une alliance quelconque entre individus ou villages, mais la question mérite d’être posée et suivie à l’avenir. En tout cas, cette séparation a pu être influencée par la technique, peut-être même anticipée sciemment lors de la fabrication.

1.2. Néolithique Récent (Dikili Tash II)

M 154 (pl. 60)

80Dimensions : h. max. 4 ; l. max. 2 ; ép. max. 2,15.

81Provenance : W 29, sous le niveau 1.

82Description : moitié inférieure droite de figurine féminine, fesse et cuisse. Pâte fine rouge clair, à dégraissant minéral fin, avec des traces noires sur le côté extérieur de la jambe. La figurine était assise.

83Décor : au moins trois incisions légères unissent la hanche à l’aine.

M 156 (pl. 60 ; pl. 78)

84Dimensions : h. max. 7,5 ; l. max. 2,95 ; ép. max. 3,8.

85Provenance : W 29, 2e couche de surface.

86Description : fesse, cuisse et genou droits. Pâte rouge, à dégraissant minéral moyen, à surface noire, sauf entre les jambes/cuisses, à l’endroit où elles étaient collées à la moitié gauche. Figurine bien modelée, les fesses étaient arrondies, les genoux pliés.

87Décor : double incision profonde horizontale sur les hanches, formant le triangle pubien. Des traces d’incrustation blanche dans les incisions.

M 195

88Dimensions : h. max. 3,3 ; l. max. 2,25 ; ép. max. 2,8.

89Provenance : X 29, niveau 1.

90Description : partie de fesse et de cuisse gauches de figurine féminine. Pâte rouge brun, poreuse, à dégraissant minéral moyen ; surface égalisée. La figurine tient assise. On distingue l’endroit où l’autre cuisse était collée.

91Décor : incisions verticales légères le long des cuisses, d’autres plus petites en oblique.

M 196 (pl. 60 ; pl. 78 ; pl. F)

92Dimensions : h. max. 5,9 ; l. max. 3,55 ; ép. max. 1,5.

93Provenance : X 29, couche jaune avant le niveau 2.

94Description : manquent la tête, le sein gauche, une partie du bras gauche et le bras droit. La pâte est rouge clair en surface, brune à l’intérieur, avec un dégraissant minéral moyen. Le profil est assez plat, à l’exception des saillies du ventre, du sein et des fesses. Les jambes sont soudées et s’amincissent vers le bas, se terminant presque en pointe ; leur séparation est indiquée par une incision à l’avant comme à l’arrière. Les bras étaient tendus sur les côtés. On remarque une perforation verticale (1,5 cm) à l’intérieur du cou. La figurine paraît avoir été aplatie par accident au niveau des hanches : elle peut tenir couchée. Certains des traits profonds semblent avoir été réalisés avec un instrument fourchu.

95Décor : des incisions légères couvrent les fesses et les cuisses à l’arrière ; au-dessus des fesses une ligne horizontale est profondément incisée. Une rangée de points au-dessus et une en dessous de cette ligne. Sur le dos, des incisions en arc de cercle ; entre la cassure du cou et les épaules, de nombreuses incisions verticales. Le triangle pubien est incisé. Sur le ventre, quatre incisions dont trois plus profondes se dirigent en oblique vers la hanche gauche. Une autre (accidentelle ?) unit le ventre au bras gauche. Sur le devant des cuisses, des traits plus ou moins profonds sont incisés, dont certains sont esquissés de façon irrégulière. Sur les deux côtés du dos, au-dessus de la ligne horizontale incisée, une excroissance arrondie est entourée d’une incision.

96Publication : Marangou 1992a, fig . 71b.

M 209 (pl. 61)

97Dimensions : h. max. 4,5 ; l. max. 4,1 ; ép. max. 1,35.

98Provenance : W 29, trouvé parmi les tessons, entre les niveaux 1 et 2.

99Description : la partie conservée pourrait être le cou et le haut du corps ou la taille et les hanches. La pâte est gris noir à dégraissant minéral fin et la surface de couleur brune. Le profil est très plat. Les côtés du cou/taille jusqu’à l’épaule/hanche forment des lignes courbes. On remarque une dépression horizontale sur l’une des faces plates, comme pour séparer les hanches (?) du torse.

M 219 (pl. 61 ; pl. 78)

100Dimensions : h. max. 4,1 ; l. max. 3,7 ; ép. max. 1,6.

101Provenance : X 29, niveau 1.

102Description : partie supérieure de figurine humaine à partir de la taille. Pâte jaunâtre mal épurée, à gros dégraissant minéral, à surface grise. Il manque un bras, l’autre est tendu sur le côté (gauche) en forme d’aile triangulaire. Le dos est droit, la tête levée, avec un front horizontal et un nez pointu. La bouche (ou le menton) est proéminente. Les yeux en amande sont indiqués par deux incisions horizontales. Empreintes digitales ?

M 220 (pl. 61 ; pl. 78)

103Dimensions : h. max. 7,4 ; l. max. 4,55 ; ép. max. 2,8.

104Provenance : W 30, niveau II.

105Description : fragment de la partie supérieure d’un corps féminin de la tête au début des hanches (manquent les bras). Argile gris rougeâtre, à dégraissant minéral moyen, avec des traces noires (bras, sein droit, menton, cheveux, œil droit), grises et rouges en surface. Le bas du corps, au moins, a été modelé en creux ou avec un noyau intérieur organique. La forme du visage est triangulaire, le menton pointu, le nez droit, étroit, proéminent, cassé à son extrémité, le front horizontal. Des lignes incisées horizontales indiquent les yeux et la bouche, ainsi que les arcades sourcilières. La chevelure est rendue par des lignes incisées légèrement ondulées jusqu’aux épaules, tombant entre des omoplates nettement marquées. Les cheveux tombent sur le front jusqu’aux sourcils. Les seins sont pointus, avec un trou profond de 1 mm à chaque mamelon.

106Décor : deux lignes incisées entourent le cou et s’arrêtent de part et d’autre de la chevelure ; une troisième descend en U entre les seins et forme deux lignes convergentes sur le dos ; celles-ci passent entre les omoplates et forment un V jusqu’à la taille. À l’attache du bras, sur l’épaule droite, on note un trou profond ; sur l’épaule gauche, un autre trou se trouve plus haut, dans l’incision extérieure qui souligne le cou. Sur le haut du bras droit, on distingue une incision horizontale ; une autre unit le bras et le sein droit. Une autre encore est visible autour de chaque bras, avant la cassure. Trois incisions verticales profondes partent du côté droit, sous le bras et se poursuivent au-delà de la cassure ; les traces de trois autres sont visibles sous le bras gauche. Les deux trous profonds des épaules, réalisés avec un instrument pointu, ont pu servir à fixer quelque chose.

107Publication : Marangou 1992a, fig . 71f.

M 226 (pl. 61 ; pl. F)

108Dimensions : h. max. 9,8 ; l. max. 4,2 ; ép. max. 4,65.

109Provenance : W 30, un peu plus haut que le niveau II.

110Description : partie gauche du corps, à laquelle manquent la tête, la poitrine, la partie supérieure du bras et la partie inférieure de la jambe ; la pâte est rouge noirâtre, à dégraissant minéral fin, à surface gris noir avec des tâches rouges et des concrétions. Des traces blanches sont visibles dans les incisions. La forme générale est presque biconique ; le ventre et la fesse sont proéminents, la hanche large, tandis que la taille et le haut du corps sont nettement plus minces. L’avant-bras est plié au coude, la main est posée sur le ventre, près du nombril marqué par un trou. Les cuisses étaient séparées à l’origine.

111Décor : deux lignes incisées et une ligne de pointillés parallèles courent autour des hanches. Quatre lignes incisées partant du coude (qui est collé au corps) aboutissent à un point dans les lignes horizontales des hanches. Trois traits verticaux parallèles se terminent par un point entre le poignet et les hanches. Le poignet est lui-même décoré de trois lignes parallèles (bracelets ?) ; six doigts sont figurés au moyen de cinq incisions. Une incision horizontale sépare les incisions du poignet et celles du ventre. À l’emplacement du sein gauche, une incision circulaire est encore visible, entourant une cavité également circulaire. Une incision horizontale suivait le relief du bras, un peu au-dessus du coude, au moins du côté extérieur. Sur la partie inférieure, des lignes verticales couvrent la fesse et la cuisse ; les deux lignes les plus courtes se terminent par deux points sur la fesse. Un pointillé délimite verticalement la partie ainsi décorée de la cuisse. Des points sont disposés dans l’incision horizontale inférieure des hanches, dans les incisions sous le rein gauche et au-dessus de la double ligne des hanches, au milieu. La partie avant de la cuisse, ainsi que le triangle pubien, en léger relief, sont décorés d’un motif de deux points et deux traits parallèles verticaux. Le genou est marqué d’un pointillé formant un cercle presque entier ; les traces d’un autre pointillé sont perceptibles sur le côté du genou.

112Publication : Daux 1968, p. 1073, fig . 18.

M 233 (pl. 61 ; pl. 78)

113Dimensions : h. max. 5,4 ; l. max. 7,9 ; ép. max. 3,9.

114Provenance : W 30, niveau II, contre la paroi ouest.

115Description : une partie du haut du corps est conservée, de l’épaule gauche aux hanches. La pâte est rouge, contient des particules noires et un peu de calcaire fin ; la surface est décorée en peinture noire. Le sein gauche, en relief, est conservé, ainsi que le haut du bras gauche qui porte des traces de perforation (?). Les mains viennent se poser entre la taille et le ventre, en légère saillie. Il manque les parties rapportées des avant-bras. Sur le dos, la partie conservée des hanches est droite. Sans doute la figurine a-t-elle été fabriquée à partir d’au moins un élément creux. Elle a pu faire à l’origine partie d’un récipient.

116Décor : il est peint en noir sur rouge. Une bande horizontale est peinte au-dessous du ventre et des mains ; une deuxième est peinte au-dessus ; à cette dernière aboutissent trois lignes obliques, qui commencent au-dessous du sein, entouré de traits noirs. Des traces de peinture sont également conservées sur les mains ; il est possible que les doigts aient été ainsi figurés. Deux lignes verticales soulignent les côtés et une ligne à dents de loup horizontale se trouve au bas du dos, au-dessus de la cassure.

117Publication : Marangou 1992a, fig . 72c.

M 237 (pl. 62 ; pl. 78)

118Dimensions : h. max. 9,4 ; l. max. 5 ; ép. max. 4,3.

119Provenance : W 29, au-dessus du niveau 2.

120Description : moitié droite, du torse aux cuisses, d’une figurine féminine brisée en dessous des genoux. La pâte, à noyau noir à l’intérieur, rouge à l’extérieur, contient du gravier ; la surface est noire (devant : ventre, cuisse, aine) et rouge. La figurine est massive, le ventre est proéminent et les cuisses s’amincissent vers le bas ; la cuisse conservée avance vers l’avant. Elle peut difficilement tenir assise, peut-être à cause de la cassure (en revanche, elle peut rester couchée sur le dos).

121Décor : il est constitué d’incisions profondes ; deux lignes horizontales et parallèles entourent les hanches, plusieurs lignes parallèles recouvrent les fesses et les cuisses dans le sens de la longueur jusqu’au-dessus des genoux. Au-dessus des hanches, des incisions en ligne brisée forment des V. Au-dessus, encore, une autre ligne horizontale se dirige vers le dos. Deux petits traits sont incisés au-dessus de la double incision des hanches, au milieu du dos. Des traces de substance blanche subsistent dans les incisions.

M 238 (pl. 78)

122Dimensions : h. max. 5,2 ; l. max. 5,6 ; ép. max. 3,5.

123Provenance : W 29, sous le niveau 2.

124Description : fragment de torse. Pâte gris noir à dégraissant minéral fin à moyen. Les seins pointus, un peu pendants, ont les extrémités cassées. Les omoplates saillantes de part et d’autre d’un évidement descendent jusqu’au bas du dos. La taille est mince, les épaules fortes, et le cou paraît assez épais. Traces d’ébauchoir autour de la taille et des bras.

125Décor : sur la nuque, des lignes parallèles incisées figurent la chevelure. Une incision profonde entoure le haut du bras droit, et nous distinguons les traces d’une autre derrière le bras gauche brisé. Les bras étaient écartés à l’origine des deux côtés.

M 262

126Dimensions : h. max. 5.

127Provenance : W 30, niveau II ?

128Description : fragment de cuisse de figurine (?). Objet égaré.

129Décor : incisions parallèles verticales.

M 263 (pl. 62 ; pl. 79)

130Dimensions : h. max. 5 ; l. max. 3,3 ; ép. max. 1,55.

131Provenance : W 29, niveau 2.

132Description : la figurine est presque complète ; il manque l’extrémité du bras gauche, ainsi qu’une partie de la jambe gauche. La pâte est brun clair, relativement poreuse, à dégraissant minéral fin. Elle a été modelée rapidement par pincement (traces d’empreintes digitales), sans soin ni décor. Des bras moignons de forme triangulaire sont tendus sur les côtés, courbés légèrement vers le bas. Les hanches sont relativement larges, les fesses arrondies ; les jambes séparées et sommaires, se terminant en pointe, se rejoignaient probablement. La tête, dont le profil courbe est marqué, est levée. Les yeux sont incisés presque verticalement, le menton est pointu et le cou épais. La figurine peut tenir assise, penchée vers l’arrière.

133Publication : Marangou 1992, fig . 71c.

M 270 (pl. 79)

134Dimensions : h. max. 2,8 ; l. max. 2,05 ; ép. max. 2.

135Provenance : W 29, niveau 2.

136Description : tête et cou. Pâte brun gris, à dégraissant minéral fin, contenant du gravier, avec des traces de couleur rouge sur le nez, le menton et le sommet de la tête. La tête est constituée de trois plans : un front triangulaire et horizontal et deux autres plans verticaux. Le visage est délimité par les angles. La bouche est profondément incisée horizontalement, donnant l’impression d’être ouverte, les yeux légèrement en oblique (le droit est plus profond). Une ou deux perforations sont visibles à travers le cou.

137Décor : on remarque quatre incisions parallèles obliques sur le sommet du crâne du côté gauche, une seule du côté droit.

M 271 (pl. 62 ; pl. 79)

138Dimensions : h. max. 3,6 ; l. max. 2,5 ; ép. max. 1,9.

139Provenance : W 29, au-dessus du niveau 2.

140Description : fragment de corps de la taille aux pieds. Pâte brunâtre à dégraissant minéral moyen, à surface rouge. Les jambes courtes étaient séparées à l’origine jusqu’aux extrémités. La taille est mince, les fesses arrondies, les hanches larges, le ventre en légère saillie. Position semi-assise.

141Publication : Marangou 1992a, fig . 72h.

M 272 (pl. 79 ; pl. F)

142Dimensions : h. max. 3,9 ; l. max. 4 ; ép. max. 1,9.

143Provenance : W 29, niveau 2.

144Description : fragment de torse féminin avec des amorces de bras. Argile grisâtre à dégraissant minéral moyen à gros ; surface rouge grisâtre, sans doute à cause de la cuisson. Sur un cou épais et court, la tête est plus ou moins ronde : le front est presque horizontal (ou plat ?), le nez proéminent et le menton indiqué, tandis que les yeux et la bouche sont rendus par des incisions horizontales. Les bras séparés s’écartaient du corps, au moins dans leur partie supérieure ; l’extrémité des petits seins en relief est brisée.

145Décor : sur le dos plat, il reste des traces d’incisions qui représentaient les cheveux. Quatre incisions fines et parallèles entourent le cou à l’avant ; trois autres entourent le haut du bras gauche, sur le côté visible (pas sous l’aisselle). De petits traits sont incisés entre et sous les seins ainsi que sur les épaules.

M 283 (pl. 79)

146Dimensions : h. max. 9,7 ; l. max. 6,2 ; ép. max. 4,2.

147Provenance : X 30, sous le niveau 1.

148Description : fragment de corps féminin, du torse jusqu’aux hanches avec une partie de la cuisse droite. Le sein gauche est brisé. La pâte est noire à l’intérieur, rouge brun en surface, noire sur le dos et les fesses. Le dégraissant est minéral, moyen. Le modelage soigné a été fait par pincement. La taille est très mince, les hanches très larges, le ventre proéminent et les fesses arrondies. La figurine peut tenir semi-assise, penchée en arrière. Les incisions ont été faites avec un instrument pointu.

149Décor : trois incisions obliques et parallèles sur le dos descendent jusqu’à la taille. Des traces des cheveux (?) sont visibles. Deux lignes incisées courent le long du dos de chaque côté et se terminent par une croix à deux bras horizontaux. Au-dessus du ventre se trouve une autre croix, dont chaque bras se termine par un petit trait perpendiculaire. Deux petits points sont disposés à l’horizontale au-dessous du ventre, à 7 mm l’un de l’autre. Une incision verticale a été pratiquée sur la hanche droite. Les hanches sont soulignées par d’autres incisions parallèles verticales, plus profondes, qui recouvrent la fesse et la cuisse droites conservées. Sur l’aine, nous distinguons encore trois petites incisions parallèles verticales.

M 284 (pl. 79)

150Dimensions : h. max. 4,7 ; l. max. 6 ; ép. max. 2,7.

151Provenance : W 29, niveau 2.

152Description : le torse est conservé des épaules à la taille ; les bras sont brisés. La pâte poreuse, à gros dégraissant minéral, est de couleur brune en surface, noir gris au cœur, rouge sur les épaules et le dos ; elle n’a pas été bien épurée et a craqué par endroits. Le dos plat présente un léger creux à l’emplacement de la colonne vertébrale. Les seins sont proéminents, les bras se dirigent vers le bas (partie conservée).

M 317 (pl. 62 ; pl. 79)

153Dimensions : h. max. 8,9 ; l. max. 4,2 ; ép. max. 3,1.

154Provenance : W 29, niveau 3.

155Description : moitié gauche de figurine, de la taille jusqu’à la pointe du pied. Pâte grise au cœur, à dégraissant minéral moyen, fine et plutôt poreuse, noire (ventre, devant de la cuisse, aine) et rouge (côté, fesse, arrière de la cuisse et entre les jambes) en surface. Le ventre est proéminent, la hanche large par rapport à la taille (brisée), la fesse proéminente et arrondie. La jambe s’amincit vers le bas presque en pointe et se termine en dessous du genou. La figurine pourrait tenir assise, penchée légèrement en arrière.

156Décor : il est incisé ; une double ligne horizontale entoure les hanches, une autre marque la séparation entre l’aine et la cuisse et se prolonge jusqu’à la cassure vers l’arrière. Un méandre est visible sur la fesse et l’arrière de la cuisse. Une croix a été réalisée sur le rein gauche. Parmi les doubles incisions des hanches, on observe quatre paires de trous, une en arrière, deux sur le côté, une à l’avant ; ces derniers sont disposés presque à la verticale, un dans chaque incision. Dans le dos, les extrémités de deux lignes incisées se terminent par un trou (cheveux ?). De petits traits sont incisés horizontalement, trois à la droite de ces lignes, deux à leur gauche.

M 321 (pl. 62 ; pl. 79 ; pl. F)

157Dimensions : h. max. 7,95 ; l. max. 4,4 ; ép. max. 2,55.

158Provenance : X 30, sous le niveau 2.

159Description : figurine bien modelée dont il manque la tête, le cou, l’extrémité des bras et la majeure partie des jambes. Pâte grise, à dégraissant minéral moyen ; la surface porte des traces rouges du côté gauche, sur le ventre et le torse. Une couche d’argile a dû être appliquée sur un noyau, visible à la cassure du cou. Des traces blanches subsistent dans les incisions. Les seins sont petits et saillants, les fesses arrondies mais pas exagérément ; le ventre est légèrement proéminent et les jambes séparées. Le triangle pubien est incisé avec une fente au milieu. Le dos est légèrement cambré et large ; le haut du corps est disproportionnellement petit par rapport à la hauteur de la partie inférieure. Dans les incisions du décor, nous distinguons parfois des stries longitudinales.

160Décor : une double incision profonde entoure les hanches ; au-dessous, des incisions verticales recouvrent les fesses et les cuisses, sauf à l’intérieur. Trois incisions parallèles partant des épaules décorent la poitrine en arc de cercle ; l’incision inférieure passe au milieu des seins ; il y en avait probablement une quatrième plus près du cou, mais la cassure ne permet pas de le vérifier ; nous voyons par contre la continuation d’une incision sur les épaules (sur le dos). De part et d’autre du cou, deux des incisions qui descendent vers la partie médiane du dos se croisent sous les omoplates, en formant une boucle (trapèze aux angles arrondis) d’un diamètre de 8 à 10 mm, marquée d’un point en son milieu. Entre les seins et les hanches, le décor est constitué par des groupes de 2 ou 3 petites incisions verticales ; nous retrouvons ce motif également à l’arrière, entre les hanches et la taille, sur la partie non abîmée. Sous les bras, de chaque côté, deux incisions verticales descendent vers les hanches et se terminent par deux points. Des deux côtés extérieurs de cette paire d’incisions part une série de 6 ou 7 petits traits parallèles et obliques, qui se dirigent vers le bas et forment en quelque sorte une arête de poisson ; le côté gauche est abîmé, mais nous pouvons encore distinguer les dix points des extrémités des incisions.

161Publication : Deshayes 1972, fig . p. 204 ; Séfériadès 1981, fig . p. 58 ; Marangou 1992a, fig . 71d.

M 322 (pl. 62 ; pl. 79)

162Dimensions : L. max. 4,7 ; l./ép. max. 1,5.

163Provenance : W 29, parmi les tessons du niveau 2 (au-dessus).

164Description : un fragment de bras droit brisé au-dessus du coude, collé à l’origine à un corps de vase. Pâte rouge assez fine, à dégraissant minéral fin ; surface lissée. Les cinq doigts sont séparés par de légères incisions. Le bras était plié au coude presque à angle droit. L’avant-bras est perforé ; trois autres trous, dont un très petit, du côté extérieur, sont peut-être accidentels.

165Décor : décor peint en noir sur rouge. On observe de petites lignes sur les trois doigts du milieu, un losange sur l’intérieur du poignet ; quatre lignes parallèles entourent la partie inférieure de l’avant-bras, quatre autres décorent le bras plus haut, jusqu’au coude, qui est lui-même orné d’un losange (?). Un trait grisâtre, entourant peut-être à l’origine le bras, est encore visible au-dessus du coude.

M 330 (pl. 79)

166Dimensions : h. max. 5,8 ; l. max. 3,7 ; ép. max. 3,6.

167Provenance : W 30, trouvé parmi les tessons du niveau II.

168Description : cuisse gauche cassée au bout. Pâte à noyau gris noir, rouge et noire en surface, à dégraissant minéral moyen ; des traces blanches (jaunâtres) sont conservées dans les incisions. La figurine tenait assise.

169Décor : profondes incisions verticales le long des cuisses.

M 356 (pl. 79)

170Dimensions : h. max. 5,3 ; l. max. 3,25 ; ép. max. 1,7.

171Provenance : W 30, sous le sol IV.

172Description : partie inférieure d’une figurine féminine conservée de la taille à l’extrémité des jambes ; la pâte est fine, de couleur gris crème, à dégraissant minéral moyen, la surface est rouge devant (ventre), noire derrière (fesses, jambes). La figurine est massive et bien modelée par pincement, recouverte d’une couche d’argile. La taille est très mince, les hanches larges et les fesses proéminentes. Les jambes s’amincissent et se terminent en pointe un peu au-dessous des genoux. Les cuisses sont bien séparées entre l’aine et les genoux. Le ventre forme une légère saillie, le nombril est indiqué par un trou horizontal ovale, profond de 4 mm. Deux trous symétriques profonds de 2 à 3 mm se trouvent au bas du dos. La ligne double incisée des hanches est oblique et la taille est décalée, la partie gauche entre la taille et la hanche étant plus longue que la partie droite. La figurine peut tenir assise, semi-allongée.

173Décor : une incision horizontale sous le ventre joint les hanches ; une autre oblique commence à l’arrière et se termine à l’avant, sur le haut des cuisses. Une incision indique la séparation des jambes devant et à l’arrière, sous les genoux. Deux petites incisions horizontales partent à droite et à gauche sous l’incision horizontale jusqu’à l’aine, délimitant le triangle pubien. De très fines incisions verticales couvrent les cuisses entre les hanches et l’extrémité des jambes ; elles forment sur les fesses des angles imbriqués, pointes en bas.

M 357 (pl. 63 ; pl. 79)

174Dimensions : h. max. 3,75 ; l. max. 3,3 ; ép. max. 3.

175Provenance : W 29, niveau 3.

176Description : fragment de tête. Pâte brune, à dégraissant minéral moyen à gros, noire à l’extérieur. Des traces blanches sont visibles dans les incisions, des traces de couleur rouge sur le côté droit de la nuque et sur l’œil gauche. Le nez large et proéminent est brisé au bout. La tête est bombée, le visage triangulaire, le menton pointu. Les sourcils (?) ont une forme anguleuse.

177Décor : incisé ; les yeux sont incisés en oblique, le coin extérieur tombant, avec un point au milieu, profond de 3 mm. Sur les joues, des triangles aux côtés concaves marqués d’un point ; sur les côtés du visage, deux paires de points profonds de 2 mm sont disposées verticalement (pour fixer des boucles d’oreille ?). La bouche est rendue par une incision horizontale avec un point au milieu. La chevelure est incisée à partir des sourcils jusqu’à la cassure de la nuque. Autour du cou, au moins deux incisions parallèles s’arrêtent à la chevelure.

178Publication : Daux 1968, p. 1073, fig . 19.

M 367 (pl. 63 ; pl. 80)

179Dimensions : h. max. 6,8 ; l. max. 3,45 ; ép. max. 1,7.

180Provenance : W 29, niveau 3.

181Description : elle est presque entière, il ne manque que l’extrémité de la jambe droite. La pâte est rouge clair, à dégraissant minéral moyen, avec des traces noires sur le côté droit. La figurine est travaillée grossièrement. La forme du corps est plus ou moins triangulaire. La tête est indiquée par un pincement, les bras et les jambes sont réduits à des moignons. Le nez et le menton sont à peine indiqués. Les hanches sont très larges par rapport au torse. Le sexe (?) est représenté en léger relief. Les jambes sont écartées et dirigées vers l’avant, comme si le personnage était représenté assis. La figurine pourrait être inachevée.

M 418

182Dimensions : h. max. 4,8.

183Provenance : W 29, sous le niveau 0.

184Description : fragment de figurine. Partie supérieure gauche du corps ; début du ventre conservé. Dos lisse et légèrement concave. Objet égaré.

185Décor : incisé ; une ligne autour des hanches ; d’autres parallèles sur le côté ; incision en ligne brisée. 

M 419 (pl. 80)

186Dimensions : h. max. 6,3 ; l. max. 3,9 ; ép. max. 2.

187Provenance : X 30, bande est, sous le niveau 4 (?).

188Description : fragment de corps conservé depuis le dessus de la taille jusqu’aux pieds. Pâte rouge à cœur noir, noire en surface, à dégraissant minéral moyen. La taille est mince, les hanches larges, le ventre proéminent avec indication du nombril (cavité et trou rectangulaire). Les fesses sont arrondies, les genoux légèrement pliés. Les jambes sont séparées entre l’aine et les genoux par une incision à l’avant et une à l’arrière, elles se rejoignent à partir des genoux, s’amincissent vers le bas et leurs extrémités sont arrondies. Deux trous symétriques se trouvent au bas du dos.

189Décor : une double incision profonde horizontale entoure les hanches. Deux autres délimitent le triangle pubien. Plusieurs lignes incisées verticales profondes décorent par groupes de trois les fesses et les cuisses à l’arrière et sur le côté. Deux petites incisions forment un V entre les fesses. Une double ligne est incisée sur les côtés, se terminant au-dessus des lignes horizontales des hanches.

M 444 (pl. 63 ; pl. 80)

190Dimensions : h. max. 8,9 ; l. max. 4,3 ; ép. max. 5,3.

191Provenance : X 29, niveau 9.

192Description : moitié inférieure droite conservée de la taille aux pieds. Pâte rouge à dégraissant minéral moyen et surface noire. Les jambes, bien séparées, se terminaient sous les genoux plats (elle pourrait tenir debout) ; le pied conservé n’est pas formé. La taille est mince, la hanche large, les fesses arrondies et saillantes. Cuisse et fesse ont été modelées ensemble. Le ventre est proéminent et a pu être ajouté dans un second temps.

193Décor : une incision représente le triangle pubien et le nombril est marqué par un point ovale profond ; un point analogue se trouve sur le rein droit. Les trous ont été réalisés à l’aide d’un instrument pointu.

M 479

194Dimensions : h. max. 3,9 ; l. max. 1,8 ; ép. max. 2.

195Provenance : X 30, dans la cendre du foyer du niveau 4.

196Description : fragment de cuisse gauche (?). Pâte gris brun, à dégraissant minéral moyen ; surface brune lissée. Pied en pointe. La figurine était assise, les jambes collées, à l’origine.

197Décor : une double incision entoure les hanches, sauf là où était soudée l’autre cuisse.

M 482 (pl. 63 ; pl. 80)

198Dimensions : h. max. 8,1 ; l. max. (hanches) 5,3 ; l. taille 2,1 ; ép. max. 3,4.

199Provenance : X 30, niveau 5.

200Description : fragment de corps féminin semi-allongé, de la taille aux genoux (les jambes se terminaient peu après). Pâte brun rouge clair, à dégraissant minéral moyen, avec des parties grises en surface. La figurine est bien modelée, les fesses sont saillantes, la taille très mince, les hanches très larges, le ventre proéminent perforé de haut en bas. Les traces d’arrachement des mains sont visibles de part et d’autre du ventre. Les cuisses sont jointes, les jambes séparées par une incision et une fente. Le personnage tient assis.

201Décor : une double incision horizontale entoure les hanches et forme à l’avant le triangle pubien. Entre la taille et la ligne double des hanches, trois rangées verticales de petits traits horizontaux sont incisées, ainsi que cinq traits de chaque côté du dos, trois au milieu. Au-dessus de la taille, sur le dos et du côté gauche, on distingue une rangée de quatre petits trous disposés horizontalement (extrémités des cheveux ?). Partant de la double incision des hanches vers le bas, des lignes incisées verticales recouvrent les fesses à des longueurs différentes et se terminent souvent par des points. Sur le côté des cuisses, trois lignes incisées verticales s’achèvent également par des points ; le même motif se trouve à l’intérieur des cuisses, mais composé de deux lignes. Une autre incision curviligne part de chaque cuisse pour aboutir à un point, à côté des précédentes, au-dessus des genoux. Un petit trou se trouve au-dessus de l’extrémité de la jambe droite.

M 489 (pl. 80)

202Dimensions : h. max. 6,2 ; l. max. 2,5 ; ép. max. 3,1 ; ép. du cou 2,9.

203Provenance : W 29, sous le sol 6.

204Description : tête et cou. Pâte noir rougeâtre et grossière, à gros dégraissant minéral ; concrétions en surface. Le cou est épais et long, presque cylindrique. Le visage est triangulaire, avec indication du menton, le front horizontal et triangulaire, le nez pointu, les sourcils angulaires marqués. Des cavités indiquent les yeux et la bouche.

205Décor : six petites lignes obliques parallèles sont incisées sur la partie gauche du front.

M 491 (pl. 63 ; pl. 80)

206Dimensions : h. max. 6,2 ; l. max. 3,15 ; ép. max. 2,1.

207Provenance : W 29, sous le niveau 7.

208Description : fragment de figurine masculine semi-assise, dont manque le haut du torse. En tout cas, la figurine devait se terminer peu après la cassure ; sa largeur à cet endroit n’est que de 0,75 cm. La pâte est de couleur brun rouge clair et de texture fine, à dégraissant minéral fin, la surface rouge et gris noir flammé. Le haut du corps s’amincit vers le cou, les hanches sont larges ; les jambes, entièrement séparées, s’amincissent jusqu’aux extrémités arrondies. Le ventre est proéminent et le nombril indiqué par un point profond. Le sexe est marqué en relief. Les fesses sont arrondies. La figurine tient assise.

209Décor : une double incision entoure le corps au niveau de la taille. Du côté gauche, nous distinguons avant la cassure du haut une partie d’une double incision curviligne.

210Publication : Marangou 1992a, fig . 72d.

M 508 (pl. 80)

211Dimensions : h. max. 4,9 ; l. max. 3,1 ; ép. max. 2,8.

212Provenance : W 29, sous le niveau 7.

213Description : partie inférieure de la moitié droite d’une figurine féminine, brisée sous les genoux et à la taille. Pâte brun gris, à dégraissant minéral fin ; surface noire avec des traces blanches dans les incisions. La figurine a été modelée avec un noyau et des couches d’argile. La taille est fine, la hanche arrondie, la fesse en saillie, la jambe s’amincit vers l’extrémité. Le personnage tient assis.

214Décor : à l’arrière, deux incisions parallèles entourent les hanches, et des incisions verticales couvrent la fesse et la cuisse. On note encore la présence de trois incisions horizontales parallèles au-dessous du ventre, une verticale sur le côté ; une autre se termine par un trou sur le haut du corps. D’autres lignes courbes partent de la ligne verticale vers le ventre. De petits points ont été pratiqués à l’extrémité des incisions à l’avant de la cuisse. Un trou de 5 mm se trouve au-dessus de l’incision des hanches à l’arrière. Perforation entre les fesses ?

M 643 (pl. 80)

215Dimensions : h. max. 7,05 ; l. max. 4,5 ; ép. max. 2,3.

216Provenance : X 29, surface, 2e couche.

217Description : partie inférieure de figurine (?) schématique. Pâte fine grise relativement poreuse, à dégraissant minéral moyen ; surface brun gris égalisée. Le corps est rectangulaire, en forme de planche à bords concaves. Légère saillie en haut ; la taille (?) est légèrement rentrée et les jambes moignons, très courtes, se dirigent vers le bas et l’avant ; à l’arrière, elles sont arrondies. Il pourrait s’agir d’une ébauche ou d’un noyau de figurine (?).

M 651 (pl. 80)

218Dimensions : h. max. 7,1 ; l. max. 3,3 ; ép. max. 3,85.

219Provenance : X 30, terre écroulée entre surface et niveau 6.

220Description : moitié gauche de partie inférieure de figurine, avec le bout du pied cassé. Pâte rouge clair fine, à dégraissant minéral moyen à gros ; à l’intérieur, le noyau est noir rouge. Fesse exagérément proéminente. Position semi-assise. Le ventre était à l’origine en légère saillie.

221Décor : une ligne double incisée autour des hanches. Un trou profond de 2 mm, d’un diamètre de 2-3 mm, sur la fesse.

M 658 (pl. 80)

222Dimensions : h. max. 3,75 ; l. max. 1,9 ; ép. max. 1,5 ; diam. taille 1,1.

223Provenance : AA 29, surface, avant la fouille.

224Description : moitié droite de figurine à partir de la taille jusqu’à l’extrémité de la jambe. Pâte fine rouge clair, à dégraissant minéral fin ; à l’intérieur le noyau est noirâtre (visible dans la partie épaisse de la cuisse). La taille est mince, les hanches larges, arrondies, les fesses et le ventre légèrement saillants ; les jambes s’amincissent vers le bas. Le personnage peut tenir assis. Les jambes/cuisses étaient séparées ; une couche d’argile, appliquée sur le corps, les recouvre.

225Décor : une double ligne est incisée autour des hanches et forme le triangle pubien. Trois incisions parallèles verticales, de la taille à la hanche, se terminent par des points profonds. En dessous, deux autres points sont disposés verticalement dans les incisions horizontales des hanches ; un point à l’extrémité supérieure de l’incision verticale du côté. Des lignes verticales décorent les fesses et les cuisses à l’arrière et sur le côté. On note encore, sur les cuisses, des paires de courts traits verticaux se terminant par de petits points, ainsi qu’un trou au-dessous du ventre.

M 659 (pl. 80)

226Dimensions : h. max. 5,1 ; l. max. 5,3 ; ép. max. 3,6 ; diam. au haut des cuisses 2.

227Provenance : W 29, terre écroulée contre la berme sud.

228Description : partie inférieure (bassin) de figurine féminine bien modelée, de la taille au haut des cuisses. Pâte grise, rouge sous les fesses, à surface bien égalisée et dégraissant minéral moyen. Les cuisses sont séparées dans la partie conservée, les fesses arrondies, le ventre en légère saillie, la taille fine. Position assise.

229Décor : deux incisions légères marquent le triangle pubien.

M 732 (pl. 64 ; pl. F)

230Dimensions : h. max. 9,6 ; h. assise 6,5 ; l. max. 6,9 ; ép. max. 3,3 ; l. hanche 2,5 ; l. taille 7.

231Provenance : W 30, à 2,33 m de la paroi ouest, au milieu de la berme nord.

232Description : moitié inférieure d’un corps féminin, de la taille jusqu’au-dessous des genoux. Pâte brun foncé, à dégraissant minéral moyen ; surface noir jaunâtre, légèrement lissée, avec des traces de substance blanche dans les incisions. Figurine bien faite : la taille est mince, les hanches larges et arrondies, comme les fesses, les genoux sont étroits, les jambes s’amincissent vers le bas ; les cuisses sont séparées, mais se joignent à certains endroits. Position assise. Traces des doigts (?) de la main gauche juste au-dessous du nombril ; on distingue aussi l’emplacement des avant-bras au-dessous du ventre.

233Décor : des incisions profondes ; une double ligne autour des hanches, qui forme aussi le triangle pubien, avec fente au milieu ; trois groupes de trois incisions profondes entourent chaque cuisse (sauf à l’intérieur) ; deux autres groupes de trois incisions concentriques sur les fesses, au-dessous de la double ligne ; deux petites incisions profondes parallèles obliques sur chaque côté au-dessous de la taille. Deux points profonds sont disposés symétriquement au bas du dos au-dessus de la double ligne. Le nombril est marqué par un trou de 1,5-2 mm de profondeur. Au-dessus, un peu plus bas que la taille, trois motifs de paires de traits verticaux se terminant par des points ; sur le côté droit, deux points de forme ovale. Les genoux sont indiqués par deux trous larges et profonds de 2 mm environ. À des distances de 1,5-2 cm, des motifs de paires de trous sont disposés verticalement autour des hanches : trois motifs à l’arrière et trois à l’avant. À droite et à gauche de l’aine, deux trous sont visibles, ainsi que trois autres, moins profonds, dans chacune des incisions des fesses.

234Publication : Deshayes 1970b, p. 802, fig . 8 ; Marangou 1992a, fig . 72i.

M 740 (pl. 64 ; pl. 81)

235Dimensions : h. max. 5,75 ; l. max. 4,05 ; ép. max. 2,75 ; l. taille 1,8.

236Provenance : X 30, dans la berme est, au niveau 5.

237Description : fragment de figurine féminine conservée de la taille aux genoux. La pâte est brun gris, à dégraissant minéral moyen, la surface noirâtre égalisée, avec des traces blanches dans les incisions, rouges sur les genoux, le ventre, la fesse gauche et l’arrière du genou droit. La figurine est massive et a été modelée soigneusement. La taille est mince, les hanches larges, les fesses et les hanches arrondies, le ventre proéminent presque en pointe. Les cuisses sont séparées, la gauche avance par rapport à la droite. Le personnage a probablement pu tenir assis quand il était complet.

238Décor : il est incisé, très soigné et complexe. Avant : six lignes parallèles, légèrement courbées, joignent les hanches et remplissent l’espace entre la taille et le nombril, indiqué par un point. Deux incisions profondes entourent les hanches, dont la plus basse vient former le triangle pubien et la séparation des cuisses ; deux courtes lignes verticales sont placées entre le nombril et les incisions précédentes. Sur chaque cuisse, un motif légèrement incisé est composé d’un V, pointe en bas, dans lequel deux paires de traits verticaux se terminent chacun par un point. Le même motif se retrouve sous le nombril, ainsi que sur les côtés des cuisses. Une paire de traits se trouve sur les cuisses du côté intérieur, ainsi qu’au-dessous du V de la cuisse droite. Sur les côtés, deux lignes partent de la taille et s’achèvent par des points. Arrière : deux autres trous de 3 et 4 mm de profondeur se trouvent sur les reins, dans le prolongement des points précédents. Deux lignes verticales descendant de la taille se rejoignent en un arrondi (U) entre les deux derniers points. Des trous de 2 à 5 mm de profondeur sont disposés par paires dans les incisions entourant les hanches ; un trou semblable se trouvait probablement à l’arrière du genou droit. Au-dessous de la double ligne des hanches, un motif de zigzags ou de chevrons est incisé. Des lignes parallèles et verticales recouvrent les fesses et les cuisses.

239Publication : Marangou 1992a, fig . 72e.

M 789 (pl. 64 ; pl. 81)

240Dimensions : h. max. 4 ; l. max. 2,7 ; ép. max. 1,4.

241Provenance : X 30, sous le niveau 8.

242Description : figurine en forme de planche ; la tête manque. Pâte brun gris, à dégraissant minéral fin. Le personnage a des bras moignons triangulaires, une base élargie ovale, concave en dessous. Le profil est plat, son axe légèrement cambré, comme si le haut du corps était rejeté en arrière.

M 790 (pl. 81)

243Dimensions : h. max. 5,35 ; l. max. 2,2 ; ép. max. 2.

244Provenance : X 30, niveau 8.

245Description : moitié droite de la partie inférieure d’une figurine féminine, de la taille à l’extrémité de la jambe (presque en pointe). Argile fine, gris jaunâtre, à dégraissant minéral fin, surface noire, avec des traces rouges à l’arrière. La taille est mince, les fesses arrondies et larges, saillantes. Technique du noyau avec couche couvrante.

246Décor : il est constitué d’incisions légères ; trois au moins entourent les hanches, d’autres verticales recouvrent les fesses et les cuisses. Un petit trait oblique croise les trois incisions sur la hanche ; deux trous de 1 mm de profondeur sont disposés horizontalement sur la fesse.

M 1212 (pl. 64 ; pl. 81)

247Dimensions : h. max. 6,15 ; l. max. 2,5 ; ép. max. 3,35.

248Provenance : W 29, niveau 9 (déblais).

249Description : moitié gauche de figurine féminine, de la taille à l’extrémité des pieds. Pâte rouge clair fine, un peu poreuse à la cassure de la taille, modelée sur noyau cuit (?) et couverte d’une épaisse couche d’argile. Le fragment a été décollé de l’autre moitié. La taille est mince, les hanches larges, le ventre et la fesse proéminents. À l’origine, les jambes étaient collées et s’amincissaient vers l’extrémité (sous les genoux).

250Décor : traces du triangle pubien incisé et ligne légère derrière les hanches. Trou profond de 2 mm, fait avec un instrument pointu, sur la hanche.

M 1219 (pl. 64 ; pl. 81 ; pl. F)

251Dimensions : h. max. 5,75 ; l. max. 3,35 ; ép. max. 2,3 ; l. taille 1,5.

252Provenance : W 29, niveau 9.

253Description : figurine fragmentaire bien modelée à laquelle manquent la tête et le bras droit. Pâte rouge à dégraissant minéral fin (calcaire ?) ; surface incisée avec des traces blanches dans les incisions. Les petits seins sont en relief, les bras étaient tendus sur les côtés, la taille est mince, les hanches disproportionnellement larges, les fesses et le ventre proéminents. Les jambes courtes sont collées entre elles, sauf à leurs extrémités (un peu en dessous des genoux). Un trou profond de 1 cm marque le nombril. Le personnage peut tenir assis, les jambes vers l’avant, mais il est très instable.

254Décor : de nombreuses incisions à l’avant et à l’arrière de la figurine. Avant : entre les épaules et les seins, deux petites incisions à droite, une à gauche, une autre du côté gauche du sein gauche. Deux autres sous les seins joignent les aisselles ; une encore entoure le ventre du côté gauche ; d’autres, irrégulières ou formant parfois des V, se trouvent entre le ventre et les hanches. Une croix est incisée sur l’estomac et un triangle à fente centrale sur la région pubienne. Des incisions couvrent toute la longueur des cuisses, devant comme derrière. Arrière : trois incisions horizontales à la taille. Sur les fesses, les incisions forment des losanges parfois pointés, parfois des V, ou des lignes parallèles horizontales. Petit trou visible sur le sein gauche (l’autre n’est pas conservé).

