Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans après : la mémoire de la Première Guerre mondiale

 | 
Elli Lemonidou

Les interprétations de la Première Guerre mondiale en Bulgarie

Gueorgui Peev

Résumé

Les années 1910 constituent une décennie cruciale pour la Bulgarie et ses aspirations nationales, qui ont rencontré des victoires et des défaites de par la participation du pays dans trois guerres successives. Après 1918, la discussion publique portait sur les choix faits par les dirigeants bulgares dans la Première Guerre mondiale, sur les actes militaires et sur l’interprétation des facteurs qui ont conduit à la défaite de 1918 sur le front macédonien. Après la montée du régime communiste, le discours sur la Grande Guerre a suivi strictement l’interprétation léniniste et la dimension nationale est tombée dans l’oubli. Ce n’est qu’en 1981 qu’un nouveau point de vue est devenu possible. Probablement encouragé par une approche plus nuancée en URSS, les chercheurs bulgares ont commencé à réintégrer progressivement la dimension nationale dans leurs interventions sur la Grande Guerre. Le rôle de cet événement dans le débat public et l’historiographie a été, cependant, marginal dans la Bulgarie post-communiste.

The 1910’s were a crucial decade for Bulgaria and its national aspirations, which encountered wins and blows from the participation of the country in three successive wars. After 1918, public discussion focused on the choices made by Bulgarian leadership in the First World War, on military deeds and on the interpretation of factors that led to the 1918 defeat in the Macedonian Front. After the rise of the communist regime, the discourse about the Great War followed strictly the Leninist interpretation and the national dimension fell into oblivion. It was only in 1981 that a new viewpoint became possible. Probably encouraged by a more nuanced approach published in the USSR, Bulgarian scholars began to gradually reinstate the national dimension in their interventions about the Great War. The role of that event in public debate and historiography has been, though, marginal in post-communist Bulgaria.

Texte intégral

1La carte politique des Balkans en 1920 est très différente de celle de 1910. Les changements survenus sont les résultats des trois guerres consécutives qui ont secoué la péninsule : la première et la deuxième guerre balkanique, suivies de la Première Guerre mondiale. Ainsi, la décennie est marquée par des événements qui déterminent en grande partie les relations, et même les destinées, des pays balkaniques pour le reste du xxsiècle.

2La Bulgarie participe activement à ces trois conflits armés. Pour les politiciens et la majorité de l’opinion publique, ils constituent le moment crucial vers la réalisation de « l’unification nationale ». Après la naissance de l’État bulgare moderne, en 1878, ce rêve sentimental, devenu projet stratégique, s’inscrit parmi les facteurs décisifs de la vie nationale.

3La Bulgarie et ses alliés balkaniques sortent vainqueurs de la première guerre balkanique contre l’Empire ottoman (octobre 1912-mai 1913). Selon les clauses du traité de paix de Londres (30 mai 1913), Istanbul cède ses possessions balkaniques et garde seulement la région autour de la capitale ainsi que les Détroits. Bientôt, les ambitions nationalistes concernant le partage du territoire ottoman acquis transforment les alliés d’hier en ennemis acharnés, prêts à combattre. Ce sont les cercles dirigeants bulgares qui en prennent l’initiative. Le 17 juin 1913, l’armée reçoit l’ordre de « bousculer » les forces serbes et grecques, dont les gouvernements ont déjà conclu un accord secret d’action politique et militaire en cas d’agression bulgare. Peu de temps après avoir provoqué la deuxième guerre balkanique (juin-juillet 1913), appelée aussi « la guerre interalliée », la Bulgarie subit la contre-attaque simultanée des tous ses voisins.

  • 1 Manifeste du roi Ferdinand de Bulgarie du 14 octobre 1915.

4Le traité de Bucarest conclu le 28 juillet 1913 met fin à la deuxième guerre balkanique. La Bulgarie, vaincue, perd alors une grande partie des territoires pris à l’Empire ottoman. Devant ses soldats rentrant du front, le roi Ferdinand Ier déclare : « Épuisés et fatigués mais non vaincus [sic], nous plions les drapeaux pour des jours meilleurs… »1. L ’attente de ces jours meilleurs et les sentiments de revanche prédominent dans la société des années 1913-1915. Les voisins – la Grèce, la Roumanie et surtout la Serbie – sont considérés comme des traîtres à la cause patriotique bulgare, la seule déclarée juste. Ils imposent au peuple bulgare, qui a contribué d’une manière décisive à l’écrasement de l’ennemi séculaire, une paix injuste, entièrement au profit de leurs intérêts égoïstes et de leurs visées néfastes. L ’expression caractéristique du climat s’incarne dans le poème Des Alliés-brigands (très répandu chez les militaires et la population, jusqu’à en devenir un chant militaire) :

Des alliés brigands
Subtils, sournois et sans honte
Vous avez cambriolé et volé
Le temple de notre Patrie !
 
