Desktop versionMobile version

Cent ans après : la mémoire de la Première Guerre mondiale

 | 
Elli Lemonidou

Introduction

Elli Lemonidou

Full text

1Rien ne pèse autant que la mémoire ! Maintenant que le siècle, qui a débuté avec la Première Guerre mondiale, a pris fin, son histoire et sa valeur peuvent aujourd’hui être examinées avec le recul nécessaire.

2Les décennies si denses qui l’ont suivi ont complètement bouleversé les réalités géopolitiques, sociales, financières et économiques mondiales. Une seconde Guerre mondiale, l’Holocauste, la guerre froide et de nombreux conflits, mais aussi l’amélioration de nos conditions de vie, les progrès et développements technologiques, en particulier dans le transport et la communication, ont certainement modifié notre façon de percevoir le monde et ses frontières. Il n’en reste pas moins que la Première Guerre mondiale n’a cessé, depuis cent ans, de faire l’objet de récits et d’études. En témoignent la persistance des débats sur les causes de son déclenchement, la domination de certains récits nationaux ainsi que la gestion de l’événement (organisation de célébrations annuelles, etc.).

3Cette « résistance historique » de la Grande Guerre a trouvé un écho important ces dernières années, avec la commémoration de son centenaire. On assiste, à cette occasion, à la confirmation du renouvellement de l’intérêt scientifique, et parfois public, qui a commencé il y a quelques décennies et qui aborde des sujets jusque-là inconnus ou négligés. Des voix se font entendre, qui demandent à dépasser le cadre strict des frontières et encouragent, dans un esprit de coopération scientifique, des études transnationales, y compris sur les causes du déclenchement du conflit. Des pays, pour lesquels le premier conflit mondial n’a eu à jouer qu’un rôle secondaire sur le plan de l’historiographie et de la mémoire, sont également touchés par le poids symbolique de cet anniversaire.

4Les raisons qui expliquent l’importance de la Grande Guerre sont trop nombreuses et trop complexes pour être présentées dans cette introduction. Les données des deux premières années de la commémoration rappellent toutefois, comme une introduction à ce livre, combien la Première Guerre mondiale a constitué une étape décisive dans l’histoire de la modernité, autant sur le plan politique que sur le plan diplomatique, avec trois conséquences géopolitiques principales : l’effondrement des vieux empires, la création d’un grand nombre de nouveaux États-nations et des ruptures dans le développement des puissances coloniales. Il s’agit ici, et incontestablement, d’une étape primordiale dans l’histoire du xxe siècle et plus généralement de l’humanité. C’est une guerre totale qui a impliqué les sociétés dans leur globalité, et connait pour la première fois avec une telle ampleur et une telle intensité, l’extermination industrialisée de personnes sur les champs de bataille, et au-delà, les déportations planifiées de populations à une grande échelle, la disparition de la distinction entre civils et belligérants. Les États élargissent le champ de leurs compétences. La censure est partout réhabilitée au nom de l’intérêt national. La propagande et le renseignement à travers les anciens et les nouveaux moyens d’information et de communication sont systématiquement organisés.

5Notre équilibre géopolitique mondial et la carte actuelle de l’Europe s’expliquent certes largement par les répercussions de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre froide, mais elles trouvent également leurs fondements dans les conséquences de la Première Guerre mondiale elle-même. C’est pourquoi l’étude de ce conflit est toujours d’actualité, non seulement dans les pays qui ont joué les premiers rôles et payé le plus lourd tribut du sang, mais aussi dans les pays dont l’existence intrinsèque elle-même a été influencée par les évolutions du conflit.