255Publication : Marangou 1992a, fig . 71a.

M 1226 (pl. 81)

256Dimensions : h. max. 3,7 ; l. max. 3,95 ; ép. max. 1,55 ; l. tête 1,3, cou 1,1 et bras 1,2.

257Provenance : W 30, sous niveau VIII.

258Description : la tête (triangulaire, regardant vers le haut), le torse, le cou et une partie des bras tendus sur les côtés sont conservés. La pâte est de couleur noire à l’intérieur (noyau), relativement poreuse, à dégraissant minéral moyen, rouge brun vers l’extérieur et gris noir dans la fine couche de surface. Les omoplates et les seins sont figurés en relief, le nez est pincé, le front horizontal, le menton proéminent. Traces de pâte blanchâtre dans les incisions.

259Décor : les yeux (deux cavités de part et d’autre du nez) et la bouche sont incisés horizontalement, avec un point profond au milieu. Deux traits incisés (accidentels ?) marquent le bout du menton. Au-dessous de chaque œil se trouve un triangle pointé. Des lignes légèrement incisées sur la tête tombent jusqu’aux épaules ; deux cercles concentriques sont incisés au sommet du crâne, avec un point du côté inférieur. Les cheveux incisés tombent sur le front. De minuscules points sont visibles dans la chevelure, à l’arrière de la tête et sur le haut du dos, sous la nuque, à gauche. Une double ligne incisée partant de chaque épaule passe du côté droit entre les seins et du côté gauche entoure le sein gauche, aboutissant à la cassure de la taille. Une croix est incisée à droite. Sur les épaules, les doubles lignes s’unissent en une seule qui bifurque deux fois du côté droit au niveau de l’épaule et se divise en trois du côté gauche au niveau de l’omoplate. Toutes les lignes se dirigent vers la taille. Un demi-cercle incisé entoure le haut de chaque bras ; il est double sur le bras droit.

M 1246 (pl. 81)

260Dimensions : h. max. 5,7 ; l. max. 2,35 ; ép. max. 2,45 ; l. taille 1,2.

261Provenance : W 29, sous le sol 9.

262Description : moitié droite de torse jusqu’aux genoux. Pâte rougeâtre, à noyau central visible entre la taille et l’aine, à dégraissant minéral moyen, à surface brun noir avec des traces blanches dans les incisions. La taille est mince, les hanches larges, les fesses arrondies, le ventre proéminent ; les jambes, collées à l’origine, s’amincissent vers le bas et sont pliées aux genoux. La figurine, complète, pouvait probablement tenir assise.

263Décor : incisé, très élaboré. Une incision entoure les hanches, triple à l’arrière, et d’autres verticales couvrent la fesse et la cuisse. Sur le dos, des losanges pointés. Le triangle pubien est indiqué. Sur le ventre trois incisions horizontales ; au-dessous du ventre, deux petits traits et un point sont peut-être les traces d’un autre losange.

M 1262 (pl. 81)

264Dimensions : h. max. 3,3 ; l. max. 3 ; ép. max. 1,7.

265Provenance : W 30, sous le niveau IX, déblais.

266Description : fragment de torse féminin avec haut du bras droit conservé. Pâte mal épurée, à gros dégraissant minéral, de couleur brun foncé, craquelée par endroits, à surface noirâtre égalisée. Les petits seins sont en relief, le dos plat.

267Décor : une légère incision transversale à partir du milieu des seins jusqu’à la taille pourrait être accidentelle.

M 1276 (pl. 81)

268Dimensions : h. max. 2,9 ; l. max. 3,6 ; ép. max. 1,6 ; l. bras 3,7 ; l. taille 1,8 ; ép. taille 1,3.

269Provenance : W 30, à 4,76 m (niveaux VII-V ?).

270Description : fragment de torse féminin avec amorces de bras baissés. Pâte brun noir, en partie brûlée, à gros dégraissant minéral. Dos rougeâtre, avant noirci, très abîmé ; il manque le sein droit.

271Décor : une double incision entoure le cou et descend parallèlement en arrière de chaque épaule jusqu’à la taille ; une autre entoure le bras gauche brisé, et deux doubles incisions le bras droit. Les cheveux sont incisés jusqu’aux omoplates. Un trou sur chaque épaule, sur ou entre les incisions, deux autres sur et au-dessus du sein gauche. Au-dessous de chaque bras, une paire d’incisions descend verticalement vers la taille. De très petits trous sont visibles autour des bras, sur ou entre les incisions qui les entourent.

M 1300

272Dimensions : h. max. 2,4 ; l. max. 2,2 ; ép. max. 2,5.

273Provenance : W 30, angle sud-ouest, sous niveau V.

274Description : fragment de cuisse (gauche ?). Pâte brun rouge, à surface égalisée de couleur brune. L’emplacement de la seconde cuisse est visible.

275Décor : une incision horizontale, d’où partent d’autres incisions, verticales, qui couvraient la fesse/cuisse.

M 1774

276Dimensions : h. max. 6,5 ; l. max. 2,5 ; ép. max. 2,9.

277Provenance : X 30, niveau 2.

278Description : fragment de corps de la taille à la fesse (côté droit) d’une figurine masculine ? Pâte brun noir, à surface rouge, non travaillée. Taille relativement mince, hanche large, fesse arrondie, proéminente, dos droit.

279Décor : deux incisions autour des hanches montent sur le ventre.

M 1858 (pl. 82 ; pl. F)

280Dimensions : h. max. 8,4 ; l. max. 8,5 ; ép. max. 4,7 ; section cassure inférieure 8,5 × 3,9.

281Provenance : T 24, entre 7,28 et 6,70 m.

282Description : fragment de figurine à laquelle manquent la tête, la partie droite (sauf les doigts de la main droite) et la partie inférieure au-dessous des hanches. Terre cuite à surface noire, intérieur rougeâtre, mal cuit, à dégraissant minéral moyen à gros, contenant des cailloux. Le personnage, très large au niveau des hanches, s’amincit progressivement jusqu’aux bras qui sont posés sur le ventre au-dessus du nombril ; la distance entre les doigts des deux mains est de 1 cm. Le cou s’amincit également. Le ventre est fortement prononcé et percé verticalement – la perforation étant plus large en haut ; le nombril est indiqué par une cavité de 6 mm de diamètre environ. On note une perforation verticale à l’avant-bras gauche et une autre oblique sur la partie supérieure du même bras, près de l’épaule. Les doigts sont indiqués par des incisions irrégulières, 4 sur chaque main. Les bras sont disproportionnellement maigres et petits. Le dos est droit et légèrement concave au niveau de la taille. Au milieu du dos, la colonne vertébrale est indiquée par un sillon. Bien que le dos soit lissé, la figurine donne l’impression d’avoir été faite pour être vue de face.

283Décor : traces d’un décor au graphite : des groupes de lignes parallèles qui s’entrecroisent. Traces également de décor incisé : trois incisions verticales sur l’avant-bras gauche, la première unissant les deux trous de la perforation.

284Publication : Marangou 1992a, fig . 72a.

B 30 (pl. 82)

285Dimensions : h. max. env. 5,4 ; l. max. env. 5,8 ; ép. max. env. 3,2.

286Provenance : R 25 (?).

287Description : figurine schématique de couleur claire, se terminant au niveau des hanches. Les bras sont ouverts et à l’horizontale. Objet égaré.

C 38 (pl. 82)

288Dimensions : h. max. env. 5 ; l. max. env. 4 ; ép. max. env. 3.

289Provenance : R 25/R 26, niveau 1 (?).

290Description : la partie inférieure, de la taille au haut des cuisses, est seule conservée. Taille mince, hanches larges.

291Décor : une double incision horizontale autour des hanches forme le triangle pubien. Des lignes verticales parallèles commencent au-dessous de la double ligne vers le bas. Deux trous symétriques figurent au bas du dos. à l’avant, sur le ventre et la taille, des lignes incisées forment des méandres (?).

D 40 (pl. 82)

292Dimensions : h. max. 7,9 ; l. max. 4,1 ; ép. max. 3,8.

293Provenance : R 26/R 27 (?).

294Description : fragment de corps à partir des seins jusqu’aux hanches. Manquent les bras. Pâte rouge orangé assez fine, contenant un dégraissant minéral et des particules noires très fines. La surface est égalisée, les seins sont rendus en relief ; les bras avaient été appliqués à l’origine, les mains s’unissent sur le ventre. Une incision est visible au-dessous de l’emplacement des bras, peut-être une ligne directrice avant leur application. La figurine était assise à l’origine ; son profil est incliné.

295Décor : décoré en style Dikili Tash noir sur rouge. Des traces de peinture noire sont encore visibles entre les bras ; une ligne peinte qui s’élargit vers le bas commence en dessous des mains. Dans la partie supérieure du dos, au milieu, deux V superposés sont dessinés, pointes en bas. On distingue aussi des traces de lignes verticales plus larges à droite et à gauche au bas du dos.

296Publication : Marangou 1992a, fig . 72c.

Technique

297Les figurines du NR ont été modelées dans une pâte de couleur rouge clair ou grise ou brun gris à dégraissant minéral surtout moyen ou fin, mais aussi gros, contenant exceptionnellement des cailloux, et leur surface est de couleur rouge, noire ou encore flammée. Le corps de plusieurs exemplaires est constitué par un noyau intérieur, noirâtre dans certains cas (pl. 62 et 78, M 237 ; pl. 81, M 1226), sur lequel une ou plusieurs couches d’argile ont été appliquées (pl. 62 et 79, M 321 ; pl. 79, M 330 et M 356 ; pl. 80, M 508, M 651 et M 658 ; pl. 81, M 790, M 1226, M 1246) ; dans un cas (pl. 64 et 81, M 1212), le noyau semble avoir été préalablement cuit, et la couche qui le recouvre envelopperait plusieurs noyaux. M 1226 présente une surface en fine argile brune, tandis que son cœur est relativement poreux et noirâtre ; le noyau de M 1246 comprend la partie entre la taille et l’aine. Le cou de M 196 (pl. 60, 78 et F) est perforé, celui de la tête M 270 (pl. 79) l’aurait même été deux fois, comme pour fixer la tête sur les épaules par des chevilles en matière organique, méthode couramment utilisée au NM.

  • 80 Marangou 1997b, p. 232, pl. 62, 68, d et f.

298Les cuisses et les jambes étaient modelées séparément, sans doute par pincement à partir de la motte de pâte qui constituait le tronc, ou en rajoutant de la pâte, pour être recouvertes ensuite par une ou plusieurs couches d’argile, une dernière couche couvrant toute la figurine. Les jambes sont ensuite collées l’une à l’autre : sur M 156 (pl. 60), M 226 (pl. 61 et F), M 659 (pl. 80), M 732 (pl. 64 et F) et M 1300, nous distinguons clairement la jointure des jambes. La moitié gauche de la figurine (de la taille au pied) M 1212 (pl. 64 et 81) a été décollée de sa partie droite. Cette méthode de collage sans chevilles, mais en laissant un petit espace vide entre les jambes/cuisses, est bien attestée à Dimitra, en particulier pendant la phase III80. Les nombreux fragments d’une seule cuisse ou fesse prouvent que les figurines étaient souvent brisées, intentionnellement ou non, aux endroits fragiles de l’attache de deux bouts de pâte modelés séparément à l’origine, comme au NM.

  • 81 Voir infra, p. 94-95.

299M 238 (pl. 78) montre des traces d’ébauchoir autour de la taille et de la partie conservée des bras. Ces derniers, qu’il s’agisse de bras tendus sur les côtés ou repliés sur le ventre, sont aussi de petits bouts de pâte ajoutés après le modelage du corps ; comme les mains posées sur le ventre constituent le deuxième point de fixation après l’épaule, les doigts incisés sont encore conservés, alors que les bras, eux-mêmes trop fragiles, sont brisés. Ces bras repliés caractérisent surtout les figurines fabriquées en creux81, mais aussi de rares exemplaires semi-assis (pl. 61 et 78, M 233 ; pl. 63 et 80, M 482 ; pl. 64 et F, M 732 ; pl. 82 et F, M 1858 ; pl. 82, D 40). Dans un cas, une légère ligne incisée sous l’emplacement des bras a pu servir de guide pour leur application (pl. 82, D 40). Une ligne incisée est visible sur M 226 (pl. 61 et F), autour d’une cavité, à l’emplacement du sein gauche ; les seins aussi étaient appliqués dans un deuxième temps sur le corps. Le point d’attache de ces détails anatomiques, seins ou sexe, modelés ou parfois appliqués sur la première couche d’argile, est ébauché ensuite.

300Le fait que les têtes, avec ou sans cou, sont souvent perdues et que d’autres ont été trouvées sans corps est sans doute dû à la fragilité du cou : ces têtes ont été modelées séparément puis fixées sur le corps et donc brisées par la suite. Celles conservées seules, dont les yeux et la bouche sont incisés, ont été façonnées entre trois doigts. Le nez et le menton sont pincés. Certaines têtes conservées avec ou sans torse ont été façonnées très soigneusement.

  • 82 Treuil 1983, p. 196.
  • 83 Dans un cas de pied de vase anthropomorphe (M 319), la matière incrustée est rouge : Dikili Tash I, (...)

301L’outil qui a marqué les points et les trous à la surface des exemplaires décorés était pointu ; celui qui a tracé les motifs incisés a laissé parfois des stries parallèles suivant le sens de l’incision (pl. 62 et 79, M 321) ; il était fourchu dans le cas d’une figurine aplatie et décorée maladroitement (pl. 60, 78 et F, M 196). Il pourrait s’agir d’une baguette de bois82 ou d’une pointe en os. Dans de nombreux cas, les incisions gardent encore des traces d’une matière blanche incrustée (pl. 61 et 78, M 220 ; pl. 62 et 78, M 237 ; pl. 62, 79 et F, M 321 ; pl. 63 et 79, M 357 ; pl. 64 et 81, M 740 ; pl. 79, M 330 ; pl. 80, M 508)83. Par ailleurs, des traces d’ocre sont encore visibles à la surface de certains objets (M 272, M 357, M 740, M 788), mais toutes ces traces ont pu disparaître sur d’autres objets lors du lavage après la fouille.

  • 84 Voir Hourmouziadis 1994, p. 55-56.
  • 85 Voir infra, p. 122.

302Une autre méthode de fabrication a vraisemblablement été utilisée parallèlement, celle du « vide intérieur », comme semble l’attester surtout la partie inférieure du corps de certaines figurines anthropomorphes (pl. 61 et 78, M 220 et M 233 ; pl. 82 et F, M 1858 ; pl. 82, D 40) qui est creuse. L’intérieur peut ne pas être bien cuit (pl. 82 et F, M 1858). Les détails de la mise en œuvre de cette méthode rare ne sont pas connus : s’agit-il de noyau organique, de modelage en creux84 ou, ce qui paraît plus probable, d’assemblage d’éléments massifs et d’éléments creux ? En tout cas, une méthode analogue était utilisée, tout aussi rarement, pour fabriquer des figurines zoomorphes85.

  • 86 Voir infra, p. 94-95.

303La surface a été dans la plupart des cas égalisée et souvent lissée et décorée d’incisions, plus rarement de peinture au graphite ou en noir sur rouge sur des exemplaires modelés en creux86. Si les quelques exemplaires schématiques demandent moins de travail, les figurines naturalistes, indépendamment de leurs dimensions, ont été généralement façonnées avec beaucoup de soin et sont en principe bien cuites. Un fragment de torse du même type que les autres mais non décoré, à pâte mal épurée, craquelée, pourrait ne pas avoir été terminé (pl. 81, M 1262). Quelques figurines de très petites dimensions, typologiquement proches du type naturaliste majoritaire, font exception ; elles ont été modelées sommairement, « maladroitement », et leur surface n’est ni décorée ni même traitée (pl. 61 et 78, M 219 ; pl. 62 et 79, M 263 et M 271). Une autre figurine aplatie (accidentellement ?) porte un décor plutôt maladroit et irrégulier – un objet raté ou façonné par quelqu’un d’inexpérimenté (pl. 60, 78 et F, M 196).

304Il est évident que les figurines schématiques plates ont été façonnées à partir d’une boule de pâte, leur forme simple dont résulte leur solidité ne nécessitant pas de modelage très soigné (pl. 61, M 209 ; pl. 63 et 80, M 367 ; pl. 64 et 81, M 789 ; pl. 80, M 643[ ?] ; pl. 82, B 30) ; un exemplaire possède, à la place des jambes, une base concave (pl. 64 et 81, M 789) sur laquelle il peut être posé. On serait tenté d’interpréter deux de ces figurines (?) schématiques (pl. 63, M 367 ; pl. 63 et 80, M 643), à cuisses et dans un cas aussi à bras et tête en forme de moignons et dont la forme rappelle la position semi-assise du type majoritaire, comme des noyaux ou guides de modelage de figurines, sur lesquels on n’avait pas encore appliqué ou complété les membres et la tête, et qu’on allait dans un deuxième temps recouvrir d’une première couche épaisse d’argile.

Forme

305Les figurines humaines du NR sont classées en trois types, dont deux naturalistes et un schématique.

Type A

  • 87 Voir Welch 1918-1919, fig. 3, t-u.
  • 88 Voir au contraire les pieds des vases anthropomorphes (Chr. Marangou, dans Dikili Tash I, 2, p. 286 (...)

306Ce type naturaliste comprend la majorité des figurines (40). Celles-ci représentent des femmes et exceptionnellement des hommes dans la position dite semi-assise ou semi-allongée, rarement assise (sans siège soudé). Elles ont les bras tendus sur les côtés dans la partie conservée (pl. 79 et F, M 272 ; pl. 79, M 283 et M 284), exceptionnellement les mains posées sur le ventre (pl. 63 et 80, M 482 ; pl. 64 et F, M 732) ; la taille est mince, sauf dans le cas de deux figurines volumineuses de forme biconique à taille non cambrée, malgré le fait que la position du corps reste la même (pl. 61 et F, M 226 ; pl. 62 et 78, M 237) ; les fesses et le ventre sont proéminents ou du moins bien marqués, même dans le cas de la figurine masculine ; le ventre est exceptionnellement exagéré (femme enceinte [ ?] : pl. 64, 81 et F, M 1219 ; ventre en pointe, couvert de lignes incisées87 : pl. 64 et 81, M 740) et les seins, parfois aussi les omoplates (pl. 61 et 78, M 220 ; pl. 78, M 238), sont rendus en relief ; les jambes se dirigent vers l’avant et sont jointes, néanmoins leur séparation est nettement marquée ; elles s’amincissent vers les extrémités, se terminant presque en pointe ; les pieds ne sont pas indiqués88. Le nombril est parfois marqué par un trou profond (pl. 61 et F, M 226 ; pl. 63, M 444 ; pl. 63 et 80, M 491 [figurine masculine] ; femme au ventre accentué ; pl. 64, 81, M 740 ; pl. 79, M 356 ; pl. 80, M 419) ou une perforation verticale (pl. 63 et 80, M 482 ; voir infra pl. 82 et F, M 1858) ; le triangle pubien est incisé et porte parfois une fente au milieu (pl. 62, 79 et F, M 321 ; pl. 64 et F, M 732) ; dans un cas, trois petits traits sont incisés dans la partie conservée de l’aine (pl. 79, M 284).

  • 89 Voir infra, p. 95-96.

307Une double ligne incisée entoure les hanches des figurines (féminines, pl. 63, M 482) ou leur ventre (masculines, pl. 63 et 80, M 491). Un autre détail qui revient souvent est constitué par les deux trous symétriques au bas du dos et au-dessus des lignes incisées séparant horizontalement le corps au niveau des hanches (pl. 81, M 740 ; pl. 79, M 356 ; pl. 80, M 419). Les fesses et les cuisses sont couvertes, dans le plus grand nombre de cas, de lignes incisées89.

308Six torses et trois têtes pourraient avoir appartenu à des figurines de ce type. Les détails du visage triangulaire sont rendus par pincement (nez) et par des incisions, souvent avec un point central (yeux, bouche) ; les cheveux longs sont rendus par des incisions parallèles, des sourcils jusqu’aux omoplates.

309Nous avons inclus dans ce type la figurine masculine M 491 (pl. 63 et 80), qui a la même forme de jambes, mais écartées, la même position semi-assise, le ventre proéminent et la double ligne incisée : celle-ci entoure cependant la taille, pas les hanches. Le fragment M 1774 pourrait appartenir aussi à une figurine masculine : la double ligne incisée habituelle entoure plutôt le ventre que les hanches.

  • 90 Entre 9,7 et 2,6 cm pour la h. max., 6,2 et 1,8 cm pour la L. max. et 4,3 et 1,5 cm pour la l. max.

310Les dimensions conservées90 de ces figurines montrent une hauteur d’origine qui pourrait varier entre 10 et 15 cm environ. M 263 (pl. 62 et 79), complet, présente les mêmes caractéristiques, mais ses dimensions sont très petites – hauteur 5 cm. M 356 (pl. 79), M 419 (pl. 80) et M 1212 (pl. 64 et 81), tout comme certaines figurines maladroitement réalisées, sans indication de sexe (pl. 61 et 78, M 219 ; pl. 62 et 79, M 263, M 271), sont caractérisées, de même, par leur très petites dimensions. Il y a en fait au moins deux échelles différentes : une avec une dimension d’origine maximale de 5 à 10 cm et l’autre de 10 à 15 cm environ.

Type B

311Ce type comprend un petit nombre de figurines féminines naturalistes, représentées souvent avec les bras repliés et les mains posées au-dessus du nombril. La méthode de fabrication est généralement celle du « vide intérieur », du moins pour la partie inférieure du corps. Certains exemplaires sont décorés de motifs incisés (pl. 61, M 226 [ ?] ; pl. 82 et F, M 1858) ; dans un cas, les incisions coexistent avec un décor au graphite (M 1858) ; d’autres sont peints en noir sur rouge selon la technique dite de Dikili Tash (pl. 61 et 78, M 233 ; pl. 82, D 40 ; auxquels il faut ajouter le fragment de bras M 322, pl. 62 et 79).

  • 91 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, pl. XLVIII, 2 et XLIX, 1.
  • 92 Un exemplaire de Dimitra II fournit un parallèle pour cette position et ces proportions : Marangou (...)
  • 93 Voir, pour la Thessalie, Grundmann 1953, p. 5, fig. 1-3 ; également une figure debout sur l’embouch (...)
  • 94 Nous remercions vivement W. Schubert pour cette information.
  • 95 Vases anthropomorphes ou « figurines-vases », voir Chr. Marangou, dans Dikili Tash I, 2, p. 286-287

312Certaines de ces figurines sont composites. Du point de vue de la position représentée, nous distinguons ainsi des figurines assises, solidaires de leur siège91, comme D 40 (pl. 82) ; des figurines aux hanches exagérément larges par rapport au torse92, comme M 233 (pl. 61 et 78) ; et celles qui ont pu constituer des éléments de vase, dont la partie inférieure n’est pas conservée : à l’origine, M 1858 (pl. 82 et F) a pu faire partie d’un récipient en céramique, encore que sa forme ne soit pas connue93. Un objet fragmentaire, décoré au graphite, appartenant à une collection privée en Allemagne94 et provenant de Dikili Tash, serait du même type : la figurine est assise, appliquée sur un support (vase ?). Le bras M 322 pourrait appartenir à une figurine composite, solidaire de son siège ou, plus probablement, à une figurine faisant partie d’un vase – la distinction peut être difficile à faire95.

Type C

  • 96 Voir supra, p. 93.

313Il comprend des figurines « schématiques » à profil plat ou en forme de planche, mais celles-ci constituent plusieurs sous-catégories. Deux exemplaires de types différents s’arrêtent au-dessous de la taille sans distinction de jambes (pl. 64 et 81, M 789 ; pl. 82, B 30) ; l’un présente une cavité sous la base (M 789). Leurs bras moignons presque triangulaires sont tendus sur les côtés. Dans d’autres cas, les bras ne sont pas conservés ou pas représentés, mais les deux côtés du torse sont concaves et la taille (ou le cou ?) est marquée (pl. 61, M 209 ; pl. 80, M 643). Des jambes (?) moignons se dirigent vers l’avant dans deux cas (M 367, M 643), le torse (?) est plat ; l’un des deux conserve une tête et des bras moignons en plus (pl. 63 et 80 M 367). La forme générale du corps de ce dernier est triangulaire ; le sexe (?) est marqué en relief et les cuisses, légèrement écartées, se dirigent vers l’avant, comme si la figurine était représentée assise. Ces dernières figurines pourraient être des ébauches ou des noyaux en cours de fabrication96.

314Les dimensions conservées des exemplaires schématiques varient entre 4 et 7,05 cm pour la h. max., 2,7 et 4,1 cm pour la L. max., 1,35 et 2,3 cm pour la l. max. Elles auraient donc été plus grandes que les figurines naturalistes. M 789, qui paraît être complet, est au contraire particulièrement petit (h. max. 4 ; l. max. 2,7 ; ép. max. 1,4 cm).

Décor

  • 97 Voir Daux 1962, p. 918, fig. 9 (en bas, au milieu), et Theocharis, Rhomiopoulou 1961, pl. 45a (en b (...)
  • 98 Voir supra, p. 92.
  • 99 Voir supra, p. 92-93.

315Le décor est presque de règle pour les figurines naturalistes, mais il est absent des figurines schématiques. Le plus souvent, il s’agit d’un décor incisé : des doubles lignes horizontales entourent presque toujours les hanches (la taille pour les figurines masculines), comme d’autres lignes verticales couvrent les cuisses décorées dans la majorité des cas (M 1300 ; pl. 62, 79 et F, M 321 ; pl. 63 et 80, M 482 ; pl. 64 et 81, M 740 ; pl. 79, M 283 et M 356 ; pl. 80, M 419 et M 508) ; rarement elles sont remplacées par des spirales ou des lignes horizontales. Des traits parallèles horizontaux (M 321, M 482) ou des paires de traits verticaux (pl. 62 et 79, M 317 ; pl. 64 et 81, M 740) se terminant par des points (M 317, M 740) décorent le corps ; les lignes brisées, les chevrons (M 237), les méandres spirales (M 317), les croix97 (M 283, M 317), les losanges ou triangles pointés (pl. 64, 81 et F, M 1219), les motifs curvilignes (M 508) constituent des motifs moins communs. Comme nous l’avons déjà vu plus haut, deux points se trouvent constamment au-dessus des hanches ; le triangle pubien est souvent incisé, parfois il porte une incision verticale au milieu (pl. 64 et F, M 732 ; pl. 64, 81 et F, M 1219), des points (M 1219) ou de petites incisions verticales (M 283). Les points et les lignes de pointillés sont également attestés et, dans certains cas, se trouvent dans les incisions mêmes (M 317, M 740). Sur M 226, des pointillés entourent les genoux (pl. 61 et F). Les incisions sont souvent remplies de pâte blanche. Des traces d’ocre sont parfois conservées à la surface des figurines98. Les exemplaires naturalistes non décorés (pl. 63 et 80, M 444) ou avec un décor très restreint (M 195, M 479, M 1774 ; pl. 60, M 154 ; pl. 63 et 80, M 491 ; pl. 79, M 330 et M 356 ; pl. 80, M 651) sont relativement rares – l’absence de décor caractérise surtout les petites figurines grossièrement faites –, mais il peut aussi s’agir d’objets non finis99.

  • 100 Voir Zervos 1963, fig. 564-565.
  • 101 Voir Renaudin 1921, p. 543, fig. 15.
  • 102 Voir Theocharis 1973a, fig. 173.
  • 103 Glycimeris (information orale de J. Shackleton, que nous remercions) ? Marangou 1993.

316Les cheveux sont incisés sur les épaules (pl. 61 et 78, M 220 ; pl. 62, 79 et F, M 321 ; pl. 63 et 79, M 357 [ ?] ; pl. 79, M 283 ; pl. 81, M 1226)100 et les détails du visage sont incisés et pointés. Dans deux cas, les cheveux ne sont pas indiqués, mais quelques lignes obliques sont incisées sur le sommet de la tête (pl. 79, M 270 ; pl. 80, M 489). Sur M 357, les oreilles portent deux trous profonds et les joues deux triangles pointés101. La parure est, elle aussi, incisée ou peinte et représentée par des lignes qui entourent le cou à la manière de colliers (?) (pl. 61 et 78, M 220 ; pl. 62, 79 et F, M 321 ; pl. 79 et F, M 272 ; pl. 81, M 1226, M 1276 ; M 238)102, les avant-bras de bracelets (pl. 61 et 78, M 233 ; pl. 61 et F, M 226 ; pl. 62 et 79, M 322 ; pl. 82 et F, M 1858) ou le haut des bras (bracelets ?) (M 740, M 1276). La tête M 1226 porte ce qui pourrait être un coquillage103, fixé par une épingle dans les cheveux, élément qui peut aussi apparaître sur le dos. Les représentations de rangs de perles forment des « jupes », des ceintures ou des colliers doubles ou multiples.

  • 104 Voir un objet similaire décoré au graphite qui se trouve dans une collection privée en Allemagne et (...)
  • 105 J.-P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p. 97.

317Le décor au graphite, exceptionnel104, comporte des motifs linéaires (double ligne des hanches, groupes de lignes parallèles qui s’entrecroisent) et il est combiné avec des incisions. Le style de Dikili Tash105, en peinture noire sur rouge, est rare et ses motifs sont également linéaires : larges bandes, traits parallèles (bracelets) et chevrons.

  • 106 Gimbutas 1974, 1982 et 1989.
  • 107 Marangou 1992, p. 175-177 ; 1993 voir 1997b, p. 238-239.
  • 108 Voir Dikili Tash I, 1, p. 163-164.
  • 109 Karali-Yannacopoulou 1997, p. 205-209.
  • 110 Sitagroi 2, p. 331-402.

318Il y a eu plusieurs tentatives d’interprétation des motifs du décor des figurines néolithiques ; il pourrait s’agir de la représentation de tatouages, de vêtements, d’ornements, de la morphologie du corps ; nous n’aborderons pas ici le côté symbolique ou philosophique de la question106, mais nous nous limiterons à la seule constatation des difficultés inhérentes à cette réflexion et de l’absence d’indices sûrs. Plus concrètement toutefois, s’il ne peut être prouvé de façon certaine que les lignes verticales incisées sur les cuisses, les fesses et les jambes représentaient des vêtements, bien que cela semble évident, par contre la représentation de la ceinture et de la parure (colliers et bracelets, pendentif et élément porté sur la tête) ne fait aucun doute : elle est confirmée par les découvertes dans les cimetières chalcolithiques des Balkans107. D’ailleurs, à Dikili Tash même, les bracelets en spondyle abondent108, plusieurs catégories de perles sont attestées à Dimitra109 et de nombreux objets de parure ont été découverts à Sitagroi110.

Évolution

319Les types naturalistes et schématiques du NR ont eu des précurseurs déjà au NM : figurines à la taille mince et aux fesses saillantes, aux bras posés sur la poitrine, aux jambes se terminant presque en pointe et au torse plat ; figurines plates aux épaules perforées et figurine (?) unie à son siège.

  • 111 Voir supra, p. 59, n. 6.
  • 112 Deux au moins parmi elles ont des chances d’appartenir plutôt à la phase la plus récente du NR : un (...)
  • 113 Voir J.-P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p. 192, t. 1.4.

320Sous réserve de perturbations des couches archéologiques111, nous constatons (graph. 2) que le nombre (45) de figurines trouvées dans des niveaux du NR dont le contexte est connu (8 autres112 proviennent de la surface ou leurs associations sont inconnues) augmente progressivement : la plupart proviennent en effet des couches les plus récentes (22 objets), les niveaux médians ayant livré 13 exemplaires, les couches les plus anciennes seulement 9113.

Graph. 2 — Évolution par phases de la typologie et du nombre des figurines anthropomorphes de provenance connue dans le secteur B 1.

Graph. 2 — Évolution par phases de la typologie et du nombre des figurines anthropomorphes de provenance connue dans le secteur B 1.
  • 114 Voir supra, p. 71.

321Dans les trois phases du NR, de rares figurines schématiques (une [ ?] par phase) et de rares représentations masculines (deux naturalistes, une schématique/ébauche) coexistent avec les figurines naturalistes, qui sont largement majoritaires. Parmi ces dernières, rares sont celles de très petites dimensions, celles de la phase la plus récente, en particulier, étant en même temps grossièrement modelées. Or, ce manque de soin ou d’habileté est également attesté, toujours exceptionnellement, dans la phase la plus ancienne. Au cours de toutes les phases, les caractéristiques faciales du type majoritaire habituel, comme les parties du corps – ventre, fesses et cuisses, sexe et bras – sont soulignées. Le décor, surtout incisé, est toujours d’une grande importance et parmi les éléments reconnaissables, parure, chevelure et ceinture avec un vêtement couvrant la partie inférieure du corps continuent d’être représentés. La méthode des noyaux intérieurs est attestée dans les trois phases ; celle, rare, du « vide intérieur », combinée surtout à la peinture en noir sur rouge ou au graphite (pl. 61 et 78, 233 ; pl. 62 et 79, 322 ; pl. 82 et F, M 1858 ; pl. 82, D 40), ainsi qu’au thème de la femme assise unie à son siège ou aux hanches exagérément larges (pl. F, M 233, M 1858), n’est attestée que dans la dernière phase (DT II C) ; les deux figurines provenant de récipients de la phase DT I sont très différentes tant du point de vue de la technique de fabrication que du sujet114.

  • 115 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.122-123, nos 140 et 142. Voir Letica 1964 : noyaux chevillés e (...)
  • 116 Voir Höckmann 1968, p. 32, pour la méthode dite « macédonienne » de modelage séparé des jambes trav (...)
  • 117 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.14, 20, 38, 54, 140, nos 160, 165, 166, 167, 169, 170.
  • 118 Grammenos 1997, pl. 36, 16 ; Marangou 1996a, p. 191, fig. 7 ; 1997b, p. 232-233.
  • 119 Voir infra, p. 124-125.
  • 120 Marangou 1991a, p. 328, fig. 1d ; Marangou 1996, p. 191, fig. 7.
  • 121 Bass 1959, pl. 74, no 6.
  • 122 Wace, Thompson 1912, p. 124, fig. 75f ; Hourmouziadis 1994, p. 284, pl. 68a.
  • 123 Vasić 1936, p. 107, no 510.
  • 124 Voir supra, p. 95 et n. 94.
  • 125 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.183, no 187.
  • 126 Ibid., fig. 9.143, no 143.
  • 127 Voir Zervos 1963, fig. 548-549, figurine faisant partie d’un vase (?).

322Les mêmes méthodes de fabrication sont attestées à Sitagroi : des chevilles traversaient le corps, comme le montrent les perforations du cou ou au niveau de la taille brisée115 ; les membres sont joints au corps116 ; les cassures se situent également souvent à la tête ou à la taille. Le « vide intérieur » et le décor noir sur rouge trouvent leurs parallèles les plus proches à Sitagroi117 et à Dimitra118, ainsi qu’avec certaines figurines zoomorphes également rares de Dikili Tash et de Sitagroi119. En plus, la tête d’une figurine anthropomorphe en noir sur rouge de Dimitra porte sur le visage un décor120 très similaire au décor incisé de certaines figurines de Dikili Tash. Une méthode en creux a été également utilisée pour une figurine de Thespies121, ainsi que pour une autre de Tsangli (NR), piriforme à hanches larges122. Une figurine de Vinča assise, faisant partie d’un support de forme indéterminée123, pourrait être rapprochée de la figurine de Dikili Tash et de celle conservée dans une collection privée124. Un fragment de Sitagroi décoré au graphite représente un animal qui a pu appartenir à un récipient125, tout comme une autre figurine de Sitagroi126, anthropomorphe, peinte en noir sur rouge, et qui n’a pas été complètement cuite à l’intérieur, sans doute à cause de son épaisseur127.

  • 128 Höckmann 1968, p. 84.
  • 129 Par exemple, Radunčeva 1981, nos 13, 17, 19 : Gradešnica, Balbounar, Kalekovec (Plovdiv), du Chalco (...)
  • 130 Sitagroi 1, fig. 9.25 (42), pl. L 3 (phase II) ; Blennow 1987, pl. 37, nos 1-3 ; Marangou 1997b.
  • 131 Hourmouziadis 1994, p. 150-152.
  • 132 Voir Zervos 1963, fig. 543-544, 546-547.
  • 133 Par exemple Berciu 1961, fig. 248, 2.
  • 134 Detev 1959, fig. 75-78.
  • 135 Voir, par exemple, Movša 1957, p. 15-34, fig. 1 (1), 2.
  • 136 Par exemple, Comşa 1975, fig. 95-96 (« Precucuteni », fs. 74, 76, 77, 78) et de Sabatinovka, Cucute (...)
  • 137 Todorova et al. 1975, t. 18, nos 5, 8, 13, ainsi que t. 43, no 11, provenant tous de l’horizon III- (...)
  • 138 Pilali-Papasteriou et al. 1986, fig. 12.
  • 139 Prendi 1966, pl. X(a) ; 1976, pl. XXI, 9, 11.
  • 140 Simoska, Kitanoski, Todorović 1976, p. 68, pl. I, nos 1, 3.
  • 141 Gaul 1948, pl. LVIII.
  • 142 Detev 1950, fig. 23.
  • 143 Nikolov 1970, p. 56-68, fig. 6a-b.
  • 144 Très nombreux exemples de la position semi-assise ; position des bras vers les côtés : M. Gimbutas,(...)
  • 145 Grammenos 1984, phot. 57, nos 4 et 8 ; Marangou 1997b.
  • 146 Grammenos 1984, phot. 60, no 34, et phot. 61, no 21.
  • 147 BCH 90 (1966), Chronique des fouilles, p. 883, fig. 17.

323La représentation de la tête et des yeux serait à rapprocher des exemplaires de Vinča C-D selon O. Höckmann128 ; elle le serait aussi de ceux de Karanovo VI129. Les sites de Sitagroi, Dimitra et Paradisos en ont fourni des parallèles géographiquement et (pour Paradisos et Dimitra) typologiquement les plus proches130. La position caractéristique « semi-allongée », déjà présente au NA en Thessalie131, ainsi que la forme générale des figurines du type A de Dikili Tash132, présentent des ressemblances avec des parallèles plus ou moins lointains dans le temps ou l’espace des sites de Gumelnița,133 Karanovo VI134, Tripolje135 ou Pré-Cucuteni136, jusqu’à Goljamo Delčevo vers la mer Noire137, ainsi que de Mandalo138, Maliq139 et Crnobuki140, en Pélagonie, Albanie du sud-est et Macédoine occidentale grecque. Ces ressemblances sont frappantes avec les fragments de cuisses provenant de Sultan141 : des incisions parallèles verticales couvrent les jambes, remplies parfois de pâte blanche. La ligne incisée simple ou double qui sépare le corps en deux et entoure les hanches existe aussi sur les exemplaires de Banjata142 et de Gradešnica143. Quelques figurines provenant de Sitagroi144 et de Dimitra145, mais aussi de Vassilika146, des découvertes provenant de sondages telle une figurine d’Amphipolis147, constituent sans doute les parallèles les plus proches de notre matériel, non seulement du point de vue géographique, mais aussi en ce qui concerne la forme des hanches et de la taille, la position et les motifs décoratifs.

  • 148 Nikolov 1970, 4 f. 12a, b ; Gimbutas 1974, f. 15.
  • 149 Georgiev, Angelov 1957, f. 63, 1, de Ruse ; Comşa 1974, p. 7, etc.
  • 150 Voir Sitagroi, M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.21 et 9.37 (nos 154 et 153). Voir Todorova et a (...)
  • 151 Très nombreux parallèles, entre autres : Sitagroi 1, fig. 9.134, de Sitagroi ; Rosetti 1938, pl. 20 (...)
  • 152 Grammenos 1975, pl. 97, 31, et p. 225.
  • 153 Marangou 1997b, pl. 67a.

324Le décor a été rapproché de celui des figurines de Cucuteni et de Gumelnița/Karanovo VI. Des motifs spécifiques sont communs : des incisions autour du cou148, autour des poignets ou des bras149, de petits traits pointés150, les oreilles percées151. Les « tatouages » sur les joues sont attestés aussi sur une tête de Doxat-Tepe152 et au moins une autre de Dimitra153.

  • 154 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, par exemple pl. LII, 1b, et XLVII, 1b (avec point central).
  • 155 Marangou 1997b.
  • 156 Detev 1959, fig. 76 (7).
  • 157 Georgiev, Angelov 1957, fig. 60.
  • 158 Petkov 1950, p. 25-36, surtout fig. 11 (nos 1-2), 7 (no 8), 6, 10 (no 9).
  • 159 Georgiev 1955.
  • 160 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.15, 16 et 18, nos 57, 59 (phase II) et 106 (phase III).
  • 161 Comşa 1975, fig. 94.
  • 162 Detev 1959, fig. 78 (2-3) ; Detev 1960, fig. 49 (avant-dernier rang, deuxième à partir de la gauche (...)
  • 163 Detev 1950, fig. 25 (4).
  • 164 Mikov 1934, fig. 130 (1, 4).
  • 165 Plusieurs dans Detev 1959, fig. 76-78 ; Detev 1960, fig. 49 en haut.
  • 166 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.10, no 144.
  • 167 Dumitrescu 1979, fig. 160.
  • 168 Dumitrescu 1972.

325Les points symétriques situés au bas du dos, comme ceux cités ci-dessus, se retrouvent aussi sur des exemplaires provenant de Sitagroi154, de Dimitra155, de Plovdiv156 et de Ruse157. Ces paires de points sont fréquentes sur les figurines en os, celles du type III de Petkov, en particulier158 ; elles se répètent sur les jambes de ces dernières. Nous les retrouvons également sur la figurine en marbre de Blagoevo (Razgrad)159, qui est représentée debout, les genoux légèrement fléchis. La spirale sur les fesses se rencontre au NM à Dikili Tash, à Sitagroi II-III160, mais aussi, entre autres, dans la culture de Boian161 et sur les sites bulgares de la région de Plovdiv162, de Banjata163, de Sultan et de Vitbov164. De Plovdiv165, proviennent plusieurs figurines à cuisses et jambes décorées de lignes parallèles horizontales, qui rappellent le motif de M 732 (pl. 64 et F) ; Sitagroi en offre encore un parallèle166. Quelques motifs curvilignes profondément incisés, exceptionnels, sur un exemplaire (pl. 82, C 38) rappellent des figurines Cucuteni A167. Les lignes concentriques caractéristiques des figurines de Cucuteni ont, par ailleurs, été interprétées comme la représentation des formes du corps humain168.

  • 169 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.14, no 169 ; à motifs linéaires, entre autres de chevrons au-d (...)
  • 170 Jungsteinzeit in Bulgarien 1981, fig. 151a.
  • 171 Nikolov 1975, fig. 45-47 (certaines sans indication de sexe apparente), niveau A.
  • 172 Stalio 1977, fig. 232 (Vinča, NR).
  • 173 NM : Tsountas 1908, pl. 33, 4-5 ; Hourmouziadis 1994, pl. 7-9 ; Theocharis 1973a, pl. 37 et 55 ; NA (...)
  • 174 NR, Style B3a : Tsountas 1908, pl. 31, 2 ; voir une « kourotrophos » Vinča (NR) : Stalio 1977, fig. (...)
  • 175 Hauptmann 1981, pl. 13, no 16.
  • 176 Gallis 1985, pl. 15.

326Les thèmes figurés à Dikili Tash ne sont pas exceptionnels, mais appartiennent à un ensemble Néolithique Récent/Chalcolithique qui comprend cependant des groupes locaux présentant des particularités. C’est ainsi que la figurine féminine assise sur siège soudé se retrouve dans la région de Drama (Sitagroi, Dimitra), également décorée en noir sur rouge169, mais aussi toujours dans l’aire Karanovo VI et Gumelnița, à Čatalka170 et Zaminec171, et dans l’aire Vinča172. La Thessalie du NA et du NM montre une prédilection pour les figurines masculines assises sur siège intégré173, mais il y a aussi la « kourotrophos » du NR de Sesklo, peinte en noir sur rouge174, et une figurine à quatre pieds (NM ?) d’Otzaki175. Deux des figurines trouvées dans une maquette de maison à Platia Magoula Zarkou, du début de NR, qui sont en fait asexuées, mais généralement présumées masculines, ont également quatre pieds176.

