Version classiqueVersion mobile

Dikili Tash Village Préhistorique de Macédoine orientale I

 | 
Dimitra Malamidou
, 
Christina Marangou
, 
René Treuil

Chapitre I

Les récipients en céramique :
formes et décors du Bronze Ancien et du Bronze Récent

Dimitra Malamidou

Texte intégral

1. Le Bronze Ancien à Dikili Tash (Dikili Tash III)

  • 1 Manning 1995 ; Johnson 1999 ; Maran 1998a ; Nikolova 1999 ; Kouka 2002 ; Treuil et al. 2008 ; Malis (...)
  • 2 Voir Dikili Tash I, 1.

1Le passage du Néolithique à l’Âge du Bronze dans le monde égéen continue à poser de difficiles problèmes1. Transition, discontinuité, rupture sont les termes utilisés pour le décrire, et que l’on cherche à expliquer par un mouvement de population, par un changement climatique ou quelque autre phénomène. Sans doute le changement est-il plus marqué dans la partie méridionale de l’Égée, tandis que les régions centrales et septentrionales du monde égéen restent, semble-t-il, plus fidèles au mode de vie néolithique. Néanmoins, les transformations qui paraissent à première vue simultanées ont pu être en réalité plus espacées dans le temps. En effet, nombre d’entre elles, significatives, se sont produites pendant la dernière phase du Néolithique ou se produiront durant les phases évoluées du BA. Sur le site de Dikili Tash, l’évolution des techniques dans plusieurs domaines ne montre aucun bouleversement au passage du Néolithique à l’Âge du Bronze, alors que dans d’autres nous constatons une discontinuité considérable2.

1.1. La production potière

  • 3 L. Courtois, dans Dikili Tash I, 2, p. 12 et 21.
  • 4 Ibid., p. 17.
  • 5 Ibid., p. 19.
  • 6 Ibid., p. 18.

2La céramique est un des domaines dans lesquels le changement est le plus visible, à Dikili Tash comme ailleurs. Les séries richement décorées (surtout les céramiques peintes) de la période précédente disparaissent et sont remplacées par des poteries monochromes sans décor ou à décor sommaire (cannelures, incisions, impressions). Le changement ne se limite pas au décor, il est plus profond et touche la chaîne opératoire de la production potière. Les poteries du BA se distinguent de celles qui les ont précédées par le choix de la matière première, par le mode de finition particulier des surfaces, ainsi que par le mode de cuisson. L’étude technologique du matériel de Dikili Tash a démontré que les sources des terres utilisées pour la fabrication des poteries néolithiques sont variées, alors qu’elles sont peu nombreuses pour celles du BA. On a constaté d’ailleurs que les choix des terres se sont inversés au cours du temps3. Les céramiques lissées de couleur sombre ont été élaborées dans une terre grasse, riche en matière humique, extraite des strates argileuses des dépôts du marais de Philippes, réservée antérieurement aux poteries les plus grossières. En revanche, une terre claire, moins grasse, plus riche en éléments détritiques, extraite des formations plio-quaternaires qui affleurent à flanc de colline aux alentours de Dikili Tash, a été utilisée pour des céramiques à surface rapidement égalisée de couleur claire4. Ce dernier type de terre, qui était employé pendant le Néolithique plutôt pour la fabrication des poteries à parois fines, cuites à des températures élevées, devient le matériau de prédilection au BA. L’exécution du lissage est alors plus rapide et appuyée, tandis que la grande majorité des poteries sont cuites à des températures inférieures à 850-900 ºC5. Enfin, l’utilisation de l’os pilé comme matière blanche d’incrustation dans le décor incisé ou imprimé est un élément nouveau qui apparaît au BA et remplace la matière carbonatée qui servait pendant le Néolithique6.

3Par ailleurs, l’étude des formes et des décors de ces céramiques, dans le présent volume, témoigne d’un renouvellement du répertoire typologique par rapport à la période précédente. Elle démontre, de plus, que la disparition totale des décors peints au profit de ceux incisés ou imprimés est couplée non seulement à une modification des motifs et de l’organisation de l’ornementation, mais aussi à un changement dans les méthodes mêmes d’exécution du décor incisé ou imprimé.

1.2. Les sondages explorés

  • 7 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 12.
  • 8 Un niveau d’occupation peu épais datant du BA avait été dégagé par D. Théocharis dans le secteur II (...)

4Le matériel céramique datant du BA, présenté dans ce volume, provient des premières fouilles systématiques sur le site de Dikili Tash, effectuées sous la direction de J. Deshayes dans les années 1961-19757 (fig. 1). L’objectif principal de ces fouilles était d’établir la stratigraphie du site. Les recherches qui ont suivi ont confirmé la séquence telle qu’elle avait été établie par ces premières fouilles8.

  • 9 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 12.
  • 10 Ibid., p. 14.
  • 11 Ibid., p. 27.

5Dans le secteur A, au sommet du tell, le BA est représenté par une série de couches successives d’une épaisseur totale de 3,20 m (fig. 2). Les deux premières campagnes de fouille (1961, 1967) ont été consacrées aux sondages R 24 (A), R 25 (B), R 26 (C) et R 27 (D)9. Des extensions successives vers le sud, c’est-à-dire les sondages S 24, T 24, U 24, T 25 et U 25, ont été réalisées en 1974 et 1975. L’ensemble de ces sondages forme le secteur A 2. Un sondage isolé à faible distance plus à l’est, le S 28, fouillé en 196910, forme le secteur A 111 (fig. 1).

Fig. 1 — Plan général du tell de Dikili Tash avec les secteurs fouillés.

Fig. 1 — Plan général du tell de Dikili Tash avec les secteurs fouillés.

Fig. 2 — Sondages explorés et stratigraphie schématique.

Fig. 2 — Sondages explorés et stratigraphie schématique.
  • 12 Ibid., p. 19.

6La technique de fouille employée consistait en un décapage par couches arbitraires, explorées horizontalement dans chaque sondage, et qui ne correspondent pratiquement pas à de véritables sols d’occupation12. Ces couches ont été appelées sols ou niveaux et ont reçu chacune un numéro. La corrélation entre carrés a été établie ultérieurement à l’aide des altitudes des sols ou niveaux et des caractéristiques propres à chacun d’entre eux. Il existe donc une marge d’erreur pour les correspondances entre les niveaux de secteurs éloignés les uns des autres.

7L’enregistrement du matériel a suivi la numérotation des niveaux des deux premières campagnes de fouille dans le secteur A 2. Les extensions successives vers le sud, c’est-à-dire les sondages S 24, T 24, U 24, T 25, U 25 et S 28, ont été fouillées avec une numérotation différente des niveaux, qui a été transformée et adaptée au système précédent dans le but d’homogénéiser la présentation.

1.3. Stratigraphie et périodisation du Bronze Ancien à Dikili Tash

  • 13 Les datations provenant de ces niveaux sont toutes jugées inutilisables (R. Treuil, dans Dikili Tas (...)
  • 14 Treuil 1983, p. 137 ; Treuil et al. 2008, p. 100-103 ; Andreou, Fotiadis, Kotsakis 1996 ; Manning 1 (...)

8Les fouilles ont dégagé 16 niveaux successifs dans le secteur A, nommés de 1 pour la couche la plus haute, près de la surface, à 16 pour la couche la plus profonde. Le niveau qui porte le numéro 17, auquel la fouille s’est arrêtée, appartient au sommet de la dernière couche de destruction du NR (phase II de DT). D’après les observations stratigraphiques dans le secteur A, confirmées par l’étude du matériel, la phase III de DT datant du BA a été divisée en deux sous-phases, III A et III B, correspondant respectivement aux phases I et II du BA dans la région13. Ces deux phases sont datées entre 4500 et 3800 BP (3300-3100 à 2700-2350 av. J.-C.)14. Le BA I (sous-phase DT III A) comprend les niveaux 16 à 12. Les niveaux 11 à 4 et une partie du niveau 3 couvrent le BA II (sous-phase DT III B).

  • 15 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 27-31.
  • 16 Ibid., p. 27.

9Une stratigraphie continue pour l’ensemble de la phase DT III a été observée uniquement dans le sondage R 24 (A) du secteur A 215 (fig. 2, coupe 1-1΄). Les couches correspondant à la première phase du BA (DT III A), d’une épaisseur de moins de 1,50 m, ont été fouillées sur une superficie de 2 × 4 m dans le sondage R 24 (A), ainsi que sur une superficie totale d’environ 10 × 3 m dans les sondages S 24, T 24 et U 24 (fig. 2, coupe 2-2΄). Dans les sondages T 24 et U 24, la pente du tell, de l’ordre de 15 %, fait que l’épaisseur des couches est considérablement réduite vers le sud. La seconde phase du BA (DT III B) comprend des couches d’une épaisseur de 1,70-1,80 m sur une superficie de 19 × 4 m environ. L’ensemble des niveaux attribués à cette phase ont été explorés dans les sondages R 24 (A), R 25 (B), R 26 (C) et R 27 (D), excepté une partie de R 26 (B), où la fouille s’est arrêtée au niveau 6, et l’ensemble de R 27 (D), dans lequel elle s’est achevée après le décapage du niveau 8. De plus, sont attribuées à la même phase des couches d’une épaisseur de 1,50 m sur une superficie de 10 × 3 m dans les sondages S 24 et T 24. L’épaisseur des couches diminue également vers le sud dans ces derniers sondages si bien que, en T 24, on ne trouve que partiellement les couches 9 à 11. Enfin, dans le secteur A 1 (S 28), on a rencontré des couches épaisses de 1,5 m attribuables au BA II sur une superficie de 2,25 × 2,25 m. Elles sont toutefois fortement perturbées16. Par conséquent, le matériel provenant de ce sondage a été utilisé uniquement pour l’analyse typologique.

1.4. Le traitement du matériel

  • 17 Ibid., p. 13, 15-16 et 27-31.
  • 18 Ibid., p. 29-31.

10La superficie fouillée des couches du BA est inférieure à 40 m2 pour la première phase (DT III A) et d’environ 100 m2 pour la seconde (DT III B)17 (fig. 2). Elle était trop restreinte pour permettre la mise en évidence des structures complètes d’habitat et la compréhension de la nature des vestiges traversés. De plus, le matériel étudié a été trié et la quantité de tessons rejetés est difficile à estimer. La numérotation des tessons sélectionnés permet de restituer leur appartenance à des niveaux par sondage, sans que l’on puisse confirmer leur localisation précise par rapport à des bâtiments ou des constructions, à l’exception de quelques fours et foyers ou bien de quelques fosses à cendres18. Ces incertitudes rendent impossibles l’étude de la distribution spatiale et l’analyse statistique et diminuent le nombre des possibilités d’interprétation sur le fonctionnement et l’utilisation des récipients.

  • 19 L. Courtois, dans Dikili Tash I, 2, p. 12-23 ; Courtois 1985.

11L’accent est mis sur la description des types de récipients par phase, leurs variantes, leurs caractéristiques techniques et morphologiques, relatives à la fois à la forme et au décor. En même temps, quelques suggestions concernant leur fonction et leur usage sont faites. Les informations sur la provenance des matières premières, la préparation des pâtes, le façonnage et la cuisson – déjà fournies par l’étude technologique de ces poteries par L. Courtois19 – complètent cette image. La répartition stratigraphique du matériel est ensuite présentée par niveau dans chaque sous-phase, de façon à faire apparaître l’évolution des types de récipients, tout en essayant de les placer dans la périodisation interne du BA à Dikili Tash.

12Pour réaliser l’analyse typologique nous avons eu recours à l’ensemble du matériel conservé, c’est-à-dire 4 vases complets et 1 890 tessons. Pour traiter de la répartition stratigraphique nous avons retenu les vases complets et 717 des tessons mentionnés, les plus grands, pour lesquels on disposait d’informations stratigraphiques sûres. Ces derniers constituent 38 % de l’ensemble du matériel examiné. Sur ce total, 14 % sont à attribuer à la première phase du BA (BA I = DT III A) – faible pourcentage dû à la superficie limitée fouillée pour cette phase.

1.5. L’analyse typologique

  • 20 Nous adoptons la nomenclature et le système de catégorisation de Balfet, Fauvet-Berthelot, Monzon 1 (...)

13Notre analyse adopte une typologie fondée sur la géométrie des formes, avec pour point déterminant la proportion de la hauteur sur les diamètres (maximal et d’ouverture) du récipient20. Le classement proposé répartit le matériel en deux grandes catégories, les récipients ouverts et les récipients fermés. Pour les récipients ouverts, le diamètre maximal coïncide avec l’ouverture. Écuelles, bols et jattes entrent dans ce premier groupe. Les récipients fermés présentent au-dessus du diamètre maximal un diamètre inférieur à celui-ci, coïncidant ou non avec l’ouverture. Les jarres, pyxides et cruches appartiennent à cette catégorie. Puisettes, tasses, plateaux, couvercles et passoires constituent des types particuliers.

14Au total, onze types de récipients ont été reconnus (fig. 3). Sur la base de la morphologie du bord, du corps et de la base des récipients, des sous-types ont ensuite été définis. À l’intérieur de ces sous-types, il existe des variations morphologiques et dimensionnelles qui ne constituent néanmoins pas des critères de classement pertinents.

Fig. 3 — Types de vases du Bronze Ancien.

Fig. 3 — Types de vases du Bronze Ancien.
  • 21 Voir infra, p. 28-33.

15Les vases ouverts sont présentés en premier, en commençant par les formes de plus faibles dimensions. Viennent ensuite les vases fermés, puis, à la fin, les types particuliers. En dehors de la géométrie des formes et des dimensions, la finition de la surface, le décor et son emplacement servent aussi de critères pour l’attribution typologique des fragments. La description des types de récipients rend compte de ces associations, tout en faisant référence à la typologie mise au point pour les céramiques du BA découvertes sur des sites contemporains de la région. En même temps, nous émettons quelques hypothèses sur leurs usages potentiels, en tenant compte du fait que la morphologie peut suggérer certaines fonctions sans en exclure d’autres. L’analyse des motifs et de l’organisation du décor par phase présente les tendances dominantes dans la décoration et dans les associations forme-décor21.

Les formes du Bronze Ancien I (Dikili Tash III A)

Écuelle

16(Pl. 1, 14919 et 14886 ; pl. 4, 12179)

  • 22 Sitagroi 1, fig. 13.9:8.
  • 23 Nikolova 1995, fig. 1:3.

17Récipient peu profond avec une grande ouverture, à profil simple, à parois fortement évasées rectilignes, légèrement concaves ou convexes22. La proportion diam./h. est de 2,5-3,5/1. La base est continue, l’assise et le fond sont plats. L’épaisseur de la paroi est de 0,5-1 cm. La lèvre est le plus souvent simplement arrondie et parfois même amincie. Quelques exemplaires portent au-dessous de la lèvre des mamelons ou des tenons perforés verticalement (pl. 1, 14886). La pâte est moyennement dégraissée, la surface polie de couleur brun foncé à noir. Le décor, quand il existe, est imprimé et/ou incisé. Il s’organise le plus souvent en séries de triangles remplis de points imprimés (pl. 1, 14919) ou d’encoches courtes en forme de lunule. Il peut également se présenter sous forme de doubles lignes d’impressions triangulaires disposées librement sur la surface intérieure et extérieure du vase (pl. 4, 12179). Dans la variante à parois convexes, la lèvre porte des impressions digitales23 (pl. 1, 14886).

18Ce type de récipient est probablement destiné à la présentation et à la consommation de la nourriture, individuelle ou collective, dans des contextes quotidiens ou spéciaux.

Bol à parois évasées

19(Pl. 1 et pl. A, 15056)

  • 24 Sitagroi 1, fig. 13.5:4 ; Grammenos 1981, fig. 27:518 ; Bernabò Brea 1964, tav. XXX.

20Récipient relativement profond, avec une ouverture qui correspond au diamètre maximal. Les parois sont évasées, rectilignes ou légèrement convexes24. La proportion diam./h. est de 1/1-1,5. Le diamètre de l’ouverture varie entre 15 et 30 cm. Les moyens de préhension, quand ils existent, adoptent la forme de petits boutons non perforés au-dessous de la lèvre. La pâte est moyennement dégraissée, la couleur des surfaces varie de brun rouge à brun foncé ou noir ; parfois, il existe des variations de couleur dues à une cuisson différenciée. Les surfaces sont sommairement lissées ou moyennement polies. Un exemplaire dont la surface est mieux polie porte un décor incisé et imprimé sur la surface extérieure. Des triangles juxtaposés, remplis de points imprimés, sont disposés en une bande horizontale, au-dessous de la lèvre, formant un zigzag réservé, délimité par des lignes incisées. La lèvre porte des encoches obliques.

21Ces récipients, comme le type précédent, étaient probablement destinés à la présentation et à la consommation d’aliments.

Bol à parois verticales et anses sur la lèvre

22(Pl. 5, 12509)

  • 25 Sitagroi 1, fig. 13.9:1.

23Récipient profond, peu représenté dans le matériel. L’ouverture coïncide avec le diamètre maximal, qui mesure 18-20 cm. Les parois sont droites et verticales, probablement en continuité avec une base plate, mais nous n’avons pas d’exemplaires complets. La lèvre est arrondie ou amincie. De courtes anses verticales en ruban sont implantées sur la lèvre et se prolongent verticalement, le long de la paroi, au-dessus du bord25. La pâte est moyennement dégraissée, la surface est sommairement lissée, de couleur brun clair. Il n’existe pas de décor.

24Comme les exemplaires conservés de ce type de vase dans notre matériel ne permettent pas d’en déduire la forme complète, nous nous contentons de proposer une fonction potentielle dans la préparation de la nourriture.

Bol à bord rentré

25(Pl. 2, 46737 ; pl. 4, 9203 ; pl. 5, DT 255 et 46353 ; pl. 34, 46729)

  • 26 Sitagroi 1, fig. 13.5:1, 13.6:3 et 7 ; Aslanis 1985, Taf. 5:1-11 ; Bernabò Brea 1964, tav. XXIII.

26Récipient relativement profond dont le diamètre maximal est supérieur à celui de l’ouverture. Les parois sont incurvées et le bord est rentré26. La proportion diam./h. est à peu près de 2/1. La base est continue, l’assise et le fond sont plats. L’épaisseur de la paroi est de 0,5-1 cm. La lèvre est arrondie et parfois amincie. Ce type porte des anses, une seule ou une paire, situées légèrement sous la lèvre, au niveau du diamètre maximal (pl. 2, 46737 ; pl. 4, 9203 ; pl. 5, 46353 et DT 255). Il s’agit de tenons de forme circulaire perforés horizontalement, ou de forme légèrement oblongue disposés horizontalement, à perforations verticales simples, doubles ou encore multiples. Ce genre de dispositif de préhension pouvait permettre de passer des cordelettes ou des chevilles destinées à suspendre le récipient ou à maintenir un couvercle en place. Rares sont les anses en trompette implantées sur le bord (pl. 34, 46729). Il s’agit essentiellement de tenons tubulaires dont le diamètre au milieu est inférieur à celui des extrémités, qui apparaissent comme élargies, avec une tendance à former une légère saillie. Ce type d’anse est presque toujours perforé horizontalement. La surface des vases est soigneusement lissée à l’extérieur, moins bien finie à l’intérieur. La couleur de la surface est brun foncé à noir, brun rouge ou présente des variations du fait de la cuisson. La pâte est moyennement dégraissée, en fonction de la taille du récipient. Ces bols ne portent pas de décor.

27Leur taille moyenne et la forme rétrécie de leur ouverture rendent ces vases propices à la consommation d’aliments plutôt liquides (soupes ou boissons). Néanmoins, nous ne pouvons écarter une utilisation pour la cuisson au four ou sur le feu, en particulier pour les exemplaires de plus grande taille.

Bol à parois sinueuses

28(Pl. 2, 12517 ; pl. 3, 45799 ; pl. 4, 12505 & 12515 ; pl. 5, 9233 ; pl. 6, 46717 ; pl. 34, 12505 & 12515 et 12680 ; pl. A, 45799 et 46717)

  • 27 Sitagroi 1, fig. 13.4:1-5, 13.6:8-9 ; Grammenos 1981, fig. 27:521, 28:543, 31:602 ; Papadopoulos 20 (...)
  • 28 Lichardus, Krastev-Iliev 2001, Taf. 8,8.

29Type de vase légèrement fermé à l’ouverture. Il se caractérise par une partie inférieure convexe, formant une panse arrondie, parfois légèrement carénée, et une partie supérieure droite ou légèrement concave qui constitue un rebord vertical ou légèrement rentré27. Le profil est continu, la lèvre arrondie ou amincie. Un fragment porte un bouton sur la lèvre (pl. 6, 46717 ; pl. A, 46717). La base est continue et l’assise plate. Le diamètre à l’ouverture est de 14-15 cm, légèrement inférieur au diamètre maximal de la panse qui mesure 17-19 cm. La hauteur maximale est de 10-12 cm, la proportion diam./h. est donc de 1-1,5/1. L’épaisseur des parois varie entre 0,5 et 1 cm. La pâte est assez fine ou moyennement dégraissée. La surface est bien polie à l’extérieur et à l’intérieur. Elle est sombre, brun foncé ou noir. Quelques exemplaires sont fabriqués dans une pâte plus grossière et présentent une surface simplement lissée ou moyennement polie (pl. 34, 12505 & 12515). Seul l’extérieur de ces vases porte un décor cannelé, exécuté au polissoir. Des bandes de rainures ou de cannelures courtes verticales, obliques ou en arc de cercle, sont disposées à la hauteur de l’épaule ou de la carène. Dans certains cas, il existe une combinaison des cannelures de la panse avec des motifs incisés et imprimés sur le bord (pl. 5, 9233). Parfois, au lieu de cannelures, on trouve plutôt des séries de courtes incisions (pl. 34, 12680)28.