6L ’intérêt du public, comme de la recherche, est constamment stimulé. Certains commentateurs établissent un lien, à tort ou à raison, entre la situation d’avant-guerre au début des années 1910 et la situation internationale actuelle. Malgré des différences politiques, sociales et économiques évidentes, la comparaison des deux époques a permis de regagner l’intérêt d’une grande partie de l’opinion mondiale. Le nombre croissant et la qualité des productions historiographiques récentes, ainsi que l’émergence de nouvelles recherches, façonnent la perception moderne de la guerre et sa mémoire. Des témoignages récents ou anciens mais reformulés et représentés renouvellent la mémoire collective, alors que simultanément ne cessent d’être posées encore aujourd’hui de nouvelles questions, relançant de manière continue l’intérêt international de la recherche en la matière.

7Une clarification de deux notions, qui apparaissent naturellement et très fréquemment dans ce volume, est cependant ici nécessaire : histoire et mémoire. Comme le souligne à juste titre Frédéric Guelton, de grands théoriciens du xxe siècle ont mis en évidence leurs différences, en mettant l’accent sur des critères strictement scientifiques de l’historiographie académique, en opposition aux critères subjectifs et émotionnels qui caractérisent la formation de la mémoire au niveau politico-social et individuel. Si cette distinction doit rester nette, elle ne doit pas cacher le fait que les deux notions sont en réalité étroitement liées, à travers les convergences et les divergences de leurs récits.

8Au fil des années, comme il ressort clairement de certains articles, l’historiographie a été mobilisée à de nombreuses reprises, principalement dans les régimes autoritaires, afin de fournir la base théorique nécessaire aux récits mémoriels formellement imposés. Dans d’autres cas, l’historiographie participe, parfois involontairement, à la façon dont les nations ou les groupes se souviennent de leur passé, par l’utilisation sélective, fragmentaire ou parfois délibérément déformée de ses positions à travers les canaux de la soi-disant histoire publique. Plus souvent encore, en particulier au cours des dernières décennies, l’historiographie a largement mis en valeur les outils de configuration et de cartographie de la mémoire, par leur analyse minutieuse et leur utilisation critique dans la recherche et la formulation de ses propres conclusions. Cela s’est régulièrement produit au cours des dernières années dans le cas de la Première Guerre mondiale.

9Avec la mort des derniers anciens combattants aux débuts du xxie siècle, la Grande Guerre est définitivement passée au stade de l’historicisation et de la convergence entre l’historiographie et la mémoire. L ’historiographie se tourne vers la mémoire multicouche de la guerre, examine toutes ses dimensions dans l’espace et le temps, exploite de manière critique ses preuves, essayant de rétablir la vraie image de la guerre à travers la façon dont les gens en parlaient ou l’écrivaient. Elle cherche de nouvelles compositions dans lesquelles les questions de la mémoire et, plus généralement, de l’acquisition du fait occupent une place essentielle. Pendant ce temps, les historiens universitaires formulent ensemble les nouveaux récits de la mémoire de la guerre, utilisant les canaux de l’histoire publique ; ils sont conseillers pour l’organisation d’expositions ou dans la production de documentaires historiques, ils participent à des émissions de radio et de télévision, siègent dans les comités, étatiques ou locaux, pour la promotion de la mémoire de la Grande Guerre.

10Ce volume se place précisément dans l’esprit de cette convergence, cherchant à cartographier l’héritage d’un événement si important de l’histoire européenne et mondiale à travers les chemins différents mais aussi souvent croisés, du discours académique et de la perception publique de cette guerre.