  • 177 Theocharis 1973a, fig. 73 (figurine féminine aux jambes croisées de Hiérapetra) ; Ucko 1968, p. 310 (...)
  • 178 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.11 (no 159), et fig. 9.145, pl. LXII, 1 (no 149).
  • 179 Marangou 1997b, pl. 64e (Dimitra II) ; voir Zervos 1963, fig. 536-537 (« NR ») et 433, de Sesklo (« (...)

327Les positions typiques du sud de la Grèce, représentations féminines assises par terre, à genoux, jambes tendues sur le côté, croisées ou repliées, comme en Thessalie ou en Crète, ne sont pas représentées à Dikili Tash177. La figurine féminine aux hanches excessivement larges, fabriquée à Dikili Tash selon la technique du vide intérieur pour le bas du corps, existe aussi à Sitagroi178 et à Dimitra179.

  • 180 Marangou 1992a, p. 163.
  • 181 Voir, par exemple, Radunčeva 1981, fig. 7 (Krushno, Chalcolithique) ; Nikolov 1974, fig. 60 (Gradeš (...)
  • 182 Grammenos 1984, photo 57, no 10 ; Marangou 1997b, pl. 64d (Dimitra Ib) et pl. 67c (Dimitra III).
  • 183 Grammenos 1997, pl. 36:19 ; Marangou 1997b, pl. 67c.
  • 184 Voir Mateescu, Voinescu 1982 et Marangou 2009.
  • 185 Georgiev, Angelov 1952, p. 173, fig. 163 (1-2).
  • 186 Tsountas 1908, pl. 34 (2).

328Si les figurines féminines et les représentations asexuées sont attestées sur tous les sites180, les figurines masculines sont généralement rares181. Quelques exemplaires de ces dernières proviennent de Dimitra182 et de Dikili Tash (fouilles du secteur grec, musée de Philippes). Un exemplaire de Dimitra III est très proche, tant par la position que par le décor de lignes autour de la taille, de la figurine masculine de Dikili Tash183. Le thème de la femme enceinte, par contre, devait être moins courant que ce que l’on croit184. En tout cas, on peut souvent expliquer par une simple obésité un ventre en saillie sans exagération, du moins en ce qui concerne les figurines de Dikili Tash, où même une figurine masculine présente un ventre relativement accentué, à l’exception de M 1219 (pl. 64, 81 et F) dont le ventre est clairement prononcé et le nombril perforé en profondeur. Entre autres cas qui semblent certains, citons ceux de Ruse185 et de Sesklo186.

  • 187 À Sitagroi, décorés : M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.119, no 99, à comparer avec fig. 9.120, (...)
  • 188 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.142, 146, 148, nos 173, 158, 150.
  • 189 Theocharis 1973a, fig. 175 ; Hourmouziadis 1994, pl. 10 ; voir aussi Marangou 2000 pour les différe (...)
  • 190 Simoska, Kitanoski, Todorović 1976, pl. I, no 4.

329De très petites figurines proviennent aussi de Sitagroi, avec ou sans décor187 ; certains exemplaires sont très grossièrement réalisés188. Ces figurines en miniature sont en fait attestées dès le NA en Thessalie (de types différents de ceux des grandes figurines : Sesklo, Otzaki)189, jusqu’au Chalcolithique de Crnobuki (strate I)190. La maquette de maison de Platia Magoula Zarkou contenait aussi quelques figurines (?) minuscules.

  • 191 Berciu 1961, p. 330, fig. 153, 1 (Sălcuța III) ; Höckmann 1968, pl. 46, 1661.
  • 192 Ivanov 1981, fig. 20, 4, seconde moitié de l’Énéolithique.
  • 193 Comşa 1975, fig. 74, 2.
  • 194 Hourmouziadis 1994, pl. 64 ; Gallis, Orphanidis 1996, p. 386-395.
  • 195 Weisshaar 1989, pl. XVI (10-15), 66 (6, 8, 9), 82 (24, 26), phases moyenne et récente.
  • 196 Ibid., pl. 91,1.
  • 197 Tsountas 1908, pl. 35 (3, 6, 7) ; Hourmouziadis 1994, pl. 70, 73 ; Skafida 1992, pl. 25a-b.
  • 198 Torses légèrement élargis aux deux extrémités, à base épaissie et côtés concaves : Milojcić et al.  (...)
  • 199 Hood 1982, II, fig. 285, pl. 130, clay 10.
  • 200 Papaefthimiou-Papanthimou, Pilali-Papasteriou 1980, fig. 1.
  • 201 Gallis 1982, pl. 21 en bas.
  • 202 Tsountas 1908, fig. 225.
  • 203 Mylonas 1929, fig. 75b, no 9.
  • 204 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.97, no 34 (phase I/II).

330Les figurines schématiques à profil plat sont assez répandues : des parallèles lointains de B 30 (pl. 82) proviennent de Sălcuța191, de Pernik192 et de la culture de Boian193 ; la tendance thessalienne194 de la fin du Chalcolithique (Rachmani) à la production de figurines schématiques comme à Pefkakia195, Rachmani196, Sesklo et Dimini197, mais aussi Haghia Sophia198, tout comme plusieurs exemplaires de Maliq II et en général du groupe de Crnobuki-Bakarno Gumno, est bien connue. Emporio IX a fourni également une partie médiane de figurine avec une taille rentrée, de section ovale199. Un exemplaire de Mandalo200, une des figurines du cimetière de Platia Magoula Zarkou201 et une autre de Pyrgos202, éloignées entre elles dans le temps, rappellent M 789 (pl. 64 et 81), découvert dans les niveaux anciens du NR à Dikili Tash. Un exemplaire d’Olynthe, provenant de niveaux perturbés, offre des ressemblances avec le type à jambes moignons de Dikili Tash203. Les figurines schématiques de Sitagroi sont, par contre, généralement décorées ; un fragment plat et incisé représentant probablement la hanche et le cou204 peut être rapproché de M 209.

Contexte et utilisation

  • 205 Par exemple, Tringham 1971, Dimitrov 1974.
  • 206 Marangou 1992a, p. 219-222, pour un aperçu avec la bibliographie antérieure.
  • 207 Treuil 1983, p. 403-423, avec des références.
  • 208 Voir Ucko 1968 et Talalay 1993.

331Dans certains cas, des figurines humaines ont été mises au jour en même temps que des maquettes de meubles et/ou de maisons et des vases miniatures205. Souvent, l’appellation de « sanctuaire » a été donnée à l’endroit de la découverte et celle de « scène de culte » à l’ensemble composé par ces objets206. Des hypothèses analogues ont été faites à propos de Sabatinovka, en Moldavie, d’Ovčarovo ou de Néa Nikomédia, ainsi que du « trésor » des tablettes de Taˇrtaˇria. D’un autre côté, des objets du même type ont été interprétés comme des jouets d’enfants207, ou comme des accessoires de magie ou de rites d’initiation208. Les interprétations varient des plus théocentriques aux plus pragmatiques. Il est impossible de se prononcer de façon catégorique pour l’une ou l’autre des interprétations proposées : mais n’y aurait-il qu’une seule solution ?

  • 209 Voir infra, p. 141.

332Les données de Dikili Tash n’apportent que peu d’indices sur le contexte des figurines anthropomorphes, tant du NR que du NM. Pour un total de vingt-cinq associations connues, l’outillage lithique (dix-neuf cas) et la poterie (seize cas) l’emportent, comme on pouvait s’y attendre. En revanche, les associations avec des figurines animales, des vases ou instruments anthropomorphes ou zoomorphes sont extrêmement rares. Par ailleurs, il y a moins d’associations que celles que l’on aurait tendance à attendre avec des maquettes de meubles (deux cas, trois maquettes209). Nous connaissons quatre cas où les figurines humaines sont associées à des vases miniatures, dont deux comprennent deux vases chacun. Dans quatre cas, elles ont été trouvées au voisinage d’ossements, dans un cas avec un fragment de cuivre (?). Quatre cas d’associations avec des pointes en os (dont deux comprennent deux pointes chacun) et un cas unique d’association avec une pointe en cuivre (?) sont connus.

333Les associations les plus courantes, en dehors de la céramique et de l’outillage lithique, comprennent :

334– les groupements de figurines humaines (sept) dont un à cinq, un à quatre, un à trois et quatre à deux figurines ;

335– les objets de parure (cristal de roche, spondyle travaillé, perles, objets en os perforés, coquillages, bracelets) ; six sur sept comptent dans la même association deux ou plusieurs objets de parure ;

336– les balles de fronde (sept cas, dont deux comprennent deux balles de fronde chacun) ;

337– les fusaïoles (quatre cas, dont un inclut deux fusaïoles).

  • 210 Marangou 1992a, p. 20 et fig. 72g pour une figurine trouvée dans une zone de coquilles.

338Nous avons globalement des associations avec d’autres figurines humaines (sept cas), avec des figurines animales (deux), avec des coquillages ou des bracelets (sept), avec des aiguilles ou des pointes en os (six), avec des balles de fronde (quatre), avec des fusaïoles (quatre), avec des vases miniatures (quatre) et avec des vases zoomorphes (un ou deux). Sans tenir compte de la poterie ou de l’outillage lithique, très fréquents et donc peu significatifs sauf pour indiquer la présence d’un niveau d’occupation, nous remarquons que dans plus de 50 % des cas (treize sur vingt-cinq) deux au moins parmi les associations suivantes sont significatives : parure, balles de fronde, fusaïoles, vases miniatures, maquettes de meubles, pointes et aiguilles en os210.

  • 211 J.-P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p. 83-84, 92.
  • 212 Marangou 1992a, p. 206-208.
  • 213 Marangou 1992a, p. 207 ; 1993.

339Les figurines semi-allongées peuvent être saisies à la main, voire manipulées. L’existence de trous dont la raison d’être n’est pas évidente, lorsqu’ils semblent placés de façon aléatoire, ainsi que les traces d’ocre conservées sur quelques têtes – encore que ces traces puissent témoigner plutôt d’un décor composé comme il arrive souvent à propos de la céramique décorée211 – pourraient être des éléments en faveur d’une utilisation rituelle. Des perforations des épaules, des avant-bras, des bras (verticales) ou des oreilles (horizontales), ne servant probablement pas à la suspension de l’objet212, ont pu être utilisées pour fixer des appendices perdus depuis, tels que des bracelets ou des boucles d’oreille, comme l’attestent de nombreux exemples balkaniques213.

  • 214 Voir infra, p. 137.
  • 215 Tringham 1971, p. 177.
  • 216 Gimbutas 1982, fig. 25-26.

340Si les figurines semi-assises ne peuvent parfois pas rester stables sans être soutenues par un support quelconque, les maquettes de mobilier214 pourraient avoir été fabriquées justement dans ce but, à moins qu’il ait existé un autre dispositif inconnu de nous. Ailleurs, un dispositif du type du support perforé de Kostisi215 a été utilisé pour les figurines de Cucuteni AB/B-Tripolje B2. À Dikili Tash, des sièges auraient été plus convaincants, comme à Ovčarovo ou Sabatinovka216. Reste à savoir pourquoi de rares figurines étaient soudées à leur siège (elles sont cependant souvent plus tardives à Dikili Tash) et pourquoi toutes n’en possédaient pas un, puisque de toutes façons, sauf exception (Ovčarovo), les maquettes de sièges sont moins nombreuses que les figurines en question.

1.3. Bronze Ancien (Dikili Tash III)

M 13 (pl. 82)

341Dimensions : h. max. env. 6,5 ; l. max. env. 5.

342Provenance : R 27, niveau 5.

343Description : partie supérieure plutôt plate d’une figurine. Pâte foncée. La tête a une forme cylindrique ou tronconique ; les bras se devinent à la forme triangulaire du contour et les détails du visage (yeux et bouche) sont marqués par des points. Les seins ne sont pas indiqués.

344Décor : une incision horizontale entoure le sommet de la tête, trois autres le cou ; elles sont bordées vers le bas par de petits traits incisés verticaux ; deux autres incisions descendent du sommet de la tête jusqu’à l’incision inférieure du cou. Objet égaré : la description provient des publications et photographies antérieures.

345Publication : Daux 1962, p. 931, fig . 25 ; Deshayes 1972, p. 200 et fig . p. 201 ; Deshayes 1970a, p. 36 et fig . 40 ; Séfériadès 1985, pl. XXV, 1-2 ; Marangou 1992a, p. 62, fig . 81a-b.

  • 217 Deshayes 1970a, fig. 40.

346Un fragment de figurine anthropomorphe (M 13) a été publié par J. Deshayes217. Il s’agit d’un type de figurine dont le haut du corps, de profil plat, est assez abstrait, la tête trapézoïdale et les bras sommairement représentés, la taille rentrée et le bas du corps (non conservé ici) élargi en forme de jupe longue. Certains détails du visage sont indiqués par des trous circulaires et des traits ; des incisions horizontales ornent la tête, le cou et le haut de la poitrine. Un collier incisé se poursuit sur le dos. La figurine a dû, à l’origine, être représentée vêtue d’un long vêtement.

  • 218 Daux 1962, p. 932, fig. 25.
  • 219 Deshayes 1972, p. 200 ; Garašanin 1958, p. 86, fig. 15 ; voir Höckmann 1968, p. 38, no 438, pl. 17, (...)
  • 220 Voir aussi Garašanin 1958, fig. 15-16, et p. 85-86 ; Letica 1973, pl. VI, VII et IX, en particulier (...)
  • 221 Voir les figurines « avec robe en cloche » de Cîrna-Gîrla Mare : Miclea, Florescu 1980, nos 350-357 (...)
  • 222 Voir Letica 1973, p. 88 et 91.
  • 223 Mikov 1970, fig. 8-9.
  • 224 Berciu, Comşa 1956, fig. 20 (3), 23 (4-5) et 29.
  • 225 Trbuhović 1956-1957, p. 134, fig. 5-8.
  • 226 Voir Séfériadès 1985b, p. 231 et pl. XXIV, 1-2.

347Cette figurine fragmentaire a été rapprochée par J. Deshayes du groupe de Dubovac218 ou de Kličevac-Žuto Brdo219, dans la vallée du Danube, entre la Serbie et la Roumanie220, apparenté à celui de Cîrna221 en Olténie, culture considérée comme plus tardive, mais que la découverte de Dikili Tash aurait permis de situer sur une période plus longue222. Notre figurine présente en effet des ressemblances avec des exemplaires du groupe précité. D’autres parallèles proviennent de Novo Selo (Bulgarie du nord-ouest)223 et de Balta Verde (Roumanie)224. J. Deshayes a surtout rapproché l’exemplaire de Dikili Tash du type 2 de Trbukhovic225, provenant en particulier de Ghirla (Olténie), plus simple que les autres et sans doute antérieur226.

  • 227 Certains groupes constituent des exceptions, comme à Thermi : Lamb 1936 ; voir infra, p. 107, n. 23 (...)
  • 228 Marangou 1992a, p. 199 ; 1997a.
  • 229 Obladen-Kauder 1996 ; Hüryilmaz 1999.
  • 230 Marangou 1992a, p. 146-147, avec des références antérieures ; 1997a.
  • 231 Marangou 1992a, p. 73-79 et 83-91 ; 1997a, avec des références antérieures ; voir aussi supra, p. 1 (...)
  • 232 Papadopoulos 1990.
  • 233 Pilali-Papasteriou et al. 1986, p. 462, fig. 11a.
  • 234 Voir les figurines de Kastri (Thasos), trouvées à l’extérieur d’une tombe proprement dite : les ant (...)
  • 235 Letica 1973, p. 93-94.

348Pendant cette période, en domaine égéen, les figurines anthropomorphes de terre cuite se raréfient227, ce qui n’est pas le cas des figurines zoomorphes qui ont souvent été mises au jour dans des régions différentes, en particulier du sud de la Grèce, suivant la séparation par sites/régions et par thèmes des figurines et des maquettes du BA228. Or, les figurines anthropomorphes ne sont pas aussi exceptionnelles, puisque certains groupes de terre cuite proviennent surtout des régions du nord-est de la mer Égée et de l’Anatolie du nord229 ; on trouve aussi des figurines anthropomorphes fabriquées dans d’autres matériaux230, comme la pierre, l’os ou le bois de cervidé. Malgré cette relative rareté des figurines anthropomorphes de terre cuite au BA, des figurines de types différents, plus ou moins fragmentaires, ont été trouvées dans certaines maisons de Thermi et de Troie231. Une figurine fragmentaire datant du BA a été découverte sur un sol d’habitation contenant un foyer à Toronè232 ; Mandalo en a fourni d’autres233. Le contexte des parallèles balkaniques (datant du BM ou du BR) n’est que rarement précisé et, dans ce cas, ceux-ci proviennent, au contraire, de cimetières234 à incinération (Dubovac, Vršac, Kličevac, Korbovo, Cîrna), où ils ont été trouvés, souvent à l’état de fragments, soit à l’intérieur soit à l’extérieur des urnes funéraires. Quelques exemplaires ont été mis au jour en association avec des chars (Dupljaja) et lorsque, rarement, ils proviennent de sites d’habitat, le contexte n’est pas précisé235.

  • 236 Voir Dikili Tash I, 1, p. 30.
  • 237 Communication orale de H. Koukouli-Chrysanthaki et de R. Treuil que nous remercions vivement.

349La figurine de Dikili Tash a été trouvée sur le niveau d’habitation 5 du carré R 27, qui s’étend sur une grande partie du secteur A 2 et comprend des trous de poteau ou de piquet, de nombreux tessons, ossements d’animaux et objets et peut-être les restes d’une plate-forme236. Il faut pourtant noter que ce niveau était perturbé au moment de la fouille et que des intrusions de périodes plus tardives sont avérées237. La question de la datation de cette figurine n’est donc pas encore définitivement résolue.

1.4. Bronze Récent (Dikili Tash IV)

M 1883 (pl. 82)

350Dimensions : h. max. 4,1 ; l. max. 3,7 (bras) ; ép. max. 1,9 ; section du corps 1,4 × 1,8.

351Provenance : R 25, démolition du mur 6 (niveau 2 ?).

352Description : partie supérieure d’une figurine. Pâte rouge. Les bras moignons sont coniques, les seins (le droit est cassé) pointus. L’extrémité du bras gauche est également brisée. La « tête » a une forme conique et est perforée d’un trou horizontal dans le sens de la largeur. Le corps a une section plus ou moins cylindrique. Le dos est plat. La figurine a pu être suspendue par le trou de la tête. Sans décor.

M 1855 (pl. 82)

353Dimensions : h. max. 5,1 ; l. aux bras 5,8 ; l. tête 2,7 ; h. visage 3 ; section à la cassure à mi-corps 3,5 × 1,9.

354Provenance : R 25, niveau 1.

355Description : moitié supérieure d’une figurine féminine aplatie. Le visage est triangulaire, le nez et le menton saillants étant seuls marqués. Les bras triangulaires sont courts et les seins pointus. Sans décor. Objet égaré, description faite à partir de la fiche et de la photographie.

  • 238 Ainsi qu’une fusaïole et une herminette polie : Séfériadès 1983, p. 672 ; 1985b, p. 115.
  • 239 « Absence complète des figurines en Macédoine au BR » : Koukouli-Chryssanthaki 1980, p. 72.
  • 240 Koukouli-Chryssanthaki 1992, p. 624-626, fig. 157, pl. 359, 6-8. Ces figurines anthropomorphes prés (...)
  • 241 Ibid., p. 625, n. 451.
  • 242 Tonceva 1980.

356Une figurine fragmentaire (pl. 82, M 1883) en pâte rouge, à corps cylindrique et dos plat, à bras moignons et seins en relief, provient d’un mur (11b) d’un niveau du BR (DT IV)238. Un trou de suspension traverse dans le sens de la largeur son « cou », terminé en une crête conique qui remplace la tête : c’est une figurine humaine de type unique, qui a pu servir de pendentif. Sa découverte est d’autant plus intéressante que les parallèles sont en fait sinon inexistants à cette période239, du moins extrêmement rares, telles les figurines (anthropomorphes et zoomorphes) de la fosse de la tombe T18 de Kastri à Thasos240, quelques exemplaires rares de Thrace241, les figurines (masculines et féminines) trouvées dans un bâtiment du BR de Sava-Conevo et celle (masculine) d’Ezerovo (BR)242.

357La moitié supérieure de la figurine féminine M 1855 (pl. 82), par la forme de son visage triangulaire, nez et menton saillants, ses bras courts triangulaires et son allure générale, ne serait pas trop dépaysée en contexte NR. Cependant, elle a été mise au jour dans un niveau de surface perturbé, contenant du matériel BR et hellénistique, et son attribution à une période précise reste problématique.

1.5. Conclusions

358Au NM et au NR, nous remarquons un parallélisme entre figurines anthropomorphes schématiques et naturalistes. Les niveaux les plus récents du NR ont fourni le plus grand nombre de figurines anthropomorphes.

  • 243 La figuration en relief d’hommes sur la céramique est attestée tant au NM qu’au NR à Dikili Tash : (...)

359Au NR, l’existence concomitante de figurines masculines243, asexuées et féminines est attestée, ainsi que celle de deux échelles de dimensions au moins, trois si l’on prend en compte les figurines sur siège ou faisant partie d’un vase. L’utilisation simultanée de trois techniques de fabrication (un seul noyau, plusieurs noyaux, vide intérieur combiné à des parties pleines), dont l’une est très rare et tardive, ainsi que la coexistence de figurines bien et mal modelées sont aussi certaines. Les utilisations paraissent aussi multiples : il y a des figurines stables, sur siège soudé, des figurines assises sans siège et celles (semi-assises) qui peuvent avoir parfois, mais pas toujours, besoin d’un support (siège séparé), sans oublier certains exemplaires qui portent des « trous de suspension ». L’importance de la représentation de la parure, des vêtements et des caractéristiques faciales sur les figurines naturalistes du NR est frappante. Et finalement, les contextes connus à Dikili Tash pourraient nous faire soupçonner des groupements de figurines anthropomorphes et/ou leurs associations avec des maquettes de meubles, des vases en miniature, des objets de parure, des pointes et aiguilles en os, des balles de fronde et des fusaïoles. Mais des incertitudes demeurent sur ces points.

2. Les figurines zoomorphes

2.1. Néolithique Moyen (Dikili Tash I)

M 1218 (pl. 65 ; pl. 83)

360Dimensions : h. max. 3,3 ; L. max. 3,35 (4,5 ?) ; ép. max. 3,2 (2,5 ?).

361Provenance : X 30, sommet du NM (déblais), vers 4 m.

362Description : arrière-train de quadrupède. Pâte de couleur brun noirâtre à dégraissant minéral moyen, contenant des cailloux ; surface brune, noircie. Le corps a une section triangulaire. La queue est dans le prolongement du corps, légèrement arquée vers le bas, pointue et longue. Sur le dos à droite, on distingue de légères traces linéaires, provenant sans doute d’un outil.

M 1484 (pl. 65)

363Dimensions : h. max. 4,4 ; L. max. 3,3 ; ép. max. 3,4.

364Provenance : X 29, niveau 14.

365Description : fragment de corps. Le cou et les pattes sont brisés. Pâte grise à l’intérieur et rougeâtre à l’extérieur, dont la surface a été égalisée, à dégraissant minéral moyen. La section du corps est triangulaire.

M 1737 (pl. 65 ; pl. 83)

366Dimensions : h. max. 4,4 ; L. max. 2,25 ; ép. max. 2,65.

367Provenance : X 30, entre niveaux 11 et 12.

368Description : tête triangulaire levée et cou très long d’animal, qui donne l’impression de constituer un manche. Pâte non épurée, à gros dégraissant minéral, gris à surface rouge. Le museau est proéminent, aplati au bout, les oreilles sont rendues par de petites protubérances et les yeux par de légères cavités. Empreintes digitales. Espèce indéfinie.

 

  • 244 Voir aussi supra, p. 72.

369Trois fragments du NM sont fabriqués en pâte grise ou brun noirâtre, à la surface rouge ou noircie et dépourvue de décor. Deux corps ont une section triangulaire et dans un cas une queue arquée vers le bas (chien ?) se trouve dans le prolongement du dos (pl. 65 et 83, M 1218 ; pl. 65, M 1484). La tête M 1737 (pl. 65 et 83) est portée par un cou très long, le museau est proéminent et aplati au bout, oreilles et yeux sont rendus par des protubérances et des cavités. Les figurines zoomorphes, tout comme la plupart des figurines anthropomorphes du NM, proviennent des derniers niveaux de la période244 : M 1737 et M 1218 du carré X 30 (niveau 11/12, d’où provient également la figurine anthropomorphe M 1555 [pl. 59 et 77], et « sommet du NM » respectivement) et M 1484 du carré X 29 (niveau 14), qui a aussi fourni la majorité des figurines anthropomorphes. Par conséquent, même si nous ne disposons que de peu d’informations étant donné le petit nombre des objets et leur provenance limitée à deux carrés, il ne paraît pas y avoir une différenciation marquée par niveau ou dans l’espace entre figurines anthropomorphes et zoomorphes pendant les dernières phases du NM.

2.2. Néolithique Récent (Dikili Tash II) et Bronze Récent (Dikili Tash IV)

Niveaux Néolithique Récent (Dikili Tash II)

M 150 (pl. 65 ; pl. 83)

370Dimensions : h. max. 4,7 ; L. max. 3,5 ; ép. max. 4,05 ; h. max. tête 3,95 ; l. des oreilles à l’extérieur 3,3.

371Provenance : X 29, surface.

372Description : tête triangulaire, légèrement bombée, et cou. Pâte rouge brun, à surface brun rouge, avec gros dégraissant minéral. Le museau est indiqué, les oreilles nettement marquées, le cou court et épais. Le profil est légèrement bombé. La surface n’a pas été travaillée ; on voit partout des empreintes digitales.

M 167 (pl. 65 ; pl. 83)

373Dimensions : h. max. 3,7 ; L. max. 6,7 ; ép. max. 3,8.

374Provenance : W 29, sous le niveau 1.

375Description : fragment de corps dont il manque la tête et les pattes antérieure gauche et postérieure droite. Pâte brun rouge à dégraissant minéral moyen. Une petite protubérance représente sans doute la queue ; le corps est allongé. La patte postérieure gauche, entièrement conservée, se termine en pointe à base aplatie en dessous. Des empreintes digitales sont visibles sous les pattes. La patte antérieure est arrondie, la postérieure tendue vers l’arrière.

M 172 (pl. 66)

376Dimensions : h. max. 8,3 ; L. max. 9,3 ; ép. max. 5,1 ; h. tête 5.

377Provenance : W 29, sous le niveau 1 (en fait sur le niveau 2).

378Description : tête, cou et une partie du poitrail. Pâte grossière rouge grisâtre, poreuse, à surface grisâtre, à dégraissant minéral moyen. La tête est allongée, le visage triangulaire bombé. Une oreille (ou corne ?) est brisée, l’autre arrachée. Les yeux sont indiqués par deux petites protubérances ; celle de gauche porte une empreinte digitale.

M 197 (pl. 66 ; pl. 83)

379Dimensions : h. max. 6,2 ; L. max. 6,4 ; ép. max. 5,7.

380Provenance : X 29, niveau 2.

381Description : tête et une partie du cou. Pâte rouge brun craquelée par endroits, à surface gris brun, à gros dégraissant minéral contenant des particules noires. Le museau est pointu, la tête triangulaire est bombée ; les yeux sont indiqués par deux protubérances ; deux autres plus haut, nettement marquées, représentent les oreilles (?). Une incision (accidentelle ?) est visible près de l’oreille droite ; des traces d’outils sur la face.

M 221

382Dimensions : h. max. 7,2 ; L. max. 6,3 ; ép. max. 8,25.

383Provenance : W 29, bande sud-nord, sous le niveau 2 (?).

384Description : avant-train brisé au niveau du cou et des épaules. Pâte rouge grossière et poreuse, à dégraissant minéral moyen, contenant des traces de charbon (?) ; surface grise.

385Décor : des cannelures concentriques autour de la naissance des membres irradient vers le dos.

M 222 (pl. 67 ; pl. 83 ; pl. G)

386Dimensions : h. max. 11,5 ; L. max. 20,3 ; ép. max. 9,3 ; l. tête au niveau des yeux 3 ; L. tête 4,5.

387Provenance : tête W 30, sous niveau III ; avant-train brisé X 29, sous niveau 3 ; reste du corps X 29, niveau 5.

388Description : l’objet a été reconstitué à partir de trois fragments ; une partie de l’arrière-train est cassée, mais il était probablement bicéphale à l’origine. Pâte rougeâtre, poreuse, contenant du gravier et des cailloux ; surface gris verdâtre. La section du corps est plus ou moins triangulaire. Les pattes tronconiques et courtes sont plates au-dessous. La tête est petite par rapport au corps et de forme triangulaire ; une arête descend du sommet du crâne vers le museau ; trois protubérances au sommet du front, deux plus petites (yeux) des deux côtés du museau. Le cou est épais, une arête prononcée descend du museau, légèrement brisé, vers la poitrine ; la colonne vertébrale est marquée, du cou jusqu’à la croupe. À l’arrière, une arête en relief doit représenter le fanon de la seconde poitrine. Des incisions accidentelles sont visibles par endroits. Au milieu du ventre une protubérance assez prononcée (sexe ou ventre ?). Bovidé. Type A du NR.

389Décor : quatre cannelures commencent des deux côtés de la colonne vertébrale, traversent les flancs et aboutissent au ventre, comme si elles marquaient des lignes de graisse ; leur largeur est de 0,5 cm en haut et de 1 cm à leur extrémité inférieure ; d’autres entourent la naissance des membres.

390Publication : Daux 1968, p. 1072, fig . 17 ; Deshayes 1972, fig . p. 205 ; Marangou 1992a, fig . 78a.

M 223 (pl. 84)

391Dimensions : h. max. 3,5 ; L. max. 4,1 ; ép. max. 3,4.

392Provenance : X 30, surface.

393Description : tête et haut du cou. Pâte rouge, à dégraissant minéral moyen ; surface grise. Trois protubérances au sommet du front, profil légèrement bombé ; petits arrachements aux protubérances des deux côtés, surtout à droite ; indication de museau ; deux petites incisions accidentelles (?) au-dessus du museau. Type A du NR ?

M 224 (pl. 68 ; pl. 84)

394Dimensions : h. max. 4,5 (5 ?) ; L. max. 4,2 (5 ?) ; ép. max. 6,4.

395Provenance : W 29, bande centrale est-ouest sous le niveau 1.

396Description : tête et haut du cou. Pâte rougeâtre brun, à dégraissant minéral moyen ; surface grise. Tête triangulaire très large par rapport à la hauteur ; museau et oreilles indiquées.

M 234 (pl. 84)

397Dimensions : h. max. 5 ; L. max. 7,8.

398Provenance : W 30, sous le niveau II.

399Description : quadrupède presque entier. Pâte rouge, avec des taches noires en surface. La tête est pointue, les oreilles ou cornes arrondies, les pattes écartées ; la queue (?) est brisée. Un trou de suspension traverse le col. Objet égaré, description faite d’après la fiche et la photographie.

M 235 (pl. 84 ; pl. G)

400Dimensions : h. max. 5,9 ; L. max. 5,5 ; ép. max. 5,8.

401Provenance : W 30, sous le niveau II.

402Description : tête et cou. Pâte rouge fine, à dégraissant minéral très fin, contenant des particules noires. La tête est massive, mais aurait pu être appliquée sur un corps creux séparé ou sur un récipient : l’attache du cou court et droit est de section circulaire ; la tête s’élargit vers le haut, en formant deux protubérances triangulaires symétriques (oreilles). Le front et le haut du museau forment également un triangle. Le front est presque horizontal, le museau levé ; la tête n’est pas symétrique, la partie gauche étant plus étroite que la partie droite. Dans la cavité du cou, nous distinguons les traces d’utilisation d’un outil, sans doute un ébauchoir.

403Décor : peint en noir sur rouge, en style de Dikili Tash. Des lignes soulignent la forme du visage, d’autres plus fines forment un V renversé sous le museau, deux autres plus épaisses et parallèles courent autour de la base du cou ; à partir de la ligne inférieure rayonnent de petits traits noirs irréguliers, séparés d’environ 0,5 cm, sur le dos et la poitrine ; les yeux sont indiqués par deux traits horizontaux peints sur deux cavités des deux côtés du museau, sous le front ; des traces de noir subsistent aussi sous l’oreille gauche. Au sommet du crâne, deux bandes parallèles, légèrement curvilignes, unissent les deux protubérances en suivant la ligne du front.

404Publication : Marangou 1992a, fig . 78e.

M 241 (pl. 68 ; pl. 84)

405Dimensions : h. max. 7,4 ; L. max. 7,3 ; ép. max. 6,35 ; l. tête au niveau des yeux 6.

406Provenance : W 29, niveau 3.

407Description : la tête, le cou et une partie de l’épaule droite sont conservés. Pâte rougeâtre, à dégraissant minéral moyen ; surface grisâtre. La tête légèrement bombée est triangulaire, le museau et la bouche sont indiqués ; trois protubérances au sommet du front, dont deux sont légèrement brisées ; les protubérances situées sur les côtés, représentant les yeux, sont incisées légèrement en oblique ; le cou est relativement long et cambré en arrière ; le corps a sans doute été creux. Des traces d’outil sont visibles sous le museau, des deux côtés et dans les cannelures. Il s’agit sans doute d’un bovidé.

408Décor : deux cannelures concentriques d’une largeur de 0,5 cm environ entourent la naissance de la patte antérieure droite ; les traces d’une autre sont visibles sur le côté gauche.

M 286 (pl. 84)

409Dimensions : h. max. 10 ; L. max. 9,7 ; ép. max. 7,2.

410Provenance : W 30, altitude 5,66 m (niveaux III et IV).

411Description : avant-train, dont la tête est brisée. Pâte rouge, à gros dégraissant, avec des particules noires ; noircie vers l’extérieur, à surface grise. Le cou est épais ; les pattes courtes, légèrement écartées et plates, s’amincissent vers le bas. Des empreintes digitales sont visibles sur l’épaule droite.

412Décor : deux cannelures concentriques larges d’environ 0,5 cm autour de l’épaule droite.

M 288 (pl. 68 ; pl. 85)

413Dimensions : h. max. 5,5 ; L. max. 8,25 ; ép. max. 4,55 ; entre les cornes 3 ; ép. cou 2,6.

414Provenance : X 29, sur ou dans le niveau 4.

  • 245 R. Jullien, information orale.

415Description : le plus grand exemplaire du type B (?). Sont conservés tête et cou. Pâte rouge clair, non épurée, à gros dégraissant minéral, contenant des cailloux, craquelée sous le museau. Le cou est très allongé et mince, la tête triangulaire assez fine, le mufle légèrement bombé, le museau large, avec indication de la bouche (cavité) ; une petite protubérance marque la partie inférieure du cou. La tête légèrement tournée vers la gauche est assez réaliste. Deux excroissances (cornes) prononcées en haut du front et deux protubérances plus petites représentant les yeux, incisées à l’ongle, sont bien identifiables. Il pourrait s’agir d’une chèvre, mais l’œil dans ce cas est anormal245.

M 324 (pl. 68 ; pl. 85)

416Dimensions : h. max. 6,6 ; L. max. 7,3 ; ép. max. 6,5 ; h. tête 4.

417Provenance : W 30, tombé de la berme sud sur le niveau I.

418Description : avant-train avec tête, les pattes manquent. La pâte est rouge, à gros dégraissant minéral, contenant des cailloux ; surface gris blanc. La tête est petite, le mufle triangulaire ; le cou est assez court et la tête tournée légèrement vers la gauche ; un pli est marqué sur le cou ; le museau est indiqué, les oreilles situées sur le sommet du front sont brisées. Des traces d’outil ou de doigts sont visibles. L’objet peut représenter un ours.

M 325

419Dimensions : h. max. 5,8 ; L. max. 4,4 ; ép. max. 4,7.

420Provenance : W 30, sous le niveau IV.

421Description : tête et haut du cou. Pâte rouge grossière, mélangée à de petits cailloux, à dégraissant minéral moyen à gros ; surface grise. La tête est triangulaire, le mufle allongé ; deux protubérances (oreilles ?) au sommet du front ; le cou est court ; une légère saillie verticale au milieu du mufle, deux petites cavités à gauche et à droite.

422Décor : du côté droit, une cannelure entoure le cou.

M 326

423Dimensions : h. max. 6,2 ; L. max. 7 ; ép. max. 7.

424Provenance : X 29, niveau 5.

425Description : avant-train (fragment) ; la tête et les pattes manquent. Pâte rouge à l’intérieur, grise en surface.

M 327 (pl. 85)

426Dimensions : h. max. 9,2 ; L. max. 7,7 ; ép. max. 3,9.

427Provenance : X 30, sous le niveau 2.

428Description : patte avec partie du flanc d’une figurine animale (plutôt que d’un vase zoomorphe). Pâte grise, à dégraissant minéral moyen à gros, avec traces jaunes en surface. L’épaule est arrondie et le membre s’amincit vers le bas presque en pointe ; l’extrémité est plate.

429Décor : rare pour une figurine animale. Quatre incisions horizontales parallèles (largeur 0,1-0,15 cm) sur l’épaule ; trois autres parallèles curvilignes forment un arc de la poitrine au dos, d’où deux autres, également en arc de cercle, se dirigent vers le ventre. Un espace plus ou moins triangulaire est ainsi délimité, dans lequel nous remarquons d’un côté une incision circulaire et deux points, de l’autre une incision en demi-cercle.

M 333

430Dimensions : h. max. 9,8 ; L. max. 8,4 ; ép. max. 5,1.

431Provenance : X 30, niveau 3.

432Description : fragment de patte (antérieure gauche ou postérieure droite), dessous plat, s’amincissant vers le bas, avec une partie du flanc et du ventre. Pâte rouge, à dégraissant minéral moyen, cuite irrégulièrement à l’intérieur ; surface gris verdâtre.

M 351 (pl. 85)

433Dimensions : h. max. 12,4 ; L. max. 9,7 ; ép. max. 5,7 ; tête 4 × 4.

434Provenance : W 30, sous le niveau IV.

435Description : moitié gauche de l’avant-train avec tête, cou et patte. Pâte rouge brun, à gros dégraissant minéral, poreuse ; surface gris verdâtre. La tête, disproportionnellement petite, est triangulaire ; le cou est court et une arête verticale le marque devant, descendant jusqu’à la division des pattes. Les oreilles sont marquées par deux protubérances. La patte est courte, grosse et plate en dessous.

436Décor : quatre cannelures concentriques de 0,7 à 1 cm de largeur entourent l’épaule.

M 388 (pl. 68 ; pl. 86)

437Dimensions : h. max. 11,3 (?) ; L. max. 10,4 ; ép. max. 9,45.

438Provenance : X 30, niveau 4.

439Description : avant-train. Pâte poreuse, mal épurée, contenant du gravier et des cailloux, mal cuite, de couleur gris jaune ; surface blanchâtre, noircie à l’extérieur. La tête, petite et triangulaire, est disproportionnée ; le cou est court ; le museau est indiqué, ainsi que deux protubérances au sommet du front ; les pattes sont courtes, écartées, légèrement courbées, le dessous est plat. Des traces de doigts ou de l’ébauchoir subsistent, ainsi que des empreintes digitales sur la face, sous l’oreille droite et derrière la patte droite. L’objet pourrait représenter un ours.

440Publication : Marangou 1992a, fig . 78d.

M 411 (pl. 86)

441Dimensions : h. max. 8,6 (7,5 ?) ; L. max. 6 ; ép. max. 7,3.

442Provenance : W 30, sous le niveau IV (altitude 5,52 m).

443Description : arrière-train à croupe plate, avec la patte gauche. Pâte rouge brun, contenant du gravier et des cailloux, à surface gris jaunâtre. Une grande protubérance arrondie est dirigée vers le haut et l’arrière ; elle ne ressemble pas à une tête et pourrait indiquer la queue (?), mais elle paraît trop prononcée. La patte est plate en dessous. Une empreinte digitale est visible sous le ventre.

M 412 (pl. 86)

444Dimensions : h. max. 5,7 ; L. max. 5,7 ; ép. max. 5,9.

445Provenance : W 29, sous le niveau 4.

446Description : partie d’avant-train – le cou manque – avec patte gauche. Pâte rouge à l’intérieur, à dégraissant minéral moyen, gris jaune à la surface. La patte est aplatie sous la base. Il subsiste des traces d’empreintes digitales. Il pourrait s’agir d’un bœuf (?).

447Décor : des cannelures plates, d’une largeur de 0,5 à 1 cm, entourent l’épaule conservée et traversent les flancs en unissant les épaules, le dos et la naissance des pattes à l’arrière du corps.

448Publication : Marangou 1992a, fig . 80a.

M 415

449Dimensions : h. max. 9,6 ; L. max. 7,4 ; ép. max. 5,5.

450Provenance : W 29, sous le niveau 4.

451Description : avant-train avec tête, partie gauche du poitrail et patte gauche. Pâte rouge, à gros dégraissant minéral, mal cuite à l’intérieur, avec des concrétions, à surface gris verdâtre. La petite tête triangulaire est légèrement tournée vers la droite ; les oreilles au sommet du front sont brisées, ainsi que le bout du museau ; les yeux sont indiqués par des incisions obliques ; une arête verticale descend du cou épais et court vers la poitrine. Dessous de la patte plat.

M 417 (pl. 86)

452Dimensions : h. max. 3,25 ; L. max. 3,2 ; ép. max. 3,4.

453Provenance : W 29, altitude 5,43 m (entre niveaux 5 et 4).

454Description : tête et haut du cou. Pâte rouge, contenant des cailloux, à dégraissant minéral moyen ; surface grise. Cou épais par rapport à la tête ; museau pointu ; les yeux sont rendus par des protubérances ; trois excroissances (cornes/oreilles) arrachées au sommet du front et vers l’arrière. Des traces d’ébauchoir sont visibles autour du cou, des empreintes digitales sous l’oreille (?) gauche.

455Publication : Marangou 1992a, fig . 80b.

M 430

456Dimensions : h. max. 6,3 ; L. max. 6,2 ; ép. max. 5,1.

457Provenance : W 29, altitude 5,43 m (entre niveaux 5 et 4).

458Description : fragment de patte (antérieure droite ?). Pâte rouge à l’intérieur, à dégraissant minéral moyen ; surface gris blanchâtre. Dessous plat. Des empreintes digitales sont visibles.

459Publication : Marangou 1992a, fig . 80c.

M 445 (pl. 86)

460Dimensions : h. max. 8,6 ; L. max. 8,6 ; ép. max. 5,8 ; L. tête 4 ; écartement entre les pattes 5,2.

461Provenance : W 29, altitude 5,26 m, niveau 6 (?).

462Description : avant-train avec tête, cou et pattes. Pâte rouge clair flammée, poreuse, mal épurée, à dégraissant minéral, contenant des cailloux. Mufle pentagonal avec museau à bout aplati ; trois protubérances brisées au sommet du front ; deux incisions très profondes obliques sur deux saillies indiquent les yeux ; une arête verticale au centre du mufle. Une arête aussi sur le dos et la nuque, ainsi que sous le museau ; une saillie sous le ventre ; la tête est légèrement désaxée vers la droite. Le cou est épais de profil, mince de face. Les pattes courtes et écartées ont été appliquées dans un second temps. Il doit s’agir d’un bœuf.

M 454 (pl. 68 ; pl. 86)

463Dimensions : h. max. 4 ; L. max. 4,7 ; ép. max. 4,4.

464Provenance : W 29, sous le niveau 5.

465Description : tête et cou. Pâte grise à l’intérieur, à dégraissant minéral fin, rougeâtre à l’extérieur. Le modelage est assez élaboré ; la tête est triangulaire ; deux protubérances obliques symétriques au sommet du front (cornes/oreilles), deux saillies moins prononcées au-dessous (yeux ?) ; museau pointu ; au milieu du front une saillie prononcée verticale, légèrement bombée, sépare la tête en deux ; à l’extrémité supérieure de la saillie, un petit trait vertical est incisé comme avec l’ongle ; le cou est relativement épais. Des empreintes digitales et des traces d’égalisation sur le dos de la nuque sont visibles. Bœuf ?

M 638

466Dimensions : h. max. 4,8 (mufle) ; L. max. 5 ; ép. max. 5.

467Provenance : W 29 ; probablement trouvé au même endroit que l’objet précédent, sous le niveau 5.