De votre plan de Satan
Oh, bande sournoise, jalouse
Rappelez-vous, on garde compte
Et nous en aurons notre revanche !

5Les ambitions revanchardes sont parmi les facteurs décisifs qui rangent la Bulgarie à côté des puissances centrales au cours de la Première Guerre mondiale. En octobre 1915, à l’entrée du pays en guerre, le roi Ferdinand rappelle dans son Manifeste que « les jours meilleurs » pour les drapeaux bulgares sont arrivés. Néanmoins, le pays subit une nouvelle défaite, encore plus grave et humiliante. Après la percée des forces de l’Entente sur le front de Macédoine, en septembre 1918, les soldats bulgares se révoltent et marchent sur Sofia. Les dirigeants de l’Union populaire agrarienne bulgare (UPAB) – le principal parti de l’opposition – les rejoignent et proclament, sur le chemin vers la capitale, « la république de Radomir [Radomir : petite ville dans la Bulgarie de l’Ouest] ». Les mutins sont dispersés aux environs de Sofia. Ferdinand Ier abdique et quitte le pays. Son fils Boris, monté sur le trône, confie la direction du pays au gouvernement formé par UPAB.

  • 2 Cité par Kjosseva 2002, p. 42.

6Alexandre Petryaev, le représentant officiel du général Anton Denikine, réfugié avec son armée blanche en Bulgarie, témoigne en 1920 qu’il règne dans le pays « l’atmosphère des pécheurs repentants »2. Selon ce diplomate de carrière, ce climat provient de l’entrée en guerre du pays contre la Russie, qui était son libérateur. Cette observation n’explique qu’une partie mineure de la frustration générale qui règne dans le pays. Les dirigeants de l’UPAB, forts de l’appui des masses paysannes, envisagent d’éliminer les partis traditionnels des « citadins », en tant que concurrents, de neutraliser le palais et même de liquider la monarchie. « La loi concernant l’envoi devant le tribunal des responsables de la catastrophe nationale » votée par le Parlement suite à un référendum est l’un des signes de cette politique. Plusieurs membres des gouvernements précédents sont jugés, condamnés et jetés en prison.

7L ’expression « catastrophe nationale », utilisée dans le texte de la loi, s’applique aux deux guerres successives et explique bien le climat social et psychologique qui prédomine. Elle devient même le leitmotiv de l’actualité politique. La première « catastrophe » résulte de la fin pitoyable de la guerre interalliée, déclenchée par une décision prise par le roi et son entourage docile – décision d’ailleurs qualifiée de « folie criminelle ». La seconde « catastrophe » est la conséquence militaire et politique de la Première Guerre mondiale. Les clauses néfastes de l’accord de paix entre l’Entente et la Bulgarie conclu le 27 novembre 1919 à Neuilly-sur-Seine en sont le symbole.

  • 3 Pundeff 1969.

8Après la défaite, le pays se replie sur de graves problèmes internes. Le nationalisme militant d’avant-guerre perd son influence sur les masses. Les revendications irrédentistes survivent seulement au sein du corps des officiers, d’une partie de l’intelligentsia et de la bourgeoisie, et restent très répandus dans les organisations des réfugiés et émigrés des territoires perdus3. En même temps, les conséquences des trois guerres sont omniprésentes. Elles influencent l’actualité politique et jettent les bases de la mémoire officielle de la guerre. Ses thèmes principaux concernent l’orientation à prendre vis-à-vis des deux camps opposés, le rôle de l’armée et les causes de la défaite.

  • 4 Madjarov 1932 ; Girginov 1932 ; Filtchev 1940.
  • 5 Radoslavov 1923 ; Jekov 1924 ; Hristov 1925 ; Todorov 1930. 