* * *

11Le présent ouvrage se fonde essentiellement sur les communications présentées lors du colloque international qui s’est tenu à Athènes le 16 mai 2014 portant sur la mémoire de la Première Guerre mondiale en Europe, mais s’enrichit de deux nouvelles contributions. Le choix de ce thème s’explique par le rôle particulier que la mémoire (ou l’oubli) de la guerre a joué de manière diachronique dans les historiographies nationales et les traditions particulières. Même si les conditions de l’organisation du colloque ne permettaient pas de couvrir un très grand nombre de pays, nous avons tenté de présenter un échantillon représentatif du continent européen : d’une part, quatre puissances européennes traditionnelles (la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Italie) et, d’autre part, quatre pays de la région des Balkans (la Roumanie, la Bulgarie, la Serbie et la Grèce). Si les premières ont eu, comme on le sait, un rôle crucial au cours de la guerre elle-même ainsi que dans l’élaboration et la préservation ultérieures de sa mémoire (jusqu’à former le noyau des First World War Studies), la péninsule des Balkans a joué un rôle particulièrement important (mais trop souvent négligé), puisqu’elle a constitué l’un des principaux fronts de la guerre. La mémoire de l’événement dans cette région a donc développé, au fil du temps, une remarquable diversité. Ces approches nationales coexistent avec des articles consacrés aux dimensions européennes et transnationales de l’histoire et de la mémoire de la Première Guerre mondiale.

12La première partie de ce livre est constituée de trois contributions qui abordent les cas de la France, du Royaume-Uni et de l’Italie et de deux autres à la thématique plus spécialisée pour l’Allemagne. L ’approche centralisée qui caractérise les trois premiers textes n’empêche pas leurs auteurs d’aborder le sujet avec une logique et une méthodologie différentes, selon leur point de vue personnel et les particularités de chaque cas. Une autre approche a été suivie pour l’Allemagne, un pays-clé pour la compréhension de ce conflit dont l’étude est très longtemps restée tabou, prisonnière, entre autres, de considérations politiques et diplomatiques. Au lieu d’embrasser dans son ensemble le paysage mémoriel de ce pays, ces deux articles se penchent sur deux sujets insuffisamment étudiées, mais toujours avec l’objectif de contribuer à une meilleure interprétation et compréhension de ce difficile après-guerre.

13Le second groupe de textes concerne la zone des Balkans : il convient ici de s’y attarder. L ’une des principales demandes de la recherche scientifique sur la Première Guerre mondiale, exprimées notamment à l’occasion du centenaire, est l’étude de son expansion géographique et thématique. L ’imaginaire collectif associe encore trop largement et exclusivement le conflit mondial au front occidental, un théâtre d’opérations certes essentiel mais pas unique. Il s’agit donc de prendre en considération la recherche et les écrits déjà existants pour ces régions jusque-là encore considérées comme secondaires et qui souffrent d’une faible visibilité (notamment pour des raisons linguistiques), mais aussi de développer de nouvelles études sur le modèle de ce qui se fait dans les historiographies les plus développées de la Grande Guerre (par exemple, en histoire sociale, économique et culturelle). Il ne peut y avoir une enquête historiographique vraiment globale et inclusive sans l’intégration effective des informations et des analyses de tous les fronts, avec leurs convergences et divergences, que l’on peut retrouver ailleurs en Europe et dans le monde.

14Une deuxième demande, connexe de la production scientifique récente, est la discussion sur les limites temporelles réelles du premier conflit mondial. Si la précédente génération de chercheurs a longuement évoqué la Première Guerre mondiale, l’entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale sous le même prisme, celui d’une « guerre civile européenne » ou d’une « nouvelle guerre de Trente ans », la nouvelle génération considère que la guerre est si inextricablement liée aux conflits violents qui se sont produits, à l’échelle locale, peu avant 1914 et, surtout, immédiatement après 1918, que chaque tentative de restitution historique qui n’en tient pas compte est incomplète. Le long First World War apparaît avec une fréquence croissante dans la bibliographie internationale et pousse une partie des chercheurs à placer le véritable début de la guerre en 1911 ou en 1912 et sa fin en 1923.