468Description : tête et partie de cou, assez informe. La surface est grossièrement égalisée, très effritée d’un côté. Pâte rouge gris, à dégraissant minéral fin. Des empreintes digitales sont visibles. Trois protubérances (oreilles ou cornes) nettement prononcées ; saillie médiane. Bœuf.

M 645 (pl. 69 ; pl. 87)

469Dimensions : h. max. 11,5 ; L. max. 5,3 ; ép. max. 9,7.

470Provenance : X 29, réfection de la berme est.

471Description : avant-train, avec tête et membres antérieurs. Pâte brun gris, contenant du gravier ; surface blanc jaune. La section du corps est plus ou moins triangulaire, la tête est levée vers l’arrière ; le sommet du crâne est aplati en forme de losange ; les oreilles sont brisées, les yeux abîmés, le museau est indiqué. Un pli vertical marqué sous le cou, jusqu’au niveau des épaules ; les pattes sont courtes et écartées, s’amincissant vers le bas ; dessous plat. Type A du NR ? Bœuf ?

M 647

472Dimensions : h. max. 5,7 ; L. max. = h. tête 5,7 ; ép. max. (tête) 3,8.

473Provenance : X 29, remblai de protection.

474Description : tête et cou. Pâte brun rouge, contenant du gravier ; surface grisâtre. Le museau est très prononcé, presque pointu, la tête en losange ; le sommet de la tête est bombé, les yeux sont indiqués par de légères protubérances profondément incisées ; les arrachements de protubérances (oreilles/cornes) au sommet de la tête sont visibles ; l’épine dorsale est marquée le long du cou. Quelques traces d’égalisation. Type A du NR ?

M 661 (pl. 69 ; pl. 87)

475Dimensions : h. max. 4,35 ; l. max. 2,95 ; ép. max. 3,95 ; diam. du cou 2,5.

476Provenance : X 30, entre niveaux 5 et 6.

477Description : tête et cou de petite figurine. Pâte fine, brun rouge, à surface lissée ; dégraissant minéral moyen. Le cou est relativement long. Le sommet du crâne est concave. Trois protubérances au sommet du front, celle du milieu plus pointue, celle de gauche légèrement brisée, la droite arrachée. La tête est légèrement tournée vers la gauche. Le museau plat, triangulaire, légèrement retroussé, porte une incision horizontale. Petits arrachements à l’emplacement des yeux. Chèvre (?).

478Décor : quelques lignes parallèles sont peintes en noir autour du cou.

M 662 (pl. 69 ; pl. 87)

479Dimensions : h. max. 1,95 ; L. max. 4,2 ; ép. max. 2,6.

480Provenance : W 29, terre écroulée.

481Description : petit quadrupède (?). Les extrémités des pattes (sauf la postérieure gauche, aplatie au-dessous) et la tête manquent. La pâte est noir gris, à dégraissant minéral fin, la surface n’a pas été travaillée. Le dos est plat, la colonne vertébrale marquée par une arête ; la queue n’est pas indiquée, le cou est long, les épaules arrondies ; le corps forme un parallélépipède avec trois côtés rentrants. Il pourrait s’agir d’un quadrupède, mais il ressemble aussi à une petite table ou à un tabouret ; la tête est méconnaissable.

M 664 (pl. 69 ; pl. 87)

482Dimensions : h. max. 5,4 ; L. max. 5,2 ; ép. max. 3,6 ; du nez à l’occiput 2, 4.

483Provenance : X 30, niveau 6, contre la paroi nord du four.

484Description : avant-train avec tête et partie des membres antérieurs. Pâte assez fine noirâtre, à dégraissant minéral fin ; la surface très noircie a été égalisée. La tête est triangulaire, à sommet aplati ; le museau est indiqué, mais pas les yeux. Un prolongement du front en avant forme un bourrelet cassé au bout du côté gauche entre les cornes et le museau ; le front n’est pas égalisé ; le cou est assez court, le corps de section circulaire. Les deux pattes conservées sont dissymétriques : la gauche est cassée à son extrémité, la droite présente un arrachement latéral et semble avoir été appliquée sur un autre objet (attelage ?). Le fragment semble être une ébauche ou avoir été appliqué sur un autre objet. Des incisions accidentelles sur le dos. Bœuf ?

M 665 (pl. 69 ; pl. 87)

485Dimensions : h. max. 7,7 ; l. max. 6,4 ; ép. max. 5,5 (profil).

486Provenance : W 30, niveau V (?).

487Description : tête, cou et épaule droite. Pâte rouge brun, contenant du gravier et des cailloux, mal cuite, à surface non travaillée. Le cou est court, la tête en forme de pentagone ; le museau est indiqué, mais son extrémité est cassée ; deux incisions symétriques profondes sur deux renflements représentent les yeux ; deux oreilles ou cornes en haut et légèrement en arrière ; nervure verticale du cou (fanon) formée par pression entre les doigts (comme les cornes), dont on voit les empreintes ; le sommet du crâne est légèrement bombé.

488Décor : deux larges cannelures circulaires sur l’épaule droite sont conservées.

M 668 (pl. 69)

489Dimensions : h. max. 7,6 (6,8 ?) ; L. max. 5,3 ; ép. max. 6,6.

490Provenance : W 29, berme nord.

491Description : avant-train avec patte gauche – la tête est cassée. Pâte poreuse rougeâtre non épurée, contenant des cailloux ; surface rouge clair, non travaillée. Une nervure (fanon) est visible sous le cou. Les pattes écartées sont plates au-dessous. De fines stries parallèles sont visibles dans les cannelures. Bœuf.

492Décor : des deux côtés du poitrail des cannelures plates entourent en arc de cercle la naissance des pattes et se rejoignent au milieu du thorax ; sur le dos, l’épine dorsale est indiquée par de petites incisions parallèles.

M 716 (pl. 87)

493Dimensions : h. max. 5,2 ; L. max. 5,2 ; ép. max. 4,1 ; L. tête 4,5 ; l. tête 3,8.

494Provenance : W 30, sous le niveau V.

495Description : tête triangulaire et cou. Pâte rougeâtre brun, poreuse, contenant du gravier, mal épurée, noircie vers l’extérieur ; surface jaune blanc. Le museau est indiqué ; une arête unit le museau et le front ; deux saillies profondément incisées marquent les yeux ; une petite protubérance au sommet du front, au milieu, un petit arrachement à sa droite. Des traces d’outil sont visibles. Probablement un bovidé.

496Décor : une cannelure plate en arc de cercle sur la partie conservée à droite du cou.

M 727

497Dimensions : 7,5 × 4,1 × 3,7.

498Provenance : W 30, niveau V.

499Description : fragment de patte conique. Pâte noirâtre jaune, à surface rouge. Des traces de doigt ou d’outil sont visibles.

M 741 (pl. 69)

500Dimensions : h. max. 4,5 ; L. max. 4,7 ; ép. max. 4,6.

501Provenance : W 29, sous le niveau 5.

502Description : tête (?) grossièrement modelée. Pâte rouge clair, contenant du gravier, noircie vers l’extérieur, à surface crème blanchâtre. La tête est triangulaire, le sommet du crâne bombé, une bosse légère est située au milieu du front, au sommet. Le museau (?) et les oreilles (?) étaient indiqués, mais pas la nervure centrale. Bovidé ?

M 749 (pl. 88)

503Dimensions : h. max. 7,7 ; L. max. 14 ; ép. max. 8,5.

504Provenance : W 30, sous le niveau 5.

505Description : corps et patte (postérieure gauche ?) entière, avec une partie de la patte postérieure droite. La pâte est brun gris, noircie vers l’extérieur, contenant du gravier, la surface gris blanc. Dessous de la patte plat. Bœuf ?

506Décor : de larges cannelures entourent en arc de cercle le haut des pattes et se rejoignent sur le ventre.

M 751 (pl. 88)

507Dimensions : h. max. 11,5 ; L. max. 11,7 ; ép. max. 8,9.

508Provenance : X 30, niveau 8.

509Description : avant-train avec tête, pattes antérieures et partie du torse. La pâte est poreuse, grossière, rougeâtre, mélangée à de petits cailloux (?) et la surface est blanchâtre. Le corps est de section arrondie, l’épine dorsale n’est pas marquée ; la tête est modelée grossièrement, ainsi que les pattes longues, rapprochées de face, à dessous plat ; le museau est indiqué, les oreilles (ou cornes) sont arrachées, le sommet du crâne est bombé. Ours ?

M 782 (pl. 69 ; pl. 88)

510Dimensions : h. max. 5,7 ; L. max. 6,7 ; ép. max. 4,5 ; L. corps 3 ; ép. corps 2,6.

511Provenance : W 30, niveau VI.

512Description : l’avant-train, la tête et les membres antérieurs sont conservés. Pâte brun rouge, à dégraissant minéral fin ; surface brun gris, non travaillée. La figurine est moins grossière et plus petite que les autres du même type. Son cou est relativement allongé, le sommet de la tête bombé, la partie arrière de la tête rentrée et l’échine dorsale assez marquée. Le corps a une section ovale. Les pattes écartées ont une base aplatie, et la partie entre les pattes est arrondie. Des stries parallèles sont visibles le long et autour du cou. Trois stries plus profondes sur l’épaule droite. Du même côté sur le dos, des stries se croisent.

M 1301

513Dimensions : 5,6 × 3,3 × 4,4.

514Provenance : W 30, sous le niveau 5.

515Description : partie du dos (?) d’un animal. Pâte brun rouge, à surface gris rouge.

516Décor : des lignes incisées parallèles soulignent l’attache de la patte (?).

M 1302

517Dimensions : h. max. 4,6 ; L. max. 3,9 ; ép./l. max. 3,7.

518Provenance : W 30, quart nord-est, niveau 6.

519Description : fragment de patte. Pâte brun rouge non épurée, à surface grise. Dessous plat. Des empreintes digitales visibles.

M 1890 (pl. 69 ; pl. 88)

520Dimensions : h. max. 3,2 ; L. max. 4,8 ; ép. max. 3,3.

521Provenance : U 25, quart nord-ouest, zone rouge dont le sommet est à 4,92 m (?).

522Description : très petite figurine. Il manque la patte arrière gauche. Pâte gris rouge, à dégraissant minéral fin. La tête est petite, le cou épais, le museau est indiqué. Les yeux sont perforés horizontalement ; le diamètre du trou est d’environ 0,25 cm ; la perforation s’élargit vers les angles extérieurs des yeux. Une protubérance pointue sous le ventre (nombril ou sexe ?) est visible. Indication de la queue ; les membres s’amincissent vers le bas. L’objet peut être posé sur quatre pattes et ne semble pas fait pour être suspendu. Il pourrait s’agir d’un ours.

523Publication : Marangou 1992a, fig . 78c.

M 1903

524Dimensions : h. max. 4,65 ; L. max. 5,6 ; ép. max. 5,2.

525Provenance : R 24, tranchée nord.

526Description : avant-train conservé, cou et pattes cassés. Pâte grise, relativement poreuse, à surface rouge (surtout sur le dos et sous le ventre) et brune.

527Décor : trois incisions partent de l’épaule gauche et se dirigent vers le dos, une paire de chaque côté du cou se croise sur l’encolure ; une incision depuis le membre gauche vers l’épaule croise deux autres incisions qui courent à l’opposé, vers le ventre, en bas.

M 1904 (pl. 88)

528Dimensions : h. max. 9,2 ; L. max. 10,9 ; ép. max. 11,6.

529Provenance : U 25, surface.

530Description : avant-train, partie gauche du poitrail, cou et patte antérieure gauche conservés. Pâte rouge, contenant des cailloux, mal cuite, noircie vers l’extérieur, à surface claire, gris blanc. Les membres sont courts et plats au-dessous. Type A du NR.

531Décor : des cannelures parallèles larges de 7 à 9 mm unissent la naissance des pattes avec le milieu du dos.

M 1920

532Dimensions : h. max. 8 ; L. max. 5,6 ; ép. max. 4,2.

533Provenance : R 25, quart sud-ouest, surface.

534Description : fragment de patte. Pâte rouge à surface blanchâtre. Dessous plat. Probablement type A du NR.

D 9099 ou D 6606 (?)

535Dimensions : h. max. 3,3 ; L. max. 4,5 ; ép. max. 3,5.

536Provenance : inconnue.

537Description : tête et haut de cou. Pâte rouge claire, à surface gris blanchâtre. Petites protubérances (oreilles ?) ; indication du museau. Type A du NR.

Sans numéro 1

538Dimensions : h. max. 10,2 ; L. max. 10,5 ; ép. max. 8,01.

539Provenance : W 30, nettoyage de la paroi est, à environ 5,40 m, à une distance de 1,20 m de la paroi sud (niveaux V-VI).

540Description : avant-train de figurine animale avec la tête et les pattes antérieures. Argile grossière, non épurée, rouge à l’intérieur, brun gris en surface. Yeux incisés triangulaires, museau. Deux dépressions symétriques au niveau des épaules, à la naissance des pattes. Bovidé ?

541Décor : six cannelures parallèles autour de la naissance de chaque patte. Traces de quatre lignes parallèles horizontales commençant aux lignes parallèles de la naissance de la patte droite.

Sans numéro 2 (pl. 88)

542Dimensions : h. max. 9 ; L. max. 8,5 ; ép. max. 5,2.

543Provenance : hors stratigraphie.

544Description : patte arrière avec partie du flanc d’un animal. Argile rouge.

545Décor : une spirale incisée sur l’arrière, une autre et partie d’une troisième sur le côté. Traces de lignes parallèles dans le sens de la longueur, incisées sur la croupe.

Niveaux Néolithique Récent/Bronze Ancien I (Dikili Tash II-III A)

M 1913

546Dimensions : h. max. 4,8 ; L. max. 7,5 ; ép. max. 5,6.

547Provenance : U 24, ensemble du carré sous 6,60 m.

548Description : fragment d’avant-train dont le cou et les pattes sont brisés. Pâte grise et engobe blanchâtre ; l’argile n’a pas été bien épurée. Type A du NR.

M 1937

549Dimensions : h. max. 3,9 ; l. max. 3,8 ; L. max. 3,3.

550Provenance : TU 25, terre noire (couche de cendres) sous 6,50 m.

551Description : tête et partie du cou. Pâte rouge non épurée, poreuse, contenant du calcaire et des cailloux, noircie vers l’extérieur, à surface blanchâtre verdâtre. Le cou est court, la tête triangulaire ; le profil est légèrement bombé, le museau plat. Oreilles (?). Type A du NR.

M 1938

552Dimensions : h. max. 4,2 ; L. max. 6,1 ; ép. max. 5,1 ; L. sommet de la tête 5,6 ; l. sommet de la tête 4,6.

553Provenance : TU 25, tranchée sud, couche jaune dure.

554Description : fragment de tête et haut du cou. Pâte rouge clair, à dégraissant minéral moyen, contenant des particules noires ; surface blanchâtre. Le visage est triangulaire, les oreilles (?) sont brisées au bout. Le museau est bien marqué, la bouche (?) est à peine ébauchée. Le sommet de la tête est proéminent. Type A du NR.

Niveaux Bronze Ancien II (Dikili Tash III B)

M 1793

555Dimensions : h. max. 5,5 ; L. max. 5,5 ; ép. max. 5,6, cou 4,8.

556Provenance : R 25.

557Description : tête et cou. Pâte rouge grossière, à surface crème gris. Tête triangulaire. Indication sommaire du museau et des oreilles (?). De petites cassures sur la face et les oreilles. Cou court. Type A du NR.

Niveaux Bronze Récent (?) (Dikili Tash IV)

M 1902

558Dimensions : h. max. 11,8 ; L. max. 7 ; ép. max. 6,2.

559Provenance : berme R 25/R 26, sous le niveau d’arrêt en 304.

560Description : patte antérieure gauche (?) et une partie du flanc. Pâte rouge poreuse, contenant du gravier, à surface grise. La patte s’amincit vers le bas, le dessous est plat. Type A du NR ?

561Décor : trois incisions linéaires irrégulières, tracées avec un outil à deux pointes, entourent la naissance de la patte du côté extérieur (largeur environ 0,3 cm).

Niveaux Bronze Récent ou historiques

M 1900 (pl. 69 ; pl. 88)

562Dimensions : h. max. 3,75 ; L. max. 7,9 ; ép. max. 4,6.

563Provenance : berme R 25/R 26, surface (couche de pierres).

564Description : fragment de quadrupède bien modelé, dont la tête et les pattes sont brisées. Pâte rouge beige, assez fine, à dégraissant minéral fin, à surface grise. La queue est indiquée par un bouton. Le cou se relève vers le haut. La croupe est épaisse et arrondie. On distingue des traces d’égalisation entre le cou et le dos et des traces noires, dues peut-être à la cuisson, au-dessus de la queue. Cervidé ?

Datation incertaine

M 1788

565Dimensions : h. max. 5 ; L. max. 6,2 ; ép. max. 4,6, cou 3,8.

566Provenance : R 26, surface.

567Description : tête et cou. Pâte grossière rouge clair. Tête triangulaire. Oreilles et museau grossièrement indiqués.

M 1809 (pl. 88)

568Dimensions : h. max. 11,2 ; L. max. 11,2 ; ép. max. 9,4, corps de 5,5 à 6,5.

569Provenance : R 25, surface.

570Description : avant-train en deux fragments. Pâte rouge grossière à surface gris clair, mal épurée. La tête, légèrement tournée et décalée vers la droite, est triangulaire ; de petites protubérances indiquent les yeux et les oreilles. Le dessous des pattes est plat. Type A du NR ? Ours ?

D 3334

571Dimensions : h. max. 2,35 ; L. max. 4,9 ; ép. max. 3,2.

572Provenance : inconnue.

573Description : fragment de quadrupède (?). La tête et la queue manquent. Sont conservés l’amorce d’une patte et l’emplacement des trois autres. Pâte grise assez fine, à surface noire lissée (dessous non travaillé).

D 1634

574Dimensions : 5,4 × 5,1 × 2,9.

575Provenance : inconnue.

576Description : fragment d’animal (cou ?). Pâte hétérogène grise, à surface noir rouge.

 

577Aux fragments catalogués ci-dessus, il faut ajouter de nombreux pieds sans forme de figurines animales sans provenance précise. Ils appartiennent surtout au type A du NR : D 555E, D 1460, D 1845 (?), D 2104, D 2914, D 3242, D 3383, D 3649, D 5584, D 6977, D 7039, D 8229, D 8707, D 8842, D 8937, D 10844, D 12887, D 13015, D 19935 (?), D 20997, D 29859, ainsi qu’un fragment sans numéro. Quelques autres fragments en pâte rougeâtre sont de types non identifiables : D 5503, D 5584, D 21024.

Technique

  • 246 Voir infra, p. 123-124.

578Le modelage de ces figurines a été effectué dans une pâte généralement rougeâtre par pincement, en mélangeant un dégraissant minéral fin à gros, du gravier et parfois des cailloux ; sur le corps ainsi façonné, on a appliqué les membres et la tête et égalisé par la suite la surface des points de fixation ; dans plusieurs cas, ce travail d’égalisation est visible. Les figurines se cassaient souvent au niveau des attaches de la tête ou, surtout, des pattes sur le corps ; quelques têtes et un grand nombre de ces pieds ayant appartenu en grande majorité au type A246 nous sont parvenus. Les pattes sont toujours aplaties en dessous ; on posait les figurines sur leurs pattes lorsque l’argile était encore molle pour terminer le modelage ou pour les laisser sécher. Elles pouvaient rester stables par la suite.

  • 247 En fait, nous ne savons pas comment s’est formée cette pellicule caractéristique sur ce type de fig (...)

579La majorité des figurines sont massives et leur modelage grossier, surtout pour le type A dont la pâte est souvent poreuse et contient des impuretés ou des cailloux. La cuisson est parfois insuffisante à l’intérieur, sans doute à cause de l’épaisseur de la figurine (M 415 ; pl. 69 et 87, M 665). La pâte des autres figurines est plus fine, la cuisson meilleure et le modelage souvent plus détaillé. La pâte noircie d’un groupe de figurines appartenant au type B pourrait résulter d’une mauvaise cuisson probablement accidentelle (?), d’autant plus que l’une d’elles (pl. 69 et 87, M 664) pourrait être inachevée ou ratée. La surface, à de rares exceptions près, n’est pas travaillée. Elle est presque toujours de couleur grise ou blanchâtre pour le type A, rouge ou brune pour les types B et C. la surface blanchâtre des exemplaires du type A présente, en particulier une sorte de pellicule, sans qu’il s’agisse pour autant d’un engobe247.

  • 248 Voir aussi infra, p. 123.

580Les détails anatomiques, cornes, oreilles, museau, pli frontal, fanon, queue, ont été rendus par pression entre les doigts ; des cannelures plates ont été tracées avec les doigts. Les yeux sont parfois enflés et incisés, exceptionnellement perforés. La colonne vertébrale peut être soulignée par des incisions (pl. 69, M 668)248.

581Quelques rares exemplaires (type C) témoignent d’un procédé différent de fabrication « en creux » (pl. 69 et 87, M 661). C’est aussi le cas du fragment unique M 235 (pl. 84 et G), peint en noir sur rouge, dans une pâte fine à dégraissant minéral très fin contenant également des particules noires.

Forme

  • 249 Pour une typologie différente des figurines animales, en particulier de Thessalie, voir Toufexis 20 (...)
  • 250 Chr. Marangou, dans Dikili Tash I, 2, p. 271-312.

582Nous distinguons quatre types de figurines animales du NR249 à Dikili Tash, sans tenir compte des récipients zoomorphes250.

Type A

  • 251 Voir supra, p. 122 n. 247.

583On a répertorié 66 exemplaires, petits fragments compris, de ce type majoritaire, surtout pendant les phases DT II B-C. Les dimensions d’origine des figurines complètes pouvaient atteindre environ 20 cm de longueur, 12 cm de hauteur et 10 cm de largeur. Ce trait caractéristique du volume et du poids n’a pas été l’unique critère pour leur classement dans un type distinct. Ces figurines sont modelées grossièrement et leur cuisson n’a souvent pas été suffisante ; leur surface présente généralement une sorte de pellicule blanchâtre251. Il semblerait aussi qu’elles représentent toujours les deux mêmes animaux ; il s’agit de quadrupèdes dont l’appartenance à une espèce précise n’est pas absolument assurée, encore que le plus souvent, lorsqu’on peut identifier certains éléments conservés, leurs caractéristiques les rapprochent de bovidés à cornes avec pli frontal, avec ou sans bosse occipitale et/ou un fanon (bœufs ou « bisons » : pl. 68 et 84, M 241 ; pl. 69, M 668 et M 741 ; pl. 86, M 445 ; pl. 88, M 749), dont l’un au moins possède deux têtes (pl. 67, 83 et G, M 222), ou de l’ours brun (pl. 66 et 83, M 197 ; pl. 68 et 85, M 324 ; pl. 86, M 388 et M 412).

584Sur la tête bombée des figurines qui pourraient représenter des bovidés, deux excroissances symétriques figurent les cornes et/ou les oreilles, une troisième bosse se trouvant parfois entre elles, au sommet du crâne ; plus rarement une saillie verticale médiane divise le mufle en deux : il en résulte des têtes en triangle ou en pentagone. Le cou est grossièrement représenté ; l’arête dorsale est souvent indiquée, la nervure centrale du torse l’est moins. La forme des pattes est cylindrique ou tronconique, le dessous est plat. Les cannelures qui entourent la naissance des pattes pourraient représenter la graisse des bovins. À l’intérieur de ce type et indépendamment du nombre des « cornes », les exemplaires peuvent être divisés en trois catégories : ceux qui portent des cannelures concentriques, en arc de cercle, larges et peu profondes, entourant les membres à leur naissance ; ceux, rares, qui portent un décor incisé ; et ceux qui ne sont pas décorés. Correspondent-ils à des catégories précises, par exemple des âges ou sexes (veaux, vaches), ou à différents animaux ?

585Les figurines qui pourraient représenter des ours ont une tête proportionnellement petite avec des oreilles figurées et des pattes écartées, grosses et massives. Le principe reste le même : la figuration sommaire d’un quadrupède bien connu.

  • 252 Theocharis 1973a, fig. 97-98 ; Zervos 1963, fig. 555 et 558.
  • 253 Theocharis 1973a, fig. 240, à perforation verticale.
  • 254 Suggestion orale de G. Hourmouziadis.
  • 255 Marangou, Grammenos 2005.

586La représentation de « monstres bicéphales », même à deux fanons, dont nous connaissons d’autres exemplaires à Dikili Tash252 et en Thessalie (Magoulitsa, Karditsa)253, peut n’avoir été qu’une simple fantaisie, ou représenter un accouplement254, ou encore se référer à des récits de l’imaginaire collectif255, entre autres. Une protubérance du ventre est marquée dans un cas (animal bicéphale : pl. 67, 83 et G, M 222). Même si leur existence est incontestable, le nombre total d’animaux bicéphales n’est pas certain, puisque plusieurs têtes et parties d’avant ou d’arrière-train sont fragmentaires.

Type B

587Les figurines de ce type, beaucoup plus rares – dix, dont six trouvées en stratigraphie (pl. 65 et 83, M 167 ; pl. 68 et 85, M 288; pl. 68, M 454 ; pl. 69 et 87, M 664 et M 665) –, ont des dimensions beaucoup plus petites que celles du type A : leur longueur initiale varierait entre 4 et 9 cm, leur largeur entre 2,5 et 4,5 cm. La pâte est plus fine, de couleur rouge brun ou gris noir à l’intérieur et noire, rouge ou beige en surface ; la cuisson est généralement bonne, mais il est vrai qu’elles sont aussi beaucoup moins épaisses que les figurines de type A. Si la technique de modelage reste la même, la représentation d’animaux dans une argile plus fine est relativement détaillée, malgré leurs dimensions plus réduites. Les espèces animales ou les sujets représentés paraissent aussi différents : une chèvre (pl. 68 et 85, M 288), un bœuf attelé (?) (pl. 69 et 87, M 664). Le décor est absent sur les figurines de ce type.

Type C

588Un exemplaire perforé (pl. 69 et 88, M 1890) constitue par ailleurs une miniature d’ours du type A. La perforation à travers le mufle n’a pas obligatoirement servi à la suspension – d’ailleurs l’animal peut rester posé sur ses pattes ; elle aurait pu ne marquer que l’emplacement des yeux. Un autre exemplaire (pl. 84, M 234) présente une perforation à travers le cou.

Type D

  • 256 Sitagroi 1, pl. B1.

589Ce sont des figurines à corps creux (ou à noyau perdu) et éléments massifs. Les oreilles/cornes et le museau sont indiqués. Il s’agit surtout d’objets peints en noir sur rouge. Un fragment de tête (pl. 84 et G, M 235) peint en noir sur rouge pourrait en fait appartenir à un type similaire à celui d’un exemplaire beaucoup mieux conservé de Sitagroi256. La tête massive a été modelée séparément et appliquée ensuite sur le corps creux ; en effet, des traces d’ébauchoir sont visibles à l’intérieur de la cavité du cou de M 235. M 661 (chèvre ?) (pl. 69 et 87), peinte en noir sur rouge, pourrait être une tête massive de ce type. L’exemplaire avec une tête à trois bosses (pl. 68 et 81, M 241), dont le corps a aussi sans doute été creux, pourrait appartenir à un type différent.

  • 257 Voir Chr. Marangou, dans Dikili Tash I, 2, p. 288-289.

590Le fragment de patte M 327 (pl. 85) est exceptionnellement décoré de motifs linéaires incisés et de points utilisés d’habitude sur des vases zoomorphes257. Il a pu, en fait, appartenir à l’origine à un vase.

Décor

591Le décor existant consiste en cannelures, réalisées apparemment avec les doigts, et de rares incisions, soulignant la morphologie du corps, entourant la naissance des pattes. En outre, deux objets portaient un décor linéaire peint en noir sur rouge (pl. 69 et 87, M 661 ; pl. 84 et G, M 235).

Évolution

  • 258 Les figurines zoomorphes datant du BR dans le Nord de la Grèce sont rares : Koukouli-Chryssanthaki (...)

592À l’exception de trois figurines qui ont été trouvées dans des niveaux du NM (M 1218, M 1484, M 1737), la grande majorité des exemplaires datés proviennent des niveaux du NR, tandis que quelques autres, proches du type A du NR, ont été découverts dans des niveaux de transition NR/BA I (M 1913, M 1937 et M 1938), BA II (M 1793) et BR (M 1902). Les objets trouvés en surface se rapprochent également en grande partie des types du NR. Enfin, un exemplaire de datation incertaine provient d’un niveau du BR258 ou même historique (pl. 88, M 1900).

  • 259 Voir supra, p. 97.
  • 260 Voir supra, p. 98.

593Il semblerait que la plupart des figurines dont le contexte est connu (graph. 3) des types A et B (19 sur 24 et 4 sur 6 respectivement) provienne des niveaux moyens du NR (DT II B), quelques-unes de sa phase récente (M 167, M 172, M 197, M 221, M 224, M 234, M 235 et M 324 [ ?]), auxquelles il faut peut-être ajouter les objets provenant du secteur A 2, et exceptionnellement des niveaux plus anciens (type A, M 751). C’est l’inverse de ce qui se passe avec les figurines anthropomorphes, qui deviennent plus nombreuses dans les niveaux les plus récents259. Les exemplaires zoomorphes creux, surtout décorés en noir sur rouge, ont été trouvés dans des niveaux récents (DT II C) (M 235, M 241, ainsi que M 327 [pied de vase ?] incisé), tout comme les figurines anthropomorphes creuses260. Le type A prédomine nettement pendant la phase DT II B dans les carrés W 29 et W 30, le type B étant globalement plus régulièrement distribué dans les différentes phases, mais absent de la phase DT II A, qui n’a donné qu’une figurine de type A.

Graph. 3 — Évolution par phases de la typologie et du nombre des figurines zoomorphes de provenance connue dans le secteur B 1.

Graph. 3 — Évolution par phases de la typologie et du nombre des figurines zoomorphes de provenance connue dans le secteur B 1.
  • 261 R. Jullien, communication orale. Nous l’en remercions vivement.
  • 262 Remarque de Radunčeva 1976b, p. 36, et de Rodden 1965, p. 88, où il reconnaît pourtant des « mouton (...)
  • 263 Marangou 1992a, p. 163-164, 167-168 et 330 t. 14.
  • 264 Voir Gimbutas 1982, fig. 53 (Fafos).
  • 265 Tzavella-Evjen 1985, « sanctuaire aux taureaux ».
  • 266 Grammenos 1997, pl. 38, 13 ; Marangou 1996a, p. 192, fig. 8.
  • 267 Voir un pendentif en coquillage dans la grotte de Kitsos : Marangou 1992a, p. 44, avec des référenc (...)
  • 268 Voir la figurine de Dimitra III : Marangou 1997b, pl. 67e.
  • 269 Voir Gimbutas 1982, fig. 80-82, de Smilčić (Zadar, culture de Danilo) et Obre II (Butmir ancien). D (...)
  • 270 Marangou 2000, fig. 5a ; 2001c, p. 174, fig. 7-8.
  • 271 Marangou, Grammenos 2005.
  • 272 Gimbutas 1982, fig. 161 (Pietrele, Sud de la Roumanie) et 162 (Podei, Târgu Ocna, Nord-Est de la Ro (...)
  • 273 Todorova 1978, pl. XV, 5a-b ; voir Jungsteinzeit in Bulgarien 1981, fig. 148 (Ploška Mogila, Karano (...)
  • 274 Voir infra, p. 127 n. 289.
  • 275 Marangou 1997b, pl. 70c.
  • 276 Gimbutas 1982, fig. 215.
  • 277 Ibid., fig. 216.
  • 278 Ibid., fig. 217 (Dalboki).
  • 279 Ibid., fig. 214.

594Si l’on peut reconnaître261 sur certains des quadrupèdes représentés des caractéristiques les rapprochant du bœuf (à cause d’un fanon, du chignon, des cornes ou des lignes représentant la graisse) – comme c’est le cas des objets M 222 (pl. 67, 83 et G), M 241 (pl. 68 et 84), M 445 (pl. 86) ou M 1895 ou de la chèvre – comme M 288 (pl. 68 et 85) et M 661 (pl. 69 et 87) – ou encore de l’ours – par exemple M 197 (pl. 66 et 83), M 324 (pl. 68 et 85), M 388 (pl. 86) et M 1809 (pl. 88) – il est généralement difficile de se prononcer de façon certaine sur l’espèce de l’animal représenté par des figurines262. Tout au plus peut-on parler, dans certains cas, d’animal à cornes ou sans cornes, mais la représentation est toujours assez sommaire. En fait, ce sont les animaux à cornes qui prédominent parmi les figurines du NR, tout comme parmi celles du BA263. Les bovidés sont attestés presque partout, du NM de Vinča264 jusqu’au BA de Litharès en Béotie265. Sur une plaque en argile de Dimitra266 des cornes de bovin sont modelées en relief. L’ours est beaucoup plus rare267 ou plus difficilement identifiable268 et provient en principe de sites très éloignés de l’Égée269. De rares animaux sauvages sont bien attestés, comme le cerf (?) ou le serpent à Dispilio270 ou peut-être le lion à Vassilika271. Le chien est aussi relativement rare ; aux exemplaires cités on pourrait ajouter des figurines roumaines de Karanovo VI ou de Cucuteni récent272 ou des vases en forme de chien273. Le porc n’est pas attesté dans le matériel des figurines de Dikili Tash (fouilles J. Deshayes), mais il existe à Sitagroi au NR274, à Dimitra Ib275, au NM à Néa Makri276, à Anza277, en Bulgarie (Stara Zagora)278 et en Serbie (Vinča, Leskavica)279.

  • 280 Matériel abondant surtout dans les cultures de Kodžadermen-Gumelnița-Karanovo V-VI, mais aussi de ( (...)
  • 281 Marangou 1997b, pl. 70a-b.
  • 282 Par exemple, M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, nos 176-181 et 217, fig. 9.65, 9.151-155, 9.161.
  • 283 Ibid., nos 119, 188, 194, 197, 198, 207-208, 211, 214, 216, 218, 219, fig. 9.62, 9.78, 9.159, 9.160 (...)
  • 284 Ibid., no 190, fig. 9.67, pl. LVI.3, B:1.
  • 285 Hourmouziadis 2002, p. 250, fig. 2.
  • 286 Sitagroi 1, nos 176-184, fig. 9.65-66, 9.151-155, 9.157.
  • 287 Sitagroi 1, nos 194, 197-98, 206, 209-210, 220-221, fig. 9.163, 9.165, 9.173, 9.175-177.
  • 288 À Sitagroi : ibid., nos 188, 214, fig. 9.159-160 ; de la phase II : no 88, fig. 9.77 ; à Servia : H (...)
  • 289 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, nos 215, 190, fig. 9.75, 9.67.
  • 290 Grammenos 1984, no 15 et 18, phot. 62.
  • 291 Par exemple, M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, nos 207, 208, 217, fig. 9.62, 9.164, 9.161.
  • 292 Blennow 1987, fig. 43, 5-7.
  • 293 Ibid., p. 81, fig. 43, 5 ; Marangou, Grammenos 2005, p. 30.
  • 294 Theocharis 1973b, p. 23.
  • 295 Voir Nikolov 1974, fig. 102, perforation horizontale à travers le corps ; Marangou 1992a, p. 208.
  • 296 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.67 et 70, nos 190 et 193.

595Plusieurs analogies existent entre notre matériel et celui provenant de nombreux sites du NM et du NR de la Grèce et des Balkans280. Celui de Dimitra III281 a fourni un fragment du type A de Dikili Tash, qui pourrait être considéré comme le type des figurines zoomorphes de Dikili Tash par excellence, tout comme les figurines féminines parées semi-assises le seraient pour les figurines anthropomorphes. Le site de Sitagroi (phase III) fournit à notre matériel des parallèles proches : en effet, ici aussi, les figurines du type A du NR sont aussi attestées282, tout comme des figurines proches de celles du type B283 ; un exemplaire creux peint en noir sur rouge représente un animal chargé284, thème dont on pourrait rapprocher deux exemplaires de Dispilio285. Par ailleurs, les bœufs ou taureaux286 ou les animaux à cornes287 prédominent également. On a rarement identifié des chiens288 ou des porcs289. Souvent, les fragments ou les animaux entiers restent inidentifiables, comme à Vassilika290, Sitagroi291 ou Paradisos292. Ce dernier site a pourtant fourni aussi une tête de « chat »293, tandis que les deux têtes de figurines conservées sont traversées par un trou de suspension horizontal à travers les yeux ou vertical à travers le visage jusqu’à l’arrière du cou (voir ici M 234). Un animal perforé au milieu (tête perdue) date du NA de Sesklo294. Des perforations existent aussi sur des figurines balkaniques295 et sur des exemplaires de Sitagroi, dont l’animal support peint en noir sur rouge au sommet des pattes296. L’exemplaire peint en noir sur rouge de Dikili Tash pourrait faire penser à un mustélidé.

  • 297 Toufexis 2003.
  • 298 Batziou 1981, pl. 9b.
  • 299 Milojcić et al. 1976, Taf. 19, 11-12.
  • 300 Tsountas 1908, pl. 34, 10-11.
  • 301 Ibid., pl. 36, 8-9, le dernier figurant un oiseau.
  • 302 Ibid., et Toufexis 2003, fig. 29.14.
  • 303 Weisshaar 1989, pl. 66, 12.
  • 304 Theocharis 1973a, fig. 99 (musée de Volos, no M 5083).
  • 305 Marangou 1992a, p. 42, 45, 47 et 50.

596Le matériel publié des sites thessaliens297 de Pyrgos298, Haghia Sophia299, Sesklo300 et Dimini301 comprend également des fragments de figurines zoomorphes de quadrupèdes d’espèce souvent inidentifiable et quelques figurines d’oiseaux datant du NA, du NM et du NR302. Le site de Pefkakia (période Rachmani moyenne) a fourni un porc en terre cuite303. Un fragment de tête de Platykambos (Larissa) porte un décor peint304. Le Nord-Est n’en a pas fourni ; les rares autres exemplaires grecs publiés proviennent de la Grèce centrale, du Péloponnèse, de Samos et de l’Ouest (Leucade)305.

  • 306 Zervos 1963, fig. 557, 558 et 555.
  • 307 Voir supra, p. 123 n. 253.
  • 308 Deshayes 1972, p. 204.

597Les figurines bicéphales, dont des exemplaires trouvés en surface proviennent de Dikili Tash306, un autre perforé de Magoulitsa307, sont attestés dès le NA à Tell Azmak308.

  • 309 Marangou 1992a, p. 95, 104, 106, 108 et 111-116 ; 1997a.
  • 310 Tonceva 1973, p. 477, fig. 8 (1-2) ; Georgiev et al. 1979, fig. 198 (têtes de taureau décorées).
  • 311 Voir supra, p. 125 n. 258.

598Au BA, la situation s’inverse et les figurines animales sont très rares dans le Nord de la Grèce, en Macédoine en particulier, tandis qu’elles sont abondantes en Grèce centrale et attestées à Ithaque et dans le Péloponnèse309. Elles existent pourtant aussi sur le site bulgare d’Ezerovo II, où elles représentent des chiens et des taureaux310. Nous ne connaissons aucun parallèle à la figurine zoomorphe de Dikili Tash (M 1900) trouvée dans les niveaux du BR, à part peut-être un objet de Thasos311.

Contexte et utilisation

  • 312 Voir infra, p. 155-156.

599Les informations liées au contexte de découverte des figurines animales concernent vingt exemplaires, soit un total de douze cas distincts. Dans les très rares associations (un cas, avec un seul objet associé à chaque fois), il faut inclure les vases zoomorphes, les vases miniatures (associés quatre fois à des figurines humaines), les balles de fronde (associées sept fois à des figurines humaines), un fragment de cuivre et un disque dentelé312, exemplaire unique à Dikili Tash.

  • 313 Dikili Tash I, 1, p. 133-143.
  • 314 Voir infra, p. 154. 

600Les associations rencontrées deux fois chacune comprennent des cuillères313 à manche anthropomorphe, des fusaïoles et des anneaux, mais ces derniers, au nombre de trois, ne se rencontrent pas ailleurs sur le site314 ; ils présentent en outre des ressemblances du point de vue de la fabrication et de la pâte avec les figurines animales du type A ; les fragments de figurines animales avec lesquels ils ont été trouvés appartiennent d’ailleurs au type A.

601De la céramique (à l’état de fragments, en principe) est associée à des figurines animales à cinq reprises et l’outillage lithique à sept, fréquence attendue, vu la répartition de la céramique et de la pierre travaillée dans les niveaux du secteur fouillé. Il est remarquable, en revanche, que les associations avec des objets de parure (perles, bracelets, coquillages percés) se montent à cinq.

  • 315 Deshayes 1974, p. 76-79 ; four X 30-6 : Dikili Tash I, 1, p. 46, pl. 36c, 171f, 172a-b.

602Nous avons cinq groupements de figurines animales fragmentaires, dont un à quatre, deux autres à trois et trois à deux figurines chacun. Trois de ces associations sont intéressantes : deux d’entre elles proviennent du même carré W 29, des niveaux 4-6 respectivement (DT II B). Il s’agit, premièrement, du groupe de quatre fragments de figurines animales du type A (M 415 et M 430 ; pl. 86, M 412 et M 417), représentant une patte, une tête et deux fragments d’avant-trains (qui ne correspondent pas à la tête), donc au moins trois bovins (ou parties de bicéphales), deux anneaux d’argile, un disque dentelé et plusieurs perles ; et deuxièmement du groupe de trois figurines (M 638, pl. 68 et 86, M 454 ; pl. 86, M 445 : deux têtes et un fragment d’avant-train avec tête et membres antérieurs), représentant probablement des bovidés, de l’outillage lithique et osseux, un vase et un autre anneau en argile. Dans le troisième cas, provenant du carré W 30, niveaux 3-4, trois fragments de trois figurines au moins du type A (M 325 ; pl. 84, M 286 ; pl. 85, M 351 : une tête, une moitié gauche de l’avant-train avec la tête et le membre antérieur, et un avant-train) étaient associés à une fusaïole, une balle de fronde et un bracelet. Par ailleurs, une figurine animale de type B (pl. 69 et 87, M 664 : bœuf attelé ?) a été trouvée contre la paroi nord d’un four au niveau 6 du carré X 30 de DT II B315.

  • 316 Radunčeva 1976a.
  • 317 Marangou 1992a, p. 233 et 236.

603Une figurine zoomorphe néolithique provient d’un cimetière (Vinica)316, mais les autres associations connues sur les sites balkaniques concernent surtout des contextes domestiques317.

604Les figurines, à l’exception de la plus petite, M 1890 (pl. 69 et 88) qui est perforée, et de M 234 (pl. 84) qui avait aussi un trou de suspension (?), sont à l’état de fragments ; même M 222 (pl. 67, 83 et G), entièrement reconstitué, a été trouvé en trois morceaux, à trois endroits différents. Ceci peut, dans certains cas, et dans une certaine mesure, être expliqué par la fragilité de la tête et des membres qui se seraient détachés du corps à partir des endroits où ils ont été appliqués lors du façonnage. Or, étant donné que les fragments d’une même figurine n’ont pas été retrouvés plus ou moins étroitement associés, on peut suggérer que ces objets étaient déjà cassés et dispersés à l’époque du niveau correspondant. Il est étonnant de voir le grand nombre de pattes brisées, mais toutes n’ont pas été rapprochées des fragments de corps dans une tentative de recollage – ce qui serait d’ailleurs une tâche presque insurmontable.

  • 318 Marangou 1986a.
  • 319 Bucrane de Dikili Tash : Treuil, Darcque 1998 ; voir Marangou, Grammenos 2005.