30Comme le précédent, ce type de vase a pu être destiné à la présentation et à la consommation d’aliments, solides ou liquides.

Jatte

31(Pl. 2, 14890 ; pl. 3, 45756 ; pl. 34, 49002 ; pl. A, 14890)

  • 29 Sitagroi 1, fig. 13.7, 13.9:10 ; Grammenos 1981, fig. 28:541 ; Aslanis 1985, Taf. 16:1-2.

32Récipient ouvert profond, de dimensions plus grandes que les écuelles ou les bols. Nous n’avons pas d’exemplaire complet. La forme peut être restituée avec un profil en S ou à paroi légèrement incurvée. Le diamètre à l’ouverture dépasse les 30 cm et atteint parfois 50 cm. La hauteur devait dépasser le diamètre maximal ; la proportion diam./h. serait donc de 1/1-1,5. La forme peut être munie de mamelons ou de boutons circulaires disposés à plusieurs au-dessous de la lèvre, ou encore de petites anses en ruban verticales (pl. 3, 45756)29. La pâte est grossière, les surfaces sont lissées ou sommairement polies, de couleur brune ou brun rouge foncé, avec par endroits des traces noirâtres dues à la cuisson. Il n’existe pas de décor, à moins que l’on attribue à cette forme, sans pouvoir être affirmatif, quelques tessons de petite taille qui portent un décor imprimé ou incisé (pl. 34, 49002).

33Ces vases ouverts et profonds ont pu servir à la présentation et à la consommation de liquides (soupes ou boissons) et/ou de solides, ainsi qu’au mélange (battage, délayage, etc.) ou au trempage (mouillage) des aliments en vue de leur consommation. La fonction de stockage à court terme pourrait être également compatible avec leurs caractéristiques morphologiques.

Jarre30

  • 30 La distinction entre les jarres et les grandes jattes se fait surtout par l’épaisseur de la paroi q (...)

34(Pl. 34, 47182 et al., 45743 et 45992)

  • 31 Sitagroi 1, fig. 13.8 ; Grammenos 1981, fig. 26:493-496, 30:574.
  • 32 Voir infra, p. 21-22.

35Récipient fermé de grandes dimensions31. La forme n’est pas bien documentée pour la phase BA I ; elle devient plus fréquente pendant le BA II32. Les couches du BA I (niveaux 16-12) n’ont fourni que quelques fragments de panse et des fragments de bord de jarres à col. Au niveau 17/16, plus précisément, on a ramassé quelques fragments d’une jarre à col, à profil continu, avec un bord vertical. La jarre porte des encoches sur le col et, à la base de celui-ci, une série d’impressions peu profondes (pl. 34, 47182 et al.). La pâte est grossière, la surface sommairement polie, de couleur brun clair. Certaines anses verticales, en ruban ou de section circulaire, devaient aussi appartenir à des jarres, si l’on en juge par l’épaisseur de la paroi. Un fragment de panse porte un décor incisé : des lignes rectilignes croisées sont disposées en une zone délimitée en haut par une incision (pl. 34, 45743). Un autre fragment porte une bande en zigzag hachurée (pl. 34, 45992).

36La fonction de stockage paraît évidente puisqu’il s’agit de vases d’une capacité relativement importante et dont l’ouverture peut être aisément obturée. Ces jarres devaient être utilisées pour la conservation des provisions à long ou à moyen terme.

Puisette

37(Pl. 2, 47629 ; pl. 3, DT 118 et DT 251 ; pl. 4, DT 259 ; pl. 34, DT 143 et DT 251)

  • 33 Sitagroi 1, fig. 13.4:6-12, 13.10:9 ; Grammenos 1981, fig. 27:522, 31:603 ; Bakalakis, Sakellariou (...)
  • 34 Voir Sitagroi 1, fig. 13.10:8 ; Grammenos 1981, fig. 27:523.

38Récipient ouvert de faibles dimensions, peu profond, à fond arrondi, paroi convexe plus ou moins carénée, lèvre verticale, parfois légèrement amincie. Le diamètre ne dépasse pas les 10 cm. Le vase est pourvu d’une anse haute en ruban surélevée au-dessus du bord33. La pâte est moyennement dégraissée, la surface polie est brun foncé à noir. Le décor, quand il existe, est limité à une série de cannelures courtes ou d’impressions peu profondes au niveau du point d’inflexion de la paroi. Un fragment provenant du niveau 15 révèle un grand diamètre (15 cm) et l’on se demande s’il ne s’agit pas du seul exemplaire d’un type de bol peu profond à profil presque caréné et impressions peu profondes au polissoir sur la zone du changement de profil34 (pl. 2, 47629).

39Ce type de vase est d’habitude considéré comme un récipient servant à puiser des substances liquides ou solides dans des jarres ou d’autres dispositifs utilisés pour le stockage des denrées alimentaires. Son usage pour le transvasement et l’absorption de liquides constitue une autre possibilité.

Cruche

40(Pl. 6, 46289 ; pl. 34, 47000)

41Vase haut fermé, muni d’une anse verticale. La forme est peu représentée dans le matériel. Un fragment de col, avec le départ d’une anse sur la lèvre, suggère une variante à ouverture horizontale. La pâte est assez dégraissée et la surface sommairement égalisée. Quelques fragments d’anses en ruban pourraient appartenir à des cruches.

42Pour l’utilisation de ce type de récipient, voir infra, p. 23-24.

Les décors du Bronze Ancien I (Dikili Tash III A)

43La céramique des niveaux du BA I est dans l’ensemble peu décorée. Bien que les trois techniques de base pour les décors du BA, l’impression, l’incision et les cannelures, soient attestées dès le début de cette première phase, il est clair que leur application est limitée. D’une part, il existe des types de vases qui ne portent aucun décor ; d’autre part, même pour les vases décorés, les motifs utilisés sont simples, tout comme leur organisation, leur exécution semble hâtive et sommaire, et ils couvrent seulement une petite partie de la surface du récipient. Aucune trace d’incrustation de pâte blanchâtre n’a pu être distinguée dans les décors imprimés ou incisés de cette phase.

Techniques de décor

Impression

44La technique de l’impression a été utilisée pour décorer la surface intérieure et extérieure des vases (pl. 1, 14919 et 15056 ; pl. 4, 12179 ; pl. 34, 47000 et 46520). Les impressions fines en forme de petits points ont été exécutées avec un instrument fin pointu. Les impressions triangulaires proviennent d’un instrument à extrémité triangulaire en coupe (pl. 4, 12179). On rencontre aussi des encoches formées par l’appui d’un ongle ou d’un instrument qui laisse des impressions en lunule (pl. 34, 47182 et al. et 46520). Il existe une troisième variante de ce type de décor : des impressions peu profondes, circulaires, qui ont été probablement formées par pression avec le doigt et/ou le polissoir.

Incision

45La technique de l’incision n’est pas très répandue pendant la première phase du BA. Elle est utilisée en complément du décor imprimé (pl. 1, 14919 et 15056 ; pl. 34, 46520) ou encore pour former des motifs rectilignes simples. En général, les incisions sont fines et peu profondes. L’instrument utilisé devait être mince et très pointu. L’exécution est peu soigneuse et, par conséquent, la géométrie des motifs n’est pas rigoureuse (pl. 34, 45984, 45743, 12680 et 45992 ; pl. A, 15056).

Cannelures

46La technique du décor cannelé est assez fréquente, mais liée principalement au seul bol à parois sinueuses (pl. 2, 12517 ; pl. 3, 45799 ; pl. 4, 12505 & 12515 ; pl. 5, 9233 ; pl. 6, 46717 ; pl. 34, 12505 & 12515 ; pl. A, 45799 et 46717). Sur ce récipient, les cannelures sont larges et courtes, rectilignes ou en arc de cercle. Dans un premier temps, elles sont réalisées aux doigts ou à l’aide d’un instrument non tranchant, elles sont ensuite finies au polissoir. L’exécution plus ou moins soigneuse dépend de la qualité du polissage de chaque vase.

Organisation des décors : les motifs et leur disposition

47Les décors sont placés de manière privilégiée au niveau des points de changement du profil : la base du col, l’épaule, la carène ou la courbure de la panse. Les vases ne sont que très rarement décorés à la fois à l’intérieur et à l’extérieur, comme c’est le cas des écuelles. Les bols et les formes profondes et fermées portent leur décor sur la surface extérieure et parfois sur la lèvre.

48Les motifs sont linéaires, géométriques et rectilignes (fig. 4). Les impressions fines en forme de petits points sont groupées d’ordinaire en triangles juxtaposés, délimités par des incisions, ou parfois plus libres sur la surface intérieure et extérieure des vases (pl. 1, 15056 ; pl. 34, 47000 ; pl. A, 15056). Les impressions en forme de lunule sont également utilisées pour remplir des triangles. Les impressions triangulaires disposées en groupes de lignes sont moins fréquentes (pl. 4, 12179). Des lignes incisées encadrent les triangles imprimés (pl. 1, 14919 ; pl. 34, 46520). L’incision est par ailleurs utilisée pour former de simples motifs rectilignes sur les jarres ou sur d’autres vases fermés de forme indéterminée. Ces motifs sont composés de bandes en zigzag hachurées ou de triangles hachurés disposés en zones relativement lâches (pl. 34, 45743 et 45992). Un tesson portant un motif plus complexe de frise de losanges remplis de croisillons est probablement un élément intrusif provenant de couches postérieures (pl. 34, 49002). Les cannelures larges et courtes, rectilignes ou en arc de cercle, verticales ou obliques, couvrent la zone de changement du profil sur la panse des bols (pl. A, 45799 et 46717), plus rarement d’autres zones, comme le bord d’un vase de forme indéterminée.

Fig. 4 — Motifs de décor du Bronze Ancien.

Fig. 4 — Motifs de décor du Bronze Ancien.

Les formes du Bronze Ancien II (Dikili Tash III B)

Écuelle
  • 35 Voir supra, p. 8-10.

49(Pl. 12 ; pl. 13 ; pl. 16, 45501 et 45520 ; pl. 20, D 85 ; pl. 21, C 81 et D 113 ; pl. 26 ; pl. 29, C 156 et D 159 ; pl. 36, 45339 et D 26 ; pl. 37, A 48, B 6, B 3, B 4, D 36, A 74bis et B 173 et al. ; pl. 38, 45520 ; pl. 39, D 79, D 128, D 88, D 67 et C 14 ; pl. 40, D 158, B 69, C 149, C 141 et B 58 ; pl. 44, 1616 ; pl. B, A 63, B 14, D 37, 39202, A 74, B 174 et B 13) La forme existe depuis la phase précédente35. Le diamètre de l’ouverture oscille entre 15 et 35 cm. Les variantes déjà présentées continuent à exister avec ou sans décor. Quelques exemplaires portent à l’intérieur un décor de triangles incisés, disposés en bandes concentriques (pl. 13, B 173-B 15 et A 68-B 83 ; pl. 37, B 173 et al.). L’incision est assez hâtive et irrégulière, rappelant la technique de la phase précédente.

  • 36 Sitagroi 1, fig. 13.12 ; Papadopoulos, Papalazarou, Tsoutsoubei-Lioliou 2007, fig. 13 ; Kulov 2011, (...)

50Deux variantes de ce type, différenciées par la forme de la lèvre, sont caractéristiques de cette phase36. Il s’agit en premier lieu d’une écuelle évasée à lèvre amincie à l’intérieur : ainsi une surface plane se forme sur la lèvre qui est décorée de bandes à croisillons ou de triangles hachurés ou croisillonnés, disposés sur un ou deux rangs (pl. 12, A 48 et B 6 ; pl. 29, D 159 ; pl. 36, 45339).

51L’autre variante est une écuelle évasée à lèvre épaissie à l’intérieur ; ce bourrelet est orné de lignes courtes obliques continues ou en groupes, incisées, cannelées ou en relief (pl. 26, B 114 et 48403 ; pl. 43, D 132). Sur un exemplaire, mis à part le décor de la lèvre, toute la surface porte un enduit rouge poli.

  • 37 Sitagroi 1, fig. 13.13:1-4, 8, pl. XCVII, 1-2 ; Grammenos 1981, fig. 25, 458 ; Papadopoulos 2007, f (...)

52Un autre groupe d’écuelles évasées très ouvertes, à lèvre simple, porte à l’intérieur une ornementation très riche et couvrante (pl. B, A 63, B 14, D 37, 39202, A 74, B 174 et B 13)37. Les décors sont linéaires, formés par des incisions dessinant des zigzags superposés, emboîtés, des zones de croisillons, des bandes de triangles pendants quadrillés à mailles très serrées, des zones hachurées ou encore des faisceaux de zigzags croisés. Il peut y avoir aussi des séries de petits triangles imprimés ou excisés en rangs horizontaux parallèles et serrés, en alternance parfois avec une ou deux lignes incisées (pl. 16, 45501 et 45520 ; pl. 26, D 132 ; pl. 36, A 38 ; pl. 37, A 74bis ; pl. 38, 45520 ; pl. 39, 19853 ; pl. 43, A 218). Ces rangs de triangles sont parfois opposés ; ils dessinent alors un zigzag réservé. On les rencontre également associés à des panneaux à croisillons incisés. Les damiers incisés dont les cases sont marquées d’un gros point, ou alternativement vides et marquées d’un point, ou quadrillées, sont assez fréquents (pl. 21, C 81 et D 113 ; pl. 29, D 159 ; pl. 39, C 7 et B 37 ; pl. 44, 1616). Ils se trouvent associés à d’autres motifs comme les bandes de lignes parallèles ou de points. Des points assez gros remplis de pâte blanche forment des motifs variés tels des guirlandes de demi-cercles ou de triangles pendants (pl. 9 et 36, D 26). Quelques exemplaires portent un décor à impressions de cordes. Les motifs, dans ce cas, sont beaucoup plus espacés, mais nous ignorons leur organisation à cause de la taille réduite des tessons.

53Dans toutes les variantes, le décor incisé est rempli d’une matière blanche qui fait très nettement ressortir les riches motifs sur la surface foncée des vases. Des anses verticales en ruban, des mamelons ou des tenons horizontaux non perforés portant souvent des impressions digitales peuvent être placés au-dessous de la lèvre.

54Ces récipients servaient probablement à la présentation des aliments en vue de leur consommation plutôt collective, au quotidien ou lors d’événements particuliers (fêtes, repas familiaux, repas rituels). Ces opérations sont d’ordinaire marquées culturellement, puisqu’elles impliquent le rassemblement de convives et la présentation de plats divers, selon les habitudes commensales, dans le cadre d’activités plus ou moins socialement valorisées. La richesse du décor de la majorité de ces vases vient étayer une telle hypothèse.

Bol à parois évasées

55(Pl. 8, A 231 ; pl. 14, A 41 et A 210 ; pl. 16, B 91 ; pl. 21, C 130 et C 48 ; pl. 25, A 185 ; pl. 27, A 218 ; pl. 40, C 484 et 8381 et al. ; pl. B, A 41 et A 210)

  • 38 Voir supra, p. 10.
  • 39 Sitagroi 1, fig. 13.15:1-2, 13.16:2 ; Grammenos 1981, fig. 7:65 ; Kulov 2011, fig. 4:4-11, 9:2 ; Al (...)

56La forme existe depuis la phase précédente38. Habituellement, ces vases ne portent pas de décor ou très peu39. Les exemplaires à paroi légèrement concave sont souvent munis de petits mamelons au-dessous de ou sur la lèvre (pl. 14, A 41 et A 210 ; pl. 16, B 91), ou de languettes horizontales en saillie perforées verticalement (pl. 21, C 48 ; pl. 40, 48381). Sur un autre fragment, sous l’anse en tunnel, une langue trapézoïdale est posée dans le prolongement de la paroi évasée (pl. 27, A 218). Dans certains cas, la lèvre plate porte des impressions digitales. Dans une variante très peu représentée dans notre matériel, la lèvre plus ou moins en saillie forme une surface plane. Un seul exemplaire est décoré à la fois d’incisions et d’impressions (pl. 21, C 48 ; pl. 40, 48381). Il existe enfin un seul tesson d’une autre variante sans décor, à lèvre en forme de T.

57Ces récipients étaient probablement destinés à la préparation et à la présentation des aliments à consommer.

Bol à parois verticales et anses sur la lèvre

58(Pl. 29, 1616)

  • 40 Voir supra, p. 10-11.
  • 41 Voir Aslanis 1985, Taf. 56:4.

59Ce récipient profond, déjà décrit ci-dessus40, est encore présent au cours de la seconde phase, mais les exemplaires sont peu nombreux41.

Bol à parois verticales

60(Pl. 9 et B, 47251 et al. ; pl. 14 et 37, B 179-A 50 ; pl. 17, B 98 ; pl. 23, D 112 ; pl. 36, A 7, A 18, 45921 et A 70 ; pl. 37, C 78 et al. et B 178 ; pl. 39, D 79, D 128, D 88, D 67 et C 14 ; pl. 44, ABCD 15, D 157, ABCD 16, A 207, 45692, 45204, ABCD 22, A 206, ABCD 14 et 48425)

  • 42 Sitagroi 1, fig. 13.13:11 ; Nikolova 1995, fig. 12:1-2.

61La forme apparaît pour la première fois pendant la seconde phase du BA, mais elle est peu représentée42. Il s’agit d’un récipient ouvert assez profond à profil continu, avec une panse convexe puis la partie supérieure de la paroi verticale jusqu’à la lèvre. Il n’existe pas de moyens de préhension. La pâte est peu dégraissée ; la surface, polie à l’extérieur et lissée à l’intérieur, est de couleur brun foncé à noir.

62Sur l’exemplaire le mieux préservé, le décor est incisé (pl. 9 et B, 47251 et al.). Sur la panse, il couvre une zone horizontale, avec de grands triangles à croisillons opposés, formant entre eux de grands losanges emboîtés dont les centres sont marqués de gros points. Une autre zone de losanges quadrillés est placée au-dessous de la lèvre. Sur d’autres fragments, des séries de triangles, de lignes en zigzag, de bandes de croisillons ornent la panse en une zone continue ou dans des métopes (pl. 14 et 37, B 179-A 50 ; pl. 17, B 98 ; pl. 23, D 112). Certains de ces récipients ne présentent aucun décor.

63La taille et la forme de ces récipients les rendent propices à la consommation individuelle de boissons dans des contextes marqués culturellement (coupes à boire pendant des fêtes, par exemple). La richesse du décor est peut être un élément en faveur de cette interprétation.

Bol à bord rentré

64(Pl. 7, 46004 ; pl. 8, 45892 et A 14 ; pl. 14, B 152 et B 172 ; pl. 16, A 226, B 94 ; pl. 17, A 79 et 45338 ; pl. 20, C 96 et DT 3 ; pl. 22 ; pl. 23, B 73, B 63, D 403, C 79 et D 146 ; pl. 27, 49025 & 49029 et B 139 ; pl. 30 ; pl. 35, 47359, A 27, A 395 et A 396 ; pl. 36, A 4 et D 15 ; pl. 38, A 79, C 302, D 42, D 43, D 80 et D 127 ; pl. 40, C 147, ABCD 13, ABCD 21, C 243, D 98, C 64, A 187, B 66 et D 105 ; pl. 43, 49025 & 49029 et B 116 ; pl. 44, 45663)

  • 43 Voir supra, p. 11.
  • 44 Sitagroi 1, fig. 13.11:3, 13.26 ; Grammenos 1981, fig. 19:338, 24:453 ; Kulov 2011, fig. 3, 9:3-9 ; (...)
  • 45 Malamidou 2007, fig. 20 ; Grammenos 1981, fig. 18:300, 19:321-322 ; Tončeva 1981, fig. 15,4.

65Cette forme existe depuis la phase précédente43, mais prend toute son importance au BA II44. Le diamètre de l’ouverture varie entre 15 et 30 cm. La forme est le plus souvent munie d’anses, en paire ou seule, sur le bord ou légèrement au-dessous de la lèvre. Il s’agit d’anses en ruban verticales courtes, de mamelons ou de tenons qui ont la forme d’un bouton circulaire, parfois perforé verticalement ou horizontalement (pl. 8, A 14 ; pl. 16, B 94 ; pl. 20, DT 3 ; pl. 22, C 57 ; pl. 30, 48249 ; pl. 40, B 42 ; pl. 43, B 116 ; pl. 44, 45663). Les tenons oblongs à perforations multiples sont désormais moins fréquents. Un autre type d’appendice fait son apparition pendant cette seconde phase : une anse en oreillette oblongue horizontale, presque rectangulaire, implantée sur la lèvre, parfois la dépassant légèrement (pl. 18, B 106 ; pl. 23, B 63). Toutefois les moyens de préhension les plus fréquents pour ces récipients sont les tenons tubulaires, perforés horizontalement ou non, et les anses en trompette fixés sur le bord (pl. 7, 46004 ; pl. 23, D 403 ; pl. 30, A 203). Il peut y avoir aussi deux à quatre petits mamelons au niveau du diamètre maximal. Un seul exemplaire porte au niveau de la lèvre un bec verseur, probablement en gouttière (pl. 39, DT 3 : notez que la photographie a été prise après restauration)45. Certains fragments portent une série de perforations sous la lèvre (pl. 8, A 14).