15Le cas des Balkans prend ici toute son importance, et pas seulement comme détonateur du conflit ou pour la localisation d’un front à moitié oublié de la guerre (le « front balkanique » ou « front macédonien »). Le facteur balkanique fait inextricablement partie d’un schéma d’interprétation plus large qui lie directement la Première Guerre mondiale, non seulement à la concurrence entre les grandes puissances de l’Europe occidentale, mais aussi au déclin progressif et à la désintégration des formes impériales puissantes dans l’espace plus large de l’Europe de l’est et du sud-est. Déjà depuis la fin du xixe siècle, la péninsule balkanique a constitué le point de croisement de deux empires avec de multiples problèmes internes, les empires austro-hongrois et ottoman, avec un troisième, l’empire russe, qui exerçait aussi son influence dans la région. Dans ce contexte explosif, les nationalités, qui vivaient depuis des années intégrées dans les formes impériales, ont commencé d’une part à affirmer leur émancipation des centres supranationaux, d’autre part à revendiquer l’espace vital le plus large possible pour leur survie comme entités étatiques autonomes. Après une série de changements successifs et de développements individuels majeurs au cours des dernières décennies du xixe et au début du xxe siècle, les guerres balkaniques des années 1912-1913 ont surgi, comme une évolution inévitable pour réclamer des territoires du fragile Empire ottoman, qui avait déjà reçu, un an plus tôt, un important coup symbolique et essentiel avec l’offensive italienne en Libye.

16Les développements, par conséquent, de la Première Guerre mondiale dans les Balkans sont étroitement liés aux plans d’intégration nationale des peuples de la région ; les revendications nationales et la concurrence inter-balkanique ont été des facteurs décisifs pendant toute la durée de la guerre, avec des répercussions sur les options militaires et diplomatiques. La fin officielle des hostilités n’a pas arrêté des évolutions perçues comme vitales, des années après, en particulier pour la Roumanie et encore plus pour la Grèce. Il a fallu attendre le traité de Lausanne, en 1923, pour régler définitivement le statut juridique de la région.

17Les événements de la Première Guerre mondiale ont été intégrés par les historiographies nationales de ces pays dans un contexte plus large de luttes pour l’intégration nationale et territoriale, ce qui a sapé, à un certain degré (à l’exception de la Serbie), son importance et sa visibilité comme étape distincte de ce processus. En outre, dans la plupart des cas, l’histoire et la mémoire de cette période ont été ensuite minées de manière décisive soit par le poids des événements historiques qui ont suivi (principalement la Seconde Guerre mondiale et ses développements), soit par une lecture idéologique de l’histoire à des fins politiques. Par conséquent, la demande pour une révision systématique de l’implication de ces pays dans la Première Guerre mondiale, mais aussi l’empreinte que cette guerre a laissée (ou n’a pas laissée) dans la mémoire officielle et collective constitue un défi majeur pour la recherche scientifique moderne.

* * *

18Quelques mots sur le choix et la forme des textes. Nous avons estimé qu’il convenait de laisser aux chercheurs la liberté de se focaliser sur les aspects qu’eux-mêmes considéraient comme les plus importants dans le contexte plus général de la mémoire de la guerre. Nous considérons que tous les textes contenus dans le volume reflètent non seulement divers exemples nationaux, mais aussi les personnalités scientifiques de leurs auteurs et constituent ainsi des abacules, précieux et intégrants, d’une même mosaïque, nécessaires pour la formulation et l’expression d’une évaluation globale, basée précisément sur la mise en commun de nombreux éléments particuliers.

19Les deux contributions, plus générales, des professeurs Georges-Henri Soutou et Jay Winter ouvrent le débat. Elles fixent le cadre à la fois pour discuter la question de la mémoire européenne de la guerre, et pour analyser la dimension transnationale, qui constitue le principal défi dans l’approche historiographique moderne de la Grande Guerre.

20L ’ouvrage commence avec l’article du professeur et académicien français Georges-Henri Soutou, qui propose de répondre à la question de l’existence ou non d’une mémoire européenne commune de la Grande Guerre. L ’auteur souligne la résistance des récits mnémoniques nationaux dans l’espace européen, tout en mettant en évidence les convergences d’interprétation qui se manifestent depuis quelques années dans différents pays. Elles apparaissent au gré du développement de la recherche scientifique et concernent notamment trois sujets : l’interprétation de la guerre comme une catastrophe européenne commune, la recherche de l’origine de l’idée européenne et la critique généralisée du traité de Versailles.

