Versione classicaVersione mobile

Cent ans après : la mémoire de la Première Guerre mondiale

 | 
Elli Lemonidou

Résumés

Testo integrale

Existe-t-il une mémoire européenne
de la Grande Guerre ?

Georges-Henri Soutou

1It would be rather unrealistic to speak of a common European memory of the Great War, since the way in which this historical event is remembered across Europe varies greatly according to national particularities. However, it is possible to identify some points of convergence in the relevant approaches in Europe. The Great War is now widely considered as a common huge disaster for the entire European continent, being the first stage of a total war that ended only in 1945. It is also regarded as one of the milestones for the conception of the modern European idea. There is also a certain convergence in interpretative approaches to the much-discussed issues of the causes of the war and the Treaty of Versailles. All the above points are critically presented by the author, who concludes by noting the parallel existence of different national narratives and an emerging European memory of the Great War.

2Il serait plutôt irréaliste de parler d’une mémoire européenne commune de la Grande Guerre, car la façon dont cet événement historique est commémoré en Europe varie considérablement selon les particularités nationales. Cependant, il est possible d’identifier certains points de convergence dans les approches concernées en Europe. La Grande Guerre est maintenant largement considérée comme une énorme catastrophe commune pour l’ensemble du continent européen, étant la première étape d’une guerre totale qui ne s’est terminée qu’en 1945. Elle est également considérée comme l’un des jalons pour la conception de l’idée européenne moderne. Il existe également une certaine convergence dans les approches interprétatives des questions très discutées des causes de la guerre et du Traité de Versailles. Tous les points ci-dessus sont présentés de manière critique par l’auteur, qui conclut en notant l’existence parallèle de différents récits nationaux et une mémoire européenne émergente de la Grande Guerre.

The Transnational History
of the Great War

Jay Winter

3The article begins with a periodization of historical writing about the Great War. In the first decades after the end of the conflict, historiography in all its forms followed traditional patterns of historical narrative and was dominated by people who had direct or indirect experience of the events. The 1960’s saw a major historiographical shift with the introduction of social history in WWI studies. Some years later, at a time dominated by the international peace movement, a new generation of scholars turned decisively the focus on the human dimension, distancing themselves from traditional war narratives. In the very last decades, the transnational approach, thoroughly analyzed in the text, has become more and more widespread in WWI studies, as the only way to address the universal dimensions of that war and to understand some of its aspects that far exceed the national level of analysis.

4L’article commence par une périodisation de l’écriture historique sur la Grande Guerre. Dans les premières décennies après la fin du conflit, l’historiographie sous toutes ses formes suivait les modèles traditionnels du récit historique et était dominée par des personnes qui avaient une expérience directe ou indirecte des événements. Les années 1960 ont connu un important changement historiographique avec l’introduction de l’histoire sociale dans les études sur la Première Guerre mondiale. Quelques années plus tard, à une époque dominée par le mouvement international pour la paix, une nouvelle génération d’érudits a tourné de manière décisive la focalisation sur la dimension humaine, se distanciant des récits de guerre traditionnels. Dans les dernières décennies, l’approche transnationale, analysée en profondeur dans le texte, est de plus en plus répandue dans les études de la Première Guerre mondiale, comme le seul moyen d’aborder les dimensions universelles de cette guerre et de comprendre certains de ses aspects qui dépassent de loin le niveau national d’analyse.

Histoire et mémoire de la Grande Guerre en France un siècle après

Frédéric Guelton

5In order to answer the question of how today’s French people remember the Great War, it is first necessary to distinguish between history and memory, as memory by definition has a more subjective character and is heavily influenced by contemporary needs and conditions. Observing the ongoing development of WWI memory in France –the “war of 14”, as it has long been known in the country– shortly before the start of the centennial events, one can see the gradual passage from the concept of celebration (for the heroism of those fallen for the homeland) to that of commemoration (for the millions of victims). It is also worth noting the growing role of “private” memory routes in relation to the official memorial narrative(s) dictated by the state. The text offers an analysis of the above, presenting also the main commemorative events of 2014 and the main current challenges for WWI memory in France.

6Afin de répondre à la question de comment les Français d’aujourd’hui se souviennent de la Grande Guerre, il faut avant tout faire la distinction entre l’histoire et la mémoire, car la mémoire par définition a un caractère plus subjectif et elle est fortement influencée par les besoins et les conditions contemporains. En observant le développement continu de la mémoire de la Première Guerre mondiale en France – la « guerre des 14 », comme on l’a longtemps appelé dans ce pays – peu de temps avant le début des manifestations du centenaire, on peut voir le passage progressif du concept de célébration (pour l’héroïsme de ceux qui sont tombés pour la patrie) à celui de la commémoration (pour les millions de victimes). Il convient également de noter le rôle croissant des voies de mémoire « privées » par rapport au(x) récit(s) mémoriel(s) officiel(s) dicté(s) par l’État. Le texte propose une analyse de ce qui précède, en présentant également les principaux événements commémoratifs de 2014 et les principaux défis actuels pour la mémoire de la Première Guerre mondiale en France.