605La forme du dessous des pattes de la majorité des figurines suggère que celles-ci pouvaient être posées de façon stable sur une surface ou un support quelconque. Cela marque un étonnant contraste entre figurines humaines et figurines animales ; les premières n’ont généralement pas un équilibre très stable, malgré leur position « semi-assise » fréquente. Par contre, les figurines animales reposent parfaitement sur leurs pattes aplaties. Ces caractéristiques permettent d’avancer l’hypothèse que la plupart des figurines humaines, instables, étaient destinées à être déplacées, du moins plus fréquemment que les figurines animales du type A. Cependant, on ne peut affirmer que seules les figurines humaines étaient manipulées. En effet, s’il est sans doute difficile d’imaginer que les figurines animales de grandes dimensions et de poids relativement considérable du type A étaient souvent déplacées318, les figurines animales du type B, qui paraissent plus proches des figurines humaines par leurs dimensions, auraient pu l’être plus facilement. Évidemment, la différence peut aussi résider dans le sujet figuré : si les grosses figurines du type A représentent en majorité des ours et des bovins, celles du type B reproduisent des sujets particuliers, surtout des chèvres et des ovidés, mais aussi un bœuf attelé (?). En dehors de notre matériel, des objets figuratifs à taille réelle, fabriqués ou transformés à partir d’objets naturels (crânes par exemple), sont également attestés sur le site319. Il est encore intéressant de noter que, pendant la phase DT I, la provenance des figurines anthropomorphes et zoomorphes n’est pas nettement distinguée, ce qui est par contre presque une constante pendant DT II.

  • 320 Voir supra, p. 101.
  • 321 Voir supra, p. 124 n. 256.

606Il faut finalement mentionner les exemplaires perforés (dont un pendentif ?) et ceux qui ont pu être des éléments de vases ou de supports, tout comme certaines figurines anthropomorphes parfaitement stables qui sont rares320. On doit envisager enfin, parfois, une double utilisation : le support zoomorphe de Sitagroi321 porte des perforations, mais elles ont pu servir à autre chose qu’à une suspension.

2.3. Conclusions

607À la différence des figurines humaines, le modelage des figurines animales témoigne en général de moins de soin esthétique et d’engagement technique et de peu de souci pour une représentation fidèle de la réalité, du moins celle-ci est-elle plus souvent évoquée. On est même parfois confronté à des représentations fantaisistes d’animaux bicéphales. Or, les figurines du type A, les plus grossièrement modelées, présentent un traitement de surface spécial.

  • 322 Marangou 1992a, p. 220-221.
  • 323 Exceptionnelle au Néolithique : Marangou 1992a, p. 178.

608Lorsque les figurines animales sont décorées, les motifs soulignent les parties du corps de manière très simplifiée. Les éléments principaux sont représentés par des caractéristiques anatomiques généralement sommaires, quoique suggestives. Ces standardisations ont fait que les figurines se ressemblent et qu’il est difficile de tirer des informations plus détaillées sur les animaux représentés. On a parfois l’impression d’avoir affaire à un troupeau (représentant le cheptel de la famille, d’un clan, ou de la communauté ?), sans différenciation d’individus. Parfois, des figurines animales sont découvertes en groupe322 ; dans ce cas précis, la non-individualisation n’est pas surprenante. Une certaine variation des caractéristiques anatomiques existe néanmoins dans la longueur du cou ou de la queue (pour les types B-D), et surtout dans la forme de la tête, l’existence ou non de cornes, d’un fanon ou d’une bosse occipitale, la représentation ou non de la graisse, le nombre de protubérances au sommet de la tête, etc. Il n’y a pas de différenciation perceptible en ce qui concerne le sexe des animaux323, mise à part une protubérance difficilement interprétable (grossesse ?) sous le ventre d’un animal bicéphale, qui reste exceptionnelle.

  • 324 Dikili Tash I, 1, p. 147-152 ; Helmer 1997, p. 40-41.
  • 325 Voir supra, p. 127.
  • 326 Renaudin 1921.

609Le matériel osseux de Dikili Tash324 montre en général une prépondérance des bœufs et des porcs par rapport aux chèvres et aux moutons. Par ailleurs, l’aurochs, le chien et le loup sont attestés, mais l’aurochs, très courant au NM, est absent au NR et à l’Âge du Bronze ; l’ours est attesté au NM et à l’Âge du Bronze exceptionnellement. Au NM, la chasse jouait un rôle important sur le site. Si la présence du bœuf, bien représenté par des figurines à Dikili Tash, est confirmée par les ossements retrouvés, celle de l’ours (?), relativement récurrente – en tenant compte du fait que le sujet est exceptionnel dans le corpus des figurines néolithiques en général –, ne correspond pas à la rareté des vestiges. Tous les animaux attestés par leurs ossements, comme le porc, le sanglier ou les cervidés, n’ont pas été représentés, exception faite peut-être d’une figurine. Le porc, en particulier, dont la présence est prépondérante, n’a pas été décelé parmi les figurines, contrairement à ce qui se passe ailleurs325. L. Renaudin mentionnait pourtant la découverte de figurines de chien, d’ours, de bouquetin, de bœuf, d’oiseau, de poisson et de tortue à Dikili Tash326. Il reste donc encore beaucoup à découvrir.

3. Les maquettes (graph. 4)

3.1. Mobilier

3.1.1. Néolithique Moyen (Dikili Tash I)

M 204 (pl. 70)

610Dimensions : h. max. 1,9 ; diam. max. 2,2 ; prof. du récipient 0,4-0,5 ; ép. 1,3-0,4.

611Provenance : X 29, niveau 14.

612Description : vase ou table à trois pieds, dont un seul entier. Pâte rouge clair à beige, à dégraissant minéral fin à moyen ; surface lissée. La panse est évasée à l’extérieur. Les pieds rectilignes sont convergents.

M 1761 (pl. 70)

613Dimensions : h. max. 1,3 ; diam. max. bord 2,5 ; diam. max. pied 1,2.

614Provenance : X 29, niveau 14.

615Description : fragment de tabouret (ou de vase) à pied(s) cassé(s) (?). Pâte rouge clair crème, à intérieur noirci, à dégraissant minéral fin. La face supérieure est légèrement concave, le bord circulaire et irrégulier.

Graph. 4 — Évolution par phases de la typologie et du nombre des maquettes de provenance connue dans le secteur B 1.

Graph. 4 — Évolution par phases de la typologie et du nombre des maquettes de provenance connue dans le secteur B 1.
  • 327 Voir infra, p. 137-138.
  • 328 Voir supra, p. 75.

616Les « tabourets » M 204 et M 1761 (pl. 70) ont été fabriqués, à partir d’une pâte crème ou beige, de façon très rapide et leur surface n’a pas été travaillée. Leurs dimensions sont très petites et leur exécution tellement sommaire qu’il aurait été inutile d’essayer de les rapprocher d’exemplaires réels. Ils pourraient en effet représenter aussi bien des bols à pieds que des tabourets327. En fait, si la partie inférieure de M 1761 est brisée, nous constatons que M 204 avait à l’origine trois pieds divergents (dont l’un est perdu). Ils proviennent tous les deux du sol 14 du carré X 29 ; dans la même couche, des fragments de silex et des tessons de vases, ainsi que quatre fragments de figurines anthropomorphes ont été découverts328.

617Vu la rareté de ces objets au NM, leurs différents aspects sont étudiés en même temps que ceux du matériel du NR.

3.1.2. Néolithique Récent (Dikili Tash II)

M 305 (pl. 70)

618Dimensions : h. max. 1,8 ; diam. 3,9.

619Provenance : W 30, sous le niveau IV.

620Description : petite table ou tabouret rond à trois pieds. Pâte gris noir, à dégraissant minéral moyen. Les trois pieds courts ont été grossièrement modelés entre les doigts.

M 406 (pl. 70)

621Dimensions : h. max. 2 ; diam. supérieur 4 ; diam. inférieur 1,7.

622Provenance : ?

  • 329 Voir supra, M 305.

623Description : fragment de table ou de tabouret (?). Pâte fine grise, contenant du gravier, à surface rouge au-dessus et grise en dessous. L’arrachement au milieu de la face inférieure pourrait correspondre à un pied (ou à plusieurs, modelés ensemble329).

M 421 (pl. 70 ; pl. 89)

624Dimensions : h. max. 1,8 ; L. max. 4,9 ; l. max. 5.

625Provenance : W 29.

626Description : table basse ou tabouret qui présente les traces des arrachements des pieds. Pâte gris rosâtre, à fin dégraissant minéral. Élément carré à angles arrondis à quatre pieds courts.

627Décor : quatre arcs de cercle parallèles incisés aux quatre angles de la face supérieure.

M 461, M 468 (pl. 70 ; pl. 89)

628Dimensions : h. max. 4,3 ; L. max. 8,8 ; l. max. 4,8 ; ép. plaque 1,7.

629Provenance : un fragment en W 29, sous le niveau 6, et l’autre en W 30, sous le niveau VII.

630Description : banquette ou canapé incomplet en deux fragments. Pâte gris brun, à dégraissant minéral ; surface rouge. Le dessus est égalisé, le dessous grossier. La forme comprend une plaque rectangulaire oblongue avec quatre pieds coniques, dont deux sont conservés sous les deux angles sur un long côté. Sur la face supérieure, sur le même long côté, trois arrachements (aux angles et au milieu) pourraient correspondre à des montants servant de dossier.

M 527 (pl. 70 ; pl. 89)

631Dimensions : h. max. 2,05 ; L. max. 4,9 ; l. max. 5,6.

632Provenance : X 30, niveau 4.

633Description : fragment de meuble (banquette ?) de forme rectangulaire, dont manque une extrémité. Pâte brune, contenant du gravier, à surface rouge gris à une face égalisée et l’autre lissée. Deux arrachements aux angles sur le côté étroit (pieds ?), deux protubérances sur un seul côté long, l’une à l’angle, l’autre avant la cassure (montants de dossier ?).

M 635 (pl. 71 ; pl. 89)

634Dimensions : h. max. 4,55 ; L. max. 10,2 ; l. max. 5,55 ; diam. bord ouverture int. 3,2 ; h. totale bord cons. int. 2,6.

635Provenance : ?

636Description : fragment « d’autel » quadrangulaire à angles arrondis, à quatre pieds, dont deux conservés. Pâte brun gris, à dégraissant minéral fin à moyen, contenant des cailloux, noire en surface. Une ouverture à rebord est disposée au milieu. Trois paires de points profonds (diam. 0,5) sont conservées au-dessus de chaque pied, à mi-distance entre les deux pieds conservés, au-dessus et sur le côté. Décor peint au graphite.

M 636 (pl. 71)

637Dimensions : h. max. 2,2 ; L. max. 3,55 ; l. max. 3,3.

638Provenance : X 29, niveau 11.

639Description : petite table fragmentaire à quatre pieds, dont un entièrement conservé. Pâte grise à dégraissant minéral moyen, contenant du gravier ; surface rougeâtre.

M 648

640Dimensions : h. max. 5,6 (avec le pied), 3,4 (sans le pied) ; L. max. 10,4 ; l. max. 6,9 ; diam. perforation centrale 5,5-6.

641Provenance : W 29, niveau 1.

642Description : fragment d’un côté « d’autel » à quatre pieds, dont deux conservés. Pâte rouge brun à cœur gris noir, à dégraissant minéral fin à moyen ; surface brune égalisée. La forme était rectangulaire, avec une large ouverture circulaire au centre. L’arrachement d’un élément inconnu est visible sur le dessus de la table, au milieu du long côté. De petites perforations obliques traversent les angles conservés, à partir de 0,5 cm au-dessus du bord jusqu’à 1 cm en dessous. Les deux côtés non conservés devaient être légèrement rentrants. La section horizontale des pieds est plus ou moins ronde, la section verticale de la table triangulaire : elle se rétrécit vers le bas. La partie qui relie les pieds, de section triangulaire, a la forme d’un arc de cercle.

M 654 (pl. 89)

643Dimensions : h. max. 2,35 ; diam. 4,9 ; l. entre deux pieds 4,5.

644Provenance : X 29.

645Description : fragment de siège circulaire à bords légèrement relevés, à quatre pieds dont trois sont en partie conservés. Pâte rouge foncé, à dégraissant minéral moyen et cailloux. Objet modelé par pincement. Les pieds ont été appliqués dans un second temps. Il reste les traces de deux montants de dossier à la face supérieure, au-dessus de deux pieds.

M 750 (pl. 71 ; pl. 89)

646Dimensions : h. max. 2,65 ; L. max. 4,6 ; l. max. 3,9.

647Provenance : X 30, niveau 8.

648Description : table ou tabouret rectangulaire, un pied cassé. Pâte rouge brun, à dégraissant minéral moyen ; surface grisâtre égalisée. Les quatre pieds arrondis sont courts et effilés. La face supérieure est bien aplatie. Le profil est trapézoïdal, rétréci vers le bas.

M 1207

649Dimensions : h. max. 3,2 ; L. max. 4,8 ; l. max. 3,6.

650Provenance : W 30, niveaux VI-VIII.

651Description : table ou tabouret rectangulaire à quatre pieds, dont un partiellement conservé. Pâte grise à dégraissant minéral moyen ; surface rouge clair égalisée. La face supérieure est plate.

M 1223

652Dimensions : h. max. 2,4 ; L. max. 5,5 ; l. max. 3,95.

653Provenance : W 29, niveau 9.

654Description : fragment de table (?) à deux pieds arrondis conservés, aplatis en dessous. Pâte rouge clair, à dégraissant minéral fin à moyen. Léger redressement de la plate-forme au milieu de la largeur, sur le côté conservé ; une légère saillie au centre de la face inférieure. Le dessus de la plate-forme, qui devait être constitué de deux pièces collées, est perdu.

M 1272 (pl. 71 ; pl. 89)

655Dimensions : h. max. 1,8 ; L. max. 5,6 ; l. max. 2,3 ; h. max. dossier 0,5.

656Provenance : W 30, sous le niveau VI.

657Description : banquette à dossier ou canapé, à quatre pieds ronds brisés. Pâte gris brun, à dégraissant minéral moyen, à surface noirâtre égalisée au-dessus. La forme est rectangulaire, à dossier dentelé sur un long côté. En dessous, aux deux tiers de la longueur, deux saillies légères sur les longs côtés.

M 1274 (pl. 71 ; pl. 89)

658Dimensions : h. max. 1,9 ; L. max. 5,2 ; l. max. 2,7.

659Provenance : X 30, déblais, niveaux NM.

660Description : fragment de siège allongé. Pâte brun rouge fine, à dégraissant minéral fin ; surface égalisée. Sur un long côté et un côté étroit qui sont conservés, un dispositif dentelé est placé presque verticalement, légèrement en oblique vers l’extérieur. Deux ou même trois amorces de pieds sont visibles en dessous, sur le long côté. La cassure ne permet pas de voir s’il y en a eu d’autres du côté opposé.

M 1287

661Dimensions : h. max. 2,4 ; L. max. 3,7 ; l. max. 3,45.

662Provenance : X 30, niveau 8.

663Description : fragment de siège ou de table. Pâte rouge clair, à dégraissant minéral moyen à gros, à surface non travaillée. La forme de la tablette plate a dû être rectangulaire à l’origine. Un pied est conservé, légèrement incliné vers l’extérieur. Les traces d’une incision légère en V sur le dessus, près de l’angle conservé, rappellent le décor de certaines autres maquettes de table.

M 1291 (pl. 71)

664Dimensions : h. max. 2,1 ; L. max. 5,7 ; l. max. 3,85.

665Provenance : X 29, sous le niveau 12.

666Description : fragment de table ou de tabouret dont deux pieds sont conservés. Pâte grise, à fin dégraissant minéral ; surface rougeâtre. L’objet était rectangulaire, ou plutôt carré, avec quatre pieds.

667Décor : sur le dessus, aux angles, triples chevrons incisés pointés.

M 1293

668Dimensions : h. max. 1,4 ; L. max. 4 ; l. max. 3,7.

669Provenance : X 29, sous le niveau 12.

670Description : siège bas sans dossier, incomplet. Pâte rouge brun, à dégraissant minéral moyen, lissé au-dessus. Le contour est grossièrement rectangulaire aux angles arrondis. De légères saillies en dessous pourraient représenter les pieds (?).

Technique et décor

671Les maquettes de meubles ont été façonnées dans une pâte de couleur brun clair ou foncé, parfois rougeâtre ou grisâtre ; la surface, de couleur rouge, brune ou grise, a souvent été égalisée. Il s’agit d’imitations sommaires de mobilier qui sont rarement décorées de motifs incisés, des arcs de cercle concentriques et des chevrons superposés. Les pieds et le dossier ont été appliqués dans un second temps du façonnage et sont souvent cassés. Deux exemplaires du NR sont très grossièrement modelés et de dimensions très réduites (M 1293 ; pl. 70, M 305).

Forme

672Les dix-neuf maquettes se répartissent en trois catégories qui reflètent le (supposé) mobilier réel : siège, table ou « autel ». Évidemment, la distinction entre tabouret et petite table ou entre fragment « d’autel » et fragment de table étant très difficile à faire, le classement dans l’une ou l’autre catégorie peut être parfois arbitraire. Ainsi, les maquettes de banquettes ont pu également avoir copié des originaux fixes – comme les « plateformes » modelées à l’intérieur des maquettes de maisons ouvertes –, de la même façon que les maquettes de fours représentent des originaux fixes. Par ailleurs, ces identifications sont fatalement influencées par notre mobilier contemporain ou d’un passé encore récent.

Sièges

673Quatre objets représentent des banquettes ou « canapés » à quatre pieds courts et assise rectangulaire. Dans deux cas, M 1272 et M 1274 (pl. 71 et 89), le dossier est dentelé sur le long côté. Dans les deux autres, M 461 et M 468 (pl. 70 et 89)– deux fragments contigus du même objet, de dimensions plus grandes – ainsi que M 527 (pl. 70 et 89)– fragmentaire et qui présente les traces d’arrachement de deux pieds et de deux montants du dossier –, le dossier est constitué par deux ou trois montants dont les attaches sont encore visibles.

674M 654 (pl. 89) représente un siège presque circulaire à quatre pieds courts, dont deux attaches sont conservées ; ces dernières se prolongent sur la face supérieure, formant ainsi le début d’un dossier à deux montants ; les bords de l’assise sont également relevés, ce qui pourrait indiquer qu’il s’agit de la représentation d’un siège fabriqué dans un tronc d’arbre.

  • 330 Voir supra, p. 133.

675Quatre modèles sont des figurations très sommaires et de très petites dimensions de tabourets (?), ou de tables, très bas, avec une assise circulaire, parfois concave. L’un d’eux a trois pieds à peine marqués (M 305, pl. 70), un deuxième trois pieds rectilignes convergents (M 204, pl. 70, NM), les deux derniers sont cassés à la naissance des pieds (pl. 70, M 406 et M 1761). Trois pieds sont en fait plus stables que quatre, surtout si le sol est irrégulier. Deux objets, M 204 et M 1761, datent du NM et pourraient également être des vases à pieds330.

676La dimension maximale de ces objets ne dépasse pas 9 cm.

Tables

677On dénombre sept tables (ou tabourets) carrées ou rectangulaires, à angles souvent arrondis, dont cinq sans décor (M 1207, M 1287 et M 1293 ; pl. 71, M 636 ; pl. 71 et 89, M 750) et deux décorées avec des motifs incisés, arcs de cercle ou chevrons (pl. 70 et 89, M 421 ; pl. 71, M 1291). Ces tables possèdent quatre pieds, à une exception près très courts, droits, parfois légèrement obliques, dans un cas légèrement inclinés vers l’intérieur. Leurs dimensions sont comprises entre 2 et 3 cm de hauteur, entre 3,5 et 5 cm de longueur ou de largeur.

« Autels »331
  • 331 Voir également Dikili Tash I, 2, p. 283.

678Il s’agit des deux maquettes fragmentaires, M 635 (pl. 71 et 89) et M 648, à quatre pieds et perforation centrale circulaire ; aux angles – et dans l’un des deux cas également à mi-distance entre les angles – des perforations simples ou doubles, plus ou moins verticales, n’ont pas de raison d’être apparente. Or, ces objets ne sont pas fabriqués à la même échelle que les autres miniatures (longueur maximale environ 10 cm) ; il peut donc s’agir d’objets réels, de petite taille, ou bien ils imitent des éléments de dimensions beaucoup plus importantes que les sièges et les tables, ou bien à une échelle différente.

Inclassable

679Un objet fragmentaire a été inclus dans cette catégorie : il s’agit de M 1223, un meuble (?) à quatre pieds, dont deux sont conservés ; il présente un renflement central à la surface inférieure, tandis que la surface supérieure est arrachée. Il pourrait appartenir à un vase zoomorphe, à un « autel » ou encore à une table.

Évolution

680Comme presque toutes les maquettes de meubles dont le contexte est connu datent du NR (M 1274 provient d’un niveau mélangé, mais M 1272, très similaire, date du NR) et proviennent du même secteur de fouilles, il n’est pas possible d’en retracer une évolution significative. Bien que deux objets du NM, un du NR, ainsi qu’un autre hors contexte représentent un type de tabouret ou de table ronde à trois pieds (lorsqu’ils sont conservés), il serait exagéré de voir ici une continuité du type. Il paraîtrait, en outre, que les tables ou tabourets rectangulaires, à quatre pieds, précèdent l’apparition des sièges en forme de banquette à dossier dentelé ou à montants.

681Les maquettes de meubles sont surtout attestées pendant la phase DT II A, tandis que les figurines anthropomorphes sont plus nombreuses pendant la phase DT II C, ce qui pourrait étonner.

  • 332 Todorova 1974, fig. 10 ; Todorova 1976, fig. 6, p. 113-115 ; Todorova et al. 1983, pl. 90, nos 1-10 (...)
  • 333 Niveau C : Nikolov 1975, fig. 103.
  • 334 Detev 1959, fig. 82, 1 ; Detev 1960, fig. 9.
  • 335 Detev 1950, fig. 27.
  • 336 Gradešnica, niveau C : Nikolov 1974, fig. 104, en bas ; Ruse : Georgiev, Angelov 1957, fig. 172.
  • 337 Culture de Krivodol-Saˇlcuța : Jungsteinzeit in Bulgarien 1981, fig. 177a.
  • 338 Sitagroi 2, fig. 11.17-18, 11.26-11.38.
  • 339 Grammenos 1984, phot. 60, no 27 ; voir Grammenos 1991, pl. 34, 27.
  • 340 Theocharis 1973a, fig. 123 ; Sitagroi 2, p. 437, fig. 11.49.
  • 341 Tsountas 1908, fig. 121.
  • 342 Hauptmann 1981, pl. 20, 7.
  • 343 Attribuée à la phase Verte : Bernabò-Brea 1964, no 4623, pl. LXXXIII, x, et CII 7.

682Les maquettes de meubles abondent surtout dans les cultures chalcolithiques, en particulier celles de Kodžadermen-Gumelnița-Karanovo VI, Krivodol-Saˇlcuța et Pré-Cucuteni-Cucuteni. Les tables rectangulaires à quatre pieds courts sont très courantes ; on en a trouvé à Ovčarovo, où elles font partie de la même « scène de culte » que des chaises miniatures à dossier en arc de cercle332, à Zaminec333, à Jasa Tepe334, à Banjata335, à Gradešnița et Ruse, où elles peuvent porter un décor incisé linéaire sur les côtés336, et aussi à Teliš-Redutite337 et à Sitagroi338. Une table (?) miniature dont la face supérieure est concave provient de Vassilika339. Deux tables à pied unique, avec des « pains » modelés sur le plateau, sont connues à Sitagroi340 et à Sesklo341, une autre à quatre pieds provient d’Otzaki Magoula342. Une table (ou tabouret) ronde à trois pieds, attribuée au BA, a été trouvée à Poliochni343, tout comme un modèle de siège cité plus bas, malgré la rareté de ces maquettes pendant cette dernière période – faudrait-il alors se prononcer en faveur d’une datation antérieure ?

  • 344 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.84, no 11 (phase II : siège à quatre pieds avec dossier bas) ; (...)
  • 345 Niveau B : Nikolov 1974, fig. 64.
  • 346 Popov 1916-1918, fig. 145.
  • 347 Chohadzhiev 2007, p. 126, fig. 104, 2.1-2.2.
  • 348 Detev 1960, fig. 9.
  • 349 Niveau C : Nikolov 1974, n. 51, fig. 104 en bas.
  • 350 Hencken 1955, p. 134.
  • 351 Voir supra, n. 332.
  • 352 Sitagroi 2, fig. 11.34.
  • 353 Niveau A : Nikolov 1975, fig. 42.
  • 354 Niveau B : Nikolov 1974, fig. 64.
  • 355 Gimbutas 1982, fig. 206.
  • 356 Jungsteinzeit in Bulgarien 1981, fig. 151a.
  • 357 Georgiev, Angelov 1957, p. 93, fig. 53 ; Gimbutas 1982, fig. 33.
  • 358 Des fouilles du Père Jérôme : Seure, Degrand 1906, fig. 12, no 288.
  • 359 Chohadzhiev 2007, p. 126, fig. 104, 1.1-1.2.
  • 360 Detev 1950, fig. 27.
  • 361 Dumitrescu 1925, p. 81, fig. 63, nos 17 et 18 et fig. 65.
  • 362 Culture de Krivodol-Sălcuța : Jungsteinzeit in Bulgarien 1981, fig. 177a.
  • 363 Il a été attribué à la phase Bleue : Bernabò-Brea 1964, no 4637, pl. LXXXIII w et CII 6.

683Des sièges bas miniatures, à dossier plein, proviennent aussi de Sitagroi344, Gradešnița345, Kodžadermen346, Slatino347 et Plovdiv348 ; des sièges ou tables quadrangulaires, dont les bords sont légèrement relevés sur deux côtés, ont été mis au jour à Gradešnița349 et à Kodžadermen350 ; des sièges à dossier composé de deux montants formant un arc de cercle, ou en tout cas à dossier complexe, appartiennent à la « scène de culte » d’Ovčarovo351 et ont aussi été trouvés entre autres à Sitagroi352, Zaminec353, Gradešnița354, Kolekovac355, Čatalka356, Ruse357, Račev358, Slatino359, Banjata360, Gumelnița361 et Teliş-Redutite362. Un exemplaire de Poliochni à quatre pieds possède deux montants verticaux363.

  • 364 Detev 1959, fig. 80, 1 et 5 ; 81, a-b.
  • 365 Ibid., fig. 80, 2-4.
  • 366 Detew 1956, fig. 22 ; les fig. 1 à 22 de cet article montrent la grande variété des meubles miniatu (...)
  • 367 Des fouilles du Père Jérôme : Seure, Degrand 1906, fig. 17, no 413.
  • 368 Cucuteni ancien, Moldavie : Gimbutas 1982, fig. 26.

684Un dossier simple bas, qui peut être dentelé, caractérise quelques maquettes de sièges de Jasa Tepe364 ; certaines autres du même site365 et une sans provenance précise366 possèdent aussi un dossier composite à deux arcs de cercle (trois montants verticaux). Les deux dossiers d’un « lit » de Račev367 sont également dentelés. Les chaises miniatures de Sabatinovka ont par contre un dossier de forme différente, formant deux appendices horizontaux, qui imite apparemment la chaise grandeur nature trouvée à côté de la plate-forme de la « scène de culte »368.

  • 369 Grbic 1960, pl. XXI, 2 et 1 (à décor anthropomorphe).
  • 370 NA (Karanovo I) : Simoska, Sanev 1975, pl. XXII, no 2.
  • 371 Par exemple, Letica 1967, pl. VI, 8.
  • 372 Detev 1960, fig. 48, 5-6.

685Les tabourets, ou vases à pied (?) minuscules, sont très rarement mentionnés ou figurés dans les publications ; leurs dimensions très réduites en sont peut-être précisément la cause. Deux objets de Jasa Tepe, dont l’un décoré, « l’autel » tripode plus grand de Porodin369, un « autel » miniature à trois pieds de Veluška Tumba (Bitola)370, ainsi que certaines « coupes à fruits » de Vinča371 pourraient être cités à ce propos372.

  • 373 Detev 1960, fig. 27.
  • 374 Nikolov 1974, fig. 44. Voir différents types de ces « autels » dans Schwarzberg 2005, et fig. 24.
  • 375 Milojcić et al. 1976, pl. 19, 16a-b.

686Les « autels » de Dikili Tash trouvent un parallèle avec l’exemplaire fragmentaire de Jasa Tepe, qui est également pourvu d’une large ouverture centrale et de perforations373 ; un autre exemplaire de Gradešnița (Chalcolithique, niveau B) porte un décor incisé mais pas de perforations374. Un « autel » à quatre pieds de Haghia Sophia en Thessalie semble avoir plutôt une ouverture ovale375.

Contexte et utilisation

687Les cas pour lesquels nous possédons des renseignements sur le contexte – si non immédiat, du moins de la zone – de découverte des maquettes de mobilier sont peu nombreux à Dikili Tash ; ils peuvent être résumés ainsi :

688– trois figurines, un bracelet et le siège circulaire M 654 (X 9 contre la berme à 2 m de l’angle S-O) ;

  • 376 Voir infra, p. 150. 

689– des tessons provenant du dégagement d’un foyer et des silex travaillés (table M 1291) (X 29 zone nord, sous le niveau 12) ; des tessons, un pied de vase et d’autres petits objets (siège M 1293) (même niveau). Les fragments de la maquette de maison M 1290 ont aussi été découverts dans ce même niveau376 ;

690– un fragment de cristal de roche, un fragment de parallélépipède (four ? M 1768) et une petite (h. originelle < 10 m) figurine féminine « enceinte » richement décorée dont la tête manque (M 1219), ainsi que la table fragmentaire M 1223 (W 29 niveau 9) ; dans les déblais, un fragment de superstructure de four (M 1296), un peu plus haut un autre fragment (M 748) ;

691– une couche où les petits objets sont très abondants, mais où leur association n’est pas assurée : silex, fragments de pierre travaillée, un bracelet, une alène en os, un gobelet cylindrique irrégulier en miniature (M 172), un fragment de figurine féminine (M 790), un avant-train de figurine zoomorphe de type A (ours ?) (M 751), une cuillère ainsi que la table/tabouret M 750 (X 30 niveau 8) ; le même niveau a livré deux autres maquettes (four et siège/table M 766 et M 1287) et une figurine schématique asexuée (M 789).

692Dans certains cas, la présence d’un foyer/four (M 1223, M 1291 et M 1292, M 1278) ou de terre cendreuse/fosse à cendres (M 1285, M 636, M 305) ou encore de trous de poteau (M 1291 et M 1292) est attestée dans le même niveau.

  • 377 Voir aussi supra, p. 103 n. 205 et p. 104.

693Il semblerait par conséquent que ces maquettes proviennent de zones d’activité « normale » (tessons, silex), qu’elles étaient disposées parfois à l’origine non loin d’un foyer, d’un four ou d’une paroi et que, dans certains cas, elles étaient accompagnées ou se trouvaient à faible distance d’objets de parure (bracelet, cristal de roche) et d’autres objets miniatures (figurines, vase miniature, maquette de maison). Si l’association dans le même niveau d’une figurine animale (avant-train) et de maquettes de meubles n’est pas certaine, celle avec une figurine humaine de dimensions correspondantes à celles des maquettes l’est377.

3.1.3. Conclusions

694Les maquettes de mobilier (surtout NR) révèlent une grande variété de prototypes, et même des sous-catégories. Si certaines, très petites, sont fabriquées grossièrement, d’autres par contre sont soigneusement modelées et décorées. On distingue deux – ou trois, si l’on prend en compte les « autels » – échelles de grandeur.

  • 378 Gallis 1985.
  • 379 Voir Marangou 1992a, p. 219-220.

695Les associations de maquettes de mobilier et/ou de maison et de figurines anthropomorphes d’Ovčarovo et de Platia Magoula Zarkou378 ont permis de formuler l’hypothèse que des objets « micro-miniatures » en terre cuite, fabriqués à une même échelle, formaient un ensemble379. Or, à Dikili Tash, les maquettes de meubles sont attestées surtout pendant la phase II A et au début de la phase II B, tandis que la majorité des figurines datent surtout de la seconde partie de la phase II.

3.2. Dispositifs domestiques fixes (fours)

M 331 (pl. 90 ; pl. G)

696Dimensions : h. max. 3,75 ; L. max. 9,8 ; ép. max. 5,2.

697Provenance : X 30, sous le niveau 2.

698Description : maquette incomplète de four. Pâte rouge, à dégraissant minéral moyen. Plaquette rectangulaire ornée d’incisions sauf sur la face du dessous qui est plate et lisse. Sur le dessus, on voit l’arrachement d’un dispositif semi-circulaire, rentrant vers le haut (chambre de cuisson). La sole déborde légèrement en dehors de la chambre de cuisson.

699Décor : des spirales et des lignes ondulées incisées, ainsi que des points profonds, décorent toutes les faces visibles.

700Publication : Daux 1968, p. 1071, fig . 16 à droite ; Deshayes 1974, p. 87, fig . 23 à droite ; Marangou 1992a, fig . 80j.

M 525 (pl. 72 ; pl. 90)

701Dimensions : h. max. 2,6 ; L. max. 6,3 ; l. max. 4,5.

702Provenance : W 29, sous le niveau 7.

703Description : fragment rectangulaire de maquette de four. Pâte rouge à gros dégraissant minéral. L’arrachement de la superstructure montre le plan de la chambre de cuisson, trapézoïdal. Il manque aussi une petite partie de l’extrémité opposée. La sole dépasse l’ouverture du four.

704Décor : il est composé de lignes incisées et de points (motifs Gumelniţa). Le dessus de la plaquette est orné de méandres et de lignes parallèles ; les longs côtés étroits de panneaux composés de deux lignes verticales incisées, remplis de hachures obliques ; le petit côté de chevrons superposés ; seul le dessous n’est pas décoré.

705Publication : Daux 1968, p. 1071, fig . 16 à gauche ; Deshayes 1974, p. 86, fig . 23 en haut, à gauche ; Marangou 1992a, fig . 80k.

M 526 (pl. 72 ; pl. 90)

706Dimensions : h. max. 1,7 ; L. max. 5,04 ; l. max. 3,7.

707Provenance : X 30, sous le niveau 4.

708Description : fragment (une extrémité) de socle de maquette de four. Pâte grisâtre à dégraissant minéral moyen à gros ; surface gris rouge avec des traces jaunes.

709Décor : le décor incisé en motifs Gumelniţa comprend des lignes obliques parallèles sur les deux côtés étroits, des incisions de lignes parallèles formant des losanges avec un point au centre sur la face supérieure. Le dessous n’est pas décoré.

710Publication : Daux 1968, p. 1071, fig . 16 à gauche ; Deshayes 1974, p. 86, fig . 23, à gauche, en bas.

M 633 (pl. 72)

711Dimensions : L. max. 3 ; l. max. 2,8 ; ép. max. 2,1.

712Provenance : X 29, niveau 6.

713Description : fragment de socle de maquette de four (la face supérieure forme un angle obtus). Pâte grise à dégraissant minéral moyen.

714Décor : des lignes incisées verticales et obliques sur les tranches forment des motifs anguleux sur le dessus du socle. Le dessous est lisse.

M 649 (pl. 72)

715Dimensions : L. max. 5,1 ; l. max. 4,3 ; ép. max. 2,2.

716Provenance : AA 29, surface.

717Description : fragment de socle de maquette de four. Pâte brune à surface rouge égalisée (quelques traces de noir). Dégraissant minéral moyen. L’angle de la plaque en forme de parallélépipède est conservé.

718Décor : décor incisé avec des traces d’incrustations blanches sur toutes les faces visibles. La face du dessus porte des traits horizontaux dans le sens de la longueur ; d’autres obliques et plus petits forment deux losanges marqués d’un point profond. Le petit côté étroit conservé est orné d’ovales concentriques ; l’un des longs côtés porte trois incisions horizontales, une autre forme un losange avec un point central ; de l’autre côté, un décor de traits obliques est délimité par deux horizontales.

M 748

719Dimensions : l. 3,3 ; ép. 2,2 ; l. de chacun des côtés formant angle 2,6.

720Provenance : W 29, sous le niveau 8.

721Description : fragment de superstructure de four (?), de plan supérieur pentagonal, creux à l’intérieur. L’ouverture se relève vers le bord, rétrécit vers le bas et se termine par un arrondi.

722Décor : la partie supérieure des deux faces latérales est décorée d’une spirale au graphite. Objet égaré, description faite d’après la fiche.

M 766 (pl. 72 ; pl. 90)

723Dimensions : h. max. 3,1 ; L. max. 6,7 ; l. max. 4,8.

724Provenance : X 30, niveau 8.

725Description : fragment de maquette de four de plan rectangulaire. Pâte noire, à dégraissant minéral moyen. La sole dépasse l’ouverture du four dans le prolongement des longs côtés. Sur le dessus, une zone plus haute, avec traces d’un arrachement en trapèze dont l’extrémité est perdue, montre le plan de la chambre de chauffe. La partie surélevée est légèrement concave. En avant de celle-ci, dans un angle, trace d’un arrachement à peu près rectangulaire.

726Décor : seuls les côtés étroits sont décorés par incision. Les longs côtés, encadrés par des lignes, portent un décor de méandres hachurés, laissant entre eux des zones réservées. Sur l’extrémité, un zigzag est réservé entre des triangles hachurés, encadré dans un rectangle. De la pâte blanche est parfois conservée dans les incisions.

727Publication : Deshayes 1974, p. 87, fig . 22.

M 1284

728Dimensions : h. max. 2,1 ; L. max. 5,2 ; l. max. 4,45.

729Provenance : W 29, niveau 8.

730Description : fragment de parallélépipède, peut-être maquette de four. Pâte rouge brun un peu poreuse, à surface lissée. Dégraissant minéral fin. Le côté étroit est un peu arrondi. Le dessous est légèrement abîmé. L’un des longs côtés est un peu plus haut, le plan légèrement oblique.

731Décor : peint au graphite. Sur le dessus, des lignes droites parallèles qui se croisent, sur les côtés étroits des zigzags parallèles.

M 1296

732Dimensions : 4,55 × 2,4 × 2,1.

733Provenance : W 29, sous le niveau 8.

734Description : fragment de maquette de superstructure de four ou de meuble. Pâte rouge fine, à dégraissant minéral moyen ; surface rougeâtre. Sur le dessus, une partie de l’angle arrondi est conservée. La face descend vers le bas en formant un creux.

735Décor : incisions profondes en zigzags parallèles sur le dessus de la plaquette.

M 1298 (pl. 73)

736Dimensions : h. max. 2,7 ; L. max. 5,4 ; l. max. 4,8.

737Provenance : W 30, niveau 5.

738Description : fragment de superstructure de four (?). Pâte brune, à surface noir gris, lissée. L’intérieur n’est pas travaillé. Le bord de l’ouverture conservé est semi-circulaire, le dos anguleux, formant une voûte plane, qui s’élargit vers le bas. Sur un côté, le bord de l’ouverture fait saillie.

M 1768

739Dimensions : L. max. 4,6 ; l. (à la cassure) 5,6 ; ép. 2,5.

740Provenance : W 29, niveau 9.

741Description : fragment d’une grossière maquette de foyer (?), de forme rectangulaire (parallélépipède). Pâte rouge noircie sur une face, à petit dégraissant minéral ; surface non travaillée. L’une des faces est plane, l’autre légèrement convexe. Légère dépression sur le côté étroit conservé. Objet égaré, description faite d’après la fiche.

M 1818

742Dimensions : 3,5 × 3,9 × 4,7.

743Provenance : ST 24 (surface).

744Description : fragment de maquette (de four ?) formant un angle obtus. Pâte rouge clair. Le dessous est aplati, le dessus porte un décor.

745Décor : quatre incisions larges sont conservées, deux de chaque côté.

Sans numéro (pl. 73 ; pl. 90)

746Dimensions : h. max. 4,3 ; L. max. 8,5 ; l. max. 7,2.

747Provenance : hors sondages.

748Description : fragment de maquette de four. Pâte rouge à cœur noirci, grossière, non épurée, à gros dégraissant minéral, contenant des cailloux. Fragment en forme de parallélépipède, à extrémité fortement arrondie, à côtés divergents, de façon à ce que la plage en avant du four s’élargisse. Le dessous est plat et noirci. Les petits côtés et le dessus sont décorés. L’arrachement de la superstructure révèle son plan ovale. La surface était légèrement concave.

749Décor : motifs Gumelniţa. Des incisions linéaires ou des spirales décorent les trois petits côtés conservés ; on voit aussi quelques petites incisions près de l’arrachement sur le dessus.

750Publication : Deshayes 1974, p. 88, fig . 24-25 ; Marangou 1992a, fig . 80i.

 

751Cette catégorie comprend treize maquettes ou fragments de maquettes de dispositifs domestiques, qui peuvent, dans certains cas, être rapprochés de vrais foyers ou fours, même si parfois certains de leurs éléments les en distinguent. Si quelques autres fragments de terre cuite pourraient être classés dans cette catégorie, il n’y a cependant pas de certitude absolue.

752Les maquettes de four dont le contexte est connu proviennent des niveaux du NR. Trois autres ont été trouvées en surface ou n’ont pas d’associations connues. Elles dateraient toutes du NR.

Technique et forme

753Il s’agit de maquettes en pâte rouge ou brune à surface rouge ou grise égalisée, contenant un dégraissant minéral moyen (ou gros), dans un cas des cailloux (pl. 73 et 90, objet sans numéro). Celles-ci sont constituées à l’origine d’un socle et d’une superstructure qui a généralement été arrachée ; le décor incisé ou peint couvre toutes les faces, exception faite du dessous. Des fragments de socle ou de superstructure sont conservés, permettant parfois de restituer l’ensemble du four.

  • 380 Deshayes 1974 ; R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 50-52, et Prévost-Dermarkar 2002.

754Les maquettes imitent de vrais fours ou foyers, qui ont été trouvés en nombre important dans différents niveaux à Dikili Tash et classés selon des types380. Lorsque cela est possible, cette typologie, fondée principalement sur la forme de la chambre à cuire et de la sole, est également retenue pour les maquettes.

Type ovale

  • 381 Deshayes 1974, p. 86, fig. 24-25.

755Le premier type est représenté par un seul objet (sans numéro) et correspond aussi au premier type de four du NR de J. Deshayes. La sole est arrondie à l’arrière, les longs côtés s’écartent l’un de l’autre d’arrière en avant et la plage antérieure est élargie. Les traces de l’arrachement de la superstructure ont une forme trapézoïdale aux angles arrondis. Ce modèle a été trouvé hors sondages et publié par J. Deshayes381.

Type rectangulaire ou trapézoïdal

  • 382 Voir supra, n. 380 ; Koukouli-Chryssanthaki, Treuil, Malamidou 1996, p. 691, pl. VId (secteur grec) (...)
  • 383 Deshayes 1974, fig. 22 et 23 (en haut à gauche) et p. 86.
  • 384 Ibid., p. 89.

756Les maquettes qui imitent ce type de four382 de plan rectangulaire, côtés légèrement convergents vers l’avant, sole légèrement concave dépassant l’ouverture du four, et plage avant suivant l’alignement des longs côtés, ont également été publiées par J. Deshayes383. M 766 montre un arrachement près de la chambre de chauffe et devant l’ouverture supposée du four ; il devait exister ici un objet inconnu qui pourrait, selon J. Deshayes son inventeur, être une figurine plutôt qu’une meule384. M 766 provient du carré X 30, d’un niveau caractérisé par un mélange de tessons de type Marica et Gumelnița, et M 525 du carré W 29, niveau 8.

Type semi-circulaire

  • 385 Selon J. Deshayes, ibid., il appartiendrait au type de « four à blé » (no 12 du carré X 29), datant (...)

757M 331 découvert dans le carré X 30, sous le niveau 2, est le plus récent des modèles de four trouvés en stratigraphie. Ce qui devait être la chambre de chauffe, à en juger par les traces de l’arrachement, avait une forme semi-circulaire ; la sole dépassait légèrement l’ouverture en remontant. Ce four était donc perpendiculaire à l’orientation des longs côtés385. Selon J. Deshayes, le prototype de cette maquette devait être situé dans une cour.

Inclassables

Socles (?)
  • 386 Ibid., fig. 23 en bas, et p. 86.

758Six fragments de plaques en terre cuite pourraient provenir de la sole de maquettes de four : M 526 (pl. 90), trouvé sous le niveau 4 de X 30386, M 633 (pl. 72), trouvé sur le niveau 6 de X 29, M 1818, sans associations connues, et M 649 (pl. 72), extrait de la couche de surface du sondage AA29, décorés de motifs incisés, ainsi que M 1284, décoré au graphite et découvert en W 29, niveau 8, et M 1768, sans décor, provenant du niveau 9 du même carré. Leurs dimensions maximales conservées paraissent correspondre à celles des autres maquettes de four. L’un de leurs longs côtés n’est jamais décoré, les côtés étroits le sont souvent. Un seul fragment ne porte pas de décor ; il présente une face plane, l’autre légèrement convexe. L’appartenance de ces maquettes au type ovale de four est à exclure, l’extrémité du socle conservé étant plutôt rectangulaire.