21Dans un deuxième chapitre, le professeur Jay Winter analyse la dimension transnationale de l’approche de la Première Guerre mondiale, qui a déjà affecté diversement l’historiographie. Il défend la pertinence de cette approche car elle permettrait de comprendre un grand nombre d’aspects de la guerre que n’expliquent pas suffisamment les récits nationaux. Il se réfère également à sa propre participation à des programmes de recherche majeurs (à l’intérieur ou en dehors de l’espace conventionnel de l’historiographie universitaire) conçus ou exploités dans une perspective transnationale.

22Les chapitres qui suivent se consacrent à des cas nationaux. l’historien militaire Frédéric Guelton étudie le cas de la France. Il propose d’analyser le paysage mémoriel français au début de l’anniversaire de la Première Guerre mondiale. Il souligne, entre autres, l’importance continue de la dimension locale et familiale de la mémoire de la guerre en France. Il met également en lumière la prépondérance du centenaire par rapport aux anniversaires d’autres événements historiques majeurs. Frédéric Guelton pointe enfin l’existence notable de monuments ou de cimetières pour les étrangers tombés sur le sol français et note la différence dans le traitement qui leur est accordé par la politique et l’opinion publique du pays.

23William Philpott présente ensuite l’évolution historique de la mémoire de la guerre au Royaume-Uni. Il met en avant d’autres facteurs que ceux traditionnellement étudiés dans le cadre de l’historiographie universitaire, mais aussi la présence persistante dans le débat public et universitaire, depuis près d’un siècle, des questions sur la nature de la guerre et la participation britannique.

24L ’Allemagne, où la mémoire et la gestion historiographique de la Première Guerre mondiale ont pendant des années fait face à de nombreuses difficultés, est étudié à travers deux articles. Tous deux mettent l’accent sur la question critique de la réception de l’événement pendant les hostilités et durant l’entre-deux-guerres. Le professeur Christoph Cornelissen souligne l’importance du rôle des historiens allemands pendant la guerre. Ceux-ci adoptaient pour la plupart l’idéologie étatique officielle, qui défendait l’idée d’une « guerre spirituelle » atypique pour justifier moralement sa politique. Selon lui, cette attitude des intellectuels allemands a eu un impact de longue haleine sur la manière de recevoir et d’interpréter la Première Guerre mondiale dans le pays. L ’exemple le plus représentatif est celui du traitement historiographique des atrocités allemandes commises sur le sol belge. Pour sa part, Nils Löffelbein se concentre sur la difficulté de la question des combattants handicapés invalides, qui constituaient la mémoire vivante de la Première Guerre mondiale dans la République de Weimar, ainsi que l’utilisation de cette population par le national-socialisme.

25Le cas de l’Italie, qui présente aussi un grand intérêt, est analysé par le professeur Nicola Labanca. Son article montre que, en dépit d’une forte présence de l’historiographie universitaire, la Première Guerre mondiale se trouve relativement écartée de la mémoire collective des Italiens. Seule la région du Nord-Est de l’Italie, proche des champs de bataille du front austro-italien, fait exception : la mémoire des événements y survit et se reproduit grâce à de nombreuses activités allant de la riche production historiographique des maisons d’édition régionales jusqu’à l’utilisation polyvalente et la promotion des itinéraires historiques de la région.