9Tous les auteurs engagés dans la discussion considèrent l’entrée en guerre du pays comme la suite logique des luttes pour « l’unification nationale » menées depuis la Réveil national bulgare au milieu du xixsiècle. Le problème concerne les possibilités de réalisation de ces idéaux et le choix des alliés. Ainsi surgit la question : était-il possible de poursuivre la politique de neutralité menée pendant une année, en 1914-1915, après le déclenchement des hostilités ? L ’interrogation débouche sur le débat concernant les possibilités de rejoindre l’une ou l’autre des coalitions des belligérants. Les réponses montrent les prises de positions opposées des deux grands groupes de politiciens et des analystes qui les suivent. Une partie affirme que la solution au problème consistait dans le choix : avec ou contre l’Allemagne. Les représentants des groupes d’opposition de l’époque (surtout l’UPAB) blâment le gouvernement de Vasil Radoslavov, chef du Parti libéral, d’avoir signé la convention militaire du 24 août 1915 avec l’Allemagne, sans envisager sérieusement une alliance possible avec l’Entente4. D’après eux, une neutralité favorable à l’Entente en 1915, et éventuellement l’entrée en guerre à ses côtés, aurait épargnée les malheurs de la défaite. À ces critiques, les dirigeants politiques au cours de la guerre et les militaires présentent une argumentation opposée. Selon eux, la Bulgarie n’avait pas d’autres choix, en raison de la politique de l’Entente et surtout de son appui aux prétentions serbes5. En ce qui concerne la neutralité, ils pensent que sa réalisation était impossible, étant donné l’atmosphère d’hostilité générale qui régnait sur le vieux continent.

  • 6 Lory 1988.

10Une deuxième série de discussions importantes est consacrée aux efforts militaires. Tous les auteurs suivent sans la moindre réticence la conviction que l’armée incarne l’idéal national, quoique son rôle depuis 1878 soit assez ambigu. Les officiers épousent les rivalités politiques (qui divisent la société entre russophiles et russophobes), s’associent avec la politique personnelle du Tsar Ferdinand, mènent l’activité conspirative en Macédoine et prétendent être exclusivement investis du destin national. Ainsi, les deux catastrophes nationales, qui résultent en partie de l’aveuglement du commandement supérieur, ne sont pas imputées directement à l’armée6.

11Les œuvres qui décrivent les actions de l’armée sont pleines d’éloges qui glorifient le soldat bulgare. On fait des descriptions minutieuses des batailles victorieuses, tout en minimisant les fautes et les défaites. Les rapports avec le grand allié – l’armée allemande – sont qualifiés d’exemplaires. Parallèlement, on mentionne des décisions du commandement allemand qui n’ont pas eu les effets attendus ou désirés. Ces observations doivent réfuter les affirmations des hauts responsables militaires allemands, tels le chef de l’état-major, Erich Ludendorff, qui, dans ses mémoires de guerre, rejette aussi la responsabilité de la défaite sur les alliés du Reich.

  • 7 Vazov 1929 ; Todorov 1930 ; Girginov 1937 ; Lory 1985.

12La fin de la guerre fait l’objet de nombreux souvenirs et de nombreuses études. La percée du front de Macédoine et l’insurrection des soldats bulgares sont décrites comme ayant contribué à l’effondrement des puissances centrales. La situation difficile des soldats dans les tranchées (armement et nourriture insuffisants, manque d’équipements, etc.) est aggravée par des événements psychologiques qui ont sapé le moral et accéléré l’éclatement de la crise : situation désastreuse de la population, perte de confiance dans les capacités militaires de l’Allemagne, entrée en guerre des nouveaux États au côté de l’Entente, la propagande et les agissements de l’opposition qui sèment doute et mécontentement. Après le coup d’État du 9 juin 1923 – action et/ou revanche des partis traditionnels et des militaires qui éliminent le gouvernement de l’UPAB –, l’analyse de la mutinerie des soldats devient encore plus virulente. Pour les politiciens et les hauts militaires des années 1920 et 1930, la révolte est la version bulgare du Dolchstoss allemand : un coup de poignard dans le dos des combattants. Mais cette affirmation masque les réalités de la défaite militaire7.

