Version classiqueVersion mobile

Le « retour » des Grecs de Russie

 | 
Kira Kaurinkoski

Liste des figures et des photographies

Texte intégral

1Fig. 1 — La crise ukrainienne et les nouvelles frontières temporaires du pays après les accords de Minsk II (source : Bourdeau Maxime, « Ukraine : la carte des nouvelles frontières temporaires du pays après le second accord à Minsk », Le Huffington Post [12.02.2015], http://www.huffingtonpost.fr/​2015/​02/​12/​ukraine-carte-frontieres-temporaires-accord-minsk_n_6671250.html, consulté le 6 février 2017).

2Fig. 2 — La colonisation grecque en mer Noire (source : Cepleanu Spiridon Ion – Travail personnel en fonction de Stier H.E. [dir.], « Westermann Grosser Atlas zur Weltgeschichte », 1985, p. 39, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=41343490, https://fr.wikipedia.org/​wiki/​Colonisation_grecque#/​media/​File:Pontos_Euxeinos.gif, consulté le 15 février 2017).

3Fig. 3 — Le transfert des chrétiens grecs de Crimée sur les rives de la mer d’Azov en 1778-1780 (Об устройстве христиан-греков выведенных из Крыма [Sur l’installation des chrétiens grecs transférés de Crimée], Mariupol, Mariupol’skij kraevedčeskij muzej, s. d.).

4Fig. 4 — Les villages fondés par les chrétiens grecs de Crimée sur les rives de la mer d’Azov en 1779-1780 (Об устройстве христиан-греков выведенных из Крыма [Sur l’installation des chrétiens grecs transférés de Crimée], Mariupol, Mariupol’skij kraevedčeskij muzej, s. d.).

5Fig. 5 — Carte linguistique des lieux d’installation des chrétiens grecs en Crimée et des villages qu’ils ont fondés à leur arrivée sur les rives de la mer d’Azov en 1779-1780 (source : Dmitrienko Maria et al. 2000, p. 67).

6Fig. 6 — Lettre de réhabilitation de F. I. Jouravlev, frappé par les répressions staliniennes en 1938, datée du 26 juillet 1989 (et traduction) (source : archives personnelles de M. F. Priluckaya)

7Fig. 7 — Attestation de réhabilitation de F. I. Jouravlev, frappé par les répressions staliniennes en 1938, datée du 24 août 1989 (et traduction) (source : archives personnelles de M. F. Priluckaya).

8Fig. 8 — Attestation de déportation forcée de M. F. Priluckaya en Allemagne en 1942 et levée des soupçons de trahison de la patrie, du 19 août 1994 (et traduction) (source : archives personnelles de M. F. Priluckaya).

9Fig. 9 — Pourcentage de personnes de langue maternelle ukrainienne en Ukraine selon le recensement de population de 2001 (source : Berruyer Olivier, série Ukraine, www.les-crises.fr/Ukraine, consulté le 6 février 2017).

10Fig. 10 — Carte linguistique des russophones d’Ukraine selon le recensement ukrainien de 2001 (source : Berruyer Olivier, série Ukraine, www.les-crises.fr/Ukraine, consulté le 6 février 2017).

11Fig. 11 — Carte des communautés grecques dans les nouvelles républiques indépendantes issues d’ex-Union soviétique (source : Vouli ton Ellinon, Οι Έλληνες στη Διασπορά 15ος-21ος αι., Athènes, Ypourgeio Exoterikon, Geniki Grammateia Apodimou Ellinismou, 1996), 2007.

12 

13Toutes les photographies sont de l’auteur, sauf indication contraire.

14 

151 — Le car faisant le trajet entre la ville de Mariupol et le village de Staryï Krym. En hiver, il fait jusqu’à -30° C, Staryï Krym, janvier 1997.

162 — L’ethnologue sur le terrain, Sartana, mai 1994.

173 — Célébration d’un mariage à Staryï Krym. Danse de la fiancée et de la belle-mère, le horan. Autour, des villageois qui sont venus assister à ce rituel, Staryï Krym, janvier 1997.

184 — La fête de l’Épiphanie. La bénédiction de l’eau dans la cour de l’église de Sartana, janvier 1997.

195 — L’église orthodoxe de Sartana dédiée à saint Georges, septembre 2009.

206 — Repas en l’honneur des vétérans de la Seconde Guerre mondiale et de leurs familles, Staryï Krym, le 9 mai 1994.

217 — L’ensemble folklorique de chant et de danse Sartanskie samocvety devant l’Acropole, Athènes, 1990 (cl. : collection particulière de l’auteur).

228 — La répétition hebdomadaire de Sartanskie samocvety à la maison de la culture de Sartana. Au fond, la carte de la Grèce, Sartana, janvier 1997.

239Sartanskie samocvety présente le Mariage grec au festival de théâtre ancien à Kertch, Crimée, 2003.