26Les articles suivants se focalisent sur l’espace des Balkans. Région essentielle, puisque la guerre y a commencé avec l’assassinat de l’héritier du trône austro-hongrois à Sarajevo le 28 juin 1914. Elle a également été décisive dans l’issue finale du conflit si l’on considère que la retraite des forces germano-bulgares du front balkanique, à l’automne 1918, a joué un rôle d’accélérateur jusqu’à l’armistice du 11 novembre et l’effondrement des puissances centrales. Plus largement, la mémoire de la Première Guerre mondiale en Europe de l’Est (qui s’étend encore au-delà des Balkans) possède un caractère très particulier. Cette région a en effet été profondément marquée par la doctrine marxiste-léniniste (qui était le courant idéologique dominant pendant des décennies) et influencée par le récit national, qui a lui-même fluctué au gré des évolutions sur le champ de batailles et des processus diplomatiques d’après-guerre.

27Le cas de la Roumanie est ensuite présenté par Florin Turcanu. Il montre qu’après le changement de régime et le virage idéologique connexe de 1945, l’interprétation du caractère impérialiste de la Première Guerre mondiale a prévalu. Cette approche unidimensionnelle a cependant connu ses premières limites assez rapidement. Depuis les années 1950, en effet, une partie des historiens défend l’idée que la participation de la Roumanie à la Première Guerre mondiale faisait partie de sa lutte pour l’intégration, ce qui a aussi trouvé un écho direct dans les cérémonies commémoratives officielles. Cette tendance a culminé dans les années suivantes, avec pour principaux axes le souvenir de la victoire roumaine à Marasesti, en août 1917, et le retour de la mémoire officielle de figures héroïques de l’histoire roumaine de la même époque.

28Le cas de la Bulgarie, examiné par Gueorgui Peev, est comparable. La mémoire de la Première Guerre mondiale est également restée esclave des forces politiques et des interprétations que celles-ci fournissaient (notamment pour justifier la décision du pays à participer à la guerre et l’attitude de l’armée à l’automne de 1918). L ’auteur souligne la prédominance de l’interprétation léniniste après la Seconde Guerre mondiale. Il met aussi en évidence les premières limites en faveur d’une acceptation relative du récit patriotique, qui apparaissent en Bulgarie quelques années avant la chute du régime communiste.

29Le cas de la Serbie se singularise de ceux des autres pays balkaniques. Le poids historique et mémoriel de la Première Guerre mondiale y reste particulièrement puissant. Dušan Bataković analyse le phénomène dans sa dimension historique, soulignant que les pertes humaines en Serbie ont contribué à donner à cette guerre une place centrale dans la mémoire nationale. Cela se manifeste, entre autres, par le grand flux de visites des monuments créés pour les Serbes tombés à l’intérieur et à l’extérieur du territoire serbe. Dušan Bataković décrit également la gestion difficile de la mémoire au sein de l’État yougoslave unifié, quand l’histoire des Serbes au cours de la Première Guerre mondiale avait été intégrée dans le récit national yougoslave, soumis à une conception marxiste de l’histoire pendant la période du communisme (1945-1990).

30Elli Lemonidou présente ensuite les étapes difficiles de la mémoire de cette guerre en Grèce, pays de l’espace balkanique qui a suivi un parcours historique très spécifique dans les décennies suivantes. Les années 1940, particulièrement traumatisantes pour la Grèce, ont éclipsé les souvenirs de la guerre précédente (dans la mémoire comme dans l’historiographie), de telle sorte que le grand conflit, qui avait douloureusement divisé le pays dans le milieu des années 1910, a été oublié. Il s’agit ainsi dans cet article de restituer l’importance de la dimension grecque de la Première Guerre mondiale et de donner des pistes pour la diffusion de sa mémoire.

  • 1 [en ligne]. URL : www.1914-1918-online.net.

31Dans un dernier article, Oliver Janz fait la présentation détaillée d’un programme scientifique transnational. Il s’agit de l’Encyclopédie en ligne de la Première Guerre mondiale, dont le contenu est publié depuis octobre 20141. Cette encyclopédie, qui connaît un enrichissement régulier de ses entrées, est le produit de la coopération d’un grand réseau d’experts issus de nombreux pays. Elle vise deux objectifs principaux. D’une part, il s’agit de proposer une large couverture géographique, qui reflète la dimension véritablement globale de la Première Guerre mondiale. D’autre part, elle vise l’inclusion d’un nombre important d’approches thématiques, qui dépassent les limites des historiographies nationales et couvrent des aspects spécifiques de la guerre dans leurs dimensions régionales ou internationales.