13De nouveau allié de l’Allemagne et membre de l’Axe, le pays se retrouve encore une fois parmi les vaincus à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Comme par le passé, la responsabilité incombe aux dirigeants du pays à la veille de la guerre et pendant son déroulement. Leurs ennemis et opposants, arrivés au pouvoir à la suite du coup d’État des militaires « sovietophiles » le 9 septembre 1944, leur portent en guise de revanche un coup sévère à travers les condamnations d’un « Tribunal populaire ». Cette fois, les vainqueurs sont dirigés par le Parti communiste (PCB). Grâce à l’appui de la diplomatie soviétique, la menace d’une « troisième catastrophe nationale » (surtout l’amputation des territoires au profit des Grecs et des Yougoslaves) est évitée. À partir de 1946, en collaboration avec l’aile gauche de l’UPAB, le PCB établit un régime très proche du modèle soviétique, suivant sans réserve les directives provenant de Moscou jusqu’aux changements démocratiques survenus en 1989.

14 

  • 8 Lénine 1914.

15Dès les premières années suivant le 9 septembre 1944, les questions de la mémoire officielle des guerres de 1912-1918 deviennent l’objet de discussions, surtout parmi les historiens. Cette fois, le dictat idéologique et politique établi devient de plus en plus évident et impératif. Les théories de Lénine sont que8 :

la guerre européenne et mondiale présente tous les caractères d’une guerre bourgeoise, impérialiste, dynastique. La lutte pour les marchés et pour le pillage des autres États, la volonté d’enrayer le mouvement révolutionnaire du prolétariat et de la démocratie à l’intérieur des pays belligérants, la tentative de duper, de diviser et de décimer les prolétaires de tous les pays en jetant les esclaves salariés d’une nation contre ceux d’une autre au profit de la bourgeoisie, tel est le seul contenu réel de la guerre, telle est sa signification.

  • 9 Kolarov 1919.

16Ces théories deviennent la base indiscutable de tous les analystes. Parallèlement, les auteurs communistes utilisent leur héritage pacifiste, en soulignant l’activité du parti des « Socialistes étroits ». Ce parti, devenu PCB en 1919, fait partie de la « gauche de Zimmerwald » – groupe qui avait résolument condamné le caractère agressif de la guerre après son déclenchement. Ainsi les historiens peuvent-ils facilement conclure qu’il s’agit d’une « guerre impérialiste menée par la clique bourgeoise ayant pour but la réalisation de ses plans chauvins »9. Et la majorité des auteurs de la période d’avant-guerre, surtout des hommes politiques, sont qualifiés « de bourgeois réactionnaires » incapables de comprendre le vrai caractère de cette guerre.

  • 10 Sharova 1950.
  • 11 Ibid.

17L ’alliance avec l’Allemagne est également vue à travers le prisme des événements de la Seconde Guerre mondiale. Les hommes politiques bulgares de l’époque sont désignés complices de la politique de Drang nach Osten de Berlin et le Tsar Ferdinand est qualifié d’« agent allemand ». La dynastie de Saxe-Cobourg est condamnée en tant que principal fauteur des malheurs subis par le peuple bulgare (en septembre 1946, le pays devient République populaire). Le fait que l’armée bulgare continue de combattre l’Entente même après « l’occupation » de la Macédoine sert de preuve que la bourgeoisie utilisait la « libération de [leurs] frères opprimés » comme un « alibi de sa politique expansionniste »10. Pendant la « lune de miel » de courte durée de la Bulgarie et de la Yougoslavie (1945-1948), la propagande officielle qualifie la guerre contre le « peuple frère de Serbie » de guerre agressive, dirigée vers la conquête de territoires et de marchés. Encore une fois, le parallèle est effectué avec la Seconde Guerre mondiale, quand la Bulgarie, en soutenant l’Allemagne nazie, envoie ses forces d’occupation sur les territoires conquis par la Wehrmacht, en Grèce et en Yougoslavie11.

  • 12 Hristov 1949/1950.
  • 13 Staline 1931, p. 205.

18L ’attention est de nouveau portée sur la révolte des soldats de septembre 1918. Elle est déclarée comme une « puissante montée révolutionnaire des masses populaires contre le pouvoir bourgeois »12, ce qui constitue à la fois la suite logique et le reflet de la « Grande Révolution Socialiste d’Octobre ». Pendant les années 1950 et 1960, suivant ces postulats de Staline13 

la science historique, si elle veut être une science véritable, ne peut plus réduire l’histoire du développement social aux actes des rois et des chefs d’armées, aux actes des « conquérants » et des « asservisseurs » d’États ; la science historique doit avant tout s’occuper de l’histoire des producteurs des biens matériels, de l’histoire des masses laborieuses, de l’histoire des peuples

  • 14 Vlahov 1957.