Oh! What an Ambiguous War.
The Contested Memory of the First World War in Britain

William Philpott

7This chapter explains how the memory of the First World War in Britain became contested between the world wars, and how public perceptions have diverged from historical understanding of the war thereafter. It explores how a distinction between war experience and war history evolved from early war literature and history, and how it produced an ambiguous relationship with the war generation’s experience during the following century. It considers the state of knowledge and understanding of the war as its centenaries pass and these ambiguities provoke renewed debate on the war’s nature and meaning.

8Ce chapitre explique comment le souvenir de la Première Guerre mondiale en Grande-Bretagne a été contesté dans l’entre-deux-guerres et comment les perceptions du public ont divergé de la compréhension historique de la guerre par la suite. Il explore comment une distinction entre l’expérience de la guerre et l’histoire de la guerre a évolué depuis la bibliographie et l’histoire de la guerre précoces, et comment elle a produit une relation ambiguë avec l’expérience de la génération de guerre au cours du siècle suivant. Il considère l’état de la connaissance et de la compréhension de la guerre à mesure que ces centenaires passent et ces ambiguïtés provoquent un nouveau débat sur la nature et la signification de la guerre.

The Attack on Belgium and the Defence of “German freedom”: German Historians and their Involvement
in a War of Culture since August 1914

Christoph Cornelißen

9A key for understanding the reception of the WWI outbreak in Germany is the attitude held by German intellectuals. Many historians strongly supported the decisions of the German leadership through public interventions, providing an ideological foundation for the German policy. This attitude, in breach with professional standards, was directly related to their own perceived role in German society, through a constant interplay of historiographical self-mobilization and official mobilization. This attitude of German historians, still rooted for many years after the end of the conflict, partly explains the overall treatment of First World War in later German historiography. Only historians with direct experience of the battlefront managed to express differentiated historiographical discourses, although it took almost two decades before most of them felt able to turn their minds actively on their own war experience.

10Une clé pour comprendre la réception du déclenchement de la Première Guerre mondiale en Allemagne est l’attitude des intellectuels allemands. De nombreux historiens ont fortement soutenu les décisions des dirigeants allemands par des interventions publiques, en fournissant une base idéologique pour la politique allemande. Cette attitude, en contradiction avec les normes professionnelles, était directement liée à leur propre rôle perçu dans la société allemande, par un jeu constant de l’auto-mobilisation historiographique et de la mobilisation officielle. Cette attitude des historiens allemands, encore enracinée pour de nombreuses années après la fin du conflit, explique en partie le traitement global de la Première Guerre mondiale dans l’historiographie allemande ultérieure. Seuls les historiens ayant une expérience directe du front de guerre ont réussi à exprimer des discours historiographiques différenciés, bien qu’il ait fallu près de deux décennies avant que la plupart d’entre eux ne se sentent capables de tourner leur esprit activement sur leur propre expérience de guerre.

War Victimization and the Memory
of the First World War in Germany
after 1918

Nils Löffelbein

11The phenomenon of the huge number of disabled veterans belongs to the most bitter of long-term consequences of the industrialised warfare of the First World War. In the defeated nation of Germany, it was the handling of precisely these many millions of war victims which proved to be a difficult inheritance for the Weimar Republic and greatly complicated its inner stability throughout the 1920s. It was ultimately National Socialism that was able to massively exploit the unresolved question of the war victims and thus the embattled memory of the First World War.

12Le phénomène du nombre énorme d’anciens combattants handicapés appartient aux plus amères conséquences à long terme de la guerre industrialisée que fut la Première Guerre mondiale. Dans la nation allemande vaincue, c’était précisément la manipulation de ces millions de victimes de guerre qui s’est révélée être un héritage difficile pour la République de Weimar et a considérablement compliqué sa stabilité intérieure dans les années 1920. C’est finalement le national-socialisme qui a pu massivement exploiter la question non résolue des victimes de guerre et donc le souvenir meurtri de la Première Guerre mondiale.

Writing Italian Military History
of the First World War
over the Last Two Decades:
Changing Historical Research
at a Time of Fading Memory

Nicola Labanca

13One hundred years after the outbreak of the First World War, the memory of the event is fading in Italy and knowledge about it remains poor among the general public. This reality, caused by a combination of factors which are mentioned in the text, has not precluded the development of a prolific historiographical production regarding the First World War and its particular impact in Italy. Τhe article provides an overview of some of the major historiographical axes on the subject, with a particular focus: 1) on the dominating presence of cultural history in the works of major Italian historians during the last decades and 2) on the particular trends of Italian military historiography on the First World War, which has particularly flourished (thanks to a series of local initiatives, mainly run by non-academic historians) in the North-East of the country in the last twenty years.