32Ce livre ne conclura pas définitivement le débat sur la mémoire de la Première Guerre mondiale. Le fait que ces textes soient publiés peu avant l’achèvement des commémorations soulève automatiquement une question, exprimée également par les nombreux contributeurs de ce volume : cet anniversaire, avec la multitude de ses manifestations, a-t-il contribué ou non à une évolution du paysage mémoriel en Europe ? Les initiatives – étatiques, locales, universitaires, privées, nationales ou internationales – ont-elles donné lieu à un repositionnement de la Première Guerre mondiale au sein de la communauté académique, mais aussi dans la conscience du citoyen européen moyen ? Il est certain que les réponses à ces questions vont occuper la communauté des spécialistes à partir de 2018. Il est opportun de contribuer à ce dialogue, en continuant la collaboration scientifique, avec une possible ouverture à des spécialistes d’autres pays. Nous pourrons alors établir un bilan des commémorations.

* * *

33Cette brève introduction ne peut être conclue que par une série de remerciements à tous ceux qui, de diverses manières, ont contribué à la tenue du colloque de 2014 et à la publication du présent ouvrage.

34Nous voudrions avant tout remercier les autorités de l’université de Patras qui, dès le premier moment, dans une phase de transition pour l’institution et au milieu d’une conjoncture globalement très difficile pour la recherche universitaire en Grèce, a chaleureusement accueilli l’initiative du colloque et de la publication des actes, en vertu d’une convention spéciale de coopération avec l’École française d’Athènes. Nous devons une mention spéciale à l’ancien recteur et à l’ancien vice-recteur aux affaires académiques de l’université, Georges Panagiotakis et Pantelis Kyprianos, qui ont permis, grâce à leurs efforts personnels, de surmonter à temps les écueils bureaucratiques et rendu possible la réalisation du colloque en mai 2014. De même, nous sommes reconnaissants envers Venetsana Kyriazopoulou, recteur actuel de l’université de Patras, ainsi qu’envers le vice-recteur aux affaires académiques Nicolaos Karamanos, qui ont montré un intérêt très actif pour la publication des actes et grâce à qui cette publication a pu être réalisée.

35Le colloque et le présent volume, de leur conception jusqu’à leur achèvement, sont très liés à la coopération étroite avec l’École française d’Athènes, qui a été le co-organisateur du colloque de 2014 et qui a ensuite décidé d’en publier les actes. Nous adressons un remerciement tout particulier au professeur Alexandre Farnoux, directeur de l’École, qui a accueilli l’idée avec ferveur et offert le soutien moral nécessaire à toute autre action. Maria Couroucli, alors directrice des études modernes et contemporaines, a été la personne avec qui nous avons conçu et planifié cette coopération au cours de longues heures de travail ou de communications téléphoniques et électroniques. Le résultat a pleinement justifié nos efforts et démontré la valeur de la foi et de la persévérance dans l’achèvement d’un but commun. Nous adressons un remerciement tout particulier à son successeur à l’École française d’Athènes, Tassos Anastassiadis, qui a suivi de près la publication du livre tout en ayant la responsabilité d’un programme de recherche ambitieux de l’École sur la Première Guerre mondiale et plus précisément le front d’Orient, trop négligé par l’histoire et la mémoire de la guerre. Nous remercions aussi notre collègue et ami Nicolas Manitakis pour son soutien à la préparation du colloque.