  • 46 Nikolova 1995, fig. 6:4 ; Hiller, Nikolov 1997, fig. 155:1-12.
  • 47 Nikolova 1995, fig. 7:4 ; Georgiev et al. 1979, fig. 140.
  • 48 Alexandrov 1995, fig. 6:90.

66La majorité de ces bols ne porte pas de décor. Quand le décor existe, il s’agit de cannelures46 (pl. 14, B 172 ; pl. 20, C 96 ; pl. 22, D 105 ; pl. 40, D 105 ; pl. 43, B 116), de simples motifs incisés, d’impressions alignées juste sous la lèvre (pl. 14, B 152 ; pl. 17, 45338 ; pl. 22, B 56 ; pl. 38, A 79). Une série d’exemplaires est ornée de reliefs : des cordons appliqués verticaux, obliques ou en chevron, partant de la lèvre, sont disposés sur la partie haute de la panse (pl. 22, A 181 ; pl. 23, B 73 ; pl. 30, 45663 et A 219 ; pl. 36, D 15 et A 4 ; pl. 38, D 42 ; pl. 40, C 64, A 187, B 66, C 147, ABCD 13, ABCD 21, C 243, D 98)47. Quelques anses en trompette portent des cannelures ou des incisions (pl. 23, D 146)48.

67Pour l’utilisation de ce type de récipient, voir supra, p. 11.

Bol à parois sinueuses

68(Pl. 7, 45768 ; pl. 14, A 64 et al., D 38 ; pl. 23, D 112 ; pl. 27, C 79 ; pl. 31, 48078 et al., C 153, C 208 et D 161 ; pl. 35, 46612 ; pl. 36, 46601, 46070, A 15 et 46549 ; pl. 39, D 89, B 54, 45407 et D 81 ; pl. 41, C 149, C 77, B 57, C 55, C 49 ; pl. 44, 45464, C 154, 46379 et 4660 ; pl. B, 45768, A 10 et D 21 ; pl. C, A 64 et al., A 178, C 148, B 57, C 80, D 133, C 94, C 143, A 257 et 45473)

  • 49 Voir supra, p. 11-12.

69Type de vase caractéristique de la phase précédente (BA I)49. Le diamètre de l’ouverture varie entre 16 et 30 cm. Ce bol présente un décor cannelé incisé ou imprimé sur la panse. Les exemplaires cannelés portent parfois aussi des cannelures horizontales sous la lèvre (pl. 36, A 15, 46070 et 46549). Un exemplaire est orné de tenons oblongs verticaux qui interrompent la série de cannelures très fines et peu profondes disposées verticalement sur la panse (pl. 7 et pl. B, 45768).

  • 50 Sitagroi 1, fig. 13.10:7, 13.13:9 ; Papadopoulos 2007, fig. 8 ; Kulov 2011, fig. 3:4, 3:13 ; Alexan (...)

70Le décor cannelé tend à disparaître pendant la seconde phase au profit d’un décor incisé ou imprimé50. Le bol est souvent muni de tenons horizontaux sur la lèvre avec une, deux ou trois perforations. Le décor incisé et imprimé est le plus souvent riche et dense, très couvrant. Les motifs sont disposés dans des métopes créées par des groupes de lignes verticales accentuées par des séries d’impressions. Les motifs sont assez foisonnants : croisillons, groupes de lignes rectilignes et en zigzag en alternance, losanges en série croisillonnés ou marqués au centre d’un point imprimé (pl. 23, D 112 ; pl. 31, C 153, C 208 et D 161 ; pl. 41, C 77, B 57, C 55, C 49 ; pl. 44, 4660 ; pl. B, A 10 et D 21 ; pl. C, A 178, C 148, B 57, C 80, D 133, C 94, C 143 et A 257). Les zones de décor sont délimitées en haut et en bas par des lignes ornées de petites impressions. Au-dessous de la lèvre, on trouve souvent une série d’impressions ou de lignes incisées, brisées ou croisées (pl. 14 et pl. C, A 64 et al. ; pl. 35, 46612). Les incisions sont remplies de pâte blanche.

  • 51 Séfériadès 1983, p. 667 ; Séfériadès 2001, p. 114 ; Nikolova 1999, p. 218.

71Un exemplaire, dont le diamètre d’ouverture est de 19 cm, est orné sous le bord de la lèvre d’une première ligne horizontale zigzagante, réalisée par excision, puis d’une seconde en haut de la panse délimitant une zone de cercles concentriques rangés probablement dans des métopes (pl. C, 45473)51.

72Pour les propositions d’utilisation, voir supra, p. 11-12.

Bol à ressaut et rebord évasé

73(Pl. 9, 46881, 46849 et D 21 ; pl. 17, 46420 ; pl. 23, C 46 ; pl. 41, C 50, D 150, A 177, D 36, D 140, D 245, 8910 et C 146 ; pl. 44, 45464, C 154, 46379 et C 153)

  • 52 Kulov 2011, fig. 3:8, 9:8 et 12:7 ; Aslanis 1985, Taf. 13:3.

74Récipient ouvert assez profond, à base probablement plate et panse globulaire continue avec une épaule arrondie sur laquelle prend naissance un rebord évasé, sans pour autant qu’il y ait une rupture nette du profil. Une variante présente un rebord fortement évasé52. Le diamètre de l’ouverture oscille entre 20 et 30 cm. Il n’y a pas d’anses. La pâte est moyennement dégraissée ou grossière ; la surface est brun foncé à noir, lissée ou polie à l’extérieur.

75La plupart de ces récipients ne portent pas de décor (pl. 9, 46881 ; pl. 17, 46420 ; pl. 44, 45464, C 154 et 46379). Les exemplaires décorés se caractérisent par une pâte plus fine, la finition de la surface est plus soignée et la couleur plus foncée. Le décor incisé peut être une zone hachurée sur la panse et l’épaule, souvent combinée à des séries d’impressions (pl. 41, C 50, D 150, A 177, D 36, D 140, D 245, 8910, C 146 ; pl. 44, C 153). Au-dessous de la lèvre, on trouve parfois un zigzag, des chevrons ou des losanges hachurés (pl. 9, 46849).

76Comme le précédent, ce type de vase a pu être destiné à la présentation et à la consommation des aliments, solides ou liquides.

Jatte
  • 53 Voir supra, p. 12.
  • 54 Sitagroi 1, fig. 13.15, 13.16:1 et 3 ; Kulov 2011, fig. 3 :1-2, 4 :1-3 ; Aslanis 1985, Taf. 93:1.

77(Pl. 7, 45735 et 46455 ; pl. 10, 8616 et 46844 ; pl. 17, A 228 ; pl. 24, D 141 et A 199 ; pl. 38, A 228 et D 121) Récipient ouvert déjà attesté pendant la phase précédente53. Plusieurs fragments de ce type de vase proviennent des couches de la seconde phase54. Les parois peuvent être évasées rectilignes, en S ou légèrement incurvées. Quelques exemplaires portent des anses en ruban verticales, des anses tubulaires ou encore des tenons perforés (pl. 7, 45735 ; pl. 10, 46844 ; pl. 17, A 228 ; pl. 38, A 228 et D 121). Ces vases sont rarement décorés et portent de simples impressions peu profondes disposées horizontalement en série au niveau de l’inflexion de la panse ou des panneaux garnis de points imprimés sous la lèvre (pl. 7, 45735 et 46455). Quelques exemplaires sont ornés sur la lèvre d’une série d’impressions digitales (pl. 24, D 141).

78Pour les propositions d’utilisation, voir supra, p. 12.

Jarre

79(Pl. 8, 46783 ; pl. 10, 8616, D 24 et 46555 ; pl. 11, D 12 ; pl. 15, 34016 et B 286 ; pl. 17, 45338 ; pl. 18, B 106, C 24, A 223, B 258, C 256bis et C 259 ; pl. 24, A 167 et al. et A 165 et al. ; pl. 25, B 223 et B 215 ; pl. 28, DT 1 et 6700 ; pl. 32, A 237 et 45430 ; pl. 35, A 422 ; pl. 38, A 228 et D 121 ; pl. 39, D 122 et DT 267 ; pl. 42, D 217, C 117, A 213, C 111, B 53 et C 121 ; pl. 44, 6094 et 46184 ; pl. C, A 167 et al.)

  • 55 Sitagroi 1, fig. 13.18:2, 13.19:2 et 13.22 ; Malamidou 2007, fig. 19 ; Kulov 2011, fig. 7-8 ; Hille (...)

80Récipient fermé de grandes dimensions ; attesté depuis la première phase, il devient plus fréquent au BA II55. On a pu distinguer, selon le profil et la forme de l’ouverture, trois variantes. La moins fréquente est sans col, à ouverture large, profil continu, parois légèrement incurvées et bord droit ou légèrement rentrant. Les deux autres variantes présentent soit un col large (pl. 10, D 24 ; pl. 15, 34016 ; pl. 18, B 106 ; pl. 32, A 237 ; pl. 44, 6094), soit un col étroit (pl. 28, DT 1 ; pl. 32, 45430). Les jarres à col large ont une base plate également assez large. Le corps se caractérise par une partie inférieure évasée et une partie supérieure convexe, à laquelle se superpose un rebord vertical ou évasé plus ou moins concave. La liaison entre les différentes parties du vase se fait sans rupture de profil. L’ouverture est assez large. La variante à col étroit présente une base plate elle aussi assez étroite. Les parois sont fortement convexes, formant une panse globulaire ou piriforme, à profil discontinu, avec un col cylindrique faiblement évasé. La lèvre est arrondie.

81Les anses se trouvent à mi-hauteur de la panse ou un peu plus haut sur l’épaule. Elles peuvent être verticales en ruban (pl. 10, D 24), en trompette, en tunnel horizontales ou verticales (pl. 42, D 217, C 117, A 213, C 111, B 53 et C 121) ; il peut s’agir aussi de tenons perforés ou non (pl. 44, 6094), ou encore de protubérances oblongues ornées d’impressions digitales (pl. 32, A 237). Le seul exemplaire complet est muni, à la hauteur de la jonction de la panse au col, de quatre protubérances diamétralement opposées (pl. 28, DT 1).

82Les pâtes, dans tous les cas, sont grossières, les surfaces simplement égalisées ou lissées, parfois sommairement polies, d’une couleur qui varie du brun au brun rouge ou au brun gris. Le décor peut être incisé, imprimé ou en relief :

83– incisions courtes verticales, obliques ou en arc, au-dessous ou sur la lèvre (pl. 18, B 106, C 24 et A 223) ; sillons négligés sur la panse ; incisions ou plutôt cannelures peu profondes exécutées avec les doigts sur la panse ;

84– rangs de points imprimés avec un instrument pointu ou impressions digitales sur la lèvre, juste au-dessous ou à la base du col (pl. 8, 46783 ; pl. 15, 34016 ; pl. 17, 45338 ; pl. 18, B 106 ; pl. 39, D 122). Il existe, par ailleurs, un groupe de tessons de panse de jarres décorés sur leur surface extérieure d’impressions de cordes (pl. 24, A 167 et al. et A 165 et al. ; pl. C, A 167 et al.) ;

85– rubans appliqués portant des impressions digitales ou des encoches faites à l’ongle ou avec un instrument tranchant, disposés sur l’épaule, au niveau du passage de la panse au col (pl. 28, 6700 ; pl. 32, 45430 ; pl. 35, A 422).

86Pour les propositions d’utilisation, voir supra, p. 13.

Pyxide

87(Pl. 7, 46675 ; pl. 11, A 170 et al. ; pl. 32, 45476 et 46184 ; pl. 33, D 160 et A 217 ; pl. 35, 46675 ; pl. 38, B 14 et D 70)

  • 56 Sitagroi 1, fig. 13.10:6 ; Tončeva 1981, fig. 15:8-9 ; Georgiev et al. 1979, fig. 188:e ; Séfériadè (...)

88Récipient fermé, à panse globulaire, épaule plus ou moins marquée et ouverture assez rétrécie, munie ou non d’un petit bord vertical. La base n’est préservée sur aucun exemplaire dans notre matériel. Nous supposons soit une base plate simple, soit une base convexe continue. La pâte est assez grossière. La surface lissée est de couleur brun foncé. Cette forme est représentée dans notre matériel par un faible nombre de fragments. Trois fragments qui préservent une partie de l’épaule et de la lèvre proviennent d’un même vase, dont le diamètre à l’ouverture est estimé à 15 cm (pl. 11, A 170 et al.). Son décor consiste en impressions obliques de cordons qui naissent à la base du bord et rayonnent sur la panse56. Un autre fragment, à la jonction entre la panse et l’épaule, porte un décor incisé de lignes doubles hachurées en zigzag, disposées dans une zone délimitée par une double incision sur l’épaule (pl. 33, A 217). La pâte est moyennement dégraissée et la surface, assez usée, a une couleur brun clair. D’autres exemplaires présentent des groupes d’incisions ou d’impressions disposés à la base du col (pl. 32, 45476 et 46184 ; pl. 33, D 160 ; pl. 38, B 14 et D 70), ou des séries de triangles incisés alternant avec des points imprimés autour de l’ouverture (pl. 7, 46675 ; pl. 35, 46675). Il existe par ailleurs quelques exemplaires non décorés.

89L’embouchure rétrécie de ces vases facilite l’obturation nécessaire tant pour le stockage que pour le transport. Nous pensons que ces pyxides ont pu contenir des denrées liquides, même si le diamètre interne du col n’interdit pas l’introduction de solides de petit ou moyen volume (graines, fruits…).

Puisette
  • 57 Voir supra, p. 13-14.

90Ce type de récipient, très caractéristique de la phase précédente57, perdure dans les premiers niveaux du BA II, mais il n’est plus représenté que par quelques fragments.

Cruche

91(Pl. 15, A 215 ; pl. 19, 8287 & 46978, C 285et 22226 ; pl. 20, DT 267, D 120 & D 186 ; pl. 25, A 185, D 36 et DT 4 ; pl. 27, 49027 ; pl. 35, A 137, 45865, A 143, A 142, 45911 et 45908 ; pl. 38, 8287 & 46978 ; D 116, A 78, D 87, B 88 et 45340 ; pl. 44, D 152)

  • 58 Sitagroi 1, fig. 13.14, 13.25:2 et 11 ; Georgiev et al. 1979, fig. 183:a-d ; Aslanis 1985, Taf. 87: (...)

92Vase haut fermé, muni d’une anse verticale58. Le seul exemplaire intact présente une base étroite plate, une panse globulaire, un col cylindrique et une ouverture oblique (pl. 20, DT 267). Une anse verticale de section circulaire joint la panse à la lèvre en dépassant celle-ci légèrement. La morphologie des fragments qui sont attribués à cette forme indique que ces caractéristiques sont à peu près typiques des cruches, excepté certains exemplaires dont la panse est faiblement carénée ou à profil continu. Les anses peuvent être de section ovale, en ruban ou à bourrelets latéraux. Le vase complet n’est pas décoré. Il existe pourtant des exemplaires qui portent un décor sur la partie supérieure de la panse (pl. 20, D 120 & D 186), sur le col et même sur l’anse. Plusieurs fragments d’anses en ruban sont décorés de cannelures (pl. 35, A 137, 45865, A 143, A 142, 45911 et 45908 ; pl. 38, D 116, A 78, D 87, B 88 et 45340), d’incisions (pl. 27, 49027 ; pl. 38, D 116, A 78, D 87, B 88 et 45340), d’impressions (pl. 19, 8287 & 46978 ; pl. 38, 8287 & 46978, D 116, A 78, D 87, B 88 et 45340) ou de rubans appliqués (pl. 19, C 285).

93Les cruches sont normalement destinées aux fonctions de transvasement des liquides.

Tasse

94(Pl. 20, D 77 ; pl. 25, D 98 ; pl. 42, C 131)

  • 59 Sitagroi 1, fig. 13.20, pl. XCIX:1-18 ; Papadopoulos, Papalazarou, Tsoutsoubei-Lioliou 2007, fig. 9 (...)

95Type de vase représenté seulement par quelques tessons dans le matériel étudié. Il s’agit d’un récipient profond de petite taille, à panse globulaire et col cylindrique59. Une anse en ruban est disposée verticalement, joignant la lèvre à la panse. La pâte est fine à moyenne, la surface lissée, brun foncé à noire, sans décor.

96La taille de ce type de vase le rend propice au transvasement, au transport ou à la consommation de liquides en faibles quantités.

Couvercle

97(Pl. 15, A 211 ; pl. 19, B 112 ; pl. 33, 45336)

  • 60 Voir Sitagroi 1, fig. 13.21:4-5 et 13.22:7 ; Bernabò Brea 1964, tav. LXVII:d et g.

98Ustensile à face supérieure plate qui déborde au-delà d’un rebord vertical cylindrique ou légèrement conique. La surface, brune ou brun rouge, est bien polie à l’extérieur, simplement lissée à l’intérieur60. Un seul exemplaire existe d’un second type de couvercle de section semi-circulaire, avec une anse en panier (pl. 33, 45336).

99Cet élément servait probablement à la fermeture des jarres, ou d’autres récipients à ouverture rétrécie, pour assurer la conservation de leur contenu.

Plateau

100(Pl. 8, A 21 ; pl. 19, A 120 & A 220 ; pl. 35, A 116 ; pl. 37, A 60, B 11 et B 147 ; pl. B, A 120-A 220)

  • 61 Aslanis 1985, Taf. 7:7-9, 80:9-12, 88:7, 9, 10, 12, 92:11, 109:4, 118:5 et 8 ; Dova 2003, fig. 3:11 (...)

101Objet ouvert de grandes dimensions. Il s’agit d’une sorte de grande assiette à base plate et à rebord vertical ou légèrement évasé sur une partie. Une série de perforations est disposée au-dessous de la lèvre61. Nous ne disposons que de fragments, dont l’un, recollé à partir de plusieurs tessons, nous amène à suggérer une forme non pas circulaire mais plutôt oblongue, avec une partie de la paroi plus inclinée. La pâte est grossière et la surface simplement lissée, de couleur brun rouge ou brun foncé. Il n’y a pas de décor. Un autre exemplaire pourrait appartenir à une variante de plan régulier, c’est-à-dire d’un diamètre circulaire, sans la série de perforations sous la lèvre (pl. 8, A 21).

102Cet objet est associé à la cuisson des aliments, sans que l’on puisse raisonner sur d’autres critères que la morphologie.

Passoire

103De ce type de récipient il ne subsiste que des fragments : nous ne sommes donc pas en mesure de restituer la forme. Il s’agit de tessons de panse portant des perforations irrégulières. La pâte est assez grossière, la surface brun rouge ou brun foncé est simplement lissée ou sommairement polie.

Les décors du Bronze Ancien II (Dikili Tash III B)

104Les niveaux du BA II ont livré une céramique plus richement décorée que celle de la phase précédente. Malgré l’état très fragmentaire du matériel étudié, nous pouvons reconstituer les tendances dans les techniques employées ainsi que distinguer les principaux motifs choisis et les modes les plus courants d’organisation sur les surfaces des vases.

105Il ne faut pas oublier que la majorité des vases du BA II, comme pour la première phase, n’était pas décorée ou alors très peu. D’un autre côté, la richesse du décor de certains types de vases est remarquable, comparable à celle des vases néolithiques. Elle les dépasse même parfois par la finesse des motifs et par la complexité des schémas et des techniques.

106L’incision et l’impression sont les techniques de décor les plus souvent utilisées. La technique du cannelé, en revanche, tend à diminuer, bien qu’elle soit encore employée pour orner plusieurs types de vases. La technique de l’excision complète l’incision dans quelques cas (pl. C, A 178, C 148, B 57, C 80 et 45473). On soupçonne l’utilisation d’instruments à roulette pour l’exécution de certains motifs imprimés et/ou incisés-excisés complexes et répétitifs (pl. B, A 10, D 21, A 63, B 14, D 37, 39202, A 74, B 174 et B 13). Le décor plastique à rubans appliqués et le décor en relief deviennent de plus en plus fréquents. Ce fait est dû probablement à l’augmentation du nombre des vases de dimensions importantes (jarres), récipients qui sont le plus souvent décorés dans ces techniques.

107L’utilisation de l’incrustation blanche dans les décors imprimés, incisés ou excisés, est très répandue pendant toute la période. Cette technique fait ressortir les motifs sur le fond sombre de la paroi du vase. Enfin, certains fragments, décorés ou non, présentent une surface flammée – résultat d’une cuisson irrégulière de terres riches en matière organique –, créant une polychromie (pl. B, 47251, A 210 et A 41). Néanmoins, il n’est pas certain que cet effet décoratif ait été voulu.

Techniques de décor

Impression
  • 62 Voir supra, p. 14.