19la mémoire se réduit à l’énumération des « mouvements révolutionnaires » (réels et imaginaires) dans les tranchées et des « révoltes de la faim » à l’arrière, qui sont liées à l’activité du Parti communiste. On souligne la fraternisation entre les soldats bulgares et les soldats russes, les souffrances des masses paysannes et prolétaires opposées aux spéculations des affairistes et à l’enrichissement honteux de la bourgeoisie. Une place à part est consacrée au « brigandage économique de l’Allemagne »14 subi par le peuple. Les succès de l’armée bulgare contre les divisions russes en Roumanie ne sont, quant à eux, mentionnés nulle part. Les anciennes critiques acerbes contre l’armée tsariste russe tombent dans l’oubli et l’on ne parle plus de ses défaites.

20Ces thèses demeurent en vigueur pendant plus de deux décennies, non seulement en Bulgarie, mais dans tous les pays « socialistes ». La Grande Guerre n’attire plus l’attention des milieux politiques et ne trouve que sporadiquement écho dans les œuvres d’art – littérature, cinéma, théâtre. Le sujet principal de la propagande est la Seconde Guerre mondiale et, plus particulièrement, la résistance armée menée par le Parti communiste.

  • 15 à Sofia.
  • 16 Daskalov 2005, p. 141.

21En 1975, l’Institut d’histoire militaire de Moscou édite en deux volumes L’Histoire de la Première Guerre mondiale et certaines des anciennes idées concernant le caractère de la guerre sont révisées. Cela permet aux historiens des États satellites de repenser à leur tour la participation de leur pays respectifs et de revoir sous un angle critique certaines idées simplistes des années 1950. Alors que la Bulgarie célèbre fastueusement le 1 300anniversaire de « la fondation de l’État Bulgare » en 1981, les débats sur l’histoire du pays se multiplient. Les guerres du début du siècle commencent à être commentées, en premier lieu par les historiens militaires. L ’Institut d’histoire militaire organise cette même année 1981 une conférence sur « Le caractère de l’armée bulgare et les guerres qu’elle a conduites pendant la période 1885-1918 »15. La participation du pays à ces guerres est observée sous l’angle du « rôle et des buts du monarque et de la bourgeoisie ». On discute quelle étape de son développement (bourgeois libéral ou impérialiste) a produit la guerre, l’attitude des « masses populaires » envers ces guerres, les positions du Parti communiste, etc.16. La casuistique qui surgit pendant le débat découle du fait que les participants se sentent obligés de citer en tant que preuves de leurs thèses des postulats du marxisme-léninisme sur les guerres. Dans les neuf communications, les citations de Marx, Engels, Lénine ou des dirigeants communistes bulgares sont mentionnées plus de 90 fois, Lénine seul 31 fois.

  • 17 Stoilov 1981, p. 13.

22Dans le rapport principal de la conférence, lu par le colonel Petar Stoilov, on admet pour la première fois qu’on peut discerner des « éléments progressistes » dans les « intérêts égoïstes de la bourgeoisie »17. La bourgeoisie bulgare est comparée à celles des autres pays, la conclusion étant que pendant les guerres balkaniques et la Première Guerre mondiale, elle vise l’accomplissement du dernier stade de la « libération nationale » et l’unification du pays. Cependant, on affirme qu’au cours de la Grande Guerre, la bourgeoisie se transforme en facteur réactionnaire et fasciste. Cette affirmation est obligatoire. Elle doit expliquer comment la révolte de septembre 1923 menée par le PCB et soutenue par l’UPAB constitue « le premier soulèvement antifasciste dans le monde ».

23Le deuxième changement important des idées des années 1950 concerne la Macédoine. Dans son rapport, Stoilov souligne que la population macédonienne a été considérée à tort « [non comme] faisant partie de la nation bulgare, mais comme une ethnie à part ». De là provient la fausse caractéristique des guerres menées par la Bulgarie, considérées comme des « guerres des conquêtes » et non de libération. La conclusion affirme que ces guerres possèdent un caractère « juste » pour la Bulgarie, à la différence de celles que menaient la Serbie, la Grèce, le Monténégro et la Roumanie. L ’auteur ose même critiquer Lénine, pour qui la Serbie a conduit en partie une « lutte libératrice » pendant la Première Guerre mondiale. Stoilov souligne pour sa part que la Serbie oppresse la population étrangère et surtout celle d’origine bulgare (en visant la Macédoine).