36Nous tenons également à remercier les membres de l’UMR IRICE (aujourd’hui SIRICE) à Paris, qui a été la troisième institution co-organisatrice du colloque de mai 2014. Nous remercions en particulier les professeurs Georges-Henri Soutou et Olivier Forcade pour leur soutien et les précieux conseils qu’ils ont donnés en tant que membres du comité scientifique du colloque. Leur contribution a doté la manifestation d’un grand prestige. Qu’il nous soit permis de faire ici une mention spéciale au professeur Georges-Henri Soutou. En tant que directeur de la thèse de doctorat que nous avons réalisée à l’université de Paris IV (Paris-Sorbonne), c’est la personne à qui nous devons, en grande partie, notre amour pour l’histoire du xxe siècle ainsi que notre formation de chercheur.

37Nous devons aussi exprimer notre gratitude à la direction, aux autorités et au personnel de l’Institut Goethe à Athènes (Goethe-Institut Athen) et, en particulier, à Juliane Stegner pour sa volonté d’accueillir le colloque de mai 2014 dans l’auditorium de l’Institut. L ’efficacité dans l’organisation de l’événement au sein de l’espace moderne et accueillant de l’Institut a été remarquable. Si la Première Guerre mondiale a été associée pour la plupart à la rivalité historique franco-allemande (et donc également aux manifestations commémoratives, – de la poignée de mains historique de 1984 à Verdun jusqu’aux récentes cérémonies du centenaire – et à la réconciliation historique de ces mêmes peuples au cœur du continent européen), nous dirons que le soutien de Juliane Stegner, et la contribution de cette institution allemande en général, ont eu une importance symbolique primordiale, à la fois pour l’image et pour le contenu du colloque.

38Aucun événement, cependant, et aucun livre, ne peut exister sans les personnes qui ont participé à son effort en offrant les fruits de leur travail intellectuel. Nous tenons donc à remercier dans ces pages chacun des éminents collègues historiens qui ont répondu avec empressement à notre invitation au colloque d’Athènes, contribuant ainsi à la réalisation d’un débat scientifique particulièrement productif, et qui ont ensuite soumis leurs textes pour la publication de ce livre.

39Nous adressons enfin une mention particulière aux responsables du programme de publications de l’École française d’Athènes, Géraldine Hue et Bertrand Grandsagne, et à tous ceux qui ont travaillé à la mise en page, l’impression et plus généralement à l’édition du présent volume. Nous remercions également Anne Amblard et Valentin Schneider pour leur relecture de notre article, ainsi que Christos Apostolopoulos pour la traduction du texte d’Oliver Janz, de l’allemand à l’anglais, et pour son soutien précieux à tous les niveaux tant pour l’organisation du colloque de 2014 que pour la publication de ce livre. Pour toute faute ou omission qui se serait éventuellement glissée dans l’ouvrage, la responsabilité incombe exclusivement à la directrice scientifique de l’ouvrage.

40Ce volume est dédié à toutes les personnes, célèbres ou pas, qui, chacune à leur manière, ont contribué et façonné à leur niveau ce qu’actuellement nous appelons la mémoire de la Première Guerre mondiale ; de la simple lettre aux mémoires volumineux, une photographie fanée ou un travail scientifique, toutes les contributions ont leur valeur dans la vaste mosaïque de cette mémoire. Cet ouvrage est aussi tout particulièrement dédié à la mémoire de Dušan Bataković. C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la mort soudaine de l’éminent historien et diplomate serbe, et l’un des contributeurs à cet ouvrage. Dušan Bataković a été l’un des principaux chercheurs serbes en histoire moderne et contemporaine, avec une activité de recherche et d’écriture sur la Première Guerre mondiale particulièrement riche. Nous souhaitons que son érudition et sa passion pour la recherche, qui se reflètent dans ses travaux et les empreintes de sa présence publique, constituent un héritage précieux pour les successeurs de son travail.

Notes

1 [en ligne]. URL : www.1914-1918-online.net.

© École française d’Athènes, 2019

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search