108La technique ne diffère pas beaucoup de celle de la phase précédente62. Les petits motifs (points, triangles ou carrés) sont réalisés avec un outil effilé dont l’extrémité adopte la forme recherchée (ronde, triangulaire ou quadrangulaire). Ce type d’impression décore la céramique fine (pl. 36, D 26 et A 38 ; pl. 40, D 158, B 69, C 149, C 141, B 58 ; pl. 43, D 132 ; pl. 44, 4660, ABCD 15, D 157, ABCD 16, A 207, 45692, 45204, ABCD 22, A 206, ABCD 14 et 48425). Les encoches à l’ongle et les impressions plus grandes et profondes, de même que les impressions digitales, constituent un deuxième groupe d’impressions employées pour décorer les jattes ou les jarres (pl. 39, D 122 ; pl. 42, D 217, C 117, A 213, C 111, B 53 et C 121). Les impressions digitales ornent aussi les protubérances et les rubans appliqués. Les impressions de cordes constituent une technique que l’on rencontre uniquement pendant la seconde phase. Ce type de décor est obtenu en appuyant fortement une corde ou une ficelle contre la surface du vase avant séchage pour que la trace de la corde reste (pl. 38, A 79, 8287 & 46978).

Incision

109Largement utilisée au cours de la seconde phase du BA, la technique de l’incision est pratiquée dans la plupart des cas à l’aide d’un instrument tranchant très fin. En effet, rares sont les cas où les incisions sont relativement larges et hâtivement dessinées (pl. 37, B 173 et al.). On se demande si ce n’est pas une sorte de peigne qui aurait pu couvrir une surface assez large d’incisions parallèles ou de croisillons très fins et denses (pl. 36, A 7, A 18, 45921 et A 70 ; pl. 41, C 76, B 238, D 109, B 68, B 72, C 47 et D 97 ; pl. 44, C 153). Dans quelques cas, sur les lignes incisées ont été ajoutés de courts traits verticaux ou obliques, ou encore des séries de petits points incisés. L’effet très dense évoque une « broderie » (pl. 37, B 179 & A 50, A 53 et A 56 ; pl. B, 47251, A 10, D 21, A 63, B 14, D 37, 39202, A 74, B 174 et B 13).

Excision

110La technique consiste à enlever une quantité de pâte au moyen d’un instrument tranchant. Sont formées de cette manière des séries de triangles excisés, souvent opposés de façon à créer des zigzags (pl. C, 45473). Dans certains cas, nous ne pouvons dire si la technique utilisée est vraiment l’excision ou une impression poussée, réalisée à l’aide d’un instrument à roulette (pl. 36, A 38 ; pl. 38, 45520 ; pl. 43, C 82, D 175 et 48892 ; pl. 44, 4660 ; pl. B, A 10 et D 21 ; pl. C, A 178, C 148, B 57, C 80 et D 133).

Cannelures

111Cette technique, qui prédominait au cours de la phase précédente, se marginalise au BA II. L’exécution des cannelures est également modifiée : celles-ci sont moins larges et légèrement plus profondes qu’auparavant (pl. 36, A 15 ; pl. B, 45768).

Décor en relief

112Ce décor résulte de l’addition d’une petite quantité de pâte sur la surface du vase afin de créer des éléments qui font faiblement saillie. Ainsi sont formés de petits boutons appliqués sur la lèvre ou sur la surface des vases, des nervures, des filets (pl. 36, D 15 et A 4 ; pl. 38, D 42 et D 43 ; pl. 40, C 64, A 187, B 66, C 147, ABCD 13, ABCD 21, C 243 et D 98) ou encore des figures (pl. 35, A 422). Les éléments ainsi créés sont donc décoratifs et non fonctionnels comme les moyens de préhension (protubérances ou languettes).

Décor plastique

113Le décor plastique résulte de l’addition de bandes ou de rubans appliqués sur la surface des vases. Ces bandes portent des empreintes digitales ou des encoches faites à l’ongle ou avec un outil pointu ou tranchant (pl. 42, D 217, C 117, A 213, C 111, B 53 et C 121 ; pl. 43, 49027). Ce décor est appliqué principalement sur les jarres.

Organisation des décors : les motifs et leur disposition

  • 63 Voir supra, p. 15-16.

114Les choix pour l’emplacement du décor suivent dans leurs grandes lignes les mêmes principes qu’au BA I63. Le bord, la panse et les points d’inflexion reçoivent les éléments décoratifs. Dorénavant, plus aucun type de vase n’est décoré à la fois à l’intérieur et à l’extérieur. En revanche, certains types de récipients portent un décor riche et très couvrant. Les écuelles évasées, dont l’ensemble de la surface interne est couverte d’un décor incisé et/ou imprimé, en sont l’exemple le plus caractéristique. Les bols présentent leur décor sur le bord et/ou sur la panse ; les jarres surtout au niveau des changements du profil.

115Les motifs sont linéaires rectilignes. Ils sont fondés sur les lignes parallèles ou croisées, les zigzags, les chevrons, les tresses et les formes géométriques (triangle, carré, losange). Ces dernières peuvent être remplies de pointillés, ou hachurés, ou quadrillés. Rares sont les motifs curvilignes (pl. 44, ABCD 15, D 157, ABCD 16, A 207, 45692, 45204, ABCD 22, A 206, ABCD 14 et 48425).

116Les motifs principaux participent à des compositions plus ou moins complexes, disposées dans des zones plus ou moins larges qui couvrent une partie ou, plus rarement, toute la surface du vase (pl. B, 47251, A 63, B 14, D 37, 39202, A 74, B 174 et B 13). Les triangles peuvent être suspendus, juxtaposés ou emboîtés les uns dans les autres, opposés par une pointe et formant un sablier, disposés sur des zones couvrant la lèvre des écuelles, la panse des bols, etc. (pl. 37, A 48, B 6, B 4, B 3, D 36, A 74bis, B 173 et al., C 78 et al. et B 178 ; pl. 41, C 149, C 77, B 57, C 55, C 49, C 50, D 150, A 177, D 36, D 140, D 245, 8910 et C 146 ; pl. 44, 46184). Des bandes de pointillés, de zigzags composés de petits traits parallèles ou encore des cannelures obliques de sens alterné, formant un motif de tresse (pl. 40, D 158, B 69, C 149, C 141, B 58 et D 105 ; pl. 44, 46184), ainsi que des chevrons imbriqués (pl. C, A 64 et al.) décorent le bord de plusieurs types de récipients.

117Des triangles quadrillés, opposés par la pointe, délimitant des séries de losanges inscrits les uns dans les autres et dont le centre est orné d’un point, couvrent toute la panse des bols (pl. B, 47251). Le motif en damier serré, encadré de groupes de lignes incisées, disposé obliquement, tapisse la totalité de la surface interne des écuelles (pl. 40, D 158, B 69, C 149, C 141 et B 58 ; pl. 44, 1616). La technique des cordes imprimées est également employée pour dessiner et remplir des triangles suspendus, analogues à ceux des décors incisés.

118Dans certains cas, plusieurs techniques sont utilisées conjointement pour enrichir les motifs. Ainsi les lignes sont ornées de points ou de traits (pl. 37, B 179-A 50, A 53 et A 56), les incisions alternent avec des impressions ou des excisions de forme circulaire, triangulaire ou en demi-lune (pl. 38, 45520 ; pl. B, A 63, B 14, D 37, 39202, A 74, B 174 et B 13). Des séries de triangles ou de demi-lunes excisés qui alternent avec des lignes ou des zigzags incisés forment des compositions en « broderie », généralement disposées en bandes horizontales, assez couvrantes (pl. 43, C 82, D 175 et 48892 ; pl. 44, 4660 ; pl. B, A 10 et D 21).

119Les motifs curvilignes sont très rares. On compte parmi eux les cannelures en demi-lune obliques sur la panse des bols à paroi sinueuse, quelques faisceaux de lignes pointillées formant des guirlandes (pl. 44, ABCD 15, D 157, ABCD 16, A 207, 45692, 45204, ABCD 22, A 206, ABCD 14 et 48425) ou les impressions de cordes sur les fragments d’une jarre, disposées en groupes de lignes courbes superposées assez espacés (pl. C, A 167 et al.). Parfois, les bandeaux digités ou à encoches sur les jarres sont également courbes.

120Une tendance générale veut que le décor se déroule horizontalement et qu’il résulte de la juxtaposition de registres géométriques. Pourtant, la rigidité de l’organisation peut être compensée par la richesse des motifs, leur liberté d’exécution et la combinaison des motifs entre eux et des techniques décoratives. Il nous semble également que l’emplacement du décor et le choix des motifs sont déterminés tant par la géométrie des formes que par le type de récipient à décorer, ce qui nous incite à penser que les éléments du décor interviennent et interagissent avec l’utilisation des récipients ainsi qu’avec leurs fonctions symboliques.

1.6. La répartition stratigraphique et l’évolution des formes et des décors

121La présentation stratigraphique détaillée du matériel céramique conforte la chronologie établie lors des fouilles de J. Deshayes à Dikili Tash, malgré les incertitudes liées aux nombreuses perturbations et le caractère arbitraire des niveaux fouillés. Elle fait apparaître une série de changements plus ou moins nette et ne contredit pas la périodisation interne en sous-phases déjà proposée par le fouilleur.

Bronze Ancien I (Dikili Tash III A) (niveaux 16-12)

122(Pl. 1-6 ; 34 ; A)

123La première phase du BA a été repérée dans les niveaux 16-12 des carrés R 24, T 24, S 24, TU 24, U 24 et U 25 (fig. 1 et 2).

  • 64 La situation nous rappelle la succession des couches du NR II et du BA dans le secteur VI/6 des nou (...)

124L’ensemble du niveau 16, dans les carrés R 24, TU 24 et T 25, contenait de la céramique néolithique mélangée avec du matériel du BA64. Une puisette (pl. 3 et 34, DT 251), des fragments d’écuelles évasées à décor de pointillés et quelques fragments de bols à paroi évasée caractérisent ce niveau.

125Le niveau 15, repéré uniquement dans le carré T 24, est plus homogène. Plusieurs fragments de bols à bord rentré, de bols à parois sinueuses à décor cannelé et un fragment de jatte ont été enregistrés.

  • 65 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 28 et 49, pl. 24B.

126Le niveau 14, repéré dans le carré R 24, constitue, semble-t-il, un niveau d’habitation lié aux vestiges des deux fours du carré T 2465. Sont présents les bols à bord rentrant, les écuelles évasées, les bols à profil sinueux, les bols à parois verticales. Les puisettes sont abondantes, tandis que les jattes, les jarres et les cruches sont peu nombreuses. Quelques tessons à décor imprimé ou incisé de motifs rectilignes simples font leur apparition.

127Les restes d’un four et d’une couche d’habitation marquent le niveau 13, dans les carrés S 24 et T 24. Prédominent les fragments de bols sinueux cannelés. Les tessons provenant de bols à paroi évasée et de bols à bord rentrant sont également abondants. Quelques anses en ruban pourraient appartenir à des cruches. Le décor imprimé et incisé est déjà présent, quoique peu fréquent.

  • 66 Ibid., p. 28 et 49, pl. 25A.

128Le niveau 12 est bien attesté dans le carré S 24, avec la présence d’un four et d’un foyer66. Quelques vestiges dans les carrés T 24 et R 24 lui sont également attribués. Un bol à bord rentré complet muni d’un unique mamelon perforé horizontalement (pl. 5 et A, DT 255), plusieurs fragments de la même forme, dont l’un est muni d’une anse en trompette, ou de bols à paroi sinueuse à décor cannelé, ont été découverts dans ce niveau. Les fragments de jattes ainsi que de jarres, dont une anse en ruban verticale, sont assez nombreux. Enfin, le col d’une cruche et un fragment de pyxide à décor incisé sont représentatifs des formes qui font leur apparition.

Bronze Ancien II (Dikili Tash III B) (niveaux 11-3)

129(Pl. 7-28 ; 35-43 ; B-C)

130La seconde phase du BA à Dikili Tash est une continuation de la première, sans rupture. Elle comprend les niveaux 11 à 4 et une partie du niveau 3, sur toute la surface fouillée du secteur A 2. De nouveaux types de récipients s’ajoutent progressivement au répertoire, tandis qu’un changement graduel dans la fréquence des types est observé. Une augmentation de la proportion des vases décorés est constatée, accompagnée par un enrichissement dans les techniques de décor et les motifs. Du point de vue technique, nous observons une amélioration dans la finition des surfaces, surtout pour les vases décorés. Les étapes de ces changements correspondent à peu près à trois sous-phases.

Bronze Ancien IIa (niveaux 11-9)

131(Pl. 7 ; ; 35) Le niveau 11, mal défini, a été fouillé dans le carré R 24. Les bols à bord rentré et ceux à profil sinueux et à décor cannelé sur la panse sont les plus abondants. Les bols à parois verticales et anses sur la lèvre sont bien représentés, les jattes et les jarres également.

  • 67 Ibid., p. 28.

132Nous avons une image plus claire du niveau 10 dans les carrés R 24, R 25 et S 24. Une portion de foyer marque une véritable couche d’habitation en R 2567. Un fragment assez grand de bol à profil sinueux à décor cannelé provient de ce niveau, mais en général cette forme est devenue rare (pl. 7 et B, 45768). Les bols à bord rentré sont, en revanche, très présents, surtout la variante avec les anses en trompette. Les jattes et les jarres sont communes. Des anses en ruban peuvent appartenir à des cruches. Les puisettes ont quasiment disparu. Nous rencontrons pour la première fois des fragments de plateaux présentant une série de perforations au-dessous de la lèvre.

133Le niveau 9, fouillé dans les carrés R 24 et R 25, est marqué par la présence d’un foyer et des restes d’une couche d’habitation. Ont été découverts dans ce niveau quelques fragments d’écuelles à lèvre épaissie décorée d’incisions et plusieurs fragments de bols à bord rentré munis d’anses en ruban, de tenons perforés et surtout d’anses tubulaires et en trompette. Deux fragments jointifs d’un bol du même type portent une série de perforations au-dessous de la lèvre. Plusieurs anses en ruban appartenant probablement à des cruches, dont certaines sont ornées d’un décor cannelé, proviennent aussi de ce niveau. Les fragments de puisettes sont rares. Enfin, nous avons enregistré des fragments de plateaux avec ou sans perforations au-dessous de la lèvre. Pour la première fois, on a noté la présence de quelques tessons à impressions de cordes provenant d’une forme de vase fermée. Les décors restent relativement peu répandus et simples, comme les bandes de points imprimés ou de motifs incisés.

Bronze Ancien IIb (niveaux 8-6)

134(Pl. 9-19 ; 36-38)

  • 68 Ibid., p. 29 et 49, pl. 25B.
  • 69 Ibid., p. 29, pl. 26.

135Le niveau 8 a été fouillé sur une assez vaste étendue. On l’a rencontré dans les carrés R 24, R 25, R 26, R 27 et S 24. Il contenait un four et deux foyers dans le carré S 2468, deux fours dans R 25, une construction en argile dans R 2769 et les restes d’une couche de destruction (masses de torchis brûlé, cendres, céramique) sur toute la surface des carrés R 26 et R 27. Il semble que l’on ait affaire à un véritable niveau d’habitation.

136Les trouvailles céramiques de ce niveau se caractérisent par une richesse considérable des formes et des décors qui distingue nettement ce niveau des précédents. Beaucoup de types apparaissent pour la première fois : un bol à parois verticales à décor incisé (pl. 9 et B, 47251 et al.), un autre à parois sinueuses à décor excisé ou encore des fragments à ressaut et à rebord évasé. On note, en particulier, la présence de trois fragments d’une pyxide à impressions de cordes (pl. 11 et 36, A 170 et al.). L’un de ces fragments a été trouvé dans le niveau 4, mais il est présenté ici puisqu’il fait partie du même vase. Les écuelles avec un décor imprimé, incisé ou excisé à l’intérieur sont nombreuses, de même que les bols à bord rentrant. Certains de ces derniers portent un décor en relief sur le bord (filets saillants verticaux ou obliques), inédit. Plusieurs tessons portent un décor très élaboré, résultant de la combinaison de plusieurs techniques (incision, impression, excision). Nous regrettons, pour cela, le caractère très fragmentaire du matériel. Les fragments de jarres sont eux aussi nombreux (pl. 10) : l’un d’entre eux est orné d’impressions de cordes, tandis que d’autres portent un décor plastique.

  • 70 Ibid., p. 29, pl. 27.

137Le niveau 7 a été repéré sur une surface considérable, dans les carrés R 24, R 25, R 26, R 27 et S 2470. La présence d’un four dans le carré R 25, d’un autre dans les carrés R 26 et R 27, en combinaison avec les vestiges assez étendus d’une couche de destruction (torchis brûlé, cendres, grandes quantités de céramique et d’ossements), témoigne encore d’un vrai niveau d’habitation.

138Toute la gamme des formes et des décors de la phase est représentée dans ce niveau. Nous notons en premier lieu le nombre et la variété des écuelles avec un décor riche à l’intérieur (pl. 12 ; 37 ; B). Les bols à bord rentré sont aussi fréquents, soit avec des anses en trompette, soit avec des protubérances ou des languettes de formes variées. Certains exemplaires portent sur leur bord un décor incisé, cannelé, imprimé ou en relief. Un exemplaire de bol à ressaut à rebord évasé et quelques fragments indéterminés d’autres bols sont ornés d’un décor incisé assez couvrant sur la surface extérieure (pl. 14 ; C). Le décor cannelé est attesté sur des exemplaires de bols à parois sinueuses, mais également sur des fragments de cruches. Deux exemplaires de bols à parois évasées et un fragment de panse de jarre arborent une surface flammée (pl. 14 et B, A 210). Les fragments de jarres sont nombreux. S’ajoutent encore plusieurs fragments de plateau à bord perforé et deux exemplaires de couvercles à surface supérieure plate. Enfin, on devine la présence de cruches au travers de quelques anses en ruban.

139La situation est moins claire pour le niveau 6, attesté dans les carrés R 25, R 26 et R 27. Quelques trous de poteau en relation, par endroits, avec de la terre rouge brûlée ou cendreuse délimitent un ensemble mal déterminé.

140Le matériel provenant de ce niveau ne diffère guère de celui des deux précédents. En particulier, quelques exemplaires d’écuelles portent un décor extrêmement riche à l’intérieur (pl. 16 et B, 45501 et 45520 ; pl. B, A 63, B 14, D 37, 39202, A 74, B 174 et B 13). Deux petits fragments de bols à parois évasées sont munis de languettes à perforations verticales sur la lèvre. Nous rencontrons le décor à impression de cordes sur la surface de plusieurs types de récipients (bols, cruches, jarres) (pl. 17, A 79 ; pl. 38, A 79, B 14, D 70 et 8287 & 46978). Les bols à bord rentré sont toujours très fréquents, avec la même variété pour les anses et le décor. Les fragments de jarres sont nombreux, avec une prédominance de la variante à col. Un fragment de plateau assez large nous offre des informations plus précises sur la forme. Ce niveau a, par ailleurs, livré un exemplaire de couvercle.

Bronze Ancien IIc (niveaux 5-3)

141(Pl. 20-28 ; 39-43)

  • 71 Ibid., p. 30 et 49, pl. 28.

142Le niveau 5 a été fouillé dans les carrés R 24, R 25 et R 2671. Il comprenait une couche d’habitation caractérisée par une terre rouge avec cendres et des quantités d’os et de céramique, quelques trous de poteau et un amas de pierres formant une plate-forme en maçonnerie.

143Dans le matériel céramique, on note la présence de deux vases complets : un bol à bord rentré à bec verseur et une cruche à panse globulaire et ouverture oblique (pl. 20 et 39, DT 3 et DT 267). Deux fragments de tasses à panse globulaire et col appartiennent aussi à ce niveau. Les écuelles sont bien représentées, avec des exemplaires de toutes les variantes. Nous signalons un fragment de lèvre d’une écuelle dont la surface porte les traces d’un enduit rouge, cas très rare dans le matériel de Dikili Tash.

  • 72 Ibid., p. 30, pl. 29.

144Le niveau 4 a été identifié dans les carrés R 24, R 25, R 26 et S 24. Des masses de torchis brûlé et une couche de cendres ont été observées dans le carré R 2672 et dans les carrés R 24/R 25, où l’on a dégagé les fragments d’un grand vase. Ce niveau, comme le précédent, était en partie perturbé par les fondations de murs postérieurs.

145Les fragments d’écuelles portant un riche décor à l’intérieur sont toujours abondants. Les bols à parois évasées avec impressions de doigts sur la lèvre sont également assez bien représentés. La proportion des bols à bord rentré reste stable, alors que l’on constate une augmentation de celle des jarres. Les plateaux sont représentés par de nombreux fragments. Il existe aussi quelques tasses à anse surélevée, de deux types différents : l’un à panse globulaire et col, l’autre à profil continu. Nous rencontrons par ailleurs plusieurs exemples de riche décor incisé, sur la surface extérieure de tessons impossibles à identifier. Le décor à impressions de cordes est notable, en particulier sur deux grands fragments d’un vase fermé (pl. 24 et C, A 167 et al. et A 165 ?).

  • 73 Ibid., p. 30, pl. 30.

146Des portions du niveau 3 repéré dans les carrés R 24 et R 26 sont attribuées à cette dernière phase du BA. Dans le carré R 24, notamment, des trous de poteau, des masses de torchis et les restes d’un four forment un ensemble assez perturbé par les éléments architecturaux postérieurs73.

147L’abondance des jarres est impressionnante au cours de cette phase (pl. 28, DT1 et 6700 ; pl. 43, DT 1). Pour le reste, les types rencontrés sont analogues à ceux du niveau précédent. Parmi eux, les écuelles décorées à l’intérieur et les bols à bord rentré prédominent.