14Cent ans après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le souvenir de l’événement s’évanouit en Italie et la connaissance à ce sujet demeure médiocre parmi le grand public. Cette réalité, causée par une combinaison de facteurs mentionnés dans le texte, n’a pas empêché le développement d’une production historiographique prolifique concernant la Première Guerre mondiale et son impact particulier en Italie. L’article offre un aperçu de certains des principaux axes historiographiques sur le sujet, avec un accent particulier : 1) sur la présence dominante de l’histoire culturelle dans les travaux des principaux historiens italiens au cours des dernières décennies et 2) sur les tendances particulières de l’historiographie militaire italienne sur la Première Guerre mondiale, qui a particulièrement fleuri (grâce à une série d’initiatives locales, principalement dirigées par des historiens non universitaires) au nord-est du pays au cours des vingt dernières années.

Mémoire et historiographie de la Grande Guerre dans la Roumanie communiste (1948-1989)

Florin Ţurcanu

15The place of the Great War in Romanian collective memory and historiography during the communist period remains crucial for understanding the status of the memory of that conflict in today’s Romanian society. Immediately after the Great War, Romania’s participation in it was seen as integral part of the “war for the achievement of national unity”. After 1948, under the overwhelming influence of Lenin’s viewpoint on the imperialist character of the First World War, Romania’s participation in this conflict was subjected to a new way of reading; the patriotic dimension almost disappeared. The first signs of change appeared in 1957, with attempts to combine Marxist analysis and terminology with references to the national cause served by participation in the war. This trend developed even further from the 1960s onwards, culminating in views adopted during the final years of the communist regime.

16La place de la Grande Guerre dans la mémoire collective et l’historiographie roumaines pendant la période communiste reste cruciale pour comprendre le statut de la mémoire de ce conflit dans la société roumaine d’aujourd’hui. Immédiatement après la Grande Guerre, la participation de la Roumanie a été considérée comme faisant partie intégrante de la « guerre pour la réalisation de l’unité nationale ». Après 1948, sous l’influence écrasante du point de vue de Lénine sur le caractère impérialiste de la Première Guerre mondiale, la participation de la Roumanie à ce conflit a été soumise à une nouvelle lecture ; la dimension patriotique disparaissait presque entièrement. Les premiers signes de changement sont apparus en 1957, avec des tentatives de combiner l’analyse et la terminologie marxistes avec des références à la cause nationale servie par la participation à la guerre. Cette tendance s’est développée encore plus à partir des années 1960, aboutissant aux vues adoptées au cours des dernières années du régime communiste.

Les interprétations de la Première Guerre mondiale en Bulgarie

Gueorgui Peev

17The 1910’s were a crucial decade for Bulgaria and its national aspirations, which encountered wins and blows from the participation of the country in three successive wars. After 1918, public discussion focused on the choices made by Bulgarian leadership in the First World War, on military deeds and on the interpretation of factors that led to the 1918 defeat in the Macedonian Front. After the rise of the communist regime, the discourse about the Great War followed strictly the Leninist interpretation and the national dimension fell into oblivion. It was only in 1981 that a new viewpoint became possible. Probably encouraged by a more nuanced approach published in the USSR, Bulgarian scholars began to gradually reinstate the national dimension in their interventions about the Great War. The role of that event in public debate and historiography has been, though, marginal in post-communist Bulgaria.

18Les années 1910 constituent une décennie cruciale pour la Bulgarie et ses aspirations nationales, qui ont rencontré des victoires et des défaites de par la participation du pays dans trois guerres successives. Après 1918, la discussion publique portait sur les choix faits par les dirigeants bulgares dans la Première Guerre mondiale, sur les actes militaires et sur l’interprétation des facteurs qui ont conduit à la défaite de 1918 sur le front macédonien. Après la montée du régime communiste, le discours sur la Grande Guerre a suivi strictement l’interprétation léniniste et la dimension nationale est tombée dans l’oubli. Ce n’est qu’en 1981 qu’un nouveau point de vue est devenu possible. Probablement encouragé par une approche plus nuancée en URSS, les chercheurs bulgares ont commencé à réintégrer progressivement la dimension nationale dans leurs interventions sur la Grande Guerre. Le rôle de cet événement dans le débat public et l’historiographie a été, cependant, marginal dans la Bulgarie post-communiste.