Superstructures (?)
  • 387 Au NM, il s’agirait de montants formant la carcasse de bois recouverte d’argile : Deshayes 1974, p. (...)
  • 388 Deshayes 1974, fig. 14.

759Trois fragments pourraient provenir de la superstructure de la chambre de chauffe de maquettes de four (pl. 90). Celle des fours réels est parfois signalée par des restes d’argile brûlée et des fragments d’enduit387. Les objets M 1296 (provenant de W 29, sous le niveau 8) et M 1298 (pl. 73 ; W 30, niveau 5) représenteraient la partie supérieure de la superstructure – une voûte plane sur parois verticales. Le troisième fragment, moins incomplet (M 748), semble présenter des caractéristiques analogues à celles des fragments précédents. A priori, il ne s’agit pas de maquettes de registres (systèmes de régulation du tirage) de cheminée, comme celui trouvé à Dikili Tash à proximité d’un four (qui aurait par conséquent une voûte percée d’un évent et pourvue d’une cheminée), datant de la dernière étape de la phase Gumelnița388.

Décor

760Le décor, qui peut couvrir la superstructure, ne laisse libre que la face inférieure des modèles. À l’exception de M 748 et M 1284, décorés au graphite, et de M 1298 (pl. 73) et M 1768, fragments sans ornement, les autres socles de maquettes de four portent un décor incisé. Deux des trois fragments conservés de la superstructure de la chambre de chauffe portent un décor au graphite ou incisé (M 748, M 1296).

761M 766 (pl. 72 et 90) est orné dans le style Marica : ses deux longs côtés portent, dans un espace délimité par des incisions formant un rectangle, des motifs triangulaires à deux côtés concaves garnis d’un point ; le dessous est couvert de hachures fines et parallèles (verticales) ; le troisième côté conservé, le côté étroit, également encadré par des incisions, porte un motif de triangles hachurés opposés, délimitant entre eux un zigzag en négatif.

762L’exemplaire sans numéro (pl. 73 et 90) est décoré de lignes parallèles incisées sur ses longs côtés et d’une spirale sur le côté étroit conservé. Les maquettes M 526 (pl. 72 et 90) et M 649 (pl. 72) sont ornées de lignes incisées parallèles délimitant entre elles des losanges pointés. M 525 (pl. 72) porte des lignes parallèles formant des motifs curvilignes, dont l’intérieur est parfois pointé. La maquette M 331 (pl. 90 et G) porte un décor de spirales incisées et de points profonds, le fragment de superstructure M 1296 un décor de zigzags parallèles incisés.

763Des lignes droites parallèles qui se croisent sur la face supérieure et des zigzags sur les côtés constituent le décor au graphite de la maquette M 1284. Celui de la superstructure M 748 est formé de spirales des deux côtés.

Évolution et provenance

  • 389 « Four à blé » de J. Deshayes ? Cependant, son prétendu original, le four no 12, a été mis au jour (...)

764Les modèles proviennent de couches du NR, surtout des phases ancienne et moyenne (DT II A et B), des carrés X 29, sous le niveau 6 (M 633), X 30, sous les niveaux 2, 4, 8 (M 331, M 526, M 766), W 29, sous les niveaux 7, 8 et 9 (M 525, M 1284, M 748, M 1296, M 1768), W 30, niveau 5 (M 1298), et de la surface du sondage AA 29 (M 649). Par ailleurs, une maquette sans numéro a été trouvée hors sondages ; une dernière (M 1818) est sans association connue. Le modèle du type majoritaire trapézoïdal ou rectangulaire M 766, décoré dans le style Marica, provient donc d’un niveau (8) ancien du NR, dans lequel des tessons de style Marica et Gumelnița sont mélangés. Or, du même carré X 30, mais de la phase finale du NR, provient M 331, qui est décoré dans le style Gumelnița (comme la majorité des autres modèles incisés) et qui seul appartient au type semi-circulaire389.

765Les prototypes de nos maquettes, appartenant au NR, proviennent des carrés W 29 (angle N-E, à 4,57 m, niveau 8), W 29 (partie sud, à 5,12 m, niveau 7) et X 30 (partie ouest, à 5,28-5,36 m, niveau 5 ?). En comparant du point de vue chronologique les types de maquettes de fours aux originaux, nous constatons que le même type de four réel et de four miniature est représenté dans des phases différentes et qu’inversement des types différents se rencontrent pendant la même phase : en bref, ils se recoupent et coexistent. Néanmoins, il y a des maquettes pour lesquelles on ne connaît pas de prototype ; il pourrait s’agir de types de fours ou de foyers plus anciens ou d’un dispositif domestique inconnu.

  • 390 Sitagroi 1, fig. 8.20 a et b ; Sitagroi 2, pl. 11.26-28.
  • 391 Blennow 1987, p. 80, no F10, fig. 43.
  • 392 Detev 1968.
  • 393 Georgiev, Angelov 1957, fig. 37, 2. Voir Todorova 1978, pl. IX, no 3.

766Des maquettes de four sont attestées sur d’autres sites au NR/Chalcolithique. Certaines sont de types similaires à ceux de Dikili Tash : le four sur socle indépendant et le four appartenant à la maquette de maison de Sitagroi390, un fragment probable de Paradisos391, deux modèles du musée de Plovdiv (de Bikovo et Debar)392. Ces maquettes ont pu également être appliquées sur des vases et servir d’anses, comme à Ruse393.

  • 394 Koukouli-Chryssanthaki, Treuil, Malamidou 1996, p. 688 et 700, fig. 6.
  • 395 Ibid., p. 692.

767Datant du début du NR394, un four ovale à coupole, avec un prolongement de l’ouverture vers l’avant, a été découvert à Dikili Tash, non loin du four 600, associé à un bucrane. Des fours à coupole à ouverture semi-circulaire et à petite plate-forme rectangulaire vers l’avant datent de DT II (secteur grec) ; la sole des fours est un peu surélevée par rapport au niveau du sol des maisons395.

  • 396 L’ouverture a souvent la même forme : voir Todorova et al. 1983, pl. 60, no 14 ; Gaul 1948, pl. XXX (...)
  • 397 Tringham 1971, p. 162.
  • 398 À Ruse, Georgiev, Angelov 1957, fig. 37, 2 (anse en forme de four) ; voir aussi Todorova 1978, pl.  (...)

768Il est difficile de toujours distinguer les petites maquettes de maison fermées des maquettes de four396. Selon R. Tringham397, seuls les modèles avec un toit en berceau sont des fours. Or, nous rencontrons dans la culture de Kodžadermen-Gumelnița-Karanovo VI des maquettes avec un toit en bâtière qui pourraient représenter des fours ou des maisons398. Les fragments de superstructure (?) de maquettes de four de Dikili Tash appartiennent aussi à cette catégorie. La superstructure des maquettes étant perdue, à l’exception de celle de type semi-circulaire, en partie conservée, nous ne pouvons pas être certains de la forme d’origine de la chambre de chauffe correspondant aux socles. En tout cas, les chambres de chauffe des maquettes des types majoritaires de Dikili Tash n’étaient pas orientées perpendiculairement aux longs côtés du socle – comme l’unique maquette de type semi-circulaire ou comme les fours miniatures de Sitagroi – mais parallèlement à eux.

Contexte et utilisation

  • 399 Marangou 1992a, p. 20.

769Les informations concernant le contexte et l’emplacement exact des modèles font défaut. Nous savons simplement que des cendres étaient associées à M 1296 et M 1284, de la terre brûlée à M 331 et que la présence d’un foyer ou d’un four est attestée dans le même niveau que M 1284 et M 1768399. Il n’est donc pas impossible que ces maquettes se soient trouvées à l’origine près de foyers ou de fours réels, mais rien ne permet de le confirmer.

  • 400 Deshayes 1974, p. 76.

770Le dessous des socles des maquettes n’est pas décoré, mais est égalisé : cette face n’était pas destinée à être visible, les maquettes étant posées sur elle. Les fours réels sont quant à eux souvent surélevés par rapport au niveau du sol. Certains sont appuyés contre un mur400, comme de nombreux exemples balkaniques de la phase Karanovo VI le démontrent. Le soin apporté à la décoration et au façonnage des maquettes indique que les personnes qui les ont fabriquées leur attribuaient de l’importance sans doute liée au grand nombre de fours réels découverts à Dikili Tash et au rôle que ces dispositifs devaient jouer dans la vie quotidienne.

771L’échelle de ces maquettes est la même que celle de certaines figurines humaines ou de meubles miniatures trouvés également sur le site ; or, dans quelques cas, des fragments de maquettes proviennent des mêmes niveaux que des figurines anthropomorphes semi-assises fragmentaires (par exemple le four M 525 et la figurine masculine M 491 dans le niveau 7 de W 29 ; le four M 526 et la figurine féminine M 419 sous le niveau 4 de X 30).

Conclusions

772Les nombreuses maquettes de four ont généralement été mises en valeur : elles sont presque toutes décorées. À Dikili Tash, ce sont des objets indépendants, tandis que sur d’autres sites le four faisait partie intégrante des maquettes de maison ouvertes. Ces maquettes n’étaient donc peut-être pas destinées à être placées à l’intérieur d’une maquette de maison.

3.3. Maquettes de maison (?)

3.3.1. Néolithique Récent (Dikili Tash II)

M 1290 (pl. 73)

773Dimensions : h. max. 9,6 ; L. max. 6,4 ; l. max. 6,2 ; ép. parois 1-1,3.

774Provenance : X 29, sous le niveau 12.

775Description : deux fragments de maquette de maison (?). Pâte de couleur brun crème contenant un dégraissant calcaire moyen. La surface est brute. Les deux parois formant un angle sont brisées dans leur partie inférieure. La partie supérieure (?) se terminait par un bord légèrement aplati d’un côté, étiré de l’autre. Le bord de l’angle est arrondi. Sur l’une des deux parois, à 7,5 cm du bord et 1,5 cm de l’angle, on voit une fente très légèrement oblique, à bord biseauté, qui continuait sur une longueur de 2,7 cm (presque complète). Côté intérieur, dans l’angle, à 2,2 cm du bord, on distingue un arrachement longitudinal. Sans décor.

 

776Deux fragments contigus provenant d’une maquette de maison (?) en terre cuite brun crème, à dégraissant minéral moyen, à surface non traitée, qui ne nous permettent pas de reconstituer entièrement l’objet, proviennent d’un niveau mélangé Néolithique Moyen/Récent ; les parties conservées forment deux parois à angle plus ou moins (mais pas complètement) droit, qui comportaient une ouverture à l’origine ; le côté intérieur de l’angle présente une sorte de bourrelet (pl. 73, M 1290).

  • 401 Sitagroi 1, fig. 8.20a ; Sitagroi 2, pl. 11.26.
  • 402 Gallis 1985.
  • 403 Todorova 1976.
  • 404 Marangou 1992b, en part. pl. 3, 12.
  • 405 Hourmouziadis 1969.
  • 406 Theocharis 1973a, fig. 10, 46 et 47.
  • 407 Gimbutas 1982, fig. 41.
  • 408 Dumitrescu 1968 et 1973.
  • 409 Popov 1916-1918, fig. 136.
  • 410 Gimbutas 1982, fig. 22.
  • 411 Grammenos 1997, pl. 24 : 381-382 ; Marangou 1997b, p. 251 ; voir un objet de Thermi, Marangou 1992b (...)
  • 412 Selon Koukouli-Chryssanthaki, Treuil, Malamidou 1996, p. 694-695. La maison 3 aurait, par contre, p (...)

777Il faut apparemment exclure la possibilité que ce fragment appartienne à un modèle de maison ouvert, comme ceux de Sitagroi401, Platia Magoula Zarkou402, Ovčarovo403 ou, peut-être, Thermi404. Malheureusement, on ne peut affirmer qu’il s’agit d’une partie du toit à ouverture d’une maquette de maison, ou bien d’une partie des murs, avec une ouverture latérale. Des maquettes de maison comportant une ouverture sur le toit sont attestées tant en Thessalie (Krannon)405 qu’en Grèce Centrale (Chéronée, Myrrini, Voivi)406 dès le NM, mais aussi à Porodin407. Des ouvertures latérales en guise de fenêtres ou de portes sont également courantes, comme sur certains des modèles précités, mais encore, entre autres, à Cascioaˇrele408, Kodžadermen409 et Izvoarele410. Un toit décoré indépendant, fragmentaire, sans ouverture, provient de Dimitra411 ; il forme un angle d’environ 130°, sans prendre en compte le faîte, qui forme, lui, un angle de 60°. L’angle du fragment de Dikili Tash fait approximativement 97°. Or, la maison 4 datant du NR (DT II, secteur grec) avait probablement un vrai toit en bâtière412.

778Les fragments proviennent du carré X 29, sous le niveau 12, datant du début du NR. Ce niveau d’habitation à terre brûlée contenait des trous de poteau et un four ou foyer. Quelques maquettes de meubles (M 1291, M 1293) et un « vase plein » (M 1268) ont été découverts dans ce même niveau.

3.3.2. Bronze Ancien (?) (Dikili Tash III)

M 642 (pl. 73 ; pl. 91)

779Dimensions : h. cons. 4,5 ; l. cons. 11 ; ép. 1.

780Provenance : Q 24, niveau 12 ou sous le sol 11, recollé avec un fragment des sols 9-10, sud.

781Description : fragments de maquette de maison (?). Terre cuite brun foncé à cœur gris foncé, à gros dégraissant minéral ; surface gris noir côté intérieur, rougeâtre côté extérieur. L’objet a la forme d’une plaque légèrement incurvée et se termine sur deux côtés par un bord plus ou moins perpendiculaire. Celui-ci forme une saillie à l’angle des deux côtés consécutifs conservés et porte une perforation oblique de haut en bas (trou situé plus haut et de diamètre plus large côté intérieur), à travers la paroi, près de cet angle, à 2,2 cm du bord supérieur et 1,6 cm du bord latéral.

782Décor : le décor est incisé. La surface convexe est décorée de panneaux verticaux délimités par des lignes verticales incisées, alternativement remplis (à partir de la droite) de zigzags (un panneau), de pointillés (un), de hachures obliques (deux), de pointillés (deux), de hachures obliques (trois), de pointillés (un), un panneau restant lisse, un dernier avant la cassure portant des hachures obliques inversées ou, plutôt, des zigzags. La surface concave est décorée de lignes horizontales pointillées, interrompues par un panneau vertical délimité par deux lignes verticales incisées, rempli de hachures qui s’entrecroisent en formant des croisillons à mailles larges. La tranche porte aussi des lignes et des pointillés.

783Publication : Deshayes 1970a, p. 29 et fig . 15-16 ; Séfériadès 1985b, pl. XVII, 1-2 ; Marangou 1992a, fig . 93b-c.

 

  • 413 Deshayes 1970a, p. 29, fig. 15-16.
  • 414 Deshayes 1970a cite Banner 1956, pl. XXIV, 29 (district de Baranya), p. 167, pl. CXVIII-CXIX, pl. I (...)

784Deux fragments jointifs d’une maquette de maison, publiée par J. Deshayes413 et dont il a comparé le décor à des combinaisons de motifs de la céramique de Pécel414, ont été trouvés dans des niveaux du BA I. Les fragments proviennent plus précisément du carré Q 24, des niveaux 12 (ou sous le sol 11) et 9-10.

  • 415 Séfériadès 1985a, p. 228, fig. 15-16.

785Il s’agit probablement d’une partie de maison comportant une ouverture (porte ?). La pâte est brun foncé à surface gris foncé et à gros dégraissant minéral. Le décor couvre les deux faces et la tranche et pourrait imiter un mur en torchis (M 642)415. Le bord forme une saillie près de l’angle conservé et porte une perforation à travers l’épaisseur. L’orientation de ce fragment est problématique : l’ouverture pouvant représenter la porte montrerait qu’il était dépourvu de toit ou de fond (ou du moins le toit ou fond n’était pas fixé sur les parois).

  • 416 TodoroviĆ 1970.
  • 417 Voir supra, p. 105-106.

786On pourrait rapprocher cette maquette du modèle postérieur de Karaburma près de Belgrade416, à décor incisé du groupe de Žuto Brdo, auquel appartient aussi la figurine M 13 trouvée à Dikili Tash dans des niveaux du BA417.

3.4. Divers

787Dans cette rubrique ont été regroupés des objets en terre cuite de dimensions réduites qui, du fait de leur caractère unique, de la difficulté de les identifier ou de leur état fragmentaire, ne pouvaient être classés dans aucune des catégories précédentes. À plus forte raison, toute tentative d’interprétation doit rester de l’ordre de l’hypothèse, même si certaines éventualités ne sont pas à exclure. Les parallèles ne sont pas aisés à invoquer, car ce type de matériel est habituellement passé sous silence dans les publications.

3.4.1. « Vases miniatures » pleins

M 1268 (pl. 73)

788Dimensions : h. max. 3,6 ; diam. max. 3,65 ; diam. bord 1,2 ; diam. base 1,9.

789Provenance : X 29, altitude 3,95 m (NM/NR).

790Description : objet presque complet en forme de vase miniature plein, biconique ou piriforme. Pâte rougeâtre, contenant un peu de gravier, à surface non travaillée. La panse est globuleuse aplatie, le pied plat assez large et court. Le col en partie cassé devait être cylindrique. L’intérieur est creux et pourrait contenir un ou plusieurs cailloux.

M 767 (pl. 73)

791Dimensions : h. max. 4,6 ; diam. max. 3 ; diam. bord 1,4 ; diam. base 1,4.

792Provenance : W 30, niveau VI.

793Description : objet complet en forme de vase miniature plein biconique ou doublement piriforme. Pâte jaunâtre, à dégraissant minéral fin. Panse globuleuse, col et pied cylindriques.

 

794Deux objets en terre cuite rougeâtre ont la forme de vases miniatures piriformes, pleins, sans ouverture. Ils ont un pied large et un col cylindrique. L’un d’eux au moins était creux et contenait un petit objet, peut-être un caillou (M 1268, M 767). Ils proviennent des carrés X 30 (niveau mélangé NM/NR) et W 30, niveau 6 (NR).

  • 418 Gimbutas 1982, fig. 154.
  • 419 Ibid., fig. 202 ; M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.60 et 9.98, nos 156 et 155 (Sitagroi phase I (...)
  • 420 Detev 1950, fig. 32.
  • 421 Niveau C : Nikolov 1974, fig. 89, en bas, à gauche.

795Parmi les objets qui pourraient être rapprochés des « vases pleins » de Dikili Tash, on pourrait citer les « hochets » de Vykhvatintsi (Moldavie) de la culture Cucuteni418 et les « figurines en forme de bouteille » de Sitagroi419, ainsi qu’un objet incisé de Banjata420. Un autre objet en forme de toupie, de hochet ou de vase plein à tête de figurine provient de Gradešnița (Chalcolithique)421. La/les fonction(s) de ces objets reste(nt) encore à étudier.

3.4.2. Anneaux

M 413 (pl. 73 ; pl. 91)

796Dimensions : h. max. 1 ; diam. max. 3.

797Provenance : W 29, sous le niveau 4.

798Description : anneau formé à partir d’un boudin aplati replié, irrégulier. Pâte grise grossière, à dégraissant minéral moyen (et gravier) ; surface grisâtre crème, avec quelques zones noires.

799Publication : Marangou 1992a, fig . 80e.

M 414 (pl. 73 ; pl. 91)

800Dimensions : h. max. 1,5 ; diam. max. 3,5.

801Provenance : W 29, sous le niveau 4.

802Description : voir supra, M 413.

803Publication : Marangou 1992a, fig. 80f.

M 451 (pl. 73 ; pl. 91)

804Dimensions : h. max. 1,9 ; diam. max. 3,7.

805Provenance : W 29, sous le niveau 4.

806Description : voir supra, M 413.

 

  • 422 Voir infra, p. 155.

807Il s’agit de trois objets provenant d’un niveau du NR : M 413, M 414 et M 451 (pl. 73 et 91). Ils ont été façonnés à partir d’un boudin aplati replié, très irrégulier ; il n’y a pas de décor. Leur fonction est inconnue. Or, les trois anneaux ont été trouvés dans le même niveau (W 29, sous le sol 4) dont deux dans une même zone, au voisinage de trois fragments de figurines animales du type A (une tête, une patte et une patte avec partie de l’avant-train), d’un vase zoomorphe, de perles et du disque décoré M 416 (pl. 91)422.

  • 423 Voir, par exemple, Schmandt-Besserat 1978 et 1979 ; Marangou 2001a.
  • 424 Ibid., fig. 8-9.
  • 425 Sitagroi 2, p. 242 (phases II et V), fig. 6.23, pl. 6.8a-c (diam. ext. 4,7-8,7 cm ; int. 1,6-2,3 cm (...)
  • 426 Carington Smith 2000, p. 223-227 et pl. 4.20, phase IV, fin du NM (diam. ext. 3,4-6 cm ; diam. int. (...)
  • 427 Chohadzhiev 2007, p. 126.

808Faute d’indices convaincants et de matériel suffisant, nous ne pouvons pas, pour l’instant, vérifier l’éventualité d’une fonction « utilitaire » pour ces objets, telle que, par exemple, l’enregistrement de faits ou de calculs, comme en témoignent au Proche-Orient des objets de formes très diverses423. On peut cependant noter que si l’on superpose ces trois anneaux en ordre décroissant, ils s’articulent et forment une pile, le plus petit en haut424. D’autres utilisations ont été proposées : poids annulaires, bases de vase (mais les anneaux sont alors plus grands et mieux faits)425, poids de métier à tisser ou poids de pêche, trouvés groupés en nombre426, ou encore « boutons »427.

  • 428 Par exemple, Detev 1950, p. 5, fig. 10.
  • 429 Voir les anneaux de Ruse, généralement bien modelés : Georgiev, Angelov 1952, pl. XVIII.
  • 430 Todorova et al. 1975, t. 87.
  • 431 Georgiev et al. 1979, f. 203 à la p. 406, et p. 541.
  • 432 Schmidt 1945, pl. 23, no 9 et p. 198.

809Nous devons probablement écarter la possibilité qu’il s’agisse d’éléments d’une parure (à moins de prétendre que des enfants aient fabriqué des bracelets miniatures en imitant les vrais bracelets en spondyle trouvés sur le site). Il existe des bracelets (et des pendentifs) en terre cuite428, mais dans ce cas la fabrication est soignée et le diamètre bien supérieur à 3 ou 4 cm429. Si nous ne nous réfugions pas dans la solution de l’objet cultuel, il ne reste que l’hypothèse des jouets ou des jeux qui, pour le moment, est indémontrable. Nous devons néanmoins rappeler que ces anneaux semblent avoir certains points en commun avec les figurines animales du type A, par l’aspect, la pâte et la provenance. Il n’est pas exclu qu’il s’agisse en fait de résidus de fabrication de figurines de ce type. Les parallèles plus ou moins contemporains et publiés sont rares, mentionnons les objets provenant de Goljamo Delčevo430 et d’Ezero431, ainsi qu’une pile de disques pétris, non cuits, en argile, provenant d’une fosse de Vučedol432.

3.4.3. Disque décoré

M 416 (pl. 91)

810Dimensions : diam. 4,5 ; ép. max. 0,6.

811Provenance : W 29, sous le niveau 4.

812Description : disque plat de forme presque circulaire. Pâte brun rosâtre, à fin dégraissant minéral.

813Décor : cannelures verticales sur l’épaisseur et lignes incisées en spirale ou « labyrinthe » formé par des S imbriqués anguleux et curvilignes.

814Publication : Marangou 1992a, fig . 80d.

 

  • 433 Dikili Tash I, 1, p.124.

815Cet objet unique, M 416 (pl. 91), est fabriqué de la même façon que les pesons de fuseau433. Il s’agit d’un disque plat, à peu près circulaire, à cannelures verticales sur la tranche, donnant l’aspect d’une roue dentée. Sur les deux faces, des lignes incisées composent un motif spiraliforme ou ayant l’allure d’un « labyrinthe » formé par des S imbriqués, anguleux et curvilignes.

  • 434 Voir supra, p. 129.

816Ce disque, unique pour le moment à Dikili Tash, a été découvert dans le carré W 29, sous le sol 4 du NR, dans la zone qui a fourni aussi des fragments de figurines animales, un pied de vase zoomorphe, des perles et deux anneaux en terre cuite, le troisième ayant été trouvé un peu plus loin434.

  • 435 Dikili Tash I, 1, pl. 152d, 202d-f.
  • 436 Dikili Tash I, 1, pl. 155d, 203a.
  • 437 Garašanin, Simoska 1976, p. 29, pl. IX, no 31 (niveau 5, période I).
  • 438 Chohadzhiev 2007, p. 126.

817Le bord denté du disque caractérise, outre des pesons de fuseau435, certaines maquettes de mobilier. On serait donc enclin à attribuer à l’objet un caractère décoratif plutôt qu’une fonctionnalité imprécise, d’autant plus que l’objet en question n’est pas perforé : il en serait peut-être autrement s’il avait pu servir de roue. Par ailleurs, le motif se répète sur les deux faces, qui devaient donc être vues indistinctement. Une utilisation comme pintadera (tampon pour peinture corporelle) paraît exclue du fait qu’il s’agit d’un positif ; d’ailleurs, les incisions, légères, ont été tracées avec un outil fin et sont beaucoup moins marquées que celles qui couvrent certaines maquettes (par exemple de four ou de table) ou certains pesons de fuseau. Le motif de chaque face semble constituer un ensemble, en contraste avec la fusaïole M 295436 qui porte des signes distincts. Un disque non perforé, à motifs linéaires incisés, proche de l’exemplaire de Dikili Tash, provient de Šuplevec437 ; d’autres ont été trouvés à Slatino438.

  • 439 Gorce 1974 ; Winn 1981.
  • 440 Gorce 1974, p. 26.
  • 441 Par exemple, Gimbutas 1974, surtout p. 86-87.
  • 442 À titre indicatif, de nombreuses fusaïoles, dont celle de Dikili Tash (Dikili Tash I, 1, pl. 155d e (...)
  • 443 Voir note précédente, ainsi que Todorova 1978, t. 31, no 8. Disque perforé : Nikolov 1986, fig. 14, (...)
  • 444 Voir supra, p. 154.

818En fait, cet objet énigmatique doit nécessairement être comparé aux divers témoignages de « pré-écriture »439 néolithique. De nombreux symboles, « mnémonigrammes »440 ou « signes » écrits441, isolés ou en groupe faisant partie d’un ensemble, ont été incisés sur des supports variés : fonds de vases, fusaïoles, figurines, vases en miniature, objets en os, moins souvent sur des plaquettes ou « tablettes »442 ou même des disques443. Dans ce dernier cas, les symboles couvrent l’une ou les deux faces. D’un autre côté, on ne peut écarter les jetons en forme de disque simple, décoré ou même perforé, du Proche et du Moyen-Orient. À partir du Néolithique, ils servaient, parmi d’autres objets de formes multiples, à des opérations de calcul ou d’enregistrement444.

  • 445 Voir Marangou 2001a.

819Il est certain que tout cela n’est pour l’instant que pure supposition. Cependant, en tout état de cause, parmi toutes les voies qui restent encore ouvertes à l’interprétation, l’hypothèse d’un témoignage de communication ou de mémorisation nous paraît tentante445.

3.4.4. « Pastilles »

M 1239

820Dimensions : 1,9 × 1,6 × 0,75.

821Provenance : X 30, niveau NM, déblais.

822Description : pastille craquelée, de forme elliptique. Terre cuite brune.

M 1264

823Dimensions : diam. 4,5 × 3,8 ; ép. 0,6.

824Provenance : X 30, niveau 10.

825Description : plaquette ou pastille discoïdale aplatie en partie usée. Pâte rouge brun gris, à dégraissant minéral moyen, portant des empreintes digitales.

 

826Cette catégorie comprend deux très petits objets, l’un en terre cuite brune craquelée de dimensions 1,6 × 1,9 × 0,75 cm (M 1239), l’autre rouge brun portant des traces d’empreintes digitales (M 1264). Les deux ont une forme discoïdale aplatie (« pastilles »).

  • 446 Comme par exemple une maquette de table sur laquelle sont modelés des « pains », à Sitagroi : Sitag (...)
  • 447 Voir Sitagroi 2, p. 412-413, fig. 107 décorés, phase Sitagroi II.

827Il n’est pas impossible que ces objets constituent des vestiges de la fabrication de la céramique et qu’ils aient été façonnés par hasard. Toujours est-il que M 1239 fait penser aux maquettes de pain446 et que ces deux objets ont pu servir de jetons de calcul ou de pions de jeu447 : il suffit de donner libre cours à son imagination pour trouver d’innombrables possibilités d’interprétation.

828M 1239 provient du carré X 30, des déblais d’une couche du NM ; M 1264 du même carré, niveau 10 (début du NR).

3.4.5. Parallélépipède décoré

M 1285 (pl. 91)

829Dimensions : L. max. 9,9 ; l. max. 3,2 ; ép. max. 2,3.

830Provenance : X 30, entre niveaux 6 et 7.

831Description : fragment d’objet qui a la forme d’un parallélépipède allongé qui se rétrécit vers l’une des deux extrémités, qui sont brisées. Pâte fine de couleur brun gris à dégraissant ; surface brun gris noircie, lissée. Les deux côtés les plus larges sont légèrement convexes et sur l’un d’eux on voit un trou transversal, profond de 1 cm, à une distance de 1 cm de l’arête.

832Décor : des encoches parallèles, perpendiculaires à la longueur, décorent les quatre longues arêtes. Traces de décor au graphite.

 

  • 448 Voir, par exemple, Leroi-Gourhan 1964, p. 262-264, et Leroi-Gourhan 1965, p. 216-217. Voir aussi Ch (...)
  • 449 Voir Marangou 2001a.
  • 450 Voir infra, p. 167.
  • 451 Detev 1950, fig. 32 b, c.

833l’objet M 1285 (pl. 91)est un parallélépipède allongé, rétréci vers l’une des deux extrémités et décoré au graphite. Les deux côtés les plus larges sont légèrement convexes ; sur l’un d’eux, on voit un trou profond de 1 cm. Des encoches parallèles perpendiculaires au sens de la longueur ornent les quatre longues arêtes. L’objet a été trouvé dans le carré X 30, entre les niveaux 6 et 7, et appartient au NR (début DT II B). Encore une fois, l’interprétation restant du domaine du conjecturel, nous notons cependant que le « décor » d’encoches parallèles sur des baguettes existe déjà au Paléolithique448 et serait selon certains lié à des manifestations d’un graphisme symbolique primitif449. Il faut pourtant remarquer que des encoches parallèles décorent aussi le bord de certaines jattes évasées simples (catégorie A4)450 de Dikili Tash. Entre autres parallèles, des plaques incisées proviennent de Banjata451, Bikovo, Ruse et Dikili Tash (musée de Kavala).

  • 452 Detev 1959, fig. 83, 11 et 86, 1-4 ; Detev 1960, fig. 48, 7-8.
  • 453 Detev 1965.
  • 454 Objet en forme de cylindre aplati, à décor incisé : Pantos 1987-1988 ; Marangou 2001a, p. 43, fig.  (...)
  • 455 Plaques décorées : Renfrew 1987, fig. 7 et 10 ; Sitagroi 2, fig. 10.3-10.5 ; p. 427, fig. 11.4. Cyl (...)
  • 456 Dumitrescu 1980, pl. LIII, 1-3.

834Plaques rectangulaires, objets oblongs et en forme de vase miniature, tous à décor incisé, provenant des sites bulgares de Plovdiv452, Bikovo, Ruse ou Kapitan Dimitrijevo présentent des ressemblances avec les vases miniatures pleins, le disque décoré ou le parallélépipède décoré de Dikili Tash. P. Detev453 a caractérisé ce groupe d’objets comme des « modèles de décoration ». D’autres objets de ce type ont été découverts en Grèce du Nord, en Thrace (Paradimi)454 et en Macédoine (Dimitra et Doxat-Tepe)455, et même beaucoup plus loin, à Rast456.

4. Les vases miniatures (graph. 5)

835Cette catégorie comprend des vases de petites dimensions qui peuvent généralement être rapprochés des types de la céramique trouvée sur le site, du moins en ce qui concerne les périodes DT I et II, pour lesquelles nous avons utilisé la typologie de la céramique des chapitres II et III du volume 2.

Graph. 5 — Évolution de la typologie et du nombre des vases miniatures de provenance connue, par phase, dans le secteur B 1.

Graph. 5 — Évolution de la typologie et du nombre des vases miniatures de provenance connue, par phase, dans le secteur B 1.
  • 457 Pour ces difficultés, voir Marangou 1992a, p. 3.

836Il a été parfois difficile de faire la distinction entre petits vases et vases miniatures457. Finalement, ceux qui ont été classés parmi les miniatures ne dépassent pas 9 cm de dimension maximale, tandis que des vases particulièrement petits (< 3 cm) pourraient être qualifiés de « microminiatures », tout comme les très petits meubles et figurines.

4.1. Néolithique Moyen (Dikili Tash I)

837Voir meubles en miniature

  • 458 Voir supra, p. 137-138.
  • 459 Voir Dikili Tash I, 2, pl. 7 et VII : 3-6.
  • 460 Ibid., p. 280, pl. 108, XXIX. 
  • 461 Voir supra, p. 133.

838Deux objets qui appartiennent à cette période, M 204 et M 1761 (pl. 70), pourraient également être classés parmi les meubles en miniature458. S’il s’agit bien de vases, ils représenteraient des bols à pied459. Un fragment de vase zoomorphe de très petites dimensions appartiendrait à un petit vase plutôt qu’à un vase en miniature (M 1628)460. Comme plusieurs figurines de cette période, les vases/meubles en miniature proviennent du carré X 29, niveau 14, qui date de la fin du NM461.

4.2. Néolithique Récent (Dikili Tash II)

M 8 (pl. 74)

839Dimensions : h. max. 3,2 ; diam. bord ext. 4,3, int. 2,5 ; diam. base 2,75 ; ép. max. parois 5,5 ; prof. récipient env. 2.

840Provenance : ?

841Description : jatte profonde à base presque plate, modelée grossièrement. Pâte rouge à traces grises, craquelée par endroits, à gros dégraissant minéral. L’intérieur est noir, l’extérieur rouge. Les parois sont très légèrement incurvées ; la lèvre, légèrement rentrante, est amincie.

M 9 (pl. 74)

842Dimensions : h. max. 1,4 ; diam. bord ext. 2,9 ; diam. base 2,05 ; ép. parois env. 0,35.

843Provenance : W 30, couche de surface.

844Description : jatte grossièrement modelée. Pâte rouge clair craquelée, peu cuite. Les parois sont légèrement concaves.

M 10 (pl. 74)

845Dimensions : h. max. 4,4 ; diam. bord 4,1 ; diam. base 3 ; diam. max. 5,2.

846Provenance : W 29, niveau 2.

847Description : jarre biconique grossièrement modelée avec une anse verticale cassée. Pâte rouge gris, à gros dégraissant minéral.

M 12 (pl. 74)

848Dimensions : h. 7,2 ; diam. bord ext. 5,3, int. 4,4 ; diam. base 4 ; ép. parois env. 0,5.

849Provenance : ?

850Description : cruche fragmentaire. Pâte brune fine, à fin dégraissant minéral ; surface rouge égalisée. L’intérieur n’est pas travaillé. Une anse verticale réunit le bord à la panse à mi-hauteur.

851Décor : traces de décor au graphite formant des lignes courbes parallèles.

M 14 (pl. 74)

852Dimensions : h. cons. 3 ; diam. bord ext. env. 6,7 ; diam. ext. base 2,6.

853Provenance : ?

854Description : écuelle. Pâte rouge noir à dégraissant minéral moyen à gros. Lèvre amincie.

M 31 (pl. 74)

855Dimensions : h. 3,5 ; diam. max. (bord) 5,3 ; diam. base 3,2.

856Provenance : ?

857Description : jatte grossière. Pâte rouge, à dégraissant minéral moyen. Le bord est irrégulier et la base légèrement convexe.

M 36 (pl. 74)

858Dimensions : h. 1,2 ; diam. max. (bord) 4,3 ; diam. base 2,9.

859Provenance : ?

860Description : fragment de jatte. Pâte gris rouge, à dégraissant minéral moyen. Base légèrement concave. Deux perforations horizontales sont disposées près du bord et parallèlement à celui-ci.

861Publication : Marangou 1992a, fig . 79b.

M 38 (pl. 74)

862Dimensions : h. 4,7 ; diam. bord 4,7 ; diam. base 2,6 ; diam. max. 6 ; ép. parois env. 0,3.

863Provenance : W 30, niveau I.

864Description : deux fragments de vase biconique. Pâte fine grise, à fin dégraissant minéral ; surface lissée. Profil anguleux. Fond légèrement concave et parois minces. Le diamètre maximal se situe à 1 cm de la base.

M 39 (pl. 74 ; pl. 91)

865Dimensions : h. 4,5 ; diam. bord 4,4 ; diam. base 3,4 ; diam. max. (sans l’anse) 5,1.

866Provenance : ?

867Description : fragment de vase de forme approximativement biconique. Une anse verticale est conservée. Pâte rouge grossière, à dégraissant minéral moyen. Des empreintes digitales à la surface. Les parois sont légèrement convexes, la base plate.

M 40 (pl. 74)

868Dimensions : h. 4 ; diam. bord ext. 3,8, int. 2,8 ; diam. base 2,35 ; diam. max. 4,7.

869Provenance : W 30, niveau 2 (?), berme.

870Description : jarre biconique. Les anses sont cassées. Pâte rouge flammée, à fin dégraissant minéral. Profil anguleux ; deux anses verticales placées sur le bord et la panse à son diam. max. ; petite base.

M 42

871Dimensions : h. 1,5 ; diam. max. (bord) 2,85 ; diam. base 1,3.

872Provenance : ?

873Description : jatte. Pâte jaunâtre rouge, à fin dégraissant minéral. Base plate. Deux perforations sont disposées horizontalement près du bord sur la partie conservée.

874Publication : Marangou 1992a, fig . 79a.

M 44 (pl. 74)

875Dimensions : h. 6,6 ; diam. bord ext. 3,25, int. 2,3 ; diam. base 2,3 ; diam. max. 6,7 ; ép. parois env. 0,5.

876Provenance : W 29, niveau 2.

877Description : jarre à deux anses verticales, dont l’une est cassée. Pâte noire à dégraissant minéral moyen ; surface égalisée. La forme est biconique avec une arête prononcée ; la base légèrement concave. Le col est vertical (bord ébréché), la lèvre étalée. Les anses, de section ronde, relient la base du col à la panse au niveau du diamètre maximal.

M 48 (pl. 74)

878Dimensions : h. 2,5 ; diam. bord 3 ; diam. base 2,3 ; diam. max. 3,3.

879Provenance : W 29.

880Description : jatte. Pâte rouge grossièrement façonnée, à dégraissant minéral fin à moyen. Base plate.

M 54 (pl. 74)

881Dimensions : h. 5,4 ; diam. base 2,1.

882Provenance : ?

883Description : vase biconique bien modelé dont une anse verticale est conservée, entre le bas du col et la panse. Pâte rouge noir à l’intérieur, à dégraissant minéral gros ; surface rouge noir. La base est plate, la lèvre légèrement arrondie.

M 62 (pl. 74)

884Dimensions : h. 1,75 ; diam. max. (bord) 1.

885Provenance : ?

886Description : fragment de jatte. Pâte grise, à fin dégraissant minéral. Base plate. Le bord porte des encoches donnant un aspect dentelé ; traces de matière blanche.

M 64 (pl. 75 ; pl. 91)

887Dimensions : h. 3,4 ; diam. bord ext. 3,2 ; diam. base 1,1 ; diam. max. 3,7.

888Provenance : W 29, niveau 2.

889Description : vase biconique presque complet. Pâte gris rouge, à dégraissant minéral moyen. La panse est bombée, le bord est évasé. La base est légèrement concave. À l’intérieur, des cavités correspondent à l’emplacement des tenons à l’extérieur. Quatre paires de perforations sont situées juste sous le rebord.

890Décor : incisé avec une matière blanche incrustée. Deux lignes entourent le col, entre lesquelles quatre paires de petits traits verticaux correspondent aux perforations du col. Une zone, délimitée par la ligne incisée inférieure du col et une autre qui entoure le vase à 0,7 cm du fond, porte quatre tenons, perforés verticalement, décorés de deux cercles concentriques incisés qui sont joints par trois lignes obliques. Les perforations du bord se trouvent dans l’intervalle entre les tenons.

M 65 (pl. 75 ; pl. 91)

891Dimensions : h. 3,9 ; diam. bord ext. 3, int. 2,25 ; diam. base 2 ; diam. max. 3,5 ; l. max. (avec l’anse) 4,25.

892Provenance : W 30, entre niveaux III et IV.

893Description : cruche grossièrement modelée. Pâte gris jaunâtre, à dégraissant minéral moyen. Base plate. Une anse verticale arrondie réunit la panse (au niveau du diamètre maximal) et le bord. La lèvre est légèrement amincie.

M 66 (pl. 75)

894Dimensions : h. 2,6 ; diam. bord 2,7 ; diam. base 2,3 ; diam. max. 2,9.

895Provenance : W 29.

896Description : gobelet grossièrement façonné. Pâte rouge à dégraissant minéral moyen. Base légèrement convexe.

M 67 (pl. 75)

897Dimensions : h. env. 7,5 ; diam. bord ext. 7 ; diam. base 4,5 ; diam. max. env. 7.

898Provenance : ?

899Description : grand fragment de gobelet grossier. Pâte rouge brun, noire à l’intérieur et rouge en surface à cause de la cuisson, contenant de petits cailloux, craquelée ; surface approximativement égalisée. L’intérieur n’est pas travaillé.

M 72 (pl. 75)

900Dimensions : h. 2,2 ; diam. bord 2,15 ; diam. base 1,5 ; diam. max. 2,5.

901Provenance : ?

902Description : jatte ou gobelet. Pâte rouge, à fin dégraissant minéral. Base plate.

M 73 (pl. 75 ; pl. 91)

903Dimensions : h. 4,4 ; diam. bord 3 ; diam. base 2,25 ; diam. max. 4,2.

904Provenance : ?

905Description : vase biconique à une anse verticale. Pâte rouge clair fine, à dégraissant minéral gros. La base est plate. Des deux côtés du diamètre maximal, un décor obtenu par pincement de doigts.

M 74 (pl. 75)

906Dimensions : h. 3,1 ; diam. max. (bord) 6,45 ; diam. base 4.

907Provenance : ?

908Description : écuelle/jatte grossière. Pâte rouge, à dégraissant minéral moyen à gros. Base légèrement convexe. Traces d’empreintes digitales.

M 82

909Dimensions : h. 2 ; diam. bord ext. 3,2 ; diam. base 1,45.

910Provenance : W 29, sous le niveau 3.

911Description : écuelle. Pâte rouge noir à l’extérieur, brun à l’intérieur, à fin dégraissant minéral. Grossièrement modelée. Forme évasée.

M 84 (pl. 75)

912Dimensions : h. 3,4 ; diam. bord env. 8,5 ; diam. base 4,4 ; ép. parois 0,4-0,5.

913Provenance : ?

914Description : bol en plusieurs fragments. Pâte rouge à fin dégraissant minéral ; surface crème, égalisée à l’intérieur. Fond plat. Lèvre épaissie.

M 109 (pl. 75 ; pl. 91)

915Dimensions : h. max. 3,8 ; diam. bord 2,95 ; diam. base 2,3 ; diam. max. 4,2 (avec les tenons) ; ép. parois env. 0,35.

916Provenance : W 29, niveau 5.

917Description : vase biconique. Pâte gris rosâtre, gris rougeâtre à l’extérieur, à dégraissant minéral moyen. Fond plat, rebord vertical et lèvre évasée. À la hauteur du diamètre maximal, quatre mamelons pointus non perforés sont disposés sur la panse.

M 111 (pl. 75)

918Dimensions : h. max. 3,6 ; diam. base 1,8 ; diam. max. 3,7.