Surface

148(Pl. 29-33 ; 44)

149Un nombre réduit de fragments provenant de la surface dans les carrés fouillés est ici présenté à titre indicatif. Ces fragments ont été attribués au BA d’après la typologie établie. Il est intéressant de constater que, suivant l’analyse typologique et la répartition stratigraphique décrite ci-dessus, ce matériel allait être attribué uniquement aux dernières sous-phases du BA II, BA IIb et BA IIc. Ce fait n’est pas sans conséquences, croyons-nous, pour la représentativité du matériel collecté en surface à Dikili Tash, comme sur les sites préhistoriques en général.

1.7. Les implications chronologiques et historiques

  • 74 Ibid., p. 36-37.

150Les enseignements à tirer des fouilles de J. Deshayes au sujet de la céramique du BA de Dikili Tash concernent d’abord la position de cette période dans le cadre des séquences stratigraphiques établies depuis les Balkans jusqu’à l’Europe centrale et occidentale74. Au moment de la fouille, cette question était fondamentale et, à cet égard, les résultats de Dikili Tash ont été complémentaires de ceux de Sitagri. La postériorité du BA par rapport au Néolithique, l’établissement d’une périodisation interne et la preuve de l’existence d’une phase antérieure à Troie I constituent les avancées majeures de nos connaissances sur la succession des périodes chronologiques dans la région. L’étude des formes et des décors du matériel céramique en vue de cette publication a fait apparaître, croyons-nous, une richesse considérable d’informations et de précisions supplémentaires que l’on va tenter de résumer ici.

  • 75 J.-P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p. 184.
  • 76 Bojadžiev 1995 et 1998.
  • 77 Todorova 1998 et 2007.
  • 78 Treuil 1983, p. 134 et 139 ; J.-P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p. 184-185.
  • 79 Darcque et al. 2009.
  • 80 Tsirtsoni et al. 2018 ; Tsirtsoni 2015.

151Le site de Dikili Tash connaît un développement remarquable durant le NR. La transition du Néolithique à l’Âge du Bronze apparaît comme une période trouble, aussi bien à Dikili Tash que dans la région75. Changement soudain par des invasions de peuples venus du Nord76, changement climatique majeur provoquant des déplacements de populations77 ou problèmes dans la documentation et dans la méthode de datation par le radiocarbone78 ont été les scénarios suggérés pour interpréter cette rupture. L’importante série de datations par le radiocarbone et l’étude géomorphologique et micromorphologique effectuée dans le cadre du troisième programme de recherches sur le site79 suggèrent qu’une grande partie du tell de Dikili Tash, sinon sa totalité, a été abandonnée après 4000 av. J.-C., et l’est restée pendant plusieurs siècles80. Le même phénomène est observé pour plusieurs sites de la région, qui ne semblent être réoccupés que quelques siècles plus tard au début du BA, daté à Dikili Tash, comme ailleurs, du dernier quart du IVe millénaire av. J.-C.

  • 81 Voir supra, p. 3-6.

152Le BA I porte ainsi le poids d’une phase de réoccupation du tell de Dikili Tash après un abandon assez long. Réoccupation par qui et sous quelles conditions ? À quoi peuvent correspondre ces couches archéologiques, épaisses de 1,20 m, fouillées sur une surface totale81 de moins de 40 m2 ? La céramique peut-elle nous éclairer sur ce point ?

  • 82 Voir supra, p. 1-2.

153Le matériel céramique du BA I se distingue clairement de celui de la dernière phase du NR, malgré l’absence de hiatus stratigraphique et la présence d’une couche à l’interface où le matériel des deux phases se trouve mêlé. D’autre part, il diffère aussi, d’une certaine façon, de celui de la phase qui suit (BA II). Il se présente avec une gamme de formes relativement réduite par rapport à la phase précédente. Les types de récipients se multiplient de nouveau pendant la phase suivante. La puisette, récipient sans parallèle auparavant, se perpétue, mais tend à se raréfier dans la phase suivante. Le décor peint de la phase précédente n’existe plus. Les techniques de décor sont plus simples, les motifs et la complexité des ornements sont moins riches. Pourtant, à Dikili Tash comme sur d’autres sites, on a constaté récemment l’existence d’une phase au passage du Ve au IVe millénaire, pendant laquelle les formes et les décors des récipients céramiques néolithiques deviennent déjà plus simples, d’une exécution plus hâtive et négligée. De plus, la technique du décor cannelé, la plus répandue pendant le BA I, existait depuis la dernière phase du Néolithique. Au cours du BA II, se développent la technique de l’excision, les impressions de cordes, les reliefs et le décor plastique. En revanche, les techniques de fabrication et l’approvisionnement en matières premières, radicalement modifiés depuis le Néolithique, restent à peu près inchangés jusqu’à la fin du BA82.

  • 83 A. Sherratt, dans Sitagroi 1, p. 440.

154L’étude combinée des types de récipients et de leurs caractéristiques morphologiques et techniques aide à cerner certains paramètres qui gouvernent les modifications décisives dans la tradition potière. Celle-ci est soumise aux changements qui se produisent dans les pratiques alimentaires et/ou sociales qui imposent des innovations dans la gamme des formes et des décors83. Sous cet angle, le BA I, dans le domaine de la production potière, apparaît comme une phase de changements importants. En même temps, certains traits techniques et morphologiques, comme le décor cannelé, peuvent être vus comme des marqueurs de continuité. Par conséquent, il n’est pas nécessaire d’envisager un effondrement de civilisation ou un brusque changement de population provoqué par des vagues migratoires. Les mécanismes de continuité et de perpétuation de la mémoire collective développés par les habitants des tells néolithiques, comme c’est le cas à Dikili Tash, ont eu, croyons-nous, un impact dans le renouvellement de l’occupation et dans l’adaptation des sociétés à des priorités et à des conditions de vie différentes, sans pour autant perdre toute connexion avec le passé.

  • 84 Voir supra, p. 6-7.

155La seconde phase du BA apparaît comme une continuation de la précédente, sans rupture mais avec un développement très net. Les couches d’une épaisseur totale de 1,50-1,70 m, fouillées sur une surface de moins de 100 m2, ont livré un matériel intéressant sur ce point84. Les changements dans la production potière témoignent d’un renouvellement de l’intérêt pour les céramiques en tant qu’objets porteurs de messages sociaux. Mise à part la gamme des récipients, l’enrichissement est surtout attesté dans la variété et la quantité des décors. Par ailleurs, on voit apparaître de nouvelles techniques, de nouvelles manières dans leur exécution et une tendance à les combiner dans d’impressionnantes synthèses décoratives. Les étapes du développement sont schématisées dans trois sous-phases.

156La première sous-phase (BA IIa, niveaux 11-9) ne voit pas de changement important dans la gamme des récipients, excepté l’apparition des plateaux à bord perforé. La proportion des écuelles à parois évasées augmente sans pour autant dépasser celle des bols à bord rentrant. Les anses en trompette, nouveauté de la fin de la phase précédente, deviennent majoritaires. Le décor cannelé est encore assez répandu. Du point de vue technique, on observe une amélioration dans la finition des surfaces, surtout pour les vases décorés. Dans les grandes lignes, cette étape est encore proche de la phase précédente.

157La deuxième étape (BA IIb, niveaux 8-6) connaît une expansion quantitative dans les données, en partie liée à une surface fouillée plus étendue. Pourtant nous constatons également des différences d’ordre qualitatif par rapport à l’étape précédente. Le décor prend désormais son essor. Les changements sont assez marqués dans le répertoire des formes et dans la fréquence des types de récipients. L’augmentation du nombre des jarres est à noter, surtout à la fin de la sous-phase, combinée à l’enrichissement du décor.

158Pendant la dernière sous-phase (BA IIc, niveaux 5-3), les fragments de jarres se multiplient. Ils forment presque la moitié du matériel céramique collecté. Cette augmentation du nombre des vases de grandes dimensions est accompagnée d’une diminution des décors. Cette tendance rappelle le changement que l’on observe dans la phase Vb de Sitagri. Elle est, de plus, analogue à l’évolution de la troisième phase du BA dans la région (Pentapoli, Skala Sôtiros…). Pourtant l’augmentation proportionnelle des grands vases de stockage est à l’opposé de ce qui se passe à Sitagri où A. Sherratt émet l’hypothèse que, pendant la phase Vb, le stockage à grande échelle se faisait dans des structures construites (bin complex). Ces différences montrent bien que des solutions étaient localement recherchées et qu’elles ne se diffusaient pas nécessairement à l’échelle régionale.

159La production potière du BA II à Dikili Tash (DT IIIB) paraît, donc, cohérente, bien établie et dynamique. Elle présente les caractéristiques de continuité et de développement d’une production bien intégrée dans le système de l’expression des valeurs et des codes sociaux des groupes humains. Que se passe-t-il vers la fin de cette période ? Le BA III est supposé absent à Dikili Tash. Il est clairement attesté sur le site voisin de Sitagri (Vb), à Pentapoli et à Skala Sôtiros. Toutefois certains types de vases de la fin de la séquence de Dikili Tash ne sont pas sans évoquer quelques types du BA III, comme par exemple les tasses à une anse ou quelques bols à bord rentré et décor en relief. La fin du BA à Dikili Tash coïncide-t-elle vraiment avec la fin du BA II dans la région ? En l’absence de dates absolues pour celle-ci, nous ne pouvons être affirmatifs pour le moment. Par ailleurs, nous ne disposons pas non plus d’éléments concernant la durée et le caractère de la période que nous appelons BM, une autre phase d’abandon probable jusqu’à la réoccupation du BR.

1.8. Parallèles et comparaisons

  • 85 Sitagroi 1.
  • 86 Trandalidou, Skaraki, Kara 2007.
  • 87 Grammenos 1981.
  • 88 Malamidou 2007.
  • 89 Syros et al. 2007.

160L’étude des formes et des décors de la poterie indique une évolution graduelle, un développement sans ruptures importantes, du début jusqu’à la fin de l’occupation du BA à Dikili Tash. Il en va de même sur les sites voisins de Macédoine orientale, Sitagri85, la grotte de Maara86, Pentapoli87, Kryonéri88, Sidérokastro89. La région voit apparaître et évoluer durant le BA une tradition potière avec des éléments distincts que l’on rencontre sur une aire géographique plus vaste.

  • 90 Bakalakis, Sakellariou 1981.
  • 91 Tsimpidis-Pendazos 1971 et 1972 ; Panti, Bachlas 2007.
  • 92 Özdogan, Parzinger, Karul 1997 ; Parzinger, Özdogan 1996.
  • 93 Özdogan 2003, p. 355-356.
  • 94 Koukouli-Chryssanthaki 1987, 1988, 1993 et 1994 ; Koukouli-Chryssanthaki et al. à paraître ; Papado (...)
  • 95 Papadopoulos, Malamidou 2008 et 2012 ; Malamidou, Papadopoulos 1997.
  • 96 Matsas 1984 et 1991.
  • 97 Hüryilmaz, Sevinç 1999.
  • 98 Dova 1997 et 2003.
  • 99 Boulotis 1997.
  • 100 Bernabò Brea 1964 ; Doumas, La Rosa 1997.
  • 101 Lamb 1936.
  • 102 Hood 1982.
  • 103 Milojcić 1961.
  • 104 Sperling 1976 et Séfériadès 1985a ; Maliszewski 2010.
  • 105 Blegen et al. 1950.
  • 106 Erkanal 2008 ; Şahoğlu 2005.
  • 107 Erkanal, Özkan 1999 ; Şahoğlu 2005.
  • 108 Efe, Ilasli 1997 ; French 1997.
  • 109 Lloyd, Mellaart 1962.
  • 110 Peltenburg 2007.
  • 111 Parlama 2007.

161La plupart des formes et des décors se retrouvent dans le Nord-Est de l’Égée, en Thrace grecque (Paradimi90, Maronée91…) et en Thrace turque (Kırklareli92, Kanlı Geçit93), dans les îles de Thasos (Skala Sôtiros94, Liménaria95…), Samothrace (Mikro Vouni96), Imbros (Yenibademli97), Lemnos (Myrina98, Koukonisi99, Poliochni100) et un peu plus loin dans les îles de Lesbos101, Chios102, Samos103, ainsi qu’en Troade et sur la côte d’Asie Mineure (Kum Tepe104, Troie105, Liman Tepe106, Bakla Tepe107) jusqu’en Anatolie occidentale108 (Beycesultan109). Ainsi sont aisément repérables les tenons tubulaires et les anses en trompette sur les bols à bord rentré. Les écuelles à lèvre épaissie et décorée à l’intérieur sont typiques de Troie I (type A6 de Blegen), comme le sont les bols à bord rentré des dernières couches qui montrent un profil assez anguleux (type A16 de Blegen) ou encore la cruche à bord oblique (type B13 de Blegen). Pourtant, plus on s’éloigne vers le sud-est, plus l’évolution paraît diversifiée110. Il en va de même vers Palamari111 (Skyros) dont la tradition potière semble plutôt liée aux Cyclades. Ainsi, les traditions les plus éloignées géographiquement commencent elles aussi par une gamme réduite de vases, puis les types, qui semblent parfois être une imitation des vases en métal, se multiplient avant l’adoption du tour de potier (après Troie III et Poliochni rouge), fait qui ne survient pas à Dikili Tash ni en Grèce du Nord au cours du BA.

  • 112 Pappa, Adaktilou, Bili 2000 ; Mavroïdi, Andreou, Pappa 2006.
  • 113 Aslanis 1985.
  • 114 Pappa 1990 et 2010 ; Tsigarida, Avgeros, Mavroidi 2002 ; Tsigarida 2004 ; Asouhidou et al. 2000 ; M (...)
  • 115 Heurtley 1939.
  • 116 Papaefthymiou-Papanthimou, Pilali-Papasteriou 1996 et 2002.
  • 117 Akamatis 2009.
  • 118 Ziota 1998 et 2010.
  • 119 Gimatzidis, Jung 2008.
  • 120 Ridley, Wardle, Mould 2000.
  • 121 Hanschmann, Milojcić 1976.
  • 122 Hatziangelakis 1984.
  • 123 Theocharis 1959.
  • 124 Christmann 1996.
  • 125 Voir A. Sherratt, dans Sitagroi 1, p. 448.
  • 126 Treuil 1983, p. 482.

162Vers l’ouest et le sud-ouest, la poterie des sites de Macédoine centrale et occidentale (Thessalonique112, Kastanas113, les sites de Chalcidique114, Axiochori115, Mandalo et Archontiko116, Pella117, Kozani118, Kastro Néokaisareias119, Servia120…) et de Thessalie (Argissa121, Petromagoula122, Pyrasos123, Pefkakia124…) a des éléments formels communs avec celle de Dikili Tash125. Nous notons les puisettes omniprésentes, les bols à bord rentrant, ceux à bec verseur ou à goulot, certains types de jarres, et en particulier ce type de plateau à bord perforé qui est plus fréquent de l’autre côté de l’Égée pendant le NF. En revanche, les décors sont plus riches à Dikili Tash et beaucoup plus fréquents que dans ces régions, bien que les techniques et les motifs soient comparables. Plus au sud, en Grèce continentale, les formes et les décors appartiennent à des productions assez différentes, comme l’Urfirnis126.

  • 127 Panayotov 1995 ; Nikolova 1996.
  • 128 Alexandrov 1995 ; Grebska-Kulowa, Kulow 2007, fig. 9.
  • 129 Müller 1993 ; Demoule, Lichardus-Itten 1994.
  • 130 Alexandrov, Gotzev 1990.
  • 131 Communication personnelle de G. Ivanov.
  • 132 Alexandrov 1994.
  • 133 Nikolova 1995.
  • 134 Katincharov, Matsanova 1993.
  • 135 Georgiev et al. 1979. Le matériel de Sitagri Vb est plus proche de celui d’Ezero : voir A. Sherrrat (...)
  • 136 Kamuro, Borisov, Katinčarov 1989.
  • 137 Draganov 1995.
  • 138 Tončeva 1981.
  • 139 Lichardus, Krastev-Iliev 2001.
  • 140 Banner 1956 ; Kalicz 1968 ; Maran 1998b ; Manzura 2003.
  • 141 Séfériadès 1985a et 2001 ; Roman 2001.
  • 142 Panayotov, Alexandrov 1988.
  • 143 Tasić 1967 ; Markovič, Minichreiter 2003 ; Lichardus, Lichardus-Itten 1985, p. 403-412.
  • 144 A. Sherratt, dans Sitagroi 1, p. 445.
  • 145 Hood 1986.
  • 146 Georgiev et al. 1979, fig. 138, 144, 152, 165.
  • 147 Hanschmann, Milojcić 1976, Taf. 75,3.
  • 148 Hanschmann, Milojcić 1976, p. 41-42, Taf. 2.
  • 149 Hanschmann, Milojcić 1976, Taf. 64,14.
  • 150 Goldman 1931, p. 123, fig. 169.

163Les sites de Bulgarie127 offrent un matériel assez proche dans les formes et dans les décors de celui de Dikili Tash, en particulier dans les vallées de la Struma128 (Kovačevo129, Hotovo130, Sedlare131…) et du Nestos (Radomir132, Dubene-Sarovka133…), ainsi qu’un peu plus loin (Junacite134, Ezero135, Diadovo136, Sozopol137, Ezerovo138, Drama-Merdžumekja139…). Ces sites d’habitat des Balkans sont supposés avoir des contacts plus intensifs avec la dynamique de la culture de Baden140 qui couvre l’Europe centrale et sud-orientale. La céramique de cette aire géographique est caractérisée dans une première phase par un décor cannelé qui est également répandu dans la culture de Cernavodă III-Boleráz141, dans les régions du Danube et de la Tisza, et dans celle de Coţofeni142, en Transylvanie. Les phases suivantes sont celles du Baden tardif qui voit le développement parallèle des entités culturelles de Kostolac puis de Vučedol143. Dans ces phases évoluées, du sud vers le nord, on retrouve des similitudes dans les techniques de décor (motifs incisés ou excisés, impression et relief), de même que dans l’utilisation de l’incrustation blanche et la prépondérance du motif du triangle et l’organisation des décors en panneaux sur les bols de Vučedol. Sans doute, le Danube était-il déjà un axe de circulation important, ce qui avait des répercussions vers le sud144, jusqu’aux rivages du Nord de l’Égée. Ainsi, le décor à impressions de cordes, qui est considéré comme un élément steppique, issu des cultures nord-pontiques145, est toutefois présent aussi dans des contextes de Cernavodă III-Boleráz en Europe centrale et même plus près de Dikili Tash (Ezero146, Haghios Mamas147…), et existe également, en quantités beaucoup plus réduites il est vrai, en Grèce centrale et septentrionale (Argissa148, Pefkakia149, Eutrésis150).

1.9. Conclusions

  • 151 Voir A. Sherratt, dans Sitagroi 1, p. 441.
  • 152 Bailey 2000, p. 259-261.

164Globalement la céramique du BA de Dikili Tash correspond à une tradition potière adaptée, semble-t-il, à un nouveau code de messages sociaux qui se transmettait par les récipients en terre cuite151. L’interruption de l’occupation avant le BA, dont la durée et le caractère restent à définir, n’a pas empêché la continuation des traditions néolithiques dans plusieurs domaines (architecture, outillage). En revanche, la production céramique a été profondément touchée. Ce changement a été couplé ou même provoqué par des modifications dans l’exploitation des produits secondaires de l’élevage (lait, laine…), un intérêt plus grand pour les animaux sauvages, etc. Ce genre de modifications a pu entraîner des transformations dans la préparation des aliments elle-même (soupes, bouillies…). La présence probable de vases en métal et, plus généralement, la prédominance des métaux parmi les objets de prestige ont pu avoir un impact important sur les habitudes et les cérémonies, conduisant à une réorganisation de la vie quotidienne152. Ainsi, le renouvellement des types de récipients correspond à des changements d’habitudes et de gestion des matériaux. La modification des techniques et des méthodes dans la fabrication souligne la spécificité des savoir-faire en fonction de la diversification de la production et de la valorisation sociale différenciée des céramiques. Les hommes à Dikili Tash, leur comportement et leurs traditions, ont suivi de près le réaménagement économique et les changements dans les routes de circulation des produits et des idées dans les régions voisines pendant le BA.

2. Le Bronze Récent à Dikili Tash (Dikili Tash IV)

  • 153 Angista, Kastri à Thasos, Assiros, Toumba Thessalonikis, Kastanas, Haghios Mamas, etc., voir infra, (...)
  • 154 Elles ont été décrites en Macédoine centrale par Heurtley 1939.
  • 155 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 31 et 54, pl. 40 ; Séfériadès 1985b.

165Les fouilles de J. Deshayes à Dikili Tash (1961-1975) ont permis d’atteindre pour la première fois en Macédoine orientale des couches stratigraphiques du BR. Ces couches témoignent d’une nouvelle occupation du site après son éventuel abandon à la fin du BA II. Les caractéristiques de l’occupation pendant le BR, période mieux connue aujourd’hui en Grèce du Nord grâce à des fouilles postérieures à celles de J. Deshayes153, étaient à peine perceptibles à cette époque154. Pourtant, on a pu restituer en partie le plan d’un bâtiment155 dont le soubassement est construit en gros moellons et la superstructure en briques crues, et dont le petit côté sud est très faiblement incurvé (fig. 5).