  • 18 Ibid., p. 44.
  • 19 Ibid., p. 50.

24Une nouvelle interprétation est donnée concernant la fin de la guerre. Les thèses selon lesquelles la Bulgarie aurait dû sortir de la guerre après la réalisation de ses objectifs en Macédoine et en Dobroudja du Sud sont rejetées comme une perfidie envers les alliés bulgares du moment. L ’auteur se garde de donner une nouvelle interprétation de la révolte militaire de 1918 tout en déclarant que « la question sur le mouvement antimilitaire pendant la guerre est bien plus complexe »18. En revanche, pour la première fois, le corps des officiers n’est pas traité comme une caste séparée de la nation ni comme un « agent du monarque et de la bourgeoisie ». L ’auteur déclare au contraire qu’une partie des officiers provient de la petite bourgeoisie – c’est-à-dire « du peuple »19.

  • 20 Ibid., p. 61-62.

25Des historiens militaires et civils participent à la discussion qui suit le rapport principal. Les questions qui touchent directement la Première Guerre mondiale passent au second plan et sont examinées sous le prisme du caractère de l’armée bulgare. Certains historiens continuent d’affirmer que l’armée était, pendant la guerre, sous l’influence de l’impérialisme allemand et austro-hongrois. Cette armée « populaire » des guerres balkaniques s’est ainsi transformée en force « antinationale », un « organisme qui sert la minorité qui exploite les masses populaires »20. Selon l’affirmation de l’un des intervenants, le colonel Vassil Vassilev elle est « née comme monarchique et pendant toute la période est restée telle ». Il cite un statut disciplinaire du début du siècle pour prouver qu’à côté des idées nationales l’armée est « endoctrinée dans le respect de la religion et de la propriété privée ».

  • 21 Aleksandrov 1981.

26L ’un des historiens, Ivan Aleksandrov, dans une communication intitulée « Les buts de libération nationale de l’armée bulgare de 1885 jusqu’en 1918 » examine l’évolution de l’historiographie nationale au cours des trente dernières années. Pour la première fois, en 1962, dans un ouvrage officiel – une Histoire de la Bulgarie éditée par l’Académie de sciences bulgares –, on suggère que l’entrée en guerre en 1915 avait pour but d’éliminer les clauses injustes du traité de Bucarest. Néanmoins, la guerre reste « impérialiste »21. Bien que l’auteur évite de critiquer directement la position prise par le Parti communiste contre les guerres à l’époque, on sent à travers ses paroles qu’il ne les approuve pas personnellement.

  • 22 Damianov 1981.
  • 23 Ibid., p. 110.
  • 24 Ibid., p. 122.

27Le professeur Siméon Damianov, historien de renom, intervient sur « La question nationale bulgare pendant la première étape de la Grande Guerre ». Il est d’ailleurs parmi les rares participants à citer non seulement les classiques du communisme, mais aussi Edward Grey, Raymond Poincaré et Maurice Paléologue. Il essaie dans un premier temps de corriger « certains concepts vieux et exagérés, qu’on répète par inertie sans tenir compte de la réalité historique »22. D’après lui, si la Bulgarie s’oriente vers l’Allemagne, c’est uniquement parce que cette alliance permettait la réalisation de la question nationale bulgare. Ensuite, il critique la politique de l’Entente, et surtout celle de la France et de l’Angleterre, mais en soulignant que « la politique de la Russie s’appuyait sur son influence parmi les peuples balkaniques. Cette influence provenant de sa mission libératrice, de ses liaisons culturelles, religieuses surtout avec les Slaves du Sud »23. Selon Damianov, l’entrée en guerre de la Bulgarie résulte de la politique de la France et de l’Angleterre, qui n’ont pas soutenu leur allié russe (celui-ci connaissait des difficultés pendant l’été et l’automne de 1915). Finalement, la Bulgarie serait victime du principe impérialiste et colonial « divide et impera »24.