2410Sartanskie samocvety après le spectacle à Kertch, Crimée. Troisième à gauche, Maria Gaïtan, quatrième à gauche, Olimpiada Hadžinova, 2003.

2511 — L’exposition sur la presse et la littérature grecques dans l’entre-deux-guerres. Musée grec de Sartana, janvier 1997.

2612 — Le collectif de travail du Musée grec de Sartana. Quatrième à droite, Leontij Kiriakov. Sartana, 2003.

2713 — Le siège de la Fédération des associations grecques d’Ukraine, Mariupol, 2003.

2814 — Stage de grec pour les enseignants de grec sous la direction des professeurs venus de Grèce, Staryï Krym, 2003.

2915 — Représentation des élèves de l’école de Staryï Krym en l’honneur des hôtes officiels venus de Grèce, Staryï Krym, 2003.

3016 — Séminaire des associations de la jeunesse grecque d’Ukraine et de Russie, Yalta, Mariupol, septembre 2009. En bout de table, la présidente de la Fédération des associations grecques d’Ukraine, Alexandra Protsenko-Pitchadji.

3117 — Des Grecs pontiques en Ouzbékistan après la libération des « peuplements spéciaux » en 1956 (collection particulière de l’auteur [archives d’Anatolia Pavlidi]).

3218 — Une famille grecque pontique après la libération des « peuplements spéciaux », à Athènes (collection particulière de l’auteur [archives d’Anatolia Pavlidi]).

3319Sartanskie samocvety présente Khaïtarma, Sartana, années 1980 (collection particulière de l’auteur [archives de Maria Gaïtan]).

3420-22 — Dix ans après leur arrivée en Grèce, et même plus tard, nombre de Grecs d’ex-Union soviétique continuent à vendre des produits sur les marchés ouverts de la ville. Parallèlement, le marché est aussi un lieu de sociabilité, Menidi, août 2002.

3523 — Un moment de sociabilité féminine entre Grecques d’ex-Union soviétique originaires de Géorgie, du Kazakhstan et d’Ukraine, Menidi, août 2002.

3624 — Repas de la fête de la Dormition de la Vierge. Les invités se composent de la famille et des co-villageois du lieu de déportation au Kazakhstan, Menidi, août 2002.

3725 — Les Grecs pontiques constituent un corps électoral important. La veille des élections parlementaires, un candidat d’origine grecque pontique, venu du Kazakhstan dans les années 1960, visite une maison de migrants récemment arrivés à Menidi, mars 2004.

3826 — Dans une quête de spiritualité ou pour renouer avec des traditions culturelles nationales, après leur arrivée en Grèce et à Chypre, certains migrants se tournent vers l’Église. Excursion de l’Église orthodoxe russe de la Trinité au monastère consacré à la Dormition de la Vierge, Ano-Liosia, février 2004.

3927 — Le monastère de « Panagia Soumela » au Pont, la fête de la Dormition de la Vierge, le 15 août 2001. Le monastère, abandonné en 1923, est aujourd’hui un lieu de pèlerinage aussi bien pour les chrétiens que les musulmans. Les visiteurs de Grèce et des anciennes républiques d’ex-Union soviétique sont de plus en plus nombreux.

4028 — Depuis 1985, les associations grecques pontiques revendiquent la reconnaissance internationale du génocide pontique (1919-1923). Le 19 mai, chaque année, des défilés et des manifestations sont organisés pour commémorer cet événement. Des jeunes femmes en costume traditionnel grec pontique, Athènes, le 19 mai 2012.

4129 — Pause-café des Grecques de Mariupol à Athènes, mai 2005.

4230 — Trois Grecques de Mariupol avec leurs employeurs à Paphos, Chypre, octobre 2003.

4331 — Soirée des Grecs de Mariupol à Paphos, Chypre, octobre 2009.

4432 — Une Grecque de Mariupol en visite dans sa ville natale. Ici, sur la tombe de ses parents à Mariupol, 2003.

4533 — Après l’office du dimanche, des migrants ukrainiens échangent des nouvelles dans la cour de l’Église uniate ukrainienne à Athènes, 2005.

4634 — Célébration de la communauté ukrainienne à Athènes, salle des fêtes de l’église uniate ukrainienne à Athènes, 2005.

4735 — Manifestation des migrants ukrainiens devant le Parlement grec. Sur les panneaux, on peut lire : « Les Ukrainiens en Grèce favorisent le rapprochement avec l’Union européenne », « L’Ukraine a besoin de leaders patriotes », « Ne touchez pas au peuple », Athènes, décembre 2013.

4836-37 — Concert pour la fête des mères, organisé par la communauté ukrainienne à l’ambassade d’Ukraine à Athènes. Les blouses que portent les membres de la chorale proviennent de la Galicie ukrainienne, connue pour son artisanat. Le public, composé principalement de migrantes ukrainiennes, écoute attentivement la chorale, les discours et les témoignages des bénévoles revenus de la zone d’hostilités dans l’Est ukrainien, Athènes, juin 2015.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search