Fig. 5 — Le « bâtiment absidal » du Bronze Récent dans le secteur A1.

Fig. 5 — Le « bâtiment absidal » du Bronze Récent dans le secteur A1.
  • 156 Par exemple, Kastri à Thasos : Koukouli-Chryssanthaki 1992, p. 685 ; Toumba Thessalonikis : Andreou(...)
  • 157 Comme la maison brûlée de Sitagri, voir Elster 1997, ou encore les bâtiments à Ezero, voir Georgiev(...)

166Les matériaux et les techniques de construction subissent des changements majeurs entre le BA et le BR et semblent refléter une situation régionale156. L’association d’un mur courbe à une construction par ailleurs rectangulaire évoque toutefois encore la tradition des maisons à abside du BA157. Du reste, l’évolution entre le BA et le BR est toujours mal connue ; ni à Dikili Tash ni sur les autres sites de Macédoine orientale, les traits qui caractériseraient une phase intermédiaire (BM) n’ont pu être clairement identifiés pour le moment.

  • 158 M. Séfériadès, dans Dikili Tash I, 1, p. 97.
  • 159 Ibid., p. 118.
  • 160 R. Jullien, dans Dikili Tash I, 1, p. 151.
  • 161 Séfériadès 1985b, p. 115.

167Les artefacts attribués aux couches du BR étant peu nombreux à Dikili Tash (un outil de pierre polie158, une alène de cuivre159, une dent de loup en pendeloque160, quelques fusaïoles et une pointe de cuivre161), il ne reste que la céramique pour illustrer la culture matérielle de cette phase.

2.1. La production potière

  • 162 L. Courtois, dans Dikili Tash I, 2, p. 23.
  • 163 Voir supra, p. 1-2, et L. Courtois, dans Dikili Tash I, 2, p. 23.
  • 164 L. Courtois, dans Dikili Tash I, 2, p. 23.

168Les poteries du BR de Dikili Tash présentent en général les mêmes caractéristiques de pâtes que celles du BA162 ; le choix de la matière première et les sources des terres utilisées ne semblent pas avoir changé. Le façonnage des pots est toujours effectué à la main ; le tour de potier n’est pas employé. Le mode de finition des surfaces ainsi que celui de la cuisson restent quasiment inchangés163. En revanche, des éléments nouveaux apparaissent dans le mode de décoration. Certains vases portent un engobe au graphite couvrant toute la surface, sans autre décor. Dans d’autres cas, l’engobe au graphite est combiné à un décor en croûte appliqué après cuisson sur des zones préalablement rendues rugueuses par un réseau d’incisions irrégulières164. Le répertoire des formes s’appauvrit, tandis que l’on observe une présence proportionnellement plus forte des récipients de grandes dimensions.

2.2. Les sondages explorés

  • 165 Voir supra, p. 2-7.

169Dans le secteur A, au sommet du tell, le BR est représenté par des remblais d’une épaisseur totale de 0,20-0,30 m, déposés sur les couches du BA165.

  • 166 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 19.

170La technique de fouille employée consistait en général en un décapage par couches arbitraires, fouillées horizontalement dans chaque sondage166. Ces couches ont été appelées sols ou niveaux et ont reçu chacune un numéro. Dans les sondages A, B, C et D (R 24, R 25, R 26 et R 27), en 1961, sur une surface de 19 × 4 m, les niveaux 1 à 3 appartenant au BR ont été traversés et les niveaux du BA II atteints. La partie nord de ces sondages a été reprise partiellement en 1974 et 1975, en parallèle des nouveaux sondages A΄ (Q 24) (surface de 4 × 1,5 m), B΄ (Q 25) et C΄ (Q 26) d’une superficie de 10 × 4 m, et P 24-P 25 (3 × 1,5 m) où se trouve la limite nord du secteur A 2. Cette extension a été pratiquée dans le but de retrouver des vestiges architecturaux du BR in situ et de dégager le plan des bâtiments. Dans le même temps, dans les années 1974 et 1975, des couches du BR ont été fouillées sur une surface de 2 × 3 m dans la partie sud du sondage A (R 24) et, plus au sud, dans les sondages STU 24 sur une surface de 15 × 3 m) (fig. 1 et 2).

171L’enregistrement du matériel dans les sondages du sommet du tell (A΄ à C΄ et P 24-P 25) a suivi la numérotation des niveaux dans les sondages A-D de la première campagne de fouille (1961). Les extensions vers le sud, c’est-à-dire les sondages STU 24, ont été explorées en 1974 et 1975 avec une numérotation des niveaux différente, qui a été transformée et adaptée au système précédent dans le but d’homogénéiser la présentation.

2.3. Stratigraphie du Bronze Récent à Dikili Tash

  • 167 Andreou, Fotiadis, Kotsakis 1996, p. 538-539 ; Treuil et al. 2008, p. 256 et 477-479.
  • 168 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 31.
  • 169 Darcque et al. 2009, p. 536.

172La phase IV de Dikili Tash date du BR que l’on situe pour la Grèce du Nord entre 1550/1500 et 1100/1050 av. J.-C. En Macédoine orientale plus particulièrement, on place le début de cette période vers 1300 av. J.-C., d’après la présence de céramiques de l’Helladique Récent III B-III C167. DT IV est représentée dans la stratigraphie par une épaisseur de couches de 30 cm environ au sommet du tell, dans le secteur A 2168 (fig. 1 et 2). La surface totale fouillée des couches du BR en place ne dépasse pas 126,5 m2 (sondages A, B, C, D, A΄, B΄, C΄ et P 24-P 25). Le niveau 2 avec une partie du niveau 3, d’une épaisseur totale de 10-15 cm, incluent le bâtiment absidal (fig. 5). Cet édifice a été construit en briques crues sur un soubassement de pierre. Son sol présente une phase de réfection. Le niveau 1, au-dessus du niveau 2, d’une épaisseur de 10-15 cm, avait été très perturbé par les fondations de bâtiments des époques historiques. Ce niveau est suggéré par l’existence d’un mur (mur 11), comparable aux murs du bâtiment précédent, et par les traces d’une couche de destruction, incluant des éléments de terre à bâtir dont la datation reste incertaine. La couche de surface, épaisse de 30-50 cm, contenait une quantité considérable de tessons du BR provenant apparemment des couches sous-jacentes169.

173Dans l’extension sud du sondage R 24 et dans les sondages STU 24, d’une surface totale de 51 m2, la couche de surface et les niveaux 1-3 ont livré du matériel du BR, sans aucune relation avec des structures in situ et mélangé avec du matériel du BA. Le sondage S 28 (2,5 × 2,5 m), c’est-à-dire le secteur A 1, n’a livré qu’un nombre très limité de tessons datés du BR.

2.4. Le traitement du matériel

  • 170 Dikili Tash I, 1, pl. 31 et 40.
  • 171 Voir supra, p. 40, fig. 5.

174La superficie fouillée des couches du BR est trop restreinte pour permettre la compréhension complète des vestiges architecturaux dégagés170. De plus, le matériel étudié a subi un tri et seuls les tessons qui portaient un décor ou qui provenaient de bords, de bases ou d’anses ont été conservés. Nous ne possédons pas d’information sur la quantité de tessons rejetés. La numérotation des fragments gardés permet de restituer l’appartenance de ceux-ci à des niveaux par carré, sans autre indication dans la plupart des cas sur leur lieu de découverte exact. Par conséquent, l’étude de la distribution spatiale des céramiques s’avère difficile, puisqu’il n’est pas toujours possible de vérifier leur localisation précise par rapport au bâtiment absidal (intérieur ou extérieur) ou aux autres structures171. Ainsi, l’analyse statistique devient impossible et la compréhension du fonctionnement et de l’utilisation des récipients n’est pas aisée.

175Nous présentons donc en premier lieu les différents types de récipients, leurs caractéristiques techniques et morphologiques, relatives à la fois à la forme et au décor. En même temps, nous faisons quelques suggestions concernant leur fonction et leur usage. Nous étudions enfin la répartition spatiale du matériel par niveau, de façon à faire apparaître les connexions avec le bâtiment absidal.

176Pour réaliser l’analyse typologique, nous avons eu recours à l’ensemble du matériel conservé, c’est-à-dire 2 vases complets et 538 tessons. Pour traiter de la répartition stratigraphique, nous avons retenu les vases complets et 184 fragments, les plus grands, pour lesquels on disposait d’informations de provenance sûres.

2.5. L’analyse typologique

  • 172 Voir supra, p. 8.

177Nous suivons le même système d’analyse typologique, fondé sur la géométrie des formes, que nous avons adopté pour les céramiques du Bronze Ancien172. Le classement se fait en deux grandes catégories, les récipients de forme ouverte et ceux de forme fermée. Les bols et une forme particulière de récipient double entrent dans le groupe des récipients ouverts. Les pots, les jarres et les cruches appartiennent à la catégorie des récipients fermés. Un exemplaire de plateau à rebord constitue à lui seul un type particulier.

178Au total, huit types de récipients ont été reconnus. Comme on l’a déjà fait auparavant, des sous-types peuvent parfois être définis en fonction de la morphologie de chacune des parties.

179La description des types commence avec les vases ouverts de faibles dimensions, suivie par celle des vases fermés et s’achève par les types particuliers. Les dimensions, la finition de la surface, le décor et son emplacement servent aussi de critères pour l’attribution typologique des fragments. La présentation des types de vases ainsi identifiés à Dikili Tash comportera des références à des ensembles du BR des sites contemporains de la région. Nous faisons, enfin, quelques propositions sur leurs usages potentiels.

  • 173 Voir infra, p. 51.

180Nous abordons, ensuite, les techniques et l’organisation du décor en essayant de tracer les tendances dominantes dans le choix des motifs, l’exécution et les associations de ceux-ci aux formes173.

Les formes du Bronze Récent (Dikili Tash IV)

Bol à bord rentré et anses en lunette

181(Pl. 45, D 181)

  • 174 Sitagroi 1, fig. 13.27:16, 18 et 19 ; Hochstetter 1984, Taf. 14:7, 9.

182Ce type de récipient est représenté par un seul exemplaire. Il est caractérisé par une paroi convexe inclinée et un bord rentrant174. Il portait probablement deux anses horizontales sur le bord, le dépassant nettement. Il peut s’agir d’anses cylindriques ou en lunette, forme bien connue dans le matériel de cette phase sur d’autres sites. Le diamètre de l’ouverture atteint 22 cm. La base serait plate ou munie d’un pied tronconique. La pâte est relativement fine et la surface est brune, lissée, mais non décorée.

183Ce type de vase a pu être destiné à la présentation et à la consommation d’aliments, solides ou liquides.

Bol à parois sinueuses

  • 175 Grammenos 1979, fig. I:4, 7, VIII:2, XI:1 ; Koukouli-Chryssanthaki 1980, fig. 18:169, 208 ; Koukoul (...)

184(Pl. 45, B 75, 36907, B 115 et 45530 ; pl. 50, B 25 ; pl. 53, C 212 et 18922 ; pl. 58, 36907, B 115 et D 134 ; pl. D, 45530 et B 75) Cette forme, très peu attestée, présente une partie inférieure droite ou légèrement convexe et une partie supérieure rectiligne ou légèrement concave, le profil étant toutefois continu175. Le bord peut être en légère saillie. Le diamètre à l’ouverture ne dépasse pas les 20 cm. La forme de la base n’est pas certaine, le type des anses non plus. L’argile, de granulométrie moyenne, est rendue noirâtre par la cuisson. La plupart des exemplaires portent un décor linéaire incisé sur la panse avec une incrustation de pâte blanche ou rosâtre (pl. 58, B 115 et D 134). Un enduit au graphite est visible sur certains d’entre eux.

185Comme le précédent, ce type de vase pouvait être destiné à la présentation et à la consommation d’aliments, solides ou liquides.

Bol à ressaut et rebord évasé (« cratère »)

186(Pl. 46, A 132 & A 279, D 191, D 182 et 48870 & 48875 ; pl. 48, 47886 ; pl. 48 et 58, 48784 & 48785 ; pl. 54, A 216, D 156 et 47338)

  • 176 Grammenos 1979, fig. III:2, IX:2 et XI:2, pl. ΙΔ:β et ΙΕ:α ; Valla 2007, fig. 13 ; Delev, Vulcheva (...)
  • 177 Voir Hochstetter 1984, Taf. 48:4-5 ; Stefanovich, Bankoff 1998, fig. 28:D. 

187Cette forme est caractérisée par une partie inférieure convexe et une partie supérieure concave très évasée. La liaison entre les deux s’effectue par un ressaut marqué176. Le diamètre à l’ouverture varie de 25 à 35 cm. Ces récipients arborent une paire d’anses cylindriques horizontales recourbées vers le haut, placées au niveau du diamètre maximal de la panse. Dans d’autres cas, il peut y avoir des protubérances en forme de langue (pl. 58, 48784 & 48785). La base est plate ou, plus fréquemment, de forme tronconique, parfois assez haute – qui aurait pu être attribuée à une amphore177. Les dimensions relativement grandes de ces bols nous conduisent à les appeler « cratères ». Les exemplaires qui nous sont parvenus ne portent pas de décor, mais leur surface sombre est souvent couverte d’un enduit au graphite.

188Étant donné leur taille, ces récipients servaient probablement à la présentation des aliments ou des boissons en vue de leur consommation collective, lors d’événements exceptionnels (fêtes, repas familiaux, repas rituels…).

Récipient double à anse de panier

189(Pl. 49, 47511 et 47401 ; pl. 57, 47401)

  • 178 Koukouli-Chryssanthaki 1980, fig. 4:6 ; Valla 2007, fig. 14 ; Delev, Vulcheva 2002, fig. 25:10 ; Ho (...)

190Ce récipient, de dimensions assez grandes, est constitué de deux bols assez profonds de profil simple arrondi et à base aplatie, unis par un pont au-dessus duquel passe une courte anse cylindrique verticale178. Le diamètre de chacun des bols des exemplaires préservés atteint 30 cm. La pâte est assez grossière et la surface, sans engobe, est hâtivement lissée. Cette forme est représentée dans le matériel étudié par les fragments de trois vases comportant encore l’anse et quelques petits autres appartenant aux bols.

191L’utilisation de ce type de récipient n’est pas évidente.

Jarre

192(Pl. 46, D 38 & D 139 et D 137 ; pl. 47, D 59, D 136, C 104 et 48518 ; pl. 50, 47688, 47532 et 47510 ; pl. 51, DT 5 ; pl. 53, C 86 et C 87 ; pl. 54, C 157 ; pl. 55, 45189 ; pl. 56, 47408, 47416, A 308, 47647, 46807 et 45429 ; pl. D, DT 137, DT 5 et 47549 et al.)

  • 179 Grammenos 1979, fig. VI:1, 3-6, 10, 12 et VIII:3 ; Koukouli-Chryssanthaki 1980, fig. 4:1-2, et fig. (...)

193Récipient de grandes dimensions179, dont on ne possède qu’un seul exemplaire complet. Selon le profil et la forme de l’ouverture, deux variantes ont pu être distinguées : la jarre à parois verticales ou évasées et la jarre à parois sinueuses.

194La première est la moins fréquente. Les parois sont légèrement convexes, verticales ou faiblement évasées (pl. 50, 47688 et 47532). Le diamètre de l’ouverture peut varier de 30 à 50 cm. Des anses cylindriques verticales sont attachées à la partie supérieure de la panse. La pâte est grossière, rougeâtre ou jaunâtre ; la surface simplement égalisée. Le décor consiste en une série d’impressions digitales ou d’encoches effectuées à l’aide d’un instrument pointu immédiatement au-dessous de la lèvre.

  • 180 Koukouli-Chryssanthaki 1992, pl. 14:35.

195La seconde variante est représentée par un vase quasi complet, reconstitué par recollage (pl. 51, DT 5). Les parois sont sinueuses et la base plate. Le fond présente un trou qui a été pratiqué après cuisson. La hauteur est de 23 cm ; le diamètre maximal de 20,5 cm. Deux anses en forme de lune sont posées au-dessous de la lèvre. La surface sommairement lissée ne porte pas d’engobe. Le décor consiste en deux cordons digités, disposés horizontalement sur le bord et sur l’épaule. Cette variante est représentée par de nombreux autres fragments dont le diamètre et la hauteur des vases oscillent considérablement, le plus grand exemplaire mesurant 68 cm de diamètre au niveau de l’épaule (pl. 53, C 87). La forme de la panse peut être plus ou moins convexe ; le diamètre de la partie supérieure plus ou moins rétréci, jusqu’à former un col de faible hauteur (pl. 47, C 104). Le bord est parfois en saillie, créant ainsi une lèvre aplatie (pl. 53, C 86). Des anses verticales ou horizontales, cylindriques ou en ruban, anguleuses ou arrondies, sont disposées sur la panse, sur l’épaule ou sur le col (pl. 50, 47510 ; pl. 56, 47408 et 47416). Il existe également de grandes anses en forme de double protubérance (pl. 56, 47647, 46807 et 45429)180.

196Le décor de ces jarres pouvait être très varié. Il consiste souvent en cordons digités, en séries d’encoches ou d’impressions de doigt, disposés horizontalement au-dessous de la lèvre et sur la panse, le plus souvent au niveau de l’épaule (pl. 46, D 38 & D 139 et D 137 ; pl. 47, D 59 ; pl. 50, 47510 ; pl. 51, DT 5 ; pl. 53, C 86), mais on note également la présence de protubérances circulaires ou rectangulaires (pl. 47, D 59 et D 136), de mamelons ou de languettes, disposés seul, par deux ou en série sur l’épaule ou sur le bord de la lèvre. Des cannelures peu profondes réalisées aux doigts sont aussi attestées (pl. 46, D 137). Des incisions courtes ou des impressions de doigt en série au-dessous de la lèvre sont assez fréquentes (pl. 50, 47688 et 47532 ; pl. 54, C 157). Ces techniques de décoration sont souvent combinées sur un même vase.

197Le stockage des provisions pour une conservation à long ou à moyen terme devait être la fonction principale de ces récipients.

Pot globulaire à anses surélevées (« canthare »)

198(Pl. 45, 45806 ; pl. 48, 48874 ; pl. 51, 48800 et B 138 ; pl. 53, A 232 ; pl. 55, 45421 ; pl. 58, 45683, 48401, A 236, B 55, C 39bis, 47146, 48221 et 45688 ; pl. E)

  • 181 Grammenos 1979, fig. I:9, III:1, VI:7, pl. ΙΓ:ε, ΙΔ:α ; Koukouli-Chryssanthaki 1980, fig. 12, 14:67 (...)

199Récipient à profil continu. La panse est globulaire, la base aplatie. Le col est tronconique et étroit. Deux anses anguleuses verticales, de section circulaire ou ovale, prennent naissance sur le bord et rejoignent l’épaule. Leur partie supérieure dépasse nettement le bord181. Le diamètre de la panse peut atteindre 30 cm tandis que celui de l’embouchure mesure environ 10 cm. La pâte, moyennement dégraissée, est rendue noirâtre par la cuisson. La surface est lissée ou hâtivement polie et est recouverte dans la plupart des cas d’un enduit au graphite. La panse est ornée d’un décor incisé et incrusté de motifs géométriques linéaires, rectilignes et curvilignes, disposés dans des métopes entre les anses (pl. 58, 45683, 48401, A 236, B 55, C 39bis, 47146, 48221 et 45688 ; pl. E).

  • 182 L’hypothèse émise récemment d’une utilisation comme conteneurs d’huiles parfumées devrait être conf (...)

200La taille et la forme de ces récipients suggèrent que ces derniers servaient à la consommation individuelle de boissons dans des contextes de repas partagés. La richesse de leur décor pourrait être un indice dans ce sens. Toutefois, on ne peut exclure que ces pots aient été utilisés pour le transport et le transvasement de denrées liquides ou solides182.

Cruche à embouchure oblique 

201(Pl. 54, A 151 ; pl. 55, 45277 ; pl. 58, 46025)

  • 183 Grammenos 1979, fig. VI:8 ; Koukouli-Chryssanthaki 1980, fig 9:a ; Delev, Vulcheva 2002, fig. 28:4 (...)
  • 184 Grammenos 1979, fig. XI:3, pl. IZ:α-δ ; Delev, Vulcheva 2002, fig. 17:2, 24:10 ; Valla 2007, fig. 1 (...)

202Seules quelques anses et deux fragments de panse pourraient être attribués à cette forme par ailleurs typique du BR dans la région183. L’un des fragments de panse provient de la zone d’inflexion vers le col et porte un décor de lignes horizontales incisées encore remplies d’une croûte rosâtre. L’autre fragment, dont la surface extérieure est couverte d’un engobe au graphite, est orné d’une série de triangles pendants hachurés, incisés (pl. 58, 46025). Les deux fragments pourraient aussi appartenir à des amphores184.

Plateau à rebord

203(Pl. 52 et 57, DT 2)

204Grand ustensile de forme particulière. Un seul exemplaire a été recollé à partir de plusieurs fragments. Il se caractérise par une base quasi ovale, de 59 cm de longueur et 54 de largeur, légèrement relevée du côté qui forme l’ouverture. Sur le reste du contour, les parois convexes se referment graduellement plus on s’éloigne vers le côté opposé à l’ouverture de façon à former comme une bouche aplatie. Au point culminant de cette « voûte », on observe le départ d’une anse (la restitution d’une anse en ruban dans l’axe du rebord supérieur est purement hypothétique). La paroi à l’extrémité extérieure de la voûte forme une surface plane sur laquelle le récipient peut tenir à la verticale. La pâte, grossière, est devenue gris brun à la cuisson. La surface est sommairement lissée, non décorée, et porte des traces de feu par endroits.