  • 25 Ibid., p. 129.

28La discussion continue avec l’examen du rôle de l’armée bulgare pendant les guerres et en temps de paix. En temps de paix, elle peut être un instrument entre les mains du monarque. En temps de guerre, « l’armée c’est le peuple », déclare le professeur Vesselin Traikov25. À la fin de son exposé, il se permet même d’attaquer un pays « frère », mais sans le nommer : la Roumanie. « Dans un pays voisin, un ouvrage sur la Dobroudja est édité. La guerre de 1913 est proclamée “juste” pour la Roumanie. » C’est ce que constate Traikov avec ironie.

29La discussion montre que les participants soutenant la thèse selon laquelle l’armée bulgare est une arme de la « bourgeoisie réactionnaire » pendant la Première Guerre mondiale, et donc selon laquelle la participation du pays est un « acte chauviniste et militariste », constituent une minorité isolée. À partir de ce moment, la guerre est officiellement vue comme la suite logique des luttes pour l’unification nationale.

30 

31Qu’en est-il aujourd’hui ? La Première Guerre mondiale continue d’être secondaire pour la société bulgare face à d’autres sujets historiques. Une dizaine de monographies ont été publiées ces dernières années sur différents aspects de la guerre, en soutenant la thèse selon laquelle elle a constitué une étape consécutive des luttes pour l’unification nationale (mais qui s’est terminée sans succès). Chaque année, à la veille du 27 novembre (date de la signature du traité de paix à Neuilly), des manifestations attirent un nombre, limité, de participants provenant des différents mouvements nationalistes. Bien que quelques inscriptions « Neuilly n’est pas oublié » apparaissent sur les murs, la société bulgare a d’autres préoccupations pour le moment.

Bibliographie

Aleksandrov 1981 = Aleksandrov Ivan, « Nacionalno-osvoboditelnite zadachi na bulgarskata armia ot 1885 do 1918 g. » (« Les buts de libération nationale de l’armée bulgare de 1885 jusqu’en 1918 », en bulgare), Izvestia na Instituta za voenna istoria, t. 31, 1981 p. 93-103.

Damianov 1981 = Damianov Simeon, « Bulgarskia nacionalen vupros v natchalnia etap na Purvata svetovna voina » (« La question nationale bulgare pendant la première étape de la Grande Guerre », en bulgare), Izvestia na Instituta za voenna istoria, t. 31, 1981 p. 104-121.

Daskalov 2005 = Daskalov Rumen, Bulgarskoto obchtestvo 1878-1939 (La Société bulgare 1878-1939, en bulgare), t. 1, Sofia, IK Gutenberg, 2005.

Filtchev 1940 = Filtchev Ivan, Litchni spomeni za svetovnata voina (Mémoires personnels concernant la Première Guerre mondiale, en bulgare), Sofia, s. é., 1940.

Girginov 1932 = Girginov Alexandr, Bulgarija pred velikata voina (La Bulgarie devant la Grande Guerre, en bulgare), Plovdiv, Éditions Hristo G. Danov, 1932.

Girginov 1937 = Girginov Alexandr, Ot voina kum mir (De la guerre vers la paix, en bulgare), Sofia, S. M. Staikov, 1937.

Hristov 1925 = Hristov Atanas, Istoritcheski pregled na Obshtoevropeiskata voina i utchastieto na Bulgarija v neja (Examen historique de la guerre européenne et la participation de la Bulgarie, en bulgare), Sofia, Armeiski voenno-izdatelski fond, 1925.

Hristov 1949/1950 = Hristov Hristo, « Kum vaprosa za vlijanieto na Velikata Oktomvrijska socialisticheska revoljucija v Bulgaria » (« Concernant la question de l’effet de la Grande Révolution socialiste d’Octobre en Bulgarie », en bulgare), Istoricheski pregled, no 6 (1949-1950), p. 42-84.

Jekov 1924 = Jekov Nikola, Politicheskija jivot v Bulgarija i voinstvoto (La Vie politique en Bulgarie et les militaires, en bulgare), Sofia, 1924.

Kjosseva 2002 = Kjosseva Tzvetana, Ruskata emigracia v Bulgaria 1920-1950 (LÉmigration russe en Bulgarie 1920-1950, en bulgare), Sofia, IMIR, 2002.