919Provenance : W 29.

920Description : vase biconique fragmentaire (manquent le bord et une partie de l’épaule ; traces d’anses verticales). Pâte rouge flammée fine, à dégraissant minéral fin à moyen. Base plate.

M 117 (pl. 75 ; pl. 91)

921Dimensions : h. max. 4,4 ; diam. bord ext. 2,2, int. 1,4 ; diam. base 1,1 ; diam. max. 3,6.

922Provenance : W 29, niveau 6.

923Description : vase biconique complet soigneusement modelé. Pâte gris noir, à dégraissant minéral fin à moyen. Le col est cylindrique et haut, la lèvre légèrement évasée. Base très légèrement concave.

924Décor : le décor incisé et incrusté d’une matière blanche couvre une zone de la panse délimitée par une incision horizontale à env. 0,8 cm de la base et trois autres à l’épaule. Motifs de chevrons parallèles en position alternée.

M 121 (pl. 76)

925Dimensions : h. max. 4,5 ; diam. base 2,5 ; diam. max. env. 5.

926Provenance : ?

927Description : fragment de vase biconique. Pâte rouge, à dégraissant minéral moyen ; surface gris noir. Base plate. Des traces d’empreintes digitales.

M 125

928Dimensions : h. max. 4,9 ; diam. base 3,2.

929Provenance : ?

930Description : vase biconique. Pâte gris rouge mal épurée, à gros dégraissant minéral ; surface noirâtre. Profil très marqué. Le fond est plat.

M 128 (pl. 76)

931Dimensions : h. max. 4,5 ; diam. bord ext. 4, int. 2,8 ; diam. base 4 ; diam. max. 4,7 ; ép. paroi env. 0,8.

932Provenance : X 29, niveau 10.

933Description : gobelet cylindrique. Pâte rouge noir, à dégraissant minéral moyen ; surface extérieure égalisée. Parois légèrement convexes. La base est plate, le bord rentré et la lèvre carrée, comme coupée à la lame.

M 152 (pl. 76)

934Dimensions : h. max. 1,8 ; diam. bord ext. env. 7,5 ; diam. base env. 3,8.

935Provenance : ?

936Description : fragment d’écuelle. Pâte brun rougeâtre, à gros dégraissant minéral. Parois très évasées.

937Publication : Marangou 1992a, fig . 79c.

M 160 (pl. 91)

938Dimensions : h. max. 3,5 ; diam. bord ext. 1,8 ; diam. base 1,1 ; diam. max. 2,5 ; ép. parois (col) 0,5.

939Provenance : ?

940Description : vase biconique soigneusement modelé. Pâte rouge, à dégraissant minéral moyen. Col cylindrique légèrement évasé ; base concave. Quatre mamelons sont situés sur la panse, à la hauteur du diamètre maximal. Quatre paires de perforations horizontales sont placées autour du bord, à 0,2-0,3 cm de celui-ci, dans les intervalles entre les mamelons.

941Décor : trois lignes incisées horizontales parallèles entourent la partie inférieure du col, deux autres la partie inférieure de la panse, délimitant la zone décorée. Des spirales incisées entourent les protubérances de la panse, des points sont visibles entre les spirales.

942Publication : Marangou 1992a, fig . 79j.

M 161 (pl. 76)

943Dimensions : h. max. 1,7 ; diam. bord 3 ; diam. base 1,6.

944Provenance : ?

945Description : écuelle. Pâte brune, à dégraissant minéral moyen ; surface gris rouge. Base plate ; parois évasées. La lèvre est amincie. Une perforation horizontale (avec des traces d’une seconde) est conservée à 0,2 cm du bord. Quelques cassures sur le bord irrégulier.

M 165 (pl. 76)

946Dimensions : h. max. 5 ; diam. bord 7,1 ; diam. base 3,3 ; diam. max. 7,7 ; ép. lèvre env. 0,4.

947Provenance : ?

948Description : fragment de bol. Pâte fine flammée, à dégraissant minéral fin ; surface égalisée à l’intérieur et à l’extérieur. Fond plat ; épaule marquée ; col légèrement rentrant et lèvre biseautée vers l’intérieur.

M 172 (pl. 76)

949Dimensions : h. max. 1,6 ; diam. bord 1,4 ; diam. base 2 ; diam. max. 1,95 ; ép. parois env. 0,4 ; ép. fond env. 0,7.

950Provenance : X 30, niveau 8.

951Description : vase irrégulier ressemblant à un gobelet cylindrique. Pâte rouge clair à dégraissant minéral moyen blanc ; surface extérieure noircie. Parois légèrement rentrantes vers le bord ; fond plat.

M 184

952Dimensions : h. max. 8,4 ; diam. bord env. 4,5 ; diam. base 4,2 ; ép. parois 0,6-1,0 ; L. anse env. 3 ; l. anse (partie inférieure) 0,9-1,3.

953Provenance : ?

954Description : fragment de jarre à une anse verticale conservée. Pâte assez fine rouge ; surface grise.

M 189 (pl. 76)

955Dimensions : h. 3,3 ; diam. bord env. 7,4 ; diam. base 5,1 ; diam. max. 7,9 ; ép. lèvre env. 0,4.

956Provenance : ?

957Description : fragment de bol. Pâte beige, à gros dégraissant minéral ; surface extérieure noirâtre, égalisée à l’extérieur et à l’intérieur. Parois convexes. Fond plat ; lèvre biseautée à l’intérieur.

M 258

958Dimensions : h. max. 4 ; diam. bord 3,8 ; diam. max. 4,8.

959Provenance : T 24, entre cotes 7,28 et 6,70 m.

960Description : vase biconique intact. Pâte gris noir à dégraissant minéral moyen ; surface extérieure lissée. L’intérieur et le fond plat sont égalisés. La panse carénée est assez irrégulière, l’épaule haute légèrement refermée. Objet égaré, description faite d’après la fiche.

M 262 (pl. 91)

961Dimensions : h. max. 6,3 ; diam. bord 5,3 ; diam. base 3,9.

962Provenance : ?

963Description : vase cylindrique fabriqué grossièrement. Pâte grise, contenant du gravier et des cailloux ; surface rouge noir. Fond plat percé de trous.

M 264 (pl. 76)

964Dimensions : h. max. 4,5 ; diam. max. (bord) 7,8 ; diam. base 3,8 ; ép. parois 0,55-0,7.

965Provenance : T 25, cote 7,68 m.

966Description : bol ou écuelle fragmentaire. Pâte grise à dégraissant minéral moyen ; surface lissée. Les parois sont légèrement convexes avec un ressaut au quart supérieur de la hauteur. La base est plate, légèrement concave.

967Décor : traces de décor au graphite près du bord.

M 265 (pl. 76 ; pl. G)

968Dimensions : h. max. 4,5 ; diam. bord 3,6 ; diam. max. env. 5.

969Provenance : U 24, cote 5,95 m.

970Description : vase quadripode. Pâte rouge, contenant du gravier. Panse quadrangulaire ; col cylindrique (cassé en partie), légèrement redressé. Sous le fond une protubérance aplatie, légèrement plus courte que les pieds. Sur la panse, l’intervalle entre les pieds est marqué par de légères protubérances.

971Décor : décor incisé. Deux lignes entourent la panse, une série de petits traits verticaux incisés borde les lignes au-dessus et en dessous. Des signes (?) sont incisés sous la panse.

M 266 (pl. 76)

972Dimensions : h. max. 3,7 ; diam. bord ext. 3,1 ; diam. base 3,4 ; l. max. (anses comprises) 5,8.

973Provenance : ?

974Description : vase biconique. Pâte gris rouge. Le profil de la panse est anguleux. Deux anses verticales ; base plate.

M 1935

975Dimensions : h. max. 3,7 ; diam. max. bord ext. 4,8, int. 3,6 ; ép. parois 0,6-1 ; h. pied 1,4 ; prof. du récipient env. 2.

976Provenance : U 24, cote 6,44 m.

977Description : fragment de vase à pieds (?). Pâte brun gris à dégraissant minéral moyen ; surface rouge lissée à l’extérieur, avec des traces noires, égalisée à l’intérieur, à l’exception du fond. La paroi s’épaissit au-dessus du seul pied conservé, au niveau de la cassure, sur un côté. La lèvre est amincie. Le pied s’amincit vers le bas, le dessous est plat.

Technique et forme

  • 462 Voir infra, p. 173,
  • 463 Voir supra, p. 92.

978Les vases ont été fabriqués en creusant une boule de pâte rouge, brune ou grise, à dégraissant minéral fin à gros ; les anses et les tenons ont été rajoutés dans un second temps. Les tenons ont été collés à la paroi en appuyant en même temps de l’intérieur : des cavités correspondent aux tenons situés à l’extérieur (pl. 75 et 91, M 64). Nous pouvons distinguer parmi les vases miniatures les deux catégories de céramique, grossière et fine. Cette distinction ne dépend pas des dimensions des vases ; par conséquent elle n’est pas due à des particularités d’ordre technique ni à des différences de valorisation entre petits et grands vases miniatures, mais paraît plutôt liée à la forme (et à la fonction ?) des prototypes, au moins dans un grand nombre de cas. Cependant, certains très petits vases sont en même temps très grossièrement faits462, tout comme certaines figurines463. L’intérieur de quelques vases fermés étant noirci, il est probable qu’ils ont été cuits à l’envers ; leur pâte peut être craquelée et contenir de petits cailloux (pl. 74, M 8 ; pl. 75, M 67). Certains présentent une surface flammée (M 82 ; pl. 74, M 10, M 14, M 36 et M 40 ; pl. 75, M 111 ; pl. 75 et 91, M 109 ; pl. 76, M 128, M 165 et M 266).

  • 464 Dikili Tash I, 2, p. 72-78, pl. 9.

979Nous nous sommes efforcée de suivre la typologie de la céramique du NR de Dikili Tash464 pour la classification des vases en miniature, lorsque cela était possible. C’est ce qui nous a conduite à classer dans la catégorie des tasses ou gobelets (B) un vase fin de très petites dimensions (2 cm de hauteur ; pl. 91), et dans la catégorie des jarres (C) un vase en céramique grossière de dimensions relativement grandes (8 cm de hauteur). Cependant, la distinction est parfois très difficile à faire à cette échelle entre types de céramique d’allure similaire qui ne diffèrent que par leurs dimensions relatives : d’ailleurs, les miniatures n’ont pas toutes été fabriquées forcément à une même échelle par rapport aux « originaux ».

980La plupart des nombreux exemplaires hors contexte présentent beaucoup de ressemblances avec les vases du NR, et il est très probable qu’ils appartiennent à cette période ; nous les avons dans ce cas classés dans les catégories du NR.

981De cette période datent vingt vases miniatures dont le contexte est connu : M 10, M 38, M 40, M 44, M 64, M 65, M 66, M 82, M 109, M 117, M 128, M 163, M 172, M 258, M 264, M 265, M 637, M 767, M 1235, M 1935, et probablement vingt-six autres hors contexte. Ils appartiennent aux types de la typologie établie pour le NR détaillés ci-dessous.

Écuelles, jattes, assiettes ; tasses et gobelets (types A-B de la céramique « normale »)

982Le vase M 264 se rapproche du type A3. Il reste des traces de décor au graphite (pl. 76, M 264). M 82, écuelle en argile rouge très grossièrement modelée, est proche du type A2 à parois évasées.

  • 465 Pour ces difficultés, voir Marangou 1992a, p. 3.

983Le vase M 66 (pl. 75), de très petites dimensions, est grossièrement modelé dans une pâte rouge, sa base est légèrement convexe. M 128 (pl. 76), en pâte noire et à surface lissée, a une forme cylindrique à parois légèrement convexes, base plate et lèvre à peine rentrante et carrée ; même si ses dimensions ne sont que légèrement inférieures aux dimensions minimales (5 cm) des vrais gobelets465, il peut être un petit vase et non une miniature. M 172 (pl. 76), façonné dans une pâte rouge clair qui contient du dégraissant, de très petites dimensions, a des parois irrégulières, légèrement convexes et noircies à l’extérieur. Sa base est aplatie.

984Parmi les vases hors contexte, les suivants sont classés en deux groupes, dans ces catégories A ou B :

985a) ce groupe comprend dix objets de petites dimensions, modelés sommairement dans une pâte rouge ou grise mal cuite. Leur forme parfois cylindrique ou, au contraire, à parois évasées les rapproche du type de jatte A3 grossière (pl. 74, M 8 et M 48 ; pl. 75, M 72 et M 74) ou A4 grossière (pl. 74, M 9 et M 31) et fine (M 42 ; pl. 74, M 36 et M 62 ; pl. 76, M 161). Sur les quatre derniers, trois portent au moins une ou deux perforations disposées horizontalement sous le bord, et le bord dentelé du quatrième (M 62) est orné d’encoches parallèles remplies d’une substance blanche. Leur fond est plat. M 161 est fragmentaire, mais il n’est pas certain qu’une cassure du bord (à double perforation), par ailleurs irrégulier, prouve l’existence à l’origine d’un « manche ».

986b) Le second groupe comprend des objets de plus grandes dimensions, mais de fabrication tout aussi peu soignée ; il s’agit des bols M 43, M 67, M 84, M 165, M 189 et des écuelles M 14 et M 152. M 67 et M 165 se rapprochent plus précisément de la forme A1, M 84 de la forme A2, M 189 de la forme A3, M 14 de la forme A4 et M 152 de la forme A6 (pl. 74, 75 et 76).

Jarres et cruches (type C1 de la céramique « normale »)

987Il s’agit de quatre objets à une (pl. 75 et 91, M 65) ou deux anses verticales, non décorés, à surface travaillée, dont deux ont une arête nettement prononcée. Souvent, les traces d’une seule anse sont conservées (pl. 74, M 10, M 40 et M 44).

988La jarre M 184, hors contexte, à anses verticales en pâte fine et soignée appartient à cette catégorie. Cinq vases biconiques avec des traces d’anses verticales, à pâte rouge ou grise flammée grossièrement modelée et souvent mal cuite, hors contexte, pourraient également être classés ici (pl. 74, M 54 ; pl. 74 et 91, M 39 ; pl. 75 et 91, M 73 et M 111 ; pl. 76, M 266). Un cruchon, sans contexte, de dimensions relativement grandes en pâte fine, de couleur brune et à l’extérieur rouge, qui porte des traces d’un décor au graphite de motifs curvilignes, appartient lui aussi à ce type (pl. 72, M 12).

Vases biconiques (type D2 de la céramique « normale »)

989Ils sont répartis en deux groupes :

  • 466 L’objet M 767 (pl. 73), dont la forme rappelle les vases biconiques, n’est pas un vase miniature, m (...)

990– trois vases non décorés (M 258 ; pl. 74, M 38 ; pl. 75 et 91, M 109), à surface égalisée, dont l’un (M 109) est grossièrement façonné et porte quatre tenons pointus à mi-hauteur. Deux autres vases sans anses maladroitement modelés doivent, eux aussi, appartenir à ce groupe, malgré leur position hors stratigraphie (M 121, M 125)466.
– trois vases à décor incisé rempli de pâte blanche, soigneusement façonnés et presque intacts (pl. 75 et 91, M 64 et M 117 ; pl. 91, M 160 ; ce dernier sans contexte précis). Les motifs, des chevrons emboîtés en position alternée, des cercles concentriques unis entre eux par des lignes obliques, des spirales, sont disposés autour de la panse dans des zones délimitées par des lignes parallèles. Dans deux cas (M 64 et M 160), quatre paires de perforations entourent le bord du col ; sur l’exemplaire M 64 quatre tenons percés verticalement ont été disposés autour de la panse.

Vases quadripode et multiple, passoire (types E1 et E4 de la céramique « normale »)

  • 467 Marangou 2001a, fig. 18.

991Le vase M 265 (pl. 76 et G), à pâte rouge, possède un col cylindrique et un fond quadrangulaire, sous lequel une protubérance aplatie (« mamelon ») figure entre les pieds. Ses parois sont convexes et il est décoré de motifs linéaires incisés : deux lignes parallèles horizontales bordées au-dessus par une série de petits traits parallèles verticaux, motif qui paraît être exceptionnel. Au-dessous, des motifs linéaires forment peut-être quelques signes (?)467. Nous ne connaissons pas d’exemplaire de taille non miniature de ce type de vase à Dikili Tash.

992Un fragment de vase à pieds (M 1935), à pâte brune, présente une surface lissée rouge avec des traces noires à l’extérieur.

  • 468 Voir Dikili Tash I, 2, pl. 9, types E1 et E4.

993Un gobelet (pl. 91, M 262), grossièrement fabriqué par pincement dans une pâte grise et rouge, possède un fond en passoire. Des traces d’empreintes digitales sont conservées à l’extérieur sous le bord. Seul le fond est perforé, contrairement aux passoires et aux braseros468. La forme est cylindrique, les parois plus ou moins rentrantes près du bord.

Vases zoomorphes

  • 469 Voir supra, p. 158.
  • 470 Voir Dikili Tash I, 2, chap. IV, p. 271-312. Une fonction utilitaire ne serait pas contradictoire p (...)

994Parmi les récipients zoomorphes publiés dans le volume 2, certains, de petites dimensions, pourraient être classés parmi les vases miniatures469, si on les considère comme des copies de récipients similaires plus grands ; il semble, cependant, s’agir plutôt de petits vases, sans doute utilitaires : M 163, M 637, M 1235470.

Cuillères

  • 471 Publiées dans Dikili Tash I, 1, p. 133-143.

995Il faut rappeler ici que certaines cuillères471 ont pu, elles aussi, constituer des copies miniaturisées d’objets plus grands ; elles sont modelées en pâte fine, de couleur claire : M 791, M 1231 (à manche à tête anthropomorphe, à section circulaire ; cuilleron ovale), M 1967 (à manche perforé en queue de poisson, à section rectangulaire). Comme pour les récipients zoomorphes, il est plus probable qu’il s’agit d’objets relativement petits par rapport à la moyenne dans leur catégorie respective, et qui pourraient bien être utilitaires. Deux objets proviennent de niveaux du NR, le troisième date aussi sans doute de cette même période.

Décor

  • 472 Le décor des récipients zoomorphes et de deux cuillères est figuratif ; les parois des vases zoomor (...)

996Le décor est relativement rare. Lorsqu’il existe, en particulier sur des vases biconiques, il est surtout incisé, rempli de pâte blanche, avec des motifs en spirales, chevrons, cercles concentriques et lignes parallèles. Exceptionnellement, le décor est composé de motifs peints au graphite (pl. 76, M 264). Le vase quadripode (pl. 76 et G, M 265) porte des motifs uniques472.

4.3. Bronze Ancien II473 (Dikili Tash III)

M 113 (pl. 76 ; pl. 91)

997Dimensions : h. max. 3,3 ; diam. max. (bord) 2,5 ; diam. base 1,65.

998Provenance : R 24, niveau 12 (?).

999Description : gobelet. Pâte rouge flammée. Le récipient est peu profond. Pied haut étalé ; base légèrement concave. Des empreintes digitales sont visibles à la surface.

1000Publication : Deshayes 1970a, p. 30 et fig . 20 ; Marangou 1992a, fig . 91a.

M 124 (pl. 76)

1001Dimensions : h. max. 3,5 ; diam. bord env. 4,1 ; diam. base env. 3,8 ; h. tenon 0,6 ; diam. perforation du tenon 0,2.

1002Provenance : R 24, niveau 16.

1003Description : fragment de vase cylindrique. Pâte rouge légèrement flammée, à dégraissant, égalisée à l’extérieur. Le fond est plat, les parois légèrement convexes. Un tenon horizontal, presque rectangulaire, perforé verticalement, est situé sur la panse, à 0,5 cm du bord, à hauteur du diamètre maximal.

 

  • 474 Publié par Deshayes 1970a, fig. 20.

1004À cette période appartiennent deux gobelets à pâte rouge flammée. M 124 (pl. 76) est un fragment d’un gobelet de forme cylindrique, à parois légèrement convexes et fond plat ; il porte un tenon horizontal presque quadrangulaire, perforé verticalement. Il a été trouvé sur le sol 16 du carré R 24. M 113 (pl. 76 et 91), gobelet complet à base légèrement concave et haut pied étalé474, a été découvert sur le sol 12 (?) du même carré.

  • 475 Ibid., p. 30 et n. 55, citant des parallèles dans Dörpfeld 1902, p. 250, fig. 115 = Schmidt 1902 p. (...)
  • 476 Deshayes 1970a, citant Blegen et al. 1950, p. 60, type A12 ; Lamb 1936 p. 79, pl. XI, 322 et pl. XX (...)

1005J. Deshayes avait rapproché le gobelet à haut pied de certains exemplaires de Troie I475. Les parallèles précis manquent pour le second exemplaire (bol cylindrique), mais une série de bols à tenon tubulaire horizontal sur la lèvre est connue à Dikili Tash même. J. Deshayes avait rapproché ces derniers du matériel de la phase ancienne de Troie I, Thermi III et IV et Poliochni Verte476.

Évolution

  • 477 Voir supra, p. 158.
  • 478 Treuil 1983, p. 406-407 ; C. Commenge-Pellerin, dans Dikili Tash I, 2, p. 42, pl. 7.

1006Les vases (?) miniatures à pied du NM imitent peut-être les bols à pied de cette période477 ; par ailleurs, de nombreux pieds retrouvés au NM peuvent appartenir à des vases à pieds multiples, comme ceux de Karanovo III478.

1007La plupart des rares vases miniatures dont le contexte est connu à Dikili Tash proviennent surtout de la phase récente du NR (vases à deux anses, biconiques, à pied) ; la phase moyenne en a également fourni (vases biconiques, cruche), tandis que la phase ancienne a essentiellement livré des gobelets.

  • 479 Par exemple, Dikili Tash I, 2, pl. 10.
  • 480 Ibid., p. 83.
  • 481 Ibid., pl. X : 1, 5.
  • 482 Ibid., p. 83, pl. X : 1-2, 6, et pl. 96, rangée supérieure.
  • 483 Voir Dikili Tash I, 2, p. 63-270.

1008Les bols, omniprésents, ont parfois été décorés au graphite sous le bord. À Dikili Tash même existent les prototypes des écuelles décorées au graphite479, tout comme des écuelles, surtout de type A4480, portant sous le bord des séries de perforations doubles ou triples481 ou des encoches482. Les vases biconiques à large col cylindrique ou concave, les jarres à deux anses verticales sont également bien représentés483. Le décor à spirales ou chevrons incisés, remplis de pâte blanche, est rare et réservé, à ce qu’il semble, à des vases miniatures biconiques sans anses, perforés sous le bord, qui peuvent souvent être pourvus de tenons, percés ou non.

  • 484 La distinction entre types de vases miniatures n’est pas souvent faite dans les publications.
  • 485 Sitagroi, Olynthe, Paradisos, Vassilika, mais aussi en Thessalie, à Pyrgos, Haghia Sophia, Otzaki, (...)
  • 486 Nikolov 1975, fig. 85, 103, 107 (Zaminec, niveau C) ; Nikolov 1974, fig. 84 (Gradešnica, Chalcolith (...)
  • 487 Sitagroi I, pl. XCV 8, no 61a.
  • 488 Mylonas 1929, fig. 41, no 3.
  • 489 Ibid., fig. 33.
  • 490 Hellström, Holmberg 1978, fig. 11, et Blennow 1987, no P 205. Nikolov 1975, fig. 96 (Zaminec, nivea (...)
  • 491 Sitagroi I, pl. XCV 5, no 88 ; Mylonas 1929, fig. 64 ; Nikolov 1974, fig. 52, en haut, à droite et (...)
  • 492 Marangou 1992a, p. 330, tabl. 15.
  • 493 Letica 1967. Voir le vase miniature zoomorphe incisé et incrusté de Fafos I (Vinča) : Gimbutas 1989 (...)

1009Sur les sites contemporains484, les vases miniatures sont très souvent des bols ou des écuelles485 ou des vases de forme biconique ou globulaire/piriforme, avec486 ou sans anses verticales, avec487 ou sans tenons perforés488 ou non489 sur la panse, ponctuellement avec un décor incisé490, plus rarement des cruches491. Les bols, écuelles et gobelets constituent la majorité des vases en miniature pendant le NR/Chalcolithique en Grèce, suivis des vases biconiques ou ovoïdes et ensuite des jarres ; les cruches sont toujours plus rares492. Le site plus lointain de Vinča a fourni à lui seul 368 vases miniatures, comprenant des bols, des gobelets, des écuelles, des jarres, des vases biconiques, des coupes à fruits, des vases zoomorphes ainsi que certaines formes rares493.

  • 494 VIIe et IXe horizon : Todorova 1976, p. 80, fig. 3, et p. 97, fig. 4.
  • 495 De forme conique avec ouverture au sommet : Art des premiers agriculteurs en Serbie 1979, no 153.
  • 496 À large ouverture au milieu de la partie supérieure ellipsoïdale : ibid., no 90.
  • 497 Sitagroi I, no 113/833.
  • 498 Detev 1974, p. 106, fig. 10, 1 et 2.
  • 499 H. 9,6 cm ; IXe horizon : Todorova et al. 1983, pl. 69, no 13, pl. couleur III, à gauche ; Todorova(...)
  • 500 Niveau A du Chalcolithique : Nikolov 1974, fig. 33 en bas, à droite.

1010Les formes plus rares de Dikili Tash sont des vases miniatures en passoire comme à Ovčarovo494, Jela Šabac (Vinča, passage au NR)495, ou le couvercle passoire de Prkos, Crna Bara (Vinča NM)496, à quatre pieds comme à Sitagroi497. Le vase quadrangulaire à col cylindrique et décor incisé, d’un type non connu en céramique « normale », est à rapprocher d’un vase de Krumovgrad décoré au graphite et d’un autre de Jasa Tepe incisé et incrusté qui avait un col très large, tous les deux datant de l’Énéolithique498. Plus proche encore est le vase d’Ovčarovo (Karanovo VI) à protubérance centrale sous le fond et orné de petits traits incisés et incrustés de blanc499. Un vase similaire, avec un col très large, sans décor à part quelques cannelures autour des angles, a été mis au jour à Gradešnica500.

  • 501 Marangou 2001a.
  • 502 Bonev 1982.
  • 503 Letica 1967, pl. IV, 1, V, 1 et I, 9.

1011Les « signes » incisés sur le vase de Dikili Tash rappellent ceux souvent pratiqués sur certains vases miniatures501, qui peuvent être aussi biconiques comme à Ovčarovo502 ou à Vinča ; ce dernier site a aussi fourni un pied de coupe à fruits portant des « signes »503.

  • 504 Marangou 1992a, p. 185.
  • 505 Todorova et al. 1983, pl. couleur VII, pl. 89, 10-11 et 13.
  • 506 Nikolov 1974, fig. 88, en bas.
  • 507 Par exemple, Letica 1967, pl. II, 11.
  • 508 Mylonas 1929, fig. 38-39.

1012Des vases de très petites dimensions (« microminiatures »504) existent à Ovčarovo, où ils faisaient partie de la « scène de culte »505. Si les « tabourets » (M 204, M 1761) à pied unique étaient en fait des vases à pied, des coupes à fruits ou fruitstands, on pourrait rapprocher ce type de l’exemplaire de Gradešnica506 et de certaines coupes à fruits de Vinča507. Le fragment de vase à pied(s) M 1935 pourrait quant à lui sans doute être comparé à un fragment de vase tripode d’Olynthe508.

  • 509 Sitagroi I, fig. 13.27: 6-8.
  • 510 Aslanis 1985, p. 137, no 97, pl. 25, 4.
  • 511 Tonceva 1973, p. 472, 476.
  • 512 Marangou 1992a, tabl. 29b ; 1994 ; 1997a et 2001c.

1013Le gobelet conique miniature à pied étalé du BA a été rapproché par J. Deshayes de formes analogues de Troie I. Des gobelets ou bols en miniature, surtout cylindriques ou tronconiques, sont également attestés au BA à Sitagroi509, Kastanas510, Ezerovo III et II511. Rien de semblable cependant à ce qui se passe dans le nord-est de la mer Égée, où les vases en miniature abondent : c’est d’ailleurs l’une des caractéristiques de cette région pendant cette période512.

Contexte et utilisation

1014Les vases miniatures de provenance connue sont plus nombreux dans le carré W 29 et, pendant la dernière phase d’occupation, DT II C, dans les carrés W 29 et W 30.

  • 513 Voir Marangou 1992a, p. 18-20 ; supra, p. 167-168. Sur l’éventuelle relation entre vases et outils (...)

1015Nous disposons d’informations sur le contexte de dix-sept de nos vases miniatures, dont deux du NM et deux du BA. Dans neuf cas, ils sont associés, entre autres, à de l’outillage lithique (du silex ou de la pierre travaillée), dans huit à de la poterie ou des tessons (dont une fois à un vase zoomorphe) ; ces contextes paraissent normaux, étant donné qu’ils sont généralement fréquents dans des niveaux d’occupation. Dans deux cas – donc beaucoup plus rarement –, les miniatures sont associées à des ossements et dans deux autres à des balles de fronde. Enfin, ils sont associés à six reprises à des fusaïoles, à cinq à des objets de parure, à quatre à des alênes en os ou des aiguilles, à quatre à des figurines humaines, dont trois à des vases biconiques décorés513 (une figurine a été trouvée juste au-dessus d’un vase miniature), et une seule fois à une figurine animale. Dans cinq cas (un tiers du total), au moins deux des associations de la dernière catégorie (fusaïoles, parure, aiguilles, figurines anthropomorphes) sont valables pour le même vase miniature.

1016Aussi bien des vases de stockage que des vases de consommation individuelle ont été reproduits en miniature. Cependant, l’échelle n’est pas toujours la même, indépendamment de la typologie.

1017Les plus grands de ces vases, ou miniatures « utilisables », ont une certaine contenance ; il s’agit de vases biconiques, jarres, passoire, vase à pieds, mais aussi gobelets, bols, écuelles (M 10, M 12, M 14, M 31, M 38, M 39, M 40, M 44, M 54, M 65, M 73, M 74, M 109, M 111, M 121, M 125, M 128, M 152, M 165, M 184, M 189, M 258, M 262, M 264, M 266, M 1935), appartenant à la céramique aussi bien grossière que fine, dont certains sont particulièrement soignés et décorés (incisés : M 64, M 117, M 160, M 265 ; peints au graphite : M 12, M 38, M 264), d’autres très grossièrement modelés (bols ou jattes : M 10, M 31). Cependant, la recherche d’une utilisation peut être illusoire : il est difficile d’imaginer comment le gobelet à fond passoire M 262 aurait pu être fonctionnel. On ignore, en effet, quelle a pu être la destination précise de ces vases, sauf à imaginer, pour les bols ou écuelles de petites dimensions, la possibilité d’une utilisation par des enfants.

  • 514 Marangou 1992a, p. 185 et 194.
  • 515 Treuil 1983, p. 407.

1018En fait, les « microminiatures »514 sont des vases minuscules – mais pas tous nécessairement mal faits – dont certains seulement, mal modelés et mal cuits, pourraient ressembler à des jouets fabriqués par des enfants (en particulier M 9, M 172, M 48, M 66) « par simple pression des doigts dans une boulette d’argile »515, d’où l’impossibilité souvent de distinguer les bols des gobelets ou des écuelles, etc. La plupart, y compris ceux qui sont bien faits, représentent précisément des bols (ou gobelets) de très petites dimensions (entre 1 et 3 cm de dimension maximale, 4 cm pour l’assiette) (bols ou gobelets : pl. 74, M 8, M 31 et M 48 ; pl. 75, M 66, M 72 et M 74 ; pl. 76, M 172 ; écuelles ou assiettes : M 42 ; pl. 74, M 9, M 36 et M 62 ; pl. 76, M 161). La prédilection pour les formes les plus simples est explicable par leurs dimensions qui rendent difficile le modelage de détails complexes, mais elle pouvait aussi être intentionnelle.

  • 516 Dans des cas où l’échelle de réduction par rapport à l’original a pu en fait être plus grande, abou (...)

1019Il coexistait donc, dans le domaine des vases miniatures, des fabricants maladroits et d’autres très expérimentés, qui avaient le choix entre au moins deux échelles de grandeur. La miniaturisation concerne surtout des vases de consommation individuelle, peut-être aussi collective516, et, dans une moindre mesure, des vases de stockage, les vases à servir étant beaucoup moins fréquents.

4.4. Conclusions

  • 517 Ibid., et n. 14 à 17 ; Marangou 1992a, p. 164-165, 168-169.

1020Des vases miniatures se rencontrent dans un grand nombre de sites du Néolithique et de l’Âge du Bronze517. À Dikili Tash, ils datent principalement du NR et ils ont été fabriqués par des personnes de dextérité et/ou d’expérience variable. Ici aussi, ils reprennent en principe, mais pas uniquement, des types très diversifiés de céramique qui existent en « vraie grandeur » sur le site. Les miniatures à Dikili Tash sont à la fois des vases grossiers (gobelets, écuelles, vases biconiques) et fins (écuelles, vases biconiques) qui ont été reproduits à différentes échelles. Le riche décor incisé, avec ou sans incrustations blanches, et le décor au graphite sont rares et réservés à certaines formes de vases.

1021La question de la (des) fonction(s) des vases miniatures reste toujours ouverte. Les vraies raisons, sans doutes diversifiées, de la miniaturisation de certaines formes sélectionnées de la céramique « normale » nous échappent.

Conclusions

1022Les figurines, vases miniatures et maquettes d’objets proviennent surtout de la période DT II, mais aussi de DT I ; ils sont rares à la période de DT III, exceptionnels à DT IV. Les techniques utilisées pour la fabrication des objets les plus complexes, les figurines anthropomorphes et zoomorphes, sont variées. La méthode de modelage en noyaux chevillés du NM a évolué au NR avec l’utilisation de noyaux et de couches successives, mais les chevilles ont parfois encore été utilisées. Une méthode rare d’assemblage d’éléments massifs et creux (« vide intérieur ») est utilisée à la fin de DT II, tant pour les figurines anthropomorphes que pour les figurines zoomorphes et dans ces cas les thèmes paraissent précis et complexes : la représentation féminine assise en particulier sur un siège soudé, le support zoomorphe ou la figurine féminine faisant partie d’un récipient. Un procédé particulier de traitement de la surface est utilisé lors de la fabrication d’un type de figurines zoomorphes de dimensions relativement grandes.

1023Une grande précision et une attention particulière sont accordées au décor et à sa disposition sur le corps de la plupart des figurines anthropomorphes naturalistes. Schématisme et naturalisme coexistent, aussi bien que dextérité et grossièreté du modelage, à la fois pour les figurines, pour les vases miniatures et pour les maquettes de meubles. Au moins deux, sinon trois échelles de grandeur, sont observées, en tout cas pour les figurines anthropomorphes et zoomorphes, les vases miniatures et les maquettes de meubles.

1024Quelques rares figurines masculines existent, ainsi que d’autres asexuées, plus nombreuses, mais les figurines féminines restent prépondérantes. Les animaux représentés sont surtout les bovins, mais aussi l’ours, la chèvre, les ovidés, les caprinés, le mouton, le chien (?). Le choix des sujets est apparemment délibéré : en plus des êtres animés, de nombreux fours/foyers et meubles de types variés sont imités en miniature, ainsi que nombre de types de la céramique de dimensions « normales ».

1025Enfin (graph. 6), les figurines zoomorphes et les maquettes de dispositifs fixes sont surtout fabriquées pendant la phase moyenne du NR, les figurines anthropomorphes surtout pendant la phase la plus récente de cette même période. Les rares vases miniatures d’origine stratigraphique précise datent de la seconde moitié du NR, et les maquettes de meubles disparaissent à la fin de la période.

Graph. 6 — Corrélation chronologique par période des figurines anthropomorphes et zoomorphes, des maquettes et des vases miniature.

Graph. 6 — Corrélation chronologique par période des figurines anthropomorphes et zoomorphes, des maquettes et des vases miniature.
  • 518 Marangou 2001b.

1026L’association étroite de ces objets supposés symboliques avec les activités quotidiennes des habitants518 montre la difficulté qu’il y a à faire la distinction entre les domaines du tangible et de l’imaginaire au Néolithique, leur séparation n’étant d’ailleurs pas forcément hermétique. Les informations fournies par le matériel des fouilles de J. Deshayes à Dikili Tash sur le contexte des maquettes et des figurines permettent de suggérer quelques tendances, qu’il faudrait tenter de vérifier par de nouvelles découvertes.

Notes

1 Ce texte, rédigé dans les années 1980, a été révisé en 1993 ; sa publication ayant été différée pour des raisons techniques, il a été réactualisé en 2007-2008. Pour des présentations préliminaires de cette étude, voir Marangou 1986a, 1986b, 1992, p. 12-20. Dans ce chapitre, nous avons suivi la périodisation et la stratigraphie de R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 19-37 ; la division par phases et la typologie de la céramique de C. Commenge-Pellerin, dans Dikili Tash I, 2, p. 27-61, pour le NM, et de J.‑P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p. 63-270, pour le NR. Nous souhaitons remercier J. Blécon pour son aide précieuse concernant la lecture des plans des fouilles de J. Deshayes. La publication du matériel de Dikili Tash provenant des recherches de L. Renaudin, ainsi que de la collection Kapousouz, est en préparation par l’auteur. Pour la permission d’étude et de publication, nous remercions respectivement l’École française d’Athènes et l’Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques de Kavala.

2 Pour un aperçu, voir, entre autres : Ucko 1968 ; Tamvaki 1977 ; Treuil 1983, p. 402-424 ; Hamilton et al. 1996 ; Biehl 2003 ; Bailey 2005 ; Hansen 2007.

3 Voir surtout les ouvrages de M. Gimbutas, parmi lesquels Gimbutas 1982 ; voir, entre autres critiques, Lesure 2002.

4 Les maquettes d’embarcations sont absentes de Dikili Tash mais attestées en Macédoine occidentale et Thessalie : Marangou 1992a ; 1996b ; 2001b.

5 Thème traité par Chapman 2000.

6 Dikili Tash I, 1, p. 19, et I, 2, p. 90.

7 Dans ces tableaux, la séparation en phases est fondée sur J.-P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p. 94, 98-99 et 192, tabl. 1.4.

8 Marangou 1992a, p. 5, et 1996a, p. 150.

9 Il n’a pas été jugé utile de traiter séparément les objets de l’une ou l’autre rubrique datant d’une période autre que le NR lorsque leur nombre est extrêmement restreint ; dans ce cas, ils ont été étudiés en bloc.

10 À l’exception de Hourmouziadis 1994 ; voir aussi Ucko 1968 et Marangou 1992.

11 Todorova 1980, Bartel 1981 et Talalay 1993.

12 Voir supra, p. 58.

13 Les dimensions sont exprimées en centimètres (cm).

14 La provenance des objets fait référence au secteur, puis au niveau où ils ont été trouvés. Concernant les objets égarés, qui n’ont donc pas pu être examinés, la description provient des fiches et photos des archives de la fouille et/ou des publications préliminaires.

15 Rodden 1964, Nandris 1970a.

16 Georgiev 1961, fig. 4, 1a-c.

17 Marangou 1997b, pl. 62 et 68a-c.

18 Voir infra, p. 70-71.

19 Voir supra, p. 68.

20 Entre 5,8 et 3,1 cm pour la hauteur, 5,7 et 2,2 cm pour la largeur et 4,3 et 1,5 cm pour l’épaisseur.

21 Voir infra, p. 71.

22 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.103 (no 3, décorée, phase I) et 9.110 (no 61, « phase II ou III »).

23 Marangou 1997b, pl. 64c.

24 Georgiev 1961, fig. 3, 1a-c (Karanovo I). Voir Stalio 1977, fig. 86 (Vinča, NM, musée de Belgrade).

25 H. 5,4 et 7,4 cm ; l. 6,8 cm ; ép. 2,25 cm.

26 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, nos 97 et 16, fig. 9.81-82.

27 Voir supra, p. 69.

28 Voir Höckmann 1968, no 1295, ainsi que Mylonas 1929, no 8.

29 Nikolov 1970, fig. 3,8 (niveau C) et 13 ; Nikolov 1974, fig. 56 (niveau B, Karanovo V).

30 Georgiev 1967, fig. 22.

31 Voir, par exemple, M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, nos 57 et 59, fig. 9.15 et 9.18 ; également, fig. 9.12, no 39, accroupie, à torse décoré de profil relativement plat.

32 Deshayes 1970b, p. 808.

33 Étapes 2 et 3 du NM selon C. Commenge-Pellerin, dans Dikili Tash I, 2, p. 45.

34 L’étape 4, selon le même, ibid., p. 46.

35 Voir infra, p. 132-134.

36 Niveaux 11 et 12 de X 30 et 13 et 14 de X 29 : ibid.

37 Voir Dikili Tash I, 1, p. 24 et 25.

38 Les carrés X 29 et X 30 sont localisés sur le flanc du tell et, à cause de sédiments de ruissellement accumulés qui ont pu ne pas être identifiés lors de la fouille, une partie du matériel du NM risque d’être hors contexte : Dikili Tash I, 2, p. 45.

39 Lichardus-Itten et al. 2002, p. 125 et 158, pl. 22, nos 12 et 15.

40 Ridley, Wardle 1979, pl. 26 (d) ; Phelps 2000, p. 198, fig. 4.29 (SF 219 et 216), pl. 4.14.

41 Ibid. et Ridley, Rhomiopoulou 1972, fig. 11-12. Le même procédé a été utilisé à Vassilika (Grammenos 1984, phot. 60, 34) et à Dimitra (Marangou 1997b, pl. 62).

42 Deux moitiés collées et chevillées, recouvertes d’une couche d’argile : Todorova, Zlatarski 1978, p. 2.

43 Perforations du corps et à l’endroit de fixation des membres : Kančeva 1989, p. 43.

44 Georgiev, Angelov 1952, fig. 150.

45 Marangou 1997b, pl. 62, 65, a, c, f (Dimitra Ib et II) et pl. 68, a-b (Dimitra Ia et II).

46 Letica 1964, fig. 2 à gauche ; Gimbutas 1982, fig. 2 ; Gimbutas 1976, pl. 12, catalogue no 1 (période Ib).

47 Voir Phelps 2000, pl. 4.15, SF 145 (NM).

48 Todorova 1976, p. 122, fig. 1 et 3.

49 Georgiev 1961, fig. 3, 2a-c, et Georgiev 1967, fig. 20.

50 Phelps 2000, pl. 4.14, SF 219, fig. 4.29, SF 219 et SF 145 (NM).

51 Plusieurs dans Hourmouziadis 1994.

52 Rodden 1964, fig. 1.

53 Ridley, Wardle 1979, pl. 26d ; Phelps 2000, fig. 4.28, pl. 4.13, SF 716 (NA), fig. 4.29, SF 219 (NM).

54 Vasić 1936, p. 94, fig., pl. XCI (nos 423, 427), CVI (no 500), CVII (no 502), CXVIII (no 550). Voir aussi Höckmann 1968, T. 34, no 1295, pour les chevrons, et l’exemplaire cité plus haut, no 1291, pour les « bracelets » qui rappellent ceux de M 1478.

55 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.11, no 159 : chevrons à l’avant et à l’arrière.

56 Detev 1950, fig. 25, deuxième à partir de la droite (« couche supérieure »).

57 Detev 1960, fig. 49, troisième rang, à gauche : spirales sur les fesses.

58 Todorova et al. 1983, pl. 89, 4-7.

59 Kančeva 1989, pl. 3, nos 20, 23, 24.

60 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.2, 4, 12, 13, 87, pl. XLV:2 et XLVIII:1.

61 Vasić 1931, pl. XXX.

62 Vasić 1936, nos 450, 451, 468, 471, 480, fig. à la p. 95 et 96, pl. XCV, XCVII.

63 Todorova et al. 1975, pl. 71 (5), 78 (9) et 79 (9).

64 Bakalakis, Sakellariou 1981, p. 69, pl. 72,5 et XLV, 7.

65 Marangou 1997b, pl. 64a-b.

66 Hourmouziadis 1973, pl. 73 à droite.

67 Kitanoski, Simoska, Todorović 1978, no 74 et fig. à la p. 27.

68 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.56 et 9.81 (nos 13 et 16) ; fig. 9.82, no 97 (phase III) ; voir supra, p. 71.