  • 185 Voir Séfériadès 1985b, p. 115, où l’on rapproche la forme des « pommiers » normands destinés à cuir (...)

205Cet objet énigmatique pourrait avoir été destiné à la cuisson ou à la torréfaction des aliments, tel un four amovible ; il pourrait aussi avoir contenu des braises pour le chauffage des pièces d’habitation185.

Les décors du Bronze Récent (Dikili Tash IV)

206Bien que le matériel étudié soit très fragmentaire, nous sommes en mesure d’identifier les tendances dans les techniques du décor et de faire quelques observations sur le choix des motifs et leur organisation.

207En général, les techniques du décor sont assez limitées et leur application est peu soigneuse sur des surfaces rougeâtres, brun gris clair ou noirâtre, résultant d’une cuisson enfumante sur la fin. L’impression globale est que les poteries du BR ne portent pas de riches décors, que les motifs sont répétés, suggérant une certaine standardisation ou un intérêt réduit pour la production de poteries sophistiquées.

208L’incision et l’impression sont les techniques de décoration le plus souvent utilisées (pl. D, DT 137 ; pl. E). Ce décor consiste essentiellement en des incisions remplies ou recouvertes de poudre blanche ou colorée (rosâtre, jaune) et/ou en des zones recouvertes d’un engobe au graphite qui donne aux surfaces des reflets gris à éclat submétallique (pl. E). De tels mélanges plus ou moins riches en graphite ont servi à la fabrication de peintures pour les décors peints très élaborés du NR. Au BR, on se contente de poser cet engobe sur toute la surface du vase.

  • 186 Voir Treuil et al. 2008, p. 478.
  • 187 Un seul fragment d’une tasse à décor peint imitant un prototype mycénien, datant de l’HR IIIC, a ét (...)

209Le décor peint en peinture mate sur une surface de couleur beige/brune (matt painted    ) n’est pas attesté dans le matériel étudié. Ce type de décor peint est caractéristique en Macédoine centrale et occidentale pendant le BR186. Aucun exemple de céramique de type mycénien n’y a été non plus repéré187.

210La technique du décor cannelé n’existe pas, alors que le décor plastique à rubans appliqués sur la surface des vases est très courant (pl. D, DT 137), du fait du nombre important de grands vases de stockage qui sont le plus souvent décorés selon cette technique.

Techniques de décor

Engobage au graphite
  • 188 Courtois 1985, p. 103 ; L. Courtois, dans Dikili Tash I, 2, p. 23.

211Le graphite est un minéral, l’un des allotropes naturels du carbone, qui se trouve surtout dans les roches métamorphiques. En tant que matière première, il a l’apparence d’un solide noir à l’éclat submétallique. Sa dureté est faible et il laisse des traces quand on le frotte contre une surface, comme les crayons à papier. Pour le décor des récipients en céramique, il a été utilisé dans son état naturel sous forme de cônes à dessiner ou dilué dans une solution argilo-micacée188, permettant la réalisation de peintures ou d’engobes qui contiennent du graphite. Ces peintures ou engobes ont été appliquées à l’aide d’un pinceau, d’un tissu ou d’un autre moyen. Sur les céramiques étudiées, elles apparaissent souvent dégradées et rendues pulvérulentes par les agents d’altération au cours de l’enfouissement, mais d’autres ont gardé leur éclat submétallique, offrant l’aspect d’un vernis métallique transparent (pl. E, B 138, 46487, 46806, 47407, 46392, 47722, 48866, 48925, 48838, 47576, 45506, 45536 et 48879), ce qui montre une diversité certaine dans la préparation des enduits au graphite.

Incision

212La technique de l’incision est la plus répandue pendant le BR pour décorer la surface extérieure des vases (ex. pl. 45, B 75 et 45530 ; pl. 51, B 138 ; pl. 53, C 212 et 18922 ; pl. 58 ; pl. E). En général, les incisions sont fines et peu profondes. L’instrument utilisé devait être fin et très pointu. L’exécution des incisions est peu soigneuse : celles-ci se chevauchent ou se recoupent souvent et, par conséquent, la géométrie des motifs n’est pas rigoureuse. Cette technique est régulièrement utilisée en association avec le décor imprimé : incisions et/ou impressions sont toujours remplies d’une pâte de couleur vive (voir infra, « incrustation »).

Impression

213La technique de l’impression est utilisée en combinaison avec l’incision. De fines impressions en forme de petits points sont exécutées avec un instrument effilé et pointu. Elles servent de remplissage dans des zones délimitées par des lignes doubles incisées. Dans d’autres cas, les points imprimés encadrent les lignes incisées (pl. E, 48878, C 152, A 234 et 46777).

Incrustation

214La technique de l’incrustation consiste à ajouter sur la surface des vases une substance colorée après cuisson. Dans le cas des poteries du BR, des incisions et/ou des impressions qui rendent la surface rugueuse par zones sont pratiquées dans un premier temps ; les zones non incisées sont quant à elles enduites de graphite. Après la cuisson, des peintures pâteuses (probablement à liant organique) sont appliquées sur les incisions irrégulières, qui ne servent donc qu’à faciliter l’adhérence (pl. D, 45530, B 75 et DT 5, pl. E). La bande à décorer est ainsi recouverte d’une épaisse couche de pâte blanche, rosâtre ou rouge ou jaune. Ces couleurs vives contrastent avec l’éclat gris noir des zones graphitées.

Décor plastique

215Le décor plastique résulte de l’addition de bandes ou de cordons appliqués sur la surface des vases. Ces bandes ou cordons portent des impressions digitales ou des encoches faites à l’ongle ou à l’aide d’un outil pointu ou tranchant. Ce type de décor est appliqué principalement sur les jarres (pl. 46, D 381, D 139 et D 137 ; pl. 47 ; pl. 50, 47510 ; pl. 53, DT 5 ; pl. 53, C 86 ; pl. D, DT 5 et DT 137).

Organisation des décors : les motifs et leur disposition

216La nature très fragmentaire du matériel étudié ne donne pas la possibilité de restituer de manière satisfaisante les motifs et l’organisation du décor. Pourtant nous arrivons à les comprendre dans leurs grandes lignes grâce aux exemplaires de vases complets provenant des sites voisins.

217Les vases du BR ne portent de décor qu’à l’extérieur. La zone privilégiée pour celui-ci est la panse, à l’exception des jarres qui portent également un décor au niveau des points de changement du profil : le bord, la base du col, l’épaule ou la courbure de la panse.

218Les motifs du décor incisé et incrusté sont linéaires, géométriques, rectilignes et curvilignes. Ils ornent des bols, des « canthares » et des « cratères ». Des faisceaux de lignes incisées forment alors des bandes spiraliformes ou rectilignes, parfois associées à des triangles ou à des cercles. L’ensemble devait être délimité dans des cadres rectangulaires formant des métopes sur les deux faces du vase. Souvent, ces motifs, avec la couleur vive de la pâte incrustée, se détachent sur un engobe au graphite qui couvre les zones intermédiaires (pl. E). De la même manière, les impressions combinées aux incisions, toujours incrustées, forment des motifs de chevrons bordés de points, des spirales remplies de points ou encore des bandes en zigzag. Les triangles pendants hachurés sont très rares (pl. 58, D 134).

219Le décor plastique, les cordons digités, les mamelons ou les protubérances s’organisent quant à eux de manière linéaire dans les axes verticaux et horizontaux des jarres, mais sont rarement positionnés sur les anses ou autour de leur point d’attache (pl. 46, D 38-D 139 ; pl. 47, D 136 ; pl. 54, C 157 ; pl. D, DT 5, 47549 et al. et DT 137).

2.6. La répartition stratigraphique et spatiale

220Si nous regrettons que bien après la fouille, un grand nombre de fragments de panse de vases sans décor aient été rejetés – nous privant de la possibilité de matérialiser des recollages qui auraient pu offrir des informations sur les dimensions des vases de stockage principalement –, nous avons eu la possibilité d’établir l’appartenance stratigraphique du matériel et sa répartition spatiale en dépit des incertitudes dues à de nombreuses perturbations et au caractère arbitraire des niveaux fouillés.

  • 189 Voir Dikili Tash I, 1, pl. 40.
  • 190 Voir Margomenou 2008, p. 205 ; Wardle 1996 ; Andreou 2001, p. 167-170.

221À l’appui des indications de provenance par carré que les fragments portent, nous avons essayé de distinguer les fragments céramiques qui auraient pu appartenir à des vases en usage lorsque le bâtiment absidal fonctionnait189. En effet, comme le montre la fig. 6, il existe une concentration importante de fragments à l’intérieur ou à proximité immédiate de cet édifice. Le plateau à rebord (pl. 52 et 57, DT 2) a été mis au jour dans l’angle sud du bâtiment. La petite jarre complète (pl. 51, DT 5) a été découverte à l’extérieur, très près du mur sud-ouest. Plusieurs fragments de grandes jarres ont été trouvés dans les limites du bâtiment, plus ou moins au niveau du sol. La grande majorité des fragments de « canthares » et de bols proviennent de la même couche, comme les trois fragments de récipients doubles (pl. 49, 47511 et 47401 ; pl. 57, 47401). Faut-il penser à un modèle d’organisation de l’espace comparable à celui proposé pour les sites de Macédoine centrale190 ? Dans ce cas, on aurait affaire, à Dikili Tash aussi, à une organisation collective du stockage, à une échelle plus large que celle de la maisonnée. Le stockage dans des contextes plus larges que la maisonnée est supposé être une activité plus ou moins spécialisée. Nous suggérons que cette activité suivait les différentes étapes d’un processus qui commençait avec la moisson ou la récolte et se prolongeait par la préparation collective des denrées pour un stockage en grandes quantités et pérenne (torréfaction, enfumage…). Dans un tel contexte, les récipients de forme particulière comme les doubles vases, le plateau à rebord ou encore la jarre à fond percé et surtout les jarres de grandes dimensions ont pu remplir des fonctions spécialisées.

222L’importance du nombre des vases de stockage est indéniablement à noter même dans les couches supérieures (niveaux 0-1 et surface) et constitue une indication solide de la continuité du caractère de l’occupation jusqu’à l’abandon du site à la fin du BR.

Fig. 6 — Répartition spatiale et stratigraphique des fragments et des vases ayant une provenance sûre.

Bâtiment absidal
et son périmètre immédiat
Carrés B, C, A΄, B΄, C΄
Alentours du bâtiment absidal
Carrés A, D, S 24, T 24, S 28
Surface, Niv. 0-1 Niv. 2, 3, 4 Surface, Niv. 0-1 Niv. 2, 3, 4
Bol (tous types) 7 9 7 7
« Canthare » 22 30 15 12
Récipient double 3
Jarre 16 35 + 1 vase 16
Plateau à rebord 1 vase
Divers 2 2 1

2.7. Les implications chronologiques et historiques

  • 191 Voir supra, p. 32-33.
  • 192 On a déjà proposé de faire commencer le BR en Macédoine orientale beaucoup plus tôt que dans les ré (...)

223Les données des fouilles de J. Deshayes concernant le BR à Dikili Tash sont peu abondantes et assez disparates. Nous ne disposons pas d’assez d’éléments sur la véritable durée et le caractère de cette période. L’interface avec la phase précédente n’est pas claire. La surface fouillée au-dessous du niveau 3, caractérisé par le bâtiment absidal, a livré du matériel attribué au BA II. Ce que nous appelons « Bronze Moyen » constitue donc une phase d’abandon probable du site de Dikili Tash après le BA II et jusqu’à la réoccupation du BR. Pourtant, l’augmentation proportionnelle des grands vases de stockage pendant la dernière sous-phase du BA191 suggère à quel point les caractéristiques du BR s’enracinent dans le substrat local, bien que les données stratigraphiques soient encore très incomplètes192.

  • 193 En fait, les niveaux du BR fouillés par J. Deshayes ne sont pas les seuls de cette époque à Dikili  (...)

224La production potière du BR, telle qu’elle est représentée dans le matériel étudié, paraît cohérente, même si nous ne connaissons pas exactement son contexte socioéconomique. Elle porte les caractéristiques d’une production intégrée dans un système de fonctions bien définies, participant à la communication de codes sociaux concrets. L’absence totale de décor en peinture mate, pourtant assez répandu dans le reste de la Grèce du Nord, est une autre caractéristique du matériel de Dikili Tash. Cette céramique peinte s’amoindrit en fonction du développement de la céramique mycénienne locale qui utilise des motifs différents. À Dikili Tash, la gamme limitée des formes et des décors nous conduit à suggérer que le poids des symboles ne se trouve plus dans la céramique, bien moins encore qu’au BA, et que ce phénomène se poursuit jusqu’à la fin de l’Âge du Bronze193.

  • 194 Koukouli-Chryssanthaki 1993, p. 688.

225Ce qui se passe vers la fin de la période (vers 1100 av. J.-C. ?) et la transition vers le premier Âge du Fer n’est pas facile à définir. Aucune trace de l’Âge du Fer, qui se caractérise dans la région par un nouveau type de céramique cannelée, n’a été découverte à Dikili Tash. L’occupation du sommet rocheux de l’acropole de Philippes à cette époque est probablement liée à l’abandon du site de Dikili Tash194.

  • 195 Koukouli-Chryssanthaki 1980.
  • 196 Valla 2007.
  • 197 Grammenos 1979.
  • 198 Koukouli-Chryssanthaki 1992.

226La reprise de la fouille des niveaux du BR, près du sommet du tell, va permettre de déterminer le caractère de l’occupation, en particulier sa situation par rapport aux évolutions que l’on constate à la même époque ailleurs. La combinaison des nouvelles données à celles des fouilles d’Angista195 et de Faia Petra196 du côté de la vallée du Strymon, celles d’Exochi et de Potami197 du côté de la vallée du Nestos, ainsi que celles de Kastri dans l’île de Thasos198, ou encore de fouilles à venir sur d’autres sites, vont jeter les bases d’une séquence stratigraphique régionale.

2.8. Parallèles et comparaisons

  • 199 Tsimpidis-Pendazos 1971 et 1972.
  • 200 Koukouli-Chryssanthaki et al. 1996.
  • 201 Wardle 1996 et 2007.
  • 202 Horejs 2007a.
  • 203 Andreou, Psaraki 2007 ; Andreou 2001 et 2010.
  • 204 Cambitoglou, Papadopoulos, Jones 2001.
  • 205 Hänsel, Aslanis 2010.
  • 206 Heurtley, Hutchinson 1925-1926 ; Heurtley 1939.
  • 207 Papaefthymiou-Papanthimou, Pilali-Papasteriou 1996 et 2002 ; Deliopoulos 2006.
  • 208 Stefani 2010 ; Stefani, Merousis 1997 et 2003.
  • 209 Gimatzidis, Jung 2008 ; Horejs 2007b.
  • 210 Vokotopoulou 1986.
  • 211 Mitrevski 2003 ; Korkuti 2003.

227L’étude des formes et des décors de la poterie du BR de Dikili Tash montre qu’un « langage commun » existe en Macédoine orientale, notamment avec l’habitat d’Angista, les tumuli d’Exochi, de Potami et de Faia Petra. Nous constatons également des similitudes avec l’habitat de Kastri et ses nécropoles dans l’île de Thasos, les sites maritimes de Thrace199 (Assar Tepe, Strymi, grotte de Maronée, Haghios Georgios de Maronée), ainsi qu’avec des sites à l’ouest, Profitis Ilias/Eion à l’embouchure du Strymon200, et avec les sites de Macédoine centrale (Assiros201, Haghios Mamas/Olynthe202, Toumba Thessalonikis203…), de Chalcidique (Toronè204) et de la vallée de l’Axios (Kastanas205, Axiochori206…). Les productions potières plus lointaines, vers la Macédoine occidentale (Archondiko207, Angélochori208, Kastro Néokaisareias209), l’Épire (Vitsa210) et l’Illyrie211, paraissent différentes : les décors en peinture mate sont relativement fréquents de l’Illyrie orientale jusqu’à la Chalcidique, alors qu’ils ne se retrouvent ni en Macédoine orientale ni en Thrace.

  • 212 Alexandrov, Petkov, Ivanov 2007.
  • 213 Stefanovich, Bankoff 1998.
  • 214 Stefanovich, Kulov 2007.
  • 215 Delev, Vulcheva 2002.
  • 216 Séfériadès 1985b, p. 111 ; Todorova 2003.
  • 217 Séfériadès 1985b, p. 111.

228Les sites de l’actuel territoire bulgare se caractérisent par un matériel assez proche dans les formes et dans les décors de celui de Dikili Tash, surtout dans les vallées de la Struma (Sandanski212, Kamenska Čuka213, Krsto Pokrovnik214) et de la Mesta (Koprivlen215), ainsi qu’un peu plus loin dans la région de Plovdiv216, où les rapports sont en effet nombreux. La production céramique y a aussi pour caractéristique le décor incisé et rempli de pâte – tradition potière plus fréquente dans l’intérieur des Balkans. D’autres parallèles nous orientent vers les contrées septentrionales, depuis la Bulgarie et jusqu’en Roumanie avec les cultures de Verbicioara et de Tei217 et d’autres groupes ou faciès culturels qui ont en commun une partie des formes et des motifs de décor attestés à Dikili Tash.

  • 218 Cline 2010, p. 849.
  • 219 Pilali-Papasteriou 1999.

229L’Est de l’Égée et la Troade semblent avoir trouvé pendant le BR une orientation différente et se sont tournés vers le sud : des affinités se sont alors créées cette fois avec le monde égéen et le monde mycénien218. Depuis des années, les relations au BR entre les communautés du Nord de l’Égée et des Balkans avec le monde mycénien constituent le sujet d’une discussion majeure. À vrai dire, des contacts sont assurés en Macédoine et même, de façon très sporadique, jusqu’en territoire bulgare. Toutefois, leur nature est sujette à débat 219 : s’agit-il d’indices d’un déplacement de personnes (installation de communautés mycéniennes dans le Nord du monde égéen), d’une influence en profondeur (allant parfois jusqu’à l’acculturation) ou de simples échanges sans impact majeur sur les cultures locales ? Il est encore trop tôt pour entrer dans cette discussion en se fondant sur le matériel étudié provenant des fouilles de Dikili Tash.

2.9. Conclusions

  • 220 Kiriatzi et al. 1997.

230La production potière de Dikili Tash au BR présente des rapports plus marqués avec les Balkans qu’avec le monde égéen. Pourtant, les vases étudiés répondent, semble-t-il, aux demandes de la période et correspondent à différentes traditions potières qui coexistent220 dans une région plus vaste. Même si l’habitat du BR à Dikili Tash n’atteint jamais l’échelle des sites de Macédoine centrale et encore moins celle des sites de Grèce méridionale, il ne reste pas à l’écart du modèle socioéconomique égéen développé pendant cette période.

231Les modifications observées dans les formes et dans les décors, ainsi que dans les techniques de fabrication des vases, par rapport à ce qui existait dans les phases antérieures, trouvent apparemment leur explication dans les transformations profondes de l’organisation de la production et des structures sociales qui marquent la fin de l’Âge du Bronze dans le monde égéen.

Notes

1 Manning 1995 ; Johnson 1999 ; Maran 1998a ; Nikolova 1999 ; Kouka 2002 ; Treuil et al. 2008 ; Maliszewski 2010 ; Andreou 2010.

2 Voir Dikili Tash I, 1.

3 L. Courtois, dans Dikili Tash I, 2, p. 12 et 21.

4 Ibid., p. 17.

5 Ibid., p. 19.

6 Ibid., p. 18.

7 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 12.

8 Un niveau d’occupation peu épais datant du BA avait été dégagé par D. Théocharis dans le secteur II à l’est du tell (Koukouli-Chryssanthaki, Romiopoulou 1992). Par ailleurs, les fouilles récentes ont mis au jour, dans le secteur VI, une couche peu épaisse du BA juste au-dessous de la surface, superposée directement aux maisons du NR II (Koukouli-Chryssanthaki, Treuil, Malamidou 1996 ; Darcque et al. 2009). La superficie de l’habitat du BA n’a pas encore été déterminée avec certitude. Pourtant, la localisation des couches attribuées au BA suggère une diminution probable de la surface occupée par rapport au Néolithique.

9 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 12.

10 Ibid., p. 14.

11 Ibid., p. 27.

12 Ibid., p. 19.

13 Les datations provenant de ces niveaux sont toutes jugées inutilisables (R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 36).

14 Treuil 1983, p. 137 ; Treuil et al. 2008, p. 100-103 ; Andreou, Fotiadis, Kotsakis 1996 ; Manning 1995 ; Nikolova 1999.

15 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 27-31.

16 Ibid., p. 27.

17 Ibid., p. 13, 15-16 et 27-31.

18 Ibid., p. 29-31.

19 L. Courtois, dans Dikili Tash I, 2, p. 12-23 ; Courtois 1985.

20 Nous adoptons la nomenclature et le système de catégorisation de Balfet, Fauvet-Berthelot, Monzon 1989, en l’adaptant toutefois aux exigences de notre matériel (voir aussi Orton 1980, p. 34).