Serbia’s Effort in the Great War: Testimonies, Commemorations, Interpretations

Dušan T. Bataković †

19The memory of the Great War in Serbia has a particular historical weight. The heavy losses suffered by Serbian soldiers and civilians and the dramatic escalation of events affecting Serbia throughout the four war years contributed largely to the long-term survival of First World War memory among Serbs, despite a series of subsequent turnarounds for the country, in terms of regime and statehood. The analysis depicts how this enduring memory followed closely and was adjusted to the leading ideological patterns of all three major periods of the united Yugoslav state. Much attention is given to monuments related to Serbian glory and martyrdom during the war. Emphasis is also put on the often troubled coexistence of a strictly Serb narrative about the Great War with the decades-long dominant Yugoslav ideology covering under the same umbrella peoples with diverse experiences of the 1914-1918 period.

20Le souvenir de la Grande Guerre en Serbie a un poids historique particulier. Les lourdes pertes subies par les soldats et les civils serbes et l’escalade dramatique des événements touchant la Serbie au cours des quatre années de guerre ont largement contribué à la survie à long terme de la mémoire de la Première Guerre mondiale chez les Serbes, en dépit d’une série de retournements ultérieurs pour le pays, en termes de régime et d’État. L’analyse montre comment cette mémoire durable a suivi de près et a été ajustée aux principaux modèles idéologiques des trois périodes majeures de l’État yougoslave uni. Une attention particulière est accordée aux monuments liés à la gloire serbe et au martyre pendant la guerre. L’accent est également mis sur la coexistence souvent troublée d’un récit strictement serbe sur la Grande Guerre avec l’idéologie yougoslave dominante pendant plusieurs décennies couvrant sous le même parapluie des peuples qui avaient des expériences diverses de la période 1914-1918.

La Première Guerre mondiale des Grecs : une guerre oubliée

Elli Lemonidou

21The limited interest for the centenary of the First World War in Greece reflects the overall undervalued position of this event in the historiography and collective memory of the country, even if the years 1914-1918 constitute in fact one of the most complex, controversial and decisive periods in modern Greek history. Only in the years 1919-1940 one can find numerous references to the Great War, mainly (but not exclusively) focused on the painful internal strife that had plagued Greece during the conflict. The reasons why the First World War, in both its domestic and international dimensions, deserves more attention in the public and academic dialogue in Greece, are explained in detail in the text. In addition, a chapter is dedicated to possible interpretations for the insufficient appreciation of the event, which has been overshadowed by later dramatic events of Greek history.

22L’intérêt limité pour le centenaire de la Première Guerre mondiale en Grèce reflète la position globale sous-évaluée de cet événement dans l’historiographie et la mémoire collective du pays, même si les années 1914-1918 constituent l’une des périodes les plus complexes, controversées et décisives dans l’histoire grecque moderne. C’est seulement dans les années 1919-1940 que l’on peut trouver des références nombreuses à la Grande Guerre, principalement (mais pas exclusivement) axées sur les conflits internes douloureux qui ont touché la Grèce pendant le conflit. Les raisons pour lesquelles la Première Guerre mondiale, dans ses dimensions nationales et internationales, mérite plus d’attention dans le dialogue public et académique en Grèce, sont expliquées en détail dans le texte. En outre, une partie est dédiée à des interprétations possibles pour l’appréciation insuffisante de l’événement, qui a été éclipsé par les événements dramatiques ultérieurs de l’histoire grecque.

1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War.
A Global Project for a Global War

Oliver Janz

231914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War is a comprehensive, free-access on the internet, English-language work for both the scholarly community and the broader public. It intends to present the First World War in its entire dimensions under a transnational viewpoint, as an all-European and global war event, whose limits exceed 1918. The Encyclopedia summarizes the latest international expertise and contributes to a post-national and global image of the Great War. It also intends to identify gaps and so push forward the scholarly research. The author explains the editorial choices and presents the organization of the project, whose editorial board and authors’ network consists of specialists from many countries, adding that the transnational and global claim of the Encyclopedia is supported by its technical structure, the form and the medium of its publication.

241914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War est un travail exhaustif, en libre accès sur Internet et en langue anglaise, destiné à la fois à la communauté savante et au grand public. Il a l’intention de présenter la Première Guerre mondiale dans toutes ses dimensions sous un angle transnational, en tant qu’un événement européen et global dont les limites dépassent 1918. L’Encyclopédie résume l’expertise internationale la plus récente et contribue à une image post-nationale et mondiale de la Grande Guerre. Il vise également à identifier les lacunes et à faire avancer la recherche scientifique. L’auteur explique les choix éditoriaux et présente l’organisation du projet, dont le comité de rédaction et le réseau d’auteurs est composé de spécialistes de nombreux pays, ajoutant que la revendication transnationale et globale de l’Encyclopédie est soutenue par sa structure technique, la forme et le support de sa publication.

© École française d’Athènes, 2019

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search