69 Rodden 1962, pl. XLI, 1-2 ; Nandris 1970a ; Phelps 2000.

70 Nandris 1970a.

71 Qui sont cependant différents : Rodden 1962 et Nandris 1970a.

72 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, no 83, fig. 9.127.

73 Gimbutas 1976, pl. 19 (« ornithomorphe ») et catalogue nos 12-14.

74 Nikolov 1974, fig. 8.

75 Σταρόσχηµα au lieu de coffee-bean eyes : Hourmouziadis 1994, p. 217, n. 72, fig. 26, surtout en bas à droite.

76 Voir infra, p. 103-105.

77 Gimbutas 1974 parle longuement des perforations des bras et de la tête ; voir Marangou 1992a, p. 206, et 1993.

78 Phelps 1987 et Talalay 1987.

79 Phelps 1987, no 10, p. 243, pl. 34.

80 Marangou 1997b, p. 232, pl. 62, 68, d et f.

81 Voir infra, p. 94-95.

82 Treuil 1983, p. 196.

83 Dans un cas de pied de vase anthropomorphe (M 319), la matière incrustée est rouge : Dikili Tash I, 2, p. 276, pl. 110.

84 Voir Hourmouziadis 1994, p. 55-56.

85 Voir infra, p. 122.

86 Voir infra, p. 94-95.

87 Voir Welch 1918-1919, fig. 3, t-u.

88 Voir au contraire les pieds des vases anthropomorphes (Chr. Marangou, dans Dikili Tash I, 2, p. 286) et certains types thessaliens, comme ceux du NA d’Otzaki ou du NM du Péloponnèse (Lerne).

89 Voir infra, p. 95-96.

90 Entre 9,7 et 2,6 cm pour la h. max., 6,2 et 1,8 cm pour la L. max. et 4,3 et 1,5 cm pour la l. max.

91 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, pl. XLVIII, 2 et XLIX, 1.

92 Un exemplaire de Dimitra II fournit un parallèle pour cette position et ces proportions : Marangou 1997b, pl. 64e.

93 Voir, pour la Thessalie, Grundmann 1953, p. 5, fig. 1-3 ; également une figure debout sur l’embouchure d’un récipient ouvert de Prodromos, Theocharis 1973a, p. 42, fig. 12 ; pour Kapitan-Dimitrijevo, Detew 1960, fig. 142.

94 Nous remercions vivement W. Schubert pour cette information.

95 Vases anthropomorphes ou « figurines-vases », voir Chr. Marangou, dans Dikili Tash I, 2, p. 286-287.

96 Voir supra, p. 93.

97 Voir Daux 1962, p. 918, fig. 9 (en bas, au milieu), et Theocharis, Rhomiopoulou 1961, pl. 45a (en bas au milieu).

98 Voir supra, p. 92.

99 Voir supra, p. 92-93.

100 Voir Zervos 1963, fig. 564-565.

101 Voir Renaudin 1921, p. 543, fig. 15.

102 Voir Theocharis 1973a, fig. 173.

103 Glycimeris (information orale de J. Shackleton, que nous remercions) ? Marangou 1993.

104 Voir un objet similaire décoré au graphite qui se trouve dans une collection privée en Allemagne et proviendrait de Dikili Tash (supra, p. 95).

105 J.-P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p. 97.

106 Gimbutas 1974, 1982 et 1989.

107 Marangou 1992, p. 175-177 ; 1993 voir 1997b, p. 238-239.

108 Voir Dikili Tash I, 1, p. 163-164.

109 Karali-Yannacopoulou 1997, p. 205-209.

110 Sitagroi 2, p. 331-402.

111 Voir supra, p. 59, n. 6.

112 Deux au moins parmi elles ont des chances d’appartenir plutôt à la phase la plus récente du NR : une figurine schématique (B 30) et une figurine de type soudé à son siège, peinte en noir sur rouge (D 40).

113 Voir J.-P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p. 192, t. 1.4.

114 Voir supra, p. 71.

115 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.122-123, nos 140 et 142. Voir Letica 1964 : noyaux chevillés et recouverts d’une couche d’argile.

116 Voir Höckmann 1968, p. 32, pour la méthode dite « macédonienne » de modelage séparé des jambes traversées par des chevilles, collées ensuite entre elles.

117 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.14, 20, 38, 54, 140, nos 160, 165, 166, 167, 169, 170.

118 Grammenos 1997, pl. 36, 16 ; Marangou 1996a, p. 191, fig. 7 ; 1997b, p. 232-233.

119 Voir infra, p. 124-125.

120 Marangou 1991a, p. 328, fig. 1d ; Marangou 1996, p. 191, fig. 7.

121 Bass 1959, pl. 74, no 6.

122 Wace, Thompson 1912, p. 124, fig. 75f ; Hourmouziadis 1994, p. 284, pl. 68a.

123 Vasić 1936, p. 107, no 510.

124 Voir supra, p. 95 et n. 94.

125 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.183, no 187.

126 Ibid., fig. 9.143, no 143.

127 Voir Zervos 1963, fig. 548-549, figurine faisant partie d’un vase (?).

128 Höckmann 1968, p. 84.

129 Par exemple, Radunčeva 1981, nos 13, 17, 19 : Gradešnica, Balbounar, Kalekovec (Plovdiv), du Chalcolithique bulgare.

130 Sitagroi 1, fig. 9.25 (42), pl. L 3 (phase II) ; Blennow 1987, pl. 37, nos 1-3 ; Marangou 1997b.

131 Hourmouziadis 1994, p. 150-152.

132 Voir Zervos 1963, fig. 543-544, 546-547.

133 Par exemple Berciu 1961, fig. 248, 2.

134 Detev 1959, fig. 75-78.

135 Voir, par exemple, Movša 1957, p. 15-34, fig. 1 (1), 2.

136 Par exemple, Comşa 1975, fig. 95-96 (« Precucuteni », fs. 74, 76, 77, 78) et de Sabatinovka, Cucuteni ancien, Gimbutas 1974, f. 26.

137 Todorova et al. 1975, t. 18, nos 5, 8, 13, ainsi que t. 43, no 11, provenant tous de l’horizon III-IV, et t. 85, nos 10, 11 de l’horizon XIII.

138 Pilali-Papasteriou et al. 1986, fig. 12.

139 Prendi 1966, pl. X(a) ; 1976, pl. XXI, 9, 11.

140 Simoska, Kitanoski, Todorović 1976, p. 68, pl. I, nos 1, 3.

141 Gaul 1948, pl. LVIII.

142 Detev 1950, fig. 23.

143 Nikolov 1970, p. 56-68, fig. 6a-b.

144 Très nombreux exemples de la position semi-assise ; position des bras vers les côtés : M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, entre autres fig. 9.48 (no 133) et 9.120 (no 100) ; cheveux longs peints : ibid., fig. 9.26-27 (nos 135, 168).

145 Grammenos 1984, phot. 57, nos 4 et 8 ; Marangou 1997b.

146 Grammenos 1984, phot. 60, no 34, et phot. 61, no 21.

147 BCH 90 (1966), Chronique des fouilles, p. 883, fig. 17.

148 Nikolov 1970, 4 f. 12a, b ; Gimbutas 1974, f. 15.

149 Georgiev, Angelov 1957, f. 63, 1, de Ruse ; Comşa 1974, p. 7, etc.

150 Voir Sitagroi, M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.21 et 9.37 (nos 154 et 153). Voir Todorova et al. 1975, t. 79, 11, sous les bras.

151 Très nombreux parallèles, entre autres : Sitagroi 1, fig. 9.134, de Sitagroi ; Rosetti 1938, pl. 20(6), de Vidra (Gumelnița B1) ; voir Radunčeva 1981, fig. 12, 13, 19, de Gradešnica et Kalekovec (Plovdiv), le dernier également avec des cheveux incisés ; de Plovdiv : Detev 1959, fig. 75(6) ; du Tell Dinja : Jungsteinzeit in Bulgarien 1981, fig. 152. Plus près, de Paradisos : Blennow 1987, p. 80, no 1, fig. 42. Voir aussi la tête de grandes dimensions de Dikili Tash : Theocharis 1973a, pl. 57 ; Marangou 1996, p. 294, no 192 ; Marangou 2010, p. 17-24, en particulier fig. 3.

152 Grammenos 1975, pl. 97, 31, et p. 225.

153 Marangou 1997b, pl. 67a.

154 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, par exemple pl. LII, 1b, et XLVII, 1b (avec point central).

155 Marangou 1997b.

156 Detev 1959, fig. 76 (7).

157 Georgiev, Angelov 1957, fig. 60.

158 Petkov 1950, p. 25-36, surtout fig. 11 (nos 1-2), 7 (no 8), 6, 10 (no 9).

159 Georgiev 1955.

160 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.15, 16 et 18, nos 57, 59 (phase II) et 106 (phase III).

161 Comşa 1975, fig. 94.

162 Detev 1959, fig. 78 (2-3) ; Detev 1960, fig. 49 (avant-dernier rang, deuxième à partir de la gauche).

163 Detev 1950, fig. 25 (4).

164 Mikov 1934, fig. 130 (1, 4).

165 Plusieurs dans Detev 1959, fig. 76-78 ; Detev 1960, fig. 49 en haut.

166 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.10, no 144.

167 Dumitrescu 1979, fig. 160.

168 Dumitrescu 1972.

169 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.14, no 169 ; à motifs linéaires, entre autres de chevrons au-dessus de la ligne incisée des hanches sur le dos, ibid., fig. 9.38, no 165 ; à décor incisé, ibid., fig. 9.52 et 9.39, nos 161 et 162.

170 Jungsteinzeit in Bulgarien 1981, fig. 151a.

171 Nikolov 1975, fig. 45-47 (certaines sans indication de sexe apparente), niveau A.

172 Stalio 1977, fig. 232 (Vinča, NR).

173 NM : Tsountas 1908, pl. 33, 4-5 ; Hourmouziadis 1994, pl. 7-9 ; Theocharis 1973a, pl. 37 et 55 ; NA de Pyrasos : Theocharis 1959, pl. IIIb, p. 62. Nandris 1970b ; Gallis, Orphanidis 1996, p. 176-183 et 185-187. Un exemplaire du musée de Thessalonique peut être une exception pour la Macédoine centrale, puisqu’il figure apparemment un personnage masculin sur siège intégré.

174 NR, Style B3a : Tsountas 1908, pl. 31, 2 ; voir une « kourotrophos » Vinča (NR) : Stalio 1977, fig. 201.

175 Hauptmann 1981, pl. 13, no 16.

176 Gallis 1985, pl. 15.

177 Theocharis 1973a, fig. 73 (figurine féminine aux jambes croisées de Hiérapetra) ; Ucko 1968, p. 310 ; Gallis, Orphanidis 1996, p. 242-245 et 254-261 ; voir Weinberg 1951.

178 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.11 (no 159), et fig. 9.145, pl. LXII, 1 (no 149).

179 Marangou 1997b, pl. 64e (Dimitra II) ; voir Zervos 1963, fig. 536-537 (« NR ») et 433, de Sesklo (« NR III »).

180 Marangou 1992a, p. 163.

181 Voir, par exemple, Radunčeva 1981, fig. 7 (Krushno, Chalcolithique) ; Nikolov 1974, fig. 60 (Gradešnica, niveau B).

182 Grammenos 1984, photo 57, no 10 ; Marangou 1997b, pl. 64d (Dimitra Ib) et pl. 67c (Dimitra III).

183 Grammenos 1997, pl. 36:19 ; Marangou 1997b, pl. 67c.

184 Voir Mateescu, Voinescu 1982 et Marangou 2009.

185 Georgiev, Angelov 1952, p. 173, fig. 163 (1-2).

186 Tsountas 1908, pl. 34 (2).

187 À Sitagroi, décorés : M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.119, no 99, à comparer avec fig. 9.120, no 100 ; non décorés : ibid., fig. 9.50, 63, 138, nos 145, 174, 148. À Dimitra, décorés : Grammenos 1997, pl. 35:15 ; Marangou 1997b, pl. 66g et 67d (phase III) ; non décorés : ibid., pl. 64d (phase Ib) et pl. 67e (phase III).

188 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.142, 146, 148, nos 173, 158, 150.

189 Theocharis 1973a, fig. 175 ; Hourmouziadis 1994, pl. 10 ; voir aussi Marangou 2000 pour les différentes dimensions des figurines en Grèce du Nord.

190 Simoska, Kitanoski, Todorović 1976, pl. I, no 4.

191 Berciu 1961, p. 330, fig. 153, 1 (Sălcuța III) ; Höckmann 1968, pl. 46, 1661.

192 Ivanov 1981, fig. 20, 4, seconde moitié de l’Énéolithique.

193 Comşa 1975, fig. 74, 2.

194 Hourmouziadis 1994, pl. 64 ; Gallis, Orphanidis 1996, p. 386-395.

195 Weisshaar 1989, pl. XVI (10-15), 66 (6, 8, 9), 82 (24, 26), phases moyenne et récente.

196 Ibid., pl. 91,1.

197 Tsountas 1908, pl. 35 (3, 6, 7) ; Hourmouziadis 1994, pl. 70, 73 ; Skafida 1992, pl. 25a-b.

198 Torses légèrement élargis aux deux extrémités, à base épaissie et côtés concaves : Milojcić et al. 1976, pl. 19, 2.

199 Hood 1982, II, fig. 285, pl. 130, clay 10.

200 Papaefthimiou-Papanthimou, Pilali-Papasteriou 1980, fig. 1.

201 Gallis 1982, pl. 21 en bas.

202 Tsountas 1908, fig. 225.

203 Mylonas 1929, fig. 75b, no 9.

204 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.97, no 34 (phase I/II).

205 Par exemple, Tringham 1971, Dimitrov 1974.

206 Marangou 1992a, p. 219-222, pour un aperçu avec la bibliographie antérieure.

207 Treuil 1983, p. 403-423, avec des références.

208 Voir Ucko 1968 et Talalay 1993.

209 Voir infra, p. 141.

210 Marangou 1992a, p. 20 et fig. 72g pour une figurine trouvée dans une zone de coquilles.

211 J.-P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p. 83-84, 92.

212 Marangou 1992a, p. 206-208.

213 Marangou 1992a, p. 207 ; 1993.

214 Voir infra, p. 137.

215 Tringham 1971, p. 177.

216 Gimbutas 1982, fig. 25-26.

217 Deshayes 1970a, fig. 40.

218 Daux 1962, p. 932, fig. 25.

219 Deshayes 1972, p. 200 ; Garašanin 1958, p. 86, fig. 15 ; voir Höckmann 1968, p. 38, no 438, pl. 17, 15 (« Bronze Ancien »).

220 Voir aussi Garašanin 1958, fig. 15-16, et p. 85-86 ; Letica 1973, pl. VI, VII et IX, en particulier pl. VI, 3 (Gardinovci) et surtout VII, l (Dubovac) pour les détails du visage et le « collier ».

221 Voir les figurines « avec robe en cloche » de Cîrna-Gîrla Mare : Miclea, Florescu 1980, nos 350-357, 359-360, et Dumitrescu 1980, pl. LXXX, 1-2.

222 Voir Letica 1973, p. 88 et 91.

223 Mikov 1970, fig. 8-9.

224 Berciu, Comşa 1956, fig. 20 (3), 23 (4-5) et 29.

225 Trbuhović 1956-1957, p. 134, fig. 5-8.

226 Voir Séfériadès 1985b, p. 231 et pl. XXIV, 1-2.

227 Certains groupes constituent des exceptions, comme à Thermi : Lamb 1936 ; voir infra, p. 107, n. 231.

228 Marangou 1992a, p. 199 ; 1997a.

229 Obladen-Kauder 1996 ; Hüryilmaz 1999.

230 Marangou 1992a, p. 146-147, avec des références antérieures ; 1997a.

231 Marangou 1992a, p. 73-79 et 83-91 ; 1997a, avec des références antérieures ; voir aussi supra, p. 106 n. 227.

232 Papadopoulos 1990.

233 Pilali-Papasteriou et al. 1986, p. 462, fig. 11a.

234 Voir les figurines de Kastri (Thasos), trouvées à l’extérieur d’une tombe proprement dite : les anthropomorphes présentent des ressemblances stylistiques avec des exemplaires du BA ; infra, p. 108 n. 240.

235 Letica 1973, p. 93-94.

236 Voir Dikili Tash I, 1, p. 30.

237 Communication orale de H. Koukouli-Chrysanthaki et de R. Treuil que nous remercions vivement.

238 Ainsi qu’une fusaïole et une herminette polie : Séfériadès 1983, p. 672 ; 1985b, p. 115.

239 « Absence complète des figurines en Macédoine au BR » : Koukouli-Chryssanthaki 1980, p. 72.

240 Koukouli-Chryssanthaki 1992, p. 624-626, fig. 157, pl. 359, 6-8. Ces figurines anthropomorphes présentent des ressemblances avec des types du BA.

241 Ibid., p. 625, n. 451.

242 Tonceva 1980.

243 La figuration en relief d’hommes sur la céramique est attestée tant au NM qu’au NR à Dikili Tash : Deshayes 1970a, fig. 11 ; Marangou 1991b, pl. 8, 3.

244 Voir aussi supra, p. 72.

245 R. Jullien, information orale.

246 Voir infra, p. 123-124.

247 En fait, nous ne savons pas comment s’est formée cette pellicule caractéristique sur ce type de figurines (information orale de G. Schneider, que nous remercions). Nous espérons, à l’avenir, pouvoir effectuer des analyses pour éclaircir ce point.

248 Voir aussi infra, p. 123.

249 Pour une typologie différente des figurines animales, en particulier de Thessalie, voir Toufexis 2003.

250 Chr. Marangou, dans Dikili Tash I, 2, p. 271-312.

251 Voir supra, p. 122 n. 247.

252 Theocharis 1973a, fig. 97-98 ; Zervos 1963, fig. 555 et 558.

253 Theocharis 1973a, fig. 240, à perforation verticale.

254 Suggestion orale de G. Hourmouziadis.

255 Marangou, Grammenos 2005.

256 Sitagroi 1, pl. B1.

257 Voir Chr. Marangou, dans Dikili Tash I, 2, p. 288-289.

258 Les figurines zoomorphes datant du BR dans le Nord de la Grèce sont rares : Koukouli-Chryssanthaki 1992, p. 624-626, fig. 157α, γ, pl. 359, 6-8.

259 Voir supra, p. 97.

260 Voir supra, p. 98.

261 R. Jullien, communication orale. Nous l’en remercions vivement.

262 Remarque de Radunčeva 1976b, p. 36, et de Rodden 1965, p. 88, où il reconnaît pourtant des « moutons et des chèvres grossièrement modelés ».

263 Marangou 1992a, p. 163-164, 167-168 et 330 t. 14.

264 Voir Gimbutas 1982, fig. 53 (Fafos).

265 Tzavella-Evjen 1985, « sanctuaire aux taureaux ».

266 Grammenos 1997, pl. 38, 13 ; Marangou 1996a, p. 192, fig. 8.

267 Voir un pendentif en coquillage dans la grotte de Kitsos : Marangou 1992a, p. 44, avec des références.

268 Voir la figurine de Dimitra III : Marangou 1997b, pl. 67e.

269 Voir Gimbutas 1982, fig. 80-82, de Smilčić (Zadar, culture de Danilo) et Obre II (Butmir ancien). D’Opovo : Tringham, Brukner, Voytek 1985, fig. 11.

270 Marangou 2000, fig. 5a ; 2001c, p. 174, fig. 7-8.

271 Marangou, Grammenos 2005.

272 Gimbutas 1982, fig. 161 (Pietrele, Sud de la Roumanie) et 162 (Podei, Târgu Ocna, Nord-Est de la Roumanie).

273 Todorova 1978, pl. XV, 5a-b ; voir Jungsteinzeit in Bulgarien 1981, fig. 148 (Ploška Mogila, Karanovo VI).

274 Voir infra, p. 127 n. 289.

275 Marangou 1997b, pl. 70c.

276 Gimbutas 1982, fig. 215.

277 Ibid., fig. 216.

278 Ibid., fig. 217 (Dalboki).

279 Ibid., fig. 214.

280 Matériel abondant surtout dans les cultures de Kodžadermen-Gumelnița-Karanovo V-VI, mais aussi de (Pré-)Cucuteni et généralement dans la plupart des cultures néolithiques/chalcolithiques. Voir, par exemple : à Vinica, Radunčeva 1976a, fig. 29, 2 et 53, 1 ; à Gradešnița, Nikolov 1974, fig. 100, 102 et 104, parfois à cornes bien marquées ; voir aussi Nikolov 1970, fig. 15 ; à Sultan, Gaul 1948, pl. LXI ; à Ovčarovo, Todorova 1976, p. 59, fig. 2, et Todorova et al. 1983, p. 76, fig. 33 et pl. VI (horizons VIII, IX, XI, XII), bovidés à cornes ; à Goljamo Delčevo, Todorova et al. 1975, f. 79, 8 (horizon XII) ; à Zaminec, Nikolov 1975 ; à Pernik, Ivanov 1981, p. 33, fig. 22 ; Georgiev 1967, fig. 13, Tell Azmak I (aussi des bicéphales) ; voir aussi fig. 23 (Karanovo V, décor analogue) ; à Jasa Tepe et Banjata à Plovdiv, Detev 1950, fig. 28 ; Detev 1959, fig. 84 ; Detev 1960, fig. 50 ; à Moldova, Truşeşti et Hăbăşeşti (Cucuteni A), Dumitrescu 1979, fig. 181, 182, 189. Voir aussi Marangou 2000 et 2001d, pour une présentation préliminaire du matériel de Dispilio.

281 Marangou 1997b, pl. 70a-b.

282 Par exemple, M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, nos 176-181 et 217, fig. 9.65, 9.151-155, 9.161.

283 Ibid., nos 119, 188, 194, 197, 198, 207-208, 211, 214, 216, 218, 219, fig. 9.62, 9.78, 9.159, 9.160, 9.164, 9.168, 9.175-177, 9.179, 9.181,

284 Ibid., no 190, fig. 9.67, pl. LVI.3, B:1.

285 Hourmouziadis 2002, p. 250, fig. 2.

286 Sitagroi 1, nos 176-184, fig. 9.65-66, 9.151-155, 9.157.

287 Sitagroi 1, nos 194, 197-98, 206, 209-210, 220-221, fig. 9.163, 9.165, 9.173, 9.175-177.

288 À Sitagroi : ibid., nos 188, 214, fig. 9.159-160 ; de la phase II : no 88, fig. 9.77 ; à Servia : Heurtley 1939, p. 165, fig. 35o, pl. X.

289 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, nos 215, 190, fig. 9.75, 9.67.

290 Grammenos 1984, no 15 et 18, phot. 62.

291 Par exemple, M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, nos 207, 208, 217, fig. 9.62, 9.164, 9.161.

292 Blennow 1987, fig. 43, 5-7.

293 Ibid., p. 81, fig. 43, 5 ; Marangou, Grammenos 2005, p. 30.

294 Theocharis 1973b, p. 23.

295 Voir Nikolov 1974, fig. 102, perforation horizontale à travers le corps ; Marangou 1992a, p. 208.

296 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.67 et 70, nos 190 et 193.

297 Toufexis 2003.

298 Batziou 1981, pl. 9b.

299 Milojcić et al. 1976, Taf. 19, 11-12.

300 Tsountas 1908, pl. 34, 10-11.

301 Ibid., pl. 36, 8-9, le dernier figurant un oiseau.

302 Ibid., et Toufexis 2003, fig. 29.14.

303 Weisshaar 1989, pl. 66, 12.

304 Theocharis 1973a, fig. 99 (musée de Volos, no M 5083).

305 Marangou 1992a, p. 42, 45, 47 et 50.

306 Zervos 1963, fig. 557, 558 et 555.

307 Voir supra, p. 123 n. 253.

308 Deshayes 1972, p. 204.

309 Marangou 1992a, p. 95, 104, 106, 108 et 111-116 ; 1997a.

310 Tonceva 1973, p. 477, fig. 8 (1-2) ; Georgiev et al. 1979, fig. 198 (têtes de taureau décorées).

311 Voir supra, p. 125 n. 258.

312 Voir infra, p. 155-156.

313 Dikili Tash I, 1, p. 133-143.

314 Voir infra, p. 154. 

315 Deshayes 1974, p. 76-79 ; four X 30-6 : Dikili Tash I, 1, p. 46, pl. 36c, 171f, 172a-b.

316 Radunčeva 1976a.

317 Marangou 1992a, p. 233 et 236.

318 Marangou 1986a.

319 Bucrane de Dikili Tash : Treuil, Darcque 1998 ; voir Marangou, Grammenos 2005.

320 Voir supra, p. 101.

321 Voir supra, p. 124 n. 256.

322 Marangou 1992a, p. 220-221.

323 Exceptionnelle au Néolithique : Marangou 1992a, p. 178.

324 Dikili Tash I, 1, p. 147-152 ; Helmer 1997, p. 40-41.

325 Voir supra, p. 127.

326 Renaudin 1921.

327 Voir infra, p. 137-138.

328 Voir supra, p. 75.

329 Voir supra, M 305.

330 Voir supra, p. 133.

331 Voir également Dikili Tash I, 2, p. 283.

332 Todorova 1974, fig. 10 ; Todorova 1976, fig. 6, p. 113-115 ; Todorova et al. 1983, pl. 90, nos 1-10 et 12 et pl. couleur VII.

333 Niveau C : Nikolov 1975, fig. 103.

334 Detev 1959, fig. 82, 1 ; Detev 1960, fig. 9.

335 Detev 1950, fig. 27.

336 Gradešnica, niveau C : Nikolov 1974, fig. 104, en bas ; Ruse : Georgiev, Angelov 1957, fig. 172.

337 Culture de Krivodol-Saˇlcuța : Jungsteinzeit in Bulgarien 1981, fig. 177a.

338 Sitagroi 2, fig. 11.17-18, 11.26-11.38.

339 Grammenos 1984, phot. 60, no 27 ; voir Grammenos 1991, pl. 34, 27.

340 Theocharis 1973a, fig. 123 ; Sitagroi 2, p. 437, fig. 11.49.

341 Tsountas 1908, fig. 121.

342 Hauptmann 1981, pl. 20, 7.

343 Attribuée à la phase Verte : Bernabò-Brea 1964, no 4623, pl. LXXXIII, x, et CII 7.

344 M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.84, no 11 (phase II : siège à quatre pieds avec dossier bas) ; Sitagroi 2, fig. 11.34.

345 Niveau B : Nikolov 1974, fig. 64.

346 Popov 1916-1918, fig. 145.

347 Chohadzhiev 2007, p. 126, fig. 104, 2.1-2.2.

348 Detev 1960, fig. 9.

349 Niveau C : Nikolov 1974, n. 51, fig. 104 en bas.

350 Hencken 1955, p. 134.

351 Voir supra, n. 332.

352 Sitagroi 2, fig. 11.34.

353 Niveau A : Nikolov 1975, fig. 42.

354 Niveau B : Nikolov 1974, fig. 64.

355 Gimbutas 1982, fig. 206.

356 Jungsteinzeit in Bulgarien 1981, fig. 151a.

357 Georgiev, Angelov 1957, p. 93, fig. 53 ; Gimbutas 1982, fig. 33.

358 Des fouilles du Père Jérôme : Seure, Degrand 1906, fig. 12, no 288.

359 Chohadzhiev 2007, p. 126, fig. 104, 1.1-1.2.

360 Detev 1950, fig. 27.

361 Dumitrescu 1925, p. 81, fig. 63, nos 17 et 18 et fig. 65.

362 Culture de Krivodol-Sălcuța : Jungsteinzeit in Bulgarien 1981, fig. 177a.

363 Il a été attribué à la phase Bleue : Bernabò-Brea 1964, no 4637, pl. LXXXIII w et CII 6.

364 Detev 1959, fig. 80, 1 et 5 ; 81, a-b.

365 Ibid., fig. 80, 2-4.

366 Detew 1956, fig. 22 ; les fig. 1 à 22 de cet article montrent la grande variété des meubles miniatures de Bulgarie ; Chohadzhiev 2007, p. 126, fig. 104.

367 Des fouilles du Père Jérôme : Seure, Degrand 1906, fig. 17, no 413.

368 Cucuteni ancien, Moldavie : Gimbutas 1982, fig. 26.

369 Grbic 1960, pl. XXI, 2 et 1 (à décor anthropomorphe).

370 NA (Karanovo I) : Simoska, Sanev 1975, pl. XXII, no 2.

371 Par exemple, Letica 1967, pl. VI, 8.

372 Detev 1960, fig. 48, 5-6.

373 Detev 1960, fig. 27.

374 Nikolov 1974, fig. 44. Voir différents types de ces « autels » dans Schwarzberg 2005, et fig. 24.

375 Milojcić et al. 1976, pl. 19, 16a-b.

376 Voir infra, p. 150. 

377 Voir aussi supra, p. 103 n. 205 et p. 104.

378 Gallis 1985.

379 Voir Marangou 1992a, p. 219-220.

380 Deshayes 1974 ; R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 50-52, et Prévost-Dermarkar 2002.

381 Deshayes 1974, p. 86, fig. 24-25.

382 Voir supra, n. 380 ; Koukouli-Chryssanthaki, Treuil, Malamidou 1996, p. 691, pl. VId (secteur grec).

383 Deshayes 1974, fig. 22 et 23 (en haut à gauche) et p. 86.

384 Ibid., p. 89.

385 Selon J. Deshayes, ibid., il appartiendrait au type de « four à blé » (no 12 du carré X 29), datant de la fin du NR.

386 Ibid., fig. 23 en bas, et p. 86.

387 Au NM, il s’agirait de montants formant la carcasse de bois recouverte d’argile : Deshayes 1974, p. 71 et 79. À propos de la construction des fours, à Dikili Tash, voir Prévost-Dermarkar 2002 et Koukouli-Chryssanthaki, Treuil, Malamidou 1996, p. 688-689 et 692-693.

388 Deshayes 1974, fig. 14.

389 « Four à blé » de J. Deshayes ? Cependant, son prétendu original, le four no 12, a été mis au jour au niveau précité Marica-Gumelnița.

390 Sitagroi 1, fig. 8.20 a et b ; Sitagroi 2, pl. 11.26-28.

391 Blennow 1987, p. 80, no F10, fig. 43.

392 Detev 1968.

393 Georgiev, Angelov 1957, fig. 37, 2. Voir Todorova 1978, pl. IX, no 3.

394 Koukouli-Chryssanthaki, Treuil, Malamidou 1996, p. 688 et 700, fig. 6.

395 Ibid., p. 692.

396 L’ouverture a souvent la même forme : voir Todorova et al. 1983, pl. 60, no 14 ; Gaul 1948, pl. XXXI 2-3.

397 Tringham 1971, p. 162.

398 À Ruse, Georgiev, Angelov 1957, fig. 37, 2 (anse en forme de four) ; voir aussi Todorova 1978, pl. IX, 2-3. Voir le modèle de Pernik, ibid., fig. 24, no 18, et celui de Gradešnița, Nikolov 1974, fig. 18 (NR, niveau A).

399 Marangou 1992a, p. 20.

400 Deshayes 1974, p. 76.

401 Sitagroi 1, fig. 8.20a ; Sitagroi 2, pl. 11.26.

402 Gallis 1985.

403 Todorova 1976.

404 Marangou 1992b, en part. pl. 3, 12.

405 Hourmouziadis 1969.

406 Theocharis 1973a, fig. 10, 46 et 47.

407 Gimbutas 1982, fig. 41.

408 Dumitrescu 1968 et 1973.

409 Popov 1916-1918, fig. 136.

410 Gimbutas 1982, fig. 22.

411 Grammenos 1997, pl. 24 : 381-382 ; Marangou 1997b, p. 251 ; voir un objet de Thermi, Marangou 1992b, pl. 3, 9-10 ; 1996, p. 184, fig. 5.

412 Selon Koukouli-Chryssanthaki, Treuil, Malamidou 1996, p. 694-695. La maison 3 aurait, par contre, plutôt un toit plat.

413 Deshayes 1970a, p. 29, fig. 15-16.

414 Deshayes 1970a cite Banner 1956, pl. XXIV, 29 (district de Baranya), p. 167, pl. CXVIII-CXIX, pl. IV 17, 18, 19, 22 (Zalaszanto-Tatika), et Kalicz 1963 pl. VII, 8 (Alsozsolca).

415 Séfériadès 1985a, p. 228, fig. 15-16.

416 TodoroviĆ 1970.

417 Voir supra, p. 105-106.

418 Gimbutas 1982, fig. 154.

419 Ibid., fig. 202 ; M. Gimbutas, dans Sitagroi 1, fig. 9.60 et 9.98, nos 156 et 155 (Sitagroi phase III), décorés, à base concave ou perforée.

420 Detev 1950, fig. 32.

421 Niveau C : Nikolov 1974, fig. 89, en bas, à gauche.

422 Voir infra, p. 155.

423 Voir, par exemple, Schmandt-Besserat 1978 et 1979 ; Marangou 2001a.

424 Ibid., fig. 8-9.

425 Sitagroi 2, p. 242 (phases II et V), fig. 6.23, pl. 6.8a-c (diam. ext. 4,7-8,7 cm ; int. 1,6-2,3 cm).

426 Carington Smith 2000, p. 223-227 et pl. 4.20, phase IV, fin du NM (diam. ext. 3,4-6 cm ; diam. int. 0,7-1,6 cm).

427 Chohadzhiev 2007, p. 126.

428 Par exemple, Detev 1950, p. 5, fig. 10.

429 Voir les anneaux de Ruse, généralement bien modelés : Georgiev, Angelov 1952, pl. XVIII.

430 Todorova et al. 1975, t. 87.

431 Georgiev et al. 1979, f. 203 à la p. 406, et p. 541.

432 Schmidt 1945, pl. 23, no 9 et p. 198.

433 Dikili Tash I, 1, p.124.

434 Voir supra, p. 129.

435 Dikili Tash I, 1, pl. 152d, 202d-f.

436 Dikili Tash I, 1, pl. 155d, 203a.

437 Garašanin, Simoska 1976, p. 29, pl. IX, no 31 (niveau 5, période I).

438 Chohadzhiev 2007, p. 126.

439 Gorce 1974 ; Winn 1981.

440 Gorce 1974, p. 26.

441 Par exemple, Gimbutas 1974, surtout p. 86-87.

442 À titre indicatif, de nombreuses fusaïoles, dont celle de Dikili Tash (Dikili Tash I, 1, pl. 155d et 203a), des figurines (nombreux exemples donnés par Gimbutas 1974), des objets en terre cuite, par exemple de Sesklo (Theocharis 1973a, fig. 181, pl. XIX, 3-4), des fonds de vases (Nikolov 1986, p. 166-184). Les fameuses tablettes de Taˇrtaˇria, le sceau de Karanovo, les plaques de Gradešnița (Nikolov 1974), de Banjica (Gimbutas 1974, p. 131, fig. 89), de Vršac (ibid., p. 207, fig. 161) et le disque de Ploskata Mogila (ibid., p. 208, fig. 164), pour ne citer que des exemples représentatifs, complètent la série. Voir Winn 1981 ; Marangou 2001a et Nikolova 2003.

443 Voir note précédente, ainsi que Todorova 1978, t. 31, no 8. Disque perforé : Nikolov 1986, fig. 14, nos 114-115 (Gradešnița). Voir aussi Radunčeva 1976a (Vinica), p. 43, fig. 31,3 et p. 54, fig. 42, 8 (bord denté). Pour Todorova 1978, p. 85, monogrammes et pictogrammes apparaissent isolés et se distinguent du décor.

444 Voir supra, p. 154.

445 Voir Marangou 2001a.

446 Comme par exemple une maquette de table sur laquelle sont modelés des « pains », à Sitagroi : Sitagroi 2, pl. 11.23b et 11.24.

447 Voir Sitagroi 2, p. 412-413, fig. 107 décorés, phase Sitagroi II.

448 Voir, par exemple, Leroi-Gourhan 1964, p. 262-264, et Leroi-Gourhan 1965, p. 216-217. Voir aussi Chollot-Varagnac 1980, p. 244-446.

449 Voir Marangou 2001a.

450 Voir infra, p. 167.

451 Detev 1950, fig. 32 b, c.

452 Detev 1959, fig. 83, 11 et 86, 1-4 ; Detev 1960, fig. 48, 7-8.

453 Detev 1965.

454 Objet en forme de cylindre aplati, à décor incisé : Pantos 1987-1988 ; Marangou 2001a, p. 43, fig. 19.

455 Plaques décorées : Renfrew 1987, fig. 7 et 10 ; Sitagroi 2, fig. 10.3-10.5 ; p. 427, fig. 11.4. Cylindres décorés : Sitagroi 2, fig. 10.1-10.2 (Sitagroi II) ; Sitagroi 2, p. 479, fig. 13.1.4 le (f) de Chorla Zoodochos Pigi.

456 Dumitrescu 1980, pl. LIII, 1-3.

457 Pour ces difficultés, voir Marangou 1992a, p. 3.

458 Voir supra, p. 137-138.

459 Voir Dikili Tash I, 2, pl. 7 et VII : 3-6.

460 Ibid., p. 280, pl. 108, XXIX. 

461 Voir supra, p. 133.

462 Voir infra, p. 173,

463 Voir supra, p. 92.

464 Dikili Tash I, 2, p. 72-78, pl. 9.

465 Pour ces difficultés, voir Marangou 1992a, p. 3.

466 L’objet M 767 (pl. 73), dont la forme rappelle les vases biconiques, n’est pas un vase miniature, mais un « vase miniature » plein, classé dans la section « divers ». Voir supra, p. 152.

467 Marangou 2001a, fig. 18.

468 Voir Dikili Tash I, 2, pl. 9, types E1 et E4.

469 Voir supra, p. 158.

470 Voir Dikili Tash I, 2, chap. IV, p. 271-312. Une fonction utilitaire ne serait pas contradictoire par rapport à une fonction « symbolique » parallèle ; voir Marangou, Stern 2009.

471 Publiées dans Dikili Tash I, 1, p. 133-143.

472 Le décor des récipients zoomorphes et de deux cuillères est figuratif ; les parois des vases zoomorphes sont décorées en même temps de chevrons, zigzags ou autres motifs linéaires incisés, ce qui les distingue des figurines animales rarement décorées. Voir Dikili Tash I, 1, p. 133-143, et Dikili Tash I, 2, p. 288-289.

473 Pour l’étude du matériel céramique de l’Âge du Bronze de Dikili Tash, nous avions à notre disposition les articles préliminaires de J. Deshayes et de M. Séfériadès, pour la comparaison des types des vases miniatures avec la typologie des vases « normaux ».

474 Publié par Deshayes 1970a, fig. 20.

475 Ibid., p. 30 et n. 55, citant des parallèles dans Dörpfeld 1902, p. 250, fig. 115 = Schmidt 1902 p. 5, nos 156 et 157 de Troie I.

476 Deshayes 1970a, citant Blegen et al. 1950, p. 60, type A12 ; Lamb 1936 p. 79, pl. XI, 322 et pl. XXXV, 191 (III) ; et Bernabò-Brea 1964, p. 614, pl. CXI e. Voir aussi Sitagroi 1, fig. 13.9 (11), et pl. CI (6), pour les tenons de vases perforés verticalement.

477 Voir supra, p. 158.

478 Treuil 1983, p. 406-407 ; C. Commenge-Pellerin, dans Dikili Tash I, 2, p. 42, pl. 7.

479 Par exemple, Dikili Tash I, 2, pl. 10.

480 Ibid., p. 83.

481 Ibid., pl. X : 1, 5.

482 Ibid., p. 83, pl. X : 1-2, 6, et pl. 96, rangée supérieure.

483 Voir Dikili Tash I, 2, p. 63-270.

484 La distinction entre types de vases miniatures n’est pas souvent faite dans les publications.

485 Sitagroi, Olynthe, Paradisos, Vassilika, mais aussi en Thessalie, à Pyrgos, Haghia Sophia, Otzaki, Tsangli, Rachmani (Marangou 1992a, passim, avec des références ; Sitagroi 2, pl. 11.19) ; à Dimitra (Marangou 1997b, p. 251). Plus loin : Ovčarovo, Todorova 1976, p. 72, fig. 4-6, et p. 96, fig. 2-5.

486 Nikolov 1975, fig. 85, 103, 107 (Zaminec, niveau C) ; Nikolov 1974, fig. 84 (Gradešnica, Chalcolithique, niveau C).

487 Sitagroi I, pl. XCV 8, no 61a.

488 Mylonas 1929, fig. 41, no 3.

489 Ibid., fig. 33.

490 Hellström, Holmberg 1978, fig. 11, et Blennow 1987, no P 205. Nikolov 1975, fig. 96 (Zaminec, niveau C) ; Todorova 1976, p. 84, fig. 1-2, p. 95, fig. 3, p. 100, fig. 4-5 ; décor incisé : ibid., p. 76, fig. 1 ; Nikolov 1974, fig. 52, en bas, à gauche (Gradešnica, Chalcolithique, niveau B).

491 Sitagroi I, pl. XCV 5, no 88 ; Mylonas 1929, fig. 64 ; Nikolov 1974, fig. 52, en haut, à droite et fig. 71, milieu (Chalcolithique, niveau B).

492 Marangou 1992a, p. 330, tabl. 15.

493 Letica 1967. Voir le vase miniature zoomorphe incisé et incrusté de Fafos I (Vinča) : Gimbutas 1989, fig.143 (1).

494 VIIe et IXe horizon : Todorova 1976, p. 80, fig. 3, et p. 97, fig. 4.

495 De forme conique avec ouverture au sommet : Art des premiers agriculteurs en Serbie 1979, no 153.

496 À large ouverture au milieu de la partie supérieure ellipsoïdale : ibid., no 90.

497 Sitagroi I, no 113/833.

498 Detev 1974, p. 106, fig. 10, 1 et 2.

499 H. 9,6 cm ; IXe horizon : Todorova et al. 1983, pl. 69, no 13, pl. couleur III, à gauche ; Todorova 1976, p. 55, fig. 2 ; voir Todorova 1978, pl. IV, 2, et Jungsteinzeit in Bulgarien 1981, fig. 184.

500 Niveau A du Chalcolithique : Nikolov 1974, fig. 33 en bas, à droite.

501 Marangou 2001a.

502 Bonev 1982.

503 Letica 1967, pl. IV, 1, V, 1 et I, 9.

504 Marangou 1992a, p. 185.

505 Todorova et al. 1983, pl. couleur VII, pl. 89, 10-11 et 13.

506 Nikolov 1974, fig. 88, en bas.

507 Par exemple, Letica 1967, pl. II, 11.

508 Mylonas 1929, fig. 38-39.

509 Sitagroi I, fig. 13.27: 6-8.

510 Aslanis 1985, p. 137, no 97, pl. 25, 4.

511 Tonceva 1973, p. 472, 476.

512 Marangou 1992a, tabl. 29b ; 1994 ; 1997a et 2001c.

513 Voir Marangou 1992a, p. 18-20 ; supra, p. 167-168. Sur l’éventuelle relation entre vases et outils miniatures dans des tombes d’enfants du BA, voir Marangou 1991a.

514 Marangou 1992a, p. 185 et 194.

515 Treuil 1983, p. 407.

516 Dans des cas où l’échelle de réduction par rapport à l’original a pu en fait être plus grande, aboutissant à des miniatures de dimensions similaires à celles d’originaux plus petits.

517 Ibid., et n. 14 à 17 ; Marangou 1992a, p. 164-165, 168-169.

518 Marangou 2001b.

Table des illustrations

Titre Graph. 1 — Nombre de maquettes et de figurines par phase (FA = figurines anthropomorphes ; FZ = figurines zoomorphes ; MQ = maquettes ; DI = divers ; VM = vases miniatures).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Graph. 2 — Évolution par phases de la typologie et du nombre des figurines anthropomorphes de provenance connue dans le secteur B 1.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Graph. 3 — Évolution par phases de la typologie et du nombre des figurines zoomorphes de provenance connue dans le secteur B 1.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5532/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graph. 4 — Évolution par phases de la typologie et du nombre des maquettes de provenance connue dans le secteur B 1.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5532/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Graph. 5 — Évolution de la typologie et du nombre des vases miniatures de provenance connue, par phase, dans le secteur B 1.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5532/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graph. 6 — Corrélation chronologique par période des figurines anthropomorphes et zoomorphes, des maquettes et des vases miniature.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5532/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search