21 Voir infra, p. 28-33.

22 Sitagroi 1, fig. 13.9:8.

23 Nikolova 1995, fig. 1:3.

24 Sitagroi 1, fig. 13.5:4 ; Grammenos 1981, fig. 27:518 ; Bernabò Brea 1964, tav. XXX.

25 Sitagroi 1, fig. 13.9:1.

26 Sitagroi 1, fig. 13.5:1, 13.6:3 et 7 ; Aslanis 1985, Taf. 5:1-11 ; Bernabò Brea 1964, tav. XXIII.

27 Sitagroi 1, fig. 13.4:1-5, 13.6:8-9 ; Grammenos 1981, fig. 27:521, 28:543, 31:602 ; Papadopoulos 2007, fig. 7 ; Kulov 2011, fig. 11:3-5 ; Alexandrov 1995, fig. 2:4.

28 Lichardus, Krastev-Iliev 2001, Taf. 8,8.

29 Sitagroi 1, fig. 13.7, 13.9:10 ; Grammenos 1981, fig. 28:541 ; Aslanis 1985, Taf. 16:1-2.

30 La distinction entre les jarres et les grandes jattes se fait surtout par l’épaisseur de la paroi qui est plus importante pour les jarres, supérieure à 1,5 cm, ainsi que par la consistance des pâtes, plus grossières pour les jarres.

31 Sitagroi 1, fig. 13.8 ; Grammenos 1981, fig. 26:493-496, 30:574.

32 Voir infra, p. 21-22.

33 Sitagroi 1, fig. 13.4:6-12, 13.10:9 ; Grammenos 1981, fig. 27:522, 31:603 ; Bakalakis, Sakellariou 1981, Taf. XI:2,6, Taf. 37:2,8 ; Heurtley 1939, p. 192, pl. XV:139 ; Bernabò Brea 1964, pl. XL:b ; Hanschmann, Milojcić 1976, Taf. II:1,2,5, Taf. 8:1-3,7 ; Banner 1956, Taf. CXIII:47 ; Goldman 1931, p. 177, fig. 245,1.

34 Voir Sitagroi 1, fig. 13.10:8 ; Grammenos 1981, fig. 27:523.

35 Voir supra, p. 8-10.

36 Sitagroi 1, fig. 13.12 ; Papadopoulos, Papalazarou, Tsoutsoubei-Lioliou 2007, fig. 13 ; Kulov 2011, fig. 5-6 ; Alexandrov 1995, fig. 8:110, 112-113 ; Nikolova 1999, fig. 9.2.3:3-5 ; Nikolova 1995, fig. 5 ; Aslanis 1985, Taf. 69:11-12, 98:11-13, 107:9.

37 Sitagroi 1, fig. 13.13:1-4, 8, pl. XCVII, 1-2 ; Grammenos 1981, fig. 25, 458 ; Papadopoulos 2007, fig. 9 ; Georgiev et al. 1979, fig. 144, 150:c-d.

38 Voir supra, p. 10.

39 Sitagroi 1, fig. 13.15:1-2, 13.16:2 ; Grammenos 1981, fig. 7:65 ; Kulov 2011, fig. 4:4-11, 9:2 ; Alexandrov 1995, fig. 7:97-98 ; Aslanis 1985, Taf. 12:7-8, 68:4-5 ; Bernabò Brea 1964, pl. XXX-XXXI.

40 Voir supra, p. 10-11.

41 Voir Aslanis 1985, Taf. 56:4.

42 Sitagroi 1, fig. 13.13:11 ; Nikolova 1995, fig. 12:1-2.

43 Voir supra, p. 11.

44 Sitagroi 1, fig. 13.11:3, 13.26 ; Grammenos 1981, fig. 19:338, 24:453 ; Kulov 2011, fig. 3, 9:3-9 ; Hiller, Nikolov 1997, Taf. 154:8-27, 155 ; Georgiev et al. 1979, fig. 169-170, 181 ; Tončeva 1981, fig. 17 et 20 ; Aslanis 1985, Taf. 52:7, 103:3-7 ; Bernabò Brea 1964, tav. XXIII, CXXXVII.

45 Malamidou 2007, fig. 20 ; Grammenos 1981, fig. 18:300, 19:321-322 ; Tončeva 1981, fig. 15,4.

46 Nikolova 1995, fig. 6:4 ; Hiller, Nikolov 1997, fig. 155:1-12.

47 Nikolova 1995, fig. 7:4 ; Georgiev et al. 1979, fig. 140.

48 Alexandrov 1995, fig. 6:90.

49 Voir supra, p. 11-12.

50 Sitagroi 1, fig. 13.10:7, 13.13:9 ; Papadopoulos 2007, fig. 8 ; Kulov 2011, fig. 3:4, 3:13 ; Alexandrov 1995, fig. 7:102-105 ; Nikolova 1999, fig. 9.6 ; Maran 1998a, Taf. 9.

51 Séfériadès 1983, p. 667 ; Séfériadès 2001, p. 114 ; Nikolova 1999, p. 218.

52 Kulov 2011, fig. 3:8, 9:8 et 12:7 ; Aslanis 1985, Taf. 13:3.

53 Voir supra, p. 12.

54 Sitagroi 1, fig. 13.15, 13.16:1 et 3 ; Kulov 2011, fig. 3 :1-2, 4 :1-3 ; Aslanis 1985, Taf. 93:1.

55 Sitagroi 1, fig. 13.18:2, 13.19:2 et 13.22 ; Malamidou 2007, fig. 19 ; Kulov 2011, fig. 7-8 ; Hiller, Nikolov 1997, Taf. 147, 156:10-13 et 157:1-7 ; Aslanis 1985, Taf. 16, 36 et 37:6-7.

56 Sitagroi 1, fig. 13.10:6 ; Tončeva 1981, fig. 15:8-9 ; Georgiev et al. 1979, fig. 188:e ; Séfériadès 1985a, pl. XXI:4 ; Aslanis 1985, Taf. 84:9.

57 Voir supra, p. 13-14.

58 Sitagroi 1, fig. 13.14, 13.25:2 et 11 ; Georgiev et al. 1979, fig. 183:a-d ; Aslanis 1985, Taf. 87:11-13 ; Dova 2003, fig. 4:9.

59 Sitagroi 1, fig. 13.20, pl. XCIX:1-18 ; Papadopoulos, Papalazarou, Tsoutsoubei-Lioliou 2007, fig. 9 ; Georgiev et al. 1979, fig. 189 ; Aslanis 1985, Taf. 113:9, 126:7.

60 Voir Sitagroi 1, fig. 13.21:4-5 et 13.22:7 ; Bernabò Brea 1964, tav. LXVII:d et g.

61 Aslanis 1985, Taf. 7:7-9, 80:9-12, 88:7, 9, 10, 12, 92:11, 109:4, 118:5 et 8 ; Dova 2003, fig. 3:11-12.

62 Voir supra, p. 14.

63 Voir supra, p. 15-16.

64 La situation nous rappelle la succession des couches du NR II et du BA dans le secteur VI/6 des nouveaux programmes de recherches. La grande surface fouillée dans ce secteur nous a permis de comprendre que le matériel du BA se trouve dans des fosses creusées directement dans la couche de destruction néolithique sous-jacente (Koukouli-Chryssanthaki et al. 2008, p. 76 ; Darcque et al. 2009, p. 533).

65 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 28 et 49, pl. 24B.

66 Ibid., p. 28 et 49, pl. 25A.

67 Ibid., p. 28.

68 Ibid., p. 29 et 49, pl. 25B.

69 Ibid., p. 29, pl. 26.

70 Ibid., p. 29, pl. 27.

71 Ibid., p. 30 et 49, pl. 28.

72 Ibid., p. 30, pl. 29.

73 Ibid., p. 30, pl. 30.

74 Ibid., p. 36-37.

75 J.-P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p. 184.

76 Bojadžiev 1995 et 1998.

77 Todorova 1998 et 2007.

78 Treuil 1983, p. 134 et 139 ; J.-P. Demoule, dans Dikili Tash I, 2, p. 184-185.

79 Darcque et al. 2009.

80 Tsirtsoni et al. 2018 ; Tsirtsoni 2015.

81 Voir supra, p. 3-6.

82 Voir supra, p. 1-2.

83 A. Sherratt, dans Sitagroi 1, p. 440.

84 Voir supra, p. 6-7.

85 Sitagroi 1.

86 Trandalidou, Skaraki, Kara 2007.

87 Grammenos 1981.

88 Malamidou 2007.

89 Syros et al. 2007.

90 Bakalakis, Sakellariou 1981.

91 Tsimpidis-Pendazos 1971 et 1972 ; Panti, Bachlas 2007.

92 Özdogan, Parzinger, Karul 1997 ; Parzinger, Özdogan 1996.

93 Özdogan 2003, p. 355-356.

94 Koukouli-Chryssanthaki 1987, 1988, 1993 et 1994 ; Koukouli-Chryssanthaki et al. à paraître ; Papadopoulos, Papalazarou, Tsoutsoubei-Lioliou 2007 ; Papadopoulos, Maniatis à paraître.

95 Papadopoulos, Malamidou 2008 et 2012 ; Malamidou, Papadopoulos 1997.

96 Matsas 1984 et 1991.

97 Hüryilmaz, Sevinç 1999.

98 Dova 1997 et 2003.

99 Boulotis 1997.

100 Bernabò Brea 1964 ; Doumas, La Rosa 1997.

101 Lamb 1936.

102 Hood 1982.

103 Milojcić 1961.

104 Sperling 1976 et Séfériadès 1985a ; Maliszewski 2010.

105 Blegen et al. 1950.

106 Erkanal 2008 ; Şahoğlu 2005.

107 Erkanal, Özkan 1999 ; Şahoğlu 2005.

108 Efe, Ilasli 1997 ; French 1997.

109 Lloyd, Mellaart 1962.

110 Peltenburg 2007.

111 Parlama 2007.

112 Pappa, Adaktilou, Bili 2000 ; Mavroïdi, Andreou, Pappa 2006.

113 Aslanis 1985.

114 Pappa 1990 et 2010 ; Tsigarida, Avgeros, Mavroidi 2002 ; Tsigarida 2004 ; Asouhidou et al. 2000 ; Morris 2008.

115 Heurtley 1939.

116 Papaefthymiou-Papanthimou, Pilali-Papasteriou 1996 et 2002.

117 Akamatis 2009.

118 Ziota 1998 et 2010.

119 Gimatzidis, Jung 2008.

120 Ridley, Wardle, Mould 2000.

121 Hanschmann, Milojcić 1976.

122 Hatziangelakis 1984.

123 Theocharis 1959.

124 Christmann 1996.

125 Voir A. Sherratt, dans Sitagroi 1, p. 448.

126 Treuil 1983, p. 482.

127 Panayotov 1995 ; Nikolova 1996.

128 Alexandrov 1995 ; Grebska-Kulowa, Kulow 2007, fig. 9.

129 Müller 1993 ; Demoule, Lichardus-Itten 1994.

130 Alexandrov, Gotzev 1990.

131 Communication personnelle de G. Ivanov.

132 Alexandrov 1994.

133 Nikolova 1995.

134 Katincharov, Matsanova 1993.

135 Georgiev et al. 1979. Le matériel de Sitagri Vb est plus proche de celui d’Ezero : voir A. Sherrratt, dans Sitagroi 1, p. 446.

136 Kamuro, Borisov, Katinčarov 1989.

137 Draganov 1995.

138 Tončeva 1981.

139 Lichardus, Krastev-Iliev 2001.

140 Banner 1956 ; Kalicz 1968 ; Maran 1998b ; Manzura 2003.

141 Séfériadès 1985a et 2001 ; Roman 2001.

142 Panayotov, Alexandrov 1988.

143 Tasić 1967 ; Markovič, Minichreiter 2003 ; Lichardus, Lichardus-Itten 1985, p. 403-412.

144 A. Sherratt, dans Sitagroi 1, p. 445.

145 Hood 1986.

146 Georgiev et al. 1979, fig. 138, 144, 152, 165.

147 Hanschmann, Milojcić 1976, Taf. 75,3.

148 Hanschmann, Milojcić 1976, p. 41-42, Taf. 2.

149 Hanschmann, Milojcić 1976, Taf. 64,14.

150 Goldman 1931, p. 123, fig. 169.

151 Voir A. Sherratt, dans Sitagroi 1, p. 441.

152 Bailey 2000, p. 259-261.

153 Angista, Kastri à Thasos, Assiros, Toumba Thessalonikis, Kastanas, Haghios Mamas, etc., voir infra, p. 53-55.

154 Elles ont été décrites en Macédoine centrale par Heurtley 1939.

155 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 31 et 54, pl. 40 ; Séfériadès 1985b.

156 Par exemple, Kastri à Thasos : Koukouli-Chryssanthaki 1992, p. 685 ; Toumba Thessalonikis : Andreou 2001, p. 167, fig. 11.4 ; Kastanas : Hänsel 1989, p. 77, fig. 22.

157 Comme la maison brûlée de Sitagri, voir Elster 1997, ou encore les bâtiments à Ezero, voir Georgiev et al. 1979, fig. 47-57.

158 M. Séfériadès, dans Dikili Tash I, 1, p. 97.

159 Ibid., p. 118.

160 R. Jullien, dans Dikili Tash I, 1, p. 151.

161 Séfériadès 1985b, p. 115.

162 L. Courtois, dans Dikili Tash I, 2, p. 23.

163 Voir supra, p. 1-2, et L. Courtois, dans Dikili Tash I, 2, p. 23.

164 L. Courtois, dans Dikili Tash I, 2, p. 23.

165 Voir supra, p. 2-7.

166 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 19.

167 Andreou, Fotiadis, Kotsakis 1996, p. 538-539 ; Treuil et al. 2008, p. 256 et 477-479.

168 R. Treuil, dans Dikili Tash I, 1, p. 31.

169 Darcque et al. 2009, p. 536.

170 Dikili Tash I, 1, pl. 31 et 40.

171 Voir supra, p. 40, fig. 5.

172 Voir supra, p. 8.

173 Voir infra, p. 51.

174 Sitagroi 1, fig. 13.27:16, 18 et 19 ; Hochstetter 1984, Taf. 14:7, 9.

175 Grammenos 1979, fig. I:4, 7, VIII:2, XI:1 ; Koukouli-Chryssanthaki 1980, fig. 18:169, 208 ; Koukouli-Chryssanthaki 1992, pl. 9 ; Hochstetter 1984, Taf. 12:1-2, 14:6, 41:6 ; Andreou, Psaraki 2007, fig. 9:KA895.

176 Grammenos 1979, fig. III:2, IX:2 et XI:2, pl. ΙΔ:β et ΙΕ:α ; Valla 2007, fig. 13 ; Delev, Vulcheva 2002, fig. 22 et 27 ; Alexandrov, Petkov, Ivanov 2007, tabl. 5:c-d.

177 Voir Hochstetter 1984, Taf. 48:4-5 ; Stefanovich, Bankoff 1998, fig. 28:D. 

178 Koukouli-Chryssanthaki 1980, fig. 4:6 ; Valla 2007, fig. 14 ; Delev, Vulcheva 2002, fig. 25:10 ; Hochstetter 1984, Taf. 30:3 et 44:1.

179 Grammenos 1979, fig. VI:1, 3-6, 10, 12 et VIII:3 ; Koukouli-Chryssanthaki 1980, fig. 4:1-2, et fig. 5-6 ; Delev, Vulcheva 2002, fig. 29:2-5, 26, 12:2-4, 18, 19 ; Alexandrov, Petkov, Ivanov 2007, tabl. 8:2-4, 19 ; Stefanovich, Bankoff 1998, fig. 30:C-D, 31 ; Hochstetter 1984, Taf. 16, 19, 26, 38 et 44:2-4.

180 Koukouli-Chryssanthaki 1992, pl. 14:35.

181 Grammenos 1979, fig. I:9, III:1, VI:7, pl. ΙΓ:ε, ΙΔ:α ; Koukouli-Chryssanthaki 1980, fig. 12, 14:673, 54 et 106 ; Koukouli-Chryssanthaki 1992, pl. 2, 7:B-1 et 8:1-2 ; Valla 2001, fig. 7 ; Delev, Vulcheva 2002, fig. 14:5-8, 21:1-6 et 23 ; Alexandrov, Petkov, Ivanov 2007, tabl. 6:d et f ; Stefanovich, Bankoff 1998, fig. 26 ; Andreou, Psaraki 2007, fig. 6:KA139, pl. 4 ; Hochstetter 1984, Taf. 13:5, 18:1, 27:8, 35 et 47.

182 L’hypothèse émise récemment d’une utilisation comme conteneurs d’huiles parfumées devrait être confirmée par des analyses de résidus, voir Andreou, Psaraki 2007 ; Andreou et al. 2013.

183 Grammenos 1979, fig. VI:8 ; Koukouli-Chryssanthaki 1980, fig 9:a ; Delev, Vulcheva 2002, fig. 28:4 et 15:5 ; Alexandrov, Petkov, Ivanov 2007, Taf. 3:i, 6:b ; Stefanovich, Bankoff 1998, fig. 25:A ; Hochstetter 1984, Taf. 42:5, 45:2 et 67:1.

184 Grammenos 1979, fig. XI:3, pl. IZ:α-δ ; Delev, Vulcheva 2002, fig. 17:2, 24:10 ; Valla 2007, fig. 12 ; Andreou, Psaraki 2007, fig. 6:KA626.

185 Voir Séfériadès 1985b, p. 115, où l’on rapproche la forme des « pommiers » normands destinés à cuire les pommes sur la braise. Voir la forme de Kastanas dite « Backwannen » : Hochstetter 1984, p. 164-168, ainsi que la forme d’un four domestique à Kastanas : Hänsel 1989, Taf. 20,1. Voir encore le vase miniature de Kastri (Thasos) : Koukouli-Chryssanthaki 1992, p. 548, fig. 148.

186 Voir Treuil et al. 2008, p. 478.

187 Un seul fragment d’une tasse à décor peint imitant un prototype mycénien, datant de l’HR IIIC, a été livré par les fouilles du nouveau programme de recherches à Dikili Tash, voir Darcque et al. 2009.

188 Courtois 1985, p. 103 ; L. Courtois, dans Dikili Tash I, 2, p. 23.

189 Voir Dikili Tash I, 1, pl. 40.

190 Voir Margomenou 2008, p. 205 ; Wardle 1996 ; Andreou 2001, p. 167-170.

191 Voir supra, p. 32-33.

192 On a déjà proposé de faire commencer le BR en Macédoine orientale beaucoup plus tôt que dans les régions où la phase du Bronze Moyen (Mésohelladique) est définie par la recherche depuis longtemps sur la base de quelques caractéristiques dont la céramique minyenne est la plus courante, voir Andreou, Fotiadis, Kotsakis 1996, p. 539.

193 En fait, les niveaux du BR fouillés par J. Deshayes ne sont pas les seuls de cette époque à Dikili Tash. La fouille du secteur 7, dans le cadre du nouveau programme de recherches depuis 2008, a mis en évidence toute une série de niveaux d’occupation légèrement postérieurs au bâtiment absidal : voir Darcque et al. 2009, fig. 16-17.

194 Koukouli-Chryssanthaki 1993, p. 688.

195 Koukouli-Chryssanthaki 1980.

196 Valla 2007.

197 Grammenos 1979.

198 Koukouli-Chryssanthaki 1992.

199 Tsimpidis-Pendazos 1971 et 1972.

200 Koukouli-Chryssanthaki et al. 1996.

201 Wardle 1996 et 2007.

202 Horejs 2007a.

203 Andreou, Psaraki 2007 ; Andreou 2001 et 2010.

204 Cambitoglou, Papadopoulos, Jones 2001.

205 Hänsel, Aslanis 2010.

206 Heurtley, Hutchinson 1925-1926 ; Heurtley 1939.

207 Papaefthymiou-Papanthimou, Pilali-Papasteriou 1996 et 2002 ; Deliopoulos 2006.

208 Stefani 2010 ; Stefani, Merousis 1997 et 2003.

209 Gimatzidis, Jung 2008 ; Horejs 2007b.

210 Vokotopoulou 1986.

211 Mitrevski 2003 ; Korkuti 2003.

212 Alexandrov, Petkov, Ivanov 2007.

213 Stefanovich, Bankoff 1998.

214 Stefanovich, Kulov 2007.

215 Delev, Vulcheva 2002.

216 Séfériadès 1985b, p. 111 ; Todorova 2003.

217 Séfériadès 1985b, p. 111.

218 Cline 2010, p. 849.

219 Pilali-Papasteriou 1999.

220 Kiriatzi et al. 1997.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Plan général du tell de Dikili Tash avec les secteurs fouillés.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2 — Sondages explorés et stratigraphie schématique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Titre Fig. 3 — Types de vases du Bronze Ancien.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Fig. 4 — Motifs de décor du Bronze Ancien.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5 — Le « bâtiment absidal » du Bronze Récent dans le secteur A1.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/5527/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 951k

Auteur

Responsable de l’éphorie des Antiquités de Serrès. Spécialisée dans le Néolithique et l’âge du Bronze en Grèce du Nord, elle a mené des fouilles sur plusieurs habitats préhistoriques, dont celui de Dikili Tash, et publié de nombreuses études. Elle s’intéresse surtout aux modalités de production et de circulation des vases, aux débuts de la métallurgie, aux contacts et aux échanges.

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search