Kolarov 1919 = Kolarov Vassil, Putiat kum katastrofata (La voie vers la catastrophe, en bulgare), s. é., 1919.

Lénine 1914 = Lénine Vladimir Illitch, Les Tâches de la social-démocratie révolutionnaire dans la guerre européenne (1914), dans Lénine Vladimir Ilyich, Œuvres Complètes, t. 21, [en ligne]. URL : https://www.marxists.org/francais/lenin/oeuvres/vol_21.htm.

Lory 1985 = Lory Bernard, « La percée du front de Macédoine et l’insurrection militaire bulgare : synchronisme et influence », dans La France et les Balkans dans les années 1920 du xx  siècle, Paris, Publications Langues’O, 1985, p. 17-30.

Lory 1988 = Lory Bernard, « Quelques aspects du nationalisme en Bulgarie (1878-1918) », Revue d’études slaves 60/2, En hommage à Roger Bernard, (1988), p. 499-505.

Madjarov 1932 = Madjarov Mihail, Diplomaticheska podgotovka na nashite voine (La Préparation diplomatique de nos guerres, en bulgare), Sofia, Akcionerno drujestvo MIR, 1932. 

Pundeff 1969 = Pundeff Marin, « Bulgarian Nationalism », dans Sugar Peter, Lederer Ivo (éds), Nationalism in Eastern Europe, Seattle, University of Washington Press, 1969, p. 93-165.

Radoslavov 1923 = Radoslavov Vassil, Bulgarija v svetovnata kriza (La Bulgarie dans la crise mondiale, en bulgare), Sofia, Éditions Sava Todorov, 1923.

Sharova 1950 = Sharova Krumka, « Bourjoasnata istoriografia i uchastieto na Bulgarija vuv voinite 1912-1918 » (« L ’historiographie bourgeoise et la participation de la Bulgarie aux guerres 1912-1918 », en bulgare), Istoricheski pregled, n2 (1950), p. 129-157.

Staline 1931 = Staline Joseph, Les Questions du léninisme, Paris, Éditions sociales internationales, 1931, [en ligne]. URL : http://www.communisme-bolchevisme.net/download/Staline_Les_questions_du_leninisme_Tome_I.pdf.

Stoilov 1981 = Stoilov Petar, « Za haraktera na bulgarskata armia i voinite, koito tia vodi prez perioda 1885-1918 » (« Sur le caractère de l’armée bulgare et les guerres qu’elle a conduites pendant la période 1885-1918 », en bulgare), Izvestia na Instituta za voenna istoria, t. 31 (1981).

Todorov 1930 = Todorov Petar, Pogromite na Bulgarija (Les Pogroms de la Bulgarie, en bulgare), Sofia, Knipegraf, 1930. 

Vazov 1929 = Vazov Georgi, Spomeni ot Balkanskite voini (Souvenirs des guerres balkaniques, en bulgare), Sofia, Knipegraf, 1929.

Vlahov 1957 = Vlahov Tuche, Otnocheniata mejdu Bulgaria i Centralnite sili po vreme na voinite 1912-1918 (Les relations entre la Bulgarie et les puissances centrales pendant les guerres 1912-1918, en bulgare), Sofia, s. é., 1957.

Notes

1 Manifeste du roi Ferdinand de Bulgarie du 14 octobre 1915.

2 Cité par Kjosseva 2002, p. 42.

3 Pundeff 1969.

4 Madjarov 1932 ; Girginov 1932 ; Filtchev 1940.

5 Radoslavov 1923 ; Jekov 1924 ; Hristov 1925 ; Todorov 1930. 

6 Lory 1988.

7 Vazov 1929 ; Todorov 1930 ; Girginov 1937 ; Lory 1985.

8 Lénine 1914.

9 Kolarov 1919.

10 Sharova 1950.

11 Ibid.

12 Hristov 1949/1950.

13 Staline 1931, p. 205.

14 Vlahov 1957.

15 à Sofia.

16 Daskalov 2005, p. 141.

17 Stoilov 1981, p. 13.

18 Ibid., p. 44.

19 Ibid., p. 50.

20 Ibid., p. 61-62.

21 Aleksandrov 1981.

22 Damianov 1981.

23 Ibid., p. 110.

24 Ibid., p. 122.

25 Ibid., p. 129.

Auteur

Professeur à la Nouvelle Université Bulgare

© École française d’Athènes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540